[CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn
Opale Valery
Opale Valery
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 373
Points d'Expériences : 170
Coordinateur Mode
Sujet: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   Ven 11 Sep - 0:53
Non mais tu te rends compte ? Me changer de dortoir comme ça... C'est en arrivant sur l'Île Lansat pour mes débuts à l'académie que j'ai appris la nouvelle. Une péripétie assez longue que je ne te raconterai pas dans les détails, pas pour l'instant, mais le résultat est le même : me voilà Mentali. Dortoir qui transpire par tous les pores une féminité que je n'apprécie pas, un souci pour l'apparence que je ne comprends pas. Moi, avec ma garde-robe constituée de vêtements tous similaires, je les vois déjà m'offrir de nouvelles fringues par charité. Vais-je y rencontrer de belles personnes ? Je n'en sais rien, je l'espère. De toute manière je devrai pas juger ainsi et puis après tout, à ma manière, je suis aussi très soucieuse de ce que pensent les autres même si j'essaye de le cacher. Je pense aussi que ces vacances m'ont été très bénéfiques. Un premier pas dans l'univers de la Pokémon Community, dans l'univers du dressage pokémon – n'est-ce pas mon petit Paris que je n'ai toujours pas pu toucher depuis la capture -, et surtout un pas vers de nouvelles personnes et sur mon orientation dans la vie.

Oui tu m'as bien entendu, je sais maintenant la voie que je veux suivre, j'ai une idée de progression globale, je sais vers où je vais ! Mais patience, tu en sauras plus plus tard. Saches seulement pour l'instant que j'ai choisi de commencer des cours de coordination et... de mode ! Ce stage m'a vraiment influencé mais hors de question que je renie mes premiers amours... mais j'en dis trop encore, patience te dis-je ! J'ai été très surprise par l'allure du dortoir à mon arrivée, j'étais loin d'imaginer qu'il y avait de telles infrastructures ici. Tu sais, quand j'ai poussé cette porte en verre j'ai senti la pression monter... puis cette salle commune si inspirée des univers de concours... ce violet et ce bleu partout … Une atmosphère de préciosité qui a fait explosé mon seuil de tolérance. Oui j'aime l'univers des concours, non je ne souhaite pas m'habiller de robes victoriennes et m'éclairer à la chandelle. Tout ça c'est vraiment trop pour moi. Les dortoirs sont à plusieurs, l'intimité est moindre qu'à Cobaba mais ainsi je sympathiserai avec d'autres jeunes filles je suppose... Enfin, par chance, ma fenêtre donne sur la forêt dont la lisière frôle le bâtiment. Un véritable échappatoire qui me fera sûrement me sentir plus à l'aise que l'étouffant univers des mentalis. Je vois cela comme un entraînement : plus tard je côtoierai plein de gens qui n'auront pas du tout le même regard que moi sur les concours et les performances, je serai prête à les supporter !

Mais là tout de suite je suis seule dans ma chambre, je fais passer mon portable d'une main à l'autre nerveusement, assise sur mon lit. Paris me regarde d'un coin de la pièce avec toujours beaucoup de dédain, je suis tellement humaine, quelle horreur. Pépite s'est endormi... Mes deux compagnons ont très bien réagis à ce changement de dortoir, je pense que mon beau faon saura trouver ici ses alter-ego féminins, côté attitude en tout cas et pour mon lézard... un mot : Melty Potts. La référente du lieu est capable de préparer les meilleures pâtisseries... du monde. Je sais que je trouverai en elle une aide précieuse lorsque je me lancerai dans la préparation de pokéblocs. Enfin, c'est bien beau tout ça, mais je l'envoie ou non ce sms ? Ça fait un peu harcèlement, non ? Qu'en penses-tu ? Bon tant pis je l'envoie.

Qu'est-ce que je viens de faire ? Il va me prendre pour une folle... Mais je suis folle, complètement folle à l'idée de revoir un visage familier que j'ai perdu de vue pendant si longtemps ! Deux mois c'est long ! J'espère que vous avez reconnu la personne d'Alban dans mes dires. Mon petit prince ! Après quelques échanges de sms, nous avons convenu de nous retrouver devant le dortoir mentali d'ici une dizaine de minutes pour partir en forêt cueillir des baies ! Je n'ai pas pu me retenir de lui renvoyer un texto pour m'assurer qu'il n'avait pas oublié. Toujours partant pour la cueillette? J'ai l'air de le harceler... non ? Ce que je vais faire c'est que je vais simplement laisser mon portable ici et aller l'attendre dehors, comme ça je ne penserai plus à cette bêtise. Je prépare un petit panier au fond duquel je place quelques jolis torchons et m'élance au travers du dortoir. Je réveille d'abord Pépite et Paris nous suit de loin. Une fois sortie je prends une grande bouffée d'air frais avant de me faire bousculer par mon Vivaldaim qui s'évade dans la forêt... Je commence à avoir l'habitude de ses fugues. Un nouveau pincement au cœur vient assombrir un peu mon humeur, de toute manière je le croiserai dans la forêt je pense. Ainsi ma grande bouffée d'air est suivie d'un long soupir et je m'adosse contre le bâtiment pour attendre.

Durant nos discussions avec Alban, j'ai laissé planer le mystère, pour lui comme pour moi. Je ne lui ai pas beaucoup posé de questions au final, j'ai envie d'entendre ses récits de sa voix douce. Je vois une jeune fille devant le dortoir, je ne saurai dire si elle y entre ou en sort. Je m'approche d'elle doucement et d'une voix polie je lui demande : « Bonjour. Désolé de te déranger... Aurais-tu l'heure par hasard ? » Elle a de longs cheveux clairs magnifiques, de mes yeux presque transparents j'admire cette demoiselle et ce qu'elle dégage. C'est la première fois que je lance une « discussion » avec une mentali. Légèrement nerveuse, je serre contre moi mon panier dans lequel mon petit lézard a décidé de continuer sa sieste.


HRP Navré c'est pas de l'ouverture de compét... mais voilà ! Que l'aventure commence !! J'imagine qu'il est préférable qu'Eryn réponde avant Alban ?


[CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn No-694
Eryn McNellis
Eryn McNellis
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   Ven 11 Sep - 12:02
L’annonce d’un transfert au sein des Mentali avait rendu les filles du dortoir complètement folles. Eryn les avait regardées s’agiter avec une certaine indifférence, même s’il fallait avouer que ça la rendait plutôt curieuse, en effet. La fille en question s’appelait Opale, et elle venait du dortoir Pyroli. Pyroli ! Les Mentali en parlaient comme des machines de guerre toutes dévouées à leur référente, encore plus effrayante qu’elles toutes réunies. Allaient-elles se retrouver avec une brute épaisse dans leur dortoir si raffiné ? Ah non alors, c’est hors de question ! Eryn n’avait pas pu s’empêcher de lâcher un petit gloussement méprisant, que Dahlia avait repris avec moins de discrétion. Bah, ça ne ferait que deux brutes épaisses dans un même dortoir ! Quand la Pyroli était arrivée, le dortoir avait sombré dans une fascination curieuse et observatrice ? Alors, qui était-elle, cette nouvelle venue qui osait penser qu’elle serait acceptée à bras ouverts ? Une jeune demoiselle, mince, fine et élancée, mate de peau, aux yeux très clairs, et aux cheveux très blancs enroulés dans un turban. Mais alors que tout le monde la jaugeait pour savoir ce qu’elle valait, la nouvelle Mentali avait fait la seule chose capable de calmer les harpies qui se prénommaient reines du dortoir. Elle était devenue Coordinatrice Mode.

Quelle drôle d’idée… Eryn, qui avait lâché ce parcours avec un soulagement proche de l’extase, ne comprenait pas trop ce que d’autres pouvaient lui trouver. Elle était bien contente de l’avoir quitté, et de ne plus jamais avoir à subir la honte des concours de coordination, même si elle avait réussi à terminer deuxième du concours avec son thème qu’elle qualifiait toujours de hors-sujet le plus total. Mais bon. Sa performance lui avait au moins valu la chance de gagner un panier de quinze baies, qu’elle était allée poser dans sa serre pour les mêler aux autres. En plus, ses croisements de baies avaient réussi. Elle en avait deux nouvelles espèces ! Folle de joie, elle s’était hâtée de les reporter sur son papier et de les replanter aussitôt pour faire croître sa petite plantation. Elle avait aussi gagné d’autres trucs, mais n’était pas encore allée les réclamer. Il faudrait qu’elle y aille. Si ça se trouve, c’étaient des objets de concours, qu’elle pourrait revendre à une coordinatrice. Peut-être à la nouvelle, tant qu’à faire. Ayant quitté sa serre, elle remontait vers son dortoir, Bleuenn la suivant de son pas princier, et Yakuru bondissant à côté d’elle. Ronno, plus timide, ne la lâche pas d’une semelle, de peur de se retrouver tout seul dans cet environnement qu’il juge hostile. Sa robe est toujours d’un vert éblouissant, et Eryn s’interroge. Est-il vrai que les Vivaldaim changent de couleur de robe au fil des saisons, ou n’est-ce qu’une croyance car il existe plusieurs couleurs ? Bah, elle le saura l’automne venu…

« Bonjour. Désolée de te déranger… Aurais-tu l’heure, par hasard ? »

Eryn cilla, et leva les yeux vers la Mentali qui venait de lui adresser la parole. L’heure ? Mais certainement… Oh ! Mais c’est la nouvelle Mentali qui vient de chez les Pyroli ! Ca alors ! Ohlala, mais pour quoi passait-elle, avec sa robe blanche qui la classifiait Mentali mieux que le reste ? En plus, il y avait encore un peu de terre en bas, seul signe apparent qu’elle possédait une serre et qu’elle y passait assez souvent… Yakuru, curieux, s’approcha de la demoiselle, tendant le cou pour renifler cet étrange turban qui entourait ses cheveux. Intéressant, très intéressant. S’il avait eu la parole, il aurait demandé d’une voix enjoué à quoi ce truc peut bien servir. Eryn, elle, se contenta d’un sourire aimable pour lui montrer qu’elle n’allait pas la manger.

« Bien sûr ! Il est 13h30. »

Mais ne pense pas que la conversation s’arrêtera en si bon chemin, nouvelle Mentali. Eryn est curieuse, comme toutes les filles du dortoir, et tu ne pourras pas lui échapper. Mais comment dire non à un sourire aussi gentil ? Comme quoi, n’en déplaisent à ceux qui trouvent les Mentali superficielles, oui, l’apparence est une arme nettement plus redoutable que les poings.

« C’est toi la nouvelle Mentali, non ? Opale, c’est ça ? Pardonne ma curiosité, mais on a toutes entendu parler de toi, et de la manière dont tu as changé de dortoir. Du coup… Ca nous a rendues curieuses. Pour le moment, elles te jaugent, mais bientôt tu vas être noyée de questions. Si ça peut te rassurer, tu as passé leur test haut la main en devenant Coordinatrice Mode. Félicitations, je présume ? »

La Mentali se fendit d’un petit rire amusé avant de reprendre, plus espiègle. La pauvre devait se sentir observée depuis son arrivée dans le dortoir, en plus d’être bien seule, vu qu’elle avait dû se faire la plupart de ses amis chez les Pyroli, et qu’elle avait brutalement changé de dortoir. Il était donc temps de la mettre à l’aise, et de montrer un petit aperçu de l’accueil chaleureux dont les Mentali pouvaient faire preuve, à leur manière.

« J’étais styliste avant, et j’ai changé de parcours, ça m’ennuyait trop. Il doit me rester du tissu dans mes placards. Je te le donne si tu veux, ce sera bien pour commencer, ça coûte cher comme matériau. Ca, plus quelques conseils d’ancienne styliste, si ça t’intéresse. » Bref silence. Avant qu'elle ne se rende compte qu'elle avait oublié le plus important. « Je m'appelle Eryn, au fait. Je suis chercheuse Pokémon depuis Août. »



We got this together Δ Sometimes the pressure gets you down, and the clouds are dark and grey, just kick them off and let the sun shine through, and scary as it seems, more help is on the way,'cause friends have friends that want to help out too.
Alban Abernaty
Alban Abernaty
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   Sam 12 Sep - 11:02
La passivité n’était pas l’activité préférée d’Alban. A l’académie, très rapidement, le châtain avait su trouver ses marques et se dresser une liste des endroits où il aimerait aller. Il s’était mis en tête de visiter tous les lieux mystérieux qui alimentaient les ragots des filles des Givralis, mais préférait prendre son temps pour découvrir petit à petit chaque parcelle du campus. Pour le moment, il avait déjà bien assez à faire avec les entraînements de ses Pokémon et les sorties avec ses quelques amis. La Rue Commerçante de Lansat n’avait plus de secret pour lui. Dès qu’on lui donnait la possibilité de sortir de l’académie, il filait se hisser au-delà du grand portail pour courir vers la Ville Portuaire. L’endroit le fascinait, et il préférait explorer ces allées à l’animation effervescente et aux marchands riches d’histoires, plutôt que de privilégier son propre campus. Après tout, le Lac Corail resterait le Lac Corail ; il ne s’en irait pas de sitôt. Tandis que la Ville Portuaire, elle, deviendrait forcément morne et triste à l’approche de l’hiver. En pleine fin d’été cependant, ses couleurs étaient exceptionnelles ; allant du bleu éclatant au jaune pâle, en passant par le vert et le brique. Doucement, on voyait que la ville tendait vers des teintes plus chaudes et automnales qui soufflaient comme un vent annonciateur de renouveau. L’orange et le rouge commençaient à se mêler aux autres couleurs, comme une aquarelle qui se dilue dans l’eau et se répand sournoisement. Alban aimait observer ce changement de saison. Nul besoin de Vivaldaim pour cela ; il lui suffisait d’humer l’air pour capter ces nouvelles fragrances boisées et douceâtres. Une main tendue pour attraper une feuille dont le vert était progressivement grignoté par l’écarlate. Une brise souffla dans ses cheveux pour les décoiffer, et Zéphyr s’envola doucement de son épaule, déployant ses ailes dorées.

L’orange scintillant de ses plumes se mêlait à la perfection avec ces nouvelles teintes naissantes. Avec un sourire, Alban lui fit signe de rentrer à l’académie. Là-bas, il avait rendez-vous avec une vieille amie qu’il n’avait vu que trop peu de l’été. Enfin, amie… Pouvait-il la considérer comme une amie ? Pour le moment, leur relation était encore trop primitive, trop… sauvage. Ah, Opale Valéry. Quelle étrange rencontre que celle-ci. Et pourtant, la demoiselle aux yeux d’eau claire avait marqué l’esprit du châtain. Ses histoires le fascinaient ; son vécu, encore plus. Il avait envie, comme elle le lui avait demandé, de l’apprivoiser. Il avait voulu la revoir durant l’été ; mais sans grand succès. Incapable de lui envoyer un message ou de la croiser par hasard, il n’était même plus sûr qu’elle fût encore sur l’île. Et pourtant, vers la fin de l’été, elle avait commencé à lui envoyer de ses nouvelles. Un peu tard cependant, car Alban n’était plus vraiment sur Cobaba à ce moment. Enfin… Au bout de quelques messages échangés - et beaucoup de ratés de sa part -, les deux adolescents avaient enfin pu convenir d’une réunion. Le Petit Prince et le Renard. Progressivement, Alban s’approchait pour tenter d’habituer l’Opale. Bientôt, ils seraient peut-être en mesure de devenir de véritables amis. Mais pour le moment, il fallait qu’il la retrouve à proximité du dortoir des Mentalis.

Mentalis… Pourquoi donc ? Il s’était posé la question mais n’avait pas vraiment eu l’occasion de lui demander plus particulièrement. Il préférait aborder ce genre de chose en réel, car il n’était pas encore assez familier avec le virtuel. Les dortoirs Pyroli et Voltali étaient côte à côte, et celui des Mentali à l’opposé… Certes, il y avait plus de forêt du coin des Mentalis, mais ils auraient pu se retrouver ensemble et marcher jusqu’au bois tous les deux, non ? Alban haussa les épaules, et Zéph’ vint s’y poser délicatement. Depuis que Mistral était né, le Goélise était passé par plusieurs phases ; jalousie, colère, et puis, indifférence. A présent, la petite mouette dorée acceptait la présence de son rival, même si leur relation n’était pas vraiment idéale. C’était plutôt le contraire avec Auster, qui lui, surprotégeait la petite boule de plumes. La dite boule de plumes avait d’ailleurs pris l’habitude de se percher sur la tête de son dresseur, ce qui devait lui donner une drôle d’apparence de femme victorienne. Ah là là, déjà qu’il faisait parfois illusion avec ses cheveux un brin trop long…

Trêve de bavardages. Avec Zéphyr sur son épaule, Mistral sur sa tête, et Auster sur les talons, Alban marchait d’un bon pas vers le dortoir Mentali. Il avait déjà retenu une bonne partie de la cartographie des lieux ce qui lui permit de s’orienter rapidement. De toute façon, il n’y avait qu’à repérer cet immense bâtiment décoré avec des fanfreluches et d’où s’échappaient bruits de musique branchée et odeurs de petits gâteaux mitonnés par la douce Melty Potts. 13h30. Ils avaient rendez-vous à 13h35, et Alban était réglé comme une montre suisse. Ponctuel, le jeune Voltali. Pourtant, lorsqu’il arriva aux abords du fameux dortoir, il eut la surprise de voir Opale en pleine discussion avec une jeune fille aux cheveux roses. D’ailleurs, il se souvenait de celle-ci pour l’avoir déjà vue lors de la mise en place du plan pour infiltrer les Rouages. Elle avait proposé de fouiller l’île avant de partir pour Frista, ce qu’avait passablement désapprouvé Calliope. Intrigué, il ralentit le pas pour que les filles aient le temps de finir de parler et de le remarquer, afin de ne pas laisser traîner son oreille là on elle n’avait pas à traîner.

Puis, voyant qu’Opale tournait enfin les yeux vers lui, il lui adressa un léger sourire et la salua.

- Bonjour Opale. Comment vas-tu ?

Elle était comme dans son souvenir, même si à présent, le soleil qui filtrait au travers des nuages lui permettait de mieux la voir. Elle portait un panier sous le bras, dans lequel Pépite, son Galvaran, dormait paisiblement. Alban resta à distance respectueuse. Après tout, il ne fallait pas approcher le Renard trop rapidement. Quant à l’autre jeune fille… Il ne savait pas ce qu’elle faisait là, mais à la voir dans sa robe blanche, elle était de chez les Mentalis, c’était clair et net. Sur son épaule, pris entre Opale et la belle inconnue, Zéph’ commençait à faire ses bruits de gorge étranges.

- Ah et hm… je t’ai déjà vue mais je ne connais pas ton prénom, désolé. Je suis Alban Abernaty. Enchanté.

Mistral, sur sa tête, agita ses ailes cotonneuses et son plumage blanc aux reflets irisé pris plus d’éclat encore. Auster, que la belle inconnue laissait indifférent, préféra se concentrer sur celle qu’il n’avait jamais vue mais que son dresseur semblait connaître. Ses yeux carmin sondèrent Opale, et il dirigea son regard vers le panier dans lequel dormait un Pokémon Electrique. Humpf. Pas une grande menace pour lui et son équipe. Il pouvait se détendre. Un sourire sur les lèvres, Alban reporta son attention sur Opale. Alors petit Renard, que vas-tu faire ?
Opale Valery
Opale Valery
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 373
Points d'Expériences : 170
Coordinateur Mode
Sujet: Re: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   Lun 14 Sep - 18:03
Je regarde la demoiselle avec plus d'attention, la terre sur sa robe trahit sa venue des serres, nous avons donc un point commun, nous aimons planter des baies. Je ne pense pas que ce soit le meilleur sujet pour débuter une conversation vue mon peu de connaissances à ce sujet mais ça pourra toujours servir en recours si je manque d'idées ou si cela devient gênant. Elle est suivie de trois pokémons qui semblent être du type plante. Je reconnais évidemment Vivaldaim étant donné que j'en possède un moi-même, le voir si proche de sa dresseuse me rend triste mais je ne vais pas me montrer fragile pour une première rencontre. Les seconds me sont indiqués par l'application Pokédex de mon iPok qui m'envoie discrètement leurs informations par simple sms après les avoir pointé. Un Macronium et un Cabriolaine donc, dans tous les cas elle est sacrément bien accompagnée. Tu penses qu'un jour j'aurai la même allure ? La même prestance avec trois pokémons me suivant de manière propre et éduquée... Ce n'est pas pour tout de suite, c'est bien sûr ce moment qu'a choisi Pépite pour émettre un ronflement sonore et peu plaisant... Et pourtant, si j'avais été plus expérimentée j'aurai vu les disparités de ces pokémons loin d'être réglés comme des horloges mais à ce moment de ma vie, la voir elle et ses pokémons me semblait être une des choses les plus gracieuses du monde. Je rougis pour le bruit disgracieux de mon pokémon et la remercie d'un simple hochement de tête gêné lorsqu'elle me répond l'heure. Mais pourquoi il me renifle les cheveux celui-là ?

Mais cette atteinte à mon intégrité n'est rien face à ce qui m'attend. Je manque de m'écrouler par terre lorsqu'elle se met à m'assaillir avec toutes ses curiosités. Comment savait-elle que j'étais changée de dortoir, m'avait-elle vu à Cobaba pour savoir que je n'étais pas juste une nouvelle de septembre ? En ont-elles tant parlé que ça ? Arceus, suis-je devenue l'attraction du dortoir ? « Bientôt noyée de question » parce que ce n'est pas le cas présentement ? Mais comment sait-elle mon parcours, mais tout se sait dans cette école ? Je n'aimerai pas voir ma tête à cet instant, balançant entre la gêne et l'envie de fuir, mes joues doivent être écarlates, mes yeux gonflés et apeurés... Combien de temps vais-je pouvoir tenir cet interrogatoire ? Pépite, réveille-toi, fais une bêtise, j'ai peur... Elle interrompt ses monologues par des rires étranges et sans reprendre son souffle, se met à nouveau à parler. Sans m'en rendre compte je m'étais écartée de quelques pas et alors que la demoiselle termine sa phrase je trébuche, mes fesses tombent au sol mais je réussis à éviter que Pépite ne se réveille en soulevant bêtement le panier. Mon altruisme me surprend parfois, j'aurai pu lui faire profiter de la chute qui m'a quand même bien tapé le derrière.

« Je... je suis perdue, tu es styliste ou chercheuse ? Désolé de ne pas tout comprendre, je suis confuse... Je me serai bien présentée mais tu sais visiblement déjà tout... Voilà... Enfin, maintenant nous sommes deux à être pleines de terre, ce n'est pas si mal ? » Je me redresse adroitement d'un seul geste et tente tant bien que mal de m'épousseter d'une main en ayant l'autre prise par le panier. « Tu m'excuseras je ne suis pas habituée à être interrogée comme ça, je n'avais pas idée à quel point les nouvelles allaient vite ici et... » Je m'interromps en entendant s'approcher une autre personne, je me retourne et lui adresse un sourire plein de sérénité, comme une évidence. Je n'ose pas l'approcher, je remarque que lui-même garde une distance polie. Je peux enfin véritablement admirer les traits de son visage sans un éclairage parasite. Il est beau, je me demande même s'il ne dégage pas plus d'assurance, plus de maturité qu'au début des vacances. Peut-être se dit-il la même chose de moi ? Si j'arrêtais de me tapoter les fesses pour en sortir la terre je serai sûrement plus crédible...

Plein de questions me viennent à l'esprit... Je veux aussi lui raconter toutes les belles choses qui me sont arrivées cet été. Mais le court de ma pensée est interrompue à la vue de ses nouveaux compagnons. Un Noctali, vraisemblablement très protecteur et un magnifique Tylton ayant manifestement pris la place de son homologue volant qu'est Zéphyr en le déléguant à l'épaule du dresseur. L'ensemble est très harmonieux, l'équipe montre une cohérence avec le dresseur, j'en viens à être jalouse. À mes côtés je n'ai toujours que Pépite, endormi qui plus est. « Bonjour Alban, j'ai l'impression qu'il t'est arrivé beaucoup de choses cet été, c'est écrit sur ton visage... La présence de tes nouveaux pokémons est un indice non-négligeable. Je te présenterai le mien si nous le croisons. » Le Noctali du jeune dresseur s'approche du panier pour vérifier ce qu'il contient, je m'agenouille pour me mettre au niveau du canidé et plonge mon regard dans le sien, ses yeux carmins reflètent les miens et inversement. Quelle belle rencontre et quel beau pokémon mystérieux. L'échange est interrompu par le réveil de mon petit lézard qui quitte le panier pour me grimper au cou. Il se met à scruter la forêt, peut-être dans l'espoir d'apercevoir Paris.


« Il me tarde de découvrir un nouveau lieu en tout cas, l'Île Lansat semble regorger de surprises. Je te dis ça Alban, mais tu dois déjà en connaître les moindres recoins, enfin au moins être mieux renseigné que moi. Je ne connais rien de cette forêt mais il n'y a pas de raisons qu'on n'y trouve pas des baies. » Je me tourne à nouveau vers ma camarade de dortoir qui a l'air de s'y connaître en baie. « Tu y as déjà été dans cette forêt j'imagine Eryn, que nous conseilles-tu ? » Peut-être pourrait-elle nous accompagner ? Je ne sais pas je n'ose pas lui demander. La lisière est à quelques mètres de nous et une grande bourrasque vient faire chanter les feuilles. Tu la sens mon envie irrépressible de courir sauvagement comme Paris et de me plonger dans la forêt ? Il doit y avoir des lieux magnifiques ici, si l'île à quoique ce soit de similaire avec Cobaba apparemment c'est la diversité de ses paysages.

Ce qu'il y a de beau avec les forêts denses comme celle-ci c'est le mystère. Il me tarde de les élucider et je fais confiance en la curiosité du Petit Prince pour nous encourager dans cette voie. Mais d'ailleurs, puisque le vent se lève... Je fais à nouveau volte-face pour regarder le jeune homme, cette fois mon visage affiche beaucoup d'entrain. Caché sous les torchons au fond de mon panier, je fais glisser délicatement un long foulard en tissu jaune un peu ocré. Mes joues se mettent à rougir et je tend le vêtement à Alban. « Tiens Petit Prince, c'est la première pièce que j'ai faite dans mon atelier, j'espère qu'elle te plaît. » Je n'ose pas la lui passer autour du cou donc je reste bêtement avec le bras tendu en sa direction. J'espère qu'il ne va pas trouver cela étrange que je lui offre un cadeau, mais je suis sûre qu'il lui ira très bien. Pépite regarde le jeune homme qu'il finit par reconnaître avec beaucoup de fierté, lui aussi a participé à la création du présent. Bon, évidemment ce n'est pas parfait, je ne suis pas très expérimentée... mais soit.


[CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn No-694
Eryn McNellis
Eryn McNellis
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   Jeu 17 Sep - 10:50
Oups… Elle parlait trop. Évidemment. Confuse, la Mentali se tut, et tendit la main à sa camarade pour l’aider à se relever, bien décidée, cette fois, à garder le silence et à tempérer son enthousiasme. Cependant, l’autre se releva sans elle, de manière souple. Waow. La gêne entre les deux se fait sentir. Et dire qu’elle voulait juste être accueillante ! Ou bien n’est-elle pas habituée aux conversations ? Elle va devoir s’y faire, les Mentali sont de vraies pipelettes ! Quand elle reprit enfin la parole, Eryn esquissa un petit sourire gêné. Oups, la boulette. Ca fait peut-être trop d’informations pour elle, en plus d’apprendre que les Mentali l’attendent au tournant. Bon, ok. On recommence. Plus calmement cette fois.

« Pardon… Je recommence depuis le début. Bonjour ! Je m’appelle Eryn, et je suis une scientifique du dortoir Mentali. C’est avant que j’étais styliste, mais j’ai changé pendant les vacances, un peu après notre aventure sur l’île Frista. Et comme je te disais, les Mentali sont assez impatientes de te connaître. Il va aussi falloir t’habituer au débit de paroles… Les Mentali sont assez bavardes. On peut même dire que j’ai été plutôt taciturne, comparée à certaines filles du dortoir. »

Nouveau sourire, gentil cette fois. Ce seraient ces dernières paroles. Il ne fallait pas mettre la demoiselle trop mal à l’aise, tout de même ! Cependant, une autre personne s’approchait. Un garçon. Bleuenn tourna vers lui un regard inquisiteur, l’air de se demander qui il était et ce qu’il voulait. Était-ce un Noctali venu chercher les ennuis ? Quelqu’un avec qui Opale avait rendez-vous ? La deuxième proposition avait l’air d’être la bonne. Il salua Opale, qui le salua en retour, et bien vite, Eryn chercha un moyen de s’esquiver. Elle ne voulait pas se mettre au milieu, les gêner, de toute manière elle n’était pas attendue, et elle avait à faire au dortoir. Comme surveiller le petit œuf qu’elle avait récupéré sur l’île Frista, et qui semblait mettre beaucoup de temps à éclore. Tout comme son petit Achille qui mettait bien du temps à évoluer. Elle qui pensait que les Armulys évoluaient vite ! Cela faisait deux mois que son Chenipotte avait évolué, et elle attendait avec une certaine impatience qu’il sorte de sa chrysalide. Cependant, le garçon se tourna vers elle, souriant, se présentant comme Alban Albernaty. Elle ne le connaissait pas. Sans doute était-il nouveau à l’académie ? Elle se rappelait l’avoir vu, sur Frista, mêlé aux autres élèves, mais mis à part ça, rien du tout. Polie, toutefois, elle esquissa un petit sourire pour le saluer à son tour.

« Eryn McNellis. Enchantée aussi. »

Bien, c’était donc le moment où elle levait les voiles, non ? Oh, apparemment pas. Se tournant vers elle, Opale venait de lui poser une nouvelle question. Qu’est-ce qu’elle leur conseillait ? Pas grand-chose. Cependant, apprendre qu’ils allaient ramasser des baies dans la forêt lui donnait envie d’y aller avec eux pour agrandir ses plantations, même si, apparemment, elle avait trouvé toutes les baies pouvant être potentiellement plantées à Cobaba. Bref. Ils allaient partir en cueillette, et la nouvelle Mentali lui demandait si elle avait des conseils à leur donner, partant sans doute du postulat qu’elle avait déjà dû entrer dans la forêt, vu qu’elle était ici depuis un an maintenant. Eh bien… Ce postulat était plutôt faux. Étrangement, elle n’avait jamais ressenti le besoin d’aller se promener en pleine forêt, et ses mésaventures sur l’île Enigma lui en donnaient encore moins l’envie.

« Euh… Non. J’avoue n’être jamais entrée dans la forêt. Mais c’est vrai qu’il y a des baies dedans, et des objets perdus par d’autres élèves. On raconte même qu’il y aurait un Pokémon légendaire dans les bois. »

Eryn attribuait cela au stade de la simple rumeur. Qu’est-ce qu’un Pokémon légendaire serait allé faire dans les bois, honnêtement ? Lassé de ces discussions et de cet immobilisme, Deku, le Brocélôme, s’envola paresseusement pour aller vers la chambre de sa dresseuse, traversant les murs sans se préoccuper des hurlements effrayés des Mentali. Petites natures. Pourtant, avec Kaeko et sa collection de Spectre, elles devraient avoir l’habitude non ? Aussi rata-t-il le don du foulard d’Opale à Alban et la réponse de ce dernier, car il venait d’entrer dans la chambre d’Eryn après avoir perturbé cinq ou six Mentali. Cependant, il eut tout le temps de voir l’œuf posé sur le lit, qui commençait à briller, remuer, et se fissurer. Rapidement, Deku fit demi-tour, retraversant les chambres à vive allure, faisant de nouveau hurler les Mentali, pour se planter, en trente secondes, devant sa dresseuse, non sans bousculer au passage Alban et Opale.

« Deku ! Ce n’est pas très gentil ça ! »

Le Brocélôme ne répondit pas, et sa main spectrale se saisit du bras d’Eryn pour la tirer dans le dortoir sans même prendre le temps de s’excuser. A peine contrainte, la Mentali traversa tout le dortoir, tirée par son Brocélôme, essayant d’en placer une pour lui faire la morale. Ce n’est pas parce qu’il s’ennuie qu’il doit faire ça ! En plus, il a renversé son sac, et des affaires se sont répandues au sol ! Et sa serpe, elle est où sa jolie serpe en bronze ? Ouvrant la porte, le Brocélôme la poussa dans sa chambre, juste à temps pour qu’elle voie l’œuf s’illuminer de plein feu. Eryn s’immobilisa, fascinée. Et elle le prit en vitesse pour le poser au sol. Elle ne savait pas ce qu’il contenait, et elle aurait été pour le moins dégoûtée qu’un énorme Pokémon explose son lit ! Après quelques secondes d’une illumination totale, la lumière retomba, et l’œuf disparut, laissant apparaître… Un petit Otaria, qui lâcha un couinement tout faible pour demander sa maman.

« Ooooh, tu es tellement mignoooonne… »

Tout doucement, Eryn l’entoura de ses bras pour lui faire un câlin, faisant soupirer d’aise la petite otarie. Prudemment, elle en profita pour tâter son corps du bout des doigts, au moins pour s’assurer qu’elle n’avait rien. C’est qu’elle avait récupéré cet œuf dans les labos de la Team Rouage tout de même, qui sait quelles expériences ils ont pu faire dessus ! Brusquement, l’Otaria se rétracta, et éternua, faisant voler de la neige partout dans la chambre, recouvrant sa dresseuse de poudreuse, et débordant jusqu’à la porte grande ouverte pour enneiger le couloir… Et les deux élèves présents, qui l’avaient suivi pour lui rendre sa serpe, sans doute.

« Je, hrmm, je suis désolée… » Elle ne put pas en dire plus, lâchant elle-même un éternuement avant de grelotter un peu. « Et j’ai froid en plus, maintenant… »

C’est sûr que ce n’était pas avec sa robe blanche légère d’été qu’elle allait être protégée de la neige et du froid.

HRP : Éclosion de l’œuf d'Otaria.



We got this together Δ Sometimes the pressure gets you down, and the clouds are dark and grey, just kick them off and let the sun shine through, and scary as it seems, more help is on the way,'cause friends have friends that want to help out too.
Alban Abernaty
Alban Abernaty
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   Jeu 17 Sep - 21:46
« - On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le Renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !
- Que faut-il faire ? dit le Petit Prince.
- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près... »

Ses yeux d’un bleu turquoise s’ouvrirent sur le monde autour de lui. Droit devant, la douce Opale l’observait de ses yeux aux teintes irisées. Ils étaient à distance respectueuse l’un de l’autre ; trois mètres, tout juste ce qu’il fallait pour qu’ils puissent se sourire, s’observer et se flairer, sans pour autant se faire fuir. Car leur côté sauvage était encore trop vif pour qu’une approche plus entreprenante soit possible. Ils se toisaient tels deux animaux craintifs et méfiants. Pourtant, petit à petit, le lien invisible qui les reliait devenait plus fort. L’écart qui les séparait ? Plus mince. Une sorte de confiance et de respect mutuel était née, même si Alban ne voulait pas gâcher tout ce qu’ils avaient commencé à bâtir d’un pas trop optimiste. En silence, il lui offrit un sourire. Leurs yeux se croisèrent, semblant livrer un dialogue muet. Puis, de sa voix aux accents suaves de l’Archipel Orange, Opale lui répondit. Le commentaire le fit presque rire. Aha, était-il si facilement déchiffrable que cela ? Il lui en était arrivé des choses, en effet. Des aventures colorées, des rencontres qui l’avaient chamboulé à jamais, et d’autres amitiés tissées qu’il s’évertuait à entretenir. Chaque lien devait être chéri et poli, auquel cas il n’en résulterait que des ruines. Malheureusement pour le moment, le « lien » d’Opale et Alban était encore trop jeune, trop fragile, pour qu’il puisse passer à l’étape suivante. Il devait d’abord s’assurer que le filin soit bien assez fort pour les supporter tous les deux, car sinon, les conséquences pourraient en être dramatique. Il reprit bien rapidement un visage énigmatique.

- Je pense que je ne suis pas le seul à avoir beaucoup vécu durant ces deux derniers mots, lui murmura-t-il avec un sourire taquin.

Ce serait mentir que de dire qu’elle n’avait pas un petit peu changé. Dans son attitude, même si elle restait l’Opale qu’il avait rencontrée sur la plage sous le ballet des lucioles, elle avait l’air… différente. Peut-être était-ce seulement dû à la lumière du jour. Après tout, les choses pouvaient bien paraître différentes sous la lueur de la lune. Mais il osait croire que ce n’était pas uniquement ça. Il décida de ne pas s’y attarder plus pour le moment ; après tout, ils auraient bien l’occasion de se raconter leurs vacances à un moment ou à un autre. Opale avait-elle rajouté d’autres photos à son album ? Il avait l’air d’être le premier souvenir de son été qu’elle avait apposé sur papier glacé. Enfin, c’était ce qu’il espérait… Mais à présent, son portrait devait avoir été rejoint par d’autres paysages, d’autres Pokémon, et d’autres personnes… Ne serai-ce que le cliché de cette nouvelle acquisition dont elle venait de parler. Il regarda autour de lui pour essayer d’apercevoir ce dernier, mais ne vit qu’Eryn et ses Pokémon. La fille aux cheveux rose avait d’ailleurs l’air de se sentir un peu mise à l’écart dans cette ambiance si particulière, mais elle ne s’était pas encore éclipsée discrètement. Eryn, McNellis… Elle devait être de la famille de Loan elle, non ? A moins que ce nom soit particulièrement commun, il ne savait pas trop… Il décida de ne pas lui demander pour le moment. De toute façon, Opale venait de se pencher pour observer Auster, qui la regarda d’un air neutre. Les yeux de l’ancienne Pyroli virèrent aussitôt au rouge translucide, ce qui était un phénomène vraiment beau à voir. Dans le même temps, Pépite se réveilla et Alban lui accorda un sourire.

- Bonjour Pépite, le salua-t-il, tandis que Zéphyr levait une aile pour faire remarquer sa présence au lézard électrique.

Pépite n’avait pas l’air d’avoir beaucoup changé durant l’été. Comme la mouette chromatique, me diriez-vous. Sauf que Zéph’ avait enfin appris à voler… Ce qui en soi, n’était pas non plus négligeable. Curieux d’entendre tous les récits d’Opale sur tout ce qu’il avait manqué de sa vie, le châtain farfouilla dans son sac à dos pour en sortir un calepin lorsqu’elle plaisanta sur le fait qu’il devait déjà tout connaître.

- Aha, allons bon, je ne suis pas encore arrivé depuis assez longtemps pour avoir pu tout visiter… Mais j’ai passé tout mon temps libre à me renseigner, oui, et j’ai pu dresser une liste des endroits à aller voir et des animations à ne pas manquer, répondit Alban avec un petit clin d’œil lorsqu’il parla de son temps libre.

Car quiconque avait déjà été en cours avec Alban savait qu’il passait le plus clair du temps des enseignements qui ne l’intéressaient pas à feuilleter ses brochures et à faire semblant de prendre des notes, alors qu’il noircissait juste les pages de son cahier de bonnes adresses. Mauvais élève Alban ? Pas tant que ça, non. Juste qu’il ne voyait pas en quoi s’intéresser à la stratégie ou aux combats Pokémon était fascinant alors qu’il ne souhaitait pas faire combattre les siens. Il y avait bien des moyens de montrer la supériorité de son équipe aux autres. Par les compétitions sportives par exemple, où normalement, personne n’attaquait un autre. Ou dans le domaine Scientifique, où les Pokémon pouvaient servir à dénicher les meilleurs fossiles. Mais se donner en spectacle en blessant l’autre ? Très peu pour lui. Il n’était pas fan de ce genre de pratiques, même s’il avouait qu’il pouvait livrer des combats en cas de dernier recours. Mais jamais sans une bonne raison.

La conversation se déporta cependant vers Eryn, qui fut sollicitée pour son ancienneté à l’académie. En plus d’être dans un dortoir à proximité des lieux. La jeune Mentali ne gagna pas vraiment de points lorsqu’elle avoua ne jamais être entrée dans la forêt. Depuis combien de temps était-elle là ? N’avait-elle aucune curiosité quant aux paysages qui l’entouraient ? Alban avait du mal à comprendre que les gens ne puissent pas être comme lui ; avides de connaissances et de découvertes, de voyages et de culture. Il tiqua cependant lorsqu’elle parla de Pokémon Légendaire. Un Pokémon Légendaire ? Il n’était pas particulièrement naïf, ni un crédule de la première heure, mais il aimait croire aux mythes et aux folklores locaux. Si les gens aimaient à dire qu’il y avait un Pokémon Légendaire à l’intérieur de cette forêt, c’était qu’il devait y avoir quelque chose d’assez incroyable. Pas forcément un Pokémon. Mais sa curiosité était piquée à vif, et une étincelle brilla dans son regard.

Il voulut poser plus de questions mais Opale l’interrompit en lui tendant timidement un morceau d’étoffe. Alban fut aussi étonné de voir le présent que les joues de la jeune fille se teinter de rouge. Il était surpris et incroyablement flatté. Le foulard était d’une belle couleur, qui s’accordait parfaitement avec celles qu’Alban portait d’ordinaire. Avec un sourire ému de gratitude, il n’osa pas parler sur le moment. Ses doigts fins glissèrent vers Opale et se saisirent du présent, sans toucher les mains de la jeune fille. Après tout, ils n’étaient pas encore assez proche l’un de l’autre. La texture du foulard était vraiment agréable. Elle était douce, mais il sentait dans l’épaisseur du tissu qu’elle pourrait le protéger du vent sans problème. Il la prit et la noua autour de son cou pour faire honneur au travail du Renard.

- Merci, elle est magnifique… Je suis vraiment touché d’avoir cet honneur… lui dit-il d’une voix grave et profonde.

Puis, avisant le regard fier du petit Galvaran, il lui sourit tandis que Mistral agitait ses ailes cotonneuses.

- Et merci aussi, Pépite. Enfin… Cela veut donc dire que tu as pu choisir ta voie, Opale ? Les étoiles t’ont-elles soufflé un chemin qui te plaît ? demanda-t-il, en référence à leur première rencontre. En tout cas, c’est du très bel ouvrage, tu es talentueuse.

Il passa ses doigts sur le foulard. Il ne faisait pas particulièrement chaud aujourd’hui, ni particulièrement froid, mais ce morceau de tissu était bienvenu. Il lui réchauffait autant la gorge que le cœur. Il fut gêné un moment de ne pas avoir de cadeau pour elle, mais il se promit de se rattraper plus tard. Il ouvrit la bouche de nouveau pour continuer la discussion, lorsqu’un Pokémon d’Eryn qu’il ne connaissait pas les bouscula à moitié. Il attrapa sa dresseuse et, après qu’elle eut fait tomber toutes ses affaires par terre, elle s’engouffra en courant dans le dortoir des Mentali. Alban regarda Opale, sans savoir trop quoi faire. Par réflexe, il se pencha pour rassembler les affaires de la jeune fille et les glisser dans son sac à dos.

- Il faudrait peut-être lui rendre, dit-il à Opale.

Ses sens lui hurlèrent de les poser à l’entrée du dortoir des Mentali et ne pas y entrer. Après tout, un garçon dans un dortoir de filles, c’était forcément étrange. Cependant, pour une raison qui lui était inconnue, il s’engouffra dans le couloir sans faire attention aux murmures sur son passage, et tenta de se repérer dans le dédale des chambres. Où pouvait bien être Eryn ? Il entendit finalement sa voix un peu plus loin, et, après avoir fait signe à Opale, il se retrouva devant la chambre ouverte de la demoiselle. Il était gêné d’être ici, c’était clair. Il pouvait entrapercevoir l’intérieur de la couchette de la Mentali. Pas longtemps cependant, car un éternuement se fit entendre tandis qu’une Poudreuse venait s’abattre sur Opale et lui. Aoutch. C’était froid. Pour le coup, il était content d’avoir le foulard du Renard. Eryn s’excusa aussitôt, tout en disant qu’elle avait froid. Gentleman, Alban enleva sa veste et la tendit à la fille aux cheveux roses, en même temps que son sac qu’il avait récupéré.

- Pas de soucis. Tiens, je te la prête si tu veux, ça devrait te réchauffer. Et voilà tes affaires, tu les avais faites tomber dehors… Normalement il y a tout, mais tu devrais vérifier au cas où.

A présent, il était seulement dans une chemise bleu pâle, mais c’était largement suffisant pour une balade en forêt. Restait à espérer qu’Opale n’ait pas froid non plus, car sinon, il n’aurait pas vraiment su quoi faire. Quelle idée avaient-ils eu de rentrer en terrain hostile comme cela ? Il voyait déjà les autres Mentali les toiser d’un air curieux. Ah, ça, il était sûr que ça finirait dans les potins du lendemain.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn   
[CUEILLETTE] On raconte que la forêt cache bien des mystères... w/ Alban & Eryn
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :