Partagez | .
Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 368

MessageSujet: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Mar 12 Avr - 15:24

Competition pokeathlete
Rappel des règles
L'Examen H est une mystérieuse épreuve concoctée par votre Générale Jackie préférée, consistant en une course en milieu naturel. Vous devrez réussir à terminer le parcours déterminé par la référente Pyroli, en suivant cette dernière au travers de différents obstacles créés par Mère Nature. Attention à ne pas la perdre de vue, vous risquez d'éprouver quelques difficultés à retrouver votre chemin sans son aide. De plus, la générale ayant minutieusement verrouillée toutes informations susceptibles de transpirer, vous ne saurez ce qui vous attend que le jour de l'épreuve elle-même.

À l'inscription, vous devrez choisir deux Pokémons maximum pour vous aider. Vous devrez préciser ces Pokémons dans votre post d'inscription, et ne pourrez en changer après avoir posté. Ce n'est qu’après ça que vous pourrez voir la liste des obstacles qui vous attendent durant l'épreuve.

Poster un unique RP de 700 mots minimum, décrivant votre personnage en train de suivre Jackie au travers des différentes sections de son examen ''H''. Vous décrirez également vos Pokémon en train de vous prêter main forte. Vous pouvez parler dans votre RP des autres joueurs (si ceux-ci ont déjà posté avant vous), mais en aucun cas démarrer un dialogue avec eux, puisque vous n’aurez droit de poster qu’un seul RP !

Description du lieu
L'Archipel Eka est un petit ensemble d'îles qui présentent une multitude de visages différents : Zones marécageuses, rocailleuses, falaises et hauts-fonds, impossible de s'y retrouver sans carte. La plupart sont reliées entre elles par des bras de mers et des hauts-fonds accessibles à marée basse. Vous avez débarqué en compagnie des autres concurrents sur une petite plage situé à l'extrémité Est de l'archipel et devait suivre Jackie en courant pour rejoindre le coté opposé. La référente Pyroli a bien insisté sur le fait qu'elle ne ralentirait pas le rythme pour qui que ce soit...Attention, prêt...partez !

Météo du jour : Temps clair, mais assez frais. Vous aurez déjà assez à faire, pour ne pas avoir à vous soucier d'un typhon ou autre ouragan !


Liste des obstacles :

Premier obstacle :
- Le Marais de la mort : Il vous faudra suivre Jackie au travers de cette zone embourbé et marécageuses, perdu dans la brume et territoire de prédilection des Limondes.
Second obstacle :
- Les Câbles de la mort: Une fois arrivés de l,autre coté du Marais, des fils de funambules n'attendent que vous pour traverser le bras de mer qui sépare les deux premières îles. Inutile de songer à traverser à la nage, Godzilla veille au grain en contrebas
Troisième obstacle :
- La Pente de la mort : Un peu de grimpette maintenant, puisque vous devrez gravir une pente extrêmement raide sans ralentir...et en évitant les Gravalanchs locaux qui adorent la dévaler en utilisant Roulade.
Dernier obstacle (au choix du participant):
- L'Envol de la mort : Avec un Pokémon Vol ou l'aide de l'un des Bekipans gracieusement fournis, vous devez suivre Jackie sur son Roucarnage, pour descendre au bas de la falaise et atteindre la plage située de l,autre coté d'un mince bras de mer. Attention aux courants ascendants et aux Goelises locaux qui n'apprécient pas du tout les intrus !

ou alors, pour ceux qui souffriraient du mal de l'air

- Le Courant de la mort : Il ne vous reste plus qu'à utiliser les cordes mises en place pour descendre la falaise en rappel et à traverser le mince bras de mer à la nage pour rejoindre votre dernière étape, une plage blanche où sont dressés les poteaux de l'arrivée . Rien de bien compliqué en théorie, mais ce dernier est un couloir de migrations de Remoraid, et le petit millier de poissons qui le traverse actuellement ne s'arrêtera pas pour vous faire plaisir.

- Une fois franchi, il ne vous restera plus qu'à courir quelques centaines de mètres sur le sable pour terminer le parcours.

Précisions supplémentaires
- Vous n'avez pas le droit d'utiliser d'objets (autre que l'objet équipement de votre Pokémon, et les éventuels booster et CT/CS)
- Vous pouvez courir non loin de Jackie durant toute la course, ou la perdre de vue. Néanmoins, cette dernière arrivera toujours bien avant vous, et vous ne pouvez pas préciser votre place à l'arrivée dans votre post. Nous nous chargerons de faire le classement, tout manquement à cette règle entrainera l'annulation de votre participation
- Pas d'interactions entre les joueurs, vous n'avez le droit qu'à un seul RP. (vous pouvez quand même évoquer des PNJ)
- Inscrivez-vous dans le topic adéquat avant de poster.
-N'oubliez pas d'ajouter le formulaire suivant à la fin de votre post.
Code:
[b] Pokémon utilisé :[/b]
   [b]Stat Vitesse du Pokémon :[/b]
    [b] Points d'Athlétisme du Pokémon :[/b]
- Vous pouvez dès à présent écrire votre RP et le poster à la suite ! Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1698

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Lun 25 Avr - 6:02

''Et une...deux...une...deux''

Dans quel galère est-ce que je me suis encore embarqué ? Et est-ce que c'est vraiment ma faute, si c'est grâce à un Lucario extrêmement persuasif qui a BEAUCOUP insisté, au point de me lancer sur le pont du bateau depuis le quai ? C'est quand même pas ma faute si j'hésitais un peu Lucki, y'a quand même Jackie à bord !
Depuis l'épisode avec Léo, la référente Pyroli n'a jamais eu l'occasion de remettre ses griffes sur moi et j'aurais préféré que ça continue. Mais lorsque les inscriptions pour la Compétition Pokéathlète ont été ouvertes, inutile de vous dire que Lucki était déjà à l'affût : Un beau matin, le voila qui me lève encore plus ''Luckiement'' que d'habitude, qui me force à me mettre en tenue, et qui nous traine, Keru et moi jusqu'au port, pour monter sur un bateau bien spécifique. J'ai bien essayé de protester, mais ce fourbe de Lucario avait l'argument béton en réserve : L'épreuve se déroule sur une île où aucun élève de l'académie n'a encore mis les pieds. Du coté de Keru, pas besoin de tergiverser, l'Elecsprint a toujours été prête poru ce genre d'exercice. Et vu les coups de langues qu'elle m'a asséné pendant tout le trajet, niveau motivation, elle en a à revendre. C,est donc accompagné de mes deux plus anciens partenaires, que je me retrouve embarqué là-dedans...Au moins, y'a une consolation, on va dire.
Pourtant, lorsque Jackie s'est avancé pour expliquer les règles, aprés que tous les participants se soient rassemblés autour d'elle sur la plage d'Eka, je ne parviens pas à m'ôter l'idée que quelque chose va mal finir....Ça vient sûrement du fait que la référente Pyroli est en train de SOURIRE ! Et même si c'est plus proche de celui d'un Sharpedo devant une pièce de viande que d'un Humain, ça doit être la première fois que je vois cette femme se départir de son air austère.

''Très bien et maintenant...Garde-à-vous et plus vite que ça ! Le premier qui l'ouvre pendant que je parle, c'est Godzilla qui lui expliquera les règles ! J'espère que vous êtes échauffés parce que je ne ralentirai pour personne ! Si vous tombez ou que vous perdez la cadence, croyez-moi, je m'en souviendrai. Les Pyrolis, j'ose espérer pour vous que vous ferez honneur à votre dortoir. Quand aux autres...''

Jackie utilise Intimidation...C'est super efficace ! La paralysie générale qui parcoure les rangs des élèves  (Et pas seulement les Pyrolis....Comment elles font pour survivre à ça tous les matins ?) témoigne largement de la puissance dégagée par le simple regard de la référente Pyroli. En même temps, il suffit de regarder au fond de ses yeux pour voir l'ampleur des horreurs qu'elle pourrait faire subir au moindre trouble-fête qui perturberait sa présentation.
Et avachi non loin du rivage, un certain Lamantine couve du regard ses victimes potentielles...

''La compétition prendra la forme d'une course à pied au travers des terrains de l'île Eka. Je pars, vous me suivez, fin de l'histoire. Si vous me perdez de vue, tant pis, vous devrez vous débrouiller pour trouver la ligne d'arrivée. Pour les Ramoloss qui auraient du mal à tenir le rythme, ma très chère sœur effectuera le parcours à la fin de la journée pour vous ramener au bateau. Et puisqu'il n'y a pas de questions...''

En fait, rien qu'aux visages de certains des élèves qui m'entourent, J,imagine qu'il y en a plusieurs. Sauf qu'entre la perspective d'un tête-à-tête avec Godzilla et la possibilité d'en savoir plus sur ce qui nous attend...On dit bien que ce qu'on ne sait pas ne peut pas nous faire de mal, hein ?

''Allez...Prêt ou pas, j'y vais !''

Et voila que Jackie s'élance à grande foulée sur la plage, remontant rapidement la longue bande de sable fin, jusqu'à atteindre une ouverture dans le rideau de falaises qui nous entourent. Sans même ralentir un instant, elle a déjà remonté la moitié de la pente, suivi par une petite partie des élèves qui ont réussi à anticiper son départ fulgurant. Keru sur les talons et Lucki déjà loin devant nous. Avec un esprit aussi compétitif que le sien, rien d'anormal à ce que le Lucario me submerge déjà via son aura : Entrainement ou pas, c'est une course et il est là pour gagner que son Dresseur en soit capable ou non...S'il doit me faire avancer de force, il le fera alors je sais déjà que j'ai intérêt à tenir la cadence !
Avec la plage juste à coté du dortoir Phyllali, j'ai l'habitude de courir sur du sable alors couplé aux entrainement matinaux de mon starter, rejoindre l'arrière du groupe de tête, ça, c'est encore du domaine du possible. Sauf que vu la vitesse infernale qu'impose Jackie à ses poursuivants, je préfère encore que notre trio avance légèrement plus lentement plutôt que de nous effondrer à mi-chemin. Avec sa rapidité habituelle, Keru nous aurait déjà distancée, mais pour le moment, elle se contente de courir juste à coté de moi, à une allure qui doit s'apparenter au petit trot pour elle. Lucki, lui, ne s'est pas posé de question et m'a déjà largement distancé, tout en restant à portée de vue...C'est bon,j'ai compris, j'vais essayer d'aller plus vite !
D'autant que la connaissant, Jackie nous a surement préparé quelques ''surprises'' à sa sauce...

''Rrrrrrr...''

''Keru ? Y'a un problème ?''

C'est peu de le dire : Sans cesser de galoper des quatre pattes, l'Elecsprint a commencer à vrombir comme un moteur et retrousse ses babines, tout en humant l'air. Elle a probablement dû sentir quelque chose qui ne lui a pas plu...Et je ne tarde pas à découvrir ce dont il s'agit !
Petit à petit, le sol se fait moins ferme, les arbres qui encadraient le chemins se raréfient, et  le bruit de nos pas derrière Jackie ne produisent qu'un ensemble de son mous et flasques sur l'espèce de tourbe qui recouvre les lieux : Ça et là, des arbres morts, des flaques stagnantes et surtout un brouillard qui, s'il s'était fait discret jusqu,à présent, s'épaissit de plus en plus, jusqu'à ce que je ne parvienne même plus à distinguer Lucki devant moi.

''Lucki, ralentis un peu ! Sinon, on va te...perdre...''

Et zut, comment je fais moi-maintenant ? Même si je peux toujours sentir sa présence, ''Quelque part droit devant'' y'a quand même plus clair comme indication. Foutue tête de mule de Lucario, tu ne peux pas attendre un peu pour une fois dans ta vie ?
Sentant confusément dans quelle direction mon starter continue de courir, je n'ai plus qu'à espérer qu'il soit toujours derrière Jackie, sinon on est parti pour tourner en rond pendant des heures !

''Tu sens quelque chose ?''

Même avec le brouillard, Keru conserve toujours son odorat, on a donc peut-être une chance de s'en sortir. Nos foulées se sont fait un peu plus difficiles, mes jambes s’enfonçant quasiment jusqu'aux genoux dans la tourbe. J'ai l'impression de courir sur un plat de gelée qui fait ''bloup bloup'' à chaque pas...Rah, ça me donne faim, génial. En plus je déteste courir l'estomac vide. Et les chances que je trouve un truc à grignoter sans ralentir et dans ce marais, n'en parlons pas...
Guidé par Keru et mes perceptions, j'ai l'impression que la distance qui me sépare de Lucki...Avec un peu de chance, on sera sorti de là sans trop de mal.

*Flouch*

''Woops...''

''Li...moooooonde ! *BZZZ*''


Aie, aie, aie, aiiiiiiie ! Les yeux rivés vers l'avant, on dirait que j'ai raté ce Limonde paisiblement installé dans sa mare. Et il n'a pas du tout, mais alors PAS DU TOUT apprécié le fait que je lui marche dessus. Dans un crépitement d'éclair, le pokémon Piège libère une série d'étincelles qui me remontent le long de la jambe...Et ça fait SUPER mal ! Avec toutes les Fortes-Paumes que je me suis déjà mangées, aucun risque de paralysie, mais ça veut pas dire que je suis insensible à l'électricité-é-é-é-é !
Lorsque je libère mon premier cri de douleur, Keru effectue rapidement un demi-tour parfait, avant que sa fourrure ne s'illumine. Avec un aboiement sonore, la chienne électrique se jette droit sur le Limonde...qui encaisse son Éclair fou sans le moindre problème !

''C'est...c'est...c'est un type...Sol ! Utilise Morsure !''

J'ai les jambes qui tressautent comme un duo de Spoink et avec les éclairs (Pas de jeu de mots, merci) de douleur qui accompagnent chaque tressaillement, je n'ai pas vraiment le temps de faire dans la dentelle. Saisissant la poiscaille en colère à pleine dent, Keru la soulève brusquement de sa mare, avant de l'envoyer voltiger le plus loin possible. Un gros *plouf* m'informe que mon assaillant semble avoir trouvé une nouvelle demeure, mais pour le moment, J,aimerais juste réussir à calmer les tremblements de ma jambe.

''Bien joué...ma grande. Ça te gêne si je te demande un petit coup de main pour sortir de là ?''

''Sprint !''

Je vais prendre de jappement enthousiaste pour un Oui. Tant bien que mal, je parviens à me hisser sur le dos de l'Elecsprint avant de saisir sa fourrure à pleines mains. Maintenant qu'elle n'est plus obligé de se caler sur mon rythme, ça va déménager !

''Ya-AH !''

Bolide en approche, laissez passeeeeeeeer ! Même si mon mal de jambes se dissipe progressivement, je n'aurais jamais pu me déplacer à cette allure. J'suis sûr que les gens qui étaient derrière nous,  vont trouver une trace fumante du passage de Keru, tandis qu'elle fend le brouillard à pleine vitesse. Petit à petit, les étendues boueuses semblent se faire moins importantes et finalement, le brouillard lui-même finit par s'estomper.
Droit devant nous, il devient possible d'apercevoir les falaises qui bordent l'autre coté de l'île. Et apparemment , il y a déjà des élèves à pied d’œuvre sur les câbles qui les relient à l'île opposée...Jackie veut vraiment qu'on joue les Capumains ? Pas que ça me dérange, là, on parle de quelque chose qui me plait ! Pour couronner le tout, une silhouette familière est adossée à l'un des poteaux qui soutiennent les câbles. Deux paires de cables, l'un pour les pieds, l'autre pour les mains...Euh, c'est pas un élève qui vient de tomber droit sur Godzilla, ça...Hein ?

''Sympa de nous avoir attendu...''

Ce Lucki...Pour lui, le fait de nous abandonner dans le brouillard PUIS de nous attendre de l'autre coté semble parfaitement normal. Faudra vraiment qu'on redéfinisse le mot ''attendre'', un de ces quatre.
En attendant, je doute que Keru se débrouille sur ces fils tendus. Pour tout ce qui est course en ligne droite, je n'ai aucune crainte mais pour le reste...Elle finirait à la flotte à coup sûr.

''Désolé ma grande, mais tu vas devoir...Eh, Lucki! Mais...QU'EST-CE QUE TU FABRIQUES ?!''

Sans prêter attention aux couinements de surprises de Keru, voila que mon starter vient de lui saisir l'échine des deux pattes, avant de la soulever de terre. D'un bond prodigieux, le Lucario saute sur l'un des poteaux avant de commencer à courir le long du fil, sans ralentir une seule seconde, mon Elecsprint au-dessus de la tête...Non, mais c'est une blague ?!

''Eh, attendez-moi !''

Ah non, cette fois, il ne me distancera pas ! Là, je suis sur mon terrain. Faire le funambule les bras écartés ? Très peu pour moi, il y a beaucoup plus rapide !
Saisissant le câble supérieur, je tire brusquement sur mes deux bras pour me hisser à hauteur de poitrine. Puis, après une rapide rotation autour du fil métallique, je n'ai plus qu'à me jeter en diagonale sur le câble opposée...Et c'est parti pour un peu de voltige ! Rotation, saut, réception et on recommence !
Entre un cable et une branche, je vois pas vraiment la différence, au moins je suis sûr que le premier ne risque pas de se casser quand je me rattrape des deux mains. Avalant la distance qui sépare les deux îles, je termine finalement par dépasser Lucki qui peine légèrement sous le poids de Keru. Une ultime pirouette et me voila sur mes deux pieds de l'autre coté du bras de mer, une seconde avant que le Lucario ne se laisse tomber à mes cotés. On dirait que Keru est extrêmement contente de retrouve le plancher des Écrémeuh....Tu m'étonnes.
Enfin, c'était plutôt sympa comme obstacle. Par contre, ce qui se dresse devant nous, j,avoue que je ne l'avais pas prévu.

''Il faut qu'on monte....ça ?!''

85..non 87 degrés en fait. Fin je sais pas, mais une pente comme ça, c'est forcément un truc supérieur à 50. C'est dans ce genre de moment que je regrette de ne pas avoir une paire d'ailes sous la mains, ça faciliterait vachement les choses. Enfin, s'il suffit de monter tout là-haut, ça ne devrait pas poser de problèmes...

'''TENTION DEVANT !''

Ouah, c'est quoi ça ? Poursuivi par une EMRNI (Énorme Masse Roulante Non Identifié), l'un des participants est en train de dévaler la pente en sens inverse, une expression complétement paniquée sur le visage. Sans cesser de courir,k il parvient finalement à se jeter sur le coté, tandis que son poursuivant continue sa course et va se fracasser contre l'un des rochers en bas de la pente dans un bruit de tonnerre.

''C'était...C'était quoi ça?''

''Des Gravalanchs...Y'en a toute une chiée et ils adorent jouer au bowling. 'Tention !''

Cette fois, c'est à mon tour et à celui de mes partenaires d'esquiver une nouvelle sphère rocheuse lancée à pleine vitesse. Un à un, les Gravalanchs se laissent glisser du haut de la pente, tandis que leurs congénères entament la remontée. C'est peut-être très marrant pour eux, mais pour nous, ça risque ''d'un peu'' compliquer les choses.
Voyons voir...

''Il y en a trop pour qu'on arrive à tous les esquiver. Avec Détection, tu pourras probablement passer Lucki, mais pour Keru et moi, c'est une autre histoire. Comment est-ce qu'on pourrait grimper là-haut?''

Il doit bien y avoir une solution, réfléchis Cael. Rien ne peut stopper un Gravalanch lancé à pleine vitesse. Donc, le seul moyen, c'est qu'il s'arrête de lui-même. Et pour faire s'arrêter net un Pokémon, il y a l'attaque...

''Keru, tu vas devoir me porter encore une fois. Remonte la pente comme tu peux, mais dès que tu vois un Gravalanch qui commence à rouler vers nous, utilise Hurlement. Ça devrait le stopper, ou au moins le dévier de sa course''

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le temps de monter sur le dos de la chienne électrique et nous entamons l'ascension au galop, tandis qu'autour de nous les sphères de pierre continuent leurs roulades. Quelques-unes tentent de se placer sur notre chemin, mais mon Elecsprint libèrent à chaque fois un grondement terrifiant et nos assaillants effectuent un virage presque parfait, au risque de percuter leurs congénères.
Sauf qu'au moment où le sommet n,est plus qu'à quelques mètres, un Gravalanch plus massif et plus trapu que les autres s'élance droit devant nous...et malgré tous ses Hurlements, Keru ne parvient pas à le faire tourner !

*SBUNK*

Avant même que je ne puisse tenter de la faire ralentir ou dégainer mon Capstick, une silhouette bleue a proprement stoppé son ascension, pour se jeter juste devant nous, la paume illuminée d'une lueur dorée. Keru pile des quatre pattes et s'immobilise ainsi juste dans le dos de Lucki, ce pendant que mon starter s'échine à retenir le Gravalanch.

''Keru, fonce !''

Pas le temps de bailler aux Cornèbres, il ne va pas tenir longtemps ! Déjà, les pattes du Lucario commencent à s'enfoncer dans l'herbe de la pente et il se retrouve forcé d'utiliser sa seconde patte pour combiner deux Forte-Paumes contre la Roulade du type Roche.
En deux bonds, Keru s'écarte de l'obstacle et ce n'est que lorsque nous nous retrouvons au sommet que Lucki consent enfin à pousser brutalement sur ses pattes : Avec un mouvement semblable à une vrille, mon starter exécute une pirouette parfaite et passe par-dessus son opposant, qui peut ainsi poursuivre sa course. Sans un regard en arrière, Lucki me désigne du museau les Békipans qui attendent patiemment sur la falaise, et les cables qui semblent descendre en contre bas.

''...À moins que Keru et toi ne puissiez vous faire pousser des ailes, je pense qu'on va devoir jouer les alpinistes.''

Heureusement, la falaise est suffisamment escarpée pour que Keru puisse tenter la descente en bondissant de corniches en corniches. En ce qui concerne Lucki, il prend place juste à coté de moi, avant de saisir l'une des cordes...Oh, monsieur veut donc encore en rajouter dans les compétition ?

''Très bien...le premier en bas décidera du prochain entrainement''

Pari tenu. À vos marques..prêt...partez ! Sautant en arrière, je laisse mes jambes percuter brutalement la falaise, avant d'enchainer les sauts, tout en laissant glisser la corde entre mes doigts, sans pour autant la lâcher totalement. Lucki fait de même, mais l'amplitude de ses chutes est bien plus importantes que la mienne et rapidement, l'écart entre nous deux commence à se creuser. Même si je tente d'accélérer, le sol est bientôt en vu et je ne parviendrais jamais à le rattraper...

''Que tu crois ! Attention en baaaaaas !''

Certains pourraient dire que je suis complétement cinglé de laisse glisser la corde entre mes doigts. Sans chercher à ralentir ma chute, je laisse pendre mes jambes et malgré le frottement brûlant sous mes doigts, je finis par dépasser Lucki...Par contre, en ce qui concerne le freinage, c'est une autre affaire !

*Chtung*

Lâchant sa propre corde, Lucki vient de plonger à ma suite et m'agrippe par le haut de ma veste, avant de s'accrocher à le paroi de sa patte libre, moins de trois mètres avant le sol.
Les pieds à quelques centimètres du sable, je lève la tête vers le type Combat pour lui adresser un grand sourire...avant de faire glisser mes bras hors des manches et d'atterir en douceur.

''...''

''Eh, j'te faisais confiance et ça a marché. Et pis comme ça, c'est moi qui ai gagné !''

Même s'il affiche un air aussi neutre que blasé, je sens au travers de l'aura de mon Lucario qu'il ne peut que s,incliner...Et qu'il est assez fier que j'ai admis lui faire assez confiance pour sauter d'une falaise, c'est pas rien ! Keru finit également par nous rejoindre, et même si elle a la langue pendante, il lui reste encore assez d'énergie pour l'épreuve qui nous attend : de l'autre coté d'un dernier bras de mer, je peux déjà apercevoir la plage et les deux poteaux qui symbolisent la ligne d'arrivée. Réunis par une large bande de tissu rouge, j'imagine que nous n'avons pas le choix : Si on veut y arriver, c'est passage par la flotte obligatoire !
Sauf que vu les cris de colère que j'entends dans l'eau, on dirait que certains ont déjà essayés et qu'ils ont rencontrés quelques imprévus. Lucki s'est même figè et fixe L,eau avec un air passablement hébété.

''Qu'est-ce qu'il y a, Lucki ?''

Pour toute réponse, le Lucario se contente de fermer les yeux et...OUAAAAAH ! Comme un tsunami, son aura vient de me connecter à ses perceptions et je peux détailler chacune de milliers de lueurs bleutées qu'il observait à l'instant : Des Remoraids et ils sont TRÈS nombreux. Il y en a au moins...100? 1000 ? non, au moins un million, c'est pas possible autrement. Comment on est censé traverser à la nage , s'il y a autant de Pokémon qui avancent en même temps ?

''J'me répète, hein, mais...Vous êtes vraiment sûr que vous ne pourriez pas vous faire pousser des ailes ?''

''...''

Rooh, me regarde pas comme ça Lucki, je plaisante ! C'est juste que là...je ne vois pas vraiment comment est-ce qu'on va pouvoir passer sans risque. Il va falloir trouver une astuce pour les écarter au moins un moment. Sauf que si jamais on entre dans le courant, on aura beaucoup de mal à faire quoi que ce soit. Donc, il faut intervenir depuis la plage AVANT d'entrer dans l'eau...Et mais en fait, un certain Lucario a exactement  ce qui pourraisn ou être utile, surtout boosté par un certain Ranger !

''Lucki, une petite Aurasphère ? Ne prend pas cet air digne avec moi, je sais que tu adores ça ! Allez, balance moi la plus grosse attaque que tu peux déployer, et vise l'autre coté de l'eau. Plus tu tireras en rase-mottes, mieux ce sera !''

Le temps de rassembler son énergie et Lucki recule lentement ses deux pattes, avant de se mettre en position. Un petit point bleu accompagné d'un sifflement fait lentement son apparition entre ses paumes. Et le voila qui grandit, grandit, grandit...Jusqu'à ce que le type Combat relâche toute l'aura qu'il a accumulé !
Comme un missile, la sphère bleue part droit vers le rivage opposée, frôlant à peine la surface de l'eau. Même si elle ne touche pas le moindre Remoraid, le souffle de son passage suffit à provoquer un remous conséquent et comme une paire de vagues jumelles, une ligne droite libérée de tout Pokémon se créent rapidement, tandis que les poissons refluent de part et d'autre de cette dernière.

''Ça ne tiendra pas longtemps, suivez-moi!''

En crawl ou en brasse peu importe, on a pas beaucoup de temps avant qu'ils ne reprennent leur mouvement. La distance a parcourir n,est pas bien grande, une fois débarrassée des Types Eau, et c'est complétement trempées que notre trio émerge sur la plage, non loin de la ligne d'arrivée. J'ai mal aux jambes, aux bras...en fait à peu prés dans tous les muscles que je connais et mêmes ceux que je connais pas, mais je ne vais quand même pas demander à Keru de me porter pour les derniers mètres de cette course ! Jackie n'inscrira pas un Ranger rose à son menu ce soir, ah ça, non !

Pokémons utilisés : Lucario et Elecsprint
Stat Vitesse du Pokémon : 105-115
Points d'Athlétisme du Pokémon :0-5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Mar 3 Mai - 19:02

Tout compte fait, je n'avais peut-être pas tant que ça envie d'y aller. Et puis j'avais d'autres choses à faire, plein de petits passe-temps, des choses à étudier et d'autres avec lesquelles jouer un peu. Sauf que je m'étais inscrit à la compétition de pokeathletisme sans trop y réfléchir, sans doute par un réflexe incontrôlé. Il est vrai que j'avais déjà fait partie de ce cursus avant de demander à passer chez les topdresseurs, ça pouvait en partie venir de là. Je m'étais aussi dit que ce ne serait pas si mal, que je pourrais prendre l'occasion pour prouver que les Noctali ne sont pas tous de simples fainéants et que, par extension, moi aussi je pouvais faire le même parcours que les fameuses Pyrolis. Ma fierté et mon goût du défi m'avaient amené là où j'étais, debout sur une plage, regrettant amèrement ce choix irréfléchi. Le Général Jackie avait l'air... Tellement contente? Une telle vision était des plus inquiétantes et je m'attendais au pire. Garuda, posé dans le sable à mes côtés, semblait se faire la même réflexion. Enfin, il était si silencieux, j'imagine que c'est ce à quoi il pensait. De l'autre côté, toutefois, Léviathan était heureux. Sa grosse queue de Lamantine s'agitait de gauche à droite et de haut en bas, éloignant tous les autres participants qui ne voulaient pas se faire happer au passage. Le visage radieux, il regardait tout le monde en donnant presque l'impression d'un père fier qui essaie d'intimider les parents des autres concurrents. Une bien fine équipe. J'aurais peut-être du le remplacer par Vicious. Le furet était un peu frustré ne n'avoir pu participer à aucune des deux compétitions auxquelles je prenais part, mais je lui avais promis de me racheter rapidement. Enfin, il n'était pas le moment de regretter mes choix, mais bien celui d'ajuster mon gant de fauconnier tout en écoutant la jeune femme présenter l'épreuve. L'accessoire était des plus pratiques lors de mes interactions avec Garuda, les serres de l'Airmure n'étant pas inoffensives après tout.

Ignorant volontairement l'ordre de se mettre au garde à vous -il ne faut pas non plus exagérer, je ne me suis enrôlé dans aucun culte à ce que je sache- j'écoutai néanmoins la référente avec attention. Honnêtement, je n'en avais pas grand chose à faire qu'elle ait prévu de ne pas ralentir. J'avais spécifiquement choisi Garuda pour sa capacité à monter en hauteur et à nous guider dans la bonne voie. Même en ne faisant pas partie du peloton de tête, nous pourrions suivre aisément ce dernier pour ne pas nous perdre. Sans oublier que cela me permettrait peut-être de profiter des idées ingénieuses des autres élèves. Qui dit course avec la référente dit souvent obstacles et les premiers sur place allaient bien devoir composer avec eux. La blonde mentionna ensuite que sa soeur ferait le parcours à la fin de la journée, pour récupérer les élèves ayant besoin d'être secourus. Dommage que je n'aie pas pensé à apporter mon pique-nique, je n'aurais pas dit non à la compagnie de Mademoiselle Hortense. Dans tous les cas, le monologue pris fin et la course débuta.

Le Général Jackie ne rigolait pas en parlant de rythme et les élèves se retrouvèrent forcés de donner tout ce qu'ils avaient dès le départ pour ne pas se laisser distancer dans le terrain mou qu'était la plage. Pour ma part, je me contentai d'un jogging plus modeste, faisant signe à Garuda de s'envoler. Il savait déjà ce qu'il avait à faire et si les arbres nous faisaient perdre le contact visuel, c'est avec ses cris puissants qu'il nous montrerait la voie à suivre. Léviathan était un peu plus lent avec ses grosses nageoires et le sable se faisait projeter dans tous les sens, dérangeant du même coup tous ceux qui seraient tentés de passer trop prêt. À croire qu'il pensait que l'intimidation dirigée comme ça au hasard nous ferais gagner quoi que ce soit. Arceus merci, nous finîmes par gagner un terrain plus ferme et prîmes un peu de vitesse pour mieux atteindre la première zone à traverser. Génial, un marais. La dernière fois que j'en avais traversé un... Non, ça ne m'étais jamais arrivé à bien y penser et probablement pour une bonne raison.

- L'eau...hrm, le jus de vidange de ce marais a l'air trop épais pour que tu te contentes de nager dedans, ça va nous ralentir. Utilise Aurora Beam pour créer une couche de glace devant nous et glisser dessus.

Terminais-je en prenant place sur le gros Pokémon glace. Heureux de pouvoir enfin mettre ses talents à contribution, Léviathan se mit en route sans la moindre hésitation, atteignant un rythme de croisière bien plus élevé que celui des pauvres élèves qui se retrouvaient à patauger dans le marais. Slalomant, il évita les arbres et poursuivis sa route avec le sourire. Je glissai pour ma part mon pouce et mon index droit dans ma bouche afin d'émettre un puissant sifflement. Après cela, ne me restait plus qu'à attendre la réponse de Garuda. L'oiseau métallique répliqua de sa voix grinçante, m'indiquant que nous devions nous réorienter un peu plus vers la droite. L'information passée au Lamantine, nous étions partis pour la gloire. Si Limondes il y avait dans ce marais, nous n'en rencontrâmes aucun en état de nous arrêter. C'est dans ce genre de moments que j'appréciais le plus mon choix du type glace.

Ayant rattrapé notre retard sur le reste du groupe, nous gagnâmes le lieu du second obstacle. Tristement pour mon enthousiaste camarade, il n'est pas arrivé le jour où on verra un Lamantine jouer les funambules. M'excusant d'une caresse, je le retournai donc sa balle le temps de la traversée. À ma connaissance ce n'était pas interdit et, si ce l'était, alors tant pis. Je désirais progresser et il n'y avait pas d'autres façons de s'y prendre. Cela fait, c'est à deux reprises que je sifflai, signifiant à mon Skarmory que son assistance était requise. J'attendis quelques secondes qu'il me revienne, saluant au passage -avec le sourire bien sûr- les participants qui en profitèrent pour me dépasser en me faisant les yeux ronds. Heureusement, ça ne dura pas longtemps avant que l'imposant oiseau vienne poser ses serres autour de mon bras, protégé par mon long gant de cuir. Nous étions fin prêts pour la traversée. Sans précaution aucune, je commençai à courir. Réalisant un premier saut vers l'avant, mon pied se déposa sur le fil, utilisant le rebond pour me propulser. Garuda prenait ensuite la relève en battant des ailes, allongeant mes sauts d'un ou deux mètres à chaque fois avant que mon autre pied ne rencontre le câble et que le manège recommence. Autrement plus rapide que d'y aller avec des pincettes.

Le seul problème, c'est que je n'étais pas nécessairement le seul sur ledit câble et que, devant moi, une autre élève perdit son équilibre par ma faute. Moins bonne idée tout à coup. J'haussai le rythme, priant pour que sa main légère, refermée au dernier moment sur le fil, n'allait pas céder avant que je gagne sa hauteur. Une fois assez près, je me penchai, l'agrippant au poignet afin de la remonter vers moi. Pas besoin de lui dire, elle était déjà en train de refermer ses bras autour de moi, tremblante et effrayée. Encore heureux que nous n'avions plus que quelques mètres à faire et que Garuda nous conférait à la fois stabilité et vitesse. Une fois en terrain sécuritaire, je dû passer quelques secondes à frotter doucement le dos de l'inconnue pour qu'elle se ressaisisse, rejointe par un Pokémon inquiet.

- Ça va aller, l'épreuve est derrière nous. Vous êtes en sécurité, maintenant à vous de voir si vous restez ici ou si vous continuez. Pour ma part, je vous dis à la prochaine.

Je l'abandonnai sans plus de scrupules. De toute façon je l'avais aidé au bout du compte donc ce n'est pas comme si j'avais à me sentir mal de quoi que ce soit. Adoptant un rythme de course soutenu, je pu bientôt me laisser guider simplement au bruit vers le prochain obstacle. Vu tout le vacarme qu'il semblait y avoir devant, soit le bruit d'immenses roches se fracassant les unes contre les autres, il était plutôt évident que la suite du programme se trouvait dans cette direction. Et quel programme c'était! Gravir une falaise d'où déboulait d'énormes Pokémons roche? Pourquoi pas après tout, on doit tous le faire au moins une fois dans sa vie, c'est ça?

- On ne pourra jamais dire que les Pyrolis ne savent pas s'amuser. Garuda, même tactique, allons-y!

L'oiseau resserra sa prise autour de mon bras, me faisant étouffer une petite plainte au passage. C'est qu'il avait de la poigne celui-là. Battant des ailes, il me fit quitter terre, restant toutefois assez proche de la parois à pique pour que je puisse courir contre elle et m'y agripper en cas de besoin. Nous avions fait le tiers du chemin lorsqu'un premier rocher nous frôla. Je me jetai sur le côté, aidé par mon fidèle camarade. Par contre, cette fois, impossible de retenir mon cri de douleur. Mon bras droit n'avait pas apprécié d'être tiré aussi brusquement et de devoir soutenir tout mon poids comme cela, sans avertissement. Inquiet, Garuda émit l'un de ses grands cris métalliques. Si je le lui demandais, il nous ramènerait au sol et nous pouvions toujours trouver un autre moyen de passer. Le problème, c'est que je savais trop bien qu'il n'y en avait pas, d'autant plus que nous avions déjà traversé presque la moitié de l'obstacle.

- Ne t'inquiète pas pour moi. Les blessures attirent toujours la sympathie des demoi-- Steel wing!

Obéissant immédiatement, l'oiseau me laissa tomber contre la pente pour prendre de la vitesse et frapper dans son élan un Graveler faisait route vers nous. Ce ne fut pas suffisant pour l'arrêter, évidemment, mais ce fut juste assez pour le faire dévier de sa trajectoire et me mettre hors de danger. Enfin, presque. Privé du soutien de mon compagnon, je n'avais pas pu continuer à me mouvoir aussi rapidement et j'avais dû trouver un point d'appui. N'ayant que très peu de temps pour réagir et un bras affaibli, je n'arrivai pas à m'accrocher. Glissant sur plusieurs mètres, mes avant-bras et mes genoux frottèrent contre la roche, m'offrant de nouvelles raisons de me plaindre. Je ne vous raconte pas mon soulagement lorsque je m'immobilisai, une racine ayant stoppé l'un de mes pieds. J'en profitai pour respirer un bon coup, le corps pressé contre la falaise, n'osant plus bouger un muscle. Si mon point d'ancrage cédait sous mon poids il n'y avait aucune garantie que je réussirais à en trouver un autre avant d'aller m'échouer tout en bas en pièces détachées. Disons que je ne tenais pas spécialement à passer le reste de la journée à agoniser en attendant la délivrance de la douce Mademoiselle Hortense. Expirant un peu plus fort, je fis se soulever un petit nuage de poussière et dû résister à l'envie de tousser. Ce n'était ni l'endroit, ni le moment. Je devais tenir, ignorer les tremblements de la montagne et demeurer calme. Ce n'était qu'une question de temps avant que je sois tiré de là.

Entendant l'appel de Garuda qui revenait, je me décalai courageusement et tendis mon bras pour que nous puissions continuer comme nous avions commencé. Le problème, c'est qu'il avait eu une "meilleure" idée et qu'il comptait bien la mettre à exécution avant qu'un autre Pokémon sol ne vienne porter atteinte à ma vie. Je n'eu même pas le temps de crier ma surprise, les pattes de Garuda s'étaient refermées sur chacune de mes épaules, m'arrachant sans trop de soins à mon perchoir temporaire. M'empressant de refermer les mains autour de ses pattes, je regardai mes jambes se balancer dans le vide avec une expression émerveillé pendant qu'il me hissait jusqu'au sommet, hors de portée des rochers mouvants. Garuda me laissa finalement regagner le plancher des Écrémeuhs et je me massai les épaules vigoureusement.

- Ça, ça va laisser des traces... Tu crois qu'on peut encore retrouver le Général?

Acquiesçant, l'oiseau de fer s'envola de nouveau, me laissant seul et misérable sur la terre ferme. C'est à pas plus lents que je me dirigeai vers ce qui devait être la prochaine aventure. J'espérais bien sûr qu'elle soit moins dangereuse, mais avec les habitudes du Général Jackie... J'étais probablement en train de me faire de faux espoirs. Et là, le miracle! Au loin, en contrebas au bout d'un long morceau de plage, la ligne d'arrivée. Alors, une autre aventure aérienne ou une falaise à descendre en rappel avant de passer par la mer? Vu ce que je venais de vivre, le choix était vite fait. Osef d'arriver le premier, je comptais garder les pieds au sol, mettre mon harnais de façon sécuritaire et descendre la falaise en rappel, à mon rythme. Bon, ce n'était pas lent non plus, mais disons que je commençais à avoir ma dose de sensations fortes pour la journée. Lorsque j'atteignis le sable, je reconsidérai une seconde fois d'attendre Mademoiselle Hortense pour mieux me dire que ce serait ridicule avec la fin en vue. Et pourtant, ces flots plein de remous ne me disaient rien qui vaille.

Décrochant sa sphère de capture de ma ceinture, je laissai Léviathan refaire son apparition pendant que Garuda venait se poser à nos côtés. Encore une fois, il n'y avait pas trente-six solutions. Certes, Garuda pourrait me porter de l'autre côté, mais lui aussi commençait à fatiguer et l'idée de me retrouver largué par erreur au beau milieu de ce banc de poissons ne m'enchantait guère, curieusement. Si j'utilisais Sheer Cold, une bonne partie du petit canal serait gelée et la traversée serait donc beaucoup plus facile, mais les autres participants pourraient ensuite en profiter sans scrupules et je ne comptais pas leur faire ce plaisir. Ne restait plus qu'une solution et elle était assez ridicule et risquée pour peut-être bien fonctionner.

- Il faut toujours savoir terminer en beauté après tout.

Dis-je en souriant, passant une jambe par-dessus Lévi et refermant mes bras autour de lui avec toute la force qu'il me restait. Si je le lâchais durant la traversée... Et puis quoi encore. J'avais réussi bien pire pour en arriver là. Nous avions assez traîné.

- Lévi, Aqua Jet!

Je n'eu pas besoin de le dire deux fois. La grosse masse blanche s'engagea dans le bras de mer en grand fracas, soulevant un rideau d'eau de chaque côté de lui et envoyant même valser quelques poissons au passage. C'est par la force brute que nous étions en train de nous frayer un chemin et je retins mon souffle, trop concentré à ne pas glisser. Si la distance à parcourir ne paraissait pas si longue de la rive, j'eu l'impression que la traversée s'éternisait de manière indécente. Puis, finalement et d'un coup sec, le sol. Le Lamantine s'immobilisa sans crier gare et moi, le pauvre dresseur, je poursuivis mon chemin. J'effectuai un vol plané, passant par dessus la tête de mon Pokémon pour mieux aller faire quelques tonneaux violents dans le sable. Tout se bousculait si vite que je n'arrivais plus à reconnaître le haut du bas et mes membres étaient mous comme ceux d'une poupée de chiffon. Une fois immobile, je le demeurai. Tourné vers le ciel, mon abdomen se soulevant et retombant à un rythme rapide, mon regard perdu dans le ciel immense comme si j'allais y tomber. Ça y était, tant pis. Je ne me relèverais plus. J'avais réussi à traverser tous les obstacles, on n'avait plus besoin de moi. Fin de la représentation, au revoir et à la prochaine. C'était la tombée du rideau.

Deeeeeeeewgong! Un grand coup de nageoire me coupa le souffle et je me pliai en deux, m'asseyant donc violemment en projetant des gerbes de sable. Une toux creuse se saisit de moi et il me fallu de longues secondes avant de respirer normalement à nouveau. Des cheveux mouillés plein les yeux, du sable collé un peu partout, les muscles douloureux et un genre de sourire affaiblit en coin, je laissai tomber une réplique sans conviction. J'étais trop fatigué pour en chercher une meilleure de toute façon.

- Ce n'est qu'une course, ce n'est pas comme si on devait se dépêcher.

Tentative qui fut accueillie par le Metal Sound de Garuda. Parcouru de frissons, je plaquai mes mains sur mes oreilles tout en me relevant, franchissant les derniers mètres à la course. J'étais pourchassé par mes propres Pokémons, incapables de me laisser m'arrêter aussi près du but. Je leur aurais sans doute été reconnaissant si je n'avais pas été aussi occupé à souffrir de partout. Une chose était sûre, j'étais bien content que cette île soit derrière nous, en espérant qu'un membre du personnel sadique n'aurait jamais dans l'idée de nous faire revenir ici pour une sortie capture...



Infos HRP:
 

_________________

Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 1461
Points d'Expériences : 1726

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Jeu 9 Juin - 13:52

Compétition PokeAthlète ~ Examen H
Le grand jour est arrivé, le jour J, le jour de l’examen H. Ou la compétition PokeAthlète si vous préférez. Le général nous rabâche tous les jours qu’il faut que toutes les Pyrolis participent à cette course pour lui faire honneur. En plus c’est elle-même qui l’a préparée. Je m’inquiète un peu pour ceux qui ne sont pas habitués à ses entraînements. Enfin bon je présume qu’il y a aussi des grands sportifs hors des Pyrolis. La compétition sera rude mais je compte bien gagner ! Remporter se serait vraiment géniale. Une grande fierté en tout cas. Aria a décidé de ne pas participer. Au début je trouvais ça bizarre mais elle m’a avoué qu’en fait elle a oublié de remplir les papiers à temps et du coup ils n’ont pas accepté qu’elle intègre la course.

Sur le bateau, je fais un peu le point sur la situation. On se dirige vers l’archipel Eka composé de plusieurs petites îles aux milieux naturels très différents. Mais je n’en sais pas plus. Le général s’est débrouillée pour que aucune info ne fuite alors je ne suis pas plus renseignée que ça sur ce qui m’attend. Ici il n’y a que les participants à la course, les supporters sont sur un autre bateau qui va les déposer juste à la ligne d’arrivée. Aria a absolument tenu à venir à défaut de pouvoir participer. Je lui ai dit que ce n’était pas la peine mais vous savez Aria quand elle a une idée en tête elle ne change que difficilement d’avis. J’ai choisi que ce serait Ruru qui viendrait avec moi. Les autres eh bien je les voyais mal faire une course de ce niveau-là. Zorua suit les entrainements de Jackie depuis le début, c’est la mieux placée pour réussir cette course avec moi. Pop est trop fragile et le porter serait handicapant à la longue pour moi et Yuko et le sport ce n’est pas trop ça. Et Lokhlass bah c’est un pokemon aquatique alors bon pas besoin de vous faire un dessin.

En moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, je suis déjà en place sur la ligne de départ. Ruru est à mes pieds, prête à se lancer. Mes cheveux attachés en queue de cheval à la place de ma tresse habituelle, je souffle un bon coup avant de relever la tête, prête à en découdre avec ce parcours. Il faut suivre le général à travers les différents ilots de l’archipel. Je la suis bien tous les matins je peux faire pareil aujourd’hui. Le gars sur la ligne de départ brandit son pistolet puis tire à blanc. C’est parti !

Tout le monde se met à courir tel un troupeau de Wattouat poursuivi par un Grayenha derrière le général. Je préfère me détacher de la masse pour ne pas risquer de dégringoler dans cette foule. Certains tentent même de la doubler en sprintant d’un seul coup. Qu’ils sont mignons. Rattraper le général c’est impossible j’en suis bien consciente, donc je dois d’abord semer la masse et surtout ne pas perdre de vue ma référente sinon je suis cuite. On commence ce parcours avec un marécage assez dense et brumeux. Il y a déjà moins de monde qu’au départ, certains ont surement ralenti la cadence. Pour l’instant je tiens bien mon rythme et je vois toujours les cheveux blonds de Jackie. Courir dans l’eau n’est pas chose aisée mais Ruru s’en tire très bien avec de petits sauts rapides pour esquiver au maximum les zones d’eau. Et moi je cours comme d’habitude en essayant de ne pas tomber dans l’eau. C’est tellement opaque que je n’arrive pas à voir ce qu’il y a dessous. Et j’avoue que je n’ai pas super envie de savoir en fait. Je ne suis pas là en touriste mais bien pour une course alors pas le temps de rêver.

Le brouillard est toujours très épais et les foules se sont dispersées. Il n’y a plus de masse comme tout à l’heure mais seulement des élèves isolés qui comme moi tentent de maintenir le rythme. Mais je suis stoppée dans mon élan par un cri que je reconnaitrais entre mille : c’est Ruru qui m’appelle. Je me retourne vivement pour voir où elle est passée avant de l’apercevoir bloquée dans une liane du marécage. Je me précipite sur elle pour la dégager mais le temps de le faire et que je me reprenne, les autres avaient déjà disparus et le général aussi. Je suis seule, perdue. Aucun chemin n’étant bien défini, je ne sais pas par où aller pour sortir de ces marais. Ruru s’excuse un milliard de fois mais ce n’est pas de sa faute, c’est de notre faute. Maintenant je dois réussir à retrouver le bon chemin dans ce brouillard. Il faut que je réfléchisse à comment repartir. Si je m’enfonce au hasard je suis sûre de me perdre avec mon sens de l’orientation minable et si je reste ici en attendant que quelqu’un arrive je vais perdre la course. AHHHH je suis vraiment un boulet. Mais je ne compte pas abandonner aussi vite alors que je ne suis qu’au premier obstacle. Je veux gagner, en tout cas je ferais tout pour. Dans ma réflexion, je sens tout à coup une légère décharge électrique me parcourir le corps et me bloquant pendant un court instant. Ruru monte vite sur mon épaule car elle aussi l’a sentie, on n’est pas seule ici. Il doit surement y avoir des pokemons électriques dans l’eau et si je ne me dépêche pas je vais servir de déjeuner alors vite il te faut une solution. En observant mon environnement, je remarque une grosse trace de pas sur une butte d’herbe qui ressort de l’eau. Mais voilà la solution. Je m’extirpe de l’eau avant de courir à toute vitesse en suivant les empreintes laissées au sol. Avec ça je devrais pourvoir ressortir de ce marécage. Il n’y en a pas énormément mais c’est suffisent pour me permettre de garder une ligne droite. Et heureusement ça marche. J’arrive à sortir de ce marais, Zorua à mes côtés et découvrir le prochain obstacle.

Il faut maintenant que j’atteigne la petite île suivante et pour ça je ne vais pas y aller en me téléportant ce serait trop beau il faut que je passe en funambule sur un câble de fer. Je n’ai pas le vertige et mon sens de l’équilibre n’est pas trop mauvais. Ruru n’a pas l’air d’avoir peur aussi donc on peut y aller. Après quelques pas sur la corde métallique qui m’ont semblé être une éternité, je réalise que si je continue de cette manière, j’arriverais à coup sûr la dernière. Il faut que je trouve un moyen d’être plus rapide. Au début, je pensais à l’eau qui se situe juste sous mes pieds mais lorsque j’ai débuté ma marche sur le câble, un petit caillou est tombé et une énorme masse d’eau s’est déplacé à son arrivée à la surface de la rivière. J’ai donc vite exclue cette hypothèse. Finir dans le ventre d’un pokemon aquatique ne fait pas partie de mes projets. Alors l’autre solution qui me vient c’est de passer ce pont en cochon pendu. Je pense que c’est le plus rapide et efficace. Je m’assois alors délicatement sur la corde avant de me mettre en position. Ruru se place sur la corde au-dessus de mes mains pour avancer. Au début je voulais la porter sur mon ventre mais elle est trop lourde. Non pas qu’elle soit grosse mais 12 kilos à porter suspendu dans le vide c’est trop. Je démarre alors ma course en essayant d’aller au plus vite. Se déplacer en cochon pendu n’est pas très compliqué mais le câble en métal me scie les jambes c’est horrible. Quelle idée de me mettre en short aussi. Je vois déjà le sang couler le long de mes mollets mais là ce n’est pas le moment de réfléchir tu dois aller plus vite. J’ai super mal aux jambes mais j’arrive au bout de l’obstacle et peux enfin me poser sur la terre ferme. Je ne me suis vraiment pas loupée, je me soignerais à l’arrivée. Je ne vais pas m’arrêter pour ça quand même.

Après quelques pas, je comprends vite la nature du prochain obstacle : de l’escalade. La pente est super raide, ça ne m‘étonne même plus de la part du général. Cette fois en revanche je vais devoir porter Ruru sur mes épaules. Les prises sont trop petites, elle ne peut pas grimper comme un humain peut le faire. Je dois donc me lancer à la tête de cette voie. Je m’accroche aux prises pour débuter mon ascension. En fait, c’est plus simple que je ne le pensais. Les prises sont assez grosses, donc pas trop difficile à accrocher. Au bout d’1/3 de la montée, je réalise que la difficulté n’est pas tellement la voie en elle-même mais ses habitants. Des Gravalranchs dévalent à toute vitesse la pente en utilisant une attaque roulade. Eux aussi font la course mais dans l’autre sens disons. L’un d’eux fonce à toute vitesse vers moi ce qui m’oblige à lâcher une main et me suspendre à moitié du bout de mes petits doigts pour l’esquiver. Le cri de stupeur de Ruru accentue le côté grave de la situation. Il faut une fois de plus que je trouve une solution peu conventionnelle pour réussir à franchir cet obstacle. Il faudrait faire en sorte que ces pokemons soient déviés de leur trajectoire pour ne pas me rentrer dedans. Bon je n’ai pas d’autres solutions que celle qui me vient à l’esprit alors même si c’est un peu bourrin tant pis.

Ruru, pendant que je grimpe le plus vite possible, tu lanceras des attaques ball’ombre sur les Gravalranchs pas pour les blessés mais pour les dévier de leur trajectoire. Tu t’en sens capable ?

D’un hochement de tête, Ruru me montrait que je ne devais surtout pas la sous-estimer et qu’elle est était parfaitement capable de le faire. Je compte sur toi. Je reprends doucement l’ascension de la falaise pendant que Ruru assure mes arrières. J’ai parfaitement confiance en elle, je ne m’inquiète pas de mon sort (enfin si un tout petit peu mais bon il ne faut pas le dire /paf). Un autre Gravalranch arrive à toute vitesse vers moi. Ne t’arrête pas, continue à monter. Ruru se charge de cet élément perturbateur. Elle concentre alors sa force dans cette balle obscure avant de la lancer. Je ne regarde pas où elle atterrit mais visiblement elle a compris le système puisque je suis toujours en place sur la paroi. Le petit manège dure ainsi un petit moment avant qu’enfin j’atteigne le haut du mur escarpé. A genoux au sol, je suis soulagée d’être arrivée entière. Ce n’était pas gagné mais on l’a fait. Je félicite ma starter avant de reprendre la route.

Arrive enfin le dernier obstacle, l’envol de la mort ou le courant de la mort. Le général nous laisse le choix, que c’est gentil de sa part. Réfléchissons, en quoi suis-je la plus à l’aise ? Les courses aériennes je n’en ai jamais fait alors que nager est tout de suite plus naturel pour moi. On va prendre cette option c’est surement la meilleure. Je descends à toute vitesse la falaise en rappel avant d’atterrir devant le courant que je dois traverser pour atteindre la ligne d’arrivée. En plus, la rivière est habitée par une horde de Remoraids qui ne sont pas décidés à nous faciliter la tâche. Au début, j’hésite à rappeler Ruru dans sa pokeball mais elle me fait comprendre qu’elle refuse. Elle veut finir la course jusqu’au bout avec moi.

Très bien c’est toi qui vois mais retiens bien ta respiration on plonge.

J’attrape ma Zorua dans mes bras et plonge tête la première dans le courant. Ma stratégie est simple : je veux passer sous le groupe de Remoraids pour ne pas qu’ils me percutent. Avec de grands mouvements de jambe, j’arrive à me placer sous le groupe pour nager plus tranquillement. La traversée ne me semble pas très longue. Mais le manque d’oxygène se fait vite sentir d’abord par Ruru puis par moi. Je dois accélérer sinon je vais me noyer. Aussi fort que je peux, je bats des pieds pour remonter à la surface. Je me prends quelques Remoraids dans la tête mais rien de bien grave. Il y a aussi l’eau qui me pique affreusement les jambes. Ah quel calvaire cette course. Je ressors n’extrémise de l’eau. Je respire a pleins poumons comme mon pokemon. J’ai l’impression de revivre. Pourquoi on n’a pas des branchies intégrées ?

Je cours comme je peux sur le sable blanc pour attendre la ligne d’arrivée. J’entends déjà les cris des supporters. Enfin je les entends de moins en moins. Ma vision se trouble aussi. Je connais cette sensation, je vais faire un malaise. Mais pourquoi ? J’ai suis probablement remontée trop vite du fond du curant tout à l’heure. En même temps je n’avais pas trop le choix. Je perds petit à petit l’équilibre avant de m’écrouler au sol. Il me semble que j’ai passé la ligne d’arrivée mais je n’en suis même pas sûre…

HRP:
 

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Jeu 30 Juin - 20:42

C’était une illusion, ou d’année en année, le nombre de Pokémon autorisés pour les compétitions Pokéathlète diminuait ? L’an dernier, c’était trois, cette année, deux. Ok, il y a deux ans, elle n’avait pu en utiliser qu’un seul, mais tout de même. Sphax était obligatoirement choisi, personne ne cherchant, bizarrement, à lui disputer sa place. Ce n’était même pas parce qu’il était le starter, le premier arrivé, mais surtout parce qu’à chaque fois qu’elle s’éloignait de lui, il lui arrivait des crasses. Alors maintenant, il la collait, véritable porte-bonheur sur quatre pattes un peu trop grand pour être porté en pendentif. Et il la collait absolument partout. L’an dernier, pendant la compétition scientifique, il avait imposé sa présence en se couchant sous une table, ne participant pas du tout, faisant juste acte de présence. Roseverte n’avait rien trouvé à y redire. Cette année encore, il participerait. Il lui manquait donc un Pokémon participant, et en toute honnêteté, elle ne savait pas du tout qui emporter. Aussi ferait-elle comme les années précédentes, et laisserait l’équipe se concerter pour déterminer qui serait le deuxième à l’accompagner. Ils avaient toujours fonctionné comme ça, du coup, chacun était d’accord avec la décision finale, et il n’y avait pas de jaloux. S’asseyant sur le lit, profitant de la chaleur du ventilateur, la Pyroli fixa tour à tour ses Pokémon. Ils étaient tous là. Même Soledad, le Lokhlass, était présent dans la grande chambre. Comme à chaque conseil des Pokémon, elle tenait à ce que tout le monde soit présent, et les laissait débattre entre eux, ne prenant la parole que pour calmer les échauffements et jouer au juge impartial, attendant sereinement la fin des discussions pour accepter le choix fait par son équipe.

« Bien. Il va y avoir une nouvelle compétition Pokéathlète dont on ne sait pas grand-chose, sinon qu’elle va se passer sur une île autre que Lansat. A première vue, ça ne m’a pas l’air d’être un parcours aquatique comme l’an dernier, ni un rodéo comme l’an d’avant. Il y a deux places dans l’équipe, ou plutôt une seule vu que Sphax a une fois de plus réussi à en monopoliser une. » Les Pokémon lâchèrent un petit rire qui ne fit pas broncher le Pokémon Désastre. « Quelqu’un veut prendre la dernière place ? Je vous laisse discuter entre vous et, comme d’habitude, j’accepterai le choix final. »

Alors que la brune allait s’installer confortablement pour laisser ses Pokémon débattre, il y eut un bourdonnement sourd, et Aurum sortit du lot pour s’élever, et expliquer en vrombissant qu’il voulait y aller. Alors que d’autres voulaient s’avancer, Ellie, la Mysdibule, prit tout le monde de court en appuyant sa candidature. C’était un fait exceptionnel dans l’équipe, car en règle générale, les quatre meneurs ne prenaient jamais parti. Or, qu’Ellie prenne parti pour soutenir son camarade, ça lui donnait encore plus de légitimité. Plissant les yeux, la brune se demanda pourquoi Aurum faisait des pieds et des mains pour être pris, et brutalement, une parole lui revint en mémoire. Ils n’étaient alors que trois dans l’équipe. Sphax, Ellie, et le petit Ningale fraîchement capturé. Ils étaient sortis du grand jeu d’été, le terminant les premiers, et couchée dans le sable, Aileen avait promis à ses deux Pokémon participants qu’un jour, ils remettraient ça. Que faire ce parcours avec eux avait été un plaisir et un privilège, et que dès qu’ils en auraient l’occasion, ils recommenceraient. Mais entre-temps, l’équipe s’était agrandie, la Team Rouage avait frappé, et la Pyroli innocente qu’elle était avait fini par se transformer en jeune femme sérieuse et mature, travailleuse et appliquée. Elle avait oublié sa promesse. Sphax, qui avait grandi avec elle, l’avait oubliée aussi. Mais pas Aurum. Et Ellie non plus. Deux Pokémon, un parcours dangereux, Sphax… Et pourquoi pas lui ? Ca ne les ramènerait pas deux ans en arrière, mais ça leur rappellerait le bon vieux temps ! Un à un, les membres de l’équipe, mis au courant de la promesse par Ellie, s’inclinèrent face à l’envie d’Aurum. Même Sokka, le Riolu, accepta de laisser la place qu’il était prêt à récupérer par tous les moyens. En quelques minutes, l’affaire était pliée. Ce serait Sphax et Aurum. Tendant la main, elle laissa le Ninjask se poser en son creux, et esquissa un sourire d’excuse.

« Je te demande pardon, Aurum. J’avais oublié cette promesse. Mais il est plus que temps de l’honorer, maintenant. »

Le Ninjask vrombit dans le creux de sa main, satisfait.

__________________________________

L’archipel Eka semblait être, à première vue, assez tranquille, mais la brune se doutait que ce petit coin de paradis allait vite se transformer en enfer avec le parcours de sa référente. Cette dernière était restée silencieuse durant toute la traversée, fusillant du regard ceux qui osaient élever un peu trop la voix. Aileen était restée muette, assise dans un coin du bateau, attendant tranquillement la fin de la traversée. Comme pour les sorties captures, il y avait eu bousculade à la descente, faisant ironiquement sourire la Pyroli. Ses camarades étaient-ils donc si pressés que ça de mourir, autant physiquement que mentalement ? Au bout de quelques minutes, lassée d’attendre son tour, la Pyroli fit comme pour les sorties captures, et s’appuya sur la rambarde du bateau pour passer au-dessus et sauter dans le sable sans passer par le chemin conventionnel. Se redressant, elle s’avança de quelques pas pour rejoindre le groupe, Sphax sur ses talons, Aurum voletant au-dessus de sa tête. Jackie, première descendue, attendait, bras croisés et lèvres pincées, que tout le monde se rassemble. Ils n’allaient pas assez vite à son goût. Elle qui apprenait à ses filles la discipline, ça devait être dur pour elle de devoir avoir sous ses ordres un groupe de gamins incapables de descendre d’un bateau et de se mettre en rang en moins de dix secondes. Et en plus, les gosses bavardaient entre eux ! Finalement, quand tout le monde se fut enfin rassemblé, le Général éleva la voix, réduisant les autres au silence par son timbre puissant.

« Très bien, et maintenant... Garde-à-vous, et plus vite que ça ! » Comme le reste de son dortoir, Aileen, comme une automate, claqua un garde à vous parfait. « Le premier qui l'ouvre pendant que je parle, c'est Godzilla qui lui expliquera les règles ! » Pour appuyer ses propos, le Lamantine frappa violemment le sol de ses nageoires. « J'espère que vous êtes échauffés, parce que je ne ralentirai pour personne ! Si vous tombez ou que vous perdez la cadence, croyez-moi, je m'en souviendrai ! Les Pyroli, j'ose espérer pour vous que vous ferez honneur à votre dortoir. Quant aux autres... » Jackie laissa planer un silence sans équivoque. L’intimidation était parfaite. Ca risquait d’être une sacrée hécatombe dans les rangs des élèves. « La compétition prendra la forme d'une course à pied au travers des terrains de l'île Eka. Je pars, vous me suivez, fin de l'histoire. Si vous me perdez de vue, tant pis, vous devrez vous débrouiller pour trouver la ligne d'arrivée. Pour les Ramoloss qui auraient du mal à tenir le rythme, ma très chère sœur effectuera le parcours à la fin de la journée pour vous ramener au bateau. Et puisqu'il n'y a pas de questions... »

Aileen, qui avait lâché son garde à vous, plaça son pied en arrière pour prendre appui dessus, anticipant le geste de sa référente. Après deux ans de cours Pokéathlète et d’entraînements matinaux, elle avait compris son mode de fonctionnement. Son speech était fini, elle avait foutu la pression à tout le monde, et maintenant, elle allait partir presque sans les prévenir. Genre… Maintenant ! D’une foulée athlétique, sa référente s’en fut, suivie de près par les rares élèves qui avaient anticipé son départ. A sa plus grande fierté, Aileen en faisait partie. Avantage Pyroli, sans doute. Il ne fallut cependant à Jackie que quelques secondes pour les distancer, le fondant agilement dans une trouée entre deux arbres alors que ses filles couraient encore sur le sable fin. Sphax la suivait d’une foulée souple et régulière, laissant à Aurum le soin de baliser le terrain. Dans le groupe de tête, Aileen atteignit la percée par laquelle sa référente était passée, et comme les autres, s’y engouffra sans hésitation. La terre boueuse remplaça le sable fin, n’interrompant pas la brune qui continua sa course. L’endroit était boueux. Vaseux, même. Progressivement, la Pyroli ralentit, comprenant qu’elle ne courait pas dans de la terre trempée, mais plutôt dans quelque chose de spongieux et collant. Bref, de la vase. Un peu plus que de la vase, même. En entendant des bruits d’eau devant elle, la brune comprit qu’ils atteignaient un point d’eau. Un point d’eau boueux et vaseux, bref, un marécage. Génial ! Avec un grognement agacé (pourquoi un marécage, sérieux ?!) la Pyroli s’arrêta pour chercher un moyen de passer. Foncer en plein dans le marécage n’était pas une bonne idée, et à tous les coups, il y avait des Pokémon dedans, qui n’apprécieraient pas d’être dérangés. Par où pourrait-elle passer, du coup ? Par les arbres ? Contourner était une option à oublier, les marécages étant beaucoup trop grands. Ca lui ferait perdre un temps fou, et avec sa chance, ce serait sans doute éliminatoire…

« Aaaaaah ! Laissez-moi tranquiiiiiille ! Au secouuuuuurs ! »

Apparemment, les autres n’avaient pas pensé comme elle, vu qu’elle entendait une élève crier dans le marais. L’aider ou l’abandonner ? La question ne se posait pas. Avec un soupir et une grimace de dégoût, la Pyroli s’enfonça dans l’eau marécageuse pour se diriger vers le bruit, veillant à marcher tout doucement pour ne pas gêner quelque Pokémon au fond de l’eau. Aurum, passant devant, fila vers la source du bruit, la fille continuant de crier et d’appeler à l’aide, presque en pleurs. Le temps qu’Aileen l’atteigne, Aurum avait fait deux autres allers-retours, pour rassurer la fille et guider sa dresseuse vers elle. Au bout de quelques minutes d’un pataugeage malaisé, Aileen finit par atteindre la demoiselle. Enfoncée dans l’eau jusqu’à la taille, la petite blonde semblait atrocement souffrir, et pleurait à chaudes larmes, effrayée par quelque chose. Retenant son envie de lui demander pourquoi elle ne bougeait pas de là plutôt que de gueuler, la Pyroli s’approcha doucement pour essayer de la rassurer. Elle perdait du temps. Mais tant pis pour la course. Elle préférait perdre mais aider quelqu’un dans le besoin plutôt que de gagner en sachant qu’elle avait laissé des gens en grande difficulté derrière elle.

« Hey, ça va ? Tu t’es coincée la jambe dans un trou ? Tu as besoin d’aide pour sortir de AAAAAH PUTAIN MAIS C’EST QUOI CAAAA ?! »

Quelque chose venait de lui frôler la jambe, et une violente douleur était remontée jusqu’à son crâne. Elle faillit perdre l’équilibre en levant la jambe, mais Sphax bondit pour l’empêcher de tomber la tête la première dans l’eau du marais. Serrant les dents, la brune s’empêcha de hurler. Électricité. Elle la reconnaissait de très loin maintenant, depuis qu’elle avait frôlé par deux fois la mort à cause de ça. Il y avait des Pokémon Électriques dans l’eau qui, mécontents d’avoir été perturbés, se vengeaient en électrifiant les gens passant à proximité. Le problème, c’était que l’eau était conductrice. Pas étonnant que l’autre fille soit terrifiée et n’ose plus bouger ! Aurum, de type Vol, s’éleva de quelques mètres pour ne pas être mis KO d’un coup, prudent. Reposant prudemment sa jambe au sol, la brune leva les yeux vers sa camarade.

« Tu peux bouger ? »
« Non… Je suis toute engourdie… J’ai peur… »

A tous les coups, elle avait dû être paralysée par une attaque électrique. Ce qui n’allait pas tarder à lui arriver aussi, si elle ne sortait pas d’ici très vite ! Mais elle ne pouvait pas laisser l’autre fille dans la vase. Quelle préfète serait-elle, sinon ?

« Tu as quoi, comme Pokémon, pour l’épreuve ? »
« Mon Ptiravi et mon Aquali… Mais ils n’osent pas s’approcher, à cause de l’électricité… »
« Il y en a un des deux qui connaît Abri ? »

La jeune demoiselle hocha négativement la tête. Comprenant la manœuvre, Aurum se dirigea vers la blonde, et Sphax ouvrit la gueule, commençant à rassembler un feu rougeoyant. Au moment où il lança son Lance-Flammes, Aurum se posa sur la tête de la fille pour l’englober dans son Abri, et Aileen pour courir jusqu’à elle dans le sillage enflammé pour lui attraper la main et la tirer sans ménagement vers elle, pour la forcer à courir malgré sa paralysie partielle. Les Pokémon Électriques, repoussés temporairement par le feu, revenaient à la charge malgré Sphax qui tentait de se poser en protecteur. Finalement lassé d’employer la manière douce, il chargea sa dresseuse, avant de bondir sur elle pour placer un Vive-Attaque dans son dos, la faisant décoller de l’eau pour atterrir sur la berge, l’autre concurrente avec elle vu qu’elle lui tenait toujours la main. Avant qu’elles n’atterrissent, Sphax lança une Détection, leur permettant de tomber sans se faire trop mal. La brune se redressa avec difficulté, vite rejointe par un Aquali et un Ptiravi, les Pokémon de l’autre fille, qui n’arrivait pas à se relever. Finalement, Aileen l’aida à se redresser, faisant la béquille pour qu’elle puisse avancer, et cahin-caha, elles quittèrent les marais pour retourner au soleil. La deuxième épreuve était devant elle. Cependant, avant de s’y intéresser, Aileen fit s’asseoir sa camarade avant de se redresser.

« Voiiiilà. Ce n’était pas une mince affaire, mais on est sorties des marais. Je vais y retourner, essayer de rattraper mon retard, mais toi, par contre, avec ta paralysie partielle, je te conseille de rester là et d’attendre le passage d’Hortense ce soir. »
« N-non, je peux continuer ! »
« C’est toi qui vois. C’est ta vie, pas la mienne. »

Se détournant, la préfète monta en petites foulées jusqu’à l’épreuve suivante, et se figea. Du funambule. Ok. Par réflexe, elle regarda en bas. En plongeant, elle pourrait traverser à la nage et remonter par la falaise… Mais la présence flagrante de Godzilla lui indiquait que ceci serait considéré comme de la triche. Alors qu’elle allait se détourner, pour trouver un semblant de bâton qui lui permettrait de s’assurer un équilibre précaire pour avancer, Aurum revint vers elle, devançant Sphax qui portait un long bâton dans la gueule. Lui caressant la tête, Aileen récupéra le bâton, et, le saisissant à deux mains, elle s’engagea prudemment sur le fil. Il ne fallait pas qu’elle regarde en bas. Elle n’avait pas le vertige, mais si elle regardait en bas, elle perdrait l’équilibre. Devant elle, Aurum la guidait, vrombissant pour garder son attention. En temps normal, la traversée aurait été aisée (ne nous le cachons pas, elle avait vu pire avec Jackie) mais les bourrasques de vent la ralentissaient, la faisant tanguer sur sa corde. Elle ne progressait pas. L’autre fille, qui s’était approchée en boitillant, se découragea vite en voyant la suite du parcours. Paralysée à moitié, elle n’avait aucune chance de passer ça. Déjà qu’elle voyait sa camarade galérer depuis une dizaine de minutes à faire du surplace sur son fil ! Finalement, alors qu’elle s’apprêtait à reculer, une bourrasque plus violente que les autres lui fit perdre l’équilibre. Se sentant partir sur le côté, la brune s’agrippa à son bâton d’une main pour ne pas le perdre, dans un réflexe assez stupide. Le bâton frappa la corde en fer alors qu’elle chutait, et elle s’arrêta brutalement. Sphax avait bondi, plus à son aise qu’elle, pour immobiliser le bâton sur la corde, permettant à sa dresseuse de se stabiliser. Cependant, le bout de bois, peu solide, commença à craquer, alors, prudente, Aileen attrapa le câble de fer avant de jeter le bâton en contrebas. Elle était passée très près de la chute. Comprenant sans peine que sa présence sur le câble handicapait sa dresseuse, Sphax recula pour retourner sur la terre ferme, et la jeune blonde se pencha vers elle, inquiète.

« Ca va ? Tu vas réussir à remonter ? »
« Non… Du coup je vais y aller à l’envers, ce sera plus rapide. Aurum, tu me guides ? »

Vrombissant, le petit insecte volant repassa devant elle, lui donnant un repère visuel qui lui permettrait de savoir quand est-ce qu’elle arriverait au bout du câble. Ce dernier, brûlant d’avoir été exposé au soleil, lui chauffait les mains, la faisant grimacer de douleur. Finalement lassée de souffrir en vain, elle resserra sa prise autour de ses jambes et lâcha les mains, faisant glapir Sphax qui ne s’y attendait pas. Tête en bas, elle enleva sans gêne son tee-shirt pour l’enrouler autour de ses mains, et par mouvement de balancier, rattrapa le câble pour reprendre sa progression. Elle allait moins vite, ralentie par le tissu, mais au moins, elle n’avait plus mal. Il lui fallut quelques minutes pour terminer le parcours, et arrivée au bout, elle laissa Sphax traverser en marchant souplement sur la corde, avant de sortir les mains de son tee-shirt et s’accrocher à la roche pour permettre à Sphax d’attraper le tissu dans sa gueule et tirer un grand coup pour la ramener sur terre, de l’autre côté du parcours. A bout de forces, elle s’assit et remit son tee-shirt maintenant troué et râpé. Bah, elle l’avait mis exprès pour la compétition, elle s’y était attendue. Elle se releva doucement et s’étira, prête à faire face à la troisième épreuve. De l’autre côté de la corde, la blonde lui fit un sourire encourageant.

« Bonne chance pour le reste du parcours ! J’espère que tu pourras rattraper ton retard ! »
« J’espère aussi… A tout à l’heure ! »

La blonde la salua, et retourna s’asseoir sur un rocher pour attendre le passage d’Hortense. Aileen lui tourna le dos pour s’engager dans la troisième épreuve, ses bras l’élançant horriblement. Avec un peu de chances, elle n’aurait pas besoin de grimper. Ou pas, vu la troisième épreuve. Une pente extrêmement raide, avec très peu d’appuis ! Avec un soupir, la brune commença son ascension, penchée en avant pour avoir plus de forces, grognant sous l’effor. Pas de doute, depuis le grand jeu d’il y a deux ans, Jackie avait relevé la barre très haut ! Aurum la dépassa comme une flèche pour voir le sommet, avant de redescendre vrombir près de son oreille. Apparemment, la pente raide n’était pas très haute. Où était le piège ? Alors qu’elle arrivait presque au milieu, elle le trouva, quand un grondement sourd fit vibrer le sol. Se mettant à quatre pattes pour être plus stable, Aileen s’immobilisa, attendant que le séisme passe. Mais il ne passait pas. Il se rapprochait ! Brusquement, un énorme caillou apparut dans son champ de vision, passant près d’elle, lui faisant perdre l’équilibre. Elle tomba au sol, glissa sur sa main, et commença à dévaler la pente en roulant. Elle perdit vite ses repères de haut et de bas, arrêta de vouloir se rattraper, et se laissa balloter jusqu’en bas. Au bout de ce qui lui sembla un temps interminable, elle aperçut vaguement Aurum, qui la frôla avant qu’elle ne heurte quelque chose de plein fouet. Ses dents claquèrent bruyamment, mais ce fut tout. Couchée sur le dos, elle reprit doucement ses esprits, fixant la pente raide qu’ils étaient sensés monter. La tête inquiète de son Absol obscurcit sa vue, et elle passa ses bras autour de son cou pour se rasseoir. Elle attendit gentiment que sa tête arrête de tourner pour réfléchir calmement à comment elle avait pu s’en sortir, et Aurum, vrombissant, lui expliqua. Sphax était redescendu à toute vitesse, prêt à la réceptionner d’un Détection pour qu’elle ne roule pas jusqu’à la deuxième épreuve, et lui-même l’avait frôlée au dernier moment pour la protéger d’un Abri avant qu’elle ne heurte la Détection de Sphax. C’était redoutablement intelligent. Doucement, la Pyroli se redressa, et recula, attendant de voir à quelle vitesse tombaient les rochers. Était-ce un mouvement harmonieux, ou à n’importe quel moment ? La minute d’après, un nouveau rocher dévalait la pente pour aller frapper un gros caillou, avant de se déplier en étendant deux gros bras. Gravalanch.

« Ok, il y a donc des Gravalanch qui descendent la pente à toute vitesse. Ca va poser un problème. Sphax, tu peux t’occuper d’eux ? » L’Absol fit non de la tête. Il ne pouvait pas grimper et la protéger. « Bien, il ne reste donc que toi, Aurum. Tu ne connais pas d’attaque Plante, les attaques Insecte et Vol ne leur font rien, mais tu connais Griffe Acier. Alors ce que tu vas faire, c’est que Sphax et moi allons monter assez rapprochés l’un de l’autre pour que tu puisses plus efficacement nous protéger. Quand un Gravalanch arrivera, tu le dévieras d’un Griffe Acier. D’accord ? »

Le Ninjask vrombit pour signaler qu’il avait compris. La progression pouvait donc reprendre. La Pyroli recommença sa lente progression, Sphax restant proche d’elle, conformément aux instructions. Aurum s’éleva pour les garder en visuel et pour pouvoir voir les Gravalanch. Ils n’avaient progressé que de quelques mètres quand la falaise se remit à trembler. Immédiatement, Aurum fusa comme une balle, frappant d’une Griffe Acier un Pokémon qui s’approchait trop de sa dresseuse. Ce dernier dévia sur la droite et passa à quelques centimètres d’elle. C’était chaud. Très chaud. Un pas après l’autre, elle progressait vers le sommet, s’immobilisant à chaque fois que la pente tremblait, attendant qu’Aurum agisse et que le Gravalanch la dépasse pour reprendre doucement sa route. Lentement, sûrement, ils finirent par parvenir au sommet, épuisés autant physiquement que mentalement. Grimper en veillant à ne pas se faire écraser par un Gravalanch, c’est hautement sportif ! Arrivée en haut de la troisième épreuve, la Pyroli s’éloigna du bord de quelques pas, avant de se laisser tomber dans l’herbe pour se reposer un peu. Juste un tout petit peu. Juste le temps que ses articulations trop sollicitées arrêtent de hurler à la mort. Il lui fallut une quinzaine de minutes avant d’enfin oser se relever sans que son corps ne la lâche. Elle avait vu pire. Elle pouvait le faire. Se redressant doucement, elle se dirigea en marchant vers la quatrième épreuve. Il lui fallut un petit temps de marche avant d’atteindre la falaise, jusqu’à laquelle elle se traîna pour regarder la nouvelle épreuve qui lui faisait face. Un Bekipan releva la tête pour la regarder avec curiosité, et la Pyroli comprit qu’il faudrait passer par la voie des airs. Ou par le mince bras de mer en contrebas, où quelques-uns de ses camarades nageaient. Étrange, pourquoi personne n’avait pris le ciel ? Au loin, une bande de sable se dessinait, et… Non, pas possible, la ligne d’arrivée ?! La Pyroli sourit, bêtement heureuse, avant que le jappement de Sphax ne la ramène à la question du moment. Air, ou mer ? Aurum ne pourrait jamais la porter, mais les Bekipan présents prouvaient que c’était l’école qui les avait laissés ici. S’ils avaient été sauvages, ils se seraient enfuis ou l’auraient attaqué.

« On va passer par la voie des airs. Bekipan ? »

Le gros Pokémon, juste à côté d’elle, se mit en position et étendit ses ailes pour lui permettre de grimper. Sphax, mécontent, rentra dans sa Poké Ball après avoir compris qu’ils ne tiendraient pas à deux et qu’aucun Bekipan n’accepterait de le porter. Aurum, lui, s’envola pour voler à côté d’elle. Le Bekipan prit son envol, et Aileen comprit pourquoi personne n’avait pris la voie aérienne. Les forts courants faisaient lutter le Bekipan, qui peinait à la garder sur son dos. Sifflant Aurum, elle lui fit un vaste mouvement de la main pour qu’il passe devant et qu’il guide son collègue aérien dans les endroits plus propices au vol. D’un battement d’aile, le gros volatile suivit le petit insecte, comprenant aisément la manœuvre, et de suite, le parcours fut plus aisé pour eux. Plus aisé… Jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’ils n’étaient pas seuls dans le ciel ! Des Goélise volaient, se fichant bien de la présence de leur évolution et de l’humaine sur son dos, tout à leurs acrobaties aériennes. Et ce qui devait arriver arriva. Même si le Ninjask essayait de tenir sa dresseuse et son porteur loin des petites mouettes, ces dernières volaient de manière parfaitement anarchique, se rapprochant puis s’éloignant d’eux sans ordre prédéterminé. Et d’un coup, un Goélise percuta le Bekipan. Aileen s’accrocha du mieux qu’elle put pour ne pas tomber à cause de la secousse, mais le Goélise, très énervé que l’on squatte son espace aérien, commença à piailler, attirant les autres oiseaux à lui. Pas grave… Elle était presque à la fin ! Le Bekipan amorçait sa descente quand les Goélise attaquèrent, le renversant, et renversant du même coup Aileen qui tomba la tête la première. Dans un réflexe fou, elle attrapa la Poké Ball de Sphax avant qu’elle ne lui échappe et appuya malencontreusement sur le bouton. L’Absol sortit de sa Poké Ball et chuta immédiatement. Sans perdre son sang-froid, concrètement à sa dresseuse qui paniquait, il tendit la tête pour lui attraper le tee-shirt, s’agrippant à elle, juste à temps pour lancer sa Détection avant qu’ils n’heurtent violemment l’eau en un plat magistral. Emportée par le courant, la dresseuse fut ballottée par les flots, et quand elle réussit enfin à sortir la tête de l’eau, ce fut pour se rendre compte qu’elle devait refaire tout le parcours… Depuis le sol.

« Haaaa, mais on y était preeeesque ! » Sphax jappa, agacé. « Oui, oui, merci Sphax, tu es mon héros, mon sauveur, tu as été génial, comme d’habitude en somme ! C’est bon, on peut y aller maintenant ?! »

Sphax soupira, blasé de l’exaspération de sa dresseuse, et Aileen se sentit immédiatement coupable. Elle n’avait pas à passer ses nerfs sur lui. En vrombissant, Aurum les rejoignit, tournant autour d’elle pour s’assurer qu’elle n’avait rien. Quelle frayeur il avait eu quand, en se retournant, il avait vu le Bekipan s’enfuir, poursuivi par les Bekipan, et sa dresseuse disparue ! Aileen lui caressa la tête, et, pour s’excuser, tendit la main vers Sphax. Il lui avait sauvé la vie, et elle l’envoyait balader. A sa place, elle aurait eu toutes les raisons du monde d’être vexée ! Mais ce dernier, pas rancunier, y frotta sa tête, lui pardonnant son éclat de colère bien compréhensible, avant de fixer le parcours de son imperturbable regard saphir. Il fallait y retourner, maintenant. Mais à voir les autres élèves ballottés de toutes parts, ils ne luttaient pas que contre le courant. Elle avait senti, pendant sa descente folle, quelque chose la heurter à plusieurs reprises. Il devait sans doute y avoir des Pokémon là-dedans. Ne se laissant pas décourager, la Pyroli réfléchit, regardant tour à tour Sphax et Aurum. Sphax ne pourrait pas nager et les protéger, et Aurum était trop léger pour porter l’Absol à lui tout seul. Ce serait donc, une nouvelle fois, au Ninjask de leur ouvrir la voie. Ce dernier, comprenant son rôle, se redressa en vrombissant, prêt à faire son devoir.

« Bon, je pense que j’ai une idée, mais ça va être difficile vu que tu n’as pas d’attaque de type Plante. » Le Ninjask bourdonna pour dire qu’il n’en avait pas besoin. « Ce que tu vas devoir faire, c’est nous ouvrir la voie pour que Sphax et moi puissions nager jusqu’au bout du parcours sans être gênés par les Pokémon aquatiques. Entre Hâte et Turbo, tu es de loin le plus rapide de nous trois, mais cela va te demander beaucoup d’efforts vu qu’il va te falloir faire du surplace pour empêcher les poissons de revenir après ton passage. Tu comprends ? » Il étira ses ailes pour dire qu’il était prêt, et pas du tout épuisé, même si tous savaient que c’était un mensonge qu’il fallait accepter pour le bien de la course. « Très bien. Alors on y va. C’est parti ! »

Aileen plongea, et Sphax la suivit tandis qu’Aurum enchaînait les Hâte pour augmenter encore un peu plus sa vitesse, déjà très haute grâce à son talent Turbo. Jaillissant telle une torpille, le Ninjask creva la surface de l’eau, faisant fuir les poissons avec ses attaques Insecte. Elles ne faisaient pas bien mal, mais les poissons, surpris, s’enfuyaient, permettant aux deux autres de progresser dans un petit couloir presque dénué de dangers. Parfois, un poisson réussissait à s’y glisser, mais au moins ils n’étaient pas emportés par la vague. Mais si Aurum les protégeait contre les poissons, il ne pouvait rien faire contre le courant, et Aileen, déjà épuisée, ralentissait l’allure de manière progressive, à sa grande exaspération. Aurum basait son mouvement de couloir sur leur progression, or plus elle ralentissait, plus elle le fatiguait ! Quand son dos heurta la corne de Sphax, qui nageait derrière elle, la Pyroli, agacée, tenta tant bien que mal de se rappeler que la ligne d’arrivée était proche pour se donner du courage. Étrangement, cela marcha assez bien, et elle puisa dans ses dernières forces pour accélérer, Sphax la suivant de près pour la retenir en cas de courant trop violent. Après de trop longues minutes à faire du surplace, ils finirent enfin par atteindre l’autre rive, et la brune sortit de l’eau, frigorifiée, fatiguée, engourdie et endolorie de partout. Aurum, qui battait faiblement des ailes, refusa son bras tendu. Non, il ne renoncerait pas maintenant, à cent mètres de la ligne d’arrivée ! Il s’éloigna un peu, vrombissant pour la motiver, et courageusement, la Pyroli reprit sa course à petites foulées boitillantes pour atteindre la ligne d’arrivée, si proche mais pourtant si loin. Elle ne la passa pas en rampant, autant par orgueil personnel que pour ne pas s’attirer de remarques de Jackie, mais c’était tout comme. Cependant, une fois passée la ligne d’arrivée, ses forces l’abandonnèrent d’un coup, et elle s’assit au sol, les jambes faibles. Elle avait tout donné… Ils avaient tout donné. Sphax se laissa lourdement tomber à côté d’elle, et Aurum se posa sur le sable, trop exténué pour replier ses ailes. Avec un sourire, la Pyroli les imita, et se coucha dans le sable pour se reposer et se remettre de ses émotions.

« La prochaine fois que je te fais une promesse pareille, sois gentil et frappe-moi, Aurum. »

Le petit insecte vrombit d’amusement, sachant que sa dresseuse plaisantait. Dans un dernier effort de volonté, la brune releva son bras jusqu’au Ninjask, et ce dernier s’y traîna pour se coucher dans le creux de sa main, chatouillant sa paume de ses griffes d’insecte. Au fond, les parcours de Jackie restaient quand même assez fun…

Infos HRP:
 

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 703
Points d'Expériences : 477

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Ven 1 Juil - 2:09


Comment ? Mais comment Arrmstrong avait-il fait pour convaincre Kira de se traîner en direction de L'Archipel Eka pour participer à une compétition de sport ? Déjà qu'en règle générale, le petit blond était plutôt du genre à économiser ses forces, alors là, passer une journée à courir, nager, crapahuter partout, cela ne l'enchantait guère... Il faut croire que les JOURS ENTIERS ou le machoc dérangeait son dresseur pour lui montrer l'affiche avaient été efficaces...
Une fois sur l'île, il ne fallut pas longtemps à Kira pour trouver la zone de départ, il eut tout juste le temps de prendre à boire avec lui et de se restaurer un peu que le Général Jackie arriva. Et là, on put lire une forme de déception ou un sentiment blasé dans les yeux de Kira. Déjà qu'il n'était pas sportif, mais si en plus c'est le Général qui gérait la compétition, celle-ci allait se montrer ardue... Mais pas le temps de réfléchir, le départ était dans cinq minutes, tout le monde se plaça sur la ligne de départ, où l'on pouvait voir des élèves de tout les dortoirs et de tout les âges. Puis le Général prit un dizaine de mètres d'avance avant de lever une main et de s'exclamer :

« Très bien, et maintenant... Garde-à-vous, et plus vite que ça ! Le premier qui l'ouvre pendant que je parle, c'est Godzilla qui lui expliquera les règles ! J'espère que vous êtes échauffés, parce que je ne ralentirai pour personne ! Si vous tombez ou que vous perdez la cadence, croyez-moi, je m'en souviendrai ! Les Pyroli, j'ose espérer pour vous que vous ferez honneur à votre dortoir. Quant aux autres... La compétition prendra la forme d'une course à pied au travers des terrains de l'île Eka. Je pars, vous me suivez, fin de l'histoire. Si vous me perdez de vue, tant pis, vous devrez vous débrouiller pour trouver la ligne d'arrivée. Pour les Ramoloss qui auraient du mal à tenir le rythme, ma très chère sœur effectuera le parcours à la fin de la journée pour vous ramener au bateau. Et puisqu'il n'y a pas de questions... »

Le départ était lancé, certains avaient apparemment l'habitude de ce genre d'exercice, mais le pauvre Kira, lui, démarra en petites foulées, ce qui vexa un peu son Machoc, qui lui courait telle une fusée, abandonnant littéralement son dresseur dans un nuage de sable. Mais le petit Pokémon musculeux préférait tout de même son dresseur à la victoire, et dans une sorte d'attention délicate, le chargea sur son épaule tel un sac de pomme de terre pour se remettre  à courir, et malgré les apparences cela semblait efficace, les deux compères réussissant à se maintenir derrière le groupe . Puis leur course fut stoppée nette, lorsqu'il arrivèrent a l'entrée d'un marais, qu'il fallait semble-t-il traverser. Kira attira donc l'attention de son Machoc.

«Hey, stop pose-moi ! A deux on sera trop lourds, il va falloir réfléchir un peu si on veut traverser le marais sans encombres. » Tout en se redressant le Voltali reprit : « Bon allez suis-moi là-bas, ça n'a pas l'air trop profond. »
« Macho ! »

Les deux compères s'élancèrent alors sur le petit chemin boueux repéré par Kira, ils furent apparemment les seuls à passer par celui-ci, chacun des autres élèves traversant à sa façon. Mais leur course fut stoppée nette lorsque Kira tomba au sol d'un seul coup comme paralysé. Les marais étant l'une des zones de vie des Limondes, Kira avait croisé la route de l'un deux. Pas de la bonne façon apparemment, le Voltali était tellement lancé dans sa course qu'il n'avait pas vu le Limonde tapi dans la boue, qui, pris de peur en se faisant écraser, avait lancé une attaque Eclair de faible puissance ! Evidemment, il ne fallut pas bien longtemps à Armstrong pour lui faire sa fête a grands coups de Poing-Karaté. Au bout de quelques minutes, le blond se releva un peu secoué.  

« Macho ? »
« Oui ça va t'en fais pas. Par contre il y a un vrai tapis de Limonde là-bas, le seul moyen de traverser est de passer par ces arbres-là, t'es motivé ? »
« Cho cho cho ! »

Puis le petit Pokémon se dirigea vers l'un des arbres morts, et dans un élan de force balança dessus une attaque Balayage pour en fracasser une partie, la gravité faisant son travail, l'arbre alla s'échouer contre un autre, faisant ainsi du bois à moitié mort un pont pour éviter les Limondes et revenir sur le chemin.

« Cho cho ! »
« Euh, je pensais pas tout à fait à ça en disant passer par les arbres, mais ça marche aussi oui... Mais bon, soit, allons-y, on à du retard à rattraper ! »

Le dresseur et son Machoc s'élancèrent alors sur l'arbre, le grimpant sans mal pour passer de l'autre coté et atterrir ensuite sur le chemin pour finir de traverser le marais. Mais pour les deux amis, l'amusement ne faisait que commencer, car devant eux se tenait maintenant un précipice dont l'autre coté n'était relié que par des câbles de funambules.

« Super, bon une idée  Armstrong ? On ne peut pas passer par en bas du coup on va devoir se taper les câbles...  »
« Macho cho cho !  »

Sur ces mots clairvoyants, le petit Pokémon musclé repartit en direction du marais en courant.

« Bon j'y vais tu me rattraperas hein ?  »

« Cho cho !  »

le voltali s'élança alors, s'accrochant au câble, et se retourna doucement pour le traverser en glissant avec les jambes et les bras. Cela était très physique, une fois à la moitié le Voltali relâcha les bras pour les reposer un peu, se retrouvant ainsi la tête en bas. Son attention fut ensuite attirée par le fait que le câble se mettait à bouger dans tous les sens, cela étant dû au Machoc qui était de retour. En effet le petit Pokémon ayant ramassé une très longue branche, il s'en servait pour s'équilibrer et s'élança à vive allure sur le câble. Autant il avait fallu quinze minutes au Voltali pour faire la moitié qu'il en avait fallu cinq au Machoc pour traverser... Mais le Pokémon étant toujours là pour aider son dresseur, il fit demi-tour, et se suspendant lui aussi, il tendit la branche à Kira pour faire un balancier et le faire avancer rapidement.

« Euh, tu es sûr de ton coup là ?  »
« Cho cho !  »
« Oui mais si tu rates, je tombe, tu sais ! »
« CHO cho !  »
« Je sais pas trop là... »
« CHO CHO CHO !  »
« Bon bon daccord... »
[/color]
Le blond attrapant la branche, c'est dans un grand mouvement de balancier que le petit Pokémon envoya son dresseur de l'autre coté, presque au bout du câble. Heureusement que le petit blond avait confiance en son Pokémon, et surtout de bons réflexes... Ils finirent ensuite tous les deux de traverser le précipice. Puis après une courte course, ils arrivèrent face à une grande pente que finissait de gravir quelques-uns des autres participants. Cela s'annonçait ardu, l'angle de la pente étant très raide, cela relevait presque de l'escalade.

« Allez prêt ? On continue, mais tu sais c'est vraiment parce que je t'aime bien que je suis là, et je t'assure que ce coup-là tu me le revaudras mon gars !  »
« Macho cho cho cho.  »

Les deux compèrent s'élancèrent alors pour gravir la pente, mais ils s'arrèterent, voyant que des Gravalanchs s'amusaient à dévaler la pente à grands coups de Roulade, probablemnet une forme de jeu pour eux. Dresseur et Pokémon reprirent  alors leur ascension, tout en restant aux aguets, il serait dangereux de se faire percuter par l'un de ces Pokémon roulants... Heureusement pour eux, les Pokémons ne semblaient pas rouler là où ils grimpaient. Mais leurs sourires disparurent rapidement, quand, presque en haut, ils aperçurent un Gravalanch qui s'apprêtait à s'élancer droit dans leur direction. Ils n'eurent même pas le temps de parler que le Pokémon s'élança dans les airs. Au moment où il était le plus haut, son regard croisa celui du Machoc, qui instinctivement et probablement dans une tentative hasardeuse, utilisa sa capacité Groz'Yeux. Cela sembla efficace, le Gravalanch, qui ne s'y attendait probablement pas fut surpris, et rata lamentablement son atterrissage, passant en roulant tel un caillou jeté du haut d'une pente bien à coté des deux compagnons.

« Bien joué mon vieux, je sais pas comment t'as fait mais bravo. Allez on se décourage pas, continuons ! »

Même si les pensées et le courage du Voltali étaient plus motivés par le fait de finir cette course pour pouvoir aller se reposer...
Après à nouveau une courte foulée, les compagnons arrivèrent devant un groupe de Békipan, ce qui étonna un peu le blondinet. Il y avait là deux choix pour passer : soit on prenait un des Békipans, soit on descendait en rappel pour passer par la mer. Le regard du jeune homme se tourna alors vers Armstrong, qui lui, apparemment, avait fait son choix, puisqu'il se dirigea d'un pas assuré vers le bord de la falaise pour la descendre en rappel.

« Hey ! Attend moi idiot, et puis quand même, tu pourrais me demander mon avis ! »
« Machoooooooooooo ! »
« Halalalalalalala, bon bah allez en avant, YOLO ! »
Sur ces mots, les deux compères descendirent la falaise en rappel à la seule force de leurs bras, le Machoc allant tout de même plus vite que son dresseur fatigué. Le petit bras de mer était apparemment le dernier obstacle à franchir, le sourire se lisait sur le visage de Kira, et la détermination sur celui d'Armstrong !
Les deux amis furent pourtant étonnés de voir des centaines de Remoraid passer près de la surface, probablement que c'était pour eux une zone de passage. Les deux compères n'avaient donc pas vraiment d'autres choix que celui de tenter de forcer le passage. Ils s'élancèrent donc dans une dernier effort, mais subirent maintes bousculade de la part des Remoraid. Kira fut même emporté par l'un d'eux, et il fallut des efforts presques au-delà des ses capacités au Machoc pour réussir à tirer son drésseur de cette mauvaise passe. Il le traîna jusqu'au rivage, sur lequel il l'étala, et le Voltali inconscient dut subir, pour se réveiller, toute un série de claques, plus musclées les unes que les autres, et une sorte de massage cardiaque qui manqua de peu de lui briser les côtes. Mais cela lui permit au moins de recracher toute l'eau qu'il avait avalé. Difficilement, ce dernier se redressa en s'appuyant sur son Machoc.

«Allez, aide-moi, il ne reste que la plage à traverser et on a fini, regarde ! »
«Macho ! »

Ils finirent donc, épuisés et appuyés l'un sur l'autre, à parcourir les derniers mètres les séparant de l'arrivée. Les encouragements de ceux déjà présents leur donnèrent l'énergie de finir, même si, une fois la ligne franchie, les deux compères s'effondrèrent, épuisés avant de se claquer les mains en signe de victoire.

Spoiler:
 
"JE NE SUIS PAS PETIT !!! C'EST JUSTE QUE JE VIS DANS UN MONDE DE GEANTS !! BORDEL !!".

_________________

Kira G. Yamamoto ≈ Ne vous blâmez pas ainsi, la perfection n'existe pas. Ce monde est imparfait, vous le constatez tous les jours. Et c'est pour ça qu'il est intéressant d'y vivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4827-kira-un-pokemon-dangereux-ou-ca-_ http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4839-kira-g-yamamoto-voltali#51029
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 2068
Points d'Expériences : 245

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Lun 11 Juil - 0:22

Adossée contre un mur, Etna mâchonnait une barre de céréales garantie « 100% énergie ». Bon elle se fichait un peu des promesses marketing, mais vu ce qui l’attendait, elle préférait se bourrer de sucres lents et rapides. La veille, contrairement à la plupart des Mentali qui papotaient jusque pas d’heure, elle s’était couchée tôt. Oui, il lui arrivait de prendre part aux commérages. Mais pas ce soir-là : une bonne nuit de sommeil était nécessaire avant une journée d’efforts. En effet ce jour se déroulait la tant attendue compétition de Pokéathlétisme. De ce qu’elle avait compris, certains se préparaient depuis l’année passée pour cet événement. Du haut de ses deux mois à la Pokémon Community, elle était bien moins au courant de ce qui l’attendait mais si on parlait d’épreuve physique elle ne démériterait pas. L’inconnue dans l’équation cependant était l’utilisation qu’elle aurait à faire de ses Pokémon. Elle ne pouvait en utiliser que deux et ça tombait bien : elle ne disposait que de Fuwadoku et de Ikken-Hasami, ses Moufouette et Scarabrute, briefés et au régime spécial depuis une semaine, à leur grand dam. Il faut dire que les boissons énergisantes de la brune étaient particulièrement répugnantes.

Elle avait échappé à l’épreuve de Médecine cela dit et ça suffisait à la rendre de bonne humeur. Bien qu’elle soit seulement de Grade 0 et donc n’ayant pas encore de couverture à tenir, puisqu’elle se destinait à l’Espionnage, elle visait l’illusion de Coach, puisqu’elle en avait plus ou moins les capacités, selon elle. D’aucuns diront qu’elle était bien trop rigide pour cette tâche, mais bon ce n’était pas comme si elle allait réellement le devenir, si ? De ce qu’elle avait suivi de l’épreuve : elle allait devoir suivre le Général Jackie en plein cross sauvage. Elle soupira. Même elle et sa confiance sans limites savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Aussi, quand elle vit le début du parcours et l’assembler commencer à s’échauffer quelques minutes plus tard, elle sentit pour la première fois de la journée une sorte de désespoir. Elle aurait dû aller à ce défilé de mode finalement.

Et après s’être étirée avec ses Pokémon, Etna se tint sur la ligne de départ, dans le milieu du peloton. Très peu pour elle de tout brûler tout au départ : tant qu’elle arrivait à suivre les autres, elle se fichait bien d’arriver première (pour une fois) tout allait résider dans la gestion de l’effort. Aussi, elle esquissa un sourire en voyant le groupe d’élèves partir en flèche, mais dépassés quand même par Jackie. Pas question de se faire avoir. La course ne faisait que débuter et déjà elle sentait que quelque chose n’allait pas. Et le fait d’avoir un Moufouette en starter lui permettait de sentir les problèmes venir. De loin. Et donc quand son pied mit un peu plus de temps pour se lever, et recouvert de vase gluante quand il y arriva, elle sut que le premier obstacle venait de se dresser face à la troupe : un marécage.

Quand elle parlait d’obstacle, c’est parce qu’elle se représentait cette course comme le vieux programme d’éveil pour enfants qui apprenait aux jeunes le langage de Rhode, seule émission qu’elle avait le droit de regarder quand elle était petite. Elle détestait les flèches bleues depuis. Bref, un marais, avec tout ce que ça impliquait. Remerciant Ho-Oh de lui avoir fait penser à prendre un jogging intégral qui ne craignait rien, elle grimaça quand elle sentit un choc électrique. Les semelles en caoutchouc n’auraient peut-être pas été de trop en fait. Surtout quand trois Limonde bien remontés se mirent à la poursuivre. Avec un sifflement, elle indiqua à ses Pokémon de s’en charger. Un Scarabrute assez remonté en balança donc deux sur les élèves qui la suivait à grand coups de Frappe Atlas pendant que Moufouette paumait l’autre dans un Brouillard. Elle se sentait un peu mal pour ceux qui allaient passer après elle, mais bon c’était une compétition après tout.

Finalement sortie du marais, elle ressemblait à une participante à une vieille émission de télé-réalité, recouverte de boue et de vase jusqu’aux hanches. Fuwadoku n’était pas mieux et Scarabrute jurait en faisant aller ses bras comme un Elekid. Puis le groupe vit la nouvelle épreuve qui se dressait devant eux. Jamais Etna n’aurait pensé autant remercier ses parents pour les leçons de maintien qu’elle haïssait tellement. Elle allait pouvoir appliquer d’une façon qui ne lui serait jamais venue à l’esprit : des fils de funambules, tendus au-dessus d’un bras d’eau et avec… Oui c’était bien le Lamantine du général en bas qui semblait prêt à les défoncer à la première tentative de nage. Ni une ni deux, elle attrapa Fuwadoku et le posa sur sa tête, en faisant attention à ce que la boue ne coule pas sur son visage et commença à avancer avec résolution sur un fil, Ikken décidant de jouer à la tyrolienne avec ses cornes comme poulie sur celui d’à côté. Heureusement que les ponts de fortune étaient solides et que le Scarabrute avait pris assez d’élan. Etna avait dépassé quelques concurrents sur cette épreuve et elle ne s’en plaignait pas. Elle ne voyait toujours pas le Général (et ne pensait pas la revoir avant la fin de la course de toutes manières) mais elle sentait qu’elle était peut-être dans la partie supérieure du peloton. Il fallait maintenant continuer d’avancer. Et avec hâte s’il vous plait.

Et maintenant de la grimpette. Ce n’était pas son fort, elle préférait la descente, comme tout le monde. Mais en arrivant dans cette école elle s’était promis de surpasser tous les murs qui se dresseraient devant elle. Elle n’avait juste pas pensé que ce serait si … littéral. Bon ben quand il fallait y aller, il fallait y aller. Elle regrettait déjà de ne pas avoir pris de gants. Et quand le premier Gravalanch la frôla elle sursauta puis s’arrêta quelques secondes histoire de réprimer une sueur froide. Qu’est-ce que quoi ? Le rocher suivant fut arrêté par un Scarabrute chromatique que nous ne présenterons pas et son attaque Vendetta. Ce qui n’empêcha pas l’insecte de commencer à chuter les quelques mètres qu’ils avaient commencé à gravir. Sachant pertinemment qu’il allait s’en sortir et qu’il les rattraperait de toute façon, la Pokathlète ne se lança pas comme une idiote pour rattraper le demi-quintal et continua son ascension, un Moufouette repoussant tous les êtres vivants à part ses coéquipiers grâce à sa méthode de protection naturelle. Habitués à l’odeur, le petit groupe fit peu cas des protestations de ceux qui les entouraient. Visiblement éprouvé, le trio se laissa tomber en haut de la pente. Avant de pousser un soupir de désespoir en voyant la suite.

Le choix entre de la nage et une descente en Bekipan ? Pourquoi pas un saut en longueur et hauteur avec réception à trente mètres en-dessous du point de départ tant qu’ils y étaient ? De ce qu’elle voyait Jackie était déjà arrivée et meilleurs élèves n’allaient pas tarder… Bon quand il fallait y aller, il fallait y aller. Ni une ni deux, le groupe sauta sur le premier Bekipan qui passait, la pauvre bête poussant un cri d’indignation avant de prendre son envol. Et là Etna réalisa son erreur : elle n’avait pas pris le temps d’étudier leur parcours. La première bardée de débris aériens habituels passa devant ses yeux mais en montant. Serrant les dents, elle s’agrippa à sa monture et disant à ses Pokémon de faire attention. Le premier coup de vent ascendant les envoya en vrille, et ils n’étaient pas aidés par la faune locale : des Goélise qui leur fonçaient dessus. Nouvelle exclamation de la part de la Dresseuse et c’est un Scarabrute bien énervé qui commença à distribuer de poings en veux-tu en voilà. Pendant ce temps, Fuwadoku balançait de ses gaz version liquide dans les yeux des oiseaux assaillants, qui semblaient ne pas apprécier. Il ne pouvait risquer d’en mettre sur eux-mêmes, vu que cela aurait sans nul doute augmenté la panique de leur monture. Fermement agrippée au plumage qu’elle pouvait attraper, la brunette maudit l’absence de son katana. Si elle l’avait eu avec elle, il n’y aurait eu aucun problème.

Une grosse secousse la déséquilibra d’un seul coup : Ikken venait de sauter du Bekipan et d’entamer une chute libre tout en maravant du Goélise ! La Mentali poussa un cri étouffé et sortit la Pokéball de l’Insecte : elle ne savait pas si le rappeler la disqualifiait ou pas, mais pas question de laisser le pauvre Pokémon chuter de cette hauteur ! Ses cheveux lui arrivèrent d’un seul coup dans les yeux et quand les rouvrit elle put découvrir que le Scarabrute se trouver juste devant ses yeux. Ils tombaient aussi maintenant ? Un trou d’air alors que le passager clandestin avait était poussé vers le haut, c’était bien leur veine tiens ! Attrapant son Pokémon, Etna fit pointer le Bekipan droit vers le sol. S’ils devaient le faire autant le faire avec classe. La pauvre bête commença à pousser des cris, tandis qu’un bon nombre d’élèves ne s’attendant pas à voir un oiseau débarquer à toutes berzingues hurlaient des insanités pour la plupart. Dès qu’ils furent assez près du sol, le chromatique de l’équipe sauta, frappa le point de réception d’une Vendetta bien sentie qui fit s’envoler une bonne colonne de sable. Pas de repos pour les braves et c’est avec un magnifique Corps Perdu que le scarabée rattrapa l’équipée, bec de Bekipan en premier puis l’envoya droit vers la ligne d’arrivée. Après un beau vol plané, le piaf s’écrasa et Etna en descendit et reprit sa course. Mais quelle journée affreuse ! Fort heureusement le vent avait séché boue et sueur sinon le sable se serait collé à elle et elle aurait perdu encore plus de temps. Le Scarabrute, sur leurs traces ramassa le pauvre oiseau au passage et le porta entre ses pinces en faisant attention de ne pas le blesser. Il rattrapa les deux autres qui, pour leur défense, commençaient à faiblir suite aux émotions qui s’étaient enchaînées sans repos. Finalement, l’équipe passa la ligne d’arrivée, supplément plumeux en prime.

- Plus… JAMAIS ! J’ai l’impression d’avoir fait un éveil de Pyroli de niveau maximal… J’en peux plus…

Un auditeur attentif aurait pu remarquer que les belles lettres d’Etna s’étaient perdues en cour de route alors qu’elle tremblotait sur ses jambes avant, faisant attention de ne pas s’arrêter tout de suite. Elle pressa ensuite son équipe pour les étirements de fin de séance : on était en pleine semaine, l’entraînement continuerait le lendemain ! Non mais oh ! L’insecte se laissa tomber dans le sable sans plus de procès alors que le Moufouette s’endormit immédiatement. La brune n’était pas loin de suivre son exemple. Moralité pour elle : elle pouvait avoir un minimum confiance dans ses capacités physiques. Mais il lui restait beaucoup à faire avant d’atteindre l’excellence. Au moins, elle ne s’était pas évanouie comme certains élèves à la fin, elle. Bon le cross de la mort, fait, prochaine étape : le grade d’Espionne !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4595-etna-neria-let-s-y-go http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4602-etna-neria-mentali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 4698
Points d'Expériences : 2762

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Lun 11 Juil - 20:24

Ginji Labelvi
      rp solo



« L'examen H »


« -Mais... Mais c'est pas vrai... Est-ce qu'un jour, vous... Vous réfléchirez à calculer la probabilité qu'arrive l’événement où vous envisagerez de peut-être remettre en question le fait qu'il soit possible de concevoir l'éventualité selon laquelle vous serez prêts à vous demander si, par le plus grand des hasards, il est pensable que VOUS ATTENDIEZ VOTRE DRESSEUR AU LIEU DE FONCER COMME DES DINGUES ?! »

Fatigué, je prends appui sur un mur pour reposer mes pauvres muscles. Thoron et Punch me fixent en haussant un sourcil -oui, d'accord, ils n'ont pas de sourcil, mais c'est tout comme-, puis s'échangent un regard avec un sourire amusé. Sauf que je ne vois pas ce qu'il y a de drôles, môa ! Même si je suis passé de « épuisé » à « fatigué » après une course, j'ai l'impression de ne pas progresser d'un pet au niveau de la vitesse ! Et ces deux là qui n'ont toujours pas compris qu'ils devaient ralentir pour que je puisse espérer maintenir la cadence... Non, ch'ais pas, je les laisse suffisamment courir en dehors des entraînement pour qu'ils puissent ralentir, non ? Enfin, surtout Thoron, parce que ce n'est pas non plus comme si Punch était vraiment intéressé par la course... Lui, ce qu'il voulait, c'était surtout me forcer à accélérer pour me voir ensuite souffrir le martyre !

Je reprends ma respiration, puis me redresse en courbant mon dos, pour finalement me tenir droit devant mes deux Pokémons. Thoron a l'air de vouloir encore en découdre, tandis que Punch se contente de croiser les bras.

« -Écoutez... La compétition Pokéathlète a lieu dans un peu plus de trois semaines, mais si on ne parvient pas à avoir une bonne cohésion de groupe, ce n'est même pas la peine de penser à participer !  »

Le Dynavolt détourne le regard, ennuyé par mes paroles, alors que Punch me lance un regard sévère, que je n'ai aucun mal à interpréter. « Attends, parce que tu comptes me faire participer à ce truc ? »

« -Punch, je sais pertinemment que tout ce que tu veux, c'est te battre pour prouver que t'es le plus fort, mais... Il n'y a pas que la baston, dans la vie ! 'Faut que t’apprennes à faire preuve de moins... D'hostilité ? Et je suis sûr qu'il existe quelque chose pour laquelle tu serais prêt à te dépenser autant qu'en combat Pokémon ! Maintenant, il faut trouver quoi. Et t'as pas le droit de dire que cette compétition est nulle avant d'avoir essayé !  »

L'Elektek détourne à son tour le regard, dans la direction opposée de Thoron, mais avec un air beaucoup plus méprisant que ce dernier. Le Dynavolt se tourne alors vers moi avec une expression lasse, l'air de dire qu'on peut rien y faire. Je soupire, et sors mon Ipok de ma poche pour regarder l'heure. On a encore une bonne partie de la journée pour s'entraîner.

« -Bon, on repart... Et doucement, cette fois-ci !  »

***
9 Avril

Première nouvelle, déjà, Jackie ne va pas nous faire courir sous une tempête. Enfin, remarquez, si elle avait eu le choix...

Assis à l'arrière du ferry nous transportant jusqu'à destination, j'observe le ciel avec un air distrait. Il fait bon, mais sans plus, ce qui est parfait pour une activité sportive aussi intense que celle qui nous attend. On ne crèvera pas de chaud, et on se les gèlera pas non plus ! 'Puis le temps est assez agréable, c'est cool.

Pour l'occasion, je me suis habillé comme à mon habitude, à la différence que j'ai laissé ma casquette dans ma chambre. Je n'aurai pas que ça à faire que de tenter de la rattraper pendant la course ! J'ai toujours mon sac bandoulière, mais son contenu diffère de ce que l'on peut trouver habituellement. J'ai sorti toutes mes affaires de combat, et me suis contenté de garder de l'eau, un peu de nourriture, ainsi que le strict nécessaire en cas de blessure. Je suis déjà assez lent pour en plus m'alourdir....

Mon Dynavolt piétine sur place, impatient de commencer. Il attend ce jour depuis tellement longtemps ! La course, c'est absolument tout ce qu'il aime, et il avait été tellement déçu de ne pas pouvoir participer à la Course Maritime... D'ailleurs, je crains de ne pas pouvoir réitérer l'exploit de celle-ci. Cela relève déjà du miracle que je sois parvenu à atteindre la ligne d'arrivée en premier durant cette compétition, alors celle qui arrive... Mais ce n'est pas grave ! Je donnerai mon maximum ! L'important est que Thoron puisse s'éclater à fond, et que Punch réussisse à se trouver un autre centre d’intérêt que la baston... Je sais bien que je suis TopDresseur, mais je n'ai pas envie que mes Pokémons deviennent de simples brutes épaisses ne pensant qu'à se battre !

D'ailleurs, l'Elektek semble toujours aussi sceptique sur l'utilité de cette épreuve. Dans sa position habituelle (Les bras croisés, adossé contre un mur, les yeux fermés), il semble seulement attendre que la journée se passe pour vite fait bien fait rentrer au bercail. Je crois qu'il ne réalise pas tout à fait l'importance de cette compétition pour Thoron et moi-même... Ou alors, il s'en moque complètement. Je ne sais pas trop.

Nous nous sommes beaucoup entraînés, durant ces dernières semaines. J'ai même profité des séances de coachings gratuites que j'ai gagné lors de la précédente compétition. Je pense que nous sommes prêts ! Pour la condition physique, du moins. Je crains toujours que Thoron se laisse emporter par l'adrénaline et nous laisse en plan, ou que Punch décide de faire sa tête de mule et de ne pas bouger d'un pouce... Reste à voir jusqu'où ira note cohésion de groupe.

Puisque nous sommes autorisés à faire tenir des objets à nos Pokémons, j'ai donné le Foulard Speedy à Thoron, et le Ruban de Noël à Punch. Bien évidemment, il n'allait pas se ridiculiser en portant un petit ruban tout mimi tout choupi, et il l'a donc défait pour l'enrouler autour de son bras, mais je suppose que son effet stimulant pour les muscles est toujours efficace.


Le ferrry ne tarde pas à arriver à destination, et l'ensemble des participants débarque sur une magnifique plage dans un décor paradisiaque. Du moins, en apparence, je pense. Jackie ne va certainement pas nous faire concourir dans un centre balnéaire.

La Générale ne tarde d'ailleurs pas à nous réunir en un salut militaire effectué en parfaite cohésion par l'ensemble des étudiants, avant de nous expliquer les subtilités de cette course. Et devinez quoi ? Bah on va devoir courir ! Sauf que la seule indication sur la route à suivre sera la référente Pyroli, qui nous aura distancé de plusieurs dizaines de mètre après les cinq premières minutes. Chouette ! Donc si on va trop vite et qu'on perd tout le monde de vue, on va se perdre, mais si on ralentit, on risque de se faire dépasser par tous les autres concurrents. Enfin, de toute façon, je n'ai pas la prétention de pouvoir distancer tout le monde dès le début de la course... Heureusement, dans tous les cas, Hortense passera après nous pour récupérer les quelques élèves à la ramasse. Cela a l'avantage de me rassurer un minimum.

Mais comme Jackie aime bien nous voir paniquer, celle-ci ordonne le départ sans prévenir, et part longer les îles de l'archipel Eka sans plus de cérémonie. Eh, oh, deux minutes ! Je n'ai même pas fait les échauffements, môa... Arf, tant pis, va falloir speeder !

« -Quoi ?! Thoron, Punch, j'espère que vous êtes prêts, parce que ça y est, on est partis ! Thoron, je t'en prie, ne pars surtout pas trop vite ! Il ne faut surtout pas que l'on se fasse aspirer par le rythme des autres élèves, ou ce sera l'épuisement assuré !  »

Le Dynavolt hoche vigoureusement la tête, déterminé, alors que nous nous élançons tous les trois à la poursuite de la Générale. Maintenant que l'épreuve a commencé, il semble prendre mes ordres tout à fait au sérieux, et tant mieux ! Peut-être que s'il n'écoute pas durant les entraînements, c'est tout simplement car il juge que ça n'a aucune importance ?... Bah, je me poserai la question plus tard ! Pour l'instant, il faut courir ! Et.. Bon sang, qu'est-ce que je déteste courir sur la sable ! Sérieusement, juste après la Course Maritime, je ne l'avais pas vue venir, la course sur le sable ! C'est affreux ! Fort heureusement, je suis un habitué des plages...

Je m'arrête brusquement, et, en quelques secondes, retire mes chaussures et mes chaussettes, avant d'à nouveau m'élancer pour rattraper mes compagnons. C'est parti pour une course pieds nus ! Une basket dans chaque main, j'avance un peu plus vite sur le sable que précédemment, bien plus à l'aise sans l'amortissement des semelles et les grains de sable qui viennent se glisser dans mes chaussures...

Dès le début de l'épreuve, les écarts se creusent entre les élèves. Si au départ, nous formions un groupe homogène, nous sommes désormais étalés sur plusieurs mètres de distance, avec ceux qui foncent, ceux qui prennent leur rythme, et ceux qui n'apprécient pas du tout la course sur le sable.

Moi, je suis au milieu. Si je laissais Thoron et Punch faire, on devrait être capable de gratter quelques places, mais je pense que c'est inutile. Les endroits où nous devrons nous démarquer seront les obstacles : inutile d'être en tête de file si on se retrouve coincé au premier mur.

D'ailleurs, le premier ne tarde pas à arriver. Au fur et à mesure de notre progression, la bande de sable s'élargit, pour former un nouvel îlot d'où émane une quantité étonnante de... Brume ?

Il y a ce qui semblerait être un début de jungle. Je m'arrête face à celle-ci, et observe, alors que Thoron commence à piétiner sur place. Punch, lui, croise les bras et lève les yeux au ciel, attendant juste la suite.

Mes muscles sont chauds, et je halète déjà un peu. Mais pour l'instant, ça va, malgré le fait que mon cœur tambourine dans ma poitrine. Pour ce qui est de mes chaussures, je les fourre rapidement dans mon sac. J'ai pas besoin de ça pour courir. Ch'uis un enfant de la campagne, j'ai la plante des pieds solide !

« -... Bien, allons-y !  »

Mes Pokémons hochent la tête, et nous nous enfonçons dans la petite jungle. Et déjà, je suis quelque peu étonné par l'humidité des lieux. Le sol semble extrêmement malléable, et il y a de la mousse sur pratiquement tous les arbres... Je devrai pouvoir me repérer grâce à ça, au moins. Avec toute cette brume, il y a des risques que nous nous perdons, mais si on considère que nous sommes partis de l'Est de l'archipel, et que nous nous dirigeons vers l'Ouest... Yep, 'devrait pas y avoir de soucis pour se repérer ! Surtout que Jackie est déjà hors de vue...

« … Volt ! »

Sans m'arrêter de courir, je jette un œil à Thoron, qui vient de lâcher un cri d'agacement. Ses pattes sont couvertes de boue, et il commence à avoir du mal pour avancer dans ce milieu de plus en plus... Marécageux ?

Effectivement, nous finissons par atteindre un attroupement d'élève, qui me rappelle celui que j'avais rencontré lors de la Course Maritime. Ça, ça veut dire qu'il y a un obstacle pas loin ! Il y a un grand marécage qui s’étend devant eux, et apparemment, il va nous falloir le traverser... Eh beh, pourquoi est-ce qu'ils restent tous plantés là ? C'est que de la boue et de la vase, 'faut pas avoir peur !

« -Thoron, laisse moi te porter pour la traversée, tu n'arriveras pas à avancer avec tes pattes.  »

Le Dynavolt lâche un grognement frustré alors que je le prends dans mes bras, sous le regard moqueur de Punch. D'un mouvement du menton, j'invite ce dernier à avancer avec moi dans le marécage, et nous posons tous deux un pied dans cette boue qui s'avère assez profonde... Sauf qu'au bout de quelques pas à peine, mon pied se pose sur quelque chose de beaucoup plus dur. Et la seconde d'après... Un éclair jaillit du sol, et me fait sursauter d'un bond mètre en arrière. Punch s'immobilise aussitôt, et fronce les sourcils, méfiant. Thoron se met à aboyer, alors que je fixe le sol, pensif.

« -Des éclairs, dans un marécage... Hmm. C'est pour ça qu'ils n'avançaient pas... La question, maintenant, est de savoir combien ils sont. Thoron, Hurlement ! »

Le Dynavolt ne se laisse pas prier, et lâche un puissant cri juste assez effrayant pour faire remuer, à la surface du marécage, la totalité des Limonde planqués dans la boue. Et... C'est qu'il y en a vraiment beaucoup ! J'écarquille les yeux en voyant la quantité de corps s'agiter sous mes yeux, pour se calmer bien assez tôt et devenir à nouveau invisible à l'aide de l'attaque Camouflage. D'accord, ils tapissent pratiquement la totalité du marécage... Bien, je sais comment traverser !

« -Punch, tu voudrais bien nous porter, Thoron et moi ? »

L'Elektek me regarde avec de gros yeux, à l'entente de ma demande. Quoi ? Servir de porteur ? Et puis quoi encore ? Il détourne rapidement le regard en émettant un grognement de désapprobation, ce qui a pour conséquence de me faire lever les yeux au ciel.

« -Quoi ? Ne me dis pas que t'es pas assez fort pour le faire... »

Il tourne aussitôt la tête dans ma direction, avec un regard furieux. Touché. Punch est vraiment beaucoup trop fier...

Afin de prouver sa valeur, il se dirige vers nous, et me soulève à l'aide de ses deux bras sans aucun mal. Tenant toujours Thoron fermement dans mes bras, je lui indique d'avancer tout droit, sans se soucier des Limonde présents partout autour de nous. Enfin non, je lui demande même d'avancer tout droit sur les Limonde !

L'Elektek commence à faire quelques pas, et si au début, ses pattes s'enfoncent dans la boue, l'une d'elle finit par se poser sur quelque chose d'assez dur en surface. Un regard en bas me suffit pour voir le sourire sadique du Limonde sur lequel il vient de poser le pied, avant que celui-ci n'envoie une décharge électrique... A laquelle Punch ne réagit absolument pas. Je souris.

« -C'est bon, Punch ! Tu peux foncer ! »

Le Pokémon Électrique lève sa deuxième patte, et bondit sur le Limonde, pour ensuite avancer en se servant de tous les autres en guise d'appui solide. Ceux-ci tentent bien de l'en empêcher en envoyant une décharge électrique, mais c'est à peine si cela chatouille l'Elektek. Un petit court de science de la part du spécialiste Elek ?

« Tapi dans la boue ou les sédiments, il attend sa proie patiemment et la paralyse avec une décharge électrique », nous informe le Pokédex au sujet des Limonde. Ils se planquent au milieu des marécages comme celui dans lequel nous nous trouvons actuellement, et attendent qu'une malheureuse victime ne vienne se jeter droit dans leur piège... Pas pour rien qu'on appelle Limonde le Pokémon Piège, d'ailleurs ! Sauf que, toujours selon le Pokédex, « Elektek adore se nourrir d'électricité ». Habituellement, les Elektek préfèrent l'électricité artificielle des centrales, car beaucoup plus stable, tandis que l'électricité émise par les autres Pokémons aura tendance à le blesser. Sauf qu'à cause de toute cette boue, l'électricité émise par les Limonde est grandement restreinte, et ne suffira pas à causer des dommages à Punch ! Enfin, « la peau de Limonde est si dure qu'il peut se faire piétiner par un sumo sans rien sentir », ce qui explique que nous pouvons progresser dessus sans aucun problème. Ce n'est pas avec nos pauvres soixante-dix kilogrammes qu'ils vont ressentir quoi que ce soit, si ça peut vous rassurer.

Limonde est le tout premier Pokémon que j'ai capturé -il y a deux ans maintenant-, croyez-moi que c'est pas quelques spécimens sauvages qui vont me faire peur ! Et puis, je commence à avoir l'habitude, des décharges électriques... Un peu trop à mon goût, d'ailleurs, mais ce sont les aléas du métier, je suppose....

Punch avance de Limonde en Limonde sans s'arrêter. Au bout d'un moment, néanmoins, ceux-ci se font de plus en plus rares, puisque nous approchons des rebords du marécage. Lorsque je juge tout danger d'électrocution écarté, je demande à l'Elektek de me déposer, et, toujours en tenant Thoron dans mes bras, je progresse dans la vase de moins en moins profonde aux côtés de mon Pokémon.

Il nous faut une bonne minute pour atteindre la terre ferme. Thoron bondit de mes bras sans attendre, tandis que je constate avec désarroi que de la boue recouvre l'intégralité de mon jogging. J'ai bien fait d'y aller pieds nus, tiens, j'aurai très sûrement égaré mes baskets, sinon. Punch aussi, a de la boue plein les pattes, mais semble s'en accommoder. Ou du moins, il fait genre que cela ne l'affecte pas. Lui, dérangé par un peu de gadoue ? Pff ! Sûrement pas !

« -Bien ! Premier obstacle passé ! Continuons, avec un peu de chance, on va devoir passer par la mer pour rejoindre le prochain îlot.  »

Le Dynavolt n'attend pas plus longtemps pour partir au quart de tour, et filer droit devant nous. Je lâche un soupir, et pars à sa suite, en gardant mon rythme néanmoins. Il nous attendra au début du prochain obstacle, je l'espère. L'Elektek, quant à lui, garde une vitesse raisonnable par rapport à la mienne, mais plus par flemme de faire plus d'effort qu'autre chose, je crois. Alors même que nous sommes pleinement plongés dedans, il ne semble vraiment pas intéressé par la course en elle-même. Peut-être que, effectivement, le sport ne sera jamais quelque chose pouvant le passionner... J'espérais pourtant qu'il puisse apprécier de dépenser son énergie autrement que par le biais des combats. Mais visiblement, ce n'est pas le cas. Il doit pourtant bien y avoir quelque chose, autre que les affrontements, qui puisse l'intéresser... Même un tout petit peu...

Nous finissons par déboucher sur la mer. Enfin, pas directement, puisqu'une falaise nous sépare de celle-ci. Je remarque alors Thoron, en train de grogner en tentant d'escalader un poteau sur lequel est attaché... Des fils ?

Effectivement, des fils partent de cette île et se dirigent tout droit vers la suivante. Des élèves sont d'ailleurs en train de faire la traversée, jouant les Capumain, afin de rallier la suite du parcours. D'accord, donc c'est ça, la prochaine étape ? Hmm...

Punch ne devrait avoir aucun mal à traverser. C'est un Elektek, il passe son temps à faire tourner ses bras afin de les charger en électricité. Ils sont par conséquents très musclés, et s'il aura quelques difficultés à tenir en équilibre, debout sur un fil, il ne devrait pas avoir de problèmes pour traverser en se suspendant aux câbles et en avançant à bout de bras.

Pour Thoron, par contre... Mon Dynavolt est une pile électrique incapable de tenir en place, comment voulez-vous lui faire traverser calmement un câble de funambule ?! Surtout que ses quatre pattes ne doivent pas forcément l'aider à tenir en équilibre...  Désolé, mon gars, mais tu vas encore devoir rester passif pour cet obstacle !

J'attrape le Dynavolt, et le fais rentrer à l'intérieur de mon sac. Comme il laisse s'échapper un couinement déçu, je passe ma main sur sa tête pour tenter de le réconforter un peu.

« -T'inquiètes, t'as encore la moitié du parcours pour te dépenser ! »

Mes paroles ne semblent pas le convaincre, et il préfère rentrer complètement la tête dans le sac, dépité. Je lui fais un petit sourire triste en faisant glisser la bandoulière pour mettre le sac devant moi, et attrape l'un des fils censé nous mener de l'autre côté. Je tire dessus pour tester la rigidité, puis, après avoir pris une grande inspiration, pose une deuxième main dessus, ainsi que mes pieds sur celui juste en dessous. Je suis plutôt stable, mais dès lors que je fais un pas, je me mets à pencher sur le côté, et ne parviens à me redresser qu'au prix d'un grand effort de la part de mes bras.

« -... Mouais. Punch, est-ce que tu te sens d'y all.... ? »

Je ne termine pas ma question, pour la simple et bonne raison qu'il n'y a personne pour y répondre. En regardant derrière moi, je constate que mon Elektek a disparu, et c'est en tournant la tête en direction de notre destination que je remarque que le Pokémon a commencé à avancer sur une autre corde, plus loin, sans même attendre que je lui donne le départ. Ah ouais, tu veux la jouer comme ça ?... Mouhahaha, et bien prépare toi, parce que je vais t'écla-Wohohoho, on se calme, j'ai failli tomber à l'eau là. Non, je ne peux vraiment pas me permettre d'aller vite, là-dessus... Tant pis, je vais devoir m'y résigner : faisant un pas l'un après l'autre, je suis contraint de prendre tout mon temps pour progresser sur la corde sans rendre celle-ci trop instable, tandis que Punch, n'utilisant même pas la corde inférieur pour poser ses pattes, avance à la seule force de ses bras. Je comprends pourquoi le Major Bob aime cette espèce de Pokémon, on dirait un soldat qui s'exerce à avancer sur des barreaux horizontaux... Peut-être que je devrai prendre les exercices militaires de Jackie plus au sérieux. Une haltère de trois kilos, c'est pas suffisant, apparemment...

Le temps passe, j'avance plutôt lentement, et quelques élèves me dépassent sans le moindre problème. Lorsque je parviens aux trois quarts du parcours, je ne suis même plus capable de repérer Punch, et suppose donc que celui-ci est déjà arrivé de l'autre côté. J'espère qu'il aura quand même l'intelligence d'esprit de m'attendre avant de continuer... Comment ça, il se débrouille mieux sans moi ?! Mais je ne vous permets pas ! Sans moi, il n'aurait pas pu... Euh... Réussir à... Hmm... Prendre le bon bateau pour venir jusqu'ici. Voila. C'est pourtant une étape essentielle, ça. Très importante. Primordiale, même. Impossible de remporter la compétition sans avoir pris le bateau au préalable.

Non, je n'essaye pas de me persuader d'avoir une utilité quelconque au cours de cette épreuve, arrêtez avec ça ! Fichues voix dans ma tête que je suis le seul à entendre et qui sortent probablement tout droit de mon imagination !

Seuls quelques dizaines de centimètres me séparent désormais de l'arrivée. Hélas, Thoron, se demandant probablement pourquoi est-ce que je mets autant de temps, et agacé de devoir attendre dans ce sac, s'agite à l'intérieur de celui-ci pour jeter un œil à l'extérieur. Mais allez savoir comme il s'est positionné à l'intérieur, puisqu'il a quelques difficultés à sortir son museau à l'air libre, et lorsqu'il y parvient, la bandoulière du sac glisse et ce dernier passe dans mon dos, créant un contre-poids qui me fait aussitôt basculer en arrière. Je me retrouve alors à l'horizontal, le fil se trouvant sous mes pieds étant presque à la même hauteur que celui auquel mes mains sont accrochées. Thoron, littéralement suspendu au dessus du vide, lâche un jappement surpris, et je ferai volontiers de même... Si la bretelle du sac n'était pas actuellement en train de m'étrangler. 'Fin, elle ne m'étrangle pas complètement, mais le poids de Thoron fait que le sac tire sur la bandoulière, qui se trouve en ce moment sur ma gorge, et qui aura tôt fait de me couper complètement la respiration si l'on y fait rien dans les secondes à venir. Ou si je ne lâche pas avant. Mais vous le savez, je suis un petit fou môa, et je préfère mourir strangulé plutôt que d'abandonner cette course.

… Non, faut p'tête pas déconner, non plus.

J'ouvre la bouche pour dire à Thoron que je m'apprête à lâcher, et donc conseiller à celui-ci de bien s'accrocher, mais la bandoulière me coupe bien trop le souffle pour que je puisse produire le moindre son. J'ai un petit hoquet, et commence sérieusement à avoir du mal à respirer.... Lorsque, soudain, tout le poids qui me prenait à la gorge disparaît. Je sens la bandoulière se dérober autour de mon cou, et l'une de mes mains a tout juste le temps de lâcher la corde pour attraper la brettelle de mon sac, en train de tomber. Le mouvement fait perdre prise à mes pieds, et je me retrouve suspendu à la corde que par une main, tenant la bandoulière de l'autre, et constate alors que tout ceci n'est dû qu'à Thoron qui, voyant bien que j'étais UN TOUT PETIT PEU EN TRAIN DE CREVER, a décidé de déchiqueter la brettelle du sac pour me libérer de son emprise. J'apprécie l'attention, je suppose ? Il n'empêche que je suis désormais en train de retenir un Dynavolt et un sac à la seule force d'une de mes mains, et ceci en plus de mon poids de l'autre. Autant vous dire que je ne vais pas tenir bien longtemps.

Dans un dernier élan, je balance donc mon bras de libre le plus en avant possible, et envoie le sac contenant le Dynavolt sur le banc de sable tout proche. Désormais libéré de ce poids, je m'agrippe fermement à la corde, et parcours les derniers centimètres restants à la seule force des mes bras.

A peine j’atteins le bout de la corde que je lâche tout, et me laisse tomber dans le sable, lamentablement. Ça fait mal, mais tant pis, j'en pouvais vraiment plus, là. Je n'ai malheureusement pas le temps de rester quelques secondes ainsi, puisque Thoron vient déjà vers moi, sautillant de partout et prêt à continuer la suite du parcours. Je lâche un grognement, et me redresse, passant ma main sur mon cou désormais rouge, et ramasse mon sac à la bandoulière désormais pétée pour vérifier s'il ne manque rien dedans. Je n'ai pas entendu de « plouf », en tout cas, donc je suppose que rien n'est tombé dans l'eau pendant notre mésaventure. Je fais rapidement un nœud là où la bretelle a cassé, et repasse le sac autour de mes épaules, priant pour que celui-ci tienne pour le trajet qu'il nous reste à parcourir.

Je ne remarque pas Punch au premier coup d’œil, mais il s'avère que l'Elektek est posté un peu plus loin, assis contre un arbre, les bras croisés, et faisant un semblant de sieste. Sérieusement, il pense vraiment que c'est le moment ?! Il aurait pu venir nous filer un coup de main, au lieu de rester là, à dodoter...

« -Ça va Punch, pas trop crevé ?  »

La question est plus ironique qu'autre chose. Le concerné ouvre un œil, puis lâche un immense bâillement, avant de se relever tout en s'étirant. S'il n'a pas l'air de trop rechigner pour nous suivre, c'est sûrement car il pense pouvoir à nouveau nous distancer au prochain obstacle. Pff, il va voir ce qu'il va voir ! On va bien finir par tomber sur une épreuve dans laquelle Thoron pourra intervenir et où il comprendra qu'il ne peut pas tout faire seul...

Nous reprenons notre route, au pas de course. Si on veut combler notre retard, il va falloir gérer sur le ou les prochains obstacles. Cela tombe bien, le suivant ne tarde pas à apparaître devant nous... Puisqu'il s'agit d'une gigantesque pente que montent actuellement les concurrents. Je vais devoir remettre mes baskets, môa... Je veux bien avoir la plante des pieds solides, sur des cailloux, je ne fais pas long feu !  Le temps de sortir mes chaussures de mon sac, et de les enfiler (Pas besoin de remettre des chaussettes, je vais perdre plus de temps qu'autre chose), Thoron est déjà parti au triple galop, content de pouvoir enfin mettre ses capacités physiques à l’œuvre.  Je n'ai malheureusement pas le temps de l'interpeller, et je dois me dépêcher d'enfiler mes baskets avant de partir à sa poursuite.

« -Thoron ! Attends nous !... 'Fin, attends moi, plutôt.  »

Parce que Punch aussi, a décidé de faire route à part. Je suis si lent que ça ?... Mais 'faut me comprendre, je ne suis qu'un pauvre petit humain fragile, je suis pas aussi fort que vous, môa !... Je n'en reviens pas, même mes Pokémons ont perdu toute notion de respect à mon égard lorsqu'il s'agit de compétences physiques... Grr...

Surtout qu'elle est bien raide, cette pente. C'est galère d'avancer à une vitesse convenable ! 'Puis, ce n'est pas vraiment facile, avec ces rochers qui déboulent de partout... Euh, pardon ? Parce qu'en plus on doit faire face à un éboulement ?!

De justesse, je manque de percuter l'une des pierres qui dévalent la pente à vive allure. C'est étrange, la forme de celui-ci me rappelle quelque chose... Ou quelqu'un, plutôt... Pas le temps de réfléchir plus longtemps, puisqu'un cri dirige mon attention en direction de Thoron, qui fait plusieurs roulés-boulés en ma direction après avoir été percuté par l'un des cailloux. Je me mets en travers de sa trajectoire pour l'arrêter, manque de basculer en arrière au moment de l'intercepter, et aide le Dynavolt à se remettre sur ses pattes.

« -Ça va ?... Je t'avais dit d'attendre,  c'est dangereux, de foncer tête baissée ! »

Thoron lâche un grognement mécontent, et s'ébroue. Plus haut, Punch n'a pas pu se décaler à temps pour éviter l'une des pierres, et est actuellement en train de lutter contre celle-ci pour éviter de se faire écraser, la retenant à la force de ses bras. Je lâche un soupir et sors son Electrik Ball de mon sac, pour le rappeler à l'intérieur de sa sphère de capture avant qu'il ne cède, et ainsi le mettre à l'abri. Après avoir emmené Thoron hors de la trajectoire des pierres, je rappelle Punch à l'extérieur, tandis que le rocher qu'il retenait a repris sa route, et la lui montre du doigt.

« -Eh ! Si tu fais pas gaffe, tu vas finir par te faire écraser, toi aussi ! Bon sang, mais qu'est-ce que vous espérez, en faisant nawak, comme ça ?... J'aime bien les crêpes, mais c'est pas pour autant que vous devez finir aplati. Vous en êtes conscient, j'espère ?....  Écoutez-moi. Je pense savoir comment arrêter ces Gravalanch.  » regard dubitatif des deux Pokémons « ... Oui, parce que si vous aviez fait gaffe, au lieu de foncer dans la gueule du Lucario, vous aurez remarqué qu'il s'agit de la même espèce que Goldfroy. »

Autant de rochers faisant approximativement la même taille, dévalant une pente pendant autant de temps, ça ne peut être qu'une horde de Gravalanch qui redescend d'une montagne. Généralement, ils se réunissent en haut de celles-ci pour manger des rochers... Et s'ils sont en train de la redescendre, c'est qu'ils ne leur restent plus rien à avaler ! Aaaah, je comprends qu'ils se dépêchent de retourner tout en bas, les pauvres. Sauf que s'ils faisaient un peu plus attention... Ils n'auraient pas besoin d'aller si loin. Et surtout, ils n'auraient pas à nous percuter sans raison.

Je montre du doigt un tas de rochers couverts de mousse, un peu plus loin, et demande à Punch de les fracasser en plusieurs petits morceaux grâce à sa capacité Balayage. Puis j'indique à Thoron une position précise au milieu de la trajectoire des Gravalanch, et lui intime de lancer une attaque Hurlement afin de les faire légèrement dévier... Direction tout droit les rochers couverts de mousse ! L'Elektek a déjà  réduit les gros rochers en plusieurs plus petits, en assez grande quantité pour former un obstacle suffisamment long pour arrêter le plus de Gravalanch possible. Ceux-ci, en percutant les pierres... Freinent aussitôt, alléchés par une douce odeur.

« -Le repas est servi, mes gros ! La prochaine fois, fouillez les alentours de la pente, au lieu de partir tête baissée. Thoron, Punch, on s'arrache !  »

Nous repartons en direction du sommet de la pente, tandis que les Gravalanch se jettent les uns après les autres vers les rochers couverts de mousse. « Gravalanch grandit en se nourrissant de cailloux. Apparemment, il a une préférence pour les cailloux recouverts de mousse. En moyenne, il mange une tonne de rochers par jour. » A force de vivre avec Goldfroy, j'ai bien compris quel était le principal régime alimentaire de ces bêtes là. Et aussi comment les convaincre de faire ce qu'on leur demande ! Et quitte à devoir beaucoup manger, autant manger ce que l'on aime. Maintenant que les Gravalanch vont s'attirer mutuellement en direction de leur nouvelle réserve de nourriture, nous n'avons plus qu'à faire de la grimpette pour arriver tout en haut de ce troisième obstacle...

« -... Ce que je leur ai dis est valable à vous aussi, hein. Si vous continuez d'agir avant de réfléchir, on ne terminera jamais cette course...  »

Mes Pokémons grommellent. Je lève les yeux au ciel, et continue de progresser le long de la pente, et, au bout de plusieurs minutes d'effort, nous parvenons enfin à atteindre le haut de celle-ci....

Je m'arrête, et prends appui sur mes genoux pour reprendre mon souffle. Mes pieds me brûlent, mais ma gorge va beaucoup mieux. Thoron et Punch n'ont pas vraiment besoin de se reposer, et tandis que l'Elektek croise les bras en attendant la suite, mon Dynavolt, lui, sautille déjà à droite et à gauche pour regarder la suite du parcours.. Qui consiste en deux chemins totalement différents. Oh.

D'un côté, nous avons plusieurs cordes, menant tout en bas de la falaise en haut de laquelle nous nous trouvons, et, en bas, une rivière déchaînée qu'il nous faudra traverser si nous empruntons ce chemin là. De l'autre, plusieurs Békipans sont postés, et semblent être destinés à ceux qui souhaiteraient continuer dans la voie des airs, mais qui ne possèdent malheureusement pas de Pokémons Vols.  

Un peu comme moi, quoi.

« -J'espère que vous n'avez pas le mal de l'air ! »

Un grand sourire aux lèvres, je me dirige vers l'un des Békipans, et lui caresse doucement la tête. Il n'a pas l'air bien farouche. Tant mieux, j'ai déjà suffisamment à faire avec mes propres Pokémons... Thoron et Punch s'approchent eux aussi, et je saisis le Dynavolt avant de grimper sur le dos du Pokémon Eau et Vol. Punch se met juste derrière, avisant le fond du ravin avec un air peu rassuré. Je lui lance un regard moqueur, qu'il capte, et qu'il décide d'ignorer en détournant le regard. Alors comme ça, on a le vertige ?... Je donne une petite tape au Békipan, pour lui signaler que nous sommes installés et prêts à partir.

« -On est ready, Béki !... Tu permets que je t'appelle Béki ? Ah, et juste entre nous... » je me penche un peu en avant pour murmurer à l'oreille du Pokémon « Je n'ai jamais volé à dos de Pokémon. Tu seras gentil, hein ? »

Je l'ai dit suffisamment fort pour que Thoron et Punch l'entendent. Les deux Pokémons s'échangent un regard apeuré, tandis que Béki, l'air totalement indifférent, déploie ses ailes... Et se jette de la falaise.

La sensation de chute est impressionnante. Extrêmement flippante, aussi, et lorsque le Békipan se redresse brusquement, j'ai comme un immense sentiment de soulagement. Je prends une profonde inspiration, le temps de constater que nous nous trouvons actuellement au milieu des airs, à plusieurs mètres du sol... Et que la chute est sans nul doute mortelle. Mais bon, on n'a aucune raison de s'en faire, hein ? Personne ne va tomber... Qui aurait une idée aussi absurde ?

Si Punch ne fait guère le malin, crispé, Thoron, lui, aboie gaiement, appréciant la sensation. On peut dire qu'il en est de même pour ma part, même si je n'irai pas jusqu'à tendre les bras pour manifester mon enthousiasme. J'ai pas envie de tomber, non plus. Au lieu ça, je me contente d'admirer le paysage, et la magnifique vue que nous avons sur tout l'archipel Eka... C'est vraiment cool, comme truc !... Tiens, et c'est la ligne d'arrivée, là-bas ? Wow ! Ça s'est fait vite, en fait ! Je demande si des gens l'ont déjà franchi... Je n'arrive pas bien à voir, de là-haut.

« -Eh, regardez, nous sommes bientôt arrivés à destination !... Ça va en fait, il n'est pas si terrible, ce dernier obsta-Aaaaaaaaaaaaaaaaah ! »

Le Békipan a brusquement entrepris une descente fulgurante, ce qui m'a coupé au milieu de ma phrase et lâché un joli cri de surprise. Mais qu'est-ce qu'il lui prend ?! Il pourrait prévenir, au moins !

Je ne réalise que le Pokémon est soumis à la force des courants aériens que lorsque je remarque que Béki lutte pour se stabiliser, et qu'il fait du mieux qu'il peut pour garder une trajectoire correcte. Effectivement, le vent souffle fort, mais je n'y avais pas réellement prêté attention, ayant du mal à déterminer ce qui est normal et ce qui ne l'est pas... Je suis un spécialiste du type Electrik môa, pas des Pokémons Vols ! J'aurai dû me renseigner auprès de Djelly ou Alban, avant d'entamer quoi que ce soit...

« -Béki, tu t'en sors ?! Est-ce que si je rappelle Punch et Thoron dans leurs Pokéballs, ça ira mieux ? 'Faut peut-être que je me positionne autrement ? Genre 'faut que je sois plutôt à l'avant ou à l'arrière ?! Et si je m’agrippe à tes plumes, ça te gêne pas ?! Raaaaah, mais j'ai aucune idée de comment je suis censé faire, môa ! »

Et pas dit que ma panique croissante arrange quoi que ce soit. En même temps, j'imaginais quoi ? C'pas comme dans les livres ou les séries où les gens savent voler comme il faut dès le premier essai... Je devrai bien le savoir, surtout après mes péripéties de l'an dernier à Azuria ! Bon, calme toi Ginji, prends une grande inspiration, de toute façon ce n'est pas l'air qui manque ici, et concentre toi... Ça détendra peut-être un peu plus Béki, qui semble doucement s'habituer aux courants aériens... Si rien d'autre ne le perturbe, tout se passera trèèèèès bien...

« -Elise ! »

Hein ? Elise ? C'est qui ? Je tourne la tête en direction de celui qui vient de pousser ce cri, et remarque qu'un groupe de Goelise a commencé à nous tourner autour. Ah ! Vous êtes des amis de Béki ? C'est cool ça, parce qu'il est un peu en galère, là !.... Aaaah, mais pourquoi est-ce qu'ils nous tirent dessus ?!

Je ne manque que de justesse en jet d'eau tiré en ma direction. Punch frémit à ce moment là, déséquilibré, et s’agrippe fermement à moi, manquant de me briser une côte ou deux. Eh, ce n'est pas le moment de faire ta chochotte, toi ! Si on n'arrête pas ces Goelise, Béki va avoir du mal à naviguer entre les courants aériens et les jets d'eau !

« -Punch ! Utilise Météores pour les faire fuir !
-... »

Aucune réaction de la part de l'Elektek. Graah, ce n'est pas le moment !

« -Thoron ! Hurlement ! »

Le Dynavolt jappe, puis lance un puissant cri, juste après que j'ai eu le temps de plaquer mes mains sur les orifices servant d'oreille au Békipan afin de ne pas trop le déstabiliser. Les Géolises les plus proches prennent la poudre d'escampette, mais ce n'est pas suffisant pour faire fuir ceux qui sont les plus éloignés.

« -Utilise Fatal-Foudre sur eux ! »

Thoron aboie à nouveau, puis se concentre, toujours contre moi. Un nuage noir se forme au dessus des Goelise restant, ce qui a pour effet d'en éloigner quelques uns, mais il ne suffit pas à dissuader les plus téméraires. Ce sont ceux-là qui risquent le plus cher, puisque, quelques secondes après, de puissants éclairs s'abattent sur eux, les stoppant net dans leur vol, et nous libérant de leur menace. Je  caresse le pelage du Dynavolt et le félicite, content qu'il ait réussi à effectuer une attaque habituellement peu précise dans des telles conditions.

« -Oui ! Bravo à toi, Thoron ! »

Béki se redresse, ayant repris le contrôle de sa trajectoire. Punch se détend légèrement, et décide de me lâcher, mais garde les yeux rivées sur le côté. Donc on va exclure les sports comme l'escalade ou le funambulisme de la liste des activités potentielles de l'Elektek, je crois.

Je lâche un soupir soulagé, lorsque je comprends que Béki amorce la descente pour nous déposer sur la terre ferme. Tant mieux, c'est bien sympa leur truc, mais je ne souhaite pas m'éterniser non plus.... Allez, plus que quelques secondes, et tout ceci sera terminé...

« -Voooooooooooooooooool! »



… Ou pas.

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 4698
Points d'Expériences : 2762

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Lun 11 Juil - 20:25

Ginji Labelvi
      rp solo



« L'examen H »


Surgissant de nul part, un Scorvol fait son apparition dans notre dos, et, avec sa queue, attrape l'une des pattes du Békipan. Ce dernier s'agite aussitôt, et manque de nous faire chuter de son dos. Heureusement, j'ai le temps de m'accrocher plus fermement à lui, tandis que mes Pokémons font de même avec moi, alors que le Scorvol rapproche dangereusement sa mâchoire de Punch. Ce dernier, le voyant faire, ne réfléchis pas plus longtemps et laisse s'échapper une décharge électrique, qui nous blesse moi, Béki et Thoron, mais laisse de marbre Scorvol. Je lâche un cri de douleur en cabrant mon dos, et serre les dents, tandis que Béki a cessé de battre des ailes pour simplement se laisser planer jusqu'à la terre ferme.

« -Non ! Punch, arrête ça tout de suite ! Les éclairs ne servent à rien, il est de type Sol... »

Aussitôt, une pensée me traverse l'esprit. Je me penche du mieux que je peux vers l'avant, et tente de convaincre le Békipan d'effectuer un dernier effort. Thoron en profite pour se glisser derrière moi, et se place entre Punch et le Scorvol, lorsque ce dernier tente à nouveau de mordre l'Elektek.  A en juger le cri que pousse alors mon Dynavolt, c'est lui, qui s'est fait mordre, mais je ne vois rien lorsque je donne un ordre au Békipan.

« -Détrempage ! Vite ! »

Ayant réussi à attraper une victime, le Scorvol a relâché Béki, et permet donc à celui-ci de faire une rotation sur lui-même. Il ouvre alors en grand son bec, et tire un immense jet d'eau en sa direction, alors que Thoron est en train de se débattre dans sa mâchoire.

« -Thoron ! ECLAIR F- »

On percute quelque chose. Nous avons fini par atteindre une altitude nulle, et je tombe donc lourdement dans le sable sans avoir le temps d'ordonner mon attaque, après que le Békipan ait finalement touché le sol. Et lorsque je parviens à me redresser, c'est pour constater que Thoron a malgré tout compris ma demande, et qu'il s'entoure progressivement d'électricité... A une telle intensité je ne suis même plus capable de voir son pelage vert. C'est normal, autant de lumière ?... J'ai comme un doute, soudainement...

J'ai l'impression que sa silhouette s'agrandit. Le Scorvol a de plus en plus de mal de le tenir dans sa mâchoire. Il commence même à chuter, à cause du poids grandissant de Thoron et les étincelles qui augmentent... Le Pokémon volant va avoir beaucoup de mal à encaisser cette attaque Éclair Fou. Surtout à cause de la proximité avec celle-ci. Surtout à cause de son nouveau type Eau. Surtout à cause du fait qu'elle ne soit plus lancée par un simple Dynavolt...

Mais par un Elecsprint.

Il y a comme une explosion électrique. Je détourne le regard et me protège le visage à l'aide de mes bras, pour ne pas recevoir une étincelle perdue. Deux choses tombent un peu plus loin, devant moi. La première n'est autre que le Scorvol, qui vient de s'effondrer lamentablement au sol. La deuxième est Thoron, qui se tient fièrement sur ses quatre pattes... Puis qui se retourne, qui me bondit dessus, qui me plaque au sol à cause de son poids, et qui commence à me lécher gaiement le visage. Je tente de me protéger du mieux que je peux, mais c'est peine perdue, face à la nouvelle force de Thoron et sa corpulence beaucoup plus importante.

« -Ahaha ! Thoron ! Arrête ! Pitié ! Ça chatouille ! Et.. Euh... Tu me fais un peu mal, quand même...  »

L'Elecsprint finit par s'écarter. Je me redresse en grimaçant, légèrement agacé de devoir toujours finir allongé sur le sol d'une façon ou d'une autre, et me relève en enlevant le sable de mes vêtements. Je ne remarque qu'alors que le nœud fait à la bandoulière de mon sac a lâché, et que celui-ci se trouve un peu plus loin, mais je ne m'en soucie pas plus que ça. Je caresse plutôt le pelage de ce magnifique Elecsprint qui se tient devant moi, et lui fais un grand sourire.

« -T'as géré, mon pote. »

Néanmoins, les réjouissances ne sont que de courte durée, puisqu'il nous faut nous occuper du Békipan mal en point. Je vais ramasser mon sac, et me poste à côté de lui, avant de lui faire avaler les deux-trois baies qui me passent sous la main.

« -Tu vas bien ?... J'ai eu beaucoup de chance de tomber sur toi, t'as fait tout ce qu'il fallait pour nous tirer de là. Tu sais que je me suis souvent intéressé à ton espèce ? Il s'agit de la seule qui connaît à la fois l'attaque Détrempage et l'attaque Vol... Deux capacités qui pourraient m'être très utile.»

Décidément, j'ai eu énormément de pots vis-à-vis des espèces de Pokémons rencontrées au cours de cette compétition. Limonde qui est le premier Pokémon que j'ai attrapé, Gravalanch que j'ai d'abord connu en tant que Racaillou, puis qui a été le premier de mon équipe à évoluer, et Békipan, dont le movepool m'avait grandement intéressé par le passé... Mais je suppose que je ne peux pas te garder à mes côtés, toi, hein ? Tant pis, ça aurait pu être sympa.

Après qu'il se soit remis de ses émotions, le Békipan déploie ses ailes. Je le salue d'une petite tape dans le dos, et lui fais un grand sourire.

« -A la prochaine, Béki. »

Il lance un cri, et s'envole. Plus loin, je remarque que le corps de Scorvol a disparu du sable, et crois voir sa silhouette se découper un peu plus loin dans l'horizon. Brièvement, je consulte le Pokédex à son sujet. « Il vole sans un bruit, et capture ses proies avec sa queue pour leur infliger une morsure critique. ». Nous étions à la fois près des falaises et de nombreux courants d'airs, pas étonnant de croiser ce genre d'espèce de Pokémon et d'être pris pour cible. J'aurai dû me méfier un peu plus... Mais c'est fini, maintenant. La ligne d'arrivée se trouve plus loin, il ne nous reste plus qu'à parcourir les quelques mètres qui nous en séparent à pieds, sur le sable... Et pourquoi pas à dos d'Elecsprint ? J'ai déjà vu Cael se déplacer à vive allure, avec Keru ! Hâte de pouvoir expérimenter les courses d'Elecsprint !... Mais Thoron a pris de sérieux dégâts à cause de sa confrontation avec le Scorvol, et il semble être épuisé par la succession des événements. Rochers, Fatal-Foudre, Éclair Fou... Et il n'est pas le seul, à fatiguer ! On va se contenter de rentrer tranquillement, puis nous aurons tous le droit à un repos bien mérité.

Je m'étire, les muscles endoloris, et d'un mouvement du menton, montre notre destination finale.

« -Allez, nous y sommes presque ! Thoron, Punch... Punch ? »

L'Elektek, resté discret jusqu'à présent, s'est placé à quelques mètres de moi, et me fait face. Et il n'a pas l'air content. Pas content du tout, même. Il tend le bras en ma direction, et ouvre la main, la paume dirigée vers le ciel, comme s'il attendait que je lui donne quelque chose.

« -Tek. »

Incrédule, je fronce les sourcils, et m'approche doucement vers lui. Qu'est-ce qu'il veut ? Il n'a pas l'air trop blessé, je ne vois pas pourquoi il réclamerait des baies de soin... Surtout que ce n'est pas vraiment son genre, Punch est trop fier pour demander à ce qu'on l'assiste.

« -Qu'est-ce qu'il y a, Punch ?... Eh ! »

Lorsque j'arrive à sa hauteur, il saisit le sac que je tiens d'une main, et me pousse de l'autre. Je tombe au sol, alors que Thoron se met subitement à grogner en direction de son camarade. Lorsque je me relève, c'est pour constater que l'Elektek est en train de vider mon sac, semblant à la recherche de quelque chose... Pourtant, après avoir vidé l'intégralité de son contenu sur le sable, il ne semble pas avoir trouvé l'objet de ses convoitises. L'air renfrogné, il jette le sac par terre, et me pointe du doigt l'une des Pierres Foudres qui se trouvait à l'intérieur.

« -Hein ? Mais qu'est-ce que tu veux faire avec.... ? Oh. Je vois. »

Je fourre ma main dans ma poche, et en tire un objet jaune, cubique, et qui semble grandement intéresser mon Elektek.

« -... Tu veux l'Électriseur pour évoluer, toi aussi, hein ? Tout comme Thoron ? »

Punch hoche la tête, et tend à nouveau le bras, prenant la même pose que précédemment. Il souhaite que je lui donne cet objet. Si je fais ça, il pourra alors évoluer en Elekable. Il deviendra beaucoup plus fort, mais aussi plus résistant, et pourra apprendre de nombreuses attaques. L'ego de mon Pokémon en sera pleinement satisfait, et je pourrai compter dans mon équipe un nouvel allié très puissant.

Je reste quelques secondes silencieux, l'Électriseur toujours bien en main. Je vois sans mal que Punch a guère envie d'attendre, et prends donc la parole.

« -Tu te dis que si tu évolues, tu deviendras encore meilleur en combat Pokémon ? Qu'après tout... Il n'y a pas de raison que Thoron évolue, mais que toi, non ? Tu penses que tu le mérites, car toi aussi, tu as donné du tien lors de cette compétition, et que tu as participé à tout autant d’entraînement que lui... ? »

Il plisse légèrement les yeux, agacé, et tend un peu plus sa patte en ma direction. Mais je secoue la tête de droite à gauche, l'air désolé.

« -... C'est non. »

Punch me regarde droit dans les yeux. Ma réponse ne semble pas lui plaire.

« -Elek ! »

Je ne lâche pas son regard. Les battements de mon cœur commencent à s’accélérer. Je n'ai pas l'habitude de faire ça, mais je crois que je ne vais pas trop avoir le choix. D'un ton qui se veut calme, je tente de m'expliquer auprès de lui.

« -Selon moi, tu n'es pas encore prêt. Tu es fort, certes, mais cela ne suffit pas. Au contraire, c'est cette force qui te pénalise : tu ne sais pas te contrôler. Pour toi, tout passe par les poings. Que ce soit ce que tu fais, ou ce que tu dis, tu n'es capable de l'exprimer qu'en frappant, cognant, tabassant... Je ne peux pas te donner cet Électriseur. Pas tant que tu n'auras pas appris à mieux te maîtriser. »

Punch serre les dents. Il se crispe légèrement, et referme son poing tendu, avant de le rabaisser doucement. De petites étincelles commencent à parcourir sa fourrure.

« -TEK ! »

Thoron vient se placer entre lui et moi, en position de défense. Je m'en doutais. Il allait forcément le prendre comme ça... Preuve supplémentaire que je ne peux pas le laisser évoluer. Déjà que j'ai du mal à le contrôler en tant qu'Elektek, je n'ose imaginer ce que ça serait en tant qu'Elekekable...

Je tente de garder le même air calme et sérieux, mais mes jambes commencent à trembler légèrement. Je n'ai pas l'habitude. Mes Pokémons ne s'énervent jamais contre moi. Pas comme ça. Et je n'aime pas cette sensation... Savoir que, sans aucun préavis, quelque chose vient de changer. Et que le pire est encore à venir.

« -Punch, je sais que tu tiens à évoluer. Mais les choses ne se font pas comme ça. Ce n'est pas parce que ton évolution peut être instantanée que je te laisserai passer au stade supérieur à la demande... Nous avons encore du progrès à faire. Tous les deux. »

Le Pokémon a les yeux rivés au sol. Les étincelles autour de lui se multiplient. C'est trop tard, il n'écoute plus rien. Il écume de rage, maintenant. Il veut cet objet, et s'est mis en tête qu'il méritait de l'avoir. Peut-être est-ce le cas. Peut-être que n'importe quel autre dresseur le lui aurait donné. Mais moi, je pense que ce n'est pas le moment : et s'il n'a pas foi en mon jugement... Alors c'est toute la confiance qui lie le dresseur que je suis à mon Pokémon qui s'effondre.

Alors le voilà, finalement. Le dernier obstacle.

Mon propre Elektek.

Lentement, je porte ma main à ma ceinture, et agrippe l'Electrik ball de Punch. L'électricité autour de ce dernier s'intensifie. Ça va péter, d'un moment à l'autre. Il faut que je le rappelle avant que ça ne dégénère... Et tant pis s'il m'en veut par la suite... Si je démords maintenant, je n'aurai plus aucun moyen de le contrôler par la suite, et Punch n'en fera qu'à sa tête.

Hélas, malgré qu'il ait cessé de m'écouter, il a remarqué mon geste, et envoie aussitôt un arc électrique en ma direction. Il atteint ma main, et me fait lâcher la sphère de capture au sol, pendant que je grimace à cause de la douleur. Thoron aboie, et se jette aussitôt sur Punch pour le plaquer au sol. Je me baisse pour ramasser l'Electrik ball, mais constate qu'il a réussi à endommager le système d’ouverture... Argh.

Punch tente de se libérer de l'emprise de Thoron. Il lui envoie une puissante décharge électrique, mais ne parvient qu'à soulever le sable alentour, l'Elecsprint réagissant peu face à ce type d'attaque. L'Elektek saisit alors son partenaire par les côtes, et parvient à le faire basculer sur le côté. Il se relève, et lui assène une attaque Balayage avant que Thoron ne puisse faire de même. A cause de l'énervement, le coup est plutôt puissant, et Thoron, déjà à bout de force, retombe mollement dans le sable.

Punch se tourne ensuite vers moi, et s'approche, lentement. Je reste immobile. J'ai laissé retomber son Electrik ball au sol, mais l'Électriseur est toujours dans ma main. Je le tiens fermement. Et je n'ai pas envie de le lâcher.

Il arrive face à moi. Mon cœur tambourine contre ma cage thoracique.

« -.... Tek. »

Je prends une profonde inspiration.

« -Non. »

Une immense douleur. Voila ce que je ressens, après avoir prononcé ce simple mot. Le coup est parti. Il vient d'enfoncer son poing dans mon ventre. J'ai mal. Trop mal. Je n'arrive même pas à respirer. Je suis comme bloqué, et le peu que je suis capable, je le fais automatiquement. Mes mains viennent entourer mon ventre, et je fais un pas en arrière. Je hoquette lorsque je parviens prendre une bouffée d'air. Je souffre. J'ai envie de vomir. Ou cracher, je ne sais pas trop. Mais je n'y parviens même pas. Mes yeux sont humides. Mais je ne peux même pas pleurer.

La douleur ne quitte pas mon ventre. Je tombe à genoux, et cesse tout mouvement. J'ai beaucoup trop mal pour faire quoi que ce soit. Punch non plus, reste immobile. Je n'arrive pas à voir son expression, cependant. Je n'ai même pas la force de relever la tête pour regarder.

Hélas, cette simple frappe n'est pas suffisante pour le faire décolérer. Normal, j'ai envie de dire. Mais j'en suis encore incapable, trop sonné par ce coup. Il me prend par les épaules, et me pousse en arrière. Je tombe lourdement sur le sable, sur le dos, mais le choc a pour effet de me faire sortir de ma léthargie, et je toussote en basculant sur le côté. Je me replie légèrement sur moi-même, et entends Punch se diriger à nouveau vers moi. Je parviens à déplier un tout petit peu mon bras, et ouvre ma main, pour regarder l'Électriseur. La patte de Punch se pose sur mon épaule, et me refais basculer sur le dos. Je grimace, mais prends sur moi...

… Pour lui faire un immense sourire.

« -... Tu me déçois. T'es... T'es vraiment minable en fait. Je pensais que l'un de tes coups suffirait à me mettre K.O., mais... C'est pas le cas, apparemment.  »

La goutte de trop. Punch me soulève par le col, et m'assène une baffe, qui m'envoie rouler sur le côté. Les vagues viennent doucement me lécher le visage, tandis que je sens le sang envahir ma bouche. Mais je ne m'arrête pas de parler pour autant.

« -Même pas capable... Même pas capable d’assommer le faible humain que je suis. T'es naze. »

Je reçois un coup de pied dans le dos, qui m'envoie un peu plus près du bord de l'eau. Je suis face au ciel, cette fois-ci, et j'ai du sable partout sur les vêtements. Mais ce n'est pas vraiment le genre de chose dont je me soucie, actuellement. Je fais du mieux que je peux pour ignorer la douleur, et continue ma provocation.

« -T'es... T'es si nul que ça, Punch ?... »

Je suis pris d'une violente toux. Je crois que j'ai craché du sang sur mon T-shirt. Punch me soulève à nouveau par le col, et me maintiens à hauteur de ses yeux. Des yeux remplis de rage.

Je tente de me redresser. Lentement. Très lentement. Je ne parviens qu'à légèrement relever la tête. Mais c'est suffisant pour que nous puisons nous fixer droit dans les yeux.

Mon sourire a disparu.

« -... Maintenant.... Regarde moi.... Regarde Thoron... Et dis moi si tu te sens mieux. »

Ces paroles aussi, atteignent l'Elektek, mais pas de la même manière que les précédentes. Il se tourne vivement en direction de l'Elecsprint, qui gît sur le sable, un peu plus loin. Après avoir entendu son nom, néanmoins, il tente de se relever, mais n'y arrive pas à cause de la blessure faite par le Scorvol.

« -Si c'est le cas... Alors vas-y. Prends cet objet. Si tu considères que je ne suis plus apte à être ton dresseur, tu as le droit de partir, et de faire ce que tu veux avec cet Électriseur. Jamais je ne t'en empêcherai. Si tes poings sont les seules choses avec lesquels tu peux... Avec lesquels tu veux t'exprimer, tu es libre de continuer ainsi. » je marque une pause, ayant grandement besoin de reprendre mon souffle. Parler me demande un effort considérable « Néanmoins... Si tu as espoir d'un jour pouvoir découvrir d'autres choses, qui te font autant vibrer que les combats Pokémons... Si tu cherches à progresser encore plus pour parfaire tes compétences... Et si tu apprécies la présence de quelques compagnons... Alors... Alors peut-être que je pourrai t'aider à vivre tout cela, si seulement... Tu es d'accord pour faire preuve d'encore plus de patience. »

Punch me regarde droit dans les yeux. Je sens alors que ses doigts, qui me tiennent toujours, se décrispent peu à peu. L'expression de son visage change soudainement, comme s'il réalisait quelque chose. Il tourne légèrement la tête sur le côté, et baisse les yeux, en pleine réflexion. Je ne dis rien, et le fixe avec intensité.

Puis il relève la tête.

… Ça y est. Il s'est décidé.

… Il me lâche.

Je retombe dans le sable. Je sens tous les muscles de mon corps se détendre.

Ma vision se brouille peu à peu. Des fourmis parcourent l'ensemble de mes membres, et je me sens partir, doucement, mais sûrement.

Mais avant de sombrer définitivement dans l'inconscience la plus totale, j'ai le temps de réaliser quelque chose.


L'Électriseur n'est plus dans ma main.



***

Je suis encore dans les vapes, lorsque je parviens à ouvrir un œil. J'ai un immense mal de crâne. Mes joues sont glacées. Je crois que deux pans de glace sont collées contre celles-ci.

J'ouvre le deuxième œil. La lumière m'éblouit. Tout est flou autour de moi. Je dois cligner des yeux plusieurs fois pour m'habituer à la luminosité.

Quelqu'un à côté de moi réagit aussitôt.

« -Ah ! Il se réveille ! »

Cette voix... Je la connais. Lorsqu'enfin, je parviens à voir distinctement ce qui m'entoure, c'est pour remarquer que je suis dans le lit de ce qui semble être une infirmerie improvisée, et que Nino, un Noctali que j'avais rencontré lors de la dernière épreuve Pokéathlète, se trouve à mon chevet.

Il se penche un peu vers moi, en remettant ses lunettes sur son nez. Il a sur ses genoux un Coconfort, qui me fixe de ses grands yeux.

« -Ginji ! Ça va ? Tu te sens bien ?...  »

Je porte ma main à mon front, et après l'avoir passé dans mes cheveux, me frotte doucement les yeux. Au bout de quelques secondes, je balaye la pièce du regard, pour constater la présence d'un Elecsprint ayant posé ses deux pattes avant sur le rebord dans mon lit, s’inquiétant de mon état...  Et d'un Elektek, assis dans un coin de la pièce.

« -Euh... Je crois... Aïe... »

Parler me fait légèrement mal. Nino se rassoit sur ma chaise, et hoche lentement la tête.

« -Ah oui, tu ne dois pas pouvoir beaucoup parler. Désolé. Qu'est-ce qu'il t'est arrivé, encore ?... Tes Pokémons ont franchi la ligne d'arrivée en te portant, inconscient.  »

Je cligne à nouveau des yeux, le temps d'assimiler l'information, et de réfléchir à celle-ci. Un regard en direction de Thoron, et celui-ci aboie joyeusement. Il a un bandage autour du cou. La blessure que lui a fait le Scorvol a certainement été soignée dès son arrivée.

Lorsque j'observe Punch, et que mon regard croise le sien, il tourne la tête en direction du mur. Il culpabilise ?... On dirait bien.

Je tourne la tête en direction de Nino. Il reste des traces de boue sur ses jambes, et ses mains sont rouges. Je suppose qu'il a participé à la compétition, lui aussi. Je lui souris.

« -Si tu m'as vu arriver, c'est que t'as fini avant moi, je suppose ?  »

Ma question le surprend, mais il secoue la tête de droite à gauche.

« -Je ne sais pas. J'ai appris que tu étais à l'infirmerie une dizaine de minute après mon arrivée. On m'a juste rapporté que ton Elektek t'avait porté jusqu'ici, et que toi et ton Elecsprint étiez blessés. Faire la course normalement, ce n'est pas ton truc, on dirait.  »

Je rigole à sa remarque. Nino se lève de sa chaise, tenant son Coconfort dans les bras, et se dirige vers la sortie.

« -Je vais prévenir que tu es réveillé. Je reviens tout de suite... Ah, non. Je voulais te donner ça, avant.  »

Alors qu'il s'apprêtait à sortir, Nino a fait volte-face, et a plongé l'une de ses mains dans sa poche. Il en ressort quelque chose, qu'il me tend. J'attrape l'objet, en grimaçant néanmoins à cause des courbatures, et le regarde avec un air étonné.

« -J'ai trouvé ça sur le chemin. Je pensais que ça pourrait t'intéresser.  »

Il se retourne, et franchit la porte pour quitter la pièce.

Je regarde ce qu'il m'a donné pendant quelques secondes, dans le plus grand des silences. Thoron a profité que Nino soit parti pour se rapprocher de moi, et je lui caresse le cou de ma main de libre avec un sourire. L'Elecsprint pose à nouveau ses pattes avant sur mon lit, et observe l'objet que je tiens avec un air méfiant.

Je tourne la tête en direction de Punch. Cette fois-ci, il soutient mon regard, les bras toujours croisés, mais en gardant la même expression désolée. Puis ses yeux se posent sur ce que je tiens, et il grimace.

Je lève légèrement la main, pour mettre l'Électriseur bien en évidence, et prends la parole.

« -... Tu es d'accord pour attendre ?  »

Elektek fixe l'objet quelques secondes, mais finit par hocher la tête, sûr de lui. Ma main retombe sur la couverture.

Je souris.

« -... Cool.  »

***

A l'issu de cette compétition, j'avais plusieurs espoirs en tête.

L'espoir d'un jour être capable de réellement tenir le rythme d'une course, et de ne pas être un poids pour mes partenaires.

L'espoir d'un jour avoir en ma possession un spécimen comme Béki, sans qui nous n'aurions probablement jamais dépassé la ligne d'arrivée.

L'espoir d'un jour pouvoir comprendre mes Pokémons, leurs volontés, leurs craintes, leurs forces, et surtout, leurs faiblesses, afin de pouvoir prévenir, au lieu de guérir.




Et surtout...

… L'espoir d'un jour dépasser la ligne d'arrivée d'une épreuve Pokéathlète en étant parfaitement conscient. 'Marre de finir les courses à l'infirmerie, môa...

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 368

MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   Mar 19 Juil - 8:28

La compétition est terminée, merci de votre participation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H   

Revenir en haut Aller en bas
Compétition Pokeathlète #4 - L'examen H
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 3 :: Cours et compétitions-