[Mission] Sur les traces de Magearna
Rodrigue Miles
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 2949
Points d'Expériences : 975
Adulte Co Auto-Entrepreneur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [Mission] Sur les traces de Magearna   Ven 15 Juil - 23:52
- Atcha !

Un certain adolescent blond se moucha bruyamment, un Luxio ayant la tête étrangement verte sur les talons. Entre le bon vent de Poivressel et le mal de mer aucun des deux n’était très frais. D’autant plus que le reste de l’équipe semblait bien décidé à ne pas les laisser tranquille. Fort heureusement, le duo était plus proche que jamais, ayant enfin trouvé un équilibre après la dernière Sortie Capture. Cela avait considérablement amélioré l’ambiance tant entre les deux que dans le groupe entier. Même si Ludicolo restait intenable, même si Pyronille tentait toujours de mettre fin à ses jours, même si Vostourno menait toujours tout le monde à la baguette, même si Baudrive continuait de se perdre tout le temps… oui non en fait c’était juste un problème de moins. De plus, le lion n’avait pas pour autant dit adieu à son caractère de tête de mule et les étincelles du conflit n’étaient jamais loin.

Pour les vacances d’été, l’académie avait envoyé tout le monde sur l’île Touga, un petit coin de paradis. Quand il a fallu choisir ses habitations, le blond s’était senti très seul, tout le monde s’étant mis selon les couples qui s’étaient formés. Max était avec Alban (ah tiens c’était un couple ça ou pas ? Il ne savait pas trop…) et Aaron (ainsi qu’Alex, la coloc à moitié folle de Max s’il se souvenait bien) Donc Rod’ n’avait même pas son roux préféré avec lui. Caël était avec Eryn, Paul déjà au complet, Ginji s’était raccroché à la hutte d’Orren qui était avec deux têtes très connues chez les Pyroli. Et donc il s’était retrouvé plus ou moins tout seul. Fort heureusement il avait décidé de totalement squatter sans leur avis l’habitation de Nils et Achille, deux de ses plus proches amis Phyllali. Ça donnait des situations pour le moins cocasses et dangereuses. Et c’était sans compter sur les hordes de Pokémon qui venaient s’abreuver au lac près duquel ils étaient installés. Ils n’étaient pas trop d’un Alakazam, de deux Ludicolo, d’un Shaofouine et un d’un Luxio pour repousser tout ce beau monde.

Et dans tout ça les devoirs de vacances. Ou alors les missions de vacances ? Ça faisait à peine un mois, ou bien déjà un mois, qu’il était en mode détente, loin de ses thèses qui piétinaient (mais avec une demi-bibliothèque dans le sac tout de même) et il avait postulé pour une offre de PALLADIUM, une des étoiles montantes du monde de la recherche. Non contents de s’occuper du recensement des nouvelles espèces d’Alola, la multirégionale basait aussi ses opérations sur Magearna, un Pokémon Légendaire mécanique. Rodrigue avait beaucoup hésité entre les deux offres, mais une sorte de stage à la recherche d’une princesse steampunk… voilà quoi. Il avait donc embarqué en direction d’Hoenn (a priori il retrouverait un autre élève de la PC sur place une sombre histoire de places limitées sur le bateau) Son ordre de mission lui donnait quatre jours de travail, voyage non compris et ce n’était pas plus mal s’était-il dit en sentant le vieux bus sauter sur un énième nid de poule entre Poivressel et Lavandia. De là, il avait pris un autre bus en direction du Mont Chimnée mais s’était arrêté vers la moitié de la Route 111.

Finalement arrivé à l’entrée du désert d’Hoenn, Rodrigue ne put qu’apprécier très rapidement la présence d’esprit de l’équipe de recherche qu’il avait rejoint que de lui donner des lunettes spéciales contre le sable. Le vent en faisait voler dans tous les sens. Seuls Vostourno, Gringolem et Crabicoque semblaient ne pas s’en plaindre (Grindur était resté dans sa Pokéball, comme à son habitude) En attendant le premier briefing et son partenaire qui ne tarderait plus trop, le blond se replongea dans ce qu’il avait retenu de l’offre de stage. Des débris mécaniques, comme des rouages avaient été découverts dans les environs et on pensait qu’ils appartenaient au Pokémon légendaire qu’on ne présentait plus. Ce dernier avait d’ailleurs été aperçu à deux reprises dans la région et PALLADIUM n’avait pris aucun risque en envoyant plusieurs équipes de recherche passer le désert au tamis et recueillir un maximum de témoignages quant au super sujet de recherche. Blablablabla… Ah oui les équipes étaient constituées de trois archéologues et d’un chercheur. Plus les stagiaires. Les porteurs de café quoi. L’élève soupira un peu, s’étant décidé de profiter au mieux de l’expérience malgré les … tâches sûrement peu intéressantes auxquelles il devrait faire face.

En regardant un peu autour de lui, près du pavillon de son groupe, qu’il avait à peine eu le temps de saluer, il put voir un bon nombre de tentes semblables, ornée du logo de l’entreprise, mais aussi d’autres, de différents bords. Là une association d’archéologues, de l’autre côté celle d’une autre compagnie scientifique. Ils n’étaient pas les seuls sur le coup, tant dans leur camp que chez les outsiders… Manquerait plus que quelques dresseurs itinérants un peu curieux et ils auraient la totale. Grinçant des dents en se rappelant de sa première mission à la recherche de Mew, le blond espérait vraiment qu’il ne s’agissait pas d’un nouveau canular… Une fois lui avait suffi.

Les Pokémon s’étaient adaptés comme ils le pouvaient : golem et oiseau discutaient affablement avec Tropius qui avait plus ou moins retrouvé la région d’origine de son espèce (bien que leur habitat naturel était bien plus à l’est) tandis que Luxio, Polarhume et Shafouine pestaient à propos du fait que le sable les empêchaient de se déplacer correctement. Quant à Ludicolo, il portait Pyronille dans son chapeau et tenait Baudrive par l’une de ses pattes et dansait dans le sable. En voilà un que le milieu ne dérangeait quasiment jamais. Quoiqu’il ferait sûrement moins le malin sur le Sentier Sinuroc, non ? Grindur et Crabicoque, les mentions poids lourds (mis à part Gringolem) n’étaient toujours pas sorti, toujours aussi sociaux. Sorti de sa rêverie par le chercheur qui était en quelque sorte son patron, le blond redescendit à l’arrêt de bus, Luxio le suivant. Il devait attendre l’arrivée de son collègue de PC et lui remettre l’indispensable paire de lunettes. Le véhicule déboula quelques minutes plus tard et l’adolescent observa avec attention les rares personnes qui descendaient. A bah voilà, la seule personne à peu près jeune du tas (principalement des vieux chercheurs qui se plaignaient de la chaleur) ni une ni deux, il s’approcha et tendit tout de suite les protections, comme on l’avait fait pour lui.

- Euuuh… Salut ! Tu viens de la PC non ? Je m’appelle Rodrigue Miles et je suis l’autre stagiaire. Mets vite ça, le sable est d’un chiant ici. T’as fait bon voyage, toi ? AH OUI MINCE ! Le briefing va pas tarder, vaut mieux se dépêcher si on veut pas être en retard, ça la foutrait mal…

_________________
[Mission] Sur les traces de Magearna 1422191746-copain


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
[Mission] Sur les traces de Magearna 10099080670932_roooodyyyychouuuu
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Sam 16 Juil - 11:13

Sur les traces de Magearna
feat Rodrigue Miles
Janet jubilait. Cela faisait un bon moment qu’elle suivait l’ascension de PALLADIUM SARL dans le monde de la recherche. Leurs progrès en archéologie la faisaient baver d’envie de finir son cursus pour aller rejoindre leurs rangs. Alors, quand elle vit que la société avait conclu des accords avec son école pour permettre à de jeunes adolescents de faire un stage en immersion pendant quatre jours, quelle n’avait pas été sa joie ! Ni une ni deux elle avait envoyé sa lettre de motivation.

La réponse, positive, n’avait pas beaucoup tardé. Fin juillet, elle allait partir dans le désert d’Hoenn, sa terre natale, pour explorer les traces laissées par un mystérieux pokémon légendaire. Janet se voyait déjà explorer les confins du désert à la recherche de cette princesse de fer. Peut-être même pourraient-elles entrer en contact ?!
Un regard de Merlin la fit redescendre sur terre. Oui, bon, elle allait sans doute porter les cafés pendant quatre jours mais qu’importe. Les plus grands avaient commencé comme ça !

La jeune fille avait profité de cette opportunité pour retourner plus tôt sur Hoenn et passer voir ses parents à Rosyères. Tout en travaillant sur ses devoirs de vacances, elle avait renoué avec l’élevage familial et aidé sa mère dans sa boutique de vêtements. La semaine fut douce, loin de tout, elle pouvait renouer doucement avec ce passé qui lui était en partie sorti de la tête. Elle prenait un nouveau départ, encore. Peut-être cette fois parviendrait-elle à se faire de nouveaux amis ? Mis à part Josh et son équipe, elle n’avait personne à qui réellement ouvrir son cœur à l’école et cela lui pesait cruellement.

Enfin, le jour du départ arriva. Ses parents devaient l’emmener en voiture jusqu’à Poivressel d’où elle prendrait un bus direct pour la route 111. En prévision de la rudesse du désert, sa mère lui avait cousu une tenue assez ample, composée d’un sarouel blanc et d’une tunique à manches longues crème. Elle avait également une grande étole immaculée qu’elle utilisa pour couvrir sa tête et le devant de son visage. Au vu de ses poumons fragiles, elle devait à tout prix éviter de respirer du sable. Ainsi recouverte et protégée du soleil, elle chargea ses valises et monta dans le bus après un dernier adieu à sa famille. Autour de la ceinture qui retenait sa tunique, ses pokéballs étaient fixées bien ancrées pour ne pas se faire emporter par le vent. Elle se refusait à les sortir dans le désert. Aucun n’était de type sol, mis à part Ionesco et ce dernier était bien trop dangereux pour être sorti au milieu d’un campement.

Le bus s’était rempli de scientifiques d’un certain âge qui ne lui accordèrent même pas un regard. Ils devaient sans doute être des pontes dans leurs domaines, ils n’avaient pas de temps à perdre avec une jeune fille comme elle… Alors que le car se mettait en route, elle plaqua ses écouteurs dans ses oreilles et lança de la musique depuis son iPok pour se distraire le temps du trajet, alors qu’elle redécouvrait les routes d’Hoenn par les vitres du véhicule.

♫ ♫  ♪♪ ♪

Enfin, ils arrivèrent. Ou plutôt, Janet supposa qu’ils arrivaient car elle ne voyait plus l’extérieur tant il y avait de sable qui tournoyait. Ils roulèrent encore jusqu’à un campement enclavé dans la roche et donc un peu plus à l’abri. Ils purent descendre sans trop d’encombres et la jeune dresseuse put récupérer ses valises rapidement avant de se faire accoster par un garçon blond au franc parler tout à fait sympathique. Prévenant, il lui tendit des protections contre le sable. En hochant la tête, Janet les saisit et profita que le vent leur laissait un peu de répit pour laisser tomber une partie de son étole pour découvrir son visage.

- Oui c’est ça, je viens de PC ! Enchantée Rodrigue, je m’appelle Janet Collins !

Tout en enfilant ses protections, elle lui sourit à nouveau.

- Le voyage n’a pas été très long pour moi, mes parents habitent à Rosyères, j’ai pu faire une halte entre le voyage depuis Touga et le trajet jusqu’au désert…

Soudain, le garçon sembla se rappeler de la réunion qui allait débuter. En effet, mieux valait ne pas être en retard !

- Tu as raison, mieux vaut se bouger un peu ! Je te suis !

Alors qu’ils avançaient dans le camp, elle devina le logo de PALLADIUM SARL sur plusieurs tentes. D’autres semblaient appartenir à diverses organisations et à des indépendants… Tout le monde voulait voir Magearna apparemment….
Ils débouchèrent sous un grand chapiteau fermé qui semblait faire office de QG pour les membres de Palladium. De ci de là, de gros ordinateurs semblaient mouliner des tonnes d’informations. Au bout, une estrade entourée de chaises presque toutes occupées. Un petit bout d’homme d’une cinquantaine d’années se tenait dessus, une baguette à la main pour guider le regard de l’assemblée sur les documents projetés sur l’écran blanc derrière lui.
Une fois qu’ils réussirent à se placer, le maître de séance s’éclaircit la gorge. Il était vraiment minuscule et tout sec, comme si le désert l’avait rabougri. Mais sa voix était si puissante qu’elle portait même sans micro.

- BIEN ! Nous sommes réunis ici car les hautes instances de la région de Hoenn nous ont accordé quatre jours pour étudier la présence éventuelle de Magearna dans ce désert. Nous avons déjà trouvé plusieurs sites contenant des rouages étranges qui pourraient provenir de ce pokémon, actuellement placés sous surveillance. Notre objectif premier, confirmer la présence de ce légendaire et éventuellement, l’approcher.

Il commença à montrer sur une carte projetée les différents sites que la PALLADIUM SARL s’était appropriée l’espace de quatre jours. Puis il commença à montrer les emplacements des tentes « étrangères » à l’organisation.

- Second objectif, empêcher ces scientifiques du dimanche de nous voler nos progrès et nos recherches. Il faudra à la fois surveiller leurs avancées et les tenir à distance des nôtres.

Il diffusa ensuite quelques vidéos filmées de pokémons qui semblaient fous, comme enragés par des ondes ou, au contraire, repliés sur eux-mêmes. Janet sentit son cœur se pincer devant ce triste spectacle.

- Troisième objectif, comprendre et réussir à endiguer les troubles comportementaux des pokémons de la région. Je vous recommande d’être prudents, au vu de ces vidéos, vous ne serez pas à l’abri d’une attaque dans le désert. Maintenant, nous allons procéder à la division des équipes.

Petit à petit, l’homme appela des groupes et leur assigna une tâche, jusqu’à-ce qu’il ne reste que trois hommes qui avaient la trentaine, une femme un peu plus âgée, Rodrigue et elle.

- Puisque vous êtes un peu plus nombreux grâce aux deux stagiaires, vous serez affectés à l’étude ainsi qu’à la protection du site de fouille numéro 1. Dépêchez-vous, avant que des importuns ne se mettent à envahir les lieux.


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Rodrigue Miles
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 2949
Points d'Expériences : 975
Adulte Co Auto-Entrepreneur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Dim 17 Juil - 0:02
Rodrigue remonta vers le campement accompagné de … euh … Janet, oui. De ce qu’il avait en tête, il lui semblait l’avoir déjà vu avec les Givrali mais aussi lors de la compétition d’archéologie sur la plage de Lansat. Ça en faisait donc sûrement une archéologue en devenir, comme Max ou comme le parcours secondaire d’Orren. Elle aurait donc sans nul doute plus de travail que lui vu que c’était sa profession qui serait la plus représentée dans les groupes. Le blond ne s’attendait pas à avoir grand-chose à faire mis à part recueillir des témoignages et observer l’état de la faune locale suite au supposé passage de la « princesse des rouages ».

Le meeting eut au moins pour effet de le secouer un peu. C’était quoi cette guerre de la recherche ? Bouter les ennemis hors de notre zone quoi ? On parlait en objectifs et en terme quasiment militaires ce qui n’était pas du tout pour lui plaire. À ses côtés Luxio, le seul Pokémon qu’il avait pu garder avec lui, lui lança un regard lourd de sous-entendus : il aurait du mollet à mordre et ça lui plaisait. Leur troisième tâche lui arracha un soupir : allons-bon, il n’aurait peut-être pas dû insister sur la force de frappe de son équipe dans sa candidature. Bon, pas grave, ça ferait toujours plaisir aux brutes du groupe de toutes manières. La dispersion en cellules commença et le Phyllali sentait bien que chaque quatuor était formé était non seulement complémentaire mais aussi en compétition avec les autres. Quelle chouette ambiance…

Les stagiaires faisaient office d’excuses pour obtenir un point stratégique, de là à dire que les tuteurs n’avaient acceptés de les prendre avec eux juste pour ça, il n’y avait qu’un pas. Pas aisément franchi quand le blond se retrouva chargé de matériel et de plusieurs sacoches par le chercheur du groupe. Génial. Content de voir qu’une simple pochette mobilisait la totalité de vos muscles, Monsieur. Avec un air blasé, Rodrigue confia une partie du matériel à Gringolem qui semblait tout aussi enjoué que lui. L’ascenseur des espérances était en chute libre et ça n’allait pas en s’arrangeant. Quand il y pensait, il s’était dit qu’une mission scientifique qui n’aurait pas été confiée par Roseverte se révèlerait plus intéressante que d’habitude. Il était servi.

- Ne pas l’ouvrir, ne pas l’ouvrir, ne pas l’ouvrir…

Effet secondaire de la présence de son jumeau dans son entourage, il lui arrivait maintenant de répondre au tac-au-tac avec ses interlocuteurs plutôt que de faire attention à ce qu’il disait. Ce genre de répartie ne serait certainement pas au goût de son supérieur donc il se mordait la langue en silence. Enfin en marmonnant. Et en cherchant de petites piques assassines. Quant au second Rodrigue, il était retourné pour les vacances dans sa région d’origine. Oh. Oui mince, à Hoenn. Entraîner son Libégon donc certainement dans le … désert. Une sueur froide coula dans le dos du blond, il n’avait maintenant plus qu’à espérer de ne pas croiser son frère. Pitié Arceus, pas de blague ! Laisse les catastrophes à Nils, Caël et Ginji ! Au moins pour quatre jours, quoi !

La joyeuse compagnie arriva finalement au lieu-dit « site de fouille numéro 1 » ou encore « un rocher qui dépasse de terre de manière phallique ». Oui il lui en allait peu ces derniers temps et encore deux ou trois bonnes surprises et il était bon pour la dépression nerveuse. Allez, ce n’était que le premier jour, ils avaient tout le temps de prouver leur valeur et de recevoir des tâches plus intéressantes. Enfin bon ce n’était pas pour tout de suite : écarté de suite juste au moment où il avait juste voulu examiner la formation rocheuse par un « dégage gamin et va plutôt faire le café », il avait pris son parti et avait commencé à préparer le breuvage si cher aux gens stressés. Avait-il précisé qu’il faisait le sien très corsé, les rares fois où il en buvait ? Non ? Tant pis pour eux. Enfin lui, vu que les archéologues faisaient leurs trucs de fouilles. Si ça se trouvait Janet avait plus de chance que lui… Il l’espérait pour elle, la pauvre.

Son supérieur direct, un chercheur dans la trentaine ayant déjà les tempes grisonnantes semblait aussi sympathique que Roserverte. À croire que Rodrigue les attirait. Ah et a priori tout aussi enjoué pour les tâches indignes de sa stature, comme le prouvaient les gros soupirs qu’il poussait inlassablement en cochant des cases dans une liste. Mais par contre moins doué pour refourguer ces travaux indignes à ses lar…. élèves, enfin stagiaires. Enfin bon jusqu’à ce qu’un crissement de mauvais augure ne lui fasse lever la tête vers un Galegon qui fonçait vers le groupe.

- Bon alors qu’est-ce que t’attend ?
- Hein ? Ben euuuuh… C’est plutôt rare de voir un Galegon ici, non ? Ce n’est pas normalement un Pokémon vivant dans les grottes de la région ? Pis’ il a l’air furax alors que d’habitde il est plutôt du style passif, c’est étrange…
- Pas ça, imbécile ! Tu nous en débarrasses ! Soit c’est un Pokémon sauvage lambda qu’on a pas le temps d’étudier le premier jour soit c’est une attaque d’une autre équipe ! Tu suis un peu ce qu’il se passe ou quoi ? Et il arrive ce café ?!

Levant les sourcils, Rodrigue versa la boisson noire comme le charbon dans une thermos qu’il donna à l’adulte qui trépignait en l’invectivant. Le quadrupède s’était bien rapproché et tout le monde l’avait remarqué. Le blond préféra éviter de provoquer une attaque cardiaque au pauvre homme et sortit Shaofouine plutôt en avance. Le combattant n’eut pas besoin d’explications, il partit en ligne droite, claque ses manches l’une contre l’autre en un Bluff qui stoppa le Bélier longue distance, enchaîné avec une Forte-Paume qui enfonça notablement le pauvre Pokémon sauvage dans le sable et termina avec un Pied Sauté en salto qui le dégagea et l’envoya bouler sur quelques mètres. Luxio lança un regard à son Dresseur qui n’avait pas bougé un doigt lors de l’affrontement et félicita juste le Pokémon violet avant de le rentrer. Une autre crise était maintenant en cours : le vieux avait tenté de boire le café et s’étranglait visiblement. Faussement inquiet, le blond lui prit la thermos des mans et testa son breuvage. Levant un sourcil en continuant sa performance de surprise il tapota le dos du pauvre gars en demandant ce qui n’allait pas. Un grognement de rage plus tard et Rodrigue remplissait la liste pendant que l’adulte mettait en place son matériel. Avant de vraiment se concentrer, le stagiaire se rapprocha de sa collègue aux cheveux bleus.

- Bon voilà voilà… Tu t’en sors comment toi ?

_________________
[Mission] Sur les traces de Magearna 1422191746-copain


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
[Mission] Sur les traces de Magearna 10099080670932_roooodyyyychouuuu
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Sam 23 Juil - 15:34

Sur les traces de Magearna
feat Rodrigue Miles
Quelle déception... Janet ne s'attendait pas à faire de grandes découvertes en n'ayant qu'un rôle de stagiaire mais cette ambiance la mettait plus que mal à l'aise. Elle était venue par passion de la recherche et voilà qu'ils se retrouvaient envoyés dans une guerre de clans ou le but était moins de faire avancer la science que d'arriver le premier sur la ligne d'arrivée. En échangeant un regard dépité avec Rodrigue, ils suivirent le groupe d'adultes vers le site de fouilles en question. Janet s'était de nouveau couverte et son visage était dissimulé derrière son voile. On aurait vraiment dit une habitante du désert...
Avant d'arriver sur le site, on leur donna un badge. Un petit morceau de carton blanc plastifié avec leurs identifiants, une photo et un numéro très étrange au dessus d'un code barre. Étaient-ils sur un site de fouilles ou une scène de crime ? Enfin bon...

Une fois sur le site balisé, ils montrèrent leurs précieux sésames pour passer devant des vigiles à l'air patibulaire qui n'auraient pas hésité à les tabasser s'ils s'étaient révélés être des curieux malvenus. Une fois l'équipe sur le site, ces deux gardes les laissèrent pour aller se reposer au campement. De ce qu'avait compris la jeune fille, ils veillaient depuis les aurores.
Alors que Rodrigue se faisait entraîner par le chercheur, elle se fit embarquer par les différentes scientifiques qui la chargèrent de divers pics, marteaux et toile de tente.

- Il va falloir que tu montes un abri pour le matériel de recherche. On ne le laisse pas ici la nuit, trop de risque qu'il s'abîme avec le sable. Allez au boulot !

Et ni une ni deux, elles partirent s'affairer autour d'une grande bâche qui cachait certainement des traces du passage de Magearna. Janet se retrouva très bête. Jamais elle n'avait construit d'abri et sa constitution physique ne lui permettait pas de faire des travaux de ce type… Néanmoins, elle ne broncha pas, s’arma de courage et commença à monter la tente avec l’aide de Merlin. Il soulevait les poteaux à l’aide de Télékinésie et elle les enfonçait péniblement dans le sol avec son marteau. Elle commençait à tousser un peu mais il lui restait encore à attacher la bâche et à poser un tapis de sol. Au moment où elle finissait l’abri, les trois scientifiques s’approchèrent et la poussèrent presque pour pouvoir installer leurs affaires. Choquée par une telle attitude, Janet resta les bras ballants face à elles alors que l’une d’entre elle l’interpella sèchement.

- Ne reste pas là bêtement ! Viens nous aider à sortir les outils et apprends à les reconnaître, ça sera déjà ça.

Essayant de ravaler la vague de colère sourde qui l’envahissait, la jeune fille s’approcha et les aida précautionneusement à installer les différents outils . Elle essayait de lire les étiquettes mais c’était à peine si elle avait le temps de reconnaître les instruments dans sa main que déjà, on les lui arrachait. Mais comment était-elle supposée apprendre ?! Bien vite, elle se retrouva à nouveau poussée vers l’extérieur avec pour consigne d’aller balayer le sable au niveau du site de fouilles. Evidemment, elle dû soulever seule la grosse bâche de protection sur laquelle plusieurs kilos de sables s’étaient déposés. Heureusement que la Télékinésie de Merlin était là pour lui éviter de trop forcer mais elle sentait les grains de sable s’insinuer insidieusement dans son cou, ses cheveux, ses narines. Elle avait chaud et elle commençait à tousser… Et encore, ce n’était que le début. Quand la bâche fut repliée, il fallut monter des barrières plastiques pour cacher le site de fouilles aux indiscrets. Même Merlin avait du mal… Tout était encombrant et le sable n’arrangeait pas les choses. Et quand enfin l’installation serait finie il faudrait balayer… Mais quelle plaie !

Les rouages et autres traces potentielles de Magearna étaient cachées sous des boîtes hermétiques et cadenassées, recouvertes par une épaisse couche de sable. Son rôle était d’enlever ce sable mais elle ne toucherait en aucun cas aux boîtes, privilège réservé aux archéologues.
Et dire qu’elle n’avait qu’un vieux balais pour toute la zone… Elle y serait encore dans deux heures ! Enfin….
Janet essuya son front de la transpiration qui coulait et se mis directement au travail. Plus vite elle aurait commencé, plus vite elle pourrait passer à autre chose. Elle galéra un long moment, dans la poussière jusqu’aux genoux. Même son Kadabra ne pouvait plus rien faire contre l’amoncellement de sable. Cette saleté s’insérait dans tous les recoins, même quand on se croyait à l’abri. Ça grattait, ça irritait, ça s’amoncelait par dizaines de kilos.

Quand Rodrigue vint la voir, elle en était toujours au balayage de la première moitié du site. Si seulement elle avait eu un aspirateur géant ou quelque chose du genre…

- Ça va, ça va, et toi ?

En fait ça n’allait pas du tout, elle était essoufflée et ses muscles la faisaient souffrir mais elle n’aimait pas se plaindre ou faire pitié aux gens. Alors elle continua sa besogne comme si de rien n’était.

- Tu as fait des choses intéressantes ? Moi on m’a surtout fait monter des abris et installer des outils… J’ai l’impression d’être de trop, c’est horrible !

Elle voyait du coin de l’œil que son kadabra commençait à être vraiment gêné par le sable, malgré son air taciturne. Dans un élan de compassion, elle le rappela dans sa pokéball en l’ayant d’abord remercié de son aide.

- Je regrette de ne pas avoir plus de pokémons sol… Le seul en ma possession c’est Ionesco, mon Rhinoféros, et je m’en voudrais beaucoup s’il piétinait les indices que nous avons là dessous…

Sur ces entrefaites, les trois archéologues déboulèrent et firent la moue en voyant que le travail n’était pas fini.

- Ma parole mais tu te tournes les pouces ou quoi ma petite ? Active toi, c’est pas possible à ton âge d’être aussi molle !

Gênée d’avoir ainsi été interrompue, Janet baissa la tête et redoubla d’effort pour évacuer le sable, retenant des quintes de toux à répétition. Qu’elles ne viennent surtout pas aider, ça leur foulerait le poignet…
Malgré tous ses efforts, il sembla qu’elle n’allait pas assez vite aux yeux des maîtresses de stage qui décidèrent de l’écarter du site de fouille pour faire terminer le travail à leurs pokémons.

- Bon, visiblement c’est trop difficile pour vous. Est-ce que ce serait trop vous demander de retourner au camp chercher nos plateaux repas ?

Sans même attendre une réponse, elles se retournèrent toutes trois sur le site et agirent comme si les deux adolescents n’existaient pas. En haussant les épaules, Janet invita Rodrigue à la suivre.

- Allons y, de toute façon, on a pas grand chose d’autre à faire…

Ils sortirent du site de fouilles pour revenir en direction du campement, alors que la jeune dresseuse se languissait de pouvoir prendre un verre d’eau et ses médicaments.



_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Rodrigue Miles
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 2949
Points d'Expériences : 975
Adulte Co Auto-Entrepreneur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Mar 26 Juil - 10:46
La pauvre Janet semblait avoir été encore moins bien lotie que lui. Elle était toute rouge et le blond ne savait pas si c'était la chaleur ou l'exercice qui l'avait transformée en tomate. Finalement il avait tiré plutôt le bon tuteur en la personne du chercheur pas doué : il avait juste à maraver du Pokémon et à cocher des cases. Ils auraient très bien pu échanger leurs tâches ça aurait été plus simple pour la pauvre Givrali. Etant donné qu'il avait fini de remplir les feuilles et qu'il les avait rendues à son maître de stage qui lui avait grommelé un truc du style "va aider les Rototaupe, là" autant en profiter pour essayer d'aider sa pauvre collègue.

- J'ai... castagné du Pokémon sauvage et j'ai rempli un QCM. La grande joie quoi.


Ne comprenant pas très bien ce qu'il devait faire, l'élève observa pendant quelques secondes Janet. Il n'en fallait pas plus pour les archéologues se pointent et interrompent le duo, qui continua à balayer ensuite, avec un Gringolem majordome en plus. Le robot faisait attention à où il marchait tout comme son Dresseur, peu doué pour ce genre de trucs. Et autant dire que quand les adultes revinrent à peine quelques minutes plus tard pour leur dire qu'ils n'allaient pas assez vite, le blond était aussi rouge que sa camarade d'infortune, mais pas pour les mêmes raisons. Calme, calme... On ne répondait pas aux adultes et on restait aimable. Ce qu'il ne fallait pas faire quand même. Les élèves se dirigèrent donc vers le camp de base, bravant la tempête de sable, afin d'aller chercher de quoi se rationner. Si la perspective de manger n'était pas déplaisante, Rodrigue se doutait bien que le repas n'allait pas être faste. Et manger dans le sable allait être tellement cool... Bref. Voulant encourager sa pauvre comparse, le Phyllali chercha quelque chose à dire.

- Euuuh... Sois pas déprimée, c'est que le début ! Si ça se trouve on aura des trucs plus drôle à faire. Ou alors on pourrait se faire attaquer par une horde de Pokémon sauvage, se prendre Magearna comme un météore sur la tête ou encore finir par découvrir une tombe antique on ne sait jamais ! Doux Arceus j'ai l'impression de parler comme Ginji...

Ouais en réalité ils risquaient plus de devoir compter le nombre de grains de sable et de servir d'appâts à Kraknoix, mais autant ne pas y penser, après tout ce n'était que le premier jour. Finalement, le blond se rendit compte qu'il avait autant besoin que sa collègue d'être rassuré quant à son utilité. Enfin bon, au pire ça faisait quatre jour de vacances au chaud et dans le sable. Ouais comme sur Touga en fait. Si ça se trouve, après cette mission il ne rechignerait plus à faire le boulot de Roseverte. Enfin moins. La joyeuse compagnie arriva finalement au camp de base (ramennant la moitié du séert dans leurs chaussures selon Rod') et récupéra les rations pour les six humains et leurs Pokémon. Comme il s'en était douté, c'était des sachets de nourriture déshydratée pour leur compagnons et eux avaient une sorte de pâté inodore et incolore. Et un peu d'eau. Et même pas de chocolat ou un fruit ou une sorte d'apport calorique quelconque. Le blond retirait ce qu'il avait dit : c'était l'enfer et il voulait rentrer. Au plus vite.

- Bon... Ca pourrait être pire, on pourrait avoir des ennuis et tout...

Quelle ne fut pas sa surprise en remontant vers leur abri que de voir un Airmure les dépasser et commencer à souffler un Cyclone sur le travail de la pauvre Janet. Encore un de ces Pokémon sauvages enragés ? Peut-être pas, mais pas question de les laisser faire ! N'attendant pas que les professionnels les remarquent et les invectivent histoire de, le blond avait sorti Shaofouine. C'était le moment de prendre un peu d'initiative et de prouver qu'il pouvait servir à quelque chose ! Baudrive et Tropius rejoignirent le Pokémon combat et le chaos commença. Un mélange de vent Mauvais et du Cyclone des deux Pokémon Vol arrêtèrent les bourrasques de l'oiseau de fer qui rispota immédiatement par une attaque Météores, absorbée par erreur par le ballon spectral qui se faisait malmener par la tempête de sable. Le combattant n'attendit pas plus et commencé à mitrailler l'assaillant d'Aurasphère. Le sable empêchait le Dresseur de voir correctement, merci à la précision infinie de l'attaque du coup, mais il ne savait pas si d'autres l'aidaient, puisqu'il tentait de garder un oeil sur ses Pokémon. Foutues lunettes. L'attaquant sembla partir en retraite après une minute, faisant retomber le vent dans la zone et permettant à tous de retrouver un champ de vision acceptable. Le petit groupe retrouva enfin le camp et Rodrigue essuya la colère de son tuteur.

- Non mais c'est pas possible regarde cette ration elle est plein de sable et trouée ! Ouais ben ça sera la tienne du coup hein, on va pas se faire chier pour tes conneries !

Le regard blasé de l'adolescent gagna encore quelques points dans la catégorie "faîtes que je m'en aille vite" et Rodrigue put donc découvrir le goût du sable en mangeant par terre à l'écart avec Janet, pendant que les adultes se partageaient la table. Fort heureusement pour le blond, il lui restait quelques barres énergisantes dans son sac qu'il proposa aussi à sa collègue. La grande question : combien de temps allait il pouvoir tenir sans exploser ?

_________________
[Mission] Sur les traces de Magearna 1422191746-copain


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
[Mission] Sur les traces de Magearna 10099080670932_roooodyyyychouuuu
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Dim 7 Aoû - 17:45

Sur les traces de Magearna
feat Rodrigue Miles
Janet aimait bien son coéquipier. Il était prévenant et puis optimiste aussi. Une personne rassurante et pas avare de coups de mains, vraiment, une crème. Il avait essayé de lui remonter le moral comme il avait pu en évoquant un nom qui lui paraissait étrangement familier.

Ginji… Ginji… Où avait-elle déjà entendu ça ?

Sans savoir pourquoi, un vague souvenir de désordre, de rattatas et de médicaments lui revint en tête. Si seulement elle avait pu conserver sa mémoire à long terme…
Soudain, un flash, un seul. Elle revit cette petite bouille d’ado à peine plus grand qu’elle, les cheveux châtains, elle sur un lit d’hôpital à l’infirmerie… Ce fut bref mais suffisant pour avoir la certitude de l’avoir connu.

- Ginji… Ginji Labelvi c’est ça ? Je le connais… Fin, on a galéré ensemble à l’infirmerie pour ranger des médicaments une fois… Il avait un pikachu si je me souviens bien. Je ne l’ai pas revu depuis.

Janet imagina que devant sa confusion, Rodrigue devait se poser des questions. Elle ne pouvait que lui apporter de maigres explications.

- En fait j’ai été greffée quand j’étais petite et le traitement pour contrer le rejet est assez difficile à supporter… J’ai été très souvent absente et la dernière fois j’ai fait un malaise, je suis mal tombée et j’ai subi des dégâts sur ma mémoire à long terme. Du coup, c’est un peu difficile pour moi de savoir si j’ai effectivement déjà vu une personne ou pas…

Elle s’empressa d’ajouter, avant de l’inquiéter :

- Mais ça va hein, ça ne m’empêche pas de vivre pour autant !

Entre temps, ils étaient arrivés pour récupérer les rations au campement. Janet faillit rire devant le regard de Rod, plus déprimé que jamais, bien qu’elle partageât sa désillusion. En riant, quand ils furent ressortis de la tente, elle lui glissa :

- Au moins, si on voulait faire un régime, pas besoin de se prendre la tête !

Régime lyophilisé et au sable par dessus le marché, grâce à l’Airmure qui vint mettre leur lieu de travail sans dessus dessous avec une attaque cyclone. Tandis que son ami gérait la bête, Janet appela Merlin pour qu’il l’aide tant bien que mal à maintenir les bâches en place, dans un tourbillon de sable. Elle en avait de partout, dans les bottes, le dos, sous les ongles, dans le nez et les cheveux. Insupportable.
Comme si ça ne suffisait pas, un des responsables vint les disputer et força Rod à prendre la ration trouée.

A terre, écartés des adultes, la jeune fille se sentit très gênée pour son collègue et coupa sa ration en deux avant de lui tendre un des morceaux.

- Tu ne vas quand même pas manger ça, tu vas avaler trop de sable, prends une partie de la mienne. T’inquiètes pas pour moi, je mange pas beaucoup quand j’ai chaud.

Ils se partagèrent ainsi repas et barres énergétiques. C’était ça aussi, vivre à PC. L’entraide et la solidarité entre étudiants était indispensable pour progresser et avancer dans les études. Alors qu’elle allait se relever et s’étirer, elle aperçut dans le sable un Statitik qui semblait curieusement les observer.
Peut-être était-ce un pokémon sauvage ? C’était étrange, un sauvage les aurait attaqués ou aurait fui, celui-là les observait vraiment… Et si quelqu’un venait les espionner ? Janet regarda naturellement son ami en se demandant s’il avait repéré la petite bête, puis elle avisa Merlin, resté un peu plus loin. Ce dernier n’eut pas d’effort à lire en sa compagne comme dans un livre ouvert et en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, il saisit une boîte en plastique qui traînait pour enfermer la petite bête à l’intérieur.

Comme un chat agile, Janet se leva et saisit la boîte avec un air reconnaissant pour son pokémon avant de fixer la petite araignée.

- Eh bien qu’est-ce que tu fais là toi, à nous observer dans le sable ?

Avec un air circonspect, elle se tourna vers Rodrigue.

- Cet Airmure qui vient tout saccager puis ce Statitik qui nous observe… Je me trompe peut être mais on dirait que quelqu’un ici n’a pas envie qu’on trouve quoi que ce soit concernant Magearna.

Alors qu’elle allait donner la boîte au jeune homme pour qu’il l’observe à son tour, elle aperçut une petite chose noire fixée sur l’animal.

- Mais… On dirait un capteur, comme une caméra, à moins que ce soit un micro ? C’est trop petit, j’arrive pas à bien voir de quoi il s’agit…



_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Rodrigue Miles
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 2949
Points d'Expériences : 975
Adulte Co Auto-Entrepreneur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Sam 13 Aoû - 22:00
Rodrigue pencha la tête sur le côté en écoutant Janet évoquer ses problèmes de santé. Quelle horreur que de perdre la mémoire ! Enfin ce n’était pas terrible de recevoir une greffe non plus. Quelle que soit la greffe de toute façon. Le blond se garda bien de poser quelque question indiscrète mais ne pouvais que compatir, lui-même se dirigeant vers le parcours de Médecin. Bon au moins elle avait retenu la plupart des informations importantes à propos de Ginji, à savoir le Pikachu et les médicaments… attend, non, Ginji ne prenait pas de médoc’s ! Enfin pas de ce qu’il se souvenait… Un pauvre sourire s’inscrit sur le visage du chercheur sur la morale « la vie continue » de sa partenaire. Oui tous les blessés et les handicapés disaient ça pour la plupart mais c’était le genre de petites phrases qui le minaient.

Vous connaissez la suite, Airmure et repas au sable. Rod’ releva la tête quand la Givrali lui proposa une partie de sa propre nourriture. Elle venait, rien que par ce geste d’être propulsée de « collègue à laquelle je dois faire attention » à « Je dois lui repayer son immense générosité, parole de Rody ». Oui, il était facile à acheter. Le blond se lança donc dans son repas avec une ardeur renouvelée, faisant peu cas des adultes aux dents longues qui avaient à peine levé le petit doigt pendant l’attaque de l’oiseau de fer. Du très bon travail en quelque sorte.

Il sortit néanmoins de sa rêverie quand Janet sembla s’agiter à côté de lui : elle lui montra ensuite une petite boîte avec un … Statitik à l’intérieur. Une bestiole qui semblait avoir un mécanisme d’observation embarqué selon les observations de sa collègue. De mieux en mieux. Il y avait un moyen simple de voir si c’était un espion. Laissant Shaofouine mettre en joue l’insecte, Rodrigue lança une Pokéball vide dessus qui rebondit sans déclencher de rayon de capture. Le plus proche habitat naturel de Statitik se situant certainement à New Lavandia, il ne lui en avait pas fallu plus pour catégoriser la bestiole comme « inoffensive mais moucharde ». Mais quand ils montrèrent la trouvaille de l’élève aux cheveux bleus aux adultes, ils n’eurent le droit qu’à un « et alors on vous a bien dit que c’était la guerre, non ? D’ailleurs ça doit être celui de cette *censuré* de Sabine de l’équipe 5, on lui rendra ce soir ! ». Ils expliquèrent ensuite, comme à des demeurés que les micros faisaient partie du matériel utilisé pour sonder les cavernes souterraines à la recherche de Pokémon Acier. Et alors que le blond n’avait même pas fini de manger, la reprise du travail fut sonnée, faisant se séparer les deux pauvres hères pour l’après-midi. Rodrigue eu néanmoins le temps de glisser quelques mots à sa comparse :

- Je doute que ça s’arrête là. Entre les espions et les attaquants fait bien attention à toi. Et mhhh. Prends mon Crabicoque avec toi, il sait comment me contacter en cas de problème, ça vaut mieux.

Le petit Insecte de roche, sorti pour l’occasion acquiesça et se posa à côté de la Givrali. Il avait ENCORE égaré son caillou et n’était présent que dans sa nue splendeur. Habitué à force, Rod’ sourit avant de courir après l’adulte qui était déjà parti en avant. Ce fut donc une après-midi basée sur la course dans le sable (« Va chercher les documents que j’ai laissé à la tente en reviens ! Qu’est-ce que tu fais encore là ? ») sur la réflexion (« Allô Miranda ? Ouais ils m’ont encore foutu avec des baltringues t’as pas idée ! ») sur la confiance (« T’es SÛR d’avoir rempli la liste ? ») et enfin sur le calme (« BON ALORS ELLE ARRIVE CETTE ANALYSE SUR LES CACNEA ?! ») Que du bonheur. Mais au moins il avait appris plusieurs choses suite aux observations, et aux listes… aux innombrables listes. Premièrement : les Pokémon étaient bel et bien perturbés par quelque chose, les chercheurs ne sachant pas vraiment quoi pour le moment, ils feraient des recherches d’ondes radio, d’analyses de l’eau et autres joyeusetés plus tard. Deuxièmement, seuls les Pokémon à tendance mécanique semblaient déboussolés au point d’attaquer tout ce qui bouge. Les quelques courses pour échapper aux Galegon et Balbuto en témoignaient. Cependant quelques Pokémon organiques étaient plus agressifs qu’à l’accoutumée, comme le prouvaient les épines de Cacnéa que l’adulte avait de plantées dans la blouse et que Tropius n’avait pas eu le temps de dévier. Les Kraknoix étaient d’ailleurs plus enterrés que d’habitude ce qui prouvait qu’une source de stress avait été introduite dans leur environnement. Et si Rod’ ne supportait pas le comportement de son supérieur, il devait reconnaître qu’il était plus capable que ce qu’il avait cru : l’adulte avait détecté un passage de Sabelette juste en regardant des traces éparses dans des dunes ou encore la présence de Racaillou juste en voyant des graviers près d’une des falaises.

Le duo de scientifiques et l’équipe de Rod’ avançaient vers le camp en même temps que le soleil descendait, rapidement. Ils allaient récupérer toutes les affaires importantes avant de rentrer à la base pour passer la nuit. Ce n’était que la fin du premier jour, mais entre la chaleur, l’exercice et les réflexions, le blond était vanné. Il espérait que tout s’était bien passé pour Janet… Le lendemain matin serait consacré aux analyses de milieu mais ils seraient tous ensemble pour l’après-midi afin d’observer le fameux « gros rocher » à côté duquel ils étaient installés.

_________________
[Mission] Sur les traces de Magearna 1422191746-copain


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
[Mission] Sur les traces de Magearna 10099080670932_roooodyyyychouuuu
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Sam 20 Aoû - 15:20

Sur les traces de Magearna
feat Rodrigue Miles
Finalement, le Statitik ne semblait pas être un espion mais un pokémon d’une des équipes de la PALLADIUM SARL. Le but du micro était de répertorier les sons émis par les pokémons aciers. Normalement. A moins que les équipes ne s’espionnent entre elles au sein de ce grand groupe, ce qui paraissait quand même vachement glauque.
Le travail dû reprendre sans plus tarder. Chacun était retourné auprès de son adulte référent après que son nouveau collègue lui ait eu confié son Crabicoque. Bien, Janet saurait en prendre soin ! Alors qu’elle perchait le petit compagnon sur son épaule pour ne pas le perdre dans le sable, elle le remercia et repartit vers les archéologues. Son après midi fut pour le moins difficile, elle dû déplacer des appareils lourds en y faisant très attention, nettoyer des outils plus spéciaux les uns que les autres et lancer des programmes auxquels elle ne comprenait rien. Visiblement, le groupe d’archéologues cherchaient à analyser la composition des débris métalliques qui se trouvaient dans le sol mais à chaque fois qu’elle leur avait posé des questions pour essayer d’en savoir plus (quel élément chimique mesure-t-on ? Pourquoi ? Qu’est-ce que ça nous apprend vraiment ?), les femmes haussaient les épaules en soupirant en retournant à leurs mesures comme si elles avaient été simplement agacées par un quelconque moucheron.

Janet espéra sincèrement ne pas ressembler à cela une fois qu’elle serait adulte accomplie…
Alors que Rod en apprenait plus sur les perturbations des pokémons du désert, Janet entendit que les débris retrouvés étaient bel et bien ceux du légendaire, à cause d’un rayonnement émis dont elle n’avait encore jamais entendu parler et qui devait certainement tout juste avoir été découvert. La présence de Magearna dans le désert était donc confirmée, il fallait à présent trouver sa cachette et essayer de l’approcher. D’autres équipes furent mises sur pieds avec des détecteurs dernier cri et envoyées dans le désert pour faire des mesures afin de trouver l’endroit où l’émission était la plus forte. La dresseuses repensa aux ondes alpha émises par son Kadabra. Peut-être que celles du légendaire fonctionnaient sur le même genre ? Elle aurait aimé en savoir plus mais les femmes se taisaient subitement à son approche… Comme si elle avait la tête d’une espionne, sérieusement ! Quoi qu’il en fut, le crabicoque lui fut très utile pour toutes les manipulations qu’elle devait faire dans le sable et dans la terre. Vraiment, une petite bête comme celle là était toujours très pratique !

La journée se termina vite. Dans le désert, la température montait et descendait très vite, il fallait donc ranger les appareils les plus fragiles avant la tombée du jour pour éviter que les détecteurs ne souffrent d’un écart de température. Janet savait bien tout cela, de même qu’elle avait aidé à calculer la marge d’erreur de tous les relevés effectués jusqu’à présent, à cause des conditions désertiques, différentes d’un laboratoire auquel ces machines étaient habituellement destinées.
Ils rentrèrent ensemble à la base ce soir là mais les deux adolescents étaient beaucoup trop fatigués pour parler entre eux. Janet en profita pour lui rendre son pokémon avec mille remerciements. Après avoir avalé un ragoût (préparé par un cantinier cette fois-ci) que Janet trouva tout à fait honorable, elle souhaita bonne nuit à Rodrigue et se retira dans la tente des femmes pour prendre possession de son lit. Forcément, loin du confort de la maison, ce lit de camp était très dur mais la fatigue aidant, Janet n’eut aucune difficulté à trouver le sommeil.

Le lendemain, après une toilette sommaire dans des douches d’appoint, Janet alla prendre son petit déjeuner. Des biscottes, du jus d’orange en brique, du thé ou du café au choix, de la confiture et de la pâte à tartiner aux noisettes. Janet détestait la pâte aux noisettes, mais elle pris quand même le petit pot individuel et le fourra dans sa poche. Rodrigue avait l’air d’aimer manger et il serait probablement ravi d’avoir un peu de rab pour le goûter de 10 heures.
Alors que leurs deux équipes partaient chacune en exploration, la jeune fille lui donna discrètement le précieux pot de plastique avec un clin d’œil et lui souhaita une bonne matinée.

La jeune fille pensait que l’exploration du terrain alentour se passerait sans encombre mais ce fut sans compter sur les étonnants résultats des analyses. Alors que les scientifiques en charge de Janet compilaient des données, un jeune homme austère arriva comme si de rien n’était pour leur donner un papier et repartit. Le même papier fut distribué à toutes les équipes de la PALLADIUM SARL. Plus loin dans le désert, un gouffre qui n’était encore couvert par aucune équipe sur place présentait les plus forts taux d’ondes enregistrés. Il fallait chercher là. Dans l’après midi, des équipes seraient mises sur le pied de guerre pour s’approprier le terrain et commencer l’exploration interne. Janet et Rodrigue furent, à leur grande surprise, envoyés là bas avec d’autres adultes qu’ils n’avaient pas encore croisés. Sans doute étaient ils les plus performants dans leur domaine. Laissant tomber l’analyse du rocher, Janet se rendit sur le site, gardé par une dizaine de dresseurs à l’air aguerri et se vit prêter du matériel de spéléologie par un homme barbu d’une quarantaine d’année.

- Ne vous faites pas d’illusions, on ne vous envoie pas là dedans pour tout explorer tous seuls, vous devrez juste poser de mini charges explosives afin d’agrandir l’entrée pour laisser passer le matériel. Vous aurez aussi un détecteur qui enregistrera la charge des ondes à l’intérieur de la grotte.

Une fois harnachée, Janet descendit en rappel au fond du trou, juste assez large pour faire passer un adolescent ou un adulte à condition qu’il soit très fin. Une fois dedans, elle alluma sa lampe torche en soupirant.

- J’espère qu’on est sur la bonne piste… Je ne voudrais pas abîmer une grotte inutilement.

Elle appela Melin, son Kadabra et lui donna une partie des petites charges.

- Merlin, je voudrais que tu les fixes le plus près possible de la surface pour éviter que l’effondrement ne bouche l’entrée. On va les brancher au détonateur.

Alors que le Kadabra utilisait son pouvoir de lévitation, la jeune femme soupirait en suivant le manuel de branchement.

- J’espère qu’ils ont bien calculé les doses d’explosifs…. Si la charge est trop puissante ça pourrait tout faire s’écrouler.

Enfin, tout fut branché. Cependant, alors que la jeune fille s’était reculée avec son pokémon, et son camarade pour appuyer sur l’ordinateur sensé déclencher l’explosion, celui-ci commença à faire des bruits étrange alors que la soufflerie s’emballait. Janet approcha la main mais la retira tout aussi sec, en sentant une vive brûlure.

- Mince ! L’ordi fait une surchauffe !

Il fallait quelque chose de froid pour faire redescendre la température… Mais Janet n’avait aucun pokémon glace !


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Rodrigue Miles
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 2949
Points d'Expériences : 975
Adulte Co Auto-Entrepreneur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Ven 9 Sep - 22:48
La soirée se déroula sans incident. Après avoir récupéré son bernard l'ermite qui avait retrouvé un caillou, le petit groupe passa à table. Le repas consistait en un ragoût basique bien que parfaitement adapté à leur situation. Encore une fois, l'adolescent se félicita d'avoir pensé à prendre tout ce qu'il fallait pour nourrir ses propres Pokémon : chaque intervenant ne disposait que d'une ration de croquettes et autant dire que s’il s'en était tenu à ça, certains scientifiques auraient été réduit à l'état d'ossements d'ici le petit matin. On pouvait remercier Tropius, le transporteur officiel de l'équipe. Bien trop fatigué pour faire causette à la pauvre Janet, le blond lui souhaita une bonne nuit et se retira dans sa tente. De toutes manières sa collègue semblait elle aussi à bout de forces. Il fallait dire qu'elle n'avait pas un gros gabarit non plus. La nuit se passa aussi plutôt bien, si on excluait les trois réveils pour rentrer Polarhume dans sa Pokéball : l'ourson avait du mal à trouver le sommeil et câlinait brutalement son Dresseur à chaque bruit bizarre.

Ayant du coup mal dormi, c'est avec un grognement sourd que l'élève accueillit le réveil. Un Poing Ombre plus tard et il était debout et enfilait ses habits à toute allure. Merci Gringolem. Le petit déjeuner qui suivi lui rappela un peu ceux qu’il passait au dortoir : plein de grosses têtes, la plupart faisant des bulles dans leur bol suite à une nuit trop courte et le reste surexcité par les événements de la journée à venir. Habituellement il faisait partie de la deuxième catégorie mais une fois n’était pas coutume, il était plus du genre à tremper ses mèches dans son chocolat chaud. Bon motivation motivation ! A la sortie de la tente réfectoire, sa collègue d’infortune lui donna un pot de rab de … PATE A TARTINER AU CHOCOLAT ?! Le regard brillant et brusquement éveillé, le blond remercia chaleureusement Janet. Elle venait de passer de connaissance à bonne amie en dix secondes. Oui il était facile de manipuler l’opinion du Phyllali. Luxio ricanait doucement avec Vostourno.

Il était temps de retourner à leurs recherches et de commencer à sortir toutes leurs machines à grands renforts de Shaofouine. Et quelle ne fut pas la surprise des deux stagiaires quand ils apprirent qu’ils étaient envoyés en … spéléologie dans un gouffre. What ?! Il parlait quand de sa claustrophobie ? (Oui non en fait il n’aimait pas les grottes fines et les chutes depuis l’Île de Fer) Aussi, après un repas tout aussi sommaire que la veille, les deux furent transformés en parfaits petits archéologues en herbe avec casque, baudrier, corde de rappel et chargés de charmantes petites charges explosives. Ce n’est pas comme s’il existait des Pokémon pouvant creuser. Enfin bon, ce n’est pas comme si les deux élèves devaient faire exploser le tout alors qu’ils étaient au fond plutôt que de sortir et que la détonation se passe sans danger. Il avait beaucoup de mal à comprendre la logique des adultes parfois. Et comme il n’avait pas vraiment voix au chapitre, il descendit comme un gentil Ponchiot dans la fissure. Ce qu’il ne fallait pas faire… Ne disposant pas de type Psy, il s’occupa de vérifier les connexions et le positionnement des charges.

Alors qu’il était tranquillement en train de replacer un des explosifs qui aurait fissuré tout un mur, il entendit le cri de détresse de la pauvre Janet : une surchauffe d’ordinateur, allons bon… Les télécommandes c’était trop mainstream il avait oublié… Sortant Polarhume en le plaçant sur ses épaules, il ordonna un bon vent glacé qui eut au moins le mérite de permettre au ventilateur de reprendre un fonctionnement normal. Il fallait tout de même voir ce qui clochait : quelque chose devait être coincé dans la machine ce qui l’empêchait de fonctionner correctement. Problème : il n’était pas mécano et le logiciel lui avait semblé obscur à allumer (sans parler des mots de passe) ils ne pouvaient donc pas éteindre le portable sans prendre beaucoup de retard ce qui ne serait pas apprécier. Il y avait aussi le problème de la place : ils étaient plus ou moins en apesanteur et si un ourson tenait, une girafe à feuilles géantes ne serait pas la bienvenue. Penchant donc pour la solution de facilité, le blond sortit son ballon de baudruche préféré et demanda un Vent Mauvais, qui soufflerai les corps étrangers sans pour autant. Pas loin d’un dixième de kilo de sable sortit du ventilateur sous ses yeux blasés. L’entretien du matériel c’était quand ça les arrangeait… L’ordinateur ayant repris un fonctionnement normal, il plaça Grindur sur une paroi et après avoir concerté Janet, lança la détonation. Accroché par ses Racines, la boule de pics vaporisa les éboulis qui risquaient de leur tomber dessus avec des Miroir-Tir bien placés pendant que l’ourson crachait des Saumure précises. Baudrive, après un Liliput résuisait le reste en miettes avec des Représailles. A part un petit oubli qui tomba sur le front du Dresseur tout sembla bien se passer et l’entrée semblait être à la convenance des adultes puisqu’ils se firent remonter aussi sec. Un fois la douce lumière du soleil retrouvée (comprenez une fois qu’ils recommencèrent à sueur comme des Tauros), le duo pu profiter des remerciements de leurs tuteurs, qui les poussèrent sans ménagement pour commencer à acheminer machines et personnel dans la faille. Ce n’était plus son problème décida Rodrigue en s’écroulant pour quelques minutes sur le sable.

Vous y avez cru ? A peine avait-il retiré son baudrier (qui avait été vachement serré, il aurait du mal à marcher) de nouveaux cris percèrent ses doux tympans déjà mis à rude épreuve. Ça ressemblait à de la désolation et à de la panique. Et tournant la tête, il put voir un magnifique capteur hors de prix se faire couper en deux par un Ténéfix. D’autre membres de son espèce sortaient du gouffre, se déplaçant au moyen d’Ombre Portée. Fronçant les sourcils, le blond admira encore une fois la débrouillardise des adultes, la plupart fuyant purement et simplement. Ne disposant pas de type Fée et encore moins de Pokémon efficace contre ce genre d’attaquant vicieux, Rodrigue laisse ses Pokémon se charger de l’offensive mais rentra le Spectre qui n’aurait pas apprécié une Griffe Ombre malvenue. Les deux commencèrent à canarder les spectres aux pierres précieuses avec des Dard-Nuée et Poudreuse en boucle. C’était déjà une dizaine d’ennemis sortis et au moins moitié autant de machines éventrées. Il fallait faire quelque chose et vite.

- Janet, t'as un truc contre ces machins ? Ou un moyen de sauver le matériel et accessoirement ces branquignoles d'adultes ?

_________________
[Mission] Sur les traces de Magearna 1422191746-copain


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
[Mission] Sur les traces de Magearna 10099080670932_roooodyyyychouuuu
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Dim 18 Sep - 18:37

Sur les traces de Magearna
feat Rodrigue Miles
Janet hallucinait. On les envoyait, eux les stagiaires, faire un boulot des plus dangereux. Leur faire manipuler des explosifs plutôt que d’envoyer quelques attaques bien placées par un pokémon type roche ? Est-ce qu’ils étaient sérieux ? La jeune fille soupira. Il n’y avait que deux solutions, soit les pokémons étaient trop brutes de décoffrage pour ce genre de travail et risquaient, en élargissant l’entrée, de faire s’écrouler l’édifice rocheux soit… Soit un accident impliquant deux stagiaires leur revenait moins cher qu’un accident impliquant deux pokémons.

Avant même le déclenchement de la charge, les soucis commençaient. L’ordinateur était devenu complètement fou, brûlant. Ça fumait, ça bipait de tous les côtés et impossible de trouver comment arrêter ça ! Le logiciel était impossible à comprendre, est-ce que c’était une erreur numérique ? Un problème dans la machine ?
Finalement, Rodrigue vint à sa rescousse avec un petit Polarhume touuuuuut mignon mignon ! Si la jeune fille n’avait pas été occupée à surveiller le matériel, elle l’aurait volontiers câliné.

Un baudrive et deux bourrasque plus tard et c’était un sacré paquet de sable qui sortait de la soufflerie. Bah voyons. Vraiment ils étaient pas malins ces scientifiques ! Enfin … Le reste de l’opération se déroula comme on pouvait s’y attendre. Une réussite remerciée du bout des lèvres et un exil dans le coin de la zone.
Alors que Janet pensait qu’elle allait pouvoir se désaltérer tranquillement, des bruits lui firent relever la tête. C’était une attaque de Ténéfix ! Les sales bêtes sortaient en bande, poursuivant les scientifiques qui fuyaient en essayant d’emporter ce qu’ils pouvaient sauver de matériel. Cette fois-ci, c’était elle qui avait le pokémon parfait pour la situation ! Janet sortit la pokéball en espérant que l’environnement sablonneux n’handicaperait pas trop sa Nymphali.

- Ginger, go !

La jeune fille ne perdit pas de temps pour lancer les instructions.

- Utilise Eclat Magique sur le groupe, essaye d’en éblouir le plus possible ! Puis tu enchaînes avec Météores !

Le regard déterminé, la Nymphali sauta prestement et envoya un rai de lumière aveuglant en direction du groupe. Les petites bêtes se cachèrent les yeux en grognant, laissant le temps à Ginger d’enchaîner. Une avalanche étoilée qui avait l’air presque féérique laissa le groupe de Ténéfix KO. Heureusement que le talent de son pokémon les avantageait !

Alors que Janet s’approchait avec une corde et le baudrier qu’elle n’avait pas enlevé pour tenter de descendre et récupérer le matériel, un nouveau groupe sortit et saisit Ginger en traître. Hé ! Mais il y en avait combien ?! Alors que la Nymphali se débattait, une nouvelle attaque fée fusa sur un côté, fauchant le nouveau groupe avec une puissance phénoménale. Janet se retrouva au sol et Ginger fut projetée quelques mètres plus loin dans un couinement mécontent. A une dizaine de mètres d’eux, un homme gigantesque, barbu comme un motard, à l’air bourru, se tenait droit et gratouillait la tête d’un….

D’un Cupcanaille ?!

Janet n’en revenait pas. Le décalage entre ce colosse en blouse blanche et le pokémon tout rose avait de quoi la sécher sur place. Alors que Ginger revenait près d’elle, il s’approcha et la regarda ainsi que Rod avec un air agacé.

- Bon sang, mes collègues sont incapables de faire un travail propre ! Ça fait les fiers mais face à une poignée de Ténéfix, ça s’enfuit ! bah bravo !

Cela suffit à Janet pour comprendre qu’ils n’étaient pas la cible de son mécontentement. Doucement, le géant l’aida à se relever puis il s’adressa aux adolescents avec un rire tonitruant.

- Moi c’est Romuald ! Je suis dans l’équipe des techniciens ! Mais tout le monde m’appelle Romy ! Parce que c’est mignon, un peu comme les pokémons fées !

Alors que quelques secondes plutôt, le bonhomme aurait pu briser un mur, Janet le regarda s’accroupir comme un enfant devant le cupcanaille pour gratouiller le sommet de sa tête avec un air un peu gaga. Mais c’était quoi ce phénomène encore… ?
Le manège dura quelques secondes que la jeune fille mis à profit pour se pencher vers le trou et regarder l’état du matériel. Tout semblait bon à jeter… Impossible de prendre la moindre mesure, de faire le moindre relevé.
Alors que le fameux Romuald se redressait, Janet regarda Rod avec un air de réflexion profonde. Ce taux d’ondes qui défiait toute moyenne qui était apparu si soudainement dans le gouffre, puis, au moment où l’on comptait y faire des inspections, des ténéfix qui détruisaient le matériel… Et si tout ceci n’avait eu que pour but de les empêcher d’agir ? Les pokémons auraient pu venir d’une team ennemie… Ou alors peut-être qu’ils se tenaient là pour protéger Magéarna ?

La jeune fille regarda le technicien. Il était au téléphone… La jeune fille en profita pour faire part à son compagnon de ses pensées. Quoi qu’il y ait là dessous, c’était forcément important !

- Rod, faut que je te dise quelque chose…

Elle lui raconta tout puis s’arrêta alors que Romuald revint vers eux.

- BON ! Alors vu que tout est HS ici jvais devoir me coller à tout réparer… Mais comme vous m’avez l’air plus débrouillards que toute cette bande de branquignoles, j’ai réussi à obtenir que vous changiez d’équipe pour venir avec moi. Des gens vont venir du camp avec une tente et des vivres et le nécessaire d’hygiène minimum pour nous monter une petite base ici. Jsais pas encore ce qui se passe mais d’après les relevés qu’on a eu ce matin, cet endroit est trop important pour qu’il reste sans surveillance ne serait-ce qu’un instant !



_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Rodrigue Miles
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 2949
Points d'Expériences : 975
Adulte Co Auto-Entrepreneur
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   Lun 23 Jan - 11:31
Lançant des ordres et des contre-ordres à toute vitesse, Rodrigue ne garda qu’un œil distrait sur sa partenaire. Elle possédait donc un Nymphali en plus d’un Kadabra. Sans vouloir être désagréable, il nota que c’était le genre de Pokémon qu’il s’attendait plutôt à trouver avec elle. Quoiqu’il était bien placé pour parler, avec son équipe digne d’un TopDresseur. Pour le moment il avait revêtit son costume de général et criait à Shaofouine de se dépêcher de bouger les machines pendant que Grindur tournoyait en pleine Gyroballe, tenant les bestioles éloignées. Crabicoque balançait des rochers en veux-tu en voilà et Polarhume, toujours courageux mais pas téméraire alternait Vent Glacé et Charme tout en courant se cacher derrière son dresseur dès que plus d’un Ténéfix se concentrait sur lui. L’évolition faisait de toutes manières le ménage toute seule, même si le scientifique fut surpris de voir des Météores toucher les Spectre, c’était certainement le Talent du quadrupède rose qui permettait ça.

Et soudain, une vague d’énergie faucha la plupart de l’assemblée. Seul Grindur ne semblait pas trop affecté. Rodrigue se releva, cracha un peu de sable et regarda les Tenefix repartir dans la faille comme si leur vie en dépendait. Enfin leur vie en dépendait peut-être en fait. Le blond s’épousseta et regarda leur saveur. Un Cupcanaille avec un scientifique qui tranchait définitivement avec tout ce qu’ils avaient pu voir et voyaient actuellement. Un bon colosse avec un type Fée et scientifique de surcroit. Ça fait combien de points à ajouter à son score de trucs bizarres qu’il avait vu depuis qu’il avait quitté Rivamar, ça ?

Pendant qu’il grimaçait en voyant le matériel qu’il avait tenté de protéger fumer un peu et perdre des bouts, Janet s’approcha et lui fit part de ses doutes quant à la présence de Ténéfix. Alors que le grand monsieur finissait de papouiller son gâteau vivant et était maintenant au téléphone, le scientifique en herbe livra son analyse à sa collègue aux cheveux bleus :

- Les Ténéfix vivent dans des grottes habituellement, la faille menant peut-être à un souterrain ça se peut qu’on en trouve ici. Ce qui est plus étonnant c’est qu’à part le Statitik, toutes les attaques jusque maintenant mettaient en scène des type Acier et que je vois mal des Pokémon ténèbres sauvages être contrôlables par des types Psy ou par des ondes supposées émises par un Légendaire. Mais c’est vrai que le matériel détruit c’est vraiment bizarre…

Fort heureusement Romuald, ou bien Romy *kof kof*, le colosse était plutôt voire très sympa. S’il n’avait pas les galons d’un archéologue ou d’un scientifique, il avait du moins le bras assez long pour forcer la création d’un camp de base autour de cette belle faille. Le trio commença donc à aménager l’endroit pour passer la nuit. Il fallait surtout se prémunir contre le froid et courants d'air plutôt violents qui parcouraient le désert une fois l'astre du jour caché. Les Pokémon les plus intelligents (et sages) furent envoyer chercher la nourriture pendant que les autres suivaient les Dresseurs pour transporter du matériel. Les plus jeunes surveillaient le camp afin qu’il n’y ait pas d’autres attaques, les Types Vol servant tranquillement de relais en cas de besoin. Pendant ce temps, les plus costauds avec les Dresseurs commençaient à ramener de quoi monter un camp. Dans le désert. Quelle riche idée, vu le froid qu’il y faisait. Ce qu’on ne faisait pas pour la science, hein ?

- Bon euh voilà, on est sensé avoir tout. Nourriture, tente, chocolat, sac de couchage, chocolat, matériel d’auto-défense, lampes torches, chocolat… On a pensé à prendre du chocolat ?

Oui, les priorités avant tout. Et c’est dans ces moment-là que Rodrigue était tout de même content de garder son manteau dans son nécessaire qu’importe le temps. Juste avec la tombée du soleil, la température tomba tellement que Tropius poussait des plaintes pour rentrer dans sa Pokéball. Il ne restait donc plus que Crabicoque, Shaofouine et Gringolem pour l’équipe de nuit, le petit robot pouvant rester éveiller tant qu’il le voulait. Les humains pourraient donc avoir leur temps de sommeil minimum avant de devoir se remettre au boulot. Ce qui n’empêchait pas le blond de se tourner et de se retourner dans son sac, réfléchissant aux événements qui entouraient cette mission. Ça n’avait ni queue ni tête dans l’enchaînement : pourquoi des Pokémon sauvages d’autant d’espèces et de types différents se comporteraient ainsi ? La piste mystique semblait devenir de plus en plus plausible, mais en tant que scientifique, il refusait d’y croire tant que ça n’avait pas été prouvé.

Le lendemain, c’est un Rodrigue avec un air … déterré qui sortit de la tente. Bon pour la matinée ils avaient… quartier libre le temps que Romy répare les machines ? Un coup d’œil à droite. Un coup d’œil à gauche. Ouais le tourisme dans un désert ça n’allait pas très très loin. Sans parler du fait qu’il fallait protéger la faille quand même. Bon donc, il laissait Tropius et Crabicoque avec leur superviseur. Accompagné de Gringolem et de Grindur (dans la sacoche) il s’approcha de Janet.

- Bon j’te propose de faire une petite ronde pour vérifier que… il n’y a rien d’encore plus bizarre qui risque de nous tomber dessus. T’en penses quoi ?

_________________
[Mission] Sur les traces de Magearna 1422191746-copain


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
[Mission] Sur les traces de Magearna 10099080670932_roooodyyyychouuuu
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Mission] Sur les traces de Magearna   
[Mission] Sur les traces de Magearna
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :