[Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Mer 5 Nov - 17:25
Par le saint verre à binouz' ! Cela est-il vrai ?
L'élève de l'académie que je viens d'interpeller arque un sourcil, c'est sûrement la première fois de sa vie qu'il tombe nez à nez avec un homme de me classe, de ma prestance, de ma hauteur et j'en passe.
Bah ouai c'est vrai. Mais t'es chelou toi !
Le malandrin s'en va. Ne connaissant pas la signification du terme chelou, je ne pourchasse pas le jeune homme pour offense à un chevalier et m'en vais vérifier la nouvelle qu'il m'a annoncé. Selon les dires de cet individu, l'académie organise des cours spéciaux auxquels il faut s'inscrire si nous désirons y participer. Par curiosité je vais voir de quoi il en retourne. L'élève n'a pas menti et bon nombre de personnes se sont déjà incrustés à ce que je vois. Cours de topdressage, d'athlétisme, de coordination : il y en a pour tout les goûts. Pour s'inscrire, rien de plus simple : il suffit de noter son nom sur une feuille accrochée au mur.

En tant qu'apprenti chevalier, je me dois de participer à un de ces soi disant « cours spéciaux », ceci-étant je réfléchis un instant et demande conseille auprès du pokémon qui m'accompagne.
Rat des mers, que préfères-tu ?
Napoleon sort son coquillage et, avec ce dernier, désigne la feuille la plus à gauche, celle sur laquelle sont notés les différents noms des élèves désireux de participer au cours topdresseur.
Très bien dans ce cas nous ne prendrons pas celui-ci !
Depuis quand un chevalier écoute une loutre hein ? Jamais, ô grand jamais je ne me fierai à cette chose ! Et puis le cours topdresseur, non merci ! Qu'on se le dise, je me serais bien battu si le Collectionneur m'avait concédé un vrai pokémon mais ce n'est pas le cas ! Sous les yeux désapprobateurs du Moustillon, je marque mon nom sur la première feuille me passant sous le nez. Et le grand vainqueur est … Cours de coordination ! Misère. Un chevalier qui fait de la couture … C'est la honte ! Encore que ! Au moins je suis sûr de ne pas me blesser. En outre, il se peut que j'apprenne à réaliser de vraies armures et de vraies épées, de quoi renforcer ma classe chevaleresque. Adjugé vendu, participons à ce cours ! De son côté, le starter eau n'a pas l'air emballé à l'idée de tisser des capes cependant ce qui est fait est fait !
Ah ! On ne discute pas avec la providence mon ami ! Les dieux ont choisi pour nous.
Entre nous ça m'arrange de participer à ce cours. Comme dit précédemment je ne suis, pour le moment, pas caler pour le cours de topdressage et courir des heures entières sous le regard meurtrier du tyran Jackie n'est pas ma tasse de thé. La coordination ça a un petit côté sympathique ! Histoire de savoir dans quoi je me suis embarqué, je zieute la liste et les différents noms inscrits. Comme on peut s'y attendre, il y a majorité de filles. Ceci-étant, je ne devrais pas avoir de mal à m'illustrer et, si possible, à faire le malin devant les dames de l'académie.

***

C'est le jour J. Pour une obscure raison nous sommes conviés à rejoindre un mystérieux hangar. Franchement je m'attendais à un truc un peu plus « Glamouuuuuuuur » de la part d'Andreas. À moins que ce ne soit pas lui qui gère la séance d'aujourd'hui ? Bah ! Peu importe au fond. Les portes s'ouvrent et vient le moment pour nous autres étudiants d'entrer. Vraisemblablement c'est Melty qui dispense le cours ; conclusion ? Il faut rester loin, très loin, de la jeune femme avant que cette dernière ne me poignarde par mégarde. Les étudiants ainsi que moi-même observons les lieux. Il y a des gazinières et des plans de travail. Sur ceux-ci sont posées des boîtes fermées dont il est impossible de cerner le contenu. Dans un murmure, je déclare :
De la cuisine …
Un chevalier qui crée une armure ou qui forge une lame, ça a la classe. Un chevalier qui fait des œufs à la coque … Bien moins. Pour le coup, j'avoue regretter mon choix. Finalement le cours scientifique aurait peut-être fait l'affaire ! Quoiqu'il en soit, j'écoute avec attention les propos de la maladroite référente des Mentali et constate que j'ai bien fait de me mettre à l'écart. En effet la donzelle a quand même réussi l'exploit de balancer un couteau sans s'en rendre compte. Ah bah bravo. À croire que Melty est possédée par l'ignoble Roi-Démon en personne ! Bref, miss Potts continue sur sa lancée – non, je ne fais pas allusion au couteau – et nous explique le but du cours. Grosso modo il faut réaliser une entrée, un plat et un dessert en usant des produits se trouvant dans la boîte mystère. Pour chacun d'entre nous, notre voisin fait office de partenaire. Dans mon cas, mon équipière m'est inconnue c'est pourquoi je me présente.
Bien le bonjour, dame. Marc-Antoine Archibald De l'Épée pour vous servir.
Vu qu'elle va cuisiner – parce que je compte bien la faire travailler cette donzelle – je vais éviter de lui salir les mains avec ma bave de Cradopaud et sors Napoleon de sa pokéball. Sait-on jamais, sur un malentendu il peut être utile !

Permettez que j'ouvre ceci.
Évidemment je me fiche de son aval et, avec de grands gestes, retire le couvercle. TADAAA ! Vraisemblablement nous allons devoir cuisiner des cuisses de Grenousse, des baies dont je ne sais rien et des œufs de Colombeau. À première vue ça n'a pas l'air très bon mais je suis content de ne pas être tombé sur les yeux de poiscaille qu'ont eu nos voisins de droite.
Mh. Ces ingrédients ne cassent pas trois pattes à un Canarticho.
Mais à un Grenousse ! Ah ah ah ! Je me retiens de faire cette blague, sous peine de passer pour un guignol auprès de ma partenaire. L'épreuve vient juste de commencer, tâchons de ne pas être un boulet dès les premières minutes. D'autant que ce cours est sûrement important pour la rousse qui, je suppose, est coordinatrice.
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Ven 7 Nov - 22:30
Cleve s’était inscrite sans grande conviction au cours de spé Coordinateur. Avec un soupir, elle avait apposé son nom sur la feuille des participants, et avait regardé Peppéroni avec un haussement d’épaule désinvolte. Non. Cette fois-ci, elle n’avait pas envie de plonger toute la journée en petite tenue près de l’Epave pour se faire attaquer par des Pokémon sauvages. Elle avait assez donné de sa personne pour ce genre de cours complètement loufoque où un vieux pervers sans âge vous faisait vous geler les miches dans une eau hostile. Merci pour elle. Pour autant, elle n’avait pas non plus envie de se faire beugler dessus par Jackie. Vu la façon dont elle s’était faite dégommer lors de la Grande Compétition dans son stand de Lasergame, elle préférait rester le plus loin possible de la terrible référente des Pyrolis. On ne savait jamais. Cette nana était particulièrement dangereuse, arme au poing ou pas. Quant au cours de Topdresseur ? Pouah ! Ace S. Creed était juste un arrogant et insupportable vieux grincheux qui allait les bassiner une demi-heure avec ses exploits de grand duelliste avant de les faire s’affronter en leur répétant qu’il n’attendait pas grand-chose de ces bigorneaux. Ses cours se déroulaient toujours de la même façon et avaient toujours la même finalité : ils ne servaient à rien d’autre que se sentir encore plus nul qu’avant de les commencer. Cleve se demandait comment le professeur pouvait encore passer les portes avec une tête aussi enflée. Mais ça, ça semblait être le crédo de la majorité des enseignants de l’académie. Soupirant, la rousse s’était donc résolue à inscrire son nom sur la fiche des Coordinateurs en se disant qu’au moins, elle choisissait le moins pire des quatre.

***

Lorsqu’elle avait reçu sa salle, elle s’était attendue à tomber sur Andreas. Un hangar ! Il s’agissait forcément d’une de ses excentricités. Les faire se présenter sur une estrade devant un public déniché d’on ne savait où serait certainement le sujet du jour. A moins que ce ne soit un cours d’arrangement floral ? Après tout, avec toutes les roses qu’il sortait de son calbut son veston, il devait forcément se réapprovisionner un jour ou l’autre. Quelle ne fut donc pas sa surprise lorsque, accompagnée de Peppéroni, elle pénétra dans une sorte d’immense cuisine. Enfin cuisine était un bien grand mot… il s’agissait plutôt de grandes paillasses sur lesquelles tout le nécessaire avait été disposé. Des ustensiles, des assiettes, des couverts, des plaques chauffantes, des éviers… et, sous de grandes cloches, certainement des aliments qui n’attendaient qu’à être cuisinés. Des effluves bizarres lui parvinrent aux narines. Les produits étaient certainement crus, mais en tout cas, ils avaient une mauvaise odeur. Peut-être celle des produits pêchés en mer, Cleve ne savait pas trop. En tout cas, c’étaient les senteurs les plus fortes et les plus persistantes. Fronçant le nez devant cette agressivité olfactive, la rouquine s’installa devant une table en attendant les instructions. Elle chercha des yeux une tête connue, mais ils étaient tellement nombreux qu’elle ne parvint même pas à discerner l’un de ses camarades. Elle adressa donc un sourire au blond qui était déjà là, et reporta son attention sur Melty.

La douce référente des Mentali était déjà en train de passer entre les rangs en faisant valser son fidèle couteau. Ses airs angéliques étaient parfois troublés par l’éclat d’une lame qui virevoltait devant son visage gracile. Merde. Elle était vraiment flippante cette femme ! La rousse retint sa respiration lorsque la demoiselle passa à côté d’elle, et sursauta comme tout le monde lorsque le couteau échappa des mains de la psychopathe de service. Un « Oups » franchit les lippes fraîches de la brune, tandis que la majorité des élèves commençaient à piailler de panique. MON DIEU. Qu’est ce qui leur avait pris pour qu’ils en viennent à s’enfermer dans une pièce avec cette tarée ?! A choisir, Cleve préférait se foutre à poil et nager dans le Lac Corail. Ah mais oui mais non. Il faisait plutôt froid à cette période de l’année, ce n’était clairement pas recommandé.

Déglutissant avec difficulté, la jeune fille profita de la présence rassurante de son imposant Lokhlass. Haut colosse de glace et de graisse, le Pokémon Transport veillait sur sa dresseuse, prêt à sauter devant elle pour la protéger si un couteau venait à voler dans sa direction. Ou alors pour enfouir sa tête dans le carrelage comme une vulgaire autruche, au choix. Haussant les épaules de dépit, Cleve écouta les consignes avec attention. Elle sorti son iPok lorsque Melty parla de la fameuse émission de cuisine, se renseigna rapidement et refourra son appareil dans sa poche. Bon, si elle avait bien tout compris, ils allaient devoir faire une entrée, un plat et un dessert, le tout en un temps très limité. La grande pendule qui était devant eux ferait office de compte à rebours, et ils allaient devoir mettre la main à la patte pour valider le cours. Ok. Jusqu’à là, la théorie semblait simple. C’était en pratique que ça se corsait. Car comme la majorité des jeunes de son âge, la Givrali n’avait que très rarement manié la spatule et le couteau.

Oh certes, elle avait déjà cuisiné quelques gâteaux avec sa mère, et elle aidait parfois à faire la cuisine lorsqu’elle n’était pas devant ses jeux-vidéo. Mais voilà ; c’était tellement rare qu’elle n’était pas sûre de pouvoir refaire tout ça seule. Et puis ces ingrédients mystères ! On pouvait compter sur Melty pour dénicher des trucs bizarres… Connaissant bien la référente des Mentalis, on pouvait s’attendre à avoir des œufs de n’importe quel Pokémon. Cette dingue aimait les œufs ; il n’y avait qu’à se rappeler du jour de Pâque de l’an dernier… Mais le reste, c’était une grande surprise ! Avec une moue dépréciative, Cleve croisa les bras et daigna enfin lever les yeux vers son binôme. C’était un blond au visage assez étrange et aux airs pompeux. Timidement, la rousse lui adressa un sourire avant que le jeune homme ne se mette à la saluer. Dame ? Pour vous servir ? Cleve haussa un sourcil en se demandant pourquoi il s’adressait à elle comme à une dame du temps des Chevaliers. Marc-Antoine De l’Epée... De l’Epée. Oh !

Etait-ce un réel Chevalier ? Comme L’Osselot et toutes les autres célébrités d’antan ? La rousse eut une expression émerveillée. Elle venait de rencontrer un véritable Chevalier ! Folle de joie à l’idée que cette personne puisse lui apprendre elle ne savait quoi -peut-être l’antique recette du Cake de la Table Carrée !- Cleve décida de faire la meilleure impression possible. Tirant les pans de sa longue jupe et effectuant une révérence de mise, elle s’inclina légèrement et déclara d’un ton ampoulé : « Dame Cleve Carter, ravie de faire votre connaissance »

Peppéroni pouffa de rire à ses côtés en la regardant avec une expression de tendresse mêlée à de l’exaspération, et le Statitik qui était logé dans sa chevelure rousse sorti pour saluer le nouvel arrivant. Crépitant de petites étincelles bleutées, Lem s’inclina lui aussi –dans la mesure du possible- devant Marc-Antoine, essayant de faire aussi bonne impression que sa dresseuse.

Les présentations étant enfin achevées, venait enfin le moment de commencer le travail. Avec de grands gestes dramatiques, Marc-Antoine souleva le couvercle, découvrant trois ingrédients posés sur une assiette d’argent. Le premier ingrédient était un œuf d’une espèce que Cleve ne parvint pas à reconnaître. Le reste était cependant familier, et Cleve distingua les cuisses de Grenousse –excellentes avec des purées de légumes oubliés- et les couleurs caractéristiques des baies Stekpa. Hm. Qu’allaient-ils bien pouvoir faire avec ça ? A côté, les boîtes mystères ne semblaient pas plus glorieuses. D’un coup d’œil, Cleve reconnu des rognons sur la table voisine, tandis que Lem pleurnichait de tristesse devant le spectacle des Mimigales séchées.

« Ahaha effectivement… mais je pense que c’est mieux qu’à côté. » commenta Cleve avec un sourire.
Puis, enfilant le tablier qui était posé sur la table, elle sorti un calepin et commença à penser à un menu. « Enfin bon, nous allons commencer par réfléchir au Menu, qu'en dites-vous ? Les cuisses de Grenousses serviront très certainement pour le plat ; c’est le met le plus consistant. Les œufs pourront faire une entrée sympathique. Ma mère a l’habitude de faire des œufs cocotte avec quelques épices et herbes aromatiques, c’est plutôt bon et pas trop dur à faire. Quant aux baies… elles composeront certainement le dessert, mais je ne sais pas trop ce qu’on pourra faire avec… de la glace prendrait trop de temps et je ne sais pas en faire. De souvenir, cette baie est sucrée, mais aussi un peu amère… Il faudra donc faire quelque chose pour l’amertume et l’adoucir un peu, non ? »

Attrapant un couteau, elle commença à trancher l’une des baies et en tendit un petit morceau à Marc-Antoine, avant de croquer sans le sien. Comme prévu, le goût était bien sucré et amer. « Est-ce le goût vous inspire quelque chose ? » demanda-t-elle à son binôme, tandis que Peppéroni se léchait les babines à côté d’elle.
Autour d’eux, c’était déjà la panique. Les couteaux commençaient à trancher, mais avec une certaine maladresse et une certaine retenue. Les autres élèves n’étaient pas plus avancés qu’eux et ils se jetaient dans la réalisation de leur menu de façon désorganisée. Mais le temps était compté, et il fallait qu’ils réfléchissent vite et bien !
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Sam 8 Nov - 15:07
Dame Cleve, puisque tel est son nom, me salue d'une bien élégante manière tandis qu'une bestiole bleue de deux mètres de haut se met à rire. Honte sur le Lokhlass qui ne comprend vraisemblablement rien aux bonnes manières et aux nobles us et coutumes courtoises. Un insecte placé dans la chevelure Cleve – autant vous dire que ça ne fait pas très dame chic – me salue à son tour. Bref, trêve de salutations longues et inutiles et place au travail. La miss propose que nous nous concentrions dans un premier temps sur l'élaboration de notre menu. Cela me semble en effet une bonne idée, c'est pourquoi j'acquiesce d'un hochement de tête et écoute la rousse parler. Mettre les cuisses de Grenousse dans le plat principal ? Adjugé et vendu. De toute façon je ne vois pas ce genre d'aliment traîner en dessert ni même en entrée … Encore que ; les cuisses peuvent faire, dans certains cas, office d’amuse-bouche fort sympathique ! À en croire dame Carter, le plus logique serait de se servir des baies pour le dessert et de l’œuf pour le premier plat. Soit dit en passant, la scientifique a une idée pour ce qui est de l'entrée : nous allons faire des œufs cocottes. Si je sais ce que c'est ? Absolument pas. Si je suis d'accord ? Pour sûr.
Soit. Faisons ça !
En vérité je devrais plutôt dire : « fais ça ! » car je ne sais même pas à quoi est censé ressembler ces fameux « œufs cocottes ». Bref, mon équipière et moi venons à discuter des baies. Afin de stimuler notre imaginaire et nos cellules grises, nous goûtons chacun une moitié du fameux fruit. Étant donné le fait que la Givrali ait proposé une entrée, je présume que c'est à mon tour de faire part de mes idées.
Mh. Hum.
Ces onomatopées ridicules servent à faire patienter mon auditoire. À l'image des goûteurs de binouz', je mâche avec frénésie la baie et fais passer cette dernière de droite à gauche dans ma sainte bouche. Après dix à vingt secondes de dégustation – tout ça pour une baie –, je me gratte les deux poils de moustache qui ont poussé la veille et réponds à la question de la rouquine.
Pas le moins du monde !
Tout ça pour ça. Je me sens un peu idiot pour le coup. Après s'être plaqué le coquillage sur la figure, Napoleon saute et me frappe l'arrière de la tête avec son arme ce qui a – étrangement – pour effet de me donner une idée.
Eurêka ! À la rigueur nous pouvons réaliser un dessert avec de la crème et mettre les baies par dessus, accompagné de leur jus sucré.
Certes ce n'est pas l'idée de l'année mais c'est toujours mieux que rien. Il faut dire que je n'y connais pas grand chose en cuisine. Dans ma demeure ce sont plutôt les servantes – comprenez par là ma mère – qui s'adonnent à ces tâches ingrates. Si bien que, de mémoire, je n'ai jamais eu à toucher la moindre plaque chauffante de ma vie. Soit dit en passant, je ne suis même pas sûr de savoir comment mettre en marche la gazinière.

Rien n'est encore clairement établit cependant notre tandem possède quelques pistes concernant le dessert. Ceci-étant je me mets à réfléchir quant-à un éventuel plat. Pour celui-ci, il nous faut utiliser les cuisses de Grenouse mises à notre disposition et le moins que l'on puisse dire c'est que cet aliment est fort peu ragoûtant. La forme, les couleurs, la texture, tout cela joue en la défaveur du produit. Ainsi, quitte à faire quelque chose avec ces cuisses, autant dissimuler au maximum les attributs pouvant inspirer le dégoût. Plus jeune, ma mère me faisait des aubergines pannées dans le but de me faire manger des légumes. Là encore je n'invente pas l'eau chaude mais c'est une idée qui peut plaire à ma partenaire. Toujours avec cet air de pseudo-noble, je demande :
Panner les cuisses de Grenousse pourrait en outre être une idée remarquable. Effectivement je ne vois guère peuples ou peuplades affamés désirer déguster pareil immondicité. Je ne doute guère pour autant du goût fort appétissant de la chose, néanmoins sa texture rebuterait le plus Ginjiesque des gueux.
Napoleon me regarde bizarrement. Je crois que ma prose l'a ébloui ! À moins qu'il ne sache pas qui est le légendaire Ginji, l'homme qui mange plus vite que son ombre ? Moi non plus à dire vrai. J'ai simplement eu vent de sa réputation de goinfre. Quoiqu'il en soit je tiens peut-être une idée là alors autant en faire profiter Cleve.
Par ailleurs, pour accompagner ces cuisses pannées, je vois bien une purée simpliste. Œufs en entrée, purée, viande pannée : ce menu me remémore mes souvenirs d'enfant que je fusse il y bien des années avant de partir en croisade contre les vils tyrans belliqueux de ce bas monde et…
Et comme d'habitude je me laisse entraîner dans des histoires abracadabrantesques qui n'ont ni queux ni tête. Heureusement Napoleon est là pour me remettre dans le droit chemin et me cogne à nouveau, ce qui a pour effet immédiat de me faire taire. Je toussote histoire de me donner un air solennel et reprends.
Par ma grande intelligence j'ai éclairé le chemin vers la réalisation de plats variés et à thèmes concordant. Il ne nous reste plus qu'à peaufiner le tout !
Résumons rapidement si vous le voulez bien. En entrée, nous faisons le fameux œuf cocotte de Cleve. En plat principal, une purée accompagnée de cuisses de Grenousse pannées. Mais quel type de purée faire ? Pour le moment je n'en sais trop rien. À la limite, autant fouiller l'épicerie afin de voir ce qu'il y a et ce qu'il n'y a pas. Peut-être que nous serons inspiré par un met particulier. Enfin pour ce qui est du dessert, notre duo compte réaliser une crème – allez savoir quel type – peut-être, accompagnée de baies par dessus et de leurs jus.

Par curiosité, je tourne la tête à droite puis à gauche et constate que les gens s'affolent et courent dans tous les sens afin de trouver des aliments qui comblent leurs attentes. À moins que Cleve ait soudainement un éclair de génie, je propose que nous commencions nous aussi à chercher nos aliments à l'épicerie et dans le saint répertoire à bouffe frigorifiée.
Allons donc chercher les aliments, dame ! Peut-être serons nous subjugués par une trouvaille et aurons-nous l'inspiration divine dont parlent les héros des âges passés.
Sur ces mots d'une élégance infinie, je m'en vais noblement chercher les ingrédients nécessaires à l'élaboration de notre menu. Pour le moment, il nous faut assurément de la crème fraîche. Les quatre autres ingrédients sont à choisir selon notre inspiration du moment. Le dégoût se lit sur mon visage lorsque je tombe nez à nez avec un poireau de Canarticho puis une langue de Frison. Burk. Hors de question de prendre ces aliments. La loutre trouve cependant quelque chose d'intéressant : un Pitrouille, ou du moins des extraits de Pitrouille. Je m'empare du pokémon-légume et m'en vais voir Cleve :
Dame, voyez là ce que J'AI trouvé !
Inutile de vous signaler que j'ai eu le droit – là encore – à un coup de la part du rat des mers. Le Pitrouille sera parfait en purée. Miss Carter et moi tenons notre plat principal : Purée de Pitrouille et cuisses de Grenousse pannées. Je ne sais pas ce qu'il en est vous concernant mais pour ma part, j'en ai l'eau à la bouche.
Avez-vous déniché des composantes essentielles à la bonne réalisation de nos œuvres, dame ?
Cela fait à peu près sept à huit minutes que l'épreuve a commencé. Dans l'idéal le mieux serait que nous ayons un « plan d'action » complet dans six ou sept minutes.
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Mar 11 Nov - 11:13
Cleve était fascinée par ce garçon qui se comportait comme un véritable chevalier. Tout dans son attitude respirait la classe, et elle se tint plus droite encore dans le but de se montrer digne d’être sa partenaire. Ils devaient avoir l’air vraiment ridicule d’un point de vue extérieur, mais la rousse n’en avait cure après tout elle en avait l’habitude. Elle commença donc son travail en sortant un calepin et en exposant ses menues idées de menu 10/10. Cuisses de Grenousse en plat ? Validé. Œufs cocotte ? Ca semblait brancher Marc-Antoine. Quant au reste… Ils mâchonnaient silencieusement leur moitié de baies, réfléchissant à ce qui pourrait se faire. Cleve jeta un coup d’œil au blond, qui était plongé dans une réflexion intense. Il mâchait, mâchait et remâchait sa baie, comme un expert culinaire. La jeune fille s’attendait même à le voir recracher le fruit à la fin –après tout, il est bien connu que pour ne saisir que le goût, il est préférable de faire circuler l’aliment et de ne pas l’avaler-. Elle contemplait donc son camarade avec de grands yeux brillants quand… il déclara ne pas avoir d’idée du tout.  Eh merde. Elle s’était réellement attendue à ce qu’il lui fasse la grande révélation du siècle, là. Elle cacha tout de même sa déception et continua de repenser à tous les desserts qu’elle avait mangés dans sa vie lorsque le Moustillon du chevalier lui frappa l’arrière du crâne avec son coquillage. A ce moment-là, Marc-Antoine sembla éclairé par la lumière divine et il lui exposa une idée. Mais oui !

« Oh, excellente idée ! Comme voyons… une Panna Cotta, oui. J’en avais déjà fait avec ma mère. Ce n’est pas très dur mais il faudra des feuilles de gélatine, je ne sais pas s’il y en a ici… »

Son regard se perdit vers le garde-manger. Auraient-ils à disposition tous les ingrédients nécessaires ? Cleve voyait bien Melty pousser le vice jusqu’au bout et ne leur proposer que des trucs peu ragoutants –des yeux de Limonde, des gésiers de Roucool ou des extraits de Princesse, par exemple…-. Pinçant les lèvres, la demoiselle nota l’idée de la Panna Cotta sur son carnet et se tourna vers son camarade. Marc-Antoine était parti dans ses grandes divagations. Avec une voix pompeuse, il parla de cuisses de Grenousse panées, et la rousse dû se retenir très fort pour ne pas s’étrangler de rire. Sérieusement ? Le chevalier mangeait des aliments panés ? Alors là, c’était carrément improbable. Peppéroni semblait d’ailleurs trouver que ce type avait un sérieux grain car il enfoui sa tête sous la table pour rire tout son soûl. La Givrali n’avait jamais vu son Pokémon ainsi. D’ordinaire, il était agressif envers les mâles qui se trouvaient trop près de sa petite humaine. Mais là… il pensait sûrement que Marc-Antoine était loin d’être une menace. Juste encore un de ces loufoques de l’académie.

L’idée de paner les cuisses plaisait cependant à Cleve. En plus, ils pourraient utiliser leurs œufs de l’entrée pour tremper la viande et la rouler dans la farine ensuite ! A moins qu’ils puissent trouver un peu de chapelure, ce qui ne serait pas une si mauvaise idée. Pensive, la rousse était de plus en plus intriguée par le fameux garde-manger. Cependant, même si la majorité de leurs camarades commençaient déjà à se ruer vers les frigos, la Scientifique souhaitait peaufiner leur menu avant de commencer quoi que ce soit. Il fallait aussi s’assurer qu’ils ne dépasseraient pas le nombre d’ingrédients imposés ! Tout ça était bien compliqué…

« Je suis d’accord. Pour ça il nous faudra donc des œufs, de la farine, et de la chapelure si on en trouve, mais ce n’est pas obligatoire… »

Et pour la purée ? C’était exactement ce à quoi elle pensait. Ebahie par les tirades de Marc-Antoine se remémorant des flash nostalgiques d’une enfance un peu dérangée, Cleve en oublia de noter sur son calepin. Elle se reprit cependant bien vite lorsque le Moustillon de son binôme lui asséna de nouveau un coup de coquillage dans la tronche. Bon ! Le menu étant à présent composé, il fallait se bouger pour réaliser le tout. Car ce n’était pas en restant là que les marmites allaient se touiller toutes seules… Faisant signe à Pep de la suivre, Cleve se dirigea d’un pas vif vers le garde-manger. Elle adressa un coup d’œil discret à Marc-Antoine qui se pavanait avec une véritable allure de chevalier, et se retint de lui supplier d’accélérer un peu le pas –après tout, ils n’avaient pas que ça à faire-. Mais elle était tellement persuadée qu’il pourrait lui apprendre une nouvelle recette antique, qu’elle retint la remarque qui lui brûlait les lèvres et ouvrit le premier placard.

Là-dedans, il y avait de tout –et surtout- de rien. Des bocaux de choses peu ragoûtantes, des choses séchées qui dégageaient une odeur atroce… La rouquine fronça les narines et poussa les aliments qui ne l’intéressaient pas pour trouver plus inspirant. Du sel et du poivre ! Voilà qui était un indispensable. Fourrant ses trouvailles sur la carapace de Pep, elle continua de farfouiller. Des Lovdisc séchés ? Non merci. Des fleurs de Roselia ? Très peu pour eux. Des herbes aromatiques ? Hm, pourquoi pas ! Bientôt, le panier de course se remplit de plus en plus. Dans les ingrédients « classiques », Cleve avait empilé sel, poivre, herbes aromatiques, farine et sucre. Pour le reste cependant, il fallait qu’ils réfléchissent vite et bien. La crème fraîche et la gélatine étaient essentielles pour leur dessert ; de même que la crème pourrait également se mettre en entrée et dans le plat pour adoucir la texture de la purée. La rousse repéra donc bien vite ces deux denrées –dieu merci Melty en avait !- et les posa sur Pep’. Quant aux trois autres…

Détalant vers elle comme un dindon atrophié, Marc-Antoine brandit devant elle une trouvaille qui semblait tout particulièrement le réjouir. Du Pitrouille ! Ou tout du moins, des morceaux de Pitrouille déjà pré découpés, ce qui leur épargnerait l’horrible tâche de zigouiller ce pauvre Pokémon.

« Superbe ! On pourra faire la purée de Pitrouille avec ça. Hmm… quant à moi eh bien. J’ai trouvé quelques ingrédients classiques mais indispensables pour assaisonner nos plats, de la crème fraîche, et de la gélatine. Ce qui fait qu’il nous reste encore deux autres ingrédients à trouver… Pour le plat je pense que nous avons assez d’éléments, donc il vaudrait mieux améliorer l’entrée et le dessert et… oh ! »

Repérant soudainement quelque chose qui l’intéressait, Cleve s’interrompit et attrapa un fromage d’Ecremeuh bien emballé dans un torchon. Elle inspecta l’aspect général du produit et eut un sourire satisfait.

« Nous pouvons toujours mettre du fromage dans les œufs cocotte pour avoir une saveur supplémentaire, qu’en pensez-vous ? »

Quant au dernier ingrédient, Peppéroni semblait déjà l’avoir trouvé car il mangeait allègrement dans une grosse boîte de biscuits secs et marron. De quoi sublimer le dessert ?

« Que pensez-vous de biscuits ? Ce qui nous ferait cinq ingrédients. Si je récapitule, nous aurons l’entrée : des œufs cocotte composées d’œufs de Colombeau, de crème fraîche, de fromage d’Ecremeuh et d’herbes aromatiques. Ce sera assez rapide à faire, nous n’avons qu’à mélanger ces ingrédients et à les cuire dans un four. Pour le plat, ce sera des cuisses de Grenousses panées grâce à de l’œuf et de la farine. Elles seront accompagnées d’une purée de Pitrouille. Quant au dessert… Une Panna Cotta composée de crème fraîche et de gélatine, avec un coulis de baies Stekpa et de quelques morceaux de fruits frais. Le tout avec quelques biscuits émiettés sur le dessus ? » résuma Cleve.

Rien que d’y penser, elle en avait déjà l’eau à la bouche. Après, en théorie, ça semblait facile. En pratique, ça le serait sûrement beaucoup moins ! La rousse posa ses ingrédients sur Pep’ et croisa les bras.

« Ce que je suggère, c’est que nous commencions la Panna Cotta en premier. Il faut le temps que la gélatine prenne, et un certain temps de pause dans le frigo. En parallèle, il faudra faire le coulis de baies également car il faudra le refroidir pour ne pas faire fondre notre Panna Cotta. Comme nous avons quatre plaques, nous pouvons également commencer à peler le Pitrouille et à le faire cuire doucement dans de l’eau chaude car il faudra au moins une bonne demi-heure pour que la chair soit moins ferme. Pour le reste, les cuisses peuvent se faire à la dernière minute. Les œufs cocotte au milieu, lorsque nous aurons un peu plus de temps, car il n’y a pas de contraintes particulière pour ça. Qu’en pensez-vous ? De quoi voulez-vous vous occuper ? »
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Lun 17 Nov - 19:17
La purée de Pitrouille est une bonne idée, nous sommes d'accords sur ce point. Il ne reste à notre duo qu'à décider des deux derniers ingrédients à sélectionner. En effet la miss a réussi à trouver la gélatine ainsi que la crème. Dans l'espoir de trouver une énième composante à ajouter, je regarde autour de moi et cherche l'inspiration auprès des autres étudiants  – en gros je fais de l'espionnage industriel. N'ayant pas beaucoup d'idées, je me repose sur Cleve et cela tombe bien car la Givrali déniche du fromage et ambitionne d'ajouter cet aliment à notre entrée. Miss Carter souhaite savoir ce que je pense de cette idée et d'un air fort solennel j'annonce :
▬ Je validationne majestueusement et fort grandement cette proposition des plus éclairée.
Si le terme validationne existe ? Ma foi je n'en sais rien. Si je m'en souci ? Pas le moins du monde ! Il nous reste un ingrédient à sélectionner et c'est au tour du géant bleu de se faire remarquer. Le bougre est actuellement en train de picorer sous notre nez des spéculoos. Cela donne une idée à mon binôme et bien entendu, étant moi-même un grand fan de biscuit, je ne peux qu'acquiescer à l'écoute de cette dernière. Lorsque vient le moment de faire le bilan, je me permets de souffler les mots suivants :
▬ Oui oui, récapitulationnez, récapitulationnez.
La rousse détaille alors notre menu et je dois avouer que cela me plaît ! En outre il faut avouer que jamais la donzelle n'aurait réussi à élaborer pareil plan sans mon aide. Comme quoi j'ai été fort utile ! Ceci-étant, je m'apprête à lui souhaiter bonne chance et à quitter la pièce quand je crois entendre une phrase quelque peu non convenue. « Qu'est-ce que je souhaite faire ? » Parce que je dois réellement faire quelque chose ? Certes nous sommes ici pour cuisiner mais pendant un instant j'ai cru qu'elle serait apte à tout réaliser elle-même et que je pourrais me contenter de regarder. Vraisemblablement je me suis trompé.
▬ Mh. Choix difficile, choix difficile.
Les secondes passent et pour des raisons évidentes je vais éviter de lui faire perdre du temps. Vite Marc-Antoine, tu dois te décider me suis-je alors dit.
▬ Je vais peler les Pitrouille ! J'ai toujours été bon pour les coupes, les estocs, les frappes et autres maniements des armes. En effet vous pouvez demander au Seigneur March... Hum hum. Bref, on s'en fiche. Allons-y. Taïaut !
Peler des Pitrouilles, franchement ça doit pas être dur. Mon pokémon m'observe d'un air curieux tandis que, fier guerrier que je suis, je sors mon épée.
▬ C'est parti !
D'un coup d'un seul, mon arme s'abat à quelques centimètres de la Pitrouille et cogne la paillasse. Le contact entre la lame et le plan de travail produit un son strident et me fait vibrer pendant d'interminables secondes. De son côté le Moustillon se marre tel le vil flibustier des mers qu'il est. Après avoir repris mes esprits, j'adresse un regard menaçant à Napoleon.
▬ Cesse de rire et aide moi.
Cleve et moi avons des pokémons, ce n'est pas pour rien. Effectivement ; quitte à ce que mon rat des mers soit présent, autant qu'il me soit utile. À ma grande surprise, le pokémon est plutôt bon pour ce qui est d'éplucher le légume. Armé de son coquillage, il coupe avec une certaine précision les parties indésirables de la Pitrouille. Son aide me donne du temps et me permet de commencer à faire chauffer l'eau.

Ah mais attendez. Comment allumons-nous un gaz déjà ? Après une bonne demi minute à chercher, je réussis à créer le feu. Mes yeux d'enfant s'illuminent à la vue de ma trouvaille.
▬ Oooh. Le feu.
Aujourd'hui est un jour important mes frères. Moi, Marc-Antoine de l'Épée j'ai découvert le feu. J'ai bien envie de faire part de ma trouvaille à Cleve mais … Disons qu'on va éviter. Si je ne dis pas de bêtises, l'eau prend six à huit minutes pour bouillir. En attendant je retourne aider Napoleon mais sans user de ma grande épée cette fois-ci. En cherchant dans un tiroir je trouve un couteau de cuisine tout à fait classique qui fera parfaitement l'affaire.
▬ Par le canif du destin, tu vas mourir Pitrouille.
Étant déjà décédée, le Pokémon ne m'entend pas mais qu'importe ! Mes paroles ajoutent un côté dramatique à la scène et c'est bien là l'essentiel. Napoleon et moi avons fini d'éplucher et de couper en cube l'ingrédient, l'eau quant-à elle est bouillante c'est pourquoi je mets petit à petit les morceau du Pitrouille dans l'eau.

J'y pense un peu tard mais si nous voulons être efficace, il est certainement préférable de communiquer longuement avec sa coéquipière. Ainsi, je prends des nouvelles de la miss.
▬ Voyez dame comme je suis fort habile de mes deux mains. Tout va pour le mieux de votre côté je l'espère ? Nécessitez-vous une présence chevaleresque pour une quelconque chevaleresque tâche ?
Cela peut paraître puéril – et au fond je sais que ça l'est – mais j'ai fait des efforts et souhaite que ça se remarque ! De plus j'avoue ne pas trop savoir que faire là. Napoleon est en train de touiller le fond de la casserole avec sa sainte cuillère en bois tandis que je me tourne les pouces. Avant même que Cleve ne prenne la parole, je me remémore ses propos. Il faut faire l’œuf cocotte !

Ni une ni deux, je décide de m'en occuper toutefois je ne sais même pas ce qu'est un œuf cocotte ni comment en préparer. Mh. Voilà qui est problématique. Je sors mon ipok et me mets à chercher la recette sur le net. Certains diront que c'est de la triche, moi j'appelle ça de la ruse ! Rien dans les règles ne nous interdit de faire usage de nos appareils électroniques à ce que je sache. Dans le doute – parce qu'au fond je ne suis pas sûr que ce que je fais est parfaitement légal –, j'use mon ipok discrètement. Alors alors … Oeuf cocotte. Temps de préparation : cinq minutes et temps de cuisson trente. Mh. Je fais défiler les pages et essaie de me remémorer les indications importantes. Il faut beurrer le ramequin, mettre l'assaisonnement et seulement ensuite mettre les œufs. La préparation doit ensuite chauffer au bain marie ou dans un four, qu'importe.
▬ OK.
Sur ces mots j'éteins mon ipok et range ce dernier dans une de mes poches. En somme ce n'est pas difficile à réaliser mais seuls deux petits détails me chiffonnent. Notez que mes deux questions sont très sérieuses et que, pour une fois, je n'ai pas pris d'air faussement noble pour demander les choses suivantes :
▬ Cleve, c'est qui Ramequin ? Et on le trouve où le bain de Marie ?
Bah oui ! Selon le net, je dois beurrer le premier et faire chauffer la préparation dans le second. Cela risque de poser problème car je ne vois pas de baignoire par ici.
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Jeu 20 Nov - 14:49
Bien ! Le menu étant fin prêt, il était temps de passer à la partie la plus ardue de ce cours : préparer les plats. Car c’était bien beau d’avoir des idées, mais quand il était question de tout mettre en place, visiblement, il n’y avait plus personne. Et en cet instant, la rouquine était aussi motivée que l’était Pep’ pour se lever le matin après avoir passé la soirée devant Les Feuj de l’Amour. Pourtant, Marc-Antoine semblait –oui, tu crois pas si bien dire- être à fond dans l’élaboration du plat ; tant et si bien qu’il s’appropria derechef le pelage des Pitrouilles. Eh oui ! Un grand chevalier comme lui ne pouvait pas se coltiner autre chose que des taches qui demandaient précision et coups de lame acérée. Impressionnée, Cleve hocha vigoureusement la tête pour donner son approbation. Son partenaire s’occuperait donc de la purée… Il ne restait donc que la Panna Cotta à faire en urgence ! Elle griffonna sur son cahier deux trois informations concernant ce dessert particulier. « La Panna Cotta est un dessert à base de crème, gélifié, moulé généralement sous la forme d’un petit dôme. Il s’accompagne d’un coulis de baies. » Satisfaite, Cleve attacha ses longs cheveux roux en une queue de cheval, pour éviter de laisser des résidus de sa calvitie précoce dans son assiette. Se remémorant les conseils de sa mère, la Pokémécanicienne remonta enfin ses manches et commença par remplir un saladier d’eau pour y faire tremper les feuilles de gélatine.

« Première étape : faire tremper la gélatine pour que le mélange devienne gélatineux. » indiqua-t-elle à Pep’, qui se concentra un instant avant de souffler fortement par les narines. Deux colosses gluants prirent aussitôt place sur le centre de la table, sous les ricanements incessants du Lokhlass. Cleve parut scandalisée par l’action. La bouche grande ouverte tandis que des camarades voisins rigolaient de bon cœur devant le spectacle, la Givrali posa rapidement les mains sur ses hanches. « Non Pep’, pas ce genre là. Nettoie moi ça tout de suite ! » gronda-t-elle, tandis que d’un coup de langue, le Pokémon faisait disparaitre son méfait. Retenant une moue dégoutée, Cleve fit sortir plutôt Applepie –son Evoli- et Ritsu –son Goupix- de leurs Pokéballs respectives.

Le premier se tint aussitôt droit comme le Pokémon modèle un peu lèche-cul qu’il était, tandis que le second trébuchait sur ses propres pattes en essayant de courir après ses multiples queues. Soupirant, Cleve demanda à Apple de s’occuper de réduire les baies en bouillie dans une casserole, tandis qu’elle préparait un saladier en mélangeant la crème et le sucre. L’Evoli sortit son attaque Griffe et commença à taillader avec attention les baies Stekpa, détaillant certaines en petits cubes qu’il mettait de côté dans une assiette, réduisant d’autres en une bouillie pour faire le coulis. Ritsu alluma ensuite un feu grâce à son attaque Flammèche et ils commencèrent à faire chauffer doucement le coulis de baies, le surveillant avec milles précautions. La rousse fit elle frémir son mélange puis y ajouta les feuilles de gélatine, mélangea le tout et versa cette mixture dans un saladier qu’elle mit aussitôt au congélateur. Il lui semblait que sa mère mettait le tout au réfrigérateur et laissait poser pendant des heures, mais ils n’avaient pas le temps de tout respecter à la lettre… Bah. Il ne devait pas y avoir trop de problèmes, la nature ferait son office et heuuu… ça devrait passer. Il fallait y croire dur comme fer, en tout cas.

La rousse, satisfaite de son travail, ajouta un peu de sucre dans le coulis tout en aidant ses Pokémon à touiller le mélange quand Marc-Antoine lui posa deux questions pour le moins surprenantes. Bon. La première, ce n’était pas trop dur… mais la deuxième… Fronçant les sourcils, Cleve mis ses mains sur ses hanches : « Hm eh bien… des ramequins, ce sont ces petites coupelles dans lesquelles on peut mettre des aliments. Tenez, elles sont ici. » indiqua-t-elle en montrant du doigt les six ramequins qui étaient posés sur un coin de la table. « Quant à Marie heu… Vous parlez bien de Marie des Givralis ? Si c’est bien ça je suppose que son bain est avec les douches communes de toutes les filles de mon dortoir… mais je crains que ce ne soit pas une bonne idée de s’y aventurer, Messire Marc-Antoine… » poursuivit-elle avec une mine qui voulait dissuader son camarade de tenter une quelconque opération commando dans les douches des demoiselles.

Ah là là. Il n’y en avait vraiment pas un pour rattraper l’autre…
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Ven 21 Nov - 19:05
À en croire Cleve, Ramequin n'est pas une personne mais un récipient. Bien entendu je le savais, ah ah ! Il s'agissait là d'une ruse de ma part, un chevalier de ma trempe ne peut être ignare au point de ne pas savoir ce genre de chose voyons ! J'essayais simplement d'être gentil envers la Givrali en lui donnant l'impression de m'être utile ! La rousse me tend six pots et je la remercie pour son aide. En ce qui concerne le fameux bain de Marie, je pense qu'il serait incongru de s'y rendre tout de suite. D'autant que cela ne risque pas de m'aider à faire chauffer ces œufs cocottes.
▬ En effet, vous devez avoir raison ! Les académiciennes risqueraient de me confondre avec un des nombreux dépravés de la plèbe si jamais je m'adonnais à ce genre d'expédition.
Cela-dit j'avoue que l'idée de traîner du côté des bains de ces dames ne me déplairait pas totalement … Ah non non et re non ! Tout ceci n'est pas noble, je ne dois pas laisser ce genre de pensées pervertir mon esprit pur et innocent.

Miss Carter étant dans l'incapacité de me fournir un réponse, je sors à nouveau mon ipok et tape « Bain de Marie » sur un moteur de recherche bien connu, section image. À ma grande surprise, il y a peu de photos obscènes et une multitude d'images représentant l'item au nom bien singulier. En cherchant un peu dans les différents tiroirs, je réussis à trouver le fameux « bain Marie » et m'écrie :
Il est là !
J'ai tout en main, les choses sérieuses peuvent donc commencer. Tout d'abord il faut beurrer les ramequins, ou plutôt devrais-je dire : LE ramequin. Car jusqu'à preuve du contraire, nous ne devons dresser qu'une seule et unique assiette. Une fois le ramequin beurré convenablement, je mets du fromage, du sel et un peu d'herbes sorti d'on ne sait trop où. Ça fait un peu pot pourri pour le moment toutefois je présume que c'est la recette qui veut ça. Après avoir mis l'œuf et ajouter quelques épices pour décorer, je place le ramequin au bain marie.
Comment on fait fonctionner ce truc ?
Napoleon me vient en aide, appuie successivement sur une suite de boutons et allume comme par magie l'engin.
Wow. T'as fait comment ?
Le Pokémon eau hausse les épaules tout sourire. À priori il s'est contenté de faire n'importe quoi. Quoiqu'il en soit ça fonctionne, je ne vais donc pas me plaindre. En attendant que ça chauffe, je vrille sur la purée. Les morceaux de pokémon spectre ont été pelés et mis à bouillir. Je m'empare d'un couteau et le dans un des cube de Pitrouille : ce dernier est encore dur. Cleve m'avait bien dit qu'il faudrait une bonne demi-heure avant que ça se ramollisse. Conclusion ? Il faut attendre.

Je fais quoi moi du coup ?
Ah oui les cuisses de Grenousse ! Il est vrai que nous devons incorporer cet ingrédient dans notre plat principal. Dans le but de paner les cuisses, je sors de la farine et des œufs.
Da di da dou da di di da dou ♫
Tout en chantonnant, j'ouvre le sachet de poudre blanche et en met partout. Dans le même temps je casse des œufs et … Oui non en fait c'est dégueulasse.
Hum hum. Je crois qu'il faut refaire et nettoyer.
Sans rire. Des coquilles d’œufs traînent ci et là, tout est bon pour la poubelle. Mon Pokémon et moi nous mettons à essuyer le sol et le plan de travail. Le Moustillon s'avère plutôt utile et use à plusieurs reprises de l'attaque Pistolet à O. Cela nous prend bien deux à trois bonnes minutes et quand enfin nous avons terminé de tout ranger, il est temps de préparer la purée. Moi qui voulais avancer et réaliser les cuisses de Grenousse … C'est bien ma veine ! Je suppose que Cleve pourra s'en charger et saura mieux s'y prendre que moi.

Avec une louche, je sors les cubes mous de Pitrouille et les place dans une casserole avec du beurre et un peu d'eau. J'ajoute ensuite du sel et commence à touiller de sorte à créer une bouillie s'apparentant à une purée. Je prends la casserole, montre son contenu à ma partenaire puis demande :
Dame, pouvez-vous goûter et me dire si, présentement, la texture convient ?
Peut-être n'ai-je pas mis assez de beurre ou d'eau et c'est pour cela que c'est trop pâteux. Ou alors peut-être est-ce trop liquide à son goût. Dans tous les cas je n'ai pas mis tout les cubes de Pitrouille dans la casserole et peux donc refaire la purée si jamais cette dernière ne lui convient pas.
Par ailleurs les œufs cocottes seront prêt dans cinq à six minutes chère partenaire. Dans le cas où ma mémoire me ferait défaut, ayez l'obligeance de les sortir du bain de marie.
Je suis parfois tête en l'air et il serait dommage de devoir refaire l'entrée. D'ailleurs je ne pense pas que nous ayons réellement le temps pour cela.
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Mer 26 Nov - 17:45
Cleve adressa un sourire poli à Messire Marc-Antoine lorsqu’il confirma que visiter les douches féminines n’étaient pas forcément l’idée du siècle en ces temps houleux. Nul risque qu’Ezra vienne fourrer son nez dans les affaires peu reluisantes de l’académie puisqu’actuellement, elle semblait avoir mieux à faire. Mais avec les pies du Zarbodmadaire (coucou les filles !), on n’était plus à l’abri de rien. Ah ça… Visiblement, même si la « sexy I.A » de la Gazette avait été remplacée par deux camarades du dortoir de la rouquine, on tournait encore fichtrement sur les mêmes sujets. Paraîtrait que c’est ça qui fait vendre. Parler de la dépravation étudiante et des basses techniques d’approche des pervers de l’école. Ah ben bravo, c’est du propre. Enfin. Cleve haussa les épaules et continua son cours. A force de papoter, ils perdaient du temps. Marc-Antoine fut cependant encore utilisation de son iPok et dénicha le fameux Bain de Marie. Aaaaah ! Un Bain Marie ! Voilà qui était différent ! Avec un sourire, se retenant de pouffer de rire devant la faute précédemment commise par son binôme, la Scientifique donna un coup de coude à Pep’ pour le faire taire. Le bougre était en effet en train de s’esclaffer bruyamment, comme il le faisait depuis le début du cours.

Regardant le Bain Marie haute technologie placé sur un coin de la table, la rousse haussa un sourcil. Normalement, on faisait un Bain Marie avec une bête casserole, de l’eau bouillante et un récipient posé dessus. Melty s’était cru dans un laboratoire pour leur dénicher un monstre du genre ? Cette grosse machine était –d’après ce que ce salopard de Dan Mark lui avait dit quand elle était allée le voir dans son labo- normalement utilisée pour mettre des milieux à bonne température. Plutôt utilisé dans les expériences, donc. Mais bon. On n’était jamais à l’abri des folies passagères des enseignants de la PC, donc la rousse préféra ne pas faire de commentaires. Napoléon venait par ailleurs de réussir à allumer la bête, ce qui leur enlevait déjà un premier problème.

« Ceci dit, on le passera quand même un peu au four sur la fin pour que le fromage fonde et gratine à la fois, non ? » proposa Cleve en inspectant le Bain Marie d’un œil critique. Il lui semblait qu’on perdait pas mal de saveur avec ce genre de cuissons « vapeur » ou « à l’eau ». Mais si la recette le disait…

Se prenant de plus en plus au jeu, Marc-Antoine commença à s’occuper des cuisses de Grenousse. Malheureusement, même si mettre de la farine dans une assiette était dans ses cordes, la casse de l’œuf était plus… difficile… La rousse se demanda un instant de quelle façon le blond s’y était pris pour casser son premier œuf –celui de l’œuf cocotte-, mais elle préféra s’en charger. Après tout, elle n’avait pas fait grand-chose depuis le début. Attendant donc que le ménage soit achevé par le Moustillon, Cleve récupéra une autre assiette qu’elle posa sur la table. Avec un air professionnel et pédagogue, Cleve pris un œuf, le tendit devant Marc-Antoine, et le cassa dans une assiette.

Bien. Ils avaient assez de matière pour la panure. Restait à assaisonner ! Avec enthousiasme, Cleve fit tomber du sel et quelques herbes aromatiques dans la farine. Apple se chargea ensuite de détailler les cuisses de Grenousse en pièces de bonne taille pour être dégustées. « On mettra la panure au dernier moment car sinon, ça risque de ramollir… » indiqua Cleve à son camarade. Mais au moins, songea-t-elle, l’essentiel était là !

Concernant la purée, la jeune fille s’approcha de son camarade pour goûter ce qu’il avait fait. La purée était un poil trop liquide, de l’avis de Cleve. Là, on aurait surtout dit une sauce. « Hm eh bien… Je suppose que c’est trop liquide et qu’il faut rajouter des morceaux de Pitrouille et remixer ensemble pour donner plus de consistance. » répondit-elle.

Ils avaient encore du temps. Ils pouvaient faire des ajustements et éviter de présenter quelque chose de raté. Quoi qu’il en soit, il fallait à présent s’occuper des biscuits pour la Panna Cotta, et Cleve alla sauver les derniers gâteaux des griffes de Pep’ pour les mettre dans un sachet en plastique. Elle demanda ensuite à son Goupix de marcher dessus pour les émietter et en faire une fine poudre à mettre sur le dessert. Le Pokémon Feu s’en donna à cœur joie, bondissant sur le sachet, mettant toute sa force pour réduire les biscuits en miettes. Il en mettait encore un peu partout mais il avait l’air de bien s’amuser, alors Cleve le laissa faire.

Et maintenant ? La Panna Cotta et le coulis étaient au frais. Les biscuits prêts. Le dessert n’attendait donc plus qu’à être dressé à la dernière minute pour être achevé ! Les cuisses de Grenousse devraient être panées au dernier moment également. La purée était presque finie. Les œufs cocotte, en phase d’être cuits. C’était qu’ils s’étaient plutôt bien débrouillés ! Avec un sourire satisfait, Cleve posa les biscuits dans un bol en attendant les utiliser et sorti trois assiettes. Une petite et plate pour l’entrée, une plus grande pour le plat, et une assiette à dessert un peu creuse pour la Panna Cotta. Le tout blanc, pour faire ressortir les jolies couleurs des aliments.

Bip ! Avant qu’elle ne s’en rende compte, les six minutes étaient passées. Cleve sortit donc le ramequin du Bain Marie avec des gants de cuisine, et les posa sur un torchon pour éponger l’eau. L’œuf avait l’air bien coulant, et le fromage avait fondu. Ajoutant quelques herbes aromatiques pour que l’ensemble soit moins bicolore, Cleve demanda à son Ritsu de faire office de chalumeau pour gratiner le dessus. Avec précision et virtuosité, le renard roux fit doucement griller la surface. « Bravo Ritsu ! » l’encouragea sa dresseuse, en lui donnant une caresse sur le pelage. Ils avançaient ! Il devait leur rester un bon quart d’heure ou une vingtaine de minutes à présent, ce qui leur laisserait largement le temps de finir… Enfin. Dans le cas où il n’y aurait pas de problèmes !
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Jeu 27 Nov - 0:13
Cuire une seconde fois l’œuf cocotte au four afin de faire fondre le fromage dit-elle ? À cela je n'ai qu'une chose à répondre :
▬ Pour sûr, pour sûr !
Je ne sais pas si faire chauffer notre préparation au micro onde est chose utile mais si Cleve pense que c'est le cas alors faisons ainsi. La Givrali est très certainement plus douée que moi en cuisine de par sa nature de femme – oui c'est une réflexion sexiste, et alors ? – donc autant écouter ses précieux conseils ! Pour ce qui est de la purée, la miss aux cheveux lisses trouve cela un tantinet liquide. Ceci-étant elle me propose de rajouter quelques morceaux de Pitrouille et de remixer le tout. J'acquiesce de la tête et réplique :
▬ Pour sûr, pour sûr !
Ah et peu auparavant miss Carter m'avait montré comment casser les œufs sans laisser tomber de morceaux de coquille. Devinez alors ce que je lui ai rétorqué lors de sa démonstration ? … Bingo : « Pour sûr, pour sûr ! »

Au final j'ai eu raison de conserver des morceaux de Pitrouille en rab. M'emparant de deux gros cubes, je les mets dans la casserole et mixe le tout en espérant que cela soit bon cette fois-ci. Avant de présenter à nouveau la préparation à Clève, je goûte mon œuvre et ne trouve rien à redire.
▬ C'est parfaitement parfait ! Tellement parfait que même la perfection à côté n'est pas aussi parfaite que cette parfaite création, goûtez je vous prie.
Je laisse la préparation de côté et demande à la Givrali de bien vouloir me donner son avis lorsqu'elle aura le temps de le faire. Fier de moi comme jamais, je me retourne et souris à Napoléon.
▬ As-tu vu ? Mon talent est incommensurable. Cela mérite bien une pause.
Le Pokémon eau use à nouveau de son arme pour me frapper et pointe ensuite la grosse horloge. Je lève les yeux vers cette dernière et … Misère ! Il ne reste plus beaucoup de temps ! Nous sommes en retard me suis-je alors dit sur le coup. Vite, vite, vite. La rouquine s'occupe actuellement du dessert, je vais donc faire autre chose. Mais quoi ? Les œufs cocottes sont actuellement en train de cuire alors autant faire les cuisses ! Oui voilà !
▬ Vite camarade, hâltons-nous car les plus démunis attendent notre arrivée sur la place publique incessamment sous peu. Aussi je ne saurais dire ce qu'il adviendrait de la plèbe si leurs héros ne venaient pas en temps et en …
Et pour la énième fois aujourd'hui mon Pokémon eau me frappe et remet les pendules à l'heure.
▬ Hum hum. Merci bien, rat des mers.
Je n'ai pas l'habitude de le remercier mais il faut dire que sans son intervention je me serais sûrement perdu en longues – très longues – élucubrations. Sur ce, je prends les cuisses de Grenousse et les mets dans la panure.
▬ La la la li la lou ♫.
Croyant bien faire, je n'hésite pas à badigeonner les cuisses et à les faire cuire longtemps, très longtemps à l'huile. Dans le même temps je demande à mon acolyte de préparer les assiettes afin que nous puissions dresser les plats en temps et en heure. Les cuisses sont enfin prêtes. Je les sors et les pose sur un papier sopalin de sorte à ce que l'huile en excédant soit absorbée. Curieux, je tourne la tête afin de voir où en est ma partenaire. La demoiselle a eu, contrairement à moi, la présence d'esprit de sortir l’œuf cocotte du bain-marie à temps. Son Pokémon est d'ailleurs en train d'apporter quelques finitions à la préparation.

Il reste environ cinq six minutes et je suppose qu'il est temps pour nous de nous atteler au dressage. Je propose à la scientifique de m'occuper du plat principal. Ainsi je commence dans un premier temps par mettre la purée dans le coin inférieur gauche de l'assiette. Afin de m'assurer que la purée prenne bien une forme ronde et soit parfaitement uniforme, j'use d'un moule à gâteau trouvé par chance dans un tiroir. Alors que je m'apprête à disposer deux cuisses de Grenousse sur le bord supérieur gauche, mon Pokémon m'arrête.
▬ Que veux-tu ? C'est pas le moment, il ne reste que quelques minutes avant que ce soit terminé !
Napoleon a une idée et souhaite que je le « laisse faire ». Je n'ai pas cent pour cent confiance en mon Pokémon mais soit, laissons lui sa chance. Cela me fait mal au cœur d'avoir à l'avouer mais depuis le début le rat des mers m'a été d'une aide précieuse. Ceci-étant il est logique que je le laisse s'exprimer lorsqu'il le souhaite.

Mon starter utilise l’extrémité de son coquillage comme s'il s'agissait d'un couteau  de sculpteur et s'amuse à donner une forme plus … Plus … Plus mieux à la purée ! Ce n'est plus aussi plat que tout à l'heure mais dynamique et aérien !
▬ C'est en effet bien mieux, ma foi tu es nul dans bien des domaines mais pour une fois tu brilles, créature infâme !
Ne vous méprenez pas, il s'agit là de ma manière « à moi » de lui dire que je l'aime. Je pose les cuisses de Grenousse panées ultra grasses puis observe l'assiette.
▬ Ça m'a l'air correct ainsi !
Comment cela se passe du côté de Cleve ? Il ne nous reste plus beaucoup de temps, j'espère que la miss a réussit à dresser les deux autres plats.
Cleve Carter
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   Dim 30 Nov - 15:20
Le menu avançait ! Fière du travail de son Goupix, Cleve récupéra l’œuf cocotte et l’observa un instant. L’intérieur semblait bien cuit, mais pas trop, ce qui permettrait de lui donner cet aspect coulant si caractéristique. Les herbes donnaient une jolie couleur verte, même si l’effet « chalumeau » de Ritsu avait quelque peu fait bronzer ces denrées plus que de nécessité. Quant à la pellicule de fromage d’Ecremeuh sur le dessus… elle était gratinée et appétissante. Restait à espérer que Marc-Antoine avait bien assaisonné le tout ! Sans quoi ce serait un fiasco total. Enfin. Restant optimiste, Cleve attrapa l’assiette de l’entrée et disposa la cocotte dessus. Elle réfléchit un instant à comment décorer le tout, mais ne trouva pas de façon plus jolie de la présenter. Elle passa donc au dressage de son dessert tandis que son acolyte d’un jour s’occupait de réajuster la purée.

Se dirigeant vers les congélateurs, elle ouvrit le premier bac et attrapa joyeusement son saladier de Panna Cotta. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle s’aperçu que la crème n’était pas prise ! Enfin si un peu, elle exagérait. Mais loin d’être solide à souhait, la mixture quelque peu gélatineuse faisait plus penser à un mélange de… elle ne savait trop quoi. Dans tous les cas, on était plus du côté de la gelée tremblotante limite liquide que du dessert attendu. Impossible que ça tienne bien dans l’assiette ! « Houston, nous avons un problème. » marmonna-t-elle en revenant tristement vers la table de travail et en montrant le désastreux résultat à Marc-Antoine. « La crème n’a pas encore eu le temps de prendre, il aurait fallu du temps en plus, mais on n’a plus le choix. »

Oui mais, que faire alors ? Cleve fit courir ses yeux mordorés le long des rayons. Ils n’avaient plus droit à d’autres ingrédients, et elle ne savait pas comment récupérer la bourde. Etaient-ils fichus ? Ce fut à ce moment que Pep’ lui poussa doucement le coude du menton pour signifier sa présence. Ahaha oui, il était là ce bougre. « Tu as une idée ? » lui demanda-t-elle, tandis que Ritsu et Applepie gambadaient vers elle pour admirer le triste spectacle. Ni une ni deux, le Lokhlass piailla des mots à ses collègues, et Applepie détailla un gros morceau de Panna Cotta qui avait approximativement la taille d’une boule. Pep’ utilisa ensuite son attaque Eclats Glace pour emprisonner le mélange dans une sorte de sphère gelée grossière, qui fut aussitôt arrangée par Ritsu et son attaque Flammèche. A présent, on avait une sorte de sphère de Panna Cotta sous une fine couche de glace en forme de sphère également. La glace fondue par les attaques du Goupix ruisselait sur la table, mais le résultat était là ! « Wouaaah les gars ! » les félicita Cleve en leur donnant une caresse à chacun. «  Ca a d’la gueule ! »

Puis, se rendant compte que Marc-Antoine était non loin d’elle, elle s’éclaircit la gorge et rectifia. « Hm je veux dire. Ce dessert me semble tout ce qu’il y a de plus appétissant. »

Maintenant, restait le dressage ! Se précipitant vers les frigos pour aller chercher son coulis de baies Stekpa, Cleve le déposa au fond de l’assiette à dessert, comme un gaspacho frais. Elle mit ensuite la sphère de Panna Cotta au milieu, et saupoudra le dessus de biscuit émietté. On aurait dit qu’une boule de neige avait été roulée dans des copeaux de chocolat, mais qu’importe. Le rendu était plutôt osé, plutôt original, et la rousse était contente. Bon, c’était sûrement assez dégueulasse mais au moins, ça avait l’avantage d’être totalement innovant. Pendant ce temps, Pep’ et Ritsu étaient en train de façonner des sortes de petites brindilles de glace. « Oh ouais, ça pourrait être sympa pour décorer le dessus. » constata Cleve. Avec son Evoli, ils s’appliquèrent donc minutieusement à faire tenir les brindilles en équilibre sur le haut de la sphère. Fini !

« Fiooou. Qu’en pensez-vous Messire Marc-Antoine ? » demanda-t-elle au chevalier avec un sourire satisfait. Le rendu sembla plaire à Napoléon qui hocha vigoureusement de la tête –était-ce une réponse à sa question ? Cleve n’en savait fichtrement rien-. Quoi qu’il en soit, elle regarda son camarade dresser la purée avec son Rat des Mer, puis disposer les cuisses de Grenousse. Etait-une impression ou est-ce que ces cuisses libéraient encore un peu trop de gras ? Trop tard pour faire quoi que ce soit, voilà que l’horloge murale entamait ses dernières secondes.

N’avaient-ils rien oublié ? Entrée, plat, dessert… Tous les éléments étaient en place, et la rousse approcha sa main de sa Panna Cotta pour arranger une brindille lorsque Melty passa à côté d’elle et planta son fameux couteau dans la table.

« Le cours est… terminé ! » annonça-t-elle de sa voix chantante, la lame de son arme blanche dissuadant quiconque –et surtout Cleve-, d’oser retoucher à leurs préparations.

Blanche comme un linge, la jeune Givrali retira ses doigts avec milles précautions et leva les mains, comme tous les autres élèves aux alentours. Pfiooou, ils avaient fini juste dans les temps. Maintenant, est-ce que tout ça allait être bon ?

« On a fait du bon travail, non ? » dit-elle finalement à Marc-Antoine, avec un sourire. Ça oui, c’était une belle quête qu’ils venaient d’achever ! Bon après, il restait toujours la dégustation, et elle ne pouvait pas vraiment être sûre que Melty n’allait pas tout leur recracher à la figure. Mais au moins, ils étaient parvenus au bout de leurs engagements ! Hip hip hip ?

[Terminé en temps et en heure]
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]   
[Cours 03. Coordinateur] Amphibien, baies et œufs. [Terminé]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :