Partagez | .
Chocolats ? Fleur ?
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186

MessageSujet: Chocolats ? Fleur ?   Lun 16 Fév - 18:50


Badum, badum, badum...

Un, deux, trois... Pourquoi cette envie soudaine de compter mes battements de cœur ? Ce petit son transperçait le silence de la nuit, alors que les ronflements de Henné et Ancy se faisaient bien plus discrets que ma frustration. Non, je n'arrivais pas à dormir. D'une main, j'attrapais mon iPok afin de regarder l'heure pour la énième fois. 00h23. Il serait grand temps que Cresselia me prenne dans ses bras, je ne voulais en aucun cas passer une nuit blanche. Demain serait un grand jour et je devais me préparer psychologiquement à prendre l'initiative. Mais que faire ? Que dire ? Raah ! Toutes ces pensées me stressaient, ce qui accélérait mon rythme cardiaque, ce qui me faisait compter les battements et tout ceci m'empêchait de dormir ! Quel cercle vicieux !

9h40. Mon iPok vibre une fois, deux fois, trois fois. Intrigué par ce bruit sur ma table de chevet, j'ouvris un œil avant d'attraper à nouveau le téléphone à une main. Quand m'étais-je endormi ? Je ne le savais même pas. Vu l'heure affichée, cela avait du être rapide. Enfin bon, ce n'était pas le plus important. Qui avait bien pu m'envoyer des messages de si bonne heure ?


Maman - 14 Février 2015 ; 9h40
Joyeuse Saint-Valentin mon petit prince ! Maman t'aime très fort et t'enverra des chocolats par colis ! ♥ Ton père et moi on va dîner au grand restaurant 5 étoiles pas loin de la maison. Passe une bonne journée. ♥


Même après toutes ces années, ma mère m'envoie toujours un message pour la Saint-Valentin. D'ailleurs, mon père voyait toujours les choses en grand pour terminer par un dîner dans un restaurant super chic. Je me demandais ce qu'il comptait faire cette année pendant cette journée.


Cynthia - 14 Février 2015 ; 9h41
Coucou mon petit Allen ! J'espère que tu ne dors plus à l'heure qu'il est ! Je suis certaine que toutes les filles n'attendent que ton réveil pour t'assaillir de chocolats ! Cette année je pense que tu n'auras pas besoin des miens ! Va voler leurs cœurs ! Bisous ! ♥


Comme toujours, c'était bien plus qu'embarrassant ! J'avais pratiquement envie de lui dire que j'avais trouvé quelqu'un et que je n'avais pas donc pas besoin de prier pour obtenir ne serait-ce qu'un chocolat. Tout ça, c'était du passé maintenant ! Mais bon, si je faisais le malheur de le lui dire, elle ne me lâcherait pas une seule seconde. Bon, qui était le dernier message ? Peut-être Estelle ?! Elle m'aurait devancé ?! Rien que l'idée me fit me redresser sur mon lit. La peur au ventre, j'ouvris le dit message.


??? - 14 Février 2015 ; 9h42
Joyeuse Saint-Valentin... Ne vas pas t'imaginer que je t'envoie ce message à toi en particulier hein. Et puis, si je t'envoie des chocolats, c'est pour la forme hein. Je voulais encore te remercier pour ce que tu as fait pour moi, et puis je... En fait, c'est tout ! Bye !


... C'est qui ? Je ne connaissais pas du tout ce numéro, et je ne me rappelais pas du tout de cette tê... AH ! JUSTINE BIBEURRE ! Comment avait-elle fait pour avoir mon numéro ? De toute façon, je n'avais plus de temps à perdre, il fallait que je fonce à la douche. D'un seul bond, j'enlevais mon pyjama pour me diriger vers la douche. Aujourd'hui plus qu'un autre jour, je me devais d'être impeccable. Nouveau gel, nouveau style, c'était maintenant ou jamais. Voila une bonne chose de faite. Il ne me restait plus qu'à contacter Estelle, pour savoir ce qu'elle faisait aujourd'hui. Je ne pouvais décemment pas y aller directement, du genre "Coucou mon coeur, c'est la Saint-Valentin aujourd'hui, il faut absolument qu'on se voit. ~", rien que d'y penser me mettait à genoux. Une approche plus subtile ferait l'affaire... Allez, hop, envoyé.




Environ trois minutes plus tard, la réponse arriva. Je sourcillais un moment, car je ne comprenais pas ce qu'elle entendait par "surprise". Dans le doute, je ne relevais pas l'information, histoire de ne pas me mettre dans la mouise, même si tout ça ne me disait rien qui vaille. Une rose ? Quelqu'un lui a offert une rose par surprise ? Mes yeux changèrent d'expression. Dans la minute, je répondis à Estelle qu'il s'agissait bel et bien d'un cadeau de ma part. Je ne sais ce qui m'a pris, mais il me faudrait trouver le coupable. Qui aurait pu ? Un nouvel élève ? Ou alors quelqu'un qui savait pertinemment que j'étais avec elle ? Les rumeurs vont vite dans cette école, surtout avec le Z... le Zarbdomadaire. Mais oui. Dans la dernière édition, ils parlaient de Leonidas, un Phyllali blond que j'avais rencontré lors de la première année. C'était sans doute lui. Mais trêve de tergiversation, il me fallait me rendre directement au dortoir Mentali.

Pour gagner du temps, j'avais fait appel à Dott, mon chemin se ferait par la voie des airs. Je fus donc arrivé devant le dortoir en un rien de temps. En me dirigeant vers la porte, Je rappelais mon fidèle compagnon pour en appeler un autre, une autre pour le coup. C'était Lyne. Je lui murmurais quelque chose à l'oreille, ce qui la fit rougir amplement, avant de prendre une mine sérieuse, sourire aux lèvres. Le moment fatidique était arrivé, il ne me manquait plus qu'à frapper à la porte. Une grande inspiration, le cœur battant la chamade, je me lançais finalement à l'assaut. Toc toc toc.



➖"Estelle ? C'est moi, Allen."



Je ne me souciais déjà plus des regards curieux de ces nombreuses filles qui n'arrêtaient pas de faire des allers-retours en déposant une boite de chocolat à mes pieds à chaque fois. Si Estelle n'ouvrait pas vite, je serais bientôt enseveli sous une avalanche de chocolats !

_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t215-allen-wills-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t220-allen-wills-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Lun 16 Fév - 22:14


14 février. La fête des amoureux. Le jour le plus attendu de l'année pour toutes ces mentaliennes sans cervelle qui passaient leur temps à piailler sur leurs conquêtes, sans se soucier du reste. Et moi, dans tout ça? Je m'éveillai difficilement d'une nuit de cauchemars, le coeur serré et le regard soucieux. Je me tournais et me retournais dans mon lit, au milieu de mes longs cheveux roses, toujours porteuse de mon pyjama. Un pantalon de pyjama simple, blanc avec de petits coeurs rouges, et en guise de haut un très ample t-shirt, rose, marqué de l'inscription  "RAE". Décidément, ce matin j'étais très, très concept. Un peu trop peut-être, comprendront ceux qui pourront, mais c'était suffisant pour me motiver à aller faire la file avec.... ah merde. Je regardai le cadran. Ouf, six heures trente-deux. Toutes les mentaliennes dormaient encore, je pourrais aller tranquillement me laver sans que l'une d'entre elle ne tente de me faire un autre coup tordu. J'abandonnai mon oreiller, m'extirpant du lit sans faire trop de bruit pour récupérer mes vêtements, ma serviette, savon, shampoing, revitalisant et crème à l'orchidée. Ah non, c'est vrai, je l'avais égarée celle-là. Celle que j'avais utilisé pour masser Leo. Je me mordis la lèvre inférieure. Aller, à la douche, histoire de faire passer tout ça sous un jet d'eau glacée. Pour la peine aujourd'hui je prendrais celle au lilas. Pas ma préférée, mais ça devrait faire l'affaire malheureusement.

Quoi qu'il en soit, j'avais fini par me rendre sur place et j'avais ouvert l'eau, fermant les yeux en la laissant venir asperger mon visage. Ma discussion avec Kaeko avait réussi à me faire retrouver la sérénité quelques temps, mais maintenant que le grand jour était là, toutes sortes de question et de réflexions se bousculaient dans ma tête. Hey Allen, je te dis ça comme ça, mais en fait avec Leo j'ai juste massé son Pokémon puis lui ensuite, mais je te jure qu'il ne s'est rien passé d'autre et que tu n'as pas à être inquiété, mais je voulais te le dire quand même, juste comme ça. Je me remplis les joues d'eau avant de l'expulser en un jet songeur, les yeux perdus dans le vide. C'était beaucoup trop suspect ça. C'était la stricte vérité pourtant, mais dit comme ça j'aurais bien trop l'air de tenir à ce qu'il le sache et ça prouverait qu'il y avait lampéroie sous roche. Un lampéroie si bien caché que je ne savais pas moi-même ce qu'il en était. Attendre qu'il aborde lui-même le sujet et en parler de manière détachée comme si de rien n'était? Peut-être. C'était après tout ce qui semblait le plus naturel. Non, il était inutile de prévoir quoi que ce soit. Je devais simplement me détendre et essayer d'envisager une belle conclusion à cette journée. Attitude positive, ça pouvait tout régler! Leonidas était un ami de toute façon, voilà, juste un ami et rien de plus. Il n'y avait rien d'autre à chercher, rien d'autre à envisager, rien d'autre à craindre. Sans oublier que la réciproque devait aussi être vraie alors voilà, c'était bien la preuve que je m'inquiétais pour rien. Je terminai donc ce que j'avais à faire, sois ma routine beauté complète, et retournai à ma chambre vers sept heure et quelque chose. Enfilant des vêtements quelconques, je me glissai hors du dortoir Mentali, direction les souterrains.

Pourquoi cette direction là plutôt qu'une autre? Oh, élémentaire mon cher lecteur. J'avais échoué, lamentablement, drastiquement et de façon légendaire à la confection de chocolats. L'idée de lui en acheter tout simplement était, pour sa part, la pire qui soit. Cette fête était déjà assez commerciale comme ça, je ne comptais pas encourager ça encore un peu plus. De plus, certaines de ses fans allaient sans doute avoir réussi à lui en faire maison, du coup les miens n'auraient plus aucune signification et, cela, je ne pouvais pas me le permettre. En cette journée, j'avais énormément de pression. Je devais être meilleure que toutes ces filles. Je devais offrir LE cadeau qui dirait une bonne fois pour toute à ces idiotes que je méritais la place que j'avais gagné dans le coeur de leur prince blond. Mais là était toute la question, est-ce que je la méritais toujours? Emportez moi le régiment complet de ses fans et je n'aurai aucun problème à les regarder dans les yeux et à leur dire d'aller se trouver une vie. Placez moi devant le regard céruléen d'Allen Wills et je pouvais déjà sentir mes mots s'amonceler dans ma gorge et refuser d'en sortir. J'haussai le pas, baissant les yeux et rentrant quelque peu la tête dans les épaules, comme si je marchais face à un grand vent, m'engouffrant dans les dédales souterrains de l'Académie, direction l'antre du Collectionneur. Je ne m'y attardai pas, je savais ce que je voulais. J'en avais même fait la demande spéciale, quelques jours plus tôt. Dès que j'avais compris que les chocolats ne le feraient pas à dire vrai. C'est donc les poches beaucoup plus légères que je rentrai au dortoir Mentali, un oeuf de Riolu soigneusement porté par mes soins.

Le retour à ma chambre se fit de la même façon, avec un pas rapide et nerveux, les épaules tendues. J'essayai de me vider l'esprit, de remettre toutes mes angoisses à plus tard, mais plus le temps avançait et plus j'avais l'impression que mon coeur se serrait et que mes tripes jouaient du coude pour remonter. Rien de très très glorieux en somme, sinon le soulagement lorsque je pu fermer la porte derrière moi et poser le petit trésor sur mon lit. Ni une ni deux, le comité d'accueil se forma, mes compagnons venant veiller sur le nouvel arrivant et donner chaleur à cette coquille rafraîchie par l'air encore frais de février. Et maintenant quoi? Bonne question. Très très bonne question. J'allai m'asseoir à mon bureau, devant mon vaste miroir, toujours silencieuse. Mon regard chocolat vint à sa propre rencontre, suite à quoi j'observai machinalement mes propres traits. Ça n'allait pas le faire, ça n'allait jamais le faire. J'avais encore l'air d'avoir la tête dans l'oreiller et le coeur dans le mixeur, ce qui n'était peut-être pas si loin de la vérité. Il fallait que je respire un peu, que je trouve une façon de me détendre et d'arrêter de culpabiliser autant. C'était limite de l'auto-torture là. Certes, je m'en voulais, certes je ne le ferais pas si c'était à recommencer, mais bon sang, ce n'était pas comme si je l'avais embrassé ou quoi que ce soit du genre! Et puis j'étais éleveuse, même que je voulais me diriger vers la médecine. Est-ce que je réagirais comme ça chaque fois que quelqu'un viendrait me voir? Oui bon, ma clientèle serait sans doute majoritairement constituée de Pokémons, mais ça n'empêchait rien, n'est-ce pas? J'avais peut-être manqué de professionnalisme vis à vis de Leo, mais ce n'était jamais qu'un patient comme un autre, voilà! Mais alors pourquoi cette phrase m'était-elle si amère? Pourquoi, encore et toujours, j'en revenais là. Idiotie, assurément.

Hm? Ash était tourné vers la porte, la trompe bien droite, comme s'il sentait quelque chose de l'autre côté. Je tendis l'oreille, me faisant complètement immobile et allant jusqu'à retenir ma respiration, comme si cela allait changer quoi que ce soit. Je n'avais pas l'impression d'entendre quoi que ce soit, mais l'éléphant bleu insista encore, me poussant à la curiosité. Je me levai, me dirigeant vers la porte avant de poser la main sur la poignée et de tourner, lentement. Surprise matinale? Coup tordu des mentaliennes? Kaeko peut-être bien? Ou simplement l'imagination de mon plus loyal Pokémon? Il n'y avait qu'une seule et unique façon de le savoir, soit ouvrir la porte et voir se qui se tenait de l'autre côté. Rien en vue, pas de mon premier coup d'oeil en tout cas. Pourtant, j'avais l'impression de me tromper. J'avais l'impression d'une présence familière. Comme si, simplement en allongeant le bras, j'allais effleurer un individu que j'avais l'habitude de voir, dont la présence était rassurante. Ce n'était même pas une odeur, même pas un bruit, juste une impression. Ce n'est qu'un petit cri de Phanpy qui me fit finalement baisser les yeux pour découvrir, sur le pas de ma porte, une rose d'un blanc immaculé. Elle était si belle, allongée sur le sol, abandonnée à la découverte de la prochaine personne qui passerait ici. Ça ne pouvait pas dater de très longtemps, j'étais revenue quelques minutes plus tôt à peine. Je m'accroupis pour la ramasser, délicatement, comme pour ne pas l'abîmer. On avait pris la peine d'en retirer les épines, pour ne pas que je me blesse. C'était un cadeau. Si ça avait été un sale coup des mentaliennes, elles n'y auraient pas pensé. Même, elles auraient espéré que je m'y abîme les doigts. Peut-être était-ce voulu pour me faire croire que ça venait d'un admirateur et mettre encore un peu plus de raffut dans ma tête? Non, trop élaboré pour elles. Allen? Je fermai les yeux, sentis la fleur, laissant son parfum venir m'imprégner. Peut-être bien, mais ça ne ressemblait pas à sa façon de faire.

Au final, je refermai. Il n'y avait personne dans ce couloir et, si le messager avait pris la fuite, il y avait très peu de chance pour qu'il revienne immédiatement sur les lieux du crime. Valait mieux, donc, me retirer avant que l'on ne me voit regarder hors de ma chambre une rose à la main. Remarque, ce n'était peut-être pas pour moi! Je n'étais plus seule dans ma chambre. "Pour Estelle". Plus de doute, maintenant. On l'avait laissée là pour moi et pour personne d'autre, aujourd'hui, le 14 février. Je la déposai sur mon bureau, l'y abandonnant comme si je m'y étais piquée. Qui? Une question de plus que j'allai ranger dans mon esprit, juste à côté de Pourquoi? Remarque, pour le coup, j'avais peut-être une idée. Une idée délirante et complètement déplacée, mais qui avait fait son bout de chemin derrière mes mirettes chocolatées. Ni une ni deux, j'allongeai le bras et récupérai mon iPok, laissé à charger la veille. Comment formuler ça?

Discussion iPok

Hmm, peut-être un message caché derrière? Je continuai de tapoter sur le clavier. C'est qu'il avait l'air bien renseigné là-dessus le Leonidas. En même temps, le lion était tout de même un scientifique Phyllali, la crème de la crème niveau intellect dans cette Académie, était-il donc si surprenant à ce qu'il s'y connaisse un tout petit peu niveau botanique? Enfin, c'était surtout niveau langage des fleurs là en fait. Un domaine typiquement Mentalien et donc, si même quelqu'un comme moi n'était pas au courant, la liste des suspects se diminuait considérablement. Enfin, il fallait encore attendre de voir la signification cachée derrière la rose blanche, peut-être que cela pourrait s'avérer révélateur, qui sait? Oh.  Pureté, innocence, amour secret. Ce n'est peut-être pas écris, mais c'est comme si il te disait : Je t'aime en silence. Allen n'avait aucune raison de m'envoyer une fleur comme celle-là. Je déglutis, secouai la tête de gauche à droite et inversement, c'était une erreur, c'était pour la mauvaise Estelle ou n'importe quoi de ce genre. Mais et si? Je commençai à taper ma réponse, lui demandant s'il pensait que'il serait une bonne idée de la mettre dans mes cheveux, pour faire rager les mentaliennes qui auraient pu la laisser là. Parce que c'était forcément ça, n'est-ce pas?

Eh? Melty? Mais! Je ne dormais pas en classe moi! Je fronçai les sourcils, pris une mine boudeuse et c'est presque en rageant que je lui envoyai la réponse suivante. Si facilement que ça, l'ambiance avait été détendue, le sujet peut-être pas écarté, mais mes soupçons endormis alors que je pensai du même coup à ma fameuse crème qui me faisait défaut en ce jour de la Saint-Valentin. Oh, comme ça il l'avait véritablement, au moins c'était un mystère de résolu, me dis-je en continuant de me préparer de façon distraite entre deux réponses. J'étais en train d'essayer de boucler mon impressionnante chevelure lorsque, en tentant de taper, ma maladresse me rattrape. Je laissai échapper un petit cri de douleur, éloignant vivement le fer de ma pauvre oreille rougie et laissant glisser mon iPok jusqu'au plancher, ce qui eu pour effet d'envoyer mon message de façon automatique. Je débranchai le fer et le rangeai rageusement avant d'inspecter mon oreille, ignorant la vibration de mon iPok m'annonçant que j'avais reçu un nouveau message. Pour le coup je n'avais pas manqué mon coup. Aie! Je devais faire quelque chose pour arranger ça, mais quoi? Encyclopédie Blackhart à la rescousse! Compresse d'eau, compresse d'eau! Ah! Ouf. C'était douloureux, mais avec un peu de chance ce serait oublié dans l'heure.

Je finis donc par me poser, encouragée par mon ami qui semblait trouver que je faisais beaucoup de trucs en même temps. Oui bon, ce n'était pas faux. Déjà un peu apaisée, je poursuivis l'échange de messages avec Leo, prenant ces quelques minutes pour souffler un peu au lieu d'essayer de me préparer sur trois fronts différents en même temps. Le sujet passa donc sur son colocataire, puis sur ma crème, sur la Saint-Valentin et, finalement, je lui demandai son avis pour ma tenue. Selon lui, s'il y avait rendez-vous galant, je ne pouvais pas me tromper. Hmm, j'aurais bien aimé le savoir ça d'ailleurs. Leo sembla d'ailleurs mettre tout de suite le doigt sur le problème et je me confiai un peu timidement, ne souhaitant pas non plus trop le déranger avec tout ça. Au final, il décréta qu'il me laissait me préparer et je lui envoyai donc un dernier message, pour le remercier. Notre échange n'avait pas duré très très longtemps, mais pour le coup il avait réussi à faire diminuer la pression et je me sentais déjà plus calme. Tout se passerait bien, Leo était un bon ami sur lequel je pouvais compter, sans plus. Un sourire serein maintenant sur le visage, je me retournai vers mon miroir. Ça n'allait pas, je n'aurais pas le temps de boucler tout ça. Petit regard vers la rose. Réflexion. Décision.

Ni une ni deux, je retirai mes imposantes rallonges du même rose barbe à papa que ma chevelure naturelle et je les rangeai à leur place, laissant donc simplement ma véritable crinière, s'arrêtant dans le bas de mes omoplates. Maintenant, plus qu'à relever tout ça et à bien agencer le tout, avec quelques mèches pour encadrer le visage et, de manière élégante, la fleur qui tiendrait en place avec la barrette flashy offerte par Allen. Simple, efficace, rapide à faire. Avec ça je terminai de me maquiller les yeux et passai un baume sur mes lèvres naturellement rosées. Hmm, regard vers la robe dans mon placard. Regard vers le maquillage. Je devrais me colorer un peu les lèvres, même si ce n'était que de façon subtile, avec le rouge de la robe ça allait ressortir à la perfection. Boucles d'oreilles? Non, pas boucles d'oreilles. Bas nylon! Je traversai la pièce, manquant de me prendre les pieds dans mes petits Pokémon excités, tous contents de voir que leur dresseuse se préparait à une grande journée apparemment. Pas le temps de les enfiler, toutefois, que mon iPok vibrait de nouveau. Le message que j'attendais?! Vol plongé accompagné d'une figure quasi acrobatique et...... gagné! Message d'Allen! Je souris d'ailleurs à sa lecture. Une fois de plus, il avait l'air assez gêné de faire ce genre de choses, comme si ça ne lui était pas si naturel. Enfin, il fallait s'y attendre en même temps. Je lui répondis donc spontanément, oubliant momentanément que nous avions besoin de parler sérieusement. Je re-déposai mon iPok, profitant de son temps de réponse généralement lent pour enfiler mes bas collants, histoire de dissimuler un minimum ma peau et de ne pas geler tout rond lorsque nous sortirions du dortoir. Enfin, si nous en sortirions. Raaah! Je détestais ne pas savoir où nous allions! Et puis si c'était simplement un petit truc tranquille et que je me présentais habillée assez chic pour aller manger dans un restaurant par exemple ou quoi que ce soit du genre, ou même un activité qui bougeait plus ou peu importe, ce serait assez gênant. Remarque l'inverse le saurait tout autant. Il faudrait que je lui en parle de ça aussi! Enfin, justement, il faudrait que je lui parle de ça. La communication, le travail d'équipe, prévenir l'autre de ses projets, surtout quand l'autre est une mentalienne qui va être jugée par toutes ses pairs à chaque apparition publique aux côtés d'Allen. Satanée pression sociale de mes deux!

Vibration, plongeons de la mort, lecture. Il n'avait vraiment pas l'air convaincu. Je levai mes yeux vers le miroir, regardant la rose bien fixée dans ma chevelure déjà toute coiffée. Alors, elle viendrait de lui? Dans ce cas aucun problème à la garder. Mais il n'avait vraiment pas l'air sur... Dans ce cas je ne voudrais pas me présenter à lui avec, dans les cheveux, un présent qui n'était pas de mon aimé. Nouveau tapotement de clavier, envoyer. J'allais déposer mon iPok une fois de plus, croyant qu'il prendrait son temps pour répondre comme à l'habitude, mais non. Réaction instantanée, délais passé de 10 minutes à 3 minutes, en moins de deux. Hey?! Mais il venait de me voler cinq bonnes minutes de préparation là! Je tapai fiévreusement pour lui envoyer mon dernier message sans perdre de temps et je me tournai vers l'armoire. Robe de super espionne, petite robe rouge classique, la robe du bal de promo, costume de sorcière, robe de super espionne. Je fis la moue, mes lèvres s'animant de scepticisme. Oh, j'avais au moins le temps de l'essayer, non? Je ne savais même plus, avec toute cette hésitation, j'avais définitivement perdu du temps, mais je n'avais pas le temps de vérifier combien. Je défis donc la fermeture éclair sur le côté et, faisant bien attention à ma coiffure, j'enfilai le vêtement et ré-attachai, me regardant dans le miroir alors que je plaçais le tout pour atteindre la perfection. Hmm, c'était trop. Définitivement. Il me fallait quelque chose de plus passe-partout, quelque chose de moins-- toc toc toc. Merde!

La voix d'Allen me parvint de l'autre côté de la porte, me laissant savoir que mon délai de préparation venait de toucher à sa fin de manière abrupte. Deux minutes au chrono, deux! C'est six minutes dont il m'avait dépossédé en fait! Oh merde, aller, plus vite que ça, je devais me changer avant qu'il ne me voit dans cette robe beaucoup trop chic, beaucoup trop jolie, beaucoup trop parfaite pour un rendez-vous galant. Hmm. Réfléchis réfléchis réfléchis! Bon, déjà essayer de me changer peut-être? Hein?! La fermeture éclair était coincée!?! Je poussai un soupir résigné. Bon bah, plus trop le choix. J'allais devoir lui ouvrir la porte comme ça, timide et vêtue de cette robe sans doute pas adaptée du tout. Enfin, robe qui avait quand même réussi à faire lever Leo de son siège d'un bond, ce après quoi il avait quitté la boutique sans demander son reste pour des raisons que je ne comprenais toujours pas à ce jour. Depuis, je m'étais demandé à plusieurs reprises qu'elle serait la réaction d'Allen en me voyant ainsi vêtue, sans oublier que je portais encore sa rose dans mes cheveux. Il était maintenant temps de le savoir. Une dernière respiration et je lui ouvris, prête à croiser son regard de saphir.

- Désolé pour l'attente.

Mes yeux rencontrèrent sa silhouette, vêtue différemment de l'habitude. Sa chevelure, également, ne semblait pas organisée de la même façon. Plus que cela, son air n'était pas non plus le même, loin de là. Certes, une petite montagne de boites de chocolat semblait en train de grossir à vue d'oeil à ses pieds, comme dans une véritable caricature de shojo manga, mais je le remarquai à peine. Mon souffle s'était coupé un instant, car jamais, oh grand jamais, je n'avais vu une expression comme celle-là sur ce visage habituellement si réservé. Pourquoi un tel éclat de tristesse en ses iris lapis lazuli? Qu'est-ce qui s'était passé? Qu'est-ce qu'il ne m'avait pas dit? Je me décalai rapidement de la porte, pour le laisser entrer malgré le fouilli qui était de né de toute cette préparation typiquement mentalienne, refermant la porte derrière lui. Le coeur maintenant lourd, le regard timide, je replaçai une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de me tourner vers mon placard, le coeur battant plus vite et l'angoisse, la nervosité et le stress me rattrapant tous d'un grand coup, sans que je sache comment gérer tout ça.

- En fait j'étais encore en train d'essayer des tenues tu vois! Ce n'est pas... enfin, il y a probablement mieux! haha! Et dire que je n'ai même pas eu le temps d'emballer ton cadeau, je suis vraiment tête en l'air aujourd'hui! Euhm, ouais euhm, du coup... Désolé je peux pas en fait. Qu'est-ce qu'il y a, Allen?

Ma voix s'était fait plus sérieuse, mes mains s'étaient refermées avec la frustration de l'impuissance et mon regard s'était attristé, comme s'adaptant au sien. Pourtant, j'avais du mal à le soutenir, cet éclat d'un bleu brillant. Pourvu que je me fasse des idées. Pourvu que ce ne soit rien de grave. Pourvu que je puisse simplement me changer, mettre un truc mieux et qu'ensuite nous puissions juste profiter de la Saint-Valentin, normalement, sans soucis ni inquiétude.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Mer 18 Fév - 23:19


La voici.

La rose vêtue d'une robe rouge fleurie de motifs blancs de Pokémons Dragons. Je ne savais pas exactement où regarder, mais mes yeux ne pouvaient se détacher de sa silhouette. Dans un effort surhumain, mes iris bleutés réussirent à revenir sur son visage. Belle comme le jour, si je pouvais, je resterais là à la regarder sans bouger. Mais dans cette scène éblouissante de charme, un détail vint perturber mon regard. La voila donc, la fameuse rose. Une rose blanche perdue dans ses cheveux. Rien que le fait de la voir me rendrait encore plus triste, mais je ne pouvais pas laisser ça durer. Alors que j'entrais dans la pièce, je pensais d'ores et déjà à ce que je comptais dire. Je ne pouvais pas le cacher plus longtemps, et de toute façon, Estelle voyait que quelque chose n'allait pas avant même que je ne puisse ouvrir la bouche.

La mine gênée de ma compagne me blessait particulièrement. Je ne voulais pas la faire souffrir, je ne voulais pas non plus la décevoir. En ce jour très spécial, je ne pouvais me permettre de laisser courir un tel mensonge. Je l'avais prise de court, mais je ne pouvais plus attendre. De ma main droite, je vins effleurer le visage d'Estelle avant de remonter vers la rose de ces cheveux, afin de la lui enlever et de la contempler. Je ne connaissais pas le langage des fleurs, mais choisir une rose blanche voulait forcément dire quelque chose. J'aurais voulu écraser cette rose de mes propres mains, j'aurais voulu la détruire, la donner à manger à ma Mysdibule qui me regardait avec de grands yeux inquiets, mais au final, je vins la déposer dans un vase pas très loin - non, je ne connais pas la chambre d'Estelle dans ses moindres détails, non, c'est faux. Je revins vers elle, me tenant un bras avec l'autre. Il fallait que je brise le silence.



➖"Estelle... Hum, je veux m'excuser... Cette rose, je n'y suis pour rien. Ce n'est pas moi qui te l'ai offerte..."



Je fermais les yeux, en prenant une grande inspiration. Je posais mes deux mains sur les épaules d'Estelle, avant de les faire glisser le long de ses bras, jusqu'à lui tenir les mains.



➖"Quand tu m'as dit que tu avais reçu une rose, j'ai... j'ai paniqué, je me suis pris d'une si grande jalousie que j'ai voulu dire que c'était moi qui te l'ai donnée. Je suis désolé..."



Je ne comptais la lâcher de sitôt. J'étais fou amoureux d'elle, c'était une certitude. Quand je la regardais, je revoyais toutes ses expressions que je connaissais d'elle, en passant de son visage ébahi au moment où je refermais cette fameuse porte de bibliothèque, à son expression de courage en allant affronter une multitude d’arachnéens. Si cette situation n'avait pas été aussi délicate, je n'aurais pas hésité à lui voler ses lèvres, mais je ne pouvais pas me le permettre, pas sans savoir ce qu'elle pensait de mon acte que je qualifierais d'odieux. J'avais voulu m'approprier les sentiments d'une autre personne, et ça, je ne sais pas si elle pouvait me le pardonner. Je ne pouvais pas non plus la prendre dans les bras, ce serait totalement injuste de ma part. Je devais rester le plus neutre possible, même si je ne voulais pas relâcher ces douces et soyeuses mains.

En nous regardant, Lyne, après avoir ramassé tous les chocolats par les demoiselles et les avoir rangé dans un petit sac, vint aux côtés d'Ouji-sama, avant de le regarder un long moment. Elle tournait frénétiquement la tête entre lui et nous, avant de tenir la patte la plus proche de son camarade Pokémon, sans le regarder. Elle sentait que les choses n'étaient pas aussi joyeuses qu'elles ne le devraient, alors elle pensait apporter un peu de soutien à ce Pokémon qui se tenait là. Peut-être était-ce aussi sa manière de montrer qu'elle était touchée par ce qui était en train de se passer, mais une chose était sûre, si Ouji-sama lâchait sa patte, elle lui ferait faire un tour dans sa mâchoire.

En attendant, je ne fis pas plus de remarques, ni sur sa tenue, ni sur la rose. Je ne lui demanderait pas si elle savait de qui pouvait venir la rose, en soit, ce n'était pas si gave si ? Si ça l'était, ça voudrait que j'étais un nombre incalculable de fois coupables à cause de tous les chocolats que j'avais reçus juste devant sa porte. Je mangerai tous ces chocolats, car je ne crachais sur les sentiments de personne, mais je n'attendais qu'une seule chose, c'était l'amour d'Estelle. Dis-moi, Estelle, que cette rose n'a rien de grave. Dis-le-moi !

_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t215-allen-wills-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t220-allen-wills-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Jeu 19 Fév - 5:59


Ses orbes de saphir m'avaient parcourues, de bas en haut et de haut en bas, comme ne sachant pas où se poser, ne sachant ce qu'elles devaient admirer. J'avais retenu mon souffle, patiente, attendant que ses iris remontent jusqu'aux miens, pour me laisser y lire ce qu'il pensait de cette tenue. Au final, il n'avait pas eu besoin de me complimenter, son visage avait parlé pour lui. Tout comme ses traits le trahirent lorsqu'il remarqua la rose dans mes cheveux. Mais, pourquoi? Effrayée, gênée et anxieuse, je l'avais donc finalement invité à entrer, tentant de faire comme si tout allait bien, comme si rien ne me tracassait, mais j'étais incapable de le lui cacher plus longtemps. Je voulais des réponses à mes questions et Arceus sait à quel point elles étaient nombreuses. Je voulu entrouvrir les lèvres, l'interroger d'avantage, mais il fut plus rapide, sa main venait rencontrer mon visage avant de monter un peu plus haut encore, en ma chevelure au rose si doux.

Je m'étais figée, n'osant plus faire un mouvement. Je ne regardai même pas sa main, j'étais perdue en la contemplation de ses traits, de cette tristesse si inhabituelle. Il y avait, en l'armure d'Allen Wills, plus grand top dresseur de l'Académie, Préfet des Noctalis et j'en passe, une faille. Un petit coin terne, un petit point faible. Un petit quelque chose qui s'était matérialisé en cette fleur, qui était devenu concret via cette rose blanche. Aurais-je du en être blessée? Aurais-je du en être flattée? Je ne le savais guère, mais tout en son expression et en son attitude me laissait deviner le mal qui le rongeait et cela s'avérait plus que suffisant. Il retira la fleur de mes cheveux, délicatement, avant de l'approcher de son perçant regard céruléen, la détaillant sous ses diverses coutures, comme s'il n'en eut jamais vu auparavant. Je déglutis. Impossible de nier l'évidence. Allen m'avait menti. Mouvement de recul de ma part, alors qu'il l'abandonnait en un vase avant de reporter son attention vers moi. La façon qu'Allen avait de se tenir dégageait la culpabilité, tel un jeune garçon qui viendrait avouer un méfait, se préparant à user de ses charmes pour amoindrir sa sentence. Il avait commencé par appeler mon prénom, simple mot qui, en ses lèvres, sonnait différemment, éternellement. Puis, les aveux.

Je détournai le regard, me faisant soudainement fermée à lui, comme si mes pensées s'étaient tournées ailleurs. Peut-être parce que, au fond, je pensais réellement à quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui avait su ce que signifiait cette fleur, si rapidement, et qui, peut-être, je dis bien peut-être, aurait pu vouloir me l'offrir. Leonidas pouvait-il réellement être l'auteur de cette surprise? Pensais-je à lui juste parce que nous avions passé beaucoup de temps ensemble récemment, ou était-ce parce que, quelque part au plus profond de moi, j'espérais secrètement quelque chose? Non, c'était insensé. Je pensais n'importe quoi. Retour à la réalité, maintenant. Je devais oublier ces idées ridicules et, en un timing impeccable, un autre blond m'y aida. Ses mains vinrent se poser sur mes épaules, contact devenu plus familier qu'autrefois, douce caresse alors qu'il parcouru le chemin qui séparait ses mains des miennes. Malgré moi, je m'y accrochai, comme si ce lien physique était notre garantie, comme si c'était ce qui nous restait de plus précieux. Comme si, dans les instants à venir, ce quelque chose d'intangible serait mis à rude épreuve et que nous voulions nous y accrocher, pour traverser l'orage. Ainsi, il avait paniqué? Pris d'une grande jalousie, son premier réflexe avait été de me mentir, de vouloir me faire croire qu'elle venait de lui? Avais-je donc l'air niaise au point de croire tout ce qu'il me racontait? Oh, pourtant, j'avais bien voulu le croire pour fuir la douce vérité se dissimulant derrière ce présent, mais cela, c'est une histoire qui concernait un autre blond.

Je devais croiser son regard, relever la tête et laisser mes iris rencontrer les siens, mais cela m'effrayait. Pas que j'avais peur de ce que je pouvais y lire, non, bien au contraire. J'avais peur de ce que lui verrait dans les miens. Il y avait un moment, maintenant, que j'encaissais certaines choses et que je ne parlais pas, que j'avais accepté ma condition et que je tentais d'ignorer les ragots des mentaliennes, mais ça, ça. Une fois, je veux bien, ça s'explique, il y a toujours des raisons derrière. Après oui, ce n'était qu'une rose, ce n'était pas grand chose, ça avait été mal, mais c'était pardonnable. Mais endurer tout ça, toute cette merde que me lançaient les mentaliennes sans arrêt pour quelqu'un qui, au final, semblait être d'une honnêteté douteuse envers moi, ça commençait à être trop, beaucoup trop. Était-ce moi qui était faible? Peut-être bien. Dans tous les cas, je ne m'étais jamais privée, je faisais toujours de mon mieux pour être honnête et, surtout, pour me battre pour les choses qui me tenaient à coeur. Ici, en l'occurrence, nos mains liées, symbole d'un engagement devenu si lourd pour mes fragiles épaules. Il fallait que je parle, maintenant.

- Je ne sais même pas par quoi je devrais commencer. Je... J'ai l'air aussi... Je sais même pas en fait. Allen... Tu t'imagines que tu peux me mentir et que je ne le saurai pas? Elles se sont mis à parler partout sur mon passage et à faire toute une histoire. Une fille m'a même dit de faire attention à moi, parce qu'elles étaient en rogne parce que je n'étais pas allée te voir à l'infirmerie, à l'infirmerie merde! Je t'ai écrit parce que j'étais inquiète, mais tu m'as dit qu'il n'y avait rien alors je t'ai cru, mais à voir leur entêtement à me traiter de tout ce qui leur passe par la tête, je commence à me demander qui je ferais bien de croire! Depuis, il m'a suffit d'aller rendre visite à un ami pour masser un de ses Pokémon et elles ont commencé à dire que je te trompais et je ne sais pas quoi, que je ne me souciais plus de toi et je ne sais quelles autres atrocités! D'accord, je lui ai fait un massage à lui aussi, parce qu'il était allé à l'entraînement des Pyroli pour une idiotie et qu'il en avait besoin, mais merde! J'ai du me barricader dans la chambre avec Kaeko le lendemain, parce qu'elles nous attendaient à l'extérieur, convaincues que je suis la pire ordure sur tout Lansat, bordel! Et après, la seule personne que j'ai envie de voir, la seule personne pour qui j'endure tout ça et, surtout, la personne que j'aime de tout mon coeur n'a même pas assez de franchise pour me dire la vérité?! Tu as dis que tu serais là pour moi, tu me l'as dis! Pourtant, maintenant, je me demande ce que ça vaut... Je...

Ma voix s'était fait emportée, émotive et, malgré moi, toute la pression que j'avais accumulée ressortait, là-maintenant, en un torrent de mots que je ne prenais même pas la peine d'analyser avant de les lancer. Pourtant, malgré tout cela, je n'avais pas réussi à arracher mes mains des siennes. Presque au contraire, comme si en cela je le suppliais de m'aider, de me prouver que j'avais tort, de finalement arrêter de me mentir et de juste être honnête avec moi au lieu de paniquer et de me laisser dans le noir comme ça.

- Je suis désolée et je t'aime, mais tout ça... Si les choses ne changent pas... Je suis désolée, Allen...
Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Jeu 19 Fév - 16:55


J'étais prêt.

J'étais prêt à tout entendre, prêt à tout encaisser. J'étais prêt à me faire pitoyable, à me faire coupable. J'étais prêt. C'était ce que je croyais en tout cas. Sans lâcher les mains de ma bien-aimée, mon regard se faisait tenace, un peu effrayé dans le fond, mais il ne fléchissait pas. J'observais le moindre fait et geste d'Estelle, son visage d'ange passant de l'inquiétude à l'indignation, la colère. C'était l’œil du cyclone. Après tout, c'était normal, après ce que je venais de faire, il y avait de quoi être indignée, de quoi être en colère. Je me devais d'entendre ce qu'elle avait à dire, même si cela pouvait me fendre le cœur. J'étais prêt.

Pourtant, je n'avais pas imaginé ma réaction quant aux plaintes énoncées par ma moitié. Si je comprenais son sentiment de trahison, des détails cruciaux dans ses mots éveillaient en moi quelque chose de brûlant, quelque chose de lourd. Tandis que j'écoutais la Mentalienne parler de l'infirmerie, je ne pouvais m'empêcher d'ouvrir légèrement un peu plus mes yeux. Quoi ? La mention supplémentaire du fait qu'elle ait massé un de ses camarades me fit sourciller également. Je ne pouvais pas ignorer cette scène, mais je ne voulais pas me l'imaginer. Si elle m'affirmait qu'il s'agissait d'un simple ami, alors, tout devrait aller bien, non ? Non ? Réponds-moi, cœur qui est le mien ! Cependant, la suite des mots d'Estelle libéra tout contrôle que je possédais dans mes émotions. Si ces pics m'avaient transpercé au mauvais endroit, d'autres pics venaient s'ajouter à la fête. Elle avait du s'enfermer dans sa chambre ? Elle avait été persécutée ? Non, c'en était trop. Sa voix tremblait, sa frêle silhouette me suppliait de l'aider, me suppliait de la sauver de toute cette incertitude, mais je le savais, il ne me restait qu'une seule chose à faire.

Lentement, délicatement, je finis par la prendre dans mes bras, une main posée posée sur sa tête tandis que l'autre faisait le tour de ses reins. Je ne voulais pas qu'elle le voit, je ne voulais pas qu'elle découvre ce regard furieux et accusateur que je pointais désormais vers la porte. Afin d'éviter de montrer toute ma furie dans ma voix, je pris le temps de respirer plus calmement.



➖"Estelle. Je te l'aurai dit si quelque chose n'allait pas. Mon passage à l'infirmerie était exagéré. J'ai paniqué en voyant l'état de Henné, mais elle avait juste attrapé froid, il lui fallait simplement du repos. C'est bien pour cela que je t'ai dit que tout allait bien, car c'était vrai. Tout allait bien."



Oui, mon soulagement concernant la santé de mon Evoli avait été bien réel, il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat. Mais pour cette rose, je n'avais aucun argument, je n'avais pas d'excuses, j'avais tout simplement pété un câble.



➖"Je suis désolé... Je suis désolé... Ça ne se reproduira plus, je t'en fais la promesse. Tout va s'arranger."



Je m'étais légèrement reculé pour renouer avec ses yeux chocolat noisette, mais cette fois-ci ma fixation se montra plus douce, plus passionnée. Je vins poser mon front contre le sien, en laissant échapper un murmure formant un "Je t'aime" presque silencieux. Non, je n'avais pas demandé des comptes à propos de son ami. Non, je n'avais pas relevé toutes ces rumeurs écrites dans le journal de l'école. Non, j'avais mis tout ça de côté pour que ce moment soit le notre, rien qu'à nous. Emue par tant d'émotions, Lyne lâcha son compagnon du jour pour venir s'agripper à ma jambe. Elle était plus sensible que je ne le pensais, cette Mysdibule qui jouait les durs. Mais même si tout ça semblait magique, les ténèbres qui attendaient celles ayant osé faire vivre un enfer à ma copine n'allaient pas tarder à tomber. Tout ceci était loin d'être terminé.

_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t215-allen-wills-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t220-allen-wills-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Jeu 19 Fév - 19:54


Je m'étais confiée à lui, je lui avais tout dit, tout partagé, je m'étais vidé le coeur sans m'arrêter et même sans réfléchir. La vérité, juste la vérité, toute la vérité, juré sur mon coeur. Son regard n'avait pas quitté le mien et, ici et là, je pu y voir des éclats d'émotions, de pensées qu'il ne partagea toutefois pas, me laissant continuer sur ma lancée. Que ce soit l'étonnement lorsque je parlai de l'infirmerie ou cet air de douleur qui le traversa lorsque j'évoquai le massage, comme si je venais de le pincer. Mais ce n'était pas terminé. Plus je parlais de ses groupies et plus j'avais l'impression de le voir se tendre, de sentir ses mains dans les miennes se resserrer, de voir un éclat presque effrayant qui couvait dans le fond de ses pupilles lapis lazuli. Je lui avais vu cet air maintes fois maintenant, je savais ce qu'il signifiait et ce, même s'il tenta de me le dissimuler en me rapprochant de lui. Voilà qui était ironique. En tentant de m'éloigner de son regard, c'est son corps qu'il approchait, par le biais duquel je pouvais sentir sa tension, son énervement, ses respirations pour ne rien laisser paraître. Je l'enserrai de mes bras à mon tour et me blottit un peu plus contre lui, en réponse à cette étreinte, fermant les yeux. Comme il aurait été facile d'oublier toutes ces choses que je venais de lui envoyer et de simplement me laisser aller au confort de ses bras. Cet endroit si particulier, là où je m'étais toujours sentie en sécurité, toujours rassurée. Eh? C'est Henné qui avait été à l'infirmerie en fait, pas Allen? Pour le coup je me sentais bien bête là. Dans tous les cas, c'était rassurant de savoir qu'il allait bien car bon, au delà du mensonge, je m'étais aussi interrogée sur sa santé, mais il semblerait que tout cela ait été superflu. Déjà, je me sentais soulagée, mais je savais malgré tout que c'était loin d'être suffisant.

Il avait finalement marqué une pause et me laissa, de nouveau, plonger dans ce vaste océan d'un bleu profond. Cette fois, des excuses, à deux reprises plutôt qu'une seule. Puis, la promesse que cela ne se reproduirait plus, que tout allait s'arranger, alors que son front vint gagner le mien et que son regard se faisait si doux, si aimant. Mes joues vinrent s'en colorer légèrement, mon coeur s'amusant à battre un peu plus fort et à me le faire remarquer, juste comme ça. Quand bien même j'aurais voulu y réfléchir, ou simplement hésiter ou je ne sais pas quoi d'autre, mon visage et mon coeur avaient déjà répondu à ma place, me privant de mes mots et de ma raison. Je voulais lui faire confiance, j'avais envie de lui faire confiance et de m'en remettre à lui et à cette promesse. Ses lèvres bougèrent doucement, un souffle lui échappa, formant des mots que je ne pourrais jamais me lasser d'attendre. Mon sourire était né de lui même, mes paroles s'échappant malgré moi, mon amour pour lui un peu plus vif.

- Je t'aime, et je te fais confiance. Ce serait vraiment trop bête de... enfin. Merci de m'avoir écouté. Je peux?

Avais-je fini par demander avec un petit sourire timide, me préparant à laisser mes paupières se refermer doucement pour aller unir mes lèvres aux siennes, un appel qui s'était fait trop fort pour que je l'ignore maintenant que toute cette situation commençait enfin à se régler. Mais ça, c'était sans compter sur l'intervention quasi inévitable de mes meilleurs amies du dortoir mentali, keuf keuf. Mes lèvres eurent à peine le temps d'effleurer les siennes qu'un bruit me fit tourner la tête, vers la porte, surprise.

Paaan.

Puis, comme pour accompagner, ou justifier peut-être, cela, la rumeur de conversations nerveuses qui nous vinrent de l'autre côté, comme si elles s'imaginaient que cela ne nous parviendrait pas. Comme quoi elles n'avaient vraiment aucune limite ces saletés d'adolescentes.

Aie, pousse pas!
Tu crois qu'ils ont entendu?
Tais-toi, j'essaie d'écouter.
On devrait cogner tu crois?
Mais pourquoi tu demandes ça?!
C'est évident, on peut pas le laisser avec cette conne! On doit faire quelque chose!
C'est trop injuste que cette garce passe la saint-valentin avec lui quoi!
On devrait peut-être essayer la fenêtre?
Ta gueule, s'ils nous voient c'est fichu.
N'empêche, Allen mérite tellement mieux qu'une trainée pareille ! On va pas la rater, ça non !

Je me figeai sur place, tout mon corps se faisant soudainement tendu comme la corde d'un arc, mon souffle se figeant presque. Enfin, ne venez pas vous méprendre, leurs paroles ne m'avaient pas atteint tant que ça parce que, de mon côté, j'avais pris l'habitude voyez? C'était presque devenu mon quotidien ces commentaires, ces remarques, ces regards dans le couloir. Non, ce qui m'inquiétait réellement, c'était la réaction qu'Allen aurait. Que je lui raconte, c'était une chose, mais être confronté à une situation de cette ampleur, comme ça, en vrai, s'en était une toute autre. Réflexe de survie, pour elles plus que moi, j'attrapai la main d'Allen, cherchant quelque chose à lui dire. Néanmoins, honnêtement, je n'avais pas envie de défendre ces filles, mais alors là pas du tout, et les mots n'arrivaient pas à s'aligner en phrases porteuses de sens.

Il semblerait, d'ailleurs, que je n'étais pas la seule à avoir envie que ces idiotes se fassent remettre à leur place. Maintenant libéré de l'étreinte de Lyne, Ouji-sama avait grimpé sur mon lit et son regard dur et vif était dirigé vers celui d'Allen. Sans le moindre mot, il se contenta de tendre vers lui son poing feuillu, comme s'il lui demandait un brofist, pour sceller avec lui cet engagement comme il l'avait scellé avec moi. Il était clair que cela lui demandait beaucoup d'effort et qu'il ne se priverait pas pour lui faire sentir le retour de bâton s'il ne tenait pas sa promesse, mais, en ce geste, si Allen le lui retournait, il se montrait prêt à lui faire confiance et à lui céder ma protection. Voilà quelque chose que je n'avais certainement pas vu venir.
Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Sam 21 Fév - 21:26


Ah, je commençais à la ressentir.

Cette chaleur que dégageait le corps d'Estelle, cette tendre atmosphère qui m'enveloppait, ce sourire qui réchauffait mon cœur, c'était comme dans un rêve. Malgré un début assez trouble, assez sombre, cette matinée s'annonçait très clémente. Je n'eus même pas à répondre à sa question que ses lèvres vinrent trouver les miennes. Si j'attendais ce moment depuis si longtemps, il n'était pas arrivé sans son lot de problèmes. Arceus aurait-il décidé de tester mon endurance en ce jour spécial ? Si c'était le cas, il avait trouvé le moyen le plus corsé et le plus violent pour me faire sortir de mes gonds.

La porte de ma chambre au dortoir Noctali ainsi que ses murs m'assuraient un confort silencieux autant intérieur qu'extérieur, on ne pouvait pas en dire autant pour la chambre d'Estelle. Des voix finirent par traverser la porte, mais j'aurai tout donné pour ne jamais les avoir entendues. La férocité des mots qui avaient transpiré de la construction en bois brisa quelque chose dans mon esprit. Le sang remontait jusqu'à se concentrer dans les veines de mon front, mes yeux prenant une expression bien plus qu'effrayante. J'avais retourné ma tête pour observer mon entourage. Il y avait Ouji-sama qui me tendait le poing, que je vins retrouver du mien, sans même savoir ce que je faisais. Non, mon cerveau ne répondait déjà plus, c'était comme si un autre moi avait pris le contrôle de mon corps. Cependant, j'avais repris les commandes après avoir eu la meilleure idée du moment. En sortant de l'étreinte d'Estelle, je ne lâchais pas sa main pour autant, l'emmenant avec moi près de la porte. Je récupérais le sac de chocolats placé à côté de Lyne en passant, avant d'ouvrir violemment la porte, laissant tomber toutes les filles derrière au sol. Je les regardais de haut, avec une haine incommensurable dans mes yeux, sans bouger, histoire qu'elle puisse se relever avant que je ne puisse ouvrir la bouche.



➖"Vous...", je levais le sac de chocolats devant elle, "J'accepte vos sentiments, je suis touché que vous pensez autant de moi, mais je ne peux pas y répondre, car j'aime cette fille !"



Cette fille, oui, celle-là, celle dont je tenais fermement la main, avant de la ramener devant moi. Sans demander quoi ce soit, sans prononcer aucun mot, je passais mon bras derrière sa taille, l'autre derrière sa tête, avant de la pencher vers l'arrière, comme dans les films. La suite semblait évidente, je vins trouver ses lèvres avec une passion brûlante, une intensité dévorante et un amour profond. Ce message était clair. "Regardez ! Voyez par vous-même que celle que vous appelez une trainée, une conne, c'est elle que j'ai choisie ! Vous ne pourrez rien y faire !". Paradoxalement, ce baiser fut le plus long que l'on ait eu, et certaines de ces pimbêches plaçaient leurs mains devant leurs yeux, gênées par tant de passion.

Histoire de reprendre notre souffle, ce baiser devait prendre fin. Je relevais ma dulcinée, avant de la coller contre moi, tout en tenant un regard sur les spectatrices malpolies et jalouses, avant de leur lancer un "Si vous voulez que je ne vous range pas dans la catégorie des trainées, vous avez intérêt à laisser Estelle tranquille. Je ne vous garantis rien si vous ne suivez pas mon conseil." pour finalement retourner dans la chambre en fermant la porte. Je poussais alors une profonde expiration, avant de tourner la tête vers une direction aléatoire, il ne fallait absolument pas que je croise les yeux d'Estelle à cet instant, c'était sans doute la première fois que j'étais aussi rouge.



➖"D... D... D..."



"Désolé !", même ça je n'arrivais pas à le prononcer. Qu'ai-je fait ? Mais qu'ai-je fait ?! J'avais dit toutes ces choses, fais toutes ces choses sans l'accord de ma moitié, je ne pouvais pas la regarder pour le moment. Je ne regrettais pas du tout ce que j'avais fait, mais... mais... MAIS !

_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t215-allen-wills-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t220-allen-wills-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Lun 23 Fév - 1:29


J'avais détaché mes lèvres de celles de mon aimé de façon prématurée, malgré moi. C'était véritablement dommage, mais avec les mots qui parvenaient jusqu'à nous, impossible de faire comme si rien ne se passait à l'extérieur. Il aurait fallu être sourde ou complètement dans les vappes pour ne pas entendre ces immondités. Dans tous les cas, il n'y avait pas besoin de faire parcours scientifique pour être assez perspicace pour déchiffrer l'expression d'Allen. J'en eu même un mouvement de recul, arrêté par sa main qui n'avait toujours pas lâchée la mienne, presque au contraire. J'avais l'impression que sa prise s'était faite plus prononcée, de quoi m'en faire presque mal si j'avais été plus délicate. Il se détourna ensuite de moi, répondit au poing tendu d'Ouji-sama et se dirigea vers la porte. J'aurais voulu planter mes pieds dans le sol, le retenir et l'empêcher d'avancer, mais pour le coup j'étais tellement sous le choc de le voir comme ça, pour ne pas dire que j'avais peur de ce qu'il allait bien faire, que mes jambes s'exécutèrent toutes seules. Je le regardai ramasser les chocolats et, durant une seconde, après qu'il eu ouvert la porte, je cru sérieusement qu'il allait les leur lancer en plein visage.

- All...

J'avais tenté de prononcer son prénom pour ne laisser échapper qu'un faible murmure timide, qui se perdit dans l'air. L'instant suivant, sa propre voix s'élevait de nouveau et, avec la seule force de ses intonations, je l'aurais cru capable de faire reculer un tauros. Pourtant rien en ses mots n'était agressif, peut-être était-ce car j'avais maintenant l'habitude de l'entendre s'adresser à moi de manière douce et tendre, du coup le contraste, là maintenant, me désemparait plus qu'auparavant. Enfin, non, je ne l'avais tout simplement jamais vu dans un état comme celui-là, jamais. Il acceptait leur sentiment, il se disait touché par ce qu'elles pensaient de lui, mais qu'il ne pouvait y répondre, parce qu'il aimait déjà une autre fille. C'était moi ça, normalement. Non? Euh, mais pourquoi je demande moi? Sa simple main qui me retenait à ses côtés, qui m'avait forcée à lui emboîter le pas, était suffisant pour me le faire comprendre pourtant. Une véritable poigne d'acier à laquelle je n'aurais, sans hésité, pas voulu échapper. Mon regard chocolat ne l'avait pas quitté un seul instant, mais pourtant je ne pu même pas anticiper ce qui vint ensuite, lorsqu'il m'attira vers lui, devant ces cinq mentaliennes qui jouaient les espionnes. Son bras se glissa dans le bas de mon dos et j'eu un réflexe de recul, gênée devant la présence de ces spectatrices. J'avais bien compris qu'il s'apprêtait à faire un pentakill, mais j'étais loin d'imaginer qu'il le ferait comme ça.

- Mais est---

Ces mots n'eurent jamais de suite. Je ne sais même pas ce que j'aurais dit, pour être honnête. Son autre main était venue se placer derrière ma tête et il m'attira à lui en une étreinte lascive dont je ne pu me soustraire. Ses lèvres étaient venues rejoindre les miennes et, en l'espace de quelques secondes, ma timidité s'envola. Il n'y avait plus de couloir, il n'y avait plus de dortoir, il n'y avait plus le monde autour de nous. Simplement ses lèvres contre les miennes, ma main dans ses cheveux, son étreinte douce et passionnée et cet amour incandescent. Combien de temps passâmes nous à nous embrasser ainsi? Une seconde? Une minute? Une éternité entière? Même cela, ça me paraissait soudainement beaucoup trop court. Cet instant, cet éclat d'amour qui ne connaissait aucune limite, j'aurais pu jurer qu'il justifiait toute mon existence. Si j'avais vécu, c'était simplement pour ce moment là, pour cette passion là. Lorsque ses lèvres quittèrent les miennes et qu'il me releva, je fus prise d'un vertige, m'accrochant à lui pour ne pas me perdre en redescendant de ce petit nuage. Il était temps de revenir à moi et de réaliser ce que nous venions de faire alors que je remarquai les mentaliennes, complètement oubliées jusque là. Mon aimé ajouta de nouvelles paroles à leur égard, mais je ne les entendit pas. Il du même me tirer à sa suite dans la chambre tant j'étais encore quelque part loin, les yeux plein d'étoiles et le coeur débattant encore à tout rompre.

Peu à peu, je commençai à réaliser et mes joues commencèrent à virer au rouge, bientôt imitées du reste de mon visage en entier. Je le jure, j'avais l'impression que même mes cheveux étaient en train de changer de couleur! Sur mon visage, un immense sourire béat et mes yeux qui étaient encore un peu dans le vide. Je devais avoir l'air très très brillante là, mais heureusement je fini par me reprendre, n'arrivant toutefois pas à chasser ce sentiment d'euphorie qui venait de me gagner, comme une libération soudaine. Je ne savais même plus quoi dire, quoi penser, les mots ne s'alignaient plus dans ma tête, ça avait été trop... wow.... Innattendu, ça c'est sur. Je tournai mes grands yeux vers Allen, le pauvre semblant au moins aussi gêné que moi, cherchant ses mots, sans doute pour s'excuser ou quelque chose comme ça. Comme si c'était nécessaire, voyons! Je ne pouvais pas me contenir plus longtemps, impossible!

- Par Arceus... C'était... Tu... Tu as vu leur tête? Ha ha ha ha!! C'était... magnifique!

Voilà, je venais de craquer, je n'en pouvais plus et ma voix amusée, heureuse et infiniment sereine à la fois n'avait pu s'empêcher de s'élever avec un rire léger. Je repensai à ses mots, ceux que j'avais réussi à entendre en tout cas, et mes iris se dirigèrent d'eux-même vers la rose. J'ignorais de qui elle venait, même si j'avais une hypothèse, mais dans tous les cas ce n'était plus important maintenant. Je pourrais certes l'accepter et remercier l'expéditeur mystère, mais jamais je ne pourrais y répondre. Une fois de plus, il m'avait fallu être inspirée par mon chevalier noir, comme dirait le zarbdomadaire, pour parvenir aux réalisations qui s'imposaient. Ce jeune homme là, à mes côtés, il faisait battre mon coeur, hantait mes pensées et donnait vie à mes sourires. Je n'aurais échangé tout cela pour rien au monde. Certes, nous n'étions pas parfait, nous avions des ratés et des moments d'éloignement, mais hey! Ça nous faisait de petits défis à relever, quelque chose de bien à accomplir ensemble malgré l'hésitation ou la timidité, parce qu'à la fin de la journée ça en valait la peine. Parce que au fond, il n'y a rien qui vaille plus la peine de s'accrocher que l'amour. Il ne me fallut pas plus de réflexion pour me retourner vers lui et aller le serrer dans mes bras, lui adressant un sourire malicieux alors que je vins déposer un baiser sur sa joue, tout en douceur.

- C'était une déclaration très éloquente, monsieur Wills. C'est dommage, par contre, l'exemple qui suivait ne m'a pas paru aussi clair. Serait-il possible, disons, d'en avoir un second?

Je me préparais déjà à aller rejoindre ses lèvres pour un nouveau baiser lorsque, quelque part derrière moi, une petite voix se fit entendre, un peu gênée, accompagnée de petits toussotements appartenant à un certain pokémon plante. Sniii! Regardant dans une autre direction, visiblement mal à l'aise, il s'était planté à côté de l'oeuf reposant sur mon lit, comme pour me rappeler que j'avais autre chose à faire que d'embrasser l'homme que j'aimais tout le reste de la journée. Oh, ce n'était pas faux maintenant que j'y pense. Ce n'était pas un très bon timing malgré tout, mais en même temps vu les murs en carton ce n'était sans doute pas le meilleur endroit pour... euhm... pour quoi en fait? On va juste laisser cette réflexion en suspens si ça ne vous dérange pas. Dans tous les cas, j'étais allée récupérer l'oeuf avant de tourner mes grands yeux chocolats vers lui. J'espérais tellement que ça lui plaise!

- Je suis allée le chercher pour toi, ce matin. Vu que tu n'en as pas dans ton équipe je me suis dit... enfin. C'est ma façon de t'encourager. Je sais que tu as tout ce qu'il faut pour devenir un très grand dresseur, mais ça ne m'empêchera pas d'ajouter ma pierre à l'édifice. -Petite pause avant que je réalise, jeune demoiselle distraite que j'étais, qu'il ne pouvait pas deviner juste en le regardant. Il faudrait bien que je parle.- C'est un oeuf de Riolu.
Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Sam 7 Mar - 2:36


Apparemment, je m'en faisais pour rien.

Le visage rougeâtre de la Mentalienne affichait un sourire infini qu'elle ne contrôlait pas le moins du monde. Elle s'était amusée de la réaction de ses camarades, même si en y repensant, je ne savais pas du tout ce qui m'avait pris. Leurs mâchoires s'étaient décrochées, leurs yeux étaient sortis de leurs orbites, c'était plutôt drôle à imaginer. Je rejoignis donc Estelle dans son fou rire, ne pouvant plus respirer par la même occasion. Des larmes perlaient au coin de mes yeux, cela faisait un moment que je ne m'étais pas senti aussi bien.

Alors que mes saphirs se perdirent dans ses chocolats, une phrase suffit à me repeindre la figure en rouge. Je ne détournais pas mon regard, mais la demande de ma moitié était si inattendue et osée à la fois, je ne savais pas quoi répondre. Je me surpris cependant à esquisser un sourire devant elle, et guidé par les battements de cœur, je m'approchais délicatement de la jeune fille, mes mains posées sur ses hanches. Je commençais à fermer lentement les yeux, quand un petit bruit répété vint nous interrompre. Je n'avais même pas besoin de me retourner pour savoir de quoi, ou plutôt de qui, il s'agissait. Ouji-sama. Notre trêve m'avait fait oublier qu'il était toujours là, et qu'une fois encore, il était prêt à me mettre des bâtons dans les roues ! Notre alliance ne s'était-elle pas renforcée avec ce qui venait de se passer ? Devais-je encore prouver ma valeur et ma loyauté envers ce seigneur de type Plante ? J'étais pourtant loin de la vérité.

Oui, très loin. Un peu gênée, ma demoiselle aux cheveux roses sortit de mon étreinte pour se rapprocher de son Pokémon. Peut-être allait-elle le réconforter, il demandait quand même énormément d'attention. Moi aussi je voulais m'approprier toute son attention, enfin, comment dire, voila quoi ! Je secouais la tête pour chasser ces pensées que certains qualifieraient d'enfantines, mais je ne pouvais pas m'empêcher de les observer avec une mine un peu boudeuse. Aucun indice, aucune fuite ne m'aurait préparé à la suite. Estelle se retourna vers moi avec dans ses bras un œuf. Elle avait obtenu un autre potentiel Pokémon ? C'était une bonne chose après tout, ça pouvait l'aider à penser à autre chose. Son regard appuyé et ses joues rougeoyantes dirigés vers moi me firent me poser des questions. Quoi ? C'était pour moi ? C'était impensable ! Je ne pourrais jamais... Alors que mes mains allaient se lever instinctivement pour montrer que je ne méritais pas un cadeau aussi précieux, je me disais que ce n'était pas du tout le jour pour refuser quoi que ce soit. Après tout, j'avais accepté tous ces chocolats, pourquoi je refuserais un œuf venant de celle que j'avais choisi ? Quel goujat j'aurai fait !



➖"Et bien... Je ne sais pas quoi dire... M-Merci mon amour."



HU ! La main plaquée contre ma bouche, je n'en revenais pas. Moi ? Prononcer de tels mots nonchalamment ? Je n'osais plus la regarder droit dans les yeux, alors que je récupérais l’œuf dans mes bras. Je ne jetais que de rapides regards vers elle, mais le "mal" était déjà fait. Ah ! C'était une bonne idée. J'avais encore plus de raisons de remercier comme il se le devait MA Mentalienne. En déposant l'oeuf près du lit à côté de Lyne, je me rapprochais de nouveau d'Estelle, avant de l'enlacer de tout mon corps. Ce jour ne risquait pas de disparaitre de ma mémoire, c'était sûr et certain.



➖"Prête pour le second exemple ?"



Juste après ces mots, mon iPok se mit à sonner. Un message, c'était tout. Il n'y avait pas le feu, j'avais quand même le temps de l'embrasser non ? Oui ? Je peux ? Sans me torturer davantage l'esprit, je m'attelais à me rapprocher encore de son visage, avant de commencer à lui déposer des petits et légers baisers dans le cou, pour remonter vers la joue. Une petite promenade dans ce jardin paradisiaque, même si au final, je revenais demander la permission de m'aventurer sur ces terres avec une passion telle qu'elle pourrait rivaliser avec des Lovdisc ! Rien ne pouvait désormais nous arrêter, si ce n'était ce téléphone qui continuait de sonner à tue-tête...

_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t215-allen-wills-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t220-allen-wills-noctali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   Dim 8 Mar - 5:31

C'était le moment de vérité, je saurais enfin si mon cadeau de saint-Valentin allait lui plaire ou pas. Un peu nerveuse, je lui avais donc rapidement expliqué le pourquoi du comment -évitant bien évidemment de mentionner mes dons apocalyptiques en cuisine- pour finalement mentionner qu'il s'agissait d'un oeuf de riolu. Il eu d'abord ce réflexe de lever les mains, celui qu'ont les gens modestes pour tenter de refuser un cadeau, de dire que c'était trop beau, que je n'aurais pas du. Un regard chocolaté et foudroyant plus tard, toutefois, il semblait définitivement prêt à l'accepter comme il le devait. Comment ça je lui ai mis la pression? Voyons! Hum. Encore sous le coup de la surprise, Allen commença par dire ne pas savoir que répondre et, après une légère hésitation, sa réponse lui échappa. De quoi me faire rougir délicatement alors que mon sourire brillait avec une malice toute amoureuse. Et le voir aussi gêné! La main dressée devant la bouche, on aurait dit qu'il venait de prononcer une énormité. Impossible de ne pas être attendrie par un tel spectacle alors que ses joues se teintaient de cramoisi et que mon rire s'élevait de façon innocente.

- Tu es encore plus mignon qu'un bébé pichu! C'est tout un exploit quand même.

J'avais à peine terminé ma phrase que, déjà, il revenait vers moi après avoir confié son tout nouvel oeuf à Lyne. Il m'enlaça tendrement et je me réfugiai contre lui, me pressant affectueusement contre mon aimé, mon regard allant plonger dans le sien alors qu'il me demanda si j'étais prête pour ce fameux second exemple. Comment se débrouillait-il pour avoir l'air si innocent et mignon un instant, puis si séduisant la seconde d'ensuite? Une chose était certaine, ce n'était pas aujourd'hui que j'allais apprendre à résister à ces beaux yeux océaniques.

- Je suis toute à toi, mais il est possible que je te demande de répéter encore quelques fois. Je suis une mauvaise élève après tout.

Laissai-je échapper tout en tentant de retenir mon sourire du plus en plus brillant, de plus en plus joueur et de plus en plus enjoué. Les lèvres de mon amoureux vinrent parcourir mon cou, sa respiration venant effleurer mon oreille, donnant naissance à frisson qui me parcouru sournoisement, m'arrachant même un rire aérien. Malheureusement, il semblerait que tout le monde se soit passé le mot pour nous déranger aujourd'hui puisque nos baisers furent ponctués de sonneries. "Hey! Listen!" Déjà que cette fée avait le don de taper sur les nerfs, là maintenant j'aurais tout donné pour l'envoyer balader par la fenêtre. Je n'avais pas du tout, mais alors vraiment pas envie de délaisser la proximité d'Allen un seul instant, encore moins pour un satané message texte, mais là c'était ridicule. Nos deux téléphones avaient choisi ce moment précis pour crier à tue tête en canon. Je devais faire quelque chose, même si c'était simplement aller l'éteindre, mais là ce n'était pas possible quoi. Je m'excusai donc du regard à mon chéri et m'arrachai à son étreinte le temps de regarder ces fameux messages de spam et, accessoirement, éteindre mon téléphone. J'avais toutefois pris connaissance du message et j'en informai ma moitié tout en revenant à ses côtés.

- Il y aurait un débarquement majeur de Lovdisc à la plage. Si ça te dit on peut peut-être y aller tout à l'heure. Mais....

Je detournai le regard, mon visage cédant à la combustion spontanée alors que j'arrivais à peine à croire que j'avais vraiment pensé à ça. Pire, j'allais le dire, à haute voix, et c'était incroyablement gênant d'une certaine façon, tout comme c'était véritablement excitant. Ouais bon, vous avez le droit de dire que c'est louche, j'ai pas trouvé de synonyme qui y rende justice de la même façon alors il va falloir vivre avec!

- Je ne pourrai pas aller à la plage comme ça, il faut que je me change.... Est-ce que.... Tu me donnes un coup de main?

En fait, je ne sais même pas qui était le plus gêné pour le coup. Même Ouji-sama sembla tourner de l'oeil alors que ces paroles audacieuses semblaient l'avoir totalement déstabilisé. Encore sous le choc, et probablement ne voulant pas assister à la suite, qu'importe son dénouement, il se dirigeait déjà vers sa pokeball. Sur le chemin, il lança à Lyne un regard impérieux, comme pour l'inciter à s'éclipser elle aussi, sans quoi il allait probablement l'éloigner de force, ou en tout cas essayer. Au final, cette journée avait peut-être connu un départ modeste, mais ce serait probablement l'une des plus belles en bout de ligne, à bien y penser.


Hrp - Et vouala, la suite dans le rp Saint-Valentin pour moi~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chocolats ? Fleur ?   

Revenir en haut Aller en bas
Chocolats ? Fleur ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-