Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Mer 9 Sep - 23:28
Quelle journée épuisante ! Premier jour de cours et Kaiminus et moi avions l’impression d’en avoir déjà plein les pattes. En même temps, il fallait que je découvre l’académie par moi-même et courir dans tous les sens pour ne pas être en retard à tel ou tel cours. Un vrai casse-tête chinois… Kaiminus trainait la patte à côté de moi, lui aussi visiblement éreinté. J’avais plus l’habitude de le voir courir à droite à gauche et dans cet état il me faisait un peu de la peine. Je me penchais pour l’attraper et le mettre confortablement au creux de mes bras. Une caresse sur sa peau douce et lisse et il s’endormit dans mes bras sans demander son reste. Qu’il était mignon… Sa couleur chromatique ne faisait que rajouter à son charme naturel.

-Ne t’inquiète pas Kaiminus, je m’occuperais bien de toi ! Lui glissais-je en venant frotter ma joue à sa tête. Une douleur m’attrapa soudainement à l’oreille et je criais dans la nuit noire extirpant cette dernière. Lâche-moi Kaiminus !

Une minute plus tard, nous étions de nouveau en marche. Dans son sommeil, mon starter mâchouillais avec ses crocs et autant dire que je l’avais appris à mes dépends. Néanmoins, je trouvais que cela rajoutait une touche de fantaisie à nos aventures, toujours plus rocambolesques les unes que les autres. Chaque personne peuplant l’académie avait un caractère qui lui était propre et le distinguait des autres. En somme, tous ces êtres uniques formaient une belle bande hétéroclite. On retrouvait parfois des similitudes dans les élèves composant un même dortoir, mais c’était plus un trait de caractère général qu’une véritable personnalité commune. D’ailleurs en parlant de dortoir. J’arrivais au mien, le fier dortoir Noctali !

Ce dortoir abritait un tas d’élèves d’un niveau exceptionnel. La plupart étaient ce que l’on appelait des topdresseurs et j’aspirais à en devenir un à mon tour. De plus, le style très sombre du bâtiment me correspondait parfaitement… Du noir sur du noir, que demander de mieux ? Il y avait certes une ou deux couleurs de plus pour ne pas laisser les esprits faibles déprimer mais dans l’ensemble, c’était le noir qui ressortait aux couleurs du pokémon qui offrait gracieusement son nom au dortoir. Je passais les portes en compagnie de Kaiminus… Ah celui-là, je ne pouvais m’empêcher de vouloir le presser contre ma joue, sachant les risques que j’encourais à le faire. Seulement je n’eu pas le temps de réaliser ma pensée que tout devint flou. J’entendis la porte que j’avais ouverte se claquer derrière moi et ma vue se troubla. J’étais mal, vraiment mal, sur un bateau peut-être ? J’en savais véritablement rien. Tel un pokémon, je tombais K.O. à la renverse.

Le réveil fut moins brutal que la chute. A demi-sonné, j’ouvrais les yeux à moitié, littéralement étalé sur le sol d’entrer du dortoir. Sur moi, je sentais Kaiminus s’agiter après un réveil qu’il devait juger trop soudain à son goût. Je lui donnais maladroitement une caresse pour le rassurer et me relevais d’un coup. Ouhla… La tête qui tourne maintenant. Chute de tension à mon avis, il aurait mieux valu que j’aille doucement. Attendant qu’une minute passe, je regardais autour de moi cet étrange hall d’entrée qui ne m’était pas tant que ça familier. Tout y était très propre et net. La télé du hall d’entrée de mon dortoir avait disparu, remplacée par un buffet allègrement alimenté en nourriture et boisson. Une odeur mélodieuse flottait dans l’air qui n'échappait pas au nez aguerri de mon starter. En voyant les petits gâteaux entreposés sur le buffet, mon pokémon ne pu s’empêcher de s’y jeter.

Le regardant faire, je comprenais tout doucement que cet endroit n’était PAS le dortoir Noctali ! Ma gorge se racla d’elle-même en découvrant la nouvelle alors que mon petit monstre dévorait tout ce qui lui passait sous la main. La raison m’indiqua de me relever rapidement et de le chercher pour fuir par la porte d’entrée avant que quelqu’un ne me repère. Il était tard, j’avais l’avantage de savoir tout le monde au lit. Je courrais donc attraper Kaiminus qui se vit arraché du buffet au moment où il allait se régaler d’un autre gâteau, le voyant tristement retomber à sa place intact. Me précipitant vers la sortie, je n’entendais que les battements de mon cœur s’accélérer, m’imaginant que mon petit monstre protestait de tous ses crocs de l’avoir empêché d’avaler sa dernière sucrerie.

La porte ! Vite ! J’y étais presque ! Je tendais le bras ne contenant pas mon starter aquatique vers la barre qui servait à pousser la porte. BAM ! Je m’étalais comme une crêpe contre la vitre. Cette fois mon cœur ralentit suffisamment pour que j’entende les cris de Kaiminus fortement mécontent que je l’aie entrainé dans ma bêtise.

-Calme-toi si tu veux pas réveiller tout le dortoir ! Je te signale qu’on est suffisamment dans la crotte là ! Et dès le premier jour qui plus est…

La porte ne s’enclencha pas après, ni celle-ci, ni les autres. Mon intervention eu au moins le mérite de calmer Kaiminus qui se tut en se rendant compte de la situation. Il était malin ce petit, dommage que je ne puisse pas lui demander de crocheter la porte avec ses griffes. Pas mon genre d’abimer le matériel et l’infrastructure de l’école. Et encore moins de me prendre pour un voleur en fuyant ainsi. Il y aurait certainement une enquête et si à son terme on définissait que c’était moi la cause de tout, je me retrouverais dans de beaux draps ! Quelle autre solution s’offrait à moi ? Rester là et attendre qu’on vienne m’ouvrir, essayer de trouver une fenêtre par laquelle passer, peut-être voir si je pouvais trouver quelqu’un qui puisse m’ouvrir dans les étages supérieurs. Aucune de ces options n’était vraiment agréable, dans tous les cas, je me ridiculiserais d’une façon ou d’une autre. L’idée de la fenêtre restait toutefois la meilleure pour ma réputation mais la moins propre question pour mon honneur.

Avec tout le vacarme que nous avions fait, peut-être que quelqu’un viendrait nous libérer. Je m’asseyais donc au milieu du hall d’entrée et des gâteaux tombés à cause de Kaiminus. En prenant un de temps à autre pour me redonner de l’énergie, mon starter en gobait une dizaine à la minute. Je le retenais collé contre mon ventre pour éviter qu’il s’empiffre de trop, complètement décontenancé par ma situation.



HRP - Voilà, je suis coincé dans votre dortoir les Mentali. Si quelqu'un veut bien venir à ma rencontre, j'en serais ravi, sinon c'est moi qui viendrait ^^
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Jeu 10 Sep - 13:04
Intendant à accumuler une certaine expérience théorique sur les concours de coordination, Hanaë siégeait au milieu de la salle commune depuis quelques minutes déjà, soit peu de temps avant le réveil de ces fières et suantes Pyroli. Personne ne semblait l'observer en cachette et, pour une fois, peut-être que la préfète ne souffrait pas de ses insomnies chroniques. La demoiselle de rouge eût donc libre loisir de se faufiler furtivement jusqu'à ladite salle commune, se posant alors avec relâchement sur un siège rembourré aux couleurs de l'eeveelution psychique. Plus loin, Feitan se cachait à l'ombre d'un couloir pour guetter les environs. Le petit Osselait à la peau d'ébène était prêt à alerter sa dresseuse à tout moment si fouineuse il y avait. Hanaë attendit néanmoins quelques secondes avant d'allumer l'écran plat siégeant dans la salle commune, veillant à baisser le son au niveau le plus bas possible afin de ne pas réveiller les pies. Une fois ceci fait, la voilà donc devant les rediffusions des concours de coordination les plus prestigieux. Tout ce qu'elle y vit n'avait été que paillettes, joie, bonne humeur, tonnerre d'applaudissements et autres éléments capable de rendre envieux les Bisounours.

– C'est répugnant, marmonna-t-elle alors que son starter remonta soudainement jusqu'à sa dresseuse, signalant ensuite sa présence par un petit coup d'os sur le genoux. Qu'est-ce qu'il y a ?

L'Osselait leva sa masse en direction d'une salle partiellement obscure, de laquelle on pouvait entendre quelques bruits si on se concentrait un tant soit peu. Par réflexe de survie, Hanaë se saisit promptement de la télécommande et éteignit l'écran, plongeant ainsi la salle commune dans l'obscurité nocturne. À pas d'Absol, la nouvelle élève s'approcha de la source de tous ces petits sons étrange, bientôt suivie de Feitan qui s'assura de ne pas laisser traîner son os sur le somptueux carrelage. Dans la pénombre, Hanaë dût progresser avec silence et lenteur, se servant de ses mains pour tâter les objets à proximité d'elle et donc pour se repérer. Finalement, elle ne tarda pas à atteindre le petit couloir ouvert séparant l'entrée et la salle où elle se trouvait précédemment. Dans cette première, l'éclairage y était un peu plus présent et sans doute dû aux rayons extérieurs qui transperçaient les vitres de la porte close. Devant cette portée vitrée à double battants se trouvait deux silhouettes, une humaine et une bien plus petite et "monstrueuse", sans doute celle d'un Pokémon.

Toujours aussi discrètement, Hanaë se glissa à l'intérieur du hall et observa la proie, visiblement captive de ce dortoir qui ne devait pas être le sien, si on en jugeait pas son affolement mais aussi par son apparence. Un garçon. Même si légèrement androgyne au niveau de la silhouette, c'était un garçon. L'étranger se mit d'ailleurs à parler à son Pokémon. La Mentali prêta une oreille particulièrement attentive à cette courte conversation tandis qu'elle retînt un soupir.

– Calme-toi si tu veux pas réveiller tout le dortoir ! Je te signale qu’on est suffisamment dans la crotte là ! Et dès le premier jour qui plus est…

Sans doute aurait-il pu être bien plus vulgaire que ça. Le mot "crotte" n'était pas assez fort pour désigner le merdier dans lequel il s'était fourré, surtout depuis que la miss Hawkins est en train de l'épier. Pourtant, il n'essaya pas de sortir par forcing sur la porte. Quel malheureux ! Ainsi se retrouvait-il au milieu de hall, en n'ayant que pour seul compagnie son pauvre petit Kaïminus. Quelques mètres plus loin, Hanaë se délectait de cette vision, de cette peine visible sur le visage du garçon qui étouffait son chagrin dans les délicieux petits gâteaux de Melty Potts. Combien de temps fera-t-elle durer ce calvaire ? Sans doute assez pour rigoler un bon coup. Il lui fallait pourtant passer à l'action avant que quelqu'un d'autre ne débarque, d'autant plus que ce garçon n'était pas aussi discret qu'il voulait l'être. Pour sûr que d'autres Mentali allaient débarquer si Hanaë ne faisait rien, et c'était hors de question. Une proie égarée n'appartient qu'à la première personne qui la trouve. La rouge sortit donc de l'ombre, quittant sa démarche lente et légère pour quelque chose de bien plus naturel, soit quelque chose de hautain. Elle bomba sa poitrine, redressa son dos et releva le menton tandis que Feitan ne se gêna désormais plus pour faire claquer son os sur le carrelage. Clic, clac, clic, clac. À chaque fois que le Pokémon passait d'une case à l'autre, l'écho de son arme sur le sol retentit à travers le hall, ne laissant rien présager de bon. Enfin, le binôme se démarqua totalement de l'ombre, jusqu'à se faire visible des captifs.

– Un voyeur, de si bonne heure ? Étiquetage terminé. Il ne reste plus qu'à resserrer l'étau autour de cette pauvre victime aux airs innocents. Je ne vais pas tourner autour du pot. Achète mon silence. Jetons, Pokémons, services... Propose-moi tout ce que tu peux et j'aviserai, à moins que tu ne souhaites te retrouver avec des dizaines de Mentali sur les bras. Petit sourire hypocrite traduisant tout le sadisme évident de cette étudiante. Oh, j'oubliais ! Quelle est l'identité de mon petit Cornèbre en cage ?

HRP:
 
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Jeu 10 Sep - 14:35
Un petit gâteau… Puis un deuxième… Je me consolais dans la gourmandise offrant de temps à autre un gâteau à mon Kaiminus serré contre mon torse. Il tentait chaque fois que j’en prenais un pour moi de me le chiper au passage, en vain. J’avais l’avantage sur lui d’être grand et de pouvoir passer au-dessus de sa mâchoire salivante. Il n’était pas maltraité ce petit mais avec tous ceux qu’il avait mangés avant que je ne m’assois, il fallait que je sois raisonnable pour lui. Posé en tailleur sur le sol, je n’avais rien pour m’occuper et il ne serait pas trop tôt d’aller demander à l’étage supérieur un peu d’aide. Si tant est qu’ils acceptent de m’aider sans rechigner.

Clic clac clic clac. D’où venait ce bruit ? Clic clac clic clac. Ca se rapproche. Clic clac clic clac. Kaiminus et moi tournons la tête de concert vers le claquement roque d’un objet sur le sol carrelé. Reposant mon pokémon tandis qu’il est captivé par le bruit, je me relève en m’appuyant de ma main pour m’y aider. Debout, je commençais à distinguer la silhouette féminine ainsi que celle du pokémon l’accompagnant, surgissant tous deux de nulle part. Le sourire aux lèvres, je retrouvais espoir d’être libéré mais un petit pressentiment venu tout droit de ma jambe droite m’indiquait de me méfier. A y regarder de plus près, c’était Kaiminus qui s’était accroché à ma jambe avec ses crocs. Oh, il venait se réfugier auprès de son dresseur… Quoi ? Il me mordait ? Je bougeais frénétiquement la jambe jusqu’à ce qu’il stoppe son agression, perdant de vue l’espace d’une seconde la fille qui s’avançait dans le hall.

Dans la semi pénombre de la nuit filtrant au travers du vitrage de l’entrée derrière moi, cette fille à la chevelure écarlate ne manqua pas de m’annoncer la couleur aux premiers mots. Ainsi donc elle me prenait pour un voyeur… C’était loin d’être le cas mais de son point de vue et dans sa position, sa déduction était tout à fait compréhensible. D’ailleurs en parlant de position… Elle était assez resplendissante avec cet air hautain qui lui siérait à merveilles. Tous deux me jetaient néanmoins un regard perçant et presque glaçant que je distinguais parfaitement même avec cette faible luminosité. Kaiminus s’était replacé à côté de moi, serrant sa mâchoire avec une méfiance certaine envers ces deux individus. Mon starter l’avait bien deviné, je n’étais pas tombé sur la plus aimable des dresseuses. Au contraire, elle choisissait ses mots avec soin pour ne me laisser aucune marge de manœuvre… Vraiment aucune. Que je lui achète son silence qu’elle disait ? Je n’avais ni jetons à offrir, ni pokémons, et je me mettrais encore moins au service d’une telle personne. Mais n’étions nous pas dans une école pokémon ? Il n’y avait qu’une seule manière de régler cela à mes yeux si elle n’acceptait pas d’elle-même de me libérer ! Me pointant d’un pouce up, j’entamais à mon tour la discussion, souriant autant que possible. Je n’allais pas me laisser intimider si facilement !

-Je m’appelle Paul Nyllis et je suis un Noctali. Dis-je fièrement en termes de présentation. Je ne suis pas un voyeur et je suis prêt à te le prouver au cours d’un match pokémon ! Je n’ai de toute manière rien à t’offrir si ce n’est cela. En toute logique, tu vas rameuter tout le dortoir si tu dis vrai, alors réglons cela dans un combat et n’ayons pas peur de réveiller tout le monde. Si tu gagnes, tu auras le mérite de pouvoir me demander le service que tu souhaites… Mais si tu perds, tous les soupçons posés sur moi seront abandonnés et je pourrais repartir. Qu’en dis-tu ?

Je n’avais rien à perdre que de tenter ma chance et mon regard passa à la braise en préparation au combat. Kaiminus approuva mes dires en boxant l’air devant lui avant de s’avancer pour s’engager dans la bataille de lui-même. Nous avions beau être fatigués par cette journée haute en couleur, nous n’allions pas nous laisser faire aussi aisément. Je suis un dresseur de pokémon, pas une chochotte et il en va de mon honneur ainsi que celui de mon pokémon de montrer à cette Mentali que nous ne nous plierions pas à ses exigences saugrenue. Il était de son droit de refuser de m’affronter, mais elle en perdrait la face à mes yeux. Refuser un défi lancé était une honte pour un dresseur, quel que soit son niveau. Perdre faisait partie des aléas de la vie et évidemment que nous ne pouvions pas gagner à chaque fois. Mais le minimum imposait de relever les défis qui se présentaient à nous sauf cas de force majeur.

Mes yeux embrasés et un large sourire dessiné sur mon visage, j’étais fin prêt à en découdre. Je n’imaginais pas la défaite sous ces splendides éclats de lune.


HRP - Oh, je suis très heureux d'obtenir une telle réponse à mon premier post :3 J'ai hâte de voir ce que ta cruauté va décider de me faire ^^
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Jeu 10 Sep - 17:51
Refus d'obtempérer. Hanaë réprima un soupir frustré quoique légèrement doux. Ce garçon faisait preuve d'une résistance naïve et vaine, cela en était presque adorable. Sa présentation on ne peut plus originale attira néanmoins l'attention de la rouge, ou plus précisément le fait que ce Paul appartienne au dortoir Noctali. Nox y était aussi. Pauvre garçon ! Tourmenté par la fille et bientôt par son jumeau. Était-ce à plaindre ? Sans aucun doute. Qui plus est, cet inconscient n'arrangeait rien à sa situation en faisant preuve d'une telle prétention, un trait propre à ces pseudos dresseurs qui règlent les trivialités du quotidien par un duel. Hanaë croisa simplement les bras sous son opulente poitrine pendant que Feitan rappela sa présence en agitant son os au dessus de sa tête. Le petit Osselait était déjà prêt à se battre. Il est bien dommage que sa dresseuse voyait les choses sous un tout autre angle.

– Je ne pense pas que tu sois en mesure de poser les conditions, petit Paul. Impatience, ô grande impatience qui se traduisait par les doigts de la main droite de la Mentali, en train de tapoter le bras sur lequel ils étaient posés. On aurait dit qu'il croyait dur comme fer en ses propos, le jeune Noctali. Hanaë le toisa néanmoins de haut en bas puis de bas en haut avant de reprendre la parole d'un ton plus sec. Quel serait l'avantage à ce que je prenne des tels risques pour un seul service ? Cela ne vaut aucunement une éventuelle destruction du hall. Je suis néanmoins prête à accepter.

Pour sûr que ça sentait l'entourloupe. Hanaë s'avança prudemment vers Paul, faisant néanmoins un petit signe à Feitan afin qu'il reste immobile. Son but n'était pas de déclarer ouvertement la guerre, mais plutôt de négocier les termes du contrat. Volontairement, elle laissa ses talons claquer contre le carrelage, ralentissant progressivement sa marche dans l'unique but de faire durer la torture. Assurée, confiante et surtout un poil dédaigneuse, elle se permit de regarder de haut son interlocuteur puis s'arrêta à environ deux mètres de lui, ne serait-ce que pour marquer la distance entre elle et le Kaïminus qui semblait avoir la mauvaise manie de vouloir mordre tout ce qui lui passe sous la mâchoire. Son sourire hypocrite se fit encore plus large qu'auparavant, ses iris s'illuminèrent d'un éclat malicieux tandis qu'elle prit le soin d'humidifier sans gêne ses lèvres, telle une hyène devant un fumet saignant et odorant, devant son fumet.

– Evidemment, je poserai une dernière condition. Le service ne sera pas quantifiable, mais durable. Une semaine est le strict minimum pour une prise de risques de cette envergure. Lentement, elle se remit en marche, tournant désormais autour du Noctali tout en gardant un œil sur sa bestiole chromatique. Une fois derrière lui, Hanaë se rapprocha quelque peu et balada une de ses mains sur l'épaule droite du garçon, mains qu'elle fit glisser jusqu'à la pliure du coude avec lenteur et sadisme tandis qu'elle s'éloigna enfin, se rapprochant de Feitan alors qu'elle tournait désormais le dos à son interlocuteur. Si tu me distrais convenablement, je pourrais même t'appeler laquais, au lieu de larbin. Telles sont mes conditions, immuables et non discutables.

Enfin retourna-t-elle aux côtés de Feitan, d'un pas toujours aussi lent et qui se voulut le plus provocateur possible. Ce Noctali ne devait pas avoir son mot à dire. Il était enfermé ici pour on ne sait quelle raison, la discussion ne suivait donc pas un courant propice à ses intérêts. Hanaë le savait très bien et alla même jusqu'à prier Feitan de s'avancer de quelques pas, dans le but de se préparer à l'affrontement. Pendant ce temps, la Mentali ne se gêna aucunement pour se saisir d'une chaise cosy propre à l'environnement du dortoir, puis pour la placer face au lieu de l'affrontement. Elle s'y assit ensuite, croisant bras et jambes avec indolence. Enfin posée, l'autoproclamée reine put prononcer ses dernières paroles.

– Nous vous attendons. L'abandon n'est pas une issue.
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Jeu 10 Sep - 23:59
L’attente ne se fit pas bien longue. Les bras croisés sous sa charmante poitrine, je ne pouvais lui retirer ça, elle me toisait du regard comme un avorton. Ce sentiment de supériorité qu’elle se prêtait ne m’atteignait guère. Elle pouvait très bien m’appeler par tous les noms qui lui passeraient par la tête, je ne plierais pas à ses exigences ! Cependant, bien que je croyais qu’elle refuserait le duel et en appel aux filles du dortoir pour me régler un procès truqué et rapide où je me retrouverais piégé… Elle s’approcha de moi, ralentissant à mesure qu’elle grandissait dans mon champ de vision. Ses talons martelaient le sol. Un tel bruit aurait pu réveiller quiconque se trouvait à moins de vingt mètres alentours. Il en devenait presque agaçant et je me demandais si elle n’en faisait pas exprès pour me perturber. Toutefois je remarquais qu’elle n’était pas imbécile, ayant pris la peine de mettre une marge de sécurité entre son corps et celui de mon Kaiminus. Non pas que je lui aurais ordonné de l’attaquer mais mon starter avait cette fâcheuse tendance de s’accrocher à tout ce qui l’entourait avec ses crocs… Et notamment les humains… Pour ne pas se mentir, moi principalement. En même temps, je partageais ma chambre et ma vie scolaire avec lui. Il n’avait pas plus proche victime que moi.

Pendant que je me remémorais toutes ces fois où je m’étais fait mordre par mon Kaiminus en deux jours, la diabolique dresseuse continuait son numéro de princesse. Elle était prétentieuse comme crésus et mes yeux n’en pouvaient plus de la regarder. Elle qui avait un corps si parfait s’enlaidissait par sa méchanceté et ses chevilles enflées. Néanmoins, elle ne m’étonnait pas. Sa condition avait été facilement décelable et je ne m’attendais pas à moins de sa part. Si elle voulait me ridiculiser, autant le faire longtemps, non ? En somme j’étais d’accord avec ce principe et je ne prétendais en rien la contredire là-dessus. De plus avoir une charge aussi lourde sur les épaules m’offrait plus d’énergie pour le combat futur. A mes pieds, Kaiminus comprenait très bien la situation et il répondit à sa manière en lui tirant la langue avec une grimace. Je l’aimais vraiment ce petit pokémon, il réalisait tout ce que moi je n’étais pas capable de faire face à elle. Son âme encore d’enfant et son plaisir à faire des farces lui permettaient une aisance suffisante pour se moquer d’autrui lorsque le contexte s’y prêtait comme cette nuit.

La princesse écarlate n’en démordit pas, se mettant à tourner autour de moi. Certainement qu’elle me toisait du même regard que tout à l’heure, alléchée à l’idée de faire de moi son esclave ou son serviteur… Un truc du genre quoi. Moi, je ne bougeais pas d’un millimètre, me laissant presque faire, un sourire toujours aux lèvres pour lui montrer que je n’abandonnais pas la partie. Elle pouvait bien continuer son numéro, elle ne faisait que m’aider à m’embraser. A brûler tel un brasier ardent ! Dans mon dos, je sentis sa présence se rapprocher de moi. Puis sa main glissa avec lenteur sur mon bras. Je réprimais un frisson qu’elle provoquait délibérément en ralentissant son geste sur mon corps. Sa silhouette désormais de dos se mouvait pour retourner à sa place initiale avec la même lenteur dont elle faisait preuve depuis le début. A la voir ainsi, c’était presque à se demander si son cerveau réagissait lui aussi à cette vitesse.

-Je n’en attendais pas moins de toi. Mais tu pourras te passer de m’appeler laquais. Larbin me suffira. Fis-je en sentant ma peau devenir chaude.

Ma température augmentait. Non pas sous la honte ou la peur. Seule l’excitation me guidait en ces lieux. Cette aventure inopinée se déroulait d’une manière étrange, pourtant je ne pouvais m’empêcher de penser que je ne la regretterais pas. Je n’avais pour unique indice de savoir que j’étais dans un dortoir féminin et je m’apprêtais à affronter une élève qui pouvait très bien être dans cette école depuis bien plus longtemps que moi. D’ailleurs, elle s’était préparée la minette. Une chaise confortable, son pokémon avancé, son côté du terrain était sur le stand by pour le départ. Mes yeux s’agrandirent comme si ma perception évoluait à un stade supérieur. Ma position initiale se transforma en celle d’un boxeur aux poings abaissés qui en voulait.

-T’inquiète pas, j’arrive… Abandonner n’a jamais été une option. Ma main ouverte se jeta vers l’avant, criant mon ordre suivant. Kaiminus attaque Pistolet à O !

S’exécutant, le jet d’eau apparut d’abord dans le creux de la gueule du pokémon aquatique avant de se déverser de toute sa puissance sur le pauvre Osselait situé près de la fille. Si par une véritable malchance le jet n’atteignait pas sa cible, je jouissais à l’idée qu’il puisse arroser la dresseuse. Qui sait, une douche froide pourrait lui remettre les idées en place ? Trêve de rêverie, la faiblesse d’Osselait résidait dans les attaques eau et glace de Kaiminus. De plus, si j’arrivais à garder la distance, je n’aurais qu’à me méfier de l’os qu’il tenait fermement en main. L’avantage théorique m’appartenait… Qu’en était-t-il de la pratique ?
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Ven 11 Sep - 21:29
Simple sens de l'honneur, pure bêtise ou bien inconscience profonde ? Quoi que ce soit, le petit Paul ne perdit pas le nord et n'abandonna donc pas. Bien que satisfaite, Hanaë réprima son sourire au profit d'une expression plus froide qui lui seyait à merveilleux. Elle offrit ensuite volontairement l'initiative à son opposant malgré que les types ne jouaient pas en sa faveur. Le fait est que la Mentali, bien trop imbue d'elle-même, ne pensait pas pouvoir perdre face à un tel inconscient. C'est avec la même dose d'assurance que Feitan se dressait face à son adversaire, tapotant frénétiquement le carrelage avec sa masse tandis qu'il attendait le premier assaut. Heureusement, son impatience ne fut pas titillée plus que ça puisque le Noctali pria son compagnon d'utiliser Pistolet à O. Cette attaque était super efficace. Certainement. Éventuellement. Peut-être. Il faut dire que Hanaë ne brillait pas pour ses connaissances en stratégie, d'où le « prudence est mère de sûreté » qu'elle murmura à l'instant même.

– Minimise les dégâts. Aucune goutte ne devra me toucher, Feitan.

L'Osselait hocha la tête sans gémir avant de prendre une posture défensive. Il tendit une de ses pattes vers l'arrière, se rapetissa de quelques centimètres et étira ses deux bras vers l'avant, plaçant ses petites mains aux extrémités de sa masse. Le jet d'eau pressurisé l'atteignit finalement, le forçant à reculer de quelques carrés. Au final, la patte tendue vers l'arrière servit de frein puisque le bout griffu parvînt à se caler sur une petite raie rocheuse séparant deux carrés de marbrés. Hanaë observa la scène d'un œil impassible tandis que son starter luttait pour fendre la colonne d'eau. De cette manière, il n'allait pas y arriver. Il lui fallait du soutien extérieur, auquel cas il se contentera de combattre sauvagement comme il l'avait toujours fait avant d'être capturé par le collectionneur.

– Utilise Puissance.

Feitan maugréa. Il aurait sans doute préféré combattre seul, mais il n'avait pas le choix. Soudain, il adoucit sa résistance, ce qui lui valut de reculer sur quelques carrés encore. Mais après ça, une énergie nouvelle s'empara du Pokémon sol, une énergie traduite par la présence d'un fin halo bleuté traçant les courbes du lutteur. Grâce à cette même énergie, l'Osselait put enfin répliquer et gagna pour la première fois du terrain au lieu d'en perdre, mettant toute ses ressources à l'oeuvre pour lutter contre le jet d'eau. Lorsqu'il fut enfin non loin de son ennemi du jour – ou de la nuit, selon vos préférences – Feitan reprit son libre-arbitre et s'écarta soudainement de l'attaque du Kaiminus, se servant de la puissance accumulée provisoirement pour s'avancer avec plus de vigueur. Une fois assez proche, il leva son os vers le plafond et entama un geste prompt et brut dans l'espoir de porter son attaque Massd'Os sur la cible à cent points, soit le crâne du petit caïman rose.

– Reste sur tes gardes et assure-toi de ne pas le laisser te distancer, tu ne pourras pas répliquer à chaque fois.

Il rugit une nouvelle fois, soulevant sa masse avec prudence alors qu'elle semblait avoir percuté quelque chose. Quoi donc ? Les deux Pokémons étaient bien trop loin pour que Hanaë puisse distinguer quoi que ce soit de concret. Dans ce binôme maléfique, seul Feitan savait ce qu'il venait de frapper. Ses yeux s'illuminèrent d'un éclat malsain tandis qu'il s'apprêtait déjà à porter un nouvel assaut. Un vrai barbare.

– Serait-ce trop te demander de mener bataille dans un coin que je puisse voir, Feitan ?
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Sam 12 Sep - 3:20
L'initiative me revenait mais l'inconnue ne se débrouillait pas trop mal... Avec un brin d'égoïsme, elle ordonnait à son pokémon de se prendre de plein fouet l'attaque aquatique. Le type sol ne se laissait pourtant pas faire et fièrement il accepta de prendre la colonne d'eau dans une position défensive des plus efficace dont les Osselait avaient la réputation. Reculant tout de même de plusieurs pas, il était dans une posture délicate. Il ne tiendrait pas longtemps coincé ainsi sous la pression d'eau faite sur ses bras et son os. Mais la victoire était loin d'être acquise ! Sous les instructions de sa dresseuse il activa l'une de ses compétences, s' armant d'un halo bleuté pour le moins splendide. J'étais émerveillé de voir que j'avais encore tant de chose à apprendre sur les pokémon, dont cette technique de support. Dans un premier temps, je le remarquais perdre du terrain mais tout aussi rapidement qu'il avait reculé, la situation s' inversa et il se mit à remonter le courant avec force.

Osselait s' approchait dangereusement de Kaiminus. Mon starter ne faiblissait pas la pression qu'il exerçait mais notre ennemi de la nuit -car on est bien en pleine nuit - continuait d'avancer fermement sur ses petites pattes potelées. Je serrais les dents à mesure que je voyais le Pistolet à O devenir inefficace, jusqu'à ce qu'il s' arrête avec la fuite de l'ennemi désormais assez proche pour porter une attaque au corps-à-corps. Trop tard, je devais réagir vite si je ne voulais pas que Kaiminus finissent avec une belle bosse sur le crâne.

-Imite sa défence Kaiminus ! Hurlais-je avec conviction à mon pokémon.

Mon starter était un professionnel en blagues, farces et imitations. Comme je m'y attendais, il se prépara de la même manière que l'Osselait précédemment : bras tendus vers l'avant, rapetissé sur ses pattes pour un meilleur appui et surtout, sa patte droite en arrière pour bloquer un éventuel recul. Au même moment, la masse d'Osselait s' éleva vers le plafond devenant une nouvelle lune transformée en météorite la seconde d'après. Malgré la bonne résistance naturelle de Kaiminus à ce type d'attaque physique et sa position de défense calquée sur son adversaire, le choc porté à sa tête le fit vasciller. Il en perdit presque l'équilibre et rapidement, il se dirigea vers moi en courant, esquivant l'attaque suivante d'Osselait qui ne s' attendait pas à ce qu'il retourne auprès de son maître. Impatiente de savoir ce qui passait de ce côté du hall, la terrible dresseuse donna encore des ordres sur un ton plus qu'impoli envers son pokémon. J'avais du mal à comprendre son comportement agressif, même envers ses proches mais j'avais d'autre chat à fouetter, Kaiminus venait se coller presque contre moi en larmoyant.

-Qu'est-ce qui t'arrive Kaiminus ?! Retourne combattre, ce n'est pas fini. Apeuré, il alternait son regard entre moi et Osselait. Hey ! Tu vas quand même pas abandonner face à ce pokémon. J'ai confiance en toi Kaiminus, je suis sûr que tu es capable d'y arriver. Nous sommes amis après tout, je ne t'enverrais pas inutilement au combat si je n'étais pas certain que tu pourrais gagner !

J'accompagnais mes mots d'une caresse sur son visage pour le rassurer. Ravivé par mes mots, il retrouva le sourire et son regard évolua vers une forme plus déterminée.

-Kaiminus !

Un dernier regard complice et nous nous reconcentrions sur la bataille, il ne valait mieux pas faire attendre ce bon vieux Osselait. Un souffle nouveau venait embraser mon pokémon et je sentais dans l'aura qu'il dégageait par sa position qu'il était prêt à poursuivre le combat. A cet distance, j'espérais que l'autre fille n'est rien vue sinon j'aurais sûrement le droit à une remarque désobligeante de sa part. Au cas où, je décidais de ne pas lui en laisser le temps, aboyant mes prochaines directives à Kaiminus. Je pouvais gagner, je ne devais pas plier maintenant et montrer à cette fille toute la puissance de mon pokémon.

-Lance Grimace !

Remotivé, le visage de Kaiminus prit une drôle de forme complètement assymétrique. Sa mâchoire était comme disloquée, il tirait la langue ainsi que sur l'une de ses paupières pour en montrer la chaire dessous. J'avais la chance d'être dans son dos et de n'apercevoir qu'une partie de ces éléments car l'image qu'il offrait devait vraiment être déstabilisante et je devais garder l'esprit clair pour la suite. En face, le Osselait devait être littéralement effrayé et je pouvais poursuivre mon enchaînement, balayant de la main l'air devant moi.

-Vas-y maintenant ! Crocs givres !

Relâchant tous ses efforts sur la grimace, mon petit monstre aquatique se précipita sur Osselait qui se tenait à deux mètres de lui. Toujours sous l'effet de la grimace sa vitesse de réaction était ralentie et Kaiminus pu se faufiler au milieu des coups de Massd'Os, contournant Osselait, pour atteindre son dos. De là, une couche de glace bleue pâle recouvrit ses crocs depuis leur racine jusqu'à en acérér leurs pointes. Je profitais de la résistance affaiblie de l'ennemi que j'avais remarqué lors de son boost de puissance pour donner un gros coup brut et glacial à l'adversaire. Dans la vitesse de l'attaque, je n'étais pas certain de la partie qu'avait touché Kaiminus bien que j'en serais vite informé quand la vapeur froide se dégageant de la zone de combat se serait estompée. Cette fumée non extravagante provenait de l'attaque de Kaiminus et elle se dissiperait rapidement.

-C'est bien. Continue comme ça Kaiminus ! Dis-je pour encourage le petit bonhomme.


HRP - J'espère que c'est toujours bon o/

_________________
Moodboard:
 
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Dim 13 Sep - 1:48
Que se passait-il donc là-bas ? Hanaë chercha à découvrir le fin mot de l'histoire, en vain. Elle réquisitionna donc naturellement la présence de son starter, qui se recula en même temps que son opposant, ne le quitta néanmoins pas du regard. Fier d'avoir apeuré sa proie, Feitan souriait sous le crâne qui lui servait de casque, se délectant de l'effroi du petit caïman pour le conforter dans son impression de supériorité. C'est donc avec le torse bombé qu'il revînt près de sa dresseuse, celle-ci devinant immédiatement par l'attitude de son Pokémon que l'attaque avait porté ses fruits. Une plaie pour le Noctali qui se retrouvait à réconforter sa bestiole rose. La suite ne fut qu'une scène câline et guimauve qui n'inspira pas grand chose à la reine, si ce n'est du dégoût. Les humains sont faibles, les Pokémons sont puissants. À ce titre, Hanaë estimait juste le rôle de ces créatures à pouvoir, soit celui de défense ces pitoyables humains. Un monstre faisant preuve d'un tel état de faiblesse ne méritait pas son statut de Pokémon.

– C'est à se demander qui est la chouineuse entre eux deux.

Feitan appuya les propos de sa dresseuse par un soupir, tandis que son adversaire daigna enfin revenir au milieu de l'arène improvisée pour... tirer la grimace. Blasée, la Mentali estima juste de laisser son Osselait réagir proprement face à cette tentative de déstabilisation, soit en calmant le Kaiminus à coups d'os. Le Pokémon sol ne bougea pourtant pas. Il alla même jusqu'à se reculer d'un pas, comme soudainement changé par cette grimace aux effets mystérieux. Cela permit notamment au caïman de préparer son prochain assaut, esquivant les quelques tentatives désespérées de réplique. Ralenti. Feitan était visiblement ralenti, sinon il n'aurait eu aucun mal à toucher son ennemi au moins une fois.

– Ne te défends pas, contente-toi de lui montrer ce qu'est un combattant.

Alors que de la buée fraîche s'échappait de la gueule du Kaiminus, Feitan tendit son bras libre vers l'arrière. Les crocs de son ennemi se plantèrent littéralement dedans, ce qui força l'Osselait à pousser une plainte de douleur étouffée par son orgueil de guerrier. Une fine couche de givre recouvrait désormais une partie du bras du Pokémon sol qui y fut particulièrement sensible. Hanaë prit en compte cela et tâche de le mémoriser. Le type glace était super efficace sur le type sol.

Pourtant, Feitan ne se laissa pas abattre pour ça. Au contraire, il profita de sa proximité avec la caïman rose pour encercler son buste – ou du moins ce qui paraissait l'être – de son autre bras, l'étreignant non pas amicalement mais avec fermeté. Naturellement, le bras de l'Osselait esquiva toute rencontre avec les pics dorsaux de son adversaire, passant habilement entre pour y réfugier son bras. Il ne restait plus qu'à faire lâcher prise au Kaiminus, quoiqu'il était plutôt bien placé, en train de mâchouiller le bras de celui qui fut tantôt sa cible.

– Tu as une protection, alors mets-la à profit. Coup D'Boule.

Bien qu'il aurait pu continuer d'éteindre son opposant, Feitan préféra se plier au caprice de sa dresseuse puisque, dans les deux cas, cela allait blesser l'ennemi. Il resserra donc son emprise sur son prisonnier du moment tout en reculant lentement sa tête. Suite à quoi, la créature casquée prit une grande aspiration et réduisit l'écart entre les deux têtes au néant. Plus rien ne devait les séparer, désormais. Mais est-ce que cela avait suffit ? Qu'importe puisque cela ravissait amplement Hanaë, qui ne se gêna d'ailleurs pas pour s'enticher d'un grand sourire, de ce sourire sadique d'une spectatrice assistant au combat entre deux petits gladiateurs.

– Ton bras contre sa tête, c'est un échange honorable. Tu me ravis, mon grand, murmura la rouge, à destination de son starter. Aussitôt, elle haussa la voix pour se faire entendre du Noctali. Dire que tous les Noctali sont dits péteux, arrogants et je ne sais quoi d'autre. On dirait que le dortoir comporte aussi son petit lot de rêveurs. Enfin... Penses-tu pouvoir continuer malgré tout, petit Paul ? Quoique tu devrais encore demander ça à ton Pokémon, à moins qu'il ne préfère encore chercher des câlins.

Une fois sa tirade au ton moqueur terminée, la rouge claqua des doigts. Feitan lâcha aussitôt prise puis tira son bras d'un geste sec, quitte à se l'écorcher ne serait-ce qu'un peu. Une blessure de guerre en plus, ce n'est pas plus mal pour lui et sa fierté. Quoiqu'il en soit, il se recula de quelques pas et profita d'un court instant de répit pour contempler son bras en parti givré. Quasiment inutilisable. Mais qu'en était-il du bilan médical de son adversaire ? Il ne chercha pas à le savoir. L'Osselait restait simplement sur ses gardes, en l'attente d'un éventuel assaut. Tout ce dont il était au courant, c'est que la bataille allait bientôt arriver à son terme.
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Dim 13 Sep - 3:29
Le givre dégagé par l'attaque Crocs givres s' estompa et je pu en admirer le résultat. Kaiminus avait admirablement bien touché sa cible. Ce n'était pas le bras armé mais un bras bloqué était un bras inutilisable. J'arrivais à lire de la fierté dans le regard de mon starter qui ne voulait lâcher sa prise, enfonçant ses dents du mieux qu'il pouvait. La couche de glace recouvrant ses crocs s' était dissipée mais il mâchouillait encore le bras d'Osselait pour augmenter la douleur qu'il cachait avec dignité. Ce pokémon sol était remarquable et très fort. Sa dresseuse avait beau être dure, voire même monstrueuse avec lui, l'entraînement qu'il devait subir lui avait forgé un caractère de Tauros. Un véritable berserker au corps-à-corps, qu'il prouva une fois de plus en étreignant abilement Kaiminus avec son bras disponible. Une goutte de sueur me parcourut le visage tandis que je me rendais compte de l'erreur que j'avais commise en ne rappelant pas rapidement mon pokémon.

Kaiminus était désormais le prisonnier de cet ennemi farouche. Imbécile, je n'avais pas réfléchis au fait qu'Osselait n'avait pas que sa masse pour frapper. Sa tête, un crâne gigantesque provenant de sa mère si ma mémoire était exact, était une arme tout aussi efficace que son os à la main. Dans sa position, Kaiminus ne pouvait que subir le coup et je le regardais avec peine se prendre le Coup D'Boule puissant d'Osselait. S' il n'avait pas été retenu, il se serait certainement mis à tituber mais être empoigné ainsi lui permit au moins de rester stable. La pression qu'il exerçait sur le bras givré diminua néanmoins sous le choc et je l'entendis presque gémir. Sa queue en réaction se mit à balayer l'air alors qu'il cherchait à s' échapper. J'avais mal pour lui et mes mots dépassèrent ma pensée.

-Kaiminus. Appelais-je à voix basse.

Mes poings fermement serrés m'avaient presque mis les paumes à sang avant de passer petit à petit à un état plus calme, sagement posées le long de mon corps. Je baissais la tête alors que mon pokémon était libéré de l'étreinte, un peu flagada. Les chocs consécutifs sur son crâne l'avaient un peu sonnés et je doutais qu'il puisse reprendre le combat. En fait... J'en savais rien. Le problème ne venait pas de Kaiminus qui devrait pouvoir supporter le coup et continuer à combattre. Le problème... C'était moi. Cette fille me faisait poser une question existencielle : étais-je capable d'aller plus loin ? De voir potentiellement Kaiminus se faire blesser comme Osselait l'a été ? Jusqu'où accepterais-je cette violence sur mon ami ? Tant de questions qui me revenaient en boucle sans trouver de réponse maintenant que j'étais sous le fait accompli. L'exécrable fille qui me servait d'adversaire ne manqua pas l'occasion de venir y ajouter son grin de sel. Ses paroles étaient un poison plus redoutable que le venin d'un Servipère. Pourtant, ils eurent l'effet inverse. Oui j'étais dans la lune à cet instant en train de me torturer l'esprit. Mais oui j'étais un Noctali ! Peut-être pas comme les autres, et alors ? La principale caractéristique des Noctali était de ne jamais abandonner, d'aller toujours au-delà de ses limites. De trouver le point faible de l'ennemi, l'analyser et le lui rendre en pleine face ! Notre préfet baisserait-il les bras dans cette situation ? Jamais ! Il était fort et brave, même impitoyable. Ce n'était pas une lavette qui abandonnerait dès le premier coup dur ! Je n'étais pas comme ça moi non plus et j'allais le prouver haut et fort que je suis aussi un vrai Noctali !

-Pour rien au monde je n'abandonnerais, je croyais te l'avoir déjà dit. Dis-je en relevant la tête. Kaiminus montre lui ce dont tu es réellement capable et fait lui fermer son clapet ! Gros yeux !

Le petit caïma, se frottait encore le crâne quand il sauta de deux pas vers l'arrière comme s' il avait deviné ma prochaine technique. Au moment de toucher le sol, il ouvrit en grand ses yeux devenus si sombres qu'on en voyait pas le fond si on le regardait droit dedans. Comme s'exorbitants l'espace d'une seconde, ses yeux devinrent plus énormes que des yeux normaux donnant une impression de gigantisme de son adversaire à Osselait. Allez savoir ce qui se passa dans la tête du petit pokémon quand il cru voir son ennemi devenir une terreur. Tout ce qui m'importait, c'était d'en finir ici et maintenant. Le combat ne pouvait plus durer. Kaiminus avait beau être résistant aux attaques physiques, on ne pouvait pas dire qu'Osselait y était allé de main morte, loin de là et je devrais soigner mon pokémon dès la fin du combat, pour sûr !

-Kaiminus, finissons-en ! Pistolet à O pleine puissance ! Criais-je de toutes mes forces.

En gros, donne tout ce que tu as, de tout manière le reste ne servira plus à grand chose. La situation présente me rappela étrangement le début du combat. J'étais en arrière, Kaiminus à mi-chemin, Osselait un peu plus loin et sa maitresse à sa suite sur sa chaise cosy. Tout ce beau monde était aligné comme au départ bien que certains éléments aient changés. La gueule de Kaiminjs s' ouvra béante avant d'y former les premières gouttes qui devinrent vite une sphère tournoyante d'eau. D'un geste de balancement de la mâchoire d'arrière vers l'avant, le jet d'eau se développa en une colonne d'eau se déversant sur l'Osselait en face. Les secondes paraissaient être des heures tandis que mon regard était rivé sur l'adversaire. Instantanément, mes bras s' étaient levé comme pour soutenir l'attaque de mon pokémon. Il ne combattait pas seul, nous étions deux, unis par le même destin, les mèmes ambitions et les mèmes convictions. Nous n'avions pas le droit de perdre aujourd'hui, pas contre elle !

_________________
Moodboard:
 
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Dim 4 Oct - 18:19
Tourmenté. Voilà comment était ce garçon à l'heure actuelle, pour le plus grand plaisir de Hanaë qui ne cacha pas un seul instant son sourire, ni même la toxicité de ses propres qu'elle était prête à assumer n'importe où et n'importe quand. Tout comme la sauvagerie de Feitan, c'était une valeur sûre et immuable. Pourtant, l'ennemi ne fut bien affecté si longtemps par cela. Le rictus satisfait de la Mentali s'effaça au profit d'un air plus neutre, à la limite de la déception. Arrête de lutter en vain, voulait lui dire l'étudiante. Tant pis. Il faudra le lui faire comprendre par la force.

Feitan se replaça en position défensive alors que son opposant reprenait place avant d'imposer sa présence par une attaque Groz'Yeux. Le sauvage observa son ennemi, se demandant bien ce qu'il voulait faire. Les globes oculaires du caïman rose prirent alors du volume, ou du moins c'est ce qu'on pouvait croire. De petits liserés de sang fusèrent jusqu'aux iris tandis que sa trombine devenait de plus en plus intimidante. Pour sûr que s'il n'avait pas réagi avant, l'Osselait aurait sans doute été tétanisé par on ne sait quelle force mystique Pokémonesque. Heureusement, il ne fit pas marche arrière et bomba son petit torse, aspirant de l'air pendant quelques instants. Suite à quoi, il recraché tout cela sous forme de cri, de petit Rugissement terrifiant qui en fit quelque peu trembler les murs. Si après ça, personne ne se réveillait, c'est que les Mentali ont le sommeil très profond.

– Prépare-toi. Il faut en finir rapidement.

À la façon d'un escrimeur, Feitan rangea son bras gelé derrière son dos tandis qu'il tendit l'autre vers son adversaire, le pointant d'ailleurs de son os. Jouant le jeu jusqu'au bout, l'Osselait alla même jusqu'à faire quelques petites foulées de gauche à droite, histoire de ne pas perdre en mobilité alors que son adversaire se préparait à attaquer de nouveau. Une réitération de l'attaque Pistolet à O fut finalement choisie. Hanaë se leva tout en portant sa petite chaise, s'assurant ne pas être la cible de cet assaut. Il ne fallait surtout pas que Feitan cherche à la protéger ce coup-ci. S'il n'esquivait pas, le sombre Osselait aura bien du mal à se relever. Il eût pourtant une idée et ne tarda pas à tourner la tête vers sa dresseuse, comme pour lui assurer que tout ira bien. Celle-ci répondit tout d'abord par un soupire mais daigna enfin adresser la parole à son kamikaze.

– Comme tu veux. C'est déjà bien assez le bordel.

Satisfait, il se focalisa de nouveau sur son affrontement et attendit même que son opposant lance l'assaut pour réagir. Alors que la trombe d'eau horizontale fusait vers lui, Feitan leva la tête au plafond, comme pour se concentrer sur un élément précis du décor. Il plissa les yeux et, avec la plus grande habileté possible, il lança son os avec force en direction de l'élément ciblé, soit la fine tige d'acier qui maintenait le lustre au plafond. C'était assez désespéré, comme dernier assaut. En effet, le sauvage avait pensé pouvoir encaisser l'attaque Pistolet à O. Ce fut bien plus compliqué que prévu puisqu'il employa toutes ses forces restantes pour tenir le plus de temps possible. Son objectif ? Distraire assez longtemps le Kaïminus dans l'espoir que le lustre lui tombe dessus. Inutile de redire qu'il s'agissait d'un plan désespéré.

Après quelques secondes de lutte, Feitan se laissa finalement submerger par le flot aqueux qui l'envoya voler contre le mur situé non loin derrière lui. Il s'écrasa littéralement contre puis tomba misérablement au sol, blessé. Encore conscient, il s'efforça néanmoins de se relever mais n'y parvînt pas. Si l'esprit était encore éveillé, les muscles, eux, ne répondaient plus. L'Osselait ne parvenait qu'à ramper maladroitement à l'autre de son bras encore en état, bien qu'on ne pouvait pas vraiment appeler ça ramper. Hanaë observa son starter, mécontente de l'état dans lequel il se trouvait. Jamais elle ne l'avait vu autant mal au point. Et bien qu'elle eût un pincement au cœur, la miss ne laissa rien transparaître aux yeux de l'autre dresseur.

– Qu'en est-il de ton côté, petit Paul ?

HRP:
 

_________________



Personnage le plus exécrable
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Lun 5 Oct - 11:10
Tel un ninja, Osselait se mit à slalomer sur le terrain improvisé le plus vite qu’il lui était capable. J’esquissais un sourire en voyant que j’avais réussi à faire bouger sa maîtresse qui venait s’écarter de la trajectoire du jet d’eau. On ne lui faisait pas deux fois la même tactique à elle, et c’était tant mieux. Le combat aurait été tellement inintéressant si imiter une stratégie à l’infini fonctionnait. Néanmoins, l’ultime coup de Kaiminus ne fut pas vain. Osselait tentait lui aussi le tout pour le tout. Sa dresseuse le laissait gérer le combat, certainement dépassée par la vitesse des événements ou ayant une confiance aveugle en son Pokémon. L’un comme l’autre m’était égal, j’étais trop concentré sur les actions du type sol pour faire gaffe à ce genre de détails. Déjà qu’il avait habilement évité l’attaque Gros yeux avec un Rugissement fort impressionnant, il était évident que je devais rester méfiant à son égard. Le dortoir n’allait pas tarder à rappliquer et les prochaines secondes seraient décisives quant à ce qu’il adviendrait de moi. Je ne pouvais pas perdre, je n’en avais pas le droit !

L’os de l’ennemi s’éleva dans le ciel tandis que l’eau se rapprochait inexorablement de son corps. Allait-il se prendre l’attaque de plein fouet ? Avais-je loupé quelque chose ? C’est là que j’aperçu mon erreur. Je n’avais pas assez bien observé la pièce et un lustre gracieux se situait juste au-dessus du type eau. De quoi lui faire un beau collier si celui-ci se décidait à tomber sur lui. Malheureusement, il était trop tard pour agir, l’os poursuivait sa course vers l’objet et Osselait était propulsé contre le mur par un torrent d’eau. Ni l’un, ni l’autre ne serait en état de combattre après cela. En voyant le lustre se décrocher et entamer sa descente, je comprenais qu’il n’y aurait pas de vainqueur, seulement des blessés. Quand bien même, j’ordonnais à Kaiminus de se jeter sur le côté, le temps de réaction serait trop lent et il serait frappé de plein fouet. La seule chose que je pouvais faire était de le prévenir.

-Kaiminus, protège-toi !

Le petit caïman se mit en boule dès la fin de son attaque, juste avant que le lustre vienne le recouvrir avec fracas. Dans le choc, des morceaux de celui-ci volèrent sur plusieurs mètres et le carrelage, brisé, souleva une fine couche de poussière. Le mobilier n’était visiblement pas en toc. Hanaë en profita pour lâcher un pique vers moi, sûrement encore en train d’essayer de me déstabiliser. J’attendis de mieux voir la position de Kaiminus pour lui répondre. Sous les débris, j’aperçu d’abord une patte se lever pour se poser sur les restes du lustre. L’espoir de le voir sortir indemne me traversa l’esprit, en vain… Une deuxième patte fit bien surface, avec la lenteur d’un escargot son corps tout entier s’éleva pour se dégager du lustre. Cependant, il n’était plus en état de combattre, cela se voyait bien. Une larme coula sur ma joue. C’était moi qui l’avais poussé aussi loin. Et c’était encore pour moi qu’il tentait de revenir sur le terrain se battre. L’ambition de ne pas abandonner et de gagner, valait-elle que l’on se sacrifie pour elle ? J’en doutais. Surtout à mon premier combat. Je ne savais pas comment Hanaë pouvait faire preuve d’autant de sérénité dans un moment pareil !

-Osselait et Kaiminus ne sont plus en état de combattre. A moins que tu ne veuilles vraiment qu’ils s’entretuent… Dans ce cas-là, j’aurais des doutes quant à ta clairvoyance de dresseuse. Je marquais une pause de réflexion. Ça me tue de l’admettre, mais je pense qu’il y a match nul.

Nous n’avions pas mis au point une close en cas d’ex-aequo mais que pouvais-je proposer d’autre ? A la rigueur, je pouvais tenter le bluff d’un deuxième Pokémon pour nous départager mais avec les bruits de pas qui s’amoncelaient dans l’escalier, le temps nous était compté. Soit on décidait de finir le combat en regardant nos Pokémon se foutre sur la tronche à terre, soit on convenait d’une égalité où les deux partis y gagneraient. Je laissais à Hanaë le soin de cette décision. Son sadisme apparent, la pousserait peut-être à continuer le combat mais j’espérais que mes mots l’aient au moins touché un peu. Un dresseur se devait de conserver en bonne santé son Pokémon. Face aux autres filles de ce dortoir, serait-elle capable d’affirmer qu’elle n’en a rien à faire d’Osselait ? Je crois que même lui se poserait des questions sur sa maîtresse.

-Alors, que choisis-tu ? Continuer ou match nul ?



HRP - On approche de la fin ! Que va faire Hanaë ? Que vont faire les Mentas ? Réponse dans le prochaine épisode Very Happy (Hanaë, je pense que tu peux répondre encore une fois et on voit si d'autres Mentas veulent intervenir)
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Mer 11 Nov - 20:59
Quel cruel dilemme c'était, de devoir déterminer la suite des événements. Hanaë était en plein cogito tandis que Feitan tenta de se relever à de nombreuses reprises, en vain. Ses membres semblaient tous autant engourdis ou blessés les uns que les autres. Que faire ? Voilà que la rouge ne semblait plus aussi sûre qu'auparavant. Continuer forcerait l'Osselait à terminer dans un sale état, sans parler des Mentali témoins qui iront certainement tout cafter à Melty. Mais d'un autre côté, rester sur un match nul obligerait Feitan à désirer une revanche. Un combat sans issue est pire qu'un combat sans vainqueur ; philosophie guerrière. Quoique cela pourrait permettre à Hanaë de s'en sortir, avec un peu de chance. Quoiqu'il en soit, le choix pressait. Les filles progressaient encore et encore, jusqu'à ce que leurs voix se distinguent enfin du silence pesant. Time out, you're dead.

– Tant pis. Ce duel restera sans vainqueur et cette casse sans coupable, à moins que tu ne veuilles assumer toutes les responsabilités.

Tout en avançant vers le Noctali, elle se mit à fouiller ses habits pour enfin trouver la Pokéball de son starter qu'elle rappela. Puis elle accéléra enfin le pas, ne serait-ce que pour pouvoir récupérer l'os de Feitan sous les décombres. Le petit ne s'en remettra jamais si son arme ne lui était pas remise. Ne restait plus qu'à s'échapper, le plus dur puisque les ombres des quelques Mentali ayant eu le courage de se déplacer commencèrent enfin à se dessiner sur le sol carrelé. Elles arrivaient au bout des escaliers, c'était indéniable. Et enfin, leurs mots se firent plus clairs que jamais. Ce n'était plus qu'une question de secondes. Quitter le hall en sprintant s'avérait désormais être une épreuve digne d'un Limaspeed, mais pas d'un humains. Puis la première silhouette apparut. Par réflexe de survie, Hanaë se saisit d'une des épaules de Paul et ne lui demanda pas son avis pour le faire plonger derrière les décombres du lustre.

– Si l'un de nous plonge, l'autre suivra, chuchota-t-elle tout en jetant un bref coup d’œil à travers deux débris. Elles ont des lampes torche. Une seule erreur et on y passe. Je n'ai tout simplement pas envie d'assumer tout ça.

Aventureuse ou folle ? Telle est la question. Peu importe. L'objectif n'était certainement pas dans la réflexion intensive, ou du moins pas pour le moment. Après tout, le plan ne paraissait pas si compliqué que ça : avancer d'obstacles en obstacles tout en évitant les faisceaux de lumière, et sans faire le moindre bruit dans la mesure du possible. Mais est-ce que Paul suivra ? Etait-il tout simplement assez malhonnête pour s'enfuir et laisser cette affaire sans réel coupable ? Il fallait lui promettre des choses, quitte à ce que ce soit la lune. À partir du moment où il ne se montrait pas, c'était bon.

– Tu pourras déguerpir par une fenêtre, ce sera bien plus simple. Et ça te fera une aventure à vanter à ton préfet.

– Les filles ! J'ai entendu du bruit par ici !

À partir de cet instant, la miss retînt tout simplement son souffle et resta parfaitement immobile. Si elle bougeait d'un centimètre, les conséquences pourraient être particulièrement graves. Pourtant, il fallait bien s'échapper. Que faire ? La meilleure idée qui lui traversa l'esprit fut de s'improviser Pyroli. Ramper aussi discrètement qu'un Abo ; voilà comment faire. C'est donc impatiemment que Hanaë attendit le moment opportun pour glisser au sol avec lenteur, après avoir attachée en queue de cheval sa chevelure qui pouvait la trahir à tout moment. Enfin, elle rampa lentement mais sûrement. Faites qu'aucune Mentali n'ait l'idée d'éclairer le sol par pur hasard. Par pitié.

Stress excitant, sueurs froides et gestes minutieux rythmaient l'avancée de la demoiselle. Bien que tout cela l'effrayait, d'une certaine façon, ça l'amusait. Peut-être que le cursus Pokéathlète aurait été amusant. Puis elle se rappela enfin de toute cette saleté qu'elle haïssait tant. Pour le coup, ses habits allaient en prendre pour leur grade, à frotter ainsi le sol, aussi propre puisse-t-il être après un tel affrontement. Mais le principal était que tout semblait bien se dérouler. Pour le moment en tous cas. Le passage menant à l'étage du dortoir n'était plus très loin. Ne restait plus qu'à éviter toutes les filles puisqu'elles étaient encore assez proches de l'escalier. C'est dans ce genre de situation qu'une diversion aurait été parfaite. Hanaë était désormais bien trop proche pour tenter le diable. Est-ce que l'autre Noctali allait pouvoir faire quelque chose ? Avait-il au moins suivi ? Aucun son de reddition à signaler, pour le moment en tous cas. Mais combien de temps est-ce que cette galère allait durer...?

_________________



Personnage le plus exécrable
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Jeu 18 Fév - 16:14
La guêpe n'était pas folle, et les filles s'approchant à grand-pas la convinrent à abandonner sa fierté pour accepter le nul. Dès l'instant où les armes furent baissées, j'allais porter une main sur mon Kaiminus, le caressant sagement pour ses services rendus. Un tour à l'infirmerie serait sûrement nécessaire aux deux Pokémons, s'ils voulaient retrouver leurs pleines capacités rapidement. Je sortis la sphère de mon starter et m'apprêtait à le rappeler, quand il repoussa de sa patte l'engin technologique. Pourquoi refusait-il de s'y rendre ? Il y serait en sécurité et pourrait se reposer plus convenablement qu'ici. Trop tard, les Mentalis sont trop proches pour négocier quoi que ce soit avec le caïman. Je le serre contre mon corps dans un bras et mon adversaire d'un temps m'attrape, me tirant à terre, derrière le lustre brisé.

-Ne t'inquiète pas, je ne te laisserais pas plonger seule. Ce serait faire preuve de lâcheté. Lui chuchotais-je en réponse. As-tu une solution pour nous sortir de ce bourbier ?

J'avais moyennement apprécié son comportement lors de notre duel. Pourtant, était-ce du respect que j’exprimais à son égard ? Ou n'était-ce que mon honneur ? En tout cas, je ne pouvais la laisser impunément finir accusée de ce carnage par ses compères. Au final, même si nous nous étions opposés, elle n'avait fait que défendre son propre dortoir contre un envahisseur inconnu. Et même si elle faisait preuve d'une certaine fierté personnelle, presque prétentieuse, je ne pouvais lui en vouloir. Nous étions ensemble dans cette merde. Nous nous en sortirions ensemble... Ou chuterions ensemble. Bizarrement, j'avais le sentiment qu'il valait mieux pour moi que ce soit la première option. La parole de la Mentali avait peu de valeur malgré tout. Pour sauver ses miches, elle serait très bien capable de me balancer en cas de force majeur. Si bien, que j'acceptais ses conditions et la suivais sous les lampes torches.

Sur le carrelage du hall, il était assez aisé de glisser, mais devoir tenir mon partenaire dans une main m'handicapait dans mes déplacements. De plus, nous n'étions pas à l'abri de se faire pointer par les lumières tournoyant au-dessus de nos têtes. Je prenais néanmoins le temps d'esquisser un sourire en voyant les efforts de la diva. Elle, qui avait tout tenté pour ne pas être salie dans le duel, se traînait maintenant au sol sans broncher. Peut-être n'était-elle pas si superficielle que cela. Ne lui faisons pas remarqué toutefois, je n'aurais pas spécialement envie de faire face à son sadisme. Soudain, elle s'arrêta. C'est vrai que la progression était ralentie par les jeunes Mentalis inquiètes par tout ce boucan. Je ne savais pas où elle voulait nous emmener, mais je comprenais très bien que nous n'y arriverions pas si je ne trouvais pas une solution dans l'immédiat. Creuse-toi les méninges. Allez ! Je sais, il me restait encore de ces petits gâteaux que Kaiminus avait renversés. En croquant un morceau, parce qu'il faut dire qu'ils sont terriblement délicieux quand même,... Snif... Je le lançais dans la direction opposée à la nôtre. Passant au travers des faisceaux lumineux, le gâteau alla s'écraser contre le mur de l'autre côté de la pièce. Les filles pointèrent dans cette direction, mais elle ne tarderait pas à rechercher la provenance du projectile, alors autant donner un coup d'accélération. Je donnais un petit coup de la main contre la botte d'Hanaë, afin de lui signaler que c'était LE moment. Je me préparais à accélérer l'allure dès le démarrage, suivant la Mentali de près jusqu'à un lieu sûr. Où nous pourrions nous redresser de préférence, ce serait plus pratique.



HRP - Désolé du retard !
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Mer 6 Juil - 13:00
Quelle mélasse ! Hanaë hésita plein de fois à se redresser afin de ne plus avoir à se traîner dans ce mélange de débris et de flaques d'eau. C'était fort désagréable, d'avoir des habits collants à cause de l'humidité d'un sol. La poussière s'y adhérait bien plus facilement. Si pression de la part des Mentali il n'y avait pas eu, pour sûr que la miss se serait redressée d'un bond en lâchant un « quelle horreur » digne des plus grandes divas de ce monde. Et pourtant, elle fut contrainte d'avancer dans le plus grand des silences tout en veillant à ce que les faisceaux lumineux ne croisent pas sa route. À quelle hauteur serait élevée la sanction si les deux coupables étaient pris en pleine fuite ? Hanaë doutait qu'une simple heure de colle sera suffisante et appropriée pour ce genre de comportement.

Elle s'arrêta néanmoins un instant lorsque ses camarades de dortoir firent silence, sans doute pour essayer de percevoir un bruit quelconque. Le cœur de la coupable battait de plus en plus vite. Pourtant, elle se devait de calmer cette impression de lourdeur redondante dans sa poitrine et devait surtout parvenir à ne pas respirer trop fort. Un seul bruit, aussi infime soit-il, pouvait trahir la position des fugitifs. Bien heureusement, l'attention des Mentali fut distraite par un objet volant non identifié, visiblement lancé par Paul. Qu'est-ce que c'était ? Hanaë n'en eût pas grand chose à faire puisque, une fois le signal corporel donné, seule une accélération soudaine occupa aussi bien son esprit que son corps. Et rapidement, les enquêteuses du dimanche tournèrent leurs lampes vers la provenance du projectile, n'y découvrant que quelques traces de sucre et de crème, selon une experte en petits gâteaux de Melty.

Cette courte ouverture permit ainsi au duo de prendre un peu de distance et de continuer leur route sur une vitesse plus modérée, afin de conserver un peu d'énergie si jamais les Mentali se mettaient à chercher au bon endroit. Mais ce ne fut visiblement pas nécessaire puisque les escaliers furent atteints. Oui, ceux empruntés plus tôt par les Mentali. Maintenant qu'elles avaient libéré le passage, il était possible d'y accéder. De plus, quel fugitif penserait à s'en aller bien plus profondément dans sa propre prison plus que de chercher une issue moins haute ? L'étage était ainsi l'endroit parfait pour se cacher.

Hanaë emprunta les escaliers trèèès lentement, veillant à ce ses talons ne produisent aucun claquement trop important. Même si ce fut au rythme lent d'une marche toutes les trois secondes, elle parvînt néanmoins à l'étage où elle put se redresser totalement et soupirer, après avoir vérifié qu'il n'y avait personne dans le couloir que les fugitifs arpentaient actuellement. Enfin ! Il n'était plus nécessaire de se traîner au sol. C'était une véritable libération pour la future coordinatrice, et ça allait bientôt être une libération pour le Noctali infiltré. Et aussi étrange que cela puisse paraître, cela ravissait Hanaë. Un plan ? Oh que oui, elle en avait un. Un qui l'avantageait tout particulièrement, qui plus est.

– Maintenant qu'on est à l'étage, ton seul moyen de t'en sortir est de passer par la fenêtre d'une chambre. On ne peut pas prendre le risque de chercher dans des pièces aléatoires, alors je vais te faire passer par la mienne.

Oh oui, ça cachait définitivement quelque chose. La miss rouge était décidément bien trop aimable. Pourtant, elle fit ce qui était prévu par ses propres plans, à savoir guider silencieusement Paul au travers du dortoir Mentali jusqu'à ce qu'elle puisse enfin atteindre sa chambre. Avant d'en ouvrir la porte, elle s'assurait néanmoins que personne ne les regardait. Elle y invita sans gêne l'intrus et laissa la porte ouverte, gardant néanmoins l'entrée de la pièce depuis son seuil.

– Utilise la couverture de l'autre lit pour te faire une corde. Je n'ai pas de colloc' pour le moment, ça aide. Puis, quand tu seras en train de descendre, je pousserai un cri pour alerte mes camarades, alors barre-toi rapidement. Je leur donnerai une fausse description de l'intrus. Mais en échange... Ça y est, on y vient enfin. La partie plus intéressante selon Hanaë. Tu me seras redevable. Et je compte bien venir réclamer la dette au moment venu. Ne l'oublie jamais.

_________________



Personnage le plus exécrable
Paul Nyllis
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 55
Jetons : 10299
Points d'Expériences : 1561
Todresseur Stratège
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Jeu 7 Juil - 14:07

Rampant tels des lézards sur le sol humide du dortoir, nous nous hissions jusqu’aux escaliers. Les Mentalis n’étaient pas loin à nous chercher de leurs lampes. Veillant à ne pas faire trop de bruit, je montais chaque marche au même rythme qu’Hanaë. Aussi longtemps qu’elles ne se retourneraient pas, nous serions en sécurité. La tension était palpable et je sentais mon petit cœur faire des bonds dans ma poitrine. A tout moment, nous pouvions être repérés et c’était autant source de stress que d’une excitation sans nulle autre pareille. Etre dans le délit n’était pas mon genre, mais bon Arceus ! Que c’était bon de joueur les agents secrets infiltrés ! A pas de velours, nous finîmes de gravir les marches. Hanaë, dont la mesquinerie n’était plus à prouver, avait déjà une idée en tête. Pour une raison inconnue, ou plutôt que je me forçais à ignorer, même si le match s’était terminé sur un nul je sentais qu’elle ne me laisserait pas partir sans compensation. Elle risquait beaucoup trop dans cette affaire pour ne rien demander en retour. Aussi, me préparais-je à me défendre contre de possibles sournoiseries de sa part.


Elle me conduit jusqu’à sa chambre, jusque-là je ne percevais aucun piège. Avec un dernier coup d’œil dans le couloir, méfiant, je me glissais dans la chambre. Le temps nous était compté et je ne pouvais pas me permettre d’en prendre pour visiter les lieux. Je fis juste le calcul pour savoir quel lit n’était pas utilisé et j’en chopais les droits que je commençais à nouer entre eux. C’était la première fois que je faisais ce genre de choses et je dû m’y reprendre à deux fois pour que les liens soient bien solides. Pendant ce temps, Hanaë était sur le pas de sa porte, vérifiant qu’aucune Mentali un peu trop curieuse ne vienne voir ce qui se tramait à l’étage. Evidemment, on arrivait au moment où la demoiselle allait demander sa part du gâteau. Part, quelle préféra différer pour une prochaine fois. J’attendis d’avoir terminé la préparation de mon évasion pour lui répondre. J’accrochais le drap au pied d’un lit et ouvrais grand la fenêtre. Kaiminus dans un bras, le drap dans l’autre, je me tournais une dernière fois vers Hanaë.


-Je te remercie beaucoup de m’avoir montré la sortie. En revanche, je crains que tu sois contrainte d’abandonner cette dette. Regarde-toi, tes habits sont couverts de preuve que tu étais en bas avec moi. Je doute qu’aux yeux de tes camarades tu sois le genre de personne à se des sucreries et de l’eau partout sur sa tenue. Je te conseille donc d’éviter de les appeler et d’aller te prendre une douche. Oublions cette histoire et à une prochaine !

Sur ces derniers mots, je me jetais de la fenêtre, le drap se déroulant librement dans le vide. Par chance, il s’arrêta à un mètre du sol et je pus retomber sur mes pattes tranquillement. Mon bras me lançait un peu à cause de l’arrêt brutal du drap, mais ce n’était pas bien grave du moment que je pouvais courir. Courir aussi vite que possible pour fuir ce maudit dortoir et rentrer chez moi. Un sourire aux lèvres, je m’imaginais la tête d’Hanaë en train de pester à sa fenêtre. Elle n’abandonnerait certainement pas la dette qu’elle estimait que je lui devais aussi facilement. Mais je n’avais aucune raison de la lui rendre. Elle avait essayé de m’entourlouper, elle s’était ratée, tant pis pour elle. La prochaine fois, il faudra qu’elle se montre plus forte au jeu pour espérer gagner.


HRP:
 
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11797
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   Lun 19 Sep - 14:49
Modération Affrontement Paul et Hanae

Paul
Un RP qui date des débuts de notre jeune TopDresseur, voyez-vous ça. Bien tenté de sauver sa peau avec un combat pokemon, cela dit (Ça marche dans les films et l'anime, pourquoi pas en vrai ?). Première attaque plutôt cohérente, d'autant qu'il a l'avantage, le reste suit une certaine logique de combat (Affaiblissement de la Vitesse, attaques super efficaces). Je pense quand même que le temps que le lustre tombe, un Pokemon comme Kaiminus aurait pu se jeter sur le coté, mais le final crée un effet de match nul intéressant.
Après, le combat occupe une partie du RP, mais je dirais qu'un tiers est davantage consacré aux mésaventures de Paul. J'aurais aimé un peu plus d'inventivité dans l'utilisation des attaques (Plus que faire reculer Osselait avec Pistolet a O plusieurs fois), par contre.
Tu gagnes 6 Exps supplémentaires !

Hanae
Hanae a trouvé un joujou dès la rentrée semble-t-il. Bon, je pige moyennement pourquoi elle accepte le combat, mais manifestement, c'est bien parti pour. Réaction logique pour une non-combattante au début, mais je trouve assez ironique son attitude détachée, tandis que son starter galère plus que jamais. Les actions d'Osselait sont bien mises en parallèle avec le fait que sa Dresseuse agit selon ce qu'elle pense être une bonne idée.
Une petite pointe de sentiment envers son Pokemon, voila un truc auquel je ne m'attendais pas en revanche. J'aime bien l'idée d'une stratégie qui se prolonge au fil du temps et qui se joue sur un coup de poker, cela dit. Match nul pour deux débutants, pourquoi pas, même si le combat reste un chouia rapide à mon gout.
Tu gagnes 7 Exps supplémentaires !


_________________
Excusez-moi, où suis-je ? [Libre] 7z5c
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]   
Excusez-moi, où suis-je ? [Libre]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :