Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2
 :: L'île Cobaba 2.0 :: Le village :: Les habitations

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Janet L. Collins
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t830-janet-l-collins-l-enfant-malade-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t844-janet-l-collins-givrali
Icon : Nul châtiment n'est pire que le remords (Estelle / Janet) Hfdb
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Hoenn
Âge : 21
Niveau : 33
Jetons : 2045
Points d'Expériences : 808
Nul châtiment n'est pire que le remords (Estelle / Janet) Hfdb
8
Hoenn
21
33
2045
808
pokemon
Nul châtiment n'est pire que le remords (Estelle / Janet) Hfdb
8
Hoenn
21
33
2045
808
Janet L. Collins
est un Scientifique Archéologue



Shame.


Le temps sur l’île Cobaba était à l’image de l’humeur de Janet ce matin là. Maussade. Il faisait lourd et de gros nuages gris obscurcissaient le ciel. Pas un souffle de vent cependant pour rafraichir l’atmosphère. On était début août, environ deux jours avant que la jeune dresseuse ne parte en mission avec Audrey et Abel. Les deux dernières semaines avaient été considérablement bien remplies et elle avait pu penser à autre chose. Mais depuis qu’elle était revenue, le souvenir de Léo hantait ses journées, ainsi que les paroles d’Estelle. Elle avait évidemment très peur de venir s’excuser auprès d’elle mais la culpabilité qui la rongeait était plus forte. Elle avait besoin d’évacuer cette tension et de présenter ses regrets.

Lorsqu’elle arriva au bungalow de la Mentali, Janet hésita. Et si elle se faisait jeter ? Si Estelle la pourrissait à nouveau ? Janet n’avait pas la force de subir une nouvelle attaque… Mais en même temps, s’était-elle gênée pour faire de la peine à Léonidas ? Non… Alors se reprendre des reproches dans les dents, c’était peut être tout ce qu’elle méritait au fond.
Son poing tremblait quand elle toqua et les secondes qui se passèrent avant qu’on lui ouvre lui parurent les plus longues de sa vie. Son cœur battait si fort qu’elle le sentait pulser dans chaque partie de son corps. Ses jambes tremblaient et elle sentit une vague de chaleur l’envelopper, comme si elle développait une fièvre soudaine.

Quand elle se trouva face à face avec Estelle, sa gorge se serra. L’espace d’un instant elle crut que les mots n’arriveraient jamais à sortir. Mais la peur de se faire jeter avant qu’elle ait pu parler lui délia très vite la langue.

- Bonjour Estelle… Je sais que tu es tout sauf ravie de me voir mais il fallait que je te parle.

Elle continua sans lui laisser le temps de parler. Les mots brûlaient ses lèvres, il fallait que ça sorte, qu’elle se soulage.

- Je regrette vraiment ce qui s’est passé dans les entrepôts de la Team Rouage avec Léonidas. Je sais que tous les mots du Monde ne rattraperont jamais le mal que j’ai pu faire… Mais je voulais que tu saches que je m’en veux terriblement. Je n’aurais jamais dû m’en prendre à toi, tu n’es pas responsable de ce qui se passe… Et je n’aurais jamais dû m’en prendre à lui. Tu… Tu avais raison. Si je l’aimais autant que ce que j’ai prétendu, j’aurais dû lui envoyer des lettres et être là quand ça n’allait pas… Je ne l’ai pas fait. Je me suis comportée comme la dernière des égoïstes alors que tu as toujours été là pour lui. Tu mérites 100 fois plus que moi d’être sa copine… Et je suis heureuse qu’il ait trouvé quelqu’un sur qui il peut compter.
Je… ça ne rattrapera jamais ce que j’ai fait. Je l’ai compris quand j’ai vu ton regard, celui de Calliope. Je l’ai compris quand Léonidas m’a tourné le dos après m’avoir rendu mes médicaments. J’ai simplement ce que je mérite et je compte bien assumer les conséquences de mes actes.


La jeune fille inclina le buste en avant, en signe de respect. Ses cheveux bleus coulaient devant son visage tourné maintenant vers le sol. Elle sentait des larmes de regret lui piquer les yeux mais elle se faisait violence pour les ravaler. Elle devait se montrer forte et courageuse… Mais…. Mais si seulement elle avait pu exprimer combien elle regrettait… Tous es mots du Monde n’étaient pas assez puissants pour approcher la force de son chagrin.

- Je te présente mes plus plates excuses. Pour ce que j’ai dit ce jour là, pour mon attitude déplacée, pour tout le mal que j’ai causé… Pardon.

Janet ne savait plus quoi dire. Tout se bousculait dans sa tête. Elle détestait cette situation qui la faisait souffrir. Elle avait perdu un ami, elle avait montré sa facette la plus sombre et elle était maintenant seule. Seule, sans amis. Et seule à blâmer pour cette situation.
Maintenant, Estelle pouvait bien la détruire à nouveau, elle était en position pour le faire. Au fond, Janet s’en foutait, elle avait déjà tout perdu.





 
Lately I've been thinking, I want you
to be happier
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Des valises, encore des valises, toujours des satanées valises! Mon bateau partait le lendemain pour Kanto où je devais aller passer quelques jours avec mon père et ma grand-mère. De belles vacances en perspective, même si je les avais revus il n'y a pas si longtemps. Enfin, une partie de moi avait peur de leur avis sur ce qui s'était passé avec la Team Rouage, mais en même temps je n'y arrivais pas. Ils voulaient ce qu'il y avait de mieux pour moi et, en même temps, avaient toujours voulu m'encourager à faire mes propres choix. Je ne pouvais plus quitter Lansat et son Académie, plus après tout ce temps. C'est donc le coeur léger que je remplissais mes bagages, sur un fond de musique folk entraînante que je chantais à tue-tête, dansant ça et là en attrapant un Pokémon au passage. Oui bon, quand je me laisse aller, ce n'est jamais à demi! J'étais complètement dans mon monde, tant et si bien que je ne remarquai que l'on avait cogné à la porte que lorsqu'Ouji-sama, mon starter, ouvrit cette dernière. Oups! Je me jettai sur la chaîne stéréo, baissant le son avant de gagner la porte en vitesse, prenant la place du Servine au regard perçant et royal. Qui pouvait bien venir me rendre visite? Oh... Oh.

Ces cheveux bleus, cet air coupable et intimidé, la pauvre tremblait même. Malgré tout, avant que je ne puisse placer un seul mot, la voilà qui prenait la parole, mentionnant qu'elle savait que je n'étais pas contente de la voir. Ouais, je mentirais en disant le contraire. Je lui en voulais toujours pour ce qu'elle avait fait à Leo, mais en même temps c'était à lui de voir s'il voulait la pardonner ou pas pour ça, pas à moi. Mon avis sur la question était, pour sa part, déjà formulé. Pourtant elle avait continué, libérant une fois de plus un véritable flot de parole, sans me laisser m'exprimer. Peut-être était-ce une habitude chez la jeune fille? Qui sait. Dans tous les cas, elle regrettait terriblement. J'avais raison, elle aurait du lui écrire aussi. Tous les mots du monde n'effaceraient pas ce qu'elle avait fait, mais elle regrettait et je ne pouvais pas douter un seul instant de sa sincérité. Je le méritais cent fois plus? Là je ne sais pas, ça ne me semblait pas juste. Moi aussi, je lui avais causé sa part de douleur et là encore, il n'y avait rien à dire pour rattraper le passé. Le regard de Calliope? C'était elle, la rousse que j'avais écartée? Et si je ne l'avais pas fait? Si j'étais arrivée une seconde trop tard? Est-ce qu'il l'aurait embrassé en retour si l'occasion s'était pressée contre ses lèvres? Bien sûr, je me renfrognai.

La jeune fille s'était alors inclinée, tout le poids du monde sur ses frêles épaules. À ce rythme, je la sentais prête à fondre en larmes, mais ça ne l'empêcha pourtant pas de continuer, de s'excuser juste une fois de plus, directement sur le pas de la porte, là où tous les passants pourraient encore la voir. J'appréciais le geste, mais ce n'était pas bien. Ce n'était pas comme ça que je voulais que ça se passe. Délicatement, je m'approchai donc, déposant une main sur son épaule, pour l'encourager sans m'imposer à se relever pour me faire face. Je n'arrivais pas encore à lui sourire, mais je ne présentais pas non plus de signes d'animosité. J'étais prête à laisser la chance au coureur, mais il faudrait un peu plus pour me convaincre. Ou, plutôt, il me faudrait un peu autrement.

- Entre, je te sers un thé. Enfin, un thé glacé plutôt. J'ai presque fait exploser la bouilloire la dernière fois alors, on m'a interdit d'en refaire...

Je détournai le regard, un peu gênée de ce petit aveux, passant au passage la main derrière ma nuque en une mimique qui ne venait pas de moi, de façon inconsciente. Je refermai derrière elle et la guidai jusqu'au salon, là où mon starter attendait, assis majestueusement dans un fauteuil au dossier haut, toisant notre invitée de son regard le plus hautain, faisant dos à un feu brûlant soudainement dans la cheminée. On avait une cheminée?! Couché sur lui se trouvait le pauvre Chidori que le Servine caressait d'une liane, lui donnant un petit coup sur la tête au passage chaque fois que le petit Pichu essayait de bouger. Il se prenait pour quoi, un parrain de la mafia?!?!! Oh et puis zut, je decidai de l'ignorer et de proposer une place sur le divan à la demoiselle aux cheveux bleu, ce n'était pas la première fois qu'il me faisait un truc du genre. Je m'excusai et allai préparer les verres, la laissant sous la garde impérieuse du petit prince. À mon retour, je plaçai le verre de la jeune fille sur la table basse, devant elle, et allai m'installer en face avec le mien, sur un autre fauteuil. À peine avais-je déposé mon verre sur la table qu'Ouji-sama s'en emparait d'une liane experte pour le boire, comme si je n'avais été qu'une bonne venue les servir pour qu'ils puissent avoir leur conversation sérieuse entre eux. Non, mais ça va pas à la fin!

- Ouji-sama! Laisse partir Chidori, le pauvre. Et c'est entre elle et moi, tu n'as pas besoin de t'en mêler, espèce de diva!

Mon starter fit une moue pincée, Chidori pris la fuite vers la chambre et le serpent se fit plus effacé, sans pour autant quitter son siège. Enfin, la discussion sérieuse pouvait commencer. Je tournai mon regard chocolat vers la givrali, me demandant par où je pourrais bien commencer. Aller, ce devrait sortir de toute façon.

- J'apprécie le geste, celui d'être venue me voir. Ce n'est pas tout le monde qui aurait pris la peine. Petite pause. Tu sais, je mentirais si je te disais que je ne t'en veux pas, ce que tu as fait était mal et Leo en a été profondément blessé, mais je crois aussi que ce n'est pas à moi de te pardonner pour ça, mais bien à lui. S'il ne t'en veut plus, je m'inclinerai et en ferai de même, tout simplement. Pour ma part, tu ne m'as rien dit de vraiment vexant alors, voilà.

Je n'avais pas terminé, mais je m'interrompis quelques instants. Je voulais formuler les choses comme il se doit, parce que la suite me paraissait importante et que je voulais l'aborder de la bonne façon. Hors de question de faire une erreur ici.

- Je me doute que ça va paraître... Enfin, j'ai du mal avec les gens qui disent ça, parce que la plupart du temps c'est faux, mais je comprends. J'ai déjà eu un copain, avant... Enfin, il y a plusieurs mois. Il a du quitter l'académie, obligations familiales, c'est tout ce que je sais. Du coup, d'une certaine façon, ça aurait pu être moi. J'aurais pu me retrouver dans la même situation que toi. Et si ça l'avait été, j'aurais sans doute fait presque exactement la même chose que toi. Enfin... Moi je l'aurais frappé. Du coup j'imagine que je ne suis pas vraiment mieux!

Conclus-je d'un sourire, mon regard un peu timide pour le coup. Malgré tout, ça ne m'empêcha pas de retourner ensuite mon attention vers la demoiselle avec un air adoucit et l'esquisse non-aboutie d'un sourire.  

- Tu as l'air de te torturer déjà bien assez comme ça sinon, je suis pas sadique au point de vouloir en rajouter une couche. Et puis j'aimerais m'excuser aussi, mes paroles ont été... Rudes. J'ai parlé sans savoir vraiment, la maladie ce n'est jamais une mince affaire et je m'en voulais un peu d'avoir juste, balayé ça du dos de la main sans savoir ce que tu as. Même qu'à dire vrai, je ne te connais pas du tout. Pourtant, tu as l'air de connaître Leo depuis un moment, non? Si ce n'est pas... Enfin.... Vous étiez...?
Janet L. Collins
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t830-janet-l-collins-l-enfant-malade-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t844-janet-l-collins-givrali
Icon : Nul châtiment n'est pire que le remords (Estelle / Janet) Hfdb
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Hoenn
Âge : 21
Niveau : 33
Jetons : 2045
Points d'Expériences : 808
Nul châtiment n'est pire que le remords (Estelle / Janet) Hfdb
8
Hoenn
21
33
2045
808
pokemon
Nul châtiment n'est pire que le remords (Estelle / Janet) Hfdb
8
Hoenn
21
33
2045
808
Janet L. Collins
est un Scientifique Archéologue



Shame.


Janet pensait sincèrement qu’Estelle allait l’envoyer paître. Mais non, elle l’invitait pour un thé, c’était étonnant. Elle lui avouait même une maladresse… Elle remarqua bien sa mimique héritée de Léonidas mais ne releva pas. Elle se contenta d’entrer humblement, la tête basse.
Alors qu’elle pénétrait le charmant intérieur, la dresseuse se retrouva nez à nez avec un Servine qui martyrisait un petit Pichu à la façon d’un parrain de la mafia avec son petit caniche sur les genoux. Le pokémon avait un regard des plus… intimidants et Janet baissa les yeux face à lui. Le temps d’attendre Estelle fut extrêmement long…
Lorsque le thé arriva enfin, elle saisit la tasse et inclina la tête pour la remercier. Alors qu’elle allait ouvrir la bouche, le Servine saisit le thé de sa dresseuse pour le boire, ce qui lui valut de se faire enguirlander violemment.
Enfin, la discussion commençait… et c’était à Estelle d’ouvrir le bal.

Contrairement à ce que Janet pensait, Estelle ne l’accabla pas. Au contraire, elle avait l’air presque… Compréhensive. Elle lui pardonnait les quelques mauvaises paroles qu’elle avait eues pour elle. C’était à Léo que revenait le pardon… Et c’était bien là que le bât blessait. Janet resta silencieuse, la laissant continuer. Elle reprenait un peu des couleurs avec les mots de la mentali et ouvrit même de grands yeux quand elle comprit à quel point elle aurait pu être à sa place. Cette confidence lui fit un bien certain.
Mais les bras lui en tombèrent quand ce fut elle qui commença à s’excuser. Elle l’avait accablée sans connaître sa maladie, sans savoir… La jeune fille rougit et balbutia en essayant de la rassurer.

- Non mais ne t’en fait pas… Tu ne pouvais pas savoir…

Elle sembla ensuite vouloir en savoir davantage sur sa relation avec Léo.. Devait-elle vraiment lui confier cela ? après tout… Qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire ? C’était du passé, juste du passé ;

- Comment dire… Euh… Quand j’étais petite, je vivais à Rosyères, j’avais pas mal d’amies… Mais j’ai développé un… Un cancer des poumons. Tout le monde m’a désertée. M’enfin bref. On a réussi à me soigner et je suis partie vivre à la campagne avec ma famille… Notre voisine était la tante de Léo, chez qui il passait beaucoup de temps… Comme on était les seuls enfants à des lieues à la ronde, on a sympathisé, d’abord par défaut, puis on est devenus soudés comme les doigts de la main…

La jeune fille passa une main dans ses cheveux et rit à ces souvenirs qui lui revenaient

- On a fait les 400 coups dans l’élevage de mon père… Je me souviens que j’avais essayé de lui apprendre à tresser des fleurs en couronne et qu’est-ce qu’il était mauvais à ça !

Pour la première fois depuis longtemps, un rire s’échappa de la gorge de la jeune fille.

- Et puis on a dû se séparer à cause des études… Pour se retrouver ici. Disons que ça a été longtemps compliqué… Leonidas m’a longtemps aimée sans me le dire et moi aussi, par peur de paraître ridicule. Et puis je plaisais bien a son meilleur ami, Josh. J’étais incapable de prendre une décision par peur de blesser l’un d’entre eux même si mon cœur tendait vers Léo. Puis c’est lui qui s’est décidé, qui m’a embrassée au cours d’une expédition…

Janet se stoppa. Après tout Estelle aimait Léo et lui relater sa relation avec lui devait lui faire du mal, quelque part.

- Enfin bon. Peu de temps après je suis partie et… Et voilà où nous en sommes. Je ne pense pas qu’on se reparlera de sitôt lui et moi… Mais il a raison de vouloir m’éviter.

Le regard de la dresseuse s’assombrit de nouveau. Elle revit la haute silhouette du jeune homme la quitter dans la base de la Team Rouage… Son cœur se serra si fort qu’elle cru qu’elle allait se remettre à pleurer.

- Enfin. On dit que lorsque la douleur s’estompe, seuls restent les souvenirs heureux… J’espère.

La jeune fille ne savait plus quoi dire. Elle ne voulait pas abuser de l’hospitalité d’Estelle mais craignait de prendre congé trop vite et d’avoir l’air d’une lâche.

- D’un côté je suis contente… Tu as prouvé que tu es capable de prendre soin de lui, bien plus que moi. Leonidas a besoin d’une fille forte, brillante, épanouie pour prendre soin de lui. Faiblarde comme je suis… Je n’aurais jamais été assez forte pour le soutenir et le rendre heureux, de toute façon.




 
Lately I've been thinking, I want you
to be happier
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum