Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan   Ven 4 Mar - 22:17
_________W/ NOLAN 17 FEVRIER
_________Sociabilisation hasardeuse
_________Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan Sprite_4_o_335_bs



« Tu n'es vraiment pas commode Archimède, un petit service, est-ce si difficile ? »

Agenouillé, suppliant mon pokémon, je n'ai droit de sa part qu'à un regard hautain et méprisant. C'est impensable tout de même, un pokémon réfractaire à l'idée de rendre le plus simple des services à un dresseur, même le sien. Dans l'indifférence la plus complète, il effectue, d'une démarche princière, quelques pas pour rejoindre mon lit. Derrière lui, un nuage de poils blancs marque sa trajectoire et bientôt mes draps rouges en prendraient la couleur. Parce qu'en plus d'être encombrant et irascible, Archimède demande beaucoup d'entretien.

« Je te préviens, je ne m'éterniserai pas sur ton brossage ce soir. »

Après lui avoir balancé cette phrase comme une pique et fait volte-face, je jurerai l'avoir entendu faire un bruit moqueur, un petit souffle qui exprime tout son dédain. J'abandonne complètement l'idée qu'il puisse exécuter la faveur que j'ai gentiment exprimé et m'élance pour l'accomplir moi-même. Je m'approche de la porte de ma chambre, très hésitant, j'avance ma main vers la poignée lentement, histoire de faire grimper le suspens. Et d'un coup sec j'ouvre la porte, comme si j'ouvrais un coffre resté clos pendant des décennies. Je fais un premier pas dans le couloir, je ne vois personne. Je referme délicatement derrière moi. Je mets ensuite un pas devant l'autre, puis l'autre devant le premier, réalisant ainsi ce merveilleux exploit qu'est la marche et je ne suis maintenant qu'à quelques centimètres du lieu fatidique ; la salle commune.

Pour tout expliquer, j'y avais laissé tomber mon iPok la veille en revenant de cours. J'ai attendu ensuite désespérément que quelqu'un me le ramène miraculeusement dans ma chambre, mais sans succès. Habituellement, je passe dans cette pièce comme dans un hall de gare, avec tous plein de bagages, en l'occurrence des piles de livres allant jusqu'à cacher mon visage, des sacs d'accessoires pour les cours... Cela me permet d'y passer furtivement sans que personne n'ose me saluer ou quoi ou qu'est-ce. C'est très certainement cet encombrement excessif qui est la cause de la perte de mon iPok. Et c'est cette perte qui me force à y revenir les mains vides et sans aucune excuse  pour ne pas sociabiliser, ce que j'avais habilement évité depuis mon arrivée. J'avais déjà bien assez à faire à apprivoiser cet affreux matou qui me sert de pokémon, alors ce n'était pas vraiment le moment pour la camaraderie.

Je ne me définirai pas comme quelqu'un de misanthrope ou ayant tendance à l’ermitage... Non simplement je me suis laissé séduire par les bénéfices de la solitude sur cette vaste île qui me sert maintenant de maison. Qu'il s'agisse d'aller m'installer dans le creux d'un arbre, de rêvasser sur les rives du lac ou d'attendre toujours que tout le monde soit entré en classe pour aller m'y installer, ne laissant ainsi la chance à personne de s'asseoir à côté de moi, bref les plaisirs de la vie solitaire !  Et je n'en reviens toujours pas que cette fichue mangouste n'ait pas été capable de venir chercher mon iPok pour m'éviter tout ce stress. Le souci c'est que je transpire déjà à l'idée de subir cette désagréable étape qu'est la rencontre.

Le problème surtout c'est que je suis quelqu'un de poli et d'aimable et que si une personne m'adresse la parole, je serai malheureusement obligé de lui répondre. C'est mon éducation, c'est comme ça. Peut-être même devrai-je me lancer dans une tirade sur la météo pour combler les vides et me montrer sympathique ? Ah... L'esquive des obligations sociales ne pouvait pas être éternelle, j'aurai du m'en douter. En attendant me voilà planté devant une sortie de couloir, à tergiverser sur ma pénible condition, le regard rivé sur le sol depuis maintenant plus de trente secondes. Tiens, d'ailleurs ! Mes lacets sont défaits, enfin mal faits, non je ne cherche pas à gagner du temps et oui je suis prêt à entrer et laisser sortir cette horrible formule qu'est : « bonjour ! » Malheureux que je suis, refaisons donc mes lacets.

Penché ainsi je sens une force me bousculer de derrière. Inévitablement, je me retrouve à genoux par terre dans une position que je parviens tant bien que mal à conserver gracieuse. J'envoie mon regard le plus acerbe à la cause de ma chute pour réaliser qu'il s'agit de nul autre qu'Archimède. Visiblement il n'a pas fini de ruiner ma journée. Ingrat, il ne peut pas me rendre service mais il est au premier rang pour témoigner de ce moment difficile. Je lui assène un petit coup de pied sur le front, très léger, je ne cherche pas à le mettre en colère non plus, et puis délicatement je me relève. Si jamais quelqu'un poserait ses yeux sur moi à cet instant, il verrait un sourire poli d'excuse accompagner un regard bienveillant, histoire de rester digne... C'est acteur que j'aurai du être, pas danseur. Ainsi, je débute mes recherches d'une marche élégante pour enfin remettre la main sur mon iPok.

Après avoir fait plusieurs fois le tour de la salle sans trop attirer l'attention, la fatalité s'abat de nouveau sur moi : je ne retrouverai pas ce gadget à moins que quelqu'un ne compose mon numéro. Déjà, devoir m'adresser à quelqu'un pour lui demander un service, c'est assez cavalier, mais alors user de ce qui pourrait passer pour une vieille ruse pour lui donner mon numéro, je vais finir par passer pour un harceleur... D'un regard je balaie la pièce en espérant y croiser un regard compatissant sans succès. Je ne sais pas de quoi j'avais à m'inquiéter, personne n'est visiblement enclin aux politesses les plus primaires ici, alors s'intéresser à mon pauvre sort... Il est évident que je cherche quelque chose depuis un certain temps...

Mon regard ambré croise celui d'Archimède qui n'a pas bougé de l'embouchure du couloir. Vilain compagnon, je me demande dans quelles circonstances il me sera d'une quelconque utilité. Prenant mon courage à demain, je décide de tapoter gentiment l'épaule d'un jeune homme qui me tourne le dos pour le supplier de me venir en aide.

« Bonjour camarade. Je m'excuse de t'aborder de la sorte, c'est très trivial de ma part, mais j'aurai aimé savoir si tu pouvais me rendre un petit service... Mon iPok est introuvable et il faudrait le faire sonner pour m'aider à le récupérer. »
Nolan Dèannag
Nolan Dèannag
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 36
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 951
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan   Lun 7 Mar - 5:42
*Tiptiptaptaptiptiptap*....Sans interruption, tes doigts pianotent sur le rebord de l'un des canapés qui ornent le centre de la salle commune des Voltalis. Un nouveau rythme en création, Nolan ? Une petite pause entre deux morceaux, qui te permet de te vider la tête ? L'aboutissement final de l'un des tempos sur lesquels tu t'arraches les cheveux depuis des mois ? Tu aimerais bien, hein, mais hélas, rien de tout ceci. Juste un vague sentiment, mélange d'ennui et de procrastination, qui t'empêche de quitter cette position au demeurant si confortable. Alban a quitté le dortoir plus tôt dans la journée et l'espèce de torpeur ambiante qui a pris possession des Voltalis ne semble pas prête de se dissiper. Pour un peu, tu en viendrais à regretter le rythme trépidant qui imprègne les murs de votre dortoir en temps normal...J'ai dit ''pour un peu''. Même Libra est sortie pour chercher un peu d'animation et tu la soupçonnes d'être partie faire un tour non loin du dortoir Givrali, à la recherche de potins (Ou de Max, pour atteindre l'objectif précité).
Pourtant, même si tu apprécies grandement le calme, ce silence pesant en devient presque perturbant pour quelqu'un comme toi. À croire que Roseverte a de nouveau libéré un gaz sur toute l'académie , mais que cette fois, il a décidé d'abaisser l'énergie au niveau le plus bas possible. Même la guitare qui repose dans son étui prés de toi, n'arrive pas à remotiver ta grande carcasse. Peut-être qu'un petit tour à l'extérieur parviendra à ranimer tune quelconque envie chez toi. Le temps d,un petit coup d'oeil par la fenêtre...Oui, voila une idée pour le moins intéressante.

''Bonjour camarade. Je m'excuse de t'aborder de la sorte, c'est très trivial de ma part, mais j'aurai aimé savoir si tu pouvais me rendre un petit service... Mon iPok est introuvable et il faudrait le faire sonner pour m'aider à le récupérer.''

Oulah, élément imprévu à douze heures, capitaine Nolan. Un imprévu qui prend la forme d'un jeune garçon, accompagné d'un Mangriff renfrogné aux marques jaunes...un chromatique ? Voila qui n'est pas banal, surtout quand le dresseur de la bestiole en question est aussi poli. Dans un dortoir où les élèves s'abordent sans la moindre gêne en temps normal, une attitude pareille à de quoi surprendre. Pourtant, tu ne peux pas vraiment critiquer, Nolan...Après tous, le nombre d'élèves que tu arrives à interpeller ainsi au sein même de ton propre dortoir se compte sur les doigts d'une seule main. Te retournant complétement, tu tentes maladroitement de sourire au nouveau-venu...Avant de prendre conscience d'un fait pour le moins important : Libra n'est pas là.
Voila qui n'arrange pas tes affaires, surtout pour un premier contact.
Levant une main un peu hésitante, tu tentes de lui faire comprendre que tu as bien compris sa requête et en profites pour saisir ton sac, juste à coté du canapé. Tu en détaches rapidement ta tablette, fixée à la sangle,  avant de griffonner quelques mots en toute hâte.

''Bonjour. Je m'appelle Nolan. Accorde-moi un instant, je te prie.''

Laissant l'objet entre les mains du jeune garçon, tu peux désormais te concentrer sur l'extraction d'une des Pokeballs qui reposent au fond du sac. Un bref éclair plus tard, et Mu fait son apparition, avant de laisser échapper un long baillement et de voleter à hauteur de l'inconnu.

(Ouaaaaah...Nolan ? J'étais bien moi, pourquoi tu m'as réveillé ?)

(Libra n'est pas là et j'ai besoin de quelqu'un pour établir le contact)


(Oh, juste ça...J'aurais pu le faire, ouaaaaah, en dormant.)


Une sensation familière vient alors poindre aux portes de ton esprit, juste avant que le lien mental ne s'établisse. Désormais en mesure de répondre sans délai à ton interlocuteur, tu commences tout d'abord par essayer de le rassurer. Un petit message simple, directement dans sa tête, en espérant qu'il ne réagisse pas avec peur ou violence. Dans le même temps, Mu a repris sa lévitation et paraît s'être rendormi.

''Voila. Désolé d'avoir été si long. Disons que j'ai quelques problèmes pour parler normalement et que c'est la meilleure façon que j'ai trouvé pour communiquer depuis que je suis arrivé ici. Ça peut faire un peu bizarre au début, mais n'hésite pas à me le dire si ça te dérange. Je peux aussi ''parler'' par écrit, je risque juste d'être un peu moins rapide. Aucun problème quand à ta requête,  le temps d'enregistrer ton numéro et on devrait pouvoir le retrouver sans trop de mal.''

Pourtant, lorsque le jeune garçon te fait part de son propre code à huit chiffres, même ton oreille habituée aux pires conditions sonores ne parvient pas à discerner la moindre sonnerie dans le quasi-silence inhabituel qui emplit la salle commune. Étrange, il a pourtant l'air sûr de l'avoir perdu, ici...

''Est-ce que tu sais quand est-ce que tu l'a laissé dans la salle ? Si ça se trouve, quelqu'un l'a déjà trouvé. Et dans ce cas, il n'y a que deux possibilités : Soit c'est un Voltali qui l'a gardé, soit il l'a amené à Heartnett, le référent du dortoir...Même si je préférerais, et de loin, que la première solution soit la bonne. Il n'est pas méchant, simplement...''

La parade des dinosaures n'est pas bien loin, Nolan. Plus qu'à espérer que ce petit blond ai un peu de chance dans son malheur.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan   Lun 7 Mar - 16:27
_________W/ NOLAN 17 FEVRIER
_________Sociabilisation hasardeuse
_________Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan Sprite_4_o_335_bs______



Dans mon champ de vision, les belles mèches brunes aux reflets roux du jeune homme laisse place à un visage à la peau porcelaine, aux yeux bleutés et aux traits fins. En somme, une image très plaisante. La première réaction de mon interlocuteur qui me sembla très à l'écoute alors que je lui expliquais mon problème, fut une sorte d'embarras... ? Il se précipita sur son sac pour en sortir une ardoise et y écrire quelques mots. Il me la tendit et je pus y lire une salutation, une présentation même et une excuse. Nolan me sembla être quelqu'un de très sympathique, poli et surtout muet...

Un handicap qui, avouons-le, ne devait pas être simple à supporter en milieu scolaire, surtout qu'il y avait de fortes chances qu'il soit le seul à en souffrir dans cette académie. Un sentiment de compassion fit naître en moi une sympathie spontanée et naturelle pour le beau jeune homme. Rien à voir avec de la pitié, d'ailleurs Nolan ne m'en inspirait aucune, il était souriant et son handicap ne semblait pas du tout le marginaliser. Il fouillait de nouveau dans son sac et pendant ce temps, l'ardoise en main, mon regard s'évada un instant dans cette grande salle bicolore dans laquelle Archimède et sa démarche voluptueuse s'accordaient parfaitement. Je me fis la réflexion que j'étais assez chanceux d'apprécier ces deux couleurs qui pouvaient rapidement écœurer des réfractaires au jaune. La boule de poils et d'arrogance citée précédemment venait me rejoindre, sûrement intriguée par le nombre incroyable de situations embarrassantes qui pouvaient naître d'un échange avec un autre membre du dortoir.

À cet instant, mon égarement me fit défaut, je fus pris d'un haut le cœur alors qu'une voix, douce certes mais surprenante s’immisça dans ma tête. En focalisant de nouveau mon regard sur mon interlocuteur, les surprises s'accumulèrent. Un pokémon particulièrement étrange, en lévitation, ayant un fort potentiel pour apparaître dans un film d'horreur glauque avec des petits enfants était apparu de nulle part aux côtés de Nolan. Et d'ailleurs, ce dernier s'étant redressé, il révélait ainsi sa taille impressionnante et ma nécessité avec de devoir lever le menton pour discerner sa tête. Il n'est peut-être pas encore trop tard pour partir... Mais son visage n'a pas changé, avec un air rassurant qui en plus m'était adressé, hors de question de m'enfuir.

J'écoute donc la voix de Nolan comme si elle provenait de ses lèvres sauf que ces dernières ne bougeaient pas, l'étrangeté du moment est indéniable mais j'imagine que avec l'habitude elle s'efface. Ainsi je l'entends s'excuser, s'expliquer, justifier la présence du pokémon, un pokémon psy sûrement. J'avais entendu qu'ils étaient télépathes sans avoir pu l'expérimenter moi-même cependant. Puis se recentrant sur ma requête il m'invite à lui donner mon numéro de téléphone ce que je fais sans hésitation, de manière un peu mécanique comme encore un peu sous le coup de la surprise.

Je le vois composer mon numéro, calmement puis tendre l'oreille. À mon tour je me concentre en regardant tout autour de moi comme si cela rendait mon ouïe plus perçante... Mais aucun son ne parvint à mes oreilles. Zut. Je suis pourtant sûr qu'il est tombé par ici. Je me rappelle l'avoir senti glisser de ma poche alors que j'avais les mains chargées, j'aurai probablement du risquer la sociabilisation plus tôt en prenant la peine de le ramasser sur le moment. J'entends un petit ricanement de la part d'Archimède. Mais quel affreux personnage ! … Est-ce mal de ne pas s'entendre avec son pokémon ? Quand je vois Nolan et le sien qui lui sert carrément d’interprète alors que mon Mangriff ne veut même pas me récupérer un objet dans la salle adjacente je me dis qu'il y a du chemin à parcourir.

Pour l'instant il est sûrement plus préférable que je m'inquiète pour mon iPok plutôt que pour l'éducation de mon pokémon. Comment se fait-il que nous n'ayons rien entendu ? Percevant certainement l'inquiétude sur mon visage, la voix douce de Nolan réapparaît dans ma tête et m'apporte des éléments de réponse. Je lève à nouveau la tête vers lui alors qu'il me parle de la probabilité qu'un Voltali l'ait ramassé et gardé, ou qu'il l'ait amené à notre professeur référent. Malheureusement semble-t-il, la deuxième solution me semble être la plus probable vue que personne n'est venu toquer à ma chambre. J'avais déjà eu cours avec le professeur Heartnett... Disons que son excentricité est, au demeurant, supportable en cours vue leur thématique, mais en tant que responsable de dortoir, j'attends de voir ce que ça peut donner. Sachant que déjà, associer l'adjectif responsable à son nom me paraît être une idée hasardeuse...

« Je pense qu'il est plus probable que monsieur Heartnett l'ait en sa possession. Malheureusement, je ne sais pas du tout comment le contacter ou bien s'il se promène souvent par ici. J'avoue ne pas avoir été très attentif aux activités du dortoir depuis mon arrivée, ni à ses membres d'ailleurs, pas à grand chose en somme... »

Alors que je lui parlais, un souvenir me revint. Dans mon école de danse nous avions eu une fois une master class sur l'expression par le corps et notamment des initiations à la langue des signes. Il doit m'en rester quelques souvenirs et il me semblerait assez logique qu'il la parle. Je recule d'un pas marchant ainsi involontairement sur la queue d'Archimède provocant chez lui un feulement très agressif et sonore. Bien fait pour lui, qu'il aille bouder maintenant. Je regarde tout fièrement Nolan, je lui fais signe de ne pas bouger et commence à signer. Je le désigne du doigt et encadre ensuite mon visage en plaçant mon pouce et mon index sur mes deux pommettes, d'une main. Je fais glisser ensuite ces deux doigts jusqu'à mon menton tout en souriant. Ce qui signifie : tu es gentil !... Ah non, ça signifie beau ! Oh l'angoisse ! J'agite mes mains dans tous les sens pour « annuler » ce que je venais de dire. Réalisant que la chose pouvait être mal-interprétée aussi, comme si je lui disais qu'il était moche. Je m'agite à nouveau dans tous les sens et je finis par laisser échapper un grand soupire, suivi d'un sourire un peu désolé. Je prends alors une grande inspiration et redresse mes épaules. Je le désigne à nouveau d'un doigt et place à ma main droite à côté de ma tête, au niveau de ma joue et la fait glisser tout en mimant des lèvres le mot gentil. Et bien ce fut laborieux...

« Je ne crois pas avoir été très clair mais je voulais simplement dire que tu étais gentil. Je trouve la langue des signes très belle, parfois plus expressive que les mots. Je t'avoue que d'entendre dans ta voix sans voir ton corps s'exprimer avec, ça me donne l'impression d'être au téléphone ! Tu as un beau corps tu devrais plus t'en servir ! Enfin... euh... En parlant de téléphone ! Comment trouver Heartnett ? »
Nolan Dèannag
Nolan Dèannag
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 36
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 951
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan   Sam 23 Avr - 6:29
Le temps que ton camarade Voltali ai fini de répondre à ta question, tu ne peux t'empêcher de le détailler un peu plus en profondeur : Le petit blond à l'air bien plus jeune que toi au premier abord, et les traits de son visage sont extrêmement fins. Son corps mince suit la même ligne directrice et dégage une idée de souplesse et de légèreté bien supérieures à celle que la plupart des élèves affichent. Tout le contraire du Mangriff à l'air renfrogné qui l'accompagne, plus trapu et dont le regard mauvais finit par te peser. Reportant ton attention sur son Dresseur, tu sens que tes doigts commencent à se mouvoir machinalement, tissant petit à petit la trame musicale qui résonne dans tes oreilles lorsque tu étudies ce nouveau venu.

Rythme Ceibo

Quelques notes répétitives , comme une hésitation pour démarrer...Un rythme plutôt lent, où différents motifs se répètent et se superposent...Une hésitation identique qui se retrouve dans chaque mesure, comme si leur propriétaire avait du mal à trouver ses mots, et avait beaucoup plus à dire qu'il ne réussissait à le faire.
Néanmoins, la réflexion du jeune garçon vient littéralement briser la partition que tu étais en train de composer, comme si un énorme cor venait de retentir au beau milieu d'un groupe de violons : Ce serait donc Heartnett qui posséderait son Ipok, à l'heure actuelle. Et pour ne rien arranger, il semble que le Voltali ignore comment se rendre à son bureau, ou comment l'aborder.
Depuis l'épisode avec les dinosaures (Dont nous ne parlerons plus JAMAIS), tu espérais ne jamais avoir à recroiser le chemin de ton référent, sans qu'une horde d'autres victimes potentielles de ses frasques ne soient présentes (à défaut de ne plus jamais le rencontrer tout court). Toujours ignorant du prénom de ton interlocuteur, tu ne vas pas pour autant le laisser tomber...D'autant qu'il constituerait un mannequin de choix pour les folies de votre référent.

(Ne t'inquiète pas, j'ai moi-même mis presque deux mois avant de seulement retenir qu'Heartnett était notre référent...Ou plutôt, deux mois à me faire à l'idée, on va dire.)

Espérons que tu ai réussi à le rassurer quelque peu. D'ailleurs, voila qui a au moins eu le mérite de le faire réagir puisqu’il commence à..Oh oh...Oh oh oh, mais c'est qu'il maitrise le langage des signes ce petit ! Après Marie, voila qu'un membre de ton propre dortoir est capable d'utiliser ton moyen de communication le moins répandue. Ça te rappelle quelque chose, hein Nolan ? Ses gestes sont un peu hésitants, mais ils ont le mérite d'être clair. Souriant très légèrement, tu focalises donc ta vision sur ses mains, afin de décoder morceau par morceau ce message qui t'amuse tant : ''Tu...est beau''.

''...''

Tu dois t'être trompé, Nolan...non? T'es vraiment sûr que c'est ça que ça signifie, cet enchainement précis ? Parce que là, ce jeune garçon aura eu le mérite de te faire buguer mentalement, si ce n'est pas le cas. Il doit y avoir une erreur, mais bien plus que le spectre des conséquences si ce n'est pas le cas, c'est un profond sentiment de soulagement qui t'envahit : Libra est en vadrouille, et même si tu es mal à l'aise, tu ne remercieras jamais assez le ciel pour qu'elle n'ai pas été présente à cet instant précis. Tu en aurais entendu parler pendant des mois à coup sûr.

(Il t'as dit que t'étais beau, Nolan ? Pourquoi tu lui dis pas pareil, il est tout mignon avec ses cheveux bouclés, lui aussi.)

(Chut, Mu, j'essaye de comprendre)

(Ben, y'a quoi à comprendre ? T'es bizarre, Nolan...)

Laissant de coté l'incompréhension du petit Abra, tu tentes de déterminer ce que veux te dire ton intercoluteur, dont les mains s'agitent si vite que la conversation devient extrêmement flou. Même son rythme a viré à l'anarchie la plus totale. Et ce n'est que lorsque le blond articule silencieusement son intention d'origine que tu laisses échapper un profond soupir amusé. Voila qui est plus clair...Mais gentil ? Un mot qui ne te définit pas souvent, Nolan. D'aucun pourrait dire que tu as souvent tenté d'aider les autres élèves. Sauf que ce n,est pas par gentillesse, loin de là : Moins ceux qui t'entourent ont de problèmes, moins il  y a de chances que ces derniers te tombent dessus par ricochet et viennent mettre en péril ta tranquillité.
Tiquant tout de même un peu sur le commentaire de ton interlocuteur sur ton corps (Tu lis bien les rythmes...Pourquoi ne pourrait-il pas lire les corps ?), tu dois reconnaitre la beauté propre au rythme de ce nouveau Voltali...Et un petit compliment de temps à autre ne fait pas de mal.

(Par ici. Avec un peu de chance, il sera tout bonnement dans son bureau. Et sinon, il ne devrait pas être très difficile de lui mettre la main dessus. Heartnett a tendance à se voir de loin.)

Tout en souriant, tu tournes les talons et lui fais signe de te suivre dans enchevêtrement de couloir du dortoir Voltali. Mu se joint à vous en voletant doucement juste derrière le Mangriff chromatique, tandis que vous vous rapprochez toujours plus de votre objectif.
Et lorsque vous parvenez enfin devant la porte, décoré en ce jour  d'une ''sublime'' pancarte bardée de fleurs violettes stylisées, tu hésites un instant. Un peu de courage Nolan, vous entrez, récupérez le téléphone et ressortez, rien de difficile...Mais pour ce qui est des risques, par contre, je ne peux rien promettre.
Le temps de prendre une profonde inspiration et tu frappes par trois fois contre le panneau de bois, regrettant presque d'entendre la voix enjouée d'Heartnett répondre à votre appel.

''Entrez, entrez, entrez ! Faites juste attention, il doit rester des chutes en travers de la porte !''

Des chutes ? Pas besoin de chercher bien loin la raison de l'étrange remarque de votre référant : La moitié de la pièce est tapissée de longues bandes de tissus violets et bleus, et une masse de rebuts bloquent pratiquement la porte que tu dois pousser plus violemment que prévu.
Heartnett est manifestement en train de préparer un nouveau spectacle et a revêtu pour l'occasion une tenue en velours violet, un haut de forme et un monocle. Rien d'anormal sous le soleil, donc...

''Vous tombez assez mal , mes garçons, je suis effroya-blement occupé ! Et ces préparatifs qui n'avancent pas, ce n'est pas du tout fabuleux ! Et en plus...Oooooh, mais qu'avons-nous là ? Ne serait-ce pas mon Roi des dinosaures ? Tu sais, Nolan, tu devrais vraiment remettre ça avec cette jeune fille si pleine de goût, j'ai justement de nouveaux costumes absolument ma-gni-fiques. mais dis-moi...qui est donc ton jeune ami?''


Focalisé sur ton camarade, Heartnett cesse pendant un instant de babiller et tandis que celui qui se présente comme Ceibo entame la conversation, ton regard vagabond tombe sur l,une des tables qui orne la pièce...Une table couvertes de costumes de rechange de tailles diverses et tous parsemés d'une multitude de paillettes.
Pourquoi la mélodie qui imprégnait les lieux de son aura de folie s'est-elle changée en une véritable sonnerie d'alarme dans ta tête ? Bonne question, mais ne t'éloigne pas trop de la porte, on ne sait jamais..

_________________
Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan   
Sociabilisation hasardeuse w/ Nolan
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :