United we stand, divided we fall.
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: United we stand, divided we fall.   Lun 25 Mai - 16:09



Tout au long de sa progression, les rires continuaient de la suivre. Les rires, et les murmures aussi. La brune se concentrait pour ne pas y faire attention. Pour plus de sécurité, Sokka avait installé Kipling sur le dos d’Hilda, et il avait attrapé sa main, y glissant sa petite patte de Riolu, pour lui transmettre une douce aura d’apaisement tout au long du chemin. Certes, il ressentait la nervosité d’Aileen, qui le contaminait petit à petit, mais il faisait confiance à son enseignement. Ayant pris Lucki, le Lucario de Cael, en sensei, il était resté proche de lui, participant le plus souvent possible à ses entraînements, pour progresser et pouvoir faire progresser sa dresseuse. Or, Lucki lui avait appris à canaliser ses auras, pour faire barrage et empêcher la panique de quelqu’un d’autre de l’atteindre et de lui faire du mal. Concentré, le Riolu laissait couler le stress d’Aileen contre lui, et lui envoyait tout le calme que son petit corps possédait. Mais il reconnaissait tout de même que cette île était flippante. Il ne le montrait pas, bien entendu. Il ressentait la peur de Kipling, bravement assis sur le dos de la Persian, et le petit chaton ne se tenait tranquille que parce que personne ne craquait. Que l’un d’entre eux montre sa nervosité, et le chaton suivrait. Et Aileen suivrait. Il se demandait bien ce qu’elle avait pu voir, dans la brume…

« Joyce ? Tu peux éclairer un peu plus, s’il te plaît ? »

Posé sur la tête d’Aileen, le Dedenne couina, et son petit corps se fit plus lumineux, éclairant un peu plus loin le chemin. Cela ne changea malheureusement pas grand-chose, si ce n’est qu’ils se voyaient un peu plus. Cette foutue brume ne partirait-elle donc jamais ? En plus, elle venait de se rendre compte que son iPok ne marchait pas. Impossible d’appeler Snow pour lui dire qu’il y avait un problème, qu’il n’y avait pas de bateau ! Mais, peut-être y avait-il eu un bateau. Peut-être l’avait-elle raté. Peut-être… La patte de Sokka se fit plus ferme dans sa main, et une nouvelle vague d’apaisement passa en elle. Du bout du pouce, elle caressa discrètement la patte du Riolu pour le remercier. Il fallait qu’elle reste forte. Etait-elle la préfète en chef de l’école, oui ou merde ? Que diraient les élèves s’ils la voyaient s’écrouler ? Elle représentait l’autorité. Elle devait rester droite et solide, stable comme un roc, pour pouvoir être la plus utile possible. Même si elle n’avait jamais fait de camping avant ça. Même si elle n’aimait pas cet endroit. Même si elle avait peur.

Rester droite.

Autour d’elle, les voix recommencèrent à murmurer, à chantonner, pour essayer de lui faire peur. A nouveau, une vague d’apaisement du Riolu y mit fin. Joyce lui tapota doucement la tête pour lui rappeler la tour Chetiflor. C’est vrai. Si elle avait survécu à la mort, deux fois, elle survivrait bien à la brume. La Team Rouage avait failli l’avoir. Elle avait survécu. Le Pijako de Selana avait manqué de la tuer en surchargeant le système de protection électrique du plafond de la tour. Elle avait survécu. Cette brume aux pouvoirs hypnotique, cette île où les iPoks ne marchaient pas, n’auraient pas raison d’elle. Une fois de plus, elle survivrait. Ce n’était qu’une île. Ce n’était que de la brume. Le bateau avait eu un problème. Le soir tombait, Snow devait bien avoir compris qu’il y avait un problème, mais elle ne pouvait pas envoyer d’expédition de secours. Dans la nuit, ils pourraient se perdre. Heurter les rochers tout autour de l’île. Rester coincés ici avec eux. Une expédition partirait sans doute le lendemain matin, aux premières lueurs de l’aube, pour aller chercher les élèves perdus sur l’île Enigma. Demain matin. Demain matin, les secours arriveraient. En attendant, elle devait retrouver les autres. Orren et Loan en tête de liste. En attendant…

Rester droite.

Mais voudraient-ils seulement la revoir ? Etait-ce réellement une hallucination ? Orren lui disant qu’elle avait détruit sa vie en y entrant. Loan qui lui disait que leur histoire d’amour n’était qu’une prolongation du jeu. Au fond d’elle, la brune savait qu’ils avaient raison, et les vagues d’apaisement de Sokka n’y changeraient rien. Orren avait son père et sa mère. Puis il l’avait rencontrée. La vérité avait éclaté au grand jour. Et ses parents s’étaient séparés. A cause d’elle. Elle avait commencé un jeu dangereux avec Loan, ils l’avaient poursuivi longtemps, et alors même qu’elle en avait assez, qu’elle en déprimait et qu’elle en pleurait, elle l’avait continué, pour qu’il continue à la toucher, à l’embrasser. Pour qu’ils continuent le jeu. Jusqu’à la déclaration. Mais cette déclaration aurait aussi pu être une variante du jeu. Parce que tout ceci avait commencé à cause d’elle. Doucement, la brune rentra la tête dans les épaules et baissa les yeux, serrant ses doigts autour de la patte de Sokka pour ne pas pleurer. Ce dernier, se concentrant, lui envoya une nouvelle vague d’apaisement. Il ne pourrait pas faire ça toute la nuit. Déjà, il commençait à fatiguer, et même s’il savait qu’il ferait ça jusqu’à l’épuisement, jusqu’à l’évanouissement, il y aurait bien un moment où il arrêterait en tombant dans les pommes.

Rester droite.

Un craquement déchira le silence. Aileen s’immobilisa, les yeux grands ouverts. Seule la petite patte de Sokka la convainquit de continuer sa route. Il n’y avait rien. Ce n’était que son imagination. Devant elle, Sphax et Hilda se parlaient sans paroles, s’échangeant de brefs regards, continuant de marcher d’un pas souple. Kipling n’était plus sur la Persian, mais dans les bras de la Mangriff, qui marchait non loin d’elle. Si près qu’Aileen aurait pu tendre la main pour caresser la tête du chaton psychique. Ce qu’elle ne fit pas. Inutile que son Psystigri sente son trouble. A l’abri dans les bras de l’imperturbable Mangriff, il s’était endormi, se laissant bercer par le pas calme d’Asami. Feänor marchait toujours près des deux félins, un peu en retrait pour ne pas gêner leur conversation silencieuse. La petite Evoli avait été la première à voir Aileen s’effondrer, et il était clair qu’elle se faisait violence pour ne pas tourner la tête vers elle. L’ambiance était déjà suffisamment lourde. Inutile d’en rajouter. Tous les Pokémon de l’équipe s’inquiétaient pour Aileen, ayant compris qu’elle était sujette à des hallucinations qu’ils ne voyaient pas. Des hallucinations qui lui faisaient peur, et que seul Sokka pouvait juguler. Discrètement, Asami se plaça à côté de Sokka, et posa sa patte griffue sur son épaule, comme pour lui transmettre sa calme imperturbabilité. Qu’il puise en elle pour rassurer la dresseuse, au lieu de se tuer à la tâche. Le Riolu, semblant se détendre face à cet afflux bienvenu de calme, envoya une nouvelle vague d’apaisement à Aileen, qui desserra légèrement ses doigts autour de sa patte.

Rester droite.

Un long grondement roula autour d’eux. Aileen ferma les yeux. Ce n’était qu’une hallucination. Dans un même temps, Sphax, Hilda et Feänor lâchèrent des grondements menaçants, pour mettre en garde leur agresseur. Ils étaient nombreux. Ils étaient puissants. Et s’il ne passait pas son chemin, ils attaqueraient. Dans les bras de la Mangriff, Kipling se réveilla, et ses grands yeux inexpressifs s’ouvrirent un peu plus pour marquer sa peur. Ce n’était pas une hallucination. Cependant, Sphax arrêta de gronder, et quitta sa position d’attaque, vite suivi par Hilda. En les voyant se calmer, Feänor se tut, sans toutefois se redresser. Elle ne le fit que lorsque la forme indéfinie qui s’approchait dans la brume entra dans la lumière. Un grand Démolosse, qui semblait les connaître. Serait-ce… Skoll ? Il jappa, et Sphax lui répondit, détendant brusquement l’atmosphère. Lâchant sa main, Sokka tendit les pattes pour attraper Kipling et le serrer contre lui pour le calmer, pendant qu’Aileen se mettait à courir, passant à côté de Skoll pour rejoindre la forme bipède qui s’approchait d’elle d’un pas incertain, comme attiré par la lumière de Joyce qui avait sauté sur Asami.

« ORREEEEEEEEN ! »

D’un bond, la préfète des Pyroli sauta sur son frère, et ses bras se refermèrent autour de son cou tandis que ceux de son frère se serraient autour de sa taille. Son corps était à la fois chaud et froid. Il était vivant. Réel. Pas une hallucination. Et tout ce qu’il lui avait dit n’était qu’un mensonge. Elle n’avait pas détruit sa vie, il n’aurait pas voulu qu’elle n’y entre pas. Et si… Et s’il le pensait ? Ses bras se resserrèrent un peu plus autour du Voltali, et une petite larme quitta son œil pour rouler sur sa joue, puis sur le cou du préfet.

Rester droite. Rester droite.

Rester droite.



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
Orren Losvrôk
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: United we stand, divided we fall.   Lun 25 Mai - 17:47
United we stand, divided we fall. Giphy

Orren marchait rapidement dans la brume épaisse qui l'entourait. Skoll tentait tant bien que mal de trouver une piste dans cette atmosphère humide qui rendait son flair bien moins efficace. Il devait absolument retrouver sa soeur et sa petite amie. Qui sait ce qui aurait put leur arriver... Tout comme ce rugissement d'avant qui lui avait glacé les sangs. Si ça se trouve la créature avait... Non rien de tout ça n'était réel ! Il n'avait pas vu Celest et Aileen blessées, c'était faux ! Il secoua la tête, tentant de garder son calme. Il ne devait surtout pas céder à la panique. Pourtant dans sa tête des émotions violentes se bousculaient. Peur, mort, danger, urgence. Il ne devait pas se laisser guider par ça, il devait rester calme, calme ! Il priait intérieurement pour qu'il ne leur soit rien arrivé.

*Xerneas faites qu'il ne leur soit rien arrivé ou je...*

Oui, il allait faire quoi ? Avec un sourire mauvais il repensa au capitaine de leur embarcation qui les avait laissé planté ici sur cette île. Il avait intérêt à avoir une bonne raison... Quoique... Même avec une bonne raison, le préfet s'en fichait. Si jamais il était arrivé malheur à sa soeur ou à Celest, ou même à n'importe quel élève ; il le retrouverait et laisserait Spike se charger de son cas. La colère l'emplit et il jura fortement, frappant d'un coup de poing dans un arbre à coté de lui. Maudit homme, maudite île, maudite brume ! Et ce vent qui ne cessait de faire bruisser les feuilles.
Bruissements qui ressemblaient plus à des murmures qui tentaient encore de s'insérer insidieusement dans son esprit. Leurs douces paroles venimeuses s'insérant dans son esprit comme des vers qui tentaient de ronger sa raison. Il attrapa sa tête entre ses mains, tentant du mieux qu'il pouvait de faire taire ces innombrables voix. "Tu ne peux nous sauver, tu n'en es pas capable." "Tu n'as même pas put te sauver toi-même de ton dragon, que veux-tu alors faire ?" "Tu es un incapable !" Orren se tenait fermement le crane, enfonçant ses doigts dans son cuir chevelu. Il voulait que ces voix se taisent, qu'elle arrêtent de dire ces horreurs. Non Celest et Aileen n'avaient rien. Ses amis aussi allaient bien, ils étaient tous des personnes résistantes.

-Silence... je ne veux plus vous entendre... Silence, fermez la, fermez la, fermez la... FERMEZ LA !!!

Orren hurla, tout ses muscles crispés et ses yeux grand ouverts qui contemplaient le brouillard d'un air enragé. Il n'en pouvait plus, il voulait que cela cesse, qu'elles arrêtent de le tourmenter ainsi. Mjöl l'attrapa, le serrant dans ses puissants bras tandis que Skoll sortait les Pokéballs du jeune homme de son sac. tour à tour chacun de ses Pokémon sorti de leur sphère pour rejoindre la Drakkarmin qui maintenait Orren dans ses bras. Il avait envie de pleurer, de hurler, mais il se contenait. Il devait retrouver ses proches, il n'avait pas le temps pour ça... Il devait les retrouver avant que... D'un seul coup le dracologue remarqua la présence de son équipe à ses côtés. Ils tentaient tous de le calmer. Mjölnir, Loki, Skoll, Killer et Freya. Ils étaient tous sortis pour rassurer leur dresseur. Le jeune homme resta encore quelques instants ainsi avant de leur faire un sourire reconnaissant et de se mettre en route, prenant sa Skitty dans les bras tandis que la dragonne bicolore prenait la Coupenotte dans les siens.
Ils continuèrent d'arpenter la jungle embrumé ainsi pendant un long moment, Skoll tentant de trouver une piste qui pouvait les mener à une des deux personnes qu'ils cherchaient. Orren serrait Killer dans ses bras, se servant de la présence rassurante de la Skitty contre son torse. Il essayait de ne pas repenser à ces mots, ni à cette image de sa soeur et de Celest... Il déglutit, tentant de se concentrer sur leur avancée quand Skoll poussa un jappement.

Devant eux, une source de lumière éclairait la brume sombre. Le coeur d'Orren se mit à tambouriner et il accéléra le pas en direction de cette clarté. Il priait pour que ce soit la Pyroli ou la Mentali, ne pouvant détourner le regard de ce point lumineux qui se rapprochait à vue d'oeil. Puis Skoll sembla flairer quelque chose et aboya une deuxième fois. C'était quelqu'un de connu. Orren se sentait fébrile, il avait envie de courir, mais mieux valait rester prudent avec cette brume mensongère qui apportait des hallucinations.
Mais arrivant presque dans la sphère de lumière il vit le pelage blanc et rouge d'un vieil ami. Un léger sourire étira les lèvres du jeune homme aux cheveux sombres tandis qu'il tentait d'apercevoir malgré la vive lumière la silhouette de sa soeur.

-Sphax ?

-ORREEEEEEEEN !

D'un coup sa soeur se jeta sur lui pour passer ses bras autour de son cou. Heureux de la retrouver, il entoura sa taille de ses bras et la serra contre lui. Enfin, il l'avait retrouvé et elle n'avait pas l'air blessée ou du moins pas gravement. Les deux équipes de Pokémons furent heureux d'enfin rencontrer une présence amicale et l'endroit s'anima des discussions des Pokémons, tous plus soulagés les uns que les autres.  Tandis que sa soeur le serrait un peu plus fort, il fit de même. Elle n'était pas une hallucination, son parfum, le contact de son corps, sa chaleur, tout cela était bien vrai. D'un coup il sentit une petite goutte humide s'écraser dans son cou. S'éloignant légèrement il regarda le visage d'Aileen éclairé par son Dedenne. Avec un léger sourire, il essuya du pouce la traînée saline que la larme avait laissé sur son visage avant de la reprendre contre lui, lui caressant les cheveux.

-C'est bon Ai', t'en fais pas ! J'ai eu peur pour toi mais... tu sembles en bonne santé. On est à deux maintenant.

Chose étrange, pour une fois le préfet semblait rassurer sa soeur et non l'inverse. Ils se lâchèrent alors et orren put l'examiner. Ses habits étaient dans un sale état, mais au moins elle ne semblait véritablement entière. Du moins aucune grosse blessure ou quoi que ce soit comme il l'avait craint. Sans vraiment le voir venir, Aileen lui balança un petit coup de poing dans l'épaule.

-Mais si je m'en fait tête d'algue ! Faut encore retrouver les autres et je penses que tu voudras aussi retrouver Celest. Allez on y arrivera mieux à deux !

Le Voltali acquiesça, il était vrai qu'il vouait encore retrouver Celest et il y avait pleins de gens à retrouver. Ils se mirent doucement en marche les deux préfets laissant le Démolosse, l'Absol et la Persian ouvrir la marche. Orren avait aussi demandé à Loki et Mjölnir marcher derrière. Il préférait prévenir une attaque arrière, après tout ils étaient sur une île sauvage des plus étranges. Les deux jeunes avancèrent côté à côté, se rassurant mutuellement de leur présence. Le dracologue appréciait aussi grandement la lumière prodigué par la souris électrique, la jungle lui paraissait un peu moins oppressante du coup. Orren continua d'avancer avec Aileen, suivant Skoll qui semblait avoir trouvé une piste. Le Démolosse avait sa truffe collée au sol et reniflait ardemment en cherchant à suivre la trace odorante. Certes ça les ralentissait, mais si le sombre canidé cornu avait trouvé une odeur, c'était obligatoirement quelqu'un qu'ils connaissaient. Egoistement Orren espéra qu'il s'agissait de sa petite amie quand un Goupix alla vivement à la rencontre du molosse de feu. Voyant la réaction de son Pokémon son coeur manqua un battement et il s'élança pur étreindre Celest qui rentrait dans l'espace de lumière. Il attrapa sa chérie et l'embrassa tendrement heureux de la retrouver enfin.

-Ca va tu n'as rien ? Je... merde je me suis tellement inquiété ! Orren inspira avant d'expirer calmement. Bon maintenant faut voir si on trouves encore quelqu'un rapidement. Faudra bientôt qu'on rejoigne la plage, j'ai pas envie de passer la nuit dans cette foutue jungle...



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: United we stand, divided we fall.   Lun 25 Mai - 20:17


United we stand, divided we fall.



Le ciel se fondait de plus en plus dans l'obscurité, tandis que le Soleil laissait peu à peu place aux ténèbres de la nuit qui approchait. Aucun bateau en vue, et surtout, aucun préfet en vue. La panique se faisait plus grande chez la Mentali, qui observait les alentours de manière inquiète. Elle n'avait aucune idée de ce qui avait pu leur arriver, et s'inquiétait pour son petit ami. Qui sait ce qu'il avait pu voir, ou ressentir dans cette brume de malheur ? Non, c'était impossible de savoir ce qui avait pu se produire. Le regard bleu de Celest dévia sur Kyûbi, qui était assise à côté d'elle. La Goupix scrutait la brume et les kilomètres de plage qui s'étendaient. Étrangement, elle était calme, et abordait un air tr-ès sérieux, ce qui était tout à fait exceptionnel chez elle. D'habitude, c'est la première à jouer et à courir de partout. Son Draby aussi, jouait machinalement dans le sable, comme perdu dans ses pensées. Seul Ink voletait au dessus d'eux, l'air imperturbable. Cependant, la chauve souris semblait ressentir en quelque sorte les différentes émotions de ceux qui l'entouraient, aussi était-elle calme.
Le regard de Kyûbi dévia de l'horizon à sa dresseuse, et en un seul échange, elle comprit. Elles se regardèrent un instant, la même inquiétude dans le regard. C'est après un hochement de tête de la dresseuse qu'elles se levèrent.
« Kyûbi... Trouve Skoll. »
« Pix. »

D'un seul coup, la renarde mit à profit toutes ses expériences olfactives. Plaquant sa truffe contre le sable, elle se mit à rechercher frénétiquement toute piste du chien de feu, connaissant son odeur. En effet, chercher Skoll était la meilleure des solutions pour retrouver Orren. Celest était persuadée qu'il serait sorti de sa Pokéball et avec son dresseur. Draby et Ink se mirent à suivre leur dresseuse, tous menés par le flair expert de la renarde de feu. Elle cherchait, avec toute son énergie, une quelconque trace, espérant trouver quelque chose de fructueux. Alors qu'ils avançaient lentement, leur vue fut réduite, et le sol devint à nouveau boueux : ils entraient à nouveau dans la jungle de l'Île Enigma. La brume hallucinogène les enveloppa ainsi que l'atmosphère oppressante qui y régnait. Toute la troupe était à la recherche d'Orren et de son équipe. Ils scrutaient frénétiquement tout ce qui les entourait, et Celest priait pour ne pas être victime d'une nouvelle hallucination. Elle avait peur de revoir ce Dialga effrayant, prêt à l'écraser, ou encore une nouvelle image gênante du préfet.
La Goupix agita soudain les oreilles.
« As-tu trouvé une piste Kyûbi ? »
« Gou. »

D'un coup, la renarde accéléra le pas, et le cœur de Celest en fit autant. Elle avait trouvé quelque chose, et la jeune femme priait pour qu'il s'agisse du Voltali. Elle regarda devant elle, écartant les branches. Il lui tardait de le voir, de voir qu'il allait bien, et qu'il était nu.
« Quoi ?! »
« Ben si, tu peux pas oublier ce que tu as vu. Je suis sûre que c'était une représentation de la réalité. »
« H-H-Héé ! »

Rougissante, Celest refoula sa voix intérieure tandis que sa renarde se mit à courir, la dracologue sur ses talons et ses deux autres Pokémons. D'un coup, une silhouette se dessina dans la brume, qui s'avérait être Skoll, et Kyûbi fonça vers elle, tandis que d'autres se formaient peu à peu. Quand elle vu sa moitié, son cœur rata un battement tandis qu'il la reconnu également. Elle alla tout droit dans ses bras, heureuse de le retrouver à nouveau, et de sentir son parfum, sa chaleur, dans cette jungle effrayante. Relevant la tête, elle croisa son regard soulagé avant qu'il ne l'embrasse tendrement. Elle ne pu que lui retourner ce baiser plein de soulagement, tandis qu'elle posait une main sur sa joue.
« Ça va ? Je... Merde, je me suis tellement inquiété ! »
La Mentali enfouit sa tête dans son cou avant de lui sourire. Il lui indiqua ensuite qu'ils se devaient de retrouver une nouvelle personne et de s'enfuir vers la plage. Celest ne pouvait qu'être d'accord, il était hors de question qu'elle passa la nuit dans cette jungle. Elle vit sur le côté Aileen, qui les regardait ainsi que ses autres Pokémons. La dracologue rougit et baissa les yeux, la saluant d'un geste timide de la main et d'un sourire. D'un coup, Ink vint se poser sur l'épaule de sa dresseuse, et Celest en profita pour le montrer à son petit ami, le présentant. Elle était vraiment heureuse de l'avoir trouvé, et fut aussi contente pour lui quand elle apprit qu'il en avait capturé un. Après tout, c'était un Pokémon qui comptait beaucoup pour lui, et c'était également un type Dragon.
Soudainement, sa conscience refit surface, et elle rougit violemment, sous le regard quelque peu interrogateur d'Orren. S'il savait ce qu'elle avait pu voir. D'ailleurs, à cause de sa voix intérieure, elle avait très peur qu'une parole lui échappe. Elle aurait très bien pu lui dire « Oh, tu es habillé ! » en le voyant à cause d'elle. Mais cela aurait attiré beaucoup de soupçons et Celest se serait enterrée.
Secouant légèrement la tête, la troupe se remit en route à la recherche d'une énième personne, s'engouffrant dans la brume épaisse. Dans tous les cas, Aileen et Orren étaient en bonne santé, et cela avait retiré un grand poids sur les épaules de la dresseuse. Cette jungle était vraiment dangereuse, et ces hallucinations pouvaient avoir des impacts affreux sur la conscience d'une personne. Celest en avait eu un aperçu lors de sa fausse rencontre avec Dialga. Le souvenir la fit frissonner.
Non, hors de question de rester passer la nuit dans cette brume maléfique.

Loan McNellis
Loan McNellis
Région d'origine : Kalos
Âge : 16 ans
Niveau : 27
Jetons : 942
Points d'Expériences : 589
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: United we stand, divided we fall.   Lun 1 Juin - 15:20
United we stand, divided we fall. Miniat_6_x_281Pov de Just

J’avais un peu, non, beaucoup d’aprioris de laisser ainsi notre dresseur. Ils avaient vraiment besoin de nous, c’est vrai quoi de Lewsors sauvages nous attaquait et Grimm m’envoyait chercher Aileen…Je voulais me battre aussi.

En plus chercher la femelle de Loan dans cette brume était vraiment, mais vraiment compliquer. Cela faisait un bon moment que nous avions quitté le groupe. J’avais presque l’impression de tourner en rond. En plus de cela je n’arrivais pas à sentir l’esprit d’Aileen…Cela me dépitait un peu, je me sentais soudainement inutile. Grimm aurait dû envoyer Raiko à ma place…Le Flair de la Dynavolt aurait été bien plus utile dans ce cas que moi. Je soupirais mentalement, oubliant que j’avais créé un lien mental avec les deux pokémon qui m’accompagnait. La voix de Shinobi résonna dans mon esprit et me fit sursauter. Je regardais ce dernier qui portait Hyporoi sur son dos, tel un fier serviteur portait son roi.

*Qu’il y a-t-il Just ? Tu n’arrives pas à trouver Aileen ?*

*En effet, cela est bien difficile pour moi de trouver une personne qui protège son esprit…Je suis navré Shinobi.*

*N’abandonne pas ! Réessaye, qui sait sa défense faiblira…*

*Nous parlons bien d’Aileen Soma ??? J’ai bien peur que cela soit peu probable mes chers amis…J’ai bien peur qu’il est peu d’espoir de la trouver*

*L’espoir est ce qui nous reste quand notre âme doute, c’est cela qui nous fait progresser et avancer dans notre cheminement…Si tu perds espoir Justice, c’est que tu as abandonné le fait même de vivre…Bat toi mon ami ! Pas seulement pour toi, mais pour Loan ainsi que les autres membres de notre famille.*

Les paroles de l’insecte chromatique me touchèrent. Il avait raison, je devais continuer à chercher ils comptaient tous sur nous. Je me mis à me concentrer et essaya une nouvelle fois de capter l’esprit d’Aileen…Ce fut un autre échec, j’avais réussi à trouver Orren, mais Aileen restait introuvable.

*Orren dis-tu ? Ne serait-ce point l’ami dracologue de notre dresseur ?* demanda Hyporoi

*Oui, j’ai senti son soulagement quand il a retrouvé une certaine Celest*

En effet son soulagement avait été si intense que j’avais ressenti son esprit très nettement. D’ailleurs, les deux humains n’étaient pas si loin de notre position...Enfin si un peu quand même, ils semblaient légèrement s’éloigner de nous.

Hyporoi me demanda de réessayer de capter l’esprit d’Aileen dans la zone où se trouvait Orren. Je regardais le pokémon dragon un peu étonné par sa demande. Celui-ci me fit remarquer qu’Orren était le frère d’Aileen et quand t’en que tel, enfin normalement vu qu’il trouvait certain humain bien étrange, elle serait surement à ses côté, surtout dans de telle condition.

C’était une très bonne idée, je devais faire vite avant qu’ils ne s’éloignent plus de notre position. Je me concentrais un peu plus et réussi à capter Aileen. J’essayais d’entrer dans son esprit mais me retrouva heurter par la barrière d’un pokémon psy. Cela m’énerva au plus haut point et je me mis à utiliser ma capacité Psyko autour de moi.

*Wooooo on se calme Just*

*Maiiiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeeuuuuuuuhhh!!!! Si je pouvais …Je …je*

*Tu n’aurais rien fait*

*EXACTEMENT*

Mes Camarades pokémons se mirent à rire de mon comportement, je boudais littéralement. Je ressayais encore une fois d’entrer dans l’esprit de la jeune fille et me heurta encore à cette barrière.

*Si Loan meurt par ta faute petit pokémon psy, je te jure je te retrouve et je te chatouille jusqu’à ce que tu n’en puisses plus…JE DOIS ABSOLUMENT PARLER A AILEEN !!*

*Quelle jolie menace hahahaha.*

*TOI LE DRAGON euh et bien euuuh… CHUT. Voilà !* étrangement les rires de mes camarades continuèrent de plus belle. Quelque instant plus tard je réussis à parler à Aileen. Je lui dis que Loan avait besoin d’elle. Elle ne me laissa même pas le temps de finir ma phrase qu’elle me demanda ou le jeune homme était.

*J’arrive, je vais t’y conduire*

Je regardais l’Hyporoi, puis Shinobi. Nous avions retrouvé celle que l’on cherchait. Je posais mes mains sur la lame de Shinobi et sur une écaille d’Hyporoi et je nous téléportai derrière le groupe. Cette action m’épuisa plus qu’autre chose, mais j’avais accompli une partie de ma mission. Maintenant, il n’y avait plus qu’a traversé la forêt de brume ainsi qu’une horde de Lewsors sauvage, pour les amener à bon port…Aussi facile que voler la clé préféré d’un Trousselin…

Je me précipitais vers Aileen lui demandant de me suivre. Je partais par la suite avec elle laissant Hyporoi et Shinobi en plan. Les deux pokémons se regardaient avant de se diriger vers Orren et Celest. L’Hyporoi regarda Orren humant légèrement l’air avant de dire à Shinobi que lui et la jeune fille aux cheveux coloré qui était à ses côtés sentaient le dragon.

*Nous reparlerons Fragrance humaine plus tard Hyporoi* lâcha Shinobi

*Certes, Shinobi, certes.* Le dragon se tourna ensuite vers les deux Dracologue avant de leur dire * C’est la première fois que je vous vois, veuillez excuser mon manque de retenue. Je n’ai pu m’empêcher de relever cela.* rajouta-t-il

*J’ai bien peur qu’ils ne peuvent plus nous comprendre mon ami à écaille*

*Ooooh. Just est vraiment parti sans nous.*

*J’en ai bien peur…*

*Cela est bien fâcheux*

………………………………………..

Il était vrai que j’avais laissé sans aucun remord mes deux camarades avec les deux autres humains. Grimm m’avait dit "ramène Aileen’’ je ramène Aileen.

J’entrainais Aileen vers le lieu où nous avions laissé notre dresseur, lui lâchant un moment la main pensant qu’elle me suivait toujours. Je ne savais pas ce que les deux autres humains faisaient. S’ils nous avaient suivi ou non et à vrai dire j’étais vraiment beaucoup trop préoccupé pour cela. Shinobi et Hyporoi allaient surement s’en charger. Après tout Grimm disait que si l’on mettait un dragon devant Orren il le suivrait…Je ne pensais pas que s’était le cas en vrai, même si je l’espérais, ça devait être encore une blagues pas drôle de Girafarig. Je me perdais encore sur des futilités, il fallait que je reste concentré pour retrouver le chemin.

Lorsque nous commencions à croiser des Lewsors sauvage, je commençai à me détendre. En effet, plus on en croisait plus on s’approchait de Loan. Et ça au moins c’était une bonne nouvelle. Maintenant il fallait ouvrir le passage pour qu’Aileen passe.  Je me tournais vers l’endroit où était censé se trouver Aileen…il n’y avait plus personne.

*Par Arceus, j’ai perdu Aileen*

La délivrance n’était pas pour maintenant.



Loan McNellis
« Il n'est pas bon d'être malheureux, mais il est bon de l'avoir été.» Chevalier de Méré

United we stand, divided we fall. 1469463719-brodiva
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: United we stand, divided we fall.   Dim 14 Juin - 0:43
Orren était réel. Et vivant. Donc, tout ce qu’il lui avait dit n’était qu’une illusion. Sinon, pourquoi l’aurait-il serré aussi fort dans ses bras ? Doucement, une larme traîtresse quitta son œil pour rouler sur sa joue et s’écraser dans le cou du Voltali, qui l’éloigna un peu pour la regarder et essuyer du bout du pouce la traînée saline, seul vestige de ce petit moment de faiblesse passager dont ils ne parleraient jamais plus. Cela ne l’empêcha pas de la reprendre contre lui pour la rassurer, lui tirant un léger sourire qu’il ne put pas voir. Si ces mots la rassurèrent un peu, elle ne put s’empêcher de balancer un vif coup de poing dans l’épaule de son frère. Fin du câlin. Ils devaient retrouver les autres. Il devait se faire du souci pour Celest, et elle ne se sentirait pas apaisée tant qu’elle n’aurait pas retrouvé Loan, en priorité, puis les autres, ensuite. En silence, ils se mirent en route, restant proches l’un de l’autre, se frôlant sans se toucher. Comme pour s’assurer qu’ils étaient bien réels. Mais la présence de leur meute de Pokémon suffisait à leur prouver que l’autre n’était pas un faux. Sphax et Hilda avaient salué Skoll, Koli avait foncé vers eux… Il était réel. Pendant de très longues minutes, ils marchèrent côte à côte dans la brume, sans se rendre compte que les murmures, autour d’eux, avaient cessé, comme s’ils comprenaient qu’une hallucination de plus ferait voler l’illusion en éclats. Qu’après ça, ils n’y croiraient plus, et que l’île ne serait plus, pour eux, un lieu sombre et effrayant. Au bout d’un moment, Skoll aboya pour signaler qu’il avait trouvé quelqu’un d’autre, et le cœur d’Aileen fit un bond. Loan ? Pitié que ce soit Loan… Ce n’était pas Loan. Mais Celest. Son cœur de serra, mais elle n’en montra rien, tandis que son frère serrait la Mentali dans ses bras. Alors qu’ils se parlaient et se rassuraient, Aileen se sentit bien seule, comme exclue du groupe auquel elle appartenait. Entre Celest et Orren, elle tenait un peu la chandelle, quoi…

« Maman ? »

Sortant de ses songes, Aileen baissa les yeux vers Kipling, que Sokka serrait toujours dans ses bras. Le Riolu lui jeta un regard intrigué, n’ayant pas accès à la conversation télépathique, donc surpris de voir sa dresseuse tourner la tête vers eux comme ça. Kipling semblait perturbé. Pas par ce qu’il ressentait en elle, mais par quelque chose d’extérieur. Etait-il sujet à une hallucination, lui aussi ? Les Pokémon pouvaient donc y avoir accès ? Ah, et voilà qu’elle recommençait à s’inquiéter, maintenant. Super !

« Qu’est-ce qu’il y a, mon grand ? »
« J’ai entendu Justice dans ma tête. »
« Justice ? Tu veux dire Justice, le Kirlia de Loan ?! Il est là ?! Il est proche ?! Il t’a dit quoi ?! Loan va bien ?! »
« Il a dit que Loan allait mourir et que »
« QUOI ?! »


Prudent, Kipling ouvrit l’esprit de sa dresseuse, permettant au Kirlia de s’y engouffrer, avant de se heurter à un mur. S’il lui avait ouvert une porte, il ne lui permettait pas d’entrer totalement. Ce serait le hall, pour parler à travers la vitre, ou dehors. Après les mésaventures d’Aileen avec Grimm, il avait reçu l’ordre de ne laisser rentrer personne et de protéger ses pensées, donc il le ferait. Sans lui laisser le temps d’en placer une, Aileen attrapa mentalement le Kirlia pour le secouer et lui demander où était Loan. Kipling avait quand même dit qu’il allait mourir, quoi ! Après l’avoir sommairement rassurée (mais non il ne va pas mourir, enfin… Enfin, il ne l’espérait pas, disons plutôt) Justice se téléporta à côté d’elle avec Shinobi et l’Hyporoi sans nom, avant de presque la tirer par le bras pour la faire venir. C’était parfaitement inutile. Loan était en danger, elle l’avait bien retenu. Alors que toute la troupe s’approchait des deux nouveaux, Aileen leur faussa compagnie dans la plus grande discrétion, ne pensant même pas à prévenir. Feänor fut la seule à la voir partir, et ne parvenant pas à attirer l’attention des autres, elle courut dans la brume à la suite de sa dresseuse, qu’elle pensait soumise à un nouveau mirage. Elle la retrouva assez vite, cette dernière suivant le Kirlia avec difficulté. Elle ne lévitait pas, elle ! Alors qu’elle allait ouvrir la bouche pour lui demander de l’attendre, un doux hennissement se fit entendre, la figeant sur place. Justice disparut dans la brume. Feänor rattrapa sa dresseuse. Et, avec inquiétude, elle regarda la larme qui roulait le long de sa joue, et son bras qui se tendait pour caresser la brume.

« Vesta… »

Dans la brume, la Ponyta lâcha un doux hennissement, fermant les yeux quand la main de sa dresseuse se posa sur sa tête. Vesta… Non, c’était impossible. La Ponyta avait été enlevée par la Team Rouage en Novembre, quand ils s’étaient infiltrés dans l’école pour cambrioler les élèves. Tout ça à cause de l’ambition d’Aaron Olsen et de Jenner Jefferson… Il n’y avait rien sous ses doigts. Rien que de l’air impalpable. Et pourtant, elle pouvait presque sentir la douceur de la peau de sa Ponyta sous ses doigts, et son souffle chaud qui réchauffait sa paume. Ils étaient si réels, mais pourtant si faux… Elle ne reverrait jamais sa Ponyta. Est-ce que c’était ce que la brume essayait de lui dire ? Qu’elle avait échoué à les protéger ? Qu’elle ne valait rien en tant que dresseuse, et en tant qu’espionne, parce qu’elle n’avait pas su voir la vérité, parce que la Team Rouage avait pu la blouser avec facilité ? Son bras retomba le long de son corps.

« Je suis désolée… J’ai été incapable de te protéger… Ils sont venus, ils sont partis avec toi, et je, je n’ai juste, rien pu faire… Je n’ai rien fait du tout… »

Vesta lâcha un nouveau petit hennissement, et sa tête vint doucement heurter le bras de sa dresseuse, qui le ressentit plus qu’elle ne le sentit. Vesta n’était pas là. Alors pourquoi restait-elle ici, à regarder une hallucination ? La Ponyta s’éloigna un peu dans la brume, et au moment de disparaître, se tourna vers elle pour hennir à nouveau. Voulait-elle… Qu’elle la suive ? Mécaniquement, Aileen lui emboîta le pas, faisant légèrement paniquer son Evoli qui ne parvenait pas à la faire sortir de sa transe. Alors qu’elle s’approchait, Vesta s’éloigna encore, et s’arrêta pour l’attendre. Pendant plusieurs minutes, elle la guida le long d’un sentier forestier, la faisant s’enfoncer dans les bois, avant de s’arrêter une dernière fois. Hésitante, Aileen fit face à sa Ponyta, qui hennit une nouvelle fois, avant de fermer les yeux de se disparaître. Hagarde, la Pyroli tourna sur elle-même pour regarder où elle était, avant de se tourner d’un bloc vers un hennissement qu’elle percevait non loin. Vesta ! Courant le long du sentier, elle manqua plusieurs fois de tomber dans la brume, se rattrapant grâce à ses réflexes, avant de s’arrêter brusquement. Feänor faillit lui rentrer dedans, glapit en s’arrêtant, avant de suivre le regard de sa dresseuse. Les hennissements n'étaient pas réels. Les rires, si.

Depuis tout à l’heure, elle pensait suivre sa Ponyta disparue, mais ne suivait que son propre instinct. Son esprit avait fait le reste, matérialisant son Pokémon disparu dans la brume pour la pousser à suivre son instinct. Elle savait parfaitement qu’elle s’en voulait de ne pas avoir pu protéger sa Ponyta, et que depuis le vol, elle surprotégeait son équipe, rechignant à les laisser s’éloigner d’elle, de peur qu’ils disparaissent à nouveau. Elle savait qu’elle cachait, derrière son cynisme, une blessure qui ne s’était pas vraiment refermée, et qu’elle mettait maintenant un point d’honneur à prendre sous son aile ceux qu’elle considérait comme plus faibles qu’elle, comme Ginji, ou Cael, ou ses bébés Pokémon… Ou cet œuf solitaire qu’elle voyait au loin, que les Brocélôme se passaient en ricanant, s’amusant à le jeter le plus haut possible. Il y avait du sang, dans la clairière. Ou c’était une nouvelle hallucination ? Même si c’en était une, elle ne pouvait pas abandonner ce bébé. Sans réfléchir, elle descendit le chemin en glissant, se hâtant pour rejoindre les Brocélôme, se mettant à courir en voyant que l’un d’eux envoyait l’œuf très haut dans les airs. L’œuf retomba, et les Brocélôme s’éloignèrent en ricanant, s’amusant d’avance de le voir s’écraser au sol. Aileen bondit, récupérant l’œuf avant de se tourner pour retomber violemment sur le dos, son précieux paquet serré entre ses bras crispés. Elle s’était fait mal. Mais l’œuf n’était pas cassé.

« Voleuse ! Voleuse ! Il est à nous ! Rends-le nous ! »
« C’est notre jouet ! Va-t-en ! Va t’en trouver un autre ! C’est le nôtre ! »


Les Brocélôme ne parlaient pas. Elle les entendait pester en se rassemblant autour d’elle, pour récupérer ce qu’ils estimaient être leur jouet. Ceux qui parlaient, c’étaient ceux qui se rassemblaient derrière les Pokémon. Des adultes. La Team Rouage. Avec des Pokémon sombres qui les accompagnaient. Vesta, sa Ponyta, Hrund, le Kraknoix de son frère… Non, ils n’étaient pas réels. En feulant avec force, Feänor se jeta sur un Brocélôme, le traversant sans lui faire de mal. Le Spectre ricana. La brume ricana avec lui.

« Quoi, tu veux le sauver ? Tu penses vraiment pouvoir le sauver ? Alors que tu as été incapable de sauver ta Ponyta ? Comme c’est mignon ! »
« Allez gamine, le jeu est fini, rends-nous sagement cet œuf, et on te laissera partir en un seul morceau ! »


Les ignorant (ils n’existent pas !) Aileen resserra un peu plus ses bras autour de l’œuf, et serra les dents quand une Charge la heurta dans le dos. Rien à faire, elle ne lâcherait pas l’œuf. Elle ne les laisserait pas lui faire du mal. Qu’ils soient Pokémon ou Team Rouage, elle ne leur laisserait pas celui-là. On lui avait pris Vesta par la surprise, mais jamais elle n’abandonnerait un plus faible en danger de mort. S’agaçant, les Brocélôme passèrent à l’attaque. Ah, elle voulait devenir leur nouveau jouet ? Okay ! Des Racines se serrèrent autour de ses jambes, et elle sentit un Feu Follet passer près de son bras, le lui brûlant légèrement. Elle ne desserra pas son étreinte pour autant. Ils pouvaient la brûler, la frapper, la battre, la tuer, elle ne leur laisserait pas ce bébé. Se rassemblant autour d’elle, les Brocélôme commencèrent à la harceler, essayant de l’effrayer pour la faire fuir. S’ils réussirent à l’effrayer, elle ne bougea pas d’un pouce, sachant qu’ils ne la laisseraient pas partir avec l’œuf. De temps en temps, ils se tournaient pour envoyer balader Feänor, qui essayait désespérément de détourner leur attention, mais qui n’arrivait à rien avec son panel d’attaques Normales. Si seulement Sphax était là ! Non, elle ne devait pas réagir comme ça. Elle devait protéger Aileen, et elle pouvait le faire seule. Se rappelant l’exercice qu’elle leur avait fait faire dans le bois de Brume, Feänor se redressa pour foncer sur un Brocélôme, et ses crocs translucides devinrent noirs tandis qu’elle lui envoyait une Morsure dans le dos. Le Brocélôme piailla, se retournant avec colère. Enfin satisfaite d’avoir attiré leur attention, Feänor lâcha un feulement de colère, qui se transforma en piaillement de douleur quand l’Encornebois de son ennemi l’envoya dans la brume. Elle roula dans l’herbe, heurta un arbre, et ne bougea plus. Son regard chocolat se voila doucement, et ses yeux se fermèrent. Le sac d’Aileen, qui s’était ouvert suite à une Charge d’un Brocélôme, laissa alors échapper plusieurs objets, dont un qui eut la gentillesse de rouler jusqu’à Feänor pour s’appuyer délicatement sur sa patte, qui se mit à briller doucement.

Les pattes de l’Evoli bougèrent. Avec lenteur, elle les ramena contre son ventre, et se redressa, s’assurant d’avoir toute la stabilité nécessaire. Ses paupières se rouvrirent, et son regard carmin se planta sur la troupe de Brocélôme. Pleine d’une force nouvelle, l’Evoli commença à galoper vers ses ennemis. Au fur et à mesure de sa course, son petit corps commença à briller. Les pattes d’abord, et la lumière remonta, doucement, englobant son corps, terminant par les yeux. Galopant toujours, elle lâcha un long feulement de colère, que les Brocélôme ignorèrent. Quand une langue de feu en happa trois d’entre eux, les autres se retournèrent sans comprendre. Comment une Evoli faiblarde avait-elle pu faire ça ? Le corps de Feänor cessa de briller, et les Pokémon comprirent. Elle n’était pas une Evoli. Au loin, la Pierre Feu que lui avait offert son frère clignota, puis s’éteignit définitivement, ayant rempli son office première, faire évoluer un Pokémon le pouvant. Feänor était devenue une Pyroli… Et maintenant, elle avait le dessus sur eux. Ses pattes s’enflammèrent brusquement, puis tout son corps, et elle leva son regard sombre vers ses ennemis. Ils allaient payer. Elle n’en laissa fuir aucun. Bondissant comme un feu follet, elle les rattrapa tous, les plaquant au sol, les brûlant, plantant ses crocs enflammés dans leurs têtes de bois. Puis, alors qu’ils fuyaient, elle laissa s’échapper un nouveau jet de flammes qui transperça la brume, illuminant la nuit.

« … Feänor ? »

La Pyroli se retourna, et les flammes disparurent de son corps alors qu’elle courait vers sa dresseuse pour se frotter contre elle. Un peu perdue, Aileen la caressa doucement. Feänor avait évolué… Mais comment ? Normalement, il lui fallait la Pierre Feu, et cette dernière était dans son sac. Certes, il s’était ouvert et renversé, mais de là à ce que la pierre roule par miracle vers Feänor… S’appuyant sur un bras, elle se releva en grimaçant pour ramasser son sac et remettre ses affaires dedans. Avec un certain détachement, elle se rendit compte qu'elle avait perdu des jetons. Dans la brume, elle ne les retrouverait jamais. Bah, tant pis. Se redressant tout à fait, elle boitilla jusqu’à l’endroit où son Pokémon avait roulé, se penchant pour ramasser la Pierre Feu, qui ne brillait plus. Mince alors. Feänor avait réellement évolué. Refermant ses doigts autour de la pierre inutilisable, elle la laissa glisser dans son sac dans un geste machinal, et baissa la tête vers la Pyroli, ayant encore du mal à y croire.

« Ce n’est pas que ton évolution ne soit pas importante, au contraire, je suis très fière de toi, mais… Comment dire… »

Feänor lâcha un petit jappement rassurant. Elle comprenait. Aileen était blessée, elle devait protéger ce petit œuf, retrouver son petit ami, son frère, Celest, et le reste de l’équipe. Elle-même aurait fait passer son évolution au second plan. Levant la truffe en l’air, Feänor huma doucement, et se tourna pour guider sa dresseuse vers Loan. Claudiquant doucement, à cause des Charges, des Racines qui avaient enserré ses jambes, et des petites brûlures reçues à cause des Feux Follets, Aileen la suivit, remontant avec difficulté le chemin qu’elle avait suivi avec l’hallucination de Vesta. Quand elle ressortit du bois, elle fut immédiatement accueillie par son équipe… Enfin, quelques membres de son équipe. Il y avait Sphax, et Sokka, Sookie et Aurum. Après des retrouvailles exubérantes, Sookie s’infiltra dans sa tête pour lui expliquer qu’Hilda et Asami étaient restés en arrière avec les autres, pour partir à sa recherche avec Orren, Celest, et le reste de la troupe, et surtout pour s’occuper des petits Pokémon. Avisant l’œuf qu’elle tenait toujours serré dans son bras valide, Sokka tendit les bras, le gardant tout contre lui tandis qu’Aileen s’appuyait sur son Absol, placé à côté d’elle, comme sur une béquille.

« Justice est en panique parce que tu as disparu. Je viens de lui dire qu’on t’avait retrouvé, et j’ai réussi à contacter Orren pour le mener jusqu’à toi. »
« Sauf que je ne vais pas l’attendre sagement ici, Sookie, Loan a des ennuis. »
« On devrait plutôt attendre Orren… »
« Non. Je n’abandonnerai pas Loan alors qu’il a besoin de mon aide. »

La Tarsal soupira, mais opina, s’élevant pour contacter Orren tandis qu’Aileen se remettait en route. Très vite, Sookie repassa devant. Etant en contact avec Justice, elle savait où il était, et par extension, où était Loan. Au bout de quelques minutes de marche, des bruits de combat se firent entendre. Traversant la brume, Aileen vit enfin Loan, recroquevillé au sol, en larmes, la tête dans les mains. Il y avait aussi Justice, et Grimm, qui se battaient contre des Lewsor. Doucement, Aileen enleva sa main du dos de l’Absol, qui comprit instinctivement l’ordre. Détruire. Sa corne rouge se mit à briller, et il disparut, réapparaissant derrière un Lewsor pour le frapper d’un Tranche-Nuit. S’entourant de flammes, Feänor se joignit à la danse, semant une belle panique parmi les Lewsor. En claudiquant, Aileen s’approcha de Loan pour s’accroupir face à lui. Tendant l’œuf à Sookie, Sokka se plaça à ses côtés, faisant face aux Lewsor, paumes levées. Qu’ils osent approcher sa dresseuse, pour voir. Tout doucement, Aileen glissa ses doigts sur les joues de Loan, repoussant ses bras avec douceur pour essuyer ses larmes du bout des pouces, comme Orren avait fait pour elle. Elle n’avait jamais vu Loan pleurer. Il lui avait toujours semblé si fort, si inatteignable… Et elle le voyait au plus bas, au fond du trou. Se rapprochant un peu plus de lui, elle passa ses bras dans son dos pour le serrer contre elle, ramenant dans un geste maternel la tête du Voltali dans son cou.

« Shhhht, tout va bien, tout va bien, je suis là… »

Fermant les yeux, Aileen resserra ses bras autour de lui, lui caressant le dos sans y penser, ignorant la cavalcade dans son dos lui indiquant que les autres venaient de les retrouver. Immédiatement, Sphax s’interposa, et Feänor le rejoignit, se campant fermement sur ses pattes de Pyroli. Loan ne voudrait peut-être pas qu’Orren le voie pleurer. Et Celest, encore moins, après tout il ne la connaissait pas. Etre vu dans un état aussi faible… Sphax savait qu’Aileen n’aimait pas ça. Donc, dans son esprit, Loan non plus. Obéissant à son jappement bref, Sokka se détendit et colla ses paumes l’une à l’autre pour inspirer, puis expirer. Une fois bien calme, il tendit sa patte vers Loan et, sans le toucher, pour ne pas rompre le charme bienvenu que sa dresseuse semblait exercer sur lui, il lui envoya tout doucement une vague de calme apaisant. Déposant l’œuf entre les pattes d’Asami, Sookie se rapprocha d’eux et colla ses pattes l’une à l’autre pour lancer un Vibra Soin, guérissant sa dresseuse et le Voltali, avant de retourner vers Orren et Celest pour voir s’ils avaient besoin d’elle également. Aileen soupira, et recommença à caresser en douceur le dos du Voltali. Elle avait retrouvé son frère. Elle avait retrouvé Loan. Sookie l’avait soignée. Sokka la rassurait. Feänor l’avait protégée, et avait évolué. Elle avait sauvé la vie d’un Pokémon inconnu.

« Orren et Celest sont là, et je suis là. Tout va bien se passer, Loan. »

Tout va bien se passer… Du moins, elle l’espérait.

pour le staff:
 



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
Orren Losvrôk
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: United we stand, divided we fall.   Dim 5 Juil - 15:14
Il avait retrouvé Celest. Il était heureux. Il pouvait enfin la voir, la sentir contre lui en sachant que cette fois ce n'était pas une hallucination. Mais quelque chose n'allait tout de même pas. Ils devaient retrouver Loan. Il était le petit ami de sa soeur, son ami et un membre de son dortoir. En tant que préfet et qu'ami il ne pouvait pas l'oublier et il se devait lui aussi de le retrouver. Il verrait ensuite si il y avait d'autres gens à trouver, si il en avait encore la force. Car après tout ces événements il devait avouer être fatigué, très fatigué. Avant même qu'il n'ait put réagir une Kirlia se téléporta dans la zone avec un Insécateur et un Hyporoi. Il voulut comprendre, voir ce qu'il se passait, mais à nouveau la Kirlia disparut, emmenant avec lui Aileen. Le voilà seul avec son équipe, Celest et les Pokémon d'Aileen et les deux autres inconnus. Heureusement la tarsal d'Aileen pénétra son esprit pour lui expliquer la situation et Orren en fit le bref résumé à Celest, toujours quelque peu mal à l'aise qu'on entre dans son esprit.

-Humm euhhh.... Donc Aileen est partie avec le Kirlia de Loan parce qu'il a des ennuis.... Euhhh par contre, va falloir les retrouver je sais pas où ils sont... Tu peux les retrouver Sookie ?

*Oui.*

Cette voix mentale le mettait mal à l'aise, il n'aimait pas ça mais il le fallait bien hein ? Il prit alors la main de Celest dans la sienne, se dirigeant doucement vers la jungle qu'ils avaient quittés avant. Ils furent immédiatement suivis par le groupe, dont l'Insécateur et son camarade dragon qui semblaient discuter entre eux. Dans d'autres circonstances Orren aurait été ravi de faire la connaissance de l'Hyporoi, mais en ce moment.... Il s'enfonça dans la forêt, guidé par Sookie et l'équipe de sa soeur. Il aurait aussi bien put demander à Skoll ou Celest à Kyubi de remonter la piste, mais ç'aurait été plus long que nécessaire. Le silence était pesant, il n'avait pas envie de retomber dans cette ambiance lourde et pesante, alors il tourna son regard bleu vers sa petite amie et parla.

-Je suis content que tu sois saine et sauve.... J'ai eu si peur, je t'ai vu dans la brume et tu était....

Que devait-il dire, morte ou si blessée qu'il avait eu peine à la reconnaître ? Non, il ne devait pas l'inquiéter outre mesure. Il se contenta de resserrer légèrement sa prise sur sa main, autant pour se rassurer lui-même que la jeune fille aux cheveux turquoises. Joyce éclairait toujours les alentours, perché sur la tête de la Mangriff. Cette clarté au début éblouissante était maintenant comme un abri bienvenu. Orren tourna sa tête en tout sens, scrutant l'obscurité, ses sens toujours aux aguets. Mais ce fut Kyubi, puis Celest qui donnèrent l'alerte. D'un seul coup un ombre passa entre eux, créant une véritable cohue dans les Pokémons et les deux jeunes. Qu'était-ce donc ? Ils en eurent rapidement la réponse quand un Airmure se releva, vraisemblablement énervé. Ils devaient être entrés dans son territoire et le Pokémon Acier n'appréciait guère cette intrusion. Des cris au dessus d'eux firent écho au vacarme, prouvant que l'oiseau de fer n'était pas seul, bien d'autres étaient au dessus. L'Airmure attaqua, lançant des attaques Vol à chacun des deux groupes désormais séparés et ils durent se mettre à fuir. Orren courut avec Loki à ses côtés, sprintant comme jamais auparavant. Au bout de 5 bonnes minutes d'une course effrénée, il s'arrêta plongé dans les ténèbres.

-Joyce tu peux relancer Flash s'il te plaît... Joyce ? Plus de Joyce. Skoll tu peux lancer une attaque feu qu'on y voit quelque chose, tu peux faire la même Cel... Celest ?! Celest !!!

Le jeune homme cria le nom de sa petite amie, paniqué avant de regarder autour de lui. Seul Loki était à ses côtés. Il avait certes fait rentrer ses petits Pokémons avant de partir à la recherche d'Aileen et de Loan, mais le voilà désormais perdu avec pour unique compagnie Loki. Le voilà dans de beaux draps. Soudain une voix se fit entendre dans son esprit.

*Nous avons rejoins Aileen avec Sphax, Aurum et Sooka. Vous pouvez venir ? Elle a des ennuis.*

*J'ai perdu Celest, je vais essayer de venir, mais il faut déjà que je la retrouve. Merde !*

Pour une fois il ne fut pas dérangé par le contact télépathique, trop occupé à s'inquiéter pour sa bien aimée. Les voilà une nouvelle fois séparer, et en plus pas de Skoll pour flairer la piste. Il tenta de respirer calmement pour reprendre le contrôle de son esprit avant de réfléchir. Au moins elle était avec son Démolosse et sa Drakkarmin ; sans oublier Hilda, Asami et les autres de l'équipe de sa soeur. Elle serait protégée. Maintenant il fallait la retrouver, et Aileen et Loan aussi. Quelle horreur cette île, qu'on ne lui en reparle plus jamais ! Le préfet se tourna vers son Diamat, lui faisant comprendre d'un seul regard l'urgence de la situation et il se mit à renifler le sol pour retrouver leurs propres traces, puis celles de Celest. Shinobi et son compagnon les suivaient toujours et Orren se tourna pour leur parler d'une voix qu'il cherchait à garder le plus calme possible.

-Bon euhhh vous deux, vous en faites pas on va retrouver Loan sain et sauf.... Si jamais vous pouvez nous aider, c'est bienvenue !

Les deux Pokémons se regardèrent avant d'avancer dans la jungle. Ils avancèrent tous de front, laissant Loki un petit peu en avant pour les guider. Très vite les lianes qui tombaient des branches commençaient à ralentir leur progression dans cette forêt brumeuse, mais Shinobi se montra plus qu'utile en les tranchant de ses lames. Le préfet remercia doucement le Pokémon avant de reprendre sa marche, ayant trouvé l'endroit où ils avaient été attaqués par les Airmures, mais toujours pas de trace de Celest.



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: United we stand, divided we fall.   
United we stand, divided we fall.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :