Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 3

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Paul Nyllis
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
Taille de l'équipe : 32/33
Région d'origine : Rosalia, Johto
Âge : 19
Niveau : 64
Jetons : 5563
Points d'Expériences : 2088
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
Paul Nyllis
est un Topdresseur Stratège
Mais quelle soirée d’Halloween ! Je n’en revenais toujours pas, en marchant au travers du parc pour retourner à mon dortoir. Le brave Kaiminus, bien rempli de toutes les sucreries qu’il s’était ingurgité, dormait, rêveur, dans mes bras. Par la même occasion, je tenais sa citrouille remplie à ras-bord de bonbons et de toutes sortes de choses ayant composé à un moment ou un autre le buffet. En y cherchant bien, j’étais presque certain de pouvoir y trouver un faux dentier en plastique. Bon, cela nous ferait des réserves de cochonneries si jamais j’invitais quelqu’un à ma chambre. Chose, qui ne risquait pas d’arriver avant longtemps, haha. Je pénétrais dans le dortoir Noctali et me rendait directement dans ma chambre pour y déposer Pokémon et confiseries. Je prends aussi le temps de souffler un peu. Je me frotte vite fait les yeux, il est vrai qu’il se fait tard… Ou tôt maintenant, je crois que je suis trop déboussolé pour me rendre compte de l’heure qu’il est. Et j’attrape mon sac-à-dos que j’enfile de suite. Trop fatigué, je n’enlève pas mon costume de chat noir et sors silencieusement de la chambre pour ne pas réveiller le dormeur.

Qu’est-ce qui m’a pris de lui donner rendez-vous après la soirée, hein ? J’aurais pu attendre le matin pour lui apporter son cadeau, vous ne croyez pas ? Mais, tous ces monstres autour de moi ont dû me faire tourner la tête et je l’ai invité. Idiot que je suis, j’aurais mieux fait d’être plus prudent. Je suis certain que quelqu’un a glissé quelque chose dans mon verre. Oui, bon… Pas la peine de chercher des excuses, c’est fait, c’est fait. On ne peut pas revenir en arrière. Maintenant, il faut aller de l’avant et ne pas se retourner. A bien y réfléchir, ce n’est peut-être pas de l’avoir invité qui me gêne le plus… Mais l’endroit que j’ai choisi pour qu’on soit tranquilles : la forêt. Je me disais, que là-bas, personne ne risquait de venir nous déranger et que surtout, il n’y aurait aucun monstre pour m’effrayer. Et oui, le plus grand Noctali a peur d’Halloween, que voulez-vous ? Chacun sa phobie. Y en a pour qui, c’est juste plus ridicule que pour d’autres.

La forêt, nous y voilà. Son feuillage dense qui obscurcit et freine mon avancée, son brise fraiche qui vient me caresser les épaules et me faire ronronner,… Une ambiance presque plus flippante que celle des lumières de l’académie qui disparaissent derrière moi. J’aperçois une autre lueur dans le lointain, celle rayonnante de la lune, traversant au travers des branchages touffus des arbres ? Il faut que je m’approche pour en avoir le cœur net. Je balaye une fine brume jusqu’à me retrouver à l’endroit soi-disant éclairé… Mais rien. La lumière a disparue, et je me retrouve piégé au milieu d’un brouillard désormais épais. D’où est-ce que je viens ? Qui suis-je ? Autant de questions qui restent sans réponse… Enfin si, je m’appelle Paul Nyllis. Ouf, ça au moins ça va encore. Je tourne sur moi-même, histoire de perdre encore plus tout repère potentiel d’une direction à suivre et finis coincé au milieu de cette brume. Et c’est ainsi que se créa la légende du fantôme de l’élève perdu dans la forêt. Ce serait si simple, si cela se déroulait de cette façon. Mais je suis un chat, un vrai ! Et je ne me laisse pas abattre par le brouillard aussi facilement. Tel un sprinteur, je me jette dedans et cours le plus vite que la vie me l’ait permis. SBAFF ! Mon visage écarlate se retrouve à terre, après la rencontre impromptue d’un arbre sur mon chemin.

Mon nez n’est pas cassé, mais je suis rouge tel une tomate. Dans cet état, je crois que tout espoir est perdu. Ma seule chance de rentrer réside en Max, la seule personne au courant que je suis dans cette forêt et qui pourrait appeler les secours. Max, moi qui rêvait de te t’offrir ce dessin que j’avais réalisé de Kaiminus et Apa. J’y avais mis de longues heures et tout mon cœur pour faire ressortir cette amitié qui les liait, le caractère propre à chacun, ce lien de maître et élève,… Tant de choses qui symbolisaient notre rencontre par la même occasion. Je tenais ce dessin dans les mains, une larme à l’œil, quand je sentis sur ma peau, la douce chaleur d’une lumière proche. Surpris, je me relevais en hâte et rangeais le dessin sous cadre dans mon sac-à-dos. Que vois-je ? Un bâtiment éclairé d’un fin jeu de lumière par des lanternes, au beau milieu de cette forêt. Etonnamment, il semblait être un bon état. Très propre et bien entretenu, il contrastait avec la brume et l’ambiance de cette soirée. Tout à coup, une main se posa sur mon épaule droite et je sursautais en me retournant. Personne. Je cru entendre au loin un rire, mais ce devait être un tour de mon esprit. J’avançais intrigué vers la bâtisse, quand une silhouette se distingua des ombres de la brume.

-Max ?! M’écriais-je, quand je fus en raison de pouvoir mieux discerner la forme. Je courrais vers elle et l’attrapais très heureux. Elle m’avait retrouvé, je n’étais plus seul, enfin ! Mais alors… Cela signifiait que nous étions perdus tous les deux. Noooooooonnn !
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Le dortoir (féminin) fantôme

Paul & Max

Et bien, Max ne verrait plus Halloween de la même façon maintenant. Elle s'y était vraiment bien amusée malgré quelques frayeurs. Elle rentrait joyeusement au dortoir, ses deux petits Dragons endormis dans leurs balls et Apa à ses coté, fidèle au poste comme toujours. Elle avait eut une chance incroyable de tomber sur le Mateloutre, il était un véritable pilier et Max savait qu'elle pourrait toujours s'appuyer sur lui au moindre problème. Et des problèmes elle en avait souvent. Entre un Solochi complètement aveugle et un Draby à moitié fou et à moitié peureux, il y avait de quoi faire. Mais loin de se plaindre, Max adorait cette nouvelle vie pleine de surprises. Elle était en permanence occupée. Et c'était parfait pour rebooster Max et par ailleurs elle ne s'était pas senti aussi bien depuis des années. Elle se sentait enfin libre. Elle pouvait repenser à Anthony sans éclater en sanglot. Elle pouvait revoir un Croaporal sans se sentir mal. Et c'était un immense progrès en soi.

Et puis ici, elle était entourée. Sacrément bien en plus de ça. Entre Axel, Rody, Aaron, Alban, Opale, Paul … La liste était bien trop longue et Max en était stupidement heureuse. A nouveau, elle ressentait ce bonheur d'appartenir à un groupe d'ami. Et ça valait tout l'or du monde. Et puis, elle apprenait, elle voyait des choses qui la changeait bien de la grande capitale Kalosienne ou du petit village au Nord de celle-ci. Elle partait à l'aventure, s'engouffrait dans des passages secrets au milieu des Ruines Jirachi, partait à la recherche de Mew … Elle vivait des tonnes de choses et c'était exactement ce qui lui fallait. Et à croire que cette soirée ne lui avait pas suffit, voilà qu'elle s'embarquait dans une rencontre nocturne dans le Bois Brume qui se trouvait juste derrière son dortoir. Elle était là depuis deux mois et elle n'avait encore jamais mit les pieds dans cette partie de la forêt.

Alors qu'elle se dirigeait vers le bois, toujours déguisée, elle se rappela des histoires qui circulait sur le lieu. On le disait remplit de pokemon spectres farceurs, toujours partant pour effrayer les courageux qui pénétrait l'endroit. Max soupir. Sa nouvelle année de vie commençait originalement. Après tout, qui fêtait son anniversaire à deux heures du matin et dix minutes, très exactement, dans un bois supposé hanté après une soirée Halloween très mouvementée ? Elle n'en connaissait pas beaucoup des personnes qui avaient eu droit à ce genre d’événement.

Le bois fessait honneur à sa réputation. Surtout de nuit. Après Halloween et ses monstres. Mais quelle idée Paul avait eut de lui donner rendez-vous dans ce bois ? Il aurait très bien pu se voir dans le parc. Le parc s'était très bien. Max s’enfonçait lentement dans la brume qui avait si gentiment donnée son nom au bois. Son esprit tournait à mille à l'heure. Elle aurait pu passer par sa chambre pour récupérer sa si précieuse lampe Lumimax mais non, ça aurait été trop simple. Max soupira. Heureusement que son Apa était avec elle, elle avait un allié de poids dans tout ça au moins. Plus elle s’enfonçait dans la forêt moins elle le sentait bien. Bon retrouver Paul devenait une priorité. Elle allait devenir folle ici. Aaaaaaaaaah ! On venait de la toucher là ! Raaaah ! Encore ! Elle voulaaaait son liiiit ! Elle avaaaaaaaait peur ! Elle agrippa fermement la patte que lui tendait Apa. Aaaah, ce Apa, toujours là pour elle et pour sa santé mentale. Max était complètement perdue. Déjà qu'en temps normal elle se perdait toujours alors là, en pleine nuit et dans cet épais brouillard … Mission impossible.

Elle se sentait un peu bizarre pour le coup. Comme dans un autre monde. Elle se sentait différente, plus légère comme si elle s'était dématérialisée. Mais c'était tout bonnement impossible n'est ce pas ? C'était pas comme si elle s'était endormie sans s'en rendre compte et que maintenant elle vivait un rêve éveillé partagé avec toute la population du bois. C'était vraiment trop improbable. N'est ce pas ? Au bout de longues minutes de marche, Max distingua un bâtiment. Comment était-il possible qu'un bâtiment aussi énorme se trouve ici, au milieu de la forêt avec strictement rien autour. La curiosité de Max prit le dessus sur sa peur et si elle ne lâcha pas la patte d'Apa, elle avançait maintenant avec beaucoup plus d'entrain.

Puis elle se fit sauter dessus. Par un chat. Enfin, un humain chat. Mais un chat tout de même. La Givrali lui rendit l'étreinte, toute aussi contente de ne plus être toute seule dans ce merdier, si vous me pardonnez l'expression. Le garçon était adorable déguisé ainsi mais c'était pas le moment de penser à ça.

- Salut Paul ! Tu as passé une bonne soirée ? Euuuuh … Je suppose que tu es aussi perdu que moi. Peut-être que du haut de ce bâtiment, tu le vois rassure moi, on pourra mieux se diriger ?


DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Paul Nyllis
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
Taille de l'équipe : 32/33
Région d'origine : Rosalia, Johto
Âge : 19
Niveau : 64
Jetons : 5563
Points d'Expériences : 2088
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
Paul Nyllis
est un Topdresseur Stratège
Le contact et la chaleur d’un autre corps humain valait tout l’or du monde en ce genre de situation. Je la serrais encore quelques instants avant de rompre le contact. Son costume ne faisait pas illusion, on ressentait dans ses paroles une légère crainte. Elle partait dans tous les sens, un nombre incalculable de questions et de réactions déboulaient de sa bouche. Apa était lui aussi de la partie. Dommage que Kaiminus soit si fatigué que j’ai dû le laisser au dortoir, les deux auraient pu s’amuser ensemble. En même temps, je n’avais pas prévu de me perdre dans cette brume. Les accidents arrivent si vite à la Pokémon Community, ce ne sont que des anecdotes de plus dans la vie de leurs étudiants à la découverte de nouvelles sensations toujours plus fortes malgré eux.

-Ecoute, ma soirée s’est assez bien déroulée… Mais pour revenir au sujet principal, je me suis… Comme qui dirait… Euh… Perdu ?

Souriant, tout en ayant la mine un peu crispée, j’essayais de faire passer la pilule un peu moins brutalement. Il ne manquait plus que le hululement d’un Hoothoot dans le lointain pour donner un ton vraiment dramatique à cette phrase. *HOOOOOOTHOOOOOOOOOT* Je devrais fermer mon clapet parfois, j’attire toutes les emmerdes. Bon ! Elle a raison, on ne peut pas rester les bras croisés à se les peler dehors. Surtout un soir d’Halloween, mieux vaut se mettre à l’abri au chaud. Je dévisage la devanture du gros bâtiment qui me parait être l’unique solution comme l’a suggérée Max. Il a l’air plutôt accueillant, et si près du campus, cela ne peut être qu’une de leurs infrastructures. Malheureusement, je n’arrive pas à remettre un nom sur sa fonction. Si j’avais regardé un peu plus la carte de l’école au lieu de me la jouer aventurier les premiers jours de cours, je suis sûr que je serais plus à même de me situer… Il y a des jours où je ferais mieux de rester coucher franchement !

-Nous pouvons aller voir là-dedans. Il y a sûrement des gens à l’intérieur vu qu’il y a de la lumière. Au pire, on pourra leur demander pour patienter la nuit ici au chaud.

D’un commun accord, nous nous avancions donc vers la demeure des brumes. Wouh, ça fait mystérieux. Pour une fois que je trouve un bon nom pour un endroit que je visite, à noter ! Bref, nous étions maintenant sur le seuil et je m’avançais toquer à la porte. Derrière, un bruit de verrou qu’on débloque, puis plus rien. J’attends une seconde, me retournant vers Max plein d’incompréhension. Nous ne pouvions pas attendre là indéfiniment, je tentais donc d’enclencher la poignée et… Magie ! La porte s’ouvrit dans un grincement à peine perceptible. Devant nous s’étendait dans hall d’entrée assez large, dont la couleur dominante était le rose. Un rose bien pétant et assumé, que l’on retrouvait sur l’ensemble des meubles, décliné sous différentes teintes de sa gamme monochromatique. J’avais l’impression de marcher dans une véritable maison de poupée avec des rubans ornant les dessus des couloirs et de l’escalier donnant lieu sur d’autres pièces du bâtiment. Arrivé au centre de l’espace, je faisais une pause pour contempler les cadres de Pokémons fée disposés sur tous les murs.

-Tu reconnais quelque chose ? C’est étrange qu’il n’y ait personne pour nous accueillir, j’étais certain que…

Des rires lointains de fille se firent entendre à l’autre bout de l’un des couloirs, me coupant net dans ma phrase. Intrigué, ma tête s’était déporté des tableaux pour observer la provenance de ces sons instinctivement. Pourtant, il n’y avait pas la moindre trace de qui que ce soit dans ce couloir. Peut-être… Peut-être qu’il y a quelqu’un de l’autre côté ?

-T’as entendu ces rires ? Ça semblait venir de là-bas. Dis-je en pointant du regard l’autre pièce éclairée au-delà du sombre couloir. Viens, on va aller voir.

Sûr de moi, je m’élançais dans l’obscurité du passage pour me rendre de son autre côté. En fait, je sentais ma peau se mettre à frissonner. Ma curiosité venait en revanche dépasser mes peurs et me permettre de me lancer dans cette recherche des voix.

Dernière édition par Paul Nyllis le Dim 15 Nov - 16:39, édité 1 fois
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Le dortoir (féminin) fantôme

Paul & Max

Ils étaient tombés dans un mauvais film d'horreur ou quoi ? Entre la brume et les bruits de provenance inconnue, on aurait dit que tout avait été prévu pour qu'ils aient peur. La façade haute et sombre du bâtiment face à eux ne faisait qu'accentuer cette atmosphère de danger que la jeune fille ressentait au plus profond de ses tripes. Elle était bien contente d'être en compagnie de Paul-Chat et Apa. Elle sursauta fortement en agrippant au bras de Paul. Elle détestait les Hoothoot. C'était officiel. Nan mais sérieusement ? A quand le corps décapité hein ? Histoire de continuer dans le registre horrifique. Max inspira et expira plusieurs fois. Comme si la soirée n'avait pas été assez forte en émotion …

Le duo, hum trio, pardon Apa, se dirigea vers le bâtiment qui ressemblait visiblement à un dortoir. C'était étrange, Max savait qu'elle avait un sens de l'orientation déplorable mais elle était presque sûre qu'ils était dans le Bois Brume et qu'il n'y avait aucun dortoir ici. Le plus proche était celui des Givrali est elle était passé juste devant avant de venir ici. Il était juste impossible que ce soit son propre dortoir. Déjà, elle ne reconnaissait pas l’extérieur du bâtiment et les alentours n'étaient pas aussi sauvage normalement … Alors, par Xerneas quel était cet endroit ? D'où venait-il ? Elle n'avait entendu parler que d'une seule rumeur à propos d'un septième dortoir. Et ça avait toujours été qu'une farce plus qu'une rumeur. Qu'un moyen de taquiner les têtes roses de PC. Combien de fois ses camarades Givrali lui avaient-elles dit qu'elle ferait une parfaite Nymphali ?

La jeune fille acquiesça à la proposition de son ami. Malgré son appréhension, le dortoir, ou quoi que ce bâtiment puisse bien être, était  plus sur que de rester à l'extérieur. La porte n'opposa pas de résistance et le duo pénétra le bâtiment. Et dès leur premiers pas à l'intérieur du bâtiment, l'intuition de Max quand à la fonction du bâtiment fut confirmée. Restait à comprendre pourquoi un dortoir non-existant avait son propre lieu. Surtout qu'il n'était pas si facile d’accès. La Givrali laissa son regard se promener sur le hall d'entrée. Que de paillettes et de rubans ! Et du rose, partout, dans toutes ses variations, dans toutes les textures … C'était assez perturbant de voir que cette pièce remplie de rose restait agréable, avec le juste ton entre le rose fushia et un rose un peu pâle.

- Je crois que c'est le dortoir Nymphali Paul. Mais je comprends pas pourquoi il aurait un bâtiment, je veux dire, c'est qu'une farce ce dortoir normalement. Il n'est pas censé être réel.


Max sursauta. Et voilà qu'ils entendaient des rires. Au moins, ils les entendaient tous les deux. Elle n'était pas folle. Par contre, le Noctali l'était à coup sur. Il voulait partir à la poursuite des rires ? Elle avait perdue Paul-chat. Enfin, tant qu'il ne proposait pas de se séparer tout irait bien. Après tout, tout le monde savait qu'il ne fallait pas se séparer lors du scène pareille. C'était toujours quand les héros se séparaient qu'ils se fessaient tuer. Max regardait peut-être un peu trop de film … Elle suivit donc à petit pas le jeune homme. Elle serait plutôt partie en direction du toit mais elle fessait confiance à Paul et il semblait vouloir absolument suivre les éclats de rire.

Les deux adolescents s'enfoncèrent dans la maison de poupées. Les rires ne cessaient pas et ils tournaient autour d'eux. Comme si les personnes qui s'amusaient d'eux n'étaient que des ombres qui valsaient autour d'eux. La Givrali était tendue et elle se sentait observée de tous les cotés. Ils avançaient dans un couloir qui desservait sans aucun doute les chambres. Max ne se risqua pas à ouvrir une porte et se contenta de suivre Paul. D'un coup une musique se lança. La Givrali regarda dans tous les sens sans voir la source. L'ambiance devenait malsaine, entre cette vielle musique un peu creepy, la pale luminosité et les ombres que créées les rubans et autres fanfreluches ...

Une silhouette noire de dos se dessina. Le duo s'approcha et Max leva la main en direction de celle ci et s’apprêta à prendre la parole quand elle se retourna. Une méga-Branette au sourire effrayant se trouvait devant eux. Max cria et ne put rien faire d'autre. Mais le spectre ne leur voulait appartement aucun mal car il ne s'approcha pas d'eux et il se contenta de ricaner avant de traverser le plafond.

DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Paul Nyllis
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
Taille de l'équipe : 32/33
Région d'origine : Rosalia, Johto
Âge : 19
Niveau : 64
Jetons : 5563
Points d'Expériences : 2088
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
Paul Nyllis
est un Topdresseur Stratège
Le dortoir Nymphali, qu’elle disait ? Possible, mais il était difficile d’y croire avec l’ambiance qui y régnait. S’enfonçant tous les deux dans le sombre couloir, j’inspectais du regard chaque porte devant laquelle nous passions, comme si je m’attendais à ce que quelqu’un tente de nous surprendre. Au bout du chemin, au milieu des ombres tourbillonnantes des rubans en folie, une silhouette prit forme. Max, qui se tenait jusque-là en retrait, prit la drôle d’initiative de me passer devant pour s’approcher de la forme obscure. Comme envoûtée, elle se mit à tendre la main inexorablement vers cette chose. Ayant subi la frayeur de sa vie, elle se mit à crier en voyant la silhouette se retourner. Avec un minuscule temps de retard, je me mis à crier. Je n’avais pas peur du M-Branette qui venait de nous fausser compagnie par le plafond. Mais Max m’avait tellement surpris, que je m’étais retrouvé à l’imiter sur le coup. Apposant une main sur mon torse, je soufflais un bon coup pour évacuer le stress engendré. Fermant les yeux par la même occasion, je ne les rouvrais qu’une fois sûre d’être calme.

-Ça va Max ? Pas trop de casse ?

J’appuyais ma main sur son épaule pour la rassurer. Elle s’était vraiment fait surprendre, la connaissant, les images du Pokémon devaient tourner en boucle dans sa tête. Regardant derrière moi, pour dire à Kaiminus de passer devant, je remarquais son absence. Ah oui, c’est vrai. Il est resté au dortoir. Mais bien sûr ! Il y a le Braisillon que Calliope m’a donnée ! J’attrape rapidement la Pokéball accrochée à ma ceinture avant d’y déposer un petit bisou. Allez Braisillon, je compte sur toi pour protéger Max ! Dans le halo caractéristique, Braisillon fit son apparition dans la pièce.

-Brai Brai !!!

Dès qu’il me vit, il n’attendit pas une seule seconde pour me foncer dessus. Je tombais à la renverse avec, alors qu’il piaillait joyeusement en frottant sa tête contre mon cou. L’oiseau était ravi de me revoir, tout comme moi, mais ce n’était pas vraiment le moment de se câliner.

-Doucement mon beau, doucement. J’ai besoin de toi, tu veux bien ? Il se redressa fièrement, en attente des ordres comme un bon petit soldat. Tu vois cette fille ? Lui dis-je en roulant des yeux vers Max. Je veux que tu la protèges comme si c’était moi !

-Braisillon !

Au garde à vous, il accepta sans rechigner la tâche que je lui confiais et je le caressais brièvement pour l’en remercier. Après s’être délecté de sa récompense, il alla se positionner à côté de Max, tel un ange gardien veillant sur elle. Ses yeux perçants sauraient déceler le moindre danger et couvrir la Givrali. Moi, je n’avais pas besoin d’une protection. En fait, je ne pensais pas que Max en ait aussi la nécessité. Mais la présence du type feu et vol pourrait la rassurer. Braisillon était un Pokémon bienveillant, il s’occuperait d’elle du mieux qu’il pourrait jusqu’à ce que je l’assigne à une autre tâche. Je me relevais, essuyant mon costume de Chat sali par la poussière du sol, avant de me retourner vers Max en souriant.

-On peut continuer à avancer maintenant.

Dès que j’eu fini ma phrase, une porte qui devrait être fermée, claqua derrière nous. Zieutant du coin de l’œil sur le côté, je poussais Max vers la pièce du fond avant qu’elle ne se remette à paniquer ou qu’elle ne voit ce qui avait provoqué cela. Nous entrions dans ce qui semblait être une pièce commune du dortoir. Dans un coin avait été installés des coussins et des poufs pour la lecture, un autre abritait une grande table conviviale sur laquelle reposaient deux assiettes. M’éloignant du groupe, je me dirigeais vers cette intrigante table. La présence d’un M-Branette pouvait signifier qu’il y avait d’autres personnes dans le soi-disant dortoir. Ce qui expliquerait la présence de ces assiettes. Néanmoins, pourquoi les repas étaient-ils servis ? Et chaud qui plus est ? Un rapide coup d’œil autour de moi me confirma que nous n’étions bien que les deux seuls êtres humains dans la pièce et alentours. Cela voulait-il dire que c’était pour nous ? Il fallait avouer, que je n’avais rien mangé à la soirée d’Halloween et qu’avec tous les événements, mon estomac commençait à crier famine. Arf, une bouchée de foie gras ne devait pas faire de mal, personne ne s’en apercevrait. Attrapant un morceau de pain toasté sur lequel reposait le met délicat, je venais d’abord le sentir avant de le mettre en bouche. Le goût était exquis, comme je m’y attendais. Cette saveur, un véritable rêve.

-Max, viens voir ! J’ai trouvé de la bonne nourriture !

Tandis qu’elle se rapprochait, je ne résistais pas à prendre une seconde bouchée de… De… Mais qu’elle était cette chose ? Ce goût infâme qui me donnait la nausée. Attrapant rapidement une serviette, je recrachais dedans tout ce que j’avais pu avaler. Beurk. Curieux, j’examinais proprement les restes de mon plat pour me rendre compte que ce qui avait été un bon foie gras de Couaneton, s’était transformé en une graisse visqueuse et gluante d’Avaltout. Ma vision se mit à défaillir et je me sentis partir. Le temps s’était comme ralentis et ma tête cogna brutalement contre le parquet. Pourtant, je ne ressentais aucune douleur, j’étais comme sur un nuage. Avant que mes yeux ne se ferment, j’entendis un ricanement et un visage fit une rapide apparition au plafond, avant de disparaître.
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Le dortoir (féminin) fantôme

Paul & Max

Un soupir soulagé s'échappa de ses lèvres. Il était partit. L'esprit un peu plus clair maintenant que le spectre était partit, Max réalisait qu'il devait forcément il y avoir quelqu'un dans le bâtiment. La Méga Evolution était possible grâce aux liens que tissaient Dresseur et Pokemon. Ce Branette n'était donc pas le seul habitant de l'endroit et savoir ça faisait frisonner la jeune fille de tout son être. Pour s'accorder avec un pokemon aussi effrayant qu'un Branette le dresseur devait l'être tout autant et la Givrali n'était pas vraiment rassurée, voir pas du tout. Le contact de la main de Paul sur son épaule la ramena à la réalité et elle hocha la tête dans sa direction pour le rassurer sur son état. Elle préférait ne pas lui faire part de ses réflexions. Elle n'était pas aussi clairvoyante que d'habitude, les événements d'Halloween tournaient encore dans sa tête et la vision des yeux fous d'Orren lui faisait toujours un peu. Autant dire que cette soirée d'Halloween et son anniversaire seraient riches en émotions cette année.

Le Noctali fit sortir d'une des pokeballs pendant à sa ceinture un de ses oiseaux de feu absolument sublime. Un Braisillon. Oubliant sa peur pour un instant, Max observa l'évidente complicité entre les deux compagnons. C'était réconfortant. Un peu de chaleur dans ce dortoir trop calme et trop frigide. Les murs grinçaient, les portes claquaient, le vent soulevait les rideaux en passant par les fenêtres aux carreaux brisés. Puis Paul demanda à son oiseau de veiller sur elle. Ce garçon était juste adorable. Elle lui fit un petit sourire et glissa un merci. Elle avait deux gardes du corps maintenant, Apa et Braisillon. Elle passa une main discrète sur le plumage rouge feu de l'oiseau. Il était véritablement aussi adorable que son maître.

CLAC. Une porte claqua. Mais pas de le lointain. Ici, à quelques mètres d'eux. Paul eut le bon réflexes de la pousser en direction d'une autre salle où ils seraient plus en sécurité. Du moins, Max l'espérait. Cette petite salle, toujours aussi rose, aurait pu être réconfortante et agréable si elle n'était pas baignée dans cette lumière lunaire parsemée des ombres des hauts arbres qui entourait le lieu. Franchement, quelle idée de construire un dortoir dans un coin aussi reculé. Et quel était le but originel de ce bâtiment ? Était-ce bien le dortoir Nymphali, cette légende urbaine dont on aimait rependre les rumeurs dans son dortoir (même si on aimait rependre toutes sortes de rumeurs dans son dortoir) ? Que représentait-il ? Pourquoi n'avait-il pas aboutit ? Là étaient toutes les questions que la demoiselle se posait. Malgré sa crainte, il y avait son coté commère et curieuse qui s'était enclenché et elle aurait aimé trouver des indices sur ce lieu. Malgré sa fatigue après cette soirée mouvementée Max voulait continuer la découverte de l'endroit.

Alors qu'elle s’avançait avec une pointe d'inquiétude, tout de même, vers la fenêtre pour jeter un coup d’œil à l'extérieur, Paul dégustait un bon petit toast de foie gras. Elle se retourna vivement à la suite de ses mots et alors qu'elle s’avançait vers lui à toute vitesse, elle lui dit d'une voix précipitée :

- NON, ne mange pas ça !


C'était peut être complètement paranoïaque de sa part mais elle craignait que cette nourriture soit empoisonnée. Elle se faisait peut-être des films mais elle préférait être trop prudente que pas assez. Et quand le garçon s'écroula au sol, elle se dit qu'elle l'avait prévenu avec un air un peu exaspéré. Avant de se rendre compte qu'il s'était écroulé au sol. Pour de vrai. Et que peut importe ses appels et les cris terrifiés de l'oiseau, rien ne pouvait réveillé Paul. Les larmes commençant à monter à ses yeux, elle regarda de tous les cotés pour essayer de trouver un quelconque remède. Non. Elle le refusait. Elle ne reverrait pas la fin d'un de ses amis. Elle appuya ses doigts sur la gorge du Noctali pour essayer de trouver son pouls et c'est avec un soupir de soulagement au travers des larmes qui dévalaient désormais sur ses joues qu'elle compris qu'elle avait encore un peu de temps. Le poison était une chose horrible. Elle l’arborait sous toutes ses formes. Il lui avait pris Anthony mais il ne prendrait pas Paul. Elle se précipita sur le buffet faisait fit des claquements de portes qui se rapprochaient de leur position et du vent qui soufflait de plus en plus fort, la faisait frissonner. Ses collants n'étaient malheureusement pas bien épais. Mais hors de question de se laisser distraire. Un de ses amis était allongé sur le sol, peut-être en train de mourir et elle ne savait pas quoi faire. Rien ici ne pouvait faire office d'antidote. A part peut-être cette bouteille jaune, qu'elle reconnaissait être un Total-Soin. Est-ce que ça marcherai ?

Elle ne savait pas si c'était le produit ou autre chose mais le jeune homme rouvrit les yeux. Le Braisillon arrêta ses cris de bête malade pour se frotter avec encore plus d'ardeur contre son brun de dresseur. Max agenouillée à leur coté fit un grand sourire. Il allait bien. Il allait bien. Il n'allait pas mourir. Il était en vie. Il était toujours là, avec elle. Elle attrapa la main du Noctali et la serra fort. Il allait bien. Elle pouvait reposer le spray jaune et se détendre. Il allait bien. Ils allaient sortir de cet endroit horrible ensemble. Il allait bien. Ils devaient monter sur le toit pour retrouver leur chemin. Il allait bien. Elle lâcha sa main pour triturer le bandage qu'elle avait toujours à la main droite. Il allait bien. Il ne l'avait pas laissée comme Anthony. Ils étaient à deux pour affronter la terreur de ce dortoir. Elle essuya les dernières traces de larmes, de soulagement, de peur, de tristesse, de tout, et enfin, elle prit la parole.

- Tu vas bien. Tu vas bien. Tu peux pas savoir à quel point j'ai eu peur. S'il te plaît, s'il te plaît fait attention.

DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Paul Nyllis
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
Taille de l'équipe : 32/33
Région d'origine : Rosalia, Johto
Âge : 19
Niveau : 64
Jetons : 5563
Points d'Expériences : 2088
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
Paul Nyllis
est un Topdresseur Stratège
Quel était cet endroit ? Les murs étaient recouverts de miroirs et un infâme ricanement me perçait les tympans. J’avançais dans le dédale de miroirs, mais j’avais l’impression de ne pas avoir bougé de mon point de départ. Mes pas résonnaient dans le lointain. Je ne savais pas ce qui se passait, mais j’étais à l’envers, puis à l’endroit. Enfin, je faisais quelques pas sur les murs. Cette maison n’avait pas de logique, tout se ressemblait tout en étant différent. Plafond et sol étaient identiques, si éloignés et pourtant si proches. Les murs gondolaient et une spirale m’attira en son sein. Autour de moi, tout n’était plus que spirales tourbillonnantes. Cette fois, je ne pouvais plus bouger, je tombais continuellement dans un gouffre. Puis il y avait cette pizza. Je m’y écrasais dans la mozzarella fondue et ne pouvait plus m’en dépêtrer, comme si j’étais piégé dans une toile d’araignée. L’angoisse me gagne, les ricanements sont plus intenses et je sens la pizza trembler avant de se pencher légèrement vers l’avant. Une grande bouche me fait face, c’est la fin. Je n’arrive plus à garder mon calme. Je vais me faire dévorer, ça va trop loin, et ces rires qui ne s’arrêtent pas, arg je vois le fond de sa gorge, elle est si proche, c’est insoutenable,…

-AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

Le réveil est brutal, je m’agrippe à ce qui me vient en premier, soit le bras de Max. D’un regard horrifié, je fais le tour du propriétaire des yeux. Tout semble être rentré dans l’ordre. Mais… Quel est ce goût qui me...

-Beuaaaark…

J’ai évité Max, c’est l’essentiel. Par contre, je n’ai rien pour nettoyer cette tâche, pour rester poli.

-BRAIIII !!!

Braisillon ! Je l’avais oublié celui-là. Il me saute au cou comme si nous ne nous étions pas vu pendant des années. Pourtant, ça ne fait pas longtemps que je suis là. Pas longtemps ? En fait, je n’ai aucune notion de temps. Une minute, trente minutes, une heure,… Je ne sais absolument pas combien de temps je suis resté inconscient. D’ailleurs, mes souvenirs sont frais comme s’il n’y avait pas eu de coupure entre maintenant et avant. Je suis persuadé d’avoir vu cette silhouette au plafond. Elle était là, elle riait avant de se fondre dans le décor. Ah ! Mais j’oubliais. Max a l’air en sanglot, je devrais peut-être la rassurer maintenant que je vais bien. Certes, j’ai un sacré mal de ventre, mais je ne lui en dirais rien. Pas la peine de l’inquiéter plus que cela. En tout cas, pas question de toucher à quoi que ce soit d’autre dans cette baraque. Ce dortoir est de plus en plus louche, nous devrions nous en méfier.

-Nous ne sommes clairement pas seuls ici ! Quelqu’un nous observe et s’amuse à nous jouer des farces. Allons le trouver ! J’aide Max à se relever, repoussant Braisillon qui ne veut plus me lâcher. Ne t’inquiète pas, je vais bien. Je ne te laisserais pas toute seule.

J’abandonnais mon sourire pour un air plus sérieux en observant le prochain couloir que nous allions devoir prendre.

-Les escaliers doivent être par là. Braisillon, va voir en éclaireur et fait moi un rapport.

-Braisillon !

L’oiseau s’élança dans la direction et après quelques claquements de portes, de craquements du sol au-dessus de nous et des sautes de tension dans l’éclairage, il revint. Son rapport était sans appel : rien. Nos farceurs ne voulaient pas se montrer. Dans ce cas, allons à leur rencontre. Sachant que Max ne serait pas très enjouée de devoir poursuivre la visite, je lui attrapais la main avec un sourire et l’entrainais à ma suite vers le couloir. Il fallait s’y attendre, la lumière se joua de nous et nous laissa dans une pleine obscurité. Aucune fenêtre, aucune lumière, le noir complet… Ou presque.

-Nitrocharge.

Sur ordre, Braisillon fit flamboyer ses ailes puis son corps entier en un brasier pur. Une chaleur et une lumière très agréable pour notre avancée. Arrivés au bas des escaliers, j’écartais le tapis qui les recouvrait avec méfiance. Les bois n’était pas dégradé, il n’y avait aucune raison que je craigne notre ascension. Pourtant, j’avais le pressentiment que l’accès à l’étage supérieur serait plus difficile qu’il n’y paraissait.
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue
LE DORTOIR (FÉMININ) FANTÔME
Paul Δ Max

Il s'était réveillé. Un profond soupir de soulagement gagna la jeune fille en même temps que ses joues continuaient à être trempées. Il lui avait fait terriblement peur. Souriant au travers de ses larmes, Max serra fermement la main qu'elle avait agrippé. N'empêche qu'on avait vu plus glamour comme réveil. La Givrali couvrit vivement ses yeux avec sa main bandée pendant que le jeune homme vomissait. Bon. Peut-être que l'antipara n'était pas bien comestible par les humains. Ce qui était quand même étrange. Pourquoi les potions et autres antidotes sauvaient les pokemons et non pas les humains ? Pourquoi ne travaillait-on pas sur des médicaments de ce style ? Utilisable à la fois sur les humains et sur les pokemons. Elle était certaine que ça pouvait sauver des vies.

Elle essuya rapidement les larmes qui roulaient encore sur ses joues en acceptant l'aide du Noctali pour se relever. Elle voulait vraiment quitter cet endroit, retrouver sa chambre et s'endormir comme si toute cette soirée ne s'était jamais déroulée. Les escaliers ? Pourquoi Paul voulait-il s'enfoncer dans ce dortoir maudit ? Ah, oui. Il fallait atteindre le toit pour pouvoir s'orienter dans le bois brume. Elle voulait vraiment sortir de là mais si elle voulait retrouver son dortoir, elle devrait passer par là. Elle frissonna. Elle se sentait observée et l’affirmation précédente de Paul ne faisait qu'augmenter cette impression. C'était peut-être de la paranoïa pure et dure mais … elle avait cette sensation et elle resterait jusqu'à leur sortie. Elle hocha doucement la tête.

- J'ai la même sensation. Cet endroit me met vraiment mal à l'aise. Cette soirée est vraiment trop bizarre.

Paye ton anniversaire bizarre. Au moins il était original. La Givrali s'accrochait plus ou moins désespérément à la main de son ami. Elle était contente qu'il soit là. Elle n'aura pas sut quoi faire seule. Elle soupira légèrement, elle était vraiment qu'une demoiselle en détresse. Ça l'énervait de le constater. Elle n'avait jamais fait qu'attirer les ennuis et ne pas savoir comment en sortir, obligeant ses amis à l'aider. Elle détestait ce sentiment d'inutilité. Elle sera la pokeball d'Apa qui la regardait d'un air inquiet. Elle lui fit un petit sourire, sachant très bien qu'elle ne pouvait pas le tromper et qu'il savait parfaitement qu'elle n'allait pas bien, et que cet endroit n'en était pas la seule cause.

Encore une fois, l'entité qui se jouait d'eux frappa. Cette fois si, alors qu'il arrivait enfin aux escaliers, la lumière disparut. Rideaux clos qui ne laissaient même pas passer les rayons de Lune, pas d'ampoule ou d’électricité et ni Paul ni elle n'avait une lampe torche dans l'immédiat. Sa Lampe Lumimax aurait été bien utile mais elle était restée sur son bureau. Comment aurait-elle put imaginer en avoir besoin lors d'une soirée costumée dans son école ? Bon elle commençait à comprendre que dans cette école mieux valait être prêt à tout en tout circonstance mais tout de même, se retrouver ici, elle n'aurait jamais put le croire.

Elle croyait en beaucoup de chose, elle était née à Romant-Sous-Bois après tout et cette ville ne vivait que de spiritualité, mais … un dortoir entier camouflé qui s'était révélé comme ça ? C'était bien étrange. Il y avait bien sur l'histoire du dortoir Nymphali mais elle avait l'impression qu'il y avait plus que ça …

Enfin, elle pouvait se torturer l'esprit autant qu'elle voulait, mais ils étaient toujours dans le noir. Du moins, jusqu'à ce que Paul demande à Braisillon d'utiliser Nitrocharge créant ainsi une puissante source de lumière qui leur permit de s'aventurer dans l'escalier. La jeune fille s’avança et dépassa le jeune homme, montant les marches en premier. Elle en avait marre d'être passive et même si elle mourrait de trouille, sa résolution d'anniversaire c'était d'être plus courageuse ! Elle posa un pied sur la première marche avec appréhension. Elle craqua. Une deuxième. Elle craqua aussi. Concentrée comme si elle tentait de résoudre une équation insolvable, Max avançait doucement et prudemment sur l'escalier en bois. Au dessus d'elle, venant sûrement de l'étage supérieur, des craquements et autres claquements se faisait entendre. Elle avait presque l'impression d'entendre des rires et des commérages. Elle déglutit puis recommença à avancer. Sa tête arriva à hauteur du sol du second étage. C'était approximativement le même arrangement que l'étage du dessous. Elle ne prêtait plus trop attention où elle mettait les pieds et c'est un craquement plus fort que les autres qui lui fit baisser le regard sur la marche sur laquelle elle venait de poser le pied. Une longue déchirure la traversait de part en part et avant qu'elle ne puisse enlever son pied, elle craqua définitivement et la jambe droite de Max s’enfonça dans le sol, la faisant plonger en avant. Ses réflexes de grande maladroite la sauvèrent d'un coup à la tête et c'est une vive douleur au poignet droit qu'elle ressentit à la place.

Elle inspira doucement, reprenant son souffle après le puissant cri qu'elle avait poussé sous la surprise. Elle se reprit doucement puis elle ressortit sa jambe du trou pour continuer son attention. Toute concentrée à se sortir de là sans aide, elle ne remarqua pas l'ombre qui lui arrivait dessus et qui lui lança un drap à la figure avant de s'en aller en ricanant. Elle venait à peine de se sortir du trou, et encore plus surprise, elle sursauta et bascula en arrière, tombant et entraînant Paul dans sa chute jusqu'au bas de l'escalier.
© GASMASK


t h e f i r e i n s i d e
Paul Nyllis
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
Taille de l'équipe : 32/33
Région d'origine : Rosalia, Johto
Âge : 19
Niveau : 64
Jetons : 5563
Points d'Expériences : 2088
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
Paul Nyllis
est un Topdresseur Stratège
Si seulement nous avions su dans quoi nous nous embarquions…

L’ascension de l’escalier fut, comme je le redoutais, plus périlleuse qu’il n’y paraissait. Étonnement, Max avait pris les devants, me lâchant complètement la main pour avancer. J’appréciais ce courage dont elle faisait soudainement preuve. Aussi, la talonnais-je de quelques marches. Braisillon continuait de tourbillonner au-dessus de nos têtes, nous permettant de gravir plus aisément l’escalier. Max était très prudente et cela se comprenait, bien que le bois ait l’air sain en apparence, celui-ci se craquelait en crissant à chacun de nos passages. D’une main, je me tenais à la rambarde pour éviter une mauvaise chute, mais quand celle-ci se mit à vaciller dangereusement vers le vide, je la lâchais pour éviter de m’appuyer dessus malencontreusement. Ce dortoir tombait en ruine sous nos pieds, manquait plus que ce soit le plafond. Instinctivement, je relevais la tête pour vérifier la toiture, mais autre chose attira mon regard au passage. Max, qui avait presque atteint l’étage, allait poser le pied sur une marche déjà bien abimée. Sous son poids, ce que je craignais se produisit et sa jambe traversa littéralement la marche pour aller se coincer plus bas. J’allais me précipiter à son aide, mais le bois craquant de nouveau m’incita à éviter les gestes brusques. Malheureusement pour la pauvre Max, je ne pus la retenir quand elle se releva et qu’elle prit peur face à l’agression… D’un drap blanc ? Oooh… Aaaaah…

SBOOOOUUMMMSBADASBOUUUMMM !

Dans ma chute, j’avais réussi à choper Max dans mes bras, mais maintenant, je ressentais une violente douleur à l’épaule et dans le dos. Ma tête n’avait rien… C’était déjà cela de pris. Et j’espérais que Max non plus.

-Ça va ? Rien de cassé ?

Braisillon stoppa la lumière qu’il produisait avec la Nitrocharge et fondit sur nous pour nous enserrer de ses ailes. Je lui disais quelques mots pour le rassurer pour qu’il nous libère et je relâchais enfin Max. Désormais, c’était certain, quelque chose hantait bien ces lieux. Des rires indiscrets nous englobaient comme si quelque chose ou plusieurs tournaient autour de nous. Il était compliqué de battre un adversaire que l’on ne pouvait voir et je n’étais pas un spécialiste des fantômes et autres manifestations paranormales. Néanmoins, si nous voulions faire apparaitre cette chose, il faudrait la contrarier. Et pour ça, quoi de mieux que d’arrêter de jouer avec ? M’approchant de l’oreille de Max, je venais lui chuchoter deux-trois mots.

-On va partir d’ici. Si nous avons l’air suffisamment blasé et ennuyé, peut-être que ce qui s’amuse de nous tentera de nous arrêter. Et il se pourrait même… Qu’il se montre.

Sur ces mots, j’aidais Max à se redresser et je rappelais Braisillon dans sa pokéball. Je me levais ensuite à mon tour et venais essuyer la poussière sur mon jean.

-Bien, il est temps de partir. Cet endroit tombe en ruine et il n’y a que de la poussière et des mets incomestibles qui la peuplent. Sortons, je suis sûr qu’on s’amusera plus dans ces bois lugubres qu’ici.

Je venais chuchoter d’autres mots à Max.

-Et quoi qu’il tente… N’aies pas peur.

Je prenais alors la tête de la marche, rebroussant chemin.

-Allez viens, on y va !


Sur le retour, les rires avaient disparus et aucune manifestation de quoique ce soit nous embêta jusqu’à arriver la salle à vivre de tout à l’heure. Plus qu’un couloir et nous serions dans le hall d’entrée. D’ici là, je comptais bien à ce que notre hôte tente toutes sortes de choses pour nous garder en sa demeure… Qui sait, pour toujours ?
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue
LE DORTOIR (FÉMININ) FANTÔME
Paul Δ Max

Max n'était pas vraiment ce que que l'on pouvait appeler une fille courageuse. Elle avait ses moments mais elle n’appellerai pas ça des moments de courage, mais plutôt des moments d’imbécillité profonde. Comme quand elle s'était avancée et qu'elle avait laissé Paul la suivre sans s'accrocher à sa main, seul contact humain possible dans cet endroit si glauque.

Elle monta pas à pas les escaliers avec toute la délicatesse et la douceur dont elle était capable. On ne dira pas qu'elle mourrait de trouille. On ne dira pas que son corps tremblotait de peur. Un craquement lui fit faire un petit sursaut de frayeur. Et quand tout en haut de cet escalier, ce drap blanc, flottant, ressemblant à ceux de l'imaginaire collectif, apparut, Max ne put pas retenir sa peur et elle sauta en arrière criant et tombant dans l'escalier, entraînant Paul dans sa chute. Les deux adolescents dévalèrent les escaliers, se trouvant à l'étage inférieur. Elle oubliait carrément leur idée de monter sur le toit pour se repérer. Elle sortait de là. Elle se barrait. Finito. Elle rendait son tablier, sa toque et même sa spatule s'il le fallait. Elle ne resterait pas plus longtemps dans cet endroit beaucoup trop horrible.

Le Braisillon de Paul les recouvrit dans une protection plus ou moins efficace alors que Paul avait amortit, plus ou moins efficacement encore, leur chute. Elle avait à peine un peu mal à la cheville et au genou droit mais le jeune homme avait encaissé la majorité des coups. Elle lui répondit la voix tremblotante :

- J'ai … j'ai rien. E-e-e-et toi ?

Le Braisillon et Paul se détachèrent et la pauvre Givrali prise en sandwich se releva vivement. Ses jambes tremblaient encore un peu et elle jetait des regards horrifiés à l'étage supérieur, comme si elle s'attendait à voir le fantôme descendre et les attaquer. Pour le moment rien de tout ça mais elle entendait clairement un ricanement. Stupide truc. Mi effrayée mi blessée dans son orgueil, Max écouta le plan de Paul d'une oreille moyennement attentive.

À ce niveau là, Max aurait put tout lâcher et sortir directement du dortoir sans même voir si le jeune homme la suivait. Elle avait l'étrange impression qu'il appréciait un peu trop tout ça. Elle ne lui répondit rien à part un regard affolé. Il était fou. Il était possédé. À tous les coups s'était ça. Le voilà qu'il se mettait à crier pour attirer le fantôme. Mais elle ne voulait pas le voir. Surtout pas. Elle voulait juste s'enfuir, que tout ça s'arrête. Elle était épuisée, moralement comme physiquement par cette soirée qui n'en finissait pas. Entre les zombis et les fantômes, cette année son Halloween aura été dans le thème.

Elle secoua vivement la tête en le regardant abasourdie. Elle était actuellement morte de trouille. Elle avait déjà peur. Il ne lui manquait rien qu'un « bouh ! » pour sauter au plafond. Elle était tendue, effrayée, agacée. Elle adopta la technique de l'autruche, ne répondant encore une fois rien au Noctali se contentant d'hausser les épaules. S'il ne comprenait pas qu'elle avait déjà peur, c'était tant pis. Elle se débrouillerait toute seule.

Le trajet du retour fut beaucoup plus simple que l'aller. Aucun ricanement que celui qu'elle s'imaginait, aucune autre manifestation surnaturelle autre que ces étranges ombres sur les rideaux, tout semblait aller bien et ils allaient sortir tranquillement de cet endroit pour ensuite le rayer de leurs mémoires et ne plus jamais y penser ou s'en approcher.

Adios, c'était pas sympa et à jamais. Croule sur toi même fichu bâtiment.

À moins que. À moins que le fantôme ne vienne les empêcher de sortir de là. Les deux adolescents s'avancèrent dans le hall d'entrée avant qu'une ombre gracile, fine et agile ne vienne danser autour d'eux. Un instant Max se détendit, ébahie devant la beauté du ballet entre ombre et lumière. Pourtant il y avait quelque chose de glauque. De malsain. Et en remontant les yeux vers la porte de sortie qui laissait entrevoir la forêt, la forme spectrale d'un Nymphali trônait, majestueuse. Max exécuta un pas de recul. Le fantôme s'approcha à pas de velour, son ombre ou qui savait quoi, dansant autour de lui.

C'était un mélange entre le sublime et l'horrible. C'était les yeux qui pétillent de beauté et le corps qui se tend de peur. Max s'approcha de Paul, ne quittant pas le pokemon fantomatique des yeux. Son sourire était terrifiant, bien loin de la douceur qui se dégageait habituellement des pokemons fées et en particulier des Nymphalis. Le pokemon continuait d'avancer clairement serein. Autour d'eux, elle entendait de violents fracas comme si le bâtiment tombait en ruine. Affolée, elle jeta un regard en arrière quand elle sentit son pied se faire toucher par quelque chose d'inconnu.

Une pierre qui venait de l'escalier, escalier qui était en train de céder face au poids de ce qui lui arrivait dessus. C'était décidément le moment pour l'une de ses actions inconsidérées. Elle attrapa la main de Paul fermement et sans lui adresser un mot ou un regard, elle se mit à courir, entraînant le Noctali à sa suite. Sa jambe droite eut un accroc quand elle passa dans le corps translucide du Nymphali mais elle continua à avancer, se jetant vers l’extérieur alors que derrière eux le Nymphali ricanait et le dortoir s'effondrait.

Et c'est à ce moment que tout devint vraiment bizarre. Ils étaient revenus dans la clairière où ils s'étaient croisés. Max jeta un regard à son ami et s'étant arrêté de courir, elle observa les alentours. Dans les ombres des arbres se dessinait les familières silhouettes de quelques Zoruark et Ectoplasma.

Au final, ça n'avait été qu'un très vilain tour pour clôturer cette soirée d'Halloween et entamer l'année de ses quinze ans sur les chapeaux de roues.

HRP : Et je pense que c'est conclu ! Merci pour ce super Rp !
© GASMASK


t h e f i r e i n s i d e
Paul Nyllis
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
Icon : Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
Taille de l'équipe : 32/33
Région d'origine : Rosalia, Johto
Âge : 19
Niveau : 64
Jetons : 5563
Points d'Expériences : 2088
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
pokemon
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] NLyjW
32/33
Rosalia, Johto
19
64
5563
2088
Paul Nyllis
est un Topdresseur Stratège
Sans aucun doute, je traversais le dernier couloir entre nous et le hall d’entrée. Persuadé que nous pourrions nous faire surprendre à tout instant, je me concentrais pour garder le contrôle de moi-même… Chose assez difficile quand on sent des regards peser sur vous. Mais il fallait faire abstraction de tout cela et j’avais la solution ! Je repensais à cette soirée d’Halloween et à ce merveilleux costume de Skitty que Dahlia avait porté toute la soirée. Tellement merveilleux, qu’il illuminait mon paysage actuel et ce dortoir sordide devenait plus splendide de seconde en seconde. En revanche, Max ne semblait pas partager cette vision, elle détalait comme un lapin. Plus vite elle retournerait dans sa tanière, plus vite le grand méchant loup arrêterait de vouloir la croquer. Un raisonnement qui se tenait, mais qui risquait de se retourner contre elle, si elle ne faisait pas un minimum attention sur son che… min.

Que… Qu’est-ce qui se passait ? Arrivés dans la dernière pièce du bâtiment, les lumières s’étaient mises à vaciller lentement, alors qu’une ombre voletait autour de nous. Si cela pouvait avoir une impression de beauté au premier abord, en le remettant dans le contexte, c’était extrêmement étrange… Voire même inquiétant. Néanmoins, cela détendit Max qui appréciait le spectacle donné en notre honneur. Etait-ce pour le mieux ou pour le pire ? Que ferait-elle quand elle se rendrait compte de l’horreur de ce qui se déroulait sous ses yeux ? Je ne tardai pas à le savoir. Ses bras m’enserrèrent le bras, tandis qu’un splendide Nymphali spectral faisait son apparition sur le pas de la porte. Il s’avançait avec une grâce à faire frémir un Tauros, sans que ses pattes ne touchent sol.

Le Nymphali laissa exhiber un sourire. Ses dents étaient en tous points comparables à ceux d’un Sharpedo dont le dentiste aurait fait quelques ratés. De quoi produire une belle note chez le chirurgien-dentiste pour rattraper ce désastre. Mais là n’était pas vraiment la question. La question était… Pourquoi Max nous entrainait-elle à toute vitesse vers ce Nymphali ? Et pourquoi avais-je l’impression que mon cœur allait exploser à tout moment quand je vis ce sourire se rapprocher de mon visage.

Le traverser me procura une très forte désagréable sensation de mort et de répulsion. Le cœur bien accroché, je réussi à contenir ce qui était prêt à sortir au fond de ma gorge. Celle-ci s’était nouée et je prenais une grande inspiration avant de me retourner vers le dortoir. Evidemment, tout avait disparu. Comme par enchantement, tout ce qui avait pu être présent en cette nuit d’Halloween en ces lieux n’était devenu qu’un souvenir ancré dans nos mémoires et rien de plus.

Au fond, je savais que cela ne s’arrêterait pas là, un jour ce dortoir referait surface. Peut-être pour faire subir d’autres frayeurs aux élèves de l’académie. Quoi qu’il en soit, je comptais bien être présent à son retour et armé à affronter tous les pièges que ces maudits fantômes tenteraient de mettre sur notre route. Halloween se terminait donc sur cette note un peu spéciale et avant de partir à la recherche du campus au travers du brouillard, je tenais à donner son cadeau d’anniversaire à Max.

De mon sac, je sortis le dessin que j’avais réalisé et représentant Apa avec sa dresseuse. Puis, je le tendis à Max avec un grand sourire.

-Joyeux Anniversaire Max !

Oh que oui, nous n’oublierons pas cette nuit.

HRP : Conclu aussi pour moi, c'était très fun :3


Moodboard :
Le dortoir (féminin) fantôme ! [PV Max] 1543863697-signa-par-max
Merchiii Max pour cette superbe signature !
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum