Partagez | .
[Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Kanto
Âge : 16 ans
Niveau : 22
Jetons : 1520
Points d'Expériences : 418

MessageSujet: [Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors   Mer 30 Déc - 1:33

avec Haru Eina   le 14 décembre
I need a doctor, call me a doctor
Les étudiants étaient rassemblés devant la centrale. Alex était fatiguée, elle avait froid, et elle manquait de toute évidence d'enthousiasme au milieu de la foule impatiente. Au moins, le cours avait lieu à un horaire raisonnable, cette fois, mais l'idée de lui sacrifier toute une journée l'agaçait. Lorsque Needle se montra finalement à eux, Alex fut parmi les rares étudiants à ne pas être déçus. À vrai dire, elle n'en avait tout simplement rien à faire. Elle était de mauvaise humeur et puis voilà.

Et puis Needle leur donna des instructions, et Alex devint encore plus livide.


Qu'est-ce qu'elle fichait là, déjà ?


★  ★  ★


Il paraît que la Pokémon Community, c'était avant tout une académie (Alex aurait plutôt misé sur un asile de fous, mais soit). Avec des cours. Dont des cours spécialisés, indépendants des cours réguliers, et qui fonctionnaient pas inscriptions. Aucun doute qu'Alex avait tout d'abord pensé y couper. Mais à force d'esquives, on avait fini par lui répéter avec insistance que les cours en question étaient importants, et que l'on attendait d'elle qu'elle en suive au moins une partie, si ce n'était tous. Alors, pour qu'on lui fiche la paix (mais aussi pour avoir une chance de passer au grade suivant, parce qu'Alex était désormais bien décidée à prouver sa valeur), elle avait décidé de s'inscrire à l'un de ces fameux cours. Dans la précipitation. C'est à dire qu'elle n'y accorda pas une longue réflexion et qu'elle se contenta de choisir un cours de pokéathlète quand il se présenta. C'était son parcours, après tout, et c'était déjà moins prise de tête que la stratégie ou la recherche, et moins neuneu que la coordination.

Sauf qu'Alex avait tendance à oublier que les poké-médecins étaient également des pokéathlètes. Et voilà comment l'adolescente s'était retrouvée à participer à une mission sauvetage au cours de laquelle on attendait d'elle qu'elle soit capable de soigner de malheureux pokémon. Les pauvres.

Alex n'avait strictement rien retenu (peut-être même rien écouté) des quelques cours de médecine qu'elle avait eus jusque là. Cette branche du pokéathlétisme ne l'intéressait pas le moins du monde. C'était beaucoup trop compliqué pour elle, beaucoup trop stressant, beaucoup trop sale. Et ça impliquait généralement un contact avec les pokémon beaucoup trop direct et beaucoup trop intime au goût de la rouquine. S'occuper des pokémon n'avait jamais vraiment été son truc. Elle avait fait d'énormes progrès de ce côté depuis septembre, en s'habituant à ses propres pokémon, à ceux de sa colocataire, et dans une certaine mesure à ceux qu'elle croisait tous les jours sur le campus de l'académie. Mais elle observait généralement une certaine distance avec les pokémon qu'elle ne connaissait pas de façon plus personnelle. Et certains d'entre eux lui flanquaient toujours la frousse.

Une chance pour elle, elle n'aurait pas à s'occuper de pokémon spectres ni insectes ; ses deux bêtes noires. Mais le risque délectrocution (et autres) n'était pas exactement à son goût. Et savoir que Needle serait là pour s'occuper d'elle en cas de besoin n'avait absolument rien de rassurant à entendre. C'est donc avec une grosse boule dans le ventre qu'Alex parcourut la foule des yeux, à la recherche de sa binôme. Seul point positif de la situation, elle allait travailler en équipe avec Haru, une jeune pokéathlète qu'elle avait déjà croisée de temps à autres, et à laquelle elle avait acheté un Florizarre quelques jours plus tôt. De ce qu'elle en avait vu jusqu'à là, Haru était une adorable jeune fille, et Alex était soulagée de l'avoir en binôme. Il lui semblait d'ailleurs se souvenir que la brunette s'intéressait au parcours de médecine de l'académie. Avec un peu de chance, elle empêcherait Alex de commettre de nouvelles catasrophes.

« Hey, Haru ! »

La rouquine venait de repérer sa cadette, et s'approcha d'elle pour la saluer. Allez Alex, un peu de bonne volonté.

« Ça va, demanda-t-elle en lui adressant un sourire. J'ai vu sur la liste des binômes que les profs nous avaient mises ensemble. »

Les deux jeunes filles échangèrent quelques mots, et Alex se tourna finalement vers la porte de la centrale.

« Bon, quand faut y aller, faut y aller. Je compte sur toi, hein ! »

La rousse enfila les gants en caoutchouc qu'on lui avait confiés, puis elle attacha ses longs cheveux en queue de cheval avant de pénétrer dans la centrale d'un pas décidé, la brune sur ses talons. Elle aurait préféré être ailleurs et elle n'avait aucune idée de ce qu'elle allait bien pouvoir faire, mais elle n'avait pas le choix, alors autant se bouger les fesses.

_________________




PERSONNAGE QUI N'AIME
PAS SES POKÉMON
WINTER 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3913-0283-alex-j-lovell-how-can-you-expect-to-be-taken-seriously-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3917-alex-j-lovell-givrali-uc
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Kantô
Âge : 13 ans
Niveau : 14
Jetons : 162
Points d'Expériences : 235

MessageSujet: Re: [Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors   Sam 9 Jan - 12:22

Don't trust the doctors, comme dirait l'autre. Dans mon cas, c'était encore plus vrai. Voilà maintenant quelques jours que j'avais été promue comme Pokéathlète Médecin afin de parfaire mon parcours encore loin d'être tracé. Et encore loin d'être joncé de corps sans vies de me victimes .... Enfin, c'était officiellement que j'avais rejoint le groupe des Médecins, prête à donner tout ce que j'avais pour les aider. Mais officieusement, mon objectif était tout autre : canaliser celle que je suis, ou plutôt celle que j'étais, en lui permettant de s'exprimer dans un parcours où son caractère serait utile pour la société, marrant à accomplir et où elle pourrait se lâcher sans que personne n'ait à la reprendre sur ses méfaits. Et c'est dans ce but que j'avais rejoint ce qui pouvait s'apparenter à une confrérie, La secte des adorateurs de l'ombre, celle des Espions. Dès mon premier pas dans la zone qui leur était dédié, secrète évidemment, j'avais bien senti que l'atmosphère était différente du reste de l'académie. Il y régnait un silence grave, mêlé de l'inexistence presque complète de présence de vies humaines en ces lieux, cependant, mais j'en fus étonnamment peu surprise. Il était normal, après tout, que personne ne veuille se croiser de peur de se reconnaître l'un l'autre. En tout cas, cela apportait à ces lieux une certaine tristesse, Si douce à mon cœur ..., que quelques personnes en blouses blanches, très certainement des scientifiques à la botte des espions, comblaient par leur tapotement continu sur les touches de leurs claviers d'ordinateurs. Je n'y fis pas attention et partit en quête de la salle où j'allais pouvoir finaliser mon inscription. Je la trouvai assez facilement et remplit dans mon coin une feuille où je notai toutes les informations demandés avant de la plier soigneusement pour la faire rentrer dans une espèce de boîte aux lettres, puis je quittai les lieux au plus vite, contente d'avoir faire ce que je voulais faire.

Les jours défilèrent ensuite tranquillement jusqu'à aujourd'hui. J'avais profité de ces premiers jours pour m'habituer à mon nouveau parcours de Médecin et avais lu tranquillement et minutieusement quelques livres sur les sujet, mais j'avais encore pas mal à apprendre. Plus ça rentrera dans ma petite tête, plus je serais crédible … Et je pourrais donc plus facilement manipuler mon entourage … Cela viendra, cela viendra .... En tout cas, voilà qu'aujourd'hui, on demandait aux élèves de venir aider à la fameuse centrale de Lansat, celle-là même qui servait de fournisseur d'électricité pour toute la ville et accessoirement pour toute l'île à l'exception de l'académie. En y réfléchissant un peu, je me disais que c'était peut-être fait pour les Médecins. Aussi n'avais-je pas hésité. Dès le déjeuner terminé, j'avais sprinté jusqu'à ma chambre où j'avais attrapé en coup de vent mes cours de l'après-midi. J'installai également les Pokéballs de Mashin et d'Hamtaro sur ma ceinture et quittai pour la deuxième fois de la journée cette pièce pour me diriger cette fois vers l'extérieur de l'académie. Si je trouve quelqu'un sur ma route, j'espère que ça sera pas un vieux ....

J'y parvins presque dans les temps. Il était presque quatorze heures quand la centrale se dressa devant moi, avec les élèves lui faisant face. Le professeur chargé de ce cours était très certainement cette chère Hortense, vers qui je m'étais facilement tourné pour obtenir des informations sur mon parcours. Malheureusement, en ce jour de cours, elle se trouvait malade et dans l'incapacité d'assurer son cours. Fort heureusement, l'infirmière de l'école, madame Needle, se fit une joie de prendre sa place et, son Noacier Mine à ses côtés, elle débuta le cours en expliquant son déroulement avant de nous lâcher en groupe pour s'occuper de soigner les Pokémon. Je fus heureuse d'apprendre que j'allais travailler en duo avec Alex J. Lovell, Je parcourais la foule de filles et de garçons, Un troupeau de Ramoloss en chaleur serait comparable à leur situation, et dénichai rapidement la demoiselle. Elle me salua, précisa que l'on était ensemble, et lâcha une petite phrase de motivation avant d'enfiler des gants en caoutchoucs pour partir à l'assaut des Pokémon blessés.

Oui, j'ai vu ça. lui avais-je dit joyeusement. J'espère qu'on arrivera à aider toutes ces pauvres bêtes ... ajoutai-je avant qu'elle ne se motive.

Elle avait pénétré dans la centrale sans perdre de temps. Pris de cours, j'enfilai prestement mes propres gants, fit rapidement sortir Hamtaro et Mashin de leurs Pokéball, et rejoignit au plus vite la Givrali. A l'intérieur, c'était le chaos total. Cela bougeait dans tous les sens pour aider les Pokémon en difficulté, on pouvait voir des rayures électriques traverser le plafond par moments. Une apocalypse comme je les aimes … Un jour, moi aussi je ferais quelque chose comme ça.. Je trouvai finalement Alex et lui indiqua de me suivre. Je dénichai rapidement un pauvre petit Statititik qui semblait convulser près d'une colonne électrique, et qui affichait des blessures flagrantes sur son corps. Ce serait donc notre première cible à sauver. Mais avant tout, il fallait trouver un moyen de l'écarter de la colonne qui surchauffait actuellement et dont la chaleur se ressentait sur dix bons mètres, me donnant un violent mal de crâne.

Tu aurais une idée pour refroidir cette colonne, Alex ? lui demandai-je.

En attendant qu'elle réponde, je regardais rapidement dans ma tête les solutions que j'avais pour venir en aide au petit Pokémon. Il semblait vraiment trop souffrir … Bien trop.

_________________
Haru Eina ≈ Celle que je suis n'est pas celle que je serai, mais ce que j'étais est en vérité ce que je suis. Alors, est-ce que ce que je serai sera celle que j'étais ou bien ou ce que je suis sans l'être le sera ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3914-haru-eina-mentali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Kanto
Âge : 16 ans
Niveau : 22
Jetons : 1520
Points d'Expériences : 418

MessageSujet: Re: [Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors   Dim 17 Jan - 23:04

We did the best that we can
Across the world, we made a plan
En pénétrant dans la centrale, la rouquine fut impressionnée par le chaos qui y régnait. Qui aurait cru qu'une simple panne de courant puisse faire autant de dégâts ? Certainement pas Alex, en tout cas. Son regard électrique — épithète aproprié à la journée — fit un tour d'horizon, tandis qu'elle tentait de démêler un peu ce qu'il s'y passait. Un autre binôme la dépassa en vitesse pour se faufiler dans le bâtiment à la recherche de pokémon en détresse. Deux vrais boyscouts.

La Givrali fut rapidement rejointe par sa comparse, qui semblait aussi impressionnée qu'elle par les dégâts. La rouquine constata alors que deux pokémon accompagnaient la Mentali. C'est bizarre, c'était un réflexe qu'Alex avait encore du mal à choper. En même temps, elle n'avait peut-être pas l'équipe la plus appropriée. Elle préférait éviter de sortir le Florizarre dans des lieux animés, et même plus généralement en intérieur ; autrement dit, il était probablement plus que judicieux de le laisser en-dehors de tout ça, autant que possible. Craintif comme il était, il ne tarderait pas à causer une nouvelle catastrophe. Le Ludicotroll étant relativement imposant et pataud (en plus d'être terriblement agaçant), elle préférait également éviter de le sortir dans un endroit pareil. Restaient les deux blobs, sachant que tête-de-cul semblait toujours faire la gueule, et que fantominus risquait de mal supporter la chaleur ambiante. Alex soupira, elle n'irait probablement pas loin sans le support de ses pokémon. Elle décida d'attendre encore un peu, et de prendre une décision quand le besoin s'en ferait sentir.

Haru lui fit signe, et Alex s'engagea alors à sa suite, soulagée de la voir prendre les devants. Après quelques pas à peine, la brunette s'arrêta et désigna une petite silhouette jaune qui semblait mal en point. Alex allait s'approcher quand elle réalisa qu'il faisait étonamment chaud. Ce fut Haru qui lui apporta la réponse.

« Tu aurais une idée pour refroidir cette colonne, Alex ? »

La rouquine regarda un peu autour d'elle, et remarqua enfin la colonne électrique juste à côté du pokémon. Ah, c'était ça qui chauffait comme ça. La créature allait être difficile à approcher dans ces conditions, Alex sentait la chaleur d'ici, elle n'osait pas imaginer ce que ça donnait juste à côté. Mais elles ne pouvaient pas laisser le pokémon comme ça. La rouquine se mit à réfléchir. Elle ne connaissait pas les spécificités des pokémon de sa coéquipière ; il lui semblait que le rongeur jaune était un pokémon électrique, ce qui pourrait se révéler utile dans ces circonstances, si seulement il avait été un peu plus grand... Il lui semblait trop petit pour ramener le statitik. Quand à l'autre pokémon, il ne disait absolument rien à Alex. Mais si Haru lui avait posé cette question, c'était probablement que ses pokémon ne pouvaient pas l'aider dans cette situation. Alex se mit alors à réfléchir. L'idéal pour essayer de refroidir cette colonne aurait été de la glace, mais elle n'avait malheureusement aucune attaque de type glace à disposition. Et l'eau n'était de toute évidence pas une bonne idée dans une centrale électrique.

« Euh là comme ça je vois pas... »

La rouquine pensa alors à autre chose. Tout compte fait, elle avait peut-être moyen de récupérer le pokémon blessé sans s'inquiéter de la colonne ; même si l'important était d'éloigner la créature du danger, non ? Elle s'écarte de quelques pas pour libérer un espace conséquent, attrapa la quatrième pokéball accrochée à sa ceinture, la porta à ses lèvres pour lui murmurer quelques mots rassurants, et en fit sortir le florizarre qu'elle avait acheté à Haru quelques jours plus tôt, en priant pour que ce ne soit pas la panique. Avant que le pokémon n'ait pris conscience de son environnement, la dresseuse s'était approchée de lui pour lui caresser la tête, afin de le mettre en confiance.

« Tout doux, tout doux. Doux parfum, mon beau. »

Elle avait commencé à tester cette tactique au cours des précédents jours. Elle demandait au florizarre d'exécuter une attaque doux parfum dès qu'il sortait de sa pokéball ou qu'il montrait des signes d'inquiétude. Parfois, ça suffisait à le calmer. Le pokémon plante, qui commençait à prendre l'habitude de ce petit rituel, s'exécuta, et un arôme délicat se répandit rapidement autour d'eux. Pour une fois, la rousse semblait avoir assuré, car le florizarre ne montra pas de signe de panique, et semblait même plutôt confiant pour le moment. Alex s'autorisa un compliment mental avant de se tourner dans la direction de Haru et, au-delà, du statitik, qu'elle désigna du doigt en s'adressant à la grosse fleur mouvante à côté d'elle.

« Allez le froussard, tu vois ce petit père mal en point, là-bas ? Essaie d'utiliser tes lianes pour l'attraper. »

Le florizarre s'exécuta, et Alex se mordilla nerveusement la lèvres pendant l'opération, priant pour que tout se passe bien. Elle était pas exactement sûre de la sensibilité des lianes du pokémon plante ; résistaient-elles bien à la chaleur ? Mais le pokémon ne sembla pas trop dérangé, et eut tôt fait d'enserrer le pokémon insecte de ses lianes.

« Douuucemeeeeent... »

Susurra Alex, soudain inquiète de voir une bestiole si fragile entre les puissantes lianes d'un pokémon aussi nerveux. La « bestiole si fragile » ne sembla d'ailleurs pas tout à fait rassurée non plus à cette idée, et se mit à se débattre et à lâcher quelques décharges électriques.

« Tiens bon, le lâche pas ! »

S'empressa-t-elle d'intimer au pokémon plante. Heureusement, si elle se rappelait bien de sa table des types, le pokémon était assez résistant à l'électricité. Tandis que le Froussarre ramenait leur cible, Alex lui demanda de le maintenir à distance raisonnable des deux jeunes filles, le temps qu'elles réfléchissent à la situation.

« On ferait mieux de commencer par s'éloigner définitivement de cette colonne. Et de trouver un coin dégagé pour s'occuper de ce loustic. »

Elle repéra un coin à peu près dégagé, devant quelques machine, et se mit en marche, en faisant signe à la Mentali et au florizarre de la suivre. Ce faisant, elle réfléchissait à comment calmer leur petit blessé, sans quoi elles allaient avoir du mal à s'occuper de lui. Une chance que le Froussarre se montre coopératif : contre toute attente, il se révélait finalement extrêmement adapté à la situation. Elle s'arrêta, posa la main sur l'épaule d'Haru pour lui indiquer de faire de même, et intima à son pokémon de continuer à avancer.

« On peut essayer d'endormir le statitik, au moins il ne risquera pas de nous attaquer pendant qu'on l'examine. Fais attention à ne pas respirer les spores, par contre, et pareil pour tes pokémon. »

Elle confirma la marche à suivre avec Haru, remonta le col de son t-shirt sur son nez pour filtrer l'air qu'elle respirait au cas où, et demanda au florizarre une sécrétion de poudre dodo. Elle attendit quelques instants en surveillant le statitik pour s'assurer qu'il s'était bien endormi, puis laissa le temps aux spores de se disperser un peu. Mais l'air ne circulait pas beaucoup, en intérieur. Elle finit cependant par se rapprocher du pokémon, préférant continuer de se couvrir le nez par mesure de précaution (elle remerciait les évènements d'Halloween pour l'avoir habituée à ce genre d'initiative), et demanda au Froussarre de relâcher sa prise. Elle se tourna vers la Mentali, la voix un peu étouffée par le tissu de son t-shirt :

« Il a des plaies, mais je sais pas trop estimer plus que ça. Tu as une idée de quoi faire ? Ah, fais attention, il a probablement encore de l'électricité statique en surface. »

La Mentali s'approcha et sembla prendre en main l'examination du pokémon. Elle lui laissa le champ libre, en observant.

Elle sursauta en entendant tout d'un coup un grand fracas, se retournant pour voir débarquer un wattouat emmêlé dans des câbles électriques, se cognant au passage contre des machines ou des barrières. Il n'arrivait pas à se dégager des câbles et courait d'un air paniqué. Et il courait droit vers eux.

Alex repensa alors au Froussarre, et tourna à nouveau le regard vers lui, pour constater avec horreur qu'il avait commencé à s'agiter. Il mugissait d'un ton craintif en reculant, agitant la tête, secouant ses lianes autour de lui. Merde.

D'abord, faire rentrer la grosse bébête avant qu'elle ne détruise la centrale. Et vite. Elle attrapa maladroitement sa pokéball (ses mains tremblaient un peu), et parvint à rappeler le pokémon. Il était hors de question qu'elle le laisse refaire une scène comme celle de l'autre jour. Elle réfléchissait à l'étape suivante quand le Wattouat déboula à son niveau, la chargeant au passage.

« Ouaaaaaaaah »
« Waat, waaaaaaat »

Le choc lui coupa un peu le souffle, tandis qu'elle passait au-dessus de la tête du pokémon pelucheux pour se retrouver à califourchon dessus, s'accrochant instinctivement à ce qu'elle pouvait. Elle sentait son corps fourmiller à cause de l'électricité statique de la fourrure du pokémon, et serra les dents en espérant qu'il allait pas lâcher une grosse décharge genre là maintenant. Et puis elle se rendit compte que c'était idiot de rester accrochée comme ça, prit une inspiration, lâcha tout, et roula par terre. Elle aurait quelques bosses et une jolie collection de bleus, mais ça valait toujours mieux que de se faire électrocuter. Elle se redressa lentement, et fixa le wattouat qui avait arrêté de courir en se retrouvant face à un mur. Il était coincé dans un cul-de-sac, et Alex lui bloquait la route.

Ok, maintenant quoi ?

« Haru, celui-là est emmêlé dans des câbles. J'arrive pas à voir s'il est blessé, va falloir trouver un moyen de le libérer de ses liens, et j'ose pas trop ressortir florizarre dans l'état dans lequel il est. T'as quelque chose à proposer ? J'ai un fantominus, un nucléos et un ludicolo. »

Super Alex, t'avais vraiment l'équipe adéquate pour une intervention sauvetage dans une centrale électrique.

_________________




PERSONNAGE QUI N'AIME
PAS SES POKÉMON
WINTER 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3913-0283-alex-j-lovell-how-can-you-expect-to-be-taken-seriously-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3917-alex-j-lovell-givrali-uc
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Kantô
Âge : 13 ans
Niveau : 14
Jetons : 162
Points d'Expériences : 235

MessageSujet: Re: [Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors   Dim 24 Jan - 17:19

Bon. Elle n'avait pas vraiment d'idées sur l'instant. Pourtant, en réfléchissant, une attaque eau était la solution pour refroidir la chose. Même chaude, l'eau restait plus froid que la colonne qui semblait presque bouillir sur place. Certes, cela aurait provoqué une fumée colossale dans toute la zone, De quoi bien faire chier les autres élèves, ça aurait été parfait, mais au moins, on aurait pu refroidir la colonne, au moins assez longtemps et assez bas pour qu'on ait le temps de récupérer le pauvre Statitik qui en bavait. Pourtant, l'idée ne semblait pas germer dans la tête de la Givrali. Elle trouva d'ailleurs une idée complètement à côté et fit sortir son Florizarre, le Florizarre que tu lui avais vendu quelques temps auparavant. Elle semblait remarquablement bien s'en occuper car dès qu'il fut sorti, elle vint à son niveau et le caressa en lui demandant de diffuser une attaque Doux Parfum dans l'air. L'atmosphère se retrouva ainsi rempli d'une bonne odeur de fleur, Beuh !, et rendit le type plante moins nerveux qu'à l'instant de son arrivée. Ainsi libéré psychologiquement, Alex se servit de ses lianes caractéristiques de son espèce et récupéra lentement le type électrique en difficulté. C'était une opération difficile au vu de la distance entre le Pokémon blessé et la colonne électrique, et la moindre erreur risquait de brûler le Florizarre au troisième degré rien qu'en touchant la colonne. Mais la Givrali fit preuve d'une grande prudence et guida le Pokémon tout le long de son sauvetage, ce qui se révéla payant car la petite bête se retrouva bientôt à vos côtés, toute tremblante et encore brûlante à cause de sa proximité avec la source de chaleur énorme. Il me faudrait une de ces colonnes un jour, ça pourrait être marrant.

Nous nous éloignâmes alors de la colonne au plus vite et nous posâmes dans un coin pour nous occuper du Statitik. Il était mal en point, mais arrivait encore à lâcher des décharges électriques que nos gants parvenaient bien heureusement à  stopper à la perfection. Alex, une fois posés, me proposa d'endormir le type insecte pour s'occuper de lui. Je n'étais devenu médecin que depuis peu, mais cela ne m'avais pas empêché d'apprendre une chose : endormis, toute être est bien plus facile à soigner. Tactique de faible. Dans le cas du blessé, c'était encore plus vrai. J'approuvai donc l'idée de ma partenaire et reculai pour laisser le Florizarre lancer Poudre Dodo sur le Pokémon. Il fallu un petit moment avant de pouvoir s'approcher de l'endormi, mais au moins, l'opération avait réussi. On pouvait maintenant lui venir en aide. Alex sembla repérer des plaies sur son corps, et précisa qu'il se trouvait, très certainement, encore de l'électricité statique sur le corps du Pokémon. Logique, c'est un type électrique .... Puis elle sembla te laisser la place pour s'occuper du Pokémon.

Bon, on va s'occuper de lui ! dis-je en retroussant mes manches.

Je n'étais pas encore très forte et compétente en tant que médecin, mais je n'étais pas complètement idiote non plus. Avec ce que j'avais en connaissance, je devais bien pouvoir faire quelque chose tout de même ! Prenant mon courage à deux mains, je m'approchai du Statitik et m'assis en tailleur avant de faire sortir Hamtaro de sa Pokéball. Satan va venir propager son malheur, nyark nyark nyark !. Je caressai la tête de la petite bête et lui demandai de m'aider à canaliser l'électricité du Statitik. Il produisit son petit cri de Dedenne et se mit à frotter le corps du petit avec son attaque Frotte-Frimousse pour le charger en électricité et éviter un manque qui lui causerait des problèmes. Pendant ce temps, manipulant délicatement le blessé, je vérifiai l'étendu des dégâts. Alex n'avait pas menti sur les plaies, mais avait un peu aggravé la chose : il n'y avait pas plus qu'une pauvre entaille saignante sur son flan gauche probablement dû à une chute durant laquelle il se serait violemment frotté contre quelque chose de coupant, le bord d'une gouttière par exemple. En tout cas, ce n'était pas trop grave. S'il est fort, il survivra, sinon, je ne donne pas cher de sa peau .... Le plus urgent était ce problème d'électricité. Il était clair que les problèmes dans la centrale avait provoqué un surplus d'électricité dans le corps des Pokémon électriques qui les rendait malades. Leur corps rejetait naturellement ce surplus subite, mais de manière brutale et trop rapide pour être contrôlable, que, pour le Statitik en tout cas, le fait d'être malade à cause de ce manque n'aidait pas. Il n'y avait qu'une chose à faire, Abréger ses souffrances. Il fallait vraiment qu'Hamtaro parvienne à canaliser son énergie de manière à ce que je puisse lui administrer de quoi le soigner avant que ça ne devienne problématique. Et pendant que je priais intérieurement qu'il y parvienne, j'attrapai la trousse de soins qu'on m'avait remis pour mon entrée chez les médecins et cherchait ce qu'il me fallait pour aider le blessé. De l'arsenic. Il me fallait de quoi stopper ses douleurs et également de quoi le refroidir, car la chaleur de la colonne où on l'avait trouvé l'avait rendu carrément chaud. Hamtaro avait d'ailleurs du mal à venir se frotter contre le Statitik, mais il était motivé pour l'aider et n'hésitait pas à se brûleur un peu pour venir en aide au type insecte. Et c'est grâce à cette détermination qu'il finit par parvenir à canaliser l'électricité du Pokémon qui sembla afficher un court instant un air reposé.

Parfait, merci mon grand ! le remerciai-je avant de m'atteler à mon travail.

Sortant un coussin réfrigéré contenu dans un minuscule réfrigérant de ma trousse de soins, ainsi qu'un comprimé et un verre d'eau, toujours sous la main par mesure de sécurité, j'installai le coussin pleins de glaçons frais sur la bête et lui fit rapidement le comprimé. Bois, connard, bois ! Je fixai ensuite le Pokémon et vit que le coussin émettait de la fumée au point de contact entre le froid et le Statitik. Hamtaro, qui continuait de frotter ses joues, semblait moins souffrir, et l'expression de douleur du type insecte se ravit lentement mais sûrement, m'apportant la preuve que le Pokémon refroidissait tranquillement. J'attrapai un désinfectant et des bandages et recouvrit la plaie avec délicatesse, mettant un point définitif au danger qu'encourait le petit Pokémon. Je finis par le toucher lorsque je m'aperçus qu'il dormait et le caressait sur le corps après avoir retiré le coussin glacé devenu chaud et liquide, et sourit.

Tu es hors de danger désormais, mon grand. lui dis-je.

Pile à cet instant, Alex m'interpella. Je tournai le regard vers elle et m'aperçut de la situation : un Wattouat était bloqué par des fils électriques et se débattait maintenant frénétiquement pour tenter de s'en extraire, bien que cela ne faisait que l'enrouler un peu encore à chaque fois. Qu'il est couillon .... Alex me demanda ce qu'on pouvait faire pour sauver le pauvre petit et précisa qu'elle ne pouvait pas sortir son Florizarre, apparemment devenu fou, et qu'elle possédait encore un Fantominus, un Nucléos et un Ludicolo. Hmm, pas grand-chose d'intéressant, à part peut-être …

Eh bien … Je n'ai pas grand-chose non plus sous la main à part Hamtaro … Mais ton Nucléos, il pourrait l'endormir, non ? Mon Dedenne pourrait essayer de déchiqueter quelques câbles avec ses dents, et pendant ce temps, on peut chercher d'où proviennent les câbles pour tenter de les débrancher, qu'en dis-tu ? On s'occupera de lui ensuite, Statitik est hors de danger maintenant. répondis-je.

Et j'attendis sa réponse.

HRP:
 

_________________
Haru Eina ≈ Celle que je suis n'est pas celle que je serai, mais ce que j'étais est en vérité ce que je suis. Alors, est-ce que ce que je serai sera celle que j'étais ou bien ou ce que je suis sans l'être le sera ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3914-haru-eina-mentali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors   

Revenir en haut Aller en bas
[Cours 05. Pokéathlète] don't trust the doctors
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 3 :: Cours et compétitions-