Partagez | .
La famille ou l'argent ?
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862

MessageSujet: La famille ou l'argent ?   Lun 29 Juin - 15:56

Pensive. La jeune rousse rêvassait au beau milieu du cours de monsieur Yade. Accoudée avec insolence sur son pupitre, son regard ne souhaitait se détacher de l'horizon qu'elle pouvait apercevoir par delà la fenêtre. Non. Elle ne s'était pas faite reprendre par le professeur qui n'osait tout simplement pas faire preuve de fermeté avec ses élèves. Quant à Maximus, sa taille imposante l'obligeait à rester logé tout au fond de la classe sans faire le moindre mouvement, au risque de briser un mur. La vision du mastodonte n'étant donc pas globale, Ruby a plusieurs fois essayé de se laisser aller, à chaque fois à une place différente jusqu'à ce qu'elle trouve le coin parfait, celui où l'immense Steelix n'arrivait pas à poser le regard. Ainsi pouvait-elle désormais s'évader spirituellement alors que le cours débutait.

Comme à son habitude, Percy le trouillard fit l'appel en début d'heure, longeant méticuleusement la liste des élèves alors qu'il les interpellait par leur nom de famille. Naturellement, Ruby avait pris l'habitude de répondre au tac-au-tac lorsqu'elle était appelée, sachant exactement où elle se trouvait dans ladite liste. Il semblerait néanmoins que la nouvelle promotion de février ait quelque peu modifié les documents, au grand dam de la spécialiste type qui ne put rêvasser pour le moment. Enfin ! Enfin le timide Yade en arriva à la lettre J. Une fois qu'elle entendit "Jones", Ruby leva naturellement la main et répondit par un simple "Présente". Cela suffisait amplement pour indiquer son assiduité.

– Eh bien... c'est que je ne vous appelais pas, miss Jones. Il y a Heath avant vous.
– Hn ? Elle redirigea alors son regard vers le professeur puis passa en revue l'intégralité de la classe jusqu'à tomber sur une tignasse bleue portée par un visage aux traits familiers. Soudaine remontée de souvenirs. Lui ?
– Pardon ?
– Ah, euh... Rien. Poursuivez.

Quelques moqueries qui résonnaient en fond de classe ? À vrai dire, la Pyroli ne s'en souciait pas vraiment. Actuellement, autre chose la préoccupait. Toutes les histoires de famille lui étaient totalement passées par dessus l'esprit lorsqu'elle avait intégré la PC. Le tout faisait néanmoins surface à cause de ce seul et unique individu qui – par chance (enfin, c'est encore à voir) – ne se situait qu'à deux bureaux d'elle. Deux bureaux vides. Avant que le cours ne commence, la rousse se saisit de son sac et se rapprocha de cet être familier, s'asseyant juste à côté de lui sans même lui avoir adressé un mot. Bah quoi ? Ce n'est pas comme si qu'il ne voulait pas en savoir plus, si ?

– Hey. Heath, c'est ça ? Le petit frère d'Illford ? Qu'est-ce que tu fais ici ? Question rhétorique puisqu'elle en connaissait la réponse. Ruby s'accouda alors sur sa table tandis que Percy se mettait au travail. Non rien, laisse. Je suis bête. Je suppose que c'est pour cette fichue querelle ? Génial... Je vais avoir le droit à la pression des parents, maintenant.

Petit détail : ayant quitté sa précédente place, la rousse n'était plus à l'abri du regard de Maximus qui jappa pour la rappeler à l'ordre. Un soupir plus tard, elle se retourna discrètement vers son cousin.

– Tu arrives à gérer ça, toi ? T'as réellement envie qu'on se déteste juste pour de l'argent ? Petit haussement d'épaules et baisse de ton après que Maximus ait de nouveau grogné. Personnellement, je me fiche de tout cet argent. On en a déjà bien assez comme ça...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t899-ruby-pas-aussi-precieuse-que-la-pierre-en-fin-de-compte-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t903-ruby-l-jones-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Lun 29 Juin - 16:32

Voilà arrivée l'heure de ma première journée de cours à la Pokemon community et, déjà, je me sentais dépaysé et j'adorais ça. Il n'y avait, dans cet établissement, aucun uniforme à respecter, pas d'enfant de familles plus riches devant lesquelles s'incliner, pas d'aura de prétention étouffante et cela m'avait au départ fortement déstabilisé. Néanmoins, je n'étais pas individu à me laisser effrayer par si peu et, avec l'aide et le bon goût de ma distinguée Harley, je fus habillé et prêt à trouver ma classe en un tour de main. J'avais quitté le dortoir et gagné le bâtiment principal, à la recherche de la salle de classe du professeur Yade. Mon regard ceruléen passait d'un visage à l'autre, jaugeant les autres élèves et leur attitude générale. Je devais me calquer sur eux, être plus détendu. Avant la fin de la journée, j'allais devoir déambuler dans ces couloirs avec autant d'aisance que ces anciens élèves, comme si j'avais plus d'expérience ici que tous ces nouveaux arrivants effarés et inquiets. Je devrais aussi me débarrasser de mes allures, de ce panache qui avait fait ma réputation à Volucité, dans cet établissement privé où j'avais passé la grande majorité de ma scolarité. Un programme tout à fait chargé, mais c'était exactement cela qu'il me fallait. Des défis à relever, des embûches à surmonter, le couvert de l'anonymat à vaincre.

Dans l'heure, toutefois, je devrais me contenter d'une activité plus modeste, consistant à demeurer assis à mon pupitre et à écouter le professeur, rien qui soit hors de mes compétences, mais rien qui piquait mon imaginaire. Au moins je pourrais toujours tenter de mémoriser les noms de chacun lors de l'appel, une activité des plus essentielles pour moi. Même si je ne les connaissais que de vue, chacun des adolescents ici présents pouvaient me servir dans l'établissement de ma future réputation, à un moment ou à un autre. Et puis, avouons le, une demoiselle avait attiré mon attention au milieu des autres. Seule et rousse, à deux bureaux du mien, ne portant pas trop attention à ce qui l'entourait. Serait-il possible que ce soit ma cousine? Les similitudes étaient nombreuses, mais il y avait de nombreuses années maintenant que nos chemins ne s'étaient pas croisés et tout jugement hâtif était donc à éviter. Valait mieux attendre l'appel, qui ne se fit d'ailleurs pas prier.

Connor. Daifuku. Duncan. Finnigan. Gallagher. Jefferson. Jones. Mes iris étaient rivés vers elle alors que ma main se levait, en même temps que la sienne. Ça avait été un réflexe de sa part, vraiment. Rien ici ne semblait intéresser la jeune fille ou l'émouvoir, normal après tout ce temps, sauf que je venais de changer les choses. Elle sembla surprise et échangea quelques mots avec l'enseignant avant de porter son attention vers moi, toujours aussi interloquée. Bon joueur, oui, je peux l'être moi aussi, je la saluai d'un mouvement de la tête, accompagné de l'esquisse d'un sourire. Tout autour, un murmure. Celui du jugement. Celui qui ne s'éveille que lorsqu'une personne est déjà connue par ses pairs. Ruby était arrivée avant moi, il fallait donc s'y attendre, ce n'était pas une étrangère ici. Je devais trouver un moyen de marquer le lien nous reliant dans les esprits de ces mêmes spectateurs, faire parler de moi, dès aujourd'hui. Mais comment? Pour mon plus grand plaisir, la rousse allait bientôt m'épargner ce trouble, se rapprochant de moi pour discuter, en pleine leçon. Et si... On nous prenait sur le fait? Il y aurait des répercussions, assurément. Énormes? Difficile à dire sans connaître la renommée de Ruby ici, mais il n'y a pas de petite victoire.

La demoiselle venait de changer de siège et, dès qu'elle en eut l'opportunité, m'adressa la parole. Faisant mine d'être intéressé, je me tournai un peu plus vers elle, obligeant ma chaise à se déplacer légèrement dans mon mouvement, feignant la maladresse et laissant les pattes grincer brièvement contre le carrelage, juste de quoi déranger un peu les voisins. Heath, c'est ça? Le frère d'Illford? Je cru que mes dents allaient se frotter les unes contre les autres et que de mes yeux sortiraient des poignards, mais je me contentai d'un sourire poli. Mon petit sourire passe-partout préféré, serrant plutôt le poing hors du champ de la caméra. Vint ensuite une autre question, assez simplette celle-là, et je laissai mes lèvres se faire un peu moqueuses, le ton détaché, mais chaleureux, de l'esprit comique. Sympathique, je devais avoir l'air sympathique. Aller, je fais ça tous les jours, aucun défi.

- Je suis venu conquérir l'île, chevaucher des Gyarados et cueillir des fleurs avez des Melofee. Ça me semblait amusant.

Terminais-je avec le sourire en coin des confidences qui n'en sont pas vraiment, s'aventurant plutôt sur le terrain des plaisanteries. Tentative toutefois ratée on dirait bien, puisqu'elle enchaîna tout de suite en évoquant les querelles familiales et la pression de ses parents. J'avais été classé d'emblée dans la section mauvaises nouvelles, je devais rectifier le tir. Derrière nous, le gardien des lieux maugréa et le silence retomba, mais ce ne fut que de courte durée. Un soupir tomba dans l'air, comme un petit abandon, comme une préparation à se jeter à l'eau, et je ne me trompais pas. De bout en blanc, elle me demanda si j'arrivais à gérer tout ça, sans la moindre hésitation. Elle en parlait en pleine salle de classe, sans le moindre tact, la moindre réserve. On voyait bien qu'elle avait été élevée parmi des gens bien simples. Et dire que, du haut de sa tour, madame Jones, ma mère, faisait son numéro, un martini à la main, terrorisée à l'idée que son Illford chéri soit discrédité par cette demoiselle rousse à la face bien ordinaire. Juste pour cela, elle me plaisait déjà, cette cousine. Une adolescente si normale, si authentique, si spontanée et un peu quelconque si ce n'était de sa chevelure, réussir à me plaire dès les premiers instants. Peut-être au fond valait-il vraiment la peine de ne pas la sous-estimer, qui pouvait savoir ce qu'elle avait dans la manche?

- Comment pourrais-je détester quelqu'un que je connais à peine pour quelques billets? Enfin, en toute franchise, ma mère s'est convaincue que je pourrais te surveiller pour elle, mais je ne compte pas rester un pion toute ma vie. Je lui dirai que tu as des résultats exécrables si tu veux, comme ça il n'y aura de problème pour personne, ne t'inquiète pas.

Voilà, c'était pas mal ça. Et ce n'était même pas un mensonge, ce qui rendait la chose encore meilleure. Néanmoins, tout semblait avoir été dit pour l'instant, mais ce n'était pas suffisant. Je devais gagner sa confiance, lui montrer que j'étais aussi simple qu'elle et m'intéresser à elle, ce qui n'était franchement pas un problème, puisqu'elle m'intéressait véritablement. Après quelques regards en coin ici et là au fil du cours, je finis par reprendre la parole avec le sourire jovial et la curiosité au fond des yeux, comme un petit garçon désireux d'en apprendre d'avantage sur ce qu'est devenu son vieil ami, laissant ma voix s'emporter un peu plus, pour bien marquer mon enthousiasme et attirer un peu l'attention. D'accord, j'exagerais un peu, mais quel mal y avait-il là dedans?

- Et toi, il me semble que cela fait une éternité qu'on ne s'est vus, ma très chère Ruby. Quel parcours as-tu choisi? Comment se passent les choses de ton côté? Lorsque mes parents parlent de toi, ils ne le font qu'en terme de compétition, alors j'avais vraiment hâte d'en savoir plus. Ça devient véritablement lourd à la longue.

_________________

Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Lun 29 Juin - 18:16

De l'humour ? Peut-être qu'on pouvait interpréter sa première réaction ainsi. En tout cas, c'est de cette manière que Ruby l'avait prise. Sans même se soucier d'une quelconque arrière pensée, elle se laissa emporter par un petit sourire non-contrôlé. Au moins, il semblait sympathique. La notion de compétitivité serait-elle donc à mettre de côté en compagnie de Heath ? La rousse espérait, ne souhaitant guère avoir à se justifier devant telle ou telle personne sur une tranche de vie, ou même sur le pourquoi de cette bataille. Elle qui avait si bien réussi à s'intégrer de la plus normale des manières ne désirait voir ses efforts voler en éclat à cause d'une seule erreur. C'est donc en jouant la carte du pacifisme qu'elle poursuivit la conversation avec son cousin, sans même prêter attention au cours de Percy ou à l'étroite surveillante de Maximus.

– Tu m'en vois ravie. Je n'aime pas me faire cataloguer à cause de mes racines. C'est mieux de se fondre dans la masse.

Actuellement, c'était tout le contraire puisque les bavardages ne semblaient pas passer inaperçus aux oreilles de monsieur Yade, bien qu'il ne dise rien à propos de cela. Pire encore ; les élèves voisins entendaient tout. Pour la discrétion, on repassera, ma chère. Tout cela ne l'empêcha néanmoins pas de poursuivre la causette, tout simplement parce que c'était plus bien intéressant qu'un cours d'histoire-géographie rattrapable auprès de n'importe quel camarade. Ruby se voulut donc la plus attentive possible aux interrogations de son cadet. Petit fait intéressant relevé par l'étudiante : il parlait encore de façon assez soutenue. Que ce soit volontaire ou non, cela marquait une différence avec les autres adolescents d'ici. Aussi amusant que ça puisse être, c'était tout de même assez perturbant.

– Oui, plutôt longtemps. Je ne me rappelle pas de tout puisqu'on était bien jeunes... M'enfin ! Là, je suis topdresseuse de grade deux, spécialiste spectre exactement. Sinon, je suis aussi scientifique pour le moment, certainement archéologue après ça. Je sais pas encore. De toute manière, j'ai encore le temps. Un regard de Percy plus tard, la rousse sortit un cahier et s'équipa d'un crayon, ne serait-ce que pour feinter l'assiduité. Les bonnes vieilles techniques... on ne s'en sépare jamais tout au long de sa scolarité. Enfin. Je dirais que tout va plutôt bien. Une petite phrase random notée sur le cahier. Oui, on simule aussi la prise de notes. Et toi, qu'est-ce tu comptes faire ici ?

Un simple rebondissement par le renvoi de question. Ruby en oublia même la petite remarque qu'elle avait précédemment pensé. Oh et puis, ce n'est pas comme si qu'il s'agissait de la chose la plus importante en ce monde, Heath pourra probablement s'en passer. Pourtant, la Pyroli ne put s'empêcher de lui faire part de son jugement, aussi subjectif soit-il.

– Ah ! Tant que j'y pense : tu peux te détendre. T'as pas vraiment besoin de parler de façon si soutenue. Décoince-toi ! Un petit coup de coude des plus discrets accompagné d'un sourire. C'est à croire qu'il suffisait d'un rien pour ne pas éveiller les soupçons de la demoiselle... et c'est un peu le cas. Naïve ? Insouciante ? On peut dire ça. Et un peu taquine aussi. Fais attention, Maximus te regarde. Petite blague puisqu'il était occupé avec un autre élève.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t899-ruby-pas-aussi-precieuse-que-la-pierre-en-fin-de-compte-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t903-ruby-l-jones-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Lun 29 Juin - 19:22

Un sourire, une réponse positive, tout se passait bien. Sauf que c'était encore plus facile que tout ce que j'avais pu imaginer. Je m'attendais à une jeune femme fourbe, manipulatrice, un air d'arrogance, quelque chose. Entre requins, on arrive toujours à se reconnaître, avec ou sans les masques, et cette demoiselle me semblait purement et platement honnête. Elle admettait même préférer se fondre dans la masse, sans plus. Voilà une attitude qui, pour d'autre, aurait pu être vue comme louable, mais je me contentais de trouver cela hilarant, ironique. Et d'ailleurs, parlant d'ironie, nous étions loin d'être discrets. Ainsi observés, je me devais de modifier mon regard, le rendre plus doux, plus captivé. Je devais donner l'impression d'une proximité évidente, pour marquer les esprits. Entre les paroles captées par nos voisins et cette attitude aussi familière en plein cours, il était presque obligé qu'une petite rumeur se forme, une pensée au minimum. Ce n'était presque rien, mais ce n'était pas rien. Je poursuivis mon petit numéro avec le sourire, lui demandant de ses nouvelles, qu'elle ne tarda pas à me confier sur un plateau d'argent. Topdresseur de grade deux, spécialisée dans les Pokémon spectres, également scientifique à ses heures perdues, probablement dans le but de devenir une archéologue. Véritablement macabre comme combinaison à bien y penser, mais au moins elle avait des projets d'avenir, à défaut d'avoir l'ambition.

- Impressionnant.

Laissais-je glisser avec un ton qui m'était plus naturel, un peu plus grave. Aussi étrange que cela puisse paraître, ma sincérité s'accompagnait toujours de cette étrange impression de gravité, cet air moins investi, alors que c'était pourtant bien plus sincère. Pas que je fus intimidé ou quoi que ce soit de cet ordre, mais il était vraiment agréable de voir une jeune femme posséder de vrais projets, contrairement à toutes ces filles de riche qui préféraient emprunter la voie facile et royale du mariage avec un bon parti. Un autre point pour la demoiselle Ruby dans mon classement. Dans tous les cas, la jeune fille se saisit d'un cahier et fit mine de prendre des notes, comportement que j'imitai aussitôt, comme me pliant aux conseils de mon aînée. Néanmoins, nous savions tous deux que ce n'était que façade et la conversation repris en murmures légers et anodins, entre deux notes factices sur ces pages lignées. Ce que je comptais faire ici pour ma part? Je n'allais certainement pas lui dire que je voulais m'engager dans la filière de l'espionnage, ce serait la pire des idioties.

- Je dois avouer que le parcours en top dressage m'intéresse beaucoup. Le type glace m'attire plus particulièrement, d'autant plus que j'ai la chance d'avoir un starter de ce type.

Retour à la prise de notes, bien que notre petit manège ne trompait strictement personne. L'espoir fait vivre, à ce qu'il parait, mais je pense qu'il peut aussi faire mourir. Malgré tout, la suite me surpris un peu plus. J'avais songé à modifier ma façon de me tenir, mais jamais au grand jamais n'aurais-je voulu revoir mon langage à la baisse. Et ce coup de coude donné avec tant de nonchalance, accompagné d'un sourire, voilà qui était si inhabituel pour moi. Mais bon, pourquoi ne pas me laisser prendre au jeu? Me dis-je en lui retournant aussi un léger coup du coude, lui adressant un sourire en coin, l'air espiègle et joueur.

- Vous êtes impitoyable, mademoiselle Jones. Moi qui pensais me fondre à la perfection dans la masse des élèves, diantre que je suis maladroit.

Oui, j'avais bien exagéré sur ce coup là, bien que ce ne fut pas si loin de mes dialogues habituels, en toute franchise. Au moins, la confiance semblait installée et les sourires faciles, nous développions presque une petite complicité, même, et je n'en étais pas peu fier. Bien qu'en même temps, il n'y avait que peu de choses dont je n'étais pas fier. Joueuse à son tour, la rousse me dit de faire attention, Maximus me regardait, et je feignis un air inquiet, me retournant comme un jeune homme maladroit à qui on n'aurait jamais appris la discrétion.

- Vraiment?

Non, ce n'était pas le cas, puis-je voir en ma maneuvre exagérée. Il regardait dans la direction presque totalement opposée, par je ne sais quel miracle. Ainsi parler dans les cours ne suffisait pas ici, je vois. Je me retournai vers ma cousine furtivement, avec l'air amusé, mais un peu déçu, du type naïf qui s'est fait avoir.

- Impitoyable et fourbe, tu es pire que je pensais.

Un petit essai de langage moins coloré qui me fit presque un froissement d'horreur. C'était si inhabituel de m'entendre tutoyer quelqu'un directement, je ne pourrais sans doute jamais m'y faire. Néanmoins, je ne pu m'empêcher d'ajouter autre chose, retrouvant de nouveau, l'espace d'une réplique, mon ton plus profond, l'esquisse de toutes les intentions qui m'animaient, enduit d'un plaisir non dissimulé.

- J'adore.

Et là encore, ce n'était pas un mensonge. C'était réellement une combinaison intéressante et, si j'acceptais de la laisser mener comme ça de temps à autre, je pressentais que nous pourrions passer de bons moments ensemble, tout de même. Suffisait d'un peu de bonne volonté de ma part. D'ailleurs, parlant de ça, je repris la parole en murmures plus légers, comme passant d'une attitude à une autre comme si je jouais aux cartes, espérant tout de même vaguement que cela n'éveille pas la méfiance, seulement l'impression de mystère.

- Il pourrait être agréable de faire autre chose une fois ce cours terminé, il y a tant de choses à rattraper et tant de choses que je dois encore découvrir sur cette île. Me ferais-tu l'honneur, charmante cousine?

_________________

Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Mar 30 Juin - 1:18

Ah ! Quelle autre belle sensation est aussi agréable que celle de se faire écouter ? Même si cela paraissait plutôt évident, c'était toujours réconfortant d'avoir une oreille attentive près de soit. Ruby sourit de nouveau, plus qu'heureuse de pouvoir entretenir une conversation avec un membre de sa famille sans qu'une seule tension apparente ne se créé, chacun étant à l'écoute de l'autre dans le plus grand des respects. La demoiselle se tut d'ailleurs lorsque ce fut à Heath de répondre. Un spécialiste de type glace ? Un starter du type, en plus de ça ? La rousse s'adonna alors à quelques réflexions. Le Pokémon glace le plus improbable devait sans doute être Delibird, tandis que le plus adapté serait plutôt Sneasel voire Swinub... Qu'importe ! Il suffirait simplement de le demander un peu plus tard.

Au final, peut-être que cette sensation-ci est plus agréable, oui. Cette euphorie partagée quand quelqu'un répond à vos taquineries. La Pyroli se passa la main derrière la tête tout en souriant bêtement, presque flattée par cette réponse. Pourtant, elle savait que tout cela n'était qu'une sorte de petit jeu, mais cela n'en restait pas moins amusant pour autant. Bien heureusement, elle n'alla pas jusqu'à en rire, de peur que le Steelix remarque la supercherie. Quant à monsieur Yade, autant ne pas s'en inquiéter. Il manque tellement de confiance en lui que parler à un élève de son mauvais comportement le tétanise. C'était un peu mal de profiter ainsi de cette faille, mais tellement tentant pour le coup. Enfin, pas aussi tentant que l'offre avancée par Heath. Se revoir après les cours, en somme ? Ruby fit mine de réfléchir pendant quelques secondes, faisant marmiter son interlocuteur avec un "Hmm" des plus prolongés alors qu'elle savait quoi répondre depuis le début. Quelques secondes plus tard, l'imbécile heureuse daigna enfin donner sa réponse sur un ton malicieux.

– Avec plaisir, délicieux être de générosité. Dit comme ça, il y avait bien de quoi attiser les regards suspicieux des voisins. Il est vrai que c'était à la limite du tendancieux, si on y pensait bien. L'étudiante haussa néanmoins les épaules, se fichant bien de tout ce que ces gens pouvaient penser. Qu'ils se fassent des idées s'ils veulent. Je vous laisse néanmoins la surprise quant au lieu, à moins que vous ne connaissiez suffisamment le campus pour vous le permettre. Non. Définitivement, tant de manières ne lui allaient pas. Elle soupira et tapota l'épaule de son voisin. C'est trop dur ! Je peux vraiment pas rester sérieuse tout en parlant comme ça. Enfin ! Tu es d'accord ? Ou bien tu préfères que je te fasse visiter ?

Dans les deux cas, cela allait permettre une sortie. Mais une question s'amusait à galoper dans la boîte crânienne de la rousse : combien de temps restait-il avait que la sonnerie signe la fin du cours ? Encore trente neuf minutes exactement. Trente neuf minutes à écouter ce très cher Percy commenter le pôle urbain de Kanto. Non. Non, c'est non. L'assiduité a ses limites. Enfin... surtout l'assiduité de Ruby, en fait. Elle interpella donc Heath à l'aide d'un nouveau coup de coude des plus discrets, comptant bien lui faire part de son plan.

– Hey ! Percy est une guimauve, il ne peut presque rien refuser à ses élèves. Ça te dit de partir plus tôt ? Je n'aurais qu'à feindre le mal de ventre, tu demanderas à m'accompagner à l'infirmerie. Un frisson. Bien sûr, on y ira pas vraiment. Needle est affreuse... Mais au moins, on pourra s'en aller. Je demanderai le cahier d'une amie pour rattraper le cours.

Bah quoi ? Chacun ses petites combines.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t899-ruby-pas-aussi-precieuse-que-la-pierre-en-fin-de-compte-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t903-ruby-l-jones-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Mar 30 Juin - 4:08

La demoiselle fit mine d'hésiter de façon enfantine, prenant même la peine de marquer sa réflexion d'un effet sonore, presque pour continuer de jouer encore un peu. Soit, je n'avais aucun problème avec le jeu, même que je le cherchais activement à tous les jours de ma vie, pour sûr que j'allais en profiter maintenant qu'il cognait si gentiment à ma porte, coiffé de cheveux roux. Je me fis patient, laissant mon regard adoucit l'admirer pendant ce petit intermède espiègle, jusqu'à ce que sa réponse daigne tomber, toujours avec beaucoup de malice. Elle avait ce côté pétillant des jeunes filles ordinaires. Si je devais la comparer à un breuvage, ce serait assurément une boisson gazeuse. Peu sophistiquée, mais délicieuse lorsque venait le temps d'apprécier les petits plaisirs coupables -et bon marché- de la vie. Ce serait donc avec plaisir qu'elle acceptait de me revoir, moi, l'être d'extrême générosité. Je me contentai d'un sourire, accompagné d'une expiration, d'un petit mouvement des épaules et d'un autre de la tête, comme lorsque l'on tente de retenir un rire, mais que l'on ne peut s'empêcher de noter que notre interlocuteur n'est pas sérieux, que l'on se fait taquiner. Une réaction naturelle, du genre que l'on fait sans réfléchir, cette combinaison de geste étant difficile à synchroniser et à mettre ensemble de façon calculée. Je me demandais si elle oserait dire la même chose si elle savait le contenu de mes pensées, bien que j'avais déjà fait bien pire. Il n'était, après tout, pas difficile de feindre l'attachement à une personne qui nous fait tout de même bonne impression.

La jeune femme chassa les jugements d'un mouvement d'épaule à son tour, ignorant les regards des autres élèves, alternativement sur nous, puis entre eux alors qu'ils tentaient de communiquer de mouvements de tête, comme pour se demander respectivement si l'autre avait entendu une rumeur qui parlait de ça ou s'ils tenaient un scoop. Parfait, chasse les autant que tu veux, délicieuse Ruby, je les embrasserai à bras ouverts. Parant sa voix de frioritures, ma cousine s'exprima avec articulation et velours, me demandant si je désirais visiter un endroit précis ou si une visite générale ne serait pas plus appropriée. Néanmoins, il lui était aussi difficile de s'adapter à mon langage que moi au sien et la rousse ne tint pas longtemps, regagnant un terrain plus sécuritaire avec un sourire authentique. C'était le genre d'individu qu'elle était, tout simplement. Quelque peu charmé par cet effort, je laissai mon regard vagabonder jusqu'au sien et posai ma main sur la sienne avec bienveillance, comme si cette salle de classe n'accueillait personne d'autre que nous deux. Tous étaient complètement silencieux, leur attention rivée vers nous, sourds au discours faiblard de monsieur Yade. Voilà ce que j'appelle la scène parfaite, montée pour le public parfait.

- Faites-moi rêver, délicieuse Ruby. Je vous suivrai d'une berge à l'autre de cette île. Et j'apprécie l'effort, mais il vaut mieux s'en tenir à nos dialectes habituels, rien ne vaut mieux que le naturel après tout. Vous êtes ainsi parfaite.

Le silence de toutes ces demoiselles qui nous écoutaient à la dérobée, maudissant cette vie injuste qui ne leur avait pas permi d'être assises à cette place, je pouvais presque l'entendre, tel un grondement sourd venu des profondeurs. Les jeunes adolescents, roulant des yeux en se demandant comment elles pouvaient tomber pour de telles stupidités, une autre façon d'écrire le mot jalousie. Il était maintenant temps de séparer nos regard d'un dernier sourire malicieux alors que Maximus se tournait vers nous, replongeant dans nos notes pour l'instant, laissant derrière nous, dans l'air, cette impression de chaleur qui était née de toute cette petite conversation. Combien de temps allait-elle tenir? Combien de temps est-ce que les filles autour, énervées comme si elles suivaient un feuilleton, allaient réussir à tenir? Pas très longtemps vu qu'un nouveau coup de coude me fit immédiatement tourner mes iris à la couleur du ciel entièrement vers elle, lui offrant toute mon attention et délaissant le monde autour de moi. Elle avait un plan pour nous faire sortir d'ici, elle ne voulait même pas attendre la fin du cours, et je dois avouer qu'il y avait là de l'ingéniosité et, surtout, du cran.

- Un véritable kaléidoscope de surprises. Ce sera parfait, cousine chérie. Souffrez maintenant.

Lui murmurais-je avec un air de sourire complice avant de me tourner vers l'enseignant pour l'interrompre tout en levant la main, prenant un air inquiet pour ma voisine. Ma voix s'éleva d'ailleurs en ce sens, porteuse d'une crainte qui se voulait convaincante et de cette petite douleur que ressente les êtres humains, lorsqu'un être chéri souffre devant eux.

- Veuillez m'excuser, monsieur Yade, mais je pense que mademoiselle Jones est en train de faire un malaise, il faut que quelqu'un aille la reconduire à l'infirmerie. Loin de moi l'idée de vous déranger en plein cours, aussi puis-je m'en occuper moi-même, avec votre permission. Mais il faut faire vite, la pauvre souffre atrocement.

Dis-je avant de donner un léger coup de pied furtif à l'une des pattes de sa chaise, pour lui dire de souffrir un peu plus. Complètement désarçonné, l'enseignant balbutia quelque peu, avant de finalement refermer la bouche et d'acquiescer pour nous laisser partir. Je me levai presque d'un bond, rangeant mes effets dans mon sac avant de jeter celui-ci sur mon épaule, juste avant de me précipiter sur les effets de Ruby pour les ranger à sa place et porter son sac du même coup.

- Vous en faites toujours trop, chère cousine, laissez moi porter vos effets et préoccupez vous plutôt de votre santé. Venez, je déteste vous voir ainsi.

Et la minute suivante, la porte se refermait derrière nous et nos pas résonnaient dans le couloir alors que je devais lutter pour ne pas éclater de rire. Nous étions sortis de là comme portés par la brise, devant les regards stupéfaits de tous. Je parierais ma chemise qu'ils étaient en train de se demander comment faire la même chose, mais ils n'étaient pas nous. Ils ne faisaient pas partis de la légende et seuls les héros arrivent à s'en tirer avec autant de brio.

- Voilà un problème hors de notre chemin. Vous étiez excellente, ma tendre et douce. Vous ne cessez de me surprendre, bien que je crois que la surprise fut plus grande pour eux que pour moi!

_________________

Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Mer 1 Juil - 3:17

Un doux contact. Cette main soudainement posée sur celle de la rousse ne pouvait être qu'un autre signe trompeur, n'induisant que davantage les autres en erreur. Bien que légèrement surprise, Ruby n'en laissa rien paraître et se mit déjà à réfléchir sur son futur jeu d'actrice. Le plus dur fut sans aucun doute de retenir quelques rires provoqués par les spectateurs. Entre les filles et les garçons confondus, la jalousie régnait. Mais comme dirait l'autre philosophe de notre époque : t'es dans ta jalousie pendant que j'suis dans mon jacuzzi.

C'est donc sans tarder que Ruby courba légèrement son dos, camouflant une partie de son visage dans ses cheveux alors qu'elle ralentit volontairement sa respiration dans le but de la rendre bien plus lourde. Instinctivement, son teint se voulut plus livide, plus pâle. Une grimace déforma alors son visage, ses yeux se plissant quelque peu pendant qu'une main se porta jusqu'à son ventre. Suite à cela, Heath se chargea d'interpeller le professeur. La Pyroli ne se fit guère attentive à la courte discussion entre les deux personnages mais sentit néanmoins sa chaise trembler quelque peu. Un coup ? Non, plutôt un signe. N'était-ce donc pas assez ? Par simple précaution, la malade imaginaire força un peu sa grimace, allant jusqu'à ne plus respirer pendant quelques secondes. Par ce simple mais dangereux stratagème, sa vision se troubla d'elle-même et toute notion d'équilibre sembla disparaître pour ces quelques instants. Quel réalisme perturbant ! Pour preuve, l'étudiante fut réellement obligée de s'appuyer sur son cousin pour ne pas tomber à la renverse. Bien heureusement, elle profita du fait que plus personne ne la voie de face pour respirer à nouveau, reprenant ainsi progressivement ses esprits. Enfin, les portes se fermèrent. Arceus merci, elle aspira une grande bouffée d'air tandis qu'elle s'éloigna en compagnie de son bienveillant cadet. Une fois qu'ils furent à une distance suffisante de la salle de classe, Ruby soupira un bon coup, veillant néanmoins à rester attentive aux propos de Heath.

– C'est trop ! Je ne pense avoir été si étonnante, tu sais. Enfin... je sais pas. Et puis je n'étais pas seule. Tu es aussi resté plutôt naturel malgré tout ça, je pourrais très bien te complimenter pour ça !

Quoiqu'il en soit, l'étape la plus difficile était désormais derrière eux, bien qu'il restait encore l'exploitation de quelques skills de ninjutsu pour tromper la vigilance de Gaston. Ce très cher monsieur touche-à-tout devait probablement vagabonder de toilettes en toilettes, analysant méticuleusement les canalisations, à la recherche du moindre problème. Bien heureusement, les couloirs restaient plus calmes qu'un Charmina en méditation, si l'on ignorait la conversation des deux adolescents. Conversation qui devait d'ailleurs rester la plus basse possible, ne serait-ce que par simple précaution.

– Bref ! Maintenant qu'on a réussi à sortir, je dois trouver où t'emmener. Hmm... D'ordinaire, c'est aux garçons de mener ce genre de sorties ! Encore un sous-entendu mal placé. Pourtant, il n'y en avait pas tant besoin puisqu'il tous les spectateurs étaient restés sur les lieux du premier acte. Eh bien... Je peux sans doute te proposer quelques lieux, mais je reste indécise. Le bois de brume, la grotte granite ou bien - soyons fous - la ville ? Choisis ce qui t'inspire le plus ! Par la même occasion, ça m'aidera à te connaître un peu plus. Hop ! Un petit clin d’œil taquin.

Après cela, elle tenta d'attraper ses effets personnels, ne comptant pas laisser toute cette charge à son cousin puisqu'il portait déjà les siens. Aussi sympathique pouvait-il être, mieux vaut ne pas en profiter. Ruby insista gentiment pour porter ses affaires "comme une grande". La réplique étant bien sûr prononcée sur un ton des plus ironiques, puisque la demoiselle est en réalité l'aînée du binôme.

– Je vais déposer mes affaires et on se revoit là-bas ? Tu devrais en faire de même !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t899-ruby-pas-aussi-precieuse-que-la-pierre-en-fin-de-compte-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t903-ruby-l-jones-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598

MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   Jeu 2 Juil - 20:53

Nous venions tout juste d’échapper au cours de monsieur Yade, parcourant les couloirs tel un duo victorieux et plein de joie. Je la complimentai sur son jeu d’acteur qui, réellement, m’avait surpris. Venant de la part d’une jeune femme aux airs aussi authentiques et aussi plats de vérité, je ne la pensais pas capable d’une prouesse de ce genre. Enfin, en vérité le jeu s’était avéré exagéré et, pour cela, il paraissait évident à mes yeux de renard qu’elle avait simulé, mais l’important était que les autres ne le sachent pas. Modeste, ce qui allait parfaitement à sa condition, puisqu’elle l’était véritablement, ma cousine me corrigea, avouant qu’elle n’avait pas été si étonnante. Bien, au moins si elle le savait, ça lui ferait une désillusion de moins. Même, elle poussa la chose plus loin, mentionnant qu’il lui était aussi possible de me féliciter en retour vu le naturel dont j’avais fait preuve, ce à quoi je me contentai d’esquisser un sourire poli. C’était très ironique, vraiment, puisque le moi qu’elle avait vu depuis notre rencontre, quelques minutes plus tôt, n’avait eu que de rares moments de sincérité. Mais bon, je ne pouvais la blâmer d’ignorer ce qui était hors de sa portée.

- Simplement l’habitude. Lorsque l’on vit avec madame Jones, il faut apprendre.

Oui, je parlais de ma mère, bien que ce simple aveu m’en donnait des frissons d’horreur et de mépris. Dans tous les cas, aucun de nous deux n’avait envie d’aborder ce genre de sujet, il s’agissait d’une entente non dite et, bientôt, le silence avait retombé dans le couloir, si ce n’était du bruit de nos souliers. Le temps d'arrêt ne saurait toutefois durer très longtemps puisque, pour des raisons évidentes, nous ne pouvions tout de même pas vagabonder au fil des couloirs jusqu’à l’heure de la fin des cours. Si nous nous faisions prendre sans raison valable, ce serait la fin de notre petite expédition sur Lansat. Étant parvenue à la même conclusion, la rousse réfléchit à haute voix quant à l’endroit où nous pouvions aller, mentionnant au passage que ce serait habituellement à moi de décider. Levant les mains, paumes vers le haut et haussant un peu les épaules, je m’excusai d’un sourire, le tout tranchant un peu avec l’attitude droite et irréprochable dans laquelle mon corps s’était enfermé si longtemps.

- Navré. L’on m’a appris à toujours faire passer les désirs d’une belle dame avant les miens, je préfère donc vous laisser ouvrir la marche, précieuse cousine.

Devant ma réponse, elle enchaîna donc, un peu incertaine au départ, mais mentionnant tout de même qu’elle pouvait penser à quelques endroits, sans pouvoir toutefois trancher sur le lieu définitif. Dans sa liste figuraient le bois de brume, la grotte granite et le centre-ville. Trois endroits que je mourrais d’envie de visiter, curiosité oblige, mais un seul où je me voyais passer du bon temps avec cette cousine pleine de naïveté et de légèreté. Elle disait que cela lui permettrait de me connaître un peu plus, ce qui n’était pas faux. Chaque individu était davantage attiré dans une direction ou dans une autre en fonction de ses préférences, elles mêmes déterminées en grande partie par la personnalité. À cela s’ajouta un clin d’œil joueur auquel mes lèvres firent écho en un petit rictus malicieux.

- Je choisirai la ville, bien que je craints que cet endroit s’apparente d’avantage à un village qu’à une ville, si on doit la comparer à la ville de notre enfance. Cela me donnera même l’occasion de faire des jaloux!

Et nous voilà en route, ou presque. La demoiselle désirait récupérer ses effets personnels afin de les porter sur ses propres épaules. Ma réaction initiale fut un refus pur et simple, mais les arguments avancés étaient bons. Il serait plus pratique de nous débarrasser de ces points encombrants et je n’avais ni l’envie, ni la galanterie sincère en assez grande quantité pour insister jusqu’à l’accompagner. Je cédai donc à sa demande, me délestant de ce poids sans aucun regret. Comme si je n’avais que cela à faire, porter le sac de ma cousine toute la journée. Après de dernières salutations, nous nous séparâmes finalement et je rejoignis le dortoir Noctali en toute discrétion, me glissant jusqu’à ma chambre. J’y ajoutai à mon accoutrement une veste de bonne facture et, bien sûr, très stylée, ainsi qu’une longue écharpe bleue, faisant écho à ma chevelure inhabituelle. Satisfait, je pu accrocher la balle d’Harley à ma ceinture et repartir comme j’étais venu, allant patienter pour la demoiselle à la sortie de l’établissement, les mains dans les poches et mon regard cyan tourné vers le ciel arctique de février. Heureusement, la jeune femme ne me fit pas trop patienter et, à son approche, je lui offris mon bras avec un sourire chaleureux, afin que nous nous dirigions vers la ville, bras dessus-bras dessous. Petite excentricité de ma part, j’avais toujours un côté très tactile à l’endroit de mes proies du moment, c’était l’un des nombreux aspects de mes petits jeux. À voir, ensuite, si elle poursuivrait la partie elle aussi ou pas,

- Heureux de vous revoir. Y-a-t-il des endroits en particulier que nous devons visiter? Petit café, salle d’arcade, quelque chose de cet acabit? Ou préférez-vous simplement vagabonder dans les rues et faire du lèche-vitrine?

_________________

Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La famille ou l'argent ?   

Revenir en haut Aller en bas
La famille ou l'argent ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-