Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Orren Losvrôk
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Orren s'était réveillé tôt à nouveau ce matin. Il avait peu dormi. Des cauchemars de personne au visage plongé dans l'ombre qui venait lui dérober ses Pokémons. Il cherchait à les rattraper, mais plus il courait vite, plus il s'éloignait. Il s'était réveillé, complètement tremblant dans la nuit. Il s'était doucement assis, faisant attention à ne pas réveiller Loki qui dormait à ses pieds. Et il était resté là dans l'obscurité la plus totale, incapable de se rendormir. Le jeune homme pensait à tellement de choses, son esprit semblait assailli de dizaines d'épées qui le transperçait. Il y a quelques jours il avait appris qu'Aileen avait été blessée dans une mission et s'était retrouvé à l’hôpital. Trois jours... trois jours sans qu'elle n'ouvre les yeux. Il n'avait put y aller qu'une seule fois en compagnie de Loan, qui culpabilisait alors que la faute était à l'homme qui les avait attaqué. La voir ainsi, pâle dans son lit de convalescent avait été un véritable choc pour lui. Sa soeur qui faisait habituellement preuve de tant de force, couchée et inconsciente. Ce n'était pas possible. Il avait toujours eu une énorme admiration pour elle, en avait toujours. Mais la voir ainsi le mettait à la fois dans une rage noir et dans une peur sans nom. Si Aileen avait été blessée à ce point, ces vols pouvaient-ils être arrêtés ?
Il se leva et se rendit dans la petite salle de bain. Il n'alluma pas la lumière, se dirigeant à tâtons. Il ne voulait pas voir son visage dans le miroir, il refusait de faire face à la noirceur qui l'envahissait peu à peu. Il ouvrit le robinet et s'aspergea légèrement le visage d'eau fraîche pour chasser ces mauvaises pensées. Le liquide était frais, revigorant, comme si il pouvait y retrouvé son innocence. Mais il savait très bien que toutes les choses qui le préoccupait ne s'en iraient pas grâce à un peu d'eau. Non, elle ne s'en iraient pas.

Soudain son Ipok vibra. Orren se rendit à sa table de nuit et prit l'appareil pour regarder qui lui avait envoyé un message à cette heure-ci.

Bonjour mon Riri, j'espère que tu vas bien ! Moi je commence la nouvelle saison des concours à Kalos. Je me demandes bien quel prestation à prévue Leiko cette année, mais ne t'en fais pas, j'ai aussi prévu quelque chose de superbe après en avoir discuter avec Andreas aux portes ouvertes. Ah et j'espère qu'Aileen va bien. Leiko m'a dis qu'elle est préfète elle aussi et a aussi eu son grade 1 ! Tu la félicitera de ma part ! C'est marrant quand on y repense, vous vous ressemblez sur certains points et on dirait presque que vous êtes synchros, de vrais frère et soeur en fait. Ah et passe le bonjour aussi à ta petite amie Ruby ! Surtout hésites pas à m'appeler mon chéri !
Ta Maman qui t'aime fort


Orren eut un sourire triste. Sa mère semblait aller bien, mais surement lui cachait-elle qu'en fait elle était toujours bouleversé par les événements de l'été. Il n'avait plus eu de nouvelles de son père depuis. Le Voltali espérait silencieusement que tout redevienne comme avant, même si il savait qu'il n'en serait rien.
Et puis Ruby... où en étaient-ils tout les deux ? Formaient-ils réellement un couple ? Peut-on dire de personnes qui n'ont pas put passer de temps ensembles depuis plusieurs semaines qui sont ensemble ? Il ne le savait pas. Peut être qu'en fait elle ne voulait finalement plus de lui. Que ce n'était qu'un petit passage coup de coeur qui n'avait pas durer et était désormais oublié. Une sorte de rancoeur s'instillait petit à petit dans le jeune homme aux cheveux sombres. Il ne savait pas.

Il remarqua d'un coup que Skoll s'était réveillé et avait glissé son museau contre sa cuisse, comme si il savait ce que pensait son dresseur et ce qu'il ressentait. Orren retourna s'asseoir dans son lit, mettant la couverture au dessus du Démolosse qui venait se coucher contre lui. Il se sentait vidé et faible, comme quelqu'un de malade. Seulement que la maladie qu'il avait ne se soignait pas avec du repos, la maladie de l'âme vous ronge doucement, jusqu'à vous transformer en une coquille vide.
Il passa alors ses bras autour du cou de Skoll, et là il pleura silencieusement toutes ces choses qui l'empêchaient d'avoir l'esprit tranquille. Orren resta ainsi, le visage enfoui dans le poil de son Pokémon, à pleurer jusqu'à s'endormir épuisé.

________________________

-Spike... tu vas arrêter d'aller emmerder les autres Pokémons. Et écoutes moi au moins quand je te parles ! Bon si tu le prends comme ça, tu pourras faire une croix sur tes baies.

La vive douleur qui transperça sa main en réponse à sa menace le fit jurer grossièrement. Le Griknot regarda alors Orren d'un air mauvais, le mettant au défi de mettre sa menace à exécution. Mais il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit d'autre, qu'un flot violet l'envoya valdinguer un peu plus loin. Skoll à coté venait de lui administrer une bonne attaque Vibrobscur, aidé par Loki. Les deux Pokémons regardèrent le Pokémon Terrequin avec un air féroce. C'était maintenant eux qui le mettait au défi de broncher, parce que la riposte serait cinglante. Spike s'assit de mauvaise grâce et sembla bouder. Orren le rappela alors dans sa Pokéball avant de remarquer que quelque chose venait de goutter au sol. Du sang. Super, voilà que le Griknot avait mordu plus fort que d'habitude et l'avait fait saigner.
Il regarda alors les petits points rouges qui étaient les marques des dents de ce psycho-dragon. Loki éffaré quand il vit son dresseur blessé, s'empressa d'aller donner de petits coups de langue sur la plaie. Orren lui caressa la tête de son autre main avant de se mettre en route de l'infirmerie avec ses deux compagnons.

Il y arriva et rentra dans la pièce pour être immédiatement accueilli par la charmante infirmière. Son horrible Noacier les observait d'un oeil mauvais. Il lui présenta sa main et elle s'empressa de chercher ce qu'il fallait pour nettoyer et bander la blessure. Un léger sourire sadique étira les lèvres de la femme quand Orren broncha sous le picotement du désinfectant. Franchement quelle folle celle-là, malheureusement Orren avait prévu de la voir pour ses problèmes de sommeil et l'avait déjà prévenue par email.
Cependant il ne s'attendit pas du tout à la voix qui résonna derrière lui.

-Riri, c'est toi ?


Dernière édition par Orren Losvrôk le Mer 18 Fév - 23:14, édité 1 fois



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Aileen Sôma
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
« Bon, il faut que j’y aille … Mais je reviens juste après, promis. »

Avec un sourire, le rouquin commença à s’éloigner, mais la main de la brune, sortant du lit, fusa et lui attrapa doucement le poignet, le faisant s’arrêter. Il se retourna vers elle et esquissa un fin sourire devant son regard triste.

« T’es vraiment obligé de partir ? »
« J’ai cours … Si j’arrive à nouveau en retard, Grimm va encore me frapper. Je reviens dès que le cours est fini, promis. »
« Hmmm. Tu te douches avant quand même. »
« Un gentleman se douche toujours avant d’aller voir sa belle. »

Aileen éclata de rire tandis que Loan se penchait pour lui embrasser le front. Il lui fit un léger sourire presque princier, avant de s’incliner à outrance et sortir de la chambre. Elle éclata de rire en le voyant repasser la tête par la porte de l’infirmerie, lui faire un clin d’œil en ajoutant un « Hasta la vista, baby ! » qui la surprit tellement que ses yeux en pétillèrent, ce qui sembla faire plaisir au rouquin. De suite après, Loan sembla se pencher de douleur, et il se tourna en riant vers Grimm, qui lui avait sans doute balancé une attaque mentale pour qu’ils quittent les lieux et aillent en cours. Son sourire amusé tint encore quelques secondes, avant de flétrir, et sa tête retomba doucement sur l’oreiller. Quel ennui … Depuis qu’elle était à l’hôpital, elle n’avait pas eu beaucoup de visites. Les rares visiteurs étaient sans doute intimidés par la présence persistante de Loan, qui arrivait le matin et repartait le soir, sans compter les rares absences pour manger ou pour les cours. « Un vrai prétendant énamouré », avait susurré Grimm dans sa tête. Aileen avait levé les yeux au ciel avant de l’ignorer, ce qui avait semblé amuser et irriter la girafe. Et Sphax, aussi. Elle allait finir par offrir une tente à Loan vu que ce dernier s’obstinait à camper dans l’infirmerie, à tel point que l’infirmière devait le faire sortir par la force et le menacer de lui interdire l’entrée le lendemain s’il ne sortait pas immédiatement. Généralement, ça fonctionnait, et il sortait après l’avoir embrassée en vitesse sur le front, comme tout à l’heure. C’était marrant, quand il était là, il trouvait le moyen de la faire rire, même s’il ne parvenait pas à gommer la culpabilité dans son regard, qui ne s’effaçait pas même quand elle lui répétait que ce n’était pas de sa faute. Mais quand il n’était pas là, qu’est-ce qu’elle s’ennuyait … Heureusement, il était très souvent là, et Sissi, sa petite Stalgamin née quelques jours plus tôt, se révélait être une pure aventurière qui découvrait le monde avec des yeux pétillants. Elle avait appris plusieurs règles en quelques jours. Règle n°1, ne pas désobéir à Aileen et Sphax. L’Absol chromatique, chef de la bande, lui avait collé une sacrée raclée quand elle s’était avisée de désobéir à la dresseuse. Règle n°2, ne pas manger n’importe quoi. Elle avait failli s’intoxiquer en mangeant un médicament de sa dresseuse et n’avait eu la vie sauve que grâce aux vrombissements bruyants d’Aurum qui avaient réveillé Aileen et Sphax. Règle N°3 …

« Staaaaa ! »

Aileen tourna la tête vers l’intérieur de l’infirmerie, surprise d’entendre le couinement de Sissi aussi étouffé. Sphax se leva lourdement pour aller voir, vu que sa dresseuse ne le pouvait pas, et jappa de rire, attirant à nouveau l’attention de la brune, qui allait devoir se lever. Serrant les dents, elle se redressa avec difficulté, posant un pied au sol, puis un second. En théorie, elle pouvait se déplacer, en pratique, elle avait un peu plus de mal. S’appuyant aux meubles et au mur, elle se dirigea vers son Absol chromatique avec une certaine lenteur, n’appréciant que peu la vision que lui renvoyaient les miroirs de l’infirmerie. Ce regard fatigué, ces cheveux ternes, Cette démarche hésitante, et pire que tout, le pyjama règlementaire de l’infirmerie, ce truc blanc pas tellement confortable … Son vieux tee-shirt de nuit lui manquait. Et son pantalon, si confortable, si – se sentant tomber, elle se rattrapa à un lit et se redressa en grognant sous le regard d’inquiétude de l’Absol. Ah, si Loan pouvait être là ! Ou Orren ! Quoique lui, il n’avait même pas pris la peine de venir la voir. Une fois, quand elle était dans les vapes à l’hôpital, et c’est tout … Frère indigne. Elle atteignit son starter, et posa la main sur la poignée des toilettes, l’abaissant pour ouvrir la porte. De suite après, Sissi en sortit de sa démarche pataude, et Aileen lâcha un rire amusé. Sans blague, elle était allée s’enfermer seule là-dedans, mais comment elle fait ? S’appuyant sur Sphax, elle retourna à son lit et s’y recoucha en grognant, avant de tendre le bras pour attraper Sissi.

« Règle N°3 : méfiez-vous des toilettes, ma chère impératrice ! »

Sphax jappa de rire et Aileen sourit en voyant la Stalgamin se hérisser de vexation. Elle aurait bien continué à l’embêter pendant plus longtemps, mais une lumière attira son attention. Son œuf, celui qu’elle avait gagné au concours … Il brillait. Reposant la Stalgamin, Aileen tendit les bras pour l’attraper, mais Sphax, plus rapide qu’elle, le récupéra pour le poser entre ses pattes, sur le tapis que Loan, très prévoyant, avait posé au sol pour qu’il puisse dormir sur quelque chose de doux plutôt que sur le carrelage froid. Elle allait protester, et se rappela. Œuf de Galekid shiny. Effectivement, elle aurait souffert avec soixante kilos sur les jambes. Heureusement qu’il était là. La coquille de l’œuf disparut, et brusquement, ce fut un petit Galekid noir et gris qui apparut en bâillant doucement. Aileen se pencha avec prudence pour lui caresser la tête, s’amusant de la sentir froide sous ses doigts, pendant que le nouveau bébé tendait la tête pour lui léchouiller doucement les doigts, l’adoptant immédiatement comme maman sous l’œil attentif de Sphax. Elle se redressa en entendant quelqu’un entrer dans l’infirmerie. Ah merde, elle n’y voyait rien avec les rideaux … Sphax se leva souplement pour aller voir qui c’était, et revint lui japper discrètement. Tiens. Ca alors. Une lueur sombre passa dans ses yeux.

« Riri, c’est toi ? »

La forme derrière le rideau sembla sursauter, et se retourner pour chercher qui pouvait bien l’appeler. Il s’approcha de son lit en quelque pas, et un bras souleva le rideau blanc. Oui, c’était bien Orren. Et il semblait surpris de la voir. Surpris et, gêné ? Assez vexée, Aileen croisa les bras, ne lui cachant pas qu’elle n’était pas des plus heureuses de l’avoir en face de lui. Du moins, de ne l’avoir en face de lui que maintenant. Elle avait passé quatre jours à l’hôpital et elle était cloîtrée à l’infirmerie depuis presque autant de temps. Quand était-il venu ? Jamais. Alors qu’il était son frère. Alors que Loan, qui n’était pas son frère, mais son ami, venait tous les jours, de l’ouverture à la fermeture, pour essayer de la faire rire à chaque fois, comme la fois où il avait ramassé de l’herbe dans le parc pour la lui offrir, « à ma petite végétarienne d’amour ». Ce jour-là, elle avait beaucoup ri, et il lui avait offert du thé pour se faire pardonner sa rustrerie. Quand son regard tomba brièvement sur le bandage à sa main, elle comprit qu’il n’était pas tellement là pour elle, ce qui renforça encore plus sa mauvaise humeur.

« Ouais. Je me disais aussi, trop beau pour être vrai. Après tout, pourquoi diable prendre la peine d’aller voir sa sœur hospitalisée, je te le demande. Prendre des nouvelles, tout ça, c’est tellement surfait. »

Du coin de l’œil, elle vit Sphax échanger un regard inquiet avec Skoll, sous en croisant les pattes pour empêcher faussement le petit Galekid de sortir. Ouais, qu’il l’occupe, Aileen n’est pas vraiment en état de le faire. Sissi, qui voulait jouer aussi, sauta souplement du lit pour s’approcher de l’Absol, qui leva une patte pour la laisser s’installer confortablement et jouer avec le Galekid encore sans nom. Elle y réfléchirait plus tard. Pour le moment, elle était en colère, contre son frère.

« Quand je pense que Loan est un million de fois plus présent que toi, et que l’infirmière doit batailler tous les soirs pour le faire dégager, et toi, tu n’es pas passé au moins une fois ! Moi qui pensais que c’était cool, d’avoir un frère à proximité, je me suis visiblement trompée. »

info modération :
Eclosion de l'oeuf de Galekid shiny.



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Orren sursauta à la voix qu'il entendit l'appeler. Aileen, à l'infirmerie de l'école ? Mais il serait au courant si elle avait été transféré ! Il ne compris pas trop ce qui était en train de se passer et se retourna vers les rideaux d'où semblait venir la voix. Il s'en approcha très doucement et souleva un pan de rideau blanc. Pour se retrouver face à sa soeur. Celle-ci ne semblait pas vraiment enchanté de le voir et croisa les bras d'un air vexé, alors que lui était terriblement gêné et mal à l'aise. Il n'avait pas pu aller la voir depuis des jours. Son état de fatigue extrême avait fait qu'il s'endorme en cour. Du fait ses professeurs l'avaient garder après la fin pour qu'il rattrape son retard. De fil en aiguille il passait ses soirées sous la tutelle d'un professeur pendant qu'il révisait ce qu'il ratait. Entre ça et l'entraînement de Spike qui piétinait, il ne savait vraiment pas quoi faire.
Et puis la mission de garde rapprochée lui était tombé dessus à son seul jour libre. Le seul moment où il n'avait rien à faire était lors de ses insomnies, mais bon. Pas vraiment faisable d'aller la voir pendant la nuit. Il était là, à éviter de la regarder dans les yeux. Il se sentait minable, et puis elle n'avait pas franchement bonne mine, ce qui le fit d'autant plus culpabiliser. Ses traits tirés, ses yeux légèrement hagards et cet air énervé. Oh son regard le glaçait jusqu'à la moelle. Même devant leur père elle n'avait pas eu cet éclat de colère froide dans son regard améthyste. Il allait en prendre pour son grade, il le savait.

-Ouais. Je me disais aussi, trop beau pour être vrai. Après tout, pourquoi diable prendre la peine d’aller voir sa sœur hospitalisée, je te le demande. Prendre des nouvelles, tout ça, c’est tellement surfait.

Orren tiqua. Comment pouvait-elle dire ça ? Elle n'avait pas questionné Loan sur son absence, vu que le rouquin venait très souvent ? Personne ne lui avait dit que son frère devait rester chaque soir pour rattraper ses absences mentales pendant les enseignements ? Et puis, il fallait l'avouer, l'avoir vu inconsciente avait été un choc. Un choc qui l'avait rendu incapable de retourner à l'hôpital. Si seulement on l'avait informé qu'elle était à l'infirmerie, il serait allé directement la voir. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire. Skoll et Sphax s'échangèrent un regard, comprenant que la situation pouvait vite s’envenimer. Sphax avait surement vu qu'Orren était pas loin d'être au bout du rouleau. Il n'avait pas du tout la même énergie que d'habitude. Certes il n'avait jamais été quelqu'un de très extraverti ou de franc comme Aileen ou Loan, mais cet air hagard, de réactivité ralentie ne lui était pas familier. Il s'apprêta à s'excuser, à s'expliquer pour lui faire comprendre ce qu'il avait vécu tout au long de ce temps depuis qu'elle était partie en mission. Mais il n'en eut pas le temps, car la Pyroli reprit d'un ton cinglant.

-Quand je pense que Loan est un million de fois plus présent que toi, et que l’infirmière doit batailler tous les soirs pour le faire dégager, et toi, tu n’es pas passé au moins une fois ! Moi qui pensais que c’était cool, d’avoir un frère à proximité, je me suis visiblement trompée.

Aïe, ça c'était quelque chose qui faisait très mal à entendre. Orren serra son poing, entre la colère et une douleur intense. Voilà que la seule personne en qui il avait une confiance absolue lui balançait une bombe à la figure. Il avait l'impression que son coeur partait en miettes, que le petit barrage frêle qui endiguait toutes ces émotions sombres se rompait d'un seul coup, déversant un flot sombre en lui. Son regard se durcit, les bandages autour de sa main cédèrent sous la pression qu'il leur infligeait, rouvrant par la même occasion les plaies qu'il avait. Skoll leva un regard vers son dresseur, comprenant que celui-ci allait craquer, que c'était trop tard. Même Loki qui était d'abord allé d'un air joyeux dire bonjour à Sphax, compris que la tempête approchait à grand pas.

-Merci Aileen ça fait toujours plaisir à entendre... Je suis content que ton "chéri" vienne te voir tout les jours et le puisse. Mais comment diable voulais-tu que je le saches que tu étais à l'infirmerie, la dernière fois que je t'ai vu t'étais dans un lit d'hôpital. T'était tellement pâle et faible que j'ai cru que c'était la dernière fois que je te voyais !!

Les mots sortaient de sa bouche en un flot qu'il ne pouvait plus arrêter. Sa voix vibrait des émotions violentes et opposées qui débordait de son coeur meurtri. Tout se mélangeait dans sa tête. Il se sentait comme dans un rêve, ou plutôt un cauchemar. Un de ceux où l'on se sent prisonnier, qu'avec toute la volonté possible on n'arrive pas à se réveiller. Et il était là, prisonnier d'un cauchemar bien réel.

-Merde j'ai cru que t'allais mourir Ai ! Je t'ai dis au revoir sans savoir si je te verrai encore putain ! Il y a peu on m'a dit que t'étais sorti d'affaire, je serai bien venu, mais j'ai passé tout mon temps libre en cours ! Je dors plus, je m'endors pendant les heures de cours, donc pendant les heures libres je dois rattraper mon retard ! Tu crois que ça me faisait plaisir de pas pouvoir venir te voir ?! Putain jpensais pas qu'un jour tu me balancerai un truc comme ça dans la gueule. Et je vois que ça te fais chier, donc peut être que ç'aurait été mieux l'an dernier, si Loki n'avait jamais failli te jeter à l'eau. Si ton frère te sembles si indigne, y a pas de problèmes je peux très bien sortir de...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Skoll lui avait donné un coup de cornes en plein dans le ventre, l'empêchant de continuer sa tirade. Alors il se tut et resta là, à attendre que sa soeur l'envoie chier, qu'elle l'insulte. Toute façon il n'était plus à ça près dans sa vie. Sa vie qu'il jugeait tellement pitoyable qu'il en venait parfois à se haïr lui-même. Il ne put lever les yeux pour la regarder, cachant son visage et ses yeux humides derrière ses cheveux sombres.



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Aileen Sôma
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
Ah. Bon. Elle était allée trop loin, et n’aurait jamais du dire ça. Elle s’apprêtait à ravaler sa fierté pour modérer ses propos – s’excuser, quoi – quand il lui répondit d’un ton un peu trop agressif à son goût, réchauffant la colère en elle. Déjà, appeler Loan son « chéri », comme ça, gratuitement, non, ça ne lui faisait pas hyper plaisir. Alors quoi, elle a besoin de la divine présence de son frère pour se trouver un copain, faut qu’elle lui demande son accord, une dot, comment ça se passe ? Et visiblement, monsieur lui avait dit au revoir sans savoir si elle se réveillerait un jour, même si bon, depuis qu’elle était à l’hosto, il devait le savoir qu’elle était réveillée quand même. Quatre jours réveillée à l’hosto, quatre jours réveillée à l’infirmerie, on dit quoi, qu’il est passé à travers une faille spatio-temporelle et qu’il n’en savait rien ? N’empêche que vu sa gueule de déterré, la théorie de la faille spatio-temporelle a de quoi tenir la route. N’empêche qu’il commençait à devenir violent dans ses propos, et quand il lui balança sans réfléchir que ça aurait peut-être été mieux que Loki ne la pousse jamais à la flotte, et que par conséquent ils ne se rencontrent jamais, un éclat orageux passa dans son regard améthyste tandis qu’un tic nerveux lui relevait la lèvre supérieure. Ce fut à son tour de parler sans réfléchir, ignorant Sphax qui la regardait avec de gros yeux surpris.

« Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je suis hospitalisée, et pas assez en forme pour subir ta mauvaise humeur. Vu que visiblement je t’emmerde tant que ça, ouais, on va faire comme ça, comme si Loki ne m’avait jamais renversée et qu’on ne se connaissait pas, comme ça tu seras content. Et comme t’es clairement pas venu pour moi, et que t’as eu ce qu’il te fallait, je pense que tu peux partir maintenant. »

Ils se regardèrent encore quelques secondes, regard bleu sombre contre regard violet métallique. Et brutalement, Orren partit en coup de vent, son long manteau noir claquant contre ses jambes. Et quand ce fut la porte de l’infirmerie qui claqua avec grand fracas, Sphax lâcha un grondement de désapprobation. Vers elle. Aileen était tellement habituée à ce que son starter la soutienne en toutes circonstances qu’il lui fallut un léger moment avant de réaliser qu’il la toisait d’un air mécontent, et que même Aurum, qui en général s’intéressait peu à ces histoires humaines, restait silencieux, mais en désaccord total avec ce qu’il venait de se passer. Seuls Sissi et le petit Galekid ne comprenaient pas, se demandant ce qu’il venait d’arriver. Aileen tourna la tête vers son starter, mal à l’aise face à ce regard bleu saphir persistant, et finalement, elle craqua, n’arrivant pas à résister à la pression que ces deux yeux exerçaient sur elle.

« Mais quoi ?! Huit jours que j’ai ouvert les yeux, il a pas trouvé une seule seconde pour sa sœur, et encore tu m’engueules ?! Bordel, j’aurais séché l’entraînement du matin pour sa pomme s’il avait été étendu là, et lui, que dalle, pas une seule visite ! Arrête de me regarder comme ça, Sphax ! »

L’Absol soupira, ferma les yeux, les rouvrit, et lui jappa très vulgairement qu’elle n’était qu’une égocentrique, comme son père. Ce fut au tour d’Aileen de gronder. Qu’il la traite d’abrutie, certes, mais d’être la fille de son père, c’était hors de question. Sphax soupira à nouveau en lui jappant qu’il n’avait pas dit abrutie, et qu’il allait chercher Orren, aussi. Se relevant souplement, il se dirigea vers la porte et se leva sur ses deux pattes arrières pour l’ouvrir dans le moindre problème, et trottina dans le couloir, s’aidant à l’odeur, laissant sa dresseuse fulminer dans son lit d’hôpital. Parce que oui, elle fulminait, et très fort. Aurum, hésitant, alla se poser sur la barre du lit, et bourdonna doucement que Sphax ne l’avait pas traité d’abrutie, mais d’égocentrique, même s’il ne savait pas ce que cela voulait dire. La fureur de la brune se calma d’un coup. Il avait dit égocentrique. Son propre starter la trouvait égocentrique. Comme son paternel. Enfin, pas toujours, mais là, oui, beaucoup. Avec un juron grossier, elle se redressa dans le lit et en fit glisser ses jambes, oubliant un instant pour quelle raison elle était à l’hôpital. Elle fit trois pas. Et brusquement, une violente douleur remonta de son talon à son crâne, la faisant se cambrer en serrant les dents, avant de s’effondrer au sol. Toute sa team se mit à paniquer. Aurum ne perdit pas un seul instant, et s’envola pour filer en vitesse prévenir Sphax et Orren, pendant que la Stalgamin et le Galekid couinaient en essayant de la relever, ne réussissant qu’à lui faire encore plus mal.

« Sphax … Allez chercher Sphax … »

Après une courte hésitation, les deux Pokémon s’enfuirent par la porte ouverte, couinant pour attirer l’attention de Sphax. Restée seule, Aileen essaya de se relever par elle-même, mais son bras, sur lequel elle s’appuyait, céda, et elle heurta à nouveau le sol, provoquant de nouveaux élans de douleur assez violents. Elle serra les dents, essayant de contenir la montée de larmes. Sans grand succès, comprit-elle en sentant quelque chose d’humide rouler le long de son nez et s’écraser sur le carrelage avec un ploc discret. Elle ignorait que pendant ce temps, Sphax avait retrouvé Orren, se mettant devant lui pour l’empêcher d’avancer, puis en voyant débarquer les trois autres fous de panique, il avait saisi la manche du préfet avec brutalité, manquant de lui mordre le bras au passage, pour le tirer avec force vers l’infirmerie, encouragé par les vrombissements du Ninjask et les couinements d’inquiétude du Galekid et de la Stalgamin.



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Orren claqua la porte de l'infirmerie avec fracas et commença à s'éloigner de la pièce d'un pas furieux. Ses chaussures claquaient au sol, faisant écho dans tout le couloir. Sa veste flottait derrière lui comme le halo funèbre d'un Spectre morbide. Son esprit bouillonnait, il n'arrivait pas à penser clairement. La scène se répétait sans cesse dans son esprit...

-Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je suis hospitalisée, et pas assez en forme pour subir ta mauvaise humeur. Vu que visiblement je t’emmerde tant que ça, ouais, on va faire comme ça, comme si Loki ne m’avait jamais renversée et qu’on ne se connaissait pas, comme ça tu seras content. Et comme t’es clairement pas venu pour moi, et que t’as eu ce qu’il te fallait, je pense que tu peux partir maintenant.

Il voyait encore très bien l'éclat de fureur dans les yeux améthystes de la Pyroli. Ils avaient continués de se dévisager pendant quelques secondes avant qu'il ne fasse demi-tour et sorte de l'infirmerie. Il était énervé, tellement énervé. Skoll marchait à coté de lui, lançant des regards désapprobateur en grondant. Tandis que Loki traînait derrière, la tête basse et en couinant. Il adorait Aileen et Sphax, et il sentait qu'ils n'allaient plus les revoir de si tôt, si ils les reverraient. Le canidé, lui, était plutôt légèrement en colère contre son dresseur. Pourquoi avait-il réagit comme ça, si brutalement ?! Et l'autre jeune fille aussi, quels tête de lards !
Le Voltali était en rage. Mais il sentit que quelque chose d'humide était en train de dégouliner sur son visage. Des larmes, c'était des larmes de pure tristesse mêlée à sa colère qui dégringolait le long de ses joues, pour faire le grand saut depuis son menton. Son poing frappa violemment le mur, laissant ses doigts écorchés et engourdis. Il avait envie de hurler, de se laisser tomber là, sur le sol et de pleurer jusqu'à s'endormir d'épuisement comme presque toutes les nuits. Mais il ne le pouvait pas, il ne voulait pas. C'en était assez, il avait envie que tout s'arrête maintenant. Il frappa à nouveau dans le mur et encore, et encore, au point que ses articulations rougirent du sang qui perlait à l'endroit où la peau avait craquer suffisamment pour le laisser s'écouler. Et le bandage était désormais inutile et pendait misérablement à son poignet. La blessure causée par Spike aussi s'était rouverte et les perles de liquide vermillon cliquetèrent sur le carrelage blanc du couloir, maculant cette pureté factice. Même son Kraknoix récemment capturé sorti de sa ball. Le Pokémon resta là à regarder le dresseur d'un oeil curieux, ne comprenant pas vraiment ce qui lui arrivait. Hrund, il l'avait appelé ainsi, était très curieux et gentil. Parfois un peu trop curieux, mais Orren le lui passait souvent. Toujours est-il que le Kraknoix attrapa le pantalon du garçon qui pleurait là, la main en sang, pour le prévenir que quelque chose arrivait rapidement.

Skoll se retourna et glapi de contentement avant qu'Orren ne vit un Absol rouge s'approcher. Celui-ci se mit à lui glapir à son tour dessus. Lui faisant comprendre qu'il devait faire demi tour tout de suite !

-Non Sphax, je suis désolé, mais je ne reviendrais pas. Prends bien soin d'Ai pour moi.

-Aaaa... Ab-sol !

Il caressa la tête du Pokémon Désastre avec sa main valide, alors que celui-ci protestait. Mais d'un seul coup un vacarme retentit. On put bientôt distinguer qu'il était provoqué par un Ninjask, un Galekid et un Stalgamin. Aurum vrombissait à leur attention et Orren n'eut pas le temps de réagir que Spahx lui attrapa vivement la manche et le tira derrière lui, manquant de lui mordre le bras. Orren n'arriva pas à se défaire de l'étreinte du Pokémon et fut obligé de le suivre si il ne voulait pas être obligé de tirer d'un coup sec en faisant peut être mal au chromatique. La petite troupe les suivit, agrandie par Skoll, Loki et Hrund. Loki comprit vite de qui il s'agissait et se mit derrière Orren pour le pousser de sa tête robuste.
Comme le jeune homme s'en doutait ils arrivèrent dans l'infirmerie, tout ça pour voir Aileen au sol, incapable de se lever et en train de pleurer. Les larmes d'Orren ne firent que s'intensifier et il sauta au secours de sa soeur. Il la prit délicatement dans ses bras et la souleva doucement pour ne pas lui faire de mal. Mais qu'est ce qui lui avait pris de se lever comme ça ?! Elle devait rester au lit, ne surtout pas en sortir pour se balader ! Ou peut être qu'elle avait voulu le rattraper et que ça faisait longtemps qu'elle gisait là au sol. En plus cette sadique d'infirmière n'tait pas présente, surement sortie pour quelque chose. Merde ! Putain de merde !

Il déposa sa soeur dans son lit et se laissa tomber à genou à coté d'elle, pleurant comme jamais il n'avait pleuré. Il se sentait coupable ! Coupable de l'avoir abandonner pendant ce temps où il avait eu tant de problèmes, coupable qu'elle soit là en train de pleurer devant lui. Aileen pleurait , elle pleurait !! Jamais il n'aurait cru voir sa soeur dans un tel état ! D'habitude la Pyroli était forte, plus que forte ! Elle était toujours là, inébranlable comme un arbre centenaire. Et pourtant il la voyait ainsi, aussi frêle qu'une pousse après un rude hivers. Il aurait du s'imposer face à ses professeurs, ils l'auraient surement laissé sortir de cours pour aller la voir comme elle était hospitalisée ! Il passa sa main meurtrie sur la joue de sa chère soeur, laissant une trace ensanglantée dessus.

-Pardon Aileen, pardon !! Je suis désolé, je n'aurais pas du... je.... je n'aurais pas dut dire ça ! J'aurais... dut venir te voir ! Pardon !!! Je... je m'en veut tellement !

Ses paroles étaient entrecoupées de violents sanglots. Il n'arrivait plus à les contenir, déversant ainsi toute sa tristesse et sa culpabilité. Faiblement il prit la tête de la brune entre ses mains et déposa un bisous sur son front avant de la prendre dans ses bras. Son corps tremblait de la puissance des sentiments qui se déchaînaient. Il sentait qu'elle aussi. Merde, peu importe tout le reste, elle restait sa soeur, son unique famille ici ! C'était la seule personne à qui il pouvait donner une confiance absolue !



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Aileen Sôma
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
Le carrelage de l’infirmerie était glacial. Et ce n’était pas elle qui allait dire le contraire, alors qu’elle bataillait pour se redresser, vainement pour le moment, ses mains glissant sur les dalles blanches trop lumineuses. Avec surprise, elle vit une s’écraser au sol, et s’essuya vaguement les yeux. Elle pleurait. A cause de la douleur, bien entendu. Elle n’allait tout de même pas pleurer parce que ce Voltali qui disait être son frère n’avait pas pris la peine de venir la voir et avait été désobligeant au possible … Même si elle avait commencé … Mince, si, elle pleurait pour ça. Et elle avait vraiment froid en plus de ça, bon sang. En entendant des pas dans le couloir, Aileen lâcha un juron. Bon sang, elle refusait qu’on la voie comme ça. Avec un peu de chances, ce serait Loan qui avait terminé son cours et qui tenait sa promesse de revenir de suite après s’être débarbouillé. Il allait violemment flipper de la voir étendue au sol en train de pleurer, et lui faire la morale pendant de longues minutes en la serrant dans ses bras, mais au moins le secret serait bien gardé. Cependant, ce n’était pas Loan, mais Sphax, et tout le reste de sa team, avec un Démolosse, et un Kraknoix, et … Merde c’était Orren. Elle allait le renvoyer bouler sans grande conviction quand il se pencha pour l’attraper dans ses bras avec douceur. Quelque chose d’humide tomba sur son front. Mince, voilà qu’il pleurait en plus de ça ? Il la reposa dans son lit d’infirmerie et tira la couette pour la couvrir avant de se remettre à pleurer.

« Ohlala, mais t’as fini de pleurer, grande bourrique, tu sais bien que je – »

Orren lui coupa la parole en la prenant brusquement dans ses bras pour l’étreindre doucement, secoué par de violents sanglots. OKAY. C’est super gênant. Un instant choquée, elle resserra ses bras autour de son frère pour lui tapoter gauchement le dos, ne sachant pas trop comment agir. Elle n’avait jamais vu son frère pleurer bon sang, même pas quand ils avaient découvert qu’ils étaient demi-frère et demi-sœur parce que son paternel à lui avait folâtré avec sa mère à elle sans toutefois lui dire qu’il était déjà marié. Même là elle ne l’avait pas vu pleurer, alors qu’il y avait tout de même de quoi, ce jour-là. Aileen se sentit stupide, et mauvaise. Elle lui était rentrée dans le lard sans même savoir ce qu’il fichait à l’infirmerie, pourquoi il avait des cernes monstrueuses, bref, quel était son problème, qui ne semblait pas être lié à elle. Quelque chose de chaud roula sur sa joue, et elle fronça les yeux. Eh, une seconde … Elle ne pleurait pas. Baissant les yeux, elle loucha sur la goutte rouge qui dégringolait jusqu’à ses lèvres. Du sang. Son regard s’agrandit, et elle repoussa brutalement son frère, pour porter la main à ses yeux avec angoisse. Non, pas de sang. Sur sa joue. Merde, elle avait du se faire mal en tombant. Une nouvelle goutte de sang tomba sur le drap blanc avec un ploc discret, et Aileen leva machinalement les mains pour les passer dans ses cheveux, les ressortant ensanglantées. Interdite, elle regarda ses mains rougies, et dévia son regard vers la main de son frère. Et elle se mit immédiatement à piailler.

« Haaaaaa ! Mais bordeeeeeel mais t’es vraiment qu’un crétiiiiin ! Tu m’as foutu du sang partouuuuut ! Haaaa mais c’est quoiiii ton problèèèème tu m’as prise pour une Mentali ou quoi ? C’est de la graisse de Phogleur qu’elles se tartinent sur la gueule, pas du sang humain, bougre d’abruti ! Est-ce que je te fous du sang partout, moi hein, est-ce que je te fais ça, et ça, et ça, et ça, et – »

Tout en piaillant faussement, Aileen avait repassé les mains dans ses cheveux, et se vengeait consciencieusement. En salissant son frère. Une trace sur la joue. Les mains dans les cheveux. La main sur la figure. Ca allait finir en bataille gore quand l’infirmière Needle, prévenue par Sphax qui était discrètement allé la chercher, fit son apparition et lâcha un piaillement, plus réel que celui que la préfète des Pyroli, à la vue du spectacle. Du sang sur les deux élèves, le bandage du Voltali qui était complètement mort, le lit de la Pyroli qui se teintait de rouge … Mine, attiré par le couinement de sa dresseuse, se carapata en vitesse vers elle pour la rejoindre et voir le massacre.

« Mais vous êtes MALADES ou quoi ?! Vous, levez-vous, Mine va refaire votre pansement. Oh, ne protestez pas ! Quelle idée stupide aussi, de détruire votre pansement et votre main en pourrissant de surcroît mon infirmerie ! Ohlala, arrêtez votre cirque ! Mine, change le pansement du jeune homme ! »

Aileen esquissa une grimace en voyant son frère poussé dans le dos par l’infirmière, qui l’obligeait à rejoindre le Noacier, qui faisait bouger ses petites pattes avec un air peu rassurant. L’adulte, quant à elle, s’occupa de la jeune fille, l’obligeant à se lever doucement pour l’asseoir sur une chaise et changer rapidement les draps après lui avoir tendu de quoi se débarbouiller. Et un pyjama propre. Il lui fallut quelques minutes pour refaire le lit, minutes que la brune utilisa pour se nettoyer la figure et les cheveux, puis se changer lentement, avec beaucoup de difficultés. Lit fini. L’infirmière la recoucha et tira la couette pour la couvrir, puis elle fila vers son frère, sans doute pour lui faire la leçon. Sphax profita de l’absence de l’infirmière pour filer vers un placard, que Sissi lui ouvrit en grimpant sur le dos du petit Galekid qui venait de naître, attraper une couverture et revenir vers sa dresseuse pour l’étirer sur son lit, s’aidant une fois encore de Sissi et d’Aurum. Haaaaa. Chaleur, douce, reposante et agréable chaleur. Son frère revint au bout de quelques minutes. Points positifs, il n’était plus couvert de sang, sa main bandée ne risquait pas de les salir à nouveau, et il ne pleurait plus. Point négatif, il avait toujours une gueule de zombie. Sissi, gourmande, avait ouvert la boîte de gâteaux laissée par Loan, et Aileen les récupéra tous les deux, la boîte comme la Stalgamin, pour les poser sur ses genoux. Saisissant un gâteau, elle le tendit à son frère en souriant.

« Tiens. C’est un gâteau. Mais attention hein, pas un gâteau de merde, un VRAI gâteau, c’est Loan qui les a faits. Cet espèce d’enfoiré marque des points depuis mon, hm, petit problème, mais je t’interdis de lui dire, ça le rendrait suffisant et prétentieux. »

Elle distribua des cadeau à sa petite équipe, même au petit Galekid qui avait réussi par on ne sait quel miracle à se jucher sur le lit pour se coucher sagement dans un coin pour ne pas blesser ou déséquilibrer sa dresseuse qui, il l’avait vite compris, était souffrante. Le petit Pokémon dédaigna le gâteau, préférant s’avancer pour chiper timidement la cuillère et repartir dans son coin la mâchonner joyeusement. Bah, il avait sans doute besoin de se faire des dents … Quand la cuillère céda avec un petit bruit, elle pouffa de rire. Non, il voulait juste bouffer la cuillère. Okay. Finalement, elle se tourna vers son frère en s’installant plus confortablement.

« Bon, alors mon Riri, c’est quoi ton problème ? T’as des poches tellement grandes sous les yeux qu’on pourrait y rentrer nos deux teams sans qu’elles ne s’y sentent à l’étroit. T’as des problèmes familiaux ? Scolaires ? Ou sentimentaux peut-être ? Allez, dis tout à ta sœur préférée. »

D’un côté, elle est un peu la seule sœur qu’il ait … Pour le moment.



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Orren avait du mal à se calmer. Ses sanglots ne voulant pas s'arrêter, tout comme le flot de larmes qui ne tarissait pas. Sans faire attention, il était en train de recouvrir sa soeur de son sang qui s'écoulait librement de sa plaie ouverte. Le bandage pendait mollement autour de sa main et de son poignet, ne servant qu'à récolter les quelques gouttes qui lui tombait dessus. Le tissu blanc immaculé se teintait de rouge, comme la haine qui se déversait du garçon. Tout cette colère, cette frustration, cette tristesse qu'il gardait enfoui au fond de lui et ne faisait que grimper. Ça lui rendait la vie impossible, et là il craquait. Il avait déjà hurler et versé quelques larmes devant la Pyroli au Lac Corail où ils s'étaient rencontrés. Depuis, rien. Il avait apprit à prendre sur lui et à enfouir ses sentiments, mais pas à les canaliser. Il appliquait le simple concept de la cocotte minute, aussi appelée bombe à retardement, plus le temps passait, plus il emmagasinait. Jusqu'au jour où ça explosait comme là.
Sa soeur le prit gauchement dans ses bras site à son étreinte et lui tapota doucement le dos pour le calmer, comme on l'aurait fait avec un enfant qui avait gros chagrin. Mais il n'était plus un enfant, et ce n'était pas un gros chagrin, mais une tempête de sentiments violents qui l'emplissait. De la colère à la tristesse en passant par la culpabilité. Il s'en voulait de ne pas avoir été voir la brune depuis tout ce temps. Il aurait suffit simplement d'expliquer aux professeurs qui auraient très certainement compris. Mais non, encore une fois sa gêne l'en avait empêché, et la sainte horreur d'aller la voir à l’hôpital. Plus jamais il ne mettrait les pieds dans cet endroit qui sentait la maladie et la mort. Ces couloirs blancs immaculés, ces néons qui diffusaient une lumière artificielle pâle et froide, et ces chambres toutes semblables.

D'un seul coup sa soeur le repoussa, et passa sa main dans ses cheveux pour les découvrir ensanglanté. Oups... Elle comprit vite l'origine de ce liquide vermillon et visqueux et se mit à râler avec une voix partant dans les aigus.

-Haaaaaa ! Mais bordeeeeeel mais t’es vraiment qu’un crétiiiiin ! Tu m’as foutu du sang partouuuuut ! Haaaa mais c’est quoiiii ton problèèèème tu m’as prise pour une Mentali ou quoi ? C’est de la graisse de Phogleur qu’elles se tartinent sur la gueule, pas du sang humain, bougre d’abruti ! Est-ce que je te fous du sang partout, moi hein, est-ce que je te fais ça, et ça, et ça, et ça, et –

Orren comprit très vite que la fin de sa tirade était plus un faux-piaillement, la brune commençant à passer ses mains dans ses cheveux pour l'asperger à son tour de sang. Il commença par sourire doucement, puis fini par rire en tentant de se protéger avec ses mains du sang qu'il recevait. Quel caractère cette demi-soeur tout de même ! Elle se mit à passer ses mains ensanglantées sur son visage et dans ses cheveux, incitant Orren à la riposte, faisant tourner ça en... bataille de sang ?!
Mais ils furent stoppés net par le piaillement de l'infirmière revenue entre temps avec son terrifiant Noacier se tenait derrière avec une mine sévère (#blaguenulle /SBAF/). Alors là problème, tout deux arborait un air très sévère, presque lugubre pour Mine. Et l'infirmière ouvrit la bouche.

-Mais vous êtes MALADES ou quoi ?! Vous, levez-vous, Mine va refaire votre pansement. Oh, ne protestez pas ! Quelle idée stupide aussi, de détruire votre pansement et votre main en pourrissant de surcroît mon infirmerie ! Ohlala, arrêtez votre cirque ! Mine, change le pansement du jeune homme !

Glups... Mine.... Par Xerneas il allait passer un sale quart d'heure. Le Noacier était connu pour être le Némésis même de la douceur. Il fut pousser par un des "tentacules" de l'imposant Pokémon Acier et emmené un peu plus loin. Là il lui administra une, deux, trois piqûres différentes ! Orren se passa sa main valide sur l'avant bras ou le Noacier l'avait piqué... quel brute celui-là ! Heureusement une de ces piqûres avait un effet anesthésiant qui fit bientôt disparaître la douleur. Mais pas pour longtemps, car quand Mine s'attaqua au bandage, il ne se fit pas prier pour le serrer comme il faut, manquant peut être de couper purement et simplement le flux sanguin dans sa main.

*Eh on t'as demandé un bandage pas un garrot, sale ferraille végétale !"

Bien sur Orren pensa cela, c'était bien trop dangereux à dire de vive voix. Ce Poké-psychopathe en aurait profité pour le torturer encore un peu sous couvert d'actions médicales. Il revint alors vers sa soeur après s'être nettoyé le visage et les cheveux de tout ce sang avant qu'il ne sèche. Toujours avec sa démarche de mort-vivant, indiquant l'état d'épuisement dans le quel il était. Et comme on pouvait s'y attendre, après lui avoir gentiment proposé un gâteau de Loan, ce qui fit sourire en apparence le jeune préfet, elle le questionna sur ce qui le mettait dans un tel état.

-Oh rien.... de bien grave on va dire. Juste énormément de mal à dormir voilà tout, je... je dors mal la nuit, donc je m'assoupi beaucoup en cour et tu 'imagines bien que ça plaît pas aux profs !

Orren rigola faussement. Mince il mentait vraiment mal, et en plus il avait plus l'air complètement idiot à rire comme ça de manière forcée. Le regard désapprobateur de sa soeur le rendit interdit. Bon bah il était bien obligé de vider son sac non ? De toute façon même si il ne le voulait pas, il savait qu'Ai lui tirerait les vers du nez, et par n'importe quel moyen (enfin presque). Il soupira avant de commencer à déballer ses problèmes.

-Un peu de tout je dirai. Déjà ma mère m'inquiète. Je sais qu'elle est mal à cause de mon père, je sais toujours pas ce qu'ils ont décidés et ça me fait peur. Mais elle essaie de rien montrer, de me préserver, mais je préférerais qu'elle me dise clairement ce qu'il en est, même si ça me fait peur. Ensuite ces histoires de vol de Pokémon, franchement j'ai eu affaire à un mec qui a attaqué la conservatrice du musée et il nous a complètement dégommer à deux contre un ! J'ai peur qu'ils s'en prennent à l'école, je veux pas perdre un de mes Pokémons. Je fais beaucoup de cauchemars la nuit, je dors peu et je dors en cours. Sans oublier R... les ragots qui se font entendre avec le journal des Givralis.

Orren tenta tant bien que mal de camoufler son lapsus. Il ne voulait pas parler de la rousse avec qui il était sensé être en couple. Aileen les avait aider en jouant les entremetteuse, elle serait énervée et à juste tire si elle apprenait que la Spécialiste des Spectres causait du tort à son frère. Il se leva alors rapidement pour aller jusqu'à son sac d'où il sorti une bouteille de jus de baie. Il prit également discrètement deux gobelets fait pour que les élèves prennent les médicament effervescents et e remplit un pour sa soeur et un pour lui. Il but une gorgée avant d'attendre la réaction d'Ai.



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Aileen Sôma
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Les blessures du corps et de l'âme [Terminé] Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
Aileen leva un sourcil quand son frère lui mentit ouvertement, et très mal en plus. Il allait falloir qu’elle lui apprenne à mentir, vu son incapacité chronique à le faire. Généreuse cependant, elle ne dit rien, le laissant s’enfoncer doucement dans son mensonge. Il dormait mal. Il avait bien de la chance, elle, elle dormait trop, à cause de la morphine et de la douleur. Il s’endormait en cours. Quelle chance, ça voulait dire que lui au moins pouvait assister aux cours. Quoique même en-dehors de l’infirmerie, elle n’aurait pas pu, vu que quatre-vingt dix pour cent de ses cours se composaient essentiellement de sport. Donc … Voilà. Son sourcil se souleva un peu plus haut quand il lâcha un rire forcé, et finalement, comme s’il comprenait qu’elle était loin de gober ce vilain mensonge, il finit par lui dire la vérité. Enfin, en partie. Alors, quel était son problème ? Familial. Sa mère ne lui disait pas tout et il sentait le divorce de ses parents approcher. Très égoïstement, Aileen ne comprenait pas pourquoi ça le travaillait. Elle aurait détesté avoir un père comme ça (même si, oui, c’est son père aussi, effectivement) et aurait très bien pris l’annonce du divorce de ses parents pour ne plus avoir à le fréquenter. Problème sociétal aussi. Le vol des Pokémon le tracassait, surtout qu’il avait, lui aussi, rencontré des agresseurs pendant une mission de protection. Puis sentimental. Les ragots. Mais oui bien sûr.

« Oh, oui, les ragots, je comprends. Ceux qui me mettent en couple avec Loan tout en m’appelant la voleuse de bisous. C’est vraiment très effrayant. »

Elle haussa brièvement les sourcils, lui faisant comprendre qu’elle n’était pas du tout dupe, et qu’elle ne marchait que temporairement. Disons qu’elle n’était clairement pas assez en forme pour user de sa verve habituelle. Foutue morphine. Sans réfléchir, elle tira un peu la couette pour se couvrir mieux, faisant lever la tête de Sphax couché au pied du lit. Aileen, se méprenant sur le mouvement, lui tendit un gâteau que le chromatique attrapa du bout des dents, avant de le tendre au Ninjask qui l’engloutit tout rond. Il n’avait pas faim. Il veillait sur sa dresseuse, qui avait tout le temps froid, qui galérait à marcher, et qui s’obstinait à vouloir sortir de l’infirmerie le plus vite possible. Tête de lard. Tout comme son frère. C’est vraiment de famille hein. Quand il la vit frissonner à nouveau en tentant inconsciemment de se couvrir, il se leva pour poser les deux pattes sur le lit, saisit la boîte de gâteaux dans sa gueule pour la poser sur les genoux d’Orren, et grimpa sans plus de cérémonies sur le lit pour se coucher sur les jambes de sa dresseuse dans le sens de la longueur, calant tranquillement sa tête contre son ventre.

« Ca va Sphaxou, je ne te gêne pas j’espère ? »

L’Absol lâcha un doux ronronnement qui fit frémir son ventre, et elle esquissa un sourire amusé. Ce starter était une vraie perle. Sans lui demander son avis, il lui faisait profiter de sa chaleur corporelle, ayant même la gentillesse d’attraper Sissi pour l’empêcher d’aller involontairement geler sa dresseuse. Sissi, très jeune, n’avait pas encore compris que son souffle glacial ne faisait aucun bien à la brune, de même que ses caresses sur le bras ou ses câlins enfantins. Sans se poser de questions, la Stalgamin se nicha entre les pattes de Sphax, couinant un merci poli quand sa dresseuse lui donna un gâteau. A ce rythme-là, ils allaient tomber la boîte, Loan allait être déçu qu’elle ne l’ait pas attendu pour les manger. Bon quoique, il la forçait toujours à en prendre un de plus, et un de plus, pour être bien sûr qu’elle mangeait … Buvant une gorgée du jus de baie – décidément trop sucré – que lui avait donné son frère, elle reposa le verre à côté d’elle, le poussant pour que le Galekid n’y ait pas accès et ne renverse pas tout sur le lit. Puis, étant donné que le silence persistait, elle se jeta à l’eau la première, vu qu’il refusait de le faire.

« Tu ne l’as pas revue depuis le premier Septembre, c’est ça ? »

De qui on parle ? Bah, des ragots, bien évidemment …

HRP ;; Youuuhouhou un mois de retard mais touuut va bien ♪ *out*



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Comme il s'en doutait, elle l'avait percé à jour. rien ne servait de nier à part à s’enfoncer et peut être à venir au bout de la patience de sa soeur convalescente. C'est même sûrement pour cette raison qu'elle n'a pas même eu un ton sarcastique en lui demandant simplement si il ne l'avait plus revu. Il soupira en baissant les yeux au sol et dut se racler plusieurs fois la gorge avant de prononcer quelques mots pourtant simples, mais qui ne sortaient pas.

-Oui.... Et même plus aucune nouvelle. De toute façon, je commence à m'y habituer, et à me demander si ce n'était pas une erreur.

Il releva ses yeux vers Aileen en se faisant violence et pour ne pas se laisser à nouveau submerger par l'émotion, chose qu'elle dut aisément remarquer vu à quel point il était doué pour cacher ses états d'âmes ces derniers temps. Il prit alors un des gâteaux qu'elle lui proposa et l'aida à passer dans sa gorge nouée avec une gorgée de jus de baies. C'est bête, mais de petits plaisirs simples comme ceux là suffisaient parfois à soulager les maux de l'esprit. Il devait se concentrer sur l'instant présent, voilà la meilleure manière pour combattre la morosité.
Il donna une caresse à Skoll qui refusa le gâteau que lui tendait son dresseur, tandis que Loki et Hrund se jetèrent sur ceux proposés par la jeune fille. Eh bien pauvre Loan, ses gâteaux n'allaient pas faire long feu. Mais connaissant le jeune Voltali, il ne doutait pas qu'il en ait préparé encore plusieurs fournées.
Il leva alors les yeux vers l'horloge de l'infirmerie pour connaître l'avancée de la journée. Mince presque 16h30, bientôt il devra reprendre ses cours. Il fini son verre et se tourna pour annoncer son départ imminent. Quand la porte de l'infirmerie s'ouvrit sur un rouquin qui avait les bras chargés de boites de gâteaux. En effet comme le préfet l'avait prévu, Loan avait fait de nouveau une sacré fournée. Faudrait juste qu'il fasse attention à gaver la pauvre convalescente, faudrait quand même pas que ça finisse avec une crise de foie ! Le rouquin croisa le regard du jeune ténébreux et s'excusa poliment de les déranger et qu'il passerait plus tard. Juste après s'être levé, Orren posa sa main sur son épaule et dis au jeune homme devant lui.

-Non ne t'en fais pas, c'est moi qui vais vous laisser tranquille. De toute façon j'ai bientôt cours, donc je dois y aller.

Il se tourna vers sa soeur et la prit brièvement dans ses bras et l'embrassa sur la joue en lui promettant qu'il viendrait la voir le lendemain et tout les autres jours jusqu'à qu'elle soit sorti dès qu'il en aurait le temps. Il caressa la tête de l'Absol rouge en évitant la corne, fit de même pour le reste de l'équipe de sa soeur et prit congé des deux jeunes gens en faisant sortir son équipe en même temps que lui de l'infirmerie. Arrivé dans les couloirs, il soupira et se mit en route des salles de cours. Il se sentait coupable d'avoir laissé Aileen seule, sans lui avoir rendu une fois visite et comptait changer ça pour les temps à venir. En plus parler avec sa soeur lui fera sûrement du bien avec tout ce qui lui arrivait ces derniers temps. Entendant les éclats de rire de Loan et de la Pyroli, il sourit légèrement avant de se mettre à trottiner pour aller en cours, il ne voulait pas arriver en retard à ses rattrapages. Arrivé devant la salle, il vérifia l'heure sur son Ipok, 5 minutes d'avance. Bon au moins pas de retard. Sans remarqué il ouvrit l'écran pour écrire un nouveau message et tiqua envoyant le nom de la personne à qui il avait instinctivement voulu envoyer un texto. Ruby. Il hésita encore pendant quelques secondes, tapotant une ébauche de message avant de l'effacer et ainsi jusqu'à ce que le professeur arrive. Il abandonna alors l'idée et rangea son appareil avec un soupir. Peut être n'y avait-il plus rien à dire.



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum