[RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Jeu 17 Sep - 18:26
[RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar. Tumblr_mzjzdjjH1V1qkn3rro1_500

Ce rp est un rp commun Pyroli. Si vous n'êtes pas Pyroli, vous ne pourrez pas participer ! Merci de votre compréhension. ♥
InRP, l'action se déroule dans la nuit du 17 au 18 Septembre, merci d'en tenir compte dans votre chronologie. Il n'y a pas d'ordre de passage prédéfini, veillez cependant à respecter les règles et à prendre en compte les réponses des autres pour que le rp ne parte pas dans tous les sens.
Pour toutes questions, suggestions, propositions, plaintes supplémentaires, merci de venir m'en faire part sur Skype (dans la convo Pyroli ou en privé) ou dans le flood des Pyroli.

Bon rp à tous ! ♥


Enfin achevée. Enfin achevée ! La brune s’étira sur sa chaise, la faisant glisser le long du parquet, et leva les bras en l’air dans un signe de victoire. Sa thèse était enfin achevée ! Retournant agilement vers son ordinateur portable, qu’elle jugeait bien plus pratique que l’iPok pour écrire, la brune reprit ses notes pour les relire, traquer la moindre faute, faire un peu de mise en page, et finalement, envoyer ça en pièce jointe avec ses autres thèses à Snow, qui les lirait et jugerait de si elle était apte, ou pas, à passer le quatrième grade. Elle serait alors la première à atteindre le Grade 4… Et il fallait avouer que ça la faisait plutôt bien rêver, en fait. Première Grade 4 ! Voilà qui lui prouvait qu’elle pouvait faire quelque chose de sa vie, un peu. Refermant son ordinateur, elle le poussa contre le mur, et s’affala sur sa chaise comme une grosse loque, faisant lever la tête à sa Zorua, qui s’était étalée sur le lit sans toucher à l’oreiller, abandonné au Pandespiègle qui, vanné, s’était endormi dessus. Sphax l’attendait, assis près de la porte, pour leur patrouille habituelle, abandonnant la surveillance de Kipling à Hilda, qui ronronnait doucement dans un coin de la pièce, le chaton psychique endormi contre son ventre.

« J’ai fini mes thèèèèèèses ! » Sphax ne broncha pas. Patrouille. « Roooh, t’es vraiment pas marrant, je suis sûre que mon bel inconnu trouverait ça fascinant, lui. »

Sphax se fendit d’un grognement insultant. Comme si ce Noctali débile pouvait trouver quoi que ce soit d’autre que lui fascinant ! Aileen pouffa de rire et se leva pour rejoindre son Absol, enfin satisfait de voir sa dresseuse bouger. Patrouille dans le dortoir. Et dire qu’elle devait se lever à quatre heures trente. A ce rythme-là, autant ne pas dormir, en fait. Peut-être qu’elle pourrait trouver un truc cool à mater à la télé. Ou sinon, une série sur l’ordinateur portable. Alors qu’elle quittait la chambre, son Pijako, posé sur l’armoire, s’envola pour venir se poser sur son épaule, y chantonnant gaiment. Il suffit d’un grognement de l’Absol pour qu’il se taise. On ne sifflote pas dans les couloirs à cette heure-ci. Pas quand les Pyroli dorment… Ou pas. Il y avait du bruit, vers les escaliers. Dans un battement d’ailes, le Pijako s’envola, pour aller se poser sur la rambarde, observer, et revenir. Ce n’était que le vent. C’est fou, comme la Team Rouage pouvait la rendre nerveuse. D’un pas silencieux, la préfète fit sa patrouille, tranquille, son Absol la suivant de près et son Pijako posé sur l’épaule. Les couloirs n’étaient pas si sombres que ça, au final. La lumière de la lune filtrait sous certaines portes, et sous d’autres, c’était carrément la lumière de la pièce allumée. Elle n’était pas la seule à ne pas dormir. Plusieurs fois, elle croisa quelques Pyroli, qui allaient ou sortaient des toilettes, et ne se fendit que d’un hochement de tête poli. La flemme de discuter, surtout à cette heure-ci. Alors qu’elle repassait près de l’escalier, le Pijako s’envola pour descendre et survoler la salle commune, avant de remonter sans rien dire. Rien à signaler. Aileen retourna donc dans sa chambre, où sa team dormait, sous les regards attentifs d’Asami et Hilda.

« Une fois de plus, rien à signaler. Les Pyroli sont un peu trop sages, en ce moment… Ca cache quelque chose de pas net. »

Sphax gronda un petit rire, avant d’aller se coucher près d’Hilda, qui blottit sa tête contre son flanc. La brune, elle, s’assit sur son lit, se changea, et batailla avec son Pandespiègle pour récupérer son oreiller et se coucher. Après quelques minutes de lutte, le petit panda accepta le deal en échange d’un dodo avec sa dresseuse. Il se retrouva tout de suite blotti contre le ventre de sa dresseuse, qui lui gratouilla la tête en s’endormant tout doucement. Allez, il fallait qu’elle dorme un peu. Demain, réveil à quatre heures trente, pour l’entraînement matinal, et une nouvelle journée presque pourrie en perspective. Avec un peu de chances, son pseudo petit copain viendrait enfin la voir pour lui expliquer, ou à défaut d’excuser, son départ précipité pendant deux mois et son manque total de nouvelles. Aileen avait bien essayé de lui téléphoner. Et fatiguée de tomber sur son répondeur, elle avait fini par effacer son numéro après l’avoir mis en liste noire. Plus d’appels, plus de textos. S’il voulait jouer à ça, elle allait se révéler plus agressive que lui. Fermant les yeux, elle ramena un peu plus l’ourson roux vers elle, avant de s’endormir.

Ce fut un bruit de vaisselle brisée qui la réveilla. Elle ouvrit les yeux d’un coup, et se releva dans son lit, appuyée sur une main, pour faire plusieurs constatations étranges. Un, elle n’était pas fatiguée. Deux, elle était seule dans sa chambre. Trois… Pourquoi y avait-il un fantôme dans sa chambre ? Ce dernier se retourna vers elle, lui glaçant le sang, et lui fonça dessus. Brusquement, elle se jeta en arrière, heurtant le mur, ne pouvant éviter le fantôme qui la traversa de part en part avant de disparaître en ricanant. Surprise, Aileen resta assise quelques secondes dans le lit. Elle n’avait jamais vraiment aimé les films d’horreur… Ca n’allait pas le faire. Se levant souplement, elle se dirigea vers l’armoire, qu’elle ouvrit avec appréhension. Avant de faire une grimace.

« Fuck no. Je préfère encore rester en - » Coup d’œil au miroir. Elle était entièrement nue. « … Je retire ce que j’ai dit. »

Voilà qui lui prouvait bien qu’elle était bien dans un rêve. Dormir nu ? Quel manque d’hygiène ! En grommelant, la brune enfila le seul vêtement de sa garde-robe, à savoir, justement, une jolie robe noire et blanche qui lui allait plutôt bien, en fait. Oh, et des bottes, au moins n’irait-elle pas pieds nus. Bon, il fallait maintenant qu’elle retrouve son starter… Parce qu’un rêve aussi étrange, Sphax aurait râlé de ne pas pouvoir participer. Quand elle ouvrit la porte de sa chambre, nouvelle surprise. Le couloir bougeait, semblant s’étirer à l’infini. Ca avait quelque chose de plutôt effrayant, en fait. Quelque peu intimidée, elle s’avança dans le couloir. Bah, ce n’était qu’un rêve, non ? Errant seule dans le couloir, elle se surprit à espérer de tomber sur quelqu’un, pour ne pas rester perdue. C’est qu’elle commençait à avoir franchement la frousse, sans vouloir passer pour une poule mouillée. Mais balancer des « Y a quelqu’uuuun ? » apeurés n’était pas du tout son genre. A tout hasard, elle descendit les escaliers pour aller dans la salle commune. Et là, deux nouvelles surprises. Un, il n’y avait plus ni portes ni fenêtres, l’endroit était clos. Deux, il était clos, mais plein. Tout le dortoir était là. Et certaines filles semblaient plutôt surprises de la voir ici. Elle reconnaissait quelques têtes, de ci de là, mais rien d’exceptionnel. Ah, si, une chose.

« … Mais qu’est-ce que vous faites dans mon rêve ? »

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Audrey Hatoria
Région d'origine : Elle ne s'en souvient pas
Âge : 16
Niveau : 28
Jetons : 0
Points d'Expériences : 884
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Dim 20 Sep - 23:03
Qu'il était beau ton plafond Audrey. Il fallait presque croire qu'il était ta nouvelle passion, tes yeux ne pouvaient s'empêcher de danser sur le plafond blanchâtre avec un petit sourire au visage. Tu n'avais pas l'impression de dormir ou d'être éveillée en dormant. C'était une étrange sensation plutôt grisante. Après quelques heures ou minutes de contemplation tu te relevais en soupirant un bref instant avant d'avoir un petit rire folichon. Tes bras s'étiraient vers le ciel pour se tendre et vibrer quelques instants avant de redescendre sauvagement sur tes cuisses. Tes jambes font ensuite de même s'étirant vers la porte de sortie avant de retomber sur le sol également. Tu fais tourner ta tête dans le sens des aiguilles de la montre pour bien t'étirer et ensuite tu regardes un peu partout à la recherche de tes pokémons. Aucune trace, étrange. Dans un petit soupire tu te lèves et fais quelques pas sur le sol jonché de vêtements, de cours et d'écrous qui te font pousser quelques petits cris de douleur.

-Non d'une clé à molette rouillée !

Après quelques jurons de mécanicien tu pousses un râle silencieux avant d'attraper une culotte et un soutien-gorge pour les enfiler sans faire attention à la couleur puis tu choppes un gros pull vert avec quelques logos rouges, pull immense qui t'arrive à mi-cuisse. Tu ne mets rien d'autre, après tout tu es dans un dortoir de gonzesses. Tu passes tes doigts sur tes immenses tresses bleu électriques et constate qu'elles sont un peu effarouchées et abîmées. Il plane autour de toi une ambiance glauque, dangereuse, affreuse, terrifiante qui te fais frémir et ton corps se gèle l'espace d'un instant. Soudain tu ressens une présence derrière toi comme si son ombre coulait sur ta peau, tu te retourne d'un coup avec des yeux effrayés et tu constates qu'il n'y a personne, mais cette présence s'éloigne peu à peu. Inquiète tu prends sur ton épaules ton lance roquette à confettis que tu mets à l'épaule, tu accroches des porte-jarretelles cartouchière en y fourrant des munitions à lance-roquettes et des cartouches de chewing gum silencieux, deux pistolets que tu ranges au dos des jarretières. Enfin tu mets une ceinture sous le pull avec une douzaines de grenade chantilly. Personne ne t'empêcherai de voir tes pokémons, personne. Tu étais la future amirale Audrey qui ordonnera un jour à Jackie de laver le gymnase par la langue ! Cette pensée te fais sourire avec tu ouvres la porte de ta chambre et tu prends une immense courant d'air dans la face et faisant claquer des dents. Pieds nu tu avances avec un silencieux chargé à la main. À chaque intersection tu te colle au mur jetant un œil dans le couloir avant de faire une roulade pour te mettre en position de tir : personne.

Tu continues alors à avancer avec prudence, par moments tu sens une présence devant toi, derrière toi, derrière les portes, au plafond, cette présence froide et démoniaque. Tu as beau te retourner, inspecter et faire la maline avec la lampe torche luminax attachée à ton lance roquette que tu tiens dans l'autre main. Comme un agent secret tu met ta main devant la lumière pour la masquée et éviter de te aire repérer. Furtivement tu descends les escaliers vers la salle commune en vérifiant plusieurs fois chaque recoin rond ou carré des escaliers. Puis tu ouvres la porte menant à la pièce commun et tu passes le pallier avant de tomber de deux mètres et demi sur le parquet. Tu couines de douleur, heureusement tu es tombée sur une autre élève que tu ne connais pas. Bizarre de voir des gens dans un truc qui s’apparente à un rêve. Il n'y aucun pokémon dans la salle ou à ta connaissance. Quand tu relèves le regard il n'y a plus de porte, juste un mur. Tu déglutis difficilement puis la voix d'Aileen de l'autre côté de la salle capte ton attention.Tu traverses la foules pour te jeter dans les bras de celle qui dirige fermement le dortoir ainsi que le reste des préfets d'une main experte, la meilleure médecin du dortoir et la meilleur mécano après toi du dortoir.

-Bordel de merde Aileen je suis heureux de te voir qu'un Roucoul tombe sur un Chenipan à manger !

Tu la serre quelques instants avant de tilter à ses paroles, tu recules un peu pour observer sa jolie petite robe avant d'hausser un sourcil surprise.

-Nan je suis pas d'accord c'est mon rêve là ok ! On est clair, tu es dans mon rêve là !

_________________


Le personnage le plus loufoque !
Le personnage le plus hyperactif !
Le couple le plus improbable #Allen!
Stella Douglas
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 1580
Points d'Expériences : 1135
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Lun 21 Sep - 18:29
- Gad arrête d'embêter Kam, Blok fait attention à la chaise et Sky je t'ai dis non, je ne rouvrirais pas les volets. Le ciel et les étoiles, ça sera pour demain maintenant. Temps d'aller se coucher si vous voulez survivre à l'entrainement de Jackie...

Ils sont déchaînés ce soir, comme tout les soirs en fait. Le problème avec les pokemons entraînés au sport, c'est qu'ils ont beaucoup d'énergie. Si je les laissais faire ils essaieraient probablement tous de faire comme Sam et ne pas dormir du tout. Je ne sais pas comment il fait d'ailleurs celui-là. Enfin bon heureusement lui il se tiens tranquille, déjà avec ses écouteurs il est installé devant l'ordinateur prêt à enchaîné je ne sais quel film encore sur Internet. Heureusement qu'il aime à les regarder plusieurs fois ! Nours installé à côté de lui dort déjà sur son épaule et bave en coin. Mon bébé ourson n'est vraiment pas fait pour veiller tard le soir malgré son envie de jouer au grand. Sam habitué et absolument pas dérangé par la bave choppe juste une petite couverture et la mets sur le panda sans même le regardé, en vieil habitué. Blok trône dans son coin de chambre et Kam se réfugie dans ses pattes pour se mettre à l'abri pour la nuit. Il dort bizarrement d'ailleurs Kam... Avec ses pattes comme rentré, le bas de son corps arrondi oscille comme un hochet, mais ça ne l'empêche pas de dormir bien au contraire. Ca le berce... Je sais pas comment il fait et je sais pas comment fait Blok pour dormir avec ce machin bougeant qui lui pend au nez. Pour le reste ? Sky dort sur mon petit bureau placé sous la fenêtre, en première position pour faire face à nouveau au ciel dès que je rouvrirais la fenêtre demain matin. Il adore être réveillé par l'aurore. Gad récupère une oreillette pour regarder le film aussi, mais il finira par s'écrouler comme Nours sauf que lui se sera contre le bureau qu'il bavera pour finir avec son dos en vrac. Il aura besoin d'un bon massage demain matin comme chaque fois ou il dort comme ça. Heureusement que ce n'est pas toujours comme ça et qu'il dort aussi parfois normalement, il aime bien le tapis de l'entrée. Stok aussi est assez cinéphile mais lui regarde sans oreillette. Je ne sais pas comment il fait pour suivre et apprécier sans le son. En revanche lui n'a pas de problème de sommeil. Je ne l'ai jamais vu dormir contrairement à Gad et Nours. Davi est le contraire de Sky, pas question d'être réveillé brusquement que ça soit la lumière ou la trompette de l'appel à l'exercice. En même temps ce n'est pas obligatoire pour lui. Du coup à chaque soir il s'enferme dans le placard pour resurgir chaque matin quand il le veut et s'épanouir et s'étirer tel un vampire sortant de son cercueil. C'est assez surprenant quand même de se dire que dans cette petite chambre tout le monde arrive à loger et que j'arrive à garder le lit pour moi, même si je le partage parfois avec Nours. Gad a bien essayé aussi de le récupérer, mais il s'est vite fait viré. Entre l'humidité et la boue, c'est juste hors de question qu'il s'installe ! Bref une fois tout le monde installé il ne me reste qu'à éteindre la lumière et aller à mon lit sans marcher sur personne. Face au plafond et sous ma couette bien douillette, il ne me reste plus qu'à fermer les yeux et dormir. Se laisser plonger dans les abysses réparatrices du sommeil et...tiens j'ai cru entendre un drôle de rire... Je commence à rêver surement...

- Ha ?

Hm tiens, bizarre, je me suis réveillé quand ? Assise dans mon lit, je me gratte sous mon vieux t-shirt gris trop grand que je mets pour dormir. Hmm... Toilettes... Je me lève dans le noir et sort de ma chambre sans vraiment faire attention ni même vraie envie, plus par habitude qu'autre chose. Sauf que quand je suis rendu dans le couloir en tong et à moitié décoiffé de la tête au réveil, je me dis que j'ai vraiment pas envie d'y aller au final. ... Je fais quoi du coup. Il fait encore clairement nuit dehors après tout, c'est bien la première fois que je me réveille comme ça avec si peu envie de dormir. Je vais pas retourner dans la chambre comme ça, je risque de réveiller les autres ça ne serait pas bien. Hmmm quoi faire...

- Hyaahahahahaha !

Surprise je me retourne pour voir ce qui peut bien rire si fort et tombe sur une grande boule de gaz violette. Bon sang il m'a fait peur l'animal ! J'ai... sursauté...

-Schhh

Doigt devant la bouche, je fais le bruit caractéristique de la demandeuse de silence. Quelle idée de rire aussi fort, il risque de réveiller tout le monde. Ca serait pas bien. Hmm il a pas l'air de comprendre, il a un regard surpris et il a rétréci aussi.

- Tu vas réveiller tout le monde...

Le spectre reste encore un peu pantois puis s'étire de nouveau pour devenir grand et faisant de drôles de bruits. ... Oui oui t'es un gentil pokemon spectre, tu es très effrayant ouh j'ai peur ! Je connais pas ton espèce par contre j'avoue, pas pris ma montre. Retourne dans ta chambre, ta dresseuse va s'inquiéter... Je tente bien de lui faire une petite tape amicale sur la tête, mais ma main passe à travers. Tant pis. Bon j'en étais où moi, faut que je passe le temps en attendant que le sommeil vienne. Je vais peut-être faire quelques paniers en bas tiens. Hm fait sombre quand même, me semblait que c'était pleine lune ce soir, j'aurais pensé qu'on aurait une plus jolie lumière blanche. ... Il est long ce couloir ! Pff, j'imagine qu'avec l'obscurité je marche plus lentement sans m'en rendre compte. C'est embêtant cette panne de courant. Du coup je continue de marcher et marcher encore et encore (euh ok ?) pour enfin arriver à la salle commune. ... Hey ! Je suis au deuxième étage moi ! Comment je suis arrivé au rez de chaussé en allant juste tout droit ! ... Puis pourquoi tout le monde est là ? Se passe un truc ?
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Dim 27 Sep - 16:25
Aie euh ... J'ai des courbatures partout. Mais vraiment c'est horrible , je n'avais jamais eu si mal aux jambes. Bon, c'est vrai que j'avais exagéré mon entraînement aujourd'hui. Je lâche prennent mes cheveux pour faire une queue-de-cheval. Ils sont longs et viennent beaucoup trop souvent dans ma bouche furtivement.C'était vraiment embêtant, mais c'était ce que je préférais chez moi. Ils sont beaux , longs et doux. Leur couleur claire était aussi ce dont je pouvais être le plus fier.
Mon pyjama enfilé, j'étais prête à dormir comme un bébé. Je pris conscience que j'aurais peut-être froid la nuit. C'est vrai qu'un short et un petit débardeur n'allaient pas me réchauffer. Bon allait un petit gilet vers les épaules et cela aller le faire.

- Doudoune , tu viens dormir ?

Je la vis arriver en courant et sauté sur le lit. Elle était vraiment mignonne avec sa petite frimousse. Je me précipite sur le lit et l'enlace très fort.

- Moooh ! Ne me regarde pas comme ça , cela me donne encore plus envie de te prendre dans mes bras. Tu es si belle !!

Oui , j'adore ma doudoune. On est vraiment fusionnelles toutes les deux. C'était une chance, car il y aurait pu avoir des tensions au début vu que c'est mon premier Pokémon.

Oh , sur le coup une envie présente me vint. Je me lève donc , sors de ma chambre pour aller aux toilettes suivies de doudoune. Le gilet contre moi et doudoune sur l'épaule comme toujours je marche dans le couloir. Je le trouvais vraiment long ce couloir. Je ne comprenais pas pourquoi mais je n'arrivais pas à ma destination. J'avais beau être nouvelle , je savais retrouver mon chemin et là j'étais .. perdue ?!

Non, c'est impossible. Je prends mon Pokémon dans mes bras et je me mets à courir. Je ne m'arrête pas et je m'enfonce de plus en plus dans les ténèbres.  Je ne comprends pas. C'est lors d'un moment de silence extrême que j'entends un rire qui me fait froid dans le dos.

- kyyyyyyaaaaa !

Un vrai crie de fille oui. Je venais d'avoir la peur de ma vie. Je me mets à courir à fond dans le couloir. Je ne savais plus quoi faire , les yeux fermés, serrant Doudoune, la plus forte possible, je cours encore et encore. La peur était en train de me rendre hystérique. Les larmes aux yeux , je continue mon chemin, mais sans m'en rendre compte, je fonce dans une porte pour arriver dans une salle. Ce n'était pas n'importe laquelle des salles : c'était la salle commune. Je me retourne, mais il n'y avait qu'un mur derrière moi. C'était impossible. Je venais de traverser une porte , je le sais ! Mais plus rien , même pas une fenêtre.
Lorsque je lève les yeux , je tombe sur le reste de mes camarades.

- Mais .. qu'est-ce que cela veut dire ? Où suis-je ? C'est une mauvaise blague ? Que ce passe-t-il ici ?!
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Mer 30 Sep - 9:46
Hey les Pyroli, le rp bouge o/ Pour savoir où on en est, et avoir un résumé de l'action pour les nouveaux venus, n'hésitez pas à consulter le topic dédié au rp commun, qui recense toute la progression et les indices trouvés au stade du rp. Amusez-vous bien ! ♥

«  … Mais qu’est-ce que vous faites dans mon rêve ? »

Quelques Pyroli se retournèrent, l’air de se demander la même chose qu’elle. Et elle, qu’est-ce qu’elle fichait dans leurs rêves à elles ? A moins que ce ne soit un rêve partagé ? Ouhla. Son rêve était grave bizarre. N’était-ce pas Chiho Lime qu’elle venait de voir passer, alors que la scientifique avait quitté l’école depuis bien six mois ? Cependant, avant qu’elle ait pu prendre la parole, il y eut comme une cavalcade, et une furie bleue lui sauta dessus, manquant de la renverser. Machinalement, Aileen referma les bras autour d’Audrey, qui commençait à pépier son contentement de voir enfin une personne qu’elle connaissait. Aussi contente qu’un Roucool qui tombe sur un Chenipan à manger. Âme de Djelly Fish, sors de ce corps ! Finalement, Audrey la lâcha, avant de se remettre à pépier que c’était son rêve à elle. La préfète fronça les sourcils. Sa camarade était une inventrice folle, et elle la croyait bien capable d’avoir fini par faire exploser une de ses créations, qui aurait plongé le dortoir dans un rêve partagé.

« Ce serait ton rêve que ça m’étonnerait même pas. L’ambiance est trop glauque pour que ce soit un des miens, et puis t’as vu ce que je porte ? Une robe, Audrey, une robe ! Je te déteste. »

Elle lui envoya un coup de poing amical dans l’épaule, en souriant, avant de redevenir sérieuse pour regarder un peu plus autour d’elle. Il y avait presque tout le dortoir, en comptant des anciennes qui l’avaient quitté. Sinon, pourquoi aurait-elle eu l’impression de voir passer Selana, alors que cette dernière était repartie à Terruptive deux mois plus tôt, lui laissant la charge de son Pijako taquin en disant qu’il ne se plairait jamais sur cette île volcanique ? Tournant la tête, elle vit passer Stella, qui semblait un peu perdue, et quelques minutes après, une Pyroli inconnue, qui semblait plutôt paniquée. Ancienne, nouvelle ? Nouvelle, plutôt. Les anciennes avaient un peu l’air hors du temps, glissant dans la pièce comme si elles n’étaient pas vraiment là, alors que les Pyroli actuellement présentes au dortoir semblaient toutes se demander ce qu’il se passait, certaines tournant la tête vers leur préfète en attente d’une explication rationnelle. Et… Voilà. L’autre avait paniqué, posant plein de questions aux Pyroli, nourrissant leur propre sentiment d’impuissance et leur envie pressante d’obtenir des réponses. Et qui de mieux que leur dévouée préfète en chef pour leur donner ces réponses tant attendues, vu que Jackie semblait être absente de cette hallucination collective ? Contournant Audrey, Aileen grimpa souplement sur la table pour être vue de tout le monde. Bizarrement, cette simple chose sembla faire retomber le calme dans la foule. C’est déjà ça.

« Bonsoir. Euh… Comment dire. » Bah quoi, vous avez déjà fait un discours pour expliquer une hallucination collective, vous ? « Il semblerait qu’on soit toutes en train de faire le même rêve. Je sais, c’est très bizarre comme situation, mais dites-vous que puisque c’est un rêve, on ne risque rien. » Du moins, en théorie. « Comme vous avez pu le constater, on est arrivées dans la salle commune par des chemins différents alors qu’il n’y en a qu’un seul, les couloirs sont beaucoup trop longs, l’ambiance est pour le moins glauque, et aucune d’entre nous n’a ses Pokémon avec elle. Sans parler de notre style vestimentaire un peu… Changé ? Bref, c’est juste un rêve. »

Juste un rêve. Cette explication sembla satisfaire les Pyroli, qui se mirent à murmurer entre elles pour se raconter leur début de rêve. Aileen n’avait pas trop envie de raconter le sien. Surtout la partie « j’ai été réveillée par un Spectre flippant et je me suis retrouvée à poil dans ma chambre ». Elle préférait garder ça pour elle, étrangement. D’un bond souple, Aileen sauta de la table pour retomber au sol… Devenu étrangement élastique. Elle venait de s’enfoncer dans le parquet jusqu’aux genoux sous le regard surpris et angoissé de ses camarades. Elle-même n’en menait pas large… Vivement, elle s’accrocha à la première Pyroli qui passait, qui la tira pour la sortir de là avant que le sol ne l’engloutisse. Juste un rêve. Mais un rêve vraiment tordu, quand même ! Avec un petit plop de succion, le sol aspira la table avant de redevenir lisse, comme si elle n’avait jamais existé. La brune sentit qu’elle commençait à avoir des sueurs froides. Récapitulons. Elles sont coincées dans une pièce sans portes et sans fenêtres qui semble aspirer tout ce qui est posé au sol. Ce ne serait qu’une question de temps avant que… Plop. Une Pyroli fut aspirée dans le sol, provoquant une montée de hurlements hystériques autour d’elle.

« On ne panique pas ! Ce n’est qu’un rêve ! Ce n’est qu’un - »

Plop. Le sol se déroba sous ses jambes et le parquet l’aspira, comme il avait aspiré la table et sa camarade. Quelle sensation désagréable… Avant même d’avoir eu le temps de paniquer, elle sentit qu’elle tombait durement sur quelque chose d’humide. Bon, c’est quoi la suite de ce rêve bizarre ? Un gros Pokémon va les bouffer ? Prudemment, elle posa sa main au sol. De l’herbe mouillée, apparemment. Mais impossible de dire où elle était. Il y avait cependant une chose qui l’empêchait de paniquer : le fait de savoir qu’elle n’était pas sur l’île Enigma. Cet endroit lui avait tellement retourné les tripes, au niveau de la panique physique et mentale, qu’elle se disait que rien ne pourrait jamais être pire que cette île affreuse. Alors qu’elle se redressait doucement, elle entendit des plaintes étouffées. Visiblement, les autres Pyroli étaient là aussi. Mais impossible de les voir. La brume réduisait considérablement son champ de vision. La brume… Mais oui ! La brume ! Elles étaient dans le bois de brumes, celui derrière le dortoir Mentali ! Bon, au moins elle savait où elle se trouvait… Quelques pas lui suffirent pour comprendre qu’elle n’avait mal nulle part. Évidemment, c’est un rêve, nouille !

« Les filles, vous êtes là ? » Quelques affirmations émergèrent autour d’elle, et des filles sortirent de la brume pour converger vers elle, soulagées de voir leur préfète. « Bon, à première vue on est dans le bois de brume, donc encore sur les terres de l’académie. Je propose qu’on essaie de rassembler toutes les Pyroli, et on trouvera bien un moyen de se réveiller ensemble… Ca vous va ? »

Quelques expressions soulagées passèrent çà et là. Avoir une ébauche de plan semblait en rassurer quelques-unes. Aileen, pour sa part, n’était pas vraiment convaincue qu’elles parviendraient à s’en sortir aussi simplement. Ce serait beaucoup moins marrant, sinon…

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Stella Douglas
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 1580
Points d'Expériences : 1135
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Lun 9 Nov - 17:27
Un peu paumée ? Bah oui j'ai l'air un peu paumé, je veux dire je suis vraiment paumé après tout. Je suis arrivé au réfectoire depuis le deuxième étage par un couloir sans jamais descendre. Quand j'ai voulu faire demi-tour, l'entrée par laquelle j'étais arrivée avait déjà disparu. Dans le genre bizarre elle est pas mal celle là avouez. On me l'avait jamais faites encore en tout cas. Bon après ce qui me rassurait un peu, c'était de voir que je n'étais pas la seule qui n'y comprenait rien. Voir ça m'a vite permis de garder ma contenance d'ailleurs. L'habitude de la grande soeur qui calme et rassure les plus jeune je suppose. Bon ici je n'ai calmé personne, je suis loin d'être l'aîné après tout ni d'avoir une quelconque figure rassurante. Par contre au moins personne n'aurait besoin de me prendre la main. En revanche même en gardant mon calme, j'avoue que j'étais loin de vraiment comprendre encore ce qui se passait. Heureusement ce n'était pas le cas de la préfète. Elle monta sur une table et capta l'attention de tout le monde, tentant alors de donner une explication aux événements. Rêve collectif ? Sérieusement ?! ... Ok on est embarqué dans un truc bizarre quoi. Un pokemon qui nous fait une blague ça ! L'avantage c'est que au moins ça peut pas être l'un des miens. Les hallucinations collectives ça rentre clairement pas dans ses attributions. Bon bah plus qu'à se réveiller alors hein. Pincement ? Aucun effet. Ça ne sera pas si facile visiblement. Du coup je lève la jambe et envoie ensuite mon pied avec force dans le mur. Résultat ? Assez surprenant.

Ok là je vais commencer à flipper un peu. Alors que je m'attendais plutôt à ce que mon attaque soit me réveille, soit ne produise rien, c'est un tout autre phénomène qui est apparu ! J'ai juste ma jambe enfoncé dans le mur soudainement gélatineux jusqu'à la cuisse et je n'arrive pas à me dégager. Au moins je ne suis pas la seule à avoir des problèmes de flan. Derrière moi les filles se font absorbées les une après les autres en commençant par notre préfète, sa table du moins les autres arrivant à la sortir du pétrin. Moi ? J'ai beaucoup moins de chance pour le moment. Deux filles m'agrippent sous les bras pour commencer à tirer, mais je reste bien coincée et ma jambe ne bouge pas d'un iota. J'ai tapé trop fort ou quoi... Au final ça ne devait pas être ça car si au début les autres avaient réussi à s'échapper ou esquiver les premières tentatives d'absorption, elles finissent toutes finalement par y passer. Moi compris d'ailleurs sauf qu'au lieu de finir dans le plancher, c'est le mur qui me mange. Au final après un bon moment de stress et l'impression de me faire bouffer, j'ai finalement le sentiment d'être balancé comme une vieille chaussette. Tout ça pour finir dans une forêt brumeuse va savoir où... J'ai toujours rêvé de finir perdu dans les bois au milieu de la nuit avec juste un t-shirt trop grand pour moi et mes vieilles tongs... Euh deux secondes ! Pourquoi j'ai que mon t-shirt ! ... Ok là par contre on tourne vraiment au cauchemar... Au moins j'ai pas froid.

Bon je suis dans un cauchemar collectif avec juste un t-shirt et des tongs et on vient de me balancer comme une chaussette dans une vieille forêt brumeuse. Je commence peut-être à être nerveuse là, un peu moyennement beaucoup. Bon au moins la bonne nouvelle c'est que je ne suis pas toute seule cette fois encore, j'entends la voix d'Aileen qui nous appelle. Plus qu'à suivre le son, en espérant que ça soit vraiment elle. Si c'est pas elle c'est une imitation convaincante à part cette robe ! D'après elle on serait dans le bois de la brume et donc on serait toujours à l'école. Hm je croyais qu'on était dans un rêve... Pas sûr que ça change grand chose du coup si c'est une imitation du bois de la brume ou pas. Pas comme si je savais vraiment me repérer dans ce dernier, surtout après avoir été balancé en plein milieu comme ça. Le dortoir aussi était censé nous être familier de base et il nous a quand même mangé. Du coup ça me rassure pas du tout...

- Hm pour qu'on dorme toutes ensembles, c'est qu'on nous a jouer un tour non ? Personne n'a un pokemon susceptible de faire ça ? S'il est à une fille du dortoir elle peut le convaincre d'arrêter non ?

Oui je sais, je suis probablement la dernière personne à pouvoir parler d'autorité sur un pokemon, mais bon la plupart du temps les autres sont plus douées que moi dans ce domaine. J'espère juste que la dresseuse en question sera reconnaître le travail de l'un des siens ! Sinon si on a pas de chance c'est l'oeuvre d'un pokemon sauvage ou bien d'un autre dortoir et là, on serait bien dans la merde. ... *Gloups*
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 19 ans
Niveau : 54
Jetons : 2476
Points d'Expériences : 2226
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Ven 13 Nov - 20:14
Ça fait peu de temps que je suis arrivée mais je me sens déjà plutôt bien ici, les camarades du dortoir sont supers cools : un peu folle mais ça c'est pas trop grave. En tout cas je suis bien contente d'être rentrée dans cette académie. A demain chère journal

J'aurais pas dû rester réveiller si longtemps, en plus demain entrainement matinale (comme tous les matins d'ailleurs XD). Même si j'ai intégré ce dortoir, je dois bien reconnaître que certaines grasses matinées me manquent. Mais j'adore mon lit ici <3 Il est trop moelleux c'est vraiment géniale. La chambre est petite mais cela me convient. J'attrape mon pyjama, un grand t-shirt noir et un mini short et je me change pour me préparer à aller dormir. Je jette un œil vers mon lit quand j'aperçois une petite peluche d'ourson.

Tu crois que je ne te connais pas par cœur maintenant ?

Je me jette sur le nounours et l'attrape avec les 2 mains mais sans le serrer. Ruru reprend tout de suite son apparence.

Tu voulais encore me faire une farce ?

Ruru prend alors sa tête trop mignonne pour que je la pardonne

Comment je pourrais te gronder ? Tu es tellement mignonne avec ta petite frimousse, on va dormir maintenant

Ruru se met en boule à côté de moi et je m'allonge tranquillement pour la caresser. Au bout d'un moment je lâche prise et je m'endors...

Je me réveille en sursaut. Pourtant je n'ai pas fait de cauchemar... C'est bizarre, et puis Ruru n'est pas là

La porte est entrouverte, elle est pet être sorti, elle reviendra... En plus, je ne me sens pas fatiguée alors que d'habitude je traîne du pied pour me lever. J'attrape mon téléphone, il est 3h ! C'est pas possible, normalement je dors à point fermée à cette heure. Je vais me promener dans les couloirs pour me détendre, je me rendormirais peut être après... Je me lève pour sortir j'attrape un sweat et je sors de la chambre. Quand je mets un pied dehors, il fait bien nuit, mon téléphone avait bien la bonne heure. Je me mets à marcher le long des couloirs mais c'est comme si ils se déformaient. J'espère que Ruby n'a pas mis quelque chose de bizarre dans mon verre à la cantine. Je continue de marcher mais je ne reconnais pas mon chemin, d'ailleurs je ne reconnais même pas le dortoir, c'est comme si je savais que j'y étais mais en même temps l'atmosphère est vraiment pesante. Je suis peut être parano. Je continuais de m'avancer dans les couloirs... Mais attends j'ai deux ombres ?!  Je suis en plein délire. Ah ça y est j'ai compris je suis dans un rêve ! Que je suis bête, ça ne peut être que ça... Mais ça à l'air tellement réel. Je vais bien finir par me réveiller sous les cris d’Alieen pour l'entrainement du matin. Je continue mon chemin et j'entends des murmures au loin, ça fait un peu film d'horreur tout ça mais bon je suis une Pyroli ! Je n'ai pas peur du danger ! (Maman protège moi quand même…) J'arrive au bout du couloirs et je reconnais les filles du dortoir, et en plus je distingue très bien leurs visages... Normalement dans un rêve on ne voit pas bien les personnes qui nous entourent.

Désolé de vous déranger au milieu de la nuit mais il se passe quoi là ?

Notre préfète repris la main, c'est bien elle très déterminer à nous sortir de là, elle essayait de trouver une explication mais c'était plutôt délicat. En attendant, j'allais parler aux autres pour les rassurer, certaines étaient vraiment en panique, je les aidais tant bien que mal : Idalienor le petit ange protecteur reprend du service ^^ Après avoir parlé aux filles, je me dirige vers Stella, elle est vraiment cool on peut facilement discuter avec elle. Elle était vraiment furax, elle s'est tellement énervé quelle a fini par se pincer dans tous les sens et même à donner un coup de pieds dans le mur !

Attention tu vas te faire mal...

A peine j'ai le temps de finir ma phrase que je vois la jambe de Stella s'enfoncer dans une espèce de gelée visqueuse qui était dans le mur. Puis je regarde mes pieds et je suis en train de m'enfoncer aussi, mais tout le monde s'enfonce dans le sol ! Et ce fus le trou noir...

Ah mon réveil, j'étais allongé dans l'herbe, et de la brume me recouvrait. Les autres étaient là. On essaye de rassembler tout le monde pour se concerter. Après analyse de la situation, on se trouve dans la forêt de brume derrière le dortoir des mentalis. Avec un peu de chance c'est un de leurs pokemons qui nous a joué un tour. Mais bon si c'est le cas, on va avoir l'air ridicule. J'entends Stella qui m'appelle, je me tourne vers elle et je sens mes pieds comme figés. Je baisse les yeux et je découvre les lianes qui me bloquent au sol et qui grimpent le long de mes jambes. Je regarde au loin et j'aperçois une ombre mais trop vague pour être décrite. Les autres aussi sont attaqués ! Mais qu'est -ce qu'on va faire ?!
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Jeu 3 Déc - 19:54
Quelle avancée réellement médiocre. Si Ruby avait su, jamais elle ne se serait attaquée à ses affrontements tests si tard. Elle qui avait cru que cela serait une partie de plaisir, la voilà à plancher sur la tournure de ses phrases, sur la recherche du mot ou de l'expression juste, au point de s'en arracher parfois quelques cheveux. Sa chambre respirait le stress, en somme. Et bien que la rousse aurait voulu se reposer histoire de ne pas être totalement HS lors de l'entrainement du lendemain matin, elle persévéra jusqu'au bout, c'est-à-dire bien trop pour que son corps puisse le supporter. À passer tant d'heures sans bouger et à se tuer le cerveau, voilà ce qui arrive : on s'évanouit tout simplement de fatigue sur son pupitre sans même avoir terminé son travail, laissant au passage un joli filet de bave se répandre sur les feuilles couvertes d'encre. Heureusement que ce n'étaient que les brouillons, auquel cas la Pyroli aurait eu une mauvaise surprise à son réveil. Comme si ce qui allait ne suivre ne lui suffira pas...

Dans la hâte, elle se réveilla. Il faisait jour. Jour comment ? Très jour ! Un ciel parfaitement éclairé, et même un peu trop puisqu'il était entre le orange vif et le rose. Attendez... Ce n'est pas plutôt un crépuscule, ça ? Et pourquoi est-ce que la spécialiste type attrapa un coup de froid au point d'en éternuer ? C'est ça de se balader à poil dans sa chambre. Mais quelle idée ? Franchement ! Attendez... Pyroli ou non, il n'existe personne d'assez étrange pour dormir nu comme un ver... en théorie. Ruby se leva donc de sa chaise sans se douter de ce qui l'attendait déjà. Fouillant dans ses effets personnels, elle trouva une tenue assez atypique qui ne lui appartenait pas. Premier déclic. Depuis quand était-elle fanatique du rose ? Associé à du blanc, de surcroît. On aurait dit...

– Une magical girl...

C'est exact. Pourtant, il s'agissait de la seule tenue qui lui permettrait de sortir dehors. Sans rechigner – quoique si,  un peu quand même – Ruby enfila cette tenue Ô combien immonde et moe avant de se faire surprendre par une ombre. Pourtant, elle ne prit pas peur puisqu'elle avait l'habitude de côtoyer les spectres. Ce manque de peur lui valut d'ailleurs le droit d'être plongée dans le noir total par cette créature encore non identifiée puis d'être amenée... wait what ? Dans la salle commune Pyroli ? Pourquoi donc ? Le premier réflexe de la topdresseuse fut de – non pas se cacher à cause de cette tenue particulièrement honteuse – rejoindre ses camarades déjà présentes, chacune dans l'incompréhension la plus totale. Était-ce vraiment réel ? La doute se dissipa lorsque tout fut aspiré par ce sol fictif s'affaissant aussi vite que le derrière qu'une grand-mère Ursaring.

Blackout. Après quoi, le groupe entier reprit ses esprits dans ce qui ressemblait à s'y méprendre au bois de brume. Pourtant, comment aurait-il été possible de transporter tant d'élèves d'un coup du dortoir à cette forêt obscure ? C'était définitivement un rêve. Un affreux rêve, un cauchemar, un enfer à vivre. Certaines Pyroli se pinçaient déjà entre elles pour parvenir à se réveiller... en vain, bien entendu. Pff ! Mauviettes. Si Jackie assistait à ça, elle aurait probablement déjà fait une boucherie. Mais oui ! C'est ça ! Ce mauvais tour était peut-être l'oeuvre du général, en association provisoire avec le docteur Ghost. Ou bien une sanction divine de Giratina ? Peu importe. Ruby n'était plus à ça près et se contenta de hausser les épaules plutôt que de céder à la panique. Ce n'est pas comme si elle avait fait des tas de cauchemars durant les dernières vacances, hein...

– Perso', j'en ai pas grand chose à faire, du ou des coupables. Si on sort pas rapidement, ce cauchemar va simplement nous saper le moral pour l'entraînement de demain. Quitte à mourir, autant que ce soit par Jackie plutôt que dans un rêve, là où personne ne saura rien.

Peut-être avait-elle dit cela par dignité ou quelque chose du genre. Dans tous les cas, rester là à pleurer sur son misérable sort n'allait pas aider. Autant laisser les boulets derrière. Natacha et Mathilde par exemple ; la rousse n'aura littéralement aucun scrupule à se débarrasser d'elles. Et la plupart des Pyroli se rejoindront sur ce point-ci.

– Ah et euh... Paniquez pas surtout. Préfète va gérer. Hein Ai...leen... Apparemment, elle aussi n'avait pas été épargnée par le changement vestimentaire flagrant. Qu'est-ce que c'était surprenant de la voir... En robe ! Aileen en robe ! Si quelqu'un avait eu son iPok, pour sûr qu'il se serait fait des jetons avec un scoop pareil. Et pendant ce temps, d'autres étaient un peu plus... dénudées. Stella et Audrey, par exemple. Heureusement que les hôtes de ce jeu ridicule n'avaient pas pensé à emmener quelques garçons ici. On devrait s'organiser comment ?

_________________

Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   Lun 21 Déc - 23:44

Kanra, c'est un peu l'Indiana Jones qui ne s'est jamais véritablement dévoilée au monde, c'est aussi le Prof. Seko des cavernes. Kanra, c'est un mixte de tout ça, avec une touche féminine et un brin de chic. Pour le moment, ce n'était pas la question, la binoclarde du soir bouquinait tranquillement sur son matelas qui était plutôt confortable, on ne va pas se mentir. Son carnet sur le côté gauche, gribouillant des morceaux de phrases illustrées par de brèves illustrations, se remplissait de plus en plus, ce qui n'était pas pour déplaire la demoiselle. Sa soif de connaissances grandissait au fur et à mesure qu'elle assimilait de nouvelles informations. Elle aime bien travailler de son côté, mais la théorie, à son âge, c'est légèrement ennuyant bien qu'intrigant. Aller sur le terrain, c'est mieux. L'ambiance qui régnait dans sa chambrette d'étudiante était paisible. Elle était un peu minimaliste sur les bords et on pouvait clairement le constater au vu de sa décoration sobre, mais qui n'en reste pas moins raffiné. La seule chose qui fait tache dans se décore de magazine IKEA ? Son Caninos étalé sur le sol, les quatre fers en l'air et ronflait tel un Ronflex après un bon repas. L'horreur pour la concentration. Vous savez, ce genre de ronflement qui est discret au début, mais qui s'accentue petit à petit avant de devenir littéralement, insupportable. C'était le cas en ce moment. La solution ? Ne pas bouger. Pourquoi me direz-vous ? Si Hocky entend la nouvelle Pyroli bouger d'un poil, il se réveillera de son sommeil tel un chasseur né pour bondir sur Kanra et dormir avec elle. Au fond, c'est très mignon, je ne vous le cache pas, mais c'est un beau bébé la bestiole donc niveau place dans le lit ... Il prend les deux tiers de la surface contre un tiers pour Kanra. La loi du plus poilu. Malheureusement, le simple fait de poser le livre sur sa table de chevet à côté de son lit réveilla la bête de son sommeil millénaire et comme prévu, celui-ci vint tenir compagnie à la demoiselle, mais cette fois, elle voulait mettre les choses au clair.

« Bon, je t'autorise à dormir avec moi, MAIS tu dormiras à mes pieds, sinon, je te remets dans ... La boule. Oui, Kanra et le mot Pokéball, ça fait deux. »

Caninos remuait la queue et on pouvait difficilement dire s'il avait compris ce que lui avait dit Kanra, mais il se coucha à ses pieds, après avoir été poussé par sa dresseuse qui eut du mal, on va se le dire. Reposant ses fameuses lunettes sur le côté de son oreillé, la feuille de lierre vint éteindre les lumières de sa chambre et s'endormir petit à petit, tout en visualisant le fourbe de Pokémon approché pas à pas son museau du visage de la belle au bois dormant et ne plus bouger. Bon, comme prévu, il prenait toute la place. Kanra s'endormit comme ça, écrasé par son cabot contre le mur.

Le silence total.

Un réveil troublant. Un réveil incohérent. Il faisait noir, mais elle ne savait pas s'il faisait nuit, ou bien, si c'était l'endroit où elle était qui était plongée dans l'obscurité la plus totale. Une coupure de courant ? Non, elle ne trouva même pas l'interrupteur, comme si quelqu'un lui avait enlevé. Qui serait assez idiot pour faire ça ? Perplexe et perdue, elle eut un moment d'absence avant de tapoter le matelas. Aucune trace de Hocky. Perturbait, elle se leva spontanément de son lit et commença à palper les murs pour avancer en sécurité avant de sentir sa main traverser une étrange matière volatile froide qui s'eclipsa en laissant un rire inquiétant derrière elle. On aurait dit celui d'un Pokémon ou ? ... Elle retira immédiatement sa main, venant la frotter contre l'autre et d'un coup, fermer les yeux face à l'éblouissement que procurait une lumière illuminant une porte avec un levier positionné juste à côté qui possédé trois couleurs : noir, rouge ou blanc. Par réflexe, elle positionna le levier sur la couleur blanche et ouvrit la porte. Rien, mit a par un miroir qui reflété seulement son reflex ... Et celui d'un Pokémon spectre pendant un quart de seconde. Son sang ne fit qu'un tour et elle se retourna instinctivement. Rien non plus, la silhouette n'avait disparu. Un vrai film paranormal, je vous jure ... Elle respira un bon coup, venant poser sa main sur son front un instant pour regagner son calme et actionner le levier rouge. Une porte apparut. Ni une, ni deux, elle ne regarda pas ce qui se trouvait derrière le levier noir et ouvrit la nouvelle porte, refermant celle-ci en étant dos à la salle et au moment de se retourner, elle resta bouche bée. Les Pyroli étaient là. Elle n'était pas seule. Elle s'avança alors, écoutant ce que la préfète pouvait dire ou bien entendre les autres Pyroli. On aurait dit une mauvaise blague. Une très mauvaise blague qui n'allait pas se finir maintenant. Oh non, ce ne serait pas drôle sinon. Reprenant ses esprits et son semblant de calme, son cœur ce sera en voyant une de ses camarades de dortoirs aspirées par le sol, puis une autre, encore une ... Ainsi de suite jusqu'à Kanra qui partit dans les premières. À part hurler, elle ne pouvait rien faire d'autre. Le néant.

Un froid glacial, un froid de mort.


L'herbe était humide et n'étant pas une vache, avoir le visage en contact direct avec le sol n'était pas son péché mignon. Elle toussa un moment, venant se relever et voir toutes les autres se relever à leur tour. Visiblement, nous étions dans une forêt qui n'inspirait pas les câlins ni les gros bisous. De plus, certaine se plaignaient d'avoir perdu des objets et elles avaient raison, les objets qu'elles avaient pu avoir eu disparu. Kanra n'avait pas l'habitude de s'énerver, mais là, ce genre de plaisanterie ne l'amusait absolument pas. Elle s'avança donc dans la foule, venant rejoindre un groupe qui parlait. Comment s'organiser ? Voilà ce qu'elle put entendre. Toussotant alors, elle leva légèrement la main pour prendre la parole.

« Si je peux me permette, nous ferions mieux, pour le moment, de rester groupé. Je ne connais pas spécialement les lieux et je ne penses pas être la seule, alors il me semble plus convenable d'avancer toutes ensemble pour ne perdre personne, du moins, pour le moment. » Une longue phrase certe, mais elle tenait a donner son avis, venant donc laisser la parole à la prochaine qui voudrait donner aussi son avis, fixant les différentes tenues que pouvaient porter les Pyroli. Par chance, elle était toujours dans son pyjama chaud et réconfortant.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.   
[RP Commun Pyroli] Un soir de cauchemar.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :