Partagez | .
Et sous le sourire moqueur de la lune, se construisent les anecdotes du monde.
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 64
Jetons : 10200
Points d'Expériences : 2176

MessageSujet: Et sous le sourire moqueur de la lune, se construisent les anecdotes du monde.   Dim 30 Nov - 1:53

Un raffut pas possible résonnait de partout. Des fenêtres s'étaient brisées. Je manquai par plusieurs fois de m'éclater par terre. Malware ne répondait plus à mon appel et l'ampoule de ma lampe de nuit avait grillé. Enfin, je crois. Je traversais ma chambre pour parvenir vers la porte, avec la plus grande difficulté au monde. Sérieusement, ce désordre était... Voilà. Finalement, je parvins enfin vers la poignée et repérai sans trop de mal l'interrupteur. Mon doigt s'abattit dessus plusieurs fois. Sans succès. Hein, une panne de courant ? On tapait à la porte. Soudainement, je sentis Gummy rentrer.

« Gum, il se passe quoi, là ? »

Il me fixa quelques minutes. Puis fit monter les stores. De là, je pus voir une multitude d'ombre se diriger vers un grand vaisseau lévitant au-dessus du parcours. On aurait dit une horde de chauve-souris. Un frisson me saisit. Qu'était-ce ?

« Tu sais où est Malware ? Vas vite me l'chercher, s'te-plaît. »

Durant ce temps, je m'accroupis au sol pour tâter le bordel qui me servait de tapis. Après quelques minutes de recherches, après avoir enfilé une jacket par-dessus mon T-shirt qui me servait de pyjama, je trouvai enfin mon jogging. Malw', aide-moi à m'éclairer. Discute pas, s'te-plaît. ... Merci. Je ne comprenais moi-même pas d'où venais cette agitation intérieure. Cette nervosité. Enfonçant mes pieds nus dans mes baskets, sous la lueur des petites flammes bleues que créait Malware, je sortis dans les couloirs, contournant Jackie qui s'était déjà mise à crier un peu partout.
La fraîcheur de la nuit m'accueillit à bras ouvert. Levant la tête vers le ciel, je pus apercevoir les derniers clignotants du vaisseau disparaître derrières les nuages. Qu'était-ce ? Mes pupilles, soupçonneuses, restèrent fixées là où l'engin volant avait disparu. Pendant plusieurs minutes.

BAAAM. Un morceau de pierre tomba à côté de moi. Hein, quoi ? Levant la tête, je pus apercevoir un mur se faire littéralement défoncer. Non, mais sérieusement, ils pensaient à quoi ? Irritée, sans vraiment en connaître la raison, je me barrai le plus naturellement au monde. Demain matin, il va avoir l'entraînement général. Mais peu étaient celles qui semblaient dormir. Et je n'avais pas l'esprit au calme pour me reposer. Quelque chose me perturbait. Qu'est-ce que c'était que le vaisseau ?
Je ne me rendis qu'à mi-chemin que mes pas étaient en train de m'amener vers la plage.  Le dortoir à côté, celui des Phyllalis, semblait avoir été bien agité aussi. Autour de moi, une noir presque total régnait. Je parvenais à me repérer grâce à la lueur de la lune. Et toi, la lune, sais-tu qui était le pilote ?
Le calme était cependant revenu. Je n'avais pas mon iPok dans ma poche, et Malware m'avait de toute évidence quittée. Tout comme Gum'. Devant moi, une fumée s'élevait. Hmm, un fumeur ? Je sentais déjà l'odeur, de là où j'étais. Peu à peu, la silhouette se fit plus distincte. Il s'agissait de Roseverte. Limite, ça ne m'étonnait presque pas. J'esquissai un rictus. M'approchant tel un chat, je me glissai derrière le référent des verts. La coupure de courant avait atteint tout le campus. Même les lampadaires ne s'éclairaient plus. Le vieillard semblait occupé dans ses pensées. Sourire aux lèvres, en deux-trois mouvement, j'avais subtilisé son paquet de clopes.

« Eh, toi, là. [...] »

__________________

Le spectre pourpre se tordait de rire. Pourquoi sa maîtresse était-elle partie ? La tête de la demoiselle qui venait de chuter était tellement épique ! Malware, qui se tenait à côté de lui, semblait se trouver dans un autre tripe. Par la lueur de ses feu follets, il examinait la gazon. Soit. Il avait semblé plutôt bien s'entendre avec Dark', ça devait être pour ça.
Quand son regard se posa à nouveau sur Astrée, il stoppa ses rires pour plutôt afficher un grimace. Bien moindre que celle qu'affichait la Pyroli. Ah ouais, elle s'était blessée, hein... Une foule s'était déjà assemblée autour d'eux.

[Défi n°21 : Tenter de dérober une cigarette à Franklin.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t826-spettell-hope-mmm-parce-que-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t849-hope-spettell-pyroli
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 25
Jetons : 84
Points d'Expériences : 586

MessageSujet: Re: Et sous le sourire moqueur de la lune, se construisent les anecdotes du monde.   Dim 4 Jan - 14:29


 
 ❝ The End ❞
 
feat. Hope

 

On va faire un petit jeu, c'est compris Artémis ?

Assise sur le bord de son lit, alors qu'il fait encore nuit, mais qu'elle ne parvient pas à fermer l’œil et rejoindre le royaume de Moprhée, Astrée, bien décidée à faire une nuit blanche par la force des choses, s'amuse à inventer un petit jeu pour passer le temps et jouer un peu en compagnie de la gourmande du groupe. L'avantage avec la petite Goinfrex, c'est que ce n'est pas si compliqué que ça de la convaincre. Il suffit de mettre en jeu un gain de biscuits et de suite, Artémis trouve de l’intérêt à la chose. C'est ce qui motive le visage de la Chercheuse Pokemon à s'illuminer d'un large sourire. Certes, elle aurait pu tout aussi bien faire une série d'énigme en compagnie d'Alpha. Cependant, depuis presque un an que le Nidorino, alors Nidoran à l'époque, est devenu l'ami et starter de la fille Harper, lui et elle ont déjà l'habitude de ce genre de petits défis, alors pour une fois, autant changer de partenaire. Cependant, en réalité, elles ne sont pas que deux. En effet, bien qu'il soit silencieux et se contente de regarder, depuis une pile de livres sur le bureau, Chenipan penche la tête en rythme, s'amusant seul à l'idée de voir Goinfrex réfléchir. Astrée lui jette des petits coups d’œils, amusée de voir la chenille en observation, se demandant à quoi elle peut réfléchir. Puis d'une voix douce et avec des mots simples, elle explique le principe du jeu de mémoire, qui consiste à retrouver les paires de cartes. Une fois un petit test fait, pour qu'Artémis saisisse bien le but du jeu, Astrée prend l'ensemble des cartons et mélange, tout en les tallant sur une petite surface du sol, relevant un visage souriant.

Honneur au pokemon, je te laisse la main Goinfrex, alors je te souhaite bonne chance.

Artémis, à l'aide de ses petits bras, relève une première carte. Celle-ci représente un Pikachu tenant une sucette rouge. Quand elle soulève un autre bout de carton, elle et Astrée découvrent cette fois le visage d'un Aligatueur. Boudeuse sur le coup, Artémis repose l'image et attend que son humaine agisse. Cependant, alors qu'elle se prépare à soulever l'une des cartes, une secousse surprend Astrée. D’instinct, elle relève le visage vers la porte de sa chambre, oubliant le jeu pour se concentrer sur son ouïe, guettant le moindre son indicateur. Une autre secousse, un bruit sourd et des cris. Cette fois, pas de doute à avoir. Quelque chose cloche et ce n'est pas encore une invention foireuse d'Audrey. Prenant Chenipan sur l'une de ses épaules et Goinfrex avec elle, la fille Harper ouvre grand la porte et file dans le couloir, pour tenter de comprendre les événements. Elle n'est pas la seule étudiante à avoir eu cette réaction et elle s'avance rapidement vers les autres, celles qui vont vers la sortie.

C'est quoi ce bordel ?

Un peu trop direct, mais bon, ce n'est pas comme si c'était un réveil du Général ou de la préfète. D'ailleurs, la scientifique n'a le temps de faire que quelques pas à l'air libre, qu'une silhouette étrange se jette sur elle. L'adolescente recule, tentant de se défendre, mais avant de réaliser, son adversaire n'est déjà plus là, mais à plusieurs mètres devant, se précipitant le plus loin possible de l'Académie avec, dans ses bras, un Chenipan... SON Chenipan. Quand elle réalise cela, quand elle comprend le vol dont elle vient d’être victime, Astrée sans réfléchir se jette à sa poursuite. Cependant, avant d'avoir fait vingt mètres, elle se cogne dans une imposante silhouette.. Elle n'en a pas fait la demande, mais voilà qu'Atlas, ressentant au travers de sa pokeball la détresse de son humaine, est sorti de lui-même de sa sphère, comprenant sans avoir besoin d'une longue réflexion la dangerosité d'une poursuite et les risques pour Astrée. Pourtant, cette dernière, pendant plusieurs minutes, ne peut s’empêcher de cogner contre le grand corps de son pokemon, qui ne ressent pas vraiment les poings de sa dresseuse et, ne lui en veut pas le moins du monde.

Quand, finalement, Astrée cesse les coups, elle fait quelques pas, vers le reste, vers l'école et retourne au premier étage. Cependant, en voyant là aussi les dégâts, en voyant un pan de mur en assez mauvais état et surtout, en voyant une nouvelle silhouette, devant une gamine pyroli d'à peine onze ans, le cerveau d'Astrée se désactive et, grimpant sur le dos de Rhinoferos, s'en va à la poursuite de l'ennemi... En passant par le trou dans le mur... Malheureusement, ce qu'oublia le peu de réflexion restant en Astrée, c'est qu'elle était au premier étage et non au rez-de-chaussé. La chute se passa au ralentis. Malgré sa carrure, Rhinoferos parvint à réussir sa chute d'une façon à peu près correct. Malheureusement pour l'humaine, le choc du corps lourd sur l'herbe lui fit lâcher prise et elle roula sur le sol, s'offrant une vive douleur dans le bras et l'épaule droite. Un cri, des larmes de rage. Elle se relève, difficilement, tenant son bras droit avec le gauche, déambulant sans plus faire attention au moindre détail. Sans penser à se rendre à l'infirmerie et ce, malgré l'état de son membre. Elle se laisse glisser contre le premier pokemon qu'elle croise. Il s'agit d'un Grotadmorv, mais cela ne la dérange pas le moins du monde. De toute façon, elle n'est pas en état de penser. Ce pokemon a un corps étrange, mais cela ne dérange pas Astrée qui reste contre lui pendant quelques instants supplémentaires, puis, apercevant un visage familier, elle se relève et tombe à genoux devant Hope, en tendant sa main valide vers la ranger.

 
 
@Eques sur Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t605-astree-harper-pour-vous-servir-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t753-astree-harper-pyroli#6498
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 64
Jetons : 10200
Points d'Expériences : 2176

MessageSujet: Re: Et sous le sourire moqueur de la lune, se construisent les anecdotes du monde.   Dim 18 Jan - 18:42

Je jetai un regard en arrière. M'avait-il en réalité vue ? J'évitai cependant de me retourner, me préparant à filer à tout moment. J'attendis que ce dernier termine sa phrase. Un silence plana durant quelques secondes.

« C'est pas un lieu pour jouer. »

Je poussai un soupire silencieux. L'oreille toujours tendue, j'entendis le son du tissu se froisser. Il fallait que je déguerpisse rapidement, et je ne me fis pas prier. Faisant tourner la petite boîte cartonnée entre mes doigts toujours plongés dans ma poche, je reprenais la route vers mon propre dortoir, faute de mieux. Il fallait que je retrouve mes deux spectres que j'avais égarés en route. Sans pour autant quitter son nid douillet, ma main ouvrit le paquet de clopes. Je fouillai l'intérieur histoire de savoir combien il en restait. Mmm, il y en avait encore trois. Un paquet en fin de vie, quoi. En même temps, vu la fréquence à laquelle fumait l'autre vieux, j'avais autant de chance de tomber sur un paquet plein qu'un presque vide. On va dire que ça aurait pu être pire.
Alors que je m'apprêtais à en saisir une, je réalisai d'un détail crucial. Je n'avais pas de feu. Au milieu du sentier faiblement éclairé par les lampadaires qui me donnaient l'impression de s'essouffler, je m'immobilisai. Les yeux fixés droit devant, je regardai le vide. Puis lâchai une injure sonore. Il fallait vraiment que je pense à me trouver un briquet un de ces jours. Parce qu'en plus c'est vachement pratique. J'avais envie de planter mes ongles dans quelque chose, de pouvoir la déchirer, pour pouvoir voir sa chair se séparer en deux en libérant son jus encore chaud, puis se décomposer sous mes yeux. La pression que j'exerçais sur la petite boîte en carton se décupla soudainement. Je l'écrasai. Puis je repris la route vers le dortoir des Pyrolis, avec un rythme plus soutenu. Je jetai le cadavre cartonné quelque part, sur le vaste terrain de gazon qui longeait le sentier. Il se perdit dans l'obscurité.

Un foule anormale était rassemblée devant le dortoir. Avaient-ils pu trouver un indice en lien avec l'incident qui venait de se passer ? Malgré ma mauvaise humeur, la curiosité prit le dessus et je bousculai quelques miss qui se trouvaient sur ma route pour pouvoir m'approcher et voir quelque chose. Me faufilant entre les gens, je finis par arriver tout devant. Et là, étendue au sol, je découvris Astrée. Je grimaçai. À côté, en l'air, flottait mes deux spectres. Je leur jetai un regard seulement. Je n'aimais pas vraiment la vision que j'avais devant moi. Cependant, n'était pas ce que j'aurais souhaité voir il n'y a même pas dix minutes ? Peut-être qu'il manquait des détails pour que je sois pleinement satisfaite.
La scientifique me jeta un regard brumeux. Les ombres de la nuit masquait ses pupilles. Et sembla vouloir s'approcher de moi, mais retomba à genoux. Là, juste devant ma petite silhouette. Sa main était tendu vers moi. L'autre, pendait misérablement à son bras dont la couleur avait pris une teinte inhabituelle et sinistre. Glauque. Je la fixais toujours, ne sachant pas comment agir.

« Allonge-toi seulement. »

Lui dis-je. Puis me retournant vers la foule, je demandai à une Pyroli si quelqu'un avait déjà appelé Needle. Elle me répondit par la positive. Bien, je ne me faisais plus trop de soucis alors. Me hissant hors de la foule, je pouvais déjà voir le brancard arriver. Alors sans plus attendre, appelant mes deux spectres en chuchotant, je montai en vitesse à l'étage du dortoir pour m'enfermer dans ma chambre. Ma main se posa sur mon baladeur et mes écouteurs. Attendant que l'agitation se calme, je m'abandonnai à la musique qui criait dans mes oreilles.

[Terminé pour Hope / Désolée, ce fut cours comme RP >>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t826-spettell-hope-mmm-parce-que-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t849-hope-spettell-pyroli
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et sous le sourire moqueur de la lune, se construisent les anecdotes du monde.   

Revenir en haut Aller en bas
Et sous le sourire moqueur de la lune, se construisent les anecdotes du monde.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-