Partagez | .
Rugissement instantané [PV:Cael]
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mer 14 Jan - 18:02



Cael & Leonidas

Vous voilà rentrez de votre virée sur l'île Pumkin. Longue semaine, il en va de soit où tu n'as pas chaumé ! Organisation d'une fête espion, aux cotés d'Estelle Highwind, grimpade sur un arbre gigantesque tout en évitant des Capumain polaire. De folles descentes en luges en compagnie de Ginji Labelvi et la cerise sur le gâteau, la trouvaille d'un œuf au beau milieu de la neige. Sourires, éclats de rires, ainsi que des larmes, tu revenais sur le territoire de la Pokemon Community avec comme idéaux de grandir et évidement, de faire une croix sur le passé. Cependant les choses ne sont plus comme elles étaient et tu le comprends bien assez tôt quand tu aperçois prêt d'un dortoir voisin le fameux type qui c'était auto-proclamer directeur après avoir jarté l'ancien. Son nom, tu l'ignorais encore mais pour sur, les rumeurs qui courraient a son sujet n'étaient pas toutes roses. Tu te méfies de ce grand type aux airs plus fourbes qu'hostile et Luné aussi, ne le voit pas d'un bon œil. Il est pourtant rare de voir ton Zoroark aussi inquiet, surtout envers quelqu'un qu'il ne connaissait pas, mais étrangement, il avait quelque chose qui ne lui revenait pas.

C'est le pas nerveux que tu grimpes les escaliers de ton dortoir pour pénétrer dans le hall d'entrée, valise à la main. Ton sac est plein a craqué, et l’œuf qu'il garde n’arrache en rien sa charge. C'est d'ailleurs avec un grande difficulté que tu avais, par tu ne sais quel miracle, réussis a fermer ce dernier sans en massacrer sa fermeture. Les coutures tiennent, à ta plus grande surprise et c'est sans attendre que tu te faufiles entre l'attroupement de Phyllali pour rejoindre ta nouvelle chambre. Certain t’évites avec agilité, tandis que d'autres t'ignores, te laissant galérer dans le couloir. Luné grogne sur les plus impolis d'entre eux et bien que des gens se poussent pour vous laisser passer, d'autres n'ont pas ce même reflex. Finalement, tu atteins la chambre en question. Cette dernière et fermée mais pas de panique, on t'as filé un double des clés. En cliquetis métallique tu pénètres dans ton nouveau chez toi.

L'endroit est vaste, chaleureux. La tapisserie des murs te rappel ceux qui se trouvaient dans ta première chambre, au deuxième étage. Rien n'avait vraiment changé. Tu inspectes les lieux avec curiosités, et surtout l'espace personnel de ton colocataire. Quelques notes sur le bureau, des pokeballs vides dans un tiroir ouvert et a ta grande surprise deux lits mezzanines avec bureau. Un pour le fameux coloc' que tu ne connais pas encore et un pour toi. N'ayant d'autres choix que de prendre le lit qui reste tu fais rouler ta valise jusqu'au fond de la pièce et dépose ton sac en laissant la porte de la chambre ouverte. Luné rentre a son tour et trouve déjà refuge sur le lit, en y grimpant avec une certaine légèreté. Tu ne lui dis rien, pour le moment, car tu sais très bien que le moment venu, ton Zoroark ira retrouver sa place initial.  

Alors que tu commences déjà a sortir ton œuf pour qu'il soit bien moins étouffé dans ton sac un bruit t’interpelle. Une bagarre. Tu te trouves encore dans la chambre mais la scène se passe juste devant ta porte. Un groupe d’élèves, sans doute du même âge que toi en encercle un autre, te semblant plus jeune. Tu te décides a t'approcher, curieux et surtout méfiant.

▬ Qu'est que t'as dis sur mon daron pauvre naze ?
▬ Ri-Rien... Je voulais juste savoir ce qui c'était pass-
▬ Non mais c'est bon, on a compris que t'es un de ces débuts de feu de révolte. T’inquiètes mon gars, on va t'éteindre vite fais bien fais. Amenez le les gars. Direction ma chambre.

Et ni une ni deux quartes bras aux poignes de fer s'agrippent sur le pull en laine de la victime pour commencer a le tirer par terre. Tu regardes autour de toi, plutôt perplexe, mais personne n'oses intervenir. Ce mec là, tu le connais pas et tu en as rien a cirer qu'il soit fils d'Arceus ou de bien pire encore. Tu ordonnes a ton Zoroark de ne pas bouger et tu bondis tel un fauve hors de la chambre pour attraper l'épaule d'un de ces « caïds » du dortoir phyllali.

▬ Lâchez le. Cracha-tu sur un ton particulier qu'hier encore tu ne te sentais pas capable de faire. T'es irrité. Aïe.

Et c'est ainsi, que tout les regards se posèrent sur toi. Super retour officiel Leo', franchement bravo, toi qui ne voulais pas te faire remarquer, t'as géré.


© EKKINOX


_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mer 14 Jan - 20:54

''Mais puisse que je vous dis que OUI, c'est bien ma valise !''

Mais il est borné ce type ! La seule chose que je veux, là, c'est retourner au dortoir Phyllali en vitesse (et c'est bien la première fois), vider ma valise et me poser après plus de huit heures de trajet. Mais non, il fallait que je tombe sur un chauffeur de bus aussi parano que pénible!
Au terme d'une dix bonnes minutes d'engueulades, je parviens à le convaincre qu'il s'agit bien de mon bagage, et que non, je ne l'ai pas volé à un autre passager.
Autant vous dire que je suis bien le dernier à franchir la grille marquant l'entrée de l'Académie.Moi qui comptais me débarrasser du rangement avant le dîner, je crois que ce n'est plus la peine de rêver. Même si les vacances ont été une véritable bouffée d'air frais (voir même glacial, par moments...Brr, plus jamais je ne tenterais la plongée sous patinoire), cela fait du bien de revenir ici malgré les bruits qui courent: du peu que j'ai compris, l'ancien directeur s'est fait renvoyer pour incompétence (Après l'attaque de la Team Rouage, et les vols de Pokémon, le monde entier a dû lui tomber dessus...), et son remplaçant ne fait pas l'unanimité au sein des élèves. Reste à espérer que ces histoires de nouveau règlement, et de couvre-feu ne soient pas aussi exagérées qu'on le dit, sinon nous n'aurons plus qu'à passer nos vies enfermés dans nos chambres...Le cauchemar absolu.

C'est nouveau, ça...Une véritable garde renforcée tourne dans les allées de l'académie, pendant que je me dirige vers le dortoir Phyllali (On se croirait dans une caserne, il ne manquerait plus qu'il porte des unifor...Ok, j'ai rien dit).
L'un d'entre eux jette un regard soupçonneux à l'élève solitaire que je suis, et je m'arrête avant de tâter machinalement les Pokéballs de Lucki et Keru (Il ne manquerait plus que j'en oublie une dans le bus, tiens...) aussi bien par réflexe, que pour me préparer à réagir au moindre geste brusque de sa part. Pas la peine de m’inquiéter pour Katara, elle, je suis sûr de ne pas la perdre : refusant à grands cris de rentrer dans sa Pokéball, elle s'est pelotonnée dans le sac que je porte en bandoulière, et seules ses deux petites queues dépassent par l'ouverture béante. Mon arrêt brutal ne semble absolument pas être à son goût, puisqu'elle émerge avec un petit cri indigné, avant de regarder tout autour d'elle à la recherche d'un responsable.
L'adulte a à peine fait un pas dans ma direction que ma Mustebouée lâche une série de sifflements outragées face à celui qui l'a réveillée, et tandis que j'essaye de la calmer en lui caressant la tête, l'adulte retourne à son poste avec un grognement méprisant...Charmant accueil, dites-moi.

Manifestement, tout le monde n'a pas fini de ranger, lorsque je passe la porte grande ouverte du dortoir Phyalli, c'est l'effervescence la plus totale. La petite Mustebouée ouvre de grands yeux, et je dois l'empêcher de sauter hors de mon sac, tant est grande son excitation. Ça courre partout, ça crie (un peu), ça débat (beaucoup), et ça fait plaisir de voir que les Phyllalis sont finalement capables d'être des élèves comme les autres. J'espère juste que ça va durer, même après le prochain cours de Roseverte (ou alors, c'est lui qui aspire tout le fun des élèves, et j'aurais enfin de quoi le prouver).Bon, plus qu'à retrouver ma chambre, en évitant de me faire happer par ce joyeux bordel. Alors, si j'arrive à me faufiler par là...

Le couloir a au moins le mérite d'être pratiquement vide, il n'y a qu'un petit groupe d'élèves, debout juste devant ma porte. Tiens le plus grand, je le connais, c'est un de mes voisins de chambrée...Joris, un imbécile fini qui passe son temps à baver sur Roseverte, et sur sa propre ''supériorité'' imaginaire. Le genre de type qu'on évite plus d'avoir pour ami que pour ennemi...
Le plus petit du groupe doit avoir mon âge et n'a pas l'air d'en mener large, le pauvre:  il tremble comme une feuille tandis que les quatre autres s'approchent d'un air menaçant. L'un d'entre eux l'attrape subitement par le col avant de le tirer vers lui, rapidement rejoint par ses amis qui encercle le jeune garçon. La sangle de mon sac glisse souplement le long de mon épaule (Désolé Katara, là, il y a urgence !), avant que je parcoure les quelques mètres qui me sépare d'eux. J' veux bien être pacifiste, mais quatre contre un, je ne vais pas rester là et les regarder faire !

''Lâchez le !''

À l'instant où ma main s'abat sur le poignet de Joris, une voix menaçante fait écho à la mienne, et plonge le couloir dans la stupeur le plus totale. Un autre élève vient de sortir d'une chambre (et même de MA chambre?! Qu'est-ce que c'est que ce délire?), et à attrapé Joris par l'épaule. Le visage des agresseurs se reflètent dans ses lunettes noires tandis qu'il les regarde d'un air méprisant qui ferait pâlir mon Riolu de jalousie.
Pris entre deux feu, l'imbécile-en-chef semble incapable de réagir convenablement, et nous regarde à tour de rôle, avant de se dégager brutalement de nos emprises respectives. Je ne sais pas qui est ce nouveau, mais il a de la poigne, bien plus que moi en tout cas.Et vu la situation dans laquelle on a réussi à se fourrer, ça risque de rapidement lui servir...
Le reste du groupe lâchent violemment la malheureuse victime (''ancienne'' malheureuse victime, je dirais, vu qu'ils viennent de subitement changer de cible...), avant de nous entourer d'un air menaçant. Pas la peine de le nier, j'en mène pas large (Je vais pas me la jouer ''héros imperturbable'', juste pour le plaisir des lectrices, non mais) mais je ne regrette pas d'être intervenu, même si ça va probablement mal finir: ce garçon avait besoin d'aide donc j'interviens, fin de l'histoire.
Le couloir étroit nous interdit tout mouvement de repli, et en reculant légèrement pour éviter d'être pris en tenaille, je me retrouve finalement dos au mur, juste à coté de mon nouveau compagnon d'infortune. Katara émerge de mon sac posé un peu plus loin, mais d'un mouvement de tête imperceptible, je l'enjoins à demeurer cachée.

''J'vois que t'es toujours aussi courageux,Joris, quatre contre un c'est du grand art...''

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Ven 16 Jan - 20:56



Cael & Leonidas

Tu t'étais jeté sur ce type sans trop réfléchir. Ce n'était pourtant pas trop ton style de jouer les héros, de bondir comme ça, tête endurcis et le cœur en flamme. Tu étais plutôt du genre perplexe et spectateur. Les bras croisés, tu te serais contenté d'observer la dispute du bas de ta porte, en lorgnant de derrière tes lunettes ces garçons dont le sang bouillonnaient de bêtises et de supériorités immature.  Et toutefois, tu avais réagis malgré toi, malgré tes concepts d'élève neutre sans histoire. Tu étais là, debout, une épaule emprisonnée dans ta main d'homme, alors que tout les regards se posaient déjà sur ta silhouette et sur celle d'un autre Phyllali qui était, comme toi, intervenu sur un coup de tête. Vous faites les fiers, les paons, avec vos regards perçant, tandis que la victime de toute cette mascarade s'empresse de prendre la poudre d'escampette sans vous lancer le moindre merci. Il avait fuit, le bougre, pas un mot, pas même un cri, il s'était fait si petit que ce n'est qu'en voyant le groupe vous encercler, que tu compris que leur cible avait changé. Pas le temps de faire marche arrière, il te force a reculer et tu finis plaqué contre le mur de ta futur chambre.

Luné, qui se trouve de l'autre côté tend l'oreille plus que d’accoutumé. Telles des paraboles, elles suivent les « oh » et les « ah » des élèves présent et quand le silence retombe, ses oreilles s'aplatissent sur le haut de son crâne. Son poil se gonfle et il rampe en dehors du lit pour se faufiler jusqu'à l'entrée de la pièce.

Les choses sont entrain de devenir sérieuse. Alors que tu gardes la tête haute et le buste bombé d'un certain mérite, le petit gars aux cheveux roses, qui te rappelle étrangement quelqu'un, se permet de dire quelques mots. [...] Donc le « chef » s’appelle Joris... Jamais entendu parlait, peut-être était-il arrivé pendant ton absence. Une chose est sûre, il s'était fait une sacré renommé pour que personne n'ose intervenir devant un acte aussi injuste. Car de ce que tu avais entendu, avant de te lancer corps et âme, tel un fauve sur l'épaule de cet individus, il s'en était délibérément prit a ce pauvre gars qui discuter simplement avec ses potes. Aucune injure n'avait été prononcé, et pourtant Joris n'avait pas hésité une seule seconde à s'en prendre a lui et dieu sait ce qu'ils auraient fait de lui après l'avoir embarqué dans leur chambre.

▬ J'te poses pas la question Cael. Toi et ton pote aux drôles de cluques vous allez en pâtir pour l'autre con qui s'est tiré.

Sans un autre mot Joris va s'occuper de la trombine du prénommé Cael en lui plaçant une bonne droite en plein milieu de la figure, tandis que deux autres de ces « gars » tentent de t'immobiliser pendant que le troisième attrape tes lunettes. Tu lâches un grognement plaintif  alors que dans un reflex instinctif tu fermes tes yeux pour te protéger des  agressifs néons se trouvant juste aux dessus de toi.  Aveugle, tu commences a te débattre, mais le voleur de binocle te calme d'un coup dans l'estomac. C'est a ce même moment que Luné bondit dans le cercle, effrayant tout le monde de sa grande stature. Les babines retroussées, ses crocs dévoilés et surtout sa fourrure bouffie d'agressivité, le Zoroark défis quiconque de refrapper son dresseur. En un instant on te lâche et tu prends appuie sur le mur du couloir alors que tu ne comprends qu'a moitié ce qui s'y passe. Tu cherches le dos de ton pokemon de la main et quand tu arrives à l'y déposer, tu tentes de le rassurer.

▬ Je vais bien Luné, t’inquiètes.

Tu n'avais jamais senti Luné aussi tendu depuis le jour de ton accident.


© EKKINOX


_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Lun 19 Jan - 16:32

Ourgh...Il cogne toujours aussi fort, cet abruti. Son poing aussi dur qu'un Racaillou vient de voler en direction de mon visage, et même si, emporté par son élan, il a raté le centre de sa cible, la droite qu'il vient de me décocher me heurte suffisament pour me faire voir trente-six chandelles.
Un déluge de coups commence alors à abattre sur moi, et les bras levés à hauteur du visage, je ne peux pas faire grand chose d'autre que subir...En même temps, si je le frappe, je risque de me faire plus mal qu'à lui, il est deux fois plus épais que moi. Il est hors de question que je laisse échapper le moindre cri, malgré la douleur, ce type n'aura JAMAIS ce plaisir !
Alors que je commence à fatiguer, d'autant que devant mon absence de réactions, Joris accentue la puissance de ses coups, je parviens tout de même à tourner la tête pour voir mon partenaire d'infortune se faire empoigner...À trois contre un, il n'a pas la moindre chance !
Un direct bien plus appuyé de mon adversaire brise subitement ma garde, et tandis que le garçon aux lunettes noires se retrouve subitement privées de ces dernières, je me retrouve plaqué contre le mur, juste avant qu'une nouvelle grêle de coups ne s'abattent sur toutes les parties de mon corps que Joris peut atteindre. Ça en valait...la peine...Hmmm?

Aussi subitement qu'elle avait commencé, l'attaque s'interrompt brusquement, et malgré les protestations de mon visage marqué en de nombreux endroits, je parviens à ouvrir les yeux : un Pokémon à la fourrure noir et magenta fait barrage entre nous et nos agresseurs, le poil hérissé, et grondant comme un orage...Un Zoroark ! en temps normal, je me serais précipité pour le voir et le toucher de plus près, mais là, je me sens bien incapable de faire le moindre geste.
Avec l'aide de son Pokémon, mon camarade Phyllali se redresse, et je tente d'en faire de même. La bande à Joris, indécise, semble partagé entre l'envie de se jeter sur nous, et la terreur que leur inspire le Zoroak, et ses crocs. Pourtant, malgré le voile qui me couvre encore les yeux, je vois la main de Joris descendre lentement vers sa ceinture, et empoigner l'une des Pokéballs qui y sont attachées.

''A..Attention!''


Avant que quiconque n'ai pu faire le moindre geste, un cri de douleur retentit dans le couloir, et Joris relève précipitamment sa main désormais complétement trempée, en cherchant la source de cette nouvelle attaque : depuis mon sac, Katara vient de lancer un Pistolet à O droit dans sa direction, et d'interrompre son geste, avant de bondir hors de sa cachette, et de se placer aux cotés du Zoroark. Désormais défendu par nos Pokémons respectifs, je vois mal Joris et sa bande reprendre le combat. Tout en secouant la tête, je me relève tout à fait, et pose un genou à terre à coté de Katara.

''Quatre contre quatre, maintenant. C'est un peu plus...équitable, non? Allez, approchez, ne me dites pas que vous avez peur?''


''Qu'est-ce qui se passe ici !''

La tension qui régnait dans le couloir vient de subitement atteindre un tout autre niveau. Déboulant de l'une des extrémités du couloir, une haute silhouette aux lunettes rondes et étincelantes se dirige droit sur nous, et je me sens partagé entre la terreur et le soulagement à son approche : Roseverte, sa sempiternel liasse de papiers à la main, vient d'apparaître et de probablement éviter la destruction d'une partie du dortoir. Même si nous ne sommes pas des amis intimes, je dois avouer que je suis content de le voir intervenir, il va pouvoir...QUOI?

''Joy, Blackhart, dans mon bureau, immédiatement. Les autres, retournez dans vos chambres, je ne le répéterai pas.''

C'est avec un sourire goguenard que Joris et ses acolytes nous dépassent, avant de disparaître à l'angle du couloir. Ils agressent un élève et s'en tirent avec un avertissement, alors que ce garçon et moi finissons dans le bureau de Roseverte? Fulminant, je rappelle Katara dans sa Pokéball avant d'emboîter le pas au référent Phyllali, appréhendant ce qui va suivre...

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Jeu 26 Fév - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mer 21 Jan - 10:41



Cael & Leonidas

De toute sa silhouette,  faites de poil brun et hirsute en diable, il n'était plus le Zoroark doux et affectif que tu avais connu. Il claque sa rancune et son agressivité de tous ses crocs, malaxant l'air de ses griffes acérées. Parce que ces crocs là, le Polymorfox savait mieux que quiconque de quoi ils étaient capable. Il savait sa longue gueule capable de vous broyer os comme brindilles, de percer le crâne d'un simple humain pour y chercher sa viande. Car oui Luné pouvait se montrer fourbe, arrogant et particulièrement mauvais quand on s'en prenait a quelqu'un de l’équipe, et surtout, quand on s'en prenait a toi. Il est évidant que ces quatre petits cons  s'en étaient prit a la mauvaise personne, et Luné allé leur faire comprendre leurs mauvais gestes. Mais pas avant que tu lui en ai donné l'ordre, bien sûr.

Tu tentes de te redresser, maladroitement, car plongé dans le noir tu manques de repère. Tu grognes, doucement, toussant même après ce coup que tu as reçu. A vrai dire, ce n'est pas tant la force du poing qui t'avais laissé craché une toux aussi grasse, mais bien la surprise qui l'avait accompagné. Soudainement tu sens l'atmosphère se tendre d'avantage. Tu ne vois strictement rien, mais ta main posé sur ton pokemon te fait sentir la tension de ses muscles et en un instant un sursaut lui verrouilla les jambes. Un autre pokemon venait d’intervenir, et a en croire les mots de ton acolyte de fortune, il s'agissait là d'un allié. Sans aucun doute rassuré, tu finis par complètement te relevé. Ne pouvant décidément combattre dans un espace aussi clos et surtout sans tes lunettes, tu prie pour que l'un des gamins au service de ce Joris n'est trop la frousse au tripe pour tenter le diable.

Mais comme venu de nul part, une voix s’élève. Aucun doute la dessus, il s'agit là de celle de Roseverte. Vous êtes sauvés, vous allez pouvoir tout expliquer a un responsable et repartir tranqu- quoi ? Tu ne vois pas son visage, mais les noms qui s'échappent de ses lèvres presque closes te fais comprendre que vous êtes clairement dans la merde. Des rires résonnent et tu entends tes lunettes tomber sur le sol du couloir. C'est sans le dire a ton pokemon que ce dernier s'en empare et te les rends, ses poils étant revenues a leur état normal.

Tu replaces adroitement tes verres de protection sur les yeux et redécouvre l'opacité du dortoir. Les quatre boulets retournent comme ordonné a leur chambre et tu lâches un soupire tout en redressant ton regard vers ton professeur. Lui pourtant si sage, le voilà que tu le découvre sous un tout nouvel angle. Il se retourne, d'une traite et marche déjà vers son bureau. Vous n'avez rien a dire, rien a protester, il vous impose son autorité sans que vous ne puissiez dire quoi que se soit.  Luné se décide a vous suivre après s'être assuré que Joris et sa bande étaient bel et bien retourné dans leur chambré.

Cote a cote, un peu en retrait derrière le dos fin de Roseverte et sa montagne de paperasse sous le bras, tu chuchotes a l'intention de ton camarade.  

▬ Joy, Cael c'est ça ? Moi c'est Leonidas Blackhart, mais tu peux m'appeler Leo'.

Et comme si un pacte invisible s'était tissé entre vous, tu lui proposes machinalement ta main en une poignée de complicité, tout ça accompagné d'un sourire fraternel. Tu aurais bien voulu présenter Luné qui trépignait derrière toi, mais Roseverte lâcha un grognement vous ordonnant de vous taire. Finalement, après une ou deux bonnes minutes de marches dans le domaine des Phyllali, vous arrivez devant le bureau du référant de votre dortoir.

▬ Installez vous.

Votre jugement approche...





© EKKINOX


_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mer 21 Jan - 20:39

Ça va barder...Déjà qu'en temps normal, Roseverte et moi ne sommes pas vraiment des amis intimes (En même temps, il a déjà dû intervenir deux...non cinq...Bon d'accord huit fois dans les affaires du dortoir à cause de moi. Et en un seul semestre en plus !) , là, il a l'air franchement énervé. Si j'en juge par la liasse de papiers qu'il tient en mains, il devait être (encore) en train de travailler sur je ne sais quel projet scientifique....Soit la pire situation pour le déranger avec une bagarre d'étudiant.
Si encore, on avait eu la chance de voir débarquer Noctis, avec lui au moins, on aurait pu s'expliquer. Mais avec Roseverte, autant essayer de faire voler un Rinoféros. Je prend juste le temps d'attraper mon sac (Et Katara...Mais oui ma belle, tu as très bien agis) avant d'emboîter le pas au référent Phyllali, suivi de près par mon compagnon d'infortune et son Zoroark.
Vous allez me dire que je suis bizarre, mais je profite du trajet pour l'étudier de plus près (Réflexe Ranger, quoi...Ce type sortait de ma chambre, quand même !) : plus grand, plus vieux, plus...mûr que moi, et ses lunettes de soleil accentuent encore la maturité qui se dégage de lui. Mais mis à part cet accessoire un peu étrange (On est à l'intérieur amigo, t'es au courant que tu peux les enlever?), il a l'air d'être assez gentil comme garçon, surtout avec un sourire pareil.
Profitant de notre proximité, je lui attrape discrètement la main, en espérant que Roseverte ne remarque pas notre petit manège (Il serait bien capable de nous priver de diner...Tout mais pas ça!) avant de la lui serrer du mieux que je peux. De mon autre membre, je maintiens mon sac en bandoulière, tandis que Katara passe sa petite tête à la texture si pelucheuse par l'ouverture, et le regarde avec de grands yeux. Je lui présenterai bien le reste de mon entourage, si le moment n'était pas aussi critique...

''Je sais pas si on va s'en tirer...Mais enchanté Léo.''

''Hmpf''

Pas le moment de trainer, j'ai compris, inutile de vous énerver Professeur ''J'ai-du-travail-on-se-bouge''. Sans quitter Leo des yeux, je lui lâche la main, avant d'accélérer le pas. J'ai l'impression de marcher dans du goudron, tellement j'appréhende ce qui va suivre...

*******************

''Installez-vous''


Pas que je ne veux pas, mais comment dire...Le bureau de Roseverte est encore plus mal rangé que ma chambre (et c'est peu dire) : ses meubles sont noyés sous des tonnes et des tonnes de papiers couverts d'inscriptions incompréhensibles, on peut voir des reliefs de ses repas de la semaine (Ce donut vient de bouger ou j'ai rêvé?) un peu partout sur le sol, et une odeur rance de cigarette qui se consume me fait monter les larmes aux yeux. Ça ne lui vient jamais à l'esprit d'ouvrir les fenêtres, on va finir par mourir d’asphyxie ...Ou alors, c'est peut-être ça son plan pour se débarrasser de deux élèves pris en faute.
Tandis que Roseverte prend place dans le fauteuil derrière son bureau, après avoir repoussé la plus grande partie du fatras qui le recouvre d'un geste ample du bras, Léo et moi nous asseyons tant bien que mal sur les deux chaises qui lui font face. Derrière ses petites lunettes rondes, le regard de Roseverte semble nous évaluer l'un et l'autre de la tête jusqu'aux pieds, avant qu'il ne reprenne la parole.

''Je dois dire que je suis déçu, Blackhart. À peine de retour, et vous vous faites déjà remarquer. Quand à vous, Joy, je dois dire que ça ne m'étonne qu'à moitié.''


''Euh, Professeur est-ce que je peux...''

''Non, vous ne pouvez pas. Ou plutôt, vous ne pouvez plus. Ce n'est pas la première fois que vous vous retrouvez ici , mais cette fois plus de laxisme ou d'échappatoire. Nous avons tous reçu des consignes très claires: aucune violence ne sera toléré au sein des dortoirs, et tout élève qui s'y essaierait sera puni très sévèrement.''


''Professeur , ce n'est pas nous qui...(Bordel, mais il va me laisser en placer une ?)''

''Je me moque de qui a commencé, les faits sont là. Je pense qu'une petite interdiction de participer à la sortie capture de la semaine prochaine suffira pour que vous compreniez la gravité de vos actes, Joy. Quant à vous, Blackhart...''


À ces mots, j'ai l'impression qu'un gouffre s'ouvre brusquement sous ma chaise, avant de m'avaler tout rond. Pas de Sortie Capture? Pas de sorties à l'extérieur de l'académie, et de possibilités de découvrir de nouveaux lieus et de nouveaux Pokémons? Il ne va pas me faire ça, quand même...Si? Je suis prêt à lui proposer n’importe quoi (même de lui ranger son bureau, et pourtant, il me faudrait deux vies complètes pour le faire), mais ma bouche refuse de s'ouvrir. Être puni ainsi pour une faute imaginaire (Joris, je te le jure, je vais te tuer !)..Ce n'est...pas juste. Complétement abattu, je me laisse aller sur ma chaise, sans même entendre le moindre mot de la suite du discours de Roseverte
Mais, alors que mon cœur hésite entre accepter l'injustice en silence, et faire avaler ses lunettes au référent Phyllali, le garçon aux lunettes noires se lève brusquement, et demande à partager mon sort !

''Leo...''

''Hmpf. Je devrais vous prendre au mot, Blackhart....

''Non, ne...''

''Mais compte tenu de vos antécédents impeccables, cela m'est impossible. Pourtant vous avez menacé des élèves avec vos Pokémons respectifs, je ne peux pas vous laisser vous en tirer avec un simple avertissement. Joy !''

''Euh..oui, Monsieur?''

''Vous pouvez remercier votre camarade...Votre punition sera la même que celle de Blackhart. Puisque les devoirs supplémentaires ne suffisent plus, passons à quelque chose que même un cas désespéré comme vous peut comprendre : vous vous présenterez tout les deux à l'entrainement matinal du dortoir Pyroli, demain matin. J'en informerai leur référente, afin qu'elle vous prenne en charge pour le reste de la journée.''


Sans plus de cérémonie, le voila qui nous jette hors de son bureau malgré nos protestations, et c'est en trainant les pieds que nous rejoignons ma...Attend...Notre chambre?

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Jeu 26 Fév - 12:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Jeu 22 Jan - 14:17



Cael & Leonidas

Tu étais nerveux, pour sur c'est bien la première fois que tu finissais dans le bureau de Roseverte dans ces conditions. Tu n'étais sans doute pas le préféré de ton référant mais il n'avait jamais rien eu a te reprocher, jusqu'à aujourd'hui. Il fallait avoué que tu te l'étais joué plus ou moins discret pendant ce premier trimestre, que ce soit en classe, ou au sein de ton dortoir. Tu faisais tes devoirs correctement, avais des notes plus ou moins normales, ne dépassant pas la moyenne général de l'académie. Gosse moyen avec un cursus moyen. Tu es loin d'être un ace et tu ne cherches de toute évidence pas a le devenir. Tu laisses ça aux autres, pour toi, ça n'a pas la moindre importance.

Mais ne ressassons pas le passé, là, tout de suite, tu es dans la merde jusqu'au cou et je peux te dire sans me tromper que ce n'est pas fini. Roseverte n'était pas en soit un mauvais bougre, tu lui avais assez parlé pour savoir qu'il avait un tempérament plutôt froid et distant avec ses élèves et qu'il aimait par dessus tout, travailler sans son coin sans qu'on ne l'interrompe. Mais il n'était pas sans cœur et savait parfois se montrer compréhensif et particulièrement bon. Du moins c'est ce que tu avais remarqué quand tu avais franchis ces portes pour la première fois le jour de ton retour à l'académie.

Et aujourd'hui encore il n'était pas différent de d'habitude. Bordélique a souhait, il poussa d'un revers de la main une montagne de paperasse vieilles comme le monde et foutrement poussiéreuse avant de s'installer a son bureau et de farfouiller dans ses tiroirs. Tu t'installes a ton tour, sur l'une des chaises grinçantes de la pièce, au même titre que ton camarade de connerie et maintenant ton partenaire, j'ai nommé ; Cael Joy. Un brave garçon a en constaté son intervention héroïque de tout à l'heure. Il devait-être comme toi, l'injustice et lui n'étaient pas très bons amis.

Et c'est ainsi que le jugement tombe. Le silence du début est d'abord lourd, mais la voix froide du professeur l'est plus encore. Tu ne te crispe cependant pas et tentes de garder un semblant de droiture, toi qui n'a pourtant pas l'habitude de te faire réprimander.  Cael lui n'avait cependant pas dit son dernier mot, sans aucun doute bien moins passif que toi, il essaye au mieux d'expliquer votre situation. Mais tu sais que face a un Roseverte aussi fermé qu'une fleur en hiver, il était impossible de placer ne serait-ce qu'une forme de politesse. Il n'entendrait rien, ne comprendrait rien et ne réagirait a rien si ce n'est les faits. Et les faits sont là. C'est un scientifique cet homme là, il est comme Saint-Nicolas et ne croit que ce qu'il voit. Hors ce qu'il a vue ne va pas en votre faveur.

Cependant, tu sens que Roseverte veut t'épargner, te laisser une forme de seconde chance. Encore de l'injustice... que penserait ton frère phyllali si tu venais a fuir comme un lâche ? Non, tu étais tout aussi fautif, si on pouvait appeler ça être en faute, que lui et c'est en un rugissement contenu que tu te lèves de ta chaise et demande le même sort. Le vielle homme à l'air surpris. Il est clair qu'il y a quelque mois de ça, tu te serais sans aucun doute terré dans ce cocon sécurisé que t'offrait Roseverte. Mais tu avais changé, en bien. Tu avais abandonner une fois ton équipe et tu ne ferais pas la même erreur avec un garçon qui en valait tout autant la peine. Tu exiges que ta punition soit la même et qu tu avais toi aussi besoin d'enregistrer correctement les nouvelles règles de l’établissement. Ce n'est pas s'en s'être froissé un peu de fierté que tu reposes ton derrière sur ta chaise.

Soit. Ainsi soit-il. Roseverte abandonne l'idée de te « sauver » et acquiesce ta décision. Il ne l'a commente pas et vous explique de quoi votre punition en retourne. Tu ne pouvais plus revenir en arrière et tu ne le ferais d'ailleurs pour rien au monde, peut importe la punition qui allait vous tombez sur le coin du museau. [ … ] Un entraînement matinal avec les Pyroli. Les personnes extérieures à l'académie prendraient sûrement cette punition comme de la gnognotte.  Courir, sauter, s’entraîner quoi ! Quoi de plus facile vous me dites. Eh bien c'est que vous n'avez aucune idée de quoi Jackie, la référente des Pyroli est capable de faire.  

Sur cette réflexion étrange qui te retourne sans ménagement les tripes vous rejoignez respectivement vos chambres... Wait. Même chambre ? Tu ressors d'un bond pour lire l’écriteau sur le coté droit de la porte. « CAEL JOY » évidement la place libre juste en dessous t'étais destiné, mais ils n'avaient pas encore prit la peine d'afficher l'information.

Eh bien voilà qui est étonnant ! Et il faut l'avouer drôlement sympathique. Qui aurait crut que vous étiez colocataire. Il n'y a pas a dire, le destin fait très bien les choses en ce moment. Revenant tranquillement dans la chambre tu rejoins tes affaires dans un coin et surtout, viens câliner le museau gris de ton pokemon qui avait été obligé d'attendre ici, le temps que Roseverte s'occupe de vous.

▬ Autant bien finir les présentations, coloc'. Donc ça c'est Luné, mon Zoroark.
▬ Zaark !
▬ Et lui...  Tu fais apparaître ton Caninos en un flash lumineux. Le chiot bondit dans la piece, content de pouvoir sortir et commence a renifler la chambre, avant de s'approcher de Cael et sans que tu puisses correctement le présenter, ses crocs se déposèrent sur son mollet.
▬ Arkhan ! Non !
▬ WOOAF !

« Euh, enchanté ? » 



© EKKINOX


_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Jeu 22 Jan - 20:39

Pfiou, ça c'est mieux passé que prévu. De retour dans la chambre, je me laisse aller sur mon lit pendant que mon nouveau colocataire (J'ai encore un peu du mal avec cette idée...Ça fait un semestre que je peux changer de lit quand ça me chante, après tout) commence à ranger ses affaires. Katara ne s'est heureusement pas manifesté pendant notre entrevue avec Roseverte, mais à présent on dirait qu'elle ne veut qu'une chose, c'est sortir de ce sac !
Une fois libérée, elle se réfugie dans mes bras avec un regard courroucée : je n'ai même pas pris la peine de te récompenser pour ton intervention de tout à l'heure, je sais Katara, mais tu ne penses pas que j'avais des problèmes plus urgents? Manifestement, elle s'en moque complétement, puisque du bout de l'une de ses deux queues, elle m'assène un petit coup contre la joue.
Pendant que Leo entame les présentations (Ce Zoroark est tellement...mais tellement beau !) je la noie littéralement sous les caresses jusqu'à ce qu'elle s'étale de tout son long sur mes genoux avec un sourire béat sur sa frimousse.
Le Caninos de Leo me fait un peu penser à Keru, on dirait qu'il est...

''GNAP!''

''Ouaaaaaaaaaah !''

Ma...jaaaaaaaaambe ! ''Nourriture tu es, et nourriture tu retourneras''. D'habitude, ça marche que dans un sens c'te phrase, alors pourquoi ça m'arrive justement à moi?! Sans aucune raison, la boule de fourrure orangée de Leo vient de me planter ses crocs dans le mollet, et commence à me mâchouiller avec un plaisir évident. Je ne suis pas comestible, foutu Caninos, lâche-moi !
Malgré la douleur, je parviens de justesse à attraper Katara à l'instant où elle se redresse et inspire, pour gratifier mon ''agresseur'' d'un Pistolet à O. C'est un Pokémon Feu, tu vas le noyer, Katara !
Au bout de plusieurs minutes de luttes acharnées, et avec l'aide de Leo, je parviens à faire lâcher prise aux mâchoires d'acier (Bon d'accord peut-être pas jusque là, mais ça fait vachement mal quand même !) qui m'emprisonne la jambe. On discerne ça et là plusieurs traces de dents sur mon mollet, mais heureusement pour moi (si on peut dire), on dirait qu'il n'a pas mordu assez fort pour que j'en garde autre chose qu'une petite marque. En attendant, j'ai un superbe tatouage en forme de cercle en pointillés, et ma jambe me fait un mal de chien (Et non pas de jeu de mot sur les Caninos, merci c'est déjà assez humiliant comme ça !)...
Tout en maintenant ma Mustebouée qui écume littéralement de rage envers le Pokémon de Leo, je sers les dents avant d'afficher un sourire engageant (extrêmement forcé...Aïe)...

''Si j'ai bien compris Roseverte, tu étais chez les Phyllalis avant que j'arrive...J'vais éviter de te faire visiter dans ce cas (Vu le temps que je passe dans cette chambre, j'aurais du mal en plus). Tu as déjà vu Katara..."

Cette dernière s'échappe brusquement de mon étreinte et en deux petits bonds, atterrit sur l'épaule de Leo avant de lui lécher la joue...On dirait qu'elle a trouvé un nouvel admirateur a prendre dans ses filets. Enfin, maintenant que je peux bouger sans risque, continuons les présentations. Une fois libéré, je détache les deux Pokéballs attachés à ma ceinture, avant de laisser sortir Lucki et Keru.
Mais si ma Dynavolt se jette littéralement sur Arkhan et commence à lui tourner autour en jappant (ce qu'il lui rend bien...Adieu les soirées tranquilles et silencieuses pour le dortoir Phyllali), la réaction de mon starter me prend de cours: après un bref regard en direction de Leo, le temps de percevoir son aura, il se fige brusquement, complétement paralysé face au Zoroark de mon nouveau colocataire.Pour le moment, j'ai réussi à le convaincre de ne PAS se jeter sur tous les Pokémons évolués qu'il croise (Même si la Hikari de Yuki a failli provoquer une catastrophe...), mais je dois l'empêcher de se jeter sur Luné chaque jour, ça va mal finir...

''Calme-toi Lucki, ils vont vivre avec nous donc je ne veux pas de bagarre...Ou alors, vous allez faire ça dehors !''

Mon Riolu se retourne alors avec un air extrêmement éloquent (''Ne me tente pas...''), et avec un dernier regard de regret en direction de Luné, va s'asseoir sur le bord du lit avant de fermer les yeux. Le monde n'existe plus pour lui, moi y compris. Même s'il se retient de manière beaucoup plus visible depuis l'incident sur Pumkin, je présume que certaines choses ne changeront jamais...


''Bon...J'présume que tu l'as deviné, Lucki, c'est la petite chose bornée qui me sert de Riolu (*bref regard meurtrier...Non, j'ai raison, tu es borné !*). Quand à ma Dynavolt, celle qui va finir par écraser Arkhan à force de le coller, elle s'appelle Keru.''


On va devoir se partager l'espace et les placards mais pour le moment, il peut bien faire tout ce qu'il veut : j'ai un coloc !Ma chambre n'aura jamais été aussi rempli, en quelques heures, je me retrouve avec un colocataire, et toute son équipe...J'vais peut-être finir par y faire autre chose que travailler ou dormir, finalement !
Un silence légèrement pesant s'abat dans la pièce, tandis que nous nous dévisageons l'un  l'autre. Nous présenter nos équipes respectives ne posaient aucun problème, par contre, se présenter sois-même à quelqu'un qu'on vient à peine de rencontrer, c'est foutrement plus difficile...Allez je me lance !

''Je resterais bien toute la soirée comme ça, mais vu qu'on va travailler (ou ''plutôt'' souffrir) ensemble demain, autant se connaître un peu l'un l'autre. Alors pour commencer, tout le monde m'appelle Cael, donc tu oublies le ''Joy''. En plus t'as que regarder mes cheveux pour comprendre POURQUOI j'aime pas qu'on me le rappelle.
Mon cursus, c'est celui des TopDresseur, spécialité Ranger (sans Captsick...) et à l'origine, je viens d'Hoenn, plus précisement de Nénucrique. J'aime les trucs imprévus, tout ce qui se mange, et découvrir des Pokémons que je ne connais pas(bon, surtout ce qui se mange) eeeeeet...C'est tout. (Rah, j'suis vraiment nul pour faire des présentations...)
Non sérieux, je ne vois pas quoi te dire de plus, à part juste une petite question...Je peux toucher ton Zoroark?''


Je dois avoir des étoiles qui brillent dans les yeux, tout me fascine chez ce Pokémon: sa fourrure, ses griffes, la crinière qui orne l'arrière de sa tête...Traitez-moi de dingue si ça vous chante, je m'en fiche si je peux au moins le voir se transformer !
Alors que Leo acquiesce, un peu surpris par ma demande, je me relève afin de me rapprocher de Luné...Et tout s'enchaine alors très vite !
Keru et Arkhan, probablement fatigués de se contenter du tapis de la chambre pour leurs gamineries, improvisent  une joyeuse course-poursuite dans le même temps. Une course poursuite qui passe justement entre mes jambes ! Déséquilibré, je m'étale de tout mon long, et percute un peu trop violemment mon compagnon de chambrée, qui tombe à la renverse. Sous le choc, ses lunettes noires lui échappent, et avec un cri de bête blessé il se recroqueville brusquement.

''Qu'est-ce que...Leo !''

Son Zoroark dévoile des crocs d'une taille impressionnante à l'instant où je m'approche de son dresseur, mais (même si Lucki aurait adoré l'écarter de force) par gestes, je parviens tout juste à lui faire comprendre que je ne lui veux pas de mal. Superbe première approche Cael, bien joué, à coup sûr tu viens de réussir à faire fuir ton nouveau coloc' en moins de dix minutes !
Une fois que je lui ai rendu son bien, et bien qu'un peu vacillant, Leo se redresse mais la scène m'a totalement coupé dans mon élan.

''Euh...Ça...Ça va? Je veux dire...Ça t'arrive à chaque fois, ce genre de truc?''

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Jeu 26 Fév - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Sam 24 Jan - 22:29



Cael & Leonidas

Arkhan ne veut pas faire de mal, tu le sais, mais là, il est plutôt bien accroché. Tu ne veux pas tirer, pour ne pas blessé ton nouveau colocataire. Il était l'une des nombreuses chances qui s'étaient offerte a toi pour repartir sur de bonnes bases, et comme chaque fois, tu savais qu'il ne fallait pas hésiter a la saisir, à la chérir. D'abord Estelle, ensuite Cael, a croire que tu étais abonné aux cheveux roses. Non, vraiment. C'était bien suspect.

Alors que tu tapotes « gentiment » sur le museau de ton Caninos et que ce dernier se décide enfin a lâcher prise, tu le grondes. Pas méchamment, mais assez pour que ça rentre dans sa petite tête. Oreilles bases, écrasées sur son crâne roux, et la queue glissait entre ses pattes inférieures, il couine doucement, implorant presque ton pardon. Tu lui souris, l'intimant d'un regard que lui seul pouvait voir aux travers tes lunettes noires qu'il pouvait retourner jouer, sans mordre.

Oh je peux vous affirmer qu'il ne se fit pas prier ! D'un bond très éloigné de la grâce, il rejoint Keru, la Dynavolt de Cael et jappe joyeusement en sa compagnie. Ils se sont bien trouvés ces deux là. Tu ricanes doucement en l'observant mordiller sa nouvelle compagne de jeu et réajuste ton regard pour fixer ton interlocuteur. Tu fais abstraction du Riolu « boudeur » et n'essaye pas de faire confronté vos deux starters. Si Lucki ( tel était son nom) avait soif de combat face a un adversaire aussi imposant que ton Zoroark, Luné lui n'avait jamais éprouvé la moindre excitation a taper sur plus fort que lui ( ou plus faible d'ailleurs ). Il était comme toi de ce coté là. Primant plutôt la curiosité et la résolution d’énigme que la force brute, le Polymorphe n'avait aucun mal a ignorer l'arrogance et l'aura combative du Riolu. Il baille même quand le pokemon combat s'installe sur le lit comme pour, méditer.

[…] Cael était donc un Ranger. Depuis ton accident, cette filière avait sut te faire de l’œil via les prospectus que tu t'étais embêter a consulter pour passer le temps, durant ton attente de Roseverte et de son acolyte Percy Yade. Tu ne savais pas te battre et n'aimais pas nécessairement ça, mais avec ce que la Team Rouage t'avais fait subir, tu ne pouvais ignorer d'avantage la possibilité de se spécialiser dans une filière de combat. Hors celle du TopDresseur qui ne t'attirais pas du tout, celle du Ranger était bien plus alléchante. Proche de la nature, proche du monde, de sa faune et de sa flore, comment ne pas s'y intéresser.

Bref, tu lui portes toute ton attention et écoutes tout ce qu'il a a te dire, jusqu'à sa question des plus surprenante. Toucher ton Zoroark ? Tu te retournes automatiquement vers ton pokemon. Ça n'a pas l'air de le déranger. Il fait même le beau, le fière, redressant poitrail et museau. Tu invites donc Cael, sous le comportement plus qu'attendu de Luné, a s'approcher et de tendre sa main vers le gros renard sombre.

Mais ni une ni deux, sans que tu ne le vois arriver, le jeune Phyllali trébuche dans les pattes endiablés de vos deux pokemons canins et tombe littéralement vers toi. Pas le temps d'esquiver, ni même de fermer les yeux, c'est a peine si tu sens tes lunettes glisser le long de ton nez.

De ta gorge s'échappe un grognement roque, presque sauvage. Cette douleur, tes yeux qui s'embrasent en un instant te font reculer en réflexe quasi bestiale . Tu as le feu aux yeux, tes tempes frappent, tambourinent. Ta tête bouillonne au même titre que tes iris qui  se sont fait mordre par les crocs imprévisibles et sans pitié de la lumière des néons. Que cette sensation est atroce, douloureuse et insupportable. Ta rétine qui fond de nouveau, les souvenirs qui resurgissent. Dans le noir complet tu sens Luné se gonfler a nouveau d'une rage soudaine.

Mais Cael semble gérer la situation et parvient a calmer la bête. Tu ne le vois pas, mais tu sens son regard inquiet se déposer sur toi. Tu ne sais pas si cette perception est la bonne, mais il t'arrive de croire qu'on te regarde comme si on regarder une bête de foire. Tu as parfois l’impression d'être l'un de ces monstres difformes que l'on pointe du doigt et dont on se moque ouvertement.

Cependant l’inquiétude de ton nouveau coloc efface tes préjugés et tu tentes de te relever en prenant appuie sur ce qui allait être ton futur bureau. Tu tends tes mains vers le néant et quand enfin le Ranger te rend ton bien tu te permets de lui répondre, calmant ta respiration, calmant cette douleur qui te transperce les yeux.

Sur un ton de voix que tu as appris a forger entre soupires et grognements, tu rassures le garçon avec qui tu vas devoir partager un peu de ta nouvelle vie.

▬ Hmpf...T’inquiètes, ça ne se reproduira pas si je gardes mes lunettes.  Tu redresses ton museau de jeune homme et le fixe au travers de tes verres opaques, une perle de sueur roulant le long de ta nuque en stresse forcé. C'est juste que depuis quelque mois déjà, je suis devenu hyper photosensible. Pour faire simple, j'ai ma rétine protectrice qui a cramée, du coup la moindre lumière vive me fait atrocement souffrir haha.  Petit rire nerveux pas véritablement nécessaire. J'en ai de la chance hein ?

Encore « bouleverser » ou peut-on dire, simplement souffrant, tu commences a rejoindre ton lit pour une sieste réparatrice et peut-être même juste une très grosse nuit. Tu n'avais de toute évidence pas très envie de répondre a plus de question, surtout concernant tes yeux qui déjà causés assez de ravage, autant sur le plan physique que moral. De plus, sachant ce qui allait vous tomber dessus demain matin, ce n'était pas du tout une mauvaise idée.

▬ Tu m'excuseras, mais je crois que je vais faire l'ermite pour ce soir...Bonne nuit.

Bonne initiative Leo. Luné quand a lui a bien eu vite fait de calmer sa gonflette de poil et s'était mit a surveiller Arkhan a la place de son dresseur. Car il avait bien compris que ce dernier avait maintenant grand besoin de repos.

Demain sera rude.

© EKKINOX


_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Ven 30 Jan - 20:04

Et voila comment mettre en pièces une relation, alors qu'elle vient juste de débuter...Bien joué, Cael, décidément, tu n'en manques pas une ! C'est vrai, après tout quelle meilleure façon de débuter avec quelqu'un, que de le blesser par inadvertance? J'ai à peine le temps de bredouiller une excuse, qu'il met un terme à la conversation et s'achemine vers son lit. À tout les coups, c'est réglé, dès demain il demande à Roseverte de le changer de chambre...
À cette idée, même mon énervement contre Keru se dissipe comme neige au soleil, et c'est le cœur un peu lourd que je me dirige vers mon propre plumard.
Lucki n'a pas esquissé le moindre geste durant l'accident...Je ne sais pas si c'est de la confiance aveugle ou de l'indifférence totale, et honnêtement, aucune des deux réponses ne me conviendraient dans l'état actuelle des choses. Machinalement, j'agrippe la Pokéball de ma Dynavolt (qui avait senti venir l'orage, en se réfugiant sous le bureau...Pas ce soir, Keru, je n'ai même plus le moral pour te gronder...), et lui fait réintégrer sa sphère pour la nuit.
Prêt à en faire de même avec Katara (Pour Lucki, je n'ai essayé qu'une seule fois...Depuis sa Pokéball est rangé dans mon sac ou mon placard, et n'en bouge plus), je me heurte à une résistance inattendue: jappant à pleins poumons, elle me fait bien comprendre qu'il est hors de question que je l'enferme dans un réceptacle froid et métallique, alors que mon sac si chaud et douillet lui tend les bras !

''Bon...Mais juste pour ta première nuit, alors !''

Petit sourire minaudant, juste avant qu'elle ne me saute dans les bras en me léchant la joue...Je sens que je viens de me faire avoir quelque part, même si j'ignore comment. Déposant la petite Mustebouée qui s'empresse de se glisser dans mon sac à dos, je prends à peine le temps de m'habiller pour la nuit, avant de me glisser à mon tour sous les couvertures.
La journée n'a pas été particulièrement épuisante(Huit heures de trajet, plus le bus, juste avant que Roseverte ne nous condamne à l'enfer pour demain matin. Plus ennuyeux qu'éreintant, quand même !) et pourtant, j'ai l'impression d 'avoir couru un marathon avec un Onyx sur le dos. La culpabilité, ça pèse lourd, surtout quand vous ne voyez aucun moyen de vous excuser sur l'instant. Je n'ai même pas eu le temps de lui demander si il voulait manger quelque chose...
Autant vous dire que je sais déjà que mon repos sera de courte durée, et que la punition de Roservete n'est pas entièrement responsable de l'insomnie qui me poursuivra tard dans la nuit.

*******************

Mouaaaaaah...Les plaisirs de la vie, ça se résume à des trucs simples quand même: prenez juste un oreiller bien moelleux, calez votre tête dedans, et vous vous rendrez compte qu'on est pas bien loin de la définition du paradis. Même si Arceus en personne se pointait au beau milieu de ma chambre, je me contenterais d'envoyer mon coussin sur son auguste tête, avant de me rendormir. Et pourtant, au milieu de cet océan paisible dans lequel je suis plongé, j'ai l'étrange impression d'avoir oublier quelque chose de très important (Presque du  même niveau que le petit-déjeuner, je vous laisse imaginer.). Qu'est-ce que ça pouvait bien être....

''RI...O! *SBUM*''

''Arrêté'' un peu violemment par le mur, je me retrouve brusquement tiré de mes rêves par une Forte-Paume admirablement exécuté. Ouais...Les vacances sont bien finies, Lucki a repris ses bonnes vieilles habitudes. La chambre n'est encore éclairé que par la faible lueur de mon IPok qui sonne comme un beau diable ( Aucun commentaire, le thème des Rangers d'Almia, c'est la classe comme réveil !), j'en conclus qu'il est déjà l'heure de rejoindre les Pyrolis. Tu peux bien continuer, sans l'intervention de Lucki, j'aurais tout simplement continuer de t'ignorer. En même temps, c'est pas humain de se lever avant l'aurore pour s'entrainer, il faudra vraiment que je vérifie s'il n'y a pas quelques cyborgs cachés parmi les élèves du dortoir.
Le raffut provoqué par mon réveil brutal (en même temps, il me réveille comme ça tout les matins, je suis sûr que la forme de mon dos s'est littéralement gravée dans la cloison...) ne passe pas inaperçu auprès des nouveaux habitants de la chambre: Luné, les oreilles dressées a ouvert les yeux presque instantanément...Du calme, amigo, ce n'est pas une menace (Quoi que...On va vivre le réveil du matin des Pyrolis avec Jackie là...).

''Debout, amigo. Si on arrive en retard, Jackie ne nous ratera pas...et Roseverte risque de brûler nos restes, quand elle en aura fini avec nous !''

Même si Léo met un peu plus de temps à émerger, au moins, ça me laisserait le temps de prendre une douche...Si Lucki voulait bien me lâcher ! Barrant le passage comme un Ronflex défendrait son dîner, il me fixe d'un regard noir, avant de désigner le réveil posé sur mon bureau : Encore trente minutes avant que les Pyrolis ne commencent, c'est amplement suffisant, espèce de bourreau !
La punition de Roseverte, pour lui, c'est une excuse en or pour nous accompagner et profiter de l’expérience et du talent des Pyrolis, en terme d'entrainements extrêmes. Il faudrait l'attacher pour l'empêcher de venir, à mon avis (et j'hésite presque à prendre l'expression au mot...). Réprimant un baillement, j'enfile rapidement survêtement et chaussures de course, et suspend mon geste à l'instant de saisir mon IPok...J'ai l'habitude des entrainements avec Lucki, et déjà ça, c'est suffisant pour détruire une centaines d'appareils de ce type. Si Jackie fait honneur à sa réputation, il vaudrait mieux laisser tout ça ici, avec Keru et Katara ( qui dort encore comme une bienheureuse...Dis-le si on te dérange , hein !)....Bon, il faudrait AUSSI commencer à rédiger nos testaments, mais je n'ai pas encore les yeux en face des trous, on se contentera donc d'une rapide prière à Arceus.
Direction le dortoir Pyroli !

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Dim 1 Fév - 1:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Sam 31 Jan - 16:57



Cael & Leonidas

Tu as drôlement mal dormis cette nuit. Si tu as le corps en suspend, et le cœur déchiré, c'est bien a cause de Cael. Évidement ce n'était pas comme si il l'avait fait exprès, mais cette douleur physique faisait remonter des douleurs mentales bien plus profondes que les flammes qui te léchaient allégrement les iris. Celles là, elles avaient bien vite fait de remonter le temps et de te frapper le crâne a grand coups de marteau destructeur. La tête en soupe, tu n'entends même pas le réveil de ton tout nouveau coloc' sonner. Assoupi, blessé et aucunement motivé, tu te tournes et te retournes dans tes draps blancs a la recherche de calme, mais surtout de quelques minutes de répit.

Luné lui s'est levée presque en même temps que Cael. Les oreilles droites, le museau frais, il fixe doucement les alentour et te lance parfois des petits regards que tu ne vois pas. Il a l'air de s’inquiéter, surtout depuis hier, mais il te sait aussi solide qu'un Gravalanche. Il se lève donc, sagement et s'étire de tout son long en faisant gonfler ses poils sous les frissons. Il baille, dévoilant partiellement ses crocs et se redresse sur ses deux pattes arrières.

Pour Cael, le Zoroark devait être assez imposant. Le mangeant de presque deux têtes, tu te demandais, en roulant et faisant ton paresseux, comment il allait s'y habituer. Heureusement pour lui, tes autres pokemon, soit juste ton Caninos, Arkhan, n'était pas bien grand. Enfin bref. Il fallait que tu te lèves. Jackie, tu n'en avais qu'entendu parlé et jusqu'à maintenant, tu avais toujours voulu savoir comment elle était, en détail... Mais là, tout de suite, cette envie s'était comme évaporée, dissipée, sans que tu ne cherches a la retenir. Vous alliez mourir.

Tu finis ( ENFIN ) par te lever, mais pas sans difficulté. Tes muscles te tires. Tes yeux, comme brûlés mettent un certain temps avant de s'ouvrir totalement derrière tes verres opaques. Tu bailles a t'en décrocher la mâchoire, puis quittes ton lit douillé. Sans t'en rendre compte, tu souris doucement. Cael agissait comme tu l'avais rencontré et dans un sens, ça te rassuré de le voir ainsi. Il n'était ni méfiant, ni retissant a ton égard.  Pas le temps de se réveiller en douceur et dés que Cael a fini avec la douche tu t'y glisses presque aussitôt. L'eau perle avec douceur sur les traits presque homme de ton visage et cela te permet d’immerger un peu plus de ce coma de paresse. La lumière éteinte te permet d'y ouvrir les yeux et le peu de lumière qui s'infiltre dans la pièce te laisse entrevoir sur le miroir d'en face tes yeux ambrés étrangement éveillés. Ça ne pouvait être une si mauvaise journée finalement. Tu avais réussis a te remettre d'un mauvais coups de tes souvenirs, rien ne pouvait t'abattre désormais, pas même les entrainements soit-disant machiavélique de cette Jackie. Une fois tout les deux prêts vous filez aussi vite que possible vers le dortoir des Pyroli.  

[...]

C'est donc la fameuse Jackie qui vous accueil sur son terrain de la mort. Elle est grande, aux épaules carrées, bâtis comme une armoire a glace et au regard particulièrement mauvais. Non loin, tu aperçois un énorme Lamantine qui comme sa dresseuse vous foudroie littéralement du regard, vous empêchant de bouger.

▬ Alors c'est vous les sois disant dures a cuirs du dortoir Scientifique ?  Elle semble attendre une réponse, mais le silence est trop pesant pour que tu puisses le briser. Tu déglutis, un peu intimidé, mais gardant toujours tête droite et torse bombé, tu fais face a la pression.  

▬ On n'a fait que protéger un élève de not-
▬ Alors ça Blackhart j'en ai rien a cirer ! Les ordres sont les ordres. On va commencer, tout de suite et maintenant, foutez vous dans les rangs et suivez bien le rythme.

Le Lamantine s'approche et semble vouloir garder un œil sur vous...Aux cotés des Pyroli que tu ne connais que trop peu, tu cherches a en savoir plus sur ce qu'il vous attends. Mais le silence est d'or ici, personne ne veut se manger un coup de nageoire de Godzilla.

Luné qu'en a lui sait déjà qu'il n'a pas le droit d’intervenir et sous l'ordre de son maitre a préféré resté au dortoir.

© EKKINOX


_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Dim 8 Fév - 15:24

Déjà qu'en temps normal, je déteste me faire lever par Lucki le matin, là c'est le bouquet. Prisonnier des rangs Pyrolis, je n'ai aucun espoir de fuite. En même temps, Jackie aurait beau jeu d'envoyer Godzilla à mes trousses en mode Châtiment du ciel (Plaquage !), donc autant serrer les dents et espérer survivre à cette journée. Léo tente de défendre notre cause, mais si Roseverte a refusé de nous écouter, je doute que Général Jackie soit plus compréhensive...Tandis que la référente Pyroli inspecte minutieusement ses troupes, qui semblent habituées à ce genre de pratique, j'en profite pour observer un peu plus les élèves : si la plupart semblent juste résignés à suivre l'entrainement, d'autres ont le même regard que moi quand je regarde une pile de crêpes...Non, mais sérieusement, on dirait qu'elles sont en transe, rien qu'en écoutant les paroles de Jackie !
Profitant du fait que notre future bourreau soit en train de littéralement détruire une élève peu enthousiaste (''Quand on vous dit ''Tenez-vous droit ! '', je veux des Pyrolis pas une bande de midinettes en talons hauts ! Dix tours de terrain en plus, et la prochaine fois, je vous botterai le cul moi-même !''), je tourne discrètement la tête, ayant repéré celle que je cherchais du regard: J'avais raison, c'est bien Aileen qui se tient quelques places à ma gauche, et semble profiter du spectacle. En temps normal, j'aurais tenté d'attirer son attention, ne serait-ce que pour voir un visage amical. Mais il me suffit d'imaginer ce que me ferait Jackie (La vision d'un Lamantine en chute libre au-dessus de votre tête, ça vous calme n’importe quelle envie....) si je perturbe son inspection pour bien vite abandonner cette idée.

''Puisque nous avons deux ''terreurs'' de chez les Phyllalis (C'est ça, fous-toi de nous en plus...), vous avez intérêt à suivre le rythme, mesdemoiselles ! Pour commencer, je veux toutes vous voir en place dans dix secondes pour une série de 50 pompes, une autre de 50 abdos, et enfin une dernière de 50 flexions ! Ensuite, vous me ferez 20 tours de terrain, et au pas de course avant de revenir vous mettre en place, pour trois autres séries de 50 ! Et enfin, après une dizaine d'aller-retours sur la piste de saut de haies, vous trainerez vos carcasses jusqu'ici, et je veux un rang impeccable ! ''


Ah...Donc c'est ça que ça fait, quand on vous arrache le moral par petits morceaux, et qu'on le passe à l'incinérateur? Rien qu'à l'idée de ce qui va suivre, je jure que je vais tuer Roseverte...Je ne sais pas comment, je ne sais pas quand, mais je le ferais !
Pourtant, impossible de ressentir la moindre peur ou colère avec ce qui vient de me submerger : à mes cotés, Lucki semble avoir atteint un état de béatitude absolu, proche du ravissement. Son aura irradie d'une véritable vénération à l'égard de Jackie, à ses yeux elle vient de passer à un rang proche de celui d'Arceus...Je sens que les entrainements matinaux avec lui vont se rapprocher un peu plus de la définition de l'enfer (Pourquoi moiiiiiii ?).
C'est donc accompagné d'un Riolu extrêmement content, et après un bref regard d'encouragement (Enfin, ça peut passer pour de l'encouragement...ou de la supplication) à Léo, que je m'achemine à la suite des Pyrolis jusqu'au centre du terrain.
Jambes tendues, le dos droit, et les paumes à terre...et on est partis !

1, 2 ,3, 4...

Pour les pompes, on va dire que je suis plutôt rodé, même si Lucki s'arrête à des séries de trente dans ce qu'il m'impose. Allez, on ne relâche pas le rythme !

27, 28, 29...

Mes bras chauffent de plus en plus, et la sueur s'accumule, malgré l'air glacé de Décembre...Je n'ose même pas imaginer ce qu'elles doivent endurer lorsqu'il neige, si Jackie leur impose ce genre d'entrainement.

35, 36, 37...

Au moins, il y en a un qui s'amuse...Les pattes de Lucki s'élèvent et s'abaissent à une telle vitesse que je suis sûr qu'il a déjà dû finir, alors que nous entamons la dernière série de dix qui nous sépare de la cinquantaine de pompes. Pourtant, loin de ralentir, il accélère même le rythme...Du calme, amigo, il en reste plus qu'assez pour te satisfaire !

48, 49, eeeeet 50 !

Une fois les bras aussi chaud qu'un Camerupt en plein mois d’août, c'est au tour de mes jambes de subir les tensions de l'exercice: les flexions sont beaucoup plus rapidement exécutés, et je dois admettre que les Pyrolis sont presque effrayantes, vu leur vitesse. Une, deux, une deux, il n'y a que Lucki qui puisse tenir cette dernière, et seule la crainte de finir après le reste du groupe (et d'un tête-à-tête avec Godzilla) me pousse à calquer mon rythme sur celui de mon Riolu. Finalement l'idée d'une armée de cyborgs aux ordres de Jackie, n'est peut-être pas si stupide...
Les membres échauffés, il reste encore à faire crier grâce à nos abdos, et là, je dois admettre que Lucki fait très fort: une fois sa série terminée (Rah, j'en suis qu'à 30 !), il vient se poser derrière moi, et appuie sur mes épaules à chaque fois que je fais mine de remonter un peu trop lentement. Après ça, il n'a pas intérêt à me parler d'entrainement matinal avant une bonne semaine !
La ''douce'' voix de Jackie vient mettre un terme à nos efforts (pour l'instant), avant qu'elle ne réorganise les rangs pour permettre le début de la course, autour du terrain.

''Et la première qui fait seulement mine de ralentir, gagnera un ticket pour vingt tours de plus ! Allez, on se bouge !''

Plus que deux séries, persuade-toi qu'il ne reste plus que deux séries et qu'après ça tu seras libre...Le regard que j'adresse à Léo est éloquent : Content de t'avoir connu amigo, mais je crois qu'on est mort...

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Mar 10 Fév - 10:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mar 10 Fév - 9:45

Generale Jackie, l'enfer à elle toute seule
   
35, 36, 37...

Les séries sont longues et fastidieuses. Si les deux premières t'avaient parues d'une facilitée enfantine, la dernière t'avait fait découvrir des parties de ton corps dont tu ignorais a même l’existence. Mais se serait mentir de ne pas avouer avoir déjà souffert de cette même douleur il y a quelque mois. Les membres paralysés, comateux, tu t'étais forcé a reprendre la marche sous les prescriptions de ton médecin. La ré-éducation avait été laborieuse, voir même pénible, mais tu avais réussis a te remettre d’aplomb et quelque part, cette douleur qui te pinaille à l'instant faisait ressortir ce même mordant qui t'avais fait renaître - ne serait-ce que physiquement.

Est-ce que cela faisait mal ? Est-ce que cela faisait du bien ? A vrai dire tu ne savais plus trop. Tu bougeais avec un accord incertain de ta cervelle que tu avais sans doute laissé sur le bitume. Après les pompes, les tractions et tout le reste qui avaient laissés tes muscles à feu et a sang – surtout à feu – tu suis Cael qui est vraisemblablement plus entraîné que toi en traînant de la patte. Tu lui lances certain regard et n'oses pas dire un mot pour ne pas te retrouver avec le poids d'un Lamantine sadique sur le dos. Tu fais donc preuve d'un silence morbide, pas un souffle ne s'échappe de ta gorge – peut-être aussi parce que tu étais vraiment entrain de passer dans l'autre monde.

Mais pas le temps de se reposer ! Nop messieurs !On se bouge le popotin et on continue ! En un râle que tu craches le plus silencieusement possible tu commences a courir. Tu cherches ton souffle ainsi qu'un rythme qui te semble le plus approprier. Inspire, expire, inspire, expire... Tu fais totalement abstraction des moqueries des demoiselles Pyrolienne ( ce sont des monstres ces filles... On les a envoyés a Jackie dés qu'elles sont nées pour pouvoir tenir la cadence une fois inscrite ou quoi... ? ) Quelques unes ont l'air d'être « compatissantes », d'autres d'avoir une certaine pitié... Et a vrai dire tu ne sais pas ce qui est le plus blessant,  les moqueries ou ces regards d’apitoiements  qu'on donne normalement aux petits pokemons abandonnés.

Heureusement que tu n'as pris aucun de tes pokemon avec toi... Luné aurait sans doute péter son petit câble sur Jackie pour t'avoir forcé a faire tout ça , surtout vis à vis de tes antécédents. Mais tu ne voulais en aucun cas vivre dans le passé et utiliser tout ce qui t'étais arrivé comme une excuse pour ne pas avoir à subir cette punition ( tant bien même, avouons le, vous ne la mérité pas. )

15, 16, 17,

Tu as le souffle coupé, tu ne cours presque plus, c'est a peine si on peut appeler ce que tu fais, trottiner... Tes forces t'ont abandonnés et tu ne dirais pas non a quelque minutes de repos. Après tout, c'est important non ? Elle allait quand même vous en filer, ne serait-ce que deux petites minutes, histoires d'être en forme. Pas vrai ? Tu tousses, tu craches. Les trois derniers tours sont une véritable torture.

18, 19, 20...

Tu tombes, littéralement, de toutes les façons possible. Tu t'étales par terre comme une crêpe. Ta forme de l'étoile est parfaite. Bravo. Tu tentes de rattraper le peu de souffle qu'il te reste et alors que Jackie se décide enfin a vous donner un peu de répit, tu en profite pour chercher Cael du regard.  Il avait certainement déjà fini ses tours, bien avant toi.

Finalement, sentant un peu de force te revenir, tu te redresses. Assis par terre, n'essayant pas la position tailleur par peur de voir tes muscles se déchirer sous la pression, tu fais signe a l'autre Phyllali quand tu l'aperçois enfin. Difficile de le reconnaître, vraiment, il est petit, les cheveux roses et ses formes de fille n'aide en rien a l'identification. Mais toi tu l'as bien observé. Tu le reconnaîtrais entre mille ! ( Il y a  surtout Lucki qui sautille  a coté de lui, mais passons. )

[...]

▬ Alors on a du mal a suivre la cadence Blackhart ?

Juste au dessus de toi, l'ombre presque trop lourde du Général Jackie.  Elle n'a que ça a faire sérieux ? Sa présence est étouffante, mais contre toute attente, elle te tend sa main gantée. Un piège ? Une aide ? Si au début tu es assez retissant et méfiant à l'idée de tendre ta propre mimine pour se saisir de la sienne, tu décides finalement en manière de politesse de tenter le tout pour le tout. D'une force inimaginable elle te redresse de sa seule poigne.  Sans t'en être rendu compte avant, tu fais quand même quasiment sa taille. ( Peut-être pas en largeur mais bon )

Sa voix c'est presque adoucie et tu l'observes au travers de tes lunettes noires avec un certain scepticisme . Était-elle aussi sadique au point de se montrer presque gentille avec toi pour ensuite te descendre plus bas que terre car tu avais traîné de la patte ? Eh bien non. Elle te donne une tapote dans le dos et repart comme si de rien n'était brailler sur ses élèves qui étaient entrain de ricaner et de vous observer. Tu lui as tapé dans l’œil Leo'. Le coté Scientifique un peu musclé, ça l'a peut-être émoustillé. Mais qu'est que je dis moi ! Tu as un étrange frisson qui remonte le long de ton échine et grogne – sur moi - . Pardon.

Après quinze bonnes minutes de remontages de bretelles du coté des Pyroli, te laissant, à toi et à Cael le temps de souffler un peu et de vous retrouver pour vaguement discuter, Jackie reprend son grand discours de Commandante. Elle s'éclaircit le gosier, mate tout le monde avec son regard glaciale et annonce la suite.

▬ Et comme chaque début de semaine, un parcoure dans la jungle a était organisé par mes soins ! Obstacles naturels, escalades, excursions, en groupe ou en solo, c'est vous qui voyez ! Cette fois il y a des objets a ramener. Certains faciles a trouver mais chiant a ramener et d'autres plus compliqués a trouver mais dont le transport ne devrait pas poser de problèmes. Faites votre choix !

Elle s'équipe adroitement d'une arme en plastique - ou du moins tu crois qu'elle est en plastique – et elle tire en l'air, lançant ainsi le top départ.

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Dim 15 Fév - 15:35

C'est décidé, plus jamais je ne me plaindrais plus des entrainements de Lucki (au moins, jusqu'à la fin de la semaine prochain...) : Si les interminables séries de pompes et de tours du dortoir qu'il m'impose tous les matins correspondent au premier cercle de l'enfer...Jackie atteint le 99ème sans aucun problème. Sans blague, il n'y a pas un règlement, une loi, ou même un bouquin sacré qui dit qu'on ne peut pas torturer des élèves comme ça, sans leur consentement?
Quoi que, à bien y réfléchir...la plupart des Pyrolis ont l'air d'y trouver leur compte. Modification de ma dernière phrase: ''qu'on ne peut pas torturer des HUMAINS comme ça, sans leur consentement?''.
Une fois le dizaine aller-retour en mode Laporeille sur la piste de saut de haies exécuté, je me retrouve aux cotés de Léo, courbé, les mains sur les genoux, et complétement couvert de sueur. Combinez ça au froid hivernal (à 5h du matin, vous vous attendiez à quoi, en plein mois de Janvier? Il pèèèèèèle !), et vous obtenez un Cael fourbu, gelé, et bientôt étalé en mode carpette. L'air semble avoir de plus en plus de mal à entrer dans mes poumons...D'ailleurs, est-ce que j'ai encore des poumons(La question est à débattre)?
Je ne suis pas le seul à essayer de récupérer un peu d'air en inspirant avec difficulté, mêmes le régiment (Moi, je dirais plutôt les victimes quotidiennes) de Jackie compte son lot de Pyrolis un peu essoufflées ou haletantes. Le genre de choses que manifestement, le Général ne supporte pas. Même si elle, a fait preuve de ''clémence'' (On a pas encore mangé de Lamantine volant sur la tête avec Léo, je considère qu'on peut déjà se féliciter de quelque chose...Je crois) envers les deux Phyllalis que nous sommes, je me redresse imperceptiblement lorsqu'elle approche de notre position...Tout plutôt que de devoir repartir sur le terrain !

''Matricule 0287, vous venez de gagner cinq tours de plus, tout le monde vous a vu ralentir et vous trainer le long de la piste ! Et vous feriez mieux de ne pas vous moquer, matricule 0350, à moins que vous ne souhaitiez partager le sort de votre camarade ! J'ai demandé des Pyrolis, pas une basse-cour de volailles en train de glousser !''

L'engueulade se poursuit pendant une bonne quiinzaine de minutes, et j'en profite pour récupérer assez de forces, et glisser quelques mots à Léo.

''On y est...C'est fini. On va pouvoir rentrer, se poser et mourir en paix. Et la prochaine fois que je croise Roseverte, rappelle-moi de le buter.''


''ON PASSE AUX CHOSES SÉRIEUSES MAINTENANT !''


Le hurlement de Jackie ébranle les rangs, qui retrouvent leur immobilité imposée avant d'écouter avec attention la suite du programme, que la référente Pyroli nous dévoile comme un général en campagne. Non..Elle n'est pas sérieuse, pas après tout ça, elle ne peut quand même pas penser à...Pourtant, je sens bel et bien ma mâchoire descendre de plus en plus bas, avant de percuter violemment le sol. Cette femme n'est pas humaine, c'est ça, elle doit avoir du sang de Riolu dans les veines, et des implants robotiques pour renforcer ses membres.
Lucki, lui, sautille déjà sur place, encore plus heureux à l'idée que l'entrainement ne s'achève pas ''si vite'', mais de mon coté, j'oscille entre le pur désespoir, et la curiosité...
D'un coté, c'est un parcours naturel, quoi, c'est le genre de choses que j'adore faire et où je me sens vraiment Ranger...Mais mes jambes, mes bras, mon coeur et mes poumons, eux, ils ne sont pas franchement emballés à l'idée de souffrir et de bosser à nouveau.

Lorsque le BANG qui annonce le top-départ retentit dans l'air du matin (Elle va réveiller toute l'Académie...), la troupe de Pyrolis part en courant en direction des bois, et après un regard résigné (Mais genre, vraiment résigné, le regard que lance le condamné juste avant que le bourreau ne lève sa hache) à Léo, je l'entraine à ma suite. Pénétrant sous les frondaisons, j'hésite un instant à fuir tout simplement, afin de refaire ma vie façon Tengalice....Mais Jacki serait capable de lancer Godzilla aux trousses des déserteurs, et je ne veux même pas imaginer ce qu'elle me ferait, une fois capturé. Lucki est en tête du peloton, et a déjà entrepris d'escalader l'un des arbres, pour prendre position sur les branches, et se déplacer de manière bien plus rapide qu'en zigzaguant entre les troncs.

Bon...Qu'est-ce que c'est que cette histoire d'objets à ramener? Pour le moment, la forêt semble normale et...

''AAAAAH !''

Bordel, mais elle est dingue ! Cédant sous mes pieds, un mince tapis de feuilles vient de s'enfoncer brusquement révélant une faille béante. Même s'il est peu profond, sans l'intervention de Léo qui m'attrape le bras, j'aurais sans doute fini plus au fond du trou que je ne le suis déjà moralement. Ok, j'ai compris...

''Léo, si on veut pouvoir éviter ce genre de truc, il va falloir faire comme Lucki...Direction la voie des airs. !''

Après avoir repéré un tronc qui me semble prometteur, je saute les bras tendues, et me hisse rapidement de plus en plus haut, avant d'aider mon colocataire à en faire de même. Une fois en hauteur, nous découvrons bien vite que la jungle est à présent truffée de surprises, spécialement conçues pour les petits malins qui voudraient éviter les pièges au sol: pont suspendu, filets entre les arbres, et même saut de lianes viennent régulièrement interrompre notre progression, et tandis que les Pyrolis nous dépassent toutes les unes après les autres, je commence presque à apprécier la balade, malgré mes membres en feu.
Une corde en main, je tends sa jumelle à Léo, avant de lui indiquer l'arbre suivant, et Yahaaaaaaaaaaaaaa !

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Lun 23 Fév - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Jeu 19 Fév - 10:14

Generale Jackie, l'enfer à elle toute seule
   

Tu venais à peine de retrouver une parcelle de ton souffle que déjà le General Jackie avait décidé que faire des tours de pistes à s'en crever les jambes et les poumons n'étaient pas suffisant. Elle vous invite, ou plutôt vous ordonne, de lui prêter toute votre attention d'un beuglement particulièrement mâle. Tu as peine a relever la tête dans sa direction, mais avec l'aide de ton nouveau colocataire, tu te fais ouïe fine.

Un parcoure dans la jungle ? Bizarrement la fatigue c'était comme envolée. Il s'agissait là d'une petite excursion organisée du dortoir Pyroli et bien que leur entraînement était véritablement un enfer sans nom, cette partie là avait au moins l'amabilité de te titiller la curiosité. Tu hésites encore sur le choix d'un deuxième parcours et celui de Ranger avait plus d'une fois agrippé ton intérêt. Il était peut-être temps de mettre tes muscles et ton endurance à l’épreuve. Certes la branche scientifique forcé plus sur les compétences intellectuelles que physique, mais tu savais mieux que quiconque qu'il fallait avoir du souffle et de la volonté pour fouiller grotte et lac pour y dénicher de merveilleux trésors.

Même si le cerveau avait envie d'y aller, les jambes étaient rebelles et n'avaient pas le moindre désir de suivre ces Pyroli endiablées. Aux travers de tes lunettes noires, tu remarques le regard presque fataliste de Cael. « On ne peut pas faire marche arrière, on doit continuer. » Semblait-il te dire de ces mêmes prunelles noisettes qui s'étaient montrées courageuses dans le dortoir Phyllali. Hors, là on pouvait déjà sentir sa soumission. Abandonné sous les ordres de Jackie, ne voulant de toute évidence pas recommencer ce parcours deux fois, le Ranger emboîte sa course que tu te contentes de suivre malgré l'avertissement de tes mollets enflammés.

En pénétrant la frontière même de la jungle, tu constates que le Riolu de ton ami est déjà parti. Rapide, agile, il ne vous attend pas et grimpe déjà en quelque bond seulement sur des branches solides se trouvant au dessus de vos têtes. Il n'a pas l'intention d'aider son dresseur et l'abandonne aux mains de la dure réalité de leur punission. De ton côté, tu regardes autour de toi. Tu analyses avec un certain sérieux ce qui vous entoure. Branches, lianes, épais troncs de bois mais aussi l'atmosphère humide et particulièrement pesante de la jungle. Le regard de Cael quand à lui cherche un moyen de prendre la poudre d'escampette. Mais non loin, déjà sur les traces de plus faibles, Godzilla rode et vous surveille. Ce Lamantine n'est même pas fatigué ou même écrasé par la suffocante ambiance qui règne en ces lieux. Comme quoi, un bon entraînement vous ferez endurer n'importe quoi. Si on te disait que Godzilla était capable de cracher du feu tu goberais ces fabulations sans la moindre hésitation...

Finalement, après un rapide coup d’œil, vous reprenez votre «  course ». Mais la vie est dure et parfois remplis d’embûche et de surprise. Ni une ni deux la silhouette du Ranger s’affaisse et d'un reflex presque naturel tu lui happes le bras.La chute, car il s'agissait là d'une espèce de piège, te force a mettre genoux à terre, froissant ainsi tout espoir de repos sur le chemin de ce parcoure infernal. Cael était tombé dans un trou. Mais pas quelque chose que l’érosion c'était elle même amusé a creuser, non, un trou, un vrai, labourer par les grands soins de votre bourreau.  Tu forces sur tes bras et remontes le Phyllali. A y regarder comme ça, Cael semble fébrile et léger, mais la réalité est tout autre quand toi même tu te rend compte a quel point il est difficile de le soulever. Peut-être était là l'affirmation de la détresse de tes bras endoloris, ou peut-être juste que ce petit bout d'homme était bien plus costaud que tu ne l'aurais imaginé.

Sans attendre, il te propose de grimper. Tu n'as pas le vertige, ni quoi que se soit de similaire qui pourrait t'empêcher de monter a un arbre, mais bizarrement, tu n'attendais rien de bon à la découverte de ce que Jackie aurait put mettre en place dans les hauteurs. Mais tu ne dis rien et après que ton coloc' est adroitement bondis pour se saisir d'une branche et d'y grimper ( ce qui était franchement impressionnant ) il te tend une main pour t'aider à ton tour. Tu te hisses donc sur une branche solide et est stupéfié de tout l'attirail que le Général avait mit en place en haut des arbres.

Quand trouve-t-elle le temps d'organiser tout ça, est la question qui te vient à l'esprit en premier. Pas de «  Oh mon dieu comment allons nous faire pour passer ? » rien de vraiment lié à la panique, juste une curiosité inflexible. Les Pyroli on bien vites fais de vous dépasser et tu crois même en voir certaine qui sont déjà sur le chemin du retour, objet en main. Ce sont des monstres, il n'y a pas a dire. Après un lourd soupire de ta part, tu commences ton « ascension » dans ce parcours pour le moins intéressant. Malgré la douleur vous y trouvés un certain plaisir et la découverte n'en est que plus grande quand on a franchis murs d'obstacles et qu'on évites des branches piégées.

Bien que vous vous trouvez lent, vous avancez d'un rythme régulier et concis. Vous avez déjà semé Godzilla et rien que ça est un poids en moins dans cette aventure. Tu restes attentif a la moindre branche et cordages pouvant dissimuler un défaut qui pourrait se montrer fatal. Et alors que tes yeux analyses la moindre parcelle de feuilles, tu repères un petit quelque chose. Ce n'est pas brillant, ni vraiment grand, mais fermement attaché et surtout, très bien caché. En contre bas, en dessous même du parcours que Jackie a tracer, sous l’écorce détachée du tronc sur lequel vous vous tenez se trouve l'objet de vos recherches. Tu as l’œil Leo, ou peut-être est-ce juste par le biais de tes lunettes qui réduisent les rayons du soleil que tu as put apercevoir cette presque ombre se balancer entre deux brindilles.

▬ Arrêtes toi Cael, je crois que j'ai trouvé l'un des objets a ramener. Tu t'approches doucement, faisant bien attention de ne pas malencontreusement glisser sur tu ne sais quoi et tu te penches, passant ta main droite au travers du filet sur lequel vous êtes en équilibre. Juste là. Tu le vois ?

Le récupérer allé être une autre paire de manches mais tu n'étais pas du genre a abandonner et a chercher plus facile. Si ce n'est pas vous qui vous emparez de cette relique de mission, quelqu'un d'autre le ferait pour vous. Tu tentes déjà de l'atteindre de là où tu es, mais c'est définitivement impossible. Il fallait soit descendre est remonter tout le tronc ou glisser, voir pire, se surprendre et se balancer jusqu’à s'en emparer. Cael était plus léger que toi et c'est ainsi que tu lui propose la chose suivant :

▬ On va se faire une bonne corde avec des lianes et la passer sur cette branche ci. ( une branche qui faisait bien ton épaisseur partant de l'épaule droite jusqu'à la gauche ) On te sécurisera avec de bon nœuds de pêcheur et je vais doucement te faire glisser jusqu'au petit trou d’écorce. Ok ?

Un peu osé alors que vous ne vous êtes rencontrés que hier, mais aviez vous d'autre choix ?

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mer 25 Fév - 1:07

Il a de bons yeux, le bougre...Moi, c'est à peine si j'aperçois un reflet intermittent entre les branchages, lorsque le vent écarte les branches. Mais si léo dit qu'il y a quelque chose là-bas, je ne vais surtout pas le contredire...Avec un peu de chance, il a raison, et cet entrainement diabolique sera loin derrière nous.
Sa seconde proposition en revanche me fait hésiter un petit instant: Donc si je résume, il veut que je joue les pendules humains, accroché à une liane qu'il retiendra, avec comme seule garantie une branche comme palan...Pourquoi attendre? Après la course dans les arbres, ça ne devrait pas être un grand mal (à l'inverse de mes bras et de mes jambes...je vais le sentir passer demain matin), et en plus, c'est Léo qui va devoir supporter mon poids. De toute façon, c'est ça ou redescendre alors..
Saisissant une liane, je fais rapidement passer mon futur filin par-dessus la branche désignée par mon collège, avant de la nouer autour de ma taille. Puis, à l'aide de quelques nœuds bien serrés, nous sécurisons mon harnais...Ça va le faire, ça va le faire !

''Bon...Et bien plus qu'à plonger...J'avais très envie de redescendre, mais me lâche pas Léo...Si je finis en crêpe , je te jure que je reviendrai te hanter jusqu'à la fin de tes jours !''

Même si ma menace n'est pas du tout faite pour être prise au sérieux, je sens mes jambes trembler légérement, lorsque je m'approche de l'interstice entre les arbres...N'hésite pas, sinon, tu ne parviendras pas à sauter...À la une...à la deux...à la...

''TROIS!''

Un grand pas en avant, et me voila dans les airs, tandis que mon harnais se resserre brusquement entre mes cuisses...Bon, ça a l'air de tenir, et les efforts de Léo pour m'équilibrer sont tout à fait louables. Les jambes écartées entre deux troncs, je parviens à me stabiliser pour lui permettre de relacher ses bras, après le choc violent du à mon saut. Lucki en profite pour me rejoindre, en sautant de branche en branche, avant de stopper sa descente, en agrippant à une cavité dans le bois. De la patte, il me désigne la direction approximative indiquée par Léo, et en plissant les yeux, je discerne de nouveau l’éclat de l'objet.

''Un peu plus à droite, Léo, je peux pas l'atteindre, là !...Non, non, plus bas, je suis trop haut ! Raaah, encore trop loin...Tiens-toi près, je vais tenter quelque chose.''

Retenu par mon harnais, je ne peux pas attraper l'espèce de badge qui dépasse d'une fente dans l'écorce...Aux grands maux les grands remèdes : à l'aide d'une branche à hauteur de mes bras, je me hisse (Aïe, mes courbatures de courbatures vont être contentes, tiens) légèrement de manière à sortir du harnais. Le sol semble alors se rapprocher à grande vitesse, tandis que je prends conscience des quatre bons mètres qui me sépare du sol. Puis, avec une extrême lenteur, je pose le pied sur la liane, et me retrouve en position sur ce trapèze improvisé. Lucki m'observe avec curiosité, avant que je ne lui fasse signe de se joindre à moi...Espérons que ça tienne, sinon on est parti tous les deux pour le grands sauts.

''Bon, Lucki, on va devoir se débrouiller à deux...Tu vas te laisser glisser dans le harnais, et pendant que je le ferais osciller, ce sera à toi d'attraper ce truc. Prêt à nous aider?''


Hochement de tête avant que le Riolu ne recule brusquement d'un pas...et se laisse tomber dans le vide ! Avant même que je ne puisse crier, il saisit la liane entre ses pattes, avant de relever la tête...Idiot, va. Après avoir prévenu Léo de mes intentions, je commence à pousser lentement le câble d'avant en arrière. De plus en plus vite, de plus en plus loin, la liane finit par atteindre une amplitude suffisante pour que mon starter soit à portée.

''Lucki, maintenant !''

Concentré sur sa tâche, le Riolu ne prend même pas la peine de me répondre, et e jette dans le feuillage, uniquement retenu par une patte contre le harnais. Lorsqu'il émerge des branchages avec un Rio triomphant, son autre membre est occupé par un objet métallique et brillant, et je fais signe à Léo de nous remonter dans le même temps.

Une fois de retour sur des branches plus stables, je me laisse aller contre le tronc, avant d'examiner notre butin...Je suis trempé de sueur, fourbu et crevé, mais là tout de suite, j'exulte: on l'a eu, on va enfin pouvoir laisser l'entrainement derrière nous, avec Jackie et ces cyborgs de Pyroli !  L'objet s'avère être un badge de Pyroli argenté quelque peu rouillé, et couvert d'une espèce de boue rougeâtre et fossilisée (Attend, c'est du sang ou je rêve?!). Après l'avoir passé à Léo, je me relève, une nouvelle vigueur dans les jambes...Plus que le retour, et nous serons liiiiiiiiiiiiibre !

Ce dernier s'avère tout aussi éprouvant que l'aller, et ce sont deux Phyllalis complétement vidés qui manquent de s'effondrer dans le rang, lorsque Jackie annonce la fin de l'exercice. Je laisse à mon camarade le soin de lui monter notre trouvaille, là tout ce que je veux, c'est retourner au dortoir pour y mourir en paix. Néanmoins Lucki semble encore disposé à courir, et ce n'est qu'après trois tours de pistes supplémentaires de sa part, que Léo et moi pouvons ENFIN rentrer dans notre chambre.

''L'entrainement est FINIE ! Tous ceux qui n'ont rien ramenés vont me faire le plaisir de tout démonter dans la forêt, ainsi que dix tours de pistes supplémentaires ! Les autres, petit-déjeuner et au pas de course  ! ''

Un regard à Léo...Puis à l'unique et SEUL badge que nous avons ramené...Je crois que je vais désespérer, là. Lorsque Jackie arrive à notre hauteur, elle s'arrête brusquement avant de nous regarder bizarrement.

''Vous aviez UN ordre...Alors, je me fous complétement de qui, mais je veux voir l'un d'entre vous sur la piste dans cinq secondes.''


Sans plus de cérémonie, la voila reparti engueuler le reste de sa troupe. Alors que Léo tend la main dans ma direction, je repousse sa paume ouverte, qui contient le badge. Pas la peine amigo, en plus, avec Lucki, je savais que je n'avais aucune chance de m'en sortir comme ça...Encore cinq tours, qui me sembleront interminables...

Pourtant, alors que je termine le cinquième sur les genoux, et presque en rampant, j'ai la surprise de voir Léo qui m'attend au bout du parcours, un sourire fatigué aux lèvres. Et lorsque nous tentons de regagner notre dortoir, et qu'après quelques dizaines de mètres, mes jambes décident soudainement de ne plus faire leur travail,  mon camarade vient m'aider à me relever. Les siennes tremblent tellement qu'on dirait qu'elles se sont changées en gelée (Rah, et maintenant, ça me donne faim !), mais en nous soutenants mutuellement, nous parvenons tant bien que mal à parcourir la distance qui nous sépare du dortoir Phyllali. Dire que nous y entrons en rampant comme des Insolourdo ne serait pas trop éloignés de la vérité...Surtout  au vu de ce qui nous attend.

''Alors, ça s'est bien passé ? Même si je doute que vous ayez pu comprendre quoi que ce soit de cette leçon, j'ose espérer ne plus avoir à intervenir de la sorte...Joy, Blackhart, hors de ma vue."


Roseverte, une tasse de café à la main, et un livre dans l'autre, nous contemple d'un air presque ennuyé, lorsque nous pénétrons dans le hall. Puis, après une sentence aussi sèche qu'à son habitude, il se lève, et repart dans les couloirs en direction de son bureau...Attend, je rêve ou il s'est déplacé uniquement pour nous voir dans cet état de loques absolues?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   Mer 18 Mar - 21:04

Generale Jackie, l'enfer à elle toute seule
   

Les flammes de l'enfer ont cessées de vous lécher les baskets. Vous survivez, vous êtes d'un courage exemplaire et êtes de loin les Phyllali les plus braves de toute l'histoire de l'académie ! Vous tenez tête a la punition de Roseverte et malgré la sueur sur vos fronts respectifs et vos forces qui vous abandonnes, vous donnez le meilleur de vous même pour garder cette petit flamme qui fait de vous de véritable aventurier. Car tu sais, Leo, qu'au fond de toi, malgré tes jambes en compotes et ta fatigue que tout ça est un super entraînement. Il vous forge la rigueur et l'entraide. Si tu n'avais jamais envisagé de partir dans la section Ranger, là, maintenant, tout de suite, te voilà fixé ! Rien ne vaut mieux qu'un peu de transpiration et de muscles tendus pour vous former les plus beaux hommes de la terre ! Roseverte l'avait bien compris ! Ou peut-être pas, mais une chose est sûre, tu ne t’ennuyais pas le moins du monde.

Portant a bout de bras ton nouveau colocataire dans le vide, tu fais preuve d'un travail d’équipe juste et bien que vous ne vous connaissez pas vraiment l'entente est de mise. Tu suis ses demandes, sans rechigner, sauf peut-être quand tu sentais venir une bien belle crampe que tu te devais de chasser par ta simple pensée. L'objet de vos désirs n'est a que quelque mètre de votre portée. Un dernier petit effort et vous y êtes presque ! BINGO ! Il a fallut un bon nombre de grognements bien viril et un soupçon de rage et d'audace pour mettre la main sur ce vieux truc qui d'ailleurs, ne brille pas tant que ça. Un peu déçu de cet trouvaille, que tu observes un court instant,, tu redresses ton regard vers celui qui, désormais, partagera ta vie étudiante. Petit, rose, mais Arceus qu'il ne manquait pas de mordant !

Un ami, un vrai. Malgré ces quelques heures passés ensemble, tu savais qu'il était un garçon digne de confiance. Ça se voyait, ça se sentait avant même de se savoir enfaîte. Mais trêve d’étoiles broshipienne dans les yeux, il est déjà temps pour vous de faire le chemin inverse. Je vous vois déjà râler, vous et vos ligaments en charpies, mais pas de soucis, il y a cette petite lumière qui vous guide. N’hésitez plus et suivez la route. Sur le chemin ce n'est pas une , mais une dizaine de pyroli que vous croisez comme des animaux se rabattant vers l'appel du chef. Il n'est pas sans dire que tu étais assez impressionnais par toute cette espèce d'hiérarchie qui leur était comme imposé. Roh mais qu'est que tu dis ! Arrêtes donc de les considérer comme des Pokemon ! Ce sont des jeunes files sensibles, avec leur lots de problèmes. Elles ont des sentiments, tel que l'amour, la haine, la passion et la colère. Je suis sûre qu'elles peuvent même se montrer très douce ! Comment ça tu ne me crois pas ?! Leo, serais-tu entrain de te rebeller ? J'te surveille, sale gosse.

Une fois revenu ( ARCEUS MERCI VOUS ETES ENCORE EN VIE) ce n'est pas une Jackie particulièrement fier qui vous accueil. Certes ses étranges yeux bleus glacés vous font un bien fou ! ( et je pèse mes mots) mais voilà que sa voix bien plus terrifiantes encore que les flammes d'un Demolosse vous crame en l'instant. Vos regards se croisent, agonisent l'un dans l'autre avant que Cael, de sa grande stature ( oui ceci est une grosse forme d'ironie ) s'impose, sans que tu puisses dire quoi que se soit. Ça c'est un héro Leo, prend en de la graine ! Et il est reparti pour dix autres tours de terrain. Le pauvre. Tu aurais put partir, retrouver un lit si douillé que ton corps aurait comme fondu dans tes draps, mais tu t'étais décidé a l'attendre. Bon samaritain que tu es, on abandonne pas un homme durant une bataille !

Tu sais que cette journée vous a lié. C'est obligé. Il est devenu ton bro', sans que tu ne demande quoi que se soit, sans même que Cael ne dise quoi que se soit. C'est e destin, que voulez vous ! Finalement, après cette grande aventure pleine de tortures et d'affrontement psychologique étrange ainsi qu'une étude bizarre sur le comportement des filles du dortoir des Pyroli, vous rentrez au bercail. Vous vous sentez comme des heros, mais vous n'avez aucune femme ni enfant pour vous accueillir. Tout ce que tu peux t’estimai heureux d'avoir mon Leo c'est Luné et Arkhan qui t’accueille comme un surhomme. Je ne ferais pas allusion a Roseverte dans cet fin de rp je l'ai trop de fois cité dans mon premier paragraphe ! Tout ça pour dire que, ÇA c'est une rencontre du feu de dieu ! Bienvenue chez toi Leo !

[ rp fini pour moi ! quel rencontre ! ]

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rugissement instantané [PV:Cael]   

Revenir en haut Aller en bas
Rugissement instantané [PV:Cael]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-