Partagez | .
Compétition Scientifique#4 - Archéologie
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9046

MessageSujet: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Sam 26 Mar - 20:55

Competition scientifique
Rappel des règles
Pour cette compétition scientifique, la branche abordée sera l'archéologie. À votre matériel d'excavation et de duplication de fossiles car... on ne va ni creuser ni dupliquer ! Votre mission, si vous l'acceptez, sera de reconstituer le milieu naturel d'un ensemble de trois Pokémons fossiles spécialement ranimés et prêtés par l'OPPPP (Organisation pour la Protection et la Préservation des Pokémons Préhistoriques ; quel joli sigle). Ces Pokémons seront communs à tous. Il s'agit de Lilia, Amonita et Kabuto. Afin de valider votre participation, vous ne devrez que :
- Poster un unique RP de 700 mots minimum dans lequel vous décrirez votre démarche, raisonnement et enfin la façon dont vous vous y êtes pris pour reconstituer le milieu dont il est question. RP parlant, vous aurez un après-midi entier (soit de 13h à 19h) pour accomplir la tâche demandée. Il vous faudra vous servir de vos Pokémons et du milieu de façon intelligente. Mais n'oubliez pas : les surprises sont les bienvenues et généralement synonymes de bonus à la notation. N'hésitez donc pas à nous surprendre et à sortir du quotidien gnan-gnan doublé de la démarche trop carrée à laquelle on s'attend tous, on vous le rendra bien ! Néanmoins, les interactions entre membres sont prohibées étant donné que vous ne ferez qu'un seul post. Il reste cependant possible d'évoquer vaguement vos camarades ou même des PNJ, toujours sans lancer d'échange avec ces premiers.

Le ou les trophées seront offerts aux personnes ayant répondu aux attentes de la compétition tout en nous offrant un bon moment de lecture. Veillez néanmoins à ne pas démarrer votre rédaction avec une idée de défaite ou de victoire assurée, les résultats peuvent surprendre !

Un délai de trois mois vous sera accordé pour poster votre RP à la suite de ce post (soit jusqu'au JJ/MM/2016). Cette date est malléable en fonction de certains facteurs tels le nombre de participations.

Description du lieu
Vous voilà sur la plage, là où la brise marine caresse votre visage et fait voler vos cheveux (pour ceux qui en ont), où l'odeur flottante de sel titille vos narines jusqu'à vous donner un mal de crâne, où... arrêtons là. Sur cette plage, vous trouverez donc une multitude de grands aquariums qui vous serviront de maquettes pour votre projet, les Pokémons préhistoriques sous la surveillance de Pierrick (mais si ! Vous savez ! Ce champion de Sinnoh, ce Pierre qualité Carrefour archéologue et spécialiste du type roche !) ainsi qu'un Roseverte frustré (Frustration a 102 de puissance, attention !), mâchouillant sa cigarette et marmonnant Ô combien des abrutis juvéniles ne devraient pas être en charge de créatures si précieuses. Le champion d'arène ainsi que le référent Phyllali seront tous les deux présents pour répondre à vos questions, bien que le second risque de se montrer très désobligeant envers le pauvre petit élève imberbe et innocent que vous êtes...

Météo du jour : Ciel dégagé mais température plutôt basse. Le vent est frais !

Précisions supplémentaires
- Il vous est possible de faire intervenir Pierrick et Roseverte, sous condition de respecter leur caractère respectif (se baser sur les jeux et le manga pour le premier, sur la description PNJ pour le second) et de ne pas leur faire donner une impression sur votre travail.
- Contrairement à ce que l'on peut penser, vos Pokémons pourront se montrer précieux en ce qui concerne les modifications de terrain. N'hésitez pas à les exploiter (avec gentillesse) pour cette compétition.
- En parlant de vos chers amis à pouvoirs, vous ne pourrez en utiliser que trois au maximum. Réfléchissez bien avant de choisir !
- Le but n'étant pas de faire la course, veuillez poster un RP abouti et relu.
- On évite le superflu ! Ce qui est hors du cadre de la compétition ne devra aucunement prendre trop de place dans votre RP. (On se fiche de savoir comment Jean-Michel a pris sa douche, honnêtement ! Une petite mise en situation antérieure à la compétition suffit.)
- Il vous faudra vous inscrire dans le topic adéquat avant de poster votre RP.
- Votre RP sera suivi d'une balise HRP avec les informations suivantes :

Code:
Pokémons utilisés :
Points de recherche des Pokémons :
Votre impression sur le cours : question piège, coefficient 42.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 842
Points d'Expériences : 1503

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Mer 27 Avr - 17:46

Start Line !
Compétition Scientifique Δ Max

Max attrapa rapidement son sweat qu'elle passa au dessus du t-shirt à manche longue qu'elle avait enfilé quelques secondes avant. Elle s'était habillée confortablement, et chaudement, pour sa première compétition scientifique. Elle tenait à faire de son mieux et le vent frais de cette fin mars l'avait poussé à s'en tenir à du chaud. Au pire elle pourrait toujours enlever le fameux sweat. Après avoir attrapé sa besace remplit de tout ce dont elle pourrait avoir besoin, feuilles, crayons, lampe torche, bouteille d'eau, casse croûte, tout ce à quoi elle pouvait penser, elle salua sa colocataire qui lui souhaita bonne chance pour la compétition.

Le nez enfouie dans sa grosse écharpe bleu Givrali, Max traversa la salle commune avant de se faire arrêter par Jauplain qui lui donna un colis en lui indiquant que ça venait de ses parents. Intriguée la jeune fille vérifia l'heure et estimant qu'elle en avait assez pour ouvrir le colis elle attrapa un ciseau pour ouvrir la boite en carton. Elle y trouva un œuf blanc, zébré de noir dans une couveuse. Un petit mot s'y était glissé.

« Un petit cadeau pour ma chérie en l'honneur de tous les efforts que tu met dans tes études. On pense fort à toi, et j'espère que ce petit compagnon t'aidera à accomplir tes objectifs. On t'embrasse fort et bonne chance ! »

Avec un petit sourire, Max dégagea la couveuse du carton avec quelques difficultés à cause du papier bulle enroulé autour pour éviter la casse. C'était adorable de la part de sa mère et de son beau-père de lui faire un tel cadeau. Elle tendit la couveuse à Apa pour qu'il la porte étant elle même bien chargée entre Ladon, Rae, Mushu et Apsy. Elle était un véritable arbre à pokemon … Elle avait ramené l'entièreté de son équipe même si elle savait qu'il y avait une limite de pokemon utilisables pendant cette épreuve. Néanmoins, rien que les savoir à coté d'elle lui donnait du courage, ils seraient son équipe de pompom pokemon.

Après de longues réflexions, elle avait décidé d'utiliser Apa, Rae et Mushu lors de cette compétition Scientifique. Apa car il était actuellement son pokemon le plus polyvalent, il pourrait faire face à la grande majorité des événements qui risquaient de leur tomber dessus. Rae parce qu'elle voulait donner une chance à son Togepi de faire ses preuves, qu'il soit plus que le petit farceur de l'équipe. Et enfin, un choix un peu dangereux, elle avait sélectionné Mushu. Le petit Mucuscule était un véritable bébé. Il était totalement inutile, il passait son temps à dormir et à manger. Max espérait que lui donner quelques responsabilités l'aiderait à dépasser son stade de bébé éternel.

Dans le pire des cas, Apa sauverait la situation, comme il le faisait toujours.

Arrivée sur la plage en compagnie de ses camarades scientifiques, de tous niveaux, de toutes promotions, elle s'installa avec les autres face à Pierrick et Roseverte pour écouter et noter toutes les subtilités de l'épreuve. Une fois avec toute les informations en poche, chacun se dirigea vers son aquarium et sa parcelle de terrain allouée, accompagné par l'un des trois pokemons dont ils devaient reproduire l'environnement naturel. Cette épreuve était difficile, ils avaient besoin de connaissances théoriques pour en connaître un maximum sur les trois pokemons mais aussi d'imagination pour trouver comment réaliser, avec leurs moyens, leurs projets.

Les trois pokemons, Amonita, Kabuto et Lilia étaient trois anciens pokemons maritimes, il fallait donc un environnement essentiellement dans l'eau. Max regarda un moment ce qui semblait être les yeux du Kabuto sur lequel elle était tombée puis elle attrapa l'une des planches de bois à leur disposition puis elle sépara sa maquette, elle fit deux parties, une prenant facilement les trois quarts de l'aquarium, l'autre le quart restant. Elle demanda ensuite à Apa de remplir la plus grande partie de d'eau et à Rae de remplir l'autre de sable. Pendant que ses deux pokemons s'occupaient de remplir la base de l'aquarium, la jeune fille partit à la recherche de petites pierres et autres bricoles qu'elle pouvait trouver sur la plage avant de faire un tour parmi ce qui leur était prêté pour l'occasion. Mushu sur son épaule s'était à nouveau endormit à son plus grand désespoir, elle aurait dut prendre un autre de ses pokemons … Son équipe était sagement installée à proximité de sa zone, le Draco s'était enroulé autour du nouvel œuf.

Elle retourna auprès de son aquarium qui commençait à ressembler à une véritable plage. Apa avait parfaitement compris ce qu'elle voulait faire et il avait laissé le niveau de l'eau inférieur à celui du sable. Max enleva délicatement la démarcation terre et mer pour reproduire la bordure réelle qui existait. Elle ajouta une fine couche de sable en fond marin dans l'eau puis elle resta un moment indécise. Elle ne devait pas passer tout son temps sur la maquette … Le produit final serait bien plus long à faire. Elle devait trouver des idées le plus rapidement possible. En observant son pokemon fossile et ceux des autres une chose la frappa. Ils semblaient fait pour se dissimuler et attaquer leurs proies depuis les fourrés. Il fallait donc faire un fond marin et une plage très chargés, avec plein de cachettes. Un peu rassurée par son idée, elle commença à poser délicatement des cailloux dans son aquarium, formant des petites grottes et cachettes.

Concentrée sur la disposition de ses rochers pendant que son équipe était partie à la recherche de feuilles, lianes et petites plantes, elle ne remarqua pas l'arrivée du champion de type roche derrière elle. Elle lâcha un petit cri surpris, lâchant sa pierre dans un plop imprévu. Pierrick eut un léger rire avant de s'excuser.

- Excuse moi, je pensais que tu m'avais entendu arriver … Alors, parle moi un peu de ton projet.

Nerveuse, la jeune fille lia ses doigts. Elle avait pas prévu ça elle. Elle avait certes progressé dans sa timidité, mais elle venait de se ridiculiser devant un des juges de sa compétition … Moyen la première impression. Elle se mordit la lèvre sous le stress avant de commencer à parler.

- Huuum, désolée, j'ai tendance à être dans une bulle quand je travaille … Euuh. Pour ce qui est de mon projet, j'ai prévu de faire un environnement principalement aquatique étant donné que les trois fossiles sont justement des habitants des grandes profondeurs. Ensuite, j'ai remarqué que leurs physiques étaient propices à se camoufler. Du coup, je pense qu'un environnement riche en cachette, grottes, feuillages, plantes, est le plus adapté. En plus, on sait qu'à l'époque de ses pokemons, la végétation était feuillues et denses, un peu comme dans certaines îles de l'archipel Orange. Je compte m'en inspirer un peu. Et euuh, voilà ?

Le champion regarda un moment son aquarium avant d'hocher lentement de la tête.

- Fait attention à ton temps. Ton projet est ambitieux.

Elle acquiesça avant de se replonger dans la confection de son aquarium. Elle allait devoir mettre son perfectionnisme en veille pour avoir le temps de finir. Tant pis si sa maquette n'était pas parfaite, elle devait se concentrer sur le projet à taille réelle. Après un dernier petit quart d'heure passé sur la perfection de son aquarium et modèle, transformant le tout en petite forêt vierge, elle se retourna vers sa parcelle totalement vierge de plage. Elle jeta un regard à son iPok. 14H30. 1H30 sur sa maquette. C'était peut-être un peu beaucoup, elle voyait que pas mal de ses camarades avaient déjà commencé à travailler leurs parcelles. Il était temps de s'y mettre. Elle retira son sweat, à mesure que le temps passait, le temps se faisait plus clément, malgré le vent frais. Elle commença par délimiter clairement les dimensions de son travail. La majorité de son travail se passerait dans l'eau, encore une fois j'ai envie de vous dire. Elle envoya Apa déblayer la zone pendant que Mushu faisait, plus ou moins, de même avec la plage. Enfin, Rae et elle était partis chercher tout ce dont ils avaient besoin pour construire. Heureusement, l'association avait prévu de nombreux objets différents. Des plantes, des faux récifs, des fausses pierres. De tout. Max attrapa un des chariot qui leur étaient proposé pour transporter plus facilement leur matériel. Enfin facilement c'était relatif car tirer un chariot à roulette dans du sable … Ben c'est pas pratique du tout. Heureusement que Rae malgré sa petite taille, était un champion pour porter des choses lourdes. C'était bien pour ça qu'elle lui avait demandé de l'aider pour cette étape. Elle attrapa des plantes, les plus tropicales possibles, des faux récifs et elle reviendrait pour les plantes sous-marines. Elle ne voulait pas les abîmer en les laissant trop longtemps hors de l'eau.

La jeune fille retourna donc avec plus ou moins de facilité, l'idée des chariot n'était peut-être pas la meilleure … Arrivée à sa parcelle, elle eut la surprise de découvrir que Mushu c'était tout simplement endormit sous les cris de son équipe. Elle secoua doucement la tête avant de le déposer sur son sac à coté d'elle. Elle n'en tirerai rien ... Tant pis, elle avait fait une erreur. Elle devrait se débrouiller avec Apa et Rae. Elle avait confiance en ses deux pokemons et avec un peu d'espoir, Mushu aurait un sursaut de vie et viendrait les aider. C'était beau les rêves d'une jeune fille innocente … Elle but une gorgée d'eau et s'attela déblayer la plage avec son Togepi. Puis pendant que Apa commença à retailler les faux récifs à l'aide de ses coquillages, elle disposa les plantes tropicales sur sa portion de terrain. Ils n'avaient évidement pas le droit de planter réellement les plantes, du coup, la jeune fille creusait des trous à mi profondeur des pots des plantes, pour les dissimuler un minimum. Le reste était plus ou moins dissimuler par les fougères ou du sable. Elle s’entêta un moment à faire une sorte de mini-lac vers l'extrémité la plus éloignée de la mer les faisant se rejoindre par un petit ruisseau zigzagant entre les nombreuses plantes. Ça commençait à ressembler à ce qu'elle voulait. Il y avait une démarcation séparant la zone en trois, la forêt tropicale au fond, la plage et la mer. Elle n'avait mit qu'une bonne heure pour cette partie. Il lui restait donc … 3h30 pour finir. Ça devrait le faire ? Elle espérait.

Elle alla rapidement se changer pour enfiler une tenue de plongée et un masque pour respirer tranquillement. Pendant qu'elle et Apa s'occuperait de la partie sous-marine, Rae réglerait les derniers détails pour l'extérieur. Mieux recouvrir les pots, enlever des plantes en trop, donner un aspect un peu plus plage à l'endroit. Moult petits détails qui convenaient parfaitement au domaine du Togepi. Et peut-être qu'il motiverait Mushu …

À l'aide de sa loutre, elle amena les faux récifs sous l'eau. Le pokemon fossile les suivit, semblant immédiatement plus à l'aise sous l'eau. Ça la conforta dans son choix de tout miser sur le coté marin des pokemons. Elle installa avec plus ou moins de difficulté les massives constructions. Une fois son fond marin terminé, pour le gros du travail, elle sortit de l'eau pour récupérer les plantes. Le coin était bien triste actuellement, juste recouvert par des galeries et des cachettes composées de fausses pierres. Il fallait un peu de verdure pour faire vivre l'endroit. Elle disposa les colorées fleurs marines, ajouta des algues et autres lianes. L'aspect général de sa réalisation plaisait beaucoup à la jeune fille. Elle avait fait attention à utiliser principalement des couleurs qu'on retrouvait sur les trois prédateurs sous marins, afin de leur permettre une chasse plus simple. En effet, si leur évolution dans le temps leur avait donnée de telles couleurs ce n'était pas pour rien. Leur environnement était de toute évidence des même couleurs. Elle s'était principalement basée sur les couleurs vives de Lilia dont l'apparence la faisait passer facilement pour une fleur.  

Elle ressortit de l'eau juste à temps pour entendre un retentissant « TERMINE ». Elle était satisfaite de son travail. Et c'était sûrement le plus important. La bordure entre mer et terre avait était particulièrement soignée et que l'on comprenne facilement qu'il y avait autant, sinon plus de travail sous l'eau qu'en dessus. Elle espérait qu'on comprendrait ce qu'elle avait voulut faire. Un véritable bout d'île tropicale. Forêt, plage et mer. Elle se sécha et se rhabilla. Elle rendit le Kabuto qui l'avait discrètement accompagnée tout le long de la journée, avant de rentrer à son dortoir. Elle avait hâte d'avoir les résultats. Il lui semblait qu'elle avait fait du bon travail mais elle voulait un retour de professionnel sur ce qu'elle avait fait. Le sujet de l'épreuve du jour l'intéressait énormément, c'était une des choses dans lesquelles elle devait se spécialiser pour atteindre son but. La réinsertion des pokemons fossiles dans un milieu naturel déjà existant. Etudier ce qui avait été leurs milieux naturels était pour ainsi dire indispensable pour trouver le milieu actuel qui leur serait le plus adapté.

Non décidément c'était terriblement intéressant et elle espérait que les prochains cours suivraient la lignée de cette compétition. En attendant, elle avait un nouveau compagnon à protéger. Le petit bout de chou qui sommeillait dans l’œuf devait être dorloté comme jamais.  
© GASMASK


Pokémons utilisés : Mushu (Mucuscule) ; Rhaegal (Togepi) et Apalala (Mateloutre)
Points de recherche des Pokémons : Mushu > 4 points ; Rhaegal > 4 points et Apa > 6 points.
Votre impression sur le cours : Alors, franchement, trop contente de tomber sur Archéologie pour ma première compétition Scientifique. En plus le thème de la compétition est pile dans ce que je veux faire faire à Max, à savoir tout ce qui est réinsertion des pokemons fossiles dans la nature et tout ça. Bref, cette compétition est pile poil ce qu'il me fallait pour continuer à développer Max. Donc pour moi c'est un C'EST TROP COOL JE VOUS AIME. Sinon, je sais pas trop quoi ajouté sinon que c'était franchement cool à écrire et que c'est une compétition à laquelle je ne m'étais absolument pas attendue, du coup c'est cool parce que les surprises c'est cool et que ben voilà, c'est une surprise. Du coup j'arrête mon blabla dans sens ici et on croise les doigts pour Maxouille /pan/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 828

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Lun 16 Mai - 22:55

Rodrigue soupira en avalant une barré de céréales (avec supplément chocolat) Son jumeau l'avait retenu toute la matinée, voulant absolument entraîner son Obalie. Et le scientifique avait beau eu lui dire maintes fois qu'il avait une compétition importante à peine quelques heures plus tard, le dresseur ne s'était pas démonté et lui avait rétorqué que "ça fait bien une semaines que t'es là dessus c'est pas pour une demi-heure de panique en plus que tu allais devenir super bon, hein. Et puis un entraînement ça te videra la tête". Las, le Phyllali avait sorti Polarhume et s'était astreint à combattre du mieux qu'il pouvait.

Ah les compétitions... Il avait commencé par être pressé de les voir arriver mais était maintenant plus qu'anxieux à l'idée de participer. Surtout à une compétition d'archéologie, c'était le travail de Max, du préfet, d'Orren. Autant dire qu'il n'avait virtuellement aucune chance de s'en sortir. Puisqu'il avait eu un peu de temps depuis l'arrivée de son cher frère, il avait lu le maximum de bouquins à propos de cette discipline qui n'était pas sa tasse de thé. Les fouilles, très peu pour lui depuis ses premiers déboires. C'est donc après avoir pris du retard sur son repas qu'il s'était dirigé vers la plage, laissant Luxio et Shaofouine au dortoir histoire qu'ils distraient le jumeau. C'était peut-être pas plus mal de ne pas les avoir dans les pattes, en effet.

Finalement arrivé sur la plage (Arceus soit loué, elle était proche du dortoir), le blond fut encore plus désespéré par la foule compacte qui s'était déjà rassemblée. Avec quelle sauce allaient-ils être mangés ? Chasse au trésor dans le sable ? Recherche sous-marine ? Tamisage et recherche d'or ? Bon déjà, le ju...ry. Roseverte, joiiiiiie. Et Pierrick ?! Pourquoi sa région d'origine ne cessait-elle pas de le poursuivre à tout bout de champ à la fin ? Se passant une main dans les cheveux, l'adolescent nota avec soin l'intitulé, reprenant des couleurs en le relisant. Mais mais mais... C'était quasiment plus de l'éthologie que de l'archéologie, ça ! MAIS C'EST GENIAL !

Donc il disposait d'un grand aquarium, de trois de ses Pokémon et il devait créer un environnement propice à trois Pokémon fossiles. Bien. Amonita, Kabuto et Lilia. Pas si évident, les trois étaient certes aquatiques, mais avaient vécu à des époques différentes, mais surtout à des profondeurs différentes : Lilia plus proche de la surface pour attraper ses proies et profiter peut-être de la première forme de photosynthèse existante, Amonita accroché à des reliefs à mi-profondeur et enfin Kabuto sur le plancher océanique, enfin presque. Il fallait commencer par faire la liste de ce dont il avait besoin... Déjà de quoi tapir le fond du réceptacle, puis il faudrait créer un relief, en pierre si possible. L'eau ne serait pas un problème grâce à Ludicolo. Le plus dur serait certainement de finir dans les temps : cinq heures allaient être peu.

Venait maintenant le moment de choisir ses trois travailleurs de l'extrême. Ludicolo déjà, pour des raisons pratiques ainsi que Gringolem, qui pourrait fournir la terre nécessaire. Tant pis pour les roches volcaniques qui constituent l'environnement naturel des fossiles, il faudrait faire avec de bons vieux cailloux. Le dernier membre serait donc... Euuuh... Inutile de sortir les Pokémon Vol, Polarhume ne serait certainement pas très utile... Ne restait que Pyronille qui... se rendrait bien utile d'une façon ou d'une autre, hein ! Maintenant que la décision était prise, il allait falloir briefer les troupes.

Toujours armé de son fidèle bloc-notes, le blond commença à noter toutes les informations qui lui passaient par la tête concernant le projet. Déjà, il était sûr de répartir l'aquarium en trois strates correspondantes aux trois témoins qu'il devait satisfaire. Ensuite, il fallait rentrer dans les détails. Pour Lilia, une roche de base, pas trop lisse afin que le végétal puisse s'y accrocher, créant des parois avec une inclinaison de 10 à 30 degrés afin qu'il soit correctement positionné pour attraper des proies. L'eau devrait être un peu plus chaude et pourquoi pas avoir quelques algues. Ca serait le plus facile, vu que l'ornithorynque n'aurait qu'à aller chercher un rocher déjà présent sur le littoral proche, ce qu'il s'empressa d'aller sécuriser avant que tout le monde n'ait la même idée. Ensuite, Amonita. Une roche plus poreuse serait nécessaire, avec de petites cavités pour que le Pokémon puisse s'y reposer. Il y réfléchirait plus tard. Enfin, Kabuto aurait besoin d'une couche de sable et de terre dans laquelle il pourrait s'enfouir et chercher de la nourriture (d'où les griffes) et une eau plus froide afin de ne pas le choquer thermiquement. Les deux extrêmes étaient bien sûr les plus difficiles à gérer, Amonita étant une espèce qui se contentait de peu, la seule raison de sa disparition étant le poids improbable de sa coquille.

Vérifiant un petit coup l'heure, Rodrigue fit quelques bonds : il n'avait pas pensé prendre autant de temps pour simplement faire ça ! Fort heureusement, ses Pokémon avaient bien avancé les premières tâches qu'il leur avaient confié : une bonne collection de rochers et d'algues de la part de Ludicolo, pendant que Pyronille et Gringolem ramenaient assez de sable pour recouvrir le fond de l'aquarium, en le mélangeant à de la terre (merci Coud'Boue, qui aurait cru qu'une attaque spéciale sur un Pokémon physique se révélerait si utile?) La larve creusait à toute vitesse, histoire de tout bien répartir. Les deux plus grands Pokémon installèrent donc ensuite le plus gros rocher et commencèrent à former l'entassement de pierres qui allaient être reliées à grands renforts de Vampirisme et de Giga-Sangsue afin de tenir comme il le fallait. Pyronille creusait aussi les petites cavités prévues sur à la mi-hauteur, transformant l'endroit en un petit gruyère où d'autres espèces pourraient prospérer et ainsi servir de nourriture à terme, afin d'intégrer une chaîne alimentaire complète. Quelques galets furent disposés sur la partie la plus « vide » du récipient. C'était le moment de commencer à remplir d'eau, donc celui de retirer chaussure et pull, de remonter son jean et de grimper avec l'ornithorynque dans la cage de verre, la larve restant sur la partie intermédiaire et le robot servant de porteur pour envoyer la suite des décorations. Pendant que le premier tiers se remplissait, un certain Champion d'Arène passa près de l'oeuvre en construction.

- Olah ! On dirait que ça part pour la pêche aux Kokiyas ici !
- Euuh... On prépare juste le plancher pour Kabuto, là. Ensuite les habitacles pour Amonita puis la base pour Lilia. On terminera par la décoration et l'habillage pour rendre l'ensemble plusproche d'un milieu naturel.
- Oh je vois. Bonne chance !

Et ainsi repartit le Champion de Charbourg. Haussant les épaules, le blond se remit au travail, remuant un peu le sable et la terre mélangés afin d'aérer le tout. Quelques rochers supplémentaires feraient une sorte de petite caverne pour le repos du fossile. Bien. Il ne manquait... rien, vu que normalement Kabuto n'avait pas de plantes dans son environnement... Sortant Pyronille du bocal, il laissa Ludicolo augmenter la pression, en surveillant que les cavernes tenaient bien. Les débris résiduels qui s'en allaient étaient repoussés sur le fond, ce qui ferait d'autant plus naturel Cette fois, on aurait le droit à de la mousse et quelques algues qui permettraient au Pokémon à spirale de s'accrocher et de se protéger. Enfin, il fallait maintenant remplir presque jusqu'à immersion totale. Un morceau du rocher dépassait, ce qui était plus logique et pouvait servir à aménager une nouvelle petite plage. Vu la progression en diagonale du récif, chaque Pokémon pourrait se placer à la distance du littoral qui lui convenait le plus. La partie la plus proche du soleil reçut une collection complète d'algues, de mousse et d'autres végétaux flottants. Sortant avec l'aide de Ludicolo du bocal, Rodrigue hocha la tête, plutôt satisfait du résultat. Il ne restait plus qu'un petit détail mais d'abord il se changea, remerciant Tropius qui était allé prendre une autre tenue au dortoir. Rester trempé, très peu pour lui. La girafe-banane repartit ensuite, très occupée à profiter de la brise. En parlant de brise, le temps était frais et c'était ce qui amenait à sa touche finale. Le plus gros problème qu'ils allaient avoir était la qualité de l'eau : si le mélange d'eau de mer et d'eau de Ludicolo était correct du point de vue de la composition et des nutriments apportés par le décor d'origine, il y avait deux gros problèmes dont il n'aurait jamais eu conscience si il ne s'était pas occupé si souvent de Graal, le Relicanth de Roseverte. Premièrement, la température de l'eau : elle n'était pas assez chaude sur le dessus. Deuxièmement : le surplus de lumière sur la zone inférieure qui était le fait des parois en verre. Pas de radiateur ni de lumière à éteindre ici (surtout que la strate de surface en avait besoin) il allait donc devoir ruser. Il ne lui restait plus longtemps et la larves allait être mise à rude épreuve.

C'est donc avec un regard étonné qui beaucoup d'élèves relevèrent la tête quand ils entendirent d'affreux grincements, juste pour voir un Dresseur, posé sur un nénuphar flottant à la surface de son aquarium, tirant du fil d'un Pyronille en pleine crise de panique car tenu juste au dessus de l'eau par ledit nénuphar. La furie de l'insecte lui faisait continuer une attaque Nitrocharge qui réchauffait l'eau aux alentours tout en crachant des Sécrétion à n'en plus finir. Le chercheur ressemblait le tout en pelotes qu'il balançait au dehors, où elles étaient récupérées par un petit robot qui les déroulait ensuite autour de la base du bocal, formant ainsi un filtre à rayons solaires. Une dizaine de minutes avant la fin du temps réglementaire, la troupe descendit (Pyronille s'étant finalement tût) et finit le tour en découpant une ouverture refermable dans le filtre afin de pouvoir observer le Kabuto. Après une dernière vérification tout était prêt, et juste à temps a priori. Bien crevé, le Dresseur se laissa tomber dans le sable, pendant que Pyronille boudait.

Restait ensuite le temps de la notation... Bon il avait encore le temps. Finalement il s'était bien fait peur pour rien, ce n'était pas si terrible. Heureusement pour lui que ça se rapprochait de l'éthologie finalement. Le milieu naturel des Pokémon ça l'intéressait. Après, il n'était certes pas un spécialiste des fossiles, mais il espérait ne pas avoir fait de grosses bourdes. Et puis au pire ça serait toujours formateur. Et finalement, il s'était plutôt bien amusé ! Ludicolo (qui dansait, un Pyronille plus ou moins évanoui dans les bras) semblait lui aussi avoir passé un bon moment, et le petit robot était aussi plutôt content. Enfin si il interprétait bien ses bruits mécaniques. Bon allez, haut les cœurs ils avaient fait tout ce qu'ils pouvaient. Avec une moue, le scientifique nota qu'il devrait aller remercier Roseverte pour ses enseignements (bien qu'à son insu) … Ouais non, il n'irait que remercier Graal. C'était grâce à lui qu'il avait pu porter les détails qui, pour lui faisaient le plus de son projet. Bref, vivement l'année prochaine ! Et pitié, que ça ne soit pas une épreuve de mécanique !

HRP:
 

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 42
Jetons : 13160
Points d'Expériences : 1065

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Ven 27 Mai - 10:12

Une compétition presque préparée

Je me réveil en sursaut avec la désagréable impression d’oublier un truc. Je lève les yeux au plafond. Oui, je suis sûr de zaper un truc important là… Je rabats ma couette sur le côté. Définitivement, quelque chose manque à l’appel. Je réfléchis… BINGO ! La compétition Scientifique ! Ohlalalalala ! Il faut que je me dépêche ! Je suis déjà méga à la bourre. Je prends à peine le temps de m’habiller, de sauter dans mes tongs -oui, la seule paire de chaussure qui m’est apparue sous les pieds …- et d’attraper mon sac fourre-tout que je suis déjà dehors. Un très beau temps illumine cette journée, même si le fond du vent reste frais. Je ne fais même pas attention à mes trois Pokémon qui ont décidé de me suivre sans même connaître ma destination. Vivaldy, ma Haydaim, galope sur mes talons, accompagné par Maky, le Sablaireau et Frey, le petit Moustillon.

Je tente de rattraper mon retard, heureusement le point de rendez-vous sur la plage est vraiment à deux pas du dortoir des Phyllalis, ce qui m’arrange grandement. J’arrive, essoufflé devant notre cher Roseverte -d’une humeur massacrante- et… un inconnu qui semble s’appeler Pierrick. J’ai beau fouiller dans ma mémoire, ce Pierrick ne me revient pas. Pas le temps de tergiverser néanmoins, il se met à nous expliquer notre mission du jour juste après les sympathiques compliments de mon référent, humiliation devant la foule de scientifiques attroupés.

“ _ Y aura-t’il un jour où je pourrais compter sur toi, Mightley …?” et il se met à mâchouiller sa cigarette encore plus fort. Je me demande comment il ne finit pas par l’avaler. Et je me demande s’il se rappel que c’est moi qui l’ait sauvé du repère de la Team Rouage. Techniquement, il m’en doit toujours une. Et se ne sont pas ses punitions qui comptent ! Bref, je reporte mon attention sur Pierrick.

“ _ Donc, aujourd’hui, vous allez devoir tenter de reconstituer les milieux de vie de trois Pokémons fossiles. J’ai nommé : Lilia, Amonita et Kabuto. Vous pouvez réaliser vos maquettes dans ces aquariums et utiliser trois de vos Pokémons. Nous serons chargé d’observer vos démarches. Bon courage !”

Je sens mon corps entier se tendre. Ok, je me suis inscrit à une compétition, mais je ne pensais pas qu’une telle pression tomberai sur mes épaules ! Il nous a dit quoi ? Des pokémons fossiles ? Lilia, Amonita et Kabuto ? Je fouille à nouveau dans ma mémoire. Je ne sais même pas de quels types ils sont. De là à reconstituer leur milieu naturel… Me voilà bien tiens ! J’adresse un petit sourire aux deux surveillants, Roservete a déjà détourné le regard et Pierrick à le nez rivé sur son calepin, comme s’il avait déjà commencé à prendre des notes à mon sujet. Ils ne me seront pas d’un grand secours… je le crains. Je m’éclaircis la gorge et m’avance vers le matériel mis à notre disposition.  C’est un peu le bazar, chacun prend l’aquarium qui lui revient et je suis dans les derniers à trouver le miens. Je regard en l’air, espérant être touché par la grâce d’Arceus. Rien ne vient. Je regarde à droite et à gauche, espérant pouvoir copier sur mes voisins. Leurs intentions ne sont pas claires… ils ne semblent pas vouloir me lâcher le moindre indice.

Bon, Aaron, fait pas le con non plus. Ce sont des Pokémons Préhistoriques. Techniquement, ils devaient vivre dans des cavernes, ou dans l’eau. De toute façon, il faut bien que je fasse un truc. Je demande donc à Frey de remplir d’eau une partie de l’aquarium. J’indique également à Maky de creuser une digue vers le milieu pour que l’autre partie reste sèche.  Malheureusement, le sable engloutit bien vite toute l’eau déversée par mon Moustillon. Je lui demande d’arrêter pour éviter qu’il ne se fatigue trop vite. Me voilà déjà désemparé face à cet obstacle. Sans réelle conviction, je demande à Haydaim de recouvrir le sol d’un Vampigraine. Quant à moi, je me dirige vers les grands palmiers. Grimper aux arbres ne m’a jamais posé problème. Cela me fait repenser à ma première rencontre avec Max. Sur un coup de tête, j’étais monté à un cocotier pour lui faire goûter une noix de coco. Aujourd’hui, c’est pareil, mais… avec largement plus de pression. Je prends mon inspiration avant de me mettre à grimper contre le tronc. Ce sont des arbres plus difficiles à monter, étant donné qu’ils ne comportent pas de branche. Mais, une fois la technique acquise, ils sont peut-être les moins fatiguant. J’arrive rapidement au sommet et arrache une dizaine de grandes feuilles. Je me laisse glisser jusqu’en bas du tronc où Vivaldy m’attend. Je lui tends quelques branches pour qu’elle m’aide à les transporter.

Nous revoilà donc face à mon aquarium, il est désespérément vide alors que ceux d’à côté commencent à prendre forme. J’hausse les épaules, c’est pas comme si je cherchais à devenir Archéologue. Le sol de ma mer est maintenant recouvert d’une fine couche d’herbe, due au Vampigraine. J’entasse au dessus les feuilles de palmiers et demande à nouveau à Frey de le remplir d’eau. Cette fois-ci, celle-ci reste bien en place même si elle est teintée d’un marron assez moche. Bah ! Je suis sûr que dans l’ancien temps, les Pokémons ne se baignaient pas dans une eau limpide ! Peut-être même qu’ils apprécieront les quelques algues qui se promènent ça et là. Et, au moins, cela leur fait un peu de nourriture. De l’eau, de la bouffe, voilà qui en fait déjà un environnement vivable. Pour peu qu’ils soient herbivores. Mais ça, j’en ai définitivement aucune idée. De toute façon, je ne vais pas introduire des espèces animales, ça me prendrait beaucoup trop de temps pour les capturer.

Bon, même sans connaître leur type et en partant de l’hypothèse qu’ils rampent tous au sol comme des larves, il va leur falloir un abri. Et où fait-on de l’Archéologie ? Dans des grottes ! Oui, merci ! Bravo. Félicitations. Excellente déduction. Voilà qui m’arrange, construire une cabane dans les arbres aurait été plus compliqué. Là, je sens que j’ai largement les outils en mains pour réaliser une grotte. J’indique à Maky d’utiliser son jet de sable pour remplir la partie gauche de l’aquarium d’un immense tas de sable. Et comme je suis un pro des châteaux de sable, il me vient à l’idée de mouiller légèrement l’ensemble pour qu’il devienne plus malléable. Grâce à l’aide de mon Moustillon, le faux rocher commence à prendre forme. Je me lance même dans la sculpture en creusant les détails de la roche, sous les regards exaspérés de mes compagnons. Une fois mon chef-d’oeuvre terminé, je demande à Vivaldy de lancer Lance-Soleil pour durcir le sable. Certes, il durcit, mais c’est un bel echec lorsque je me rends compte qu’il fait s’effriter tout les petits détails de la roche que je m’étais acharné à réaliser ! J’ai presque envie de pleurer… je viens de perdre tant de temps ! Mais bon, pas le temps pour les enfantillages ! L’aquarium doit être fin prêt pour la fin d’après-midi et il me reste toute une caverne à creuser !

A vrai dire, ce n’est pas ce qui me fait peur. Maky utilise rapidement son attaque Tunnel dans le sable sculpté. Voilà que nous avons un joli trou dans cette roche meuble. Je le remercie d’une caresse et pénètre dans l’antre pour vieux Pokémons. L’espace est trop étroit à mon goût, alors je me met à creuser une jolie tanière pour que, même moi, je m’y sente à la maison. Je dégage plusieurs kilos de sable avant que Vivaldy ne lance une nouvelle compétence pour durcir le sable à l’intérieur. Voilà ! Il fait bon vivre dans cette caverne ! Néanmoins, il manque des éléments pour que cela me fasse réellement penser à une grotte. Ma Haydain lance un nouveau Vampigraine mais au plafond cette fois. Par la gravité, des lianes commencent à se former et retombent presque jusqu’au sol. Cela donne un peu de fraîcheur à l’environnement. C’est parfait. Il ne nous manque plus qu’une toute petite chose à voir.

Je ressors de ma grotte. Je test la solidité du sable, bizarrement, il est assez dur pour supporter mon poids. Je grimpe donc sur le haut de la caverne pour creuser une petite cuve. J’invite Moustillon à me rejoindre et à la remplir d’eau. Je la recouvre de sable et l’eau s’y mélange, donnant un toit beaucoup plus meuble. Reste à savoir si cela a été efficace ! Je dégringole de la structure pour m’enfoncer à nouveau dans la grotte. Il y fait bien plus humide et des petites gouttes perlent le long des lianes récemment formées. Je souris, ma technique est une réussite !

Je gagne pour la dernière fois la sortie de la caverne. J’efface mes traces de pas, ainsi que celles de mes Pokémons et je tente de rendre le tout le plus harmonieux et le plus réaliste possible. J’ajoute donc quelques touffes d’herbe ça et là. Mais également des petits rochers pour donner un aspect minéral à la scène. Je referme le grand aquarium derrière moi pour contempler l’ensemble de ma réalisation. Sur la droite s’étend un petit lac de moins d’un mètre de profondeur. On distingue les algues même à travers l’eau trouble mais les feuilles de palmiers sont invisibles. En remontant sur la gauche, le sable reprend ses droit et offre une petite parcelle de plage où sont posés quelques cailloux et brins d’herbe. Enfin, tout à gauche de la réalisation, se dresse une grotte dont l’effet visuel donnerait presque l’impression d’un véritable rocher. En prêtant attention aux bruits environnements, on peut entendre les clapotis de l’eau ruisselant le long des lianes à l’intérieur.

Je souris à mes Pokémons. Je suis fier du résultat. J’éponge mon front de mon avant bras avant d’aller rejoindre les autres. Le temps impartit est terminé, le jury désignera le gagnant dans les prochains jours. Je sais que j’ai peu de chances de grimper sur le podium. De base ne pas connaître les types des Pokémons pour lesquels nous devions fonder un environnement ne simplifiait pas la tâche. Néanmoins, avec un peu de déduction et d’oeillades sur les voisins, il était possible de rendre quelque chose.    
Aaron S. Mightley


HRP:
 

_________________

PHYL THE POWER


Le couple le plus improbable avec... une fille


Dernière édition par Aaron S. Mightley le Dim 19 Juin - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3522-0256-aaron-stuart-mightley-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3525-aaron-stuart-mightley-phyllali
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 2032
Points d'Expériences : 1046

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Ven 27 Mai - 14:35


Bored of being bored because being bored is boring.
Compétition Scientifique


Sirius n'avait aucune idée de la raison de sa présence ici. Vraiment aucune. D'où avait-il décidé que s'inscrire à la compétition Scientifique était une bonne idée ? Franchement, assis sur son morceau de plage, devant son aquarium, il n'avait aucune idée de ce qu'il était sensé faire. Il avait comprit qu'il devait reproduire l'environnement des trois pokemons fossiles qui avaient été répartit entre les élèves. Et lui, il se retrouvait avec une plante bizarre qui le regardait étrangement. Il avait même un peu peur, tellement qu'il avait gardé sa Neitram avec lui en garde du corps.

Il baissa les yeux sur son équipe du jour. Belté et Véga serait ses supports là où Murzim serait sa protectrice. Il resta toujours éloigné du pokemon prêté. Il connaissait pas ces pokemons en réalité. Il ne s'y connaissait pas du tout en fossiles, il ne voyait pas trop l’intérêt de s'intéresser à des trucs aussi vieux. Après tout, s'ils avaient disparus c'était bien pour une raison ? Il  avait presque envie de s’allonger dans le sable et bronzer jusqu'à la fin de l'épreuve mais si ses parents l'apprenaient … Il n'avait pas envie de devoir quitter l'Académie à cause d'une erreur aussi stupide, déjà que la situation était tendue à cause de son premier parcours … Il soupira.

Il était pas dans le Tadmorv. Qu'allait-il bien pouvoir faire pour rendre quelque chose d'à peu près propre et pas trop stupide ? Bon, il était quelle heure avec tout ça ? Il avait bien perdu une demi heure. Il se motiva et se donna une autre demi-heure, un carnet et de l'observation pour trouver une idée réalisable rapidement.

Il regarda le pokemon face à lui. Un Lilia donc. Une sorte de pokemon qui pouvait se cacher dans les plantes sous marines pour atteindre sa proie ? Ou même qui pouvait se cacher dans les plantes tout court nan ? Il avait aucune idée de ce qu'était le fichu milieu de vie de ces pokemons. Il soupira d'agacement. Il en avait déjà marre et il réfléchissait depuis à peine deux minutes.

Il jeta un œil sur les autres pokemons qui étaient prêtés aux personnes autour de lui, le Kabuto était totalement flippant, et une sorte de curiosité morbide donnait envie à Sirius de voir ce qu'il y avait sous la carapace de la chose. Et enfin il y avait Amonita. Les trois pokemons avaient l'air d'être des pokemons prédateurs. Un sourire se dessina sur les lèvres du Noctali. Il avait enfin une idée. Il appela sa Capumain et lui murmura son idée, ricanant ensuite en cœur avec elle. Elle s'éloigna pour commencer ce qui serait sa tâche au moment où le Champion et Roseverte s'approchaient de lui.

Roseverte ne l'aimait pas. Du moins, Sirius en avait l'impression mais Roseverte n'aimait personne donc il se disait que c'était pas si grave. Le professeur leva un sourcil orgueilleux en le voyant assis dans le sable, son carnet sur les genoux. Il allait …

- Et bien, Powell ? Vous ne vous sentez pas concerné par la compétition ?

Le visage de Sirius se para d'un sourire malicieux, celui que les profs détestaient car il signifiait clairement « J't'écoute pas, j'en ai rien à faire de toi. ». Son attitude devint instantanément charmeuse comme il savait si bien le faire. Il n'aurait certainement pas le Profs des verts de son coté mais s'il pouvait convaincre Pierrick qu'il valait le coup ça ne pouvait que lui servir.

- C'est pas vraiment ça professeur, c'est surtout que je m'y connais pas du tout en archéologie, du coup plutôt que de faire n'importe quoi dès le début, je préfère perdre du temps à analyser les pokemons pour compenser mon manque de connaissance. Je ne suis dans la spécialité que depuis si peu de temps … Je me devais de compenser ce manque …

Un petit sourire contrit et le Champion venait tapoter son épaule avant de lui donner quelques encouragement.

- Tant fait pas trop, je suis sur que tu vas réussir à faire quelque chose de bien, mais tarde pas trop à commencer, le temps passe vite.

Sirius hocha vivement la tête glissant un sourire au Champion et un clin supérieur au professeur une fois le premier partit. Boom, un point pour lui. Puis même s'il le saquait pendant les notations, il n'en avait pas grand chose à faire, c'était qu'un truc scientifique, c'était pas comme la compétition Coordinateur. Il secoua doucement la tête. C'était pas le moment d'y penser, il passa doucement sa main sur la pokeball de sa Floette en soupirant doucement.

Il termina rapidement son croquis, passa sa tête au dessus de sa Capumain pour voir comment elle avançait dans son travail, avant de se concentrer sur l'aquarium. Il siffla sa Neitram qui commençait à s'ennuyer et qui donc commençait à s'avancer vers les autres élèves pour jouer avec leurs cervelles  et souvenirs. Et si … Il pouvait pas lui demandait de prendre un souvenir à propos de la Compétition pour lui implanter pour en savoir plus sur les trois pokemons ? Non, il secoua vivement la tête, étonné d'avoir jamais put penser à ça. C'était horrible, il connaissait la sensation de se faire trifouiller la cervelle et son but était d'empêcher sa Neitram de faire des choses comme ça.

Et si … Et si c'était elle qui avait implantée cette idée dans sa tête ? Il n'était absolument pas protégé d'elle. Il lui jeta un regard un peu apeuré. Il laissa sa Floette sortir de sa pokeball, lui demandant de se mettre en hauteur pour surveiller la Neitram. Puis, il demanda à Murzim d'aller chercher, avec ses pouvoirs psychiques se serait bien plus simple, les matériaux dont il aurait besoin.

Puis il s'attaqua à son aquarium. Il commençait donc à travailler après une heure et demi de divergence. Bravo l'artiste. Il paniquait absolument pas. Il en avait rien à faire de cette compétition donc de toute manière que son travail soit fini ou pas … Il doutait de gagner, c'était juste de la participation pour être tranquille du coté paternel.

Il remplit le bocal en verre de sable qu'il parsema de petits buissons et autres plantes qui poussaient sur le sable. Quelques fleurs très colorées et son environnement prenait forme. Il pensait à quelque chose de très végétal avec de très nombreuses cachettes, ouais, c'était pas très compliqué mais il n'avait pas trop l'envie ni le temps de faire beaucoup plus. Surtout que sa Capumain travaillait sur la touche finale. Murzim revint à peu près au moment où Véga et lui venait de finir l'aquarium. Entre lui et sa pokemon, le bocal ressemblait plus à un œuvre d'art qu'à un environnement naturel, les fleurs et plantes étaient disposée de manière la plus assortie possible, la plus belle aux yeux du duo, ce qui faisait perdre tout le coté naturel qu'il était sensé donner à la chose.

Pas comme si il le remarquait.

Pas comme s'il fit exactement la même chose sur le taille réelle.

Ça ressemblait plus à un jardin aménagé qu'à un environnement naturel. Il ajouta un peu de hauteur à sa composition avec des faux rochers et quelques arbres. Quelques lianes pour relier le tout et il partit aider, avec Murzim et Véga, sa petite Belté à finir la touche finale dans les temps. À dix minutes de la fin, alors qu'autour de lui, deux écoles se dessinaient, ceux qui avait finit depuis longtemps et ceux qui rushait la fin, il faisait partit de la deuxième.

Il attrapa les cartons, découpés et coloriés pour faire penser à des pokemons proies classiques comme Vivaldaim ou Dedenne (Rubyajoutemoidespoints/pan/). Il les disposa rapidement dans sa parcelle de plage et put lever les mains en même temps que les autres élèves. Il observa son travail. Ça ressemblait plus à un jardin qu'à un endroit sauvage mais on parlait d'un travail de Mr le Perfectionniste, le bordel il savait pas le mettre, tout se devait d'être bien rangé, y compris les plantes. Il en était plutôt content et ses cartons pokemons donnaient la touche « je sais pas ce que je fais » parfaite. Il pouffa un peu. Il allait sûrement se ramasser. Bah. L'important c'était qu'il s'était bien amusé. Il passa une main dans ses cheveux puis la posa sur sa nuque avant de la retirer vivement. Il n'avait quand même pas … Il reposa sa main. Bah si. Il avait réussit à prendre un coup de Soleil. Premier de la saison. Trop bien.
AVENGEDINCHAINS


Pokémons utilisés : Beltégeuse (Capumain) ; Véga (Funécire) et Murzim (Neitram)
Points de recherche des Pokémons : Belté > 1 points ; Véga > 1 points et Murzim > 1 points.
Votre impression sur le cours : Alors, euh. J'ai déjà parlé pour Max de combien c'était trop cool, et ça l'est toujours. Après c'était Sirius là. Donc forcément, il a fait de la merde et ça l'intéressait pas. J'ai eu du mal à choisir ce qu'il ferait du coup j'y suis allée en yolo on verra bien c'est ce qu'il va faire de toute façon du yolo donc c'est surement pas super super mais c'était drôle à écrire et j'espère que ça sera drôle pour vous aussi ! keur :DD

_________________

Le meilleur coordinateur ! 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Les pires ennemis avec Hanaë 2016


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Sam 28 Mai - 0:08

Aileen fixa son aquarium d’un regard vide.

Elle ne savait pas trop ce qu’elle faisait là. En voyant qu’une compétition scientifique était organisée, la Pyroli s’y était inscrite, mais la réalité l’avait vite rattrapée. Scientifique, ça ne veut pas dire « mécanos essentiellement ». Elle aurait dû y penser plus tôt avant de s’inscrire bêtement, en fait, parce qu’elle se retrouvait très stupide, maintenant, devant son aquarium vide à ne pas savoir quoi faire que de rendre ce gros rectangle de verre plein d’air en l’état. Scientifiques, ça voulait dire qu’il y avait deux autres branches, donc deux autres thèmes possibles pour les compétitions. L’an dernier, c’était la mécanique. L’an d’avant, la recherche. Cette année, c’était donc…

L’archéologie.

Aileen lâcha un profond soupir. Elle ne détestait pas l’archéologie, mais elle n’en était pas non plus une grande passionnée. Elle avait surtout l’impression de perdre son temps ici, temps qu’elle aurait pu utiliser plus intelligemment, en travaillant pour son grade 5 par exemple. Mais non. Elle était plantée là, dans le vent marin quelque peu mordant, à fixer un aquarium vide dans lequel elle devait recréer le lieu de vie adéquat de trois Pokémon fossiles du temps de leur vie sur cette terre, à savoir Lilia, Amonita et Kabuto. Autant dire que sur les trois, elle n’en connaissait que deux, et principalement parce que l’un des deux avait fait l’objet d’une religion massive pour une raison qu’elle ignorait, et que l’autre avait fait figure de l’antéchrist, même si elle ne savait pas pourquoi. Bref. Elle n’avait rien à faire ici, et elle s’ennuyait un peu, honnêtement. Elle ne pouvait même pas s’en aller. Roseverte l’aurait fusillée sur place si elle avait fait mine de tourner les talons devant Pierrick. Il fallait pour ça qu’elle participe, et qu’elle choisisse trois Pokémon. Assis à côté d’elle, Sphax regardait l’aquarium également, se demandant bien à quoi ce machin bizarre pouvait servir. Cependant, il participerait. Il s'était promis de toujours être présent pour sa dresseuse, et n'allait pas la planter pendant une compétition importante pour son avenir et sa scolarité. Ça lui laissait deux places restantes. Il fallait donc qu’elle choisisse prudemment. Panzer pouvait être utile, mais il était trop lourd, et l’aquarium ne le supporterait pas. Elle n’avait pas trop envie d’être éliminée parce que son aquarium avait volé en éclats.

D’un geste sûr, elle pressa deux Poké Ball pour faire sortir les deux premiers Pokémon qu’elle voulait utiliser. Dans un éclat de lumière, Naveen tomba souplement dans le sable, avant de se redresser à peine, déliant ses muscles de Croâporal plus sombre que la moyenne. La seconde suivante, un petit trou se formait sous ses pieds, pour laisser apparaître le museau sable et noir de Sobek, le Mascaïman qu’elle avait échangé à Rodrigue contre le Shaofouine qu’elle avait capturé sur l’île Chilan, lors de la dernière sortie capture en Février. L'un comme l'autre avaient l'air heureux d'avoir été choisis, la faisant se sentir coupable de prendre cette compétition à la légère et d'y aller en touriste. Pour eux, pour les rendre fiers d'avoir accepté de faire ça avec elle, elle allait tenter de donner le meilleur d'elle-même, ne serait-ce que pour ne pas se ridiculiser devant Pierrick et Roseverte. Voyons voir… Dans sa tête, elle divisa l’aquarium en trois parties. Amonita et Lilia étaient des créatures marines, Kabuto préférait le sable, selon son Pokédex. Donc deux tiers d’eau, un tiers de sable. Peut-être trois strates différentes selon les Pokémon, car apparemment, Lilia vivait dans les fonds marins, et Amonita peuplait l’océan. Mais comment faire tenir le sable sur l’eau ? Avec sa chance, tout allait s’écrouer, le sable allait s’écouler dans l’eau, l’eau allait prendre la place du sable, et ce serait foutu. Peut-être qu’elle pourrait créer un radeau de sable avec des planches en bois ? Non, du sable qui flotte comme par magie, c’est impossible. Mais elle pouvait… Modeler le sable. Heureusement qu'il y a de ça quelques temps, elle s'était séparée de quelques jetons pour acheter Lance-Flammes pour Feänor, agacée de ne trouver personne en possibilité de lui vendre. Sortant le disque de son sac, elle le tendit vers Sphax pour qu'il y pose sa patte. Une brève lumière l'illumina, lui apprenant que maintenant, lui aussi pouvait utiliser cette attaque. Son équipe était donc complète. Parfait. Elle fit alors sortir un quatrième Pokémon, Asami, sa Mangriff imperturbable, s’attirant immédiatement un regard de Pierrick et Roseverte. Aucun des deux n’intervint cependant, la voyant ôter sa ceinture à Poké Ball, sa veste et son sac pour les tendre à la Mangriff, qui les reçut sans broncher. La Mangriff s’éloigna ensuite pour s’asseoir plus loin, pour que personne ne puisse accuser sa dresseuse de tricherie parce qu’elle avait quatre Pokémon dehors. Avant de commencer, Aileen s'accroupit devant ses Pokémon pour accrocher au cou de Sobek et Sphax un ruban coloré, pour les encourager à donner le meilleur d'eux-mêmes pendant cette compétition, faisant bomber le torse du petit crocodile, très fier de cette attention particulière.

En premier lieu, elle fit rentrer son Mascaïman à l’intérieur de l’aquarium, et lui expliqua ce qu’elle voulait. Du sable. Beaucoup. Pas dérangeant pour un sou, Sobek déclencha une Tempête de Sable à l’intérieur de l’aquarium, et en quelques minutes, il disparut sous les flots et l’aquarium fut plein aux deux tiers. La tête du crocodile émergea du sable, et il se mit à la deuxième partie de la construction sous les ordres très précis de sa dresseuse. A l’aide de son attaque Tourbi-Sable, il brisa sa construction pour faire un énorme trou, créant grossièrement une plage sur le côté gauche de l’aquarium et une fosse qui descendait presque en vallée sableuse vers le côté droit, comme un toboggan fait à la va-vite. Pour que ça tienne, il lança en hâte des Coud’Boue, répandant de la boue de partout, sur le sable et sur les vitres, pour que la boue colle au sable et l’empêche de dévaler le toboggan pour redevenir uniforme. Ca tenait. C’était horriblement moche, mais ça tenait. Cependant, elle ne pouvait toujours pas entrer dans l’aquarium. C’était trop dangereux. Un faux mouvement, et tout le sable tomberait d’un seul coup. D'un bond, Sphax bondit dans l'aquarium pour atterrir aux côtés du Mascaïman, et Aileen lui expliqua ce qu’elle voulait qu’il fasse. Il fallait durcir la boue. Utilisant cette attaque pour la première fois, l'Absol chromatique lança un Lance-Flammes, faisant couiner de surprise sa dresseuse et teinta de noir un bord de l’aquarium. Les flammes furent vite stoppées grâce aux deux autres Pokémon : Écume pour Naveen, Jet de Sable pour Sobek, et la bêtise était réglée, si ce n’était le coin un peu noir de l’aquarium. Elle aurait peut-être dû prendre Feänor… Comme s’il lisait dans son esprit, Sphax leva un regard vers elle, comme pour lui mettre au défi d'essayer. Puis, se penchant à nouveau vers le sable, il relança son attaque, plus doucement, pour ne pas faire voler l'aquarium en éclats. Sous l’effet de la chaleur, la boue se racornit sur une toute petite parcelle, faisant sourire la Pyroli. Elle avait eu tort de douter de Sphax.

Aileen leva les deux pouces en l’air pour encourager son starter, puis elle se leva pour partir se changer. Des tenues de plongée étaient à leur disposition, autant en profiter, non ? Ne sachant pas trop où se cacher pour se changer, elle récupéra une de ses Poké Ball pour faire sortir son Arbok, et se cacha derrière son imposante stature pour enlever ses vêtements et enfiler la tenue de plongée, se hâtant quand même un peu, gênée par la présence des autres. Une fois changée, elle revint vers son aquarium, pour rejoindre Naveen qui l’attendait non loin de l’eau. Il leur fallait ramasser des trucs et des machins pour faire croire que l’eau qu’elle mettrait dans l’aquarium contenait de la vie depuis des années, et n’avait pas été posée là quelques minutes auparavant. En grimaçant, elle entra dans l’eau, et laissa son Croâporal lui faire une bulle d’air avant de le suivre dans l’océan. Elle lui faisait confiance pour trouver les meilleurs coins. Après tout, il était de type Eau… Et surtout, à chaque fois qu’il s’amusait à plonger, il remontait en mastiquant joyeusement des algues. Il était donc le plus qualifié pour en trouver dans l’océan ! Aileen, qui avait du mal à le suivre, accrocha sa patte pour ne pas rester trop en arrière, et ce fut avec difficulté qu’ils atteignirent le fond de l’eau. Ils n’étaient pas allés trop loin non plus. Suffisamment pour trouver des algues, surtout. Elle ne pouvait pas plonger trop profond, à la différence de sa grenouille noire, et elle ne devait pas trop s’éloigner de la bordure pour ne pas se perdre. Voyant Naveen s’approcher d’elle, elle comprit que sa bulle d’air arrivait à son terme. Se bouchant le nez, elle laissa le Croâporal l’éclater du bout du doigt, et lui en recréer immédiatement une seconde pour l’empêcher de suffoquer. La brune leva un pouce pour le remercier, puis elle entreprit de ramasser des algues, plus à sa portée, laissant les plantes marines au Croâporal qui la surveillait du coin de l’œil. Elle n'y voyait pas grand-chose, par contre. Fatiguée de galérer, elle alluma sa lampe-dynamo dont elle avait mis la dragonne autour du poignet droit pour illuminer un peu le fond de l'eau, et lui permettre de faire la différence entre les trucs intéressants et les trucs à laisser là où ils étaient. Leur travail accompli, Naveen lui tendit ses trouvailles, qu’elle récupéra sans comprendre. Sans un mot, il la contourna pour la prendre entre ses pattes avant, tandis que les arrières se posaient bien à plat sur le sol. Et… Rebond !

La brune sortit de l’eau comme une balle de fusil, et nagea maladroitement jusqu’à la rive sans trop comprendre comment elle avait fait. Naveen la suivait, très fier de sa connerie, chantonnant presque s’il l’avait pu. Sale bête. S’approchant de son aquarium, elle put voir que le travail avait bien avancé. Sphax avait fini de solidifier le sable à l’aide de ses Lance-Flammes répétées, et s’était même permis de luxe d’un deuxième service pour satisfaire sa dresseuse, qui ne pouvait qu’approuver. De lui-même, Naveen bondit dans l’aquarium, attendit que ses deux compagnons en sortent, et doucement, il entreprit de remplir la fosse à l’aide de son Vibraqua. Doucement, le niveau de l’eau monta, et la brune, nerveuse, croisait les doigts. Le sable allait-il céder ? Quand le Croâporal cessa, la brune soupira de soulagement. Le sable tenait. Génial ! Le rendu était bien, pour le moment. Elle avait assez de place pour s’asseoir sur le sable en se faisant toute petite, et pour s’immerger dans l’eau jusqu’au bas de la taille. Mais, enfin, elle pouvait entrer à son tour dans l’aquarium, ce qu’elle ne se priva pas de faire pour aider Naveen à placer les algues et les plantes aquatiques aux bons endroits, creusant parfois le sable dur pour les planter dedans sans les abîmer. Elle passa un long moment sous l’eau, Naveen changeant plusieurs fois sa bulle d’air pour l’empêcher de suffoquer, à arranger le fond comme cela lui plaisait pour donner l’illusion que c’était là depuis des années. Et, étrangement, l’eau ne semblait plus aussi propre avec des algues au fond. C’était ce qu’elle voulait. Elle n’allait pas s’embarrasser de température ou de salinité de l’eau (déjà eut-il fallu que l’idée lui traverse l’esprit, cela dit) mais elle voulait au moins donner l’illusion que c’était naturel. Au bout d’un long moment, elle remonta à la surface, et s’appuya au bord de l’aquarium pour passer au-dessus et en sortir d’un bond. Elle siffla Sphax, et l'Absol rouge abandonna Sobek, qui s’amusait à construire des galeries, pour se diriger calmement vers elle. Naveen sortit de l’eau pour bondir à son côté, et le Mascaïman, comprenant qu’il serait inutile, resta près de l’aquarium pour le surveiller.

Après s’être enfoncés dans l’eau, c’était dans la plage qu’ils devaient s’enfoncer. Accompagnée de ses deux Pokémon, la Pyroli s’activa pour ramasser des galets avec l’aide de son starter qui les voyait mieux qu’elle, laissant le Croâporal s’éloigner pour aller chercher des cailloux plus loin. Elle ramassa aussi quelques herbes qui traînaient sur la plage et qui n’avaient pas été ramassées par les élèves passés avant elle. C’est qu’elle traînait… Sur les six heures allouées pour la compétition, elle en avait déjà passé quatre sur cette histoire d’aquarium, de sable, de feu, d’eau, d’algues à ramasser… Quel bazar ! Il fallait qu’elle cravache, et vite, sinon elle n’aurait jamais le temps de terminer. Au bout de quelques minutes de recherche, elle finit par revenir à son aquarium. Sobek avait disparu. Aileen pesta. Il aurait pu rester pour surveiller, quand même ! Abandonnant l’idée de le chercher, elle aida Naveen à remonter, et lui tendit ce qu’ils avaient ramassé pour qu’il pose ça en vrac sur le sable. En attendant, elle aligna les cailloux ramassés par le Croâporal devant Sphax, pour qu’il utilise ses flammes dessus afin de les noircir, espérant qu’en les plongeant dans l’eau, la différence de température leur mettrait une claque suffisante pour faire croire qu’elles étaient là depuis longtemps. Laissant Scraps faire son œuvre, elle remonta dans l’aquarium et aida Naveen à disposer les galets et les quelques herbes qu’ils avaient ramassé sur le sable tenant lieu de plage. La Pyroli se retint de rigoler. Le rendu final ne serait pas top… Alors qu’elle sortait de l’aquarium pour s’enquérir des pierres, Sobek revint, tenant fièrement dans sa gueule quelques petits coquillages. Aileen sourit. Qu’il était mignon… Se penchant, elle lui caressa la tête, avant de le porter dans ses bras pour le poser dans l’aquarium, lui laissant le soin de disposer à son aise les coquillages qu’il avait ramassé pour l’aider dans son projet.

A nouveau, elle se pencha vers l'Absol qui venait de terminer son travail. Il semblait relativement fatigué d'avoir autant utilisé une attaque qu'il avait apprise il y a quelques heures de cela, ce qui ne l'empêcha pas de se redresser fièrement pour que personne ne puisse le constater. Les cailloux semblaient chauds au toucher, et vu le léger rougeoiement qui s’en échappait, il valait mieux qu’elle n’y touche pas. Heureusement, il y avait Sphax. L'Absol, intelligent, se saisit d'un galet brûlant pour le lancer dans l'aquarium, le jetant droit dans le sable et faisant de même avec les autres. Ce fut Sobek qui, d’un Jet de Sable, les propulsa dans l’eau, où ils s’enfoncèrent en grésillant, certains éclatant légèrement sous le choc alors qu’ils heurtaient en douceur le fond sableux de l’aquarium. L’eau semblait encore plus trouble qu’avant quand les bulles dues à la chaleur se dispersèrent enfin. Hmm. Ca n’avait pas donné ce qu’elle voulait, et en plus ça écrasait ses algues. Avec un soupir, elle retourna dans l’eau pour redisposer à sa guise les cailloux noircis par Sphax. On aurait dit de gros morceaux de roches volcaniques disposées au fond de l’eau… Mais elle n’avait plus le temps de corriger sa bourde. Aussi, pour noyer un peu le poisson, elle disposa vaguement des algues sur les roches trop noircies pour cacher son erreur, et finalement, elle remonta. Il ne lui restait plus beaucoup de temps, mais elle ne voyait plus quoi ajouter. Aussi sortit-elle de l’eau pour bondir sur le sable, ses Pokémon la suivant docilement, et se saisit-elle au vol de la serviette qu’Asami, la Mangriff, avait attrapé dans son sac pour la lui envoyer. S’enroulant dans sa serviette longue pour se protéger du vent marin trop frais à son goût, elle se tourna vers son aquarium pour regarder son œuvre. Ca avait de la gueule. Selon elle, la plage aurait fait un endroit idéal pour un Kabuto, l’eau pleine d’algues et de plantes était un paradis pour un Amonita, et les roches où perçaient quelques plantes auraient servi de support idéal pour un Lilia. Aileen était assez satisfaite du travail produit en quelques heures…

Mais, pour éviter toute déception, elle évita tout de même de tourner le regard vers les travaux des autres.
Ca valait mieux.

HRP Modération:
 

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 792

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Dim 29 Mai - 13:10



C’est l’amour à la plageuuuuh


Janet regarda l’heure. Bien, il était temps de se rendre à la compétition. Elle reposa son exemplaire de SCIENCES, la tête encore dans les nuages. Cette histoire de pokémon unique aperçu non loin de Hoenn la rendait complètement folle. Pourquoi ne pas y envisager une expédition avec ses parents cet été ? Après tout elle n’habitait pas si loin ! Ou alors, elle pourrait aussi envoyer un CV pour être acceptée en tant que stagiaire !
La jeune fille embarqua dans son sac à dos tout le matériel dont elle pensait avoir besoin et récupéra aussi les pokéballs de Destrock, Sherly et Merlin.

La jeune fille était arrivée avec la première moitié des étudiants, préférant arriver en avance plutôt qu’être juste dans son timing. Elle s’installa devant le grand aquarium qui lui servirait de maquette et écouta les explications du professeur et du champion. La tension montait…Même si Janet ne tenait pas plus que ça à gagner, la présence de tous ces étudiants déterminés lui donnait envie de se surpasser ! L’heure passait lentement, son cœur battait fort, ses mains devenaient moites malgré le relatif froid de ce mois d’avril.

Top départ !

13 heures, le moment fatidique. Alors que déjà, les élèves commençaient à s’affairer, chercher du matériel, faire des listes, Janet sortit son carnet de croquis et ses crayons et alla s’approcher des pokémons fossiles sous la surveillance de Pierrick. Elle resta à une distance raisonnable pour ne pas les effrayer mais étudia leur physique avec attention.
En les dessinant, elle réalisa que le pied de Lilia possédait des petits pédoncules pour faciliter l’accroche. Néanmoins, cette accroche ne pouvait pas se faire sur des rochers lisses, elle glisserait… et ses pétales, si sensibles mais si courts… Si elle avait réussi à survivre avec ces attributs, c’est qu’elle avait vécu dans un milieu où les petites proies étaient abondantes ! Janet se perdit un instant dans sa contemplation. C’était tout de même magnifique, pouvoir faire revenir à la vie des spécimens que l’on croyait disparus. Et comment ne pas penser à toutes les espèces qui dormaient encore, cachées dans les entrailles de la terre ou dans les profondeurs des fonds marins ? Il y avait tant à découvrir encore…
La jeune fille se rendit soudain compte à quel point les scientifiques actuels en savaient peu sur la biodiversité préhistorique. C’était sur eux, les archéologues en devenir que reposerait bientôt la tâche de faire avancer les recherches. Une vague d’excitation s’empara d’elle. Oui, quand elle deviendrait adulte, elle se ferait embaucher chez PALLADIUM SARL pour faire avancer la science !
Peut-être pourrait-elle, elle aussi, superviser la renaissance d’un Rexilius ?
Cette pensée raviva les souvenirs d’une mission qu’elle avait effectuée avec Ambre et Orren. Un pur moment de stress mais tellement de passion aussi ! Oui, c’était comme ça que Janet voulait vivre.
Un coup d’œil à sa montre la fit soudain paniquer. 13h30 déjà ! Elle allait devoir se remuer sérieusement le derrière !
Elle se tourna vers Merlin, qui la suivait toujours alors que Sherly se lovait dans l’aquarium sous le regard sévère de Destrock qui essayait de lui donner des petits coups de pince pour le faire bouger.

- Merlin, pendant que je termine ici, je vais avoir besoin de ton aide…. Il me faut le plus de seaux possible avec du sable. Je vais avoir besoin de sable de plage classique mais aussi de sable humide, beaucoup plus compact. Demande à Destrock et Sherly de s’en occuper. Quant à toi, j’aimerais s’il te plait que tu me trouves des pierres avec des aspérités, un peu comme le basalte. Ne te préoccupe pas trop de la taille, on va les redécouper après si jamais. Tu crois que tu peux faire ça pour moi ?

- Kadabra. Bra.

Le Merlin haussa les épaules, d’un air de dire « Peuh, rien de plus facile ! » et repartit en direction de l’aquarium pour expliquer le plan aux deux zozos qui se battaient à présent dans le sable. Enfin, c’était surtout Sherly qui essayait de jouer avec Destrock alors que celui-ci s’enterrait pour avoir la paix. Cependant, quand les ordres furent distribués, Sherly voleta en imitant une position de garde-à-vous et chargea le plus de seaux possibles sur son dos avant de suivre l’écrapince…

14h15. Janet avait terminé de dessiner. Elle avait dû retenir des pulsions de dégoût devant le kabuto qui lui rappelait furieusement un cafard… beurk ! Mais après avoir bien étudié ses petites pattes crochues, ses grands yeux rouges et son petit corps noir, elle était parvenue à avoir une idée plus précise de pourquoi elle préférait Amonita et Lilia la construction de sa maquette.
Donc, du sable de plage pour créer un endroit en surface et un fond marin plutôt de faible profondeur pour que la lumière puisse traverser l’eau. Ah et là aussi, suffisamment de sable pour que les animaux puissent creuser des trous et se cacher des prédateurs !
Pendant ce temps, Merlin avait détaché un seul et unique bloc de rocher avec ses pouvoirs, qu’il posa à côté de sa dresseuse avec un air de satisfaction palpable.

Janet le remercia chaleureusement même si elle grimaçait à l’idée de devoir découper chaque rocher… La tâche n’allait pas être simple !
Déjà, Sherly et Destrock revenaient avec leurs seaux fièrement remplis. L’air blasé de l’Ecrapince fit deviner à Janet que le Démanta avait rendu la tâche compliquée.

- Bien, allez vous reposer les amis, je vais continuer le reste un peu seule !

Sherly ne se fit pas prier pour aller jouer dans le sable alors que ses deux autres compagnons lui jetèrent un regard suspicieux. Elle les rassura d’une caresse. Si elle avait besoin, elle n’hésiterait pas à les appeler.
Rapidement, Janet commença à répartir le sable le plus compact en bas. Il lui servirait de base pour toute la structure et lui permettrait de construire sa petite plage. Elle s’autorisa des fantaisies, vallonnant le fond et creusant quelques trous pour varier les profondeurs et les cachettes. Le plus dur fut dans doute d’élever la plage. La jeune femme cacha des bâtons de bois et des galets à l’intérieur de la digue pour éviter que celle-ci ne s’effondre. Enfin, elle termina en répartissant le gros sable humide dans le fond marin et le sable fin sur la plage et sur la pente. Et rien qu’avec ça, encire une heure de passée.

Janet sortit ensuite de son sac un petit marteau et un burin et commença à découper la pierre. Ce n’était pas évident, elle s’effritait beaucoup et le morceau était si énorme qu’elle avait de la peine à le percer. Elle ne demanda pas d’aide à Merlin pour qu’il n’ait pas l’impression d’avoir choisi un mauvais bloc. Le pauvre s’était plié en quatre pour elle !
Finalement, au bous de trois quarts d’heure d’efforts intenses, la jeune fille parvint à tirer plusieurs rochers factices : certains pour permettre la fixation du Lilia et quelques autres qu’elle avait creusés de trous et de petites grottes pour offrir de nouvelles cachettes aux autres animaux du biome.
La jeune scientifique les disposa sous le regard attentif de ses compagnons.

- Bon, il ne nous manque plus grand chose… Nous avons le sable et les rochers, il faudrait quelques algue qui serviraient de cachettes aux proies pour nos pokémons et…

Des proies ! Bien sûr, comment pouvait-elle présenter un biome viable si aucune proie ne vivait à l’intérieur ? Janet parcourut son matériel du regard et pâlit quand elle se rendit compte qu’elle n’avait pas d’épuisette. Enfer, damnation, carabistouilles et poils de courge !
Le cerveau de la jeune fille fonctionna à toute vitesse. Il fallait s’organiser, il restait moins de trois heures….

- Bien, les amis je vais encore avoir besoin de vous…. Destrock, j’ai besoin que tu ailles me chercher des algues dans le fond de l’eau, prend garde à bien garder les racines et laisse les dans un seau d’eau jusqu’à mon retour si tu as fini avant moi.

L’Ecrapince fit claquer ses pinces avec détermination. Lui sous l’eau, aucune plante ne pourrait résister longtemps !

- Sherly, j’ai besoin que tu me remplisses une dizaine de seaux d’eau de mer. Attention ne les verse pas dans l’aquarium surtout !

Le Démanta acquiesça avec un air joyeux et partit chercher un premier seau. Enfin, Janet se tourna vers Merlin.

- Je vais avoir besoin de toi pour trouver de quoi faire une épuisette. Allons dans les bosquets qui longent la plage !

La jeune fille partit en courant, suivie de près par son Kadabra. Elle savait que les bosquets en bord de plage étaient souvent assez riches en débris, là bas il y aurait sûrement de quoi faire !
Une fois à l’ombre des arbres, Janet commença à retourner un peu le sable, à genoux, alors que Merlin semblait tout scanner de ses yeux entrouverts.
La dresseuse commençait à se sentir déconfite. Elle se sentait soudain très bête de ne pas avoir pensé à prendre de filet…

- Kadabra.

En sursautant, elle se retourna sur Merlin qui lui tendait une solide petite branche d’arbre en forme de Y. Parfait pour y accrocher un filet ! Joyeusement, elle lui sourit et plaça le précieux sésame dans un sac.

- Tu es merveilleux Merlin ! Maintenant, plus qu’à trouver un vieux tissus et on part à la p…

- Lossssss !

Un bruit sourd de pattes et un grincement ignoble de chélicères fit froid dans le dos de Janet qui se retourna, le cœur battant.
A deux mètres d’eux, un Migalos les fixait, sorti du cœur du bosquet. Derrière, on pouvait distinguer sa toile, fine et serrée mais plus solide que du nylon. Janet déglutit alors que Merlin se plaçait devant elle pour la protéger.
Vite vite vite, une idée !

- Merlin ! Utilise Psyko et attire le Migalos d’un côté !

- Kada ! Bra !

Le pokémon attaqua directement l’araignée qui concentra toute son attention sur lui alors que Janet fonçait vers la toile, canif dehors, et commença à la découper. Bien sûr, elle s’étendait très haut dans les arbres et la jeune femme dû forcément tailler grossièrement. Une fois qu’elle eut un morceau assez grand de toile, elle le replia et commença à courir vers la plage.

- Merlin, suis moi ! Avec un peu de chance elle s’arrêtera à la lisière des arbres !

Le Pokémon ne se fit pas prier et rejoignit sa dresseuse. Heureusement, la grosse araignée s’était arrêtée en sifflant de colère, trop éblouie par le soleil pour continuer.
Satisfaite de sa petite escapade, Janet bricola une épuisette avec la toile collante et un bout de bois, avant de s’aventurer entre les rochers, quelques mètres plus loin. En effet, ça grouillait de petites proies, coquillages, mollusques et minuscules crevettes qui s’accrochaient aux fils gluants sans espoir de pouvoir s’échapper. Pour ne pas les tuer, Janet avait pris soin d’emporter un seau d’eau qu’elle remplit à la moitié et dans lequel elle déposa chaque créature qui s’était prise dans le piège avec le plus grand soin.

Plus que deux heures avant la fin. Janet était revenue près de son aquarium et commença par verser un premier seau d’eau, délicatement, dans le fond de l’aquarium, avant de replanter les algues que Destrock avait ramenées. Eh, ça commençait à ressembler à quelque chose cette histoire !
Maintenant, il fallait remplir le récipient, pas trop vite pour ne pas tout casser. Enfin, les petites proies furent les dernières à être déposées, sans danger, dans leur nouvel habitat.

Il restait un peu de temps à Janet. Aussi s’assit-elle en face du soleil qui déclinait, quelques pierres et ses outils à proximité, et commença à sculpter trois figurines aux effigies des pokémons fossiles, à l’échelle de son aquarium. Elle termina de les disposer pile à l’heure, sous le regard indifférent des profs. En réalité, elle avait l’impression d’être transparente devant eux. Ils ne venaient jamais la voir ou la questionner mais peu importe, au moins elle avait le loisir de travailler sans être influencée. Elle ne savait pas si son travail allait se démarquer mais au moins, elle avait finit dans les temps et elle aimait sa maquette, c’était le principal.

Sur le retour, elle distribua des poffins à ses compagnons du jour, à grand renforts de câlins et de félicitations. Qu’est-ce qu’elle ne ferait pas sans eux…



HRP Modération:
 

_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t830-janet-l-collins-l-enfant-malade-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t844-janet-l-collins-givrali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 54
Jetons : 1044
Points d'Expériences : 1641

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Mer 8 Juin - 22:18


Un après-midi de printemps. Rien n'était plus comme avant. Enfermée dans ma tour de garde qui n'était autre que le dortoir des Givrali, je patientais assise devant mon bureau, les yeux perdus dans un océan de pensées. Des questions qui venaient sans cesse hanter mon esprit afin de me torturer habilement de leurs stupides désolations. Je savais pourtant pertinemment comment les contourner. Sauf qu'aujourd'hui, tout particulièrement, elles refaisaient surface. Était-ce parce que cette journée ne me laissait pas indifférente ? Je pensais à y croire sérieusement. Présente dans l'établissement depuis son ouverture, je faisais partie des anciennes élèves qui imposaient envies et considérations. Que dire à ces nouveaux, ces débutants et ces néophytes que moi aussi, j'étais capable d'être dans un état de stress presque insurmontable ? Décidément, cette compétition scientifique me mettait dans tous les états et je perdais mon habituel contrôle sur mes émotions.

L'heure approchait, bien trop rapidement. Je désirais encore le temps, uniquement pour refaire le point. Ou plutôt, pour taire ces interrogations. Le temps se meurt, le temps renait. Mais la vie des hommes est un voyage sans retour. Alors, un abime s'était creusé dans mon âme et je regardais l'effervescence de ce monde  avec un sourire narquois. Je conservais toujours en moi la chaleur de la vie et l'enthousiasme pour l'avenir. C'est justement ce qui me motivait à quitter ma chambre afin de rejoindre le point de rendez-vous. Je ne risquais rien et ne pas participer serait avouer une faiblesse médiocre. Je valais bien plus et je me sentais enfin capable de surmonter cette nouvelle épreuve.

La terre, interminable, se déroulait à mesure que j'avançais. Le dortoir était à l'opposé de la plage. Les plantes germaient dans la profondeur de la terre. Les arbres se couvraient de voiles verts : le printemps était bel et bien avec nous. L'horizon reculait. Le grondement de la mer et le cri des Goelise apparaissaient progressivement. Le vert, le bleu, l'ocre et le miroitement aussi. Le vent s'était levé. Des bourrasques tourmentaient le sable et faisaient frémir les arbres. Dans ce décor idyllique, quelque chose venait entacher cette belle carte postale : Roseverte. ... Mon cœur faisait un bon dans ma poitrine et je tâchais de fuir son regard toisant et de me mêler dans la foule avant que le professeur ne me remarque. Il avait l'air assez énervé et je n'avais pas besoin qu'il se défoule sur moi. Inutile de préciser que de toute façon, il savait bien que "Miss Lawford" serait de la partie alors, pour mon confort, je devais à tout prix repousser ce moment. Il n'était cependant pas le seul protagoniste présent. Et c'est sans difficulté que je plaçais un prénom sur le visage de cette seconde personne qui nous observait arriver : Pierre, un archéologue et champion appartenant à la région de Sinnoh. Je me sentais un peu mieux.

Debout, au milieu de mes compères, j'écoutais avec attention les directives. Cette compétition touchait à mon domaine de prédilection : l'archéologie. J'estimais ne pas avoir droit à l'erreur. De toute façon, Roseverte ne me le permettrait pas. A moins que cela ne le rende indifférent, comme d'habitude ? Étrangement, je voulais briller à ses yeux. Lui donner cette lueur d'espoir ; que quelqu'un pouvait prendre la relève. Que j'étais intelligente et que je valais quelque chose. Ce personnage exécrable, référent des Phyllali, faisait toujours tout pour m'en dissuader en crachant son venin percutant. Combien de personne avait-il affecté avec ses propos néfastes ? Se croyait-il si inaccessible que cela ? Je caressais l'espoir de voler aussi haut que lui, de toucher les nuages et je m'étais jurée de ne jamais me rabaisser. Ne me m'avait-il pas montré un peu de considération en m'offrant ce Fragment de pierre mousse et en m'indiquant le laboratoire de Lansat pour la résurrection de mes fossiles ? Un travail abouti que je lui devais. Ainsi, je respectais cet être méprisable.

Mon regard était posé sur le professeur qui se contentait de fixer ses élèves d'un air hautain, mâchouillant sa cigarette comme s'il voulait que le temps passe plus rapidement. Il ne devait pas se sentir à sa place ici et d'une certaine manière, je le comprenais. J'avais écouté d'une oreille attentive mais je notais les choses essentielles. Il faillait reconstituer le milieu naturel de trois Pokemon préhistoriques à l'aide des gigantesques aquarium à notre disposition. Voilà donc à quoi servaient ces bacs transparents... Et à l'aide de trois de nos propres compagnons, la tâche devait s'effectuer. Je me posais un instant, m'enfermant dans une bulle où j'avais entièrement le contrôle. Je faisais abstraction de tout ce qui m'entourait, de ces parasites qui me troublaient. Un silence royal pour une réflexion noble. Le choix était difficile. Il faillait peser le pour et le contre, sélectionner ceux qui me seraient le plus utiles parmi tous. Mais aussi par rapport à ce que je savais déjà de ces espèces.

La mer était à proximité et je savais pertinemment qu'il serait judicieux de puiser dans ses ressources. Une créature aquatique en premier lieu me semblait être une bonne décision. Encore faillait-il déterminer laquelle puisque j'en avais trois à ma disposition. Étrangement, Carapagos me tentait bien puisqu'il était directement concerné. Sauf que son panel d'attaque ne suffisait pas à mes yeux. Et se fier à son jugement serait une erreur puisqu'il avait vécu à une époque et un lieu différents des principales espèces proposées. Cependant, il saurait mieux répondre à mes interrogations. Sans oublier qu'il était le plus apte à traverser les profondeurs de l'océan, là où les plus beaux trésors pour ces travaux seraient trouvés. Le premier choix était donc fait.

Laggron était peut-être un imbécile fini, trop joueur et enfantin à mon goût pour cette tâche si sérieuse, mais c'est justement ses capacités de type sol qui m'intéressaient. Et pas que ! Partant toujours à la recherche de quelque chose dans les profondeurs, il serait peut-être plus à même de sélectionner mes demandes particulières surtout que sa vision efficace lui permettait de voir beaucoup plus facilement. Sa force herculéenne me serait tout aussi utile pour le transport de rocher par exemple. Le second choix se bouclait. Un duo parfait avec la tortue géante.

Il n'en restait plus qu'un. Un pour transporter ces amas de sables, matériaux granulaires. Et forcément, je concluais en baissant les yeux pour constater qu'il se tenait toujours près de moi. Droit et fier, oreilles tendues et attentives au moindre de mes faits et gestes. Mon éternel protecteur. Ma lumière. Ma moitié. Je sortais de ma réflexion au moment même ou ma main allait se poser sur le dessus de sa tête. Tous les autres s'affolaient déjà, se précipitaient. Mes yeux se posaient sur un groupe, puis un autre avant de se perdre. Je respirais un bon coup pour extirper tout le stress qu'ils transmettaient et allais enfin me poster devant cet immense aquarium qui nous servait de maquette. De combien de temps disposions-nous déjà ?

Un après-midi. Ou plutôt, que quelques heures. Six, au total. C'était énorme. Assez pour justifier qu'il faillait tout donner. Soudain, je voyais les choses avec envergure. Mon esprit bouillonnait. Les idées fusaient. J'avais la crainte de les perdre, alors, je m'asseyais au sol et sortais de mon sac crayon et calepin. Concentrée, je n'omettais pas mes premières consignes, les plus difficiles, les plus longues aussi.

« Reisui. » Il était rare que je prononce entièrement son prénom, signe que j'étais vraiment sérieuse et que je pouvais tolérer ses enfantillages. Le concerné s'avançait, particulièrement tendu « J'ai besoin d'un rocher. D'un grand rocher. Regarde bien la surface que propose cet aquarium. Il doit être long, suffisamment pour qu'une fois rempli, le haut dépasse légèrement de la surface de l'eau. Et suffisamment épais pour qu'un de nos amis puisse se mettre dessus, au moins. Je compte sur toi, ne fais pas trop l'idiot, d'accord ? Tu es fort. Use de ce talent et surprends moi. »

Une flatterie et je le laissais plonger dans les profondeurs maritimes. Pourvu qu'il trouve ma convoitise. C'est sûrement la touche la plus originale qui m'apporterait des points. Mes deux autres compagnons patientaient tandis que je mordillais avec nervosité le bout de mon crayon. J'appliquais mes idées, griffonnant à droite, puis un gauche. Dans un coin. Un rature, puis deux. La feuille devenait un véritable brouillon dont j'étais la seule à en tirer toutes les subtilités. Et d'un coup, je m'arrêtais. Le regard perçant, j'étudiais ces Pokemon préhistoriques que l'Organisation pour la Protection et la Préservation des Pokémons Préhistoriques nous avaient prêté.

Croquis d'Ambre :
 

Kabuto et Amonita étaient liés. Vivants à la même période, dans les mêmes fonds marin, principalement en région de Kanto. Ils appréciaient les plages et donc les surfaces avec du sable. J'en ajoutais sur mon croquis, effectuant un talus raisonnable en pente presque continue. Là dedans, ils pourraient creuser leurs propres galeries, leur propre chez eux, à leur goût. N'oublions pas qu'ils étaient essentiellement des créatures maritimes et que l'eau devait rester en prédominance. Ça, la plupart des élèves semblaient l'avoir compris et je constaterai plus tard qu'ils avaient eu la même optique que moi. Forcément, ils n'étaient pas tous stupides. Tiens... Ne devenais-je pas comme ce cher professeur ... ? Le troisième Pokemon était Lilia et celui-ci restait principalement dans les profondeurs pour attraper ses proies. Le rocher que Laggron allait justement chercher était principalement pour cette espèce. Il n'avait pas vécu exactement à la même période que les deux premiers mais je ne voyais pas en quoi les mettre ensembles dans l'aquarium poserait problème... Rien ne les prédestinaient à se chasser mutuellement. Quant à savoir lequel devenait maître du territoire, ça, c'était une autre histoire.

Il faillait avancer. Effectuer un pas devant l'autre tout en s'assurant que le projet tienne la route. Mon regard se posait une dernière fois sur ce croquis que je jugeais de parfait et je me relevais. Du sable. Il devenait une nécessité. Mais le sable fin serait beaucoup plus difficile à travailler que celui qui se trouvait déjà dans l'océan. Sans oublier que je voulais éviter trop de charge à mes compagnons, ou plutôt ; j'avais dans l'optique d'économiser le temps. Sous le talus, j'imaginais des roches. Qu'importe la forme, l'idéal était de combler un maximum l'espace. C'est Carapagos qui s'en chargeait, après s'être muni d'un bracelet. Je ne doutais pas de sa force et de son obéissance. La tortue aquatique sous l'eau faisait ressortir des roches qui tombaient lourdement sur le sable. Je grimaçais, en panique totale : il allait blesser les autres ! Et lorsque je pensais que ça arrivait, que cela était inévitable, je fermais les yeux fortement. Cependant, pas de cris de panique, ou même de hurlements.

Un œil ouvert, puis le second. Noctali avait stoppé la course de l'un d'eux en usant de son talent : l'attaque Psycko. Ce n'était pas cette capacité qu'il avait l'habitude d'user alors, il peinait un peu. Ou du moins, je remarquais bien que cela nécessitait une très grosse concentration de sa part.

« Contente toi de le poser au sol Meian, ne t'épuise pas pour rien. Et... Merci pour elle. »

Elle ? Celle qui avait évité de justesse de se faire écrabouiller par un rocher. L'avait-elle au moins remarqué ? Je ne le pensais pas et je ne préférais ne pas m'y attarder. Si aucune remarque n'était faite, j'en profitais pour poursuivre mon but. Chaque seconde comptait. Tout était calculé, rien ne devait entacher mon organisation. Lorsque je jugeais nécessaire le nombre de pierre, je sifflais, signe que Carapagos devait s'arrêter. Sans savoir pourquoi, voilà seulement que j'étais en train d'imaginer la façon dont cette tortue s'y était prise. Arquant un instant un sourcil, je ne la voyais pas transporter cela avec ses petites nageoires. La seule optique logique était qu'il avait utilisé une attaque, expliquant par la même occasion la difficulté de bien contrôler la trajectoire de ces missiles improvisés. Bref... Peut m'importait d'avoir la réponse. Je restais fixée sur mon objectif premier et je ne devais me permettre un écart de cet ordre.

Le Noctali chromatique avait maintenant la charge de placer ces rochers du côté gauche de l'aquarium, bien au fond. Je suivais scrupuleusement le plan, soutenant Meian par la parole et donnant des directives précises. Carapagos revenait à mes pieds sans un bruit et je manquais de l'écraser. Un pas de travers et me voilà assise sur le sable sans comprendre réellement ce qu'il venait de se produire. Je lançais juste à regard vers la tortue qui semblait désolée et je me mettais à rire pour la rassurer. Pendant que le quadrupède ténébreux continuait sa besogne, je me hâtais de donner d'autres explications à Carapagos en me rapprochant de lui pour lui montrer mon croquis. Son avis comptait énormément et je devais en prendre compte. Après tout, il était le premier concerné.

« Ce tas de pierres, on va bien évidemment le recouvrir de sable. Comme ça, ils pourront faire une sorte de grotte ou des galeries... Tu en penses quoi ? »

Cri de la tortue. Et... Incompréhension. Que croyais-tu, Ambre ? Que tu étais capable de comprendre le langage des Pokemon ? Sans oublier que tu n'avais pas l'habitude de t'entretenir avec Carapagos ... Heureusement, mon regard interrogateur avait raison de moi et la jeune tortue préhistorique se mettait à hocher la tête positivement. Je lâchais un soupir de soulagement. Voilà qui était mieux. Gardant un œil attentif à mon compagnon, j'essayais de donner plus d'informations dans l'espoir que celui-ci me complète. C'est lorsque je parlais de plantes aquatiques qu'il réagissait le plus.

« Tu penses pouvoir en trouver ? »

Un bonus auquel je ne croyais pas. Et en réalisant l'effervescence de ma tortue, je me rendais compte que je pouvais gagner des points. Un signe significatif de la tête et je le chargeais d'aller récupérer le nécessaire au fond de l'océan. Capable de plonger à une profondeur incroyable, j'étais certaine qu'il mette la nageoire sur quelque chose d'intéressant. Il avait carte blanche. Heureux comme tout, Carapagos allait se jeter dans la mer pour ensuite disparaitre dans un plongeon. Je me relevais ensuite et me tournais vers l'aquarium. Meian avait bien avancé, il ne lui restait qu'une pierre. Tous étaient occupés. Sauf moi. Et ça, je le réalisais bien trop tard. A part donner des ordres, je n'aidais pas énormément. En même temps, je ne voyais pas comment je pouvais le faire. A la limite, je pouvais toujours retourner le sable pour trouver des coquillages et décorer l'aquarium. Sauf que c'est ce que les autres faisaient et je n'en trouvais pas l'utilité d'un point de vu "originalité".

Ciel et terre, soleil et lune, jour et nuit, garçon et fille... Dans cet univers où le yin et le yang se repoussent et s'attirent, règne l'énergie de la dualité. Le cœur de l'académie n'échappait pas à la loi cosmique et cette compétition aussi. Je fixais avec détachement le travail des autres, me permettant de juger et de critiquer leur avancé, me forçant à être plus dur vis à vis de moi-même. Je devais les surpasser. Certains projets relevaient mon intérêt tandis que d'autres me faisaient soupirer de désolation. Parfois, je ne comprenais pas vraiment la logique de mes semblables. Ou plutôt, je me refusais de comprendre. Car ça amenait la réflexion... Et cette réflexion, j'en avais besoin pour mon propre travail.

Je ne croyais plus à mon attente. Le temps filait à une vitesse surprenante et je n'avais pas l'impression d'avancer. Rei n'était toujours pas revenu, Carapagos était parti il y a quelques minutes et Noctali venait de me rejoindre. Mon cœur battait à la chamade et mes bras n'avaient plus de force. Je sentais que quelque chose allait se passer ici et qu'il était trop tard pour fuir. Mon cœur se serra. Ce que je redoutais arrivait : Roseverte me trouvait. Alors que je fixais l'horizon de cette mer infinie, ce dernier arrivait dans mon dos, comme s'il prenait plaisir à me surprendre. Malheureusement pour lui, je n'avais même pas sursauter.

« Allons allons, Miss Lawford. Vous vous laissez aller. Du nerf, vous valez bien mieux que ce torchon. Je ne reconnais pas votre travail. Savez-vous au moins où vous vous dirigez ? »

Je pestais intérieurement sans le regarder, laissant mon poing se mouvoir doucement pour calmer mes pulsions. Il m'énervait. Et forcement, il notait bien cette exaspération d'un sourire malicieux.

« Touchée. » se contentait-il de conclure pour ensuite me faire dos et disparaitre.

Il marquait un point. Voyons tout de même un avantage à cela : il ne m'avait pas enfoncé, comme il pouvait le faire avec d'autres élèves. Cela voulait-il dire qu'il avait un peu d'estime à mon égard... ? Je riais intérieurement. Je pouvais rêver avec lui. Et pourtant, ce sont bien ses propos qui me donnaient de la volonté. Car je désirais par dessus tout lui prouver à quel point il avait tord. Je comprenais bien plus tard qu'il devait pousser exprès les gens à bout pour qu'ils puissent donner le meilleur d'eux même. Je respirais un grand coup. Il me tardait de voir revenir Laggron.

Bras croisés, je me grattais le coude avec nervosité. Il était déjà quinze heure et il n'y avait que les pierres dans l'aquarium. Je lançais quelques regards significatifs à Meian qui allait se frotter contre ma jambe pour me rassurer. Sauf que ça ne suffisait pas. Je faisais les quatre cents pas, toujours dans la même trajectoire. Et enfin, je revoyais ma créature aquatique. Sauf qu'il n'avait pas ce que je convoitais. Encore loin, je n'arrivais pas à distinguer ce qu'il tenait fièrement dans sa patte avant droite. Je forçais en plissant doucement les yeux et eu un hoquet quand je devinais ce qu'il s'agissait : un Remoraid. Mon cœur ne faisait qu'un tour dans ma poitrine et je me précipitais vers Reisui.

« Mais qu'est-ce que tu fiches Rei ? Tu crois que c'est l'heure de manger, c'est ça ? Et mon rocher ?! »

Plus je parlais et plus ma voix montait dans les aiguës, traduisant une anxiété soudaine. Mes gestes se mêlaient à mes propos et d'un point de vu extérieur, il semblait que je brassais de l'air. Ce Pokemon avait vraiment le cerveau de la taille d'un poisson rouge : il fait le tour du bocal et il oublie qu'il l'a fait alors, il recommence ! C'était pareil avec Rei, il oubliait mes consignes et vivait sa propre vie. En tout cas, le regard ahurit de mon compagnon laissait traduire son incompréhension. Il agitait ensuite le poisson sous mon nez et je grimaçais de dégout avant de le supplier de le relâcher. Sauf qu'il se voulait insistant et qu'il allait même jusqu'à l'aquarium. Et là, je percutais.

« Attends... Tu veux remplir l'aquarium de créatures autre que Kabuto, Amonita et Lilia ? »

Hochement de tête suivit d'un long silence... Je restais d'abord perplexe. Puis, l'idée ne me paraissait pas si stupide. J'arquais donc un sourcil tout en posant mes mains sur mes hanches et je m'imaginais la vie de ces prédateurs maritimes. Pour vivre, il faillait ce nourrir. Un besoin fondamental propre à chaque êtres vivants. Comme celui de respirer. Je frappais mon poing dans la paume de ma main, comme si l'illumination venait de me submerger brutalement.

« Pas bête... Pas du tout même... Comme ça, ils auront plus de facilité à accepter leur nouveau chez eux. Un nid douillet avec de quoi manger ! Que demander de plus ? Vraiment, Rei, tu m'impressionnes.  Sauf que... Avant de remplir l'aquarium de nourriture, il faudrait d'abord le terminer, non , tu ne penses pas ... ? Bien. Donc,  où est mon rocher ? »

Satisfait, le concerné faisait volte face et se redirigeait vers la mer. Au passage, il n'omettait pas d'engloutir ce pauvre Remoraid -que voulez-vous, c'est la dure loi de la vie. Il n'allait pas très loin en profondeur, je distinguais encore sa tête. Et il tirait quelque chose de relativement lourd vers la plage. Il s'agissait en réalité de mon rocher sur commande. J'étais stupéfaite. Laggron marquait des points considérables et il remontait dans mon estime. Là, je découvrais enfin la véritable force mon compagnon, celle qui lui donnait la capacité même de trainer des embarcations en perdition sur la rive. Malheureusement, la commande était bien trop grosse que la base que j'avais prévu et je prenais peur : il ne restait presque plus de temps et il était inconcevable de le laisser repartir. J'avais besoin de lui pour d'autres tâches. Donc, tant pis. Ce rocher là ferait l'affaire. Après tout, combien de probabilité il y avait pour que Laggron mette la patte sur une telle demande ? J'avais vraiment eu de la chance.

« Carapagos recherche toutes les plantes aquatiques. Quand il revient, il faut que tout soit presque terminé. J'ai besoin de toi pour mettre le sable. Meian va aussi aider. Il faudra tasser à certains endroit, notamment à la base du rocher pour que celui-ci soit bien fixé. Vas-y, entre. »

Le Pokemon aquatique ne se faisait pas prier et entrait dans ce gigantesque aquarium. Je remarquais bien qu'il ne se sentait pas particulièrement à l'aise mais je lui avais promis que cela ne durerait pas longtemps. Avec sa force, il allait repositionner les pierres déjà présentes et attendait que mon Noctali, grâce à son Psycko, apporte le sable mouillé. Il avait déjà fait un petit tas en creusant tout à l'heure, près de l'eau, rendant la tâche plus rapide. Et puis, le sable était fin, donc il lui était plus facile de le transporter, contrairement aux pierres de tout à l'heure.

Rei se faisant livrer en sable, je donnais les directives à l'extérieur. Sans broncher, il s'exécutait et tassais bien le sable au sol. Je lui demandais même de bien consolider ça à l'aide de son attaque Coup d'Boue, générant un mélange homogène. Attention cependant à ne pas en mettre de trop au risque de rendre le lieu inhabitable. Finalement, le talus de sable que je visualisais depuis tout à l'heure dans mon esprit prenait forme et un sourire commençait à illuminer mon visage. Le plus dur restait à venir. Car lorsque mes yeux se posaient sur cet immense rocher, je perdais mon sourire. J'avais  vraiment vu trop grand... Abandonner n'était pas pour autant une solution. Maintenant qu'il était présent, je ne me voyais pas ne pas essayer. Alors, la tâche revenait à Rei, le plus fort de l'équipe.

En sortant de l'aquarium, il respirait un bon coup et se hâtait de prendre son rocher. Je ne savais pas du tout comment il allait s'y prendre et je commençais à prendre peur. Il soulevait un côté et allait le plaquer contre l'aquarium. Je grimaçais, commençait à crier de faire attention mais à la surprise générale -car forcement, je n'étais pas la seule à l'observer faire- il posait le rocher délicatement. Bien... Et ensuite ? Eh bien, forcément, la suite n'était pas aussi surprenante que cela. Il pensait faire une sorte de bascule pour le repositionner correctement. Hors, au moment d'appuyer de l'autre côté pour le faire rentrer, le verre se brisa. Et je voyais toutes mes chances de réussite à cette compétition m'échapper. Mon visage se décomposait littéralement et je sentais toutes mes forces et mes convictions me quitter Les bras pendant le long de mon corps, je n'en revenais pas. A tel point qu'aucun son ne sortait de ma bouche grande ouverte. Le bruit du verre brisé résonnait encore en moi ainsi que les exclamations de mes camarades.

« Je... Je ... Non... »

Je n'avais pas balbutié ainsi depuis fort longtemps. Et jamais je ne m'étais effondrée de la sorte. Genoux dans le sable, je perdais tout. Pleurer ? Pas à ce point non plus. Mais j'étais clairement démoralisée. Je ne voyais pas du tout comment rattraper cette énorme bêtise. Un aquarium brisé et l'eau ne pourrait jamais rester à l'intérieur, mon projet s'évanouissait tel un château de carte. Je ne trouvais pas de solution immédiate, mes yeux s'amusant à détailler chaque grain de sable sous la paume de mes mains. Puis, au bout de quelques minutes, je serrais le poing et amassais du sable. Hors de question de jeter l'éponge. Le regard plus déterminé, je me relevais et posais mon regard sur Rei qui n'osait même plus bouger, totalement désemparé. Il avait fait l'erreur, il allait donc la réparer.

« Ok Rei. Utilise Laser Glace pour former la partie que tu as cassé. Mais avant, rentre le rocher comme ça, on est sûr d'éviter une autre bourde de ta part.»

J'étais d'un calme olympien. Tout se jouait sur ma respiration que je tâchais de contrôler, bien que mon rythme cardiaque avait considérablement augmenté. Laggron rentrait le gros rocher avec précaution et utilisait par la suite son attaque de type glace pour former l'un des pans de l'aquarium. J'essayais d'optimiser en me disant, qu'au moins, je ne me laissais pas distraire par ce genre de situation, que j'étais totalement apte à la surmonter en faisant preuve d'ingéniosité. Et puis... Rien ne disait qu'Amonita, Kabuto ou encore Lilia préférait les eaux tropicales. Ils avaient pu vivre très bien dans des eaux plus fraiches... Hum... Je n'avais plus qu'à croiser les doigts.. De toute façon, je ne voyais pas d'autre alternative et vu que le temps était précieux, je prenais la première idée qui était venue.

Bourde rattrapée, je me retrouvais donc avec une partie de glace. Laggron continuait son travail en positionnant ce long rocher comme je le demandais, le faisant tenir à la base en amassant sable mélangé à de la boue. De quoi bien consolider le tout et éviter une autre catastrophe. Je guettais avec un léger stress l'heure de mon iPok. Il était déjà tard, il ne restait plus qu'une grosse heure pour tout boucler. Mordillant ma lèvre inférieure, Carapagos revenait juste à ce moment, m'évitant une nouvelle crise d'angoisse. Je me précipitais vers lui pour venir à sa rencontre et constater ses trouvailles. Il avait des plantes vraiment intéressantes. De toute façon, impossible de les sélectionner, je devais faire avec. Et puis, la tortue savait bien ce qui était adéquate ou non. Je ne connaissais pas toutes les espèces. Cependant, je savais que ces plantes, une fois totalement immergées dans l'eau, seraient essentielles pour produire de l'oxygène. Elles pourraient aussi être un refuge tout en étant un garde manger.

Carapagos se chargeait de sortir les plantes de l'eau. Pour une fois, je me mettais aussi au travail en transportant ces dernières jusqu'à l'aquarium. De cette façon, je pouvais aussi les détailler. Une, plutôt petite, était de couleur bordeaux et contenait beaucoup de feuilles. Une autre se rapprochait assez des fougères que l'on pouvait trouver en forêt. D'autres encore, avaient les feuilles plus larges, d'un vert flamboyant. La jeune tortue n'avait pas chômé. Il y avait suffisamment de plantes aquatiques pour tapisser tout le fond, ainsi que pour en placer quelques unes sur le talus.  Il y avait même de la mousse hépatique que l'on pouvait accrocher sur le gros rocher qui, au passage, en contenait déjà.

Tout prenait forme et je retrouvais mon courage. Les dernières minutes arrivaient et il était temps de placer l'eau. L'honneur revenait à mes deux compagnons de ce type. L'attaque Surf suffirait. Une énorme vague allait alors s'abattre partout, submergeant jusqu'au sommet l'aquarium. Seul le haut du gros rocher était à la surface, ainsi qu'un peu de sable. Je soufflais d'un coup, mains sur les hanches. Et voilà... C'était terminé. Travail bouclé. Mes trois amis revenaient vers moi et je les félicitais pour leur travail. Rei se sentait un peu mal d'avoir ralentit la construction du projet mais je le rassurais  en lui disant qu'il avait apporté beaucoup. Me revenait alors subitement l'idée de tout à l'heure et je le pressais à aller chercher, lui et Carapagos, quelques poissons. Tâche peu compliqué puisque la chasse faisait partie de leur attribut. Ils allaient ensuite les mettre dans l'aquarium.

Le coup de sifflet sonnait, indiquant que la compétition était terminé. Je n'avais même pas eu le temps de proposer l'environnement à Amotina, Kabuto et Lilia pour savoir s'il leur correspondait ou si je devais effectuer des modifications selon leur convenance. De toute façon, je ne savais même pas si cette éventualité était possible. Je m'asseyais au sol, à bout. Meian restait à mes côtés tandis que Laggron et Carapagos allaient, cette fois-ci, s'amuser dans l'eau pour se détendre. J'essuyais du revers de la main une goutte de sueur de la tempe et je souriais à mon Noctali chromatique. Un simple échange de regard nous laissais sur la même longueur d'onde. J'avais réellement des Pokemon incroyables. Pierrick et Roseverte venaient à la rencontre des élèves et ils leurs donnaient congés par la suite, après avoir rempli quelques formulaires. Quand mon tour venait, je tâchais d'analyser les traits du visage de mes deux "correcteurs" pour tenter de déceler, ou plutôt, de décrypter leurs pensées. En vain, forcément.

C'est finalement au moment de repartir que je me posais une question importante : l'eau de l'attaque Surf, elle était douce ou salée ... ... ? Bravo Ambre. Tu as 50% de chance de tuer des spécimens rares.

Informations modération :
 

_________________



AMBRE LAWFORD - EXPERTE EN ARCHEOLOGIE



.MEILLEURE SCIENTIFIQUE 2014-2015
MEMBRE LA PLUS TYRANNIQUE 2014-2015
COUPLE LE PLUS FUSIONNEL AVEC NOCTIS 2014
CHOUCHOUTEUSE DE POKEMON 2014
SKYPEUSE PARFAITE AVEC RIVEN 2014

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Kalos - Aufrac-les-Congères
Âge : 16 ans
Niveau : 32
Jetons : 528
Points d'Expériences : 815

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Dim 12 Juin - 17:47

... mots
dialogue en gras
pensées en italique
Compétition Scientifique !
    Lyra promena un regard détaché sur ses camarades. De temps à autre, ses yeux retournaient se poser sur l'aquarium vide qui se trouvait tout près d'elle. Elle le contemplait de long en large, comme si elle attendait qu'une idée vienne germer dans sa tête. Quelle idée de se lancer dans une compétition comme ça avec aucune idée dès le départ? C'était stupide. Et pourtant, ça ressemblait beaucoup à la Givrali.
         Alors qu'un râle de mécontentement venait s'échapper d'entre les lèvres de la jeune fille, elle se gratta l'arrière de la tête en fixant le verre, ahurie. Elle pouvait demander conseil, certes, mais... Notez que le professeur Roseverte n'avait vraiment pas l'air de bonne humeur. Donc, elle ne risquait pas de s'adresser à lui.  Mais l'épreuve venait de commencer, donc la jeune fille avait tout son temps... Enfin, c'était un bien grand mot. Disons plus qu'elle avait jusqu'au coucher du soleil, soit dix-neuf heures, sûrement.
          Six heures...
          Il lui fallait quand même se dépêcher.

    Pour récapituler.
    C'était donc une compétition scientifique. D'Archéologie plus précisément. D'un coté, la jeune femme en était plutôt soulagée puisque c'était la branche qu'elle visait, a défaut de choisir la branche Chercheur Pokémon. Et d'un autre coté... Son cerveau était vide. Complètement vide. Peut-être parce qu'elle n'avait pas bien dormi, cette nuit.
         Le but était donc de reconstituer l'environnement de trois Pokémon Fossiles, soit Amonita, Kabuto et Lilia. De ce qu'elle savait d'eux, Lyra pouvait donc en déduire que puisqu'il s'agissait de Pokémon Marins il était logique que la compétition se déroule à la plage. Enfin... Des Pokémon des profondeurs, plutôt. Ah, c'était malin. Les deux Pokémon de la Givrali ne connaissaient pas la capacité plongée, et combien même, ils n'étaient pas de type eau. Enfin. Posséder un Pokémon Psy et un Pokémon acier pouvait avoir des avantages.
         De gros avantages.
         Ce qui servit à motiver Lyra.

    Enfouissant une main dans sa sacoche en bandoulière, elle sortit tour à tour ses deux Pokémon, et Psystigri poussa un puissant cri de joie quand elle fut enfin libre. Mystigri, avec une expression agacée, dû se placer devant Mysti pour empêcher celle-ci de gesticuler n'importe où. La Givrali vint s'accroupir près de sa Psystigri, et lui ébouriffa le crâne avant de se relever.
    Donc.
    Réfléchissons.
    Qu'est-ce qui pourrait composer l'environnement d'un Pokémon des profondeurs?
         Déjà, du sable. Un tout petit peu de sable. Lyra fut vite découragée en constatant qu'il lui faudrait sûrement récolter le sable en s'aidant de ses mains. Et combien même il y aurait eu des bacs, cela n'aurait pas changé grand chose. C'est dans ces moments là qu'on réalise à quel point Jet de Sable aurait été une attaque utile. Mais allons bon, aucun de ses Pokémon ne la connaissait.
         Il fallait donc faire avec les moyens du bord.

     Lyra commença à s'accroupir, prenant du sable dans ses mains. … Et elle se découragea rapidement en voyant que celui-ci glissait à chaque fois au travers de ses doigts. Bon... Ça commençait très bien. La jeune fille se redressa, promenant son regard sur la plage, à la recherche d'un réceptacle pouvant possiblement recueillir du sable. De temps à autre, elle dirigeait son regard sur les aquariums des autres participants, qui s'activaient déjà.
     Presque une demi-heure que la compétition avait commencé.
     Et la Givrali n'avait toujours rien fait.
         Lyra réfléchit un instant. Mais oui, quelle idiote. Pourquoi ne pas aller parler au champion qui surveillait la compétition? Peut-être qu'il pourrait lui indiquer certaines choses. Lyra allait se diriger dans sa direction... Quand ce fut deux autres élèves qui la devancèrent. Elle se découragea, et continua à chercher des réceptacles.
         Jusqu'à ce que Mysti se dirige vers un grand rocher.
         Rocher entouré d'un bon nombre de petits coquillages creux.
     
     Ils n'avaient pas vraiment de charme particulier, mais pour transporter du sable c'était juste parfait. Lyra se dépêcha de tous les remplir, avant de souffler en constatant le nombre d'aller-retour qu'elle allait devoir faire. Sauf si... En effet, une fois qu'elle eut pris deux des coquillages, ses Pokémon se chargèrent d'en soulever à leur tour. Et les capacités Psychiques de sa Psystigri était grandement utile pour en porter plus que deux.
     C'était parfait.
         Regagnant son Aquarium, la jeune fille s'empressa de disperser soigneusement le sable au fond, en faisant attention à ce que la couche reste fine. Et heureusement, bien qu'il y ai eu pas mal de coquillages, il n'y avait pas énormément de sable.
         Deuxième étape.
         Si les Pokémon fossiles dont elle devait reconstituer l'environnement aimaient les profondeurs, nul doutes qu'ils devaient apprécier les lieux sombres. Lyra se concentra un instant... Et un flot d'idées jaillirent dans sa tête, tel un torrent.

     L'adolescente fit rapidement le tour de la plage, espérant qu'il y avait des bassines pour les élèves qui ne possédaient pas de Pokémon de type eau. Et oui, il y en avait. Il y en avait peu, mais il y en avait. La jeune fille lâcha un soupir de soulagement, avant de revenir sur ce qu'elle allait faire. Des grottes immergées, creuses, sombres, des roches, des geysers d'eau... Enfin, la jeune fille s'enflammait. Il fallait d'abord qu'elle se calme.
         Elle partit chercher une des bassines d'eau mise à disposition, et, la calant sous son bras, elle fila vers le bord de mer, où d'autres participants se trouvaient. Elle se mit à l'écart, et, remontant le bas de son pantalon jusqu'aux genoux, elle avança dans l'eau où elle trempa la bassine.
         Puis elle fit demi-tour.
         Et regagna son Aquarium.

      Elle posa la bassine au pied de son Aquarium, avant de faire demi-tour et de retourner dans une partie éloignée de la plage, tandis que Mysdibule restait surveiller l'Aquarium. La jeune fille s'approcha de la mer, qui était très calme. Elle vit scintiller sur le sable quelques lumières, au soleil, et s'en rapprocha.
         Ah, mais...
         Quelle heure était-il?
         Peut-être quinze heures. La jeune fille soupira, et s'approcha de l'endroit où scintillaient les reflets, avant d'apercevoir qu'il s'agissait d'une multitude de coquillages aux reflets irisés. Émerveillée, elle se dit que justement ce serait parfait pour elle. Ca mettrait un peu de clarté dans l'Aquarium sombre qu'elle prévoyait de faire.

     Quinze heures. Il était environs quinze heures. Peut-être plus. Mais toujours est-il que la jeune fille devait se presser. Elle ramena les coquillages auprès de son Aquarium, les déposant aux cotés de sa bassine remplie d'eau. Cette fois-ci, ce fut sa Mysdibule qu'elle prit avec elle, laissant Mysti surveiller l'Aquarium. En espérant qu'elle ne ferait pas n'importe quoi...
         Lyra soupira, et suivie de sa Mysdibule, elle s'approcha d'un rocher assez gros mais visiblement assez fragile pour être brisé d'une simple attaque. Et comme la Mysdibule était de type acier... C'était parfait.
         Tête de fer.
         Et la pierre se fendit en deux, avant d'éclater en plusieurs morceaux. Étrangement, la pierre était creuse. Mais ce serait somme toute pratique.

     La jeune fille ramena donc les quelques morceaux de roche creuse qu'elle avait récupérés, avant de partir à la recherche de cailloux. Heureusement, Mysti n'avait pas fait n'importe quoi, au grand soulagement de la Givrali. Il restait encore quelques autres choses à récupérer, et le temps filait.
     Il filait rapidement.
         Il fallait espérer que Lyra aie le temps de faire tout ce qu'elle voulait. Donc, la voilà qui partait à la recherche de petits cailloux. Une dizaine ferait l'affaire. Même peut-être un peu moins. Elle longea le bord de mer, manquant de renverser un participant qui émergeait des mers en tenue de plongée. Elle râla, avant de continuer de marcher. Et de trébucher sur quelque chose qui la fit tomber en avant.
         Et atterrir dans l'eau.
         Elle se retrouva trempée en moins d'une seconde.

     Mais cela lui avait au moins permis de trouver ce qu'elle voulait. De petits galets égarés sur la plage, ronds et fins. C'était ce qu'il lui fallait. Secouant la tête pour dégager l'eau, elle récupéra les galets, et les ramena vers son Aquarium.
         Elle commença par creuser quelques petits trous dans le sable, avant de prendre l'un des coquillages qui lui avaient servis de réceptacles pour le tremper dans l'eau. Elle la versa dans les trous, qu'elle reboucha par des galets presque aussi larges que le trou, mais qui laisseraient une ouverture sur les cotés pour que l'eau s'en échappe une fois que l'Aquarium serait rempli.
         Puis elle s'empara d'un morceau de pierre assez plat, qu'elle plaça dans un coin de l'Aquarium.
         Pour ensuite y placer dessus un rocher haut, creux, dans lequel pourrait se loger facilement un Pokémon.
         Et sur lequel pourrait s'accrocher un Pokémon.

     Avant de continuer, elle voulait trouver des algues et quelques coraux. Pas sur qu'il y en avait sur le bord de la plage... Elle devrait se contenter des morceaux échoués. Le désavantage de ne pas posséder de Pokémon avec plongée comme capacité était qu'elle ne pouvait pas avoir tout ce qu'elle voulait...
         La jeune fille lâcha un soupir, et passa une bonne dizaine de minutes à longer la plage à la recherche de ce qu'elle voulait. Il était déjà seize heures, ce qui voulait dire que Lyra n'avait plus que 3 heures. Mysti, derrière elle, s'était aventurée dans l'eau, enfin, elle avait toujours pieds. Elle finit par ramener à sa dresseuse quelques morceaux de corail échoués sur le bord de la plage, tandis que Lyra avait récupéré quelques bouts d'Algues.
         Ce n'était pas très propre, mais ça ferait l'affaire.
         Et la voilà qui retournait vers son Aquarium, ses Pokémons sur les talons.

     La jeune fille commença alors à disposer des morceaux d'algues un peu partout dans son Aquarium, avant de poser en leur bout les petits coquillages aux reflets irisés. Elle disposa ensuite les morceaux de corail un peu partout, notamment au sommet des roches creuses qui étaient semblables à de petites grottes, ou cachettes pour les Pokémons.
         Ce que Lyra fit ensuite fut de contempler un moment son Aquarium, en cherchant ce qui pourrait l'embellir. Elle récapitula ce qu'elle avait fait; Elle avait creusé des trous dans le sable, mettant à l'intérieur un peu d'eau, avant de les reboucher de quelques galets dont les contours n'épousaient pas ceux du trou de sorte à ce que l'eau puisse s'élever.    
          Elle avait ensuite mis un peu partout des algues, dont le bout était maintenu par les coquillages aux reflets irisés pour qu'ils puissent s'élever et onduler lorsque l'eau remplirait l'Aquarium.
          Elle avait ensuite placé des morceaux de roche à divers endroits, comme des grottes dans lesquelles des Pokémons pourraient se cacher. Elle les avaient ensuite décorés de morceaux de corail récupérés sur la plage, de toutes les couleurs.

     Lyra constata qu'il lui restait un peu moins d'une heure. Elle contempla son Aquarium encore une fois, constatant qu'il lui convenait même si elle avait l'impression qu'il était un peu... Vide. Enfin. Espérons qu'elle aie le temps de trouver quoi mettre de plus, bien que le plus important restait pour le moment de remplir l'Aquarium d'eau. Déjà que sans elle il ressemblait à une véritable grotte sous-marine, avec l'eau ça n'en serait que mieux. La jeune fille se mit donc à parcourir la plage, trouvant ça et là de petits rochers qui auraient pu lui être utiles.
    Elle fini par remplir d'eau son Aquarium.
         Alors se fit tout ce qu'elle avait prévu. Les algues se levèrent, se mettant à gracieusement onduler. Des bulles d'eau s'élevaient au travers de l'Aquarium, tandis qu'on pouvait voir les petits crustacés qu'avait trouvé Lyra gambader au travers de la forêt d'algues, et se cacher au creux des petits rochers pour certains. Les coquillages luisaient dans l'Obscurité de l'Aquarium, alors que les coraux servaient de perche pour certains crustacés.

    Elle était assez satisfaite de son travail, même si elle le trouvait banal par rapport aux autres élèves. La jeune fille soupira, et à son oreille résonna le son de l'arrêt de la compétition. Elle se permit de souffler longuement. Enfin, c'était enfin fini. On ne pouvait pas dire que c'était exceptionnel comme Aquarium, mais mine de rien la Givrali était fière de son travail.

sous-titre



Spoiler:
 

_________________


Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4483-317-je-n-ai-qu-un-objectif-et-je-ferais-tout-pour-l-atteindre-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4494-lyra-scarlet-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2468

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Lun 20 Juin - 22:33



scientifique #4 - Archéologie
RP Compétition

Le vent printanier s’était levé pour accompagner sa route de ses caresses indomptables. Sur le chemin qui menait jusqu’à la plage du campus, Alban avait pris quelques secondes pour retarder son arrivée et s’imprégner totalement de l’atmosphère des lieux. Un, deux, trois. Ses mains se redressèrent comme s’il souhaitait s’envoler, et ses iris bleu océan disparurent derrière le rideau de ses paupières. Plus il s’approchait de la mer et plus l’odeur des embruns venait se mêler à celle, plus boisée, du coin de forêt qui bordait l’académie. Avec sérénité, Alban vit un groupe de filles passer en courant à côté de lui. La fragrance sucrée de leur parfum se mélangea à celle du sel et le châtain inspira un grand coup. Cette senteur si particulière aux allures de nectar olympien lui monta à la tête comme un alcool fort, et il put un instant faire le vide dans son esprit.

Beaucoup plus calme qu’il ne l’avait été au cours des deux dernières heures, le Voltali continua son chemin, ses chaussures quittant progressivement la stabilité de la terre pour rejoindre les allées de sable qui s’étendaient à perte de vue. Là, une foule dense s’était déjà amassée pour attendre les directives du jury. Cependant, malgré l’heure qui s’approchait en se riant totalement des notions d’espace et de temps, Alban décida de traîner de la patte pour rester encore un peu à l’écart du troupeau. Certains auraient dit qu’il ne prenait pas forcément les choses au sérieux ; après tout, même Alban Abernaty ne pouvait pas être si calme à l’approche d’une compétition organisée par l’académie. Lui aurait répondu qu’il se mettait seulement en condition pour une bataille qui était loin d’être gagnée d’avance. Se précipiter et paniquer ne lui avaient jamais rien apporté de bon. Puisant donc dans ses trop lointains souvenirs, le châtain avait décidé de s’enfermer dans cette bulle de confort qu’il avait eu l’habitude d’ériger, fut un temps. A l’approche d’une course aérienne, la meilleure chose à faire avait toujours été de calmer les battements de son cœur en prenant de grandes inspirations. Sentir le vent et tenter de l’apprivoiser avait le don de le rendre serein. Même si le dessein était utopique - après tout, on ne pouvait dompter le vent -, le cheminement lui permettait de réaliser certaines choses. Quoi qu’il arrive, il ne pourrait jamais être irréprochable et livrer un résultat parfait. L’essentiel était de faire de son mieux pour tenter, petit à petit, de se rapprocher du soleil afin de le toucher du bout des doigts. En veillant à ne jamais se brûler les ailes…

Une main légèrement tannée vint glisser ses doigts entre ses mèches châtains. Ses yeux bleus balayèrent une nouvelle fois la plage pour observer les quelques changements qui s’étaient opérés. Outre les élèves qui chahutaient dans la plus joyeuse des indiscrétions, de nombreux aquariums avaient éclos comme du chiendent sur les grains dorés. Satisfait intérieurement, Alban s’approcha du reste du groupe, sa main renfermant comme une cage protectrice, le tissu de son précieux sac à dos.

Le thème de cette compétition était évidemment l’Archéologie. Il n’y avait eu aucune ambiguïté lorsque le Professeur Roseverte le leur avait annoncé, il y a de cela quelques semaines. Les inscriptions aux compétitions étant limitées à deux par personne, Alban avait longuement réfléchi avant de faire son choix. La première compétition à laquelle il avait « choisi » de participer avait été sans grande surprise celle des Coordinateurs. Enfin… Choix était un bien grand mot, puisque Hélios, son Larveyette, le lui avait totalement imposé. Mais le châtain acceptait et respectait. Après tout, ce n’était pas souvent que l’insupportable larve s’intéressait autant à un projet proposé par l’académie. Depuis que le châtain avait accepté de l’intégrer à son équipe, sur demande aucunement subtile de la part du type Insecte, il avait rencontré de nombreuses difficultés avec son côté un peu trop dramatique. Pour autant, c’était là une bonne occasion de le responsabiliser et de lui laisser la possibilité de briller autre part que dans le dortoir Voltali. D’autant plus que depuis l’annonce du défilé et des costumes, le Larveyette était complètement focalisé sur ses confections et sa machine à coudre, ce qui laissait au Coach un peu plus d’air frais à respirer. Enfin… Alban disait ça parce que c’était la seule justification « cool » qu’il avait trouvée à sa participation au concours de Coordination. Dans les faits, Hélios avait simplement inscrit son nom sur le registre des participants et le châtain n’avait malheureusement pas trouvé de moyen d’annuler sa candidature. Son référent n’ayant évidemment pas aidé à plaider en sa faveur. Mais passons sur ces détails peu glorieux.

La seconde compétition à choisir avait fait l’objet d’un peu plus de débat. En réalité, Alban avait secrètement nourri l’espoir de pouvoir participer à celle organisée pour les Pokéathlètes. Il avait toujours eu un esprit compétitif, et le sportif qui sommeillait en lui avait envie de se confronter à toutes les pointures de l’académie. Malheureusement, et même si son genou allait beaucoup mieux depuis que Calliope s’occupait de sa rééducation, Alban ne se sentait pas encore totalement prêt. Plus que son incapacité à soutenir un exercice physique long, c’était la peur d’être mauvais qui le paralysait. Il n’osait pas se l’avouer, évidemment ; il était bien plus confortable pour lui de se cacher derrière son excuse de genou boiteux. Mais les faits étaient là : Alban avait peur de ne pas faire aussi bien qu’il avait pu faire dans le passé. Et, même si la Générale Jackie avait lourdement insisté pour qu’il s’inscrive à coups de « quand l’esprit veut, le corps suit », Mademoiselle Hortense avait émis plus de réserve. Alban ne savait pas quel genre d’épreuve les Pokéathlètes allaient avoir à subir, mais si sa référente de cœur estimait qu’il n’en était pas capable, c’était sûrement qu’avec ses forces et son équipe actuels, il n’aurait pas pu tenir la distance.

Avec ces éléments en tête, le jeune Abernaty s’était donc tourné vers la branche Scientifique. Il n’avait jamais été bien mauvais dans ce domaine - à part en Mécanique -, et l’Archéologie l’intéressait énormément. En outre, il avait réussi à glaner un peu d’expérience auprès d’Ambre Lawford lors de leur Expédition dans la Grotte Azurée. Il se doutait bien que la meilleure élève Archéologue de l’académie allait participer également, mais ce serait en quelques sortes la remercier que de mettre en application tout ce qu’elle lui avait enseigné. Et, tandis qu’il pensait à la brune, cette dernière apparut justement dans son champ de vision. Comme prévu. Souriant légèrement, Alban ne l’interpela cependant pas ; le regard de la Givrali était tellement ardent qu’il avait peur de la déranger. Mieux valait-il la laisser se mettre en condition. Abandonnant donc sa contemplation de la redoutable Lawford, son regard balaya le reste de la foule, à la recherche de visages connus. Parmi ces derniers ? Il y avait Aaron son meilleur ami, Rod, Aileen la préfète-en-chef et… son cœur rata un battement. Maxine, évidemment. Elle était en parcours Archéologue. Comment pouvait-elle manquer une occasion pareille ?

Le Voltali décida cependant de ne pas aller à leur rencontre. Il risquait plus de les perturber qu’autre chose. Lui-même n’avait pas envie qu’on le gêne lors de sa préparation mentale. Dans la mesure du possible, il préférait également qu’ils ne se retrouvent pas dans la même zone ; qui sait de quelles maladresses il serait capable, si Max était dans les parages ? Non, vraiment. Il allait tout faire pour se tenir à distance d’eux tous ; ce qui lui permettrait d’un côté de ne pas s’inquiéter pour eux - et de ne pas s’inquiéter d’eux - et de rester centré sur ses objectifs. C’était plus judicieux ainsi. Ecoutant donc le discours d’un Roseverte particulièrement remonté - avait-il troqué son habituelle cigarette contre du chewing-gum ? Ah non… c’était bien sa cigarette qu’il était en train de bouffer -, Alban hocha la tête par intermittences. La tâche semblait bien plus ardue que ce à quoi il s’était attendu. Reconstituer le milieu naturel de Pokémon fossiles dans un aquarium ? Autant dire que ça n’allait pas être vraiment simple, même compte tenu du temps alloué. En outre, Roseverte semblait passablement agacé - plus que d’ordinaire, j’entends -, et même la présence d’un champion à ses côtés ne parvenait pas à le détendre. Qui était ce gars, d’ailleurs ? Pierrick ? De souvenir, il était de Sinnoh. Sûrement un champion de type Roche, vu la dégaine qu’il se payait. Alban haussa les épaules ; rien de bien important, après tout. Rassemblant donc ses affaires lorsque Roseverte leur annonça qu’ils pouvaient « déguerpir pour aller s’enfoncer dans leur médiocrité », le châtain s’éloigna le plus possible de ses camarades.

Le choix de sa zone géographique était primordial. C’était la première étape de la compétition, et Alban savait bien qu’il ne fallait pas la négliger. On avait trop tendance à y aller au hasard en se dirigeant là où nos pieds voulaient bien nous porter ; et pourtant, c’était là, le piège. D’après ce que Roseverte avait dit, trois spécimens les attendraient à côté de leurs aquariums respectifs : Ammonita, Lilia et Kabuto. Sans même avoir besoin de son iPok, Alban su d’office qu’il aurait besoin d’une grande quantité d’eau. Zéphyr pouvait évidemment la lui fournir, mais remplir un tel volume n’était pas forcément aisé ; mieux valait se trouver proche de la mer afin d’éviter d’épuiser inutilement son Goélise. En outre, il lui faudrait très certainement trouver de quoi remplir son aquarium ; plantes, algues, nutriments, proies, rochers. Même sans entrer dans une analyse approfondie, Alban pouvait aisément deviner que la proximité à la mer lui permettrait d’inutiles allers retours. Prendre un aquarium éloigné de l’eau, c’était la plus stupide des décisions. Quant au reste, hm…

Alban connaissait une bonne partie de la Plage comme sa poche, puisqu’il y avait longtemps fait ses entraînements matinaux. Il savait que sur une partie, le bandeau de sable était moins large qu’ailleurs ; ce qui lui permettrait d’avoir accès non seulement à la mer, mais également aux buissons qui bordaient la terre ferme. De plus, cette zone-là était caractérisée par sa longue ligne de rochers qui représentait un obstacle naturel qu’il avait longuement exploité durant ses séances. C’était donc cet endroit qu’il visait ; mer, sable, forêt et rochers. Il ne fallait pas être un génie pour deviner qu’il aurait besoin de tous ces éléments pour constituer son aquarium.

D’un pas décidé, il contourna donc ses camarades qui avaient choisi d’opter pour des aquariums plus proches de la zone de départ. D’un côté ce n’était pas aberrant, puisque cela leur permettait de gagner un peu de temps à partir du lancement. De l’autre… la rentabilité sur le long terme n’était peut-être pas optimale. Têtu quant à son idée, Alban aperçut donc au bout d’une bonne minute de marche, l’aquarium qui était placé de façon parfaitement stratégique. C’était CET aquarium qu’il voulait. Un sourire naquit sur ses lèvres et il pressa le pas pour l’atteindre, jusqu’à ce que…

- Eh non Abernaty, il est pour moi !

Une masse passa comme une fusée à côté de lui et vint toucher la paroi de verre avant qu’il n’ait eu le temps de le faire. Voyant ses chances de réussite se fragmenter en mille morceaux - rien que ça -, Alban sentit son visage se décomposer tandis qu’Andersen - encore cet abruti - le regardait de façon narquoise. Le Noctali Coordinateur eut un air suffisant et lui tira la langue, lui faisant bien comprendre qu’il avait le potentiel pour l’enquiquiner ; et pire, qu’il n’hésiterait pas à s’en servir. Alban sentit le rouge lui monter aux joues. Il était à peu près certain que cet écervelé n’avait pas eu le même cheminement logique que lui pour choisir son aquarium. Non. Son déficit neuronal n’était sûrement pas allé jusqu’à avoir un tel raisonnement. Avait-il donc attendu qu’Alban choisisse son aquarium pour le lui voler au nez et à la barbe de Barbicha ? L’hypothèse était plus probable, même si le châtain ignorait pourquoi Andersen s’acharnait tant sur lui. Mais après tout, allez donc comprendre les gens stupides.

Haussant les épaules, le Voltali décida de ne pas répondre à cette provocation effrontée. Il bifurqua de chemin et se choisit un aquarium à proximité ; un peu moins bien placé, mais qui jouissait d’une position qui lui permettait d’avoir son intimité, cachée dans un demi-enclos constitué de rochers. Là, il posa ses affaires et consulta sa montre. Il lui restait 5 heures et 55 minutes. Méthodique, il décida de planifier ses plages horaires en comptant large. Son organisation devait être simple mais efficace : il lui faudrait tout d’abord étudier les Pokémon fossiles, réfléchir à un environnement propice au développement des trois espèces, choisir les trois Pokémon qu’il allait utiliser pour l’assister dans sa tâche, et recréer l’environnement. Dans l’idéal, il souhaitait également se garder un peu de temps pour « tester » son environnement et voir si les Pokémon fossiles s’y accommodaient ; ce qui, en fonction des délais, lui laisserait la possibilité de corriger le tir ou de pleurer toutes les larmes de son corps. Bien.

Retroussant ses manches, il décida de prendre une bonne demi-heure pour analyser les Pokémon qu’il avait devant lui. Sa propre équipe enfermée dans des Pokéballs suspendues à sa ceinture pouvait bien attendre encore un peu. Par précaution, il n’avait pas fait appel à eux dès le départ ; les effectifs étant limités, il avait craint de perdre du temps si un des débiles de son équipe s’était échappé avant le début de l’épreuve. Prenant une grande inspiration pour se donner du courage, Alban s’assit à même le sable et regarda les trois Pokémon.

Il commença tout d’abord par Lilia, qui était le Pokémon qu’il connaissait le mieux puisque le premier fossile de cette espèce avait été trouvé dans sa région natale. Sans pour autant être un expert, Alban en avait entendu parler en primaire, son analyse faisant partie du programme. Il était bien conscient du fait que le savoir qu’il avait acquis sur cette espèce serait loin d’être suffisant pour reconstituer parfaitement son milieu naturel ; néanmoins, commencer par quelque chose de familier lui permettrait de gagner en confiance. S’approchant donc du Pokémon, il dégaina son iPok, autorisé lors de cette épreuve. La voix de la fonction Pokédex s’éleva dès que l’appareil eut fini de scanner l’organisme en face de lui.

« Lilia, le Pokémon lis d’eau ! Il vivait au fond de la mer il y a 100 millions d'années. La science a permis de le ressusciter. Cet ancien Pokémon s'accroche à un rocher, sous l'eau, et attrape ses proies à l'aide de ses tentacules en forme de pétales de fleur. Il se fait passer pour de vulgaires algues en faisant flotter ses tentacules. Ce Pokémon balaie l'horizon depuis son perchoir, immobile, en quête de proies. »

100 millions d’années. A cette époque, comment la mer était-elle ? Alban dut avouer qu’il n’en avait aucune fichtre idée. Ce n’était pas vraiment ce qu’ils étudiaient au programme, malheureusement. Il allait donc devoir avoir un raisonnement logique. Le Pokémon Lilia était, d’après son Pokédex, de type Roche et Plante. Logique pour le type Roche, puisqu’il avait été ranimé depuis un fossile. Pour la Plante bah… il n’y avait qu’à regarder deux secondes le bousin pour comprendre en quoi c’était normal. Sûrement avait-il été Eau/Plante avant sa fossilisation. Hochant la tête de gauche à droite, Alban se recentra sur l’essentiel. Il fallait qu’il avance, au lieu de se perdre dans ses réflexions. Il se força donc à observer encore un peu le Pokémon.

Niveau « physique », Lilia était plutôt similaire aux peintures qu’il en avait vues dans les livres de cours. Une sorte de plante, proche de l’anémone. Sa tête était emprisonnée entre ces drôles de tentacules roses qui pouvaient s’agiter. En dessous, une sorte de corps violacé lui donnait l’impression d’avoir une seconde tête. En outre, des motifs jaunes clairs en forme de cercles accentuaient cette impression d’une seconde paire d’yeux. Par acquis de conscience, Alban tapota doucement du doigt sur la surface lisse pour s’assurer que sa tête ne se trouvait pas ici - sait-on jamais -. Le Pokémon ne cligna pas de l’œil, ce qui le conforta dans son idée que son véritable faciès était bien cette espèce de masse noire cachée au milieu des pétales. Ok. En dessous, il y avait ensuite une espèce de cou (?) long, fin et extensible. Puis, le pied muni d’une ventouse, lui permettant de s’accrocher aux rochers pour la prédation. D’après ses informations Pokédex, Lilia utilisait donc cette ventouse pour se fixer. Un être plutôt sédentaire, en résumé. Même si ces espèces de pattes lui permettaient de se déplacer sur de courtes distances.

Tournant autour du Pokémon, Alban se posa une question ; où diable pouvait se trouver sa bouche ? Entre nous, et même si c’était pour le bien de la science, le châtain n’était pas 100% chaud pour mettre son doigt dans la zone noire entre les tentacules. Même s’il était évident qu’il s’agissait de la tête du Pokémon, une autre image lui venait immédiatement en tête et bloquait ses envies d’exploration. Pas envie de se les jouer proctologue du dimanche, après tout. Soupirant, il nota ses premières observations sur son calepin. Il réfléchirait plus longuement par la suite. Là, il devenait urgent de passer aux autres spécimens.

Se tournant donc vers l’Ammonita, Alban s’en approcha avec plus de curiosité. Il avait certes déjà entendu parler de ce Pokémon, mais son origine plus lointaine impliquait qu’il en connaissait bien moins que sur Lilia. Sortant une nouvelle fois son iPok, il attendit le verdict du Pokédex.

« Ammonita, le Pokémon spirale ! Il peuplait autrefois les mers. Il utilise l'air dans sa coquille pour s'enfoncer dans l'eau ou faire surface. Lorsqu'il est attaqué par un ennemi, il se rétracte dans sa coquille. »

Pokémon Roche et Eau, donc. Avec milles précautions pour ne pas l’effrayer, Alban s’approcha et tendit un doigt vers la carapace. Le Pokémon, craintif, se rétracta aussitôt dans sa coquille, ne laissant dépasser que quelques tentacules d’un bleu vif. Oook. Ça allait être compliqué de l’étudier, s’il restait sans cesse là-dedans. Profitant néanmoins de ce repli brusque pour observer le reste de la coquille, le châtain passa son doigt le long de la spirale. D’un jaune pâle, la coquille semblait plutôt solide, même s’il était évident qu’elle était totalement creuse. Quoique… ?

Il tapota de l’index sur certaines zones. C’était bizarre, mais on aurait dit qu’à certains endroits, la coquille était « pleine ». Sortant son iPok une nouvelle fois, il lut la suite des informations sur le Pokémon. Les Ammonita possédaient une coquille cloisonnée délimitant ce qu’on appelait des « loges ». Ces loges, vides de base à l’exception de la dernière et plus grande qui abritait le Pokémon, pouvaient se remplir ou se vider d’eau selon l’envie. Les connections se firent rapidement dans l’esprit du jeune Coach ; « Il utilise l’air de sa coquille pour s'enfoncer dans l'eau ou faire surface ». Cela voulait donc dire que ce Pokémon se déplaçait essentiellement par projection ? Si tel était le cas, sa vitesse de déplacement ne devait pas être fulgurante, l’effort nécessaire pour aspirer et rejeter de l’eau devant l’épuiser déjà bien assez. Ce qui voulait dire que l’Ammonita n’était pas un Pokémon difficile à chasser. Dans ce cas, comment avait-il pu survivre ?

Alban réfléchit de longs instants. Il ne comprenait pas comment un Pokémon ainsi avait pu perdurer autant, indépendamment de sa fossilisation. Il avait certes une coquille pour le protéger mais… s’il se rétractait dans sa coquille, cela signifiait qu’il dégringolait en chute libre dans les fonds marins, n’est-ce pas ? En outre, il devait forcement se poser de temps en temps. Il n’y avait donc pas trente-six solutions à ses yeux ; même si l’animal était essentiellement benthique, il avait forcément besoin d’un fond pour se poser. Que ce soit des rochers ou autres. Mais surtout, il était essentiel qu’il ait de la place pour nager, que ce soit de façon verticale ou horizontale. Ok.

Reposant l’Ammonita sur le sable, Alban passa au dernier spécimen : un Kabuto. Découvert pour la première fois dans la même région qu’Ammonita, Kabuto avait souffert d’une réputation un peu moins glorieuse. En même temps, quand on était une sorte d’arthropode bizarre, il était difficile de faire figure égale face à un coquillage qui reprenait les codes du nombre d’or. Il était néanmoins légèrement plus grand que son comparse, et Alban s’approcha pour activer sa fonction Pokédex.

« Kabuto, le Pokémon carapace ! On pense qu'il peuplait les plages il y a 300 millions d'années. Il est protégé par une coquille robuste. Kabuto est un Pokémon ressuscité à partir d'un fossile. Cependant, on a découvert des spécimens vivants. Ce Pokémon n'a pas changé depuis 300 millions d'années. Il est répertorié comme étant un excellent nageur. »

Hm. Alban observa de plus près le Pokémon. Une carapace brune recouvrait l’essentiel de la bestiole. En le soulevant, Alban vit une paire d’yeux rouges. Ah ? Il tourna le Kabuto sur lui-même. Sur sa tête, deux petites billes noires pouvaient également faire office d’yeux. Tout comme pour Lilia, il y en avait donc forcément une de factice. A moins qu’il jouisse d’une vision à 180°C, ce qui ne serait pas un mal. Incapable de trouver une réponse à ce mystère, Alban observa les espèces de griffes courbées couleur ocre. Solides et tranchants, ces appendices devaient forcément servir à la prédation. D’autant plus que, de ce qu’Alban avait compris, ce Pokémon ne possédait pas de dents. Il mangeait donc de petits poissons ou crustacés en les broyant ? D’après le Pokédex, ce Pokémon nageait en eaux peu profondes. 5 à 10 mètres environs, avec possibilité de revenir sur la terre ferme visiblement, vu qu’il « peuplait les plages ». Mais vu que le Pokémon était aquatique, Alban voyait mal comment il pouvait également peupler les plages. Du peu qu’il en savait, ce n’était pas comme des Obalie qui avaient besoin de respirer l’air frais pour survivre. Quel était donc l’intérêt d’un tel lieu de vie, si ce n’était pas pour respirer ? L’hypothèse de la prédation était possible, mais Alban la raya rapidement. Après tout, pourquoi ce Pokémon chercherait-il de la nourriture à la surface, alors qu’il était apparemment un excellent nageur ? D’autant plus qu’il était sûrement plus lent sur la terre ferme que dans l’eau, ce qui le rendait vulnérable aux prédateurs terrestres.

La pensée lui vint brusquement : la procréation. Ce n’était indiqué nulle part, mais ce Pokémon devait sûrement, tout comme certaines autres espèces (les Carapuce pour ne citer qu’eux), pondre ses œufs en surface pour les cacher dans le sable. Etait-ce la raison pour laquelle les Kabuto « peuplaient les plages » ? Si tel était le cas, Alban avait tout intérêt à prendre en compte cette donnée dans sa maquette d’environnement. Il lui faudrait une couche de sable assez épaisse pour que les Kabuto puissent y creuser et déposer leurs œufs, sans risquer de les noyer. Bien. Cela semblait suffisant comme données de base.

Qu’allait-il donc faire pour sa maquette ? Il était assez évident qu’il lui faudrait une sacré quantité d’eau de mer pour permettre aux Kabuto et aux Ammonita de nager/se propulser librement. Que ce soit du côté de la largeur comme de la profondeur. En outre, il lui faudrait bon nombre d’éléments dans son « océan » factice. Des plantes marines type algues tout d’abord, puisqu’il était évident qu’ils constituaient une cachette non négligeable pour les Pokémon sus-cités. Des aliments, ensuite. Plutôt du style planctonique pour Ammonita et Lilia. Un peu plus gros pour Kabuto. Alban ne pouvait pas être sûr vu qu’il ne voyait la bouche d’aucun de ces Pokémon, mais cela ne lui semblait pas aberrant pour autant. Au pire, il lui suffirait de mettre tout ce qu’il pouvait trouver dans la flotte, et on ne pourrait pas le pénaliser pour cela. Il voyait mal Roseverte râler parce qu’il avait mis un poisson un peu trop gros. Après tout, il y avait de tout et de rien dans la mer, n’est-ce pas ? Aha. Qu’il aille donc dire ça au référent Phyllali. Sûr et certain qu’il se retrouverait à devoir récurer les écailles de son Relicanth avec une brosse à dents. Mais laissons ces pensées cauchemardesques pour le moment.

Les éléments qui risquaient de poser le plus de problèmes étaient ceux qui étaient un peu plus gros ou denses. De toute évidence, il lui faudrait des rochers pour que Lilia puisse s’y fixer. Il ne savait pas encore comment il allait les mettre dans l’aquarium, mais il n’allait pas avoir le choix. Puis, enfin, l’élément final serait du sable. Une couche assez épaisse pour permettre la ponte des œufs de Kabuto. Et, compte tenu de la grosseur des œufs - on n’entrera pas dans le débat de savoir par où est-ce qu’un œuf de 20cm pouvait sortir d’un Kabuto de 50cm -, il ne lui faudrait pas négliger la couche de sable. Ce qui risquait d’être problématique, puisque l’aquarium, certes grand, n’était pas infini pour autant. Comment s’assurer donc qu’il y aurait assez d’eau et de sable, sans que ces deux-là n’entrent en conflit ? De même ; comment faire tenir du sable sur de l’eau ?

Il se laissa tomber sur un rocher puis tourna une page pour tenter une esquisse. Ses talents de dessinateur étant encore approximatifs, Alban fit virevolter son crayon plusieurs fois entre ses doigts avant de trouver de l’inspiration. Il fallait qu’il fasse tenir du sable sur de l’eau. Il ne pouvait pas juste laisser le sable s’entasser du bas de l’aquarium jusqu’à son sommet ; il manquerait de place pour l’eau. Le mieux était donc de faire en sorte que le plan soit incliné. Que la partie « banc de sable » couvre un tiers de la surface de l’eau, et que sa largeur diminue au fur et à mesure qu’on descendait dans l’aquarium.

Il traça l’aquarium rectangulaire. Puis, sur la droite, il esquissa le contour d’un triangle rectangle dont l’angle droit épousait le côté droit de l’aquarium. Dans ce cas… Pourquoi ne pas empiler les rochers à cet endroit ? Cela lui permettrait de soutenir le sable et de marquer une délimitation nette entre eau et sable sans trop risquer de se mouiller. Il était bien conscient du fait que dans la nature, il n’y aurait rien d’aussi géométrique mais… Avec le temps qu’il avait aujourd’hui, il fallait qu’il aille au plus simple, au plus efficace. Raturant donc son croquis, il tourna de nouveau la page et traça un nouveau rectangle pour représenter l’aquarium. Sur la droite du rectangle, il traça un second rectangle qu’il coupa en deux dans le sens diagonal. La partie en haut à droite serait du sable, celle en bas à gauche serait du rocher. Et le reste d’eau et de plantes. Parfait.

Satisfait d’avoir pu réaliser une première ébauche de ce qu’il avait en tête, Alban consulta sa montre. Le temps filait à une allure monstre et il venait déjà de passer une cinquantaine de minutes à réfléchir à toute sa mise en place. La partie documentation lui avait visiblement pris bien plus de temps de prévu, mais cette phase lui avait été essentielle pour savoir où est-ce qu’il allait. A présent, il ne lui restait plus qu’à exécuter ce qu’il avait clairement en tête, et le tour serait joué. Enfin… C’était probablement bien plus facile à dire qu’à faire.

Posant son carnet sur le côté, il se mit donc à réfléchir. Quels Pokémon lui seraient nécessaires pour cette tâche ? Il avait besoin d’eau, que Zéphyr pourrait lui fournir en partie. Il aurait également besoin de sable, et il était impensable qu’il transporte les grains à la main ou dans des sacs. N’ayant aucun Pokémon d’assez costaud pour exercer cette tâche, ni aucun type Sol qui lui permettrait d’utiliser de Tempêtes Sables à outrance - cheaaaat #PAN# -, il fallait donc qu’il compte sur son seul Pokémon capable de faire appel aux pouvoirs psychiques : Auster. Avec simplement les éléments les plus évidents, Alban avait déjà deux slots dans son équipe du jour de remplis. Malheur. Il aurait bien aimé avoir plus de renforts, mais cela lui était impossible. Et puis il fallait avouer que son Goélise et son Noctali étaient les choix les plus judicieux. Outre leurs expériences respectives, ils seraient capables de remplir l’aquarium d’eau, de sable, de rochers, et de nourriture. Rien qu’avec ces deux-là, Alban s’assurait donc un résultat minimum. Le point bloquant étant encore les plantes marines.

Malheureusement pour lui, le Coach n’avait dans son équipe aucun Pokémon qui lui permettrait de plonger en eaux profondes. Son seul type aquatique était Ceres, sa Barpau née en Décembre dernier. Et manque de chance, cette dernière était bien trop jeune et faible pour lui permettre d’explorer les profondeurs de façon sécurisée. Il pouvait éventuellement compter sur elle pour qu’elle plonge et tente de lui rapporter des choses utiles mais… le résultat serait bien trop aléatoire. Il n’allait pas gâcher une place dans son équipe avec de l’approximatif.

Qui lui restait-il, dans ce cas ? Barber et Mistral n’étaient pas de très bonnes options ; leur panel d’attaques ne lui permettrait pas de faire autre chose que Zéph’ ne serait capable d’exécuter. Zénith aurait pu être utile, mais son type ne l’avantageait pas et son aide en serait donc réduite. Restait donc Aura qui était trop instable, et…

- Bon. Quand faut y aller, faut y aller, soupira-t-il.

D’un geste expert, Alban attrapa trois Pokéballs qu’il lança dans les airs. Les sphères tournoyèrent un moment avant de s’ouvrir en deux pour libérer leurs otages. Zéphyr et Auster se matérialisèrent et levèrent aussitôt la tête vers leur dresseur, heureux d’avoir été choisis pour un travail si important - pas qu’ils en aient douté une seule seconde, ceci dit -. Le troisième, un peu plus loin, se fit plus mitigé. Alban ne put s’empêcher, malgré la situation, de trouver la scène plutôt drôle.

- Allons, tu vas bien me donner un coup de main, non ?

Une petite paire d’yeux noirs brillants sembla le fusiller. Drapé dans son voile d’indifférence - comprendre ici, une feuille trouvée dans la forêt -, Hélios se tenait dos à lui, la tête à peine retournée, comme s’il ne voulait lui accorder plus d’attention. Alban esquissa un petit sourire amusé, puis s’accroupit à hauteur de son - insupportable - Larveyette.

- On va faire un deal toi et moi. Je te promets de faire de mon mieux lors de la compétition Coordination, si toi tu te décarcasses un peu pour m’aider à remporter la victoire ici. C’est donnant-donnant, n’est-ce pas ? J’accepterai même de porter sans rechigner le costume que tu as préparé pour moi. D’autant plus que si on gagne aujourd’hui, tous les journaux de l’école parleront de toi. Ils loueront à quel point Hélios, le grand Hélios, aura aidé Alban dans son si fastidieux travail…

Une lueur d’intérêt s’alluma dans les iris de son Larveyette. Alban était-il parvenu à intéresser l’exigeant Hélios ? Visiblement oui, puisque le type Insecte consentit enfin se tourner totalement vers lui pour hocher la tête de haut en bas, non sans avoir gonflé auparavant la poitrine. Ah là là… Décidément, qu’est-ce qu’il ne devait pas faire, parfois…

- Ok, super. Bon, maintenant que les détails sont réglés, je vais vous expliquer le topo.

Il fit venir ses trois Pokémon à lui et sortit son petit carnet. Zéphyr vint automatiquement se poser sur son épaule pour avoir une meilleure vue, tandis qu’Auster s’avançait à petits pas, posant sa patte avant sur les jambes croisées de son dresseur. Hélios se contenta de rester distant, même si ses yeux indiquaient clairement qu’il était à… bon, à 60%, il ne fallait pas déconner, non plus. Ce qui était déjà pas mal. S’éclaircissant la gorge, Alban commença son discours.

- Notre but aujourd’hui est de reconstituer le milieu de vie naturel d’un groupe de Pokémon fossiles, ici présents. J’ai déjà étudié un peu les caractéristiques de ces Pokémon, mais si vous avez quelque chose à ajouter, n’hésitez pas à y mettre de votre patte. Enfin, du moment que ça reste cohérent avec le travail demandé. Et non Hélios, ne me regarde pas comme ça ; la Coordination, c’est pour plus tard.

Le Larveyette leva les yeux au ciel et jeta sur le côté son pot de paillettes dorées qu’il venait d’attraper dans l’espoir de décorer l’aquarium « à son goût ».

- Bref. Mon idée est la suivante. Comme indiqué sur ce croquis, l’aquarium sera composé majoritairement d’eau salée. Il faudra reconstituer assez fidèlement un fond marin avec du sable, des petits rochers, des débris, de la faune et de la flore. Pour ça, il n’y aura pas forcément besoin d’une esthétique particulière : le but n’est pas de faire quelque chose de joli, mais quelque chose de juste. Egalement, étant donné les spécimens que nous avons-là, il nous faudra absolument une partie de l’aquarium qui sera composée de sable. Pour la faire tenir, il faudra supporter le poids du sable grâce à des rochers qui seront disposés ainsi. Ce n’est pas forcément 100% représentatif de ce qu’il y aurait à l’état naturel, mais je ne vois pas comment faire tenir le sable sur l’eau autrement, compte tenue de l’espace alloué et des moyens qu’on a.

Il laissa le temps à ses Pokémon de bien regarder le plan, puis poursuivit :

- L’organisation pour l’aquarium sera la suivante : on commencera tout d’abord par les éléments de fond. Auster, tu seras chargé de transférer le sable à l’intérieur de l’aquarium. Tu utiliseras Tunnel et Jet de Sable pour amasser une quantité de sable mouillé suffisante de façon assez rapide, et on transfèrera le tout dans l’aquarium. Zéph’, tu seras chargé de récupérer des algues en bord de mer. Il y en a pas mal d’échouées sur la plage, donc tu devrais réussir à t’en faire un petit stock. Pas besoin qu’elles soient forcément fraîches, c’est juste pour constituer le fond marin donc si elles sont en décomposition c’est encore mieux. Hélios, tu vas rester à côté de l’aquarium et tisser avec ta Sécrétion une échelle assez solide pour que je puisse entrer et sortir en toute sécurité de l’aquarium. La hauteur étant de presque deux mètres, à la louche, il faudra que tu fasses une échelle de 4 mètres de longueur. On la laissera pendre des deux côtés comme ça je pourrai rentrer totalement dans l’aquarium et en ressortir. Une fois que tout ça sera fait, il faudra y mettre les rochers. Pour ça, on va simplement récupérer ceux qui sont proche de la mer. Zéphyr, tu pourras utiliser Tranch’Air et Lame d'Air pour couper le gros. Hélios, tu pourras ensuite leur donner une forme brute avec Tranch’herbe et Auster les fera léviter jusqu’à l’aquarium avec Psyko. Il suffira ensuite de remplir l’aquarium d’eau avec les attaques aquatiques de Zéphyr et en l’aidant avec l’eau de mer qu’on ira chercher directement avec…

Avec heu… Avec quoi au juste ? Il se tourna précipitamment et regarda autour de lui le matériel fourni. Dans sa tête, il s’était attendu à ce qu’il y ait des seaux ou des choses du genre mais… nada. Il n’y avait que des tenues de plongée et quelques tubas qui trônaient à côté de Roseverte et que personne n’avait osé aller chercher. Merde. Voilà qu’il n’avait pas prévu la chose. Il fallait qu’il réfléchisse, et vite. Seul, Zéphyr n’allait pas être capable de tout remplir. Il se fatiguerait trop rapidement. A moins que…

- Bon, oubliez pour l’eau de mer, on ne pourra pas aller la chercher. A la place, Auster tu resteras à côté de Zéph’ pour l’assister de tes Rayons Lune. Ça le soulagera déjà un peu et lui permettra de finir sa tâche. Une fois que ce sera fait, on terminera en remettant du sable. Auster, on commencera par mettre du sable humide pour qu’il y ait une couche à peu près hermétique entre les rochers et le sable sec qu’on ajoutera à la fin. Il faudra également habiller un peu l’aquarium en ajoutant des plantes aquatiques et des algues qu’on disposera sur les rochers pour que le camouflage permette de protéger le Lilia. Ça, j’irai les chercher moi-même dans la mer en utilisant la tenue de plongée, quand les travaux seront déjà bien avancés et que vous pourrez vous débrouiller sans mes directives. Enfin, on ajoutera quelques organismes vivants que Zéph’ ira pécher dans son long bec et je pense qu’on sera à peu près bon. Qu’en pensez-vous ?

Il avait exposé son plan avec conviction, mais plus il en parlait à haute voix, et plus cela lui semblait bancal. Serait-ce suffisant pour obtenir la note maximale ? Auster leva la tête vers lui et gratta le sable en essayant de lui faire passer un message. Quoi ? Qu’est-ce qu’il y avait, en-dessous ? La pensée le percuta comme un Tauros lancé à pleine vitesse. Mais oui, comment avait-il fait pour ne pas y penser avant ?

- Des cachettes ! Mais oui, si les Ammonita coulent au fond au bout d’un moment, il leur faudra forcément une galerie ou une grotte où s’enfouir. Ils ne peuvent tout de même pas nager et rester en suspension en permanence ! Dans ce cas, hm… Auster, une fois que tu auras constitué le fond de sable mouillé, tu utiliseras Tunnel pour creuser des galeries. On fera aussi des cachettes d’algues et… éventuellement des mini grottes, en ajustant les rochers de façon à ce qu’il y ait des interstices à l’intérieur. Ça me semble bien, effectivement…

Un sourire naquit sur ses lèvres. Plus il avançait, et plus le projet prenait forme. Même si le temps continuait de s’écouler inexorablement… Pas le temps de se poser.

Il s’accroupit au sol et sortit le matériel qu’il avait prévu pour cette Compétition. Sachant que cette dernière se déroulait sur la plage, il avait pensé à apporter certaines choses, par pure logique. Néanmoins, il avait pensé qu’il s’agirait plus de creuser et de fouiller que de reconstituer un milieu naturel. Prenant une grande inspiration, il s’étira pour détendre ses articulations.

Attrapant la pelle qu’il avait prévue pour dégager le sable, il fit signe à Auster de venir avec lui et ils allèrent tous deux au bord de la mer pour commencer à prélever ce qu’ils voulaient. Par chance, puisqu’il avait choisi soigneusement son spot - même si ce dernier aurait pu être mieux *regard meurtrier vers Andersen* -, ils n’eurent pas besoin de beaucoup marcher. Pendant ce temps, Hélios s’était mis à tisser des fils de Sécrétion qu’il tressait entre eux pour faire un début d’échelle solide, tandis que Zéphyr partait à tire d’ail pour récupérer quelques algues échouées.

S’accroupissant, Alban tâta le sable du bout des doigts et fit signe à Auster.

- Par ici. Le sable est assez humide. Peux-tu utiliser Tunnel pour récupérer le sable qu’il y a plus profondément ? Ce sera mieux d’avoir quelque chose de plus sombre ; ça paraîtrait plus juste que du simple sable de surface.

Le Noctali acquiesça puis se mit à creuser à grands coups de griffe. Tentant de l’aider avec sa pelle, Alban se mit rapidement à transpirer. Pour autant, il était content de ce qu’il était en train de faire et des efforts qu’il y consacrait.

Le sable de fond de mer était souvent d’une couleur bien plus foncée que celui de surface. Alban n’était pas assez calé en géologie pour savoir si la composition changeait, mais son père lui avait souvent répété que les grains de sable en surface et en profondeur étaient différents. Au fond de la mer, ils avaient tendance à se souder entre eux et à forme une sorte de boue dense. Au contraire, en surface, les grains de sable étaient sans cesse polis par le vent, ce qui leur donnait cet aspect extrêmement indépendant et rond. Il suffisait d’avoir déjà creusé le sable pour faire des châteaux sur la plage étant gamin pour s’en apercevoir. Utiliser dans son aquarium du sable de surface et l’humidifier en espérant avoir un résultat similaire serait une erreur. Le résultat ne serait pas et ne serait jamais le même.

Au bout de quelques minutes, Auster ressortit le museau du sable et s’ébroua. Une quantité plus que satisfaisante de sable faisait un tas sur le côté, comme si un Minotaupe venait de sortir de son trou. Attrapant sa pelle, Alban entreprit de rapatrier cette masse jusqu’à son aquarium. De son côté, Auster utilisa le geste particulier de l’attaque Jet de Sable pour donner des coups de patte transversaux et décaler progressivement son bloc de sable.

Ils revinrent tous deux un peu trop épuisé pour un début d’épreuve, et Alban essuya la transpiration sur son front… avant de se figer sur place quand il vit Hélios en train de faire un château de sable qu’il venait d’asperger de paillettes dorées. …

- Hélios… Peux-tu m’expliquer pourquoi tu n’es pas en train de faire l’échelle ?

Sa voix était extrêmement calme et mesurée, mais son regard trahissait son agacement. Hélios se retourna, pris sur le fait. Incapable de trouver une justification plausible, il détruisit son château pour effacer les preuves, puis gambada précipitamment jusqu’à son échelle à demi réalisée. Alban soupira et commença à prendre une poignée de sable dans sa pelle avant de s’interrompre. Attendez… S’il faisait comme ça, il risquait de mettre des heures à remplir son aquarium, non ?

Auster semblait l’avoir compris également car il s’immobilisa, attendant les ordres. Alban prit quelques secondes pour réfléchir. S’il utilisait les pouvoirs psychiques d’Auster maintenant, il parviendrait effectivement à remplir le fond de l’aquarium, même si la tâche allait prendre du temps puisque Psyko était plus efficace sur des objets solides et denses que sur du sable qui se dissociait facilement. Dans ce cas, il valait peut être mieux…

- Auster, Hélios. Arrêtez ce que vous êtes en train de faire. Je pense qu’il serait plus pratique de basculer l’aquarium pour que l’ouverture soit proche du sol, et non pas en haut. Avec le Psyko d’Auster, l’Abri d’Hélios et ma propre force, on devrait être capable d’allonger l’aquarium sans le casser. Il nous suffira ensuite de mettre le sable avec la pelle et ton attaque Jet de Sable, Auster, puis à le remettre debout avec la même méthode.

C’était un plan risqué, mais ça lui ferait peut-être gagner en temps et en efficacité. Hélios lâcha l’échelle qu’il était en train de faire et s’approcha pour déclencher son attaque Abri. Un dôme vert translucide se matérialisa autour de l’aquarium. Avec d’infinies précautions, Alban poussa l’aquarium en essayant de le retenir au maximum avec ses bras, tandis qu’Auster utilisait Psyko pour le soutenir. Au bout d’un moment, l’aquarium s’écrasa enfin en douceur sur le sable, et Alban attrapa sa pelle.

- Bon, maintenant, on remplit.

Il leur fallut à peine trois minutes pour mettre la quantité de sable qu’ils voulaient au fond de l’aquarium. Auster déclencha ensuite sa Psyko pour redresser l’aquarium et Alban l’aida du mieux qu’il le pouvait en poussant la paroi de verre. Quelques efforts plus tard, l’aquarium se tenait fièrement devant eux, et Alban enleva sa veste, complètement en nage.

Zéphyr profita de ce moment de répit pour revenir avec ses algues plein le bec. Il survola l’aquarium, pénétra à l’intérieur puis déposa les algues sur le sable, qu’il tassa de ses petites pattes palmées. Sans être exceptionnel, leur aquarium commençait progressivement à ressembler à quelque chose. Pendant qu’ils reprenaient des forces, Hélios avait fini de constituer son échelle. Il la tendit fièrement à Alban qui le remercia. Entre ses doigts, la petite échelle blanc neige avait l’air tellement fragile. Pourtant, il savait que la Sécrétion d’Hélios était incroyablement solide, et que son Larveyette connaissait les tressages parfaits pour la rendre aussi forte que de la véritable corde. D’un jet précis, Alban fit passer la moitié de l’échelle à l’intérieur de l’aquarium, puis la rajusta pour qu’elle soit bien droite. Il la fixa ensuite au sol avec deux rochers qu’il avait trouvé aux alentours. Pas le truc le plus pratique et sécurisé du monde, mais il s’en contenterait. Et puis au pire, il savait que la Psyko d’Auster n’était jamais bien loin pour lui donner un coup de pouce.

Bien. A présent qu’ils avaient le sable et le fond d’algues, il fallait creuser les galeries. Ça, Auster pouvait très bien s’en occuper pendant qu’Alban et les autres allaient prélever les rochers et les autres plantes aquatiques. Faisant signe à son Noctali de grimper sur son dos, Alban fit bien attention à ce qu’il soit accroché puis entama son ascension sur la corde. Hélios avait fait du bon travail puisque cette dernière était parfaite pour y grimper. Arrivé de l’autre côté, il enjamba la paroi de l’aquarium puis redescendit. Auster sauta de ses épaules et atterrit souplement sur le sable humide.

- Auster, je te laisse là faire les galeries. Une fois cela fait, repose-toi ici si on n’est toujours pas revenus. Tu as un gros travail qui t’attend ensuite.

Le Noctali acquiesça et commença à creuser grâce à son attaque Tunnel. Sans perdre de temps, Alban ressortit de l’aquarium puis vint voir ses deux autres Pokémon.

- On va s’occuper des rochers, maintenant. On en aura besoin de pas mal, d’à peu près cette taille.

Il écarta ses mains pour montrer à ses Pokémon, et ils commencèrent l’opération. Avec violence, Zéphyr fit briller ses ailes et fit pleuvoir des Lames d’Air et des Tranch’Air sur les rochers, qui se fendillèrent en gros morceaux. La mouette chromatique avait beau être encore toute jeune, elle n’en restait pas moins redoutablement efficace. Hélios acheva ensuite la découpe en utilisant ses Tranch’herbes - oui, oui, Plante étant efficace sur la Roche pour une raison inexplicable, des feuilles permettent de trancher la roche #PAN# -. Alban ramassa ensuite les morceaux de roches pour les apporter près de l’aquarium, où Auster les fit léviter pour les faire s’empiler sur un côté du rectangle de verre… avant de sauter de quelques pas en arrière lorsque la construction s’écroula.

(suite au prochain post)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2468

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Lun 20 Juin - 22:33



scientifique #4 - Archéologie
RP Compétition

- Aïe…

Manque d’adhérence, évidemment. Alban n’avait pas anticipé ça, mais maintenant que leur paroi rocheuse s’écroulait, il trouvait ça plutôt logique. Pour le coup, il n’avait pas vraiment d’idée pour faire tenir les rochers. Il n’avait pas d’attaque assez collante autre que la Sécrétion d’Hélios. Et au résultat, cela risquait d’être bien trop visible pour que ce soit acceptable…

Son Larveyette sembla cependant s’être pris au jeu depuis quelques minutes. Avec un air supérieur, il se dirigea vers le côté verdure de la plage et entreprit d’arracher avec son attaque Coupe, quelques plantes rampantes avec leurs racines. Il tira également quelques lianes puis, à grands renforts de cris, beugla sur Alban et Zéphyr qui ne l’aidaient pas à porter son lourd fardeau. Bah oui, quand on était un tout petit Larveyette, on ne pouvait pas tirer autant de choses…

Accourant pour porter les plantes - dont l’utilisation lui échappait encore -, Alban apporta le tout près de l’aquarium. Sur les ordres d’Hélios - oui, Alban est du genre soumis -, le châtain balança les végétaux dans l’eau, toujours sans trop comprendre où son Pokémon voulait en venir. Tapant des pattes, Hélios se nimba alors d’une aura verte et déclencha son attaque Nœuds Herbes. Les lianes se mirent à bouger, comme animées d’une volonté propre, puis elles se tortillèrent dans tous les sens. Se mettant à grandir et à grimper comme des Clématites, les plantes vinrent s’enrouler autour des rochers pour les lier entre eux solidement, créant des nœuds par intermittence afin de renforcer la construction. Auster déclencha à son tour Psyko pour reformer convenablement la paroi rocheuse, et cette dernière finit par tenir de façon satisfaisante. Encore un petit effort et un petit tas de rocher sur le côté opposé vint former une sorte de mini grottes pour faire office de cachette.

- Wow. Je n’y aurais jamais pensé. Joli, Hélios, commenta Alban.

La réalisation semblait vraiment aboutie. On remarquait certes par endroits que les nœuds ne pouvaient être naturels, mais dans la globalité, l’effet était bluffant. Le petit Larveyette redressa le menton et soupira, comme s’il venait de sauver une situation désespérée. Aha… Il ne changeait donc pas, hein ?

- Bien. Maintenant que ce problème est réglé, Auster, tu peux sortir de là en escaladant les rochers. Ensuite Zéph’, tu vas pouvoir commencer à remplir d’eau et -BWARFFFFFFFFFFFFFFFFFF !

Une vague vint littéralement s’écraser sur lui, l’envoyant rouler derrière. Dégoulinant d’eau salée, il se redressa pour s’assurer que ses Pokémon allaient bien. Auster, qui venait à peine d’atteindre le haut de l’aquarium et avait pu éviter l’attaque se contenta de sauter souplement dans le sable. Hélios avait déclenché son attaque Abri à temps, ce qui lui avait permis d’éviter d’être emporté. Zéphyr s’était quant à lui simplement contenté de s’envoler. Ouais. Il n’y avait donc qu’Alban qui venait de prendre cher, ainsi que…

- Eh merde !

Il se redressa vivement et se dirigea vers ses trois spécimens fossiles qui étaient restés sagement près de son aquarium mais venaient vraiment de prendre cher dans la tronche à cause de cette vague. Enfin… L’attaque ne leur avait pas fait bien mal vu qu’ils étaient peu sensibles à l’eau, mais la puissance les avait quand même décanillés comme des quilles de bowling. Des spécimens ultra rares. Mon dieu, si Roseverte voyait ça…

- Désolé, désolé, railla une voix traînante juste devant lui.

Andersen se tenait près de son aquarium, son Pingoléon à ses côtés. Andersen. Evidemment. Cet espèce de petit con ne pouvait-il pas le laisser tranquille plus de dix minutes ? Le visage d’Alban se fit plus dur. Ce n’était pas la première fois que le Noctali tentait de bousiller son travail en le dérangeant d’une façon comme d’une autre. Aussi patient qu’il puisse être, Alban n’aimait pas non plus se faire constamment marcher sur les pieds. Il y avait une limite à son quota « gentillesse ».

- Je voulais remplir mon aquarium d’eau avec Surf mais… oups, il semblerait que ton Lilia ait la capacité Lavabo. Il attire les attaques eau… regarde.

Le Pingoléon lança une attaque Pistolet à O et le jet vint décaniller ce pauvre Lilia, qui émit un grognement rauque.

- Ahaha, il semblerait que tu ais également été pris dans l’attaque vu que tu étais dans le même alignement. C’est paaaas de chance, hein ? Mais du coup, comment je vais faire pour remplir mon aquarium, moi ? Ah je sais, il faudrait que je mette ce Lilia K.O, comme ça on ne sera plus dérangé par son Talent et je pourrai ENFIN avancer mon travail, qu’en dis-tu ?

Il se tourna vers son Pingoléon, prêt à demander une nouvelle attaque Surf. Mais quel abruti ! Fou de rage mais ne sachant trop que faire d’autre, Alban se rua immédiatement sur les fossiles pour essayer de faire - héroïquement ou pitoyablement - barrage de son corps, lorsque…

- Andersen.

Le Voltali se figea sur place tandis que le teint du Coordinateur virait au blanc. Cette voix de cauchemar. Depuis quand s’était-il glissé jusqu’à eux ?

- Si je vous revois encore maltraiter ou envisager de maltraiter un Pokémon rare dont même l’excrément a plus de valeur que votre pitoyable vie, vous pouvez être sûr que j’enfoncerai ma cigarette dans votre narine jusqu’à ce qu’elle atteigne votre cerveau et qu’elle grille le peu de neurones qui y résident. Me suis-je bien fait comprendre ?

Andersen, le visage couvert de sueur, baragouina quelque chose d’inaudible puis fila la queue entre les jambes. Roseverte soupira et jeta un coup d’œil rapide à l’aquarium d’Alban.

- Abernaty. Il ne me semble pas avoir dit que votre milieu naturel devait être une œuvre abstraite minimaliste. Je n’attends pas grand-chose de vous mais j’ose espérer que vous n’êtes pas venu ici parce qu’il y avait indiqué le mot « Plage ».

Il tira une bouffée sur sa cigarette, puis s’éloigna en médisant sur la médiocrité de ses élèves. Alban resta un instant immobile, complètement perdu. Roseverte n’avait jamais été connu pour sa grande bienveillance. Mais une « œuvre abstraite minimaliste » ? Sérieusement ? S’était-il tant planté que ça ?

Il passa une main rageuse dans ses cheveux. Il n’avait pas fini et était loin d’avoir fini. Il fallait qu’il continue s’il voulait espérer rattraper le coup. Rah, ça l’énervait ! Cet abruti de référent Phyllali ne pouvait-il pas se contenter de la fermer, de temps en temps ? Remonté autant à cause d’Andersen que de Roseverte, Alban demanda à Zéphyr d’utiliser son Pistolet à O pour remplir l’aquarium. Le Goélise acquiesça et entra totalement dans le rectangle de verre pour être sûr que le jet ne serait pas dévié vers le Lilia. Pendant ce temps, le châtain aida ses Pokémon fossiles à se relever, tandis qu’Auster soutenait Zéph’ avec ses Rayons Lune.

- Bon, il n’y a rien de cassé. Zéph’, Auster. Je vous laisse gérer l’aquarium et l’eau ici. Je vais aller chercher des plantes en profondeur avec Hélios.

Wait. Le Larveyette se tourna vers son dresseur et se pointa lui-même du doigt. LUI ?! Aller dans l’EAU ?! Impossibru ! Protestant à grands cris, le Larveyette fit de grands gestes pour montrer son désaccord tandis qu’Alban levait les yeux au ciel. Ne préférant cependant pas se préoccuper d’Hélios, le châtain alla chercher rapidement une tenue de plongée ainsi qu’une bouteille de gaz et quelques tubas, avant de revenir vers son équipe.

Il avait bien fait de prévoir le coup en mettant un caleçon de plage en guise de sous-vêtements du jour. Comme on leur avait demandé de se regrouper sur la Plage et que l’épreuve était liée au domaine Scientifique, il en avait déduit qu’il serait forcé de plonger à un moment ou à un autre. Mettre un caleçon de plage lui évitait donc le moment un peu nul de se changer en allant se cacher désespérément derrière des buissons. Bien.

Commençant à déboutonner sa chemise, il entendit des cris et des gloussements de filles tout autour de lui. Intrigué, il regarda les quelques demoiselles qui le dévoraient des yeux toutes émoustillées, attendant impatiemment de se rincer l’œil sur ses abdos bien dessinés. Que ?!

Rougissant violemment, il se fit brusquement plus timide. Wait. Depuis quand avait-il un tel succès ? Etaient-elles toutes là à attendre qu’il enlève son t-shirt ? Il savait bien que ses émissions de téléréalité lui avaient valu un certain succès, mais tout de même… Complètement gêné, il retira sa chemise et… entendit quelques soupirs de déception à la vue de son corps de fragile. Les filles se détournèrent rapidement de lui pour retourner à leurs aquariums respectifs. … …

*Saletées de pintades*

Il ne s’était pas attendu à faire hurler les foules, mais la réaction avait de quoi être un brin vexante, non ? Evitant le regard moqueur d’Hélios, Alban acheva de se mettre en maillot, puis revêtit sa combinaison de plongée. Il eut un instant l’impression d’être de retour dans les Hunger Games, sauf que cette fois, il avait une bouteille de gaz collée au dos, et des palmes aux pieds.

Avançant maladroitement jusqu’à la mer en faisant signe à Hélios de venir, il se pencha vers lui pour expliquer son plan.

- Tu ne vas pas plonger avec moi Hélios, évidemment. Par contre, je ne sais pas trop ce qu’il y a en dessous et sans Ceres pour m’aider, ce sera difficile pour moi. Je ne suis pas un excellent plongeur et je manque encore d’expérience, donc j’aurais besoin que tu utilises ta Sécrétion pour me tisser un fil d’Ariane.

Air d’incompréhension de son Larveyette.

- Mais si, tu sais. Le fil d’Ariane permet aux plongeurs d’avoir un point de repère, dans l’eau. On a regardé un documentaire qui parlait de ça, pas plus tard qu’il y a une semaine. Normalement, ce sont ceux qui plongent dans des eaux dangereuses où la visibilité est quasi nulle qui s’en servent. Le fil leur permet de retrouver la sortie plus facilement, comme ça. Bref, j’aurais besoin que tu restes à la surface et que tu t’assures de protéger le fil pour qu’il ne casse pas. Je ne vais pas aller très loin pour récupérer des plantes mais ça me rassurerait d’être 100% sûr de pouvoir remonter à la surface.

Le Larveyette acquiesça et sortit un fil nacré de sa gueule, qu’il tendit à Alban. Ce dernier lui fit un sourire et revêtit son masque. Puis, après un dernier signe de la main, il s’avança dans l’eau et plongea.

La température de l’eau était extrêmement basse, en cette saison de l’année. Alban grimaça un moment à cause du choc thermique, puis il fit quelques gestes pour augmenter sa température corporelle. Il alluma maladroitement la lampe qui était fixée à son masque et observa enfin les alentours.
Ce n’était pas la première fois qu’il plongeait au sein du campus. Roseverte le leur avait souvent demandé au cours de certains de ses enseignements, mais Alban avait toujours eu l’assistance d’un Pokémon plongeur d’un de ses camarades, ou bien la présence rassurante de Ceres. Cette fois-ci, par manque d’effectifs, il était seul. Et il devait avouer que cette pensée l’effrayait.

La plongée était loin d’être simple. Il ne suffisait pas de nager sous l’eau et de regarder ce qui vous plaisait. Non. Il fallait gérer la quantité d’oxygène dans la bouteille, s’assurer qu’on allait dans la bonne direction, ne pas se perdre et ne surtout pas perdre ses repères. D’ordinaire, Roseverte leur confiait une montre qui indiquait la direction de la surface, confondre bas et haut étant assez courant chez les plongeurs peu expérimentés. Cette fois-ci, il ne pouvait que se fier au fil d’Ariane d’Hélios. Il espérait simplement qu’aucun Pokémon n’allait couper son filin de sauvetage…

Pas de temps à perdre. Donnant un coup de palmes, Alban s’enfonça plus profond encore. Le décor était magnifique, mais il ne s’arrêta pas pour le contempler. Il fallait qu’il récupère des algues encore vivantes, des morceaux de récifs, des galets, des choses décoratives et… oh.

Son regard capta des anémones qui faisaient un couvert particulièrement dense sur un rocher. S’il pouvait récupérer cela, il était sûr d’assurer un excellent camouflage à Lilia, et de marquer quelques points. La question était : comment prélever les anémones sans les abîmer ? Il réfléchit un moment, puis dégaina un canif qui était accroché à sa ceinture et que chaque plongeur se devait de garder sur soi. Puis, avec patience, il commença à scier le rocher…

***

Pendant ce temps, à la surface

Hélios s’ennuyait. Hélios était relégué à un rôle subalterne de simple « Ariane », et cela ne lui plaisait pas. Il était plutôt Thésée, lui, voyons ! Ou même le Minotaure. Mais qui s’intéressait à cette fichue Ariane, traîtresse de son propre sang ? Pfeuh ! Pattes croisés, il attendait donc qu’Alban remonte. Qu’est-ce qu’il en mettait, du temps ! Ça faisait au moins, heu… Bon effectivement, ça faisait juste 1 minute qu’il était parti. Agacé, il se mit à taper de la patte sur le sable, lorsqu’il entendit un bruissement d’aile au-dessus de sa tête.

« Hélios ? » demanda la voix ridicule de cette fichue mouette chromatique.

Le Larveyette grommela.

« Non, le pape. Qu’est-ce qu’il y a, Zéphyr ? »

Le Goélise le regarda avec ses yeux naïfs et si innocents. Blerg. A gerber.

« J’ai fini de remplir l’aquarium et Auster se charge d’ajuster la décoration avec son attaque Psyko. »
« Waaah super. Tire sur mon nez, t’auras une médaille. A moins que tu ne veuilles une gommette, plutôt ? »
« Si tu veux vraiment me donner quelque chose, je préfèrerai un biscuit. »
« … Laisse tomber. Et donc, qu’es-tu venu faire ici ? »
« Je voulais aller pêcher des poissons pour garnir l’aquarium pendant qu’Alban est dans l’eau. Ça lui fera plaisir de voir que l’aquarium est presque fini quand il reviendra, mais… »
« Mais ? »
« J’aurais besoin d’aide. Disons que ce n’est pas évident de pêcher du poisson avec tous ces humains qui plongent partout. Il me faudrait donc un appât, et j’ai pensé que… »
« Laisse tomber. Tu m’as bien vu ? Moi, un appât ? »

Zéphyr eut l’air de ne pas comprendre.

« Ben oui, tu dis souvent que tu veux mourir de façon spectaculaire. Qu’il y a-t-il de plus spectaculaire que d’être traîné à pleine vitesse par un Pokémon Vol à la surface de l’eau tout en étant attaché dans un fil de Sécrétion ? Tu pourrais non seulement mourir d’une crise cardiaque, mais en plus tu pourrais te faire gober tout rond par un poisson si je ne fais pas assez bien mon travail. »
« … Tu marques un point. »
« En plus de risquer de t’écraser contre un rocher, de tomber dans l’eau et de nourrir noyé, de-… »
« Ok ok c’est bon j’ai compris ! Où est-ce que je signe ! »
« T’es d’accord ? Youpiii ! Tu peux tisser un fil et t’enrouler dedans ? Je l’attraperai dans mes pattes et on pourra commencer. »
« Heu. Par contre il y a un problème. J’ai fait un fil d’Ariane pour le servit-… heu, notre humain. J’en fais quoi ? Il va être furax si je le casse. »
« Pourquoi tu ne l’accroches pas à un rocher ? Il ne se cassera pas plus comme ça que si tu le maintiens entre tes mandibules. »
« C’est qu’il y a parfois un peu de lumière, là-dedans. Bon, c’est parti, allons chasser de la poiscaille ! »

***

Il venait tout juste de finir de prélever ses anémones. Avec un sourire, il glissa le tout dans son sac à dos. Rangeant son canif et l’accrochant à sa ceinture, il ramassa quelques poignées de galets pour décorer l’aquarium. Des algues prélevées par-ci, par-là, quelques coquillages et débris… On pouvait dire qu’il avait assez de matière à présent, non ?

Tendant son fil d’Ariane, Alban le tira légèrement pour s’assurer qu’il n’était pas cassé. Visiblement, Hélios était toujours à l’autre bout puisqu’il sentit une légère résistance. Ok. Tout s’était bien passé, et il ne lui restait à présent plus qu’à remonter à la surface.
Donnant un coup de palmes, il se projeta vers le haut et, après quelques courtes secondes de nage, parvint enfin à sortir la tête de la mer…

La différence de luminosité entre les profondeurs et l’extérieur lui fit cligner un instant des yeux. Retirant sa bouteille de gaz pour la poser sur le sable, Alban tira son sac à dos de l’eau en veillant à ne rien abîmer. Il entendit alors quelques rires fuser autour de lui et regarda avec curiosité ses camarades qui s’étaient interrompu dans leur travail pour s’esclaffer devant une scène plus qu’atypique. Il eut un instant un mauvais pressentiment, qui fut clairement renforcé lorsqu’il vit que le fil d’Ariane d’Hélios était coincé entre deux rochers. Mais attendez. Si Hélios n’était plus là, alors… où ?

Comme dans un film d’épouvante, il se retourna lentement vers la mer. Là, une scène horrifiante l’attendait.

S’improvisant jet, Zéphyr était en train de fendre les flots à vitesse grand V, ses ailes illuminées d’une lumière blanche qui indiquait qu’il était au maximum de son potentiel grâce à une de ses nombreuses attaques Vol. Il rasait les vagues avec une concentration effrayante. Mais le plus effrayant était ce qui flottait derrière lui.

Hélios. Tout entortillé dans un cocon de soie et traîné par Zéphyr façon jet-ski, le Larveyette était littéralement en train de hurler à la mort. Enfin, sûrement l’aurait-il fait s’il n’avait pas été bâillonné par ses propres fils de Sécrétion. Au-dessous de lui, de nombreux poissons essayaient de l’attraper dès qu’il passait à leur portée, façon queue de Mickey dans les manèges pour enfants. Un sac de toile de Sécrétion pendant aux pattes palmées de Zéphyr, visiblement rempli à ras bord de quelques spécimens pêchés on ne savait comment dans cette organisation foireuse. Bordel de bordel de bordel de bordel de merde.

Passés les premiers instants d’incompréhension, Alban reprit rapidement contenance. S’avançant dans l’eau encore tout palmé - ce qui était plutôt ridicule -, il se mit à beugler en agitant ses bras.

- NON MAIS CA NE VA PAS LA TÊTE BANDE D’ABRUTIS ?! REVENEZ ICI TOUT DE SUITE OU JE VOUS FAIS BOUFFER MES PALMES !!!

Zéphyr se figea sur place, paniqué par ce brusque haussement de voix de la part de son dresseur. Hélios, ralentit dans sa course par cet arrêt d’urgence, se balança d’avant en arrière tel un pendule, complètement inconscient, de la mousse au bord des mandibules. Un poisson profita de cette chance pour le gober tout cru, et il ne dû son salut qu’à Zéphyr, qui lança une attaque Pistolet à O pour faire lâcher prise au prédateur.

Alban était fou de rage. Tandis que les rires fusaient autour de lui, il fit revenir d’un index rageur son Goélise devant lui. Parti, l’Alban gentil et toujours serein. Là, c’était la goutte qui faisait déborder l’aquarium. Son discours était tout aussi incohérent que son esprit était tourmenté. Entre ses « complètement inconscients ! » « z’auriez pu vous faire tuer », et autres baragouinages, le châtain était en train de perdre un temps fou. Mais qu’importe. Ce que Zéphyr et Hélios avaient fait était vraiment trop dangereux.

Il se radoucit néanmoins lorsque son starter se mit à sangloter, le bec baissé, les ailes crispées dans une position qui indiquait clairement qu’il ressentait de la honte et de la culpabilité. Ah… Alban ne pouvait décidemment pas rester fâché, hein ?

- Désolé de m’être emporté, Zéph’.

Il souleva le Goélise chromatique et le prit dans ses bras pour un câlin. Hélios, toujours entortillé dans son cocon, reprit progressivement connaissance et commença à se débattre. De quoi redonner un coup de fouet à Alban et lui faire réaliser qu’il ne lui restait que peu de temps. Il fallait qu’ils s’activent.

- Bon. On va continuer sur notre lancée. J’ai réussi à ramasser pas mal de choses dans l’eau et…

Il regarda le contenu du sac de Zéph’. Cinq ou six poissons étaient en train de frétiller. Pas mal.

- Beau travail vous deux. Venez, il faut qu’on se dépêche.

Ils retournèrent tous les trois jusqu’à l’aquarium. Auster, à côté des Pokémon fossiles, était en train de faire léviter des rochers pour les placer bien comme il fallait. Alban le remercia et lui proposa de se reposer un peu. Il n’aurait pas besoin d’Auster avant la phase d’ajout du sable sec final, et mieux valait le ménager.

- Utilise un Rayon Lune sur toi pour reprendre des forces. On s’occupe du reste.

Le Noctali acquiesça puis s’allongea sur le sol pour se reposer. Pendant ce temps, Alban passa son sac à dos sur son épaule, y rangea ses palmes et prit simplement deux tubas. Il demanda à Hélios de grimper sur son dos puis remonta l’échelle de soie pour se hisser jusqu’au bord de l’aquarium. Là, il rechaussa ses palmes, souffla dans son masque et son tuba puis se laissa glisser dans l’eau. Le niveau ayant bien monté, il put pénétrer dans l’onde tout en sécurité. Archimède aidant, il se mit à flotter et se raccrocha aux fils de Sécrétion de l’échelle pour se maintenir. A côté de lui, Hélios avait également calé son tuba dans sa bouche.

S’immergeant dans l’eau de façon à avoir seulement son tuba qui ressortait, Alban ouvrit son sac à dos et en sortit les anémones. Sur les conseils esthétiques d’Hélios, il les fixa au niveau des nœuds d’herbe les moins naturels. Ainsi, ils parvenaient à cacher les défauts de leur construction tout en apportant une touche de couleur. Sans oublier que ce camouflage permettrait également à Lilia de s’accrocher sans problèmes aux rochers et de se fondre dans le décor. Hélios lâchait parfois un fil de sécrétion pour faire adhérer les anémones de façon discrète. Alban déposait tout ce qu’il avait ramassé dans la mer sur le sol. Cailloux, petits galets, débris de coquillage et algues vinrent rapidement éclore partout dans leur reconstitution. En haut, Zéphyr relâchait les poissons qu’il pêchait pour ajouter de la vie animale dans leur aquarium.

Au bout d’une bonne demi-heure supplémentaire, Alban sortit enfin en compagnie de ses Pokémon. Il grimpa à l’échelle et se laissa tomber sur le sol, avant de consulter sa montre. Encore trente minutes à peine… C’était court, vraiment trop court. Et il lui restait encore tout le sable à ajouter.

- Auster, mon grand ?

Le Noctali leva ses oreilles en pointe, parfaitement requinqué après sa demi-heure de sieste et ses Rayons Lune. Illuminant ses anneaux, il se concentra et se nimba d’une aura violette. Aussitôt, une masse de sable se mit à flotter grâce à Psyko, se déplaça jusqu’à l’aquarium et se déversa avec précision sur les rochers. Un sourire satisfait naquit sur le visage d’Alban. C’était plutôt sympa, comme reconstitution.

- On va y ajouter une touche finale. Hélios, peux-tu utiliser Zénith pour faire briller le soleil et rendre un peu plus de vie à cet aquarium ?

Son Larveyette acquiesça puis leva ses pattes. Son petit corps jaune et vert devint brusquement blanc, et le soleil se mit à briller encore plus fort. C’était sûrement du détail, mais Alban trouvait que ça ajoutait une plus-value à son travail. Ils avaient réussi.

Il leur restait à peine cinq minutes mais Alban se sentait lessivé. Comme à la fin d’un examen sur lequel il avait particulièrement donné de sa personne, il était épuisé et n’avait plus envie d’y toucher. Il savait qu’il avait fait du « bon » travail. Loin d’être parfait, sans doutes, mais il n’avait plus de force à mettre là-dedans. Zéphyr, Hélios et Auster vinrent se placer à côté de lui pour observer le chef d’œuvre.

L’aquarium était plutôt beau. Le fond de sable sombre était parsemé d’algues élégantes, de galets et de morceaux de coquillages. On pouvait y avoir de nombreuses galeries creusées par Auster. Sur la gauche, une minuscule construction de pierre offrait une cachette aux Pokémon. A droite, un grand empilement de rochers noirs marins couverts d’anémones constituait le parfait support pour un Lilia. Puis, au-dessus, une couche de sable sec assez épaisse permettait aux Kabuto de venir y pondre leurs œufs.

Le résultat était plus que satisfaisant. Tant pis pour le test avec les fossiles. De toute façon, il ne voulait pas risquer de les blesser, surtout après l’attaque Surf qu’ils s’étaient pris plus tôt. Alors, après avoir écrit son nom sur une étiquette et collé cette dernière sur son aquarium pour qu’on puisse le noter, il se changea, rassembla ses affaires, et siffla ses Pokémon.

Ils avaient fait de leur mieux. Et, victoire ou défaite, ils pouvaient être fiers d’eux.

HRP : Formulaire
Pokémon utilisés : Zéphyr (4 pts), Auster (6 pts), Hélios (0 pts) + Ruban de Noël (1 pt)
Points de recherche des Pokémon : Total = 4+6+1 = 11 pts
Votre impression sur le cours : A la base je n'étais vraiment pas inspirée par l'intitulé. Je le trouvais intéressant, mais la zone géographique et le thème ne m'avantageaient pas (dans le sens où mon seul Pokémon aquatique est une Barpau qui ne connaît que Trempette). J'y suis quand même allée sans trop de conviction et les idées se sont mises en place au fur et à mesure des recherches. Franchement, c'était vraiment super intéressant d'avoir cette démarche scientifique et de se creuser la tête pour faire quelque chose de bien, même avec des Pokémon dont les capacités sont difficiles à exploiter dans un pareil environnement. Le thème est vraiment super orignal comparé aux autres compétitions et aux intitulés des autres années. Chapeau pour ça, vraiment. Ah et dernier point : désolée d'avoir (encore) trop écrit JetevoisJetobserve #sorrynotsorry


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Elle ne s'en souvient pas
Âge : 16
Niveau : 28
Jetons : 652
Points d'Expériences : 884

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Dim 26 Juin - 10:05


Concours Scientifique, yé mé prend pour oun maçon del sud!
ft. La Solitude
Il est onze heure et des grenades quand tu sors de la salle de bain des Pyrolis toute propre et habillée. Ce n'est pas n'importe quel jour, c'est l'heure d-d-d-d-d-du concours scientifique, pas du duel patate, c'était la semaine dernière, juste à y penser tu en as des frissons. Aujourd'hui il fallait que tu t'illustres, tu allais réussir ce concours haut la main et récupérer un trophée magnifique que tu poseras dans un coin, prendra la poussière et sera retrouvé par ton trentième arrière petit-fils dans quelques siècles pour reconstituer toute ta vie de grande créatrices d'armes et équipements pokémons. Rapidement tu enfiles un short, des hautes bottes pour marcher dans l'eau ainsi qu'un pull épais. Aujourd'hui pour t'accompagner ce seront Hisbik le Funécire toujours triste, Vérole, ta fidèle Méios qui parle ainsi que Hercule le Galégon déterminé.

Rapidement tu passes dans ton atelier récupérer bon nombres de composants, quelques fondants, des outils de creuse, fonte et autres que tu utilises pour la création diverse et variée d'objets que tu mets dans un gros sac. La petite bougie sur ton épaule semble retenir comme toujours des larmes de cires, tu caresses doucement le pokémon en le bisoutant de temps à autres. Hercule marche à tes côté heureux de pouvoir servir autant que possible ! Il est déjà midi et demi, tu te presses un peu et arrive finalement sur la plage. Il y a du monde, tu reconnais quelques têtes familières de ton dortoir et de loin de loin tu vois le référent Roseverte à discuter avec ce qui semble être un Archéologue. Tu attends sur place avec tes pokémons sous le regard curieux de Vérole se demandant à quoi va ressemble cette compétition. Finalement les règles sont expliquées et tu ries, à tort sûrement.

-C'est tout ? Non sérieux ? Rien de plus compliqué ? Je... faut jouer aux légos dans un aquarium ? Mais en fait c'est trop cool ! J'vais trop m'amuser moi !

Tu tournes les talons avant d'aller au dit aquarium qui te concerne, puis tu semble presque devenir folle. C'est ça l'aquarium ? Ce petit truc absolument ridicule, plutôt outrée qu'on te limite ainsi dans tes capacités. Tu prends l'aquarium en question avant de le jeter au loin sous les yeux des référents surprit. Tu entends Roseverte cracher à ton sujet.

-Quand je dis qu'il faut pas laisser des gosses jouer avec des fossiles pareils ! Regarde on a une espèce de folle psychopathe ! Dire qu'elle va manipuler des Pokémons préhistoriques, que fait cette école!

-Quand même.... Réponds Pierrick, attends là Roseverte, qui sait, sûrement a-t-elle une idée.

-J'y crois pas un instant !

Tu es déjà à ton poste et tu as sorti divers objets de ton attirail, des instruments habituellement réservé à la chimie, à se demander ce que tu foutais avec ça à ce moment précis, mais on parle quand même d'une mécanicienne, chaque parcours scientifique y trouve son avantage. Les chercheurs pokémons connaissent mieux les sujets pokémons, les archéologues les conditions de vie de l'époque préhistorique ainsi que l'évolution du monde et les mécaniciens savent tout faire avec n'importe quoi.

-Allons y ! Reproduisons les milieux climatiques !

-Audrey tu n'as rien pour travailler, tu sais ça ? Regarde tu n'as plus d'aquarium !

-Bah je vais en refaire un plus grand, c'pas compliqué le verre, du sable et fondant chimique, le sable c'est pas ce qui manque.

-Je.. roh tu m'enquiquine hein !

Tu sors une grosse bassine de l'immense sac que tu avais pris et souris commençant à y mettre du sable. Vérole t'emboîte le pas sans vraiment savoir quel genre d'idées tu as derrière la tête. Hisbik qui n'aime pas trop le sable reste sur le dos d'Hercule, ce dernier en bon père de famille essaie de faire sourire la bougie comme il peut. Alors que les autres étudiants semblent travailler habilement pour chercher des informations, toi, tu remplies une bassine de sable. Cela te prends de longues minutes malgré l'aide psychique de Vérole qui déplace de grandes quantités de sable. Lorsque tu es satisfaite du sable, tu prends dans tes composants un fondant adapté pour abaisser la température de fusion du sable puis tu faire venir Hisbik à toi en souriant.

-Mon petit choux, tu peux exécuter une attaque Feu d'Enfer pour que le sable deviennent du verre ? Si tu le fais maman sera très contente !

Le petit Funécire heureux d'être utile se met au travail un peu à l'écart en faisant de sa flamme un feu extraordinaire illuminant un peu plus la journée. Pendant ce temps là, en gardant un œil sur lui tu sors ton iPok pour aller sur internet, tu commences par chercher des informations sur les pokémons voulus. Ainsi tu apprends que Kabuto vivait en eaux peu profondes allant de cinq à quinze mètres, notes diverses informations et tu te renseignes ensuite sur la densité et comment en appliquer des modificateurs à petite échelle, Lilia est capable de vivres en eaux très profondes comme peu profondes, aux mêmes profondeurs que Kabuto, il faudra alors envisager une partie de l'aquarium soumis à beaucoup de pression pour montrer que tu as compris que les diverses nuances dans la vie de ces pokémons préhistoriques. Pour le dernier Amonita, les informations que tu pêches sur le net te font penser qu'il vivait dans les eaux tranquilles des actuelles mers antiques, ce qui devrait correspondre aux mers sans marrées, mais dans un climat plus chaud moyennant 30° à l'année. Ce qui implique pour les deux autres pokémons qu'ils vivaient dans l'ocean. Il ta va falloir un aquarium assez grand pour à la fois contenir une mer intérieure et un océan. Tu soupires avant d'hurler.

-C'EST DUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR screugneugneu c'est relouuu mais pourquoi tant de haineuh !

De loin Roseverte explique à Pierrick avec un ton sarcastique que tu as enfin comprit l'enjeu de cette compétition.

Concernant les dimensions de l'aquarium tu restes longtemps indécise, ton carnet de croquis à dessiner quelques essaies. Finalement tu trouves les dimensions idéales : une sphère de 90cm de diamètre, avec l'aide de Vérole il ne devrait y avoir aucun problèmes. Tu reviens vers Hisbik qui brûlait d'une volonté nouvelle, celle de faire ses preuves, tu lui souris lui demandant de faire une pause pour vérifier l'état de la fusion. Avec un baton inifugé tu vérifies, il y avait une bonne voix de formation et sûrement juste assez, il faudra être prêt avec Vérole. Après deux minutes de pauses tu demandes à Hisbik de te remettre au travail justement, ce dernier brûle à nouveau de toutes ses flammes.

De ton côté tu informes Vérole de ce qu'il te faut et tu lui donnes des indications pour qu'elle vérifie régulièrement le sable en fusion pour que le verre soit réussit. Ainsi elle pourra commencé à le modeler psychiquement sans qu'il refroidisse en gardant le funécire comme source immense de chaleur. Enfin tu te retourne vers Hercule qui s'ennuit et fait les cents pas dans le sable. Tu t'approches de lui et avise les rochers auloin bordant la mer. Tu lui souris grandement avec ce sourire de psychopathe destructeur. Tu jettes un regard à  ta montre, il est quinze heures, il ne te reste que quatre heures de travail.

-On va casser des rochers pour les sculpter, tu veux bien amour de ma vie ?

Le Galégon emballé par l'idée de casser quelque chose te suit vers la destination à une centaine de mètres plus loin après que tu es récupéré quelques piquets et un marteau adapté. En placant les piques aux endroits voulus après les avoir sauvagement plantés afin qu'ils cèdent rapidement aux futurs assauts d'Hercule tu l'autorises à user de Damoclès pour une telle attaque. Heureux de servir comme personne à part Héra pourrait le faire, le Galégon fonce d'un coup, d'un seul avec toute sa force et sa masse doublée grâce à sa capacité spéciale Heavy Métal, cette force cinétique conséquente à pour force de te faire récupérer ce que tu veux en une seule charge. Un magnifuque morceau de roche presque rectangulaire. C'était ce qu'il te fallait. À l'aide de ton ami dur comme un roc et ave  des nerfs d'acier tu ramènes ton trophée, les élèves te regardent de façon étrange se demandant ce que tu vas encore tenter. Si seulements ils savaient penses-tu avec un sourire machiavélique. Tes yeux se portent sur ton pokémon évolué alors que tu soupires un petit instant.

-Allé! Sculptons !

Tu ramènes tes outils et le burins lentement accompagné par un marteau plat et commence à dessiner les contours et détails de la roche en arc de cercle qui finira dans ton immense sphère. Appliquée et minutieuse, la langue de sortie, tu ne vois pas le temps passer pour la sculpture, tu travailles à un rythme que tu penses bon, les petites niches semblent réelles, on a même l'impression que la roche souffre de l'érosion aquatique, les petits trous serviront à y déposer les plantes également, mais hélas, le temps coule bien plus vite que prévu. Alors que ton rocher est finalement prêt tu regardes ta montre : 1h c'est le temps dont tu avais besoin pour pouvoir faire la moitié de ce qu'il te restait, paniquée tu regardes ton pokémon, puis la roche, puis ton pokémon avant de lancer un regard vers la sphère d'eau, terminée fort heureusement depuis longtemps à en juger par Vérole qui crachait sur les créations de tous les participants.

-Vérole j'ai besoin de toi ! Amène ça dans l'aquarium ! Tout de suite !

Tu cours chercher une pâte que tu utiles en cas de fixation marine, avec ça la roche n'endommagera pas la sphère à cause du frottement. Pendant ce temps Vérole amène lentement avec beaucoup de précautions le rocher avec Hercule en-dessous pour servir de soutien au cas où, ce duo là se complète bien et à l'avenir te sera très utile pour te sauver la vie. Le rocher est finalement en place tu pousses un grand soupire. Mais il manque quelque chose d'assez important.

-MERDE DE LA FLOTTE !! Vite vite vite !!

Tu ramasses tes sceaux en observant Hisbik et Vérole, tu jettes tes sceaux en crayonnant des croquis assez clairs.

-Vérole, refait du verre, j'en ai assez. Forme des cloques avec des petits trous, ensuite Hisbik quand tu auras chauffé le verre pour la fusion etc etc comme tout à l'heure chéri d'amour, lance des feux follets dans les cloques, il me faut 15 cloques, dont trois échelles de canalisation d'air différente pour faire comprimer l'air par zone de sorte à respecter la pression aquatique zone par zone, bien qu'à une échelle moindre.

Tu prends tes sceaux, il reste environ cinquante minutes, tu fais des allés-retours pour prendre de l'eau telle une Ronflex hyperactive devant des élèves sceptiques et des profs qui sont extrêment surprit par cette course digne des entraînements de Jackie que tu sèches. L'eau se déverse à un faible pourcentage dans la sphère en verre, mais qu'importe, tu fais des allés-retours encore et encore, envers et contre tous, tu te surprends même à hurler.

-JE MARCHE SEULE, DANS LES RUES QUI SE DONNENT ET LA NUIT ME PARDONNE  JE MARCHE SEULE EN OUBLIANT LES HEURES.

Cette chanson particulièrement adaptée à ton timing lors de cette compétition fait rire le référent des garçons vert, mais un de ces sourires qui implore la pitié d'Arceus pour la connerie que tu dégages. Alors qu'il ne doit rester qu'un quat d'heure, (à en juger par le cri de Roseverte), Vérole vient t'aider en laissant la petite bougie lancer ses feux follets selon tes indications. Le pokémon psy, comme toujours t'es d'un grand secours en soulevant d'importantes masses d'eau salées pour les déverser dans le récipient géant. Tu as sûrement vu les choses en grand, trop grand. Tu laisses à quelques minutes de la fin tes sceaux pour chercher quelques plantes aquatiques dans la mer en suivant les profondeurs, si pour le Lilia c'est impossible. Tu plonges dans l'eau sans hésitation pour chercher le long des parois rocailleuses différentes plantes qui correspondent à ce que tu recherches. Tu n'oses pas aller trop bas, de peur de faire une mavaise rencontre, mais également de peur de te faire surprendre par le temps.

Lorsque tu remontes tu entends le professeur Roseverte crier qu'il ne reste que deux minutes. Aussi rapidement que possible, plantes nouées aux cheveux pour pouvoir nager plus rapidement tu regagnes la terre ferme, sortant de l'eau telle une sirène obèse, les cheveux pleins d'algue et le regard semblable à celui d'une succube avant vu au loin un bel appolon à dévorer. Tu places les diverses plantes en suivant la logique avant de placer les cloques que Hisbik à chauffé au maximum au niveau des contours alors que tu y ajoutes une colle spéciale qui permettra de faire tenir les cloques sous l'eau.

Le cri d'arrêt résonne pile au moment où tu as finis et tu pousses un certain cri de joie, il manque quelques éléments, comme le sable, un peu de boue au font, mais qu'importe, 98% du travail est fait . Après quelques passages, Pierrick passe te voir et te regarde un peu surprit de ta tenue et ton état.

-Tout vas bien mademoiselle ?

-Woui oui !

-J'espère, dis moi pourrais-tu m'expliquer tout ceci ? Car je t'ai vu surtout vu, quand je te regardais, faire diverses manipulation physique et mécaniques qui ne touchaient pas à l'archéologie, comment as-tu réussis à recréer cet.. immense aquarium ?

-Alors j'ai utilise du sable et un fondant adapté ainsi qu'une grosse chaleur pour faire du verre, grâce à mon Funécire, ma Méios m'a aidée à structurée parfaitement la sphère pour éviter de passer du temps sur le modelage. Pendant ce temps avec mon Galégon j'ai formé un block de roche avec assez de recoins adaptés aux pokémons et leurs moyens de locomotions. Comme je suis mécanicienne j'ai préféré recréer, artificiellement un milieu très adapté aux pokémons avec les quelques imporfomation que j'ai récupéré en ligne sur mon iPok grâce au site « Wikipoképédia ». Et avec ça je me suis dis que les pokémons ayant trois modes de vie très différents, que seuls les chercheurs pokémons et les archéologues étaient capables de connaître vraiment en détail, et bien j'ai voulu combler ce manque d'information par une « prouesse » technique de mécanicienne pour pouvoir répondre au mieu à la demande du sujet. Ainsi les cloques disposent d'un système de conduit d'air et ont étés déposés comme des verres sous l'eau, mais avec une certaine densité de verre et les conduits interne, l'air est mis sous pression mais il est également comprimé pour répondre aux attentes des profondeurs ou vivait Lilia par exemple. Pour Kabuto, il était capable de vivre en eau profonde et moins profonde, aussi j'ai crée une seconde zone vers la moitié du récipient pour adapté à ce mode de vie. Enfin Amonita vivant en eau paisible, la roche présent, forme une sorte de crique, petite mer intérieure adaptée à la vie de ce pokémon préhistorique. J'aurai pu créer de quoi refaire un système de marée primaire sans affecter la mer intérieure, mais la sculpture de la roche m'a pris bien trop de temps hélas. Mais voilà c'est tout ce qu'il faut savoir sur ce récipient..

-Merci jeune demoiselle, bonne douche, bonne continuation et j'espère que tes efforts porteront leurs fruits.


Formulaire:
 

_________________


Le personnage le plus loufoque !
Le personnage le plus hyperactif !
Le couple le plus improbable #Allen!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t884-audrey-hatoria-la-folie-des-immenses-grandeurs-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t892-audrey-hatoria-pyroli
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Kanto
Âge : 16
Niveau : 21
Jetons : 2775
Points d'Expériences : 437

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Dim 26 Juin - 22:58

Aria venait d'arriver sur la plage. Elle était une des premières mais elle savait que les autres n'allaient pas tarder à arriver, la compétition débutait dans un quart d'heure. Elle repéra l'estrade de Roseverte et de Pierrick, et s'installa devant. Elle sortit son Ipok et hésita. Elle n'avait pas dit à Susan qu'elle participait à une compétition d'archéologie... Elle ne voulait pas qu'elle sache qu'elle a échoué si elle échouait... Elle aurait honte de lui admettre... Après tout, Susan ou "Madame" comme elle l'appelait toujours, lui avait tout appris sur l'archéologie. Perdre serait comme la faire perdre elle-même... Aria avait beau être confiante sur ses capacités en fouille, elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter à propos de cette épreuve. Elle n'en avait jamais fait de compet à l'académie. Elle ne savait pas à quoi ça allait ressembler... Elle rangea son Ipok en soupirant. Ce n'était pas son genre de se faire autant de soucis sur une si petite chose, mais Susan était bien la seule personne qu'elle ne veut jamais décevoir. Elle lui enverra un texto quand la compet sera finie...

Les professeurs prirent la parole : aujourd'hui, ils devaient reconstituer le milieu naturel des trois pokemons qui se tenaient devant eux, Lilia, Amonita et Kabuto. La première réaction d'Aria à cette annonce fût un grognement cachant mal sa déception. Elle détestait ces reconstitutions ! Elle, ce qui l'intéressait c'était les fouilles, parcourir les ruines, trouver des fossiles ! Elle n'en avait rien à faire de ces recréations de décor pour y planter les pokemons réanimés ! Elle bouillait de rage en elle-même : elle, qui avait sauté de joie, en découvrant que la compétition scientifique concernait l'archéologie ! Elle s'était bien fait avoir !

Le temps qu'elle retienne sa rage, et son envie de se défouler sur quelque chose (ses voisines n'auraient sûrement pas apprécié), le discours de Roseverte était fini. De toute façon, il n'avait pas eu l'air ravi de devoir expliquer à cette bande d'élèves ignares en quoi constituait l'épreuve, il avait bien fait comprendre lors de sa petite interlocution que nous n'étions pas dignes de ces précieuses créatures... Chose qu'Aria désapprouvait complétement : s'il les aime tant, qu'il s'en occupe lui-même ! Moi la seule chose qui m'intéresse c'est faire les fouilles et les trouver, après, s'il les veut, je lui offre !

Elle finit par sortir de son tourbillon de pensées sombres et revenir sur terre, moment où elle constata que tous les autres élèves étaient déjà partis arranger les grosses cages de verre, (aquariums je suppose), qui gâchaient le paysage, pour les transformer en maisons magnifiques pour pauvre pokemon fossile égaré dans cette époque moderne. D'ailleurs c'était aussi à se demander pourquoi on réanimait les fossiles. Aria comprenait qu'on en réanime quelques-uns pour connaitre l'histoire passée de notre monde (même si elle n'avait jamais cerner en quoi réanimer un pokemon aidait dans cette quête) mais quel était l'objectif de réanimer 46 kabutos ? Non franchement ? Et maintenant on devait customiser des aquariums pour qu'ils n'aient pas trop la nostalgie de leur monde magnifique d'il y a un millénaire, ce qui est quasi impossible vu que, entre une planète vierge et splendide et un vieux aquarium sale, personne, même le moins demandant des pokemons, ne va hésiter sur lequel est le mieux !

Bref, Aria détestait les reconstitutions et la perspective de devoir en faire une avait fait évaporer tout son enthousiasme. Ce qui était, je vous le précise, une chose assez rare. Elle savait cependant qu'elle n'avait pas le choix, elle était obligée de participer, pas question de partir comme ça, même si elle en avait une grande envie. Elle se dirigea donc vers une de ces inutiles cages de verre, la plus lointaine (et non occupée) qu'elle puisse trouver. Elle n'avait aucune envie de commencer donc autant prendre le chemin le plus long et marcher lentement ! Elle passa devant les autres élèves qui, eux, avaient tous déjà commencés et dont la grande majorité paraissait extrêmement motivée par l'épreuve. Aria soupira à leur vue : d'habitude c'était elle qui faisait partie des excités, qui se précipitait avant même que la consigne soit donnée, qui s'amusait quoi ! Et là, elle sentait qu'elle allait passer un après-midi déprimant !

Elle arriva enfin devant le dernier aquarium et la voilà donc, face à face avec les immenses plaques de verre. Tout en essayant de se remotiver, elle sortit de son sac deux pokeballs et libéra Mysdi et Pachi, qui atterrirent tout contents sur la plage. C'était assez rare qu'elle les garde dans leurs pokeballs, à vrai dire, elle ne le faisait presque jamais, mais ce matin, elle était vraiment partie trop en retard. Pour atteindre la plage en trois minutes, elle avait dû piquer un sprint et Pachi et Mysdi n'auraient pas pu suivre. Enfin, les voir devant elle lui faisait du bien : à peine sorti, Pachi essayait d'escalader l'aquarium tandis que Mysdi essayait de l'en empêcher. Le cirque habituel quoi !

Elle jeta un coup d'oeil à sa montre : déjà plus d'une demi-heure que la compétition avait commencé ! Elle n'avait pas vu le temps passer ! Enfin, il était temps d'y réfléchir sérieusement. Elle détestait autant ces reconstructions qu'elle savait combien la colère de Jackie serait énorme si elle osait se ramener au dortoir avec une dernière place en compet scientifique et une absence en compet pokea ! Elle en frissonna sous l'idée et regroupa Mysdi et Pachi pour se mettre au travail.

Il faut avouer qu'elle avait un avantage dans cette compétition : ces trois pokemons elle les connaissait ! Il était vrai qu' Aria n'avait jamais aimé apprendre par coeur, plutôt elle n'en avait jamais été capable : se concentrer sur un polycopié et le répéter trente-six fois pour le retenir ne servait à rien chez elle, tout rentrait par une oreille et ressortait par l'autre. Cependant, pour lui faire enregistrer quelques notions d'archéologie, Susan s'était efforcée à lui parler en permanence de toute cette culture, et à force de répétitions, sous forme d'histoires ou lors de fouilles, les informations avaient peu à peu fait leur chemin jusqu'à se figer définitivement dans la petite tête d'Aria. Ainsi, à l'évocation du nom des pokemons, tout leur data, que Susan lui avait appris sur eux, avait déferlé immédiatement dans son esprit, en parfait automatisme. C'était comme la visualisation d'une pomme à l'évocation du même mot : efficacement, simplement, sans se poser aucune question.

Elle savait donc que Lilia est un pokemon de type Roche et Plante, qui avait disparu il y a environ 100 millions d'années. Elle aimait beaucoup le mode de vie de ce pokemon qui vivait sous l'eau, le plus souvent au fond de la mer, accroché à un rocher et qui, pour se nourrir, attrapait ses proies à l'aide de ses pétales. Lilia était un de ses pokemons fossiles préférés avec Amonita. Lilia pour son histoire, et Amonita parce qu'elle le trouvait choupi. Amonita : même datation que Lilia, il vivait aussi dans les profondeurs et si elle se rappelait bien, il devait y avoir un système d'air avec sa coquille. Kabuto, par contre, elle n'en avait que des souvenirs très vagues... Il faut aussi dire que celui-ci ne l'avait jamais vraiment intéressé, tout ce qu'elle se rappelait c'est que lui, il ne vivait surement pas sous l'eau, peut-être sur la plage... ça serait logique avec la couleur de sa carapace.

Bon voilà pour le data. Avec ça, elle était maintenant censée métamorphoser ce carré vitrier en superbe petit parc à pokemons fossiles ! Nan franchement, ils étaient sûr que c'était pas le boulot de chercheur ça ?

Pachi avait fini d'escalader la paroi et il se tenait maintenant debout sur la mince épaisseur de la vitre. Il s'amusait à jouer au funambule affrontant l'altitude vertigineuse de l'aquarium. Mysdi, comme quiconque qui la connait bien l'aurait deviné, ne s'était pas aventurée à monter à la suite de Pachi et était en train de l'engueler depuis le sol ferme. Vu que ses menaces ne semblaient pas vraiment atteindre Pachi, qui avait l'air d'avoir complètement oublié ce qui se passait en dessous de lui, c'est vers Aria qu'elle se tourna, exaspérée. Les coups de Mysdi (qui ressemblaient plus à des tapotements il faut l'avouer) sur son bras, décidèrent Aria. Ca y est ! Il était temps d'arrêter de râler et de se morfondre !

- C'est parti !

Elle rattrapa Pachi, qui venait de perdre l'équilibre, et, elle le reposa par terre pour leur donner les instructions. Dans un coin de sa tête, elle se dit que, vu qu'elle était obligée de faire quelque chose, autant le faire le plus vite possible ! Elle n'arrangerait rien en ruminant dans sa tête. Ce n'est pas ça qui changera la compétition. Protester contre quelque chose qui est déjà arrivé, et refuser de regarder vers l'avenir, ça ne servait jamais à rien ! Oui, elle était bien placée pour le savoir !

Elle soupira donc une dernière fois, puis décida de se mettre au travail ! Et, tant qu'on y ait essayé de trouver quelque petites astuces pour que cette compet ne soit pas chiante à mourir !

Tout d'abord, le sable ! pensa-t-elle. Heureusement, elle l'avait en quantité illimité sur toute la plage ! Juste à côté de l'aquarium, elle remarqua que l'administration leur avait laissé différents seaux et pelles. Parfait ! Justement ce qu'il lui fallait ! Elle nota que, même si, de son point de vue, le sujet de la compet était le pire de tous ceux qu'ils auraient pu proposer, celle-ci était quand même bien organisée !

Elle s'empara donc d'un seau, le plus grand qu'elle puisse trouver et commença à expliquer son idée à Mysdi et Pachi. A vrai dire, elle n'avait pas besoin d'eux à cette première étape. Il fallait justement qu'ils se tiennent éloignés, sinon ils allaient la gêner ! Elle leur donna donc quartier libre, mais en leur rappelant de ne pas partir loin. Dès qu'elle aura fini elle les rappellera, et là ils pourront l'aider !

A l'aide d'une grosse pelle, elle remplit énergetiquement son seau de sable, et le déversa en cascade dans l'aquarium. Il faut que je prenne ça comme les entrainements de Jackie, pensa-t-elle, le plus rapide possible, avec le seau le plus rempli possible ! Elle se demenait comme une furie, couverte de sable, pour transporter la quantité de sable nécessaire dans l'aquarium en moins de dix minutes ! C'était d'ailleurs pour ça qu'elle avait demandé aux deux pokemons de s'éloigner. S'ils étaient restés avec elle, ils auraient pu être ensevelis sous le sable sans qu'elle s'en rende compte ! C'est vrai qu'elle aurait pu seulement leur dire de ne pas aller dans l'aquarium mais elle connaissait bien Pachi. Elle savait que ce n'était pas quelques paroles qui le dissuaderaient d'aller dans cette douche de sable ! Là, elle était plus tranquille : du coin de l'oeil, elle apercevait Mysdi qui retenait Pachi à distance.

Elle ne réussit pas à amener tout le sable en moins de dix minutes, mais, l'exercice lui plaisait. Et pour la première fois depuis l'annonce des consignes, elle souriait. Oui, elle avait enfin trouvé un moyen de s'amuser dans cet exercice qu'elle détestait.

Dès qu'elle jugea que la quantité de sable amoncelée était suffisante, elle rappela Pachi et Mysdi. Pachi arriva en courant, aussi rapide qu'un éclair, lui sauta dans les bras et en ressortit aussi rapidement pour aller admirer l'aquarium.

- Voilà, donc j'ai apporté le sable comme tu peux le voir Pachi ! Mon idée c'est de créer une sorte de petit île de sable, qui sera la maison de Kabuto et après on rajoutera de l'eau des deux côtés pour les territoires de Lilia et Amonita. Je vous expliquerais ça plus tard d'accord ? Pour l'instant, j'aimerai que vous m'aidiez à façonner tout mon sable en forme de petite d'île d'environ un mètre. Vu qu'on n'a pas beaucoup de temps, Mysdi ça serait bien que tu aides aussi ! Je vais vous porter pour vous mettre à l'intérieur de l'aquarium et après on se met au travail ? déclara-t-elle en leur tendant à chacun une petite pelle.

Pachi resauta immédiatement dans ses bras, heureux de pouvoir jouer avec le sable. Et Mysdi le rejoint aussi entre deux soupirs. Aria enjamba les parois de l'aquarium et se retrouva pieds nus dans le sable. Elle aussi avait attrapé une pelle, moins grande que la précédente. Ca lui rappelait les cours d'art plastique qu'elle avait avec Ida à Hoenn... les peu de fois où les profs avaient essayé de leur apprendre la sculpture, les cours s'étaient terminés par des batailles d'argile. Mais ici, pas le temps pour des batailles de sable !

Petit à petit, leur île prenait forme, et devenait de plus en plus haute. Aria s'occupait d'entasser le sable au moment endroit (milieu de l'aquarium) de façon à faire une pyramide ; Pachi lissait les bords ; et Mysdi se chargeait de mouiller le sable avant et après qu'Aria le prenne. Ce travail d'équipe permit d'obtenir au bout d'un peu plus d'une heure, une montagne de sable bien solide, qui se transformerait en île une fois l'eau ajoutée.

- Bravo Pachi et Mysdi !

Ariania les ressortit de l'aquarium (en prenant garde à ne pas taper dans leur construction de sable) puis revint elle-même sur le sol sableux de la plage.

- A l'eau maintenant ! s'exclama-t-elle

Elle attrapa Pachi pour l'empêcher de courir vers la mer (il avait pris sa parole au sens propre) et commença à expliquer la deuxième partie de la reconstitution. Il fallait maintenant amener l'eau. Aria voulait de l'eau de mer vu que Lilia et Amonita vivait dans les profondeurs de l'océan ou des mers. De toute façon, il n'y avait que ça de disponible, vu qu'elle ne voyait pas où trouver de l'eau douce à portée de main. Donc c'était le choix le plus logique et le plus pratique !! Malheureusement, leur aquarium était loin du rivage donc l'opération allait demander beaucoup de temps ! Mysdi et pachi ne pouvaient pas l'aider, en raison de leur trop petite taille : ils n'avaient pas la force nécessaire pour porter un grand seau rempli d'eau ! Elle s'occupera donc de l'eau toute seule !

- Par contre, nous n'avons plus beaucoup de temps donc je vais donc vous confier une mission chacun ! De quoi faire pendant que je ferais mes allers-retours ! Mysdi, je commence par toi, j'ai pensé à ça car je pense que ça va te plaire et que tu seras mieux adaptée que Pachi pour ça ! Tu vois l'île qu'on vient de faire là ? Pour l'instant c'est juste un tas de sable. Je voudrais que tu le décores ! Trouve de quoi imiter la faune ou plante des algues. Il faut faire en sorte que kabuto ne s'ennuie pas trop, qu'il n'ait pas juste du sable autour de lui ! Vu que c'est un peu esthétique je pense que tu vas bien réussir ! Et quand tu auras fini pour l'île je veux bien que tu me ramènes des trucs pour le fond de la mer ! Tu es d'accord ?

Mysdi, pour la première fois depuis le début de la journée parait intéressée par ce qu'on lui demande de faire. Elle hoche la tête sans rechigner et part immédiatement à la recherche de matériel sur la plage.

- Pachi, pour toi, j'ai une mission capitale ! Toute la réussite de la compétition repose sur tes épaules ! Mysdi s'occupe de l'environnement de Kabuto, moi de Amonita et toi ça va être Lilia ! Il faut que tu me trouves des rochers, ou des gros cailloux à mettre au fond de notre aquarium ! Bien sûr, tu ne pourras pas les bouger tout seul, mais repère où ils sont et après, dès que j'aurais fini de ramener l'eau, j'irais les chercher !

Pachi hoche la tête lui aussi, ravi qu'on lui confie une mission aussi importante et part en courant à la suite de Mysdi. Aria le regarde s'éloigner en se disant que lui montrer l'importance de ce qu'il réalise et le charger de missions essentielles à la réussite de projets allaient le faire grandir... en tous cas c'est ce que Ida lui avait dit ! Aria ne savait pas trop, pour elle, Pachi était bien comme il était, mais si Ida le lui avait dit ça ne pouvait le faire évoluer que dans un bon sens, alors, autant essayer !

Bon, à son tour maintenant ! Elle prit deux seaux, un dans chaque main et courut jusqu'au rivage.

Lorsqu'elle versa le dernier seau d'eau dans l'aquarium, elle poussa un soupir de soulagement. Ses allers-retours avaient été épuisants : elle avait fini à quatre seaux par trajet ! Deux dans les mains, deux dans les jointures des coudes ! Enfin, le résultat se présentait bien : elle avait bien réussi à verser une quantité égale d'eau dans deux côtés et leur montagne de sable s'était maintenant transformée en vrai petite île ! De plus, ces courses lui avaient rappelé les entrainements matiaux des Pyrolis ! Si elle devait choisir à quel exercice cela ressemblait le plus, elle prendrait surement le sprint avec haltères ! Enfin bon, elle souriait. Aria était maintenant radieuse : à croire que, pour chasser ses idées noires, il lui suffisait simplement de courir (ce qui n'est peut-être pas faux) !

Pendant ce temps, Mysdi, elle, avait complétement terminé la décoration de l'aquarium ! Ariania était impressionnée : l'aquarium était complètement transformé ! Ca n'avait plus rien à voir avec l'aquarium rustique du début ! Mysdi avait réussi à trouver différentes types d'algues, des fleurs, des coquillages, et elle en avait tapissé le fond marin et sublimé l'ile du Kabuto ! Aria en était bouche bée : Mysdi était vraiment faite pour la coordination ! (le seul problème c'est que Aria ne comptait pas partir dans la coordination...)

- Bravo Mysdi !!! C'est carrément génial !! ! Tu as dépassé toutes mes attentes !!! Il faudra absolument qu'on raconte ça à ida en rentrant ! Et puis, tournée de poffins ce soir !!! Tu mérites bien ça !!!

Mysdi rougit un peu et monta dans les bras d'Aria. Elle aussi avait l'air contente du résultat obtenu.

- Par contre, je ne vois pas Pachi... Où est-il ?


Aria se rapprocha de l'aquarium, peut-être que Pachi était allé jouer dans l'eau ? Mais, elle ne vit pas de Pachi dans l'eaux clair ! Par contre, elle faillit tomber contre la paroi vitrée en trébuchant sur quelque chose. Elle se rattrapa au dernier moment et, en commençant à raler, elle regarda ce qui l'avait fait chuter. Un gros galet tout lisse d'environ cinquante centimètres se tenait juste à ces pieds, et à coté de lui trois autres pierres était déposées ! Aria les regarda perplexe... ce n'est quand même pas Pachi qui les a portés jusqu'ici ? Ce n'est pas possible, il n'...

- Plus qu'une minute avant la fin de l'épreuve !!!!!!!!

Vite, pas le temps de réfléchir ! Aria s'empara des pierres et entra dans l'aquarium pour les déposer ! Au moment-même où le sifflet retentit, la dernière pierre touchait le sol vitré de l'aquarium.

- Ouf ! On a fini dans les temps ! pensa Aria

Mais d'où venaient ces pierres ? Et où était Pachi ? Alors qu'elle relevait la tête, elle aperçu Pachi qui venait vers l'aquarium, tirant péniblement une grosse pierre derrière lui. Aria se précipita hors de l'aquarium et courut le prendre dans ces bras.

- C'est bon ! Ne t'inquiètes pas ! On n'a pas pu mettre celle-là mais grâce à toi, Lilia a quatre pierres sur lequelles s'accrocher ! C'est super Pachi !! Je peux pas te dire combien je suis fière de toi !!! Tournée de poffins pour vous deux ce soir !! Il faut fêter ça !!!

Aria pensa que, franchement, même si la competition ne l'intéréssait pas du tout, finalement ça avait été une excellente journée !! Et qu'il fallait courir tout raconter à Ida !!


HRP:
 

_________________

 
Always remember sweet times
and love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4684-328-ariania-blue-close-your-eyes-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4751-ariania-blue-pyroli
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 365

MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   Mar 28 Juin - 9:00

Fin de la compétition scientifique !

Merci de votre participation. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Compétition Scientifique#4 - Archéologie   

Revenir en haut Aller en bas
Compétition Scientifique#4 - Archéologie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 3 :: Cours et compétitions-