Et puis au pire, on meurt. [Aaron]
Shouhei Yamasaki
Région d'origine : Kanto
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 136
Points d'Expériences : 3
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Et puis au pire, on meurt. [Aaron]   Mar 2 Fév - 20:44

Et puis au pire,
on meurt.


Il n’y a pas à dire, j’ai parfois des idées bizarres. Mais quand on commence à évoquer l’idée d’une exploration, d’aventures trépidantes, de découvertes incroyables, je ne peux m’empêcher de foncer. En fait, c’est même le seul moment où j’ai du mal à me contenir, et où je ressemble vraiment à un gamin de mon âge. Parce que c’est bien connu qu’en règle générale, je vaux mieux que ça. Je suis même au-dessus de ça. Très au-dessus. Je levais les yeux vers le ciel. On était en début d’après-midi. Ca nous laissait tout le temps de bien explorer ce lieu qui, je l’avoue, vu comme ça, fait très « piège à touristes », mais on ne va pas s’en plaindre. En plus, si on doit fuir, on pourra toujours se réfugier dans mon dortoir qui est juste à côté, et ça c’est cool. Et oui, depuis le départ, je dis bien « nous » et « on ». Parce que j’ai un peu traîné de force mon ami rouquin.

Aaron. Ce garçon, je l’ai rencontré pendant des cours de scientifique. Bon, j’avoue, c’est encore un énième faire-valoir pour le moment, un peu comme Sirius – ou comme quasiment tous les autres, mais passons –. Il a au moins l’avantage d’avoir pris la même branche que moi, et ça en fait donc un compagnon déjà plus agréable que n’importe qui d’autre. Sous réserve des stocks de bonne foi disponibles bien sûr… Outre lui, il y a aussi mon fidèle compagnon, Cierge. Pour éviter de le fatiguer inutilement, j’ai pris son habituel bougeoir un peu ancien, et je l’ai posé dedans. Ca l’amuse beaucoup, surtout qu’il peut tout voir à hauteur humaine. Et puis, ça reste une toute jolie bougie trop mignonne. Et ça peut servir.

Je me suis posé devant l’entrée, manquant de me rétamer à cause d’un petit caillou bizarre. A moins que ce soit un noyau de baie abandonné par un autre élève… Franchement, c’est n’importe quoi de laisser ses déchets ici ! Et l’écosystème, bon sang ?! Les espèces présentes pourraient être troublées par un tel détail ! … Bon. Techniquement, je suis prêt. Des vêtements chauds, parce qu’il caille un peu quand-même, des bottes, et sous mon manteau, des affaires pratiques au cas où il faudrait grimper, pousser des trucs, ou alors fuir en abandonnant lâchement mon ami rouquin derrière moi, en prétextant que « Voui madame la directrice, quand je me suis retourné c’était déjà trop tard, alors j’ai couru ». Ca peut toujours passer si je pleure un peu en même temps. En parlant de me retourner, j’ai fait une espèce de petit bond pour faire face à Aaron, souriant, plutôt confiant.

« - Bon ! J’espère que tu es prêt, parce que moi oui ! Théoriquement, on ne risque rien, c’est quand-même vachement encadré. En pratique, c’est un peu différent, il peut y avoir des imprévus… Et puis au pire, on meurt. Une bagatelle. »

J’avoue que pour le coup, je mens un peu. J’aurais dû dire « Et puis au pire, TU meurs » ! … Non, je plaisante. Même si je ne l’avouerai jamais en vrai, je ne pourrais pas abandonner quelqu’un comme ça derrière moi. Que voulez-vous, quand cette bouille d’ange a été créée, un peu de bonté s’y est mêlée, et maintenant, je me dois de sauver mon prochain… Surtout qu’après, je serais en droit de lui demander une faveur, au prochain en question. Mais pour l’instant, on en est surtout aux ruines !

« - Je vais passer devant. Pas besoin de te dire de faire attention au moindre détail, si ? Et dès que tu sens quelque chose de bizarre, tu cries ! Euh, de préférence, pas quand tu es tout à côté de moi, hein. Je tiens pas encore à être sourd. »

J’ai donné une petite caresse à Cierge, qui commençait à être aussi excité que moi. Tel dresseur, tel Pokémon, apparemment ! Puis, j’ai attendu qu’Aaron me dise s’il était prêt, pour commencer à avancer en premier, sans trop le distancer, juste quelques pas. La grande aventure… C’était pour maintenant !

(c) Codage by FreeSpirit


_________________
Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 1537372859-miniat-6-x-131
"This is the moment that makes it all worthwhile."
Aaron S. Mightley
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 42
Jetons : 10102
Points d'Expériences : 1099
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Et puis au pire, on meurt. [Aaron]   Jeu 4 Fév - 10:54
Et puis, au pire, on meurt.

Je me demande encore pourquoi j’ai accepté. Non ? Ai-je vraiment donné mon accord pour passer le reste de cet après-midi en compagnie de l’être le plus insupportable de mon cours Scientifique ? Tout est contradictoire dans ma tête. Je sais que je dois le faire. Mais ma seule envie actuelle est de courir à toutes jambes dans la direction opposée pour éviter de croiser le regard d’Alyx. Alyx. Quelle idée pour un prénom d’homme. Mais… de toute manière, je ne suis pas sûr qu’il se sente réellement homme lui-même. Là est un autre débat sur lequel je ne voudrais pas encore m’engager. Je connais encore trop peu cet Alyx. Ne jugeons pas trop hâtivement.

Cette petite expédition dans les Ruines Jirachi, à quelques pas à peine du dortoir Noctali à une seconde fonction. J’ai besoin de trouver l’origine de la Terreur. De me retrouver face à mes peurs. De comprendre de quoi elle se nourrit. Je n’ai pas le chance de pouvoir retourner dans la Citée Antique d’Athénéfis mais j’ose espérer que les Ruines de Lansat feront l’affaire. Je ne sais pas à quoi m’attendre. Je crois que je préfère être en compagnie de quelqu’un que je connais à peine pour être délié de tout sentiments de regret s’il m’arrive quoi que se soit. Si la Terreur est prise d’une soudaine folie. Si je deviens fou.

Ces dernières semaines ont principalement constitué en un retour sur soi. J’avais besoin de me retrouver pour mieux La combattre. Pour avoir toutes les armes en main et être capable de pouvoir l’affronter. Je me suis donc mis sérieusement à pratiquer des exercices de relaxation. J’ai l’impression de parvenir à une certaine paix intérieur. N’ayant eu que peu d’émotions fortes depuis l’Arène et le cours scientifique la Terreur m’a globalement laissée tranquille. Je ne sais pas si c’est une bonne chose. J’ai la désagréable sensation qu’elle s’est retirée pour mieux revenir. C’est… perturbant. Je lutte depuis bientôt quatre mois contre elle et voilà qu’elle disparaît tout aussitôt. Comme si on m’avait amputé d’un membre.

Plus je réfléchis, plus je me questionne sur ses réelles intentions. Et si… elle n’était pas aussi démoniaque qu’elle ne le prétend ? Et si, c’était moi le méchant, dans l’affaire ? Je n’en ai maintenant aucune certitude. C’est un défi de tout les jours, ne pas perdre espoir. Se persuader que je n’ai rien fait de mal et que la faute lui revient.

Je déglutis. Bien sûr, Alyx ne doit absolument pas être au courant de tout cela. Je vois d’ici arriver son demi-sourire dédaigneux. Il faut que je parvienne à mener mon enquête seul. Au moins un moment. Sous couvert de cette fouille. Improbable. Je suis encore en train de me demander pourquoi il m’a proposé à moi si soudainement. J’espère que j’ai bien fait d’accepter. Je n’aurais pas supporter de me charger de cette besogne tout seul. C’est finalement une bonne chose d’être accompagné par Alyx.

Au son de sa voix, je sais que je me trompe sur mes dernières pensées. Le personnage est tellement… hautain. Cela me révulse, mais.. je n’en montre rien. Je suis Aaron. Aaron le Souriant. Alors je souris. Rigolant même à sa petite blague qui ne me fait pas rire du tout. Oui, je vais peut-être sérieusement y rester avec cette histoire de Terreur. Je n’en ai pas la moindre idée mais cela va peut-être mal tourner. Je ne réponds rien, ne préférant pas de perdre dans des excuses futiles. Je me demande ce qu’il ferrait si je tombe devant lui, inerte. Je ne préfère pas y penser tout de suite. Il est le genre d’homme qui me laisserai là, plaidant l’accident.

Nous partons dons dans les ruines, il passe devant en me rappelant de faire attention à tout les moindre détails. Je n’ai, certes, pas fait énormément de fouilles mais je sais encore ce que j’ai à faire ! Du calme, Aaron, tu ne gagnes rien à t’énerver pour rien sur lui. Je me rassure en passant une main sur la crâne de mon petit Invy, endormit sur mes épaules, toujours aussi sage. C’est probablement grâce à lui que je ne perds pas espoirs. Grâce à tout les autres aussi. Ils sont une force qui ne me quitte jamais. Je pose ma main sur l’épaule d’Inlay, je crois qu’elle est aussi tendue que moi. Elle ne m’aurais jamais autorisé à partir combattre la Terreur seul, alors, elle est là. Bizarrement, elle ne sait pas où tout cela à commencer mais elle paraît très bien le sentir. Phy s’est d’ailleurs prise d’affection pour ma garde du corps et tente toujours d'atterrir sur son épaule, chose qui ne s’est encore jamais produite face à la taciturnité de l’Insécateur. J’aime les voir se taquiner de cette façon. J’aime encore plus croiser le regard rieur de Vivaldy lorsque la petit Natu se fait renvoyer.

J’ai préféré laisser Maky, Genesy et Frey dans leur pokéball pour le moment. Mon équipe commence à devenir un peu trop grande pour qu’elle soit à mes côtés en permanence. Cela m’attriste un peu mais cela me permet de passer du temps avec tout le monde, c’est le plus important.

Nous entrons à pas délicats dans les ruines. Mon coeur se serre. Tout me rappel Athénéfis. Et c’est perturbant. Des murs en ruines, cette ancienne ville laissée à l’abandon. Cela me met vraiment mal à l’aise. Inlay semble le sentir et se rapproche encore plus de moi. Okay. Ca va aller. Je suis accompagné. Alyx ne me laisserai pas seul, hein ? J’accélère le pas pour me retrouver à sa hauteur. Je déglutis tout en marchant à ses côtés. J’essaie de me détendre pour lancer la conversation.

“_ Et… euh. Tu es déjà venu ici ?”


Peut-être cela me rassurerai-il d’avoir un compagnon qui connaît les lieux ? Après tout, c’est un Noctali, leur dortoir est tellement proche qu’ils peuvent y venir souvent… Je me persuade que tout va bien aller. Cela me permet de me détendre un peu et de focaliser mes pensées sur autre chose. Nous allons effectuer une fouille, autant tenter de trouver des indices. C’est pour Alyx qui me l’a dit : crier si je trouve la moindre chose. Okay. Bien. Euh. A vrai dire je ne sais jamais comment entamer ce genre de chose. La dernière fois à la Grotte Azurée c’était déjà pas bien facile… J’espère qu’Alyx est plus doué pour ce genre de chose. Je vais attendre un peu pour voir…
Aaron S. Mightley


_________________

PHYL THE POWER
Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 063Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 586Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 177Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 501Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 305Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 028Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 418Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 351Et puis au pire, on meurt. [Aaron] Miniat_7_s_764

Le couple le plus improbable avec... une fille
Shouhei Yamasaki
Région d'origine : Kanto
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 136
Points d'Expériences : 3
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Et puis au pire, on meurt. [Aaron]   Jeu 4 Fév - 13:29

Et puis au pire,
on meurt.


Mais non, Aaron, pas de panique, tout se passera bien. Qu’est-ce qui pourrait aller mal, hein ? … Bon, dans les faits, beaucoup de choses, mais c’était quand-même une structure autorisée par l’école comme site de fouilles, ça ne pouvait pas être si dangereux que ça ! Moi, je prends ça comme une attraction amusante à faire entre amis. Pas qu’Aaron soit l’un de mes amis, mais c’est une façon de parler. D’ailleurs, j’ai écouté sa question en regardant tout autour de moi, répondant d’une voix distraite.

« - Non… ! Enfin, je suis déjà venu à l’entrée, mais je ne suis jamais allé dedans. Ca m’a toujours tenté, mais je n’osais jamais vraiment. »

Je n’allais pas lui avouer que je flippais un peu à l’idée d’y aller seul, ce serait nuire à ma réputation de petite teigne. J’ai continué à avancer, puis je me suis arrêté, là, brusquement en arrivant dans le hall, face à la grande fontaine à vœux. Mes yeux bleus se sont presque remplis de larmes, alors que j’inspirais bruyamment, comme une sorte de cri de surprise. J’ai attrapé vivement la main d’Aaron, et je l’ai tiré avec moi pour s’en approcher, serrant fébrilement ses doigts. Depuis que je suis arrivé à l’académie, je n’ai pas eu l’occasion de voir un endroit plus beau que celui-là. Je suis vraiment ému, et ça se voit. J’ai tourné la tête vers le rouquin, puis vers la statue, plusieurs fois comme ça.

« - Regarde ! C’est magnifique ! On peut presque voir à quel point les gens ayant construit cette statue étaient respectueux envers Jirachi ! Tu ne trouves pas ? Elle est parfaite ! Il n’y a aucun défaut ! Vraiment, ils ont dû se démener pour qu’elle soit aussi grande et belle ! »

Quand je vous disais qu’il ne fallait pas me lâcher dans des endroits pareils… Cierge dans son bougeoir « riait » discrètement de mon excitation. Il fallait dire que je ne me montre jamais comme ça en public, encore moins en cours. Mais cette fois, c’est différent. La théorie, c’est important : il faut des bases solides, concrètes et stables pour commencer la pratique, et pas seulement foncer tête baissée. Mais aujourd’hui, on est justement dans cette pratique, et j’avoue, c’est ma partie préférée. Lâchant la main de mon compagnon d’aventures, j’ai fouillé dans mon manteau. Il y a bien quelques jetons, j’en ai sorti deux, et j’en ai donné un à Aaron.

« - J’ai pas d’argent, j’ai juste ça… Mais on a qu’à en profiter pour faire un vœu. Ca nous portera peut-être chance pour découvrir des tas de choses ! »

Oui, d’accord, je sais que j’ai maudis trois fois les gens qui laissaient leurs déchets dans les lieux comme celui-là, que ça n’est pas bien, tout ça… Mais bon. On aura qu’à récupérer les jetons quand ça sera fini ! Par respect. Voilà. J’ai serré mon propre jeton dans ma main, le mettant près de ma bouche en fermant les yeux. Et comme tout le monde, j’ai demandé à ce que mon rêve se réalise : qu’un jour, je fasse partie des légendes des archéologues, que je fasse de grandes découvertes, et tout un tas d’autres choses. Puis j’ai jeté le petit objet, l’entendant retomber.

« - Je pense qu’on devrait avancer un peu plus et soulever quelques gravats pour trouver des choses. Oh, et on peut essayer de creuser un peu au sol, là où il manque des dalles, peut-être… »

Je me demandais si des gens de l’académie revenaient tous les jours cacher des objets dans ces lieux pour éviter que des élèves repartent bredouilles. Si c’est le cas, on pourra peut-être trouver des traces de leur passage et remporter tout le jackpot ! … Bon, ça casse un peu la magie du truc, mais on est là aussi pour trouver des objets. L’aventure, c’est bien, mais avec une récompense, c’est mieux !

(c) Codage by FreeSpirit


_________________
Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 1537372859-miniat-6-x-131
"This is the moment that makes it all worthwhile."
Aaron S. Mightley
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 42
Jetons : 10102
Points d'Expériences : 1099
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Et puis au pire, on meurt. [Aaron]   Lun 2 Mai - 11:51
Et puis, au pire, on meurt.

Nous pénétrons dans les Ruines, une peur sourde m'étreint l'estomac. Encore plus quand j'apprends qu'Alyx n'est en fait jamais venu ici. Moi qui pensais que, justement, venir accompagné d'un Noctali certifiait d'être accompagné d'une personne connaissant les lieux. Apparemment pas et je ne peux m'empêcher d'être un peu déçu. C'est beaucoup moins rassurant comme ça. Et encore plus quand le Noctali avoue qu'il n'avait jamais vraiment osé. Booooooooon. Soit. Nous avons apparemment tout les deux les chocottes de venir dans cet endroit, mais nous y sommes ! Quoi de mieux que d'avancer tout droit, hein ? Heureusement, le temps n'est pas moche, au moins, on aura pas à se taper la pluie au beau milieu de nos recherches. J'observe à droite et à gauche, toujours un pas en arrière de mon binôme. Je prends soin de faire attention aux endroits où je pose les pieds. On ne sait jamais. D'autres autres élèves -surtout des Noctalis- s'amusent peut-être à venir parsemer de pièges l'endroit. Oui, j'ai l'esprit tordu aujourd'hui ! La faute d'Alyx ça ! Pourtant, rien ne me paraît suspect. Ces ruines ressemblent parfaitement à des ruines. Je m'étonne d'ailleurs qu'elles soient si bien conservées. Encore une fois, nous sommes tout proches de l'Académie, nous n'avons besoin d'aucune autorisation pour venir et pourtant, tout paraît propre, comme si nous étions les premiers à arriver sur les lieux.

Alors que je suis en plein réflexion, quelque chose m'attrape la main. Vous vous doutez que cette « chose » n'est autre qu'Alyx qui, emporté dans son émerveillement s'est accroché à ma main pour que je vienne voir de plus près. Je lâche tout de même un « Héé ! » quelque peu surpris avant de me rendre compte qu'il m'a porté devant une superbe fontaine. Pour la première fois de la journée, je m'autorise un sourire. Le lieu est en effet des plus charmants. La fontaine trône au milieu de cette place quasi intacte, seuls quelques brins d'herbe sont parvenus à pousser entre les dalles de pierres. La statue qui surplombe la fontaine est un immense Jirachi sculpté à la perfection, comme si le temps n'avait pas eu d'emprise sur lui. Je la détaille un peu plus pour lui trouver des défauts, sans succès. Cette fois-ci, je ne peux qu'être d'accord avec le Noctali, « parfaite » est le juste mot et nous ne pouvons qu'en rester bouche-bées.

« _ Oui… c'est vraiment magnifique. Comme quoi, il ne suffit pas d'aller loin pour voir de belles choses. Je n'aurais jamais soupçonné ça si près de l'école. C'est vraiment magnifique. Je ne sais pas comment ils ont bien pu s'y prendre pour que le temps n'ait à ce point aucune emprise sur cette statue. »

A peine ai-je terminé ma phrase qu'Alyx touche encore à mes mains, cela va devenir une habitude, dit donc ! Pourtant, il me surprend une nouvelle fois, l'intention est vraiment charmante. J'observe les deux jetons qu'il m'a donné. C'est vraiment gentil. Et il a raison, autant tenter notre chance, peut-être que celle-ci arrivera plus vite. Je m'autorise un nouveau sourire avant de me mettre dos à la fontaine. La tradition veut que l'on jette la pièce par dessus son épaule et si celle-ci tombe dans la fontaine, le vœux sera réalisé. Je ferme les yeux, ne sachant pas par où commencer mon vœu. Je crois que je souhaite trouver des réponses. Je voudrais apprendre à connaître la Terreur. Alors que je pense à cette phrase le plus fort possible, je jette le Jeton qui retombe dans un « plouf » sonore. J'ai réussi. J'ouvre les yeux au moment où Alyx me propose de continuer à avancer. A vrai dire, mes peurs face à son comportement son sont totalement effacées. La teigne que j'imaginais ne s'est pas du tout manifestée. Et… j'éprouve presque de la sympathie envers lui.

« _ Merci Alyx, j'espère que cette fontaine va nous porter chance et nous mener vers les trésors inconnus des fameuses Ruines Jirachi ! Tu as raison, tentons d'abord des choses facile, ces dalles me paraissent parfaites pour débuter»


Bon, d'accord, j'en rajoute un peu, mais il faut bien jouer la comédie, cela a l'air d'être sa spécialité ! Je me dirige aussitôt vers l'une des dalles qui semble être descellée. Je la soulève avec facilité, comme si elle était souvent déplacée. La terre est meuble en dessous, c'est étrange. Je fronce les sourcils puis me ravise, ça doit être mon imagination. Je repose la dalle en faisant un signe négatif à Alyx, il n'y a rien en dessous de celle-ci. Je m'approche d'un nouveau trou où aurait dû se trouver un morceau de dalle. Ici, la terre est sèche et même en grattant quelques minutes, je me rends bien vite compte que je n'y trouverai rien. Mon œil est soudainement attiré par un mouvement, je tourne aussitôt la tête sans pouvoir apercevoir son origine. Est-ce encore là pour imagination ? Je m'éloigne un peu plus d'Alyx et me dirige vers la droite de la place, vers des piliers qui se tiennent encore en place, Arceus ne sait comment. La Terreur s'éveille soudainement, me faisant trébucher sur la première pierre venue – et il y en a beaucoup dans ces ruines – je m'effondre au sol et roule sur quelques mètres sur des gravas. Je me sens alors m'enfoncer dans les pierres, comme dans du sable mouvement. Je panique, la Terreur essaie de me submerger, sans succès face à mon adrénaline. Je me débats comme un beau diable sans parvenir à m'extirper de ce piège mortel.

«  _ ALYYYX ! »

Cri de terreur, ne m'abandonne pas ! S'il te plait ! Inlay réagit beaucoup plus rapidement et vol à mon secours. Elle tente de m’attraper la main mais finit par poser une patte sur le sol, étant aussitôt engloutis par les gravas. Je vois mon Pokémon Insecte disparaître sous mes yeux. Un cri déchirant traverse ma gorge. Phy est également paniquée, ses petites ailes ne sont loin de pouvoir me tirer d'affaire. Seule Vivaldy en est capable, elle me tend ses longs bois, je tire de toute ma force avec désespoir. Mais non, l'attraction du piège est trop forte. Je finis par lâcher prise et me laisser engloutir. C'est la fin. Je ferme les yeux pour éviter que la poussière ne les inonde.

La chute me paraît durer une éternité. Pourtant, je finis par tomber sur un sol dur et frais. Je me mets à tousser violemment pour évacuer toute la poussière qui a engorgée mes poumons. Je me frotte également les yeux et parviens finalement à les ouvrir, non sans peine. Je vois alors le corps avachi d'Inlay, juste là. Je me précipite vers elle, mais elle ne répond pas à mes appels. A regret, je la rappel dans sa Pokéball, il faudra absolument que j'aille la faire soignée. Quand je serais sorti de ce piège, évidemment. Je fais sortir Frey de sa Pokéball.

« _ Frey, Pistolet à O, s'il te plaît. »

Il obtempère aussitôt et me permet de me rafraîchir le visage, les mains et de boire un coup. Je lui adresse une petite caresse de remerciement. Cela me rassure qu'il soit avec moi. Je me mets à détailler mon environnement. Je suis tombé au milieu d'un couloir qui se prolonge aussi bien sur la droite que sur la gauche. L'endroit d'où je suis tombé est bien trop haut pour faire le chemin en sens inverse et ne laisse qu'un petite brèche dont la texture me semble étrange, vu d'ici. Il faut qu'Alyx me rejoigne. Je me mets alors à crier.

« _ ALLYYYYX ! TU PEUX DESCENDRE, JE N'AI RIEN ICI ! »

Je n'ai aucun moyen de savoir s'il m'entends ou pas… Je pense alors à Invy que ma chute n'a pas réveillé. Je lui frotte le haut du crâne pour qu'ils s'éveille. Lentement, il ouvre les yeux, je lui souris et lui donne les ordres à voix haute.

« _ Il faut que tu contact Vivaldy et Phy par ta connexion mental, Invy ! Explique leur qu'elles doivent descendre, si Alyx voit mes Pokémons sauter dans le même piège, peut-être qu'il nous rejoindra ! »

Invy referme aussi tôt les yeux et c'est après de longues minutes que j'entends les piaillements de Phy retentir au dessus de ma tête. Je n'ai pas besoin de la rattraper qu'elle se met à voler dans ma direction. Tout sourire, je l'accueil dans mes bras. Cela va être le tour de Vivaldy. Il ne faut pas qu'elle rate son atterrissage. L'image d'Inlay inconsciente me traverse l'esprit. Non !

« _ Vivaldy ! Utilise Fouet-Lianes ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait ! La Haydaim fait apparaître de longues lianes qui se fixent solidement au plafond et lui permettent de descendre sans problème jusqu'au sol. Je la gratifie d'un sourire avant de lui gratter amicalement entre les cornes. Elle a été parfaite ! Mais… maintenant… plus qu'à savoir si Alyx va suivre le mouvement également…. Et ça, rien n'est moins sûr !
Aaron S. Mightley

_________________

PHYL THE POWER
Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 063Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 586Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 177Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 501Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 305Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 028Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 418Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 351Et puis au pire, on meurt. [Aaron] Miniat_7_s_764

Le couple le plus improbable avec... une fille
Shouhei Yamasaki
Région d'origine : Kanto
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 136
Points d'Expériences : 3
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Et puis au pire, on meurt. [Aaron]   Mer 4 Mai - 14:15

Et puis au pire,
on meurt.


Nous avons donc commencé à chercher un peu partout pour ramener quelque chose. Evidemment, je mettais Cierge en avant dans son bougeoir, pour m’éclairer et afin que lui aussi m’aide à remarquer des choses. Mon excitation d’être dans cette grande aventure n’entache pas mon attention sur chaque petite chose. J’ai retourné quelques pierres çà et là, gratté des endroits brillant un peu plus que d’autres, mais pour l’instant, il n’y avait rien. Apparemment, Aaron est allé un peu plus loin pour fouiller. Je devrais peut-être lui dire de ne pas trop s’éloigner, il vaut mieux qu’on reste en groupe. Il a plus de Pokémons que moi, en plus. Donc, aller, rouquin ! Protège ta princesse maintenant ! Tu dois la ramener saine et sauve jusqu’à son dortoir où ses fidèles sujets et son Roi l’attendent, évidemment.

Tout à coup, l’entendant crier mon nom, j’ai sursauté et me suis retourné. Mince, je l’ai perdu de vue ! Tout ça parce qu’il est parti trop loin… Pfft. Le jeton jeté dans la fontaine ne nous porte pas trop chance pour l’instant. Ah lala, il faut vraiment que je surveille tout le monde, hein ! Me laissant guider par la lueur de mon petit Funécire, j’ai inspecté les lieux. Il n’y a plus de bruit, maintenant. Je commence à paniquer, juste un peu, un tout petit peu… J’aurais pu le laisser se débrouiller tout seul ici, mais l’idée de me retrouver livré à moi-même dans cet endroit me terrifiait.

« - A…Aaron… ? Aaron ? Où est-ce que tu es… ? »

Tremblant, je m’approchais d’un tas de gravats, juste assez tôt pour voir les Pokémons dudit roux se précipiter dedans. J’entends bien un petit bruit provenir d’en bas… Mais est-ce vraiment la voix du Phyllali ? Et si c’était un autre Pokémon qui imitait sa voix ?! Un type Psy qui manipulerait mon esprit… Qu’une seule façon de le savoir. J’ai donc pris Cierge dans mes mains, rangeant le bougeoir dans mon manteau. Je l’ai serré contre moi, le protégeant avec mes vêtements tout en m’avançant vers une petite brèche que je pouvais voir.

« - AARON ! T’as intérêt à me rattraper ! »

Je ne sais pas s’il m’entend, ni même si c’est bien lui qui m’entend d’ailleurs, mais je me suis lancé, fermant les yeux. Pour ne les rouvrir qu’en sentant quelque chose en dessous de moi. Un peu de frais, mais aussi quelque chose de plus mou. Pas le sol, clairement. Plutôt le corps de mon compagnon d’infortune, oui. Bah ! Il faisait un super bon matelas, en tout cas, faudra s’en rappeler si on vient à camper ensemble un jour ! Mais pour l’instant, je suis beaucoup trop choqué. Cierge faisait des petits bruits contre moi, rassuré d’être arrivé au bout et de voir d’autres amis Pokémons. Je l’ai déposé à côté de nous, pour serrer le rouquin de toutes mes forces dans mes bras !

« - J’ai eu peur, espèce d’imbécile ! Ne t’éloigne plus JAMAIS de moi, compris ? T’aurais pu te blesser ! Et t’as pensé à moi, hein ? J’étais tout seul, là-haut ! J’ai eu peur, moi ! »

Je l’ai relâché doucement, regardant autour de nous. Des pierres, des couloirs, et de la poussière. Chouette. J’ai agité mes cheveux et mes vêtements pour me débarrasser de toutes ces petites marques, et j’ai repris le bougeoir dans ma poche pour y mettre Cierge. Ses grands yeux curieux scrutaient tout ce qu’il y avait, comme s’il cherchait quelque chose d’intéressant.

« - Bon… Première question : on est où ? Et deuxième question : on fait quoi ? En tout cas, on ne se sépare plus. Trop dangereux ! »

Oui, j'ai encore un peu peur, et oui, je tremble toujours légèrement. Restait à décider de quel côté on allait partir, et ça… Ca allait être plus compliqué. On pouvait aller à gauche comme à droite, et le couloir se prolongeait beaucoup trop pour qu’on puisse voir ce qui nous attendait au bout. En bref, on était complètement paumés, et il fallait vite trouver une solution.

« - On peut s’en remettre à la chance et juste choisir un côté, ou alors envoyer un Pokémon en éclaireur. C’est toi qui choisis, vu que moi, je n’ai que Cierge. Ce serait forcément un des tiens… J’ai lu quelque part que dans un labyrinthe, il faut toujours tourner du même côté pour faire un plan. Tu crois qu’on peut considérer que c’est un labyrinthe ici ? »

Bon, je doute qu’on puisse mourir ici, puisque c’est quand-même dans l’enceinte de l’école, mais je vais quand-même me méfier. Les accidents, ça peut arriver…

(c) Codage by FreeSpirit


_________________
Et puis au pire, on meurt. [Aaron] 1537372859-miniat-6-x-131
"This is the moment that makes it all worthwhile."
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Et puis au pire, on meurt. [Aaron]   
Et puis au pire, on meurt. [Aaron]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :