[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Mer 1 Juil - 16:09
Je suis debout aux aurores ! Aujourd’hui, il est temps de participer à mon tout premier cours de la spécialité Scientifique. Il y a quelques mois ça ne m’aurait pas emballé plus que ça, là non en plus en fait … Mais … Nos professeurs nous ont donné rendez-vous sur le port, nous allons donc quitter l’Académie ! Et ça, c’est assez fantastique pour me mettre en joie.

Je vérifie à nouveau mon sac. J’ai pris une veste, au cas où. Un petit pic nic aussi, on ne sait jamais. Puis, je suis armé de toute ma bonne volonté, j’espère que ça suffira. Je redoute le moindre combat de pokémon, mon Abra ne connait que Téléport, et encore, il ne veut même pas l’utiliser pour moi. Je tapote distraiement sa pokéball. Sacré Invy, il est rigolo. Heureusement, nous sommes par binomes, s’il faut donc se battre je pourrais toujours compter sur mon partenaire, il n’y a pas de soucis à avoir. Et puis, nous sommes des scientifiques, les combats de pokémons ne sont pas pour nous. Je tente de me rassurer, n’y croyant véritablement qu’à moitié.

Je suis très en avance, personne n’est encore au point de rendez-vous. Je trépigne. Petit à petit les élèves et les professeurs arrivent. Ils nous font monter dans le bateau. Nos profs restent muets comme des tombes alors que nous n’attendons qu’une chose, connaître le but de notre cours.

La traversée se déroule dans un silence mortuaire. L’air est frais, le ciel gris, la mer aussi plate qu’une planche à pain. L’ambiance est morose. Pourtant, s’ils y faisaient un peu attention, ils se rendraient comptent que l’humidité dans l’air rafraîchie les pores de la peau, que l’eau, si lisse pourrait se confondre avec le ciel et que cet air marin est l’un des meilleurs à respirer. On dirait qu’ils l’on tous oublier, c’est ça le plus triste. Je profite de la traverser pour faire un tour sur le bateau, si nos profs ne sont pas décidés à nous donner des informations, je vais pas rester planté dans un débile sur le pont. Je préfère partir en exploration des petites pièces du bâtiment.

Ce n’est que bien plus tard que je suis réveillé par quelques hurlements. Je sors en trombe pour rejoindre mes camarades, en pleine forme. En effet, une île est apparue dans le brouillard. Nous débarquons peu après. Janice et Roseverte semblent enfin décidés à nous fournir quelques explications.

Nous sommes donc sur l’île de Pitaye. Non, en effet, je ne l’aurais pas deviné. On nous parle d’Athénéfis, une ancienne ville, aujourd’hui en ruine. On nous parle d’héritage d’hommes infiniment vieux que nous pouvons encore admirer. Ca a l’air chiant, mais palpitant. Alors que le dénommé Franklin était en plein discours, en train de nous expliquer comment sont formés et sont apparus les pokémons artificiels il se fait violemment couper la parole par Janice. Elle nous parle alors de ces pokémons qui n’évoluent que par une intervention extérieure.

La question du cours se forme d’elle-même. Comment ces pokémons peuvent-ils évoluer en pleine nature ? Les deux cas que l’on nous propose sont tout deux intéressants …

Alors que je suis déjà en pleine réflexion le Professeur Roseverte se dirige vers la forêt et disparaît. Janice semble un instant indécise, elle finit rapidement son speech et forme les duo. J’attends mon nom avec impatience. Gween. Qui est-elle ? Je n’en est jamais entendu parler ! J’ai l’impression de ne vraiment connaître personne dans cet établissement ! C’est fou !
La prof en a profité pour se volatilisé sans que je n’ai le temps de lui demander qui était l’autre membre de mon binome. Je vais devoir le trouver tout seul.

Je regarde le petit groupe qui m’entoure. Nous sommes huit, je ne devrais pas avoir trop de mal à trouver cette Gween. Néanmoins quelques filles sont présentes, je ne saurais les différencier et dire qui est qui. Certains groupes ont l’air de s’être déjà formés. C’est ma chance. Il ne reste plus qu’une jeune brune. Jolie.

Je m’approche timidement. Je suis mal à l’aise, toujours avec le sexe opposé. Surtout avec les gens que je ne connais pas. Surtout quand je ne suis pas sûre que ce soit la bonne personne. Toujours quand … Aaron. Bouge toi le cul.

“ _ Salut, c’est moi Aaron, tu es bien Gween ?”

C’est le moment de flottement, de suspense. Peut-être est-ce elle, peut-être pas. Et là, c’est la honte. J’espère vraiment que c’est elle. J’ai trop peur qu’une main ne tapote l’épaule et me dise ‘non c’est moi Gween’ rien que d’y penser je rosis légèrement. J’espère qu’elle ne l’a pas remarqué, ça serait encore plus la honte. Je tente de dissiper toutes ces pensées. Tout les duos ont l’air de s’être trouver -à moins qu’ils se soient plantés eux aussi ?-, ça ne peut donc qu’être elle.

Je lui souris aimablement, histoire de me donner une certaine consistance, puis je sais que mon sourire se fait toujours amical, je ne prends pas trop de risques. J’espère. Bon, les autres se sont déjà quelques peu éloignés. J’ai donc bien Gween en face de moi. Je me racle la gorge.

“ _ Umh, tu préférerai plutôt étudier les Pokémons artificiels ou dépendants ?”

Je ne pas de réelle préférence, les deux ont vraiment l’air intéressants. J’ai vraiment hâte de me lancer dans ce premier cours. Je suis tellement heureux d’être ici. J’espère seulement que tout ira bien avec Invy. Je jette un léger coup d’oeil à la pokéball, sagement accrochée à ma ceinture. Tout va aller pour le mieux, j’en suis certain. Il ne faut pas que je commence à m’inquiéter maintenant, alors que nous ne sommes même pas partis de la plage. Tient, le temps commence à se découvrir petit à petit. Des milliers de possibilités s’offrent à nous. Nous pouvons passer notre journée dans la forêt si le coeur nous en dit, ou alors partir à la recherche de cette citée perdue. Vivement que l’on parte, quoi que l’on fasse, cela promet d’être épique !

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Mer 1 Juil - 22:42
Un cours en plein air. Gwenn y avait rarement participé. Quoique, en se plongeant dans ses souvenirs, elle n'y avait même jamais participé. Même si d'après les rumeurs, il y en avait un de chaque spécialisation qui était organisé chaque semestre. En effet, durant le premier semestre de cette année scolaire, il n'y avait pas eu de cours spé. Probablement à cause du grabuge causé par la team Rouage. La Givrali se souvenait encore de cette nuit horrible. Et très gênante aussi. Se rappelant de ce qui s'était passé dans chambre, elle ferma ses yeux pour tenter de chasser ce mauvais épisode de ses pensées. Heureusement, le début – tardive, certes, mais cela restait un début – des explications par les deux professeurs de la branche scientifique lui permit de penser à autre chose. Elle écoutait aussi attentivement qu'elle le pouvait, parce que bon, ce n'est pas ce qu'il y avait de plus intéressant au monde non plus. Ce n'était pas vraiment le sujet qui ne l'intéressait pas, au fond, mais plutôt le ton qu'employait Roseverte. Celui-ci avait une fâcheuse tendance à frustrer énormément la jeune demoiselle qui en l'écoutant, se sentait aussi prise au sérieuse qu'un Grotadmorve qui voudrait se mettre à la danse classique. Pardon Princesse, mais voici la vérité, tu ne seras jamais danseuse étoile. Bref, revenons à nos Wattouats. Le discours des deux adultes avait pris fin. Ce que Gwenn avait retenu, était qu'ils devaient étudier pourquoi les Pokémons nécéssitant pourtant une intervention de l'homme pouvaient évoluer bien qu'étant relâchés en pleine nature et livrés à eux-même. Plutôt intéressant comme sujet, mais la jeune fille se demandait si c'était vraiment dans les cordes des étudiants comme elle. C'est-à-dire, avec peu de matériel, de temps, et d'outils. Hmpf. Enfin bon, autre chose avait encore retenu son attention. En effet, le référent des Phyllalis avait parlé d'une ville antique sur l'île où ils se trouvaient. Et donc de ruines. Rien que le nom la faisait rêver. Athénéfix. Cependant, ce dernier n'avait pas daigné de développer le sujet plus que ça. Malgré tout, la mécanicienne souhaitait pouvoir s'y rendre pour y jeter un coup d'oeil. Tout cela l'intéressait. Et c'est à ce moment qu'elle se demanda pourquoi elle n'avait pas choisit le parcours d'archéologue plutôt. Mais elle conclut rapidement qu'elle appréciait quand même énormément son atelier où elle pouvait glaner à la longueur de la journée.

Des élèves quittaient déjà le troupeau pour se perdre sur les sentiers. Gwenn regarda autour d'elle. Les groupes avaient déjà été réalisés ? Elle n'avait pas entendu ! D'un coup, elle sentit un malaise monter en elle. Comment allait-elle se débrouiller de cette manière ? Son binôme l'avait-elle attendu ? Avait-il cru qu'elle le suivait alors que non ? Elle ne savait même pas avec qui elle était !

« Salut, c’est moi Aaron, tu es bien Gween ? »

Mais était-ce vraiment important d'être en binôme ? Après tout, les professeurs n'avaient pas demandé de rapport, non ? Juste d'observer ? Si elle avait bien compris ? D'ailleurs, est-ce qu'on lui avait parlé ? En se tournant vers un jeune homme qui la regardait, elle aperçut qu'il rougissait. Avait-elle loupé un épisode ? Gwenn ne se sentait pas très à l'aise.

« Euh... Oui ? Oui quoi ? Oui rien ? Au moins c'était passe-partout. Enfin, je m'appelle Gwenn... »

Gwenhaël, en vérité, mais ce n'était qu'un détail minime et négligeable. Le roux souriait désormais amicalement, ce qui détendit la Givrali. Celui-ci lui demanda ensuite si elle préférerait étudier les Pokémons artificiels ou bien indépendant. Ah, c'était donc bien lui son partenaire ? Tant mieux, il lui paraissait sympathique.

« Comme tu veux. ... Enfin, on pourrait voir ce qu'on croise et adapter selon, non ? »

Au fond, elle avait une large préférence pour les Pokémons artificiels, mais n'osa pas l'avouer. Après tout, qu'ils étudient l'un ou l'autre, cela revenait au même. Le principale, était de tirer quelque chose de ce cours.

« Tu aurais pas une idée de comment procéder, du coup ? On les observe discrètement une fois qu'on aura trouvé un ? »

Sauf que cela se révelera sûrement particulièrement long. À moins d'être doté d'une chance extrême, ils devront probablement attendre une belle lurette avant de pouvoir observer une évolution. Gwenn ne se rendit pas compte, mais le temps qu'elle discute avec son binôme, Chell, son Eoko, qui jusqu'à là l'accompagnait joyeusement, s'était dissimulée, effrayée, dans son sac. Quand la Givrali retourna la tête pour s'assurer qu'elle se trouvait toujours avec elle, elle remarqua que ce n'était pas le cas. Il lui fallut un moment pour se rendre compte que son starter tremblait dans son sac.

« Tu vas bien, Chell ? Tu n'as quand même pas attrapé une fièvre ? »
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Jeu 2 Juil - 9:44
HRP
Spoiler:
 

Ouf, c’est bien elle que j’ai devant moi ! Elle a l’air un peu perdu, mais elle se reprend tout aussi vite voyant mon large sourire. Elle a l’air très timide. Cela ne l’empêche pas de me reprendre sur son prénom, ça n’est pas “Gween” mais “Gwenn”, oh la boulette ! J’avais mal entendu son prénom. Il va falloir que je ma rattrape, déjà !

Elle propose une alternative qui me convient parfaitement. Beh oui, pourquoi choisir l’un des deux alors qu’on ne sait même pas sur quoi on peut tomber ! Nous verrons donc en chemin. Mais en chemin vers où ? Vers quoi ? Nous n’avons pas encore décidé de la manière de procéder. Et pourtant, il va falloir qu’on se bouge si on veut trouver quoi que se soit. Gwenn propose alors.

« _ Tu aurais pas une idée de comment procéder, du coup ? On les observe discrètement une fois qu'on aura trouvé un ? »

Je hausse les épaules. Ca sera probablement long et fastidieux, peu efficace si nous avons peu de chance. Mais quel autre moyen avons nous ? Il va bien falloir commencer par quelque part, par quelque chose. Mais quand même … il va nous falloir être extrêmement chanceux. J’espère que nous allons nous en sortir. Bah, déjà nous sommes deux, c’est plus rassurant que d’être largué seul en pleine forêt sur une île qu’on ne connaît pas. Je tente à nouveau de me rassurer, pourtant, je n’en mène pas bien large, j’ai l’impression d’avoir une pression immense sur les épaules pour ce premier cours.

« _ Tu vas bien, Chell ? Tu n'as quand même pas attrapé une fièvre ? »

Cette phrase me sort brusquement de mes pensées. Me tétanise. La fameuse Chell s’est réfugiée derrière sa maîtresse. C’est moi. Je le sais que c’est moi. Ca ne peut qu’être moi. Elle me regarde de ses petits yeux. Elle tremble. Je ne dois rien laisser paraître. Ca n’est pas moi, ça n’est pas moi.

Mes émotions se battent entre elles, mon instinct me pousse à aller vers cette petite chose, vers elles pour demander ce qu’il se passe. Tenter de rassurer autant Chell que sa Dresseuse. Mais ma raison me pousse à faire l’inverse, l’ignorer totalement pour éviter de faire encore plus paniquer le Pokémon. Tant que je ne sais pas d’où ça vient, je ne peux pas me permettre de faire fuir tout les Pokémons que je croise, encore moins ceux des autres dresseurs de l’Académie.

J’ai soudainement envie de pleurer. De quitter cette île, de reprendre le bateau, de fuir le plus loin possible. Ma place n’est pas ici … Et pourtant j’y suis, et il va falloir observer des pokémons auxquels je fais peur. Ca semble être un plan complètement foireux. Ca ne semble même pas, ça l’est !

Ne pouvant me résoudre à les ignorer totalement, je tente quelques paroles rassurantes.

“ _ L’ambiance de l’île est parfaitement étrange, peut-être Chell le ressent-elle.”

Petit sourire amical incertain. Il faut que ça marche sinon Gwenn va commencer à se poser des questions. Il faut changer de sujet, partir d’ici. Allez Aaron, trouve n’importe quelle manière pour vous faire bouger ! Pour que l’attention ne soit plus portée sur Chell, pour qu’elle l’oublie un moment.

Je décide alors de prendre les choses en main. Je regarde autour de moi, la plage est bordée par une forêt qui semble épaisse. Par où vaut-il mieux partir ? Le soleil n’ose toujours pas pointer le bout de son nez. Nous ferrions donc mieux de rester à la lisière du bois.

“ _ Ne restons pas plus longtemps ici. Je propose de longer la forêt par la plage. Ces arbres sembles trop touffus, cela ralentirait notre progression. De plus, le soleil reste invisible, nous n’auront donc pas trop chaud en restant sur le sable. Qu’en penses-tu ?”

J’ai l’immonde impression de parler avec cet air suffisant que tout les Pyllalis prennent quand ils sont sûrs d’eux. Cela me déplaît au plus haut point. Je n’aime pas donner des ordres et pourtant, c’est ce que je viens de faire. Dois-je attendre une réponse ou partir tête baissée ? Attendre signifie la possibilité que le Eoko redevienne le centre de l’attention, partir en avant me fait passer pour un réel connard. Je sers la mâchoire. Quels choix à la con !

Je choisi l’entre deux, je fais quelques pas puis m’arrête, pour voir si Gwenn a décidé de me suivre. Je me met soudainement à contempler l’étendue d’eau. Je suis rattrapé par des sentiments inexplicables qui me calment aussitôt. Les yeux dans le vague, je n’ai plus envie de bouger.

“ _ Regarde … comme c’est magnifique …”

Elle doit me prendre pour un fou, un fou qui change du tout au tout en quelques minutes. C’est pas grave, je suis happé par le spectacle des petites vaguelettes qui viennent frôler doucement le sable fin de la plage. C’est magnifique.

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Ven 3 Juil - 18:49
Une ambiance bizarre ? Peut-être pas à ce point, mais il était vrai que le paysage différait pas mal de ce que la jeune mécanicienne avait déjà pu voir. Mais était-ce vraiment l'explication ? Gwenn haussa les épaules. Donc elle avait plutôt peur, mais bon, ce n'était pas bien grave. Du moins, c'est ce qu'elle espérait. Elle se contenta alors seulement de caresser son starter, en lui chuchotant de se calmer, sourire aux lèvres.

« Ne restons pas plus longtemps ici. Je propose de longer la forêt par la plage. Ces arbres sembles trop touffus, cela ralentirait notre progression. De plus, le soleil reste invisible, nous n’auront donc pas trop chaud en restant sur le sable. Qu’en penses-tu ? »

C'était effectivement pas bête. De toute manière, avec la hauteur de la végétation présente sur l'île, l'équipe aura bien du mal à trouver de l'ombre même s'ils auraient décidé de se diriger plutôt vers le centre de l'île. Cependant, Gwenn aurait quand même bien aimé partir à la recherche des vestiges d'Athénéfix. Mais ne voulant pas passer pour une fille chiante, elle se contenta de répondre :

« Pourquoi pas. »

Il avait raison de toute manière. Il valait mieux ne pas perdre de temps. S'ils partaient trop tard, peut-être que le peu de Pokémons sauvages en liberté, qui daigneront de se montrer, seront déjà en train d'être analysés par d'autres groupes. Et s'incruster au risque de se faire passer pour des recopieurs n'enchantait pas la Givrali qui suivit alors le roux qui commençait à s'éloigner. Mais à peine quelques mètres plus loin, celui-ci s'arrêta pour se mettre à observer le paysage. Attirée par l'émerveillement de ce dernier, la jeune fille tourna alors aussi la tête vers l'océan. Elle sourit en réalisant que son partenaire semblait apprécier la beauté de la nature. La vaste étendue bleue devant elle, d'où des vaguelettes prenaient vie avant de s'écraser sur le sable doré lui changeait de la vision qu'elle avait de l'océan. À Nénucrique, l'océan ne semblait pas si coloré, pas si significative de la liberté. Là-bas, il y avait surtout des bateaux grisâtres qui venaient de loin avant de se parquer dans le port. Et dès qu'il faisait beau, les plages étaient envahies de touristes. Enfin, de toute manière, Gwenn n'était pas souvent sortie. Même une fois arrivée à Lansat, elle n'avait jamais vraiment profité de la plage qui se trouvait à proximité du campus. Bref, pour en revenir à Nénucrique et Pitaye, elle notait quand même la différence flagrante de la propreté des plages. Mais c'était probablement dû au faite que l'île n'avait que très peu de touriste. En même temps, qui voudrait passer des vacances sur une île perdue, où il n'y a absolument rien ? Pas d'hôtel, pas de supérette... Peut-être quelques rares touristes venaient juste le temps d'une journée afin de visiter les ruines, mais c'était sûrement tout.

Gwenn sortit de ses pensées. Elle se frotta les yeux avec la réflexion qu'ils devraient plutôt bosser pour le cours. Elle jeta alors un regard à son binôme. Puis prise d'une soudaine envie, elle se déchaussa après avoir déposer son sac par terre pour aller tremper ses pieds. Elle fit quelques pas dans l'eau. Progressant toujours un peu plus loin, jusqu'à ce que le niveau de l'eau lui arrive vers les genoux. Sous ses pieds, elle sentait les quelques coquillages ensevelies sous le sable fin. Puis soudain, elle eut l'impression de marcher sur un caillou métallique. Elle ne s'en rendit pas tout de suite compte, mais quand celui-ci se mit à bouger, elle paniqua, retirant immédiatement son pied de ce caillou étrange. À cause de son geste brusque, elle perdit cependant l'équilibre. Faisant de grands gestes avec ses bras, elle tenta de le retrouver. Mais en vain. Un « plouf » harmonieux – ou pas – résonna, signe que la jeune fille avait fini dans l'eau. Voilà ce que ça lui coûta de s’aventurer ainsi, sans une tenue adéquate. Se relevant, elle grimaça en sentant la légère brise souffler. Cependant, sa grimace disparut rapidement, laissant place à une expression de surprise. À quelques mètres d'elle lévitait un Tutafeh paniqué. Le spectre jeta un regard suspicieux aux deux adolescents avant de s'en aller, se dirigeant vers la verdure.
La mécanicienne de son côté mit un moment à réaliser que la créature se barrait. Une fois ceci fait, elle s'empressa de rejoindre l'endroit où elle avait laissé ses affaires, faisant de grands pas dans l'eau pour essayer de courir tant bien que mal. Se rappelant qu'elle avait un binôme, elle se justifia :

« Euh, on pourrait le suivre, non ? »
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Ven 3 Juil - 21:27
C’est alors que quelque chose de hautement improbable se produit. Moi qui pensais être le à apprécier les beautés de la nature. Eh bien, je me trompe, et pas qu’un peu ! Gwenn se déchausse et fonce vers l’eau rutilante. Je la regarde, bouche-bée. Elle est mignonne, de dos, avec ses cheveux battant le vent. Je souris à cette pensée, elle colle tout à fait au paysage. C’est agréable de la regarder face à cette étendue marine. Très agréable.

Je m’assois alors dans le sable. Me tremper les pieds ? Sans façon, je préfère glisser mes mains dans cette poussière dorée, c’est relaxant. Notre mission attendra bien cinq minutes. Je ferme les yeux, l’air est doux, l’île très calme. Je prends mon inspiration. J’expire. Cela fait un bien fou.

Un “plouf” vient perturber ma relaxation. J’ouvre les yeux et bondis sur mes pieds. Où est passée Gwenn ? Mon pouls s’accélère, je ne la vois plus. Je me précipite vers l’eau. Et je la voit. Elle se relève difficilement. J’accoure pour l’aider à se relever, quit à tremper mes chaussures. Inquiété par la chute de Gwenn, je n’ai même pas remarqué le Tutafeh qui s’envole au dessus de l’eau.

Ma collègue se met à courir vers ses affaires et se retourne vers moi. Oui, elle a raison, suivons-le ! Je me dépatouille pour sortir de l’eau à mon tours. Je suis trempé, ma chaussures émettent un “spleush” et grincent à chacun de mes pas.

Le Tutafeh ne semble pas le moins du monde embarrassé par notre présence, il continue son chemin. Son allure est largement suivable avec une petite marche rapide. Il se dirige droit vers la forêt. Je le suis jusqu’à ce qu’il pénètre dans les sous bois.

Je chuchote :
“ _ Je passe devant, ça sera plus facile pour le suivre en file indienne !”

Je passe donc devant Gwenn en la rassurant d’un sourire. Je m’engouffre dans la forêt. Le pokémon n’a aucun mal à se faufile à travers les lianes. Ma progression s’en voit entravée, nous restons bien plus grands que lui et nous n’avons pas l’avantage de voler ! Pourtant, il reste dans ma vision.

La marche commence à durer. La Tutafeh n’a pas l’air de vouloir s’arrêter ni de ressentir la moindre fatigue. Alors que la sueur commence à faire coller mon t shirt à mon dos. Quelques larmes ont aussi dégouliné de ma tignasse rousse.

Oh, le pokémon s’arrête. Je l’imite et tend un bras pour intimer à mon binôme de s’arrêter aussi. Tout à coup il se met à foncer vers la gauche. Je me lance à sa poursuite, tâchant d’éviter les racines et les branches basses.

Je m’arrête net.

“ _ STOP”

Nous sommes face à face avec un immense ravin. A nos pieds s'étend l’immense citée en ruine.

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Ven 3 Juil - 22:04
Son binôme répondit par la positive, et les deux jeunes se mirent alors à poursuivre le Pokémon spectre. Afin de suivre le rythme, elle n'avait pas remis ses chaussettes qu'elle avait alors rangé dans son sac. Ses pieds étaient trop mouillés pour les remettre de toute manière. Cependant, ils étaient aussi plein de sable qu'elle sentait désormais, à chacun de ses pas. Pas très agréable. Mais la jeune fille dû se contenter. Elle ne devait pas faire la difficile. Puis pour se sécher, il aurait fallu attendre une bonne dizaine de minutes, précieuses minutes dont ils n'en disposaient pas actuellement. Quand ils durent s'enfoncer dans la forêt, le jeune homme lui proposa de le suivre. Cela ne la dérangeait pas vraiment. Après tout, au vu de la végétation présente, ça serait bien sûr bien plus pratique. Avant de s'y enfoncer, celui-ci lança un sourire à la Givrali. Sourire de quel nature ? Elle n'aurait su le dire. Alors qu'elle tentait tant bien que mal de suivre le rouquin au milieu de cette végétation, Gwenn se rendit compte de quelque chose. Elle portait un top blanc. Certes, avec des motifs imprimés, mais... Baissant la tête sans pour autant s'arrêter dans sa marche, elle rougit en remarquant que son haut était devenu transparent. Elle plaça une main devant la bouche avant d'inspirer un bon coup. Ce n'était pas grave. Ce n'était pas grave. Puis elle reprit un rythme plus soutenu pour tenter de rattraper son binôme. En effet, l'espace entre les deux s'était un peu élargit. La mécanicienne ne disposait de loin pas l'endurance des Pyrolis. Elle était déjà presque essoufflée. En cours de route, elle s'arrêta une seule fois pour tenter de reprendre son souffle. Le terrain en pente ne l'aidait pas. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre son partenaire de vue. S'accrochant aux branches, elle se remit alors à marcher. Une bonne vingtaine de minutes passa, et enfin, elle vit le jeune homme devant elle s'arrêter.

« STOP. »

Elle ne se fit pas prier. Mains sur les genoux, elle était à bout de force. Ce genre de marche... Elle en faisait peut-être une fois par siècle. Et n'ayant pas encore vécu un siècle, celle-ci devait sûrement être la dernière. C'était ce qu'elle espérait, du moins. Les minutes qui s'étaient écoulés avaient permis aux vêtements de Gwenn de sécher un peu. Cependant, ils restaient humides. En particulier le soutient-gorge qui se gorge justement si facilement d'eau. Passons ce détail gênant et parlons d'autre chose plutôt. La jeune fille pencha sa tête en arrière. Puis elle avança de quelques pas pour arriver au niveau de son binôme. Elle aperçut alors l'immense ravin sous leurs pieds. Et les vestiges qui s'y étendait. Certains bâtiments avait conservé leurs structures, mais les murs à moitié effondrés étaient innombrables. Il n'y avait aucune trace de vie, non plus. Du moins, en surface, en vue aérienne.
Mais où était passé le Tutafeh de tout à l'heure ? Justement, celui-ci semblait se diriger vers la cité en ruine. Fallait-il le suivre, maintenant encore ? Gwenn se posait la question. Finalement, elle en fit part au rouquin.

« Dis, respiration, on le suit ou non ? respiration, Si oui, il faudrait, respiration, trouver un moyen de descendre. Et plutôt rapidement. »

Au fond, la jeune fille brûlait d'envie de le faire. Dans sa tête, elle réfléchissait déjà à un moyen de s'y rendre. Faire tout le trajet grâce aux pouvoirs psychiques de ses Pokémons semblait trop risqué. Demander à Lazuli de sauter... Improbable. Et elle ne possédait pas de corde sur elle. Peut-être y avait-il un passage qu'il n'avait pas encore vu. Elle longea alors le bord du ravin sur une dizaine de mètres, mais ne trouva rien. Son regard se posa alors sur les lianes derrière eux. Pouvaient-ils en faire quelque chose ?

« Les lianes, ça te tente ? Sinon on continuant à longer le ravin ou pourrait peut-être trouver un passage. »

Mais dans tout les cas, la falaise était bien trop raide pour pouvoir être escalader. Par elle en tout cas. Et vu la hauteur de ce dernier, elle préférait ne pas s'y frotter.
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Dim 5 Juil - 11:07
La citée est grandiose. Les ruines s'entrelacent de façon harmonieuse, la végétation a repris ses droits, mais tout s’accordent à la perfection. Les colonnes effondrées, les murs percés de part en part, tout cela laisse filtrer les quelques rayons du soleil qui a profité de notre balade en forêt pour légèrement transpercer les nuages. D’ici, nous pouvons comprendre l’agencement de la ville qui se situait ici autrefois. Les larges allées, probablement pavées, traversent à divers endroits les différents quartiers. Un petit lac s’étend au nord ouest de la ville. Là-bas devait se situer les quartiers les plus pauvres et les plus mal famés. Plus on se rapproche de l’endroit où nous nous trouvons, plus les bâtiments semblent grands. Nous devons être juste en face des résidences le plus riches, voir même du point où se trouvait le pôle politique de la ville. C’est à couper le souffle. Il faut que nous parvenions à descendre !

Gwenn suit le même chemin de pensées que le miens, en effet le Tutafeh prend le large. Il faut trouver un moyen de le poursuivre. Je la vois faire quelques pas au bord de la falaise, en pleine réflexion. Je pense une seconde au pouvoir de mon pokémon. Téléport. C’est le seul et unique pouvoir d’Invy. Mais son utilisation est risquée. Très risquée.

« Les lianes, ça te tente ? Sinon on continuant à longer le ravin on pourrait peut-être trouver un passage. »

J’ai presque envie de pousser un soupir de soulagement. Je ne serais pas obligé d’invoquer Invy tout de suite. Je réfléchis un instant à ses deux propositions. L’une est peut-être suicidaire, mais l’autre est décidément bien trop longue. J’attrape une liane de l’arbre le plus proche. Elle est très longue, largement de quoi descendre la falaise. Je tire dessus. Me pends avec. Je laisse mon corps basculer un moment dessus. Elle a l’air assez solide.

“ _ Ca serait bien trop long de trouver un autre passage … et incertain. Essayons avec les lianes. Prenons plusieurs lianes chacun, si jamais l’une d’entre elles craque …”

Je ne préfère pas y penser. La chute serait mortelle. Nous prenons des risques inconsidérés pour un cours … Mais c’est aussi l’appel de l’aventure, l’adrénaline me monte à la tête. L’emploie trois lianes et les balance par dessus bord. Un léger bruit se fait entendre lorsqu’elles atteignent le bas de la falaise.

“ _ Bon. Eh bien. C’est parti !”

J’empoigne une liane, l’autre d’une main. La troisième me servira à me rattraper si les autres craquent. Encore une fois, je ne veux pas y penser. Mes mains glissent le long des lianes, ça brûle. Je sers encore plus les poings, cela ralentit ma progression et m’épuise encore plus. Mes pieds font effriter la falaise. C’est une pierre très poreuse, presque terreuse. Je sers les dents. La descente est longue, ardue. Je me cramponne de toutes mes forces aux lianes, elles ont l’air de tenir, c’est déjà ça. J’ai peur, je transpire. Quelle idée folle !

Un pas après l’autre. Un pas après l’autre. Je ferme les yeux, je sais ce que j’ai à faire, inutile de regarder en bas. Je sent les crampes arriver. Je ne suis pas un grand sportif. Mes mollets se mettent à trembler. Je reprends coûte que coûte ma descente. Soudain, je sent quelques choses m'effleurer le dos. Je regarde brusquement en arrière. Un gigantesque oiseau est passé par là, il s’apprête à faire demi-tour pour à nouveau foncer sur moi. Quand il me fait face, je le reconnais. C’est un Airmure, un véritable oiseau de métal. Et il fond sur moi. Je m’accroche désespérément aux pseudos cordes. Je sent un puissant bec attraper mon col, il se déchire alors que l’oiseau commence à me soulever. Je suis complètement paniqué.

Je suis figé dans ma descente, collé à la falaise. Je n’ose pas bouger. Je sais que l’Aimure ne va pas tarder à renouveler son attaque.

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Lun 6 Juil - 1:53
Son binôme avait choisi les lianes. Était-ce vraiment une bonne idée ? Gwenn n'en était pas vraiment certaine. Mais si c'était le jeune homme qui avait choisi, c'est que ça devait être un choix normal, non ? La Givrali pencha la tête vers le bas. Ses cheveux pendaient dans le vide. Elle estima rapidement le nombre de mètres qu'ils devront descendre. Facilement une dizaine, voir une vingtaine. Survivre s'ils chutaient ? Impossible. Mais si le garçon le proposait, c'est que ça ne devait pas être trop compliqué à faire sûrement. Elle espérait. Parfois, elle se demandait, comment se considérer comme une personne normale ? Comment considérer un choix comme normal ? Elle n'en savait rien. Alors autant se fier aux autres pour chercher une certaine normalité. La norme. Qu'est-ce la norme ?

Dans un premier temps, la jeune fille observa les actions de son partenaire dont elle n'avait toujours pas saisi le nom, remarqua-t-elle. Comment comptait-il procéder ? Couper une liane et l'accrocher à un tronc ? Un noeud serait donc assez solide ? Une seule serait assez longue ? Devraient-ils en accrocher plusieurs à la suite pour atteindre le sol ? Loin de là. Le rouquin fut bien plus simple. Sous les yeux de Gwenn, il se contenta de de lancer quelques lianes sans même les décrocher de leurs arbres. Celles-ci furent assez longues pour parvenir jusqu'en bas de la falaise. Leur chute semblait interminable. Durant l'instant de quelques secondes, la jeune fille eut la vision que ce n'était non des lianes qui tombaient, mais leur corps. Rapidement, elle tenta de se reprendre, relevant la tête, elle cligna quelques fois les yeux. Tout ira bien. Après s'être répété cela assez longtemps pour en être convaincue, elle alla chercher à son tour quelques lianes qu'elle lança dans le vide.
Son collègue avait déjà entamé la descente. La mécanicienne décida alors qu'elle ne devrait pas traîner non plus. Elle jeta un oeil à Chell. Celle-ci semblait s'être légèrement calmée. Rassurée, elle lui chuchota alors de ne pas la laisser tomber en cas d'urgence. En réalité, elle voulait surtout se rassurer elle-même. Elle savait que l'Eoko pourrait la retenir si elle devait manquer de chuter. Après quelques réflexions, elle fit encore appel à Obsidian. Le Terhal pourrait s'avérer utile aussi. Cependant, ce dernier semblait tendre à plutôt vouloir s'éloigner.

« Psssh, viens ici, toi. Non mais ne t'éloignes pas. S'il-te-plaît. »

La créature finit par céder. Mais toujours méfiant. Enfin, la jeune fille se jeta à l'eau. Au début, ça allait encore. Elle se félicita d'avoir quand même mit des baskets, bien qu'elles étaient désormais pleines de sable. Ses pieds ne glissaient pas trop, elle se sentait encore plutôt en sécurité. Cependant, après quelques minutes, elle se sentit déjà fatiguer. Ses mains tenaient moins facilement les lianes qui commençaient à lui tiraient la peau. De temps à autres, sa main glissait aussi. Plus d'une fois, elle sursauta, paniqua. Finalement, elle trouva une zone où elle put poser un pied afin de se reposer. Elle jeta un regard vers le bas. Mauvaise idée. Elle s'aperçut qu'elle n'avait même pas descendu la moitié de la falaise. Alors elle se mordit la lèvre inférieure. Allait-elle y arriver ?

« Chell... »

Souffla-t-elle. Celle-ci ne se fit pas attendre. Gwenn s'entoura immédiatement d'une lueur rosée. Soulagée, elle put lâcher la liane quelques secondes. Elle vérifia alors l'état de ses mains. Des tracées rouges étaient apparues, sous l'effort. Grimaçant, elle se promit à elle-même d'emmener des gants pour sa prochaine excursion. L'Eoko se fatiguait aussi. Elle ne devait pas trop la faire attendre. Alors la Givrali continua à descendre. Mais à peine eut-elle parcouru quelques centimètres qu'un léger craquement retentit. Pas le craquement d'une liane. Ça ne ressemblait pas à ça. Cependant, elle ne voulait pas à nouveau jeter à nouveau un regard en bas. Elle avait peur. À la place, elle relâcha un peu la pression qu'elle exerçait sur ses lianes afin de glisser sur quelques mètres. Elle avait l'impression que ses doigts allaient brûler. Ayant réduit la distance qui la séparait du rouquin, elle osa alors enfin jeter un regard en arrière. Et elle ouvrit grand les yeux. Derrière eux se trouvait un énorme oiseau d'acier. Ses ailes luisaient sous le soleil. Il faisait demi-tour. Et il semblait les viser. Non, pas elle, mais lui, surtout. Et ce fut la panique. Gwenn ne savait pas quoi faire. Absolument pas. Elle essaya de réfléchir, mais ce fut que des idées flous. Obsidian ne connaissait que Bélier et ne pourra rien faire. Et Chell ? Pourrait-elle aider ? Elle ? Comment ? Avec quoi ? Ses yeux se posèrent sur le Pokémon en question. Celle-ci ne semblait pas dans un meilleur état, s'enfouissant dans le sac de sa dresseuse du mieux qu'elle le pouvait. Pourquoi ? Qu'est-ce qui n'allait pas avec elle aujourd'hui ? Avait-elle mal agi ? Avait-elle oublié quelque chose ? La mécanicienne n'en savait rien. Et cela commençait à se transformer en énervement. En même temps, elle sentit ses yeux s'humidifier. Et finalement, l'Eoko se hissa enfin hors de son nid. La créature se mouva un peu plus en altitude. Elle semblait vouloir éviter quelque chose, comme si un sphère invisible se trouvait sous elle. Et elle ouvrit la bouche. Une bulle, d'abord petite, puis plus grande, se forma. Quand elle fit une vingtaine de centimètres de diamètre, elle se décolla et flotta jusqu'à l'oiseau de fer.
Gwenn, de son côté, s'était à nouveau concentrée sur les lianes. Elle avait l'impression qu'elle allait lâché. Quelle idée stupide d'avoir proposé une solution aussi risquée.
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Dim 12 Juil - 13:22
Un bruit d’ailes se fait à nouveau entendre. Le Airmure va foncer sur moi. Je me cramponne aux lianes. Ses ailes se rapprochent mais arrivé contre la paroi il ralentit et se met à faire du sur place en poussant des cris stridents. J’ose jeter un coup d’oeil en arrière. Il parait figé dans sa course, sans raison apparente. Je parviens à regarder autour de moi, Gwenn est descendue à ma hauteur, elle semble tout aussi paniquée que moi. Et tout aussi fatiguée … Dans quoi l’ai-je emporté ? Je me renfrogne. Après tout, c’est elle qui a proposé cette idée. Mais c’est moi qui ai pris la dernière décision. Et jusqu’à là, j’ai pris toutes les decisions. J’ai un peu honte.

Ce n’est pas le moment de penser à ça. Je me rend compte que c’est Chell qui, plus haut semble très concentré à faire fuir la bête. Et ça marche ! Il a pris de la distance par rapport à moi mais il est en train de me sauver ! C’est ma chance. je rassemble mes forces. Mes mains brûlent. Je me force pourtant à descendre. Le grand oiseau semble prêt à foncer sur moi, mais il en est apparemment incapable. Je descends pas à pas. Je serre les dents. Le sol n’a pas l’air de vouloir se rapprocher. Le monstre de métal suit des yeux ma descente, incapable de me suivre.

Ma main droite glisse, lâchant la liane. Mes yeux s'écarquillent. Ma main gauche, incapable de soutenir mon poids entier glisse le long de la corde improvisée. Elle me brûle. Les larmes me montent aux yeux. Je sent tout à coup du dur sous mes pieds et je suis précipité au sol. Je suis sonné. Je ne sent plus ma main gauche, instinctivement je la rabat contre mon ventre. Le Aimure a bizarrement prit le large. Il doit jouer le rôle d’une sorte de gardien. Personne n’a e droit le violer leur citée. Peut-être est-il parti chercher de l’aide, ou parti tout court. Je préfère la seconde solution. Je ne préfère pas penser à la première.

Je ferme les yeux un instant. Gwenn ! Où est-elle ? Je me relève d’un coup. Ma tête tourne. Je m’appuie contre la falaise. Avec ma main gauche. Je l’enlève aussi vivement en lâchant un gémissement. Je me rends compte de l’état de cette main, la peau de la paume est déchiquetée. Le sang ne coule pas beaucoup, mais la brûlure est douloureuse. Je dois penser à autre chose. Oui, Gwenn !

Je lève les yeux. Je panique. Aucune trace d’elle. Je regarde au sol, là non plus. Je sent le stress me gagner. J’ai tué cette pauvre fille ! Non … mon dieu ! Quelques larmes coulent le long de mes joues. Que vais-je faire ? Comment remonter ? Je dois trouver nos professeurs, une des élèves a disparue !

Je cris désespérément :

“ _ GWENN ! GWENN ! REPONDS MOI !”

Je fais quelques pas, les ruines restent impressionnantes par leur taille. Je ne peux m’empêcher d’en être bluffé. Je cours à droite et à gauche. Je parcours des dizaines de mètres le long du mur. Aucune trace de Gwenn.
Je vais l’attendre ici. C’est la meilleure des solution. Je me place à l’ombre de la falaise, attendant désespérément le retour incertain de ma co-équipière.

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Dim 12 Juil - 19:28
Ses doigts allaient lâcher. Si elle lâchait la liane une fois encore, elle sentait qu'elle ne sera plus capable de la rattraper. Elle avait brièvement observé son starter légèrement chromatique tenter d'éloigner le rapace, mais sentant qu'elle avait du mal à continuer à soutenir son poids dans cette position, elle s'était resserrée autour des cordes improvisées. Qu'est-ce qui l'avait menée là ? Pourquoi était-elle ici ? Que faisait-elle ici seulement ? La jeune fille appuya sa tête contre la surface rocheuse. Mais cela ne l'aidait pas à se reposer. La falaise était bien trop raide, ils n'arriveront jamais en bas. Enfin, elle, surtout. Qu'est-ce qui l'avait pris ? Elle se le demanda encore une fois. En même temps, elle n'y songeait pas sérieusement non plus quand elle avait proposé l'idée. Ce n'était pas elle qui avait décidé ça. Mais c'était de sa faute, d'avoir parlé pour ne rien dire, non ? Parfois, elle se disait qu'elle devrait songer à se taire. Non, elle ne le faisait pas assez souvent. Pas assez encore. Elle repensa aux paroles mal placées qu'elle avait parfois sorties. Aujourd'hui encore, elle se sentait honteuse en repensant à certaines de ces scènes. Enfin, elle aurait aussi pu s'exprimer pour exposer son avis au lieu de suivre les gens. Était-ce de sa faute ? Tout était-il de sa faute ? Mais est-ce une bonne chose d'accuser une personne comme ça ? Surtout que son binôme ne semblait encore plutôt sympathique. Trop impulsif peut-être ? Non.

Rassemblant le peu de courage qui lui restait, Gwenn regarda en bas. Elle n'arrivait même plus à estimer le nombre de mètres qui la séparait du sol. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle ne réussira pas à l'atteindre. Elle ne réussira pas à descendre ce qui lui restait. À cette pensée, les larmes lui montèrent aux yeux. Et sans qu'elle ne puisse faire quoique ce soit, elles coulèrent le long de ses yeux, avant de venir se nicher aux coins de sa bouche. Elle n'aimait pas le goût salé de celles-ci. Elle aurait voulu les sécher, mais elle ne pouvait pas. Elle avait l'impression d'être un malheureux chaton coincé en haut d'un arbre. Que pouvait-elle faire ? C'était toujours trop haut pour pouvoir compter sur Lazulis, n'est-ce pas ? D'une voix étouffée, elle demanda de l'aide au Tehral qui l'accompagnait. Celui-ci la soutint quelques minutes. Mais elle savait qu'il ne pourra pas tenir éternellement, lui non plus. Que lui restait-il à faire ? Elle respira un bon coup. Puis observa à nouveau la ville qui s'étendait sous elle. Un endroit mou. Il lui faillait trouver un grand buisson. Et il y en avait un. Un peu plus loin. Mais comment se déplacer horizontalement ? Elle n'aura plus de lianes auxquelles elle pourra s'accrocher. Alors elle décida de garder la liane entre ses mains. Elle savait que c'était stupide, que si Obsidian lâchait elle risquait de se faire bien plus mal. Mais cela la rassurait. Alors elle commença à se décaler, à se diriger vers le coin de verdure situé plus loin.
Son sac la dérangeait aussi. À chacun de ses pas, celui-ci se cognait à son genou. Au bout de plusieurs secondes, elle décida alors de le lancer. Elle devrait pouvoir faire en sorte qu'il atterrisse dans le buisson. Normalement. Elle suivit des yeux le morceau de tissu noir, enrobant un tas de bricole, tomber dans le vide, et se rétrécir progressivement. Elle avait l'impression d'avoir mal lancé. Elle se mordit les lèvres. Elle espérait que ses affaires ne seront pas foutus. Mais... Et si son binôme cherchait à la contacter ? Mais c'était bien impossible. Elle se rappela qu'après qu'ils n'avaient pas échangé leur numéro d'iPok. Au même moment, elle observa ses affaires atterrir de justesse sur de la végétation. Avant de rouler sur le côté pour tomber par terre. Ça devrait aller. Elle continua alors, à son tour, de se décaler vers le côté. Cependant elle n'arrivait pas à lâcher les lianes ni à les déplacer. Elle savait qu'elle avait remonté également, du coup. Sentant qu'elle commençait à reprendre trop d'altitude, elle songea à quand même tenter de les déplacer. Elle coinça la liane entre ses genoux après avoir bien placé ses pieds sur un léger creux de la falaise. Elle lâcha ses mains, soutenue par Obsidian. Ce dernier commençait d'ailleurs à fatiguer. Un énorme soupire de soulagement traversa ses lèvres lorsque ses paumes entrèrent en contact avec l'air frais. Elle les frotta contre son short pour se détendre. Jetant un regard vers le Pokémon psy, la Givrali se rendit compte soudainement de l'effort que celui-ci exerçait. Était-ce correct de lui demander de se forcer ? Mais avait-elle vraiment le choix ? Elle ne pouvait pas demander à Chell de reprendre le relais. Le temps qu'elle l'ait récupérée, elle aurait déjà fini sa chute. Elle ne pouvait pas se maintenir contre la falaise sans aide. Alors elle continua ainsi. Elle savait qu'elle avait encore gagné une dizaine de centimètres de hauteur. Et elle n'osa plus. Sa tête de baissa. Le coin de verdure se situait juste sous elle. Elle ne se trouvait peut-être pas au centre, mais elle avait l'impression que ça sera suffisant. L'épaisseur de celui-ci lui donna du courage. Elle lâcha d'abord ses mains, puis poussa avec ses jambes. Au même moment, son Tehral la relâcha également. Elle tombait. Combien de mètres cela faisait ? Cinq ? Plus ? Elle s'était promis de ne pas crier, mais sentant le vent qui lui soufflait dessus, elle lâcha quand même un hurlement. Ses cheveux volaient partout. Puis elle se sentit arriver au milieu d'une multitude de feuilles et de branches.

Elle était en vie. Elle avait du mal à y croire. Mais pour s'être donnée toute cette peine, c'était bien pour ce but, non ? Allongée au milieu de plusieurs buissons, elle sentait la mousse plus bas qui recouvrait encore le sol. Sa peau était égratignée de partout, mais elle s'en était sortie. Elle était heureuse. Mais surtout encore apeurée. Les yeux grands ouverts, elle regardait le ciel sans vraiment l'observer. Des larmes coulèrent. Beaucoup trop. Elle leva ses bras avant de les replier pour se cacher le visage.
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Lun 13 Juil - 13:16
Je somnole … me réveille en sursaut. Je suis toujours dos à la falaise. Je met quelques secondes à me rappeler ce que je fais là. Gwenn … je me sent tellement responsable … rah putain ! Qu’est-ce que j’ai fais ?! Tout ça est entièrement de ma faute … Si seulement je savais utiliser la capacité de mon Pokémon. Il pourrait me sortir de là pour que j’aille trouver du secours. Je me sent si faible face à cette situation. Bordel, nos profs sont justes fous de nous laisser vagabonder sur cette île. Y a t’il déjà eu des blessés lors de cours en extérieur ? Pire, des élèves morts ? Je n’ose pas y penser, non, il ne faut pas. Je bataille assez comme ça contre les larmes. Je commence aussi à avoir soif. Je fouille dans mon sac, j’ai bien fais de prendre cette bouteille d’eau. J’en bois une gorgée, ça fait un bien fou, je reste parcimonieux avec cette denrée, je ne sais pas pour combien de temps j’en ai, à traîner dans ce trou paumé. J’hésite un instant à en verser sur ma main, histoire d’enlever la terre qui s’est glissée dans la plaie. J’en verse quelques gouttes. Je me mords les joues. Mes yeux me piquent. Putain ça fait un mal de chien. J’enlève petit à petit les éléments incrustés, je retiens mes larmes et mes cris. Je fini par jurer à voix haute, balançant toutes sorte d’insultes à tout et n’importe qui, dont moi-même, dont les profs. Ma brûlure a une meilleure tête comme ça, mais elle me fait d’autant plus souffrir. Je fouille dans mes affaires de rechange. J’ai pensé à prendre un t-shirt propre. Ca fera l’affaire, je le déchire à l’aide de mes dents pour former un pseudo pansement, au moins, ça évitera quoi que se soit d’autre à entrer dans la plaie. Parfait.

Je fais quelques mouvements avec ma main, pliant et dépliant mes doigts. Je sent trop la blessure fraîche en dessous, si je continue le sang va inonder mon joli bandage. Je préfère garder ma main à moitié pliée, c’est la position la plus agréable. Je me lève difficilement, mes membres sont engourdis. Combien de temps ai-je somnolé ? En tout cas, la luminosité est à peu près la même, ça me rassure, j’ai pas dû rester trop longtemps. Je remet mon sac sur le dos. Je décide de longer la paroi vers ma gauche, là où Gwenn avait entamé sa descente. Elle doit forcément être par là.

J’inspecte centimètres par centimètres en lançant son prénom à voix haute de temps à autre. Jamais aucune réponse. Je m’écarte dès fois du mur, si elle s’est blessée, elle s’est peut-être réfugié à l’abri. Je me refuse à partir d’ici tant que je ne l’ai pas trouvé. C’est impossible. Je garde courage, enfin, j’essaie. Je soulève chaque fougère, espérant retrouver la jeune fille brune sous chacun d’elle. Mais à chaque nouvelle plante, c’est une nouvelle déception. Je tente de préserver au maximum ma main gauche, heureusement que je suis droitier, je garder ma main gauche contre mon ventre, dans une position protectrice. Bizarrement, je ne croise aucun pokémon, pourtant, ces ruines ont l’air d’en cacher de nombreuses espèces. Je n’ai pas vraiment le goût de partir chercher quoi que ce soit alors que mon binôme est en danger.

J’entre dans une maison au toit haut, des restes de carrelages parsèment le sol. Un très beau carrelage. De jolis motifs sont dessinés, c’est extraordinaire comment cet endroit est préservé. Je ne veux pas l’abîmer, pourtant, si je dois en avoir le coeur net, être sûr que Gwenn ne s’est pas réfugiée ici. Je parcours le dallage, la pièce est très haute de plafond. La poussière est partout, des gravas ralentissent ma progression, l’escalier pour monter à l’étage est effondré. Si je dois m’amuser à visiter chacune de ces bâtisses, j’en ai pour plusieurs semaines …

Je décide de rebrousser chemin, si ma coéquipière avait décidé de mettre les pieds ici, blessée qui plus est, les traces seraient encore visibles, or, ici, tout parait ne pas avoir bouger pendant plusieurs siècles. Elle n’est pas ici. Fort de cette décision je retrouve l’extérieur. Je retourne vers la falaise. Je tombe enfin sur les lianes qu’elle a utilisé. Je prends pour temps pour fouiller les alentours. Je m’égosille à crier son nom. C’est pas possible ! Elle est passée où sérieux ? Je ne veux pas perdre espoir, mais là … là … tout me porte à croire qu’elle ne m’entend pas. Et là … plusieurs hypothèses s’offrent à moi, elle peut être partie de son côté parce qu’elle en avait marre de mes conneries et de mes ordres .. J’espère sincèrement que c’est ce qu’elle a fait. Elle peut être dans les vapes, dans ce cas, je dois la retrouver au plus vite. Elle peut aussi s’être tuée … Les larmes me montent aux yeux à cette pensée, c’est pas possible … pas par ma faute … je ne veux pas ! Ou alors, elle peut s’être endormie, comme moi, pensant que j’allais venir la chercher. Et maintenant, je suis là, il faut que je lui mette la main dessus.

Et là, sous mes yeux, un immense buisson. Mon coeur bondit, mon instinct me crie qu’elle est forcément ici. J’accélère mon pas, j’ai peur, je tremble. Je contourne l’épais buisson. Je fouille dans les branches basses, de plus en plus paniqué. Et puis, je la vois, enfin. Elle est là, en vie, les mains sur les yeux, elle sanglote doucement. Je m’approche d’elle et, instinctivement, la prend dans mes bras en lui chuchotant tout bas.

“ _ C’est bon, ça va aller, je suis là … je suis là, ça va.”

Et bizarrement, ça me fait penser à ce que j’ai toujours rêvé de partager avec les pokémons. Ce contact physique et spirituel, ce contact qu’ils m’ont toujours refusé. Du coup, ça m’apaise d’être là, auprès d’elle, pour elle, mais aussi pour moi. Je suis bien, mon affreuse peur est passée, ça fait du bien. Je suis heureux de l’avoir retrouvé. Je ferme les yeux, laissant échappé le peu de larme qu’il me reste. Je l’ai retrouvé, elle est en vie, tout va bien. Voilà ce qui tourne en boucle dans ma tête. J’essaie de retrouver une respiration calme. Son corps chaud contre le miens m’y aide. Ca fait un bien fou. Je la serre un peu plus fort. Je ne veux plus la perdre.

“ _ Je suis désolé … j’ai été imprudent, je n’aurais jamais dû nous emmener là dedans …”

Je m’écarte d’elle tout en gardant mes mains sur ses épaules, je la regarde bien en face, elle a le regard fuyant. Le regard fuyant qu’on ces gens timides, ces gens qui n’osent pas. Je lui adresse un sourire réconfortant, le pire est passé, il nous faut aller de l’avant !

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Lun 13 Juil - 15:43
Elle se sentait pathétique. Au milieu de nul part, égratignée de partout, à pleurer. Pourquoi ? Qu'avait-elle fait ? Ou plutôt pas fait ? Les larmes ne cessaient de couler. Ses poignets s'humidifiaient au fur et à mesure que les secondes passaient. Elle goûtait au goût salé du liquide. Quand elle tenta de se les essuyer, le contact avec ses coupures lui donna l'impression d'une multitude de brûlure. Elle s'immobilisa. Juste le temps de s'y faire. Elle aurait voulu tenter de se sécher, mais une nouvelle vague de sanglots la prit à nouveau. Tant pis. Elle décida de rester dans cette quelques temps.

« C’est bon, ça va aller, je suis là … je suis là, ça va. »

Une voix. Qui ? On l'avait retrouvée ? On l'avait pris dans des bras. Des bras masculins. Ce geste... Elle renifla alors que les larmes coulèrent à nouveau. Elle était prise d'un sentiment de culpabilité sans vraiment savoir pourquoi. La culpabilité de se montrer ainsi ? Dans un pareil état ? Peut-être. Peut-être pas. Mais elle était incapable de cesser ses pleurs. Elle sentait qu'elle allait mouiller le T-shirt du garçon, si elle continuait. Elle renifla à nouveau et tenta de plutôt se concentrer sur sa respiration. Elle inspira puis expira lentement. Il fallait qu'elle retrouve son calme. Finalement, elle tenta de profiter de la chaleur humaine qu'on lui proposait. Elle s'appuya contre le corps d'adolescent, se nichant contre celui-ci confortablement. Tant pis. Ça lui faisait du bien, bien qu'elle ressentait tout de même une légère gêne.
Des excuses. Ça ne servait à rien. Était-ce vraiment de sa faute ? Ou bien cherchait-il juste à la calmer ? Devait-elle lui dire qu'au contraire, c'était de la sienne ? Que pensera-t-il si elle ne répond rien ? Car elle était bien incapable de répondre quoi que ce soit. La moindre syllabe qu'elle aurait émise se serait transformée en sanglot.

On la repoussa, tout en gardant les mains sur ses épaules. Elle se retrouva face à face avec le roux. Que cherchait-il ? Elle n'eut pas le courage de le fixer dans les yeux. Son regard resta fixé par terre. Elle avait le visage encore humide, il fallait qu'elle s'essuie. Elle avait l'air lamentable comme ça. Quelques secondes silencieuses s'écoulèrent, dans une ambiance presque gênante. Finalement, elle se sécha encore quelques larmes avec le dos de ses mains. Puis elle se dégagea de l'emprise du jeune homme. Il fallait qu'ils bougent. Elle se releva difficilement, ne sachant pas comment se débrouiller avec toutes les branches qui l'entouraient. Mais une fois les premiers essais passés, le reste se passa mieux. Elle fit quelques pas avant de se retourner vers son binôme, le regard toujours un peu fuyant.

« J-je vais bien. »

Sa voix manqua de se briser à la fin de la phrase. Elle ne rajouta alors rien de plus. Même pas un remerciement, ni rien. Elle se sentit un peu fautive, mais lui sourit quand même, afin de remplacer ces mots. Puis elle marcha hors du buisson pour se diriger vers son sac. Entre-temps Chell et Obsidian l'avaient rejointe. Elle les rappela directement dans leur Pokéball. Elle n'avait aucun envie de se montrer pareille devant son équipe. Elle s'accroupit ensuite afin de ramasser son sac ainsi que les quelques affaires qui avaient roulées à côté. En baissant la tête, elle sentit quelques larmes lui monter à nouveau aux yeux. Non. Elle les sécha rapidement et remit son sac sur ses épaules sans même vérifier l'état de ses affaires. S'adressant à nouveau au jeune homme, d'une voix désormais un peu plus calme, moins étouffée, elle déclara :

« Hmm, on va visiter un peu ? »

Elle n'avait plus envie de repenser à sa chute, à l'escalade, ni rien. Elle vérifiera ses plaies plus tard. Dans tous les cas, elle n'avait pas l'impression de s'être de fait de blessures graves. Mais, et le garçon ? Lui ? Allait-il bien ? Elle l'observa discrètement et s'arrêta sur sa main bandée. Aïe... Comment devait-elle se comporter ? Néanmoins, une fois qu'il l'eut rejointe, elle commença à sillonner au milieu des ruelles en ruines. Où était passé le Tutafeh de tout à l'heure ? Et l'Airmure ? Elle ne put s'empêcher de demander, après quelques hésitations :

« Le Tutafeh ? Et l'Airmure ? »

Elle ne se sentait toujours pas capable de formuler quelque chose de plus long. Jetant un regard à travers la porte d'un des bâtiments, elle aperçut qu'à l'intérieur se trouvait des escaliers en pierre pour descendre. Où ? Des caves ? Des souterrains ? Elle pointa l'endroit du doigt à son partenaire de cours.
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Lun 13 Juil - 17:18
Elle se relève difficilement sous mes yeux, je m’écarte légèrement pour lui laisser la place de sortir du buisson. J’espère ne pas l’avoir trop gêné. J’ai un peu honte aussi, j’ai peut-être été trop direct. Mais j’ai été franc, c’est le plus important, j’ai vraiment été heureux et rassuré de la retrouvé … et quand je ne sais plus quoi dire, ben je deviens assez tactile. C’est ce qui s’est passé. N’y pensons plus, Gwenn aussi a l’air de vouloir aller de l’avant, elle sèche ses larmes tout en se cachant pour ne pas me les montrer. C’est mignon.

Elle m’affirme que tout va bien et me fait un petit sourire. Elle est mignone, et, ça me rassure de savoir qu’elle n’a rien de cassé. Bon, elle est couverte de petites blessures, des bleus, des égratignures, peut-être même quelques échardes. Mais rien de bien méchant. C’est peut-être elle qui a finit par trouver la meilleure des solutions : sauter. Je ris interieurement. Nous sommes fous ! Mais le pire, c’est que ça me plait ! Je me lève à mon tour. Ma tête tourne un instant, trop d’émotions. Pendant ce temps, Gwenn rappelle ces pokémons à l’abri, je ne peut m’empêcher de laisser échapper un petit soupir de soulagement. Voilà un autre problème auquel je n’aurais plus à penser.

Ma binôme semble avoir repris de l’entrain, elle me propose de partir visiter. Je n’attends que ça ! Je lui fait oui de la tête et me met à marcher à sa suite. Nous passons devant les grandes batisses. Les intérieurs sont plus ou moins délabrés. Certains de ses bâtiment devaient être extrêmement riches ! Nombreux plafonds se sont effondrés, ne laissant derrière eux que des murs branlant. C’est un peu glauque, mais je ne peu m’empêcher de m’imaginer la splendeur de cette citée. Toute de pierre, alimenté en eau par ce joli lac, lui même alimenté par cette chute d’eau là bas ! Je n’avais pas eu l’occasion de la remarqué, en effet, depuis l’endroit de la falaise où nous sommes descendu, impossible de remarquer l’eau scintillante et dévalant la pierre lisse. C’est magnifique ! Il est d’ailleurs bizarre que nous n’ayons rien entendu. Quoi que, le léger renfoncement a dû couper toutes les ondes sonores.

Elle me demande tout à coup ce que sont devenus le Tutafeh et l’Aimure. Je réfléchis un instant, remettant les éléments en ordre dans ma tête. L’attaque de l’oiseau métallique est brouillonne dans ma tête. Je ne comprends moi-même pas ce qui s’est réellement passé. D’ailleurs, il est très étrange qu’il est choisit de s’en prendre à moi, moi qui fait fuir tout les pokémons qui m'entoure. Je reste songeur, mais impossible e lui dévoiler cela de toutes façons.

“ _ Umh, le Tutafeh s’est envolé trop vite dès que nous avons commencé à descendre la falaise. Quant au Aimure, je crois que ton Chell a fait quelque chose, je ne saurais dire quoi, mais cela l’a fait fuir …”

Je reste pensif en repensant à l’attaque. Impossible de savoir. J’hausse les épaules, cette attaque est passée, je n’ai plus à m’en soucier. Je continue à avancer, elle aussi. Nous nous approchons doucement de ce qui pourrait s’apparenter au coeur de la ville. Peut-être pas son centre politique, plutôt un endroit que j’imagine populaire, de grandes rues, je visualise les étales sur ses côtés, ses vendeurs criant, ses voyageurs errant et ses pokémons se baladant librement dans la citée. Cela devait être beau à voir. En tout cas, c’est magique de se l’imaginer.

Gwenn me montre alors un escalier dans l’un des bâtiments. Un des rares de la zone a être encore totalement debout. Pourquoi pas. J'acquiesce à nouveau de la tête et me dirige vers l’escalier. J’aurais aimé lui laisser prendre les devants, pour une fois, mais, mon instinct et héros protecteur me pousse à y aller en premier. Ces escaliers ont bien l’air solides mais… qui sait ce qu’il pourrait advenir …

J’entre dans le bâtiment, il est faiblement éclairé par les interstices entre les pierres des murs. Il a peu de fenêtres. Ca ressemble à une prison. Je déglutis, je ne dois pas montrer ma peur, sinon Gwenn risque de partir en courant et … ça serait mettre à nouveau notre mission en danger. Je pose mon pied sur la première marche. De la pierre, froide, taillée par les décennies de passages de ce peuple. L’ensemble a l’air a l’épreuve du tout mais tout semble très solide. Je me met donc à descendre les marches. Bizarrement, il ne fait pas de plus en plus sombre, au contraire, j’ai l’impression d’aller vers plus de lumière. Je manque de déraper à plusieurs reprises, l’humidité et la roche très lisse font des escaliers une vraie patinoire.
Je propose alors ma main à ma coéquipière. Ca serait pas le moment de se casser encore la gueule.

Nous finissons pas arriver sur un sol plat. Des “ploc” et “plaf” se font entendre, l’eau ruisselle sur les murs. La lumière pénètre par des fentes dans la roche, nous offrant une vision plus qu’acceptable. Je continue à avancer. Le chemin nous permet tout juste de marcher à deux de front, nous finissons pas déboucher sur une salle plus vaste éclairée par un puit de lumière en son centre. De vieux meubles sont en ruines dans tout la pièce. Difficile de dire à quoi servait cet endroit. Dans tout les cas, nous sommes face à cinq chemins différents, tous s’enfoncent plus profondément dans le sol. C’est pas très rassurant, mais faire demi-tour maintenant serait une perte de temps.

“ _ Bon, eh bien, quelque soit le chemin que nous empruntons, je propose de dessiner un plan pour éviter de se perdre …”

Je sors un stylo et un bloc note où toutes les informations des professeurs étaient écrites. Je retombe sur l’intitulé du cours, j’ai l’impression que ça fait une éternité que nous sommes partis de cette plage … Allons-nous finir par trouver quelque chose ? Bref, je dessine rapidement la pièce avec ses cinq sorties. Une petite voix me chuchote toujours qu’Invy peut toujours sauver la mise … mais cette peur me tord le ventre. Je ferme les yeux, attendons un choix de Gwenn, attendons que les choses se déroulent, pas de précipitation.

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Lun 13 Juil - 20:47
Chell s'était bien débrouillée. Et Gwenn n'avait rien trouvé de mieux à faire que de directement l'enfermer à nouveau dans sa Pokéball. Tout en descendant les vielles marches en pierre, la jeune fille repensa à ces paroles. Avait-elle été trop rapide tout à l'heure avec son équipe ? Et.. Le Tutafeh ? Puis à quoi servaient ces escaliers ? Qu'est-ce qui se trouvait en bas ? La ville devait être magnifique, avec ses nombreuses colonnes, ses bâtiments aux formes s'enchevêtrant. La rue, principale, bien plus large que les restes, était bordée de socles. Des statues sûrement, non ? Où sont-elle passées ? Volées ? Des brigands ? Une attaque ? La guerre ? Mais qui viendrait attaquer une ville au fond d'une falaise, au centre d'une île perdue au milieu de l'océan ? Des pirates ? En parlant de cela, elle se demandait comment cette ville a fini par connaître la fin. Peut-être était-elle trop éloigné du reste ? Y avait-il des points d'eau proches ? Sûrement. Elle avait pu voir des fontaines tout à l'heure. Des grandes, des petites, mais ce qui restait des statues qui les décoraient étaient... Elle ne savait pas, en faite. Elle s'arrêta quand elle remarqua que son binôme, devant elle, lui proposait de se tenir la main. Elle hésita quelques secondes, puis finalement posa la sienne dessus. Elle replia à ses doigts. Elle se sentait rassurée.

Ils avaient fini leur descente, et ce, sans tomber malgré les marches glissantes. Il fallait dire qu'ils avaient eu leur dose de cascade pour aujourd'hui, aussi. Mais qui sait ce qui les attendait encore. Devant eu se trouve un long corridor. Toujours fait de grosses pierres pas assez serrées pour que l'eau ne s'infiltre pas. Le lieu était humide. Des gouttes perlaient au plafond, menaçant de tomber à chaque seconde. D'où provenait toute cette eau ? Était-ce les restes de la pluie ? Mais pleuvait-il seulement souvent ici ? Une grosse goutte tomba sur la main droite de la Givrali. Elle se rendit alors compte qu'elle se tenait toujours avec le jeune homme. La gêne lui monta au visage, mais elle n'osa pas retirer son membre. Alors elle frôla la paroi avec sa main libre avant de porter un doigt à ses lèvres. C'était de l'eau salé. La mer parvenait jusqu'à ici ? Comment ?
Au bout d'une centaine de mètres, les adolescents débarquent dans une salle poussiéreuse. Une commodes aux tiroirs cassés se trouve au fond. Le temps semblait l'avoir dénudé de ses couleurs. Des toiles de Mimigals se trouvent aux quatre coins de la pièce, et des meubles s'empilent en tas vers la gauche, au point de ne ressembler qu'à une montagne de planches tordues. Tout en bas, cependant, un objet métallique, doré, dépasse. Un masque en bronze est également accroché à un des murs, se balançant lentement, semblant comme vouloir se décrocher. La main du roux lâcha enfin celle de la mécanicienne pour aller chercher un peu de matériel. Celle-ci la bougea un peu, sans vraiment savoir quoi en faire désormais. Finalement, elle les enfonça dans ses poches. Elle remarqua d'ailleurs que son pull semblait presque sec.

« Bon, eh bien, quelque soit le chemin que nous empruntons, je propose de dessiner un plan pour éviter de se perdre … »

Gwenn acquiesça. Mais il subsistait une question. Quel chemin prendront-ils ? Ses pupilles miel observèrent chacun des passages. Tous semblait mener dans des lieux plus sombres. À quoi cela pouvait bien servir ? Pourquoi des passages pareilles se trouvaient sous la ville ? Était-elle vraiment curieuse de le savoir ? Elle ne savait pas vraiment. Un grincement retentit dans toute la pièce. Un petit cri aigu résonna. D'où cela provenait-ils ? Un Tutafeh apparut à nouveau, se hissant hors du tas de débris. Le spectre se tourna vers le duo, semblant les fixer quelques secondes, puis ils se retourna pour emprunter un passage. Sa silhouette disparut dans l'ombre. La Givrali n'était pas sûre de vouloir le suivre. Mais c'était trop tard désormais, non ? Et il fallait bien qu'ils observent et suive un Pokémon pour remplir le but de leur cours. Elle se dirigea alors vers le couloir qu'avait emprunter la bestiole après avoir jeté un regard à son binôme. Était-ce une bonne idée ? Elle n'en savait rien. Ils ne devaient pas risquer grand chose après tout, non ? Elle l'espérait. Les lieux ne sentaient pas très bon. Les pierres des murs étaient plus serrés entre-eux, l'air était à peine plus sec, mais une sale odeur régnait. Qu'était-ce ? Elle avait du mal à le déterminer. Peut-être de la pourriture... Non. Elle ne le savait pas. Restons-en là. Après avoir avancé quelques mètres, elle se retrouva face à une intersection. Elle se retourna vers son partenaire. Elle ne savait pas par où passer. Mais se retourna, il lui sembla qu'elle venait d'apercevoir le Tutafeh de tout à l'heure disparaît au bout du passage gauche. Sans attendre de réponse, elle passa alors par celui-ci, accélérant un peu le pas, dans l'espoirs de pouvoir rattraper la créature.

Spoiler:
 
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Mer 15 Juil - 16:28
Nous allions devoir prendre une décision. Mais dans un sens, il nous serait probablement possible d'emprunter tout les chemins. Un par un. Cela nous prendrait du temps, mais, après tout, nous en avons. Ou alors, nous séparer. Je ne sais même pas comment cette idée me vient à l'esprit. Après ce qu'on vient de vivre je suis en train de songer à séparer notre duo ? Non impossible.

Un bruit retentit alors dans la pièce. Les tunnels lui font échos, de sorte qu'on a l'impression que des bruits proviennent de chacune des entrées. Cela me fait frissonner, j'ai même un léger mouvement de recule. Je sursaute quand le Tutafah sort d'un tas de débris, celui-là même que j'observais quelques minutes auparavant. Je me place vers Gwenn, dans un geste protecteur. Le pokémon nous regarde quelques instants. Quelques secondes qui durent très longtemps dans ma tête. S'apprête-t-il à nous attaquer ? Impossible de le savoir, son visage ne transmet aucune expression, il reste impassible. Soudain, il décide de prendre le large.

Ma binôme décide de le suivre sans aucune hésitation, ce qui me surprend plutôt. Je la suis alors, j'aurais dans tout les cas fait la même chose. Le tunnel est long et plus étroit que le premier. Ça sent assez bizarre, un peu la moisissure, difficile à identifier. Quoi qu'il en soit, nous arrivons à une nouvelle intersection. Aucune trace du Tutafeh. Je regarde à droite et à gauche. Gwenn semble sûre d'elle en se jetant sur la voie de gauche. Je ne pose pas de question et je la suis dans le couloir.

J’aperçois maintenant le pokémon là-bas au loin. Le souterrain n'a plus l'air de vouloir nous jouer de tour. La route est maintenant droite. Gwenn accélère le pas, ce qui m'étonne d'autant plus, elle cherche à en finir le plus rapidement possible ou bien ? Quelques minutes plus tard j'ai l'impression de tomber dans un cul de sac. Mais non, la jeune fille me cache l'entrée d'un tunnel beaucoup plus petit. Il va falloir y aller à quatre pattes. Je m'enfonce alors dans ce tunnel, en espérant que Gwenn ne soit pas claustrophobe.

L'endroit est plus froid que les dernières pièces traversées. Les murs gouttent sur mon t shirt. Cela me fait frisonner. Je ne sais pas ce qui me pousse le plus à avancer, si c'est de savoir où nous emmène ce Tutafeh ou bien l'angoisse qui me serre le ventre à force d'être dans cet endroit moite ? J'avance à tâtons, la lumière est presque inexistante ici, je ne vois pas où je vais. J'ai bien fait de passer devant. On ne sait jamais, un trou ou une pierre coupante, je préfère que ce soit moi qui subisse. Ma main gauche me lance de temps en temps, j'espère que le pansement tient bon, ça serait mauvais pour la plaie de laisser boue et petits cailloux entrer dedans. Je fais attention à ne pas mettre trop de poids sur cette main-ci, transvasant alors l'ensemble de mon corps sur la droite.

Soudain le sol se fait plus pentu, plus glissant, ma main porteuse ripe. Mon corps suit et je suis emporté dans la descente. Je roule sur moi même, me cognant à plusieurs reprises divers endroits du corps. Instinctivement je me recroqueville sur moi-même. Cette boule est d'autant plus aéro-dynamique et je prends dans la vitesse. Je voudrai prévenir Gwenn, mais ma machoire s'entre-choque, impossible de dire quoi que se soit. Je ne sais pas depuis combien de temps je roule mais finalement mon corps s'arrête dans un grand « plouf ».

Comprenant que je ne peux pas respirer dans ce milieu je cherche la sortie. Je ne sais pas vraiment où est le bas, ni le haut. Je commence à paniquer. Heureusement, mon corps ce met à flotter et me ramène à la surface. Je lève la tête hors de l'eau en prenant une grande respiration. L'eau m'arrive au milieu des cuisses. Je patauge un instant avant de me relever les yeux.

Ce n'est plus un, mais bien au moins une dizaine de Tutafeh qui m'observent maintenant. Pris d'un accès de panique je recule jusqu'à la paroi la plus proche. Ils semblent un instant gênés de ma présence puis finissent pas reprendre le court de leur vie. C'est un vrai nid de Tutafeh ! C'est magnifique ! La pièce est immense, à moitié remplie d'eau, des statues remarquablement bien conservées trônent sur les côtés. On dirait un temple d'offrandes aux pokémons ! En effet, j'en reconnaît plusieurs types. Serait-il possible que les personnes qui vivaient ici étaient en parfaite harmonie avec les pokémons ? Et plus encore, est-il possible que ces Tutafeh soient à la recherche de leurs maîtres défunts ? Cela expliquerait pourquoi ils n'ont pas peur de nous. Cela expliquerait même pourquoi le Tutafeh nous a montré la route ! Il faut que j'en parle à Gwenn ! Nous sommes peut-être arrivés aux même conclusions !
Mais où est-elle passée ?

Spoiler:
 

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Lun 20 Juil - 18:38
Cela faisait quelques minutes qu'ils courraient. Cela allait sans dire que la Givrali était essoufflée, mais elle faisait de son mieux pour ne pas le paraître. Elle ne voulait pas être un poids, être un boulet. Elle avait aussi le poing et ce fut presque avec soulagement qu'elle aperçut qu'ils étaient arrivés à un cul de sac. Dès qu'elle le vit, elle cessa de courir et continua les quelques derniers mètres en marchant d'un rythme plus lent. Un soulagement ? Elle allait pouvoir se poser quelques secondes. Mais en revanche, cela voudrait dire qu'ils avaient perdu la trace du spectre qu'ils poursuivaient ? Peut-être. Était-ce une bonne chose ? Mm... Probablement que non, vu que cela signifierait qu'ils ont perdus plusieurs minutes pour rien au final. Elle voulut s'appuyer contre un mur, mais à peine l'eut-elle frôlé qu'elle retira immédiatement son bras. Une écharde s'y était enfoncée lors de sa chute. Merde. N'ayant pas de quoi régler ce soucis, et ne voulant absolument pas déranger son binôme, elle se tint simplement le bras pour éviter un quelconque contact et attendit que le roux prenne parole. Qu'allaient-ils faire maintenant ? Ce qu'elle ne vit pas en revanche, était que derrière elle se trouvait en réalité encore un passage. Un tunnel, étroit. Le jeune homme se jeta à l'intérieur avant que Gwenn ne réagisse. Elle le regarda disparaître dans l'obscurité, puis resta quelques secondes les bras ballants devant l'entrée. Allait-il lui transmettre un message pour dire ce qu'il y avait dedans ? Le tunnel était-il long ? Devait-elle demander si elle le suivait ou non ? Elle s'accroupit alors pour voir où il en était, mais ne pus pas distinguer grand chose. Finalement, elle décida de s'enfoncer dedans à son tour. Elle s'arrangea au mieux pour que son sac ne la dérange pas puis se mit à quatre pattes pour pouvoir progresser dans le passage.

Humidité, obscurité. La mauvaise odeur était toujours présente, ce qui laissait presque à croire qu'elle s'était enfoncée dans des égouts. Mais elle savait que ce n'était pas le cas, bien que dans la situation actuelle, c'était ce qui y ressemblait le plus. Les gouttes perlaient au mur, les pierres étaient irrégulières. Si vous retournez la scène de nonante degrés, vous pourriez comparez cela à une scène où ils essaient de remonter une cheminée ou un puits. Oui oui. Enfin, ce n'était pas vraiment la question. Là, pour le moment, la jeune fille se contentait d'avancer sans savoir où elle allait. Devant, elle n'arrivait toujours pas à sentir la présence de son partenaire. Était-il parti autant devant ? Avançait-il plus rapidement qu'elle ? Le tunnel était-il aussi long ? S'était-elle trompée à une intersection qu'elle n'avait pas remarquée ? Elle essaya d'accélérer le pas, mais les entailles qu'elle s'était faites un peu plus trop la dérangeait. Elle se contenta alors d'avancer comme elle le faisait depuis le début.
Au bout d'un certain temps, lorsqu'elle posa sa main devant elle, elle remarqua que le passage devenait soudainement raide. Très raide, même. Elle se stoppa alors quelques secondes pour réfléchir. Elle hésitait. Avait-elle pris le bon chemin ? Et comment devrait-elle s'y prendre si elle descendait par là ? Elle finit par décider de changer de position. S'appuyant sur ses deux paumes, elle passa ses jambes devant. Au moins, si elle glissait, elle gardera plus ou moins le contrôle, de cette manière. Enfin, la mécanicienne continua alors sa progression.

Les roches étaient humides, mais Gwenn parvenait encore à s'y accrocher avec ses mains. Elle avait un peu peur de se faire mal aux jambes si elle se laissait glisser. Pourtant, ce fut le cas. Plus elle avançait, plus le passage devenait raide. Et arriva un moment où elle devint obligée de se laisser aller. Elle n'arrivait plus à se tenir. Dans l'obscurité, elle ne voyait pas ce qu'il y avait devant. Peut-être fonçait-elle droit dans un mur ? Outch, ça ferait mal. Peut-être allait-il avoir un trou qui apparaîtra sous elle ? De quelle profondeur ? Ça pourrait être dangereux. Plusieurs questions vinrent à l'esprit de la jeune fille, et au fil des mètres, elle commençait à regretter de s'être jetée comme ça. Néanmoins, quand elle aperçut des lueurs devant elle, elle se soulagea. Enfin. Quelque chose. Elle ne naviguera pas éternellement dans le noir. Cependant, l'arrivée fut un peu... Inattendue. À peine fut-elle sortie, qu'elle plongea dans de l'eau. Et dire que ses vêtements venaient de sécher... Elle n'eut pas le temps de se plaindre, car surprise, elle s'empressa de remonter à la surface. Où venait-elle d'arriver ? Elle se frotta les yeux pour pouvoir les ouvrir. Quand ce fut le cas, elle remarqua avec soulagement que le jeune homme roux se trouvait juste à côté d'elle. Et sinon ? Quoi d'autre ? Une horde de Tutafeh. Quel était celui qu'ils avaient suivi ? Ou bien, ceux ? Elle réalisa à ce moment qu'ils avaient peut-être suivi deux Tutafeh différents.

Au centre de la pièce, un des spectres s'était entouré de flammes bleutées. Celles-ci illuminaient tout le pièce. Ces créatures observaient les deux humains avec ce qui semblait être de la curiosité. Pourtant, n'était-ce pas eux qui les avaient conduit ici ? Néanmoins, leur but était-il vraiment de les conduire ici ? Bouche bée par l'ambiance des lieux, la Givrali ne s'était pas encore posée toute ces questions. Elle se contentait encore d'observer autour d'elle, sans savoir comment réagir. Et soudain, elle se rappela d'un détail. Son sac. Trempé. D'habitude, elle n'avait pas l'habitude de le fermer. Mais à la suite de l'incident sur la falaise, elle l'avait apparemment fait. Elle soupira de soulagement. Ceci dit, de l'eau s'était quand même sûrement infiltré dedans. Au pire, elle savait comment réparer son matériel électronique. Par contre, pour les cahiers ça allait être un peu plus compliqué.
Gwenn n'osait pas émettre un seul mot. Une atmosphère spéciale flottait dans l'air et elle avait l'impression d'entendre un léger sifflement. D'où provenait-il ? Après avoir jeté un regard à son binôme, elle voulut s'approcher d'une statue pour pouvoir l'observer de plus près. Mais à peine eut-elle fait deux pas que tous les Tutafeh firent apparaître des feux follets aux couleurs froides. La luminosité fut telle que la jeune fille fut obligée de se cacher les yeux. Elle commença alors à paniquer. Que faisaient-ils ? Que leur voulaient-ils ? Le sifflement se fit alors plus fort. Quelques grincements résonnèrent également.

Quand quelques flammes s'éteignirent enfin, la mécanicienne regarda alors autour d'elle craintivement, encore sonnée. Le niveau de l'eau semblait avoir un peu descendu, étrangement. Et devant elle, quelque chose pointait hors de l'eau. Elle se figea. Et quand elle comprit que c'était un cadavre, un hurlement traversa ses lèvres et elle recula vivement jusqu'à se coller au mur.
Un cadavre d'humain. Un homme d'une trentaine d'année peut-être, inanimé, était allongé sur le sol, dans l'eau. Ses yeux, grands ouverts, fixaient le plafond. Depuis combien de temps était-il là ? C'était difficile à déterminer. Sa peau, enduite d'une substance étrange, luisait.

Spoiler:
 
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Mar 21 Juil - 10:32
Je ne peux m’empêcher de ressentir un grand soulagement quand je vois Gwenn s’extirper à son tour du tunnel pentu. Elle a simplement mis plus de temps que moi parce qu’elle a été beaucoup plus prudente. Ca me rassure. Elle est aussi intriguée que moi par cette pièce étrange et légèrement éclairée par les lueurs bleutées diffusées par les Tutafeh. Elle s’approche alors curieusement d’une statue. Soudainement les pokémons sauvages s’agitent. Ils font apparaître des feux follets dans un sifflement assourdissant.

Leur lumière semble dirigée vers ma coéquipière qui est éblouie alors que je peux à loisir observer la situation. On dirait une sorte de rituel, je n’arrive pas à bouger une seule de mes jambe. L’eau semble aspirée vers le sol et moi avec. Je suis collé au par terre, impossible de faire le moindre mouvement, je suis prisonnier de leur piège. Le sifflement s'amplifie, il ne semble pas vouloir s’arrêter, je regarde impuissant ce rituel étrange se mettre en place. Les Tutafeh commencent à tourner en rond autour d’un point précis, cela entraînent des grincements. Ils semblent venir des tréfonds de la terre, c’est flippant mais je ne peux toujours pas bouger. Je suis même incapable de détourner le regard de ce spectacle, comme s’ils me forçaient à le regarder avec une force invisible.

Quand les lumières se font moins fortes je sens leur emprise s'atténuer sur moi mais je mets un moment à comprendre que je suis de nouveau capable de bouger. Je suis complètement sonné. Le hurlement d’horreur de Gwenn parvient à me remettre les idées en places. Je me tourne instinctivement vers elle pour voir ce qui l’a effrayé. Je suis son regard. La vision de ce cadavre tout juste sorti de l’eau me donne envie de vomir. Mon estomac se retourne. La bile remonte dans ma bouche. Putain. Le cadavre est recouvert d’une substance des plus étranges. Les Tutafeh nous regardent étrangement. J’ai l’impression qu’on va finir comme lui. Je me place devant Gwenn avec tout le courage qu’il me reste, je n’ai pas envie qu’elle assiste à ce spectacle plus longtemps.

L’un des Tutafeh se décroche du groupe. Mon coeur bat à tout rompre. Il est maintenant plus qu’à quelques mètres de nous. Je garde Gwenn bien dans mon dos essayant de contenir ma peur. Le regard du pokémon se fait insistant. Qu’attend-il de moi ? Que je lui livre la fille ? C’est cliché. Un autre s’approche encore plus près et finit même par me pousser dans le dos, juste au dessus de la tête de ma binôme. Son contact est froid mais insistant. Je comprends que je dois avancer.

Ma démarche est mal assurée. Ils ont tous le regard fixé sur moi. Je suis bientôt enfermé dans un cercle de Tutafeh. Je m’approche du corps inerte recouvert de cette substance bizarre. Me voilà devant le corps, le regarder me met vraiment l’estomac en vrac. Et pourtant, les pokémons sauvages ont l’air d’attendre quelque chose de moi. Je pose alors ma main sur ce qui s’apparente à la jambe du cadavre. Le contact en plus chaud que je ne le pensais, un frisson me parcourt tout entier. Ma main s’enfonce dedans, on dirait de l’eau. Les Tutafeh se remettent à siffler. Je me sent aspirer par l’endroit où j’ai posé ma main. La panique me gagne. J’essaie de l’enlever, c’est trop dur, c’est impossible. Le décors devient trouble. Mes idées ne sont plus claires. Ma dernière pensée se dirige de toutes mes forces vers Gwenn. Je tombe dans un état second.

Spoiler:
 

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Mar 21 Juil - 19:04
Elle crie. Stupéfaction et horreur. Pourtant, ses yeux ne parviennent pas à se décrocher du corps sans vie. Elle fixe l'expression neutre de l'homme. Elle fixe ses yeux grand ouvert, ses pupilles qui fixent le plafond. Qu'a-t-il au plafond ? Elle ne sait pas. Mais elle ne parvient pas à lever la tête. Elle observe le visage de l'homme, avec l'angoissante impression de lui ressembler. En quoi ? Peut-être que tout ceci n'est qu'un rêve. Elle ne veut pas penser à la mort. Ceci semblait tellement loin d'elle. Pourtant celle-ci se tenait justement devant elle. Fermer les yeux ? Essayer de retrouver son calme ? Elle n'y parvenait pas. Ses pupilles restaient fixées sur celles du cadavre.
Et finalement, elle parvint enfin à décrocher son regard de ce spectacle macabre. Ou plutôt on l'aida à le faire. Soudainement, elle se retrouva face au dos d'un jeune homme. Un simple T-shirt. Lentement, Gwenn leva la tête jusqu'à pouvoir voir le crâne de la personne devant elle. Son binôme. Ses cris avaient cessé, mais les larmes coulaient toujours. Pourquoi pleurait-elle ? Elle-même n'aurait su le dire. Ce n'était pas de la tristesse, pas de la joie, pas de la peur... Ou bien si ? Elle avait eu peur ? Peur de quoi ? Elle se rendit compte qu'elle cherchait du réconfort. Elle aurait voulu s'accrocher aux vêtements du roux, afin de retrouver un contact humain, mais elle n'osa pas. Elle resta alors debout, les yeux fixés sur le dos de ce dernier, les bras ballants. N'y tenant plus, elle renifla, brisant le silence qui s'était instauré.

Tout d'un coup, elle réalisa la présence d'une créature devant elle, juste devant sa tête. Craintivement, ne comprenant pas ce qu'il se passait, elle leva le regard pour observer la bestiole. Que tentait-il de faire ? Au bout d'un certain temps, son partenaire se mit à avancer. La jeune fille ouvrit grand les yeux. Elle ne voulait pas qu'il s'en aille. Cependant, elle n'osait pas bouger. Elle l'observa marcher, l'air incertain. Et avant qu'elle ne réagisse, les Tutafeh avaient formé un cercle tout autour de lui. Elle était définitivement séparé de lui. La barrière de spectre qui les séparait lui semblait être un obstacle infranchissable. Elle savait qu'il fallait qu'elle fasse quelque chose. Qu'elle parle, bouge, ou l'appelle. Mais comment ? Que devait-elle faire ? Elle allait le laisser s'éloigner comme ça ?
Le jeune homme s'était agenouillé. Elle essaya de voir ce qu'il faisait, mais il était dos à elle. Et soudain, elle eut l'impression que l'eau l'aspirait. La silhouette d'adolescent s'affaissait. Il tombait. Il... Gwenn leva ses mains, mais ne sut quoi faire. Elle regardait tout autour d'elle sans savoir comment agir. Et d'un coup, elle se précipita vers son binôme. Mais on l'en empêcha. Cinq Tutafeh lui barrèrent le chemin.

« Non... »

Instinctivement, elle recula. Les Tutafeh avançaient. Elle recula encore. Et finalement, elle se retrouva contre le mur. À nouveau. Devant le passage. La lanière de son sac glissa de son épaule. Son sac tomba. Elle ne sembla pas le remarquer.
Entre les petits corps noirâtres qui lévitaient, la jeune fille put apercevoir ce qui se passait dans le reste de la pièce. Dans le mur en face d'elle, un passage s'ouvrit. Celui-ci menait à un endroit si sombre qu'elle ne put rien y distinguer. Quelques spectres s'arrangèrent pour soulever le corps d'adulte. Quatre d'entre-eux se placèrent de chaque côté de celui-ci. Et ils l'emportèrent dans la seconde pièce, laissant l'adolescent roux seul, immobile, assis dans l'eau.

Quand le mur d'en face se referma, les quelques Tutafeh qui lui barraient la route partir se dissimuler aux quatre coins de la pièce également. Lorsque la Givrali l'eut réalisé, elle se précipita vers son partenaire. Tout d'abord, elle lui tapota l'épaule, espérant qu'il lui réponde, qu'il la regarde. Mais rien. Il ne bougea pas d'un pouce. Alors elle paniqua. Elle le tint par les épaules et commença à le secouer. Mais rien n'y faisait. Des larmes coulèrent sur ses joues. Puis au bout d'un certain moment, n'ayant plus la force de continuer, elle fondit en larmes et enfouis son visage dans les mains. Elle ne savait plus quoi faire.

Spoiler:
 
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Jeu 23 Juil - 10:55
Cette sensation est très étrange. Je me sens vide. Je n’ai plus conscience de ce qui peut m’entourer. Je crois que je suis à genoux, mais rien n’est moins sûr. Mes yeux sont perdus dans le vides, ils fixent un point au loin, là-bas dans le mur de la caverne. La caverne … que fais-je ici ? Impossible de me souvenir, tout est flou. Pourtant j’essaie de me concentrer, rien ne me revient. Mon corps ne répond plus, j’ai beau mettre toute la volonté du monde pour essayer de plier ne serait-ce que le petit doigt, mais non. Impossible de faire quoi que se soit.

Je me sent désespérément vide. Comme si tout avait été aspiré. J’arrive à me rappeler d’avoir poser ma main dans cette chose. Je me souviens avoir été terriblement aspiré par ce truc. Qu’est-ce que c’était réellement ? Mon cerveau, amoindrit, n’arrive pas à comprendre, lui non plus. Ma main est d’ailleurs restée dans cette position, tendue devant moi, comme pour attraper quelque chose. Y-a-t’il quoi que se soit dans ma main ? Impossible à déterminer.

J’ai envie de fermer les yeux pour me remettre les idées en place. Je ne sais même pas comment je parviens à formuler cette pensée. Tout est tellement … tellement étrange. J’ai beau vouloir me concentrer une force instinctive m’en empêche. Je n’ai jamais été dans un état pareil. Je suis totalement hermétique à tout ce qui m'entoure. Les seules choses que je parviens à déterminées sont celles qui me restent de mes souvenirs flous. C’est très frustrant, j’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi-même.

Je plonge dans un combat contre moi-même, entre ma volonté et mon corps qui ne veut plus me répondre. Je lui ordonne pourtant de bouger, de me rendre mes sensations, de me laisser voir et comprendre ce qu’il se passe autour de moi. Pourtant, cette léthargie ne semble pas vraiment d’accord avec moi. Elle n’a pas l’air de vouloir me laisser échapper de cette prison. J’ai l’impression que ma tête va exploser à force de vouloir l’obliger à se concentrer sur une partie infime de mon corps pour la faire bouger. Rien ne se passe. Je suis une statue, je ne sais pas se qui se déroule autour de moi, je me sens perdu. Perdu au fond de moi-même. Je tourbillonne avec ce qu’il me reste de pensées.

Je désespère, mes forces se vident. Je n’ai plus envie de rien, tout ma volonté m’a quitté. Depuis combien de temps suis-je dans cet état ? Quelques minutes ? Plusieurs heures ? Quelques jours ? Plus, moins ? J’ai n’ai aucun indice, mon corps ne m’envoie aucun signe de fatigue, est-ce parce que je ne les capte plus ? Je ne sais pas. J’ai envie de pleurer, mais ce n’est qu’un concept, une image, il m’est impossible de lâcher se serait-ce qu’une larme. J’ai la drôle impression d’être secoué comme un prunier … et pourtant mon cerveau est des plus calme, il ne réagit pas. C’est que tout doit bien se passer, c’est que mon impression est bien juste une impression.

Je suis maintenant rassuré, dans mon petit cocon. Rien ne peut venir brusquer ma tranquillité. Je me sens bien, je me sens léger. Je suis une petite bulle de savon qui s’envole, haut, haut, toujours plus haut. Je regarde sans voir ce qui m’entoure. Tout me paraît claire, cotonneux. Cela me fait chaud au coeur, j’ai envie que tout cela dur pour l’éternité. Cette sensation d’infini, j’ai l’agréable impression de pouvoir dominer le monde, de faire ce dont j’ai envie ! Tout est blanc, toute la terreur s’est envolée, je me sens délivré, sauvé, sorti d’un bourbier que m’avait semblé durer une éternité. Et maintenant je flotte dans l’extase, dans un monde où personne n’est capable de me faire du mal. Je veux y rester, c’est mon souhait le plus cher. Alors je reste, je me laisse porter par les doux vents. Je cligne lentement des yeux, ce rêve est magique.

Pourtant je retombe. La chute me paraît durer une éternité. Je reprends conscience de mon cerveau. Ma tête. Ma tête est lourde. Elle irradie. Je n’arrive pas à comprendre pourtant c’est instinctivement que je porte mes mains à celle-ci. Je tombe à la reverse sans pouvoir me rattraper. Je me recroqueville. Une douleur vrille mon crâne. Comme si une perceuse voulait y entrer. J’ai envie de crier mais on a choisit de ne pas me rendre l’usage de la parole. J’ouvre la bouche mais rien n’en sort. J’ai l’impression que je vais devenir fou. Le sang bat à mes tempes, mon coeur bourine ma poitrine. J’ai envie d’hurler ma douleur. Je crois que les larmes se sont déjà mises à couler toutes seules, peut-être pour essayer de faire sortir la douleur. Je ne sais pas ce qui m’arrive. Je suis concentré sur le présent, je ne peux pas me concentrer sur ce dont je pourrais me rappeler. Je me tortille pour tenter d’échapper à la douleur, mais c’est peine perdue. Cette fois-ci, je vais vraiment devenir fou.

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Ven 31 Juil - 14:53
Elle avait le visage humide. Était-ce à cause des lieux ou de ses pleurs ? Un mélange des deux peut-être. Le jeune homme devant elle semblait parfaitement inconscient. Impossible de le réveiller ou quoique ce soit. Pourtant, elle avait essayé. Elle avait essayé... Comme elle le pouvait. Que pouvait-elle faire de plus ? Relevant la tête, elle regarda à droite à gauche, à la recherche d'une quelconque aide. Mais rien. Elle se leva. Ses vêtements étaient trempes et il ne faisait guère chaud dans cette pièce souterraine. Les membres gelés, elle pataugea un peu. Se dirigeant vers un mur, elle posa sa paume sur une des dalles verticales. Et elle fit glisser sa main le long du mur, tout en avançant, jusqu'à arriver là où un passage était apparu plus tôt. Pouvait-elle essayer de le rouvrir ? Après tout, n'était-ce pas la seule issu qu'il leur restait ? Il fallait à tout prix qu'elle essaie de hisser le jeune homme hors de cet endroit, cependant, le tunnel par lequel ils étaient rentrés était impossible à remonter. Elle renifla puis passa ses doigts sur sa joue. Et elle posa ses deux paumes sur le mur. Y avait-il un certain mécanisme ? Après tout, ils se trouvaient dans des ruines. Il pouvait avoir de tout, non ? Elle passa ses doigts sur toutes les pierres qui lui étaient accessibles, mais ne trouva rien. Un silence de mort régnait. Seule quelques gouttes perlant au plafond, le brisait en tombant. Chaque fois qu'une tombait, Gwenn se sentait paniquer un peu plus. Elle ne se sentait pas bien. Un certain malaise avec une envie de juste tout oublier, de tout claquer. Devrait-elle fouiller les statues ? Ou la bibliothèque vide dans le coin ? Elle essaya. Il lui fallait essayer tout ce qui était en son possible. N'était-elle pas en train de perdre du temps ? Ce qu'elle faisait était-il une bonne idée ? Elle examina une première statue. Le visage expressif de celui-ci ne la rassurait pas. Les bras étaient faits maladroitement, sans forme vraiment très précise. Celle-ci était plutôt grande, peut-être faisait-elle sa taille. Derrière elle, d'autres étaient plus petites. Peut-être moins d'un mètre. Sur le devant, se trouvait à chaque fois une inscription. Sur chaque personnage de pierre, la Givrali avait l'impression qu'ils se ressemblaient. Cependant elles avaient toute quelque chose de différent. Était-ce une autre langue ? Quelque chose proche de l'arabe peut-être ? Elle passa plusieurs minutes à les observer. En touchant une plus petite, elle eut un sursaut, retirant immédiatement sa main. La textures des plus petites statues étaient... Plus molles. Comme enduites d'un liquide étrange. Celles-ci avaient également une partie inférieure plus développées et une couleur dans l'ensemble plus sombre. La jeune fille observa le visage de chacun. Malaise. Haut le coeur qui s'amplifiait. Elle finit par essayer de s'éloigner d'eux le plus possible. Leur expression l'effrayait. Elle manqua de crier lorsque à force de reculer, sa jambe droite heurta le corps de son partenaire immobile. Puis finalement, après avoir encore une fois regarder autour d'elle, tentant d'ignorer les statues, elle se dirigea à nouveau vers le mur qui s'était ouvert un peu plutôt. Ses poings vinrent frapper les pierres, pourtant rien ne bougea. Les larmes recommencèrent à couler. Que devait-elle faire ? Qu'était-elle censée faire ? Dans un élan de panique, elle donna un coup de pied dans le mur également. Puis elle s'arrêta en haletant. Elle regarda devant elle, ce mur, qui s'était pourtant ouvert. Il fallait qu'elle sorte de là. Et soudain, une pierre se détacha, tombant dans l'eau. Les yeux de Gwenn s'ouvrirent. Était-elle parvenu à quelque chose ? Le passage se rouvrit. Derrière, il faisait sombre. Elle avait réussi ? Avait-elle... Avant qu'elle n'eusse fait un seul pas, une horde de Tutafeh sortirent de la pièce sombre, pour se ruer dans celle où elle se trouvait depuis désormais une bonne dizaine de minutes. Devant le spectacle, la mécanicienne ne put que s'accroupir, pour les éviter. Pourquoi ces Pokémons réagissaient ainsi ? Avaient-ils peur de quelque chose ? Si eux non, Gwenn si. Elle criait. Les mains devant les yeux. Et aux bouts de quelques secondes. Elle se rendit compte qu'elle n'était pas la seule à crier. Elle se tut alors, en se mordant les lèvres pour ne plus émettre aucun son. Une autre voix criait, hurlait. Une voix plus grave. D'homme. Ce n'était pas celle de son binôme. Au-dessus d'elle lévitaient encore quelques spectres, mais la plupart avaient disparus. Dissimulés dans la pièce ou bien remontés par le passage ? Peut-être les deux.

L'ouverture du passage ne lui disait rien qui vaille. Elle avait un mauvais pressentiment. Pourtant n'était-ce pas ce qu'elle voulait ? Que ce passage s'ouvre, qu'elle puisse s'en aller ? Mais seulement... Pouvait-elle s'en aller ? Le cri masculin résonnait toujours. Au fil des secondes, il semblait perdre de la puissance. Craintivement, elle s'avança alors, pour voir comment cela se présentait derrière le mur. Et elle le vit. Le cadavre. Enfin, que le haut du corps. Ses jambes ? Engloutis dans un sarcophage. Gwenn observa la scène, sans pouvoir bouger. Elle s'était paralysée. Les cris résonnaient dans sa tête. Elle observa l'homme se faire engloutir par un sarcophage, disparaître peu à peu dans cette gueule sombre, immobilisé par des ombres effrayantes. Était-ce vraiment un cadavre ? L'homme semblait encore vivant. Ses bras gigotaient. Voulait-il se libérer ? Ses doigts remuaient. On pouvait voir que la créature ne savait pas bien par lequel commencer. Il attendit un moment. Inconsciemment, probablement pour avoir plus de force, ses poings se fermèrent. Mauvaise idées. Ils se firent engloutir. L'un après l'autre. Et ses bras furent immobilisés. Les cris redoublèrent en même temps de volume. Pourtant aucune trace de sang n'était visible. Était-ce des pleurs qui les accompagnaient ? Bientôt, ses épaules disparurent derrière les canines blanchâtres du sarcophage. Les yeux grand ouverts, la tête remua encore un peu à droit à gauche. C'était tout ce qu'il pouvait faire. Mais plus pour longtemps. Soudain, les cris cessèrent. La tête retomba. Et un filet de bave coula des lèvres. Il n'eut cependant pas le temps de tomber au sol. Rapidement, la tête disparu dans la gueule de la boîte de fer. Un grincement sinistre retentit. Le monstre observait désormais Gwenn.

Que devait-elle faire ? Même si elle le savait, elle en aurait été incapable. Elle venait de voir quelqu'un mourir sous ses yeux. Ou plutôt disparaître. Elle imaginait la bouillis humaine dans l'estomac de la créature, en train de se faire décomposer par les acides. Les yeux qui se faisaient écraser, libérant l liquide transparent qui les remplit. Les os se faire broyer en fine poudre avant de se mélanger au reste, se noyant dans de la purée rougeâtre. Mais loin de là. Ce n'était pas ce qui se passait. Satisfait, le sarcophage sourit. Il émit encore quelques grincements qui résonnèrent. Et son corps s'ouvrit. À l'intérieur se trouvait désormais une momie. Il la fit retomber sur l'autel en pierre devant lui. Et les bandelettes semblèrent durcir. Devenir de plus en plus rugueux. Et soudain, la Givrali réalisa quelque chose. Que c'était ce qui attendait son partenaire si elle ne faisait rien. Mais que pouvait-elle faire contre une créature pareille. Elle voulait pouvoir se rassurer. Trouver quelqu'un qui pouvait la rassurer. Mais en réalisant que même ses Pokéballs se trouvaient dans son sac qu'elle n'avait pas sur elle, elle ne sut plus quoi faire. Elle avait peur que si elle bougeait trop, qu'elle soit prise elle pour cible aussi. Tout d'un coup, son corps cogna le mur. Sursaut. Inconsciemment, elle avait reculé. Elle jeta un regard de biais vers le mur humide. Mais rapidement, elle fixa à nouveau le sarcophage vivant. Elle essaya de décaler vers le fond de la pièce, où il faisait si sombre qu'elle ne pouvait rien distinguer, mais elle avait l'impression que les pas qu'elle faisait avec le fond d'eau créaient des bruits trop forts. Qu'ils pourraient attirer l'attention des spectres présents. Sa respiration aussi, était trop sonore. Pourtant elle ne parvenait pas à se contrôler. Des larmes ne cessaient de s'échapper de ses yeux.

Une lumière aveuglante vint à nouveau. Elle provenait de la première pièce. Il ne lui restait plus beaucoup de temps si elle voulait réussir à ce qu'elle et son binôme sorte de cet endroit sains et saufs. La momie posée sur le bloc de pierre fut roula jusqu'à tomber par terre. Une à une, les bandes qui le recouvraient durcissaient. Elle ne savait pas trop pourquoi. Des sifflements retentirent. Dès qu'elle les entendit, elle réagit. Il fallait qu'elle trouve une sortie. Elle ne savait pas où, mais il fallait qu'elle en trouve une. Longeant le long du mur, elle tentait tant bien que mal de distinguer quelque chose. Il y avait quelques meubles. Et une quantité infinie de statue. Une tomba. Elle sursauta. Était-ce elle qui avait fait ça ? Soudainement, elle réalisa que les statues n'étaient pas bien lourdes. Elle jeta un regard furtif en arrière. Le sarcophage ne lui avait pas prêté attention, probablement trop impatient d'avoir son second festin. De la viande tendre et fraîche. Un corps d'un adolescent et d'un adulte avaient-ils un goût différent ? Ce n'était pas ce à quoi elle devait penser. La jeune fille écartait les statues. Celles-ci s'étalaient sur le sol une après l'autre. Et enfin, sa main toucha un objet métallique. Une poignée. Cela voudrait dire qu'il y avait une porte ? Elle essaya de l'ouvrir, mais visiblement elle était fermée à clé. Les sifflements devenaient de moins en moins perçants. Ils se calmaient. Mais cette fois-ci, Gwenn ne voulaient pas qu'ils s'arrêtent. Elle savait ce qui se passerait si le silence revenait. Paniquant de plus en plus, elle secouait désormais la porte qui ne voulait pas s'ouvrir. Crack. La poignée fut arrachée. Surprise. La Givrali retomba en arrière. Elle se retrouva au milieu d'une colline de statues effrayantes. Ses yeux fixaient la poignée qui était restée dans ses mains. Cela voudrait dire... Que la porte n'était pas bien solide ? Elle s'empara alors d'une des créations en pierre, peut-être creuses vu leur poids, et la jeta en direction de la supposée porte. Un second craquement. La statue était carrément passée à travers. Ça sentait les Fermites. Malgré tout, l'ouverture était assez grande pour qu'elle puisse passer à travers. De la lumière parvint dans la pièce également. De l'autre côté, il devait y faire un peu moins sombre. Pourtant, ils se trouvaient assez profond, non ? Les sifflements se turent. Elle ne devait plus perdre de temps. Le corps du Phyllali avait été déplacé sur l'autel. Elle s'y précipita pour tenter de le porter, mais il était bien trop lourd. Elle tenta alors de le tirer. Au bout de deux mètres à peine, c'en était trop pour elle. Elle allait se faire manger avec. C'était fini. Elle ferma les yeux.

Un clairon tinta. Doucement, ses paupières se soulevèrent. Dans l'encadrement du passage, au milieu de quelques Tutafeh, flottait une Eoko. De l'aide ? Pouvaient-ils s'en sortir ? Une nouvelle vague de larme lui montèrent aux yeux. Et alors que les spectres s'approchaient des deux adolescents, le corps du roux se souleva, entouré d'une lueur pourpre. Comprenant ce qui se passait, Gwenn poussa sur ses bras pour se relever. Elle fit quelques pas maladroits, puis courra en directement de la brèche qu'elle avait ouverte un peu plus tôt. Entre-temps, elle avait empoigné la manche de son binôme pour pouvoir aider son starter à le transporter. Enjambant les statues au sol, manquant de tomber, elle parvint néanmoins à passer de l'autre côté. Pour cela, elle dut se baisser Enfin rien de très compliqué, mais le temps passé dans cette cave humide à patauger dans l'eau l'avait fatiguée. Elle regarda autour d'eux. Un Funécire solitaire somnolait sur la troisième marche de l'escalier qui s'étendait devant elle. Regardant derrière elle, pour s'assurer que Chell les suivait toujours, elle commença à monter les marches deux par deux, tirant toujours le jeune homme inconscient pour pouvoir le déplacer plus rapidement.
Elle ne savait pas vraiment combien de temps cela faisait qu'ils grimpaient ces escaliers. Enfin, elle, surtout. Mais elle n'avait pas osé s'arrêter avant plusieurs minutes, de peur que des Tutafeh soit toujours à leur trousse. Le passage allait tout droit. Et enfin, quand celui-ci tourna, elle s'arrêta, s'appuyant contre le mur pour reprendre son souffle. Chell était là. Elle était là. Mais les autres ? Lazuli ? Obsidian ? ... Opale ? Elle glissa le long du mur et enfouis la tête dans ses mains pour étouffer quelques sanglots. Bordel.

Elle ne pleura pas longtemps. Probablement qu'elle avait épuisé son stock de larme depuis un bon moment déjà. Se relevant, elle renifla un coup avant d'aller voir ce qu'il y avait un peu plus loin. Elle monta encore quelques marches, avant de trouver une tige de lierre qui descendait le long du mur. Arrivait-elle presque à la surface ? Elle tira sur la tige. Un rayon de soleil apparut. Quelques tiges supplémentaires tombèrent.  Avançant encore un peu, elle réalisa qu'elle ne pouvait pas plus avancer. Sur sa tête, le plafond était recouvert de végétaux. À moins qu'il n'ait tout simplement plus de plafond. Doucement, elle écarta quelques branches. Et derrière, elle vit le bleu du ciel. Elle entra à nouveau en contact avec la lumière du soleil. Elle avait l'impression que cela faisait une éternité. Ses yeux durent mettre un moment à s'y habituer. Elle s'en était sorti ? Vraiment ? Et réalisant cela, elle se laissa tomber par terre. Elle venait d'abandonner son équipe. Pouvait-elle encore espérer la retrouver un jour ? Elle n'en était pas vraiment certaine. Tout cela ressemblait à un mauvais rêve. Elle allait se réveiller. N'est-ce pas ?
Nemo Kendhall
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 5593
Points d'Expériences : 843
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   Dim 2 Aoû - 14:28
Ma tête, elle allait exploser, c’était sûr ! Et le pire, c’est que je ne peux rien faire. Ca ne se calme pas là-haut. je sens que je vais à nouveau tourner de l’oeil. Mais je ne peux pas, il faut que je reste un minimum conscient. Je n’arrive pas à formuler une pensée. J’ai l’impression que tout m’échappe, dès que je tente d’attraper quelques chose de concret, ne serait-ce que n’importe quel concept, il m’échappe aussitôt. Je n’arrive qu’à me concentrer sur cette douleur immense, il n’y a plus de passé, ni d’avenir. Seul le présent compte. Le présent, cette douleur, ce marteau piqueur. Je crois être recroquevillé sur moi-même, mais rien n’est moins sûr. On ne m’a pas rendu l’usage de la parole, ou du moins, je n’arrive pas à l’utiliser. La seule sensation est celle de cette douleur atroce.

Peut-être puis-je ouvrir les yeux ? Il faut que je tente ma chance, c’est peut-être mon dernier espoir de me remettre les idées au claire. Il faut que je parvienne à faire la part des choses, que je mette de côté ce mal de crâne. Allez, concentre toi Aaron, tu peux le faire. Le plus étrange, c’est que ça marche. J’arrive à ouvrir les yeux, à comprendre ce qui m’entoure. J’arrive à monter sur mes deux jambes. Cela me remplie de joie. J’ai réussi. Mais tout aussitôt la douleur me rattrape et me jette à genoux. Je lève la tête, impuissant. Me cerveau demande toujours à exploser, mais c’est comme s’il avait assimilé la demande, alors il dégage un partie propre à mes pensées. Mon regard croise celui d’un démon. Je reste pétrifié, impossible de bouger. C’est une sorte de grande armoire, une armoire qui, quand elle ouvre la gueule me montre sa dernière victime, enguirlandée de bandes blanches. C’est horrible. Affreux. Le pire est de penser que je suis le suivant. Son regard m’attire, m’obligeant à regarder la mort en face. Non, je ne veux pas, je ne peux pas mourir là, comme ça. Et pourtant, mon cerveau me rappel que c’est ce qui m’attend, que c’est mon destin.

Mon corps ne me répond plus, il répond à la volonté de ce démon. Il avance, tout seul, jusqu’à l’autel. L’autel qui sera mon dernier lieu du monde des vivants. Arrivé là-haut, mon esprit embrumé s’endort à nouveau et je retrouve l’agréable impression de flotter dans le vide. La douleur a disparu, je me sens calme et serein. Ca fait du bien. J’ai oublié cette histoire de pierre tombale ainsi que ma mort prochaine. Ici je suis juste bien, apaisé. Mes idées flottent. Je les vois, elles me paraissent abstraites. Je circule entre celle-ci, entre Douleur, Gwenn et Sauver. Elles n’ont aucun sens pour ce moi tourmenté. Elles me rappellent vaguement certains souvenirs. Mais ils me paraissent tellement loin. Tellement vieux. Ici tout est différent, tout est à porté de main. Tout est pensé par moi et pour moi. Je peux faire ce dont j’ai envie, quand j’en ai envie. Le temps n’existe pas, sa notion même est bannie. Je suis dans l’infini. Je suis l’infini.

Le monde extérieur ne m’atteint pas. J’ai l’impression d’avoir déjà vécu cette sensation d’infini, de savoir à quel point c’est bon. Pourtant, impossible de me rappeler quand. Je n’ai pas à réfléchir, il faut que j’arrête de réfléchir, il faut que je sache. Savoir, c’est tout ce qui m’importe, le reste n’est que doute et choses superflues. Je dois être sûr. C’est tout. Mon esprit vogue dans différents décors, des décors inspirés de ma vie passée. Ils me rappellent vaguement quelque chose, pourtant je n’en retire rien. Je suis dans mon monde, pas celui des autres.

Pourtant, une douce chaleur m’enveloppe, c’est bon, ça fait du bien. Maintenant que j’y pense, j’avais froid, affreusement froid. Je me dirige vers cette chaleur. Mais elle m’emmène dans un endroit douloureux. Je veux faire demi-tour, mais je suis allé trop loin, c’est impossible, cette douce chaleur m’emporte. Je vais me perdre.

J’ouvre les yeux, je suis en sueur, mon coeur tambourine, ma tête me fait un mal de chien, mais j’ai retrouvé tout mes sens. Le plus douloureux reste le moment où tout mes souvenirs me retombent sur la figure. Je me rappel de notre cours, de Gwenn, d’être entré dans un tombeau … puis tout est noir. Je cherche alors Gwenn des yeux, elle est à côté de moi, en sanglots.

Je tente de me relever. Ma tête tourne. Je pose mes mains sur mon crâne. Quand la douleur se calme je rejoins Gwenn. Je mets un moment avant de retrouver l’usage de la parole. Je ne sais pas réellement par où commencer, l’impression d’avoir un trou béant dans mon crâne me fait un peu paniquer. Surtout qu’elle est en pleurs, là, juste devant moi. Il s’est passé un truc. Les quelques rayons qui filtrent à travers le trou du plafond. J’ai l’impression qu’ils sont signes d’espoir.

“_ Gween, … ça va ?”

Il faut que nous partions d’ici. Je me lève. Ma tête tourne un moment. J’attends que ça se calme avant de me tourner vers la lumière. Je continue à arracher la terre. Le trou finit par être assez grand pour nous faire passer tout les deux. Les racines sont assez solides pour y prendre appuie. Malgré ma forme physique douteuse, je me mets à grimper. Le fait de penser que nous sommes proches de la surface me donne des frissons, je veux retrouver l’air libre ! Après quelques minutes d’ascension bizarrement assez facile je m'extirpe du trou. Je me retrouve à l’extérieur. Bonheur. Je penche ma tête dans le trou, Gwenn n’a pas l’air d’avoir commencé à grimper.

“ _ Viens ! C’est facile de monter ! Plus que de descendre d’ailleurs ! Il faut que nous allions voir les profs pour leur raconter nos découvertes !”

Je me relève, la Cîté Perdue se découpe dans le soleil couchant. C’est magnifique. Je suis heureux, même sans me rappeler ce qui s’est passé sous terre. J’ai l’impression que nous avons découvert quelque chose. J’espère que Gwenn s’en rappel mieux que moi …

Spoiler:
 

_________________

HAIL NOCTA
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue ! Turtwig

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !   
[Cours 04. Scientifique] A la recherche de l'Arche Perdue !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :