Metal Gear Sandwich [PV Ginji]
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Mer 23 Sep - 7:53
Gruik....*soupir*...Pourquoi moi ? J'ai rien fait de mal pourtant, alors pourquoi tu me tortures comme ça, Arceus ? Si j'ai blessé un Pokémon et attiré ta colère par ta même occasion, j'accepterai n'importe quel châtiment...Mais pas celui-là par pitié !
*GRUIK*
Et ça recommence ? L'oreiller plaqué sur les oreilles, roulé en boule dans le chalet que je partage avec Léo, je tente d'ignorer les protestations véhémentes de mon estomac. Ce dernier grogne et rugit plus fort qu'une horde de Brouhabams en furie,c'est même un vrai miracle que Léo dorme encore avec tout ce boucan. C'est qu'il a le sommeil lourd mon bro....Pas comme son Zoroark, mes dernières tentatives pour trouver sa viande séchée peuvent en témoigner. En attendant, le concerto de gémissements stomacales se poursuit, sans fausse note...J'ai comme une impression de déjà-vue...*Gruik*...Et on s'en fiche, là c'est une urgence médicale ! Si je n'avale rien d'ici dix minutes, je vais finir par bouffer le lit, le bureau et les murs pour le dessert ! Et dire que cette semaine avait si bien commencée...

Avec tout ce que j'avais ramené d'Hoenn, entre les plats maisons de Noé, les patisseries de Marie et le stock de crêpes que j'ai récupérées à Floraville, j'aurais du avoir de quoi tenir au moins deux semaines...Bon, ok une semaine, mais c'est le minimum ! Et devinez quoi ? Et bien, il ne me reste plus RIEN ! Nada, le néant total, même pas un quignon de pain ou une tablette de chocolat à me mettre sous la dent !
Entre ce que j'ai mangé (Et pourtant, j'ai fait super attention...Seulement 6 repas par jour, plus les à-cotés !), la disparition mystérieuse d'un carton entier de tablettes de chocolats que j'avais laissé quelques minutes sur une table de la salle commune (Lucki me jure que c'est pas lui...Je trouverais le coupable !), et ce qu'engloutissent Martel et Mithos depuis notre retour...Pas étonnant que mes réserves aient fondus comme neige au soleil. Les deux petits chromatiques ont bien grandis depuis leur éclosion et leur appétit n'a fait que suivre la même pente.
Et pour ne rien arranger, Lucki a eu une idée géniale, pour cette première semaine de rentrée : Entrainements intensifs matin et soir, avec exercices supplémentaires et en compagnie du Riolu d'Aileen. Je suis pas aussi résitant que Sokka, espèce de bourreau, alors même si tu ne veux pas changer tes "bonnes" habitudes, ne les rend pas encore plus douloureuses que l'an dernier ! En temps normal et après une séance pareille (Débutant par 60 tours de stade en courant pour vous donner une petite idée, de ce que je viens de vivre), je me serais juste effondrer dans mon lit après le dîner...Sauf qu'il n'y a pas eu de diner ! Lucki a jugé bon de prolonger les exercices le plus longtemps possibles, et tout ce que j'ai trouvé en arrivant au réfectoire, c'est une porte close et des tables vides et lavées à grandes eaux...Mon pire cauchemar.
Et pas la peine de me dire que penser à autre chose, ça ne marche PAS DU TOUT : Je pense à demain, c'est le petit-déjeuner qui me vient en tête, mon entrainement Ranger me rappelle le diner que j'ai manqué, et...Sandwich. RAAAAAH, même quand je tente d'expliquer pourquoi je ne pense qu'à la bouffe, je pense à la bouffe, ça va me rendre dingueeeee !

*GRUIIIIIIIK*

"...Mithos"

Cette fois, c'est pas moi ! Un second bruit d'estomac vient de faire écho au mien, bien que plus étouffé : Blotti contre moi, Mithos semble aussi avoir un petit creux, vu les grondements qui le secouent de temps à autre. Quand y'en a pour un...J'ai à peine effleuré la tête du petit Negapi que les yeux de ce dernier s,ouvrent instantanément. Baillant légèrement, le Pokémon chromatique s'écarte légèrement du creux des couvertures, tandis que je m'extrais du lit avant d'enfiler une veste par-dessus mon pyjama.
La chambre est toujours silencieuse (à l'exception de certains bruits d'estomacs forts véhéments et en canon), la majorité de nos équipes reposant au fond de leurs Pokéballs. Lucki a même quitté la cabane un peu plus tôt dans la nuit, excédé par le boucan qui émanait de son Dresseur. Pour cette dangereuse expédition et vu que ma survie en dépend, je ne peux compter que sur Mithos et...

"Piiiii..."

"Shhhh, tu vas réveiller Léo, qu'est-ce qu'il y a ?...Oh."

Impossible de lui faire entendre raison, Mithos semble bien décider à emmener sa sœur avec lui. Vu ma situation actuelle, je me vois mal argumenter avec un Negapi aussi borné et plutôt que de réveiller Martel, au risque de provoquer un concerts de protestations ensommeillés, j'attrape la Posipi avant de la porter à l'extérieur, son frère sur les talons. L'air est devenu bien plus frais depuis la tombée de la nuit, mais je perdrais du temps à frissonner plus tard...L'appel du Frigo est plus fort que tout !

"Bon, cette fois, je connais le chemin...Donc tu ne me quittes pas des yeux, et si tu vois de la lumière, on se cache tout de suite, compris ?"

J'aimerais autant éviter de me faire choper hors du dortoir par Gaston dans les premiers jours...Ranger Ninja no Justsu !

********************

Hmmm...Quelque chose cloche. Accroupi derrière un buisson, je dois offrir un bien curieux spectacle : A moitié dissimulé par le mur végétal, en pyjama, une Posipi Chromatique allongé sur la tête et un Negapi curieux dressé sur mes genoux, la tête entre les branchages. Pourtant, il y a une raison à ce surplus de précautions : Contre toute attente, les cuisines sont allumées en grand, comme si Mama Odie avait décidé de faire des heures supplémentaires. En temps normal, j'aurais sauté sur l'occasion de jouer les gouteurs, mais Mithos a repéré un truc bizarre au dernier moment : De temps à autre, une silhouette humanoide fait son apparition prés de la porte principale, tourne un moment autour de l'entrée puis repart en sens inverse. Et d’après les mouvements que nous avons pu repérer depuis notre cachette, elle n'est pas seule. Des élèves aussi affamés que moi ? Le retour de la Team Rouage ? Les anciennes victimes de la cuisinière, revenus se venger de ses expériences culinaires sous forme de zombies ?

"Un seul moyen de le savoir, non ? On avance doucement, Mithos...et au moinde signe de danger, on court, c'est compris ?"

Ne lève pas les yeux comme ça, je te rappelle que Martel dort comme une bienheureuse, on ne pourra pas se battre dans ces circonstances ! Et en plus, j'ai oublié mon Capstick, donc je ne risque pas d'être d'une très grande aide.
À tatons, notre trio progresse donc vers la porte principale, naviguant de cachettes en abris jusqu'à ce que finalement le panneau de bois se dresse devant moi. Si Mama Odie est à l'intérieur, elle doit probablement l'avoir laissé ouverte, il ne me reste plus qu'à...

"PIIIIII !"

"Ouah !"

Roulade arrière, tout en rattrapant Martel d'une main, une seconde avant qu'un bruit sourd ne marque l'endroit où se tenait votre Ranger préféré, une seconde plus tôt ! Lorsque je parviens au terme de mon esquive, légèrement désorienté, mes yeux se relèvent ver une silhouette penchée en avant, la patte fermement plantée au milieu d'un cercle de pelouse fumant. C,est un...Chapignon ?! Une minute, mais je le connais, celui-là, c'est l'un des Pokémons qui font le service lors des repas ! Donc il fait partie de l'équipe de Mama Odie, qu'est-ce qui lui prends, il ne va pas bien ou quoi ?

"CHAAAAAAAAA !"

Et on dirait qu'il n'en a pas eu assez ! Le Pokémon Combat se redresse en sautillant sur ses courtes jambes et me détaille de haut en bas, avant de pousser un puissant cri d'alarme !
Pas si fort, tu vas réveiller toute l'académie, je veux juste entrer grignoter un truc (en toute illégalité, ok, mais c'est une urgence), aprés tout...
Pas de mouvements brusques, il a du me prendre pour quelqu'un d'autre et là, il prévient ses camarades que c'est une fausse alerte et qu'il ne faut pas s'inquiét...er....

"Mithos...Frotte-Frimousse !"

Cael utilise Boule fumée...Ah non, j'en ai pas. Bon et bien à l'ancienne : On court ! Un véritable tumulte se fait entendre à chaque coin du bâtiment, une seconde avant que le reste de la horde Combat ne fasse son apparition, bien décidé à ajouter un Ranger voleur au menu du lendemain. Dans le même temps, le Chapignon hargneux se propulse en avant, les pattes ramenées le long du corps...Ça sent le Mach Punch, je prends l'initiative !
Après avoir rapidement frotté ses joues à l'aide de ses deux pattes, mon Negapi intercepte le Pokémon Combat en fonçant à sa rencontre : Percuté au bas-ventre, ce dernier ne parvient pas à anticiper l'attaque d'une cible si petite et se retrouve à terre, incapable du moindre mouvement.
Poussant l'avantage, je réceptionne Mithos au vol, et, tenant mes deux partenaires, repart à grands pas en direction du couverts des arbres. Ce n'est qu'une fois enfoui sous une épaisse couche de feuilles et de branchages que je prends la peine de me retourner, pour observer la scène qui se déroule aux abords de la porte : une dizaine de Pokémons ont rejoint notre adversaire et semble indécis sur la marche à suivre. Deux d'entre eux l'aide à se relever, avant qu'il ne se dégage à grands cris. Indiquant plusieurs directions, le Chapignon disperse ensuite ses collègues, et il ne m'est pas difficile de deviner ce qu'ils cherchent avec tant d'ardeur (Et non, ce ne sont pas des Trompignons).

La plupart des gens renonceraient probablement, devant la menace d'une dizaine de Pokémons capables de stopper un bus à mains nues...Mais pour de la bouffe, je défierai Arceus en personne, alors c'est pas ça qui va m'arrêter ! Il suffit de faire preuve d'un peu de patience...

*Une heure plus tard*

Tout vient à point au gourmand qui sait attendre, dit le proverbe. Après une loooooongue période d'observation, nous revoila à pied d’œuvre. En effet, dans le dispositif mis en place par les vigilants gardiens du saint frigo, une faille a fini par se faire jour : toutes les cinq rotations, l'un des Machopeurs laisse la porte arrière des cuisines complétement sans surveillance, pendant un laps de temps bref mais suffisant pour une infiltration. À pas de loups, comptant presque les secondes, je me rapproche de notre nouvelle cible, tout en portant les jumeaux chromatiques, tout deux parfaitement réveillés. Plus que dix mètres....Cinq....Trois...pas un bruit, cette fois on y....*Crac*...Oh mer....

"Ourgh !"


Sans préavis, le sol s'ouvre brusquement sous nos pieds, à moins d'un mètre de la porte, et notre trio se fait littéralement dévorer par le trou qui vient de faire son apparition. Un peu sonné par le choc je parviens tout de même à jeter un coup d'oeil à notre nouvelle prison : Peu profond, elle est néanmoins bien suffisante pour retenir un Ranger affamé, et les parois sont trop lisses pour tenter l'escalade. Je pourrais probablement envoeyr Martel et Mithos en haut du trou mais avec tout ces Pokémons furieux, ce serait trop dangereux. Il va me falloir un miracle pour sortir de là...

"Cael?"

...Ou un coPAIN !

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Sam 26 Sep - 14:31
Ginji Labelvi
Feat. Cael Joy



« Metal Gear Sandwich »


« -... Atcha !... Grmblr...  »

Qu'est-ce que je déteste être malade. 'Fin, je me doute bien que personne n'aime ça, mais voilà quoi. C'est juste IMPOSSIBLE de passer une nuit de sommeil complète quand on est enrhumé.

Ça doit faire quoi, trois heures, que j'essaye de dormir ? C'est déjà un miracle que Loan y soit parvenu malgré mes éternuements... D'ailleurs, pas faute d'avoir essayé de me soigner à grands renforts de thé... De toute façon, je ne me fais pas trop d'illusions. Maintenant que nous sommes en période automnale, je vais être régulièrement malade, comme chaque année, quoi. Fichu système immunitaire même pas capable de faire son boulot.

A tâtons, je cherche la boîte de mouchoir posé sur ma table de nuit. Ma main finit par se poser dessus, et je mets quelques secondes pour comprendre qu'elle est désormais vide. Crotte.

Mécaniquement, je lève ma couverture, et pose deux pieds à terre. Tous mes Pokémons ont déserté mon lit, ne souhaitant pas se faire réveiller toutes les deux minutes par une secousse causée par un éternuement, donc je n'ai pas à faire attention à ne réveiller personne. Les volets de la chambre étant ouverts, je peux discerner sans trop de mal mes divers Pokémons éparpillés partout dans la pièce, en plus de ceux de Loan. Depuis la destruction du mur qui séparait nos chambres, nous possédons une chambre beaucoup plus grande que la moyenne dans l'académie, et j'ai donc à nouveau la possibilité de faire dormir toute mon équipe ensemble, chose que je ne pouvais plus me permettre depuis quelques temps. Je suis content, ça va nous permettre de solidifier notre cohésion de groupe !

Difficilement, je me mets debout, mes pieds se rangeant dans de simples pantoufles oranges, fais quelques pas maladroits, manque d'écraser la queue de Lucina, puis me dirige vers l'une des portes de notre chambre. Lorsque je l'ouvre, un doux et agréable grincement se fait entendre, et je serre les dents en tentant de la stabiliser. Le son s'arrête, et je balaye la chambre rapidement pour être sûr de n'avoir réveillé personne. Ça semble être le cas. Lentement, je passe le seuil de la porte, et m'apprête à la refermer, mais m'interromps en voyant que Zelf s'est glissé juste entre celle-ci et le mur. Les yeux mi-clos, le Wattouat m'a suivi machinalement en me voyant sortir de la chambre. Je le laisse passer, et referme enfin la porte, avant de prendre, non pas sans difficulté, le mouton dans mes bras. La sphère au bout de sa queue s'illumine faiblement, permettant d'éclairer un peu le couloir, alors que je me dirige vers la salle commune du dortoir Voltali.

La salle est plongée dans le noir, mais les éclairages de quelques bornes de jeu et des diverses LED éparpillées un peu partout me permettent de trouver un interrupteur sans aucun mal. Le temps que Zelf et moi-même nous accoutumons à la luminosité, je me dirige vers l'armoire présente dans ce dortoir depuis toujours, et dans laquelle nous rangions les jeux de société jusqu'à l'an passé. Depuis les rénovations, on n'en a plus vraiment besoin, mais la plupart des anciens souhaitant malgré tout la garder, on s'en sert un peu de fourre-tout. Il doit bien y avoir quelques paquets de mouchoir là dedans. Je l'ouvre, et après quelques secondes à scruter les étagères, je trouve enfin mon bonheur. J'attrape un petit paquet en plastique de mouchoirs bon marché, et me laisse tomber sur un canapé. Zelf m'y rejoint en deux bonds, encore un peu endormi. Je me mets à caresser le crâne du Wattouat, avant de lâcher un soupir.

« -Tss... Je vais être incapable de fermer l’œil de la nuit.  »

Nous restons ainsi pendant plusieurs minutes, sans trop savoir ce que nous attendons exactement. Je n'ai clairement pas le courage de retourner dans mon lit, me doutant que je vais devoir rester éveillé pendant encore une heure ou deux avant de peut-être trouver le sommeil, le tout en reniflant toutes les minutes et en éternuant toutes les cinq. Que faire, alors ?

C'est mon estomac qui me donne une réponse. L'entendant gargouiller, Zelf relève la tête dans ma direction, se doutant déjà de la suite des événements. Quoi, c'est si prévisible que ça ?... Remarque, il y a presque un an, j'ai déjà entraîné Zelf avec moi jusqu'à la cafétéria, où je n'ai par ailleurs pas pu me sustenter, puisque j'y ai rencontré une voleuse dont je me devais d'entraver la route ! J'y étais allé avec Lucina, encore une Luxio à l'époque, Smegta, Oz, et Zelf, du coup. J'y vais qu'avec le Wattouat, cette fois-ci ? Surtout que je n'ai pas pris mes Pokéballs comme la fois dernière... Bah. C'est pas comme s'il risque de m'arriver quoi que ce soit. On n'a plus de couvre-feu, on n'a pas de patrouilles dehors, la Team Rouage a été mise en déroute, Mama Odie a quitté l'académie il y a quatre heures, et Gaston est en arrêt maladie depuis deux jours. Qu'est-ce que j'ai à craindre ? Rien ! C'est décidé, alors...

Je me lève, et me dirige vers la porte d'entrée du dortoir. Ma main se pose sur la poignée, que j'ouvre... Avant de faire un bond en arrière.

« -AAAAH !  »

Ma main sur la poitrine, je peux sentir mon cœur qui bat la chamade suite à cette panique soudaine. Le Motisma qui se trouve devant moi, bien content d'avoir réussi sa blague, fait de petits saltos joyeux. Je mets quelques secondes à retrouver un rythme cardiaque normal, avant de lancer un regard blasé au Pokémon.

« -Sm... Maygta, pardon, me fais pas flipper comme ça, tu vas réveiller tout le monde !... Tu nous as suivi ? Il y en a d'autres qui sont réveillés ?  »

Le Motisma me fait non de la tête. Tant mieux. En espérant que mon cri n'aura réveillé personne.

J'éteins la lumière, et passe dehors, accompagné par Zelf et Maygta, ce dernier nous suivant sans trop comprendre pourquoi. Je frémis aussitôt à l'extérieur. Brrr. 'Fait froid. Me faudra un bon chocolat chaud pour me réchauffer !

Ayant l'habitude du chemin à emprunter, je me dirige vers le réfectoire sans trop de peine, bien que les bras croisés à cause du froid. Quelle idée aussi, de dormir en T-shirt. Et après, je suis étonné de tomber malade !

J'atteins donc sans aucun mal la cafétéria... Qui est allumée. Déjà, je sens les ennuis venir. Je me serai fait devancer ?! Ah ça non, je refuse !
Pressant le pas, je cherche à atteindre les portes menant à la salle de restauration au plus vite, mais est interrompu dans ma marche par un bruit de chute. Je m'arrête net, et tourne lentement la tête. Ça vient de l'autre côté, niveau cuisines. Je fais signe à mes deux Pokémons de se faire très discrets et de me suivre sans un bruit, pendant que je me dirige vers la source de tout ce boucan à pas de Lucario. Tournant à l'angle du bâtiment, je ne tarde pas à apercevoir un trou ( ?!) se trouvant à trois mètres à peine de l'entrée. Beaucoup moins méfiants, je m'en rapproche, et jette un œil à l'intérieur...

« -... Cael ? … Qu'est-ce que tu fais là dedans ?! »

Et il est accompagné par deux petits bonhommes électriques, visiblement ! Je le regarde, surpris, avant de comprendre qu'il me faudrait peut-être l'aider à sortir de ce trou dans lequel il est tombé... Tiens, c'est marrant, cette scène me rappelle vaguement quelque chose. Je jette rapidement un œil aux alentours, avant de me mordre la lèvre inférieure.

« -Il n'y a pas l'air d'avoir de tuyaux d'arrosage dans le coin... Ah ! Je sais ! Maygta ! »

Le Motisma s'approche à l'entente de son surnom. Il se positionne au dessus du trou, contemplant pleinement le ranger rose avec un doux sourire malicieux... Non Maygta ! Arrête ça tout de suite ! Si je t'appelle, c'est pour l'aider, pas pour lui faire faire une crise cardiaque !

« -T'inquiètes pas coPAIN, il est juste un peu plaisantin, mais sinon il est très gentil ! Maygta, Lévikinésie ! »

L'amas d'ectoplasme ferme les yeux, et prends un air beaucoup plus sobre, tandis qu'un halo violet l'entoure subitement. Ce même halo apparaît autour de Cael et ses deux Pi, et l'instant d'après, ils flottent tous les trois juste au dessus de la trappe, avant d'être déposés juste à côté. Le sourire de Maygta réapparaît peu après que la lueur violette soit disparue, mais je n'y prête pas plus attention que cela, trop intrigué par toute cette histoire.

« -D'où il sort, ce trou ? C'est toi qui as tout allumé ?... Oh ! Que fait le Machopeur de Mama Odie ici ? Coucou toi ! C'est Ginji, le petit chouchou de ta dresseuse, tu me reconnais ?... »

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Mar 29 Sep - 6:01
Je cherche des truffes, ça se voit pas non ? Et au beau milieu de la nuit, en plus! C'est vrai après tout, coPAIN, c'est bien connu que j'adore me mettre dans ce genre de situation, je le fais par plaisir, qu'est-ce que tu crois ? En attendant, je me vois mal sortir ça à la seule personne sur Terre qui pourrait me venir en aide, à cet instant précis. D'autant qu'avec Martel et Mithos qui sautillent comme deux Statitik surexcités en voyant apparaitre le visage du Spé Elek au sommet du trou, je vais finir couvert de bosses...

“...Si je te réponds, tu m'aides à sortir de là ?”

Si l'équipe de Pokémon Combat de tout à l'heure se ramène, on va passer un sale quart d'heure tout les deux. Tandis que Ginji semble évaluer la situation, je ne peux m'empêcher de me demander ce qui leur a pris...Entre ce trou et leurs rondes vigilantes, on pourrait presque croire qu'ils sont là pour nous empêcher d'entrer et de faire une razzia dans les frigos de Mama Odie...Nan, c'est bien trop cruelle comme idée, il doit y avoir une autre explication. Pourtant, leur périmètre de sécurité marche du tonnerre, vu ma situation actuelle, j'espère que coPAIN va avoir une idée de génie...

“Aaaaa-*MPF*

Joli réflexe de Mithos et Martel qui me plaquent leurs pattes sur la bouche à la seconde même où un frztzgtgt de SPECTRE fait son apparition au-dessus du trou. Autant vous dire que je me  recroqueville au fond de ma tanière et que si je pouvais utiliser l'attaque Tunnel avec les dents, je serais déjà en route pour Sinnoh, façon foreuse sous-marine !
En plus, il a  l'air super content de me voir...Aussi content que moi quand je vois un cookie ! Vaporeux, souriant, aucune échappatoire possible...AH NON COPAIN, TU NE PEUX PAS ME FAIRE CA, TU NE PEUX PAS ESSAYER DE ME FAIRE DEVORER PAR TON MONSTRE VAPOREUX, PUIS GARDER LE FRIGO POUR TOI TOUT SEUL !

“ -T'inquiètes pas coPAIN, il est juste un peu plaisantin, mais sinon il est très gentil ! Maygta, Lévikinésie !”

Juste un peu plaisantin...JUSTE UN PEU PLAISANTIN ? Un Capumain ou un Mime Jr., c'est plaisantin ! Un Spectre plaisantin, c'est une impossibilité naturelle, un peu comme un coPAIN repu, me fait pas rire !
Pourtant, alors qu'il tente (sans aucun succés, inutile de le préciser) de me rassurer, mon corps se fait subitement beaucoup plus léger. Comme une plume même, à tel point que je me sentirais bien parti pour un petit vol...Et mais...Je m'envole ! Je m'envole, je m'envooooooole♪
Une fois hors du trou, l'étrange lumière violette qui nous recouvrait, mes deux partenaires et moi-même, comme une pellicule, s'estompe rapidement.

“Merci Ginji. J'ai de la chance que tu sois passé par là, sinon, on était parti pour passer la nuit là-dedans...Par contre t'as une voie bizarre, tu es sure que ça va ?”

Malade comme un Caninos, le coPAIN....Ok, trouver de la nourriture devient une priorité médicale ! Notre petit voyage aérien semble avoir grandement amusé les jumeaux chromatiques, et ces derniers se jettent littéralement sur coPAIN en piaillant. Vous lui demanderez plus tard pour un deuxième tour, pour le moment, on a...

“Maaaa...”

*Glumps* Excusez-moi une seconde...RETRAITE !
À défaut de fuite précipitée, me voila en train de tourner de plus en plus vite autour de Ginji (Qui semble plongé dans une profonde réflexion...Ranger en danger appelle Spé Elek !), tandis que sa monstruosité vaporeuse commence à me suivre, en souriant de toute ses dents. J'étais venu pour un casse-croute du soir, pas pour finir en gouter pour Spectre, help meeeeeee !

" -D'où il sort, ce trou ? C'est toi qui as tout allumé ?... Oh ! Que fait le Machopeur de Mama Odie ici ? Coucou toi ! C'est Ginji, le petit chouchou de ta dresseuse, tu me reconnais ?... "


Ma...Machopeur ? Stoppé dans ma course au même titre que le Motisma, les paroles de Ginji me font l'effet d'un mur : Ramené à la réalité, je contemple la silhouette musculeuse du Pokémon Colosse se dresser de toute sa hauteur face  à Ginji. Mais ce que je vois surtout, ce sont ses bras qui se lèvent de part et d'autres du Voltali, comme pour le saisir....

“Ginji, bouge de là !”

Mes jambes ont réagi avant tout le reste et je me lance en avant, percutant coPAIN de plein fouet tandis que les deux poignes du Machopeur ne se referment que sur du vide. Avec un grognement de dépit, le Pokémon Combat pivote presque instantanément et se tourne vers nous, avant d'avancer pesamment...Ou plutôt de tenter une avancée pesante.

*ZAAAAAAAAAAAAP*

Avec un cri collectif, Mithos, Martel et les deux Pokémons Electriques de coPAIN, viennent de libérer une attaque Cage-Eclair combiné, afin de stopper l'assaillant dans son élan. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils n'y sont pas allés de main morte : La vague d'énergie crépitante qui vient de le frapper aurait pu faire rôtir un Leviathor...
Tombé à genoux, le Machopeur ne peut que nous jeter un regard hargneux, et je n'ai plus qu'à aider Ginji à se relever. Ok, ça commence à bien faire ces agressions, là !

“Ils t'ont déjà accueillis comme ça ? Je veux dire, tout à l'heure, un des Chapignons a failli m'envoyer à l'infirmerie et maintenant, les autres s'y mettent...”

Coupant court à mes paroles, un bruit de cavalcade précipité se fait subitement entendre...Ils arrivent. Je suppose que s'asseoir et attendre, en espérant implorer pitié, ça ne marchera pas?...Non? Vu le regard éloquent que pose sur nous le Machopeur encore paralysé, la réponse est déjà toute trouvé : Si on reste là, le petit déjeuner de demain matin aura un petit arrière-gout de Voltali et de Phyllali passés au presse-purée.
Bon et bien, improvisation ! Laissant à Ginji le soin de ralentir un peu la horde, dont l'écho des bruits de pas précipités se fait entendre de chaque coté du batiment, je me jette sur la porte, évitant une seconde chute au passage.
Cette fois, c'est la bonne, je n'ai plus qu'à tourner la poignée et...

“Ourgh! *Tumb*”

Et un Mach Punch dans l'estomac, un ! J'ai à peine effleuré la sphère cuivrée, que cette dernière se détend brusquement, avant de venir me percuter pile dans l'estomac. Titubant, je serais probablement tombé en arrière (et donc dans le trou...), si Martel ne s'était pas collé à mes jambes pour me ramener vers l'avant. Oooooh, ça commence à me ocurir sur le haricot, tout ça....Il n'y a qu'une seule chose qui puisse se mettre entre un frigo et ma personne, et elle est juste derrière moi, en train de couvrir mes arrières !

“Ok, j'ai compris, l'approche en douceur c'est fini...Mithos, un petit coup de main ?”


Qui dit fin de l'approche subtile, ne dit pas qu'on doit faire un boucan du diable...On a déjà le Machopeur pour ça, merci bien ! Ni une, ni deux, les deux petites souris chromatiques tendent la patte l'une vers l'autre, avant qu'une lumière blanche ne naisse au point de contact. La nova miniature s'intensifie, avant de recouvrir leurs corps à l'instant où ils déchargent un puissant courant électrique contre la porte métallique.
Une fois l'orage dispersé, cette dernière fume légèrement, mais le résultat a au moins le mérite d'être là : Je n'ai qu'a tendre la main pour que la poignée se laisse tourner sans réaction aucune, son système de défense complétement grillé.

“coPAIN, on entre, vite !”

Suivi du Volatli, je bondit dans le petit couloir qui vient de s'offrir devant notre équipe, avant d'entendre la porte claquer derrière nous. Le bâtiment est bien éclairé maisles néons qui emplissent le couloir nous offre une vue bien peu engageante : Notre seul échappatoire se trouve tout au fond du couloir, bien trop loin pour que nous puissions l'atteindre avant qu'ils ne nous rejoignent.
Cherchant en tout sens une solution, je me retrouve subitement agrippé par la manche, avant que Ginji ne me tire dans une petite pièce adjacente : A première vue, Mama Odie doit entreposer tous les cartons et le matériels reçus durant les livraisons, ici...Des cartons....Oh J'ai compris !

“...Roger.”


Mithos et Martel calés entre mes bras, la main sur chacune de leurs petites bouches, je me retrouve ainsi recroquevillé sous l'un des plus gros (Laissez moi croire que c'est un des plus gros malgré ma taille, et allez frimer ailleurs !) cartons, comptant les secondes avant que la porte de notre cachette ne s'ouvre...Ne pas respirer, ne pas éternuer, ne pas bouger...À partir de cet instant, nous sommes deux Chrysaciers.

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Ven 9 Oct - 12:07
Ginji Labelvi
      Feat. Cael Joy



«  Metal Gear Sandwich »


« -Euh, tu sais, une poignée de main ça ira très bien, je ne suis pas sûr d'arriver à faire une étreinte à Pokémon si imposant... »

Comment ? Il ne veut pas me faire un câlin ? Alors pourquoi il met ses mains de part et d'autres de mon corps ? Aucune idée, mais apparemment, Cael a un élément de réponse, puisqu'il me percute violemment pour m'écarter du Machopeur. Je tombe au sol et grimace, ma main droite étant tombé sur un petit cailloux (Ça à l'air ridicule, comme ça, mais... Essayez, pour voir.). Ah bah sympa, c'est comme ça que tu me remercies, coPAIN ? Je te sauve la vie, puis tu te débarrasses de moi pour garder le frigo rien que pour toi ?!

Non, je suis mauvaise langue. Cael vient tout simplement d'éviter que je me transforme en purée de Spécialiste Electrik (Hmm... Purée...) : le Machopeur semble VRAIMENT mécontent de nous voir !  Qu'est-ce qu'on lui a fait ? Ça le vexe à ce point, que je ne lui fasse pas de câlins ?...

Les quatre Pokémons Electriks à nos côtés lancent une attaque Cage-Eclair combinée pour arrêter le Pokémon Combat dans son action. Le Machopeur se prend les arcs électriques de plein fouet, et tombe aussitôt à genoux, visiblement mal en point. En même temps, se prendre un quadruple Cage-Ecair, ça ne doit pas être très agréable ! Il nous lance un regard hargneux, qui en dit long sur ses intentions s'il parvenait à nous mettre la main dessus, et j'ai un léger mouvement de recul alors que Cael revient vers moi pour m'aider à me relever.

« -Mais qu'est-ce qui se passe, au juste ?!  »

Le Phyllali ne semble pas avoir de réponse à me donner, puisqu'il me demande si j'ai déjà vu un pareil comportement, avant de m'expliquer que le Machopeur n'est pas le seul à agir comme ça. Si, sur le coup, je lui aurai répondu que non, que d'habitude, les Pokémons de Mama Odie sont calmes, doux, gentils, et qu'ils adorent préparer des chouquettes à la crème en préparant chaque aliment avec finesse et délicatesse, un souvenir lointain me fait aussitôt changer d'avis. Non, ils ont déjà agi comme ça... Et c'était lors de notre rencontre ! J'ai juste manqué de finir empalé au fond de la cuisine de Mama Odie, en fait.
Alors quoi, ils ne veulent plus nous laisser cambrioler les cuisines tranquillement ? Mais enfin ! On ne fait rien d'illé.... 'Fin, rien de mauv... Je veux dire, on ne fait aucun mal à pers... Ok, d'accord, ils ont parfaitement raison de nous empêcher de rentrer. Mais comprenez-nous ! C'est une question de vie ou de mort !

Hélas, pas le temps de faire part des mes humbles connaissances à mon comparse, qui... S'enfuit en direction de l'entrée, me laissant seul face à la horde de Pokémons Combats qui arrivent vers nous. Ah ouais, en fait son plan, ce n'est pas de se débarrasser de moi pour ensuite se charger seul du frigo, mais de me livrer aux ennemis pour que eux se chargent de moi, lui laissant ainsi le champ libre ! Ah bah bravo, coPAIN !

Les Pokémons de Mama Odie ne tardent pas à apparaître dans mon champ de vision. Ils ont l'air très remontés. Mais euh, au juste, où est leur dresseuse ? Elle est à l'académie, finalement ? Elle n'aurait tout de même pas laissé ses Pokémons seuls ici... Si ? Grah, je ne sais même pas pourquoi je me pose cette question ! Tout ce que je sais, c'est qu'ils ont l'air fermement décidé à nous barrer la route, je dois donc leur empêcher de nous empêcher de braquer le frigo ! Espérons alors qu'ils ne vont pas m'empêcher de les empêcher de nous empêcher de...

« -Eh les amis ! Pourquoi vous me foncez dessus, comme ça ?... Après toutes les tartes à la crème qu'on a préparées, tous les plats que vous m'avez servi... Arf, il ont pété un plomb. Tant pis, on va soigner le mal par le mal ! Zelf, Maygta, Onde Folie !   »

Mes deux Pokémons se mettent entre moi et les assaillants, Zelf opinant d'un air on ne peut pus sérieux, et Maygta faisant ses habituelles galipettes. Synchrones, mes deux Pokémons créent deux petites sphères lumineuses qui foncent droit sur les Pokémons Combats. L'instant d'après, un Kicklee et un Dedugant s’emmêlent les pattes et se vautrent au sol, tandis que le Chapignon et le Tygnon se percutent par mégarde, déclenchant alors une dispute entre les deux alliés. Et ils sont vraiment très énervés. Bien content que ça ne soit pas après moi qu'ils ont en... 'Fin, là maintenant tout de suite, je veux dire, parce qu'à l'évidence, si, c'est après moi qu'ils ont en. Mais je parle encore pour ne rien dire. Même si je ne parle pas vraiment puisque...

Je me retourne en entendant Cael m’appeler par mon surnom. Euh... Pourquoi la porte est grillée ? Il veut la goûter ? Qu'importe ! D'un signe de tête, j'invite mes deux Pokémons à me suivre, et rejoints Cael et ses deux Pi à l'intérieur du bâtiment. En atteignant la porte, je jette un œil derrière moi pour constater que les Pokémons sont déjà en train de revenir à eux, et décide donc de fermer la porte en conséquence. Malheureusement, le temps d'atteindre le bout du couloir, ils nous auront déjà rattrapé : c'est pourquoi j'attrape Cael par la manche et le tire aussitôt dans une pièce adjacente, remplie de cartons. Je ferme une nouvelle fois la porte, attrape un premier carton de taille moyenne pour le mettre sur mon Wattouat, puis en prends un plus gros pour moi-même.

« -Zelf, ne bouge surtout pas, Maygta, planque toi dans un carton toi aussi. »

En quelques secondes, nous sommes tous cachés, silencieux, et n'entendant que notre souffle. Le bruit d'une porte qui s'ouvre ne tarde pas à se faire entendre, et je devine sans mal que les Pokémons Combats sont en train d'investir le bâtiment. 'Suffit juste d'attendre, il n'y a aucune raison qu'ils nous repèrent, on reste silencieux, on ne bouge pas, on ne parle pas, on ne respi... Si, on peut respirer quand même, mais on ne fait RIEN D'AUTRE. Ils vont bien finir par partir.

Dans cette optique, je me ratatine un peu plus sur moi-même, observant alors les parois du carton sous lequel je me trouve. C'est que c'est plutôt étroit, comme endroit... Je peux à peine tenir mon dos bien droit. Heureusement que c'est juste du carton. Il me suffirait que je me lève pour pouvoir être libre de tout mouvement. Ce n'est pas comme si les parois allaient se rapprocher pour complètement m'écraser. Non. Elles ne feraient pas ça. J'aurai pas à me débattre contre eux, j'aurai pas à hurler, et j'aurai pas à tenter vainement de les repousser...
Mon cœur bat la chamade, alors que je scrute les parois avec de petits yeux. J'ai soudainement chaud. Très chaud. C'est extrêmement désagréable. J'ai d'étranges palpitations, aussi. Et j'ai mal au ventre. Très mal au ventre. Quelques gouttes de sueur commencent à perler sur mon front... Je souffle, doucement. J'inspire. J’expire. Je... J'ai l’impression d'étouffer... Je suis en train d'étouffer. Je vais m'étouffer. J'ai besoin d'air. Vite. Il... Il faut que je sorte de là, sinon je vais manquer d'air! Je commence à me relever, mais le son d'un Pokémon Combat dans le couloir m'en dissuade aussitôt. Je me ratatine à nouveau, et fourre mon visage dans mes bras en me mordant la lèvre. Non. Ce n'est qu'un carton. Je ne dois pas craquer. Tout va bien Ginji. Calme toi. Ça va aller. Respire. Inspire. Expire. Inspire. Expire. Non, moins vite. Je respire trop vite, là. On doit m'entendre à des kilomètres. Mais je ne peux pas m'arrêter. De l'air. Je n'ai pas assez d'air. Je... Je...

« -... Aaah... Aaah... »

Tiré subitement de ma crise d'angoisse par le début d'un éternuement, et réalisant ce que je m'apprête à faire, je tente de plaquer ma main contre ma bouche. Trop tard.

« -... ATCHOUM ! »

… CoPAIN, désolé.

J'entends la porte de la pièce adjacente qui s'ouvre d'un coup. Je retiens mon souffle quelques secondes, tandis qu'un ou deux Pokémons Combats sont déjà en train de retourner des cartons. A peine une seconde plus tard, le mien se soulève subitement.


Je prends aussitôt une grande bouchée d'air, et fixe le Machopeur.

« -... Euh... Tu veux te reconvertir dans le déménagement, Machopeur ?... »

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Mar 20 Oct - 2:52
Pas un bruit, pas un souffle....Martel et Mithos serrés contre moi, je retiens au maximum ma propre respiration...Déjà que le simple bruit de mon coeur me fait l'effet de toute une fanfare ! S'il continue de battre la chamade comme ça, le premier Pokémon Combat venu n'aura aucun mal à me repérer. De grosses gouttes de sueur commencent même à me couler le long de l'épine dorsale, tandis que les cris de nous poursuivants se muent en grognements furibonds. On dirait qu'ils nous ont suivis à l'intérieur et qu'ils se dispersent pour nous trouver...Avec un peu de chance, si on reste suffisamment discret, il devrait y avoir moyen de se carapater vite fait, lorsque la voie sera libre. Même mon instinct de survie alimentaire à ses limites. Au pire, on fera un crochet par les serres pour chiper quelques baies, mais la cuisine, ça risque de nous couter bien plus cher que quelques crampes d'estomacs...

''Chuuuuut, Mithos !''

C'est à peine un sifflement qui m'échappe, lorsque le Negapi chromatique recommence à se débattre et manque d'échapper à la prise de mes bras. Mais il ne peut pas rester en place plus de trente secondes, c'est pas vrai ! Hélas, la raison de son agitation ne tarde pas à me sauter aux yeux : inspirant de plus en plus, la petite souris électrique semble touchée par les dix tonnes de poussières qui trainent dans notre refuge. Sa tête et sa truffe se relève de plus ne plus haut, et je ne sais que trop bien où ça va nous mener...Sauf qu'avec les deux bras occupés, je ne vais pas pouvoir l'empêcher d,éternuer !

''Hmpf...Hmpf...Hmpfiiiiiiii.....''

Sauvé par Martel ! Réagissant quasi-instantanément, la Posipi vient de voler au secours de son frangin et de sa patte, elle a complétement stoppé l'éternuement de ce dernier. Désormais apaisé, Mithos se renfonce contre moi, libéré de toute pression...Et moi donc !
Plus de problèmes, on a plus qu'à...

''-... ATCHOUM !''

Le tonnerre, un séisme ou un rugissement de Rexilius...Aucune idée de ce qui vient de se passer, mais je me pétrifie encore plus lorsqu'un Atchoum surpuissant vient briser le silence. À vue de nez, ça venait de...Oh non...
Un rayon de lumière vient franchir le bas de mon carton et rien qu'au bruit, je peux dire qu'un troupeau de Donphans (Ou de Pokémons Combat TRÉS en colère) vient d'investir les lieux. Comptant les secondes avec angoisse, je fais doucement passer Martel et Mithos dans mon dos...Je sais que je n'ai aucune chance, mais au moins, ils parviendront peut-être à s'échapper, si je me fais prendre.
La fouille ne tarde pas à s'accélérer et une voix légérement angoissé se fait entendre à ma gauche.

''... Euh... Tu veux te reconvertir dans le déménagement, Machopeur ?...''


Aïe, ils ont eu coPAIN. Et inutile de vous faire patienter, vous savez trés bien comment ça va finir...

''....Salut.''

Tentative pitoyable d'éveiller la pitié du Chapignon qui vient de soulever mon carton, tandis que mes deux petits chromatiques restent cachés derrière moi. Ok, plan d'urgence !

''Euh..YAHAAAAAAA!''

*SBUNK*


Plan d'urgence réussi...en partie. Pendant que je me jette sur le Chapignon en criant pour faire diversion, Martel et Mithos plongent littéralement dans le tas de cartons, avant de disparaitre de ma vue. Pris par surprise un instant, le Pokémon Combat se focalise sur moi et laisse parler ses réflexes...Autant vous dire que je vais m'en souvenir de ce Mach Punch dans l'estomac !
Après que deux de ses comparses m'aient relevés sans ménagement, le Pokemon Champignon prend la tête de l'expédition et le coeur sur les lèvres (Beuh...J'ai l'impression que mon estomac est remonté jusqu'à ma gorge...), je remarque distraitement que coPAIN est retenu par un solide Machopeur. Pour ma part, j'hérite des bras puissants d'un Hariyama...Autant vous dire que l'évasion, â ne risque pas d,arriver tout de suite !  La cohorte Combat nous entraine donc sans délicatesse aucune dans les couloirs de la cuisine et leur meneur semble étrangement triomphant.

''Dis, qu'est-ce que tu crois qu'ils vont nous faire? *Paf* Oh, c'est bon, on a compris !''

Il pourrait au moins me laisser parler à Ginji, cet espèce de bourrin, c'est pas comme si j'avais une chance de me libérer ! Réduit au silence, nous voila mené au travers du bâtiment, jusqu'à ce que finalement, le Chapignon ouvre une porte métallique et que nous nous retrouvions...dans le réfectoire?!
C'est sérieux, tout ce bordel pour ça ? Si j'avais su que ce serait si simple d'y entrer, je me serais laissé attraper depuis le début...Euh...Pourquoi est-ce qu'ils amènent deux chaises en plein milieu de la salle? Et surtout pourquoi est-ce ce Machopeur nous regarde d'un air mauvais avant de sortir deux cordes ?
Bref, vous l'aurez compris, Ginji et moi nous retrouvons admirablement ligoté à nos sièges respectifs, avant que ces derniers ne soient brutalement tournés en direction d'une longue table dressée pour l'occasion. Assis à cette dernière, se trouvent le Chapignon qui semble passablement excité, un Mackogneur à l'air taciturne et un Pandarbare incroyablement renfrogné qui mâchonne une pousse de bambou. Les trois Pokémons nous dévisagent un instant, avant d'échanger un regard. Puis, manifestement avec l'accord de ses camarades, le plus petit membre du trio se lève avant de bomber le torse.

''Cha..Cha...CHAPIGNON ! Chapi, chapi chapignon ? CHApignon !''

Et dans un dernier éclat de voix, c'est dans notre direction qu'il pointe l'une de ses pattes, pendant que ses deux collègues hochent la tête avec gravité et que le reste de l'assistance bruisse de murmures appréciateurs. Euh...Traducteur, s'il vous plait?

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Dim 25 Oct - 19:40
Ginji Labelvi
      Feat. Cael Joy



«  Metal Gear Sandwich »


Ginji

Encore un peu tremblant, je ne peux que me laisser soulever par le Machopeur de Mama Odie. Cael vient lui aussi de se faire prendre, et nous nous retrouvons tous deux pris au piège. J'avise le carton sous lequel est caché Zelf, ainsi que celui de Maygta, et prie pour que mes deux Pokémons ne bougent pas de leur cachette. Je vois la boîte de mon Wattouat trembler un peu et me crispe, mais fort heureusement, les Pokémons Combats ne semblent pas le remarquer, et entraînent Cael et moi-même en dehors de la pièce. Je lâche un soupir de soulagement, et décide de jouer le rôle du gentil prisonnier en me demandant bien ce que veulent nous faire les Pokémons de Mama Odie. J'ai l'espoir que tout ceci ne soit que méprise lorsqu'ils franchissent les portes du réfectoire, mais cette lueur disparaît aussitôt que Cael et moi nous retrouvons saucissonnés à une chaise. J'échange un regard avec le Phyllali, puis observe le Chapignon, le Pandarbare et le Mackogneur échanger quelques paroles, sous le regard du Machopeur et de l'Hariyama.

Le Chapignon finit par se lever, et pointe sa patte vers nous de façon accusatrice. Nouvel échange de regard avec Cael. On a vraiment été capables de comprendre ça, nous, un jour ?... Légèrement déconcerté, je tente malgré tout une approche.

« -Hum... Vous pouvez répéter la fin ?... »

J'ai dit tenter.

***
Zelf

« -... Watou ? Wat? … C'est bon ? Je peux sortir ?  »

Je passe timidement la tête en dessous de la boîte. La pièce est vide. D'un coup de museau, je soulève le carton et m'en extirpe, avant d'observer les alentours. Il est où, Ginji ? Je n'ai pas pu voir dans quel carton il s'est caché... D'ailleurs c'est bizarre, qu'il veuille jouer à cache-cache, comme ça. Surtout qu'il n'aime pas les endroit tous petits comme ça. Je me demande bien ce qu'il lui prend. Il ne voulait pas manger ? D'ailleurs, bizarre qu'il n'ait pas voulu piocher dans son fameux frigo. Ni dans nos croquettes. Sûrement pour ne pas réveiller les autres, qui dorment encore dans la chambre...

Je commence à regarder sous les autres boîtes, pour voir si je le trouve. Mais alors que je m'approche de l'une d'entre elles, quelque chose la traverse à vive allure, me faisant sursauter. Je m'apprête à lancer une attaque Electrik pour me défendre, mais m'arrête en reconnaissant Maygta.

« -Touuuu, wattouat ! Eeeeeeh, me fais pas peur comme ça !  »

Le Motisma rigole. Je ne sais pas pourquoi il cherche toujours à faire peur aux gens, comme ça. Ca le fait bien marrer, mais moi je ne trouve pas ça drôle...

« -Moooo ! Tisma ! Mooo ! Ahaha ! Si t'avais vu ta tête ! Hihihi ! »

Vexé, je gonfle mes joues, avant de me remettre à pousser des cartons.

« -Ouat wattou. Aide moi plutôt à trouver Ginji.
-Motisma, tiii ma ! Tu risques d'avoir un peu de mal, il s'est fait kidnapper par les gros durs ~
-Watt ?! Quoi ?! »

Maygta m'indique la porte, qui est entrouverte. Je pousse le carton sous lequel j'étais en train de fouiller quand j'y repense, il est peut-être un peu trop petit pour abriter Ginji, puis me tourne vers le spectre. La situation semble l'amuser plus qu'autre chose. Comment peut il rester si joyeux alors que notre dresseur vient de se faire enlever ? Surtout que s'il le sait, c'est qu'il a vu la scène, et il n'est même pas intervenu !

« -Wattouat ! Il faut vite aller l'aider !
-Motismaaaa ? Et les deux autres, on en fait quoi ? »

Alors que je me dirige vers la porte, je m'arrête et me retourne pour voir les deux Pokémons qui étaient avec Cael, l'humain Ramoloss que Ginji apprécie beaucoup, sortir eux aussi de plusieurs cartons. Ils ressemblent tous deux à des Oz, mais en plus petit, c'est rigolo. Je ne me souviens plus de leur surnom, par contre. Ils ont tous deux l'air un peu perdu, eux aussi.

« -Wattou wattouat ? Vous aussi, vous avez perdu votre maître ? »  

Réponse affirmative des deux Pokémons. Il faut faire quelque chose alors ! Si on rentre dans la chambre sans Ginji, Lucina ne va pas être très contente. Et je ne veux pas me faire gronder, moi ! Déterminé, je pose le museau au sol, et tente de retrouver l'odeur de Ginji. Je franchis la porte de la petite pièce, et arrive dans le grand couloir. L'odeur part en direction de là où Ginji passe son temps à manger. C'est bizarre, pourquoi avoir enlevé Ginji si c'est pour l’amener là-bas ? Il suffisait de le laisser faire, il y serait allé tout seul ! Ils ne sont pas très intelligents, ses ravisseurs. Tant mieux ! Cela sera plus facile pour nous pour sauver nos dresseurs, comme ça ! Suivi par Maygta, et les deux Pokémons jaunes, je m'approche de la fameuse salle, mais m'arrête à l'entrée de celle-ci. La porte est entrouverte, et je peux voir nos maîtres ligotés tous les deux à des chaises, encerclés par les Pokémons de la vieille dame chez qui Ginji va tout le temps. Ils parlent d'une histoire de procès et de crime, c'est bizarre...

« -... Chapignon cha pi, gnon ! … Nous vous déclarons donc coupables pour tentative de vol avec effraction, et refus d'obtempérer !
-Tou... WATTOUAT ! Euh... OBJECTION ! »  

Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai poussé les portes d'un coup puis bondis dans la pièce pour protester. Je ne sais pas de quoi ils parlent, mais Ginji n'est pas un criminel ! L'ensemble des Pokémons présents dans la salle se tournent vers nous, de même que Ginji et Cael qui me regardent avec de grands yeux. Maygta et les deux Pokémons rentrent à leur tour, tandis que le Chapignon s'approche de nous avec l'air mécontent.

« -Chapi cha, gnon ? Qu'est-ce que vous faîtes là, vous ? »  

Effrayé, je recule d'un pas, avant de lancer un regard à Maygta. Ginji s'apprête à dire quelque chose, mais le Machopeur juste derrière lui l'en empêche en plaquant sa main sur sa bouche. En voyant cela, je prends sur moi et me ressaisis, et refais un pas en avant.

« -Wattouat ! Je viens défendre mon maître !  »  

Le Chapignon se tourne vers un Pandarbare et un Mackogneur se trouvant derrière une table, plus loin. Ils s'échangent quelques regards, avant que le Mackogneur ne hausse les épaules.

« -Macko, gneur. Techniquement, ils ont le droit à un avocat.  »  

Le Chapignon me regarde à nouveau.

« -Chapignon ? Vous voulez être leurs avocats ?  »  

Avocat ? C'est quoi ? Je ne veux être rien du tout moi, je veux juste me battre et sauver mon maître de leurs sales griffes !... Mais Maygta m'empêche de faire quoi que ce soit, et prend la parole à ma place.

« -Motiiii ! moti motisma ! Oh wiiiii, ça a l'air marrant ! Je crois qu'on va bien s'amuser ♪ »

Cette réponse semble convenir au Chapignon. Sans que je ne puisse protester, il me soulève, bientôt imité par un Hariyama qui prend les deux petits Pokémons jaunes. Le Machopeur déplace alors deux tables, les mettant en face de celle du Mackogneur et du Pandarbare, tandis que Ginji et Cael se trouvent sur le côté, entre les deux. Le Chapignon me pose sur la même table que Maygta, tandis que les deux autres Pokémons se retrouvent sur la deuxième table. Le Hariyama et le Machopeur retournent se poster de part et d'autre de nos maîtres, tandis que le Chapignon se place au milieu de la pièce.

« -Chapi chapignon. Gnon cha pi pi, chapignon. Vous défendrez votre maître chacun votre tour. Commençons par le maigrichon aux cheveux marrons, le dénommé Ginji Labelvi. »  

Il pointe mon maître du doigt. Celui-ci semble totalement désemparé, et passe son temps à regarder successivement Maygta et moi-même. Il n'a pas trop l'air de comprendre ce qu'il se passe. Ça tombe bien, moi non plus ! Mais pas pour les mêmes raisons. Lui ne doit pas saisir le sens de nos paroles, alors que moi, c'est l’intérêt de toute cette mise en scène qui m'échappe.

Le Chapignon se met à faire des va-et-vients entre nos deux tables, sous le regard de l'ensemble des Pokémons. Les bras croisés, il commence à énumérer toute une liste de délit qu'aurait commis mon maître.

« -.... Chapignon chapi, pi gnon pi cha, chapignon cha pi cha. Chapignon, chapi gnon cha cha, chapignon. …. En plus de cela, Ginji est soupçonné d'avoir, il y a an, saccagé le couloir, le réfectoire ainsi que la cuisine à l'aide d'un complice encore non-identifié. Cet acte, purement criminel, est passible de plusieurs jours de travaux d’intérêts généraux ce qui représente beaucoup, beaucoup, beaucouuuuup de vaisselles, ainsi que l'interdiction de mettre les pieds dans le réfectoire pour les semaines à venir.  »  

Ce cas-là me dit vaguement quelque chose. Il y a un petit moment, il me semble que Ginji m'avait fait combattre ici même, avec Oz et Smegta, contre une humaine qui voulait apparemment voler de la nourriture... Eh, mais ça veut dire qu'ils se trompent ! Ginji n'a pas saccagé les lieux juste pour rigoler, il avait voulu défendre les cuisines !

« -Wattouat ! Wattou wattouat ! Ouat wattou, watt watt ! C'est faux ! Ce n'est pas Ginji qu'a tout détruit ! Il voulait protéger la nourriture de la cuisine, parce qu'une humaine voulait tout voler !   »  

Le Chapignon s'arrête, et se tourne vers moi.

« -Gnon. Chapignon ?   Tiens donc. Étiez-vous témoin ?
-Wa... Wattou. Wattouat ! Wattou tou ! Touat ! Euh... Oui, j'étais là, quoi. Et même que la voleuse avait un Phanpy en Pokémon ! Ainsi que deux spectres qui faisaient très très peur ! Et un petit insecte volant, aussi !  »  

Le Pandarbare, qui mâchouille une feuille en silence depuis tout à l'heure, plisse les yeux et pose ses grosses pattes sur la table. Il n'a pas l'air très très gentil et me fait légèrement peur, mais je ne dois pas me laisser déconcerter !  Si je commence à paniquer, ils ne vont rien croire de ce que je raconte.

« -Pandarbare ? Seriez-vous capable de reconnaître les coupables si on vous les présentait ?
-Touuu... Watt. Hmm.... Oui, sûrement.  »  

Le trio s'échangent un nouveau regard, avant que le Chapignon ne reprenne.

« -Chapi chapignon ?   Vous nous assurez que le désordre mis ce soir là n'avait pour but que l'arrestation d'une criminelle ?
-Wattou ! Oui !
 -Chapi cha chapi cha ?   ... Accepteriez-vous de coopérer, en échange d'une diminution de peine pour l'accusé ? »  

Je regarde Maygta, ne sachant que répondre. C'est bien, une diminution de peine, non ? Je ne sais pas trop, je ne comprends rien à ce qu'ils racontent. Le Motisma semble capter mon incompréhension, puisqu'il décide de répondre à ma place, bien que je suis à peu près sûr qu'il n'en comprend pas plus que moi au sujet de cette histoire de procès.

« -Motismaaaaa ! Moti motismaaaa !   Wiiiii, il accepte ! Nous vous apporterons tout notre soutien dans cette affaire !  »

Satisfait, le Chapignon hoche la tête, avant de reprendre.

 « -Chapignon ? Autre chose à ajouter ?  »  

De même, je ne sais quoi répondre. Il prend néanmoins notre silence pour une réponse, et pointe à nouveau sa patte en direction de Ginji, qui semble avoir abandonné l'idée de comprendre ce qu'il se passe.

 « -Cha chapi chapignon, cha. Chapignon chapi ! Gnon ! Par conséquent, seules les tentatives de vol seront retenues contre Ginji Labelvi, et sa condamnation sera amoindrie. Nous prônerons donc une simple peine punitive, et condamnons l'accusé à la chambre froide pour le reste de la soirée ! Qu'on l'emmène !   »  

Le Machopeur derrière Ginji soulève la chaise à laquelle est attachée mon maître, et l'emmène avec lui dans les cuisines sans qu'il n'y comprenne quoi que ce soit. Il s'agite et proteste pour qu'on le lâche, mais le Pokémon n'y accorde pas plus d'attention.

La chambre froide ? Qu'est-ce qu'ils entendent, par chambre froide ? C'est comme la chambre de Ginji, mais en plus froid ? C'est comme un frigo, alors, Ginji devrait se sentir à l'aise, enfermé à l'intérieur !... Oh non ! C'est vrai que Ginji ne supporte pas le froid, mais qu'en plus, il déteste les petits espaces renfermés ! Il ne va jamais pouvoir rester là dedans !

« -Wattouat ! Wattou wattou ! Non, attendez ! Vous ne pouvez pas lui faire ça !  
-Cha chapi chapignon. Cha pi... Cha gnon, pi.   Le procès de votre dresseur est terminé. Maintenant, sortez d'ici, nous devons encore juger un autre accusé... Nous vous contacterons plus tard pour retrouver l'autre criminel.  »  

Le Hariyama s'approche de moi et me soulève sans aucune difficulté. Je me tortille dans tous les sens, mais il m’amène jusqu'à la porte sans que je puisse m'échapper. Maygta le suit sans rechigner, ne pensant visiblement pas à me venir en aide. En quelques secondes, nous nous retrouvons donc mis à la porte du réfectoire, et sans aucune idée de la façon dont nous pouvons venir en aide à Ginji. Paniqué, je tente de donner des petits coups de pattes à la porte pour l'ouvrir, mais ils l'ont visiblement bloqué.

« -Motisma ?   On fait quoi, maintenant ?   »

Je m'arrête, et observe les alentours tout en réfléchissant. Le Machopeur a emmené Ginji dans les cuisines, et si je ne me trompe pas, il y a une autre entrée pour y accéder... Oui, même que nous nous sommes enfuis par là après le combat contre la voleuse ! Je demande à Maygta de me suivre, puis je cours jusqu'à la porte se trouvant au bout du couloir. Je l'ouvre d'un coup de museau, et arrive à l'extérieur, où je commence à longer les murs du bâtiment. Essoufflé, je reconnais la porte qui mène directement à l'intérieur des cuisines, et m'arrête devant le temps de reprendre mon souffle. Puis je pose mes deux pattes dessus et tente de l'ouvrir, mais me rends compte qu'elle est coincée, elle aussi. Zut ! On n'a donc aucun moyen de rentrer à l'intérieur ?... C'est alors que Maygta, qui m'a suivi à une allure bien moindre, me passe devant et traverse la porte. L'instant d'après, j'entends un petit déclic, et vois la porte qui s'ouvre sur le Motisma. Je lance un cri joyeux, et rentre dans la salle. J'entends que le procès de Cael a démarré dans la salle d'à côté, mais aussi qu'il y a quelqu'un qui appelle à l'aide derrière une autre porte de la salle... Ginji ! Je me précipite vers cette autre porte, beaucoup plus petite que les précédents, et commence à lui donner des petits coups. Mais elle semble encore plus résistante que les autres, et ne s'ouvre sûrement pas aussi facilement.

« -Watt ! Wattouat ! Maygta ! Viens ouvrir celle-là aussi ! 
-MACHO ! SABOTAGE !  »  

Je fais volte-face, et j'ai tout juste le temps de voir le Machopeur de tout à l'heure asséner une attaque à Maygta. Le Motisma l'encaisse très mal, et tombe aussitôt au sol, complètement sonné. Le Pokémon Combat se tourne vers moi en tapant des poings, visiblement très remonté.

« -Macho machopeur ?... Vous voulez rajouter la tentative d'évasion à son dossier ?...  »  

Sans attendre, je lance une attaque Rayon Gemme. Le Machopeur se prend l'attaque en plein dans le torse, mais ne semble pas du tout dérangé par elle. Il illumine alors son poing, et tente de me donner un coup, mais je cours sur le côté pour esquiver. Ne sachant que faire, je lui fonce dessus et utilise mon attaque Bélier contre sa jambe, mais je me prends plus de dégâts que je lui en inflige, visiblement. Il lève son pied et me repousse d'un coup, me propulsant contre une étagère. Le choc est très désagréable, mais ma laine permet de l’amortir. Je me redresse sur mes pattes, et retente l'assaut, mais il me repousse une fois de plus, m'envoyant valser à l'autre bout de la cuisine d'un coup sec. Je titube légèrement, et le regarde s'avancer vers moi sans savoir que faire. Ginji est toujours en train de crier dans la salle d'à côté pour qu'on lui vienne en aide. Je dois bien pouvoir l'aider !  Que me dirait-il de faire dans cette situation ? Il a toujours une idée ! Généralement, il me demande de commencer par quelque chose qui handicape l'ennemi... Comme Cage-Eclair ou Onde Folie ! J'envoie une décharge électrique sur le Machopeur, qui s'attend, une fois de plus, à se prendre une attaque sans trop de souffrance. Ce qui est le cas, puisque l'attaque ne fait aucun dégât... Mais elle paralyse ! Bloqué dans sa démarche, le Machopeur tente de bouger ses poings, crispé. Je lui fonce à nouveau dessus avec une attaque Bélier, mais cette fois-ci, je bondis pour le toucher en plein ventre. J'arrive à le faire basculer en arrière, et lui atterris dessus avec un air déterminé. Sauf qu'il arrive à agiter ses bras, et me saisis à l'aide de ses deux grosses mains.

« -Macho ! Je te tiens !
-Watt ! Wattouat ! Non ! Lâche moi ! »  

Une fois de plus, je gigote dans tous les sens pour me libérer, mais je n'y arrive pas. Ginji a cessé de crier, sa voix est désormais totalement brisée et je l'entends à peine. Mais il continue d’appeler à l'aide. Et je dois l'aider, mais je n'y arrive pas ! Je suis totalement incapable de me défaire de l'emprise du Machopeur. Il parvient peu à peu à se relever, me retenant toujours d'une poigne de fer, alors que je continue de me débattre. Ce n'est pas vrai ça, comment je fais pour rester aussi faible ? Alors même que je l'ai paralysé, je n'arrive pas à m'échapper ! Tout le monde dans l'équipe arrive à protéger Ginji, mais moi, je n'y arrive jamais ! Même Châtaigne est devenu un grand Pokémon, maintenant, et moi, je suis toujours aussi petit et frêle... J'ai fêté mes ans il y a un petit moment à peine, et pourtant, j'ai l'impression d'être toujours un nouveau né aux yeux des autres. En un an, j'en ai vécu des choses, mais je reste un bon à rien en matière de combats... Qu'est-ce que Ginji va  bien faire de moi si je reste aussi faible ? Ce n'est pas avez des pizzas ou ces stupides boulons que je vais l'aider dans son arène !

« -Machopeur, macho ma.... Calme toi, tu ne peux plus rien faire... »

Non ! Je ne me calme pas ! Je dois aider Ginji ! Je dois le faire ! Si je ne fais rien, non seulement il va geler, mais en plus il va être tout tremblant en sortant de là ! Alors je dois le sortir de là !  Laisse moi redescendre ! Vous commencez à m'énerver à vouloir décidé pour mon maître ! Alors enlève tes sales pattes ! RAAAAAH, LACHE MOI JE TE DIS !

Une lueur étrange commence à m'entourer, tandis que de l'électricité s'accumule autour de moi. Je donne un coup de boule dans le cou du Machopeur, qui me lâche déjà de l'une de ses mains, avant de décharger toute l'électricité autour de moi. Le Pokémon se prend l’électricité de plein fouet, et me libère aussitôt, avant reculer de quelques pas à cause du choc. J’atterris au sol sur mes quatre pattes, tandis que la lumière qui m'entoure se dissipe... Avant de disparaître complètement lorsque je me redresse sur mes deux pattes arrières.

Le Machopeur se ressaisit, et se place aussitôt entre moi et la porte derrière laquelle est enfermé Ginji.

« -Machopeur..... Si tu crois que je vais te laisser passer...
-LAIIII ! LAINERGIE ! DEGAGE ! FATAL-FOUDRE ! »  

Sans réfléchir, je lance une gigantesque décharge électrique droit sur lui. L'énergie le propulse contre la porte, dont le verrou cède sur le coup. La porte s'ouvre, et un vent glacial se fait sentir dans la pièce, tandis que le Machopeur glisse le long de la porte, sonné. Je rentre aussitôt à l'intérieur de ce qu'ils appellent la chambre froide, et vois Ginji au centre de celle-ci, toujours attaché à sa chaise, et les yeux rivés sur le sol. Sa jambe droite tressaute frénétiquement, mais il relève doucement la tête en vu du vacarme que je viens de causer. Les yeux rouges, il m'observe quelques instants, tremblants, alors que je m'approche de lui pour le libérer.

« -... 'Faut que je me fasse enfermer plus souvent, si vous évoluez à chaque fois... »

Ne comprenant pas ce qu'il veut dire par là, je l'observe avec un regard incrédule. Il sourit.

« -... Merci. »

Sa tête retombe aussitôt. Après plusieurs coups de mâchoire, je parviens à casser la corde qui le retient, puis tente de tirer Ginji en dehors de la chambre froide. Je passe par dessus le Machopeur sans y prêter une quelconque attention, et allonge mon dresseur au sol. J'utilise mon attaque Cotogarde pour créer une épaisse laine, et entoure Ginji, ce qui lui permet de se réchauffer. Je m'approche alors de Maygta, qui revient peu à peu à lui, mais je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit que Ginji fait déjà de même. Encore un peu tremblant -je ne saurai dire si c'est à cause du froid ou de la peur-, il se relève en prenant appui sur la table.

« -... Vous savez où est Cael ?  »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Sam 14 Nov - 11:57
Le silence est retombée dans le placard. Plus un son, plus un cri, juste le calme d'une pièce obscure. Pourtant, si vous tendiez l'oreille (et que vous parliez le Pokemon, accessoirement, simple détail), difficile de rater ce qui s'ensuit...

(Martel) ''Dis...tu crois qu'on peut...''

(Mithos) ''...Sortir ? Sais pas. C'fait un moment quand même, z'ont dû partir''

''Ou mais...si...si y'en a encore un, il va nous...''

''...attraper, oui je sais mais t’inquiète, ils font pas le poids ! S'ils sont encore là, j'les démonte tous et Cael sera super fier !''

''Juste une minute encore...''

''T'es vraiment une trouillarde, pt'ite soeur. Moi, j'y vais ! ''

''J'suis pas une trouillarde !''

''Si, t'en es une !''

''Nan, c'est pas vrai !''

''Si !''

''Nan !''

''Si !''

''Nan !''

Vexée la petite Martel...La voila qui vient tout bonnement de se jeter sur son frère, ses petites pattes en avant pour le pousser. Sauf que dans le noir, difficile d'esquiver une attaque même aussi maladroite, et le Negapi chromatique ne trouve rien de mieux à faire que de lui rendre la pareille ! Si de l'extérieur leur bataille pourrait passer relativement inaperçu, à l'intérieur du carton c'est un vrai jeu de flipper entre la fratrie qui culmine lorsque Mithos tente de sauter par-dessus sa soeur, se prend la tête dans le sommet du carton et entraine ce dernier vers l'avant, le retournant comme un vulgaire panier. Les deux petits chromatiques se retrouvent donc au fond de leur ancienne cachette, légèrement désorienté par le choc.

''Aide-moi, Mart', sinon J'vais avoir du mal à...''

''...monter ? T'avais qu'à pas me traiter de trouillarde, maintenant, tu te débrouilles.''

Boudeuse, la Posipi aux oreilles blanches se détourne donc tout bonnement de son frangin, tandis que ce dernier tente tant bien que mal de se hisser hors du carton, en s'aggripant aux bords de ce dernier. Et on ne peut pas vraiment dire qu'il rencontre un succès immédiat...Pourtant, après quelques secondes de ce manège, une légère poussée vient accompagner ses efforts, et une fois sorti de la boite, Mithos s'attelle à son tour à en extraire sa soeur. Trottinant de concert, Martel résolument dissimulée derrière son protecteur miniature, notre duo parvient enfin à sortir de cette forêt de carton, pour se retrouver nez-à-nez avec les Pokémons du garçon rigolo...Mais aucune trace de ce dernier, ou de Cael. Autant demander à ces deux Pokémons, surtout qu'ils n'ont pas l'air méchant...au grand soulagement de Martel. Timidement, la petite Posipi s'enhardit même à s'approcher de ce Pokémon tout doux qui ressemble à un gros nuage moelleux...L'autre, il est bizarre avec son sourire, de toute façon !


''Tu....Euh...Iléou Cael ?''

''Vous aussi, vous avez perdu votre maître ?''

La question rapide de Martel n'aura finalement pas besoin de réponse : Perdu ? Comment ça, perdu ? On peut perdre pas mal de trucs comme des bonbons, une balle, ou le Capstick de Cael mais perdre son Dresseur, c'est pas possible, hein ? Cael, il est toujours là, tout le temps donc là, il doit juste être caché...Oui, c'est sûrement ça !...Non ?

''....Snif...*sanglot*''

Sortez les parapluies! De petites larmes se mettent à perler au coin des yeux de martel, avant que la Posipi ne se mette à hoqueter légèrement Mais même si elle tente de retenir ses sanglots, ces derniers finissent par toujours prendre le dessus...Et lorsque le Pokémon-peluche se met soudainement en route, la truffe collé au sol, le point de rupture est atteint  : De grosses larmes viennent s'écraser au sol, tandis que Martel ouvre en grand les vannes. Coupé dans son élan, Mithos exécute une demi-tour parfait, avant de venir se planter face à sa soeur, pour lui prendre la patte.

''Mart', pourquoi tu pleures comme ça ? Tu t'es fait mal où ?''

''J'veux...J'veux Cael.''

''Ben alors, on va devoir aller le chercher, c'est tout. Le tout-doux, là, il peut suivre une piste, alors on le suit et on va le retrouver, d'accord souerette ?''

'' Chnif...oui....''

Même si ce gros chagrin n'est pas complétement estompé, Martel se laisse tout de même trainer à la suite du Negapi chromatique, et le petit duo rattrape rapidement leurs paretenaires dans cette mission de sauvetage ! Mais si Martel se glisse doucement derrière le Wattouatt et le suit du mieux possible, Mithos semble décidé à mettre en pratique ce que lui a appris Lucki : Angle de mur, seau d'entretien ou cagettes vidées de leur contenu, toutes ce qu'il rencontre au fur et à mesure de la progression du groupe se mue en cachette pour le Negapi. C'est pas une question de taille d'abord et on s'en fiche que ses sauts ne dépassent pas la quinzaine de centimètres...Tout ça, c'est dans la tête !

''Y'a du bruit, on doit approcher. Euh...pourquoi tu sautes comme ça, y'a personne, ici. Tu risques de...''


''J'vais pas nous faire repérer, t'inquiète ! J'suis un ninja ! Et les ninjas sont toujours invisibles !''

''Ah ? Alors, pourquoi moi je te vois ?''

''T'es ma soeur, c'est normal ! Mais pour tout les autres, j'suis l'ombre de la feuille tombante dans le vent.''

''Hein ? Ça veut dire quoi?''

''Chais pas, mais Lucki disait toujours ça quand il parlait de discrétion..Et puis c'est classe !''

Pas le temps de s'appesantir sur les capacités d'écoute de mithos, le quatuor vient tout juste d'arriver devant le dernier obstacle qui le sépare encore de son objectif. Mais en franchissant la porte, ce sont deux chromatiques complétement perdus qui regardent le Wattouatt crier un mot bizarre. Y'a pleins de Pokémons ici, et ils ont tous l'air sérieux et un peu effrayant. Si Mithos sautille sur place, en les défiant du regard, Martel semble beaucoup moins rassuré et tente de comprendre ce qui se passe. C'est quoi, une ''objeksion'' ? Pourquoi tout le monde se tait d'un coup comme ça pour les regarder avec des gros yeux ? Sont bizarres les grands...Et puis si c'est un jeu, faudra leur expliquer les  les règles parce que le Machopeur là, on dirait qu'il triche, il vient de mettre sa main devant la bouche de l'autre Pokémon pour pas qu'il puisse crier ''Objeksion'', lui aussi !
Sauf que le mystère, on le remet à plus tard vu que dans la pièce, il y a aussi...

''Caeeeeeeel !''

''Ben, tu vois, il était pas si loin...


''Par contre, J'comprends pas...Pourquoi il est attaché avec le Dresseur du tout-doux ?''

''Moi, je sais ! C'est parce qu'ils vont combattre contre tous les autres, mais qu'ils ont demandé un handicap !''

''Mais non, patate, c'est des Dresseurs, pas des Pokémons.''


''Ben alors, trouve-toi, puisque tu sais tout mieux que tout le monde !''


''Euh...Parce qu'il a été vilain ? C'est bien ceux qui font des bêtises qu'on punit comme ça, non ?''

''Qu'est-ce que vous faîtes là, vous ? ''

Avant que la discussion ne vire à la dispute, la voix du Chapignon fend l'air d'un ton sec et Martel se dresse bravement aux cotés du Wattouatt, lorsque ce dernier reprend la parole. Malgré le regard sceptique que lui adresse le type PLante, la petite souris électrique se dresse de toute sa hauteur avant de bafouiller le plus rapidement possible.
 
''Et nous….le..le notre ! Cael, il a rien fait  de mal !''

C'est bon, c'est ça qu'ils faillaient faire ? On peut détacher Cael et leur donner ce qu'ils ont gagnés ?...Apparemment non : Sans préavis, deux énormes pognes se referment sur le duo chromatique, et malgré leur taille terrifiante, la prise se révèle étrangement douce. Deux tables ont rapidement été tirées en face de Cael et Ginji et les jumeaux électriques se retrouvent légèrement perdus juste devant le ranger aux cheveux roses qui les contemple avec un regard incrédule.  Tandis que le Chapignon commence à énumérer la (trés) longue liste des multiples infractions passées du criminel Voltali, Martel se penche discrètement vers son frère.

''Dis...Tu sais ce qu'on doit faire?''

''On leur rentre dedans !''

''Arrête, t'es pas drôle. J'sais pas, on dirait qu'ils font une liste de bêtises...Cael, il avait fait ça quand on avait joué dans la chambre.''

''Ah ouais.....Et puis on avait été grondée juste aprés, c'était pas drôle...''

''Donc...Cael, il a fait des bêtises...Mais c'est pas logique, Cael, il fait jamais de bêtises ! Faut qu'on leur dise, sinon, il va se faire gronder pour rien et c'est pas juste !''

''Ok, p'tite soeur, laisse moi faire, j'm'en charge !''

La plaidoirie des Pokémons de Ginji ne tardent pas à se terminer et lorsque ces derniers se font jeter hors de la pièce sans ménagement, un lourd silence retombe dans la salle. Tout les regards se sont tournés vers la table solitaire, plongé dans la lumière lunaire qui filtre au  travers des carreaux. Aprés s'être éclairci la gorge, le Chapignon revient donc à la charge.

''Passons maintenant au second cas de ce procès. Le dénommé Cael Joy, dont les actes criminelles remontent à ses premières jours au sein de cette institution renommée . Les cuisines dont nous avons la charge ont ainsi été pillées et ceux à de nombreuses reprises.''

S'en suit alors un long historique complétement incompréhensibles pour les jumeaux, où le Chapignon évoque pêle-mêle  les multiples frasques de leur Dresseur. Mais si Mithos enchaine mimique sur mimique et en vient même à singer la démarche du Chapignon qui a repris son va et vient et agite les bras de plus en plus frénétiquement, Martel semble étrangement silencieuse, et écoute attentivement.

''..Mentionnons également ses nombreuses entrées par infraction dans les cuisines à des heures interdites par le règlement, l'utilisation du matériel réservé au personnel sans permission, les cuisines laissées dans un état déplorable et la disparition répétée du stock intégral des tablettes de chocolats de notre patronne adorée !
En conséquence de quoi, je propose que le jury s'accorde sur la peine suivante : Le nettoyage intégral du réfectoire chaque soir pendant les trois prochaines semaines, adjoint d'une interdiction définitive d’accès aux cuisines. L'accusé pourra néanmoins accéder au réfectoire, aux heures de repas uniquement et sous la supervision d'un gardien chargé de le surveiller.
Qu'avez-vous à répondre à ces accusations ?''


''Zzzzzzzzzz''

Pour toute réponse, un léger ronflement vient troubler le silence qui est retombé sur le réfectoire après l'ultime question du Chapignon : Mithos, allongé sur le ventre prés du rebord de la table, les pattes pendantes dans le vide, dort tout bonnement à poings fermés et se permet même de vrombir par moment. Un murmure courroucé parcourt alors l’assemblée, tandis que les deux autres membres du jury échangent des regard de mauvaise augure. Et le Chapignon ne semble pas beaucoup plus indulgent : on dirait presque que quelqu'un le remplit lentement d'eau bouillante, tant il devient rouge. Un peu plus et de la vapeur risque de sortir par le sommet de son chapeau...
Inconscient du drame qui se joue autour de lui, Mithos poursuit donc sa sieste, et ce tandis que le jury se plonge dans un conciliabule aussi bref que tranchant. Bouillonnant, le Chapignon reprend place au centre de la salle, avant de frapper brusquement la table, juste à coté du petit Negapi. Réveillé en sursaut, ce dernier manque de peu de tomber de son perchoir, tandis que le chef de troupe reprend la parole.

'' Le jury n'a PAS été convaincu par la...''plaidoirie'' des avocats de l'accusé. Aussi, aprés délibérations, avons nous décidés de nous en tenir à la peine proposée. C'est donc en notre nom à tous que je déclare l'accusé cou...''

''Euh...Excusez-moi Monsieur ?''

Pris au dépourvu, le type Plante baisse subitement les yeux, pour découvrir la petite silhouette de Martel qui  lui tapote la jambe de la patte. Quelques éclats de rires s'échappent alors de l'assemblée devant sa perte de moyens, mais le Pokémon reprend très vite un ton pompeux et même légèrement agacé.

''Qu'y-a-t-il ? Quelque chose à ajouter ?''

''Euh oui, mais je...Euh...''


''Nous n'avons pas toute la journée, jeune fille, si vous n'avez rien à dire qui puisse intéresser le jury, je vais donc procéder.''

''Non, j'ai...une question.''

''Une...question ?''

''Euh..oui. Je suis pas trop trop sûr de tout avoir bien compris, mais..enfin, vous voyez...''

Devant l'hésitation de Martel, le Pandarbare assis face aux jumeaux laisse échapper un profond soupir, sans cesser de mâchonner sa tige de bambou. Lentement, l'énorme ursidé se redresse, dominant de toute sa hauteur la petite souris électrique, bien frêle en comparaison.

''Crache le morceau, petite.''

''Et bien...On est d'accord que tout ce que vous avez décrits, ça c'est passé la nuit, hein?''

''Oui, les faits ont eu lieu après la fermeture des cuisines et consistent donc en une infraction de niveau 3 qui...''

''Et si je me trompe pas, comme vous l'avez dit tout à l'heure, les cuisines sont sous votre responsabilité ? Le jour comme la nuit, non ?''

''Euh, oui mais...''

''Donc c'est bien votre travail d'empêcher les élèves d'entrer et d'arrêter les voleurs. Parce que j'arrive pas à comprendre comment Cael il a fait pour entrer si facilement vu que vous faites tous bien votre travail.''

''.....''

''Parce que si on y réfléchit bien...Le coupable, c'est VOUS !'' (*Insérez la musique de Professuer Layton ici*)


Lourd silence...Rapidement remplacé par une véritable avalanche de conversations. Ça crie, ça s’interpelle et ça commente à tout va, tandis que les plus honteux crient à l'acquittement, face à une troupe de Pokémons piqués au vif et soucieux de noyer l'affront qui vient de leur être fait.

''SILEEEEEEEENCE !''

Aussi bruyant que désespéré, le hurlement du Chapignon visant à ramener le calme aura au moins eu l'effet désiré. Les yeux pareils à des poignards fixés sur Martel, le Pokémon Combat semble prêt à la pulvériser sur place, mais avant qu'il ne puisse rouvrir la bouche, un second cri encore plus puissant que le sien vient ébranler le bâtiment. Dans le même temps, un coup de tonnerre étouffé se fait entendre.

''DEGAGE ! FATAL-FOUDRE !''

''Mais qu'est-ce que...La séance est ajourné ! Tout le monde avec moi, il y a un problème prés de la chambre froide !''

Répondant à l'appel de son chef auto-proclamé, l'assistance se regroupe en une masse informe, qui s'engouffre par la double-porte du réfectoire à la suite d'un Chapignon furibond. Seul reste dans la pièce Cael, les deux chromatiques....et le Pandarbare.

''Euh...Vous n'allez pas les aider ?''

''Ne me prends pas pour une truffe, petit. Je ne vais pas vous laisser seuls avec lui. On va tous attendre bien gentiment qu'ils reviennent. Et à ce moment là, je n'aimerais pas être à la place de votre dresseur, j'ai rarement vu Chapi énervé comme ça.''

Et sans plus de cérémonie, le panda géant se laisse tomber prés de la table. Le sol tremble sous sa masse, tandis qu'il reste là, juste à portée de la chaise de Cael. Si dans un premier temps Mithos semble un peu dubitative sur la marche à suivre, il finit néanmoins par se rapprocher de sa soeur avant de lui asséner un petit coup sur l'épaule.

''J'ai une idée''

''Pourquoi faire ?

''C'te question, pour se débarrasser de ce gros tas de poil, évidemment !''


''Mais...''

''Écoute, s'il revienne, Cael aura des problèmes, c'est ce que tu veux ?''

''No..Non...J'veux pas...''

''Bon, alors tu m'aides !''

Quelques messes basses plus tard, c'est une Posipi légèrement tremblante qui se rapproche du Pandarbare, avant de lever vers lui de grands yeux un peu embués. Affectant de ne pas la voir, le Pokémon Ténèbres ne peut néanmoins ignorer ce regard insistant très longtemps.

''Quoi?''

''Euh..Je me demandais..Ça fait quoi d'être aussi fort et aussi grand que vous ?''

''...''

''Parce que moi, j'suis petite mais vous, vous êtes super grand et tout, alors...''


''Ne te fatigue pas et reste à ta place *SBUM* ''

Sans même se retourner, les yeux à demi-clôts le Pandarbare se contente de lever la patte pour intercepter Mithos : Malgré sa tentative d'attaque dorsale, le Negapi se prend de plein fouet la grosse paluche du panda impassible et ce dernier n'a besoin que d'une torsion du poignée pour envoyer voltiger le Pokémon électrique sur le plancher de la salle. Mithos finit ainsi sa course contre l'un des murs tête-bêche, complétement sonné. En quelques bonds rapides, Martel s'est déjà rapproché de son frère et après s'être penché vers lui comme pour vérifier son état, revient vers son interlocuteur, les yeux bien plus humides. De plus grosses larmes commencent même à couler, avant de s'écraser sur le sol carrelé du réfectoire. Et si le Pandarbare se contente de la fixer au début, ses pleurs qui redoublent finissent par le mettre étrangement mal à l'aise. Agenouillé devant la petite Posipi, le gros Pokémon tente maladroitement de stopper le déluge.

''Sniff...Par..Pardon...je voulais pas...le faire...mais...il m'a...forcé, et puis...''

''....Je ne t'en veux pas, petite. Et désolé si j'ai été un peu brusque avec ton ami.''


''C'est pas...''

''Hm ? Qu'est-ce que tu as dit ?''

''C'est pas...mon ami.''


En un éclair, les larmes ont disparues et Martel a bondit en avant, pour se réceptionner d,une pirouette sur la tête du géant. Si ce dernier était penché vers elle, il se redresse par réflexe, avec un grognement de surprise.  Mais avant que ses pates ne puissent chasser la petit bestiole qui trône sur son crâne, les joues de cette dernière se mettent à crépiter. Juste au-dessus des deux adversaires, un masse sombre fait son apparition depuis le néant, une seconde avant qu'un éclair colossale ne tombe droit sur le Pandarbare !

''Fatal-foudre !''

''Oooooooorgh....''

Boosté par le Coup d'Main discret de Mithos, L'attaque aurait probablement pu alimenter le réfectoire en électricité pour une semaine ! Légèrement fumant , le Pandarabre conserve son équilibre un instant...vacille un peu...puis s'effondre à plat ventre sur le sol du réfectoire, tandis que Martel se laisse tomber à terre sans dommage.

''C'est mon andouille de frère.''

Rapidement rejointe par un Mithos complétement sonné, la chromatique  se retourne alors vers Cael, toujours attaché. Et si le Ranger la regarde avec des yeux ronds, cela n'empêche pas la Posipi de se jeter dans ses bras endoloris par le frottements des cordes, une fois ces dernières tranchées par les petites quenottes du duo.
Prochaine épisode des aventures du duo ''En Noir et Blanc'' : Le sauvetage du coPAIN !

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Lun 21 Déc - 18:17
Ginji Labelvi
      Feat. Cael Joy



«  Metal Gear Sandwich »


Ginji

Brr, qu'est-ce que j'ai froid... C'est la DERNIERE fois que je me fais enfermer dans une chambre froide contre mon gré. Et attaché à une chaise, aussi. Comment ça, ce que je dis est complètement idiot ?! Je ne vous permets pas ! Je suis convalescent, je vous rappelle, alors je dis ce que je veux !

Maygta, qui, pour une raison obscure, s'est retrouvé sonné, reprend peu à peu conscience, et ne tarde pas à se relever. Il a l'air d'avoir pris de sérieux dégâts. Malheureusement, je n'ai pas mon sac, je n'ai donc pas d'objets de soin pour lui... Dommage que je n'ai pas de baies Oran à ma disposition...

… Euh, deux secondes Ginji. Tu sais où tu te situes, pour info ? Dans une cuisine. Et que trouve-t-on dans une cuisine ?... Bingo. Alors reprends une narration à la première personne, et vas plutôt chercher de quoi soigner ton compagnon, au lieu de perdre ton temps en pensées inutiles comme tu sais si bien le faire.

Comme je connais très bien les lieux, je ne tarde pas à mettre la main sur le sac où Mama Odie range habituellement les baies. Quelques secondes me suffisent pour trouver trois baies Oran, que j'amène à Maygta. Le Motisma les avale en quelques secondes, et semble aller un peu mieux. Et Zelf ? Il n'a pas l'air en trop mauvais état. Malgré tout, je lui propose quand même une baie, mais le Lainergie refuse d'un mouvement de la patte. Je souris, fier de voir ce Pokémon devenu si robuste, mais passe rapidement à autre chose lorsque les portes de la cuisine s'ouvrent brusquement... Sur les Pokémons de Mama Odie. Oh. Euh... Bonjour ?

« -... Dîtes, vous êtes sûrs de ne pas vouloir faire la paix ? C'est cool, la paix. Vous nous laissez piocher deux trois trucs dans le frigo, on vous aide à tout ranger, et chacun rentre chez soi dans la joie et la bonne humeur !... Nan ?... Vraiment pas ?.... Pfffff, z'êtes pas très coopératifs, hein. Je vous croyais plus souple, les gars ! Qu'est-ce qu'il vous est arrivé, pour que vous deveniez comme ça ?  »

Bien que mon petit discours a eu pour effet de les scotcher sur place quelques secondes, les Pokémons combats ne tardent pas à taper du poing en s'approchant vers nous avec leur air menaçant. Tiens, j'ai bien envie d'éternuer, môa. Comment ça, ce n'est pas le moment ?! Dîtes, mais vous allez arrêter de me contredire, aujourd'hui ?! Si ça continue comme ça, j'arrête le rp ici ! De toute façon, j'ai dépassé le minimum des trois cents mots requis, donc si j'expédie tout comme ça, personne ne dira rien !... Argf, faut vraiment que j'arrête de déformer le quatrième mur, si je ne veux pas aggraver ma poisse.

Je lâche soupir, puis échange un regard avec Zelf.

« -... Il fait un peu sombre, non ?  »

Le Lainergie ne semble pas comprendre le sens de ma phrase dès le début, mais l'information lui parvient au cerveau au moment où le Chapignon se jette sur Maygta. Accumulant alors l’électricité dans l'extrémité de sa queue, Zelf fait luire la petite boule au bout de celle-ci, avant de brusquement illuminer la pièce d'une couleur blanche. Juste de quoi rendre Leonidas définitivement aveugle. Bien évidemment, en prévision de l'attaque, j'ai fermé les yeux et me les suis protégé à l'aide de mes bras. Maygta, lui, ne craint pas vraiment la luminosité, et s'en sort relativement mieux que les Pokémons Combats qui, éblouis, se marchent dessus avant de chuter tous ensembles sur le beau plan de travail de Mama Odie. Du moins, c'est ce que je constate quand la lumière s'estompe subitement, c'est-à-dire au moment même où Cael franchit les portes de la cuisine, accompagné de ses deux Pokémons Electriks. Encore un peu tremblant, et les yeux toujours rouges, je souris au Phyllali.

« -... Le verdict est tombé, ils abandonnent les charges à notre encon.... ATCHA !... tre.... Le débat a été très intéressant, et extrêmement argumenté.  »

Profitant du fait que les Pokémons Combats soient avachis les uns sur les autres, je me précipite vers Cael et le pousse en dehors de la cuisine pour le faire sortir au plus vite, suivi par Zelf et Maygta. Constatant la présence d'un magnifique Pandarbare gisant sur le sol, encore fumant, je lance un regard suspicieux au Posipi et au Négapi de Cael, avant de me diriger droit vers la sortie. Ouvrant en grand la porte, j'invite Cael à me suivre dans le couloir.

« -Ils vont se relever d'une minute à l'autre, donc 'vaut mieux se faire la malle en vitesse !  Je suis peut-être affamé, mais je tiens quand même un peu à la vie.... »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Sam 16 Jan - 8:10
Okay..Okaaaaaay. Ça doit être le manque de nourriture..ou d'oxygène parce que mes liens étaient trop serrés...C'est une hallucination, c'est sûr. Sinon, c'est que je viens de voir Martel fumer littéralement un Pandabare comme un simple jambon ( Du panda fumé...J'me demande si ça aussi, ça a le goût du poulet). C'est juste trop improbable pour être vrai, donc dans le doute, je vais me contenter de caliner la petite Posipi blanche, qui semble follement heureuse de me revoir. Son frère n'est d'ailleurs pas en reste, et ne tarde pas à réclamer sa part de félicitations...Je sais pas ce qu'ils ont fait depuis mon kidnapping par les Pokémons de Mama Odie, mais si on m'avait dit que ces deux-là parviendraient à me sauver...

''Merci, vous deux...Et Ginji ?''

Double hochement de dénégation de la part des chromatiques...Génial, maintenant, il va falloir que je retrouve coPAIN. Tout en évitant cette horde enragé, pour ne rien arranger ! Je me demande bien où ils l'ont emmenés, d'ailleurs, mais il y a peu de chances que ça soit là, où se trouvent les frigos de Mama Odie. Mission de sauvetage lancée, alors ! Première étape, trouver un moyen de se déplacer discrètement.

''Suivez-moi, tout les deux...Et pas un bruit. S'ils débarquent, on ne se pose pas de questions et on court, compris ?''


Inutile de le dire deux fois à Martel, qui se blottit même davantage contre moi, avant que je ne la dépose à terre. Elle se place instantanément derrière mes jambes, avançant à petits pas en synchro avec moi. Mithos , quand à lui, à pris un peu d'avance et jette un coup d'oeil à chaque coin de la pièce, avant de nous indiquer que la voie est libre. Progressant dans les couloirs, le silence est totale...C'est trop calme… J'aime pas trop beaucoup ça… J'préfère quand c'est un peu trop plus moins calme (Silence, les copyrights, on vous a pas sonnés !).

*BANGBADABANG*

Ah...Ça, c'est Ginji ! Je reconnaitrais le bruit de cette tornade de malchance qui dépasse même la mienne, dusse-telle provoquer un séisme à l'autre bout du monde. Et ce bruit provient...des cuisines ! Je le savais, si on cherche un coPAIN, il suffit de le chercher dans son environnement naturel, c'était évident. C'est donc en coup de vent, et accompagné de mes deux Pokémons que je pousse brusquement la porte du-dit territoire. Territoire jonché de Pokémons qui se marche dessus, se viandent proprement, tentent de se relever et retombent à terre à cause des tentatives de leurs collègues. Sans attendre, Ginji m'a dépassé et me traine à sa suite vers la sortie...Hep, hep, hep !

''Ah non ! On est pas passé à travers de tout ça pour rien ! Toi aussi, t'as un honneur de coPAIN à défendre. Si on part maintenant, c'est eux qui auront gagné. Les cuisines devraient être libre et accueillantes pour tout les élèves du monde. Un lieu de paix, d'amour et de chocolat à volonté...Pas un tribunal et une prison pleine de type Combats cinglés ! C'est juste contre-nature de faire ça. Et puis en plus, ils savent trés bien que c'est une question de vie ou de mort, pour nous. Ça fait combien de temps que tu n'avais rien avalé? Trois heures ? Plus ?  Si on était resté dans nos dortoirs, le ventre tiraillé par notre faim légitime, tu imagines ? Qui sait ce qui aurait pu se passer si on avait pas braver le danger pour venir grignoter un petit truc ! En plus, il n'y a pas de tunnels qui permet d'arriver directement des dortoirs aux cuisines, alors on doit agir de nous même, c'est déjà assez dur !...Pour les coPAINS du monde entier, nous devons faire front. Pour eux, nous devons lutter contre l'oppression et le mal qui pensent pouvoir nous priver de notre droit le plus fondamental...Celui de MANGER. Alors même contre les éléments déchainés....Même contre Arceus et tout le Panthéon...Même contre une horde de Spectres affamés....Même contre ces monstres, qui veulent nous enlever le pain de la bouche...coPAIN un jour, coPAIN toujours !''

Pendant que Martel me contemple avec les yeux pleins d'étoiles et que Mithos facepalm avec consternation, je me rends compte que je me suis même mis à crier pendant mon discours. C'est la flamme de l'appétit qui me guide, on ne juge pas !

''Pour le moment, ils ont eu la main. Mais ils oublient un détail...Cet endroit...C'est autant NOTRE terrain que le leur, voir même plus. Et il ne faut jamais attaquer un Ranger sur son terrain...''

Avec un sourire maléfique, c'est à mon tour d'entrainer Ginji derrière moi, jusqu'à L,un des couloirs de services du bâtiment. Vu la taille de ce dernier, on les verra arriver de loin s'ils nous retrouvent...De quoi me donner assez de temps pour exposer mon plan : D'abord, un appât pour les attirer vers la porte Principal. Ensuite, une diversion pour les amener à rouvrir la porte en question. Puis, on les pousse dehors et on verrouille tout les accès. Et après s'être rempli la panse, on évacue le bâtiment en utilisant une autre diversion.
Pour la première étape, je crois que j'ai ce qu'il nous faut...Lucki lui même à du mal à attraper mon duo de chromatiques déchainés lorsqu'ils décident de faire des bêtises, alors une troupe de Pokémons enragés...Ne me faites pas rire.

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Lun 7 Mar - 19:39
Ginji Labelvi
      Feat. Cael Joy



«  Metal Gear Sandwich »


On ne peut tout simplement pas rester ici ! Hier, c'était des simples corvées de ménage, aujourd'hui, c'est l'emprisonnement... A ce rythme, les Pokémons de Mama Odie vont bientôt  nous condamner.... AU REGIME ! C'est suicidaire, de les laisser nous remettre la main dessus ! Je suis pas venu dans les cuisines pour finir à la diète, môa ! Je suis bien trop jeune pour ça !

Maygta et Zelf sur les talons, j'entraîne Cael et ses deux Pokémons en dehors de la cuisine. Mais le Nympahli Phyllali ne l'entend pas de cette oreille, et se libère brusquement de mon emprise avant que l'on ne franchisse les portes du réfectoire. Je m'arrête et me retourne, surpris, alors qu'il commence sa tirade...

Au début, je suis surpris par le ton qu'il emploie, mais la beauté de son discours reprend bien vite le pas sur mon incompréhension. Cela va faire combien de temps que je n'ai pas mangé ?... Euh... A en juger par le grognement qu’émet mon estomac, je dirai approximativement quatre heures, seize minutes, douze secondes et vingt-huit centièmes.... Attendez, ça va faire tant que ça ?!

Cael a raison. On ne peut tout simplement pas se laisser faire... Si on baisse les bras maintenant, c'est l'hypoglycémie assurée ! Et... Et pour ça aussi, je suis bien trop jeune ! Je ne veux pas avoir à connaître une telle souffrance ! Je ne suis qu'un gentil petit Ginji innocent et affamé, pourquoi donc devrait-on m’interdire de manger ?!

« -Ca... Cael....  »

Ému, j'en viendrai presque à essuyer une larme au coin de mon œil. Je ferme les yeux quelques instants, me concentrant sur ses paroles sages, profondes et lourdes de sens (… Comment ça, elles se résument à « BOUFFE »?!), puis les rouvre avec un regard déterminé.

« -Je suis désolé, je ne pensais pas que... T'as raison ! On va leur montrer avec quel bois on chauffe notre barbecue spécial grillades avec assaisonnement à base de graines de Feuillajou, sauce Tomato et frites maisons !  » *bruit significatif d'estomac* « … Je te suivrai jusqu'au bout !  »

… Ah bah, même si je n'aurai pas été d'accord, j'y aurai sûrement été obligé, puisque j'ai à peine terminé de parler que Cael m'entraîne avec lui dans l'un des couloirs du bâtiment. On repart jouer à cache-cache ? Mais on a bien vu que ça ne marchait pas très bien, non ?...

Fort heureusement, le plan du Ranger est tout autre. On attend qu'ils sortent, on les attire près de la porte, on leur claque cette dernière au nez, on MANGE (Je sens que je vais bien aimer cette partie là), puis on se tire en quatrième vitesse. Hmm... La question, maintenant, est : les Pokémons de Mama Odie auront-ils suffisamment de bon sens pour ne pas défoncer la porte à coups d'attaques Combats, ou la haine qu'ils ont accumulé suite à leur succession d'échec dans leur tentative de nous arrêter ne va-t-elle pas prendre le dessus ?... Pourquoi je me doute de la réponse ?... Et pourquoi elle ne me plaît pas ?...

Non parce que, c'est bien beau de les enfermer dehors, mais je suis sûr qu'une ou deux attaques Poing-Karaté et hop ! Plus de porte. D'autant plus qu'à tous les coups, ils connaissent des passages secrets menant droits vers la cuisine... Et si ça se trouve, peut-être même que ces fameux passages secrets nous permettront, plus tard, d'arrêter une invasion de zombies accrocs au chocolat qui tentent d'assaillir le réfectoire pendant le banquet d'Halloween !

... Pfff, 'faut vraiment que j'arrête de penser à des idioties pareilles, môa. Des zombies accrocs au chocolat, non mais n'importe quoi...

« -Hmm... Tu crois vraiment que ça va suffire à les arrêter ? Surtout qu'il y a masse de fenêtre! Ça va prendre un temps fou, pour tout barricader... Et puis, c'est vachement risqué. Si ça tourne mal, ils vont vite avoir notre peau. Non pas que je sois sûr que ça va foirer, hein! Ce n'est pas non plus comme si tout ce que l'on entreprend a tendance à partir en live, de toute façon ! ... Euh, wait...  »

Ah la la. Je critique, je critique, mais je n'apporte aucune solution ! Pourtant, il doit bien y en avoir une... Il est tout bonnement inutile de les assiéger, de toute façon, ils ont les réserves de nourriture, et ils sont bien trop nombreux -et vivaces- pour que l'on parvienne à tous les neutraliser... Et le plan de Cael est bien trop risqué ! Je ne veux pas finir à la diète, môa ! Hors de question de tenter le coup !

Les portes de la cafétéria s'ouvrent alors brutalement, laissant place à notre armadas de Pokémons Combats favoris, et coupant court à mes réflexions.

« -... OK, VA POUR TON PLAN.  »

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Mer 13 Avr - 2:41
Faites sonner les trompettes ! De toute l'histoire des coPAINS, ceci sera la bataille finale ! Un affrontement ultime, avec pour enjeu, rien moins que la domination globale et définitive des réserves de la cuisine ! Je me rappelle plus trop ce que je viens de déclamer devant Ginji, mais àa sonnait super bien, c'est tout ce qui compte ! Pour le moment, le plus important, c'est qu'il soit convaincu et qu'on ne se laisse pas marcher sur les pieds : C'est vrai, quoi, deux coPAINs dans une cuisine à 1h du matin, ce devrait être quelque chose de légalement autorisé et même encouragé ! On va se battre pour nos droits jusqu'à ce que cette bande de tête de pioches comprennent qui sont les plus affamés, ici.
Même l'estomac du Voltali est de mon coté, et avec un tel allié, aucune chance pour que mon plan échoue. Attention les types Combat, ça va barder !
Tout au subtilité de mon plan, il se pourrait que j'omette quelques détails mineurs (Le nombre de nos assaillants, leur potentiel destructeur, le fait qu'ils connaissent les lieux encore mieux que nous, l'absence de la majorité de nos équipes respectives....J'ai fait le tour ?), mais c'est bien connu quand les héros sont motivés, rien ne peut les arrêter. Même contre vents, marées et une armée de Jackie en colère (Non, je ne suis pas suicidaire !), nous allons faire front et nous allons gagner !

''...Non pas que je sois sûr que ça va foirer, hein! Ce n'est pas non plus comme si tout ce que l'on entreprend a tendance à partir en live, de toute façon ! ... Euh, wait...''

''Pas de défaitisme, Ginji ! On a bien réussi à traverser deux ou trois coups durs, alors celui-là, ce sera comme les fois précédentes.''


Quelqu'un? Non? Bon, ben tant pis, c'est moi qui m'y colle...Alors, résumons : la première fois que vous êtes entrés dans les cuisines, c'était le soir de l'attaque de la Team Rouage...Ensuite, il y a eu la Saint-Valentin avec le Leviathor, les événements de cet été, votre mission à Kanto et ses conséquences fâcheuses...et maintenant, vous vous retrouvez en plein nuit, traqués par des types Combat aux intentions relativement peu pacifiques....Non, c'est vrai, je ne vois absolument pas ce qui pourrait partir en live, tiens.
Et malgré la flamme qui brûle en moi tel un cosmos affamé (Par l'Appétit infini !), je ne peux qu'admettre que Ginji n,a pas totalement tort...Un plan légèrement plus précis nous vitera un aller simple pour la case prison, sans obtenir la moindre miette.

''Si tu as une mei...''

*CRAAAAAAAAAAAAASH*
.
"-... OK, VA POUR TON PLAN. "

Décidemment , les coPAINS, ça change d'avis comme de chemise. Sauf que là, j'vais lui emboîter le pas, je crois : La porte qui vient de claquer avec un bruit de tonnerre, révèle une horde furieuse, qui, Arceus merci, ne peut nous foncer dessus de front, du fait de l'étroitesse du couloir. Tétanisés, nous voyons ainsi les types Combats qui se marchent littéralement de ssus, une seconde avant qu'une silhouette imposante ne fasse son apparition derrière eux : Même s'il fume encore légèrement, la manière dont le Pandarbare mâchonne sa tige de bambou à moitié grillée suffit pour comprendre qu'il est TRÈS énervé.  tel point qu'il envoie presque valdinguer le Chapignon et ses confrères contre un mur, pour se frayer un passage dans notre direction. Le temps d'un regard à Ginji...

''...On court ! Mithos, Martel, Etincelle !''

Soutenus par les Pokemons du Voltali, le duo chromatique libère une myriade de flashs étincelants, qui viennent ajouter à la confusion lorsque les pattes du Pandarbare se referment sur du vide ! C'est le moment de se transformer en courant d,air, Ginji, suis-moi !
Avec la porte arrière complétement barré et la cafeteria inaccessible, il ne nous reste plus qu'une seule issue : Passer directement par la cuisine.
Guidant le Voltali (Il doit s'agir du seul endroit au monde, où il est impossible que je me perde) au travers des couloirs, nous finissons par atteindre une porte métallique, que mon camarade s'empresse d'ouvrir. Une fois à l'intérieur, je ne prends même pas la paine d'allumer la lumière et me jette sur le battant qui débouche sur la salle à manger...Une fois sortis de là, on pourra facilement passer par une fenêtre et....Porte fermée.

''Rah non, pas maintenant * Bunk*...Aieuh !''

Même un coup de poing rageur (Et trés douloureux) sur le panneau de métal ne semble pas suffir pour convaincre celui-ci de se mouvoir.

''Désolé coPAIN, on dirait que je ne ai mené dans un cul-de-sac...C'est la fin.''

Ils vont nous avoir et on va finir au r...re...non, c'est trop atroce, je ne peux pas prononcer ce mot. Ce sera pire que tout et déjà, l'écho des pas lourds de la troupe se fait entendre dans le couloir que nous venons de quitter. Cette fois, on est foutus...

''Piiii ! Pi pi, POSI-pi !''

Qu'est-ce que...EN un éclair, Martel s'est hissé sur un chariot et nous invective copieusement, Ginji et moi, avant de désigner de ses petites pattes les différents plans de travail qui remplissent la pièce. Que veux-tu qu'on y face ? On pourrait se goinfrer rapidement, ce serait le dernier repas du condamnés, c'est vrai, mais...
En plus, avec ce qui traine encore sur les tables, c'est vrai qu'on aurait largement de quoi se préparer quelque chose de super bon. Y'a même une énorme Baie Willia sur une planche à découper, ça me rappelle la fois où...

''...Ginji. Je sais que pour le moment, on a pas vraiment eu de chance. Mais là...Tiens cinq minutes. Tu les retiens pendant cinq minutes et je te jure qu'ils vont passer une aussi mauvaise soirée que nous! ''

Laissant Mithos aux cotés du Voltali médusé, j'embarque sa soeur a toute vitesse, pour me précipiter vers le plan de travail et son énorme baie. Le temps d'en évaluer la taille...Largement ce qu'il me faut. Il est l'heure de retrousser ses manches !

''Martel, trouve-moi des capres et des baies Tamato...Tu sais, celles qui piquent très forts !''

Pendant que la chromatique s'empresse d'ouvrir le frigo, j'en profite pour fouiller à tâtons l'un des placards. La dernière fois, elle l'avait rangé là...Ah, le voila !

''Piment ''Ghost'', spécial Mama Odie...Autant y aller franchement !''


Et pour y aller, on peut dire que ce n'est pas de main-morte dans mon cas : Une fois que j'ai ouvert la baie, je déverse la moitié de la poudre rouge contenue dans le petit flacon, avant de touiller vigoureusement. Chaque ingrédients amenés par Martel rejoint le magma bouillonnant qui commence même à frémir...C'est normal que j'ai aussi chaud ? Au moment d'ajouter les baies Tamato, plutôt que d'en enlever la peau encore plus épicée que la chair, je me contente de les presser pour les ajouter à la préparation.
D'habitude, la recette de Noé peut assommer un client si elle est mal préparé. Mais avec ce que je suis en train de faire, j'espère que ces types Combats ont le coeur bien accroché...Même un Heatran aurait du mal à avaler ça !

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Ven 1 Juil - 17:56
Ginji Labelvi
      Feat. Cael Joy



«  Metal Gear Sandwich »


La feuille de bambou que mâche un Pandarbare, c'est toujours la même, ou il en change chaque jour ?... Non parce que, si c'est la première option, alors je comprends pas comment il fait pour la garder en si bon état après toutes ces mastications, et si c'est la deuxième, alors... Ça voudrait dire qu'il a une culture de bambou quelque part sous l'académie ?! Peut-être que le Pandespiègle de Niki est au courant de quelque chose à ce sujet... Hmm, c'est une affaire à creuser...

'Fin, si je suis encore en vie pour ça, bien sûr. Parce que le dit Pandarbare qui m'a amené à me poser ces interrogations n'ayant strictement aucun intérêt avec la situation actuelle s'approche en ce moment même de Cael et moi pour nous... Faire un gros câlin ! Pas vrai ? Je suis sûr que c'est ça !... Oh, quelque chose dans le regard de coPAIN me dit que je fais une erreur quelque part...

Cael réagit au quart de tour, et demande à ses Pokémons d'attaquer afin de repousser les assauts du Pandarbare. Je sens sa patte géante se refermer au dessus de la mienne de justesse lorsqu'il arrive à notre hauteur à une vitesse fulgurante, tandis que le Phyllali m'entraîne avec lui jusque dans les cuisines. Maygta et Zelf me suivent sans attendre plus longtemps, le Motisma en profitant d'ailleurs pour tirer la langue au panda géant. Pas dit que cela soit une bonne idée de le provoquer, déjà qu'il est plutôt vénère, mais j'ai pas vraiment le temps de jouer au dresseur pédagogue, là...

Je pousse une porte, Cael une deuxième, et nous finissons par arriver face à une dernière porte... Fermement fermée. Ceci n'est pas une répétition absurde. Et elle n'est pas prête de céder, visiblement, puisque même le coup de poing dévastateur de Cael contre celle-ci n'a aucun effet ! Pire que ça, c'est même Cael qui a subit des dégâts ! Depuis quand les portes connaissent-elles l'attaque Contre ?!... Pardon ? Sarcasme ? Non non, pas du tout.

« -... Ce n'est pas grave, coPAIN. Nous étions condamnés dès la naissance, de toute façon. Sache que ce fut un honneur d'avoir vécu toutes ces aventures à tes côtés. La fois où nous  nous sommes faits agresser par des Rouages, lorsque nous avons été poursuivi par un fou furieux dans leur base après que je me sois fait kidnapper, quand nous avions été tous deux transformés en Pokémon et que nous avons souffert le martyr pour parvenir à retrouver nos Pokémons et revenir sur Cobaba.... Tous ces superbes moments resteront gravés dans ma mémoire à tout jamais et... CoPAIN, tu m'écoutes ?   »

Apparemment, non, puisque le discours de son Posipi paraît plus intéressant. Pff ! Puisque c'est comme ça, je me tais ! Na ! Et tu peux toujours rêver pour que j'aille retenir les Pokémons de Mama Odie cinq minutes afin d'avoir la vie sauve ! Qui a besoin de ça, de toute façon, hein ?... Euh...

Le manque sommeil et la faim ne me font VRAIMENT pas du bien.

« -Cinq minutes genre vite fait, ou cinq minutes genre trois cent soixante secondes et pas un centième de moins ? Non parce que c'est pas vraiment la même chose, et si tu veux mon avis, je crois que je vais pas réellement avoir le choix sur la durée...   »

Un regard blasé de Mithos en ma direction, et je lâche un soupir. Même quand Oz n'est pas là, j'ai l'impression de passer ma vie à me faire sermonner silencieusement par des Pikachu-like... Je hausse les épaules, et d'un mouvement du menton, invite Zelf et Maygta à me suivre dans le réfectoire, lâchant néanmoins quelques dernières paroles à Cael en sortant.

« -C'pas parce que je suis Spé Elek que j'ai forcément envie de taper tout le monde hein. J'espère que t'en es conscient, coPAIN !  »

Visiblement, son Négapi m'a été assigné, et combattra donc à mes côtés le temps de ces trois cent soixante secondes. Oh, d'ailleurs, c'est cinq minutes dès lors qu'il m'en a donné l'ordre ou cinq minutes après le début de l'affrontement ?... Oui oui, ça va, j'ai compris, je vais taper les gros pas beauuuuux...

Au moment où je quitte la cuisine pour arriver dans le réfectoire, quelque chose passe à toute vitesse devant moi, et m'aurait probablement percuté si j'avais fait un pas de plus. Je m'arrête net, et observe la porte du réfectoire qui va se fracasser contre le mur en face de l'entrée... Puis tourne la tête en direction de cette dernière, où se tient le magnifique spécimen de Pandarbare de Mama Odie. Les autres Pokémons Combats de Mama Odie se trouvent derrière, en sale état, mais toujours aussi énervés. Cinq minutes, je dois les retenir cinq minutes....

« -Maygta, utilise Vent Mauvais pour les repousser, Zelf, Cotogarde, Mithos, utilise Photocopie sur Zelf !  »

Les Pokémons obtempèrent, et mon Motisma commence en déclenchant une immense bourrasque qui a plus pour effet de faire reculer les Pokémons adverses que de leur infliger des dégâts. Pendant ce temps là, Zelf et Mithos peuvent augmenter grandement leur Défense sans craindre d'attaque surprise, ce qui leur permettra de bien mieux encaisser les capacités physiques de ces Pokémons Combats pour le moins retords. Nous serons le mur infranchissable qui sépare les assaillants des cuisines ! Et ce pendant encore quatre minutes et vingt huit secondes !

Le temps aux Pokémons Combats de se relever (Ils auront passé la soirée à se marcher dessus, au final), Maygta parvient à placer une attaque Clonage, au prix d'une bonne partie de ses points de vie. Zelf, quant à lui, utilise la capacité Mur Lumière afin de réduire les dégâts infligés par d’éventuelles attaques spéciales, et c'bon, nous voilà avec une couverture défensive tip top !

C'est ainsi que les Pokémons de Mama Odie s’affairent à attaquer les trois Pokémons Electriks, sans  pour autant parvenir à les faire reculer d'un pouce. La plupart du temps, c'est Zelf, désormais le plus apte à encaisser les coups, qui s'interpose au milieu des attaques, mais il arrive qu'il soit remplacé par Mithos ou Maygta lorsque seule la défense spéciale est requise. Tour à tour, ils tentent de repousser les assaillants, mais cela ne suffit malheureusement pas à arrêter le Pandarbare qui, énervé, parvient à nous faire reculer petit à petit avec des assauts de plus en plus violents. Une bonne nouvelle malgré tout : tous les autres Pokémons ont finalement cédé sous le poids de la fatigue, et jonchent actuellement le sol du réfectoire dans lequel il est désormais impossible de rentrer sans marcher sur l'un d'eux.

Maygta, Mithos, Zelf et moi-même finissons malgré tout acculés contre la porte menant aux cuisines, et c'est presque un cri de détresse que je lance à l'intention de Cael alors le Pandarbare se dirige vers nous en tapant du poing.

« -... Caeeeeeeeeel ? T'as bientôt fini ? Ça serait cool,  parce que moi aussi, je suis bientôt fini, je crois.  »

Et devinez qui débarque à la rescousse ? Le coPAIN ! Qui sort de la cuisine aux côtés de Martel, victorieux, et qui tient dans sa main l'objet de notre salut !... UNE BAIE TOMATO ?! SERIEUSEMENT, COPAIN ?! TU T'ES CRU LE JOUR DE NOTRE RENCONTRE OU QUOI?!.... Ooooooooooooooooooooh, d'accord. Tu veux la jouer comme ça ? T'es sûr ? Parce que c'est un peu radical, quand même... Oh et puis tu sais quoi, j'en ai marre de toute cette histoire, môa !

« -Ok ! File moi ça, je sais quoi faire avec ! »

Sans lui laisser le temps d'en placer une, je lui arrache la Baie Tomato fourrée à un truc qui doit brûler very beaucoup très, et la tend à Maygta. Puis je pointe du doigt la tige de bambou présente dans la bouche du Pandarbare, avec un grand, TRES GRAND, sourire....

« -... Tourmagik.  »

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2329
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Sam 2 Juil - 4:29
''Chaud devaaaaant !''

C'est pas une expression, laissez passer, c'est brûlant ! J'ai peut-être un peu exagéré avec cet espèce de poudre rouge (Y'avais un espèce de trou noirci sur la table, là où j'en ai renversé un peu...Sûrement une coincidence), ça, je dis pas, mais en attendant le résultat est là : La chose qui vibre entre mes mains exhale autant de chaleur qu'un Volcaropod et elle est probablement au moins deux fois plus explosive. Le temps d'ajouter l'ultime ingrédient, des pelures de baie Chocco, (Pourquoi Mama Odie a mis une tête de mort avec deux os croisés sur ce bocal ?) à mon oeuvre et c'est prêt !
Derrière mon assistante Posipi et moi, c'est un véritable carnage qui  résonne dans tout le bâtiment. Apparemment, Ginji a bien fait les choses et pour le moment, le Voltali semble tenir bon. J'ai juste eu le temps de jeter un coup d'oeil rapide tout en mélangeant à toute vitesse les ingrédients et ça m'a suffit: Vous pensez qu'un Ranger en danger de mort, ça a le droit de lâcher un petit soupir de soulagement en voyant un Chapignon qui l'a menacé dix minutes plus tôt s'effondrer à terre, complétement assommé ? J'avais pas avoir la Fédération Ranger sur le dos, on est bien d'accord ?
Quoi que, à bien y réfléchir, pas sûr qu'ils laissent passer ce que je m'apprête à faire. En comparaison, le Chapignon, ce sera juste le hors-d'oeuvre...

''... Caeeeeeeeeel ? T'as bientôt fini ? Ça serait cool,  parce que moi aussi, je suis bientôt fini, je crois.  ''


''T'inquiete pas, Ginji, Ranger à la rescousse ! Chargeeeez !''

Notre saint Graal en main, je me porte à hauteur du coPAIN qui commence a faiblir, ce pendant que notre CHER ami le Pandarbare continue sa lente avancée dans notre direction. Il a le poil grillée, son bambou est presque complétement consumé (ou consommé) et si Lucki était là, j'ose même pas imaginer l'aura qu'il me transmettrait. Cette bestiole rêve de galettes...Miam, miam, de bonnes galettes toute plates, aplaties, écrasés, pilées à la main l'une rose et l'autre jaune Pikachu.
Sauf qu'en arrivant à hauteur de mon compagnon d'infortune, ma bombe culinaire en main, j'avoue que...Ben, j'ai pas réfléchi au plan, après la préparation. Moi, je fais la cuisine, mais pour la suite, je pensais qu'on pourrais improviser sur le tas. Et apparement, c'est exactement ce que Ginji à l'intention de faire !
Lorsque le mot ''Tourmagik'' s'élève dans les airs et que le Motisma du Voltali commence à briller d'une lueur malsaine, je dois avouer que je retiens ma propre envie de sourire. Désolé mon gros, mais je sais ce qui va t'arriver et j'aurais presque pitié...J'ai dit presque.

*Glumps *

En un éclair, le bambou a disparu, remplacé par un énorme baie Tamato. Ouvrant désormais un four énorme devant cette apparition subite, le Pandarbare semble hésiter un instant, avant de refermer brusquement son énorme bouche, engloutissant au passage une bonne partie de la baie. Le reste de son contenu se met à couler le ong de sa bouche et de ses poils tandis que leur propriétaire reprend son avance d'un pas menaçant. Ginji n'a pas l'air très serein devant l'absence manifeste de résultats de notre plan, mais pour une fois, moi, je suis sûr de mon coup.Encore quelques secondes...

''…! BAAAAAAAAAAAAARE!''

J'ai une question: Théoriquement, si on parvient à transformer un type Ténèbres en type Feu, est-ce que c'est considéré comme un exploit scientifique ? Avec un hoquet de mauvaise augure, le Pokémon massif vient en effet de s'arrêter et affiche désormais un drôle d'air : Oscillant sur place, il déglutit de plsu en plus vite, ce pendant que les poils couverts de jus qui ornent sa poitrine semblent noircir et se racornir. Avec un grognement étranglé, la Pandarbare commence alors à agiter les pattes en tout sens et nous n'avons que le temps de nous jeter de coté, avant qu'il ne fonce en direction de l'un des plans de travail, pour se renverser une casserole pleine de soupe sur la tête (Snif, elle avait l'air bonne, en plus).
Bien essayé, mon gros, mais si tu crois que ça va suffir, c'est que t'as jamais gouté la célèbre ''Willia volcanique'' made in Noé...Version Cael, triplement plus épicée ! Tombant à quatre pattes, le Pandarbare commence alors à courir dans toute la cuisine, renversant au passage une partie des chariots dispersés ça et là, dans sa quête de quelque chose capable d'apaiser le volcan qui vient de remplacer son estomac. Si on ne l'aide pas un peu, il va probablement prendre feu dans moins d'une minute...

''Ginji, un coup de main ?''

En unissant nos efforts, mous parvenons tant bien que mal à ouvrir la porte directement reliée à la chambre froide (C'est moi ou coPAIN a un regard étrange, subitement ?), avant de nous écarter brusquement lorsque le Pandarbare bifurque brutalement pour se précipiter à l'intérieur. Son épiderme surchauffée commence immédiatement à réagir à la froideur ambiante et lorsque nous refermons la porte derrière lui, le nuage de brume qui commencait à faire son apparition a déjà complétement obstrué la petite fenêtre au sommet de cette dernière. Cette fois, c'est fini, Arceus ? Ils sont tous KO, on peut ENFIN profiter de notre récompense ? D'un ton aussi fatigué qu'affamé, je me tourne alors vers Ginji et reprends la parole.

''Les effets de la Willia volcanique vont durer un petit moment, mais il va probablement sortir de là tout seul. On devrait en profiter pour récupérer un maximum de trucs à grignoter et partir en vitesse. En plus, avec tout ça, j'ai encore plus faim qu'avant...Et promis, je cuisine rien d'épicé !''

_________________
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] 1529618029-cael
Metal Gear Sandwich [PV Ginji] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3057
Points d'Expériences : 3906
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   Lun 5 Sep - 15:51
Ginji Labelvi
      Feat. Cael Joy



«  Metal Gear Sandwich »


Il faut à tout prix que coPAIN commercialise sa Baie Willia Volcanique. En tant qu'aliment de survie ! Comme ça, le jour où vous naufragez sur une île déserte, il vous suffit de manger cette baie pour allumer un feu, dont les nuages de fumée se verront à des kilomètres à la ronde ! C'est pratique, non ?... Comme ça, ça n'arrive à personne, de naufrager sur une île déserte ?! Beuh ! Bien sûr que si ! Ça m'est arrivé plein de fois, môa ! Je ne vois pas ce qui vous pose problème...

La réaction du Pandarbare est pour le moins... Prévisible, parce que bon, c'est facile de deviner comment va réagir quelqu'un qui bouffe quelque chose de mille fois plus épicés que ce que pourrait supporter un être vivant normal, et fonce donc dans tous les sens en se faisant arracher un magnifique cri de douleur/rage/alerte/détresse, tel un coPAIN à qui l'on aurait donné un cookie, pour le lui retirer juste après. ('Fin, encore faut-il qu'il ne l'ait pas mangé entre temps) (Ce qui n'est pas vraiment évident) (Mais bon, vous voyez où je veux en venir) (Cette parenthèse est totalement inutile)

Renversant tables, chaises, casseroles et soupes (Adieu Wattouat, Ecremeuh, Gruikui et Poussifeu...), le Pokémon Combat et Ténèbres venant de débloquer une capacité encore plus rapide que Vitesse Extrême continue d'aller et venir dans la pièce, alternant entre cuisine et salle à manger, et bien trop occupé à courir en gueulant pour se soucier de nous. Tant mieux, on peut aller manger, maintenant !... Quoi coPAIN ? On doit encore s'occuper de lui ?! Mais... Mais c'est pas juste ! Il a déjà eu sa part ! Môa aussi, je veux manger quelque chose... ;w;

Cael se dirige vers la porte de la chambre froide, et m'invite à la tirer avec lui pour donner l'accès au Pandarbare. J'ai un léger frisson en le voyant faire, mais, ne pouvait laisser un coPAIN seul face à cette porte dangereuse et destructrice (Nous avons déjà vu comment ça s'est fini précédemment...) j'ai tôt fait de le rejoindre pour l'aider à ouvrir. Un courant glacé vient me faire serrer les dents, tandis que le Pandarbare remarque notre manœuvre, et se jette la gueule la première dans la chambre froide. Ah ? Il se rend de lui-même ? Cool ! Enfin il se montre coopératif !

Nous refermons aussitôt la porte, de laquelle s'échappe encore une légère brume. Le silence retombant complètement dans le réfectoire et ses alentours, je me laisse glisser le long d'un mur, complètement épuisé, et fatigué par tant d'émotions.

« -Bon sang, j'en peux plus... Je crois que je vais rester là et attendre de sombrer doucement dans un profond sommeil, afin de guérir mes muscles endoloris et de reposer mon esprit las.... Hein ? MANGER ?! »

Ne captant que la fin des propos de mon camarade, je me redresse brusquement, et me dirige vers le frigo que j'ouvre en grand. Alors, ananas, ketchup, pâtes, chocolat, viande... Je sens qu'il y a moyen d'improviser un bon truc une fois dans ma chambre ! Genre un espèce de concentré de jus de tous ces ingrédients qui accompagnera une belle assiette de gâteaux... Miamiaaaaaam ! Mon ventre, cesse donc de gémir ainsi, ta peine sera bientôt révolue !

Remplissant avidement mon sac, ma bouche, mon estomac et mon ventre, je vide les contenus de la cuisine sans le moindre scrupule suite aux mésaventures nous ayant permis d'arriver jusqu'ici. On a mérité notre récompense ! Surtout Zelf, je suis certain que son évolution l'a épuisé. Et Maygta a pris cher durant son combat contre le Pandarbare ! On va faire la teuf pour marquer le succès de cette mission laborieuse.

Après quelques minutes, nous sommes prêts à lever les voiles. Passant outre le bordel ahurissant qui fait désormais place sur les lieux (Les Pokémon Combat se chargeront de tout expliquer à Mama Odie, hein. Voila ce qu'il se passe quand on se croit permis de rendre justice soit-même ! ), Cael, nos Pokémon et moi-même quittons le réfectoire à grands pas, ne souhaitant pas nous attarder plus longtemps au risque que nos adversaires se réveillent.

Arrivé à la porte menant à la sortie du bâtiment, j'ouvre celle-ci discrètement et jette un œil à l'extérieur. Il règne un calme olympien au sein de l'académie, et nul ne semble se douter que deux coPAINs viennent de mettre la cuisine sens dessus-dessous, autant au sens propre que figuré du terme. En fait, je suis sûr que si qui que ce soit avait vu la lumière des cuisines allumées et entendu le boucan affreux qui en émanait, il aurait vite deviner ce qu'il s'y tramait, mais on dirait bien qu'Arceus a posé un voile magique sur les réfectoires en cette nuit glaciale et nous a accordé, pour une fois, sa bénédiction.

Les bras chargés, je me tourne vers mon compatriote rosé (Eh, ça sonne bien), et fais un bref hochement de la tête.

« -Soldat Cael, vous pouvez rompre les rangs ! Cette mission fut un franc succès. Certes, il y a eu quelques dégâts collatéraux, et du coup le succès n'a pas été si franc que ça, mais succès il y a quand même ! Je te dis à demain, parce que je meurs de froid et de faim, et que je veux vite retourner dans ma chambre. Et fais gaffe aux trous, hein ! »

Invitant mes Pokémon à me suivre, je me détourne, et prends la route en direction du dortoir Voltali.

Ce fut trop facile. *kofkof*

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Metal Gear Sandwich [PV Ginji]   
Metal Gear Sandwich [PV Ginji]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :