Partagez | .
Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 0
Jetons : 355
Points d'Expériences : 291

MessageSujet: Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.   Jeu 4 Sep - 19:47

Jamais ne n'avais pris autant de plaisir à déguster la solitude. Sentir le vent solitaire glisser contre ma peau délicate pour ensuite s'évader dans d'autres courants d'air. Cette sensation de vide extérieur absolu et que lorsque l'on marche il n'y a rien de nocif autour de soit. Rien de ce genre, juste le néant. Le zéro absolu. La seule chose capable de briser le doux silence était le crissement susurré des feuilles entre elles, comme un murmure que nul ne peut comprendre, un bruit hors de portée de l'humain, quelque chose de divin comme une chanson.

J'avais pris la décision d'explorer ce lieu qu'on nommé « bois de brume » ce lieu presque hors du temps, hors des hommes. Les rumeurs couraient qu'on pouvait y trouver des objets très intéressants dans ce lieu. Les probabilités de perdre quelque chose devaient être en effet très fortes, quoi de plus normal avec cette brume, aujourd'hui elle semblait assez fine, mais tout de même assez épaisse pour ne pas me laisser découvrir en détail le lointain paysage. Je marchai donc lentement pour éviter de ne faire tomber mon iPok ou mes clés de chambre... il serait fâcheux de dormir dans le couloir quelques jours après mon arrivée sur cette île. Mais déjà cet endroit sera mon lieu d'écriture, mon inspiration. L'air y était mystique, d'une égalité parfaite ni sécheresse ni humidité ne dominé, comme si une force séparatrice semblait maintenir l'équilibre entre la réalité du lieu et l'idéal du ressenti, un compromit parfait. Si seulement il y avait ce genre d'endroit à Rivamar... j'aurai pu m'évader ailleurs que dans une chambre blanche, un bureau marron, ailleurs que dans une prison de lois, de règles et d'instructions. Ici j'étais libérée, délivrée même... que dire de cet endroit sans contrainte, l'idéal du travail face à la réalité qu'il m'impose.

Jima était à mes côtés comme d'habitude, il avançait plus facilement que moi dans cette nature hostile à l'homme et sa constitution. Si la mousse des arbres n'était pas un problème pour lui, mes pieds en revanche avaient beaucoup de mal à rester correctement sur le sol sans déraper. Je me demandais bien pourquoi la nature était inégalitaire envers nous les hommes, les pokémons n'avaient pas besoin de nous et nos faiblesses pour vivre, pourtant ils nous sont totalement dévoués. Perdue dans mes pensées je me rendais compte que j'étais face à un cul de sac, un ensemble de roche c'était agglutiné et tenait bon grâce à ces lianes et ces racines qui tenaient bon entre elles, mais aussi la mousse qui séparait chaque racine de la roche et inversement, un ensemble complet et équilibré, tel le Ying et la Yang. Si je voulais poursuivre je devais escalader ceci. Jima lui était déjà en route, utilisant sa frêle corpulence pour pouvoir grimper de pierre en pierre.

-J'ai pas le choix je présume.

Je m'approche donc de ce mur naturel, posant une main prudente sur cette pierre, d'un seul geste malgré la mousse je savais qu'elle était friable et fragile, je devais faire attention en montant afin ne de pas briser cet équilibre. Je posais donc une main sur une accroche, puis la seconde main, pas si mal, à présent il fallait que je pousse pour mettre un pied au bon endroit. C'était pas gagné, mais après quelques minutes acharnées à chercher une prise j'en avais une et maintenant je devais pousser pour progresser ! J'avais donc à présent monter d'un mètre cinquante, plus que trois ou quatre... redoublant d'effort mes mains progresses tâtant les roches humides à cause de la mousse, mais les lianes sont trop sèches pour en avoir une prise solide de peur qu'elles ne cassent sous ma force de Pichu.

Je continuais donc, une main après l'autre, un pied après l'autre, je regardais Jima qui était en haut déjà, il me souriait d'encouragement, me poussant à continuer dans ma lancée, ne pas m'arrêter en plein milieu, comme si j'avais le choix à vrai dire. Dans un ultime effort mes mains arrivèrent au sommet de ce mur, cherchant prise pour ne pas glisser je dus m'armer de courage pour faire passer ma seconde main par-dessus le mur et me hisser d'une main. Je ne pris pas le risque de me mettre debout en équilibre sur ce mur naturel déjà fragile. Je pris donc place assise en observant ce que je pouvais observer de ce bois brumé, même si on distingué très clairement de nombreux éléments, la prise de hauteur laissait une brume moins dense et ainsi un paysage un peu plus clair.

-J'avoue que ça en vaut la peine Jima...

Face à moi les arbres étaient plus grands, les troncs plus larges et d'un intense marron, leurs écorces étaient intactes et étaient si épaisses qu'on nous donnait l'impression qu'il y avait plusieurs couches. Les racines de ces arbres s'embrassaient, s'entremêlaient langoureusement, se couvrant d'une mousse protectrice à l'aspect verdâtre repoussant. Si vers la base des troncs les branches étaient petites, fines et frêles, plus l'ont monter vers le royaume de Rayquaza, plus les branches étaient longues, épaisses, solides et développées, se nourrissant du fruit du soleil : la lumière. Les feuilles étaient d'un vert radieux et clair, quand dans un certain contraste au sol, les mauvaises herbes poussaient dans un chaos total, leur couleur frôlant le noir laissaient paraître grâce aux faibles rayons de lumière un vert très désagréable à l'oeil nu, la brume cachant la lumière, la nature avait un peu de mal à grandir. C'était si différent, ce contraste flagrant entre la réalité et l'idéal de même paysage...

Soudain me tirant de ma rêverie Jima commence à coasser en direction d'une sorte de maison, ou de chose recouverte de lianes, d'ici je ne pouvais vraiment voir de quoi il s''agissait, mais ce n'était pas loin. Dans un soupire je regarde ce truc qui a même pas deux cent mètres. Je pris donc soin de descendre ce mur qui, étrangement était en pente, on pouvait même y marcher, à croire que ce mur est une frontière...quoi qu'il en soit j'ai quand même peur de ce cache dans ce lieu.


Dernière édition par Ininja Hagane le Mer 10 Sep - 7:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1951-ininja-hagane-givrali#22318
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 0
Jetons : 355
Points d'Expériences : 291

MessageSujet: Re: Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.   Jeu 4 Sep - 20:48

Mes pas me menèrent à ce lieu si singulier, toujours accompagné de Jima je passais lentement ma main sur les feuilles d'arbres pour les écarter d'un geste fluide et délicat. Ce que je trouvais sur ce qui ressemblait à une porte me surprenait beaucoup déjà. Il y avait un Ying et un Yang sur la porte, mais ils étaient séparés par deux espaces ondulés, l'un en courbe vers la gauche et le second en courbe vers la droite. Surprise je passais mes doigts sur ces courbes et qui se passa ne pus que me surprendre, je sentais les rouages d'un mécanisme sous mes doigts que j'actionnais et annulé à mesure que mes doigts passaient dessus. Je passai ensuite mes doigts sur le reste de la porte sans trouver de serrures, sans trouver quelque chose pour ouvrir, mais j'en étais certaine. Mais je pris soin de passer à nouveau mes doigts sur les mécanismes, il fallait bien qu'il y est quelque chose, entre le ying et le yang il y avait quelque chose ! Mais quoi, je l'avais étudier, le trio des pokémons légendaires, d'un côté Reshiram et de l'autre Zekrom. Il y avait un troisième pokémon qui était ici pour maintenir l'équilibre, c'était la clé de la porte, mais aussi la clé de tous ces équilibres entre idéaux et réalités que j'avais vu depuis mon arrivée dans cette partie de la forêt. Puis l'évidence me vint. Oui, Kyurem. Il était la frontière entre chaque partie du ying et du yang, ce qui expliqué la brume à mon sens, le zéro absolu de Kyurem et même le froid dégage de la brume, avec le temps elle s'est épaissit, ce pokémon serait-il passé ici dans des temps dépassés par le souvenir humain? Je devais donc former une frontière avec mes doigts. Sans attendre mes doigts respectaient les courbes, et j'entendais les mécanismes. Clic. D'un coup tout s'enclenchait et tout s'ouvrait, la porte s'ouvrait en deux, libérant le ying et le yang en deux parties égales.

-Voilà qui est mieux... Allons y, entrons.

De ce que je pouvais voir de l'intérieur ça ne semblait pas très propre ou entretenu, le parquet qui semblait avoir connu de meilleurs jours semblaient laisser pousser des mauvaises herbes. Mes premiers pas sur ce parquet étaient totalement laborieux, je n'avais jamais entendu autant de grincements différents de toute ma vie, à croire que je marchais sur un piano de mauvaise qualité et désaccordé. C'était très désagréable pour mes oreilles, étant peu discrète j'espérai qu'il n'y est personne dans ce lieu. Les murs étaient en bois, cela se voyait aux lattes distordues, mais le papier-peint semblait vouloir survivre à ce magnifique bordel. Il semblait avoir été blanc avec des motifs, car maintenant il était jaune avec des tâches noires.. à moins que ce soit un dégât des eaux ? Quoi qu'il en soit au fond du couloir je pouvais voir une porte close ainsi qu'une de chaque côté, qui étaient fermées elles aussi. Je ne savais pas ce qu'elles contenaient mais ma curiosité l'emporta. Pendant que mes doigts se posaient sur une poignée de porte, Jima semblait vouloir creuser un trou à rat pour essayer d'y découvrir quelque chose, peu-être que je trouverai ici des objets intéressants ?

Quoi qu'il en soit la poignée de la porte de droite ne m'opposa aucune résistance. C'était pas plus mal... mais face à moi s'étendait à présent un bureau, en bois de noyer à la base, une lampe sur le coin en haut à gauche, le blanc était devenu jaune aussi, il y avait beaucoup de blanc ici, murs, étagères, feuilles et même chaise en cuir, mais le temps ravageur avait encore une fois tout fait passé au jaune fané, c'était bien dommage d'avoir laissé cette pièce en si mauvais état, car ce n'était pas le commun des mortels qui pouvait avoir les moyens de se payer un tel bureau...

-Que pouvons-nous y trouver Jima ?

Le Grenousse noir venait d'entrer un peu dessus par sa recherche infructueuse. Et je commençais donc à fouiller le premier tiroir ou l'on avait des papiers, des piles de papiers, on voyait clairement qu'ils étaient officiels à cause des tampons, des petits caractères et des noms à rallonge en plus des grandes formules de politesse. L'homme ici devait donc être important pensai-je. Je me mis donc à fouiller dans ces papiers en les sortant, ils parlaient d'une arme, capable de changer la réalité en un profond idéal, celui dont tous les hommes rêves. Qu'était-ce donc ça ? Intéressant, perturbant aussi. J'ouvris donc le second tiroir et là ce fut une surprise, c'était des pierres, toutes de couleurs différentes, parfois elles en possédaient plusieurs, elles étaient d'une rondeur parfaite et on pouvait sentir une étrange chaleur apaisante en leurs présences. Sous celles-ci je découvre un autre papier, manuscrit là aussi, le prenant entre mes doigts je me rends compte que ce n'est pas écris avec des phrases normales, c'est codé, il faut que je trouve de quoi ça parle ! Qu'est-ce que cela pouvait-être.

Alors que je fouillais le bureau en lui même, Jima était dans les étagères en hauteur, il passait ses doigts entre tous les objets, retournant lentement mais sûrement les objets, il prenait soin aussi de les remettre. Mais ce ne fut qu'au moment de la découverte des pierres qu'il tomba soudainement dans un trou juste sous ses pieds, son cri m'alerta et je ne pu qu'arriver au pas de course pour comprendre ce qui était arrivé. Mon Grenousse ressortit la tête, puis le reste du corps en soupirant, il s'écarta rapidement pour que je puisse observer, derrière les objets il y'avait un interrupteur collé au mur derrière un livre volumineux et c'est en relâchant la pression sur cet interrupteur. Il y avait un faux fond dans lequel était tombé Jima, en réalité il était tombé sur un coffre. Le prenant entre mes mains je le déposais sur le bureau. Il pesait son poids mine de rien. Mon ami me rejoins face à ce coffre de métal, il était trop lourd pour que je puisse le secouer sans m'étaler au sol sous le poids. D'un geste délicat j'en ouvrais le contenu pour découvrir le fruit de cette fouille.

-Qu'en est-il Jima ?

[Information: Pas de parcours scientifique, pas de pokémons avec des points de recherches. Merci de la modération Smile ]


Dernière édition par Ininja Hagane le Mer 10 Sep - 7:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1951-ininja-hagane-givrali#22318
Annonceur
avatar
Annonceur
Région d'origine : Kalos
Âge : 2 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1052

MessageSujet: Re: Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.   Jeu 4 Sep - 20:48

Le membre 'Ininja Hagane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'CHASSE' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annonceur
avatar
Annonceur
Région d'origine : Kalos
Âge : 2 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1052

MessageSujet: Re: Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.   Lun 15 Sep - 12:53

Modération Ininja

Appréciation Rp intéressant, dans le sens où il est aisé à suivre et où les descriptions sont appréciables. Le récit est agréable et contient peu de fautes (une relecture aiderait cependant à la correction du peu qu'il y a). La petite taille et l'agilité du Pokémon sont utilisées à bon escient dans les recherches. Avoir centré le rp sur l'histoire du trio d'Unys est intéressant. Cependant, si un tel lieu existerait dans le bois de brume, il serait certainement connu de beaucoup de monde (bois de brume certes, mais pas labyrinthe non plus). C'est - selon moi - le défaut majeur du rp, vis-à-vis de la cohérence.
Gain Tu gagnes un Chiffon de Gaston Fooly !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.   

Revenir en haut Aller en bas
Quand l'idéal et la réalité sont aux mêmes endroits.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-