| Athlétisme | Too fast to live, too young to die !
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Ven 22 Aoû - 1:59
J'étais fin prête. Mon sac était méthodiquement rangé pour pouvoir contenir tout ce que j'avais prévu sans que ce soit trop lourd. Une corde, une lampe torche avec plusieurs piles de rechange, l'indispensable trousse de secours, toutes mes pokéballs, et tout le barda qui allait avec. J'avais pris un solide petit déjeuner pour être sûre d'avoir les forces nécessaires à l'exploration, et toute mon équipe avait aussi pris son premier repas de la journée, dans un joyeux capharnaüm. Heureusement que j'avais une chambre pour moi toute seule, car ça devenait de plus en plus compliqué de pouvoir abriter tout le monde en même temps. Surtout si l'on prenait en compte la croissance de la plupart d'entre eux, comme Ra's qui désormais ne passait plus les portes. Je fus soulagée de voir que les autres habitants de cette petite maison de vacances étaient déjà tous debout, comme ça au moins je n'aurais pas leur réveil précipité sur la conscience.
Les gratifiant d'un rapide bonjour, je pris mes affaires et refermai la porte derrière moi, inspirant l'air marin à grandes goulées. Cobaba était une île magnifique, pas si grande que ça, mais vraiment plus exotique que Lansat et ses petits villages pêcheurs. Ici on croisait plus facilement des touristes que des autochtones, et il n'était pas rare d'être parfois pris en tenaille par les caprices invraisemblables des visiteurs les plus fortunés. Je n'étais pas une grande fan des vacances au soleil, me dorer la pilule c'était certes amusant... mais c'était surtout rapidement devenu ennuyeux. Moi j'avais soif d'aventure, soif de découverte et de renouveau ! Et pour tout dire j'en étais réduite à faire un footing tous les matins à cinq heures, ayant complètement adopté la routine académique imposée par Jackie. Je ne pouvais pas me permettre de rouiller alors que la rentrée approchait à grand pas !

C'est pourquoi j'avais défié Noctis à me suivre dans une randonnée dans la jungle, visant à étudier les pokémons sauvages, et éventuellement à faire un tour au mausolée Scorvol, dont de nombreux élèves ne cessaient de parler. Néanmoins je n'avais pas réussi à leur faire me donner une description détaillée de l'endroit, et encore moins m'indiquer clairement sa position sur la carte, ce qui ne jouait pas vraiment en notre faveur. Je me dirigeai donc vers la maisonnette où logeait Noctis, me pointant à l'heure dont nous avion convenue la veille par sms, Robyn sur les talons. Attendant simplement à l'extérieur, je ne jugeai pas nécessaire de toquer au risque d'importuner ses colocataires. Enfin lorsque le brun pointa enfin le bout de son nez (ma foi charmant), je me redressai pour le saluer.

« Bonjour professeur Flavelle ! J'espère que vous avez bien dormi, parce qu'aujourd'hui nous avons du pain sur la planche ! »

N'attendant pas de savoir sa réponse, je lui souris et le pris par la manche pour l'attirer à ma suite avec mon naturel habituel. Bien entendu je risquais de m'attirer les foudres du jeune Phyllali dans le cas où il venait de se lever du mauvais pied, j'en avais assez conscience, mais bon que voulez-vous ? J'avais besoin de me changer les idées pour ne pas réfléchir et involontairement reproduire une séance de déprime semblable à celle précédant le bal de promo. Nous nous mimes dont en marche sans tarder, nous engouffrant dans le sentier de terre qui se perçait à travers les bois entourant les 'ruelles' de maisons en rondins sur pilotis. Profitant du fait que nous progressions de façon égale et régulière, je décidai de mettre notre conversation au goût du jour. La rentrée était proche et une nouvelle année aussi... ce qui promettait plein de nouveautés qu'il me tardait de voir. Mais d'un autre côté il y avait autre chose qui me turlupinait encore plus. J'avais encore souvenir de l'expression tendue et amère d'Ambre pendant le bal, alors qu'elle semblait s'être fait des idées pour rien. Non que je lui jette la pierre, en soi. J'aurais probablement réagi pareillement, ou pire...

« Alors raconte-moi, ta miss et toi vous vous êtes réconciliés ? Elle ne m'en veut pas trop au moins ? Je... tenais à m'excuser de t'avoir causé des ennuis, ce n'était pas mon intention. Et s'il le faut, je suis prête à aller lui parler pour tout lui expliquer moi-même. »

La végétation se faisait plus dense au fut et à mesure que nous marchions, la cime des arbres se faisant si voûtée et entrelacée que parfois elle en dissimulait la lumière du soleil. Avec curiosité, je vis un Brutalibré prendre son envol, avant de rejoindre deux Pijakos sur une des plus hautes branches. La faune locale était nombreuse et vivante, à tel point que même les branchages semblaient susurrer entre eux. Je pris quelques photos tout en faisant attention où je mettais les pieds, craignant que ma maladresse légendaire ne me rattrape encore une fois. Avançant en suivant Robyn qui pour une raison qui m'échappait, flairait le sol et l'air avec une moue sévère, je fronçai les sourcils. Habituellement il était le premier à courir partout, à fureter sous les arbustes, à la recherche de quelque chose qui suscite son intérêt. Il s'amusait souvent à dénicher d'autres pokémons et les déloger pour s'amuser, mais là je le trouvais bien sérieux. Intriguée, je fis signe à Noctis de le suivre pour voir ce qui le mettait dans cet état.

« Robyn tu as trouvé quelque chose ? Montre-nous. »

Il acquiesça brièvement et aboya pour me montrer qu'il avait compris, avant de faire demi-tour et presser le pas dans la direction qui l'attirait. C'était une voie sans issue, car la végétation se faisait entremêlée à tel point que même la plupart de nos pokémons auraient du mal à les couper. Ces lianes étaient terriblement résistantes ! Le chien continua alors d'avancer à travers les frondaisons, passant en dessous d'un vieux tronc d'arbre tombé depuis longtemps, et nous faisant signe de l'autre côté. L'humidité était pesante et le chemin que nous avions emprunté avait déjà disparu depuis un moment. Nous étions donc livrés à nous mêmes, allant et venant au milieu de nulle part, tels des aventuriers les plus audacieux dont parlaient les romans. Mais surtout nous étions seuls face à un environnement qui pouvait nous engloutir et nous dévorer en un clin d’œil, dès que nous commettrions l'erreur de baisser notre garde. Je le savais, et pourtant il fallait que j'aille voir ce qui se trouvait de l'autre coté de mes propres yeux. Attachant rapidement mes cheveux en une queue de cheval haute, je me craquai les doigts et m'étirai. C'était l'heure de faire un peu de sport !

« Tu es prêt ? On y va ! »

Rampant à la suite de mon caninos, je fis passer mon sac à dos étant donné que ce dernier était trop gros pour que je puisse passer en le gardant sur mon dos. Avec attention, je baissai le regard sur la terre humide de cette jungle, tentant dans la mesure du possible de ne pas me prendre d'écharde dans les mains ou les genoux. Bah quoi, l'air de rien ça fait un mal de chien et surtout ça rendrait le reste de la progression bien plus compliquée. Autant éviter les accidents les plus routiniers dans ce genre d'exercice. Rester en bonne santé était une des règles de base de mon dortoir, et je comptais bien m'y plier. Je passai donc sans encombres en jouant des coudes, tombant nez à truffe avec Robyn qui en profita pour me lécher le visage. Je ris en le relevant, tout en m'époussetant machinalement les vêtements. Je restai bouche bée... Un mur ? Un mur de béton, somme toute banal... et qui n'avait nullement sa place dans le coin. Nous étions loin de la ville et de la partie résidentielle de l'île, alors pourquoi bon sang est-ce qu'il y avait une installation urbaine au milieu de la jungle ? Abasourdie, je vérifiai sur ma carte... et confirmai bien assez vite que rien n'était indiqué. Attendant que Noctis me rejoigne, je lui dis en guise d'avertissement.

« Tu vas pas en croire tes yeux... »

_________________
| Athlétisme | Too fast to live, too young to die ! 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Noctis Flavelle
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Ven 22 Aoû - 10:08
Il semblait au garçon que tout le monde était très agité ce matin là. Plush volait dans tous les sens sous le regard émerveillé d'Eira, qui chahutait joyeusement dans la cabane de bois. Après son séjour avec sa sœur et son amie, il était finalement revenu à Cobaba pour y passer les derniers jours d'été. D'une parce que sa Miss lui manquait, et de deux parce qu'il avait envie de voir autre choses que les deux hystériques qui le quémandait à tout va. Une pensée réconfortante lui parvint, lui expliquant qu'il ne les aurait pas dans les pattes à la rentrée. Il allait vraiment lui falloir une plus grande chambre... Le nombre de ses pokémons augmentant drastiquement, et avec la place que prenait ses livres en tout genre, la place à laquelle il avait droit se réduisait de jour en jour. La Goupix reniflait chaque mur et chaque parcelle de la petite cabane. A vrai dire, le jeune homme avait plus peur qu'elle finisse par y mettre le feu par accident plus qu'autre chose. D'un geste, il rappela toute la bande dans leurs pokéballs, sauf la plus petite qui esquiva habilement le trait de lumière. Dans un soupir, il comprit qu'elle ne renoncerait pas à l'idée de rester dehors pour explorer. Une aventurière, hein...? Bah, c'était sa faute. Il avait rendez-vous avec Chi, et il avait présenté cela à Eira comme une petite aventure. Toute excitée, la Goupix n'avait que peu dormi cette nuit là, et il s'en souvenait bien. A bouger, tourner, virer, sauter, se frotter et couiner... Sa nuit avait été infernale, mais au bout d'un moment, épuisé, même Eira n'avait pu le tenir éveillé. Fatigué mais loin d'être exténué, il sortit avec un sac dos rempli à ras bord, pourtant sur une seule épaule, suivie de la jeune type feu. Au dehors, Chi l'attendait déjà. Il la salua gentiment et fut très vite tiré par la manche par la jeune femme qui devait être aussi impatiente que son propre pokémon. Un Caninos qu'il connaissait bien était à leurs côtés, aussi, il ne douta pas une seule seconde que son propre type feu s'ennuie, désormais.

Plus ils avançaient, plus ils s'enfonçaient dans la nature. L'île Cobaba était pourvue d'une flore et d'une faune très riche, très différente de tous les endroits qu'il avait vu jusqu'à présent. Seul peut être l'Autel Abondance pouvait rivaliser avec. Chiho engagea la conversation sur des excuses que le brun jugea inappropriées. Il ne put s'empêcher d'en rire et coula un regard amusé à la scientifique.

« Ne t'en fais pas pour ça, Chi. Elle ne comprenait surtout pas ce qui se passait, mais tout va bien. J'ai légèrement exagéré le trait au sujet d'Ambre. Je pense que tu n'as pas envie d'en savoir trop non plus sur notre vie privée, mh ? »

Il ajouta un clin d'œil et un sourire moqueur pour que son amie se détende. Leur exploration continuait et devenait, pour le brun, de plus en plus difficile. Mais il était aussi Pokéathlète désormais, et il devait faire un peu d'exercice. Mais Robyn semblait avoir trouvé quelque chose, aussi, le petit groupe se hâta de le suivre pour en savoir plus. La difficulté à avancer  devint improbable même pour Chiho. Mais cette dernière ne baissa pas les bras. Il la vit s'attacher les cheveux et ramper pour suivre son pokémon. Eira suivit le mouvement sans protester, aussi, le brun ne put que soupirer et faire de même. Il fit passer son sac à dos noir de l'autre côté et regretta d'avoir mis un T-shirt blanc. Ramper jusqu'à retrouver ses camarades ne fut pas si ardu, mais la voix de la jeune femme qui lui faisait part d'un truc improbable l'inquiéta d'autant plus. Un grand mur bétonné, humain, donc, leur faisait face. En plein milieu d'une partie difficilement accessible de la forêt. Soudainement très intrigué, le jeune brun le toucha du bout des doigts et observa de long en large le mur. Assez haut pour cacher la vision d'un homme grand, et assez large pour faire comprendre qu'en faire le tour, surtout avec cette densité de végétation, était inutile. Il colla son oreille au mur, à tout hasard. Mais rien. Rien ne lui parvenait. Pas un son, pas un bruit. C'était épais, très épais. Il regarda sa camarade et exprima ses pensées à voix haute, en réfléchissant.

« Bien sûr, pas sur les cartes, hein... Un aussi grand mur, construit par des hommes au milieu d'une végétation très dense... C'est bizarre. Je veux dire, à moins de vouloir cacher quelque chose, qui pourrait construire ça ? Si c'était une simple base militaire, les habitants seraient au courant... Robyn l'a flairé... Mais pourquoi...? »

Lui même se mit à renifler. Jusqu'à présent, il n'avait pas pris conscience de la forte odeur de produits chimiques qui était dans l'air. Les sons ne traversaient peut être pas les murs, mais les odeurs portaient plus loin. Certaines parties de l'odeur furent identifiées rapidement dans sa tête, et il jeta un regard à Chi pour savoir si elle sentait.

« Des expériences chimiques au beau milieu d'une forêt ? C'est non seulement dangereux, mais en plus très louche... »

Le danger rencontré lui faisait penser qu'il valait mieux faire demi-tour. Mais son sixième sens n'était pas d'accord, le suppliant d'aller faire un tour là-bas, pour voir ce qui se tramait. Il pourrait toujours le signaler à la direction. Après tout, dès la prochaine rentrée, il serait sans doute espion au rythme où avançait les choses. Il soupira et demanda à la jeune femme :

« Tu penses qu'on peut grimper...? »

_________________

Noctis Flavelle ≈ Chercheur Pkmn, Phyllali.
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Sam 23 Aoû - 3:14
« Oh bien sûr je ne te demanderai pas combien de fois avec fait fonctionner les ressorts de ton lit, à rebondir aussi cochonnement que des Spoinks ! Je n'oserais pas. »

J'avais quand même tenu à lui répondre en me moquant à moitié, pavant mes paroles d'une grimace taquine. J'aimais bien Noctis et la légèreté avec laquelle il dédramatisait la situation. J'appréciais sa tentative de me rassurer, bien que cela ne fonctionne pas totalement. Ceci étant dit nous avions d'autres Chacripans à fouetter, et occasionnellement, une enquête à mener. Une fois arrivés de l'autre côté de cette barrière naturelle, je fis face à l’énorme mur de béton avec une expression chargée d'inquiétude. D'une part parce que la présence d'une telle structure ne me disait rien qui vaille, mais parce qu'en plus du reste, je doutais très fort que tout ça soit très légal. D'après ce que j'avais pu voir la mairie de Cobaba était prête à céder à presque tous les caprices des touristes, néanmoins ils ne blaguaient pas avec la préservation de l'île. J'avais même pu visiter le quartier général des Rangers locaux, qui veillant sans cesse à la préservation des pokémons, et les protégeaient des étrangers peu scrupuleux. Et d'après leurs dires, ils n'étaient malheureusement pas si rares que ça.

Ce qui me ramenait donc à notre petit... tout petit problème. Pendant que je réfléchissais à la meilleure marche à suivre, je vis que Noctis s'intéressait à ma trouvaille, cherchant sûrement à comprendre ce dont il s'agissait. Un entrepôt semblait improbable vu qu'il n'y avait rien à proximité. Une propriété privée... non, un mur de béton c'était trop agressif et trop dissuasif pour que ce soit simplement une villa ou une autre excentricité de millionnaire. Ce qui laissait deux possibilités : soit un bâtiment dont l'état ne voulait pas révéler l'existence, soit un bien illégal... et donc aux activités douteuses. Et comme l'avait fait remarquer mon partenaire, avec une telle odeur dans l'air, je penchais plutôt pour la seconde hypothèse. S'était plus prononcé et plus piquant encore depuis qu'on s'était approchés, ce qui ne présageait rien de bon.

« Je ne sais pas si ce sont des expériences, mais en tout cas ils ne respectent sûrement les régulations de sécurité. Une telle puanteur c'est pas normal, à moins qu'ils essaient de créer des Grotadmorv artificiellement. »

Je roulais des yeux tandis que je disais n'importe quoi, même si en fait j'étais aussi curieuse qu'un petit Rattata. Je voulais voir ce qu'il y avait de l'autre côté. C'était sûrement irréfléchi, dangereux et stupide, mais il fallait que je sache. Échangeant avec le Phyllali un regard de connivence, je me tournai vers le mur et lui répondis, sûre de mon fait.

« On peut facilement monter, quitte à utiliser un petit coup de main. Le tout est de savoir si on peut voir par dessus ou entrer sans se faire voir. Car je suis sûr que l'endroit est surveillé. Reste à savoir s'ils ont des caméras, ou bien des gardiens. Et à ce propos, baissons d'un ton on ne sait jamais. »

Comprenant à son regard tout comme à sa question, qu'il était du même avis que moi, je souris. Nous allions tenter quelque chose de risqué, et j'espérais bien que ça en vaudrait le coup. Prenant une grande inspiration, j'essayai de ne pas trop stresser. Nous allions avoir besoin de tout le sang froid possible. Portant une main jusqu'à ma ceinture, j'en sortis donc une pokéball et appelai Ra's. Je lui expliquai alors brièvement la situation, ce à quoi le gigantesque panda acquiesça. Ce dernier, encore un peu maladroit à cause de son changement de taille joignit alors les mains, m'offrant une courte échelle de luxe. Oui bon théoriquement j'aurais pu lui demander de me déposer sur le mur, il aurait sûrement les bras assez longs pour ça, mais je ne voulais pas risquer les accidents. Au lieu de ça je lui demandai simplement de vérifier qu'il n'y avait personne en vue de l'autre côté, ce qu'il s'empressa de me confirmer, en mâchonnant tranquillement son bout de feuille. Parfois, je le reconnaissais à peine. Le petit Pandespiègle surexcité était devenu une énorme force tranquille... s'en était impressionnant.

Rapidement, je pus m'asseoir sur le mur et jeter un coup d’œil aux environs. Par endroits les installations étaient couvertes de fil barbelé, mais pas de ce côté. Qui que ce soit qui détienne cet endroit connaissait apparemment les environs, suffisamment bien pour savoir que le passage était théoriquement inaccessible de ce côté de la jungle. J'attendis que Ra's aide Robyn et Noctis à leur tour, pour finalement le rappeler dans sa pokéball, essayant de lui expliquer avec le plus de diplomatie possible qu'il avait le pas « un peu lourd » et que donc sa présence compliquerait l'infiltration. Ce dernier bouda un peu et grommela entre dents mais ne protesta pas, semblant comprendre l'urgence de la situation. Une fois cela fait, je descendis avec le plus de discrétion possible de l'autre côté, restant accroupie un moment pour ne pas attirer les regards. Heureusement que j'étais habillée en couleurs plutôt sobres, d'ailleurs.
Tout autour de nous je remarquai de nombreux hangars métalliques disposés à droite et à gauche, à vue de nez il s'agissait de dépôts temporaires... Mais qu'est-ce qu'ils pouvaient bien garder là dedans, à l'abri des regards ? J'avais presque peur de le découvrir. Et pourtant il le fallait. Tendue et nerveuse, je me forçais à rester calme. La moindre erreur nous vaudrait de sacrés ennuis, ce n'était pas le moment de faiblir. Je courus silencieusement, m'adossant contre la paroi du hangar le plus proche, guettant caméras et systèmes de sécurité. J'avais sans doute regardé trop de films, mais au moins on ne pouvait pas m'accuser de ne pas être prudente. Faisant signe à Noctis de me rejoindre, je posai un index sur mes lèvres et murmurai.

« Là, il y a un type en drôle d'uniforme... Et surtout, il a un Démolosse avec lui. Il va falloir attendre qu'ils passent, ou les mettre hors d'état de nuire. Tu penses qu'on pourrait les endormir, par exemple ? »

_________________
| Athlétisme | Too fast to live, too young to die ! 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Noctis Flavelle
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Sam 23 Aoû - 18:48
Le brun accepta bien vite l'aide proposée par sa camarade. Il ne se fit pas prier pour monter, et reconnut d'un regard le petit Pandespiègle d'Ambre. Il avait bien changé, ça c'était le moins qu'on puisse dire. Le garçon sourit en constatant que Chi prenait vraiment soin de ses pokémons. Après tout, il lui avait aussi confié un certain Munna. De l'autre côté du mur, le brun compris rapidement que ce ne serait pas une partie de rigolade. Robyn l'avait suivit, et Eira aussi. La Goupix contemplait tout cela avec un air légèrement apeuré, et le dresseur décida que c'était trop pour une toute jeune comme elle. Le rappel vers la pokéball fut cette fois-ci accepté, aussi, il se hâta de rejoindre Chiho pour se tasser contre la paroi. Ils avaient l'air d'être dans un angle mort. Une sécurité toute relative, mais une sécurité tout de même. Devant le garde, Noctis se demanda que faire. Le mettre hors d'état de nuire ne serait techniquement pas difficile. Il possédait un type plante capable de le paralyser ou l'endormir. Le souci était : est-ce que sa disparition serait remarquée ? Il se mordit la lèvre inférieure et ouvrit la pokéball de sa Mentali. Aliéna sortit sans trop se soucier du bruit ou de la lumière qu'elle avait pu déclencher, mais presque aussitôt, son dresseur l'attrapa pour la serrer contre lui. Hé, qu'est-ce qui se passait ? Autour d'elle, plein de choses louches. Curieuse, elle examina l'état de son dresseur. Tendu, stressé...? Son regard intense se planta dans celui du brun, et elle acquiesça. Ses pouvoirs psychiques étaient bien pratiques dans cette situation. Elle attrapa un petit caillou qu'elle balança dans une direction éloignée du hangar. Le bruit attira l'attention du Démolosse, qui grogna, et le garde se rapprocha du bruit pour voir ce qu'il se passait.

Noctis ne perdit pas de temps. Il attrapa Chi d'une main et la tira vers le hangar. Les portes s'ouvrirent dans un silence absolu, sous l'emprise des pouvoirs psychiques. Dès qu'ils furent à l'intérieur, le cadenas se referma derrière eux, comme si de rien n'était. Noctis soupira. Et attrapa de nouveau Chi pour la plaquer contre le mur le plus proche. Bon. La prochaine fois, vérifier qu'il n'y avait personne à l'intérieur ! En alerte, il cherchait la cachette la plus proche... Il tira de nouveau sa partenaire vers une caisse en bois – qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir à l'intérieur ? - et jeta un œil au dessus. Un énorme Galeking fixait un point indéterminé sur la porte, les yeux grands ouverts. Pourtant, il ne semblait pas avoir réagi à leur présence. Nerveux, le garçon se risqua à se redresser et agita une main devant la tête du pokémon. Aucune réaction. Il soupira de soulagement et se laissa tomber au sol un bref instant.

« Pendant un instant, j'ai cru qu'on était fichu... Mais on dirait qu'il ne nous voit pas... »

Il regarda Chi et attendit ses propres observations. De toute évidence, ce n'était pas normal, mais d'où cela venait, c'était une autre question. Enfermés dans le hangar rempli de caisses en tout genre, avec un grand Galeking au milieu, c'était plus qu'une évidence qu'ils s'étaient introduits. Mais jusque là, le brun n'avait pas vraiment fait attention au fait qu'il y ait des caméras de surveillances ou non. Il aurait dû, parce qu'un cliquetis en provenance de la porte signifiait qu'on y entrait.

« T'es sûr qu'ils y a vraiment des mômes là-dedans ?
-Mais oui ! On les a vu filer à l'intérieur sur les caméras !
 »

Tout le stress revint d'un seul coup, et paniqué, il chercha la planque la plus proche. Sauf que c'était un hangar, que les seuls endroits possibles pour se cacher étaient les énormes caisses – et il n'avait aucune fichtre idée de ce qu'il y avait dedans – et qu'ils n'avaient vraiment pas le temps d'élucubrer. Il se cacha derrière une grosse caisse et attendit. Les bruits de pas se rapprochèrent et le garçon retenait difficilement son souffle. Il était urgent de trouver une solution au problème rapidement. Bon... Tant pis ! Il envoya sa Fragilady et lui ordonna une poudre dodo. La plante ne se fit pas prier et le garde tomba au sol, inerte. Le brun soupira et regarda sa camarade. Bon, ben maintenant, ils savaient qu'il y avait des caméras.

« On ne peut pas prendre plus de risques sans s'occuper des caméras d'abord... Sinon, d'autres viendront. Il ne doit pas en avoir dans le hangar puisqu'ils savaient que nous étions dedans, mais pas où. On a encore quelques minutes devant nous je pense, mais pas beaucoup. Qu'est-ce qu'on fait ? »

Partagé entre la curiosité et le sentiment qu'il fallait fuir, il espérait que la rouquine pourrait trancher pour lui.

_________________

Noctis Flavelle ≈ Chercheur Pkmn, Phyllali.
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Dim 24 Aoû - 16:39
Je sentais la nervosité se distiller dans mes veines en même temps que le feu de l'adrénaline. Nous n'aurions pas dû être là, et nous n'aurions même pas dû être au courant de l'existence de cet endroit, et pourtant... Pourtant mon instinct, ma curiosité et ma conscience me disaient qu'il fallait mettre au clair ce qui se passait dans ces drôles d'entrepôts. Et puis à supposer qu'il y ait vraiment présence de produits toxiques, il était de mon devoir de citoyenne -future ranger qui plus est- de protéger l'écosystème. En plus du reste nous nous étions lancés sur le chemin de l'espionnage, alors autant faire les choses à fond. Pendant que nous avancions vers les dits entrepôts en nous plaquant contres les murs pour ne pas être repérés, j'évaluais nos options tactiques en faisant la liste mentale de mes pokémons. J'avais une équipe plutôt complète alors cela ajoutait pas mal de cordes à mon arc, en plus de la force brute évidemment. Mais le but n'était pas de déclencher les alarmes ni d'alerter la moitié de ce site... Car aussi forts que soient nos pokémons, nous ne pourrions l'emporter contre la force du nombre.

Heureusement, bien que perdue dans mes pensées, j'avais un compagnon capable de garder les pieds sur terre, car distraite comme j'étais, je n'aurais eu le temps de retenir la curiosité d'Aliéna. Je faillis d'ailleurs pousser un petit cri de panique, mais couvris ma bouche juste à temps. Il fallait vraiment que je fasse attention sous peine de foutre tout notre plan en l'air. Enfin, si l'on peut appeler ça un plan. Me grattant la tête, j'avais du mal à dissimuler mon scepticisme. Me tenant en retrait tout en montant la garde pour ne pas qu'on soit pris à revers,  je me dressais sur la pointe des pieds pour regarder discrètement par delà un amoncellement de tonneaux en tout genre.
Ce fut alors que Noctis me prit par la main pour m'entraîner à sa suite, si brusquement et si vite que je faillit bien manger du béton. Trébuchant sans trop comprendre ce qui m'arrivait, je suivis la cadence comme je pouvais, raffermissant la prise sur la bretelle de mon sac à dos pour être sûre de ne rien perdre en chemin. Aliéna nous ouvrit alors la voie, et le temps que je rassemble mes quelques neurones il était trop tard. Nous étions enfermés à l'intérieur... Le bruit du cadenas scella notre sort, me donnant encore plus l'impression d'être prise au piège. C'est comme si nous venions de nous jeter dans la gueule du loup de notre propre chef, comme si notre situation n'était pas assez problématique. Et bien sûr comme si je n'étais pas assez proche de la crise de panique comme ça, nous nous retrouvâmes nez à nez avec un Galeking, ma foi dans un piteux état. En fait il n'avait pas réagi du tout en nous voyant, comme s'il était sous une certaine forme d'hypnose... ou tout simplement pas en pleine possession de ses moyens. Je n'avais pas d'empathie particulière envers les pokémons acier, mais je dois avouer qu'il me faisait plutôt mal au cœur.

« Que lui est-il arrivé ? On dirait qu'il a souffert un lavage de cerveau ou quelque chose du genre... »

J'étais incapable de remarques très pertinentes étant données les circonstances. En plus d'être un peu sous le choc de la découverte, nous n'avions pas vraiment le temps d'examiner plus longuement le pauvre Galeking, car nous risquions de nous faire prendre à tout moment. Hélas, mes inquiétudes ne tardèrent pas à se révéler fondées, car des voix masculines se firent entendre, mentionnant l'arrivée récente d'intrus identifiés comme des « mioches ». Autant dire que ça ne pouvait être que nous ! Ouvrant grand les yeux je fis signe à Noctis afin qu'il trouve une cachette, puis je me retrouvai confrontée au même problème : trouver une planque... le plus vite possible. Paniquée, je reculai dans un angle mort où je trouvai plusieurs cartons vides. J'en retournai rapidement un avant d'élire domicile par dessous, recroquevillée comme un Papillusion dans un cocon de papier mâché.
Serrant mon sac à dos contre mon ventre afin d'occuper le moins de place possible, je retenais ma respiration et récitai quelques prières à Arceus. Je savais que si le Démolosse accompagnait ces types, nous étions fichus. Il allait forcément nous traquer à l'odeur, et là... s'en serait fini de nous ! Regardant par un petit trou du carton qui servait de poignées, j'étais pétrifiée, incapable de bouger. Noctis prit alors les devants, décidé à passer à la vitesse supérieure pour nous frayer un chemin. Me relevant prestement tandis que les deux hommes qui nous poursuivaient tombaient littéralement dans les bras de Morphée, je saisis aussi une de mes pokéballs. Un bref rai de lumière céda alors place à une petite boule verte qui me regardait avec de grands yeux interrogateurs.

« Bane, lance une attaque Doux Parfum dès que nous serons sortis de cette pièce. Cela brouillera les pistes et empêchera le Démolosse de nous pister. Et maintenons tirons-nous. On va fermer la porte derrière nous, d'accord ? »

Je m'étais alors approchée des deux hommes en tenue vaguement militaire, me saisissant du trousseau de clés de l'un et du talkie-walkie de l'autre. Je notai mentalement le revolver qui gisait dans le holster à sa ceinture, mon cerveau tentant vainement d'ignorer ce petit détail. Ces gars feraient un somme un petit moment, mais il ne fallait pas traîner pour autant surtout s'ils avaient déjà donné l'alerte. S'ils venaient à disparaître trop longtemps, cela ne ferait qu'attirer davantage les soupçons, et c'était bien la dernière chose que nous voulions à ce stade. Me dirigeant donc vers la seule autre porte de la pièce, à l'opposé de celle par où nous étions entrés, je collai mon oreille contre le bois lourd. N'entendant rien de l'autre côté, je poussai sur la poignée, découvrant que comme je l'avais suspecté, les gardes n'avaient pas pris la peine de fermer derrière eux. Tant mieux, parce que je comptais bien y rémédier.
Je fis signe que la voie était libre, puis fit passer Noctis en premier, le temps de glisser les clés dans la serrure jusqu'à trouver la bonne. La porte enfin close, je regardai autour de moi. Nos pokémons étaient tous là, nous avions nos sacs et n'avions pas laissé de trace de notre passage. Jusque là tout allait bien, ou presque. Je rétorquai enfin à la question que m'avait posée mon acolyte, trouvant une réponse évidente dès que je levai le regard sur la pièce où nous venions d'entrer.

« On fouille, on enquête sur ce qui se passe ici. On recueille le plus d'indices possibles afin d'alerter les autorités si nécessaire. Surtout on évite de se faire pincer, et puis on se tire vite fait bien fait. »

Si si, j'insistais pour la dernière partie. Je dirais même que c'était la partie la plus importante dans ce que je venais de dire. Déglutissant pour me calmer, je pris une grande inspiration. Je n'étais pas la fille la plus courageuse qui soit, mais je n'allais pas abandonner. C'est juste que je devais composer avec la tension d'entrer par effraction dans un endroit inconnu au milieu de nulle part, empli de personnes armées et potentiellement dangereuses qui ne nous voulaient pas que du bien. Nous risquions de nous faire arrêter ou bien pire encore... Je n'étais pas sûre de vouloir savoir ou même imaginer. Qu'importe... Car devant moi se trouvaient de très longues rangées de cages. Les murs étaient d'un blanc immaculé comme si nous n'étions plus au sein d'un hangar, mais d'un milieu hospitalisé. Et je devais bien avouer qu'il y avait cette bonne vieille odeur aseptisée et dégueulasse dans l'air, ce qui ne me rassurait pas le moins du monde. Bon sang, ou avions-nous bien pu atterrir ?

« Qu'est-ce que c'est que ce cirque ? Ils sont enfermés par dizaines, regarde ça ! Et en plus du reste ils semblent aussi patraques que le Galeking de tout à l'heure. Tu crois qu'ils se servent de ses pokémons comme main d’œuvre dans leurs affaires louches ? À moins qu'ils servent de cobayes lors d'expériences ? »

Il n'y avait nul doute que qui que ce soit qui soit responsable des lieux n'était pas mort étouffé par son sens déontologique. Les pauvres pokémons étaient entassés dans des cages minuscules, avec de l'eau et de la nourriture certes, mais avec une moue si peu réactive qu'ils avaient l'air mal en point. Je n'arrivais pas à déterminer si ce n'était là que le fruit de la fatigue, ou bien quelque chose de plus sérieux. M'approchant dans un coin, je vis un Grahyena gémir plaintivement, me regardant de ses grands yeux tristes. Il avait à peine la force de couiner, ce qui me donnait une furieuse envie de le sortir de là. Les pokémons alentours étaient tous dans le même état, mi-absent mi-souffrant. Un Couafarel dormait replié en boule, un Wattouat mangeait avec un regard éteint, un Hélédelle nous observait en tenant à peine sur ses pattes. Les voir aussi malheureux et amorphes me fendait l'âme... et surtout ça confirmait le fait qu'il fallait faire quelque chose. Glissant doucement une main vers l'oiseau, j'allais le toucher pour le réconforter, lorsque ce dernier bougea soudainement avec la ferme intention de me béqueter la paume. Je reculai instinctivement, apeurée. Il y a deux secondes à peine il était calme, alors pourquoi m'attaquer ?

« Je ne comprends pas. On dirait qu'ils sont épuisés et pourtant ils sont anormalement agressifs. Tu crois qu'ils les entraînent pour combattre ? Mais pourquoi ils attaqueraient les humains, alors ? »

Je dodelinais tristement de la tête, réfléchissant à tout ça. Néanmoins je n'osais plus m'approcher des pokémons de peur des mauvaises surprises. Il valait mieux ne pas prendre de risques, les choses étaient suffisamment chaotiques sans que je me fasse blesser en plus. Déglutissant en contenant mes mauvais pressentiments, je me dirigeai vers l'un des bureaux au bout de la pièce, dans l'espoir de trouver quelque chose. Où peut-être que mon partenaire aurait plus de chance, qui sait...

« Tu crois que l'odeur de produits chimiques qui flotte dans l'air a un rapport avec cette agressivité ? »

_________________
| Athlétisme | Too fast to live, too young to die ! 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Noctis Flavelle
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Lun 25 Aoû - 0:13
Noctis n'osait plus avancer. Il y avait des cages. Par dizaine, entassées les unes sur les autres, où était confinés des pokémons de toutes sortes, de toutes tailles. Ils n'avaient pas l'air en bonne santé, et même carrément mal en point. Le garçon hésita. Certains émettaient des plaintes rauques, comme s'ils luttaient, d'autres étaient juste dans un état comateux et vides. L'odeur désagréable des hôpitaux, cette odeur si attachée à la mort pour lui, finit de rendre le tableau lourd de sens et de conséquences. C'était des êtres vivants. Pas des machines, des armes qu'on pouvait expérimenter et torturer. Lui aussi était un scientifique. Une certaine curiosité l'animait sur bien des domaines. Mais ça... ça c'était trop. Étudier ne voulait pas dire faire souffrir ! Il regarda derrière lui. Des notes, des recherches expérimentales. Un laboratoire. Il serra les poings et fit claquer sa langue, agacé. Aliéna observa chacun d'entre eux avec une attention toute particulière. Ses pouvoirs psychiques étaient comme bloqués. D'habitude, elle pouvait interagir, deviner les pensées ou les émotions en ce concentrant sur un sujet. Avait-elle faibli ? La Mentali reporta son attention sur son dresseur, très en colère. Non, ce n'était pas elle. C'était eux. Ils étaient comme fermés au monde extérieur. Prisonnier dans leur propre esprit ? Elle l'ignorait. Frissonnante, la type psy se rapprocha des humains. Leur sort était peu enviable.

« Ils se servent d'eux. Je ne sais pas ce qu'ils veulent obtenir, mais crois-moi, il y a bien trop de pokémons entassés pour permettre de douter des intentions de ces types. Ils ont un plan, et un mauvais plan. Un trafic, une préparation d'invasion ou que sais-je encore... C'est odieux. Il y a des limites à ce que l'on peut faire sur un être vivant. »

Le brun reprit sa marche un peu plus vite, se passant une main sur le visage pour finalement se couvrir le nez. C'était la même odeur que quand sa mère était à l'hôpital, sur cette table, pâle et inerte. Il balaya ces pensées rapidement, pour constater l'agressivité dont faisait preuve le pokémon. Curieux. Ils avaient l'air de souffrir. Ils pensaient qu'ils étaient là pour leur faire du mal aussi ? Le garçon réfléchit. Il fallait vérifier si cette agressivité était purement défensive, ou si c'était un automatisme. Il intima à Chiho de le laisser faire, et tenta à son tour une approche vers l'un d'entre eux. A choisir, pas un truc qui lui broierait la main... Il approcha du petit Wattouat et reçu une décharge électrique qui le fit grimacer. Il persista néanmoins dans son geste, tentant une approche de douceur et rassurante. Mais l'électricité continuait de parcourir son corps, sans que le pokémon exprime la moindre émotion. Le garçon retira sa main précipitamment, et essuya un vertige, posant un genou à terre.

« Aie... Il n'a pas arrêté malgré le fait que je sois clairement amical. Il n'a pas non plus eu l'air d'exprimer la moindre émotion. C'est comme s'il était programmé pour attaquer. Et ça, c'est pas bon signe. »

Il avait déjà lu quelque chose de ce genre, faisant état de pokémon très agressifs qui attaquaient directement les humains, sans poser de questions et dépourvus d'émotions. Mince... Où...? Il chercha dans sa bibliothèque intérieure, alors que la jeune Albinos se collait contre lui. Sa blancheur le frappa soudainement. Il n'arrivait pas à s'en décrocher. Il fronça les sourcils. Quel genre de message le pokémon psychique essayait-il de faire passer...? Blanc, blanc... Une couleur ? Les couleurs primaires ? Secondaires ? Il se corrigea. Le blanc n'était pas une couleur. C'était un regroupement de lumière. Manque de lumière ? Non, ça n'avait rien voir. Il se pinça les lèvres. Mince... Tiens ? Pourquoi il ne voyait plus rien ? Tout était noir d'un coup... Noctis attrapa la Mentali qui s'était collée à son visage. Pourquoi du noir ? Il touchait presque au but, il en était certain...

Des cris paniqués de l'autre côté de la porte le fit soudainement réaliser qu'il n'avait pas le temps d'étudier davantage la question. Les corps des gardes endormis avaient dû être découverts. Il jeta un regard paniqué à Chiho et chercha l'issue la plus proche. Il lui attrapa la main et ainsi commença leur folle course au travers du complexe scientifique. Ses cheveux étaient complètement ébouriffés, dû à l'électricité statique, et il pria pour passer inaperçu. La première porte fut ouverte, révélant un vestiaire avec plein de casiers. Il y aurait sûrement des indices, là-dedans... Raaaaaah... Pas le temps pour ça ! La porte de l'autre côté du vestiaire était fermée. Hu... Il fallait sortir d'ici. Ils n'auraient jamais dû y mettre les pieds, et juste faire demi-tour ! Une petite fenêtre donnant sur l'extérieur semblait leur seul moyen de sortie, aussi, il se dépêcha de l'ouvrir. Étroite. Est-ce qu'ils arriveraient à passer ?

« Vas-y Chi ! Je te suivrais. On a pas le temps de fouiner plus ! Il faut qu'on s'en aille ! »

Il la pressa et chercha quelque chose pour bloquer la seule porte ouverte de la pièce. Y avait pas un balai, comme dans les films, ou n'importe quoi ? … Le banc était solidement ancré dans le sol... Sa Mentali répondit à cette question pour lui. A l'aide des ses pouvoirs psychiques, elle déplaça un casier – et bon sang, qu'est-ce que c'était lourd ! Le déplacer de quelques centimètres lui demandait un effort colossal – devant la porte au bout de plusieurs minutes. Ensuite, il l'attrapa pour la jeter par la fenêtre et heureusement, elle se réceptionna sur ses pattes, puis suivit ses camarades. Bordel. Il se jura de faire un régime une fois sortit de là. A l'extérieur, une certaine tension régnait. Visiblement, les gardes savaient qu'il y avait des intrus, mais ne devait pas en savoir beaucoup plus. Il soupira. Dans l'obscurité créée par le bâtiment, ils étaient en sécurité pour l'inst... Obscurité ?

« Chi ! Je sais ! »

Il avait soufflé ces mots, ébahi et effrayé à la fois.

« J'ai entendu parler d'une histoire de pokémons agressifs qui attaquaient les gens sans la moindre émotion ! C'était dans une région assez lointaine, mais l'affaire était tellement conséquente qu'elle a traversé les mers très facilement... Ces pokémons avaient une conscience fermée et ne répondait plus de rien... Peut être qu'il s'agit de la même chose ? »

Mais ce n'était que de vaines suppositions. Sans preuves, ni appuis, difficile de savoir réellement ce qui se tramait ici. Il soupira. Le brun se demandait bien comment ils allaient pouvoir se sortir de là. Il y avait une certaine agitation autour d'eux. Ils ne pouvaient pas tenter de sortir n'importe comment.

« On sait qu'il y a des caméras à l'extérieur, mais on ne sait pas où. En plus, les gardes semblent avoir remarqué que quelque chose n'allait pas. Je ne sais pas comment on va sortir de là. »

_________________

Noctis Flavelle ≈ Chercheur Pkmn, Phyllali.
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Jeu 28 Aoû - 15:02
J'avais mal au cœur juste à force de regarder toutes ces bêtes confinées dans un espace clos si réduit, en proie à des expérimentations dont on ignorait tout. J'aurais aimé trouver la solution miracle pour les sortir de là, mais je savais aussi que ce ne serait pas aussi facile. Car à supposer que nous trouvions le moyen de les libérer, il n'était pas dit qu'ils ne s'en prennent pas à nous. Les prisonniers avaient déjà démontré une agressivité anormale, alors autant dire que d'après leur nombre, nous serions incapables de nous défendre. En plus du reste notre temps était compté. Les gardes que nous avions temporairement mis hors d'état de nuire allaient forcément finir par se réveiller, et bien que je les ai privés de leur seul moyen de communication, cela ne ferait que les retarder. Et puis avec des installations aussi vastes, il était plus que probable que d'autres personnes finissent par se rendre compte de notre présence. Et puis d'une certaine façon, l'absence de réponse de la part des deux hommes et de leur Démolosse était suspecte, elle aussi. J'espérais juste qu'ils seraient assez bêtes pour annoncer l'arrivée de renforts à travers le talkie-walkie, ce qui nous dicterait à quel moyen mettre les voiles pour de bon.

« Je ne serais pas étonnée qu'ils entraînent ses pokémons de façon à les rendre meurtriers. Tu crois que tout ce dispositif peut avoir un lien avec les agressions de dresseurs sur Lansat... Comme les pokémons au cirque ? »

J'avais hésité en prononçant ma dernière question, car la simple idée que cela puisse être une réalité me donnait la chair de poule. Le cirque avait été une expérience douloureuse et traumatique pour moi, plus encore que pour la plupart des gens qui avaient été présents ce soir-là. J'avais été impulsive et inconsciente, j'avais essayé de protéger ceux qui en avaient besoin tout en me mettant directement en danger, en dépit du fait que ce soit évident. J'avais alors été prise dans l'émeute, blessée par les gens paniqués... avant d'avoir échappé à l'attaque d'un Ronflex gigantesque et très remonté. J'avais eu énormément de chance car des amis étaient venus m'aider, ce qui m'avait permis de me battre dignement et repousser les pokémons déchaînés. Je l'avais échappée belle, avec simplement quelques points de suture et un séjour préventif à l'hôpital.
Cela aurait pu être bien pire il fallait l'avouer, mais c'était néanmoins insuffisant à calmer l'angoisse qui montait dans ma poitrine à la vision de ces cages. Et si ça venait à recommencer ? Et s'il y avait d'autres cirques, d'autres tumultes, d'autres blessés ? Et si la prochaine fois, les présents étaient incapables d'éviter des morts ? Un frisson d'horreur me parcourut l'échine, tandis que je réfléchissais. Je n'arrivais même pas à comprendre ce que certains trouvaient à gagner à organiser de telles catastrophes. Non, vraiment quelque chose m'échappait, et il en allait de même pour ce laboratoire clandestin. Je m'approchai de Noctis pour voir ce qu'il faisait, et fronçai les sourcils. Il tentait lui aussi d'approcher les pokémons, sans plus de succès que moi. Inquiète à l'idée qu'il se fasse mal, j'essayai de le ramener à la raison en posant une main sur son épaule.

« Manifestement ça ne sert à rien de s'acharner. Prouver à ces pauvres choses que l'on ne leur veut pas du mal prendrait des semaines voir des mois. Il est clair qu'ils se méfient des humains, probablement parce qu'ils savent que ce sont eux qui leur ont fait du mal. On ne peut rien faire pour eux dans l'immédiat et surtout on est à court de temps. En fait, je crois que la seule chose qu'on puisse faire, c'est trouver un moyen de les aider sur le long terme. »

Je n'étais pas sûre de savoir comment, seulement plus le temps passait, plus j'étais persuadée qu'il nous faudrait demander de l'aide extérieure. À nous deux nous n'arriverions à rien, surtout en étant poursuivis par des gens armés et aussi imprévisibles. Nous pourrions toujours faire part de nos découvertes à la direction de l'académie, au maire de Cobaba, ou bien à la police... En fait peu m'importait tant que nous nous en tirions tous sains et saufs. Fouinant dans les documents qui traînaient sur les bureaux, je saisis ce qui m'avait tout l'air d'être une série de rapports et les fourrai tous dans mon sac. J'aurais le temps de lire ça plus tard. Ce n'était peut être rien d'utile, mais ça valait le coup d'essayer. Je refermai mon sac à dos d'un geste sec, quand j'entendis un cliquetis et des exclamations graves de l'autre côté du mur. Reculant de plusieurs pas comme si j'avais des ressorts au bout des pieds, je retins mon souffle.
Noctis m'intima alors de passer par la fenêtre pour sortir de là, ce qui je dois l'avouer, ne me rassurait pas. Faire quelques cabrioles ne m'effrayait pas, après tout Général Jackie m'avait conditionnée à endurer n'importe quel parcours d'obstacles, cependant il était inconcevable pour moi d'abandonner mon ami. Je franchis donc la fenêtre en montant sur l'un des bureaux, me réceptionnant à la sortie, juste à côté de la Mentali albinos. Je filai alors un coup de main comme je pouvais pour faciliter le passage de mon partenaire, tout en jetant des œillades régulières alentours. Ensuite tandis qu'il se laissait tomber à son tour, je saisis la première pokéball à ma ceinture pour en appeler au plus grand monstre de perversité de ce coin du monde. Bon certes c'était un monstre dans sa catégorie, mais accessoirement il était mon starter, et il ne pouvait être réduit à ça. Je lui murmurai :

« Gee, j'ai besoin de toi. On sait qu'il y a des caméras et sûrement des dispositifs de sécurité partout autour de nous. Il faut que tu les désactives, ou au moins que tu en perturbes suffisamment longtemps le fonctionnement pour qu'on puisse s'éclipser le plus vite possible. Tu fais tout le temps ça avec le poste de télé dès que j'essaie de regardes mes émissions préférées alors je suis sûre que tu devrais y arriver. C'est le moment de te servir de tes ondes alpha ! »

Je m'adossai à un mur pour vérifier qu'il n'y avait personne, et je fus obligée de retenir Noctis d'un bras pour l'empêcher d'avancer et griller notre position. J'avais entendu des bruits de pas plutôt pressés, qui finalement s'éloignèrent après plusieurs secondes où mon cœur battait à tout rompre. Je laissai donc quelques secondes au télépathe pour se charger des caméras, n'osant pas avancer plus, au risque de nous faire repérer. J'écoutai donc les théories de Noctis concernant notre enquête saugrenue, ne sachant trop quoi en penser. Le cas qu'il mentionnait m'était complètement étranger, par conséquent je ne connaissais pas les détails. Dans ces conditions il était plutôt complexe de juger de la pertinence de ses conclusions. Et puis je dois avouer que mon cerveau n'était pas vraiment en condition pour ça. Honnêtement, j'étais plus préoccupée par la survie que par l'étude du mobile de cette supercherie.

« J'ignore si on en tirera grand chose, mais j'ai 'emprunté' les rapports qui traînaient sur la table. Il me semble y avoir vu des graphiques et des tableaux séquentiels alors j'espère qu'ils concernent ce qui se passe dans ce labo. On verra ça plus tard, d'accord ? Là il faut qu'on trouve un moyen de passer, et si tu veux mon avis, je pense qu'on devrait oublier la discrétion, surtout si ça tourne au vinaigre. Le plus sûr reste encore de repartir par là où nous sommes venus. Ils ne semblent pas avoir trouvé la brèche dans les barbelés, et en plus du reste c'est un passage trop étroit pour eux, à supposer qu'ils arrivent à nous pister. C'est par là, regarde. » Je lui indiquai une direction du doigt, accroupie pour espionner sans être vue. « Je vais faire diversion et attirer les gardes qui viendront, et toi pendant ce temps tu vas foncer et passer de l'autre côté. J'aurai besoin de toi pour m'aider à passer ensuite alors ne me laisse pas tomber, d'accord ? »

Je lui fis un clin d’œil complice, sachant que ma question était purement rhétorique. J'attendis alors son signal, rassurée d'entendre Gee me rapporter qu'il avait neutralisé les caméras... tout en me rappelant que cela ne pourrait pas durer bien longtemps. Influer sur tout le système lui demandait beaucoup de concentration, et je savais qu'il se surmenait déjà. Je lui indiquai donc de partir devant en suivant Noctis, quitte à se téléporter de l'autre côté du mur. Ensuite je soufflai un bon coup pour garder mon calme, me craquant les doigts avant de lancer une autre de mes pokéballs. Mon Spectrum en sortit alors comme un diable de sa boîte, tirant la langue à l'assemblée tout en virevoltant dans les airs.

« Nygma c'est sérieux, je n'ai pas de temps à perdre pour l'instant. » Ce dernier sembla acquiescer doucement, perdant de la hauteur pour me rejoindre. « J'ai besoin que tu gardes nos arrières. Des gens nous poursuivent, et il faut qu'ils restent à distance. Ils ont des armes et n'hésiteront sûrement pas à nous tirer dessus, alors il va falloir que tu les empêches de nous voir, d'accord ? Prends ton envol et attire-les. Tu endormiras tous ceux que tu peux avec Hypnose... Ensuite pour ceux qui résisteront, Ténèbres. Cela devrait suffire à les troubler. N'oublie pas que le but n'est pas de leur faire mal, uniquement de les effrayer le plus possible et de les plonger dans le noir grâce à ta deuxième attaque. Je sais que tu aimes foutre la trouille aux gens, alors vois ça comme une belle occasion de briller ! Allez, c'est parti... Noctis c'est le moment ! »

Je surgis alors à découvert Nygma dansant autour de moi comme un démon tourmentant une innocente, toute langue dehors. Poussant un -faux- cri d'effroi, je le laissai m'approcher en simulant une attaque. Trois ou quatre gardes surgirent alors de plusieurs directions différentes, accompagnés de leurs pokémons, tandis que la voie se faisait de plus en plus dégagée pour le Phyllali. Le gardant toujours dans mon champ de vision, je n'avais au moins pas besoin de simuler la tremblote compulsive qui agitait mes membres. J'étais morte de trouille, mais je refusais d'échouer si près du but. J'attendis le plus longtemps possible, laissant un Macromium et un Nosferalto ennemis m'approcher, avant de donner le signal. Le spectre se dressa alors plus haut avant de les dévisager de ses grands yeux rougeoyants, les rendant prisonniers de son Hypnose. Il ne restait plus qu'à voir si le reste du plan allait marcher...

_________________
| Athlétisme | Too fast to live, too young to die ! 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Noctis Flavelle
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Ven 29 Aoû - 20:14
Chi avait donc eu le temps d'attraper quelques documents qui pourraient leur servir de preuve. Il n'était pas sûr qu'on ne les accuse pas eux de s'être introduits clandestinement, mais si effectivement, les habitants ne connaissaient pas cet endroit, les plans des gens qui avaient établi un labo ici seraient fortement entravé. Le garçon écouta son plan et fut bien obligé de le mettre en application lorsqu'elle appela son spectre et se mit à la vue de tous. A vrai dire, Noctis n'était pas pour ce plan et n'aimait pas l'idée de laisser la jeune femme derrière, même temporairement. Il attendit un peu que le passage se dégage et attrapa sa Mentali d'une main. Le mur était son véritable obstacle, puisque la première fois, un pokémon assez grand l'avait aidé à monter. Cette fois-ci, il comptait sur les pouvoirs psychiques de l'Albinos pour l'aider à se hisser. Il se mit à courir, fonçant droit dessus. L'attention portée sur Chiho, personne ne sembla le remarquer. Lorsqu'il arriva à toute allure sur le mur, il effectua un rebond comme pour essayer de courir dessus et tendit la main vers le haut. Sa Mentali tenta de lui faire gagner quelques centimètres, ce qui, avec l'élan, fut juste suffisant pour lui permettre d'agripper le rebord du mur. Il lança Aliéna en l'air, et elle se réceptionna souplement sur le maigre espace en haut du mur. Couinant, la pokémon semblait supplier son dresseur de se dépêcher.

Noctis n'avait jamais été particulièrement sportif, mais il aimait se faufiler un peu partout. Souvent, il grimpait dans les arbres pour se réfugier dans ses pensées, et il effectuait souvent des sauts mine de rien assez dangereux. Comme il faisait cela depuis son enfance, sautant du haut des murs du fort de la ville, il avait acquis un certain savoir faire. Jamais il n'aurait cru être capable de se hisser à la force de ses bras sur un mur. L'effort fut considérable, mais il finit par y parvenir. Enjambant le mur du haut, il reprit sa respiration, comme pour se calmer. Bon... Il lui fallait aider Chiho maintenant ! Le garçon aperçut Gee se téléporter de l'autre côté le plus naturellement du monde, et bientôt sa camarade suivit son exemple. Il tendit la main pour l'attraper, et maintenant, c'était elle qu'il devait hisser en haut du mur. Le brun tira de toutes ses forces et reçut l'aide des pokémons psy pour pouvoir le faire plus rapidement, et finalement, Chi put à son tour agripper le mur et s'y placer. Le jeune homme aurait bien aimé reprendre sa respiration, mais ce n'était vraiment pas le moment. Il sauta directement du mur en criant à sa camarade de le suivre. S'engouffrant dans le petit passage, il rampa le plus rapidement possible qu'il put et l'aida ensuite à sortir de là son tour. Des voix se faisaient entendre dans leur dos, et le brun n'avait aucune envie de se retourner pour faire face aux hommes. De ce qu'il entendait, certains escaladaient aussi le mur pour partir à leur poursuite. Aussi, il n'eut qu'une phrase pour Chi en lui agrippant la main :

« COURS ! »

Et Noctis l'entraîna dans sa folle course au travers de la nature, entendant des bruits sur leurs talons. Il n'osa pas se retourner mais sa Mentali l'informa qu'effectivement, ils étaient suivis. Une cachette, un truc, il fallait les distancer ! Réfléchissant à toute allure, le brun entraîna la rouquine vers la droite, plongeant vers un buisson. Il ne lui laissa pas le temps de se relever qu'il la tira vers le creux d'un arbre dans lequel ils s'abritèrent, alors qu'il ordonnait à sa Mentali un Jet de Sable puis une Prescience. Il espérait que son idée marcherait, sinon, ils étaient cuits. Il plaqua automatiquement sa main sur la bouche de Chi et se tassa au fond de l'arbre, alors que de la poussière se souleva juste avant le passage des hommes. Certains toussèrent, et au loin, la Prescience souleva plus de sable encore dans une direction. Une trace. Les hommes ne regarderaient pas à leurs pieds, n'est-ce pas ? Jamais ils ne feraient attention à ce détail... Le cœur battant, Noctis les regarda suivre la fausse piste et resta alerte encore une bonne minute après leur départ. Il relâcha enfin sa pauvre camarade qui subissait sa nervosité et s'autorisa à respirer, soufflant de soulagement.

« Je... Je crois qu'on les a semés. Mais on ne devrait pas non plus rester dans le coin. »

Avec difficulté, le brun se redressa et tandis une main à la jeune femme. Son cœur battait encore la chamade dans sa poitrine, et un certain malaise restait présent dans son corps et son esprit. Il n'était pas rassuré. En même temps, la formidable poussée d'adrénaline qui l'avait accompagné tout du long lui semblait être une douce drogue. Il aurait sans douté été prêt à recommencer juste pour connaître à nouveau le frisson du risque, du danger. Noctis n'avait pas peur. Il était un peu angoissé, mais de telles expériences semblaient lui plaire, et il prenait malgré lui goût au danger. Il soupira.

« Bon... Il faudrait qu'on regarde un peu ce que tu as dégoté, et voir si on peut s'en servir. Allez, viens. »

_________________

Noctis Flavelle ≈ Chercheur Pkmn, Phyllali.
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Sam 30 Aoû - 12:19
Je devais toujours gagner du temps, et pour ça il me fallait utiliser des talents d'actrice que j'ignorais posséder. Néanmoins ce n'était pas exagéré de dire que c'était un cas de vie ou de mort, alors cela faisait un bon moment que j'avais arrêté de me poser des questions. Je savais que mon plan était aussi désespéré que risqué, seulement dans l'immédiat je ne voyais pas d'autre option. J'avais donc attendu que les gardes s'approchent, que leurs pokémons m'entourent comme prêts à m'attaquer, pour finalement donner le signal à mon Spectrum, qui ne tarda pas à endormir plusieurs d'entre eux, avant de s'élever dans les airs, monopolisant leur attention tandis qu'il lançait ténèbres, plongeant tous les alentours dans une nuit certes temporaire mais assez profonde et opaque pour que les humains encore éveillés n'y voient rien. Je courus alors de toutes mes forces vers le mur, et Noctis qui m'attendait, sachant que le temps nous était compté. Ce brouillard ne durerait pas éternellement, et il y avait des chances que nos opposants soient fort remontés de s'être fait berner.
Je tâtonnai donc jusqu'au mur, soulagée lorsque Nygma dissipa partiellement l'obscurité autour de moi pour me faciliter la tâche avant de traverser le mur comme si de rien n'était. Oui, moi aussi j'aurais aimé pouvoir faire la même chose, ça serait tellement plus facile... Je saisis donc la main tendue de Noctis, et m'accrochai comme je pouvais à la structure de béton. Jouant de mes pieds et de l'aide qu'il m'apportait je réussis enfin à monter, bien que je n'ai plus de souffle. J'entendais d'ailleurs des cris venant de l'intérieur de la base, ainsi que quelques bruits suspect ressemblant à des coups de feu. Oh merde. Il fallait qu'on se tire, et vite. Je sautai côté jungle un peu trop vite et fus forcée de poser le genou à terre en grimaçant, mais ne m'arrêtai pas pour autant.

« Gee retourne dans ta pokéball, maintenant ! »

Je n'attendis pas plus longtemps et lui offris un peu de repos forcé. J'aurais tout le temps de le remercier plus tard, quand nous serions rentrés. Je laissai toutefois Nygma nous suivre, sachant qu'il pourrait facilement s'échapper au besoin, et surtout qu'il pourrait à nouveau faire diversion si besoin. Noctis me conseilla alors de courir à nouveau, et à vrai dire il ne fallait pas me le dire deux fois ! Sachant que j'avais épuisé une partie de mes ressources en courant plus longtemps que lui, le Phyllali eut la gentillesse de me prendre par la main pour m'imposer un rythme plus rapide que ce que mes jambes pouvaient vraiment suivre. Peinant à avancer régulièrement à cause de la végétation inégale, des racines noueuses et de ce parcours imprévu, je trébuchai à plusieurs reprises mais n'osai pas émettre une seule plainte de peur d'être entendue. Nouant simplement mes doigts aux siens, j'y voyais à la fois un soutien moral et le phare me guidant vers la sécurité. Je ne pensais plus à rien si ce n'est à survivre, à courir de toutes mes forces en ignorant le point de côté qui m'empêchait de respirer normalement. Rassurée de voir que Nygma partait devant en éclaireur pour s'assurer que nous ne serions pas coincés, je vis Aliéna rester en arrière pour couvrir nos traces. Cela m'angoissait de la laisser faire, mais à vrai dire nous n'avions plus le choix. Qui sait ce qui pourrait nous arriver si ces types nous trouvaient, après tout ? Forcée de m'accroupir dans le creux d'un arbre, je me tenais dos contre le torse de Noctis, une main autoritairement plaquée contre ma bouche. Me débattant mollement pour pouvoir respirer, j'avais une main posée sur mon cœur battant à tout rompre. Immobile, je n'osai pas parler de peur de ruiner tous nous efforts, alors je me limitai à essayer de me calmer autant que possible, bien décidée à ne pas me laisser déborder par la situation. Je ne voulais surtout pas être le boulet du groupe !
Quand Noctis m'annonça qu'il pensait que la voie était libre, je me permis un grand soupir de soulagement. Je pris alors sa main et me remis debout, frottant un peu mon genou écorché au passage. Juste quelques égratignures alors on peut dire que je m'en sortais très bien dans l'ensemble... Je savais pourtant que malgré tout ce qui s'était passé, et l'escapade folle qui avait bien failli me donner une crise cardiaque, je n'avais pas le moindre regret. Nous avions trouvé bien plus que ce que nous étions allés chercher dans la jungle. Nous avions désiré trouver l'aventure et le frisson de l'exploration... nous les avions trouvées, quoi qu'un étranges avec nos drôles de découvertes. Et puis si nous pouvions arrêter les expériences dans ces labos, alors nous aurions tout gagné. Je m'étirai un bon coup, me permettant un sourire envers mon partenaire d'opération infiltration.

« Oui, je crois qu'on peut bien jeter un coup d’œil à ces papiers autour d'un bon jus de fruits frais, avant de décider quoi faire. Si ça en vaut le coup, je crois qu'on peut toujours faire appel à la police ou aux Rangers pour être sûrs que ces pokémons seront libérés. »

Retrouvant peu à peu mes moyens, je jetai un coup d’œil à la carte de la région que je sortis de ma poche arrière et dépliai soigneusement. Étudiant le chemin du retour je félicitai la télépathe albinos et le spectre pour leurs services et leur sang froid. Puis finalement, après avoir indiqué le chemin qui nous ramènerait aux maisonnettes, je fis un bisou sur la joue de Noctis.

« Merci beaucoup d'avoir été là, je ne m'en serai sûrement pas sortie sans toi. »

[Voilà c'est fini pour moi ! Merchi Nocnoc ^^]

_________________
| Athlétisme | Too fast to live, too young to die ! 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Noctis Flavelle
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   Sam 30 Aoû - 22:23
Chiho acquiesça à sa remarque, proposant d'étudier ça plus calmement autour d'un verre plus tard. Le brun n'en demanda pas plus, et se contenta donc de suivre la jeune femme pour le chemin du retour, à l'aide de la carte. Noctis savait bien qu'ils les avait semés, mais préférait se montrer prudent dans les jours à venir. Après tout, avec les caméras, s'ils avaient pu les identifier, nul doute qu'ils tenteraient de les retrouver pour les empêcher de parler, sauf s'ils préféraient déguerpir avant. Toutes ces perspectives n'étaient pas très réjouissantes, et le brun dû faire un effort pour cacher son scepticisme. Dans tous les cas, il était heureux qu'ils s'en soient sortis sains et saufs. La petit albinos au ruban marchait docilement devant, l'air de rien. Comme si rien ne s'était passé. Elle avait une capacité à absorber les choses absolument impressionnante. Il sourit. Ils étaient bientôt revenus aux maisonnettes de l'île. Noctis n'eut même pas le temps d'ouvrir la bouche que Chi le remercia, tout en l'embrassant sur la joue. Une partie de son esprit rencontra un bug, mais il se remit très vite d'aplomb. Les seules filles qui, jusqu'alors, avaient eu des contacts aussi proches de lui étaient sa sœur et sa petite amie. Enfin, il avait eu l'occasion de fréquenter l'une des amies de sa sœur, et elle ne s'était pas particulièrement gênée pour prendre ses aises. Peut être que c'était un truc qui venait en vieillissant. Aucune idée. Il se contenta d'un sourire, et répondit à la jeune femme, les mains dans les poches :

« Bah ! On s'est mis tous les deux dans le pétrin. On s'en est sorti tous les deux, ensembles. Rien d'étonnant à ça. On verra pour prévenir les autorités nécessaires, si on a des preuves. Je te revois bientôt, à la rentrée. »

Il la regarda s'éloigner et lui-même rentra dans la maisonnette qui lui était attribuée. Ses colocataires ne semblaient pas là – à vrai dire, il ignorait même s'ils étaient toujours sur l'île – et il laissa la petite troupe sortir. Sa journée était encore loin d'être finie. Il savait bien ce qu'il ferait à la rentrée, notamment concernant son nouveau domaine. Les étudiants avaient des choix très diversifiés possibles, et Noctis profiterait de cela. L'expédition d'aujourd'hui avait été une bonne expérience pour sa formation future – et dans un coin de sa tête, il se rappela d'avoir une petite conversation avec Ayako – et ce, même si cela avait été dangereux. Il fallut encore un long moment pour calmer Eira, la petite Goupix qui avait assisté au début de leur infiltration. Allongé sur le lit à regarder le plafond, le jeune homme ne remarqua même pas qu'il sombra lentement dans le sommeil, ses pokémons pour seule surveillance.
Tout cela était terminé.


HRP – C'est un peu court, mais je ne savais pas trop quoi dire. Terminé aussi de ce côté !

_________________

Noctis Flavelle ≈ Chercheur Pkmn, Phyllali.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: | Athlétisme | Too fast to live, too young to die !   
| Athlétisme | Too fast to live, too young to die !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :