« Hey, salut ! On joue au mikado ? »
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11519
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   Mer 24 Déc - 22:43
La porte était fermée. Je soufflai un bon coup avant de regarder autour de moi. Non, vraiment, la pièce avait fini dans un état lamentable. Si ce n'était que quelques déchets et des verres ou des bouteilles, passe encore. Mais avec du popcorn écrasé sur le parquet ou encore collé sur le tapis, voir carrément certains flocons cramés qui avaient réussi par je-ne-sais-quel moyen se coller au plafond... Ça craignait. Mais genre, vraiment. Comme une cambrioleuse en pleine infiltration, je jetai des œillades fugaces tout autour de moi avant de bondir en direction de la chambre à coucher. Ranger ? No way, je ne risquerai pas ma vie à ça. Ceci dit, ce n'était pas pour autant que j'allais me laisser tuer par les filles. Donc je filaaais.
Mon sac, à cause de « l'expédition » de ce matin était déjà prêt. Il ne me restait plus qu'à y rajouter quelques suppléments, si je pouvais le dire. Mais quoi donc ? D'ailleurs, où je me barrais ? Je pensai à Ruby, mais d'après les dires de Gum', l'autre imbécile de préfète Mentalienne se trouvait dans la même maisonnette. Et n'ayant aucune envie de me prendre la tête avec cette dernière, j'optai pour un second choix. Ouais Gum', celle à l'ouest, c'ça ? Ah nan, plutôt à l'est ? Okay.

Vous savez, l'importance de la solidarité au sein d'une famille, tout ça, tout ça, c'est teeeellement beau et-... Ok, je suis pas crédible, c'est ça ? Oui, je vais me taire. N'empêche que je me ramènerai chez Yuki puis basta. Ce n'était pas comme si j'avais envie de crever de froid à l'extérieur ou dans la cantine non plus. J'observai la chambre, puis me mit finalement à fouiller la commode sous la fenêtre. Mmmh, je devrais bien trouver quelque chose, non ? Et là, comme par miracle, un jeu de carte me tomba sous la main. J'esquissai un sourire avant de l'ouvrir juste pour voir de quoi il s'agissait. Je haussai un sourcil en découvrant des billets de loto. Euh, je commençais à me poser des questions sur la nature du précédent locataire de ce chalet. En fouillant encore quelques minutes, je tombai sur une boîte de chocolat rectangulaire. Bordel, ça devrait pas être périmé ? Cependant, lorsque je la pris dans les mains, du bruit résonna à l'intérieur. Pas le genre de bruit qui te dit qu'il y a du chocolat à moitié entamé à l'intérieur, mais un autre. Genre, comme s'il y avait plusieurs objets à l'intérieur. Curieuse, j'ouvris le parallélépipède, me demandant ce qu'il pourrait contenir. La réponse ne tarda pas à venir à moi lorsque je me retrouvai face à plusieurs bâtonnets aux extrémités pointues. Hum ? Des brochettes ? Du bout des doigts, j'en sortis une. Il y avait des bande colorés, sur ces dernières. Ah, mais c'était un jeu de mikados en bois ! D'ailleurs, je ne m'en étais pas rendue compte, à l'époque quand j'en avais joué, mais ça ferait un excellent ustensile de torture quand même. C'est pas pour rien que les bâtonnets de brochettes on presque la même forme.

Bref, ça fera l'affaire. Je fourrai la boîte de chocolat dans mon sac, qui rejoignit le paquet de bonbon et le paquet de marshmallow qui s'y trouvait déjà. Oui, des marshmallow. Achetés dans l'autre supérette, un peu plus paumée, mais ressemblant moins à un enfer sur terre. Remarque, cet enfer sur terre avait au moins le mérite de posséder la plus grande collection de légumes en boîte du monde. Non, mais sérieusement, quoi, comment ils pouvaient en avoir autant ? Là n'était plus la question, car je n'avais plus de temps. Déjà, j'entendais une clés s'enfoncer dans la serrure de la porte d'entrée. Oups, zut. Aussitôt, je me parai de mon sac et enfilai mon ciré avant de sauter dans mes baskets qui traînaient dans un coin. Gum', ouvre-moi la fenêtre. Chose qu'il fit. Après avoir emporté, avec moi, Mochi, qui somnolait sur mon lit, je sautai par l'ouverture pour me rendre à l'extérieur. Ni vu ni connue ! Enfin, je l'espérais. Parce qu'on ne sait jamais avec le Zarbdomaire. Remarque, d'un côté, je ne faisais rien d'intéressant, doonc... Enfin bon, il valait mieux que je me barre, car déjà, j'entendais une de mes colocataire crier s'il y avait quelqu'un dans la baraque.

Après avoir couru plusieurs mètres, le Spectrum m'indiqua qu'on se trouvait devant la bonne. Booon, espérons que ce soit le cas. Je pressai sur la sonnette et commençai à attendre. Quand enfin la porte s'ouvrit sur un gars à la chevelure longue et foncé, je lui demandai, avec un grand sourire absolument exgéré :

« Hey, salut ! On joue au mikado ? »

Je clignai des yeux quelques fois. Et la réponse semblait parvenir trop lentement. Alors sans me faire prier, je rentrai à l'intérieur du bâtiment.

« T'as pas l'choix de toute manière. »
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   Jeu 25 Déc - 4:46
Hey, salut ! On joue aux Mikados ?  



« Warau kado niha fuku kitaru. »
« Le bonheur va vers ceux qui savent rire.  »

Mercredi 24 décembre 2014,
Fin d'après-midi.
Dans mon chalet sur l'île de Lansat.



Noël, nous y étions. C'étais mon premier noël à la Pokémon Community, mais pas j'espérais qu'il ne soit pas le dernier. Ce devait être un jour fabuleux, un jour heureux, mais en cette année de 2014, il en était presque insipide pour moi. Nulle joie, nulle gaieté. Peut être étais-je tout simplement trop exigeant comme me l'avait balancé un des phyllalis qui partageait mon chalet. A tort ! Avait-il même la moindre idée de ce que j'avais traversé jusqu'à présent ? Avait-il la moindre idée des peines que j'avais dû surmonter jusqu'alors ? Pouvait-il même imaginer ce que j'avais pu ressentir en voyant toutes ces horreurs ?  Non, bien sûr que non, je ne le lui avais pas dit donc il ne le pouvait évidemment pas. Et puis ce n'était pas non plus comme si j'avais envie de le partager avec un parfait inconnu alors que je n'avais même pas esquissé l'ébauche d'une explication à mon meilleur ami. J'avais essayé dans un premier temps, mais les mots me manquèrent, puis toujours en proie à ma bêtise, à ma lâcheté et à ces ténèbres qui altéraient mon raisonnement, je m'étais bêtement convaincu que la meilleure chose à faire était de faire en sorte qu'il me déteste, qu'il laisse aller sa rage afin de se défouler. Mais était-ce vraiment ce que j'avais voulu faire ? N'avais-je pas simplement fuis mes responsabilités en couard que j'étais alors devenu jusqu'à ce week-end passé et ces pseudo gifles qui m'avaient remis sur le droit chemin ? Ce qui était sûr, c'était que pour l'avoir énervé le Hentallen, je l'avais énervé, à n'en plus douter. Pour ceux qui auraient du mal à le croire, ils ne le pourraient plus rien qu'en posant les yeux sur mon visage et la tuméfaction de sa moitié gauche. Cela faisait maintenant quelques jours et pas le moindre signe de rémission, mais cela ne me dérangeait pas.

Remontant dans ma chambre pour ne pas avoir à supporter ces êtres qui ne m'intéressaient nullement, je les entendis parler de se préparer pour aller faire quelques courses de noël avant la fermeture des magasins. Je n'en fus que plus heureux, si tant était que ce mot eusse pu qualifier mon état du moment. Pour ma part, j'avais déjà fait mes emplettes et il ne restait plus qu'à les emballer. C'était donc à cet exercice hautement périlleux que j'allais me livrer pour les temps à venir. Rouleau de papier cadeau et ciseaux en main, je m'attelais à ma tâche comme un petit lutin. Au début, j'eus un peu de mal, mais après m'être exercé sur un carton vide, je m'étais attaqué au plat de resistance. Très vite, les cadeaux de Noctis, puis de Allen et finalement ceux de Chiho furent emballés. Il n'y avait qu'une personne pour laquelle je n'avais pas trouvé de cadeau, mais en même temps, nous ne nous connaissions pas plus que cela au final. J'avais donc pallié à cela de la manière la plus simple qui soit. Il ne m'avait donc alors fallu que d'une simple enveloppe et d'une stylo. Une fois tous les paquets étiquetés et groupés par destinataires, j'étais parti à la pèche au sac, mais il n'y en avait pas d'assez gros pour tout contenir alors je finis par opter pour un sac bien moins classieux que prévu. Oui, vous ne rêvez pas, c'était bel et bien un sac poubelle que j'avais en main, c'était bel et bien un sac poubelle de grosse contenance qui me servirait de hôte.

Un dernier petit tour d'horizon de la pièce, tout semblait ok. Je rangeais alors rapidement ma chambre pour finir par m'allonger sur mon lit sur lequel dormaient les jeunes, à savoir Chiisai, Kawaiii, Sukebe et Heri, entourant tous l’œuf de Malosse. Asobu somnolait en veillant au grain. Sur la commode à côté, Kontan aurait semblé dormir pour quiconque serait entré dans la pièce, mais pour avoir partagé un moment déjà sa vie, je savais à coup sûr que ma Funécire ne dormait pas du tout. Non, loin de là. Elle veillait sur tout ce qui se passait, ouvrant un œil furtivement pour observer les "enfants" au moindre bruit un peu suspect, mais aussi et surtout à l'affût de toute possibilité de faire un coup fourré. Hikari et Suifu, quant à eux, étaient chacun dans leurs Pokéballs. Cela me faisait bizarre de les voir tous ainsi, aussi exténués qu'ils l'étaient. Nous avions tous pratiqué l'entrainement matinal quotidien, pour la première fois en groupe complet, puis nous étions rentrés. Je m'étais alors lavé, nous avions mangé, puis direction le centre ville pour les courses, pour ne finalement rentrer il y avait une heure et demi.

Une heure avait dû passer lorsque j'étais descendu dans le salon. Là, je m'étais allongé sur le tapis en peau de bête devant la cheminée, seul avec mes pensées. Comme durant ces derniers jours, c'était toujours la cohue dans ma tête. Tant de choses se bousculaient, s'entremêlaient, s'entrechoquaient et me tourmentaient sans répit. Je n'en pouvais plus, j'étais à bout. J'avais envie  que tout s'arrête, mais je ne devais plus fuir, non, je n'en avais plus le droit.  Je cherchais donc des solutions depuis un certain temps lorsque l'on sonna à la porte. Tiré de mes songes de manière assez sonore, je bondis d'un coup. Etait-ce Allen ? Ou peut être Chiho ? Mon coeur se mit à battre à toute berzingue.  Je me dirigeais alors vers l'entrée d'un pas hésitant, chancelant. Après une brève hésitation, main sur la poignée, j'ouvris.

« Hey, salut ! On joue au mikado ? »

Il s'agissait de Hope, ma cousine du côté paternel, celle qui aimait tant me mener la vie dure autrefois. Je restais figé devant elle, interloqué, interdit.  Non pas que cela me déplaisait de la voir, mais plutôt que cela me surprenait.  Elle était la dernière personne que j'aurais imaginé voir apparaître en ces lieux. Ces mots firent lentement cheminement à mon cerveau. Mi-ka-do ? Venait-elle réellement dans ce but ou me préparait-elle un coup fourré et foireux comme elle avait eu l'habitude de m'en faire subir par le passé ? J'ouvris la bouche pour parler et pour je ne savais quelle raison, j'avais tenté de lui cacher mon oeil au beurre noir.

« T'as pas l'choix de toute manière. »

Elle m'avait devancé et était rentrée.  Me rendant compte de mon geste, je baissais la main. A quoi bon le maquer, d'autant plus que j'avais dû rester figé devant elle au moins le temps de vie d'une étoile. Elle avait donc eu tout le loisir de l'observer. Tout en fermant la porte, je pris la parole, retrouvant peu à peu mes esprits.

"Bonsoir cousine, entre je t'en prie. "

Je lui emboitais le pas pour finalement la devancer. Je tirais alors une table et des chaises pour les approcher de la cheminée devant laquelle j'étais allongé auparavant et dans l'âtre de laquelle brulait un feu des plus apaisant et chaleureux. Le bonheur.

" Prend place je te prie. Je suis d'accord pour un Mikado, mais avant cela, désirerais-tu un thé ou un chocolat chaud. L'eau est chaude et si tu le souhaites, je peux te faire chauffer du lait.  A moins que tu ne préfères autre chose... "

J'étais un peu pris au dépourvu, mais heureux malgré tout d'avoir de la visite, celle d'une tête connue, celle de ma cousine, même si nous n'étions peut être pas les être les plus proches du monde. Au moins, en ces temps ô combien difficile pour moi, elle était un peu comme le phare qu'on aperçoit après une nuit de tempête et qui nous promet une belle accalmie et un repos bien mérité sur la terre ferme.  J'attendais sa réponse afin d’agir.



_________________
« Hey, salut ! On joue au mikado ? » Sans_t17
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11519
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   Dim 11 Jan - 2:11
Ça faisait toujours bizarre d'entendre se faire appeler « cousine » autrement que par affection, mais soit. Il me semblait un peu mou aujourd'hui. Enfin, après s'être battu, ça devait être normal. Parce que oui, un oeil au beurre noir, c'est pas discret et ça ne passe pas inaperçu, encore plus quand la personne en question a une peau aussi pâle qu'un fantôme. Et il faut dire que l'hiver, la neige, tout ça tout ça, ça n'aide pas vraiment. Donc mon cher Yuki, n'essaie pas de cacher ton oeil, ni la raison pour laquelle tu en as eu un, parce que je le découvrirai tôt ou tard. Enfin bon, pour le moment, il se trouvait que j'étais en sécurité. Du moins, jusqu'à ce que la sonnerie de mon iPok retentira. À moins que je ne parvienne à m'esquiver, où à tout mettre sur le dos d'Abel, héhé, on verra bien. En attendant, mi-sautillant, je pénétrai donc dans le chalet de l’androgyne dépressif ne m'arrêtant que pendant quelques secondes pour me retourner et lui sourire joyeusement avant de reprendre ma route vers le salon. L'agencement des pièces ne différenciait guère beaucoup de celle de notre chalet.
Le fameux cousin me dépassa en cours de route pour me tirer une chaise. Rahlala, d'un côté, ces bonnes manières avait quelque chose de bonne. C'est pas comme si j'avais généralement l'impression de me faire maltraiter par mes Pokémons, maaais... Enfin bref.

J'accrochai mon sac au dos du siège en bois et me déchaussai avant de m'installer en tailleurs dessus et de fouiller dans mes bagages la petite boîte rectangulaire de mes désirs. Mmm, on me parlait ? Ah, Yuki me demandait désormais si je souhaitais boire quelque chose. Chocolat chaud ? Mmm... Soit.

« Mouais, un chocolat chaud alors, dans ce cas. »

Et sur ces mots, je me retournai à nouveau pour fouiller dans mon sac. Je ne parvenais cependant pas à retrouver ce que je souhaitais. Fronçant les sourcils, je mis alors sur les genoux pour avoir une meilleure position qui ne me tue pas le dos. Et cela se révéla être une bonne idée. Car, ô miracle ! J'ai trouvéé !! Je brandis victorieusement l'objet de mes désirs avant de le jeter en l'air et de le lâcher finalement sur la table. D'ailleurs... Je fouillai dans mon sac à nouveau. Mmm, à qui pourrais-je faire profiter un peu de la pièce ? Je m'arrêtai dans mes mouvement quelques instants. Mmm, le calme qui régnait était presque flippant en faite. Et pour la première fois depuis que j'ai obtenu ce fichu oeuf dur comme du béton, j'eus envie de faire appel à ce qu'il abritait. C'est-à-dire, un Kokiyas chromatique qui passait sont temps à faire des claquettes et qui ne supportait pas les remarques. Susceptible ? Carrément. Non, je ne suis pas mal placée pour le dire. C'est pas vrai. Presque pas.

Et donc, dans ce salon spacieux, de douces flammes crépitaient dans la cheminée, accompagnées par les claquettes répétitives et incessantes du bivalve grisâtre qui semblait, lui, plutôt bien s'amuser. Mes pupilles azur le fixaient depuis un petit moment déjà. Comment faisait-il pour ne pas se fatiguer, sérieux ? Je me demandais d'ailleurs si ça faisait mal. Cet espace qui s'élargissait et se rétrécissait tel un ressort. Et que faisait les yeux de Coca eu lui-même ? Mmm.... Mouais.
J'avais plus assez de patience. Aussi, c'est pourquoi je finis par me lever, sans pour autant remettre mes baskets. En chaussette, je me baladai dans le salon quelques minutes. Mais ne trouvant rien d'intéressant, je finis par me diriger vers la cuisine aussi. Qu'est-ce qu'il foutait le cousin, à la fin ? D'ailleurs, je l'appelle comment au final ? L'androgyne ? Couz' ? Yuki ? On s'en fout au final, au fait.

« Yukiiiiii ? Tu fous quooi ? »

_________________



Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   Sam 17 Jan - 7:35
Hey, salut ! On joue aux Mikados ?  



Un chocolat chaud ? Cela me fit sourire. L'image de la petite Hope buvant sa tasse de chocolat chaud avec sa petite moustache lactée à la fin et les yeux pleins d'étoiles m'était revenue. Au final, elle n'était pas si différente de la petite cousine que j'avais connu il y avait fort longtemps, du moins à ce niveau là. Cela m'avait donc tiré un sourire fort bienveillant, à des années lumière de la moquerie.

" A vos ordres Hope-hime, je m'en vais de ce pas satisfaire votre requête, ma demeure est vôtre, je vous prie donc de prendre vos aises sans la moindre gêne. "

Je lui avais fait révérence, me courbant devant elle comme un subordonné l'aurait fait devant un membre d'une caste supérieure. Cela m'avait encore plus fait sourire, me rappelant de cette fameuse session de jeu durant laquelle elle m'avait travesti, maquillé et obligé à jouer le rôle de sa bonne. Tout ça parce que mes cheveux étaient plus longs que ceux de la majorité des filles... J'en riais intérieurement. Sa simple présence, aussi incongrue et inattendue était-elle, avait eu le mérite de me redonner un peu le moral. Cela me faisait du bien de retrouver un point de repère intact. Pour le coup, elle était un peu comme ma bouée de sauvetage à laquelle m'accrocher ou ce phare dans la nuit qui me guiderait à travers cette mer ténébreuse et déchaînée qu'était ma vie à Pokémon Community. Allen, Chi, Noctis, mes autres points de repère habituels ? Ils étaient devenue des variables dans les données de ce problème. C'était peut être pour cela que je voyais en ma chère cousine paternelle, une sorte d'incarnation d'un ange de noël à cet instant précis. J'avais donc réellement envie de l'égayer tout autant qu'elle avait pu égayer ma soirée, même si ce n'était sans doute pas là le but premier de sa visite.

Prenant congé de la petite blondinette, je m'étais rendu dans la cuisine pour y mettre le lait à chauffer dans une casserole. Sans plus attendre, je m'étais faufilé jusqu'à ma chambre. Lors du rangement de cette dernière, dans le placard de la chambre, j'avais trouvé une tenue féminine que j'avais placé dans un carton avec d'autres effets qui avaient été oublié en ce lieu. Je m'étais changé le plus silencieusement du monde, me changeant à la manière d'un ninja, pour ensuite quitter la chambre sans déranger ma petite tribu. Pour cause, chacun d'entre eux devait être en train de rêver à son plus beau cadeau de noël. C'était tellement rare ce genre de scène et ce calme total... C'était là la preuve qu'ils étaient réellement fatigués. Attrapant un miroir, j'étais redescendu à l'étage inférieur et m'était de nouveau glissé ni vu ni connu dans la cuisine. Juste à temps ! J'ôtais la casserole du feu. Je pris possession d'un des paquet de petits gâteaux que j'avais acheté en ville et que j'avais pensé manger tout seul accompagné de mes pokémon pour le réveillon, mais c'était là une occasion providentielle et je n'étais pas mécontent de craquer une boite sur les cinq. Asobu pourrait bien y survivre, ce cher petit ventre sur patte avait suffisamment de réserves pour s'offusquer d'une seule boite. Je me félicitais même d'avoir eu cette idée. Si je ne l'avais pas fait, je n'aurais pas été en mesure de recevoir mon invitée comme il se devait. Disposant les petits gâteaux achetés à la pâtisserie du centre, dans une assiette, j'avais ensuite pris des tasses et couverts adéquats pour finir par disposer le tout sur un plateau, en prenant soin à parfaire ma présentation, ainsi qu'à ne pas oublier le chocolat en poudre.

" Parfait ! A présent... "

Voilà que je me mettais à parler tout seul. Peut être l'amusement... Je m'étais emparé du miroir, le positionnant de manière à pouvoir me voir tout en ayant l'usage de mes deux mains, lorsque j'entendis un bruit étrange. Cela ressemblait à des claquettes ou des cliquetis, je ne savais pas trop. Était-ce ma chère cousine qui se livrait à un exercice de danse dans mon salon ? A moins qu'elle n'ait trouvé autre occupation bien plus farfelue encore dont seule elle avait secret. La curiosité me brûlait les entrailles, mais je me refusais à céder à cette vile basse pulsion. J'avais déjà bien à faire de mon coté et je ne pouvais pas la faire attendre plus. En plus, ce bruit ne semblait pas prêt de s'arrêter. Me faisant violence, je me coiffais alors, brossant mes cheveux pour les laisser tomber en une longue cascade soyeuse. Pour finaliser le tout, j'avais rajouté la petite coiffe qui achevait la tenue de soubrette. En temps normal, il aurait peut être fallu me pousser, beaucoup même, mais en ce jour de réveillon et enhardi par cette membre de ma famille, j'étais plus enclin à ce genre de délires Hopesque. Décidément, cette petite créature démoniaque à l'allure pourtant tellement angélique, avait une réelle emprise sur moi. Déteint ? Non, ça allait bien plus que ça. Dire qu'elle avait déteint sur moi aurait été une insulte pour envers elle. Non non, ne la sous-estimez pas je vous prie. Elle avait, par sa mère, du sang de Yutaka dans ses veines et à ce titre, en tant que femme de ce clan, elle avait un réel pouvoir. Oui, c'était cela, elle avait un incommensurable pouvoir. L'image de ma mère matant mon père, ainsi que celles de Mémé avec pépé Yutaka ou encore Chiho et moi me firent frissonner. J'en eus quelques sueurs froides dans le dos, puis j'avais éclaté de rire tout seul, imaginant Hope me corriger. Mais mon rire fut de courte durée. Oui, elle avait le pouvoir de le faire, mais ce n'était pas ça qui m'avait fait sursauté et coupé dans mon élan.

« Yukiiiiii ? Tu fous quooi ? »

" Un instaaaaant. "

Ma voix avait résonné avec un pointe de miel. Ajustant ma tenue, je m'étais ensuite saisi du plateau pour quitter la cuisine et m'offrir à la vue de la jeune Hope.

" Voilà, voilà ! Veuillez prendre place je vous prie Vôtre Excellence et je vous prie d'excuser cette attente. "

Ce faisant, je passais en trombe devant elle, prenant la peine de courber la tête en atteignant son niveau. Je disposais tous les effets sur la table, avant de lui tirer une nouvelle fois la chaise. Ce fut à ce moment que je notais la source de ce tapage qui avait attiré mon attention quelques instants auparavant alors que j'étais dans la pièce voisine.

" Un Kokiyas Shiney ? Tu en as de la chance !!! Il est vraiment trop cool !!!! " Je secouais la tête, comme pour reprendre mes esprits. Je m'étais laissé distraire assez bêtement. " Excusez ma familiarité je vous prie Hope hime-sama. Ma surprise vous fait-elle plaisir ? Ma tenue est-elle à votre convenance ? J'ai voulu marquer le coup en hommage à ce lointain passé commun ou dans votre grande mansuétude, vous aviez daigné faire de moi votre serviteur, plus précisément, la partie dans laquelle vous aviez fait de moi votre bonne à tout faire. "

J'éclatais alors d'un rire franc, seul écart que je m'autorisais dans ce rôle de composition improvisé. Avec une pointe d'anxiété, j'attendais sa réponse, essayant tant bien que mal de percer à jour ses pensées, mais je n'y parvenais pas. Mes colocataires pouvaient bien rentrer et nous surprendre ou n'importe qui d'autre, je n'en avais cure ! Mon seul but était de l'égayer. Aujourd'hui, c'était le réveillon de noël, au diable le sérieux, je ne voulais que laisser place à l'amusement. Il me restait bien d'autres jours à venir pour méditer ou faire preuve d'un sérieux relatif, n'est-ce pas ?


_________________
« Hey, salut ! On joue au mikado ? » Sans_t17
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11519
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   Sam 31 Jan - 22:14
Une voix mielleuse me répondit. La voix venait de la cuisine et-.... Attendez, wait... Un voix... Mielleuse ? Vraiment ? Il y avait quelqu'un d'autre dans le chalet ? Et puis qu'est-ce qu'il me voulait ? Parce que bon, Yuki avec une voix mielleuse... Noon, c'est pas possible de toute manière. Rajoutez le signe de main, et vous avez la scène parfaite. Parce qu'en réalité, bah, j'ai appris que c'était possible.

Un soubrette apparut dans l'encadrement de la porte de la cuisine. Une soubrette ? Non, mais elle m'était un peu familière, pourtant je n'avais pas l'impression d'avoir déjà connu une fille comme ça. Ou bien peut-être la Givrali, là, qui est toujours assise à la seconde table devant la file de la cafet' avec ses deux amies. Non, mais...

« Yu-...ki ?! »

Non, mais c'était vraiment Yuki ?! Celui-ci me fit une courbette avant de poser son plateau sur la table. Je clignai des yeux quelques fois, mais non. Je ne rêvais pas. Enfin, je crois... Mes doutes disparurent quand la soubrette, ou plutôt le soubret – si ça se dit, même si personnellement, je crois que non – se mit à s'extasier sur Coca. Oui, il est cool, je confirme, mais gravement chiant et inutile. C'est dire qu'il n'arrive même pas à se déplacer tout seul et n'arrive qu'à faire des claquettes s'il n'utilise pas ses attaques. Et donc pendant qu'il s'extasiait sur ce dernier, je reculai de quelques mètres avant de me munir de mon iPok. Je connaissais le chemin pour accéder à l'appareil photo par coeur. Et c'est d'ailleurs ce que je fis quand il reprit sa voix respectueuse avec un langage dont je n'en avais pas vraiment l'habitude. En tant normal, ça m'aurait agacé qu'on me parle de la sorte, mais la pensée du cliché que je pouvais obtenir en ce moment même suffisait pour garder ma bonne humeur en plomb. Ainsi, je gardai un sourire légèrement crispé durant toute sa tirade. Puis quand il termina pour ensuite éclater de rire, j'attendis quelque seconde avant de faire résonner le son de la prise de la photo.

« Merci très cher cousin pour ce cliché en or. C'est un cadeau de Noël absooolument merveilleux ! »

Je luis offris un sourire innocent avant de me jeter sur la chaise qu'il m'avait tiré pour m'emparer de mon chocolat chaud. Aïe, un peu trop chaud. Je soufflai gentiment un coup sur la surface. Un léger tourbillon se forma durant quelques instants, avant que tout ne redevienne plane. Je sirotai le liquide brûlant avant de reposer la tasse sur la table, puis m'étalai sur la table pour pouvoir saisir la boîte de chocolat que j'avais lancé un peu plus tôt sur la table. Puis je l'ouvris. Tout en sortant les brochettes décorées de bandes de couleurs, je tentai de lancer un semblant de conversation.

« Certes, Coca est shiney, 'est beau, toussa toussa, mais bon, il reste chiant et inutile. Enfin bon, il met de l'ambiance, au moins, même si ça devient assez vite soûlant, ce qui était d'ailleurs le cas, sinon, tu vas bien ? On s'est pas vraiment vu, ce semestre-ci. »

Je lâchai le paquet de brochettes en bois. Ils s'éparpillèrent sur la table, certains s'entassaient l'un sur l'autre. Ah zut, le joker. Je refis alors un tas en prenant, cette fois-ci, le soin d'insérer le joker bien au centre, puis lâchai à nouveau le tout. La partie pouvait commencer.
En soi, c'était plus pour s'occuper qu'autre chose, et trouver une excuse pour venir squatter ici, bien que pourrie. Mais c'était mieux que rien, quoi.
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   Ven 6 Fév - 13:57
Hey, salut ! On joue aux Mikados ?  



Une photo ? Sérieusement ? Je n'avais pas pensé à cela. En tant normal, j'aurais très certainement face palm, lui sautant limite dessus en la menaçant d'un truc aussi horrible, si ce n'était plus encore, que ce qu'elle projetait de faire, mais c'était noël et j'étais heureux de pouvoir lui offrir ça. Son bonheur était suffisant pour moi et peu m'importait le reste. Elle était ma cousine, l'une des seules qu'il me restait de ce côté de la famille et après tous ces événements vécus, je pensais sincèrement que profiter au maximum de chaque instant en sa compagnie, tant que la vie le permettait et que cette petite tête blonde le désirait . La vie était courte et pleine d'imprévus alors il valait mieux s'amuser autant que nous le pouvions et puis de toute manière, ce n'était pas ce genre de blague qui détruirait ma vie.  Les dires et pensées de la populace à mon égard ? Je n'en avais cure, cela ne m'atteignait aucunement, sinon, je n'aurais pas des cheveux aussi longs, tombant au niveau de mes mollets  une fois lâchés alors que je suis un garçon, ou je n'aurais pas opté pour un style pantalon baggy extra large et un haut naturel de type torse nu durant tout le semestre dernier.  Il y avait encore tout un tas de choses, mais nul besoin d'en citer davantage. J'étais un noble, oui, tout comme le Wills, mon parler en  était le reflet, il était vrai, mais je n'en dénotais pas  moins de ma caste sociale de par mon anticonformisme et mon attache à mes idéaux propres et ceux de ma famille maternelle combinés. Liberté, n'est ce pas ? Je souris alors. Ce mot seul résumait toute ma vie. J'avais perdu cela de vue, mais en revenant ainsi dans cet univers, toutes ces rencontres jusqu'à celle de ce soir avec Hope Spettell, ma blondinette de cousine, n'avaient eu de cesse de me faire prendre conscience de ce pour quoi je m'étais toujours battu à ma manière, avec mes propres moyens.

" Oh mais je vous en prie Noble Cousine.  Votre simple bonheur suffit amplement à réchauffer mon cœur. S'il n'y a que cela pour vous faire plaisir, à vos aises. Agissez selon votre guise, je ne vous en voudrai nullement .  "

Mon sourire s'affirma alors qu'elle avait sauté sur la chaise. Je la repoussais donc pour faire le tour de la table et m'installer face à elle, coude gauche sur la table, joue contre poing clos, jambe droite croisée par dessus la gauche à la manière masculine et mon coude droit appuyé sur ce genou, l'avant bras pendant dans le vide. Mon corps étant de profil par rapport à mon invitée du moment, seule ma tête regardait dans sa direction. Dans cette posture désinvolte, ainsi accoutré, un œil de Pandarbare et un air semi songeur, semi extatique sur le visage, je devais avoir fière allure pour un noble oriental du clan Yutaka et future héritier de la branche principale. Un petit sourire se dessina de nouveau sur mon visage, quelque peu lointain et effacé. Grand-Père se serait vraiment beaucoup amusé de toute cette situation à l'époque...

" Hmpffffff "

Je me focalisais alors sur la petite pyroli, véritable petit démon de sang Yutaka à faciès d'ange. Sa mignonnerie n'avait d'égal que sa malice et c'était ce qui la rendait d'autant plus effrayante ! N'importe quel imprudent se ferait avoir par ses beaux yeux et son joli sourire innocent comme elle savait si bien en offrir, mais pour ma part, je la connaissais et je savais ce dont elle était capable. Un petit frisson me parcourut l'échine, accompagné d'une petite sueur froide, avant que je ne finisse par éclater de rire tout seul. Posant sa tasse, elle s'était affalée sur la table, se saisissant de l'objet qu'elle y avait placé plus tôt. Ce n'était pas une de ces actions qui m'avait fait rire, mais la moustache qui tentait d'enjoliver son visage et visiblement, elle ne l'avait pas remarquée.

«Certes, Coca est shiney, 'est beau, toussa toussa, mais bon, il reste chiant et inutile. Enfin bon, il met de l'ambiance, au moins, même si ça devient assez vite soûlant, ce qui était d'ailleurs le cas, sinon, tu vas bien ? On s'est pas vraiment vu, ce semestre-ci. »

J'ouvris de grands yeux ronds. Elle passait du coq à l'âne tellement facilement, passant d'un sujet plutôt léger à un autre un peu moins affriolant, mettant carrément les pieds dans le plat.  J'éclatais alors de nouveau de rire, plongeant mon regard ambré dans le sien.

" Eh bien eh bien ! Je te reconnais bien là ma chère et tendre cousine, content de te retrouver. Tu as même conservé cette petite moustache chocolatée d'après la dégustation de ta boisson, comme autrefois... "

Je luis avais fait un clin d'œil  pour agrémenter ma petite pique gentillette avant de poser les yeux sur son pokémon shiney et de poursuivre.

" ...  Pour ce qui est de Coca, je ne pense pas que tu devrais voir les choses ainsi. Nul être n'est inutile, encore moins les Pokémon. Comme tu le dis, il met de l'ambiance et avec  de la patience et quelques autres petites astuces, je suis persuadé que tu lui découvriras des talents que tu n'auras plus qu'à sublimer en bonne dresseuse que tu es ! "

Mes orbes d'ambre avaient captées ces orbes azurées, s'y perdant un instant et le sourire que j'avais depuis un moment s'estompa net, tout aussi vite que ma tête se détourna sur la droite, toujours la joue contre mon poing, offrant ainsi le sommet de mon crâne à la vue de la demoiselle Spettell.  Ces derniers mois me revenaient en mémoire et ma mâchoire se crispa. Je me mordis la lèvre puis poussais un profond soupir.

" Ca va, ca va... Il s'est passé tout un tas de choses et je n'ai pas tenu à me montrer hors des murs de la résidence des vieux Yutaka à Céladopole... En gros, je n'étais pas à la Pokémon Community durant tout ce semestre. Comme tu dois le savoir, vu que seuls les proches et en particuliers la famille sont au courant. Sa mort sera annoncée très prochainement au monde entier, Mémé me l'a annoncé il y a quelque jour. Elle estime qu'il est temps que je fasse mon deuil. D'ailleurs, cela m'a surpris de ne pas te voir à son enterrement en juillet car même ta mère et ton père y ét... "

Je sursautais alors, tournant la tête vers elle, plongeant une nouvelle fois mon regard dans le sien. Je la sondais un instant, puis baissais les yeux sur les baguettes aux motifs colorés posés sur la table.  Quel abruti avais-je fait ! Elle ne devait pas savoir tout ça... Elle était en froid avec ses parents à ce que j'avais compris.

" Désolé, je te prie de m'excuser. Ce n'est peut être pas le bon moment pour parler de ça. C'est noël après tout alors essayons plutôt de nous amuser  veux-tu ? Et si tu me racontais les ragots les plus croustillants et autres choses que je dois savoir pour mon retour prochain sur l'île de Lansat, hmm ? Ou sinon... As-tu des projets pour 2015 ? Des idées farfelue ou autres tours à jouer nécessitant l'aide de ton cousin préféré ? Pour ce qui est de la famille, ne t'en fais pas, je te raconterai tout après les fêtes.  "

Je lui fis alors un petit sourire, puis je m'emparais d'un mikado, d'un autre et encore deux avant de rater la tentative suivante. Je perdais la main. Cousin préféré hein ? Cela me fit sourire de plus belle. C'était plus une boutade qu'autre chose, un bâton tendu pour me faire battre, mais autant détendre l'atmosphère au mieux...


_________________
« Hey, salut ! On joue au mikado ? » Sans_t17
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: « Hey, salut ! On joue au mikado ? »   
« Hey, salut ! On joue au mikado ? »
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :