Séjour low cost |Hazel & Yukino|
Icare Griffin
Icare Griffin
Région d'origine : Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 0
Jetons : 218
Points d'Expériences : 0
Nouveau Membre
Sujet: Séjour low cost |Hazel & Yukino|   Ven 25 Déc - 23:25
La bonne la brute et la truande
Yukino & Orion & Hazel
 

Toujours ce même froid, poignant, simplement frigorifiant. Tu ne supportes pas très bien les bases températures, la neige et tout ces autres trucs gelés. L'hiver, ce n'est de toute évidence pas ta saison. Même si il y a le ski, le snowboard, et tout ces autres sports de glisses, toi, tu ne t'y connais pas, tu n'en as jamais fait. A Rhode la neige n'est pas très fréquente, voir totalement rare et inexistante ) et s'aventurer dans les montagnes voisines étaient réservés aux scientifiques, aux chercheurs et autres qualifiés pour braver l'imbravable. Aucune chance pour qu'un petit gamin comme toi ai la chance de s'y balader librement.

Un soupire en vapeur plus tard et tu redresses la tête. En plein milieu du village, mains gantés de laines, elles mêmes minutieusement plongées dans les poches de ton épais manteau tout juste reçu la veille, tu marches à grands pas rythmés vers ce qui semble être ton nouveau chez toi pour les fêtes. Après une bonne inspiration qui congèlent tes pauvres poumons, tu ne perds plus un seul instant et cherche, un peu plus loin, le chalet dont on a ta confié les clés. Tu dois être dans les premiers, parce que tu ne croises que peu d'élèves sur le chemin. Sur tes talons, une petite Poussifeu énergétique. Elle sautille dans tes empruntes faisant d'avantage fondre la neige dans ton sillon. Contrairement à toi elle n'a pas du tout l'air de souffrir de ces courants d'airs froids qui lèches à grand coup de langue gelée ta peau exposée. Chanceuse. Jetant un rapide coup d’œil en arrière, tu n'as plus qu'une seule envie, l'attraper et la câliner jusqu'à ce qu'elle te réchauffe complètement ! L’hésitation persiste, et quand finalement elle tamponne ton tibia te croyant encore en marche, tu te saisis de son petit corps plumée et viens placer le bout de ton nez froid dans son duvet chaud.

Plus tu t'enfonces dans la petite allée enneigée, plus tu constates que l'état même des maisonnettes se dégradent. Tu vérifies l’étiquette de ta clé. Oui non, c'est bien là... au fond, un peu en retrait du reste, sur la gauche...Un regard sur la clé, un regard sur la baraque.... Non. Encore. Vérifie encore ! Tu bondis vers la porte faites de vieux bois et plisses les yeux sur le nombre gravé sur le mur...Bon allez. Changes un peu tes habitudes et essayes de ne pas juger l'aspect extérieure de cette maison. Après tout, qu'est qui te dit que l’intérieure n'est pas simplement luxuriant, et chaud, et confort ? Tu te saisis de la clé et l'enfonce dans sa serrure. *hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii* Ouuuh ! La mélodie stridente d'une porte qui grince. Qu'est que c'est que cette endroit sérieux... Pyrope s'enfonce dans ta grosse veste tandis que vous faites face à une obscurité terrifiante. Étrangement, ton sixième sens ne se manifeste pas. C'est que ça doit être safe ici. Un pas en avant, un deuxième et la porte se referme d'un claquement roque. Tu aurais put sursauter, mais Pyrope le fait pour toi s'extirpant de ton blouson d'un bond puissant.

Prise par surprise et sensiblement terrifiée la petite Poussifeu prend le large en s'aventurant par panique dans le chalet. Tu tentes de la suivre mais tu trébuches sur quelque chose de rond.  Face contre terre,soulevant des vagues épaisses de poussières, tu grognes... et frappes le sol d'une si grande violence que le plancher se brise sous ton poing... fait chier. Finalement, n'ayant pas l'intention de rester par terre plus longtemps, tu te redresses et heurte du bout du pied le truc qui a réussis a te faire perdre ton équilibre.

▬ Qu'est que... Un œuf ?!

Oui, parfaitement, un œuf. Contrairement a celui de Pyrope, la coquille est solide comme la roche et tu es soudainement persuadé que le jeter contre un mur abîmerait d'avantage ce dernier que la surface presque granite de cette carapace beige. Et si tu essayais ? Tu retournes ta casquette imaginaire, prend appuie sur ton pied droit, lève le gauche avec souplesse, tout en gardant pour cible l'un des murs en planches du chalet. C'est le moment d'éliminer le plus puissant batteur adverse avec ce troisième strike ! DONNES TOUT CE QUE TU AS !

[hrp : acquisition d'un œuf de Mascaiman ( qu'Orion s’apprête quand même a exploser contre un mur, alors, s'il vous plait,  Yukino/Hazel, j'compte sur vous :keur: )


   
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________

Séjour low cost |Hazel & Yukino| Y7ycjo97
Thésée Coursevent
Thésée Coursevent
Région d'origine : Alola
Âge : 14 ans
Niveau : 13
Jetons : 3486
Points d'Expériences : 204
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Séjour low cost |Hazel & Yukino|   Dim 27 Déc - 21:27
Aglagla… Qu’il fait froid !!! Resserrant mon écharpe autour de mon cou, seuls mes yeux restent visibles au commun des mortels. Je rabats ma capuche sur ma casquette blanche et rose au sigle pokéball, la fourrure blanche qui l’entoure frôle mes joues et me couvre du vent frigorifiant. Mes mains, équipées de gant, vont ensuite trouver refuge dans les poches de ma veste noire, aux couleurs de mes bottes. Péniblement, je fais quelques pas dans la neige avant de m’arrêter et de regarder autour de moi. Je vais devoir rester encore combien de temps dans cette tempête de neige ? Jusqu’à la fin des fêtes ? Nan, mais ils rigolent à l’académie… J’ai déjà envie de faire demi-tour et de rentrer à mon dortoir, au chaud, et de me plonger dans mes draps avec volupté. Un petit effort, je sais. L’administration pensait nous faire plaisir en nous envoyant dans ce village où pistes de ski et tournée en traineau vont bon train. Moi, j’aurais préféré une simple carte, notée « Joyeux Noël ». Ce n’est pas vraiment que je déteste l’intention, qui est louable, mais je redoute de devoir vivre en colocation avec de parfaits inconnus pendant les fêtes. Depuis que je suis partie, je n’ai pas reçu une seule lettre de mes parents. J’aurais aimé aller les voir, prendre de leurs nouvelles, leur présenter Diva,… Ma lapine, est quant à elle, ravie de sautiller dans la poignée de centimètres de neige. Il est rare de la voir aussi expressive et je profite de chaque instant, en évitant bien évidemment de finir en esquimau.

Après deux-trois minutes de jeu, je rappel à ma Laporeille qu’il nous faut rejoindre le chalet pour nous débarrasser de nos bagages. La petite me regarde, et voyant que je n’avais pas le dessein de porter son petit sac, vient le chercher elle-même. Pour l’occasion, je n’ai emporté que le strict minimum dans un bagage en bandoulière typé sport. Dedans ? Trousse à maquillage, miroir portatif, habits de rechange, tenue de Noël, tenue en cas de soirée, tenue pour le réveillon, tenue de gala… Et enfin, le plus important, mon nécessaire de santé. Prévoyante, j’avais fait l’aller-retour Lansat-Kalos la semaine dernière pour mes analyses et le suivi quotidien, sachant que je ne pourrais revenir lors des fêtes. En passant, je m’étais rendu à la boutique de mes parents dans l’espoir de leur dire un petit bonjour et de leurs souhaiter de bonnes fêtes. Au final, j’étais tombée sur une porte close et un mot d’excuse sur leur absence. A croire que je n’étais pas destinée à les revoir de suite. J’avais néanmoins déposé une carte, achetée à la librairie du coin, pour leur retour. Accompagné de Diva, je traversais la majeure partie du village. Ce dernier, me rappela Flusselles à cause de l’affluence de touristes, même si la taille des deux villes n’était pas comparable. L’endroit était assez charmant, notamment par la présence de la neige et de flocons dans le ciel, qui venait ajouter une touche de féérie aux lieux. Les gens battaient bon train et piaillaient dans tous les sens. De nombreuses lumières peuplaient les vitrines des boutiques, augmentant la cohue générale et me donnant presque envie d’arriver au chalet plus vite. Tout était beaucoup trop exagéré ici, lorsque l’on descendait la tête des étoiles. Je n’avais qu’une hâte : me mettre à l’abri devant un bon feu de cheminée. Oh, le rêve…

Une fois le village traversé, je faisais face à une immense allée, composée de chalets tous plus splendides les uns que les autres. Avec émerveillement, je m’avançais sur le chemin enneigé, ne sachant plus où donner de la tête. Alors que je ne faisais attention qu’à la majestuosité des différentes bâtisses, Diva s’occupait de nous trouver le bon numéro. Au fil des demeures en bois, la brillance de mes yeux s’éteint à décrescendo jusqu’à atteindre un nouveau seuil de dégoût. Avec une pointe de curiosité, je me demandais si Diva ne s’était pas trompée. Les chalets du début atteignaient des records de classitude, je doutais que l’on met placé dans l’un de ces miteux devant lesquels nous passions. Pourtant, la Laporeille ne décéléra pas le pas, toujours aussi concentrée sur la recherche du numéro. Diva n’avait pas pour habitude de faire des plaisanteries de ce style, ou tout simplement de plaisanter, et je commençais à stresser sur là où nous allions tomber... Je ne tardai pas à le savoir, la lapine s’arrêta net face à une maisonnette, qui avait plus du cabanon que du chalet. Une moue de désespoir s’afficha sur mon visage, tandis que je prenais conscience qu’il fallait dire au revoir aux beaux et luxueux chalets pour se contenter du plus minable, que j’ai pu voir jusque-là. Eh bien… Elles commencent bien ces vacances… Allez, faisons un tour à l’intérieur, ce ne doit pas être si désagréable que ça… Si ? Déjà, la porte est ouverte. Mauvais signe ? Bah, sûrement ! Si tout le monde peut entrer là-dedans comme dans un moulin à vent, je vais me plaindre à la direction. Pas question de me faire surprendre par un Sirius sauvage en pleine nuit, et oui, les rumeurs vont bon train Don Juan. Me ressaisissant, d’un commun accord avec Diva, nous pénétrons dans l’entrée, prêtes à surprendre la personne qui s’est introduite ici.

La pièce est sombre, très sombre… On y voit que dalle, voilà c’est dit ! Et en prime, j’entends des bruits louches provenant des ombres. L’intrus ne doit pas être loin, il n’est pas discret qui plus est, Diva le repérera sous peu. Néanmoins, je décide de m’aventurer à pas de velours dans la salle. Un pas, puis un autre,… A rythme lent et précis, j’atteins ce qui semble être le centre de la pièce. Une silhouette sombre s’élève alors devant mooouuuuaaaa « AAAAAHHHHH ! » Mon corps chute alors inexorablement sur la silhouette qui lève un de ses bras avec… un ŒUF ?! Je n’ai pas le temps de vraiment m’étonner, que nous nous retrouvons l’un sur l’autre à terre. Aie ma tête, heureusement que ce garçon, car je peux le définir maintenant, est plutôt confortable. Toutefois, je tourne ma tête pour voir l’origine de ma chute… Un trou dans le plancher... Facepalm. J’aurais dû m’y attendre. Est-ce qu’il peut il y avoir une seule chose de normale dans cette baraque !!! Ah oui, le garçon ! Profitant de ma position de force, je reviens vers lui, ma chevelure éclatant au grand jour après que ma capuche soit retombée en arrière. Le dévisageant, je le coince sous moi en le tenant cloué au sol avec mes bras.

-Tu peux me dire qui tu es et ce que tu fais là ? Tu as intérêt d’avoir une bonne raison !
Hazel Haymitch
Hazel Haymitch
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1372
Points d'Expériences : 259
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Séjour low cost |Hazel & Yukino|   Lun 11 Jan - 17:36

Séjour Low cost
PV Yukino & Orion
19
déc.
Le bruit que faisaient Jack & Muscari ressemblait à peu de choses près à celui d’un Caninos coincé dans une trayeuse de ferme Meuhmeuh. Les pattes en l’air, le derrière farouchement enfoncé dans un des tiroirs de lingerie d’Hazel, le pauvre Doduo semblait avoir les plus grandes difficultés à sortir de son piège. Ses deux becs acérés couinaient lamentablement, tandis que les yeux de Muscari roulaient dans leurs orbites encore plus rapidement que d’ordinaire. Avec un sourire taquin, Lupin s’amusait à balancer des culottes sur les deux têtes du Type Vol pour l’embêter encore plus. Ce qui n’améliorait évidemment pas l’humeur générale de cette pauvre Hazel. Bras croisés, yeux fermés, la jeune fille semblait réfléchir. Une veine palpitait sur ses tempes et elle pratiquait honteusement la fameuse technique de l’autruche pour ne pas péter un plomb et se mettre à tirer des coups de carabine dans tout ce qui bougeait dans cette foutue chambre. Caaaaaaalme Hazel. Pense à un joli champ de Papillusion. Avec de la guimauve partout. C’est bon la guimauve rose, n’est-ce pas ? Ajoute y quelques exemplaires de tes bellâtres préférés, et voilà que tu te sens tout de suite plus zen, non ? Non.

La demoiselle ouvrit brusquement les yeux et se dirigea d’un pas déterminé vers Jack & Muscari. Les pépiements de son Doduo commençaient clairement à jouer avec ses nerfs, et elle avait hâte d’abréger ses souffrances de quelque manière que ce soit. Dans l’idéal ? En arrivant à le sortir de ce fichu tiroir dans lequel il était parti se coincer comme le demeuré mental qu’il était. Dans le pire des cas ? En le faisant piquer ou en l’étranglant ; tout serait bon pour apaiser l’espèce de petit lutin qui semblait taper sur son système nerveux avec un peu trop d’entrain à son goût. Ses mains aux ongles impeccablement vernis s’accrochèrent autour de la base du cou de son Doduo. Fermement mais efficacement, elle tira de toutes ses forces tandis que Jack, pratiquement à l’agonie, était en train de glouglouter, de l’écume se formant dans son bec à demi ouvert. Relâchant la pression quand Jack atteignit ses limites, Hazel fut agacée de constater que le Doduo n’avait pas bougé d’un centimètre. Et qu’il continuait de s’égosiller comme un abruti.

« Alors tout d’abord, vous deux, calmez-vous… Le bus. part. dans. deux. minuscules. minutes. eeeeet j’aimerais bien pouvoir trouver une solution à votre bêtise dans le silence et la sérénité. » dit-elle en détachant chaque syllabe sur un ton calme qui annonçait néanmoins une tempête bien proche. Un sourire forcé fixé sur ses lèvres, elle tourna comme un léopard en cage dans sa chambre. Jack & Muscari refusaient d’entrer dans une Pokéball, ce qui allait compliquer ses affaires. Le dernier bus n’allait pas tarder à quitter l’enceinte de l’école, et elle n’était même pas sûre de pouvoir le rattraper si elle parvenait - par miracle - à décoincer son Doduo là, tout de suite, maintenant. Comment allait-elle faire pour se dépêtrer de ces deux problèmes ? Rah, décidément. Alors qu’enfin on leur accordait des vacances - qui plus est dans un lieu vraiment trop cool, avaient dit ses camarades -, voilà que ses stupides Pokémon faisaient tout pour les lui gâcher. Qu’allait-elle faire si elle ratait le bus ? Y aller par ses propres moyens ? Elle avait certes reçu une carte avec la localisation des chalets, mais tirer sa grosse valise dans la neige et le froid ne la séduisait pas du tout. Quelle merde !

Lupin trouva cependant la solution la plus expéditive, même si ce n’était pas forcément la meilleure. Faisant exploser le tiroir d’un coup d’ondes psychiques, il libéra le gros postérieur de Jack & Muscari, qui s’écroulèrent au sol avec des piaillements affolés. Hazel était partagée entre l’envie de féliciter son Eoko chromatique, et celle de l’étrangler. Maintenant, il y avait des bouts de bois partout dans sa chambre, et elle allait devoir demander un nouveau tiroir ! Mais pas le temps d’y penser maintenant ; elle avait un bus à prendre ! Etouffant un juron en consultant l’heure sur son iPok, elle attrapa sa valise, Lupin, Jack & Muscari, puis dévala l’escalier en spirale qui menait à la salle commune des Givrali. Sortant en claquant la porte brusquement - et passant au passage devant quelques élèves plus âgées qu’elle qui avaient décidé d’aller au chalet par leurs propres moyens -, Hazel pressa le pas et s’enfonça jusqu’aux chevilles dans la neige. Le bus était posté devant le portail, et si elle se pressait, elle parviendrait peut-être à le rattraper. Sauf qu’à peine arrivée à une dizaine de mètres, elle vit le véhicule démarrer et… partir sans elle. Ah ah ah… Pas drôle. Vraiment pas.

Jetant sa valise au sol de dépit, elle hurla sa rage en donnant des coups de pieds dans tous les sens. Son slim en daim était complètement trempé à force de se prendre des projections de poudreuse qui fondaient au moindre contact avec le tissu, mais qu’importe. Hazel était trop énervée pour faire attention à ses vêtements - ce qui était assez rare en soit pour que ça mérite d’être souligné -. Se retenant de pleurnicher comme une gamine, elle fusilla Jack & Muscari du regard en lui balançant une grosse boule de neige dans la tronche. Tiens stupide piaf ! Tout ça était de ta faute ! TA FAUTE !

Elle passa à peu près une demi-heure à gesticuler dans la neige en se roulant dedans pour refroidir ses ardeurs. Quand enfin elle fut calmée, elle se posa contre le tronc d’un arbre et se mit à réfléchir. Comment allait-elle parvenir jusqu’au chalet sans efforts, à présent ? Son regard se posa immédiatement sur Jack & Muscari, qui étaient en train de piailler, malheureux d’avoir les pattes dans la neige froide. Rien à faire ! « Stupide piaf ! On va y aller à en mode monture. Penche-toi et laisse-moi grimper. Lupin, tu t’occupes de faire léviter la valise derrière nous, et gare à ton antenne frontale si tu la laisses tomber ! C’est bon ? Tout le monde est opérationnel ? OK C’EST PARTI ! »

Et à la fine équipe de partir conquérir les routes de neige jusqu’au chalet. Le début de l’expédition se passa sans trop de difficultés, Jack & Muscari avançant à bon rythme. Au milieu néanmoins, le temps commença à se gâter et Hazel dû se couvrir de son parapluie pour éviter d’être complètement recouverte de flocons. Son sens de l’orientation excellent lui permis cependant de parvenir jusqu’au Village de Noël sans se perdre une seule fois - au bout d’un temps plus que certain -, bien avant les bus les plus tardifs, probablement coincés par la neige quelque part entre le campus et la pointe de l’île. Bah ! Au moins pourrait-elle chercher son chalet sans avoir à négocier avec une foule d’élèves surexcités.

Descendant de Jack & Muscari, Hazel s’avança parmi les diverses rangées de maisonnées qui s’étalaient de tous les côtés. Ah ! C’était tellement joli ! Il lui tardait de découvrir le sien et de pouvoir aménager sa chambre comme elle l’entendait. On lui avait dit qu’ils seraient trois par chalets et qu’elle aurait sa propre chambre ; de quoi passer un agréable séjour au coin d’un feu de cheminée ! Un sourire fixé sur ses lippes cerise, la jeune fille continua sa route en tentant d’apercevoir le numéro de son chalet. Néanmoins, au fur et à mesure de sa progression, elle remarqua que les bicoques étaient de plus en plus délabrées. Elle commençait à avoir un mauvais pressentiment, mais le chassa dans un coin de son esprit. Là, la priorité était d’aller se réfugier bien au chaud. Elle commençait à être complètement frigorifiée, à force d’avoir fendu les pistes enneigées à 100 km/heures sur le dos de son Doduo…

Et puis, le drame. Arrivant devant son chalet, elle regarda l’allure générale du bousin et consulta le numéro sur sa clé. Ok, c’était bien là qu’elle allait se loger, mais c’était quoi ce taudis ? Retenant une grimace, elle haussa les épaules. Peut-être que l’intérieur serait cosy… Ouvrant donc la porte, elle ferma un œil quand cette dernière grinça puis tomba sur une scène à laquelle elle ne s’attendait clairement pas.

Au sol, un garçon était allongé sur le dos. Au-dessus de lui ? Une jeune fille à l’épaisse chevelure châtain. Woh woh woh, calme la jeunesse ! Ils pouvaient pas aller faire ça dans une chambre ? Dans un flash de lucidité, Hazel reconnut le visage d’Orion et se mit à rougir violemment. Son partenaire de sport, en train de fricoter avec une fille ? Si elle s’était attendue à ça. Reculant maladroitement, elle bafouilla quelque chose qui ressemblait à « Ah heu je… désolée je ne voulais pas vous déranger mais… enfin… bon, je sors. » avant de sortir du chalet et de claquer la porte. Un vent hivernal vint ensuite lui glacer les joues et elle se résigna à entrer de nouveau.

Ouvrant la porte brusquement, elle la referma derrière elle et traversa la chambre en se couvrant les yeux et en parlant délibérément fort afin de ne pas entendre les bruits que pourraient faire le couple. « AHAHA DESOLEE IL FAIT FROID EN FAIT. NE FAITES PAS ATTENTION A MOI JE NE FAIS QUE PASSER LA LA LA ». Et à Lupin de se marrer en lançant des petites culottes sur Orion et Yukino. Démarrage de vacances sur des chapeaux de roues ? Check !


_________________
Séjour low cost |Hazel & Yukino| 470031jvoulaitets

Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Séjour low cost |Hazel & Yukino|   
Séjour low cost |Hazel & Yukino|
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :