Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Lun 5 Mai - 16:35
Écrivons un unique futur à deux...



« Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. »

Dimanche 4 mai 2014,
Début d'après-midi
Aquarium de l'île de Lansat



Un mois et demi. Voilà environ le temps qui me séparait de cette journée d'excursion à deux aux Ruines de Jirachi. C'était un dimanche de mars dont j'avais encore et ai toujours la date précise en tête, un dimanche, tout comme aujourd'hui. Beaucoup de choses s'étaient passées depuis ce matin là. Enormément de choses et pourtant, toujours cette foutue sensation de vide. Je n'étais pas complet, non, pas du tout, il me manquait des parties de mon âme, des parties de mon cœur, des parties de mon être, bref, incomplet quoi. Ajoutez à cela que nous étions le jour de l'anniversaire de mon défunt grand-père paternel, ce n'était pas la grande joie ce matin, toutefois, je ne voulais plus me laisser aller à la tristesse profonde. Pleurer ? Hormis de rage folle, on ne m'avait plus vu pleurer depuis ma plus tendre enfance. Même si j'avais un visage des plus expressifs sur lequel on pouvait voir mes sentiments comme sur un écran de cinéma, je savais parfaitement rester maître de mes émotions, tant et si bien qu'on ne pouvait réellement sentir l'intensité de ses derniers, sauf pour ceux qui avaient appris à me connaitre.

Profitant du fait que Wolfgang, mon nouveau camarade de chambre se soit levé pour aller prendre sa douche, j'avais quitté mon lit déjà fait pour gagner le sol. Direction ma grande armoire. Bras tendu, doits qui se referment, j'avais saisi une guitare électrique que j'avais ramenée de Céladopole, cadeau d'anniversaire de mon Pépé Yutaka qu'il n'avait pu me donner avant étant donné que je n'étais pas parti chez eux depuis un long moment. Apprenant que je venais à la demeure familiale, il me l'avait laissée bien emballé sur une étagère de ma chambre, accompagnée d'un petit mot. Un vrai bijou cette guitare, une pièce unique faite de la main d'un grand nom du milieu. J'en étais fier. En plus, il avait magnifiquement choisi le thème de la customisation personnelle.  Une gratte de gaucher décorée aux couleurs de mon élément favori. Orangée feu, un sublime Dracaufeu y trône fièrement et on peut y voir trois pokeballs. L'admirant quelques instants, je me dirigeais ensuite vers  mon ampli. Ouverture de la fenêtre, branchage de la guitare à l'ampli, réglages, volume du son plutôt bas pour ne pas déranger outre mesure les voisins et hop, premiers accords.  Alors que les notes s'enchainaient, la mélancolie s'emparait de moi. Une petite mélodie personnelle avec des paroles écrites peu de temps après la mort de mon grand-père paternel, lui étant dédiées. D'abord dans ma tête, les paroles finirent par sortir petit  à petit de mon esprit pour rouler sur mes cordes vocales, glisser sur ma langue tels des avions sur une piste de décollage pour enfin s'envoler en passant le mur invisible de mes lèvres et se muer en son, en une chanson emplie d'une réelle et profonde émotion.

♪♫♪ [...]
Sumikitta mizu mo itsu shika nikuku mo nigotte shimatte
Kizuitara boku mo otona ni natteta

Yurayura minamo ranhansha shite ita
Hikari wa ima de mo kagayakiwakatteru
Kagayakiwakatteru

SAYONARA ano hi te wo futte
Are kara kimi mo kawattan darou
Sore de mo ikite yukun datte
Ikutsu mo nakitai yoru wo koete

Ano hi HONTO ni ushinatta mono tte nan datta kke?

SAYONARA aenaku natta tte
Bokura wa tsuzuki ga aru kara
Boku ga tsukuru sekai nande hashiru yo
Itsuka mita mirai mo koete
Koete  ♪♫♪


Les dernières notes résonnèrent. Le cœur battant la chamade en mesure, je reposais mon précieux instrument à corde, éteignant mon matériel et m'affalait ensuite sur la chaise de mon bureau, la tête penchée en arrière, les yeux  rivés sur le plafond. Je pensais à mon grand-père.

" Joyeux anniversaire vieux croulant...  "

Un petit sourire. J'étais heureux, plus heureux que je ne l'aurais pensé. J'avais la sensation  que mon message avait été livré et que lui-même venait de me délivrer le sien. C'était étrange, mais pendant un instant, j'avais eu la réelle conviction que ce dernier avait été à mes côtés, posant sa main sur mon épaule en me parlant comme il le faisait si bien auparavant. Sa voix avait résonnée dans mon esprit et ses mots m'avaient réconfortés, me guidant comme toujours. Il avait raison, je devais aller de l'avant comme je l'avais toujours fait. C'était décidé, je devais passer à l'action. Je bondis de ma chaise. Les petits pokémon sur mon lit me regardèrent avec des yeux ronds.

" Heriiiii ? "

" Ne t'en fais pas Asobu, preillement pour vous les filles, tout va bien.  J'ai juste décidé qu'il était grand temps que je prenne les choses en main ! Aujourd'hui, je vais aller voir Chiho et je vais mettre les choses au clair. "

" Hericendre ! "

Le petit hérisson de feu sembla enthousiasmé par mon initiative, Hikari et Kontan également. Ma Chimpenfeu me regarda avec insistance, je lui fis un simple clin d'œil. Bien évidemment qu'elle m'accompagnerait. Je ne savais toujours pas quelle était la nature de son entente avec ma précieuse petite scientifique, mais cette dernière était devenue sa meilleure amie. D'une manière ou d'une autre, elle l'avait traitée en égale et cette considération devait être à l'origine de tout ceci, à moins que ce ne soit le côté Yandere de Chi-chan qui ne l'ait refroidie. En y repensant bien, elle avait été effrayante cette soirée là et je m'étais dit de ne plus la mettre dans cette état, au moins pour la préservation de ma propre vie.  Tout ceci était plausible car la Chimpenfeu ne bronchait pas devant ma mère non plus.  
Je fouillais dans mon sac pour en sortir deux tickets que j'embrassais. Ils étaient toujours là. Je les rangeais alors de nouveau dans ma sacoche de manière à ne pas les perdre mais dans une des poches de devant pour pourvoir facilement les attraper. Je me saisis ensuite de mon iPok.

~ Pas besoin de fioritures, sois juste toi-même. 14h à l'aquarium, je t'y attendrais Chi-chan. ~

Je souriais à pleines dents. Etant déjà semi près, mes préparatifs n'en furent que plus courts. Je ne voulais pas d'un rendez-vous fumeux en tenue d'apparat. Non, juste de la simplicité. Chiho et Yuki, rien d'autre. Attrapant un de mes poncho-cape, talonné par Hikari, je m'engouffrais par la porte de ma chambre direction l'avenir.

" Hey Wolfy ! Ne m'attend pas cet après-midi, je te confie la chambre, les deux énergumènes et l'œuf. Amuse-toi bien le taciturne ! "

Tel un Ninjask, j'étais passé en coup de vent, ne lui laissant même pas le temps de réagir. En un rien de temps, j'étais hors de l'académie. Les bus ne circulant pas, j'allais devoir marcher, mais vu l'heure qu'il était, j'avais largement le temps. Un petit détour par la rue commerçante pour voir si Vi y était, je finis par gagner l'entrée de l'Aquarium pour y attendre mon binôme.  N'ayant pas croiser la punk musicienne de génie, j'étais arrivé assez tôt pour pouvoir me permettre de me faire une petite collation avec mon starter, ce qui fut bientôt chose faite.  Rassasiés, nous nous allongeâmes sur un petit muret assez épais, bras croisés derrière la nuque, tête crâne contre crâne.  Une petite habitude que nous avions tous les deux dans nos moments de détentes privilégiés.  Le ciel était dégagé,  le soleil y brillait haut et fier, nous baignant généreusement des ses rayons chauds juste ce qu'il fallait. Un léger vent soufflait de temps à autre. Un temps idéal pour la sieste, mais je ne devais pas y céder, même si je ne pus empêcher mes paupières de se clore...



HRP:
 



_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Mar 6 Mai - 21:51
J'ouvris les yeux en sursautant, avec la désagréable impression d'avoir fait quelque chose qu'il ne fallait pas. J'avais mal à la nuque, sur laquelle je passai machinalement la main. À mon grand dam, les courbatures étaient encore plus violentes que celles laissées par l'entraînement matinal. Je soupirai. Je m'étais encore endormie la tête sur un livre intitulé 'L'étude éthologique des pokémons dans leur singulière pluralité' qui traînait sur mon bureau, assise sur ma chaise. Mes pokémons avaient encore certainement dû essayer de me réveiller pour que je me traîne sur le lit, mais comme ils connaissaient mon humeur massacrante au réveil, ils n'avaient sans doute pas osé prendre de risques. Il valait encore mieux que je me lève de mon propre chef, au moins ça leur éviterait de se faire fusiller par une nuée d'objets volants non identifiés. Le réveil était difficile. En ce moment je ne dormais clairement pas assez, et j'avais du mal à tenir toutes mes obligations.
Entre l'entraînement sportif, mes recherches, et bien entendu la surveillance de mon œuf, je ne savais plus ou donner de la tête. Heureusement la maman du groupe, Ivy, me donnait un coup de plume, autrement j'aurais déjà craqué physiquement. D'autant plus que dernièrement Floyd se comportait bizarrement, ce qui avait tendance à m'inquiéter. Le plus petit membre de mon équipe semblait nourrir un intérêt tout spécial pour le futur bébé, et je ne savais pas si c'était un bon signe. Si mon côté optimiste voulait croire qu'il se décidait enfin à sociabiliser avec un membre d'une autre espèce, mon instinct me disait qu'il pouvait préparer un coup fourré. Je ne tenais pas vraiment à découvrir ce qu'il avait en tête... Et à vrai dire s'il faisait quoi que ce soit de suspect à l’œuf, il y avait de fortes chances que je sorte le spray anti-moustique pour le lui faire voir de près.

D'ailleurs quand je me retournai un peu paniquée pour voir si la petite Lune (nom temporaire de l’œuf, vu sa couleur dorée et la lune sur la coquille) était toujours à sa place, sur mon lit. Je soufflai un grand coup quand je vis qu'elle n'avait pas bougé et était posée au même endroit, bien au chaud sur l'oreiller qui lui était réservé. Ivy dormait blottie non loin afin de lui tenir chaud, la tête rentrée dans les épaules. Je soupirai de soulagement. Il fallait absolument que je trouve un moyen de me décharger un peu de ma légion de responsabilités, car élever un bébé pokémon allait sûrement me demander pas mal de temps et de ressources. J'étais en train de réfléchir à des alternatives lorsqu'une petite sonnerie de mon Ipok me fit sursauter. Qui ça pouvait bien être à cette heure-ci ? Me frottant les yeux, je vis le message de Yuki et souris. Sans trop me poser de questions, je lui répondis. J'avais hâte de le revoir.

~ D'accord, je serai là ! ^.^ ~

Bien entendu se déplacer avec Lune était un peu plus compliqué, mais je me devais d'assumer ce jeune membre de mon équipe. Et puis jouer les mamans m'amusait, au delà de la fatigue et du stress qu'il puisse lui arriver quoi que ce soit. Alors je préparai mon sac à dos, que je rembourrai d'une serviette de bain pour emmitoufler ma protégée. Une fois qu'elle fut confortablement installée dedans, j'entrepris de prendre une douche rapide et m'habiller. Je mis une de mes robes préférées, une robe bleu ciel en tissu léger, ce qui était parfait pour cette journée ensoleillée. Une paire de sandales aux pieds, quelques bijoux discrets, et le tour était joué. Je ne portais plus d'atèle ni protection de telle sorte que la cicatrice que j'avais à la cheville était visible, ce qui me gênait un peu. Cependant au moins je n'aurais pas chaud et c'était un avantage non négligeable. Du moins j'essayais de m'en convaincre en me le répétant une multitude de fois. Et puis Yuki avait dit de venir sans fioritures, mais j'avais tout de même hésité.

Spoiler:
 

Après tout cette invitation soudaine présageait quelque chose de spécial, bien que je ne sache pas de quoi il était question. Ceci dit j'étais curieuse de voir à quoi ressemblait l'Aquarium municipal, que je n'avais jusque là jamais visité. J'avais bien ce bon de réduction que m'avait offert le Professeur Roseverte suite à la mission, mais pour l'instant je ne pouvais rien en faire puisque je n'avais pas de fossile en ma possession. Qu'importe. Aujourd'hui on était dimanche et ça me ferait du bien de me détendre un peu. Équipée de mon sac à dos, je vérifiai une énième fois que Lune allait bien, comme j'avais pris l'habitude de le faire. Robyn m'attendait déjà devant la porte, me poussant silencieusement à me dépêcher, tandis que les autres avaient regagné leurs pokéballs par souci de facilité. C'est que ça commençait à faire pas mal de bouches à nourrir, l'air de rien !

« On va aller prendre l'air, ça va nous faire du bien. Tu verras Lune, c'est amusant et il y aura plein de pokémons à l'Aquarium. Dommage que tu ne puisses pas encore voir ça de tes propres yeux. Enfin ce n'est rien, on y retournera plus tard c'est promis ! »

J'étais de bonne humeur maintenant que j'avais pris ma douche, et prête à m'amuser un peu. Après un dernier coup d’œil sur le miroir, je m'estimai présentable, alors je refermai la porte de ma chambre à clé et me dirigeai d'un pas rapide vers le lieu convenu. Je n'avais jamais visité les lieux mais j'étais déjà passée devant une paire de fois, alors je ne me perdrais pas. J'avais même un peu d'avance alors je ne craignais pas de le faire attendre. Sourire aux lèvres, je m'étais dirigée vers l'entrée, fière de moi. Pour une fois je n'avais même pas eu à demander mon chemin ni perdu un temps précieux à tourner en rond. Par réflexe je me mis à chercher la tignasse sombre de Yuki parmi les passants, sans pour autant apercevoir son visage familier. Inquiète je commençai à faire les cent pas, jusqu'à ce que j'aperçoive deux silhouettes allongées sur un muret non loin.
Reconnaissant les deux zouaves de loin grâce à la couleur singulière d'Hikari, je dodelinai de la tête. Bien entendu je m'approchai discrètement, faisant signe à Robyn de contenir son enthousiasme pour l'instant. Bien qu'un peu confus ce dernier obéit et me talonna joyeusement mais n'aboya pas. La petite guenon ne tarda pas à nous repérer aussi, et s'apprêtait sans doute à me sauter au cou pour me dire bonjour. Je réitérai pourtant ma manœuvre, posant mon index contre mes lèvres. Je lui demandais juste quelques secondes de plus, un sourire espiègle au coin des lèvres. Je ne pouvais pas encore courir à cause de ma cheville en rémission, mais je pouvais toujours jouer un petit tour au Noctali par d'autres moyens. Me penchant donc par dessus sa tête, je m'approchai si près que mes cheveux tombants chatouillèrent ses joues. Ce ne fut que lorsqu'il sembla marmonner quelque chose que je ne compris pas vraiment que je touchai son nez de mon index en riant.

« Bonjour monsieur le beau au bois dormant ! À moins que tu préfères que je t'appelle Ronflex ? »
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Mer 7 Mai - 6:26
Ecrivons un unique futur à deux



« L'amour peut prendre plusieurs formes, mais
il n'y a qu'un être que l'on aime vraiment. »

" Hmmm... A I aisse oi o hir... Gnn ! "

Quelque chose venait de chatouiller mon visage, quelque part dans les environs de mes joues, perturbant mon songe. Je ronchonnais alors, mi-réveillé, mi-endormi, mais plus endormi que réveillé tout de même. Quelque chose se posa sur mon nez. Décidément, on avait décidé de m'importuner, c'en était trop.

« Bonjour monsieur le beau au bois dormant ! À moins que tu préfères que je t'appelle Ronflex ? »

J'ouvrais alors grand les yeux, sursautant légèrement.

" Chi... Chi... Chiho ? " Là, je me mis à paniquer. " Aaaaaaah ! Non... Non... Ce n'est pas ce que tu crois, je ne dormais pas ! Hikari, tu arais pu me réveiller ! Non, je voulais dire... Euh... enfin... Je ne dormais pas... " Je me me redressais alors, bondissant sur mes jambes. " Tu... Tu as tes jambes ! C'est merveilleux Chi-chan ! J'ai cru qu'elle ne repousseraient plus... La cryogénisation... Les expériences.... Tes... Tes jambes... Perdues... Oui, perdues... Tu étais cul-de-jatte et puis... Enfin... "

" ChimpENFEU ! "

Mes idées venaient d'être remises en place par une belle frappe sur mon crâne de ma caractérielle petite chromatique noire aux yeux bleus. Encore endormi,  j'avais baragouiné je ne savais trop quoi à propos du rêve que j'avais commencé à faire. Je me grattais brièvement et nerveusement la tête avant de pousser un long soupir et de prendre une profonde inspiration.

" Désolé, je m'étais endormi, Chi-chan, je te demande pardon. "

Je m'inclinais devant elle de manière solennelle, notant au passage sa tenue. Magnifique ! Alors que je me redressais, je ne parvenais à trouver de qualificatif suffisamment explicite pour pouvoir  exprimer mes impressions à son sujet. Les mots me manquaient vraiment et je commençais à devenir nerveux. L'enjeu de cette journée me revenait en pleine figure comme un boomerang, pourtant, ce n'était pas le moment de perdre les pédales. Il fallait que je me calme et ce, de toute urgence. Pas de fioritures, je devais être moi-même. Je m’accroupis alors pour saluer Robyn, le congratulant de flagorneuses caresses à lui en faire perdre la tête. Comme prédit, cela m’apaisa, cependant, un détail me mis le feu aux joues. Les jambes de Chi-chan, ses magnifiques jambes... alors que je remontais, mes yeux en faisaient autant, sans parvenir à se détacher de ces magnifiques échasses. Le voulais-je vraiment en fin de compte ? tout ce qui était sûr, c'était que je savais au plus profond de moi que je souhaitais pouvoir les caresser et pourquoi, je ne le savais pas, je brûlais encore plus du désir fougueux de les couvrir de baisers. Ses cuisses mes rendaient complètement gaga. Puis vint sa poitrine... Je vous passerai les détails, c'est mon univers après tout et je ne tiens pas trop à le partager avec vous. Après tout, je ne suis pas là pour vous faire la publicité de Chiho et vous proposer à la vente, celle que j'aime en vous faisant saliver, non, au contraire ! La détaillant sommairement afin de ne pas la gêner outre mesure, je me décidais enfin à parler. Toutefois, le naturel revenant au galop, notre naturel, celui qui avait cours lorsque j'étais auprès de celle qui faisait battre presque officiellement mon cœur.

" Bonjour ma douce et belle petite rouquine. " Je la pris dans mes bras, la serrant tendrement contre moi, déposant un baiser sur son front au passage. Je la relâchais ensuite, faisant un pas en arrière pour pouvoir mieux la voir, plongeant mes yeux dans les siens, un petit sourire aux lèvres. " Vous êtes vraiment en beauté Chiho-hime, comme toujours aurais-je bien envie de dire, mais cela ne serait pas flatteur pour ce que vous offrez à mes yeux aujourd'hui. Cette robe est toute à votre avantage et vous boucles d’oreilles ainsi que votre savante coiffure font ressortir à merveille vos magnifiques yeux qui me troublent toujours autant après ces  cinquante jours de partage de destinées. " Je m'étais incliné devant elle, prenant sa main pour y déposer un doux baise-main. Je me redressais une fois de plus. " De plus, je suis vraiment flatté que vous ayez choisi une de ces fameuses pince à cheveux pour l'occasion... Enfin... Je vous remercie d'avoir accepté mon humble invitation. "

J'aimais bien la titiller un peu en parlant ainsi. Forcé ? Non, pas du tout, après tout, cette facette était réellement partie intégrante de moi. Je venais d'une famille aristocratique et ce parler était normal pour moi. Ayant subit plusieurs écoles d'éducations, je pouvais aisément me fondre dans n'importe quelle couche sociale, adaptant mon verbe en conséquence. Je l'observais un long moment durant sans guère mot dire,un sourire un peu béat déformant mon visage. Mon cœur tambourinait en rythme, véritable tambour de guerre. Je la voulais elle et nulle autre qu'elle, j'en étais sûr, je n'en doutais pas. Pour la vie serait le summum, mais à défaut, je vivrais chaque moment comme s'il était le dernier afin de ne pas avoir de regret à la fin de tout ceci, que j'espérais vraiment la plus tardive possible, à la fin de ma vie, pour ne pas dire jamais. Après une infinité de secondes, je finis par prendre mon binôme par la main, l’entraînant avec moi en direction de l'entrée.

Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] 2108769363

" Maman, je veux aller voir les Lovdisc. "

" Non, on ne peut pas. "

" S'il te plait... "

" Je te dis qu'on ne peut pas. Tu sais très bien que les temps sont durs en ce moment Hitomi. La pêche de papa est maigre et le peu de sous que nous avons ne nous permet pas de faire le moindre écart. Désolée ma chérie, mais il te faudra attendre encore un peu... "


" Mais c'est mon anniversaire... Ouiiiiiiiiin "

" Je... Je suis désolée Hitomi-chan, ne... Ne pleure pas je t'en prie, c'est dur pour moi aussi... "

Cette conversation avait été celle d'une mère et de sa fille, assises sur un banc non loin de nous. Je n'avais pas spécialement eu envie de l'écouter, mais elle s'était imposée à mes oreilles et je m'étais arrêté pour les regarder. La détresse de la petite fille qui ne comprenait pas tout et celle de cette mère qui ne pouvait satisfaire aux désirs de sa petite fille me toucha profondément. Ce qu'elles vivaient, je ne le connaissais pas. Je ne l'avais jamais vécu et ne le vivrais probablement jamais, pourtant, je pouvais le comprendre sur un plan humain.

" Juste un instant je te prie Chi-chan "

Je lui lâchais alors la main, me détournant d'elle et m'approchant des deux protagonistes sur le banc.  

" Bonjour mesdames. Désolé de vous interrompre, je ne voulais pas prendre part à votre conversation mais disons que le vent l'a rapportée à mes oreilles. "

" Je... "

" Non non, ne vous en fait pas, je n'ai aucune mauvaise intention à votre égard et je ne suis point là pour me moquer de vous. Je peux comprendre ce que vous pensez et ce que vous pourrez ressentir, mais s'il vous plait, acceptez ceci. "

Je lui tendis alors les deux places que j'avais et qui étaient normalement destinées à ma compagne et moi. La femme marqua un temps d'hésitation, mais je ne lui laissais pas le choix. Je m'accroupis alors, me mettant à hauteur de la fillette.

" Bonjour, moi c'est Yuki, Yutaka Yuki et vous ? "

" Hitomi, Nakazawa Hitomi. "

" Oh, quel bien jolie nom vous avez là. Tenez Hitomi-hime, ce sont deux places pour aller à l'aquarium, ainsi, vous pourrez aller admirer ces petits pokémon marins qui vous font temps envie en compagnie de votre bien aimée mère, alors je vous en prie séchez-moi ces larmes, vous êtes tellement plus jolie lorsque vous souriez. Qui plus est, c'est un jour un peu spécial aujourd'hui si je ne me trompe pas. "

" Oui, c'mon anniversaire ! "

" Joyeux anniversaire Princesse ! "

" Merci Yuki-niichan ! "

Prenant les billets, la fillette aux cheveux roses me sauta dans les bras, me projetant au sol sous l'impact du choc, tant elle s'était jetée sur moi avec fougue. Rigolant de bon cœur je me relevait, pas peu fier de ce nouveau collier que j'avais. En effet, la jeune Hitomi était pendue à mon cou. Je la pris alors dans mes bras, la fis tournoyer un peu avant de la déposer au sol. cette dernière se mit à courir vers l'entre toute proche de nous en agitant ses billets dans les airs. Cela me tira un sourire fraternel bienveillant. La mère se leva et vint se placer à ma hauteur.

" Je... " Elle semblait chercher ses mots.

" Tenez, voilà pour vous. J'ai cru comprendre que les temps étaient durs pour vous et je ne peux décemment pas rester là sans rien faire après avoir entendu ça. Je n'ai pas grand chose sur moi alors tout ce que je peux vous offrir, c'est cela. Avec ça, en les revendant, vous pourrez récupérer une belle petite somme en les revendant, c'est de l'or. " Je lui tendais alors mes boucles d'oreilles massives que j'avais décrochées de mes oreilles.

" Je ne peux pas... "

" Alors ce n'est pas pour vous, mais pour Hitomi-chan. C'est son anniversaire aujourd'hui et c'est un cadeau que je lui fait via sa mère. Je vais vous le reformuler autrement. Avec ceci, vous pourrez lui offrir une belle fête d'anniversaire, lui payer un beau cadeau et avec le reste d'argent, vous pourrez subvenir un peu à vos besoins en espérant que la mer soit plus clémente pour votre mari à sa prochaine sortie de pêche. " Je lui souris alors.

" Je... Vous... vous êtes un Yutaka ? De la riche famille Yutaka ? "

" Euh... Oui, c'est bien cela... " Je détournais alors les yeux un peu gêné et perplexe.

" Nous venons de Céladopole à l'origine. Il y a quelques années seulement que nous vivons ici et je ne pensais pas que je croiserai un Yutaka par ici et encore moins un qui ferait preuve de philanthropie comme monsieur Yamamoto Yutaka, un saint homme. " Elle rougit.

" Ne vous en faites pas. Je partage votre point de vue, ma grand-mère et moi ne nous entendons pas trop, mais mon grand-père est un homme bon et juste et il m'a enseigné quelques bonnes valeurs, ou plutôt souligné. Mes parents ont fait de moi ce que je suis... "

" Le fils d'Hiro et d'Ayako ? J'étais dans la même classe qu'eux... "

" Oui, c'est bien cela. Tenez, voici leurs coordonnées, vous pourrez les joindre aisément et n'hésitez surtout pas à les appeler, ils sont très nostalgiques et surtout mère. avoir de vos nouvelles les emplirait d'un réel bonheur... "

" Merci, merci mille fois petit Yuki et désolé de prendre vos places à ta petite amie et toi. Bonne journée à vous et qu'Arceus vous garde. "

" Ce n... Euh... Il n'y a pas de quoi, ce n'est trois fois rien amusez-vous bien. "

La femme s'inclina plusieurs fois devant moi, fit quelques pas pour répéter la même scène devant Chiho, lui glissant quelques mots que je ne pus saisir, avant de s'en aller retrouver sa fille et de disparaître derrière les portes de l'aquarium, non sans avoir fait un dernier signe de la main. Je me dirigeais alors vers celle que je souhaitais avoir pour première petite amie. Chemin faisant, j'avais sorti ma parie de boucles d’oreilles de secours. Celle-ci était en or blanc, cadeau de ma mère. Je finissais de les mettre en arrivant devant la pyroli.

"Pardon de t'avoir fait attendre... Je...Leur histoire m'a touché, je ne pouvais pas passer simplement passer mon chemin. Pardon pour les billets aussi. Je crois que nous allons devoir faire un peu la queue au final, mais en compagnie d'une aussi belle femme que toi, cela ne me déplaît pas, je pourrais ma pavaner un peu et puis ta compagnie m'est très agréable... Tu penses que tu pourras me pardonner ce petit contre temps et accepter de rester avec moi au final ? "

J'attendis alors sa réponse, avant de la prendre la main et de reprendre la route, marchant à côté d'elle. Je lui ouvris la porte, l'invitant à entrer et entrant à mon tour. C'était la première fois que je mettais les pieds dans celui-ci, mais c'était loin d'être ma première fois. Pourtant, je ne pus m'empêcher de m'émerveiller devant la magnificence du lieu et du gigantisme de ce hall. Un Béhémoth trônait en plein milieu de la salle, non pas le monstre, mais, une gigantesque représentation d'un Wailord, accrochée au plafond. Jour de chance. Un guichet venait d'ouvrir et lâchant la main de Chiho, je lui déposais un baiser sur la joue avant de me précipiter vers le comptoir qui venait de s'ouvrir. Là, j'achetais nos deux tickets. Rejoignant ma douce, je la repris par la main, entremêlant mes doigts aux siens sans même y prêter attention, pour cette fois-ci m'arrêter devant un présentoir avec des plans de l'aquarium.

" Eh bien mon précieux binôme, quelle sera notre itinéraire ? La scientifique, c'est toi après tout alors je m'en remets à ta sagesse. Éclaire-moi de tes connaissance ma douce Chiho et achève de me faire tomber amoureux de toi... "

Je lui souris alors, rougissant en même temps que je prenais conscience de mes mots. Toutefois, je ne me rétractais pas. Aujourd'hui, j'assumerais pleinement car après tout, c'était pour cela que je l'avais faites venir.


_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Sam 10 Mai - 3:40
Sa réaction était aussi prévisible qu'elle était hilarante. Oui, ça me rappelait un peu la façon maladroite que j'avais eu de me réveiller alors que je m'étais assoupie dans les bras de Yuki. C'était quand même bien plus drôle quand la situation était inversée, remarque. Je ris de bon cœur, surtout lorsqu'il me parla de l'étrange cauchemar qu'il venait de faire. C'était farfelu, incohérent et confus... comme beaucoup de songes, cela dit. Je décidai donc de ne pas trop m'attarder sur le sujet, car l'idée de me retrouver mutilée, sans jambes et avec Arceus sait encore quelle tare ne me disait rien qui vaille. Amusée je vis que Hikari était toujours aussi rapide à la détente, n'hésitant pas à distribuer les cocos en veux-tu en voilà. Je lui souris et me penchai vers elle.

« Bonjour, Hikari. Je vois que tu es encore en pleine forme, ça fait plaisir à voir. »

Je laissai quelques instants au dormeur pour reprendre ses esprits et émerger jusqu'à la réalité, ce qu'il fit en saluant Robyn. Je m'assis donc sur le muret de pierre à côté de lui, pas vraiment pressée. Je dois dire que j'étais curieuse de savoir ce qu'il avait en tête, après tout cette invitation soudaine n'était sûrement pas anodine. Enfin... Non que je m'attende à quelque chose de spécial, car après tout même les cours étaient plus amusants en sa compagnie. Lui rendant timidement son étreinte, je réalisais petit à petit à quel point ce genre de démonstrations nous était devenu naturel. Je rougis de plus belle à ses habituelles élucubrations diverses et variées, qui bien que parfaitement exactes étaient d'une rhétorique presque théâtrale. Ses compliments me faisaient toujours plaisir bien sûr, mais je ne savais toujours pas quoi en faire ni comment les gérer. Malgré tout je ne pus m'empêcher  de lui répondre avec la même naturalité qu'on me connaissait si bien.

« Je porte toujours une de ces fameuses pinces toute la semaine, tu devrais le savoir puisqu'on se voit au moins une fois par jour...  »

Mon ton était léger mais son ressenti ne l'était pas du tout. En fait je n'étais pas du genre à beaucoup parler de mes sentiments ou de mon ressenti en général, mais j'avais ma façon bien à moi de le montrer. Prendre ce genre de petits détails très à cœur en faisait partie, aussi étrange que cela puisse paraître. C'était aussi pour ça que lors de notre première rencontre j'avais été blessée qu'il refuse de garder la peluche Caninos au premier abord. C'était tout le paradoxe de ma complexe personnalité : une grande maturité et une certaine fragilité bien cachées derrière une apparence féminine et un caractère enjoué. Beaucoup me prenaient pour une fille frivole et superficielle, alors qu'en réalité j'en étais à des années-lumière. Les mains posées sur les cuisses et le regard bas, j'étais absorbée dans mes pensées et ne vis pas la façon insistante dont Yuki me regardait.
En fait je fus rapidement distraite par une conversation à proximité, qui eut le don d'attirer mon attention. C'était une situation délicate entre une mère et sa fille, qui quelque part me semblait bien plus familière que je ne l'aurais aimé. Bien que les raisons aient été différentes, j'avais aussi grandi avec un père absent, alors j'étais vraiment touchée. Moi aussi j'avais été une petite Hitomi, une enfant comme une autre qui rêve seulement d'évasion et de découverte, sans pour autant avoir les moyens d'obtenir satisfaction. Son caprice ne me sembla pas déplacé, bien que les raisons de sa génitrice soient tout aussi compréhensibles. Mon cœur se serra, alors que je pensais à ma propre mère. Elle avait toujours été sévère et exigeante, mais je n'avais pas la moindre raison de me plaindre. C'était une femme de courage en plus d'être un génie, et je lui étais infiniment reconnaissante. Maman avait su m'éduquer et supporter mes innombrables bêtises, le tout en travaillant comme une acharnée afin que je ne manque de rien. Rien que pour ça, elle avait tout mon respect.

Un peu perdue, je cherchais une idée pour faire un geste... J'avais même commencé à regarder dans mon sac afin de leur donner l'argent nécessaire à l'achat de deux billets... mais je fus prise de court par mon charmeur de Noctali. Surprise, je l'avais vu approcher la petite famille avec beaucoup de dignité, et réussir à les convaincre d'accepter les billets qu'il avait réservés sans froisser leur fierté. Oui, c'était vraiment bien pensé. Il montrait une fois de plus qu'il était généreux mais aussi aimable et sensible. Je savais aussi qu'il ne faisait pas du tout ça pour m'impressionner, et cela en rajoutait au vrai sens de son don. C'était une personne entière et honnête, bien qu'un peu trop franche parfois. Quoi qu'il en soit dans un cas comme dans l'autre, je l'aimais pour ça.
La façon dont la fillette lui sauta au cou en disait long sur sa joie, une émotion communicative qui ne tarda pas à m'envahir aussi. Oui, la journée commençait bien et j'étais emplie de ce sentiment subtile et persistant qui me faisait me sentir bien. Le bonheur peut être ? Ou peut-être la simple certitude de faire ce qui était juste. Lorsque la maman s'inclina devant moi, je lui souris avec bienveillance en lui rendant son salut. J'étais très loin des sphères stellaires des Yutaka, et je n'en ferais probablement jamais partie. Ce n'était pas un monde qui me concerne, bien que je reconnaisse volontiers qu'il n'avait pas que des mauvais côtés. Le mécénat et la philanthropie étaient les bases de l'altruisme après tout. Fière de Yuki, je le pris dans mes bras sans mot dire. Ce ne fut qu'une fois que je le relâchai, les joues en feu, que je me rendis compte de l'impulsivité de mon geste.

« Baka. Cesse de t'excuser d'agir selon tes convictions, surtout quand tu fais sourire les gens autour de toi. Tu as eu raison de faire ce que tu as fait, et je n'aurais pas fait mieux moi-même. Et puis moi, partir ? Tu ne crois pas que tu vas te débarrasser de moi aussi facilement, si ? »

Une petite moue contrariée se lisait sur mon visage, bien que ce ne soit pas sérieux, évidemment. Je gagnais tout doucement en assurance, ou du moins c'était le cas en sa présence, ce qui n'était pas négligeable. Je changeais progressivement pour devenir une femme, et non une fillette effrayée dès qu'elle met un pied dehors. Je pensai à lui mettre une tape derrière la tête pour l'empêcher de dire des conneries, mais finalement je me ravisai. Non, pas aujourd'hui. Aujourd'hui c'était notre journée et je ne voulais pas la gâcher avec des altercations inutiles. Nous avions bien mieux à faire !
Après avoir fait la queue pour acheter de nouveaux billets, nous entrâmes dans l'Aquarium, dont j'avais déjà entendu parler à de nombreuses reprises. D'après mes collègues scientifiques les installations de cet endroit étaient à la pointe de la technologie, ce qui permettait notamment de ramener des fossiles antiques à la vie. De quoi fasciner les puristes, et rallier même les plus sceptiques quand au bien fondé de se processus. Je souris en voyant le décor à l'intérieur, avançant main dans la main avec Yuki. Cet endroit était à la hauteur de mes espérances et même au delà. C'était élégant, sobre et grandiose à la fois. La réplique d'un gigantesque Wailord décorait le plafond, gratifiant les visiteurs d'une bienvenue qui plongeait immédiatement dans l'ambiance aquatique des lieux. De part et d'autre de l'entrée s'étendaient déjà les premiers aquariums, hauts d'à peu près deux mètres bien qu'ils ne soient pas très  larges. De nombreux Barpau et des Magicarpes semblaient parader d'un côté à l'autre, dansant avec flegme en ouvrant et fermant la bouche. C'était drôle de voir ça, surtout qu'ils ne semblaient pas du tout se soucier des nombreux humains qui les épiaient.

Curieux nous avancions lentement pour pouvoir tout regarder, mais nous avions justement un peu de mal à nous décider sur l'itinéraire à prendre. Le bâtiment était composé de plusieurs étages et les différents niveaux abritaient toutes sortes d'espèces différentes. Nous repérant grâce à un présentoir explicatif, je consultai la carte en essayant de repérer notre position. Ce n'était pas très difficile remarque, alors je programmai le parcours dans ma tête, vu que Yuki préférait que je prenne les devants dans ce genre de situations. Je lui souris, ne relevant pas sa dernière phrase. Ce genre d'affirmations avait le don de me faire rougir tout autant que de précipiter les battements de mon palpitant. Je ne savais jamais vraiment sur quel pied danser, alors au final j'optai pour l'imprévu du retour de flamme.

« Achever, hein ? Mais je croyais que c'était déjà fait ? »

Riant tout bas je ne me prenais pas au sérieux. Je cherchais juste à le surprendre sur son propre terrain, même si je savais pertinemment que je n'avais aucune chance de gagner de ce côté là. Lui faisant un petit clin d’œil provocateur, je me laissais aller à explorer l'inconnu. L'inconnu d'une nouvelle Chiho qui voyait le jour, une nouvelle Chiho qui n'existait pour personne d'autre que lui. Reprenant donc les devants, je le tirai par la main malgré le fait qu'il soit resté planté sur place. Une foule d'enfants de l'école maternelle se pressait devant la première salle ronde, où jouaient des Otaria, des Obalie, ainsi que leurs évolutions respectives. Les marmots restaient donc agglutinés devant la plaque de verre, s'exclamant et donnant des surnoms aux pokémons qui virevoltaient dans tous les sens, jouant dans l'eau avec insouciance.

« C'est drôle qu'ils se plaisent autant ici, j'avais toujours cru que certains pokémons étaient plus heureux en liberté. Pourtant regarde-les... Ils sont comme à la maison, et ils semblent même s'amuser de la présence d'un tel public. C'est comme s'ils faisaient le show exprès pour nous amuser. C'est curieux non ? »

Il faisait un peu froid dans la salle, alors un frisson me parcourut l'échine, bien que je n'en ai pas perdu mon sourire. J'aimais voir les humains et les pokémons cohabiter de manière aussi naturelle, sans que l'un ni l'autre ne se sente prisonnier ou contraint. C'était une des grandes raisons qui me rendait aussi liée à ces petites créatures... Elles offraient tellement de choses et d'émotions qu'il m'était presque impossible de ne pas me dépasser pour ne pas les décevoir. Je fus bousculée par un petit garçon roux qui avait couru rejoindre ses amis, et finis projetée contre le torse d'un malheureux employé de l'aquarium qui n'en demandait pas tant. Levant les yeux vers lui, je fus tellement gênée de ce qui s'était passé et de son regard descendant sur moi que je bégayai en prononçant des excuses.

« Oh... Dé... Désolée. Pardon. » Me redressant avec dignité, je portai mon regard vers l'attroupement d'enfants à la recherche du responsable. Je ne comptais même pas dire quoi que ce soit, mais le jeune impoli m'avait alors lancé un regard vicieux et mauvais sans que je comprenne pourquoi. Je haussai un sourcil sans comprendre, me demandant pourquoi le petit démon semblait tant m'en vouloir. Décidément de nos jours les valeurs se perdaient...
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Sam 10 Mai - 6:08
Ecrivons un unique futur à deux



« Il est difficile d'être ami avec une
personne dont on est tombé amoureux. »

« Achever, hein ? Mais je croyais que c'était déjà fait ? »

J'avais complètement beugué. Erreur système, beug totale, error 404 brain not found, j'étais complètement HS, totalement séché. Elle avait raison, c'était vrai dans un sens, non, véridique tout court. Ce n'était plus un secret pour personne, ou seulement pour les aveugles et sourds, mais que ça sorte ainsi de sa bouche, non, vraiment, je ne pouvais pas l'assimiler. Coupé dans mon élan, pétrifié comme si j'avais croisé les yeux de la Gorgogne, je restais coi, la bouche ouverte, les yeux rivés sur un elle autre qu'elle. Si mes yeux la fixaient, ils ne la voyaient presque plus en réalité. Son petit clin d’œil, capté comme un mouvement assez significatif pour être capté par mes radars et écrans de contrôle, fut l'amorce de la réinitialisation  de mes protocoles systèmes. La magnifique rousse qui me faisait la grâce de sa présence à mes côtés, m'avait alors pris par la main, ne me laissant guère d'autre alternative que de la suivre.

Alors que j'étais traîné, je souriais de manière totalement niaise. J'étais ravi de cette situation. au final, cette journée était vraiment des plus intéressante, sympathique même. Pour le moment, je n'avais rien à y redire, tout était pour le mieux. Au fond de moi, j'étais persuadé que j'avais pris la meilleure des décisions du monde en l'invitant à me rejoindre ici. Les scènes préalablement jouées défilaient et redéfilaient dans mon esprit, encore et encore. Une Chiho nouvelle était en train de naître et je commençais à me dire que j'aurais peut être dû prendre ce genre d'initiative un peu plus tôt mais je chassais cette idée de ma tête. En effet, il ne servait à rien de ressasser le passé avec des "Et si " totalement inutiles. Ce qui était fait était fait et cela ne pourrait donc plus être changé. Je ne devais donc me contenter que de ce que j'avais à l'heure actuelle et cela me convenait tout aussi bien et même carrément plus car après tout, c'était un présent en train de s'écrire, avec des perspectives d'avenirs plutôt alléchantes. Un nouveau monde s'ouvrait et s'offrait à moi, un monde inexploré et qui ne demandait qu'à l'être. Ma main se resserra un peu plus, rendant notre étreinte un peu plus affirmée encore. Ma Chiho...

Nous étions à présent dans une salle ronde avec des Otaria et des Obalie, ainsi que leurs évolutions. Quel fascinant spectacle, un véritable délice pour les yeux, les cœurs et les âmes. Leurs ballets étaient magnifiquement synchronisés, nous offrant des représentations à vous en couper le souffle. Je m'en extasiais déjà. De jeunes enfants animaient la pièce de leurs exclamations et cela m'attendrit, me rappelant mon premier aquarium avec mes parents, mais je n'allais pas plonger dans un élan nostalgique assez longtemps. Chi-chan avait parlé.

" Il est évident que les Pokémon seraient plus heureux en liberté, mais pour eux, c'est différent, ils ne peuvent se juger malheureux car au final, ceci est leur monde. Ils ne sont pas comme nous autres qui avons un point de comparaison entre l'académie et notre chez nous. Nous pouvons être mélancoliques ou nostalgiques de notre passé, mais eux, ils n'ont rien d'autre que ceci, ils sont ici chez eux et ne connaissent pas le monde extérieur. Il n'y a qu'à voir comment ils se comportent. "

Je lui fis alors un petit clin d’œil. Je notais au passage que ma petite pyroli bien aimée frissonnait. Sans vraiment prendre le temps de la réflexion, j'ôtais ma cape pour l'en faire profiter, mais je n'eus pas le temps de la lui donner. La voilà qui m'était arrachée, projetée sur un employé. Banal petit accident, mais pas tant que ça au final. Le regard carnassier de prédateur en rûte de cet homme sur ma Précieuse, MA Précieuse, me rendait malade. J'avais envie de lui casser la figure et de le faire s'excuser auprès d'elle Pour qui se prenait il ? Nos regards se croisèrent. Ce que véhiculaient mes prunelles le déstabilisèrent et il baissa la tête avant de changer de direction. Amateur, croyait-il vraiment pouvoir empiéter sur le territoire sacré et privé d'un Tanuki,  DU TANUYUKI ? Il était bien trop jeune de quelques dizaines de milliards de siècles pour cela. Me rapprochant de mon binôme, je la recouvrais enfin de mon étoffe de tissu afin de la préserver des courants d'air et une fois n'était pas coutume, je me retrouvais torse nu, mais ce la ne me faisait rien, je ne craignais pas cette fraîcheur.

" Ca va, tu n'as rien ? "

J'allais me mettre en chasse du malotrus mal élevé qui avait bousculé ma petite Chi-chan, mais je fus pris de vitesse.

" Nii-chan ? "

Je reconnus la voix de cette petite fille qui fêtait son anniversaire aujourd'hui et qui tirait sur mon pantalon pour attirer mon attention sur elle, ce qui fut rapidement chose faite. Me faisant signe de son petit index de me rapprocher d'elle, je m’exécutais en me mettant à son niveau, notant au passage sa main cachée derrière son dos.

" Oh Hitomi-chan ! "

" Tiens Yuki-nii, c'est pour toi, pour te remercier pour ton cadeau, c'est le plus beau cadeau d'anniversaire. "

" Oh mais... Mais c'est un oeuf, je ne pe... "

" Si ! Prend-le s'il te plait comme pour les places avec moi. Notre Kirlia a pondu deux œufs alors je peux t'en donner un. Comme ça, on sera amis pour toujours avec les mêmes pokémon parce que quand le bébé sera sorti de son oeuf, eh bah ce sera mon premier Pokémon à moi. Tu veux bien accepté s'il te plait ? "


Ses yeux embués et sa petite moue timidement boudeuse me touchèrent. L'intention était pure et innocente, je ne pouvais refuser. Je restais vraiment trop sensible à ce genre de petites choses, malgré le masque que je portais devant le monde. Et puis un Tarsal... J'en avais presque toujours rêvé, un Pokémon aussi gracieux... M'était avis que ma mère en serait jalouse et cela me faisait rire. Avec un sourire sincère et fraternel, j'acceptais son offre, la remerciant en lui déposant un petit bisous sur la joue.

" Dis nii-chan... Quand je serai grande, si tu ne veux plus de ton amoureuse, eh bah moi je serai là ! "

Elle me déposa un baiser sur la joue à son tour, se dressant sur la pointe de ses petits pieds avant de partir en courant, gloussant comme le font les petites filles de cet âge après s'être déclarée dans un ultime effort de courage pour passer outre leur timidité. Rouge, je me redressais observant l’œuf que j'avais reçu. Ce n'était pas le moment. Je le rangeais délicatement dans ma sacoche, veillant à l'y installer le plus sûrement possible. Mon premier œuf à moi... Je reportais mon attention sur Chiho.

" Tu as l'air plutôt préoccupée, pour ne pas dire carrément agacée... Quelque chose ne va pas ? "

" Chimpenfeu ? "

Tandis que je la prenais dans mes bras, suivant son regard, Hikari lui prenait la main. Je vis alors le petit rouquin qui l'avait bousculée. Je n'aimais pas son attitude, pour une raison que j'ignorais encore, il ne me revenait pas.

" Tu veux que j'aille lui apprendre la politesse Princesse ? "


HRP:
 



_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Mer 14 Mai - 1:45
Yuki avait raison, bien sûr. Ces pokémons que je jugeais être en captivité s'étaient adaptés à leur milieu, ils s'étaient approprié cet endroit où ils étaient probablement nés, et il n'y avait nul doute que c'était devenu là leur nouveau foyer. Pensive, je m'arrêtai un instant. Pokémons comme humains connaissaient la même problématique, puisque tous deux étaient parfois amenés à céder leur liberté par les circonstances de la vie. Seulement certaines chaînes étaient plus supportables que la plus absolue des libertés. Je soupirai, glissant un petit regard en coin vers mon fusionnel binôme. Oui, certains liens émotionnels étaient plus forts qu'on ne pouvait l'imaginer, à la fois indéfectibles et émancipateurs. Il était un de ceux-là.

Sa présence à mes côtés était aussi dangereuse qu'elle était apaisante, c'était à ne rien y comprendre. J'étais perdue dans mes pensées, lorsque je fus subitement bousculée sans délicatesse. Surprise, je m'étais profusément excusée auprès des gens autour de moi, même si je n'y étais pas pour grand chose. Occupée que j'étais à signifier mon regret, je ne vis l'expression du Noctali que quelques secondes plus tard. Quelque chose semblait lui avoir déplu, même si je ne compris pas au premier abord ce dont il s'agissait. Je haussai les épaules avec légèreté, décidée à dédramatiser la situation. Après tout il n'y avait vraiment pas de quoi s'exalter. Le responsable n'était qu'un enfant, et en plus du reste personne ne s'était fait mal. C'était tout ce qui importait à mes yeux.
Je souris alors que sa cape se retrouvait sur mes épaules, m'enveloppant de la chaleur qui était la sienne il y a à peine quelques instants. Je ne m'attendais pas à ça et n'en avais pas vraiment besoin, mais je n'avais pas le cœur de refuser un geste aussi gentil. Surtout qu'il prendrait mal si je déclinais le vêtement qu'il avait enlevé pour moi. Yuki était toujours plein de ces attentions que je n'attendais plus de la part de personne, habituée que j'étais à me débrouiller seule. Cela faisait bien des années que j'avais appris la leçon à la dure : on ne peut compter que sur soi-même et sa force, car tôt ou tard on finit toujours par se retrouver seul. C'est ce que j'avais longtemps estimé comme une des principales vérités fondamentales, du moins jusqu'à ce qu'il fasse irruption dans ma vie, bousculant tous mes préjugés et mes principes. Telle la balle qu'il avait tiré ce jour-là, il avait rompu mes protections, et il les avait déjouées comme si c'était un jeu d'enfants, créant une place pour l'émergence du passionnel et du charnel que j'avais toujours repoussés. Je soupirai.

« Oui je vais bien ne t'en fais pas. »

J'avais voulu le rassurer, m'approchant pour reprendre ma place à ses côtés, mais je fus devancée par la fillette que nous avions rencontrée à l'entrée, Hitomi-chan. Bien qu'un peu intriguée par ce qui se passait, je n'intervins pas. Ce qu'elle avait à dire à Yuki ne me regardait probablement pas, et je ne tenais pas à ce qu'il pense que j'étais une stalkeuse compulsive. Je restai donc en retrait, suivant vaguement leur conversation du coin de l’œil. Je remarquai bien entendu l'oeuf que l'enfant était en train de lui offrir, et ne pus m'empêcher de sourire. Il le méritait bien après ce qu'il avait fait un peu plus tôt. Un petit bisou sur la joue plus tard, Hitomi s'en fut à nouveau en sautillant de joie, fière d'elle. Je souris... Et puis j'entendis sa dernière phrase, comme si un radar invisible et d'une effrayante minutie venait d'être mis en marche. Attends elle venait de dire quoi là ? Sale morveuse de #@~*' de saleté de putain de $-*{#~&% ! Souriant de force, mon rictus était empli d'une grande retenue et d'une innocence pour une fois feinte.

« Mais non, tout va bien, penses-tu... ! Hahaha. »

Oui, tout irait bien quand j'aurais fini de lui raser le crâne après l'avoir pendue par les pieds au dessus d'un tank de Sharpedos en furie. Je ricanai à l'idée avant même de m'en rendre compte. Ce ne fut que plus tard, lorsque Yuki me prit dans ses bras, que la rage aveugle et disproportionnée se calma en partie. Hikari me prit alors aussi la main, me détournant de l'émotion dévorante. Je respirai profondément pour la combattre bien que mes yeux cherchent Hitomi parmi la horde d'enfants braillant dans tous les sens. Robyn aboya dans ma direction d'un air inquisiteur. Visiblement il avait perçu très vite mon changement de comportement, et bien qu'il n'ait pas trahi le secret, il se demandait ce qui n'allait pas. Enlaçant la nuque masculine de mes mains, je me mis sur la pointe des pieds et posai mon menton sur son épaule. J'étais contente qu'il ait reçu un œuf malgré tout, car en plus du reste il pourrait vivre cette expérience en même temps que moi.
Cherchant à changer de sujet, je pris mon sac à dos dans mes bras, afin de lui montrer Lune. Seulement voilà... dans le sac si soigneusement préparé et protégé il n'y avait plus que du vide. L'horreur me prit aux tripes en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Lune. Où était passée Lune ? Mon cœur s'arrêta, et mes yeux paniqués étudiaient la foule à la recherche du coupable. Les enfants continuaient toujours à faire des commentaires et regarder les pokémons comme si de rien n'était, absorbés par leurs jeux. Les quelques adultes présents semblaient aussi étrangers à ce qui m'arrivait, comme s'ils n'avaient rien entendu. Interdite, je me retournai vers mon binôme.

« Lune n'est plus dans mon sac. Quelqu'un me l'a volée pendant que je ne faisais pas attention ! Tu crois que ça pourrait être un des gens que j'ai heurté tout à l'heure ? »

Bien entendu je connaissais le savoir faire de certains pickpockets, mais je n'imaginais que quelqu'un puisse être capable d'une telle prouesse avec un œuf de pokémon. Après tout d'accord ce n'était pas bien lourd, mais le volume ne les rendait pas vraiment faciles à subtiliser pour autant. Je n'en revenais pas. J'agitai la tête pour essayer de reprendre mes esprits. Je ne pouvais pas rester là me morfondre sur mon incapacité à prendre correctement soin d'un bébé... pour l'instant je devais juste me bouger et la retrouver quoi qu'il arrive. Je fouillerais toutes les poches des visiteurs présents si nécessaire, mais je ne laisserais personne me piquer Lune ! Un autre regard en biais, celui de trop. Furieuse, j'approchai l'employé qui m'avait joyeusement mattée un peu plus tôt et l'agrippai par le col de sa chemise impeccablement repassée.

« Vous, c'est vous qui m'avez pris mon œuf, pas vrai ? Vous avez intérêt à cracher le morceau, et vite sinon je... sinon je... »

Mes yeux brillaient d'une lueur dangereuse et aussi menaçante que mon ton de voix. Avec mon peu de force je ne pouvais pas le soulever de terre, mais à défaut je l'avais forcé à se baisser pour me faire face. Nos nez se touchaient presque et mon autre poing serré le long de mon corps me démangeait plus que tout. Oui, j'étais à deux doigts de lui casser la figure sans avoir la moindre certitude qu'il était coupable de ce dont je l'accusais. Je n'avais pas la moindre preuve non plus et à vrai dire je m'en tamponnais avec une babouche. Si l'on ne me rendait pas Lune très vite, l'aquarium allait virer au cimetière !!
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Mer 14 Mai - 9:21
Ecrivons un unique futur à deux




*Lune ?*

J'étais perplexe. Qui était Lune ? Un Pokémon à elle ? Non, j'en doutais. Pourquoi Chiho aurait-elle un Pokémon dans son sac ? Je les connaissais tous maintenant, et je ne voyais vraiment pas lequel d'eux accepterait de voyager en sac. En y pensant de manière rationnelle, quelques temps auparavant, nous avions eu des œufs, enfin... Certains. Ce jour là, j'avais croisé Robyn et Ancy, j'en déduisis donc qu'Allen et elle avaient participé à cette chasse et qu'ils avaient dû avoir des œufs eux aussi. Il fallait dire que je ne les avais pas beaucoup fréquentés depuis notre retour de mission à Céladopole. J'avais plus échangé par messages avec eux, que je ne les avais fréquentés. Pourquoi ? Pas de réelle raison en fait, juste que nos chemins n'avaient pas été similaires ces derniers temps et c'était aussi une des raisons qui faisait que Chiho et moi en étions là aujourd'hui.

Je n'avais pas eu le temps de placer un mot qu'elle avait déjà bondit sur sa victime, le supposé voleur de son œuf. L'information était lâchée, mon questionnement trouvait réponse. Lune était bien ce que j'avais supposé que ce soit, mais pourquoi Lune ? Avait-elle déjà trouvé un nom à son Pokémon sans prendre compte de son sexe, était-ce lié à sa coquille ou avait elle basé ce nom sur une toute autre chose ? Je ne le savais pas et de toute manière, ce n'était pas le moment de se laisser aller à ce genre de divagation. La Chiho effrayante était ressortie. Honnêtement, vu que ce n'était pas envers moi qu'elle était en train de diriger sa colère, je n'en avais pas grand chose à faire. A dire vrai, j'en éprouvais même un certain plaisir, une certaine satisfaction malsaine, me complaisant à observer ce que donnait sa facette Yandere. Mais il ne fallait pas laisser non plus les choses dégénérer et si ce n'était pas lui le voleur, nous risquions de perdre un temps précieux et éventuellement la chance de retrouver l’œuf.  Mais en même temps... Chi-chan s'énervait et ça semblait être quelque chose. Elle était sur le point de l'éclater ? Je ne pouvais pas manquer ça. Que de dilemmes. Toutefois, un détail me fit tiquer.

" Hop hop hop là, on se calme tous les deux..." Ma main venait de se poser sur le visage de l'employé, le repoussant sans ménagement. Il avait été un peu trop près de ce qui m'était réservé. " Toi, tu vas par là, quant à toi... " Je la saisissais alors par les épaules, la faisant reculer. Plongeant mon regard dans le sien, je poursuivis. " Ce n'est pas en agissant de la sorte que tu vas réussir à remettre la main sur ton dû. Garde la tête froide. La tête c'est toi, les mains, c'est moi, ce n'était pas le terme de notre accord ma petite rousse bien aimée ? " Je lui sourit alors, l'attirant à ma suite, en la prenant par la main. " Viens avec moi "

Je pris alors la direction d'un banc sur lequel je montais, une fois devant.

" Hum, Hum ! Votre attention s'il vous plait. "

Surplombant toute la foule, j'avais l'impression d'être un palmier sur une plage et lorsque je pris la parole, la foule qui s'agglutina auprès de nous, ressemblait à une vague.  Cela me fit sourire. Me rapprochant de Chiho afin qu'elle seul ne m’entende, je lui glissais quelques  mots.

" Pense à préparer ton bikini ma sublime Naïade, les beaux jours arrivent alors il va bien falloir nous organiser une petite excursion en amoureux à la plage. Je meurs d'envie de te voir en bikini, mais bien évidemment, seulement si on retrouve Lune. Nous pourrons alors savourer pleinement cette excursion sur un hamac en sirotant des boissons fraîches avec nos nouveaux nés et nos amis..."

Je lui fis alors un clin d’œil avant de me redresser.

" Excusez moi de vous déranger, mais ma petite amie ici présente est assez maladroite et a tendance à égarer ses affaires. Elle est donc du genre tête en l'air. Elle a perdu son précieux œuf Pokémon dans cette salle. Il est important car il lui a été remis par l'académie, pour un travail pratique, consistant à prendre soin d'un œuf jusqu'à l'éclosion, donc autant dire qu'il lui est iindispensable. A ce titre, je promets 500 Pokédollars à la personne qui le retrouvera et parce que c'est mon jour de bonté, j'offre la garantie d'avoir une photo dédicacée par la Championne de Coordination Ayako Ankoku Yuktaka et ce, de manière nominative, avec la possibilité de lui parler en live pendant deux minutes, via mon iPok. Ce n'est pas du bluff, après tout il s'agit de ma mère. Mon offre n'est valable que cinq minutes dans le temps. "

Je fis alors signe à Hikari de prendre une porte, demandant à Robyn par la suite, s'il voulait bien s'occuper de l'autre entrée. Personne ne pouvait donc nous échapper.Je lâchais un nouveau petit clin d’œil  à mon binôme.



_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Dim 18 Mai - 4:06
En temps normal je me serais indignée de l'indifférente nonchalance avec laquelle Yuki avait repoussé le malheureux employé, comme un malpropre. Seulement je n'étais pas vraiment dans mon état normal, et à ce stade je me fichais bien de savoir comment on allait réussir à récupérer Lune, pour peu qu'on la récupère indemne. Saisie par les épaules, je penchais frénétiquement la tête sur le côté tout en reculant, histoire de voir si cet enfoiré allait pas en profiter pour se barrer avec mon bébé. J'avais soif de sang, faim de chair humaine. Quand je retrouverais le salaud qui versait dans le kidnapping je le découperais en rondelles, le transformerais en charpie et... Yuki me fit le regarder, me ramenant à un semblant de raison. Il n'avait pas tort, même si j'avais toutes les peines du monde à rester calme. Le suivant à contre cœur puisqu'il me tirait sans ménagements par la main, j'avais toujours les yeux rivés sur l'homme que j'avais failli agresser. Mon regard était celui d'un Arcanin dont on vient de voler le repas... Féroce et hargneux.
Néanmoins j'entendis mon binôme s'éclaircir la voix et prendre la parole pour attirer l'attention de tout le beau monde présent. Si l'initiative me surprenait, les quelques mots qu'il me glissa en privé n'arrangèrent rien. Pourquoi me parlait-il de vacances alors que j'étais seulement préoccupée par mon pauvre pokémon ? Je n'en revenais pas. Ça devait être l'ambiance aquatique qui lui avait fait tourner la tête, à moins peut-être qu'il ait déjà des choses prévues pour la période estivale qui arrivait à grands pas. Fronçant les sourcils d'un air dubitatif, je fis comme les autres et écoutai ce qu'il avait à dire. Ce n'était pas bête de demander de l'aide aux présents, ne fusse que parce que le voleur ne devait pas être loin... et que quelqu'un devait avoir vu quelque chose ! Cependant cet air dépité et complaisant ne me plaisait pas du tout. Attends comment ça il me traitait de 'maladroite qui perd des affaires' ? Une 'tête en l'air' ? Une veine commença à battre plus fort dans ma nuque et mon front. C'était bien généreux de vouloir proposer de l'argent et une photo dédicacée...

« Naniiii ?! Pfeuh. »

J'avais murmuré tout bas parce que je ne voulais pas faire un scandale en public, mais ce n'était pas l'envie qui manquait. Alors c'est comme ça qu'il me voyait ? Comme une écervelée irresponsable qui paumait toutes ses affaires ? Je savais bien que l'adresse ne m'étouffait pas, mais il n'était pas obligé de dire ça comme ça, et encore moins devant autant de monde. Tu parles d'un esprit romantique ! Vexée, j'ordonnai à Robyn de suivre ses instructions, mais je commençai à faire une ronde dans la salle afin de mener l'enquête moi-même. Je n'avais pas besoin qu'il gaspille son argent, où qu'il fasse valoir ses liens parentaux pour retrouver mon œuf. Je pouvais parfaitement réparer ma bourde toute seule, ou du moins j'en étais convaincue.
M'avançant donc parmi la foule qui se regardait sans trop réagir ou du moins pas trop vite, je scrutais le moindre recoin de la pièce. Les poches, les sacs, je passais tout au crible de mon regard. Toute protubérance suspecte fut inspectée, y compris la bedaine d'un monsieur (très) bien portant, et le sac à main d'une fashion-victim qui se baladait avec son Ponchiot dedans. Je soupirai à cette faute de bon goût que de se trimbaler avec un pokémon en guise d’accessoire de mode. J'y allai de ma petite réflexion piquante, avant de passer rapidement à autre chose. Je n'avais pas de temps à perdre avec des gens superficiels et sans intérêt. J'arrivai alors juste devant la façade vitrée où étaient les Otaria et autres Kaimorse. Le groupe d'enfants était toujours amassé au même endroit, ricanant et jouant comme si de rien n'était. C'est alors que je le vis... Trois petits garçons et une petite fille accroupis en rond, en pleine contemplation de leur nouveau jouet, rond et brillant : Lune.

« C'est vrai que c'est beau... Dis, où est-ce que tu l'as trouvé ? »
« Je vous l'ai dit, c'est un monsieur de l'Aquarium qui me l'a donné. Il paraît que mon billet a été tiré au sort ! »
« Tu parles ! J'suis sûr que c'est n'importe quoi, et que tu l'as trouvé quelque part ! Non, en fait j'suis sûr que c'est l'oeuf de la madame ! »
« Non, c'même pas vrai ! »

Ils partirent alors d'une dispute stérile et enfantine sur la vraie origine de cet œuf inconnu qui déchaînait autant les passions. Autant dire que je vis rouge qu'un tas de gamins détestables fassent mumuse avec un pokémon innocent, incapable de protester ou se défendre. Une chose était sûre, quelqu'un me l'avait volé, je n'étais pas folle et encore moins négligente ! Attrapant le garçon par la peau du cou, je le soulevai sans mal et le fis me regarder. C'était la même saleté qui m'était rentrée dedans un peu plus tôt.

« Toi... ENCORE toi ?! Je vais te... »

Mon ton de voix était plus coupant que les lames d'un Scalpion, et mon expression était si flippante que ne pouvait l'être un Ectoplasma en pleine action. Les trois autres enfants s'en furent donc en criant, et prirent leurs jambes à leur cou sans demander leur reste. Je fulminais. J'avais bien envie de lui coller une paire de claques pour lui remettre les idées en place, mais une paire de bras autour de ma taille et un murmure à  mon oreille m'en dissuadèrent. À la place je décidai de quand même lui flanquer une bonne trouille pour le dissuader de recommencer.

« À nous deux maintenant... C'est dommage tes amis t'ont lâché juste quand tu en as besoin. Si j'étais toi je les choisirais mieux la prochaine fois. Oh, et je choisirais mieux qui j'essaie de voler aussi... kozo ! »

Je le posai à terre sans grande délicatesse -comprenez que je laissai retomber sur les fesses comme une vieille chaussette sale- et le toisai du haut de mon petit mètre cinquante. Petit, mais ça suffisait.

« J'ai bien envie de te mettre la fessée devant tout le monde pour te faire comprendre la stupidité de ce que tu as fait. Mais comme je suis de bonne humeur et qu'aujourd'hui est un jour spécial, je vais te faire une fleur et oublier l'idée. Par contre barre-toi avant que je change d'avis !! »

Le gamin ne se le fit pas dire deux fois. Il détala tel un lapin parmi la foule, et prit la porte en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, sûrement en direction des jupes de sa mère. Je me penchai pour examiner mon œuf, qui était posé à terre, sans une égratignure. Je remerciai le ciel... et sentis le calme revenir en moi. En fait j'allais me retourner pour remercier Yuki, lorsque je vis qu'il s'était fait aborder par l'employé pervers. Ce dernier s'était approché comme une fleur, un sourire arrogant sur le visage.

« Vous êtes donc Yuki Ankoku Yutaka, n'est-ce pas... Dites... je sais que je n'ai pas retrouvé le bien de votre... Amie, mais est-ce que je pourrais quand même avoir une photo dédicacée en dédommagement de son agression gratuite ? »
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Mar 20 Mai - 4:35
Ecrivons un unique futur à deux



La troupe de badauds s’agitait. Un brouhaha sans nom en émanait et la chose que j'avais tenté me parut alors assez stupide. Au lieu de se mettre à chercher un éventuel responsable ou même l’œuf lui-même, les gens discutaient. De ce que je pouvais entendre, il s'agissait plus de moi, de mon nom, de ma famille, ainsi que de ma mère. Certain se demandaient si je disais vrai ou si j'affabulais. D'autres se demandaient ce que pourrait bien faire un Yutaka ici, voire si la célèbre championne était réellement sur l'île. Quelle perte de temps. J'avais vraiment affaire à des mollassons peu développés intellectuellement me disais-je agacé alors que je me retournais vers le lieu où devait se tenir Chiho. Bien évidemment, elle n'était plus là. Je parcourus alors l'assemblée du regard depuis mon promontoire pour la voir un peu plus loin, en approche d'un groupe d'enfants. Démarche étrangement démoniaque, je sentais qu'elle était sur le point de mordre. Je fis alors un petit saut, rejoignant ainsi le sol, puis me dirigeais à la rencontre de mon amie, sans perdre un instant.  

" La violence n'appelle que la violence. Si tu lui fais du mal, tu t'en voudras aussi Chi-chan. "

Je l'avais ceinturée, posant mon menton sur son épaule, pour finalement lui susurrer à l'oreille. De justesse ! La jeune femme sembla se raviser un instant puis elle finit par prendre la parole, mais sur un ton légèrement plus doux. L'entendre le sermonner me fit sourire et bien plus lorsqu'elle le lâcha, le laissant tomber les fesses sur le sol, avant de le menacer de le fesser. Elle me faisait penser à une mère passant un savon à son enfant. Mes yeux se posèrent alors sur l’œuf. Avec une lune bien visible, il n'y avait pas l'ombre d'un doute possible. C'était bel et bien cet œuf et pas un autre. Lune. Je comprenais maintenant. Un main s'était posé sur mon épaule. J'avais alors tourné le visage pour poser les yeux sur cet employé que mon binôme avait agressé quelques instants auparavant. Il me fit signe de le suivre, ce que je fis en lâchant ma prise et rappelant Hikari à mes côtés, d'un geste de main. Quelques mètres plus loin, il s'arrêta alors que la Chimpenfeu nous rejoignait.

« Vous êtes donc Yuki Ankoku Yutaka, n'est-ce pas... Dites... je sais que je n'ai pas retrouvé le bien de votre... Amie, mais est-ce que je pourrais quand même avoir une photo dédicacée en dédommagement de son agression gratuite ? »

Un sourire arrogant sur le visage, il me répugnait. Il avait du cran. Une autre personne que lui aurait peut être pu tirer quelque chose de moi, mais ça n'en restait pas moins sûr.

" Vous avez un sacré culot quand même mon bon monsieur... Votre œil lubrique ne me dit rien qui vaille et je n'aime ni votre ton, ni votre sourire. Si vous deviez demander dédommagement, ce serait plutôt à la principale concernée. "

" Vous... "

" Mais ! Car il y a un mais, je pense que vous avez eu votre part de bonheur en vous rinçant allègrement les yeux sur elle non ? Alors je vous conseille vivement d'aller voir ailleurs si j'y suis avant que je ne m'énerve et vous éclate comme le ferait un petit ami jaloux. On s'est bien compris ?

" Chimpen ! "

Hikari s'était faite menaçante et l'homme n'avait pas demandé son reste, disparaissant de ma vue comme il s'y était imposé. Me retournant de nouveau vers Chiho, je constatais qu'elle me regardais. Je me mis alors à rougir, me demandant si elle avait entendu ce que j'avais dit et à son regard, je compris que oui. Sa perdre de temps, je m'approchais d'elle, ne lui laissant pas un instant pour qu'elle puisse réagir. Je l'avais alors saisie par la main, pour ensuite la guider vers la sortie de la pièce dans laquelle nous étions, soit celle devant laquelle se tenait Robyn.

Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Pokamo10

Nous nous retrouvions alors engagés dans un couloir sous marin. Ce dernier était en fait un long tunnel incurvé et partout autour et au dessus de nous, nous pouvions voir des massifs corailleux et une importante et étonnant diversité de variétés aquatiques. Lovedisc, Démanta, Corayon, etc. Il y avait de quoi rendre fous les plus mordus de Pokémon eau. La grande Ondine en perdrait certainement son latin. Pour ma part, j'étais émerveillé et m'arrêtant en plein milieu de route, je lâchais enfin la main de Chiho pour me retourner vers.

" Désolé... J'ai voulu changer un peu d'air... En tout cas, je suis heureux et soulagé que tu aies retrouvé Lune, plus de peur que de mal. "

Je regardais à droite, puis à gauche, personne. Nous étions seuls, totalement seuls dans ces fonds marins. Je pris alors mon courage à deux mains.

" Chi-chan... Je... Je tenais à m'excuser pour le moi dernier et nos rapports en dent de scie. Nous avons passé des moments assez forts, dans un sens comme dans l'autre et je ne souhaite pas les oublier, ni même les effacer. Je ne les regrette pas, aucun d'eux car c'est grâce à tous ces événements que nous nous retrouvons ici aujourd'hui même, à cet instant précis. " Je marquais une petite pause, la fixant droit dans les yeux. " Je ne sais pas trop où tu en es de ton côté, mais pour ma part, j'ai beaucoup réfléchi. Je savais déjà la réponse, pour ma part, mais j'avais et ai besoin de la tienne. Mes sentiments pour toi n'ont fait que d'évoluer, se renforçant chaque jour un peu plus.

Je l'avais alors saisis par la taille, la rapprochant de moi, alors que ma main gauche se posait sur sa joue, la caressant tendrement.

" J'ai eu peur que tout ceci ne soit qu'un simple coup de coeur, mais aujourd'hui je sais que non. Je n'ai vraiment plus aucuns doutes, exclusivement des certitudes."

Je l'embrassais alors, comme jamais nous ne nous étions embrassé jusqu'à présent. Un long baiser plein d'amour et de tendresse, un baiser qui m'était tout bonnement dicté par mes sentiments profonds à son égard. J'étais mû par l'amour, cette amour même qui régissait ma nouvelle vie en sa compagnie. Mon étreinte se précisa un peu plus, ma caresse sur sa joue également, puis mes yeux s'ouvrirent alors que nos lèvres se séparaient.

" Chi-chan, non... Lime Chiho senpai, je vous aime depuis le début et je compte bien vous aimer encore et encore, aussi longtemps que nous vivrons. Mon cœur est définitivement vôtre. "

Je lui souriais alors. Au fond de moi, j'étais totalement paniqué, pendu à ses lèvres, dans l'attente d'une éventuelle réponse de sa part. Cette fois-ci, nous y étions. Cette déclaration n'avait plus rien à voir avec celle du mois de mars et cette fois, ça passait ou ça cassait. Même Hikari semblait saisir l'enjeu de la chose et restait figée. J'avais réellement mis mon cœur en jeu et c'était à elle d'abattre ses cartes.



_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Lun 26 Mai - 1:43
J'étais tellement soulagée de retrouver mon œuf que je n'avais pu m'empêcher de prendre le temps de savourer mes retrouvailles avec Lune. Comme à mon habitude j'avais commencé à lui parler pour la rassurer, lui murmurant calmement le temps qu'elle retrouve enfin sa place dans mon sac, enrobée des couvertures qui la tenaient au chaud. M'assurant qu'elle ne risquait pas d'être à nouveau subtilisée dès que j'aurais le dos tourné, je me relevai enfin et vis que Yuki discutait avec l'employé que j'avais failli agresser. Sceptique je me suis demandé si le ton allait monter, alors je me postai à proximité au cas où. Je savais qu'il avait largement la capacité de gérer tout ça de façon un tant soit peu civilisée, mais cet homme avait vraiment le don d'énerver les gens alors je préférais ne pas trop m'éloigner. Néanmoins Yuki ne manqua pas de rapidement régler les choses d'une façon calme et efficace, ce qui me fit sourire. La façon possessive qu'il avait eu de me relier à lui me fit rougir... mais à peine avais-je le temps de comprendre ce qui se passait qu'il me prit par la main.
Je me demandais ce qu'il avait en tête, car à voir son expression il n'y avait pas de doute sur sa détermination. Mais pourquoi était-il aussi résolu ? Curieuse, je l'avais suivi sans poser de questions.  D'ailleurs la beauté des lieux et la diversité des pokémons avait presque réussi à me détourner de lui et de la chaleur diffuse qui venait de sa main. J'entrelaçai mes doigts aux siens tout en regardant à travers les parois de verre qui nous entouraient de toutes parts. Bien entendu j'étais intéressée et ébahie par la vue... mais j'étais trop consciente de sa présence pour me focaliser sur le reste. Avançant à ses côtés en le gardant toujours dans mon champ de vision, je n'arrivais pas à pleinement profiter de l'exotisme des lieux. Finalement il se jeta à l'eau pour me dire ce qu'il avait en tête.

« Oui, moi aussi je suis soulagée. Merci de m'avoir aidée. » Nous étions seuls dans cette salle qui servait de fenêtre sur les profondeurs, ce qui créait une atmosphère intimiste à laquelle je ne m'attendais pas. Ses paroles se firent murmurées, alors qu'il entama un sujet de plus délicats. Baissant  les yeux, je rougis jusqu'aux oreilles mais ne me dérobai pas. Plus maintenant. « Je sais que je n'ai pas facilité les choses. Je ne suis pas douée et ma maladresse n'arrange rien... mais je fais des efforts et je continuerai d'en faire... pour toi. »

J'avais levé les yeux vers lui, me faisant violence pour ne pas me cacher honteusement. Et en vérité je n'eus vraiment pas le choix, puisqu'il m'attira pas la taille et me serra contre lui. Posant ma joue contre sa main, je fermai les yeux pour savourer la sensation. En réalité j'avais envie de prendre la parole pour enfin lui dire tout ce à quoi j'avais si longuement réfléchi, mais je n'en avais pas l'occasion car il ne me laissait pas parler. Un baiser m'empêcha à nouveau de prendre la parole, me détournant du discours que j'avais en tête par la même occasion. Tout sembla s'envoler, toutes les belles paroles disparaissant comme emportées par le vent. Mes mains trouvèrent naturellement le chemin de son torse, enlaçant sa nuque. Pourtant le baiser prit fin après plusieurs secondes, me laissant suspendue à l'expectative qui était visible dans ses yeux. J'avais la pression et j'avais encore plus peur de tout gâcher, maintenant. Je soupirai, rougissante.

« Je... J'ai beaucoup réfléchi depuis que j'ai été blessée pendant la sortie capture. J'ai cherché en moi les réponses, j'ai longtemps repensé à ce qui s'est passé, à mes doutes, mes incertitudes, mes faux pas. Je... Je ne vois plus que toi. Je ne cesse de penser à nous et je ne parviens à rien à force de me tuer les neurones. Il n'y a qu'une chose que je sache et dont je sois certaine. Mon cœur t'appartient, fragile mais entier. Je... Je... Je t'aime. »

Je bégayai mais réussis enfin à prononcer les mots fatidiques, cette saleté de phrase idiote avec laquelle j'avais failli m'étouffer tant de fois. Je sautillai sur place plusieurs fois, lâchant un petit cri victorieux. ENFIN ! Je serrai le poing puis fis une petite danse de la victoire en faisant des V avec mes doigts. Je chantonnai en faisant une pirouette sur moi-même.

« Libéréééée Délivréééée ! ~ Je ne me cacherai plus jamais !  Libéréééée Délivréééée ! ~ J'ai enfin dit que je t'aimaiiiis ! »

_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Sam 31 Mai - 13:54
Ecrivons un unique futur à deux



Essai transformé ! Cette fois-ci, la déclaration n'avait pas été à sens unique comme la toute première. La jeune femme s'était ouverte et pas qu'un peu. Sa réaction était assez désappointante. Je ne l'avais encore jamais vue ainsi et plus que tout, c'était de savoir qu'elle agissait ainsi à cause de ce qui venait de se passer, de ce qui venait d'être dit, qui me laissait le plus perplexe. Tout sourire, je l'observait sans mot dire, assimilant ses paroles. Elle m'aimait, le mot était lâché. Finie la longue errance en plein désert, à présent, de vastes prairies s'offraient à moi, des prés verdoyants, fleuris et désormais, je ne serai plus seul, mais accompagné de la meilleure partenaire qu'il puisse m'être donné de croiser.

" Tu comptes danser comme ça à chaque fois que tu le diras ? "

Je l'avais arrêtée, l'attirant à moi. Plongeant dans son regard si particulier, je m'y laissais sombrer avec joie. Il avait fallut le temps, mais nous y étions enfin arrivés. Notre relation était montée d'un cran et cela ne pouvait qu'aller pour le mieux, du moins, je l'espérais.

" Je suis heureux de l'entendre Chi-chan. Nous avons traversé diverses épreuves. Il y a eu des hauts, des bas, mais nous n'avons jamais flanché, restant malgré tout, soudés. A présent, tu es mienne et je suis tien. Je suis fier de cette affirmation, fier de tous ces efforts que tu as pu faire, tout bonnement fier de toi. "

Je la fis tournoyer de joie. J'étais emprunt d'une certaine gaieté, pour ne pas dire totalement euphorique. Me stoppant, j'eus la surprise de sentir Hikari me grimper sur les épaules, pour me congratuler. Patpat ? C'était marrant. Elle se mit debout, puis sauta sur Chiho, la câlinant comme jamais. Je restais un instant coi, m'accroupissant au final devant Robyn, lui demandant s'il comprenait quelque chose, tout en le caressant, tandis que la guenon amenait ma fraîchement petite amie, un peu plus à l'écart de nous. Encore une de ces histoires de filles liées à leur secret ? Ainsi posté, j'observais ces deux petites créatures qui m'étaient aussi indispensables l'une que l'autre, jusqu'à ce que leur intervue ne se termine et que mon starter se précipite vers moi.

" Je n'essaierai pas de comprendre ce qu'il peut bien se tramer entre vous, de toute manière, j'ai déjà abandonné cette idée depuis bien longtemps. Que diriez-vous de poursuivre la visite ? L'après-midi n'en est qu'à son commencement, tout comme notre relation.

Arborant un sourire espiègle, je n'avais désormais plus qu'une seule envie : avancer. Ce n'était plus tant la visite qui m’enthousiasmais, mais plutôt l'avenir et les différentes perspectives qui s'offraient à nous. J'avais envie de vivre cette nouvelle vie pleinement, de la croquer à pleines dents. Ayant saisi sa main, nos doigts s'étant entremêlés, nous cheminions plus proches que jamais. J'avais atteint un de mes rêves, mais je n'en étais pas pour autant satisfait comme je l'aurais cru. En fait, ce que j'avais trouvé, ce n'était qu'une boite de pandore. Oui, des milliers de rêves nouveaux. Plongeant une fois de plus dans son regard ambré, je les admirais un court moment, pour ne finalement laisser s'échapper quelques mots abstraits, mais ô combien lourds de sens.

" Ano watashi no Chi-chan... Anata wa watashi no yume desu, dakara watashi wa anata o AI-SHI-TE-I-RU ! "



HRP:
 




_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] Sans_t17
Chiho Lime
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   Mer 4 Juin - 22:19
Je pris rapidement conscience du ridicule de situation provoqué par ma chansonnette et les pas de danse victorieuse qui en avaient découlé. Je rougis jusqu'aux oreilles, mourant d'envie de me cacher au fond d'un trou. Ceci dit l'expression de Yuki m'en dissuada. En fait j'étais incapable de contenir le soulagement qui m'envahissait après m'être enfin libérée d'un grand poids. Les mots qui m'avaient pesé pendant si longtemps étaient enfin sortis, et j'étais contente d'avoir enfin pu m'exprimer comme je le désirais. Bon certes j'avais un peu abusé au niveau de l'intensité de ma réaction, cependant j'avais déjà fait largement pire. Toujours gênée, je fis de mon mieux pour ne pas me dérober. Je savais qu'il me taquinait, mais j'avais encore du mal à réaliser ce qui venait de se passer.

« Hmm, peut-être bien. »

J'étais heureuse que les choses semblent enfin retrouver leur cours naturel. Nous nous rapprochions plus que jamais, j'étais libre de mes chaînes et nous avions décidé de marcher côte à côte pour les temps à venir. Un temps qui je l'espérais, ne prendrait jamais fin. Lorsqu'il m'attira à lui je ne pus m'empêcher de le regarder dans les yeux afin qu'il voie au fond de mes prunelles que malgré mon agitation, je ne pouvais être plus sincère. La nervosité qui avait failli me paralyser me quittait petit à petit, comme si parler de mes sentiments devenait de plus en plus naturel. Souriant doucement, j'étais très touchée par ce qu'il venait de dire. Il était fier de moi, alors qu'au final je n'avais fait que dépasser mes peurs les plus enfouies. Ceci dit cela faisait un moment déjà que je l'aimais, et je n'avais pas réussi à le lui dire franchement. J'ignorais s'il y avait vraiment de quoi me féliciter, néanmoins je ne voulais pas gâcher cette journée avec des questionnements inutiles. Pensive, je le répétai comme pour me faire à l'idée.

« Tu es mien et je suis tienne... »

J'eus tout juste le temps de m'accrocher à sa nuque tandis qu'il me fit tournoyer assez vite pour me donner le tournis. Je ris bien que je sois un peu sonnée, embrassant sa joue. Tout autour de nous il n'y avait que l'immensité du bleu azur, retenu par les parois de verre mais déversant tout de même sa lumière autour de nous. Pendant que je reprenais mes esprits, je vis Hikari s'approcher et nous regarder de ses grands yeux expressifs. Elle nous congratulait à sa façon, avec cette légère affection protectrice qui m'amusait tant. Passant des épaules de Yuki aux miennes, elle me caressa les cheveux et le visage. Tous sourires nous nous écartâmes un instant, et comme à notre habitude nous reprîmes nos messes basses à l'abri des oreilles masculines, complotant au sujet des précautions qu'il faudrait bientôt prendre... pour éviter que le jeune Yutaka ne se laisse porter par ses instincts primaires de TanuYuki. Quelques minutes plus tard, après grimaces complices, rires et hochements de tête suspects, nous retournâmes auprès des garçons.

« Oui, on a encore l'après-midi devant nous, et ce serait bête de ne pas en profiter ! »

Avec naturel je pris la main de Yuki, déjà emballée par l'idée de lui exposer ce que je savais sur les pokémons eau qui peuplaient l'Aquarium. J'avais envie d'aller de l'avant maintenant que les malentendus étaient derrière nous. J'avais envie de vivre chaque jour comme le dernier, et partager un peu de ce que savais, un peu de ce que j'étais. Non. En fait je voulais lui donner tout en entier. Avançant à ses côtés pour continuer notre trajet des profondeurs, j'étais toujours timide mais je n'hésitais plus. Posant la tête sur son épaule tandis que nous marchions, j'avais avidement écouté écouté ses paroles, avant de répondre en le regardant en face avant de répondre dans un murmure.

« Watashi mo, watashi no Yuki  ! »


[Topic cloturé, donc ^^]

_________________
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime] 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]   
Écrivons un unique futur à deux... [ with Chiho Lime]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :