Event #4 - Saint Valentin
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Orren Losvrôk
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Lun 21 Mar - 15:17
Saint Valentin



Bordel est ce que cette bestiole flottante et féérique pouvait arrêter de jouer les satellites autour de sa tête. Chassant une nouvelle fois la Floette du revers de la main, le jeune Top Dresseur tenta tant bien que mal de se débarrasser du type Fée. Mais c'était peine perdue car le Pokémon, qui avait maintenant bien compris qu'il ne s'agissait pas de son dresseur (les détails ne semblait pas l'intéresser), était bien décidé à s'amuser un peu du pauvre jeune homme dont l'esprit habitait ce corps. Orren lâcha un énième soupire de dépit, continuant de scruter la foule à la recherche de son corps. C'était pas possible, il n'arrivait pas à retrouver son propre corps dans cette foule ? Sérieux, ce n'était pas comme si ça courait les rues un mec aux cheveux sombres avec une guitare à la main et avec un Diamat et un Démolosse. Tournant la tête pour observer de l'autre coté et voir si il s'apercevait, il ne regarda pas là où il allait et se mangea un parasol en pleine face.

*Bordel, mais c'est pas vrai. Il est monté sur échasses ce mec, comment il fait pour pas tout se manger sur son chemin... Ahhh et si cette bestiole arrêtait de me tourner autour ça irait.*

Le dracologue pestait intérieurement avant de voir qu'il était finalement arrivé au bout du bateau, et de remarquer qu'il était parti dans le mauvais sens. Il aurait bien aimé se facepalm si il avait put sans attirer l'attention sur lui, mais bon... Fallait croire que ça lui avait fait perdre toute notion de repérage, car le voilà en fait à l'opposé de sa position. Il fit demi tour et marcha avec l'air grave, fulminant contre l'abrutis qui avait lancé une Pokéball sur le Manaphy. Il passait un si bon moment avec Ruby, il avait bien sûr fallut que quelque chose vienne encore tout perturber... C'en devenait rageant, voir presque blasant. Non en fait ça le blasait même carrément. Il pensait avoir des retrouvailles normales et surtout qui se passaient bien avec la Pyroli, mais non. Il fallait croire qu'une sorte de malédiction de la malchance hasardeuse avait touché tout les élèves qui venaient à l'académie. Voilà pourquoi il arrivait tant d'événements inattendus et étranges. ENfin bon...
Plissant les yeux le dracologue se reconcentra sur ses recherches et eut un léger sourire. Un mec aux cheveux noirs en bataille avait... sa main coincé dans ses cheveux... Bon fallait dire que le mec dont il empruntait le corps ne semblait pas avoir ce genre de soucis capillaires... Non mais sérieux, se voir soi-même avec une main bêtement coincé dans sa tignasse avait un quelque chose de... dérangeant... Soupirant une énième fois et récupérant au passage du pollen de la fleur de ce Flabébé qui voletait autour de lui, Orren éternua avant d'écarter de nouveau du plat de la main le type Fée. Il se mit à se rapprocher de son corps, entendant soudain celui-ci appeler quelqu'un. Par Xerneas que c'était étrange d'entendre sa propre voix d'une manière extérieur. Il avait réellement une voix aussi rauque et grave ? Eh ben... En tout cas, il s'approcha depuis l'arrière de son propre corps et posa soudainement une main sur son épaule.

-Eh je sais pas qui t'es, mais je suppose que si t'es dans mon corps, je suis dans le tien non ?

Question posée d'un air plus que neutre avec une pointe de lassitude dans la voix. Directement au geste qu'il venait d'avoir, il vit Skoll se rapprocher et observer, eh bien... Espérons juste que le dressage du Démolosse ne se retourne pas contre lui. Cependant, il y avait bien une chose à laquelle il ne s'attendait pas... Un simple petit détail très bête. Que ce mec veuille d'un coup lui sauter dans les bras, heureux de retrouver son enveloppe charnelle. Stoppant net ce gars dans son élan, il le maintint éloigné en le repoussant de ces bras plus longs que les siens. Non mais non quoi ! Il allait pas faire un câlin à son corps ça va pas ? Surtout que voir son propre visage avec un sourire niais... Brr c'était pas franchement agréable ! Il tourna alors son regard avant de croiser celui d'une rousse aux yeux clairs. Il relâcha alors ce type bizarre qui squattait son corps et s'approcha de celui de la Pyroli. Il plongea son regard dans le sien, gardant son expression stoïque et inquisitrice. Il serrait les poings se retenant d'embrasser par pure réflexe ce corps avant de savoir si Ruby l'habitait bel et bien. Mais devant cet air pas franchement habituel dans le regard de sa "petite amie" il comprit que ce n'était pas elle et poussa un soupir. C'est le moment que choisi le Flabébé pour s'éloigner du corps qu'habitait le spé dragons, au plus grand soulagement de celui-ci.

-Je suppose que tu n'es pas Ruby. Je suis Orren Losvrôk, celui dans le corps de... Tu t'appelles comment d'ailleurs ? Bon sinon, merci d'avoir pris soin du corps de ma copine et de ma guitare. Par contre tu risque d'avoir une bosse, jsuis pas habitué d'être aussi grand moi. Bon... Je suppose que je vais devoir rester avec vous pour retrouver son corps et garder le mien en vue. Des souvenirs de là où t'étais ?

Orren avait réussi )à se contrôler pour garder son sérieux et surtout ne pas avoir de geste déplacer envers la jeune fille. Certes c'était le corps de Ruby, mais sans elle dedans, est ce que cela avait le même sens d'aller vers cette enveloppe ? Certes il la trouvait toujours belle, mais... Mais quelque chose était différent et le gênait. Bah il allait retrouver le corps de celle qui était en Ruby et ensuite ils pourraient chercher une solution. Si tout se passe bien, pourvu que tout se passe bien.

Résumé:
 


_________________

Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Ève Syriel
Région d'origine : Flocombes - Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 1384
Points d'Expériences : 234
Coordinateur Éleveur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Lun 21 Mar - 16:07
Que lui arrivait-il ? Pourquoi n'était-elle pas dans son corps ? Une attaque Permucoeur ? Mais.. Pourquoi ? A cause de ce dresseur qui avait lancé une Pokéball sur le Pokémon fabuleux ? A cause de sa bêtise la voilà elle aussi puni par une attaque ? Et les effets n'étaient que temporaires, mais combien de temps cela pouvait-il durer ? La jeune fille était au bord des larmes, elle qui en plus de se retrouver dans un autre corps, se retrouvait dans celui d'un garçon inconnu. Et qui était dans son corps ? Que faisait-il ? Il ne fallait surtout pas qu'il angoisse ou ne se surmène, le corps de la jeune fille ne pourrait pas tenir. Enfin, elle s'inquiétait peut être un peu trop et sur-réagissait aux événements, pourtant, elle ne pouvait faire autrement. Comment rester calme quand on est toute seule, dans le corps d'un inconnu sans savoir où était son propre corps. Et puis cette fille de son dortoir, si c'était bien elle. Comment pourrait-elle la regarder en face alors qu'elle l'avait clairement ignoré ? Comment pouvait-on être aussi égoïste ? Elle voyait encore ce regard presque dédaigneux de la jeune fille avant qu'elle ne s'éloigne en la laissant seule ici. Enfin seule, il y avait bien ce rouquin qui la regardait d'un air sans comprendre, mais Ève n'y faisait plus attention. Elle était juste désemparée, complètement dépassée par les événements.
Elle se releva en regardant autour d'elle. Juste en face se trouvait un félin électrique qui la regardait étrangement, comme jaugeant son comportement. Peut être avait-il compris que son dresseur n'était pas dans son état normal. Enfin du moins celui-ci comprenait ce qui se passait, pas comme cet étrange petit golem qui marchait ridiculement à quatre pattes. Elle s'approcha du Luxio et lui caressa la tête, cherchant plus à se rassurer qu'à le rassurer lui et lui dit doucement en se contenant.

-Je ne suis pas ton dresseur je... J'ai changé de corps tu comprends ? Je sais pas où est mon corps ou encore ton dresseur, mais je... on va essayer de les trouver, tu veux bien ?

Quand le félidé hocha la tête, elle eut un sourire pour toute réponse et tenta de se relever. Oui tenta, car on pouvait difficilement se relever en réceptionnant quelqu'un qui vous tombe dessus. Habituée à sa constitution fragile, elle s'attendit totalement à se faire très mal, pourtant, au final, elle n'eut rien de bien grave. Elle ouvir t à nouveau les yeux pour voir un homme un peu plus grand (voir carrément plus grand si elle avait été dans son vrai corps) affalé devant elle avec un air boudeur. Enfin boudeur au début et quand il rechuta à nouveau, c'était carrément larmoyant. C'avait quelque chose de dérangeant de voir un pareil homme en pleine fleur de l'âge et qui semblait pour le moins bien bâti chouiner ainsi. Elle l'aida à se relever tout en le rassurant qu'elle allait parfaitement bien.

-Non non ça va ne vous en faites pas, je n'ai rien. Mais vous ne vous êtes pas fait trop mal j'espère ?

Elle s'apprêta à rester auprès de cet homme et de la fille qui semblait le suivre juste derrière, petit brin de jeune femme à l'air absolument adorable mais qui tirait une vraie tronche d'enterrement, avant de remarquer quelque chose. Là juste devant elle, se glissait une silhouette pas méconnue. Sirius ? Le jeune homme avec qui elle était quand le Manaphy avait lancé son attaque ? C'était une véritable aubaine que de le voir là et elle eut un grand sourire. Elle commença à se précipiter avant de s'arrêter d'un coup. Elle appela le Pokémon électrique qui se tourna et elle le prévint qu'elle venait d'avoir une piste pour retrouver son corps. Aussitôt celui-ci alla récupérer son camarade et le fit venir avec eux. Ève s'excusa une dernière fois envers l'homme avant de tourner les talons.
C'est alors qu'elle sentit une odeur. Du chocolat. Prise comme de pulsion, elle sentit son estomac gargouiller. Mais... comment se faisait-il qu'elle avait fait tout à coup ? Surtout que cette odeur était limite entêtante et que plus elle essayait de ne pas y penser, plus cet estomac se manifestait à elle. Alors, comme une possédée, elle suivit l'odeur avant de se retrouver nez à nez avec un plateau de pâtisserie en tout genre. Milles feuilles au chocolat, mousse, le chocolat sous toutes ses formes. Jetant un regard à droite, puis à gauche et obéissant aux pulsions de ce corps étranger, elle se saisit du plateau pour aller se mettre en arrière, en partie cachée par un pan de mur, et commencer à se goinfrer. Intérieurement une petite voix lui hurlait d'arrêter, lui rappelant son corps sensible et le risque qu'elle avait d'être malade avec une telle dose de cacao. Mais elle n'était pas dans son corps et en plus celui-ci réclamait sa dose de sucreries, alors autant lui donner non ? Si elle pouvait au moins tirer un ou deux petits avantages de cette situation. Mais alors que la dernière bouchée était engouffrée et que le sentiment de besoin s'estompait, un cri la rappela à la dure réalité.

Au loin quelqu'un l'appelait par son prénom. Tiquant, elle se releva précipitamment avant de se mettre à courir vers l'origine du bruit. Ouah, en plus ce corps était physiquement plus performant qu'elle. Elle pouvait courir sans finir à bout de souffle aux bout de quelques secondes, c'était tellement nouveau et génial. Mais ne t'emporte pas trop petite jeune dans un corps de blond, car voilà qu'un parasol viens la cogner en plein front. Ah oui, ce corps n'avait peut être pas que des avantages. Arrivant sur les lieux, elle put voir une rousse, une autre jeune fille et deux gars dont Sirius. Immédiatement elle se dirigea vers ce dernier, un peu de chocolat encore aux bord des lèvres.

-Sirius c'est moi Ève, je me suis retrouvé dans ce corps quand Manaphy a lancé son attaque. Tu as pas vu mon corps.. Sirius ? Ca va ?

Résumé:
 

_________________
Ève Syriel ✮ Carry on my wayward son ~ There'll be peace when you are done ~ Lay your weary head to rest ~ Don't you cry no more ! ♪
Noah A. Knox
Région d'origine : Hoenn.
Âge : 15 ans.
Niveau : 0
Jetons : 1404
Points d'Expériences : 223
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Mer 23 Mar - 18:56
14/02/2016
event #4


Il n'y a rien de plus frustrant que de ne pas comprendre ce qu'il se passe autour de toi. Ce qui est pourtant généralement ton cas, et habituellement, cela ne semble pas vraiment te déranger. Te couper du monde extérieur n'est pas quelque chose qui t'importune vraiment. En temps normal, tu aurais simplement laissé passer la chose, tu l'aurais renvoyé dans un coin sombre de ta tête - en sachant pertinemment qu'elle finirait bien par revenir un jour pour te hanter. Mais tu n'y aurais pas prêté attention. Ca aurait été une chose normale, quelque chose de banal. Mais, en ce moment précis, la situation est probablement un peu plus grave que prévue. Qui aurait cru qu'une simple croisière aurait pu finir ainsi ? Tu déglutis, pleurant toujours à chaudes larmes alors que les gouttes roulent sur tes joues sans vouloir s'arrêter. A cet instant, tu n'as envie que d'une chose : t'éloigner le plus vite de ce bateau, retourner dans ta chambre et t'enrouler sous la couverture la plus moelleuse que tu possèdes. Et lire. Lire à ne plus pouvoir penser. Tu veux juste partir d'ici.

Tu t'apprêtes à lever une main vers ton visage - enfin, qui n'est pas vraiment le tien, au fond - lorsque la demoiselle aux cheveux roux en face de toi te tend un paquet de mouchoirs, un sourire dessiné sur ses lèvres. Un sourire qui te semble...quelque peu forcé, pour une raison qui t'échappe. Comme si elle n'était pas très à l'aise. Et, inconsciemment, tu passes un petit moment à la fixer. C'est elle que tu as croisée en premier, et tu te surprendrais presque à la trouver mignonne. Ses yeux, en particulier, sont très jolis. Jolis, parce que tu ne sais pas vraiment quoi dire de plus. Tu voudrais, pourtant. Mais tu n'as jamais été très douée pour les compliments. De peur de trop en dire, ou de ne pas en dire assez. De peur de gêner, de peur de blesser, comme d'habitude. Quand tu finis par réaliser que tu l'as dévisagée pendant un laps de temps beaucoup trop long, ton regard se tourne vers les deux autres personnes qui sont, en quelque sorte, venues à ta rescousse.

La première, c'est la brune, celle qui a débarqué en t'attrapant - un peu brutalement, certes - par les épaules. Tu n'avais pas réalisé quand elle était arrivée, mais, en t'attardant un peu plus sur son physique, tu ne peux t'empêcher te réaliser qu'elle aussi...elle est plutôt jolie. Est-ce que c'est le cas de tout le monde dans cette académie ? Sa robe, bien qu'assez particulière, est vraiment originale et lui va même presque à ravir. Ses cheveux - longs, très longs - sont également un sacré atout...tu te dirais presque que tu pourrais en faire de même, si tu n'avais pas peur que quelqu'un s'amuse à te tirer les cheveux. Mais tu digresses. En tout cas, elle n'a pas l'air méchante, et c'est le principal. L'autre...c'est toi. Enfin, la personne qui occupe actuellement ton corps. Un garçon, d'après ce que tu as pu comprendre ; et pendant un bref instant tu frissonnes à cette idée. Te retrouver dans un autre corps, c'est déjà plutôt choquant, alors se retrouver dans le corps de quelqu'un du sexe opposé...vaut mieux ne pas en parler.

Plus tu regardes ce garçon, coincé dans ton corps, plus tu te rends compte à quel point tu es petite par rapport aux autres. C'est encore plus flagrant vu de l'extérieur. Mais, malgré la confusion qui règne actuellement dans ses - dans tes - yeux, tu remarques quelque chose de plus affirmé qui brille dans ces prunelles sombres. Tu ne peux t'empêcher d'être quelque peu envieuse, de « te » voir ainsi, tellement plus confiante que toi habituellement. Et pourtant, ça te fait un peu plaisir aussi. Tu es sur le point de repartir dans tes débats internes, quand tu te rends compte que tu as presque oublié que la rousse t'avait posé une question et qu'elle te tendait actuellement des mouchoirs qui te seraient particulièrement utiles pour nettoyer le carnage qui prend actuellement place sur le visage du garçon. Attendez...et s'il t'en voulait d'avoir pleuré dans son corps ? N'ayant pas réagi suffisamment vite, ce dernier s'en était occupé à ta place, et s'était mis sur la pointe des pieds pour faire le travail à sa place. Tu te sens un peu honteuse, mais c'est bien vite écourté, car déjà de nouvelles questions pleuvent.

« O-oui... » tu marmonnes, la voix tremblante. « Luce Agnelli...je viens d'arriver chez les Givrali. »

Tu hoches la tête lorsqu'Alex propose de rendre leurs Pokémon respectifs à leur propriétaires. Albireo te fait un peu peur, mais tu dois admettre que tu n'es pas contre l'avoir à tes côtés. Tu refais un tour des visages, en essayant cette fois-ci d'associer un nom à chacun. Alex, Alban, Aileen. Ils ont l'air gentil, et tu es contente qu'ils aient réussi à te calmer, ne serait-ce qu'un peu. Tu es même plutôt reconnaissante, et si tu peux faire quelque chose en retour, alors tu irais presque les aider à retrouver les Pokémon d'Alban. En tout cas, tu penses avoir à peu près compris. Les choses commencent être un peu plus claires dans ton esprit, quand Alex pose à nouveau une question. Tu n'es venue avec personne, mais...

...Obéline.

Qu'est-ce qui est arrivé à Obéline ? Est-ce qu'elle a été touchée, elle aussi ? Est-ce qu'elle va bien ?

« Je...j'ai une amie...je ne sais pas où elle est... »

HRP:
 

_________________

before you call it convenient, please
heal my wounded heart
Stella Douglas
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 1580
Points d'Expériences : 1135
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Jeu 24 Mar - 16:12
Faire du mal à quelqu’un est quelque chose qui me fait horreur, alors j’attendais la réponse du garçon dans mon corps avec une certaine appréhension. … J’ai pensé un truc bizarre là non ? Je dois me faire des idées. Bref Ginji répond sur la négative semblant indiqué qu’il ne tiens pas à ce qu’on s’évite. Hm vrai que ce serait assez bizarre et perturbant, surtout pour les cours ensembles. D’un autre côté jusqu’à présent cela n’avait jamais été un souci quand on ne se connaissait pas. Je dirais même qu’on était très fort pour garder une bonne distance entre nous au point que je connaissais à peine le garçon de vue. … En fait pour quelqu’un d’aussi dynamique, c’est même surprenant à quel point nous n’avons jamais interagi ensemble. Je me demande bien pourquoi ? ... Il m’évitait ? Vrai que maintenant que j’y pense lors de notre rencontre au nouvel an il avait été un peu fuyant. … Pas très agréable comme sensation ça tiens, mais j’imagine que pour lui aussi cela devait être embarassant. Il n’a pas l’air bien méchant après tout alors devoir éviter quelqu’un comme la peste, ça doit être pesant. Quand on ne connait pas la personne encore c’est facile, mais maintenant qu’on a passé une bonne matinée ensemble. Même si j’ai proposé l’idée pour lui, je n’ai vraiment pas envie de faire ce genre de chose. Du coup s’il se sent prêt à continuer à ce qu’on se voit, je continuerais aussi et cela jusqu’à ce qu’il change d’avis ! Pour ce qui est d’apprendre le fameux secret, il faudra aussi me montrer patiente visiblement. Hm ça m’ennuie un peu car c’est pour lui surtout que je demandais même si ça m’intrigue aussi. Il ne se sent peut-être juste pas encore prêt à en parler, je ne devrais pas le forcer dans ce cas. Je suis plutôt douée en patience il paraît de toute façon à en écouter certains, comme quoi ils ne savent pas comment je fais avec mes pokemons et autres…

- Comme tu voudras.

Le voltali retrouve le sourire et du coup moi aussi je me détends pour lui sourire aussi. Puisque nous avons décidé de continuer comme ça, alors inutile de revenir sur le sujet, passons à autre chose. Me levant je vais vider mes plateaux repas tout en admirant une nouvelle fois le carnage. Je n’ai jamais autant mangé de ma vie ! Le pire, c’est que je n’ai pas vraiment le sentiment d’être rassasié. Comme si la faim pouvait revenir à n’importe quel moment. Avoir de l’appétit c’est bien, mais pour le nourrir celui-là il faut sûrement se lever tôt ! Le pire c’est qu’il reste quand même chétif, ce garçon a un sacré métabolisme. Je trouve ça assez amusant, il me fait beaucoup penser à Stok mais uniquement sur cet aspect par contre. Héhé. … Bon l’estomac est rassasié, mais par contre j’ai toujours mal aux pieds. Les chaussures qu’on lui a donné sont vraiment trop petites… On est plus au casino maintenant du coup on pourrait… récupérés…

- Oh mince…

Ce moment où tu réalises que tu es passé à côté de quelque chose qui n’est qu’un détail, mais qui est pourtant très important. La robe n’est pas à moi ! C’est pas bon ça non ? Je veux dire ils vont vouloir la récupérer. Pour la récupérer il va falloir qu’on l’enlève. Qu’IL l’enlève ! …

*Chers passagers, nous arriverons dans quelques minutes au port. Nous nous excusons de la gêne occasionnée pour ce retour soudain et espérons que vous avez tout de même passé un agréable voyage. Veillez à n’avoir rien oublié à bord. La compagnie touristique Lansat vous souhaite une agréable journée*
- Non ! Je refuse. On ne peut pas rentrer maintenant. Euh… On refait un tour ! … On reste sur le bateau encore. …

Légère panique sur mon visage gênée alors que je réalise très bien que ce que je suis entrain de dire n’a aucun sens. D’un autre côté je ne peux pas m’empêcher de réfléchir à une solution pour éviter de devoir nous retrouver dans cette situation embarrassante. Situation que je refuse d’évoquer à voix haute pour le moment car se serait plus que gênant, du coup le pauvre Ginji ne doit rien comprendre si ça se trouve. Le seul indice qu’il a il faut dire pour le moment c’est mon rouge aux joues, mon air embarrassé et mes yeux qui passe sans arrêt de son visage à sa robe.

- Sam, coule le bateau !

Installé tranquillement sur Blok qui me regarde avec un grand œil après ma dernière ineptie, c’est un Sam bien plus posé qui me fait un non direct de la tête. Depuis qu’il est dans ce corps il est plus calme, ça devrait me faire plaisir, mais sur le coup ça ne m’arrange pas. Enfin si, je n’ai pas réellement envie qu’il détruise le bateau… Pff le pire c’est qu’il refuse plus à cause du fait que s’il faisait ça il se retrouverait à l’eau qu’à cause du fait que détruire un bateau serait… Enfin voilà quoi. Raah je suis toute paniquée et je n’arrive pas à organiser mes pensées, cela ne me ressemble vraiment pas. Mes idées aussi bien bonnes qu’insensées n’arrêtent pas de fuser dans toutes les directions et du coup je n’en tire rien de bon. Je me demande si c’est à cause de l’échange de corps… C’est comme si celui-ci c’était d’un seul coup emballé et que je n’arrivais plus à l’arrêter ! Au final tout ce que je réussi à faire c’est de me plaquer fortement les mains sur les joues dans un grand *SBAFF*.

- … Désolée

Mes mains encore sur ses joues (euh ses mains plutôt) c’est tout ce que j’arrive à dire au garçon alors que je ne suis vraiment pas fière de moi. J’ai carrément frappé son propre corps avec ses propres mains, bravo quoi. C’est juste changer de tenue, maintenant que je me suis calmée, je réalise qu’il y a plusieurs manières de régler cette histoire sans problème. Enfin probablement… Pas vrai ?

Eryn McNellis
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
Coordinateur Éleveur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Jeu 24 Mar - 17:54
Une attaque Permucoeur ? Voilà qui expliquait tout… Quand l’autre abruti avait essayé de capturer Manaphy, ce dernier, effrayé, avait lancé cette attaque pour semer la panique sur le bateau en intervertissant presque tout le monde. Cael avait bien de la chance de ne pas avoir été touché par l’attaque. Au moins ne se retrouvait-il pas dans cette situation bizarre… Bon, elle avait eu de la chance en se retrouvant dans le corps de sa colocataire. Elle aurait pu se retrouver dans une situation encore pire, comme par exemple… Le corps d’un préfet. Ou d’un préfet en chef. Dans le corps d’Orren… Glps ! Eryn essayait de remettre les choses en place dans sa tête, pour s’affoler un peu moins et reprendre le contrôle de ce corps qui n’était pas le sien, quand brusquement, Dahlia crut de bon ton de constater avec stupéfaction, et quelques octaves de trop, qu’elle avait une grosse poitrine. Et comme si ça ne suffisait pas, la Mentali posa ses mains sur sa poitrine, faisant brusquement rougir de gêne la petite Mentali, ce qui devait faire bizarre vu qu’elle occupait le corps de la très assurée Dahlia Black.

« Dahlia, arrête ! » Gênée, Eryn lui attrapa doucement les poignets pour les lui repousser, n’oubliant pas la toute nouvelle force qu’elle possédait temporairement. « Je comprends que ça puisse t’amuser, mais ne fais pas ça avec mon corps, par pitié ! »

Cependant, Dahlia venait de soulever quelque chose d’important. C’était la première fois qu’elle pouvait se voir, sans passer par un miroir, et… Elle se trouvait plutôt jolie, en fait. Ses cheveux roses pâles étaient mieux entretenus que ce qu’elle pensait, et sa peau de porcelaine plus lisse que dans ses souvenirs. Finalement, son regard carmin était plutôt doux, et… Outch, effectivement, elle aussi avait de la poitrine ! Et plus que ce qu’elle aurait pu croire ! En fait, oui, elle était plus jolie que ce qu’elle pensait. Toutes ces années de persécution avaient faussé sa vision d’elle-même, et elle avait toujours bêtement tenté de cacher ses yeux derrière ses cheveux roses. Finalement, pouvoir se voir en face était plus gratifiant que ce qu’elle pensait. C’était sûr, à partir de maintenant, elle arrêterait de se cacher tout le temps. Reprenant la parole, Dahlia la tira de ses songes, la rendant du même coup de meilleure humeur que tout à l’heure. Moins effrayée par cet inconnu étrange, et plus assurée parce qu’elle était avec ses amis. Et quoi qu’il se passe, ils ne se laisseraient pas tomber.

« Mpffrrt… D’accord, mais seulement si tu - Hey Cael, où tu vas ?! »

Voyant partir son petit ami, Eryn bondit à sa suite, manquant de se casser la figure. Dahlia était plus grande qu’elle ! Heureusement, elle avait de meilleurs réflexes, et Eryn se rattrapa comme par magie, sans trop comprendre comment elle avait fait. Suivant ses camarades, elle rejoignit Leonidas et Calliope, ou tout du moins leurs corps. Alors qu’elle allait prendre la parole, Dahlia l’interrompit, persiflant que c’était peut-être Creed et Heartnett qui se faisaient des bisous. A nouveau, la Mentali rougit, s’apprêtant à répliquer d’un coup, mais Calliope (enfin, Leonidas, visiblement…) lui coupa la parole en rougissant, disant qu’ils ne se bécotaient pas. Mon œil… Eryn profita de la pause pour sauter sur l’occasion de placer quelques mots.

« Dahliaaaa, s’il te plaîîît, ne dis pas des trucs pareils quand tu squattes MON corps, si ça avait vraiment été nos profs j’aurais été collée à ta place moi ! »

La Mentali pouffa de rire, un peu mal à l’aise. Elle n’eut pas le temps d’en dire plus, car d’un coup, Cael décidait de tous les emmener boire un coup. Mais… C’était pas le moment ! Soupirant, elle lui emboîta le pas, suivant les autres dans la foulée. Résignée, la Mentali commanda quelque chose et se laissa lourdement tomber sur une chaise vide. Quelques jours, quelques heures… Dans son cas, ça ne changeait rien. Elle dormait dans la même chambre que Dahlia, et tant que le phénomène durerait, les cours seraient sans doute interrompus. Elle n’aurait pas à aller aux cours de coaching de sa camarade, et ne supporterait pas ce prétentieux de Creed pour les leçons de rangers. Elle fermait les yeux, un peu soulagée, quand Leonidas - Calliope quoi - tapa brusquement du plat de la main sur la table avant de saisir Cael au col. La Mentali se redressa d’un coup, furieuse. Comment osait-elle lever la main sur son petit copain comme ça ?! Trop tard pour qu’elle intervienne cela dit, Calliope l’avait lâché, mais sa phrase suivante raviva la colère d’Eryn. Comment ça, il n’a qu’à y toucher.

« Leonidas ne te suffit plus, Calliope ? Tu as des vues sur mon petit ami maintenant ? » Léger silence, avant qu’elle ne reprenne la parole, se forçant au calme. « Pardon, oublie ça. C’était méchant, et je ne le pensais pas. Je suis désolée. » Pour détendre la situation, elle se tourna vers Cael pour lui frapper doucement le bras avec un sourire. « Et toi, arrête de reluquer la poitrine de ton bro, sinon c’est moi qui pique une crise de jalousie ! »

Situation débloquée ? Plus qu’à espérer. Cependant, le murmure quelque peu affolé de Calliope envers Leonidas la fit brusquement plonger dans son verre, où elle étouffa un éclat de rire. Comment expliquer à la préfète des Givrali que ses idées mal placées lui faisaient de l’effet, et que le corps d’un homme réagissait de manière moins discrète que celui d’une femme à des avances pareilles ? Toussotant pour reprendre son sérieux, elle rata la proposition de Calliope pour retrouver leurs véritables corps, et se composa une attitude un peu plus digne avant de relever la tête.

« Hrm, excusez-moi, je crois que cette situation un peu bizarre a raison de mes nerfs… »

Heureusement qu’elle était tombée dans le corps de Dahlia, et pas dans celui d’un garçon, ça aurait pu être vraiment gênant ! Alors qu’elle allait reprendre la parole, un Pokémon déboula aussitôt, fonçant maladroitement sur leur table qu’il esquiva de peu, ne renversant pas les cocktails au sol. Il fonça par contre vers les chaises, et percuta celle de Dahlia, faisant tomber son sac au sol. Voyant ses Poké Ball se répandre au sol, Eryn bondit pour les ramasser en vitesse et ne pas les perdre dans la foulée, avant de s’intéresser aux CT qui avaient roulé plus loin… Et jurer de manière fort grossière sans s’en rendre compte. Le Pokémon inconnu lui avait volé une utilisation de Reflet, et avait pris la dernière utilisation de Flash qu’il lui restait. Si elle tombait sur son dresseur, il allait passer un sale quart d’heure ! De mauvaise humeur, la Mentali se redressa, pour se rasseoir avec une moue boudeuse.

« C’est vraiment la pire Saint-Valentin de ma vie… »

HRP - Vente d'une utilisation de Flash et Reflet à Alban pour 166 jetons le tout.

Résumé HRP:
 



_________________

We got this together Δ Sometimes the pressure gets you down, and the clouds are dark and grey, just kick them off and let the sun shine through, and scary as it seems, more help is on the way,'cause friends have friends that want to help out too.
Gaël Sebrus
Région d'origine : Almia
Âge : 24
Niveau : 14
Jetons : 3396
Points d'Expériences : 199
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Ven 25 Mar - 15:01

Mais où qu’il est le respect ? Ohé ! Respect, où t’es ?!


Raaaah’, mais rien ne va ! C’était quoi ce Pokémon légendaire de mes- … ! Hein ?! Non mais vous vous rendez compte ?! A cause de son PermuCoeur à la con, me voilà dans une merde sans nom avec mon crétin de Gaël ?! Il est dans le corps d’une fille, et j’en paye les frais ?! Vous entendez ?! … Non, en effet… Vous n’entendez pas… Mais j’ai toujours eut une voix de mec moi ! Là je kiatte, et j’ai un timbre trop doux, ce n’est pas moi ça ?! Je suis un Dieu Omnipotent, pas une Déesse Narratrice de Second Rang, merde ! *Masculin ou féminin, tu restes très grossier…* Je ne t’ai pas sonné ! Si tu ne t’amusais pas à trainer autours des pucelles vide du ciboulot, on n’en serait pas là. *Hey ! On pourrait nous censurer pour ça !* La ferme ! Je ne peux pas continuer à bosser dans ses conditions ! *Va bien falloir mon grand…* Zut ! Et en plus regarde, ton propre toi est au bord des larmes pour la ridicule pichenette que tu lui as mis… Eh beh… On en pas prêt d’être couché, c’est moi qui te le dis… En tous les cas, la giflée semblait sacrément remontée, et non avare en ‘’compliments’’ concernant son coach, aka. Toi-même. *De faux airs de pervers, attends, à ce point ?* C’est elle qui le dit, pas moi. *Heureusement que le mot ‘’gentil’’ vient après, sinon la réput’ que je me faisais…* ‘’Coach ? C’est toi ?’’ ‘’Mais oui c’est moi.’’ La réponse était évidente pour toi mais pas pour elle mon cher, et ta façon de le dire, désinvolte et provocatrice n’arrangeait pas les choses. Gaël tirait un peu la tronche, il y avait de quoi être gêné par cette situation. Mais le fait de se faire soulever comme un vulgaire objet sans résistance par son propre corps était tout aussi humiliant. *Je suis trop fort ou elle trop légère ? Là, est la question.* Une fois bien en plus, je jouais des bras et des mains pour trouver un certain équilibre. Et oui, cette fille avait de ces poids à l’avant qu’il était compliqué de tenir droit, Gaël imaginait mal le jour où elle portera un enfant, il lui faudra un déambulateur pour se déplacer. Véridique !

C’est alors qu’elle vint à faire un petit commentaire sur la boisson alcoolisée que c’était enfilé notre courageux héros avant de l’affronter. Alors monsieur, on sent l’oignon ? *Pour cette raison que je n’en bois pas en soirée en temps normal…* Et bien celle-ci te filera entre les doigts, aussi jeune, pure et innocente soit-elle. *Sans commentaire…* Djelly lui fit alors la proposition de s’adoucir le palais en vagabondant autours du bar, si le serveur ne s’était pas retrouver dans le corps d’un autre de manière compromettante… Si celui-ci avait switché avec un ivrogne de première classe, difficile d’affirmer qu’il resterait à boire sur le dit buffet. Après une blague potache difficilement amenée, la fille dans un corps d’homme ajouta un ’’Bref, Allons-y !’’ des plus bienvenue pour clore le passage de la vanne à deux francs. Et Gaël, en bonne gamine qu’il était, se laisser attraper la main et tirer de force par lui-même. Mais que pouvait-il faire devant tant de… brutalité ? Rien, absolument, rien. Heureusement que Djelly se viandait tous les trois mètres, ça permettait de souffler. Enfin… *Putain mon corps… Prend sen soin bordel ! Moi au moins je tiens debout !* Un mauvais pas de côté fit vaciller son centre de gravité, provoquant une chute lente et inexorable vers l’avant. Un geste habile de contre balancement sur son propre corps à peine relevé le remit à sa place, au détriment de Djelly qui embrassait une nouvelle fois le planché. Le petit filou… *Mon corps peut encaisser ça, le sien je ne sais pas, alors je ne tombe pas !* Quel gentleman…

Et l’aventure n’était qu’à ses prémices. La bourde dans le corps de Gaël qui ne faisait que chuter eut la magnifique idée en fin de parcours de lancer une dernière valse. Entrainant avec elle le jeune homme dans un corps de nana et un modeste inconnu qui devait se demander si le ciel ne lui tombait pas sur la tête. Outch ! Ça faisait mal ! Bon, Gaël, relève-toi avant qu’elle ne recommence ! Allez ! Gaël ? Bah’ voyons… Elle a réussi à l’assommer, mais genre sévère… Ainsi gisait Gaël dans un corps de Dje’, la tête dans les étoiles… On n’est vraiment pas rendu…


Spoiler:
 

Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Sam 26 Mar - 19:03
Alex. Apparemment, la fille dont elle occupait le corps s’appelait Alex. Elle avait l’air en excellente forme physique, sans doute parce qu’elle était également Pokéathlète. Justement, la voilà qui venait de confirmer ça. Alex Lovell, Givrali et coach de grade 1. Quel besoin d’étaler sa vie… Aileen n’allait pas leur balancer, comme ça, qu’elle était espionne de grade 4, déjà parce que tout le monde s’en fichait, et ensuite parce qu’elle tenait à sa scolarité. Cependant, quand Alex lui dit qu’elle n’avait pas touché à ses affaires, se contentant de bafouiller trois mots au type du couloir avant de s’enfuir, la brune (qui était maintenant rousse, mais ceci est un détail sans importance) ne put s’empêcher d’être quelque peu gênée. Heath. C’est vrai qu’avec la panique, elle avait complètement oublié l’ancien préfet Noctali. Elle s’était focalisée sur le fait de retrouver son corps et son équipe, et le reste n’avait eu aucune espèce d’importance. Avait-il permuté son corps avec un autre, lui aussi ? C’était probable. Vu la panique, tout le monde avait dû subir l’échange de corps, et maintenant, chacun bataillait pour le retrouver et ne pas le quitter des yeux, des fois qu’il se passe des choses un peu trop graves si on s’en éloignait de plus de quelques mètres, comme rester définitivement dans le corps occupé. Certains risquaient de criser. Comme Alban, dans le corps d’une toute petite fille, qui disait s’appeler Luce Agnelli, et appartenir, elle aussi, aux Givrali. Mais Alban avait raison. Maintenant que leurs identités avaient été dévoilées, que devaient-ils faire ? Alex proposa qu’ils se rendent à chacun leurs effets personnels. Aileen jugeait ça complètement inutile, puisque d’ici quelques heures il faudrait recommencer, mais l’étincelle dans le regard de Luce (ou plutôt, de Luce dans le corps d’Alban) lui fit comprendre qu’elle avait tout intérêt à accepter, au moins pour rassurer la timide Givrali.

« Oui, bonne idée. Au moins on pourra avoir nos affaires et Pokémon sous la main le temps que cette situation se démêle. »

Rapidement, Aileen rendit son sac à Alex et récupéra le sien, s’étonnant de le sentir plus lourd sur son épaule. La différence entre Alex et elle était assez flagrante. Mais d’un côté, Aileen était à l’académie depuis trois ans maintenant, s’entraînait en tant que Pokéathlète depuis plus longtemps, et avait, en prime, droit aux entraînements matinaux du Général Jackie, comme l’intégralité du dortoir Pyroli. Si l’échange de corps devait se poursuivre plus longtemps, c’était quelque chose qui allait lui manquer. Passant la main dans son sac, elle constata qu’il ne lui manquait rien. Même son iPok était encore en place, et son porte-clés tinta sous ses ongles fins. Des ongles… Dire qu’elle coupait les siens très courts ! Ah, quelle galère… La nouvelle question d’Alex la mit à nouveau mal à l’aise. Mentir ou ne pas mentir ? Bah, de toute manière la rousse avait déjà évoqué Heath, alors autant rester honnête avec eux. Était-elle en train de faire quelque chose ? Mis à part draguer, pas vraiment. Mais elle ne risquait pas de leur dire ça comme ça.

« Non, rien de vraiment urgent. J’étais avec Heath, mais à mon avis il a dû permuter son corps, comme nous tous, et il a déjà dû quitter les lieux pour se retrouver, comme ont fait les autres. Pas la peine de retourner en groupe dans les couloirs du personnel, ça nous attirerait plus d’ennuis qu’autre chose. »

Alex - encore elle - posa alors une autre question. Qu’allait-il se passer, après ? Si la situation allait sur la durée, ils risquaient tous d’avoir un problème. Que dire à leurs proches ? Selon Aileen, sa mère n’aurait aucun mal à accepter la situation, et ne lui montrerait ni sa panique ni son inquiétude, se contentant d’attendre, comme elle, que la situation se rétablisse d’elle-même. Mais du côté des autres, elle ne savait pas. Et c’est vrai que devoir jouer à l’autre ne lui plaisait pas. Elle ne connaissait pas du tout la vie d’Alex, et devoir prendre sa place chez les Givrali ne lui plaisait pas du tout. Surtout la partie où elle devait accepter de laisser une illustre inconnue jouer à la préfète en chef à sa place, avec SON Sphax et SON équipe en plus de ça ! Et si, en fouinant, Alex se rendait compte qu’elle était espionne, et pas médecin comme elle disait l’être depuis trois ans ? Bouffée de panique. Vite étouffée, avant qu’elle ne prenne, sans le vouloir, sa voix de préfète en chef pour essayer de calmer le petit groupe, des fois qu’ils soient parvenus à la même conclusion qu’elle.

« On se calme. Même si la situation dans laquelle on est venait à durer, l’administration de l’établissement ne nous laissera jamais nous disperser dans toute l’école. Ils vont nous rassembler pour trouver une solution, pour qu’on ne mette pas le bazar dans la vie de l’autre. En attendant, on va sagement rester sur le pont et y attendre le débarquement au port, ce sera plus sage. »

Ca, c’était fait. Du coin de l’œil, elle surveilla le Malosse, qui occupait le corps de son Absol. Ce dernier s’entortillait un peu les pattes dans ce corps plus grand que le sien, mais ne cherchait pas à s’enfuir, au grand soulagement de Sphax, qui surveillait attentivement son très précieux corps en même temps qu’il veillait sur sa dresseuse. Être un Malosse aussi ridiculement petit… Quelle déchéance pour lui ! Laissant Sphax surveiller son corps, elle se réintéressa à la conversation. Alban, enfin, Luce, venait de reprendre timidement la parole, pour faire écho à ce que disait Alex quelques instants plus tôt. Apparemment, elle était avec une amie avant le transfert de corps, et s’inquiétait d’un coup de savoir comment elle allait. Cependant, Aileen n’était pas trop motivée à l’idée de la laisser se balader dans le paquebot dans le corps d’Alban. Surtout qu’Alban risquait de la suivre, pour veiller sur son corps, donc Alex allait les suivre pour ne pas rester seule, et elle serait forcer de leur emboîter le pas pour ne pas lâcher son corps des yeux… Mieux valait qu’ils restent tous ici, sans se déplacer pour rien, pour éviter de semer encore plus la pagaille pour le personnel qui ne devait plus trop savoir où donner de la tête… Et qui avait sûrement été interverti également.

« Il vaut mieux qu’on reste ici sans bouger plutôt que de chercher tous nos camarades. Si tu peux, envoie-lui un texto. Tu as son numéro d’iPok ? Sinon, je peux te le donner, j’ai les numéros de tous les élèves de l’académie, vu que je suis préfète en chef. »

Les numéros, et partiellement les dossiers, mais ça, elle allait éviter de le dire, sait-on jamais.

Résumé HRP:
 



_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Alban Abernaty
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Dim 3 Avr - 18:14



Event #4 : Saint Valentin 2016
RP Commun

Au fur et à mesure des événements, le placide Alban commençait à sentir la panique le gagner. Il ne savait pas où pouvait se trouver Chell, le petit esprit frappeur qu’il avait rencontré le matin même. Il ne savait pas ce qu’il était advenu de Nolan, son colocataire et sosie. Il se souvenait que le garçon était parti rechercher un peu de calme à l’intérieur du bateau, mais il n’avait aucune idée d’où il pouvait se trouver. Peut-être avait-il échappé au sort du Manaphy ? Alban regarda par réflexe derrière-lui ; pas de traces du grand gaillard de presque deux mètres. D’un côté, c’était rassurant… Il espérait que son ami était bien protégé à l’intérieur d’une cabine, en train de siroter innocemment un soda avec ombrelle. Et d’ailleurs, maintenant qu’il y pensait… Où se trouvait Libra ? Par réflexe, Alban se retourna.

*Libra ?* appela-t-il avec son esprit.

Sans réponse. La petite Tarsal était sans doute trop loin pour qu’elle ne puisse capter ses pensées. Et d’ailleurs, dans CE corps, peut-être n’avait-il plus de connexion avec elle. Voilà une pensée qui était embêtante… Ne comptant de toute façon que sur lui-même, le châtain regarda autour de lui pour essayer de repérer ses Pokémon. Une tâche pas si simple quand il était coincé dans le corps d’une fille vraiment trop petite. Bon. Tant pis.

Se recentrant sur l’étrange groupe formé d’Alex et Aileen dans le corps l’une de l’autre, et de la petite Luce dans sa propre enveloppe charnelle, Alban acquiesça lors de la proposition d’Alex. Diantre que c’était étrange de la voir s’exprimer avec la même voix que la Préfète Pyroli, mais tout en gardant une expression et des intonations très Alex-iennes. Rendant doucement l’unique Pokéball, Alban eu un instant un blocage quant à ce geste. C’était juste beaucoup trop bizarre de se voir soi-même ; et de se donner des objets. Le mal de tête était proche, en tout cas.

Il récupéra volontiers son sac à dos et fut surpris de le trouver aussi grand. Le hissant maladroitement sur ses épaules, il se tourna vers Luce et Aileen à la question suivante d’Alex. Gêné, il passa une main dans ses cheveux. Heuuu… Il n’y avait pas vraiment pensé quand il s’était retrouvé à plusieurs mètres de sa position initiale. Et il avait bougé un peu avant de se rendre compte de son changement de corps. Pour autant, il n’avait pas l’impression que Luce était sur une affaire urgente. Aileen répondit la première et leur indiqua qu’elle était avec Heath avant la permutation. Le Voltali ne haussa même pas un sourcil ; après tout, ce n’était pas une information qu’il trouvait particulièrement intéressante. Les ragots, il laissa ça aux Givrali. Il se tourna donc naturellement vers son propre corps pour essayer d’avoir la réponse de la petite fille. Et, embêté, il entendit la réponse fatidique. Aïe. Une amie…

Le voilà qu’il se sentait coupable de quelque chose. Il aurait peut-être dû faire plus attention à ce qui l’entourait avant de partir bille en tête à la recherche d’Alex. Pour autant, la panique avait guidé ses pas. Bon, n’importe qui aurait détalé en courant, n’est-ce pas ? Il prit le temps de réfléchir. La petite Luce dans son corps semblait réellement perdue. Il le voyait en croisant son regard qui n’était pas tout à fait le même que d’ordinaire. Cette petite-là était bien plus expressive que lui. Et ce qu’il lisait dans ses prunelles ayant viré au gris anthracite - jamais un bon signe - n'était pas joli-joli. Allons Alban ! Prend toi en mains ! Même s’il était coincé dans un corps aussi minuscule, il restait Alban, avec toute sa capacité de réflexion et son astuce. Le monde semblait bien plus dangereux vu comme ça, mais et alors ? Doucement, il s’avança vers Luce et lui attrapa la main. Diantre que ça lui semblait étrange ! Ses doigts minuscules vinrent s’entrelacer autour de ceux, beaucoup plus grands, de son propre corps. Il se sentait moins stressé d’être en présence d’une fille, ainsi. Après tout, c’était toujours « lui », non ?

- Je suis d’accord avec toi Aileen. Le problème ne s’est pas encore présenté donc autant garder son calme. El Don a été clair ; les choses reviendront dans l’ordre très prochainement. Si chacun peut rester avec son corps, c’est l’essentiel. Ne t’inquiète pas Alex… je pense que tous ceux sur ce bateau sont dans le même cas que nous, donc inutile de faire comme si tu étais réellement Aileen.

Ce point mis de côté, il se tourna une nouvelle fois vers Aileen. Il comprenait bien le point de vue de la Préfète, à savoir, éviter de se disperser. Pour autant, il ne pouvait rester insensible à la détresse de la petite Luce. Surtout qu’envoyer un message sur son iPok ne servirait probablement pas à grand-chose. Vu que l’amie de Luce se trouvait sur le pont au moment de l’attaque, il y avait 99% de chances que son âme ait été transvasée ailleurs. Si elle n’était pas parvenue à retrouver son corps, il y avait fort à parier qu’elle n’aurait pas accès à son iPok. Et la personne qui se retrouverait coincée dans l’enveloppe d’Obéline n’irait pas penser à consulter un appareil qui ne lui appartenait pas ; surtout si ce dernier était muni d’un écran de verrouillage avec code, comme c’était le cas chez 90% des adolescents de leur âge. Mieux valait ne pas se fier à ce plan là, donc.

- Je ne suis pas sûr qu’envoyer un message d’iPok servirait vraiment. Quand je me suis réveillé dans le corps de Luce, j’étais sur le pont par là-bas, très proche du champ d’action de l’attaque. Je pense donc que l’amie de Luce a également été touchée. Si elle n’a pas encore retrouvé son corps, elle ne pourra pas consulter ses messages. On peut toujours l’appeler par précaution, mais je doute qu’elle décroche. Si jamais ça ne marche pas, Luce, je peux t’accompagner la chercher. Alex et Aileen, vous n’avez qu’à rester ici si vous ne voulez pas vous déplacer.

Il adressa un sourire réconfortant à Luce, puis dégaina son propre iPok. Il envoya rapidement un message à Nolan, puisqu’il n’était pas sûr que son coloc ait été touché par l’attaque, lui expliqua brièvement la situation en lui disant de ne pas bouger de sa cachette s’il était en sécurité, et lui indiqua qu’il était dans le corps d’une petite Givrali brune avec une écharpe jaune. Cela fait, il se tourna vers les filles pour avoir leur décision sur la suite du plan…

***

Tu voyais l’eau en contrebas et tu n’aimais pas vraiment ça, Hélios. Ah non ! Mourir d’un assaut d’oiseaux, ça oui, ça te plairait. Mais faire un plongeon dans l’eau et se noyer ?! Sans façon ! Tu regardais donc Ceres qui plongeait et replongeait sans se soucier de Zéphyr. Ne pouvait-elle pas se dépêcher, celle-là ?! Une Pokéball roula du bateau et tomba dans l’eau, à côté de la poiscaille. Cette dernière eue une petite moue, regarda Auster, puis consentit enfin retourner dans sa Pokéball. Zéphyr la récupéra ensuite et remonta sur le pont. Mais c’était déjà trop tard, puisque tu t’étais échappé en roulant comme Aura avait l’habitude de le faire. Yes !

La priorité, maintenant, c’était de retrouver ton propre corps pour s’assurer que l’imbécile n’était pas en train de faire des bêtises avec. Hop. Un saut souple par-dessus un Pokémon non identifié et te voilà sur les rails à la recherche de ta magnifique plastique ! Un coup à droite, un coup à gauche et… QUE ?!

Voilà que tu te vois - rectification, que tu vois AURA dans ton corps - en train de bousculer une jeune fille et de trébucher sur ses affaires. Noooon ! Voilà que ta réputation va être salie à cause de cette abrutie ! D’un coup, tu t’élances vers l'avant afin d'atteindre Aura. Cette idiote piétine même des CTs et s'illumine d'un éclat blanc. Qu- ?! Sans chercher à comprendre, tu déboules et récupère maladroitement Aura sous ta patte, avant de prendre la poudre d’escampette. Fiooouuu, c’était moins une ! Tu te tournes vers toi-même - diantre que c’est bizarre - et tu soupires.

(Ne-bouge-plus) lui intimes-tu avec toute l’autorité qu'Arceus t’a conféré.

Et voilà que tu lèves la tête pour te retrouver au milieu d’Alban, d’une gamine, de rouquine et de la brute Pyroli. Ah. Heu. Ehehehe...

***

Alban baissa la tête pour voir Hélios et Aura débouler au milieu de leur groupe. Les ignorant superbement - il n'était pas dans son corps. Considérons qu'il niait toute responsabilité, pour une fois -, le Voltali esquissa un sourire à l'égard de Luce. Ok. Ils allaient donc partir chercher la fameuse Obéline tous les deux. Se laissant entraîner docilement par son propre corps, Alban regarda ce qui se passait autour de lui. Il ne savait évidemment pas à quoi ressemblait Obéline et laissait Luce chercher elle-même, mais cela ne l'empêchait pas de rester attentif aux autres. Que ferait-il si un de ses camarades se présentait à ce moment ? Il avait tellement envie de retrouver Nolan. Mais que faire s'il tombait sur quelqu'un qu'il souhaitait éviter ? A cette pensée, son cœur se serra progressivement. Il ne voulait pas voir Calliope. Ni Max. Ni aucun autre de ses amis en dehors de son colocataire. C'était si compliqué de penser. Encore plus quand on était entravé dans un corps qui n'était pas le sien.

Derrière-eux, Alex et Aileen avaient suivi le mouvement. Alban voyait bien à la tête d'Alex - donc Aileen, en fait - que cette solution ne lui plaisait pas trop, mais tant pis. Il ne pouvait pas rester insensible à la détresse de Luce, après tout.

Ce fut donc dans un silence particulièrement pesant qu'ils continuèrent de chercher. Alban commençait déjà à sentir la fatigue à cause des petites jambes de Luce lorsque le monde se remit à bourdonner étrangement. Il ferma un œil et porta instinctivement ses mains à ses tempes. Il se sentit nauséeux, comme si le sol tanguait bien trop vite. Il essaya de respirer mais ses poumons étaient comme comprimés. Puis, d'un seul coup, le monde changea de sens et il se retrouva dans son propre corps.

Le retour fut plus brusque qu'il ne l'aurait prévu. C'était comme sentir que son âme avait fait une brusque accélération et brisé le mur du son. Le décor autour de lui retrouva progressivement ses couleurs, ses notes, ses odeurs... Il leva machinalement ses mains et constata que c'était bien les siennes. Enfin de retour...

Il prit néanmoins le temps de glisser la Pokéball de Luce dans la poche de son manteau et de la décharger de son propre sac à dos avant qu'elle ne se mette à courir vers son amie. Tout était bien qui finissait bien, n'est-ce pas ? Epuisé, il se tourna vers les deux jeunes filles derrière lui. Aileen semblait fidèle à elle-même, tandis qu'Alex retrouvait avec difficulté le contrôle de son enveloppe. Peut-être fut-ce pour cela qu'elle lui adressa un sourire.

Etonné par ce geste venant d'Alex, Alban ne su quoi faire d'autre que lui répondre. Un sourire. Lui aussi. Comme s'ils étaient heureux de se retrouver après cette aventure. Comme si, pour une fois, ils avaient laissé leurs disputes de gamins pour être juste eux-mêmes.

Se dirigeant vers elle, il la regarda fêter ses retrouvailles avec ses Pokémon. Lui-même distribua quelques caresses à sa petite équipe. Quand elle rouvrit la bouche, ce ne fut pas un sermon qui en sortit, ni même quelque chose de désagréable. Pour une fois, ils avaient fait une trêve. Au moins pour aujourd'hui...

- Pourquoi pas, oui. Pour l'instant je n'ai besoin de rien je pourrai venir te redemander plus tard un échange ?

L'arrangement achevé, il tendit son disque vers Alex, et laissa son Nucleos apprendre sa CT. Puis, il laissa la jeune fille partir de son côté et se tourna lui-même vers la reste de la foule amassée sur le pont. Maintenant... Comment allait-il retrouver Nolan ?

HRP : Déroulement des événements
- Alban n'est pas d'accord avec le plan d'Aileen
- Il propose quand même de tenter un appel avant de partir à la recherche d'Obéline avec Luce
- Pendant ce temps, il envoie un sms à son coloc Nolan pour savoir si ce dernier a été touché ou non
- Du côté des Pokémon d'Alban, Hélios (Larveyette) réussit à s'enfuir et aperçoit Aura (Togepi) qui trébuche sur le contenu du sac d'une fille (Eryn)
- Aura dans le corps d'Hélios apprend naturellement les capacités des CTs d'Eryn
- Après un bref épisode de fuite, Aura et Hélios se retrouvent au beau milieu du groupe formé par Aileen, Alex, Alban et Luce
- Luce et Alban partent à la recherche d'Obéline mais permutent au bout d'un moment
- Chacun retrouve ses marques et Alex et Alban font une trêve
- Alban accepte de céder une utilisation de sa CT Ball'Ombre à Alex
- RP Terminé pour Alban

Utilisation #5 de la CS Plongée (dernière utilisation le 08 mar.)


_________________
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 15024690286225SignMaxAlban
Dahlia C Black
Région d'origine : Kanto - Jadielle
Âge : 16 ans
Niveau : 34
Jetons : 1084
Points d'Expériences : 779
Todresseur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Mer 6 Avr - 16:41
Dahlia ouvrit de gros yeux en regardant chacune des personnes présentes à cet endroit. Bah pourquoi ils réagissaient comme ça ? C'est vrai ça, qu'est ce que ça avait de si étrange sa supposition sur Andreas et Ace. Bon d'accord au final elle s'était trompée. La rousse était dans le corps du blond et le blond avec la rousse. Et c'était un couple non ? Bah en fait fallait croire que non. Du moins en les observant elle commença à se dire que c'était pour le moins étrange. Ils n'étaient pas vraiment un couple sans pour autant être indifférents l'un envers le autre... Ok ils étaient bizarres à se tourner autour comme ça, surtout le jour de la Saint Valentin quoi ! En tout cas tenter de trouver une solution comme ça plantés sur le pont du navire n'allait pas être facile. Enfin même dans un autre endroit ç'aurait pas été facile pour Dahlia. Son esprit était bien trop semblable à une girouette, changeant de sens à chaque instant, pour qu'elle puisse rester focaliser là dessus. Et puis avoir le Ranger aux cheveux roses qui panique juste à coté était pas vraiment une grande aide. Pendant ce temps Isis voulut se rapprocher du Phyllali pour le calmer tandis que Shousan allait se poster à coté d'Eryn, enfin elle, euh non Eryn. Bref Eryn dans elle, dans son corps quoi ! Pas besoin de ré-expliquer cette situation bizarre non ? Non parce que si c'était le cas, je prends congé moi. Jsuis pas payé pour refaire un résumé de tout ça, en fait jsuis pas payé du tout...

ENFIN BREF ! Avant même que la Nymphali chromatique ne puisse atteindre le ranger, le Lucario de celui-ci vint lui coller une Forte Paume surprise en plein dans le dos. Boum ! Réveillé ? Dahlia hocha la tête avec conviction à cette action, voilà enfin un truc intelligent.Et puis la dernière fois que Cael avait perdu les pédales c'était pas beau à voir. Pitié qu'il y ait pas d'alcool quelque part... Parce que cette fois pas de sceau d'eau glacé dans les parages, juste la mer. Mais avec le corps et la force d'Eryn, pas sûr qu'elle puisse aller jusqu'au bout de son action avec succès... Non en fait carrément impossible. Désolé Eryn, pas contre toi ou ton corps hein ? Non c'était juste que bahhh.... Dahlia était pas habitué à ce corps qui était en plus plus fragile et moins fort que le sien. Tout ça pour dire que l'intervention de Lucky était vraiment parfaite ! Timing niquel ! En plus il semblait bien avoir reprit ses esprits. Il eut même une bonne idée. C'est ainsi que Dahlia suivit tout d'abord sans se poser de question le rosé. Un bon truc à boire ne serait en effet pas de refus. Toute ces émotions fortes lui avaient rendus la gorge un peu sèche et la bouche pâteuse, donc un truc bien frais serait parfait. Enfin Cael ne semblait pas vraiment parler surtout d'un besoin physique, mais plus moral... Euhh comment les adultes appelait ça... Un remontant non ? Mais... C'était pas un alcool ça ? Va falloir surveiller Cael hein ! Non mais si à chaque petit soucis le ranger se tournait vers l'alcool,ça devenait pas cool quoi. Enfin ranger alcoolique c'est ptètre un concept, mais c'est bizarre.
Ou peut être c'est depuis leur première rencontre... Et si depuis tout ce temps il avait gardé le goût de l'alcool. Oh mince ! Mais Eryn le savait ? Donc ptètre qu'elle était au courant sur le fait que Cael lui avait collé la main aux fesses ce jour-là ? Oh merde non... Pauvre Eryn. Bon ils étaient pas ensembles à cette époque, mais quand même. Elle pourrait penser que Cael la trouvait quand même à son goût ou pleins d'autres trucs du genre... Merde merde merde ! Que faire...

-ÉCUREUIL !

Eh bien pourquoi venait-elle de crier écureuil ? Elle ne le savait pas du tout. Peut être que c'était ce qu'aurait dit la Mentali dans une autre situation en se retrouvant dans la peau d'un être quadrupède qui chassait l'écureuil. Mais non, il ne s'agissait nullement d'un écureuil ou encore d'un Ratentif. C'était simplement un serveur qui venait carrément de claquer avec violence son plateau sur la table où ils venaient de s'installer. Il manqua au passage de renverser plus d'un des récipients de doux liquides rafraîchissants, mais heureusement aucun ne déversa son contenu. Dahlia se précipita alors dessus et prit un des verres en main avant de l'amener vers ses lèvres. Cette douce odeur fruitée lui donna directement l'eau à la bouche et elle se sentit presque revigorée qu'à ce parfum. Ce fut donc d'une très rapide traite que Dahlia but la totalité de la boisson avant de reposer le verre avec un soupir d'aise. Un petit goût piquant néanmoins fit faire une moue à la jeune fille. Elle n'arrivait pas vraiment à identifier cet arrière goût étrange qui lui brûlait un peu le palais et la gorge, étant tout de même très adoucît par les jus de fruits parfaitement dosés. Et puis au final c'était même pas mauvais ou désagréable. Aussi la Mentali reprit un verre qu'elle but plus doucement avant de manquer d'en recracher le contenu.

Cael venait de mater Calliope ? En tout cas l'attitude protectrice de la jeune fille envers son corps était attendrissante vue de l'extérieur. Bah ouais, si on oubliait que c'était la rousse dans le corps du mec aux lunettes opaques on pouvait croire qu'il protégeait sa chérie. Ouais non ils étaient vraiment trop chou ensembles ! Bref, elle devait se concentrer sur les événements, on garde l'esprit clair Dahlia ! En plus pourquoi elle avait un peu le bout des doigts qui la picotaient ? Bref. Mais là sur le coup elle se sentait un peu étonnée ! Cael qui lui disait depuis le petit incident de "la main" que c'était pas fait exprès, que c'était à cause de l'alcool. Et dire qu'elle l'avait à 90% crut... Bah il cachait bien son jeu le petit rose innocent hein ? C'était un petit pervers en fait et visiblement il aimait bien les poitrines. Par réflexe elle resserra  ses habits sur ce... Ah ben non, elle avait pas vraiment de décolleté... Merde. C'était pas son corps.. Glp. Elle regarda son corps à coté dont la poitrine était tout de même exposée par ce décolleté. Alors là Cael Joy, petit ranger rose marrant, ami ou pas, si tu regardes l'espionne en herbe va tellement te latter ta virilité que vaudrait mieux espérer qu'Eryn n'avait rien contre le fait de sortir avec une fille ou un castra au mieux.
Merde mais c'était la journée des gens cheloux ? Voilà que Calliope lui fait limite la proposition de tâter... Euh stop non ! Erreur ! On arrête tout ! Fait pas de connerie belle rousse ! Non mais clairement t'as vu l’Apollon que tu te trimbale avec ce blond là ? Sérieux foire pas ça et go for it ! Une chance comme ça on la saisit, et à deux mains si possible ! En plus voilà qu'Eryn s'énervait. Bon ça se comprenait, mais bon pas cool quoi ! Se détournant rapidement du couple en devenir (oui parce que là on arrive sur le couple qui doit se faire), Dahlia regarda sa colloc' qui s'excusa mais pouffa de rire. Ok nouveau retournement direction le blond et sa belle. Et en parlant du blond possédé par sa belle, celle-ci venait de découvrir la tour de Piz. La fourchette qui semblait avoir envie de rejoindre un ravioli. Enfin bon jpenses vous avez compris quoi ! Bref, un immense sourire étire les lèvres du  corps qu'habitait actuellement Dahlia. Vous savez ce genre de sourire qui ne présage rien, mais alors vraiment rien de bon. La tentative de noyer le poisson de la jeune fille dans  le jeune homme avait beau pouvoir peut être agir sur certaines personnes, mais pas sur une espionne en herbe. Enfin  si ça aurait put marcher, si seulement elle n'avait pas ce truc bizarre qui lui faisait remarquer tout ce qui se passait autour d'elle en permanence. En plus elle avait vraiment la tête qui tournait là. Bah avec autant de trucs qui se passaient... Dahlia finit par se tourner pour poser ses mains d'une manière amicale sur les épaules de son corps et dire à sa colocataire d'un air tout gentil et rassurant.

-Bah c'est pas grave hein, c'est qu'un jour comme les autres. Après tout tant que vous passez du bon temps ensembles tout les jours c'est mieux qu'une seule petite journée réussie. Et puis la journée est pas finie !

Un bisou sur la joue et un clin d'oeil plus tard la jeune fille se tourne à nouveau vers Callie et Léo pour les fixer intensément. Elle retourna même sa chaise pour poser ses bras croisés sur le haut du dossier et reposer son menton dessus. Ses yeux actuellement carmins ne déviaient pas des deux jeunes gens qui semblaient avoir remarqué plus qu'amplement l'insistance de son regard. Finalement elle se rapprocha un peu plus du corps masculin pour le fixer avant de faire de même envers la rouquine. Non clairement il en pinçait pour elle, ça se voyait à ce rouge sur ses joues pâles. Ouais ptètre que d'habitude tu rougis pas si vite, mais dans ce corps c'est différent ! You're fucked dude ! Le regard vague de la jeune fille se fit donc encore plus intense tandis qu'elle s'asseyait carrément sur le bord de la table maintenant. Son esprit était complètement enfumé et elle ne comprenait pas vraiment ce qu'elle faisait elle-même.

-Faut être honnête hein ?...Hic ! ... Tu... Tu sais... C'est pas bien de pas être *hic* honnête ! En plus vous en pincez l'un pour l'autre alors c'est bête de pas vous le dire non ? Et puis la Saint Valentin *hic* c'est fait pour ça ! Alors le bisou ! Le bisou ! Le bisou !

Oui la jeune Mentali se mettait à scander à tue tête tout en se relevant; attirant encore plus l'attention sur eux. Plusieurs élèves en les entendant et en voyant l'entrain de la jeune fille se mirent à reprendre ce mantra poussant les deux à ouvrir leurs coeurs et avouer leurs sentiments. Ouais elle se mêlait de ce qui la regardait pas, et alors ? On s'en bats les steaks ! Allez ! Man up blondinet ! Pourtant, pas l'impression que ça aidait vraiment. Sérieux ? Ils allaient franchement continuer à se regarder en Caninos de faïences ? Bah boulets ! Faut vraiment les pousser jusqu'au bout. Dahlia rassembla alors toute la force dans les bras de sa meilleure amie et poussa la chaise de Léo dans lequel se trouvait en fait la rousse, pour la rapprocher le plus possible de son corps. Leurs chaises se touchèrent quasiment et ils furent à une proximité assez satisfaisante pour la jeune fille qui se sentit d'un coup devenir vaseuse, enfin plus qu'elle ne l'était déjà. Reculant à l'aveuglette avant de s'étaler dans sa chaise et pouf trou noir. Mais une fraction de secondes elle se retrouva sur une chaise, voyant Eryn de dos affalée sur son siège. En plus elle avait l'esprit hyper frais... elle était de retour dans son corps ? Fallait croire. En plus baie Serice sur le poffin, elle était tout juste à coté de Cael.... A l'assaut ! Ni une ni deux, elle balança son bras autour du cou du ranger et le ramena vers elle avant de lui frotter le crane de son autre poing fermé avec un grand éclat de rire.

-Attaque Savon de Kibry !

Oui Miss Black était bel et bien de retour dans son corps !

Résumé:
 

_________________

DAHLIA C. BLACK ≈Parfois, tu as des rêves, mais ils sont trop éloignés pour toi. Tenter de les atteindre, de les réaliser ne fera que te blesser. Et une bête blessée est instable et dangereuse, alors laisse moi panser mes plaies en paix !
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11493
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Jeu 7 Avr - 13:37
Modération Alban

Utilisation de la CS Plongée
Gain Rien !


_________________
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 7z5c
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 1669
Points d'Expériences : 3820
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Ven 8 Avr - 8:23
Ginji Labelvi
      rp commun



« St Valentin 2016 »


Ma réponse semble "convenir" à Stella.

Bien évidemment, je suppose qu'elle aurait préféré la vérité. Cela aurait sûrement mis les choses au clair une bonne fois pour toute, selon son point de vue. Malheureusement, il y a bien plus de risque de complication, si je lui dis tout, que si je tais cette vérité. Mais je sais pertinemment que je ne pourrai pas garder le silence éternellement...

Remettre les révélations à plus tard me paraît être une bonne idée. Je ne peux pas tout dire à Stella maintenant, c'est bien trop brusque.

D'un autre côté, cela me laisse une terrible impression de fuite. J'ai juste la sensation d'avoir noyé le poisson. Ce n'est pas ce que j'ai souhaité faire, mais c'est ce qui arrive, finalement. Ou peut-être que j'essaye de m'en convaincre, en fait.

Stella se lève, et va jeter ses restes à la poubelle. Je regarde ma salade, et décide de simplement refermer le couvercle pour ranger la boîte dans mon sac. Le gaspillage, c'est mal. Et comme ça, si j'ai faim, je pourrai toujours la manger. Moi, ou Stella, si nous regagnons nos corps entre temps.

Je m'approche d'elle alors qu'elle pose son plateau. Elle semble alors réaliser quelque chose, comme si elle avait zappé un détail qui lui revient soudainement en mémoire. Je lui jette un regard interrogateur, pensant qu'elle va s'expliquer, mais une voix s'élevant des hauts-parleurs détourne notre attention. Apparemment, nous arrivons aux abords de Lansat... Et nous n'avons toujours pas regagné nos corps...

Légèrement blasé, je me résigne à devoir passer une partie de la journée au Centre-Ville, dans le corps de ma camarade. Pourtant, cette dernière n'est pas de cet avis, et exprime soudainement son mécontentement, avant de décréter que nous resterons encore quelques temps à bord du bateau. Je peux comprendre qu'elle ne souhaite pas que nous nous montrons sous cet état en public, mais... Pourquoi est-elle si paniquée ? Mes joues sont devenues rouges écarlates, aussi. Je ne comprends pas trop cette réaction... Le temps que tous les passages récupèrent leurs affaires et descendent, il va y en avoir pour un moment, de toute façon, non ?

« -Oh, euh, pas de problème... Nous avons encore une bonne demi-heure avant de réussir à descendre, de toute façon...  »

C'est alors qu'elle demande à Sam de.. Couler le bateau ?! Euh. Euh. Euh. Elle sait que c'est pas bien, de faire, ça au moins ? Et puis elle fait ça dans quel but ?!... Je ne sais pas ce qui est censé le plus m'étonner, entre le contenu de sa demande, et le fait qu'elle s'adresse à Sam pour cela. Vous n'allez pas me faire croire que le Férosinge... Enfin, le Pandespiègle... 'Fin, le Férosinge dans le Pandespiègle, est capable d'une telle prouesse ?!... Si ?... Il peut faire ça ?... Est-ce qu'il l'a déjà fait ?!

Fort heureusement, Sam fait preuve de sagesse, et refuse purement et simplement la demande de sa dresseuse. Surtout que bon, là, elle lui demande de détruire le bateau depuis mon propre corps... Pour peu qu'il y ait des caméras de surveillance à bord du navire, c'est à moi que va incomber toute la responsabilité ! Et... Non pas que ça me déplaise, mais... Je ne tiens pas à passer les jours à venir dans une prison, môa...

Toujours aussi paniquée, Stella finit par plaquer ses nouvelles mains contre mon visage, puis s'excuse pour ce comportement pour le moins... Étrange.

Bien qu'un peu perturbé, j'affiche un sourire mi-amusé, mi-gêné, et tente de rassurer la Pokéathlète.

« -T'inquiètes pas, il y a pas de problème... On n'a qu'à commencer par récupérer les affaires que t'as laissé dans un casier au casino. Le temps de le retrouver... Puis de toute façon, 'faut aussi qu'on aille rendre mes chaussures et ta ro.... »

Je ne termine pas ma phrase, et écarquille lentement les yeux. Le visage de Stella aussi, finit par virer au rouge. Oh Arceus. J'avais complètement zappé ce détail. Ce GROS détail. Je. Je. Peux pas. Robe. Faire. Enlever. La....

… D'accord, je comprends pourquoi Stella a paniqué.

« -... AAAAAAH, NAN, LA ROBE, COMMENT ON VA FAIRE ?! C'EST PAS POSSIBLE, JE PEUX PAS LA RENDRE ! PARCE QUE POUR FAIRE CA, JE DOIS... JE.... NAN !  »

Je plaque les mains de Stella contre ses yeux. C'est EXTREMEMENT GENANT. BEAUCOUP TROP. Comment je suis censé faire ça ?! C'est juste impossible ! IM-PO-SSI-BLE ! Il y a pas moyen, on reste sur le bateau jusqu'à ce qu'on regagne nos corps ! OU ALORS ON VOLE LA ROBE ! VOILA ! On n'a qu'à faire ça. Il suffit que je fasse appel à Meg et Soul, puis que nous quittons le bateau en sautant par dessus la rambarde !

« -On se tire avec la robe ! On aura qu'à dire que c'est en dédommagement pour le Manaphy....Ou sinon... On m’assomme, et tu te charges de changer la tenue !... Oula, ce plan a un côté étrangement malsain... Pourtant, il n'y a rien de plus normal que de changer sa propre tenue, non ?!... Oh la la, cette journée est tellement nawaaaaaak... Comment on va faire, Stella ?!  »

Thoron échange un regard avec les autres Pokémons de Stella. Il n'a pas l'air de comprendre quel est le problème dans l'histoire....

Il n'y a que des humains, pour se soucier de ce genre de détail, hein ?

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________

Event #4 - Saint Valentin - Page 7 1422191746-copain

« Je vais garder le parfait contrôle de mon esprit…. Et ne pas laisser les ténèbres envahir mon cœur ! »
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 1477337343-ginji-xd
Merci Môman Callie!
Ariania Blue
Région d'origine : Kanto
Âge : 17
Niveau : 25
Jetons : 2339
Points d'Expériences : 513
Pokeathlète Agent
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Ven 8 Avr - 16:19



Le "Orren" qui se tenait devant elle s'appelait donc "Sirius". Coordinateur mode et Noctali... Dans les présentations, souvent la personne répond un truc du genre "oh, ce prénom vous va bien" ou encore "vous avez vraiment le profil" et, Ariania aussi, faisait souvent ces réflexions bateaux, plus ou moins véritablement pensées et réfléchies. Mais là, la situation ne s'y prêtait pas : dire à quelqu'un que, dès qu'on l'a vu, on a su qu'il était un Noctali, alors qu'il est actuellemnt dans le corps d'une autre personne qui, elle est un Voltali, ça fait trop bizarre... et pas du tout sincère ! Sinon, il faut vous acheter des lunettes ou renoncer à être voyant(e) ! Bref, pas de phrases de circonstances pour cette fois ! Ariania se contente de hocher la tête tout en se demandant où se trouvait son corps. C'est vrai ça, elle avait retrouvé Idalienor et était en compagnie du corps de l'ami de la fille dont elle occupait le corps, ce qui augmentait considérablement les chances qu'elle retrouve son corps mais pourtant toujours pas l'ombre de son petit corps à l'horizon !

D'ailleurs, pouvait-on être vraiment sûr que c'était la copine d'Orren, Ruby je crois.., qui se trouvait dans son corps, à elle, Ariania ? Non, elle n'était même pas sûre de ça ! Si ça se trouve, c'était encore une autre personne ! Rien que d'y penser, tout s'embrouillait dans sa tête... avec le corps d'Orren, dans le corps de Ruby, avec Ida dans un corps inconnu... Comment reconnaitre les gens dans une situation pareille ?! Elle essaya de réfléchir un peu moins d'une minute mais, devant son peu d'efficacité, elle préfèrait ne pas y penser, les théories intellectuelles ce n'étaient pas son truc. De toute façon, elle verrait bien comment évolue la situation !

Ariania fut sortie de ses pensées par Sirius (dans le corps de Orren je rappelle) qui se mit à crier le nom d'une fille. Eve ? Elle doit être la personne avec qui il était tout à l'heure. Elle ne reconnaissait pas le nom et cela ne l'étonnait pas vraiment : décidement, elle ne connaissait pas assez de monde dans cette académie ! Au moins, tout ce bazard lui permettra de rencontrer plusieurs personnes... même s'il y a mieux pour mémoriser les noms et visages !
D'ailleurs, voilà une nouvelle personne ! Un garçon est arrrivé et... Sirius lui saute dans les bras ?! Qu'est ce qui se passe ?... Ah, d'accord, le mec qui vient d'arriver, c'est le corps de Sirius... C'est assez drôle de voir deux garçons se sauter au cou comme ça... attends ça veut dire que la personne qui vient d'arriver c'est Orren ? Ou ça en est encore un autre ?

-Je suppose que tu n'es pas Ruby. Je suis Orren Losvrôk, celui dans le corps de...

Bon, confirmation que ce corps est l'esprit d'Orren... l'esprit, l'âme, c'est assez classe comme mots.. ça donne l'impression d'être sur un bateau fantôme XD

...que je vais devoir rester avec vous pour retrouver son corps et garder le mien en vue. Des souvenirs de là où t'étais ?

- Oui, pas de problème , ce sera plus pratique si on reste en groupe. Pour ce qui est d'avant l'échange, j'étais sur...

Ariania n'eut pas le temps de finir sa phrase...
Sa vue se brouille, elle se sent faible comme si elle allait défaillir... d'ailleurs elle a l'impression de tomber en arrière... Elle ferme les yeux, pour attendre que ce sentiment de malaise disparaisse. Quand elle les rouvre, elle ne voit plus Orren, Ida (enfin le corps où Ida est actuellement) et Sirius. Elle cherche d'un coup de tête mais non, ils ont vraiment disparus ! Qu'est ce qu'il s'est passé ? Elle a une petite impression de déjà-vu, non... ne me dites pas qu'elle a encore permuté avec quelqu'un ! c'était déjà assez compliqué comme ça, elle n'avait pas besoin de plus !
Enfin, si elle a repermuté, le corps qu'elle habite doit être plus à sa taille, elle s'y sent beaucoup plus à l'aise que dans le corps de Ruby !

Bon trève de bavadarge, il est peut-être de savoir qui et où je suis !

En effet...

Ariania relève la tête. Elle est sur le pont ?... Au milieu de la foule, ce n'est pas vraiment facile de se repérer ! Devant elle, aucune visage familier, elle a vraiment repermuté ?! Cette situation commencait sérieusement à l'énerver !!! Jusqu'alors, elle s'était efforcé à voir le côté positif de cette permutation, elle pensait sincérement que cette attaque trouble-fête était plutôt drôle, d'ailleurs même maintenant quand elle y repense, c'est assez original comme fête de St Val ! ... Mais bon, une fois c'était assez ! Elle n'avait pas l'intention de échanger avec toute l'académie ! Elle commençait vraiment à être fatiguée d'être dans un corps étranger ! Elle voulait retrouver son corps !!!! Où es-tu mon précieux ???

Calmons-nous... S'il y avait personne de familier devant, il y aura une personne connue derrière ! (non ce n'est pas un proverbe, elle vient de l'inventer) Elle se retourna vivement et... tomba la tête la première ! Elle n'était pas encore habituée à ce corps...

- Aria !!!

Non, ce n'était pas possible...
Je releve la tête aussi rapidement que possible, pour voir...

Ida ?... Non, ce n'est pas Idalienor, Ida n'est pas dans son corps, alors pourquoi je vois Ida juste en face de moi ???

- Ida ?

Non, ce n'est pas possible, Ida est dans l'autre corps, elle doit être une autre personne...

- Ida ?

Mais, elle m'a appelé par mon prénom ! Ca veut dire qu'elle me connait ! C'est forcement Ida ! cette personne ne se rend pas compte que son raisonnement inclue le fait qu'elle na pas d'autes amis... tristesse xD

- Ida !

... Oui, pour la troisième fois en moins de trentes secondes, elle interroge le corps d'Idalienor sur la personne qui l'habite... des fois j'ai honte d'elle xd

Attendez ! Si elle m'a reconnu... ça voudrait dire que...
OUIIIIII !!!! C'EST MON CORPS !!!! C'est ma tenue, mes cheveux ne sont pas roux, je ne suis plus rousse !!! Je ne suis plus dans un autre corps !!!! C'EST MOI !!!!

- Ida ! Tu as vu ?! C'est moi !!!!! C'est vraiment moi !!!

Cette fois, une réponse. A moins qu'Idalienor m'ait déjà répondu les fois précédentes mais je n'avais pas vraiment écouté...

- Aria ? C'est moi, Ida ! ...

-Ida ! Toi aussi, tu es retournée dans ton corps !!!!! répondit Ariania en lui sautant dans les bras.

S'en suivit la joie des retrouvailles, et le rapide résumé des événements que je ne vais pas vous narrer ça serait trop long flemme de l'écrire

Ainsi, avoir retrouvé son corps avait déjà rassuré Ariania, et voir que Ida aussi était retournée dans son corps (ce qui veut dire que tous les autres sont sûrement maintenant dans les corps d'origine), elles pouvaient maintenant vraiment profiter de la croisière !

Malheureusement, une annonce retentit : le bateau arrivait à Lansat et elles devaient maintenant descendre. Ariania fût tenté d'essayer de retrouver Siruis et Orren (rien que pour voir la vraie Ruby aussi) mais le bateau était déjà dans le port. Et dans la foule qui s'agglutinait pour descendre du bateau, elle ne les revit pas.

Ariania n'était pas prête d'oublier cette soirée ! Si tout était aussi "spécial" ici à l'académie, elle n'allait pas s'ennuyer ! Même si le but initial de la soirée n'a pas été atteint... Enfin, on ne sait jamais !



Point de vue de Mysdi :


Mawile

Du noir... pour l'instant que du noir... faut dire aussi que les yeux fermés on voit pas grand chose !. Bon, reprenons, la croisière était passable, les gateaux qu'Ariania avait ramené pas trop mauvais, j'étais donc tranquille avec Ruru quand des rayons de toutes les couleurs sont venus me transpercer...

Là, je me suis retrouvé en face d'un propre moi-même. Il était tellement bien imité que j'ai cru que c'était moi ! Mais, bon, on ne peut pas reproduire la perfection, alors bien sûr, ce n'était pas le cas !

D'ailleurs, j'étais assez rassurée de ne pas m'être fait téléporter dans un monde bizarroide rempli de paillettes colorées non pas que ce serait moche, au contraire ce serait plutôt beau comme univers, mais après le problème avec les trucs comme ça, c'est que quand tu veux en sortir, c'est pas si simple que y rentrer. Là, je me sentais juste un peu drôle mais c'est toujours comme ça quand on se prend une attaque de toute façon... c'est pour ça que je déteste les combats !

Donc j'étais toujours sur le pont, il y avait Ariania et Idalienor, elles semblaient un peu bizarres mais de toute façon, elles n'ont qu'à se débrouiller toute seule (surtout Ariania) ! Par contre, je ne voyais plus Ruru et devant moi, il y avait moi !

C'est une occasion unique de pouvoir m'observer comme ça ! D'habitude, je n'ai que le miroir, alors ce n'est pas vraiment le plus pratique. Mais là, je me vois !... Oh non, mon ruban est en train de se défaire, je suis toute décoiffée ! Ariania m'a laissé sortir comme ça ! Elle n'a vraiment aucune considération !!

- Mysdi c’est toi ?

Et voilà mon coprs qui s'adresse à moi-même !

- Oui, c'est moi bien-sûr !

- Mais tu es dans mon corps...

- Quoi ????!!!!!!

Mon corps me parle, mais je ne suis pas dans mon corps !! Je jette un coup d'oeil à mon reflet sur la vitre... En effet, ce n'est pas moi... Pelage noir, quelques mèches rouges... Je suis dans le corps de Ruru...
...
What the ... !!!!!! Mon corps, mon magnifique corps !!!! Je veux mon corps !!!

Je commence à secouer Ruru dans tous les sens.

- Rends-moi mon corps !!!

Mon corps réagit instinctivement et ... Morsure !!!

Aiiee !! Elle fait mal cette attaque ! Pourquoi mon corps réagit donc contre moi ?!!! (comment ça je l'ai attaqué ?). Je me recule quelques instants, et j'essaie de me calmer... Mon corps à portée de mains, juste ici, et pourtant il n'est même plus à moi !

Mon corps...

Je m'effondre, abattue. Je ne pourrai plus jamais me lever le matin, réveiller Ariania pour qu'elle me mette mes rubans, choisir les bracelets de même couleur, m'observer et danser devant mon miroir, m'endormir en me disant que je suis belle...

Ruru se rapproche de moi, l'air attristé elle aussi.

- Je suis... désolée... murmurais-je péniblement

Elle vient se blottir contre moi, et on reste toutes les deux là, abattues en plein milieu du pont. Je ferme les yeux, en laissant retomber ma tête contre mon corps... je vais fermer les yeux... en fermant les yeux, tout redeviendra comme avant... oui tout sera comme avant...

Je ne sais vraiment pas combien de temps je suis restée les yeux fermés, refusant de les ouvrir. J'ai bien entendu à un moment la voix d'Ariania qui m'appelait mais je ne me suis pas levée. Si je reste ainsi quand je rouvrirais les yeux tout sera comme avant...

Je me suis endormie. Et quand je me suis réveillée, tout était comme avant.

Je ne veux plus y penser, je veux faire comme s'il ne s'était rien passé. Ruru aussi est de retour dans son corps alors tout va bien. Que personne en me reparle plus de cette soirée !


Spoiler:
 



_________________

 
Always remember sweet times
and love

Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 19 ans
Niveau : 54
Jetons : 1726
Points d'Expériences : 2152
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Lun 11 Avr - 16:00
St-valentin 2016
Bonnnnnn et bien là c’est vraiment le grand n’importe quoi. Je crois que si je racontais ça à quelqu’un d’extérieur à l’académie il me dirait surement que je devrais être internée dans un hôpital psychiatrique, ou que j’ai fumé quelque chose de pas très net au choix.

Et le petit groupe que nous formions continus de s’agrandir. Et oui c’est qu’il faut bien que chacun retrouve son corps d’origine. Du coup au départ il n’y avait que Aria, Sirius et moi (et je rappelle que ce sont plutôt les corps de Ruby Orren et une inconnue qui se promènent. Puis nous retrouve Orren (qui est dans le corps de Sirius du coup). Son regard est si…particulier. C’est à ça que ressemble le regard d’un garçon amoureux. (Oui je suis un peu larguée niveau potin dans l’académie mais bon là j’étais quand même obligée de le savoir, on parle d’une Pyroli et du préfet en chef). Ses yeux sont plongés dans ceux de Aria (enfin de Ruby plutôt) et montre une certaine insatisfaction. Il voudrait lui sauter dans les bras mais se retient, c’est mignon. En revanche Aria n’a pas l’air de comprendre mais bon ça ne m’étonne pas d’elle. Et enfin un autre garçon débarque mais j’ai des doutes que se soient un garçon à l’intérieur puisqu’il répond au nom d’Eve. A moins que le nom Eve puisse s’appliquer aux deux sexes mais j’en doute.

Au moment où Aria veut reprendre la parole, j’ai la tête qui tourne. Je trébuche légèrement puis mes yeux se ferment. Lorsque je les rouvre, le décor a à nouveau changé et Aria est devant moi ! J’observe mes mains, elles ressemblent beaucoup au mienne. Et puis j’ai froid, et Pop est sûr mon épaule, c’est bon c’est bien moi ! Ouf voilà une bonne chose de faite. Je caresse doucement la tête de Pop.

C’est bon me revoilà Pop, tu as bien surveillé mon corps je suis fière de toi.


La souris éléctrique m’adresse un grand sourire et se remet à jouer avec ma joue. Pas grave, ça me prouve que j’ai bien retrouvé mon corps. En revanche Aria, ou la personne devant moi, n’a pas l’air bien. Elle s’agite dans tous les sens et finit par tomber les fesses par terre. Bon on peut toujours essayer de voir si c’est elle.

Aria !!!

Puis elle me répond d’une manière qui me rassure, c’est bien Aria puisque qu’elle est la seule à m’appeler Ida. Je n’ai jamais parlé à Ruby donc elle ne pourrait pas m’appeler ainsi. Mais Aria est en train de disjoncter, elle m’appelle plusieurs fois, elle semble complètement perdue. J’essaie de la calmer mais impossible. Oui je vois que c’est toi Aria... Calme toi tout va bien se passer.

Aria ? C'est moi, Ida ! ...


Elle me saute au cou, je suis contente, tout est bien qui finit bien. J’avoue que j’aurais bien aimé aller voir nos compagnons d’un soir mais le bateau vient juste d’accoster et dans un mouvement de foule tout le monde descend au plus vite pour rentrer au campus. J’avoue que je suis claquée par cette soirée. Avec un bâillement, j’indique la direction à Aria pour rentrer à l’académie. D’ailleurs Ruru est toujours à mes pieds et gambade avec un grand sourire. C’est bizarre, on a l’impression qu’elle est toute légère. Peut-être qu’elle aussi a échangé avec un pokemon pendant l’attaque Permucoeur ? Je lui demanderais plus tard, là je suis trop fatiguée.

Une fois rentrée à l’académie, je file direction les douches. Je suis toujours dans des vêtements humides alors une bonne douche chaude ne me fera pas de mal. En plus vu l’heure qu’il est il n’y a pas foule. Je prends donc ma douche tranquillement et retourne dans la chambre équipée de mon pyjama. Aria s’est endormie comme une souche sur le lit. Toi aussi tu es fatiguée par les événements. Comme quoi même les plus résistants finissent toujours par tomber sous une charge trop importante. Je la recouvre de sa couverture avant de moi aussi filer dans mon lit. Il reste une chose qui m'intrigue : je ne sais toujours pas dans le corps de qui j'étais. J'aurais bien aimé le savoir mais bon tant pis. J’essaierais de me renseigner on ne sait jamais. Les pokemons se sont tous endormis et puis demain debout 5 heures pour l’entrainement du général. Parfois j’aimerais vraiment que cet entrainement disparaisse, juste une fois…

Résumé:
 

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 BGi1FfEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BGizxYEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BGiN4WEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BGi0ajEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 1543436268-heliosEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 1491648845-sprite-roserade-idaEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 1543176079-673Event #4 - Saint Valentin - Page 7 BGi92nEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 Miniature_695_XYEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BGiLYQEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BGiZDOEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BICbxQEvent #4 - Saint Valentin - Page 7 BGnGa8Event #4 - Saint Valentin - Page 7 BGiTIx
Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 341
Points d'Expériences : 2241
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Mar 12 Avr - 5:04
Ok, on se détend...On respire calmement...On prend une gorgée de cocktail...Et on expire. Voila. ,c,est ça. Là, j'ai le coeur qui retrouve un rythme un peu plus normal. C,est juste un long moment à passer en compagnie d'amis qui ont changés de corps et qui font des commentaires bizarres sur ceux qu'ils occupent...Rien d'anormal, donc, ça va s'arranger tout seul. C'est vrai, y'a aucun problème, c'est calme et très détendu, et j'ai qu.à...

''CAEL ! Tu n'es pas sérieux quand même ?!''

''*Bloups*''

Le rugissement royal qui vient de retentir me fait presque m'étouffer dans mon verr. Toussotant et crachotant, je ne peux que lever les yeux lorsque la haute silhouette de mon bro se déploie comme un Nemelios devant un steak bien juteux, et vient me saisir au col.
Mon regard se retrouve comme happé par les verres noires qui cachent les yeux du corps de Léo, mais même sans les apercevoir, je sais déjà à quoi ça ressemble...S'il n'y avait pas ces lunettes spéciales pour me protéger, Callie me carboniserait sur place, et j'ai beau tenter de me débattre mollement, c'est à peine si je parviens à desserrer sa poigne d'acier.
Dans le même temps, la fureur qui émane de la Givrali devenu Phyllali (Ou l'inverse, je sais plus) me fait me sentir tout chose : J'ai l'impression qu'elle me passe au broyeur et qu'elle surcharge toutes mes sensations tellement elle est en colère, c'est...LE HAKI DU ROI une Callie en furie ! Je m'évanouirais bien pour y échapper mais elle me secoue tellement fort que c'est même pas la peine d'y penser.
Et lorsqu'elle se décident fin à me lâcher, je retombe mollement sur mon siège, petite boule aux cheveux roses qui claquent presque des dents...Plutôt affronter un Ectoplasma que de fâcher à nouveau Callie à ce point ! Maintenant, je vais regarder ailleurs, et surtout pas dans la direction de Léo, j'ai compris !

''Non mais Eryn, c'est pas...''


Mais je veux pas qu'elles se battent, moi ! EN plus, c'est ma faute...Je pense...Fin', j'ai pas tout compris, mais c'est pas grave !
Par contre, lorsque ma Mentali préférée en remet une couche, là, je deviens aussi rouge que j'ai les cheveux roses et en vient même à me cacher le visage derrière mes couettes en priant très fort pour que ça s'arrête. Avec un peu de chance, lorsque je vais les écarter, les choses seront toutes rentrés dans l'ordre, allez, un, deux...Trois.

''C’est vraiment la pire Saint-Valentin de ma vie…''

Ah non, ça je veux pas ! Que moi je passe une journée ''un peu'' bizarre, ok, j'ai l'habitude, mais Eryn , elle, je suis pas d'accord ! Elle vient de perdre des CTs à cause de tout ce qui lui arrive, alors...

''Si tu veux, je t'en rachèterai une quand on ira en ville tous les deux, d'accord Eryn ?''

Pas besoin de préciser que c'est également une bonne excuse pour qu'on aille en balade tous les deux. Les dernière fois, elle m'a accompagné en forêt, alors je vais lui faire plaisir et aller avec elle dans Lansat, c'est promis !
Dalhia en remet même une couche pour soutenir sa colocataire, c'est gentil de sa part. Ce qui l'est un peu moins en revanche, c'est ce qu'elle se met à chanter devant Léo et Callie..Comment ça , un bisou ? Non mais pour Eryn et moi, c'est normal, mais Callie et Léo ? Ce serait bizarre, non ? En plus, regarde, ils veulent surement pas, ils rougissent tous les deux comme des baies Tamato. Ils vont même finir par produire de la chaleur et prendre feu si elle continue, on devrait peut-être intervenir. Discrètement, je me retourne donc vers la Mentali qui occupe toujours le corps de Dalhia.

''Dis, Eryn...AIEUUUUUH!''

Sans préavis, voila que ma copine vient de me saisir, et de m'infliger une clé de col extrêmement serré. Et même si je tente de me débattre, la voila qui se contente de resserer sa prise et de m'infliger un savon de première catégorie ! Et là pas besoin d'être un génie pour savoir ce qui se passe, je connais UNE seule personne qui me ferait ça sur ce bateau...Non, sur cette Terre...En fait, non, dans tout l'Univers !

''Dalhia, lache-moi ! Mais, *aie*, arrête !''

En me contorsionnant comme un Seviper, je parviens de justesse à échapper au savon, avant de me glisser vers Eryn (Non, je ne me ''réfugie'' pas prés d'elle !). Si Dalhia a récupéré son corps, ça ne peut vouloir dire qu'une seule chose...

''Eryn, c'est bien toi cette fois ?''

Même si elle a l'air aussi perdue et vaseuse que Leo et Callie, le petit hochement de tête et le sourire que m'adresse la Mentali suffisent à me rassurer. Pas de doute possible, même cette sensation bizarre et mélangeante s'est dissipée quand je regarde mes amis assis autour de cette table (Et puis je sens encore le va-et-vient de la poigne de Dalhia dans mes cheveux....Aieuh).
Maintenant, les choses vont pouvoir redevenir normales et on va profiter de la fin de cette journée...*Bunk*

''Non mais ça va pas, qui est-ce qui...Lucki?!''

Comme une roquette lancée à pleine vitesse, le Lucario fait son apparition dans le bar, avant de se jeter sur notre table, les yeux complétement fous. Malheureusement pour moi, j'étais pile sur sa trajectoire et c'est sans la moindre délicatesse que mon starter m'écarte de la table et m'envoie bouler juste à coté de la chaise d'Eryn. Sans même ralentir, le type Combat s'empare de mon verre et le vide cul sec...Avant de faire de même avec ceux de Dalhia et de Léo !
Et lorsqu'il repose ces derniers avec une violence extrême, au risque de les briser, les tremblements qui parcourent la fourrure du Lucario semblent s'atténuer, tandis qu'il reprend lentement son calme habituel. Mon regard croise alors celui de mon starter, et la lueur qui y persiste vaut toutes les justifications du monde : En moins d'une journée, c'est la deuxième fois qu'on lui prend son aura, qu'on la passe au mixer, qu'on en fait des petits tas façon puzzle et qu'on les lui envoie en pleine figure !
Malgré son apparition pour le moins foudroyante, Lucki ne semble pas le moins du monde gêné par ce qu'il vient d'accomplir et se contente d'un petit geste de tête d'excuse (Demandez pas plus, c'est déjà un miracle) à l'intention de Léo et Dalhia...Et mon verre à moi, tu l'oublies ?!

''Ça va mieux, Lucki ? Tu ne vas pas...Eeeeeeh !''


Non mais c'est fini, pourquoi tu me soulèves comme ça, Lucki ?! Une fois de plus, je me retrouve soulevé par le col, avant que le type Combat ne me redresse et ne me dépose juste devant la chaise d'Eryn, le visage face à celui de la Mentali. Dans le même temps, une impulsion pour le moins institante vient me taper sur la tête, façon aura comme seul mon starter sait le faire :  Ta copine n'est pas très contente de sa Saint Valentin et elle vient se subir une expérience pour le moins perturbante. Alors interviens, espèce de disciple incompétent !

''Mais je vais pas...Devant...Léo...''

Ok, j'ai déjà embrassé Eryn devant des gens...Mais pas des gens que je connais, fin, pas comme ça. Sauf que Lucki a raison, Eryn allait pas bien tout à l'heure, alors là, c'est moi qui doit la soutenir. Sans même un autre regard en direction du Lucario, je me rapproche avant d'embrasser la petite fleur.
En revanche, une fois le bisou terminé, inutile de vous dire  que je rougis des pieds à la tête lorsque je prends conscience que les regards de Callie et de Léo sont rivés sur nous...Et que celui de Dalhia est accompagné d'un sourire de mauvaise augure.

Infos:
 

_________________
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 1529618029-cael
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Leonidas Blackhart
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1109
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Dim 17 Avr - 18:10

LEO & LOVEDAY
chlorophylle inversée


''La...la prochaine fois Léo, dis-le...tout de suite. Me fais pas...des peurs pa...pareilles. ''

Un sourire bien trop moqueur se dévoile sur tes fines lèvres. Tu places ta petite main sur ta frimousse devenue jeune fille et finalement, éclates de rire. Tu ne tiens plus. Rien a faire, tu te tapes le meilleur fou rire de ta vie. Tu tentes d’étouffer tout ça dans les manches en laines de ton pull, mais c'est déjà perdu d'avance, ton rire se fait bien trop cristallin et n'étant pas habitué a cette voix – qui t’apparaît comme vraiment adorable – tu continues jusqu'à en avoir les larmes aux yeux.

▬ Haha, ouuh, c'est... c'est trop haha ! Ta tête est priceless bro.

C'est ton colloc' est pourtant vous vous croisez quasiment jamais. Tu trouves que ça craint, que ça craint un max même ! Alors évidement, quand tu vois une toute nouvelle facette de Cael, tu ne peux t'empêcher d'être tout autant attendrit que railleur envers lui. D'un mouvement totalement instinctif qui avait pour principe de redresser tes lunettes opaques sur le bout de ton nez – qui là s'avère inutile étant donné l'absence de verre – tu viens lui ébouriffer la tignasse en gardant ce sourire si ouvert. Cette saint-valentin, ça a l'air d'être un foutu fiasco, mais en vrai, tu retrouves de plus en plus goût aux bonnes choses de la vie.

Après coup, vous vous rassurez les uns les autres vis à vis de cet échange. Heureusement que ça ne va duré que quelque heures ! Tu n'oses même pas imaginer ce que tu aurais dus faire dans le corps de la Givrali...Tu en frisonne d'avance, si bien que ton échine – si délicate – te donne des rougeurs inappropriés. Rah. Callie, comment tu fais pour vivre ?! Brr. Leo n'en peut déjà plus, de tous ces effets bizarres qui l’englobent, de tous ces frémissements... Aw. Ça le rend fou.

D'un rire aux regards, vous finissez dans une sorte de bar où vous prenez place autour d'une table. La encore, plus que pour tes bras, se sont tes jambes que tu ne sais où mettre. Finalement, comme si c'était d'un naturel inné, tu les croises à défaut de pouvoir les laisser « ouvertes » au risque de... de... de enfin voilà, vous m'aurez compris ! Ce n'est pas une position que tu prends par reflex. Elle est loin d'être confortable surtout pour un homme, et a tendance a laisser de vilaines marques roses sur tes genoux quand tu bosses en boxer sur ton bureau. Bref, des détails chiants. Tu te demandes si c'est pareil chez les filles. Si elles aussi, on des marques. Tu fais bien attention en croisant les jambes, a ne pas plier la belle robe en coton de Callie... En tout cas, c'est tout doux. Même ta peau est irrésistiblement douce. Tu déglutis et regardes tes doigts s'agiter. Tu les forces a s'agripper au fauteuil sur lequel vous êtes tous assis. On contrôle un peu ses hormones mon cher Leo'.

Un mouvement de bras insolite, alors que tu continues de chercher LA POSITION qui te paraît la plus adaptée et confortable, un frôlement peut-être, tu croises les bras tu les décroises, tu te perds et finalement abandonne a nouveau, jusqu'à ce qu'une tempête explose. Callie, prise de panique, ou d'une colère massacrante, se jette sur ton bro telle une lionne. Évidement, vue qu'elle est dans ton corps, ça fait très roi de la savane tout ça. Tu sursautes presque, n'ayant – évidement – rien remarqué, trop préoccupé a survivre dans ce corps étranger et un peu trop tirailleur d’émotions pas catholique. Ce qu'elle dit, ce qu'elle grogne sur Cael te pique d’intérêt et plus encore de jalousie. Tu jettes un regard particulièrement mauvais, un regard involontaire mais qui voulait en dire long.

▬ … Humpf.

M'enfin... il fait face a une Callie déchaînée qui plus est dans ton corps. C'est un peu comme si tu y mettais un peu du tiens aussi. Non ? Finalement, elle revient s’asseoir, et tu ne peux t'empêcher de la regarder, de te regarder, de sourire aussi. Quelle journée ! Voulant profiter un peu de ce moment « détente » tu attrapes ton verre et sirote son contenu jusqu'à ce que la Givrali se glisse un peu plus près et vienne chuchoter ces quelques mots : _ Leeeooo, psscccht... ! C'est quoi ça ?

▬ Hmm … de ? Tes yeux descendent, survolent ton pantalon et là... La panique ! Tu craches ce que tu venais de boire, illico presto', par tout les trous. Tu tousses, renifles, secoues la tête, perturbé, affolé. Le rouge te monte aux joues et tu manques de faire tomber ton verre par terre. Tes mains sont tremblantes, frémissantes.

▬ P..p... je m'en suis mis partout … !

Mais là n'est pas le problème... y'a plus grave. Y'A VRAIMENT PLUS GRAVE ! Mais Callie a quoi est-ce que tu penses ! Qu'est... Qu'est que tu fais avec mon corps ! Tu te retournes vers la Givrali, essuyant d'un revers de manche ce trop bien de liquide sur ta frimousse, totalement alarmé par une telle situation qui est si... si... oh par Arceus tu ne trouves même plus tes mots. Tu ne sais pas où placer tes mains, tu as presque envie de te jeter sur ton propre corps pour cacher ce qui doit être caché. Mais vous êtes surveillés. Surveillés de très près et justement Dahlia, qui est en réalité dans le corps d'Eryn ne se gene pas pour marmonner des choses plutôt gênantes.

-Faut être honnête hein ?...Hic ! ... Tu... Tu sais... C'est pas bien de pas être *hic* honnête ! En plus vous en pincez l'un pour l'autre alors c'est bête de pas vous le dire non ? Et puis la Saint Valentin *hic* c'est fait pour ça ! Alors le bisou ! Le bisou ! Le bisou !

Comment ça le bisou ? Quel bisou ? Maintenant ? Non. Non impossible, pas... pas dans cette situation ! Tu rougis de plus belle. Rah foutu corps. Tu parles d'un rendez-vous sympas avec Calliope...d'un moment rien que tout le deux, au calme... un moment que tu n'avais eu de cesses de penser et de repenser, encore et encore... Tu ne bouges pas, vraisemblablement gêné, au même titre que la préfète des bleus, enfin tu oses l'imaginer... vue qu’apparemment tu n'es pas un garçon très expressif. Tu soupires et alors que tu t’apprêtais a répondre un truc. Un truc – on s'en doute – pour rattraper la situation, tu te fais pousser sur ton propre corps. Pas assez pour rentrer directement en contact, mais suffisant pour vous crisper. Et pouf.

Tu retrouves ton corps.

La clarté de ta vision chute, s'assombrit mais tu ne vois plus que Callie, presque sur toi... beaucoup trop proche... et surtout, tu sens ce qu'elle t'a laissé... Tu la connais cette sensation... tu es un jeune homme après tout... c'est pas la première fois que ça t’arrive. Enfin si, en public c'est bien la première fois et tu espères la dernière ! Tu déglutis. Le sang pompe. C'est clair que ça va pas redescendre comme ça... surtout pas dans ce contexte là... Tu lances un regard a ton bro', qui a d'autre préoccupation, comme son Lucario qui a débarqué, comme ça... Tu captes son regard au travers de tes lunettes, et alors qu'un silence retombe, il embrasse Eryn. Oh. C'est... presque surprenant. Tu ne t'y attarde pourtant pas contrairement a Callie et Dahlia. Tu n'as plus d'yeux que pour la Givrali. Elle commence a s'éloigner, à se redresser sur sa chaise... Un geste vif, inexpliqué, trop rapide pour être stopper s'empare de son bras pour la tirer vers toi. Tu ne le lui laisses pas le choix. Tandis que ton autre main trouve sa place à l’arrière de son crâne, entrelacement déjà tes doigts à ses cheveux, celle sur son bras glisse jusqu'à son dos pour empêcher toute fuite. Prisonnière. Tant pis si c'est bizarre, tant pis si c'est pas comme ça que tu aurais voulu que ça se passe... parce que tu sais quoi Leo', dans la vie on a pas tout ce qu'on veut !

▬ Restes... Murmures-tu contre ses lèvres. Vos deux nez se touchent presque. Tu as dis ça par envies, pour te cacher, ou tout simplement un peu des deux. Tu la force a presque quitter sa chaise pour rejoindre la tienne. Et... tu l'embrasses. Ça n'aide pas ta condition actuelle, voir pire, ça l'empire, mais bizarrement, tu t'en fous. Qu'on te regarde, qu'on te capte, plus rien ne t'importes. En tout cas c'est différent de la dernière fois. Bien plus... sauvage, affamé...Tout est spontané. C'est impulsif de ta part, avenant, dévorant. Sûrement que ça traduit ta faim intérieur qui s'est réveillée tantôt.


résumé:
 



_________________
selkies mood


Event #4 - Saint Valentin - Page 7 Hmtm3bv
kado:
 
Sirius B. Powell
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 51
Jetons : 1960
Points d'Expériences : 1508
Coordinateur Mode
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Lun 18 Avr - 0:43
VALENTINE'S DAY
Event Saint Valentin & Sirius
Là. Face à lui. Son corps. Sirius se figea un instant avant de se reprendre et de dessiner un immense sourire sur l'habituel visage stoïque du préfet en chef. Son corps n'était pas perdu. Il était juste en face de lui, il en lâcherait presque une petite larme de joie mais il était dans un corps badass. Il ne pouvait pas tout gâcher comme ça. Il s’avança vers son corps (et donc très certainement Orren qui devait être à l'intérieur)(ce qui était étrange dit comme ça) dans l'espoir de faire un câlin de réconfort à son pauvre corps si loin de lui pendant autant de temps. Ça lui faisait sacrément bizarre de voir son corps comme ça de l'extérieur. Tellement bizarre qu'il ne fit pas spécialement gaffe au stop que lui mit son lui-même-pas-lui-même-étant-donné-que-c'était-Orren-et-pas-lui. Pas gêné pour deux sous il fit danser sa petite fleur autour de son index avant de frotter sa joue contre celle de sa starter. Il hocha doucement de la tête pour répondre à la question d'Orren.

- Oui c'est ça ! Sirius Powell, enchanté Orren. Même si c'est des conditions plus que bizarres pour une rencontre …

Comme le Noctali l'avait deviné, alors qu'il tentait encore un peu de se rapprocher de son corps se faisant stopper plus ou moins ridiculement, la rouquine était bel et bien la copine du brun. Du coup il avait bien agit. Bon garçon. Néanmoins son brillant sourire se transforma rapidement en une moue affolée au mot « Bosse ». Une bosse ? Il se mit à fixer plus ou moins discrètement le front de son corps pour veiller à l'apparition d'une corne. Son corps c'était d'une certaine manière son futur outil de travail et plus que ça Sirius était quelqu'un de complètement chochotte. Aka un rhume et c'était la fin du monde, alors imaginez une bosse …

Suite à cette inquiétude, un blond s'approcha d'eux se présentant à Orren-dans-le-corps-de-Sirius comme étant Eve. Le Coordinateur s’avança vers sa nouvelle amie en lui faisant un grand sourire. Elle avait l'air d'aller bien. Il se sentait mieux de savoir ça, il s'était inquiété mine de rien. Le corps originel de la jeune fille avait l'air tellement fragile qu'il ne pouvait juste pas s’empêcher de vouloir la protéger. Autant qu'il pouvait, ce qui était certes pas grand chose mais c'était l'intention qui comptait.

- Eve ! Tu vas bien ! Je suis vraiment rassuré. Je suis Sirius, j'ai échangé de corps avec Orren.

Ariania-dans-le-corps-de-Ruby commence ensuite à répondre à Orren-dans-le-corps-de-Sirius sauf qu'elle s'arrête en pleine phrase. Certes. C'est un peu bizarre mais soit. À moins que … Elles aient à nouveau changé de corps et que donc c'est Ruby-dans-le-corps-de-Ruby qui soit face à nous ! C'est sûrement ça même, la rouquine semble totalement désorientée.

- Huuuuuuuuuuuuuum. C'est Ruby ? Ou Ariania a bugé ? Si c'est Ruby nous avons une chance de rapidement récupéré nos corps !

Il se retourna vers Eve-dans-le-corps-du-blond-inconnu.

- Si tu veux, une fois dans nos corps respectifs, on se retrouve euuuh, je sais pas, euuuh, sur le ponton d'arrivée ? Tu sais celui par lequel on rentre sur le bateau ! Bref on s'y retrouve et comme ça je te raccompagne à l'académie ! Sinon je serais un conte-solitude bien nul.

Il lui glissa un petit clin d’œil avant de re-ressentir la sensation de toute à l'heure. En quelques secondes, ou minutes il ne savait pas vraiment,  il retrouva son corps de grande asperge. Il prit quelques instants pour reprendre parfaitement le contrôle et tâtonner fébrilement son front pour ressentir la présence d'une quelconque bosse.

- Bon. Tout à l'air d'être à sa place. Je vais vous laisser finir votre journée en amoureux alors ! Profitez bien du temps qu'il vous reste sur le bateau et au plaisir de vous recroiser ! Moi j'ai une jeune fille à raccompagner.

Un dernier clin d’œil et il repartait en direction du pont pour y retrouver son amie. Comme promis, il la raccompagna jusqu'à son dortoir avant de retourner dans le sien non sans lui avoir donner son numéro d'Ipok et la promesse qu'elle le reverrait parce qu'elle était de trop bonne compagnie pour laisser ce début d'amitié mourir. Un petit clin d’œil faussement charmeur et il rentra dans sa chambre prêt à entendre les histoires de ses camarades de chambrée.

14/03/16
Sirius lisait tranquillement un article du quotidien de Lansat quand un Nirondelle passa la fenêtre de sa chambre avant de déposer sur son bureau une enveloppe plus ou moins volumineuse. Intrigué il l'ouvrit découvrant un petit joyau rose qu'il reconnu comme un Joyau Fée et une Herbe Blanche. La date sur le journal lui rappela soudainement quel jour on était justement.

Le White Day. Un fort rougissement couvrit les pommettes du jeune homme. Avec qui venait-il de faire une Saint Valentin inversée ?
code by mirror.wax


En Résumé:
 

_________________
sirius
liens
atelier
Nolan Dèannag
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 36
Jetons : 47
Points d'Expériences : 803
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Mar 19 Avr - 5:39
Une rupture...Une rupture brève dans la mélodie, où les notes s'engouffrent sans retenue jusqu'à ce que finalement, seul reste une partition vide et glaciale. Même en plein mois de Février, les pires frimas ne pourraient égaler la réponse de Marie. Rien qu'aux gestes saccadés et empreint d'amertume de la Mentali, tu serais presque triste d'entendre un tel bouleversement dans son rythme...Presque.
Parce que tu es têtu, Nolan. Tu reconnais tes torts sans problème lorsqu'on te montre à quel point tu trompes, mais cette fois, les choses sont différentes : Même si elle a raison et que tu mourrais d'envie de parler, de crier et même de chanter...T'essayer maladroitement à accompagner ta guitare à l'aide de cette voix que tu viens d'acquérir et qui peut disparaitre à tout moment, voila une expérience qui en vaudrait la peine.
Mais tu ne le fera pas. Marie enchaine les gestes et c'est un profond soupir qui s'échappe de ta gorge. Tu pourrais lui réponde, pourtant Nolan. Lui dire que cette occasion unique, tu n'arriverais pas à en profiter pleinement....Mais la raison réelle, en revanche, tu ne pourras jamais lui l'avouer : Comment pourrais-tu profiter de cette opportunité, alors que le rythme de la Mentali te plonge dans un abîme de mélancolie ?
Aussi prompte qu'éphémère, ta colère s'est déjà estompée...pour être immédiatement remplacé par un sentiment que tu avais réussi à ignorer depuis des mois L'idée même de pouvoir parler s'achemine doucement vers l'indifférence....Tu connais bien ce ressenti. Encore un peu et ton intérêt pour quoi que ce soit va doucement disparaitre, ne laissant qu'une coquille amorphe et soupirante, au regard éteint en permanence.

[Il y a une différence, c'est vrai. La même qu'entre mon choix et...]

[De plus, je suis parfaitement habituée à la solitude. Je saurai faire avec, comme je l'ai toujours fait. ]


...Pourquoi t'arrêtes-tu, Nolan ? Tu étais pourtant bien parti pour lui répondre sèchement, mettre un terme à cette conversation que tu as de plus en plus de mal à supporter et tourner les talons, en espérant que les effets de Permucoeur se dissipent au plus vite. Mais cette petite phrase...En elle-même, elle n'aurait eu aucun effet. Ni le rythme des gestes de Marie, ni le regard amère qu'elle te jette ne devraient avoir d'effet sur toi. Non, ce qui te coupe dans ton élan, c'est bien ce nouveau hiatus dans sa mélodie intérieure.
Elle aussi, elle a connu la solitude et elle a finit par s'y habituer. Et comme toi, elle s'y réfugie à l'instant où les événements ne vont pas dans un sens qui lui convient. Ton casque n'est qu'une façade, tu le sais très bien, tout ce qui t'importe c'est de ne pas être dérangé au milieu de tes pensées, sans te concentrer inconsciemment sur les rythmes des gens qui t'entourent. Sauf que le-dit casque, actuellement, il se trouve au cou de la jeune fille qui occupe actuellement ton corps...Tu ne peux pas fuir cette situation-ci, Nolan.
Prends une décision, et prends-la vite.

''Je...''

Dis-lui que tu n'as donc plus rien à lui dire et que tu vous souhaites de rapidmeent retrouver vos corps

''...suis...''

Que tout ça sera bientôt fini, avant de quitter ce couloir pour te réfugier en un lieu où tu ne seras plus forcé d'écouter et de répondre. Tu donnerais n'importe quoi pour un silence absolu, à cet instant précis...?
Pourquoi Marie semble-t-elle subitement prise de court ? Et surtout, pourquoi te fixe-t-elle étrangement comme ça, sans aucun signe avant-coureur ? Inutile de chercher bien loin, Nolan, la réponse ne va pas te plaire.

(NOLAN! CETTE FOIS, JE T'AI TROUVÉ!)

Déboulant comme une roquette lancée à pleine puissance, une petite silhouette blanche et bleue, arborant une corne rouge vif sur le devant de son casque vient de faire son apparition au bout du couloir. En quelques Téléports, la Tarsal chromatique et hystérique qui te sert
de starter se déplace à votre hauteur, avant de 't'invectiver, sans même écouter tes tentatives désespérés pour lui faire comprendre ce qui se passe.

(..Et y'avais Alban, mais c'était plus pareil dans sa tête, alors j'ai essayé de te retrouver...Mais attends....Nolan, t'es une FILLE?!)


(...Oui)


(NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON ! Si tu restes une fille et que tu dors dans la même chambre qu'Alban, ça veut dire que...J'te préviens, j'suis prête à me battre s'il le faut !)


(Libra...)

(Il faut ABSOLUMENT qu'on te renvoie dans ton corps de grand dadais, sinon c'est pas du tout, du tout, du tout, du tout, possible ! J'parie que celle dont t'as piqué le corps est dedans...Attends, j'vais vous ré-échanger, moi !)

''Non !''


Le cri t'as échappé instinctivement, prenant le pas sur ta réflexion et c'est le son de ta voix, bien plus que l'injonction qui stoppe Libra dans son élan, alors que sa corne commençait à briller de plus en plus fort. Légèrement perdue, la Tarsal s'arrête tout net, avant de lever les yeux pour te regarder d'un air d'incompréhension : D'abord son Dresseur qui lui parle directement et qui semble vouloir rester dans le corps d'une jeune fille. Voila qui est largement suffisant pour que la type Psy se mette à afficher une mine extrêmement pensive, avant de lever les yeux vers sa corne dont la lueur a drastiquement diminué...Puis de jeter un regard dans ta direction et celle de Marie.  Tu aimerais bien comprendre ce qu'elle est en train de faire, d'autant qu’après s'être subitement raidi, la voila qui pivote en direction de Shak.

''Tar...sal? Sal!''

Attendez, depuis quand Libra communique-t-elle autrement que par télépathie ? Et surtout, pourquoi est-ce qu'elle semble aussi remontée ?
Moins d'une minute plus tard, le couloir se retrouve littéralement submergé par une vague de puissance psy, qui émane de la Tarsal. Impossible de rate le sentiment de colère qui émane de Libra lorsqu'elle se tourne de nouveau vers toi, avant que sa voix mentale, volume poussé au maximum, n'explose dans ton crâne !

(Nolan..QU'EST-CE QUE TU AS FOUTU?)

(De quoi est-ce que tu...)

(Tais-toi !)

(Mais je...)

(Chut !)

(Mais enfin, Libra...)


(Je t'ai dis de la boucler ! Maintenant, tu m'écoutes, que j'essaye de réparer ce carnage ! C'est quoi cette attitude envers les filles, Nolan ? J'savais que t'étais nul pour ça, mais là, t'as carrément battu tous les records !)


(Je n'ai rien...)

(Rien fait pour essayer de piger ce que cette fille essaye de te dire depuis dix minutes ! Même  Shaka aka Mr.''J'm'excite pas parce que je me la pète' a réussi à comprendre ce qu'elle te raconte, alors toi, t'as aucune excuse ! Pourquoi tu veux pas lui parler ?)

(Pardon ? Libra, elle a refusé l'aide de Mu. Je ne vais quand même pas parler alors qu'elle ne le peut plus, je sais trop bien ce que ça fait.)

(ESPÈCE DE CRÉTIN !)

En un éclair, Libra s'est téléporté à ta nouvelle hauteur, pour t'asséner la baffe la plus violente possible. Même dans un corps moins robuste que le tien, la faible force de la Tarsal ne parvient pas à te faire grand mal, mais tu ne comprends toujours pas ce qui provoques une ire pareille chez la type Psy.

(D'habitude, tu fais comme si de rien n'était, même si tu peux pas parler normalement. Et là, alors que Monsieur a enfin l'occasion de tenter le coup, non, il faut qu'il se foute dans la tête que c'est pas bien, qu'il a trop souffert avant, qu'il veut pas que les autres fassent pareil...Eh oh, la Terre appelle Nolan ! Le monde tourne pas autour de ta petite personne, t'as seulement pensé à l'effort qu'elle a dû faire pour te proposer de parler avec SA voix ?
TOI, tu sais ce que c'est de jamais parler et d'utiliser des types Psys pour communiquer, mais devine quoi ? Eh ben le reste des gens, ils le savent pas ! J'sais pas si tu te souviens mais la première fois que je t'ai causé, t'as fait un bond de Kangourex !
Alors maintenant, tu vas m'écouter TRÈS attentivement : Cette fille a été bien trop polie et gentille avec toi, donc maintenant, de un, tu vas t'excuser ET EN PARLANT, de deux, tu t'excuses une deuxième fois en langage des signes et de trois, tu lui joues un petit truc pour te faire pardonner...Et ça, c'est le minimum !)


Discours éclairé...En tout cas, vu la manière dont les notes de ta partition intérieure se sont recroquevillés de terreur devant le volume de la Tarsal et sa fureur, on peut dire qu'il a porté ses fruits.
Voila ce qu'il te fallait, Nolan : Un bon coup de fouet pour te remettre les idées en place. Cet échange de corps aura finalement eu quelques conséquences sur toi...Dans le genre de celles dont tu te serais bien passé.

''Marie...''

Jette-toi à l'eau...De toute façon, tu n'as plus le choix.

''Veuillez m'excuser. Depuis que j'ai...mon handicap, je fais tout ce que je peux pour que mes amis essayent de passer outre. Et quand vous m'avez demandé de parler, alors que vous ne le pouviez plus, j'ai réagi exactement comme je déteste que les gens le fasse...J'ai fait preuve de pitié, en pensant mieux savoir que vous ce qu'il était bon de faire.
Merci pour cette merveilleuse opportunité, et si je peux me permettre de me répéter...Merci de m'autoriser à avoir cette conversation avec vous. Et je...''


Malgré la vigueur de tes cordes vocales, le manque d'habitude te laisse avec la bouche sèche et fébrile. Inspirant profondément, tu reprends le fil de ton discours, cette fois, à l'aide des mains fines et blanches de la Mentali.

[Désolé, je manque un peu de pratique. Vous disiez tout à l'heure que je me contredisais et vous aviez probablement raison. Mais nous sommes deux à commettre cette erreur.
Si personne d'autre ne maitrise le langage des signes sur ce bateau, voila qui nous fait au moins un point en commun...Un duo de solitaires, voila qui serait pour le moins original, n'est-ce pas ?]


Voila une manière pour le moins...originale, de demander pardon à quelqu'un. Pourtant, lorsque le dernier de tes signes s'achèvent et que ton bras retombe lentement, c'est un
mince sourire qui orne ton visage d'emprunt. Un sourire timide certes, mais un sourire quand même...Malgré une sensation de rigidité dans la mâchoire pour le moins étrange.
Dans le même temps, tu fais passer ton instrument devant toi, avant de le sortir de son étui. La guitare est beaucoup plus lourde qu'à l'accoutumée, mais tu parviens pourtant à adopter une position satisfaisante, avant d'en tirer quelques notes...Après tout, c'est comme ça que tu as toujours communiqué de la manière la plus claire et la plus absolue, hein, Nolan ?

Deux solitaires...ou un duo ?

_________________
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Calliope Pryde
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Adulte Médecin Débutante
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Mer 20 Avr - 17:36


La Saint-Valentin

feat all

Par Arceus, mais qu'est-ce qu'il se passe donc dans la tête de la jeune rouquine ? Désemparée, elle ne sait plus vraiment quoi faire. Cette nouvelle sensation, totalement inconnue, lui est fort agréable comme désagréable. Enfin, plutôt le second choix, car devant tout le monde, ce n'était pas non plus l'idéal. Et lorsqu'elle comprend enfin ce qu'il est en train de se passer, il est déjà trop tard. Alors que Leonidas était en train de se désaltérer, celui-ci manque de s'étouffer lorsqu'il pose enfin ses yeux sur le problème. Et la réaction était forcément attendue puisqu'il recrachait tout d'un coup, surpris de constater ce que Calliope faisait subir à son corps. Sursautant légèrement, elle s'éloignait de lui par réflexe pour éviter justement d'être arrosée elle aussi. (Ce beau costume, quand même... !) Elle notait dans ce mouvement, la simplicité de se déplacer avec beaucoup plus de dextérité. Leonidas continuait de se mouvoir à côté d'elle, totalement en panique sans pouvoir non plus trouver une solution. Elle le regardait d'un air totalement navré et son attention se portait bien vite sur leurs amis assis autour de la table qui avaient les yeux rivés sur eux et, évidemment, les commentaires suivaient. Sa tentative de diversion était un flop total. La fameuse Eryn rigolait à gorge déployée, Dahlia avait un sourire subtil qui en disait long et ne se retenait pas de commenter la situation Quant à Cael, eh bien... lui ne semblait pas avoir compris. (Un de moins, c'était déjà ça.)

Eh bien... Quelle journée. Dahlia, toujours dans le corps d'Eryn, s'était avancée pour se positionner juste en face de Leo et de Callie, les empêchant de voir ce qu'il se passait derrière -notamment le fameux vol de CT. Calliope trouvait vraiment cette fille trop étrange et commençait même à douter du contenu de sa boisson car a en voir ses hoquets, on pouvait vraiment penser qu'elle était alcoolisée. Sauf que, pour vraiment arriver à cette conclusion, il aurait fallu que Callie ne se concentre pas sur les mots qu'elle tentait de formuler pour faire une phrase. Et lorsqu'elle comprenait enfin où la Mentali voulait en venir, elle se raidissait d'un coup. Oui, bon... sur une chose, elle n'avait pas tord du tout : elle en pinçait vraiment pour Leonidas. Mais, ce n'était pas vraiment réciproque. Et forcer la main de cette façon, ça ne lui plaisait guère. Sans oublier qu'elle n'était même pas dans son propre corps. Et embrasser, là, maintenant, le blond, c'était comme si elle s'embrassait elle-même. Rien que cette idée étrange, voir glauque, la faisait désagréablement frissonner. Oui, bien sûr qu'elle en mourrait d'envie. Sauf que la situation actuelle ne s'y prêtait pas du tout. Un regard en coin la laissait comprendre que Leo se sentait mal à l'aise lui aussi.

Cette réaction puérile d'enfant réclamant son du attirait en plus quelques regards, les personnes se mêlant même au rythme du fameux "Le bisous, le bisous !". A cet instant précis, la préfète aurait désiré aller autre part. S'enfuir dans un petit trou de souris et courir le plus loin possible, dans l'espoir de revivre sa parfaite Saint-Valentin, celle qu'elle s'était imaginée depuis l'invitation de Leo, depuis ce moment euphorique passé avec Max dans sa chambre, depuis cette nuit où elle avait rêvé que... Stop ! Là, ça va trop loin.  Basculée en avant, elle se retrouve contre son propre corps contre sa volonté. Musclé, elle arrive plus ou moins à freiner cette pulsion qui, mine de rien, l'avait surprise. Elle était donc quand même bien proche du garçon et son échine se crispait lorsqu'elle croisait son regard. Mais... Pourquoi est-ce que ça s'assombrissait plus d'un coup ? Déjà que sa vision était pas très clair... Ah non ! Leonidas devient aveuuuugle ! Et paf. Callie ressentait une drôle de sensation, la même qu'elle avait vécu quelques minutes auparavant alors qu'elle était en train d'admirer le Pokemon fabuleux que Leo lui avait montré.

Ne comprenant pas tout de suite ce qu'il se produisait, Callie se laissait une fraction de seconde pour remettre ses idées en place. Elle retrouvait ses battements de cœur incessants, ceux dont elle se serait bien passé. Une peau sensible qui captait le moindre mouvement. Sa vision était bien plus clair à présent, bien que brouillée au début. Maintenant, ce n'était plus son corps devant elle mais bel et bien celui de Leonidas, la laissant alors conclure que tout était redevenu à la normale. Sauf qu'elle était proche, bien trop proche qu'elle ne l'aurait imaginé... Peut-être qu'en échangeant de place de nouveau, leurs corps avaient continué leur route l'un vers l'autre. Et voilà, elle retrouvait toutes ses sensations. Celle qui la faisait frémir dès l'instant où elle posait ses yeux sur le garçon. Celle où son coeur s'emballait dans sa poitrine. Cette petite sensation qui lui rappelait à quel point elle le désirait. Et là, elle comprenait aussi le "formidable" cadeau qu'elle a laissé à son ami. Un air désolé sur le visage, les deux adolescents ne se quittaient plus du regard. Pourquoi s'observaient-ils ainsi ? Allez savoir... Mais ça ne dérangeait pas spécialement Calliope, qui, se sentait de nouveau flotter sur son petit nuage tandis que son esprit chantait cette formidable musique de la petite sirène : Shalalalalala  ... ♫

Malheureusement, la jeune fille redescendait bien vite sur terre quand elle perdait le regard de Leonidas qui, à présent, semblait se préoccuper des évènements autour d'eux. Alors, le brouhaha revenait et Callie quittait la bulle qu'elle venait tout juste de se former, comme si quelqu'un avait fait exprès de la faire exploser en y plantant une aiguille. Bon... Une prochaine fois peut-être. Le Lucario de Cael avait apparemment fait une entrée triomphale et forçait son dresseur de faire quelque chose pour Eryn. Un dernier regard et il s'exécutait. Calliope fondait sous un tel élan romantique. C'était vraiment beau à voir, à tel point qu'un petit sourire béat s'installait sur son minois. Et puis, c'était tout aussi drôle de voir le malheureux Cael mort de gêne. Comme quoi, elle n'était pas la seule à rougir. Et puis, avec sa couleur de cheveux, ça ressortait davantage. Le voilà, le fameux bisou ! Dahlia pouvait être satisfaite, elle s'était juste trompée de personne.

Confiante, la Givrali commençait à se repositionner correctement sur sa chaise. Sauf que l'on en empêchait. Leo la tirait dans le sens inverse, vers sa direction, forçant son bassin à se repositionner légèrement devant lui et à ses mains à se placer de chaque côté des cuisses du préfet. Callie ne comprenait pas vraiment ce qu'il était en train de se passer, où plutôt, pourquoi Leo lui demandait de revenir vers lui de la sorte. Sa seconde main allait se nicher derrière sa tête et elle sentait ses doigts s'emmêler dans sa tignasse rousse. Les voilà de nouveau proche, presque l'un contre l'autre et elle n'émettait aucun signe de résistance. (Ouuuh, la fille facile) Dans les pupilles de son ravisseur, elle tentait juste de comprendre cet élan soudain. Et là, un simple mot sortait de sa bouche. "Reste". Leurs souffles se mélangeaient et elle perdait pied. D'accord. Elle voulait bien. Sauf qu'elle n'avait plus qu'une envie à présent, c'était de dévorer ces lèvres qui ne cessaient de la charmer. De gouter de nouveau au fruit défendu. Sauf que le contexte était différent : ils n'étaient pas seuls, enfermés dans une pièce de l'école. Un endroit où elle avait pu se laisser aller. Là, il y avait d'autres personnes. Alors, Callie se contentait de sourire à Leo.

Le lion n'en restait cependant pas là et la tirait encore vers lui. Plus proche encore... ? Hum... Ca devenait embarrassant. Elle n'allait quand même pas lui monter dessus non plus ?! La pauvre Calliope avait de plus en plus du mal à lutter contre ce surplus émotionnel et bientôt, elle allait faire un arrêt cardiaque. Les yeux toujours rivés sur ceux du garçon, celui-ci allait finalement apposer ses lèvres sur les siennes afin de l'embrasser. D'abord surprise, elle écarquillait les yeux avant de finalement se laisser complètement aller. Au début, elle avait pensé que se rapprocher ainsi était une tentative de diversion ou quelque chose de ce genre là pour l'aider avec son petit cadeau. (Pas sûr que ça fonctionne maintenant mais bon) Jamais elle n'aurait pensé que le baiser de Leo se passe de la sorte, surtout après ce que venait de faire Dahlia. Tiens, d'ailleurs, n'était-ce pas à cause de cela que le lion se lançait ? Peu importe. Callie n'avait pas tellement l'esprit à se questionner sur ça. Pour l'instant, elle vivait ce moment là à fond. C'était la première initiative de Leo après tout. Alors, elle devait faire en sorte de répondre en conséquence. Vas-y, sort la Callionne qui est en toi ! ( #paf)

Donc, la rouquine répondait positivement à cette avance. A tel point qu'elle se permettait de s'assoir sur le garçon, juste en face de lui. Elle se laissait complètement guidé. Il n'y avait plus personne autour d'elle, seul le blond comptait. Depuis le temps qu'elle avait attendu ce moment là, elle n'allait donc pas se priver juste parce qu'il y avait trop de paires d'yeux sur eux ! Comment ça, elle a perdu sa timidité ? Absolument pas... Elle est juste coupée de la réalité. Car cet instant, c'était comme un rêve. Un idéal inaccessible qui, pourtant, s'opérait. Elle ressentait un picotement sur ses lèvres, comme une décharge électrique qui s'étendait sur tout le corps, jusqu'au bout de ses doigts. Ne tombe pas dans les pommes Calliope. Savoure encore un peu avant de te perdre totalement. Une de ses mains s'appuyait sur l'épaule du garçon tandis que l'autre se collait au niveau de sa nuque, comme pour l'empêcher de reculer sa tête. Messieurs, mesdames, voici donc une Calliope dominatrice !

Combien de temps ce moment intense ? Allez savoir. Callie n'était pas là pour compter, mais profiter. Sauf qu'il faillait bien une fin à un moment donné. Et lorsque ça arrivait, elle se permettait de coller son front contre le sien et de planter son regard dans ses pupilles à travers ses lunettes. Un petit sourire, maladroit, taquin et heureux à la fois. Puis elle se permettait de répondre enfin, laissant sa voix tremblante d'émotion s'envoler.


_ Toujours.


Oui, c'est ce qu'elle voulait. Rester toujours avec lui. Satisfaite, il faillait à présent le libérer et elle se soulevait avec maladresse pour rejoindre sa propre chaise. En revenant dans une position normale, elle pouvait à présent voir la réaction de chacun. Ou du moins, elle tentait de le faire car la pauvre préfète sentait bien ces lourds regards sur elle. Alors, elle se contentait de soulever les yeux et de les abaisser presque aussitôt, telle une enfant venant de commettre l'impensable. A son tour de rougir à présent.

Finalement, cette journée se terminait plutôt bien. Après ces échanges de baisers, tout le monde se quittait rapidement et chacun retournait à l'école sans trop échanger sur ce qu'il s'était produit, sûrement encore gênés ou encore dans un état euphorique, comme Callie. Car oui, tout le long du trajet, la rouquine rêvassait sur ce qu'il s'était produit. En tout cas, il n'y avait qu'une chose à retenir dans cette journée : le fait que Leonidas se soit enfin vraiment offerte à elle. Callie l'avait ressenti, cet échange passionné et réciproque.

HRP :
 

fiche © Miss Yellow



_________________
Stella Douglas
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 1580
Points d'Expériences : 1135
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Jeu 21 Avr - 14:28
Juste au moment ou je commence à me détendre, c'est Ginji qui réalise enfin le problème que je n'osais pas évoquer et qui part à son tour en mode panique. De quoi me refaire partir en stress total si je n'avais pas fait attention ! Heureusement cette fois ci je ne me laisse pas faire par ce cœur galopant pour un oui ou un non et je garde mon calme. Je n'ai vraiment pas envie d'affoler le garçon d'avantage en rajoutant de l'huile sur le feu après tout, surtout qu'il commence déjà à énumérer quelques scénarios invraisemblables (même si lui il n'a pas voulu couler le bateau). Avant que tout cela ne dégénère de trop et profitant qu'il reporte son attention sur moi, j'attrape les mains du "garçon" et le fixe dans les yeux tout en essayant d'avoir un air confiant et rassurant.

- Ca va tout va bien. Calme toi on va trouver une solution. ... On est pas les seul à avoir échanger de corps de toute façon, si on leur explique la situation calmement je suis sûr qu'ils vont être compréhensif.

... J'espère en tout cas haha. Non il faut y croire. Affichant un air déterminé je tiens toujours mon corps par la main pour l'entraîner avec moi afin de fendre la foule jusqu'au casino à l'endroit de l'échange de tenue. Une fois arrivée, je regarde le comptoir de loin tout en prenant une profonde inspiration, serrant d'avantage la main que je tiens. ... Je n'avais jamais réalisé à quel point j'avais de petites mains tiens. Enfin si je le savais, j'ai toujours su que j'étais plus petite que la moyenne. Il suffit de compter le nombre de fois que je lève la tête pour parler à quelqu'un par jour... Seulement maintenant que je me réexamine bien depuis ce point de vue en hauteur, je ne peux pas m'empêcher de me trouver bien chétive. J'ai beau être sportive, ça ne se voit pas du tout, surtout en robe. Je me demande si c'est pour ça que mes frères ne me prenne jamais trop au sérieux (en dehors du fait que les rare fois ou je les affronte "sérieusement" je perds). Je suppose que même avec la meilleure volonté du monde, les possibilités que m'offre mon physique restent bien limitées... Je n'ai jamais vraiment voulu faire une carrière d'athlète en même temps, mais du coup je ne peux pas m'empêcher de me demander sur le coup si ça vaut la peine que je fasse autant d'effort dans l'athlétisme. C'est devenu une habitude, c'est mon mode de vie et je n'arrêterais pas, j'aime bien après tout. Seulement en me voyant comme ça, toute petite et en robe je me dis que peut-être il faudrait que je lâche un peu prise pour faire aussi autre chose. Inconsciemment je lève "ma" main pour la passer dans les cheveux de mon corps tout en me touchant cette joue qui n'est temporairement plus vraiment la mienne. La robe est jolie après tout, si je prenais un peu plus soin de ma peau... Une nouvelle coupe de cheveu aussi peut-être ? Quoi que je me vois mal avec les cheveux longs. Zoé dit toujours que je ne fais pas assez féminine...

- Stella ?

Stella ? Ah oui c'est moi ça. Perdue dans mon monde je viens juste de réaliser que j'avais complètement perdu connexion avec la réalité. Oups ? Un peu gêné je retire alors rapidement ma main de euh mes cheveux sous les regards amusés ou gênés des gens autours. Haha je n'ose même pas voir la tête que fait Ginji... Cette situation d'échange est vraiment déstabilisante, je ne peux même pas me "toucher" normalement sans devoir y réfléchir. *Sigh* J'espère que les pouvoirs de ce Manaphy ne vont pas durer encore trop longtemps ! Hm je me demande ce qu'il m'a prit quand même cette soudaine envie de changement. C'est peut-être à force de voir mes pokemons changer et mon équipe s'agrandir. Ca plus mon grade 2 et le début de parcours en Top Dressage pour devenir ranger pour Sam et les autres. ... Je verrais plus tard, il y a plus urgent. On dirait que l'on ne va pas échapper au changement de tenue comme c'est fait. ... Bon allez inutile d'espérer un miracle apparemment alors autant en finir.

- Bonjour j'aimerais récupérer nos affaires s'il vous plaît. Je voudrais savoir aussi si... Enfin... Vous avez entendu parler de cette histoire avec le Manaphy ?
- Ah ça ? Oui.
- Ah ! Voilà en fait vous voyez...
- Les cabines pour se changer se trouvent à l'arrière. Si vous voulez récupérer votre caution, vous devez réintégrez la robe qui vous a été loué. Pas de robe, pas de caution.
- Mais euh ?
- Aucune exception. Vous payez la robe ou vous la rendez.

Méchant ! Derrière son comptoir la dame semble inflexible et n'a visiblement aucune envie de prendre pitié pour mes états d'âme de jeune adolescente. Allez quoi... Je veux bien que cette robe est un certain prix, mais je n'ai pas assez d'argent sur moi !

- Le règlement c'est le règlement. Vous ne voudriez pas que je perde mon emploi n'est ce pas ?

Ugh ça c'est un coup bas... C'est sûr que vu comme ça je ne veux pas lui créer de problème non plus. Elle a peut-être reçu des consignes strictes après tout (Elle ne veut pas s'embêter dans son travail ? Probablement pas ça ce ne serait pas gentil pas vrai ?). Lâchant un soupir résigné je récupère alors mes vêtements et les chaussures de Ginji afin d'aller vers les cabines. ... Bon au moins je vais pouvoir changer de chaussure, le garçon n'aura probablement plus mal aux pieds dans ses propres baskets j'espère (sinon il faudra que je l'accompagne pour qu'il choisisse mieux ces chaussures). ... Quand il faut y aller ! Prenant une grande inspiration je vérifie que personne ne regarde dans notre direction avant de pousser Ginji dans une cabine et de l'y rejoindre pour ensuite fermer le rideau. Même si on ne fait rien de mal, ce serait vraiment trop... Enfin voilà quoi je n'ai vraiment pas envie que l'on nous voit comme ça ! ... Juste pour être sûre...

- Blok... Tu peux monter la garde s'il te plaît ?

Sortant la tête du rideau, je regarde mon Géolithe qui ne m'avait même pas attendu pour se poster solidement à l'entrée. Avec lui au moins je sais qu'il ne bougera pas quoi qu'il arrive, même si le bateau coulait il resterait probablement là à attendre. Nours et Sam sont toujours sur son dos aussi et semblent avoir une soudaine envie de jouer les gardes. C'est une bonne chose je suppose et ça me rassure beaucoup. A présent il ne me reste qu'à...

- Je suis désolée que ça doive se passer comme ça...

Portant mes mains à mon cou, je décroche la cravate du garçon pour la passer lentement autour de "ma" tête. Le plan est en effet on ne peut plus simple, j'ai juste l'intention de lui bander les yeux avec. Ca devrait largement suffire du moment que le garçon se montre coopératif (j'espère qu'il ne va pas tenter d'en profiter mais je lui fais confiance). A partir de là il ne restera plus qu'à changer tout ça à nous deux dans cette cabine plus qu'étroite. Haha, heureusement qu'on est pas gros ! Maintenant tout ce que j'espère, c'est que nous ne retournions pas dans nos corps à ce moment là.
Aaron S. Mightley
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 42
Jetons : 10102
Points d'Expériences : 1099
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Ven 22 Avr - 9:42
Bourgeon de petit coeur

Comme attendue, cette superbe feinte a été un échec critique. Comment cela aurait-il pu être autrement ? Après tout, tout cela n’avait pas beaucoup de sens ! Même Rod le prend au premier degré en m’annonçant tout aussi cache que cela ne lui pose pas plus de problème que ça, qu’il est bisexuel. Si il y avait un moment où j’aurais dû tomber dans les pommes, c’est bien celui-ci. Pourtant, non, je ne fais que m’enfoncer encore un peu plus dans mon fauteuil. Jetant un coup d’oeil à ma droite je comprends que Max est elle aussi gênée, elle fait semblant de regarder ailleurs… et pourtant, Rodrigues est encore capable de changer le fil de la discussion, nous demandant notre avancement dans nos Thèses. Je déglutis. Je n’ai encore rien fait. Et puis, comment voulez-vous que je me concentre avec ce qu’il vient de se passer, sérieusement ?!

Comme je suis en train de prier très fort pour qu’on ne m’accorde aucune attention, j’ai le plaisir et le soulagement de voir que tout à coup tout le monde se retourne vers l’un des bords du bateau. L’attention est détourné et la rumeur de l’apparition d’un Manaphy se propage très vite. Malheureusement, je ne suis pas en état de me relever, mon corps ne semble pas vouloir bouger ou n’a plus aucune volonté. Et, quasiment aussitôt, voilà que je subis un sentiment plutôt étrange. Celui de l’impression de quitter mon corps. Comme si je parvenais à flotter juste au dessus de lui. Comme si la Terreur était restée en arrière. Et… voilà que je paysage devant mes yeux n’est plus le même. Voilà que… je contemple la mer. Je fronce les sourcils et je regarde autour de moi… Je suis soudainement pris d’un vertige, pourquoi vois-je de si haut ? Je penche ma tête vers mes pieds, HEIN ?! UNE ROBE ?! Je sers les genoux et rougis de honte en tentant de cacher ma nouvelle tenue vestimentaire aux yeux des autres. Mais… personne ne semble remarquer ma présence. Suis-je en train de rêver ?

Cet esprit n’est pas le miens, il est bien plus analytique, le corps s’approche aussitôt du bastingage pour s’y accrocher et tenter de remettre les choses au clair. C’est un peu la même sensation que lorsque la Terreur prend le dessus. Je ne suis plus vraiment maître de la situation mais je la subis entièrement. Sauf que là… c’est beaucoup plus agréable, ce n’est pas la Terreur, ce n’est pas comme si on me voulait du mal. En parlant de la Terreur, je la cherche mais ne la trouve nulle part. L’esprit aiguisé me fait comprendre que j’ai bel et bien quitter mon corps. Je pousse un soupire, je suis dans le corps d’une jeune femme, plus âgée que moi et bien plus mature. Je ne la connais pas. Son corps est fort, elle dégage… quelque chose. Pourtant, elle paraît un peu perdue dans cette masse d’élève.

Sans vraiment l’avoir choisit, je me dirige vers un endroit calme, on l’a entendu, cette malédiction ne va pas s’éterniser. Alors que certains sont complètement paniqués, je m’assois tranquillement à l’intérieur du superbe yatch. Il n’y a qu’a attendre. Patienter. En espérant que la Terreur ne fasse pas des siennes avec le nouvel occupant de mon corps. Celui-ci ne pourra de toute façon pas faire plus de conneries que j’en ai déjà faites.


Je profite de ce corps extrêmement serein pour réfléchir à ce qu’il s’est passé. Rod n’a pas eu l’air choqué plus que ça. Max était gênée mais semblait s’en douter. Je crois que je me cache pour pas grand chose. Peut-être devrais-je leur parler de mon attirance pour mon Préfet ? Non. Je l’ai vu avec Callie. Il n’y a rien à ajouter à cette histoire. Non, je vais simplement tourner la page. Ce corps ne ressent pas la même chose que moi envers Léo… et … pourtant… pourtant… J’ai l’impression que de sentiments intimes les ont déjà liés. Ils semblent se connaître. Elle semble avoir fait une croix sur ce passé. Il est difficile à mon esprit curieux d’aller plus loin. Je n’en saurais pas plus. Et puis… ce ne sont pas mes affaires. Combien de personnes Léo a-t-il aimé ? Pourquoi… pourquoi pas moi ? Je sens les larmes se précipiter vers mes yeux. Mais non, ce corps les arrête tout aussitôt, elle a un parfait contrôle de ses émotions. C’est agréable à ressentir… ne pas se laisser porter par ses sentiments et être capable de les maîtriser. Je pousse un soupir. Au moins, cette petite aventure n’aura pas été vaine. Malgré tout, je me sens un peu vide. Vide de toute volonté, inanimé. Je ne suis pas moi quand la Terreur n’est pas là. Cela me laisse songeur… et si… ?
Aaron S. Mightley


Spoiler:
 

_________________

PHYL THE POWER
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 063Event #4 - Saint Valentin - Page 7 586Event #4 - Saint Valentin - Page 7 177Event #4 - Saint Valentin - Page 7 501Event #4 - Saint Valentin - Page 7 305Event #4 - Saint Valentin - Page 7 028Event #4 - Saint Valentin - Page 7 418Event #4 - Saint Valentin - Page 7 351Event #4 - Saint Valentin - Page 7 Miniat_7_s_764

Le couple le plus improbable avec... une fille
Marie R. Uana
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 41
Jetons : 2385
Points d'Expériences : 1031
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Dim 24 Avr - 13:37
St Valentin 2016
rp commun


Elle porta ses mains à ses tempes, et grimaça. Ce n'était pas DU TOUT agréable.

Elle était déjà peu sûre d'apprécier la télépathie, mais là, c'était certain : elle en avait horreur. Qui donc venait de faire ça ? Alors même que Nolan s'apprêtait enfin à prendre la parole ! Probablement un autre Pokémon de ce dernier, supposa Marie, puisque la voix disparut presque instantanément, avant qu'une... Tarsal chromatique ? -Oui, cela en avait tout l'air- ne vienne se téléporter devant son corps originel. Et étant donné l'échange de regards entre Nolan et le Pokémon, la discussion mentale devait être trèèèèès palpitante. Surtout que l'ancien muet usa de ses cordes vocales temporairement acquises pour contredire soudainement et brutalement la Tarsal. Surprise, et bien que ne sachant pas de quoi il était question, Marie écarquilla légèrement les yeux, puis observa les deux protagonistes avec une certaine curiosité. Mais ce fut de courte durée, puisqu'elle décréta la seconde d'après que ceci ne la regardait pas, et qu'elle en avait de toute façon rien à faire.

La Tarsal commença alors à échanger quelques paroles, à voix haute, avec l'Abra. Marie les regarda faire, jeta un bref coup d’œil à Nolan, puis observa les alentours d'un air distrait. Elle était censée faire quoi, maintenant ? Elle en avait aucune idée. Cette situation l'agaçait définitivement plus que tout, et elle sentait, à nouveau, ce besoin pressant de s'isoler de tout. Malheureusement, elle était obligée de rester avec Nolan si elle espérait regagner son corps au plus vite, et devait se résigner à sa présence et à celle de ses Pokémons.

Puis... Quelque chose changea. Marie ne sut dire quoi exactement, mais quelque chose avait changé, dans ce couloir. Il y avait une sorte... De colère.... Oui, c'était cela, un immense colère, qui venait de... La Tarsal. La Mentali fut surprise de capter un tel changement dans les sentiments de la créature. Comprendre les émotions des autres, ce n'était pas du tout son truc, habituellement. C'était limite si elle était capable de mettre des mots sur ce que, elle, ressentait... (Et elle n'était pas prête d'y arriver en étant muette !... Hum, pardon. ) Mais là, elle fut presque frappée par l'intensité de la colère du Pokémon, qui s'était retournée pour recommencer la causette avec son dresseur.

Et en parlant de frapper, justement ! Que fit la gentille, douce et délicate Libra ? Elle se téléporta à hauteur du visage du véritable corps de Marie, et lui asséna une violente baffe dont le « clac » retentit dans tout le couloir. (En même temps, la seule discussion qui y avait lieu était télépathique, donc il n'y avait pas vraiment masse de bruit...)

Marie, la vraie, écarquilla les yeux en voyant son propre corps ainsi malmené. Elle devait prendre ça comment ?.. Elle ouvrit la bouche pour demander à ce que l'on fasse plus doucement avec son corps, mais la referma, en se rappelant que, non, elle ne pouvait pas parler, la demoiselle. Enfin, le monsieur. Enfin, Marie, quoi.

Elle eut bien envie d'échanger quelques mots avec la Tarsal, mais d'une, elle ne savait pas comment s'y prendre (Ça peut parler le langage des signes, un Pokémon ?... ), et de deux, elle semblait déjà bien assez occupée avec son dresseur. Quoique, elle était en train de redescendre, là, non ? Elle avait fini de parloter ? Ah, ça tombe bien, parce que en fait... Hooooop hop hop, on va attendre encore un peu, en fait, parce que voilà que Nolan se décide enfin à prendre la parole. Il était temps !

Ce fut avec une voix douce et fluette, et pratiquement identique à celle de la petite sœur d'Alban à en croire ce dernier, que le jeune muet entama un dialogue oral. Enfin, plutôt un monologue, mais ON S'EN FOUT EN FAIT ! C'est un moment important, là !

Il s'excusa. Nolan n'aimait pas être pris en pitié. Marie haussa un sourcil, perplexe. Il était vrai qu'elle n'avait pas pensé à cela. A être trop prévenant, on pouvait blesser quelqu'un ?... Parce qu'il y avait plusieurs degrés de gentillesse, en fait ?... Oula, c'était bien trop compliqué, pour elle. Déjà qu'elle peinait à faire un seul pas en avant... Si en plus, il fallait doser... Décidément, ce n'était pas très évident, de vouloir faire preuve d'amabilité.

Mais Marie comprenait parfaitement ce que ressentait Nolan. Fière, elle l'était, oui. Ou l'avait été, du moins. Elle avait longtemps rechigné à ce qu'on lui tende la main. Avant son arrivée à l'académie, elle n'avait jamais pensé avoir un jour besoin d'une assistance quelconque. Cela lui semblait totalement absurde. Comment qui que ce soit pouvait l'aider ? Et pourquoi ? C'était ce genre de question qu'elle se posait, à l'époque. Être prise en pitié l'aurait sans aucun doute fait criser.

Il la remercia pour l'opportunité qui lui était offert, puis s'arrêta au milieu de sa phrase. Visiblement, parler lui demandait bien trop d'effort, encore. Il reprit malgré tout la conversation, mais en signant, cette fois-ci. Ou plutôt, il la conclut, évoquant leur isolement évident du reste du navire.

Puis, il sourit, ou du moins, il tenta. Cela fit étrange, à la Mentali, de voir son propre corps sourire. Les rares fois où elle se fixait dans un miroir, elle avait l'habitude de contempler son visage si morne et vide d'émotion. Elle ne s'était jamais vue sourire, en fait. Aujourd'hui était la première fois que cela arrivait.

Sans que Marie ne dise quoi que ce soit, Nolan prit sa guitare en main, et commença à jouer quelques notes. Elle, fixait son propre corps jouer, et écoutait la mélodie qui s'échappait de l'instrument.

La musique était belle. Elle lui plaisait. Rare étaient les musiques qui plaisaient à Marie. Elle en connaissait cinq ou six, à tout casser. Celle-ci semblait en faire parti. Il y avait de la douceur, mêlé à … Quelque chose d'autre. Elle ne sut quoi.

Cela contribuait malgré tout à un étrange sentiment d'étrangeté. Elle ne se sentait pas concernée par la musique. Elle lui semblait lointaine. Hors de portée. Alors même que son propre corps la jouait.  Elle ne convenait pas à tout ce qu'elle avait connu jusqu'à présent....


Marie ouvrit la bouche pour prendre la parole. Elle avait un besoin soudain et pressant de parler

Mais s'arrêta.

Elle avait encore oublié qu'elle ne pouvait pas s'exprimer.

Alors, elle referma la bouche.




… Tant pis.


Elle eut alors un sentiment désagréable. Elle avait soudainement le tournis, et sentait sa vision obscurcir. La musique s'arrêta au même moment, alors que, brutalement, tout redevint normal.

Effectivement, tout était redevenu normal. En rouvrant les yeux, elle se sentait plus petite. Ou du moins, avait une taille normale. Elle sentait à nouveau ses longs cheveux blancs sur ses épaules, et son corps était redevenu celui d'une jeune fille, plutôt frêle.

Mais il y avait autre chose. Une immense guitare entourait ses petites épaules.

Elle releva la tête pour observer Nolan. Ils avaient regagné leur corps.

Elle n'était pour autant pas aussi soulagée qu'elle aurait dû l'être. Elle n'avait qu'une simple... Sensation de vide. De vide et... De tristesse.

Marie regarda la guitare, et la retira, une nouvelle fois, de ses épaules. D'un geste droit, et mécanique, elle la tendit à Nolan, et baissa la tête, quelque peu gênée.

Dans un murmure peu assuré, elle prit la parole.

« -... Je vous en prie. Ne vous arrêtez pas de jouer. »

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« Je m’occupe de lui. »
Noah A. Knox
Région d'origine : Hoenn.
Âge : 15 ans.
Niveau : 0
Jetons : 1404
Points d'Expériences : 223
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Dim 24 Avr - 22:27
14/02/2016
event #4


Lorsque tu agrippes la Pokéball que la petite main d'Alban - enfin, ta petite main, en vérité ; et pour être franche, cela fait toujours aussi bizarre de voir tes propres membres articulés par quelqu'un d'autre - te remet, tu sens étrangement tes muscles se détendre un peu. Même si Albireo n'était pas vraiment le compagnon que tu avais désiré, probablement lié au fait que tu n'avais jamais vraiment demandé de compagnon, le savoir à nouveau à tes côtés t'emplissait d'un certain sens de sécurité. Un faux sens de sécurité, sûrement, mais c'était déjà mieux que rien. Tant que ça te rassure, tout est bon, et tu te raccrocherais à n'importe quoi. Tu laisses échapper un léger soupir, dans l'espoir de laisser sortir ce sentiment d'anxiété qui règne actuellement au fond de tes entrailles. Sans réel succès malheureusement, car le sort d'Obéline au milieu de cet incroyable chaos te préoccupe toujours. Si elle avait également été touchée, alors...

Lorsque la préfète Pyroli prend la parole afin de donner quelques indications sur la façon de procéder à partir de maintenant, tu ne peux t'empêcher de te mordre discrètement l'intérieur de la joue. Alban ne serait sûrement pas d'accord que tu « abîmes » son corps ainsi, mais il s'agissait surtout d'un réflexe. Tu n'avais clairement pas pensé à la contacter. Après tout, tu n'étais pas vraiment du genre communicatif, et donc tes occasions de te servir d'un iPok étaient plutôt limitées. Mais il était certain que tu aurais au moins du y penser, que ça aurait au moins du t'effleurer l'esprit. Tu t'apprêtes à repartir dans tes confusions internes, quand Alban, avec ta voix, reprend la parole tout en prenant ta main. Tu hoches la tête alors qu'il te sourit, et tu frissonnes alors que tu sens un imperceptible rougissement colorer peu à peu tes joues : effectivement, il a plutôt raison sur ce point. Tu l'imites presque aussitôt en t'approchant de lui, un peu gênée, et en plongeant la main dans ton manteau pour attraper l'appareil, tapant à toute vitesse sur les touches pour contacter ton amie. Obéline, si tu reçois ce message, réponds-moi le plus vite possible s'il te plait... Tu n'étais peut-être pas douée pour grand chose, en particulier en tant que dresseuse, mais l'informatique te réussissait plutôt bien. Un léger tapotement sur la touche « envoyer » et un « bip » caractéristique te signalent que la missive a bien été envoyée. Il n'y avait plus qu'à attendre.

« Oui, c'est...une bonne idée. A-Allons-y !»

Tu hoches la tête à nouveau. Tremblants, les mots s'extirpent difficilement de ta gorge, toujours trop serrée par le stress provoqué par la situation. Mais malgré ce fait et celui d'avoir une voix bien plus grave que la tienne, tu parviens néanmoins à te faire entendre. Sans trop réfléchir, ignorant les Pokémon qui viennent soudainement de faire irruption entre vous, et poussée par une légère dose d'adrénaline, mêlée à ton inquiétude pour la personne qui est probablement ta seule amie, tu commences à te diriger vers la foule qui se rassemblait sur les côtés du bateau. C'est fou ce que tu vas bien plus vite avec ce corps ! Tu dois admettre que c'est largement plus pratique que tes petites jambes qui peinent à avancer les trois-quarts du temps. Tu jettes des coups d'oeils quelque peu anxieux vers la populace, et en scannant rapidement les visages, tu peux remarquer qu'ils ont l'air tout aussi perdu que le petit groupe improvisé auquel tu appartiens. Tu avances encore avant de réaliser que tu as pris une initiative sans réellement t'en rendre compte. Est-ce que ça compte comme un progrès, ou est-ce que tu viens encore de faire une gaffe ? Tu n'es pas vraiment sûre, mais étrangement, tu as l'impression d'être un peu plus confiante dans cet état. Pendant un instant, tu te surprens à souhaiter que cela continue. Tu secoues la tête pour chasser l'idée, et tourne la tête vers l'arrière - visiblement, Alban te suit du mieux qu'il peut avec sa petite taille. Enfin, la tienne. Note personnelle : il faudra à tout prix que tu t'excuses de lui avoir fait subir ça...

Tu ne peux t'empêcher de penser que sortir Albireo serait peut-être une bonne idée pour vous aider à retrouver Obéline plus rapidement. Avec son agilité et...oui, on peut dire sagesse, clairement, il serait probablement bien plus utile que toi qui est actuellement en train d'angoisser au milieu de tous ces gens. Mais lui expliquer que sa dresseuse est actuellement dans le corps d'un garçon bien plus grand qu'elle...et totalement différent, serait probablement difficile à lui faire avaler. A moitié essoufflée - parce que malgré la meilleure performance physique du corps du blond, sans maîtrise du souffle, courir plus aisément n'était pas vraiment chose évidente - tu continues à te poser des questions, dont la majorité n'ont pas vraiment de sens - et si on doit rester comme ça toute notre vie ? Comment est-ce qu'on va faire ? Et ma famille ? Vais-je devoir retourner à la maison comme ça ? Evidemment, paniquée comme tu étais, tu n'avais pas du tout prêté attention aux explications que ce « El Don », mentionné plus tôt par Alban, avait visiblement glissées aux invités. Pour être franche, tu ne l'avais même pas remarqué...quelle idiote. Ce n'est pourtant pas ton genre, de ne pas écouter les explications. Disons que tu avais des circonstances atténuantes. Mais ça aurait tellement pu te rassurer...ainsi que t'épargner une bonne dizaine de coups de pression, ceux que tu as tant tendance à t'infliger toute seule comme une grande.

Et alors que tu t'arrêtes, à bout de souffle, mains crispées sur les genoux de ce corps qui n'est pas le tien, tu la vois. Obéline. Quelques mètres plus loin, et d'après ce que tu peux discerner, un air mitigé, entre l'énervement et la confusion, affiché sur le visage. Tu te redresses aussitôt, alors qu'Alban, suivi par les deux autres demoiselles, te stoppent derrière toi. Tu écartes les lèvres pour hêler son nom, et--

Tout vire au noir un bref instant, et quand tu retrouves la vue, il y a, en plus de cette désagréable sensation de tournis, comme...un léger changement de perspective. Tout te paraît beaucoup moins haut - et à travers cette brume de confusion qui t'habite habituellement, tu comprends. Tu regardes tes mains, et tu remarques qu'elles sont beaucoup moins larges. En baissant les yeux, tu peux à nouveau voir le rouge de ce manteau que tu aimes tant. Et quand tu portes tes doigts à ton cou, tu es accueillie par la douce laine - 100% Wattouat - de ton écharpe. Tout est revenu à la normale. Cela te prend un petit moment pour te reconnecter à la réalité. Même si tu en as furieusement envie, tu ne parviens pas à laisser échapper ne serait-ce qu'un soupir, tandis que l'adrénaline redescend doucement. Alors que des larmes, des larmes de soulagement, commençent à te monter aux yeux, tu lèves la tête en direction de tes compagnons, perdus, moins que toi, mais tu peux voir cette légère confusion dans leur prunelles. Tu tournes la tête à nouveau et Obéline, elle aussi, semble s'être arrêtée dans sa progression, clignant des yeux à ne plus en finir. Tu ne sais honnêtement plus quoi faire à présent, alors que peut-être, juste pour une fois, tu devrais laisser ton corps gérer les choses. Après tout, s'il t'appartient, c'est bien pour une raison.

Tu te rues vers Obéline, et à peine arrivée vers elle, tu lui agrippes la main.

Parce que tu es contente de la revoir.

HRP:
 

_________________

before you call it convenient, please
heal my wounded heart
Djelly Fish
Région d'origine : Johto
Âge : 17 ans
Niveau : 43
Jetons : 846
Points d'Expériences : 1108
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Dim 24 Avr - 23:18

Informations diverses.

Event #4 - Saint Valentin

Je lâchais mon corps espérant que celui-ci se remette sur ses pieds, mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Comment dire... Je vis juste mon corps, les yeux encore fermé retomber comme un Ramoloss au sol. Premier réflexe appeler l'intrus dans mon corps.

-Gaël? Réveil toi Gaël. Aucune réaction, le faisait-il exprès pour vouloir me ridiculiser? Me préparait-il un mauvais coup? Autant rester sur ses gardes. Je mis mes mains sur mes hanches tapant d'un pied le sol avec agacement. Non pas que je n'avais pas d'humour, mais ce genre de "blague" n'était pas vraiment à mon goût.

-Ce n'est pas drôle coach aller debout! disais-je en essayant encore une fois avant de revoir mon corps inanimé tomber au sol. Ok, là j'étais vraiment inquiète. je m'agenouillais à côté de...moi... il n'y a que moi à qui cette phrase semble bizarre? Bref passons, donc j'étais à côté de moi et je me secouais doucement pour réveiller mon coach...ok c'est vachement bizarre dit comme ça. Re bref, je ne vis aucune réaction de sa part et commençait à paniquer.

-Euh...A l'AIDE quelqu'un ! UN MEDECIN! UNE INFIRMIÈRE! ARCEUS!! LE PAPE!! QUELQU'UN!!JE SUIS INCONSCIENTE....euh cette phrase n'a aucun sens du tout. ELLE EST INCONSCIENTE! hurlais-je prenant mon corps dans mes bras comme pour le protéger.

Bien sûr mes cris de paniques attira l'attention de certaine personnes et surtout d'un homme. Le monsieur arriva à ma rescousse et observa mon corps, ouvrant une paupière puis une autre, vérifiant si je respirais ou pas et me regardait étrangement.

-Vous n'êtes pas trop vieux pour...

-Stop stop stop, c'est mon ...mon comment dire...Une cliente, une bonne client de mon commerce, elle s'est cognée puis pouf plus rien.

- Elle est jeune pour voir un gigolo...

-JE SUIS PÂTISSIER!!!è_é. Non mais on n'injurie pas mon coach vil méchant pas beaux. Le monsieur s'excusa disant que j'étais vraiment très beaux et soigné, c'était pour ça. Heureusement qu'il était là pour me soigner. Attend! et s'il n'étais pas médecin, si c'était un dealer d'organe...Il m'auscultait pour vendre mes organes.

- Vous êtes médecin au moins, pas un vieux dealer d'organe qui veut pilier le corps d'une innocente pour un méchant pas beaux riche qui est méchant et pas beaux. Paye ta répartie djé =_=

Le monsieur me regarda avec des yeux ronds, avant de se mettre à rire aux éclats en disant que j'avais beaucoup d'imagination. Il continua sa phrase en me rassurant qu'il était infirmier puis, il rajoutait que je n'avais pas à m'inquiéter pour ma copine que c'était juste un coup sur la tête et qu'il fallait allongé le coach sur un lit et qu'il se repose...Attend attend la coQUOIII!

- Euh c'est mon disciple, mon élève je ne sors pas avec elle, elle est insupportable et invivable. C'est une plaie ouverte avec du sel. disais-je sans vraiment réfléchir à mes motsLe monsieur riait de plus belle en rajoutant:

-Il y a deux minutes se n'était pas votre cliente.

-Si et je suis son coach. Ce qui fait de moi Son PatiCoach. Disais-je avec fierté d'avoir trouvé ce mot ridicule. L'homme ria de plus belle me tapotant l'épaule fortement avant de me demander de porter mon corps dans une cabine en attendant le retour du bateau sur les quais. Il me conseilla ensuite d'emmener le coach à l'hôpital pour voir s'il n'y avait pas de séquelle ou autre.

Je ne me fis pas priée et pris mon coach dans mes bras, suivant l'infirmier sagement. Celui-ci rigola en me disant que j'avais de la chance ou pas, je n'avais pas été obligé de lui faire le bouche à bouche. Je n'avais pas bien compris pourquoi il avait dit le "ou pas" au contraire, c'était bien, sinon à l'heure actuelle je serais morte.



résumé:
 

_________________
Djelly Fish ≈ Don't be sad...Get a Djelly ♥️
Alex J. Lovell
Région d'origine : Kanto
Âge : 18 ans
Niveau : 29
Jetons : 245
Points d'Expériences : 571
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Lun 25 Avr - 11:20
And while you’re still young
Find your heart and find your song

Alex n'aurait jamais pensé éprouver du soulagement à l'idée de récupérer ses pokéballs. Et ce n'était pas qu'une question de responsabilité — les créatures étaient très probablement entre de meilleures mains avec la préfère en chef. Mais après tout ce temps, elle avait fini par se prendre au jeu, et s'était davantage attachée à ces petites bestioles qu'elle ne l'aurait songé. Même si certains d'entre eux lui faisaient régulièrement lever les yeux au ciel, c'étaient ses débiles à elle, d'une certaine façon.

La discussion avance, et les choses semblent se calmer un peu. Rapidement, Alban et Luce prennent la décision de partir à la recherche de l'amie de cette dernière. Alban propose à Aileen et Alex — de sa voix fluette — de rester là, mais probablement vaut-il mieux ne pas se séparer ? Même si Aileen ne semblait pas emballée à l'idée de courir dans tous les sens, laisser son corps filer sans surveillance est de toute évidence hors de question, alors le petit groupe se met en route, leurs pokémon sur les talons.

Ça fait bizarre de voir ce petit corps frêle de gamine qui suit tant bien que mal la silhouette familière du coach, et de se dire que c'est Alban. Peut-être qu'elle le charriera avec ça un jour, se dit-elle avec un sourire. Mais pour l'heure, Alex n'est pas d'humeur à provoquer le garçon. Pour une fois, leurs intéractions sont plutôt calmes et sensées — autant qu'elles puissent l'être dans une telle situation. Et c'est d'ailleurs dans ce genre de situations que le Voltali se révèle particulièrement responsable. En y pensant, c'est pas plus mal non plus quand ils arrivent à se parler sans crier, sans leurs querelles de gamins, et sans éclaboussures. Alex aurait presque envie que cette étrange situation dure un peu plus longtemps, rien que pour ça.

Et alors qu'elle se dit ça, inévitablement, c'est le blackout qui revient.


★  ★  ★


Alex reconnaît la désagréable sensation, et aussitôt, elle jette un coup d'oeil en plongée, vers son corps, quel qu'il soit. Et c'était bien le sien, qu'elle retrouvait alors, avec son short, ses jolis ongles, et ses cheveux roux. Avec un petit sourire, elle se dit que cette folle histoire est enfin terminée. Elle jette un regard alentour, pour vérifier que les autres vont bien. En toute logique, Aileen est elle aussi de retour dans son corps d'origine. Et à voir les visages d'Alban et de Luce, il semblerait qu'ils aient eux aussi permuté. Tout est donc rentré dans l'ordre... Et c'est alors que Luce semble rassembler son courage, tourne les talons, et se rue vers une jeune fille qui se trouve non loin de là pour lui saisir la main avec un mélange d'inquiétude et de soulagement. Alex hausse un sourcil, surprise, en reconnaissant Obéline. C'était donc elle, l'amie dont parlait la jeune Givrali.

« Bon, du coup, on peut recommencer, dit-elle en se tournant vers la préfète Pyroli, et en lui tendant son sac pour la deuxième fois. »

Elle récupéra elle aussi ses affaires. Puis elle se tourna vers Alban, croisant son regard, dans un bref échange silencieux. À présent que les choses étaient rentrées dans l'ordre, Alex repensa au motif de leur rencontre première. Max. Mais après tout ça, la rouquine n'avait plus le coeur de le sermonner. Et puis il avait eu l'air tellement perdu, quand elle était venue lui parler du Nouvel An. Il sentait clairement qu'il avait gaffé, mais ne semblait pas comprendre pourquoi. Alex se demandait si son amie devait garder espoir, où lâcher prise avant de souffrir davantage. Mais elle était au moins convaincue d'une chose : Alban n'était pas un mauvais bougre, et il semblait sincèrement tenir à Max, ne serait-ce qu'en tant qu'amie. Leur prochaine rencontre risquait d'être awkward. Mais ces deux bénêts s'en sortiraient probablement, non ? Pour l'heure, Alex décida de lâcher l'affaire. Elle se contenterait d'observer en retrait, et serait là s'ils avaient besoin d'un petit coup de pouce.

Elle se décida alors à lancer un sourire au garçon. Si seulement ils pouvaient se montrer plus honnête l'un avec l'autre, avec leur affection et leur bonne nature, ça ne pouvait que s'arranger à l'amiable, et ils s'éviteraient bien des soucis. Mais Alex pouvait parler, elle savait ce que c'était que de manquer d'honnêteté... Elle eut alors un déclic, et se tourna vers le spectrum et le nucléos qui l'accompagnaient toujours. Elle les observa un moment avec attention, afin de déterminer s'ils avaient eux aussi retrouvé leurs corps. Puis, quand elle en fut convaincue, son regard se fixa sur le nucléos, qui fit tout d'abord semblant de l'ignorer, avant de finir par tiquer, et lui rendre son regard, déstabilisé. C'est vrai, ça. Elle en connaissait un autre, qui avait du mal à se montrer sincère. Et si toute cette histoire à laquelle elle ne comprenait rien, n'était elle aussi qu'un gros malentendu de ce type ? Et s'ils étaient juste trop idiots pour s'ouvrir leur coeur ?

Alex déglutit, rassemblant son courage. Puis elle attrapa fermement la petite boule lévitante dans ses mains, en grimaçant un peu au contact du gel verdâtre, mais sans lâcher prise. Elle rapprocha la bestiole de son visage, les sourcils froncés, concentrée. Puis elle prit une inspiration, et se lança, d'une voix forte et ferme :

« J't'aime, tête-de-fion ! »

C'était tsundere au possible. C'était presque agressif. Elle s'était permise une petite variation dans le sobriquet dont elle l'affublait habituellement, et ça se voulait presque tendre. Mais elle aurait aussi bien pu l'appeler espèce d'abruti, que ç'aurait été pareil. Rouge comme une tomate, elle continuait de fixer la bestiole avec intensité, et malgré ses paroles elle avait plus l'air de le provoquer en duel qu'autre chose. Mais ils étaient tous les deux maladroits au possible, fallait pas leur en demander trop. Et le nucléos semblait perplexe. Il laissa même tomber sa façade niaise, son sourire de surface un peu vide, pour une expression clairement surprise. Alex sentit alors cette sensation bizarre, intrusive, comme un petit picotement gênant, mais pas vraiment désagréable non plus, tandis que le nucléos rétablissait un contact mental avec elle. Et au milieu du flot de sensations vagues, discrètement, une sorte de « merci ». Qui valait bien plus que ça, en vérité. Et Alex relâcha la bouboule en se marrant, sans la moindre pensée pour ce que les autres devaient penser de la scène. Dire que ce n'était que ça ! Dire qu'il était juste pas fichu d'admettre qu'il était attaché à elle. Et qu'il avait coupé leur communication pour en pas qu'elle s'en rende compte. Quelle bande de bras cassés, quand même. Alex avait un peu pitié d'elle, en cet instant. Dire qu'elle avait mis deux mois à comprendre qu'il était juste aussi borné qu'elle.

Elle expira. Bon, finalement, elle avait su faire bon usage de cette St Valentin, non ? Elle tourna de nouveau le regard vers Alban, un grand sourire sur les lèvres, et lui lança un clin d'oeil. À toi maintenant, ok ? Il n'y comprendrait probablement rien, mais c'était pas grave. Ça se ferait tout seul, elle en était persuadée à présent. Elle avait hâte de retrouver Max en rentrant, et de lui faire un gros câlin. De lui dire que ça irait. D'une façon ou d'une autre. Certainement.

Allez, tant qu'elle y était, ça semblait être le bon moment pour interagir avec le Voltali. Pour une fois qu'elle ne faisait pas sa peste avec lui. Elle sortit trois petits disques de son sac.

« Hey, ça sort un peu de nulle part, mais. Je crois me souvenir que tu avais une CT Ball'Ombre ? Si jamais il t'en reste des utilisations, ça m'intéresserait justement pour mon nucléos. J'ai quelques jetons si tu veux, et sinon j'ai acheté ces trois CT l'autre jour : Zénith, Danse Pluie et Distorsion. Si l'une d'entre elles t'intéresse, on peut peut-être faire un échange ? »

Le garçon parut surpris, tant par la proposition que par le soudain intérêt d'Alex pour la stratégie, mais il répondit sans poser trop de questions, et les deux jeunes gens trouvèrent rapidement un compromis, Ball'Ombre contre une utilisation de Distorsion à récupérer plus tard.

On leur annonça alors que le bateau allait entrer dans le port de Lansat. Peu après, la petite croisière débarquait. Alex salua ses compagnons d'infortune, et s'éloigna. Elle fit un détour par les rues de Lansat, où elle se promena un moment, toujours accompagnée de son sepctrum et de son nucléos, avant de finir par rentrer à l'académie. Décidément, c'était encore une drôle de journée.

dimanche ; 14 février 2016


Résumé : Alex décide de suivre Alban et Luce à la recherche d'Obéline. L'échange prend fin, et Alex retourne dans son corps. En pensant à Max et Alban, elle a un déclic et comprend enfin le problème de son nucléos. Elle lui fait une déclaration (elle se marre et passe probablement pour une folle). Puis elle propose un échange de CTs avec Alban. Le bateau rentre au port, et Alex se promène un peu avant de rentre à l'académie.

Échange d'utilisations de CT avec Alban : Distorsion (à récupérer plus tard) contre Ball'Ombre.

_________________
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 1669
Points d'Expériences : 3820
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   Lun 25 Avr - 23:33
Ginji Labelvi
      rp commun



« St Valentin 2016 »


D'accord. On ne panique pas. On ne panique pas. On respire. On inspire. Et on se calme. Ou du moins, on essaye. Il doit forcément y avoir une solution... Oui, il y en a une. C'est certain. 'Faut juste la trouver. Hein, qu'il y en a une ? Bon sang, dîtes moi qu'il y en a une...

Stella saisit ses propres mains alors que je tente de retrouver un semblant de calme, ce qui suffit à me faire fixer mes yeux bien en face. Wow. J'avais jamais fait gaffe, mais ils ont exactement la même couleur que du chocolat. Quoique... Du chocolat un peu caramélisé... Raah, mais qu'est-ce que je raconte ?! Je ne suis pas censé ne plus être un morfal, dans ce corps ?!

Elle parvient à me rassurer assez rapidement, en évoquant le fait que nous ne sommes pas les seuls à bord de ce bateau à avoir eu ce problème avec le Manaphy, et donc qu'il y a sûrement des dispositions qui ont été prises. Oui... Oui, c'est pas faux, ça ! Ils ont été assez consciencieux pour songer à faire demi-tour, ils doivent bien avoir pris quelques précautions en plus pour les victimes du Permucoeur...  

« -... O-Oui ! T'as sûrement raison, ils ont forcément prévu quelque chose...  »

Déterminée, Stella ne perd pas plus de temps, et m'entraîne avec elle dans les couloirs du paquebot, à la recherche du casino et des consignes où elle avait laissé ses affaires. Thoron nous suit sans un mot, mais semble en avoir de plus en plus marre de tout ce remue-ménage. Au final, il n'a presque rien pu faire de la journée ! Ça aurait été plus drôle si, lui aussi, avait été changé de corps.

Ne lâchant pas ma main -enfin, la sienne-, Stella fend la foule sans aucun problème et ne tarde pas à rejoindre le comptoir. Ou du moins, y était presque, puisqu'elle s'arrête à quelques mètres de celui-ci pour prendre une grande inspiration, sans pour autant lâcher ma main. Elle resserre d'ailleurs un peu plus sa prise tandis que je la dévisage avec un air sceptique. Elle craint que rien ne soit fait ? Ça doit forcément être le cas, pourtant... Ils ne peuvent tout simplement pas laisser des gens se changer dans le corps d'un autre ! Ça serait bizarre, non ?...

Ce qui est un peu plus bizarre, par contre c'est la façon dont me fixe mon propre corps. Je semble pensif. Enfin, Stella, semble pensive. Elle m’examine vaguement de haut en bas, et je ne peux m'empêcher de me sentir mal à l'aise. Je me sens comme... Épié. J'ai l'impression d'avoir affaire à un voyeur, là... Mais c'est pas le cas, pourtant ! Rien de plus normal pour Stella que de regarder son propre corps, non ?! Je crois que je me prends un petit trop au jeu, ça ne va pas du tout...

Nos mains sont toujours agrippées l'une à l'autre, et je ne quitte toujours pas des yeux mon propre regard. Stella semble totalement déconnectée. J'ai l'impression qu'elle contemple le corps qui se trouve devant elle, et non plus la personne qui se cache derrière. Peut-être qu'elle est simplement en train de prendre du recul sur elle-même. Je ne sais pas trop.

Je frémis légèrement, surpris, lorsqu'elle passe "ma" main dans "ses" cheveux. Elle vient alors me caresser la joue, et s'immobilise, tandis que je la regarde avec de grands yeux. Son cœur bat la chamade, surpris par un tel contact. Je me sens vraiment gêné. Voir... Gênée, en fait. Je sais que l'intégralité de nos paroles sont grammaticalement fausses depuis le début de l'échange, mais là, l'accord convient parfaitement, je crois. Je suis extrêmement mal à l'aise.

J'en viens à me poser une question plutôt étrange. A quoi donc est en train de penser Stella pour se laisser faire ainsi ? Je veux dire, elle me semble être une personne plutôt consciente de ce qu'elle fait, habituellement, alors que là... J'espère qu'elle n'est pas en train de se laisser dépasser par l'irrigation de mon cerveau, qui va un peu trop vite à mon goût. Il serait peut-être temps que je me ressaisisse et que je la ramène sur Terre...

« -... Euh... Stella ?  »

Pouf ! L'évocation de son nom suffit à rappeler la Pyroli à elle-même. Enfin, à moi-même, plutôt, parce que c'est dans mon corps qu'elle.... Bref. Gênée, elle retire presque immédiatement ma main, et détourne le regard. L'expression qu'affiche "mon" visage m'amuse finalement plus qu'autre chose, et bien qu'ayant les joues un peu rouge à cause de la gêne, je fais un petit sourire en coin.

Elle passe brusquement à autre chose en se dirigeant vers le comptoir, où se trouve la dame à qui elle a apparemment confié ses affaires. Je la suis et la laisse parler, toujours en pensant qu'il y a forcément quelque chose de prévu pour les cas comme nous, alors que... Bah non. D'après la dame, c'est la robe, ou la caution. Plus l'argent pour la tenue.

… Sérieusement ?!

Je ne peux m'empêcher de poser mes deux mains sur le comptoir, et de regarder la dame avec un air légèrement paniqué.

« -A-a-attendez ! Vous n'allez pas nous faire croire que les gens acceptent ça sans rechigner ?...
-La quasi-totalité des personnes disant avoir été victimes de l'attaque semble avoir déjà regagné leur corps. Vous êtes les seuls pour qui le problème actuel se pose. »

… Koa ? Pourquoi on n'a pas encore regagner nos corps, nous, alors ?! On a pourtant tout fait comme a dit l'autre Ecotplasma, là... A moins que manger des hamburgers ne ralentisse le temps de dissipation des effets ?!

En guise de dernier argument, la dame nous accuse de vouloir risquer la perte de son travail, ce qui semble mettre Stella à mal. Elle pousse un soupir résigné, et attrape nos affaires, avant de prendre une grande inspiration... Et de me pousser à l'intérieur d'une des cabines d'essayage. Sans que j'y comprenne quoi que ce soit, je me retrouve adossé au miroir de la cabine, avec mon propre corps posté devant le rideau. Stella ouvre d'ailleurs légèrement ce dernier pour demander à Blok de monter la garde, et lorsqu'elle s'est assurée que c'est bel et bien le cas, s'excuse, avant de défaire la cravate qui se trouve à "mon" cou. Thoron s'est posté devant le rideau lui aussi, mais bien trop perturbé par la situation actuelle, je ne m'en soucie pas vraiment.

« -Tu... Tu crois vraiment que.... ? »

Elle passe la cravate autour de "ses" yeux, et bientôt, je me retrouve plongé dans le noir complet. C'est qu'elle absorbe bien la lumière, cette cravate... Et tant mieux, en fait. Parce que là...

Je déglutis. Je me sens rouge, et si tout à l'heure, son cœur battait la chamade, là, il est carrément en train de frapper la cage thoracique de Stella pour essayer d'en sortir. J'en ai presque du mal à respirer. Surtout que... Je pressens presque un début de claustrophobie. Avec le noir, et les parois de la cabine d'essayage qui sont juste là...

Je n'ai jamais été aussi gêné de ma vie, là. Vraiment. Je crois que j'ai atteint le summum. A côté de ça, les événements de cet été... C'est rien du tout.

Plus que pour moi, je me sens extrêmement mal vis-à-vis de Stella. C'est elle, que la situation dérange le plus... Pourtant, elle prend sur elle, et a même pris l'initiative de nous mettre là-dedans.  Je suppose qu'elle se dit que plus vite cela sera fait, plus vite cela sera fini. Si je proteste, je risque fort de la stopper dans son élan... Dire qu'elle préfère subir ça plutôt que de risquer une simple engueulade à une employée, qui en plus, la traite mal. Ou elle est masochiste, ou... Elle a vraiment un cœur en or, cette fille.

« -... Désolé. »

Je passe "ses" mains à "son" cou, et retire mon sac bandoulière sans trop de mal, malgré l'obscurité. Je le laisse tomber quelques part au sol, et prends une profonde inspiration tout en fermant les yeux. Je sais que je n'y vois déjà rien, mais là au moins, c'est certain, je n’apercevrai absolument que dalle. Manquerait plus que le nœud de la cravate se détache, tiens.

Je sens une légère pression sur les épaules. Les bretelles de la robe sont en train de glisser le long de ses bras. Bientôt, elles rencontrent les mains, et un affreux sentiment de nudité se présente au niveau du buste. La vitesse de ma respiration augmente. Habituellement, je n'ai aucun mal à être torse nu, mais là... Sans un mot, néanmoins, je laisse la robe glisser le long de son corps. Elle touche le sol avec un bruit mat. Ce que j'ai ressenti au niveau du buste s'applique désormais à l'intégralité du corps. Seules deux pièces de tissu au niveau de la poitrine et du bassin me rassurent quant au fait que je ne sois pas totalement nu.

Je tente de lever les pieds pour que Stella puisse retirer robe, mais quelque chose m'en empêche. Je serre les dents.

Les chaussures.

Légèrement déséquilibré, je dois tendre les bras de part et d'autre de la cabine pour m'appuyer sur les parois, et me stabiliser à nouveau. A l'aide d'un pied, je tente de retirer une chaussure, mais ce n'est pas vraiment facile avec cette robe à ses pieds. Je grimace. Les battements de son cœur s’accélèrent encore un peu. Je me sens à l'étroit. Cette cabine est vraiment trop petite. Surtout pour deux personnes.

Je parviens à retirer brusquement l'une des chaussures, mais le mouvement me fait pencher légèrement en avant. L'une de "mes" mains rencontrent "ses" épaules, ce qui a pour conséquence de me faire redresser aussitôt, après avoir lâché une exclamation surprise.

Un pied libre, j'arrive à le retirer de la robe, et ai maintenant plus d'espace pour pouvoir enlever l'autre sans avoir à quitter la chaussure. A tâtons, je tente de me placer à côté de la robe, mais piétine un peu dessus malgré tout. Je me retrouve plaqué contre l'une des parois de la cabine, et la froideur de celle-ci au contact de sa peau me fait légèrement frémir. Un bruit souple me fait alors comprendre que Stella a retiré la robe du sol où je me trouve, et je me repositionne au centre de la cabine.

Il se passe quelques secondes, durant lesquelles Stella est probablement en train de préparer ses vêtements. Elle me demande alors de m'asseoir pour faciliter l'habillage, et donne un coup de pied dans ce qui semble être un tabouret pour le rapprocher vers moi. Je parviens à mettre la main dessus, et le ramène à ma hauteur, avant de m'asseoir, fébrile. Stella tend l'une de ses jambes, retire la chaussure qui s'y trouve encore, et commence à enfiler ce que je juge être... Un collant. Oh.

J'hésite à me pencher en avant pour l'aider à le faire remonter, mais m'abstiens. Je me crispe lorsqu'elle atteint le haut de la jambe, mais elle s'arrête pile à ce moment là. Je replie la jambe, et tends l'autre suite à une nouvelle pression sur celle-ci. Même histoire. Après un court instant, qui semble durer une éternité, me voilà vêtu de collants.

Pour la suite, je dois me relever ; ce que je fais maladroitement. Stella me demande de lever une jambe. J'obtempère. Elle passe celle-ci dans quelque chose, puis me fait lever l'autre. J'obtempère également. Elle la passe dans ce que je comprends être une jupe, et la remonte jusqu'à hauteur du bassin. Bon sang.

Il me faut ensuite lever les bras, pour qu'elle puisse m'enfiler un simple T-shirt. Elle doit tirer un peu pour le faire descendre jusqu'en bas, ce qui me fait légèrement rougir.

Je peux ensuite enfiler la veste qu'elle me tend sans trop de problème. Lorsqu'elle rentre en contact avec son dos, elle appuie légèrement sur la cicatrice présente sur celui-ci. C'est loin de me faire mal, mais ça suffit à me rappeler sa présence.

Une fois la veste mise comme il faut, et que je me sens à nouveau complètement drapé dans des vêtements, je sens un certain poids s'envoler. Mais je me sens toujours angoissé.

Stella passe "ma" main derrière "sa" tête, et défait le nœud de la cravate. Lorsqu'elle la retire, j'ai toujours les yeux fermés. Je les ouvre un instant après, et regarde mon propre corps me dévisager.

Nous avions eu de la chance dans notre malheur, puisque nous n'avons pas regagné nos corps respectifs pendant l'habillage.

Je remarque les chaussures de Stella qui sont à "mes" pieds, et, sans un mot, les attrape, avant de m'asseoir sur le tabouret pour les enfiler. Je jette un bref coup d’œil dans l'intérieur de la cabine, et réalise à quel point les parois de celle-ci sont proches, en fait. L'impression d'étouffement que j'avais, les yeux bandés, n'était pas qu'une simple impression.

Cette pensée suffit à me faire accélérer la cadence. Les chaussures de Stella sont rapidement mises à ses pieds, et je ramasse mon sac à la va-vite, avant de sortir précipitamment de la cabine à la suite de la jeune "fille" ayant récupéré la robe. Blok s'est écarté pour nous laisser passer, et Thoron relève la tête en notre direction, allongé sur le côté, et l'air passablement ennuyé.

Dehors, je ne peux m'empêcher de prendre une énorme respiration. Bien que s'étant calmé, le cœur de Stella bat encore la chamade. J'ai besoin de sortir. Et au plus vite. Je veux quitter ce foutu bateau.

« -Rendons la robe, et partons vite d'ici... Ah, il y a mes baskets, aussi. Change les, je vais rendre la robe pendant ce temps. »

Je n'ose pas regarder le visage de Stella. J'attrape la tenue, et file en direction du comptoir. Lorsque j'arrive à sa hauteur, la dame m’examine de haut en bas, et me lance un étrange un sourire. Je l'ignore, et lui tends, de manière un peu abrupte, la robe, qu'elle récupère lentement pour ensuite passer un cintre dedans. Je me retourne au moment où Stella nous rejoint pour rendre les chaussures, ma véritable paire de basket à mes pieds, et une fois cela fait, j'attrape ma main pour l'entraîner en dehors du casino, sans dire au-revoir à l'employée. La jupe me permet de faire des mouvement plus larges, donc j'avance un peu plus vite que précédemment. Ou alors, je suis simplement plus motivé à sortir d'ici. C'est à voir.

« -... Je suis terriblement désolé. Cela devait être une bonne journée, et...  » je ne termine pas ma phrase, mais continue d'avancer « … Sortons d'ici. J'ai besoin d'air. »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________

Event #4 - Saint Valentin - Page 7 1422191746-copain

« Je vais garder le parfait contrôle de mon esprit…. Et ne pas laisser les ténèbres envahir mon cœur ! »
Event #4 - Saint Valentin - Page 7 1477337343-ginji-xd
Merci Môman Callie!
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Event #4 - Saint Valentin   
Event #4 - Saint Valentin
Page 7 sur 8
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :