Partagez | .
Air pur
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 16 ans
Niveau : 33
Jetons : 3569
Points d'Expériences : 706

MessageSujet: Air pur   Ven 10 Avr - 17:42

Air pur
rp solo


Marie observait les bâtiments de l'académie de Lansat depuis la fenêtre de sa chambre, l'air morose.

Depuis la dernière sortie capture, la fierté de la jeune fille avait pris un sacré coup. Son équipe entière avait été mise K.O. par un Skélénox sauvage sans même qu'il ait lancé une seule attaque. Il y avait en effet de quoi se poser des questions... Elle réfléchissait à ce qui n'allait pas chez son équipe. Ou chez elle. Après tout, leur adversaire n'était pas particulièrement fort, il avait juste rusé. Et son équipe n'était pas particulièrement faible... Non, au contraire, elle était entraînée un maximum par Marie. Elle était juste... Mal dirigée. Et ça, la Mentali avait beaucoup de mal à l'admettre. Elle croyait être parfaitement au point au niveau des combats. Après tout, ne faisait-elle pas subir à ses Pokémons des entraînements stricts ? Elle même participait à ces entraînements. Une heure de footing, suivie de longs entraînements dans le stadium. Marie avait un objectif, et elle comptait bien l'atteindre.

Et puis, ce n'était pas comme si elle était simple d'esprit. Marie passait l'intégralité de son temps libre plongée dans des bouquins. Et de toutes les sortes, du simple roman à la revue scientifique en passant par le livre de cuisine et les guides stratégiques. A dire vrai, elle n'en appréciait aucun, seulement cela la rassurait de se dire qu'elle consacrait son temps libre à des choses utiles, et non pas à des activités superficielles comme ses congénères Mentali.

Marie prit une profonde inspiration. Elle avait besoin de prendre l'air. Depuis qu'elle était ici, elle consacrait tout son temps à ses études et ne laissait aucunement place à ses passe-temps. Il faut dire que ce n'était pas comme si elle en avait beaucoup... Lorsqu'elle était dans son manoir estival à Almia, elle adorait se promenait dans son vaste jardin, y sentir le parfum des plantes et laisser les rayons du soleil réchauffer sa peau blanche.

C'était décidé.

La miss Uana détourna enfin son regard de la fenêtre et saisit son sac à main de style hippie, assez contradictoire avec la prestance que dégageait la jeune fille, ainsi qu'un simple chapeau de paille qui lui permettrait de se protéger des coups de soleil qu'elle craignait tant. Elle n'était vêtue que d'un simple  débardeur blanc et d'une jupe d'un rose très pale, avec aux pieds de simples chaussures jaunes. Niveau look, on repassera, mais vous vous doutez que l'apparence était loin d'être la priorité de Marie.

Marie rangea les Pokéballs de ses trois compagnons dans son sac, ainsi que son œuf de Mangriff enroulé dans une couverture pour minimiser les risques de fissure. L’œuf remuait de plus en plus avec le temps, et la Mentali se doutait qu'il ne tarderait pas à éclore. Elle était assez enthousiaste à cette idée là, elle pourrait étudier la relation liant les Mangriff et les Séviper en direct. Marie avait loupé le cours traitant du sujet, elle avait donc profiter de l'obtention de Sully pour s'approprier un œuf de Mangriff et étudier le phénomène en direct. Si Marie n'avait pas une dette envers les ranger d'Almia, la filière scientifique lui aurait plus que convenu. Ce qui était bien dommage, puisqu'au final, cette dette, c'est seulement Marie qui se l'est imposée à elle même. De nombreuses fois, ses héros de Véterville lui firent comprendre qu'ils n'attendaient absolument rien d'elle, mais Marie avait une conception bien différente des choses. Ils lui avaient sauvé la vie, elle la mettra donc à leur service.

Marie quitta sa chambre, et descendit les escaliers avant de sortir du campus des Mentalis. Sans se presser, elle marcha dans une direction tout à fait aléatoire, ne cherchant qu'à s'éloigner des bâtiments pour respirer un peu d'air pur. Tout en marchant, elle sortit les Pokéballs de ses trois compagnons. Comme il n'y avait aucune raison de priver ses Pokémons de ce petit plaisir qu'elle s'accordait, elle fit sortir Soren, Sully et Stahl de leur capsule. Les trois Pokémons se mirent en ligne en face de Marie, comme au garde à vous, mais celle-ci se contenta d'avancer sans leur prêter plus attention que ça. Les Pokémons, incrédules, regardaient Marie avancer avant de la suivre, sans comprendre pourquoi ils n'avaient pas encore reçu l'ordre de faire cent tours de terrain ou encore d'escalader un arbre les membres attachés. Et oui, les pauvres Pokémons n'avaient pas l'habitude que Marie ne les appelle pour qu'ils puissent seulement se détendre... Les trois S suivirent Marie sans un mot, ne voulant rien oser de peur de faire une bêtise, avant que la Mentali ne s'arrête et tourne la tête dans leur direction.

« -Que faîtes-vous ? Ne restez pas si rigides. Nous allons juste nous balader. »

Sa voix était plutôt dure, et au lieu de rassurer ses Pokémons, Maire ne leur fit qu'encore plus tressaillir. Faisait-elle donc si peur que ça ? Mais puisqu'ils ne voulaient pas recevoir un blâme, les trois créatures tentèrent de prendre une mine plus décontractée, peu convaincantes bien évidemment à cause du petit stress permanent que provoquait Marie chez ses compagnons. La jeune fille avait des réactions tellement imprévisibles, ils pouvaient difficilement ne rien craindre d'elle.

Mais la Mentali ne s'en soucia pas vraiment. Elle comptait se détendre un peu, ou du moins faire des activités ayant un but autre que didactique. Ses pas la menèrent donc aux abords du Lac Corail, vaste étendue d'eau à l'allure rosée et dont le spectacle comblait de nombreux élèves. Marie était probablement passée devant à quelques reprises, mais sans y prêter plus attention, elle ne se rendit donc qu'à ce moment là de la beauté de l'endroit. Sublimée, elle quitta délicatement chaussures et chaussettes, puis posa doucement un pied dans l'eau. Et, sans se laisser impressionner par la température glaciale, commença à progresser sur les petits galets qui recouvraient les profondeurs du lac. Quoique profondeur était loin d'être approprié, puisqu'il y avait encore quelques mètres à parcourir pour que l'eau ne lui arrive subitement ventre. Actuellement, seuls ses pieds et la moitié de ses tibias étaient immergés, Marie ne craignait aucunement que ses vêtements se retrouvent ainsi trempés.

A contrario de la jeune fille, les trois Pokémons étaient loin d'être détendus. Au contraire, leur inquiétude n'était que croissante. Soren regardait sa dresseuse avançait dans l'eau avec des yeux effarés, commençant à réellement paniquer. Mais que faisait-elle ?! Elle comptait apprendre à Sully et Stahl à respirer sous l'eau ? Ou alors elle souhaitait qu'il tente de lui faire traverser tout le lac sur son dos ? Le Grenousse grimaçait à l'idée du poids de Marie sur son maigre corps. Peut-être que sa dresseuse voulait simplement en finir ?! Le Pokémon de type eau n'arrivait pas à se faire à l'idée que Marie souhaitait juste « se balader ». Ce n'était pas normal. Cela faisait presque dix mois qu'il la côtoyait, et jamais il ne l'avait vu s'adonner à une distraction quelconque par sa propre volonté ! Tout ce dans quoi elle s'engageait avait forcément un quelconque intérêt physique ou spirituel !

Le paroxysme fut atteint lorsque Marie se baissa en avant pour plonger ses mains dans l'eau froide. Ça y est, elle allait tenter de se noyer ! Soren courut à toute vitesse, laissant Sully et Stahl sur la rive, et nagea dans l'eau comme jamais pour rejoindre la Mentali qu'il atteignit en l'espace de dix secondes à peine. Et lorsqu'il arriva à sa hauteur... Marie se redressait en tenant un coquillage dans les mains. En voyant son starter arriver, elle se tourna vers lui pour lui montrer sa trouvaille, une nacre tout ce qu'il y a de plus simple.

« -Regarde ce sur quoi je viens de mettre la main. N'est-elle pas jolie ?  »

L'expression tout à fait... Inexpressive de Marie contrastait assez avec le sentiment de sympathie qu'elle tentait de communiquer à son Pokémon. Soren, en voyant cela, se laissa aussitôt sombrer dans l'eau, la peur redescendant subitement.

Dubitative, Marie regarda son starter couler peu à peu, ne laissant à la surface que de fines bulles d'air remonter. Sully, dont seul la moitié du corps émergeait de l'eau, vint à la hauteur des deux protagonistes, Stahl sur son dos. Le Grindur aurait eu quelques difficultés à se déplacer ici, aussi peu profonde soit cette partie du lac, la Séviper lui était donc d'une bien agréable compagnie, pour une fois.

Après avoir observé le Grenousse sans trop comprendre pourquoi il faisait cela, Sully regarda le coquillage que tenait Marie et agita vivement sa queue, intéressée par la trouvaille. Marie lui tendit, et la Séviper l'attrapa dans sa gueule, bien heureuse de recevoir un cadeau. Puis la Mentali se tourna  en direction du lac, fixant sa surface rosée, avant de hocher lentement la tête.

« -Il paraît que l'on peut aisément trouver des trésors dans les parages. Cela vous intéresse, une petite fouille ? »

Soren sortit de l'eau d'un bond, éclaboussant au passage ses compagnons, avant d’atterrir lui aussi sur le dos de Sully, qui faisait décidément office de transport en commun Pokémon. Le Grenousse, malgré son abattement, était obligé d'accepter ce que proposait Marie : il ne reculait jamais devant un nouveau défi. Une fouille ? No problemo ! Soren serait près à retrouver la GS Ball si on le lui demandait. Pas dit qu'il y arrive, mais au moins il essaiera jusqu'à son dernier souffle.

« -Bien. Opérons méthodiquement : Soren, tu vas profiter de tes facultés de batracien pour scruter le fond du lac plus en profondeur. Sully, tu fouilleras la rive, la physionomie de ta queue est parfaite pour retourner le sol. Et Stahl... Hum... Reste avec Sully.  »

Cela semblait convenir à tous. Soren n'en attendit pas plus pour partir à l'assaut des fonds du Lac Corail : le Grenousse bondit du dos de Sully et nagea à toute vitesse pour s'éloigner du bord, avant de plonger sec. Marie se demandait bien où il arrivait à puiser un tel enthousiasme, sentiment que la jeune fille avait beaucoup de mal à éprouver.

Sully, elle, se contenta de hocher vivement la tête, avant de faire demi-tour pour retourner sur le rivage. Marie resta là, réfléchissant à ce qu'elle pouvait faire, lorsque quelque chose passa à vive allure devant elle. Elle fit un pas en arrière en retenant son chapeau, et eut le temps de voir son agresseur revenir à l'assaut juste à temps pour l'éviter à nouveau. Elle put donc observer ce dont il s'agissait : un Cornèbre semblait vouloir s'en prendre à elle. Mais pourquoi ? Qu'avait-elle fait ? Elle voulut appeler ses Pokémons à la rescousse, mais Soren était actuellement en train de sonder les profondeurs du lac, et Sully et Stahl n'était plus dans le champ de vision de la Mentali. Le Cornèbre profita de cet instant d'inattention pour foncer sur le sac de la jeune fille. Marie le renvoya d'un coup de poing, ayant comme une petite idée de ce qu'il voulait. Elle sortit son Ipok de son sac et activa la fonction Pokédex pour confirmer sa supposition.

« Jadis, Cornèbre était craint et détesté, car on disait qu'il portait malheur. Ce Pokémon est attiré par tout ce qui brille. Parfois, il essaye de voler les bagues des filles. »

Il voulait donc bel et bien lui voler ses affaires. Marie devait faire quelque chose pour l'en empêcher mais quoi ? Ses Pokémons ne semblaient pas disposés à lui venir en aide, et elle ne pouvait se risquer à combattre cet ennemi à main nu..

Ne voyant qu'une solution, Marie s'empara doucement de son Capstick enfoui au fond du sac. Elle n'avait toujours pas essayé de s'en servir depuis la dernière sortie capture, mais elle n'avait plus trop le choix...

Elle activa l'appareil, et lança la toupie autour de son agresseur. Légèrement crispée, elle commença à faire de grands cercles avec le Capstick pour encercler le Cornèbre et calmer ses pulsions cleptomanes. L'oiseau se mit à battre des ailes sur place, surpris par cette étrange lumière bleue l'entourant, avant de tenter de lui donner un coup de bec. Par réflexe, Marie décala d'un coup son Capstick sur le côté pour éviter que le Cornèbre ne touche le rayon lumineux, avant de faire une nouvelle grande boucle autour de lui. Cette boucle se resserra d'un coup, pénétrant dans l'oiseau, alors que celui-ci secouait la tête pour se remettre de ses émotions.

Marie cessa de bouger. Elle avait réussit ? On dirait bien ! Elle esquissa un léger sourire, satisfaite d'avoir capturé son premier Pokémon à l'aide d'un Capstick.

Elle observa l'oiseau un moment, se demandant s'il était bien prêt à lui rendre service comme il était supposé le faire.

« -... Pourrais-tu utiliser tes aptitudes de volatile pour tenter de dénicher un trésor quelconques dans les arbres de la forêt longeant l'académie ? Tu dois être plutôt doué pour trouver des objets, puisque les créatures de ton espèce aime s'approprier les choses qu'ils jugent intéressantes.  »

Le Cornèbre piailla et, sans objection, battit des ailes pour retourner dans la lisière de la forêt. Ce n'était pas la première fois que Marie observait la capture d'un Pokémon par un Capstick, elle était pourtant subjuguée face à ce qu'elle venait d'assister. Voir un Pokémon sauvage obéir à un ranger expérimenté, c'est une chose, mais qu'un Pokémon sauvage lui obéisse à elle, c'était encore plus beau. Un sentiment de fierté envahit la jeune Mentali qui prit une profonde inspiration en plaquant le Capstick contre sa poitrine. Puis son regard se fit soudainement plus sévère, même si ce sérieux n'était qu'une façon d’exprimer la détermination de Marie.

« -... Je dois continuer dans cette voie, sans pour autant me relâcher. Je suis en train de progresser, je vais finir par arriver à un résultat plus que convenable, je le sais... Mais avant tout, portons cette fouille à son terme.   »

La miss Uana se baissa en avant pour commencer à sonder les hautes profondeurs du rivage. Le sol était recouvert de roches qui faisaient le malheur des personnes aux pieds sensibles. Marie ne craignait pas de se blesser, sa plante des pieds était restée endurcie par les va-et-vients que les gens du voyage rencontraient au quotidien, et ce malgré tout le temps passé enfermée dans les divers manoirs que possédaient sa famille adoptive.

Il y avait de nombreuses interstices entre les rochers, ainsi que divers coquillages aux formes insolites et aux couleurs extrêmement variées. Ce n'était cependant pas ce que cherchait à trouver la jeune fille : elle espérait tomber sur un objet abandonné par un autre élève beaucoup moins soigneux. Elle savait que bon nombre des étudiants aimaient se balader dans les parages, et déjà que  les parterres de l'île étaient jonchés d'objets divers (Elle avait lu dans un bouquin qu'un vélo avait déjà été découvert, enterré...), elle avait bon espoir quant à trouver quelque chose de potable. Elle ne s'attendait pas à un miracle, elle savait pertinemment qu'elle n'était pas prête de tomber sur une pierre évolutive ou même un fossile, mais elle jugeait tout à fait possible de trouver un objet pouvant lui servir dans sa carrière de Ranger, ou pouvant du moins attiser son esprit scientifique.

Puis elle entendit un craquèlement. Elle observa l'eau limpide sans repérer ce dont il s'agissait, puis se redressa lorsqu'elle sentit son sac remuer. Elle l'ouvrit, et bientôt elle comprit que son œuf était sur le point d'éclore. Le Mangriff allait naître ! Marie observa les alentours, et accouru auprès de la rive pour éviter que la créature ne se noie à peine sortir de l’œuf. Sauf qu'en arrivant, elle se souvint  que Sully, sa Séviper, était là elle aussi. Et si jamais elle voyait le Mangriff... Ce n'était pas du tout ce que Marie prévoyait ! Elle comptait élever le Mangriff sans jamais qu'il ne rencontre de Séviper, puis au bout d'un moment, le présenter à Sully et déterminer si la haine des Mangriff envers les Séviper est caractérisée par des facteurs génétiques ou par des facteurs environnementaux. Après c'est vrai que Sully pouvait très bien égorger le bébé Mangriff en le voyant, mais c'était loin d'être la première raison pour laquelle elle voulait cacher le nouveau-né... Oui, même d'humeur sympathique, Marie garde les mêmes priorités en tête !

Elle fouilla donc tant bien que mal dans son sac pour sortir la Pokéball de Sully qui arrivait à grand pas -enfin, grand pas, façon de parler, un Séviper ça rampe-, et lorsqu'il ne restait plus qu'une demi-dizaine de mètre les séparant, Marie fit rentrer la Séviper dans sa sphère, sans lui laisser le temps de comprendre ce qu'il lui arrivait. Stahl, qui était sur son dos, tomba au sol en roulant jusqu'aux pieds de la Mentali. Cette dernière lâchait un soupir, tandis qu'une petite griffe commençait à sortir de son sac. Quelques secondes plus tard, une boule de poil émerge de la sacoche de Marie, regardant les environs avec de petits yeux curieux. Marie l'attrapa par les côtes et le déposa au sol au côté de Stahl, qui se faisait déjà analyser sous tout ses angles par le bébé Mangriff. L'apprenti ranger se tourna vers un bosquet sur lequel un petit papillon butinait une fleur, et prit l'insecte dans ses mains, avant de le présenter au Mangriff. A peine eut-il le temps de l'apercevoir que l'insecte s'envolait, et Marie sourit en voyant le petit furet lever la tête pour le voir s'éloigner.

« -Bienvenue dans notre monde, Sephiran.  »

HRP:
 


© Mzlle Alice.



_________________

« Je serai ta cavalière.»

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 16 ans
Niveau : 33
Jetons : 3569
Points d'Expériences : 706

MessageSujet: Re: Air pur   Jeu 20 Aoû - 19:06

Air pur
rp solo


Sephiran leva une patte, tentant d’attraper le petit insecte avant qu'il ne s'envole trop loin, en vain bien évidemment. Peu attendrie, Marie pensait déjà aux perspectives que lui donnait cette éclosion. Cela lui permettrait de prendre confiance en elle en élevant un Pokémon depuis sa naissance, chose qu'elle n'avait jamais faite jusqu'à présent. Saura-t-elle être une bonne mère pour le Pokémon ? En vérité, elle se souciait plus de savoir si elle parviendra à bien l'éduquer ou non. Si son Mangriff en venait à devenir une créature violente et mal élevée, ses parents adoptifs seront très probablement déçus ! Et Marie ne devait pas les décevoir, plus par peur de l'abandon que par volonté de faire plaisir à sa famille. De biens tristes pensés, je vous l'accorde, mais la Mentali a des raisonnements qui lui sont propres, du fait de son éducation compliquée. Elle n'y était pour rien.

Elle observa quelques instants le Mangriff, avant de se rappeler la raison de leur présence en ces lieux. Ils étaient là pour fouiller, et non prendre le soleil. Quelle activité absurde, prendre le soleil ! Et encore, Marie avait du mal à concéder le fait que cela soit une activité : pour elle, c'était simplement une grosse perte de temps. L'être humain n'a pas une éternité à vivre, et Marie en était bien consciente : c'est pourquoi chaque seconde se doit d'être rentabilisée. Et voilà l'une des premières choses qu'elle inculquerait à Sephiran !

Elle s'accroupit, pour se mette à la hauteur de la créature, et la fixa droit dans les yeux.

« -Je me présente à toi. Marie Rosalina Uana. Toi, tu te nommes Sephiran. Je suis ta dresseuse, ce qui signifie que je vais m'occuper de toi, te nourrir et te loger, mais en échange, tu dois m'obéir, tout comme tes coéquipiers. Lui, c'est Stahl, et plus loin dans l'eau, il y a Soren.   »

Elle omit volontairement de parler de Sully. Ils auront tout le temps de se rencontrer plus tard. Beaucoup plus tard. Marie se devait d'attendre les bonnes conditions.

Elle parlait lentement, et faisait des gestes simples. Le Mangriff, l'air un peu béat, écoutait malgré tout avec attention, hochant la tête de temps à autre.

« -Nous sommes en ces lieux pour une raison bien simple. Nous fouillons les environs, dans l'espoir de mettre la main sur un quelconque bien. »

Elle attrapa une des pattes du Mangriff, et appuya légèrement dessus pour mettre en évidence de toutes petites griffes.

« -Tu vois cela ? C'est très coupant, il va falloir que tu apprennes à t'en servir. On peut d'ors et déjà commencer, par ailleurs... Suis moi. »

Marie se releva, et tourna les talons avant de se diriger en direction d'un petit monticule de terre. Sephiran tituba, avant de la suivre, suivi lui aussi par un Stahl roulant du mieux qu'il pouvait. Arrivés près du monticule en question, Marie posa ses genoux à terre, et sans se soucier de la saleté sur ses vêtements -ne vous fiez pas aux apparences, bien qu'elle ait une certaine hygiène de soi, elle n'est pas du genre à faire toute une histoire pour quelques taches-, commença à creuser la terre de ses mains. Sephiran la regardait faire sans dire un mot, et bientôt, tenta de faire de même. Sauf que la différence de taille entre les griffes du Pokémon et les ongles de Marie n'étaient pas anecdotiques, et, voulant imiter l'humaine, le Mangriff tenta de creuser avec ses pattes, et non avec ce qui fait la fierté de son espèce. Bien qu'elles étaient encore petites, elles étaient bien là, et Sephiran ne réussit qu'à se faire mal. Entendant son petit gémissement de douleur, Marie se tourna vers lui, et saisit, comme précédemment, ses pattes.

« -Toi, tu dois te servir de tes griffes. » elle lui montra ses ongles pleines de terre « Moi, elles sont toutes petites, par conséquent je ne peux pas m'en servir. Par contre, les tiennes sont plus longues, et elles les deviendront encore plus avec le temps. Essaye de creuser avec leur extrémité. »

Le Mangriff observa ses griffes, et tenta de se mettre au travail. Prenant un peu de distance avec le monticule, il commence à tâter la terre du bout des griffes, et, prenant petit à petit plus confiance en lui, commença à faire tomber morceaux de terre par morceaux de terre. Marie se releva, contente du résultat, et ramassa Stahl qui était juste à côté pour le poser en haut du monticule.

« -Continue donc. Stahl, je te laisse le surveiller.  »

Le Grindur cligna des yeux, n'ayant d'autres moyens de réponse, tandis que Marie s'éloignait déjà. Elle retourna dans l'eau, en profitant par ailleurs pour faire partir la terre de sa main, et s'avança en observant avec attention la surface du lac, scrutant les alentours à la recherche de Soren. Mais celui-ci devait être plutôt éloigné, puisque Marie ne vit rien qui puisse confirmer la présence du Grenousse. Cependant, ce qu'elle vit, c'est le Cornèbre qui revenait tout droit vers elle, tenant visiblement quelques choses dans ses serres. Une fois arrivé à sa hauteur, Marie tendit la main, les paumes tournées vers le ciel. Le message était clair, et le Cornèbre lâcha la contenu de ses serres dans les mains de la Mentali. Marie grimaça lorsqu'elle sentit la matière gluante et visqueuse. Mais reprenant bien vite une expression plus neutre, elle se tourna vers le Cornèbre, et le fixa droit dans les yeux.

« -... Ces baies sont mûres. Trop mûres. »

Le Cornèbre piailla joyeusement, ne semblant guère savoir quel était le problème. Marie ferma les yeux, lâcha un soupir, et laissa tomber les baies mûres dans l'eau, à la grande surprise du Cornèbre, puis se rinça les mains. Cela fait, elle se redressa et fixa une nouvelle fois le Pokémon droit dans les yeux.

« -Visiblement, je dois tout apprendre à tout le monde. Ce que tu m'as amené n'est guère le type de chose dont je suis à la recherche. Ce qu'il faut chercher, cela serait plutôt quelque chose d'utile à un humain.  Cela, ce ne m'est pas utile. Sauf si je voulais me mettre à la culture florale, ce qui n'est guère le cas. Va donc, et reviens me voir dès qu'un objet est susceptible de m'intéresser.  »

Bien que déçu que sa trouvaille soit si mal acceptée, le Cornèbre fait docilement demi-tour, et après quelques battements d'ailes, disparut du champ de vision de la miss Uana. Cette dernière s'apprêta à reprendre sa route, mais fut aussitôt interrompue : quelque chose sortit brusquement de l'eau, juste devant elle, avant d’atterrir dans une pose victorieuse.

« -... Soren. »

Le manque complet d’enthousiasme de Marie parvint tout de même à déstabiliser le Grenousse, malgré qu'il y soit habitué depuis bien longtemps. Mais le starter ne se laissa pas abattre et redressa fièrement la tête, avant de pointer du doigt une direction précise, avec dynamisme. Marie arqua un sourcil, et toisa son compagnon.

« -Si tu as trouvé quoi que ce soit par là-bas, je suppose que tu venu dans l'espoir que je te vienne en aide pour récupérer l'objet en question. Et j'ose espérer que tu as pris en compte mes facultés quelque peu restreintes d'humaine à pouvoir progresser dans l'eau.... »

Silence. Non, le Grenousse n'avait pas pensé que sa Dresseuse n'était peut-être pas apte à rejoindre le centre du lac. Il le fallait, pourtant ! Apparemment, il avait trouvé quelque chose d'intéressant, et semblait avoir du mal, seul. Heureusement, Marie trouva rapidement une solution au problème, et pointa du doigt un cabanon plus loin.

« -Je m'en vais de ce pas louer une barque. Suis-moi, que tu puisses me guider jusqu'à destination une fois à l'eau. »

Sans plus de chichi, Marie mit à exécution ses paroles, et en moins de temps qu'il en faut pour dire « hexakosioihexekontahexaphobie » Ce mot a été écrit d'une traite à l'aide ma seule mémoire, je réclame au moins 5 points bonus pour cela /PAN, la barque était à l'eau.

Bien que n'ayant jamais pratiqué, et après quelques rapides observations, la Mentali sut avancer à l'aide des pagaies sans trop de complication. Son starter dans l'eau, elle rama quelques minutes jusqu'à atteindre le lieu tant convoité par le Grenousse. Celui-ci désigna les profondeurs du lac, et Marie tenta de l'apercevoir, en vain. Elle passa donc en revu les affaires mises à sa disposition dans la barque : une canne à pêche, un filet, un seau, et... Oh ! Un masque et un tuba. Le masque fera l'affaire. Marie s'en empara et l'enfila, avant de se pencher en dehors de la barque pour immerger son visage dans l'eau. Elle put alors apercevoir ce qui intéressait tant Soren : il y avait plusieurs pierres formant un petit tas, au centre duquel il était possible d'apercevoir une légère lueur causée par un reflet de soleil. D'ailleurs, saviez-vous que les rayons du soleil peuvent traverser jusqu'à trente mètres d'eau ? Et bien moi non, du moins jusqu'à ce que je regarde cette fameuse publicité de crème solaire à la télé.

Mon quota de minimum une phrase hors contexte par sujet fait, Marie se mit à réfléchir à toute vitesse. De toute évidence, si Soren était venu la voir, c'est qu'il était incapable de déplacer ces pierres par lui-même, il leur fallait donc trouver une autre solution. Peut-être tout simplement en s'y mettant à deux ?... L'espace d'un instant, l'idée lui parut intéressante, lorsqu'elle se rappelle qu'elle n'avait absolument pas la tenue adéquate pour plonger.  Elle pourrait bien se mettre en sous-vêtement, mais le fait qu'elle soit obligée de revenir sur la rive pour se changer lui fait vite changer d'avis. Non, elle ne pouvais pas se résigner à ça...

PLOUF

A trop se pencher en avant, Marie était tout bêtement tombée de la barque. Son starter se hâta d'appuyer sur son ventre pour la faire remonter à la surface, ce qu'elle fit sans problème. Mais au lieu de recevoir un quelconque remerciement, c'était une Marie fulminante dont Soren eut le droit.

« -Enfer ! Je suis trempée de la tête aux pieds maintenant. Ah, mon chapeau, où est mon chapeau ?... Là-bas. Soren, va le chercher. »

Le Grenousse obéit bien docilement, et ramena le chapeau de paille à Marie. Elle s'en empara et le jeta dans la barque, avant de tenter de remonter à l'intérieur de celle-ci. Elle s'arrêta cependant avant même d'avoir appuyé sur ses bras : elle était dans l'eau maintenant, autant aller jusqu'au bout. Elle se laissa donc retomber, remit son masque comme il le fallait, et observa à nouveau les profondeurs. Le tuba lui serait totalement inutile, les rochers étant bien trop profonds. Elle allait devoir retenir sa respiration...

Marie prit une profonde inspiration, puis, d'un mouvement du menton, ordonna à son starter de plonger sous l'eau. La Mentali fit ensuite de même, les joues remplies d'air, et nagea jusqu'à atteindre les rochers. Bien qu'elle n'était pas descendue bien profond, elle sentait la pression de l'eau sur ses tympans, et « avala » une partie de l'air présent dans sa bouche pour, en même temps, calmer la douleur au niveau de ses oreilles. Cela faisait déjà quelques secondes qu'elle était sous l'eau, c'est pourquoi elle s'empressa de s'accrocher aux rochers pour pouvoir stabiliser sa position et, aidée par son starter, commença à pousser l'un d'eux. Celui-ci trembla, et se décala légèrement, mais pas assez pour le faire tomber. Poussant sur ses jambes, Marie remonta jusqu'à la surface, où elle prit une grande bouchée d'air. Son starter vint à sa hauteur, et attendit qu'elle donne un nouveau signal.

« -Encore. »

Aussitôt, Marie inspira et replongea au fond de l'eau. Exerçant à nouveau une certaine pression sur ses oreilles pour éviter les problèmes liés à la quantité d'eau, elle s’accrocha une fois de plus à l'un des rochers, et Soren et elle poussèrent à nouveau. Il bougea un peu plus, mais ce n'était pas suffisant. A peine Marie était revenue à la surface qu'elle y retourna, hors de question de s'arrêter en si bon chemin. C'est donc au bout du troisième essai que la pierre finit par se décaler sur le côté, entraînant la chute des autres. Mais la Mentali ne put admirer le spectacle qu'elle remontait déjà à la surface. Son Grenousse vint s'assurer qu'elle allait bien, ce qu'elle confirma d'un mouvement de tête, avant de prendre appui sur la barque pour remonter à l'intérieur.

« -Va chercher ce qu'il y avait au fond, je retourne sur la rive. Sephiran a éclot, je ne vais pas le laisser sans surveillance plus longtemps. »

Impatient de voir quel était l'objet tant convoité, Soren retourna dans l'eau sans même prendre la peine de comprendre que l’œuf que Marie se trimballait depuis quelques temps avait enfin été brisé.

Bien que la tâche fut compliquée, Marie parvint à remonter à bord de la barque, trempée de la tête aux pieds. Mais elle ne se lamenta pas plus longtemps, et prit la direction de la rive, où Sephiran et Stahl attendaient toujours. Elle posa un pied dans l'eau lorsque la barque ne pouvait plus avancer, et alla voir comment s'en sortait le nouveau né.

Le monticule avait complètement disparu. Le pelage de Sephiran était devenu marron, et il y avait des petits tas de terre partout autour d'eux. Stahl était planté dans l'un d'eux, s'étant visiblement contenté d'assister au massacre. Mais avant d'avoir le temps de dire quoi que ce soit, le cri du Cornèbre se fit entendre, tenant un nouvel objet dans ses serres, avant de se faire piquer l'attention par Soren, qui revenait à vive allure pour montrer sa trouvaille...

***

Marie était fatiguée. Ses vêtements étaient trempés, et la plongée l'avait vidé de ses forces. Elle marchait, silencieuse, on direction de son dortoir, où elle pourrait trouver un repos bien mérité.

Le Cornèbre avait été relâché, Marie ne voulant se l'accaparer, et chacun de ses Pokémons étaient rentrés dans leurs Pokéballs respectives. Elle jeta un bref coup d’œil au contenu de son sac, résultat de cette fouille. C'était peu laborieux. Elle avait le sentiment d'avoir perdu son temps.

Pourtant, elle esquissa un sourire.

… Oui, Marie s'était amusée.

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« Je serai ta cavalière.»

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Annonceur
avatar
Annonceur
Région d'origine : Kalos
Âge : 2 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1096

MessageSujet: Re: Air pur   Jeu 20 Aoû - 19:06

Le membre 'Marie R. Uana' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'CHASSE' : 9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 365

MessageSujet: Re: Air pur   Jeu 10 Sep - 13:08

MOdération

   
Appréciation La fouille met un peu de temps à se mettre en place mais permet bien d'explorer le personnage de marie et la relation..spéciale qu'elle entretient avec son équipe. Tout au long de sa petite escapade, la Mentali finit par se détendre sous nos yeux, tout en conservant le pragmatisme qui a fait sa réputation. L’éclosion de son Mangriff et l'attaque du Cornèbre offrent deux occasions parfaites pour étendre la fouille aux airs et aux profondeurs de la terre (Bébé Mangriff, attaque Tunnel !).
“Ce mot a été écrit d'une traite à l'aide ma seule mémoire, je réclame au moins 5 points bonus pour cela”, je t'accorde une boite de cookies pour l'effort, c'est tout.
Enfin, Marie se joint aux efforts de son équipe et clôt ainsi le RP en observant les trouvailles de son équipe de recherche aux grands complets. La partie fouille a été bien plus présente dans le second post mais son caractère multilatérale (Oui ce mot existe ;P)
rend l'action un peu difficile à suivre, tout en lui apportant plus de profondeur
   Gain Tu gagnes CT49 Echo et une Petite boite à musique !

[/b][/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Air pur   

Revenir en haut Aller en bas
Air pur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-