Partagez | .
[Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]
Invité

Invité

MessageSujet: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Mar 2 Sep - 19:05


   
Je crois que le destin
Nous en veux personnellement


   
Coup de jus

   
feat Cleve & Ama

   
A.M. 180 by Grandaddy on Grooveshark

   


J'avais décidé de m'inscrire pour une mission - l'un des Ranchs de Lansat avait besoin d'aide, pour une journée, et quoi de mieux que de commencer l'année avec une bonne action ? Quand je songeais à cela, je me disais qu'il me semblait loin, l'Amaoka égoïste et monstrueusement égocentrique. Oh, certes, je jouais encore - souvent - les rois, mais je m'étais amélioré sur bien des points, et bien malgré moi, la plupart du temps. L'année passée avait été dure en rebondissements - et quand je revenais en arrière, il ne me venait qu'un simple prénom en tête. Un prénom que j'avais espéré bannir de mon esprit. Cleve. Depuis le test de courage, où j'étais certain qu'elle avait deviné qu'elle me troublait plus que de raison, je m'étais éloigné d'elle. Volontairement. Je refusais de devenir par trop humain à ses côtés. La jeune Givrali me faisait ressentir mon humanité dans toute sa douleur, et j'avais décidé que pour notre bien à tous les deux, il valait mieux que nous ne nous croisions que dans les couloirs. J'avais un petit écart dans la poitrine quand je songeais à nos entraînements de tir - même cela avait un goût de cendre, depuis. Je soupirais, mes affaires prêtes, puis montais sur Sleipnir, et la ponyta se mit en route vers le ranch. Ses berges devaient s'absenter pour la journée afin de capturer des pokémons, et moi ainsi qu'un ou deux autres élèves devions garder leurs Wattouats. Rien de bien difficile, surtout que les moutons comme ça, c'est assez docile, non ?

« Jör, tu resteras dans ta pokéball. Je refuse que tu ne sois blessé au cas où un coup de jus ne partirait. »

L'hypotrempe sur mon épaule, enroulé de façon à se lover contre mon cou, trompeta doucement. Il était le dernier à se plaindre de mes changements - plus doux et plus agréable, nos entraînements avaient des allures de défis plein de confiance et de respect. Cette académie m'avait fait du bien, et j'avais trouvé ma place. Je franchis la route menant au ranch en très peu de temps, et c'est au petit galop, vêtu d'un simple pantalon de toile beige et d'un tee-shirt blanc que j'atterris dans la cour poussiéreuse. Le ranch était grand, et les terrains s'étendaient au-delà des bosses vallonnées du paysage. Un groupe de bergers m'accueillit ; ils étaient tous habillés pour une longue marche, et ils me souhaitèrent la bienvenue.

« T'es donc le garçon que l'école envoie ? Vous deviez pas être deux ? Ha ben tiens, voilà ta petite compagne !   »

Par pure curiosité, je fis volte-face, les mains élégamment plongées dans les poches de mon pantalon. Sleipnir renifla de contentement, mais mon regard hétérochrome se brouilla un instant, troublé. La silhouette qui s'avançait n'était autre que la jeune fille que je tentais d'oublier. Cette situation me semblait dangereusement provocante, comme si le destin se riait de nous, s'amusant à se jouer de nous en nous éloignant et nous rapprochant. Inspirant profondément, je souris vaillamment, cachant mon désarroi. Ma ponyta sautilla sur place, piaffant de joie à l'idée de revoir Cleve. C'est vrai que Jör & Sleip' s'étaient tous les  deux pris d'affection pour la demoiselle ... A l'image de leur dresseur. Jör était toujours sur mon épaule et il trompeta, menaçant de rouler au sol pour mieux s'approcher de Cleve. L'air un rien gêné je le pris dans le creux de mes mains, délicatement, ne pouvant que m'approcher de ma compagne. Sous l'oeil amical des autochtones, je saluais la Givrali.

« Bonjour, Cleve. Tu viens toi aussi pour la mission ? »

Sleipnir & Jörmungandr faisaient la fête, et je ne pus empêcher mon visage de s'adoucir et de sourire. Mon regard était bien trop amical. Surtout après cette longue séparation, qui n'était que de mon fait. Maintenant que j'étais en face d'elle, de ses cheveux flamboyants, de ses grands yeux innocents, je me demandais comment j'avais pu la délaisser ainsi. Déglutissant courageusement, je fis rouler mes épaules, loin d'être aussi à l'aise que mes pokémons.

« On peut avoir vos petits noms, les enfants ? Et puis, approchez, on va vous expliquer un peu vos tâches de la journée. »

L'homme qui parlait était le même qui m'avait montré Cleve, alors qu'elle approchait. Un grand, malingre, trois poils de barbe qui se battaient en duel sur son menton. Mais il souriait, content d'aller capturer des pokémons aujourd'hui et de délaisser son fastidieux métier de berger pour une journée. Je me tournais à demi vers lui, attentif à ses propos - autant par devoir que parce que cela me permettait de ne pas prêter attention à la présence chaude et féminine de Cleve près de moi.

« Amaoka Masamune, m'sieur. »

Ma voix était rauque. J'avais mué, de façon assez discrète, cette année. Et à présent, mes timbres étaient plus virils, plus sûrs d'eux. J'allais sur mes quinze ans, et je laissais derrière moi l'enfance et la préadolescence. Les changements que javais subis n'étaient pas que mentaux, et j'avais également grandi et forci, bien que j'avais perdu un peu de muscles à force de ne pas m'entraîner aussi constamment qu'autrefois. J'étais cependant content - je remarquais que j'étais toujours plus grand que Cleve. Insidieusement, l'image de moi en train de l'enlacer, dans le Bois aux Brumes, refit surface, et je retins une grimace. A mon avis, elle avait compris, ce soir-là, et j'avais fauté. Je n'aurais jamais du la serrer ainsi dans mes bras, mais sur le coup, cela nous avait aidé, tous les deux. Je ne regrettais qu'une chose, dans le fond - de n'avoir pas su prendre mon courage à deux main, et n'avoir pu être totalement honnête avec elle.

Jör caressa de sa trompe mon oreille droite, soulevant de son souffle quelques mèches de cheveux roux, et je lui tapotais tranquillement la tête pour le rassurer. Il n'aurait pas à travailler aujourd'hui ; je comptais bien, à la manière des cow-boy dans les films, monter ma Ponyta et m'occuper tranquillement des Wattouats. Ca n'allait sûrement pas demander tant de boulot que ça. Non ?



   
FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Jeu 4 Sep - 17:44

« Carteeeeeeer ! » déclama la voix chantante d’Andreas Heartnett, tandis que sa silhouette apparaissait dans un torrent de pétales violets.

Dans les rangs d’élèves qui faisaient la queue pour acheter de quoi prendre le petit-déjeuner, Cleve tourna un regard mi endormi mi courroucé à l’énergumène qui osait venir la déranger de si bonne heure. Peppéroni, fidèle au poste, était en train de dormir derrière sa dresseuse, ses yeux fermés réduits à deux fentes horizontales. Sa grande tête au museau arrondi dodelinait d’avant en arrière, et de petits « Ronspchiiit » sortaient par intermittence de sa gueule. Indifférent aux mines de cadavre de ses deux interlocuteurs, Andreas ramena une mèche de ses cheveux en arrière –ce qui eut pour effet de déclencher quelques gloussements parmi un groupe de Mentalis-, et dégaina une rose des tréfonds de son caleçon de ses vêtements soigneusement repassés.

« Kessvousmvoulez ? » marmonna la voix ensommeillée de Cleve, tandis que ses doigts frottaient avec douceur le rebord de ses yeux larmoyants. Un bâillement franchit ses lèvres rosées, et Pep’ se réveilla en sursaut, regardant à droite à gauche pour percevoir la « menace ». Constatant qu’il s’agissait simplement de sa dresseuse, il referma les yeux doucement et se remis à somnoler.

« Mission spéciale dans un Ranch de la Ville Portuaire. Ça te dit jeune fille ? » répondit Andreas en glissant la rose dans les cheveux écarlates de la Givrali –décidemment, elle allait bientôt pouvoir se reconstituer un bouquet avec tout ce qu’il lui donnait-. Un grognement guttural et rauque s’échappa des lèvres de Cleve sans qu’elle puisse le retenir. Certes, la dernière fois qu’Andreas lui avait parlé, elle avait obtenu un très mignon Statitik –qui squattait actuellement ses cheveux en chantonnant et lui servait accessoirement de réveil matin-, mais elle n’avait toujours pas oublié la fameuse dernière « mission spéciale » du référent des Voltalis. Comment l’oublier après tout ? Elle avait passé la journée à s’occuper de bambins intenables –ça c’était la partie plutôt sympathique-, puis avait passé la soirée à remettre toute la Pension en ordre après avoir maîtrisé un Togepi fou de rage –ça c’était la partie moins sympathique-. D’autant plus qu’on l’avait fichue en binôme avec le très réputé Pervers de l’Académie –qui en fait n’en était pas un-, ce qui avait donné des situations à la fois gênantes et cocasses. Allons bon, c’était une perspective réjouissante que de pouvoir partir en mission pour Heartnett, non ? Où est-ce qu’elle devait signer ? Mon dieu donnez-moi un sac, je crois que je ne me sens pas bien.

« Je…-» commença-t-elle avec la ferme intention de refuser. Mais l'enseignant ne le voyait pas de cet œil là.

« Tu acceptes ?! » la coupa Andreas en esquissant un large sourire. « Je savais que je pouvais compter sur toi Carter, merci merci merci ! » Un nouveau borborygme s’échappa de la gorge de Cleve, tandis que le professeur lui remettait en main propre sa feuille de route avant de disparaître dans une dernière pirouette –non sans avoir oublié de piquer un cupcake sur le comptoir de Mama Odie-. Désemparée, la Givrali paya son Baba au Rhum et celui de Pep’, puis parcourut rapidement les lignes de son papier et remonta dans son dortoir pour se préparer.

***

Sac sur l’épaule, Peppéroni sur les talons, Cleve avait pris la route du fameux Ranch. Après s’être perdue un nombre incalculable de fois –malgré la fonction GPS de son iPok, oui oui oui-, la jeune fille était enfin arrivée à l’heure dans le petit patelin perdu où elle allait devoir passer la journée à, d’après sa feuille de route, s’occuper de Wattouat. Bon. Ces Pokémon-là, elle les connaissait pour en avoir déjà vu dans son Ecorcia natale. Après tout, le Wattouat était originaire de Johto, et sa laine était souvent utilisée pour confectionner toute sorte de vêtements. Elle avait d’ailleurs pas mal d’écharpes en laine de Wattouat, et il fallait dire qu’elles tenaient particulièrement chaud. Avec moins d’appréhension que prévu, Cleve enjamba donc l’enclos et aperçut de loin un jeune homme juché sur son Ponyta. Réprimant un éclat de rire, la rousse donna un coup de coude à Peppéroni pour lui montrer ce type bizarre qui se prenait pour un véritable cow-boy, avant de s’étrangler lorsque le dit garçon se tourna vers elle pour la regarder.

De toutes les personnes de l’académie, on pouvait aisément dire qu’Amaoka Masamune était celle que Cleve avait le plus de mal à cerner ; bien que ce soit celle avec qui, paradoxalement, elle avait vécu le plus de choses. Ils s’étaient rencontrés lors d’une séance de tir à l’arc, et avaient rapidement sympathisé. D’anonyme, Cleve était devenue une « camarade archère » aux yeux hétérochromatiques du Roi.  Elle avait pensé un moment qu’ils étaient peut-être quelque chose comme des amis, et cette supposition avait été confirmée lorsqu’elle était partie le voir à l’infirmerie. Puis Amaoka s’était soudainement mis à l’éviter. Ils s’étaient alors retrouvés par hasard lors du Test de Courage, et s’étaient soutenus l’un l’autre. La Givrali se souvenait encore de l’étreinte du roux, tandis qu’elle-même lui avait souhaité bonsoir d’un baiser sur la joue. Elle s’était un instant demandé ce que signifiait ses brusques battements de cœur lorsqu’elle croisait par hasard le Voltali dans les couloirs, mais elle s’était aussi rendue compte que le Roi s’était lassé d’elle. Amaoka l’avait évitée. Il lui adressait à peine des regards lorsqu’ils se croisaient dans les couloirs, et tournait les yeux dès qu’elle ouvrait la bouche pour le saluer de sa petite voix de souris. Au fil des mois, la jeune fille s’était fait une raison ; Amaoka ne voulait plus entendre parler d’elle.

Ce constat lui avait-il fait du mal ? Elle n’aurait su le dire elle-même. Trop occupée à travailler avec Rick sur son projet de Casque, elle avait camouflé son chagrin et sa déception derrière la mécanique. Puis Rick était parti lui-aussi, la laissant avec ses rouages, ses vis et ses boulons pour seule compagnie. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Le problème venait sans doute d’elle pour que tous s’éloignent ainsi. Perdue dans ses pensées, elle s’approcha de son camarade en lui lançant un regard prudent. Elle avait trop d’appréhension pour esquisser un sourire et Pep’, ressentant son état d’âme, lui tapota doucement dans le dos du bout de son museau pour l’encourager. Avec douceur, Amaoka s’adressa à elle et la salua, tandis que sa Ponyta et son Hypotrempe semblaient ravis de la revoir. Etait-il sérieux ? Ils ne s’étaient plus reparlé depuis le Test de Courage, et il pouvait l’aborder aussi facilement sans avoir au moins un peu l’air embarrassé ? Pour lui, ces longues périodes d’ignorances ne signifiaient rien, n’est-ce pas ? Brusquement, Cleve eut un constat qu’elle aurait probablement aimé ne pas avoir. Aux yeux d’Amaoka Masamune, elle n’était rien. Rien qu’une fille comme une autre à qui on pouvait ne pas parler durant des mois avant de revenir brusquement dans sa vie.

Le rouge lui montant aux joues, elle baissa précipitamment les yeux pour ne pas avoir à justifier son empourprement. Que lui arrivait-il ? Après tout, depuis le départ, les choses étaient claires. Les filles qui l’avaient malmenée dans l’infirmerie avaient aussi essayé de la prévenir. Elle avait sûrement été stupide et naïve de croire qu’elle était peut-être spéciale pour lui. Aha, la bonne blague. Comment Cleve Carter aurait-elle pu être spéciale pour le Roi ? Il n’y avait que le Roi et ses sujets. Pas de Reine. Elle ne s’était jamais imaginée être la Reine, d’ailleurs. Mais au moins une amie, ou quelqu’un qui n’était pas juste une énième fille de la Cour dont on pouvait disposer à sa guise. Soufflant pour reprendre son calme et cesser de se bourrer le crâne de pensées noires, la rousse adressa un sourire poli à son camarade et au propriétaire du Ranch.

« Bonjour. Oui je suis là pour la mission. » répondit-elle sobrement, tout en caressant doucement la tête de la Ponyta qui se penchait devant elle, réclamant de l’attention. Avant même qu’Amaoka ait pu dire autre chose, le propriétaire les salua d’une voix bourrue mais joyeuse, et leur demanda de se présenter. Cleve attendit que son camarade le fasse puis inclina légèrement la tête devant ce berger aux airs de Père Noël sans barbe. « Cleve Carter, ravie de pouvoir venir vous aider. » dit-elle de sa voix douce et fluette.
Le berger parti d’un rire tonitruant et lui tapota l’épaule avec une main qui devait faire la taille de sa tête. « Aha ! J’y compte bien ! Je ne sais pas si on vous a expliqué le boulot, mais c’est rien de bien compliqué. Suivez-moi vous deux ! »

Les entrainant à sa suite dans un enclos où une herbe verte et appétissante poussait comme du chiendent, il leur présenta un gros troupeau de Wattouat qui avaient en apparence l’air plutôt calmes. Quelques Pharamp sillonnaient les rangs en couvant d’un œil maternel leurs compatriotes, tandis que les Lainergie faisaient un petit roupillon, à l’ombre d’un grand Noigrumier. Pep’ remua en voyant l’arbre recouvert de grosses noigrumes appétissantes, mais Cleve posa sa main sur son cou pour lui dire de rester tranquille. Il faisait plutôt beau et chaud pour un début de Septembre, et la rousse avait revêtu une salopette-short en jean, et un t-shirt manches courtes aux teintes bleues pastel. Ses longs cheveux étaient remontés en une queue de cheval haute, et ses jambes se terminaient par de longues chaussettes noires et une paire de basket. Comparée à Amaoka qui faisait plutôt petit jockey parfait, elle faisait clairement paysanne. Cependant, vu le temps, elle était contente d’avoir laissé ses gambettes à l’air, et comptait bien sur ses chaussures de sport pour courir comme une dératée parmi les allées verdoyantes.

« Va falloir vous occuper d’ces p’tits là. » expliqua le berger en montrant du doigt les Wattouat, tirant Cleve de sa rêverie. « Vous pouvez compter sur mes Pharamp pour tenir le troupeau. Si vous avez un pépin, adressez-vous en particulier à Pantoufle, c’est le grand qui est là-bas en train de se goinfrer de baies Pecha. C’est un puissant Pokémon, mais parfois un peu benêt alors faudra lui expliquer un peu longtemps. Il est intelligent à sa manière, on va dire. » -Cleve tourna les yeux vers le gros Pharamp qui avait un chapeau de paille sur la tête et qui se prélassait comme un Galvaran au soleil, puis reporta son attention sur le berger. « Voilà, c’est tout ce qu’on a à vous dire. Amusez-vous bien les jeunes, nous on va partir à la chasse aux Pokémon. »

Sur ces mots, il tourna les talons, repris la tête de son cortège de bergers et disparu derrière les collines. Cleve et Amaoka étaient à présent seuls. Un silence s’était installé, mais la rousse était bien décidée à ne pas laisser son camarade lui faire passer une mauvaise journée. Elle ne savait pas encore comment ils allaient s’y prendre, mais gérer des Wattouat ne devait pas être trop compliqué.

« Par où est ce qu’on doit commencer ? » demanda-t-elle au Voltali, tandis que ses cheveux s’agitaient doucement. Quelques secondes plus tard, Lemon Curd était sorti de sa queue de cheval et semblait plutôt excité par ce qui l’entourait. L’air devait être chargé d’électricité, et la petite tique était folle de joie. Bondissant des mèches de Cleve pour atterrir sur l’herbe, le minuscule Pokémon insecte commença à se diriger vers le troupeau de Wattouat. Soupirant, Cleve haussa les épaules. « On va par-là ? » demanda-t-elle en pointant du doigt son minuscule Statitik.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Dim 7 Sep - 12:27


Je crois que le destin
Nous en veux personnellement


Coup de jus

feat Cleve & Ama

A.M. 180 by Grandaddy on Grooveshark



Revoir Cleve après tant de temps me donne des noeuds dans l'estomac. Debout à côté de ma Ponyta, je garde la main posé sur sa croupe. La chaleur qui émane de la pouliche de feu m'apaise, ainsi que la présence de Jör. Mais les observer aussi heureux de retrouver l'archère me fait me poser des questions - suis-je aussi heureux qu'eux de la revoir ? Je me sens gêné, et coupable. Mais j'essaye de balayer toutes ces émotions futiles et je suis donc le groupe. Cleve est à côté de moi, et elle a l'air ... Distante ? Qu'est-ce que tu croyais au juste ? Qu'elle allait te sauter au cou, te dire que tu lui avais manqué, que ces longs mois où tu as joué les rois sans elle ne comptaient pas ? Tu rêves. Je me concentre sur la mission ; c'est sûrement ce qu'il y a de mieux à faire. Mon regard vairon se pose autour de nous, sur le pré empli d'herbe verte et grasse, ainsi que sur les wattouats paissant au loin. Des pharamp et des lainergies étaient là aussi ; les premiers veillant au grain - ou au mouton plutôt ; les seconds dormant paisiblement dans un endroit ombragé. Tout cela laissait rêveur, et il découlait de cette scène une sensation de calme et de liberté. J'écoutais avec attention les paroles de notre maître du jour - nous occuper du troupeau donc. Rien de bien compliqué à première vue. Je tournais le regard vers Pantoufle en même temps que Cleve, mais revins plus rapidement à mon point de départ ; encore une vision insidieuse de son visage concentré, de sa chevelure où le soleil s'accrochait en reflets. Elle avait beau être vêtue simplement, ça ne lui enlevait pas un certain charme ... Concentrons-nous !

Avant que je n'ai pu réaliser ce qui se passait, le berger s'éloigna de nous. Je clignais stupidement des yeux, et retins un grognement. Bon, la journée allait se passer calmement - et peut-être aurais-je même l'occasion de m'excuser en bonne et due forme à ma compagne d'académie. Cette idée me faisait grimacer intérieurement - moi, m'excuser ? Je n'avais jamais été bon pour ça, à dire vrai. Je fis rouler mes épaules, et remontais d'un geste cavalier sur Sleipnir, alors que la jolie voix de Cleve se faisait entendre. Je posais mon regard sur elle ; le doré brillait comme de l'or, le rouge semblait s'assombrir dans l'ombre offerte par les nuages et les arbres. Je clignais encore des yeux, me mordillais la lèvre, et haussais les épaules, en essayant de prendre un air dégagé, alors que rien que l'idée de rester toute cette journée seul avec elle me serrait la gorge. Allons, j'étais l'homme de la situation. De quoi devais-je avoir peur, au juste ? N'étais-je pas un homme ? Etais-je encore un enfant à craindre la compagnie d'une fille ?

« Je vais me rendre compte de l'étendue des champs, et voir si il y a des wattouats éparpillés ou si ils sont restés en troupeau. Je - »

Je me tus en voyant surgir une petite bestiole qui se révéla être un statitik : je ne savais pas que Cleve avait un tel pokémon. Une araignée électrique hein ? Je ne pus m'empêcher d'avoir un petit sourire doux - là où d'autres filles se seraient enfuies en criant, Cleve semblait proche de son statitik. Le pokémon se mit en marche, très visible, jaune sur vert d'herbe. Voyant Cleve soupirer, je me mordis de nouveau la lèvre, puis descendis de Sleipnir. Je montais sans selle ni mords, et je lui tapotais gentiment l'encolure.

« Profite un peu du pré toi aussi. »

La jument piaffa, blottit ses naseaux dans mon cou pour un léger câlin, hennit vers Cleve et partit en galopant. Elle évita les wattouats et partit en direction opposée. Je savais qu'elle avait comprit mon idée et qu'elle irait voir jusqu'où s'arrêtait l'étendue herbeuse. Je me tournais vers le troupeau et me mis donc à suivre le statitik, avec Cleve. Malgré moi, mes pas se calquèrent sur le sien, pour nous maintenir côte à côte. Vicieux pieds. Traîtresses de jambes. Les mains enfoncées dans les poches, je tentais d'avoir l'air calme et dégagé, alors que le rose aux joues et ma posture toute entière montrait un vague malaise. Je me raclais la gorge et posais la première question qui me vint :

« Je ne savais pas que tu avais un statitik. »

Parce que tu ne t'es pas intéressée à elle depuis longtemps. Non, c'était faux. Je l'avais observée de loin, quand je savais que personne ne pouvait me voir, et surtout pas elle. Au fond, avait-elle souffert de cette espèce de séparation que j'avais construite entre nous ? Mes groupies avaient dû se calmer depuis, après tout - et la savoir dans une espèce de sécurité illusoire, n'était-ce pas mieux ? Cleve mettait le chaos dans ma vie. Un chaos d'émotions neuves et de questionnements que je n'avais pas forcément envie de me poser. Pourtant, sa compagnie me faisait du bien. J'avais envie de lui sourire, de lui parler de l'école, de la rentrée, de pokémons, de lui parler d'elle. J'avais simplement envie de lui parler.

Le troupeau de wattouats se prélassait tranquillement peu loin. Je m'approchais d'un des moutons qui était à l'écart des autres, roulé en boule sur lui-même, paisible. J'avais toujours rêvé d'un pharamp, et les wattouats m'attiraient indéniablement. Hélas, quand je franchis le périmètre invisible que le wattouat devait sûrement surveiller de très près, je vis en une fraction de seconde sa laine blanche se couvrir d'étincelles, et un éclair parvint jusqu'à moi, me frappant l'épaule, m'engourdissant le bras, m'étourdissant à moitié. Et ce n'était qu'une attaque éclair ! Je tombais en arrière, sans aucune grâce, atterrissant sur mon postérieur, sonné. Mon côté droit était engourdi, et je réalisais que j'avais poussé un cri de surprise. Je rougis, de colère et un peu de douleur - mes doigts furent parcourus de légers spasmes, avant que l'électricité ne passe. Je massais mon épaule endolorie, les dents serrées. Puis, je me tournais vers Cleve, anxieux à l'idée qu'elle ne se fasse blesser elle aussi :

« Attention ! Celui-là vient de m'attaquer ! »

Même si j'avais eu envie d'avoir l'air cool, ça n'aurait pas pu être plus aux antipodes d'une attitude de roi. Ma voix vibrait d'inquiétude, et je me relevais pour m'ébrouer. J'avais un goût métallique dans la bouche, mais surtout des questions en tête - qu'avait-il pris à ce wattouat ? Hélas, il semblait avoir réveillé les autres. Les wattouats se trouvaient à présent debout sur leurs pattes, nous jaugeant de leurs regards fixes. Je sentis un frisson naître dans mon cou alors que je reculais d'un pas sous leur observation glaçante.

« Hem ... C'est normal qu'ils fassent ça ? »

Je papillonnais des yeux, le regard rivé au troupeau visiblement malicieux. Est-ce qu'ils comptaient s'en prendre à nous ? Electricité + humain = mauvaise combinaison. Je venais d'en faire la terrible et douloureuse expérience !


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Dim 7 Sep - 16:19

A quoi s’attendait-elle ? A quoi s’était-elle attendue ? Amaoka agissait comme si de rien n’était, et cette attitude qu’il avait la rendait presque malade. Le pire, c’est qu’elle ne savait même pas pourquoi tout ça lui faisait autant de mal. Elle était en pleine confusion ; ses sentiments se bousculaient dans sa tête, et les grésillements de son minuscule Statitik caché dans sa chevelure ne l’aidaient pas forcément à se concentrer. Elle aurait voulu dire à Lem de faire un peu moins de bruit, mais l’insecte électrique était fou de joie de se retrouver en présence d’ « alimentations ». Car Lem était un Pokémon Electrik particulier. En effet, si d’autres parvenaient à produire leur propre électricité, le petit Statitik ne pouvait pour sa part que puiser l’énergie de ses pairs et la stocker dans ses petites poches semblables à celles de hamsters. Cleve avait besoin de l’électricité que lui fournissait Lem. Mais Lem avait besoin de l’électricité que lui fournissaient les autres Pokémon et les prises de l’académie. Être en présence d’autant de Wattouat le rendait toute chose, et il avait hâte de se pelotonner sur le dos moelleux de ces moutons confortables pour recharger ses batteries. La Givrali ne pouvait pas lui en vouloir pour ça ; après tout, son Statitik n’était encore qu’un petit Pokémon inexpérimenté et jeune, d’après les dires du Collectionneur. Il n’avait jamais vraiment vu le monde extérieur, et tant de couleurs, tant d’électricité dans l’air le rendaient incroyablement heureux. Esquissant un sourire attendri en sentant son nouvel ami courir le long de sa nuque, Cleve croisa le regard hétérochromatique d’Amaoka et détourna précipitamment les yeux.

Son moment de gêne fut de courte durée car le Voltali déclara qu’il allait faire une mission de reconnaissance. A ces dires, Lem sortit sa minuscule tête du rideau écarlate de cheveux de sa dresseuse, et cligna ses petits yeux bleus pour fixer l’inconnu. Puis, repérant tous les Wattouat, il décida qu’il avait mieux à faire que de jouer avec ce garçon aux cheveux semblables à ceux de sa dresseuse, et bondit de son support pour aller s’amuser en couinant de contentement. Mi amusée mi désespérée, Cleve décida qu’elle n’avait pas d’autres choix que de rattraper sa bestiole électrique, histoire d’éviter qu’elle se fasse piétiner par quelques kilos de laines enragées. Elle se tourna instinctivement vers Amaoka pour voir s’il était d’accord pour partir dans la même direction qu’elle, mais remarqua qu’il était déjà monté sur le dos de sa Ponyta. Bon. S’il voulait faire le tour tout seul, elle n’y voyait pas d’inconvénients. Après tout, ça l’arrangeait peut-être même un peu… Et à peine eut-elle cette pensée-là que le Topdresseur descendait de sa monture pour faire route avec elle. Quelqu’un, quelque part, devait fortement se ficher d’elle pour la mettre dans les pires situations ! Décidemment, elle ne comprenait pas où Amaoka voulait en venir. Il aurait pu se contenter de monter sur Sleipnir et faire la mission dans son coin, mais non ! Grommelant intérieurement, Cleve se força à rester impassible, malgré ses joues rouges comme le visage boursoufflé et enragé de Général Jackie lorsqu’elle beuglait sur son armée ses protégées.

Silencieuse, elle se tourna malgré tout vers le roux lorsqu’il lui parla de son Statitik. Aha, ben oui évidemment. Ils ne s’étaient pas parlé depuis des mois entiers, comment aurait-il pu le savoir ? Et puis la rentrée venait juste de commencer, aussi… S’adoucissant un peu en voyant la silhouette de Lem se faufiler entre les bosquets, Cleve caressa machinalement l’encolure de Pep’.

« Je l’ai eu le premier jour de la pré-rentrée, par le Collectionneur. Apparemment l’administration pensait que ce petit pourrait bien m’aider dans mes recherches. » répondit-elle tandis que la Ponyta d’Amaoka passait devant eux au petit galop. Pep’ regarda fixement la jument de feu, Amaoka, puis Cleve, Sleipnir, Amaoka, et Cleve de nouveau en agitant son gros derrière comme un Caninos qui veut aller chercher une balle. « Non Pep’, tu n’es pas un cheval, je ne vais pas monter sur ton dos pour qu’on fasse le tour du pré. » le réprimanda fermement Cleve.

Déçu et vexé, l’immense Lokhlass tourna la tête pour bouder. La rousse eut un petit rire et tripota les boutons de son Casque Traducteur pour l’activer et pouvoir dialoguer un peu avec lui. Elle l’avait désactivé quelques minutes plus tôt afin de ne pas entendre les incessants « Piiii ! Piiii ! » de son Statitik –le Casque devait déconner. « Piii » ne pouvait décidemment pas être un mot du langage humain. Et puis, pourquoi un Statitik dirait-il « Piiii » ?- , mais à présent, il allait sûrement lui servir un peu. Entendant l’habituel jingle de démarrage de sa fabrication, elle se détourna un moment d’Amaoka pour faire les derniers réglages lorsqu’un grésillement la fit sursauter. Un cri de surprise plus tard et le Roi était fesses à terre, se tenant le bras.

« Que-… » commença la Givrali avant de sentir un éclair passer tout près de ses cheveux et les lui dresser légèrement sur la tête. On l’attaquait ! Pep’ eut un cri étouffé puis, dans toute sa splendeur et sa chevalerie, il prit la fuite et alla enfouir sa tête dans un trou pour se cacher. Battant en retraite vers Amaoka, Cleve fit des gestes lents pour ne pas énerver plus que ça le Wattouat qui semblait passablement agacé qu’on le dérange dans sa sieste. *Comme Pep’ le matin* constata Cleve avec inquiétude, bien consciente de ce qui se passait quand son Lokhlass n’avait pas assez de sommeil à son actif. « Ca sens pas bon… » marmonna la jeune fille en s’approchant d’Amaoka et en lui tenant le bras sans s’en rendre compte. Les Wattouat s’étaient dressés sur leurs pattes arrière et les regardaient à présent comme s’ils venaient tout juste de se rendre compte de leurs présences. Les présentations n’avaient pas été faites. Les considéraient-ils comme des indésirables ? Cleve jeta un rapide coup d’œil vers Pantoufle qui continuait de s’empiffrer sans remarquer qu’il se passait quelque chose.

« On doit les assommer d’après toi ? » demanda-t-elle à Amaoka tout en passant ses doigts sur ses Pokéballs. Des Pokémon Electrik… Il était hors de question d’envoyer Biske face à eux. Il avait beau avoir un double type, il n’en restait pas moins vulnérable contre les fortes décharges… Apple, son Evoli, n’était pas vraiment un combattant. De même que son Fouinar… Restaient Curl’, Ritsu et Cherryl, respectivement son Psystigri, son Goupix et son Mélofée… Que devait-elle faire ?
Le Wattouat qui avait attaqué Amaoka s’approchait de plus en plus d’eux en… grognant ? Cleve avait rarement vu un Wattouat aussi agressif. En général, c’était des Pokémon assez paisibles qui donnaient de la laine, non ? Pourquoi celui-ci avait l’air de vouloir en découdre avec eux ? La laine parcourue d’éclairs du Wattouat laissait présager une attaque foudroyante. Automatiquement, les doigts agiles de Cleve se glissèrent vers sa ceinture, et elle envoya son Psystigri à l’attaque. Le chat psychique se déploya dans un halo de lumière rouge et lança une attaque Mur Lumière en même temps que l’attaque Coup d’jus pleuvait sur eux. Le Mur doré se matérialisa entre Amaoka, Cleve et le Wattouat, atténuant la puissance de l’attaque mais les projetant quand même vers l’arrière. Le Psystigri lança une attaque Choc Mental pour créer une sorte de champ psychique et ralentir leur chute. Déposés en douceurs sur l’herbe par les pouvoirs de Curl’, les deux étudiants purent voir que loin de se démonter par cette intervention douteuse, le Wattouat des bergers continuait d’avancer vers eux d’un air agressif.

Surgissant de nulle part, Lem bondit alors sur la laine du Wattouat, et une énorme décharge électrique les secoua tous les deux. Se protégeant les yeux pour ne pas être éblouie par cette lumière vive, Cleve étouffa un hurlement, folle d’inquiétude pour son Statitik. L’éclat s’atténua cependant progressivement, et la rousse pu voir que le Wattouat avait été assommé tandis que la minuscule tique semblait rayonner d’énergie.
« Il… Il lui a pris toute son électricité ! » constata une Cleve sous le choc. « Piii ! » couina le Statitik avant de retourner sur la tête de sa dresseuse –son perchoir préféré-. Ils n’étaient cependant pas tirés d’affaire pour autant. Si Lem avait permis de se débarrasser d’un Wattouat, il en restait encore une bonne trentaine qui s’avançaient vers eux ; lentement mais sûrement. Curl’ agita ses oreilles de chat et sauta dans les bras de la Givrali pour se pelotonner contre elle. Que devaient-ils faire à présent ?

« Manger… manger… »

Cleve sursauta et tourna la tête dans tous les sens, avant de se rendre compte du fait que le son venait de son Casque Traducteur. Qu’est-ce que ça signifiait ? Les airs gourmands des Wattouat ne trompaient pas…  

« A-a-a-a-a-a-a-a-amaoka… » bredouilla la Givrali en se cachant derrière lui. « J-j-j-j-je crois qu’ils veulent nous bouffer ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Dim 7 Sep - 16:53


Je crois que le destin
Nous en veux personnellement


Coup de jus

feat Cleve & Ama

A.M. 180 by Grandaddy on Grooveshark



Voir Cleve toujours aussi proche de son immense Lokhlass m'amusait. Apparemment, ce n'était pas de l'avis de la rousse, néanmoins, cela me fit sourire. J'avais crains un instant qu'elle refuse de me répondre. Mais il y avait toujours ce fossé entre nous, que j'avais peur de ne plus jamais pouvoir combler. Je me rendais compte que ma réaction avait été des plus idiots - m'éloigner d'elle, alors qu'elle m'humanisait ? C'était bon pour l'ancien Amaoka, l'ancien élève égoïste qui ne faisait attention qu'à sa popularité et à la puissance dont il était assoiffé. Préférant voir ce qu'il en était, je ne m'étais pas attendu du tout à me faire attaquer ! A peine relevé, je sentis la présence de la rousse à mes côtés. Je continuais de me masser l'épaule, mon regard vairon posé sur les pokémons devant nous. L'immense Lokhlass était parti ... Se cacher ? Je retins un grognement en songeant à Jör glissé dans mon blouson. J'avais oublié de le remettre dans sa pokéball ! Dans un couinement, l'hypotrempe sortit sa tête, sonné lui aussi. Je le mis rapidement en sécurité dans sa balle bicolore, alors que sous mes yeux ébahis se déroulait la scène la plus incroyable à laquelle j'avais assisté jusqu'ici : un wattouat agressif ? Je m'étais posté près de Cleve, moitié voûté à cause de mon épaule - le tee-shirt avait roussi et l'endroit de l'impact laissait voir ma peau nue, rougie et boursouflée. Génial !

Une attaque coup d'jus nous manqua de justesse, grâce à la vitesse de protection du Psytigri. Une barrière nous permit de ne pas être blessé, mais Cleve et moi fûmes projetés où sol où nous roulâmes dans l'herbe. Maladroitement, je me relevais, abasourdi. Et comme le wattouat semblait ne pas en avoir fini avec nous, ce fut au tour de l'araignée électrique de mettre son grain de sel : le mouton qui s'approchait de nous fut ... vidé ? Le statitik s'était jeté dans la laine et avait aspiré l'électricité avec le brio d'un chef d'orchestre devant une chorale d'enfants de trois ans. J'avais fermé les yeux, à demi aveuglé par la luminosité grandissante. Le cri de Cleve m'avait fait frissonner ; elle allait bien, elle s'inquiétait juste pour son pokémon. De retour près de sa dresseuse, le statitik avait l'air très fier et je souris vers lui. Mine de rien, il nous avait évité un gros ennui. Le problème était ... Qu'il en restait trente autres.

« Bien joué. Mais on risque d'avoir d'autres problèmes si on ne trouve pas comment les calmer ... » fis-je d'une voix anxieuse, en cherchant une idée. Aucun pokémon sol ou roche dans mon équipe ; Jör serait plus en sécurité dans sa balle, Sleipnir s'était éloignée. Je ne savais pas si ça m'aiderait, mais mes doigts s'emparèrent de deux pokéballs et les lancèrent en l'air, dévoilant deux pokémons, l'un à l'air ahuri et l'autre fier. Un Galvaran à la tête penchée sur le côté, un peu à côté de la plaque, et un Nidoran mâle au regard froid et distant. C'est à peu près à ce moment là que Cleve à mes côtés se mit à bégayer des paroles qui me firent écarquiller les yeux et tousser. Je fis volte-face pour la regarder dans les yeux.

« Quoi ?! Comment ça ... Comment ça ils veulent nous manger ?! » m'écriais-je. Ce n'était pas possible - on était pas dans un mauvais film d'horreur de série Z, où des pokémons devenaient fous et mangeaient leur dresseurs. Mais au vu de leurs regards posés sur nous ... Je dois avouer qu'il y avait une lueur gourmande et un brin machiavélique. « Quelle chance, on est tombés sur le seul troupeau de wattouat à être totalement carnivore ... Et à vouloir goûter de l'élève de Lansat. »

Tentative de blague nulle. Ceci est une alerte à l'humour pourri. Ce n'est pas un exercice, alerte. Je cherchais désespérément dans mon crâne une idée, mais sentir Cleve toute proche de moi m'enlevait même le don de réfléchir. Grah, elle et son parfum ! Ymir, le Nidoran s'approcha de moi et sans aucune délicatesse, me mordit le mollet. Cela me redonna mes esprits, et je m'accroupis près de Odin & Ymir. Le galvaran observait tout autour de lui, perdu et clignant stupidement des yeux.

« Bon, les garçons, on fait face à un troupeau de wattouat totalement fous ... Mais ils ne sont pas à nous, on a pas le droit de les attaquer. Compris, Ymir ? Pas une seule attaque. Pas une blessure ! » Le Nidoran avait poussé un grognement, quant au Galvaran, il semblait comprendre que je tentais de communiquer, mais il préférait jouer avec ses oreilles. J'eus un soupir et me relevais, alors que Sleipnir revenait au galop, alertée par mon cri.

« Cleve, il faut trouver un moyen de les calmer. On a pas le droit de les blesser ... Ton statitik ne pourra pas absorber toute leur électricité ... Il faudrait qu'on trouve le moyen de trouver un paratonerre, pour éviter de se faire roussir le poil ... » Quand on songe qu'on était déjà roux tous les deux, quelle ironie, non ? « Mais ... Ils veulent peut-être juste des baies ? Genre ... Les baies que Pantoufle ... Ou du foin, ou autre chose ? » Comme de la chair humaine ? Génial !

La ponyta se posta, les quatre membres bien plantés dans la terre du pré. Sa crinière de feu ondulait, preuve de son mécontentement féroce. « Si ils sont vraiment trop agressifs, on pourra toujours s'enfuir avec Sleipnir ... Peut-être qu'on devrait les épuiser à courir partout ? Raah je sais pas, j'arrive pas à réfléchir ! » grognais-je, agacé par mon propre don à tout mettre en l'air encore une fois. Je me massais l'épaule, encore engourdie. J'avais un peu de mal à bouger mon bras, mais je ne voulais pas montrer à Cleve que j'avais mal - hors de question de passer pour un incapable ET un douillet ! En attendant, je ne savais pas quoi faire du tout - je n'avais pas de pokémon capable de nous protéger ... Moi-même n'était pas capable de me protéger moi-même, alors Cleve ... Quel piètre roi je faisais là ! Je me mordillais la lèvre, un brin affolé, mon regard se posant partout, avant de franchement regarder Cleve droit dans les yeux. Peut-être qu'on allait mourir, mangés par des wattouats ? Une grande mort que celle-ci ... Les mots franchirent mes lèvres avant que je puisse les ravaler.

« Si ils veulent nous manger ... Cleve, je voulais te dire ... Pardon. »

C'était des excuses, ça ? J'avais les joues aussi rouges que possible. Un bruit crépitant parvint à mes oreilles - on allait avoir le droit à une nouvelle attaque ! Ils se rapprochaient ! Puis, dans un éclair de génie je m'écriais : « Odin, coud'boue ! » Au moment où l'éclair arrivait, le galvaran projeta un jet de terre herbue qui sembla annuler l'électricité jetée vers nous. Le galvaran sautille sur place, manquant de marcher sur ses grandes oreilles. J'avais le coeur battant à tout rompre - allez savoir si c'était la peur ou autre chose ...


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Lun 8 Sep - 21:03

Les choses avaient rapidement tournées au vinaigre, et les Wattouat, habituellement si doux et paisibles, semblaient vouloir en découdre avec les apprentis dresseurs. Cleve se fit la réflexion que ça commençait à sentir le roussi –dans tous les sens du terme, puisqu’Amaoka était réellement en train de roussir-, et elle tourna les yeux vers Pep’ –Pep’, Pep’, ce grand sauveur de ces dames- pour lui quémander mentalement de bouger le gros tas qui lui servait de derrière, et mettre un terme à la pluie d’éclairs qui s’abattait sur eux. Cependant bien peu soucieux du sort des deux humains, l’immense Pokémon Transport continuait de faire son Dodrio, semblant penser que s’il ne voyait personne, on ne le voyait pas. La Givrali voulu lui crier que c’était stupide mais se rappela qu’elle-même faisait la même chose. Telle dresseuse, tel Pokémon, hein ? Pestant contre cette foutue technique de l’autruche, Cleve recula de plusieurs pas tandis que l’agressif Wattouat gagnait du terrain sur eux –dieu merci, le gros tas de laine semblait avoir trop la flemme pour courir-. Elle se demanda un instant si ces choses-là avaient des dents faites pour mordre, si ça mordait très fort, et quelles seraient les probabilités pour qu’il commence à bouffer le Voltali avant de s’attaquer à sa maigre carcasse. Laissant de côté ses tragiques pensées, elle se reconcentra sur Amaoka qui semblait tout aussi désemparé qu’elle bien, elle pourrait le pousser vers le Wattouat pour qu’il serve d’appât le temps qu’elle prenne la fuite. Il lui devait bien ça après tout. Puis là, ce fut le drame. L’attaque Coup d’Jus avait déferlé sur eux dans une vive lumière jaune. Heureusement, Curl’ était plutôt réactif oui, on dirait vraiment pas comme ça, et sa rapide intervention permis d’éviter les gros dégâts. Les deux étudiants roulèrent sur le sol, ébranlés, tandis que le chat psychique revenait se pelotonner contre sa dresseuse.

Si elle avait eu assez de voix, Cleve se serait mise à jurer comme un charretier. Par chance, elle était tellement secouée que rien ne voulait sortir de sa gorge ; pas même le cri qui était resté coincé et traduisait sa profonde panique. Puis là, Lem était intervenu, les sauvant d’une situation assez extrême. D’un petit bond sur le dos du Wattouat, le Statitik avait capté toute son électricité, le laissant épuisé sur le sol. Il n’était pas K.O. Il était simplement profondément endormi après qu’on lui eut aspiré ses réserves, mais cette situation les arrangeait. Comme l’avait bien fait remarquer Amaoka, ils n’avaient pas le droit d’attaquer les Pokémon des bergers et les blesser, ce serait contre les règles de leurs missions. Malgré tout, le Roi avait appelé son adorable Galvaran –Cleve eut un petit Squiiiiii intérieur lorsqu’elle le vit- et un Pokémon qu’il avait sûrement dû capturer après qu’ils aient arrêté de se parler, car elle ne l’avait encore jamais vu avec. Ce dernier semblait d’ailleurs vouloir en découdre, et le fait de devoir se refreiner semblait l’énerver passablement. Se réfugiant derrière Amaoka, Cleve capta les voix mécanisées des Wattouat, et son paniquomètre augmenta de deux crans. Ils allaient se faire bouffer. Se faire bouffer vivants par un troupeau de moutons aux airs adorables.

La jeune fille essaya de se souvenir une histoire de la mythologie Pokémon. De quoi s’agissait-il déjà ? Les Wattouat mangeurs d’homme de l’île du Terraclope. Etait-ce vraiment les mêmes ? Ils se nourrissaient des voyageurs perdus en mer qui venaient trouver un peu de repos sur ces îles paradisiaques. Mais Lansat était loin d’être une île paradisiaque, non ? Son cerveau s’embrouillait tout seul et elle n’arrivait même pas à se rappeler de la conclusion de cette histoire. Comment pouvaient-ils fuir des Pokémon qu’ils étaient justement censés empêcher de fuir ? Pendant ce temps, Lem était revenu dans le creux de sa nuque, et Cleve glissa un doigt dans ses cheveux roux pour venir y cueillir la minuscule tique. A y regarder de plus près, son Pokémon était parcouru de petites étincelles électriques, et  ses yeux semblaient confus. Il était parfois agité de spasmes et son air ahuri ne trompait pas : il avait absorbé trop d’électricité d’un coup et était totalement sonné par le choc. Il n’allait plus être d’une grande utilité avant un long moment, et ne pourrait pas renouveler son exploit précédent. La Givrali marmonna et reposa son Statitik sur son épaule. De toute façon, des attaques électriques sur des Pokémon électrik seraient totalement inefficaces ; Lem ne pouvait plus lui servir en combat. Il était donc mieux qu’il se repose en attendant d’épuiser naturellement ses batteries trop pleines. Qu’allaient-ils faire, à présent ?

Les Wattouat se rapprochaient d’eux, et Cleve se mit à trembler comme une feuille. Ils allaient finir bouffés par des putains de moutons. Elle avait quand même espéré avoir une mort un peu plus badass, du style « a été percée d’une flèche en pleine tronche lors d’un duel d’archer » ou « morte étouffée dans son sommeil quand Peppéroni est tombé du lit superposé sur son ventre ». Mais « bouffée par un Wattouat de bergerie », ça, ça ne lui convenait pas. Et Amaoka n’avait pas l’air d’être en total désaccord avec ses pensées. Malgré tout, il avait l’air tellement impuissant face à cette situation, qu’il se tourna vers elle et lui demanda… pardon ? Cleve ne compris pas sur le moment. Lui demandait-il de répéter ce qu’elle venait de dire ? Ou bien…

« Qu’est ce que tu- » commença-t-elle, avant d’être interrompue par un brusque éclair de génie de la part d’Amaoka. Dans toute sa splendeur de Roi, le Topdresseur ordonna à son Galvaran d’utiliser une attaque permettant d’annihiler les effets de l’électricité. Mais oui ! Comme ça au moins, ils ne craindraient plus de se prendre une décharge ! Il ne resterait que les dents, les têtes, les pattes, les kilos de laines et… bon oui, ils étaient toujours dans la merde. Reculant de nouveau face à l’avancée des Wattouat couverts de boue –et en toute franchise, pas contents du tout du tout d’avoir été salis de la sorte-, Cleve et Amaoka butèrent contre quelque chose de dur. En se retournant, la Pokémécanicienne constata qu’il s’agissait de la carapace de Peppéroni. Pep’ !
Tremblotant lorsqu’il sentit un contact contre sa nageoire, le Lokhlass retira la tête de son trou et regarda tout autour de lui le désastre. Un Wattouat assommé, les trente autres couverts de boue et s’avançant vers le duo avec des airs hargneux, et Lem agité de convulsions nerveuses. « Bon les gars, moi je retourne dans mon trou » voulut-il dire, mais sa petite humaine le fusilla du regard Ellleeee a les yeuuuux revolveeeeer ! Elle a-. Bon ok, je reprends mon sérieux. Autour d’eux, les Wattouat agitaient des pattes avant, comme s’ils s’apprêtaient à charger. Cleve fit rapidement l’analyse de la situation ; une attaque Charge d’un Wattouat en plein ventre, ça risquait de ne pas faire du bien.

« Pep’ ! Fais une barrière avec Eclats Glace ! » ordonna-t-elle à son Lokhlass. A son signal, le Lokhlass leva la tête en l’air et produisit une énorme sphère de glace autour d’Amaoka, Cleve et leurs Pokémon respectifs pour tenir les Wattouat en respect. Certains avaient commencé à charger et, emportés dans leurs élans, s’écrasèrent dans un choc sourd sur la paroi d’eau gelée. *Outch* pensa Cleve en fermant un œil. Les bergers n’allaient sûrement pas être ravis de retrouver leurs protégés complètement sonnés et sales comme des Tadmorv.

« Pecha… » marmonnèrent les voix mécaniques des Wattouat dans l’oreillette de son casque.

« Pecha ? » s’étonna Cleve en levant la tête et en regardant Amaoka. « Qu’est-ce qu’ils veulent dire par… oh ! » -les rouages se mettaient à tourner dans sa petite tête rousse-. « Amaoka ! Ils ne veulent pas nous manger ! Ils ont juste envie de manger ! »
Devant l’air déconfis de son camarade –la nuance était effectivement menue-, Cleve ajouta des précisions. « Ils ont faim. Ils veulent des baies. Tu avais raison ! Des baies Pecha plus précisément, apparemment… mais je n’en ai pas sur moi. Par contre… »
D’instincts, tous se tournèrent vers Pantoufle qui continuait de taper allègrement dans les stocks de baies Pecha. « ICI ! » s’exclama Cleve, triomphante, tout en tendant l’index vers le vorace Pharamp.

A présent, comment allaient-ils faire pour aller jusqu’à Pantoufle ?

« Pantouuuuuufle ! » cria Cleve en agitant les bras comme une naufragée qui voit un gros bateau arriver vers son île. « TERRE ! TERRE ! Heu non… ahaha, je veux dire : PANTOUUUUFLE ! Amaoka, pourquoi ne veux-il pas venir ?! Fais quelque chooooseeeeeuh ! »


Dernière édition par Cleve Carter le Mar 9 Sep - 19:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Lun 8 Sep - 21:42


Je crois que le destin
Nous en veux personnellement


Coup de jus

feat Cleve & Ama

A.M. 180 by Grandaddy on Grooveshark



L'attaque de Odin avait annihilé l'effet des attaques électriques. Bien ! Le galvaran sautille, marcha sur l'une de ses oreilles traînantes, roula sur lui-même et vint heurter mon tibia. Je soupirais, l'aidais à se relever, et haussais un sourcil alors qu'il nous faisait fête, à moi et Cleve. Je devais lui accorder que sur ce point, il nous avait retiré une sacré épine du pied ! Ne restait plus que le rosier entier, entortillé autour de nous - de toute évidence, se retrouver couverts de boue n'avait pas détruit l'envie d'attaquer de ces boules de laine ambulantes. C'est qu'ils faisaient peur ! Ils avaient été mêlés avec du sang de colossinge ou bien ? En tout cas, la situation n'était pas exactement la bonne pour révéler à Cleve que j'étais désolé, et tout le toutim. Je me voyais mal me mettre à genoux, lui énonçant par a + b que tout ce que j'avais fait jusque là c'est parce que je l'aim- ... Ahem. Que je l'appréciais beaucoup.

Je reculais, les sourcils froncés, les traits tendus. Je faisais bouger mon bras engourdi, dans l'espoir d'être bon à quelque chose. Ymir et Odin reculèrent en même temps que nous, et nous heurtâmes le gros cul l'arrière-train de Pep. Sacré bestiau quand même - ce n'était pas comme si il pouvait écraser tout les wattouat et se faire un cure dent avec ce qu'il en resterait ... Mais non, de toute évidence, il avait bien trop peur ... Ymir soupira en voyant cette énorme masse peureuse, et piaffa de nouveau - il cessa quand je lui lançais un regard noir. On les avait déjà assez malmené comme ça, ces pauvres moutons ... Et ce n'était pas fini ! A voir les réactions du troupeau, ils allaient nous foncer dessus ! Avant que je n'ai pu réagir, Cleve ordonna à son Lokhlass de nous protéger. Malgré moi je fis un pas, comme pour me mettre devant la demoiselle - je ne voulais pas qu'elle soit blessée. Mettez ça sur un instinct purement chevalier - pas du tout à cause sentiments mielleux et mièvres qu'elle me ferait ressentir ... Quelques wattouats heurtèrent la barrière de glace et reculèrent, mécontents. Tous nous observaient à travers la paroi translucide ; je pouvais discerner leurs regards gourmands, avides de chair humaine ... A moins que ce ne soit mon imagination ? Non. J'étais sûr qu'ils voulaient VRAIMENT nous boulotter. Après tout Cleve n'était-elle pas appétissante ? Moi, des penchants carnivores sadiques, noooon. Tout à ces pensées bizarres, je me tournai devant les exclamations de mon amie - si je pouvais encore utiliser ce terme.

« Ils veulent manger des baies ? Des ... Baies ... AHAHAHAH. » Mon visage, tout d'abord perplexe et déconcerté, vira à l'hilarité qui suit les moments de tension. Je me repris bien vite, néanmoins rassuré, cherchant à présent une idée. Pantoufle était en train d'ingérer toutes les baies Pécha, et il allait nous falloir arriver là-bas, pour lui en confisquer assez et en distribuer aux moutons qui de toute évidence tueraient père, mère et bergers pour une baie ronde et juteuse. « Sleipnir. Si Pantoufle ne vient pas à nous, allons à lui ! » m'écriais-je, et pris dans mon élan, je claquais de la langue sur mon palais. Ma monture trottina jusqu'à nous, et je la sentis contente de me sentir sur son dos. Je tendis ma main, et d'un regard invitais Cleve à monter derrière moi. Alors que mes doigts et ma paume ouverts étaient tendus vers elle, cela me rappela le soir du test de courage. Là aussi, elle était monté derrière moi ; j'avais pu sentir sa présence, sa chaleur, son parfum. C'est là que je l'avais étreinte, et c'était ce soir là aussi où, pour nous séparer, elle avait déposé un baiser sur ma joue ... Sans plus me concentrer là-dessus, j'aidais donc ma compagne à monter et Sleipnir n'eut pas besoin de beaucoup d'encouragements pour partir au trop. « Sleip, dépêchons-nous, ou il va tout manger ! Oh ! Regarde Cleve ! Au pire, si ce goinfre a tout dévoré, il en reste dans les arbustes un peu plus haut ... » fis-je en lui désignant quelques arbres peu loin du Pharamp.

Alors que nous avancions vers le pokémn électrique, il me suffit d'un regard en arrière pour voir que le troupeau nous suivait. La lueur gourmande était toujours là, me faisant frémir, mais ils avaient l'air un poil moins agressif - ou plutôt un brin de laine moins désireux de nous charger et de nous piétiner à mort. Arrivé près du pharamp, je glissais au bas de ma monture, non sans aider Cleve à faire de même. Je tentais de ne pas faire attention à nos mains en contact, et j'évitais de la regarder. Mes yeux d'or et de rouge auraient montré bien trop d'émotion. Hors de question d'être plus faible que je ne l'étais déjà. Je m'écriais vers le pharamp, toujours en train de manger : « Hé ! Les wattouats en veulent aussi, tu partages ? » Pantoufle nous jeta un regard étonné, et alors que je m'apprêtais à lui enlever le sac diminué de moitié, ma ponyta poussa un hennissement qui me fis faire volte-face. J'écarquillais les yeux : les wattouats étaient en train de foncer vers nous au petit trop, ayant senti l'odeur juteuse des baies ! Si nous restions là, nous allions nous faire écraser ! C'était décidément le thème de la journée : écrasons les élèves venus aider les bergers ?

« Cleve, poussons-nous ! »

Je la pris par le bras, et vu la rapidité à laquelle ils fonçaient tous - bande de goinfres, leurs estomacs étaient-ils reliés directement à leurs pattes, façon moteur ? - ni une ni deux, je saisis l'épaule de Cleve, et d'un geste en me baissant, je passais mon bras sous ses genoux et la portais. Humph ! Elle était pas exactement lourde, mais je n'avais pas non plus exactement beaucoup de muscles ! La serrant cependant contre moi - dois-je avouer combien ce moment me plût ? - je bondis et me mis à courir jusqu'à être hors de portée des moutons gourmands. Je tombais en arrière, un peu écrasé par Cleve, et la lâchais alors que nous étions au sol. J'inspirais, les cheveux en bataille, et pu voir au loin les wattouats penchés sur le sac que Pantoufle avait délaissé. Quelques lainergies s'étaient décidés à venir voir ce qui se passait et à participer à la fête. Les moutons mangeaient, et toute envie de cannibalisme malsain les avait sûrement quittés - je me méfiais toujours, moi ! Je me laissais tomber en arrière, dos dans l'herbe, le souffle court, le coeur battant à tout rompre.

Que dire, que faire ? Tout s'était enchaîné très vite, et maintenant que j'y pensais, j'avais été d'une goujaterie incroyable. Il était normal que Cleve ne veuille plus m'adresser la parole, et pourtant ... C'était comme si ce moment avait gommé l'erreur que j'avais faite, celle de la délaisser. Le bruit de mastication était un peu agaçant, mais je rouvris mes yeux et les posais sur Cleve, toujours allongé dans l'herbe. Un sourire maladroit apparut sur mes traits, et je passais mes mains sur mon visage et dans mes mèches folles collées à mon front par la sueur. Si je ne le disais pas maintenant, je ne le dirai jamais. Arceus, que je détestais avoir à dire ça ! Je me redressais, m'asseyant sur mon séant, l'air soudain très sérieux.

« Pardon.  Pardon pour tout. Apparemment le destin doit nous en vouloir, à nous fourrer toujours ensemble ... Enfin, nous en vouloir ... J'étais heureux d'être avec toi, ce soir du test ... Je ne te l'ai peut-être pas montré mais j'étais vraiment content ... Cleve, je ... Je regrette de t'avoir ignoré ces longs mois ... Mais ... Cleve, je - » je m'arrêtais là, avec une grimace, en sentant mon épaule endolorie se réveiller, comme pour faire bonne mesure. Je me tus, silencieux - avais-je réellement besoin d'aller plus loin ? Cleve était à présent en mesure de m'insulter copieusement et de me rejeter. Je gardais les yeux rivés sur l'herbe devant moi, incapable de soutenir ses prunelles à elle.


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Mar 9 Sep - 20:53

Ils avaient résolu un premier problème en empêchant les Wattouat d’utiliser leurs attaques électriques et en se réfugiant derrière la sphère de glace de Pep’, mais ils n’étaient pas sortis d’affaire pour autant. Cependant, Cleve venait de comprendre ce que les moutons voulaient vraiment, et ils avaient un nouvel objectif. L’avantage ? Il suffisait juste de leur donner des baies Pecha. L’inconvénient ? Eh bien ils étaient prisonnier derrière une barrière de glace avec une horde de charmantes bestioles voraces tout autour d’eux. La rousse savait à présent qu’ils ne voulaient plus les manger, mais ils étaient tout de même assez remontés –et affamés- pour leur en faire baver un moment s’ils n’obtenaient pas gain de cause. Décidemment ! Les idées d’Andreas Heartnett étaient toujours aussi… Cleve retint le juron qui lui brûlait les lèvres en chassant de son esprit l’image du référent Voltali en train de se faire piétiner par des Wattouat remontés. Ce fut alors qu’Amaoka… éclata de rire. Quoi ? La Pokémécanicienne le regarda comme s’il était devenu fou. Qu’y avait-il de marrant dans cette situation ? Elle le fixa un moment sans trop comprendre puis, contaminée par l’hilarité de son camarade, se mit à rire aux éclats aussi. A mieux y réfléchir, la situation était tellement… stupide ! Ils avaient cru que ces Wattouat voulaient les manger alors qu’ils avaient simplement envie de baies. Où étaient-ils partis chercher toutes ces idées saugrenues ? oui oui, elle avait déjà oublié que l’idée venait d’elle Essuyant les larmes qui perlaient au coin de ses yeux, la jeune fille repris son sérieux lorsqu’Amaoka appela sa Ponyta. Elle avait à peu près saisi l’idée du Roi. Aussi ordonna-t-elle à Pep’ de dissoudre son écran de glace, en profitant également pour rappeler ce grand peureux dans sa Pokéball. Il avait déjà bien travaillé. Et puis, ils allaient monter sur la monture d’Amaoka ; elle ne pouvait décemment pas hisser le gros derrière de son Lokhlass sur la jument de feu ! Curl’ dans les bras, Lem dans sa chevelure, Cleve attrapa la main qu’Amaoka lui tendait, non sans avoir hésité une seconde. C’était stupide. Elle n’allait tout de même pas rester et se faire charger par des Wattouat juste à cause d’un différend !

Une jambe après l’autre, elle prit place derrière le Topdresseur et ils partirent au galop vers Pantoufle le Pharamp. Quelques bonds de la Ponyta suffirent à les éloigner assez des moutons électriques pour se sentir en sécurité. Rassurée par ce tournant positif, Cleve passa ses bras autour de la taille du Voltali et ressenti un étrange picotement le long de ses doigts. Son cœur rata un battement et se mis à cogner de plus en plus fort dans sa poitrine sans qu’elle ne sache pour quelle raison. Peut-être était-ce simplement dû à la panique qu’elle avait ressentie un peu plus tôt ? A présent qu’elle était tout contre Amaoka, elle pouvait mieux entendre son cœur battre. Ça ne pouvait être que ça, après tout… Bercée par le galop de Sleipnir, Cleve ferma les yeux mais sursauta lorsqu’Amaoka lui montra l’arbre à baies Pecha.

« Oh ! » lâcha-t-elle en laissant ses yeux orangés se perdre dans les hauteurs vertigineuses de l’arbre. Car s’ils recelaient de beaux fruits bien rosés et brillants, ils n’en restaient pas moins réellement hauts… Comment allaient-ils s’y prendre pour aller les cueillir ? Le moment n’était cependant pas aux élaborations de plans alambiqués, et s’ils pouvaient s’emparer du butin du goinfre Pharamp, ils pourraient s’éviter bien des peines.

Arrivés auprès de Pantoufle, ils descendirent tous deux du dos de la Ponyta et Amaoka commença à entamer le dialogue avec le vieux lascar. Ce dernier n’en avait rien à foutre cependant, et il toisa Amaoka comme s’il se demandait ce que ce tout petit bout de chose lui voulait. Ayant fait le Marathon Scientifique au Lac Corail d’avant les vacances, Cleve ne put s’empêcher de lui trouver le même air crétin que ces fichus Ramoloss qu’ils avaient eu à observer. C’était sûr, celui-là était intelligent mais à sa manière ! Ou pour être plus directe : il était sûrement stupide comme une vieille bourrique. Devant l’air totalement stone de leur interlocuteur, la Pokémécanicienne commença à perdre patience « MAIS DONNE NOUS CES FICHUES BAIES ESPECE DE CRETIIIIIINNNNN ! » avant d’entendre le hennissement d’alerte de Sleipnir. Se retournant brusquement, la rousse se rendit compte que les Wattouat avaient gagné beaucoup plus de terrain que prévu –punaise quoi, ils avaient des ailes ces machins ?!-. Curl se blottit un peu plus contre sa poitrine et Cleve chercha rapidement une solution, avant de sentir qu’on l’attrapait par les épaules. Une seconde plus tard et la main d’Amaoka se glissait contre le creux de ses jambes nues, la soulevant comme une princesse de jeu vidéo.

*M-m-m-m-m-m-m-m-m-m-ais !* pensa-t-elle en rougissant de honte tandis que le Voltali l’écartait de la trajectoire des Wattouat tel un preux chevalier. Après le parfait petit jockey, le parfait petit Prince. Il avait regardé trop de séries à l’eau de rose avant de venir en mission ou quoi ?! Ne sachant que dire ou que faire, Cleve s’agrippa au cou d’Amaoka et ils roulèrent sur l’herbe fraîche. Sonnée, la rousse resta quelques instants sur son camarade, puis, se rendant compte de l’étrangeté de la scène, se dégagea en bredouillant des phrases inaudibles qui devaient plutôt ressembler à « M-m-m-m-msdfosfopszfergtneortjeptjksdfop ». Elle se laissa basculer sur le côté, épuisée, et ses cheveux carmin vinrent se mêler au vert de l’herbe. Son souffle était court, mais sa panique la quittait progressivement. Les Wattouat semblaient ne plus représenter une menace pour le moment, et ils purent apprécier une poignée de secondes de répit.

Se relevant doucement en dépoussiérant ses vêtements, Cleve remarqua qu’Amaoka la regardait avec un air grave. Quoi ? Qu’y avait-il encore ? La Scientifique le fixa d’un air perplexe et entendit les choses les plus étranges qu’elle eus jamais à entendre de la bouche du Roi. Des excuses ? Il s’excusait pour tout ce qui s’était passé ? Elle n’en revenait pas. Quelle mouche l’avait piqué pour qu’il fasse tout ça maintenant ? Pourquoi n’était-il pas venu plus tôt ? Elle laissa un silence s’installer quelques secondes. Etait-elle heureuse ? Etait-elle en colère ? Elle ne savait pas trop où elle en était… Que devait-elle comprendre de tout ça ?

Elle déglutit, mal à l’aise. Elle aurait voulu lui dire que ce n’était pas grave, mais les mots se coincèrent dans sa gorge. Cleve Carter était-elle rancunière au point de ne pas pardonner ? Elle ne s’était jamais connue comme ça. Elle avait toujours été gentille avec tout le monde… Elle pouvait passer outre tout ce qu’on lui faisait subir. Alors pourquoi était-ce différent avec Amaoka ? Pourquoi est-ce que son absence et ses révélations lui faisaient du mal ? Elle se rendit compte avec amertume qu’elle lui voulait. Qu’elle lui en avait voulu pour l’avoir ignorée comme ça. Pour avoir bafoué leur semblant d’amitié. Oui mais, et maintenant ? Etait-elle têtue au point de ne pas lui pardonner ?

« Je… » commença-t-elle, avant de s’arrêter. Que voulait-elle lui dire ? Elle ferma les yeux et respira un grand coup. « Ça m’a fait du mal que tu m’ignores comme ça… »
Elle soupira en posant une main sur son cœur. Elle avait trouvé le courage de dire ces quelques mots. Il fallait qu’elle puise encore plus profond pour continuer. « Cependant, sache que tu… comptes pour moi. Je te considère comme un ami qui m’est cher. Alors je veux bien passer l’éponge pour qu’on recommence tout depuis le début. »

Elle rouvrit doucement les yeux et esquissa un de ses plus beaux sourires. Tendant une de ces frêles mains pâles vers Amaoka, elle le regarda avec tendresse. « Enchantée, je suis Cleve Carter. Et toi ? » murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Mar 9 Sep - 22:24


Je crois que le destin
Nous en veux personnellement


Coup de jus

feat Cleve & Ama

A.M. 180 by Grandaddy on Grooveshark



Je n'aurais jamais cru avoir à faire tout cela, ce matin, en me levant. Qui aurait pu savoir que j'allais manquer de me faire manger charger par des wattouats affamés, que j'allais faire équipe avec Cleve, devoir galoper comme un fou, la sauver de façon héroïque oui je m'y croyais à mort d'une mort certaine ... Pas moi en tout cas. En tout cas, à présent que nous étions côte à côte, je pouvais l'observer. Mais je n'osais pas, pas après ce que je venais de lui asséner comme vérité. Je la vis du coin de l'oeil fermer les yeux, l'air un peu perdue. Est-ce qu'elle cherchait un moyen de me repousser, de façon clémente ? Je me sentais coupable de ne pas mettre autant de concentration qu'il le faudrait dans la mission qu'on m'avait assignée, mais je dois avouer que j'étais soulagé de lui avoir dit une partie de la vérité. Qu'elle sache que, au fond, l'ignorer et l'éloigner de moi m'avait fait mal ... Je levais les yeux en entendant sa voix, et la suite me paralysa, les yeux écarquillés. Mes prunelles étincelèrent en détaillant son visage, alors que ses mots me traversaient comme des entités spectrales.

Je lui avais fait mal. Bien entendu ; qu'avais-je espéré ? Qu'elle m'écoute, me pardonne comme ça, d'un claquement de doigts ? La situation ne se prêtait guère aux déclarations, et pourtant, assis dans l'herbe, nous étions en train de mettre à plat mon erreur et mon imbécilité. La suite me coupa le souffle, littéralement. Cher ? Recommencer ? Je n'en croyais pas mes oreilles ... J'ouvris la bouche pour dire quelque chose, la refermais comme un magicarpe hors de l'eau, et frissonnais en la voyant sourire. Le soleil nous éclairait, mais il donnait à ses traits une féérie féminine et douce. Si je ne l'étais déjà, elle m'aurait ensorcelé à ce moment précis. Elle me tendit sa main, et se présenta. Tout en elle, tout chez elle me faisait penser que je n'étais absolument pas digne de cette main fine, et pourtant, ce fut avec le regard troublé que je pris sa main et la serrais délicatement. Ce n'était pas facile - non, cela serait peut-être même plus dur. Mais j'étais prêt - pour elle et pour moi. Je lui devais bien ça. Et cette fois-ci, je ne l'abandonnerais pas.

« Enchanté, Cleve. Je suis Amaoka Masamune. » fis-je, en prenant le même ton bas et grave.

Je relâchais sa main comme on ouvre les doigts pour laisser s'échapper un oiseau. Je lui rendais son regard affectueux. Elle m'humanisait, plus que personne ne le pourrait jamais. Je souris, et alors que je me relevais en l'aidant, je glissais un simple mot. Deux syllabes qui se chevauchèrent, murmure élégant, comme un instant d'éternité s'échappant de mes lèvres. « Merci. » Un mot dis si bas qu'il n'était peut-être qu'un rêve. J'époussetais mes vêtements et à présent que je savais que tout n'était pas perdu, je ressentais moins ce besoin impérieux de l'avoir pour moi seul. Nous avions notre temps, et je tenais à faire les choses bien - et la première de ces choses était de prendre soin de ces fichus wattouats ! « Je crois qu'ils ont fini de manger les baies. Ils ne doivent plus avoir faim, main- ... Je rêve ? »

Ils avaient dévorés l'intérieur du sac, ne laissant que quelques gouttes sucrées et poisseuses ici et là, et s'étaient tournés vers nous comme une seule entité, leurs regards gourmands vaguement apaisés. « Ils ont encore faim ? Graaah ... Bon, je crois que nous sommes partis pour cueillir ces fichues baies tout en haut ... Tu es prête ... Cleve, c'est ça ? » fis-je avec un tout petit riquiqui sourire. Oui, j'essayais encore de faire de l'humour - c'était mieux que ma tirade banale et dramatique à faire pleurer dans les chaumières, non ? Je fis signe à Ymir de s'approcher et lui désignais du doigt l'arbre. J'incluais Odin, et Curl', et les autres pokémons. « On a besoin de votre aide : vous pourriez faire tomber les baies ? Cleve et moi allons les ramasser et les donner aux wattouats. »

Ymir piaffait déjà d'impatience - il avait eu envie de courir et de frapper quelque chose depuis qu'il était sorti de sa pokéball. Odin me regarda stupidement et j'eus un soupir, lui signifiant qu'il pouvait ramasser les baies avec nous. Le galvaran poussa un petit bruit étrange, et dodelina de sa tête comme si de rien n'était. Ymir trottinnait déjà, bougeant son museau pour bien montrer ses cornes avec fierté, alors que je me tournais vers Cleve ; mon regard hétérochrome se posa sur elle, le doré toujours bien plus clair et expressif que le rouge à gauche. Je haussais les sourcils et lui demandais : « Tu as une autre idée pour les calmer, dis-moi ? Leur faire un massage de laine, ou un truc du genre ? Ils sont couverts de boue ... J'avais pas réfléchi, tout à l'heure, en ordonnant à Odin de les couvrir de son attaque ... Flûte, j'espère que les bergers ne nous en voudront pas ! »

C'était quand même sacrément problématique. Je me passais la main dans les cheveux. J'avais un peu mal partout d'avoir roulé partout dans l'herbe, d'avoir chevauché Sleip et d'avoir prit une décharge. J'étais en sueur, j'étais sale. Mais je ne m'étais jamais senti aussi bien. J'inspirais profondément, les traits détendus. Je savais que tout n'était pas  perdu. Et cela faisait du bien. Cela faisait du bien de la retrouver, elle. Ymir se mit à donner des coups de corne dans l'arbre, et quelques baies tombèrent - les wattouats se ruèrent dessus, et je dus m'interposer pour les empêcher de tout manger en moins de deux secondes. Je laissais le Nidoran continuer d'en faire tomber, et en en ramassant certaines, je laissais les moutons dévorer celles qu'ils trouvaient. Je me mis donc à emplir de nouveau le sac, alors que Pantoufle quel nom bien trouvé, c'est par rapport à son QI ? nous observait, déçu de ne plus avoir de baies.


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Mer 10 Sep - 15:59

On allait de révélations en révélations. Tout d’abord, les Wattouat carnivores n’étaient pas des Wattouat carnivores –ce qui, à mon sens, était une plutôt bonne nouvelle-. Ensuite, Amaoka s’était comporté comme un crétin et lui faisait à présent ses excuses –ce qui était plutôt admirable de sa part-. Et enfin, Cleve souhaitait qu’ils recommencent tout depuis le départ. Oubliés, les longs mois à s’ignorer. A présent, ils redevenaient comme avant et passaient l’éponge sur leurs bêtises respectives. Pouvait-on dire qu’ils étaient amis ? La rouquine ne le savait pas elle-même, mais ils avaient le temps de voir venir. Oui… Ils allaient prendre le temps de tout refaire comme il fallait. De se redécouvrir, de ré apprendre à se connaître. Et puis seulement après, la Givrali pourrait mettre un nom sur leur relation. En attendant, les choses telles qu’elles l’étaient lui convenaient, et elle sourit avec douceur lorsqu’Amoka se présenta à elle, acceptant la situation actuelle. Ils n’avaient pas le choix de toute façon, que ce soit d’un côté ou d’un autre. Ils s’étaient trop détruits pour espérer que tout redevienne comme avant d’un coup de baguette magique. Heureuse lorsqu’il lui serra la main, marquant là le début d’une toute nouvelle relation, Cleve se releva en même temps que son camarade de mission d’un jour. Un « Merci » franchit les lèvres du jeune homme au moment où une bourrasque de vent courrait le long du pré, et la Scientifique cligna deux fois des yeux. Elle n’était pas sûre d’avoir bien entendu, ni n’était sûre de la raison pour laquelle le Voltali s’excusait, mais les coins de ses lèvres dessinèrent un léger sourire. Elle aurait pu rester l’après-midi entière à parler avec lui pour qu’ils reprennent leurs habitudes, mais ils avaient des choses plus importantes à régler avant. Aux premiers mots du Topdresseur, Cleve acquiesça d’un hochement de tête, et se figea lorsqu’Amaoka pointa du doigt les ravages de la voracité des Wattouat. C’était sérieux ?! Il devait y avoir tout un sac plein de baies Pecha, et voilà que ces boules de laines ambulantes se tournaient vers eux les yeux brillants, comme s’ils en voulaient plus. Perdant patience, la rousse voulu leur dire de ficher le camp et la laisser tranquille, mais déjà les Pokémon des bergers revenaient vers eux en trottinant ; un brin moins agressifs, mais toujours aussi affamés apparemment.

« Où est-ce que toute cette nourriture passe ? » s’étonna Cleve en baissant les bras, désespérée. Puis, rebondissant sur la question d’Amaoka, elle ajouta : « Hm ben… oui, je crois qu’on a plus trop le choix. Amaoka, hein ? ». Un sourire complice éclaira son visage, et elle s’approcha de son camarade. Comment allaient-ils bien pouvoir faire pour cueillir ces baies tout en haut ? La jeune fille n’en avait pas trop idée, mais le Topdresseur commença à prendre les devants en ordonnant à son Nidoran de charger sur les arbres. Bien heureux de pouvoir enfin se défouler sur quelque chose, Ymir s’en donna à cœur joie et fit tomber plusieurs baies vers lesquelles les Wattouat se ruèrent immédiatement. Amaoka avait planifié de les faire tomber pour ensuite les ramasser et les distribuer aux moutons, mais apparemment, ceux-ci n’avaient pas besoin de leur aide ; ils ne savaient juste pas comment faire tomber les baies de l’arbre. Les manger dès qu’elles passaient à leurs portées, ça, c’était dans leurs cordes. Du côté de l’équipe de la Pokémécanicienne, Curly était trop dépendant de sa dresseuse pour prendre des initiatives tout seul. Aussi se contenta-t-il de ronronner dans ses bras tandis qu’elle cherchait une solution pour le poser au sol sans qu’il n’ait l’impression de se faire abandonner. Lem, toujours niché dans sa chevelure rousse, était trop électrisé pour être d’une quelconque utilité ; et puis, il était tellement minuscule qu’il se serait fait écrabouiller par les baies. La jeune fille décida donc de faire sortir Ritsu et Biske de leurs Pokéball.

Le petit Goupix aux multiples queues rousses se réveilla dans une vive lumière rougeâtre puis bailla un long instant avant de regarder autour de lui. Etonné de voir tant d’activité et toute cette laine à profusion, il dandina les fesses comme s’il s’apprêtait à sautiller dans tous les sens pour aller jouer avec toutes ces nouvelles têtes. Biscuit était quant à lui déjà en train de s’agiter dans tous les sens tel l’aqua lapin qu’il était, et sa queue extensible s’agitait comme le ressort d’un Spoink.

« Biske, va chercher quelques baies pour les Wattouat –n’en mange pas trop au passage s’il-te-plaît- et Ritsu, si jamais tu vois qu’ils s’éparpillent trop dans tous les sens, aboie un peu pour les faire revenir en rang. » indiqua Cleve à ses Pokémon, en lançant un regard très –très- insistant à son Azumarill. Aussitôt les ordres donnés, ses deux compagnons s’en donnèrent à cœur joie. Le premier, heureux de pouvoir se dépenser dans un tout nouveau pré, décrivit de grands cercles autour des Wattouat en rugissant de temps à autres pour les faire revenir dans le droit chemin –une tâche pas si compliquée puisque ces voraces restaient principalement autour des baies-. Le second grimpa le long d’un arbre avec agilité et, se balançant et se suspendant grâce à sa queue extensible, passa d’une branche à l’autre en décrochant toutes les baies qui passaient à sa portée. Cleve avait toujours admiré la dextérité de son Azumarill depuis qu’il était un tout petit Marill ; elle pensait d’ailleurs qu’il avait dû être un Capumain dans une ancienne vie. Elle l’encouragea donc tandis que son Statitik émettait de petites étincelles pour leur montrer son soutien –et faire s’électrifier les cheveux de Cleve au passage-.

« Curl’, utilise des attaque Choc Mental pour faire se décrocher les baies. Attention, ne fais pas de mal au troupeau, d’accord ? » demanda-t-elle à son chaton psychique. Heureux de participer lui aussi, le petit Psystigri souleva ses oreilles couvertes de fourrure et fit tomber une pluie de baies Pecha sur les Wattouat, satisfaits de ce revirement de situation. Les Lainergie qui étaient venu par curiosité soupiraient, blasé par cette scène à laquelle ils devaient assister beaucoup trop souvent, mais couvaient le troupeau d’un œil maternel. Enfin, Pantoufle le Pharamp regardait autour de lui, ébahi qu’il pleuve de la nourriture ainsi.

« Oh toi, il doit vraiment te manquer quelques chromosomes… » déplora Cleve en hochant la tête de gauche à droite, légèrement amusée par cet énorme Pharamp un peu balourd.

La tactique d’Amaoka semblait marcher à merveille, mais celui-ci demanda bien rapidement s’il y avait d’autres moyens de les empêcher d’avoir envie de les piétiner vivants. Il commença d’ailleurs à s’inquiéter de ce que les bergers diraient en voyant leurs protégés ainsi barbouillés. « Hm… », réfléchit Cleve. Un moyen de les calmer ET de les nettoyer ? Elle ne voyait pas trente-six solutions. Rappelant Biske auprès d’elle en sifflant longuement –Curl’ et Ymir étaient déjà bien assez efficaces à deux et une belle quantité de baie Pecha recouvrait déjà le sol-, la rousse le fit attendre auprès d’elle et sortit Pep’ de sa Pokéball. L’énorme Pokémon Transport, l’air boudeur, lui lança un long regard lourd de reproches.
« Pep’ voyons… On ne pouvait PAS te faire monter sur le dos de Sleipnir, et si je t’avais laissé derrière, tu te serais fait piétiner par les Wattouat –sans vouloir te vexer, t’es parfois un peu lent-. Je sais que tu n’aimes pas être dans ta Pokéball, mais tout de même… » lui dit-elle en essayant vainement de lui caresser le bout du museau. Au bout de quelques minutes de silence buté, le Lokhlass daigna enfin se laisser cajoler, puis frotta sa tête contre le visage de Cleve.

« J’ai une idée… » confia celle-ci à Amaoka. « On peut utiliser nos Pokémon eau pour leur faire une grosse douche collective, non ? Il me semble avoir entendu que les Wattouat aimaient bien prendre des bains et ce genre de choses. On pourrait faire d’une pierre deux coups en les lavant et en les apaisant. Puis si tout se passe bien, je pourrai sortir mon Mélofée pour leur chanter une berceuse et les endormir. Vu l’heure, les bergers arriveront quand tout sera remis en ordre, et ils seront sûrement contents de voir que leurs Wattouat se reposent paisiblement. »
L’idée de Cleve sembla convenir à Amaoka. Aussi expliqua-t-elle rapidement ses plans à Biske et Pep’ pour commencer à le mettre en marche. Satisfaits de la suite des opérations, les deux Pokémon eau se placèrent côte à côte et commencèrent à arroser copieusement les Wattouat grâce à leur attaque Pistolet à O. Pep’ se vengeait un petit peu de ce que les moutons leur avait fait subir dans la journée en décochant parfois un jet plus puissant qui décanillait le Wattouat et l’envoyait rouler bouler quelques mètres plus loin. Ritsu, qui craignait l’eau comme un chat, resta à une distance respectueuse, non sans oublier de rappeler à l’ordre les quelques fuyards qui tentaient de se soustraire à la douche collective.

Au bout de plusieurs minutes, les Wattouat furent aussi propres que lorsque Cleve et Amaoka étaient arrivés. Epuisée par cette journée, la rousse se tourna vers le jeune homme et lui adressa un petit sourire. « Eh bien. Ça n’a pas été de tout repos mais on peut dire qu’on s’en est plutôt bien so- BWARF ! » Un jet d’eau lui arriva en pleine tête et elle recula de quelques pas tandis que Pep’ s’esclaffait bruyamment. Biske à côté de lui observait la scène, partagé entre l’envie de rire et la crainte de voir sa dresseuse péter un plomb. Trempée des pieds à la tête, Cleve crachota un moment, puis, reprenant enfin son souffle, ouvrit la bouche pour lâcher une réprimande. Elle reçut alors un second Pistolet à O qui cette fois-ci la propulsa directement dans les bras d’Amaoka, sans avoir pu dire quoi que ce soit. Emportée dans son élan, elle tomba à plat ventre sur le Roi en l’écrabouillant copieusement au passage et, riant aux éclats, elle resta un moment allongée comme ça. Ses longs cheveux roux couvraient une partie du visage du garçon, et elle ne parvint à saisir son expression. Estimant cependant qu’elle devait être un petit fardeau pour le Voltali, elle se releva en continuant de ricaner. « Ahahaha… désolée j’espère que je ne t’ai pas trop écrasé. »
Lui tendant une main pour l’aider à se redresser, elle ajouta : « Je pense qu’avec tout ça, on peut considérer que nous sommes devenus… des amis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Mar 16 Sep - 10:46


Je crois que le destin
Nous en veux personnellement


Coup de jus

feat Cleve & Ama

A.M. 180 by Grandaddy on Grooveshark



La revoir sourire me rendait heureux. C'était aussi simple que cela. Je me demandais encore comment j'avais fait pour rejeter la personne capable de me sourire ainsi. Mais l'heure n'était plus aux déclarations, et les wattouats semblaient affamés - encore, pour changer. « Tu penses qu'ils ont un estomac infini ? Du style, trou noir qui absorbe tout ? Non mais vraiment, quels goinfres .. » grognais-je, agacé, en mettant du coeur à l'ouvrage - et des bras aussi. Alors que Ymir s'en donnait à coeur - et à corne - joie, une autre petite créature se joignit à nous : une goupix. Je m'arrêtai un instant, fasciné - le côté très gracile d'un tel pokémon m'aurait autrefois fait pensé à de la faiblesse, mais j'y voyais autre chose. Un potentiel. Ce goupix allait donc jouer le rôle de chien de berger ? Pas bête du tout ! « Odin, est-ce que tu p- ... Laisse tomber » fis-je en voyant le galvaran se tortiller, à moitié empêtré dans ses oreilles. Celui-là, il était vraiment spécial ... Un peu comme Pantoufle ... Je soupirais, à la fois jaloux et heureux de voir Cleve bien entourée de ses pokémons. Ymir et moi-même avions à peine le temps de donner à manger aux moutons électriques qu'ils dévoraient les baies. L'aide du psytigri fut la bienvenue, et je pu emplir le sac petit à petit, pour former une réserve au cas où il viendrait à l'idée aux moutons de goûter à de l'élève. Fichue Cleve qui m'avait ancré cette idée en tête !

Je les laissais donc continuer de bâfrer tel des ronflex en puissance, tourné vers Cleve pour voir si elle avait une idée pour s'occuper un peu mieux d'eux. Le retour de Pep' à nos côtés se fit dans une espèce d'ambiance jalouse, et je me retins de pouffer en écoutant les explications de Cleve. Décidément, le lokhlass était toujours aussi étrange. La proposition de Cleve fut acceptée, et je fis jaillir Jör de sa pokéball. L'hypotrempe se posta directement sur mon épaule, intimidé par tant de monde, trompetant tout bas dans mon cou. « Tu n'as plus rien à craindre. Ces wattouats sont en train de manger. Comme tu peux le voir ils sont couverts de boue, parce que ... Ils sont couverts de boue, voilà tout. » Je me voyais mal commencer à expliquer toute l'histoire. « Tu veux bien faire comme Peperonni & Biske, là ? Un bon petit jet d'eau pour les nettoyer et les masser ? Merci, mon grand. » L'hypotrempe avait sautillé sur place, et s'était mouvé jusqu'à se poster sur l'encolure du Lokhlass. Il n'avait peur de rien, lui ...

Au fil du temps et des jets d'eau, tout en continuant de faire tomber quelques baies et en en lançant parfois quelques unes à un mouton qui levait la tête avec un peu trop de lueur gourmande dans les yeux, ils furent bientôt propres, leur laine aspirant l'eau. Sleipnir passa par là, se contentant de trottiner à côté des moutons, ses flammes séchant tranquillement leur laine. Tout allait pour le mieux - les pokémons semblaient s'entendre à merveille, et je me mis à observer Cleve à la dérobée, heureux de la tournure des évènements. Sa répartie me fit sourire, et je hochais la tête, quand je vis Pep' lever la tête. Je n'eus pas le temps de réagir que la Givrali était trempée à cause d'un jet d'eau. Je pouffais, en mordillant mes lèvres pour me retenir - allons, ça ne se faisait pas mais ... « Pfrrr ... Tu voulais un bain, comme les wattouat ? » fis-je, d'une voix rauque et hachurée de petits rires. Mais je ne fis pas mon malin quand sous un second pistolet à o, Cleve vacilla vers moi et que nous tombâmes.

Allongée sur moi, on peut dire qu'elle partageait son humidité ! Ses cheveux dans mes yeux, j'étais à présent aussi trempé qu'elle - ou presque. Et je pu discerner une fois encore que Cleve, malgré son allure, n'était pas exactement un poids-plume. « Wstfgl » fus à peu près ma réponse alors qu'elle s'excusait et que je m'ébrouais en me redressant. Je pris sa main, hésitant un instant à la tirer et à la faire tomber de nouveau. Mais ça aurait été gamin, et en me relevant, je profitais du court instant où nos doigts se touchèrent. Comme coupable, je retirais rapidement nos mains l'une de l'autre. « J'aurais bien sifflé Sleip', mais je te propose plutôt de se sécher au soleil. » Je n'avais pas répondu à sa question, et en me mordillant la lèvre, je me plaçais devant elle, avec un sourire. Je hochais lentement la tête, mon regard hétérochrome la dévisageant sans aucune pudeur. « On a failli finir mangé par des wattouats, on a failli se faire électrocuter une bonne dizaine de fois, ces moutons nous ont chargé, ont failli nous écraser. On a roulé dans l'herbe plusieurs fois, tu m'as un peu écrabouillé, on a été trempés ... Oui, je pense que l'amitié peut bien se résumer à tout ça ... Ou plutôt à partager de telles aventures. Amis ... » finis-je en attrapant rapidement ses doigts avec les miens, et en les serrant timidement.

Jör trompeta dans notre direction, et je me détournais un instant de Cleve pour voir si tout allait bien. La journée était vite passée, et j'allais piquer dans le sac de réserve quelques baies pour nous-même, avant de m'installer au soleil. Le vent était calme, et nous allions vite sécher. Les bergers n'allaient sûrement pas tarder, et le derrière encore humide posté dans l'herbe, je tendis de quoi nous nourrir à mon amie. « Les wattouats ont l'air bien. On s'en est plutôt pas mal sortis, je pense. » fis-je en terminant ce qu'avait voulu dire Cleve tout à l'heure avant d'être copieusement aspergée. Je mordis dans ma baie, le parfum de la demoiselle vaguement éclipsé par celui du fruit sucré. « Tu as une sacré équipe en tout cas. » Ymir continuait de donner des coups dans les arbres, faisant tomber sans cesse des baies au plus grand plaisir des moutons. Odin se rapprocha de nous, se glissa entre Cleve et moi et, entortillé dans ses oreilles, ronronna comme il put. Etant donné qu'il n'avait rien d'un félin, cela donna un résultat assez divertissant, et je lui fis quelques gratouilles sous le menton. Je n'avais absolument aucune hâte que les bergers rentrent - nous étions enfin bien, tous les deux. Je ne remercierais jamais assez les dieux pokémons de m'avoir envoyé sur cette mission !


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Mar 16 Sep - 18:27

Lorsqu’Amaoka fit sa remarque sur les estomacs des Wattouat dont ils s’occupaient, Cleve fronça les sourcils et se mis à réfléchir au pourquoi du comment, tout en étalant mentalement plusieurs hypothèses censées pouvoir convenir. Au bout de trente secondes cependant, elle se rendit compte du côté humoristique de la réplique du Roi et se mis à pouffer de rire, amusée. L’ancienne Cleve aurait directement rigolé sans se creuser la tête plus que de nécessité. La nouvelle Cleve, celle qui participait aux Marathons Scientifiques et commençait déjà à chercher ses sujets de thèse, était bien différente. Qui aurait cru que cette académie l’aurait autant changée ! Esquissant un léger sourire, la rousse suivit de ses yeux mordorés le pelage écarlate de Ritsu, son Goupix. Elle l’avait obtenu alors qu’il n’était qu’un œuf, et lors de son éclosion, il n’était qu’un petit renardeau à queue unique. Depuis, grâce à l’amour et aux bons soins prodigués par Cleve, cette queue s’était divisée et le Pokémon Feu se pavanait fièrement avec ses nouveaux apparats. Attendrie –élever un Pokémon depuis son stade bébé et en capturer un sauvage étaient finalement deux choses bien différentes-, la Scientifique observa les Pokémon de son camarade. Un Galvaran un peu crétin mais adorable, un Hypotrempe qui était incroyablement affectueux, une fière jument Ponyta et un Nidoran mâle quelque peu agressif mais qui deviendrait sûrement un excellent Pokémon de Topdresseur. Vu son équipe, Amaoka ne deviendrait probablement pas un Spécialiste Type. Peut-être un Stratège, alors ? Il était un fier dresseur, il n’irait sûrement pas rejoindre les Ranger et se couper des combats Pokémon contre les champions… Pensive, Cleve se demanda si elle-même se serait bien sentie chez les Topdresseurs. Elle avait choisi sa Spécialité secondaire dans ce domaine dans le but d’être Ranger, mais était-ce par choix ou par défaut ? Avait-elle apprécié plus qu’elle ne l’aurait jamais imaginé, ce combat contre Ondine au cours duquel elle était parvenue à décrocher un badge ?

Elle laissa ses pensées de côté pour se consacrer à Peppéroni qui la boudait depuis qu’elle l’avait rappelé. Malgré tout, l’imposant Lokhlass décida qu’il pouvait lui pardonner –à moins qu’il ait eu encore plus de réticences à l’idée de laisser Biscuit être seul sous les feux des projecteurs- et commença à s’atteler à sa tâche. Amaoka, approuvant l’idée de Cleve, sortit Jör de sa Pokéball. Le minuscule Hypotrempe alla se poser sur l’encolure de Pep’ sous les regards dubitatifs du Voltali et de la Givrali. Cleve ne pensait pas qu’il s’agissait d’une très bonne idée sachant le caractère plutôt particulier de son starter. Néanmoins, l’immense Pokémon Transport tourna un instant ses grands yeux azur vers son acolyte aquatique, avant de décider que ce geste ne représentait finalement pas un manque de respect envers sa personne et de laisser couler. Gonflé d’importance, il jeta un regard en biais vers Sleipnir, comme pour lui signifier que lui aussi pouvait être choisi comme une monture de choix, puis continua d’arroser copieusement les Wattouat. La Ponyta ne semblait cependant pas remarquer l’attention que lui portait le Lokhlass, et elle trottinait gaiement entre les Wattouat pour sécher leur laine grâce à sa crinière de feu. Ritsu, que sa tâche de chien de berger occupait à plein temps –les Wattouat s’enfuyaient de toutes part en bêlant comme de beaux diables pour échapper aux jets d’eau glacés-, n’eut même pas l’idée d’imiter Sleipnir, ce qui rassura Cleve. Son Goupix n’était pas doté d’une crinière de feu, et il aurait été fort probable qu’une attaque Flammèche ne fasse pas beaucoup de bien aux laines à présent propres et soyeuses des Wattouat.

La Givrali sentait que les choses étaient sous contrôle et elle voulut en faire part à son camarade. Trop vite apparemment, car Pep’ semblait vouloir se venger un peu de l’affront qu’il avait subi quelques minutes auparavant. Trempée des pieds à la tête, Cleve ne fut pas ménagée pour autant et elle tomba sur Amaoka, moitié riant, moitié crachotant l’eau qui lui remplissait la bouche sexy. Le Roi, dans un état aussi piteux que la Pokémécanicienne, émit un borborygme indescriptible et se releva en aidant Cleve à se remettre sur pieds. La rousse se confondit en excuses, mais elle ne put s’empêcher d’être interrompue lorsque ses doigts entrèrent en contact avec ceux d’Amaoka. Ses joues, brûlantes, séchèrent presque instantanément l’eau qui ruisselait sur son visage et elle détourna les yeux pour masquer sa gêne. Le jeune homme ne semblait cependant pas lui en vouloir, et il lui proposa de se sécher au soleil, chose qu’elle accepta bien volontiers. Ramenant ses cheveux en arrière pour les essorer, elle s’approcha de Pep’ et s’ébroua à côté de lui pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Le Lokhlass la toisa un instant avant de la pousser du bout de son museau ; geste qui l’envoya valser de plusieurs pas de côté.

« Inutile animal. » lui dit-elle avec un sourire, avant de reporter son attention sur Amaoka.
Avec une expression assez indescriptible, le Voltali lui serra la main et confirma ce qu’elle lui avait demandé plus tôt. Oui. Ils étaient amis à présent. L’étaient-ils devenus à l’instant, ou l’étaient-ils redevenus ? Cleve n’en savait rien, mais le résultat était là. A présent, elle ne le laisserait plus partir. Cleve Carter était une fille possessive, ça oui. Elle le laissa cependant s’éloigner pour aller chercher des baies, et  attrapa avec reconnaissance la baie Pecha qu’il lui tendait. Savourant le goût sucré du fruit –elle comprenait pourquoi les Wattouat en raffolaient, à présent-, elle ferma les yeux et se laissa bercer par le souvenir de cette journée. Qui aurait cru au petit matin qu’elle vivrait pareille aventure ? Un brin mélancolique, la Pokémécanicienne se fit la réflexion que sa seconde année à la Pokémon Community risquait d’être riche en rebondissements. En tout cas, elle ne commençait pas trop mal –si par « pas trop mal », on pouvait inclure une horde de Wattouat voraces et des piétinages en perspective-. A présent, ses vêtements étaient presque secs et le Galvaran d’Amaoka qui ronronnait à leurs côtés la rendait paisible. Les Wattouat semblaient également être rassasiés, car certains d’entre eux s’allongèrent pour piquer un petit somme, tandis que d’autres se dirigeaient vers Biske et Ritsu qui batifolaient dans l’herbe, armés de brosses. Comprenant que les moutons voulaient qu’on s’occupe d’eux, ils arrêtèrent aussitôt leurs bêtises pour se disputer un tournoi de brossage de Wattouat.

« Oui ils ont l’air reposés. » répondit Cleve en glissant sa main au niveau de sa ceinture. « Une touche finale maintenant ? »

Sans attendre la réponse du Roi, la rouquine sortit Cherryl de sa Pokéball et le Mélofée sadique apparut en se frottant les yeux. Remarquant qu’il n’était plus au chaud dans sa prison de métal, il regarda autour de lui et tendit la patte pour attraper un poil de Wattouat dans le but d’en faire une poupée vaudou, mais Cleve l’en empêcha.

« Nope, tu vas juste leur chanter une Berceuse pour qu’ils s’endorment, et pas de bêtise ! » lui intima-t-elle en fronçant les sourcils.

Déçu, le Mélofée rechigna à la tâche mais il finit néanmoins par endormir tous les Wattouat en lançant une attaque Berceuse. Les Pokémon de Cleve, qui étaient habitués, se bouchèrent les oreilles pendant le chant, tandis que les deux étudiants les imitaient. Les Lainergies esquivèrent l’attaque en se mettant hors du champ d’action, mais Pantoufle s’endormit comme une souche en renversant la moitié des baies Pecha de son sac sur lui. Une fois que le Mélofée eut terminé de chanter, Cleve rappela ses Pokémon dans leurs Pokéballs respectives, ne gardant avec elle que Pep’ et Lem.

« Merci. Je ne m’attendais pas à avoir tous ces Pokémon, mais les concours de circonstances ont fait que… » expliqua Cleve en souriant. Elle releva ensuite la tête lorsqu’elle entendit les bergers revenir.
Epuisés et sales, ces derniers avaient tout de même un visage radieux, et ils remercièrent chaudement le duo après avoir constaté le bon travail qu’ils avaient fait.

Il était à présent temps de se séparer, et si la rousse n’avait pas eu quelques courses à faire en ville avant de rentrer, elle aurait sûrement demandé à Amaoka s’il souhaitait faire le chemin avec elle. Un pincement au cœur, elle s’avança pour faire la bise à son « nouvel ami », avant de décider que c’était stupide et de l’étreindre brièvement.
Le rouge aux joues, elle se dégagea, murmura un bref « Bon ben, à plus tard. » et tourna les talons pour rejoindre Pep’ qui l’avait déjà presque distancée. Un rapide regard en arrière lui indiqua qu’Amaoka la suivait encore des yeux. Un sourire aux lèvres, elle se mit à avoir quelques idées folles. Et si … ? Enfin. Ça, c’était une autre histoire. Pour le moment, elle pouvait enfin prendre un repos bien mérité !

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9046

MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   Jeu 25 Sep - 17:41

MOdération

Appréciation
AMAOKA - Une retrouvaille trop mignonne entre Amaoka et Cleve alors que ce dernier voulait la chasser de son esprit, voilà que le destin en décide autrement. Plusieurs idées fusent pour faire face aux Wattouat carnivore et on ressent vraiment la détresse du jeune homme couplé à sa béatitude en compagnie de la belle Cleve. (Mmh, son parfum /paf) Au moins, ça a un avantage : il s’excuse. C’est trop mimiiii. Et il a une brillante idée pour amoindrir les effets des attaques électrique. Un génie.

CLEVE - Pauvre Cleve qui se voit encore une mission attribuée par Heartnett… Et en plus elle retrouve Amaoka, le jeune homme qui l’a terriblement fait souffrir. Pep’ est vraiment trop drôle à faire l’autruche. Statik pompe l’énergie des Wattouat, quel bougre sans cœur… Mais bon, en même temps, ils veulent bouffer les dresseurs. Vraiment, je ne m’y étais pas attendue ! Vive le Casque traducteur. Mais finalement, c’était une mauvaise traduction. J’vais me plaindre à la SPP (Société Protectrice des Pokemon) : vous avez martyrisés des Wattouat affamés !

EN RESUME - Bref, tout fini bien. Les deux êtres se retrouvent enfin après de longs mois. La mission est parfaite, pleins de rebondissements et surtout, de l’humour. Je ne peux qu’adhérer ! Faites-nous encore rêver *^*

Gain
■■■■■ - Cinq étoiles : parfait ! Vous avez exploré la mission dans ses plus profonds recoins, vous avez fait de cet énoncé banal une grande épopée et l'application se ressent dans le moindre de vos rps ! Vous recevez 100 jetons, 25 expérience et un objet rare !

Amaoka obtient une ceinture du courage (+1 point en duel si objet tenu)
Cleve obtient un collier aimant (+1 point en recherche si objet tenu)


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
[Mission] Coup de jus × Cleve [Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-