Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2387
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Ven 24 Juil - 15:50
''Ok amigo, c'est compris...Et merci, hein''

Y'a vraiment qu'en étant Ranger qu'on peut se retrouver en plein vol sur un Noarfang à discuter tranquillement avec un Tylton. Enfin, tranquillement...Quand on voit tout ce qui se passe en bas, le mot n'est pas vraiment bien choisi: même si les élèves ne sont pas plus gros que des Statitik, ils n'en restent pas moins tellement nombreux que ça grouille littéralement. La forêt qui entoure le batîment étrange bruisse, craque et gémit tandis que notre petite armée se dirige depuis les quatre points cardinaux vers sa position. On aura l'air fin si les otages ne sont pas là-bas, mais c'est la seule piste que nous ayons, alors il est hors de question de la laisser filer !
Et si Orren et les autres veulent que je reste en vol pour les couvrir, pas de problème mais par contre je vous préviens: une fois en-bas, ceux qui ont enlevés Léo et les autres SONT À MOI !...Même si j'ai pas la moindre idée de ce que je leur ferais, s'ils me tombent entre les mains.
Je me demande quand même ce qui se passe en bas, peut-être que je devrais planer un peu pour...!!....Lucki.
Manquant de peu de glisser du Noarfang, je me retrouve plaqué contre lui, comme attiré vers le sol par un gigantesque aimant (Prenez un buffet à volonté avec un gros panneau lumineux et vous aurez le même résultat). Sous l'effet d'une gigantesque baffe mentale, notre lien d'aura vient tout bonnement de me submerger, et continue de me ''tirer'' vers le sol. Ok, ok, j'ai compris je dois descendre, Lucki, va doucement ! Si tu continues, c'est une descente en chute libre que je vais faire et j'y tiens pas des masses !
Guidant tant bien que mal le Noarfang jusqu'à la source qui me tiraille aussi violemment, je débarque dans un coin un peu à l'écart, tandis qu'au loin les bruits des premiers contacts avec la Team Rouage commencent à se réverbérer dans toute la forêt. Une fois descendu de ma monture, un petit bip se fait entendre et l'une des lumière qui éclairaient mon Capstick s'éteint, un instant avant que le gigantesque Hibou ne reprenne son envol...
''Merci...''

C'était quand même mon premier Pokémon Capstické, ça fait quelque chose de le voir s'en aller. Me voila donc de retour au sol et mon Lucario est là, la patte dressée et les yeux fermés, et continue de m'irradier de cette sensation d'urgence qui m'a coupé les ailes (au sens propre). Je sais pas POURQUOI tu as fait ça, amigo, mais la prochaine fois, tire directement avec un canon sur mon Noarfang, ça ira plus vite !

''Tu peux arrêter, Lucki, je suis là, hein....Et on peut savoir ce qui t'a pris?!''

Pour toute réponse, le Pokémon Combat coupe sa  concentration et s'écarte pour dévoiler la silhouette de...Heath? C'est lui qui t'a demandé de faire ça ? Quelques explications du Noctali s'avère nécessaire avant que je ne cesse de fulminer contre mon starter. Ok, donc il compte partir par un autre chemin et a besoin de Lucki pour faciliter l'infiltration.Ça me va, j'sais pas si vous vous en êtes rendus compte mais le combat et moi, ce n'est pas le grand amour. Un autre Noctali vient se joindre à notre petite équipe (Mécano dans le genre savant fou...j'aime bien ce type) mais notre quatuor ne tarde pas à se muer en quinte : plongeant du ciel (c'est la journée, décidément) d'un bond prodigieux, un Ferosinge qui ne m'est pas inconnu vient tout bonnement de piler au milieu de notre groupe...Oh non, pas lui...

''Sam? Euh...Vous êtes sûr que c'est une bonne idée ? Non parce que je te connais, amigo, et la discrétion et toi, ben...Voila quoi.''


Pas taper ! Avant que le Férosinge ne puisse faire la démonstration de ses talents de catcheur sur un petit Ranger Rose, Lucki s'est interposé et au terme d'une LONGUE minute d'échanges de regards, les bras du Singe Masqué se rabaissent. Le Lucario se retourne ensuite, comme si l'affaire était réglée. Je ne sais pas ce que tu lui as dit mais si tu penses qu'il peut se la jouer Ninja suffisament discrètement, je vais te faire confiance...

''Un jour peux venir où je réussirai à comprendre comment tu fais pour toujours avoir le dernier mot, Lucki...Mais ce jour n’est pas arrivé ! Bon, Heath, c'est quand tu veux, qu'est-ce qu'on doit faire?''


********************

''*soupir* Lucki, rattrape-le...''

Il va tout faire foirer ce bourrin ! Pour la troisième fois, mon Lucario rattrape littéralement au col le Férosinge qui s'apprêtait à s'élancer droit sur le petit groupe d'hommes en uniforme, qui dépasse l'arbre dans lequel nous sommes dissimulés. Malgré l'assaut frontal mené par la majorité des élèves, on dirait que quelques sbires continuent de tourner autour du batîment...La diversion prévu par Heath à l'air de fonctionner mais en attendant, il reste encore juste assez de gardes pour que l'infiltration soit des plus malaisées.
Autant vous dire qu'on se la joue comme de véritable professionnels, style Metal Arbok, zigzaguant d'une cachette à une autre, traversant les lieux dégagés tandis qu'une ombre bleu ou un étrange petit drone apparait mystérieusement à cet instant précis dans le champ de vision des gardes à l'opposé de notre position. Au prix de quelques efforts, Lucki est parvenu à englober une surface bien plus importante de son aura, mais je sens qu'il ne va pas tarder la rétracter, vu la pression qui m'assaille. Il y a quelque chose de bizarre...Que toutes les auras enragés ou excités des élèves et des sbires autour du batîment crée une véritable cacophonie dans sa tête, je veux bien c'est déjà suffisament violent pour expliquer le malaise grandissant qu'il me transmet. Mais dès qu'il tente de pénétrer ''dans'' la base pour la scanner, c'est presque un cri de douleur mental qui me transperce...Le tout couplé à l'irritabilité de Sam qui ne cesse de vouloir se lancer dans la bataille, autant vous dire que les choses sont un peu plus compliqué que prévu.

Au terme d'une (trés lente) progression, nous parvenons enfin à l'arrière de la base (pour peu que ce gros truc rond est un arrière et un avant...Mais bon, on fait pas la fine bouche et on avance, allez !). Abel en profite pour nous faire la preuve de ses talents (Euh...On avait dit DISCRETE l'entrée?.Quoi que, si j'avais demandé à Lucki, la porte se serait retrouvé à Hoenn à grands coups de Forte-Paume.) Une fois à l'intérieur, c'est donc à tâtons dans des couloirs blancs et pratiquement tous similaires que nous nous retrouvons confronté au premier véritable problème de notre équipée.

''J'espère que l'un d'entre vous à un moyen de se repérer, parce qu'à part le ''Couloir Blanc n°1'' et le ''Couloir Blanc n°2'', ça risque d'être compliqué de trouver notre chemin...Lucki?!''

Euh...Là, il y a un truc qui cloche. Le Lucario n'a pas fait trois pas à l'intérieur du bâtiment que le voila complétement paralysé, les pattes sur les tempes. Dans le même temps, la pression minime qui s’exerçait sur moi se mue en une véritable tornade, une seconde avant que mon starter ne m'exclue brusquement de son lien d'aura. Qu'est-ce qui...s'est passé? On aurait dit que quelqu'un vient de me passer l'esprit au presse-purée...Légèrement tremblant, je met quelques secondes à retrouver une vision cohérente, tandis que dans le même temps, l'aura de Lucki reflue brusquement jusqu'à n'englober qu'une surface extrêmement minime autour de lui.
Ça n'est arrivé qu'une seule fois ce genre de trucs, et je crois savoir ce que ça veut dire...On est mal. Si Lucki reste là..je veux dire proche de moi, c'est fini pour lui, il va juste se faire déchiqueter l'aura, puisque je joue les récepteurs. Et je ne vois qu'une seule solution...

''Heath...Il y a quelque chose ici...Aucune idée de ce que c'est , mais ça risque de rendre Lucki complétement dingue s'il utilise son aura. Désolé mais je crois qu'on a perdu notre radar.''


Le radar en question semble particulièrement frustré...Attendez, je voudrais bien vous y voir, c'est comme si on vous rendait subitement aveugle et sourd, par rapport à d'habitude ! Je suis sûr que ça vous plairait, tiens ! Et l'attitude du Férosinge qui le pousse par-errière pour pénétrer dans le batîment n'arrange rien ! Bon, on se calme et on réfléchit...Si Lucki ne peut plus nous aider pour pénétrer discrètement dans le batîment, il vaut mieux le laisser faire ce pour quoi il se débrouille le mieux...Et de toute façon, le mot discret n'a plus court depuis que l'alarme a commencé à sonner, donc...

''Je crois que j'ai une idée...Ces deux-là (Pardon Lucki mais tu sais que c'est vrai) veulent en découdre, et plus il y aura de diversions mieux ce sera, non ? On a qu'à les laisser partir de leur coté, et s'ils croisent des Sbires...Ça nous fera toujours des adversaires de moins quand on saura où sont Léo et les autres.''

C'est donc un trio qui quitte finalement le couloir pour s'enfoncer dans les profondeurs de la base. Un mécano, un Noctali un peu hautain et un Ranger qui ne sait pas se battre...Ça va aller, on va réussir ! Sauf qu'en attendant, on ne sait pas où on va. Et moi, je suis bien plus à l'aise pour me repérer en extérieur que dans ce genre de bâtiment ultra-technologique...Donc je vous suis messieurs !

Au terme de quelques erreurs de directions (À quoi ça sert de mettre des culs de sacs un peu partout, nom d'un Caninos? On se croirait dans un Donjon Mystère), notre petit groupe débarque finalement dans une space un peu plus dégagée. C'est presque flippant, on dirait une de ces salles de films d'espionnages, mode laboratoire complétement fou où les gens font des expériences tordus pour conquérir le monde. Et...C'est exactement ça !
Notre apparition soudaine semble avoir dérangé des gens en pleins travail: deux sbires en uniforme et un autre en blouse blanche s'affaire tout autour d'une énorme cuve bleutée, qui brille comme un soleil miniature. Et à l'intérieur de celle-ci, une silhouette titanesque qui regarde d'un œil mauvais les trois hommes...Avant de pousser un rugissement en nous apercevant !

''Un...Un Rexilius...Ils ont créé un Rexilius...Ces types sont complétement...GENIAUX !''

Envolé la peur et l'assaut pendant une seconde, je suis occupé à le regarde , fichez-moi la paix ! Les écailles écarlates, la couronne sur le front, et même l'espèce de collerette qui lui donne des airs royaux...Il est magnifique...Vous pensez qu'ils me laisseront le toucher si je leur demande poliment ? C'est juste incroyable qu'ils aient réussis à ramener un Pokémon aussi ancien à la vie, je me demande si je pourrais en revoir une fois dans ma vie, alors j'en profite !
Une fois l'instant de surprise passé en revanche, les trois hommes semblent bien décider à ne pas laisser notre intrusion impunie. L'un d'eux crient un ordre bref aux deux autres, avant de partir en courant vers une porte adjacente. Ses deux comparses pianotent rapidement sur un clavier proche et avec un bruit de vérins, la cuve en verre s'élève rapidement, libérant au passage son occupant. Qui semble subitement très intéressé par un diner à base de ranger aux cheveux roses ! Avec un rugissement, la bête commence à avancer à pas lourds vers nous, brisant ainsi l'espèce de transe dans laquelle sa vision m'avait plongé. Dans le même temps, la porte que nous venons d'emprunter se referme brusquement, avec un bruit sec. Et je doute qu'elle se rouvre pour nous faire plaisir...

''Quelqu'un à une idée ? La seule chose que je connais sur ce Pokémon, c'est que son acuité visuelle est basée sur le mouvement...Abel, tu peux faire quelque chose pour cette porte?''

''ROAAAAAAAAAAAAAAAAAR !''

''O...Ok, on oublie la porte ! Keru !''

La Dynavolt qui vient de se matérialiser se place juste devant moi en grondant, le pelage parcouru d'étincelles. On est trois, il est tout seul...Mais si on pouvait ne pas trop lui faire de mal, ça m'arrangerait, c'est quand même un Pokémon antique et rare ! Quoi, comment ça je dois revoir mon sens des priorités?

HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1529618029-cael
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Mia Clarke
Mia Clarke
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
Pokeathlète Novice
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Ven 24 Juil - 19:42

en retard mais toujours présent !




Inutile de revenir sur les aventures désastreuses du jeune Fisher au cours des derniers jours. Enfermé dans son cycle de malheur, il dut, depuis sa sortie du bus, essayer de trouver le rang des Phyllali, rentrer chez lui pour ni plus ni moins recouvrir une brèche dans son toit, capturer un nouveau Pokémon au caractère salement trempé, écouter les discours de la directrice, être complètement zappé par tous ses petits camarades quant au fait de retrouver les élèves enlevés. Autant dire qu'il ne se sentait pas trop dans ses baskets. Allez viens ! Viens viens et mets tes baskets ! Chouette c'est sympa tu verras ! La la la ! Il avait tout juste rencontré la plupart des élèves enlevés ce qui, après mûre réflexion, lui fit croire qu'il était en quelque sorte maudit et que de toute manière, il ne ferait mieux pas de passer trop de temps avec les autres. Triste destin qu'est sa vie ! De plus, lors de sa fouille de l'Île, il n'avait pas seulement rien découvert, il s'était aussi fait très mal. Voilà. Pas plus de détails sur sa blessure cela viendra après.

Évidemment au petit matin il n'était pas au point de rendez-vous donné par les élèves. Il ne s'était pas levé. Donc son arrivée sur la plage, rapidement vêtu de ses traditionnels habits trouvés sur le sol de sa chambre, les cheveux pires que tout, les yeux à moitié fermés, n'avait rien d’héroïque. Seul, à l'exception de ses acolytes habituels, il bugua pendant un long moment. Il ne connaissait pas du tout la direction à prendre. Il était encore plus paumé que d'habitude. Mais, il avait la chance d'être accompagné d'un piaf multicolore qui, en plus d'être particulièrement visible à distance, possède une vision perçante. C'est ainsi qu'il demanda à l'oiseau surprenamment obéissant de décoller pour trouver les autres. Après quelques minutes d'observations intenses à haut altitude, il avait localisé l'espèce de gros Wailord censé transporter la fine fleur courageuse de l'école.

En parlant de courage, Nathaniel n'a pas été gâté de ce côté là non plus, bien qu'il soit capable d'élans de stupidités et d'entêtements pouvant être confondus avec le fameux concept héroïque évoqué plus haut. Là on se rapproche plus du dernier point. Il n'a pas été très heureux de se retrouver écarté des événements et veut prouver sa valeur. Il n'est, après tout, pas plus con qu'un autre.... Ou l'est-il ? Dans tous les cas, il connaissait dorénavant la direction à prendre à surfer sur Odette n'était pas une option donc il allait devoir faire appel à son autre compagne... évidemment que ça lui traversa l'esprit que ce n'était pas une bonne idée... mais la réflexion est rare chez les cervelles creuses.

La grosse bestiole jaillit de sa pokéball. Elle tourna sur elle-même pour découvrir le lieu qui l'entourait et prise de frayeur, comme à son habitude, en voyant le rouquin, elle lui décrocha un bon coup de queue dans la tronche avant de s'enfuir dans l'océan. Nathaniel hurla de toutes ses forces, mangeant alors les grains de sable sa tête étant dans le sol, il hurla à nouveau à cause de cette sensation affreuse, cracha par terre pour s'en débarrasser et regarda impuissant la Rhinoféros s'enfuir.

Oh bah merde alors...

Il se frotta la très douloureuse bosse qu'il avait sur la tête, il réveilla sa douleur dans le dos et se mit à avancer tel un bossu sur la plage. Comme évoqué précédemment, Nathan s'était blessé en cherchant des informations sur l'île, chutant d'une branche d'arbre, il s'était fait énormément mal au dos. Donc tout courbé, une nouvelle aventure débutait pour le jeune homme qui avait bien du mal à atteindre l'Île... Qu'est-ce que ça va être une fois sur place...

Il finit par sortir son Capstick pour trouver un Pokémon capable de rattraper sa Rhinoféros en fuite. Après quelques remarques tendancieuses, la machine réussit à découvrir quelques Pokémon marins intéressants. Nathaniel dut cependant commencer à la nage car ce qu'il lui fallait ne se situait pas là où il avait pied... Finalement, il commença son espèce de rituel bizarre pour utiliser un Pokémon qui n'était nul autre qu'une grosse tortue. Mouche fut agréablement surpris de voir que pour une fois, cela se passait sans trop de vague. D'un autre côté, le Mégapagos avait des allures de vieux sages, pas forcément conflictuel le machin. Après une bonne demi-heure de recherche à dos de carapace rocheuse, la Rhinoféros fut calmer par le Capstick qui se montrait très utile aujourd'hui et replacé dans sa pokéball. Une victoire qui n'arrangeait cependant en rien le retard monstre de l'élève pour sauver le monde avec ses copains. Grâce à l'aide de la tortue, qui s'avérait être très sympathique, ils échangèrent des recettes d'algues assez sympathiques - enfin c'est ce que le rouquin comprit des cris du bestiau mais ça lui convenait – ils accostèrent sur l'île. Mais le détachement aurait été trop difficile et après que Mouche ait réussi à localiser un troupeau d'élève autour d'un bâtiment, le Mégapagos accepta de lui conduire. Il était un peu moins habile sur terre mais cette position en tailleur était très agréable pour le dresseur qui ne cachait pas son bonheur. Mouche leur montrant la voie, il était très heureux de ce nouveau rôle qui lui permettait de se rendre utile tout en étant éloigné du petit groupe qui lui tapait de temps en temps sur les nerfs.

Ils arrivèrent très heureux devant cette espèce d'étrange battisse et il se décida à emprunter une porte sur laquelle était écrasée une tête de Noadkoko, charmant présage. Mais comme sa superstition ne se prêtait qu'aux échelles, aux fers de Ponyta et aux communications étranges de Mouche aux extraterrestres, il n'avait pas particulièrement peur. Il dit au revoir aux Mégapagos descendit des escaliers. Il aperçut deux corps à terre dont un qui recevait de l'aide d'un garçon aux cheveux bruns.

Ne t'inquiète pas ! Je vais m'occuper de son ami!

Se penchant vers le sbire, tenta de ranimer l'inconscient. Par bonheur il s'y prenait très mal et ne risquait pas d'obtenir un résultat positif de sitôt.

Je suis un peu en retard ! J'ai un Pokémon cassé et un réveil rebelle qui m'ont retenu... Euhhh un Pokémon rebelle et un réveil cassé plutôt ! Quelle est la situation actuelle?

 


HRPG:
 




.MIA  CLARKE
Heath S. Jones
Heath S. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Ven 24 Juil - 21:33
Le mécanicien avait répondu favorablement, accompagné d'une référence populaire. Il poursuivit en ajoutant posséder plusieurs gadgets qui pourraient nous être utiles, bien qu'il préférait en garder quelques uns secrets. Tant mieux, espérons seulement qu'ils ne soient pas affectés comme les iPok, autrement ces ressources se retrouveraient rapidement inefficaces. Je le remerciai donc d'un sourire entendu et passai au Lucario. Une fois que ce fut fait, une gamine aux cheveux roses fit son entrée en une attaque verbale... Originale? Je la regardai avec un rictus aux lèvres, la laissant poursuivre sans même penser à l'interrompre tant j'étais fasciné. Ainsi je cherchais à obtenir de la légitimité en profitant de la situation. C'était un fait. Même, j'aurais été étonné que ce ne fut pas une évidence pour qui que ce soit. Était-ce vraiment une mauvaise chose par contre? N'aurait-il pas été plus pathétique encore de ne rien faire et de laisser les autres agir? On ne cessait de m'envoyer des piques comme quoi tous avaient hâte de me voir à l'oeuvre et, maintenant que je m'avançais, voilà ce que l'on me disait. Voilà l'une des merveilles de l'être humain, expliquée tout en simplicité. Personne n'est jamais content de ce que vous faites, alors autant commencer à se satisfaire soi même avant de penser aux autres. Lorsqu'elle eut terminé, je n'arrivais même pas à lui en vouloir. Elle m'avait donné de l'attention, avait attiré l'attention des autres sur moi et se souviendrait de moi. Par Arceus, j'aurais été stupide de ne pas accepter cette publicité humblement, surtout venant de la part d'une fille si mignonne lorsqu'elle était en colère.

- Ravi de te rencontrer aussi, petite rose.

Et comme les événements s'enchaînaient sans aucune pause aujourd'hui, un élève aux cheveux verts plutôt excentrique fit son apparition, mentionnant qu'il était prêt à contribuer à la magnifique et sanglante diversion que j'avais demandée. Bien j'imagine. Je fus amusé, sinon, par le surnom dont il m'affubla et, lorsqu'il repartit aussi vite qu'il était arrivé, je le saluai de la main en riant sobrement, tel un renard au double visage. Enfin, il n'en avait sans doute rien vu, mais j'étais bien amusé. Orren sembla le prendre aussi mal que mes autres répliques toutefois, décidant de rajouter sa propre couche aux paroles de la demoiselle. Je ne devais donc pas m'en faire, moi, le petit Noctali. Je pouvais me contenter d'éviter les combats et laisser ça aux grandes personnes. Regarder et "en prendre de la graine", termina-t-il avant de me laisser derrière pour aller en découdre, traînant la rose avec lui. Oh pitié, ce serait indécent d'éclater de rire maintenant. Surtout qu'il se contredisait tout à fait, bien que je doute qu'il l'eut remarqué. Et puis, ce n'est même pas ce que je remarquai en premier, moi non plus.

- Ils aiment tous beaucoup trop se prendre au sérieux ici! Hahaha!

Laissais-je m'échapper pendant que j'allais retrouver le ranger rose, suivit de mon mécanicien. Comme si j'allais rester planter là sagement. N'avais-je pas une occasion en or de légitimer ma présence au poste de préfet du dortoir Noctali à saisir? Sans oublier que je n'abandonnais pas mon plan de retrouver Ace et de faire une marque dans son honneur sans faille et gonflée d'arrogance. Quoi qu'il en soit, je devais maintenant expliquer mes projets au nouvel arrivant. Nous n'avions pas de temps à perdre, les autres équipes avaient déjà ouvert les festivités, c'était le moment idéal pour frapper.

***

Nous avions réussi à pénétrer le bâtiment grâce à l'une des ruses de mon camarade Noctali, déambulant maintenant dans les couloirs, comptant tous sur le Lucario pour nous servir de radar. Par malheur, il semblerait que le système de brouillage ne soit pas seulement limité aux appareils électroniques et aux communications. Mais comment était-ce possible? J'y réfléchissais encore lorsque le garçon aux yeux chocolatés proposa de simplement laisser partir Sam et Lucki dans l'espoir qu'ils fassent une diversion, pour limiter le nombre de sbires lorsque nous "retrouverions Léo et les autres". J'aurais peut-être du lui dire que je n'avais aucune intention de chercher les élèves, mais bien de me concentrer sur la recherche d'informations ainsi que le sauvetage des enseignants, mais j'avais besoin de tout homme disponible et, en l'état des choses, le garçon était du nombre. Par contre, il y avait bien un commentaire que je pouvais me permettre de passer sur un ton à la fois sarcastique et amusé.

- Si tu veux abandonner deux Pokémon dans cette grande bâtisse où personne ne peut communiquer, sans dresseur, en sachant que l'endroit sers de repaire à un groupe terroriste de voleurs de Pokémon, je n'ai rien à y redire. J'espère juste que tu n'avais pas l'intention de les revoir ensuite. Petite pause, suivie d'un demi-soupir. Je ne suis pas un fan de Creed, mais ils ont réussi à vaincre Light, son Cisayox. Garde ça en tête.

Avais-je conclu d'une voix plus sérieuse, mais moins maligne. Pour l'une des premières fois, mes mots n'avaient pas pour but de se moquer, mais bien de le mettre en garde, pour sa protection. Après, s'il n'avait pas envie de m'écouter, ce n'était plus de mon ressors. Surtout qu'un sous-entendu bien plus gros se cachait sous ces mots. Je disais : ils ont réussi à battre Light, imagine ces deux Pokémon sans dresseurs. Je pensais : ils ont réussi à battre Light, ils vont bien se tordre de rire en nous voyant débarquer. Serait-ce de la peur? Non, aucune peur qui ne fut pas changée en excitation en tout cas, mais ça ne devait pas m'empêcher d'être réaliste et conscient de mes limites. À trop me surestimer, c'est exactement dans un contexte comme celui-là que les choses pourraient se retourner contre moi.

Cette parenthèse faite, nous avions continué notre chemin de façon pour le moins aléatoire. Nous n'avions aucun moyen de nous repérer ici et, mystérieusement, il n'y avait aucune pancarte sur les murs pour nous indiquer avec des néons que "les professeurs sont par ici, venez!", ce qui ne facilitait en rien notre opération. Au final, nous débouchâmes sur une vaste salle d'expérimentation, l'hôte d'un très vivant spécimen de Rexilius, de quelques chercheurs et, surtout, de rapports. Profitant des quelques secondes que nous avions avant de nous faire repérer, je me saisis du premier rapport que je pouvais trouver afin de le consulter d'un regard oblique.

Rapport Hypnomade a écrit:
Étude d'un sujet Hypnomade alpha :

Pokémon volé lors du raid sur la Pokemon Community. Le sujet s'est montré particulièrement obéissant et n'a pas eu de mal à se faire à sa nouvelle vie. Bien que taciturne, il semble avoir intégré les objectifs de la Team Rouage.

Lors d'une étude complète, le sujet alpha a endormi trois de nos scientifiques sans la moindre difficulté et s'est régalé de leurs songes. Les victimes s'agitèrent durant leur sommeil, comme si elles étaient hantées voire posséder. À leur réveil, nous avons cherché à savoir ce dont ils ont rêvé, en vain. Les scientifiques semblaient terrifiés et ne faisaient que répéter des suites de mots sans queue ni tête.

Deux jours plus tard, nous sommes parvenus à déceler tous les moyens par lesquels Hypnomade pouvait endormir ses proies. Ces moyens sont au nombre de trois :
-si la proie fixe attentivement le pendule, elle s'endort.
-si le regard de la proie croise celui d'Hypnomade, elle s'endort.
-si Hypnomade parvient à transmettre ses pensées noires, la proie s'endort.

Il nous est néanmoins impossible de connaître les songes desdites proies puisque le sujet alpha a été incapable de nous les transmettre. La raison en reste encore mystérieuse et nous oblige donc à coupler les capacités de l'être alpha avec celles d'un être bêta.



Rapport rédigé le 8 décembre 2014

Je fronçai les sourcils, laissé songeur, mais ce n'était pas trop le moment. De son côté, le gamin aux cheveux de barbe à papa était occupé à s'extasier devant le spécimen de Rexilius. Je le rejoignis en quelques enjambées princières et, lorsqu'il dit à quel point ces types étaient géniaux, je lui fourrai le rapport dans les mains avant de compléter sa phrase, mon perçant regard de cristal braqué vers la créature préhistorique.

- Et probablement en train de torturer tes amis avec un Hypnomade. Sûrement que tu peux te retenir de leur chanter des louanges.

D'autant plus qu'il était temps de passer à l'action. Nous avions été repérés, évidemment. Les Rouages libérèrent la bête au lieu de tenter de nous attaquer directement, prenant bien sûr au passage la peine de verrouiller les portes. Cael, paniqué, demanda à la ronde si nous avions une idée avant de demander à Abel de faire quelque chose pour la porte, avant d'être interrompu par un rugissement préhistorique et puissant, semblable à aucun autre. Oublions la fuite, ce truc ne nous laisserait pas partir. Par contre, une acuité visuelle basée sur le mouvement? Voilà qui me donnait une brillante idée, à condition que ça fonctionne. Autrement, nous serions dans de beaux draps, mais j'avais bien l'espoir de faire d'une pierre deux coups. Le seul problème que j'aurais pu avoir venait d'être régler par le ranger, libérant un dynavolt. Parfait. À moi de jouer! Espérons que le compagnon du phyllali saurait m'obéir.

- Personne ne bouge! Dynavolt, court sur sa gauche! Tu dois attirer son attention aussi longtemps que possible. Dès qu'il ne nous regarde plus, vous deux courez jusqu'aux murs, chacun de votre côté, osef, mais ne restez pas au centre de la pièce!!

Heureusement, le Pokémon du ranger s'exécuta, suivant mon ordre à la lettre, attirant ainsi l'attention du tyrannosaure vers lui. Est-ce que mes deux subordonnés avaient suivis mes instructions? Aucune idée et je n'avais certainement pas le temps de m'en assurer. Inspirant un grand coup, je décrochai la sphère bicolore de ma starter et la libérai, accompagnée de sa douce plainte habituelle. À partir de là, le timing était serré, très serré. Ça passe ou ça casse. Enfin, espérons tout de même que ça casse la porte du fond, sinon j'aurais l'air bien maladroit, me dis-je en souriant malicieusement, grimpant d'un bond sur ma Lapras avant de m'accrocher à elle. Vite, avant que les mâchoires puissantes du Rexilius n'atteignent notre diversion!

- ÉCLAT GLACE! FONCE, HARLEY!

S'exécutant avec empressement, la Locklass usa de l'éclat glace pour geler le sol, tout en se retournant pour prendre un peu d'élan, gelant par la suite le sol devant elle pour s'en faire un chemin où glisser, comme elle le faisait souvent, droit vers le Rexillius. Puis, à mon signal, c'est directement sur le monstre de l'ère jurassique que vint déferler son courroux glacé. Le monstre leva la tête au ciel, hurlant à pleins poumons et oubliant complètement sa proie précédente. Son regard était devenu agressif, sa queue balayait l'air en vastes mouvements furibonds et, lorsqu'il nous eu repéré, ses immenses pattes se soulevèrent en alternance, le propulsant vers nous alors qu'un nouveau cri rageur et ancestral montait des profondeurs de sa cage thoracique. Fonçant l'un vers l'autre, au milieu du laboratoire, tels des chevaliers en pleine joute. Tous crocs dehors, il semblait prêt à faire subir une attaque morsure à ma monture et à moi. Hors de question!

- Contourne-le! Attention!!

Ce fut serré, très serré, mais la bleue glissa juste assez, sur la droite, esquivant de peu les dents du prédateur qui ne mordirent que de l'air. D'autant plus furieux, le Pokémon tyran n'en avait pas terminé et il me pris par surprise. Récupérant plus vite que je ne l'avais escompté, c'est cette fois d'une attaque Fracass'tête qu'il contre-attaqua. Arceus merci, Harley ne fut pas touchée, déjà lancée pour continuer sa glissade endiablée vers la porte du fond. Je n'eu toutefois pas autant de chance. Si je ne fut pas touché par son attaque, l'onde de choc de celle-ci, combinée à la difficulté de rester accroché à ma Lapras ainsi que la vitesse que nous avions déjà, me propulsa plusieurs mètres plus loin en tonneaux aériens. J'allai me fracasser contre une table de travail, détruisant au passage béchers, cylindres à mesurer, éprouvettes et autres en tintements de verre brisé, soulevant une horde de feuilles de notes et de rapports en tout genre en froissements agités. À peine m'étais-je immobilisé, toujours sur la table, maintenant enfoui dans les feuilles et le verre éparpillé, que je criais déjà.  

- CONTINUE VERS LA PORTE! IL NE PEUT PAS LA VOIR SI ELLE NE BOUGE PAS!

Poussant une plainte douloureuse, peinée de ne pas pouvoir m'aider, la Locklass avait continué dans sa lancée, écoutant mon ordre, poursuivie par une charge en règle du Tyran, bien énervé. De mon côté, je me redressai difficilement sur un coude, endolori et probablement recouvert de blessures en tout genre, mon regard concentré ne se détachant pas de ma compagne. Le poing serré, je la regardai qui allait s'écraser contre la porte avant de tourner ses grands yeux pleins de défi vers son poursuivant. Fière, fidèle à elle-même et prête à recevoir de front la charge du fossile. Ce dernier, ne voyant aucune bonne raison de s'arrêter, fit exactement ce que j'avais espérer et, dans un tonnerre puissant, la porte métallique fut enfoncée par la charge du colosse. Les murs et le plafond en tremblèrent, comme si le bâtiment en entier souffrait du contrecoup. Le chemin était ouvert, mais ma Lapras semblait blessée et, de son côté, le dinosaure commençait déjà à reprendre ses esprits. Vite, ma précieuse Harley! Je tentai de me redresser, échouant lamentablement avant de retomber sur la table, le corps encore tremblant et secoué par ce que je venais de vivre. Putain, fait chier!

- Vite! Il va repasser à l'attaque! Il faut protéger Harley!! FAITES QUELQUE CHOSE!!!



Spoiler:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 2XQIIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Miniat_6_x_087Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 2XQKIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 2XQLIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 2XQMIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Miniat_6_x_044
Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Compte PNJ
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 12040
PNJs
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Ven 24 Juil - 23:07
Intrigue


Jonction


Pour la suite de l'intrigue, les kidnappés, tout comme les épargnés, posteront exclusivement dans ce topic. Il est cependant impératif que vous lisiez la dernière intervention dans le second topic ( www ), puisque c'est dans celui-ci que sont regroupées les dernières informations!  


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 7z5c
Calliope Pryde
Calliope Pryde
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Adulte Médecin Débutante
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Ven 24 Juil - 23:30
Seule. Depuis qu'Aileen les avait clairement abandonnés pour la jouer solo, c'était le sentiment prédominant de Calliope. La préfète en chef était son paradigme, son  repère et son modèle  depuis le début des opérations. Aileen était la source de sa motivation, de son courage et de son énergie. Oui, la Callie fragile et dénudée de force morale avait bien changé depuis ce kidnapping, elle était devenue une toute autre personne. Mais cela pouvait-il encore être le cas sans la raison de ce changement ? La rousse hésitait. Elle doutait d'elle-même et de ses capacités à mener une troupe. Était-ce réellement de sa responsabilité, en tant que préfète ? Cela faisait-il vraiment partie de ses attributs ? Cela voulait dire qu'elle n'avait pas tellement compris les enjeux en acceptant ce poste... Calliope se trouvait bien trop faible pour ce genre de chose, il lui fallait absolument un meneur, quelqu'un à suivre, une personne comme la Pyroli. Rien ne pouvait reposer sur ses épaules et on l'avait bien découvert lorsqu'elle avait accidentellement déclenché l'alarme. Et pourtant, malgré ce jugement négatif d'elle-même, la rouquine retrouvait le peu de volonté présent en elle. Oui, il y en avait encore... Là, tout au fond d'elle. Il s'agissait de l'espoir. Bien entendu, il était hors de question d'attendre que les choses passent. Si elle voulait le retrouver, elle devait prendre des initiatives. C'est ainsi qu'elle expliquait rapidement aux autres élèves qu'ils devaient quitter le lieu où ils étaient. Peut-être pourraient-ils tomber par hasard sur un autre groupe ? Ou encore mieux : sur le groupe des kidnappés ?

Le groupe d'élève que menait Calliope semblait plutôt d'accord sur ce que cette dernière venait de dire. Un à un, ils avaient quitté la pièce pour se diriger dans un couloir plutôt silencieux. La trappe d'aération était toujours au sol. Rien que de la regarder donnait des frissons à la demoiselle qui s'empressait de passer à côté. Elle avait peur que le membre de l’organisation qui y était passé tout à l'heure ne resurgisse d'un coup. Dahlia se montrait vraiment efficace, Aileen ne s'était pas trompée. Plus d'une fois, elle repérait les pièges et en informait les autres juste à temps pour éviter le pire. En tête, Calliope ne savait pas vraiment où se diriger. Quand plusieurs choix s'offraient à elle, elle optait pour la direction qui lui semblait la moins dangereuse, là où ils pourraient ne pas croiser de membre de la Team Rouage. Bien entendu, cela ne restait qu'aléatoire. N'étant sûre de rien, elle ne pouvait pas deviner facilement où est-ce qu'ils se trouvaient. C'est alors que le Phylalli de tout à l'heure les stoppait dans leur avancée, afin de leur montrer un nouvel indice. Indice qui faisait froid dans le dos.

_ L'appel de la directrice n'a donc servi à rien... Les autorités ne sont même pas au courant de ce qu'il se passe...

C'était démoralisant. Une couche supplémentaire pour faire demi-tour et ne plus prendre de directive. Mais pourtant, Calliope sentait qu'ils étaient proche du but...Du moins, c'est ce qu'elle croyait -ou plutôt, c'est ce qu'elle voulait croire. Leo était toujours ici. La troupe repartait donc de nouveau, de la même façon que précédemment. Callie était en tête de course et regrettait qu'Alban ne soit pas à ses côtés. Son courage et son sauvetage n'avaient que rassuré la demoiselle aux cheveux roux. Nouveau au sein de l'académie, mais déjà plein de ressources... Et Calliope n'était pas la seule à s'en être rendu compte. Un bruit attirait soudainement son attention, la forçant à s'arrêter pour lui permettre de faire demi-tour. Avec effroi, elle constatait qu'une porte métallique était en train de se fermer.

_ Vite... VITE, VENEZ ! beuglait-elle, totalement inquiète.

Puis, elle s'empressait -comme elle pouvait- de les rejoindre. Elle tirait même quelqu'un par le bras pour l'aider à aller plus vite mais elle n'avait eu le temps de faire plus. La porte s'était fermée brutalement, dans un bruit sourd. Callie restait debout, juste devant celle-ci, nez à nez. Aucun sentiment ne se lisait sur son visage. Elle était abasourdie... Choquée même. Alban était de l'autre côté, il n'avait pas pu passer à temps, il l'avait juste appelé. A présent, les deux adolescents se retrouvaient séparés...  Calliope laissait sa tête tomber en avant, son front cognant sur la porte. Les yeux fermés, elle sentait les larmes monter. A travers le métal, elle n'entendait rien. Sa main droite se posait alors sur la plaque lisse et froide, comme si elle voulait encore attraper la main de son ami. Puis, de cette main se forgeait un poing, avec lequel elle tapait une fois, puis deux... En vain. Si la porte s'était fermée, c'est...

_ Partons d'ici, maintenant. La porte s'est fermée, on est surveillé.  Cela veut donc dire que des sires ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez...

Un élève proposait de défoncer la porte à l'aide d'un de ses Pokemon. Certes, il était plutôt costaud et de type acier mais... Cela n'avait pas suffi. Callie ne perdait pas une minute. Elle faisait volte-face et repartait dans la direction suivie initialement. Son regard était dur... Voir mauvais. Il était empli de haine... Une haine qui grandissait au fur et à mesure qu'elle passait du temps entre ces murs. Les poings serrés, elle avançait tout en réfléchissant. Tout ce qu'ils pouvaient espérer à présent, c'était qu'il n'arrive rien à Alban et les autres. Il devait forcément y avoir des caméras, sinon, comment auraient-ils pu les séparer ?

*Bon sang Aileen, je croyais que tu devais les désactiver...*

Bifurquant d'un coup sur la droite, Calliope percutait une masse fortement, faisant alors réapparaitre sa douleur au niveau de l'épaule. Surprise, et par la violence du choc, la demoiselle reculait de quelques pas en manquant de tomber au sol. Mais un camarade l'avait soutenue. Reprenant ses esprits, elle posait ses yeux sur ce qu'il semblait être un sbire.

_ Ah... Je vous ai enfin trouvé les mioches.

Il s'avançait, menaçant. Callie détournait la tête, pensant qu'il allait s'en prendre à elle. Les yeux fermés, elle attendait qu'il se passe quelque chose. Rien... Ouvrant délicatement un œil, elle constatait avec surprise que l'homme était à terre, épris de tremblements.

_ Voltali ?
_ Voooolt !

C'est le Pokémon de la rouquine qui avait réagi en premier et juste à temps. A ses pieds au moment de la rencontre, il avait largement eux le temps de lancer une décharge électrique à l'agresseur. Hors d'état de nuire, Callie lui lançait un regard mauvais et passait par-dessus son corps afin de reprendre sa route, toujours suivit par les autres. Après quelques minutes, quelqu'un l'arrêtait dans sa progression pour lui faire remarquer que son iPok fonctionnait. Les yeux écarquillés, elle s'empressait de prendre le sien, lui aussi prêt à l’emploi. Le brouilleur avait été neutralisé ?! Calliope souriait, ravie. Aileen avait fait du bon boulot, finalement... -enfin, si c'était bien elle, haha. Sans perdre une seconde, Callie faisait basculer ses doigts rapidement sur l'écran tactile. De là, elle sélectionnait le profil de Leo, la seule personne pour laquelle elle se battait en ce moment, afin de lui adresser un message. Sait-on jamais... Son propre iPok pouvait être allumé.

Callie - 04/07/15 ; 19h45
Leo ! Je t'en prie, si tu reçois ce message, dis-moi que tout va bien...
Callie - 04/07/15 ; 19h46
Nous somme tous venus pour vous chercher... Une grande partie des élèves de l'académie. Si tu peux me donner une indice sur ta position peut-être que je pourrais ...

Callie se stoppait dans l'écriture de son second message mais appuyait sans faire exprès sur le bouton "envoyer". (Par habitude certainement) La raison de son arrêt ... ? Là, juste devant eux. Une chose venait de se matérialiser. Une sorte de dalle qui faisait penser à ...

_ Des téléporteurs ! s'exclamait un élève, apparemment un connaisseur.
_ Mais pourquoi ils apparaissent d'un coup ? Demandait Callie, intriguée.
_ Je ne sais pas.
_ C'est quand même étrange... Déjà les brouilleurs ne semblent plus fonctionner puisque nous pouvons nous servir de nos iPok. J'ai même pu envoyer un message. Et maintenant ça... ?

Une chance sur deux. Sois il s'agissait d'un piège, sois ce truc pouvait les conduire droit sur leur but... Mais comment savoir ? Calliope avait tendance à croire qu'il s'agissait de la seconde option. Pourquoi retirer les brouilleurs si c'était réellement un piège ? Permettre de communiquer entre eux n'était pas une bonne stratégie de la part de l'ennemi.

_ J-je...Je vais y aller ! s'exclamaient la préfète, une fois de plus déterminée. Car après tout si ce téléporteur l'emmenait jusqu'à Leo, il ne faillait plus douter ! Une fois de plus, on la retenait mais elle se dégageait.

_ Ne fais pas encore l'idiote.
_ Je préfère quand même vérifier... Et... Et si on passait à côté ?! S'ils étaient là, juste là, rien qu'en se plaçant sur cette fichue dalle ? Tu y a pensé à ça... ?! Calliope était hors d'elle à présent. Les larmes perlaient aux coins de ses yeux et son cœur tambourinait dans sa poitrine. Hors de question de ne pas franchir le pas... Elle s'en voudrait. La tête légèrement baissée, elle reprenait, un peu plus calme. J'y vais... Et si jamais ça ne va pas, je pourrais toujours envoyer un message à quelqu'un pour dire de ne pas me suivre...

Quel sacrifice ! C'en était presque désespérant. Voltali accompagnait sa dresseuse qui s'avançait lentement vers le téléporteur. Un pas, puis deux... Et là voilà, entièrement dedans, disparaissant alors dans la seconde suivante. Bien entendu, elle avait peur... Bien entendu, elle ne savait pas ce qui allait advenir... Mais voilà. Callie avait changé. Callie voulait faire des choses, entreprendre des initiatives. Ne plus se refermer sur elle et attendre que le temps passe. Il y avait un enjeu important : les autres. Et... lui, Leo. Oui, elle connaissait ses sentiments envers le blond et s'était sûrement à cause de cela qu'elle se sentait pousser des ailes. Mais pas trop haut Calliope car au soleil, elles brulent.. Belle métaphore pour rappeler sa maladie, car oui, Callie était déjà consumée par l'étoile solaire.

La rouquine se matérialisait dans un autre espace. Sa vue un peu brouillée, elle distinguait à peine les formes autour d'elle. C'était une pièce pas trop différente des couloirs qu'elle avait pu traverser. Ici aussi, tout était de blanc... Hormis ce logo, sur ce pan de mur. Mais elle n'y prêtait guère attention car devant elle se trouvait tous les autres... Les disparus. Et...

_ LEO !

Oui, il était là, présent avec les autres qui semblaient réfléchir sur la façon de s'y prendre afin d'emprunter les téléporteurs. C'était bien lui, en chair et en os. Elle le sentait, entre ses bras car elle s'était précipitée dans sa direction pour l'enlacer, ne lui laissant aucun choix. Comme cela faisait du bien, de pouvoir le toucher… Ce mélange de sentiment et d’émotion générait un tourbillon qui la perdait. Avait-elle au moins ressenti une fois cela dans sa vie pour un garçon ? Et depuis quand ? Elle n’arrivait pas à le déterminer. Lorsqu’ils s’étaient rencontrés, dans le parc, en pleine nuit ? Lorsqu’ils avaient passé du bon temps ensemble, en apprenant à se connaître ? Ou lors de la mission commune… ? Calliope avait passé beaucoup de temps avec le Phyllali. Mais cela c’était arrêté trop brutalement.

L’étreinte durait, aussi interminable soit-elle pour la demoiselle. Coupée du reste, elle profitait juste de pouvoir le toucher, de pouvoir respirer son odeur afin de bien se rendre compte de sa présence. Un rêve. Puis, sa tête se posait sur son épaule et elle se mettait à pleurer pour de bon, soulagée de l’avoir retrouvé, de l’avoir entre ses bras. Tous ses efforts qu'elle avait fournis, pour le récupérer... Elle y était parvenue, avec de l'aide et un soutien irréprochable des autres préfets. Elle était même devenue quelqu'un d'autre afin de mener cette mission. Elle s'était découverte, pour lui.  S’en rendrait-il au moins compte ? Les mains de Callie se crispaient, se refermant sur le T-shirt de son "ami". Elle ne voulait pas le quitter, il ne devait plus lui échapper. Et de simple mot traversaient ses lèvres.

_ Tu vas bien  ?

Puis, la rouquine se redressait afin de l'observer droit dans les yeux. Comment se sentait-il ? Avait-il des blessures ? Cette angoisse, cette crainte mais ce plaisir de le retrouver. C’était confus, totalement indistinct. Impossible pour Calliope de réfléchir convenablement. Ses sentiments prenaient simplement le dessus. Sa main se posait sur son torse, puis la jeune fille s’élevait, comme si elle venait de déployer ses ailes. Sur la pointe des pieds, elle désirait une chose à présent : prouver son amour. Qu’importe les répercussions. Elle avait tellement eu peur de le perdre qu’il n’y avait plus de raison de se cacher. Son autre main avait finalement atterrit sur la joue de Leo, douce, délicate et attentionnée. Ses lèvres se rapprochaient au fur et à mesure, silencieuses, furtives. Le cœur battait à tout rompre. Elle aillait le faire…

Sauf que Calliope n'avait pas vraiment le temps de faire ses premières analyses médicales, ni même de toucher son visage ou encore de l’embrasser comme elle s’était apprêtée à le faire... Une main se posait sur son épaule, la forçant à reculer et à se détacher de l'être cher. Pile sur l'épaule douloureuse -comme par hasard ! Callie n'avait pas le choix, elle faisait un pas en arrière en grimaçant. Mais ce qu'elle découvrait ensuite la mettait hors d'elle. Son cœur ratait un battement. Était-ce vraiment réel ?! Il s'agissait d'Estelle... Elle... Cette... Cette Mentali pour laquelle Leo avait d'yeux. Pas de doute possible : une seule chevelure rose pouvait lui piquer sa place initiale. Callie détournait immédiatement le regard, répugnée, blessée... A présent à l'écart du couple, ses poings se serraient, ses ongles s'enfonçant brutalement dans les paumes de ses mains à s'en faire saigner. Pourquoi ? Pourquoi faillait-il que tout s'arrête ainsi ? S'infliger une douleur supplémentaire n'était pas nécessaire. Celle du cœur était bien suffisante. La chose la plus difficile à faire était de regarder la personne qu’elle aimait, aimer quelqu'un d'autre. Il faillait énormément de courage pour faire face à l’ennemi, mais encore plus pour être gentil avec celui qui la blessait.

Alors, la rouquine les laissait, se retournait et baissait la tête pour finalement essuyer les larmes qui commençaient déjà à couler. Les larmes sont des mots qui ont besoin d'être écrits. Impossible de se contrôler... Callie redevenait la Callie : impuissante et faible. Le mieux était de se retenir pour faire bonne figure. Mais cela restait une tâche difficile. Puis elle était alpaguée par les élèves kidnappés qui semblaient vouloir des informations, la forçant à concentrer son regard sur autre chose que ça.

_ Comment as-tu fait pour arriver jusqu'ici ?
_ Tu sais comment récupérer nos Pokemon ?
_ Il faut que l'on sorte !!

_ Pas tous en même temps... soufflait Calliope, reprenant le dessus sur ses émotions tout en s'éloignant du duo. J'ai pris le téléporteur, il est apparu devant nous...
_ NOUS ?!
_ Oui, je suis avec un autre groupe d'élève. Quand je l'ai vu, mon unique but était de le prendre afin de voir où il conduisait. Et je vous ai trouvé. Si nous l'empruntons, je peux uniquement vous dire que nous arriverons à l'étage -1... Je n'ai pas d'autres donnés concernant notre position.

Et c'était tout... Elle n'avait plus l'envie. Tout ce qu'elle avait fait, cela avait-il au moins servi à quelque chose ? Elle s'était battue, de toutes ses forces. Elle avait découvert de nouvelles possibilités, elle, la petite Givrali effacée. Avait-elle vraiment évolué d'un point de vue psychologique... ? Peut-être pas, dans le fond. L'amour avait déployé ses ailes, mais la tristesse les lui avait volés. Ce sentiment amoureux était une triste histoire, toujours fatale. Et pourtant, le cœur était le seul instrument brisé qui arrivait encore à fonctionner. Souris Callie, même si tu es triste. Ce sourire saura certainement avouer ta plus profonde tristesse.

*Pourquoi avoir peur de te perdre, quand tu n'es pas le mien, Leo … ?*


Spoiler:
 
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 0:38
Benjamin était allongé sur le sol depuis un bout de temps. Combien exactement ? Impossible de le dire. Le Noctali était resté ainsi cloîtré sur lui-même, il ne faisait que penser et réfléchir. Un profond malaise lui comprimait le cœur mais le jeune blond n'arrivait pas à en ressentir la source exacte. Était-ce de la peur ? Ou peut-être un sentiment d'abandon ou d'inutilité et d'impuissance ? Cela pouvait aussi être une jalousie viscérale pour tous ses élèves qui savaient quoi faire et qu'ils voulaient le faire ? Ce devait être extraordinaire d'avoir une raison de se battre... Peut-être n'était-ce que le résultat de ce mélange d'émotion, ce cocktail de sentiment était bien trop fort pour un gamin qui découvrait la vie pour de vrai. Envie, humiliation, fierté, peur, empathie, reconnaissance.. Ce sont des mots qui vont si bien ensemble mais dans les faits peut-on les écrire ainsi sans scrupules sur une page vierge comme Benjamin ?

Benjamin pensait pouvoir y arriver.. Il pensait pouvoir affronter la vie. Mais affronter l’inconnu sans même une lampe torche peut-être dévastateur. Il savait maintenant qu'il avait besoin d'une île déserte, d'un lieu où se reposer, d'une personne qui le comprendrait.. Mais comment la trouver ? Existait-elle seulement ? L'homme est-il condamné à l'exil et à la solitude ou peut-il vraiment rencontrer LA personne, l’âme sœur, une amie, de la famille, un amant, un pokémon, un arbre, un lieu, une musique, une histoire, un mot, un rival.. Qu'importe ! Pourvu qu'il réussisse à nous sortir de ce marasme, que dis-je de ce marécage de solitude..

Le Noctali fut sorti de ses prières par une main qui se posa délicatement mais avec une certaine force de l'action puis une voix que le blond reconnut immédiatement. Il se leva rapidement et essuya prestement ses larmes. Mais il ne pouvait pas cacher la vérité de ses pleurs au voltali ses larmes avait creusé des sillons sur ses joues de porcelaine.

"Tu es Alban c'est ça ?"

Benjamin n'entendit pas la réponse, c'état une question rhétorique et à vrai dire le détail de la nomination d'un tiers n’intéressaient en rien notre jeune Noctali. Rick, l'emolga sortit du t-shirt du blond doucement. Son attaque l'avait épuisé et il ne possédait plus une once d'électricité dans ses bajoues.

"C'est Rick, mon Emolga qui a.."

Le blond ne finit pas sa phrase. Il regarda un instant l'homme qui avait voulu le tuer, ses habits était à moitiés brûlés et sa main ne s’arrêtait pas de tressauter. Benjamin reposa son regard dans celui du voltali. Il avait perdu toute expression et tout ce qu'on pouvait lire dans les reflets de ses yeux n'étaient qu'un immense trou noir béant.

"Il avait ça sur lui.. Je sais pas si ça peut-être utile à quelque-chose..."

Benjamin tendit à Alban un pokématos qui à cause des attaques d'Emolga était resté coincé sur une page de discussion.
Spoiler:
 
La page était grisonnante mais toujours lisible. Impossible de fouiller plus dans le pokématos, d'ailleurs Benjamin était sur qu'il n'avait rien de plus à en tirer, les "méchants" devaient avoir l’habitude d’effacer leur traces de plus c'était juste une discussion de simples sbires.

"C'est tout ce que je peux faire.. Emolga est épuisé et moi.. "

Benjamin fixa un instant Alban, hésitant à tout lui déballer. A lui confier ses faiblesses et ses peurs, le noctali ouvrit la bouche mais s’interrompit lorsqu'il vit qu'ils n'étaient pas seuls. Deux autres élèves en arrière discutait discrètement de quelque-chose. Se moquait t'ils de lui ? Oui, ça ne pouvait être que ça : le grand Alban qui à plein de merveilleuses idées et venu avec ses amis se moquer du pitoyable petit lâche qui fuit. Dire que pendant un moment Benjamin avait eu confiance en le voltali, peut-être à cause du désespoir ou de la tristesse mais il allait lui confier ses émotions, ce qu'il ressentait au plus profond de lui même, ses points faibles en outre..

"Toi aussi tu es inutile !"

Benjamin se leva et posa son pokémon sur son épaule. Le trou béant qui avait pris place dans son iris se remplissait à présent de colère, de haine et de jalousie.

"Tu es pitoyable.. Et vous vous n’êtes que des déchets !"

Benjamin se découvrait un tout nouveau lui. Jamais il ne s'était senti ainsi, il était si.. si.. Vivant ! Ils voulaient faire mal à ses gens, ils voulaient leur transmettre toute sa négativité.. Ils voulaient les voir souffrir.

"Tu te crois utile franchement ? La dernière fois que je t'ai vu tu ne faisais que parloter et donner des idées sans queues ni têtes ! A faire des suppositions sur les fondements de la team, alors que des gens sont en train de mourir et le sont peut-être déjà !"

Le noctali se tourna ensuite vers un roux qui ne semblait pas très malin ou peu réveillé. En tout cas voilà le bon samaritain qui aidait le sbire ou tentait en tout cas de le réveiller.

"Hej ! Poil de carotte ! Tu vois pas que c'est un méchant ! Vous êtes tous stupides ou quoi ? Un ME-CHANT, faut pas l'aider ! Arrête de jouer les infirmières Joelles !"

Benjamin sentit une étrange force envahir son corps. Il ressentait le poids de ses mots et essayait de faire souffrir ce type.C'était méchant certes.. Mais au moins c'était humain.. Benjamin ressentait enfin cette sensation qu'il avait tant recherché. Il avait l'impression de faire partie d'un tout. Quoi exactement il n'en savait rien.. Mais il ne se sentait pas sur le banc de touche et ça c'était bon. Il se retourna vers Alban, il voulait le détruire bien plus que ce roux, car c'était certain il en était jaloux, alors que le roux en lui inspirait que de la pitié.

"Tu vois pas la réaction des gens quand tu arrive ? Il louche sur ta jambe et soupire. T'es qu'un boiteux mec, un idiot de boiteux ! Tu peux rien faire avec ça !"

Rick regardait le visage de son dresseur avec surprise. Benjamin était certes associable, un peu vantard, hypocrite et franc à la fois mais cela relevait nettement plus d'une certaine timidité et d'un besoin viscéral d'amour. Ce blond aux yeux exorbités, à la peau rougissante et qui gueulait ainsi.. ce n'était pas le dresseur qu'il avait rencontré quelque-jours plus tôt. Les humains sont t'ils tous comme ça ?

A présent le Noctali dans un mélange de moqueries et de haine imitait ce pauvre Alban, la caricature était grossière.

"Huu...Bonjour, je m’appelle Alban et je suis un petit boiteux mes parents sont postiers et mon pokémon est moche, non ? Je vais aider tout le monde parce-que je suis gentil et j'aime le rose."

Benjamin avait dépassé ses limites. Si un psy était là, il aurait tout de suite pris le Noctali dans son cabinet. Le blond se jeta ensuite sur le voltali, réussit à la faire tomber et lui mit une claque monumentale sans se soucier des éventuels coups qui se prenait.

"Tu vois.. N'importe qui te met au sol. Tu fais deux fois ma taille et je te plaque aussi facilement que si je plaquais une marguerite."

Benjamin se releva ensuit titubant, il fit quelque pas dans le sens opposé. Qu'est-ce qui se passait à présent ? Toute la vie, le sentiment d'appartenance, cette humanité imparfaite elle semblait s'évaporer peu à peu laissant place à un sentiment plus froid, plus glacial et nettement moins agréable. Des remords. Dans une telle situation quand on est comme Benjamin on ressent les émotions à fond et les remords vous rongent réellement. Le blond se retourna doucement.

"Je suis désolé, j'ai.."

Benjamin se stoppa encore une fois. Que se passait t'ils encore ? L'ambiance avait changé.  Benjamin et sa toute nouvelle sensibilité avait repéré qu'un truc venait de se passait. Et l'éponge sentimentale de Benjamin ressentit de la joie et de l'espoir ( mais toujours avec une certaine note d'inquiétude, atténuée l'inquiétude ) qu'elle ne réussit malheureusement pas à aspirer les laissant flotter au gré des vents et des gens.

"Vous avez senti ça ? Vos amis.. Enfin, nos camarades.. Ils sont libérés !"

Qu'est-ce qu'il se passait ? C'était comme si un élan d'espoir enserrait la bâtiment. Peut-être cet élan n'était que le fruit des émotions en désordre de Benjamin, mais lui il en étaient certain, plus que certain. Un hypersensible a souvent tord d'écouter ce qu'il ressent mais c'es arrivé, il s'avére en des rares occasions que la vérité réside dans les émotions. Se laissant plus que jamais guider par celles-ci, le noctali alluma son Ipok.

"Nos Ipoks marchent, ils marchent !"

Finalement, peut-être que ce n'était pas impossible, peut-être que des élèves avaient atteints leurs camarades. Et si l'impossible devenait possible, alors Benjamin pouvait.. Il restait surement milles façons de s'intégrer ! Un échec sur un seul essai ! Surement pas !

Tout s'illuminait d'un coup. Benjamin ne pouvait croire que c'était si facile de passer d'un émotion à une autre ainsi. Mais il fallait vérifier, il fallait retrouver les disparus et leurs héros.

"Bon. On peut pas le laisser ainsi."

Benjamin attrapa la bras du sbire et commença à la traîner sur le sol. Il fallait s'occuper de lui, personne ne méritait d’être abandonné ainsi évanoui sur le sol. Le roux avait eu une bonne initiative finalement.

"Vous venez m'aider ?"

Benjamin regarda ses camarades avec une soudaine énergie, plein d'entrain le Noctali attendait une aide qui.. Ah oui c'est vrai.. Si Benjamin avait pu passer à autre chose aussi vite, c'était très bien pour lui mais ce revirement de caractère avait pu déstabiliser ses camarades, voire les effrayer. Benjamin rougit de gène et de honte.

"Ah.. Oui, c'est vrai que... Là.. Désolé. Je crois que j'ai eu un petit pétage de plomb, ça arrive à tout le monde non ? Faut juste que ça reste entre nous, si ça vous gêne pas trop.. On peut en parler aussi... Mais euh.. Désolé. Je ma tais."

Benjamin s'était focalisé sur ses émotions et n'avait en rien fait attention celle des autres. Il allait maintenant devoir faire face à Alban et aux autres..

Spoiler:
 
Kaeko D. Riviera
Kaeko D. Riviera
Région d'origine : Kanto
Âge : 19
Niveau : 47
Jetons : 408
Points d'Expériences : 1230
Adulte Larbin de l'Etat
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 2:54

Ooooow elle semblait tremblée encore plus la pauvre petite lorsque Kaeko lui fit : fichue Pnj. Ce n'était pourtant  pas une insulte, certes on pourrait le penser, non non. Bon ce n'était pas non plus très gentil mais globalement ce n'était pas une insulte. D'ailleurs les autres personnes dans la cellules prirent la kidnappée en affection et fusillèrent du regard la bleue qui franchement n'en avait que faire, bien trop occupée à essayer de chasser les voix dans sa tête plutôt qu'à essayer d'amadouer des pnjs inutiles (sauf pour la réputation qu'ils peuvent potentiellement véhiculer). La préfète Mentali ne prit nullement en sympathie vu ses réactions (totalement justifiées au vu de sa situation) cette fille tremblant d'effroi qui voulait bien trop de réconfort. Est-ce qu'elle comprenait qu'on avait pas le temps pour cela ? Et pourtant, la Mentali le lui donna ce qui la rassura encore moins. Tu veux quoi de plus la peste ? Un massage des cookies toute l'attention du monde les toilettes pour toi toute seule ? Non, nous sommes en temps de guerre, bon Kaeko n'est pas super agréable mais elle ne tremble pas de partout et ne demande pas à l'aide elle demande ses médicaments et quelqu'un pour l'assommer rien de plus. Enfin, la TopDresseuse ne put se concentrer et penser davantage puisqu'elle quitta le monde de la réalité véritable pour rejoindre celui des rêves.

Par chance, la spécialiste type se fit rattraper par Leonidas  non loin de là qui évita à la demoiselle un baiser malencontreux avec le sol crasseux. Si la jeune fille avait pu le faire elle l'aurait remercié directement, le cœur y est on va dire hein. En plus de cela, l'autre petite bleue trop kawaii choupinette vint aussi à sa rescousse et fit se rassembler les élèves afin d'éviter que les Abras n'enlèvent une autre personne. Sage décision de la part de la Givrali. Son plan marcha en plus de cela, les deux psy revinrent avec un élèves exténués en leurs bras. Ils le déposèrent avant d'observer la salle sans savoir que faire. Ils se regardèrent avant de partir sans rien emporter. ET C'EST UNE VICTOIRE POUR LE PEUPLE MES AMIS ! Enfin la Mentali n'était pas vraiment concernée puisqu'elle était en ce moment en pleine introspection, couchée sur le sol telle une malpropre. Son cerveau ressemblait à un vieux gruyère sur une dans une volvo en cuir un jour de canicule (vous voyez le genre?). D'ailleurs, vous voulez savoir ce qu'il se passe dans sa tête en ce moment ? Ah et je me fiche de votre réponse dans tous les cas je vous le dirais huhuhu ♥. J'AI LA PUISSANCE RANAFICHE ! Ahem.

Dans l'enfer, à savoir la tête de Kaeko :
Un bureau, un simple meuble. Une pièce avec des murs entièrement blanc. Et elle. Elle. Oui cette narratrice qui me mène la vie dure depuis maintenant un an et demi. Qui m'en fait voir de toutes les couleurs à tel point que je pourrais en faire des crises d'epilepsie. Une sadique qui n'est pas avare en terme de plaisanterie douteuse et d'épreuves sadiques. Une peste toute puissante qui mène ma vie telle la pire des marionnettistes. Folle, Délurée, décomplexée, stalkée. Elle se tenait assise devant moi, en tailleur parfaitement droite sur sa chaise à tenir un rapport entre ses mains aux ongles défoncés.  Une paire de lunettes sur le nez et les cheveux attachés, une vraie femme d'affaire qui ne semblait pas crédible à mes yeux. Que me voulait-elle encore ? Déjà que je narrais à la première personne, symbole que je suis en train de dormir et que je dois probablement craindre le pire. Point positif, la salle était entièrement vide et insonorisée. Plus de voix, j'étais enfin au repos. Il ne restait plus qu'à savoir si c'était une bonne nouvelle. Croisant les bras, je la foudroyait du regard avant de m'éclaircir la gorge. La créatrice releva ensuite la tête, posant son amas de feuilles sur le bureau. Elle posa ensuite ses coudes sur le meuble avant de joindre ses mains, mettant sa tête dessus.
« Mauvais, c'est très mauvais ! Tu fais mauvaise impression, tu ne résistes pas à toutes ces voix et en plus tu t'es évanouie. Ajoutez en plus à cela l'ingrédient chimique x et vous obtenez une super nana ! »
« Et plein de bonnes choses.. » Dis-je, blasée, attendant le jugement dernier absurde. « Et alors ? Que me vaut tant de compliments ? » Fis-je, haussant un sourcil ne démordant pas devant cette délurée. Elle se leva alors de sa chaise avant de contempler le mur immaculé tranchant complètement avec la pièce dans laquelle j'étais précédemment. « Alors non il n'y a pas de fenêtre, fais pas style le directeur multimilliardaire qui veut licencier son employer ne rapportant pas un bon chiffre d'affaire ! Que me veux-tu encore ? Me pourrir ? Me détruire psychologiquement ? C'est fait ! Que veux-tu de plus hein ? QUE VEUX-TU DE MOI À LA FIN ! REPONDS ! » Hurlai-je, non, en ce moment la patience n'était guère mon fort je l'avoue humblement devant vous, lecteurs de tout âges.  Elle se retourna alors nonchalamment, tout en remontant ses lunettes factices, on me fera pas le coup, elle n'a pas de problèmes de vu, c'est juste pour être fab' !
« Et pourtant c'est le cas, tu n'as pas un bon rendement Kaeko. Je ne peux plus te laisser gérer l'entreprise. » Fit-elle comme si elle m'annonçait une chose parfaitement normal, un : on mange du pudding cat ce soir aurait la même intonation. J'écarquillais alors les yeux, elle me virait de chez moi ? Mais c'est impossible !
« Tu blagues j'espère ? C'EST MON CERVEAU, JE LE GERE COMME JE LE VEUX ! C'EST MON CORPS TU NE VAS PAS ME LE DEPOSSEDER ! » Scandai-je bien consciente que seule elle m'entendait. Elle croisa alors les bras tandis que je les avait relâché pour hurler. Elle me toisa alors du regard comme le ferait une instance supérieure.
« Je m'en fiche éperdument, je fais ce que je veux après tout. Darya va te remplacer aujourd'hui. Ce n'est qu'éphémère hélas, elle fera un meilleur boulot que toi ! »
« Darya ? Je ne comprends pas, éphémère ? » Dis-je en m'effondrant sur le sol, les yeux grands ouverts, saisissant au vol la nouvelle. Une autre moi venait de rentrer dans la salle par la seule porte, un regard malsain et un sourire abominable sur le visage. Elle avait une allure irréelle. Semblant se considérer comme au-dessus des autres, elle avait une aura qui m'effrayait, moi, spécialiste spectre. Je suppliais alors ma narratrice du regard.
« Non, non s'il te plait, ne fais pas ça, je t'en conjure.. » Un même sourire s'afficha alors sur les deux jeunes femmes, elles dirent alors en même temps.
« Trop tard.. » Ma vision se floua alors, et je me perdis dans ces ténèbres que j’affectionnais pourtant.

Alors si vous vous demandez, avant que l'autre ne se réveille, non je ne suis pas la narratrice dans sa tête et oui tout ce qui vient de se passer est un gros délire schizophrénique de Kaeko. Et oui, c'est aussi absurde que triste, ce n'est en soit pas très drôle. Ne vous inquiétez pas, elle reviendra à la normale un jour, normalement... Sur ce aparté finit, enjoy ♥
Les yeux de la demoiselle se plissèrent, sa tête était en charpie, des voix chuchotaient de partout, on la regardait étrangement comme si elle n'était qu'un extra-terrestre. Beuh, créatures stupides que vous êtes tous. Péniblement, la bleue essaya de s'asseoir, encore retournée et embuée par cette crise. Elle observa en silence les gens autour avec un mutisme effrayant. C'était donc cette alarme qui l'avait réveillée ? Des bruits de pas intéressés et des kidnappés effrayés. Beau programme. Elle regarda ensuite Janet et Leonidas, les personnes l'ayant soutenus. Braves gens.
« J'imagine que je dois vous remercier, sans vous j'aurais vu le sol ignoble d'un peu trop près. Alors merci. » Elle s'inclina alors envers ces deux élèves. Pas méchante ? Mais Miss tu nous avais dit qu'elle serait abominable ? Aurais-tu menti sur la marchandise ? Vous voyez le sourire digne du chat de Cheeshire sur la bouche de la Mentali ? Cela vous prouve à quel point vous vous êtes trompés braves petits. Cette nouvelle Kaeko arrivait bien mieux à contrôler ces dizaines de voix parlant dans le moulin qu'était sa tête. Elle s'observa longuement avant de soupirer.
« Quelle apparence ragoûtante, ma tenue est rapiécée, j'ai de la poussière de partout et en plus je ne suis coiffée n'importe comment. Ma prédécesseure n'a aucun goût ! Elle a bien fait de partir ! » Fit-elle en se détachant les cheveux puis la demoiselle épousseta la robe noire déchirée à quelques endroits qu'elle portait.

Se tenant alors debout, elle observa la porte. « Narratrice un décompte ? Elle va s'ouvrir bientôt n'est-ce pas ? » Je dirais encore une trois bonnes minutes mon amie. « Bien ! » La préfète secoua alors la tête dans tous les sens comme pour chasser les mauvais esprits de sa tête, ne se concentrant que sur ce qu'il va falloir faire. « L'alarme a été déclenchée, on va bientôt être dehors, mais à mon avis ça ne va pas être de la tarte, il va fallait se mettre en groupe pour retrouver nos effets personnels et nos Pokémons. La team Rouage n'est pas idiote, ils ont du forcément planquer nos compagnons de route dans un autre endroit que juste dans cet étage ou cette salle. Sinon ils baisseraient dans mon estime, déjà qu'ils n'étaient pas bien placés. Bref, faisons des groupes et restons solidaires. Quoi ? » elle regarda ensuite les personnes qui semblaient dubitative à son égard. Moui la crise de folie précédente n'avait pas du arranger son sérieux et sa capacité à maintenir l'intégrité des troupes. Joie. « Ok alors tout ce qu'a pu vous dire l'autre est pure calomnie, si vous pensez que je suis cinglée et pas de bon conseil vous auriez raison. Mais là c'est la crise, vous avez bien écouté Janet Leonidas ou Ambre pourquoi pas moi ? Hein ? » Un pauvre petit gros se tenant accroché à Raphaël (hehhee) se risqua de répondre à la TopDresseuse.

« Oui mais eux, bah euh.. Ils n'ont pas roulé en boule dans la cellule ou tapé un fou rire ou encore demandé qu'on les assomme ! » La bleue le tua du regard ce qui le fit frissonner de toutes parts.
« Peuh, je ne suis pas cette Kaeko, je m'appelle Darya, enchantée ! Bref on s'en fiche... Nyu.. C'est vrai que ces migraines n'y vont pas avec le dos de la cuillère.. » Fit-elle en se tenant la tête. Elle inspira alors avant de reprendre. « Mais là n'est pas la question ! Autant se séparer en petits groupes. Il vaudrait mieux se mettre avec des personnes de confiance.. »
« Pas toi en tout cas. » Murmura un autre garçon proche du petit gros. Souriant telle une démente, la miss s'avança d'un pas confiant vers lui avant de le saisir par son t-shirt.
« Ce n'est pas un gars comme toi qui me dira ceci, tu parles à une préfète là ! Si j'ai ce rôle ce n'est pas par hasard ! Gamin. » Elle le reposa alors violemment, choquant les pnjs alentour. Jamais au grand jamais, la demoiselle avait assumé son rôle de préfète auparavant, préférant s’éclipser ou le cacher ardemment. Mais que s'était-il passé ?
"Mettez vous en groupe et comme l'a dit Ginjouille faisons un max de bruits ! » Elle se mit alors proche de son ami spé électrique et prit son bras en plus de la dépressive.
« Je fais équipe avec vous les amis, on va bien.. Urf, ça n'en finira pas ? S'amuser ♥ »

Peur, elle faisait clairement peur. Mais le pire, c'est qu'elle eu raison, un homme déguisé en sbire de la team rouage déboula dans la salle via la grosse porte en acier trempé. Quelques exclamations venant des personnes alentours furent prononcées (avec un c'est pas trop tôt de Kaeko au passage). L'homme leur indiqua qu'il valait mieux abandonner l'idée de retrouver leurs Pokémons et partir le plus vite possible. La bleue leva alors les yeux au ciel, dans tes rêves bro ! Il leur indiqua par la même occasion où se situait leurs équipements d'avant l’enlèvement. MEDICAMENTS !
« Tu rêves narratrice je ne veux pas partir tout de suite, c'est drôle ici ! » Je m'en fiche, tu les prends point ! Et puis ce n'est pas comme s'ils allaient fonctionner directement à la prise, tu as encore une bonne douzaine d'heures devant toi.
« C'est plus que je ne le pensais, je reste moins longtemps d'habitude ! » C'est ça, récupères-les ! Elle soupira avant de se précipiter dans la salle, retrouvant son sac, elle fouilla le plus rapidement possible pour retrouver son traitement. Toujours présent dans le sac, HALLELUJAH. Qu'auraient pu bien en faire les sbires à part se shooter ou tomber dans le coma à cause de la dose un peu trop élevée de substance médicinale contenue dans la pilule ? Rien d'intéressant en soi. Habituée à en prendre, la jeune femme les avala d'une traite avant de retourner dans la salle pimpante (enfin presque, la fièvre et la migraine la possédant toujours). Ses yeux améthystes virent alors rousse (on doit dire rouge?) une fille inconnue se précipitant sur Leo. Elle ne perdait pas le nord celle-là. Elle fut ensuite repoussée par une fille aux cheveux roses, courts ? Estelle ! Elle était venue, comment ? Pas le temps de se poser la question ! La préfète alla vers son amie pour lui sourire comme pas possible avant de lever un pouce haut vers le ciel, pour l'encourager vers le blondinet.
« Je ne sais pas comment tu es venue ma chère, mais je suis ravie de te savoir ne serait-ce qu'en vie ! Ah au passage, chouette coupe de cheveux ! » Elle lui fit ensuite un clin d'oeil avant de sautiller vers Ginji et Ruby.

« Bon, c'est la joie, les petits Passerouges chantent mais on passe par quel téléporteur ? Je suis d'avis de trouver celui qui nous conduira le plus bas possible, il y aura soit des expériences bizarres sur les Pokémons, soit les laboratoires ou alors tout nos poké, non ? » Demanda-t'elle alors, attendant patiemment une réponse et aussi une venue, d'un être qui lui était très cher. Était-il aussi présent dans cette planque ? Si Estelle avait pu venir alors la bleue mettrait sa main à couper qu'il était aussi présent. Pitié, qu'il vienne vite !

HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Espeon_la_by_GoldFlareonIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Giratina_la_by_GoldFlareon
Gwenn Emmings
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 6:06
Ça se passait tranquillement non ? Non. Assise dans le bus peu rempli, Gwenn était tranquillement installée, observant le paysage. Et soudain, elle se rendit compte que le véhicule était en train de déraper. Elle ouvrit quand les yeux. Un haut de coeur quand son corps partit en avant, mais que la ceinture la retint violemment.Heureusement qu'elle s'en remit rapidement. Elle tenta de reprendre son souffle, mais avant qu'elle ne puisse faire quoique ce soit, la jeune fille sombra dans le sommeil. Il lui sembla voir des ombres se mouver.
Le réveil fut particulièrement difficile. Autour d'elle, les gens étaient en mouvement, il y avait des cris et des pleurs. Un mal de crâne. Des courbatures au cou. Après s'être frottée les yeux, elle analysa rapidement la situation. Elle faisait partie de ceux qui n'avaient que des blessures légères. De la chance ? Peut-être. Mais que dire de tous ceux qui s'étaient plus blessés qu'elle ? Elle regarda autour d'elle, incapable d'agir. Des élèves s'étaient déjà précipités hors des bus, continuant à s'agiter à l'extérieur. Elle les observa d'un air absent. Il y avait également un garçon qui lui semblait familier, pourtant elle ne connaissait pas beaucoup de monde à l'académie. C'était la première fois qu'elle avait eu un accident et elle avait un peu de mal à se faire à l'idée. Quelle idée ? Aucune. Mais elle n'avait pas vraiment envie de se lever, ou n'y avait pas encore pensé. Elle se contentait d'observer tout ce qui se passait autour d'elle. Un sourire furtif se dessina sur ses lèvres quand elle aperçut que quelques Givralis allaient bien. Et il y avait aussi le Phyllali de la dernière fois. Elle chercha Janet des yeux, mais ne réussit pas à la trouver. Peut-être était-elle elle-aussi encore dans un car ? Elle espérait qu'elle ne s'était pas trop blessée. Il y avait quelques rumeurs sur sa santé fragile qui courraient. Finalement, quand un professeur vint évacuer les lieux, elle se vit contrainte à descendre à l'extérieur.

Elle observa les dégâts en se mordant les lèvres. Elle n'aimait pas ça. Autour d'elle, des élèves discutaient et les préfets comptaient leurs élèves. Peut-être devrait-elle penser à les rejoindre... Les annonces ? Les nouvelles ? Il y avait des absents. Devait-elle plus s'inquiéter pour ceux qu'elle connaissait ? Ne serait-ce pas égoïste ? La suite s'enchaîna rapidement. Répartition des maisonnettes, manger, toilettes, dodo, second jour ennuyeux à mourrir et extrêmement lent. Le troisième jour... Fut un peu moins chaotique que le premier. Mais seulement un peu. Une prof de sport en larme, une directrice perdue. Des professeurs disparus. Suite à l'annonce, les élèves s'agitaient. Quelques uns décidèrent de se réunir. Gwenn ? Considérant qu'elle avait fixé ses pieds assez longtemps, elle ne jeta qu'un bref regard à la foule autour d'elle avant de repartir vers sa maisonnette avant de s'enfermer dans sa chambre et de se jeter sur son lit.
Ce ne fut que plus tard qu'elle apprit que certaines personnes qu'elle connaissait s'étaient lancés dans l'expédition ayant pour but de délivrer les personnes disparus. Ou kidnappés plutôt. Les yeux grands ouverts fixant le plafond, dans la pièce à la lumière tamisé par les stores baissés, elle tenta de réfléchir. De demander si elle pourrait les aider ou les rattraper. Mais elle n'avait aucune envie de se rendre sur cette île inconnu. Et puis, ils devaient être loin désormais. Se relevant, elle tapota le matelas avec ses doigts. Puis finalement elle se leva pour allumer son ordinateur portable.

Sur le petit écran lumineux, une grille s'afficha. À gauche, posé à plat, se trouvait son iPok avec sa liste de contacte ouverte. Elle tapota quelques chiffres, les coordonnés sur la grille changèrent, et enfin, une multitude de points colorés apparurent. Elle décocha encore quelques options, et bientôt, seules une trentaine de points bleus restèrent. Une nouvelle fenêtre s'ouvrit, elle tapota encore sur son clavier. Elle zooma sur un gros rassemblement de signaux. Était-ce l'équipe ou les kidnappés qui étaient regroupés ? Pff, question idiote. Alors qu'elle procédait à quelques manipulations complémentaire afin de pouvoir capter leur position précise, la moitié des points disparus dans un bip sonore. Elle se figea. Elle n'arrivait plus à capter la position des iPok des kidnappés. Ouvrant encore plusieurs fois la petite fenêtre, elle tenta de plusieurs scripts, mais rien n'y fit. Découragée, elle se jeta alors en arrière, refixant à nouveau le plafond. Évidemment que la team Rouage était bien équipée. Bien plus qu'elle ne l'était. Elle n'était qu'une étudiante après tout. Puis soudainement, des bip aigus résonnèrent. Alertée, la jeune fille se redressa. Elle venait de perdre la position d'un élève. Et encore d'un. Calliope avait disparu de son écran, et bientôt, il ne resta plus rien. Étaient-ils rentrés dans la base ? En effet, elle avait pu voir que les signaux disparaissaient tous lorsque les points se dirigeaient vers une zone précise. Elle zooma. Elle avait perdu une occasion en or de pouvoir se montrer utile. Et tout ça parce qu'elle avait réagi trop lentement.

Pendant plusieurs minutes, plus rien ne se passait. Il était clair qu'un brouilleur l'empêchait de capter quoique ce soit dans cette zone. Et peut-être pas qu'elle. Cela voudrait-il dire que les élèves qui s'y étaient engouffrés n'avaient plus aucun moyen de communiquer entre-eux ? Soudain, un détail lui revint en tête. Elle n'avait pas pris le soin de capter les appareils électroniques des professeurs. Résultats ? Nuls. Rien. Elle n'arriva à rien. Tout ce qu'elle aurait pu faire pour le moment était de chercher à pirater le système des ennemis. Mais il était clair et net qu'elle en avait ni les moyens, ni les compétences. Un jour, elle devrait sérieusement se pencher plus là-dessus. Elle tapota nerveusement sur le rebord de son ordinateur portable en priant pour pouvoir trouver quelque chose rapidement.
Elle n'en eut pas besoin. Les signaux revinrent. Cette fois-ci, elle ne perdit pas son temps. En deux-trois mouvement, elle avait toutes les coordonnées nécessaires, ou presque. Cependant, à qui envoyer tout ça ? Elle prit alors la première personne sur laquelle elle tomba. C'était pas si grave après tout.

Gwenn – 03.07.2015
Hey ! Position des kidnappés, étage -5 ou -6, mais il faut que vous descendez.
Envoyer. Mince, elle venait d'envoyer ça à Aaron...

Spoiler:
 
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2387
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 8:11
Je n'ai jamais aimé Ace. Entre l'arrogance et la violence qu'il contient au quotidien, et dont il semble apprécier l'usage, on peut dire que nous ne serons jamais les meilleurs amis du monde. Mais là, j'avoue qu'avoir son frère jumeau angélique (Je suis sûr qu'il en a un...) sous la main, ça m'arrangerait BEAUCOUP ! Ou n'importe quel Topdresseur  un tant soit pas spécialiste du combat pour nous aider contre la montagne d'écailles et de crocs qui ne va pas tarder à nous charger de front !
Même si Keru vibre presque sous l'adrénaline, je ne me fais pas d'illusion..Mené par un dresseur incapable d'exploiter tout son potentiel, je doute que ma Dynavolt puisse vaincre une créature pareil. ...Ok, c'est du trois contre un, on conserve son calme et on observe. Je suis peut-être nul en combat mais je reste un Ranger...Et un Ranger, ça se sert du terrain !
Tandis que je commence à littéralement scanner la salle dans l'espoir de trouver quelque chose qui puisse nous aider, Heath prend les commandes. Je n’interrompt ma recherche que le temps d'un simple geste à Keru...Inutile de contester, s'il a besoin de toi, tu t'exécutes et vite, je sais que tu peux le faire !

''J'espère que tu sais ce que tu fais, amigo ...''

Le temps de prendre quelques pas d'élan, et ma Dynvaolt se lance en avant. Le Rexilius tente bien de la happer, mais l'agile petite chienne accélère brusquement jusqu'à ce que ses mouvements en deviennent presque flous. Puis, dans le même élan, elle se met à tourner tout autour de la masse du Pokémon Tyran, pendant que ce dernier tente de l'attraper entre ses dents.
Heath et Abel ont déjà libéré leurs Pokémons respectifs, et la suite de son plan semble se dérouler plus ou moins comme prévu. Le mécanicien et moi nous plongeons sur les coté sans attirer l'attention du Rexilius, et mes yeux tombent alors sur un spectacle des plus intéressants: Heath, sa Lapras, le Rexilius et surtout la porte sont à présent parfaitement alignés...Je crois que je commence à comprendre. Même si ton plan est complétement fou,dépêche-toi, Keru ne pourras pas maintenir un tel rythme longtemps...
Comme pour répondre à ma prière, la Lokhlass libère une série de cristaux blancs qui viennent littéralement provoquer une ère glaciaire miniature dans la pièce. Et c'est parti pour un peu de luge ! Le temps que le plan du Noctali s'accomplisse, je fait signe à Keru de ne plus remuer d'un pouce. Si elle bouge, tout sera à refaire, et on n'aura sûrement pas droit à une seconde chance. Commence alors un ballet entre le dinosaure et le Pokémon Eau, ce dernier esquivant au dernier moment les attaques Morsure et Fracass'Tête de son adversaire, qui ne parvient qu'à pulvériser davantage de matériel de laboratoire. Et à envoyer valser le Noctali et son starter comme des quilles, accessoirement !

''CONTINUE VERS LA PORTE! IL NE PEUT PAS LA VOIR SI ELLE NE BOUGE PAS!''

Il a du cran, mais autant pour le plan, je ne vais pas le laisser se faire bouffer sans réagir ! Abel semble d'accord avec moi, et sans tenir compte de notre rôle de diversion, c'est à nous de nous jeter droit sur le Pokémon préhistorique, accompagné de nos équipiers. Pourtant, malgré l'attaque Etincelle de Keru et les frappes du Massko d'Abel, rien ne semble en mesure de détourner le Rexilius de la proie qu'il s'est choisi ! C'est donc sans pouvoir agir que nous voyons Heath et son starter finir à terre, tandis que dans le même temps la porte de la salle se retrouve broyé par une nouvelle attaque Fracass'Tête lancée à pleine puissance. Et un point pour le plan de Heath, nous voila libre ! Sauf que vu son état et celui de sa starter, je sais déjà qu'ils ne pourront pas se déplacer. Et il est hors de question d'abandonner un équipier à terre ! Réfléchis, Cael, réfléchis, il y a surement quelque chose qui t'a échappé...N'importe quoi qui pourrait détourner l'attention du Rexilius et nous redonner l'avantage...
Balayant la pièce du regard, je ne repère absolument rien d'autre que les débris des tables, détruites par l'attaque Fracass'Tête manquée quelques secondes auparavant...Une minute...

''Abel, il va falloir que tu me suives sur ce coup-là. C'est complétement dingue, mais ça va peut-être marcher.''

Comment ça ''peut-être''? Ça passe ou ça casse, oui ! Le temps d'expliquer en quelques secondes au Noctali  le plan que jeviens d'imaginer, et nous nous séparons pour encadrer l'ancienne emplacement de la porte, désormais complétement détruite. Tandis que la haute silhouette du Rexilius se dégage des débris et repasse l'ouverture, et que Heath nous ''demande'' (vu la situation, il aurait même pu nous insulter, je le pardonne d'office) de protéger sa Lokhlass . Et comment qu'on va la protéger !

''Keru, utilise Cage-Eclair !''

Un flamboiement d'électricité se répand rapidement le long de l'échine de la Dynavolt, une seconde avant que l'onde de choc ne se disperse en ligne droite. Surplombant la Lokhlass , la mâchoire ouverte, le Rexilius se retrouve frappé de plein fouet par l'attaque et se fige brusquement. Ses petits yeux furieux s'agitent en tout sens et au prix d'un effort colossal, il se détourne de sa proie. Pas besoin de Lucki pour sentir la soif de sang qui émane de lui ! Et maintenant...

''Abel....Maintenant ! Keru, enchaine avec Vive-attaque !''

Pour la deuxième fois, nous plongeons sur les cotés pour laisser un maximum d'espace à nos Pokémons respectifs et à leur adversaire. Virevoltant dans toute la salle, la Dynavolt et le Massko rivalisent de Vive-attaques jusqu'à attirer le Rexilius à l'opposé de la porte, au plus près des panneaux de contrôle. Puis, sans cesser de courir nos Pokémons continuent de tourner tout autour du dinosaure complétement enragé, qui semble fatigué de voir deux moustiques voleter autour de lui sans cesser de le harceler de leurs piqûres. Même si leurs attaques n'ont que peu d'effet visible, elles ont atteint leur but : il est devenu complétement obsédé par leur présence...Allez, juste encore un peu et il va...

*ROAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR*

Devant inefficacité de ses attaques Morsure, le Pokémon Tyran se décide enfin à recourir à des moyens plus brutaux : les écailles en forme de couronne qui orne son front s'illumiennt une seconde avant qu'il n'assène un coup surpuissant en direction de Keru...Qui sans ralentir semble littéralement glisser au travers de l'attaque. Le crâne du Rexilius vient ainsi réduire une console en débris métalliques crépitants, et le souffle de son attaque manque de projeter ma Dynavolt contre un autre appareil. Néanmoins, le Massko d'Abel en profite pour placer une attaque Lame-Feuille sur les omoplates sans défense du dinosaure, qui réagit tout aussi violemment à ce nouvel affront de la part de ses proies. Keru a ainsi le temps de reprendre ses esprits, tandis qu'une nouvelle attaque Fracass'Tête vient d'exploser un autre appareil hors de prix et manque le Massko de TRES TRES près. Même les gadgets d'Abel se joignent à notre jeu du chat et de la souris, et les impacts s'enchainent les uns après les autres.

''Allez, encore un peu...Juste un tout petit peu...''


Avec tout ce qu'il a mangé comme attaques, et ses Fracass'Tête à répétition, il va bien finir par s'effondrer. Mais même si le Rexilius semble éprouver de plus en plus de difficulté à lancer ses attaques et que ses mouvements se font plus lents, la puissance de son rugissement est loin de s'affaiblir. Mais tu vas tomber, espèce de sac à main préhistorique !
Concentré sur l'état de notre adversaire, je rate alors un détail crucial...

*CRAAAAASH*

Keru et le Pokémon d'Abel sont proches l'un de l'autre, lorsque la dernière attaque Fracass'Tête se produit...Beaucoup trop proches : soufflés chacun d'un coté par l'explosion, ils peinent à se relever, épuisés par leur assaut respectifs. Mais au lieu de s'attaquer à ces moustiques qui le titillent depuis plusieurs minutes, le Pokémon Dragon relève son énorme mufle...avant de dévoiler une dentition acérée et de se retourner pour avancer à pas pesants vers sa proie initiale ! À pas pesants, il commence à réduire le distance qui le sépare d'Harley, des filets de bave s'écoulant à flots de sa gueule grande ouverte.Non...Non, non, non !

''KERU !''

Malgré son état, la Dynavolt parvient à se dresser sur ses pattes tremblantes. Et c'est dans un même élan que nous partons tout les deux à la suite du Rexilius, dans le vain espoir de le stopper...Ou même de juste le ralentir...De faire n’importe quoi pour qu'il s'arrête d'avancer vers la Lokhlass à terre ! J'ai l'impression que mes jambes et les pattes de Keru se déplacent dans une mer de ciment mais hors de question de stopper, on doit faire quelque chose !

''Plus vite Keru...Plus vite, plus vite, PLUS VITE !''

Répondant à mon appel désespérè, la Dynavolt électrise ses pattes arrières, relâchant d'un seul coup toute l'énergie accumulée au fil de sa course. Mais si la lumière qui vient éclairer son corps émeraude crépite et frémit comme les éclairs dont il est parcouru, elle continue de s'amplifier jusqu'à prendre un éclat presque aveuglant. Comme une nova, la silhouette brillante semble de plus en plus flou, ne laissant qu'une trainée lumineuse derrière elle. Je m'arrête brusquement, ouvrant des yeux ronds devant cet éclat que je n'ai contemplé qu'une seule fois depuis mon arrivée à l'académie...Lorsque Lucki a.
Ici, nul virage ou mouvement superflu dans la course...Uniquement le désir d'aller toujours plus vite, droit sur le dos à nu du Rexilius pour le frapper comme un missile !

Lorsque l'étoile brillante qu'est devenu Keru vient percuter sa cible avec une extrême violence, un rugissement de douleur vient saluer sa réussite. Pris par surprise, le prédateur vacille avant de se retourner pour faire face à une silhouette bien plus imposante, dont la fourrure a pris une couleur bleutée. Vrombissant comme l'orage dont elle est devenue le symbole, l'Elecsprint fait face au prédateur, des étincelles courant tout le long de sa fourrure !
Relevant la tête, Keru lâche un long hurlement avant que toute cette énergie ne se déverse brusquement pour engloutir le Rexilius dans un torrent d'arcs électriques. Couplé à la paralysie qui l’assaillait précédemment, la Fatal-Foudre de Keru le fige complétement sur place, à défaut de lui infliger de véritables dégâts. En revanche, c'est le moment pour en finir !

''Et maintenant, ensemble !''


Inutile de le dire deux fois, mes deux partenaires viennent coupler leurs attaques à la mienne et c'est submergé par un véritable déferlement d'attaques Electriques, Plante et Glace que l'imposant Pokémon préhistorique se retrouve pris au beau milieu d'un feu croisé. Même Harley, malgré ses blessures parvient à relever la tête suffisament longtemps pour participer au carnage. Lorsque le déluge d'attaques s'apaise enfin, il reste debout un instant, fumant légèrement...avant de s'effondrer, renversant au passage l'une des dernières tables encore debout dans la pièce.  Un, deux trois...Trois secondes de silence, avant que je ne réalise que cette fois, il ne rugira pas.
Néanmoins, l'euphorie va devoir attendre.

''Abel, tu peux aider Heath? Utilise-ça, si tu peux, il faut couvrir ses plaies. ''

Aux Noctalis les Noctalis, aux Rangers les Pokémons ! Le temps de jeter un rouleau de bandages, sorti d'une des poches de ma ceinture à Abel, et je me précipite au coté de la Lokhlass qui repose toujours contre les débris de la porte. Arceus merci, elle n'est pas gravement blessé. L'attaque a surtout propulsé les débris un peu partout sur son corps, mais si elle avait été touché de plein fouet....Inutile d'y penser, ça va aller maintenant, il suffit de l'aider à s'extraire de là, et je pourrais lui prodiguer quelques soins. Dans le même temps, Keru vient se frotter contre moi, manquant de m'envoyer bouler contre ma patiente. Oui, oui, je suis fier de toi et tu les auras tes câlins mais là tout de suite, j'ai à faire ! Sauf que c'est un nouveau missile qui m'écarte un peu violemment de SON starter, pour s'assurer de l'état de cette dernière...

''Eh ! Doucement Heath ! Elle est blessée, ok, mais là tu te calmes et tu me laisses faire ce qu'il faut ! Tu peux rester à coté si ça te chante mais pour le moment, il faut que je puisse la soigner ! Donc, tu t'écartes !''

À mon tour de m'imposer à coté du Noctali, tout en sortant bandages et  médicaments d'urgence ! Il peut s’inquiéter autant qu'il le veut, mais pour le moment, l'important c'est d'agir ! D'abord les nageoires, ensuite les impacts sur sa carapace et pour finir, les blessures qu'elle a au cou...Du fait de sa taille, la Lokhlass épuise l'intégralité de mon stock de matériel, et se retrouve avec plusieurs membres emmaillotés . Néanmoins, à bien y regarder, elle ne devrait pas garder de séquelles. Au loin, des bruits de combats de plus en plus violents se font entendre. Décidément, l'idée d'infiltration aura été de courte durée...

Tout en caressant machinalement la fourrure de Keru (qui est désormais presque aussi grande que moi...Je vais finir par vraiment complexer sur ça !), je met plusieurs secondes à prendre conscience de la sensation familière qui m'envahit. Et ce n'est que lorsque Abel  note le retour de nos IPoks dans le monde des vivants que je finis par comprendre ce qui me titille depuis quelques minutes.  Il y a un Lucario, quelque part dans cette base qui m'appelle, et il n'est pas patient ! Au travers du lien rétabli, je sens confusément qu'il est toujours dans les couloirs, suivi de Sam et qu'ils ne sont pas seuls !  Vu l'état de la salle, je doute qu'on y trouve quelque chose, et Abel sera bien plus à même de filer un coup de main à Heath, avec les consoles encore intactes. Plutôt que rester là, à être aussi utile qu'un Chrysacier sous Armure, je décide de laisser mes deux compagnons se plonger dans un domaine qu'ils maitrisent pour rejoindre Lucki,là où il se trouve...Et si je dois faire vite, je crois que j'ai exactement ce qu'il me faut...Après tout, ça fait longtemps que je rêve de jouer les Elecsprint-Rider !
Profitant de l'ouverture due à notre combat (Joli plan Heath...Et ne t'inquiète pas, Harley se remettra de son action héroïque), je m'installe tant bien que mal sur le dos de la chienne électrique, avant d'attraper maladroitement sa fourrure. C'est marrant, ça crépite et ça me chatouille et en même temps, Keru paraît vibrer à l"idée de repartir en pleine course. Flattant les flancs de l'Elecsprint, je me contente de lui glisser quelques mots, avant qu'elle ne se jette en avant, et m'entraine avec elle. Après un tel combat, je sais qu'elle ne pourra pas aller aussi vite que d'habitude, mais ça sera amplement suffisant !

HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1529618029-cael
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Alban Abernaty
Alban Abernaty
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 11:22
Alban était accroupi, secouant Benjamin de plus en plus fermement. Le garçon avait encore la peau chaude et on sentait le souffle de sa respiration, mais il avait l’air incroyablement sonné. Le duo derrière Alban était en train de discuter à voix basse, probablement des circonstances de son évanouissement. Il n’était pas bien difficile de deviner qu’il y avait eu une altercation entre Benjamin et le sbire, mais les détails restaient brumeux. Pourquoi étaient-ils tous deux dans les vapes ? Double K.O ? L’absence de Pokémon près du sbire inquiéta Alban. Et si Benjamin était parvenu à assommer le sbire, mais s’était lui-même fait assommer par un Pokémon ennemi ? Dans ce cas, où est-ce que ce dernier était ? Il ne fallait vraiment pas qu’ils s’éternisent dans les parages… Alban flairait le danger, mais il ne pouvait pas laisser le garçon blond ici. Quitte à devoir le porter, ce qui ne serait pas une mince affaire vu sa jambe boiteuse…

Un mouvement à côté de lui le fit brusquement sursauter. Un garçon, qui devait être un élève comme eux, vint à leur rencontre. Cheveux rouges et air un peu benêt, il les salua presque joyeusement et s’expliqua sur les raisons de son retard, avant de… tenter de ranimer le sbire ?! Mais ne voyait-il pas que c’était un ennemi et qu’il avait la combinaison typique des Rouages ? Alban voulu lui dire quelque chose, mais à ce moment-là, Benjamin gigota doucement. Rassuré que le garçon ait aussi vite repris contenance, Alban voulu l’aider à se redresser doucement, mais le Noctali semblait monté sur ressort. En une seconde, il fut de nouveau sur pied, ce qui avait de quoi être étonnant. N’était-il pas évanoui il y a moins d’une minute ? Sans un commentaire sur la présence de larmes sur les joues de Benjamin - après tout, c’était normal, lui paraissait-il -, Alban hocha doucement la tête lorsque son camarade sembla le reconnaître. Il eut ensuite l’explication sur le sbire allongé à côté d’eux. Alors comme ça, c’était l’œuvre du minuscule Emolga ? Pas sûr que Zéphyr aurait pu en faire autant, même si ce n’était pas l’objectif d’Alban de blesser les autres. Le petit Goélise perché sur son épaule roucoula doucement, un peu intimité par la présence de l’écureuil volant électrique. Alban sentit la panique de son Pokémon. Dans un combat à un contre un, il était certain que Zéph’, de par son double type désavantagé, ne ferait pas le poids.

Il chassa ces pensées de son esprit, et regarda l’étrange objet que Benjamin lui montrait. Un indice ! Rapidement, ses yeux couleur bleu et or parcourent les pages et la discussion entre deux matricules ; Les 173 et 214, vraisemblablement… Une sensation de froid parcourut son corps et engourdit ses doigts. Le lieutenant voulait prendre la place du chef ? L’organisation se détruisait-elle de l’intérieur ? Brusquement, le premier indice trouvé par Aaron lui revint en mémoire. Son camarade roux avait émis l’hypothèse qu’il s’agissait d’un traître dans les rangs des Rouages, qui avait déchiré son appartenance pour ne plus être asservi par ce contrat. Alban lui avait répondu qu’il s’agissait plus d’une passation de pouvoir du Matricule 001 au Matricule 013, et que 013 était certainement le chef actuel. Il avait préféré penser qu’il s’agissait d’une preuve qu’il voulait effacer, pour une raison inconnue. A présent qu’il avait cet indice sous les yeux, lumière était faite sur quelques détails. Et s’il y avait une bataille de pouvoir en interne entre Matricule 013 et son second ? Et si c’était justement l’un des deux qui avait déchiré le papier - de rage, peut-être ? -. Si tel était le cas, comme le disait Aaron, il y avait sûrement un traître dans les rangs des Rouages. Et ce traître était très certainement haut gradé… Etait-ce le lieutenant ? Mais alors, en quoi cela les arrangeait-il ? Si le Matricule 013 souhaitait conserver son rang de chef, et que le lieutenant voulait prendre sa place. Que faisaient les élèves kidnappés dans cette histoire ? Frustré de ne pas comprendre plus que ça, Alban sursauta lorsque Benjamin s’adressa à lui. Son Emolga était épuisé, ce qui était compréhensible. Ce qui également, voulait dire qu’en cas de combats, ils ne pourraient pas s’en servir. Pas forcément la meilleure des nouvelles, compte-tenu du fait qu’ils étaient en base ennemie.

Les regards des deux garçons se croisèrent. Alban, toujours stoïque, fut cependant troublé de lire certaines choses dans les yeux de Benjamin. Etait-ce parce qu’il avait pleuré qu’il eut cette impression ? Il semblait que le Noctali était en proie à une grande détresse… Ce dernier sembla d’ailleurs vouloir dire quelque chose, lorsqu’il se ravisa et préféra lui crier dessus à la place. La réplique fit sursauter les deux élèves derrière Alban, mais ce dernier ne cilla pas. Intérieurement, certes, il était surpris. Mais son visage restait toujours aussi impassible… toujours aussi… indescriptible. La fille derrière-lui se sentit beaucoup plus piquée au vif lorsqu’il les traita de déchets. Elle s’approcha de deux pas, furieuse.

- Eh, avorton, je ne te permets pas !

Mais Benjamin était déjà reparti dans une tirade sans fin. Alban, malgré son visage qui lui donnait l’air d’avoir autant d’expression qu’un bigorneau nouveau-né, se sentit blessé par les paroles du blond. Certes, tout ce qu’il avait émis avant d’entrer dans la base n’avait servi à rien - et il ne savait toujours pas si ses suppositions de tantôt se révèleraient véridiques ou non -. Cependant, il n’avait jamais pris le temps de faire le point sur ses sentiments. Maintenant qu’on lui mettait tout ça sur le tapis, il se sentait… inutile ? Sûrement. Depuis son arrivée, il n’avait pas fait grand-chose à part une diversion largement critiquée par un de ses camarades au moins. Puis il avait épluché deux trois documents dont il n’arrivait à tirer que quelques informations éparses, et avait réussi à perdre Calliope. Pas grand-chose de très glorieux, en clair. Son cœur se serra en repensant à la rousse. Oui il n’avait pas été assez rapide pour passer au travers de cette porte. Oui il s’était senti en proie à une vive détresse lorsqu’elle s’était refermée, l’emprisonnant du mauvais côté du couloir. Oui il aurait dix mille fois mieux préféré être avec elle, et savoir ce qui lui arrivait, plutôt que d’être séparé comme ça et d’avancer à l’aveugle. Mais ça, ce n’était plus possible à présent, et il ne savait même plus où il en était. La seule motivation qui le faisait avancer, c’était de retrouver la jeune fille avant qu’on ne s’en charge à sa place. Et secrètement, ce n’était pas qu’aux Rouages qu’il pensait…

Benjamin ne s’arrêta cependant pas là et il interpela le roux qui était arrivé comme une fleur après tout le monde. Il s’attaqua ensuite à une imitation particulièrement blessante d’Alban, de sa jambe blessée et de Zéphyr. Ses deux camarades derrière lui hurlèrent d’indignation et commencèrent à abreuver Benjamin d’insultes aussi fournies qu’incompréhensibles – « Comment oses-tu ? Alban vaut dix fois mieux que toi dans cette histoire, ferme-là ! » « C’est si bas de se moquer de ça, ne l’écoute pas, Alban ! » -, tandis que le Voltali fronçait les sourcils. Il avait l’habitude qu’on se moque de sa jambe, ou qu’on chuchote derrière son dos, en tout cas… mais Zéphyr ? Il n’était pas encore familier à ces piques assassines envers son ami, et n’était pas sûr de pouvoir passer outre aussi facilement que pour les piques qui le concernaient, lui. Le pauvre Goélise commençait d’ailleurs à émettre de faibles bruits, profondément blessé, se cachant le bec derrière l’aile. Benjamin n’avait cependant pas fini, car il se jeta sur Alban, le plaqua au sol et lui colla une gifle qui le rendit tout abasourdi. Quoi ?

"Tu vois.. N'importe qui te met au sol. Tu fais deux fois ma taille et je te plaque aussi facilement que si je plaquais une marguerite."

Pour le coup, Alban s’était plus laissé déstabiliser parce qu’il s’était attendu à tout, sauf ça. Encore que bon, avec sa jambe blessée, il n’avait pas non plus le meilleur équilibre du monde. Il sentit qu’autour de lui, le garçon et la fille qui l’accompagnaient se précipitaient pour l’aider, mais il ne fit aucun mouvement. Il ne savait pas comment réagir face à tout ça. Devait-il le gifler à son tour ? Pas son genre. Lui balancer que la bave du Cradopaud n’atteint pas le blanc Lakmécygne ? Mouais, pas vraiment, car il avait vraiment envie de l’étrangler mentalement. Il était chauffé à blanc. Perdu entre la fureur et l’incompréhension. A côté de lui, Zéphyr piailla d’impuissance, battant des ailes inutilement, inquiet pour son dresseur. Alban sentit la prise de Benjamin se relâcher, et le garçon reculer de quelques pas. Il se redressa, soutenu par le garçon derrière-lui, qui toisait le Noctali d’un regard noir.

Puis, comme un vent de fraîcheur, des excuses. Ce gars avait totalement pété les plombs. Alban le regarda d’un air triste, ne sachant trop que faire. D’un côté, il n’allait pas se laisser marcher sur les pieds sans répondre ; ce n’était pas comme ça qu’un Amargein-Abernaty avait été élevé. De l’autre… Son empathie pris le pas sur tout le reste, et il se remit sur pied, bien que difficilement.

- Tu sais, commença-t-il, avant que Benjamin ne l’interrompe.

D’après ses dires, leurs camarades avaient été libérés. Comme pouvait-il le savoir ? Alban leva les yeux en l’air, alerte. Rien de particulier dans les courants d’airs, pas de bruits, pas un signe. Rien… Ce n’était pas possible que Benjamin en soit aussi sûr, et pourtant… il y avait effectivement quelque chose de différent.

- Arrête de raconter des conneries ! Un moment tu débloques et te montre abject avant Alban et nous, et l’autre c’est « nos camarades sont libres » ?! Faut que tu consultes mon gars, t’es vraiment qu’un horrible peti-

Alban l’interrompit d’un geste de la main autoritaire, et regarda le couloir devant lui. Sous la lumière fantomatique de l’éclairage qui crépitait, il remarqua quelque chose qui n’était pas là avant. De ça, il en était presque sûr.

- Ces dalles-là viennent d’apparaître, non ? interrogea-t-il le reste du groupe.

Puis encore un tour de girouette de la part de Benjamin. Maintenant, il voulait aider le Rouage. Ce qui n’était pas une mauvaise idée en soi ; aussi malsain que pouvaient être ces gens, ça n’en restait pas moins… des gens. Alban se redressa tant bien que mal. Sa joue était encore brûlante du coup du Noctali, et elle commençait à devenir rouge. Sûr que ce gars allait lui coller un bleu pour la semaine à venir. Sans s’en préoccuper outre mesure, il coula un regard vers le nouvel arrivant, qui devait très clairement se demander ce qui se passait autour de lui.

"Ah.. Oui, c'est vrai que... Là.. Désolé. Je crois que j'ai eu un petit pétage de plomb, ça arrive à tout le monde non ? Faut juste que ça reste entre nous, si ça vous gêne pas trop.. On peut en parler aussi... Mais euh.. Désolé. Je me tais."

L’expression de Benjamin faisait de la peine à voir. Alban soupira, et s’approcha de son camarade. Avant d’aider le Rouage, avant toute chose, il fallait qu’il essaye de calmer le jeu.

- Ecoute, chacun peut avoir ses sautes d’humeur, et je ne t’en veux pas pour ça. Malgré tout, je crois que tu te méprends sur mon compte. Je ne pense pas être particulièrement utile. Après tout, dans ce genre de situations, qui l’est vraiment ? Je n’ai pas la prétention d’être quelqu’un avec des idéaux louables ou autres. Je ne suis pas venu parce que je me prends pour un héros ou quoi que ce soit… Si je l’ai fait, c’est uniquement parce que Calliope voulait y aller. Je ne pouvais  la laisser seule… Alors oui, je boite. Oui, je ne peux faire que proposer des théories plutôt que d’agir comme le font les grands de l’école. Mais je viens juste d’arriver, tout comme toi. A notre échelle, nous ne pouvons faire qu’entasser un peu de gravier pour permettre au groupe d’avancer. Et même si cela est infime, même si tu penses que cela ne sers à rien, ce sera toujours mieux d’avoir essayé de faire quelque chose. Je ne suis pas le meilleur dresseur. Je n’ai pas le Pokémon le plus fort. Je ne suis pas le meilleur stratège ou autre. Mais cette volonté de vouloir aider quelqu’un, tout comme toi tu souhaitais aider ton préfet… C’est une chose qu’on ne pourra pas nous enlever. Alors tu peux continuer d’être impacté par les paroles d’Aileen à ton égard. Tu peux être frustré qu’elle pense que tu sois un lèche-cul. Mais tant que tu fais de ton mieux, rien ni personne ne devrait avoir le droit de te faire sentir que tu es inutile.

Oui. Ils avaient tous des motivations différentes, réunies autour d’un même objectif. Benjamin voulait bien se faire voir. Calliope voulait délivrer son ami. Alban voulait protéger Calliope… Et pourtant, malgré leurs dissonances, ils allaient tous dans une même direction, comme un seul homme. Ils avançaient ensemble, autour d’une même cause. Benjamin ne trouvait-il pas ça beau ? Eux, les deux nouveaux, qui n’y connaissaient rien et avaient obtenus leurs Pokémon la veille ? Eux qui s’étaient lancés dans ce périple malgré les risques, pour des raisons qui leurs étaient propres ? Alban ne laisserait personne les traiter d’inutiles.

Il se pencha vers le sbire pour prendre son poul. Electrisé. Pas électrocuté. Il n’était pas mort. Son corps était cependant raide et parcouru de tics. Nathaniel avait pu le toucher sans se prendre de châtaigne, ce qui indiquait que le sbire n’était pas dangereux. Ils ne risquaient pas d’être électrisés à leur tour. S’approchant du sbire, Alban se fit la réflexion qu’un humain était différent d’un Pokémon Vol. Il avait secouru nombre d’eux-eux lorsque ceux-ci se prenaient un coup de jus. Il suffisait d’utiliser des concoctions particulières, comme de l’anti-para, certaines baies ou un total soin, et c’était reparti. Mais tout ça ne fonctionnerait sûrement pas avec un humain adulte. Par précaution, il le mit cependant en position latérale de sécurité pour dégager ses voies respiratoires. Ses compétences s’arrêtaient-là. Il fallait que cette personne soit prise en charge par quelqu’un de qualifié. Lui, ne pouvait pas faire grand-chose de plus, et le regard impuissant de ses camarades lui disaient qu’eux non plus.

La fille près de lui qui tenait un Natu entre ses bras lui indiqua qu’ils étaient encore au niveau -1, et que son Pokémon sentait des vibrations à d’autres niveaux.

- Les pouvoirs des Pokémon Psy fonctionnent ! Et ces plaques là-bas, je crois que ce sont des téléporteurs. Je viens de Safrania, alors j’en ai entendu parler. Elles permettent de se déplacer dans la base. Certaines zones pourraient n’être accessibles qu’avec ces téléporteurs… Si Aileen a réussi à mettre hors d’état le brouilleur d’iPok et d’ondes psychiques, elle essaye peut-être de nous envoyer un signe en nous disant de les emprunter ! Peut-être qu’ils mènent à nos camarades !

Alban trouvait l’analyse pertinente. Mais d’un autre côté, ils ne pouvaient pas laisser ce sbire comme ça…

- Que va-t-on faire de lui ? demanda-t-il à la jeune fille. Il risque de mourir si on ne le prend pas en charge rapidement, mais je n’ai pas les connaissances nécessaires pour l’aider. Il faudra l’amener… dans un hôpital, ou un Centre Pokémon, ils sauront quoi en faire… Est-ce que tu pourrais…

- Quoi ? Tu veux amener notre ennemi en lieu sûr Alban ? C’est de la folie, je ne veux pas me séparer de vous ! Il est dangereux !

Alban réfléchit longuement. Il ne voyait qu’une solution. Téléporter ce type dans un centre Pokémon, mais la demoiselle n’était pas pour son plan. Soudain inspiré, le Voltali tira de sa poche l’indice qu’il avait trouvé, qui décrivait les actions des Rouages. Il le fourra dans la main de sa camarade.

- Téléporte-le dans le Centre Pokémon de Frista. Dis aux infirmières de le prendre en charge. Contacte la Police, et donne leur cette preuve. Dis-leurs de venir ici le plus rapidement possible, qu’il y a des élèves kidnappés, et de dangereux criminels. Va chercher de l’aide. S’il-te-plaît…

La fille au Natu fit la grimace, mais il était certain qu’avec les révélations d’Aaron, quelqu’un devait prévenir la police. Elle poussa d’un coup sec Benjamin, pris le sbire sous le bras, et lança un dernier coup d’œil aux personnes présentes.

- Bien. Je conduirai la Police ici, et je vous rejoindrais dès que possible. Je vous enverrai des messages via iPok pour vous retrouver.

Elle demanda ensuite à son Natu de les téléporter, et ils disparurent hors de la base dans un éclair violacé. Le garçon qui était avec Alban depuis la fermeture de la porte automatique lui assura qu’il avait le numéro d’Ellie - la fille au Natu -. Bien, maintenant que ce problème-là était réglé, il fallait prendre ce téléporteur… Alban se tourna vers ses camarades, puis marcha d’un pas vif vers la plaque blanche. Aussitôt, il sentit une étrange sensation lui chatouiller les membres, et se matérialisa dans un endroit similaire, mais qui n’était pas celui qu’il avait quitté. Derrière-lui, les autres arrivaient uns à uns, mais Alban n’eut pas le temps de s’en préoccuper. Un Dedenne qui filait devant lui les regarda, et se dirigea vers eux en trottinant comme le petit rongeur qu’il était. Un mot était attaché à sa queue noire.

Alban tendit la main pour s’en saisir, mais le hamster recula de quelques pas, sur ses gardes.

- Que fais-tu là ? demanda-t-il au Dedenne, qui prit aussitôt la pose d’un garde à vous.
- C’est celui d’Aileen, lui expliqua le garçon. Je l’ai déjà vu, je crois que… ce doit être lui.

Le hamster crépita pour acquiescer, puis s’en alla en courant droit devant lui. Il s’arrêta un instant, les regarda, et fit quelques tours sur lui-même.

- Je pense qu’il veut qu’on le suive…

Alban regarda autour de lui et ne vit plus aucun transporteur, outre celui qu’ils avaient emprunté. Ils n’avaient qu’une seule piste.

- Bon et bien, suivons-le, trancha-t-il.

Ils s’élancèrent tous dans le couloir vide, sans savoir où est-ce qu’ils allaient atterrir.

HRP:
 
Ginji Labelvi
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 19 ans
Niveau : 100
Jetons : 2259
Points d'Expériences : 4118
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 11:29
Ginji Labelvi
      rp commun



« Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! »


« -LUCAS ! »

Je dévisage le Noctali, ahuri. Celui-ci vient tout juste de frapper un des élèves enfermés, car celui-ci s'était opposé à sa proposition avant de lui donner un coup. Certes, le garçon n'avait aucune raison de frapper Lucas, mais celui-ci n'avait pas à rendre le coup !

Je me précipite vers l'adolescent, désormais inconscient, pour vérifier son état. Il devrait pouvoir s'en remettre rapidement, mais il n'empêche que le coup de poing a salement amoché sa joue gauche. En colère, je regarde Lucas en fronçant les sourcils.

« -Ne pas gaspiller nos forces, hein ? Et c'est plus pratique de blesser quelqu'un avant que la Team Rouage n'ait à s'en charger, peut-être ? Ce n'est pas le moment de faire des querelles inutiles, des gens sont probablement là pour nous sauver, c'est pas le moment de tout foutre en l'air ! Là tu ne fais que nous compliquer la tâche, nous allons devoir le porter avec nous maintenant... »

J'allonge le corps du garçon bien comme il faut, puis me relève lorsque Kaeko commence à.. Faire un décompte ?! D'après elle, la porte ne va pas tarder à s'ouvrir... Comment elle sait ça ? Elle est en communication avec des spectres, c'est ça ?! On va sortir d'ici ?!

Mais je suis visiblement l'un des seuls à croire aux paroles de Kaeko, puisqu'un garçon réplique à la dernière phrase de la Mentali. C'est alors que celle-ci déclare.... Ne pas être Kaeko ?!... Arceus mais... Kaeko est possédée ?!

« -D-Darya ?! Tu... Tu es un esprit d'un autre monde ? » je m'approche d'elle, interloqué « On va sortir d'ici ? T'es là pour nous aider ?... Et Kaeko, elle va bien au moins ? Quand on sera sorti d'ici, elle va revenir, hein ? Non parce que, c'est pas que je t'aime pas, mais si Kae venait à disparaître je vais être triste moi...   »

Que... ? Moi, crédule ? Mais pas du tout enfin ! Ça se voit que vous n'étiez pas là lors de la soirée d'Halloween ! Kaeko parle aux esprits, je le sais, je l'ai vu !

Kaeko -euh Darya pardon- m'attrape alors par le bras, ainsi que Rouquine, après avoir proposé à tout le monde de faire des petits groupes pour quand nous sortirons d'ici.

C'est alors que nous entendons un déclic. Je sursaute légèrement, lorsque la porte s'ouvre... Je m'attends à voir des policiers venus nous sauver, mais à la place, nous pouvons voir un sbire sur le seuil de la porte ! Je fais un pas en arrière, ne sachant pas à quoi m'attendre, mais celui-ci ne semble pas montrer de signe d'hostilité. Il dit vouloir nous aider, puis nous indique l'emplacement de nos affaires, avant de nous signaler d'abandonner nos Pokémons.

« -Jamais ! Dîtes nous où sont nos Pokémons ! Que leur avez-vous fait?!... »

Je n'ai le droit à aucune réponse, puis qu’après avoir expliqué la présence d'un brouilleur, l'homme disparaît en marchant sur une dalle. Je me dégage des bras de Darya, puis me précipite en dehors de la cellule, déboulant dans un couloir, en espérant retrouver l'homme, mais en vain. Mon regard se pose alors sur la porte désigné précédemment, porte que j'ouvre ensuite pour voir diverses caisses contenant nos effets personnels. Je trouve bien vite la caisse contenant mon sac et ma ceinture, mais... Aucune trace de mes Pokéballs.

« -Merde. C'eût été trop beau.  »

Je ressors, pour voir alors arriver des élèves de l'académie. Ils sont venus nous sauver ! Je ressens un grand soulagement, mais bien vite, l'idée de la perte de mes Pokémons revient dans mon esprit. Où peuvent-ils bien être ?... Et Oz et Meg ? Ils ont été enlevés eux aussi, où ils ont réussi à s'échapper ? Je vais voir Estelle, espérant qu'elle ne soit pas trop occupée avec Leo. Puisqu'elle était dans mon bus lors du vol, peut-être qu'elle sait quelque chose.

« -Estelle ! Tu sais si Oz et Meg ont réussi à échapper au kidnapping ?...  Ah, il y a un garçon dans les pommes dans la cellule, et deux autres qui sont à moitié endormis, il va falloir faire attention à eux !  »

Je fouille dans mon sac pour en sortir mon Ipok, et commence à taper frénétiquement dessus. Et tant pis pour les fautes de frappe ! Puis j'envoie le message écrit à tous les destinataires étant inscris à la Pokémon Community, espérant que l'un d'eux puisse me donner une réponse...

GINJI - 04/07/15
Libérés par un Rouage. Pokémons introuvables. Quelqu'un sait où sont Oz et Meg ?

Message envoyé. C'est alors que je remarque la date d’envoi du message... Nous sommes le 4 ?! Cela va faire trois jours que nous sommes prisonniers aussi ?!... Mais pourquoi cela a-t-il pris autant de temps ?...

Darya rassemble alors Ruby et moi, proposant d'emprunter les téléporteurs pour aller plus bas. Pourquoi pas, mais... Comment savoir lequel est bon ?

« -Ils se ressemblent tous !.. Déjà, il suffit de ne pas emprunter ceux pris par les élèves nous ayant rejoints. Geenre... Celui-là ! »

J'attrape les deux adolescentes par la main, et les entraîne avec moi sur l'une des dalles sans leur laisser le temps de répondre...

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.



« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Opale Valery
Opale Valery
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 373
Points d'Expériences : 170
Coordinateur Mode
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 12:05
Je pense m'être bien mise dans le pétrin. J'entends du bruit derrière moi, quelqu'un qui tombe, des cris, mais que se passe-t-il ? Je préfère ne pas me retourner, j'ai trop peur d'un combat.  À marcher dans ces couloirs livides, mon angoisse ne fait qu'augmenter et sans mon iPok je me sens impuissante. Je tiens toujours devant moi mon petit Pépite... Je ne sais pas s'il pourra me défendre vraiment, après tout il doit bien être capable de quelques trucs. J'ai pu témoigner de ses capacités contre la porte, à voir ce que ça donnera contre une cible mobile. Nous avançons de plus en plus rapidement, tu la sens ma peur là ? Ma transpiration, ces signes distinctifs qui font que si je rencontre un sbire maintenant, il saura qu'il n'aura qu'à me souffler dessus pour que je m'écroule... comme une maison de paille ou de bois, je me sens comme un petit Gruikui en fait, prête à me faire rôtir par le premier ennemi venu... Heureusement que je n'ai pas ce genre de pensée à voix haute, ça aurait donné faim à Pépite et Arceus seul sait lorsque l'on sortira de ces corridors étriqués.

J'entends du bruit venir de devant moi. C'est bon, je peux paniquer maintenant ? Complètement encerclée de la sorte ? Je vois une table de rite, une sorte d'autel bizarre, il y a peut-être 10% de chance qu'il ne me voit pas si je me cache en-dessous mais je tente ma chance. Je m'accroupis, m'y glisse, le sol est tellement lisse, tellement impersonnel, tellement inodores et incolores, j'ai l'impression d'être dans un asile face à la neutralité du lieu. Je sens quelque chose de différent sous ma main et y jette un œil, c'est un feuille, un papier, un rapport. Voyant que Pépite n'a visiblement pas mon instinct de survie, je le tire par la queue et le ramène vers moi. « Ne bouge plus mon petit. » Les pas viennent effectivement dans notre direction, je ferme les yeux comme si cela me protégeait d'une certaine manière. J'entends la course de cet inconnu et il me semble qu'il est passé devant mais s'est éloigné. J'ai eu de la chance il faut croire.

Le document évoque l'attentat du cirque des boulons. J'en ai entendu parler lorsque les élèves discutaient sur la Team Rouage. C'est quoi ce bordel ? Ils avaient ordre de mettre feu à la tente et de partir... De laisser cramer des dizaines de personnes et de Pokémon. De quoi peuvent-ils être bien capables ? Tu penses qu'ils ont tué les élèves kidnappés ? Que nous avons foncé dans un piège et qu'il ne va pas tarder à se refermer... Mais qu'est-ce que je fais là... Et s'ils font exploser leur repère pour tous nous abattre d'un coup. La panique grandissant, je laisse s'échapper une larme le long de ma joue, je me sens tellement incapable. Peut-être ont-ils déposer le document ici pour expier leurs péchés ?

 « Coucou ! » « AAAARG ! » Quelqu'un s'était penché vers nous et, serrant encore la queue de mon Pokémon, je le gratifie d'un grand coup en balançant le corps de Pépite dans sa tête comme on aurait pu le faire avec un sac à main. Le choc me fit sursauter et me cogner le crâne faisant tomber au sol le calice posé sur l'autel. Je le prends à pleines mains et l'envoie de toute mes forces dans la tête du sbire. Je prends mes distances et lui, se frottant le crâne, commence à s'énerver. Je me redresse, je ne sais pas si je dois partir ou pas, est-ce que ça sert encore de courir ? Je vois tranquillement ma vie vie s'écouler sous mes yeux... Mais c'est quoi c'te merde ? Elle est bien trop courte encore ! Je n'ai pas encore tout visité ? Il me reste tellement de chose à faire ! Pépite encore sonné et peu satisfait de mon utilisation de son corps telle une massue, semble se placer en position de combat vers l'ennemi. Ce dernier s'esclaffe à la vue de mon ridicule petit lézard.  « Lorsque j'en aurai fini avec toi ma mignonne, je vais revendre ton machin et me faire un paquet de Pokédollars ! Je te remercie d'avance ! En garde ma mignonne ! » Mais c'est qui ce malade ? Pour le moment, ce qui m'inquiète le plus ce sont les trois Pokéballs qu'il garde accrochées à sa ceinture... Je suis tellement morte là. Je plonge mon regard dans les yeux azurs de Pépite et lui transmet ainsi mon inquiétude...

Jetée de jambes, pirouette, geste disco, autre pirouette, grand écart -what?- dernier jeté, cri victorieux et bond dans les airs... En soit, rien de trop extravagant ou long bien sûr ! Après cette horrible danse rituel il envoie tourbillonner sa pokéball. Pépite ne perd pas de temps, il se charge déjà d'électricité et ses oreilles/parabole/panneau photovoltaïque sont prêtes au combat. Et puis moi ? Oh bah là pour le moment je regard hein ? Je ne vais pas me mouiller non plus ? J'ai toujours eu beaucoup de mal avec ces combats pokémon où tu balances au charbon ton ami comme si c'était normal, j'ai l'impression d'assister à un combat d'esclave... Je ne peux pas le laisser endurer ça. Dans un tourbillon de fleur semblant émaner de la pokéball -c'est la première fois que témoigne de l'existence d'une capsule ball- un sorte de Pokémon sautillant à groin apparut. Mais c'est quoi ce machin !  « Mon Spoink va t'apprendre un peu l'art du combat ! Et de la performance en même temps ! Il est comme ça, il est polyvalent ! En garde ma biquette ! » Mais il est complètement malade ce type ? Et c'est quoi cette chose ? C'est ignoble ! C'est pas moi qui parlais des trois petits Gruikui tout à l'heure ? C'est leur cousin consanguin ? Heureusement Pépite ne se laisse pas déstabiliser face aux petits rebonds ridicules du cochon. Accompagnant ses gestes de mouvements tout aussi gracieux que son maître, en mode je danse avec un ressort sous les fesses, l'ennemi balança une rafale psy en plein dans les écailles de mon lézard. Avec une rapidité assez incroyable, il esquive et frappa de plein fouet porcinet avec sa vive-attaque. Comment il bouge aussi vite avec tout ce qu'il bouffe ?

Une nouvelle fois confrontée aux mystères de la création Pokémon, ma finalement possible victoire – faut pas déconner y a deux Pokémon qui attendent encore sagement dans leurs Pokéball – ne m'empêche pas d'être dégoûtée par cet ignoble affrontement. Je refuse de laisser ce pauvre rôti se faire farcir par Pépite pour les méfaits de son dresseur d'autant plus que la bestiole semble prédestinée à devenir coordinatrice !  « Peps ! Tu n'es pas obligé de le frapper, on va se sortir de là sans conflit ! » N'ayant pas entendu mes paroles car nous nous sommes bien éloignés pour laisser de l'amplitude à nos Pokémon, le sbire s'impatiente.  « Bon alors ! Ça vient la pucelle ? Vous allez vous magner le fion oui ! » Non bah là, honnêtement, j'ai rien à dire. Là ça dépasse l'entendement. Si en plus il ne gueulait pas ça à tue-tête en l'affirmant à fond, mais si ! Il trouve le moyen d'en être fier ! À ma droite une sorte de système se met en marche, c'est étrange il semble qu'on peut l'emprunter ou quoi ? Le brouilleur devait ne plus fonctionner.  « Faites des concours gros débile ! Vous vous éclaterez plus qu'en tuant des gosses ! » J'attrape la queue de Pépite – ça va devenir une habitude ça je sens – et saute sur le machin qui est sans aucun doute un téléporteur.

Je réapparais à un autre étage, dans un autre couloir, somme toute assez similaire au premier. Pas un bruit ici, rien que le silence qui me renvoie à ma solitude et mes peurs... Mais nous sommes hors de danger. Par chance Pépite n'avait pas reçu le moindre coup. Je me demande ce qu'il voudra faire lui plus tard. De toute évidence si je me dirige vers les mécaniques cela ne va pas lui plaire, alors quoi ? Il avait l'air assez déterminé pour ce combat mais je n'aurai pas la force de le voir s'en prendre plein la gueule à lui dicter des enchaînements. Non seulement il souffrirait mais en plus la responsabilité serait sur mes épaules. Oh mon pipou, on se comprend toujours pas très bien et t'es un peu bête mais je sais maintenant que je t'aime beaucoup. Et ce genre d'atrocités encouragées par notre système affreux, je ne les laisserai pas t'arriver.

L'errance reprend et je relis le papier précédemment découvert en dévorant une baie ferrugineuse pour me redonner des forces. Il faut absolument que je trouve du monde mieux renseigner pour le décrypter. Il y a sûrement dans ce message des informations que je ne suis pas capable de comprendre. Et puis, je me dis qu'ils seront peut-être contents d'obtenir des informations sur un événement qui leur est arrivé ? Et soudainement un flash blanc, je ne vois plus rien, je suis pourtant un peu jeune pour la cataracte, j'ai en fait marché par inadvertance sur un autre téléporteur. Je vois alors devant moi trois dresseurs de l'académie. Un jeune homme châtain, une jeune fille aux cheveux rouges et une autre fille. J'avais entendu parler de Ruby qui était une membre réputée de son dortoir, quant aux autres je ne les connaissais pas... c'est bizarre d'ailleurs que je ne les ai pas croisés.  « Bonjour je m'appelle Opale, je suis nouvelle. Vous étiez kidnappés non ? Vous n'êtes plus enfermés ? Vous êtes sains et saufs ? C'est magnifique ! » Ou bien ce téléporteur m'a guidé tout droit dans leur prison ce qui ne serait pas forcément glorieux comme sauvetage. Je m'approche d'eux et leur tend le document que j'ai découvert.  « Vous devez savoir de quoi il s'agit ? Ce document date du 19 mars 2014... c'était il y a longtemps. J'espère qu'il peut être d'une quelconque utilité. » En les laissant le découvrir, je rallume mon iPok. Quel bonheur !

 :: petit condensé de mes péripéties::
 

document découvert:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 No-694
Seth Evans
Seth Evans
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 44
Jetons : 872
Points d'Expériences : 1205
Todresseur Stratège
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 12:28
Protubérances féminines ? Mais non ! Ce n'est pas vrai ! Il nia tout en bloc, le grand Seth. Ce n'est pas vrai d'abord. Enfin... si, ça l'était, mais à une certaine époque seulement. Je lui aurais bien fait faire le meme du "Mais ça, c'était avant" sauf que mon personnage n'a pas de lunettes. Bah merde. Y'aurait-il un Leonidas à portée de main ? Bah non ! Il semblerait que ce cher Phyllali ait également été kidnappé. Bah merde alors. Comme quoi, il y avait eu bien plus de gens disparus que Seth l'avait imaginé. Pourtant, son objectif ne différa pas. Il ne souhaitait que voir Kaeko en bonne santé. Les autres ? Un peu oui, mais pas autant qu'elle. Et puis, avec les tendances de la Mentali – oui oui, ces tendances qui la font parler toute seule ou bien à cette délurée de narratrice – il était désormais évident que son mental laissait à désirer. Qui sait ? Peut-être était-elle déjà en train de victimiser ses compagnons de cellule, de se rouler par terre en rigolant comme un diable ou bien de subir un dédoublement de personnalité. Par le pouvoir ultime de la narration, toutes ces questions viennent se poser à Seth.

Quoiqu'il en soit, le Phyllali fit abstraction de la remarque ô combien vexante de la Mentali aux cheveux blancs, préférant la guider jusqu'au groupe. Sur le chemin, Seth recroisa d'ailleurs Orren, qui combattait à ce moment un autre sbire de la Team Rouage. Manque de chance, il déboula quand le Ptyranidur du préfet Voltali péta un câble, lançant une attaque Séisme qui fit trembler le bâtiment entier. Sans perdre de temps, le stratège rappela sa Mastouffe pour qu'elle ne se fasse pas frapper par le glissement de terrain, tandis qu'il plaqua Marie contre le mur, non pas pour lui faire des choses mais plutôt pour l'empêcher de disparaître on ne sait comment à cause du séisme. On est d'accord ? Ce n'est que de la pure sympathie, ok ? Non...? Pas de rumeurs, ou un Queulorior viendra vous faire bouffer de la peinture durant votre sommeil.

Quelques instants plus tard, alors que l'attaque du Pokémon préhistorique se dissipa, le bâtiment et les éclairages semblèrent revenir à leur état normal. Seth put enfin s'éloignée de sa petite protégée, aussitôt disputé par Karnak qui avait épié la scène depuis le début. Vil Tutafeh ! Tu n'as pas intérêt à imaginer des choses, auquel cas tes larmes rempliront le verre du Phyllali. Oui, comme la scène du chili entre Cartman et Scott Tenorman. Bref ! Il s'excusa tout de même auprès de la donzelle, le bougre, puis s'en alla voir Orren qui paraissait un minimum en forme. Est-ce que péter du rouage donnait autant la pêche ? Peut-être que Seth pourrait s'y mettre, dans ce cas. Enfiiin... Pas le temps de pinailler, il fallait progresser dans la base.

– Bon. J'sais pas si tu la connais, mais elle, c'est Marie. Elle était en train de tuer s'amuser avec un sbire, donc je me suis permis de l'arrêter. Enfin... Je lui ai proposé de venir avec nous, j'espère que ça te dérange pas. Et puis au pire, j'en prends la responsabilité. Il se retourna alors vers la concernée, lui tapotant sans gêne la tête. J'espère que tu feras pas de conneries, miss. Et dans le pire des cas, reste avec moi. Ca t'évitera d'avoir des problèmes de style... qui foutent des claques. Hein ?

Bah quoi ? Ce n'est pas comme si cette histoire de gifle avec Melty ne s'était pas ébruitée. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'on entend parler d'une élève qui frappe un professeur. Pourquoi avait-elle fait cela, d'ailleurs ? Seth ne connaissait guère le fin mot de l'histoire mais ne comptait pas en apprendre plus. Pourquoi ? Parce qu'il s'en foutait au moins autant que Karnak qui resta indifférent à la scène, si ce n'est qu'il fusillait le stratège du regard parce qu'il prenait son temps. D'ailleurs, le vert regarda à son tour le Tutafeh. C'était un spectre, non ? Oui, ce type de Pokémon capable de passer à travers la matière.

– Hey. Tu crois que tu pourrais descendre aux étages inférieurs pour voir ce qui s'y trouve ? Par contre, tu reviens immédiatement si t'es en danger. Après tout, t'es un Pokémon de Kaeko. J'veux pas qu'il t'arrive des merdes à toi aussi, gamin. Bref ! Si tu trouves quelque chose d'intéressant, reviens me voir. Je ferai le ménage à cet étage, en attendant.

Le fantôme au masque pleurnicha mais s'exécuta. Après tout, il voulait retrouver sa dresseuse. Et puisque ce plan semblait être le plus efficace de tous, il partit en solitaire de son côté, avec la ferme intention de faire avancer les choses, contrairement à un certain fou qui préférait passer ses nerfs sur quelques sbires de pacotilles. D'ailleurs, quand on parle d'eux, on en voit le bout de la queue non, les sbires ne sont pas à poil. C'était un petit escadron de cinq sbires. Par chance, seuls deux d'entre eux pouvaient combattre à la fois, car le couloir n'offrait que peu d'espace bien trop vite comblé par la présence de Pokémons. Les deux créatures ennemies n'étaient qu'un Clicticlic et un Gaulet. Pas trop puissant, mais pas misérable non plus. Il faudra s'en méfier un minimum.

– Orren ? Ça te dit qu'on leur montre ce qu'est un dragon ?

Oui. Seth allait en sortir un. Il ne tarda d'ailleurs pas à le faire puisque Minos apparut quelques secondes après cette courte tirade. Le Drakkarmin chromatique ne semblait pas particulièrement impressionnant puisqu'il se voulait premièrement le plus pacifique possible, mais il était effectivement doté d'un potentiel non négligeable, et ce depuis sa naissance il y a peu. Le dragon contempla ses griffes d'ébène qui avaient doublé voire triplé de volume depuis quelques jours. Il se rapprochait lentement mais sûrement de sa taille normale bien qu'il restait encore un "enfant". Le Pokémon comprit néanmoins ce qu'il aura à faire une fois qu'il aperçut ses adversaires.

– Gaulet, lance Poudre Fureur !

Oh, ce n'est pas bon. Minos tenta de ne pas respirer ladite poudre mais fut bien forcé de respirer. De ce fait, son attention se centra uniquement sur le champignon. Tout Pokémon respirant cette substance se retrouvait soudainement attiré par le lanceur de l'attaque et ne désirait attaquer que lui. Ce fut un bon choix puisque la poudre eût le loisir de se répandre dans tout le couloir. Malheur... Cela laissa le temps au Clicticlic de faire tourner ses engrenages à une vitesse folle. Après cela, le Pokémon acier sembla bien plus vif et puissant. Sans doute une attaque signature sur laquelle Seth ne parvînt guère à mettre le doigt.

– Bon et bien... on fera dans cet ordre-ci. Minos, Aiguisage puis Draco-Rage. Il se tourna ensuite vers Orren, lui chuchotant sa stratégie. Profite de la Draco-Rage pour préparer un assaut. Ils essaieront probablement de l'éviter, tu pourras frapper fort à ce moment.

Après avoir aiguisé ses sombres griffes, le Drakkarmin chromatique ouvrit grand la gueule, de laquelle sortit une sorte de flamme bleuâtre tentant d'happer les deux ennemis et de leur brouiller la vue ne serait-ce que quelques instants. Une fois que l'attaque les percuta, un nuage de fumée s'éleva. Il fallait enchaîner les assauts, histoire de ne pas leur laisser le temps de s'en remettre. Après tout, il restait trois autres sbires derrière, et eux aussi devaient probablement avoir un ou plusieurs Pokémons. Quoiqu'il en soit, Seth prépara déjà le prochain assaut de son Pokémon qui suivra celui d'Orren. Avec celui-ci, il espérait déjà en finir avec ce binôme maléfique.

– Dracogriffe.

Une lueur s'empara alors des griffes de Minos, tandis qu'il prit son élan, se rapprochant dangereusement de ses ennemis. Une fois à portée, ses lourdes pattes s'abattirent consécutivement sur le Gaulet qui finit enfin par succomber sous tant de violence. La haine pouvait enfin être canalisé et ignorée. Il ne fait aucun doute qu'Orren pourra se charger du Clicticlic. C'est pour cette raison que Minos, en bon juge, s'approcha immédiatement des autres sbires, tailladant simplement leurs uniformes... pour qu'ils finissent en caleçon. Oui. Le dragon avait bon fond. Criminels ou pas, il ne leur portera aucune atteinte physique.

– Ce n'est qu'un avertissement. Dégagez le passage ou j'envoie un Pokémon qui n'hésitera pas à vous briser les os.

HRP:
 


Stella Douglas
Stella Douglas
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 38
Jetons : 1642
Points d'Expériences : 1142
Adulte Apprentie Gardienne
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Sam 25 Juil - 22:40
Sam le (Féro)singe masqué

L'infiltration ninja c'est bien et tout mais on peut vraiment taper sur aucune des patrouilles z'êtes sûr ?! Si on les assomme ils nous embêteront plus après. Quoi on risque de se faire repérer, mais non pfff. Soit soit je me retiens, mais arrête de te prendre pour le chef oh. Suis pas ton dresseur. Pour ça que je suis venue sans la mienne, on est moins embêté. Bref on va écouter les humains au final et le nouveau plan c'est que... Bah c'est qu'ils nous filent tout le taf ! Bon c'est aussi la partie la plus marrante, mais ça change rien au principe. Le pire c'est qu'il y en a même un qui a le culot de croire qu'on sera pas à la hauteur. Je suis le grand Singe masqué ! Pas Sam, j'ai mon masque là, j'ai fais simple pourtant pour que même les humains trouvent. Ils comprennent rien les humains... Qu'est ce que tu regardes Lucky ! Au taf ? Ouais ouais, on va les taper les méchants... Chargggeezzzz ! C'est moi qui commande !

On fonce droit devant moi menant la charge vu que l'autre se plaint de migraine. Genre même pas commencé et il se cherche déjà des excuses, comme son dresseur et sa soi-disant peur des spectres la dernière fois. Vont bien ensemble ces deux là tiens. Bref on fonce et tombons sur un pauvre sbire perdu et qu'à même pas le temps de comprendre avant de se faire étaler par le galant singe masqué ! Oui je me lance des fleurs tout seul, pas l'autre qui risque de le faire. Comment ça j'aurais dû attendre qu'il appelle son pokemon et que c'était pas fair play. Je suis pas venu faire des matchs, je suis venu taper les méchants et lui c'était un méchant. Ils ont stoppé le bus, brisé les vitres et assommés les gens à la poudre dodo. Ils ont commencé à marcher sur mon assistante et ont enlevé celle qui m'avait filé des chips (même si juste le fond et après de dures négociations). Alors zut les bonnes manières (oui je suis poli mais j'ai du prendre l'habitude y a trois bébés à la maison la galère.) Bref on continue !

Bon on est censé faire diversion, sauf que celle du remplaçant avec les dragons à l'entré fonctionne déjà du tonnerre. Reste pas grand monde dans le coin et ceux sur qui on tombe sont surpris de voir du monde ici aussi dans la base. Leur tête quand on leur tombe dessus sont marrantes, mais vrai que du coup c'est facile. Ok on laisse tomber les couloirs, on rentre dans une pièce ! Hm ? Y a du monde dans cette salle t'es sûre ? Croyais que tes pouvoirs marchaient pas, t'arrives à sentir un peu quand même ? Comment ça c'est pour ça qu'on a eu que des couloirs faciles. J'ai choisi les couloirs ! ... Pour ça que t'as laissé faire ? ... Tes pouvoirs sont bidons, admire l'instinct du grand singe masqué ! Pour ça que c'est moi le chef. Tu veux te battre ? Même pas peur ! Hm quoi que oui t'as pas tort c'est pas le moment là, on a du taf... Sont nombreux là dedans ...? Celui qui en cogne le plus a gagné !

On défonce la porte en même temps pour tomber sur une salle de, euh... On s'en fiche ! Deux Sbires et trois gars en blouse blanche, la course est lancée ! Je saute sur le scientifique le plus proche qui n'a même pas le temps de lever son calepin en bouclier. Il est déjà frappé et expédier sur le sbire. Le gars lâche sa pokeball pour rattraper son collègue et je profite de l'ouverture pour les mettre tout les deux k.o. Banzaï et poing-karaté ! Surtout poing-karaté en fait... Un autre scientifique tente de filer, mais je choppe une chaise et la lui balance. Le vieux s'écroule tout seul dans un gémissement et n'ira pas plus loin. Ca fait 3 ! Une nouvelle victoire pour le singe masqué ! Dans ta face Lucky. Hm ? Comment ça t'as gagné t'en a mis K.O 4. Les pokemons du sbire ça compte pas ! Un zigzaton et un racaillou en plus c'est nul. Non ça compte pas j'ai dis ! Non. Non. Non. ... Bon ok on change, le premier qui trouve un truc utile ici a gagné. Prêt ? Go !

On court partout en foutant le bordel dans les papiers, j'essais de trouver un truc vite du coup je lis qu'à moitié. Bon en fait je sais pas lire du tout mais c'est un secret. On se débrouille très bien juste avec les images d'abord ! Bref, au milieu des recherches à un moment Lucky se stoppe. Apparemment il a ses pouvoirs débloqués, ouais cool pour lui rien à faire. Moi j'ai mis la patte sur un dossier photo que je balance par terre par dessus l'épaule, sauf que sortant de sa transe, Lucky choppe une des photos volantes au passage. Ah ? C'est Léo ça ? Ah ouais ! Je l'avais pas reconnu sans ces lunettes. ... Il porte des lunettes noires dans un sous-terrain mais pas en pleine journée, l'est zarb ce type. Il fait une drôle de tête n'empêche, doit pas être drôle d'avoir sa copine qui se fait embrasser par un autre sous son nez. ... C'est pas sa copine ? ... Ooooooh. J'avoue que Lucky et moi on se regarde sans trop savoir quoi penser, avant de replonger nos truffe sur la fameuse photo. C'est à ce moment là que le dresseur aux cheveux roses et qu'à peur des fantômes débarque. Lucky ramasse le dossier photo en vitesse pour le lui tendre, la photo de Léo en tête. Hey pourquoi tu lui donnes comme ça, c'est moi qui l'ai trouvé ! Quoi c'est toi qu'à vu que c'est important, on sait même pas si c'est important, puis c'est moi qui l'ai trouvé de toute façon donc c'est mon truc pas important à moi et c'est tout ! Je mélange tout ? Je te zut ! (oui je suis toujours poli). Grrr. Bataille de regard ? Quand tu veux.

Dossier photo trouvé par Sam:
 

Résumé:
 
Lucas Emerillon
Lucas Emerillon
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
Adulte Etudiant Spé Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Dim 26 Juil - 17:12
Ne pas gaspiller nos forces, hein ? Et c'est plus pratique de blesser quelqu'un avant que la Team Rouage n'ait à s'en charger, peut-être ? Ce n'est pas le moment de faire des querelles inutiles, des gens sont probablement là pour nous sauver, c'est pas le moment de tout foutre en l'air ! Là tu ne fais que nous compliquer la tâche, nous allons devoir le porter avec nous maintenant ...

Finalement, ce fut Ginji qui répondit à ton « appel ». Tu pouvais lire sa colère sur son visage, le genre d'expression qui te faisait comprendre à quel point l'autre te pensait dans l'erreur, ce qui n'était malheureusement pas forcément un mensonge, et que tu n'aimais guère. Mais tu l'avais laissé parlé. Tu l'avais laissé parler par obligeance. Après tout, c'est toi-même qui avait ajouté que n'importe qui pouvait s'exprimer sur ce qui venait de se passer. Plus encore, son discours ne se portait pas sur ton idée, mais sur ton comportement violent. Tu l'avais donc laissé parlé, et avait imprimé chacun de ses mots dans ta tête pour en tirer la meilleure réponse possible. Elle ne devait paraître ni trop méchante, ni trop familière, la situation fort envenimée forçant à éviter ce genre d'égards, ni trop  vague parce que tu n'aimais pas paraître impuissant à répondre à ton opposant. Tu avais ainsi tout fait pour dénicher de quoi répliquer au Voltali. Il te fallut tout de même dix bonnes secondes pour y parvenir, ce qui laissa le temps à Ginji de se tourner vers une fille bien étrange, peut-être droguée on ne sait comment, pour lui parler. Mais tu n'attendis pas qu'il ait fini sa conversation pour parler, car de toute manière, tu t'adressais également aux autres. D'une certaine manière.

C'est vrai que je me suis laissé emporté quelques instants. Il n'empêche qu'il est mieux pour lui d'être inconscient pour le moment. Son tempérament est bien trop contestataire. Nous ne pourrons pas avancer tranquillement tant qu'il ...

Mais tu ne finis pas ta phrase. Un déclic assez bruyant pour que vous l'entendiez tous se fit entendre. L'instant suivant, la grande porte de la cage s'ouvrit sur un homme de grande taille, coiffé d'un masque, qui s'écarta quand la porte fut complètement déplacée pour vous indiquer la sortie de ce petit enfer sur terre. Il vous certifie qu'il vient vous secourir, et vous indique même volontairement l'endroit où se trouve vos affaires, ajoutant que vous n'y trouverez malheureusement pas vos Pokéballs. Puis il acheva en indiquant qu'il allait faciliter votre fuite avant de disparaître sans plus de cérémonie à l'aide d'un téléporteur situé un peu plus loin. Quelques secondes plus tard, plusieurs autres téléporteurs font leur apparition, prouvant la véracité des paroles de cet homme mystérieux. Des élèves sortent alors de la prison et se dirigent vers la porte indiquée où toutes vos affaires vous attendent comme promis … En dehors de vos Pokéballs et de ce fait de vos Pokemon. Tu soupires et les suit pour retrouver ton sac de voyage et ta ceinture vidée de son contenu et, sans attendre qu'une quelconque personne n'ait indiqué quoique ce soit, tu soulèves violemment Ryan et le places sur ton épaule droite au prix d'une lourde douleur et d'un grincement de dents pour supporter le poids. Tu tiens bon. Lentement, silencieusement, durement, Tu te diriges vers l'une des dalles lumineuses et t'arrêtes devant cette dernière.

Que ceux qui le souhaitent me suivent !

Tu essayes de rejouer cet air très supérieur que tu avais quelques instants auparavant mais tu n'y parviens pas. Tu te rends alors compte que tu ne le ressens plus du tout et instinctivement, tu affiches un énorme air dépité du style à faire flipper un gosse. Pour ne pas te faire voir, tu empruntes rapidement le téléporteur et te retrouves la seconde suivante dans une grande pièce à moitié sombre et décorée d'une seule porte. Ryan se trouve encore sur ton épaule. Mais il finit par glisser volontairement au sol en commençant enfin à revenir à lui. Tu te retires de la dalle où tu te trouves pour les autres, et déposes le Noctali contre un mur. Puis tu attends qu'il ait retrouvé ses esprits. Maintenant sortis, lui et toi allaient pouvoir vous allier pour vous en sortir. Encore fallait-il qu'il ait encore l'envie de te suivre ...

HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1466193127-s1

                         
Marie R. Uana
Marie R. Uana
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 19 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1078
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Dim 26 Juil - 22:08
Des vacances qui démarrent sur des chapeaux de roues
rp commun


Il avait nié. Môssieur je tripote la première inconnue que je vois dans l'eau après être tombé du bateau comme un abruti avait nié. Marie arqua un sourcil, quelque peu sceptique quant à la fiabilité des paroles de Seth. Mais il n'y avait pas de quoi, n'est-ce pas ?...

Le garçon lui fit signe de le suivre, ne se souciant guère du pauvre et malheureux sbire laissé à l'agonie dans la pièce. C'est inadmissible, dès que cette intrigue est terminée, je crée une association d'aide à la préservation des sbires Rouage ! Les pauvres, c'est qu'ils prenaient sévère lors de cet assaut...

Comme par exemple avec l'attaque Séisme lancée par le Ptyranidur d'Orren (Transition de la mort qui tue), attaque que Marie ne put encaisser que grâce à l'intervention du jeune Phyllali. Et si la miss Uana craignait une toute nouvelle fougue de sa part au début de l’interaction,  elle comprit bien rapidement le pourquoi du comment lorsque tout l'étage se mit à trembler. Non, faire un Séisme dans un établissement souterrain n'était définitivement pas une bonne idée !

L'attaque finit malgré tout par se dissiper, et Seth se dégagea bien rapidement de la Mentali. Tiens tien, il n'en profite pas ? A vrai dire, Marie ne se posa même pas la question, et suivit le garçon après que celui-ci se soit excusé. Elle avait répondu d'un simplement haussement d'épaule, avant d'écouter Seth faire les présentations. Elle fit totalement abstraction des remarques désobligeantes de son partenaire, jugeant qu'il était tout à fait inutile de relever. Et puisqu'elle ne regrettait aucun de ses actes, pourquoi le ferait-elle ? A la place, elle fit la révérence devant Orren, et le salua d'une voix platonique.

« -Enchantée. Je ne suis point une professionnelle du travail d'équipe, mais si je puis me permettre, il faudrait que vous appreniez à contrôler votre Pokémon. Je doute que des dégâts collatéraux soient utiles à notre quête...  »

Sa remarque désobligeante placée, Marie se retourna pour constater que des sbires étaient venus les rejoindre. Elle s'apprêta à prendre place au combat, mais voyant que Seth et Orren géraient la situation, elle se ravisa : après tout, elle n'était pas la plus grande des combattantes, et ne voulait empiéter sur le travail des autres. Et oui ! A défaut de bonté, Marie savait malgré tout que faire pour ne pas être un boulet pour ses camarades. Pardon ? Sa réaction lors du vol ? Ah, ne confondez pas savoir et vouloir, s'il vous plaît !

Au lieu d'assister ses camarades, Marie remarqua le nouveau comportement du Lewsor qui l'accompagnait : celui semblait s'être calmé. Le brouilleur s'était arrêté ? Elle sortit son Ipok et constata en effet que celui-ci était parfaitement opérationnel. Elle le rangea aussitôt, n'ayant aucune utilité de l'appareil, lorsque son regard se posa sur le sac que se trimballait la Séviper inconnue depuis leur arrivée sur cette île. S'ils avaient besoin de se défendre, elle pourrait difficilement le faire avec ce sac dans la gueule... Marie le prit délicatement, rassurant la Séviper.

« -N'aie aucune crainte, j'en prendrai grand soin. »

Elle dirigea ensuite son attention vers le combat qui se concluait déjà par une défaite des sbires. Bien que surprise de voir ces derniers en sous-vêtement, elle s'approcha d'Orren et Seth avec une attitude presque nonchalante, peu affectée par tous ces événements.

« -Je ne sais guère si vous êtes au courant de la présence de ce dernier, mais il semble que le brouilleur empêchant la communication a été désactivé par une tiers personne. Dans le cas où vous posséderez moyen de contacter un élève kidnappé, nous devrions pouvoir les localiser, à condition bien sûr qu'ils puissent mettre la main sur leur Ipok.  »

C'est alors qu'un sbire se téléporta non loin de Marie. Celle-ci, alertée par le mouvement, se décala sur le côté et le vit envoyer une Pokéball vers elle. Mais la Mentali n'y prêta aucune attention, et se contenta de faire signe à son Lewsor de se mettre entre elle et le sbire.

« -Empêche le d'agir. »

Le Pokémon s'exécuta, et une leur violette émana de ses yeux, tandis que le sbire porte doucement ses mains à la tête. Pris d'une étrange douleur, il se crispa et laissa s'échapper des cris de douleur, tandis que Marie se permit de réciter une petite citation de Pokédex.

« -"Avec son puissant pouvoir psychique, Lewsor peut compresser le cerveau de ses ennemis et déclencher des migraines." A cause du brouilleur, je n'ai pu expérimenter cela sur le sbire précédemment attaché. Bien dommage, il serait probablement toujours apte à répondre à mes questions à l'heure actuelle...  »

HRP:
 


© Mzlle Alice.



« Ne vous avisez plus de risquer votre vie pour la mienne. Du moins… Tant que je n’aurai pas fait de même à votre égard. »
Ginji Labelvi
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 19 ans
Niveau : 100
Jetons : 2259
Points d'Expériences : 4118
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Dim 26 Juil - 23:10
Ginji Labelvi
      rp commun



« Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! »


La lumière se dissipe, et très vite je réalise que nous avions bien été téléportés ailleurs. Je lâche la main des deux filles qui m'accompagnent, et observe les environs. Un large couloir comme il semble y en avoir des dizaines dans ce fichu repaire. Et aucune trace de nos Pokémons. Je m'apprête à ordonner que nous prenions un autre téléporteur, mais une jeune fille se matérialise alors juste à côté de nous. Elle s'approche, et ses paroles me font comprendre qu'elle est venue avec d'autres élèves pour nous libérer. Même les nouveaux sont venus risquer leur vie pour nous venir en aide ? Cette information, aussi futile soit-elle, à pour effet de me réchauffer le cœur, ne serait-ce qu'un instant.

« -Oui, nous étions tous trois dans une cellule, mais un membre de la Team Rouage nous a libéré il y a peu. La plupart d'entre nous vont bien, seuls deux sont à moitié endormis à cause d'un Hypnomade, et un autre est dans les pommes. On a pu récupérer nos affaires, mais pas nos Pokémons, on a aucune idée de là où ils sont...»

Mon regard se voile, inquiet pour mes compagnons. Je prie Arceus pour qu'ils soient en parfaite santé... Je tends la main à la jeune fille se présentant comme étant Opale, avant de faire les présentations.

« -Ginji. Elle c'est Ruby, et elle c'est Kaeko... Euh Darya je veux dire. En fait... » je m'approche de l'oreille d'Opale pour lui murmurer quelques paroles « C'est un esprit d'un autre monde venu nous aideeeer... Pour ça, elle a emprunté le corps de Kaeko...  » je me recule, ne réalisant pas le grotesque de mes paroles, avant de reprendre « J'aurai apprécié te rencontrer dans de meilleures conditions mais... Enchanté.   »

C'est alors qu'Opale nous tend un document, qu'elle dit avoir trouvé dans le repaire. L'espace d'un instant, j'ai l'espoir que celui-ci nous indique la localisation de nos Pokémons, mais malheureusement ce n'est pas le cas... Déçu, je balaye le document du regard sans vraiment n'y prêter attention, n'ayant actuellement qu'une seule envie : retrouver mes compagnons.

« -Le 19 mars ? En effet ça date, ça remonte à....  »

Je relève la tête, avant de serrer les dents. Décidément, le souvenir de cette journée me hantera toujours.

« -C'était le lendemain du cirque. Je ne sais pas si tu es au courant Opale, mais le 18 mars, la plupart des élèves sont allés voir la première d'un cirque installé depuis peu à Lansat. Sauf  qu'au milieu du spectacle, la Team Rouage a mit feu au chapiteau et a bloqué les sorties. C'est d'ailleurs ce jour là que j'ai fait la connaissance de Ruby...  »

Je rends le document à Opale, ne laissant pas le temps à Ruby et Darya de le lire en profondeur. Au final, le peu chose que j'ai retenu de ma lecture vague, c'est que le document est un rapport d'un sbire présent lors de la soirée. Combien étaient-ils déjà ? Je ne prends même pas la peine de réfléchir à la question...

« -Pour l'instant, cela nous sert à rien à part à déterrer de vieux dossiers. Surtout que cela date, je vois pas en quoi cela peut avoir un impact sur la situation actuelle... Mais garde le document, il devrait toujours pouvoir servir à la police une fois que nous serions sortis d'ici. C'est gentil de t'impliquer alors que tu viens tout juste d'arriver à l'académie... Désolé que tes vacances soient moins paisibles que prévu. Tu as reçu ton Pokémon, au moins ? J'espère que tous ces événements n'ont pas perturbé ton début de scolarité...  »

Mais trêve de bavardage, nous devons à tout prix retrouver les nôtres, de Pokémon. Je me tourne vers Kaeko, qui abrite l'âme de cette étrange Darya, dans l'espoir que cette dernière puisse nous aider.

« -Dis, il y a vraiment pas moyen que tu nous révèles l'emplacement de nos Pokémons ?... Ch'ais pas, t'as pas moyen de changer de corps pour pénétrer dans l'esprit d'un soldat et savoir où sont nos Pokémons ? Comme visiblement tu as gardé les souvenirs de Kaeko... »

Oui, j'y crois dur comme fer à cette histoire d'esprit. Ça vous pose un problème ? Vous avez déjà joué à Beyond : Two Souls ? Si jamais il s'agit du même esprit qui hante actuellement Kaeko, imaginez les tonnes de chose que l'on peut faire !

« -T'as pas moyen de remonter les souvenirs des objets aussi ?... Genre ce tableau d'affichage là-bas, peut-être qu'il y a moyen de savoir s'il s'est passé quelque chose dans ce couloir en rapport avec nos Pokémons !  »

Je m'approche du tableau en question, avant de remarquer qu'il n'y a qu'un seul post-it dessus. J'arrache ce dernier, et constate aussitôt qu'il a été écrit il y a peu, à cause de l'encre qui bave légèrement lorsque je passe le doigt dessus. Je lis le court texte inscris, avant d'écarquiller les yeux.

« -... Mais ça veut dire que... ?!  » je me retourne, pris d'une soudaine panique « La libération de tout à l'heure, c'est peut-être un piège ! Elle doit faire partie des plans de la Team Rouage ! Regardez, si on se fie à ce qui est écrit... »

Pas le temps de terminer ma phrase, qu'un énorme brouhaha se fait entendre. J'ai tout juste le temps de tourner la tête pour voir un Elecsprint foncer sur moi à vive allure, avant de me faire percuter par celui-ci, m'envoyant en l'air, avant de retomber sur son dos, juste derrière... CoPAIN ?!

« -... CAEL ?! Mais qu'est-ce que tu fais ici ?! »

Il est venu nous sauver, comme l'a fait Opale, crétin. Je me retourne, pour voir que l'Elecsprint s'éloigne du groupe formé avec Ruby, Darya et Opale... Et que toute une flopée de sbire est à nos trousses ! D'ailleurs, la plupart d'entre eux s'arrêtent devant les trois jeunes filles, mais celles-ci disparaissent de mon champ de vision après un détour. Je m'agrippe comme je peux à l'Elecsprint, avant de m'adresser au Phyllali.

« -Mais QU'EST-CE QUE T'AS FAIT pour avoir tous ces sbires à tes trousses ?! Dis à ton Elec... A Keru de s'arrêter ! On doit retourner aider Ruby, Darya et Opale ! Si ça se trouve, Opale n'a même pas de Pokémons pour se défendre ! Et Ruby et Darya n'ont même pas récupérer les leurs !  »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.



« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Lucas Emerillon
Lucas Emerillon
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
Adulte Etudiant Spé Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Dim 26 Juil - 23:14
Ryan ?

Hum, Argh ...

Aucune réponse en dehors de quelques gémissements et douleurs dûs au coup que tu lui avais infligé. Tu lâches un soupir long et persistant. Tu en donnes l'impression, mais en vérité, tu ne regrettes absolument pas ton geste. Tout d'abord parce que Ryan méritait amplement ce coup après celui qu'il t'avait infligé simplement parce qu'il n'acceptait pas l'idée de rester sans rien faire. Ensuite parce que, de par cette « punition », tu t'étais découvert comme tu ne pensais jamais le faire. Et c'était pour le plus grand des biens d'ailleurs. Du fait de ton accident, tu avais perdu un peu de motivation dans tes actes. Tu ne te sentais plus vraiment toi-même. L'étincelle qui t'animait s'était éteinte … Mais dès l'instant où tu l'avais frappé, elle s'était aussitôt rallumé et de nouveau, tu t'étais senti revivre.

Tu ne t'en rendis pas compte immédiatement, mais tu venais de grandir. Tu avais fait tes derniers adieux à cette forme un peu trop naïve de gentillesse qui t'empêchait d'être au même niveau que tes camarades sans que tu ne t'en rendes compte. Désormais, tu étais sur le même pied d'égalité qu'eux, peut-être même au dessus. Lentement, tu allais les dominer, tous, qui qu'ils soient, et même ce cher Ace. Un jour, il finirait par se mettre à tes pieds qu'il voudra lécher pour espérer ne serait-ce qu'attirer ton attention. Oh oui, tu t'y voyais déjà, à cette place divine, entouré de ce petit monde qui ne serait qu'esclaves et ménagères, remplissant tes ordres pour quelques morceaux de pains moisis. Oh oui, tu t'y voyais déjà.

Lucas ?

Tu fus extirpé de ton avenir par ce seul mot. Ryan venait d'achever de revenir à lui, et te fixait maintenant d'un air surpris, comme si tu avais pensé tout haut. Peut-être avais-tu tiré une tête horrible, tout simplement. Tu choisis de ne pas y penser, et tu te concentras sur la santé de ton ami. Il ne souffrait pas de blessures particulières, en dehors d'une légère ouverture de la peau sur la partie supérieur de sa main gauche, probablement dû à un éclat de verre perdu durant l'attaques des bus, et de cet énorme bleue sur la joue gauche, infligé par ton coup de poing qui l'avait assommé. Il ne bougeait cependant pas, comme si on lui avait coupé les jambes. Il ne parlait pas non plus, probablement en train de réfléchir, et respirait silencieusement et calmement mais sûrement. Le seul fait notoire était qu'il te fixait d'un air étrange. Plusieurs secondes passèrent sans qu'aucun de vous deux ne se décide à parler, mais finalement, tu te décidas à mettre fin à ce silence devenu oppressant.

Ça ira ? Tu peux marcher ? Je peux encore te porter si tu ...

Tu sais, je ne t'en veux pas. Coupé par ses mots, tu t'aperçus enfin qu'il avait pris un air tranquille et se contentait désormais de te regarder. Tu n'as fait que réagir dans le feu de l'action. Et c'est ma faute si tu en es arrivé à une telle extrémité. Je te demande de me pardonner.

… Hein ?! … Il s'excusait ?! Après ce que tu lui avais fait ?! Sur l'instant, tout comme moi, tu te figeas de surprise, incapable de lui répondre par le moindre mot. Pourquoi se sentait-il coupable ? Sa réaction était encore plus légitime que la tienne. Après tout, tu avais, sans l'autorisation de personne, obligé les autres à appliquer ton idée sans qu'ils ne puissent vraiment la contester. Mais sans doute ne le savait-il pas. C'était même évident, en fait, car il avait dû s'évanouir à l'instant même où il avait reçu ce coup de poing, et que tout s'était déroulé à partir de ça. Ses excuses n'avaient donc pas vraiment lieu d'être.

Ne t'excuses pas. On a tous les deux merdé sur ce coup. On devrait simplement se contenter de faire la paix. Qu'en dis-tu ?

Si tu veux.

Super. On s'allie pour s'en sortir ?

Un mouvement de sa tête et un sourire enthousiate suffit à répondre à ta question. Ryan se leva donc au prix d'un effort banal et indiqua qu'on pouvait y aller. Ne voyant personne d'autre arriver depuis le téléporteur, tu abandonnas l'idée d'y aller avec d'autres élèves. Vous allèrent jusqu'à la porte et l'ouvrirentt en grande, prenant soin de vérifier qu'un piège ne vous attendait pas. Mais vous fûtes très vite stoppé par un élément perturbateur, un petit papier volant et s'étant précédemment collé dans la fente de la porte. Tu l'attrapas dans sa descente et te mis à le lire longuement, t'apercevant tristement de l'absence du haut de la feuille.


Les dis-mots a écrit:
                    ...  du Cirque des Boulons 
Rang : Sbire
Mission effectuée dans le cadre de l'opération numéro 07 de la Team. Le sbire immatriculé 045 ainsi que moi-même devions nous charger de mettre feu au chapiteau à l'aide de Kecleons, puis de nous assurer que personne ne puisse en sortir avant de prendre la fuite avec le reste de l'équipe. 

Durant les premières heures, le public a pris place dans les gradins pour admirer le début du spectacle. Aucun incident notable a signaler.

Par la suite, le public  été invité à rejoindre le centre de la piste avant que le chapiteau ne prenne feu. 045 et moi sommes allés relâcher Steelex, Onix, Ronflex, Golemastoc, Dragmara et Wailord au centre du cirque, comme entendu. Aucun incident notable à signaler.

Au moment de quitter le chapiteau, nous avons été surpris par deux adultes rapidement identifiés comme étant le Directeur et le Vice-Directeur de l'académie de la Pokémon Community. Quelques paroles ont été échangés, mais rien n'a été révélé quant aux objectifs de l'organisation. Le combat a alors été interrompu par l'arrivée de  quatre spectateurs. 045 et moi en avons profité pour prendre la fuite à l'aide de l'attaque Téléport d'Alakazam. Dans le feu de l'action, mon masque est tombé juste avant la téléportation. Impossible de déterminer si les témoins ont pu apercevoir mon visage.
 

Rapport rédigé le 19 mars 2014


… Un rapport sur le cirque des boulons ? Comment cela s'était-il retrouvé là ? Cela voulait donc dire … Que vous vous trouviez alors dans une base de … la TEAM ROUAGE ?! Impossible ! Et puis tu te souvins des paroles de Ginji et te rappelas qu'il en avait fait clairement mention, mais sans que tu n'y ais porté plus d'attention malgré que tu ais longuement imprimé chacun de ses mots. Ainsi, c'était donc vrai … Jusqu'à présent, tu étais persuadé qu'ils avaient disparus avec la fuite des deux salauds qui vous servaient toi et les autres élèves de directeur et vice-directeur, mais visiblement, ce n'était pas le cas. Et plus encore, ils avaient de nouveau commis un méfait notable, à savoir l'enlèvement d'élèves. De vrais enfoirés, ceux-là. Décidément, il allait falloir faire quelque chose pour les arrêter, et évidemment, tu te disais que les autorités n'ayant rien fait jusqu'alors pour les arrêter, il ne restait que toi et tes camarades pour y parvenir. Et évidemment, tu n'avais pas cherché à y réfléchir plus amplement que déjà, tu t'apprêtais à repartir pour accomplir ton devoir. Mais un nouvel élément perturbateur vint stopper ton élan. Un sbire venait d'arriver devant le seuil de la pièce ou vous vous trouviez. Il vous avisa pendant plusieurs secondes.

Des gamins ? Attendez voir … Silence. Mais … ce sont des prisonniers ! Merde !

Il vous reconnaissait ? Hmm, il devait probablement s'agir d'un des membres du raid sur les bus, et même plus encore l'un de ceux qui vous avaient embarqué, Ryan ou toi. En tout cas, il vous avait reconnu, et maintenant, il se préparait à vous mettre hors d'état de nuire. Il fouillait dans sa poche pour pouvoir sortir un Pokémon. Mince, mince, vous étiez dans une bien mauvaise posture ! Et tu ne savais pas vraiment quoi faire … Mais ton corps, si. Instinctivement, tu te jetas sur le sbire et lui infligea un coup de poing magistral au ventre, lui arrachant la pokéball ainsi qu'un cri de douleur. Immédiatement, tu retrouvas tes pieds, et une fois qu'il fut au sol, tu lui attrapas le T-shirt et lui infligea le même coup qu'avait subi Ryan du même poing. Même effet que la première fois. Tu profitas alors d'un court instant pour l'observer. Sur son masque, le numéro 215 était inscrit, et très vite, tu compris qu'il devait s'agir de ce que le rapport trouvé mentionnait comme un « Matricule ». Tu n'y portas pas plus d'intérêt et te tournas vers ton camarade Noctali avant de crier.

Courons !

Il ne se fit pas prier. Ne répondant pas, il se contenta de foncer à travers le couloir qui s'offrait à vous après la porte. Tu le rejoignis bien vite. En quelques instants, vos pas vous menèrent jusqu'à une dalle vous permettant de vous téléporter. Vous vous arrêtèrent devant un court moment. Fallait-il y aller ? Un piège pouvait vous attendre de l'autre côté. Mais votre choix fut vite fait lorsqu'un Tyranocif à l'air féroce apparut un peu plus loin au seul virage visible de ce long couloir. Pris de court, vous sautèrent sans réfléchir mais ensemble dessus et disparurent instantanément, vous rendant dans un nouveau lieu inconnu. Qu'est-ce qui vous attendaient désormais ? Vous n'alliez pas tarder à le savoir ...


HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1466193127-s1

                         
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Dim 26 Juil - 23:54
Mais comment me suis-je retrouvée dans une situation comme celle-là? Enfin, surtout que tout le monde doit se demander où j'étais passée et se dire "mais d'où elle vient celle-là?!" et puis... Comment ça non? Non?!! J'ai manqué à personne?! Bon, tant pis alors, je vous raconte tout dans ce cas, pour la revanche et parce que je n'ai pas envie de jouer les deus ex machina pour très longtemps! Alors, Frista. J'avais fait le voyage sur le Wailord, accompagnée d'autres Mentali effrayées qui ne savaient pas trop si elles avaient bien fait de venir. Avec notre préfete disparue, je devenais un peu la fille que tout le monde allait voir. Et c'est ainsi que je disparu des radars quelques temps. Oh, bien sûr, j'ai observé de loin toute la discussion entre préfets, mais j'avais autre chose à faire, comme retenir Chidori et Michelagelo de partir en mission suicide dans la ville ou dire à une brave petite mentali de treize ans à peine qu'elle avait été courageuse, mais que nous nous occupions de tout. Elle m'avait alors lancé un regard plein d'étoiles et de coeurs avant de crier "Estelle-nee-san!" et de se jeter sur moi, ce qui était assez mignon, mais peu pratique quand on a envie de suivre le groupe, vous savez, celui-là qui s'éloigne à la course! J'avais fait rentrer les petits dans leur pokéball et j'avais plutôt fait sortir ma monture par excellence, Epona. L'étalon de feu s'ébroua et me laissa le monter avec fierté, comme à l'habitude, et nous poursuivîmes le groupe dirigé par Orren, n'ayant pas eu le temps de rejoindre Aileen. Oh, ma Pyroli préférée! Amuse-toi bien là-dedans! Non, parce que comment j'aurais pu être inquiète pour Aileen quoi? J'avais plutôt peur pour les pauvres sbires des rouages qui allaient devoir croiser son chemin. Enfin! La bâtisse était en vue et tout le monde passait déjà à l'assaut. Comme si j'allais me priver de faire de même! Ils avaient Ruby là dedans, Kaeko, Ginji! Ils avaient même enfermé l'homme que j'aimais là-dedans. Comme s'ils allaient s'en tirer indemnes!

Je m'étais éloignée du groupe principal pour me diriger vers ma propre entrée, un plan en tête. Enfin, dans les faits, je ne sais pas si on peut vraiment me donner autant de crédit. Je veux dire, ce n'était pas un plan intelligent ni rien. J'avais simplement choisit, déjà, les Pokémon qui allaient m'ouvrir la voie et disons simplement que vu la tête des élus, je préférais éviter d'impliquer d'autres élèves là-dedans. Ce serait déjà relativement dangereux pour moi qui avais pourtant réussi à m'imposer à la bête, je ne voulais pas tout faire planter en laissant la chance à ce monstre de s'attaquer à la mauvaise personne. Oui, vous avez compris. Quand je décide de faire un truc stupide, je l'assume jusqu'à la fin! Je ne sais pas ce qu'en passerait Orren, mais je l'ai fait quand même. Après avoir remis le ponyta dans sa balle, j'agrippai celle de Spike et de Shaw. Deux rayons rougeoyants et un morphing plus tard, j'avais devant moi un duo de Carmaches, me fixant de leurs petits yeux, l'un avec le regard plus mauvais que l'autre. La tête droite, confiante, un immense sourire sur le visage, poing sur la hanche et doigt tendu vers la base, je pris les commandes.

- C'est le moment de se lâcher! Faites nous un chemin dans cette base pour retrouver les kidnappés! Pas de pitié pour les--!! Attendez moiiiii!!!

Et avant même que j'aie terminé de donner mes instructions, le duo de dragons avait déjà foncé dans la bâtisse, enfonçant une porte pour se faire leur chemin en mode rouleau compresseur, en pleine compétition pour savoir qui allait massacrer le plus de portes et de sbires. Moi, dans tout ça? Je courais derrière à pleines jambes, tentant de ne pas me laisser distancer. Consciente que je pouvais toujours me faire attaquer dans le dos, je libérai Ash et Sephiroth en guise d'escorte personnelle. Parce que bon, c'est bien beau prendre des risques, mais il fallait réfléchir un peu quand même. Et c'est moi ou ils couraient de plus en plus vite?! Les sbires nous fuyaient?! Hein!? Mais c'est supposé être l'inverse bande de stormtroopers incompétents! Comment ça que vous fuyez devant deux Carmaches enragés et sans pitié?!... Okay, vous avez le droit, mais moins vite! J'ai du mal à suivre moi derrière! Je croisai même un petit groupe d'élèves qui se tenaient dans un couloir se joignant au mien, mais je passai devant eux sans m'arrêter en criant des Désolé! On passe! Désolé! à la ronde. Et dire que tout le monde se la jouait travail d'équipe ninja et tout et tout et moi... Ouais, pas de commentaires s'il-vous-plait. Je devais être aussi subtile qu’un Donphan dans un magasin de porcelaine, sans exagérer. Dans ma course, j’enjambai le corps de quelques pokémons mis K.O. par mes deux guerriers attitrés. C’était vraiment une chance qu’Orren ait accepté de me laisser prendre Spike en pension, autrement ce petit moment d’avancée épique en territoire guerrier n’aurait pas pu être possible et donc je n’aurais pas pu partir à la recherche des gens qui m’étaient chers.

Notre avancée ne souffrait d’aucun retard, enfin, pas la leur, et même l’alarme qui sonnait sans relâche ne nous détournait pas de notre objectif. Néanmoins, il aurait été surréaliste que nous puissions continuer comme ça ad vitam aeternam sans qu’aucun obstacle ne se dresse jamais sur notre chemin. Bien sûr qu’il allait y avoir un pépin, mais celui-là, je ne l’avais clairement pas vu venir. Après un tournant serré apparu, au bout du couloir, une grande pièce circulaire où le duo de dragons s’était arrêté. Face à eux se trouvait un Ectoplasma, sauf qu’il n’avait pas l’air d’en être un lambda. Il n’était pas shiny, il n’était pas plus gros que les autres, rien. Simplement, lorsqu’il tourna vers moi son grand sourire sadique et que ses yeux emplis de perversion et de violence pure et simple se posèrent sur moi, un frisson parcouru mon échine. Derrière lui, sortant de l’ombre, apparu la silhouette d’un sbire rouage. Une silhouette aux formes de femmes, le regard turquoise et perçant, braqué vers moi avec animosité. J’haussai le pas, courant plus vite, mon regard chocolat agrandit et braqué sur elle. Je ne pouvais pas le croire, c’était impossible. Mes yeux me jouaient des tours, ce ne pouvait pas être ce Pokémon là. Ce ne pouvait pas être cette femme là. Et pourtant, Hadès se mit à ricaner tel le mégalomane psychopathe qu’il était tout en me saluant de la main.

- Jamie! JAMIIIE!!!!

Mais avant même que je n’arrive à les rejoindre, une sécurité supplémentaire s’enclenchait alors que de lourdes portes de métal se refermèrent et que j’allai m’applatir contre elles de façon misérable. Je récupérai toutefois rapidement, me reculant un peu, figeant quelques secondes, l’oreille tendue. Des bruits d’affrontement! Les deux Carmarches et Hadès avaient commencé à se battre! Non! C’était trop dangereux, je ne pouvais pas les laisser dans cette situation! Je devais faire quelque chose, je devais intervenir, je devais arrêter Jamie ou, au minimum, l’atteindre. Je devais juste faire quelque chose merde! Me dis-je en tambourinant sur la porte, furieuse et effrayée, tremblante et furibonde.

- Ouvre cette porte, Jamie!! Si tu touches à mes Pokémon tu vas passer un sale quart d’heure!! Ouvre-moi espèce de demi-sœur démoniaque de mes deux!! JAMIE!!!!

Rien à faire. J’avais beau m’acharner et frapper à m’en faire mal aux poings, cette porte ne comptait pas bouger. Et ce n’était certainement pas ma force misérable et inexistante qui allait venir à bout de cet acier. Ha… ha ha…. Votre ironie vous pouvez vous la garder. Et puis tous ces bruits de combat, je crois même que l’un des dragons fut projeté contre l’un des murs, vu le grand bruit et le tremblement qui parcouru la porte en vibrations lointaines. Merde! Je devais les aider! Mon regard de chocolat se tourna vers Sephiroth, mon fantominus. Ce n’était franchement pas grand-chose à côté d’un Gengar, surtout un aussi fourbe, malhonnête et dangereux que celui-là, mais c’était le mieux que je pouvais faire d’où j’étais.

- Va les aider, Sephiroth. Traverse la porte et utilise des techniques spectre ou ténèbres, d’accord? Vite, ils ont besoin de toi!

Et la petite sphère violette disparu de l’autre côté du mur, la grimace aux lèvres, prêt à en découdre avec ses compagnons. Je baissai les yeux vers Ash, ce n’était plus que nous deux maintenant. Comme dans le bon vieux temps, me dis-je en lui décochant un sourire en coin auquel il répondit d’un enthousiaste mouvement de la trompe. Même maintenant, il était prêt à me suivre, fidèle, enthousiaste et courageux. Il n’y avait pas un seul combat du quel il fuirait. Tant que nous étions ensemble, nous étions une équipe inébranlable, nous apportant la foi de continuer l’un à l’autre. Nous devions trouver un autre chemin, une autre entrée pour aller les aider. Si celle-là ne fonctionnait pas, tant pis. Nous n’avions ni le luxe ni le temps de rester ici et de les laisser se faire massacrer. Enfin, je vendais peut-être la peau de l’Ursaring avant de l’avoir tué, mais ce spectre n’était pas bien. Vraiment pas. Il y a des créatures dans ce monde qui sont plus que malsaines, et après il y a Hadès. C’est un cas à part, très sérieusement. J’ai même envie de le blâmer pour la présence de Jamie ici, il aurait bien été capable de la forcer. Parce que c’était forcément elle, non? Même si je n’avais pas pu voir son visage à cause de son masque, personne au monde ne réussirait à voler Hadès et à en faire son laquais. Jamie elle-même semblait avoir du mal à le faire obéir, alors quelqu’un d’autre? Enfin, nous devions bouger et poser les questions ensuite, lorsque nous l’aurions rattrapée!

Je fis donc volte-face, seulement pour voir que nous n’étions plus seuls. Un duo de sbires avait profité de cette séparation pour me prendre par surprise, espérant probablement qu’avec mes deux plus puissants compagnons hors de l’équation, je serais alors plus facile à vaincre. Hmpf! Enfin, dans les faits ils avaient raison remarque. Osef! Je suis Estelle Elizabeth Highwind, pas une mentali de seconde catégorie qui va simplement se laisser malmener par de satanés membres de la team rouage! Vous savez quoi? IT’S PAYBACK TIME!! Un sourire sur les lèvres, je regardai Ash, le petit éléphant bleu prêt au combat et enthousiaste, brûlant de l’envie de tabasser du sbire! Ils libérèrent leurs propre Pokémon, le premier un genre de champignon bizarre avec des pattes et le second un genre de… truc… bizarre? Oh! Mais mon iPok fonctionnait à nouveau, enfin! Sepiatroce et Chapignon! Hahaha, pouvoir du pokédex! Hum, pas le temps de se congratuler, c’est l’heure du duel! Pas de temps mort, pas d'arrières pensées. Ash avait à peine eu le temps de s'avancer qu'une Vague psy venait ébranler mon chevalier protecteur. Son corps bleuté frémit, mais c'est avec un petit cri enthousiaste qu'il se préparait à la suite sous mon regard concentré. Au tour du Chapignon maintenant! Un Coup D'Boule!

- Montre-lui comment on fait, Ash!! Bélier!!!

Les deux Pokémon se chargèrent l'un sur l'autre en une rencontre titanesque, au milieu du couloir, chacun cherchant à repousser l'autre et à le blesser en un impact redoutable qui envoya voltiger le duo dans des directions différentes. À l'écart de la rencontre, le vil poulpe profita du moment de faiblesse d'Ash pour l'attaquer avec fourberie. Coupe Psycho! Le salaud!! Je ne pouvais pas laisser mon compagnon encaisser ça sans rien faire!

- Ténacité!! Vite!

Même dans cette situation tendue, Ash m'avait entendu et c'est un éléphant encore solide sur ses pattes qui regagna le sol, raclant celui-ci de la patte, son petit regard rivé sur le poulpe. Derrière moi, un grand coup retentit contre la porte d'acier et tous se figèrent, les regards braqués vers la porte, comme de crainte qu'on ne la défonce. De grands cris, les rugissements de dragons furieux, le grand rire du maniaque en guise de réponse. Ce Gengar me donnait froid dans le dos, même quand je ne le voyais pas. Et le combat reprenais de l'autre côté, me pressant à achever le mien ici. D'abord le Malamar! Ash pouvait tenir encore un peu, mais il avait souffert de plusieurs assauts, en plus des répercussions de son bélier. Je pouvais utiliser cette technique!

- Débarrasse-nous de lui, Fléau!!

Comme si mon partenaire allait se gêner tiens! Rapide et efficace, il profita de la diversion causée par le combat voisin et, bientôt, le premier sbire devait rappeler son compagnon, la stupeur dans son visage. Désirant venger son compagnon, l'autre Rouage avança d'un pas décidé, ordonnant à son Pokémon d'utiliser Mach Punch. Récupérant à peine de sa dernière attaque, l'elephanteau n'avait aucune chance d'esquiver et, une fois de plus, fut envoyé valser jusqu'à moi. Il se releva avec peine, il ne pourrait pas encaisser un nouvel impact comme celui-là. Blessé, souffrant, il tenait pourtant toujours sur ses pattes et il semblait campé si solidement. La détermination irradiait de lui et, si j'avais du l'arrêter maintenant, j'aurais eu honte de moi toute ma vie. Après tout ce temps, je le connaissais mieux que ça.

- Je suis fière de toi, Ash! Tout ce temps, tu ne m'as jamais laissé tomber, jamais une seule fois. Tu es le plus fidèle, le plus fort! Tu es le meilleur Pokémon dont j'aurais jamais pu rêver!!! VAS-Y! MONTRE LEUR DE QUOI TU ES CAPABLE!!!

PHAAAAAAAAAN!!!! Et vint la charge. Se roulant sur lui-même, il tournait de plus en plus vite, habité d'une énergie nouvelle, profonde, que je ne lui connaissais pas. Vive, une lumière blanche l'enveloppa, me forçant à plisser les yeux et à protéger mon regard d'un bras pour le regarder. Car je ne voulais manquer ça pour rien au monde! Ash, mon Phanpy, le tout premier Pokémon que j'avais capturé plus d'un an plus tôt! Il était en train d'évoluer!! En face, le Chapignon recula, tournant son regard implorant vers son dresseur, les yeux agrandis d'effroi. Ils nous avaient sous-estimés et, maintenant, ils allaient s'en prendre plein les dents! Comme un boulet de canon, mon chevalier vint percuter le dos du Pokemon plante combat, le projetant au sol, impuissant et effrayé, abandonné derrière par les deux sbires qui ne prirent même pas la peine de rester avec lui. Lâches!

Surplombé par l'éléphant gris et ses énormes défenses, blessé et abandonné, le Chapignon déclara forfait, implorant la grâce de mon mastodonte. Puissant, posé et massif, Ash se détourna de lui pour revenir à mes côtés en un pas pesant et solennel, bien que trahissant son état affaiblit. Il était simplement trop fier pour le montrer. Son adversaire pris la fuite à son tour et j'espérai vaguement qu'il retrouverait son chemin jusqu'à la liberté, car je n'avais pas le temps de m'en occuper. De l'autre côté de la porte, les bruits de combat s'étaient tus depuis quelques secondes déjà.

- On a plus le temps de trouver un autre chemin! Merde... Oh, je sais!

Si nous n'avions pas le temps de contourner la porte, alors nous devrions simplement la dégager de notre chemin! Elle avait déjà souffert plus tôt, il ne devait plus en manquer beaucoup. Portant ma main à ma ceinture, j'hésitai à rappeler Ash dans sa balle, mais un simple regard en coin dans sa direction m'en dissuada. Il attendait de reprendre le combat. Il allait tenir jusqu'à l'inconscience s'il le fallait, parce qu'il se l'était juré et moi aussi. Nous ferions ça ensemble, comme tant d'autres aventures avant celle-ci. Mais ce n'est pas le moment de devenir émotive! Sans plus perdre de temps, je fis apparaître Chomps, ma Kraknoix, dans mes bras. La tenant sur mon côté droit, tel un lance-flamme par exemple, sauf qu'elle lancerait autre chose pour moi. Quelque chose de beaucoup plus destructeur.

- À toi, Chomps! Ultralaser!!

Traaaaaapinch!!

- KA-ME-HA-ME-HAAAAAAAAAAAAA!!!!!!

Un surpuissant rayon de couleur violette sortit de la gueule du tout petit Kraknoix, à ne rien y comprendre! Sans oublier qu'à cette taille, il lui était impossible de viser, ce pourquoi je l'avais prise dans mes bras. L'attaque surpuissante défonça la porte en un amas de métal tordu et le contrecoup me projeta vers l'arrière alors que je m'écrasai au sol, Chomps toujours dans mes bras. Aie. Ça, ça n'avait pas fait de bien. Mon attelle était maintenant toute de travers et ma courte chevelure rose partait dans tous les sens, mon bras déjà blessé pulsant en une douleur désagréable. Merci Enigma, j'aurais bien aimé pouvoir t'oublier. Mes iris chocolats cherchèrent la petite créature orangée, vidée de toute énergie, sa grande gueule ouverte en un sourire fier que je lui retournai. Une caresse plus tard, je la rentrais dans sa balle et me relevais pour aller rejoindre Ash. Ce dernier était déjà entré dans la pièce, s'immobilisant tout près de la porte pour ne pas trop s'éloigner de moi. Là, un spectacle inattendu m'attendait.

La vaste salle avait été ravagée, dévastée. Ses murs, son plafond et son plancher portaient les cicatrices de l'affrontement titanesque qui avait eu lieu. Dans un coin, étalé en une masse informe rose, Shaw était k.o. Veillant sur lui se trouvait Spike, le Carmache d'Orren. Il avait la tête basse et était couvert de blessures, son air si mauvais maintenant épuisé, repus. Comme s'il avait eu l'occasion de combattre de ton son saoul, jusqu'à l'épuisement le plus total. Cette simple réalisation suffisait à me faire frissonner d'horreur. Spike, le dangereux Carmache d'Orren, secondé par deux de mes Pokémon, avait eu l'occasion de se battre sans aucune restriction et ils avaient quand même perdu. Ash m'interpella et je tournai la tête dans sa direction pour voir Sephiroth, inconscient, qui flottait toujours. Lui aussi était hors de combat. Réprimant ma douleur, je rappelai mes deux Pokémon, me jurant de leur trouver des soins aussi vite que possible. Pour l'instant, toutefois, je ne pouvais pas reculer. Nous avions déjà fait tant de chemin, nous étions déjà si loin dans la base. Et puis, au sol, il y avait deux plaques, vibrantes et semblant tenir un rôle important dans l'affaire, considérant que nous venions d'entrer par la seule porte de cette vaste pièce à l'usage plutôt imprécis et que ma demi-soeur avait disparu. Un regard vers Ash, il se rapprochait de moi, sur ma gauche, blessé et fatigué, mais fidèle au poste. Un regard vers Spike, le dragon se secouait et venait me rejoindre lui aussi, m'adressant un regard pétillant de malice et de satisfaction, comme s'il était reconnaissant de m'avoir laissé combattre Hadès et Jamie. Ça fait plaisir, j'imagine? Soupir. Je devais continuer. J'avais une chance sur deux d'utiliser la bonne trappe pour la poursuivre. Espérons qu'aujourd'hui la chance me sourirait, me dis-je en marchant sur l'une des deux, flanquée des deux Pokémon sol.

De tout ce que j'avais pu imaginer, dans aucun scénario n'avais-je cru que j'aurais autant de chance. Je venais de débarquer devant les kidnappés! J'en restai un instant bouche-bée, rappelée à l'ordre uniquement par le rugissement de Spike. Oups! Plus de combat ici, il pourrait blesser quelqu'un! Me dis-je en le rappelant dans sa Pokeball. Rassuré de me voir entourée de visages familiers, Ash accepta d'aller se reposer dans sa balle et je pu finalement m'avancer vers mes amis. Tant de chance. C'était à se demander si elle n'avait pas fait exprès de me bloquer là, pour que je puisse emprunter ce transporteur et retrouver mes amis. Non, c'était tiré par les cheveux! Mais l'était-ce vraiment? Et puis pourquoi penser à tout ça? S'il y avait les kidnappés, il y avait aussi Leo!

Oui, il était là, toujours aussi blond, toujours aussi grand. La tension dans ses épaules, la tête un peu baissée, je lisais en lui la souffrance, la peur qu'il devait avoir éprouvé, et mes pieds me mettaient en route vers lui alors que mes yeux s'embuaient de larmes de soulagement. Une fille se trouvait déjà à ses côtés pour je ne sais qu'elle raison et je n'en avais rien à faire. Leo était là. Mon lion doré, j'avais réussi à l'atteindre. J'avais tenu cette promesse que je m'étais faite et, maintenant, je le protégerais jusqu'à mon dernier souffle. Je le ferais sortir d'ici, toute sa team avec lui! Doucement, je posai ma main sur l'épaule de la rousse, sans vouloir lui faire mal bien sûr, juste lui demander de me céder sa place avec un sourire soulagé.

- Désolé, je te l'emprunte celui-là.

Elle s'exécuta sans un mot, sans résister, et je reportai mon attention vers l'homme que j'aimais sans plus tarder. Je l'avais retrouvé, enfin! J'en oubliais tout ce périple, j'en oubliais jusqu'à ma demi-soeur. Rien ne comptait sinon ce jeune homme que j'avais enfin réussi à atteindre.

- Leo....

J'allais reprendre la parole, j'allais me jeter contre lui, peu importe quoi et... Kaeko, dans un état... Inhabituel, était venue me voir avec le pouce en l'air, tout sourire. Et la voilà qui me félicitait d'être venue, qui complimentait ma coupe de cheveux, et je ne savais pas trop quoi répondre sinon des "Ah....euh....bah...euh....." Et elle était repartie, normal. Au moins tant qu'à y être, je ne peux pas avoir mon moment là?! Bah non, car c'est Ginji qui suivit immédiatement. Enfin, ce n'est pas que je n'étais pas contente de les revoir sains et saufs, mais s'il-vous-plait! Inquiet, le faux blond me demandait si je savais où étaient Oz et Meg, ce à quoi je du me contenter de répondre d'un air désolé ainsi que d'un non de la tête. Il poursuivit sur sa lancée, me parlant d'autres élèves, mais je ne l'écoutais même pas, mon regard chocolat ne cessant de jeter des regards en coin à Leo. Enfin! Ginji était partit taper quelque chose sur son iPok et je fus libre de me tourner vers Leo, vite, avant que l'on ne vienne me déranger encore! Il y avait si longtemps maintenant que tout nous séparait. Laissez-moi juste être dans ses bras. Laissez-moi juste l'aimer maintenant.

Je ne l'avertis même pas, j'avais trop peur de rater une autre occasion. J'avais juste enfoui ma main dans ses cheveux, la gauche, celle qui n'était pas blessée, et je l'avais attiré à moi tout comme je m'étais grandie jusqu'à lui. Mes lèvres vinrent trouver les siennes fiévreusement, amoureusement, passionnément. Un échange qui me renvoyait à ce jour là, sur la plage. Et dire que j'avais hésité, que j'avais trouvé cela trop rapide. Avec tous ces enfantillages, j'aurais pu le perdre. J'aurais vraiment pu le perdre. Malgré moi, je pleurais, mon coeur était serré, mais mon étreinte pas moins décidée, pas moins entreprenante. Que se serait-il passé, si je ne l'avais pas retrouvé? Qu'aurais-je fait, si on me l'avait enlevé lui? Mon meilleur ami, mon confident, mon aimé. Mon Leo. Je retombai finalement sur mes talons, mettant fin à ce baiser pour finalement me blottir contre lui en pleurant doucement, le serrant comme si j'avais voulu me fondre en son être.  

- J'ai eu si peur... Si peur de te perdre...Plus jamais. Je ne veux plus jamais vivre ça. Je...Oh, Leo....Je t'aime. Je t'aime et j'ai eu tellement peur!

Je tremblais, accrochée à lui, toute petite et toute vulnérable. J'avais affronté tant d'obstacles pour l'atteindre, je m'étais montrée si forte, si entêtée, si déterminée. Et maintenant que je gagnais ses bras, je redevenais simple femme amoureuse, égoïste et fragile, mais sincère. Dire qu'il m'avait fallu tout cela pour réaliser à quel point il comptait. Pour réaliser à quel point je voulais le rendre heureux, le protéger, le chérir. Si j'avais du retraverser cette base cinquante fois pour le trouver, osef. Mais plus jamais je ne l'abandonnerais, jamais. Redressant mes orbes chocolatées vers lui, je caressai sa joue, sa chevelure, m'y perdant quelques instants. Affectueuse, douce, amoureuse et tellement soulagée de pouvoir le chérir à nouveau. Et je devais faire exactement ce que je venais de me promettre, prendre soin de lui, corps et âme.

- Est-ce que ça va? Est-ce que tes Pokémon sont avec toi? Tu n'es pas blessé, Leo? Je suis là, je suis avec toi et je ne compte pas repartir, plus jamais. J'aurais du rester avec toi. Dès Pumkin, j'aurais du être avec toi. Je suis tellement désolée de t'avoir fait attendre si longtemps.




HRP - Évolution d'Ash - Phanpy > Donphan

Spoiler:
 
Abel Ezhyr
Abel Ezhyr
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 13
Jetons : 2052
Points d'Expériences : 199
Scientifique Mécano
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Dim 26 Juil - 23:55

Vous parlez d'une équipe de bras cassés, une jolie damoiselle que le vert connaissait plutôt bien à savoir Eryn sa camarade de mission. Son préfet Noctalien au moins aussi poseur que lui (sauf que ce dernier semble plus fourbe, un bon ami en somme), un ranger aux cheveux roses assez trognon. Et lui, lui ce mécanicien puéril au moins aussi fourbe que son référent élève. Il ria à la vue de ce beau monde, son carnet d'adresse va parfaitement se remplir en ce jour de gloire pour élèves mal avisés. Et si tout n'était qu'un piège ? Probablement, comme si de telles personnes pouvaient laisser des gamins faire le bazar chez eux tranquillement alors qu'ils ont déjà réussi à battre leurs professeurs. En parlant de prof' Jackie devait bien rager en ce moment après ce que lui avait dit Nox mais surtout après que la plupart des élèves soient partis. Soyons lucides cinq secondes (oui assez particulier vu cet event de déjantés), il y a forcément au moins un mouchard qui a prévenu la directrice et Jackie (à moins qu'elles soient toutes les deux trop nouilles pour s'apercevoir que la moitié des étudiants a disparu). Mais tout cela, le scientifique n'en avait que faire. Pourquoi il veut avoir aussi sa part de gloire ? Que nenni ! Il veut juste libérer ses amies mais pas que.. Il s'ennuierait s'il n'y avait pas autant de choses amusantes à Pokémon Community. Un sujet sérieux ? Des tortures sur mineurs ? Ranafiche, on ne s'ennuie pas cinq minutes avec eux comme ça ! Que faut-il de plus hein ?

Quoiqu'il en soit, on n'avait pas vraiment le temps de penser aux détails et aux quelques dommages collatéraux vu la situation n'est-ce pas ? Le vert soupira avant de regarder les autres, il allait falloir pénétrer dans la base, mais comment fallait-il faire ? Voyons, vous parlez d'un mécanicien plutôt doué là non ?  Il tapota la tête de son camarade plus badass que jamais avant de sortir de son sac, un trombone, une pince à épiler et un nécessaire pour ouvrir n'importe quelle porte non dotée d'un système de reconnaissance par carte magnétique. À pirater c'est l'horreur ce genre de système. Mais là, c'était différent, il fallait simplement entrer un code. Rien de plus simple.
« Laissez moi faire, j'ai déjà réussi à en craquer pour accéder au coffre fort de mon père pour y récupérer un de ses Pokémons. » Fit Abel en souriant. Rien de compliqué ? Tu parles, il dû ardemment démonter le boitier avec une précision sans faille. À l'intérieur il devait court-circuiter le bon fil relier à la bonne borne (et non ce n'est pas le fil rouge sinon tout exploseeeeeeeee), avec une petite pince servent à couper proprement les métaux, le Noctali coupa sans trembler le fil noir. Le boîtier s'éteignit alors automatiquement et l'on pouvait alors entendre un petit clic venant de la porte en fer. Se redressant et remettant ses cheveux colorés, le jeune homme prit une pose de pseudo beau-gosse et fit :
« On a la classe ou on ne l'a pas mes chers amis ! » Son Massko lui donna alors un coup de patte désespéré par une telle attitude. Le conseil d'Emerald : si on veut plaire dans ce genre de situation, on se la joue modeste comme quoi n'importe qui aurait pu le faire et que c'était gentil de lui avoir fait confiance. Beuh.
« Bah quoi je n'ai pas raison ? Bref, par ici les enfants ! » Fit-il montrant la porte en acier ouverte par ses soins. Devant eux s'étalait des dédales de couloirs blancs digne d'un hôpital psychiatrique.
« Je comprends mieux pourquoi ils ont kidnappé Kaeko.. » Chuchota-t-il pour lui-même en une private joke un peu débile.

Une fois rentré à l'intérieur, le petit groupe compta sur le Lucario de Cael qui devait les mener vers le groupe de kidnappés seulement... Le Pokémon sembla prit de maux de tête impromptus, il s'en alla alors de la base. Un brouilleur continue ? Le scientifique se mit alors à observer les murs. Il y vit alors une sorte de caméras infrarouge et un autre drôle de boîtier dans un coin du mur.
« Ils sont bien moins imbéciles que ce que j'imaginais.. » Fit-il un sourire carnassier sur le visage. Inutile de sortir Eustass, un type acier Psy risquait d'être grandement affecté. Il se tourna alors vers son starter :
« J'aimerais que tu me montres l'étendu de tes nouveaux pouvoirs, à chaque fois que tu verras ce truc au plafond, tu le détruiras, compris ? » demanda l'étudiant à son Massko qui hocha la tête avant de bondir sur les deux appareils les brisant d'un simple coup de patte. Sa nouvelle forme se révèle d'une puissance intéressante, cela pourrait toujours être utile vu le contexte. Il se retourna alors vivement vers ses compagnons de route :
« Il va falloir faire attention, si possible détruisez toutes les choses que vous trouverez louche, ça peut toujours servir si on veut fuir, ils ne pourront plus épier chacun de nos fait et gestes. » Dit-il avant de récupérer les quelques débris venant des appareils que son starter avait précédemment détruit ? C'était sûrement inutile de les prendre mais le mécanicien voudrait les étudier pour en comprendre la mécanique et en faire des aussi sophistiqués. Un brouilleur et une caméra peuvent être utiles n'est-ce pas ? M'enfin là n'est pas la question. Cependant un brouilleur d'aura est disons.. Assez spécial non ? Comment ça pouvait marcher ? Nous ne sommes même pas certain que ça soit ça, il s'agirait peut-être même un Pokémon, qui sait ? Pas le temps pour plus de palabres, il fallait avancer.
« C'est bête qu'on ait perdu notre radar comme tu dis Cael. J'ai peut-être ce qu'il faut.. » Le scientifique farfouilla dans son sac et put y déceler alors une sorte de vieil émetteur d'ondes radio qu'il avait trafiqué à Lansat dans son atelier. Il déroula la grande antenne avant d'allumer l'écran cathodique. Brouillé. Il fallait s'y attendre non ? Il soupira avant de ranger sa création piteuse dans son sac.
« Rien à faire, ça ne marchera pas. Il va falloir y aller à l'aveuglette. » Dit-il alors. Pour simple réponse, le sinis'trio se mit alors en route à l'aventure compagnon, je suis parti vers l'horizoooon.. Enfin ce n'est pas vraiment la bonne musique pour cette visite des lieux. (Sans guide, le service d’accueil est vraiment à revoir). Celle qui irait parfaitement avec leur situation serait plutôt tourner dans le vide (diantre que je la haïs profondément cette chanson). Tourner à droite, à gauche, rien rien rien et encore rien, pire qu'un casse-tête. Que fallait-il faire hum ? Se promener au gré du vent ? C'est éreintant. Moins drôle que prévu pour le scientifique qui commençait alors à s'ennuyer ferme, la patience est une vertu qu'il ne possède hélas pas. Tout e qu'on pouvait dire sur ces couloirs ? Blanc. Ça répond à votre question ? Ah non, autre chose, dans un coin de mur, alors qu'ils tombaient sur un énième cul-de-sac, le vert trouva par terre un bout de papier déchiré sentant le parfum féminin et dont la couleur d'encre rose était parfaitement ridicule :


J'ai réussi ! Ma mission fut un franc succès ! J'avais pour but d'infiltrer le gouvernement de Lansat et de récolter un maximum d'informations sur le maire et son entourage. Je ne sais pas à quoi tout ça va servir, mais j'ai eu droit aux remerciements du chef en personne ! Monel-sama ! ♥ C'est le plus beau jour de ma vie depuis mon intégration !

Tranche de vie rédigée le 3 septembre 2014

Le mécanicien se mit alors à rire comme pas permi. Vous parlez d'une coïncidence, il fallait que le seul papier pouvant être un indice s'avère être une page de journal intime d'une sbire fangirl. Cette bonne blague ! Le jeune homme tendit alors le papier à son starter qui se mit lui aussi à avoir un fou rire. Les deux comparses n'en pouvant plus, partagèrent leur allégresse avec le reste du groupe leur donnant le papier pour qu'eux aussi puissent rire à leur tour.
« Non mais vraiment c'est tellement abusé, cette blague... Ahem, reprenons notre sérieux il faut prffff continuer . » Fit-il, empêchant de repartir en fou rire.

À force de tourner en rond, les trois jeunes hommes finir par enfin tomber sur une salle quelque peu, différente. MY GOD PLUS DE MURS BLANCS, DES MURS BLANCS CASSÉ ! (et un jean noareuuuh). Visiblement il s'agissait d'un repaire de scientifique, des ordinateurs de partout, une vieille odeur de renfermée et de sueur (oui j'aime le cliché comme quoi les scientifiques ne se lavent pas). Des tables étaient parsemées de notes quelconque (comme l'évèque) et de tasses de café froid ? Charmant vraiment. N'imaginez pas que la pièce était vide, au contraire, trois personnes y étaient présentes, s'affairant autour d'une immense cuve contenant.. Abel n'eut pas le temps de dire ce qu'il y avait à l'intérieur, Cael s'en chargea lui-même. Un Rexilius, ils avaient crée un Rexilius. Ils sont fadas ces gens ou bieng ?
« Mais vous-êtes des abrutis finis ? Un Rexilius ? Faudrait être complètement cons pour réanimer ce genre de Pokémon vous imaginez si.. » Le jeune homme ne put dire la suite qu'un rugissement d'outre tombe se fit entendre. Il était en vie.. Non.. Impossible. Choqué, le scientifique manqua de trébucher en tombant. Improbable. Il ne vit pas partir les individus louches et encore moins l'ordre que lui avait donné Cael en ce qui concernait la porte verrouillée. On s'en chargera plus tard. Ces personnes devaient être d'éminents scientifiques pour avoir réussi à crée une telle merveille. Et si Abel aussi entrait dans cette organisation,  il pourrait faire tellement de progrès et devenir le meilleur mécanicien de tous les temps. Comme s'il avait entendu les pensées de son dresseur, Emerald lui donna une énorme gifle avant de lui crier dessus en langage Pokémon. Comprenant son erreur, le Mécanicien s'excusa avant de regarder la bête gronder et s'avancer vers eux. Heath quand à lui, avait réussi à dégoter un rapport et fit un topo dessus. Hypnotiser les élèves avec un Pokémon qui adore enlever des enfants. Grosse ambiance. En plus de cela ils avaient recrée un Rexilius, la joie partout. C'est la fête là non ? Pas le temps de parler plus, le préfet se mit alors à prendre la tête des opérations, un leader ? Ben tient.

Abel quand à lui resta plus en retrait, regardant le combat des deux topDresseurs contre l'immense bête. Devait-il intervenir ? Excellente question. Il regarda alors Emerald :
« Tu en penses quoi toi ? » Demanda-t'il. Son Pokémon haussa alors les épaules, attendons de voir comment se débrouillaient ses collègues. Après tout, il était scientifique pas dresseur en soit. Il ne serait d'aucune utilité. Enfin jusqu'à ce que le Noctali en chef ne vole quelques mètres plus loin de sa position initiale. Aussi dangereux pour son Pokémon que pour lui, quelle idée de faire un métier aussi risqué. C'en était presque risible pour le vert qui ne souhaitait pas participer de peur de faire plus de mal que de bien seulement. Cael. Oui Cael, ce dernier eut soit disant une idée lumineuse.
« Une diversion ? Mais ça va pas la tête ? Je veux bien aider mais là je ne peux.. » Son starter le frappa alors à la jambe. Que ? Il voulait participer maintenant ? Mais c'est totalement insensé.. M'enfin quand on voit ce qu'il était advenu d'Heath, pour survivre il fallait mettre tous le monde d'un même côté. Le vert soupira.
« J'ai compris, va, provoque le avec Lame-feuille pour lui chatouiller le nez Emerald ! » Le Massko sourit alors avant de se lancer à pleine vitesse sur le dinosaure, le narguant à sa barbe avec une attaque pas du tout efficace. Le mini vert s'amusa même à se dandiner près de l'animal qui devint encore plus furieux.
« Je ne peux pas vraiment faire plus, la stratégie est moi ?.. C'est une histoire compliqué on va dire. » Fut le mécanicien tandis qu'Heath était en grande difficulté avec sa Lapras. Cependant ce n'était pas tout ce qu'il fallait faire. Le Rexilius semblait attaché à attaquer uniquement Heath. Tu parles d'un plan foireux.

Nouveau soupire las d'Abel qui évitait avec agilité les débris s'effondrant du plafond à cause des assauts répétés du Pokémon adverse. Cael une idée ? Mais bien sur, il fallait combiner leurs maigres forces ensemble pour réussir à vaincre l'autre ahuri.
« J'en ai déjà marre alors je suis d'accord avec toi pour en finir vite. Emerald, enchaîne les vive-attaque, avec ta vitesse ça devrait bien amocher l'imbécile » s'écria-t'il tandis que son Massko, de paire avec Keru, bourrinait littéralement le Rexilius. Phase une enclenchée. Cependant, le Rexilius ne se laissa pas faire, il multiplia les attaques et frappa de plein fouet le Dynavolt et le Massko avant de continuer de se défouler sur Harley.
« On fait quoi maintenant monsieur le génie ? On est tous épuisé, ça va mal pour Heath et nos Pokémons là ! » Cria Abel. Des gadgets ? C'était ce qu'il fallait faire en effet... Le filet, et les ultrasons ? C'était un peu idiot mais ça pouvait marcher.
« Emerald, place une lame-feuille pour faire diversion j'ai une idée ! » il sortit alors une sorte de filet métallique qui avait conçu avant le cours avec Ruby et qu'il avait du réparer et améliorer à cause d'un Monorpale l'ayant brisé. Il le lança alors à son starter qui, après avoir utilisé une attaque entre les omoplates du monstre rugissant. Sauter, évitant de peu la riposte avant de réceptionner le filet.
« Lance le sur le machin ! » Fit le scientifique avant de prendre une machine qui émit des ultrasons à une fréquente dérangeant pour le Rexilius qui s’énerva alors encore plus, détruisant tout sur son passage. Mauvais plan, mauvais plan, le vert plongea alors sur le sol évitant ainsi des débris de verres susceptibles de se loger dans son ventre. Les Pokémons subirent alors une puissante onde de choc qui les souffla loin de la bête. Le rose ne voulait pas pour autant abandonner, il ordonner à sa Dynavolt d'accélérer le rythme, toujours plus vite et c'est là qu'un nouveau miracle se produit. La dénommée Keru évolua en Elecsprint. Décidément c'est la journée des évolutions ! Surpris, Abel ne put que baragouiner des paroles incompréhensibles dans sa barbe. C'était le moment.

Dernière phase enclenchée. Le trio de Pokémon déchaîna les éléments sur leur adversaire qui n'était plus vraiment dans la meilleure des formes, il finit par s’effondrer face à la combinaison diabolique des trois petits élèves de la Pc. Raide K.O. Ils avaient... réussi ? Impossible. À moitié mort, le scientifique se laissa glisser sur le sol avant de rire de toute son âme.
« On est en vie, HAHAHA, félicitation Heath et Cael, vous avez géré ! » Mais pas toi mon cher ami en retrait. Faible, Emerald s'avança vers son meilleur ami et se blottit contre lui pour respirer un peu.
« Compagnon, je suis fier de toi.. » Fit le vert en un murmure alors que Cael s'occupa de la Lapras d'Heath en sale état. Même s'il semblerait que son dresseur ne soit des plus enclins à laisser approcher quiconque de son starter. C'est chou. Abel en sourit alors, gagné, ils avaient gagné, que fallait-il de plus hein ? Le soucis c'est qu'ils étaient toujours au même point, perdu dans un environnement peu accueillant. Il soupira avant de jeter une œillade à son Ipok, en vain sûrement. Il bugua quelques secondes avant de se remettre en marche, hallucinant, le vert se leva d'un bond faisant tomber son Pokémon adossé contre lui.
« Les Ipok sont de retour les enfants ! » Il reçut alors un message général, les kidnappés avaient été retrouvé, bonne nouvelle. Il voulut l'annoncer à Cael sauf que ce dernier, à l'image de son Pokémon était tellement une pile électrique qu'il les avait laissé là pour partir retrouver leurs amis. Un héros ou un fou ? La frontière est mince. Le Mécanicien se rassit alors, se contentant d'observer les dégâts.
« Heath, tu peux encore bouger toi ? Ça te dirait qu'on se repose cinq minutes avant de se frotter à un menu moins fretin ? » Termina-t-il, un sourire carnassier au visage. Mayde mayde Houston nous avons un problème !


HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1417817140-poker-face-600-396849
Nemo Kendhall
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
Pokeathlète Novice
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Lun 27 Juil - 10:43
De nombreux indices ont été récoltés, pourtant, toute cette histoire reste bien mystérieuse. J’ai dû mal à créer des ponts entre tout les indices. Je repense aux paroles d’Alban quant à mon premier indice. Il doit avoir raison, ce n’est pas un simple engagement, c’est une passation de pouvoir. Donc le premier chef a pris sa retraite. Mais que peut-on faire après avoir vécu toute sa vie dans des magouilles louches, après avoir fondé la plus grande organisation criminelle du pays. Difficile à dire. Il peut être terré n’importe où, ou au contraire, passer de beaux jours sur une île voisine sous un autre nom. Toute l’argent amassée par tout ces crimes doit atteindre des sommets. Je n’ose même pas imaginer.

Je suis les autres de loin. La Mangriff m’ouvre le passage, toujours l’oeil attentif. Alban est même légèrement derrière moi. Il a l’air toujours en pleine réflexion vis-à-vis de l’indice trouvé plus tôt. Cet enregistrement. Que peut-il vraiment contenir ? Des images ? L’enregistrement lui-même ? Il faudra que je mette tout cela au claire en rentrant. Pour l’instant il faut continuer à se concentrer sur la recherche des kidnappés. J’accélère alors le pas pour rejoindre l’avant du groupe. A peine ai-je fais quelques pas que je sens un bruit métallique horrible derrière moi. Je n’ose pas bouger. Même Asami semble surprise et reste figée. A quelques centimètres derrière moi une immense porte s’est refermée. Alban est de l’autre côté. Je pose ma main sur le métal froid. Elle semble bien trop solide pour un faire quoi que se soit. Et pourtant, Calliope arrive et frappe la porte dans tout les sens, l’air désespérée. Elle vient de laisser derrière elle son plus grand soutient.

Je la regarde s’énerve contre le métal. J’ai envie de lui dire que ça ne sert à rien. J’ai envie d’avoir la tête assez froide pour lui faire comprendre qu’il faut avancer. Alban est fort, il parviendra à s’en sortir. Pourtant, je reste parfaitement muet. Rien ne veut sortir de ma bouche. Alors ce n’est que quand elle se fatigue qu’elle se calme. Elle arrive seule à reprendre ses esprits ainsi que la tête de la troupe.

C’est à ce moment que mon I-Pok bip. Je suis étonné et je le sors de ma poche. Le réseau est revenu ! C’est un message de Gween !


Gwenn – 03.07.2015
Hey ! Position des kidnappés, étage -5 ou -6, mais il faut que vous descendez.

Mon dieu ! Que dois-je faire. Je me met à paniquer. Me voilà en possession d’informations capitales ! Et puis comment Gwenn sait-elle cela ? Je n’ai pas le temps de reprendre mes esprits alors que Calliope a sautée dans un téléporteur qui est apparu devant nous. Tout le monde l’a regardé, sans rien faire. Il n’y a plus personne pour diriger les opérations.
Il faut agir, vite !

“_ Le réseau est à nouveau opérationnel !”

Je sens la queue d’Invy me chatouiller le dos. Mon sang se glace. Si le brouillage a été détruit cela veut forcément dire que les pouvoirs Psy peuvent à nouveau fonctionner ! Invy va à nouveau tenter de s’échapper ! Je le dépose alors par terre. Il semble sortir d’un sommeil profond, il est encore dans les vapes. Il ouvre les yeux. Il me voit. Ses yeux s’agrandissent. Je tente de le calmer.

“_ Invy, tu étais plongé dans un profond sommeil, j’ai dû te transporter sur mes épaules parce que tu ne voulais pas rentrer dans ta pokéball. Je t’en supplie, ne pars pas …”

Il me regarde sans comprendre. Mais il ne bouge pas. Je ne sais pas ce qu’il se passe. Il ne fuit pas. Un large sourire apparaît sur mes lèvres. Ne voulant pas le déranger plus que cela avec mes bêtises je décide de le faire rentrer au chaud dans sa ball. Cette fois-ci, il entre sans broncher. Mon coeur se soulève, mon Abra commence à m’accepter. C’est la première fois que cela m’arrive !

Rassuré, je me relève et range ma pokéball. Je me rappelle alors d’un message de Gwenn. Je prends le temps d’y répondre, la connaissant, elle risque d’en faire des caisses si elle ne reçoit aucune réponse. Je ne préfère pas prendre le risque. On ne sait jamais comment elle pourrait réagir. Et puis, j’ai le temps d’y répondre.


Aaron – 03.07.2015
Merci ! Nous sommes en route. Je te tiens au courant.

Nous sommes en route. Ce mensonge. Nous sommes perdus, surtout, oui. Entre Aileen qui est partie seule. Calliope qui a sauté de façon aléatoire dans un téléporteur et Alban qui a été enfermé à l’arrière. Je me sens un peu seul. Je préviens alors les autres.

“_ Les prisonniers sont à l’étage -5 ou -6. Gwenn en est certaine. Il faut les retrouver !”

C’est sans plus attendre que je m'engouffre dans le même téléporteur que la préfète. Quelle n’est pas ma surprise quand je me retrouves face à toute la troupe de kidnappés. Je ne peux m’empêcher de penser que “c’est trop facile” que “ça cache quelque chose”. Il y a des cris, des larmes, des embrassades. Je ne peux m’empêcher d’être rassuré. Même Asami semble rassurée de voir des visage connus. Pourtant, rien n’est fini, nous allons devoir sortir. Je ne connais personne à part Calliope. Les autres doivent être les élèves kidnappés. J’ose émettre l’hypothèse que le grand blond est Léo. Un Phyllali aussi. Notre nouveau préfet. Je n’ai jamais au l’occasion de lui adresser la parole. En tout cas, il ont l’air en forme, c’est le plus important. Je n’ose rien dire, ni même saluer les kidnappés. Je ne les connais pas après tout. Je me décide alors à envoyer un nouveau message à Gwenn. Elle a réussis à mettre la main sur des informations capitale. Peut-être pourra-t-elle nous aider à sortir de là.
Aaron – 03.07.2015
Une partie des élèves kidnappés ont été retrouvés. Sais-tu comment nous faire sortir de là ?

Spoiler:
 



HAIL NOCTA
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Turtwig

Spoiler:
 
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Lun 27 Juil - 15:13
" [...] Mais tant que tu fais de ton mieux, rien ni personne ne devrait avoir le droit de te faire sentir que tu es inutile."

Sérieusement ? Ce type se croyait dans un shonen ou quoi ? Et quoi après il allait lui parler du pouvoir de l'amitié ? Benjamin s'en voulait réellement d'avoir dit ce qu'il avait dit mais comment ne pas haïr un type qui mangeait des arcs-en-ciels au petit déjeuner. Les idéalistes.. Pff, quel ennui. Le Noctali aurait 100 fois préféré se faire insulter, voire se faire tabasser. Les deux autres personnes qui l’accompagnaient avait au moins eu le mérite d'avoir le courage et la franchise d'avoir réellement dit ce qu'il pensait et ressentait. Benjamin ne connaissait peut-être pas encore la vraie vie mais il savait au moins que le monde n'était pas celui qu'on découvrait dans les histoires. Le noctali choisit néanmoins d'approuver timidement en faisant un signe de tête vertical. Il ne fallait pas perdre à l’esprit que tous les élèves ici présent avaient étés témoins de son pétage de câble, Benjamin devait tout faire pour éviter que ça se sache.

Il écouta avec plus ou moins d'attention la suite, essayant de se faire oublier un maximum. La fille allait prévenir la police et amener le sbire dans un centre pokémon grâce à son pokémon psy. Bonne idée. Il avait ensuite suivi le groupe jusqu'à la plaque de lumière et regarda ses trois nouveaux camarades s'évaporer dans une lumière blanche. Le Noctali essuya une dernière fois ses larmes puis posa les pied sur la plaque. Aussitôt, le blond eut comme des fourmis qui parcouraient son corps et sentit le monde tourner autour de lui. Tout se stabilisa et il se retrouva en compagnie des trois autres garçons.

"C’est celui d’Aileen, je l’ai déjà vu, je crois que… ce doit être lui"

Benjamin regarda avec attention le Dedenne qui leur faisait face. Il posa ensuit son regard sur Rick qui se reposait dans ses bras. L'Emolga commençait à s'agiter. Voulait t'il se battre avec le Dedenne ?

"C'est bien lui. Joy ou Joyce, en tout cas quelque chose dans ces eaux là."

Aileen la fameuse préfète en chef des Pyrolis. Le noctali avait toujours une certaine rancœur contre elle. Après tout, c'était entièrement sa faute si tout ne c'était pas déroulé comme prévu. Elle était le grain de sable de Benjamin. Benjamin voulait se venger d'un quelconque manière, comment exactement ? Il ne savait pas encore mais il trouvera. Tout a un point faible, non ?

Le Dedenne commença à courir dans un couloir et le petit groupe le suivit car  Alban l'avit décidé. Quel insupportable type ! il prônait et ne se gênait pas pour prendre le décisions sans consulter vraiment les autres. Le noctali ne sut si il ressentait de la jalousie ou vraiment une animosité forte pour le voltali. Benjamin  s'essuya une goutte de sueur qui perlait sur son front. Ils allaient droit sur Aileen c'était certain. Il regarda ensuite le petit pokémon électrique qui les guidait. Ils pouvaient peut-être remettre d’aplomb son Emolga... Le noctali chassa rapidement cette idée de ses pensées et fit rentrer Rick dans sa pokéball. Hors de question de demander de l'aide à cette fille.

Le groupe suivit Joyce un certain bout de temps dans un silence presque insupportable, le couloir qu'ils arpentaient était juste un long couloir blanc. Benjamin ne pouvait s’empêcher d'imaginer que tout le monde pensait à sa saute d'humeur. . Il décida donc de rompre le silence et demanda au roux :

"Dis.. Euh.. C'est Nathan c'est ça ? Qu'est-ce que c'est ce drole d'objet qui pend à ta ceinture ? Un autre modèle d'Ipok c'est ça ?"

Spoiler:
 
Ruby L. Jones
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Lun 27 Juil - 15:14
This is madness. Les gens s'agitaient de plus en plus dans cette cellule, jusqu'à ce qu'une silhouette masquée débarque. Elle se voulait la plus rassurante possible, mais la plupart des élèves restait dubitative. Tu m'étonnes. Comment est-ce qu'on pouvait faire confiance à la première personne s'approchant ? Personne faisant partie de la Team Rouage, qui plus est. Ruby resta dans son coin, regardant la scène avec méfiance. Peut-être qu'un soulèvement de la part des prisonniers auraient été envisageable, pour pousser l'inconnu et le piétiner dans l'unique but de pouvoir sortir. Ce ne fut pas nécessaire puisqu'il s'éclipsa aussitôt après avoir aiguillé les élèves vers une salle voisine où ils purent enfin récupérer leurs effets personnels, à l'exception des Pokémons encore absents. Cool ! La rousse restera donc dépressive pendant un petit bout de temps encore.

C'est après avoir pianoté quelques mots sur son iPok qu'elle se rendit compte de la fonctionnalité du réseau. Étrange... Était-ce si peut sécurisé que ça ? Non. Il y avait forcément une cloche. Leur brouilleur devait avoir sauté, probablement. Cela ne pouvait qu'être significatif d'une cohue sans nom, dans tous les coins de la base. Une élève totalement inconnue jusqu'à ce jour se présenta d'ailleurs au petit groupe. Opale, qu'elle s'appelait. Enchaînement d'événements divers et évocation d'un document qu'elle fit circuler. Selon les dires, ça avait un rapport avec le cirque des boulons. Ruby chercha à en savoir plus mais Ginji décida bien trop rapidement que cela ne servirait à rien de s'attarder là-dessus pour le moment. Sympa, on laisse même pas le temps aux autres de lire. La dépressive haussa les épaules, ne s'exprimant pas davantage pour le moment. Entre Ginji et "Darya", il y avait bien trop de mots à la minute.

Un soupir plus tard, l'étudiante se contenta de suivre simplement le groupe, en mode mouton m'voyez. Enfin... elle n'eût pas tellement le choix puisque Ginji tira la petite troupe jusqu'à un panneau de liège où était accroché un post-it. La flemme de lever le bras envahit mon personnage, vous le croyez ? Probablement. Comme toujours, le Voltami surexcité prit les devants et décrocha le précieux qu'il jugea comme un piège. Comment ça, un piège ? Curieuse, la rousse passa sa tête par dessus l'épaule de Ginji histoire d'entrevoir le document. C'est alors qu'un merveilleux hasard emporta la gourmand. Hasard nommé Cael, un autre gourmand cela dit en passant. Et... et le post-it, alors ? Ruby resta bouche-bée, n'ayant même pas eu le temps de l'entrevoir. Ginji filait désormais à toute vitesse, accroché à un Elecsprint un peu fou furieux sur les bords.

– Eh... eh... vous entendez ces bruits ? Elle tourna lentement la tête, légèrement effrayée par ce qui pouvait bien l'attendre. Bien heureusement qu'elle ne sera pas seule face au danger imminent. Après tout, si Opale venait de l'extérieur, elle avait bien des Pokémons, contrairement à Kaeko et elle. Petite prière intérieure avant de se retourner vers la nouvelle étudiante. Dis, Opale, tu n'aurais pas de quoi balayer une masse de sbire enragés d'un seul coup...? Non...? Énième soupir. COUREZ !

C'est sans pinailler davantage que la Pyroli prit la fuite, veillant néanmoins à ce que la schizophrène et la nouvelle restent à proximité. Dans ce genre de situation, se diviser était sans doute la pire des choses à faire. Espérons juste que cette Darya ne désire pas casser des dents, auquel cas elle se fera rouer de coups par un escadron de sbires rouages. S'en suivit donc de divers déambulations dans les couloirs, jusqu'à ce que la joyeuse troupe de fuyards arrive en face de trois téléporteurs. Pas d'autres chemins disponibles. C'était une impasse. L'indécision de la Pyroli reprit alors le dessus, tandis que les sbires s'approchaient à grande vitesse. Malheur. Ô combien malheureux malheur !

– Gauche ? Droite ? Milieu ? Raaaah ! Je sais paaaas !

Fin de l'indécision. Sans sommation, Darya tira ses deux accompagnatrices Pyroli sur le téléporteur de gauche. Blackout. Les joyeuses demoiselles déboulèrent dans un endroit qui semblait isolé. C'était une petite pièce remplie de cartons méticuleusement rangés sur des étagères. Au centre, une table sur laquelle un des cartons était renversé. Le seul endroit désorganisé, en somme. Quoiqu'il en soit, mieux vaut se préparer à accueillir un ou deux sbires. Vu la taille de la pièce, pour sûr qu'ils ne pourraient pas tous rentrer. Ruby zyeuta cependant les alentours, espérant trouver une quelconque issue. Et justement, une grille d'aération soupirait juste au dessus de la table blanche.

– Euh... on va probablement recevoir de la visite sous peu. Il faut vite monter là-haut. Allez-y en première, je vous faire la courte échelle. Je devrais probablement y arriver si vous me tirez de là, j'ai quelques centimètres en plus. Et euh... Ses yeux se posèrent alors sur une feuille bombardée de mots et du symbole de la Team Rouage. Intriguée, Ruby y jeta un bref coup d’œil. Mais c'est... Attendez. Commencez sans moi, il faut que j'envoie ça à tout le monde.

Elle se saisit donc de son iPok et pianota dessus, prenant alors le document en photo et l'envoyant sous pièce jointe à tous ses contacts, dans l'espoir que l'information tourne.

Ruby L. Jones - 04/07/2015 ; ??h??
Faites tourner la photo en pièce jointe, c'est à propos de nos pkmn. Je dois faire vite, je vous laisse.


HRP:
 



Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2387
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Lun 27 Juil - 16:36
''Atteeeeeeeeeentiiiiiiiioooooon !''

Où sont les freeeeeeeeins ? Sur le papier, c'était une idée de génie, en plus: Elecsprint peut se déplacer si vite que l'oeil humain ne peut plus le voir. Et avec sa nouvelle taille, Keru peut aisément me porter sur son dos. Donc combo, en l'utilisant comme monture, je pensais pouvoir me déplacer trop vite pour qu'on me repère dans la base et rejoindre Lucki en quelques secondes.
Pour la partie vitesse, ça, j'ai pas à me plaindre, ça va même BEAUCOUP TROP VITE ! Et les couloirs uniformément blancs n'arrangent, rien : tout se ressemble ici, alors combiné à l'allure de Keru, je ne vois pas grands chose à part des lignes brillantes qui défilent des deux cotés. Mes mains sont fermement agrippées à la fourrure du Pokémon Electrique, mais je pourrais tout aussi bien être ligoté sur son dos que ça ne changerait rien.  Impossible de contrôler quoi que ce soit, d'autant que Keru semble prendre un malin plaisir à effectuer des virages presque en angle droit.
En résumé: ça va trop viiiiiiite !

''Keru...ra...lentis...Tu ne ....sais...même pas...où on...vaaaaaaa !''

Autant parler au vent, et notre course effrénée se poursuit. Si à plusieurs reprises nous manquons de percuter des silhouettes pour le moins indistinctes (Ça va finir en bowling dans des élèves, je vous le dit...), Keru se charge d'éviter l’obstacle en se plaquant contre les parois ou d'un bond prodigieux, avant de reprendre sa course au même rythme. Guidé par son Flair, elle me traine toujours plus profondément dans le complexe, dans la direction approximative d'un certain duo...

C'est donc après plusieurs minutes de cavalcade ininterrompue que je débarque au beau milieu...d'un véritable carnage. Mais oh my Arceus, qu'est-ce qui s'est passé ici? La salle de labo similaire à celle où j'ai laissé Abel et Heath ressemble à Pompéi ! Cinq membres de la Team Rouage trainent un peu partout dans la pièce, complétement hors de combat et gémissant pour la plupart, un Zigzagton et un Racaillou complétement KO sont collés l'un à l'autre. Les deux responsables semblent grandement absorbés par la fouille (ou le démontage façon puzzle) d'un bureau et des documents éparpillés sur ce dernier. Mettant pied à terre (Beuh, ça tangue...), je me rapproche des deux Pokémons Combats, tandis que mon Lucario (J'avais vraiment besoin de vous dire que c'est lui?) se retourne pour me coller littéralement une photo sous le nez. Je lui avouerai jamais, je pense, mais je suis quand même soulagé de le retrouver sans aucune blessure apparente...Pour peu, je serais même presque content qu'il me mette une Forte-Paume ! (J'ai dit presque).

''Vous vous êtes un peu lâchés quand même...Qu'est-ce que t'as trouvé Lucki?''


A première vue c'est un dossier photo (Merci captain Obivious)....Et y'a plusieurs visages qui ne me sont pas inconnus : Léo, Rainbow, Ruby, coPAIN, Kaeko, Janet...Donc c'était pas un hasard s'ils ont enlevés ces élèves là spécifiquement, il avait une liste bien établie avant de lancer leur opération. La question qui reste c'est : Pourquoi eux spécifiquement, qu'est-ce qu'ils ont que le reste des élèves ne pouvaient pas fournir à la Team Rouage? Le genre de mystère qui en temps normal me pousserait à rester ici, jusqu'à ce que j'ai compris , mais une autre question bien plus urgente vient remplacer la première: où sont-ils, ces kidnappés si précieux? Vu comme Sam et Lucki se sont débrouillés en duo, je me vois mal prendre les commandes et leur demander de me suivre en réfrénant leur combativité. Par contre, dans la pile des papiers qu'ils ont écartés (Un Férosinge qui ait lire...Non mais qu'est-ce que je raconte?)....

''Laisse-moi voir ça, Lucki...Alors...Des listes de fournitures pour la cantine (MANGER**)...les photos, oui merci, j'ai vu...des...trucs et des machins (C'est des calculs bizarres si ça vous intéresse mais je comprend quedal)....Et...Ah, ça c'est beaucoup mieux !''

Le ''ça'' en question s'avère être un plan détaillé du repaire, avec une numérotation des couloirs et surtout la liste des différentes zones de la bases avec leur fonction. Parcourant les ntrées du regard, je finis par ENFIN trouver ce que je cherche : Les cellules sont au 5ème sous-sol et manifestement, nos errances nous ont menés plus bas que je en l'aurais cru avec Heath et Abel, puisque avec tout ces laboratoires, je dois me trouver au 4ème sous-sol. Donc ça veut dire que...Ils sont tout prés, il me suffit de trouver une cage d'escalier et après quelques marches, je retrouverai Léo !
Lucki et Sam semblent de plus en plus agités...ok, j'ai compris.

''Je descends, ils sont juste en-dessous....Et vous deux...ben, continuez, vous avez fait du bon boulot. Ah pardon...Merci à toi, Ô Singe Masqué !''

C'est bon comme ça, espèce de vantard? En fait j'en sais rien et même si c'est pas le cas, j'ai pas le temps ! Une fois de retour sur l'échine de Keru, je presse un peu les talons (je vais finir par comprendre comment ça fonctionne ce truc...Allez, Cael, t'es un Ranger, tu peux le faire !) pour la faire tourner, avant de la guider jusqu'au couloir. Le plan dans une main, je ne prends que quelques secondes pour l'analyser.

''Ok, donc deux fois à droite, une fois à gauche et il devrait y avoir une poooooooooooorte ! Keru, ralentiiiiiis !''

Et c'est reparti...

********************

Mesdames et Messieurs, après le niveau -4, le niveau -5 de la base ! Où les couloirs blancs et tous semblables sont remplacés par....des couloirs blancs et tous semblables. Sérieusement, le type qui a construit cette base devait être croque-mort ou dépressif. Sauf que lancé à cette vitesse, on dirait que j'ai oublié un petit détail: si je n'ai pas croisé de Sbires en mesure de m'arrêter jusqu'ici, toutes les bonnes choses ont une fin (C'est pareil avec les gateaux...Quoi, je digresse? graisse). Et celle-ci ne tarde pas à arriver : au détour d'un couloir (blanc...encore), Keru freine brusquement des quatre fers et je manque de passer par-dessus son encolure. En relevant la tête, je me retrouve face à un groupe d'hommes en uniforme, accompagnés de plusieurs Pokémons (Y'a même un Branette, aaaaaaaah !) qui me regarde avec un air d'Insolourdo. Une secondes, deux secondes, trois secondes...*Ting* les connexion neurales refonctionnent, et ils poussent tous un véritable cri collectif, mélange de ''Attrapez-le'' et de ''A MORT'' !

''Keru, repli stratégique ! FONCE !''

Pas la peine de lui dire deux fois, l'Elecsprint vire brusquement de bord avant de repartir dans une course effrenée. Vous avez déjà vu la Maison des Fous dans les 12 Travaux d'Asteriolu? Ben là, c'est à peu près la même chose mais en pire ! Je me retrouve donc coursé par une horde légèrement enragée et si j'ai l'avantage de la vitesse, eux, ils ont le nombre ! Finalement, je parviens à trouver (ou plutôt plonger) à travers l'ouverture d'une cage d'escalier et tandis que Keru dévale les marches de toute la vitesse de ses quatre pattes, un véritable concert de bottes résonnent derrière moi. D'après le plan, je débouche ainsi au 5ème sous-sol mais ce n'est pas le moment de faire du tourisme, ou de ralentir ! En temps normal, avec sa vitesse, je pense qu'on aurait pu s'en sortir assez facilement en tournant dans les couloirs jusqu'à finir par les semer. Mais Arceus semble s'être levé de la patte gauche, ce matin.

*SBUM*

Et c'est un STRIKE ! Manifestement, je viens de croiser un autre groupe, mais pas le temps de ralentir pour leur faire un petit coucou. Keru poursuit donc sur sa lancée à pleine vitesse, tandis que derrière nous, les cris se font de moins en moins audible. Ce n'est qu'après le troisième virage en angle droit, que je prends conscience que je ne suis plus seul sur mon véhicule (Ah, ces auto-stoppeurs, tous les mêmes).

''... CAEL ?! Mais qu'est-ce que tu fais ici ?!''

Je suis venu cueillir des champignons, ça se voit pas?

''Mais QU'EST-CE QUE T'AS FAIT pour avoir tous ces sbires à tes trousses ?! Dis à ton Elec... A Keru de s'arrêter ! On doit retourner aider Ruby, Darya et Opale ! Si ça se trouve, Opale n'a même pas de Pokémons pour se défendre ! Et Ruby et Darya n'ont même pas récupérer les leurs ! ''

WHAT? Y'avais Ruby, Opale et...Wait, Darya? C'est qui Darya? Surement une autre élève qui a été kidnappé avec coPAIn et les autres, la pauvre, elle doit être morte de peur ! Et moi j'ai amené une flopée de Sbires droit sur eux...Crétin, crétin, CRETIN ! Tout en essayant (avec plus ou moins de succès) de forcer Keru à ralentir, je tourne légèrement la tête pour répondre au Voltali.

''Y'a eu des...complications. J'voulais venir vous récupérer mais ils n'étaient pas vraiment d'accords. KERU, ARRÊTE-TOI !''

Obligeante, la chienne électrique cesse brusquement d'avancer...Pilant net et nous envoyant passer par-dessus son encolure avec coPAIN ! Pas le temps de compter nos bleus (Vachement dur le sol chromé, ici), nous n'échangeons qu'un regard avant de repartir au pas de course, Keru sur nos talons en sens inverse. Tenez-bon les filles, on arrive !
Sauf qu'en lieu et place de Ruby, Opale et Darya ( Sérieusement C'EST QUI cette fille?) au prise avec des Rouages assoiffés de sang, c'est un couloir complétement vide et silencieux qui se dévoile à nous.

''Ok, on repart en mission de sauvetage, j'ai le plan des lieux donc ça ne devrait pas être trop dur...Et même s'ils courent au hasard, avec le FLair de Keru, on devrait pouvoir les retrouver. D'ailleurs, avec l'aide de Thoron, on pourrait...''

La gaffe...Bien sûr, imbécile, si coPAIN a été kidnappé, il ne peut plus avoir ses Pokémons. Ça nous fait donc deux missions à accomplir : sauver les filles et retrouver son équipe. Je lui mettrai bien la main sur l'épaule manière virile et cliché mais je sais même pas ce que ça peut signifier, alors....On va plutôt agir !
Nous nous enfonçons donc toujours plus profondément dans le 5ème sous-sol, tandis qu'autour de nous, les néons se font plus rares, jusqu'à finalement n'apparaitre que par intermittences. Plus sombre que le précédent, ce niveau est également plus silencieux et les bruits des combats qui font rage en surface et dans le complexe commencent à s'estomper. Seul le *tuhd* *tuhd* *tuhd* des pattes de Keru sur le sol chromé se fait entendre distinctement. C'est quand même assez glauque comme ambiance, il ne manquerait plus qu'une musique grinçante et une silhouette sombre au beau milieu d'un couloir pour se la jour film d'horreur. Sauf que comme d'habitude, il y a des choses auxquelles il aurait mieux valu ne pas penser...
Sans préavis Keru se met soudainement à gronder juste derrière nous : sortant d'une salle adjacente, une silhouette en uniforme vient de faire son apparition dans le couloir d'un pas calme, avant de se mettre sur notre chemin. Sauf qu'il y a quelque chose de différent par rapport aux autres Sbires Rouages : l'individu porte la même tenue mais son visage est dissimulé derrière un masque bizarre (Le cosplay pour les nuls /SBAF). Et manifestement coPAIN est à présent aussi tendu que mon Elecsprint...

HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1529618029-cael
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Lucas Emerillon
Lucas Emerillon
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
Adulte Etudiant Spé Type
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   Lun 27 Juil - 18:38
Enfin, le calme revint. Fin de téléportation. Vous avisez un instant les alentours. Une grande pièce vide avec un long couloir séparant l'un des quatre murs de la pièce en deux. Au bout de ce couloir … La lumière du jour vous transperce le regarde et vous oblige à mettre un bras devant vos yeux le temps de s'y habituer de nouveau après ce long séjour dans la cage. D'ailleurs, combien de temps étiez-vous resté depuis votre enlèvement. Tes affaires en ta possession, tu te sais transportant ton Ipok, et t'empresses de le chercher pour voir depuis combien de temps vous aviez été enfermé. 4 juillet. Le choc. Voilà quatre jours que vous vous trouviez tous dans cette base souterraine sans aucun moyen de savoir comment ça se passait dehors. Quatre longs jours … Que vous n'aviez pas vu passer. Quatre jours à subir cette pression grandissante qu'étaient la peur et le désespoir. Quatre jours … Et enfin la sortie. Rien que d'y penser, tu souris. Et tu ne peux t'empêcher de te jeter au sol lorsque tu fus parvenu hors des murs, poussant un long soupir de soulagement. Ryan ne s'était pas fait prié pour faire de même. Voilà que vous vous trouviez tous les deux côte à côte, observant le ciel sans rien dire ni faire. D'un seul coup, c'était comme si vous aviez complètement oublié ce qui se passait quelques secondes plutôt. Vous vous étiez enfin libérés. Enfin …

On fait quoi maintenant ? On retournes sauver les autres kidnappés ? On se casse en espérant qu'ils finiront par sortir ?

Je ne sais pas pour toi, mais pour moi, le choix est tout trouvé. Quelqu'un doit aller prévenir les villages environ, s'il y en a, de notre présence ici afin de pouvoir guider d'éventuels renforts jusqu'ici. Tu peux me suivre, mais honnêtement, une seule personne suffira pour cette tâche. Et puis, je sais que tu meurs d'envie d'y retourner, d'autant que nos Pokemons y sont toujours. Si tu trouves les miens, tu les récupères pour moi ?

Évidemment qu'il a raison. Tu avais bien plus envie de repartir à l'intérieur que d'aller chercher des renforts, et comme le soulignait parfaitement Ryan, une seule personne était suffisante pour s'occuper de cela. Tu te contentas donc simplement d'acquiescer à sa demande et lui fit ses salutations avant de le laisser partir tranquillement dans l'inconnue. Tu attendis qu'il soit définitivement hors de ton champ de vision et tu te levas en un instant avant de retourner à l'intérieur. Sur le passage, tu aperçus un énorme -1 peint sur la façade, s'agissant très probablement de l'étage. Tu laissas cependant cela de côté et retourna bien jusqu'à la pièce vide où tu vis enfin que divers autres dalles de téléportation s'y trouvait, attendant patiemment d'être utilisé. Tu en choisis rapidement une au hasard en dehors de celle par laquelle toi et Ryan étiez arrivés et te prépara à l'emprunter. Mais au dernier instant, alors que tu allait toucher la dalle choisie, tu te figeas sur place sans aucune raison. En tout cas, aucune raison visible. Tu tentas de te retourner et eus tout juste le temps d'observer une silhouette que ton corps bougea subitement de lui-même et fit le pas manquant pour disparaître, fuyant cette espèce d'aura qui semblait maléfique. Quand tu parvins jusqu'à la nouvelle pièce, tu te posas deux secondes sur tes genoux pour évacuer cette horrible impression qui t'avait pris.

Mais qu'est-ce que c'était ?

Tu n'en avais aucune idée, et il y avait des chances pour que tu ne le saches jamais. Surtout, tu priais  étrangement pour que cela ne se reproduise jamais. Tu éjectas l'idée que cela ait lieu de ton esprit et reprit ta marche quelques instants plus tard quand cette pression fut complètement évacué. Il subsiste un silence monstre dans un couloir où tu te trouves, aucune vie ne semble passer entre ces murs, pourtant, à chacun de tes pas, tu as l'impression qu'une personne va te prendre au dépourvu et sortir de la pénombre et t'attaquer sans prévenir, mais ce ne fut pas le cas. Et très vite, tu parviens à un nouveau téléporteur. Tu l'empruntes sans perdre de temps, fuyant cette sensation pesante pour te retrouver dans une pièce à peine éclairé. Si les fantômes glauques voulaient se montrer, c'était le moment importun pour le faire … Mais à la place, tu trouvas deux élèves, dont l'un que tu reconnus immédiatement.

Ginji !

Pas de réponse. Il semblait occupé à autre chose. Hmm, Mais quoi ? Tu ne peux t'empêcher d'être curieux, et tu quittes ta dalle du coin de la pièce pour aller voir ce qu'il en retourne, restant tout de même à distance. Et là, le choc. Le choc suprême. Le choc de ta vie. Là, plus loin, faisant face à Ginji et son camarade, un homme masqué en uniforme. Mais pas n'importe lequel. Ce n'était pas un homme, c'était L'homme masqué. Rien que la sensation autour de lui en était la preuve. Tu la connaissais par cœur cette sensation. Tu l'avais imprimé dans ton crâne pour t'en souvenir le jour où tu le retrouverais. Et puis tu ne risquais pas de l'oublier de toute façon. Même avec son masque, tu le sentais, cet air de sadique, salopard et, pire encore, méprisant. Jamais tu n'oublierais. Jamais.

Quel plaisir de croiser de nouveau votre route.

Derrière ce ton assuré et ironique, tu cachais du mieux que tu pouvais ma peur. Vous étiez dans la merde la plus totale. Complètement.

HRP:
 


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 6 1466193127-s1

                         
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !   
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues !
Page 6 sur 9
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :