Partagez | .
[ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Dim 1 Mar - 18:50

Wa-Wanna join me ?

Avais-tu bien dormis ? Difficiles a dire. Ce n'est pas tes cauchemars qui t'avais privé de sommeille cette fois, mais plutôt tes rêves. Si réel, si pure, tu ne pouvais t'en défaire, ils te hantaient, et l'espace d'un instant tu aurais voulu avoir un pokemon Spectre capable de les dévorer. Peut-être que cela aurait eu le mérite de t'apaiser le cœur... Car Arceus savait que celui ci était lourd et infecté d'un virus qui ne se soigne pas. Tu es malade, pour sûr, tu ne te sens pas comme d'habitude. Pataugeant dans le vide, quasi léthargique, tu sembles flotter dans le néant. Beaucoup trop de choses te sont tombés sur le coin du museau récemment.

Tout d'abord Estelle. Sans crier garde, sans que tu ne puisses y faire quoi que se soit, elle s'était glissée dans ton cœur. Toi qui fuyez la lumière comme la peste, elle était devenue ton étoile et tu n'avais de cesse l'envie de la suivre, de la toucher, de t'y bruler les ailes. Mais les étoiles sont inaccessibles, tu le sais bien, et Estelle ne fait pas exception. Faites pour être contemplées, admirées, spécimen d'une rare beauté dont tu ne pouvais t'abstenir. Ta sauveuse, ton amie, elle te semblait destinée. En un regard elle pouvait te faire pleurer comme elle pouvait faire disparaître tes peines et tes blessures les plus profondes. Elle a main mise sur ton cœur en cage que tu ne cherches qu'a libérer de sa prison. Cependant la Mentali ignore qu'elle en détient la clé.

Il y avait également Janet. Revenue d'entre le temps. Revigorante, charmante, ton amie d'enfance, ton premier amour. Tu n'avais pas oublié le baiser que tu avais partagé avec elle. Le souffle court, tout s'était comme arrêté. Tout sauf les battements de ton cœur qui manquèrent de se rompre dans ta poitrine. Son absence t'avais sans aucun doute blessé. Le silence est pire que la négation a ton sens et ses lèvres closes en lentes réflexions avaient eu raison de cet amour que tu lui portais depuis presque dix ans.

Patient, tolérant, tu t'étais montré particulièrement assidu, mais l'accident qui s'en suivit ton départ en vacance fracassa cette longue attente. Tu ne pouvais lui en vouloir d'avoir était absente. Elle même sujette a des absences dut a sa maladie, Janet avait longtemps était celle de tes pensées mais tu avais eut besoin d'aide, sur l'instant. Une épaule pour pleurer, un corps a enlacer et c'est Estelle qui se présenta a toi avec son sourire si sincère, si particulier que tu ne saurais le décrire avec précision. Elle avait captivé ton attention, elle t'avait charmé sans même le vouloir.

Ton pire ennemi est la lumière vive et voilà que tu t'accroches a une étoile plus brillante encore que le soleil. Tu ne serais pas un peu maso' mon petit Leo ? Tu tournes, tu vires dans ton lit, venant plaquer ton visage rouge jusqu'au oreilles contre ton oreiller. Perdu entre l'envie irrésistible de la voir et de la fuir, l'un par envie et l'autre par responsabilité, tu gigotes dans tes draps, cherchant une réponse qui ne se trouve, on s'en doute, pas ici. Tes gesticulations attirent ton Caninos, Arkhan, qui vient poser sa truffe fraîche contre ta joue pourpre. Tu marmonnes quelque chose de totalement inaudible, ta voix étouffée dans ton coussin. Quelque chose du style : «  C'est pas le moment Arkhan... »

Finalement tu te remets sur le dos, les oreilles encore écarlates, regardant le plafond sans réel motivation. Tu fermes les yeux, pour les rouvrir aussitôt. Mauvaise idée. Très mauvaise idée. Elle n'a de cesse que de te hanter. Tu soupires, passant ta main hors de tes draps pour caresser la tête de ton Chiot de feu. Tu le fixe, les yeux semi-plissés, sentant les rayons traverser les rideaux de ta chambre.

▬ Tu en penses quoi hm ? Tu crois que je devrais lui parler ?

Le Caninos ne manque pas de poser ses pattes avant sur ton lit, jappant joyeusement, la queue battante de cette bonne humeur qui est la sienne. T'avait-il compris ? Avait-il cherché a te répondre en poussant cet aboiement ? Vue son excitation, tu supposes que oui. Tu te laisses glisser en dehors de tes draps, suivit de prêt par ton Pokemon. Tu récupères tes lunettes que tu place sur le bout de ton nez. Bizarrement elles sont bien moins lourdes a porter qu'elles ne l'étaient il y a quelques mois. D'un sourire confiant, tu te redresses, sentant déjà tes rougeurs s’évincer de ta frimousse matinale.

Soudain, ton Ipok se met a vibrer. Tu n'as pas a t’inquiéter pour Cael car tu sais déjà que ce dernier n'est plus dans son lit depuis cinq heure du mat. Une annonce t'as été envoyé, par Roseverte. Comme quoi, malgré la punition passé chez les Pyroli, ton professeur n'avait pas perdu confiance en toi. Tu ricanes attrapant de sous ton lit le pot de viandes séchées que tu caches des yeux de ton coloc' ( Sait-on jamais. ) Mâchouillant sans grande gêne un morceau de grotichon, tu lis le message avec attention, partageant ta nourriture avec Arkhan, Luné, Terezi et Korra qui venait de se réveiller. Hmm. Intéressant.


ROSEVERTE - 01 mars 2015 ; 08h45


Tenez Blackhart. J'ai crue comprendre que vous aviez également des vues sur le parcours TopD-Rangers. Je l'ai reçu aujourd'hui et je vous l'ai réservé. Bonne journée.

Intitulé de l'offre : La chasse est ouverte !  
Profil recherché : Mission ordinaire donc accessible à tous.
Nombre d'élèves : 2 à 3
Précisions supplémentaires : A Unys, Frison et Tauros sont en voie de disparition à l’était naturel. La raison ? Les braconniers. Ceux-ci sont en pleine expansion et chasse ces pauvres créatures pour leur fourrure énorme. Leur toison vaut des milliers et des milliers de Pokédollars, alors les braconniers s’en donnent à cœur joie pour s’enrichir jour après jour. Les scientifiques pensent qu’il faudrait alors les mettre dans une réserve naturelle pour éviter que ceux-ci ne disparaissent à jamais. L’action serait alors irréversible et perdre ces races de Pokémons serait terrible. Votre mission, si vous l’acceptez, est d’aider les scientifiques à déplacer les bêtes de leur plaine jusqu’à la réserve naturelle ! Une lourde tâche vous attend, bonne chance !


C'était assez étonnant de voir Roseverte aussi attentionné, mais depuis ton retour il n'a eu de cesse que de t'aider du mieux qu'il pouvait, même si parfois il n’hésitait pas a te donner du travail en plus. Il fait ça pour ton bien, marmonne-t-il parfois alors qu'il croit que tu ne l'entend pas.

Puis le déclic. Tu te figes sur l'instant et ferme ta boite de viandes séchées, finissant de mastiquer le morceau actuellement entre tes dents le tout en pianotant férocement sur ton Ipok. Ne pouvant décemment pas contacter Estelle sans raison, ( en vérité, connaissant Estelle, tu serais le bienvenue pour n'importe quelle genre de discutions, aussi abracadabrante peuvent-elles être ) Mais après cette st-valentin, tu n'as pas arrêté de te reprocher un nombre incalculable de chose et bien sur, tu n'avais pas trouver le temps de lui parler en tête à tête. Toi même perdu, peur de faire une bêtise plus grosse que toi et bien évidement de faire passer tes envies avant ceux de la Mentali, tu n'avais trouvé ni force ni courage de véritablement avouer tes sentiments. Amour, respect, amitié féroce, tout étaient entremêlés et tu ne savais pas non plus où placer ton cœur dans tout ce chantier d’émotions. Étais-tu aveuglé par tout ce que tu ressentais pour elle au point d'en perdre le file ? Et bien oui, littéralement. Tu ne savais plus où donner de la tête et cela faisait presque deux semaines que tu tournais en rond. Il fallait mettre les choses aux clairs, et cette mission était pour toi l'occasion parfaite pour le faire. Prenant ton courage a deux mains, tu envoies une « invitation » a la demoiselle.

Leonidas - 01 mars 2015 ; 9h09
 Bien le bonjour, Mademoiselle Highwind, bien dormis ? J'aurais besoin de vous pour une mission, seriez vous partantes pour m’accompagner ? ( Je te fais un copier/coller de ce que Roseverte m'a fait parvenir ce matin même )


Et sur ses quelques mots qui te font sourire, tu te dépêches de transférer le message de Roseverte pour l'envoyer a  Estelle. Pourvu qu'elle accepte !

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Dim 1 Mar - 20:29


Premier mars! Voilà une date qui, plus que toute autre, sonnait pour moi comme le début du Printemps. Enfin, bon, dans les faits ce n'était pas tout à fait ça, bien que je ne connaisse pas la date véritable de l'arrivée de ce fameux printemps, mais dans ma tête c'était comme ça! C'était l'une de mes périodes favorites de l'année avec le dégel, les températures qui remontent enfin, le Soleil qui viens nous visiter de son oeil clément et de sa douce chaleur qui se diffusait dans l'air. Ce serait l'occasion de retourner, enfin, arpenter la plage, laisser Hime nager et peut-être même aller la rejoindre si la température s'avérait assez élevée et j'en passe! Surtout que j'allais enfin arrêter d'avoir super froid tous les matins lorsque j'allais courir, il n'y avait pas plus désagréable que ça quoi! Enfin, tout cela pour dire que j'avais tout plein de raisons d'avoir le coeur léger et le sourire facile. Même, je trépignais. Depuis que j'avais monté au grade 2, ma soif d'aventures et de nouvelles expériences n'avait cessé de croître et, si au départ j'avais été plus que comblée par mon expédition en forêt avec Cael, maintenant je m'ennuyais de pied ferme. Après une aventure comme celle-là, en même temps, il y a de quoi trouver la vie monotone.

Je profitais donc de ce Dimanche de la façon la plus ennuyeuse et la plus Mentalienne possible, soit en étant assise dans mon lit à me faire les ongles tout en regardant un film que j'avais vu bien assez de fois maintenant, étant même devenue capable de donner la réplique aux acteurs. Enfin, pas presque en fait. Ouais bon, on ne juge pas! Chacun ses passes-temps, et puis aucune honte hein!

- Je t'aime! *petit changement de voix pour prendre un air de macho* Je sais. *retour en mode Estelle* Non, mais qui va répondre comme ça hein?! Et puis la pauvre, elle va se poser tout plein de questions là! Remarque c'est une femme forte faut le dire... Ouais! C'est vrai ça! C'est une femme forte! Un jour moi aussi je serai... hey, mais en fait... hmm.

Et me voilà partie à la recherche de ma brosse à cheveux et d'épingles, ne prenant même pas la peine de mettre le film sur arrêt avant d'essayer de dompter mon imposante chevelure. Aller... Si je pouvais juste tirer un peu plus... Une petite épingle ici, une autre là... Hmm, c'était tressé ce truc ou pas en fait? Et ce film qui semblait résolu à ne pas me laisser revoir ses cheveux quand j'en avais le plus besoin. Oh tant pis, je ferais approximativement et puis... Oh! J'avais un côté de fait! Mouhaha! Plus qu'à placer l'autre côté et j'aurais l'authentique coiffure la plus emblématique de tout Pokéwood! J'étais d'ailleurs encore en train de me battre avec une boucle rebelle -oh oh!- lorsque mon iPok se mit à vibrer, accompagné de l'habituel "Hey! Listen!" accompagnant les messages textes. Coinçant mes épingles entre mes lèvres, maintenant mes cheveux en place de l'autre main, j'allai récupérer le petit objet pour découvrir le contenu du message. Leo! Il y avait un moment que je n'avais pas eu de ses nouvelles tiens! S'en était même devenu inquiétant au bout d'un certain moment, mais j'avais simplement conclu qu'il devait être occupé et bon, peut-être avais-je eu un peu peur de le déranger. Ou, plus simplement, peut-être une part de moi avait-elle sentie qu'il valait mieux ne pas le faire, pour une raison ou une autre. N'était-il pas effrayant, après tout, que j'oublie le reste du monde lorsque je me trouvais en sa compagnie? Enfin, ce n'était qu'impression tout ça et à m'embourber dans ces réflexions, je perdais l'important de vue, mon ami avait besoin de mon assistance pour une mission.

Estelle - 01 mars 2015 ; 9H12
Ce sera avec grand plaisir, monsieur Blackhart! Nous sommes leur seul espoir! (Désolé, je devais le placer quelque part xD) Je commence à me préparer dans l'instant!

Puis, j'avais abandonné les épingles, le téléphone et mes tentatives de coiffure ratées, j'avais interrompu une tirade de l'Empereur en éteignant la télévision et j'avais sauté en bas de mon lit, direction les douches, parce qu'on est jamais trop propre avant de partir en mission! Puis, de retour dans la chambre, j'avais enfilé un jean, un débardeur, une chemise laissée ouverte et aux manches roulées jusqu'aux coudes et de petites bottines, le tout accompagné d'un bracelet de cuir, de quelques fins colliers et de cheveux attachés en un chignon un peu en vrac. J'étais fin prête pour une aventure dans le far west moderne! Il ne me manquait plus que la ceinture, que j'ajoutai sans délais, et les bottes de cowboy, que je ne possédais pas. Puis, je me jetai sur l'un de mes sacs à dos et y enfouis vêtements de rechange, trousse de secours et j'en passe. Tout ce dont je pourrais avoir besoin en mission quoi, je vais quand même pas non plus vous faire la liste à chaque fois. Satisfaite de cette préparation expresse, soit un peu moins d'une heure trente au chrono, je quittai ma chambre en verrouillant derrière moi, Chidori sur mon épaule et un duo d'Absol sur les talons. Et plus vite que ça, direction dortoir Phyllali! D'ailleurs, cette fois j'y entrai sans trop de problèmes, il était assez évident que j'allais rejoindre un coéquipier pour partir en mission quasi immédiatement. Enfin, il haussa bien sûr un sourcil et sembla étonné à l'idée qu'un bateau quitte le port un dimanche, mais oh! C'était un type de la surveillance, pas ma faute s'il ne connaissait pas les horaires par coeur! Voilà voilà!

C'est donc sans me poser plus de questions que je me plantai devant la porte du scientifique avant d'y cogner avec confiance, le dos bien droit et un vaste sourire illuminant mes traits. Inutile de vous cacher ma joie lorsque je vis enfin son visage apparaître, lorsqu'il ouvrit la porte. Mon sourire sembla briller un peu plus alors que je me redressai malgré moi, que mon coeur semblait en fête. Il y avait des jours que je ne l'avais pas vu et je mentirais honteusement si je devais nier qu'il m'avait manqué. Près de deux semaines sans vraiment passer un peu de temps ensemble ou échanger des messages, ça avait été long et ce n'était que maintenant que je prenais pleinement conscience du poids que cela avait exercé sur mes toutes petites épaules de demoiselle. Enfin, là c'était surtout Chidori qui pesait malgré son petit format sur mon épaule droite, mais ce n'est qu'un détail ça!

- Bonjour Leo! J'ai fait aussi vite que j'ai pu, mais je suis prête pour le grand départ!

- Pichuuu!!
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Dim 1 Mar - 23:06

Wa-Wanna join me ?

Tu n'as pas a attendre longtemps que déjà Estelle te répond. A l’affût de ses messages, tu t'empares de  ton Ipok ne laissant pas ta sonnerie faire deux notes. Tu ne peux t'empêcher de rire franchement à sa réponse. Encore une fois, touché en plein cœur, tu souris niaisement alors qu'elle a l'air totalement enjoué de t'accompagner pour cette mission qui commencera demain. Tu es si bien sur ton petit nuage que tu ne captes pas que la demoiselle est véritablement entrain de se préparer, là, tout de suite. Elle compte te rejoindre mais tu n'en a pas la moindre idée.

Encore en boxer, revisitant tes notes d’études sur les Sharpedo en captivités tu es installé sur ton bureau et tu ne prévoie rien pour aujourd'hui ci ce n'est de former un dossier. Tu tries ta paperasse, agrafe une dizaine de feuilles entre elles, le tout liés de croquis parfois sans queue ni tête. Tu viens alors a fouiner dans tes carnets qui se compte par dizaine. Tu les feuillettes les uns après les autres jusqu'à trouver celui que tu cherches. N°07, fin de cahier, une demi douzaine de croquis de Miyabi dans la piscine de l’école s'amusant avec le Métamorphe de Nox Hawkins.

Nom de code de l’étude : SharpMetaCapti'. Tu rajoutes a coup de fusain certaines notes que tu avais oublié d’écrire et tu arraches sans hésitation les dessins pour les ajouter a ton dossier. Tu n'es pas particulièrement pressé, et pourtant tu sens une espèce de lourde tension sur tes épaules. Puis soudain, ton nez se relève de tes papiers. Tu te retournes, inquiet, curieux. Si tes calcules étaient exacte l’œuf trouvé sur l'île Pumkin n'allait pas tarder à éclore.  Tu te redresses t'approchant de Luné, le gardien de ce dernier. Depuis le début de l'acquisition de cet œuf le Zoroark a toujours était présent pour lui. Très protecteur, paternel il lui est déjà arrivé de grogner sur Arkhan qui était bien trop imprudent a jouer à coté de sa coquille fragile.

Mais aujourd'hui devait être le grand jour, tu en étais sur. Avec de la chance, et si tes calcules s’avéraient véridiques, tu pourrais sans aucun doute présenter ton nouveau pokemon a Estelle durant votre mission. Tu ignores encore ce qui s'y cache mais d'après tes approximation il s'agirait peut-être d'un Pokemon électrique. L’étrange chaleur qui s'en dégage n'a rien avoir avec celle qu'avait émané l’œuf de ton Caninos. Intimant a Luné de s'écarter un peu, tu t'empares de son trésor,  tu peux déjà sentir les vibrations de son pouls palpiter sous la carapace. Tu as l'impression de tenir un véritable cœur dans les bras. Les battements de ce dernier tiennent un rythme régulier qui t'apaisent grandement. Te sentant presque « papa » tu retournes vers ton bureau, installant l’œuf entre tes cuisses quasi nues, alors que tu continues de travailler. Cependant un cahier mal rangé t'attire le regard et tu ne peux t'empêcher d'y jeter un coup d’œil. N°06, ton préféré.

Tes doigts glissent sur les pages. Des croquis approximatif de Luné, d'autres d'Arkhan entrain de gambader, ta fameuse « études » sur sur la fourrure changeante des Caninos et bien évidement, le portrait que tu avais fais d'Estelle avec la rose blanche que tu lui avais secrètement offerte dans les cheveux. Elle ne s'était pas permis de la mettre et tu ne pouvais lui en vouloir... Elle ignorait de qui elle venait et puis, elle avait passé la Saint-Valentin avec Allen... Raison de plus pour qu'elle oublie a même son existence. Peut-être même l'avait-elle jeté ! Cette simple pensée te met à mal et à défaut de pouvoir penser a autre chose, tu places gentiment tes mains sur la coquille presque brûlante de ton futur compagnon. Celui ci aura au moins le mérite de te rassurer un peu.

Puis venu de nulle part, voilà qu'on toc a ta porte. Tu n'attends aucune visite et tu espère que ce n'est pas encore Roseverte qui serait venu t'offrir tu ne sais quoi encore ! Prenant l’œuf avec toi, tu t'approches de la porte, marchant sur la point des pieds pour esquiver tout ce qui pouvait se trouver par terre. ( Power Lvl du bordel de Cael et Leo combiné ? Its over 9000 ! ) Tu crois alors dur comme fer qu'il s'agit d'un autre Phyllali, un jeunot, qui chercherait de l'aide chez ses ainés.

▬ Écoutes Thomas j't'ai déjà dit qu- Nop. Ce n'est pas Thomas. Ou alors il est devenu très attirant en l'espace d'une nuit ! Arceus oui qu'il est devenu séduisant, ce Thomas... Tu déglutis, gêné, surpris, pris de cour. En sous vêtement, une chambre en bordel, un œuf dans les bras qui gigote et qui... oh.

▬ Pachi !

La coquille dans tes mains s’effrite d'avantage, laissant apparaître une petite Pachirisu qui ne manque déjà pas d’énergie. Encore très petite, et fragile, elle remonte tes bras pour venir se lover entre ton cou et ton épaule droite, alors que ce qui reste de son œuf fini par tomber a tes pieds.

▬ Es-Estelle, mais qu'est que tu fais là ? La mission c'est pour demain. Aucun bateau ne va quitter l'île aujourd'hui. Mais... hm Tu ne peux pas la chasser comme ça de chez toi, c'est ton amie quand même ! Si tu veux entrer laisses moi le temps de ranger un peu la chambre d’accord ?

Sans doute ne te laisse-t-elle pas le temps de faire quoi que se soit, mais tu lui a déjà tourné le dos pour ramasser fringues et autres objets bizarres des entraînements de Cael. Tu ignores l'intégralité de ton bureau, y compris le portrait d'Estelle qui est grand ouvert, à la vue de tous. La Pachirisu fraîchement éclose quand à elle, décide de faire le guet en lorgnant Estelle du regard. Trop d’événements en une seule journée ! Avant de t'occuper de ton nouveau Pokemon tu te dois de sauver un minimum ton honneur de jeune homme... Tu enfiles donc en premier lieu, un pantalon !

Arkhan lui n'a que faire du dawa qui règne ici, voilà qu'il bondit vers la Mentali pour lui faire la fête du siècle. Il devait être aussi content que toi de voir Estelle. Ça faisait un moment et déjà le Caninos se languissait de ses massages. ( Oui les massages de Leo ne sont pas aussi bien que ceux d'Estelle )

[hrpg : eclosion de mon oeuf de Pachirisu ]
crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Mar 3 Mar - 15:35

La première chose que je vis, c'était l'oeuf. Réflexe d'eleveuse peut-être, comme si mon vaste regard chocolat était mystérieusement attiré vers tout ce qui rappelait de près ou de loin les bebes Pokémon. Je n'eu toutefois pas l'occasion de passer le moindre commentaire que, déjà, le blond s'adressait à un certain Thomas. Enfin, ça c'était avant qu'il ne se taise subitement en me détaillant. Bien sûr, à ce stade là, mon prochain réflexe était de le détailler aussi. Enfin, c'est un truc de mentalienne ça, toujours cette habitude de porter attention à l'accoutrement des autres, mais dans ce cas ci c'était... Particulier, dira-t-on. Inutile de dire que je ne perdis pas de temps avant de piquer un fard et détourner les yeux, genee de me retrouver face à face avec mon ami encore en "pyjama". Comme si ces coïncidences désastreuses n'étaient pas suffisantes pour ajouter au loufoque de la situation, c'est le moment que choisi le Pachirisu pour éclore. Avais-je le droit de l'admirer et de complimenter mon ami pour cette naissance? Ouais non, valait mieux attendre, dans l'immédiat il valait mieux tenir mes iris loin de la silhouette du Phyllali. Déjà que je l'avais massé une fois, une petite voix me disait qu'il valait mieux éviter de prendre l'habitude de sa compagnie aussi... Dévêtue. Voilà, aussi gênant que ce puisse être, c'est bien le juste mot. La suite, toutefois, n'avait pas fini de me surprendre.

Pas de bateau?! La mission était seulement le lendemain? Ah, bah bravo Estelle! Voilà ce que tu gagnes à vouloir te préparer aussi vite que possible. Regarde la situation improbable dans laquelle tu t'es plongée avec tout cet enthousiasme débordant! Dans tous les cas, j'étais franchement genee là. Me grattant l'arrière de la tête, le regard bien dirigé vers n'importe quoi d'autre que Leo et ou sa chambre, je lui répondis.

- Je suis vraiment désolée, je voulais pas te déranger. Si tu veux je peux...

Mais non, pas le temps de terminer ma phrase que Leo s'était reprit, presque avec un sentiment d'urgence. Comme s'il voulait à tout prix éviter que je parte maintenant, bien qu'il semblait décidé à sauver un peu de son honneur avant de me laisser entrer. J'acceptai donc, bien sûr, de lui laisser le temps de ranger un peu et d'enfiler au minimum un pantalon alors que, droit sortit de nulle part, un chiot de feu plein de vigueur couru vers moi. Enchantée, je n'attendis pas avant de me mettre à sa hauteur pour lui gratter les flancs et déposer un baiser sur le dessus de sa tête tout en tentant d'éviter les coups de langues râpeuse et un peu trop enthousiastes qu'il destinait à ma joue.

- Tu as bien grossi Arkhan! Regarde toi, tu es tellement beau! Je suis fière de toi beau chien, tu seras bientôt plus grand que Luné à ce rythme!

L'étreinte se termina toutefois au bout d'un bon petit moment de gratouilles et de regard curieux de Chidori pour le Caninos, comme l'air de penser "mais pourquoi lui a des câlins d'Estelle et moi pas?". Mais bon, maintenant que Leo avait semblait-il ramassé une bonne partie du fouilli, travail toujours en cours d'ailleurs, et qu'il avait enfilé un début de tenue plus appropriée, je décidai d'entrer en refermant derrière. Pas que j'avais vraiment envie d'envahir l'espace du jeune homme, mais j'étais un peu intimidée par les regards des autres phyllali présents dans le couloir alors, voilà, réflexe numéro un, entrer dans la chambre, totalement legit. Je n'osai pas trop avancer par contre, allant plutôt prendre place aux côtés du bureau pendant qu'il s'affairait à ranger comme si le président en personne allait venir lui rendre visite, sous mon regard un peu amusé je l'admets. Quoi qu'il en soit, je ne peux nier que j'avais un petit côté fouine, que j'adorais les dessins de Leo et que, comble de malchance pour lui, il y en avait justement un sur le bureau pour attirer ma curiosité. Si au départ je ne lui jetai qu'un coup d'oeil en coin bien rapidement, par simple principe, je me surpris à me figer sur place. Ma main se souleva, presque au ralenti, jusqu'à atteindre la feuille que je parcouru d'abord du bout des doigts, comme pour vérifier si je n'allais pas m'y brûler ou m'y couper. Rien de dangereux à signaler. Je saisis donc la feuille, pour rapprocher l'oeuvre de moi, pour admirer ce visage qui me semblait fort familier, bien que plus joli que son original selon mon humble avis. Et ces cheveux. Et cette fleur.

- Leo...

Avais-je laissé échapper sans trop le réaliser. Avait alors suivit un instant de défaillance et mes yeux avaient cligné, rapidement et à quelques reprises alors que mes levres s'entrouvrirent, comme pour chercher des mots. Je redeposai la feuille, doucement, presque méticuleusement, avant de détourner le regard, comme pour y dissimuler une blessure qui ne s'y trouvait pas juste avant.

- Tu dessinés toujours aussi bien... C'est magnifique. -petite pause genee avant de reprendre de façon peu naturelle- Alors, euhn, pendant que je suis là on devrait peut-être parler de... Euh....de la mission! Voila, de la mission.


HRP : J'ai du écrire sur téléphone donc vraiment désolé, dès que j'ai accès à un pc j'essaierai de corriger tout ça et de mettre en page comme il se doit.
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Mar 3 Mar - 23:30

Wa-Wanna join me ?


Quelle honte vraiment ! Rouge tomate, les oreilles elles mêmes pourprées de cette trop grande gène tu t'en étais retourné a ranger ta chambre. Tu te permet de toucher aux affaires de ton coloc' pour les empiler sur son lit. Pas un pour rattraper l'autre, vraiment … ! Tu n'étais pourtant pas du genre bordélique, mais ces temps ci il fallait avouer que tu te laissé un peu aller. Un soupire a toi même, doublé d'un grognement pour t'auto-gronder tu finis par enfiler un pantalon propre que tu vas prendre dans ton armoire. Tu te sens déjà un peu moins nu face a Estelle... Encore être torse libre ne t'avais pas gêné, hors là, te trimbaler en sous-vêtements... c'était une autre histoire. Tu toussotes un peu pour éclaircir cette gorge bloquée d'embarras et continue ton rangement.

Ton nouveau Pokemon qui n'a trop d'envie que de te connaître d'avantage essaye de lécher le rouge de tes joues comme si il s'agissait de sauce tomate ou d'un coulis fraise. Si seulement... Tu la laisse faire. Elle te renifle, passe ses joues électriques sur les tiennes alors que tu continues de ranger sans te rendre compte qu'Estelle s'était « faufilée » dans cette dernière et avait trouvé place près du bureau. Tu ignores même que tu y avais malencontreusement laissé l'un de tes dessins. Mais pas n'importe quel dessin non. Le plus beau, le mieux réussis... Celui qui portait ton cœur du bout des doigts, prêt a tout lâcher pour le laisser s'écraser par terre comme un vulgaire fruit moisi.

Rien que d'y penser tu sentais ton cœur s'écraser violemment contre ta poitrine. Quel sentiment ingrat. Tu finis de ranger les dernières affaires qui traînent et te retourne vers Estelle qui replace ton dessin sur le bureau. Tu n'as pas besoin de t'approcher pour savoir duquel il s'agit. Tu le vois d'ici. Griffonné méticuleusement, il était le reflet même de ce qui se tramé dans ton torse.

Comment réagir ? Comment prétendre ? Comment mentir ? Devais-tu mentir ? Tu n'en avais pas l'envie et soyons honnête, tu n'en avais pas non plus la force. Piégé entre peur, déni, nervosité et désir tu ne sais plus quoi faire. Entremêlé dans tout ces sentiments qui sont les tiens, sentant étrangement la foudre de ta Pachirisu noyer tes veines, tu fixes la Mentali. Tu aurais baissé les yeux, si tu avais eu peur d'admettre que ton regard n'avait pas l'envie de se défaire de sa silhouette.

▬ Estelle je...  Commences-tu timidement, bouffé par les remords... Tu pouvais voir a ses gestes, a sa façon d'être que tout ça la gêné. Etait-il bon de s'excuser ? De demander pardon ? D'implorer l'oublie et d'imposer des règles de replis ?  Pourrais-tu seulement vivre dans son ombre ? Avec Estelle il n'y avait pas la moindre trace d'obscurité. Elle brille bien trop pour cela. Et c'est justement cette brillance qui a eu raison de ton cœur blessé. Tu n'avais pas envie de l'abandonner. Tu la savais pourtant hors d'atteinte. Lovée dans les bras d'un autre, riante a ses moindres faits et gestes, attendrie par ses multiples facettes, loin de toi et de tes misérables émotions. Rien que de l'imaginer, d'entendre  son rire cristallin se perdre à l'intention d'un autre te blesse plus encore.


Estelle tente de fuir. Maligne, comme une anguille elle souhaite éviter le sujet. Tu hésites a te plier a son envie de mettre ça sur le bas côté, de perdre toute confiance, toute chance de montrer véritablement qui tu es et ce qu'elle est pour toi. Mais d'un autre côté, si tu ne faisais rien maintenant, peut-être qu'elle commencerait a t'ignorer pour ne pas être mêlé a un autre cœur qui n'est pas celui de son amant. Peut-être même que- Rah trop de peut-être et pas assez de faits. Qu'as tu a perdre Leo' si ce n'est Estelle qui de toute façon ne te regardes pas ! Tu n'as jamais été un égoïste et pourtant tu sens cette flamme t'envahir. Tu es jaloux, silencieusement jaloux de ne pas pouvoir la serrer dans tes bras, de ne pas pouvoir te donner a elle.

Tu as peur de la brusquer, de la perdre, définitivement. Tu as peur de ses regards, de ses remontrances, de ses mots... Mais c'est plus fort que toi. Tu t'approches d'elle, lentement, sans doute te perçoit-elle comme un de ces prédateurs chassant sa proie, mais tu es en réalité d'une douceur précise, appliquée, docile et maîtrisée. La Pachirisu, s'entant toute la pression, descend de tes épaules. Tes mains, se voulant câlines, sont disciplinées et viennent se poser sur le bureau, une de chaque coté de la demoiselle. Elle est prise au piège.

Le ciel s'assombrit dans la seconde, plongeant la chambre dans une fine obscurité. Le tout teinté de vert, l'atmosphère est lourde et légère a la fois. Te sentant en sécurité, autant sur le plan physique que moral, yeux fermés tu retires tes lunettes de protection pour faire face à Estelle. L'ambiance est palpable et tu sens ton cœur battre a tout rompre. Puis tes iris ambrés misent à nus s'ouvrent pour se planter dans ceux chocolats de la Mentali. Aucun handicape ne pourra briser ce moment. Rien ni personne ne t'empêcheras de t'exprimer. La lueur de ton regard n'a de cesse de briller.

▬ Je t'aime.

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Mer 4 Mar - 5:12

Fuir, partir, nier, me cacher dans le déni. Ce n'était qu'un hasard, bien sûr. Il avait dessiné ça parce qu'on en avait parlé, via iPok, le jour de la Saint-Valentin quand j'avais reçu cette rose. Ça ne voulait pas nécessairement dire qu'elle venait de lui, ça ne voulait pas dire quoi que ce soit. je t'aime en silence Hérésie, stupidité, coïncidence. N'est-ce pas, Leo? Si tu t'approches de moi ainsi, pour m'empêcher tout repli stratégique, c'est bien pour venir me dire que je fais fausse route, n'est-ce pas? Tu vas simplement me sourire, tu vas passer ta main à ta nuque et me dire que tu avais imaginé ça et que ce n'était pas trop réussi, et ensuite je te dirais que tu devais commencer à avoir plus confiance, parce que c'était une magnifique oeuvre d'art. Puis nous parlerions d'autre chose, nous laisserions ce dessin de côté et je n'y penserais plus. Nous discuterions entre deux rires amicaux de la mission à venir, le tout agrémenté de quelques regards complices et d'une ou deux caresses à ce ou cette Pachirisu nouveau né. C'est ça qui allait se passer, n'est ce pas, Leo? Il n'y avait strictement aucune raison pour que les choses se passent autrement.

Une main à ma droite, bien campée sur le bureau. L'autre main à ma gauche, sans doute posée quelque part non loin des croquis et des esquisses. Chidori qui me déserta, cherchant refuge n'importe où ailleurs ou s'eclipsant simplement peut-être. Je sentis le bureau derrière moi alors que je reculai, réflexe. Prisonnière, le coeur battant la chamade, le regard presque implorant, les mots étouffés entre mille doutes, mille idées, mille protestations silencieuses. Pourtant tu ne me touchais pas, tu me regardais simplement, tu respectais mon espace et cela, paradoxalement, me faisait étouffer un peu plus encore. Il est si facile d'éconduire un individu à l'attitude déplacée, mais si difficile de s'éloigner d'un être qui ne veut vous blesser d'aucune façon et qui vous respecte, qui fait tout pour que vous puissiez être à l'aise, malgré tout le mal que cela leur causait. Et tu n'as pas reculé. Il n'y avait dans tout cela aucune erreur, aucun faux pas. Une maîtrise exemplaire, beaucoup trop, une fois de plus, alors que je me sentais de plus en plus petite et que mon reflet en tes lunettes me jetait des regards nerveux, fuyants. Tu le savais, ça aussi, n'est pas? C'est ridicule, mais je sais que tu l'as senti, car ensuite, tu les as enlevées.

Est-ce également toi qui demanda au ciel de s'atténuer, pour que tu puisses ouvrir les yeux et que tes deux joyaux d'ambre viennent rencontrer mes yeux de chocolat? Ce n'était pas la première fois et, malgré tout ce que j'aurais désiré, je n'avais pas pu oublier cette danse, cette chute, ces yeux amusés qui m'avaient regardée comme si j'étais un ange qui t'était tombé dessus. Comme une étoile brillante au creux de ta main. Maintenant que nos regards s'unissaient de nouveau, je me retrouvais coupée du reste du monde. Une fois de plus, tu avais ce don de me couper le souffle, de m'éloigner de tout autre et de me voler au ciel. Si je n'étais qu'une étoile, tu savais faire se lever le jour et, en ton monde, je devenais le soleil d'un endroit où toi seul résidait. Puis, ton souffle s'était glissé hors de tes lèvres en une affirmation décidée, réfléchie. Tu m'as arraché le seul espoir qu'il me restait de clore les yeux face à toutes ces évidences.

Un aveux courageux pour accompagner ce regard incandescent, ce regard qui aurait fait pâlir n'importe quel astre. Et tu attendais, comme le lion qui guette. Quelque part, au fond de ma tête, une petite voix murmura. Je sais. Et, une fois de plus, je me demandai quel genre d'individu irait répondre ça, et bon sang que c'était ridicule de me demander ça maintenant. Mais tu m'empêchais de réfléchir, tu me privais de tout sens qui n'existait pas entièrement pour te détailler à mes côtés. Et c'était vrai, je le savais, mais je n'avais pas voulu l'admettre. J'avais pris une résolution, j'avais compris que peu importe qui m'avait envoyé cette rose, je lui dirais que je ne pouvais pas retourner ces sentiments, je le remercierais, mais ce n'était pas possible. C'était un principe si clair, si évident et si inéluctable alors pourquoi, maintenant que je savais que c'était toi, est-ce que tout cela m'était si douloureux? J'ai voulu tendre la main vers toi. Mes doigts, incertains, voulaient effleurer la peau de ta joue, briser cette distance comme un éclat de verre, pour briser cette illusion, cette scène surréaliste. Mais il était trop tard pour cela, maintenant. Ma main se referma dans le vide en un poing impuissant, allant retomber contre moi alors que je baissai la tête, que ma frange vint dissimuler mes yeux et ces reflets traîtres, signes des larmes qui venaient à moi. Ma tête voulu s'enfouir dans mes épaules et, en cette détresse qui me gagnait, j'aurais voulu courir jusqu'à toi, comme à l'habitude, car c'était là que je trouvais toujours les réponses à toutes mes questions. Toi, celui qui était devenu, par la force des choses, mon meilleur ami.

- Il vaut mieux que je te laisse te préparer pour la mission de demain, on a du pain sur la planche...

Et je me suis détournée de toi, car c'est tout ce que je savais faire, fuir. Et je me détestais pour cela, si tu savais à quel point, mais qu'avais-je le droit de te répondre? Qu'est-ce que mon coeur aurait voulu te répondre? La triste vérité, c'est que je n'en avais aucune idée. Pourquoi est-ce que j'hésitais autant? Pourquoi est-ce que j'hésitais tout court? Pourtant, n'aimais-je pas Allen de toute la force de mon coeur? N'avais-je pas déjà fait mon choix? Et toi, lion à la crinière d'or et aux pupilles brûlantes, voilà qu'en quelques mots tu semais le plus grand des troubles en mon coeur. Je devais prendre du recul, autrement j'allais disparaître sans plus d'artifices. Je ne pensai même pas à récupérer Chidori, laissant plutôt le petit Pichu me suivre par ses propres moyens malgré sa santé précaire. Même ça, je n'arrivais plus à y penser.

- À demain.

Tels furent les mots que je laissai m'échapper en tournant la poignée de la porte. Sans grande conviction, sans grande émotion autre que la terreur peut-être bien, ou était-ce juste de la peur? Je n'en étais plus vraiment certaine. L'instant suivant, je traversais le couloir du dortoir phyllali, la tête basse, le pas rapide, les cheveux battant au vent alors que mon compagnon électrique peinait à me rattraper. Sur le chemin de la sortie je croisai de nouveau le surveillant, le saluant de manière absente, lui livrant les seuls mots que j'arrivais à aligner. Une pensée si vide au final.

- Vous aviez raison. Il n'y a pas de bateau le dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Mer 4 Mar - 15:55

BROKEN

Désarmé, le cœur en pièce, tu regardes Estelle s’éloigner, se défaire de ta prison comme si elle n'était que vulgaire papier. Tes remparts de courage s’effritent. Ta poitrine se serre, provoquant en toi une panique étrange. Tu la perdu Leo'. TU as perdu. Ce jeu n'a jamais était le tiens, tu n'avais pas la moindre chance alors pourquoi ? Elle n'a pas l'intention de venir vers toi, ni même de te donner l'attention que tu désir. Et pourtant, dans ses yeux, tu avais put lire tant de chose... Ses yeux chocolats qui sont tout simplement si délicieux que tu passerais ton temps a les dévorer. Ces yeux là ne pouvaient te mentir.

Il n'y avait pas plus blessant que l'ignorance et son déni et sa fuite t'avaient lacéré le cœur de la plus belle des façons. Mais ses yeux... Ses yeux parlaient pour elle et un seul regard avait suffit. Mais pourquoi cela te faisait-il souffrir autant ? Son silence sur le sujet t'avais littéralement transpercer le torse pour en briser ses moindres os. Comme un coup de poing, suivit de coups de couteaux ravageurs, ta respiration s'était bloquée, venant loger ses dernières réserves d'oxygène dans ta gorge nouée.

Mais son regard, perçant, apeuré, cherchant réponse dans tes propres iris ambrés, laissait place au doute. Tu ne savais plus si il s'agissait d'une étincelle a saisir ou d'une flamme mourante. Une chose est sûre tu n'avais qu'une envie, rallumer cette dernière de tout ton saoul. Souffler jusqu'à en perdre ton propre souffle. Tu aurais tout donné pour cela, tout... Tu n'avais pas grand chose a offrir, tu n'étais pas le plus riche, ni même le plus fort.. Tu n'avais même pas un corps saint. Tes yeux étaient troublés par la lumière, ton âme était elle même déchirée par les ombres de tes souvenirs qui te hantent. Tu n'étais pas un article de choix...

Mais tu savais que ces raisons n'y étaient pour rien, du moins te concernant. Mais étrangement, tu voulais que ces raisons soient vrais. Tu voulais qu'elle te méprise d'une façon ou d'une autre, qu'elle arrête de se montrer si douce et si gentille avec toi. Mais d'un autre coté il n'était pas question de ne plus la revoir... Pourquoi ne disait-elle pas clairement qu'elle ne voulait pas de toi ? Un simple «  Je suis désolée mais... » aurait peut-être suffit a te faire oublier, a ravaler tes amours, tes envies. Mais elle n'avait rien dit, rien fait. Ce silence et encore ce silence ! Si pesant, si lâche !

En vérité tout ce que tu avais se fondaient dans le passé en moins de temps qu'il ne te faut pour le dire. Tes parents. Peut-être pas les meilleurs géniteurs de l'histoire de la création, mais des parents aimant qui avait tenté de t’éduquer comme ils le pouvaient. Morts. Disparus, détruis dans un accident de voiture. Les Pokemons. Ta hantise a leur égard avait bien évolué, si bien que tu les considèrent aujourd'hui comme faisant partie intégrale de ta famille. Mais on te les avaient pris. Volés, maltraités, tu te rappels encore du sang et des cages trop petites... Estelle. Venue comme un ange tombé du ciel, elle avait illuminé ton sombre destin qui ne s’amélioré pas avec le temps. Elle était devenue ta lumière, ton guide, ta meilleure amie et elle était pour toi bien plus...Elle aussi disparue, inaccessible. Tu avais fais la faute de lui parler franchement, d’omettre l’hypothèse que peut-être il y avait un petit quelque chose... Et tu savais que cette lumière y était. Petite, vague, ignorée, mais présente.

La porte se referme derrière la Mentali. Le claquement est faible et pourtant il raisonne dans ta tête en brouhaha terrible. Mains encore sur ton bureau, lunettes en équilibre entre ton index et ton pouce, tu soupires un grand coup, serrant les crocs. Tes mains se tendent en poings furieux. Tu pars pour frapper ton bureau, mais des larmes t'en empêche. Elles tombent lentement sur ton dessin, brouillant le fusain. Tu as les jambes qui tremblent, qui frémissent aux moindres gestes de tes Pokemon. Ta tête devient lourde et ta nuque s’affaisse doucement. Les yeux clos noyés de larmes, les poings serrés de dégoûts et de remords. Tu n' aurais jamais dut dire ça... Tu n'aurais jamais dut parler de tes sentiments... Tu aurais dus garder tout cela secret, aussi pénible était-il de le faire...

La douleur est forte, elle te vrille le tête autant que le cœur et tu te laisses tomber a genoux, doigts serrés sur la paume de tes mains. The sound of silence I can't take anymore. Pourquoi nier, pourquoi se taire et fuir ? Tu ne comprends pas. Tu n'étais pas le seul a avoir ton mot a dire... Qu'en était-il d'Estelle ?

Tu te redresses d'un bloc, joues brillantes de larmes et tu jettes un regard foudroyant a ta fenêtre. Le soleil  revient en force et tu es obligé de remettre tes lunettes. Tes sanglots n'en sont pas dissimulés pour autant, tu as encore la gorge bloquée d'un trop plein de tristesse et tes épaules normalement si droites sont tombantes. Elles frissonnent, tremblotes de temps à autre mais tu es maintenant debout. Tu n'as plus a réfléchir, tu ne te poses plus la moindre question, dehors, tirant un peu sur tes rideaux, tu aperçois Estelle au loin.

Ni une ni deux tu ouvres la fenêtre pour bondir a l’extérieure de ta chambre. Tu sais que c'est mal, que la Mentali ne souhaite qu'une chose, être seule, mais tu ne peux décidément pas la laisser ainsi. Tu la rejoins. Qu'importe si tout le dortoir vous regarde, qu'importe si des rumeurs recommencent, tu ne peux tout simplement pas laissé votre relation au bord du gouffre. Tu lui parviens avec un sourire étrange, mi-forcé mi-sincère. Avant de sortir tu t'étais saisis du tube de crème qu'elle avait oublié il y a de ça quelques semaines. Heureusement que tes lunettes caches tes yeux rouges de larmes. Cependant il est plus difficile de masquer ta voix encore assiégée de sanglots.  

▬ Je devais te rendre ça. Ça serait bête de l'oublier pour la mission, on en aura peut-être besoin.

Tu le lui tends, tentant du mieux que tu peux de ne pas baisser ton regard tiraillé par la tristesse, allant poser l'autre sur ta nuque en cette mimique rassurante qui sur l'instant ne fait pas vraiment effet. Alors qu'elle s'en saisit, tu t'éloignes, forçant sur tes mollets brisés par la peine. Faire comme si tu n'avais rien dit était impossible, tu venais d'en faire l’expérience en étant ton propre cobaye.

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Mer 4 Mar - 18:04

J'avais quitté les lieux comme une voleuse. Une odieuse criminelle qui partait avec, entre les mains, le coeur, les espoirs et les rêves du lion doré. Si, habituellement, le loup hurlait à la lune chaque nuit, je n'aurais jamais cru que le fauve puisse s'éprendre des étoiles. Rageusement, du dos de la main, je fis taire une larme qui dégringolait le long de ma joue. Je pensais avoir le temps de m'éloigner, de faire le point et de réfléchir avant de le revoir, mais une impulsion l'avait fait en décider autrement. Alertée par les petits cris aigus de mon compagnon électrique, je fis halte et regardai derrière moi, me transformant soudainement en biche tétanisée. Ce n'était pourtant pas une voiture qui fonçait vers moi, mais bien un ami. Devant ses yeux, ses habituelles lunettes, dissimulant son regard. Sur ses lèvres, un sourire si faux, si puant de mensonge que j'en aurais presque crié. Et sur ses joues, les marques ruisselantes du chagrin. Sa carrure semblait amoindrie, la fierté en ses épaules absente et, malgré tout, comme si rien de tout cela n'importait, il déposa sa main à sa nuque. Il avait l'air brisé. Plus détruit encore que ce jour là, lorsqu'il m'avait avoué ce qui lui était arrivé, cet été.

Me rendre ça? Parce que j'en aurais peut-être besoin pour la mission? Je baissai un regard absent vers sa main tendue vers moi, y découvrant la preuve d'un crime que j'avais aussi commis. Je la repris, sans trop y penser, levant plutôt mon regard devenu perçant vers lui, vers ce visage ravagé de tristesse malgré les apparences qu'il tentait dur comme fer de préserver, surtout maintenant que nous étions à l'extérieur. Je n'arrivais plus à penser clairement. Tout ce que je me répétais, c'est qu'il savait parfaitement que cette crème à l'orchidée, c'était la mienne. C'était celle que je mettais chaque matin, en sortant de la douche. Ma favorite, celle qui n'aurait même pas du se trouver au sein de mon kit de massage, quand j'étais venue traiter Arkhan. Il savait trop bien que je n'en aurais pas besoin pour une mission. Il savait trop bien que ses mots n'avaient pas de sens. Il n'était pas sortit pour me dire ça. En ce geste irréfléchi, ce n'était pas ça qu'il était venu me rendre. Il était venu m'avouer qu'il ne dormait pas, qu'il avait senti mes mains dans ses cheveux, lorsqu'un élan d'affection m'avait entraînée sans que j'y eu réfléchis. Car nous étions comme ça, irréfléchis, idiots, impulsifs et peut-être tous deux...

- Merci. Je... J'ai juste besoin de réfléchir, désolé. Mais quand je serai prête, je te promets que... Je te promets que tu auras une vraie réponse.

Durant cet arrêt, Chidori m'avait enfin rattrapé, l'air épuisé et ses grands yeux inquiets. M'excusant silencieusement à ma souris électrique, je m'accroupis et tendis le bras vers lui, afin qu'il puisse y grimper et aller se remettre en place, sur mon épaule. Un nouveau regard à Leo, à ses joues humides alors que je me mordis la lèvre inférieure. Je ne devais pas, pas maintenant, je n'avais pas le droit, non, je n'avais pas ce privilège. Mais à quel point pouvais-je donc être horrible? N'y avait-il aucune limite à mes bêtises? C'était plus fort que moi, il semblerait, puisque ma main gagna timidement son visage et que, du pouce, je chassai quelques unes de ces larmes si lourdes et douloureuses.

- Prends soin de toi.

Et sur ce, j'étais partie, sans plus me retourner cette fois. Je pouvais sentir sur moi le regard de quelques phyllali et même de leur cherie en visite dans les parages dans certain cas. Je parierais bien pour des Givrali tiens, il ne manquait plus que ça. Ce ne serait pas la première fois que l'on ferait parler de nous, pour le meilleur ou pour le pire. Dans tous les cas, j'avais besoin d'air.

Je quittai l'académie, cet après-midi là, à profit de l'ambiance printanière qui gagnait peu à peu Lansat. Sans trop le préméditer, je me rendis à ce petit café, là où mes cousins et moi avions découvert le contenu de la lettre de notre grand-mère. Ah, grand-maman, que dirais-tu si tu me voyais aussi pensive avec mon grand chocolat chaud et ce petit mille-feuilles, regardant les crocs de ma fourchette avec incertitude. Si tu as du mal à déterminer avec lequel tu veux être, découvre sans lequel tu ne peux pas être, ou quelque chose comme ça, très probablement. Ou alors, peut-être devrais-je suivre le conseil de Kaeko? La situation me semblait si compliquée tout à coup, peut-être devrais-je m'éloigner de l'un comme de l'autre et laisser le temps faire son oeuvre? Raaah, il aurait été tellement plus facile d'aller en parler avec Leo, lui qui avait toujours les mots justes pour m'aider et m'encourager. Mais était-ce simplement de l'amitié ou y avait-il quelque chose de plus? Non, la bonne question ce n'était pas ça. Pourquoi est-ce que mon premier réflexe n'était pas d'aller en parler avec Allen?

Nous étions un couple, un duo, une équipe, non? Alors pourquoi avais-je toujours autant de mal à lui parler et pourquoi, inversement, avais-je toujours l'impression qu'il ne me parlait pas non plus de son côté? C'était presque comme si nous étions ensemble sans l'être parfois. Maintenant trois mois que nous étions ensemble, presque un an depuis que nous nous étions rencontrés et, pourtant, je ne lui avais jamais parlé de ma mère, je ne lui avait jamais parlé de ma rencontre avec Jamie, je ne lui avais même pas dit que Noctis et Lyph étaient en fait mes cousins. Et de son côté, je ne savais même pas s'il avait des frères ou des soeurs, juste que les Wills étaient une importante famille de Sinnoh et que Yuki Yutaka, dont Allen ne m'avait jamais parlé, s'était déclaré comme son ami d'enfance. Ami à qui Allen avait d'ailleurs filé une belle blessure, mais ça non plus il ne m'en avait pas parlé. Constatant toute l'ampleur de mon impuissance, je passai à l'assaut et dévorai ma pâtisserie. Comme quoi un peu de sucre, ça aide toujours a se remettre d'aplomb. Aller, direction le dortoir maintenant, j'avais encore de la préparation à faire pour le lendemain et mes sacs n'allaient certainement pas se remplir comme par magie. Plus qu'à espérer, maintenant, que toute cette histoire ne m'empecherait pas de travailler efficacement avec Leo.
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Jeu 5 Mar - 0:02

PUZZLE

Tu savais bien que la crème n'était pas indispensable pour votre mission de demain. Tu le savais et pourtant tu avais bondis, comme un fauve rugissant pour rappeler le soleil et rallonger tes journées. «  Rappel-toi. » C'était un geste inconscient, incompris de ta propre tête, mais tu n'avais pas réfléchis. Tu n'avais pas programmé ce geste, tu t'étais laissé allé et avec vélocité tu avais rejoins ton étoile. Tu avais perdu de ta noblesse en te pressentant à elle. Tes iris dorés assombries de chagrin, ta carrure affaiblie, tes propres crocs en mensonge mal tissé. Tout n'était que désespoir dans ta silhouette bancale. Tu te mentais a toi même dans ce sourire étrange, mais tu n'avais pas envie de paraître triste ni même blessé face à la Mentali. Tu ne voulais ni l’inquiéter, ni la rendre triste. Ses sourires, ses yeux pétillants t'étaient si précieux...

Elle fini par s'emparer du tube. Par te remercier, timidement. Tu sens sa voix se fondre dans une confusion plus grande encore que la tienne. Tu ne brusquerais rien, tu serais sages, attentif, doué d'une empathie naturelle a son égard. Tu serais toi même et Estelle aussi, pour le meilleur, comme pour le pire. Tu ne voulais en aucun cas la changer ni la troubler. Elle l'était déjà bien assez ! Par ta faute... Tu sentais, quelque part que tu avais un minimum évincé  le mal être que ta déclaration vous avez imposé. Tu te sentais responsable de cet agitation causé dans vos cœurs respectifs. L'un noircie de tristesse, l'autre perdu dans le néant d'une confusion sans fin... Vous étiez comme deux pantins articulés à la découverte de vos sentiments, d'un chemin a suivre, tout en essayant de mettre la main sur ce que vous êtes vraiment. La recherche de soit-même était une grande odyssée qui pour vous, ne faisait que commencer.

Soudainement, sa main vient chercher ta joue où avait perlés d’innombrable larmes. Elle balaya de son pouce l'une d'elle, doucement, timidement. Si sa main était venue naturellement se déposer sur ton visage, l'une des tiennes était remontée pour s'emparer de ses doigts. Une caresse, tout au plus un autre touché interdit mais qui te paraissait si pur, si vrai.

«  Prends soins de toi. » Un murmure, tout au plus un secret et voilà que tu la laisses partir, pour de bon. Tu attends qu'elle disparaisse de ton champs de vision pour finalement faire demi-tour et ainsi rejoindre ta chambre. Tu te sens plus léger, libre de quelque chose qui tenait ton cœur en cage. Estelle avait dut indirectement en ouvrir la porte. Tu étais donc revenue dans tes quartiers et fut surpris de constater que tout tes pokemons avaient trouvés une place prêt de la fenêtre pour t'épier. Tu tousses, assez fort pour que chacune de leurs petites oreilles se retournent d'un bloc.

Arkhan est le premier a te revenir, portant dignement la petite Pachirisu sur son dos. Cette petite fourbe venait d'en faire son destrier, pas de doute possible ! Tu lui tends les bras et elle y bondit sans hésitation venant rejoindre tes épaules. Tu l'avais tout de même ignorer. Déjà pleine de caractère elle vient tapoter ton front en guise de remontrance. Tu t'excuses platement et viens machinalement flatter le haut de sa tête et son dos. L'effet est immédiat, la Pachi' se fond contre ta nuque en petites étincelles de joies.

▬ Il va falloir te trouver un nom a toi. Hm. Elle redresse ses oreilles à l’affût du nom que tu t’apprête a lui donner. Que penses-tu de Meenah ? Son regard s’assombrit et tu reçois une violent coup de boule. Ok ok ! On va choisir autre chose. Ouch. C'est que ça a de la force cette bestiole! Eosis ? Une léchouille en guise d'approbation et tu retrouves un peu de ton rire. Te sentant tes émotions faiblir un peu tu t'approches de ta petite troupe et l'enlace chacun de tes Pokemon. Ils ont déjà fait la rencontre d'Eosis sans ton aide et tu es ravis qu'ils s'entendent déjà plutôt bien, surtout Korra et Terezi, qui on tout de suite accepté le rongeur dans leur troupe pleine d’espièglerie. Après une séance câlin bienfaitrice, autant pour toi que pour tes compagnons, tu te décides enfin a préparer tes affaires pour la mission !

[...]

Le lendemain, sans avoir avoir eu raison de tes cauchemars toujours aussi virulent, tu t'étais levé tôt pour finaliser tes bagages. Tu savais déjà qu'un bateau t'attendais au port pour en avoir eu la confirmation de Roseverte par Ipok. Une brume peu épaisse noie la cour des dortoirs mais cela ne t'empêches pas de sortir du tien, accompagné de ta nouvelle Pachirisu fièrement posté sur l'une de tes épaules. Elle mène la charge et semble donner des ordres. Arkhan l’écoute avec attention, alors que Luné qui n'est pas très loin derrière baille a s'en décrocher la mâchoire, ayant voulu dormir un peu plus.
 
Finalement, tu décides de te rendre directement au dortoir des Mentali. Tu ignores si Estelle dort et tu hésites a frapper a sa porte quand tu y parviens enfin. Toutes les dix minutes environs tu reviens a sa porte en ayant fait les cents pas, deux fois, devant ses appartements. Luné est resté dehors avec Arkhan, mais Eosis a décidé de t'accompagner. Après tout, elle avait rencontré la demoiselle aux cheveux roses le moment même de son éclosion. Si tu étais une sorte de père, alors Estelle devait être la maman ! Obligé ! Après 30 minutes d'attente a zigzaguer dans les couloirs des Mentaliennes, la porte s'ouvre.Tu te figes mais pas la Pachirisu qui n'a qu'une seule envie, détailler le visage de cette fameuse jeune femme.


crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Jeu 5 Mar - 4:20

Au final, je n'avais pas dormi de la nuit, ou alors très peu, sournoisement, sans que je le remarque. Lorsque le soleil s'était levé et qu'Aileen avait débarqué avec enthousiasme pour récupérer son starter et son oeuf, tout en me partageant la nouvelle de son ascension au grade trois, j'étais toujours éveillée. C'était vraiment ridicule là, au point que j'en quittai ma chambre pour aller à la douche, suite à quoi je m'étais entièrement préparée. Six heures trois minutes et j'étais prête à partir, assise sur mon lit, mon regard chocolat un peu dans le vague. Je les sentais qui piquaient un peu d'ailleurs, mes yeux. Regard en coin vers l'oreiller. Pourquoi pas? Ça ne ferait de mal à personne si j'arrivais à fermer l'oeil une petite demi-heure, n'est ce pas? Je pourrais toujours rattraper le reste de mon sommeil manquant sur le bateau, nous aurions forcément des cabines. Des cabines. Des. CabineS. Je déglutis, soudainement un peu inquiète. Enfin, je verrais bien en temps et en lieu! Me dis-je avant de déposer timidement la tête sur l'oreiller. Épuisée de cette nuit dénuée de tout repos, je m'endormis dans la seconde.

Lorsque je m'éveillai de nouveau, difficilement, je m'étirai lentement, de façon encore endormie, me retournant du même coup dans mon grand lit tellement vide, si on oublie Shaw, Chidori, Ash et Sephiroth qui surplombait le tout. Totalement vide. Je tournai dans la manoeuvre mon attention vers le lit de ma colocataire, vide, pour de vrai cette fois. Oh, Kaeko était déjà sortie? Okay, ça va.... Une minute. Kaeko était déjà sortie?! Oh merde! Oh merde oh merde oh merde! En le temps qu'il en faut pour l'écrire, me voilà sur mes pieds, tentant de réveiller tout ce beau monde aussi vite que possible pour faire le lit. Puis, je me saisis de ma brosse à cheveux pour remettre de l'ordre dans ma crinière tout en maugréant.

- Vous auriez pu me réveiller quand même! On va être en retard là!

Il n'était même plus la peine de regarder l'heure, j'étais certaine que Leo devait déjà m'attendre au port. Pourvu que je n'ai pas raté le bateau! Je lancai ma brosse vers mon bureau, lui faisant malgré moi heurter mon coffre à crayon, ouvert parce que pourquoi pas, qui ne se fit pas prier pour cracher tout son contenu au sol, dont le taille-crayon au réservoir plein qui, bien sur, devait absolument se vider sur le plancher. J'entrepris de tout ramasser entre deux jurons, abandonnant le tout sur mon bureau avant d'enfiler mes petites bottes une à une, en sautillant dans la pièce, jusqu'à me prendre le pied dans un rondoudou et m'écraser pitoyablement au sol. Fichue journée de merde! Heureusement, je réussi à m'en tirer sans trop de mal et je bondis sur mes pieds. Prochaine étape, trouver une veste! Veste de jeans? Non. Petit blouson? Non. Veste un peu moche, mais chaude? Mais non voyons! Et puis pourquoi pas celle-là? Noire, les manches longues, avec une capuche et un col de fourrure blanc. Ne me manquait plus que le chandail jaune en dessous et les cheveux blonds. Oui, c'était cette veste là. Ne me demandez pas pourquoi, elle était là tout simplement et mes mains l'avaient prise avant de me la faire l'enfiler. De toute façon j'enchainais les faux pas depuis que je m'étais réveillée alors un de plus ou un de moins. Plus qu'à jeter mon lourd sac de voyage sur l'une de mes épaules et rappeler tout le monde dans leur balle avant de les accrocher à leur place, à ma ceinture. L'exception de la journée? Iggy, ma Jigglypuff, prête à rouler à ma suite s'il le fallait, tant que nous pouvions rattraper ce monstrueux retard dont je ne voulais même pas connaître l'ampleur!

Dans toute ma hâte, j'ouvris la porte de la chambre en boulet de canon et m'élancai à l'extérieur sans regarder, prête à franchir la distance me séparant de mon coéquipier en grandes enjambées pressées. Ce que je ne savais pas, toutefois, c'est qu'il était beaucoup, mais alors là beaucoup, plus près que ce que j'avais anticipé. Tellement près, en vérité, que je le rencontrai de front, lui fonçant dessus sans avoir le temps de réagir, comme si quelqu'un avait érigé un mur directement de l'autre côté de ma porte. Pouf. J'en eu même un léger effet de recul et la seule chose qui me préserva de la chute fut Leo lui-même. Réflexe ou acte conscient? Aucune idée, mais j'étais bien contente qu'il m'ait retenu assez rapidement pour m'éviter une seconde chute maladroite en bien peu de temps. Quelque peu intimidée, tout de même, par cette apparition inattendue, je reculai d'un pas avant de le détailler, oubliant stupidement ce que je portais, bien évidemment.

- Leo?! Je suis vraiment désolée! Je ne t'ai pas trop fait attendre au moins? On a manqué le bateau? Je suis vraiment désolée, j'ai pas dormi de la nuit alors quand j'ai fini par m'endormir et puis mes Pokemons ne m'ont pas réveillée. Dis moi qu'il n'est pas trop tard?!

Je vous présente Estelle Elizabeth Highwind, a.k.a. la fille qui sait qu'elle est en retard, mais qui prend quand même le temps de s'offrir tout un petit monologue pour expliquer le pourquoi du comment, s'excuser et demander si le retard est vraiment aussi important. Aller, action petite Estelle! Ne lui laissant même pas le temps de répondre, je verrouillais la porte de ma chambre, prête à poursuivre ma cavale comme si je ne m'étais jamais arrêtée. Enfin, était-ce seulement la peur du retard ou n'y avait-il pas un peu -beaucoup- de nervosité liée à autre chose derrière tout ça?

- On ne doit pas traîner, ils ont absolument besoin de nous! On trouvera une autre façon d'y aller si le bateau n'est plus là c'est pas grave! Tu viens?!
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Ven 6 Mar - 23:23



Une tornade, une tempête, que dis-je, un bing bang ! L'explosion même de ton soleil, juste là, devant tes yeux ébahis. Elle s'était jetée contre ton torse. Le coup en lui même t'avais légèrement fait reculer d'un ou deux pas, mais rien qui ne vaille la peine de s'en soucier. Ce qui n'était pas du-tout le cas d'Estelle. Elle s'excuse comme elle sait si bien le faire, pleine d’énergie dans sa propre confusion.  Tu soupires, ne perdant pas ce petit sourire qui s'était glissé sur tes lèvres alors qu'elle était apparut.

Cependant un petit détail te fit froncer les sourcils. Elle n'avait pas dormis ? Avez vous passez toute votre nuit a regarder respectivement votre plafond vide de sens, en repensant inlassablement a ce qui s'était passé hier ? Sans doute, a en voir ses yeux chocolats cernés d'un peu trop de fatigue. Dans son monologue nerveux, tu soupires un « Je suis désolé... » totalement inaudible. Tu ne pouvais que t'excuser silencieusement pour ne pas la troubler d'avantage, tu avais assez fais de ravages comme ça.

Estelle tourne, vire, pivote d'un pied sur l'autre dans le couloir avant de fermer la porte de sa chambre à clé. Tu l'observes, quasi' amusé, oubliant temporairement ce qui avait put se passer hier. La coordinatrice était nerveuse, tu pouvais le sentir au travers de son agitation et de ses mots crachés sans intervalles. Toi même tu ne savais vraiment comment la regarder. Éviter les yeux était presque mission impossible pour toi, et pourtant, tu fuis. Tu détournes les yeux par peur qu'ils ne croisent les siens. A chaque mouvement de tête de sa part, tu baisses la tienne, mais la vue qui se présente a toi te trouble plus encore... Tu cherches autre chose pour tes pauvres iris troublés.

Finalement, Estelle prend les devants, affolée d'avoir loupé le bateau qui était censé vous amener jusqu’à Unys. Vous sortez du dortoir en trombe et tu fais signe a Luné & a Arkhan de vous suivre.  Tu rattrapes Estelle a grands pas pour te mettre devant elle, tentant un tant soit peu de la calmer. Avoir une Mentali aussi confuse n'était pas saint, ni pour ton cœur, ni pour tes nerfs. Tu déposes tes mains sur ses épaules, cherchant a la rassurer. Tu n'allais ni la manger, ni la gronder.

▬ Miss Highwind, calmez vous. Nous n'avons manqué aucun bateau. Il est au port et sous l'ordre de Roseverte, il doit nous y attendre.

Votre petit jeu d'acteur. Partenaires in crime. Tu lui donnes un sourire, plus précieux que tu n'aurais voulu qu'il soit, mais comment retenir ses sentiments dans ta gestuelle ? Tu ne pouvais tout simplement pas et même si tout un tas de remords te retenaient de leur lourdes chaînes d'aciers, rien ne pouvait masquer tes esquisses de lèvres... Il y avait déjà une sorte de bandeau pour sceller à jamais ton regard ambré, alors tu n'étais pas prêt a lâcher l'importance de tes mimiques faciales.

Arriver au bateau est un jeu d'enfant, vous accourez pour ne pas montrer une quelconque flemmardise et embarquez dans les plus bref délai. Vous êtes accueillis par « l’équipage » et tu te rends bien vite compte qu'il ne s'agit pas vraiment d'un bateau de croisière. Le navire est tout a vous. Voyage organisé par les frais de notre cher Roseverte on dirait. On fini par vous montrer vos appartements respectifs et tu es agréablement surpris de voir que les cabines sont vraiment pas mal ! Roseverte ne dépenserait pas une pièce pour toi, tu en es presque sur, le capitaine de ce bateau doit sûrement être de sa famille. ( Logique du Phyllali radin partie 1 )


Vous vous séparés l'espace d'un temps pour vous installer chacun dans votre chambre. Luné et Arkhan n'ont cependant pas envie de rester enfermés dans une si petite pièce et sous ton accord, tu les laisses se « déchaîner » sur le pont. Bien évidement tu les suis, d'abord pour les surveiller, mais aussi pour prendre un vrai bol d'air. La brise marine, il n'y avait rien de comparable. Tu l'avais mainte fois expérimenté durant les multiples sorties captures auxquelles tu avais participé.  Nez sur le pont, mains dans les poches, yeux clos sous le vent et les voix cassées des Goelises qui accompagne le navire. Arkhan ne manque pas de leur répondre en jappant, fier, poils dans une douce alizé.

Soudain, sous tes lunettes opaques, un Goelise, oui, mais sur ses ailes, des banderoles vertes ! Tu ne rêves pas, parmi la vingtaines de mouettes qui t'entourent, à quelque mètre a peine, plane un Goelise Shiney. Ni une ni deux, comme pris d'une pulsion espiègle, tu fonces vers les cabines pour y retrouver Estelle. Plus de tension, plus de nervosité ( bon si un peu quand même ) mais mère nature ( ou plus Arceus) t'offre un spectacle que tu te dois de partager, surtout avec elle. Tu ne prends pas le temps de frapper a sa porte, tu l'ouvres, d'une traite.

▬ Viens vite sur le pont ! J'y ai vue un Goelise Shiney !

Ah l'adolescence.


crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Sam 7 Mar - 5:21

Nerveuse, moi? Ha ha! Ha! Ha... Okay, ouais, je l'avoue. J'étais une toute petite boule de nerfs à vifs enfouis sous une crinière de cheveux roses et protégée de la brise du matin par la veste, ou plutôt l'ancienne veste, de son aimé. Oui, voilà, c'était justement ça le coeur du sujet. Toutes ces histoires qui me poussaient à me poser beaucoup trop de questions, qui me faisaient hésiter et, au final, qui contribuaient à me donner des airs de poule sans tête. Heureusement il semblerait que je puisse toujours compter sur la partie meilleur ami que représentait Leo puisqu'il planta ses mains sur mes épaules, me forçant du même coup à reprendre mon souffle parce que "Nous n'avons manqué aucun bateau, Miss Highwind". Voilà qui était rassurant, déjà, au moins autant que le sourire qui suivit. Devant cette approche, je ne pu m'empêcher, d'ailleurs, de laisser un petit rire m'échapper. Certes, il était un peu nerveux, mais il avait suffit à me rendre un sourire léger et à cesser de paniquer. On relax Estelle, Leo ne s'est pas transformé en super monstre dangereux du jour au lendemain, tu peux encore lui faire confiance, quand même.

C'est donc en une ambiance plus détendue que nous gagnâmes le port pour y rejoindre un bateau tout ce qu'il y a de plus... Pratique. Ça résume très bien même. Une embarcation pour aller du point A au point B et c'est tout. Personne n'aurait envie de se prélasser au soleil sur un pont comme celui-là en chemin, pour sûr. Mais bon, nous partions en mission, pas en vacances, et donc c'était plus que correct. Et puis on nous apprit peu après que nous aurions chacun notre chambre, parlez moi de ça! D'ailleurs, nos chemins se séparèrent et je pu m'installer sommairement. Je serais retourner dormir un peu avec grand plaisir, vu ma courte nuit, mais après tout ce stress, calmée ou pas, j'allais avoir du mal à retourner le chemin menant à Morphée. Et puis, j'étais quand même en chemin pour une mission en lien avec le braconnage, ça avait de quoi faire réfléchir, surtout après ce qui s'était passé la session dernière à l'académie. Que dis-je, surtout après ce qui était arrivé à Leo. Cette histoire était si horrible que j'en avais même pleuré sur le coup, sans même connaître les détails, parce que c'était bien le pire des cauchemar pour n'importe quel dresseur.

Assise sur mon petit lit, bien emmitouflée dans la veste quasi porte bonheur, j'avais appuyé mon menton dans la paume de ma main et je réfléchissais tout en laissant quelques unes de mes chansons préférées me parvenir de mes écouteurs. Était-il conscient du genre de mission dans laquelle il venait de s'engager? Est-ce qu'il avait accepté spécialement pour cela? Avait-il compris tout le stress émotionnel, toute l'ampleur de l'épreuve que cela pouvait-être? Au fond, je commençais à me dire que ma présence dans cette petite expédition n'était pas due au fruit du hasard. Il allait avoir besoin de moi, n'est-ce pas? Mais ça, c'était vrai même en dehors du contexte de cette mission et, le pire, c'est que je savais avoir aussi besoin de lui à mes côtés, mais j'avais encore du mal à cerner de quelle façon. Je passai distraitement la main dans le col en fourrure de la veste, dirigeant cette fois mes pensées vers son véritable propriétaire. Non, c'était trop difficile. M'imaginer... Bon sang, même l'écrire quoi... Okay, hum. M'imaginer un scénario dans lequel je devrais blesser Allen, lui dire... Enfin, non. Juste non. Ça, c'était impensable, ni plus ni moins. Et il n'y a même pas de mais ou de peut-être. Raaah, marre de toute cette histoire! J'en étais réduite à m'enfermer dans ma cabine au lieu de profiter du voyage en mer, c'était ridicule ça aussi! Je m'apprêtais justement à bouger lorsque, dans un timing parfait, l'on vint ouvrir ma porte en grand. Un blond aux yeux que je devinais pétillants derrière ses lunettes, porteur d'un sourire de petit garçon alors que, tout fier, il m'annonçait avoir repéré un goelise shiny!

- Un shiny?! Vite on doit pas le rater! Il nous faut des photos!!

Et j'avais quitté mon siège, suivant le phyllali à la course jusqu'au pont pour y découvrir le ciel. Gris, un peu lourd, le vent frais et paresseusement couvert. Je m'approchai de la rambarde, assez pour apercevoir la formation volante qui semblait faire route vers l'île Lansat, soit la terre ferme, soit l'opposé de notre route, pour l'instant le grand large. Impossible de repérer un goelise shiny à cette distance. Une moue un peu déçue vint animer mes traits alors que je croisai les bras, mes joues se gonflant quelque peu en une mimique boudeuse.

- Ils auraient quand même pu rester avec nous plus longtemps.

- Ah mais c'est qu'y sont sages ces mouettes ma p'tite fille. Vous y tout v'devriez rentrer en 'dans. Y'a d'l'orage qui s'en vient.

J'haussai un sourcil, me retournant vers l'homme qui avait parlé, un vieux marin passant tout près. Il semblait se diriger vers la cabine de pilotage, le dos légèrement voûté, les cheveux gris et la barbe piquante. Ses grosses mains semblaient appartenir à un homme qui avait beaucoup parcouru la mer, certaines blessures probablement dues aux hameçons étant d'ailleurs particulièrement visibles sur sa peau au teint mat. Si un marin comme celui-là mentionnait l'arrivée imminente d'un orage, même si le bon sens me donnait envie de dire le contraire, il aurait été complètement stupide de remettre sa parole en doute. Bras croisés, la tête rentrée dans les épaules, les jambes jointes et une lueur d'inquiétude au fond des yeux, je dirigeai mon attention vers Leo. Je ne voulais pas l'inquiéter et je savais bien qu'il saurait identifier l'apparition de cette anticipation désagréable. Déjà que les.orages me terrorisaient sur la terre ferme, qu'en serait-il en haute mer?

- Il vaut sans doute mieux suivre son conseil avant le début de la tempête. Je n'ai pas envie d'être dehors quand ça éclatera, surtout qu'on ne voudrait pas leur nuire sur le pont, voilà! Hm... Enfin...rien a craindre, vraiment. Ça ne peut quand même pas être pire en mer...he...hehe... Non?
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Sam 7 Mar - 11:33



Une fois sur le pont, disparut. Tout ce que tu pouvais voir été des silhouettes maigrelettes flottantes au loin sur un magnifique théâtre de gris et de bleu qui s'accoquinent  sous la valse du vent. Estelle l'avait loupé de peu, ce Goelise Shiney. Peut-être qu'il aurait mieux fallu que tu le prennes en photo directement avec ton Ipok. Au moins tu aurais eu le mérite de ne pas passer pour un menteur. Fort heureusement, la demoiselle te croyait et en jetant un petit coup d’œil sur ta droite tu pu y discerner une marque de déception. Déception qui se transforma bien vite en une moue digne d'un Dendenne. Joues gonflées d'un peu trop de regret, tu aurais voulu y appuyer dessus, en reflex naturel, mais voilà qu'un marin se présente a vous.

Sa grise barbe mal rasée, son dos courbé et ses grosses mains de pêcheurs, ils étaient de ceux  qui pêchaient le Colhomard dans les tempêtes les plus féroces. De ce fait, ce qui vint a vous dire ne te semblait que plus vrai encore. Tu lâchas donc le vieillard du regard pour pourfendre le ciel de tes iris ambrées. Les nuages étaient nombreux, épais de pluies et d'éclairs. On pouvait déjà entrevoir, en plissant les yeux, des zébrures de foudre entre les montagnes des îles voisines.

Puis tu viens instinctivement regarder Estelle. D'un coup d'un seul, son énergie s'était comme envolée. Tu pouvais sentir au travers de ses coutures de jeune femme une nervosité plus grand encore que celle que tu avais pus lui procurer durant ta déclaration. Cela t’intriguai. Bras croisés, enroulant ses formes en posture de défense, ses jambes accolées, en début de tremblements, elle se faisait de plus en plus petite a tes cotés, comme pour effacer son existence. Elle voulait partir, le temps de l'orage. Elle voulait s'envoler sous un soleil radieux, là où la foudre ne frappe pas le ciel. Sans le moindre artifice, tu compris en la regardant qu'elle avait la frousse au corps.  Comment ne pas remarquer ? Si désarmée, si fragile. Elle te rend un regard. Faux, au possible. Ses prunelles normalement si pétillantes s'étaient retrouvés fuyantes, peureuses.

Tu sais mieux que quiconque que la peur dévore la volonté pour l'avoir eu en face, sans pouvoir faire quoi que se soit. L'orage était encore loin, à une trentaine de kilomètres, tout au plus à une ou deux heures d'ici. Mais qui peut prévoir les jérémiades du temps ? Le vent souffle de nouveau, balayant la tranquillité du navire. Il bascule doucement, une vague étant venue s'échouer contre sa coque. Accroché aux remparts, tu ne perds pas une seule seconde pour marcher jusqu'aux cabines, y accompagnant Estelle. Bientôt, la mer serait déchaînée. Le changement des saisons, les courants marins qui se croisent avait belles malices a créer climat audacieux.

▬ La mam’selle a pas s’inquiète là. D'l'orage y'en vient tou'le temps. Ç'vas bien c'passer !

S'efforce de crier le petit vieux en vous faisant signe. Il avait l'air heureux, avec son grand sourire édenté. Tu le croyais et ne doutais en aucun cas de ces compétences de marins aguerris. Mais Estelle elle... C'était une toute autre histoire. Comme à l'académie, tu places tes mains sur ses épaules, afin de la détendre un peu. Il fallait qu'elle se sente en sécurité, qu'elle laisse sa nervosité s’amoindrir, même si, en connaissance de cause, tu savais que cela était quasiment impossible.

Arrivé devant la cabine de la Mentali, dont la porte était entre ouverte, tu lâches ses épaules, un peu a contre cœur, sentant encore sur tes propres doigts toute son angoisse. Luné et Arkhan étaient restés sur le pont pour profiter des deniers moment à l'air libre avant que les bourrasques ne rendent la passerelle impraticable.

▬ Je suis juste a coté. Si tu as besoin de quoi que se soit, n’hésites surtout pas.

Tu te permet de lui offrir un sourire que tu voulais rassurant. De ta chambre, Eosis, ta Pachirisu, glisse dans le couloir et vient grimper sur ta tête, écrasant ta crinière blonde, faisant également glisser tes lunettes sur la pointe de ton nez.

 Je peux aussi rester avec toi, si tu veux... Tu voulais être là pour elle, mais ta phrase te semblait soudainement mauvaise, mal choisie. C'est pour cela que tu rajoutas un petit :

Je n'ai pas encore eut l'occasion de rencontrer ton Pichu que j'ai vaguement aperçu, ni même ton pokemon pour ton grade 2. On a pas vraiment eu l'occasion de se parler, ces derniers temps.

Nos discutions me manquent... Tu me manque... Aurais-tu voulu lui dire, mais spontanément, ta voix s'était bloquée. Gardant ces petits mots pour toi, tu te force a les ravaler d'un traite.

▬ Pachi !
▬ Et Eosis a très envie d'en savoir plus sur toi haha!


crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Sam 7 Mar - 17:22

L'orage. La foudre. Le tonnerre et les éclairs. La tempête. Toutes ces choses nous allions bientôt devoir leur faire face, dans notre tout petit bateau plus pratique qu'esthétique. Un tout petit bateau qui, soudainement, ne me semblait plus assez solide. Déjà, j'avais l'impression qu'il était de plus en plus faible, que les caprices des vagues le faisaient tanguer de plus en plus. Je déglutis. Moi, bouger? Non, oubliez ça, mes jambes ne voulaient rien savoir. La peur, le froid, les difficultés de réflexions, la paralysie. On aurait pu décider de m'attacher à l'avant du bateau en guise de figure de proue que je n'aurais pas vu la différence. Le seul endroit qui me paraissait sécuritaire, durant les orages, c'était les grands murs solides du dortoir mentali, la terre ferme et le petit cocon de chaleur et de réconfort composé de la proximité de mes Pokémon. Néanmoins, Leo avait conservé ses capacités cognitives et décida de se diriger vers l'intérieur, me guidant avec lui en posant les mains sur mes épaules. Ah, tiens, mes jambes fonctionnaient encore finalement. Où on allait? Aucune idée, mes jambes n'auraient qu'à me passer le mot une fois que nous serions sur place, ça devrait faire l'affaire.

Ah, ma cabine! Bon choix, jambes! Euh, nan, bon choix Leo, voilà. Comme ça je pourrais verrouiller la porte pour que personne ne vienne me déranger et donc que personne ne voit à quel point j'avais l'air ridicule, je pourrais essayer de condamner le hublot avec n'importe quoi et après je pourrais laisser sortir mes pokemons et serrer les dents. Le plan quasi parfait. Néanmoins, c'était sous-estimer l'inquiétude de Leo. Il se déclara juste à côté, m'invitant à ne pas hésiter si j'avais besoin de quoi que ce soit. Sans réfléchir, je n'avais jamais été très douée pour ça de toute façon, je lui répondis euhm, comment dire ça... Cette voix me semblait extérieur à ma personne. Comme si ce n'était pas moi qui venait de parler, assurément un marin non loin qui s'essayait au ventriloquisme, je ne vois que ça.

- Ça va, ne t'inquiète pas, ça ne peut pas être si pire que ça, ça va passer rapidement, les marins ont dit qu'il ne fallait pas s'inquiéter, ça ne peut pas être si... Enfin.

La conviction était absente, ça crevait les yeux. Pourtant je n'en tentais pas moins de me convaincre, de me dire que j'étais plus forte que ça et que c'était un peu moche pour une jeune femme de seize ans d'avoir encore une peur aussi vive des orages. C'est alors que tomba la réplique de mon camarade et que mes yeux s'agrandirent quelque peu. Certes, nous étions amis et il était inquiet, il ne le disait sans doute pas en pensant à mal, mais après la déclaration qu'il m'avait faite si je le laissais me rassurer dans l'orage ce serait en toute connaissance de cause. Mais si je l'éconduisais simplement pour ça, cela prouverait que je ne lui faisait plus confiance en quelques sortes et ça pourrait le blesser. Mais l'orage. Oh, l'orage. Je pouvais déjà commencer à entendre le bruit ponctuel de quelques gouttes de pluie éparses qui venaient atterrir sur le toit du bateau. C'était atroce, on aurait dit un toit de tôle. Pour le coup j'avais bien envie de me cacher sous le lit. Et puis que se passe-t-il lorsque la foudre atteint l'eau? Ça conduit ce truc quand même! Est ce que ce pourrait vraiment être dangereux? La voix de Leo s'éleva de nouveau, comme dans un désir de se reprendre. Ah, c'est vrai, je ne lui avait pas répondu la première fois, normal qu'il prenne ce silence pour, bah, un silence.

Pas vraiment eu l'occasion de parler dernièrement. Oui, c'était tout à fait vrai. Il y avait eu la saint-Valentin, la pension de Sphax, ma mission avec Cael, le tout entremêlé aux cours, il était vrai que nous avions au final passé moins de temps ensemble qu'à l'habitude. Enfin, pouvait-on déjà parler comme ça? Nous nous étions rencontrés le 23 décembre, ça ne faisait pas si longtemps pourtant. Et malgré ça nous en avions, des habitudes et il était vrai que cela m'avait aussi peinée, de ne pas pouvoir passer un peu plus de temps avec lui. Mais en toute relativité, j'avais presque l'impression de lui parler encore plus souvent, et encore plus librement, qu'à Allen. J'avais toujours attribué cela à l'amitié, par exemple je me confiais plus à Kaeko qu'à mon aimé et ça me semblait, jusqu'à un certain point, être quelque chose d'à peu près normal. Maintenant, je remettais chaque petit mini truc en question et j'avais l'impression d'être un élastique en constante expansion, menaçant de se fendre à chaque instant. Ainsi, je ne su quoi répondre à la demande de Leo. Je réfléchissais trop et ce à trop de choses, sur toile de fond de ciel zébré de lumière. Enfin, pas encore en vrai, mais dans ma tête je pouvais déjà entendre le tonnerre rouler dans les cieux. Quoi qu'il en soit, il n'y avait pas que Leo pour ressentir mon état. Dans un bruit qui me fit sursauter et un jet de lumière, une petite silhouette narcissique fit son apparition. Levant son regard de lézard vers moi, Ouji-sama semblait inquiet. De sa liane, il vint saisir ma main pour me guider dans la chambre au lieu de rester plantée là dans le couloir. Petit regard critique au phyllali qu'il détailla de haut en bas avant de prononcer sa sentence. Une simple affirmation de la tête, le souverain autorisait Leo et son équipe à rester avec nous pour l'orage. À peine fus-je entrée que mes iris chocolat se tournèrent vers la petite fenêtre et que j'aperçu le bouillon des vagues qui s'étendaient à perte de vue en un tableau déjà plus sombre que celui que vous avions quitté en même temps que le pont. Quelques gouttes de pluie étaient d'ailleurs venues s'echouer contre la vitre et, mentalement, je m'imagineais déjà un remake du Titanic, sauf que l'histoire serait sans doute bien moins intéressante et que le naufrage serait beaucoup plus rapide. Et dire que je ne possédais qu'une barpau et un ditto pour espérer nous sortir de là. Enfin, il devait au moins y avoir un navire de secours, non? Et puis les femmes et les enfants d'abord, nous serions saufs pour "Sniii!" Aie! Je relevai les yeux vers mon starter, réalisant qu'il m'avait fait m'asseoir au bord du lit et que, devant mon manque de réactivité suite à ma retraite en territoire imaginaire, je ne répondais plus à rien. Du coup, il s'était permis de me donner un petit coup de liane derrière la tête, que je frottais maintenant. Ça fait mal en fait! Enfin, au moins ça avait eu le mérite d'être efficace. Je pu finalement reporter mon attention vers Leo.

- Tu crois qu'il y a une façon de boucher cette fenêtre? Euhm, enfin, ce n'est pas si important, haha! Euh, tu voulais rencontrer mes Pokémon, c'est vrai. Je te présente donc Chidori et Iggy.

J'avais mis la main à ma ceinture, libérant mon Pichu adoré, qui vint tout de suite se percher sur mon épaule pour me caliner les cheveux (au moins l'effort était là), et Iggy, qui n'avait pas encore connu d'orage au sein de l'équipe. Elle commença donc par saluer Leo d'un vaste sourire joyeux et allait se proposer pour chanter, mais un simple regard d'Ouji-sama l'en découragea dans l'instant. Le petit prince se racla d'ailleurs la gorge tout en tapant le sol de son petit pied royal, comme attendant quelque chose qui ne tarda pas. Ash, Sephiroth et Shaw firent leur apparition. Me voilà donc, assise au bord du lit, un Pichu pour me caresser les cheveux, Ouji-sama qui vint prendre une place de choix dans mes bras, Ash qui se pressait sur ma gauche, Shaw qui faisait de même sur ma droite, Iggy qui tentait de me masser le dos et Sephiroth en orbite autour de tout ça. Là je me sentais rassurée, mais aussi un peu gênée pour le coup qu'ils aient fait tout ça comme d'habitude, sans que je ne demande quoi que ce soit, devant le regard d'ambre de Leo. Je tournai vers lui un regard timide, les joues un peu rosées, un peu complexée par ma phobie ridicule.

- Je peux t'expliquer, ils font ça parce que... Bah parce que, c'est qu'ils ont tous peur des orages tu vois alors--

- Snivyy!

- Oui, ça va, tu gagnes. J'ai peur... Des orages...
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Dim 15 Mar - 20:17



Elle avait peur. Tu pouvais le sentir. Cette émotion étrange qui partait de ses jambes pour agripper aux tiennes. Ton courage et peut-être même ton habitude les empêches de trembler, mais tu sens dans ton cœur toute la frustration qui la rend si nerveuse. Arceus n'avait pas fini de vous en faire voir toute les couleurs. Rouge de gène, rouge de tristesse, bleu de peur, blanc de terreur, bleu de quand on a le souffle coupé. Tu te contentes un instant de la fixer. Si belle malgré sa frimousse décomposée. Tu n'avais qu'une envie, la rassurer, lui dire que tout allé bien se passer . Que le bateau tiendrait et que même si quelques chose venait a arriver, tu serais là pour l'aider, pour la protéger. Mais tu n'en avais pas le droit. Tu sentais que la lien qui vous lié n'était plus si brillante qu'avant, que tout était contre vous et surtout contre toi. Il fallait se faire a l'idée que là, tout de suite, tu ne devais pas agir en tant que  Tu soupires doucement, discrètement en t'approchant de la jeune Mentali. Ce n'est pas en tant qu'amant que tu t'imposa a elle, mais plutôt en tant qu'ami.Une main câline, généreuse et douce vint se déposer sur son dos frémissant.

▬ Y'a pas a avoir honte. On a tous peur de quelque chose.

En voilà un sujet pour détourner la conversation. Non ?  Ben oui. De quoi avais-tu peur toi Leo' ? Tes peurs a toi, tes cauchemars, ils n'étaient pas physique mais bien plus mental. La solitude, l'abandon, le silence et le noir... Malgré ta préférence pour l'obscurité, tu ne peux t’empêcher d’être attiré par la lumière, par tout ce qui brille. Une vraie pie du cœur, vraiment... Un sourire, particulier, contrôlé. Tu n'as pas envie qu'il dérape celui là. Et pourtant c'est plus fort que toi. Plus fort, plus brillant que tu n'aurais voulu qu'il le soit. Tu te frappe, intérieurement, te blessant toi même au cœur. Il faut que tu arrêtes. Grignotant une de tes lèvres, en nervosité devenue maladive tu commences a lui frotter le dos, de haut en bas, remontant parfois sur ses épaules, effleurant sa nuque, trouvant cette endroit très reposant, autant pour toi que pour elle.

Eosis, qui trottine jusqu'à toi décide de te grimper dessus pour se loger dans ta chevelure. Elle y est douillette et sens drôlement beau, parole de Pachirisu. Tu tiens ton autre main sur tes genoux, prêtes a intervenir. Le vent souffle, la foudre rugit une nouvelle fois et de l'hublot de la chambre des éclairs zèbrent le ciel. Coupant ce dernier en deux, mixité de gris pale et de jaune d'or, tu y jettes un rapide coup d’œil sans pour autant bouger de ta place. Confortablement assis, tu sens néanmoins le bateau voguer de droite a gauche sous le bon vouloir des vagues sauvages qui agressent la coque. Une épaisse pluie s'abat sur la fenêtre, cliquetant de son agaçante mélodie.

De ton autre main, tu te permets de replacer une mèche rebelle de la demoiselle derrière son oreille, pour dégager son visage apeuré. Tu cherches a capter son regard. Mais au travers de tes lunettes rien n'est aisé. Tu te serais permis de les retirer, une nouvelle fois, si tout ce petit monde qui était le votre n'était pas sur le point de s’effondrer a tout instant. Gardes donc tes verres opaques Leo'. L’étincelle de tes iris sont bien trop flamboyante pour les laisser briller comme ça, surtout après ce que tu venais de dire la veille. Tu n'es pas de ceux qui brusque, qui cherche la petit faille pour s'y glisser et fendre sur sa « proie ». Non. Tu ne voulais pas de ça. Tu voulais la vérité, la simplicité des sentiments et l'effervescence de ce que vous étiez, de ce que vous représentiez l'un pour l'autre.  Laisses lui el temps, laisses lui le choix. Qu'elle te jette si l'envie lui vient, qu'elle te perde si elle n'a pas besoin de toi, qu'elle t'oublie si elle n'a pas assez de place pour toi... Tu n'es pas là pour t'imposer, ni pour marquer des points.

▬ Ça va ?

Demande-tu alors qu'enfin, elle ose se tourner vers toi. Ses yeux chocolats, toujours aussi appertisant étaient vraisemblablement gelés par la crainte. Serais-tu assez fort ? Serais-tu assez toi, pour lui faire oublier, ne serait-ce que quelques heures qu'elle est sur un bateau, en pleine mer, au milieu de son pire cauchemar ? Sans aucun doute. Tu te blotti un peu plus contre elle, sans arrière pensée, la rassurant seulement le temps des éclairs et de la pluie. Pour continuer a couvrir le vacarme, tu lui parles. Elle te répond uniquement quelque fois, après quelques tremblements et des moment de trouille. Finalement, l'orage ne dure pas plus d'une vingtaine de minutes. Bien assez vite, pour le bien être de la demoiselle, le soleil reprend son droit et refait surface dans un ciel d'un bleu pure, comme si l'orage avait nettoyé les maux des cieux. Fort heureusement tu avais gardé tes lunettes sur les yeux car un rayon étincelant fit son entrée dans la chambre, vous noyant de sa douce lumière. Tu aurais put t'endormir, là, tout de suite, Estelle a moitié dans tes bras, calme, sereine... Mais les bonnes choses ont une fin et c'est de ton propre bon vouloir que tu te décolle de la jeune femme, l'invitant a te suivre attrapant machinalement sa main.

▬ Le pire est passé. Pourquoi ne pas retourner sur le pont, peut-être qu'on recroisera ce fameux Goelise Shiny !

Tu l’entraîne, bien que tu sens que ses jambes sont encore lourdes et un poil tétanisées. Après avoir rejoint les marins, qui trempés jusqu'aux os vous accueilles comme si de rien n'était. Tempête ? Orage ? Que neni mes amis ! Ils vont parfaitement bien, avec le sourire en plus !

▬ Hey m'petits jeunots, vous en avez d'la chance ! C't'orage, avec ses alizés là, ils nous a bien fait avancer, on a au moins gagner deux heures de bateau. Eh regardez qui revoilà !

Sur un fond de gris, un groupe d'oiseaux planent non loin de vous. Ils ont dus se perdre dans les bourrasques et se sont retrouvés ici. Un croisement, une vrille mélodieuse et une pointe de verre dans tout ce bleu. Le Goelise Shiny. Votre porte bonheur, avouez.


crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Mer 18 Mar - 21:08

Disons les choses comme elles sont, j'étais terrorisée par les orages. C'était une véritable phobie qui m'empêchait de sortir lorsque le temps était couvert et qui, plus d'une fois, m'avait fait me demander si j'avais vraiment envie de prendre part à une sortie capture ou à toute autre activité qui ne me permettrait pas de me cacher quelque part en sécurité, genre dans un placard, le temps que ça passe. Néanmoins, cette fois la garde-robe n'était pas une option, sans oublier que tout ce tanguage m'empêcherait d'oublier notre véritable position, sois sur la mer en plein milieu d'un violent orage. Heureusement, mes Pokémon et celui que je considérais comme étant mon meilleur ami étaient là pour me rassurer, contre vents et marées! Badum tss! Hm, bref. Blague pourrie mise à part, je fermai les yeux, laissant la main de Leo me parcourir le dos de façon rassurante. Je ne pouvais m'empêcher de repenser à la veille, de revoir ses iris d'ambre qui perforaient les miens alors que ses mots étaient venus me dérégler le coeur. Aujourd'hui je m'en sentais coupable. J'avais envie de lui dire de me laisser toute seule, de me laisser pleurer en boule dans un coin sous une couverture le temps de l'orage, de me laisser l'affronter toute seule, mais j'étais trop faible et trop effrayée. À chaque nouvelle zébrure qui tranchait les murs, je sursautais, je refermais les yeux, je tremblais. À chaque roulement sourd, profond et dévastateur du tonnerre, je me faisais plus petite, je me pressais contre lui, comme s'il avait été le point le plus éloigné de la foudre et que je voulais m'y réfugier le temps de la tempête. Sa main vint même dégager l'une de mes mèches roses de mon visage, pour la replacer tendrement derrière mon oreille, de façon toute attentionnée, effleurant vaguement ma joue dans la manoeuvre.

Je relevai vers lui de grands yeux absents, comme si je lui posais une question silencieuse. Une question à laquelle moi-même je n'arrivais pas à mettre les mots. Pourquoi ce geste, pourtant si anodin, avait-il évoqué autre chose pour moi? Était-ce à cause de ce qu'il m'avait dit la veille que, furtivement, dans un coin de ma tête, je n'avais pas pu m'empêcher de me dire que c'est exactement ça le genre de petit geste que l'on fait juste avant d'embrasser quelqu'un? Mais non, j'étais la seule à y avoir pensé -peut-être- puisqu'il se contenta de plonger son regard dans le mien, du moins c'est l'impression que j'avais, et de me demander si j'allais bien. C'est d'un air toujours aussi absent que je laissai couler un "ouais" avant de regarder ailleurs de nouveau, rentrant malgré moi la tête dans mes épaules lorsqu'un nouvel éclair vint illuminer la cabine. Je sentis Ouji-sama se presser un peu plus dans mes bras et lui en fut reconnaissante, tout comme je l'étais envers mes autres compagnons qui, bien qu'ils avaient fait un peu de place au blond, m'apportaient tous leur support bien à leur façon.

Après cela, je sentis Leo se coller un peu plus lui aussi alors qu'il tentait d'établir une ébauche de dialogue. La moitié se perdait pour moi entre les manifestations de l'orage, mais parfois j'y répondais d'un mot ou deux, clarifiant rarement ma pensée, étant trop tétanisée pour la développer de toute façon. Lorsque le tout sembla commencer à se calmer, je fermai les yeux et ne les re-ouvrit plus, épuisée sans doute par cette peur intense qui s'était emparée de moi, le tout accompagné du réconfort offert par le scientifique et mes Pokémon, était-il vraiment surprenant que je sombre dans un état de sommeil léger et de demi-conscience? Ma respiration se fit plus longue, plus paisible, et c'est peut-être par habitude que mes bras s'étaient dirigés vers Leo pour l'étreindre dans mon sommeil, comme s'il eut été quelqu'un d'autre. Je pouvais même sentir la fourrure blanche, celle du col de sa veste, contre ma joue. Expiration détendue, presque un soupir, douce sérénité qui s'était emparée de moi en même temps que Morphée.

- ..........llen.........

Mais on me tira hors des songes abruptement alors que cet être que j'aimais tant se releva presque d'un bond, comme si je l'avais piqué, pour se relever. J'ouvris les yeux à cet instant, encore à demi-perdue dans le sommeil, comme si mon être baignait dans la mélasse. La lumière crue sur les murs me fit cligner des yeux quelques fois, le temps que je me remette d'aplomb et que je me souvienne de l'endroit où nous étions. Le bateau, la mer, l'orage. Leo. Je tournai vers lui mon duo de joyaux chocolats, me demandant vaguement si, dans cet état second, j'avais réellement prononcé un seul mot ou si ce n'était pas que pensée abstraite. Je ne le saurais pas tout de suite apparement puisque, dans un empressement presque inhabituel, il se saisit de ma main pour m'inviter à le suivre vers le pont. Le pire était passé, selon lui, et nous aurions peut-être une seconde chance de voir ce fameux oiseau chromatique. Mes Pokémon me laissèrent partir avec des regards curieux, seul Chidori ayant eu le temps de s'accrocher dans mes cheveux alors que je me relevais, et aussi sec nous voilà dans le couloir, loin de ma cabine et direction un lieu dépourvu de toutes possibilités d'intimité. Il avait entendu? Mes jambes étaient lourdes et, pour la seconde fois, je le laissai simplement me guider, trop occupée à essayer de me repasser la scène. L'avais-je dit ou pensé? Dit ou pensé?

Pas le temps de le découvrir maintenant, pas l'opportunité de le lire sur le visage de Leo qui, paradoxalement, me guidait tout en me fuyant, habile jeu d'esquive. Peut-être aurais-je du lui demander directement, mais déjà les marins nous avaient repérés et la brise océanique nous accueillait sur le pont. Vingt minutes d'orage allaient nous faire sauver deux heures de bateau? Sérieusement?! Ah bah, dit comme ça hein... Non, quand même, je préférais toujours les voyages tranquilles, mais pour cette fois je dois bien avouer que ça se prenait bien. J'avais si hâte de toucher terre! Hm? Oh! Ce marin avait vu juste! Volant au milieu de ses compagnons avec un petit air indolent, un goélise vert parcourait le ciel, libérant d'un coup mon esprit de toutes ces réflexions. Stupéfaite, je ne songeai même pas à le prendre en photo. Au lieu de ça, ce furent quelques vers au début incomplet qui m'échappèrent alors que mon regard émerveillé ne le quittait plus.

- Le prince des nuées, qui hante la tempête et se rit de l'archer. Exilé sur le sol au milieu des huées, ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Remarquant que l'on me regardait, j'eu alors un air tout gêné, mes joues se teintant quelque peu alors que je détournai le regard et me grattai l'arrière de la tête un peu maladroitement. Moi, citer de la poésie? Pouaaaah, mensonge, je ne suis qu'une mentali simple d'esprit qui aime le maquillage et chouchouter ses Pokémon. Voilà voilà! Désirant mettre tout cet épisode derrière nous, je reportai finalement mon regard vers Leo, le sérieux et l'aplomb revenus à leur place habituelle dans l'âme du super agent Highwind. Il était temps de se mettre aux choses sérieuses.

- Puisque nous sommes en avance, nous devrions faire le point sur la mission à venir et sur le chemin qu'il nous reste à parcourir. Il pourrait aussi être profitable de nous faire un plan d'action, ou au moins de décider de quelques trucs tout de suite, histoire de ne pas arriver là-bas les mains vides comme deux amateurs qui ne connaissent pas leur boulot. Enfin, ce ne serait pas loin de la vérité, mais ils n'ont pas besoin de le savoir!
Revenir en haut Aller en bas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1106

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Dim 29 Mar - 9:23



Ce soupire, ce morceau de rêve qui n'était pas le tien, ce lien, ce nœud rouge qui les liés eux et personne d'autre, raisonnera dans ton esprit pour le reste du voyage. Il était là question d'une réaction tout à fait normale. Tu ne pouvais nier que tes propres sentiments, dans toute cette histoire était à n'en pas douter la fameuse épine dans le pied. Si cela l'était pour toi, gentil et attentionné que tu es, il devait en être de même pour Estelle et sans doute pour Allen. D'ailleurs... Etait-il au courant ? Savait-il au moins que sa dulcinée était cible de cœurs sensibles ? S’inquiéterait-il d'un vol subtilement mené ou était-il aveugle ou simplement sur de lui ? Comment savoir... Tu ne le connaît que vaguement et de ce que tu sais de lui, très peu de personne arrive véritablement a le cerner. Convoité par mille et une jeunes filles tu n'oses imaginer le calvaire de ta – sa …(hmm) de la Mentali qui se trouve actuellement dans tes bras. Subir les silences de son aimé et les insultes de ses ennemies n'est sûrement pas chose facile et a cette pensée, ton bras, suivit de ta main, vient machinalement remettre une mèche rose rebelle a sa place.

Tu savais depuis la saint-valentin que les choses c'étaient plus ou moins calmés pour ton amie. Elle avait retrouvé sourire, énergie et n'avait pas manquait de te le faire partager, toute innocente qu'elle est. Jusqu’à hier, apparemment. Et pourtant, Estelle ne c'était pas non plus fermée comme un Kokiyas. Méfiante, pour ne pas dire troublée par cet aveux franc que tu t'étais forcé à cracher pour t'en libérer, elle semblait vouloir garder cette relation qui était la votre. Amitié ambiguë sous un zeste de compréhension mutuelle qui dépasse de loin votre propre entendement. Ces sourires, ces regards, ce petit quelque chose qui est là, coincé, prisonnier de sa cage de verre ne peut ni grandir, ni prospérer. Vous êtes bien trop sage, bien trop vous même pour s'aventurer sur ce chemin qui pourtant semble si plaisant. Le mal, la discorde du cœur, voilà a quoi vous êtes réduit. Tu l'aimes. Tu l'aimes comme on aime une amie, une confidente, une femme, tu l'aimes comme tu aimes Janet et c'est ça qui est douloureux. Autant douloureux qu'Estelle aime Allen et éprouve pour toi ce sentiment qu'elle ne saisis pas encore. Vous êtes pareil. Perdus, confus, blessés.

C'est le regard voilé, plus que d’accoutumé, avec tes lunettes noires, que tu tires la demoiselle sur le pont. L'orage était passé et avait bien fait de vous pousser, de vous remuer ici et là pour vous faire gagner du temps. Sur la passerelle, vous y retrouvés le marin d'hautes mers, qui de son bon franc parlé vous explique la situation. S'en suit le groupe de Goelises aperçus tantôt par tes mirettes curieuses.

Chanceux de pouvoir revoir l'oiseau aux anneaux verts tu te retournes momentanément vers Estelle qui, capturé par le ciel en chimère de couleurs, se laisse mener par une inspiration littéraire. Ton regard se perd sur son visage, sur ses formes, sur sa brillance malgré les ténèbres qui s'étaient emparés d'elle durant la tempête. Il est difficile de s'en détacher et quand son minois vient a se tourner dans ta direction, sentant ta propre gène te gagner, tu ris, doucement, pour dissimuler tes regards aventureux. Mais comme d'habitude, pas le temps pour réfléchir avec Estelle. Motivée, énergétique après que l'orage se soit envolé, elle fait bondir son sérieux en avant et se saisis du tien pour que vous bossiez un peu. Vous êtes sur le chemin d'une mission tout de même !

Réveillant le scientifique qui est en toi, tu te remémore l'intitulé de la mission et bien évidement, son contenu.  Frisons et Tauros en voit de disparition a Unys, victime de braconnage... Les humains n'avaient pas fini de te surprendre sur leur incroyable stupidité et soif d'argent. Un soupire, suivit d'une grimace face a ce danger qui ne te rappel que trop bien ta rencontre avec la Team Rouage, tu fais part des informations que tu sais déjà.


▬ Bien. On va avoir a faire a une horde de Frison & de Tauros confondus. Ce sont des pokemons au caractère assez violents. Je crois avoir lu quelque part que les Tauros sont en réalité très surexcités et ont souvent besoin de courir et de détruire des choses pour se calmer. Ils se battent beaucoup entre eux, surtout les mâles, pour prouver leur force. En ce qui concerne les Frisons.. Je sais de tête qu'un seul individu peut faire dérailler un train...

Eh bien. Vous allez passer les prochains jours en de charmante compagnie dis donc ! Faites en sorte de ne pas trop les énerver, histoire de rentrer en un seul morceau. Tu te grattes la tête. Et sort de ta sacoche une carte d'Unys. Après quelques recherches, n'ayant pas vraiment dormis la veille tu pointes l'endroit où vous aller atterrir. Des plaines immenses et verdoyantes de l'autre coté d'une montagne qui sépare l'état sauvage a la grande civilisation d'Unys. La réserve se trouve, d'après approximation, à quelques kilomètres plus au nord, près d'une autre chaîne de montagne.

▬ On demandera des précisions mais concrètement, on doit aller de là – Tu pointes l'endroit du doigt et remonte progressivement. - à là. J'ignore le temps que cela va nous prendre, ni si ont sera constamment accompagné, mais il va nous falloir gérer plus d'une centaine de Pokemon, sauf si on coupe le troupeau en deux ou trois et que les scientifiques nous aide en prenant une partie.  

Tu fermes ta carte, replaçant tes lunettes glissantes sur le haut de ton nez.

▬ On va avoir du pain sur la planche !  

Votre discutions s’éternise jusqu’à ce votre arrivé à Unys. Vous êtes si concentrés que  même les beuglements pirates de votre capitaine : «  TERRE EN VUE ! » n'arrive pas a vous faire décoller les yeux de vos objectifs. Tu fais le point sur les pokemons en ta possession et te rend bien vite compte que chacun d'entre eux te sera indispensable à la vue de cette mission qui s'annonce périlleuse.

[ Encore désolée de ce temps d'attente nyuh x.x j'espère qu'il t'ira :3 !! ]

crackle bones

_________________
selkies mood



kado:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Invité

Invité

MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   Lun 6 Avr - 15:04

Lorsque moururent les dernières syllabes de mon élan poétique, je me tournai naturellement vers Leo, gênée, et plus encore lorsque je le vis rire timidement. Je rentrai la tête dans les épaules en manoeuvre de replis stratégique, mise un peu mal à l'aise à l'idée qu'il devait m'observer à la dérobée, pendant que j'avais raconté tout ça. Enfin, non, c'est faux. Cela m'avait flatté d'une certaine façon, j'étais fière de savoir captiver son regard et c'est cette même fierté qui m'avait mise mal à l'aise. C'est donc comme ça que je re-orientai le sujet vers notre mission, soit ce qui était véritablement important ici. Non, mais oh, on a déjà fini la première page et on est pas encore débarqués du bateau un moment donné c'est pas sérieux! Humhum! J'ai écrit ça moi? Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler, niet.

Quoi qu'il en soit, Leo replongea dans ses habitudes scientifiques et fit le point sur les Pokémon que nous allions escorter durant cette mission. Des Tauros et des Frisons, Pokémon de nature violente, les uns ayant besoin de courir et même de détruire -si si, détruire, vous la sentez là l'emphase?!- des trucs pour se calmer. Oh, après ça, les Frisons ne pouvaient pas être pires, n'est ce pas? Pouaaaah, naïve petite Estelle! Un spécimen, un seul, un forever alone, un petit rejet du troupeau pouvait, à lui seul, faire dérailler un train. Dites, y'a pas quelqu'un qui pourrait me rappeler pourquoi on a pris cette satanée mission?! Pas besoin de dire que le silence qui suivit cette déclaration était lourd de sous-entendu. Nous devions tout faire pour ne pas nous manger un coup de cornes ou de sabot de ces trucs, sans quoi toute la scène pourrait se transformer en mauvais remake bon marché du Roi Nemelios, avec une couche de drame et de rose en plus bien sûr. Bref, Leo passa toutefois outre pour plutôt sortir une carte d'Unys, la dépliant devant mes yeux curieux. Oh, bah la distance à parcourir ne semblait pas si longue... Sur une carte de cette échelle.

- Ouais, espérons qu'ils nous donnent un coup de main. Dans tous les cas, j'ai de quoi nous fournir à chacun une monture. Ne nous manquera plus que les lassos, les chapeaux et les bottes et nous serons de véritables cowboys!

***

De véritables cowboys... Qui venaient de perdre quelques heures supplémentaires pour nous rendre au lieu de rendez-vous avec les scientifiques. Heureusement, nous disposions d'une avance non négligeable et, si ça se trouvais, nous aurions le temps de nous préparer au voyage et de partir avec tout le troupeau dès ce soir au lieu du lendemain! Enfin, l'espoir fait vivre comme on dit. Dans les faits, le bus nous déposa, nous et nos effets, devant une vaste plaine couverte d'herbe verdoyante et, dans un vallon, des bovins à perte de vue. Je me figeai sur place en admirant la vaste envergure de ce troupeau, ma bouche se figeant même en un "ohh" stupéfait. Sur mon épaule, Chidori se releva pour être aussi droit que possible et son visage ne tarda pas à imiter le mien. Copie presque parfaite, 4.4 sur 5. Avec ça impossible de nier qu'il était mon Pokémon et inversement. Bref! Je finis par remarquer un genre de petit chapiteau plus loin d'où des voix nerveuses semblaient monter en crescendo. Tournant mes chocolats vers Leo, je lui énonçai mes pensées tout haut. C'était inutile et je le savais, j'aurais puis lui communiquer tout autant avec un simple regard et je sais qu'il aurait compris, mais quelque chose en moi semblait déterminé à tout pour noyer cette proximité, cette facilité. Quoi donc? Mais la peur, bien sûr.

- Je pense qu'on a trouvé nos scientifiques. On devrait se dépêcher, ça n'a pas l'air d'être du joli là-dedans.

Et c'est ainsi que notre petit groupe s'approcha et que je cherchai un endroit où cogner, pour annoncer notre entrée. Ouais, bon, avec des murs en toile, difficile de trouver un truc sur quoi taper. Ne restait plus qu'une solution, entrer et espérer ne pas déranger. Je tirai le pan de la tente-chapiteau, m'y avançant de façon incertaine alors que les voix nerveuses, paniquées et peut-être un peu furieuses ne demordaient pas.

-Excusez-moi, est-ce-qu---

PAAAN! J'en tombai presque à la renverse, recevant un gros contenant de plastique transparant en plein front, me faisant tituber vers l'arrière alors que je du attraper Leo d'une main et la tente de l'autre pour ne pas aller m'effondrer au sol. Aie. Et puis, c'était quoi ce truc? On dirait qu'il contenait... Des étiquettes?

Scientifique rousse : Oh! Désolé, je ne voulais pas, j'ai mal visé!

Ah? Reprenant mes esprits, je pu détailler un peu mieux la scène, enfin. Devant moi se tenait une petite scientifique, très mince, voir maigre dans sa blouse blanche beaucoup trop ample et trop longue. Sa chevelure rousse était attachée en un chignon un peu désorganisé et, sur son nez, d'immenses lunettes aux verres épais dissimulaient complètement ses yeux, véritable caricature. Ne manquait plus que les spirales noires sur chaque verre et nous avions là un joli cliché mesdames et messieurs. À l'opposé complètement de la tente, un autre scientifique, celui là très très grand dans sa blouse trop courte -si ça se trouve ils les ont échangées sans le remarquer-, de longs cheveux bleus attachés en une basse queue de cheval dégringolant sur son épaule. Ses yeux verts étaient vif et il était penché sur une autre boite porteuse d'étiquettes, ouverte celle-là, et il semblait être occupé à en faire le compte. Mais, un instant?! Comment avait-elle pu mal viser au point de m'atteindre moi?! Nous n'étions pas sortis du bois.

L'autre type : Ne faites pas attention à mon assistante, elle panique quand les délais ne sont pas respectés, vous devez être les élèves de la Pokemon Community?

Estelle : C'est exact. Nous somme là pour...

Scientifique Stein : Je m'appelle Frank, ou vous pouvez dire monsieur Stein, c'est comme vous voulez. Je suis le scientifique en charge de ce projet et ma collègue est Mademoiselle Hyde, Jeckie Hyde. Nous ne vous attendions pas aussi tôt, nous sommes loin d'avoir fini d'étiqueter les bêtes.

Mademoiselle Hyde : Nous faisons ça pour pouvoir suivre leur évolution en milieu naturel, comme ça nous pouvons remplir des fiches pour chaque spécimen et si on les revoit plus tard dans la nature on pourra faire un véritable suivit.

Stein : Mais pourquoi tu leur racontes ça? S'ils ont été envoyés c'est qu'ils connaissent quand même ces bases. Bref, ça vous dirait de nous donner un coup de main? Suffit de les installer sur leur oreille et de remplir une petite fiche de façon approximative vis a vis du bon numéro. Après il suffira de nous remettre les vôtres et on pourra les entrer dans notre système informatique. Vous avez des montures pour faciliter le travail? Sinon on peut vous prêter nos Doduo.

Estelle : Non, merci ça va! J'ai un Ponyta et un Ditto, ça devrait faire le travail...euhm... Vous avez des selles, que l'on pourrait emprunter?

Hyde : Tout à fait, elles sont dans la tente voisine. Mais ne prenez pas trop de temps, on a beaucoup à faire avant de pouvoir nous mettre en route!

Et c'est ainsi que nous fûmes mis à la porte de la tente, direction celle d'à côté où je laissai sortir Epona et Shaw -qui se metamorphosa presque immédiatement- et tous deux se mirent en place pour se faire préparer par leur cavalier respectif. Même pas besoin de demander leur avis, je savais que j'allais monter Epona, il n'aurait jamais permis que quelqu'un d'autre que moi ne le monte, surtout si j'avais moi aussi besoin d'une monture. J'allai donc récupérer une selle tout en m'adressant à Leo, frottant mon front au passage, encore rouge de sa rencontre avec le projectile de plus tôt.

Estelle : Ils n'ont pas l'air méchants et ils sont vraiment passionnés par ces études, mais ça m'inquiète un peu en compagnie de spécimens comme ceux là. Il ne faudrait pas qu'ils les énervent encore plus, un coup de sabot est vite arrivé.

Petit moment d'hésitation. Mon regard passa d'Epona à Leo, puis de Leo à Epona, d'Epona à mes pieds, puis de nouveau de mes pieds à Leo. J'avais envie de lui dire quelque chose de plus, mais je ne savais pas quoi et ça m'énervait, beaucoup. Que lui aurais-je dit normalement, si toute notre situation n'était pas devenue aussi compliquée?

- Fais attention à toi, je ne voudrais pas que tu sois blessé. Qui sait comment ils réagiront quand on devra leur percer l'oreille pour les étiquetter.

Voilà, naturel, c'est mieux. Enfin, pas trop non plus! Ça, ce serait dangereux. Roh la la... Comment est-ce qu'on en était arrivés là?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle   

Revenir en haut Aller en bas
[ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-