(Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Dim 13 Juil - 0:25
Devant, l’inconnu. Derrière, la zone sécurisée. Sur les côtés, la jungle. Aileen esquissa un sourire. Son idée brusque de partir en exploration de l’île lui plaisait de plus en plus, même si elle était un peu perdue, maintenant. Ca ne l’ennuyait pas du tout. Devant elle, Sphax marchait d’un bon pas, ses coussinets noirs effleurant à peine la surface du sol. Aileen le suivait, silencieuse comme une ombre, appréciant de sentir chacun de ses muscles lui obéir. Le traitement un peu trop militaire du général Jackie était dur à suivre, mais une fois qu’on avait pris le rythme, il portait ses fruits. Sphax était le seul à avoir voulu l’accompagner, toujours partant pour une balade musclée. Ellie, trop jeune, avait commencé par couiner de joie, avant de comprendre qu’ils allaient dans la jungle, genre, tout au fond. Elle s’était rétractée aussi sec, un peu trouillarde. Aurum aussi avait refusé. Il ne s’était pas encore remis du parcours militaire qu’on lui avait imposé au grand jeu, et reposait encore ses petites pattes d’insectes, tremblantes d’avoir été trop sollicitées dans les quinze zones. Sphax leur avait collé une léchouille sur la tête avant d’emboîter le pas à Aileen, très heureux de se dégourdir les pattes.

« Sooool. »

Aileen s’arrêta, un pied en l’air, et le reposa pour observer son Absol qui la fixait de son regard profond. On a un problème. Curieuse, Aileen continua à avancer en silence, Sphax sur ses talons, pour voir ce qui avait fait faire demi-tour au Pokémon. Un mur. Haut, le mur. Et incontournable, aussi, visiblement. Cependant, des lianes couraient tout le long, la grimpette serait aisée pour une Pokéathlète. Et ça tombe bien, elle est Pokéathlète ! Sortant sa Poké Ball, elle fit rentrer Sphax dedans, et ce dernier s’exécuta sagement, ayant compris rien qu’en regardant le mur qu’il ne pourrait jamais grimper ça. Mais elle, si. Saisissant une liane, elle tira dessus avec force pour être sûre que c’était bien accroché, puis elle escalada avec aisance. Un coup d’œil en haut du mur lui apprit qu’il n’y avait personne. Pour plus de précautions, elle y envoya Sphax, qui se cacha dans l’ombre, avant de ressortir quelques secondes plus tard. Sa dresseuse le rejoignit d’un bond souple … Avant de se rendre compte qu’elle ne pourrait pas faire demi-tour. Il n’y avait pas de lianes de ce côté-ci.

« Sool ? »
« Pas grave, on passera par la porte. »

Sphax hocha posément la tête. Vu les bâtiments, ils avaient du tomber dans une base militaire, donc il y avait forcément une porte de sortie. Aussi discrète qu’une ombre, Aileen se coula contre les bâtiments. Puisqu’ils étaient ici, pourquoi ne pas fouiller ? Oh merde, une patrouille ! Agilement, elle accrocha le rebord du toit et se plaqua à plat ventre dessus. Elle eut donc juste le temps de voir un blondinet sauter du mur comme elle venait de le faire, et se diriger vers le garde. Non, abruti, demi-tour ! Descendant de son toit, Aileen entra dans un bâtiment par une fenêtre et attrapa le blond par la manche quand il passa à sa portée, avant de le plaquer contre le mur, et lui coller sa main sur la bouche pour l’empêcher de parler. Le Tarsal qui accompagnait le dresseur commença à luire d’un air menaçant, mais s’arrêta quand le bruit de pas du garde passèrent à quelques centimètres d’eux, avant de s’éloigner, et s’éteindre. Aileen lâcha alors le garçon, et s’éloigna d’un pas.

« Dis-donc, t’as vraiment eu de la chance que je passe par ici. Quelques secondes plus tard, et c’était lui qui t’attrapais, t’es pas très discret quand même. »

Elle esquissa un léger sourire, et son regard violet pétilla d’intelligence.

« M’appelle Aileen. A la base, je me baladais dans la jungle, mais ce coin à l'air cool, je vais le fouiller avant de partir. Ca te branche, blondinet ? »

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Mar 15 Juil - 1:04
    Wish me regarda d'un air intéressé mettre mes chaussures de randonnées, enfin, des chaussures de villes de couleur beige que j'utilisais pour aller marcher. Je n'avais aucune idée de pourquoi elle me regardait ainsi, ni pourquoi elle semblait aimer me voir mettre mes chaussures, mais je ne cherchais pas non plus à en savoir plus. Ou alors, elle aimait me voir souffrir en voulant mettre ses chaussures qui me faisaient un mal de chien aux pieds. Dans n'importe lequel des cas, je ne préférais pas savoir ce qu'elle pourrait me faire si elle était d'humeur taquine.

    Me levant de mon lit, je me regardais dans le miroir, ce qui était une grande habitude chez moi. J'étais habillé d'un pantalon beige, un tee-shirt gris où était noté en violet « Le Psy c'est la vie » en référence à ma passion pour le type Psy, et mes chaussures de randonnée. J'étais l'archétype du gars qui allait faire un tour en montagne, le manteau, le sac et les grosses lunettes de soleil en moins. Au moins, je serais confortablement habiller pour marcher, sauf si ses chaussures n'étaient pas trop serrées sur les côtés !

    « Tar ? »
    « Oui, Wish, on y va. »

    Elle vint se positionner sur mon épaule, ce qui était rare, et nous quittâmes la maisonnette en rondins. Vingt minutes de marche plus tard, nous étions assez profondément enfoncés dans la forêt pour ne pas voir l'endroit où on était entrés. Tout ce que nous avions devant nous, c'était de la verdure. Alors, déterminé, je pris mon courage à deux mains et m'enfonça encore plus profondément dans la forêt, en compagnie de mon petit Pokémon. Après ce qui me sembla une marche interminable, je tombai face à un mur. Il était recouvert lianes qui descendaient et qui pouvaient servir de corde pour grimper. Je commençais à avancer lorsqu'un bruit dans les alentours me surprit. Je retournai dans la forêt, me cachant derrière un arbre plus gros que moi, et observai ce qu'il se passait. Une ado, d'environ mon âge, assez jolie, en compagnie d'un Absol. Après plusieurs minutes, elle fit revenir le Pokémon, saisit une liane et grimpa aussi aisément qu'un Férosinge. Lorsqu'elle fut en haut et moi hors de sa vue, je me positionna au pied du mur, saisit la même liane qu'elle et commença à escalader. N'étant pas un fervent sportif, le premier essai fut une catastrophe. Je n'avais même pas monté un mètre que je tombai déjà sur le derrière. Mais je n'allais pas baisser les bras, je voulais à tout prix savoir ce qu'il y avait derrière ce mur. Ma tante me l'avait toujours dit, la curiosité est un vilain défaut.

    Une fois en haut, je sautai au bas du mur, et voyant une patrouille, j'eus l'extrême mauvaise idée de vouloir leur demander où nous étions, une idiotie dans ce genre m'aurait coûté la vie dans des circonstances plus graves, et moi, je n'y avait bien évidemment réfléchi. Heureusement pour moi, la fille avait eu plus de jugeote que moi, elle m'attrapa, me plaqua contre un mur en me masquant la bouche avec sa main pour m'empêcher de parler. Wish n'en fut pas très heureuse, elle luit de colère, et se calma aussitôt lorsqu'une patrouille passa. Je retins ma respiration jusqu'à ce que le dernier homme soit passé. La fille enleva sa main de ma bouche et me dit que j'avais eu de la chance, sinon c'était lui qui m'attrapait, tout en ajoutant que je n'étais pas discret.

    « La discrétion ? Qu'est-ce que ça veut dire ? » répliquai-je d'un ton plus sec que je ne l'avais voulu.

    En regardant un peu plus le paysage qui m'entourait, je remarquai que les bâtiments m'évoquaient une base militaire. J'en aurais mis ma main à couper que ce complexe était une zone d'essai militaire qui étaient peut-être extrêmement dangereux. Si bien que quand la brune, qui se présenta au nom d'Aileen, me proposa de l'accompagner pour explorer les lieux, cela m'horrifia. Puis, en y repensant, l'exploration m'attira de plus en plus, et je finis par céder.

    « Je m'appelle Adam, et tu as intérêt à ce que ton exploration porte ses fruits, parce que je ne veux pas finir transformer en Pokémon où je ne sais quoi d'autres. Tu as des notions d'espionnage ? »
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Mer 16 Juil - 16:31
Ah, elle était tombée sur un Topdresseur. Rien que son tee-shirt prouvait sa vocation future. Et visiblement, il avait sauté sans vraiment réfléchir comment sortir d’ici. Bon, elle aussi, en effet, mais elle l’avait fait en toute connaissance de cause alors que seule la curiosité semblait motiver le blond. Il n’était pas très discret, et le pire, c’est qu’il semblait le savoir. Mais quelle idée avait-il eue, de sauter dans une base militaire alors qu’il était incapable de la moindre discrétion ? Faut vraiment être demeuré quand même. Son sourire amusé commença à se flétrir quand l’autre prit la parole, et finalement elle fronça les sourcils, une pointe d’énervement commençant à la titiller doucement. Bien. Blondinet s’appelait Adam. Ca ne l’empêchait cependant pas d’être complètement stupide. Elle haussa les épaules, presque insultante.

« Ca, mon grand, fallait y réfléchir avant de sauter dans une base militaire. Si t’es pas content, tu peux toujours chercher la sortie et t’en aller au lieu de proférer des menaces en l’air. Moi, j’vais fouiller. Tu viens, tu viens pas, c’est toi qui décides. »

Quittant le hangar sans attendre le blond, elle se mit à courir pour prendre appui sur une caisse et sauter sur un toit sans faire de bruit. Selon elle, passer par les toits serait beaucoup plus discret que de se balader dans la base. Un léger frottement lui apprit que Sphax l’avait rejoint. Plaqué contre la tôle, il regardait un autre hangar avec ses yeux perçants. Quelques secondes plus tard, une voiture en sortit, quatre militaires à son bord. Se jetant un léger coup d’œil, l’humaine et le Pokémon parvinrent à un accord. Ils allaient voir ce qu’il y avait dedans. Se laissant glisser au sol, elle fila jusqu’au hangar, et y rentra discrètement pour se cacher de suite après derrière une voiture. Sphax, plus discret qu’elle, fit vite fait le tour du hangar et revint vers elle pour japper discrètement à ses côtés. Il y avait de grands fûts partout, qui n’avaient pas l’air fermés sur le haut. Et il avait vu un escalier mais il se savait trop petit pour voir l’intérieur des énormes barriques. Suivant son Pokémon, Aileen grimpa en silence les escaliers grinçants et s’appuya à la rambarde pour se pencher et regarder dans un fût. Une drôle de matière verdâtre y bouillonnait.

« C’est quoi ce truc … Une arme nucléaire, un truc vachement dangereux, je parie. »

Sphax la tira brutalement par la jambe. Obéissant à son Pokémon, Aileen recula prestement pour se plaquer contre le mur au moment où un homme entrait dans le hangar. Silencieusement, s’approcha pour jeter un coup d’œil et observer les manigances de l’inconnu. Quand ce dernier sortit, le Pokémon se tourna vers elle pour japper doucement qu’il avait récupéré de la matière verte et qu’il avait quitté le hangar pour partir dans un grand bâtiment au-dehors. Quittant sa cachette, elle se dirigea à pas de loups vers l’autre porte et jeta un coup d’œil furtif à l’extérieur. Effectivement, il y avait un grand bâtiment, pas en tôles celui-là, qui avait l’air habituellement bien gardé. Mais là, il n’y avait personne. Ca devait être l’heure de la relève, ou de la pause, ou un truc dans ce genre. Sphax regarda à droite, puis à gauche, et jappa discrètement. Aileen quitta sa cachette et courut jusqu’à la porte, qui, comble du cynisme, n’était pas fermée. A peine entrée, elle se cacha derrière une grande armoire, quelques secondes avant qu’un laborantin ne sorte d’une pièce et traverse le couloir, disparaissant de sa vue. Mince, il y avait vraiment des hommes en blouse blanche. C’était quoi ce laboratoire secret et flippant encore. En silence, elle traversa le couloir, levant à peine la tête pour regarder derrière une vitre des laborantins en train de faire des calculs bizarres. C’est perturbant.

« Eh, vous ! »

Aileen sursauta, et prise de panique, elle se jeta derrière une grande armoire pendant que Sphax disparaissait derrière une porte. Oh mon Dieu, elle venait de se faire gauler. On allait la transformer en sushi.

« Ouais ? »

Après la panique, ce fut la stupéfaction. Ce n’était pas elle qu’on interpellait. Soulagée, elle faillit éclater de rire, et ne se retint qu’au prix d’un très grand effort de volonté mentale. Mieux valait ne pas dévoiler sa présence.

« Le laboratoire est interdit d’accès ! »
« Le colonel m’a demandé de porter ça au chef de service. »
« Ah, euh, donnez-le moi, je m’en charge. »

Il y eut un bruit de documents qui changeaient de mains. Sentant le regard de Sphax, elle tourna la tête, et il lui montra quelque chose d’un mouvement discret de la patte. Caché derrière un mur, il y avait le blondinet de tout à l’heure, qui avait visiblement emprunté le même chemin qu’elle. Comprenant qu’il allait la rejoindre pour l’engueuler, elle plaqua un doigt sur ses lèvres pour lui demander de se taire. Il comprit, ou il entendit la voix des deux hommes, et il recula dans l’ombre.

« Comment êtes-vous entrés ? »
« La porte sud était grande ouverte. »
« Mh, Carl aura sans doute oublié de la fermer. C’est un tort, à cette heure-ci, seule la porte nord est ouverte normalement. »
« J’ai les clés du colonel. Je mettrai un tour de clés en partant. »

Le militaire quitta le couloir, et avec une certaine frustration, la brune entendit un bruit de clés. Bien, ils étaient maintenant enfermés à l’intérieur. Après s’être assurée que le scientifique était parti, elle fila vers le blond, rejointe très vite par Sphax, tout aussi énervé qu’elle par leur enfermement.

« T’aurais peut-être pas du venir avec moi. La porte sud est fermée, va falloir traverser tout le bâtiment pour se tirer avant la relève. Et silencieusement. J’ai vu des fûts pleins d’une matière verte bizarre dans un hangar, j’ai pas trop envie de savoir ce que c’est. »

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Mer 16 Juil - 23:00
    Après que la brune ait pété son câble, elle s'en alla sans m'attendre. Je trouvais déjà ce type de conduite assez inappropriée alors qu'on était quelques peu en danger de mort, mais en plus, elle s'était mise à courir et sauter sur un toit, comme si elle voulait me semer. Il était hors de question que je la suive.

    « Saal ! »
    « Quoi ? »

    Lorsque je vis qu'elle me montrait le toit sur lequel Aileen avait sauté, je fis non de la tête, histoire qu'elle comprenne que je ne le rejoindrais pas.

    « Tar ? »

    Elle semblait me mettre au défi de ne pas suivre la Pokéathlète. Je me mordis la lèvre, bien sûr que j'avais envie de la suivre, je mourais d'envie de la suivre, mais je n'aimais pas les gens qui ne me montraient pas la considération que je méritais.

    « Bon ! D'accord, j'arrive ! » lui dis-je en chuchotant.

    Le petit Pokémon se glissa jusqu'à la caisse et sauta sur le toit aussi aisément que l'adolescente l'avait quelques minutes auparavant. Persuadé que j'allais me rétamer, je me mis à courir et, une fois les pieds sur la caisse, me propulsa aussi fort que je le pouvais en direction du toit. Je fermai les yeux, prêt pour encaisser le choc de mon visage sur le toit, mais ce furent mes pieds qui tapèrent contre le toit. Miracle ! J'avais réussi ! J'avais envie de danser, c'était la première fois que je réussissais quelque chose en rapport avec le sport. Mais l'heure n'était pas aux réjouissances, j'essayais de repérer du regard Aileen. Je ne la vis pas pendant quelques minutes, puis la remarqua qui se faufilait entre les murs, son Pokémon avec elle. J'allais la rejoindre lorsqu'une patrouille passa. Je me mis à plat ventre sur le toit, me griffant le menton lorsqu'il tapa contre le sol. Après quelques minutes, je me relevai, vérifiai que personne n'était là et descendit du toit. Je rejoignis l'endroit où j'avais vu la brune puis entra dans le laboratoire. La porte était ouverte. Tout tremblant, je m'avançai peu à peu dans les couloirs, jusqu'au moment où j'entendis des pas. Je sautai derrière une armoire tandis que des voix me parvinrent.

    « L'expérience B548 a-t-elle réussie ? »
    « Marcus pense qu'elle est en bonne voie de reconstruction, les organes greffés semblent bien s'intégrer au corps du patient. »
    « Très bien, nous pouvons donc considérer cette expérience comme réussie, n'est-ce pas ? »
    « Tout à fait. »
    « Je crois que …. »

    Les voix s'évanouirent tandis que les pas s'éloignèrent. Mon cœur battait la chamade et ma respiration était plus forte que d'habitude. J'avais bien atterri dans une base militaire, et on y faisait des essais scientifiques, apparemment pas jolis. Je ne voulais pas rester une seule seconde de plus dans cet endroit effrayant.

    Sortant de ma cachette, je me mis en route dans le dédale de couloir qui s'offrait à moi. Je tournai à gauche, puis à gauche, butai dans une plante, la retint pour ne pas qu'elle tombe en priant tout les dieux Pokémons que je connaissais. Je n'avais jamais autant eu peur de ma vie. Mon cœur battait la chamade depuis maintenant une bonne demie-heure, ma respiration était saccadée et une sueur froide recouvrait mon front et coulait dans mon dos. Mes mains ne tremblaient bien heureusement plus mais ma tête ne cessait de tourner. Était-ce donc ça la peur ?

    « Donnez-le moi, que je m'en charge. »

    Je me jetai derrière le premier mur que je trouvai. Des gens étaient là-bas, la brune aussi. D'ailleurs, dès qu'elle m'aperçut, elle mit un doigt devant sa bouche, comme pour dire que je devais être discret. Comme si je ne le savais pas. Je reculai malgré tout ma tête pour éviter que l'on me voit.

    « … seule la porte nord doit être ouverte normalement. »

    Il y avait donc une autre porte, au Nord. Je priai Arcéus pour qu'elle soit facile d'accès.

    « … tour de clés en partant. »

    Dès que cette phrase fut dite et que les clés firent un tour dans la porte, Aileen me rejoignit. Elle m'annonça qu'on allait devoir aller à la porte nord le plus discrètement possible, elle avait apparemment trouvé un liquide vert bizarre. Le silence et la discrétion devinrent soudainement mes meilleurs amis.

    « Il y avait des scientifiques qui parlaient d'une expérience, une greffe d'organes dans un corps qui semblait bien réagir. Leurs tons n'avaient rien de celui d'un médecin. Je te suis, et si tu nous fais sortir d'ici, je ferais ce que tu veux pour toi. »

    Je la suivis tandis qu'elle nous menait dans un couloir. J'espérais sincèrement que j'allais sortir d'ici vivant.
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Jeu 17 Juil - 22:20
Le blond – Adam – ne semblait pas vraiment à l’aise dans cet endroit. Si Aileen était frustrée qu’on lui ait fermé la porte au nez, elle n’avait aucun doute sur le fait qu’elle allait s’en sortir sans se faire choper. Ce n’était visiblement pas le cas du jeune Todresseur qui semblait trembler de frousse. Elle oublia de le titiller quand il lui dit ce qu’il avait entendu. Une expérience, un genre de greffe d’organes dans un corps qui semblait bien réagir. D’accord, ils sont tombés chez Frankenstein. Elle rapporterait un gros clou ou un bout de chair humaine en souvenir, ce serait tellement glamour. Pénétrant dans le couloir, le blondinet à sa suite, Aileen se demandait comment diable ils allaient pouvoir traverser tout le bâtiment sans se faire gauler. Seule, elle aurait certainement pu, mais avec lui, c’était impossible. Elle ne le pensait pas assez vif pour se jeter derrière le premier abri venu en cas de bruit, même infime. A chaque fois qu’ils passaient devant une vitre, Aileen levait légèrement la tête pour jeter un coup d’œil, et elle n’aimait pas ce qu’elle voyait. Des tubes, des liquides bizarres, des gens en blouse blanche, et il lui avait semblé voir des cages. Quelles expériences étranges faisaient-ils ici ? Le gouvernement était-il au courant ? Pire encore, était-ce sécurisé pour eux de passer leurs vacances à côté d’un complexe militaire rempli de scientifiques fous ? Tant de questions qu’elle gardait pour elle, les partageant du regard avec son Absol chromatique, pour ne pas inquiéter le jeune homme qui s’était invité à la fête. Cependant, en levant la tête pour regarder par une vitre, elle vit une fenêtre grande ouverte. Certes, il y avait aussi des scientifiques dans la pièce, mais une fenêtre ouverte, c’est le meilleur moyen de quitter les lieux. Elle baissa la tête, et se tourna vers Adam, accroupi tout comme elle.

« Bon. Il y a une fenêtre ouverte juste là, on peut s’en aller par là. Il va juste falloir être très discret, parce que la salle n’est pas vide, ce serait trop beau. »

Avec d’infinies précautions, elle posa les doigts sur la poignée et entreprit de la baisser tout doucement, puis de pousser la porte en veillant à ne pas faire de bruit. Voilà ! La porte était à peine entrouverte, mais c’était assez pour qu’ils passent, normalement. Elle se faufila jusque derrière un bureau, et se dirigea sans bruit jusqu’à la fenêtre, veillant à ce que le blond n’en fasse pas non plus. Ce serait dommage qu’ils se fassent choper. Avisant une feuille qui dépassait au-dessus de sa tête, elle l’attrapa du bout des doigts pour y jeter un bref coup d’œil curieux. Alors, que font-ils ? Dissection de Rattata, expériences sur l’espèce humaine ?

« … Molécule C13H18O2 réagit mal sur le patient 14 : boutons, fièvres, tremblements, tout a été réglé en inoculant du – »

Bruit. Aileen se tassa un peu plus derrière son bureau, avant de se rendre compte que c’était Sphax, qui faisait une diversion pour leur permettre de filer. Lâchant sa feuille, elle fila ventre à terre jusqu’à la fenêtre, l’enjamba, et sauta au sol. Ils ne pouvaient toujours pas s’enfuir. Une grande barricade semblait enfermer le bâtiment scientifique au centre même du complexe militaire, et ils ne pourraient jamais sauter un mur de cette hauteur. Plaquée contre le mur, elle était protégée des regards pouvant venir de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur grâce au grand mur qui faisait le tour du bâtiment. Elle faillit cependant sursauter quand le blond se laissa tomber à ses côtés. Quelques secondes plus tard, ce fut à Sphax de les rejoindre. Aileen lui caressa la tête pour le remercier de cette diversion, et se tourna vers Adam.

« Voilà ce que je te propose. On file discrètement jusqu’à la porte sud, on trouve une fenêtre pour passer, puis on quitte le bâtiment par la porte, et on se casse d’ici. Ca te va ? »

Question rhétorique. Ce n’est pas comme s’il allait refuser, à la base.

« Et je crois qu’ils font des médicaments, en fait. Ou des essais avec des médicaments. Mais c’est des militaires, on ne sait jamais avec eux, ils sont capables de transformer une cuillère en arme de destruction massive. »

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Dim 20 Juil - 22:15
    Lorsqu'Aileen m'avait annoncé la présence de la fenêtre ouverte, une bouffée de soulagement monta dans tout mon corps. Malgré le fait que la fenêtre ne nous garantissait pas de ne pas nous faire avoir, au moins, on sortirait de cet affreux bâtiment, et j'en étais plus qu'heureux.

    Après que la brune n'ait ouvert la porte, nous nous glissâmes à l'intérieur. Arrivés sous la fenêtre, Aileen sembla attendre quelque chose, je compris ce qu'elle attendait que quelques minutes plus tard, lorsque son Absol fit diversion. Aussitôt, la PokéAthlète sauta par la fenêtre. J'en fis autant, tombant à côté d'Aileen et me cachant aussitôt dans le pénombre du mur. J'étais essoufflé comme jamais et désespéré de voir qu'un autre mur nous empêchait de sortir. Wish, sur mes épaules, semblait aussi abattue que moi.

    La brune se tourna vers moi après avoir féliciter son Pokémon. Elle me proposa d'atteindre une fenêtre et de partir, après avoir trouvé la porte sud. Elle me demanda quand même si j'étais d'accord.

    « Totalement d'accord avec ton plan. »

    Remarque, j'aurai été d'accord avec chaque plan qui m'aurait fait sortir de cet endroit me donnant la chaire de poule, sauf quelques uns, après réflexion. Certains plans étaient trop hardcore pour mon pauvre petit cœur.

    La jeune fille m'annonça qu'elle pensait qu'ils faisaient des essais pharmaceutiques. Après tout, ça expliquerai les greffes d'organes et les scientifiques, je m'étais peut-être trompé. Mais après tout, si cela était un complexe militaire, il n'en restait pas moins dangereux, ils avaient quelque chose à cacher, sinon, pourquoi engager des gardes et créer des patrouilles, hein ?

    « J'espère, je ne veux pas me retrouver transformer en mutant. Mais, comme tu l'as si bien énoncé, ce sont des militaires, on peut s'attendre à tout avec eux. »

    Aileen commença à nous faire bouger, je n'étais pas contre, mais mes jambes, oui. Je n'avais jamais eu aussi peur et surtout, jamais fait autant de sport. Si on récapitulait, depuis que nous étions là, j'avais escaladé un mur grâce à des lianes et sauté pour en redescendre, j'avais sauté sur un toit, fait de l'escalade pour redescendre du même toit, couru dans à peu près tout le bâtiment et plongé d'une fenêtre pour m'échapper d'une bâtisse militaire et scientifique qui semblait dangereuse comme le manoir de ma grand-mère. Je ne m'étais jamais autant dépensé, tout du moins, physiquement. Parce que mentalement, je passais mon temps à me dépenser, je lisais, j'écrivais, je m'imaginais sur mon île, assis à l'ombre des palmiers, ou explorant la jungle pour y dompter un Pokémon dangereux mais qui finit par devenir mon ami. Au niveau du sport mental, je devais être un des meilleurs.

    Je m'arrêtai lorsque je vis Aileen en faire de même. Nous avions atteint la porte sud, et une patrouille y passait. À croire que je devais avoir acquis quelques notions d'espionnage, malgré le fait que la fondamentale n'était toujours pas acquise, en effet, la discrétion et moi, c'était comme les sciences et moi, ça faisait au moins trente-huit.

    « Que fait-on, maintenant ? »

    J'observai la porte et la patrouille qui faisait le tour. Contre mon gré, mes mains se mirent à trembler, mon cœur battit plus vite et ma respiration se fit plus saccadée.
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Jeu 31 Juil - 11:12
La jeune Pokéathlète avait décidé qu’elle en avait vu, et qu’elle détestait cet endroit. Trop de militaires dans la zone, trop de treillis, trop de tôles, et trop de fous en veste blanche qui traînaient dans les couloirs. Bon sang mais quelle idée débile avait-elle eue d’escalader ce mur pour voir derrière. Et ce besoin constant de sensations fortes aussi ! Alors qu’elle frôlait le mur du laboratoire dans un grand silence, elle entendait derrière elle le bruit des pas du garçon qui l’accompagnait. Qu’est-ce qu’il est bruyant quand même. S’il veut réellement se mettre à dresser du type Psy, il faudra vraiment qu’il apprenne la finesse. Elle en venait vraiment à se demander comment ça se faisait qu’ils réussissent à traverser ce campement sans se faire choper. Ou bien elle était tellement stressée que le moindre bruit lui parvenait amplifié. C’était perturbant. Ils arrivèrent cependant sans encombre à la porte. Bon, il leur fallait entrer dans le bâtiment pour quitter les lieux, mais cette fois-ci, pas de fenêtre ouverte, et il y avait visiblement beaucoup de monde dans les pièces. Sphax lui poussa l’épaule pour lui monter le toit d’un mouvement du museau. Passer par le toit, bonne idée. Elle se tourna vers Adam, et faillit lâcher un soupir en le voyant trembler. Courage Aileen, ne le tue pas.

« Pas la fenêtre. Il y a trop de monde. On va passer par le toit. »

La question intelligente, maintenant, aurait été de lui demander d’un ton sarcastique comment diable ils vont pouvoir grimper sans se faire voir. Heureusement, Aileen a réponse à tout. D’un signe de la main, elle lui demanda de faire demi-tour, et ils parcoururent le chemin en sens inverse, jusqu’à ce qu’ils arrivent à un endroit où deux fenêtres se rejoignaient. Les pièces n’étaient pas trop remplies, en jouant ça finement, ils pourraient monter sans se faire choper. Aileen, la première, jeta un coup d’œil dans les pièces, et bondit pour crocheter le toit du bout des doigts. A la force des bras, elle se redressa, se retourna, pour s’asseoir sur les tuiles et reculer d’un coup. Aïe. Le toit avait l’air assez vieux, les tuiles cassaient à certains endroits. Il faudrait faire attention à ce qu’ils ne passent pas à travers. S’avançant à nouveau, elle tendit la main à Adam et l’aida à grimper, surprise de le trouver aussi lourd. Puis elle tendit la main vers Sphax, et appuya sur le bouton central de sa Poké Ball. Sans faire le difficile, l’Absol chromatique réintégra sa Poké Ball, pour en ressortir aussitôt quand Aileen la pointa vers le toit. Eh bah, heureusement qu’Ellie n’était pas venue, la pauvre choupette n’aurait jamais suivi le rythme. Elle jeta un rapide coup d’œil à son iPok. Ils étaient à l’intérieur depuis dix minutes. S’ils voulaient sortir d’ici tranquillement, il leur fallait se magner de partir en moins de cinq minutes. Ca allait être chaud. Très chaud.

« Fais gaffe, y a des tuiles pétées. Ce serait bête qu’on passe au travers. »

Oh, oui. Qu’ils tombent dans une salle pleine de scientifiques fous, avec leurs scalpels et leurs notes, leurs produits, leurs injections, leurs … Brrr. Elle avait encore en mémoire la gelée verdâtre qui dormait dans les grands barils du hangar. Et si on la plongeait là-dedans et qu’elle se transformait en Pokémon ? Voilà qui serait une explication presque rationnelle à l’existence des spin-off. Mais bref. Marchant agilement sur le mur, elle profitait parfois des quelques velux pour se pencher discrètement et regarder par la fenêtre. Que faisaient-ils, bon sang ? Les scientifiques prenaient des notes, les militaires marchaient dans les couloirs, et à un moment, elle vit passer un homme portant un petit Lixy en cage. Sans qu’elle ne sache pourquoi, son cœur se serra. Pauvre petit bébé, qu’allaient-ils donc lui faire ? Mais elle ne pouvait pas le sauver, pas si elle voulait partir sans encombres. Désolée, petit Lixy. Arrivée à la fin du toit, Aileen se plaqua tout contre pour observer le mouvement des patrouilles. La porte était là, au bout du chemin, sans personne qui la gardait. Yes ! Après un coup d’œil pour être bien sûre qu’Adam suivait le mouvement, elle bondit souplement du toit et courut vers la porte. Mais son Absol l’attrapa brutalement par la manche pour la tirer vers un entrepôt ouvert, plongé dans l’obscurité. Il la poussa à l’intérieur au moment même où une sonnerie retentissait. Et au bruit de pas qu’elle entendait au sol, ça marquait la relève. Un bruit léger lui apprit qu’Adam l’avait suivie dans l’entrepôt.

« On a mis plus de quinze minutes. La porte est gardée maintenant, on ne passera jamais. Va falloir faire demi-tour et chercher une autre sortie. »

Sauf qu’il n’y en avait qu’une. Mais Sphax, qui venait de fureter dans l’entrepôt, revint vers elle d’un pas empressé. Il avait un plan. Et un plutôt bon, même.

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   Mer 27 Aoû - 20:25
(Bon désolée mais à quatre jours de la fin je me passe de sa réponse et je conclus mon cours toute seule, avec bien sûr l’aval de Deaglán.)

Aileen observa son Pokémon sans comprendre pourquoi il s’agitait, mais quand il lui expliqua silencieusement, un léger sourire mesquin s’étira sur son visage. Oh, oui, son plan était excellent. Et ce n’était pas ce mec aussi sportif qu’un Parecool qui allait l’empêcher de prendre des risques. Bon sang, pourquoi n’était-elle pas tombée sur Hope, ou sur Orren ? Non, il avait fallu qu’elle croise un Phyllali qui s’intéressait autant au sport qu’elle s’intéressait au tricot. Suivant son Pokémon, Aileen se dirigea vers les interrupteurs et les alluma tous pour faire la lumière sur le contenu de l’entrepôt. Des cages. Avec des Pokémon dedans. Oh, pauvres petits …

« C’est quoi ça ? »
« Ca, c’est mon futur plan. »
« Tu m’expliques ? »
« Non, je te montre. Prête-moi ton Tarsal. »

Adam fit la moue, mais envoya tout de même son Tarsal vers elle. Aidée de son Absol, Aileen lui expliqua le plan. Ouvrir les portes des cages grâce à ses pouvoirs psy, pour que même une enquête minutieuse ne puisse pas prouver qu’il y avait des gens dans l’entrepôt. Calmer tous les Pokémon pour leur expliquer qu’ils seraient bientôt libres. Ouvrir en grand les portes de l’entrepôt avec ses pouvoirs psy, et profiter de la confusion pour s’enfuir. Ne trouvant rien à redire à ce plan, le Tarsal hocha la tête et ouvrit les portes des cages grâce à ses pouvoirs psy, Sphax passant de cage en cage pour calmer les Pokémon surexcités par cette liberté nouvelle. Oui, ils seraient libres, à condition qu’ils les écoutent, parce que s’ils faisaient tout foirer, les militaires les remettraient dans les cages. Quand tout fut prêt, Aileen leva un pouce en direction du Tarsal, et appuya sur l’interrupteur pour éteindre la lumière.

« T’es prêt ? »
« Tar-saaal. »
« Alors va-y, ouvre ! »

Une légère lueur entoura le Tarsal d’Adam, et les portes de l’entrepôt, soumises aux pouvoirs psychiques du Pokémon, s’ouvrirent en grand, libérant une marée de Pokémon qui s’égayèrent dans le centre, qui en s’envolant, qui en escaladant le mur, qui en s’enterrant d’un coup … Aileen, cachée dans l’ombre, vit les militaires sortir en courant des bâtiments pour tenter de rattraper les Pokémon libérés, et bien vite, les trois sentinelles postées devant la porte prirent le large pour essayer vainement de retenir un Feunard trop rapide pour eux.

« Ok, maintenant ! »

Les deux adolescents quittèrent l’entrepôt en courant pour se diriger vers la porte grande ouverte et non protégée, et la franchirent sans s’arrêter, continuant à tracer vers l’épaisse forêt, dans laquelle ils s’enfoncèrent pour éloigner aux yeux perçants des militaires. Une fois à bonne distance, ils s’arrêtèrent, essoufflés.

« Bon sang, on a eu chaud ! Tu crois qu’ils faisaient quoi là-dedans, des médocs ? »
« Je sais pas, et honnêtement, j’ai eu mon compte d’émotions fortes pour le reste des vacances. Je vais me cantonner aux zones habitables maintenant. Viens Wish, on s’en va. »

Adam quitta les lieux, son Pokémon avec lui, plantant là Aileen et son air médusé. Finalement, la jeune Pyroli éclata d’un rire méprisant, et le même mépris brilla dans les yeux de son Absol.

« J’y crois pas, mais quelle lavette ce mec ! Il a tremblé pendant toute la traversée du camp et maintenant il se tire avec un air pseudo-digne, il a vraiment de la vase à la place du courage ! »

Sphax lâcha un rire bref, avant de pousser sa dresseuse de la jambe. Il n’en avait pas eu assez. Une petite course, ça te dit ? Haussant les épaules, Aileen emboîta le pas à son Pokémon en s’enfonça dans la jungle. Elle rentrerait plus tard. La journée n’était pas encore finie, et il y avait peut-être d’autres trucs rigolos sur cette île.

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~   
(Athlétisme - Terminé) Je n'ai pas peur du danger, je me ris du danger, ha ha ha ~
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :