Partagez | .
Une ruse qui tourne mal.
Invité

Invité

MessageSujet: Une ruse qui tourne mal.   Sam 9 Mai - 14:29

Pour une fois de l'année, j'étais réveillé de bonne humeur, et surtout, en bonne forme. Ce qui est, entre nous, très rare. Bien que ce fût une journée de cours, j'avais l'humeur taquine aujourd'hui. Il serait très probable même, que je fasse un tour ou deux à un élève de l'établissement, ou qui sait, à un membre du personnel. Ce qu'il faut, c'est être intelligent et rusé, et ce sont les deux attributs qui ne me manquent pas. Je m'habille d'un t-shirt, écrit en gros « hamburger man », c'est la mode du moment, qu'est-ce que vous voulez, un jeans au hasard, pioché dans ma petite armoire, j'enfile ma paire de chaussures qui font deux-trois tailles en plus de ce que j'ai l'habitude de porter. Je pris un petit tabouret pour arriver à la taille du portemanteau, et je pris mon manteau, qui limite, touchait parterre lorsque je marchais dehors. Je déplace alors le tabouret en face du miroir, pour que je puisse réajuster mes vêtements. Me voilà devenu un grand jeune homme, du moins, momentanément, puisque lorsque je redescendrai de la hauteur, je me retrouverai, haut de trois pommes. Je prends mon sac, soigneusement fait la veille, et je pars en cours. Une bonne journée s'annonçait, en les lieux de Pokémon Community.

Ourf. Je lâche un long et profond soupir, un soupir de fatigue après une journée riche en travail. J'avais achevé la semaine de cours, je m'apprêtais alors à me diriger vers le dortoir, là où je m'allongerai dans mon lit bien douillet, et c'est là où j'ouvrirai mon roman de la semaine, et je lirai sans fin, jusqu'à l'heure du dîner. Mais ça serait gâcher une journée chargée de bonne humeur. Je rebrousse alors chemin, et j'attends que le couloir se vide pour faire mon plan diaboliquement diabolique à un élève qui aurait la malchance de passer par là.

Une fois le couloir qui menait aux dortoirs vide, j'attendis sagement au coin du mur, qu'un passant vienne défier mon piège rusé. Et je n'ai pas eu beaucoup à attendre puisqu'un élève empruntait le couloir. Il marchait lentement. Beaucoup trop, l'impatience était à son comble. Je devais savoir si le piège que j'avais posé aller porter ses fruits.
Les pas du jeune homme résonnait. Puis soudainement, le fil transparent, relié à deux murs, fut coupé par l'énorme pied du jeune homme, qui ne tarda pas à trébucher comme un boulet. Et c'était là le meilleur moment, le moment le plus attendu. Le mécanisme était enclenché, le jeune homme eu à peine le temps de relever son front, qu'un verre de café bouillant se renversa sur son pâle visage. Je n'ai pas eu le temps de voir la réaction de l'élève, j'étais bien trop occupé à ricaner dans mon coin. Mais si je restais planté ici, il s'en doutera que ce soit moi qui ai confectionné cette ruse, je décide alors de m'en fuir en marche de renard. Mais un cale-porte remit en question ma fuite. Je percutai mon petit pied dans le petit bout en bois qui me fit m'éparpiller par terre. Un gros bruit résonna dans les couloirs, qui attira l'attention du jeune homme, éclaboussé de café. Je bafouille une excuse.

« Tu n'aurais pas vu mon Pokémon ? »

Excuse minable, surtout venant de moi.
Revenir en haut Aller en bas
 Adulte Serveur
avatar
Adulte Serveur
Région d'origine : Almia
Âge : 24
Niveau : 14
Jetons : 3396
Points d'Expériences : 199

MessageSujet: Re: Une ruse qui tourne mal.   Ven 15 Mai - 16:59


Un peu de café ?

La dernière sonnerie de la journée se fit entendre, elle déplu à peu, attisa l’émerveillement de la plupart. La fin du cours était donnée, mais un jeune garçon en chemise blanche restait encore à sa place à griffonner quelques notes. Cette assiduité, il ne l’avait pas à sa première période à l’académie, elle n’est venue qu’à la suite de son retour, après avoir manqué des mois de cours, il ne pouvait pas se permettre de prendre plus de retard. La plume de son stylo à l’encore sombre glissa sur les dernières lignes de sa copie, puis conclu son long périple par un point léger, cependant final. Il remit le stylo au fourreau, souffla sur sa feuille même si dans le fond ça ne servait à rien, puis la rangea soigneusement dans son porte document qui finit dans son sac à bandoulière. Assez simple, couleur coyote, en tissu aux coutures renforcées, rien de bien prétentieux, ce sac lui correspondant parfaitement. Le garçon se dressa de sa chaise, salua le professeur et se retrouva dans un couloir noir de monde discutant, braillant et faisant n’importe quoi. Ces gens qui discutent de tout et n’importe quoi au détour des casiers, certains dragues mais se ratent, d’autres s’en moque, les filles se racontent des ragots, les gars font des trucs débiles. Raphael avait du mal avec tout ça, il y avait tant de nouvelles têtes qu’il ne connaissait pas, mais aussi des visages amicaux qui ne le reconnaissaient plus vraiment. La reprise était vraiment difficile, mais cela ne faisait rien, c’est pour lui qu’il travaillait, pas pour les autres. Son rythme scolaire avait vraiment changé, par le passé, il ne se contentait presque que du minimum, à présent on le retrouve partout, avec un minimum de permanence.

Selon son emploi du temps, tout était terminé aujourd’hui, il était libre de retourner à ses quartiers. Mais pas le temps, il n’avait pas tout à fait compris un chapitre en botanique et devait produire un petit exposé pour le cours de Percy Yade. Raphael trouva refuge à la bibliothèque où le silence de mort se mêlait au va et vient de l’aiguille de l’horloge dans un tic-tac stressant. A la simple lueur d’une lampe, réajustant ses lunettes, le Voltali finit de rédiger sa présentation de la semaine prochaine, terminant aussi la quatrième relecture de son chapitre. Il se laissa retomber dans sa chaise inconfortable et poussa un long et profond soupir de soulagement. Il avait fait un rapide calcul, à ce rythme, il rattraperait son retour d’ici le début du mois prochain. Après seulement le garçon soufflera et reprendra une activité supposée normale, sans oublier les entrainements quotidiens au stade, à présent il ne se limitait qu’à trois séances dans la semaine.

Il se faisait tard, et l’adolescent se décida à rejoindre le dortoir. Sans grande surprise, il se trouvait bien seul à rentrer, tel un fantôme errant sans but, sinon que celui de retrouver un lit bien douillet. Sa démarche était lente, entrecoupée de bâillements pas discret pour un sous. Mine de rien, Raphael appréciait ces petits instant de silence, ça lui permettait de réfléchir tranquillement, au lendemain, comme ne pas tomber- … Et c’est la chute, sans s’en rendre compte, son pied s’emmêla dans un fil qui n’avait rien à faire là. Trop absorbé dans ses pensées, il n’eut aucunement le temps de se rattraper, hormis jeter son sac en avant pour qu’il puisse réceptionner sa tête. La chute fut lourde et ne le laissa pas s’en douleur, une grimace se dessina sur son visage. Alors qu’il pensait avoir seulement trébuché bêtement, il releva doucement la tête, le bon dieu Arceus décida que son calvaire n’avait pas encore atteint son paroxysme. Un gobelet au liquide fumeux reconnaissable à sa couleur et son odeur se renversa sur son visage, qui du froid ambient passa à une horrible séance de repassage. Intérieurement, c’était atroce, il sera les dents et tenta de ne pas hurler tellement sa faisait mal. Il secoua sa tête de droite à gauche pour s’enlever le maximum de café brulant tout en fouilla de quoi s’essuyer dans son sac. Tout son paquet de mouchoir y passa, sa peau avait viré au rouge mais surtout : qu’est-ce qui venait de se passer ?
*blong* Quelqu’un d’autre chuta à l’autre bout du couloir. Raphael se releva lentement et tenta de percevoir la fameuse personne. Celui-ci, à peine visible encore, bafouilla un truc tout juste minable :

‘’Tu n’aurais pas vu mon Pokémon ?’’

Si seulement Raphael était doté des mêmes capacités extraordinaire d’un personnage d’animé, on y verra une veine enflée sur son front rouge. Trop de coïncidences à la suite, ils ne sont que deux, seuls dans ce couloir, ce café n’est pas tombé tout seul. Déjà à nerf, à faire ce qu’il considérait impossible il y a un an, à se surpasser dans ses études. Il y avait comme une goutte, minuscule gouttelette de merde, qui faisait déborder le vase. La réponse d’un Voltali énervé ne se fit pas attendre :

‘’Toi… Tu ne te foutrais pas de ma gueule, par hasard ?!’’

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4298-307-je-suis-gael-sebrus-j-ai-un-pichu-et-un-aspicot-qui-dit-mieux-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4586-gael-sebrus-adulte
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Une ruse qui tourne mal.   Sam 16 Mai - 21:02

Celui-ci se releva, gigotant sa tête de droite à gauche pour enlever le liquide sur son pâle visage. Je ne le connais pas, je ne l'avais jamais vu, surtout. Était-il nouveau ? Ça servirait de bizutage tien. Cependant, j'ai dû tomber ridiculement en plein milieu de mon plan qui semblait courir à merveille. Quel boulet. Trébucher à cause d'un cale-porte qui se baladait au milieu du couloir ! C'était dommage... Ça aurait été la première ruse que j'aurai faite à un élève, qui se terminerait à un succès. Les trois autres tentatives (celle de la pomme, du livre et du balais) foirées, fallait bien une tentative réussite pour rattraper le coup. Mais Arceus a décidé autrement, malheureusement. Le jeune homme, totalement trempé de café bouillant me regarda après ma chute, et me regarda bizarrement. C'est sûr que l'excuse du « Tu n'aurais pas vu mon Pokémon par hasard » ne marche pas à tout le monde, et à tout endroit ! Je regarde dans le plafond, faisant un air de gamin innocent... qui ne semblait pas marcher sur la victime de ma ruse. Il me demande alors si je me fous de sa gueule, même pas un tout petit peu.

« Oui, non, enfin, juste un peu. »

Merde. Les mots m'ont échappé de la bouche. Réalisant la gaffe que j'avais faite, je cherche un plan B... difficile d'en trouver un lorsqu'on est dans la situation même... … … J'ai trouvé ! Je saisis ma jambe avec mes deux mains, et je simule une soudaine blessure au genou. Je hurle, genre, pour rendre ça plus cohérent. Grâce à mon talent de comédien, je réussis à lâcher une petite larme, qui s'empresse de couler sur ma joue.

« T'attends quoi ?! Appelle Needle ! C'est pas de la com-... »

Soudain, mon mensonge était tellement grand qu'un fou rire s’empare de moi. Mon rire partait dans les aigus, qui faisait un bruit strident, et assez désagréable pour l'ouïe. Je ne savais même pas pourquoi je riais, c'était plus fort que moi, je voulais m'arrêter, mais je n'y arrivais pas. Je commençais à tousser à force de rire, et à ravaler mes larmes. J'avais mal au ventre, mes abdominaux se contractaient, se serraient. Mon sourire et mon envie de rire se sont soudainement éteints lorsque je voyais la tête furieuse du jeune garçon. Je voulais m'enfuir, mais je riais beaucoup trop pour.

« Je suis désolé. Mais ce n'est pas moi-ah-ah-ah. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une ruse qui tourne mal.   

Revenir en haut Aller en bas
Une ruse qui tourne mal.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-