Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler   Sam 28 Mai - 19:58
Snif

Une odeur appétissante.

Snif snif

Une odeur plus qu’appétissante, même. Un arôme enivrant. Un effluve capiteux. Une fragrance entêtante. Un fumet entêtant. Une senteur exaltant et troublant à la fois, un parfum divin qui ferait tomber les mouches d’horreur devant une exhalaison si exquise et délicieuse.

Malheureusement pour le cuisinier qui s’activait avec talent et doigté aux fourneaux, son chef d’œuvre avait surtout attiré un monstre. Un terrible monstre. Poilu et si ébouriffé qu’on ne peut lui donner de forme exacte. Ses cris perçants et distordus en effrayaient plus d’un et la taille de son cerveau inquiète encore plus les scientifiques. En effet, l’absence de bon sens et de jugeote étaient la plus grande force de ce phénomène.

Son incapacité à discerner le rendait totalement imprévisible au plus grand dam des cordons bleus les plus doués. Il était la terreur incarnée. Adroit pour ce qui est de causer des désordres digne des plus grands ouragans et des plus redoutables tempêtes, de par le fait qu’il aligne les imbécilités et pitreries plus vite qu’il ne faut à un coPAIN pour avaler le contenu d’un frigo.

Et lui, la monstruosité, la terreur dégoulinante des pires ténèbres que la bêtise ait jamais enfantées, il s’avançait par petits pas déterminés. Ses griffes cliquetaient doucement sur le sol. Il ne suivait que son instinct, mais aussi et surtout son estomac et son nez pour accéder à sa prochaine victime.

Tremblez, tremblez, pauvres fous.

Car voici qui arrive…


~


-Dooouublevéééééééééééééééééééé !

Taptaptaptaptap

Seul le bruit des pas de Max battait le pavé. Celle-ci dut s’arrêter pour reprendre son souffle, entre sa fatigue apparente et la panique qui l’agitait.

Doublevé avait disparu.

Habituel, diriez-vous. Il est vrai que le raton a la sale manie de disparaître sans rien dire et de se retrouver à peu près n’importe où. Sauf que la Pyroli ne l’avait pas vu depuis qu’elle était partie du dortoir ce matin pour aller en cours. La journée avait passé, les matières s’étaient succédées et maintenant qu’elle avait fait la fin de son après-midi de libre, l’adolescente avait tout le tour de l’école. On avait pu la voir courir en tous sens, fouiller les buissons du parc ou encore longer les couloirs des salles de classes.

En vain.

Le Zigzaton baroudeur était tout bonnement introuvable.

La brune longeait les serres qui se trouvaient au nord du dortoir des Mentali. Max y était allée peu de fois pour le moment, si ce n’est pour étudier les baies ou bien ses cours de cuisine. C’était le dernier endroit qu’elle avait à vérifier et elle espérait pouvoir en revenir victorieuse. Ses chances de le retrouver restaient minces puisque Doublevé était une pile d’énergie presque pire qu’elle. Il pouvait très bien s’être déplacé à un autre endroit pour gambader.

Ce dont elle avait le plus peur, c’était surtout que le raton fasse à nouveau une bêtise. Elle n’osait même pas imaginer les conséquences qui retomberaient sur elle si jamais il avait découvert une nouvelle manière de se mettre un pétrin incroyable. Max en était malade, rien qu’à se souvenir le jour où le Zigzaton avait réussi à se débrouiller pour rester coincé dans le système de ventilation du dortoir des Pyroli. La punition que lui avait assénée le Général Jackie avait été…

Brrrr

Elle en tremblait rien qu’à y repenser. Gloups. L’adolescente avala avec difficulté sa salive.

Autour d’elle, les serres déployaient leur beauté. Des plants de baies se déployaient avec magnificence et véhémence. Des parfums de mille couleurs se déployaient dans l’air. Les fleurs bourgeonnaient tous comme les feuilles qui s’étiraient de leur vert éclatant.

Au fond de l’air régnait cependant une odeur bien particulière et tout aussi renversante. Max renifla plusieurs fois en reniflant les sourcils. C’était étrange. Cela n’avait rien à voir avec les senteurs exotiques qui régnaient ici.

La Pyroli entendit un bruit qui provenait du fond où se trouvait la cuisine rattachée aux serres.

Comme un bruit sourd…

Elle releva soudainement ses sourcils en réalisant soudainement ce que c’était.

-Oh nom d’Arceus

Et sur ces mots, elle se précipita en courant pour rentrer dans la cuisine.[/i]
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2330
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler   Jeu 16 Juin - 2:17
Faudrait que je fasse des promesses comme ça plus souvent, le gain par rapport aux pertes, c'est du 200% gagnant. Car aujourd'hui, en ce 28 mai, un événement exceptionnel s'est produit : Pendant une semaine complète, Ven a essayé (Et réussi, ce qui est encore plus incroyable) de calmer ses pulsions guerrières. Sept longues journées, sans qu'il tente de se jeter sur Arkhan ou quelque autre Pokémon du dortoir Phyllali, un vrai miracle. Et pourtant, ça n'a pas été sans mal : À peine deux jours après le début de notre pari, il a failli craquer si Keru n'était pas intervenue pour se jeter sur lui et le plaquer au sol.
Et donc, en récompense pour les efforts de mon Furaiglon...

''Psst, pas touche Lucki, on a dit tous ensemble ! Retire tes grosses pattes de là, j't'ai vu !''

Il osera jamais me coller une Forte-Paume pendant que je cuisine...J'espère. Pourtant, même sans le voir, je sens le mécontentement du Lucario, qui recule avec un air d'indifférence étudiée, loin du plan de travail où patiente ma mousse au chocolat. Qu'elle est survécu jusqu'ici, ça aussi, c'est un miracle. Surtout qu'avec la disparition mystérieuse de mes réserves...Ouais bon, pas si mystérieuse que ça, Sol, Martel et Mithos sont encore dans la chambre avec un mal de ventre monstrueux (Comment ils ont pu avaler QUINZE boites de cookies en moins d'une heure, même à trois ?!). Tant pis pour le trio de goinfres, c'est le reste de l'équipe qui profitera de tout ce que je prépare : Alors, on a les cookies aux pepites de chocolat, macadamia, fruits rouges, nature...et surtout le gâteau pour Ven !
Trois étages de pâtes moelleuses, avec de la ganache au chocolat entre chaque section, des fraises sur le dessus et de la chantilly à peu près partout où c'était possible d'en mettre..Oui, j'ai pas fait semblant ! Plus que l'étape du dressage façon Noé et j'aurais pas à rougir du résultat !
La cuisine est plutôt tranquille à cette heure, en plus, pas trace d'élèves ou d'autres Pokémons, donc ce goûter de félicitations (Faut bien que je trouve un nom), ce sera rien que nous six, mon équipe et moi !

''Prépare-toi Ven, parce que c'est presque prêt...Attention...Katara, couteau et spatule, maintenant !''


Obligeante, la petite loutre ne se prive pas pour extraire les ustensiles du tiroir le plus proche avant de me les tendre. Tournant autour du gateau, je n'ai donc plus qu'à ciseler la tête de Furaiglon dans la chantilly, avant de poser mes armes sur le plan de travail avec un soupir de soulagement. Et c'est prêt !

''Doucement, bande de goinfres, faut encore amener tout ça sur une table..Si on mange ici, c'est moi qui finit dans le prochain gratin de Mama Odie !''


Chargé du gateau que je tiens des deux mains, je laisse le soin aux autres d'ouvrir la marche pour transporter les denrées jusqu'aux tables du réfectoire. Cette fois, tout se passera bien, j'ai même préparé un rab au cas où GInji et Rodrigue débarquent, rien ne peut mal tourner, c'est impo...

*SPLOUUUUUUUUUUUUUUUSH*

....Qu'est-ce qui vient de m'arriver ? J'avais un gateau dans les mains, ça j'en suis sûr, et là c'est un...massacre.

''Mon...''*Vengeance*

Pourtant, j'ai pas rêvé, j'avais bien un gateau et il était super beau en plus...

''...ga...''
*Vengeance*


J'ai passé deux heures dessus et maintenant, j'en ai la moitié tartiné sur la tête tandis que l'autre parsème mes coéquipiers et le museau du météore poilu qui a bondit depuis la porte du réfectoire, à la seconde où Lucki l'a entrouverte. Ce dernier est ausi éberlué que moi devant l'apparition soudaine de ce qui s'est avéré être un Zigzagton qui a à peine ralenti, une fois son crime (Passible d'une peine de mort et de damnation par Arceus au nom de tous les coPAINS) commis.

''...teau...''
*Vengeance*


Et le voila maintenant qui s'enfuit de toute la force de ses pattes, poursuivi par le Ven le plus énervé que j'ai jamais vu, devant la destruction complète de sa récompense. Et le reste de mon équipe lu iaurait bien emboité le pas, si je ne venais pas de laisser tomber le reste du désastre sur le parquet reluisant des cuisines, tandis que dans le même temps, les flammes d'Entei et de l'Enfer réunies viennent de s'allumer dans mes pupilles ambrées. J'Vais en faire une tourte et la servir à Ginji !

''VENGEANCE ! REVIENS ICI, MONSTRE MEURTRIER DE PATISSERIE !''


Sans laisser le temps à mes coéquipiers de réagir, me voila lancé à la suite de Ven et de notre missile à poils, droit dans le couloir qui mène aux serres. Et si je n'étais pas aussi concentré sur les potentielles recettes que je compte bien exécuter lorsque j'aurais mis la main sur cette créature démoniaque (Le paté de Zigzagton, j'suis sûr qu'on peut en faire la spécialité nationale à Hoenn, suffit de tester ! YAHA !), j'aurais sûrement aperçu la jeune fille qui leur a ouvert la porte...Du moins suffisamment tôt pour éviter de lui rentrer dedans !

*SBUUUNK*

_________________
Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler 1529618029-cael
Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler   Lun 18 Juil - 12:37
-Ziiiiiiiiiiiiiiig


Une ombre poilue passa entre ses jambes alors qu’elle s’apprêtait à entrer dans la cuisine. Cette ombre ressemblait étrangement à Doublevé. En marron rayé et tout ébouriffé. Un peu paniqué aussi. Ou alors était-ce son imagination ?...

Zwwwuuuf

-Eh, euh, hein, quoi ?

C’était quoi ça, qui poursuivait Doublevé, avec toute la rage de la terre comme moteur ? Un oiseau rouge – sacrément enflammé de colère par ailleurs- ?

-Uh ?... Doublevé ? Mais qu’est-ce qu-

*SBUUUNK*

La surprise de Max face à Doublevé qui fuyait, pattes en avant et ventre à terre, ne lui avaient pas permis de remarquer le garçon qui sortait à toute vitesse de la cuisine. Et le choc fut rude, même cuisant. Tête contre tête, cul sur le sol.

-Aoooowwwh, la vache, ça fait mal !

Elle se frottait la tête avec une grimace et en fronçant le nez. L’autre personne devait avoir la tête aussi dure qu’elle, pardi. Et elle savait de quoi elle parlait, pour être rentrée plusieurs fois dans des arbres sans faire exprès.

En relevant la tête, la brunette vit le garçon qu’elle avait donc accidentellement bousculé : plutôt petit – même s’il restait toujours beaucoup plus grand qu’elle -, fin de carrure et avec des cheveux… Uh… Roses ? Ouais, tous roses. Arrivant à mi-cou, voir aux épaules, presque. S’il avait porté une jupe, elle aurait presque pu le confondre avec Maxine – même s’il aurait fallu y aller fort pour les confondre-. Du moins, la couleur atypique de ses cheveux lui rappelait singulièrement la rosée qui l’avait accueilli au port, il y a bien cinq mois de ça. Il se frottait le menton et son visage était à moitié recouvert de… Hm. Un mélange de chocolat, de crème et de fruit (ou du moins ce qu’il restait du fruit en question).

Le choc avait donc été bien rude et même catastrophique pour qu’il se retrouve avec ça sur la tête, dis donc.

En jetant un coup d’œil derrière lui, elle put constater avec dépit que… Eh bien que ce n’était pas elle la responsable de l’état piteux du garçon, mais surtout que Doublevé n’y était pas allé de main morte. Les murs, le sol, le plan de travail, tout était littéralement éclaboussé de crème, de chantilly, de chocolat, de ganache, de fraises,  et de tous les ingrédients qui avaient un jour constitué ce qui semblait être un gâteau. Même le jeune inconnu et ses cinq Pokémons qui l’observaient tout aussi penauds étaient recouverts du (feu) chef d’œuvre culinaire. La honte la plus faramineuse s’empara de la Rivamarienne dont le visage – et uniquement le visage – s’empourpra d’une couleur rouge pivoine absolument exotique. Gênée, consternée, décontenancée, dépitée et déconfite n’étaient pas des adjectifs assez forts pour décrire l’état de la brunette. A nouveau les déboires de Doublevé lui apporteraient les foudre de Jackie *glups* et certainement que cela se répandrait comme une traînée de poudre dans toute l’école.

Rien qu’à y penser, la jeune fille était à la limite des larmes. Encore un échec. Si encore il y avait eu quelques améliorations de sa relation avec Doublevé durant la sortie capture, durant laquelle elle avait pu attraper Boo, rien n’avait changé – et rien ne changerait certainement – dans le caractère du raton. Il continuait inlassablement à faire des inepties et des gaffes monumentales, tandis qu’elle, elle continuait à rester au plus bas niveau et à être incapable d’être une dresseuse digne de ce nom. Ce sentiment d’impuissance l’insupportait terriblement et lui fendait le cœur à la fois. Rentrer à la maison sans rien avoir réussi serait le pire des châtiments pour elle. Surtout qu’elle n’en avait pas envie. Elle ne voulait pas réentendre parler des réussites sociales et familiales de ses sœurs ou de ses frères aînés. Elle ne voulait pas réentendre parler du fait qu’elle n’avait pas accompli quoi que ce soit de si exceptionnel.

Elle ne voulait pas réentendre le mot « erreur » qu’elle avait entendu toute sa vie. S’il n’était pas dit à haute voix, elle le voyait dans les regards. Même si elle aimait ses parents, elle savait qu’elle était un « accident » ou un « imprévu ». Et elle, la petite Sinohienne, elle n’avait fait que des erreurs. Et elle continuait à en faire.

Max se releva et tendit une main au garçon en essayant de chasser ses pensées noires. Toujours aussi rouge qu’un piment, elle balbutia :

-Hmm euh désolée… Je suis vraiment désolée ! C’est mon Zigzaton qui est passé par ici et euh… Je sais absolument pas comment je pourrais me racheter…

Froncement de nez, soupir. Elle détourna le regard avant de le replonger dans celui du rosé –COMME LE VIN, HAHAHA - :

-Hm euh, c’est la… Euh première fois qu’il fait un truc aussi catastrophique ? Bon y’a eu aussi le système de ventilation des dortoirs Pyroli…Hm. AH. Je sais, je vais tout nettoyer eteuhjevaisfairequelquechosepourremplacercegâteau ?...

La panique se lisait sur son visage et dans ses mouvements : elle ne cessait de se frotter les mains. Et si pourtant, elle avait toujours ce quelque chose de bien masculin, avec ses godasses, ses cheveux courts, ses genoux écorchés et ses fringues bien trop grandes pour elle, Max avait pourtant bien l’air d’une fille à ce moment-là. Elle n’en avait peut-être pas tant l’apparence, mais l’attitude ne pouvait démentir.
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2330
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler   Mar 2 Aoû - 2:24
-Aoooowwwh, la vache, ça fait mal !

J'te le fait pas dire, même les baffes de Lucki m'ont jamais fait tinter la tête comme ça. Aprés être tombé en arrière, j'ai l'impression que même si je le voulais, il me serait impossible de me relever...Que quelqu'un empêche le monde d'onduler comme ça, on se croirait sur un bateau ! En plus, j'ai la sensation bizarre que ça vibre dans mon crâne, alors si on additionne tout ça à la sensation d'un gigantesque coup de marteau sur le front, autant vous dire que je suis UN PEU sonné.
Malgré l'arrêt brutal de la poursuite (Je te retrouverai, créature infernale, tu n'échapperas pas au plat à gratin !), on dirait que certains de mes coéquipiers ne semblent pas disposés à s'arrêter : Ven a poursuivi la poursuite, rapidement suivi par Lucki qui se contente d'un bref regard dans ma direction, avant de repartir à grandes enjambées. Arceus merci, je peux au moins compter sur keru qui tente de m'aider à grands coups de langue bien baveuse (J'vous confirme que ça n'aide pas du tout), tandis que ma Mustebouée se rapproche du mur de briques que je viens de percuter...Quoi, comment ça, c'est pas un mur de briques ?

''....Oups''

C'est peu dire, c'est pas un mur de briques, c'est une fille ! Une fille rouge comme une baie Tamato en plus, qui me tend la main pour m,aider à me relever ! Encore légèrement sonné, je vacille même lorsque nous nous redressons tous les deux. Décidément, c't'une tradition de rentrer dans les jeunes filles...Ça m'était pas arrivé depuis un moment et bizarrement, ça m'avait pas manqué ! EN plus, elle a l'air super désolée, je me sens mal pour elle, là...

''T'in...T'inquiètes pas. C'est moi, j'aurais dû regarder où j’allais, quand je courrais derrière ce...!''

LE ZIGZAGTON...Où EST PASSÉ CE MONSTRE GOURMAND ?! *SBUNK* Aie, Katara, pourquoi tu m'as frappé ? AH, oui, la fille...On revoit ses priorités et on oublie le gâteau (Fin, on l'écarte momentanément, faut pas rêver non plus). Pas besoin que Lucki soit à côté de moi pour que je me sente un peu chamboulé rien qu'à la regarder. Enfin, ça, c'était juste avant qu'elle n'avoue être la Dresseuse de mon futur ingrédient poilu et surtout quelle...s'excuse ?

''Ben, euh...je...''


Clair et concis, comme j'aime mes réponses...Ouais, j'ai l'air malin, mais qu'est-ce que vous voulez que je lui dise, moi ?! J'vais pas lui crier dessus alors qu'elle a l'air toute chiffonne, parce que son Pokémon a fait une bêtise. D'autres le feraient peut-être mais quand je vis dans la même chambre que ce Zorua de Sol depuis deux ans....Je suis probablement la personne la plus MAL placée pour critiquer. Par contre, à la seconde où elle évoque mon gâteau, j'avoue que mes poings se serrent brièvement..avant que je ne lâche un profond soupir et que je me relâche. C'est vrai quoi..Je suis en train de me monter la tête pour un gâteau, alors que elle, elle a perdu son Pokémon. En terme de priorités, y,a quand même une différence.
A peu près calmé (Gâteau, nous ne t'oublierons jamais...), je parviens même à assez de lui sourire gentiment, malgré le mal de crâne persistant qui m'assaille. Dans le même temps, l'instinct maternel de la Mustebouée semble prendre le dessus et elle se hisse sur l'épaule de la nouvelle venue pour se frotter contre ses joues.

''Pas...Pas la peine. Tu sais, c'est quand même moi qui cuisinais donc c'est aussi ma faute. Tu sais quoi ? Je peux demander à Katara....La Mustebouée qui semble t'avoir adoptée, et aux autres de nettoyer le gros de la catastrophe, pendant qu'on va chercher ton Pokémon.''

Lucki le retiendra à tous les coups, s'ils trouvent ce monstre poilu les premiers, mais je préfère prévenir que guérir. Attendant la réponse de mon interlocutrice, j'en profite pour ôter une partie de la crème qui me couvre le visage, avant de lui tendre la main (Un peu poisseuse). Avant tout, faut la rassurer, la pauvre, elle a l'air complétement perdue...

''Doucement..Ça va, je t'ai dis, c'est pas grave. J'en referais un autre de gâteau, au pire...Tiens, si on attrape ton Zigzagton, y'en auras même une part pour toi !''

Oui je sais, c'est un peu facile comme pari, mais j'aime pas voir quelqu'un d'aussi désemparé, je veux juste qu'elle retrouve le sourire.

''Et puis...Je ne t'ai encore jamais vu, tu es nouvelle, non ? Moi, c'est Cael.''

Présentations effectuées, Ranger Cael. Lancement des paramètres de la mission ''Chopons ce Zigzagton !''.

_________________
Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler 1529618029-cael
Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler   
Tant reste le gâteau au four qu'il finit par brûler
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :