Partagez | .
A la recherche du pain perdu.
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: A la recherche du pain perdu.   Mar 13 Jan - 19:10

Un nouveau grondement sourd troubla le silence de la chambre, faisant lever la tête à Hilda, curieuse de savoir ce qu’était ce bruit étrange. C’était sa dresseuse qui, assise en position fœtale dans son lit, se tenait le ventre en grognant. Malade ? Miaula discrètement la petite chatonne en direction de Sphax, l’Absol shiny, considéré comme le chef de l’équipe. Affamée, jappa doucement le Pokémon sans ouvrir les yeux, en se calant un peu mieux sur le doux tapis rouge déroulé aux pieds du lit de sa dresseuse. Certainement dans un de ses bons jours, la Miaouss se leva pour aller fouiller le sac de l’humaine, en sortir une barre de céréales et bondir souplement sur le lit pour la poser devant elle en miaulant doucement. Aileen ouvrit les yeux, surprise par ce bruit si proche d’elle, et son regard tomba sur la barre de céréales, et sur Hilda qui attendait patiemment. Un instant, elle fut tentée. Mais ce ne serait pas raisonnable. Il ne lui en restait plus beaucoup, et elle en aurait besoin dans quelques heures avant l’entraînement matinal quotidien des Pyroli. Hors de question d’y aller le ventre vide parce qu’elle avait tapé dans les réserves quelques heures plus tôt ! Avec un sourire, elle caressa la tête de la petite féline, qui ronronna doucement.

« Merci Hilda, mais il ne vaut mieux pas. Je n’aurai plus rien pour le matin, sinon, les réserves sont presque vides. On ira faire des courses dans la journée. Par contre … »

Sphax grogna sans lever la tête. Trop dangereux, semblait-il dire. Aileen leva un sourcil, et pouffa de rire. Dangereux ? En quoi ? C’était une espionne, personne ne la verrait, elle aurait le temps de faire un aller-retour tranquille. Franchement, si Ginji y arrivait, avec sa discrétion habituelle (hrm hrm …) elle n’aurait aucun souci, hein. Quand elle sortit du lit, le reste de sa team ouvrit les yeux – Moon excepté, ce Munja est complètement amorphe de toute manière – pour la regarder attraper de quoi se changer. La brune se retrouva entièrement de noir vêtue, et par acquis de conscience, tassa sa couette de telle manière à ce qu’on ait l’impression que quelqu’un dormait dans le lit si on ouvrait la porte pour jeter un coup d’œil. Avec le couvre-feu et les patrouilles renforcées, il fallait bien … Placidement, sa team se leva et chacun réintégra sa Poké Ball, Joyce excepté, ce dernier allant s’installer sur sa tête, et Sphax excepté, ce dernier détestant être enfermé dans cette balle de capture.

« Sooool. »
« Oh, allez, viens, ça va être marrant ! A moins que tu ne préfères rester tout seul ici ? »

Constatant qu’il ne restait plus que lui, l’Absol se leva à contrecœur pour la rejoindre. Alors. Le couloir ou la fenêtre ? La fenêtre, c’était probablement plus sécurisé. En plus, les Pyroli avaient le sommeil léger, au moindre bruit, tout le monde saurait qu’elle était debout. Passant agilement par la fenêtre, elle se réceptionna souplement au sol et fila sans un bruit. Elle serait bien allée du côté du dortoir des Voltali, pour voir si Loan voulait l’accompagner, mais en voyant un adulte passer non loin, elle fit prudemment demi-tour pour se diriger dans le plus grand silence vers le bâtiment principal. Qui serait très certainement fermé. Alors qu’elle s’approchait résolument des portes, Sphax l’attrapa par le tee-shirt pour la tirer dans un buisson, où elle s’aplatit sans un bruit. Il était juste temps. Une patrouille passa, deux adultes qui marchaient sans un mot. Ouf, excellent réflexe de son starter, qui la fusillait maintenant du regard, lui faisant lever les yeux au ciel. Une fois bien sûre qu’il n’y avait plus personne en vue, elle fila vers la porte. Rentrer vers l’avant serait stupide, les fenêtres étaient visiblement fermées, et l’arrière serait surveillé. Mince, comment rentrer alors ?

« Bon, on va la faire à l’ancienne. J’avais prévu de les lui rendre mais … Ce sera sa punition pour m’avoir déguisée de la sorte. »

Pouffant de rire, l’Absol la regarda sortir une épingle à cheveux de sa poche, et la tordre pour l’insérer dans la serrure. Quelques heures plus tôt, Loan s’était amusé sur elle, en lui faisant enfiler une robe – brrrr – et en la coiffant – brrrr – et il avait oublié ça en partant. Les yeux fermés, l’oreille collée à la serrure, elle laissa à ses deux Pokémon le soin de surveiller le périmètre pendant qu’elle crochetait la porte. Il lui fallut quelques minutes pour que le cliquetis indiquant que la porte était ouverte résonne dans son oreille, et elle ouvrit prudemment la porte pour s’engouffrer dans le couloir. Filant jusqu’à la cuisine, elle répéta l’opération avec une autre épingle, la première s’étant cassée dans le processus, puis elle referma la porte avec un petit sourire content.

« Joyce, lumière ! »

La petite souris couina sur sa tête, et le bout de sa queue s’illumina faiblement, lui permettant d’arpenter la cuisine alors qu’elle filait vers les placards. Un sandwich, juste un sandwich, il devait bien y en avoir non ? Ce fut Hilda, sortie discrètement de sa Poké Ball, qui les trouva, rameutant sa dresseuse par un doux miaulement. Yes ! Sans attendre, elle attrapa plusieurs sandwichs pour les ranger dans son sac noir, se sentant un peu mal de voler Mama Odie. Mais son ventre, en grognant, lui rappela qu’elle avait faim. Laissant son sac ouvert, elle ouvrit un sandwich aux baies pour l’engloutir rapidement. Hmmm, miam, ça allait mieux. L’emballage finit dans son sac – elle n’allait pas le mettre à la poubelle, ça signerait un peu son crime – et elle se saisit d’une poignée de cuillères pour Panzer. Voilà, il serait heureux, vu qu’il avait fini récemment le stock apporté par Eryn, la cousine de Loan.

« Allez, on a tout, on file ! »

Hilda réintégra sa Poké Ball, Joyce retourna sur sa tête, et Sphax gronda. Quelqu’un venait ! Alors quelque cherchait un moyen de s’enfuir, la porte s’ouvrit avec fracas et une énorme araignée – HIIIIIII UNE ARAIGNEE >w< – fonça vers elle, et Joyce l’intercepta aussitôt avec un Rayon Chargé, faisant bondir l’animal sur le côté. Le Dedenne bondit sur une table, faisant crépiter son petit corps d’électricité, et Sphax lâcha un grondement sourd, caché dans les ombres pour ne pas être reconnu, vu qu’il était un peu le seul Absol chromatique de l’école. Libérée de l’araignée qui s’apprêtait à se jeter sur elle, Aileen glissa vers la porte, tendant la main vers le plan de travail pour saisir un couteau de cuisine qui tourna adroitement entre ses doigts, le fit rapidement passer à l’autre main, utilisa sa main libre pour faire glisser les Poké Ball à sa ceinture de l’autre côté pour que l’autre dresseur ne puisse pas s’en saisir, et s’immobilisa, collant le couteau sous la gorge du dresseur de l’araignée, les immobilisant tout à fait, lui et son Pokémon.

Elle ne savait pas qui c’était, mais elle était prête à vendre chèrement sa peau pour sortir d’ici avec toute sa team.

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 4698
Points d'Expériences : 2762

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu.   Ven 16 Jan - 17:24

Ginji Labelvi
      Feat. Aileen Sôma



« A la recherche du pain perdu ! »


« FAIM J'AI TOUJOURS FAIM SOIR ET MATIN J'AI TOUJOURS FAIIIM.. ♪
-Grblmph.... »

Réveillé par la sonnerie de mon Ipok, je me lève lentement, dans les vapes. Le volume de l'appareil a réveillé en sursaut l'intégralité de ma team dispersé aux quatre coins de ma petite chambre. A tâtons, je réussis à trouver l'engin posé sur mon bureau et regarde qui trouble mon sommeil... Mama Odie ? Mais qu'est-ce qu'elle veut ? Surtout à cette heure-ci... Je décroche, incrédule.

« -Ma... *baillement* .. Mama Odie ?... Qu'est-ce qu'il y a ?...
-Ah, Ginji, j'avais peur que tu sois trop endormi pour répondre !
-Bah disons que c'était un peu le cas en fait...
-Il faut que tu m'aides, et de toute urgence. Je suis au port de Lansat pour récupérer une cargaison...
-Qu'est-ce que vous faîtes au port à cette heure-ci ?!
-Tu sais aussi bien que moi qu'un plat exquis se prépare avec des aliments le plus frais possible. Passons ! Je suis donc au port, et j'ai besoin que tu ailles en cuisine me chercher...
-Hein ? Maintenant ? Mais... Mais j'ai pas le droit de sortir moi !
-Qu'importe, il faut que tu y ailles, et maintenant !
-E-Et les surveillants alors ?
-Tu ne vas quand même pas essayer de me faire croire que tu es incapable de t'infiltrer dans une cuisine sans te faire attraper....
-...
-C'est bien ce que je pensais. Maintenant arrête de m'interrompre et écoute moi. J'ai donc passé une commande de vivre et toute la cargaison vient juste de débarquer au port. Je suis allé la chercher en vitesse, mais j'ai oublié le bon de commande sur lequel est indiqué le code permettant de confirmer que cette caisse m'est destinée, et j'ai donc besoin que tu ailles chercher ce bon en cuisine pour ensuite m'envoyer le code.
-Vous pouvez pas tout simplement demander à l'administration ?
-J'ai déjà essayé, mais ils m'ont demandé de patienter jusqu'à demain, et moi j'ai besoin de ce code maintenant pour avoir ces aliments les plus frais possible. Ça va déjà faire deux jours qu'ils sont dans des caisses, ne les fais pas pourrir plus longtemps ! Ne t'inquiètes pas, dans le cas où tu te fais attraper, je me porterai garante à ton retour. Et si tu y arrives sans accrochage, je te promets de te commander des éclairs au chocolat en provenance d'une grande pâtisserie de Kalos !
-Vous... Vous feriez ça?!
-Oui, mais seulement si tu m'envoies ce code. Fais-vite, je compte sur toi Ginji ! »

Mama Odie raccroche. Un léger filet de base au bout des lèvres, je me sers de la lumière émise par les loupiotes de Meg pour traverser ma chambre sans écraser les pattes de l'un de mes Pokémons. J'ouvre mon armoire, et reprend la même tenue que j'ai prise pour la dernière fois où je me suis infiltré dans la cuisine, c'est-à-dire une pull et un pantalon entièrement noir... Mais cette fois-ci, c'est pour une noble cause ! Enfin je crois... Une fois changé, je prends mon sac, range tous mes Pokémons dans leur Pokéball, et attache ces dernières à ma ceinture.

J'ouvre doucement ma fenêtre, et enjambe celle-ci pour me retrouver à l'extérieur du dortoir Voltali. Aucun garde en visuel, j'avance donc discrètement en direction de la cafétéria. Bien que Mama Odie me promet de me protéger dans le cas où je me fais attraper, j'ai bien peur qu'elle ne paye les conséquences par la suite... Une employée qui demande à un élève de trahir le nouveau règlement, cela ne va pas rester impuni ! Du coup j'ai intérêt à faire gaffe si je ne veux pas que la meilleure cuisinière de ce monde se fasse renvoyer...

Lentement, mais sûrement, j'arrive à atteindre le bâtiment du réfectoire sans me faire repérer. Plus par réflexe que par intention, j'appuie sur la poignée de la porte en me disant qu'elle sera de toute façon fermée et que je vais devoir prendre la clé que cache Mama Odie sous une dalle non loin, mais à ma grande surprise, elle s'ouvre sans opposer de résistance. Bizarre... Mama a oublié de la fermer ? Je rentre à l'intérieur et progresse prudemment dans le couloir lorsque j'entends des bruits à l'intérieur du réfectoire. Une petite lumière en émane d'ailleurs.. Il y a quelqu'un ! Encore un voleur autre que moi ?! Décidément, il faudrait que les surveillants face un peu mieux son travail...

Je décoche une Pokéball de ma ceinture et en fais discrètement sortir le Pokémon à l'intérieur.

« -Webble, faufile toi discrètement dans le réfectoire et revient me dire si... » 

Un Mygavolt géant apparaît, et je facepalm en me rappelant tout bêtement que mon Pokémon ne mesure plus un centimètre. Bon, va falloir faire autrement. Je m'approche donc tout discrètement de la porte, suivi de Webble, et regarde à l'intérieur du réfectoire. Une petite lumière semble être émise par un Pokémon, et celle-ci éclaire suffisamment pour me permettre de reconnaître le visage de la personne... Aileen ! Mon Mygavolt semble aussi l'identifier, et fonce la saluer. Je fais de même et rentre sans prévenir dans la cafétaria.

« -Sa... » 

Pas le temps d'en dire plus, que la Pyroli demande à ses Pokémons de repousser Webble. Et sans que j'y comprenne quelque chose, je me retrouve avec quelque chose qui semble être une lame sur la gorge. En tâtant, j'appuie sur l'interrupteur du réfectoire et vois Aileen qui se tient face à moi, son couteau me menaçant.

« -Glps S-S-a-lu-lut Ai-lee-leen, ç-ça v-va ?... S-si tu-tu n'aimes p-pas les câlins il-l su-suf-fit de le di-dire hein, je di-dirai à We-Webble de ne p-plus t'en faire...  » 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu.   Ven 30 Jan - 23:43

« Glps S-S-a-lu-lut Ai-lee-leen, ç-ça v-va ?... S-si tu-tu n'aimes p-pas les câlins il-l su-suf-fit de le di-dire hein, je di-dirai à We-Webble de ne p-plus t'en faire ... »

Son interlocuteur effrayé tâtonna le mur pour appuyer sur l’interrupteur, et la lumière inonda la cuisine. Avec surprise, Aileen se rendit compte qu’elle faisait face à Ginji. Oui, enfin, d’un côté, qui d’autre aurait pu aller piller la cuisine, hein ? Ah oui, Cael, c’est vrai. Bref. Se rendant compte qu’elle le menaçait toujours – forcément, elle avait cru que c’était un voleur, même si elle est mal placée pour dire ça, et une araignée géante lui est tombée dessus quand même – la brune baissa son arme, laissant respirer le Voltali, et la lança à sa place d’un mouvement du poignet. Mais depuis quand Ginji avait-il une araigne géante ? Il avait bien Webble, mais c’était une petite crotte de dix centimètres à peine, qui passait la majeure partie de son temps sur sa tête … Oh, à moins que Webble ait évolué, raison pour laquelle cette horreur géante portait le même nom que l’horreur miniature du Voltali ? Curieuse, elle lança un regard furtif à l’araignée géante qui agitait sagement ses mandibules pour dire bonjour – brrrr – et reporta à nouveau son attention sur Ginji.

« C’est de ta faute aussi, tu m’as fait peur, à débarquer en faisant un boucan pas possible et en lançant ta bestiole sur moi. Déjà qu’en format de poche elle n’était pas super, mais avec son évolution c’est vraiment un gros monstre moche ! »

Le gros monstre moche, qui avait bien saisi que la Pyroli plaisantait, agita une nouvelle mandibule, et Aileen tendit courageusement la main pour la lui serrer. C’est, c’est, gnnnnh c’est atroce. Bon. Croiser Ginji avait été fort sympathique, mais maintenant, ils devaient partir chacun de leur côté avant de se faire choper par une patrouille. Et entre le bruit, plus la lumière, elle estimait leur temps à … Nul. Comprenant son discret signe de la main, Joyce sauta au sol pour chercher une sortie secrète, quelque chose qui leur permettrait de s’en aller sans se faire attraper. Sinon, comme semblait le signifier Sphax qui était tranquillement assis à côté du guichet, ils passeraient par-dessus pour atteindre le réfectoire et s’en aller par là, quitte à devoir tracer et passer dans les souterrains. C’était certainement ce qu’ils allaient faire. Car alors que Joyce revenait se percher sur son épaule en couinant qu’il n’avait rien trouvé et qu’Ellie profitait de ce petit passage à vide pour récupérer encore plus de sandwich – gourmande ! – il y eut des bruits de pas et des éclats de voix dans le couloir.

« Ca venait de par là ! »
« Là ! C’est allumé ! »

« Et voilà, on s’est fait repérer … Allez on se casse, viens ! »

Sans lui laisser le choix, elle attrapa Ginji par le bras pour le tirer derrière elle sans tenir compte de ses protestations, le lâchant finalement pour bondir au-dessus du guichet en prenant souplement appui dessus, courant jusqu’à la porte de la cafétéria pour la crocheter en vitesse le temps que Ginji la rejoigne, des papiers serrés contre lui. Genre. Le mec est juste venu ici pour récupérer de la paperasse. Il est sérieux ? Elle allait lui demander ce que c’était quand elle entendit du bruit derrière elle. Zut, ils venaient d’entrer dans la cuisine. Sans céder à la panique, elle ouvrit la porte pour filer dans le couloir, le Voltali sur ses talons, mais freina d’un coup, manquant d’être renversée par Ginji, en voyant qu’il y avait une patrouille devant la porte. Ils étaient coincés ! Ce fut le moment que choisit Joyce pour tirer son oreille et lui montrer la grille d’aération du bout de la patte. Le conduit était ouvert. Jour de chance, ou plutôt, nuit de chance ! Laissant Ginji passer en premier, Aileen passa ensuite, suivant le Voltali dans les conduits d’aération. Et tant pis s’ils tournaient au pif, l’important était de s’éloigner ! Alors qu’elle tournait à un angle derrière le Voltali, elle ne le vit brusquement plus, et en riant, Joyce pointa sa patte vers le bas. Oh. Un trou. Ils étaient dans les souterrains. Plus agilement que son camarade, Aileen se laissa tomber au sol, se rétablissant en souplesse avant de se redresser.

« C’est marrant, j’aurais jamais cru qu’il y avait des conduits dans les souterrains … Enfin tout est possible. Bon allez, dis-moi, c’est quoi cette feuille que tu – »

Sphax la tira à la manche pour la faire taire, premier à avoir entendu les bruits de pas de la patrouille. Quoi, encore ?! Une nouvelle fois, les deux élèves furent contraints de filer dans l’obscurité, errant dans le souterrain labyrinthique pour s’éloigner au maximum de la patrouille d’adultes. S’ils se faisaient choper, ils étaient mal. Ginji parce qu’il avait visiblement volé des papiers en cuisine, et elle parce qu’elle était une préfète prise en flagrant délit de fuite après vol de nourriture. Génial ! Et dire que si le Voltali n’avait pas été là, elle serait repartie tranquillement par le même chemin sans se faire attraper ! Mais bon, elle n’allait rien dire. La seule fois où elle avait levé le ton avec lui, elle avait eu l’impression que son petit cœur se brisait. Ce n’était pas la peine de le braquer à nouveau, surtout pour pas grand-chose. Après tout, ce n’était qu’un détour, il leur suffisait de trouver l’entrée du souterrain la plus proche de leurs deux dortoirs et ils pourraient tranquillement retourner chez eux.

« La vache, ils patrouillent même dans les souterrains ?! Niveau sécurité, il rigole pas, le nouveau dirlo ... Bon, si on se fait choper, on est perdus dans les souterrains depuis des heures et on cherche la sortie … Même si honnêtement je préférerais qu’on ne se fasse pas choper, en fait. Ok ? »

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 4698
Points d'Expériences : 2762

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu.   Dim 8 Fév - 23:17

Ginji Labelvi
      Feat. Aileen Sôma



« A la recherche du pain perdu ! »


Aileen cesse de me menacer, semblant se décontracter légèrement. Et tant mieux, car je ne tiens pas à me faire égorger... Déjà que Mama Odie m'avait manqué de peu lors de notre première rencontre... On croirait que le fait que je sois en présence de quelqu'un dans une cuisine donne des pulsions meurtrières à ce dernier. C'est encore un coup de la faille spatio-temporelle ça. Faudrait qu'un jour Rouquine et moi trouvions un moyen de régler ce problème...

La Pyroli lâche une petite moquerie avant de serrer les mandibules de Webble, légèrement crispée. Le Mygavolt, un peu frustré de ne pas avoir eu son câlin, s'en contente et commence à saluer tous les Pokémons de la Pokéathlète. C'est alors que des bruits de pas se font entendre dans le couloir, et que je me rappelle soudain du contexte de cette rencontre. Aileen m'attrape aussitôt par le bras et m'entraîne avec elle, avant de me lâcher pour passer derrière un guichet. N'oubliant pas la raison de ma venue -qui, je le rappelle, et tout autre que manger!-, je profite de ce court instant de liberté pour passer toute la cuisine en visuel, pour rapidement repérer ce qui semble être toute la paperasse de Mama Odie. Je commence à farfouiller dedans à la recherche du bon, et réalisant que je n'ai pas vraiment le luxe de perdre mon temps, je prends tous les papiers avec moi et décide de trier l'ensemble plus tard.

Aileen parvient à ouvrir la porte tout juste au moment où la patrouille pénètre dans la cuisine. Je suis la brune dans le couloir avant de manquer de la percuter de peu. Je jette un œil par dessus son épaule pour voir un second groupe de garde au bout du couloir, avant qu'on me demande de passer dans un conduit d'aération. Je rentre maladroitement Webble dans sa Pokéball, puis me faufile dans le conduit en avançant à l'aide de mes coudes pour pouvoir tenir tous les papiers. J'entends Aileen qui se faufile derrière moi, et malgré mon souffle haletant, je continue d'avancer. Hélas, l'absence d’appui se fait vite sentir tandis que je chute soudainement. Je n'ai pas le temps de hurler à plein poumon que je reprends contact avec le sol. Le temps de me remettre de mes émotions et de ramasser tous les papiers, Aileen me rejoint -d'une manière beaucoup plus élégante par ailleurs-.

Notre répit est de courte durée, puisque déjà nous devons nous remettre à courir -je sens que ça va mal finir cette histoire-. Le temps de semer une énième patrouille, nous voilà paumé quelques parts dans les souterrains. Et de nuit. Balancez la musique flippante !

« -Hhh Grave... hhh... Au moins, on peut être sûr d'être en sécurité... hhh … Quoique... Si un gringalet comme moi arrive à s'infiltrer malgré tout dans une cuisine... Qu'est-ce que ça serait le jour où un Espion voudra s'emparer de quoi que soit... Ah, et juste, si tu permets... » 

Lorsque j'ai suffisamment repris mon souffle, je sors la Pokéball de Webble et en fais sortir la créature. Je lui demande d'utiliser Boule Elek pour m'éclairer et m'agenouille en dessous de la sphère électrique, puis farfouille dans tous les papiers que j'ai emporté avec moi et trouve ce qui semble être le bon de commande. J'en prends une photo grâce à mon Ipok et l'envoie à Mama Odie, avant de me relever. J'inspecte les papiers quelques secondes, puis sors une deuxième Pokéball dont je fais sortir une deuxième créature.

« -Châtaigne, Nitrocharge ! » 

Le Zébibron s'entoure de flammes juste à côté de la paperasse, mettant feu à cette dernière. Le papier est rapidement consumé, et il n'en reste plus qu'un petit tas de cendre. Le Pokémon Etincélec vient se frotter contre mes jambes, content d'être de sorti, tandis que je me frotte les mains, satirisait.

« -Preuves éliminées ! Ils sont pour qui les éclairs au chocolat ?...  Bon !... Du coup désolé, si j'avais pas allumé la lumière on en serait sûrement pas là... Enfin j'étais un peu en train de me faire menacer de mort, mais je commence à avoir l'habitude de toute façon... Hum... Sinon tu vas bien ? » 

Oui, on est perdu dans les souterrains, oui, au milieu de la nuit, oui, il y a des gardes qui doivent être partout à notre recherche, et oui, je prends des nouvelles. Et pourquoi pas ? De toute façon parti comme on est parti...

Encore un peu secoué par la suite des événements, je prends appui contre un mur sur lequel je me laisse glisser. Je remarque alors une petite croix blanche juste à côté de moi, avant de me relever aussitôt.

« -Eh ! Mais je sais où on est môa ! Cette petite croix là... »  je farfouille dans mon sac pour en sortir une craie blanche « On dirait celles que je fais à chaque fois que je viens ici pour ne pas me perdre.. Comme j'ai confié un œuf de Pokémon au Collectionneur, je passe souvent le voir, et cette croix signifie que... » 

Je me retourne, fais une trentaine de pas, et arrive à un carrefour, avant de me tourner vers la gauche.

« -... Sa planque est là-bas ! A ton avis, il y passe la nuit ? Il doit avoir super froid non ? Avec la température au sol qui baisse et la chaleur qui monte... Remarque, ça doit être super pratique pour tous ses ordinateurs et autres bidules électroniques afin qu'ils ne fassent pas de surchauffe ou je-ne-sais-quoi... Hum, je m'égare ! Si on y va, je suis sûr qu'il y a moyen de trouver un chemin menant à une sortie ! » 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!


Dernière édition par Ginji Labelvi le Dim 1 Mar - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu.   Dim 22 Fév - 22:03

Le Voltali semble déjà essoufflé de leur petite course dans les conduits d’aération, et avec un certain amusement, Aileen se dit qu’heureusement qu’il n’était pas Pokéathlète. Jackie l’aurait très certainement démembré ! Avec curiosité, elle le regarde sortir sa liasse de papiers pour n’en garder qu’un seul et mettre le feu aux autres. Visiblement, Jackie ne va pas être le seul à le démembrer, Mama Odie risquait de ne pas être très contente. En parlant de gens pas contents, il fallait absolument qu’elle retourne à son dortoir avant 4h30, sinon elle n’aurait jamais assez de temps pour se préparer avant l’entraînement du matin ! En se laissant glisser contre le mur, le Voltali repère une croix blanche, qu’il identifie comme étant l’une des siennes. Donc, il peut retrouver son chemin, au moins jusqu’au Collectionneur ! Avec un petit sourire, Aileen lui pointe gentiment l’évidence.

« Du coup, si par là c’est le Collectionneur, de l’autre côté c’est la sortie … Donc à moins que tu n’aies envie de lui acheter un œuf en pleine nuit, je propose de prendre l’autre chemin. »

Semblant se rendre à l’évidence, le Voltali lui emboîte le pas, et ils cheminent en silence dans les souterrains. Retrouver la sortie ne serait pas dur. Aileen avait un bon sens de l’observation, et le cas échéant, celui de son starter était meilleur que le sien. Cependant, ce dernier semblant clairement traîner la patte pour rester dernier et surveiller derrière eux, Aileen fit sortir Hilda, sa Miaouss, pour qu’elle fasse office d’avant-garde. La petite Miaouss fila immédiatement dans le tunnel sombre, laissant les deux dresseurs derrière elle. Elle était bien, cette Hilda. Elle avait enfin appris à mettre de côté son mauvais caractère pour donner le meilleur d’elle-même, se plaisant bien dans l’équipe d’espionnage de la brune. Restant seule avec Ginji, Aileen tourna la tête vers lui pour lui jeter un coup d’œil, et esquissa un sourire.

« Allez, dis-moi tout. C’est quoi ce cirque ? Pourquoi t’as pris une photo, et tu l’as envoyée à qui ? Mama Odie ne va pas te tuer, que tu as brûlé une liasse de papiers qui était posée dans sa cuisine ? »

Aileen s’apprêtait à cuisiner le Topdresseur pour avoir sa réponse quand Hilda revint en courant pour sauter dans ses bras, et miauler doucement dans son oreille qu’il y avait des gens. Trois personnes, avec un Caninos. Faisant signe au Voltali, elle fila vers un autre couloir pour essayer de semer la patrouille, manquant presque de tomber sur une seconde. Pas folle, elle se cacha dans une anfractuosité, et tourna la tête vers Ginji qui … Où était le Voltali ? Sphax n’était pas avec elle non plus, mais ça, ça ne l’inquiétait pas. L’Absol était parfaitement capable de se débrouiller tout seul. Alors que Ginji, plus discret que lui, ça n’existe pas ! Un bruit de course se fit entendre non loin. Priant pour que ce soit le Topdresseur, elle tendit le bras pour l’attraper par le poignet et le tirer vers elle, le plaquant contre le mur de terre et posant une main sur sa bouche pour l’empêcher de crier. Quelques secondes plus tard, une patrouille passe à côté d’eux, les frôlant de quelques centimètres à peine. Quand l’écho de leurs pas disparaît enfin dans le lointain, Aileen lâche son camarade pour reculer, et sortir de sa cachette.

« Tu sais quoi ? Va pour le Collectionneur, au final. On pourra peut-être sortir par une galerie pas trop fréquentée. »

C’est le moment que choisissent ses deux Pokémon pour réapparaître. Doucement, Hilda miaula qu’il semblait y avoir beaucoup de patrouilles dans les souterrains. Mais quoi de plus logique ? Ces galeries traversaient toute l’école, et à condition d’avoir un plan, il était possible d’atteindre n’importe quel lieu, n’importe quel dortoir, sans se faire repérer. Et surtout, dans le cas de la Team Rouage, d’aller rendre une petite visite au Collectionneur et à ses salles pleines à ras bord de Pokémon et d’œufs, normaux et chromatiques … Il était, de fait, évident que la sécurité était au rendez-vous. Dans le plus grand des silences – dans le cas d’Aileen, parce que Ginji n’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler un garçon silencieux – les deux dresseurs filent vers la pièce du Collectionneur, suivant Hilda qui les guide dans les couloirs, leur faisant faire demi-tour à chaque fois que son ouïe féline entend une patrouille. Finalement, ils atteignent le lieu où vit le Collectionneur, qui semble vide de présence humaine. Au bout de quelques secondes, la brune esquisse un sourire, et tend le poing vers son Pokémon.

« Psst, Sphax, pari gagné ! »

Imperturbable, Sphax lève une patte pour taper le poing de sa dresseuse en un high-five interespèces. A chaque fois qu’elle descendait dans la pièce du Collectionneur, essayant de le prendre par surprise, ce dernier apparaissait en quelques secondes, un grand sourire sur le visage, comme pour lui signifier qu’elle n’y arriverait jamais. Elle avait donc fait le pari qu’un jour, elle réussirait à le prendre par surprise. Réussi. Et en guise de preuve, elle attrapa son iPok pour prendre une photo, Sphax allant s’asseoir devant le bureau, laissant Hilda grimper dessus, pour attester de la véracité de la photographie. Après avoir rangé son iPok, elle attrapa une feuille de papier pour jeter un coup d’œil dessus.

« Mille, mille, mille cinq cent, mille, mille … Dis-donc, c’est une corne d’abondance de jetons, ce business ! »

Le jappement d’avertissement de Sphax lui fit lever la tête. Sans qu’elle ne s’en soit rendu compte, Joyce avait bondi de sa tête pour s’approcher d’une étagère à Poké Ball, et approchait dangereusement sa patte de l’ouverture. Aileen lâcha la feuille pour se jeter sur son Dedenne … Trop tard, il avait appuyé dessus. Brusquement, il fut envoyé en arrière, repoussé par un champ électrique. Bondissant du bureau, Hilda l’attrapa avant qu’il ne touche le sol. Des lumières rouges semblèrent s’allumer un peu partout et une sonnerie se fit entendre, se répercutant à l’infini dans les souterrains.

« SALES VERMINES ! VOUS ALLEZ VOIR CE QU’IL EN COUTE DE VOLER LES POKÉMON DE L’ACADÉMIE ! »

Dans trois secondes, le Collectionneur serait sur eux. Dans moins d’une minute, ce seraient les patrouilles. Sans perdre son calme, Aileen remarqua une petite trappe au sol, et sur un signe d’elle, Sphax et Hilda se jetèrent dessus pour l’ouvrir. Alors que le Collectionneur allait entrer, Aileen fit ce qu’elle n’aurait jamais pensé faire de sa vie. Donner un grand coup de pied dans l’étagère à Poké Ball, qui oscilla dangereusement. Un nouveau coup de pied la fit chuter tout à fait, provoquant un magnifique effet domino. Toutes les Poké Ball se répandirent au sol, certaines roulant par le couloir, d’autres jusqu’au Collectionneur qui se prit les pieds dedans, mais la majorité fila par la trappe ouverte, en même temps que l’espionne et le Topdresseur qu’elle avait attrapé par le bras. Fuite ! Ils coururent pendant quelques minutes, même si, sur la fin, c’était surtout Aileen qui devait traîner le Voltali pour qu’il ne se laisse pas distancer. S’arrêtant dans ce qu’elle estimait être un coin tranquille, la brune lâcha le bras de son camarade pour toucher sa ceinture à Poké Ball. Par Helix … Il lui en manquait. Fébrilement, elle fit sortir toute sa team pour voir qui avait disparu. Sphax Hilda Panzer Joyce Naveen Aurum Moon … Il lui manquait Sissi et Ellie. La Pokéathlète blêmit, se rendant compte de ce que ça voulait dire.

« Ginji … Je crois que j’ai perdu deux Poké Ball en renversant les étagères … »

Un coup d’œil à la ceinture à Poké Ball du Voltali lui apprit qu’elle n’était pas la seule à avoir perdu des compagnons dans la précipitation …

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 4698
Points d'Expériences : 2762

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu.   Dim 1 Mar - 13:16

Ginji Labelvi
      Feat. Aileen Sôma



« A la recherche du pain perdu ! »


« -Hum, pas dit. J'arrive rarement à trouver le collectionneur du premier coup, si ça se trouve j'ai fait cinquante détours... Mais qu'importe, de toute façon ma mission à môa est accomplie !  » 

Je suis donc la Pyroli prendre le chemin inverse à celui qui mène à la planque du Collectionneur, alors qu'un léger frisson glacé me fait tressaillir. C'est qu'il fait pas super chaud par ici... Châtaigne, peu rassuré par les lieux, vient se coller contre mes jambes, tandis que Webble avance tranquillement, appréciant ce genre de lieu où il pourrait construire mille et une toiles. C'est que le Mygavolt a une vrai âme d'artiste ! Incompris par beaucoup, hélas...

Au bout d'un petit moment, Aileen fait sortir un Miaouss d'une Pokéball, Miaouss qu'elle envoie aussitôt à l'avant pour voir ce qui nous attend plus loin. Puis elle se tourne vers moi, un sourire malicieux au bout des lèvres. A l'entente de sa question, je croise aussitôt les bras et détourne le regard.

« -Je ne dirai rien ! C'est top secret ! » 

Je sais bien que je suis un très mauvais menteur et une personne facilement corruptible, c'est pourquoi je crains que la Pokéathlète insiste, mais par chance son Miaouss revient aussitôt. Enfin, par chance, peut-être pas en fait, vu ce qui nous attend... La créature nous signale qu'il y a des gardes plus loin, et aussitôt, Aileen s'enfuit en direction d'un autre couloir. Je m'apprête à faire de même, mais mes pieds percutent Châtaigne qui était resté collé à mes jambes, me faisant trébucher sur le pauvre Pokémon. Je me relève rapidement et prends le temps de m'assurer que le Zébibron aille bien, avant de regarder le couloir pris par Aileen. La jeune fille était déjà loin.

« -Aaaah, elle court trop vite... Tant pis, allons la re... Aah... Aah.... ATCHOUM !
-Là-bas ! Il y a quelqu'un !
-Grr, j'aurai dû prendre des habits plus chaud ! »

Pestant intérieurement, je commence à courir pour tenter d'échapper aux gardes qui se lancent à ma poursuite. Mais alors que je passe devant une cavité, une main en sort soudainement et m'attire à l'intérieur. Je m'apprête à hurler, mais la main se pose sur ma bouche pour m'empêcher de faire le moindre bruit. Châtaigne semble reconnaître la personne m'ayant attrapé, et se pelotonne tant bien que mal dans la cavité, tandis que j'entends des crissements signifiant que Webble est en train de prendre de la hauteur, sûrement pour pouvoir passer inaperçu. La patrouille passe devant sans nous repérer, et quelques minutes plus tard, je suis libéré de l'emprise de celle qui s'avère être Aileen. Elle préfère finalement passer par le collectionneur, ce que j'accepte d'un haussement d'épaule.

Sans croiser d'autres patrouilles, nous finissons par arriver dans la tanière de l'homme. En chemin, je me permets d'observer les environs avec la même curiosité à chaque fois. C'est vraiment étrange de tels souterrains se trouvant partout sous l'île... Surtout que la roche qui la constitue n'est rarement la même, donc le paysage change souvent. Si, en toute logique, elle est constituée en majeur partie de granite, on peut repérer quelques traces de quartz par-ci et par-là... L'endroit est vraiment humide, il y a de nombreuses traces de moisissures et de la mousse pousse aux zones les plus inaccessibles. Je me demande comment le collectionneur fait pour vivre dans de telles condition... Surtout que l'humidité doit abîmer ses appareils non ? Et puis, cela veut dire qu'il ne peut pas garder de livres avec lui ! A cause de l'humidité, les pages risquent de coller...

Nous finissons par arriver devant la planque pas-du-tout top secrète du collectionneur. Aileen rentre la première, et observe quelques secondes la pièce, avant de highfive son Absol. Bien qu'incrédule, je me contente de caresser doucement le pelage de Châtaigne, avant qu'un mot à peine audible ne m'interpelle. Je me tourne subitement vers Aileen, des étoiles dans les yeux.

« -... Une... Une corne d'abondance ?! Où ça ?! »

Aileen n'eut pas le temps de me répondre, puisque aussitôt, elle bondit sur son Dedenne posé sur une étagère à Pokéball. L'instant d'après, des Pokémons sortent de leurs Pokéball, une alarme se déclenche, le collectionneur nous menace de mort par le biais d'un haut-parleur, Aileen fait tomber une succession d'étagère faisant encore plus de boucan, et le temps que je comprenne tout ça, je me retrouve entraîné par Aileen qui me fait passer par une trappe. Châtaigne et Webble derrière nous, nous courrons un petit bout de temps avant que la Pyroli ne me lâche, me permettant de reprendre mon souffle. Sérieusement, je suis É-PUI-SÉ.

Et puis, le pompon. Aileen qui remarque qu'il lui manque deux Pokéballs. Moi qui jette un œil à ma ceinture pour vérifier. Et qui constate que moi aussi, il m'en manque.

« -Oh Arceus... Il me manque la Safari Ball de Lucina, et la Pokéball de Meg...  »

Voila qui nous met dans une situation délicate. Le collectionneur doit être actuellement en train de ranger tout le foutoir qu'a causé la libération de Pokémons. Et vu la manière dont il est organisé, dès qu'il aura fini de tout ranger, il remarquera bien qu'il y a quatre Pokéballs en trop. Et je suppose qu'il n'aura pas trop de mal à retrouver leurs propriétaires... Surtout qu'une Safari Ball, ça se remarque facilement parmi un tas de Pokéball ! Grmbl, c'était pas censé se passer comme ça ! On va se faire accuser de vol maintenant...

« -Ok. Ne pas paniquer. Ne pas paniquer... Hum... Il faut qu'on trouve un plan, et vite ! Euh... Je sais ! On y retourne, on assomme le collectionneur, on retrouve nos Pokémons, et on se barre d'ici au plus vite !... Non ?... Ça marche pas ?...  Raaaah.... »

Réfléchis Ginji, réfléchis. Les gardes ont sûrement été appelé en renfort. Ils vont avertir le collectionneur sur la présence d'intrus. Ils ne devraient pas avoir de mal à localiser la trappe par laquelle nous nous sommes enfuis. Et ils vont donc partir à notre recherche en passant par là.

Hum...

« -D'accord. J'ai une idée. Mais elle a pas intérêt à foirer. Sinon c'est le renvoi direct... Le Collectionneur va très probablement envoyer des gardes à notre recherche, et vont donc passer par la trappe pour venir nous attraper. Il faut qu'on leur tende un piège, afin d'alerter le collectionneur et l'obliger à sortir de sa planque. A ce moment là, l'un des nous va s'enfermer à l'intérieur et tenter de récupérer nos Pokémons, pendant que le deuxième s'assure que les gardes et le collectionneur soient incapables d'agir. Et le tout, sans qu'ils arrivent à voir notre visage...  »

Je me gratte le menton tout en réfléchissant. Puis je commence à fouiller dans mon sac et en sors quelques Pokéballs vides. Ça nous fera un appât parfait.

« -Webble pourra monter au plafond. Je poserai un sac bien en évidence au milieu du chemin dans lequel on pourra voir ses Pokéballs. Les gardes s'en approcheront alors, et Webble utilisera son attaque Toile pour les neutraliser, voir Toile Elek en cas d'extrême urgence. Le Collectionneur sera alerté par le bruit et viendra voir ce qui se passe, en pendant que Webble le piège lui aussi, tu retournerais dans sa planque pour chercher nos Pokéballs. Quand ça sera fait, tu n'aura qu'à utiliser Joyce pour me faire un signal lumineux, et je te rejoindrai alors dans sa planque. De là, il ne nous resterait plus qu'à prendre la fuite en priant pour que les patrouilles n'aient pas doublé.. Si jamais t'as une meilleur proposition à faire, je l'accepterai volontiers, mais vite ! »

***

« -Oui je fais ce que je peuuuuuux! »

Je presse le pas, suite à la remarque d'Aileen. Je suis déjà épuisé à cause de la course de tout à l'heure, alors si en plus on doit remettre ça...

Mon plan a plus ou moins marché, étant donné qu'on a réussi à récupérer nos Pokéballs sans qu'ils puissent apercevoir nos visages. Sauf qu'ils ont réussi à se libérer de l'emprise de la toile, et du coup ils sont encore à notre poursuite...

A un croisement, Aileen tourne à droite, avant de monter des escaliers comme sortis de nul part. Je la suis, et au bout de quelques secondes, je constate que nous sommes remontés à la surface.

« -Ils vont pas tarder... Je suppose que c'est là qu'on se sépare? Euh bonne nuit! »

Sans plus tarder, je reprends la course en direction de mon dortoir, faisant gaffe à ne pas faire une autre malencontreuse rencontre en chemin...

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu.   

Revenir en haut Aller en bas
A la recherche du pain perdu.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-