[Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Dim 18 Mai - 11:18
« Caaaaaarteeeeeer ! » appela Andreas Heartnett, de sa voix chantante.

Avec une pirouette, l’enseignant Coordinateur arriva devant la jeune rouquine et tira une rose des profondeurs de… on ne savait trop où, qu’il glissa entre ses dents en prenant un air charmeur. Smeagol, sa fidèle laideur pustuleuse, se tenait près de lui avec un air rayonnant et un regard qu’il voulait de braise. Cleve hésita à prendre les jambes à son cou pour aller vomir dans la poubelle la plus proche, mais la diva la retenait plaquée contre un casier.

« T-t-t-t-t-t-trop près… » baragouina la Pokémécanicienne en se reculant le plus possible, comme si elle avait voulu se fondre dans le métal.

Elle tenait ses cahiers contre elle, et ses joues étaient rouges d’embarras. Et dire que la journée avait commencé comme n’importe quelle journée banale. Des cours, un peu de bricolage dans la remise, et voilà qu’en chemin pour savourer une douche bien méritée, ce psychopathe aux cheveux d’une couleur révoltante venait lui faire son numéros de précieuse. Prenant cependant l’attitude de Cleve comme une preuve que la jeune fille succombait à son charme ravageur, Andreas passa une mèche de ses cheveux derrière son oreille, lui adressa un clin d’œil et lui tendit la rose.

« J’aurais un service à te demander, ma mignonne. Mission à la Pension de l’île Fraive ce samedi, pour s’occuper de la charmante marmaille fraichement sortie d’œufs –ahaha, encore quelque uns qui auront la chance de ne pas finir en omelette de cette douce Melty-. Qu’en dis-tu ? »

« Je… » commença Cleve, avant qu’Andreas ne l’interrompe en applaudissant.

« Merci, merci ! Je savais que je pouvais compter sur toi ! A samedi, donc ! Je t’envoie les informations par iPok ! » la coupa-t-il en faisant une nouvelle pirouette et en glissant sa rose rouge qu’elle tardait à prendre, entre deux mèches de ses cheveux roux. « J’ai ton numéro, évidemment… » ajouta-t-il d’une voix suave et mystérieuse, avant de lui envoyer un baiser invisible, et de disparaître dans un tourbillon de couleurs et de paillettes.

Cleve toussa et se retrouva recouverte de paillettes, qu’elle s’empressa de dépoussiérer de ses vêtements. La rose rouge tomba alors de ses cheveux, et elle remarqua le morceau de papier glissé entre les pétales. « A samedi Carter ♥ »

« Et merdeeee… »
marmonna-t-elle, avant de jeter cette horreur du bout des doigts dans la première corbeille qu’elle croisa.

***

9h00 – Sur le paquebot

Le temps était plutôt clément aujourd’hui, ce qui rassura la jeune fille. Le bateau glissait doucement sur l’eau calme et Cleve respira une grande bouffée d’air marin. Peppéroni, à ses côtés, surveillait d’un air courroucé Andreas Heartnett qui se livrait à une véritable prestation de Coordinateur sur le pont, et distribuait à toutes les filles présentes des roses qu’il sortait de nulle part. La Mécanicienne soupira. Elle aurait pu passer son week end dans son atelier, à continuer son Casque Traducteur, mais non… il fallait qu’elle passe la journée à faire du baby-sitting, alors qu’elle n’en voyait vraiment pas l’intérêt. En plus, elle ne pourrait même pas récolter de données intéressantes, puisque les bébés Pokémon, tout comme les bébés humains, ne parlaient pas encore. Elle aurait beau enregistrer des sons, elle n’en traduirait que des baragouinages en langage humain. D’après ce qu’elle avait vu également, ni Leonidas, ni Chypre ne faisaient partie de l’expédition. De ce fait, elle se retrouverait probablement avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, et qui avait potentiellement la chance –enfin le malheur- d’être particulièrement exécrable avec elle. Pour le moment, elle avait toujours eu de la veine de tomber sur des gens biens, mais cela n’allait pas durer éternellement. Ennuyée avant même d’avoir commencé, la rousse sirota une briquette de jus de raisin, et caressa d’un air absent la tête de Pep’.

***

10h00 – île Fraive

A peine furent-ils descendus du bateau, qu’Andreas se précipita à la Pension comme si sa petite vessie avait décidé de relâcher les chutes du Niagara. Un coup d’œil à l’intérieur de l’habitat permis aux élèves de se rendre compte du fait que le bellâtre avait juste envie de satisfaire ses bas instincts narcissiques en s’admirant copieusement dans le grand miroir de la salle de séjour. Soupirants et se regardant les uns les autres, ils se posèrent un instant la question de savoir quoi faire, avant qu’un élève des Phyllalis ne fasse passer une liste des binômes formés. Le couple qui gérait la Pension vint les voir quelques minutes en les remerciant d’être venus les aider, puis attribuèrent 6 bébés Pokémon à chaque groupe. Chacun pu ensuite occuper un espace du jardin ou de l’intérieur de la Pension pour prendre soin de leurs poulains, et Cleve fut la dernière à voir la liste des duos.

Lorsqu’elle trouva enfin son nom sur le morceau de papier griffonné à la hâte par Andreas, elle remarqua qu’elle était en paire avec un certain Allen Wills, du dortoir des Noctalis. Bizarrement, ce nom lui disait vaguement quelque chose même si elle ne parvenait pas à remettre l’orteil dessus. Elle chercha donc des yeux son collègue, et se dirigea naturellement vers la seule personne qui était encore seule. Un blond aux grands yeux bleus et aux traits harmonieux. Elle s’approcha avec un sourire timide, suivie de Peppéroni, et se figea lorsqu’elle reconnut le garçon. Lui. Allen Wills. La Gazette du Dresseur. Comment avait-elle pu oublier ça ?

Evidemment. Le « pervers ». Celui qui aimait « tripoter » les filles, d’après cette chère Ezra et sa plume acerbe. Damnation. Peppéroni, à ses côtés, grogna et montra les dents lorsqu’il vit Allen. Non seulement ce type était un mâle –et en plus il empestait le mâle alpha à des kilomètres à la ronde, il n’allait PAS laisser passer ça, voyons-, mais en plus il avait une réputation de coureur de jupons. Ce n’était clairement pas un partenaire à associer avec Cleve. S’interposant entre les deux étudiants, le Lokhlass toisa de haut le Noctali, et souffla des narines pour essayer de l’intimider. Cleve, que la peur rendait complètement pétrifiée, s’accroupit derrière la grande carapace de Pep’, se cachant la tête dans les mains, espérant qu’elle pourrait ainsi disparaître.

« B-b-b-b-bonjour… » couina-t-elle en pratiquant la technique de l’autruche.

La journée s’annonçait difficile.
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Lun 19 Mai - 15:15


La cloche sonnait les douze coups de midi.

Fin du cours, la masse d'élèves agglutinés à leurs chaises disparut en un temps record, comme s'ils voulaient fuir la présence d'un Fantominus. D'autres prenaient leur temps pour ranger leurs affaires, et moi, je m'étais dirigé directement vers le professeur qui se tenait debout près du tableau.



➖"Excusez-moi, Professeur Heartnett, j'aurai quelques questions à vous po..."

➖"...Non, le cours est fini. Repassez plus tard."



Hein ? Quoi ? Je ne comprenais pas trop ce qui était en train de se passer. Si tout le monde connaissait le caractère narcissique d'Andreas, je constatais sans doute pour la première fois l'étendue du personnage. Résigné, je me retournais pour sortir à mon tour de la salle, un peu indigné du traitement que je venais de recevoir. Un "Pire que Creed hein" échappa de ma bouche, ce qui provoqua un rictus nerveux de la part du professeur. Il s'était levé en vitesse pour venir me retenir par l'épaule et repasser devant moi.  



➖"Comment tu t'appelles ?"

➖"A-Allen... Allen Wills."

➖"Alors Allen, je t'assigne une mission très importante ! Tu partiras ce samedi sur l'Ile Fraive ! Je t'enverrai les informations supplémentaires par iPok. Sois à l'heure !"



L'air indigné, le référent des Voltali retourna à sa place, marmonnant des petites injures contenant le prénom d'Ace dedans. Une mission ? L'Île Fraive ? Venait-il de me punir d'une manière ou d'une autre ? J'avais tout gagné. Généralement, quand un professeur prenait une décision, elle était définitive, c'était ce que j'avais appris pendant ma période de scolarité au sein de cette académie. Chacun d'entre eux avait un caractère assez spécial, mais j'étais loin de tous les connaitre. Je pouvais désormais ajouter Andreas Heartnett sur ma liste. Soit, j'allais faire cette mission, j'allais lui montrer que je ne reculais devant aucun défi, quel qu'il soit.



-°-



Des bébés ? Je devais surveiller des bébés Pokémons ?! Mon enthousiasme semblait s'envoler comme un Baudrive emporté par le vent. Tout ceci dépassait de loin mon imagination, je m'attendais à quelque chose de bien plus ardu, de bien plus compliqué à gérer. Andreas m'avais bien eu. Pour cette "mission très importante" qui prenait la journée toute entière, j'avais choisi de n'emporter que quelques Pokéballs avec moi, histoire d'être prêt en toute circonstance. Trybal, Mindhi, Dott, Abstrak, Estam et... Ancy, bien évidemment. Le petit Emolga surexcité ne supportait pas de rester tout seul dans la chambre, je l'emmenais donc partout où j'allais, un vrai petit bébé. Et en parlant de bébé, emmener mon œuf avec moi serait judicieux de ma part, prendre quelques conseils pour m'en occuper m'aiderait grandement. Sac à bandoulière, Pokéballs, trousse de premiers secours, iPok, couverture et œuf, magazine de Cynt... non, j'étais fin prêt à partir.

Le ferry partait à neuf heures pétantes, pour une heure de trajet - j'aurai vraiment du prendre ce magazine. Cette sensation de fraicheur, le bruit du moteur, l'océan qui se déchirait sous le passage du bateau, le nombre d'élèves qui se trouvait à bord, j'aurais juré que l'on partait en Sortie Capture. La principale différence résidait dans la présence plutôt qu'égocentrique de notre professeur et responsable de mission, Andreas Heartnett. Pirouetteuh, Sabeletteuh. En attendant, n'ayant pas de meilleure chose à faire, je retournais à l'intérieur du ferry pour profiter pleinement de mon iPok en toute tranquillité, au grand désespoir d'Ancy qui s'attendait à faire comme d'habitude, laisser son visage se faire fouetter par la puissance du vent. Je comptais écouter de la musique surtout, tout en consultant les dernières nouvelles du monde. La journée risquait d'être longue, et je ne savais pas encore à quel point je pesais mes mots.

Le navire à quai, la première personne à descendre tel un Caninos qui courait vers sa gamelle était notre cher professeur. Cela ne m'étonnait plus, je commençais sincèrement à me dire que j'aurais largement préféré de très loin me retrouver en compagnie de mon exécrable référent. Tout le monde finit par suivre la marche pour pénétrer dans cet endroit qui respirait le calme et l'harmonie, avant l'apparition brutale de la cacophonie des cris e nourrissons. Dans ce brouhaha interminable, les groupes se formaient petit à petit selon une liste qui circulait d'élève en élève. Éventuellement, mon ou ma partenaire finirait par se montrer, je n'avais de raison de me presser. Qui cela pouvait-il bien être ? Ici, il n'y avait pas de Yuki pour casser la baraque, pas de Chiho pour s'occuper de tous ces bambins, pas d'Ambre pour détendre l'atmosphère. Portant mon œuf dans mes bras, je tentais de scruter discrètement les alentours pour voir si quelqu'un approchait, et ce fut finalement le cas.

Ma vision me jouait surement des tours, mais cette personne qui s'approchait était une fille, une fille que je reconnaissais entre mille. Non, ça ne pouvait pas être elle. Hein ? C'était elle ! De longs cheveux d'un roux bien prononcé, une peau très claire semblable à celle d'un bébé, des yeux couleur noisette légèrement teintés de reflets orangés, pas de doute possible : Cleve Carter. LA Cleve ! Celle qui avait remporté le Concours de Miss Pokemon Community, celle que je... enfin bref, elle était là, devant moi ! Elle s'approchait à petit pas, je tentais d'esquiver son regard. Il ne fallait pas que je fasse de conclusion hâtive, rien n'était encore dit. Mon teint trahissait une légère gêne de ma part, je ne pouvais le cacher. Malgré tout, c'était bien vers moi qu'elle se dirigeait. Elle n'était pas seule, son mythique Lokhlass était placé devant elle, avec un regard capable de trancher un Simularbre en deux. Pourquoi ? Je n'en avais strictement aucune idée. Une chose était sûre, la dresseuse se cachait derrière son acolyte en laissant sortir un "Bonjour" des plus introverti qui soit. Elle devait être très timide.

En replaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille, j'esquissais un de mes plus beaux sourires. Je m'étais redressé, afin d'effectuer une révérence digne de ce nom.



➖"Bonjour. Je suppose que tu es ma binôme pour aujourd'hui. Je m'appelle Allen, et toi ?"



Le Pokémon électrique posé sur ma tête poussa des cris motivés et enjoués, heureux de pouvoir se faire de nouveaux amis, même si à première vue, le Lokhlass aurait plutôt choisi de nous gober tous les deux tout cru. A la fin de nos présentations, le propriétaire de la Pension nous ramena un petit groupe de six bébés Pokémons. Un adorable Lippouti plutôt timide, un Pichu avec exactement le même regard qu'Ancy, un Elekid prêt à taper sur tout ce qui bouge, un petit Azurill calme à première vue, un Mime Jr. très souriant et pour finir, un Togepi blasé de la vie, avec un regard plutôt méchant. Waw, nous avions de sacrés cas avec nous, mais au moins, aucun d'entre eux ne pleurait. Mon Emolga descendit de ma tête pour se mettre au même niveau que ses semblables, les pattes sur les hanches, l'air supérieur - tout ce qu'il voulait, c'était jouer - mais il se mangea un low kick de la part de l'Elekid.

Avec ces bambins, on nous avait remis une liste de choses à faire, pas très longue mais loin d'être simple. La première tâche à accomplir consistait à les toiletter. Pour cela, on nous invitait à rejoindre l'extérieur du bâtiment, dans la cour fermée en forme de serre, histoire que les petits rejetons ne s'enfuient pas à Auffrac-les-Palette - pardonnez le jeu de mots. Avant d'emporter le panier de bébés Pokémons avec moi pour le poser devant la basse piscine, je confiais mon œuf à notre employeur du jour. Rien qu'en regardant l'étendue d'eau, je savais que tout ceci n'annonçait rien de bon. Je me tournais vers Cleve.



➖"Hm, tu veux commencer ? La première à être mouillée ?"



J'avais lancé cette phrase avec un petit sourire amusé en espérant briser la glace, mais j'ignorais une chose très importante, une chose qui m'aurait totalement empêché de sortir des propos aussi risqués. Je me mettais dans de beaux draps, et je ne le savais même pas. Pauvre de moi.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Mer 21 Mai - 21:36
Cleve continuait de se cacher derrière la carapace de Peppéroni, la tête coincée entre ses bras. Cela ne pouvait pas être possible. Non… Non… Non… Elle était morte de peur, MORTE DE PEUR. Vraiment, quelle idée avait eu ce fichu Andreas Heartnett de les mettre ensemble tous les deux ? Il voulait qu’elle soit traumatisée à vie ou quoi ? Il avait tiré les binômes au jeu des fléchettes ? Si c’était le cas, Cleve se promis qu’elle irait lui donner des cours sur la façon dont on devait décocher des vraies flèches, en se servant de sa tête de stupide Coordinateur comme cible d’entraînement. Allen Wills. Avant même qu’il se présente, elle savait déjà qui il était. Et, comme si de rien n’était, avec sa gueule d’ange et ses cheveux blonds semblables à ceux de ce cher *tousse* Vice-Directeur, le Noctali s’approcha d’elle et la salua. Il essayait de l’amadouer, hein ? C’était comme ça qu’il s’y prenait, pour embobiner les cibles sans défense qu’il finissait par tripatouiller allègrement à des endroits inavouables. Quel petit diable ! Pep’ ne se laissait cependant pas berner, et il claqua une nouvelle fois des mâchoires pour faire reculer ce petit opportuniste –« Arrière vil maraud ! Arrière ! »-. Loin de se démonter pour autant, le Topdresseur gardait un sourire commercial, dévoilant une dentition parfaite d’un blanc Colgate. Le petit Emolga qui trônait sur le haut de son crâne semblait d’ailleurs ravi de faire de nouvelles rencontres, couinant comme un Chacripan à qui on offrait sa première pelote de laine. Cleve reconnaissait ce spécimen pour en avoir vu un, un jour en cours de Botanique, se prendre une des têtes de Bounty dans la tronche avant de finir inanimé dans un pot de terre. Elle se méfiait cependant de ces petits diables aux bouilles craquantes –c’était d’ailleurs le cas du jeune Wills, mais lui, il était carrément auréolé d’une aura malsaine-. Dieu seul savait ce que ce duo ravageur pourrait lui faire subir !

Elle garda donc le silence un moment, avant de se rendre compte que c’était à son tour de se présenter, et qu’il n’était pas poli de foutre un vent à celui avec qui elle serait obligée de travailler toute la journée durant. Elle ouvrit donc un peu ses doigts pour voir Allen à travers, dévoilant ses grands yeux d’une couleur ambrée, et couina de sa petite voix de souris :

« C-c-c-c-cleve. »

Elle retourna ensuite se cacher derrière Pep’, rougissante. Elle aurait bien ajouté un « Enchantée », pour la forme, mais elle ne pouvait se résoudre à un mensonge aussi gros. Après tout, elle était loin d’être « Enchantée ». C’était la pire des situations possibles pour cette journée. On la mettait avec le Grand Pervers de l’Académie et on espérait qu’elle allait se dire « Oh allons-y c’est le Printemps, soyons fous ! Tiens j’enlève ma chemise, il fait chauuud, hein ? ». Balivernes ! Par chance, elle n’était pas obligée de se désapper, cette fois-ci –on remerciera Roseverte et ses idées plus que lumineuses vieux vicelard-. Ça aurait été la porte ouverte aux attouchements ça, tiens… Enfin bon.

Le long silence qui s’était installé entre les deux protagonistes fut bien heureusement brisé par les vioques de la Pension qui vinrent vers eux avec la charmante marmaille à surveiller. Six Pokémon. Selon Cleve, c’était encore une solution gérable si elle utilisait ses Pokémon. Elle n’avait même pas besoin d’Allen, d’ailleurs ! Elle se serait très bien débrouillé toute seule. Applepie, son Evoli, bien qu’encore très jeune et inexpérimenté, aurait fait un chaperon exemplaire. Son sens de la discipline était en effet très développé, et il n’aurait eu aucun souci à se faire respecter des autres. Pep’, quant à lui, pouvait compter sur son grand format et sa tronche à faire peur pour régner par la terreur. Avec ce gros tas de graisse à peau bleue, les gosses avaient intérêt à se tenir à carreaux s’ils ne voulaient pas subir son horrible attaque Plaquage. Dans le reste de l’équipe, il y avait ensuite Biske, Curl et Cherryl. La Givrali était cependant sceptique à l’idée d’utiliser respectivement un Azumarill farceur, un Psystigri inexpressif et sans vie, et un Mélofée qui… aurait fabriqué des poupées vaudou de tout un chacun et les aurait écrasé du talon en espérant les faire mourir dans d’atroces souffrances. Non sérieusement, il n’y avait que Pep’ et Apple’ qu’elle pourrait utiliser pour cette Mission. Elle fit donc sortir le petit Evoli à robe caramel de sa Pokéball, et le laissa s’accommoder à la lumière avant de lui présenter les nouveaux venus.

Les garnements semblaient tous avoir des caractères bien distincts. L’Elekid, plutôt violent de nature, asséna un coup à l’Emolga d’Allen, et Cleve resta à distance respectable de ce petit truc jaunâtre. Elle allait le laisser à son camarade celui-là, tiens. Au lieu de quoi elle se dirigea plutôt vers le Lippouti, l’Azurill et le Mime Jr. Elle s’accroupit à leur niveau et leur adressa un sourire doux. Ramenant ses longs cheveux roux en une queue de cheval haute, elle présenta ensuite sa main aux trois bébés, leur laissant le temps de la renifler, la toucher, et s’accommoder à sa présence. Rapidement, les Pokémon se regroupèrent autour d’elle et attrapèrent sitôt un pan de ses habits, sitôt un bout de jambe nue. Le Pichu, voyant qu’il se passait quelque chose du côté de la Givrali, grimpa rapidement sur son chemisier et élu domicile sur son épaule. L’Elekid semblait cependant avoir beaucoup d’affection pour Allen, et il restait près de ses pattes avec un regard qui semblait dire « J’attends que la Miss ait le dos tourné, et tu peux dire adieu à tes bijoux de famille. » Le Togepi était quant à lui cloitré dans un coin, avec l’air d’être de très mauvaise humeur.

Toute la petite assemblée se dirigea ensuite vers le coin « Toilettage », et Cleve fut ravie de voir que les bébés la suivaient en piaillant joyeusement. Pour le moment, tout se passait bien. Enfin… Jusqu’à ce qu’Allen ne balance une réplique à l’égard de la rousse, accompagnée d’un petit sourire en coin suggestif. La Pokémécanicienne cligna des yeux. Que venait-il de dire ? OH MON DIEU. Est-ce que cela était une façon détournée de lui dire qu’il serait ravi de la voir mouillée des pieds à la tête, pour pouvoir reluquer à travers son chemisier en transparence ? Diantre ! Le Pervers Allen n’avait pas de limites… Au bord des larmes, la jeune fille détourna le regard sans répondre, complètement paniquée.

« J-j-j-j-j-e peux m’en occuper toute seule… T-t-t-t-tu peux aller faire autre chose en attendant. » baragouina-t-elle finalement, la voix tremblante.

Au même moment, Peppéroni avait attrapé dans sa gueule le Togepi par un bout de sa coquille pour le transporter jusqu’au lieu de rendez-vous. Bien peu satisfait de se faire trimballer comme un vulgaire sac à patate, le Pokémon œuf asséna un coup de poing dans la gueule du Lokhlass, ce qui eut pour effet de passablement l’énerver. D’un coup de gueule, il envoya valser le Togepi, qui décrivit un arc de cercle et alla s’écraser dans la piscine dans un grand bruit d’éclaboussures. Cleve, et Allen qui se trouvaient juste devant la piscine, furent copieusement arrosés. La frange détrempée, l’eau ruisselant sur ses vêtements, la Givrali baissa les yeux. ERGL. Clairement, on voyait à travers sa chemise blanche les contours de son soutien-gorge. Marie Jésus Joseph. Qu’avait-elle fait au bon seigneur pour qu’on lui inflige pareil traitement ?!

Elle se protégea instinctivement la poitrine en lançant un regard apeuré à Allen. Avait-il vu ? N’avait-il pas vu ? Pendant ce temps, les bébés entraient tour à tour dans la piscine, sous la directive d’Applepie. L’Evoli les avait en effet fait se mettre à la queue leu leu, et les avait fait sauter dans l’eau. Se recentrant rapidement sur son travail, Cleve détourna la tête du blond des Noctalis, et décida de l’ignorer superbement. Elle n’allait pas être déconcentrée à cause d’un Pervers, allons ! Sortant une éponge d’un seau disposé à cet endroit pour eux, la rousse commença à savonner le Lippouti qui flottait, maintenu à la surface de l’eau par une bouée en forme de donut. Il ne fallait pas qu’elle pense au fait que le Topdresseur avait probablement ses yeux vicieux posés sur elle. Il ne fallait surtout pas ! ARGH !
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Jeu 22 Mai - 16:05


Hum ?

C'était sans doute une impression, non. C'était bien plus qu'une simple impression. Qu'avais-je fait pour mériter une telle crainte aussi infondée que celle de la jeune fille ? La voir me fuir du regard, bégayer à chacun de ses mots, même se cacher derrière son Pokémon, je ne me faisais pas que des idées à ce sujet. Pourtant, on ne s'était jamais croisé, jamais parlé, il n'y avait aucune raison pour qu'elle ait des à priori sur ma pers... Non. Non, non, non. Tout mais pas ça. Arceus, par pitié ! Mon visage se décomposait à l'idée même de la source du problème. J'espérais de tout mon cœur, de tout mon être que je me trompais, s'il y avait bien une personne qui ne devait absolument pas savoir cette page sombre et injuste de mon séjour ici, c'était bien elle. Par simple curiosité, je me devais de savoir si c'était malheureusement réellement le cas.



➖"Dis-moi, tu n'aurais pas l..."



Comme si le ciel lui-même m'en voulait, je ne pouvais pas terminer ma phrase car une bombe venue d'ailleurs explosa dans la piscine, nous trempant elle et moi de toute part. Heureusement pour moi, j'avais anticipé le coup et seul mon t-shirt fut atteint, il arrivait toujours ce genre de choses avec les nourrissons, ces petits êtres incontrôlables et impitoyables quand ils s'y mettent. Je me levais donc, avant de constater que les vêtements de la jeune fille prêtaient à une vue des plus prenantes quand ceux-ci étaient mouillés. Avant qu'elle ne puisse tourner la tête vers moi, je détournais le regard et me dirigeais directement vers l'intérieur de la Pension pour récupérer mon sac bien rempli. C'était mauvais, vraiment mauvais ! Pourquoi ça n'arrivait qu'à moi ?! Pendant ce temps, Ancy faisait trempette avec les autres bébés se trouvant dans la piscine, s'amusant comme un petit fou, à balancer de la flotte sur les autres et à se faire couler. De mon côté, sac à l'épaule, j'étais parti à la rencontre de la femme du propriétaire pour lui demander plusieurs serviettes. Bien, j'avais tout ce qu'il fallait pour revenir vers les autres. Hm, enfin presque.

A mes pieds, à ma grande surprise, se trouvait le petit Elekid. Il m'avait suivi au lieu de faire la queue avec tout le monde, me toisant toujours de son regard de tueur, comme s'il avait l'intention de m'arracher les yeux avec des étincelles. Ce n'était clairement pas le moment pour ça, je l'ignorais en continuant ma route vers l'extérieur. Cleve semblait véritablement perturbée, et il y avait de quoi. Je ne pouvais m'empêcher de soupirer, comment pourrais-je lui faire comprendre que ces rumeurs étaient fausses ? Comment pouvais-je l'aider sans m'approcher d'elle ? Cette eau m'avait rendu la tâche difficile.



➖"... J'ai pris des serviettes pour les bébés, et un t-shirt noir de rechange, pour quand tu auras fini. Je le pose là, pour éviter qu'il ne se mouille... Ancy !"



Je n'avais pas attendu la réponse de la jeune fille, ni même une réaction, je me contentais juste d'aller m'asseoir un peu plus loin, enlevant mon t-shirt mouillé pour le remplacer par un t-shirt jaune avec un motif de Pachirisu dessus. A l'appel de son nom, l'Emolga sortit de la piscine, dégoulinant sur la pelouse bien tondue jusqu'à se jeter dans la serviette que j'avais préparé. Je le frottais de part en part, retrouvant légèrement le sourire. L'Elekid qui m'avait suivi regardait l'autre Pokémon électrique avec des petits yeux envieux, pour finalement faire tomber son regard de nouveau sur moi. J'arborais un grand sourire et des yeux sournois, montrant parfaitement que j'avais capté qu'il adorerait aussi profiter de cette douceur. Résigné et grognon, il se pressa de se jeter à son tour dans la piscine. Les autres ayant vu la scène, ils regardaient avec envie ce qui se passait de mon côté. Cleve se trouvait dos à moi, je pouvais donc les regarder sans soucis.



➖"Allez viens, Lippouti."



Les uns après les autres, les petits venaient à leur tour, heureux de se faire dorloter de la sorte. Une bonne toilette et un confort particulier après ça, ils ne pouvaient qu'aimer ça. Même la teigne d'Elekid esquissait son plus beau sourire quand je le frottais. Je me rappelais le cours d'acuponcture, les Pokémons aimaient quand on les frotte aux bons endroits. Il n'en restait plus qu'un, le Togépi. Et là, c'était une autre paire de manches. Vu que c'était le dernier de la petite troupe, je laissais le soin à Cleve de s'en occuper. Instinctivement, je me plaçais dos à elle, pour fixer les petits bambins, plus bruyants que jamais, heureux de cette baignade bien fraiche. La cour était grande, très grande, alors je marchais un peu plus loin du bâtiments avec nos petits amis plus obéissants que jamais. De ma ceinture je détachais alors une Pokéball, pour l'envoyer dans les airs. Une fois la lumière dissipée, une grande masse rocheuse apparut devant les yeux apeurés des bébés. Onix. Je me rapprochais de lui pour ma main sur une de ses roches.



➖"Ça va Abstrak ? Allez, allonge-toi en forme de cercle, s'il te plait."



Sans broncher, le Pokémon s'exécuta, alors que les petits couraient dans tous les sens. Pichu et Elekid étaient restés accrochés à ma jambe, tremblant comme des feuilles taquinées par le vent. Je leur caressais la tête avant de les prendre dans mes bras et de m'asseoir dans le cercle, contre mon nouveau Pokémon. Les autres avaient pris refuge près de ma coéquipière du jour, je ne pouvais pas leur en vouloir, un Pokémon de cette taille inspirait la peur chez les petites créatures.

En attendant que les autres nous rejoignent, je jouais avec les bambins, jusqu'au moment où notre employeur ne sorte en trombe, un œuf à la main, en courant dans ma direction. C'était la première fois que je voyais une personne âgée courir aussi vite, et surtout s'arrêter en s'accroupissant pour poser délicatement l’œuf au sol. Il était en train d'éclore ! Intrigués, Ancy, Pichu et Elekid s'étaient rapprochés également, observant avec un grand intérêt la coquille se briser de haut en bas. Une fois l’œuf complètement ouvert, on pouvait voir quel Pokémon y était enfermé. Avec son œil d'expert, le vieil homme l'identifia sans soucis.



➖"C'est un Stari, un Stari femelle, tu ferais mieux de la plonger dans l'eau de la piscine mon garçon."

➖"O-Oui ! Tout de suite !"



Je ne me fis pas prier, en prenant avec le plus grand soin le Pokémon aquatique dans mes mains, pour me diriger de nouveau vers la piscine. Lentement, je l'immergeais dans l'étendue d'eau, soufflant un grand coup une fois chose faite. J'avais donc un Stari, c'était plutôt une bonne nouvelle, une nouvelle amie en perspective. Yay !



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Dim 25 Mai - 0:12
La phrase d’Allen s’était perdue sous les bruits d’éclaboussures et de chute du Togepi dans la piscine. Cependant, les préoccupations de Cleve avaient été tout autre lorsqu’elle s’était retrouvée trempée des pieds à la tête. Evidemment, la jeune fille n’allait pas avoir pour premier réflexe de se tourner tout sourire vers le Topdresseur pour lui demander en minaudant « Kyah~ désolée je suis toute mouillée~ Peux-tu répéter ce que tu disais, s’il te plaît ? J’ai pas entendu. » A la place, son état d’esprit était plutôt le suivant « PAR LA SACREE SAINTE CHAUSSETTE DE MA GRAND MERE ! QUI EST L’ABRUTI QUI A BALANCE CE TRUC DANS L’EAU ?! MAINTENANT ON PEUT VOIR MON FI. CHU.  SOUTIF. » Enfin. Ça, c’était ce qu’elle pensait intérieurement sans pour autant réagir de façon aussi excessive en dehors. Pétrifiée. Elle était complètement pétrifiée et clairement au bord des larmes. Pep’, au loin, s’était figé lorsqu’il s’était rendu compte qu’il avait fait une énorme bêtise. Il ne pensa même pas à claquer des dents pour menacer mâle-alpha-Allen-Wills-à-la-chevelure-blonde-parce-que-je-le-vaux-bien, mais finit par s’avancer d’un air coupable vers sa dresseuse pour essayer de la réconforter. Postant ses nageoires autour d’elle pour éviter que les petits crétins tout plein d’hormones ne se rincent allègrement l’œil, de Lokhlass coula un regard acide vers le Noctali lorsque celui-ci revint avec quelques serviettes et un t-shirt qu’il déposa dans un coin d’herbe pour Cleve. Mouais. Clairement, ce bipède rachitique venait de gagner des points dans l’estime du Pokémon Transport, mais ce n’était pas encore tout à fait ça.

Cleve se contenta cependant d’ignorer Allen, les joues rouges pivoines, frottant énergiquement les bébés Pokémon pour les laver des saletés dans lesquelles ils s’étaient roulés tout au long de la matinée. Elle essayait de masquer sa gêne apparente en se concentrant sur une autre tâche et en évitant soigneusement tout contact oculaire avec le jeune homme, mais elle était tellement perturbée qu’elle fit tomber la brosse plusieurs fois au fond de l’eau. Les bébés semblaient cependant apprécier qu’on s’occupe d’eux, et certains barbotaient en agitant leurs petites pattes et en couinant de contentement. Une fois qu’ils furent tous lavés, ils remarquèrent Allen frotter son Emolga et le petit Elekid dans des serviettes éponges, et ils se précipitèrent tous en dehors de la piscine pour qu’on les dorlote également. Seul le grognon Togepi continuait de flotter sur une bouée, ses yeux lançant des éclairs en direction de l’imposant Lokhlass.

Curieuse, Cleve regarda furtivement le blond en train de s’occuper des Pokémon, rougit de nouveau, et détourna le regard. Finalement, le Noctali n’avait pas l’air si horrible que la Gazette le laissait penser, mais la rouquine émettait des réserves quant à son sujet. Ce n’était pas parce que ce garçon était gentil avec les Pokémon que sa réputation de pervers était infondée. L’un n’empêchait pas l’autre ; on pouvait même dire d’ailleurs qu’il n’y avait aucun rapport. La Givrali pris malgré tout son courage à deux mains, porta le petit Togepi dans ses bras, et se dirigea vers l’intérieur de la Pension où elle demanda une chambre pour se changer. Enlevant son chemisier mouillé, elle enfila le t-shirt noir apporté par Allen et qui lui tombait un peu en dessous des fesses, puis abandonna son jean trempé pour un short de rechange qu’elle avait dans son sac à dos. Elle remarqua que le Togepi, assis sur un panier en osier, la regardait avec un air malsain pendant qu’elle était en train de se changer, mais n’y prêta pas plus d’attention. En quelques minutes, elle était déjà de retour à l’extérieur, proche d’Allen qui venait de réunir tous les bébés autour de lui.

Il était dos à Cleve, et celle-ci pu l’observer un moment sans craindre de croiser son regard. Comme ça, entouré de la petite troupe de bambins, il avait l’air totalement inoffensif. Il fit cependant sortir un immense Onix de sa Pokéball, ce qui sema la panique parmi la cohorte. Courant dans tous les sens, fuyant face à ce géant de pierres, le Lippouti et le Mime Jr. se cognèrent l’un à l’autre et tombèrent à la renverse en chouinant. L’Azumarill revint se perdre dans les pattes de Cleve, les larmes aux yeux, et celle-ci l’accueillit dans ses bras pour le bercer et le rassurer. Elle alla ensuite trouver les deux Pokémon presque mis K.O par le choc et leur chute, et les calma en leur frottant doucement la tête.

« Voilà un pansement magique pour vous. » leur dit-elle avec un grand sourire, en déposant un baiser sur leurs fronts.

Aussitôt, ils cessèrent de pleurer et s’accrochèrent à ses jambes, tandis qu’Allen jouait avec les trois Pokémon Electrik. Cleve, hésitante, s’apprêta finalement à le rejoindre lorsque le gérant de la Pension arriva paniqué vers lui, un Œuf à la main. La rouquine supposa qu’il s’agissait également d’un des Œufs ramassés lors de l’étrange journée de Pâque, et elle observa avec curiosité le blond se précipiter vers la piscine pour y déposer un Pokémon en forme d’étoile. L’Azurill dans ses bras était totalement intrigué par ce Stari nouvellement né, et il tira sur le t-shirt de la Givrali pour lui demander de l’amener là-bas. La jeune fille se dirigea donc vers la piscine, arrivant furtivement derrière le blond.

« Elle est jolie. » commenta Cleve en observant la gemme rougeâtre au cœur des cinq branches.

Puis, se rendant compte qu’elle venait certainement de ficher la trouille de sa vie à Allen en intervenant de façon si brusque et inattendue, elle rougit et se recula de quelques pas.

« Heu… je veux dire… je… » bredouilla-t-elle, alors que le Lippouti et le Mime Jr. la regardaient d’un air intrigué.

« Merci pour le t-shirt. »
finit-elle par lâcher d’une voix à peine audible, avant de prendre la fuite pour se réfugier derrière les grosses pierres de l’Onix d’Allen.

Le cœur battant, la Givrali enjamba le corps du Pokémon roche pour se cacher à l’intérieur du cercle délimité. Remarquant au bout de quelques secondes que les deux bébés Pokémon dont elle avait la charge l’avaient suivie et essayaient sans grand succès d’escalader les pierres de l’Onix pour la rejoindre à l’intérieur, Cleve déposa l’Azurill qu’elle avait dans les bras et aida les deux autres à retourner auprès d’elle. Retrouvant le sourire, elle s’amusa en demandant à Pep’ de former des sortes de balles de glace, et en le faisant jongler sur son museau. L’attraction amusait grandement les trois bébés Pokémon, qui suivaient du regard les balles, riant aux éclats lorsque le Lokhlass faisait semblant de les faire tomber avant de les rattraper in extremis. Le Togepi, assis comme un Prince sur la tête du Pokémon d’Allen, soupirait avec nonchalance. Cleve ne savait pas vraiment quoi faire avec celui-ci, ni comment l’inciter à s’amuser avec les autres, mais plus elle le regardait, et plus il lui semblait vaguement familier…

Soupirant, elle préféra se concentrer sur les autres bébés, qui étaient à présent tous allongés sur le ventre, agitant les pieds et regardant leur nounou dujour avec de grands yeux brillants. Elle eut alors l’idée de passer à l’attraction suivante. S’asseyant en tailleur, elle respira un grand coup et commença à chantonner des comptines pour enfants dont elle avait de vagues souvenirs. Sa voix, claire et douce, n’était pas digne de celles des plus grandes cantatrices de l’académie, mais on pouvait aisément dire que Cleve se débrouillait en chant. Cela semblait d’ailleurs beaucoup plaire aux Pokémon, qui battaient des jambes en rythme, poussant des petits cris mélodieux en essayant de suivre les airs chantés par la Givrali.

Ils s’amusaient tous bien, et, perdant un instant sa concentration, Cleve ne remarqua pas que le Togepi suivait également le rythme. Battant des pattes à gauche et à droite, le Pokémon œuf avait un regard de plus en plus malsain. Ses mains commençaient à briller, prêtes à lancer une attaque Métronome sur Cleve et les autres bébés un peu trop bruyants à son goût, sans qu'ils ne s’aperçoivent de rien… Leur seul salut venait éventuellement d'Allen, qui était assez loin pour voir toute la scène et s'y immiscer. Qu’allait-il se passer ?
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Mar 27 Mai - 15:32


Avec la plus grande attention du monde, je ne laissais aucun détail échapper.

Mes mains frottaient avec parcimonie et délicatesse chaque branche du corps de la petite Stari, la laver et l'hydrater simplement avec l'eau de la piscine, elle semblait aimer ça. Le contentement du Pokémon me fit sourire également, un sourire qui ne voulait s'effacer à aucun prix, un de ces sourires qui montrait la pleine ampleur des sentiments. Ce n'était pas la première fois que je voyais une éclosion de Pokémon, j'étais présent quand l'Evoli blanchâtre de Noctis avait vu le jour. Je comprenais maintenant la mesure totale de sa joie, de son excitation face à cet évènement émouvant, j'en versais une larme. Le cristal rouge de l'étoile de mer scintillait de toute part, clignotant vivement par à-coups, sans doute pour montrer qu'elle était elle aussi contente d'avoir vu le jour. Comment allais-je l'appeler ? Hm, ah ! Polly ! Polly sonnait bien ! - ne me demandez pas d'où me viennent ces noms.



➖"Oui, vraiment jolie ! Elle est magnifi... OUAH !"



Si je n'avais pas totalement effacé le monde autour de moi pour me concentrer sur cette nouvelle vie, je n'aurais jamais pu imaginer que mon interlocutrice se trouve si près de moi. Quand s'était-elle autant rapprochée ? Les autres bébés Pokémons se trouvaient dans le cercle formé par Onix, avec Ancy pour les garder. Enfin, garder était un bien grand mot, il se faisait tirer la peau dans tous les sens, submergé par tant d'assauts incontrôlables. Seul Azurill était logé dans les bras de la jeune rousse, jeune rousse qui portait désormais mon t-shirt. Il était certes plus grand qu'elle, mais pas plus large que ça, cela lui donnait un certain style qui ne me laissa pas totalement indifférent et m'obligeait à détourner les yeux afin de masquer mon intérêt soudain. Elle balbutiait des excuses et des remerciements avant de s'enfuir vers mon gigantesque Pokémon de pierres. Perplexe, je jetais un coup d’œil vers la Stari, qui se contentait de se laisser flotter sur l'eau, elle profitait d'ores et déjà de son élément, c'était mignon. La femme du propriétaire se ramena à son tour avec une serviette dans les mains, son mari déposant le bébé étoile dans ses mains.



➖"On va s'en occuper, tu pourras la récupérer un peu plus tard ne t'en fais pas."



Ils savaient ce qu'ils faisaient, une chose certaine que je pouvais affirmer. Légèrement triste de devoir si vite me séparer de ma protégée, je me relevais pour me diriger vers Abstrak, mon Onix au regard fixe. Je l'avais reçu des mains du Collectionneur, pour me féliciter d'avoir passé un palier dans la pyramide scolaire de l'académie. Il avait le don de me trouver des Pokémons stoïques et sérieux, comme Trybal en premier lieu. Le reste de mes Pokémons ne se ressemblaient mais alors pas du tout psychologiquement. Enfin bref. Mes pas ralentirent quand j'entendis ma partenaire commencer à chanter, une voix si douce et mélodieuse s'échappait de cette silhouette qui me tournait le dos à ce moment-là. Elle chantait vraiment bien, je ne pouvais le nier. Tenté de fermer les yeux de profiter de sa voix, mon regard se porta sur chaque personnage présent dans ce tableau. Ce qui me perturba cependant fut la présence du Togépi sur la tête de mon Onix, c'était dangereux de rester à une telle hauteur du sol. Attendez. Ce sourire méphistophélique, ces yeux brillants, ses pattes s'illuminant, il n'y avait pas de doute, il préparait une grosse attaque.



➖"Abstrak ! Envoie Togépi dans les airs, vite !"



Le Pokémon ne se fit pas prier et leva avec violence sa tête vers le ciel pour propulser le bébé Pokémon dans les airs. A ce même moment, je détachais une autre Pokémon de ma ceinture pour la lancer devant moi. J'avais fait appel à Celty. Tout en fixant le Pokémon œuf, le Métang commença à briller, le Togépi aussi. Lentement mais surement, il ramena l'expulsé vers nous, jusque dans mes bras. Il était furieux, totalement hors de lui, il me frappait avec ses minuscules pattes avant de bouder sévèrement, et il y avait de quoi.
Dans la même journée, il avait fait deux vols planés en moins d'une demi-heure, sa colère était bien plus que compréhensible. Ce n'était pas moi qui pouvait le calmer, c'était sûr et certain. Je finis mon parcours pour revenir dans le cercle des bébés Pokémons, et confia le Togépi à Cleve, avec un petit sourire gêné. Elle savait y faire avec petits, bien plus que moi en tout cas, même si l'Elekid n'hésita pas une seule seconde à venir s'asseoir à côté de moi. Je pensais qu'il avait changé grâce à moi, mais cette douce illusion disparut quand je le vis mettre un coup de pied au Pichu pour éviter qu'il ne s'approche de moi. Ah la la, les bambins, c'était épuisant.

Tout le monde profitait du soleil, de la petite brise fraiche et de l'herbe, dans le cercle de pierres formé par mon Pokémon. Si c'était possible, j'aurai été capable d'écouter les chants de Cleve toute la journée, tous les jours. Lorsqu'elle s'arrêta pour enchainer sur une autre chanson, je pris mon courage à deux mains pour l'interrompre.


➖"Cleve. J'ai quelque chose à te demander.", je tentais tant bien que mal de ne fuir son regard, "As-tu... lu un article sur moi dans la Gazette ?... Si c'est l'cas, je sais que c'est difficile à croire mais je n'y suis pour rien. Ezra a le don de déformer la vérité à un degré inimaginable. Tu te rappelles d'Ambre Lawford ?"



Elle devait surement s'en rappeler. Je lui expliquais que son cas était de la pure invention, sans entrer dans les détails. Parler d'une autre fille généralement n'était jamais de bonne augure quand on voulait s'approcher d'une fille en particulier. J'essayais de faire court donc. Je ne savais pas ce qu'elle en pensait, il semblerait que je ne le sache pas avant un petit moment puisqu'un Kangourex marchait dans notre direction, avec un chariot garni de gamelles ainsi que de deux assiettes. Je jetais un coup d’œil à ma montre, il était midi.Les petits levèrent pratiquement tous leurs oreilles et leur nez, pour finir par se ruer vers le grand Pokémon de type normal. Ils savaient mieux que nous quelle heure il était, l'appel de la nourriture était toujours bien trop fort. Le Pokémon déposa les gamelles au sol avant de nous apporter à ma partenaire et moi nos deux assiettes. Ce lieu m'inspirait, l'ambiance conviviale présente ici me plaisait énormément.



➖"Bon appétit."



Sans me presser, je mangeais assez vite, tout le monde s'en plaignait d'ailleurs. Je voyais trop bien Chiho me crier dessus pour que je ralentisse la cadence et Yuki qui riait à son tour en se prenant finalement un regard furieux de la jeune fille. Ces jours paisibles m'avaient ouvert les yeux, ils m'avaient donné la force de parler aux autres, la force de m'ouvrir aux autres. Aujourd'hui, le défi était de taille, car la personne qui était assise en face de moi n'était pas n'importe qui. Un peu désemparé, je ne m'étais pas rendu compte que je l'avais fixé pendant un long moment, mon esprit parti bien plus loin que mon regard. Les autres bébés faisaient la course pour revenir jusqu'à nous, et ce fut Elekid qui l'emporta haut la main. Son air confiant, son assurance démesurée, cette victoire n'avait fait que gonfler son égo. Après le repas, tout le monde savait ce qui attendait les petits enfants.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Jeu 29 Mai - 23:07
La petite assemblée s’habituait de plus en plus à leurs baby-sitters d’un jour. Cleve, avec sa douceur naturelle et ses sourires charmants semblait avoir gagné l’affection des petits, même si ceux-ci restaient encore timides vis-à-vis de la rouquine. L’Azumarill dans ses bras n’échappait pas à la règle. Même si blottit contre la Scientifique, il semblait heureux comme un Magicarpe dans l’eau, ses joues rondes et blanches avaient viré au rouge pourpre et il s’agitait comme un enfant qui aurait fait une bêtise et rirait à gorge déployée de se faire prendre la main dans le sac. Sur la demande du Pokémon eau, Cleve s’était dirigée vers Allen pour voir le nouvellement né Stari qui flottait paisiblement dans la piscine, manipulé avec le plus grand des soins par son dresseur. D’un œil curieux et intrigué, la demoiselle observait son partenaire, délicat et attentionné avec l’étoile couleur terre. Le petit bébé dans ses bras agitait sa queue extensible à droite et à gauche en faisant frémir ses oreilles rondes, lorgnant sur ce nouveau camarade de jeu, hésitant à sauter dans la piscine pour aller batifoler gaiement. Allen avait rapidement réagit au commentaire de la Givrali, répondait d’un air absent avant de se rendre compte brusquement de sa réponse. Avec un cri qui fit sursauter Cleve, il se retourna d’un coup vers elle, ce qui la perturba un instant. Sans attendre une réponse concernant le t-shirt, elle prit la fuite et alla se réfugier auprès de l’Onix.

Pour se calmer, la jeune fille avait alors entonné un chant qui visait à apaiser la petite troupe réunie autour d’elle. Note après note, la rousse s’amusait à manier les paroles, répétant d’une voix cristalline ces mots si simples à retenir pour les nourrissons, et qui pourtant devaient paraître bien abstraits pour ces têtes blondes. Certains commençaient déjà à avoir les yeux qui leurs picotaient, et Pep, posté près de Cleve, eut un sourire en voyant les paupières du Lippouti papillonner, luttant contre le sommeil pour continuer de s’amuser avec ses autres camarades. Bercés par le chant de Cleve, aucun des protagonistes ne remarqua le perfide Togepi qui préparait une grosse attaque. Par chance, Allen avait encore la tête sur les épaules, et il envoya valser le minuscule Pokémon dans les airs, avant de le rattraper. La Givrali s’était brusquement retournée vers eux à ce moment, mais elle aurait perturbé la quiétude des petits si elle s’était arrêtée d’un coup de chanter. Aussi continua-t-elle dans son refrain, lançant de ses grands yeux ambrés, un regard interrogateur à son acolyte. Qu’est-ce qui venait de se passer ? Pourquoi avait-il envoyé balader un de leur protégé comme ça ? Il voulait lui faire frôler la crise cardiaque ou quoi ? La jeune fille ne comprenait pas vraiment, mais le fait qu’Allen attire le Togepi vers lui grâce à son Metang la rassura un peu. Peut-être souhaitait-il simplement s’amuser. Dans tous les cas, le Togepi n’avait rien, si ce n’était qu’il semblait passablement agacé.

*Comme depuis le début de la journée…* soupira Cleve, tout en continuant de chanter.

Il fallait dire que le comportement du Togepi perturbait un peu la jeune fille ; à dire vrai, elle avait beau essayer tout ce qu’elle pouvait pour le faire rire comme les autres petits, elle n’y arrivait pas. Il restait buté, la regardant de ses yeux insolents et perfides, avec parfois un ricanement malsain qui lui rappelait toujours étrangement un autre Pokémon qu’elle avait aperçu auparavant. Mais qui ? Le mystère restait entier, et la Givrali rata une note tant elle avait l’esprit ailleurs. Intrigués par ce changement d’attitude de leur nounou, les Pokémon levèrent les yeux vers Cleve et s’approchèrent d’elle d’un pas hésitant, titubants, rendus quelque peu ensommeillés par la comptine.

Après avoir récupéré le Togepi, le Noctali vint s’inclure au cercle, un sourire gêné sur le visage, remettant le perturbateur dans les bras de Cleve. La voilà qui se retrouvait avec une grande partie de leurs protégés sur ses jambes, tandis que l’Elekid, visiblement entiché d’Allen, se mouvait vers lui en envoyant des coups de pieds aux malheureux qui osaient s’approcher du blond. Cette attitude fit sourire la rouquine, mais lorsqu’elle surprit le regard du Topdresseur, elle détourna précipitamment les yeux. Cela faisait déjà une bonne heure qu’ils avaient commencé à travailler ensemble, et pourtant, Cleve n’arrivait toujours pas à être naturelle avec lui. Cette gêne ne semblait pas avoir échappé à son camarade, et, profitant de ce lourd silence qui s’était installé, il lui posa une question. Aussitôt, la Pokémécanicienne vira au rouge pivoine et se cacha derrière le Togepi qu’elle pris comme bouclier de fortune. Comment avait-il remarqué ça ? Comment avait-il su ? Enfin, à mieux y réfléchir, il ne fallait pas être une lumière pour s’en apercevoir.

Depuis le début de leur mission, Cleve avait démontré un comportement pour le moins singulier envers Allen. Enfin… A vrai dire, c’était son caractère de d’habitude, mais poussé dans ses retranchements les plus extrêmes. Elle avait fui à chacune des apparitions de son collègue, comme s’il était bel et bien le pervers décrit par Ezra Plume. Maintenant qu’il lui expliquait tout ça, elle trouvait ça stupide de sa part. Evidemment… Elle aurait pourtant dû ne pas faire attention à ces ragots, puisqu’elle était assez bien placée pour savoir que la célèbre Journaliste de la Gazette du Dresseur ne faisait pas forcément dans l’info. A mieux y réfléchir, elle ne savait même pas pourquoi elle y avait cru, à la base. Peut-être avait-elle inconsciemment catalogué Allen comme le « pervers de service qui trébuche et tombe toujours le nez sous la jupe d’écolière de la héroïne », personnage malheureusement récurent dans certains de ses jeux vidéo –on ne demandera pas quels genre de jeux vidéo *tousse*-. Quoi qu’il en soit, elle voulut éclater de rire à ce moment, devant tant de stupidité de sa part, mais elle fut interrompue par l’arrivée d’un énorme Kangourex chargé d’un plateau repas. Elle avait été tant absorbée par ses réflexions et par le récit d’Allen concernant Ambre Lawford, qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’en placer une.

La cacophonie qui suivi l’arrivée du repas la distrayant un moment, elle se détourna d’Allen pour aider le pauvre Mime Jr. à manger sans s’en mettre partout. Une fois la tâche accomplie, elle retourna jusqu’à son assiette et remarqua que le blond la fixait intensément. Peut-être trop, d’ailleurs. Cette insistance la rendait fébrile, de la même façon que l’étreinte d’Amaoka l’avait perturbée. Ses yeux mordorés soutinrent ce regard, incapable de s’en détacher.

« Eh bien… écoute, je… » commença-t-elle, avant d’être interrompue par l’Elekid qui était revenu vers eux en courant, se jetant sur les jambes d’Allen.

Applepie, qui surveillait les bébés Pokémon alors qu’ils mangeaient, tourna la tête vers le Pokémon Electrik avec un air outré, avant d’être submergé par une vague d’autres bambins. Ecrabouillé, exténué par tant d’activité, l’Evoli à la robe caramel se traina vers Cleve, tentant de rester digne mais n’en menant pas large pour autant. Avec un sourire, la jeune fille le rappela dans sa Pokéball en lui chuchotant qu’il avait bien travaillé et qu’il était à présent temps pour lui de se reposer. Repos qu’il ne devait d’ailleurs pas être le seul à prendre.

Se relevant au signal de la sieste donné par les gérants, Cleve frappa dans ses mains et intima aux bébés de la suivre. Avec l’aide d’Allen, ils allèrent se poser à l’intérieur de la Pension, dans une grande pièce où des futons étaient posés à même le sol. Choisissant un coin vide, la rousse invita ses protégés à s’allonger. La tâche fut plutôt difficile tant ils étaient agités, mais elle parvint cependant à leur faire entendre raison en leur promettant une récompense après le dodo. Voyant Allen un peu à l’écart et le regard dans le vague, la Givrali s’approcha doucement de lui et le fixa droit dans les yeux.

« Erm… Allen… On reparlera de ce dont tu me parlais après les avoir couché, d’accord ? » proposa-t-elle, prenant son courage à deux mains pour prononcer ces simples mots.

Une fois cela fait, elle respira un grand coup et lui adressa un sourire, avant de se rassoir près du Pichu pour le remettre sous ses couvertures.

« Tu veux leur lire une histoire avant de les endormir ? » demanda-t-elle à Allen.

Une idée lui traversa alors l’esprit, et elle fit sortir Cherryl de sa Pokéball. Le Mélofée vint se placer sur la carapace de Peppéroni, et commença aussitôt à confectionner une nouvelle poupée avec tout ce qu’il avait amassé depuis ses précédentes sorties.

« Ou alors on peut les endormir avec mon Mélofée. Ce sera peut-être plus rapide. » poursuivit-elle, laissant à son collègue l’entière décision.
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Lun 2 Juin - 17:00


Après l'activité préférée du Ronflex, sa deuxième activité préférée !

Tout le monde se levait, laissant la confortable pelouse seule avec elle-même, pour se rendre à l'intérieur de la Pension. Sans plus attendre, je rappelais mon amas de roches dans sa Pokéball, histoire de le libérer de sa condition de perchoir pour Pokémon ainsi que d'enclos pour bébés. Une fois tout le monde à l'intérieur, je lançais un dernier regard vers la cour, histoire de voir si on n'avait rien oublié. Non, rien. Tant mieux. Des petits futons étaient disposés dans la grande salle, de manière à distinguer chaque groupe d'élèves. Je me disais que l'on s'était plutôt bien sorti quand je posais mes yeux sur certains groupes. Des Pokémons pleuraient, d'autres étaient devenus incontrôlables, un capharnaüm sans nom avait pris place au sein de la grande salle. "Nos" bébés eux se tenaient chacun allongés sur leur futon, attendant de voir ce qui allait se passer ensuite. Les yeux noisette de Cleve me fixaient, attendant ma réponse. Hu ?

Moi ? Lire une histoire ? A des enfants ? Des Pokémons ? Non, moi raconter une histoire ? Cette idée ne m'était jamais venue à l'esprit, et pour cause, cela ne m'était jamais arrivé. Pas une seule fois. L'autre option était de laisser son Pokémon "lunaire" s'en occuper. J'aurai préféré choisir cette option, mais le propriétaire de la Pension était venu vers nous, ma petite Stari dans les mains. Il avait installé un petit aquarium assez large pour qu'elle puisse dormir près de notre groupe, étalée de tout son long. Je n'avais plus le choix. Tout cet amour, toute cette attention, si je laissais le Mélofée les endormir, cela voudrait dire que je laissais quelqu'un d'autre exprimer ma reconnaissance et surtout, que je fuyais - pas du tout mais bon, j'ai de drôles de valeurs.



➖"Je... Je vais raconter une histoire..."



Je détournais évidemment le regard, mes joues avaient désormais la même couleur qu'un mignon petit Ceribou. Je pris une grande inspiration, avant de m'asseoir correctement pour que les Pokémons me fassent face. Ancy, lui, dormait déjà comme un Goinfrex, il ne m'apporterait donc aucun soutien moral. Bon, allons-y. Heureusement, il y en avait une qui me venait à l'esprit.



➖"Alors..."

Dans de petits bois égarés vivait un petit Passerouge.
Il avait cinq frères et sœurs plus grands que lui, plus doués que lui, plus forts que lui.
Le petit Passerouge passait ses journées à rêver de marcher dans la forêt,
il voulait devenir comme ses frères et sœurs.
Un jour, pour montrer à sa famille qu'il était doué lui aussi,
le petit Passerouge s'aventura seul au cœur de la forêt.
Plus il marchait, plus l'horizon devenait sombre.
Plus il marchait, plus le vent devenait glacé.
Plus il marchait, plus la voix de la forêt devenait terrifiante.
Il était tout seul, au milieu de la forêt, perdu et triste.
"Mes frères, mes sœurs, où êtes-vous ?" pleura le petit Passerouge.
Et là, une voix lui répondit, mais pas celle de ses frères et sœurs.
"Que fait un petit Passerouge au milieu de la forêt ?" demanda la voix.
Sorti de nulle part, un gigantesque Florizarre se montra au petit Passerouge.
"Je me suis perdu, je veux rentrer chez moi." ajouta le petit Passerouge.
Le Florizarre se mit à rire aux éclats,
il était impossible de se perdre dans cette forêt, disait-il.
"Ferme les yeux, ferme-les bien, et tu seras de nouveau chez toi."
Le petit Passerouge ferma les yeux, il les ferma pendant longtemps et...



...Et vlan. Plus personne debout. Tous les bébés Pokémons s'étaient effondrés comme des Parecool. Je m'étais donc arrêté, gardant un petit sourire satisfait alors que je remontais les couvertures de l'Elekid qui avait rapproché son futon de mes jambes. J'entendais des petits applaudissements, des applaudissements silencieux de la part des groupes voisins. Leurs bébés Pokémons s'étaient eux aussi endormis, un "strike" multidirectionnel je dirai. Je n'étais pas peu fier de ma performance, mais je refusais catégoriquement de croiser le regard de Cleve. J'étais trop embarrassé pour ça. Maintenant que les bambins dormaient, je me relevais doucement, pour me diriger vers l'extérieur du bâtiment. Je m'allongeais de nouveau sur cette pelouse sur laquelle on s'était posés un peu plus tôt.



➖"...Fiou ! Je m'en suis sorti plutôt pas mal on dirait..."



Avec tout ça, je n'avais pas pu discuter avec Cleve. Quelque part, je me demandais si ça valait vraiment le coup d'en parler, il se pouvait qu'elle ne me croit pas, même si j'avais l'impression qu'elle puisse comprendre le fin mot de toute cette histoire. Cela faisait des mois que cette fausse accusation était sortie, il y en avait encore qui s'en rappelait aujourd’hui, pour mon plus grand malheur. Beaucoup de ces personnes avaient changé leur vision concernant ma personne, tout simplement parce que je prenais de l'ampleur dans ce petit monde scolaire de Topdresseurs.

Je n'avais pas vraiment le temps de me perdre dans mes pensées, le vieil homme s'était rapproché de moi. Il tenait quelque chose dans les mains, qui ressemblait vraisemblablement à un œuf. Je me redressais par politesse, me permettant aussi de voir le grand sourire que l'homme arborait.



➖"Te voila. Tiens, un cadeau de ma femme, c'est un œuf d'un Pokémon très populaire chez les jeunes, je te laisse deviner de qui il s'agit."



Il me remit l’œuf en main propre et je l'en remerciais, avant qu'il ne reparte vers la Pension. Un Pokémon populaire ? Je ne voyais pas trop de quoi il parlait, je ne suivais pas l'actualité des tendances dans l'école. Je me perdais du coup dans mes pensées, sans constater en premier lieu qu'une grande discussion allait suivre cet évènement des plus surprenants.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Mer 4 Juin - 22:23
A genoux près d’un futon, Cleve attendait sagement qu’Allen prenne la décision concernant ce qu’ils devraient faire pour endormir les petits. De son côté, Cherryl, perché sur Peppéroni, avait déjà terminé la confection d’une Poképoupée. Admirant un instant son travail, il fixa finalement la masse de Pokémon sous les couvertures, et balança sa fabrication sur la tête d’un des bébés avec un ricanement fourbe. La peluche en forme de Mélofée rebondit sur le crâne de l’Azumarill qui commença à renifler comme s’il allait fondre en larmes, rapidement consolé par Cleve qui lui déposa un baiser sur le front et glissa la poupée sous la couette. Avec un sourire rassuré, l’aquasouris se blottit contre son nouveau jouet et émit un petit couinement de contentement. Contrairement aux autres groupes, Cleve et Allen se débrouillaient relativement bien. La jeune fille acquiesça donc quand le Noctali lui répondit qu’il optait plutôt pour une histoire, et elle sortit son œuf de son sac à dos pour qu’il puisse profiter également de cet agréable moment. La coquille s’agita un instant quand la rouquine la posa sur ses genoux, et la température lui indiquait qu’il risquait d’éclore très prochainement, mais visiblement, ce n’était pas pour maintenant. Elle se fit la réflexion qu’elle profiterait de sa présence à la Pension pour demander aux Gérants s’ils avaient une idée de quand l’œuf allait éclore, et de quel Pokémon il allait s’agir, mais elle n’eut pas le temps d’interpeler le vieil homme lorsque celui-ci apporta la Stari d’Allen. A dire vrai, elle n’avait pas vraiment envie d’élever la voix, de peur de réveiller les rares Pokémon endormis.

Allen venait d’ailleurs de commencer son histoire, et Cleve ferma les yeux pour se laisser bercer par le conte. Cela parlait d’un petit Passerouge qui se perdait dans la forêt. La Givrali imagina dans son esprit le minuscule oisillon rouge, en se souvenant du Pokémon de son amie Chypre. L’histoire était triste, incroyablement triste. Tant et tellement que la jeune fille fut submergée par l’émotion. Allen s’arrêta cependant avant la fin, en se rendant compte du fait que tous leurs bébés s’étaient déjà endormis. Rouvrant précipitamment les yeux et regardant autour d’elle, la Pokémécanicienne constata que les autres bébés dormaient également, grâce aux talents d’orateur du Noctali. Ce dernier se leva d’ailleurs pour retourner s’allonger sur la pelouse. Le suivant de loin en trainant la patte, la rouquine pu voir le gérant s’approcher de son camarade et lui remettre un nouvel œuf, avant de retourner vers sa maison.

La jeune fille était trop bouleversée pour lui demander de l’aide à propos de son œuf. Aussi se contenta-t-elle de se diriger lentement vers Allen, et de s’assoir à côté de lui, sans le regarder. Au bout d’un moment, elle tira un pan du t-shirt du Topdresseur, les larmes aux yeux.

« D…dis… Qu’est ce qui arrive au petit Passerouge à la fin de l’histoire ? » murmura-t-elle avec la voix d’un animal blessé.

Elle eut les lèvres tremblantes un moment, puis sécha précipitamment ses larmes en se rendant compte de son geste. Fichue sensibilité ! Pauvre Allen, il n’allait sûrement pas savoir où se mettre. Estimant cependant qu’elle aurait du mal à s’excuser maintenant de son comportement envers lui, elle se contenta de caresser la coquille de son œuf, faisant courir ses doigts fins et pâles de mécanicienne sur la paroi solide et tachetée. Soudainement, comme s’il répondait à son geste, l’œuf s’agita de plus en plus violemment. Paniquée, la rousse tendit sa possession à bouts de bras, observant avec stupéfaction la coquille être zébrée d’une fine fissure. Des éclats furent dispersés un peu partout, et le haut de l’ovoïde céda enfin, laissant apparaître la tête minuscule, rouge et poilue d’un petit renard. Le Pokémon aux grandes oreilles émergea doucement de sa prison maternelle, regardant avec ses yeux curieux le monde autour de lui. Sa tête était décorée d’une sorte de houppette bouclée et il émit un petit « Gou ! » joyeux, avant de sortir de sa coquille. Il s’ébroua pour se débarrasser des derniers débris, et Cleve pu observer qu’il possédait également une queue arrondie, de la même couleur que sa « coiffe ». Sortant son iPok, elle entendit la voix robotique de Dexter s’élever :

« Goupix ! Le Pokémon Renard ! Quand il naît, le bébé Goupix n'a qu'une seule queue, qui se divisera plus tard en six s'il est bien soigné. Même tout petit, il est parfaitement capable de se défendre car il sait cracher du feu, et si l'ennemi ne recule pas, il envoie une attaque Onde folie. Son pelage tout doux lui donne l'apparence d'une peluche. »


Observant le petit renard, elle pencha la tête de côté. Cette chose était donc de type feu. A vrai dire, c’était la première fois qu’elle voyait un tel specimen, mais son aspect doux lui faisait bonne impression. En espérant qu’il serait aussi docile qu’Applepie.

« Heu… bonjour… » le salua maladroitement Cleve, avant d’approcher sa main pour pouvoir caresser le Goupix.

Avec un bond agile, le renard se faufila sous les bras de sa nouvelle dresseuse et vint se pelotonner sur ses genoux. Ouah. Il était vraiment affectueux, et tout minuscule. Un vrai bébé Pokémon ! Le visage éclairé d’un large sourire, Cleve  décida de nommer son nouveau compagnon Omuraisu, en hommage à ce que ce malheureux aurait pu devenir s’il était resté sous les griffes de Melty Potts.
Ouais, ça sonnait plutôt bien ! Fière d’elle-même, la Givrali se tourna vers Allen pour lui présenter son nouvel ami, lorsqu’un bruit sourd se fit entendre dans l’intérieur de la pension. Comme une explosion, ou quelque chose qui n’augurait rien de bon dans tous les cas.

Surprise, Cleve se releva d’un coup, et vit un de ses camarades de la Pokémon Community se diriger vers eux, affolé.

« Venez les gars il faut que vous nous aidiez ! Il y a un Pokémon qui fout un bordel pas possible à l’intérieur, tous les bébés sont paniqués ! Un Togepi je crois, ou je ne sais quoi… Il balance des attaques Métronome dans tous les sens ! »

Il ne fallait pas un long temps de réflexion pour deviner de qui il s’agissait. Se tournant vers son camarade, la Givrali lui attrapa la main sans autre forme de ménagement, son Goupix sous l’autre bras.

« Viens ! » lui dit-elle, avant de se précipiter dans la pension, entrainant le Topdresseur à sa suite.

Leurs autres camarades qui étaient venus se reposer sur la pelouse après qu’Allen ait endormi leurs protégés se levèrent également suite à l’appel du premier garçon, et tous coururent vers la salle de repos. Croisant les doigts, Cleve espérait que la situation serait gérable…

[Eclosion de l’œuf de Goupix]
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Dim 8 Juin - 19:19


Ah... Mais qu'est-ce que je faisais là moi ?

La tranquillité et le temps sont de grands facteurs propices à la réflexion. Je réfléchissais, donc. A l'heure actuelle, je me trouvais dans le haut du tableau des meilleurs élèves de l'école. J'avais acquis le second grade de mon parcours scolaire "Spécialiste Type" que peu de gens avaient réussi à atteindre. Le plus drôle dans tout ça, c'était que je connaissais la plupart de ceux qui y étaient parvenus. Mon orgueil profond refusait sans doute de l'admettre, mais mon père avait raison : j'étais bien entouré. Des personnes talentueuses, respectivement dans leur domaine, des futurs grandes figures de ce monde. Mais c'était bien pour ça que cette école avait été créée. Rassembler les potentiels les plus prometteurs et les cultiver de manière à pondre des dresseurs d'exception, c'était ça, le concept de Pokemon Community.

Enfin bon, mon évasion se termina avec l'arrivée prévue de Cleve à mes côtés. Nos regards ne se croisaient pas, une tension incommensurable s'était installée. Pourquoi avait-il fallu que je l'ouvre pour parler de la Gazette ?! Maintenant, tout était fini. Cette relation que j'espérais depuis si longtemps, le fait de lui parler, de la connaitre, de partager de bons moments ensemble - quand je dis "bons moments" je parle de sujets tout à fait respectables ! - et mettre peut-être... Ah ! Je n'eus même pas terminé de m'énoncer la liste des pertes que la main de la Givrali attrapa mon t-shirt. Avec une certaine appréhension, je me forçais à tourner la tête vers elle, pour voir ce qu'elle voulait. Grande fut ma stupeur quand je vis ce visage abattu de la part de Cleve, des perles de larmes s'amassant sous ses paupières. Pourquoi pleurait-elle ? Que s'était-il passé ? Qu'avais-je fait ?

Et là, sur le cul. Ce qui avait bouleversé la jeune fille n'était ni plus ni moins que mon histoire contée plus tôt. Elle voulait savoir ce qui arrivait au Petit Passerouge, si ce Pokémon était bien rentré chez lui. Je m'en faisais vraiment pour rien, j'avais imaginé le pire, mais j'étais totalement à côté de la plaque. Soulagé, mon corps ne put retenir ce flot de rires qui jaillit sans crier gare. Je riais de ma propre stupidité, je sautais toujours sur la mauvaise conclusion. Je me redressais pour me rapprocher de Cleve et entreprit de lui sécher ses larmes avec mon doigt. Avez-vous déjà vu... Un Branette qui sourit ? Non, j'plaisante, si je souriais comme ça, la Givrali partirait en courant. Mon visage arborait plus la joie et la bonne humeur d'un Nanméouie.



➖"Haha, si tu as bien écouté mon histoire, tu as déjà la réponse à cette question."



Tout était une question de réflexion et d'interprétation, mais je savais au fond de moi qu'elle était capable de trouver la réponse qu'elle cherchait. J'en oubliais notre discussion sur la Gazette du Dresseur, j'en oubliais les péripéties passées ce jour même, mes yeux se plongeaient dans ce regard couleur noisette comme s'ils étaient aspirés dans le trou béant du dos d'un Munja. Elle était... si belle. Malheureusement, ma contemplation prit fin avec le craquellement de l’œuf qu'elle portait sur elle. C'était la fête aux éclosions aujourd'hui ! L'heureux veinard qui sortit de sa coque ne fut autre qu'un Goupix, le petit renard au poil doux. Veinard, oui, VEINARD ! Hmpf ! Enfin bref. Elle me présenta son nouvel ami, et devant ce sourire si pur, si épanoui, je ne pouvais que pardonner ce nouveau-né. Je comptais lui énoncer quelques mots, en regroupant tout le courage du monde, mais ce n'était pas du tout mon jour. Un de nos camarades de l'académie déferla vers nous, paniqué, juste après un grondement sonore plutôt agressif. Il nous sommait de le rejoindre pour les aider à corriger la situation, ils avaient bien choisi leur moment ! Une seule personne ne suffisait pas ? Pour un pauvre petit Togépi, ils rameutaient tout ce monde ? Je fulminais de rage sur place, avant que Cleve ne se lève et ne me tire le bras pour aller voir ce qui se passait. Vu comme ça, je n'avais pas d'autre choix que de céder, je n'avais pas non plus fait la liaison entre le nom Togépi et CE Togépi.

Quoi qu'il en soit, on se dirigeait vers la Pension pour aller voir ce qui se passait de si grave pour que nos camarades aient besoin de nos services. Aussi fus-je dépité de constater que le problème venait de notre groupe. Togepi. Oui, encore lui. Cette canaille sans foi ni loi semait encore le chaos parmi ses congénères. Il y avait des explosions partout, les bébés fuyaient la présence du Pokémon œuf, dont notre très courageux Elekid qui se raccrocha du mieux qu'il pouvait à ma jambe. Un véritable champ de bataille. Si je faisais appel à mes Pokémons ici, le résultat des courses n'en serait que plus catastrophique, ils sont entrainés pour se battre sans demi-mesure. J'eus malgré tout une idée sur le tas, mon regard descendant sur le bébé de type Electrik. Je me baissais pour lui faire face et lui sourire, ce que je comptais lui demander lui ferait bien plus que plaisir.



➖"Elekid ! Ce que je vais te demander est quelque chose de très important ! Tu vas utiliser ton attaque Eclair sur Togépi, le plus longtemps possible !"



Des étincelles brillaient dans les yeux du petit Pokémon, qui se mit en position pour exécuter ma demande. Concentré, motivé, l'Elekid chargeait de la puissance pour finalement envoyer une décharge digne... d'un bébé. C'était largement suffisant pour picoter le Togepi, une sorte de Cage-Eclair en continu. J'en profitais pour faire de la place autour de moi, en déblayant les débris avec l'aide de mes collègues dresseurs. Les bambins courraient encore dans tous les sens, cette mascarade était sur le point de prendre fin. Je lançais une Pokéball en direction des deux bébés combattants, pour laisser sortir mon très grand Métang.



➖"A toi de jouer Celty, récupère tout l'monde et apporte-moi Togepi."



Un cliquetis métallique marqua l'approbation de mon Pokémon. Ses yeux devinrent d'un bleu flamboyant, son corps recouvert de cette même couleur. En un instant, tous les bébés Pokémons se mirent à flotter dans les airs, entourés de cette aura mystérieuse qui symbolisait l'utilisation de pouvoirs psychiques. De ce fait, le Togepi ravageur tomba directement dans mes bras, alors que les autres avaient été regroupés en un seul endroit. Du bon travail, je dirais, sous les applaudissements des personnes présentes. Pourquoi applaudir ? Pour quelque chose d'aussi simple n'importe qui aurait pu s'en sortir.

Légèrement irrité - très irrité, ils m'ont fait louper la chance de ma vie pour CA ! -, je m'avançais vers le propriétaire de la Pension afin de lui remettre le Togépi, mais il se mit à le fixer à la place, pendant longtemps, longtemps.



➖"Hmm... Ce Togépi ne vient pas d'ici. Il s'est peut-être perdu, qui sait. En tout cas, tu as fait du bon boulot mon garçon, mais utiliser une attaque contre un bébé Pokémon, ce n'est pas du tout approprié. Tu devrais y réfléchir à l'avenir."



Un sermon. Je m'étais fait gronder pour ce que j'avais fait, même en prenant la peine de choisir un autre bébé pour minimiser les dégâts. J'étais un peu dégoûté. Je regardais le fauteur de trouble abasourdi, me disant que quelqu'un l'avait sans doute abandonné ici. C'était triste quelque part, même si l'air enjoué et fier de mon Pokéfan électrique me faisait garder le sourire. Qu'allais-je faire de lui maintenant ? Il faudrait bien que je le pose, histoire que je puisse aider les autres à mettre de l'ordre dans le bâtiment.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Lun 9 Juin - 22:39
Les larmes qui perlaient sur le visage de Cleve lui rendaient les yeux troubles. Un reniflement plus tard, et ses doigts s’étaient agrippés au t-shirt du Noctalien, demandant d’une voix tremblotante ce qui arrivait au petit Passerouge. Désemparé, Allen regarda la rouquine un court moment, avant de rire comme un enfant. Abasourdie par cette réaction pour le moins inattendue, la jeune Givrali leva la tête vers son camarade qui balaya ses larmes d’un revers de main. Malgré son rire, Allen ne se moquait pas vraiment d’elle. Il devait juste trouver la situation cocasse, sans pour autant penser à mal. Il ne lui raconta cependant pas le reste de l’histoire, la laissant deviner.
La Pokémécanicienne réfléchit. Elle se remémora les moindres détails du conte, et hoqueta en trouvant la combine.

« Le petit Passerouge passait ses journées à rêver de marcher dans la forêt, il voulait devenir comme ses frères et sœurs. » récita-t-elle. « Cela signifie que le Passerouge est en train de faire un cauchemar et qu’il ne s’est pas vraiment perdu ? »

L’air mystérieux d’Allen ne parvenait pas à lui indiquer si sa réponse était bonne ou non, mais il ne s’était pas séparé de son sourire, ce qui signifiait qu’elle avait probablement visé juste. Et puis il s’agissait sûrement d’un happy ending si son collègue en parlait de façon si légère. Etrangement, elle en vint à sourire elle aussi, jusqu’à ce que la coquille de son œuf ne se mette à craqueler.

Etait-ce la proximité avec tant de bébés Pokémon qui avait décidé ce petit nouveau à s’extirper de son cocon ? Cleve se fit la réflexion qu’elle avait sûrement obtenu son œuf en même temps qu’Allen, lors de la chasse aux œufs de Pâques. Ce n’était donc pas aberrant qu’ils aient éclos pratiquement en même temps, même si la Scientifique se promis de demander à Chypre des informations là-dessus, le plus rapidement possible. Omuraisu, le petit Goupix, gambadait joyeusement entre ses bras, mordillant gentiment de temps à autres cette grande main, juste pour jouer. L’ambiance entre les deux étudiants était brusquement devenue plus chaleureuse, mais un événement vint perturber la quiétude de leur repos bien mérité. Accourant vers eux, un de leur camarade les appela à la rescousse.

Le sang de Cleve ne fit qu’un tour, et, sans réfléchir à ce qu’elle faisait, elle attrapa le garçon par la main pour l’entraîner à sa suite. A l’intérieur de la pension, c’était un sacré bordel. Les futons avaient été retournés, les bébés couraient dans tous les sens, et leurs camarades étaient bien loin de maîtriser la situation. Quelque uns étaient parvenus à récupérer leurs protégés, mais ils étaient trop peu nombreux pour rassurer tout le monde. Les Pokémon piaillaient, criaient, pleurnichaient et se rentraient les uns dans les autres.

*Oh là là !* pensa Cleve en regardant deux Pichu se percuter brutalement, et tomber à la renverse en chouinant.

De leurs côtés, Pep’ et Cherryl s’étaient mis dans l’idée de calmer les foules. Le premier, que sa grande carrure rendait imposant, mais sacrément lent également, avait rassemblé quatre bébés sur sa large carapace. Pour éviter qu’ils ne s’enfuient et se blessent ailleurs, il avait créé une sorte de cage en glace ouverte sur le dessus qui retenait les Pokémon prisonniers à l’intérieur. Avec sa gueule, il attrapait la marmaille qu’il passait à Cherryl posté sur sa tête. Le Mélofée se chargeait alors de déposer sans leur faire de mal, les Pokémon à l’intérieur de l’abri. Cleve eut un sourire en voyant ce formidable travail d’équipe, et elle sortit rapidement de ses Pokéballs, Apple’ et Biscuit. L’Evoli modèle, comprenant rapidement la tâche qui l’incombait, bondit en avant pour essayer de rassembler les bébés tel un chien de berger, tandis que Biscuit, sur la demande de sa dresseuse, créait des bulles et de l’écume pour ralentir tout ce beau monde sans leur faire de mal. De quoi nettoyer un peu tout le bordel causé par cette joyeuse assemblée, d’ailleurs !

Omuraisu, qui agitait la queue depuis qu’il avait vu tous ces Pokémon courir dans tous les sens, sauta souplement des bras de Cleve et trottina joyeusement vers les autres. Cependant, tout jeune bébé, il esquissa quelques pas maladroits avant de s’emmêler les pattes et tomber sur le sol en couinant. Reprenant le bébé Goupix dans ses bras, la rousse se tourna vers Allen et assista à son exploit. Utilisant l’Elekid de leur équipe comme d’un opposant au Togepi, il parvint à rétablir la situation. Il envoya ensuite son Metang pour faire léviter tous les Pokémon, et Omuraisu quitta les bras de Cleve en glapissant de terreur. Bientôt, le perturbateur fut maîtrisé, tandis que tout le monde applaudissait. La Givrali, après avoir récupéré son nouveau Pokémon, coula un rapide regard admirateur vers son partenaire d’un jour, avant de détourner précipitamment le regard, rouge de honte.

« Bravo ! »
souffla-t-elle à son oreille, après qu’il se soit fait sermonner par le gérant de la Pension.

Elle lui adressa un sourire radieux, avant que celui-ci ne disparaisse en voyant Andreas Heartnett débouler dans la pièce, complètement catastrophé par l’état du la chambrée… ou tout du moins, c’est ce que Cleve pensait avant de se rendre compte qu’il venait simplement de se mettre un mauvais coup de mascara et qu’il avait à présent une longue trainée de maquillage noir au-dessus de son œil droit. Se retenant de pouffer de rire, la jeune fille en déduisit que l’agitation l’avait fait sursauter au point de se louper de la sorte. Elle réprima un sourire bête, regarda Allen dans les yeux et se détourna de lui pour rire doucement.

« Maiiiiiis que s’est-il passé ici ? » cria le Coordinateur, catastrophé. « Qu’est ce qui a bien pu se… hm ? Mais… Que fait-il ici ? » demanda-t-il au gérant en pointant du doigt le petit Togepi. « Ben… ben ça alors ! C’est la secrétaire de Monsieur Rivardi ! Nom de dieu, il sera furieux lorsqu’il se rendra compte qu’il n’a personne pour taper ses rapports ! Il faut absolument qu’on rendre à l’école maintenant. MAINTENANT ! »

Les élèves sursautèrent, puis s’empressèrent de ranger la pièce sous les beuglements incessants –et les pirouettes incessantes- d’Andreas. Cleve, à qui on avait remis un balai, se dirigea d’abord vers Pep’, Cherryl, Apple et Biske pour les féliciter. Elle fit ensuite rentrer les trois derniers dans leurs Pokéballs respectives, puis commença le rangement en compagnie de ses camarades.

Au bout d’un quart d’heure de travail intensif, la chambre était presque remise à neuf, et les élèves purent regagner le navire, après des au revoir déchirants avec leurs petits protégés d’un jour. Cleve, avec un sourire, étreignit chacun des bébés Pokémon qu’elle avait eu à sa charge, et leur offrit quelques poupées que Cherryl avait eu le temps de confectionner lors de leur début de sieste, en souvenir d’Allen et elle. Ils purent ensuite se diriger vers le pont.

Avec un soupir de fatigue, la rousse aperçu Allen au loin et trottina gaiment vers lui. Omuraisu, qui ne quittait plus son épaule depuis la séance nettoyage, émergea du t-shirt de la jeune fille et tira la langue au Noctali.

« Erm… Je laverai ton t-shirt à l’académie et te le rendrait dans la semaine, ça te va ? »
demanda-t-elle à son camarade en tirant nerveusement sur l’élastique de son col. « Et sinon hm… je suis désolée d’avoir agis comme je l’ai fait au départ… A vrai dire, je croyais un peu ce qui se racontait dans la Gazette, alors j’avais du mal à être très détendue en ta présence. Je te dois des excuses. J’espère que tu ne m’en voudras pas trop ? »

Elle attendit la réponse puis eut un petit sourire et l’étreignit brièvement.

« On est amis, d’accord ? »
demanda-t-elle en lui adressant son plus beau sourire.

Puis, après l’avoir chaleureusement salué, elle remonta sur le ferry en compagnie de Pep’, pour un long trajet vers l’académie. La journée n’avait pas été de tout repos, et il lui tardait d’enfin rentrer chez elle ! Qui sait, peut-être que son nouveau compagnon allait lui apporter tout un lot de nouvelles aventures ?

[Terminé pour Cleve]
Allen Wills
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   Jeu 12 Juin - 11:01


Et bien voila.

Comme pour marquer la fin d'une pièce de théâtre, le personnage comique fit son apparition. Andreas Heartnett, le numéro deux des professeurs bizarres de l'académie, entra dans la pièce, légèrement indigné - gentil euphémisme. Sa colère l'obligea à venir à grand pas jusqu'à moi, pour prendre le Togépi de mes mains. Ce n'était pas un bébé ? Maintenant que j'y pensais, il y avait bel et bien un tel Pokémon sur l'épaule du Vice-Directeur lors de la prérentrée. Quelle poisse ! Cette irruption révélatrice de la part du professeur suscita néanmoins bien plus de rires que d'inquiétude. Comment dire ? Le visage du référent du dortoir Voltali arborait une grosse marque de mascara sur son front, comme si le Rondoudou d'une certaine série télévisée était passé par là avec son feutre noir. Une œuvre d'art qui ne manquait pas d'amuser tous les élèves présents.

Sur ses ordres, on ne manqua pas de ranger de fond en comble la grande chambre, ce n'était pas comme si on comptait déjà le faire sans qu'il n'ait à nous le mentionner. Heureusement, il n'y avait pas de dégâts conséquents, pas d'objets cassés, mais un désordre incroyable. Avec d'autres garçons, on entreprit de replacer les meubles lourds à leur place, de refixer le mobilier comme il faut, comme une bande de menuisiers ambulants. Tout ce qu'il restait désormais, c'était nettoyer les lieux et vérifier que les bébés n'avaient rien. Un groupe mixte s'occupa donc du ménage, Cleve en faisait partie. Par moment, on s'échangeait des regards complices, mais plus j'y pensais, plus mon cœur sautait un battement. Au final, tout s'était mieux passé que je ne l'avais prévu, au moins je savais qu'elle ne me haïssait pas. Un très bon point qui suffisait à me motiver à ranger.

Une fois tout ceci terminé, tous les élèves s'applaudirent, on avait réussi après tout. Personne n'avait été blessé, il y avait eu plus de peur que de mal. Ensuite, chaque personne s'attela à ramasser leurs affaires, il était temps de partir. Ce séjour fut très court mais apparemment l'école allait envoyer une deuxième vague d'élèves pour aider le couple de la Pension, une information qui me rassurait quelque peu. Je rangeais pour ma part mes clic et mes clac, pour me retrouver devant l'entrée du bâtiment. J'étais sans doute le dernier à sortir, avec Cleve à mes côtés. Elle m'avait attendu. Le couple de propriétaires se tenait fièrement devant nous, un grand sourire aux lèvres. Je tenais dans mes bras leur cadeau, un œuf particulier selon leurs propres dires. La femme me demanda d'approcher et de me pencher légèrement, assez pour ma tête soit à son niveau. Elle en profita pour me recoiffer avec ses mains, je ne m'y attendais pas du tout.



➖"Tu me rappelles un petit garçon qui était passé ici une fois, il y a bien des années maintenant. Il possédait les mêmes yeux que toi, les mêmes cheveux, sauf qu'il lui manquait quelque chose, il lui manquait un rêve. J'espère qu'il l'a trouvé. J'en suis sûre maintenant, en tout cas."



Mes pupilles s'écarquillèrent. Je me rappelais de ces gestes, ces mains qui remettaient mes cheveux en place, cette voix chaleureuse qui me disait qu'un jour je trouverais mon rêve, et que je vivrais des aventures à la poursuite de ce rêve. Ils s'étaient rappelés de moi, ça expliquait pourquoi je m'étais fait gronder, ça expliquait également la raison pour laquelle j'étais l'un des seuls à avoir reçu un œuf. Je retenais mes larmes, je ne pouvais pas pleurer devant Cleve. Une dernière petite tape sur l'épaule, et ils nous invitèrent tous à dire au revoir aux bambins. Je laissais la Givrali câliner les petiots, en regardant cette scène avec un œil touché par tant de tendresse. Mon regard dévia vers l'Elekid, car celui-ci tira sur mon pantalon. Il était triste de me voir partir, alors je m'accroupis pour lui caresser la tête.

L'heure tournait, et on ne pouvait pas rester davantage. Je faisais la queue pour monter sur le ferry, légèrement épuisé. Je n'aurais cependant jamais eu assez de temps pour me préparer à ce qui s'en suivit, un de mes souvenirs les plus mémorables. Ma camarade rousse m'avait rattrapé, pour simplement s'excuser de son comportement. Je secouais la tête pour lui dire que tout allait bien, elle n'avait aucune raison de s'inquiéter. Et là, elle me prit dans ses bras pour exécuter la légendaire et extrême action que l'on appelait "câlin" ! Ce fut bref, mais suffisant pour que des regards haineux se dirigent vers moi, et également satisfaisant pour que je puisse m'en rappeler pendant très longtemps !



➖"Oui, des amis."



Ni plus, ni moins. Mon cerveau saturait avec toutes ces pensées qui se bousculaient en même temps, je n'avais pas pu prononcer d'autres mots que ceux-ci. A bord du bateau, je contemplais la mer qui s'étendait à perte de vue, mais je ne la voyais pas. Tout ce qui s'affichait devant mes yeux, c'étaient des souvenirs de cette journée palpitante. Le "Bravo" soufflé à l'oreille par Cleve lors de mon sermon, ou encore les quelques fois où elle riait, ou souriait, ou était juste là. Ah la la. J'avais l'impression d'oublier quelque chose, quelque chose de très important... MAIS OUI ! ANCY ! Je posais instinctivement ma main sur ma tête pour vérifier s'il s'y trouvait, mais en vain. Cela dit, ce mouvement me permit de constater que le petit Pokémon dormait paisiblement dans la capuche de ma veste, il m'aura fait peur le bougre.

Bien, avec toutes ces émotions, on retournait à l'académie, ce samedi était loin d'être terminé.



_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]   
[Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :