Pokéathlète 01. Un voyage en enfer
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11794
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Dim 17 Nov - 2:02
En ce doux vendredi matin, Jackie avait exempté ses protégées du Dortoir des Pyrolis d’entraînement matinal. Et pour cause ? Le premier cours d’option pour les Pokéathlète allait commencer le jour-même, et l’enseignante ne voulait absolument pas que ses élèves arrivent toutes épuisées et fassent honte à sa personne. Enfin. Si elle n’avait écouté que ses propres convictions, elle les aurait menacées avec son fusil à pompe et obligées à vomir leurs tripes pour tenir la cadence. Mais apparemment, saint Rivardi pensait que ce n’était pas vraiment une bonne méthode. Qu’il aille se faire reteindre sa perruque, celui-là ! Il ne pouvait pas se mêler de ses fichues affaires ? Grognement.

Vêtue d’une veste militaire et d’un gilet pare-balles –on était jamais trop à l’abri des folies d’une bande de gamins en pleine crise hormonale-, le Général Jackie attendait que ses recrues se montrent à 8h tapantes. Ils n’avaient pas intérêt à être en retard, ces espèces de mollassons ! Ou sinon, elle en connaissait qui allaient tâter de la crosse. Bien que ce cours soit en réalité une option réservée aux Pokéathlètes, il était de coutume à l’académie de le laisser ouvert également aux autres spécialités, ou aux élèves qui n’avaient tout simplement pas encore choisi la leurs. Tout ça dans le but évidemment de leur laisser voir à quoi ressemblait l’option, et leur donner le choix de s’y inscrire ou d’y bifurquer. Ils n’étaient pas obligés de s’y pointer, mais Jackie avait bien insisté sur le fait que TOUTES ses Pyrolis devaient être présentes –afin de compenser l’entraînement matinal annulé-.

La séance devait se dérouler dans le grand terrain vague qui était proche du Dortoir des Pyrolis -encore une raison supplémentaire que Jackie pourrait avancer lors de son procès, lorsqu'elle aura étranglé les retardataires-, et les conditions météorologiques n'étaient pas mauvaises. Certes, il faisait un peu froid, mais il n'y avait aucun risque de gel ou de pluies annoncés. Et puis un tel temps pourrait permettre aux mioches de ne pas trop crever de chauds, dès la première série de pompes passée. Et dire qu'elle-même ne suait même plus une seule goutte après des exercices si basiques !

Lorsque les aiguilles de sa montre indiquèrent 8h00 piles, Jackie releva la tête vers la masse d’étudiants qui étaient venus assister à son option. Comme prévu, ses Pyrolis étaient toutes aux premiers rangs, plantées droites comme des piquets dans une position de garde-à-vous impeccable. Un léger sourire en coin satisfait se dessina sur les lèvres de l’enseignante. Voilà qu’après des mois d’entraînement intensif, elle arrivait enfin à inculquer quelque chose à ces têtes creuses ! Pour suivre l’exemple probablement, les autres s’étaient également positionnés comme les jeunes filles du dortoir du feu, même si leurs maintiens étaient moins irréprochables. Une fois que tous furent installés, le Général passa entre les rangs pour rectifier les postures et commenter les élèves, en les désignant toujours par leurs « matricules ».

« Matricule 62 ! Tête droite ! Matricule 53 ! Ce n’est pas comme ça qu’on se tient en garde-à-vous ! » aboya-t-elle à l’adresse des pauvres étudiants.

Une fois que tout le monde fut passé au crible fin, elle revint à sa position de départ et croisa les bras.

« Bien. Comme vous le savez, je suis Jackie. Je suis en charge de cette option de Pokéathlètes, et tiens à vous signaler que les entraînements seront de plus en plus durs au fil du temps. Si cependant vous avez les tripes de continuer et de les passer avec succès, votre notoriété dans le monde des Pokéathlètes sera garantie. En attendant, je ne vois qu'une bande de chiffes molles qui subissent avec un contre-coup affligeant, les conséquences de leur sédentarité. Mon rôle est cependant de transformer tout ce gras en muscle, et pour cela, je serai intransigeante.
Aujourd’hui, pour vous mettre en condition, nous allons commencer léger. Je veux que tout le monde fasse une série de 50 pompes, et passe à travers cet enchaînement d'obstacles. Échauffez vous bien avant de vous lancer. Je ne veux pas que l’un de vous clamse dès les trente premières secondes. C’est clair ? DISPERSION ! »


Les pauvres qui n'étaient pas habitués aux méthodes de Jackie parurent déboussolés, mais déjà les Pyrolis se mettaient à terre pour effectuer leurs pompes. S'ensuivit alors ensuite un joyeux bordel, où les uns essayaient de dire aux autres d'aller se mettre ailleurs, et où les autres répliquaient en brandissant les poings. Le regard glacial et meurtrier que leur jeta Jackie les dissuada cependant de continuer leurs chamailleries. L'entraînement allait-il enfin pouvoir commencer ?


[ Comme expliqué dans le RP, les options sont pour le moment OUVERTES A TOUS (spécialistes ou non). Je vous conseille donc vivement d'y participer, surtout si vous voulez passer en grade suivante. Cette option sera probablement nécessaire pour le passage en grade 2 des Pokéathlètes, donc votre présence est d'autant plus capitale.

Pour la première partie, vous devez simplement faire 50 pompes, et décrire votre progression dans le mini parcours d'entraînement. Ce dernier se compose : d'un filet tendu proche du sol sous lequel vous devez ramper et d'une structure en bois que vous devez escalader. Entre cette structure et la suivante, un filet de cordes dures a été tendu, et vous devez le traverser en vous y accrochant à l'envers. Vous atteindrez ensuite la seconde structure, descendrez en vous laissant glisser le long d'une corde, et passerez à travers un enchaînement de haies sur lesquelles vous devez sauter -ou que vous pouvez détruire grâce à votre Pokémon-. Bonne chance ! ]
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Jeu 21 Nov - 23:32
Un autre jour s'était levé. J'ouvris péniblement les yeux et tendis ma main pour éteindre mon réveil. C'était un petit appareil en forme de Mélofée avec des aiguilles lumineuses et une horrible sonnerie, que je détestais chaque jour un peu plus... Mais que je ne pouvais me résoudre à jeter car c'était un cadeau. « Merci maman pour ta bienveillance légendaire, t'amenant à me réveiller tous les matins au son de PokéRadio qui me beugle dans les oreilles ! » Me dis-je avant de m'extraire aux bras de Morphée qui tentaient amoureusement de me retenir. Je ne pouvais pas me permettre d'arriver en retard, et vu le programme de la journée, il valait même mieux que je sois en avance. Autant prendre des précautions car ma maladresse allait sûrement me jouer des mauvais tours...

Secouant la tête, je me forçai à enfiler ma tenue de sport et me coiffer en vitesse. Après m'être lavé les dents tout en faisant quelques exercices pour m'échauffer, je filai au pas de course au réfectoire afin de boire un verre de lait et voler deux croissants avant de m'éclipser. Je ne pouvais juste pas faire d'exercice le ventre vide, surtout que contrairement à beaucoup d'autres élèves, je savais à peu près ce qui m'attendait avec général Jackie comme professeur. Là où ils subiraient l'enfer le temps d'une journée, nous les Pyroli étions déjà habituées à ce genre de rituels tous les matins. D'une certaine façon bien que ça soit une torture complète, au moins ça nous gardait en forme. J'étais donc plutôt confiante quand à ce cours, surtout que j'étais toujours assez fière d'avoir honorablement représenté les Pyroli durant la compétition sportive.
Je ne m'attendais pas à des résultats époustouflants, mais au moins j'avais réussi à terminer la course, ce qui n'était pas si mal. Je n'avais même pas fini dernière, alors j'avais bien le droit d'être satisfaite. De plus c'était Belle, une camarade de dortoir qui l'avait emporté, mettant au tapis la féroce concurrence Mentali. Rien que pour ça, notre tyran préféré devait être forte de cette victoire et de bonne humeur, ou du moins je l'espérais. Avec un peu de chance elle serait moins dure à notre égard. Bah quoi il est possible de rêver, non ? Courant à moitié vers le terrain vague où l'on nous attendait, j'étais toujours à moitié endormie, mais remontée à bloc. Un peu nerveuse quand même, je regardai mon Ipok. Il était 7h57, j'étais sauvée. Je n'aurais pas à faire une série de pompes supplémentaires, du moins pour l'instant. Me tenant au garde à vous du mieux que je pouvais -sachant que ce n'était pas encore tout à fait au point- j'écoutais d'une demi-oreille le discours, ou plutôt les hurlements de Ramboum Jacky, que j'avais appris à ignorer à force d'un entraînement acharné.

Je ne tardai pas à déchanter, comme d'habitude. Ma prof référent s'approcha de moi pour critiquer ma posture, et nous ordonna de faire une série de pompes. Le colossal beuglement à quelques centimètres de mon visage fit l'effet d'une tornade sur mes cheveux tout juste coiffés, et je ne pus m'empêcher de fermer les yeux en attendant qu'elle jette son dévolu sur une autre victime. Heureusement ça ne tarda pas à arriver, alors je pus me concentrer sur l'exercice. C'est d'ailleurs le moment que choisit Gee pour sortir de sa pokéball. Avait-il enfin développé un certain sens de la solidarité ou bien voulait-il simplement se moquer, je ne saurais le dire... Mais quelque part sa présence me rassurait. Pour les pompes il ne pourrait m'aider, cependant la suite pourrait être facilitée s'il ne jouait pas les têtes de mule.

L'exercice en lui-même n'était pas compliqué, mais ça ne voulait pas dire qu'il en était simple pour autant. Je tins bon jusqu'à la 27ème flexion, au bout de laquelle mes bras commencèrent à fléchir de plus en plus. J'en avais fait 27 d'un coup ! Record personnel battu ! Et voilà, après ce simple exercice, je n'avais plus froid du tout. J'avais chaud même si je ne transpirais pas, même si je savais que ce n'était qu'une question de temps. Après un effort de volonté et les encouragements/moqueries de mon partenaire, je terminai mon exercice et finis par me lever. Je n'étais pas la dernière loin de là, telle était la confusion parmi les élèves le moins habitués aux méthodes de général Jackie.
Je crus entendre plusieurs élèves qui se disputaient, ce qui me fit naturellement rester en retrait. Je ne voulais pas être mêlée à ça, surtout que ma maladresse risquait d'empirer les choses si j'essayais d'intervenir. Alors je jetai un bref regard à la ronde, et en voyant les quelques garçons laisser parler leur testostérone en fusion, je leur tournai le dos pour me lancer dans le parcours d'obstacles en compagnie d'Abra. Le début était plutôt facile. Je courus et rampai sous le filet, jouant des coudes pour gagner du terrain tout en incitant Gee à aller plus vite.

« Remue-toi, fais quelque chose. Je veux pas que ce gang de fous furieux nous rattrape ! »

Je levai les yeux et me congratulai intérieurement d'avoir mis des vêtements de sport. Au moins mon -aussi opulente qu'encombrante- poitrine était maintenue en place, ce qui me gênait moins dans mes mouvements. À force de commettre la même erreur une paire de fois, j'avais fini par retenir la leçon. Sortant de cette première étape en me relevant avec peine, j'ignorai mes genoux déjà écorchés avant de me lancer dans l'escalade de l'obstacle suivant. Courant pour ne pas perdre le rythme, je m'arrêtai en bas de la palissade.

« Reste là, d'accord ? Je t'aiderai à monter ! »

Je m'attendais à ce qu'il comprenne qu'il fallait qu'il me fasse la courte-échelle, sauf qu'apparemment son cerveau endormi avait décidé de faire abstraction. Seulement le temps passait et j'entendais les cris du groupe qui se ruait derrière moi, sûrement soucieux de ne pas finir derniers dans ce qui n'était à la base qu'un cours comme un autre. Je ne tenais pas à me faire écrabouiller par cette bande de Taurus pokémaniaques des plaines, donc je posai mon pied et pris appui sur sa tête, saisissant la corde qui nous permettait de monter. Je vis ses yeux mi-clos se révulser et son front se froncer malgré l'absence de sourcils. Alors que je tendis la main pour l'aider, il se téléporta en haut de la palissade, sans faire le moindre effort, visiblement furieux.
Le reste ne fut pour moi qu'un défilé d'obstacles franchis à toute vitesse, dans une course contre la montre qui me séparait d'une mort certaine. Abra gesticulait et braillait à mon encontre, ne cessant de me demander si je le prenais pour une cuillère. Il me semble que l'expression était 'prendre quelqu'un pour une cruche', mais étant donnée son obsession pour l'ustensile, je ne pouvais le blâmer pour ça en plus du reste. J'étais bien trop occupée à rester en vie.

« Kyaaaa... Chacun pour soi et Zekrom pour tous !! »
« Braaaaaaaaaa ! »

Dans la panique j'oubliai ma maladresse, me balançant avec la force du désespoir sur ce filet de cordes raides, qui me mena à une autre structure. Je voyais bien que Gee essayait tant bien que mal de me suivre, finissant par se téléporter à nouveau. La frustration de ses limitations physiques devait être grande pour qu'il fasse à nouveau utilisation de ses capacités. Si j'arrivais à le distancer suffisamment, il serait peut être trop épuisé pour me rattraper. Ce fut ma motivation pour me lancer dans le vide accrochée à une simple corde, malgré le fait que le vertige me mette mal à l'aise. Une prière et plusieurs cris plus tard, j'arrivai en bas sans élégance aucune, les fesses les premières mais toujours entière... Gee sur mes talons et les autres fous furieux suivant de près. Sans jamais m'arrêter de courir malgré mon point de côté, je regardais en arrière pour essayer de négocier une trêve, suant à grosses gouttes.

« S'il te plaît il faut... qu'on finisse ce parcours. Je t'offrirai un nouveau service d'argenterie... Je... Je t'achèterai l'édition mensuelle collector de PokéPlage... Je... Allez, quoi ! Aide-moi un peu ! »

J'ignore si c'était par pitié ou par volonté de coopérer mais le fait que quand j'arrivai sur les haies qu'il fallait franchir et que je sautai sans aucune agilité pour tenter de franchir la première, celle-ci disparut pour réapparaître derrière moi grâce à télékinésie. En plus de ça Gee se déplaçait par succession de téléportations, si facilement et si vite qu'il semblait lancer l'attaque hâte. Le fait est qu'en tout cas j'arrivai à la fin peu de temps après deux autres élèves, le souffle court et les joues rougies par l'effort. Mon ensemble de sport à l'origine bleu était tâché à plusieurs endroits, à force de crapahuter et ramper de toutes mes forces. Épuisée, je m'effondrai à la ligne d'arrivée,tombant à genoux en poussant un soupir de soulagement.

« Braaaaa raaaaaa !! »

Aïe aïe ça allait faire très mal. Fermant les yeux, je croisai les bras devant le visage pour me protéger. Je ne savais pas ce qui m'attendait mais... Allait-il encore me tirer les cheveux pour me punir de me servir de lui comme tremplin ? Je fermai les yeux avec force et me tins prête à encaisser. Mais alors même que j'allais ouvrir les yeux pour satisfaire ma macabre curiosité sur ce qui m'attendait...

« ZzZzZz... »

Dans son énorme effort physique, et avec main accrochée à ma couette, il s'était endormi. Sommeil 1, Vengeance 0.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Dim 24 Nov - 21:14
Au début de ce qui allait bientôt devenir un véritable enfer pour les humains sédentaires, il ne considérait pas trop cette militaire avec sérieux. Après tout, les adolescents sur ce campus se sont inscrits dans une école, une académie prestigieuse qui offre à coup sûr à ses élèves une éducation de la plus haute importance, non dans un camp militaire dont l’unique but est de faire régurgiter la nourriture dans l’estomac du petit matin. Le garçon doté de pouvoirs psychiques avait de la difficulté à croire aux rumeurs. Certes, il savait très bien quel genre de martyr subissent les Pyroli, mais ne croyait pas au côté sadique et stricte de la spartiate. Néanmoins, cette opinion changea radicalement lorsqu’il vu la femme vêtu d’un uniforme militaire ainsi qu’un gilet barre-balle beugler à la figure de beaucoup. En ce doux et frisquet vendredi matinal, la scène qui s’offrait à notre héros réussi à lui faire décrocher un sourire. Non seulement, il arriva en retard au cours, sa discrète entrée en scène loupée par la référente de la chambrée des flammes, mais il resta sans crainte dans une position nonchalante, caché par quelques individus au garde-à-vous qui lui lancèrent des regards interrogateurs et inquiets. Courageux ou bien aliéné, cela reste à débattre.

L’institutrice se présenta tout en insultant son public. Main sur sa hanche droite, Eevee confortablement positionnée dans la capuche du pull de son maître, Kira passa une main dans sa crinière brune. Quel amour, se dit-il. Après son représentant, le tristement célèbre Ace, il faisait maintenant la connaissance de Jackie. Est-ce que tous les référents sont ainsi ? Il peinait à imaginer un spécimen du genre à la tête du dortoir des bisounours, alias les Mentali. La Générale donna ses consignes, ce qui fit marrer notre protagoniste. Commencer léger avec cinquante pompes ? Déjà, pour une certaine partie de la population ici présente, cela signifiait la fin. Pour enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie, pour échauffer nos muscles, les élèves doivent passer au travers d’une course à obstacle. Un nouveau rictus en coin se dessina sur les lèvres du télépathe. Pour un adepte du sport et des arts martiaux tel que lui, cette épreuve n’est qu’un échauffement avant de passer au plat principal. Pour d’autre, nous pouvons déjà les oublier pour la suite du cours.

Dès le signal de départ donné, Kira se laissa tomber au sol, sur la paume de ses mains, et débuta ses flexions à une vitesse assez élevée. Cela lui importait guère de finir premier ou dernier, mais il voulait bien achever ce parcours le plus vite possible pour son propre accomplissement personnel. Alors que certains débutèrent l’exercice, certains observèrent le jeunot du camp des ténèbres faire les pompes avec aisance. On y lisait une certaine admiration, et c’est pour cela que l’Aisaka acheva ses deux dernières flexions sur une main, histoire de démontrer sa supériorité physique. Ses muscles échauffés et un peu endoloris, il se releva et fusa en direction de la course à obstacle alors que la grande majorité, si ce n’est pas la totalité, tente de finir le premier exercice. Dans sa lancée, il perçut en retard le premier malheur qui l’attendait dans ce mini-marathon : un filet tendu proche du sol, obligeant les passants à ramper sur le sol terreux et poussiéreux – à moins de le contourner ou bien de marcher sur le filet même, mais là n’est pas le but de l’exercice. Trop tard pour faire demi-tour, le Noctali devait se résoudre à tâcher de boue et de poussière ses vêtements de sports.

Après un moment à ramper sur le sol, Kira termina le premier obstacle et s’attarda sur la structure de bois à escalader qu’il grimpa en quelques bonds. Stoppant un instant, son regard d’émeraude inspecta le prochain obstacle : un nouveau filet, sauf que cette fois-ci, il devait le traverser à l’aide de ses mains, pour souiller de ses souliers une nouvelle structure. Un peu comme un singe, au final. C’est quoi ça, un module de jeu pour les enfants, s’interrogea-t-il avant de prendre son élan, sauter et s’agripper après les cordes. Grâce à son agilité, il franchi le seuil de la prochaine étape en très peu de temps. La halte suivante consistait simplement de descendre la structure à l’aide d’une corde. Vous croyez sérieusement qu’il va l’utiliser, cette corde ? Fuck that shit ! Pauvre Évoli qui relaxait dans la capuche de son dresseur, elle se vit brutalement kidnappée de son terrier pour retrouver refuge dans les bras de son maître, alors que ce dernier bondit du haut de la structure tout en faisant un salto vers l’avant, atterrissant au sol en faisant un roulé-boulé pour éviter d’endommager ses mollets.

  • Hell yeah ~ !


Si beaucoup prennent ce cours au sérieux, Kira réussit à s’amuser tout en effectuant un très bon score. Avec le Pokémon Évolution, il traversa le dernier parcours en sautant par-dessus des haies, avant de franchir la ligne d’arrivée. De la petite sueur perlait de son front, ses vêtements étaient tout bonnement tâchés. Cependant, du coup, cela n’a pas été pour rien. Pour les autres, comme cette jeune fille rousse succédant à un autre élève après lui qui tomba dès la ligne d’arrivée franchie, l’expérience n’a certainement été guère présente.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Lun 20 Jan - 2:46
Pour la première fois depuis longtemps, ce furent pas les hurlements brutaux du Général Jackie qui réveillèrent Chen. Ce n'était pas par bonté d'âme que la référente avait laissé ses pensionnaires en paix ce matin mais en vue du premier cours de pokéathlétisme. Cette séance n'était pas obligatoire mais le général avait clairement fait comprendre à ses Pyrolis que leur présence y serait plus que requise. Chen y serait allée tout de façon : un futur ranger se doit d'avoir la forme. Les exercices matinaux quotidiens que leur imposait Jackie avaient déjà portés leurs fruits sur la jeune dresseuse. Si les débuts avaient été difficiles et même si elle supportait toujours mal de devoir se lever à l'aube, Chen subissait beaucoup mieux l'effort et se découvrait même une endurance qu'elle n'aurait pas soupçonnée. L'esprit tout tourné vers son désir de découverte, elle ne s'était pas rendue compte à quel point ses escapades dans les environs de Cimetronelle l'avaient rendue plus forte. Bref, la petite Rhee trouvait de plus en plus plaisant de dépasser ses limites et de voir ses efforts payer en réalisant de meilleures performances.

En vue de ce cours qui lui serait exceptionnellement ouvert, Chen avait donc passé une bonne nuit de sommeil et c'est avec un réel enthousiasme qu'elle abordait ce vendredi matin. Son Vivaldaim sur les talons, elle rejoignit le terrain vague que le général leur avaient indiqué au petit trot, histoire de commencer un peu l'échauffement. Plusieurs Pyrolis étaient déjà en place, toutes savaient qu'il ne valait mieux pas faire attendre leur référente. Chen salua ses camarades avant d'entamer quelques exercices d'assouplissement. A huit heures pétantes, le général fit son petit discours habituel de motivation des troupe puis, commença à passer en revue ses nouvelles recrues, beuglant des ordres brefs à ceux qui ne tenaient pas leur position. Elle avait déjà repris Chen plusieurs fois de cette façon au début de l'année mais depuis la jeune fille avaient appris ses leçons, aussi, la référente passa devant elle sans mot dire, comme devant la plupart des Pyrolis. Après cette mise au point s'ensuivit une séance de pompe en bonne et due forme. Les quarante premières ne posèrent pas trop de problèmes à Chen qui avait commencé sans se préoccuper du brouhaha naissant autour d'elle. Les dix dernières furent plus compliquées. Ses bras tremblaient sous son poids, elle qui était plutôt maigrichonne, et ses muscles étaient en feu. Au bout de la cinquantième elle s'effondra, face au sol. Ce n'était pas un type d'exercice qu'elle affectionnait. Inquiet, Banji s'approcha et sa dresseuse sentit son souffle chaud contre sa joue.
- Viii ?
- C'est bon, je vais survivre !
Chen se retourna et vivement et se remit sur pieds en un bond agile avant d'adresser une caresse au pokemon. Ses bras tremblaient encore légèrement et elle espérait qu'ils ne l'handicaperait pas trop pour le parcours d'obstacles. Aussi, elle éxécuta quelques assouplissements avant de s'y élancer. D'autres étaient partis comme des flèches. Banji bondissait sur place en les observant. Toujours aussi impatient celui-là ! D'ailleurs, sans crier gare, le voilà soudait parti au galop à la suite des autres élèves et pokemons après quelques folles ruades.
- Eh Banji ! Attends-moi !

La jeune fille s'élança à son tour en direction du parcours. Avant qu'elle ne l'atteigne, elle vit le petit Vivaldaim franchir le premier filet dans de petits bonds aussi agiles que gracieux. Incapable d'adopter quelque mouvement reptilien, il glissait ses pattes avec desxtérité entre les cordes. Pour elle, la tâche serait moins facile mais Chen avait l'habitude de ramper pour atteindre quelques unes de ses cachettes. Elle plongea sous le filet sans une hésitation et se mit à ramper aussi vite qu'elle pouvait, jouant des coudes avec ses camarades. Banji l'attendait près de l'épreuve suivante qu'il devrait se contenter de contourner : un grand obstacle de bois qu'il fallait franchir avant de s'accrocher au second filet. Chen prit son élan et se précipita dessus à pleine vitesse et, compensant sa petite taille par son agilité, posa son pied d'appui sur l'obstacle au dernier moment afin de gagner plus de hauteur dans son saut. Elle put ainsi s'aggriper à la structure et se hisser avec aisance au sommet, comme elle le faisait souvent pour monter dans les arbres. Arrivée là, elle s'élança sans perdre de temps sur le prochain obstacle en empoignant le filet de corde dure. Les pieds dans le vide, Chen progressait étonnament vite utilisant le mouvement de balancier de son corps pour gagner en vitesse. En un rien de temps, elle parvint à la structure suivante et se laissa glisser le long de la corde comme elle faisait autrefois avec les lianes de Cimetronelle. Restait à franchir les haies, l'adolescente commençait à avoir le souffle court et une petite baisse de régime mais elle voyait enfin le bout du parcours et c'était sans compter le soutien du Vivaldaim qui l'attendait au pied de l'obstacle. Il lui lança un regard de défi avant de s'élancer vers les haies dans un "Viiiiiii !!!" strident. Avec moins d'enthousiasme mais tout autant de détermination, Chen suivit son compagnon tout en essayant de réguler sa respiration comme le général leur avait appris pour éviter le point de côté qu'elle commençait à sentir dans son flanc. Plus facile à dire qu'à faire. Ses derniers sauts furent un peu plus maladroits que d'habitude mais la jeune fille, encouragée par Banji qui avait déjà atteint l'arrivée, termina le parcours sans trop de difficultés. Pliée en deux, les mains sur les genoux, le visage perlé de sueur et le souffle court, Chen récupérait lentement quand, comme pour se moquer, Banji commença à décrire de petits bonds énergiques en cercle autour d'elle. La jeune fille poussa un long soupir.
- Tu m'épuises !

En levant la tête pour voir dans quels états ses camarades finissaient le parcours, une scène étrange capta son attention. L'une de ses camarades de chambrée qui semblait aux prises avec son Abra qui avait empoigné ses cheveux avant de s'endormir soudainement.
- Regarde Banji : si toi aussi tu pouvais piquer un petit somme comme ça, de temps en temps, non ?
Le pokemon rua et reprit de plus belle son petit manège bondissant en guise de réponse.
Adèle Faust
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Coordinateur Mode
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Mer 22 Jan - 22:02

Adèle était droite comme un piquet, son regard d’habitude fuyant et glissant était devenu solide et déterminé. Elle était au centre d’une multitude de gamins de son âge, dans le lot des athlètes, des lavettes et deux ou trois fayots que le souci de bien faire avait égaré dans ce qui s’annonçait comme leur pire cauchemar. C’était un cours. Un cours différent des autres, il était très important de le souligner aux yeux de la brunette. Ici, c’était Jackie qui faisait régner l’ordre et pas de doute qu’avec cette blonde aux yeux en forme de mitraillettes qui dégageait une aura de danger cinq mètres autour d’elle née dans cette optique. La cadette Faust n’avait pas connu de femme de cette ampleur dans son enfance de bourgeoise. La plus sportive de la famille s’appelait Georgia, elle faisait du golf. C’est donc tout naturellement que la Givrali guettait avec fascination les entraînements matinaux du dortoir des Feu. Elle les enviait, soupirant d’ingratitude en entendant ses camarades dont les commérages lui bourdonnaient aux oreilles. Adèle se foutait comme de son premier Poffin des histoires de cul de l’académie… Enfin si l’on écartait celles de Kira.

En tant que sœur auto-proclamée, la demoiselle se réservait le droit de pourrir la vie des petites dévergondées qui passeraient le pas avec l’incompris Aisaka. La preuve que c’était un mec bien d’ailleurs, il était là. Personne ne l’y obligeait, tout le monde savait qu’il voulait faire stratège, pourtant, il venait quand même assister au laïus de la rigoureuse Jackie. La Faust aurait volontiers emprunté sa crosse à l’instit et ses mains fourmillaient d’être retenues injustement. Sans pouvoir se l’expliquer, cette voix autoritaire lui plaisait, ce féminisme faisait écho à un engagement dont elle n’avait pas totalement conscience. La brune observait admirativement, cette femme dont chaque mot sonnait comme une menace de mort. Ses yeux sarcelles brillaient d’une idolâtrie que les autres n’auraient pas comprise. Elle était là, soldate jusqu’au bout, imperturbable face aux rugissements de fauve de la générale et à l’odeur de peur entre les rangs. La professeure s’expliquait en termes incisifs et parlant. Il semblait lui tenir à cœur de rabaisser chaque élève un peu moins raide que les autres. Elle s’attachait à ne pas oublier un détail, c’était sans doute la perfection qu’elle visait. Adèle écoutait les consignes, attentive et réceptive, prête à agir comme ces gros Malosses de garde qu’un mot peut déchaîner.

Jackie ne fit pas dans la demi-mesure, on annonçait cinquante pompes que déjà le faciès dépités de la majeure partie des Pyroli atteignait son paroxysme. Elles n’étaient pas toutes enjouées d’être ici, la bouche de la Givrali eut un rictus narquois, tant mieux pour elle, sa victoire ne serait que plus écrasante avec un concurrence aussi piètre. Elle aimait bien cette idée de course contre le temps, de parcours. Une succession d’obstacles l’attendait un peu plus loin, la brune ne doutait pas de les surmonter. Ses habitudes de vilaines filles l’avaient rendue aussi agile et vive que les reptiles, elle n’avait pas son pareil pour passer dans les fentes ridicules et escalader les cachettes hors d’atteinte. Endurante, l’héritière Faust était le genre de personne qui se servait de l’épuisement de son adversaire pour frapper au bon moment. Bon, ici pas question de tabasser qui que ce soit. Pour l’instant. Néanmoins la demoiselle comptait bien se servir de ses capacités pour arriver en un temps record à la ligne d’arrivée. En fait, elle était tellement gonflée d’assurance et de confiance qu’elle aurait bien pu mettre à exécution son dessein. L’ennui était un rongeur tricolore qui ne répondait pas à son nom - pourtant charmant - : Zola. Il était perché sur l’épaule de sa dresseuse, provocateur, s’inspirant du calme de sa dresseuse pour faire front à l’ouragan blond qui réveillait chez lui comme un vieil instinct de survie ancré depuis des générations.

Le départ fut donné. Le corps brindille de la brune répondit immédiatement, au sol elle exécutait les pompes avec une ferveur qui la surprenait elle-même. La friponne sentait l’eau gouttait sur ses tempes, elle avait oublié de compter en fait. Ses muscles se récriaient devant cet exercice d’un genre nouveau auxquels on ne les avait pas du tout habitués. Adèle souffrait, une douleur saine où se mêlaient l’élancement de bras et les cailloux sous ses paumes. Elle s’accrochait à sa volonté d’atteindre la ligne d’arrivée. On ne pouvait pas l’arrêter si tôt tout de même ! La jeune fille ne baisserait pas les bras, point. Il lui sembla qu’elle avait atteint les alentours de cinquante alors elle se releva très vite. Les pompes, terminées. Il fallait désormais s’attaque au parcours. Adèle fonça, l’Emolga toujours solidement accroché sur son épaule. Quel compagnon alourdissant ! Et dire qu’elle aurait pu être première si seulement il ne rendait pas chacun de ses pas plus difficiles. L’écureuil était terrifié parce qui se passait, son ego surdimensionné l’empêchait de l’admettre mais joues frémissantes d’électricité en disaient longs sur son état. La Faust vit le filet de corde tendu au ras du sol et n’hésita pas une seconde, elle se jeta par terre s’attirant littéralement les foudres de Zola. Le courant était faible mais la brune faillit ne pas s’en relever. Elle déglutit la tête à moitié enterrée dans la terre mais ne s’arrêta pas. Sa rage de vaincre était plus forte, peut-être aussi celle d’infliger la correction de sa vie à Zola une fois l’épisode terminé. Des mouvements amples avec ses coudes repliés lui permettaient de progresser vite. La dresseuse traîna ainsi son corps sur plusieurs mètres, cela lui rappela le cauchemar de la bouche d’aération où réduite à des conditions semblables elle avait dû suivre Zola sans assurance qu’ils étaient sur la bonne voie. C’est avec soulagement qu’elle s’extirpa des dessous du filet tout de même. Elle doubla une Pyroli, lui offrant la vision de sa langue pendue avec défiance avant de bondir sur les mailles de la prochaine épreuve. Ce genre de détente auquel elle avait progressivement habitué son corps ne lui posa pas de problème. La demoiselle attrapa les mailles épaisses avec succès, son cœur s’allégea. Quand elle faisait ce genre de saut, un chute pouvait la priver de ces deux genoux jusqu’au lendemain.

La cadette accrocha ses pieds aux cordages et commença à traverser tête renversée l’obstacle. Cette position, en plus d’être plus confortable, lui donnait la possibilité d’écraser les pauvres mimines des autres élèves. Ce dont la gamine abusa un peu. Sortie de ce second challenge, elle se lança sur une pente d’escalade. Les prises ne venaient pas d’elle-même et l’adolescente perdit de précieuse seconde à trouver son équilibre avant de s’élever un peu plus. Au sommet, une longue corde l’attendait. Elle s’y pendit regrettant aussi son choix car la ficelle lui saigna les paumes. Un grognement irrité sorti de sa gorge mais elle reprit tout de même sa course, les poings serrés. Une série de petites haies se dressaient entre elle et la fin. Elle les sauta, un à un, s’escrimant contre la douleur qui brûlait au creux de ses dextres. Foutu matériel ! Elle aurait dû utiliser Zola comme parachute. Adèle passa le dernier barrage feuillu, exténuée mais fière. Le torse bombé malgré ses cheveux qui sentait encore le roussi à cause de son électrisation et la terre partout sur ses beaux habits de sport. Son regard tomba directement sur Jackie, la Givrali se tint droite et retint son souffle. Cette histoire de score l’intriguait, elle voulait savoir son temps pour mieux le pulvériser.
Mia Clarke
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Ven 7 Fév - 17:24
Assise en tailleur sur son lit simple aux couleurs chatoyantes, la jeune fille lisait une dernière épopée pour se donner du courage face à la matinée qui l'attendait. Refermant son livre avec précaution, elle le posa sur sa table de nuit avant de s'étaler le corps en étoile sur la couette, le regard en l'air, pétillant de rêves et d'ambitions. Elle lâcha ensuite une longue expiration comme l'expression de son retour à la réalité et se redressa. Elle était réveillée depuis quelque temps déjà, habituée aux horaires matinales de Jackie, mais ce matin là, pas d'entraînement puisqu'il y avait le cours. Un cours qu'elle attendait depuis longtemps. Jusqu'à présent elle ne s'était pas vraiment faite remarquer en classe, c'était l'occasion de briller par son talent cette fois-ci. Oui, car si elle se permet de telles expressions, c'est parce qu'elle était la grande gagnante de la première compétition sportive de l'école.

Réveillant Phèdre et Scapin à coups de coussins, Belle cherchait la motivation pour cette nouvelle matinée. Elle avait besoin surtout de confiance en elle, si elle se ridiculisait pendant le cours elle perdrait toute crédibilité. Scapin lâcha un long bâillement plaintif à peine audible et sa première réaction fut de se jeter sur son petit déjeuner installé à côté des miettes de celui de Belle. Phèdre, qui depuis qu'elle avait reçu ce surnom tentait tant bien que mal de se donner une prestance et une allure royale, se redressa sans broncher même si ses yeux scintillants trahissaient son désir de vengeance. Elle se fit son petit déjeuner toute seule à savoir, remplir la bouilloire d'eau, la brancher à Scapin, se faire un petit thé pour finalement le glacer. Visiblement, elle était de bonne humeur ce jour-ci puisqu'elle en fit suffisamment pour les trois compagnons.

Belle accepta son thé glacé avec plaisir tout en remerciant la petite lutine, puis enfin elle se changea pour enfiler une tenue ample et sportive. Elle attacha ses cheveux qui ne s'arrêtaient plus de pousser et qui atteignaient des records de longueurs. Elle quitta le dortoir en trottinant pour aller se mettre au premier rang de là où les élèves étaient attendus.  Phèdre tenait avec elle une serviette et une bouteille d'eau alors que Scapin tirait derrière lui une poche de petits biscuits sucrés. La journée pouvait commencer.

Le menton levé, les yeux fixant l'horizon, les bras le long du corps, la jeune fille était prête à recevoir les consignes de Jackie qu'elle acquiescerait à chaque fois d'un léger hochement de tête. « Nous mettre en condition » Oui ! « 50 pompes » oui ! « Série d'obstacles » oui ! Belle était plus que prête pour se plier aux exigences de l'enseignante. Sans perdre de temps elle s'agenouillait et débuta finalement sa série de pompes après une longue inspiration. Arrivée à la vingtième, les gouttes de sueurs commençaient à couler, à la trentième ses membres tremblaient, à la trente-huitième elle s'écroula. Phèdre s'empressa d'éponger son front, de lui faire boire de l'eau, Scapin lui refila un petit bonbon énergétique et une petite décharge électrique histoire de la relancer. Au bout de quelques temps, elle réussit sa série et se redressa prête à attaquer le parcours.

La première épreuve consistait à ramper sous un filet ; okay, elle avait l'habitude. Elle se mit à terre, fut suivie par Scapin tandis que Phèdre contourna cette épreuve à contrecœur, sa morphologie ne lui permettant pas de la réussir. La fine équipe s'en sortit avec quelques égratignures, beaucoup de saletés mais un moral reboosté. La Pyroli ne pouvait s'empêcher de lâcher des petits « Aller! » ou encore « Go go go ! » pour s'encourager. Elle dut ensuite grimper une sorte de mur d'escalade, ce coup-ci, Phèdre était au rendez-vous malgré une légère difficulté à s'agripper aux prises. Scapin eut, encore une fois, sur cette épreuve beaucoup d'avance et attendait les deux filles au sommet.

Une fois les trois camarades assis tout en haut, ils s’élancèrent sans attendre dans la prochaine épreuve. Scapin se contenta de courir sur le fil avec équilibre, Belle s'y suspendit à l'envers et avança ainsi tout le long, Phèdre allait à petite allure en faisant l'équilibriste. Les deux premiers, une fois arrivés, encouragèrent la dernière en hurlant de toutes leurs forces. Ils se laissèrent ensuite tous glisser pour descendre.

Il ne restait plus que l'épreuve des haies, Scapin ne pouvant pas les sauter, se plaça sur l'épaule de Belle et Phèdre fit de son mieux, toute pataude qu'elle était dans ce physique si peu avantageux. Malgré deux/trois chutes, l'équipe s'en sortit et arriva au complet au bout de l'exercice !

_________________


.MIA  CLARKE
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11794
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Dim 16 Fév - 0:52
HRP : Après avoir passé avec plus ou moins de succès la première épreuve, sous le regard critique de Général Jackie, celle-ci continue de vous beugler dessus et vous intime de passer à la seconde et dernière étape de son terrible parcours : le mur d'escalade.

Les règles du jeu ? Escalader un mur immense bordé de nombreux pièges (points de supports qui pivotent et vous font lâcher prise, passages électrifiés, coulées de boue, points d'appuis chauffants, etc.), le tout en évitant les Galvarans de Jackie qui arpentent le long des parois et ne manqueront pas de vous balancer une décharge à la moindre occasion.

En serez-vous capable ?

Vous avez encore une semaine pour écrire votre post avant la clôture de ce cours. Ceux qui n'y ont pas encore participé peuvent très bien poster en disant qu'ils étaient là depuis le départ. N'hésitez pas à venir, ça ne peut qu'être bénéfique ! Et bon RP !

Aucun devoir à rendre pour ce cours, votre post d'escalade fera office de devoir maison et vous apportera les points d'expérience correspondants.
Mia Clarke
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Jeu 20 Fév - 17:59

Les mains posées sur les genoux, le dos courbé et la respiration haletante, Belle faisait de son mieux pour reprendre son souffle et détendre un peu ses muscles. Mais c'était sans compter sur les beuglements incessant du général qui ne laissait aucun répit à ses élèves. Comme la jeune Pyroli était douée elle avait terminé avant beaucoup d'élèves ce qui lui laissait un peu de temps avant d'attaquer la prochaine épreuve que Jackie n'avait pas encore expliqué. Elle regarda sa fine équipe ; une Phèdre complètement exténuée qui ne cessait de sautiller sur place pour ne rien perdre de son énergie et un Scapin qui avait particulièrement apprécié de faire la dernière épreuve sur l'épaule de sa dresseuse qui commençait à entrevoir l'idée de finir le cours de la sorte.

Allez les sportifs, on ne lâche rien !

Cependant, allez savoir ce que leur réservait l'impitoyable général au regard sadique et au cri qui résonnait sûrement dans tout l'établissement. Finalement, la dernière consigne fut dévoilée, leur chère et tendre professeure pointa du doigt un mur très haut aux multiples pièges que Belle découvrirait sûrement au fur et à mesure de l'épreuve. Face au regard découragé de la petite lutine, elle l'invita à attendre en bas que Scapin et elle aient franchi le mur.

Le démarrage était correct, même si la jeune fille sentait déjà les muscles de ses bras fins faiblir. Le petit hamster restait attentif à tout ce qui pouvait bien se produire, il avait déjà repérer la présence de Pokémon perturbateurs, des sortes de lézards qu'il identifiait difficilement au loin. Le premier coup dur fut lorsque Belle lâcha prise après qu'un des points de support pivota lorsqu'elle l'empoigna. Heureusement, il lui restait trois appuis, elle montait prudemment en faisant attention à justement toujours garder au moins trois appuis, la chute lui semblait particulièrement difficile vue la hauteur qu'elle prenait. Après cet incident, elle prit une grande inspiration pour repartir de plus belle. Elle ne put éviter la coulée de boue qui l'handicapa autant que son petit Dedenne qui secouait sa tête rapidement pour faire nettoyer ses petites moustaches.

L'ascension continuait et la première attaque des Galvaran, maintenant identifiés, se fit sentir. Malgré les parabocharges de Scapin pour contrer les attaques électriques, Belle reçut plusieurs décharges qui faillir bien la faire tomber, mais ses mains restaient agrippées comme si elle s'accrochait au fil de sa vie... métaphore qui semblait devenir réalité vue la violence de cette épreuve, cette maudite professeure avait-elle seulement le droit de les maltraiter ainsi ?

Allez Scapin, nous y sommes presque ! … AAAAAARGH !

Elle venait de poser sa main sur une prise brûlante. La paume était rouge écarlate et il lui semblait difficile de continuer. Il aurait fallu que Phèdre les accompagne pour que quelques glaçons viennent apaiser la douleur. Heureusement donc que le moral d'acier et l'entêtement de la Stalgamin l'avait poussés à grimper à son tour un peu après le départ de ses camarades. C'est Scapin qui la remarqua et les deux attendirent sagement l'arrivée de leur alliée pour reprendre la montée. La poudreuse soulagea énormément la main endolorie de la dresseuse et elle reprit la route. Une dernière coulée de boue et l'équipe arriva victorieuse en haut du mur d'escalade, elle jeta un coup d’œil en bas pour voir les autres dresseurs se faire électrocuter par les Galvarans sadiques puis descendit le mur à l'aide du corde, une fois le sol atteint, les trois compagnons s'étalèrent sur le sol comme si l'herbe encore mouillée de la matinée était le nec plus ultra du confort.




_________________


.MIA  CLARKE
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Mar 25 Fév - 22:02
Mon starter était KO à sa façon... C'était bien ma veine. Levant les yeux au ciel, j'étais en train de retrouver tant bien que mal ma respiration lorsque les hurlements de ma chère Général Jackie reprirent de plus belle. Merveilleux. Fermant les yeux avec force afin d'essayer de les ignorer -geste désespéré et ô combien inutile- je restai au garde à vous en attendant qu'elle finisse de beugler ses critiques. Inutile de se la mettre encore plus à dos en faisant preuve d'insolence. De toute façon je savais que ce genre de luxes se paierait cher plus tard, en séries de pompes et d'abdos supplémentaires. Au point où j'en étais je n'étais plus à ça près, mais autant éviter les punitions inutiles. Surtout que d'après les informations sélectionnées par mon cerveau mis en veille par cette agression auditive, l'exercice n'était pas fini. Quelle plaie...

Jusque là, le parcours n'avait rien eu d'exceptionnel, à part peut-être la bande d'écervelés qui avait failli se ruer sur moi tels des Tauros en pleine cours. Mais maintenant c'était une autre paire de manches... De l'escalade. Je n'avais jamais fait ça avant, et le plus haut que je sois montée jusque là, c'était sur des arbres sur lesquels j'avais l'habitude de grimper étant enfant. Autant dire que cette expérience allait être aussi enrichissante qu'éprouvante. Respirant profondément pour me calmer, je réfléchis. Malgré les mésaventures de la première partie du parcours, j'avais terminé l'exercice parmi les premiers. Toutefois, cette fois-ci je comptais bien laisser deux ou trois personnes passer devant, histoire de voir quelles épreuves tordues nous attendaient. Car oui bien évidemment un simple mur d'escalade c'était trop simple pour quelqu'un d'aussi exigeant que Général Jackie...

Je cédai donc ma place en tête de file à une camarade Pyroli, qui bien assez vite fit les frais de cet entraînement de psychopathes. Les prises étaient souvent peu fiables, parfois pivotantes ou instables, sans parler des joyeusetés qui pleuvaient de tous les côtés, et des pokémons qui entravaient la progression. Décidément, cette sadique droguée aux stéroïdes avait pensé à tout. Peu rassurée et surtout me sentant démunie sans l'aide de Gee qui était endormi pour une période indéterminée, j'étais appréhensive. Néanmoins je savais que je ne pourrais pas abandonner sans au moins avoir essayé de venir à bout de cet obstacle. Jackie ne le permettrait jamais, et ma fierté de Pyroli non plus.

M'avançant vers le mur, j'observai attentivement l'emplacement de la plupart des pièges, ou en tout cas celui des plus évidents. Je n'avais pas le vertige alors c'était déjà ça. Je me harnachai solidement et vérifiai tout mon équipement avant de commencer l'ascension. Tout en faisant attention à où je mettais les mains et les pieds, j'expliquai la situation à Ivy. Puisque je ne pouvais lever le nez des prises pendant trop longtemps, ma fluvetin serait mes yeux. Elle pouvait voler et garder une bonne vision de ce qui se passait, afin de m'avertir et me guider. C'était ma seule chance !
Ma petite fée était bien décidée à me montrer que je n'avais pas besoin de Gee pour réussir, et de son tempérament protecteur, elle tirait une certaine agressivité. Ses grands yeux étaient concentrés sur mon environnement, scrutant les Galvarans qui sillonnaient le mur afin de faire chuter les dresseurs les plus imprudents. Je réussis à les éviter pour la plupart, malgré quelques frayeurs et deux ou trois décharges. Pour le reste Ivy les repoussa à grands rafales de Vent Féerique, ce qui faute de mieux, avait le don de les calmer.

Je n'étais pas au bout de mes peines pour autant. Plusieurs fois je faillis tomber à cause de prises basculantes ou rendues glissantes à causes des coulées de boue. Cependant l'air résolu et grave ne quittait pas mon visage. Mes membres étaient endoloris, mes muscles me faisaient un mal de Snowbull, mais je refusais de laisser tomber. Si j'étais arrivée aussi loin, ce n'était pas pour abandonner en chemin ! Criant de rage, j'entrepris de progresser plus vite en direction du sommet. Grand bien m'en prit. Entre les décharges des Galvaran survoltés et la masse d'eau glacée qui se déversa sur moi, je fus gâtée. Tremblant de froid et de frustration, je priai pour ne plus me faire électrocuter. Après tout l'eau conduisait la foudre, et tout ça risquait d'abîmer ce qu'il restait de mon pauvre cerveau. Au bout de plusieurs minutes d'agonie, j'en vis enfin le bout. Soupirant d'un immense soulagement je lâchai un cri de guerre à pleins poumons... le tout d'une telle intensité que même Jackie aurait pu m'envier un tel organe.

« J'ai réussiiiiiiiiiiiii !! Yaaaaaaaaaaaah !!! »

Libération. J'étais épuisée, trempée jusqu'aux os, mais libre. Libre de me reposer sans craindre de me faire brûler vive, d'être rendue sourde, ou transformée en crêpe par un éboulement. Redescendant le mur en rappel, je ne tardai pas à tomber sur les fesses. Mes jambes refusaient de me porter plus longtemps, j'étais trop épuisée. Cette fois-ci était la bonne, un repos bien mérité m'attendait. Levant les yeux au ciel je serrai Ivy contre moi pour me réconforter et la féliciter. Mon calvaire était terminé... alors que celui de certains ne faisait que commencer...

_________________
Pokéathlète 01. Un voyage en enfer 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11794
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   Ven 7 Mar - 0:15
ATHLETISME

Participants : 5

Chiho Lime : 8/10
Belle Courbedor: 7/10
Adele Faust: 6/7
Chen Rhee: 5/7
Kira Aisaka: 4/7

EDIT : Exp ajoutée
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Pokéathlète 01. Un voyage en enfer   
Pokéathlète 01. Un voyage en enfer
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :