A colorful flower in the dark
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: A colorful flower in the dark   Mer 24 Déc - 21:53
A colorful flower in the dark.  


~~Thème~~


« Hito no furimite wagafurinaose.  »
« Corrige-toi en regardant les autres.»


Dimanche 21 décembre 2014,
Dans la matinée.
Ile Pumkin, quelque  part dans la nature.



Sentiments mitigés, envies contradictoires, j'étais perdu, en proie à une terrible confusion mentale. Je ne savais plus quoi faire, quoi penser. J'avais pris des résolutions, établi des promesses, mais je n'étais pas sûr d'avoir la force de tout réaliser. Ce n'était pas que je ne le voulais pas, simplement que je n'étais pas au top, pas en phase avec mon être.  En ce dimanche hivernal, c'était seul, assis et adossé contre un mur de briques froides au fond de la cave du chalet, que je me trouvais. En cette matinée, je n'avais que pour seuls amis, le froid, la pénombre, mon esprit et mes ténèbres. Des milliers de choses se bousculaient dans ma tête. Cela avait toujours été le cas, mais là, c'était d'un tout autre niveau. En temps normal, je n'aurais écouté que mon cœur, n'étant pas l'archétype même de ces personnes réfléchies qui agissaient après réflexion, mais plutôt de celles qui vivaient avec le cœur, assumant chacun de leurs choix en dépits des conséquence. En tout état de cause, ce serait donc vers mon cœur que j'aurais dû me tourner afin d'y trouver le salut de mon âme. Toutefois, ce dernier non plus ne semblait pas pouvoir m'aider. Lui aussi était rongé par on ne savait quel maléfice.

En plein désarroi, en proie au plus profond des troubles, je ne cessais de me refaire le film de ma vie. Les bons comme les mauvais moments défilaient les-uns après les autres, mais j'avais la nette impression que seuls les mauvais persistaient. Ils semblaient, plus gros, plus lourds, plus imposants que tout le reste, tant et si bien que j'avais la très désagréable sensation que le poids de mon vécu pesait plus de ce côté de la balance que de l'autre. Une voix me disait que j'avais tort, que ce n'était rien mais pourtant, je n'arrivais pas à me défaire de tout cela. Je sombrais. Pourquoi ? C'était la question que je me posais encore et encore. J'avais toujours tout surmonté, seul, mais là, je n'y arrivais pas. Etait-ce parce qu'avant j'avais toujours été seul et qu'en arrivant sur Lansat je me sois affaibli en me faisant des amis ? A l'évocation de ce mot, tout sembla s'embraser en moi, pire, il y eut une explosion d'une rare violence. L'émotion me submergea soudain. Hentallen, Yoru-kun, Chi Hime-sama... Ces noms pesèrent de tout leur poids sur mon âme. J'eus d'un coup la certitude d'être le plus gros des ratés de la vie, la pire des raclures. Puis j'eus une révélation. Je m'étais totalement fourvoyé depuis le début. Je n'avais jamais été seul. J'avais toujours  été entouré de personnes chères et précieuses et en arrivant à PC, je m'étais fais des amis sur lesquels je pouvais compter, avec lesquels compter. Pourtant, j'avais perdu cela de vue pour je ne savais quelle raison. Pourquoi, au lieu de tourner vers eux en cette période de crise, m'étais-je simplement laissé happer dans les ténèbres ? Une partie de la réponse résidait dans le fait que je n'avais pas voulu les embêter avec cela et que de fil en aiguilles, les évènements se succédant,  j'avais totalement fini par me replier sur moi-même. Pathétique.

Ma réflexion avait duré bien trop longtemps. Je ne savais pas combien de temps j'étais resté ainsi prostré, mais il faisait déjà jour depuis peu lorsque je m'étais décidé à sortir de là. Plutôt que de rester là à ressasser mille et une choses inutilement, je me devais d'agir, de réagir. Les réponses, je ne les auraient certainement pas ainsi. Seules des confrontations avec les principaux intéressés auraient le bienfait de m'éclairer sur les routes à emprunter ou non. Pour le reste, j'avais déjà les clés en main, à moi seulement d'ouvrir les bonnes portes et de ne plus me fourvoyer.  Me dirigeant vers ma chambre, je m'étais préparé plutôt rapidement, de façon assez sommaire puis, je m'étais précipité dehors après avoir demandé qui était motivé pour aller se frotter à l'hiver avec moi, à mes chers amis. Asobu et Kawaii furent ceux qui se jetèrent sur moi, Hikari se remettant encore de la veille et me boudant toujours un peu.  

Parés à affronter le temps, tous trois nous étions mis à courir, en profitant par la même, pour découvrir les environs.  Après tout, nous n'étions là que depuis moins de vingt quatre heures.  En pensant à cela, un sourire narquois me fut tiré. De tous les scénarios possibles et imaginables, il avait fallut que ce soit un de ceux où Allen soit la première âme qui vive que je croise parmi tous les étudiants ici présents. Pire ! Il était dans un chalet presqu'en face du mien. Les évènements de la veille se rejouèrent dans mon esprit, encore une fois. Les pourtours de mon œil gauche étaient encore bel et bien endoloris et un sublime cocard me servait de maquillage. Je l'arborais sans aucune gêne, n'essayant même pas de le masquer. De toute manière, à quoi bon ? Et puis il avait sa signification et son lot de messages à me faire passer. Tant qu'il marquerait mon visage, à chaque fois qu'il me ferait souffrir, à chaque fois que je le sentirais, à chaque fois que je le verrais, je me souviendrais de ce que je devrais ou ne devrais plus faire. Un bien beau présent que m'avait fait mon camarade, une preuve d'amitié fortuite qui m'était désormais précieuse. Peut être n'avait-il pas pensé en ce sens, peut-être avait-il simplement perdu ses moyens et s'était tout bonnement laissé submerger par ses émotions. Je n'en doutais pas, mais je me plaisais et me complaisais à penser comme je le faisais. Peut être un leitmotiv, une étincelle à laquelle m'accrocher pour ne pas perdre mon chemin dans l'obscurité latente des tréfonds de mon âme dépressive et torturée. Je ne voulais plus être déprimé, je ne voulais plus me sentir seul, ne plus jamais abandonner, dans tous les sens du terme, ni même me faire abandonner et pour cela, je me devais d'agir comme il se devait.

Perdu dans mes pensées, je n'avais pas la moindre idée de l'endroit où je me trouvais actuellement, ni même comment j'y étais arrivé. Tout ce que je pouvais dire, c'était que j'étais en forêt et que je longeait depuis un très long moment déjà, une  pente assez abrupte dont  seuls les arbres en bas pouvaient m'indiquer la fin. La neige étant tellement dense et blanche, tellement lisse qu'il m'était impossible d'apprécier quelque distance que soit, ainsi que de délimiter de manière nette la ligne de démarcation entre la pente et le plat. N'ayant pourtant pas le vertige, j'en eus tout de même un petit  haut-le -cœur.  Je risquais un œil derrière moi, Kawaii était dans le rythme, Asobu fermant la marche. Soupire. Voilà qui me rassurait. Une fraction de seconde, j'avais douté, ayant peur d'avoir courru trop vite et de l'avoir perdu alors que j'étais moi-même perdu dans ma propre tête.  Il était vrai que ma Tarsal était maladroite par moment, mais en dépit de ses airs de midinette fragile, elle n'en restait pas moins la fière Pokémon d'un Topdresseur. Pouvais-je même encore me dire Topdresseur. Ironiquement, je me dis que le top devrait m'être retiré pour quelques temps jusqu'à ce que je sois en mesure de l'honorer et l'arborer de nouveau fièrement.  Bref ! Toujours était-il que même pendant mon passage à vide, mon habitude de faire des exercices quotidien, matin comme soir, n'avait pas changée. Depuis toujours, je pratiquais le sport, depuis toujours, il figurait parmi ma liste d'exutoires en cas de troubles.  De plus, s'il y avait des domaines dans lesquels j'assumais une présumée superficialité, en tête de liste, il y avait ma précieuse chevelure, en troisième, ma coquetterie, au milieu de ça, mon physique. Je mettais un point d'honneur à préserver ma silhouette telle que je me la figurais idéale. Pas mince pour ne pas accentuer mon androgynie, pas gros, pas trop musclé non plus, juste ce qu'il fallait pour que je me sente bien et qu'on ne me confonde pas avec une femme plate, en maillot de bain par exemple. Oui, cela m'était déjà arrivé plusieurs fois, mais soit. Kawaii avait pris part d'abord timidement, puis de manière plus assidue à mes exercices et à présent, elle pouvait sans trop de mal suivre mes foulées à allure modérée.  Nous commencions à peine à accélérer la cadence pour qu'elle puisse  s'y faire progressivement.  

" Shimattaaaaaaaaaaaa ! "

J'avais perdu l'équilibre. Une fois de plus absorbé par mes pensées, j'avais été distrait et, je ne savais trop comment, je m'étais retrouvé à dégringoler la pente. Tout était chamboulé. Je tournoyais si vite que je ne pouvais plus me repérer dans l'espace.  

" Saaaaaaaaaaaaaal ! "

Ma Tarsal s'était à son tour jetée dans la pente dévalant elle aussi la pente, croyant certainement que c'était une partie de l'exercice du jour.  Pauvre et naïve innocente créature qu'elle était... J'entendis bientôt les rires d'un petit chenapan de premier ordre : Asobu. Ce trublion se moquait tout autant de moi qu'il ne s'amuser à glisser sur la neige.  Pour ma part, c'était bien moins drôle et moins confortable que pour ce dernier, ayant renoncé depuis un moment déjà à essayer de me stabiliser. Avec la vitesse, je n'avais pas envie de me tordre le poignet ou me casser quoi que ce soit. Agir ainsi me permettait de minimiser les risque de blessures. Ma chute sembla ralentir, puis bientôt, elle se stoppa, nette. J'avais la sensation d'avoir heurté quelque chose, mais je n'osais pas ouvrir les yeux pour le moment. Un choc, suivi d'un autre, mes deux pokemon m'avaient percutés alors que je gisais, face contre neige.

" Hmpff! "

" Saaal ? "

" Hmmmmmmpfff ! "

" Tarsal ! "

Asobu rigolait plus que jamais et cela m'irrita un peu, même si je ne pouvais le lui reprocher. Quelque chose maintenait mon visage enfouit dans la neige. C'était bien plus lourd que Tarsal, mais comme elle me répondait, j'étais convaincu que  c'était elle qui avait fini sa course sur ma tête. Pourtant, je trouvais ça étrange.  Je tentais une fois de plus de me lever.

" Hmmmmmmpfff ! "

" Saaal ! "

De nouveaux éclats de rire du hérisson de feu accompagnèrent le tout. Si c'était vraiment ma petite Pokémon psy shiney, pourquoi ne se bougeait-elle pas de là ? Quelque-chose clochait vraiment...





_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Jeu 25 Déc - 18:04
L'air était frais, le soleil haut dans le ciel, la brise un peu mordante, certes, mais c'est ce qui était si revigorant. Peut-être était-ce pour cela que j'avais décidé de sortir et de partir à l'aventure, de découvrir un peu ce qui se cachait sur l'île Pumkin. Certes, il n'y avait rien ici qui soit comparable à l'univers paradisiaque de Cobaba, mais tout de même. La neige brillait sous le soleil et les branches des arbres étaient couvertes de givre, fondant doucement sous le poids de l'astre solaire. Pour qui savait apprécier pareil panorama, l'endroit valait son pesant d'or et, heureusement pour moi, je faisais partie de ces rares élus. Enfin, dans le dortoir mentali nous nous faisions rare en tout cas. Les autres devaient toutes être réfugiées dans leur chalet à râler sur la réception aléatoire des iPok tout en piaillant sur les membres de leur famille qu'ils auraient aimé voir ou ne pas voir durant la période des fêtes. Pour ma part, je me demandais surtout ce qui se passait à l'école en notre absence. Bien sûr, j'avais emporté tous mes pokémons avec moi et il n'y avait là-bas aucun objet de valeur que je pourrais craindre de perdre, mais le souvenir de cette nuit là était encore bien vif en mon esprit. Ils avaient osé alors que l'école était pleine d'élève alors, maintenant qu'il n'y avait personne ou presque pour se mettre entre eux et l'impressionnante réserve du collectionneur, resteraient-ils vraiment tranquilles à se faire un repas de noël entre sbires démoniaques? Vous croyez que ces gens là se font des échanges de cadeaux en mangeant du sucre à la crème? Remarque, peut-être la direction avait-elle justement voulu nous éloigner pour prendre certaines mesures pendant notre absence? Qui sait au final...

Avec plus de questions que de réponses, je décidai de repousser toutes ces interrogations. De toute façon j'aurais mes réponses en temps et en heure, n'est-ce pas? L'important, pour l'instant, était de profiter de cet endroit. J'étais donc partie à la recherche de bas chauds, de mon foulard crème et bien sûr d'une paire de gants non trouée de préférence. Bien sûr, je n'oubliai pas non plus de prendre mon manteau, c'était bien le strict minimum. Je pesai longtemps le pour et le contre d'emporter un bonnet, pour mes oreilles, et au final je décidai de simplement laisser mes cheveux en liberté. Vu le soleil il ne devait pas faire si froid dehors, n'est-ce pas? Fin prête, plus qu'à voir lequel de mes compagnons désirerait m'accompagner aujourd'hui. Ouji-sama était emmitouflé dans ma couverture, serrant un chocolat chaud contre lui et éternuant à intervales réguliers. Voilà ce qu'il avait gagné à refuser de porter son foulard la veille, parce que selon monsieur c'était moins classe. Comme à l'habitude, Spark et Shaw étaient donc pleinement occupés à son chevet, lui offrant tout leur support pour un prompt rétablissement. Enfin, disons les choses comme elles étaient vraiment, servant de laquais au Prince jusqu'à ce qu'il décide d'aller mieux. Hime, pour sa part, ne pourrait certainement pas me suivre dans la neige. Elle était certes de bonne compagnie, mais malheureusement ce n'était tout simplement pas possible pour ma Barpau. Ash était plus que jamais obnubilé par l'oeuf conçu par sa personne et Myrtille, la Ponyta de Lucas. L'éclosion était pour bientôt et donc, même si cela prendrait sans doute encore quelques jours, il était hors de question qu'il le quitte d'une seule semelle.

Et voilà, c'est tout! Il n'y avait personne d'autre dans mon équipe qui serait susceptible de m'accompagner, promis juré! Du tout du tout! J'allais m'enfuir vers la porte et prendre mes jambes à mon coup dans la neige de décembre, mais impossible de lui échapper. Sephiroth apparu de nulle part, traversant un mur avant de me regarder avec son ample sourire. Ce fantôme avait une idée derrière la tête. Intuition féminine? Non non, juste son sourire de "Oh, mais où crois-tu aller sans moi, ma naïve petite dresseuse?". J'esquissai un sourire forcé, sans doute pour essayer de lui faire croire que je n'avais pas réellement essayé de partir sans l'inviter, mais nous savions tous les deux que c'était peine perdue. Il ne me laissait aller nulle part sans qu'il soit au moins à ma ceinture, dans sa balle. Et, lorsque l'un de mes compagnons n'était pas à mes côtés, il sortait, pour ne pas me laisser toute seule, jamais. La seule personne à qui ce spectre obéissait, c'était mon starter, ceci expliquant cela. Ouji-sama avait vu mon état, après le vol sur l'île Lansat, et il avait décidé d'en faire une histoire personnelle. Il ne laisserait rien passer et ne me laisserait plus jamais retomber à ce niveau, d'où ses ordres très précis que le Fantominus s'employait à respecter à la lettre alors que son maître sirotait un bouillon de poulet. J'étais sous surveillance constante de la part de mes Pokémon maintenant et, si je ne mangeais pas mes trois repas par jour à l'heure indiquée, mes petits dictateurs chéris me rappelaient à l'ordre. Moi qui avait passé mon enfance à rêver devenir une princesse pour avoir son propre chevalier, maintenant qu'ils étaient plusieurs sur mon cas je ne rêvais plus que de liberté. Enfin, presque. Il y en avait bien un, après tout, dont je n'aurais voulue être séparée pour rien au monde, mais voilà qui est une autre histoire.

- D'accord, j'ai compris. Mais ne me cause pas d'ennuis cette fois!

Il fit mine d'accepter en tournant joyeusement sur lui-même, mais je n'aurais pas osé me faire de faux espoirs. Je quittai le chalet, verrouillant derrière moi comme mes colocataires étaient absentes dans l'instant. C'était dommage d'ailleurs, ça aurait été marrant de faire de la luge entre filles ou quelque chose comme ça. Hmm, qui d'autre dans ce cas? Je me demandai vaguement si Allen avait quelque chose de prévu aujourd'hui ou même pour le jour de Noël, qui sait? Je sorti mon iPok de mes poches tout en marchant distraitement en direction de son chalet, Sephiroth en orbite autour de ma personne, s'amusant à faire d'affreuses grimaçes à tous ceux qui avaient le malheur de croiser notre chemin. Ah merde, j'avais la mémoire courte, comme d'habitude. Le réseau sur l'île Pumkin était tout bonnement affreux, justifiant même l'absence de publications du Zarbdomadaire. D'ailleurs leur dernier horoscope mentionnant que ma vie sociale stagnerait jusqu'au 3 janvier m'avais bien fait grincé des dents. Dire que j'espérais une parution prochaine pour démentir ce mauvais présage, mais rien. Merci à toi, île Pumkin. Je poussai un soupir résigné, de toute façon ce n'était pas si loin, n'est-ce pas?

Quelle ne fut pas ma déception, dix-neuf minutes de marche plus tard, lorsque je me heurtai à une porte close et à un chalet apparemment vide. Boah, ce sont des choses qui arrivent, je n'allais pas m'en formaliser pour si peu. Je vais voir cela comme une opportunité de vivre une grande aventure plapitante... en solo... avec un Fantominus qui n'écoutait que le quart de mes instructions et qui se plaisait même à les déformer selon son bon vouloir. Je devais voir le côté positif des choses! Comme euhm.... Euhm... J'aurais pu être enfermée dans mon chalet, toute seule, sans Pokémon et sans amis alors qu'un violent orage faisait rage à l'extérieur? Puis la foudre aurait pu s'abattre sur la maison, la faire prendre en feu alors que je me serais retrouvée coincée pour être ensuite défigurée. Et euhm... Ouais non, difficile d'imaginer pire que ça en même temps, sauf si une invasion de Clefairy mutants zombies extra-terrestres est un scénario possible. Nouveau soupir, donc, alors que je me dirigeai vers les sentiers pédestres s'enfonçant dans la forêt. Allais-je y rencontrer le grand méchant Zoroark? C'était une chance, quand même, que je n'aie pas avec moi de cape rouge.

J'avançai à un rythme régulier, regardant mon camarade s'éloigner en flottant pour aller lécher les branches gelées, effrayer des Pokémon sauvage ou encore tenter de se dissimuler dans la neige pour ensuite me faire sursauter lorsque je passais tout près. Mine de rien, il ne manqua pas de me faire éclater de rire une fois ou deux. Je m'étais sans doute inquiétée pour rien, Sephiroth n'était pas un méchant fan-- Ah non, oubliez ça vous voulez? Ce satané ectoplasme! Ce sale petit vaurien! Cet enquiquineur de première qui avait gagné ma confiance pour mieux me trahir ensuite, me poussant pour me faire dégringoler une imposante pente alors que je roulai, roulai et roulai dans la neige en de remarcables culbutes. Dix sur dix dans un concours de gymnastique! En attendant, je me dépliai avec difficulté au bas de la côté, de la neige plein le manteau alors que je me retenais de crier au meurtre par roulade dans la neige. Réapparu alors le fautif à mes côtés, souriant avec malice alors qu'il tournoyait de bonheur, se moquant de mon petit malheur provoqué par sa personne. Ah ouais, il aimait me voir souffrir comme ça? Qu'à cela ne tienne, ce petit accident ne m'avait fait ni chaud ni froid et, pour le prouver, je me laissai retomber dans la neige, sur le dos. Bougeant des bras et des jambes, je fis un ange dans la neige, ignorant royalement la mine déconfite de Sephiroth avant de pouffer de rire. C'était l'une des rares fois où j'arrivais à reprendre le dessus sur les blagues du fantôme et je n'allais pas me priver de savourer ma victoire.

Néanmoins, le plaisir fut de courte durée et je me relevai, me débarrassant de tous ces flocons avant de reprendre la marche. Hors de question que je remonte ce truc, c'était un plan à glisser et à rouler tout en bas encore une fois, à de multiples reprises. Et puis je trouverais bien un chemin plus praticable au retour, mais ce n'était pas pour tout de suite et c'est donc un problème que je mis de côté. Je replaçai mon foulard, avançant d'un pas si enthousiaste que j'en gambadais presque. C'était vraiment une belle journée, c'était tout simplement dommage que je n'aie personne à qui la partager sinon Sephiroth. Au moins je pourrais en profiter pour faire le point, réfléchir à des choses et à d'autres. Avec la session d'hiver qui approchait, j'aurais toute une année de passée à la Pokémon Community et j'étais encore abasourdie par tous les trucs que j'avais fait. Néanmoins, ce n'était pas une raison pour rester enfermée dans les trucs du passé. Le plus important, c'était ce que je ferais ensuite. J'approchais du grade 2 et, bientôt, j'allais devoir construire une ébauche de mes plans futurs. Allais-je m'orienter d'avantage vers la fillière coordination? Pourtant je n'avais pas l'impression d'en avoir l'étoffe pour être tout à fait honnête. Allais-je satisfaire ma curiosité des différents types de reproduction et me spécialiser un peu plus dans l'élevage? Car bon, les humains ne pouvaient tout de même pas être les seuls mammifères, n'est-ce pas? Tous les Pokémon se reproduisaient-ils réellement tous dans des oeufs, sans exceptions? Enfin, ça demeurait peut-être un peu trop scientifique pour moi ce genre d'interrogation et, bien que j'aurais aimé connaître la réponse à celle-là, je n'aurais pas non plus de remords à laisser quelqu'un d'autre y répondre. Pourquoi pas, alors, appronfondir mes réflexions au niveau de la pokéthérapie? C'était un domaine un peu à part, pas totalement scientifique, mais qui saurait mettre à profit mes talents d'éleveuse et, qui sait, être bénéfique à certains, pokémons et êtres humains compris. Voilà ce qui accaparait mes pensées lorsque, comme par hasard, quelque chose à l'extrémité de mon champ de vision attira mon attention.

Plus haut, sur cette même colline que j'avais dévalée plus tôt, une silhouette roulait, pile dans ma direction. C'était si parfait comme alignement qu'on aurait pu le croire volontaire, mais vu la vitesse à laquelle cette personne arrivait, je ne pouvais m'empêcher de me dire que personne ne serait assez con pour que ça, ce soit son plan. Imaginez juste " je vais me jeter en bas ici et rouler à toute vitesse dans la neige en espérant qu'elle ne bouge pas pour la percuter et, bien sûr, je ne courrai aucun danger dans l'exécution de ce super plan.", vous parlez d'une tactique d'imbécile. Ainsi, je tournai plutôt mon regard ambré vers Sephiroth, le suspect idéal. Néanmoins, mon fantominus bougea la tête de droite à gauche, niant son implication dans cette chute. Mais alors, pensais-je en reportant mon attention vers l'inconnu,

- Il y a vraiment des gens plus maladroits que moi?

Oh, mais tiens, il ne ralentissait pas d'ailleurs. Comme un boulet de canon, il arrivait vers moi et la collision était toujours imminente. Pauvre cruche, pourquoi ne pas avoir bougé avant?! Trop tard. J'aurais eu le temps de m'écarter au moins dix fois, mais j'avais été si surprise que le pauvre avait happé mes jambes, entraînant ma chute alors que j'allai m'écraser pile sur lui ou elle. Sous l'impact, j'avais fermé les yeux et m'étais immobilisée, attendant la douleur sans doute, bien que contre toute attente ce ne fut pas si mal. J'ouvris une paupière, puis une autre, découvrant les deux compagnons Pokémon du boulet de canon. Oh! Un tarsal shiny! C'était le second que je croisais avec celui de Faith. Par contre, l'autre était une rencontre tout à fait inédite, quelque chose comme un héricendre si ma mémoire était bonne. Après bon, je ne pouvais pas non plus connaître tous les Pokémon par coeur et l'erreur est humaine, voyez. D'ailleurs, il semblait bien amusé de la situation, rien d'étonnant donc à ce que Sephiroth soit dérangé par son attitude. Personne sinon lui n'avait le droit de rire de moi, quelle délicate attention. L'ectoplasme prit donc l'initiative de se rapprocher du Pokémon feu et de lui faire gentiment rencontrer son attaque léchouille, à mon grand désespoir. Oh, mais c'est pas tout ça, j'étais encore sur l'inconnu(e) moi!

- Je suis désolée, je ne voulais pas vous rouler dessus!

Dis-je spontanément en me relevant et en m'écartant. Ce n'est qu'après coup que je réalisai ce que je venais de dire. Un petit instant là, ce n'était pas moi qui lui était tombé dessus, mais bien l'inverse. Bon sang que c'était bizarre ça! Quoi qu'il en soit, cette erreur ridicule fut suffisante pour m'amener le rouge aux joues alors que je venais, logiquement, de me ridiculiser. Oui bon, au moins ce n'était pas moi qui avait renversé quelqu'un, mais en prenant en compte le fait que j'aurais pu le faire en dégringolant plus tôt, nous étions plutôt à égalité sur l'échelle de la crédibilité, soit assez près de -2 je dirais. Eh mais... maintenant que je le voyais un peu mieux, il n'avait pas l'air en très bon état. J'étais donc devenue lourde au point de réussir à lui filer un oeil au beurre noir juste en lui tombant dessus?! Ou peut-être était-ce en dégringolant qu'il s'était fait ça? Pour le coup j'avais été chanceuse plus tôt moi! Bref, là n'était pas l'important et j'étais maintenant inquiète de l'état de l'individu. Soucieuse, je me rapprochai de lui et posai délicatement une main sur son bras, de façon spontanée tout en parlant, tant et si bien que je n'avais même pas remarqué mon geste. De plus, je portais mon sourire habituel, bien que mon air était un peu plus inquiet qu'à l'habitude alors que mes gènes d'infirmière Joëlle me commandaient de l'aider, lui et ses Pokémon.

- Est-ce que ça va? La chute a du être vilaine pour vous filer ça. Vous... enfin tu... ou peut-être...Osef. Tu vas bien? As-tu mal quelque part? J'ai toujours une trousse de premier soin avec moi au besoin, je peux peut-être essayer de faire quelque chose pour ton oeil. Au fait, je m'appelle Estelle; je suis du dortoir mentali. Enchantée.



HRP : Désolé pour les fautes, j'ai pas eu le temps de me relire >.< je m'occupe de ça dès que j'ai un petit dix minutes à moi!
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Mar 6 Jan - 2:56
A colorful flower in the dark.  





Super ! Je pouvais enfin bouger. Ni une, ni deux, j'avais relevé la tête, prenant une énorme bouffée d'air, pareillement à une personne qu'on aurait maintenue une trop longue période, la tête sous l'eau.

" Aiiiiiiiiiiiiiir !!!! "

Après quelques instants, je parvins à me reconnecter à la réalité. Au fur et à mesure que je me calmais et retrouvais  mes esprits, je voyais la scène qui se jouait tout autour de moi depuis le début, tout en rassemblant toutes les pièces manquantes de ce puzzle incongru. M'accommodant à ce méli-mélo, je vis mon cher Asobu, dressé sur ses pattes sur l'épais tapis neigeux de la forêt, ou plutôt recroquevillé, tout tremblotant. Il me fixait, comme s'il espérait voir son agresseur se refléter dans l'ambre flamboyante de mes yeux. En effet, un Fantominus venait de lui appliquer une généreuse attaque Léchouille dans son dos, ce qui eut pour effet de le figer de terreur et de dégoût.

" He... He... Heriiiiiiii " avait-il balbutié.

Prenant son courage à deux mains, il s'était retourné lentement mais sûrement pour constater qu'il avait été la malheureuse victime de ce fantôme si particulier. J'allais éclaté de rire lorsque des mots prononcés un peu plus tôt me revinrent en mémoire alors que Kawaii venait d'apparaitre juste devant moi grâce à Téléport. Oui, quelqu'un m'avait parlé. Je réalisais soudainement que depuis le début, ce n'était pas Tarsal qui m'empêchait de sortir la tête de cette épaisse couche de neige, mais un individu de type féminin, à en juger par sa voix. Je déglutis. Me redressant complètement, je pris le temps de retirer la neige qui habillait ma "façade", pour finalement faire face à l'inconnue.

" Excuses acceptées, même si ce n'est pas à toi de t'excuser à dire vrai... C'est moi t'es fauchée au passage alors c'est plutôt à moi de te présenter les miennes. Je te prie donc d'accepter mes plus plates excuses pour ce malencontreux accident causé par ma négligence."

Pour appuyer mes propos, je m'étais révérencieusement incliné, comme il était d'usage de le faire dans mon "monde". L'étiquette, toujours cette foutue étiquette. J'avais beau tenter de m'en défaire, elle ne me quittait pas, me revenant toujours en pleine figure comme un boomerang que l'on aurait lancé beaucoup trop loin, beaucoup trop fort. Je me redressais une fois de plus, juste à temps pour voir qu'Asobu semblait sur le point de passer à l'attaque. Effectivement, le Hericendre grinçait des dents et sa mine habituellement enjouée, était déformé par un rictus belliqueux. Ajoutez à cela qu'il était dressé de tout son long, toutes flammes dehors. L'arrêter, ne pas l'arrêter ? Le dilemme était là et un véritable choix Cornélien s'imposait à moi. Toutefois, je préférais m'en détourner lorsque je le vis commencer à lancer des boules de neige sur le fantôme. Je savais qu'il savait pertinemment qu'il ne le toucherait pas, mais je comprenais juste pas pourquoi s'acharnait-il à agir de la sorte. Tant qu'il agissait ainsi, je n'avais pas à m'inquiéter, aussi avais-je reporté mon attention sur la demoiselle. Je constatais alors qu'elle me fixait, me dévisageait même. Il ne me fallut pas bien longtemps pour saisir ce qui captait alors toute son attention et mécaniquement, je plaçais ma main devant la partie quelque peu tuméfiée de mon visage. Me rendant compte de mon geste et de la stupidité de la chose, j'avais alors baissé la main, me contentant de détourner quelque peu le visage, quelque peu dépité par ma bêtise. A quoi bon cacher ceci alors qu'elle l'avait dors et déjà vu ? Et puis de toute façon, je n'avais pas envie de le cacher, sinon, j'aurais tenté de le dissimuler ou à défaut, je me serais cloîtré dans ma chambre jusqu'à totale disparition.

" Sal ? "

La tête levée vers moi et légèrement inclinée sur le côté droit, face à moi et dos à la jeune fille, Kawaii me sondait, essayant de comprendre mon désarroi. M'accroupissant, je lui caressais alors la tête, puis lui chatouillait le menton, complètement gaga devant ses beaux petits yeux vairons. Alors que je prenais dans mes bras ma petite protégée qui était toute contente et que je me relevais, je remarquais seulement que la distance entre l'inconnue et moi avait singulièrement diminuée, pour ne pas dire qu'elle était devenue quasi nulle.  Sa main s'était délicatement posé sur mon bras et additionné à son sourire et son regard , me faisant virer au rouge Krabby.

"  Est-ce que ça va? La chute a dû être vilaine pour vous filer ça. Vous... enfin tu... ou peut-être...Osef. Tu vas bien? As-tu mal quelque part? J'ai toujours une trousse de premier soin avec moi au besoin, je peux peut-être essayer de faire quelque chose pour ton oeil. Au fait, je m'appelle Estelle; je suis du dortoir mentali. Enchantée."

Sa voix était douce et innocente, son ton, presque maternel.

" Je... Euh... Enchanté Nestea... Euh... Je veux dire Estelle ! Je... C'est... Enfin... C'est à cause de ta couleur de cheveux, enfin non ! C'pas c'que j'voulais dire ! M'enfin...  Bref ! "

Je m'étais tu, prenant une profonde inspiration. Son attitude m'avait totalement décontenancé, m'ayant pris au dépourvu. Je n'avais même pas noté le changement d'attitude de ma Tarsal, tout autant que j'avais fait totale abstraction de la main de la rousse posée sur mon bras en reprenant la parole.

" Je disais donc... enchanté Estelle. Yuki, du dortoir Noctali." dis-je en faisant une fois de plus révérence. " Ta gentillesse et ta sollicitude t'honorent, mais ceci n'est nullement de ton fait. Si tu observes bien la chose en détail, tu remarqueras que ce n'est pas tout frais. C'est... Disons... Un petit cadeau de mon meilleur ami qui ne l'est peut être plus... Quoi qu'il en soit, je l'ai bien mérité, mais c'est une histoire sur laquelle je ne souhaite pas trop m'étendre. Tu n'as donc pas besoin de t'en soucier. Et puis...  "

" Tarsal ! "

A peine avais-je cligné des yeux que la mentali avait disparu. Un autre clignement et je la vis sur une branche un peu plus haut et le clignement suivant, Kawaii me barrait la vue. Allongée sur ma tête, elle avait laissé tomber la sienne devant la mienne, plongeant son regard mécontent dans le mien. Passablement énervée, elle avait réagit au fait qu'Estelle m'ait touché de façon si familière. Comment avais-je pu oublier ce détail ? Ma Tarsal chromatique était d'une jalousie si forte lorsqu'il s'agissait de moi...

" Tarsal ! "

" Kawaii... Je t'en prie, va la récupérer, elle ne pensait pas à mal, j'en suis sûr.  Elle n'est pas un danger pour toi tu sais ? "

" Tarsal ! Sal !  "

" S'il te plait, pour moi..."

" Sal ! "

Elle venait de disparaitre dans sa Pokeball. Rien à faire, elle était butée. Résigné, je me dirigeais sous la branche. Levant la tête, je constatais qu'elle était vraiment haut perché et après avoir examiné le tronc, je dus admettre qu'il m'était impossible de la rejoindre. Il n'y avait donc plus qu'une seule solution...

" A moins que tu n'aies une meilleure idée ou une autre solution, je crois qu'il va te falloir avoir confiance en moi et sauter... Je m'excuse sincèrement pour ceci, Kawaii est du genre jalouse possessive.  "




_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Mar 6 Jan - 4:06

Ouah, il venait de s'incliner devant moi en me présentant ses excuses, pour de vrai? Voilà qui était plus que suffisant pour me rendre mal à l'aise, ce qui était à peu près toujours le cas lorsque je rencontrais quelqu'un aux manières plus raffinées que les miennes. Du coup, j'avais toujours peur de froisser mes interlocuteurs via mon manque d'étiquette. Si seulement Ouji-sama avait été là, lui aurait su nous sortir de cette situation avec brio, mais au lieu de cela j'étais coincée avec un Fantominus qui ricanait en esquivant les boules de neige du héricendre, voilà qui était prometteur. Puis, j'avais naturellement offert mon aide au jeune homme après avoir remarqué qu'il était blessé et, cette fois, j'eu vraiment l'impression d'être une pauvre fille maladroite. Ça crevait les yeux qu'il n'était pas à l'aise à cause de ma présence et que, flash info, j'avais peut-être envahi son espace vital, peut-être. Enfin, ça faisait changement d'entendre quelqu'un d'autre que moi bégayer et dire n'importe quoi, ça en aurait presque été réconfortant si je ne me serais pas sentie aussi coupable. Et euh, mes cheveux?! Ils... ils ont quoi mes cheveux?! C'est un rose naturel d'abord! Et c'est un joli rose tout doux! Ma cousine Lyphie m'avait même complimentée sur ma chevelure, donc c'est qu'ils étaient bien! Et c'était mon héritage, pas le droit de dire du mal de mes cheveux!

Malgré tout, il se reprit rapidement, retrouvant contenance et me faisant oublier cette remarque sur ma chevelure alors qu'il s'exprima d'un langage tout à fait... sophistiqué? Maintenant bravo, peut importe ce que je dirais, je passerais pour une roturière sans éducation. Enfin, je n'étais pas mal élevée non plus, mais j'avais tout de l'adolescente américaine type quoi. J'étais une personne simple, sans artifices et tout ce qu'il y a de plus authentique et spontanée. Ce n'est pas moi que l'on va entendre employer des mots comme "sollicitude" au coeur d'une phrase lambda. Bref, de retour aux choses importantes. Yuki, dortoir noctali. Oh, le même qu'Allen donc! Peut-être même se connaissaient-ils, qui sait? Et puis encore une révérence?! Pour le coup j'étais tentée d'essayer d'en faire une en réponse à la sienne, bien que le résultat fut probablement brouillon, maladroit et une flagrante indication de ma classe sociale d'origine, surtout que dans la neige ce n'était pas évident. Sinon, pour continuer dans son petit monologue. Cet oeil au beurre noir était un cadeau de son meilleur ami qui ne l'était peut-être plus? Ça avait l'air d'une triste histoire ça, mais s'il ne voulait pas en parler d'avantage, c'était son droit après tout et je n'allais certainement pas lui tirer les vers du nez, surtout que nous venions à peine de nous rencontrer. Il allait ajouter autre chose lorsque, mystérieusement, comme ça, d'un coup, le sol disparu de sous mes pieds. Ne comprenant pas ce qui s'était passé, je cherchai à m'accrocher à n'importe quoi, pour ne pas chuter, et me retrouvai enlacée à un arbre, assise sur une branche, le coeur battant à tout rompre alors que la surprise avait failli me provoquer un arrêt cardiaque. Je risquai un coup d'oeil vers le bas, grossière erreur. Oh mon Arceus! Qu'est-ce qui s'était passé?! Venait-on réellement de me téléporter en haut?! Nouveau regard en bas alors que je pu repérer Yuki qui semblait en plein différent avec sa Tarsal. Oh, ça peut faire ça un Tarsal? Je trouverais bien ça cool si je n'étais pas en danger d'une mort atroce, m'voyez?  

- Sephiroth...?

Tentais-je d'une petite voix timide, espérant que le spectre vienne me porter secours. Néanmoins, il ne fallait pas trop espérer et c'est un ectoplasme ricanant qui vint flotter autour de moi, me tournant autour d'un air amusé, me narguant parce que monsieur savait flotter. Ah ouais, super sympa le fantominus, prêt à me laisser tomber en bas plutôt que de venir m'aider. Que de support de la part de mes compagnons, comme toujours. Voilà qui avait de quoi me réchauffer le coeur au point de me faire questionner mon satané choix de carrière! Heureusement que les dresseurs que je croisais étaient plus altruistes que les membres de mon équipe, autrement il y aurait longtemps que ma maladresse aurait eu raison de moi. La voix de Yuki me parvint donc et c'est en retenant mon souffle que je jetai un troisième regard vers le bas. Je n'avais jamais eu le vertige auparavant, mais pourtant ça ne m'empêchait pas d'être un tout petit peu nerveuse. Un instant, venait-il vraiment de dire que je devrais avoir confiance en lui et... et sauter? Kawaii du genre jalouse possessive? Oh bah c'était un euphémisme hein! Et dire que je pensais qu'Ouji-sama était un cas extrême, lui au moins ne téléportait pas les gens dans des arbres! Remarque s'il avait pu... euhm! Je me décidai donc à lui répondre, d'une voix d'abord faible qui me poussa à me reprendre par la suite.

- Okay... Okay! Je saute à trois, d'accord? Je vais te faire confiance, Yuki des Noctali!

Maintenant prendre mon courage à deux mains, respirer un bon coup et viser juste. De quoi j'aurais l'air à faire ce courageux saut de l'ange, à trois mètres de ma cible? D'ailleurs, si certains se seraient demandés s'il était une bonne idée de faire confiance à un inconnu, je me demandais surtout s'il était une bonne idée de risquer blesser un inconnu en lui tombant dessus d'aussi haut. Comme quoi mes préoccupations n'étaient peut-être pas tout à fait au point, mais voilà qui est un détail. Je tentai d'ignorer le spectre qui voletait ici et là en ricanant, essayant de me déconcentrer pour jouer. Comme quoi il y avait encore quelqu'un de plus inconscient que moi. Aller, quand il faut y aller, il faut y aller.

- Un... deux... trois! Yippee ki-yay!!

Et une Estelle volante, une! J'avais quitté mon perchoir, fermant les yeux par réflexe, parce que je ne voulais pas voir ça. De toute façon, je ressentirais sans doute l'atterrissage bien assez pour ne pas avoir besoin de le voir. La chute ne dura toutefois pas longtemps, pas autant que ce que j'avais anticipé, mais ce fut suffisant pour que mes longs cheveux roses quittent mes épaules et pour qu'un frisson me traverse alors que le vent froid frôlait ma nuque. Pourvu qu'il m'attrape, pourvu qu'il m'attrape! Pouf!! Atterrissage pseudo réussi. Enfin, je n'étais pas morte, c'était l'important non? Je ré-ouvris les paupières, une à une, afin de constater l'ampleur des dégâts. Il avait réussi à m'attraper! Nous étions maintenant tous deux affalés dans la poudreuse, mais bon, personne n'avait l'air d'être décédé, donc généralement c'était une bonne nouvelle. Je me relevai en riant aux éclats, bien qu'il serait plus juste de dire que je m'enlevai de sur mon matelas improvisé, me laissant tomber sur le dos dans la neige à côté. Pourquoi cette hilarité? Non mais, c'était trop génial ce que je venais de faire! Et sans une égratignure en plus! J'avais presque les larmes aux yeux d'avoir trop ris lorsque je réussi enfin à me calmer un peu, reportant mon attention vers le jeune homme aux cheveux d'encre.

- Désolé... haha! Désolé, mais c'était trop... haha!! Tu vas bien? Je suis lourde alors, je t'ai rien cassé en tombant au moins? Et puis... aie j'ai une crampe, faut que j'arrêtes de rire! Hahaha! T'inquiètes pas, pour ta Tarsal. Mon Vipelierre est pareil alors... ouf... longtemps que j'avais pas ris comme ça!
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Mar 6 Jan - 5:46
A colorful flower in the dark.





Sa voix venait de me parvenir et comme une révélation, je réalisais soudain qu'elle était haut. Oui, haut ! Bien plus que ce que je m'étais figuré. Jaugeant plus attentivement la situation, je fus pris d'un terrible doute, en venant presque à regretter mes paroles. En temps normal, j'aurais pris le temps d'analyser calmement la situation, de manière stoïque, la tête bien froide. Depuis les événements qui étaient survenus dans ma vie depuis cet été, j'avais quelque peu changé, perdant certaines de mes habitudes. Toutefois, dans ce cas bien précis, je ne devais pas me défiler. Il était hors de question de faire machine arrière. Je devais me ressaisir, il n'était pas encore trop tard pour me rattraper. Je pris une profonde inspiration, poussais un petit soupir bref et hop ! Me voilà de retour ! J'analysais minutieusement les alentours et les moindres détails, me figurant une multitude de scénarii possibles. La neige était plutôt tendre par ici. De la poudreuse, voila qui amortirait bien la chute, d'autant plus que pour l'avoir visitée un peu plus tôt, je savais qu'elle était suffisamment profonde pour que je ne heurte pas de suite le sol. Je pourrai donc m'y enfoncer. Restait juste à savoir à quelle profondeur. Mais il y avait autre chose. Je devais trouver un moyen d'amortir parfaitement sa chute afin de ne pas la blesser et subir le moins de dégâts possibles. Je n'eus cependant pas le temps ni le loisir de m'y épancher comme je l'aurais souhaité.

Décompte de trois.


* Yippee ki-yay ? Nani o sakebi desu ka ? * (Quel cri est-ce donc là ? )

Voilà ce que je m'étais posé comme question alors que l'adolescente avait quitté sa branche. Plus le temps de réfléchir, plus le temps de se questionner, place à l'action. Ce fut donc instinctivement que je passais à l'acte. Tendant les bras pour la réceptionner, les yeux grands ouverts et rivés sur elle, je retenais mon souffle. La moindre erreur pouvait être fatale, je n'avais qu'une chance, une seule et unique chance. C'était en grande partie ma responsabilité alors je me devais de ne pas me louper. Lorsqu'elle entra en contact avec mes bras, il se refermèrent du mieux qu'ils le purent sous elle, l'attirant contre moi alors que mes jambes flanchaient volontairement, tout en me laissant tomber en arrière, dans l'épais manteau blanc de cette forêt blanche. Dans un bruit sourd, agrémenté de craquements apparentés à la neige, je m'enfonçais, comme prévu dans le sol poudreux à la blancheur immaculée. Très vite, le froid m'envahit. La neige s'était infiltrée ça et là, mais je ne m'en souciais pas plus que ça. Avais-je reussi ?

Il ne m'avait pas fallut bien longtemps à attendre pour en avoir la réponse. Des éclats de rire me parvinrent et ce n'étaient pas ceux d'Asobu, mais bel et bien ceux de la mentali. J'en déduisis donc que tout allait pour le mieux pour elle, même si je ne comprenais pas ce qui la rendait hilare, alors qu'elle s'était ôtée de moi pour se laisser retomber tout près de moi, à en juger par le bruit que j'entendis. J'en profitais alors pour bouger un maximum de membres afin de voir s'ils répondaient toujours bien ou s'ils étaient cassés, mais en dehors du froid, rien ne sembla poser problème. La seule douleur à déplorer était celle à mon œil que le blondinet avait généreusement embrassé de son poing. Dans l'action, une partie d'elle avait dû me cogner, mais je ne m'en étais même pas rendu compte sous l'effet de l'adrénaline. Libre de mes mouvement, je m'extirpais tant bien que mal de ma couche de fortune, imposée. Me dressant sur mes coudes dans un premier temps, je tournais la tête vers elle, l'observant interdit, demeurant incrédule devant son hilarité de plus en plus incompréhensible. Tout ceci m'échappait, toute la logique de la chose, toute sa logique. Se moquait-elle de moi ? Je ne pensais pas, mais je n'en était malgré tout pas sûr non plus. Je décidais alors de me lever.

" Désolée... Haha ! Désolée, mais c'était trop... Haha !! Tu vas bien? Je suis lourde alors, je t'ai rien cassé en tombant au moins ? Et puis... Aïe j'ai une crampe, faut que j'arrêtes de rire ! Hahaha ! T'inquiètes pas pour ta Tarsal. Mon Vipelierre est pareil alors... Ouf... Longtemps que j'avais pas ri comme ça!."

Ainsi, c'était le fait d'avoir fait tout ceci qui la rendait si... Euphorique ? Soit. Mais je ne me le figurais pas pour autant. Alors que je m'apprêtais à enlever mon haut, je me retins. Chiho n'aimait pas que je me mette torse nu devant d'autres filles, du moins, lorsque j'avais un haut. Cette pensée me tira un sourire qui disparut de manière quasi instantanée, faisant place à un pincement au coeur des plus virulent qu'il soit et un rictus indescriptible sur mon visage, comme si j'avais fait un infarctus ou que l'on m'avait appliqué un direct à l'estomac. Chiho... Mon amour... Mon premier amour... L'idée que je n'était plus son Yuki venait de me traverser l'esprit, tout autant que celle de l'avoir perdue à tout jamais par ma simple bêtise. Me rendant compte que mes émotions filtraient, je me ravisais d'enlever mes vêtements, même si je n'étais pas pudique et que Chi n'était pas là ou que je n'étais sans doute plus sien. Malgré tout, j'avais beaucoup de respect pour elle et tant que nous ne nous serions pas confrontés, je voulais à tout pris préserver ce peu de choses qu'il restait. Je me décidais donc à simplement secouer mon attirail pour en dégager le plus de neige possible, avant de me frictionner l'œil.

" Content que tout cela te fasse rire. Au moins, c'est la preuve que tout va pour le mieux pour toi alors je me sens soulagé. Lourde ? Je ne pense pas, mais c'était une sacrée chute et un sacré choc, c'est indéniable ! En ce qui me concerne, rien de cassé, ne t'en fais pas."

Je lui adressais alors un clin d'œil, juste après avoir arrêté de me masser.

" Une fois de plus, je me vois dans l'obligation de te présenter mes plus humbles excuses, Estelle du dortoir mentali. "

Je tombais alors à mon tour dans la neige, à côté d'elle, éclatant également de rire. Oui, je fus pris d'un irrésistible et irrépressible fou rire. Je ne me moquais pas d'elle, non, loin de là. Disons que c'était plus comme si la pression retombait. En fait, je ne saurais l'expliquer et à vrai dire, je n'en ai pas envie.

"Mais dis moi... Qu'est ce qui t'a amenée dans cette endroit si reculé et si éloigné du camps par un temps pareil ? " avais-je réussi à lui lâcher entre deux crises de fou rire.





_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Mar 6 Jan - 6:35

Il fallait que j'arrête de rire, ça en devenait ridicule là! D'autant plus que le jeune homme semblait être bien songueur, mais je ne saurais sans doute pas pourquoi puisqu'il fini de se débarrasser de la neige le recouvrant avant de se frotter l'oeil, me répondant du même coup. Il se disait donc soulagé que j'aille bien malgré la chute, ce qui me poussa à me dire qu'il avait l'air de quelqu'un de gentil. Après bon, il avait quand même fait quelque chose lui méritant un oeil amoché, mais ce n'était pas à moi de le juger là-dessus et je décidai donc de simplement m'en faire l'image d'un garçon sympathique, un peu sophistiqué et membre du dortoir Noctali, donc probablement topdresseur. De plus, il mentionna aller bien en s'accompagnant d'un clin d'oeil auquel je répondis d'un vaste sourire enjoué, contente de savoir que personne n'avait été blessé dans cette petite aventure.

- Pas besoin de t'excuser j'ai dit! Ce n'est pas tous les jours que j'ai l'occasion de sauter du haut des arbres quand même.

Ce après quoi il rejoignis lui aussi la neige en riant. Au moins cette petite chute semblait avoir réussi à casser la glace comme on dit. Certains le font avec humour, d'autres en sautant en bas d'un arbre, tout ce qu'il y a de plus classique quoi. N'empêche, maintenant qu'il riait aussi, je ne pu m'empêcher de l'accompagner, laissant cette manifestation de joie se faire communicative alors que même Sephiroth se joignait à la partie. Malgré tout, les rires s'estompèrent quelque peu alors que Yuki semblait décidé à lancer la conversation, l'air moins protocolaire que plus tôt. Fiou! Au moins comme ça je n'aurais pas l'impression de détonner à toutes les deux phrases, ce qui serait franchement un plus si l'on voulait faire connaissance. Parce que bon, selon ma philosophie, je n'avais jamais trop d'amis et, dès que quelqu'un se montrait ouvert à la discussion, j'étais la première à échanger avec entrain et enthousiasme. Ainsi, le Noctali n'allait pas échapper à la règle et je comptais bien en profiter pour discuter un peu, parce que pourquoi pas?

- En fait, mes colocataires étaient occupées aujourd'hui, du coup j'ai voulu aller visiter un bon ami à moi. D'ailleurs il est aussi du dortoir Noctali donc tu le connais peut-être, à la base je voulais lui dire que j'ai réussi à lui commander un oeuf pour Noël, mais j'imagine que la surprise devra attendre encore un peu. Il faut dire qu'il est plutôt occupé depuis qu'il est devenu préfet donc bon, c'est compréhensible. M'enfin, du coup j'ai décidé d'explorer l'île et Sephiroth, mon fantominus, s'est porté volontaire pour m'accompagner. C'était ça ou rentrer au chalet et ne rien faire de la journée, donc bien sûr que j'ai préféré découvrir ce que Pumkin a à offrir. Et puis bah... à dire vrai j'ai moi aussi dévalé la même colline que toi, alors je cherchais un chemin pour essayer de remonter sans dégringoler vingt fois et bah, tu connais la suite je pense.

Petite pause de ma part alors que je tentai de chasser la neige de ma longue chevelure rosée, frissonnant alors que quelques flocons s'étaient introduits sous mon manteau. Fourbes petits glaçons qui s'amusaient à me faire grelotter! Hum, bref. Tout cela me fit repenser à l'absence du blond en question, me demandant ce qu'il pouvait bien faire. J'avais chassé le sujet de mon esprit plus tôt, mais maintenant que j'y pensais à nouveau, ma curiosité reprenait le dessus. Et puis, plus que cela, qu'est-ce que les gens faisaient?! Même Kaeko et Ruby manquaient à l'appel quoi, comme si tout le monde s'était passé le mot aujourd'hui. En fait ils étaient en train de se faire une grosse après-midi de cocooning sans moi c'est ça?! Ou alors, peut-être que c'était le destin? Peut-être que quelqu'un, quelque part, avait décidé que Yuki allait devoir me renverser aujourd'hui en dévalant cette pente. Pourquoi? Aucune idée, peut-être que le type qui écrit le destin est en fait un sadique qui aime me voir trébucher, ça l'histoire ne le dit pas. Remarque ce serait cohérent tiens, c'était beaucoup trop parfait comme collision, comme si ça avait été planifié d'avance, si si! Ah ouais désolé, je laisse les théories du complot à Kaeko, promis! Pour en revenir à nos mareep, je ne saurais jamais si cette rencontre avait été orchestrée ou pas, mais ce que je pourrais apprendre, c'était pourquoi le probablement topdresseur était ici. Sans oublier que je ne l'avais jamais croisé avant, du coup bien sur que je me demandais s'il était un nouveau arrivé durant l'hiver ou s'il était juste un ancien que je n'avais jamais croisé. Après tout il y avait beaucoup d'élèves à la Pokémon Community, donc il était bien possible que nos chemins ne se soient bêtement jamais rencontrés. Avoir su que nos chemins étaient en réalité si près l'un de l'autre, je me demande bien ce que j'aurais dit tiens.

- Et toi? Tu renverses souvent les mentaliennes en dévalant des pentes enneignées, genre comme passe-temps, ou il y a une autre raison? Enfin, remarque je ne te juges pas hein, c'est sans doute une occupation très passionnante!

Et, bien sûr, les sourires et les rires étaient toujours au rendez-vous, parce que la bonne humeur ne saurait se dissiper si facilement. Pas la mienne en tout cas.
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Sam 17 Jan - 1:34
A colorful flower in the dark.  





La jeune fille à la chevelure rosée avait repris la parole. Un vrai moulin à paroles, mais pas dans le mauvais sens.  Sa bonne humeur semblait communicative.

"  En fait, mes colocataires étaient occupées aujourd'hui, du coup j'ai voulu aller visiter un bon ami à moi. D'ailleurs il est aussi du dortoir Noctali donc tu le connais peut-être, à la base je voulais lui dire que j'ai réussi à lui commander un oeuf pour Noël, mais j'imagine que la surprise devra attendre encore un peu. Il faut dire qu'il est plutôt occupé depuis qu'il est devenu préfet donc bon, c'est compréhensible. M'enfin, du coup j'ai décidé d'explorer l'île et Sephiroth, mon fantominus, s'est porté volontaire pour m'accompagner. C'était ça ou rentrer au chalet et ne rien faire de la journée, donc bien sûr que j'ai préféré découvrir ce que Pumkin a à offrir. Et puis bah... à dire vrai j'ai moi aussi dévalé la même colline que toi, alors je cherchais un chemin pour essayer de remonter sans dégringoler vingt fois et bah, tu connais la suite je pense. "

Je vous l'avais dit, un vrai moulin à paroles. Elle m'avait mitraillé de mots avec l'efficacité d'une gatling à bout touchant. PERFECT ! Elle avait accompli un combo parfait avec l'efficacité mortelle d'un geek coréen, ne laissant aucune chance à mon pauvre cerveau. DISCONNECTED.  Je m'étais simplement contenté de tourner la tête vers elle, la regardant tel un ahuris. J'avais voulu répondre, mais la masse d'infos n'avait pas fini de transiter jusqu'à ma cervelle de Tanuki, ce qui avait pour effet, sur le moment, de me transformer en un Magicarpe humanoïde. Bouche ouverte, bouche fermée, bouche ouverte, fermée, ouverte, fermée, tout ceci se répétait en une boucle ininterrompue et intangible.

"  Et toi? Tu renverses souvent les mentaliennes en dévalant des pentes enneignées, genre comme passe-temps, ou il y a une autre raison? Enfin, remarque je ne te juges pas hein, c'est sans doute une occupation très passionnante! "


SYSTEM REBOOTED, RECUPERATION DES DONNEES...

La jeune femme avait repris la parole, peut être n'avait-elle pas remarqué ce manège dans lequel je m'étais retrouvé piégé. Cette fois-ci, je reprenais possession de mon corps et de mon esprit, parvenant enfin à rationaliser le tout.  Je me redressais, me retrouvant assis dans la neige à ses côtés.  Prenant un peu le temps de la réflexion, je m'étais tourné vers Asobu qui semblait en plus calme qu'auparavant et chose surprenante, il semblait être devenu ami avec le Fantominus. Pourquoi pensais-je cela ? Peut-être parce que ces deux énergumènes étaient en pleine conversation. Nous tournant le dos, se faisant des messes basses tout en se retournant de temps à autre vers nous, il était évident que deux petits esprits fourbes et farceurs venaient de se rencontrer et que leurs petites cervelles de Passerouge étaient mises en commun. Il était évident qu'ils prévoyaient une quelconque idiotie à leur portée. Qu'ils s'amusent, avais-je alors pensé. Je m'étais alors détourné d'eux pour me centrer sur la Pokéball de ma chère Tarsal qui s'y était réfugiée après  avoir piqué une petite crise de la jalousie. Je la serrais contre moi tout en reportant mon attention sur mon interlocutrice du moment.

" Renverser des mentali ? Non je ne crois pas. J'ose espérer ne pas avoir besoin de ce genre de mésaventure pour établir le dialogue avec des gens. C'est tout autant un hobbie pour moi que de te faire renverser par un noctali maladroit dirais-je..."

Je lui avais alors fait un clin d'œil avant de poursuivre en un monologue que je n'aurais pu prédire. Ma carapace n'était pas encore reformée, il y avait des fuites et j'en disais plus queje ne l'aurais voulu, sans même  réellement m'en rendre compte.

" Un Noctali... Je ne peux pas t'en dire plus, nous sommes nombreux et sans son nom, il est clair que je ne pourrai pas te dire si oui ou non je le connais. De plus, je n'étais pas très réputé pour être très sociable à l'époque... Je n'avais que mon meilleur ami qui est celui à qui je dois ce beau maquillage à l'œil... Ma voix se perdit quelque peu dans le vent, tandis que mes yeux se perdirent dans l'étendu d'un blanc pur. Je m'en voulais d'avoir réagis d'une manière aussi idiote. " ...ma petite amie, Noctis, mon coloc et mon ami d'enfance, ma cousine et quelques connaissances. A part cela, je ne me mêlais pas plus que cela aux gens... Je pense que j'étais plus détesté qu'autre chose? Je ne m'en plaindrai pas, à vrai dire, cela m'indifférait et m'indiffère toujours. Tant que j'avais mes amis Pokémon,  mon petit trio d'amis, tout était pour le mieux, je n'avais besoin de rien de plus... Enfin... Je ne veux pas t'embêter avec  ma vie...   Mais attends... Tu as dit Préfet  ? "

Je venais de réaliser la chose. Il y avait un préfet noctali ? De nombreux changements avaient dû avoir lieu depuis mon absence. Je ne savais même pas que chaque dortoir avait désormais son leader, son représentant. Ouvrant des yeux ronds, je déglutis comme pour essayer de faire passer la pilule.

" Désolé, je vais  peut être te semblé idiot, mais peux-tu m'en dire plus au sujet de ces Préfets s'il te plait ? J'ai été  tenu éloigné de Pokemon Community assez longtemps, pour des raisons qui me sont assez personnelles, donc je n'ai pas pu remis les pieds à l'académie depuis le mois de juin. Je reviens à peine, ça fait quelques jours et pour le coup, mon retour se passe sur cette île, sans aucune information sur la situation actuelle... "

Les yeux rivés dans ceux de la mentali,  j'étais pendu à ses lèvres, comme un enfant à ceux d'un adulte auquel il venait de poser une question qui avait une haute importance pour lui et dont la réponse lui permettrait de poursuivre son apprentissage et son développement intellectuel.  Kawaii venait de sortir de sa demeure de fortune dans un magnifique tourbillon scintillant de milliers d'étoiles rosées et de quelques autres petits artifices visuels que mon père avait réussit à mettre en place en tandem avec la principale intéressée. Je reconnaissais bien là leur genre à tous les deux et cela me tira un petit sourire. En y repensant, je n'avais pas encore vu tous les effets de ses fameuses balls personnalisées que mon père avait fabriqué spécialement pour mes amis et moi. Je m'étais alors promis de les tester en rentrant, mais pour l'heure, seule la réponse d'Estelle m'importait vraiment à l'heure actuelle. Caressant avec affection  ma petite Tarsal, cette dernière venait de se blottir contre moi, détournant la tête de l'adolescente aux cheveux rosés.



_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Sam 17 Jan - 4:18

Oups. J'y étais allée un peu fort là, non? Aller, je devais relancer la conversation plutôt que de le laisser sécher hors de l'eau après ce raz-de-marrée de parole. Il faut dire que j'avais l'habitude de discuter avec des filles, surtout celles provenant de mon dortoir. Certes, les Givralis étaient réputées pour être les reines du commérage, mais c'est simplement parce que les Mentaliennes sont trop ahurissantes pour être intelligibles, sinon il en serait surement tout autre! Quoi qu'il en soit, je semblais avoir réussi à rattraper la situation, ce qui était pour le mieux. Après un petit regard vers nos Pokémon -personnellement je ne portais plus trop attention à Sephiroth, un coup tordu n'attendant pas l'autre, du coup j'en étais presque blasée- il repris parole, répondant à ma dernière interrogation. J'esquissai un sourire lorsqu'il dit que c'était sans doute aussi courant d'en renverser qu'il l'était pour moi de me faire renverser. Et puis bon, étant moi-même, bien sûr que je ne pouvais pas ne pas me ridiculiser après une réplique comme ça. Non, mais oh. Dans quel genre de planète vivrions-nous si les jeunes maladroites aux cheveux roses arrivaient à conserver un minimum de dignité, je vous le demande!

- Non c'est vrai, d'habitude c'est moi la maladroite.

Oh, mais ta gueule Estelle! Heureusement qu'il n'avait pas semblé se moquer de moi, m'adressant plutôt un clin d'oeil complice. Ouf! Il reprit d'ailleurs la parole et je l'écoutai avec ce même sourire qu'à l'habitude, mes grands yeux de chocolat brillant d'un éclat de curiosité, espérant que le fait de me montrer réceptive l'encourage à poursuivre le dialogue. Difficile de dire sans connaître son nom? Ah ouais, je ne l'avais pas dit maintenant qu'il m'y faisait penser. Faut dire qu'ils n'étaient pas des masses à ne pas savoir de qui on parlait en disant "le préfet Noctali". Et puis un Noctali qui ne connaissait pas son propre préfet? C'était clairement bizarre ça, faut l'avouer. La suite, néanmoins, me fis oublier cette petite interrogation de sa part. Donc son meilleur ami, Noctali également, était l'auteur de cette blessure. Mais ça, il l'avait déjà mentionné avant, non? Comme quoi ça devait vraiment l'avoir blessé.... enfin, dans l'autre sens du terme! Rooh, arrêtez de faire vos difficiles et laissez ma narration tranquille. Ça se voyait que Yuki des Noctali était affecté par cet événement qui semblait encore récent, il se stoppa même sec, comme s'il digérait encore l'information. On aurait dit que le coup n'avait pas encore fini de résonner dans sa tête, ou plutôt dans son coeur, et c'était quelque chose de plutôt triste en fait. Je voulais intervenir, essayer de lui apporter mon support comme je le pouvais, mais il reprit la parole presque immédiatement à l'instant où j'ouvris la bouche. Ne désirant pas l'interrompre, je la refermai donc, histoire de me faire bien attentive. Parce que parfois on fait plus de bien à écouter qu'à parler.

Sa petite amie Noctis? C'était un drôle de nom pour une petite amie tiens... D'ailleurs, c'était le même prénom que mon cousin! Hmm.... mais c'était bien mon cousin, non? En toute logique si, d'autant plus qu'il était préfet Phyllali, donc dortoir de gars. Et donc, dortoir de gars égal gars, logique. Ohhhh, mais en fait il y avait une virgule alors? Donc j'avais mal compris et Noctis n'était pas sa copine? Mais alors il connaissait peut-être mon cousin en fait! C'était trop cool ça, connaître quelqu'un en commun! -Attends encore quelques paragraphes ma belle, tu vas trouver ça tellemeeeeent cool.- Hum! Retour à la réalité, parce que la conversation n'étais pas si joyeuse que ça en fait alors ce serait un peu impoli de continuer sur cette lancée. Il était détesté? Voilà qui était un peu hors de ma compréhension, bien qu'en même temps je ne le connaissais pas tant que ça. Il y avait peut-être une attrape, peut-être se transformait-il en Absol-garou lorsque venait le temps des compétitions et que les gens ne l'aimaient pas pour ça? Peut-être qu'il sentait vraiment mauvais en faisant du sport? Non, mais faut me comprendre là. Vite comme ça je ne voyais pas du tout pourquoi les gens auraient pu le détester, du coup bah j'essayais vainement de comprendre. Soit il volait les biscuits de tout le monde, soit ce type avait tout simplement besoin qu'on l'aide à prendre un peu plus confiance en lui, parce qu'autrement ça me paraissait très très bizarre.

Et puis ne pas m'embêter avec sa vie?! Non, mais oh! Là j'allais rouspéter un bon coup, lui faire comprendre qu'il pouvait parler autant qu'il le voulait. Déranger une Joëlle en lui racontant sa vie? Pouah! Petit joueur! Nous prenions soin des gens de générations en générations dans ma famille et je comptais bien dédier ma vie à la même cause! Alors s'il pensait me déranger avec ça, c'est qu'il était loin, très loin de son profit. Mais, une fois de plus, il semblerait que ce Yuki ait un don démesuré pour me couper l'herbe sous le pied en changeant de sujet. Préfet? Si si, c'est ce que j'avais dit. Ne me dites pas...

- Oui, c'est bien ce que j'ai dit, le préfet Noctali. Je me disais bien que tu ne pouvais pas ne pas le connaître! haha!

Des excuses? Ah merde! C'est qu'en fait il ne savait vraiment pas?! L'explication vint finalement et, bien évidemment, je me sentis très, mais alors très tarte. Je peux m'enterrer dans la neige et attendre que vienne le printemps? Je peux?! Et puis, pas remis les pieds à l'Académie depuis Juin?! C'est que ça faisait carrément quelques mois ça! Le retard monstre qu'il devait avoir accumulé, c'était terrible! Et puis, s'il n'était même pas au courant des préfets... Aie. Il confirma plus ou moins mes pensées. Aucune information hein?

- Aucune aucune? Je veux dire... Tu as au moins entendu parler du vol de la Team Rouage, non? -petite pause gênée- Enfin, on va commencer par les préfets, c'est sans doute plus utile à savoir dans l'instant.

Je pris un air plus sérieux, un peu plus mature. Je venais de passer de "discussion amicale" au mode de "discussion sérieuse où il faut que mon interlocuteur puisse me suivre". Heureusement que j'avais un minimum de capacité d'oratrice quand même, parce que vu le paquet d'informations que j'allais devoir lui donner, ça allait être du lourd.

- Les préfets sont des élèves choisis par la Direction pour représenter le dortoir, guider les nouveaux arrivants, ce genre de chose. Ils permettent aussi un genre de lien entre la direction et le corps professoral et les élèves en général. Par exemple, lors de la journée porte ouverte, ils ont tous du s'impliquer à fond pour l'organisation des activités de leur dortoir respectif. En tout ils sont six, comme pour les dortoirs qu'ils représentent. Celle des Givrali je ne connais pas. Après chez les Voltali c'est Orren Losvrôk, je l'ai rencontré une fois en septembre. Celui des Phyllali est mon cousin, Noctis Flavelle. Ensuite Pyroli c'est une amie à moi, elle s'appelle Aileen Sôma. Ensuite dortoir Mentali, c'est ma meilleure amie, Kaeko, une spécialiste du type spectre super sympathique. Et le dernier, mais non le moindre, le préfet des Noctali, Allen Wills. Je ne sais pas si tu le connais, mais c'est un excellent top dresseur et c'est aussi quelqu'un de très gentil. Disons que c'est quelqu'un de très cher pour moi. Enfin, remarque maintenant je peux aussi dire que c'est....

Oui bon, là soyons honnêtes, mon air de bonne professeure s'était envolé pour laisser la place à mon genre de petit sourire rêveur et à mes joues un peu rosées. Oui, bon, je vous entends déjà dire que c'était sans doute une réaction normale, que la plupart de ses fans devaient avoir une réaction de ce genre là à l'évocation du Noctali blond aux yeux céruléens, mais dans mon cas c'était un peu différent. Mon coeur battait aussi un tout petit peu plus vite et disons que, contrairement à toutes ces fangirl complètement folles, le mien avait une raison de le faire puisque, surprise générale, il était :

- ...mon petit ami.
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Jeu 22 Jan - 19:31
A colorful flower in the dark.  





L'élève du dortoir mentali était en train de m'expliquer calment, si je pouvais ainsi dire, ces petits détails qui m'échappaient encore. J'écoutais sans mot dire, assimilant ses paroles. Rien qu'à l'entendre parler, je ne pouvais m'empêcher de penser qu'elle devait vraiment aimer parler. Une oratrice, ou plus simplement, une fille quoi. J'aurais bien dit qu'elle était tout l'inverse de moi, ce qui n'aurait pas été en soi un mensonge vu mon côté asocial non feint ni même dissimulé et que j'assumais parfaitement. Non, mais il y avait cette autre facette de moi, celle qui était amoureuse, celle qui découvrait les joies d'un premier amour du style coup de foudre, mais  également de la réelle amitié, celle qui était tellement intense qu'on avait du mal à la définir avec certitude. De ce point de vu, je devenais plus loquace et bien plus chaleureux. Je ne dirais pas comme elle, mais dans mon propre registre, je ne pensais pas qu'il soit mauvais de me comparer à elle. Après, il y avait toujours la part bête, cette part dite du Tanuki, qui me faisait me déconnecter de la réalité, me transformant en un véritable moulin à paroles et changeant radicalement ma personnalité. Mr Hyde & Dr Jekyll, je crois que c'était là un parfait descriptif bien résumé de la chose, même si les registres et champs d'actions étaient bien différents.

Noctis Flavelle ? Préfet ? Cela ne m'étonnait pas plus que ça de lui, j'étais même content pour lui, mais attendez un peu... Avait-elle bien dit "Cousine de" ? L'information avait été lâchée, presque soufflée, comme si elle était d'une évidence naturelle, une vérité d'ordre général comme on annonçait que le Monde était rond ou qu'un Dracofeu était un Pokémon de type feu. C'était passé comme un train direct devant un quai qui n'est pas le sien, à vive allure et sans retour. Il n'y avait pas non plus de possibilité de le prendre en marche, vu qu'il n'y avait aucune faille dans son discours. Mon regard sur elle venait de changer. A présent, je la voyais comme une redoutable adversaire. C'était comme si elle avait étudié son art et le maîtrisait sur le bout des doigts. Je n'avais donc d'autres choix que de patienter jusqu'à la fin, mais c'était la sous-estimer. Elle avait bien d'autres ressources. Les informations fusèrent à vitesse grand v. Ainsi était elle une personne de pouvoir, une figure mondaine. Amie avec la tête du dortoir pyroli, meilleure amie de celle de son dortoir et petite amie du celui qui était à la tête de mon dortoir. C'était donc une fille qui côtoyait les hautes sphères, une potentielle femme d'influence comme il m'avait été fréquent d'en côtoyer dans cet autre monde duquel je venais, même si toutefois, la dénommée Estelle ici présente, ne me semblait pas  être ce genre de personne intéressée. Elle était bien plus candide et plus franche que ces personnes là, bien plus pure. C'était vraiment une fille que...

" NANNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII   !!!!???? "

Les deux mains sur la tête, j'avais bondi sur mes jambes, me retrouvant debout dans la neige. Je frottait mes poings contre mes tempes, ce qui me donnait véritablement l'air d'un ahuri. Trop d'informations d'un coup, mais surtout, QUELLES informations ! Nul doute qu'elle était l'adversaire de choix, redoutablement efficace, que je m'étais préalablement figurée. Après un certain temps que je ne saurais clairement définir, je m'étais stoppé, mon index gauche directement pointé en direction du front de la jeune femme, comme si par ce geste, une connexion directe avec son cerveau allait s'établir. Elle m'avait One Hit K.O, OHKO, one shot, annihilant toute mes défenses comme si elles n'étaient composées que de cristal et avec elles, tous les sceaux de confinement d'un des Yokai les plus redoutable qu'il soit. Tanuyuki was back. Ma conscience s'éteignait, il allait prendre le dessus, ce n'était qu'une question de temps. Toujours dans la même position, j'haletais, en proie à une terrible lutte intestine, les yeux clos, mon visage se déformant de plus en plus sous l'intensité de l'effort que j'accomplissais pour maintenir les mots dans ma bouche et réprimer cette maudite partie de mon âme.
°5,4, 3...°

J'étais faible, bien trop faible. Ce combat, je ne pouvais pas le gagner, il était perdu d'avance.
°EXPLOSION°


T... T...T...Tu, tu tu tu tu tu tu... Tu... AAAAAAH!!!!  TOI !!!!  ANATA WA HONTOU NI KONNO TENGUNO ALLEN WILLS NO KANOJO DESU KA ? KONNO  KAPPA !? MASAKA !!! MAJIKA YO ! SHINJIRARENAI !!!!  KONNO TENGU no ALLEN... TO ANATA ? KAWAI TO TSUMINONAI NO  JOSHI ? KIREI NA SENNYO ?  KONNO GINTENGU... WATASHI NO HENTALLEN ? IIEEEEE !!!!  ARIENAI, ARIENAI, ARIENAI, ARIENAIIIII !!!!! ( T'es Vraiment la petite amie de ce Tengu d'Allen Wills ? Ce Kappa !? Impossible !!! Je n'y crois pas! Je ne peux y croire !!!! Ce Tengu d'Allen... Et toi ?  Une si mignonne et innocente jeune femme ? Une si jolie fée ?  Ce Tengu d'argent (Yukiisme)... Mon Hentallen ? Nooooon !!!! I Impossible, impossible, impossible, impossiiiiiiiiiiiible !!!!! )

Je me battais une fois de plus avec mon imagination bien trop débordantes et ces informations trop conséquentes. Il m'avait fallu une force de volonté titanesque pour pouvoir parvenir à me contenir même si ce n'était que partiel. Me recentrant sur elle, je m'étais approché d'elle. Scanner intégral, je la détaillais minutieusement. Elle m'avait l'air d'être à des années lumière de ce que je savais de lui. En même temps, ce n'étais pas un Tengu pour rien et ce foutu Yokai, ce Hentallen, savait très bien cacher ce qu'il ne voulait pas que je sache, ou du moins... Suffisamment longtemps pour que je ne puisse pas le deviner au premier essai. C'était même limite devenu un jeu entre nous avant mon départ. Le percer à jour était devenu un quêtes journalière de routine... Mais revenons-en à la situation actuelle. Elle n'avait pas autant de poitrine que Chiho, ne semblait pas non plus être aussi entreprenant qu'Anna. Peu importe sous quel angle je l'observais, j'avais beau lui tourner autour encore et encore, de droite à gauche, puis de gauche à droite, je ne parvenais à résoudre ce mystère. Il y avait un détail qui m'échappait. M'avait-il mené volontairement sur une autre piste pendant ce temps là ? J'en doutais un peu. Je ne le pensais pas perfide à ce point.

*Quoique... En y repensant bien... Foutu Hentallen, tu ne paies rien pour attendre toi !  *

Je m'étais alors placé devant elle, accroupis dans la neige, approchant mon visage du sien pour l'arrêter à quelques centimètres de son sien.  Dardant mes prunelles sur les siennes, je plongeais sans sommation dans son regard, m'y incrustant volontairement, cherchant à sonder directement son âme.

" Non sérieux... Tu connais vraiment ces deux là ? T'es la cousine de Yaoi no Yoru ? Je ne savais pas qu'il avait une cousine dans l'académie ce petit cachottier... Mais ça encore, je peux m'en accommoder. En revanche... En ce qui concerne Allen... T'es la petite amie de mon meilleur ami ? Sérieusement ? On parle bien de l'Allen Wills ? Le blondinet qui m'a fait ce maquillage ?  Le petit noble qui semble aussi glacé et impénétrable que son type Acier ? Ce refoulé qui ne s'assume pas ? " Je marquais un temps d'arrêt... " Au moins, il a bon goût, mais je ne savais pas qu'il avait des goûts aussi subtiles... Dans tous les cas, je suis rassuré, j'avais peur qu'il ne me cache une quelconque attirance pour les hommes, pire encore, pour moi..."

J'avais parlé de cette manière si particulière qu'avaient les protagonistes de manga de se comporter lorsqu'ils étaient en pleine réflexion farfelue, c'est à dire en plaçant mon pouce et mon majeur de par et d'autre de mon arrête nasale, l'index sur mon front et les autres  repliés, les yeux clos, l'air faussement ingénu, mon index et mon pouce de la main gauche formant un L pointé vers le ciel. En prononçant les derniers mots, j'avais eu un rictus assez comique, marquant mon dégoût. Je m'étais alors relevé pour lui tourner le dos et m'éloigner de quelques pas, quatre pour être plus précis.  De là, je sombrais dans mes pensées, comme si le Tanuki qui était maître de mon corps encore à l'heure actuelle, entrait en stase...





_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Jeu 22 Jan - 20:33

J'avais simplement parlé, mettant Yuki au parfum des trucs qu'il avait manqué, sans me doute des bombes que j'étais sur le point de lui lâcher en plein visage. Il avait l'air très attentif et c'était bon signe, du coup je pouvais continuer sur ma lancée sans trop m'inquiéter. Certes, son air sembla se modifier au fur et à mesure que je parlais, mais je ne pensais pas que ce soit grave quoi. Au final, j'avais fini par avouer ma relation toute privilégiée avec Allen et il va sans dire que sa réaction fut à des années lumières de ce que j'avais pu imaginer. Il changea du tout au tout, comme si quelqu'un d'autre venait de prendre sa place alors qu'il s'était mis à crier quelque chose ressemblant à "nanny", bizarre si vous voulez mon avis. Puis, il bondit et je le suivis de mon grand regard chocolat, soudainement inquiète. Avais-je donc dit quelque chose de si mal? Ce type était-il un fanboy d'Allen dont je venais de briser les rêves?! Vint alors son doigt tendu vers moi vers lequel mes yeux convergèrent alors que j'étais toujours figée, ne sachant pas trop où me mettre. S'en suivit alors une longue tirade dans une langue m'étant totalement inconnue. Enfin, j'aurais peut-être pu la reconnaître si j'y avais porté attention, mais j'étais encore bien trop sonnée par ce brusque retournement de situation. Et puis bon, avouons qu'il est assez compliqué de rétorquer à un discours dont on ne comprends rien mis à part "Allen Wills" quelque part dans le tas. Il se tut finalement, se rapprochant de moi pour me détailler alors que je rougis, gênée par cette situation qui m'échappait complètement.

- Est-ce que ça va...?

Aucune réponse alors qu'il poursuivait son examen et que je me sentais soudainement toute toute petite. Curieux, Sephiroth avait laissé tomber les machinations avec le Héricendre et s'était rapproché, tournant autour du Noctali en le dardant de sa plus belle grimace, comme en guise d'avertissement. Je lui fis un petit signe de la main pour montrer que ce n'était pas nécessaire, ce à quoi le Fantominus n'obéit que partiellement pour venir plutôt me tourner autour, gardant bien son air grimaçant vers le jeune homme. Au final, il s'accroupit devant moi et ses iris d'ambre vinrent rencontrer mes orbes de chocolat en une confrontation de regards. Je le soutins, fronçant quelque peu les sourcils. Si ça avait été drôle au départ, je commençais à trouver cela un peu exagéré, d'autant plus que je ne comprenais pas sa réaction. S'en suivis alors un nouveau petit monologue que je laissai couler, préférant essayer de comprendre ce qui se passait avant de protester. Yaoi no Yoru? Il parlait de Noctis là? J'allais ouvrir la bouche pour mentionner qu'il y avait aussi Lyphie, ma cousine, mais il ne s'arrêta pas et, bientôt, Allen devint le sujet de conversation principal, détournant toutes mes pensées vers le concerné en moins de deux. Son meilleur ami? C'était Allen qui lui avait refilé cet oeil?! En même temps, je n'avais pas de mal à le croire. Je me souvenais encore de son coup dans ma porte lorsqu'il avait vu l'état dans lequel je me trouvais après le vol de la Team Rouage. Chaque fois qu'Allen était inquiet pour quelqu'un ou qu'il n'avait pas pu aider quelqu'un qui lui était cher, il avait réagit de la même façon. Frustration, animosité. Il avait réagit pareil cette fois là, avec la maison pleine d'araignées lorsque j'avais été blessée. Glacé et impénétrable que son type acier? Oui bon, certes il était difficile d'approche, mais je trouvais ça exagéré quand même! Refoulé qui... quoi?! Et il voulait dire quoi par des goûts aussi subtils d'abord?! L'entendre parler comme ça du jeune homme que j'aimais, c'était à m'en faire grincer les dents. Pas étonnant, donc, que je réagisses en conséquence.

- Allen n'est pas comme ça! Enfin, d'accord, j'admets qu'il est solitaire et qu'il peut avoir l'air aussi "glacé et impénétrable que son type acier", mais si tu es vraiment son meilleur ami, tu devrais le connaître mieux que ça! C'est quelqu'un de très gentil, quelqu'un qui s'occupe toujours des autres même s'il ne le montre pas et surtout c'est quelqu'un de confiance sur qui on peut toujours compter et qui fait de son mieux pour réussir dans tout ce qu'il entreprend. C'est aussi quelqu'un qui s'énerve lorsqu'il ne peut pas aider ou protéger les gens qui comptent, parce que malgré les apparences il a un très grand coeur alors si je t'entends qualifier une seule autre fois l'homme que j'aime de froid ou de je ne sais quel autre qualificatif qui ne lui rende pas justice, tu vas avoir affaire à moi! Je ne suis peut-être pas une topdresseuse, mais je ne laisserai jamais passer quelque chose comme ça et ça, c'est une promesse!!

En parlant, je m'étais relevée d'un bond, ne prenant plus trop conscience de ce que je faisais ou de ce que je disais. Tout ce que je sais, c'est que mes mots s'enchaînèrent presque tout seuls alors que mon coeur parlait pour moi. Certes, Allen n'était pas parfait. Certes, moi-même j'avais parfois du mal à comprendre ce à quoi il pensait et je n'arrivais jamais à l'aider autant que je le devrais, preuve étant que je ne savais presque rien de son soi disant meilleur ami, mais il était comme ça et je voulais respecter sa façon d'être. S'il voulait me parler de quelque chose, il savait que je serais toujours là, point. Et s'il ne voulait pas en parler? Tant pis, je serais là quand même. Mais en attendant, ça ne m'empêcherait pas de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour que les gens commencent enfin à l'apprécier à sa juste valeur et non pas simplement comme "le pervers de l'Académie". Il était tellement, tellement plus que ça.
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Sam 24 Jan - 11:44
A colorful flower in the dark.  





L'a petite dame était montée sur ses grands Gallopa et pas forcément pour les bonnes raisons. Me parler ainsi... Avec ce ton... Et cette condescendance... En tant normal, sous cette forme de yokai libéré, je lui serais rentré dedans, comme cela avait été le cas avec Djelly, mais pour le coup, elle avait de la chance. Elle avait passé mon test. Avec brio ? N'abusons pas quand même. Elle n'était pas digne de tous mes éloges car elle n'avait pas saisi la subtilité de ce petit jeu, rentrant directement dans mon piège. Toutefois, elle avait obtenu la moyenne plus un, en m'ayant dépeint un portrait plus réaliste de ce blondinet que je connaissais si bien et avait en haute estime. Il était clair qu'elle l'avait donc côtoyé suffisamment et qu'il avait eu une certaine confiance en elle pour la laisser pénétrer sa carapace d'acier.  

Ho là ! Je vous arrête là tout de suite ma petite dame, avant que tout cela ne dégénère...  Vous semblez avoir bien mal compris mes mots... Ceux que je vous ai livrés ne sont pas mes mots à moi, mais ceux que colportent les élèves à son égard, à l'inverse de ses fangirls superficielles. Je n'en suis pas jaloux, loin de là, juste qu'elles semblent tellement à des années lumière de ce qu'il est vraiment... Elles sont tellement indignes de lui... Pas moyen que je le confie à une petite idiote écervelée qui ne lui apporterait rien sur le plan intellectuel, sentimental ou quelques autres choses encore...

Je lui avais parlé en lui tournant toujours le dos, l'index et le pouce de ma main gauche en l'air, formant un "L" que je faisais tournoyer, pointé vers le ciel. Je me retournais alors vers la jeune femme pour m'en rapprocher de nouveau et comme à mon habitude tanukiesque, approcher mon visage du sien, mais en gardant une certaine distance.

" Je loue votre verve, votre courage ainsi que votre vigueur tout autant que vos intentions à l'égard de mon meilleur ami, mais gare à ne pas vous perdre en chemin... Je n'ai aucune mauvaise intention à l'égard d'Allen Wills. Sa bouille, je l'ai connue enfant, je la connais maintenant et je compte bien la voir adulte et enfin ridée. Il est comme mon grand-frère et si quelqu'un se met sur sa route, si quelqu'un lui fait du mal, ce quelqu'un aura un ennemi avec lequel composer dès lors, en ma personne ! Je ne laisserais personne, je dis bien personne, s'en prendre à lui. Le seul et l'unique qui sera son rival, ce sera moi. Je suis la seule personne à pouvoir lui faire mettre un genou à terre, tout comme il est la seule personne à pouvoir en faire autant pour moi et ça, ce sera dans le futur, une fois que nous aurons réalisés nos rêves et atteint les sommets. A ce moment, là, notre affrontement ultime aura lieu et je l'écraserai, lui montrant que je ne suis plus un enfant et qu'il devra compter avec moi. "

Mon regard flamboyait. J'étais redevenu ce Yuki qui avait foi en ses rêves, ce Yuki ambitieux à la rage de vaincre. Mon discours était certes engagé, mais il n'était point hostile. Il y avait là une certaine dose d'amour fraternel, amical. Je lui faisais face à elle, mais tout en moi était centré sur Wills et notre potentiel lointain futur. Je ne la voyais plus. Me rendant compte de mon vagabondage, je me redressais, puis me plaçant de profil, après avoir médité quelque peu, je tournais la tête dans sa direction, accrochant son regard chocolaté, les bras croisés.

" Quant à vous, Dame Estelle...  Je ne vous connais pas encore mais comme je vous crois, cela sous-entend que nous sommes appelés à nous revoir alors je ne me fais aucun soucis. Vous m'avez fait passer votre message tout autant que je vous ai passé le mien.  Pour clarifier mes propos et éviter un quelconque malentendu, je parlais du fait que ni vous, ni moi, ne sommes disposés à laisser le blondinet souffrir. C'est d'ailleurs la façon dont vous avez pris cela à bras le corps qui a fait que je vous prenne au sérieux. Vous me semblez autre qu'une de ces pathétiques fan girls et surtout... Vous l'aimez ! Pour être amoureux moi-même, j'ai pu en sentir toute la profondeur. Je ne serais pas un bon ami si je m'opposais à son bonheur. S'il vous a choisi, c'est qu'il a trouvé quelque chose de spécial en vous alors je vous accepterai sans ciller non plus. Je placerai donc ma foi en vous tout comme il l'a et le fait alors Dame Estelle... A compter de ce moment... Soyons amis !   "

J'affichais alors un sourire bien chaleureux, le premier depuis ce qui avait semblé une éternité. Illustrant mes mots, j'avais tendu ma main dans sa direction. Je l'acceptais en tant que petite amie pour Allen. Il était évident que ce n'était pas à moi de choisir pour lui, mais si je ne l'avais pas jugée un minimum digne d'intérêt, je l'aurais très certainement pourrie jusqu'à ce qu'elle le quitte ou inversement, c'était même plus que certain.  Je retirais rapidement ma main.

" Oh ! Et j'y pense... Si vous signez le contrat, il y aura bien quelques petites choses qu'il faudra que je vous enseigne. Et puis surtout... Il vous faudra savoir lire entre les lignes car il y a beaucoup de non-dits dans nos discours et ne pas les saisir vous mènera souvent droit de le mur et cela, nous ne le voulons pas, n'est ce pas ? "

Mon sourire était redevenu celui du Tanuki. Je lui retendais alors la main, attendant sa décision. Quitte à ce qu'elle soit sa petite amie, étant appelés à se côtoyer à un moment donné, autant que nous nous entendions non ?  L'inverse aurait placé Allen dans une situation peu enviable et au final, l'un de nous l'aurait perdu alors cela ne servait à rien de se livrer une guerre inutile car de toute manière, nous savions aussi bien l'un que l'autre que celui ou celle qui le ferait souffrir aurait l'autre sur son chemin et cette perspective me ravissait. Enfin quelque chose qui pourrait divertir Tanuyuki sur du long terme. C'était là ce que je pensais à ce moment fatidique.  Soit elle m'acceptait en tant qu'allié, soit elle faisait de moi son ennemi, à elle revenait le choix, à elle revenait toute la responsabilité de la décision si négative elle était. Etait elle prête à briser notre amitié qui avait tant souffert ces derniers mois ? C'était là mon ultime test afin de savoir si elle était vraiment digne de ma confiance, mais surtout... De celle de mon nii-chan de cœur. Intrigué par cet afflux de sentiments nouveaux, Kawaii était ressortie de sa Pokéball pour se placer sur ma tête, allongée à plat ventre et tous deux, nous observions Estelle.

* Quelle sera ta décision petite demoiselle ? Ne me déçois pas... *





_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Dim 25 Jan - 17:07

Oui, bon, je l'avoue. Je m'étais peut-être, je dis bien peut-être, un peu laissée emporter. C'était un sujet qui me tenait particulièrement à coeur après tout et, donc, je me donnais à fond, comme pour toutes les autres choses qui me passionnaient. Du coup, j'avais parlé sans trop réfléchir, laissant mes convictions et mes émotions s'exprimer d'elles-mêmes en un discours engagé et, peut-être, un peu exagéré. Yuki semblait d'ailleurs du même avis puisqu'il m'incita à me calmer, reprenant la parole pour m'expliquer ce qu'il avait voulu dire avant que je ne continue de m'avancer sur une erreur de compréhension. Ainsi, ces mots pour parler d'Allen n'étaient pas les siens, mais plutôt ceux de l'avis quasi général. Ah. Bon. Okay. Il continua d'ailleurs sur le sujet de ses fangirls, indignes et écervelées, à des années lumières de ce qu'il était vraiment. Bon, pour le coup, ne serait-ce qu'au plan intellectuel, disons que je n'avais pas l'impression que je pourrais apporter grand chose là. J'avais complètement compris de travers.... à moins que ce soit voulu de sa part? Pour s'assurer que je n'étais pas l'une de ces folles furieuses. Néanmoins, avant que je ne puisse m'avancer d'avantage sur cette possibilité, Yuki était revenu et, une fois de plus, il ne semblait pas se soucier de "la bulle" que je pouvais bien avoir, approchant son visage du mien sans gêne pour poursuivre son petit discours. Oh, il louait mon courage et ma verve? Mais depuis quand est-ce que ça prend du courage pour défendre quelqu'un que l'on aime dites moi?! Bon, au moins il ne m'avait pas traité d'écervelée, ce qu'il aurait parfaitement été en droit de faire vu mon idiotie toujours un peu présente en toile de fond. Les mauvais côtés d'être une fille simple j'imagine.

Quoi qu'il en soit, le Noctali avait poursuivit sur sa lancée, me confiant ses réelles pensées à l'égard du blond aux yeux de saphir. Ainsi il était décidé, plus que tout, à défendre Allen Wills contre vents et marées puisque, pour lui, ils étaient comme frères. Je le regardais discourir avec un doux sourire, bizarrement heureuse de le voir dégager à son tour autant de passion. Peut-être était-ce parce que ça me prouvait que, quelque part, je n'étais pas la seule à agir comme ça. D'autre part, difficile de ne pas être ravie lorsqu'une autre personne que soi désire lui aussi protéger et aider celui que l'on aime. À ses paroles et à son ton plus que sincère, je savais d'ores et déjà que je pourrais lui faire confiance et, avec un but à peu près commun, que nous pourrions sans doute nous entraider. Ce n'est qu'après un certain délai, que je respectai poliment, qu'il se retourna pour se pencher sur mon cas de nouveau. Dame Estelle?! Genre carrément? Ouaaaah! Ça c'était de l'inédit. Il affirma me croire et mentionna également que nous serions appelés à nous revoir, ce qui ne faisait aucun doute. On dirait presque qu'il avait complètement oublié cette hésitation de "s'il est encore mon meilleur ami" ou quelque chose comme ça. Cela s'était mué en une certitude, celle qu'il ferait tout pour celui qu'il considérait tel un grand-frère. Voilà de quoi me donner matière à sourire encore un peu. Le noctali n'avait toutefois pas terminé et il nota l'évidence, j'aimais Allen, et je le lui avais prouvé à ma façon de réagir. Bon, au moins s'il y a ça de bon à se laisser emporter par ses émotions, j'imagine que ça aurait pu être pire. Il conclut en disant qu'il placerait sa foi en moi, tout comme l'avait fait Allen, avant de me qualifier de dame une fois de plus.

J'allais prendre sa main avec conviction, déjà prête à lui répondre, mais il la retira presque aussitôt et je relevai mon regard vers le sien. Quoi, il n'avait toujours pas fini?! Pas besoin de mille et un discours, j'étais une personne simple, si ça parlait d'être amis et de s'entraider pour le bonheur d'Allen, je signais et puis c'est tout, pas la peine de lire les petits caractères. Mais Yuki, sans doute provenant d'un monde plus compliqué que le mien, se faisait un point d'honneur à ne rien laisser au hasard en son discours. Si chez moi la coeur dominait, il y avait chez lui un étrange mélange où la raison semblait s'exprimer via le coeur, ce qui était des plus particuliers je dois l'admettre. On aurait dit qu'il s'apprêtait à nous faire faire le serment inviolable ou quelque chose comme ça. Savoir lire entre les lignes car il y avait beaucoup de non-dit dans leurs discours? Pas de problème, j'étais prête à apprendre n'importe quoi, pourvu qu'il me laisse finalement en placer une et attraper cette main tendue, un énergique sourire sur le visage, comme prête à relever tous les défis qu'il m'enverrait. J'étais si décidée que le bruit de ma main rejoignant la sienne fit un petit "clac" dans l'air, plein de conviction et de volonté.

- J'admets que je ne suis pas la plus brillante des filles, mais lorsque je décide de quelque chose, je vais jusqu'au bout. Si nous avons un but commun, c'est tout ce qui compte pour faire de vous mon allié, sieur Yuki!

Je remarquai la petite Tarsal, faisant maintenant office de couvre-chef à son dresseur, et fut prise d'un léger mouvement de recul, dardant mon regard vers elle avec méfiance. Elle n'allait pas me re-téléporter, si? J'avais encore les deux pieds dans la neige en tout cas... ouf! Maintenant rassurée à l'idée que je n'allais pas me retrouver, encore, perchée dans un arbre, je lui offris cette fois un sourire plus détendu. Maintenant que nous nous savions alliés de la sortes et, surtout, maintenant que je savais qui lui avais offert ce oeil amoché, il y avait des choses que je ne pouvais m'empêcher de lui dire. J'ignorais si ces mots seraient les bons ou pas et j'ignorais l'effet qu'ils allaient avoir sur mon interlocuteur, mais de tout coeur, j'espérais arriver à l'aider, lui et le blond que je chérissais tant.

- Toutes ces choses, si tu as peur qu'il ne soit plus ton meilleur ami, c'est à lui que tu devrais les dire. Devant une telle conviction, personne ne pourrait rester de marbre. Et puis, il aurait pu juste dire un truc du genre de "content que tu sois revenu" et repartir en sens inverse sans rien dire de plus quoi. S'il t'a frappé comme ça, je pense que c'est parce que tu comptes encore beaucoup pour lui aussi. Votre amitié ne sera sans doute plus jamais la même, mais je pense qu'avec un peu de communication, tout est possible. Enfin, peut-être que ça ne me regarde pas non plus hein!

J'avais fini mon intervention avec un petit sourire gênée, me grattant l'arrière de la tête. Oui bon, j'aurais peut-être du y penser avant de me mêler de ce qui ne me regardait qu'à moitié, mais il faut croire que mon désir de bien faire avait été plus fort. Espérons seulement, maintenant, que j'avais réussi à aider.
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   Jeu 29 Jan - 0:50
A colorful flower in the dark.  





Clac ! Sa main venait de rencontrer la mienne avec une réelle vigueur. Ceci combiné au froid qui avait pris possession d'elle avait fait claquer ma main, la réchauffant soudainement, en même temps que cela la picota. Mes yeux s'étaient grand ouverts, mon souffle s'était coupé.  Elle ne m'avait pas réellement fait mal, mais cela avait eu son petit effet et c'était comme si je reprenais conscience d'un membre longtemps laissé de côté. Etrange sensation, un peu désagréable, mais marrante. Le contrat était signé, une nouvelle ère s'annonçait. La jeune femme avait parlé, faisant quelque peu buguer mon cerveau.  " 'Sieur Yuki " ? Cela me tira un sourire ressemblant plus à un rictus qu'autre chose.

M'ouais... Pour bien commencer tout cela... Plus d'appellation de ce genre, je te prie !

Je lui avais parlé en la regardant droit dans les yeux, mimant un profond dégoût avant de sourire. Nos mains s'étaient quittées. Sur ma tête, une agréable chaleur se diffusait. Kawaii avait le corps qui chauffait, mais rien de bien inquiétant ou d'anormal. C'était bien là une réaction habituelle, quelque chose qui se produisait à chaque fois que de bons sentiments lui parvenaient. Elle s'en délectait réellement et je pouvais facilement deviné dans quel état elle était, sans même avoir besoin d'un seul regard posé sur elle. Un petit sourire bienveillant s'était alors dessiné sur mon visage. Je l'avais alors saisie pour la prendre dans mes bras, la serrant contre moi, ce à quoi elle avait répondu en se blottissant contre mon torse, y collant son oreille et en fermant les yeux, se laissant bercer par le rythme de mon coeur. Je lui caressais alors la tête et cette dernière se rengorgea un peu, m'offrant un petit sourire timide mais réellement empli de joie et de bonheur, fichant ses prunelles dans les miennes, la tête levée, avant de reprendre sa position initiale, les yeux clos.  Le temps d'un instant, j'en avais même presque oublié la mentali et le monde qui nous entourait.

"  Toutes ces choses, si tu as peur qu'il ne soit plus ton meilleur ami, c'est à lui que tu devrais les dire. Devant une telle conviction, personne ne pourrait rester de marbre. Et puis, il aurait pu juste dire un truc du genre de "content que tu sois revenu" et repartir en sens inverse sans rien dire de plus quoi. S'il t'a frappé comme ça, je pense que c'est parce que tu comptes encore beaucoup pour lui aussi. Votre amitié ne sera sans doute plus jamais la même, mais je pense qu'avec un peu de communication, tout est possible. Enfin, peut-être que ça ne me regarde pas non plus hein! "

" Avec un peu de communication tout est possible hein... Chiho..."

Mon regard s'était quelque peu perdu dans la neige, alors que j'avais détourné la tête. Ces mots m'avaient échappés, sortant du tac au tac, sans même que j'y ai un temps soit peu songé. Me rendant compte de mon errance, j'avais secoué la tête, posant les yeux sur Estelle. Elle avait un sourire gêné en se grattant la tête, ce qui accentuait réellement son charme candide. Somme toute, je pouvais entre autre comprendre le choix d'Allen, même si cela me dépassait malgré tout. Une femme enfant hein ? En y repensant, ce n'était pas improbable, ma Chiho elle même en était une, du moins... A l'époque ! Cette pensée eut une fois de plus l'effet d'un étau autour de mon palpitant. Je me serais donc très certainement perdu dans les méandres de mon âme si Kawaii n'avait pas émis un petit gazouillis bien distinctif, ce qui avait eu pour effet de me garder connecté à la réalité.  Asobu, le premier pokémon attrapé de ma vie, venait de se rapprocher de nous et son agitation avait détourné mon attention, la reportant sur lui.

" Heri... Heri... Heriiiiiiii ! Hericendre ! Heri, heri, heri ! "

Tant bien que mal, il essayait d'attirer l'attention de son nouvel ami.  Le cherchant du regard, je captais à peine que depuis tout ce temps, il s'était affairé autour de moi, essayant probablement de me menacer. Mon sourcil gauche s'arqua lorsque nos regards se croisèrent. Croyait-il vraiment m'impressionner ? Je lâchais alors un petit soupir. Je n'étais pas son adversaire, n'ayant aucune animosité envers les pokémon, m'accommodant parfaitement de chaque personnalité, aussi fantasque ou handicapante soit elle. Toutefois, s'il se montrait un peu trop zélé, il ne serait pas déçu du voyage, Asobu et et Kawaii pouvaient être particulièrement redoutables lorsqu'il s'agissait de me défendre, tout autant qu'Hikari, ou n'importe lequel de mes autres Pokemon. L'avantage de les aimer avec force et passion me plaisais-je à penser. Je les aimais plus que tout et ils me le rendaient bien. J'avais vraiment de la chance de les avoir...



" Je crois qu'Asobu veut jouer avec toi... "

Je lui avais alors indiqué le petit héricendre sous lui qui l'observait les bras croisés, l'air renfrogné et quelque peu vexé. Après quoi, je m'étais à nouveau intéressé à sa dresseuse.

" Eh bien, eh bien... En voilà une bien agéable surprise! En plus d'être sacrément mignonne, à ta manière, tu sais faire montre d'une bien réelle sagesse ! Tu es pleine de ressource, je sens que je vais bien m'amuser avec toi, Sennyo-Hime ! Mais pour rebondir sur tes propos, je pense que tu as bien raison, je partage ton point de vue. Il est clair que nous devons parler lui et moi, c'est inévitable et indéniable, mais avant toute chose, c'est avec ma petite Chiho d'amour que je dois parler. Je le lui dois bien après tout... Je ne pense pas que je puisse encore l'appeler petite amie, mais soit ! Enfin... Toujours est-il que tes paroles ne sont pas tombées dans l'oreille d'un sourd, merci bien. "

Elle venait de marquer quelques points. Les choses semblaient commencer de manière plutôt positives et satisfaisantes...




_________________
A colorful flower in the dark Sans_t17
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: A colorful flower in the dark   
A colorful flower in the dark
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :