Partagez | .
Fan Fiction Team Rouage
 Adulte Serveur

Adulte Serveur
Région d'origine : Almia
Âge : 24
Niveau : 14
Jetons : 3396
Points d'Expériences : 199

MessageSujet: Fan Fiction Team Rouage   Dim 12 Juil - 0:31


Oy' tout le monde.

Comme vous le savez, la Team Rouage est aussi détesté qu'elle attise la curiosité de chacun. Cruellement méchante et pourtant si mystérieuse, on ne sait presque rien de cette organisation, de son véritable but, et de ses membres notables. Et bien, nous allons en parler.
Loin de moi l'idée de prôner une vérité absolue, ceci n'est que ma vision de cette bande de criminelles inventée par le staff. Peut être que mon interprétation plaira, peut être pas. Peut être vais-je continuer, peut être pas. Tout ceci, c'est à vous de le décider. Je vous invite à donner votre avis, vos commentaires e tme dire si oui ou non, cette Team Rouage sauce Raphael est crédible ou non.

Enjoy~





Une journée habituelle pour la Team Rouage


Débriefing


Claquement sec d’acier, son strident de l’hydraulique se mettant en marche, un bruit sourd se fait entendre dans tout le couloir. Pourtant, personne ne réagit vraiment, ceci est tout à fait normal, quelques curieux se rapprochent quand même, les plus timides ne font que passer la tête depuis un coin pour observer. Les regards sont rivés sur le sas d’entrée, où la lourde porte digne d’un coffre-fort s’en va se mouvoir lentement pour laisser passer deux individus. En tête, un homme aguerri à la carrure impressionnante, du vrai muscle comme on en fait plus, au point que sa veste renforcé semble trop juste pour lui. Son pantalon beige d’un style militaire est couvert de boue séchée, de même pour ses chaussures qu’il claque au sol pour décrocher la saleté tenace. Le plus impressionnant chez lui, c’est bien son visage, mais aussi ses cheveux, une énorme crinière provocante et intimidante. Rasés court sur les côtés, ses cheveux mi-long lui retombent dans la nuque alors que sa queue de cheval plus longue coiffé de deux baguettes rouges renforce l’aura de sa coiffure. Son visage est froid, marqué par des cicatrices çà et là, ses yeux fins oscillant entre la fatigue et la vitalité, à la pupille prune souligne un homme déterminer et prêt à tout. Sur sa face droite, un énorme tatouage tribales d’un bleu sombre débutant près de son œil et descendant jusqu’au bas de sa joue. Son menton s’habille d’un bouc taillé détonnant avec sa barbe de trois jours et mettant ses lèvres fines en valeur. Si cet homme est déjà intimidant, il l’est encore plus avec le Pokémon qui le précède, un immense Braségali avoisinant les deux mètres, une créature connu de tous pour sa violence et son instinct de chasseur meurtrier. Ce duo forme l’une des crèmes de l’organisation, un commandant redouté de tous pour sa sévérité et son animosité envers tous, surtout ses paires. Aussitôt la porte franchie, les curieux savent qu’il est temps de filer, observer trop longtemps une personne comme lui apporterait moult problèmes. Il y a les deux gardes présents à l’entrée qui doivent soutenir son regard et celui de son pokémon de feu, les deux hommes maintiennent le garde à vous en cacher leur peur, tentant de retenir les gouttes de sueurs qui naissent sur leur front. D’un air désintéressé, le commandant relâche son emprise et continue sa route, le pas emboité par son terrifiant compagnon. Le son de ses pas s’éloigne dans le couloir, et une fois hors de vue, les deux gardiens se relâchent comme si la mort les avait épargnés. L’un deux soupirs et lance à regard à son conjoint :

‘’Pourquoi est-ce qu’il est toujours comme ça ? J’ai vraiment l’impression qu’il va m’arracher la tête à chaque fois !

Laisse tomber, répond son collègue tout aussi déboussolé. D’autant plus qu’aujourd’hui, ils ont tous été convoqué. Je pense que ça va barder…’’


La couleur éblouissante de la base pourrait bien agresser la rétine du commandant plus à l’aise avec la verdure. Les couloirs s’enchainent et se ressemble, les murs blancs quelques fois parcouru d’une ligne de couleur pour se repérer n’arrangeais pas l’humeur massacrante de celui-ci. Son compagnon au pelage rouge ne semblait pas se soucier de l’environnement, il suivait son dresseur qu’il considérait comme un égal et serait prêt à reprendre la ‘’Chasse’’ comme ils avaient l’habitude de dire dans leur jargon. Le duo se présenta devant la salle de réunion, comme l’indiquait le panneau sur la droite, au-dessous une petite console avec scanner lui indiquait d’une voix robotique et horriblement triste de s’identifier. L’homme posa sa main sur l’écran et patienta le temps du scan. Il examina son reflet dans la porte blindé avec une vitre blanche, il passa en revu son apparence plus que négligé pour une telle réunion, mais il revenait tout juste de mission, il ne pouvait faire autrement. Son blouson gris sombre aux bordures blanches crénelées rappelant un engrenage présentait une large déchirure à l’épaule gauche, il soupira à l’idée d’encore avoir à le recoudre. Un bip affirmatif et des bruits d’engrenages bien graissés signifièrent la validation de son identité. La porte coulissa sans un son et l’homme accompagné de son pokémon n’eurent qu’un pas à faire pour pénétrer dans la salle, qui se referma aussitôt. La pièce était ovale, avec un long bureau de la même forme de blanc nacré, proposant une vingtaine de chaises, seulement deux étaient occupés et pourtant ils étaient au complet. En bout de table, une femme en blouse blanche se leva, un dossier sous le bras, fusillant du regard les retardataires. Avant même qu’ils puissent dire un mot, elle annonça d’un air strict avec une pointe de brime :

‘’Monsieur le Commandant Edge et sa bête sanguinaire, vous êtes décidemment toujours aussi bien habillé et clairement en avance !’’

Son ton hautain fit grincer des dents le principal intéresser qui au lieu de répondre barra de son bras la route à son Braségali qui témoignait d’une folle envie de tuer. Sans poursuit un rire étouffé immédiatement maitrisé de la part du dernier représentant, un homme aux longs cheveux roux orangers habiller en civil avec un long manteau blanc haut de gamme. Ces trois personnes faisaient partie de la prestigieuse équipe de Commandement de l’organisation, ayant chacun leur spécialité. La femme aux longs cheveux verts impeccablement coiffés visiblement fière de sa blague invita l’homme à s’assoir et limita à son tour. Elle fit glisser trois dossiers cachetés devant elle, se racla la gorge avec délicatesse et annonça les personnes présente comme le voulait le protocole.

‘’Merci d’avoir bien voulu assister à cette réunion de la Team Rouage. Commandant Edge, représentant des groupes d’élite et d’intervention. Moi-même, Commandant Luna, leader du département de recherche et développement, ainsi que responsable de la gestion de cette Base Opérationnelle n°VI. Et enfin, Commandant Yamato, espion et Topdresseur en chef du groupe Tango. Messieurs, que débute la réunion n°146-B2A pour l’opération : Ile Cobaba.’’

A suivre...


Dernière édition par Gaël Sebrus le Mar 23 Fév - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4298-307-je-suis-gael-sebrus-j-ai-un-pichu-et-un-aspicot-qui-dit-mieux-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4586-gael-sebrus-adulte
 Adulte Serveur

Adulte Serveur
Région d'origine : Almia
Âge : 24
Niveau : 14
Jetons : 3396
Points d'Expériences : 199

MessageSujet: Re: Fan Fiction Team Rouage   Mar 2 Fév - 1:58


Bonsoir tout le monde,

Bon, Cobaba c'est fini, depuis un moment, je ne vous apprends rien. J'ai même été... absent avant la fin, du coup j'ai loupé le dénouement et... c'est chiant. Surtout quand on voit comment la Team Rouage en a prit plein la gueule. Problème, j'aime les méchants, et je suis certains qu'ils vont rebondir et revenir... très prochainement pour nous les briser JetevoisJetobserve

Alors voila, je décide de reprendre ma vision plus... méchante des méchants et proposer un nouveau chapitre à cette fan-fict sans commentaires qui me contraints donc à faire un doubl post bien saleeeeeeeeeeee- !

Bref, je vous nems, enjoy~






Une Ombre dans une Autre



Le silence était de mise. Pas un mot, ni un commentaire, dans les allées, les mines étaient graves et les visages sombres, inexpressifs. Les agents comme leur Pokemon semblaient tenir à un cortège funèbre. Le pire dans tout cela, c’est que cela durait depuis déjà trois longs mois. Mais que pouvait bien dire le personnel après tout ? Ils ne répondent qu’aux ordres de leurs supérieurs, qui, au grand regret de certains, enchainent les passages à tabac. Ici, à la Base Opérationnelle n°VI, le fiasco de Cobaba fait tâche, et le QG de l’organisation les écarte de plus en plus, les coupant du monde peu à peu.
Ce fut d’abord la Commandante Luna qui en prit pour son grade. Accusée de trahison, ayant soutenu indirectement les agissements du Lieutenant Kobalt, dont les torts ont causé moult soucis à la Team Rouge. Entrainés avec elle, deux autres Commandants pourtant très respectés, maintenant vus d’un mauvais œil, Yamato et Edge, à présent montré du doigt et moqués par leurs semblables. Si le premier cache bien son mécontentement, ce n’est pas le cas du second qui dû être relogé à trois reprises, faute de destruction de mobilier et de murs dans ses quartiers. Etait-ce totalement leur faute ? Pas vraiment, tout comme la tête pensante de l’organisation, ils ont aussi été dupé par Kobalt qui avait parfaitement maquillé son jeu pour avoir recours aux services de la Base n°VI. Mais cette situation d’isolement, ne pouvait plus durer…

~ ~ ~

Craquement sec. Dans un tremblement envoutant, le métal de la lame se retrouvait parfaitement bloqué dans la cible en bois. Plutôt proche du centre, elle ne pouvait pas vraiment se permettre de s’en rapprocher plus, plusieurs de ses consœurs l’occupaient déjà. Une quinzaine de mètre plus loin, à un bord de pièce, un homme à la mine sombre jonglait avec un nouveau couteau, fixant la cible devant lui, l’imaginant habillé de la tête du traitre qui a pourri sa réputation. Sans crier gare, son bras envoya sèchement l’arme blanche en ligne droite, qui comme toutes les autres avant elle, se planta sans grande difficulté. Assi près de lui, une immense bête de rage, de flammes et d’idées noires, le Brasegali gardait les yeux fermés pour ne pas être perturbé dans sa méditation, qui en vérité était plus un exercice de ‘non-explosion de soi’. Derrière les vitres du stand de tir, deux femmes de garde ce jour-là ne manquaient pas de manifester leur inquiétude. La vue de ce blouson, cette crinière, comme celle de son Pokémon, faisait froid dans le dos quand on en connaissait la signification. Un agent pénétra dans le poste et s’approcha de ses camarades féminin, regardant lui aussi le pas de tir. ‘’Toujours là… Cela va faire combien de temps maintenant…’’, sa voix tremblait légèrement. ‘’Quatre heures.’’, répondit l’une des femmes, sans émotion, tétanisé. ‘’Hier aussi… Avant-hier… Et- Demain pareil… Après-demain. Dans une semaine. Un mois !’’ ‘’Calme-toi !’’ Le garçon secouait la fille qui commençait à paniquer, les larmes aux yeux. Son amie tentait aussi de la faire redescendre sur terre. L’homme essaya de la rassurer : ‘’Ne t’inquiète pas, je suis sûr que ça va s’arranger. Personne, tu m’entendes ? Personne ne peut tourner le dos au Commandant Edge. Sous peu, une bonne nouvelle arrivera et-… Tout redeviendra comme avant !’’ A la fin de sa phrase, il regarda ailleurs, plus précisément l’autre femme qui le dévisageait avec dégout. Elle le savait. Lui aussi. Leur boss était fichu, condamné. Et que ses paroles n’étaient que tissu de mensonges. Rien. Rien ne serait comme avant. Le garçon se releva lentement et jeta un coup d’œil par la vitre. Elle avait beau être teintée, IL le fixait. Des iris sombres, des rides marquées par la haine, et cette façon d’empoigner le couteau. Un cri étouffé siffla entre les dents du subalterne qui se cacha par réflexe. Il plaqua ses mains sur sa tête, tremblotant, sanglotant. ‘’Fais chier ! Qu’Arceus nous vienne en aide !’’

~ ~ ~

Le bruit avait fini par se répandre, l’information pourtant confidentielle avait fini par fuiter, sans doute le caractère évènementielle de la chose avait délié les langues de certaines personnes a centre de communication. La Base Opérationnelle n°VI recevait la visite du Commandant Dolomen. Pourtant tant d’agitation pour cela ? Le centre avait déjà trois gradés affectés à titre permanant. Cependant cela constituait l’un des rares contacts avec l’extérieur depuis les évènements tragique de l’été. Qui plus est, si un telle personne en forte relation avec le QG décidait de se pointer, sans doute que cela voulait signifier de bonnes nouvelles pour la Base n°VI, non ? Tout le monde en parlait, mais personne n’y croyait. Du moins, jusqu’à ce que le sas principal, dont les loquets n’avaient pas été déverrouillés depuis fort longtemps, alerta le centre entier de son grincement métallique.
Luna n’en revenait pas, elle avait filé jusque-là bas à toute vitesse, sa chemise était mal ajustée, pour dire à quel point la surprise fut totale. Elle en restait bouche bée, tout comme les agents présents. Devant elle, un étrange personnage drapé d’un long manteau blanc aux bordures crénelées d’or. Aucun doute possible, la plus haute autorité de la Team Rouage se trouvait à présent à la Base Opérationnelle n°VI, bien loin de chez lui… L’homme était imposant, bien plus grand que Luna, d’une tête, facilement, de cheveux mi- longs ébène. Une sorte de visière en tissu peints de deux horribles yeux runiques masquait une bonne partie de son visage, seul la bouche et une large brulure sur la face droite apparaissaient. Derrière la tête, une sorte d’auréole de métal lévitait et tournait lentement. De plus, une sorte d’immense collier avec des sphères noires restaient en pesanteurs autours de ses épaules, comme par magie. Luna dégluti, les talents de kinésiste de cette homme n’étaient pas usurpé, et puis… Qu’est-ce qui n’allait pas dans la tête du dirigeant de l’organisation ?! C’était quoi tous ces mecs à donner des cauchemars ?! Pas le temps de rêvasser, si son grade était le même que le sien, la femme scientifique se devait de s’incliner platement, Dolomen avait bien plus d’influence et de pouvoir. ‘’B- Bienvenue à la Base Opérationnelle n°VI, Commandant Dolomen. C’est un honneur de vous recevoir.’’ Luna se redressa timidement, impossible de savoir où le psychic regardait avec son cache, mais il faisait face, immobile. Pas un son, la tension se faisait clairement ressentir. Après un long silence, l’invité annonça de manière presque indifférente : ‘’En espérant que ma visite soit concluante. Je suis ici seulement sur la demande d’un ami, Commandant Luna, ne vous attendez pas à un traitement de faveur.’’ *Un ami ?! Qui donc ?!* Baisant la tête timidement, elle invita son hôte à la suivre. Mais en se retournant, elle se heurta à un autre souci de taille, le Commandant Edge en chair et en os, tout aussi menaçant que son invité. Ce dernier ne la considérait même pas, son regard froid fixait le Commandant Dolomen. Tout autour, c’était la panique des esprits, les agents craignaient le pire avec le tempérament de feu de la chef des opérations spéciales. Celui-ci annonça sans vergogne : ’’Tu auras pris ton temps Dolomen. Ça fait bientôt deux semaines que je t’attends.’’ Sacrilège ! IL avait osé s’adresser de la sorte au psychic ?! Luna se plaqua les mains sur la bouche, s’empêchant de crier. Le malaise ambiant commençait à peser, quand la réponse arriva : ’’Estimes-toi déjà heureux que je daigne venir ici pour te sortir de ce trou, Edge. Tu sais bien qu’ils n’approuvent pas ce déplacement.’’ ‘’Je n’ai rien à foutre de ce qu’ils pensent, la faute n’était pas la mienne.’’ ‘’Nous verrons, nous verrons…’’ Dolomen considéra Luna qui semblait à deux doigts de s’évanouir. ’’Commandant Luna, j’aimerais discuter en privé avec vous, dans vos quartiers.’’

~ ~ ~

Luna referma la porte, et s’installa timidement sur son lit. Elle avait beau être la leader incontestée du centre de recherche, mais elle se sentait incroyablement petite. De plus, Dolomen avait insisté pour aller dans la chambre et non le bureau, on y place rarement des systèmes d’écoute, et l’espace est plus confiné. L’homme quant à lui était très sérieux, avant que la scientifique ne lui propose une chaise, il en approcha une par télékinésie. Il s’installa, une posture bien droite, fier, bien plus hautaine que Luna avait l’habitude d’avoir, enfin… quand elle menait le jeu… Ce qui n’était pas le cas à présent. Elle hésitait à demander quelque chose, faire n’importe quoi pour démarrer la conversation, mais une voix au fond d’elle-même lui commandait de se taire. De toute façon, son invité décidait de quand ils allaient débuter, mais avant de parler, une Pokéball surgit d’une de ses manches et lévita entre eux. Dans un fort éclat blanc aux reflets bleutés, un Xatu se matérialisa entre eux, adoptant une posture neutre, de médiation, les yeux clos. Invisible mais pourtant présente, une force inconnue resserra la poitrine de la femme, qui mit un certain temps à s’y accommoder. Il devait utiliser ses pouvoirs pour isoler totalement la pièce, et prévenir de tout écoute. Après un bref instant, Dolomen, d’une voix calme avec un brin d’autorité lui annonça le pourquoi de sa venue : ’’J’ai étudié le rapport vous concernant, ce n’est pas très glorieux…’’ Luna avait une boule dans la gorge, mais se retint de répliquer, il n’avait pas tort après tout. ’’Si je suis ici, c’est uniquement parce que Edge me l’a demandé. Je vous l’apprends sans doute, mais mon ami qui était sous vos ordres à le bras bien plus long que vous, ainsi que des contacts bien plus haut placés que moi. Vous pourriez bien le remercier puisqu’il se démène pour tous vous sortir de la mouise, ce qui est assez rare pour le souligner. Il doit vous trouvez assez capable pour faire une pareille demande plutôt que de vous laisser à votre sort. Je suis dans le regret, et encore je ne le dis que par politesse puisque vous le méritiez, mais que le chef a décidé de faire disparaitre toute trace de l’équipe de la Base Opérationnelle n°VI.’’ Le visage de Luna se décomposa, le boss avait vraiment mis en place le plan Liquéfaction ?! Cela expliquait l’isolement, mais aussi l’apport régulier mais plus léger de fournitures, histoire de ne pas faire paniquer les équipes. ’’C’est fâcheux, je le conçois. D’autant que le Commandant Edge dans le lot, il nous est donc impossible de laisser cela se produire.’’ ‘’Vous ? - … ‘’ ‘’Je ne me souviens pas vous avoir donné la parole. Mais il est vrais, il y a un *nous*… Il se trouve d’ailleurs que *nous* sommes votre seul échappatoire, que vous le vouliez ou non. Autant aller droit au but, si vous voulez vivre, vous ne devrez plus répondre aux ordres du boss et abandonné votre titre de Commandant de cette Base que vous devrez par ailleurs quitter. Vous prendrez vos ordres auprès du Commandant Edge. Je sais, cela peut vous sembler étrange, mais il n’a rien à faire au bas de l’échelon du commandement, Edge est un meneur d’hommes, bien plus expérimenté, qui n’occupait là qu’un poste stratégique. Mais passons les détails. Vous n’avez qu’un mot à dire : accepter notre offre, et vivre, ou bien refuser, et laisser le chef faire son petit ménage de printemps…’’ Luna ne savait vraiment que penser. Elle ne savait rien de cette homme à la renommée certaine, et restait sous le choc d’apprendre que Edge c’était joué d’eux depuis le début. Ce vétéran un peu fou avait des trucs louches à cacher, mais à ce point ?! Dolomen soupira suite à l’absence de réponse rapide, d’un geste des doigts, la porte coulissa, Edge se trouvait derrière, il s’invita et referma derrière lui. Qu’allaient-ils lui faire ? La faire taire si elle répondait mal ?! Le chef des troupes spéciales prit place à son tour devant elle, cela ressemblait vraiment à un interrogatoire. ’’Toujours indécise je présume ? Et dire que je pensais vraiment du bien de toi, et de tes compétences…’’ ‘’NON !!!’’ Le cri de la jeune femme n’avait même pas résonné, pour dire que le pouvoir du Pokemon Psy était fort… Edge, n’avait pas cillé, il se contenté de la fixer droit dans les yeux. ’’Et je dois en déduire ? Que tu tiens à ta vie si fragile… Tu as beau être une peste aux gouts… ,un coup d’œil rapide dans la chambre et un sourire de dégout se dessina sur son visage sévère.- …mais il serait fâcheux de gâcher un tel potentiel. Mais je peux comprendre que-…’’ ‘’NON !! J’accepte votre offre !’’ ‘’ . . . Voila une fille bien mal élevée, couper la parole de la sorte. Mais bon, cette réponse me convient, Dolomen ?’’ ‘’Elle m’arrange aussi, son dossier était bien intéressant, il aurait été fâcheux qu’il lui arrive malheurs.’’ Edge tendit sa main, lui demandant la sienne. Luna ne comprenait pas vraiment mais tendit le bras timidement. L’homme s’en empara avec force, prise par surprise elle tenta de se débattre mais la lutte était veine… Luna vit une chevalière à sa main gauche, il la frotta comme une allumette à une pierre dépassant de son sac. Son regard se plongea dans le sien, elle comprit, serrer les dents, que ça passerait. Chauffé à blanc, il apposa une petite marque sur son avant-bras, juste au-dessus du poignet. Deux crocs, l’un plus petit que l’autre, en forme de croix. Elle fixa Edge, une larme de douleur à l’œil, le fer blanc avait fait son effet. ’’Tu répondras maintenant à la Fang Division, Commandant Luna.’’

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4298-307-je-suis-gael-sebrus-j-ai-un-pichu-et-un-aspicot-qui-dit-mieux-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4586-gael-sebrus-adulte
 Adulte Serveur

Adulte Serveur
Région d'origine : Almia
Âge : 24
Niveau : 14
Jetons : 3396
Points d'Expériences : 199

MessageSujet: Re: Fan Fiction Team Rouage   Mar 23 Fév - 17:31


Bonjour, bon, il semblerait que je ne me lasse pas de fournir une histoire trop D@RK d'une T.Rouage qui semble aussi peu performante que le duo de la T.Rocket que nous connaissons tous sur ce forum. Ce troll était gratuit, et je vous zut. Allez, petit Résumé à la Star Wars!!!!

Quelques semaines ont passé suite à la visite de Dolomen à la Base Opérationnelle n°VI. A l'aide d'un habile subterfuge, il fait croire à l'assassinat des Commandants Luna & Edge, mais combien de temps le mensonge tiendra? Les rescapés rejoignent la Fang Division où Edge et Dolomen semblent déjà avoir leurs marques. A peine arrivé, Edge se voit confier une mission par le commandement, qui le fait se diriger à Lansat.

Sur place, il retrouve une vieille connaissance, une fille de quatorze ans, agent de la Division, se prénommant Nona. C'est une opération en eau trouble qui les attends, Nona doit se faire passer pour une nouvelle étudiante et infiltrer l'Académie Pokemon Community. Edge quant à lui devra résider en ville et servir de liaison avec la Base Opérationnelle.

La T.Rouage semble avoir encore des vues sur Lansat. Mais c'est la Fang Division qui mènent les opérations sur le terrain. Quel est donc leur but? Qu'espèrent-ils trouver à l'Académie? Manigancent-ils un nouveau kidnapping? Où les sous-sols de l'établissement abriteraient bien des secrets? Seul l'avenir nous le dira...




       

Spoiler:
 






Sous Couverture

’’Alors, nous avons un Mokaccino pour la demoiselle, et enfin, un Café Calypso pour monsieur. Bonne dégustation.’’ Le serveur s’inclina très légèrement avec un sourire et s’en alla à l’intérieur, quittant la terrasse de ce charmant Coffee Shop. A table, un homme d’âge mure au visage fermé et sombre accompagnée d’une jeune adolescente pleine de vie, qui s’extasiait devant tout, comme si elle découvrait à chaque seconde quelque chose de nouveau. Elle baissa les yeux sur sa tasse blanche, avec un petit nuage de chantilly en son sommet saupoudré de copeaux de chocolat. Il ne lui fallut pas plus de trois seconde pour se jeter dessus et tremper ses lèvres dans cet onctueux breuvage. ’’Hmmmmmmmmmmmmm ! Punaise y’sont trop bons leurs cafés, ici !’’ L’homme en face d’elle ne dit rien, il fixait une table un peu plus loin, étudiant les deux femmes qui papotaient avec des rires gras, peu gracieux. ’’Un problème ? Elles ont quoi ces nanas ?’’ La question de l’adolescente, avec son brin d’innocence, ne faisait pas du tout tilter son accompagnateur. Après un long silence, il reporta son attention sur son interrogatrice et lui dit calmement : ’’Fausse alerte, j’ai cru reconnaitre le visage de l’une d’entre elle. Une agente de la police locale, au moment où l’on a étudié les rapports.’’ Son invitée éclata en fou rire en tapant la table, comme une gamine sans tenue. ’’T’es trop fort ! Naaaaaaan- Mais ne soit pas si stressé, personne ne nous reconnaitra ! T’as même réussi à cacher le plus marquant sur toi ! Pour le peu que l’on te connaisse !’’ Elle faisait référence à son bonnet en laisse, bien rempli puisqu’il avait des cheveux bien plus longs qu’elle. De son visage on ne voyait que ses piercings aux oreilles, son tatouage tribal sur la joue et son regard toujours aussi froid. A la réponse de l’hystérique qui lui faisait face, l’homme détourna la tête dans un profond soupir. Mais sa peine n’était pas finit, puisqu’elle ajouta : ’’Roooooooh’ ! Ne fais pas la tronche, Edge ! T’es trop mignon quand tu fais ça !’’ Ses yeux vengeur fusillèrent la demoiselle qui se remit aussitôt à sa place, mais continuait à afficher un léger sourire. ’’Yvan, chère ‘Nona’, n’oublie pas que nous sommes sous couverture…’’ ‘’Mademoiselle Nozomi, s’il te plait, pour une fois que le QG ne me donne pas un patronyme trop dégueulasse. Allez, bois ton café avant qu’il ne refroidisse ! D’ailleurs… C’est marrant, il est rosé.’’ Nozomi le faisait remarquer alors qu’elle s’étalait littéralement sur la table pour coller sn œil à quelques centimètres du verre transparent de son coéquipier. Elle se redressa et lui demanda : ’’Au fait, comment va Luna ?’’ ‘’Je devrais être au courant ?’’ Yvan faisait preuve d’une certaine désinvolture, signifiant qu’il n’avait presque aucun intérêt pour la personne dont-on lui parlait. ’’Il n’empêche que c’est toi qui ait appuyé son dossier, et que du coup c’est TA responsabilité.’’ ‘’Plus maintenant, elle a rejoint l’équipe du Doc.’’ ‘’C’est pour cette raison que je te demande si elle s’en sort.’’ ‘’Si Luna n’a pas encore été foutue dehors a grand coup de pied au train, c’est qu’elle doit s’en sortir…’’ Il but lentement son mélange de rhum, d’amaretto et de café, puis reposa doucement son verre son la table, avec un air pensif. ’’Il est d’ailleurs très étrange que tu me demande ça, Nozomi. Je croyais que nos agents du renseignement savaient tout sur tout…’’ ‘’Hey ! JE sais tout sur tout ! Les autres sont sans doute des incapables mais pas moi ! OK ?’’ ‘’Supposons… Alors pourquoi la question ?’’ ‘’Tssss… Y’a des bruit de couloirs qui disent que… Bah’, t’aurais une touche, quoi ! Le terrifiant Edge aurait un cœur, tu vois le scoop ?’’ Visiblement non, le simple fait de lire les traits de son visage signifiait une réponse assez claire, les bruits de couloirs n’étaient finalement que des bruits de couloirs. Pour couper court aux divagations de sa charmante invitée, Yvan passa sa main sous son blouson sable et en sorti une petite sacoche à six emplacement sphériques, vides. Nozomi s’offusqua : ’’Quoi ?! Déjà ?’’ ‘’Lorsque tu feras ton entrée dans l’établissement, tu ne devras avoir aucun Pokémon, c’est chez le collectionneur que tu recevras le tiens. Cette règle ne vient pas de moi, alors il faut t’y plier.’’ ‘’Mais je ne fais ma rentrée qu’après-demain ?!’’ ‘’Il va falloir t’accommoder au fait que tes compagnons ne t’accompagnerons pas pour le moment, le plus tôt sera le mieux.’’ Elle rechignait, soupirait et roulait des yeux. Ceux-ci étaient très envoutants, la couleur de ses pupilles étaient différentes, vert pour l’une, bleue pour l’autre. Puis, elle décrocha ses quatre PokéBalls de sa ceinture, et les posa une à une sur la table. ’’Dis, Yvan…’’ ‘’Quoi ?’’ ‘’Avant de toutes les remettre, je voudrais faire un duel, avec toi.’’ Surprit, le visage d’Yvan semblait pour la première fois montrer une émotion, ici, l’étonnement. Nozomi le suppliait de ses yeux de biches. L’homme se retourna et fit un signe au serveur de s’approcha. Un grand garçon à la peau mate et aux cheveux longs s’approcha avec un sourire et demanda à Yvan ce qu’il désirait. ’’L’addition, s’il vous plait.’’ Cela avait le mérite d’être claire. Inutile de demander s’ils désiraient autre chose, l’agent de la T.Rouage pouvait faire passer tellement de messages par son sombre regard. Yvan reconsidéra Nozomi : ’’Tu sais pourtant que je n’aime pas ça…’’

~ ~ ~

La nuit allait bientôt tomber, ils avaient passé la journée à prendre leurs marques à Lansat. Ils ont entendu parler d’un petit terrain vague à l’extérieur de la zone portuaire, où les dresseurs avaient l’habitude de se donner rendez-vous pour se lancer des duels. Il était plus sage de se rendre là-bas pour livrer combat, ils attireraient moins l’intention plutôt que de saccager les rues elles-mêmes. Tous deux étaient des agents d’une organisation criminelle, qui plus est une division secrète où ils valaient mieux prouver sa valeur pour y avoir sa place. Ce soir encore, ils allaient se le prouvez mutuellement… Les spots d’un terrain poussiéreux entouré de grillages mettaient à jour plusieurs jeunes gens avec leurs Pokémon se livraient à des démonstrations de puissances… pathétiques soit dit en passant aux yeux des deux protagonistes. Nozomi se tenait fièrement d’un côté de cette arène improvisée, ses cheveux mi- longs châtains  fouettaient son visage serein, elle leva la main, une PokéBall prête à être lancée : ’’Un seul combattant, jusqu’à l’épuisement, ou le K.O. Tu ne peux pas savoir depuis quand j’attends ce moment, Yvan, il parait que tes coriaces bien que ce ne soit pas ta spécialité.’’ Lui faisant face, l’homme au bonnet avait le visage à moitié dans l’ombre, le côté gauche. La lumière illuminait son tatouage bleu ainsi que sa marque de brulure, mais aussi un regard perçant. Yvan ne lui répondait pas, l’invitant seulement d’un geste de la tête à commencer. Nozomi sourit. ’’En garde !’’ Elle fut la première à lancer sa PokéBall, dans un grand éclair blanc, et sous une épaisse brume, une créature massive légèrement plus petite qu’elle fit son apparition. La chose poussa un grondement et s’avança et fouettant le sol de sa queue, une Nidoqueen chromatique, troquant le bleu de sa carapace contre un vert kaki. Yvan ne bronchait pas, son combattant était déjà choisi, il n’avait aucun doute sur sa victoire prochaine, malgré un problème épineux. L’homme ne lançait pas sa sphère, elle s’ouvrit et matérialisa une forme serpentine juste sous son nez. Un air hautain, la posture haute et droite, un Majespic se dressa comme un colosse devant son adversaire. Lui faisant face, Nozomi s’esclaffa, et tomba en admiration devant sa majesté : ’’Ooooooooooooh ! Je ne savais pas que tu en avais un ! Je m’attendais à voir tomber ton Brasegali en fait…’’ Yvan soupira : ’’Et pourtant ce doit être celui qui combat le moins en duel. Mais je t’en prie, fais donc le premier pas.’’ La jeune fille étudia la situation, concrètement, elle avait l’avantage du type, le poison de son Nidoqueen pouvait sérieusement affecter son opposant, mais les Majespic sont des Pokémon vifs, très rapides, contrairement à sa combattante. Autour d’eux c’étaient massés quelques spectateurs, tout d’abord attirer par la couleur inhabituelle du Nidoqueen. Nozomi savait ce qu’elle avait à faire pour vaincre ce serpent, elle leva le bras et donna une indication d’attaque à son Nidoqueen : ’’Allez ma grande, on va leur mettre la pâtée ! Utilise TombeRoche, ça va l’entraver !’’ En guise de réponse, le Pokémon gronda à nouveau et planta ses bras dans le sol, puis les soulevèrent avec violence, projetant plusieurs rochers de toutes tailles. Yvan et son Majespic regardèrent les projectiles avec indifférence, du regard, il indiqua à son serpent vert d’aller de l’avant et ne pas esquiver. A la grande surprise de l’adolescente, le Majespic se jeta littéralement sous les cailloux, et disparu dans le soulèvement de poussière. Dans la foule, se fut l’étonnement le plus total, certains disaient même de l’homme au bonnet qu’il était un piètre dresseur, un tortionnaire de Pokémon. Nozomi ne savait comment réagir, mille questions fourmillaient dans sa tête *Qu’est-ce qu’il lui prend ? Aurait-il une idée en tête ?* Dans l’ombre de son visage, elle crut le voir bouger les lèvres. En se concentrant, elle en saisi un mot, à peine murmuré, son entrainement d’espionne lui servait bien dans l’immédiat. *Tour- mente ?* Son Nidoqueen poussa un râle, reculant en se tenant la tête, visiblement douloureuse. Dans la fumée, des yeux luisant apparaissaient, mirant Nozomi avec une cruauté inexpliquée. Tsss. Alors Yvan voulait la contraindre à reporter ses attaques… Nidoqueen avait plus d’un tour dans son sac. Elle et sa dresseuse étaient diablement intelligeant, et savait bien une chose évidente sur les Majespic, ils sont quasiment tous des mâles. Nozomi esquissa un sourire, rapidement imité par son Pokémon. Nidoqueen mima une blessure douloureuse en s’agenouilla, puis, fixant la fumée, elle fit… la belle, tout simplement, tel était le secret de la Séduction. Futile ? Loin de là, il semblait que cela avait marché, le Majespic sorti lentement de sa couverture aérienne, la tête basse, visiblement mal en point, désarçonné. Nozomi rit et désigna Yvan : ’’Alors, t’en dis quoi, Yvan ?!’’ ‘’Bien tenté, mais tu ne fais qu’accélérer les choses.’’ Majespic releva la tête, un scintillement dans les yeux, sa peau luisait et laissait échapper des paillettes lumineuses. Nozomi finit par comprendre, se remémorant un ancien cours sur les talents rares ( Tuteur ) Les Pokémons sont des êtres remarquables. Mais les plus intéressants sont border-lines, comme les chromatiques. Il y a aussi ceux qui décident de ne pas ressembler trait pour trait à leurs semblables. Ils développent alors des particularités étonnantes. Prenons par exemples les Majespic, de bien belles créatures, n’est-ce pas ? Dans la nature, quand ils sont blessés, ils puissent dans leurs dernières forces pour booster leurs assauts, tout particulièrement leurs attaques végétales. Puis, quelques-uns, ont une tout autre attitude que l’on surnomme…      *Contestation…* Nozomi tenta de prévenir son Nidoqueen, mais il était déjà trop tard. Le Roi Serpent s’était dressé, une multitude de feuilles acérées en lévitation tout autour de lui. L’attaque fut d’une violence assourdissante, l’impact au sol de la TempêteVerte avait tout de même fait trembler les grillages, et clignoter les spots. Quand le calme revint, le Majespic se trouvait aux pieds de son dresseur, certain de sa victoire. Au centre du terrain, le Pokémon de Nozomi tremblait, peinait à s’extirper d’un mini-cratère qui s’était formé. La jeune fille fila la rejoindre, à son niveau, une de ses PokéBall s’ouvrit toute seul, un Nidoking turquoise l’aida à relever son penchant féminin. Yvan les regardait, impassible, pensif : *Voilà pourquoi je n’aime pas me battre…* Sa victoire était éclatante, peut-être trop…

~ ~ ~

Yvan était posé sur un rocher, Nozomi à côté, ils regardaient tous les deux les lueurs au loin, qui se mouvaient tranquillement sur l’océan. Sur l’herbe, Majespic tenait conseil avec le Nidoking et la Nidoqueen, et semblaient avoir une discussion bien animée. La jeune fille les regardaient un peu mélancolique. ’’Ça va me faire un peu bizarre, de ne plus les avoir.’’ Yvan baissa les yeux vers sa direction. ’’Ce n’est que temporaire, on te rendra tes Pokémons petit à petit pour ne pas trop éveiller les soupçons de l’Académie. D’ailleurs, ça te fais quoi d’y aller ?’’ Son interlocutrice étouffa un petit rire en continuant de fixer leurs Pokémon. ’’Je suis contente, dans le fond. Je n’ai jamais connue ça, comme le fait que je n’ai jamais vraiment eut d’enfance… Je suis née pour servir les intérêt de notre Division, et je suis formée au Renseignement depuis toute petite…’’ Yvan haussa un sourcil, songeur, il se rapprocha pour se mettre à son niveau. Cela avait don d’étonner Nozomi, il était rare de le voir ainsi, il ne faisait pas peur, il avait l’air… sage, et agissait comme un tuteur, un protecteur. ’’Ne dis pas cela comme si on t’avait formaté. Nona, on t’a donné le choix de continuer avec nous, comme celui de partir. Te souviens-tu de ta réponse ?’’ Elle baissa les yeux, et hocha positivement la tête. ’’On va dire que la mission que l’on te confie aujourd’hui, c’est un peu comme une deuxième jeunesse. Et j’ai été choisi pour veiller sur toi, à nouveau.’’ Elle tremblait un peu, sa voix tremblait légèrement : ’’Au fait, Edge… Je voulais te demander, enfin… C’est difficile à dire… J’ai entendu des choses à ton propos, sur le fait de pourquoi tu semblais froid, cruel. Que tout cela avait un rapport avec ton passé. Je voulais savoir si un jour, tu voudras bien m’en parler ?’’ Yvan se surprit à la voir demander cela, de cette façon. Dans l’instant présent, Nozomi ne semblait vraiment plus professionnelle, elle lui semblait trop fragile, et espérait vraiment que cela n’était que passager. Il ne fallait surtout pas qu’elle perde de vue son objectif, alors autant lui dire ce qu’elle voulait entendre. ’’Les Renseignements… les seuls agents autorisés à fouiner dans les dossiers les plus sombres, et faire ressortir nos fautes… Ne crois pas tout ce qu’ils disent, la plupart du temps, on renforce mon image… enfin, la mauvaise partie de moi. Mais c’est un mal pour un bien on va dire, pour faire tenir à carreaux les autres agents. Et pour ta requête, si ta mission se déroule sans accros, alors peut être que je pourrais te parler un peu plus de moi.’’ Nozomi sourit, elle semblait satisfaite. Yvan sorti un petit papier froissé et le lit à haute voix : ’’Nozomi Atachi, jeune fille de quatorze ans, fera sa rentrée à la Pokemon Community. Elle sera accompagné à Lansat par son cousin Yvan Effreyh, ancien mercenaire reconverti en coach soprtif.’’ Il brula le papier avec son zippo et écrasa les restes avec un petit rire. ’’Aaaah… Le Renseignement… Des petits rigolos… Toujours à nous pondre des histoires débiles et des couvertures tendancieuses.’’


Dernière édition par Gaël Sebrus le Mar 23 Fév - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4298-307-je-suis-gael-sebrus-j-ai-un-pichu-et-un-aspicot-qui-dit-mieux-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4586-gael-sebrus-adulte
 Adulte Serveur

Adulte Serveur
Région d'origine : Almia
Âge : 24
Niveau : 14
Jetons : 3396
Points d'Expériences : 199

MessageSujet: Re: Fan Fiction Team Rouage   Mar 8 Mar - 16:51


Faire Face


Il faisait sombre. L’unique source de lumière dans l’habitacle était cette faible leur rouge, venant d’un projecteur grillagé dans l’un des coins. Je me trouvais au milieu du banc, serré à mes compagnons. Le métal vibrait, faisant ressentir la puissance du moteur à l’avant du véhicule. Dans le fond, je ne comprenais pas vraiment ce que nous faisions là. Nous étions vraiment en trop… Mon voisin de droite réajustait son harnais, à ma gauche, on faisait l’inventaire de l’équipement. Moi, je n’avais rien à faire, je savais que tout était en règle, j’aurais bien voulu jeter un œil dehors par l’une des écoutilles, mais on nous l’avait formellement interdit. Et pourtant, qu’est-ce que nous voulions être au courant de ce qui se tramait à l’extérieur. Le blindage était peut être épais, et le grondement du moteur sourd, même à l’arrêt, il était possible de distinguer les clameurs de la foule. Enfin, plutôt les protestations… Nous n’avions vraiment rien à faire là, j’ai pourtant tenté de prévenir mes supérieurs, mais ils n’ont rien voulu entendre. Espérons juste que la journée se passe sans accros, que le calme finisse par revenir. En baissant les yeux, je vis pendre sur mon gilet une arme de guerre, un fusil automatique réglementaire. Depuis ce matin, je me demande pourquoi nous sommes aussi armés, ne serait-il pas judicieux de seulement laisser les forces de l’ordre prendre les choses en main ? Et pourquoi avoir un gros calibre comme celui-ci ? Un simple pistolet-mitrailleur aurait suffi à en dissuader plus d’un. Mais bon, qui étais-je pour protester et remettre en question notre équipement ? Je n’étais que le toubib après tout… Le capitaine s’était isolé à l’avant du véhicule, discutant avec le chef de char, ils semblaient inquiet. Nous étions isolés dans ce véhicule, comme coupés du monde, on n’entendait qu’à moitié le monde extérieur… J’avais les jambes engourdies, cela faisait trop longtemps que l’on poireautait là-dedans, pourquoi ne nous laissaient-ils pas sortir ? Nous serons bien plus utiles à surveiller le cortège qu’à rester planter là. Un son métallique résonna dans l’habitacle, qui eut don de tous nous sortir de l’ennui et du sommeil. L’un de mes camarades grogna en affirmant qu’on venait de tirer à l’arme à feu sur le blindé, les autres prétextaient que cela était inenvisageable. ’’Qu’est-ce que t’en sait ?’’, grogna le forcené. Le capitaine revint auprès de nous et tenta de calmer le jeu. ’’Hey ! Vous la fermez, un peu de tenue bon sang !’’ De la tenue ?! Il se moquait de nous ? Franchement nous n’étions resté que trop longtemps assit à ne rien foutre. Les esprits s’échauffaient. C’est alors que notre supérieur reçu un message radio, on ne pouvait l’entendre à cause de son casque, mais son visage en disait long. Aucun doute, il s’était passé quelque chose à l’extérieur. Il avait l’air inquiet, il me regarda tout particulièrement puis s’en retourna auprès de l’équipage du char. Que voulait-il dire en me fixant ainsi ? Mon cœur commençait à battre de plus en plus vite, j’avais un mauvais pressentiment…
Soudainement, la porte arrière du véhicule émit un son lourd de loquet, faisant résonner à l’intérieur les cris de la foule. Ils paniquaient ? Bon sang ! Il se passait quoi dehors ?! Le capitaine revint auprès de nous et annonça ’’Ok les gars ! On sort et on reste près du blindé. Il s’est passé quelque chose dehors et nous devons maitriser et protéger la foule. Rester sur vos gardes, je n’ai pas toutes les infos.’’ Les troupes approuvèrent d’un hochement de la tête, à l’unisson, c’était presque effrayant. De la lumière envahit le ventre de la bête, la rampe s’abaissa dans un clac sourd contre les pavées de la place. Comme happé par un mouvement de foule, je fus trainé dehors. Le soleil m’éblouit dès les premiers instants, impossible de me repérer. Une main s’accrocha à mon épaule, c’était mon supérieur, il m’intimait de rester en retrait derrière notre blindé. Pourquoi donc ? Je me risquais tout de même un regard vers la foule alors que mes camarades prenaient place tout autour. Les forces armées avaient formées un immense périmètre de sécurité autour du bâtiment que nous protégions, l’Ambassade. Il y avait tellement de monde sur la place… Une masse sombre gigantesque qui protestait et insultait copieusement les soldats, nous, qui n’étions que des étrangers à leurs yeux. Outre les proclamations indépendantistes et les doux messages subliminaux, le capitaine beugla aux hommes de rester près du véhicule, certains s’étant un peu trop éloignés. Nous devions être une bonne vingtaine de groupes comme le nôtre avec chacun son blindé pour appuyer les forces de l’ordre dans la protection du cortège et de l’Ambassade. Puis, un projectile tapa contre l’acier du véhicule, tout le monde baissa la tête. ’’Non de non ! Qu’est-ce qui se passe bon sang ?!’’ Je ne savais plus vraiment qui avait crié son désarroi. Le son résonnait encore dans ma tête, je tentais de m’agripper à la porte du véhicule pour le relever. Mais l’acier ne devait pas être aussi chaud au touché… Le capitaine me fit baisser la tête à temps, quelque chose siffla à mes oreilles. Etait-ce possible ? Je craignais le pire… Je priais pour que cela ne soit que notre imagination commune. Mais les ordres du capitaine en furent autrement… ’’Tout le monde à couvert ! Kelvin est à terre ! Y’a un tireur dans le coin !’’ Kelvin ?! Impossible ! Je relevais la tête, et je voyais près de moi un corps allongé, dont les vêtements avaient changé de couleur. Je tendis le bras pour empoigner son gilet et le trainer vers nous. ’’Bon sang ! Kelvin, tiens le coup !’’ Mais qu’est-ce que je lui disais ?! La balle avait traversé sa gorge de part en part, plus rien ne pouvait le sauver. Il y avait du sang partout, je ne pouvais que presser un bandage contre la plaie pour le calmer, mais il était trop tard pour lui. Ses débattements se faisaient plus lourds, plus lents, ses yeux fixaient le ciel, brouillés par ses propres larmes. Puis, il ne bougeait plus. ’’Merde ! Merde ! Merde !!!’’ Tout s’affolait à la radio, c’était la panique générale, la foule montrait aussi des signes de peurs. Qui pouvait bien nous tirer dessus ? Il n’y avait aucun sens à cela ! J’évitais à présent de regarder le cadavre que j’avais devant moi, me retournant prit d’angoisse vers mon chef dont le visage se décomposait au fur et à mesure des messages radio. On attendait tous un ordre, que faire ?! Des quatre hommes qui étaient derrière le blindé avec moi, des huit autres cachés çà et là tout autours, tous regardaient désespérément le capitaine. Après un court instant qui semblait durer une éternité, la radio du transport se mit en marche et un message général se fit entendre ’’Tireurs Embusqués dans les bâtiments… *grésillements* Immeuble Blanc… *grésillements* Etage Trois – Balcon le plus à Gauche… Chef de Char, autorisation de tirer au 30mm. OUT.’’ Impossible ?! Le Commandement avait perdu la tête ?! Je bondis vers mon chef, je me contrôlais à peine. ’’Faites quelque chose ! Y’a des civils là-dedans ! On ne peut pas tirer !’’ En guise de réponse, je n’eus qu’un pincement de lèvre et le regard fuyant de cet homme impuissant… L’air vibra…. Boum- Boum- Boum- Le temps n’avait plus d’importance, on entendait chacun des coups de ce puissant canon automatique au-dessus de nous. Et au loin, les cris des gens, des innocents, et des pauvres bêtes qui les accompagnait. Tout allait mal. Je sentis mon esprit quitter mon corps, je tombais et me rattrapait avec peine. Mon souffle était court. D’autres messages aussi improbables fusaient. Le monde devenait fou… Se défendre… Tirer dans la foule… Non… Non. Non !!!! Ce n’était qu’un mauvais rêve ! Ma plaque pendait à mon cou, elle était si lourde. Son reflet argenté virait au rouge en fonction de l’orientation. Non… Ce n’était qu’un mauvais rêve !!!!! Faites que je me réveille !!!


~ ~ ~

Une brise fraiche lui caressa le visage, le froid contre sa cicatrice le fit grimacer légèrement, la nuit était calme, on pouvait entendre le son des vagues en tendant l’oreille. Yvan avait l’air absent, ses pensées allaient au mauvais rêve survenu cette nuit. Ses doigts jouaient machinalement avec sa plaque d’identification pendant à son cou. Torse nu, au saut du lit, sa peau était humide, son cauchemar l’avait visiblement bien affecté. C’est du moins ce que pensait Nozomi, en retrait dans la pièce, elle avait beau dormir dans la chambre et lui dans le salon, le mur qui les séparaient n’eut pas suffi à étouffer ses peurs nocturnes. Elle voulue faire un pas, mais la voix de son tuteur la stoppa dans son élan ’’Tu ferais mieux de retourner te coucher, n’oublies pas que tu auras une rude journée.’’ Il était froid dans ses propos, mais la fille y distinguait une irrégularité déconcertante, comme ébranlé. Nozomi ne bougeait pas, elle pensait que tenter de le rejoindre au balcon pour le réconforter allait l’aider, mais sa somation paraissait tout aussi véritable. Il n’était pas de bon ton de le froisser. Après une rapide indécision, elle retourna dans sa chambre. Yvan fixait la mer dans la pénombre, le regard las, se remémorant les événements survenu sur cette ile lointaine…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4298-307-je-suis-gael-sebrus-j-ai-un-pichu-et-un-aspicot-qui-dit-mieux-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4586-gael-sebrus-adulte
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fan Fiction Team Rouage   

Revenir en haut Aller en bas
Fan Fiction Team Rouage
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: hors-jeu :: Flood :: Discussions Autres-