Encore un nanar de film d'horreur [PV Wendy] [Terminé]
Alban Abernaty
Alban Abernaty
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Pokeathlète Coach
Sujet: Encore un nanar de film d'horreur [PV Wendy] [Terminé]   Sam 18 Juil - 15:19
La jungle de Cobaba était un véritable labyrinthe végétal. Ses arbres aux troncs flexibles et à l’écorce moelleuse courbaient l’échine comme s’ils étaient sous le joug d’une tempête tropicale. Les grandes feuilles semblables à celles d’un Tropius et les lianes se balançaient d’un pilier à un autre, et le vert émeraude était parfois moucheté de touches de couleurs vives et fruitées. Il régnait en ces lieux une ambiance étouffante, comme si on se retrouvait pris dans un étau ou dans un long tunnel sans sortie ; sensation qui était évidemment accentuée par la canicule écrasante. Alban, lui, n’aimait pas la jungle. Il y faisait une chaleur suffocante, et sa progression était ralentie par les multiples obstacles que la nature mettait sur son chemin. Une grosse racine faite pour trébucher ? Mais bien sûr. Un marécage surprise ? Tiens, c’est cadeau ! Le pauvre garçon était bien en peine, avec son genou qui lui donnait l’impression d’avancer avec une jambe de métal. Il y avait du mieux depuis qu’il était arrivé, bien sûr. Mais ce n’était pas encore ça.

Son fidèle Zéphyr sur l’épaule, le Voltali continua sa progression laborieuse à travers jungle. Le minuscule Goélise aux ailes dorées piaillait comme un beau diable, essayant de chasser du bout de son bec les insectes qui s’aventuraient un peu trop près du duo. Malheureusement, il s’agitait dans tous les sens et ne faisait que se fatiguer, tandis que moustiques et moucherons contournaient habilement son bec pour se frayer un chemin vers des zones moins dangereuses. Alban lui intima le silence, mais autant parler à une porte ; Zéph’ repris son chant criard de plus belle, faisant fuir les petits Pokémon qui habitaient dans ces lieux hostiles. Ah, décidemment. Ce brave oiseau ne lui obéissait pas encore totalement, certainement à cause de son jeune âge qui le rendait un peu trop enthousiaste, dirions-nous. Pourtant, Alban parvenait à devenir chaque jour un peu plus complice avec le Goélise chromatique, pour son plus grand bonheur.

Pour le moment cependant, l’ambiance n’était pas à la camaraderie. Passionné de voyages et de guides touristiques, Alban avait épluché dès son arrivée sur l’île bon nombre de prospectus. Et comme beaucoup de destinations de vacances, Cobaba regorgeait d’activités à faire et d’évènements sympathiques. Pour le moment, il avait pu voir le ballet des Muciole et Lumivole sur la plage, le spectacle de corrida des Tauros, et même rencontrer le fameux Blitz, l’Altaria couleur arc-en-ciel de Cobaba. Autant dire que même en suivant sa classe d’été, il trouvait le temps de faire de nombreux circuits touristiques et de se cultiver les yeux. Sur sa liste aujourd’hui ? La fameuse maison hantée perdue au beau milieu de la jungle, qui, d’après le prospectus, était « sensations garanties ».

« Venez découvrir la Maison du spectre de Cobaba, l’une des plus célèbres maison hantée de la région ! Forte de plus de 100 ans d’histoire, cette bâtisse a autrefois appartenu à Von Krieg, un richissime duc retrouvé sans vie un beau matin, sans raison apparente. Depuis, on dit que la maison est hantée par le fantôme de Von Krieg, et que, parfois, ses hurlements viennent effrayer les mortels aventuriers. Découvrez son lieu d’habitat, ses chaises cassées lors de ses crises de colère sous forme spectrale, et son fameux chandelier d’argent qu’il prend avec lui lors de ses promenades. Frissons et sensations garanties ! » disait la brochure, accompagnée de plusieurs photos de pièces mystérieuses et délabrées.

Alban n’était pas ce qu’on pouvait appeler un grand froussard. Il aimait les sensations fortes, les histoires qui faisaient peur, et, il fallait l’avouer, sa curiosité avait été attisée par cette étrange demeure. D’ordinaire, les lieux hantés étaient au beau milieu de bois sombres et humides. Mais en plein île tropicale, dans une jungle infestée de moustiques ? C’était pour le moins surprenant. Impatient donc d’arriver à destination, Alban pressa le pas jusqu’à distinguer les pourtours d’un toit en brique noire.

Quelques mètres de plus lui permirent de sortir des bras trop affectifs de la jungle et de déboucher dans un vaste espace ouvert. Quelqu’un devait certainement entretenir les lieux, car aucun arbre ne venait s’aventurer sur les terres de l’habitat de Von Krieg. Alban laissa courir ses yeux ébahis le long de l’établissement, et Zéph’, qui venait de se désintéresser des moustiques, eut même un petit hoquet époustouflé.

- Plutôt sympa, commenta Alban en laissant glisser ses doigts sur la pancarte en bois humide.

Le manoir s’étendait sur plusieurs mètres et se composait de deux étages. Totalement noir, il était tellement vieux que les fenêtres étaient cassées et les planches de bois grignotées par les aléas du temps. Une aura lugubre s’en échappait, comme si la maison était bel et bien vivante ; à moins qu’Alban ne soit uniquement influencé par ce qu’il avait lu dans la brochure. Devant le pas de la porte, quatre personnes étaient déjà présentes. Au centre du groupe, celle qui devait être la guide était plantée comme un piquet, les mains jointes sur sa robe en flanelle. Elle était aussi maigre qu’un tronc de jeune palmier, et son visage était ridé comme une pomme flétrie. Vêtue comme à l’ancien temps, elle portait une robe noire et pourpre, bordée de dentelle sur le col. Un joyau noir et ovale brillait en son centre, dans un écrin d’argent et de jaspe sanguine. Les trois autres devaient être des visiteurs, tout comme Alban. Il y avait une fille aux cheveux touffus et bruns, une autre aux longues nattes rousses, et un garçon à la chevelure corbeau. Le Voltali les salua d’un hochement de tête discret, et rejoignit le groupuscule.

- Vous venez pour la visite ? grinça la vieille guide en tournant ses yeux torves vers lui. Avez-vous réservé votre billet à l’agence de tourisme ou par voie téléphonique ?

Alban aurait voulu lui signaler que s’il n’était pas là pour visiter, il ne se serait pas aventuré dans un coin aussi paumé de la jungle mais s’abstint. Quant à la réservation… par chance, il avait pris son billet car la brochure indiquait que s’inscrire était indispensable. Et à voir cette vieille dame, il était persuadé qu’elle ne l’aurait certainement pas laissé entrer sans. Sortant un billet rectangulaire de sa poche, il le montra à la guide qui hocha la tête.

- Veuillez attendre, la visite ne commence que dans une quinzaine de minutes. Cela donnera le temps aux quelques autres visiteurs de venir s’ajouter au groupe, lui indiqua la guide, tout en restant dans la même position statique qui lui donnait l’impression d’être une gargouille.

Alban en profita pour mieux observer les autres personnes. Il ne savait pas si ces jeunes faisaient partie de l’académie, mais ils avaient entre 14 et 16 ans. La fille aux nattes rousses le regarda et lui décocha un sourire charmeur, qui fit immédiatement fondre Zéph’. La pauvre mouette se cacha derrière son aile et commença et faire de drôles de gargouillis. Alban connaissait son Pokémon depuis assez longtemps pour savoir de quoi il en retournait.

- Ne fais pas attention, dit-il à la rouquine. Il fait ça quand il est devant une fille qu’il trouve jolie. Il est intimidé.

La demoiselle sourit de plus belle et plongea ses grands yeux bleus dans ceux d’Alban, qui se sentit analysé. Visiblement, son charme grand-châtain-sans-expression ne la laissait pas indifférente.

- C’est mignon, répondit-elle avec une moue malicieuse. Je m’appelle Chloé. Et toi, me trouves-tu jolie ?

Alban s’abstint de répondre et dû son salut au garçon qui venait de taper sur la tête de la rouquine d’une pichenette affectueuse.

- Fais pas attention, c’est ma cousine et elle peut pas s’empêcher de faire son intéressante, précisa-t-il en leva les yeux au ciel d’un air entendu. Je suis Basil, et quant à la brune ici, c’est Piper.

La brune le salua d’un signe de main et regarda avec insistance Zéphyr, comme si elle souhaitait qu’il ait la même réaction pour elle. Ah décidément, son détecteur de jolies filles sur pattes était vraiment populaire… Sans prêter attention à toute cette effervescence autour de lui, il se présenta brièvement de son nom et son prénom, et garda le silence quand la vieille guide racla sa gorge. Apparemment, tant de bruit l’agaçait passablement. Entre cette mégère aussi agréable qu’un Drakkarmin, ces deux filles qui essayaient de capter l’attention de Zéphyr, et le garçon exaspéré, Alban allait passer une après-midi… des plus sympathiques. Espérons que le fantôme de Von Krieg serait plus charmant avec lui.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Encore un nanar de film d'horreur [PV Wendy] [Terminé]   Jeu 23 Juil - 19:01
-Iris, utilise fouet-lianes et éclate moi ce rocher sur cet arbre !

La Vipélierre avec une grande détermination, sortit des lianes de couleur émeraude de son corps, s'empara d'un rocher d'une taille plutôt corpulente, et le projeta sur le troncs d'un arbre qui devait être vieux de plus de cinquante ans. Le rocher éclata en mille morceaux sur le sol. Ce n'était plus que des petits cailloux éparpillés sur le sol autour de la base de l'arbre. Sa dresseuse lui donna un deuxième ordre: Iris devait utiliser charge sur l'arbre pour en faire tomber les baies, puis les éclater en utilisant lame-feuilles. La Vipélierre s'exécuta, et fit exactement ceux que lui avait ordonner de faire sa dresseuse. Elle fonça sur l'arbre, en fit tomber les Baies et les décima avec l'attaque Lame-Feuilles. Mais...il n'y avait pas que des baies dans cet arbre.... Des chennipotes en descendirent, furieux, et toisa du regard Iris, qui elle était prête à affronter, mais pas sa Dresseuse. Il s'avèrent qu'elle a la phobie des pokemon insectes. Sa dresseuse parti en courant très loin derrière laissant la vipélierre face à tout les chennipotes. À contre-cœur, elle parti à la suite de sa dresseuse. Les pokemon insectes, les suivirent.

Wendy courue sans savoir jusqu'où, Iris l'avait rattrapée, ainsi que les autres pokemon qu'elles fuyaient. La jeune fille criait de peur et alla de plus en plus vite.  Elle vit au loin un bout de toit dépassée de la forêt. Wendy se trouvait dans la forêt de l'île de Cobaba où elle était avec son école en vacances. La fillette courue jusqu'à ce toit. Iris monta sur son épaule, fatiguée de courir. Elles arrivèrent enfin à cette maison. C'était une maison lugubre, de jeunes gens se trouvait devant. Sakura se tapait la honte à crier. Surtout qu'elle criait pour rien vu que les chennipotes avec lâchés l'affaire. Elle s'en rendu compte un peu tard et paraissait gênée devant les autres adolescents. Trois des adolescents arrivèrent vers elle. Un gars et deux filles. Wendy eut du temps à les distinguer, jusqu'à qu'elle les reconnue. Même si elle avait vécu loin de tout les autres enfants de son âge, il y en avait quand même, des enfants des amis de ses parents. Et il se trouvait que ses ados là en faisaient partis. L'une des filles s'avança, elle était rousse.

-Tiens mes v'là la demoiselle Sakura! Ça faisait longtemps n'est ce pas ? Tu m'as trop manquée ! Non je rigole en vrai j'en ai rien à faire de toi.(rire moqueur)

Cette rouquine s'appelait Chloé quant elles étaient petites, Wendy et elle ne s'entendait pas très bien. Le garçon passa devant la brune et prit la parole, comme pour prendre la défense de Wendy.

-Elle est toujours aimable elle à ce que je vois Marmonna Wendy.
-Ne t'inquiète pas pour elle, fait comme-ci elle n'existait pas. Sinon moi je suis vraiment content de te revoir!

Wendy paressait plutôt gênée face à lui. Deviner pourquoi, je vous jure c'est trop drôle... Quant elle était plus jeune, Wendy était amoureuse de Basil, mais elle ne lui a jamais avouée. Mais plus maintenant ne vous inquiétez pas.

-Moi aussi je suis contente de te revoir Basil !

Elle lui sourit, quand ce fut au tour de la deuxième fille, une brune, de parler. Enfin, sans rien dire, elle fit un câlin à Wendy. Cette jeune fille était la meilleure amie de Wendy enfant.

-Je pensais que je n'allais plus jamais te revoir Wendy! Tu m'as trop manquée mon Roudoudou à moi!
-Toi aussi tu m'as manquée Piper! Mais en fait, qu'est-ce que vous faites tous ici ?
-On habite ici maintenant ! Répondit-elle.
-Mais c'est génial ça ! Sinon je dois vous présentez quelqu'un !

Wendy s'apprêta à leur montrer Iris quant elle s'aperçut qu'elle était avec le pokemon du quatrième garçon qui se trouvait là. C'était un Goélise qui avait l'air chromatique. Il était très beau. Sauf qu'Iris tournait autour du garçon, ce qui devait l'embêter. La fille se tourna vers les trois et leur dit qu'elle revient. Elle se dirigea vers la grand garçon pour récupérer Iris et s'excuser au près du dresseur du Goélise .

Wendy arriva, récupéra Iris et se positionna devant le garçon pour lui parler.

-Excuse moi, ma vipélierre ta embêter et moi je n'ai même pas fair attention à ça, désolé.

Elle retourna avec les trois autres, et leur présenta Iris. Wendy se tourna ensuite vers Basil.

-Qu'est ce que c'est que cette endroit en fait ? Je suis arrivée par hasard. (en désignant la maison)
-C'est la maison hantée de l'île Cobaba. Nous on est là pour la visiter.
-Ah ok, bon bah je viens si vous y allez !

Elle leur sourit et retourna avec eux près de l'autre garçon. Elle le regarda en souriant.

-En fait je ne me suis même pas présentée. Je m'appelle Wendy Sakura, enchantée!

Wendy c'était engagée dans cette visite, sans savoir ce qui allait lui arrivée...

Spoiler:
 
Alban Abernaty
Alban Abernaty
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: Encore un nanar de film d'horreur [PV Wendy] [Terminé]   Mar 1 Sep - 20:40
A dire vrai, Alban ne s’intéressait pas vraiment aux trois personnes qui étaient avec lui pour la visite. La rousse ne cessait de lui jeter des coups d’œil en battant des cils, ce qui le mettait passablement mal à l’aise même s’il n’en montrait rien. La brune essayait d’obtenir les faveurs de Zéphyr en s’approchant progressivement de lui, ce qui était le comble de l’impolitesse compte tenu du fait que son nez touchait presque la joue d’Alban. Quant à Basil, le garçon, il soupirait en levant les yeux au ciel comme s’il était atteint d’une vieille pneumonie. Pour parachever le tout ? La vieille guide ridée comme une pomme dégageait une forte odeur de naphtaline et elle s’était mise à trembler tellement fort que le Voltali eu peur qu’elle lui claque entre les doigts. Attendre. Il fallait qu’il attende encore quelques minutes que les derniers visiteurs les rejoignent, et il pourrait se concentrer sur la maison hantée qui, pour lui, présentait un bien plus grand intérêt. Impatient, il avait croisé les bras et tapotait de ses doigts fins comme pour battre la mesure. Chloé ne cessait de lui poser des questions un peu trop personnelles auxquelles il répondait par monosyllabes ou par un silence pesant. Alban ? Pas aimable ? Il n’avait jamais eu la prétention de l’être, et ces trois personnes ne l’intéressait pas des masses. Pire, il les trouvait même un brin ennuyant. Quoi qu’il en soit, Chloé cessa enfin de lui poser des questions lorsqu’une quatrième personne arriva.

Mignonne et blonde, elle avait de longs cheveux et était accompagnée d’un Pokémon vert qu’Alban ne connaissait pas. Sûrement un type Plante d’Unys ou de Kalos, qui étaient les régions qu’il connaissait le moins. Néanmoins, le garçon attendit qu’elle vienne lui dire bonjour. Ah ben, il n’allait pas se déplacer et aller se présenter spontanément auprès des gens, quand même. Sa timidité l’en empêchait. Son manque d’intérêt encore plus. Néanmoins, la nouvelle arrivante sembla déclencher les passions. Chloé se désintéressa aussitôt d’Alban - ô joie - et alla accueillir la blonde avec une petite pique bien senti. Cat fight ? Bah, c’était sûrement une histoire de filles, Alban ne voulait pas s’en mêler. En tout cas, Basil et Piper semblèrent plus enthousiastes quant à ces retrouvailles surprises, et le châtain détourna les yeux du groupe pour ne pas s’immiscer dans leurs démonstrations affectives. Ca ne le regardait pas, et il n’avait pas envie d’être intrusif en les observant de ses yeux de merlan frit.

Pendant ce temps, le Pokémon de la blonde avait lui aussi déserté la conversation qui se tenait à côté pour venir rendre visite à Alban. Le châtain et le Pokémon s’observèrent, chacun semblant se demander qui était l’autre. Curieuse créature que voilà. Un museau assez pointu qui faisait penser à une forme de feuille, des teintes jaunes et vertes, de grands yeux rouges et un corps qui se terminait par une queue pointue et feuillue. Un petit air arrogant également, et une sorte de col qui n’était pas sans rappeler celui des rois. Il ressemblait un peu à un lézard perché sur deux pattes. Même s’il était bien différent du Galvaran d’Opale. Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Il tournait autour de lui tandis que Zéphyr, paniqué par la présence de ce reptile, venait de sauter d’un petit bond au sol. Avisant la présence des trois autres du groupe devant lui, il se cacha la tête dans l’aile et resta figé sur place, tandis que la dénommée Wendy venait récupérer son propre Pokémon auprès d’Alban.

- Pas de soucis, lui répondit-il lorsqu’elle s’excusa de l’attitude de sa Vipélierre.

Vipélierre, hm. C’était certainement le nom de l’espèce de ce Pokémon, car juste après, Wendy la présenta à ses amis comme s’appelant Iris. Elle décida ensuite de venir avec eux, ce qui fit tousser discrètement la vieille guide. Alban quant à lui se contenta de hausser les épaules quand la blonde vint se présenter à lui, et tenta de ne pas répondre trop froidement.

- Alban Abernaty, enchanté de même, répondit-il sobrement.

La vieille se dirigea vers eux et tourna ses yeux vides vers Wendy.

- Pas de ticket, pas de visite, lui dit-elle de sa voix grinçante et désagréable.

Piper et Basil protestèrent en disant que ce n’était pas juste, mais la vieille ne voulut rien entendre. Par chance, la personne qui devait compléter le groupe s’était désistée, ce qui permis à Wendy de se joindre à eux. Dans un demi-tour dramatique et un brin offusqué, la guide leur demanda de les suivre. Alban se pencha pour récupérer Zéphyr et lui emboita le pas, suivi par les quatre autres qui faisaient un boucan d’enfer. Chose qui semblait d’ailleurs passablement agacer la guide. Quoi qu’il en soit, la vieille dame commença sa visite, et les fit entrer dans une première pièce. L’endroit était plutôt grand. Une cheminée éteinte et noire de charbon occupait une bonne partie du mur. Une peau de bête - était-ce du Tauros ? – était posée à même le sol, ternie par le temps, couverte de poussière et de vieilles toiles d’araignée. Un chandelier reposait sur l’âtre de la cheminée, tandis qu’un gigantesque portrait d’un homme vêtu richement toisait les nouveaux arrivants. La guide toussa pour s’éclaircir la voix et récita :

- Voici le grand salon de Von Krieg. Vous pouvez le voir représenté sur ce portrait. Il avait l’habitude de venir écrire ses lettres à l’ombre de cette chandelle que vous pouvez voir ici. Sa dernière lettre, adressée à Dame Mariella, n’a jamais pu être envoyée car Von Krieg fut assassiné le soir même d’un coup de poignard dans le dos. Des tâches de sang constellent encore son bureau. On dit que empreint de regret, Von Krieg continue d’essayer de rédiger sa lettre pour Dame Mariella, à l’ombre de sa chandelle…

Alban était captivé par le récit. Dit par la voix d’outre-tombe de la guide, on s’y croyait carrément. Le jeune garçon était curieux : où s’arrêtait la vérité ? Où commençait le mythe ? Il avait très peu de repère et autant dire qu’il appréciait ce genre de chose. Il était curieux de nature ; il avait envie d’en apprendre plus et de se laisser surprendre par tout ce que la vieille dame avait à leur apprendre.
Après s’être attardé dans le grand salon, ils passèrent dans un long couloir lugubre pour déboucher jusqu’à une chambre décorée chichement. Comme toutes les autres pièces, elle semblait être extrêmement sale et poussiéreuse. Entendant un léger bruit derrière lui, Alban se retourna et se retrouva nez à nez avec Wendy.

- Tout va bien ? lui demanda-t-il, en pensant que ces drôles de bruits de gorge qu’il entendait venaient d’elle.

Mais à mieux y penser, ça ne pouvait pas être la jeune fille. Il tendit l’oreille pour mieux écouter, et perçu un très subtil bruit de pas au-dessus de sa tête. Il se concentra un peu plus et entendit de nouveau cette espèce de bruit guttural et pas forcément très rassurant.

- Qu’est-ce qui se passe ? demanda Basil, soudainement inquiet.

Alban haussa les épaules. Puis, brusquement, les lumières s’éteignirent d’un coup.

Il entendit un cri derrière lui. Sûrement une des filles, même s’il n’aurait su dire précisément laquelle. Ses sens en alerte, il sentit les poils de ses avants bras se dresser. Zéphyr, sur son épaule, roucoula piteusement, un brin inquiet par cette soudaine obscurité. Alban n’avait que lui comme Pokémon, mais il n’était pas capable de faire de la lumière. Il essaya de tendre la main devant lui pour tapoter sur l’épaule de la guide et demander pourquoi les lumières venaient de s’éteindre d’un seul coup. Pourtant, ses doigts ne se refermèrent que sur du vide. Il entendit un rire guttural et spectral autour de lui. Alban entendit Piper se coller contre Basil et commencer à parler avec un débit mitraillette. Elle ne pouvait pas se taire, celle-là ? Le châtain n’entendait plus rien. Il se retourna pour leur dire de se la fermer un peu, mais un hoquet de Zéphyr le fit réagir. Il sentit un souffle de vent dans sa direction et se baissa instinctivement ; tout juste assez vite pour éviter le projectile qui filait vers lui.

Une lumière de lampe torche s’alluma. Dans la totale obscurité, cette maigre source de lumière était plus effrayante qu’elle n’était réconfortante. Alban tomba sur le visage terrorisé de Basil, et il se retourna pour voir ce qui avait failli l’assommer. Un chandelier. Le chandelier de Von Krieg ? Les filles continuèrent de hurler. Alban, lui, s’approcha de Basil et essaya de lui dire d’éclairer plus loin, mais un autre rire se fit entendre, bien plus fort que les autres. Puis, d’un seul coup, Wendy disparut.

Alban sursauta tellement ce phénomène fut soudain. Il entendit Basil l’appeler, complètement paniqué, et mû par un instinct de survie primaire, le groupe commença à s’enfuir dans la plus totale désorganisation.

- Att… commença Alban, autant parce qu’il trouvait ça stupide de courir que parce qu’il ne pouvait pas vraiment le faire.

Soudain, il flaira la présence d’une ombre spectrale derrière lui et se retourna. Il sentit qu’un petit bras griffu se poser sur son genou, et il écarquilla les yeux, incapable de distinguer plus de choses. Sa dernière vision fut l’obscurité du manoir de Von Krieg qui disparaissait dans un tourbillon de couleur. Il fut pris de nausée et réapparut brusquement dans une petite pièce de ce qu’il reconnut comme l’Office du Tourisme. Après tout, quelle autre bâtisse pouvait être aussi couverte de prospectus et de brochures touristiques ? A part sa propre chambre, bien évidemment. Béat, Alban tomba sur Wendy et sur une employée de l’Office du Tourisme, toute souriante.

- Bonjour ! Alors, la visite du manoir de Von Krieg vous a plu ?

Il la regarda sans trop comprendre, faisant aller et venir ses yeux colorés de Wendy à elle.

- Oh allons, c’était ça, la grande animation. Il n’y a rien à voir dans le manoir à part le grand salon, alors il y a une animation à chaque visite. On éteint les lumières, on vous fait croire que la maison est hantée, et on fait disparaître les visiteurs uns à uns grâce à Phylus, notre Abra. Manque de chance, vous avez été les deux premiers choisis par Phylus, donc vous ne pourrez pas profiter de beaucoup de temps d’animation, les autres pourront avoir jusqu’à 15 minutes de frissons supplémentaires ! Les chanceux !
- Ah…

Alban haussa les épaules, un peu déçu. Finalement, l’attraction était plutôt amusante et bien pensée, mais il aurait voulu en voir plus de ce fameux manoir qui l’avait tant intrigué.

- Enfin bon, tu peux t’assoir là en attendant tes amis. Tu veux un chocolat chaud ?
- Non merci, je vais y aller tout de suite. Bonne journée.

Sans laisser le temps à la dame de dire un mot de plus, il salua brièvement Wendy puis sortit de la petite salle. Zéphyr, sur son épaule, n’avait même pas été plus effrayé que de nécessité. Bah, c’était comme ça. Après tout, cette histoire de Von Krieg ne pouvait pas être réelle… Haussant les épaules, il se dirigea doucement vers la sortie, afin de profiter encore d’un peu de soleil et de visites avant de partir vers d’autres aventures.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Encore un nanar de film d'horreur [PV Wendy] [Terminé]   
Encore un nanar de film d'horreur [PV Wendy] [Terminé]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :