Booty swing.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Booty swing.    Dim 10 Mai - 20:27
Booty swing.  Tumblr_n0mqjvHPTh1qicfexo1_500

« - Non franchement, mon imagination est souvent fructueuse, mais à ce point, mon petit Léon... »

Journée inhabituelle, notre blonde s'était levée plus tôt pour faire un grand ménage dans sa chambre, et donner un cours de philosophie pokémon à ceux qui le souhaitaient. Il fallait que tout, absolument tout, soit irréprochable. Elle époussetait les étagères, rangeait les livres à leur place, remettaient les dessins dans leurs cadres. La décoration de ses quartiers était quelque chose d'extrêmement important pour la jeunette, qui avait mis un point d'honneur à en faire un havre de bonheur. Si elle voulait conseiller les gens en esthétique, il fallait qu'elle soit absolument irréprochable. Elle mit longtemps à choisir l'emplacement de ses nouvelles acquisitions, soit des vases d'un vert d'eau transparent, qui furent placés sur le rebord intérieur de la fenêtre, donnant une petite touche de modernité, ainsi qu'un calendrier en bois flotté que lui avait envoyé son frangin suite à une sortie de réinsertion sur la côte maritime de Kalos. Elle s’inquiétait énormément pour lui, ne pouvant pas le joindre régulièrement dans sa maison de correction. Peut-être qu'après, il rejoindrait l'académie. Elle priait pour, tandis que le petit Oliver apprenait la navigation avec d'autres petits délinquants.
Parfois, son regard se jetait directement sur l'entrée de la pièce, dont le pan de mur blanc, à moitié recouvert de bois peint de la même couleur, accueillait un immense tableau qu'ils avaient fait ensemble. On y voyait un squelette en train de lire un livre, simples traits noirs sur fond blanc. Il était aussi effilé qu'un des personnages de Picasso, avec des petits touches de vert émeraude et de bleu de prusse. En fond, toujours sous une courbe épurée, se trouvait un Ilumnis psychédélique, dont les immeubles se brouillaient dans l'absurde. Ce tableau, de par sa sobriété et son manque de saturation, ajoutait de la modernité dans une décoration vintage.

« - Je me demande ce que dirait Freud sur ce rêve, quand même. Me retrouver en plein milieu d'un Poivressel apocalyptique, avec des pokémons tyranniques, du sang et de la misère... Et moi, en plein milieu du marché en ruine, avec des cadavres, des ultralasers, en train de vendre des poivrons. DES POIVRONS LEON. »

Comme tous les matins, elle contait à son compagnon ses rêves étranges, essayant de les expliquer. Léon, couché sur les draps blancs, regardait le papier peint d'un motif tropical chic qui se trouvait du coté de la fenêtre, au niveau de ses nouveaux vases en verres soufflés, achetés en soutien des petits artisans en crise. Il riait ce crétin chaton, encore et encore, s'imaginant sa maman en train de vendre des poivrons en plein front. Pour lui, la chose en elle-même n'était pas choquante. Ce qui l'amusait, c'était la tête d'enterrement de la coordinatrice. Il envoya un mot par télépathie à la dresseuse : bizarre. Celle-ci parut plutôt irritée, fronçant les sourcils en enfilant son tailleur bordeaux.

«  Attends, il y a des lézards qui volent dans le ciel et des chats sur deux pattes et c'est moi que tu trouves étrange ? Ils me voulaient du mal, ils complotaient pour la fin du monde, ces goujats ! Tandis que moi, je vendais tranquillement mes poivrons... Je plaide non coupable ! Comme d’habitude, tout retombe sur le prolétariat... »

Léon ignora sa remarque, ne comprenant pas le quart de la phrase. Le pire était que dans son silence, il lui avait donné tort. En effet, la blonde comprenait qu'elle était vraiment bizarre dans ce rêve, qu'on ne vendait pas des légumes en pleine guerre. Pourtant, les gens devaient manger... Agacée, elle s'assit sur la chaise de son petit bureau, recherchant un sens psychologique à sa pensée, et ce que son inconscient souhaitait lui indiquer. Après une petite demi-heure de silence complet à griffonner, et une fois satisfaite de sa thèse, elle termina sa préparation physique par un chignon. Les demoiselles souhaitant un cours de philosophie ne devraient pas tarder. Freyja mit en marche l'intégrale de Parov Stelar placée, introduite par Libella Swing, sur son disque dur. Il fut ensuite le temps de préparer le thé, ce qui la rendait nettement moins assurée. En effet, son savoir faire n'était pas aussi développé qu'Eryn. Pourtant, elle avait mis toute la bonne volonté du monde en allant acheter les infusions dans une épicerie bio.

Bientôt, les premières invités arrivèrent, complimentant sa tenue, couvrant d'éloges Léon, et se ravissant face au goût du thé. Chaque fois, Freyja leur répondait d'un haussement de main poli, lui offrant une chaise pour s'asseoir. Mon thé est dégoûtant, vous n'y connaissez rien, naïves ! La coordinatrice se disait que ces jeunes filles pouvaient croire absolument n'importe quoi.
Le cours porta sur la beauté et l'esthétique selon Kant, et les quatre filles présentes furent très attentives. Deux Givralis, sans doute les plus intéressantes, notaient le tout sur un calepin, tout en posant des questions précises. Une Pyroli était là, demeurant silencieuse. Elle ne semblait pas bête, mais plus axée sur les rumeurs à propos du bizutage répété de son dortoir par l’hôtesse. Freyja était déstabilisée par son mutisme, par sa manière de décortiquer et de juger toutes ses actions par un regard. La dernière, une adorable Mentali, était venue pour s'enrichir en vue des concours, voulant comme le garantissait Freyja dans ses petites annonces, « mêler esthétique et spiritualité ». Après une heure de travail, les demoiselles partirent, laissant des pourboires alléchants. La coordinatrice n'avait pas osé demander une somme d'argent pour ses cours, mais les filles l'avaient fait d'elle même. Elle rougit en constatant qu'elle avait amassé 500 jetons, préparant son sac pour aller s'acheter un œuf, son premier œuf... Quelqu'un, cependant, vint tambouriner à sa porte et troubler sa joie. Olympe, parfaite hôtesse, sortit de sa pokéball pour saluer l'intruse. Freyja fit de grands yeux en voyant la protagoniste, laissant tomber ses affaires.

« - Aller viens, on est bieeeeeeeeen, nous sommes déjà onze ! lança Freyja en balayant des bras sa pièce déserte, tandis que Léon s'approchait et qu'Olympe feulait. Non, sérieux, si tu venais pour le cours de philosophie, c'est trop tard. Je suppose que t'as mieux à faire qu'à te remplir la tête.... Je sors m'acheter un œuf, donc sois brève mon ange. »

Face à la musique, la blonde tapota l'épaule de la Pyroli, la conviant à sortir avec elle dehors en faisant quelques pas de swing, accompagnés d'un regard taquin.
Josh Aéris
Josh Aéris
Région d'origine : Kanto
Âge : 19
Niveau : 27
Jetons : 475
Points d'Expériences : 659
Adulte Caporal de la 24ème
Sujet: Re: Booty swing.    Mer 13 Mai - 10:46
Cela faisait quelques temps que Selana était revenue de sa mission avec Aileen et Yuki, cette mission avait beaucoup profité à Selana, pour se rapprochait de ses pokémons, mais sûrement pour apprendre qu'elle devait plus rigoureuse avec ses amis, le drame avec Freudd lui avait laissé quelques séquelles, d'ailleurs, point positif ou non Freudd apprenait de plus en plus de mots et cette fois ce n'était pas des insultes au contraire, c'était des concepts philosophiques, même si l'oiseau ne les comprenaient pas il envoyait des phrases percutantes à Selana qui donnaient l'effet d'un coup de poing dans le ventre.

Elle était dans sa chambre, scrutant l'oeuf de Skitty sur son bureau, ses sourcils se froncés petit à petit dans un long soupire, elle était assise à son bureau seule alors que ses pokémons étaient dans leurs capsules respectives. Tout à coup elle frappa sur la table en se levant, elle allait faire don, ou échanger cet œuf à quelqu'un assez niais, superficiel pour le prendre. Une personne lui vint en tête, si ses yeux approchaient cette bonne idée son corps frémissaient d'horreur à la simple vue spirituelle de cette fille : Freyja. Détestable Mentali elle n'aurait aucun problèmes pour lui refourguer ce truc inutile qu'était ce Skitty, si ce n'était pas rose Selana aurait pu s'en faire une écharpe d'hermine.

Au même instant elle entendit quelque chose se craqueler derrière elle, se retournant vivement elle vit son œuf de Pichu se tortiller petit à petit et craqueler de plus en plus fort. Prise de panique elle s'approcha pour déposer l'oeuf sur son lit de sorte à ce qu'il ne tombe pas dans un accident. Voulant faire assister tout le monde à ce moment unique elle fit sortir toute son équipe sur son lit à une distance de sécurité du pokémon enfermé. Liquid et Solid avaient déjà vu la naissance de Freudd il y a déjà plus d'un mois maintenant, c'était touchant à voir, la naissance d'un pokémon rendait Selana un peu plus sensible aux émotions positives et communicatives. Freudd posé sur son épaule caqueté quelques formules philosophiques imprononçable. Petit à petit l'oeuf se perça pour laisser transparaître une oreille jaune, puis ce fut un bras et enfin une jambe, avant bien sur qu'un éclair jaillisse pour faire exploser la coquille, il y eut un mouvement de recule général puis ce fut à nouveau le calme. Étrange, féerique, enfin Pichu était né. Les yeux de Selana devinrent grands et admiratif devant la souris électrique. Cependant quelque chose attira l'oeil de la dresseuse, c'était une fille, enfin il y avait une demoiselle pour briser ce monopole masculin dans son équipe, même si elle se retrouvait seule contre trois hommes avec des caractères totalement différents.

-Elle est mignonne... soupira la demoiselle.

La Pichu se tourna vers sa nouvelle maman avant de lâcher quelques picotement électriques pour la chatouiller, ce qui ne manqua pas de faire rire la femme de glace. Au fond elle pourrait être un homme, tout dans son comportement faisait d'elle un homme, comme si c'était un travestissement continu. Mais cette idée lui passa rapidement quand elle se releva.

-Et bien je te nommerai Acid. La Pichu eut un petit rire sadique. Je me suis pas trompée, t'es une petite sadique au fort caractère toi. Ne t'avises pas d'embêter tes frères et sœurs ! Bien. Elle reprit un air sérieux. Mes amis nous allons en terrain hostile, nous allons au dortoir Mentali. Liquid et Solid eurent un mouvement de recule comme tétanisé. Oui, on va au royaume du maquillage et de la laideur. Mais vous serez dans vos pokéballs, je prends avec moi Acid et Freudd, des pokémons aussi mignons me rendront plus discrètes et je ne veux pas qu'ils vous critiquent ! Bien, en route mauvaise troupe !

Elle quitta le dortoir, prenant entre ses bras l'oeuf de Skitty, finalement c'était peu-être mieux pour elle de laisser ce chat aller ailleurs, car lui laisser une souris et un oiseau à porter de crocs ce n'était pas une bonne idée à vrai dire. Elle quitta le dortoir pour aller du côté des Mentali, on faisait très peu attention à elle, il était vrai qu'on la reconnaissait uniquement quand elle se baladait avec ses pokémons Sols, déjà dans le campus on parlait d'une sauvageonne qui voulait devenir spécialiste de type sol et qui provoquait souvent des bagarres ou des accrochages virulent, un séisme ambulant, une tempête de sable enragée : Selana Grey.

Pendant sa route elle avait entendu quelques accrochages dont elle n'était pas la sources.

-T'es qu'un intélo de bas étage ! Rat de bibliothèque !
-Je suis un intellectuel. Ça m'agace qu'on fasse de ce mot une insulte : les gens ont l'air de croire que le vide de leur cerveau leur meuble les couilles.
-T'as dit quoi là ? Répète !
-Laisse tu n'as pas la quotient intellectuel pour pouvoir comprendre cette phrase, vas t'acheter un Alakazam, lui comprendra pour toi. Ha mais non j'oubliais, t'es un dresseur de type combat, fermé d'esprit et violent.
-Je vais te tabasser !

Elle ne chercha pas à les arrêter, et une bonne pêche acheva son voyage dans la poire d'un jeune homme qui finit dans les pommes. Après une marche rapide elle déboula devant le porte de Freyja, sur la route elle avait croisée quelques filles dont une de son dortoir, qu'est-ce qu'elle faisait ici ? Il fallait dire qu'on pouvait se poser la question ici. Finalement devant la porte, elle toqua sèchement faisant sursauter la jeune souris alors que l'oiseau semblait s'éclairer la voix.

On lui ouvrit, elle vit cette ignoble masse blonde devant elle avec une ironie parfaite. Tout la dégouttait chez cette fille, son attitude désinvolte comme si elle dansait du disco, pas même un bonjour, une salutation cordiale et polie, elle venait des poubelles d'Illumis ou quoi ? Dire que cette gamine voulait se rendre célèbre. Elle vit derrière elle un autre chat que celui de la dernière fois, une Miaouss, comme celui d'Aileen avant qu'il n'évolu, décidément elle allait offrir l'occasion à cette gamine de refaire tous les Aristochats. En ayant entendu le mot philosophie, Freudd se mit à recracher d'un coup

-Le vrai et le faux sont des attributs du langage, non des choses. Et là où il n'y a pas de langage, il n'y a ni vérité, ni fausseté !

-Freudd arrête... je t'ai dis que tu pouvais t'instruire autant que tu voulais, mais la philosophie me dépasse, s'il te plais pas devant moi ! Elle fit une pause pour reprendre dans un regard froid et sec. Bonjour Freyja, en parlant d'oeuf, j'ai quelque chose pour toi. Elle tendit l'objet vers son interlocutrice pour le reprendre après quelques secondes. Un œuf de Skitty, j'en ai reçu un et il ne m'est d'aucune utilité et ayant une souris et un oiseau avec moi je ne veux pas non plus que mes pokémons se battent entre eux. Donc je serai rapide : Mon œuf, contre un autre œuf. Je ne te demande pas un œuf de mon choix, un œuf d'un autre pokémon qui ne ressemble pas à un chat. Ça te va ? Voyant les perles dans le regard de cette crédule elle eut un sourire. Bien on y va alors.

Elle tourna les talons pour quitter le dortoir. Le contrat était honnête à vrai dire, un œuf contre un œuf, surtout que Selana ne savait absolument pas quel genre de pokémon elle allait récupérer alors que Freyja aurait un œuf qui la comble totalement. Sur la route elle ne cherchait pas à faire la causette, elle se fichait cordialement de savoir si elle allait bien ou non. Elle haïssait cette fille au plus haut point et ne faisait cet échange que dans son intérêt. Acid qui se trouvait sur son épaule jouait avec les chignon de sa dresseuse en lâchant quelques gazouillis de plaisir, ce qui faisait sourire Selana, cette demoiselle dans l'équipe allait la soulager, plutôt que de voir des hommes qui se battent, bien qu'elle aime le combat, elle aurait un peu de douceur avec une jolie demoiselle sage et tranquille.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Booty swing.    Sam 23 Mai - 11:41
L'aisance de Freyja fut suivie d'un relâchement nerveux total. Ses épaules tombèrent, ses jambes qui papillonnaient s'encrèrent sur le sol, et sa bouche, toujours plus circulaire, laissait échapper des petits soupirs. Elle regarda lentement l'oeuf que lui présentait Selana, observant ses deux couleurs avec attention. Puis, la coordinatrice se retrouva propulsée dans les limbes de ses souvenirs. Elle franchissait lentement le tunnel qui reliait Vergazon et Mérouville, se ruant dans les rues de cette dernière pour aller à l'école. Il y avait un Skitty, mâle, tout jeune, abandonné, sali par l'essence, fondant près du caniveau. Elle n'avait pas réfléchi, rentrant chez elle, le confiant à son paternel. C'était ainsi que tout avait commencé. Freyja en ramenait de plus en plus, établissant une réelle colonie chez son père, qui habituellement, préférait les pokémons moins féminins. Elle se souvenait du début de la maladie, les traits émaciés du Monsieur Konrad, qui regardait inlassablement ses Skitty au lieu d'aller travailler. Il s'ennuyait lors de la maladie, et la blonde était partie dans une ville où tout bouge, Ilumnis, loin de cette misère morale. Chaque fois qu'elle l'appelait, il disait la même chose, de petites phrases qui montraient tout son altruisme.
Certes, il existe plus charismatique, plus puissant. Mais lorsque que tu ne vas pas bien, il suffit de regarder ces bestioles. Jamais de mauvaise condition, joueuses, malines, elles sont un bol d'optimisme.
Et voilà que cette peste faisait resurgir le passé, en lui proposant une orbe en rien ordinaire. D'un signe de la main, elle demanda à Léon de rester paisiblement dans la chambre en considérant le pichu et le pijako avec attention. Le volatile semblait empreint d'une grande spiritualité, mais les regards que lui lançaient la souris la réduisaient à un être médiocre et méchant pour la jeunette. Ayant entendu le patronyme du perroquet, la blonde lança un regard froid à Selana, marchant tranquillement jusqu'à la boutique.

« - Il me semble que tu as un pokémon brillant, quelle honte de l'appeller Freud. Cet homme n'était qu'un goujat, pensant faire d'une science humaine, une règle de vie presque idéologique ! C'est un philosophe que tu as là, pas un usurpateur démagogue, enfin ! »

Elle se doutait bien du fait que Selana ne comprendrait guère ses dires, car son ennemie préférait nettement l'aspect matériel à l'impalpable. La blonde chantonna du Louis Prima, tandis qu'Olympe, toujours sur son épaule, regardait, parfaitement stoïque, les proies en face d'elle. La chatte avait le don pour avoir une neutralité de peste, ne baissant jamais les yeux, ne laissant absolument rien paraître de plus que l'explicite.
Une fois devant le vendeur collectionneur, la blonde lança un de ses sourires les plus charmants. Ils parlèrent longtemps, Freyja assurant les changements de conversation avec élégance. Elle lui promit d'y repasser un jour, lorsque celui-ci lui confia en échange de jetons un œuf de Snubull. Lorsque la coordinatrice pivota vers Selana pour effectuer l'échange, elle lui fit un sourire angélique.

« - Tiens, ce petit chien rose est ta seule chance de me battre un jour, chérie. ♥ Si girly... Peut-être que le voir te rappellera que temps en temps, ce n'est pas si mal de s'épiler et de mettre du déo pour le bien commun de la société. »

Elle attrapa la sphère avec un regard satisfait, la serrant contre elle. Sans le savoir, Selana venait de réaliser un des rêves de la jeunette. Désormais, elle avait un peu de son père avec elle, un bol d'optimisme allait naître, ce qui la plongeait dans une profonde joie. Olympe, dans son dos, sortit une griffe, imitant une mise à mort en l'agitant autours de son cou ivoire. Signe de prévention pour le bébé Pichu, que Freyja ne put voir. En effet, si un jour les deux filles s'affrontaient, cela risquait d'être dangereux pour l'entourage.

« - En tout cas, c'est cool de ta part. On verra qui de nous deux a fait la meilleure adoption. Dans tous les cas, compte sur moi pour te le rappeler. On se verra à la Sortie Capture, vieille harpie ! »


Acquisition de l'oeuf de Snubull.
Echange de l'oeuf de Snubull contre l'oeuf de Skitty.
Josh Aéris
Josh Aéris
Région d'origine : Kanto
Âge : 19
Niveau : 27
Jetons : 475
Points d'Expériences : 659
Adulte Caporal de la 24ème
Sujet: Re: Booty swing.    Lun 25 Mai - 11:09
Et voilà qu'elle se mettait à juger les noms qu'elle offrait à ses pokémons. Les joues de la dresseuse passèrent au rouge et ses yeux se pimentèrent d'une certaine haine. Elle fit craquer ses mains lentement d'un petit mouvement représentatif de ce qu'elle voulait faire : lui casser les dents. Bien que les mots de la Mentalie étaient compliqués elle avait souvenir tout de même de son horripilante sœur qui parlait philosophie avec sa mère, et de tous les philosophes qu'elle avait entendue seul Sartre et Freud avaient retenus son attention, bien que totalement opposés elle aimait leur visions respectives de la liberté. Ainsi elle répondit avec un petit sourire.

-Bien que Freud basé toute sa « science » sans aucune certitude scientifique comme lui reproche Hobbes il faut avouer que l'idée que l'homme soit déterminé à la naissance et qu'en plus de cela le langage lui permette d'acquérir sa liberté et extraordinaire. On adhère à une philosophie pour ce qu'elle signifie pas pour l'homme. Tu n'as pas besoin d'une psychanalyse car tu dois être un cas tellement difficile à élucider qu'il serait mieux pour toi qu'on te passe dans une broyeuse. Freud est le seul à avoir réussit à remettre en cause le pouvoir divin qu'on attribués Descartes ou même Platon à la conscience. C'est un grand philosophe, peu-être pas un grand homme mais bon. Allé on y va ?

Tout au long de son débat philosophique très mal maîtrisé, car elle avançait à tâtons sur les souvenirs qu'elle avait de sa sœur parlant à sa mère, elle avait quand même l'impression d'avoir surpris cette petite conne de princesse pourrie gâtée. Au moins elle apprendra à reconsidérer son évident manque de culture presque flagrant. Et oui madame Grey pouvait surprendre. Sa voix pleine de sarcasmes relevait bien la haine installée entre ces deux demoiselles.

Elles étaient partie en direction du collectionneur. Selana avait la démarche militaire, fière alors que son Pijako volait gracieusement autour d'eux, durant le vol il s'était posté sur les cheveux de Freyja sans la décoiffer pour lui demander.

-Que penses-tu de l'expérience de la bougie de Descartes ! Que les expériences ne sont pas le fondement de la vérité et la connaissance !

Selana haussa les épaules en regardant Acid, la petite Pichu ne comprenait pas un seul mot de ce qui se passait et cela faisait sourire sa dresseuse, elle la caressa quelques instant pour la rassurer en lui murmurant que c'était des choses de grands parleurs que de parler sur des questions ou il était difficile d'avoir réponse et qu'il valait mieux profiter qualitativement de tout ce que la vie apporte de simple au lieux de chercher le compliqué.

Elles arrivèrent finalement devant le collectionneur, voyant ce que tenait Selana sous le bras et l'attitude que dégageaient les deux demoiselles l'une envers l'autre ils comprit rapidement qu'elles étaient comme Miaouss et Snubull. Snubull qui ne tarda pas à arriver dans les bras de Selana. La Mentali réceptionna l'oeuf et se retourna vers la Pyroli, dans un sourire elle prit l'oeuf donnant celui du chat à son ennemie jurée. Le poison de l'hypocrite blondass se répondit dans Selana comme un sentiment de haine accru. Elle n'avait pas rêvée, elle avait osée dire que cet œuf serait la seule occasion pour pouvoir la vaincre.

-Très bien. Je suis persuadé que ce Snubull vaincra ton Skitty dans un combat et un concours. Je rependrai ton mascara de prostituée dans tes triples avant de te pendre avec. Pauvre fille superficielle.

Pendant qu'elles parlaient, la Pichu avait bien captée le geste du chat, piquée au vif elle aussi elle matérialisé avec un peu d'électricité un chat entrain de se faire rôtir par de l’électricité. Aucune des dresseuses n'avaient vu l'échange silencieux entre les deux pokémons. C'est officiel, la guerre était ouverte. Selana tourna alors les talons après s'être inclinée par pure politesse et suite aux mots de la cruche violette elle releva sa main pour lui faire un doigt d'honneur très respectueux en ayant un petit sourire.

-Tu n'as pas idée de l'enfer que te fera vivre l'habitant de l'oeuf que tu viens de m'offrir. À la prochaine Méduse, te casse pas d'ongle. Grognasse de sirène à la voix cassée.

[Echange de l'oeuf de Skitty contre celui de Snubull, acquisition d'un oeuf de Snubull.]
Fin du rp pour moi, merci Freyja, toujours aussi sublime dans tes rp <3 à la prochaine prise de chignon x)
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Booty swing.    
Booty swing.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :