[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Sam 19 Avr - 6:40


Personnellement, je ne sais pas.

Si on regarde tout ça sous différents angles, il y a une multitudes d'émotions qui en ressortent. Toutes différentes cela dit. Je ne sais tout simplement pas. Pour que tout cela soit plus clair, il faut obligatoirement tout revoir depuis le début, depuis cette nomination, peut-être. Oui, c'était la meilleure chose à faire.

Depuis quelques temps, pas mal de choses avaient changé. Beaucoup même, assez pour faire le contraste flagrant entre le premier semestre et le deuxième. Le jour et la nuit. Ma venue dans cette école n'était pas très remarquable. Particulièrement ponctuée de fâcheux évènements, mon record de malheurs avait explosé le pointeur en seulement six mois. Tomber sur une fille plusieurs fois, avoir un article dans le journal déclinant et aggravant ces faits, me casser la jambe lors d'une sortie, me retrouver face à des contrebandiers, et bien entendu être la cause d'une blessure à la tête d'une des élèves de cette école. Pas très florissant. De quoi s'isoler dans un coin et avancer en solitaire sans interagir avec son entourage.

Mais au mois de février, à l'avènement du second trimestre, ma vision du monde avait changé. De nouvelles rencontres principalement, des personnes toutes aussi différentes les unes des autres : des timides, des hargneux, des dynamiques, des bizarres, des cultivés, bref, de quoi ouvrir tout un éventail d'évènements et de situations différentes, m'offrant un nouvel horizon inédit et inexploré pour ma part. Si on m'avait dit que cela m'arriverait un jour, je ne l'aurais jamais cru. Petit à petit, je devenais une autre personne, plus détendue, plus ouverte, plus enjouée.

Toutefois, je n'avais pas été à l'abri du danger pour autant. Les derniers évènements d'avril le prouvaient, notamment le grand incendie du Cirque des Boulons, qui fut une tragédie marquant pas mal d'esprits. Mais je n'en avais pas tiré que du mauvais dans tout ça. J'avais renforcé mes liens avec un ami déjà très proche, Yuki, mais j'avais aussi "fait la connaissance" d'une fille plutôt intéressante, Chiho, qui était également la victime de mes accidents particuliers. Après ce jour, on s'était tous les trois retrouvés à plusieurs reprises pour des raisons tout à fait banales, mais c'était fun. Je n'avais jamais connu ça auparavant, je ne pouvais qu'apprécier ces nouvelles choses qui s'offraient à moi si diligemment. Ma vie avait changé.


----


Et là, je ne savais pas. Je ne savais pas comment me sentir quand j'eus aperçu cette lettre dans mon casier, signée du Directeur lui-même. Il s'agissait d'une autorisation de sortie pour se rendre à la ville de Céladopole, afin d'y effectuer une mission très spéciale. Promouvoir les résultats des cours de notre cher Ace au travers de démonstrations et de combats féroces, ça me ressemblait vachement en tout cas. D'autres invitations avaient été envoyées, mais je ne savais à qui. Pour faire court, j'avais donc prévenu tous mes amis proches, dont Chiho et Yuki. Voici ce que me disait ma conscience.


Il faut qu'on se voit tous les 3.



Un texto par iPok, une machine comme une autre qui révolutionnait notre siècle, bien pratique pour des élèves comme nous. Cela m'évitait de devoir passer dans la chambre de chacun d'entre eux et je pouvais les contacter à ma guise. Enfin, ce serait largement mieux si je leur indiquais un lieu et une date, mais bon, ce n'était qu'un détail que je pouvais ajouter plus tard. Sur la fameuse missive qui m'était adressée, il y avait un petit briefing avec notre cher professeur Ace S. Creed en personne, afin que ce voyage se passe dans les meilleures conditions possibles. Je n'y avais pas pensé, mais cette petite réunion me rappelait que je n'avais pas encore vu notre référent depuis l'incident du cirque. Lui aussi en avait pris un coup, je me demandais vraiment si tout allait bien pour lui.

Samedi. Dix heures du matin, évidemment hors des classes. Mon iPok en main, mes pas me conduisirent simplement vers la salle d'entretien, sans trop savoir de quoi il serait question en soi. Contrairement à mes habitudes du samedi, j'avais quand même décidé de me rendre là-bas en uniforme scolaire. Ancy dormait toujours dans ma chambre, et je n'avais pris avec moi qu'un porte-vue contenant ma convocation, des feuilles et un stylo, au cas où. Je ne mis pas longtemps pour arriver à la porte de la fameuse salle, et fut quand même surpris de voir que mes deux comparses attendaient devant celle-ci.



➖"Hey, ça va ? Je suppose que vous êtes là pour les mêmes raisons que moi. Je pense que ce voyage risque d'être intéressant au final."



Sans plus d'introduction, j'emboitais le pas pour entrer dans la salle, où le big boss des Topdresseurs du monde entier attendait, d'un air déjà blasé et perplexe. Youhou, ça va être cool...



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Dim 20 Avr - 14:50
Alerte ! Panneaux Publicitaires !



« L’aventure, c’est d’abord l’ouverture aux autres.  »

Samedi 19 avril 2014,
environs de 10h
Devant la salle de conférence



Samedi matin, me voilà en train d'attendre patiemment devant l'entrée de la salle de conférence. Pourquoi cette salle ? Etait-ce quelque chose de grandiose qui nous attendait ? Je me posais tout un tas de questions, mais il était évident que je n'en saurais rien avant d'avoir été briefé. En effet, j'avais reçu une convocation du directeur, me stipulant que j'étais l'heureux volontaire pour une mission au delà des frontières de notre île. Dans les faits, tout était alléchant. Promouvoir l'enseignement de Ace S. Creed, parader aux côtés d'une célébrité admirée, respectée, enviée et adulée, mais, également se livrer à des combats d'exhibition et montrer notre savoir faire durement acquis ? Que du bonheur pour un élève noctali de la filière TopDresseur. Je me sentais un peu privilégié même. Mais il y avait ce petit détail qui obscurcissait le tableau. Céladopole. De toutes les villes de ce vaste monde, pourquoi avait-il fallu que je me tape cette foutue ville, d'autant plus que d'autres iraient ailleurs. Pourquoi ?

#Facepalm#

Cette ville, la ville de tous mes malheurs, celle dans laquelle j'avais passé parmi les pires moments de ma jeunesse, la ville des Yutaka, la ville, de Mémé Yutaka, cette mégère que je détestais tout autant qu'elle me haïssait. Cette vieille noble odieuse... Comment avait-il pu épouser un truc pareil ? La beauté n'excusait pas tout et même si c'eut été le cas, il était impossible de trouver une beauté suffisante pour égaler toutes ses tares. Je grimaçais alors. Céladopole...

Adossé contre le mur, je patientais toujours. Pour occasion, j'avais revêtu une tenue plus complète. Moi qui avais pour habitude de me trimbaler torse nu avec d'imposantes boucles d'oeilles, j'avais finalement opté pour une tenue chinoise traditionnelle noire et blanche, sans manches. Mes oreilles n'avaient plus que de simples clous diamantés en guise d'accessoires et mes cheveux étaient noués en une queue de cheval haute, par une petite cordelette, avec  mes éternelles mèches retombant de part et d'autre de mon visage. M'était avis que cela surprendrait nombre de personnes de me voir ainsi, mais durant la mission, je risquais de revêtir bien d'autres tenues encore, surtout si je devais passer par la demeure familiale... Je sortis alors mon iPok pour voir l'heure. Un message et il était d'Allen. Il voulait que le trio se rassemble ? Je n'étais pas contre. ~ Comme d'hab, lieu et heure et le Tanuki sera là ! ^_^ N'oublie pas de dire cinq fois Tanuyuki pour que j'apparaisse, sinon, ce ne sera pas drôle. u_u ~ Telle fut ma réponse au sien. Dans la foulée, j'en envoyais à Chi-chan. ~ Hentallen veut qu'on se retrouve, une idée de ce qu'il peut bien avoir en tête ? Il semblait bien grave... ~ Je rangeais mon iPok et posais ma tête contre le mur en fermant les yeux.

Des bruits de pas légers retentirent bientôt, approchant de ma position. Je décollais alors la tête du mur en ouvrant les yeux. Hikari qui m'accompagnait partout où j'allais, s'agitais. Elle avait reconnu la nouvelle arrivante avant même de l'apercevoir. Rien qu'en la voyant, je savais déjà de qui il s'agissait. Mon cœur se mit à battre plus vite et un sourire qui débordait de joie et d'une multitude de bons sentiments, mais très vite, il s'estompa. Chiho approchait et ma Chimpenfeu qui était partie à sa rencontre, l'avait prise par la main. Partir en mission avec elle, c'était le bonheur, il ne manquait plus qu'Allen et c'eut été parfait, mais Chiho et Ace... Mon moral qui venait de monter très haut, venait de faire l’ascenseur fou pour s’écraser au sous-sol. Aussi, alors qu'elle approchait de moi, je ne lui avait pas fait d'accueil en fanfare.

" Salut Chiho... C'est une... Bien agréable surprise que de te voir. Manque plus que le blondinet et je vais finir par croire au père Noël. A moins que tu n'ailles pas à Céladopole ?"

Je grimaçais une fois de plus en prononçant le nom de cette ville. Mon ton n'avait pas été tres enjoué, mais pas non plus froid. Il y avait suffisament de chaleur pour ne pas froisser mon binôme et je n'avais aucun doute sur le fait qu'elle comprendrait ce qui me faisait ainsi tiquer, non pas pour le lieu de destination, quoique, mais plus par rapport à notre accompagnateur. Quelques instants après, c'était au tour de cette bonne vieille branche de faire son apparition.

"Hey, ça va ? Je suppose que vous êtes là pour les mêmes raisons que moi. Je pense que ce voyage risque d'être intéressant au final."

Un simple signe de tête tout sourire de ma part en guise de réponse générale, le voilà qu'il avait déjà franchi la porte. Un petit sourire en coin accompagné d'un soupir bien audible, je me disais qu'il était toujours fidèle à lui même, ce qui était louable. Il n'avait pas perdu son temps. J'invitais alors Chiho à entrer à son tour, de manière galante.

" Après vous ma Dame... "

Me redressant après qu'elle soit passée, je notais que la convocation étais toujours dans ma main. Relisant la note, je ne pus réprimer un léger petit sourire de coin. Ace hein ? Je me demandais bien quelle serait la réaction de la grande star lorsqu'il se retrouverait face aux trois élèves qui s'étaient démenés pour lui. J'allais même éclater de rire lorsque l'image de ma si chère et précieuse scientifique se dressant devant le Ronflex pour le sauver, lui, me revint en tête. Tout amusement s'envola pour ne laisser place qu'à une bien apparente aigreur. Faisant signe à Hikari qui se tenait devant moi, ses yeux bleus me fixant avec inquiétudes, cette dernière m'escalada comme à l'accoutumée pour venir rejoindre sa place préférée. Assise sur mes épaules comme un enfant sur celles de son père, elle semblait ravie. Je pénétrais à mon tour dans la tanière de la destinée.

" Youpi ! Je sens qu'on va bien s'amuser !  "

Sur un ton presque murmuré, dans un soupir, j'avais lâché cette phrase à peine audible et ô combien pleine à craquer d'ironie.





_________________
[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Lun 21 Avr - 17:28
Lorsque j'avais reçu l'étrange message d'Allen sur mon Ipok, j'avais été à la fois surprise et intriguée. Ce n'était pas son genre de faire des choses sans raisons, et ce ton un peu cérémonieux ne me disait rien qui vaille. Je m'étais donc préparée à lui demander ce dont il s'agissait, quand finalement une convocation officielle finit par manquer de me faire faire un arrêt cardiaque. Ce n'était jamais qu'un bout de papier, mais c'était signé d'un nom que je connaissais plus que bien. Ace S. Creed... Rien que ces quelques lettres me donnaient un frisson, dans un mélange subtile d'horreur et d'anticipation. Ace non plus n'était pas du genre à faire appel à d'autres personnes pour l'épauler, que ce soit pour des affaires de la plus haute importance ou bien pour de simples broutilles. Il avait la fâcheuse tendance à vouloir toujours tout faire seul, conquérant la gloire et la réussite de ses propres mains. Ce changement d'attitude soudain avait donc de quoi m'alarmer, même si je doutais que quiconque puisse le comprendre.
Avec une certaine gravité, j'avais commencé à réfléchir aux raisons de son choix. Était-il amoindri suite aux événements du cirque ? Quelque chose ne tournait pas rond. Pourquoi aurait-il choisi une Pyroli, même pas versée dans l'art du duel qui plus est, pour l'accompagner dans ce qui à ma connaissance était la première sortie du genre hors de l'île Lansat ? J'étais loin d'avoir la prétention de me croire spéciale, et c'est justement pour ça que tout ça me troublait encore plus. Confuse, je finis par répondre au message d'Allen d'un air formel qui ne ressemblait pas : « Je serai là. » Yuki lui avait écopé d'un : « Sûrement quelque chose de sérieux, probablement lié aux cours. » Ça en disait probablement long sur les émotions mitigées et conflictuelles qui m'animaient, mais je m'en fichais pas mal. J'étais incapable de penser de manière rationnelle pour le moment, la panique était vraiment trop forte.

Malgré toutes mes réticences et mes hésitations, j'étais décidée à garder la tête froide autant que possible. Je me rendais compte qu'au moins vu l'heure de rendez-vous, je ne serais pas la seule à participer à cette drôle d'aventure. Au moins ça. Soupirant et traînant les pieds, je me rendis au lieu indiqué par la convocation, soit la salle de briefing. Quelle ne fut pas ma surprise de trouver deux visages familiers au détour du couloir... Décidément, j'avais le don de tomber sur des personnes que je connaissais quand il s'agissait de céder aux missions et autres petits caprices de nos professeurs. Sauf que là il ne s'agissait pas de l'exigeant et cynique Roseverte, mais bel et bien de mon idole de toujours, un des dresseurs les plus influents et titrés de notre époque. Avançant avec le regard vague, j'étais suivie de près par Robyn qui contrairement à moi ne manquait pas de motivation.

« Bonjour, les garçons. Euh... si, j'ai été appelée moi aussi, bien que je ne comprenne pas trop pourquoi. Je ne suis même pas TopDresseur. Vous croyez que c'est une erreur ? »

Il y avait une pointe d'espoir dans ma voix. Ce n'était pas que le travail, même acharné, me fasse peur, simplement j'étais paniquée à l'idée de côtoyer Ace, juste après m'être enfin résignée à ce que ça n'arrive jamais. C'était à ne rien y comprendre, vraiment. Hésitante, je me tortillais les mains en attendant qu'on soit mis au courant des détails et autres formalités. Pourtant à chaque petit bruissement provenant de la salle fatidique, je prenais une grande inspiration angoissée, me cachant même par réflexe à plusieurs reprises derrière les garçons. Me faisant toute petite, j'avais énormément de mal à me comporter normalement, bien que je me rende parfaitement compte du ridicule de ma situation. C'était juste plus fort que moi... la pression était trop forte. C'était comme si je voyais quelqu'un tenir une énorme épée braquée sur mon seul talon d'Achille, et que je ne pouvais rien faire d'autre que d'attendre qu'elle finisse par s'abattre.
Finalement nous fûmes tous trois invités à entrer après une note de grande Ironie de la part de Yuki, après plusieurs minutes de conversation où les garçons échouèrent à m'arracher plus que quelques réponses laconiques et absentes. Ace nous fit entrer et asseoir avant de nous exposer son plan. Je m'étais alors contentée de l'écouter d'un air sérieux sans jamais lever les yeux vers lui. Par miracle j'avais réussi à entrer sans me prendre aucun objet ni buter sur quoi que ce soit, ce qui relevait de l'exploit étant donné l'état de mes nerfs. À chaque fois qu'il avait posé une question j'avais répondu par un signe de tête trop vigoureux pour être naturel, montrant que malgré mon mutisme j'avais bien assimilé et intégré tout ce qu'il avait dit. On nous demanda alors si nous avions d'autres questions, ce à quoi je répondis par la négative, avant de m'éclipser en triple vitesse dès que l'on nous donna quartier libre. Une fois le référent parti, je me mis une main sur le cœur, visiblement chamboulée.

J'étais au bord de la crise de nerfs. On nous avait demandé de représenter la Pokémon Community à l'extérieur, et d'organiser une espèce de petite présentation publique. À Kanto, ma région natale. Le poids des responsabilités vint rapidement s'ajouter à la tension suscitée par le contact avec mon idole. Je me demandais si j'allais être digne de cette mission, si je n'allais pas tout faire foirer à cause de mon incompétence et mon manque de sérieux. J'étais probablement trop émotive pour ce genre de choses, et je le savais bien. Mon regard se fit voilé de mélancolie, tandis que Robyn se pressait amoureusement contre mes jambes en signe de soutien. Oui, il comprenait mon ressenti, bien qu'il n'ait aucune idée de ce qui le provoquait. Me forçant à sourire à mes deux coéquipiers, je soupirai. On nous avait dit que nous allions partir sur les coups de midi afin de prendre l'avion... décollage en direction de Céladopole qui nous attendrait en début d'après-midi. Plus mitigée que jamais, je sentais que je n'étais pas la seule dans le même cas.

« On aura à peine le temps de faire nos valises, et en plus de ça je dois encore avertir Général Jackie de mon absence pour les jours à venir. Je me demande comment elle va accueillir la nouvelle. Enfin bon... Je suppose que ça ne fait aucune différence. »

Je souris malgré tout, bien que cette attitude plutôt blasée ne me ressemble pas. En fait j'avais l'impression qu'Allen et Yuki s'attendaient à ce que je saute de joie à l'annonce de cette excursion, alors que c'était tout le contraire. Je n'aimais pas l'idée de déterrer des vieux démons alors que je peinais déjà autant à les exorciser. Ce n'était pas juste. Retenant une grimace d'amertume, j'essayais de me convaincre de la chance que j'avais. J'allais partir à Kanto, revoir des paysages qui m'étaient familiers, et en plus de ça je partais avec deux personnes que j'appréciais. Je n'avais pas le droit de leur faire payer les pots cassés en étant de mauvaise humeur. Me mettant sur la pointe des pieds, je leur claquai un bisou sur la joue à tous les deux, avant de leur tourner le dos et m'en aller d'un bref signe de main.

« Bon, moi j'y vais. À plus tard ! »

----<>----

Quelques heures plus tard, comme convenu, nous étions tous les trois présents au lieu de rassemblement. On nous emmena alors en voiture jusqu'à l'aéroport, en nous précisant bien que nous serions juste tous les trois. Visiblement Ace avait prévu de nous rejoindre plus tard, une fois qu'il se serait acquitté d'importants rendez-vous et autres interviews qu'il avait prévus. Son agenda était toujours aussi occupé, et ça lui ressemblait bien. Rassurée à la fois par ce retour à la normale, et son absence, j'avais graduellement réussi à me détendre. Enfin, si on veut. J'étais toujours aussi tendue, mais je me faisais tout doucement à l'idée. N'ayant pas le mal de l'air, j'avais simplement confié ma petite valise à roulettes avant de prendre ma place. Les garçons semblèrent se chamailler pour la place côté allée, mais je ne cherchai même pas à intervenir.

« C'est la première fois que vous prenez l'avion ? Au fait tu connais Céladopole, Allen ? Toi tu m'avais dit que tu y avais de la famille là-bas, pas vrai Yuki ? »

J'étais installée entre les deux garçons, un peu recroquevillée sur mon siège. Je n'étais déjà pas bien grande, mais le stress me donnait juste envie de me rouler en boule comme un chat farouche. Bouclant ma ceinture, je nageais dans mon tshirt bleu trois fois trop grand pour moi, le regard perdu dans le vague des bouts cotonneux qui ne tardèrent pas être visibles à travers le carreau.
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Dim 27 Avr - 18:12


En début d'après-midi, nous étions dans l'avion.

Notre petit groupe s'était séparé après cette fameuse réunion, avec des sentiments plutôt mitigés. Personnellement, l'idée de partir aussi loin pour exécuter une performance de rue me semblait quelque peu exagérée, surtout pour des élèves aussi jeunes que nous. Deux étudiants ayant choisi la spécialité Topdresseur et une sur la voie Scientifique, le combo paraissait plutôt particulier. Mais je comprenais finalement le fin mot de cette histoire, c'était Ace lui-même qui nous avait choisi pour être le premier trio à être envoyé sur le terrain, une chance pour nous de gagner quelques crédits aux yeux de l'école. Une sorte de compensation légère pour nous remercier de lui avoir sauvé la vie, entre autre, c'était de bonne augure. Il était temps de faire nos valises et de nous préparer à ce voyage qui s'annonçait pavé de péripéties.

On nous avait conduit à l'aéroport de l'Île Lansat en voiture, c'était beaucoup plus pratique que de nous laisser marcher ou même prendre le bus. Étonnement, notre chauffeur du jour n'était autre que Gaston Fooly. Pourquoi ? Et bien, aussi surprenant que cela puisse être, cette voiture vintage mais en excellent état était la sienne. Il grinçait des dents, même si dans sa caisse il n'y avait que nous trois, Yuki, Chiho et moi, le Professeur Creed répondant de sa popularité avec d'autres instances, plus importantes que d'accompagner ses élèves dans un voyage en avion, apparemment. Être une star était difficile de nos jours, m'enfin, je n'y croyais pas une seule seconde. Cynthia, elle, croulait sous les émissions télé et radio, les interviews, les matches de Ligue, mais elle trouvait toujours du temps à consacrer à sa grand-mère et quelques uns de ses plus proches amis. Notre superstar locale devait en prendre de la graine !

Arrivés à l'aéroport, ma surprise n'en fut que plus grande. Il était gigantesque ! En même temps, avec cette école au campus immense et à la renommée mondiale, l'Île Lansat devait s'attendre à recevoir des vols des six grandes régions ainsi que d'autres îles. Un grand port maritime plus un grand aéroport, il y avait de quoi gérer un trafic très imposant. Une idée de mon père j'imagine. Notre passage fut assez succinct, tous les détails avaient été réglés à l'avance. Les portes de sécurité nous avaient ralenti, à cause des multiples ceintures de Yuki. Je n'osais pas imaginer ce qui ce serait passé s'il avait été torse nu. Pour ma part, je portais des habits un peu plus formels, un t-shirt jaune avec un motif de Pokéball au centre et un veston noir avec un pantalon de la même couleur. Sobre quoi. Quoi qu'il en soit, nous étions dans l'avion, prêt à s'installer après avoir rangés les sacs dans les compartiments appropriés.

Mon regard fuyait vers les nuages, ma tête pratiquement collée au hublot - oui, ça veut dire que j'ai perdu face à Yuki pour la place dans le couloir, oui !. Un air mélancolique sur mon visage, je poussais un soupir tout en posant mon bras sur l'accoudoir, sans constater que la main de Chiho s'y trouvait. Un seul écouteur à mes oreilles, je repensais à tout ce qui s'était passé depuis ces derniers jours. Un cri barbare vint me sortir de ma pseudo-transe, il venait de la radio de l'avion. La musique qui passait était signée Strykna, une chanteuse de métal de la région d'Unys, mais également une Championne d'Arène spécialisée dans le type Poison. J'étais quelque peu étonné de savoir que ses œuvres passaient dans les avions, cette nouvelle avait réussi à me soutirer un sourire.

Le silence fut brisé par notre amie aux cheveux mi-longs étincelant d'un roux plutôt prononcé. Son regard s'était d'abord porté sur moi - ce fut à ce moment que j'avais constaté que ma main était posée sur la sienne, j'eus vite fait de l'enlever - pour me demander si c'était la première fois que je prenais l'avion, et si j'étais déjà allé à Céladopole.
Depuis mon plus jeune âge, j'accompagnais mon père lors de ses voyages d'affaires, que ce soit dans une région ou dans une autre, j'avais été à peu près partout.



➖"Oui, je suis déjà passé par Céladopole plusieurs fois. J'ai pas mal voyagé quand j'étais plus jeune..."



Encore une fois, je choisissais mes mots sur le volet, je n'étais sans doute pas encore prêt à révéler toute cette partie de ma vie, cette enfance que je rejetais tant depuis mon arrivée à l'académie. Cela dit, la jeune fille avait laissé échapper le fait que Yuki possédait de la famille là-bas. Étant donné le nombre de fois que j'avais foulé le sol de la métropole de Kanto, je me disais qu'il y avait de grandes chances que je l'avais croisé par hasard, au détour d'une rue ou tout simplement dans le Centre Commercial Céladon. Cette idée me paraissait drôle, car imaginer un Yuki en plus petit c'était imaginer un Yuki sans cette touffe immense de cheveux qu'il avait pour une fois attaché en queue de cheval.

Le voile du crépuscule tombait au-dessus des nuages que nous survolions, et pour justifier le prix du billet et le temps de vol, la compagnie servait vers cette heure-là un souper. Oui, un souper. Une petite soupe avec du pain et des légumes, histoire de réchauffer nos petits estomacs secoués par le fait de voyager dans les airs. Alors que le steward passait pour nous servir à notre tour, il déposa nos plateaux les uns après les autres, pour ensuite sortir une bouteille de vin et me l'adresser avec un grand sourire.



➖"Pour vous, Monsieur Wills, veuillez donner ceci à votre père, en guise de remerciement pour nous avoir donné un travail dans une si prestigieuse entreprise !"



C'était bien ma veine. Mon sourcil tiqua par pur réflexe, ces nombreux mois collés sur cette île m'avaient fait oublier ce détail qui pourtant était très important. La plupart des employés des compagnies aériennes connaissaient mon père, même si ce n'était pas personnellement, pour mon plus grand bonheur. Je me rappelais de mes précédents vols en sa compagnie, les chuchotements et les remerciements se succédaient encore et encore, à chaque fois. Ça me lassait. Avec une certaine réticence, j'avais empoigné la bouteille en expirant un "Ok..." contenant toute ma joie et ma bonne humeur. Mais mis à part ça, cette scènette ouvrait le voile sur une partie très importante de ma vie, mon passé. Je ne pouvais pas fuir, je me préparais alors mentalement à être bombardé de questions, il devait effectivement y en avoir plein qui s'étaient soulevés à mon avis. Quelle poisse...



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Jeu 1 Mai - 15:51
Alerte ! Panneaux Publicitaires !



« Une âme a ses secrets, une vie a ses mystères.  »



U n briefing des plus plat pour ma part. Ennuyeux et peu palpitant. Ce n'était pas tant Ace S. Creed que j'avais envie de piquer un peu vis à vis du cirque, que l'exposé sur notre mission qui m'emballait aussi peu. a vrai dire, j'étais absent, englouti au plus profond des abysses de mon âme pleinement torturée. Céladopole, la ville que je détestais le plus au monde. Pourquoi fallait-il vraiment que je me retrouve assigné à une mission quelconque dans ce foutu lieu infernal ? Mémé Yutaka, les sangsues hypocrites avares et avides de la famille, mais aussi toutes ces personnes qui avaient tourmenté ma jeunesse et surtout ces immondes enfants... Je me demandais bien à quoi ils pouvaient ressembler à présent. Le souvenir de leur meneur, Tôya, Hirano Tôya, et de nos nombreuses bagarres s'imposa à moi, mais le souvenir le plus brillant de tous était celui de notre dernière véritable altercation. Cette fois-ci, je l'avais littéralement écrasé, et ce, devant son petit gang minable. Un petit sourire vraiment mauvais c'était dessiné sur mon visage, me donnant très certainement une aura diabolique. Avec cet air malsain ancré sur mon visage, je me levais pour quitter la salle, mais me ravisais. Laissant Allen et Chiho sortir, je m'entretins brièvement avec le professeur Creed, quant au déroulement éventuel de notre mission. Je lui avais alors expliqué que ma famille prendrait en charge toutes les dépenses que nous pourrions faire à Céladopole, subviendrait à nos moindres besoins et nous hébergerait pour la durée du séjour. Cela n'était pas négociable, Mémé Yutaka, Beverly de son prénom, s'était montrée très claire et tous savaient à quel point elle était intransigeante. Chez nous, ses paroles faisaient foi de loi. Elle était la parole divine, j'étais le diablotin qui transgressait effrontément ses règles, sourire aux lèvres semblable à un doigt d'honneur. Je n'avais pas vraiment attendu la réaction de l'idole des noctalis. J'avais quitté la pièce pour rejoindre mes camarades. J'avais voulu leur dire de quoi il en retournait, mais Chiho avait déposé un baiser sur la joue de chacun de nous deux puis s'était empressée de disparaître.

" Eh bien... Direction le dortoir pour faire nos valises également, ça va être génial ce petit voyage, je sens, pas toi ? "

Je m'étais adressé à Allen en prenant la direction de notre dortoir. Aucune gaieté, je n'étais visiblement pas enjoué du tout, au contraire. Même si j'avais essayé de le paraître, j'étais absent, définitivement ailleurs. Arrivé dans ma chambre, pas le temps de jouer. Vu la destination, je n'avais pas spécialement besoin d'affaires. Un petit sac contenant juste le nécessaire, fut rapidement fait. Pour le reste, tout était déjà sur place. Il ne me restait plus qu'à attendre l'heure, allongé sur mon lit, discutant avec mes Pokémon. Un petit message de ma mère, une lueur d'espoir.


---°---


L'avion.

Ma gaieté était en train de refaire surface. J'étais plus présent aussi bien physiquement que mentalement. Après une longue et âpre conversation, j'avais fini par convaincre Hikari qu'il était préférable qu'elle rejoigne sa pokéball juste le temps du vol. Elle avait accepté à la condition que je la face sortir aussitôt que nous aurions posé pied à terre. Une petite bataille avec Allen avait contribué à me redonner le moral. Nous nous disputions la place dans l'allée. Un petit Janken ( Chifoumi ) en trois manches, je l'avais battu deux à zéro. Victoire écrasante. Le saisissant par la nuque, j'avais rapproché sa tête de la mienne, collant mon front contre le sien, un sourire carnassier aux lèvres, tout en le maintenant en place afin qu'il ne puisse s'échapper. Parlant de manière à ce que seul lui puisse entendre :

" Croyais-tu vraiment pouvoir battre un Tanuki déterminé alors que tu refoules ta perversité, Shônen ? C'est la meilleure place pour pouvoir observer discrètement, mais surtout... Si Chiho se lève, tu auras moins de chances de glisser malencontreusement et de te retrouver le nez entre ses fesses, petit enfoiré de refoulé. "

Éclatant de rire, je l'avais laissé libre de ses mouvements. Une petite provocation humoristique, comme d'habitude, avec une part de franchise. J'aimais vraiment bien le titiller. Savourant ma place si durement acquise, je n'allais toute fois pas tarder à redevenir monotone. La raison ? La prise de parole de Chiho. Elle avait mis le doigt sur le bouton rouge. Céladopole, ma famille, échec et mat ! J'avais toujours évité d'aborder ce sujet, mais vu comment se profilaient les choses, je n’avais plus tellement le choix. Que je le leur dise ou non, ils le verraient bien alors autant être celui par lequel ils l'apprennent. Toutefois, Allen avait pris la parole. Il connaissait cette ville et s'y était rendu plusieurs fois, mais cela ne me resta pas réellement en tête, même si l'idée qu'on puisse s'y être déjà rencontré m'ait traversé l'esprit. Une fois de plus, je restais silencieux me servant de son intervention comme prétexte. Un simple oui à Chiho, je m'étais détourné d'eux.

Quelques heures plus tard, on nous apportait le repas. Délivrance, je mourais de faim. Un steward s'approcha de nous, une bouteille de vin en main. Alors que je l'observais plein de questions, les réponses vinrent s'imposer d'elle-même. Il tendit l'objet à Allen et ses paroles ? Une bombe ! J'y voyais plus clair à présent. Le membre du personnel naviguant s'éloigna tout heureux de son geste. J'en profitais alors pour me retourner vers mon ami. Je lui adressais un sourire et un regard que seul lui pouvait comprendre, ce genre de sourire qui signifiait que j'avais compris quelque chose, que je mettais le doigt sur son petit secret. J'avais envie de le cuisiner, mais je ne le ferais pas. D'un petit clin d’œil qui lui signifiais que je ne poursuivrais pas sur cette voie pour le moment, je me détournais de lui. Je savais qu'il n'aimait pas trop s'ouvrir et puis ces paroles m'avaient enhardi. Nous étions du même monde, comme je le pensais déjà. Je ne savais pas si Chiho avait saisi la situation, mais je ne lui laissais pas le temps de réagir ou de s’intéresser à Allen, lui évitant d'être plus embarrassé qu'il ne l'était déjà. C'était mon rôle d'ami que de le tirer de là. Il en parlerait quand il le souhaiterait et quoi de mieux pour détourner la conversation à venir que de m'ouvrir ?

" Je dois vous parler... S'il vous plait écoutez-moi et si jamais vous avez des questions, j'y répondrai une fois que j'aurai fini. Bref, par où commencer ? "

Je poussais un profond soupir, me passant nerveusement la main dans les cheveux. J'attaquais mon monologue, leur expliquant comment se déroulerait notre séjour. Ils seraient hébergés au sein de la demeure de mon grand père et toutes les dépenses seraient prises en charge. Je leur expliquais alors  ma situation familiale, leur exposant tout de ma richesse, mon rang au sein de cette famille et des relations que je pouvais avoir avec certains membres, ainsi qu'une partie de mon histoire. Je leur fis aussi part de mes rapports avec certains habitants de Céladopole, notamment avec les jeunes de mon âge. La vieille Yutaka n'étais pas très appréciée hormis des riches en fait dans cette ville. Elle ne faisait rien pour eux et empêchait même Papy d'agir. Le pauvre devait le faire dans son dos... Je leur fis le portrait de Mémé Yutaka et leur dis ce qu'ils avaient besoin de savoir et bien d'autre choses.

" [...] Donc vous ne verrez qu'elle. Mon grand-père est en voyage à Unys. Il y a fort à parier qu'elle va vouloir vous en mettre plein la vue en vous conviant à un banquet ou un truc du genre alors si vous n'avez pas de tenue classieuse, on vous en fournira une, c'est sûr. Par contre, il y a au moins un point positif dans tout ça. Ma mère m'a envoyé un message tout à l'heure et elle viendra nous chercher à l'aéroport. Elle est vraiment très gentille, vous verrez, je n'échangerai de mère pour rien au monde, mais.... Comment dire... Elle a un côté démoniaque qu'il ne faut pas faire sortir et puis elle est un peu... Spéciale... Si vous ne comprenez pas, je vous direz juste que je suis le fils de la Championne de Coordination Pokémon et propriétaire boutique et de la ligne de vêtements et de cosmétiques pour Pokémon : A&Y, Ayako ANKOKU-YUTAKA. Il n'y a aucune fanfaronnade, mais si vous ne comprenez toujours pas, vous verrez par vous même... Je crois que j'ai à peu près fait le tour de la situation. Si vous avez des questions, je vous écoute, mais je vous en conjure. Je n'aime pas exposer tout ceci alors essayez au maximum de ne pas en parler à l'école, même si je doute qu'Ace garde le secret. Quoique... Je pourrais toujours essayer de le faire chanter en pointant le fait que nous lui ayons sauvé la mise... "

J'éclatais d'un rire qui se voulait gai, mais qui en fait était forcé. Soulagé ? Non pas vraiment, mais au moins, ils savaient...


----°----


Mère de Yuki:
 


Nous avions posé pied à terre. Comme convenu, ma mère était là et comme je le pensais, elle avait fait des siennes. Au milieu de la foule, elle dénotait et on ne pouvait pas la manquer. ce n'était pas tant le fait qu'elle soit photographiée, entourée de fans, mais plus sa tenue. Elle était cosplayée en Demolosse, ses deux Démolosse imposants restant nobles. De grands gestes, la voilà qui courrait à ma rencontre pour me sauter dans les bras comme une enfant. Voilà ce que j'avais voulu leur faire comprendre plus tôt dans l'avion à son sujet et ce n'était qu'un début.

" Kyaaaaaaaaaa ! Mon Yun-yun !!! ! Tu m'avais manqué. Tu as grandi on dirait, tu me dépasses complètement maintenant. Maman t'avait bien nourri et ton académie semble bien s'occuper de toi...   Je vois que tu prends toujours bien soin de ta belle chevelure, papa serait fier de toi. Mais tu me laisseras jouer avec hein ? Dit, dit ? Tu seras ma poupée géante hein Yun-yun ? "

Elle m'ébouriffait les cheveux, tout en frottant sa joue contre la mienne. A y regarder ainsi, elle n'avait rien d'une mère, on aurait plus dit une bonne camarade, une amie d'enfance, une petite sœur.

" Maman... Tu m'embarrasses là... "

Je roulais des yeux, rouge pivoine. J'avais beau y être habitué, c'était toujours aussi déconcertant. Pire encore, maintenant que j'avais des amis, ils voyaient ce spectacle que je ne saurais qualifier.

" Maman ? Je te l'ai déjà dit, pas tant de familiarité quand nous sommes en publique voyons, nous sommes des Yutaka maintenant, il faut faire honneur à belle-maman Yutaka. Appelle-moi mère. "

"Je suis né Yutaka moi, ça ne change rien pour moi. Ensuite, si tu veux que je t'appelle ainsi, commence par te comporter comme tel afin d'être crédible et je sais que tu ne penses pas un mot de ce que tu dis. Tu aimes autant cette mégère que moi..."

Elle fit une mine boudeuse avant de reprendre son manège. Elle remarqua Hikari et la décolla du sol, la câlinant comme une mignonne peluche. Ma Chimpenfeu ne moufta pas. Pendant ce temps là, les Démolosses de ma mères, Kuroi, le mâle et Koocha, la femelle, venaient me faire ma fête. Toujours aussi hyperactive, elle remarqua Allen et Chiho.

" Tu dois être Allen, le meilleur ami de Yun-yun, tu es plutôt beau garçon toi aussi ! A la maison, il faudra que tu me laisses prendre soin de toi, tu seras ma poupée toi aussi mon petit Allen ! " Elle avait pris sa tête et l'avait collée à sa poitrine en se dandinant. Facepalm. Elle le lâcha soudainement. " Et toi, tu es Chi-chan ! Tu peux m'appeler Belle-Maman tu sais, ou Ayako si tu préfère, ça m'importe peu en fait. " Elle bloqua un instant sur la poitrine de la jeune fille et la compara avec la sienne. Triple Facepalm. " Tu es bien comme ton père finalement, tu les aimes comme ça toi aussi, hein, Hentai ! "

C'en était trop. Un signe de main à Hikari, je prenais les devant pour rejoindre la voiture et le chauffeur personnel de Mémé Yutaka qui m'accueillis avec un sourire compatissant, Kuroi et Koocha me talonnant. Les deux chien ténébreux avec lesquels j'avais passé les premières années de ma vie. Seul le Arcanin de ma mère n'était pas là. Trop imposant. J'attendais alors dans la voiture qu'ils nous rejoignent.


----°----


" Bienvenue dans notre bien humble demeure mes bien chers petits enfants. Vous êtes ici chez vous. mon petit-fils qui, pour une fois, semble avoir décidé de s'habiller en homme civilisé et avoir consenti à se coiffer à défaut de se couper les cheveux, ici présent, vous montrera vos chambres. "

Mémé Yutaka en personne qui faisait l'accueuil ? Fascinant ! Ils devaient être prestigieux pour qu'elle se donne autant de peine. Elle était même venue les saluer tous deux à tour de rôle, leur glissant chacun petit mot personnel à l'oreille, puis les complimentant sur leurs ascendance.

" Je me disais bien que c'était un peu trop pompeux venant de vous Majo-sama ! (Majo = sorcière)  Votre gentillesse est proportionnelle à vos interêts et la taille du portefeuille de vos interlocuteurs. Pour que vous soyez aussi mielleuse, il doit être sacrément riche... Bien plus que vous, beaucoup plus. votre langue est couverte de la terre que j'aurais juré voir sous ses pieds il y a quelques instants auparavant. "

Éclatant de rire, ma mère tentant de ne pas me suivre dans l'hilarité, je fis signe à mes deux amis de me suivre. Je leur fis faire le tour de la grande propriété, pour finir par les chambres, leur montrant les leur et finissant par la mienne et son futon. Dans cette pièce, nous attendrions le dîner en discutant.

" Bienvenue dans mon enfer les amis... Prenez place je vous en prie et dîtes-moi, que vous a t-elle bien dit cette mégère ? Tu dois être vraiment riche pour qu'elle courbe l'échine devant toi Allen... Wills... Tu le fils de cette grande famille versée dans le transport principalement ? On peut tout se dire maintenant, il n'a plus de honte désormais, nous sommes amis et j'ai ouvert le balle. Petit fils d'un riche et éminent banquier et d'une noble de Sinnoh qui ont des actions dans presque toutes les grandes boites du monde, fils d'un riche ingénieur et entrepreneur et d'une Championne renommée, je ne suis pas des plus à plaindre... Tu peux te lâcher maintenant blondinette. Quant à toi mon cher binôme, j'espère que tout ceci ne te fera pas changer de regard sur moi. Malgré tout ceci, je n'en reste pas moins le Yuki que tu connais..."

Je leur souriais à pleines dents, un petit air mi-provocateur, mi-inquiet sur le visage. Sans même leur laisser le temps de répondre, je me relevais pour aller ouvrir le panneau coulissant qui donnait sur le jardin asiatique. Libérant Asobu et Kontan, ils se précipitèrent dans le jardin en compagnie d'Hikari. Un peu plus loin, on pouvait voir les Kuroi et Koocha allongés et blottis contre un imposant Arcanin, celui de ma mère, une femelle.

" Ohé Kôyô !!! Tu as bien grandis ! Tu viendras dormir dans ma  chambre ce soir, tu dois être confortable maintenant pour que ces deux là profitent de toi ainsi, j'en suis presque jaloux. " Un aboiement sonore mais enjoué fut ma réponse. " Prend bien soin de nos amis hein ! " Je me tournais vers Allen et Chiho alors que mes pokémon étaient déjà partis. " Laissez vos pokémon se dégourdir, le jardin est grand, personne ne viendra les embêter et ça leur fera du bien. De toute façon, Kôyô et les autres veilleront sur eux. Croyez-moi, personne ne veux les avoir en ennemi dans le coin... Ensuite, reprenons notre conversation voulez-vous ? "

Un nouveau petit sourire appuyé d'un clin d’œil, je reprenais ma place, lançant un petit regard dehors. Hikari semblait sentir la différence de niveau entre les Pokémon de ma mère et elle mais essayait humblement de provoquer Kuroi en duel et ce dernier la repoussait gentiment d'une patte avant de somnoler et de se recoucher. Kontan était sagement en conversation avec Koocha alors qu'Asobu escaladait Kôyô, s'en servant ensuite comme toboggan. Heureusement qu'elle était gentille. La pauvre Arcanin me disais-je, mais je savais qu'elle était heureuse d'avoir de nouveau amis. Elle et moi, nous étions pareils. Plus que la quiétude de la solitude, la compagnie d'amis nous mettait du baume au cœur. Un petit sourire béat, voila ce que j'offrais à mes amis en les regardant tour à tour, attendant qu'un d'entre eux ne brise le silence.


_________________
[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Sam 3 Mai - 22:48
Je jouais avec des pans du tissu bleu de mon Tshirt, décoré d'un grand Ectoplasma. Je portais un short en jeans et malgré les chaussettes montantes jusqu'à mes genoux, j'avais quand même froid. Saleté de clim'. Je ne me sentais pas vraiment dans mon assiette. J'ignorais si c'était à cause de ce soudain voyage, ou bien si la pression des responsabilités m'attaquait plus que je ne voulais bien l'admettre. Dans tous les cas, ce fut le contact de la main d'Allen sur la mienne qui me fit revenir à la réalité. Surprise, j'avais tourné les yeux vers lui en me disant qu'il voulait attirer mon attention sur quelque chose... Mais il n'en fut rien. Ce dernier semblait fort absorbé par le paysage céleste, et écoutait de la musique avec un air plutôt absent. Je rougis et me recroquevillai de plus belle, contente qu'on ne puisse voir la grosse marque et la cicatrice laissées par la morsure de la dernière acquisition de mon équipe. Snake... Rien qu'à l'idée de son nom, des souvenirs désagréables me dirent frissonner d'horreur. Tout ça m'avait vallu une énorme frayeur mais surtout un séjour à l'infirmerie. Dernièrement j'avais vu ses murs blancs trop souvent, et respiré son odeur aseptisée trop longtemps. Je ne brûlais certainement pas de recommencer.

Je soupirai, la tête et les yeux dans les nuages. Du moins jusqu'à ce qu'un serveur vienne donner une bouteille à Allen pendant notre repas, afin de remercier son père. N'ayant jamais quitte Kanto avant, je ne savais pas ce dont il était question, même si je me doutais qu'il y avait anguille sous roche. Après tout son père devait être quelqu'un de connu et réputé, d'après la réaction de l'inconnu qui les avait approché. Et influent aussi, puisqu'apparemment c'était son employeur. J'avais bien envie de poser diverses questions à ce sujet afin de comprendre ce qui venait de se passer, seulement je n'osais pas. Allen avait l'air froid et distant, il était donc clair que tout ça ne lui plaisait pas le moins de monde. Je pouvais comprendre. J'avais tendance à être frustrée par les gens qui parlaient de ma mère comme s'ils la connaissaient personnellement, ce qui neuf fois sur dix était loin du compte. Je le laissais donc respirer et avais même réussi à me convaincre de ne rien dire lorsqu'enfin Yuki brisa le silence, nous demandant de l'écouter jusqu'au bout. Je me redressai sur mon siège, m'attendant au pire. En général ce genre d'annonces solennelle n'annonçait rien de bon...

« Par Arceus, tu m'as fait peur. C'est juste ça ? Alors tout va bien ne t'en fais pas. Ma mère en tient aussi un sacré grain bien que dans un tout autre registre, donc... Enfin je ne dirai pas un mot, à qui que ce soit tu peux être tranquille. »

Je n'étais pas très douée pour faire semblant, mais je savais garder un secret. N'étant pas du genre à exposer ma vie privée et familiale, en fait je comprenais bien qu'il veuille se faire discret. Être réservé ça avait parfois du bon, et ça évitait certains soucis, aussi. Posant une main affectueuse sur l'épaule du brun, j'avais voulu signifier non seulement mon silence mais aussi mon soutien moral. C'était à croire que je prenais un peu en assurance, et que je laissais enfin s'exprimer mon côté expressif et tactile en leur présence... Enfin ce n'était pas si surprenant vu ce qu'on avait déjà traversé ensemble. Soupirant pour me donner du courage, j'entendis la voix du commandant de bord qui nous annonçait notre arrivée imminente. Chouette, j'avais vraiment hâte de sortir de là et pouvoir retrouver l'air frais de ma région natale.

----<>----

Je me faisais l'impression d'une grande star déboulant à l'aéroport, tandis que les cliquetis et autres flashs l'aveuglaient. Je me cachai donc derrière Allen, me sentant soudainement très mal habillée. Regardant mes bottines comme si soudainement elles étaient très intéressantes, je marchais tête baissée bien que je sache pertinemment que toute cette attention ne m'était pas destinée. Et heureusement, sinon je serais déjà morte de honte. Serrant mon sac à main contre moi, et tenant ma valise de l'autre, je portai ma main au chignon sur le côté droit de mon crâne. Malgré les bousculades, la pique à cheveux bleue que Yuki m'avait offerte y était toujours, intacte. Je soufflai de soulagement. Depuis que j'avais cassé la mienne, je mourrais de peur que ça se reproduise. En fait j'étais totalement absorbée par le fait de ne pas attirer les regards curieux, que je ne compris pas tout de suite ce qu'une jeune fille brune faisait pendue au cou du Noctali. Une veine commençait déjà à dangereusement pulser dans ma nuque, lorsque j'entendis les vaines protestations du jeune homme.

« Maman... Tu m'embarrasses là... »

Je cillai à plusieurs reprises le temps que l'info me monte au cerveau. Sa... Sa mère ?! À peine avais-je le temps de digérer l'information que déjà Allen et moi étions assaillis de toutes parts par l'enthousiasme contagieux de sa mère. Je n'eus pas l'occasion d'en placer une tellement elle parlait vite, et à vrai dire ça m'arrangeait un peu. Qu'est-ce que j'étais censée répondre à ça ? Lorsqu'elle compara nos poitrines, je baissai la tête d'un air dépité, et surtout tellement rouge qu'on pourrait croire que j'allais faire une attaque. N'osant pas dire un seul mot à part un timide 'Bonjour' et quelques autres réponses monosyllabiques, je redevenais la fille effacée et timide qui ne savait pas trop quoi dire ou quoi faire. À ce moment-là j'avais surtout envie d'emprunter les compétences de Gee pour faire Téléport... Et disparaître loin, très très loin. M'engouffrant dans la voiture à la suite des garçons sans un mot, j'essayais surtout de ne pas faire plus de vagues.

----<>----

Le trajet se déroula sans encombres, mais le stress que je pensais à son comble ne fit que monter. Ce fut mémé Yutaka en personne qui vint nous recevoir, et mon petit cœur semblait me faire mal tellement il s'emballait. J'avais tellement peur de faire un faux pas et m'attirer les foudres de la famille qui nous accueillait que j'avais repris mes habitudes militaires des Pyrolis. Je m'étais donc inclinée des dizaines de fois pour remercier la matriarche de nous accueillir chez elle, non par envie hypocrite de m'attirer ses faveurs, mais simplement par peur d'attirer des ennuis à Yuki. N'ayant été accueillie chez autrui qu'une paire de fois dans ma vie, cette situation était loin d'être anodine pour moi. J'étais sincèrement reconnaissante. D'ailleurs lorsqu'il parla aussi durement à sa grand-mère, je ne pus m'empêcher de dodeliner tristement de la tête. Je n'allais pas m'en mêler, mais ça ne voulait pas dire que j'approuvais ce comportement. Je pouvais tout à fait imaginer qu'ils ne s'entendent pas pour des raisons tout à fait valables, mais tout ça c'était un manque de respect. Restant en arrière un instant, je m'inclinai respectueusement envers l'ancienne.

« Je suis sincèrement désolée de son insolence. J'essayerai de le raisonner avec le temps, Yutaka-sama. »

Sur une dernière courbette, je m'en fus... N'attendant pas quoi que ce soit en retour de ma démarche. On pourrait me traiter de fayotte, mais j'avais mon propre avis sur la situation. Peut-être parce que j'avais grandi sans père, cela me faisait mal de les voir perdre leur temps en disputes inutiles, et gâcher le temps précieux qui leur était imparti. En ce sens je pourrais peut-être leur faire comprendre mon point de vue, moyennant pas mal de patience et de courage. Un jour peut-être.
Rejoignant les autres dans le jardin, je laissai sortir les pokémons qui le désiraient. Robyn ne se fit pas prier et se rua vers Kôyô en aboyant joyeusement, trop content de retrouver quelqu'un de son espèce. Je crus distinguer qu'il l'appelait maman, mais j'avais un peu la tête ailleurs alors je n'avais pas de certitudes à ce sujet. Il ne tarda d'ailleurs pas à cogner gentiment son museau contre la patte avant de la Arcanin afin d'attirer son attention, tandis que Ra's était de sortie pour essayer de se mesurer à Hikari dans un combat amical. Ivy pioutait joyeusement en se posant près d'eux, assistant à leurs conversations animées avec la tranquillité de la sagesse. Elle veillait au grain afin de s'assurer qu'ils se comporteraient tous comme il faut, et se tenait prête à les recadrer si nécessaire. Je pouvais être tranquille grâce à l'esprit d'équipe et maternel d'Ivy, alors je repris la conversation en me tenant près des garçons. J'irais me changer pour une tenue plus présentable juste avant le dîner, mais il semblerait que nous ayons du temps d'ici là. Je pris donc la parole pour parler aussi de ma famille, afin de consoler Allen qui semblait un peu ailleurs. J'en avais déjà un peu parlé à Yuki, alors il n'apprendrait sans doute pas grand chose de nouveau.

« Ma famille n'est pas aussi connue ou prospère que les vôtres. Mon père, Jin Lime est décédé quand j'avais cinq ans. C'était un inventeur qui s'est fait un nom dans son milieu, un spécialiste de la conception spéciale des arènes pokémon. La plupart des arènes de Kantô ont été dessinées ou améliorées par ses soins. Maman m'a dit qu'il voyageait beaucoup avec ses pokémons, et qu'il était en charge du maintien du bon fonctionnement de certaines parties de la ligue de notre région. C'est pour ça que mes parents se sont installés à Jadielle au départ. Ma mère quant à elle, et bien c'est Miyako A. Lime, la fameuse médecin pokémon. Elle est très réputée parmi les scientifiques, connue comme une spécialiste des pokémons rares et notamment de certains légendaires comme Latios et Latias. On n'a sûrement pas votre richesse mais je n'ai jamais manqué de rien je dois dire. J'ignore donc si c'est pour ça que je suis traitée avec autant d'égards. »

… Ou bien si c'était juste par pure politesse que les Yutaka ne me mettaient pas de côté. Ça je ne le pouvais pas le savoir, et à vrai dire je n'étais pas sûre de vraiment vouloir le savoir. La mère de Yuki était telle qu'il l'avait décrite, tout en enthousiasme, en excentricité et en gentillesse, mais pour le reste... pour le reste j'étais un peu nerveuse, ayant peur de lui faire honte. Regardant un garçon puis l'autre, je souris pour les rassurer. J'avais beau être tendue, il n'y avait pas de quoi en faire un drame.
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Lun 5 Mai - 3:57


Un sauvetage bien pensé.

Si je ne voulais pas en dire plus sur mes circonstances, je sentais que mes deux camarades le comprenaient parfaitement. L'atmosphère devenait de plus en plus lourde, le silence pesait fortement dans cet avion au bourdonnement plus que stressant. Le premier qui vint nous sortir de cette torpeur fut Yuki. Prenant un air solennel, il nous avoua qu'il avait quelque chose à nous dire, de quoi jeter un autre froid et aggraver la situation. Au final, il n'en fut rien. Il nous expliquait calmement que l'école s'était servie de ses connexions pour nous faire loger chez ses grands-parents sur place. Yutaka. Je connaissais enfin son nom de famille. Je n'avais pas particulièrement cherché, mais cela m'intriguait par moment. A vrai dire, je connaissais un peu la famille Yutaka. Une grande famille noble et influente, c'était tout ce que j'avais entendu de la bouche de mon père, lui qui parlait souvent au téléphone. Ainsi, nous serions chez la grand-mère de Yuki, au grand désespoir du jeune brun, et il y aurait notamment la présence de sa mère, Ayako Ankaku-Yutaka, un nom que j'avais effectivement vu ou lu dans certains magazines que j'achetais - oui, ceux avec Cynthia, OUI !.

En soit, beaucoup de vagues pour pas grand chose. Je constatais simplement que lui et moi venions du même monde, même si je doutais que l'on ait vécu les mêmes périples. Son caractère plutôt ouvert et extravagant pouvait être une façade, mais il fallait avoir le courage et un peu d'expérience de vie pour pouvoir agir ainsi, ce qui n'était clairement pas mon cas. Tout ce que je connaissais, mise à part la culture Pokémon, provenait de mon père. Toutes ces leçons, tous ces voyages, toutes ces conférences, l'essence même d'un noble était gravée dans mon comportement. Enfin, cela ne m'avait pas empêché de subir quelques soucis d'ordre humain - je parle de ces chutes malencontreuses évidemment - que je résolvais par une timidité hors du commun. Chiho semblait soulagée elle aussi, elle croyait que notre ami allait nous lancer une bombe insurmontable. Il valait mieux ça qu'une mauvaise nouvelle.



➖"Ne t'en fais pas, tu peux compter sur nous. Et j'essaierai de ne pas trop te discréditer devant ta famille, haha."



Yuki n'était pas du genre à demander des services, mais cette fois-ci c'était différent. Je comprenais son envie de rester discret à ce propos, j'étais même très bien placé pour le savoir. Cette discussion s'était arrêtée là, mais on savait tous les trois que quoi qu'il arrive, on se serrait les coudes, on ferait une bonne impression chez la famille Yutaka, on passerait un séjour magistral malgré le fait que l'on se produise dans la rue, on rirait tous ensemble devant les contre-temps et l'adversité, et qu'on se relèverait tels des héros arpentant les champs de bataille !


---°---


Hum, comment dire... Whut ?

Mes belles pensées et vertus s'évanouissaient en une fraction de seconde. Après l'atterrissage, nous avions récupéré nos bagages et nous dirigions vers le hall d'arrivée où la mère de Yuki devait nous récupérer. Les portes ouvertes, des dizaines de flash fusaient dans notre direction, forçant Chiho à se planquer derrière moi. Ce n'était pas... pour nous n'est-ce pas ? En effet, non. Il y avait une personne en face de nous, une personne "bizarre". Outre le fait que sa silhouette soit très proportionnée, ses habits sortaient de l'ordinaire. Un déguisement. Non, un cosplay, un cosplay de Démolosse. Je me demandais qui elle était, même si son visage me disait vaguement quelque chose.

Première claque mentale. Cette même personne fonçait droit sur nous, accompagnée de deux Pokémons que l'on ne pouvait pas louper, deux Démolosse. Sa course s'arrêta une fois que Yuki soit confortablement installé dans ses bras, la mine toute joyeuse et déblatérant un nombre assez conséquent de phrases à une vitesse impressionnante. Cette femme... était sa mère ? J'étais abasourdi, tout comme Chiho, mais on n'eut pas le temps de réagir.

Deuxième claque mentale. "Tu seras ma poupée toi aussi mon petit Allen." Comme pour sentir un grand danger imminent, tout mon corps frissonna de peur. J'avais beau vouloir reculer et fuir, mes jambes refusaient de bouger. Ma conscience était donc plus puissante que ma peur, partir ainsi n'aurait fait que rendre les choses plus difficiles. Mais l'attention de cette femme se reporta sur notre comparse rousse, j'étais sauvé pour le moment. Après cette introduction haute en couleur, nous nous dirigeâmes vers la voiture personnelle de la famille Yutaka, avec un chauffeur attitré. Là, ma mine redevint sérieuse, car je pouvais le sentir au fond de moi. On allait pénétrait dans cet univers que je connaissais déjà si bien.


---°---


En descendant de la voiture, nous étions d'ores et déjà plongés dans ce monde couvert de paillettes et de discours, dans son monde où les geste et les mots devenaient un langage à part entière. Devant le grand manoir où nous allions résider, une femme plutôt âgée nous accueillait, en haut des marches. Il s'agissait de celle que Yuki aimait surnommer "Mémé Yutaka". La dureté de ce dialogue entre la maitresse de maison et mon meilleur ami me fit sourciller. Mais je tiltai sur un détail en particulier : cette femme savait qui j'étais. Alors que je passais devant elle, il était difficile après une telle altercation de prononcer autre chose qu'un "Bonjour, je suis Allen Sylver Wills. Enchanté." suivi d'une révérence digne d'un gentleman.

Le reste ne fut que subtilités. Une petite visite guidée, la découverte de la chambre de Yuki, et finalement le jardin. Beaucoup de mots et de questions avaient fusé pendant ce temps-là, mais l'heure était à la détente. Les seuls Pokémons que je fis sortir étaient Rosélia, qui restait collée à ma jambe, Emolga, qui n'hésita pas à rejoindre les autres pour s'amuser, Mime Jr., qui sortit automatiquement les lunettes d'Ace et s'assit près de nous en mode caïd, et Estam, qui souffla tout le jardin en décollant et disparut dans les airs.

Maintenant que l'on était posés, la conversation pouvait reprendre là où elle s'était arrêtée. Chiho fut la première à se lancer. Elle nous parla de feu son père, qu'elle n'avait connu que pendant une très courte période de sa vie, et de sa mère, qui était elle aussi une sorte de célébrité. Après cette révélation, je ne pouvais pas oser dire que je n'étais pas en très bons termes avec mon père, je n'en avais pas le droit. Mais ils voulaient savoir, et je n'avais pas trop le choix, ils s'étaient livrés en toute confiance, il n'y avait aucune raison que je ne fasse pas de même.



➖"Je suis sûr que ton père serait fier de toi, Chiho, fier de la jeune fille que tu es devenue.", je levais les yeux vers le ciel, assombri par l'arrivée imminente de la nuit, "Le mien... Il est assez perfectionniste. Il l'a toujours été. Être le fils de l'une des plus grandes figures de ce monde est loin d'être une chose facile. Depuis tout petit, je restais enfermé à la maison pour apprendre les rudiments de la vie en haute société, que ce soit au niveau culturel que social. Je n'avais pas le droit de sortir, je n'avais pas le droit de m'amuser, je devais impérativement écouter ses directives. Je me demande encore aujourd'hui s'il me considère comme son fils..."

➖"...Il aurait été difficile de considérer le contraire. Mon sang coule dans tes veines, Allen Sylver Wills."



Cette voix me fit sursauter littéralement. Je m'étais retourné instinctivement, et il se tenait là, debout, dans son costume noir, avec ses lunettes rondes et discrètes, le regard figé sur moi, comme à l'accoutumée, alors que la mère de Yuki se tenait à côté de lui. Mon teint vira au blanc total, ça ne pouvait pas être pire. Comme l'exigeait l'étiquette, je m'étais relevé pour me tenir droit, la main droite portée sur le cœur, et m'inclinant légèrement pour saluer l'homme qui se trouvait devant nous.



[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Jonathan
Jonathan Johnson Wills

➖"Bonsoir, Père..."

➖"Bonsoir, en effet.", il se tourna vers Chiho et Yuki, "Vous devez être les camarades de mon fils, je présume. je suis Jonathan Johnson Wills, enchanté de faire votre connaissance."



Il s'inclina lui aussi à son tour, ce fut à ce moment-là que je constatais qu'il tenait un bouquet de campanule dans ses mains. Des campanules ? Dans le langage des fleurs, elles représentaient la gratitude envers quelqu'un, mais qui cela pouvait-il bien être ? Bref. Je fis les présentations, en commençant par Chiho, puis par Yuki. Une main au menton, l'homme vêtu de noir réfléchissait, tout en fixant mes deux partenaires.



➖"Chiho Lime... Hm. La fille de Jin et Miyako Lime ? Tu ressembles beaucoup à ton père, il était quelqu'un de formidable, il y a de fortes chances que tu le sois aussi. Tout comme ta mère d'ailleurs.", ses yeux pivotèrent vers Yuki, "Et voici Yuki Yuna Yutaka. Tu as beaucoup grandi depuis la dernière fois que je t'ai vu. Tes cheveux aussi d'ailleurs. Bien, on dirait que mes leçons n'ont pas servi à rien, tu sais t'entourer comme il se doit, Allen."



Rien de plus, rien de moins. Jonathan repartit pour disparaitre dans le couloir, alors qu'Ayako nous indiquait que le dîner était prêt. D'un seul coup, j'avais perdu tout mon appétit, je n'osais pas jeter un regard aux autres, je me sentais trop mal à l'aise pour ça. Une fois arrivés dans le salon, notre trio se mit à table, comme tout le reste des occupants de la maison, sauf deux personnes. Mon père se tenait debout près d'une chaise vide en bout de table, fleurs en main, le temps que "Mémé Yutaka" n'arrive à son tour. Avec une révérence bien plus que prodigieuse, il lui remit ces fleurs avec toute la délicatesse du monde. C'était une scène extraordinaire qui se déroulait sous nos yeux, un exemple même de la noblesse à l'état pur. Après quelques mots échangés, il alla s'asseoir de l'autre côté de la table, juste en face de moi. Le repas arriva à son tour sur la table, ils avaient sorti le grand jeu. Bon appétit !

L'ambiance était festive, les domestiques défilaient tout en enlevant les plats vides, les conversations animaient ce dîner aux allures de banquet mondain, mais ce qui me faisait peur, c'était le fait que mon père discute avec cette asperge d'Ace, qui avait disparu pendant toute la journée. Comment avait-il fait pour arriver ici ? Que faisait-il pendant tout ce temps ? Était-ce réellement notre professeur ? Des questions absurdes apparaissaient dans ma tête, alors que le regard de mon père se jeta sur nous trois. Cela ne me disait rien qui vaille.



➖"J'ai entendu dire que vous étiez en voyage pour exécuter une performance publicitaire pour Pokemon Community. Ça tombe bien, je participe à une conférence promotionnelle pour les ressources éducatives relatives aux Pokémons dans deux jours, je comptais faire une présentation directe et précise sur votre académie, que je finance bien entendu, mais je pense qu'il serait plus judicieux de vous faire monter en scène à la place. Vous serez à même de montrer les qualités des cours qui sont dispensé, et j'ai obtenu l'accord de votre professeur ici présent. Qu'en dites-vous ?"



Évidemment, comme un perfectionniste, avant d'obtenir une réponse, il nous précisa tous les détails d'une telle offre. Selon son idée, il voulait faire monter Chiho pour ouvrir le gala afin d'attirer l’œil des spectateurs et téléspectateurs - car en plus ce sera retransmis en direct - sur un "diamant brut" comme il le disait, pour finalement passer à la suite. Je restais bouche bée, tout ceci prenait des proportions hors normes, je ne savais pas quoi répondre. Mon cerveau fulminait d'un seul coup, passer à la télévision allait augmenter notre côte, et par dessus le marché nous faire connaitre du monde entier. Que faire ? On ne pouvait pas laisser une telle chance nous échapper, même si la personne qui nous la proposait n'était autre que mon père lui-même. J'étais pris entre deux feux, ma réussite ou la reconnaissance de mon père ? Cruel dilemne...



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Mer 7 Mai - 20:52
Alerte ! Panneaux Publicitaires !



Chiho avait été la première à briser le silence qui s'était installé entre nous suite à ma dernière prise de parole. Mes deux amis avaient pris le temps de répondre à mon invitation de laisser sortir leurs pokémon et cela me fit sourire de les voir tous si différents et pourtant si amicaux. Chacun avait son caractère, mais pourtant, ils cohabitaient tous sans problème majeur. Un bref dernier coup d’œil vers le jardin et je me recentrais sur mon binôme qui parlait de ses parents.  Suite à sa prise de parole, j'aurais voulu lui dire tout un tas de choses, la prendre dans mes bras, la consoler et la rassurer, lui montrant que j'étais là pour elle mais il n'en fut rien, je n'en eus pas le temps. Allen m'avait devancé.

"Je suis sûr que ton père serait fier de toi, Chiho, fier de la jeune fille que tu es devenue."

L'enfoiré. Il me piquait ma réplique là. Loin de m'énerver, cela ne me fit que sourire. Poussant un soupir, je me tournais vers Chiho, lui glissant un petit clin d’œil complice tout sourire, en lui faisant un cœur de mes pouces et de mes index. Je n'avais pas peur qu'Allen se moque de moi, après tout, mes sentiments envers la jeune femme n'étaient un secret pour personne, j'en avais maintes fois parlé avec le blondinet et je n'avais pas honte de le dire à qui que ce soit d'autre. Même elle le savait depuis un mois déjà, alors pas de soucis. Par ceci, j'approuvais les dires de mon ami et je savais qu'elle comprendrait le message, nous étions un binôme après tout.

Je me retournais vers le jeune Wills qui reprenait la parole. Alors qu'il parlait, je me rendais compte que nous étions tellement différents et pourtant si semblables l'un à l'autre... Dans la partie de ma vie où j'avais vécu en ces murs en continue, ma vie avait été similaire à la sienne. Ma seule sensation de liberté, je l'avais dans ce vaste jardin qui était suffisamment vaste pour y faire siéger une ligue pokémon, peut être deux. Certaines fois, lorsque Mémé n'était pas là, Pépé me laissait dépasser le mur, me laissant aller jouer avec les jeunes du village. C'était ici que j'avais rencontré mon ami d'enfance et seul ami humain avant eux deux : Al Dinok.

"Le mien... Il est assez perfectionniste. Il l'a toujours été. Être le fils de l'une des plus grandes figures de ce monde est loin d'être une chose facile. Depuis tout petit, je restais enfermé à la maison pour apprendre les rudiments de la vie en haute société, que ce soit au niveau culturel que social. Je n'avais pas le droit de sortir, je n'avais pas le droit de m'amuser, je devais impérativement écouter ses directives. Je me demande encore aujourd'hui s'il me considère comme son fils..."

Alors que les mots filaient de sa bouche, portés par l'air vers nos oreilles, mes yeux s'écarquillèrent. Le panneau coulissant du couloir venait de s'ouvrir et un homme que je reconnus instantanément fit irruption, suivi de ma mère qui lui avait ouvert le passage. Comme à son habitude, elle n'avait pas annoncé sa venue, mais cette fois-ci, je ne réagirais pas. Je me redressais vivement, prenant une stature plus formelle. L'homme avait coupé la parole d'Allen et ce dernier avait sursauté en ce retournant. L'action était digne de figurer dans les annales, mais je ne pouvais rire. Je n'avais pas envie de me moquer. Pour une certaine raison, je le prenais en sympathie, comprenant parfaitement ce qu'il pouvait ressentir sans même qu'il ne s'exprime. Allen SYLVER Wills ? Sylver ? Son fils ? Je m'en était douté dans l'avion, mais tout de même ! Le choc était bien là. Je le connaissais. Mon cerveau s'était mis à bouillonner. Des milliers de souvenirs, des milliards d'images étaient brassés dans mon esprit, passées en revue et analysées.

°-*-°¨°-*-°

Nous étions jeunes, très jeunes. Je devais avoir six ans, non, sept ou quelque chose dans ces eaux là. Un soirée mondaine avec d'importantes personnalités de ce monde. Mémé m'avait coupé les cheveux, la seule et unique fois de ma vie, se jouant de moi dans mon sommeil. C'était là l'origine de mon aversion profonde pour cette femme fourbe et vicieuse. Les dégâts n'étaient pas si terribles que ça, mais assez conséquents pour m'obliger à me faire perdre du volume et de la longueur. Lors de cette soirée, elle me présentait fièrement à ses invités. Le but de la soirée, je ne m'en souvenais plus et je n'en pensais pas l'avoir jamais sue. Toujours était-il que c'était là qu'elle m'avait présenté à cette homme, accompagné de son fils au cheveux aussi blonds que ceux de mémé et aux yeux aussi clairs que les siens, les même que mon père. Pour une raison quelconque, je le prenais en grippe. Il avait l'air tellement... De ce monde... Il était tout ce que je ne voulais pas être. Mère était à côté de moi et avec entrain, son entrain habituel, elle s'était obligé de se présenter comme étant la mère de Yuki Yuna Yutaka. Yuna... Je détestais qu'on m'appelle par ce prénom là. Un prénom féminin, lubie de ma chère mère, mais je ne la détestais pas pour autant. Après une petite conversation, l'homme, c'était penché vers moi, me parlant comme il parlerait à un adulte, stimulant et flattant mon intelligence. J'aimais ça. Il avait marqué des points. Il m'avait questionné sur mes ambitions futures et je lui avais tout dit de mes projets et de mes ambitions, lui montrant l'empreinte de Sulfura. Je lui avais alors dit avec tout mon sérieux, ma passion, ma fougue et ma détermination, que je comptais le rencontrer une fois de plus si la vie me le permettait et qu'à ce moment là, je lui demanderais qu'il me prête ses forces un certain temps afin de pouvoir parcourir un bout de chemin ensemble. Grand-mère avait éclaté de rire mais lui, non. Il m'avait encouragé sur ma voie, me disant que j'en avais le potentiel et me disant qu'un homme devait se battre pour ses rêves et ses ambitions, puis tout un tas de choses que je garderais gravées dans mon esprit. Je l'avais alors remercié comme il se devait, mais je me souvenais encore des mots de mère.

" Neh Yun-Yun... Ce n'est pas comme cela qu'on remercie un homme qui croit en nous. Comment on remercie chez les Yutaka ? "

Je fis la moue. Yun-Yun, toujours Yuna. Toutefois, je m'exécutais, prenant une posture plus formelle. Me courbant réverencieusement, je pris la parole.

" Je vous remercie pour la confiance et le crédit que vous m'accordez mon Oncle. Je gage sur mon honneur ainsi que sur mon nom d'essayer, non, d'investir toute mon énergie dans l'achèvement de ce projet afin de ne pas décevoir vos attentes. "

Alors que je me redressais, mon regard avait croisé le regard de ce blondinet. Un petit moment de perdition, puis nos regards se détournèrent vivement.

" Tu peux y aller Yun-Yun, mais fait honneur à ta mamounette d'accord ? Dommage pour ta si belle chevelure, mais ça repoussera. " Elle s'était accroupis, attachant mes cheveux en une petite queue de cheval.

" Grand-mère, mon Oncle, Mère, et... Sylver... " Je m'inclinais devant chacun, toisant un instant le jeune homme avant de me détourner de lui pour finalement aller rejoindre Kôyô, Kuroi et Koocha dans le jardin. A cette époque là, Kôyô et Koocha n'avaient pas encore évolué mais surtout... Kôyô était encore une jeune Caninos nouvellement née, à des années lumière de cette chose énorme qu'elle était à présent. Le contraste était saisissant et même si je ne l'avais revue qu'en même temps que mes amis, constant son évolution, je l'avais reconnue sans problème, mais là, je m'égare...

°-*-°¨°-*-°


Retour au présent... Allen saluait son père selon l'étiquette alors que celui-ci s'adressait à Chiho et moi. Tout comme Allen, je le saluais avec tout le respect qui lui était dû, sentant le regard de ma mère posé sur moi. J'entendais déjà son surnom sonner dans ma tête en même temps que sa remontrance.

" Mon Oncle... C'était un réel plaisir que de vous revoir. Pardonnez-moi de vous infliger la modestie et l’exiguïté de mon humble chambrée. Je suis flatté que vous vous souveniez de moi et que vous ayez noté l'évolution de ma si précieuse chevelure. Si j'avais su que vous arriveriez, je me serais mieux apprêté. "

Je me sentais écrasé par la prestance de cet homme. Il n'était pas imposant physiquement, il ne me faisait pas peur, mais il imposait le respect. Il était sorti de ma chambre. Ma mère le suivit, nous annonçant que le repas allait être servi. Sans plus attendre, j'ouvris à la volée mon armoire sortant une tenue digne de notre invité de marque et commençais à me changer devant mes amis. Grand-mère n'aimait pas attendre, il me fallait me dépêcher pour ne pas subir ses foudres et je ne voulais pas non plus faire honte à mon nom.

" Toi... Sylver... J'aurais dû m'en douter. Ton père... J'y crois pas ! En tout cas, si vous voulez vous changer, c'est le moment, Grand-mère aime la ponctualité. Celui qui arrivera après elle à table risque de voir sa vie se faire pourrir pour des décennies. Croyez moi, ce n'est pas une métaphore...  En tout cas, ne vous en faîtes pas pour les Pokémon, ils sont ici chez eux et ils seront servis eux aussi dans le jardin. Ils sont vraiment en sécurité. "


----°----

[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Yuki_e10

Endimanché, j'attendais mes amis devant le salon, assis dans un fauteuil. Je les faisais entrer avant de les suivre. Allen était toujours fidèle à lui-même et m'était avis qu'habillé ainsi, les filles de l'écoles tomberaient comme des mouches. Je lui fis un clin d’œil. Chiho était magnifique et mes joues rosirent la voyant. Un petit compliment glissé à son oreille au passage et nous voilà lâchés dans le grand bain.

" Yuna chéri, tu te mettras en face de ta Mamoune d'accord ? Ton meilleur ami se placera sur ta droite et ma belle-fille, sur ta gauche. Aujourd'hui, tu laisseras ta place à ton professeur. Allez allez, et avec le sourire je te prie. "

" Oui mère "

J'avais serré les dents et les poings. Yuna chéri, Mamoune, la façon dont je l'appelais à trois ans, belle-fille, meilleur ami... Elle me vendait, pire encore, devant Ace. Malgré tout, je pris sur moi, tirant la chaise à Chiho avant de prendre place. Mon regard se posa sur M. Wills et son bouquet de fleur. Un petit sourire, la vieille allait être ravie et ne tarderait pas à me glisser une petite pique. Cette dernière entra. Je me levais comme il se devait pour l’accueillir à table. Elle remercia M. Wills pour sa délicate attention et échangea des politesses avec lui avant de nous inviter à nous asseoir et de délivrer un petit discours, gratifiant ses précieux invités. Le repas débuta alors. Tout le monde semblait engagé dans des discussions palpitantes et je me risquais à glisser quelques mots à mes amis pour détendre l'atmosphère. Le père d'Allen prit la parole.

Voilà donc ce qui se passerait...  Je n'avais pu m'empêcher de tiquer lorsque j'avais entendu que Chiho serait la devanture de notre petit exhibition. Ma petite rousse offerte en pâture à la vue de l'assemblée. J'étais certain que des commentaires fuseraient, des regards lubriques et autres choses agaçantes. Je me mordis la lèvre.  Un diamant brut hein ? J'étais d'accord avec lui, il avait parfaitement résumé la chose, toutefois, il avait omis un détail et pas des moindres, MON diamant, le mien ! Le regard inquisiteur de ma mère se posa sur moi et j'en frémis. Elle me lisait avec un petit sourire narquois. Je baissais alors les yeux sur mon assiette, confus et agacé. Mémé se sentit obligée d'en rajouter.

" Yuki, mon cher, j'espère que tu feras honneur à ton nom en tant que petit-fils, mais aussi fils de la Championne de coordination mondialement connue Ayako Ankoku Yutaka et du petit génie Hiro Yutaka, mon fils. Je couvrirais l’événement avec ma chaîne de télé et plusieurs des médias que je contrôle. N'handicape pas le jeune Allen Sylver Wills ici présent, il est évident qu'il est promis à un brillant avenir et ne gâche pas les chances d'avenir de la jeune Lime, que dirait sa mère si tel devenait le cas. Eh bien il y a notre bien talentueux Ace S. Creed, ton professeur, il ne faut vraiment pas entacher son image et pour ce cher Jonathan Johnson Wills, pas besoin de t'en dire plus... "

Elle affichait un sourire des plus carnassiers. Je savais qu'elle jubilait au fond d'elle de pouvoir m'écraser ainsi. Ma mère bouillait de lui répondre tout autant que moi, peut être plus encore. Je devais limiter les dégâts. Me levant, je me courbais, prenant un ton solennel.

" Je gage de faire honneur à chacune des personnes présentes dans la salle, à chaque personnes citées et à toute celle ayant un lien de près ou de loin à mon si précieux nom que je chéris tant, ainsi qu'à mon établissement dont je suis l'un des trois fiers représentants. Lime Chiho, Wills Allen Sylver, je vous garantis que je me donnerai au maximum de mes capacités pour ne pas être un boulet pour vous."

Je me rassis alors, non sans lancer un regard en coin des plus meurtrier à la matriarche. Replongeant dans mon assiette, j'étais bien plus en fusion que le soleil lui même. Elle pouvait être sûre que j'allais lui en offrir du spectacle, oh que oui ! Je n'avais plus qu'une seule hâte, quitter cette table et être au lendemain pour débuter les choses sérieuses.


_________________
[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Jeu 8 Mai - 20:49
J'avais été sincèrement touchée par les mots d'Allen, peut-être aussi parce que je ne m'y attendais pas. Je savais bien qu'il était loin d'être aussi distant et froid qu'il ne voulait bien le montrer, mais ces paroles réconfortantes m'avait tout de même surprise. Il se montrait plus prévenant que je ne l'aurais cru. En quelques sortes j'avais l'impression qu'il faisait preuve d'une grande empathie, alors que pourtant je savais que son papa était toujours de notre monde, et heureusement. Pendant un instant je demeurai silencieuse, considérant ce qu'il avait dit. J'ignorais si feu mon père aurait effectivement été fier de moi, même si cette question me revenait souvent. Ceci dit je ne pouvais pas me laisser paralyser par le doute. La seule chose que je pouvais faire, c'était de faire de mon mieux et ne jamais abandonner.
Je revins à moi juste à temps pour voir le cœur improvisé de Yuki, ce qui me fit sourire. Il n'avait pas besoin de faire écho à ce qui avait été dit, je savais qu'il partageait le même point de vue et ça me suffisait. Me tortillant les mains d'un air distrait, j'étais assise sur mes talons, dans une posture très droite. Bien que cette résidence -ou plutôt ce manoir- soit bien plus grand, il était meublé dans le même style que ma petite maison de Jadielle. Par conséquent même si j'étais très loin de me sentir à l'aise dans ce milieu trop fortuné pour moi, parfois j'étais enveloppée de l'agréable illusion d'être chez moi. Ça ne durait peut-être qu'un instant, mais c'était réconfortant. Quoi qu'il en soit j'écoutais attentivement l'explication d'Allen lorsque la porte coulissante s'ouvrit avec un bruit caractéristique.

J'étais à peine en train de réfléchir à ces quelques révélations en disant long sur la personne que le noble était devenu lorsqu'une voix profonde se fit entendre. Je compris instantanément de qui il s'agissait, d'autant plus que très peu de gens auraient fait irruption comme ça, sans se faire annoncer bien qu'il soit accompagné de maman Yutaka. Sans parler du fait que je l'ai immédiatement reconnu d'après les images récurrentes qui apparaissaient dans tous les médias, que ce soient les journaux ou la télé. Car oui, je ne m'intéressais pas qu'aux pokémons, et maman avait toujours tenu à ce que je me cultive dans tous les domaines. Me maintenir au courant de ce qui se passait dans l'actualité était donc une obligation, qui au passage n'était pas si contraignante à mes yeux. J'aurais été bien ridicule si je m'étais retrouvée devant une telle personnalité sans la reconnaître. Je me joignis donc naturellement au comité d'accueil, me relevant avant d'incliner le buste en avant. Au final mon style était bien moins occidental mais tout aussi respectueux. Restant en retrait j'essayais surtout de ne pas faire de vagues et ne pas attirer l'attention.

« Je suis Chiho Lime, enchantée de faire votre connaissance. » Ma voix était timide mais claire. J'avais réussi à ne pas bégayer, et je m'en satisfaisais. Lorsqu'il dit que je ressemblais à mon père, je déglutis et me forçai à sourire. Bien sûr j'étais fière de lui, mais ce genre de remarques me laissait toujours un goût amer dans la bouche. « Je vous remercie. » Je ne savais pas trop quoi dire et autant de formalité me rendait extrêmement nerveuse, alors je m'en tenais au stricte essentiel. J'espérais que monsieur Wills se détourne de moi et m'oublie, ce qui me permettrait de respirer normalement à nouveau. Je notai qu'il ne connaissait pas mon deuxième prénom, et ça au moins ça me rassurait. Il avait probablement fait ses recherches, mais l'intimité protectrice que s'était construite ma mère n'avait pas été envahie.
Cependant c'était un bien piètre lot de consolation. L'expression contrainte et mal à l'aise d'Allen ne me disait rien qui vaille. Je me sentais sous pression en étant entourée de personnes aussi prestigieuses, mais je savais que ça devait être bien pire pour lui. Lorsque les adultes quittèrent la chambre, je posai donc une main amicale sur son épaule afin de lui montrer mon soutien à ma façon. Je ne voyais pas trop quoi faire pour l'aider concrètement surtout que je contrairement à eux je n'étais pas dans mon monde, alors je faisais avec les moyens du bord. Je vis que Yuki commençait à se changer en faisant abstraction de notre présence, ce qui me fit rougir. Me levant d'un bond, je  me précipitai vers la porte. Car en plus de mon embarras certain, je ne voulais pas que les gens s'imaginent des choses.

« Je vais profiter pour me changer histoire de ne pas faire tâche à côté de vous. Je ferai vite et j'arriverai à l'heure, c'est promis. »

Comme si j'étais contaminée par le virus des bonnes manières, je m'inclinai avant de sortir et refermer rapidement mais délicatement la porte derrière moi. Je soufflai pour me donner du courage, sachant que j'allais vraiment en avoir besoin. Je me dirigeai alors vers la chambre qui m'avait été réservée avant de me changer en un temps record. Une blouse blanche à manches longues et une jupe d'une longueur tout à fait convenable, d'un violet foncé des plus discrets. Des chaussettes montantes cachaient mes jambes afin de rester dans un style conservateur. Un ruban autour du cou et un autre dans mes cheveux étaient mes seuls accessoires, si l'on omettait ma pique à cheveux la plus sobre. Maintenant plus que jamais je me raccrochais aux choses qui comptaient pour moi, alors je portais encore une des piques que Yuki m'avait offert au cirque.

Spoiler:
 

M'estimant prête, j'avais rejoint les autres juste avant l'heure prévue. J'étais soulagée, au moins je n'allais pas mettre mémé Yutaka en colère. Je vis mon binôme sur un fauteuil et ne tardai pas à discuter avec lui, essayant inconsciemment de calmer ma nervosité qui de plus en plus, crevait le compteur. J'avais alors souri et rougi à ce qu'il me dit à l'oreille, avant de docilement respecter les instructions de sa mère. Je n'avais même pas eu le courage de dire quoi que ce soit, ni de la reprendre lorsqu'elle m'appelait belle-fille. Pouvais-je seulement le contester, serait-ce utile ? Non, cela ne ferait que donner lieux à un étrange débat, qui en plus allait me mettre encore plus dans l'embarras. D'autant plus que le professeur Creed était présent, et bien que mon attachement envers lui se soit terni, son charisme était toujours aussi déroutant. Je me rassis en prenant en compte les attentions galantes de Yuki, et tâchai de me faire aussi petite que possible. Je m'en sortis donc plutôt bien dans mon rôle, me maintenant toujours très attentive aux différents comportements autour de moi. Le dîner se passait sans encombres, du moins jusqu'à ce que Wills père nous annonce qu'il allait profiter de notre présence pour nous mêler à sa conférence. Je m'étouffai avec l'eau que j'étais en train de boire, et pâlis subitement. Toussotant contre ma serviette, j'essayais de me reprendre. Une minute... Moi jouer les présentatrices, devant non seulement une assemblée réunie mais aussi des téléspectateurs ? Mon cœur s'emballa.

Non, non, non. Juste non. Impossible. Je sentis tous les regards se tourner vers moi, ce qui me fit paniquer encore plus. J'ignorais ce que monsieur Wills savait ou croyait savoir sur moi, mais il se trompait rondement. J'étais sincèrement flattée de l'égard et de la confiance qu'il me portait, seulement je ne voyais vraiment pas comment je pourrais dépasser ma timidité. J'avais déjà du mal à faire un exposé en classe, alors présenter un événement aussi important, c'était vraiment trop. Les enjeux étaient trop grands, que ce soit pour nous en tant qu'élèves, pour nos familles ayant un nom à défendre, et même pour la Pokémon Community. Je n'avais pas les épaules assez solides pour ça. Ma bouche s'ouvrit pour décliner le plus poliment possible, lorsque mes yeux se posèrent sur l'expression d'Allen. Mon cœur se serra. Il ne me regardait pas, mais je pouvais presque sentir l'expectative.
La matriarche Yutaka me devança pourtant, laissant bien clair à Yuki qu'il n'était pas question qu'il refuse. Elle avait l'art de mettre encore plus la pression... comme si celle qu'on avait déjà n'était pas suffisante. Je baissai le regard, vaincue. La dame n'avait pas encore fini son discours que déjà je me sentais gagnée par la résignation. Si j'écoutais mon égoïsme et ma lâcheté, je déclinerais cette offre généreuse sans réfléchir. Seulement j'avais douloureusement conscience des attentes de tout ce monde qui nous entourait. Plus que l'idée de décevoir les adultes, j'étais terrorisée par l'éventualité de laisser tomber Yuki et Allen. S'ils endossaient ce fardeau à pleins bras, comment pouvais-je les abandonner sans me soucier des conséquences ? Tous avaient déjà parlé et confirmé leur ferme intention d'aller de l'avant, par conséquent ils attendaient que je me prononce à mon tour. Je finis donc par le faire, bien qu'un peu hésitante. Je déglutis avant de me lever et me forcer à articuler clairement.

« Je... Ne suis pas familière de ce genre d'événements, du moins pas en tant que présentatrice. Endosser ce rôle sera donc un énorme défi, d'autant plus que je connais les enjeux conséquents qui concerneront tant de monde. Je ne peux donc faire aucune promesse réaliste quant à l'issue de ce projet. Néanmoins je peux vous assurer que je ferai de mon mieux. Je mettrai tout en œuvre, dans la mesure de mes modestes moyens, afin que cette conférence soit un succès. »

Je me rassis sans un bruit et le plus dignement possible après m'être inclinée, bien qu'intérieurement j'aie une soudaine envie de hurler. Pourquoi avais-je fait ça ? Pourquoi m'étais-je engagée à faire une chose dont la seule idée me me faisait littéralement trembler ? J'étais toujours aussi pâle et toujours aussi terrifiée. Machinalement ma main chercha celle de Yuki en dessous de la table, échappant à l'attention générale qui s'était à nouveau tournée vers l'organisation de l'événement et les détails qui en découlaient. Je serrai fort sa main dans la mienne, essayant de trouver la force. Il était trop tard pour faire machine arrière. J'avais donné ma parole et engagé le nom des Lime dans ce projet un peu fou... je ne pouvais plus me rétracter, que je le veuille ou non. Je jurai intérieurement. Maintenant il ne me restait plus qu'à trouver un moyen pour absorber le savoir faire de ma mère en un temps record, et me débarrasser de cette épine à mon pied le plus rapidement possible, le tout sans y laisser des plumes.
Mouais... Plus facile à dire, qu'à faire.
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Mer 14 Mai - 0:30


C'était donc décidé.

Il n'y avait pas grand chose à ajouter, l'idée de mon père avait plu à la famille Yutaka, mes meilleurs amis avaient accepté de jouer ces rôles, fin de la discussion. La réponse de Chiho restait un peu hasardeuse, mais le grand Jonathan Wills savait comment rassurer ses collaborateurs, aussi jeunes soient-ils. "Il n'y a pas de quoi s'inquiéter, il s'agit juste d'ouvrir le bal, les animateurs feront le reste." avait-il ajouté. Pour clarifier nos esprits, il continuait quand même de nous donner des précisions sur cet évènement. En aucun cas il ne s'agissait d'un festival ou d'un spectacle, mais d'une conférence d'une grande importance retransmise devant de nombreux médias. La différence était de taille, selon moi. Une conférence signifiait que les personnes en face de nous seraient assises, abritées derrière le programme de la soirée, écoutant attentivement le moindre de nos discours, épiant le moindre de nos gestes. On n'avait pas droit à l'erreur.

Le dîner en lui-même se déroula par la suite de manière très conviviale, quelques petits rires échappés de la tablée, de la bonne nourriture qui arrachait des sourires, un bon dîner comme on pouvait le concevoir. Une petite musique de fond remplissait la salle d'une ambiance chaleureuse, mais dans tout ça, je n'affichais que des sourires. Un détail s'était effacé avec tout ce qui s'était passé : on ne m'avait pas demandé mon avis, je n'avais pas répondu à l'offre que l'on nous tendait. Mais je ne m'étais pas fait prier, ma réponse aurait de toute façon été positive. Qui irait défier l'autorité d'un père aussi influent dans une telle situation ? Qui irait refuser de suivre la détermination de ses camarades ? Qui ne voudrait pas profiter de cette chance de pouvoir grimper plus haut sur l'échelle de la réussite ? Pas moi en tout cas. A la fin du repas, Chiho, Yuki et moi étions les seuls à avoir terminé nos desserts, alors d'une voix neutre mais semblant amicale, mon père se tourna vers nous.



➖"Si l'envie vous en dit, vous pouvez disposer. Vous devriez vous préparer ne serait-ce que mentalement à ce qui vous attends. Ce n'est qu'une démonstration, il n'y a pas de quoi s'en faire, mais il vaut mieux être prêt."



Il n'aura pas à me le dire deux fois. Aussitôt dit, je me levais d'un geste fluide et méticuleux, pour ensuite m'incliner légèrement en direction des hôtes, ainsi que de mon tuteur légal. Un petit remerciement et je tournais les talons, me dirigeant automatiquement vers le couloir. Je desserrai mon nœud papillon et ouvrit les deux premiers boutons de ma chemise, le tout en marchant. J'en profitai également pour enlever ma veste sans manches, alors que j'arrivais à destination : le jardin. Tous les Pokémons me regardaient, Mindhi n'hésitant pas à s'attacher directement à ma jambe et Ancy venant sauter sur mes genoux. Dans un long soupir, je levais ma tête vers le ciel. Ah la la, quelle journée. J'étais loin d'avoir imaginé que les choses se passent ainsi. Une petite représentation de rue s'était transformée en une prestation télévisée, de plus, voir mon père dans de telles circonstances me mettait assez mal à l'aise. L'esprit ailleurs, mes mains caressaient machinalement les têtes de mes Pokémons. La nuit était fraîche, le ciel dégagé, les étoiles brillant de milles feux, seul le bruit du vent me berçait jusqu'à ce que je m'allonge sur le plancher. Passer à la télé hein, ce n'était qu'une répétition de mon propre succès, un aperçu du monde auquel j'aspirais. Une fenêtre sur mon avenir.



---°---



DRING ! DRING !! DRING !! Pour la première fois depuis mon entrée à l'académie, mon iPok s'était mis à sonner. Ce n'était pas un message, mais un appel. Le numéro n'était pas affiché, un numéro inconnu hein. Ma méfiance m'aurait dit de ne pas répondre, mais pour un premier appel, ma curiosité prenait le dessus. Qui pouvait bien m'appeler à cette heure-ci ? Ambre ? Noctis ? Non, leurs numéros sont affichés clairement. Le meilleur moyen de le savoir était encore de décrocher, ce que je fis avec une motivation déconcertante. Je n'en croyais pas mes yeux, je devais rêver surement. Le visage qui apparaissait sur l'écran de mon iPok m'était bien plus que familier.



➖"Coucou ! Ça va ?! Je suis sûre que tu ne t'attendais pas à un appel de ma part !!"

➖"C-Cynthia ?!"

➖"Bingo ! Alors comment vas-tu depuis tout ce temps ? J'ai entendu dire que tu t'étais inscrit à l'Académie Pokemon Community, tu as donc finalement décidé de devenir Dresseur Pokémon ! Je suis si contente pour toi !!"

➖"Mais... Mais comment as-t...avez-vous eu mon numéro ?"

➖"Depuis quand tu me vouvoies dis donc ? Un peu plus d'un an sans se parler et on redevient des étrangers ? Quoi qu'il en soit, je vois que tu as bien changé !"



J'étais choqué. Parler à mon idole m'avait fait oublié tout ce qui s'était passé juste avant. Je m'étais redressé pour m'asseoir devant mon iPok, comme un enfant qui était prêt à écouter une histoire. Comme je l'avais pensé, c'était mon père qui lui avait donné mon numéro. Je n'osais même pas imaginer comment lui avait fait pour le récupérer, c'était un détail que je ne préférais pas aborder. Je finis par raconter tout ce qui m'était arrivé depuis la rentrée des classes, en passant par mes malheurs avec les filles - ce qui la fit bien rire en tout cas -, mes aventures lors des sorties et mes rencontres aussi colorées que mouvementées. Plus de six mois d'évènements en quelques minutes, je devenais plutôt bavard sur le coup. Par la même occasion, je lui parlai également de la prochaine conférence qui avait lieu dans deux jours.



➖"Une prestation ?"

➖"Oui... Encore, si ça se passait dans la rue, un simple combat aurait suffi, à mon avis, mais je ne sais pas encore ce que l'on doit faire pour une conférence de cette envergure..."

➖"Hm... Utiliser ce cher Ace pour se faire de la publicité, c'est plutôt pas mal comme idée. Je pense que tu sauras malgré tout répondre à cette question, tu en es capable, je le sais ! Alors ne te prends pas la tête et fais ce que ton instinct te dit ! Bon, moi je vais y aller, y a pas mal de choses qui m'attendent ! Allez, porte-toi bien !"



Je n'avais pas pu placer un mot de plus, même un simple "au revoir" n'aurait pas été assez rapide. Mais le fait d'avoir pu parler avec elle me remplissait d'une joie que je ne pouvais cacher, mais qui s'en souciait ? Je retrouvais le chemin du sol, les joues rosies par la joie et le sourire béant jusqu'aux oreilles. Mais là, ce fut différent. Il n'y avait pas que le plafond du manoir, ni le ciel perlé d'étoiles, mais aussi les visages respectifs de Chiho et de Yuki. Depuis combien étaient-ils là ? Avaient-ils assisté à cette conversation ? Leur demander rendrait les choses plus suspectes. J'étais grillé.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Mer 14 Mai - 2:50
Alerte ! Panneaux Publicitaires !



La tête plongée dans mon assiette, je commençais à faire abstraction de tout ce qui m’entourait. Je fulminais. Cette vieille peau avait encore frappé. C'était un réel plaisir pour elle que de me rabaisser à chaque fois qu'elle le pouvait. J'avais tellement envie de lui répondre, mais la bienséance me l'interdisait. Devant Allen et Chiho, c'était une chose, mais devant d'autres personnes, c'en était une autre. Je me devais de lui faire montre de respect, même si elle m'insultait, aussi subtilement le faisait-elle. Pour le coup, j'avais bien compris ses allusions et c'était bien du père de ma mère qu'elle avait parlé. En me visant moi, au travers de moi, c'était lui qu'elle avait insulté, cet être qui n'avait pas eu honte de la remettre en place face aux caméras et aux hautes instances de ce monde, réunies lors d'une de ses mondanités télévisées. Un moment d'anthologie qu'elle s'était empressée de faire censurer. S'attaquer à un défunt... Elle n'avait vraiment aucune limite, tout comme Shin, son protégé... Je sentais tout aussi bien que ma mère rageait et se contenait comme moi et si je n'avais pas pris les devants en faisant mon petit discours, elle aurait certainement transformé tout ceci en champ de bataille. Pour le bien de notre famille, pour l'honneur de notre nom, ainsi que pour l'honneur et l'amour que j'avais pour Pépé Hiroyuki, j'avais dû agir de la sorte. Il ne fallait pas que des querelles intestines ne viennent ternir plus notre image.

Alors que la pression atteignait son paroxysme et que je sentais que j'allais exploser, la main de Chiho vint trouver la mienne sous la table, pendant que je ravançais ma chaise. Je ne pensais pas tant que c'était pour me rassurer moi plus qu'elle-même, mais ce contact impromptu me fut salutaire. Me raccrochant à ce petit morceau d'humanité si frêle, je le laissais tomber sur ma cuisse, pour finalement recouvrir sa main de la mienne, passant mes doigts entre les siens pour les replier ensuite. Je ne lui avais pas même lancé un regard, mais était-ce réellement utile ?

Le reste du repas, je n'avais plus prononcé un seul mot sans qu'on m'y contraigne. Mon masque était parfaitement accroché sur mon visage et je ne laissais rien transparaître de mes émotions, comme on me l'avait parfaitement appris dans ce monde. Je n'étais plus que le jeune Yutaka, petit fils de la maitresse de maison. J'étais un noble héritier, à des années lumières de ce que l'on pouvait bien voir sur l'île de Lansat.

M. Wills nous invita à sortir de table. Cela me surpris un peu, mais je n'allais pas me faire prier bien plus longtemps. Allen fut le premier à sortir de table. Après un regard en direction de ma mère qui acquiesça d'un petit clin d'oeil, cette dernière pris la parole, attirant les attentions de tout le monde sur elle.

" Yuna-chéri, j'aurais quelques mots à te dire un peu plus tard après le repas si tu as un peu de temps et quelques choses à te donner pour ta représentation. En attendant, ton amie et toi, vous pouvez disposer, les adultes doivent parler de choses qui vous seront un peu trop ennuyantes. M. Wills vous a fait bénéficier de sa sagesse en plus de sa confiance alors reposez-vous bien. "

Une vraie intervention comme il se devait, exit sa folie latente. C'était aussi pour ce genre de chose que je l'aimais cette femme magique. Je me répète souvent, mais Pour rien au monde, je n'aurais échangé mes parents, même pas pour avoir Arceus comme compagnon de route. Profitant de la trêve qu'elle nous avait offerte, je m'étais penché vers Chiho, lui expliquant rapidement les règles de ce monde, l'oriental, pour faire une bonne sortie de table, sans que la vieille ne remarque quoi que ce soit. Je savais que cette dernière l'attendait au tournant, elle qui n'aimait que les gens de son univers et ceux qui pouvaient flatter son ego. De sa tenue et de ses prestations, son avenir serait scellé au niveau relationnel auprès de notre matriarche. Pour certaines raison, je ne voulais pas qu'elle se rate. C'était une manière de la protéger.

Je me levais alors de table, prononçant les mots d'usage en fin de repas, tout en m'inclinant. Ensuite, je remerciais les personnes autour de cette table pour leur présence et au cas par cas, en prenant bien soin de m'incliner respectueusement à l'orientale en fin d'élocution. Je finis par la maîtresse de maison, la remerciant pour ce repas et la gentillesse qu'elle avait eue d'accepter mes amis sous son toit, la flattant au passage et m'inclinant avec déférence. Je passais alors derrière la chaise de Chiho, la lui tirant courtoisement. C'était le signal. Alors qu'elle faisait sa sortie sous le regard de Mémé, maman et moi échangeâmes un regard plus qu'entendu, nous retenant d'exploser de rire. Elle s'en sortait à merveille, clouant la vieille sur sa chaise. Elle ne pourrait rien dire, de toute manière, elle était sous le charme. Je m'attendais à ce qu'elle me sorte une petite pique du genre :

" Voilà une jeune femme comme je les aimes. Belle et polie, elle serait un parti de choix pour le jeune Wills "

Mais elle ne le fit pas. Un petit regard triomphal lancé, j'invitais la rousse à quitter la salle.

" Vous vous en êtes tirée à merveille Dame Lime. Voilà qui fait plaisir à voir. "

Je lui fis un baise-main en m'inclinant devant elle, alors que nous avions déjà quitté la salle. Me redressant, mon regard croisa le sien. Ma main gauche gardait prisonnière sa main droite, mon pouce caressant ses doigts, tandis que la main droite alla à la rencontre de sa joue. J'avais voulu l'embrasser, mon visage s'était rapproché, mais je m'étais ravisé au dernier moment, dirigeant mes lèvres vers son oreille. Quelques petits mots, et je la lachais, me reculant d'elle.

" Tu viens ? Allen doit nous attendre quelque part. Je ne voudrais pas que ce pervers aille se perdre dans les quartiers de ma mère, qui sait ce qu'il pourrait bien faire encore. Il serait bien du genre à s'endormir dans son lit... "

J'éclatais alors de rire. Je pris alors la direction du jardin. C'était le chemin le plus agréable par rapport au couloir, pour se rendre dans les quartiers est de la résidence, là où se situaient nos chambres. Dehors, je ne tardais pas à tomber sur Allen. J'allais l'alpaguer avec une petite boutade, comme à l'usuel, mais n'en fis rien. Il avait sorti son iPok pour entamer une conversation et naturellement curieux, je ne pus résister à la tentation de l'espionner. S'il nous avait vu, il n'aurait peut être pas répondu ou aurait gardé son masque. J'écoutais alors faisant signe à Chiho de se faire discrète. Quelle surprise ! Alors qu'il raccrochait, je m'arrêtais derrière lui et le regard qu'il nous lança, me fit jubiler. Il savait que la lutte était inutile.

" Tu en as de la chance petit bonhomme, Cynthia en personne... Je savais bien que tu cachais ton jeu petit coquin. Mais tu sais, je ne pense pas qu'elle prenne bien le fait que son chéri d'amour se mette en situation embarassantes avec des demoiselles... "

J'éclatais alors de rire, m'avançant dans le jardin. Je sifflais d'une manière bien particulière et Kôyô ne tarda pas à arriver, montée par mes trois Pokémon, Kuroi et Koocha à ses côtés. L'Arcanin me fit ma fête, frottant son museau contre mon nez avec délicatesse, puis frottant sa tête contre la mienne avant de me laisser la caresser, me poussant de temps à autre.

" Tu as bien grandi Kôyô, tu es devenue une fière Arcanin, je suis fier de toi. "

Je la calinais alors avant de me retourner vers Allen et Chi-chan.

" Sur ce... Je vais prendre congé de vous, j'ai besoin de souffler un peu. Vous êtes ici chez vous et en sécurité. La résidence est grande, vous pouvez disposer de votre temps et des installations comme bon vous semble. Il y a même deux Onsen du côté de nos chambres. Si besoin est vous savez où me trouver. Amusez-vous bien et tâchez de ne pas êtres trop tactiles en mon absence... "

Mains en poches, sans même prendre le temps de me retourner, je ne sortis que la gauche pour leur faire un signe d'adieu. Hikari avait gagné mes épaules. Accompagné des trois chiens de feu dont la géante qui portais généreusement la bougie et le hérisson, je regagnais mes quartier, pour ne plus en sortir. Là, je trouvais le cadeau d'anniversaire que pépé Yutaka m'avait acheté, mais qu'il n'avait pas eu l'occasion de m'offrir depuis mon quinzième anniversaire. Une guitare électrique magnifique. Je la branchais et me laissais aller, sans me soucier du bruit. De toute façon, personne ne viendrait se plaindre et cela plaisait à mes amis Pokémon. Un journée s'achevait, la plus dure, je ne savais pas, mais ce qui était sûr, c'était que nous n'en avions pas encore fini, loin de là. Pour le moment, je ne voulais plus penser à rien, juste vivre, ce que je fis en musique un certain temps avant de finalement me coucher.

Entouré des six Pokémon de feu, Kôyô en guise de dossier/oreiller, je m'installais confortablement, attendant que le sommeil vienne me prendre ou qu'une réponse me soit donnée.



_________________
[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Jeu 15 Mai - 4:45
Ce dîner était aussi cordial qu'il était impersonnel à mes yeux. Je n'avais rien à faire là et je ne m'y sentais pas à l'aise. Je savais d'ailleurs que ce serait probablement toujours le cas... Mais peu importait. J'avais une bonne raison qui me poussait à faire l'effort de supporter ce milieu sévère qui m'impressionnait et m'effrayant autant. Le travail et l'acharnement ne m'avaient jamais fait peur, alors cela ne commencerait pas maintenant. Ma mère ne le dirait jamais, pas plus qu'elle ne me forcerait à faire quelque chose contre mon gré, mais je savais qu'elle serait fière de moi si jamais cette conférence venait à être un succès. En fait c'était même un bon moyen de lui faire une surprise, pour une fois. Restant sur le qui-vive en permanence, je ne prononçai pas un seul mot de tout le repas, voyant là le meilleur moyen d'éviter de commettre un faux pas. Je calquais tout de même mon attitude sur celle des deux nobliaux, me faisant docile et clairement effacée. Je me fondais dans un moule que je ne connaissais pas, y mettant toute ma capacité d'adaptation.
Grâce au contact avec Yuki, et quelques regards encourageants envers Allen, j'espérais qu'il ne se sentirait pas seul lui non plus. Nous étions une équipe de trois et le resterions quoi qu'il arrive, alors il n'était pas question qu'il essaie de tout porter sur ses épaules en nous tenant à l'écart. J'avais mes propres plans en tête et je comptais bien faciliter la tâche aux garçons afin de ne pas leur faire honte. De plus d'autres idées moins évidentes germaient dans mon esprit et même si j'avais conscience que les faire devenir réalité serait ardu et très long, je n'allais pas laisser tomber. Abandonner simplement parce que la réussite était soit disant impossible ? Non. Ce n'était pas pour rien que je visais d'étudier les légendaires, un projet hasardeux et trop rêveur pour la plupart. Il ne tenait qu'à moi de leur montrer que j'avais raison... Enfin chaque chose en son temps. Pour commencer, j'allais être irréprochable aux yeux de ces deux pontes de la société moderne. Monsieur Wills serait satisfait de m'avoir choisie pour la présentation, et Mme Yutaka Senior ne trouverait rien à redire à mon comportement et mon évolution.

J'accueillis l'autorisation de quitter la table comme une annonce salvatrice. J'étais soulagée que le calvaire soit terminé, après tout l'aîné des Wills avait raison : nous avions rudement besoin de nous reposer, et une bonne nuit de sommeil ne pouvait pas nous faire de mal. Je remerciai donc également nos hôtes pour leur accueil irréprochable, m'inclinai respectueusement en même temps que les autres, fis écho à leurs paroles et en profitai pour échanger quelques mots en privé avec le riche noble avant de prendre congé. Nous discuterions le lendemain matin, puisqu'il avait consenti à m'accorder un peu de son temps précieux. Je le remerciai à nouveau pour cette chance qu'il m'offrait de faire mes preuves.
En outre, je savais que les garçons faisaient de leur mieux pour me protéger et ne pas me laisser en pâture à ces figures publiques aux airs de prédateurs, et à vrai dire j’étais vraiment très reconnaissante. Prenant Yuki par le bras qu'il me tendait avec grâce, je marchais droite comme un I emplie d'une dignité que je ne me connaissais pas. Cette gratitude était lisible dans le regard que j'échangeai avec le brun. Il s'était alors approché pour me souhaiter bonne nuit, avec un naturel tel que j'ai cru qu'il voulait m'embrasser. Je fermai les yeux par instinct. Mais il n'en fit rien, et au lieu de ça il me parla tout bas. Je rougis, gênée de m'être fait des illusions. Mais ce ne fut rien comparé à ce qu'il me murmura à l'oreille. Je balbutiai et lui répondis d'un oui de la tête.

« M... Merci. Je suis contente que je tu penses ça. »

C'était très loin d'être suffisant à mes yeux de perfectionniste, mais c'était effectivement un début. Je l'entendis rire avec légèreté, ce qui me rassura un peu. Il était redevenu lui-même, le garçon décomplexé et simple que je connaissais. Ça me réchauffait le cœur et en même temps ça me confortait dans l'idée que je ne m'étais pas trompée sur son compte. C'est juste que son monde d'origine était très différent du mien, et qu'il était capable de s'immerger dans l'un comme dans l'autre, contrairement à moi. D'un autre côté ce ricanement qui se voulait sincère me donnait la désagréable impression qu'il se moquait de moi. Avait-il vu ma réaction d'un peu plus tôt, était-ce pour ça qu'il était aussi hilare ? Je ne savais pas trop comment le prendre, alors je m'étais contentée de le suivre d'un air absent et d'un pas hésitant vers le jardin où étaient nos pokémons.
Il me fit pourtant m'arrêter tout d'un coup, suscitant ma curiosité. Qu'est-ce qui se passait ? M'approchant d'un hochement de tête pour lui signifier que j'avais compris qu'il fallait garder le silence, je me fis toute petite en épiant par dessus son épaule. Ce que je vis et entendis me laissa pantoise. Cynthia était une célébrité qui n'avait pas besoin d'être présentée. Ce qui m'étonnait beaucoup plus, c'est qu'elle prenne la peine d'appeler un adolescent qui ne lui était pas lié, en plus à cette heure. Une fois de plus je les regardais tous les deux avec incrédulité. Dans quoi étais-je tombée ? Pourquoi quelqu'un d'aussi réservé que moi devait se retrouver à graviter dans des sphères aussi influentes ? Je n'en revenais toujours pas.

Je fus tellement abasourdie par cette situation, et occasionnellement par la longue conversation d'Allen qui se servait de cet Holokit comme d'un journal intime, que je ne bougeai pas. Ce n'était pourtant pas mon style de m'immiscer dans la vie privée des gens. Je savais que ce n'était pas très correct et pourtant j'étais incapable de faire demi-tour. Sans parler du fait que j'étais toujours à moitié choquée par le fait de voir Allen extirpé de son habituelle neutralité. Lorsqu'il mentionna ses acrobaties fallacieuses dans les bras -ou autres parties anatomiques encore plus compromettantes- des filles de l'académie, je passai à nouveau au rouge Écrapince. Pourquoi il était obligé de remettre ça sur le tapis, hein ? Ne m'embarrassant d'aucune délicatesse je sentais mon humeur tourner au vinaigre. Une fois qu'il termina sa conversation je passai donc à côté sans le regarder, me dirigeant droit vers le jardin.

« Alors c'était ta chère dulcinée ? »

J'avais voulu faire de l'humour, bien qu'en réalité mon ton ait été bien plus dur que je ne l'aurais voulu. En temps normal j'aurais dû compatir à cet amour impossible. J'aurais souri d'un air compatissant, j'aurais essayé de lui rendre le sourire tout en pensant intérieurement que cette situation m'était un peu trop familière. Il n'en fut rien. Une froide distance se dégageait de moi, alors que je rejoignis mes pokémons qui continuaient de discuter tranquillement dehors. J'enveloppai ma psyché de hauts murs protecteurs comme on se drape d'une couverture lorsqu'on a froid. Je tapotai la tête de Robyn qui courut immédiatement vers moi, m'asseyant sur les petits escaliers de bois qui menaient à l'arrière cour du jardin. Ivy ne tarda pas à descendre de l'arbre où elle s'était momentanément posée pour faire de même, me regardant d'un air soucieux. Elle pouvait sentir que quelque chose n'allait pas, mais elle savait aussi qu'il valait mieux ne pas me forcer à parler, surtout que nous n'étions pas seuls.
Je me sentais fatiguée, épuisée, blasée. Je n'avais envie de rien, et cette nuit allait être longue. Je savais que paradoxalement je n'arriverais pas à dormir, car trop de choses se précipitaient dans ma tête. Je laissai mon regard se perdre au loin, sur la lune qui s'était levée et baignait les lieux de sa lueur argentée. Ra's sauta soudainement sur mes genoux, me forçant à le regarder. Je savais que ce n'était pas un simple caprice, ni une banale envie d'attirer mon attention sans raison. Le panda mâchouillait sa feuille avec une expression sérieuse, frottant sa joue contre la mienne. Il avait sa façon bien à lui de montrer son empathie. J'apprenais encore à le connaître, mais j'appréciais déjà sa gentillesse, bien qu'il soit un peu bourru parfois. Immergée dans mes pensées, je répondis sans grande conviction.

« Je pense que je vais rester ici encore un peu, si ça ne dérange pas... Je n'ai pas sommeil. Mais vous devriez en profiter pour vous reposer, le voyage a été éprouvant et le reste aussi. Bonne nuit. »

J'en profitai pour me lever et partir avec mes pokémons à mon tour, bien que ce soit dans la direction opposée. J'avais bien envie de faire un tour pour prendre l'air, j'espérais que ça me ferait du bien. Une fois que j'eus la permission de Yuki, je m'en fus donc sans mot dire. J'avais besoin de réfléchir et d'être seule. Après à peine quelques pas je pensai à ma mère. Elle me manquait terriblement et j'avais envie de la revoir. Voir les garçons en compagnie de leurs familles -peu importe la tension qui régnait parfois- avait rouvert une vieille blessure, bien que je ne m'en sois pas rendue compte tout de suite. Je levai les yeux vers l'étoile la plus brillante dans le ciel, murmurant tout bas.

« Prie pour moi, Otosan. »

------------------<>------------------

Plusieurs heures s'étaient écoulées sans même que je m'en rende compte. J'étais épuisée, à tel point que je ne savais même plus ce que je faisais. Une grosse migraine me détruisait les neurones et le sommeil commençait à enfin avoir raison de ma capacité à réfléchir objectivement. J'avais déjà rappelé tous mes pokémons dans leur pokéball, sauf Robyn qui avait obstinément refusé, comme à son habitude. Je lui fis signe de ne pas faire le moindre bruit, alors qu'à pas de velours, nous regagnions notre chambre. Je ne me souvenais plus trop du chemin car j'avais l'impression que tous les couloirs se ressemblaient, mais heureusement lui avait un très bon sens de l'orientation. Je marchai silencieusement mais avec la grâce d'un zombie pas frais, suivant le Caninos de près.
J'entrai dans ma chambre avant de me changer. Je mis un yukata léger en guise de pyjama, ouvris la porte coulissante donnant sur le jardin et filai dans la salle de bain pour me brosser les dents et les cheveux, que je n'attachai pas. Mes gestes étaient robotiques et davantage guidés par l'habitude qu'autre chose. J'étais entrée en mode veille, comme toutes les nuits au dortoir Pyroli. Mon cerveau était en phase de débranchement progressif... ce qui explique sans doute la suite. Je ne pensais plus qu'à une chose : retrouver la douceur de mon futon. Dans mon état second et ma préoccupation de ne pas attirer l'attention, j'ouvris la porte la plus proche. Je déposai ensuite ma trousse de toilette dans un coin de la pièce... et me laissai tomber sur le futon au sol, suivie de près par Robyn qui me suivit en se demandant ce qui se passait, mais qui finit par se coucher à mes pieds, toujours un œil ouvert par habitude de monter la garde. Mais pour ce soir il pouvait au moins se permettre de dormir sur ses deux oreilles, après tout maman Koyo était là pour veiller au grain...

------------------<>------------------

Le lendemain ou plutôt quelques heures plus tard soit juste après l'aurore, je m'étais levée sans même ouvrir les yeux, j'avais saisi la trousse de toilette et j'avais filée prendre ma douche... comme si je ne venais pas de squatter la chambre et le lit de quelqu'un d'autre. Robyn m'avait alors suivie en baillant mais sans protester, montant la garde devant la porte de la salle de bains le temps que j'en ressorte, coiffée et les yeux toujours à moitié clos. J'avais alors regagné ma chambre de la même façon, la bonne cette fois, et j'avais enfilé une jupe et une chemise, le temps de m'éveiller tout doucement. Fort heureusement je ne fus pas dérangée, alors ma mauvaise humeur se dissipa petit à petit. Je commençai alors à sautiller sur place, jetant un coup d’œil dehors. Il faisait gris mais il ne pleuvait pas, et ça m'arrangeait. Je n'avais peut-être pas d'entraînement ce matin, mais j'avais quand même besoin d'un peu d'exercice si je voulais être entièrement opérationnelle. Sortant dans le jardin, je fis quelques étirements avant de faire quatre fois le tour de mon bâtiment et m'estimai satisfaite. C'était très loin d'être à la hauteur des exigences de Jackie mais pour moi ça ferait l'affaire. J'étais désormais réveillée et en pleine possession de mes moyens. Quelques minutes pour me reposer et vérifier que j'étais présentable suffirent. Je saisis donc des documents et mon pc portable, et m'en fus.
Je me rendis dans le hall principal du bâtiment, comme convenu. Monsieur Wills m'y attendait déjà, et il avait pas mal d'avance, comme on s'y serait attendu d'une personne telle que lui. Je soufflai pour m'encourager. Je m'apprêtais à prendre les devants et me mettre en danger, néanmoins je continuais à croire que le jeu en valait le Funécire. J'avais à lui parler afin de lui exposer mes idées, afin qu'il me dise ce qu'il en pensait. Si jamais c'était suffisamment intéressant, nous passerions à l'étape suivante. Si ça ne l'était pas, alors nous reviendrions en arrière comme si rien ne s'était passé. Nous nous en tiendrions alors à mon engagement premier et l'histoire en resterait là. J'inspirai profondément. J'étais très stressée, mais je maîtrisais mon sujet. Il n'y avait donc pas de raison que les choses se passent mal. Je ne risquais rien, ou du moins j'essayais maladroitement de m'en convaincre.

L'entrevue se passa donc à huit clos, dans un bureau inutilisé. Nous discutâmes pendant un moment et je lui exposai mon projet : faire un exposé général du type d'enseignement prodigué par la Pokémon Community, surtout dans les cours de la filière TopDresseur. Les garçons seraient la meilleur illustration, pratique et théorique des Spécialistes Type, mais pour le reste il ne ferait pas de mal d'expliquer à l'audience l’émergence d'autres orientations, tout aussi formidables même si moins populaires du grand public. Je pensais notamment à l'avenir vers lequel je m'orientais de plus en plus : les Rangers. J'avais cette passion de l'exploration et de la découverte qui faisaient les grands fous et les grands visionnaires. Je savais aussi que mon nom de famille aiderait à me donner un minimum de crédibilité. Cette fois j'allais aller à l'encontre des consignes de maman, et me présenter au public, mais aussi aux médias, comme la fille de Miyako Lime. LA Miyako Lime.
De plus j'avais toujours été une fervente suivante des enseignements du professeur Creed, à tel point que je pourrais en réciter la majorité par cœur... Et j'avais une mémoire et un intellect suffisamment acérés pour pouvoir rendre justice aux principaux préceptes des Stratèges. Je n'étais pas à leur hauteur c'est certain, mais en absence d'une personne qui puisse légitimement prendre le flambeau, j'étais ce qu'on en avait de plus proche. Il suffisait que je prenne le temps de préparer cette partie là à l'avance histoire de ne pas raconter de bêtises et pour le reste tout irait bien. Ou presque. Il fallait encore que je puisse me tenir à ce que je proposais sans faire une syncope avant. Pas gagné, donc...

Monsieur Wills se montra très compréhensif, et il me parla de manière courtoise mais franche. J'appréciais sa façon d'être, même si j'étais toujours aussi impressionnée par son charisme écrasant. Quoi qu'il en soit je ne démordis pas de ce projet qui me tenait à cœur, et mon expression n'avait plus rien de jeune ou de naïf. J'étais l'incarnation de l'entrain et de la méticuleuse obsession du travail bien fait. Je ne poursuivrais pas sans son accord, et je me montrai aussi ouverte à tous les conseils et les critiques, bien sûr. Notre entrevue prit un certain temps... Ce qui rapidement me donna très faim. Au bout d'un moment cependant, et aussi parce qu'il avait semble-t-il peur que je fasse un malaise si je ne mangeais pas, Monsieur Wills me demanda de lui laisser quelques temps afin de réfléchir, et m'invita à prendre le petit déjeuner avant qu'il ne me donne sa réponse finale. J'acquiesçai doucement, m'excusai avant de prendre congé, et m'en fus.
Je me rendis pourtant compte que j'ignorais où l'on devrait prendre le petit déjeuner, alors je pris la direction de la chambre de Yuki. Je l'appelai mais personne ne répondit, bien qu'il m'ait semblé avoir entendu Hikari de l'autre côté. Curieuse, j'entrai dans ma chambre en me demandant si les garçons étaient dans le jardin. Gagné. Ils étaient d'ailleurs en milieu d'une discussion des plus animées, qui concernait visiblement des histoires de filles dont je ne saisis pas tout, la propension de pervers de l'un et de coincé de l'autre.  Ils se chamaillaient encore, sous fond de simulation de combat pokémon. Riant tout bas, je dodelinai de la tête. Ils ne changeraient jamais. L'ordinateur sous le bras, je les toisai.

« Pendant que certains travaillent d'autres jouent. Hum... vous avez l'air de bien vous amuser, en tout cas. »
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Jeu 15 Mai - 23:25


Comme je l'avais pensé, rien ne leur avait échappé.

Entre les sarcasmes et les rires de Yuki et la question lourde de sens de Chiho, mon heure avait sonné. Tout ceci m'indiquait qu'ils avaient pu entendre ma conversation depuis un bon moment déjà, heureusement que je n'avais pas mentionné des détails très croustillants, comme l'intrusion d'une fille dans ma chambre ou bien d'autres évènements encore plus personnels. Je ne trouvais rien à leur dire, leur vision des choses différait de la mienne. Je ne suis pas amoureux de Cynthia. Un fait indéniable que la plupart des personnes ne pouvaient pas comprendre, un fait qui devenait source de taquinerie très vite le plus souvent. Mais peut-être qu'eux deux sortaient du lot, si je leur expliquais, ils pourraient tout simplement comprendre mes sentiments.



➖"Elle n'est pas ma dulcinée. Mais si je peux être avec vous aujourd'hui, c'est à elle que je le dois."



Concrètement, ils n'avaient pas insisté davantage. La fatigue avait du jouer en ma faveur, mais il était vrai que cette journée avait été particulièrement épuisante. Tandis que notre hôte disposait de notre présence, Chiho quant à elle avait décidé de rester dehors encore un peu. Pour ma part, me reposer était un bon choix, mais je n'avais pas sommeil. Il était donc temps de tester l'une des solutions proposées par Yuki : le Onsen. Après avoir pris les vêtements et serviettes nécessaires, je m'y rendais encore tout habillé - au cas où. La salle était vide pour mon plus grand plaisir, je pouvais donc me relaxer comme je le voulais, du moins, c'était ce que je pensais. J'avais eu le temps de me déshabiller et d'entrer dans l'eau, mais une autre personne avait fait son apparition. C'était mon père, c'était bien ma veine. Il s'était installé en face de moi, je baissais alors les yeux pour ne pas le regarder en face.  

Un silence de mort régnait dans cette source d'eau chaude, mon cœur s'emballait à toute vitesse. Je ne me rappelais plus de la dernière fois que j'avais eu une conversation avec mon père, surement pour mon inscription à l'académie. Avec une certaine appréhension, je me tenais le bras, ne sachant pas quoi faire d'autre. L'homme aux cheveux grisâtres se mit alors à soupirer. Il ne portait pas ses petites lunettes habituelles, et sa chevelure ne se tenait plus en arrière. Malgré tout sa frêle silhouette, la présence de muscles saillants m'impressionnait au plus haut point, j'avais oublié que cet homme était un homme de terrain. Il me fixait droit dans les yeux, mais je n'arrivais pas à tenir la pression de ce regard qui était le sien. Quel fou irait le défier ? Qui oserait défier son autorité ? J'avais grandi avec cette peur d'être la cible de ses foudres, une peur de devoir lui faire face un jour.



➖"Alors, comment vas-tu depuis tout ce temps ?"

➖"Je... Je vais bien... Père."



Un autre soupir échappa de la bouche du patriarche Wills. Il reprit alors la parole, en prononçant des mots que je n'aurais jamais cru entendre un jour venant de sa bouche. Je restais sans voix, c'était inimaginable. Cette stature de fer m'avait dévoilé ce qu'il ressentait, j'en versais même une larme. Avec une certaine dignité, il se releva et sortit le premier du onsen, en se tournant une dernière fois vers moi pour clore notre discussion. J'étais choqué. Abasourdi par ce qui venait de se passer, je n'eus pas le réflexe de lui souhaiter une bonne nuit, mais il devait s'y attendre. Il était d'ailleurs sans doute temps pour moi aussi de quitter cette salle embuée et chaude, car le lendemain s'annonçait rude psychologiquement. Une bonne nuit de sommeil nous ferait à tous du bien, mais allais-je seulement réussir à dormir ?



---°---



Le soleil se levait, et moi avec. Comme à l'accoutumée, je trainassais dans mon lit, iPok à la main, pour vérifier l'actualité du moment et ensuite allumer la fonction radio. Tout était prêt pour que je puisse me lever. Je me redressais pour m'étirer, ce qui réveilla le petit Emolga qui dormait à côté de moi. Automatiquement, celui-ci vint se raccrocher à moi pour continuer son somme. Je ne m'éternisais cependant pas dans mon lit, direction la douche. Vu l'heure qu'il était, tout le monde était déjà debout, j'avais du beaucoup dormir. Allez à la douche. Une fois chose faite, je me dirigeais directement vers le jardin, il n'y avait personne. Sauter le petit-déjeuner était une idée à laquelle j'allais m’atteler, je ne voulais croiser personne, mon esprit était trop confus pour ça. J'avais sorti mes Pokéballs pour appeler Trybal, Celty et Estam, mes trois Pokémons les plus performants en combat.



➖"Hm... J'aurai surement besoin de vous trois, un combat en live pourrait être intéressant, mais rien n'est dit."



En me grattant la tête, mes Pokémons me regardaient d'un air dubitatif, juste avant que mon Airmure se mette à cracher par terre avant de s'envoler dans les airs, comme à son habitude. Une forte tête comme lui ne pouvait attendre davantage que son dresseur ne se décide, c'était tout à fait normal à vrai dire. Alors qu'il s'éloignait très largement de mon champ de vision, je pris la direction du plancher juste derrière l'accès de ma chambre. M'asseoir m'aiderait peut-être à y voir plus clair, sous les regards inquiets de mon Cizayox et de mon Métang. Par la même occasion, Ancy retrouva le chemin de ma tête, il était parfaitement réveillé désormais. Le ciel ne portait pas son plus beau manteau, on aurait presque dit qu'il allait pleuvoir, rester dans le jardin ne semblait plus vraiment être une bonne idée.

A ma grande surprise, quelqu'un me rejoignit sur ce palier. C'était Yuki. Je ne pouvais pas dire s'il avait bien dormi ou pas, mais une chose était sûre, il me souriait. Après les salutations du matin, mon regard se redirigea vers mes deux Pokémons de type Acier, qui n'avaient pas bougé d'un poil, ou plutôt, d'une lame. J'étais d'une humeur plutôt mitigée, mais le simple fait que mon camarade soit là aidait à ce que mon moral remonte en flèche. Sans quitter des yeux mes partenaires, j'entamais la conversation.



➖"J'ai vu que les choses se passaient plutôt bien entre Chiho et toi, vous comptez officialiser tout ça quand ?"



Fier de la bombe que j'avais lancée, je m'étais allongé à même le sol, dans la même position que la veille, les yeux fermés cette fois-ci. Perdant son perchoir favori, Ancy partit se réfugier sur la tête de Celty. Malgré le caractère plutôt spécial de mon ami Noctali, je n'avais pas de doutes sur le fait qu'il puisse bien s'occuper de quelqu'un, de quelqu'un qu'il aimait en particulier. Ils faisaient un sacré combo quand même, ça risque de ne pas être triste dans les prochains jours. Entre temps, mon Airmure était revenu, toisant l'Emolga sur la tête du Métang, et tentant de le becter sans merci. Je ne me rappelais plus vraiment ce qui s'était passé ensuite, mais tout ce que je savais, c'était qu'on avait fini par se disputer jusqu'à l'arrivée propice de notre troisième maillon. Une fois tous les trois réunis, on pouvait discuter de ce qui allait se passer lors de cette conférence, même s'il était encore tôt ce matin-là. Les prémices d'une entrée en scène.



---°---



Le jour fatidique, ou plutôt le soir. Alors qu'une centaine de personnes s'étaient approchées de l'un des plus grands bâtiments de Céladopole, seule une poignée pouvait y entrer. Les invités, les intervenants et certains médias uniquement. Les flashs fusaient de partout, des explosions de lumières capables d'aveugler n'importe qui étaient dirigées vers ceux qui entraient dans ce que les résidents locaux appelaient le "Théâtre Joliflor des Lumières". Lorsque notre voiture arriva à l'entrée de notre destination, la porte s'ouvrit pour nous laisser entrer. Chiho d'abord, puis moi, pour enfin finir par Yuki. Une autre voiture nous suivait, celle des parents de Yuki mais aussi de mon père. Une entrée haute en couleurs, comme si on était des stars internationales. Tous ces objectifs portés vers nous, toutes ces personnes qui nous regardaient, je commençais déjà à sentir la pression de cette soirée. On n'avait pas droit à l'erreur.

Tout le monde s'interpelait, discutait, riait, tout en se dirigeant vers les places qui leur avaient été attribuées. Pour notre part, on était directement conduits vers les coulisses du théâtre pour nous préparer à ouvrir le bal, comme on dit. Il y avait pas mal d'animation, on sentait qu'il y avait environ une cinquantaine d'invités présents. L'évènement en lui-même n'était pas si grand que l'on pouvait le croire, mais de grandes figures du monde s'étaient montrées. Notamment Erika, la Championne de l'Arène de Céladopole, ainsi que le maire de la ville, et d'autres intervenants comme des enseignants, des chercheurs, etc. Des caméras étaient postées un peu partout, ils avaient mis le paquet sur ce coup-là. La scène en elle-même restait sobre, sans artifices, c'était une conférence. Malgré tout, elle était très spacieuse, presque autant qu'une arène Pokémon. Un pupitre était placé sur la droite, suffisamment loin du rideau pour que l'on puisse le voir, mais bien porté au coin pour éviter de cacher la vue sur les possibles spectacles. D'ailleurs, ça allait bientôt commencer.

Nous étions trois derrière ces coulisses, entourés de d'organisateurs et de caméramans. Ils nous guidaient sur l'heure de début, comment monter sur scène, à quel moment, bref, tout ce qu'il fallait savoir pour bien entamer cette prestation. Avoir peur maintenant ne nous amènerait rien, on avait bien répété notre numéro. D'un seul coup, il n'y avait plus de bruit dans la salle, le silence complet. Une musique d'introduction sonnait de façon épique, alors que l'on nous sommait d'entrer en scène, tous les trois. Oui, pour aider psychologiquement notre amie Chiho, on avait pris la décision de monter tous les trois pour faire l'ouverture de la conférence. A pas légers, je marchais rigoureusement vers le centre de la scène, pour me situer à droite de Chiho. C'était à elle de parler. D'ici, je pouvais voir tous les projecteurs tournés vers nous, tous ces regards qui nous fixaient sans flancher, curieux de savoir ce qui allait se passer.

Une fois l'ouverture terminée, l'ordre de passage des interventions allait en notre faveur. On devait passer en quatrième, la plus grosse intervention de la conférence, surtout parce qu'elle concernait le plus gros projet présenté, susnommé Pokemon Community. Lorsque ce fut notre tour, la première personne à monter sur scène fut bien entendu le professeur Ace S. Creed. Son arrivée provoqua une réaction en chaine de cris en dehors du bâtiment, les groupies de notre superstar n'avaient pas pu entrer, mais elles étaient nombreuses. Il se présentait quand même, avant d'annoncer que ses élèves allaient présenter le fruit de ses enseignements. A Yuki et moi de jouer. Chiho était restée assise à côté de mon père, elle passerait après nous, d'après ce qu'avait expliqué mon père. Tandis que nous deux montions de chaque côté de la scène, on se tournait vers le public pour s'incliner légèrement.



➖"Je m'appelle Allen Sylver Wills, élève de Première Année, Premier Semestre à l'Académie Pokemon Community, cursus Topdresseur Spécialiste Type Acier."



Je laissais ensuite Yuki se présenter, avant de sortir une Pokéball. Je la regardais longuement avant de la lancer sur la scène, pour laisser apparaitre un Cizayox. De nouveaux cris retentirent dehors, surement en relation avec le fait que notre référent possède également un Cizayox. Je me doutais bien de ce qu'allait choisir mon meilleur ami, mais c'était le meilleur moyen de montrer ce que nous avions dans le ventre. Quant à mon père, il discutait encore avec notre amie, lui rappelant bien ce qui lui restait à faire.



➖"N'oublie pas, ton projet est bien ficelé. Dès que les garçons ont terminé, tu montes sur scène pour expliquer en quoi consiste les Spécialistes types, puis tu pourras parler plus en détails des Stratèges et des Rangers. Tout repose sur toi, tu dois communiquer ce qu'ont tenté de transmettre tes camarades, je sais que tu en es capable."



La pratique pour les garçons, la théorie pour la fille, on s'était bien organisés pour que tout le monde ait son rôle à jouer. Même l'issue du combat avait été paramêtrée, un combat épique d'un Pokémon de Type Acier qui l'emportait sur trois bons Pokémons de type Feu, un scénario plutôt poignant à vrai dire. C'était notre arène, notre combat, notre réussite, notre succès, tout se jouait ici et maintenant, on devait donner le meilleur de nous-mêmes. Allons-y !



➖"Trybal ! Utilise ton attaque Luminocanon !"




_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Sam 17 Mai - 18:50
Alerte ! Panneaux Publicitaires !



Combien de temps avais-je dormi ? Aux premiers instants, je n'en savais rien. Mon esprit était embrumé et il me fallait me retrouver. Kôyô s'agitait depuis un moment déjà et c'était ce qui m'avait tiré de mon court sommeil. Vu les étoiles dans le ciel et la lune, je n'avais pas dormi bien longtemps. Un petit étirement et je constatais que le poids contre mon torse n'était pas celui d'un de mes amis Pokémon, mais celui d'une petite masse rousse que je reconnus comme était la chevelure de Chiho. Surpris et à la fois heureux, je serais bien resté là à profiter de ce moment, si Kôyô n'avait pas remué une fois de plus. Elle avait besoin d'aller soulager se vessie. Tout doucement, veillant à ne pas réveiller l'endormie, je m'étais relevé en prenant la jeune scientifique dans mes bras et la déposer sur mon futon. Mon amie Arcanin se leva alors pour rallier le jardin. N'ayant plus sommeil, je restais là à l'observer dormir, caressant ses cheveux. Une idée me vint alors en tête. Je me levais, pour prendre mon matériel et me posais près d'elle. Une petite photo et je me mis au travail.

Aquarelle de Yuki:
 

Aquarelle achevée, j'observais un petit instant mon binôme, repensant à notre conversation de l'infirmerie, quelques jours auparavant. Un petit soupir et je quittais la pièce alors qu'il faisait encore nuit, passant par le jardin, tout comme moi, suivi par les deux Démolosse de ma mère et Hikari. Petite séance entrainement nocturne ? Pas spécialement, il devait être à présent dans les environs de cinq heure du matin alors c'était presque habituel. Quelques heures plus tard, passant par ma chambre, je constatais qu'elle était vide. Direction la douche, puis le jardin dans lequel je retrouvais Allen en discussion avec ses amis de type Acier.

"Hoho ! Je vois que Monsieur prend les choses au sérieux... J'en suis vraiment honoré... Les Trois Démons d'Acier juste pour exploser le petit second semestre, Yuki Yutaka... Tu vois Hikari, tu as vraiment pris de l'importance, ça veut dire que nous avons parcouru pas mal de chemin toi et moi, tu peux être fier de toi. "

J'éclatais alors de rire. Hikari, qui marchait à mes côtés, me bouscula légèrement, me donnant un de ces fameux coups d'épaule que l'on se fait entre amis lorsqu'on se taquine. Cela m'amusa encore plus. Elle était flattée et amusée en même temps, me signifiant que j'étais bête. Alors que j'arrivais aux côtés du blondinet. Salutations habituelles, j'étais tout sourire. Premier sujet de conversation, Chiho et moi. Cette phrase était empoisonnée, une véritable bombe nucléaire. Chiho et moi ? Bien ? Il se moquait de moi là ? Mon sourire disparaissait petit à petit alors que je restait pétrifié, plongé dans mes songes, puis tout se remit en marche et comme d'habitude, je démarrais en trombes.

" Tu trouves vraiment que ça va bien ? Tout le monde sait que j'aime cette fille, elle y compris. Je me suis déclaré, je lui ai dit que je patienterai et c'est ce que je fais, mais il ne se passe rien, ou pas dans le sens que j'aimerai du moins... Ce n'est pas ma petite amie, mais je ne peux pas m'empêcher d'être jaloux lorsque je te vois lui tomber dessus, ou lorsque d'autres ont un regard lubrique sur elle. Elle a un effet sur moi que je n'arrive pas à m'expliquer. La personnalité que vous voyez Chiho et toi, c'est bien le Yuki que je suis et que je ne dévoilais à personne d'autre que mes proches. N'ayant pas eu d'amis depuis Al, mon ami d'enfance, personne d'autre n'avait pu voir ça, jusqu'à Chiho et toi, mes meilleurs amis, non, mon meilleur ami et la fille que j'aime. Mais impulsif ? Non, ce n'est pas mon genre, en tout cas, pas celui pour lequel on me connait. Je suis en train de changer, vous m'avez changé, elle, m'a changé... Je suis perdu, totalement perdu et je ne sais même plus quoi faire. J'ai beau me triturer l'esprit, retourner le tout dans tous les sens, moi qui ait la capacité d'aller de l'avant et de passer à travers toutes les situations aussi délicates soient-elles de ma vie, eh bien là, je ne le peux pas. Je n'y arrive pas ! Officialiser hein ? Pffff ! Je ne suis même pas sûr d'en avoir encore envie. Je ne sais même plus ce que je veux. Lorsque je suis convaincu d'un truc, elle fait toujours un truc qui me fait douter et me pousse à penser ou ressentir l'inverse. L'aimer et foncer ? Arrêter et rester juste ami ? Toujours les mêmes questions et je commence à saturer. Ace par-ci, Ace par là... A croire que le monde ne tourne qu'autour de lui. Il a du talent, mais il n'est pas un dieu... Je le surpasserai lui aussi, je ne m'en fais pas, mais pour Chiho... C'est à elle de se décider, pas à moi. Ace... "

J'avais encore débité mille et une choses à une vitesse incroyable, perdant moi-même, par moment, le fil de ma pensée en passant d'un sujet à un autre sans réelle transition. De là découla une petite dispute pas réellement virulente, sur fond de simulation de combat Pokémon, et centrée sur les femmes, nous charriant. Je voulais savoir qui était l'élue de son cœur, mais il ne semblait pas résigné à me livrer la moindre miette. En fait, je pense que pour nous, c'était une façon d'affirmer notre amitié mutuelle en nous aidant à évacuer le stress et la pression accumulés entre les événements de la veille et ceux à venir. Une pression bien plus grande à supporter que ce que nous avions pu croire en prenant connaissance de cette mission. Chiho avait fini par nous rejoindre.

« Pendant que certains travaillent d'autres jouent. Hum... vous avez l'air de bien vous amuser, en tout cas. »

En temps normal, j'aurais à coup sûr rebondi, sur le sujet, lançant une pique, mais lorsque mes yeux se posèrent sur son visage souriant, cela m'agaça au plus haut point et toute ce qui venait de se passer avec Allen, tous les effets que cela avait bien pu procurer, disparurent à la seconde. Je me détournais d'elle et d'Allen, faisant signe à Kôyô qui s'approchait de nous avec Asobu et Kontan sur son dos, ainsi qu'à Hikari qui était à côté de moi, je prenais la direction de la chambre de ma mère. A voir la façon dont s'en était venue la grande Arcanin, je savais très bien que c'était parce que sa ma maîtresse requerrait ma présence.

" Si c'est vraiment elle que tu veux... Pas besoin de faire tous ces mystères, la voie est libre... Je serai indisponible pour le reste de la journée, pour autre chose que les répétitions alors lorsque vous serrez prêts, vous savez comment me joindre. Sur ce... "

Un simple signe de main sans même les regarder, leur tournant obstinément le dos et je disparus, chevauchant ma chère Kôyô. Au moins un rêve que je réalisais en prenant le chemin de la chambrée maternelle.

°-*-°¨°-*-°

Nous y voilà enfin, le soir de cette foutue conférence. Arrivée en voiture sur les lieux à la façon de grandes stars, cela m'agaçait. Je n'arrivais toujours pas à me sentir en phase avec cet univers et je me demandais vraiment si je le pourrais un jour ou l'autre. Comme d'habitude, je revêtais mon plus beau masque, celui le plus approprié à ce genre de situations. Je taisais toutes émotions, redevenant froid et distant. Sans aucune considération quelconque pour tout ce qui m’entourait, je m'engouffrais dans l'entrée du théâtre.

Dans les coulisses, certaines choses se passèrent et pour aider Chiho, nous avions décidé de monter avec elle, ce qui fut fait. Je n'avais alors été qu'une décoration, je n'étais pas vraiment là. Un combat déjà travaillé, tout cela me paraissais bien fade. TopDresseur ? On aurait plus dit de la coordination. Un combat dont l'issue était ma défaite. Il m'avait fallu des heures pour convaincre Hikari de se laisser perdre. Le niveau d'Allen et de son Trybal étaient certainement supérieurs aux nôtres, mais elle voulait réellement savoir le gouffre qui nous séparait d'eux et moi aussi en fait. Tout le but de la manoeuvre était de flatter Ace S. Creed et son Cisayox. Allen en avait un également. Il serait donc une sorte de Ace en devenir, le petit spé Acier qui se bat contre l'arrogant et suffisant dresseur de feu, déjà sûr de sa victoire. Ainsi, on montrerait que grâce à Ace et à la Pokémon Community, on pouvait passer outre les faiblesses destinées de nos Pokémon et que même un type apparemment faible, pouvait venir à bout de son élément opposé. L'Acier triomphant du feu... Je ne savais plus trop duquel des deux venait cette idée, mais elle ne m'avait pas emballée. Pour le bien de tous, j'avais accepté sans broncher.

Nous étions enfin sur scène. La pression ? Je ne la ressentais pas, pour ma part, il n'y en avait aucune. Habillé comme à l'usuel, ma cape/poncho, mes massives boucles d'oreilles et tout l'attirail avec lequel on avait l'habitude de me voir dans Pokémon Community, j'étais juste moi, même si j'étais caché dans ma carapace et deux masques.

"Je m'appelle Allen Sylver Wills, élève de Première Année, Premier Semestre à l'Académie Pokemon Community, cursus Topdresseur Spécialiste Type Acier."

" Quant à moi, je m'appelle Yuki Yutaka, él..."

" Yuna ! N'oublie pas le Yuna ou Mamoune boudera mon Yun-Yun ! "

Ma mère n'avait pas pu s'en empêcher. Même dans un instant pareil, elle restait elle. Même si cela m'agaçait, ça me fit plaisir. Si elle pouvait faire fi de tout ceci, il était naturel que moi aussi. Un masque se brisa.

" Donc comme je le disais, pardon pour cette interruption, je m'appelle Yuki Yuna Yutaka et comme vous l'aurez certainement compris à présent, je suis le fils d'Ayako Ankoku Yutaka. " Je fis un petit sourire hautain et arrogant. Ce n'était pas réellement moi, mais je me servais de ceci pour entrer dans mon rôle. " Je suis élève de Première année tout comme Allen. A son instar, je suis le même cursus, à la différence que je suis un spécialiste de Type feu et je vais l'écraser ici, devant vos yeux afin de vous montrer la supériorité de mon élément sur tous les autres. "

Avec un pareil discours, il était évident que la sympathie de la majorité des gens irait à cette petite bouille angélique aux allures princières. Le jour, lui, la nuit, moi. Nous en revenions finalement toujours au même point. Trybal apparût alors. Ovation sans nom, tout comme je l'avais prédit. J'avais visé juste. Il était évident que les fans du professeur en seraient fous. Toutefois, je restais dans mon rôle de mec hautain et pompeux. Je lançais alors ma petite Funécire en première ligne. Son regard me fit un peu tiquer, mais c'était le jeu, nous n'avions pas le choix.

" Kontan, utilise Liliput pour esquiver son attaque et enchaîne avec Onde Folie. Quitte à gagner le match, autant s'amuser un peu en ridiculisant un peu notre adversaire non ? "

Ce personnage, ce n'était pas moi, mais je devais m'y tenir. Le Luminocanon de Trybal ne toucha pas sa cible, mais Kontan n'avait pas eu le temps de lancer sa riposte. Elle avait déjà perdu de vue le Cisayox qui s'était glissé dans son dos. Elle était beaucoup plus lente que le Cizayox ultra rapide d'Allen et sa elle était aussi moins forte et moins résistante, sans compter sur l'expérience du combat. Poursuite, une attaque Ténèbres, la petite Funécire était K.O. One Hit K.O. Ce fut une totale ovation. Prévisible.

" Pfff ! C'était de la chance, rien de plus, mais tu ne t'en tireras pas comme ça minus...  Avec mon prochain Pokémon, je vais en finir avec toi. Je n'aurais pas besoin de sortir mon Starter face à toi, tu ne la mérites pas. "

King Asobu:
 

Asobu sortit alors de sa pokéball. King Asobu, relooké pour l'occasion, par ma mère, une manière pour elle de faire également sa pub. Après tout, elle avait une ligne de mode pour pokémon. Acclamations, rires, les réactions étaient mitigées, mais c'était aussi prévu. Ma mère avait sa petite pub.

" King Asobu ! Montre à tout le monde ce que tu sais faire. Ecrase ce Cizayox. Vive attaque ! "

Le héricendre démarra en trombe et heurta de plein fouet le Cisayox, mais rebondit sur lui, roulant en arrière, avant de se redresser sur ses pattes arrières, sonné. Le choc contre la peau métallique de Trybal avait été rude et ce dernier n'avait même pas bronché. Le public aimait, l'aimait. Un attaque Pisto-Poing vint percuter mon héricendre qui fut envoyé au tapis. Il se releva et enchaîna avec une attaque brouillard. Profitant de la brume noire dans laquelle il s'était dissimulé, il reprenait ses esprits. Allen dicta ses indications, mais échec, Asobu avait évité et ce dernier parvint à s'en tirer sans la moindre égratignure, même si le brouillard n'était plus. Le petit hérisson de feu, fidèle à lui même, se mit alors à provoquer l'insecte en armure. Il faisait sa fameuse Asobu Dance, heureux et fier d'avoir évité une attaque de l'une des terreurs de l'école. Ce combat, était le seul qui n'était pas simulé car Asobu n'était pas un bagarreur et pour le stimuler, il m'avait fallu le convaincre que c'était un jeu. D'où aussi le fait qu'il soit habillé ainsi, ce qui lui plaisait vraiment. S'il gagnait, il aurait le droit de garder la tenue, sinon, il la rendrait. Il était donc sérieux à sa manière.

" Roue de feu ! "

L'attaque fut esquivée de justesse par le starter de mon ami. Asobu réitéra, mais ne toucha pas non plus son adversaire et parvint même à esquiver à son tour, la contre-attaque. Une fois de plus, il refit sa danse mais n'eut pas le temps de la finir. Trybal venait de le mettre K.O., lui aussi. Même s'il avait vraiment perdu, j'étais quand même fier de lui. Il avait fait de son mieux. Il s'était donné dans ce combat, mais il avait sa personnalité, il était puéril et ça, c'était son monde, pas celui du combat pur. alors que je le rappelais dans sa pokéball, je croisais le regard d'Allen. Un petit regard qui ne plaisait pas du tout. Il savait lui aussi que ce combat était sérieux. J'avais l'impression qu'il me toisait, me signifiant que j'avais encore du chemin à parcourir avant de pouvoir être une réelle inquiétude pour lui. S'il était vrai que mes pokémon avaient l'avantage du type, hormis Hikari, il n'étaient pas de bêtes de combat. Asobu était un joueur qui aimait fouiner et découvrir des trucs, ne se battant que s'il le fallait vraiment et Kontan, je venais seulement de l'avoir quelques jours plus tôt. De plus, Allen avait un semestre d'avance, nous n'avions pas le même niveau. C'était pour ça que je n'avais pas mentionné mon semestre car notre représentation n'aurait pas eu le même effet. Les gens nous prenaient pour des rivaux de même force. Me prenait-il de haut ? Faisait-il ça parce qu'il sentait que je n'étais pas vraiment moi-même ? Je ne savais pas trop, mais conjugué au regard satisfait de Mémé Yutaka, et les réactions des gens du publique, posant mes yeux sur Ace, puis Chiho enfin sur les pokéball de Kontan et d'Asobu, je ne pouvais pas y rester indifférent. Faire ce genre de chose, je l'avais fait en ravalant ma fierté. Laisser mes pokémon se faire mettre KO juste pour le show, ce n'était pas moi. Pour moi, c'était limite de la maltraitance et j'avais l'impression de leur manquer de respect. Je me mordis la lèvre. Les barrières imposées, je les explosais peu à peu. Un soupir, j'étais censé rester dans mon rôle, m'apaiser, mais non.

" Ok Hentallen, on arrête ce petit jeu... " Je me tournais vers le public. " Pardonnez-moi cette petite mise en scène, mais là, je n'en peux plus... Je suis un élève de second semestre, la toute dernière promotion en cours de l'école, la deuxième. Allen est mon senpai et l'une des grosses pointures de notre établissement. Ce personnage, ce n'était pas moi, mais pour ce combat, même si je le perds, je serai moi et honorerai mes amis Pokémon. "

Je regardais tour à tour toutes les personnes qui avaient pris part au repas chez ma grand-mère, finissant par Allen et Chiho. Plusieurs chose défilaient dans ma tête, je bouillonnais.

" Ce combat sera livré avec tout mon cœur, avec tout celui de ma Chimpenfeu. Trybal et toi êtes des gros bonnets de l'école, des objectifs finaux pour tout un tas de dresseurs. Je travaille dur, très dur chaque jour pour ne pas être le boulet de notre trio et il est tant de voir le fruit de mon dur labeur quotidien. Nous n'avons peut être pas encore votre niveau, mais il est temps que l'on vienne te menacer un peu. Tu as montré qu'un Type Acier peut éclater un type feu, je vais maintenant montrer qu'un second semestre peut faire trembler un senpai. Tu n'auras plus d'autre choix que de me reconnaitre, comme chacun des grands dresseurs de ce monde, Professeur Creed y compris. Je vais tomber toutes les arènes et toutes les pointures. Je ne suis qu'aux débuts de ma route, mais sous peu, vous m'aurez sur vos routes. Retenez bien mon nom car vous l'ajouterai à un moment donné, à la liste de ceux qui vous auront battus. "

Je saisis alors la ball dans laquelle Hikari avait consenti à rentrer, une ball prototype créée par mon père, pour être vendue dans la boutique de ma mère. Une ball spéciale Pokémon feu pour faire son petit effet lors des exhibitions de coordination.

Moete kita ze !:
 

" Moete kita ze ! " ( Je m'enflamme !*)

Je n'avais plus aucune inhibition, j'étais moi. Je brûlais d'un flamme nouvelle, de la flamme habituelle. Mes rêves me guidaient de nouveau, j'étais de nouveau brûlant de détermination. Comme pour illustrer mes propos, de ma main droite libre, j'arrachais ma cape, dévoilant mon torse nu et laissant voler ma précieuse chevelure voleter un instant avant de retomber, alors que ma pokéball, en main gauche, s'embrasait, littéralement.

" Hikari, à ton tour ! Montrons à tous et à toutes ce que nous savons faire, imprimons-leur le sens du mot travail. Il est temps de faire trembler l'ordre établi ! On va montrer ce que Pokémon Community peut faire pour vous, ainsi que ce que l'on apprit durant nos cours."

Il fallait garder la partie publicité pour l'école, j'vais donc rajouté ce passage. Il n'était pas faux, mais si j'en arrivais là, ce n'était pas que du simple fait des cours de Ace...

" Provoc ! "







_________________
[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires ! Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Sam 17 Mai - 21:33
C'était le grand soir. Animée par une volonté invisible qui semblait tirer les ficelles au bout de mes membres, j'avais suivi les garçons dans ce monde de paillettes et de glamour qui me terrifiait. J'avais alors fait de mon mieux pour ne pas leur faire honte et j'avais souri timidement chaque fois que ça m'était possible. Parée d'une robe belle mais discrète, je m'étais faite toute petite jusqu'à ce qu'enfin nous parvenions dans l'enceinte du bâtiment. J'avais alors disparu pour me changer et répéter assidûment dans ma loge, loin des regards et du bruit. Je n'en étais pas moins prête, bien que le stress ne me quitte jamais. C'était maintenant où jamais !
Dans les coulisses de la grande scène où j'étais censée apparaître pour faire la présentation de cette mini conférence, je m'étais changée pour un accoutrement plus extravagant, du moins dans une certaine mesure. Maman Ankoku Yutaka m'avait invitée à porter l'une de ses créations, et à vrai dire je n'avais pas eu le courage de lui dire non. Elle était drôlement persévérante et savait invoquer les bons arguments pour qu'on ne puisse rien lui refuser. J'avais donc eu droit à quelques séances d'essayage, et après de multiples pourparlers qui me permirent d'éviter les costumes les plus révélateurs comme celui inspiré par Aquali et Démolosse, j'optai pour une robe Funécire de la dernière collection. Une façon indirecte de faire un clin d’œil à Kontan, le dernier pokémon capturé par Yuki.

Spoiler:
 

L'heure vint donc et je cessai de réfléchir. Les garçons faisaient l'effort de m'accompagner sur scène et j'appréciais le geste, même si j'étais incapable de le vocaliser dans mon état du moment. Nous avions donc procédé sur la scène, ou je pris la parole pour faire un résumé de ce qui attendait le public et les téléspectateurs. J'ignore alors si c'est mon nouveau look, mon nom de famille lorsque je me présentai, ou bien la timidité maladive qui me faisait rougir à tout va, mais le silence retomba très vite et les présents furent suspendus à mes lèvres. Je mis ça sur le charisme de la tenue, et continuai. Après quelques balbutiements au début, le reste vint naturellement. J'essayais de procéder comme si j'expliquais quelque chose de très compliqué de la façon la plus simple possible. Cela sembla marcher, car mon discours était compréhensible de toute l'assistance. On m'applaudit et je disparus alors de nouveau, laissant la place à mes deux comparses qui devaient s'affronter.
Je m'inclinai alors en remerciant le public pour son attention, puis m'éclipsai jusqu'à un siège au premier rang. Soulagée de passer le flambeau sans avoir commis d'impair majeur, je soupirai. Je pouvais enfin me détendre un peu, et profiter du combat qui allait suivre. J'avais sincèrement hâte de voir ce que ça allait donner. En fait je ne savais pas vraiment ce qu'ils avaient préparé de leur côté, car j'avais consacré toute mon attention et mon énergie à préparer mon propre 'numéro'. Ceci dit depuis le temps qu'ils parlaient d'être des vrais rivaux, il était temps de voir ce que ça pouvait donner concrètement. Les encourageant de tout mon soûl chaque fois qu'ils regardaient dans ma direction, j'avais les droits croisés dans mon giron.

Je fus néanmoins abasourdie par la révélation qui fut faite par l'enflammé. Alors ils avaient initialement prévu de faire un combat factice et programmé à l'avance. Je dodelinai de la tête. Je comprenais parfaitement pourquoi cette situation frustrait autant Yuki. Oui c'était normal que sa réaction soit virulente et qu'il s'en rebelle. Qui accepterait de perdre volontairement, et de bafouer son honneur devant autant de gens ? J'étais peut-être parano, mais cela sentait les manigances de mémé Yutaka à plein nez. Je fronçai les sourcils en la dévisageant pendant qu'elle ne me voyait pas. Au lieu de cela je vis le regard perçant de Monsieur Wills peser sur moi, mais pour la première fois je ne cédai pas ni ne baissai le regard. Non, pas sur ça... Jamais. Les dents serrées, je ne pus que rester silencieuse et les yeux rivés sur les garçons qui passaient aux choses sérieuses, Trybal et Hikari se lançant dans un duel sans merci, qui refléterait bien plus leurs capacités tactiques et leurs esprits combatifs. Priant pour que tout se passe bien indépendamment de l'issue, j'observai attentivement chacun de leurs mouvements jusqu'à que vienne l'heure de me préparer pour la suite.


---------<>---------

Je faisais les cent pas, me tortillant nerveusement les mains dans une tentative vaine de faire redescendre le trac. C'était à moi de jouer, maintenant. Une fois que le professeur Creed mit fin à ce duel spectaculaire mais avec un goût d'inachevé, je soufflai un grand coup. Ignorant complètement le regard presque méprisant que me jeta la plus grande star de cette conférence, je m'avançai. Plus le temps passait, et plus l'admiration profonde que je lui avais vouée pendant tant d'années se muait en indifférence. Il était un bon dresseur, admirable même... mais ça ne faisait pas de lui quelqu'un de bien. Cela faisait longtemps que je le savais, seulement son manque de qualités humaines m'était de plus en plus insupportable. Il m'avait souhaité bonne chance avec le même entrain moqueur qu'on souhaite à un condamné d'avoir une mort rapide. De plus il me regardait avec condescendance simplement parce que j'étais de la filière scientifique, et cela piquait ma fierté au vif, pour user d'un bel euphémisme. Mon trac céda à la hargne et c'est d'un pas confiant que je marchai à nouveau vers le pupitre. Une toile blanche descendit alors du plafond, afin de retranscrire quelques projections illustrant mes propos. Gee apparut alors en se téléportant à mes côtés, sous l'applaudissement du public qui ne s'y attendait pas.

« Bonsoir à nouveau, j'espère que vous appréciez cette soirée autant que moi. Je n'ai pas eu la chance de me présenter comme il se doit un peu plus tôt donc je m'en vais réparer ce tort... Je suis Chiho Jin Lime, élève de première année à la Pokémon Community, et voici Gee mon Starter. Je fais partie de la première promotion et je suis dans la filière scientifique, et j'ai choisi la première spécialité de Chercheuse Pokémon. Ma seconde option est toutefois déjà choisie : je suivrai une formation de Ranger, auprès des Top Dresseurs... D'où la raison de ma présence ici ce soir. » Une série de flashs m'aveugla alors, sans trop que je comprenne pourquoi. Sans doute avaient-ils tôt fait de faire l'association de mon nom avec celui de ma mère, surtout que mon deuxième prénom, jusque là jamais révélé, était celui de feu mon père. Je fronçai les sourcils mais m'efforçai de continuer après avoir toussoté pour m'éclaircir la voix.

« Comme vous vous en doutez, je ne suis pas la mieux placée pour illustrer les progrès pratiques procurés par les cours auxquels nous assistons à l'académie. J'ai donc naturellement préféré laisser mes camarades s'en charger, et je les remercie pour leur jolie démonstration. Cependant vous n'êtes pas sans le savoir, les combats pokémons ne sont pas faits que de décisions rapides prises dans la chaleur du moment. C'est un art à part entière qui demande de la réflexion, du jugement et du sens stratégique. Et dans ce sens, pour parfaire la tactique que les Stratèges prisent tant, il faut connaître les pokémons et les étudier de près, de préférence dans leur environnement naturel. Ce n'est qu'en se penchant sur la question en s'armant de patience que l'on peut faire des progrès. Regardez l'existence du type Fée, cela ne fait après tout que quelques années que son existence a été validée par la communauté scientifique... Et c'est justement à cause de l'importance de pareilles découvertes que les autres filières sont également importantes et ne doivent surtout pas être délaissées. »

Je pris une pause, illustrant mes propos par des images d'un registre privé qui n'avait jusque là jamais été rendu public, des images de ma mère et moi au milieu de hordes de pokémons sauvages dans diverses régions. Je ne m'attardai cependant pas sur ce point, car je voulais seulement l'évoquer en guise de piqûre de rappel. Ce qui comptait à  mes yeux en réalité, c'était de leur signifier que les filières importaient peu, car elles étaient toutes reliées par un point commun central : les pokémons. Je poursuivis donc ma prise de parole en analysant la performance qui avait eu lieu juste avant, en décortiquant leurs choix, ainsi qu'en analysant brièvement les points forts et les points faibles de chacun. Je laissai alors parler mon expérience bien que je ne sois pas aussi calée qu'un Stratège, afin d'adopter un style approchable mais plutôt professionnel. J'avais assisté à énormément de combats d'Ace à la télévision, et plus jeune je passais mon temps à jouer les commentateurs, rêvant de le rencontrer. Et dire que ça me servirait un jour, comme quoi la vie était bien faite. Quoi qu'il en soit je laissai les présents participer en me posant des questions... ce que beaucoup ne manquèrent pas de faire. Néanmoins je gardai mon sang froid et satisfis la curiosité de quelques uns avant de passer à la suite.
Je fis alors la transition avec le champ d'action des Rangers, qui non seulement aidaient les pokémons à l'état sauvage, mais s'immergeaient dans leur milieu pour les protéger, les étudier et aider ces derniers à vivre en harmonie avec les humains. Dans ce cadre je fis défiler nombre des photos que j'avais pris ces derniers mois, dans un défilé de différentes espèces plus ou moins rares et plus ou moins approchables. Certaines photos montraient des pokémons très courants, mais pris dans leur milieu les clichés avaient tout de suite un autre charme. Puis vinrent les photos de mes propres pokémons, y compris dans leurs formes évolutives précédentes. Le nombre avait de quoi impressionner, tout comme leur diversité. J'étalai les photos de chacun. Kadabra, Cocotine, Sonistrelle, Statitik, Caninos, Bulbizarre, Pandespiègle,Otaria, et Abo. J'entendis des murmures dans la salle, mais ne m'étalai pas là non plus. Ils avaient compris par cet exposé que non seulement nous ne chaumions pas à l'académie, mais qu'en plus nous avions la chance de pouvoir profiter de sorties captures régulières.

Je terminai donc mon temps d'antenne en montrant le début de l'application Pokédex  que je préparais sur Ipok, et qui permettait un accès gratuit et rapide à toutes les informations possibles sur les pokémons. Les articles emplis de liens informatifs affichaient donc non seulement les descriptions physiques mais aussi des articles vers des études éthologiques que j'avais menées. Je leur donnai l'exemple parfait avec les Corayons que j'avais étudiés au lac Corail du campus, qui étaient décris et photographiés sous à peu près tous les angles possibles, mais étaient aussi répertoriés par taille et par sexe, localisés pour les endroits où ils avaient été rencontrés, et décrits selon leurs habitudes, type d'alimentation et rites d'accouplement. Cela représentait un travail colossal et je n'en étais pas la seule responsable, donc je remerciai humblement mes collègues Ambre Lawford et Noctis Flavelle. Sur quelques mots de plus, je répondis à quelques dernières questions et m'éclipsai finalement, sous les applaudissements. Souriant et m'inclinant pour les remercier, je posai une main sur l'épaule de Gee, et disparus finalement dans les coulisses grâce à Téléport. J'ignorais si je m'en étais bien sortie, mais personnellement j'étais déjà plutôt contente de ne pas avoir chuté ou raconté une connerie plus  grosse que moi. Respirant profondément, je m'effondrai sur le siège le plus proche. C'était terminé, merci mon Arceus.
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   Sam 17 Mai - 22:36


Tout était digne d'être écrit dans nos mémoires.

Ce duel avait été l'un des plus compliqués que j'avais à faire. Non pas parce que j'étais sur scène, non pas parce que j'affrontais des Pokémons de type Feu, non pas parce que j'affrontais mon meilleur ami, mais bien parce que ce combat avait été révisé avant la prestation. Cela ne venait pas de nous, c'était certain, mais ce goût amer de prédéfini me laissait perplexe. Lorsque que mon adversaire du jour appela son deuxième Pokémon, je constatais que celui s'était de manière beaucoup plus sérieuse. Je ne pouvais pas me mentir, je préférais largement ça. Cette deuxième manche remportée m'avait remis sur le droit chemin, au diable les prévisions, l'important était d'apprécier ce duel à fond. Je ne pouvais donc m'empêcher de sourire à Yuki, qui réagissait exactement de la manière dont je le voulais. C'était vraiment trop facile, là je retrouvais mon rival de toujours.



➖"Content de te revoir, partenaire !"



Même si cette décision pouvait énerver mon père ou la famille Yutaka, je ne pouvais plus me contenter de jouer la comédie. C'était sans doute pareil pour Yuki. De ce fait, il appela son Pokémon fétiche, le mieux entrainé, Chimpenfeu. Hikari donc, un combat au sommet comme je les aimais. Sans plus attendre, il lança la première initiative, une attaque "Provoc" qui obligeait mon Pokémon d'attaquer. Bien ! Je ne comptais pas fuir, un premier choc entre les deux monstres raviverait nos convictions et notre détermination, j'allais donc commencer par une attaque frontale avec une Griffe Acier. La Chimpenfeu avait riposté avec une Roue de Feu, qui fut donc stoppée par la griffe du Cizayox dans une sorte d'explosion. Le début était épique, et la suite en fut tout autant. Ne trouvant aucune faille dans la posture de l'autre, les coups fusaient comme des éclairs, ce qui illuminait la salle de temps à autre. Mais tout ceci n'allait pas durer indéfiniment, et alors que le dernier assaut avait été lancé, un autre Cizayox se pointa au milieu du combat pour s'interposer entre nos deux Pokémons. Ace venait de mettre un terme à ce combat. Avec toute l'humilité que l'on pouvait faire preuve, on rappelait alors nos acolytes pour saluer finalement le public et disposer de la scène, sous un tonnerre d'applaudissements. Fin de notre rôle.

Aux coulisses, je retrouvais donc Yuki, qui avait l'air un peu ailleurs. Pendant ce temps, on entendait en écho la voix de Chiho, c'était à elle de jouer. Desserrant ma cravate, je regardais mon camarade Noctali en lui esquissant un petit sourire. Il avait réellement progressé, et le fait de me battre un jour ne relevait plus d'un simple rêve. Pour saluer sa fougue, son courage et sa fierté, je levais mon poing vers lui, avec un sourire qui portait avec lui toutes mes convictions. On allait tout déchirer, simplement. Mais pour le moment, l'heure était au soutien, le troisième membre de notre binôme menait son propre combat, à coups d'explications et d'illustrations, un combat qu'elle seule pouvait mener. Les regards figés sur elle montraient un intérêt certain pour ses explications, car elles affirmaient que quelque soit le chemin que l'on choisit, chaque personne pouvait devenir un dresseur de Pokémon. Des applaudissements, encore des applaudissements, on ne s'était pas trop loupés sur ce coup. Bien joué, Chiho !

Pour clôturer le projet "Pokemon Community", mon père en personne se présenta à son tour au pupitre, avec toute la classe dont il pouvait faire preuve.



➖"Pour terminer cette présentation, je voudrais remercier les trois élèves de l'Académie Pokemon Community pour avoir fait le déplacement jusqu'ici pour représenter leur école, un grand bravo pour eux. Je remercie également Beverly Yutaka, qui a choisi d'investir dans le projet Pokemon Community, pour la faire apparaitre dans ses chaines de télévision et dans ses magazines.", il reprit après la vague d'applaudissements, "Cette école a d'ores et déjà fait ses preuves en moins d'un an, elle forme des élèves brillants et passionnés, et avec l'aide de professeurs comme Ace S. Creed dans ses rangs, vous avez pu constater par vous-même que leur niveau est loin d'être à prendre à la légère. Les cours...."



Un discours qui ne se terminait pas, cela lui ressemblait bel et bien. Tout ce qu'on avait retenu de cette soirée, c'était des émotions plutôt mitigées, c'était loin des paillettes et de la gloire que j'attendais. Était-ce donc ça le monde des adultes ? J'étais désormais assis aux côtés de mes deux partenaires, suivant la fin de cette conférence qui nous avait demandé tant d'efforts pour si peu de choses. Tout était passé si vite, notre arrivée, nos répétitions, la conférence. Dire que le lendemain on serait déjà dans l'avion pour retourner sur notre île, de retour pour continuer notre rêve, pour atteindre nos objectifs, pour devenir meilleurs. Pokemon Community, nous revoilà.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !   
[MISSION] Alerte ! Panneaux Publicitaires !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :