Partagez | .
Petit serpent à tête folle.
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 2976

MessageSujet: Petit serpent à tête folle.   Ven 29 Mai - 17:24

Elle était débarrassée du Cradopaud taré. Yeah ! Seth en avait bien voulu, sauvant l’animal d’une mort aussi brutale que violente, et débarrassant Aileen d’un psychopathe voulant assassiner son Kipling chéri d’amour. Le petit Kipling, par ailleurs, jouait avec Naveen, fasciné par les bulles d’eau qu’il créait. Sautant sur place, le petit chaton essayait de les éclater, sous le regard amusé de Joyce perché sur la tête de lit. Observant son petit manège, Naveen lança ses bulles de plus en plus bas, jusqu’à ce que le Psystigri n’ait plus besoin de sautiller pour les atteindre. Les bulles passaient devant son visage, lui faisant de gros yeux, et éclatant quand il tendait les pattes pour essayer de les attraper. Mignonnes petites bulles ! Se prêtant au jeu, Silica commença à bondir, essayant de mordre les bulles qui éclataient entre ses petits crocs pointus, faisant rire le Dedenne qui les observait. Assise à son bureau, la brune travaillait, laissant la surveillance de la team à son quatuor de meneurs. Enfin, plutôt son trio. Ellie, en soulevant l’oreiller, avait retrouvé la peluche lapin, et elle la serrait contre son cœur, comme quand elle était une jeune petite Mysdibule innocente et inconsciente. Trop mignon. Levant les yeux de ses exercices, la Pyroli jeta un coup d’œil à son iPok qui venait de vibrer. Estelle. Tiens tiens tiens… Que lui voulait-elle, sa petite beauté rose ? Se tournant sur sa chaise, elle se laissa tomber à genou au sol et tira la langue à Kipling quand une bulle passa devant elle. Le chaton sursauta, avant de lâcher un petit rire mental.

« Tu fais peur, Maman ! »
« Eh oui ! Maman vient surtout de recevoir un texto d’Estelle. On sort, les affreux ? »

Les couinements d’approbation ne se firent pas attendre. Très vite, chacun rentra dans sa Poké Ball, certains décidant de rester dehors pour profiter un peu du soleil. Sphax et Hilda, comme d’habitude. Sokka cessa de s’acharner sur le punching-ball et la rejoignit d’un pas tranquille, tendant la patte à Joyce qui sauta dedans pour s’installer sur son épaule. La tête d’Aileen fut immédiatement monopolisée par Joyce, et ses bras par Kipling. Ahlala, ces Pokémon. Quittant sa chambre après avoir envoyé un texto à Estelle, elle ferma la porte à clé et fila vers le parc, où la Mentali l’attendait. Que lui voulait-elle, tiens ? C’était bien la première fois que c’était elle qui faisait le premier pas. Peut-être qu’elle s’était souvenue de ce qu’elle lui avait dit ? En cas de problème, si tu as besoin de parler, si tu cherches une victime pour ta folie shopping, envoie-moi un texto, qu’elle lui avait dit. Elle ne le regrettait pas. Mais espérait que la Mentali ne l’entraînerait pas dans une virée shopping. Urg… Acheter des fringues dans des boutiques blindées de monde. Help. Posant silencieusement Kipling au sol, elle lui fit signe de se taire, et s’approcha doucement de la Mentali pour l’enlacer par taquinerie, et murmurer d’une voix enjôleuse à son oreille.

« Que vois-je ? Une petite beauté rose, seule, dans le parc, sans son lionceau de compagnie ? C’est un crime, tout de même. »

Pouffant de rire, la Pyroli lâcha sa camarade et contourna le banc pour s’asseoir à côté d’elle, étendant ses jambes et les croisant avec naturel, avant de se tourner vers Estelle en lui faisant un grand sourire.

« Alors, que me veux-tu ? C’est pour la corvée shopping que tu as le droit de me faire subir parce que tu es mon amie ? Ou bien tu as pitié de moi et ce n’est pas pour ça ? »

Juste quand la Mentali allait répondre, un énorme Pokémon jaillit soudain de derrière une fontaine, faisant sursauter Kipling qui courut se cacher derrière Sokka. Le Pokémon géant et violet tomba au sol et y roula, semblant lâcher des sifflements de joie. Sous le regard surpris de la brune, l’Arbok se redressa de toute sa taille, et se laissa tomber en arrière, recommençant à se tortiller en sifflant. Un sourire s’étira sur ses lèvres et un gloussement de rire lui échappa. Un Arbok en plein quart d’heure de folie, d’accord. Désignant le serpent fou du doigt, Aileen se tourna vers Estelle, une étincelle amusée dans ses yeux violets.

« Elle est à toi, cette folle violette ? C’est pour ça que tu m’as appelée, avoue ! »

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Johto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 360
Points d'Expériences : 108

MessageSujet: Re: Petit serpent à tête folle.   Ven 29 Mai - 19:58

C'était infernal, c'était chiant, c'était un cauchemar, c'était la tâche la plus compliquée de toute ma vie! Envoyer un texto uniquement avec la main gauche! J'avais du prendre un air concentré, les sourcils froncés, une goutte de sueur perlant sur mon front. Fichu plâtre, fichue île Enigma et fichues chutes qui avaient décidé de me pourrir la vie. Et dire que je m'étais laissée piéger par une si mauvaise illusion de mon ex petit copain en plus, c'était bien le comble! Mais bon, cette sortie capture maintenant bien derrière moi, j'avais un nouveau problème sur les bras. Le bras... Enfin, sur le bras et le plâtre ça vous va? J'avais capturé un Arbok et bah, si normalement il m'aurait fait grand plaisir de m'en occuper et d'essayer de l'aider à s'intégrer, disons que ma situation particulière n'était pas idéale pour ça. J'avais bien essayé de demander de l'aide à Iggy, ma Jigglypuff et assistante, mais la grosse boule rose semblait toujours jeter des regards méfiants au cobra. Ouji-sama? Il semblait vexé qu'un serpent plus grand que lui sois sous notre toit. Ash? Il avait toujours été ouvert d'esprit et semblait prêt au dialogue, mais je sentais bien que les souvenirs du combat étaient toujours là. Chidori? Il allait voir le serpent, lui donnait un petit coup de patte et repartait en courant en guettant sa réaction. Comportement plutôt étrange qui, pour moi, illustrait bien le sentiment général. Le Pokémon n'était pas véritablement méchant ou de désagréable compagnie, mais ce n'était pas le meilleur moment et probablement pas la meilleure équipe pour que la magnifique créature puisse s'épanouir de façon saine.

Résultat des courses? Je devais lui trouver un dresseur de confiance qui pourrait l'accueillir à ma place, aussi amer que cela puisse être. On dirait que c'était devenu une mode chez moi, l'échange de Pokémon. Combien en avais-je capturé et gardé à l'état sauvage déjà? Très peu. Mais bon, j'étais une éleveuse, je faisais dans les oeufs et la prise en charge des Pokémon dès la naissance, ceci expliquant peut-être cela. Bref! Si normalement j'aurais bien voulu chercher seule et me débrouiller, toutes mes activités habituelles étaient compromises par ce vilain bras cassé. J'avais donc décidé de demander un peu d'aide auprès de mes pairs. Il me fallait une personne de confiance, qui connaissait beaucoup de monde et qui avait un bon sens des affaires, pourquoi pas. Je ne pense pas que mon choix final surprendra qui que ce soit, c'est à Aileen que j'envoyai un message, nous fixant un rendez-vous au parc. Sa réponse ne se fit pas attendre et, peu après, nous avions pu nous mettre en route.

En tête de notre petite expédition se tenait le monarque en personne, le nez bien haut alors qu'il pavanait, montrant à tous sa splendeur post évolution. Également, Ouji-sama me jetait régulièrement de petits regards, prêt à intervenir de ses lianes au besoin si je me retrouvais en difficulté vu que je n'avais qu'un bras valide pour l'instant. Chidori s'était fait propriétaire officiel et exclusif de mon épaule et de mes cheveux, le cobra nous suivait en mouvements sinueux et Sephiroth flottait quelque part dans le tableau, adressant ses plus beaux sourires aux demoiselles que nous croisions sur le chemin, pour les effrayer sans doute. Dans mon sac, glissé sur mon épaule gauche vu que la droite avait logiquement besoin d'être ménagée, je portais mon oeuf de Squirtle. Une fois sur place, je repérai un petit banc tranquille et m'y installai, profitant de la chaude brise annonciatrice de l'été. J'aurais bien voulu vérifier à nouveau mes messages, pour voir si Aileen m'avait écrit autre chose entre temps, mais cela n'en vaudrait probablement pas la chandelle, elle serait bientôt ici. Et quand on parle de la Pyroli...

Des bras se refermèrent autour de moi et je sursautai, mon corps se braquant immédiatement, jusqu'à ce qu'une voix vienne susurrer à mon oreille avec un petit ton de moquerie affectueuse, m'arrachant plutôt un rire franc, mais doux. Maladroitement, je tentai de lui retourner ses étreinte de mon bras valide, mais c'était plutôt peine perdue. Bon, c'est pas faute d'avoir essayé. Je lui répondis sur un ton de plaisanterie similaire, amusée par mon amie la préfete.

- Petit lionceau adoré ou pas, le crime serait plutôt de l'avoir emporté avec moi dans mon rendez-vous secret, avec mon amante secrète dans le parc presque aussi secret! Enfin, en vrai on se parle souvent ces temps ci, depuis que j'ai ce plâtre c'est comme si j'avais gagné mon propre infirmier personnel à temps partiel, c'est vraiment mignon.

Terminais-je pendant qu'Aileen venait s'asseoir à mes côtés tout en croisant ses longues jambes. Les salutations maintenant faites, à notre façon, il était temps de passer aux choses sérieuses. Enfin, sérieuses, c'est un grand mot puisque nous étions toutes deux souriantes et heureuses de nous revoir, la définition même de bonnes amies quoi. La pokeathlete me demanda donc pour quelle raison je désirais la voir, mentionnant l'idée d'une virée shopping qui, en toute honnêteté, ne me déplut pas du tout. Que voulez vous, on est une mentalienne ou on ne l'est pas! Tristement, ce n'était pas le sujet le plus important toutefois.

- Je ne dirais pas non, mais en fait je t'ai écrit pour--

Et le problème se présenta de lui-même, sans me laisser l'opportunité de terminer ma réplique. Suivit d'un Sephiroth ricanant, le cobra venait de faire son apparition, en pleine... Période d'excentricité. Assis royalement à mes côtés, mon starter se fit un facepalm mélodramatique avec une liane, Chidori se contentant de suivre le manège avec de grands yeux curieux, ses oreilles inclinées sur le côté. Pour ma part, je vous avoue que je ne savais pas trop comment réagir, à mi-chemin entre la compassion, l'impuissance et la honte, avec une petite touche d'inquiétude quand même. Au moins la Pyroli semblait amusée par la situation, n'hésitant pas avant d'évoquer l'évidence.

- Ouais, c'est exactement pour ça. Enfin, l'Arbok n'est pas vraiment méchant c'est juste... Voilà. Il me ferait plaisir de m'en occuper, mais mes autres Pokémon ont un peu de mal et avec mon bras, mes propres moyens sont limités alors je pense qu'il serait sans doute mieux de lui trouver un autre dresseur malheureusement. Du coup, je me suis dit que si quelqu'un pouvait bien connaitre quelqu'un qui pourrait le prendre, ce serait ma préfète en chef préférée. Sans oublier que je sais que j'aurais été grondée si je ne te demandais pas un coup de main de temps à autre, hahaha! Par contre, si tu es vraiment partante pour la virée de shopping ensuite... Enfin! Pour l'instant l'important c'est de lui trouver un bon dresseur. Tu as des idées? Mystérieusement je n'ai pas trouvé preneuse dans le dortoir Mentali. Il faut croire que certaines choses ne changent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 2976

MessageSujet: Re: Petit serpent à tête folle.   Dim 31 Mai - 0:35

L’Arbok avait l’air complètement folle. Et ça faisait complètement marrer Aileen. Loin du stéréotype des serpents géants dangereux qui bouffent tout ce qui passe à leur portée, celle-là semblait plutôt sympathique, à se trémousser comme ça dans l’herbe en sifflant de bonheur. Prudemment, Kipling sortit de sa cachette pour s’approcher du gros serpent, qui cessa son manège pour tourner sa tête vers le chaton, le regardant d’un air interloqué. Copain ? Jouer ? Le courant sembla bien passer. Avec vivacité, les anneaux de l’Arbok entourèrent le chaton, faisant immédiatement bondir Sokka, qui s’arrêta en voyant que le serpent jouait. Couché sur sa collerette, il levait la queue en hauteur, tenant doucement mais fermement le Psystigri, qui venait d’étendre les pattes comme un avion. Il volait ! Fantastique ! Considérant que son petit bébé ne courait aucun risque, Aileen reporta son attention sur Estelle. Estelle qui… Ooooh, c’est quoi ce bras ? Comment avait-elle pu passer à côté ?

« La vaaaache ! Comment tu t’es fait ça ? Je mérite mal mon rôle d’amante secrète si je suis incapable de voir ce qui saute aux yeux ! Attends, laisse-moi deviner, l’île Enigma, c’est ça ? »

Une île vraiment bizarre… Aileen avait encore des frissons en y repensant. Elle préférait sortir cette sortie capture de sa mémoire, c’était mieux. Enfin, bref. Estelle avait bien capturé le serpent géant sur cette île pour le moins hostile, et peinait à s’en occuper, de par sa mauvaise adaptation dans son équipe et ses difficultés avec son bras en écharpe. Tu m’étonnes. Mais… Pourquoi se sentait-elle obligée de parler de shopping ? Le regard de la Pyroli se fit faussement suppliant. Nooooon, pas le shoppiiiiing, pas cette virée en enfer, pitiéééé… Puis, avec un certain amusement, ce fut à son tour de prendre la parole. Estelle voulait vendre le serpent ? Et elle disait ça à une médecin (bon d’accord, une espionne, mais chut) qui pourrait utiliser le venin d’Arbok pour créer des antipoisons (ou plutôt des poisons violents pour faire leeeentement souffrir sa victime, mais une nouvelle fois, chut) ? Comme c’est convenant. A croire qu’elle l’avait fait exprès.

« Oui, j’espère bien que tu as pensé à moi dis, que je serve à autre chose que l’organisation de sorties captures foireuses ! » Aileen lâcha un petit rire amusé, quoiqu’un peu forcé. Plus beau fail de sa carrière de préfète, ça, quand même. « Sinon, pour ton serpent, je – »

Comme si elle savait ce qu’elle allait dire, l’Arbok s’était tendue vers elle, collant presque sa grosse tête à la sienne. Surprise, la brune avait eu un mouvement de recul, avant de poser fermement une main sur la tête du serpent pour le repousser. L’Arbok accepta de bonne grâce le rejet, rigolant dans un sifflement, chatouillant le poignet d’Aileen du bout de la langue. Serpent taré va.

« Six cent jetons. Honnête ? »

De joie, l’Arbok se redressa avant de se laisser à nouveau tomber au sol, entraînant Kipling dans le mouvement. Le petit chaton lâchait des miaulements d’excitation, tout foufou de pouvoir voler comme ça. C’était génial ! Encore, encore !

« Pour la session shopping, honnêtement, je plaisantais, tu sais bien que c’est pas mon genre de trucs. Mais si ça peut te faire plaisir, j’accepte de bonne grâce le supplice. Puis, tu auras besoin d’une Pyroli, d’une vraie, pour porter les trois milliards de sacs débordants de fringues que tu vas ramener. »

Nouveau pouffement de rire. C’est vrai que quand une Mentali fait du shopping, elle ne le fait pas à moitié. D’ailleurs, elle avait dû s’éclater, à Céladopole. En parlant de Céladopole… Oui, Aileen était au courant. Le texto d’Allen, tout ça, ça avait fini par se savoir, et dans l’ombre, la préfète avait déjà taclé plusieurs Mentali qui disaient du mal d’Estelle qui n’avait pas su attendre Allen pour se tourner vers Leo, prouvant qu’elle n’était digne d’aucun des deux. Un coup de poing bien placé dans la mâchoire suffisait généralement à leur faire ravaler leurs paroles. Tout doucement, un léger sourire s’étira sur les lèvres de la Pyroli. Et Estelle devait sans doute savoir pourquoi. Se penchant avec naturel, Aileen reprit la parole d’une voix très légère, pleine d’amusement.

« Oh, au fait, je ne veux pas te faire le coup du je te l’avais bien dit, mais… Je te l’avais bien dit. ♪ »

Qu’Allen était un gros connard et que Leo était mieux que lui. Eh oui, elle lui avait bien dit. ♪

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Johto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 360
Points d'Expériences : 108

MessageSujet: Re: Petit serpent à tête folle.   Mer 10 Juin - 19:10

Je ne pouvais qu'espérer qu'Aileen connaisse quelqu'un qui saurait faire l'affaire, autrement qui sait ce qui pourrait bien arriver à ce serpent. Enfin, non. En toute honnêteté, j'aurais été incapable de juste l'abandonner ou un truc du genre. J'étais beaucoup trop "éleveuse-poule" pour laisser un seul Pokémon vivre dans la solitude ou le désespoir ou plus simplement l'isolement. À croire que j'avais un genre de complexe du héros, toujours à m'occuper des autres ou à avoir le coeur qui vacille pour de jeunes hommes porteurs de sombres fardeaux. D'ailleurs, parlant de fardeau, mon amie Pyroli ne tarda pas à repérer le mien, soit ce splendide bras cassé qui avait fait de ma vie un enfer dans les derniers jours. Elle me demanda d'abord ce qui s'était passé, mais se ravisa pour avancer une hypothèse, droit dans le mile.

- C'est un peu honteux, mais oui. Pour faire une histoire courte, une hallucination plus forte que les autres m'a fait tomber d'une genre de mini-falaise. Remarque je suis aussi tombée de cheval un peu avant et mon coude a amortit la chute, alors ça peut aussi être ça. Il y a un moment que je devrais me procurer une vraie selle, mais ça n'arrête pas de me sortir de l'esprit. Sans oublier que je ne saurais pas trop où en trouver une.

Terminais-je avec un sourire gêné, me grattant l'arrière de la tête de ma main valide. Le sujet ne resta toutefois pas sur la table trop longtemps, bien heureusement. Nous avions tous du confronter quelque chose sur cette île, quelque chose dont nous n'avions pas nécessairement envie de parler, du coup il était assez normal que ces conversations soient aussi succintes que possible. La médecin se contenta plutôt de me remercier de l'avoir contacté, histoire qu'elle puisse faire autre chose qu'organiser des sorties captures foireuses, ce à quoi je me contentai de répondre avec un sourire à la fois amusé et compréhensif, parce que bon, impossible de lui en tenir rigueur, elle avait fait de son mieux et n'avait pas pu prévoir l'issue de tout ça. Bien peu d'élèves auraient étés à même de faire pareil, c'était un fait. Fut ensuite relancé le sujet du serpent et le (la?) concerné s'approcha d'Aileen avec enthousiasme. Tiens tiens! J'ai peut-être trouvé encore plus vite que je ne l'espérais! En même temps c'est vrai que c'était dans le style d'Aileen. Soit elle avait des pokemons mignons comme Kipling ou Joyce, soit elle avait de véritables créatures tout terrain trop classes de la mort comme Sphax, Hilda ou Asami, pour ne citer que ceux là. Pas de surprise donc, après réflexion, à ce qu'elle me fasse une offre.

- Très honnête, sans oublier que comme ça je serai certaine qu'il est entre de bonnes mains.

Et c'était même plus que ce que j'avais envisagé de demander. Il faut dire que je n'étais pas très friande de jetons, étant une grande sentimentale sensible plutôt qu'un esprit mercantile. Facile à attendrir en affaires d'argent, mais implacable dès que l'on parlait de famille ou d'amis, ma volonté étant à toute épreuve dans ces moments là. Mais j'avais bien une autre corde sensible, mon visage s'illuminant dès que le shopping fut mentionné de nouveau.

- Tu exagères! Jamais plus de six paquets au total! Et puis le truc, c'est de demander les grands sacs dès le départ, même si les achats sont petits, comme ça on peut mettre les achats des autres boutiques dans les mêmes sacs et maximiser le tout pour se faciliter la vie. Et puis, avec mon bras en mauvais état je ne peux pas les porter moi-même, tu comprends. Du coup plus de shopping du tout pour moi, c'est comme si on m'avait arraché mon grand amour une seconde fois!

Un peu de mélodrame pour l'attendrir et la rendre plus favorable à se proposer d'elle-même pour que je n'aie pas l'air de lui forcer la main? Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler! Enfin, mon choix de mots et mon ton de plaisanterie portèrent la conversation dans une autre direction encore. Que voulez-vous, entres filles on pouvait bien parler de tout et n'importe quoi. Sauf que ce sujet là, je ne m'y attendais pas du tout. Je fus totalement prise de court, comme si derrière ce ton léger s'était dissimulée une dague à l'acier froid et cruel, venant me pincer au coeur alors que mon sourire s'estompa. Je n'osais même plus regarder Aileen, me doutant trop de ce qui m'attendait si je la laissais voir la douleur dans mes yeux. Je déglutis, aucune chance qu'elle ait manqué ça en fait, que je la regarde ou pas. Ce serait une véritable insulte à la perspicacité de la préfete que de m'imaginer une seule seconde de plus que je pourrais lui dissimuler ça. J'avais honte, maintenant, mais il y avait encore une partie de moi qui attendait, qui attendrait toujours. C'était complètement idiot, complètement injustifié et j'avais toutes les raisons du monde de ne plus penser à lui, de simplement me concentrer sur Leo, cet ami qui m'étais si cher, mais auprès duquel je n'osais pas m'engager.

- Oui, c'est vrai, tu m'as répété sans cesse que je serais plus heureuse avec Leo et tu as probablement raison. Une jolie petite romance parfaite sur l'île des histoires qui se terminent bien. Il faudrait être idiote pour ne pas sauter sur l'occasion, mais ça se saurait si les mentali étaient intelligentes...

Les doigts de ma main gauche se refermèrent sur le tissu de ma veste légère avec un peu de frustration, accompagnée d'un sournois sentiment d'impuissance venu me narguer. J'avais à la gorge un goût amer, la honte dans mes épaules où voulait s'enfoncer ma tête devenue basse, s'y cacher au milieu de mes cheveux roses. Pourtant, je me tournai vers Aileen, mes iris de chocolat décidés à soutenir son regard, sa réaction aux paroles que je prononceraient bientôt. Si elle était vraiment mon amie, je pouvais tout lui dire, n'est-ce pas?

- Je sais que je serais heureuse avec Leo, je sais même que lui aussi en serait sans doute comblé, mais la vérité, c'est que je n'arrive pas à m'engager. Je ne peux pas m'empêcher de me dire que si Allen revient et que je suis avec Leo... Je sais ce que tu en penses, comme quoi Allen est un salaud ou un truc du genre. Je sais ces choses, on me l'a répété si souvent et c'est vrai que Leo est tout ce dont je pourrais rêver, mais... Je veux dire... Je n'ai pas réussi à jeter sa veste, ou même la barrette. Je ne les porte plus, je n'ose plus, mais je les ai gardés. Je n'arrive pas à me détacher vraiment de lui, parce que malgré tout je le connais maintenant. Allen ne s'ouvre jamais à personne, il veut toujours tout faire tout seul pour ne pas impliquer les autres, comme s'il avait besoin de jouer les super héros. Un peu comme Alex, ce petit garçon que j'ai rencontré en mission. Lui non plus, personne ne s'était jamais battu pour lui. C'était devenu normal, pour ce gamin, de toujours conserver une distance avec les autres, de croire que même si lui-même devait avoir la force d'aider tout le monde et de répondre à leurs attentes, il était normal de ne pas recevoir d'amour en retour. Comment accepter de le laisser s'emmurer à nouveau dans la solitude en comprenant tout ça? Honnêtement je ne pense pas que je pourrais me le pardonner. Et puis, ce jour là, quand je suis allée vous souhaiter un bon voyage sur le quai, il m'a promit qu'il reviendrait et si Allen Wills est beaucoup de choses, il n'a jamais été un menteur.... Enfin, peut-être une fois ou deux, je l'admet. C'est probablement plus facile pour lui que de dire ce qu'il ressent vraiment, mais ce n'est pas pour tromper ou manipuler, il n'est pas comme ça. C'est comme ce texto, j'ai l'impression de lire un mensonge et je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'il l'a fait en croyant que ça pourrait me protéger d'une façon ou d'une autre. Parfois je me demande même s'il n'a pas fait exprès de partir comme ça et de me laisser. Il savait pour la rose, il savait qu'il y avait quelque chose entre Leo et moi, je le sais, parce que ses yeux ne m'ont jamais parus aussi tristes que ce jour là, quand il a vu cette fleur dans mes cheveux. Peut-être que tu n'es pas la seule à avoir cru que mon bonheur se trouvait ailleurs. Il en serait bien capable, cet imbécile d'Allen Wills.

Conclus-je d'un rire amer, faible. C'était son genre, après tout. C'était tellement lui que j'aurais été étonnée, si l'on devait m'annoncer que j'avais tort. Comme quoi les yeux de la Sennyo Hime sont plus aiguisés que les ruses du Tengu! Je me demande bien ce que Yuki aurait dit de tout ça tiens, mais ça non plus, je ne le saurais probablement jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 2976

MessageSujet: Re: Petit serpent à tête folle.   Sam 11 Juil - 17:35

Aïe… Elle n’aurait jamais dû parler d’Allen et de Leonidas. Quelle idiote. Évidemment que le sujet était encore sensible ! Silencieuse, acceptant sa faute, Aileen écouta Estelle vider son sac sans prendre de gants. Il lui faudrait du temps pour accepter son départ, tourner la page, et lui pardonner. Si elle lui pardonnait un jour. Étrangement, la Mentali lui semblait pleine de rage. Comme si, au fond d’elle, sa rancœur contre Allen Wills bouillonnait doucement, n’attendant qu’un tout petit choc pour se déverser autour d’elle et inonder la place. Aileen ne dit pas un mot, se contentant d’un sourire attristé pour la Mentali. Elle comprenait. Ne pas pouvoir jeter les cadeaux d’Allen, c’était normal. Elle-même n’aurait jamais pu jeter les cadeaux de Loan, s’ils s’étaient séparés de cette manière. Le collier, qu’elle portait toujours autour du cou. Pourrait-elle réellement s’en débarrasser ? Non, peut-être pas. Elle le remiserait au fond d’un placard, au fond de ses souvenirs, pour l’oublier. Et, quand la blessure se serait refermée, elle le ressortirait pour le regarder, avant de le ranger à nouveau. Quand Estelle se tut, Aileen sortit simplement des mouchoirs de son sac pour les poser sur les genoux croisés de la Mentali.

« C’est normal de ne pas réussir à s’en débarrasser. Tu crois que j’y serai arrivée, moi ? Puis… Tout ça aussi c’est normal. Se poser des questions, se demander à cause de qui tout ça a foiré. Toi, parce que tu es trop présente, ou lui, parce qu’il est trop absent ? Je ne sais pas s’il voulait te protéger avec tout ça mais… Enfin, je ne sais pas, je n’ai jamais vraiment eu l’impression qu’il t’ouvrait son cœur, alors que tu lui as offert le tien sans concessions. »

Petit silence. La vache, même en essayant de lui remonter le moral, elle l’enfonçait. Alors qu’elle cherchait quoi dire, l’Arbok posa Kipling sur ses genoux avant de passer derrière elle pour poser sa grosse tête sur la sienne en un câlin béat et réconfortant. Ses longs anneaux s’enroulèrent autour d’Estelle et elle, comme si l’Arbok voulait câliner les deux. Non. Elle voulait réellement câliner les deux. Avec un sourire, Aileen leva la main pour lui gratouiller la gorge (ou ce qui lui tenait lieu de gorge) faisant ronronner le serpent géant. Un serpent qui ronronne. C’est pour le moins original.

« Pardon. Même quand je veux t’aider, je suis nulle. Je devrais démissionner de mon poste d’amante secrète, je suis vraiment bidon. Tu sais quoi ? Pour me faire pardonner, j’accepte de te servir de laquais pendant les soldes, je porterai tes sacs et je t’aiderai à fermer tes tee-shirts dans le dos. Ca te dit ? »

De manière surprenante, ça semblait lui dire, genre, totalement. Aileen venait de se jeter la tête la première dans la gueule du loup, de manière volontaire, pour pardonner ses bêtises. Urg. Pourtant, pour elle, faire les soldes, c’était pire que le chemin de croix. Tout ce monde, et ce bruit, et ohlala, elle ne supportait vraiment pas ça. Tout ça pour des fringues. Elle avait été bien avisée de se trouver un petit copain styliste, en fait. D’un jappement, Feänor la rappela à la réalité, bondissant à côté d’elle sur le banc pour lui attraper la manche et la tirer doucement. Surprise, Aileen jeta un coup d’œil à sa magnifique Pyroli, qui gonflait sa queue touffue pour lui faire comprendre que c’était important, pointant le sac du bout de la patte. Se penchant, Aileen ouvrit son sac… Et la coquille pâle de l’œuf brilla par un reflet du soleil. Feänor cessa de s’agiter, contente que sa dresseuse ait compris. Doucement, Aileen sortit l’œuf du sac et le posa sur ses genoux, délogeant Kipling qui escalada l’Arbok pour se percher sur sa tête.

« Je voulais te demander… J’ai trouvé cet œuf, sur Enigma. Des Brocélôme s’amusaient à se l’envoyer, et ils allaient l’éclater au sol quand je suis arrivée et que je l’ai récupéré in extremis. Du coup, hm, je voulais savoir… Toi qui es éleveuse, tu pourrais me dire s’il va bien ? Entre les vols planés, la nuit mouvementée sur Enigma, et le fait qu’il ne se colore toujours pas, j’ai un peu peur qu’il… Enfin, tu vois quoi. »

Conciliante, Estelle jeta un coup d’œil à l’œuf, le tournant dans tous les sens pour s'assurer qu'il soit en bonne santé, et finit par le lui rendre, tout sourire, pour lui assurer que tout allait bien. Rassurée, Aileen le récupéra et le remit dans son sac avec beaucoup de précautions. Il valait mieux qu'elle ne le casse pas. Déjà que ce pauvre petit avait vécu l'enfer sur Enigma ! Après quelques minutes de papotages avec Estelle, la brune se releva, époussetant ses habits.

« Bon. Je vais chercher mes sous dans ma chambre, m'assurer d'avoir bien fermé la porte, et je te rejoins pour notre virée shopping, ok ? »

Estelle hocha la tête, toute contente. Après avoir souri, Aileen se détourna pour reprendre le chemin de son dortoir, le serpent géant la suivant en sifflant. Grands dieux, virée shopping. Mais dans quel calvaire s'était-elle encore lancée, bon sang ?!

[ RP terminé et achat conclu en solitaire suite au reroll d'Estelle en Ellie. ]

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Petit serpent à tête folle.   

Revenir en haut Aller en bas
Petit serpent à tête folle.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-