>

Partagez | .
L'infiltration.
avatar
Annonceur

Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1696

Sujet: L'infiltration.   Mer 18 Fév - 23:44

Entraînement-test : l'infiltration

L’infiltration est une des notions-clés qu’un espion se doit de connaître. Sans infiltration, impossible de rentrer dans la place forte pour récupérer le fruit de ce dur labeur. Pour ce faire, il vous faudra de l’agilité, et de la souplesse. Escalader un mur avec peu de prises, ramper dans les conduits, sauter de toit en toit sans tomber demande obligatoirement d’être agile. Mais l’agilité ne fait pas tout. Il faut opérer discrètement, car si vous êtes agile mais que vous faites le moindre bruit, ou que vous passez devant une caméra de sécurité, vous serez immédiatement repéré. L’agilité et la souplesse, l’endurance et la discrétion seront vos amies pour réussir une infiltration parfaite. Il vous faudra aussi de la chance, diront les imbéciles, de l’intelligence, diront les plus futés. Parce que si, malgré tout ça, vous ratez votre infiltration, non content d’être un imbécile qui vient de se faire repérer, vous aurez raté votre mission.

Ce qui veut dire que vous ne serez pas payé.
Et ça, c’est très grave.


L'infiltration : mise en situation

Aileen baissa les yeux pour regarder le plan de l’école. L’exercice allait être difficile. Traverser toute l’école sans être vue ni entendue serait une réelle épreuve, surtout qu’Olsen avait rajouté une règle. Interdiction de passer par l’extérieur. Et les couloirs, elle pouvait les oublier, aussi. Dans sa tête, la Pyroli avait réfléchi à un parcours, et Sphax, assis à côté de sa jambe gauche, n’attendait que son ordre pour commencer. Aileen regarda à nouveau le plan, avant de jeter un bref coup d’œil à Aaron Olsen, qui la regardait avec indifférence. Quand elle avait posé sa demande de passage au Grade 3, elle n’aurait jamais pensé que ce serait Aaron Olsen en personne qui viendrait la chercher au beau milieu de la nuit. Elle pensait que, comme pour le Grade 2, le Général Jackie irait taper à sa porte pour lui dire qu’elle a été prise. Ou refusée. Pas qu’elle devrait affronter un parcours d’obstacle pour prendre des photos des Pokémon de leur nouveau directeur, surnommé (à juste titre, selon elle) le clébard du gouvernement. Tout en avançant une preuve qu’elle y était, bien entendu.

« Où est la ligne de départ ? »

Placidement, Olsen leva la tête pour regarder en l’air. Machinalement, Aileen l’imita, pour regarder le plafond des souterrains. Rocailleux, durs, et – oh. Une entrée. Peut-être une utilisée par Gaston Fooly, le concierge de l’école. Tranquillement, son regard embrassa la pièce sombre dans laquelle elle se trouvait avec les professeurs. Parce qu’il n’y avait pas qu’Olsen. Histoire de rajouter un peu de pression, il y avait aussi le Général Jackie, et Mademoiselle Hortense, qui s’occupaient également du pôle d’espionnage. Cela la confortait dans l’idée qu’elle ne devait pas échouer. Si échouer devant Olsen la laissait de marbre, elle craignait d’avantage les retombées de sa référente. Une Pyroli Pokéathlète, Espionne, qui échoue devant elle … Trop de responsabilités tombaient sur les frêles épaules de la préfète des Pyroli. Alors. Comment pourrait-elle escalader tranquillement ? Pour sa team, c’était facile. Tous dans les Poké Ball et ils la laissent bosser. Tous … Sauf eux. Tranquillement, elle fit sortir Aurum, son Ninjask, qui s’éleva à hauteur de sa tête pour permettre à Joyce le Dedenne, juché dessus comme à son habitude, de lui grimper dessus. Une fois bien stabilisé, Joyce agita sa petite queue pour produire de la lumière, et Aurum s’éleva jusqu’à l’ouverture du conduit pour calculer approximativement la distance. Pas trop haut. Ca va.

La brune s’élança alors vers l’avant, bondissant pour crocheter une prise, suivie de près par le Ninjask qui s’efforçait de rester en hauteur, assez proche mais pas trop, pour qu’elle ait de la lumière sans pour autant être aveuglée. Ce ne serait jamais aussi dur que les cours de Jackie. Même si le mur rocheux lui offrait très peu de prises, et était assez humide. Tout était une question de souplesse et d’agilité. Aileen s’immobilisa pour assurer ses prises, se rétracta un peu sur elle-même pour plier les genoux, et bondit comme un chat pour s’élever un peu plus haut. Encore. Et encore. Elle se retrouva accrochée à une concrétion rocheuse glissante, et sentait que, justement, elle glissait. Sans céder à la panique, elle imprima un mouvement de balancier pour enserrer la roche de ses jambes, raffermir ses bras autour, et progresser avec souplesse jusqu’à ce qu’enfin, elle réussisse à atteindre le conduit d’aération. Essuyant ses mains sur son tee-shirt pour les plaquer sur la tôle, elle réussit à attraper deux petites encoches dans le conduit, qui lui permirent de s’élever, en équilibre précaire, pour plaquer ses deux pieds à l’intérieur et remonter comme une araignée, jusqu’à ce que la verticalité laisse place à l’horizontalité quand elle put enfin s’asseoir dans le conduit. La jeune Pyroli lâcha un discret soupir de soulagement, avant de sourire. Bon sang ! Elle avait toujours rêvé de faire ça !

Se reprenant, la brune s’accroupit pour progresser dans le conduit. Son prochain objectif était de rejoindre la surface, et de préférence, les toits. Le premier conduit montant ferait l’affaire. Parce que si Olsen l’avait un peu retardée en la faisant partir des souterrains, en lui disant que le départ était là et que l’arrivée était son bureau, il ne lui avait donné aucun parcours à suivre. Du coup, une fois le bureau d’Olsen atteint, elle pourrait prendre n’importe quel chemin pour retourner dans les souterrains. Bah ouais, elle aurait atteint l’arrivée … S’arrêtant au premier conduit montant qu’elle trouva, elle se redressa pour prendre silencieusement appui, évitant au maximum de sauter pour que le bruit de ses chaussures ne se répercute pas dans les conduits d’aération. C’est que ça conduit bien le bruit, ces cochonneries ! Ayant réussi à se stabiliser, elle grimpa à son rythme, sans trop forcer. Il n’y avait pas de limite de temps après tout. En grimpant, elle se retrouva vite dans le noir total, mais une fois de plus, Aurum s’éleva pour passer au-dessus d’elle et l’éclairer grâce à Joyce. La lumière était faiblarde, mais ça suffirait bien.

L’escalade continua, tellement lente et difficile que la brune crut que ses bras allaient lâcher. A bout de forces, elle fut obligée de s’arrêter, en pleine ascension verticale, se plaçant de telle manière à ce que son dos appuie une partie du conduit et que ses pieds appuient l’autre. Assise dans le vide, la Pyroli étendit ses bras, essayant de les débarrasser le plus rapidement possible de leur fatigue avant que ce soient ses jambes qui lâchent. Elle pouvait le faire. Une fois reposée, elle reprit, et faillit trébucher quand elle se retrouva plongée dans le noir, Joyce ayant coupé la faible source de lumière lui permettant d’avancer. Restant parfaitement immobile, ayant compris pourquoi son Dedenne lui tapait doucement sur la tête, elle laissa passer la patrouille qui faisait sa ronde dans les couloirs du bâtiment principal, et attendit que les bruits s’éloignent tout à fait avant de se remettre en mouvement. Quelques instants plus tard, elle se retrouva à nouveau bloquée, mais par une grille cette fois-ci. Refaisant la même technique que tout à l’heure, elle s’assit dans le vide pour pousser la grille et atteindre les toits. Souplement, elle prit appui sur les rebords et sortit des conduits pour atteindre l’air libre, se couchant quelques instants sur le sol dur, fermant les yeux tandis que le vent glacial de l’hiver passait au-dessus d’elle. L’air libre. Enfin. Se redressant, elle remit la plaque à sa place, et regarda autour d’elle pour voir où elle se situait. Visiblement, au-dessus de la cuisine. Le bureau du directeur était de l’autre côté. Elle allait donc devoir … Passer par les toits. La Pyroli eut un sourire ravi. Cool, elle avait toujours rêvé d’être une yamakasi !

La course sur les toits plut énormément au Dedenne qui testait ça pour la première fois, surtout qu’Aurum s’amusait à faire des loopings pour lui faire plaisir, faisant doucement couiner de joie la petite souris. Et elle était partie en courant, appréciant la morsure du vent sur son visage. En glissant, elle était passée sous un tuyau, sa tête frôlant tellement ce dernier qu’elle le sentit contre son crâne. Prenant appui sur le sol, elle s’était retournée sur une main pour se redresser et repartir aussi sec en appuyant sur ses pieds, comme au départ d’une course. Et pour finir, elle avait couru vers ce qui ressemblait à un gros générateur, bondissant dessus avec de l’élan pour sauter sur le toit d’en face, tendant les bras pour avoir l’impression de voler, et se rassemblant sur elle-même pour atterrir dans une roulade et se rétablir … Devant une grille d’aération. Parfait. Et très clairement, elle n’avait pas besoin de faire tout ça. Esbroufe ? Bah, personne ne la voyait. Mais sauter de toit en toit comme un félin agile, comme lorsqu’elle s’échappait des hôtels par la fenêtre alors que sa chambre était au sixième, ça lui avait manqué. Certes, c’était dangereux. Certes, c’était stupide. Mais bon sang, qu’est-ce que c’était cool ! La grille semblait plus difficile à enlever que l’autre. Appuyant sur une de ses Poké Ball, Aileen fit sortir Asami, sa Mangriff, qui attrapa la grille pour la bouger. Il fallut rajouter Silica, la Zorua, qui se transforma en Mangriff pour l’occasion, pour bouger un peu la grille et permettre à la dresseuse de se faufiler. Sans un bruit, les deux Mangriff remirent la grille en place, s’assurèrent qu’elle ne dépassait pas, et réintégrèrent leurs Poké Ball quand la brune appuya avec difficulté sur les boutons centraux de ces dernières, faiblement illuminée par la lune et par Joyce posé sur son genou.

De retour dans les conduits d’aération, elle rampait derrière Joyce qui illuminait faiblement son chemin de son petit corps électrique. Ca faisait dix bonnes minutes qu’elle faisait le serpent silencieux dans son conduit, guidée par le Dedenne qui avait également regardé la carte de l’école et qui se repérait mieux qu’elle dans cet environnement étroit. Cloîtré. Petit. Minuscule. Aileen respira un grand coup, brisant le silence des lieux et attirant l’attention de son Dedenne. Interdiction totale et formelle de se découvrir une claustrophobie ! Elle continua à avancer en repoussant l’angoisse qui lui serrait le cœur. Et si le tuyau se resserrait d’un coup ? Non, ne surtout pas penser à ça. Quand Joyce cessa de briller et commença à s’agiter, elle comprit qu’elle était proche. Sortant son iPok qu’elle avait coincé dans sa chaussette, elle l’ouvrit pour couper la lumière et le son, et reprit son chemin en silence jusqu’à atteindre la grille qui l’intéressait. Le bureau du directeur. Visiblement, elle avait de la chance. Le Noarfang chromatique dormait sur son perchoir, et le Démolosse était couché au pied de ce dernier. Caressant la tête de son Dedenne, elle lui indiqua le bureau du directeur, tout en appuyant sur la Poké Ball de Moon pour le faire sortir. Le Munja comprit vite ce qu’on attendait de lui. Placidement, le Spectre traversa la grille d’aération pour se placer entre le Démolosse et le Noarfang blanc neige, pendant que Joyce se faufilait par un petit trou pour courir discrètement vers le bureau du directeur, l’escalader et attraper un stylo, et se diriger doucement vers le Munja, son stylo en main. Aileen leva son iPok et prit une photo, son Munja en plein milieu prouvant qu’elle y était vraiment. Se baissant, le Munja attrapa le stylo, et revint lentement vers elle, faisant passer le stylo par le trou de la grille quelques secondes avant que Joyce ne s’y engouffre. Allez, demi-tour toute !

N’étant plus limitée à une ligne conductrice, la Pyroli décida d’emprunter le chemin qu’elle voulait pour retourner vers son jury. Elle retourna donc sur les toits, refaisant sortir la Mangriff et la Zorua pour qu’elles déplacent la grille afin qu’elle puisse passer, et retraversa tout aussi follement qu’à l’aller, à la plus grande joie de la petite souris électrique, faisant une petite pause avant de repartir par le conduit d’aération. Etrangement, la descente fut plus dure que la montée, et elle crut faire une attaque au passage d’une patrouille, persuadée qu’elle avait été repérée. Suivant un tout autre chemin, elle fila dans un autre conduit qui la mena sous la cuisine. A partir d’ici, elle commença à se détendre. Pour avoir fait le chemin en catastrophe avec Ginji, elle le connaissait assez bien. Continuer tout droit quelques minutes, puis tourner à gauche, pousser la grille, descendre dans les souterrains. Voilà. Après avoir remis la grille en place, elle fila dans les souterrains, Joyce posé sur sa tête, Aurum voletant tranquillement, et Sphax, qu’elle avait enfin fait sortir de sa Poké Ball, marchant à ses côtés, un peu frustré de n’avoir servi à rien. Entrant dans la salle où l’attendait son jury, Aileen tendit tranquillement iPok et stylo au directeur. Le Munja plus l’objet devaient être de bonnes preuves de son passage dans les locaux, non ? Une légère désapprobation apparut alors dans ses yeux, alors qu’il lui rendait son iPok pour lui montrer sa photographie. Si elle se retint de rire, Joyce lâcha un petit rire malicieux.

Elle ne s’était pas rendu compte, en prenant la photo, que le Dedenne lui faisait un grand sourire ravi en agitant sa petite patte vers l’objectif.


Bilan ; réussir efficacement son infiltration

La discrétion n’est pas la seule chose qu’il vous faudra pour réussir une infiltration. Certes, être discret est la qualité première d’une personne qui essaie d’entrer en douce pour voler quelque chose ou récupérer des informations, mais la discrétion ne fait pas tout. Sans un minimum de mémoire ou d’intelligence, vous errerez sans fin dans le bâtiment où vous êtes de manière très illégale, augmentant à chaque minute votre capacité à être repéré. Ce qui, entre nous, serait assez dommage, surtout si vous avez réussi à entrer sans être vu dans le bâtiment.

1 – Mémorisez le plan des lieux.
On vous le dit dans tous les films d’espionnage : l’important, c’est de connaître le plan des lieux. Se précipiter la tête la première dans l’endroit à infiltrer n’est pas la meilleure des solutions pour celui qui veut rester prudent. Vous procurer un plan des lieux, définir votre parcours à l’avance, mémoriser les entrées et sorties sont les choses primordiales de tout espion qui se respecte. Il ne faut pas non plus hésiter à (discrètement) baliser le terrain à l’avance, en faisant quelques visites de repérage dans le lieu où vous devrez vous infiltrer plus tard. A défaut, utilisez un Pokémon ayant la capacité de se rendre invisible ou de se cacher derrière des illusions pour faire le repérage à votre place.

2 – Ne comptez que sur vous-même …
Que vous soyez seul ou à plusieurs, vous apprendrez très vite que pour vous infiltrer dans un bâtiment, vous ne pourrez compter que sur vous-même. Si vous glissez, les probabilités pour qu’on vous aide à remonter sont faibles, et si vous faites du bruit, vous coéquipiers auront plutôt tendance à s’en aller en vitesse plutôt que de rester avec vous pour vous tirer du danger. Etre autonome et indépendant vous sera rapidement très utile, voire même indispensable. De même qu’avoir une bonne condition physique ! Des conduits d’aération à la verticale ne se montent et se descendent qu’à la force des bras et des jambes, qu’il vous faudra alors muscler pour ne pas tomber.

3 – … Enfin, pas vraiment que sur vous-même.
Bien sûr, n’oubliez pas que vous avez une team Pokémon, et que bien formés, vos compagnons peuvent vous rendre quelques menus services pour vous aider à vous infiltrer efficacement. Détruire des caméras, vous éclairer faiblement dans le noir, ouvrir une porte ou une grille trop lourde pour vous, la refermer derrière vous pour ne pas laisser de traces de votre passage, voire même faire diversion en attaquant aveuglément d’un côté pendant que vous vous faufilez de l’autre, faire le guet pendant que vous fouillez une pièce ou aller la fouiller discrètement à votre place … S’il est fortement déconseillé de trop en attendre de vos coéquipiers humains et de trop vous appuyer sur eux, n’oubliez pas que votre team vous est fidèle, et qu’en cas de pépin, aucun d’eux ne vous abandonnera derrière.

4 – Surveillez votre environnement.
Si le repérage avant l’infiltration est important, il ne faut pas oublier le repérage pendant l’infiltration. Même si vous avez mémorisé l’horaire de passage des patrouilles, rien n’empêche un changement de dernière minute, ou un retardataire qui quitte son poste alors que vous pensiez être seul. Durant toute la durée de votre progression, il vous faudra tenir compte du fait que vous avez affaire à des êtres humains, et non à des machines programmées pour se comporter selon le planning que vous avez appris pour éviter toute rencontre. N’oubliez pas de tenir compte de chaque bruit autour de vous, de regarder soigneusement chaque pièce. Car, qui sait, en cas de bruit indésirable, vous attirerez l’attention, et cette pièce que vous avez négligé de fouiller aurait pu vous offrir une excellente cachette, et peut-être même un moyen de filer en douce.

5 - Agissez de manière réfléchie.
Si le plan des lieux que vous avez récupéré reste le même, le plan que vous avez formé pour voler ce que vous devez récupérer doit être en mouvement constant. Rien ne se passe toujours selon ce qui a été prévu. Il suffit d’une patrouille imprévue, d’un employé en retard, pour que votre plan tombe à l’eau. Ce sera à vous de faire évoluer rapidement votre plan, faire demi-tour, repasser par un conduit ou un couloir que vous venez juste de prendre pour faire demi-tour et, à terme, changer de direction. Si un chemin vous est fermé, d’autres s’ouvriront tout naturellement devant vous. Il ne tient qu’à vous de choisir, en réfléchissant avec intelligence, lequel vous conduira le plus rapidement possible à votre objectif.

6 – Gardez toujours une porte de sortie.
Le chemin que vous avez pris pour l’aller ne sera peut-être pas utilisable pour le retour. En fait, il vaut peut-être mieux prendre un autre chemin pour le cas où quelqu’un aurait pu remarquer que vous êtes passé. Si vous ne voulez pas que votre infiltration soit un échec, évitez de vous faire attraper si près du but, car la mission ne sera finie que lorsque vous aurez ramené à votre employeur ce pour quoi vous avez pris tant de risques. Prenez des chemins détournés, quitte à tourner en rond pour semer ceux qui pourraient vous poursuivre, et filez dès que possible pour ne pas traîner plus que nécessaire dans un lieu où vous êtes certainement recherché.

N’oubliez pas que les informations que vous récupérez ne vous appartiennent pas. On vous paie pour aller les chercher discrètement, sans éveiller les soupçons, pas pour chercher à comprendre ce qu’elles signifient, ou pire encore, les vendre au plus offrant. Vous n’êtes pas un mercenaire. Gardez bien ça en tête si vous ne voulez pas avoir de gros ennuis …


Dernière édition par Potiron le Ven 7 Avr - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Annonceur

Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1696

Sujet: Re: L'infiltration.   Mer 18 Fév - 23:53

Vous pouvez envoyer des commentaires et/ou questions par MP à Aileen Sôma, et ainsi recevoir un gain de jetons ! Autres spécialités que Pokeathlète comprises !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'infiltration.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Administration de l'école :: gestion du personnage :: Ateliers :: Exposés-