Partagez | .
Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925

MessageSujet: Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]   Jeu 22 Jan - 7:17

Quel Iceberg fondra le premier ?



«  Nécessairement, le hasard a beaucoup de pouvoir
sur nous, puisque c'est par hasard que nous vivons.»

Jeudi 22 janvier 2015,
aux environs de 12h30.
Parc de l'académie.



Super journée en perspective ? Il était clair que je l'espérais bien fort en ce jeudi, vingt-deuxième jour de janvier. Ce début d'année commençait fort bien et ma  résolution d'aller de l'avant et de redoubler d'efforts s'en retrouvaient grandies. En effet, quelques jours plus tôt, j'avais fait l'acquisition d'un Noctali shiney aux motifs bleu néon et yeux bleus  en sortie capture. Il ne m'avait fallu qu'une vingtaine de minutes pour l'attraper et ce, sans même à avoir à le combattre, ce qui était mon nouveau record. Avec lui, j'avais le symbole concret de ma renaissance, lui qui marquerait le renouveau de Yuki Y. Yutaka, alias le Tanuki Noctali, Tanuyuki pour les intimes. J'avais vécu plein de choses en vivant dans ce dortoir et je comptais bien en vivre d'autres. C'était là une partie de mon âme, notre sanctuaire, notre place to be, ce que nous devions défendre. Il était clair et net que désormais, j'incarnerais pleinement, mais selon ma vision des choses, l'âme des Noctalis. Oui, j'aillais être ce bon vieux Noctali comme on le décrivait dans les légendes urbaines de Pokemon Community, tout comme je l'étais déjà auparavant. Mais ce n'était pas tout. La veille au soir, j'avais pu assister à un événement bien heureux.

La nuit battait son plein. Profondément endormi, je rêvais d'une personne dont je préférerais taire le nom si vous me le permettez. De plus, ce rêve étant quelque peu tanukiesque, je me sens obligé, de part ma condition de noble, de vous préserver, vous, gens du peuple, des mots qui pourraient heurter votre sensibilité. Quel bon et généreux Yokai suis-je, n'est ce pas ? Enfin... Trève de bavardages insignifiants !

" Fuuuuuunééééé, funéééééééééééé ! Funééééééééééciiiiire ! Fuuuuuuuuuuuunéééééé !  "

Une douce et mélodieuse voix chatouillait mes tympans. Froide et pourtant si chaleureuse à la fois, chantante, tremblante,  sonnant comme une complainte, un doux et long râle, bref, fantomatique ! Même si mon esprit avait été extirpé sans préavis du monde des rêves, je me refusais encore et toujours à ouvrir les yeux. La voix retentit de nouveau, répétant la même boucle.  Les yeux toujours clos, j'avais alors essayé de repousser la source de ce bruit, mais ce n'était pas du goût de sa source. Une petite mais bien vive brûlure me mordit la main.

" KONTAN !!!! "

Je m'étais dressé d'un bon, d'un seul, me retrouvant en un rien de temps debout sur mon lit. Un regard des plus meurtrier braqué sur ma Funecire, cette dernière me snoba royalement, visiblement ravie de son petit tour. D'un signe, elle m'indiquait l'œuf posé sur la commode, dans son nid de fortune aménagé par mes soins et sur lequel elle veillait depuis un mois à présent. De suite, j'avais compris de quoi il en retournait. M'en emparant, je l'avais alors placé sur le lit et m'étais assis en tailleur tout prêt de lui. Tirés de leurs songes par mes cris, mes autres pokémon vinrent se positionner autour de la demeure de notre futur ami qui allait s'en extirper très prochainement. J'étais en train de remercier Kontan pour le travail de nourrice qu'elle avait fourni en veillant sur cette vie jour et nuit, ainsi que de m'avoir réveillé pour assister à la naissance du petit pokémon, lorsque ce dernier décida qu'il était l'heure.
°CRAC° CROC°

Une fissure, puis deux, des lézardes, le travail avait commençait. Dans un silence cérémonieux, chacun de nous étions en train d'observer la scène, émerveillé, excité à l'idée de voir la bouille de cette petite créature qui allait partager sa vie avec nous. à partir de cet instant. La coquille se brisa, une patte sortit alors, puis une autre qui rentra de nouveau pour réapparaître quelques secondes plus tard, libérant une tête, puis un corps. Enfin ! Il était enfin né, le divin enfant, le tant attendu petit Malosse.  Ce petit canidé de ténèbres et de feu était la progéniture des deux célèbres Demolosses de ma toute aussi célèbre mère, grande Coordinatrice connue et reconnue à travers le monde, Ayako ANKOKU-YUTAKA.  Pour ceux qui ne le savaient pas encore, Ankoku est son nom de jeune fille et Yutaka, c'est le même que le mien alors je ne pense pas qu'il soit nécessaire de vous en faire un dessin, n'est-ce pas ?

Les yeux de cette petite vie toute fraîche irradiaient d'une incandescente lueur ténébreuse. Aussi petit et mignon que pouvait paraître ce petit Malosse, il n'en faisait pas moins froid dans le dos. Il avait clairement quelque chose de mauvais dans le regard et on sentait aisément son agressivité. Il y avait fort à parier qu'il était le digne fils de son père, un vrai démon sur pattes. Toutefois, si ma mère était parvenue à le dompter, il n'y avait pas de raisons que je ne sois pas capable d'en faire autant avec sa progéniture. A peine l'avais-je saisi qu'il avait essayé de me mordre. Je l'avais donc recadré et le tenais de manière à ce que sa gueule ne puisse se saisir d'une quelconque partie de moi. A défaut de pouvoir me mordre ou même de pouvoir me brûler, crachant de petites et inoffensives volutes de feu, le canidé infernal avait alors tenté de me griffer mais là encore, ce fut un échec cuisant. Résigné, il se laissa alors manipulé, ayant bien compris qu'il ne gagnerait pas à ce jeu après avoir essayé deux ou trois fois de me prendre à défaut. Il s'avéra alors que ce jeune chien, n'en était pas un, mais plutôt une. Une nouvelle femelle dans mon clan, voilà qui risquait de faire jaser bien des personnes, mais je m'en contrefichais. Un prénom tout désigné m'était alors venu en tête. Yamiko, enfant des ténèbres, voilà un nom qui lui seyait à merveilles. Kuroi et Kôcha, ses parents qui me l'avaient confiée, seraient très certainement ravis de ce prénom que j'avais attribué à leur fille. Je n'en doutais pas le moins du monde car j'avais grandi avec eux. Après son baptême, je la présentais aux autres membres de ma petite famille et le reste de la nuit fut assez enjoué.

Le matin, j'avais pris le chemin des cours sans avoir dormi suffisamment, mais cela ne me posait pas de problèmes. J'étais d'humeur plutôt bonne, même si sociabiliser avec le monde environnant restait toujours aussi peu attrayant pour moi, pour ne pas dire totalement proscrit. Cette fois-ci, ce n'était pas un pokémon qui m'accompagnait, ni deux comme c'était le cas depuis quelques jours, mais trois, oui trois ! Il y avait sur celle qui était mon ombre depuis la rentrée 2015, remplaçant au pied levé Hikari, ma starter shiney noire aux yeux bleus. Je fais donc mention de ma chère Tarsal shniney aux yeux vairons émeraude et or, répondant au doux nom de Kawaii. Depuis la sortie capture, 13ème édition, je me baladais fièrement avec mon noble Noctali Shiney, Saitan et pour finir, il y avait la toute nouvelle compagne de route, celle qui venait de naître : Yamiko. Cette dernière n'avait d'autre choix que de rester dans mes bras, ne voulant pas risquer qu'elle finisse écrasée par qui que ce soit. Comme toujours, cela jasait sur mon passage, pour X ou Y raison et comme à l'accoutumée, j'en faisais fi, que ce soit positif ou négatif. J'étais bien loin de ce monde.

La matinée de cours avait été des plus banales et je ne pense pas qu'il y ait réellement besoin de s'y attarder.  Nous en arrivons donc à la pause déjeuner. Comme c'était le cas depuis la rentrée, je ne fréquentais plus la cantine, préférant de loin la quiétude tout à fait relative et aléatoire du parc. Au moins, là, le flux de badauds était des plus diffus et donc bien plus supportable. Aujourd'hui, j'avais pris tous mes pokémon avec moi, exceptionnellement. Cloitrés dans leurs pokéball, y compris Hikari qui n'aimait pas spécialement y entrer, je les avais conservés dans ma sempiternelle sacoche. Alors que j'avais gagné cette place que j'arpentais presque à chaque fois que je me trouvais dans ce parc depuis l'an dernier, j'avais relâché tout ce beau monde afin qu'il puisse se dégourdir les pattes.  Petit message à Djelly, je m'en étonnais moi-même. Je l'avais fait machinalement, tout comme je l'aurais fait à Allen ou à Chiho par le passé. Pour me conforter, ce n'était pas réellement de mon initiative, mais plutôt suite à sa demande expresse de lui signaler la naissance de ma petite et toute nouvelle protégée. Nos rapports étant beaucoup plus... Disons... Plus... Chaleureusement neutre, c'était tout naturellement que j'avais consentis et donc agis de la sorte. Repensant aux débuts de notre relation, j'en rigolais intérieurement tout en rangeant mon nouvel iPok et en sortant l'ancien. Une photo de Chiho et moi en ornait l'écran. Nous étions tellement heureux sur celle-ci, tellement amoureux... Un selfy de nous en compagnie de Mlle Hortense et de nos pokémon, le jour où nous avions nettoyé la piscine.  Une pointe de nostalgie avait alors montré le bout de son nez, s'emparant de mon cœur, mais je l'avais gelée sur place, me murant derrière ce mur de glace que bon nombre de personnes détestait, à commencer par mon meilleur ami Allen.  Ma main avait caressé cet œil qui était récemment redevenu normal, le coquard qu'il m'avait offert ayant disparu. J'eus un petit sourire revanchard avant de ranger mon appareil. Sortant de quoi manger, j'avais alors distribué les rations de chacun.

J'étais adossé à mon arbre fétiche et décidais de m’asseoir.  Une fois nos repas terminés, chacun se mit à vaquer à ses occupations. Hikari et Suifu s’entraînaient sous les yeux admiratifs de Chiisai ma demi-portion de Salameche qui ne tarda pas à être enrôlée par ma Starter qui avait décidé de l'endurcir un peu. Cela ne pouvait lui être que bénéfique à cette petite chose si douce et adorable.  Un peu plus loin, il y avait Asobu, mon Hericendre taquin et fantasque qui semblait être en pleine chasse. Il était évident qu'il avait flairé quelque chose et il livrait ses secrets de pistage à son fidèle lieutenant, son ombre, son fils adoptif, Heri, le Melo qu'il avait élevé.  Sukebe, mon Tentacool, venait de rentrer dans sa Pokéball. Il n'y avait pas de filles à son goût et vu qu'il n'y avait pas d'eau, il n'avait pas jugé utile de rester plus longtemps. Kawaii s'était installée sur une branche au dessus de ma tête et profitait du panorama, s'essayant à la photographie avec l'appareil photo que j'avais acheté l'an dernier.  Venant se blottir contre moi, il y avait Saitan, toujours calme et fier. Je l'avais alors caressé longuement. Il avait levé la tête, plongé son regard criant d'intelligence dans le mien, puis il avait baillé et s'était endormi. C'était un nocturne après tout. Je plaçais les mains derrière ma tête, me disant qu'avec ce tableau, n'ayant pas cours cet après-midi, je pouvais m'adonner à une petite sieste comme lui. Mes pokémon étaient dignes de confiance et savaient tous s'autogérer. De toute manière, Kontan, Suifu et Hikari veilleraient bien au grain comme ils le faisaient toujours.

" Kontan ? Yamiko ?  "

J'avais alors sursauté. Dans tout le tableau que je venais de dépeindre, elles ne figuraient nulle part. Connaissant ma Funecire, si elle s'était absentée, c'était forcément pour jouer un sale tour et pyromane comme elle l'était, j'avais un mauvais pressentiment. Des aboiements se firent bientôt entendre.  

* Yamiko...  *

J'avais réellement un mauvais présentiment.  Il était évident que tout ceci allait m'apporter une surprise et les surprises, je n'aimais pas ça. Les ennuis semblaient m'aimer, c'était là ma fatalité, moi qui aimait par dessus tout la quiétude. Je sifflais une fois, deux fois, mais rien. La petite canidé continuait. Je poussais un profond soupir puis me penchais pour pouvoir voir derrière l'arbre. De mon point de vue, je ne la voyais que qu'aboyer en regardant vers le ciel, ma Funécire à ses côtés faisant mine de n'être qu'une bougie banale. Elle préparait clairement quelque chose. J'en déduisis donc  qu'il y avait une personne ou un Pokémon, voir les deux.  Ça sentait vraiment mauvais. Je n'avais aucune envie de devoir parler à une personne étrangère, pas aujourd'hui. Me confondre en excuses et explications...

" Les filles, revenez par ici je vous prie ! "

Ce que je redoutais le plus s'était produit. Alors que je m'étais relevé, j'avais vu ce qui les mettait dans cet état. Une élève que je n'avais encore jamais vu dans l'académie, très certainement une nouvelle tête du troisième semestre... Je poussais un nouveau soupir, me grattant la tête. Les mains dans les poches, l'air résigné et profondément blasé, je m'approchais alors de tout ce beau monde. Masque social sur le visage, j'étais paré.


" Mille excuses, j'espère que ces petites chipies ne vous ont pas posé de réels problèmes... Ma petite Malosse est bien trop jeune et débute sa vie dans ce monde alors je n'ai pas encore eu le temps de lui apprendre les rudiments...  "

Il ne faisait pas très froid ce jour là. Le ciel était relativement dégagé et bleu pour un ciel hivernal, pourtant, j'avais la très nette et désagréable impression qu'un vent glacial se levait, annonciateur d'un blizzard d’anthologie...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t817-yuki-yutaka-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t842-yuki-yutaka-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]   Jeu 22 Jan - 13:19


Quel iceberg fondra le premier




Est-ce que cette journée allait se montrer clémente pour Abigail ? Ou allait-elle devoir tout simplement se montrer toujours aussi sec qu'elle ne l'a été jusqu'ici ? Ça, elle-même ne saurait le dire encore. Et pourtant, la matinée avait l'air de bien commencer malgré tout. Enfin, façon de parler bien sûr. La petite dernière des Mentalis eut elle, droit à un réveil des plus... assourdissant. Merci les voisins qui avaient eut la bonne idée d'oublier leurs crêpes sur le feu ! Alarme donc déclenchée, légers cris venant d'en haut, ainsi qu'un peu d'agitation dans les couloirs de l'appartement, et tout cela suffisait pour la mettre déjà de mauvaise humeur dès les premiers heures de la journée. Si bien que ce vacarme s'était prolongé sur plusieurs minutes, avant que quelqu'un comprenne qu'il fallait envoyer un seau d'eau sur la cuisinière. C'est pour ça que la cadette de la famille Decim n'aimait pas avoir de nouveaux voisins. Ils étaient tous plus dérangés que les autres. Et évidemment, il fallait que ça tombe sur elle, ce genre de truc. Le calme ayant donc reprit après une bonne quinzaine de minutes en panique, la blonde injuriait entre ses dents, toujours chaudement enfoui sous sa couverture. Ce n'est qu'après plusieurs secondes à ruminer dans son lit, qu'elle finit par se lever dans le silence, allant prendre sa douche de bon matin et se changer.

Comme chaque jour après être entrée dans l’académie de bonne heure, elle s'était rendue directement dans la salle de classe, saluant avec hypocrisie ses camarades de classe d'un geste bref, s'étant arrêtée à sa table pour sortir ses affaires. Stylos en main alors, lunettes sur le nez, c'est avec l'esprit plus tranquille et organisé qu'elle allait s'affaler sur sa chaise, faisant tourner celle-ci vers la fenêtre. Le regard rivé sur le paysage, elle venait à l'abaisser pour regarder la cour, remplie d'étudiants. Depuis combien de temps maintenant elle était là ? Ça devait faire bien quatre mois... Quatre mois qu'elle n'a pas bougée, et quatre moi qu'elle occupait toujours la même place. Si elle s'en lassait ? Ouais, enfin... C'était toujours la même routine au final. S'occuper de noter et apprendre ses cours entre autres… Pour cette matinée, il était décidé qu'elle s'occupe de réciter toutes les attaques de type eau.

Ayant finit sa récitation après quelques minutes, et après avoir rangée toutes ses affaires, elle soufflait un peu de contentement. Jusqu'à ce que la seconde d'après, elle reçoive un appel, comme si ce dernier avait été programmé pour se déclencher juste après l’heure de cours. Soupirant doucement, l’enfant répondit dans un clair « Allô ? ». Derrière le combiné, il s'agissait de son grand frère, venant lui demander les papiers de son inscription. Tiens ? Elle avait ça elle ? Fouillant rapidement dans son sac, elle se rendit compte que bien sûr, qu’elle avait son dossier d’inscription avec elle. Un simple soupir sortir d'entre ses lèvres, et remontant ses lunettes sur son nez, la blonde lâcha un simple « Ok. » bref mais clair. Raccrochant par la suite, elle se mit à farfouiller dans les papiers, se demandant ce qui pouvait intéresser le frangin. Puis, enlevant ses lunettes de son nez pour les poser dans la poche avant de son sac, elle attrapait la pokéball de Nothingness pour le laisser sortir, fermant la porte de la salle de classe derrière elle. Rangeant tout les objets encombrants dans les poches du sac prévues à cet effet, elle se dirigeait directement vers le parc. Donnant le tout au commanditaire qui la remerciait, elle ne se faisait après pas prier pour tourner les talons et retourner à la marche sans un mot.

Dans le parc, la luminosité commençait doucement à s'atténuer, faisant place à une atmosphère plus lourde, plus... noire. Son regard divaguant rapidement sur vers le ciel pour observer le paysage, les nuages commençaient doucement à s'amonceler, cachant le soleil… Mais rien de bien perturbant à l'horizon.

Enfin... Jusqu'à ce qu'elle baisse la tête en entendant le crissement étrange d’un grognement timide qui se passait à ses pieds. Du coin de l’œil, elle apercevait un petit Malosse, apparemment nouveau né. Et bien qu'elle allait avoir son mot à dire sur la situation, c'est la personne qui venait littéralement de s’introduire sur le sentier qui avait clairement attiré son attention. Ses sourcils s'étant froncés pour essayer de distinguer les traits du visage du jeune homme, elle ne mit pas beaucoup de temps pour comprendre qu'il s'agissait du dresseur de cette petite chose. Son regard dubitatif quant à l'identité de cette personne se changeant, elle finit donc par dévisager le brun au cours de ses excuses. Mais ce n'est que lorsque le petit malosse reprit d’aboyer de plus bel, qu’Abigail se mit à le toiser plus sèchement, son regard froid braqué sur son futur interlocuteur, comme pour le sermonner déjà, sans paroles.

« Pff… »

Ses mains précédemment fourrées dans les poches de sa veste, elle les sortait donc pour croiser ses bras sur sa poitrine dans un geste ferme, arquant un sourcil tandis que l'autre était froncé.


Dernière édition par Abigail Decim le Sam 24 Jan - 12:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925

MessageSujet: Re: Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]   Sam 24 Jan - 9:50

Quel Iceberg fondra le premier ?




Sérieusement ? Etait-elle vraiment sérieuse ? Non... quand même pas, je devais bien me faire des idées. Elle devait être dans un mauvais jour, oui, c'était cela, un mauvais jour. Ce genre de réaction... Cela me rappelait ces filles gâtées lors des mondanités auxquelles j'étais souvent forcé de participer avec ma famille. Entre nobles et autres personnes de bonnes familles ou simplement nouveaux riches ayant percés dans tel ou tel domaine. Mes poils, pour le peu que j'en avais, s'étaient tous hérissés. J'avais une sainte horreur de tout cela, mais encore une fois, je devais me faire des idées. Oui, des idées... Ce n'était pas mon genre d'arrêter une opinion bien précise sur une personne sans avoir pris le temps de l'étudier. Comme tout le monde, j'avais une première impression, mais elle ne me suffisait pas, étant bien trop superficielle. Il me fallait creuser un peu plus pour en apprendre plus et me décider sur quelle attitude opter à long terme avec tel ou tel individu. Parfois, comme cela avait été le cas pour Josh Aeris, seulement cinq minutes avaient suffises à déterminer notre relation à vie. Boulet en chef, jugé inintéressant et indigne même de ma haine ou de ma pitié. Même mon mépris et mon dédain étaient trop chers payés pour lui. Un mec qui vous insulte simplement parce qu'il projette son grand frère sur vous pour la simple raison que vous utilisez le même type élémentaire ?  Et avec des piques et des argument pires que celles d'une paramécie aurait pu sortir si elle avait pu parler ? Sérieusement, nous avions déjà vu et vécu beaucoup mieux...  

Je m'étais mis à détailler la jeune femme qui me faisait face. Au premier coup d'œil, elle me faisait penser à ma cousine Hope lorsque nous étions plus jeunes, mais elle semblait avoir ce grain de folie à la Audrey avec un soupçon de je ne savais trop quoi. Détestable ? Je n'en aurais pas dit tant, mais pas non plus le genre de personne de laquelle on s'approcherait à la légère. Pourtant, elle était plutôt jolie dans son genre, mais c'était clair et net qu'il y avait quelque chose qui me dérangeait chez elle et je ne savais vraiment pas quoi. Impossible de mettre le doigt dessus, non vraiment pas possible. Il me fallait donc investiguer un peu plus. Je me demandais alors pourquoi aurais-je fais ça, aucune réponse. Ce n'était pas comme si elle m'intéressait outre mesure, mais j'avais du temps à tuer et il était clair qu'à part faire une sieste, je n'avais rien d'autre de prévu pour le moment.  Ma curiosité étant bien trop piquée au vif, je ne pouvais pas trop faire autrement. En fait, si, mais je n'avais pas envie de faire autrement car c'était potentiellement plus amusant que de rester tout seul sous mon arbre. Tout en méditant, j'avais achevé mon Tanuki no Super Scanner et avais inscrit cette nouvelle entrée féminine à mon Tanukidex. Des informations en or pour Gee-sensei, monnayables contre quelques petites babioles de choix. Mentalement, un rire de Tanuki se faisait entendre. De nouveau, je me centrais sur l'inconnue qui de par son accoutrement plutôt singulier, m'avait tout l'air de venir de Kalos, ma région, connue pour son luxe, son raffinement ainsi que tout un tas d'autres choses, même si je doutais qu'elle et moi soyons du même monde. Elle ne me disait vraiment rien, d'autant plus qu'elle me paraissait avoir à peu près mon âge.  Ses bras étaient croisés et elle avait ce masque si particulier sur le visage, celui qui arquait un sourcil tout en fronçant l'autre. Cela ajoutait à son charme mais accentuait ce petit malaise que j'avais à son égard.

Ma Malosse, quant à elle, s'était remise à aboyer de plus belle, grognant et essayant de se faire imposante.  Elle commençait à se faire de plus en plus menaçante, crachant ses petites volutes de flammes aussi inoffensives qu'elles le paraissaient et s'appétais à charger. Peut être avait-elle l'intention de mordre ou quelque chose du genre, je n'en étais pas sûr, mais je n'avais pas plus envie que cela de le découvrir, déjà qu'elle m'avait contraint à une pseudo sociabilité... Je poussais alors un bref soupir tout en m'accroupissant pour attraper le petit canidé au passage, par la peau du coups puis me relevais. Je la tenais entre mon pouce et mon index. Le bras levé de manière à la placer à la bonne hauteur, je n'avais eu plus qu'à tourner la tête dans sa direction pour que nos regards puissent se capter sans efforts. A l'instant où nos prunelles s'étaient croisées, elle qui se débattait hargneusement quelques secondes plus tôt, s'était figée. En effet, mon visage était paré de ce masque ne laissant transparaitre aucune émotion et mon regard était mortellement glacial. Cette fameuse combinaison qui laissait croire aux personnes, ce qu'elles voulaient bien croire à mon sujet. Pour  Yamiko, cela devait être assez terrifiant pour qu'elle abandonne si vite. J'aurais pu et dû en éclater de rire, mais je m'en abstins, ne voulant pas dévoiler ma personnalité devant cette inconnue quelque peu affable.  

" Je préfère mieux ça... On n'aboie pas sur les gens comme ça Yamiko et je ne tolèrerai pas qu'un des membres de ce clan s'attaque à un autre humain sans aucune raison valable. Est-ce bien clair ? "

En guise de réponse, elle avait émis un léger grognement. Réponse acceptée, je l'avais alors accueillie dans mes bras, l'enserrant de ma main droite, pour la caresser avec la main qui la soulevait juste avant, à savoir la gauche.  Elle sembla apprécier cela, se blottissant un peu plus contre moi. Même si son attention restait rivée sur l'inconnue qui nous faisait face, elle restait calme. Au moins, le dressage semblait bien possible avec elle. Ce serait potentiellement moins compliqué que cela l'avait été pour ma mère avec son père hargneux.

" Kontan, oublie ! "

" Funéééééé ! "

Ma funécire venait de s'approcher dangereusement de l'élève, profitant de ce que nos attentions soient au plus bas afin de tenter de pouvoir  laisser traîner malencontreusement sa flamme de tête et la brûler ou mieux, mettre le feu à quelques affaires. Elle et sa pyromanie... Je soupirais une fois de plus tandis qu'elle venait se replacer à mes côtés en rouspétant. Quant allait-elle enfin comprendre ? Les tours marrants oui, mais brûler... NON !


" Encore une fois... Je vous présente mes excuses pour ce désagrément. Je sens que je vais devoir éclairer la lanterne des mes amies sur deux ou trois sujets en rentrant... J'espère qu'elle ne vous auront rien fait entre votre rencontre et mon arrivée."

Mon sourire n'était que de façade, mon ton neutre.





_________________


Dernière édition par Yuki Yutaka le Jeu 29 Jan - 0:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t817-yuki-yutaka-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t842-yuki-yutaka-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]   Dim 25 Jan - 17:16


Quel iceberg fondra le premier




« Elles n'ont rien fait... »

Sa voix se fit plus faible, se transformant en un grognement sourd. Une douleur vive l'avait saisie à la jambe en lui tirant un grondement de douleur, c'était comme une brûlure qui léchait son mollet. Décidément ce dresseur n'était pas doué pour correctement éduquer ses pokémons. La demoiselle aux cheveux blonds inspira profondément, elle avait eut bien pire, elle n'avait qu'à ce convaincre que la douleur n'existait pas et elle disparaîtrait comme elle était venue. 

« Pff... Conneries. ». reprit-elle.

Soudain la douleur la saisie à nouveau, plus forte que la fois précédente. La demoiselle ne put retenir un petit cri, ses doigts se crispant sur sa jupe à carreaux. Cette fois ce n'était vraiment pas normal. La cadette de la famille Decim se pencha doucement et abaissa avec prudence l'une de ses bottes. En temps normal elle ne serait jamais dévêtue ainsi devant une personne, surtout devant un homme qu'elle venait à peine de rencontrer. Mais la douleur était trop forte et tout sauf normale. La sensation de brûlure s'était accentuée, passant du simple picotement à l'impression qu'on lui collait une braise ardente sur la jambe. La jeune fille au regard d'améthyste risqua un coup d’œil sur son mollet et ce qu'elle vit l'horrifia. Sa peau d'ordinaire d'une douceur et d'un délicatement rosé avait virées à une immonde plaie violette sombre et commençaient à  laisser tomber des petits bouts de peau. Abigail miroita encore longuement les dégâts et jeta un regard terrifié à l'inconnu. Sans qu'elle n'en ai conscience, les yeux de la jeune fille étaient devenues humides.

« Ma jambe, ma belle jambe !  Ça brûle !»

En tant normal elle ne l'aurait avoué sous aucun prétexte, rien ne pouvant briser sa carapace mais là..
Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925

MessageSujet: Re: Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]   Ven 6 Fév - 13:36

Quel Iceberg fondra le premier ?



Et puis quoi encore ? Elle était sur le point de pleurer ? Sérieusement ? Cette fille qui semblait si hautaine, limite pourrie gâtée et qui m'avait pris de haut depuis le début ? Non... Quelque chose devait m'échapper, c'était évident... Je baissais les yeux vers ma Funécire qui se tenait à mes côtés et notre échange visuel fut riche. Malgré cela, nous n'étions pas parvenu à un quelconque accort et nous restions tous deux perplexes. Même Yamiko ne savait trop quoi faire, scrutant l'inconnue avec les sourcils redressés, la mâchoire tombante. Visiblement, tous trois avions raté un épisode.

Je m'étais mis à détailler la jeune femme qui me faisait face. Elle n'avait pas l'air de se moquer de moi. Tout ceci semblait bien réaliste, même si je n'arrivais pas du tout à saisir comment nous avions pu en arriver là. Sa jambe avait une étrange couleur violacée. Une brûlure ? Pas de doute, mais d'un genre bien spécial car violette. Je reposais les yeux sur Kontan qui me regarda d'un air appeuré et se recula de plusieurs pas, agitant frénétiquement sa tête de droite à gauche.

" Funéééééé ! Funé, funé, funé, funéééééciire !"

Elle se disait innocente et semblait réellement craindre de quelconques représailles de ma part. Elle n'avait pas pour habitude de me mentir et à chaque fois qu'elle avait fait une bêtise, elle la reconnaissait volontiers, n'attendant même pas que j'ai  besoin de le lui demander. Elle s'en vantait, assumant chacun de ses actes, aussi fourbes fussent-ils, car c'était bien là que résidait l'essentiel de son plaisir en dehors du coup fourré lui-même. Oui, elle aimait qu'on sache que le méfait était signé Kontan la Terrible. Là, ce n'était vraiment pas elle. J'en étais persuadé. Mes Pokémon n'attaquaient pas les humains de manière aussi ouverte et gratuite. Les brûlures de ma Funécire farceuse n'avaient jamais été aussi graves. Tout ce qu'elle aimait faire, lorsqu'il s'agissait d'humains, c'était faire la parfaite petite bougie laissée à l'abandon, puis lorsque l'imprudent s'approchait un peu trop près, lâcher une flamme suffisamment grosse pour impressionner le badaud sans pour autant le blesser. Effrayer les autres oui, les faire souffrir, non ! Ce point était purement défini et chacun de mes Pokémon le savaient  pertinemment car en cas de manquement, Hikari, ma Chimpenfeu, venait remettre dans le droit chemin tout être qui oserait faire la tête dure. Personne, moi y compris, ne souhaitais être sa cible alors l était clair que tout le monde marchait au pas. Aussi dérangés étaient-ils, aussi singulières étaient leur personnalités, mes Pokémon étaient tous obéissants. Lorsque je disais non, c'était non. De plus, avec tout ce que j'avais vécu durant ces longs moins d'absence, je doutais qu'un d'eux ne tente de m'attirer d'ennuis en sachant que mon retour à l'école était des plus fragile et qu'au moindre coup de mou, je pouvais décider que quitter définitivement Pokémon community pour aller m'occuper de ma mère, ainsi que de mon père.

Je regardais alors alentours, mais rien ne me sauta aux yeux, tout semblait parfaitement normal.   Je me retournais une fois de plus vers Kontan et celle-ci secoua une fois de plus la tête avant de baisser la tête, résignée et blessée. Elle n'y était vraiment pour rien. Il était évident qu'elle n'aimait pas cet être, ce qui m'échappait encore, mais ce n'était pas de son fait.  Une attaque Feu Follet...  Non, ce n'était vraiment pas elle car si tel avait été le cas, elle aurait embrasé la botte au passage. Le plaisir de voir un petit brasier était bien plus grand qu'une quelconque stratégie fine lorsqu'il s'agissait de brûler quelque chose. Le fait d'avoir tenté d'avoir brûlé mes cheveux, mes précieux cheveux à la longueur unique pour un garçon, ce précieux symbole de liberté des Ankoku, ma famille maternelle, avait dû la vacciner pour des vies entières. La correction que je lui avais infligé avant de lâcher Hikari sur elle... Plus jamais elle ne voulait le revivre. Je m'approchais alors d'elle, ignorant alors parfaitement la grande brûlée. Mes Pokémon avant tout, les autres ensuite. Les humains m'importaient peu en fin de compte. Seuls mes amis avaient de la valeur pour moi.  Je m'accroupis alors.

" Je te demande pardon Kontan, j'ai cru un instant que c'était toi, mais à présent, je me rends compte de mon erreur. Je te présente mes plus plates excuses. "

Elle avait relevé la tête,  me jaugeant un instant, puis elle avait sauté sur mon épaule, prenant soin de tenir sa flamme le plus loin possible de ma chevelure.

" Funéééééé ! "

Je me redressais alors pour me retourner vers l'inconnue, mais mon attention fut une nouvelle fois captée par mes Pokémon, deux en particulier. Asobu, suivi de son petit Mélo, fonçaient droit sur moi. Je restais un instant immobile, les observant, attendant la suite des opérations avec impatience. Museau sur le sol à la manière d'un canidé pisteur, mon héricendre cheminait à vive allure imité par la petite fée rose de poche. Cette image était des plus comique et me tira un petit sourire qui disparut quasi instantanément lorsque tous deux passèrent à côté de moi sans même m'adresser le moindre regard. Il était évident que mon premier Pokémon attrapé avait pisté quelque chose et il était en pleine chasse. Je restais un instant coi, les observant s'éloigner derrière moi, passant même à côté de l'élève qui avait les yeux embués.  

* Ah oui, elle... *

Je roulais alors des yeux, poussant un profond soupir avant de m'approcher d'elle.

" C'est une bien vilaine blessure que vous avez là... Vous devriez songer à aller à l'infirmerie, seulement... Je ne suis pas très friand des rencontres avec la tenancière et son acolyte alors tout au mieux, je peux vous accompagner à proximité du bâtiment à défaut de vous indiquer tout simplement la route à suivre, mais en aucun cas je n'y pénètrerais. Seuls mes amis méritent cet exploit de ma part et jusqu'à preuve du contraire, nous ne le sommes pas ! "

Mon ton était vraiment glacial et ne souffrait d'aucune compassion, d'aucun ménagement. Cette situation m'agaçait profondément. J'avais simplement voulu me reposer à l'ombre de cet arbre afin d'être tranquille et voilà que je me retrouvais dans une situation bien embêtante. J'avais bien d'autres choses à penser !  Je poussais un nouveau soupir. C'était vraiment des plus embêtant. Moi qui ne voulais pas parler, j'y étais contraint tout bonnement.

Asobu et Heri, réapparaissant dans mon champ de vision par dessus l'épaule de la jeune fille, attirèrent une fois de plus mon regard. Tous deux tournaient autour d'une poubelle et le hérisson semblait en grande explication professorale devant son élève plus qu'attentif. Après un instant, ils se séparèrent et tournèrent autour de cette dernière, chacun dans un sens pour finir par s'arrêter tous deux au même point, cote à cote.  Asobu indiqua alors la poubelle au  Mélo et celui-ci s'engorgea. Apparemment, il lui était fait l'honneur de passer en premier. Quelle charmante attention bien peu ragoûtante...  Sautant sur la tête du Héricendre, puis sur le banc à proximité, il fit une magnifique pirouette pour finir sa course dans le récipient à détritus, y disparaissant comme un Marill en pleine mer. Fantastique ! L'instant d'après, c'était autour d'Asobu d'y plonger et bientôt, ce fut le calme à la surface. Je me demandais ce qu'ils pouvaient bien trifouiller dedans, mais je le saurais bien assez tôt. Pour l'heure, j'avais une autre préoccupation sur les bras pas spécialement enthousiasmante, mais je n'avais pas le choix.

" Sal ! "

Kawaii venait de se joindre à la partie, se téléportant sur mon épaule gauche, sa main droite appuyé sur crâne. Elle scrutait quelque chose derrière l'élève brûlée, je ne savais pas quoi, mais cela semblait l'intriguer au plus haut point, toutefois, je n'y prêtais davantage attention.

" TARSAL ! "

Ses yeux avaient irradiés et il y eut comme un flash. Je sursautais, tournant la tête vers ma Tarsal. Au même instant, elle avait disparu, se téléportant de nouveau, mais apparaissant dans mon champ de vision juste derrière la jambe de la fille aux yeux couleur ciel hivernal. Elle posa la main sur quelque chose qu'elle tira en s'écartant de plusieurs pas sur le côté, pour finir entre l'inconnue et moi. Un Funécire ? Quelle surprise !

"Eh bien, en voilà une agréable surprise ! Bien joué ma petite Kawaii, grâce à toi, nous savons désormais quel est le plaisantin à l'origine de cette pathétique farce. A présent, il ne reste plus qu'à ce que son propriétaire se manifeste pour venir le récupérer, sinon, lorsqu'il retrouvera ses esprits, nous le laisserons aux bons soins de la vengeance de Kontan et Hikari lui inculquera quelques notions utiles qui semblent lui faire honteusement défaut..."

La bougie qui faisait semblant de ne pas être en état venait de se trahir, se dressant et tremblant comme une feuille. Kawaii l'empoignait au mieux, le fixant les yeux brillants prête à lui décocher une nouvelle attaque psy.  Je savais que cela ne lui faisais pas grand chose, mais le regard de Kontan sur lui semblait faire effet et visiblement, il connaissait mon starter donc...
°soupir°






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t817-yuki-yutaka-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t842-yuki-yutaka-noctali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]   

Revenir en haut Aller en bas
Quel Iceberg fondra le premier ? [with Abigail Decim]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-