Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !   Jeu 5 Juin - 1:51
- Ne bouge pas, j'ai dit !

Malgré mes protestations, Flamme ne cesse de s'agiter et de remuer. Pas qu'elle soit gênée, loin de là. Au contraire, elle semble chercher son meilleure profil en prenant différentes poses. Mais le problème reste que je ne pourrai jamais la dessiner si elle n'arrête pas !

Je soupire, désespérée. Ce matin, je n'ai pas cours et j'ai eu l'envie de dessiner. L'idée de reproduire une partie du parc m'a enchantée. Dans ce soudain instant d'inspiration, j'ai ressorti mon carnet à dessins et mes crayons. Je me sentais excitée, ma passion d'autrefois a semblé se raviver d'un coup. Si j'y repense, il n'est pas rare qu'un sentiment similaire de manque m'envahit et que, sur un coup de tête, je me remets à quelque chose que j'ai pu abandonner quelques années avant.

Arrivée au parc, j'ai laissé mes pas me guider vers un banc plus isolé. J'ai installé mes affaires avec fébrilité. Quand j'ai commencé à esquisser un espace tranquille, où on peut voir différentes variétés de plantes, la Pokéball de ma Goupix a remué. Deux secondes plus tard, Flamme fourrait déjà son museau dans mon sac pour en évaluer le contenu. Capricieuse comme elle est, elle ne supporte pas d'être dans sa Pokéball. Qu'elle en sorte est donc inévitable. Je n'ai pas prêté grande attention à elle et j'ai continué à crayonner un plant d'hibiscus. Erreur grossière de ma part ! Mademoiselle hait quand l'attention n'est pas centrée sur elle. Mon Pokémon est donc monté sur mes bras, me faisant manquer mon dessin. Elle s'est assise, a levé la tête vers moi et m'a défiée du regard. Exaspérée et contrariée, j'ai soutenu son fameux regard. 5 secondes. 10 secondes. 20 secondes. 40 secondes. Deux minutes ! Et elle se bornait à ne pas me lâcher. Évidemment, j'ai cédé la première en baissant les yeux. Satisfaite de son effet, la capricieuse a réussi à me faire comprendre que je devais la dessiner, elle et non le paysage. Et comme Flamme réussit souvent à me mener par le bout du nez, j'exécute.

Et maintenant, j'attends qu'elle se décide sur la position qu'elle va prendre, car ça devient vraiment long. Un doux grognement me tire de mes pensées. Flamme est devant un bosquet. Couchée élégamment, elle affiche son air particulièrement hautain - qui, au fond, m'amuse beaucoup. J'interprète son immobilité comme un signe qu'elle est prête. J'affiche un sourire à la scène qu'elle m'offre. Flamme montre toute sa grâce et son charme de fière Goupix avec ses queues soigneusement déployées. Je tourne la page déjà griffonnée de mon carnet pour trouver une page vierge. Je remplace mon crayon de mine par un fusain et commence une esquisse. Rapidement emportée par l'atmosphère, je m'applique fiévreusement dans ma réalisation.

Je ne suis pas la meilleure en dessin, mais habituellement, je pense me débrouiller. J'ai plus de facilité quand il est question de Pokémons, étant donné l'amour que je leur porte - pas pour rien que je rêve de devenir éleveuse -, nombreux de mes croquis les représentent. Mon léger sourire s'agrandit, j'aurais dû me remettre plus tôt au dessin. Je n'aurais d'ailleurs jamais dû délaisser cette passion.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !   Mar 10 Juin - 21:22

Vous connaissez le Buneary blanc, dans Alice au pays des merveilles? Vous savez, avec sa petite montre à gousset, sautillant en chantant « en retard, en retard, j’ai rendez-vous quelque part ». Oui bon, vous visualisez? Maintenant imaginez à peu près la même chose, dans les couloirs de la Pokémon Community, à la différence près que ce n’est pas un Pokémon, mais bien une jeune fille. Les cheveux récemment coupés, les vêtements un peu fripés, une toast à moitié mangée en main, l’autre main cramponnée à son iPok pour regarder l’heure, le sac à dos accroché à son épaule avec seulement l’une des deux sangles. Et, au lieu de la jolie petite chanson… « Mais pourquoi ce satané cadran n’a pas sonné ce matin?!! » Oui, cette fille là, c’était moi. Je terminai mon déjeuner et essuyai sommairement les miettes ainsi que la confiture qui étaient encore sur le coin de mes lèvres, m’engageant dans les escaliers en tentant de me rappeler le cours où je devais aller. Voyons voir…histoire peut-être? Eh merde, pas envie de prendre une chance et d’arriver dans un cours qui n’est pas le mien. En retard et dans la mauvaise classe, il ne manquerait plus que ça tiens. Je pris donc la peine de faire une pause, bien qu’à regret, afin de vérifier quel jour nous étions selon mon iPok. Ah! Samedi. Bon, c’était quoi déjà le samedi…Mais…Mais…Je passai à deux doigts de lancer le petit appareil électronique aussi fort et aussi loin que je le pouvais. Il n’y a pas cours le samedi! Mais, bien sûr, quand les choses ne vont pas bien, ça ne va pas jusqu’au bout. Ainsi, devinez qui est le petit pokémon plante, complètement moqueur, qui fit son apparition pile à ce moment là. Petits bras feuillus croisés, il me regardait de haut malgré sa taille et semblait se demander ce qu’il pourrait bien faire de moi. À sa vue, je me calmai un peu, incapable d’être vraiment fâchée contre Ouji-sama, bien que je restai un peu grognonne. Je repris donc mon sac et laissai le Snivy venir s’asseoir sur mon épaule.    

« Rentrons j’imagine. Et puis on pourrait faire un détour par le parc, il fait super beau aujourd’hui. »

Bien sûr, tout ce qui rimait avec bain de soleil lui plaisait tout particulièrement et il se laissa donc porter en se parant de ses attitudes princières habituelles. Je rangeai mon iPok dans la poche arrière de mes shorts, esquissant un sourire. Il ne changerait jamais, n’est-ce pas?  Quoi qu’il en soit, nous entreprîmes donc de nous rendre au parc, effectuant cette fois ci le chemin plus en douceur. N’empêche, j’étais un peu déçue. Avoir su que nous étions samedi j’en aurais profité pour boire un lait au chocolat avec mon petit déjeuner. Je passai la porte, me retrouvant à l’extérieur afin d’aller rejoindre ledit endroit et c’est à ce moment là que je la remarquai, somptueusement étendue devant un petit bosquet. J’arrêtai ma marche, mes lèvres s’entrouvrant en un petit « o » alors que des étoiles naissaient dans mes yeux. Cette robe rousse, ces queues déployées, ce petit museau charmant et ce port admirable. Elle avait l’air si soyeuse, si petite et si mignonne. Ouji-sama sembla néanmoins mécontent que je me sois arrêtée et chercha la cause de cette perturbation, avant de voir lui aussi la Vulpix. Il se tourna ensuite vers moi avec un air confiant et leva sa main feuillue, comme pour lever le pouce en l’air. Le Vipelierre avait décidé de prendre lui-même les choses en main. Je voulu protester, mais il sauta de mon épaule et se dirigea vers elle, attrapant au passage une jolie rose blanche à l’aide d’une de ses lianes. Pas de gêne pour monsieur, voler les fleurs du parc de l’Académie! Puis, il vint finalement se poster à environ un mètre d’elle, ployant le genou avant de lui tendre la fleur, s’armant d’un magnifique sourire. Devant la scène, je ne pu m’empêcher d’appuyer ma main contre mon visage, à la fois honteuse et un peu désespérée. J’allais reporter mon attention sur le duo lorsque je remarquai finalement la dresseuse du petit top modèle et, bien sûr, je me sentis bien stupide de ne pas l’avoir vue avant. Je m’approchai donc, un peu gênée, mais esquissant tout de même un sourire.

« Navrée de vous déranger en plein dessin… Mon père avait un Vulpix alors quand je l’ai vue j’ai voulu m’approcher un peu pour mieux la regarder et Ouji-sama…oui bon, il est toujours comme ça. Vraiment désolée, je le récupère et je vous laisse continuer. »
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !   Mer 11 Juin - 2:21
Concentrée sur mon travail, j'esquisse rapidement - mais avec précision - Flamme. Elle a bien choisi sa position, elle ne m'a pas faite attendre pour rien. Sa posture est non seulement élégante, mais juste charmante. La Goupix a vraiment un don pour se démarquer - c'est presque dommage de la savoir hautaine et arrogante. Il reste que je l'apprécie telle qu'elle est. Et même si son caractère n'est pas des meilleures, je la trouve admirable et mignonne. Flamme reste et restera toujours mon tout premier Pokémon.

Le plaisir de dessiner revient lentement, sûrement. La passion qui m'animait autrefois commence à se faire sentir, à se réimprimer en moi. La page blanche se noircit rapidement de lignes fines ou grosses, reproduisant ainsi la scène sous mes yeux. Ma Goupix ne bouge pas, elle reste sagement couchée. Quand il est question de se faire remarquer, elle se montre étonnement patiente. J'en suis moi-même parfois étonnée.

Sans que je m'y attende, un Vipélierre surgit soudain dans mon champ de vision. Il tient, dans une de ses lianes, une splendide rose blanche. Rose qu'il tend à Flamme en mettant un genou à terre avec un sourire flamboyant en prime. Son arrivée arrête le mouvement de ma main. Surprise, je regarde le nouvel arrivant, je cligne des yeux pour m'assurer que je ne rêve pas.

Je remarque alors une étudiante qui s'approche de moi, l'ébauche d'un sourire naît sur ses lèvres. Elle a tout de même l'air un peu embarrassée, gênée peut-être. Je devine que le Pokémon plante doit lui appartenir.

- Navrée de vous déranger en plein dessin… commence-t-elle. Mon père avait un Vulpix alors quand je l’ai vue j’ai voulu m’approcher un peu pour mieux la regarder et Ouji-sama... oui bon, il est toujours comme ça. Vraiment désolée, je le récupère et je vous laisse continuer.

Je la regarde un instant sans rien dire. J'évalue et décortique mentalement ses propos. J'observe à nouveau le duo. La dite Vulpix a pris la peine de se lever avec toute la grâce du monde. Elle examine maintenant le Vipélierre, non sans utiliser le regard craquant qui me fait tant fondre. Elle adresse un sourire reconnaissant au second Pokémon et se rapproche doucement de lui. Le cliché me parait juste magique, on dirait un conte de fée.

Réalisant subitement ce que l'adolescente vient de dire, je porte à nouveau mes yeux verts sur elle. Un rire léger et cristallin m'échappe, vite accompagné d'un sourire se voulant accueillant et chaleureux.

- Non, ça ne me dérange pas du tout ! je réponds avant de reprendre. Au contraire, ton Snivy a bien fait de venir, il a l'air d'avoir charmé Flamme. Il s'appelle Ouji-sama - si j'ai bien compris - ?

J'enlève mon sac - qui, jusqu'à présent, occupait le reste du banc - et le dépose à mes pieds, sur l'herbe fraîche, afin de laisser la jeune fille s'asseoir. Du coin de l'œil, je recommence à surveiller mon modèle et le Snivy. Une pensée me frappe. L'atmosphère est délicate, l'ambiance merveilleuse. Une noblesse se dégage des deux créatures. Une de type feu, l'autre de type plante. Ce moment, je dois l'immortaliser !

- Hum... C'est un peu gênant à demander, mais est-ce que tu me laisserais dessiner ton Pokémon avec le mien ? je demande, un peu hésitante. Oh mon Dieu, suis-je bête ? J'ai oublié de me présenter ! je réalise brusquement en me tapant le front. Je me nomme Aelynn, ravie de te rencontrer.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !   Mer 11 Juin - 15:24

S’il y avait bien une chose qu’Ouji-sama savait faire à la perfection, mis à part attirer l’attention, c’était me mettre dans toute sorte de situations loufoques. Cette fois, il n’avait pas hésité à déranger une séance de dessin pour s’inviter dans l’œuvre, offrant une jolie rose à la Vulpix servant de modèle. Un peu gênée, j’avais alors entrepris d’aller m’excuser à la dresseuse que nous venions d’importuner. Elle fut un instant sans rien dire et, pour être honnête, j’angoissai vraiment beaucoup. Et si elle allait piquer une crise de colère et me jeter son cahier au visage avant de me dire de ne plus jamais remettre les pieds dans le parc? Ça pouvait sembler loufoque, mais il ne faut pas sous-estimer le nombre de yandere qui peuplent ce monde. On pense qu’elles sont toutes douces et super gentilles et finalement elles se mettent à vous stalker et à tuer des gens avec une hache, tout en demeurant toute mignonne avec leurs cheveux roses et leur sourire un peu crispé. Hum! Aucune référence ici, voyons. Je tournai mon regard noisette vers le renard de feu en même temps que la dresseuse, voyant la Pokémon sembler flattée. Elle observa Ouji-sama d’un regard qui se voulait charmeur et ma petite plante verte bomba un peu le torse, c’était tellement cliché que s’en était à pleurer. Je poussai un soupir néanmoins un peu amusé alors que la Vulpix semblait mordre à l’hameçon avant de se rapprocher un peu, suite à quoi le Snivy n’hésita pas à pousser le tout encore un peu plus loin. Ainsi, délicatement, il retira une partie de la tige de la rose ainsi que les épines et vint délicatement placer la fleur à l’oreille de la renarde, avec grand soin. J’ignorais qui était son professeur, mais cette petite plante verte avait appris à la bonne école, enfin selon moi.

Puis, finalement, la jeune fille reporta son attention sur moi et laissa échapper un rire cristallin. Je me crispai un instant, encore un peu effrayée, me demandant si ce n’était pas le calme avant la tempête ou si je pouvais réellement me détendre. Néanmoins, elle y allia un sourire chaleureux qui me porta à croire que j’avais évité de déclencher une guerre nucléaire. Mais bon, avec des étrangers on est jamais trop prudents, on ne sait jamais ce sur quoi on peut tomber. Ce fut donc un réel soulagement lorsqu’elle me dit que ça ne la dérangeait pas et que mon Snivy avait même bien fait de venir puisqu’il semblait avoir charmé Flamme, sans doute le surnom de la Vulpix. Attendez…en fait si je comprenais bien, cette petite starlette avait non seulement réussi à charmer la renarde, mais en plus même sa dresseuse semblait ravie de le voir. Deux pierres d’un coup, sérieusement? Il n’avait pas fini de m’impressionner apparemment. Quoi qu’il en soit, elle me demanda si le nom de Snivy était bien Ouji-sama et j’acquiesçai avant de le lui expliquer brièvement.

« Oui, c’est bien ça. Comme ça veut dire prince je trouvais que ça lui allait parfaitement, pas besoin de t’expliquer pourquoi j’imagine. »

Lui répondis-je avec le sourire, un peu plus à l’aise maintenant que je savais que je ne la dérangeais pas. La jeune fille vint d’ailleurs allier le geste à la parole puisqu’elle déposa son sac au sol, me permettant ainsi d’aller m’asseoir à ses côtés. Je la remerciai donc d’un signe de tête avant de prendre place, conservant pour ma part mon sac sur mes cuisses, le tenant avec précaution afin de ne pas en abîmer le contenu. Puis, sans que je m’y sois attendu, la rousse vint me poser une question que j’aurais pourtant du voir arriver de loin. Tout de suite, Ouji-sama tourna son regard inquisiteur vers moi, comme pour m’ordonner d’accepter, bien évidemment. Il venait de se trouver de nouvelles admiratrices potentielles et n’allait bien sûr pas laisser passer ça. Puis, la demoiselle se reprit rapidement avant de s’excuser pour avoir oublié de se présenter. Sur le coup je me sentis bien bête moi aussi, si elle ne l’avait pas dit je ne l’aurais surement même pas remarqué. Encore une fois bravo Estelle pour ton génie sans nom…Ouais bon, je disais quoi moi? Ah voilà. Elle se présenta donc comme étant Aelynn avant d’ajouter qu’elle était ravie de me rencontrer et je lui répondis donc, un peu surprise quand même qu’elle ne m’ait pas mentionné son dortoir. C’était devenu une sorte d’habitude au pensionnat. Ici, le dortoir importait presque autant que le prénom des élèves, sinon plus pour certains. Mais bon, si elle avait préféré ne pas me le partager, je n’allais pas insister. Je répondis donc simplement, avec le sourire.

« Ça va, ne t’excuse pas. Je m’appelle Estelle et je suis au dortoir des Mentali. Et pour le dessin ça me ferait plaisir, surtout qu’Ouji-sama m’en voudrait sans doute de dire non. Sans oublier que pendant ce temps, je pourrai sans doute m’occuper un peu de ma petite merveille. » Conclus-je en parlant du contenu de mon sac, que j’ouvris justement.

--La veille--

Je comptai mes jetons, encore et encore, incapable de croire que j’avais vraiment amassé une telle somme en si peu de temps. Pourtant, même après cinq recomptages, le chiffre était exact. J’en avais donc profité pour faire une petite danse de la victoire, attrapant Ouji-sama au passage étant donné que nous avions de quoi célébrer. J’allais enfin avoir mon second Pokémon, et pas n’importe lequel. La plupart des gens préféraient faire l’acquisition de leur second compagnon à la dure, en pleine sortie capture, mais ce n’avait pas été mon cas. J’avais préféré le choisir soigneusement et j’avais donc choisi de faire une petite visite au collectionneur afin de lui acheter un œuf de Ditto, soit le Pokémon par excellence dans le monde de l’élevage. Je m’étais donc aventurée bravement dans les souterrains de l’Académie, accompagnée de ma plante verte. Une fois sur place, j’avais timidement formulé ma requête et lui avait fait savoir que j’avais l’argent nécessaire. Le Collectionneur était donc allé chercher l’œuf que je désirais et nous avions effectué la transaction. Depuis, j’étais l’heureuse propriétaire de ce futur Ditto.

--De retour au temps présent--


Je sortis donc l’œuf rose de mon sac, délaissant ce dernier au sol pour ne conserver que l’œuf sur moi. Je le caressai doucement, admirant sa surface lisse et étonnamment douce. C’était mon petit trésor et je ne désirais m’en séparer pour rien au monde. J’étais responsable de lui, un peu comme si j’étais devenue sa mère et donc, je ne pouvais me résigner à aller quelque part sans lui, c’était tout bonnement impensable. Quoi qu’il en soit, je tournai ensuite mon regard vers Aelynn qui devait probablement être curieuse, car qui ne le serait pas à la vue d’un œuf Pokémon?

« C’est un œuf de Ditto, je suis allée l’acheter chez le Collectionneur alors maintenant il est de mon devoir d’en prendre soin. Et puis le choix a été facile, je veux me diriger dans l’élevage alors, c’était un incontournable. »



HRP:
 
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !   
Quand nous serons grandes, nous serons... éleveuses !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :