Partagez | .
Un si doux sentiment ★ Peter Wellington
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 2799
Points d'Expériences : 870

MessageSujet: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   Ven 29 Juil - 22:37




Un si doux sentiment

Avec Peter Wellington


« - Que devient une étoile qui meurt ?
- Un rêve qui vit. »

Sirius ferma rageusement son iPok. Son père se faisait de plus en plus intrusif. Il cherchait à retrouver l'influence qu'il avait avant sur lui. Sirius le savait et ça le mettait en rogne. Une haine viscérale envers son paternel et la supposé voie qu'il lui avait choisit. Pourquoi ne pouvait-il pas comprendre qu'il voulait choisir ce qu'il voulait faire. Il rêvait de liberté. Il rêvait d'étendre ses ailes si haut dans le ciel, de s'envoler, de voler au dessus des nuages, toujours plus haut, toujours plus fort dans l'immensité de l'espoir et de l'espace au dessus de lui.

Il voulait atteindre le silence des étoiles. Se lover dans leur chaleur. Découvrir une immensité d'émotions et de sentiments qu'il ne pouvait qu'à peine effleurer ici, sur terre. Adara dans les bras, et juste elle, Sirius marchait. Il marchait de ce pas gracieux et élégant que les nombreux entrainements  à la danse avait forgé. Presque une ballerine. Presque une étoile. À deux pas. Il s'approchait chaque jour un peu plus de son objectif et pourtant la ligne d'arrivé lui semblait tellement lointaine. Tellement infranchissable.

Il soupira, levant ses yeux chocolats, recouvert par une paire de lunettes noires, vers le ciel d'un bleu éclatant. Malgré sa protection, il plissa les yeux. Il faisait si chaud, il faisait si blanc. Il leva une main pour camoufler le soleil. Il y arriverai pas vrai ? Adara se dégagea pour aller se blottir dans son cou, laissant sa précieuse fleur effleurer la peau du jeune homme lui arrachant ainsi un frisson. Délicate attention de sa petite étoile. De sa petite princesse. Douce Adara, que ferait-il sans toi ? Probablement pas grand chose quand on voit son regard triste quand il reporte ses yeux sur toi. Tu n'aimes le voir ainsi n'est-ce pas ? Tu aimerais bien te saisir de ce fichu bout de métal pour le jeter dans une mare.

Tu aimerais bien mais tu es impuissante. C'est peut-être pour ça au final, que le collectionneur vous a choisit. Parce qu'ensemble, deux moins font un plus.

Tu poses ton minuscule front sur celui de ton dresseur. Tu remarques évidement les perles de pluie qui se dessinent sous les verres obscurs. Il ne veut pas qu'on les remarque, tu le sais alors tu ne dit rien, Adara. Mais tu sais. Et il sait. Vous êtes deux. Deux pour toujours.

Le poing de Sirius se referme sur le Soleil. Il a capturé l'étoile. Comme il captura son rêve. Sa main droite vient effacer les larmes qui se pointent au coin de ses yeux et il les efface d'un geste nonchalant. Il avance et ne fait plus attention à la chaleur de cette étoile si brillante. Si brillante qu'elle éblouie.

Il doit y faire attention. À sa brillance. Il faut doser. Un peu trop et il sera trop brillant pour qu'on puisse le regarder en face. C'est dur, le métier d'étoile. Il faut savoir ajuster. Tout n'est qu'une histoire d'ajustement. Partout, tout le temps. Un sourire ni trop heureux, ni trop triste. Rester neutre toujours. Les phrases que répétaient si souvent son père se mélangent à ses pensées. Est-ce vraiment lui qui pense ? Ou n'est-il que le reflet de son paternel ? Ne serait-il, au final, que sa parfaite copie. Powell Junior. Destiné à devenir le directeur du centre spatial. Destiné à vivre enfermé dans un bureau à gérer des comptes pendant que d'autres ont la chance de briller. La chance de rayonner. D'apporter de la chaleur.

Il avance toujours et ses yeux se ferment. Il se revoit, tout petit, tout gamin, regarder avec bonheur les représentations si hautes en couleur des coordinateurs qui ont bercé son enfance et son rêve. Il se revoit tout petit, sa petite main dans celle de son père, à admirer le panorama du plus haut du centre spatial. Il revoit les nombreuses petites lumières. Il se rappelle d'avoir demander si quelqu'un, là haut, éclairait chaque soir les étoiles. Il se rappelait s'être dit que c'était quand même un métier très solitaire. Il s'était alors exclamé avec toute la force de sa voix de petit garçon :

- J'irais le voir ! J'irais l'aider. Parce que être tout seul, c'est trop triste. J'aimerai pas être tout seul. Alors j'irais le voir, et je lui tiendrais compagnie !

Les yeux rivés vers le ciel, il n'avait pas vu que le regard de son père s'était assombrit. Il ne savait pas, à cette époque, que la personne qui chaque soir éclairait les étoiles, c'était son grand père, perdu à jamais dans l'espace. Perdu à jamais tout court aux yeux d'Alsham. Il sentit néanmoins la grande main de son père se resserrer sur la sienne. Et il avait sourit, attendrissant son père de ce sourire à trous qu'il abordait avec autant de fierté.

Il rouvrit les yeux. Il faisait toujours aussi chaud. Et son iPok, dans sa poche, paraissait si lourd. Pourquoi est-ce que tout ne pouvait pas aller bien ? Pourquoi est-ce que son père ne pouvait t-il pas comprendre qu'il voulait tracer sa propre route qu'il voulait devenir quelqu'un d'unique.

Et au final peu importait s'il ne finissait par devenir unique qu'aux yeux d'une seule personne.

Il avait pas mal marché. Regardant autour de lui, son regard buta sur une tignasse qu'il aurait put reconnaître au mileu d'une tornade.

Peter.

Ses poings se crispèrent. Adara lui lança un regard inquiet. Il secoua la tête pour lui dire de ne pas s'en faire. Il avait besoin de se défouler. Alors il pouvait bien redevenir un instant l'ancien petit con qu'il avait été. Il pouvait utiliser ses mots comme une arme. Après tout, Peter le méritait. Peter était tout ce qu'il détestait. Peter était tout ce qu'il avait été.

Il s’avança, le regard sombre camouflé par ses verres opaques. Sa cible était tranquillement installé en terrasse d'un petit café. Sans aucune gêne, Sirius se saisit d'une chaise et s’installa confortablement. Sa voix était épineuse, elle frottait, était allergène, était aigre sans le doux, était amère. Que faisait-il là avec sa bouille d'ange et ses manières d'artisto.

- Tu fous quoi là toi ?

Il n'avait aucun doute quand à la capacité qu'aurait le blond à le reconnaître. Après tout le temps qu'ils avaient passé ensemble dans ces fichus soirées, aucun des deux jeunes hommes n'auraient put oublier l'autre. Il aurait bien remplacé le toi par un connard. Mais il s'était retint.

Son attitude changea, devenant charmeuse à la venue de la belle demoiselle qui servait. Il commanda un soda bien frais et les yeux dans les yeux avec cette vision du passé qui le hantait, il s'apprêtait à affronter son démon.

© BB Dragon


_________________

Le meilleur coordinateur ! 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Les pires ennemis avec Hanaë 2016


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 6893
Points d'Expériences : 205

MessageSujet: Re: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   Mar 2 Aoû - 0:05


Un si doux sentiment
ft Sirius B. Powell
Je soupire accoudé à la fenêtre, ma starter qui ne craint apparemment pas la chaleur a posé son museau sur ma cuisse et me regarde avec des yeux de Ponchiot battu, j'ai beau faire semblant de l'ignorer c'est un peu compliqué quand elle commence à faire ça... La raison de pour laquelle nous sommes dans cette position est qu'elle veut sortir en ville et que j'ai refusé, elle a alors commencé à me regarder avec une expression suppliante et j'ai essayé de me réfugier près de la fenêtre pour éviter son regard... sans succès. Je soupire, de dépit cette fois.

« Très bien.. »

Lily saute de joie en même temps que Sparky tandis que Gabriel me regarde avec un air méprisant parce que depuis que j'ai ma starter je ne fais qu'accéder à toute ses demandes et il est inquiet pour la suite. Je soupire encore une fois, je n'ai aucune envie de sortir mais il faut bien avouer que ce n'est pas une si mauvaise idée pour ma Zébibron, elle a du faire le tour de la hutte des centaines de fois depuis qu'on est arrivé et je sais qu'elle s'est retenue jusque là.

« Et où est-ce que tu voudrais aller ? »

Elle me fait sa petite bouille de celle qui n'a aucune idée de ce qu'elle veut faire et je hausse les épaules en prenant une sacoche avec mon carnet à dessins et un peu de jetons au cas ou nous voudrions nous arrêter quelque part.

« C'est partit pour une simple ballade alors. »


En marchant je me remets à penser à la maison qui m'a accueillit et que je ne pourrais pas revoir pendant une année entière. Une nouveau jeu... de nouveaux personnages... de nouvelles règles... C'est à croire qu'à chaque fois que j'arrive à trouver un environnement stable quelque chose m'empêche d'y rester, mais qu'est-ce qu'il a prit à mes parents adoptifs de m'envoyer ici ? J'ai sûrement dû faire quelque chose, une erreur... Sparky trottine me montrant la voie et je souris intérieurement, au moins une chose qui me rend heureux ici, elle a l'air tellement heureuse que ça en est presque inquiétant, j'ai peur que ce bonheur ne se brise, et si elle souffrait part ma faute ? Tout le monde finit par souffrir à un moment ou à un autre de sa vie mais je me promets de la protéger, si naïve et pourtant intelligente petite Zébibron je te protégerais.

« Dis, trouvons un endroit calme tu veux ? J'ai une idée... »


Je me suis mis à sa hauteur et la petite Zébibron en profite pour me pousser du museau en jouant, je souris vraiment cette fois mais les muscles de ma bouche sont un peu rouillés et ça doit plus ressembler à une grimace qu'à autre chose... Je me relève et regarde aux alentours en cherchant un endroit un peu calme dans cette cohue, je repère un petit café qui à cette heure n'a pas beaucoup de clients et qui a l'avantage de compter des places à l'ombre. Nous nous dirigeons donc vers l'une des tables et je commande deux boissons, une pour moi et une pour ma Zébibron.
Je sors alors mon matériel à dessin et demande à Sparky de se tenir devant moi, si je la dessine je suis sûr qu'au moins si un jour je suis obligé de me séparer d'elle j'en aurais un souvenir... Je ne dessine qu'au crayon, ce n'est pas que je ne sache pas peindre ou utiliser d'autres outils mais je trouve le crayon plus libre et puis j'aime bien le noir et blanc, ça tombe bien que j'ai un Zébibron d'ailleurs... Pendant une demi-heure je travaille sur ce portrait mais ma main s'arrête soudain quand je vois que quelqu'un prendre la chaise en face de moi et s'y installer sans rien demander me bouchant dans le même temps la vue sur ma starter. Je ranges calmement mes affaires puis lèves les yeux vers l'étudiant que je reconnais immédiatement. Tiens, un idiot.

« Tout d'abord bonjour. Ensuite ce que je fais là ? Cela me semble évident je faisais connaissance avec ma starter. »

Je sais très bien qu'il me demande pourquoi je suis sur cette île mais sa présence m'est tellement désagréable que j'ai envie de l'être un peu aussi, ou peut-être beaucoup pourquoi pas ?

[Tiens, Bêta Powell qui rapplique, il a l'air aussi idiot qu'avant.]


[Toujours aussi craquant tu veux dire ?]


Le regard méprisant de Gabriel passe de moi à Lily puis à Sirius, que sait-il faire d'autre que mépriser les autres franchement. Mais je dois bien avouer que là je suis d'accord, je suis déjà irrité d'avoir atterrit ici alors si en plus cet idiot commence à me coller aux basques avec son sourire mielleux et son apparence soignée je sens que je vais m'énerver... j'ai une idée pour évacuer toute cette colère, il a déjà l'air pas mal à cran mais si je le faisais exploser ?

« Et toi Bêta Powell ? Tu cherchais une idée pour tes futurs combats ?... Ah mais non j'avais oublié, c'est vrai que tu Coordinateur, j'ai sûrement oublié parce que c'est un sujet tabou maintenant lors des soirées chez toi... J'espère que tu m'excuses ? »

Le fait qu'il soit Coordinateur, d'après Monsieur c'est un sujet sensible donc j'en profite, c'est de sa faute après tout, c'est lui qui est venu me parler. Sparky se rapproche de moi mais n'a pas l'air de vraiment comprendre ce qu'il se passe, j'en profite pour regarder le pokémon qui est avec lui et qui me regarde si durement, je dois bien avouer que malgré le fait qu'il soit horriblement faux au moins il semble prendre soin de ses pokémons. Mis à part le fait qu'il ait maintenant ses propres pokémons je ne peux pas dire qu'il ait vraiment changer, toujours ce sourire accroché à son visage, ces cheveux et cette tenue si soignée et surtout ce regard plus vide qu'un trou noir lorsqu'il parle à la serveuse qui vient lui apporter son verre. Non, vraiment, je préfère encore la fureur qu'il a dans les yeux quand il me regarde... Un peu plus et un sourire narquois se formait sur mon visage, il faut que je fasse plus attention. Pendant qu'il me répond avec -je l'imagine- tout le poison dont il est capable, je caresse Sparky pour la rassurer et prends une gorgée du jus qui m'a été apporté en me remémorant que Sirius était l'une des raisons pour lesquelles je ne voulais pas venir dans cette académie...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5307-378-autant-que-savoir-douter-me-plait-peter-wellington-voltali#58040 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5388-peter-wellington-voltali#58044
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 2799
Points d'Expériences : 870

MessageSujet: Re: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   Jeu 11 Aoû - 14:14




Un si doux sentiment

Avec Peter Wellington


« - Que devient une étoile qui meurt ?
- Un rêve qui vit. »

Il hallucinait. C'était un rêve pas vrai ? Il n'y avait aucun moyen que cet espèce de … il ne trouvait même pas les mots, se trouve là, comme pour lui rappeler ses erreurs et ses failles. Pourquoi, à peine l'avait-il aperçut, était-il redevenu ce petit con qu'il insupportait tant. Pourquoi avait-il calqué son attitude sur celle, à ne pas en douter, de Peter ? Sa volonté était donc aussi faible. Il n'était qu'un pauvre imbécile qui était bien incapable de rester ce qu'il voulait être.

« Chassez le naturel, il revient au galop. »

Conneries.

Il n'agissait comme ça que parce qu'il ne supportait pas Peter. Il ne l'avait jamais supporté. C'était peut-être stupide qu'il s'intéresse ainsi à un gamin de trois ans de moins que lui, mais l'attitude de Peter lui rappelait bien trop la sienne pour qu'il se contente de l'ignorer. C'était comme si il se devait de le redresser, de le mettre dans le droit chemin. Peter était tellement lui qu'il ne voulait pas voir se qu'il aurait put devenir. Ce qu'il allait devenir.

Il avait l'air nonchalant mais ses épaules, le moindre de ses muscles, étaient tendus. Comme si il n'était qu'une boule de nerf. Ses doigts qui tapotent frénétiquement sur la table. Ses yeux qui se déplacent en permanence, parfois fixant Peter du regard, parfois observant la foule autour d'eux. Et puis sa voix. Groudon savait que sa voix l’agaçait. Acide, froide, amère. Le parfait combo. Les poils de Sirius s'hérissèrent. Ce n'était pas tant sa voix que son ton qui l’agaçait. Qui l'énervait. Un frisson remonta la colonne du jeune homme suite aux mots acides.

Ce type était le point d'orgue de sa journée pourrie. Et dire que ce soir, il allait devoir faire face à cette stupide Hanaë. Pourquoi est-ce que son monde était composé ainsi de trous noirs ? Il n'avait jamais aimé les trous noirs, trop sombres, pas assez brillants à l'exact opposé de ses chères étoiles. Et dire que c'était ainsi qu'elles finissaient. Sombre histoire. Triste histoire. Il n'aimait pas ça. Il voulait briller pour l'éternité. Il voulait entrer dans l'histoire. Il voulait qu'on se souvienne de lui.

Ses poings se serrèrent. C'est ça. Comme si il voulait vraiment s'excuser. Mots piquants comme des épines. Mots qui blessent. Le regard mielleux du jeune homme, réservé à la charmante serveuse, se transformèrent en épée. Puis-je gentiment les planter dans votre cœur ? Une délicate balafre qui ferait sortir toute la noirceur de votre cœur. Rien que ça. Rien qu'une gentille et amicale plaie. De celles que s'offrent les amis.

Alors pourquoi, si ses intentions étaient aussi bonnes, pourquoi est ce que ses yeux semblaient prêt à tirer. À nouveau il changea de masque pour remercier la jeune fille qui lui apporta sa commande. Puis enfin en tête à tête avec Peter, il le détailla. Il avait toujours la même allure étrange. Les mêmes manières. La même façon de s'asseoir. De le regarder. Le même, exactement. Mais lui, il n'était plus le même. Il avait changé, en bien il l'espérait, alors pourquoi la même haine qu'avant le prenait.

- C'est sur que toi, tu ne peux certainement pas comprendre la grâce des concours. Que veux-tu, il y a toujours eut un monde entre toi et moi, je ne m'attendais pas à ce que tu puisses comprendre. Tu es bien comme eux. Parfait petit toutou. Félicitation.

Sourire enjôleur alors qu'il se rapproche du jeune homme en appuyant ses coudes sur la table qui les séparent. Il attrapa son cocktail avant de porter sa paille à sa bouche se délectant du délicat goût de l'ananas. Un délice qui parvient à lui faire un instant fermer les yeux pour savourer et oublier. Adara se posa sur son épaule. Les tenants et aboutissants de cette confrontation lui échappait. Après tout, jamais Sirius ne lui avait parlé de Peter.

Il avait préféré l'oublier. Lui et toutes les choses qu'il remuait dans son cœur.

- Alors, dis moi tout, Papa et Maman t'ont demandé de rejoindre quel parcours ? Après tout, c'est pas comme si tu avais la véritable capacité de faire un choix par toi même …

Il esquissa un sourire malin. Il était fier de ce qu'il était. Ses parents pouvaient bien le déshériter, il réussirait à atteindre les étoiles qu'il aimait tant par ses propres moyens, il n'avait pas besoin d'héritage, il n'avait besoin que de son talent. Adara se faufila dans sa main et profita des quelques caresses que Sirius, habitué aux demandes de sa starter, lui offrit. Très clairement, elle regardait de haut la Zebibron. Une foule de piques traversèrent l'esprit du jeune homme, mais s'il y avait une chose qu'il respectait plus que tout, c'était les pokemons. Pas question de tailler la pauvre petite.

Même si, elle n'était clairement pas aussi belle que sa propre Adara. Mais il n'était pas vraiment impartial, sa Floette chromatique était à ses yeux la plus belle pokemon du monde avec ses couleurs si originales et sa fleur si particulière. Il n'approcherait pas ce terrain là mais le reste … Il n'aurait aucun remords. Si ça lui permettait de faire comprendre à Peter qu'il n’avançait pas sur le bon chemin, il voulait bien redevenir encore une fois, le petit con qu'il avait été.

Pour le chasser définitivement.  

© BB Dragon


_________________

Le meilleur coordinateur ! 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Les pires ennemis avec Hanaë 2016


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 6893
Points d'Expériences : 205

MessageSujet: Re: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   Dim 21 Aoû - 21:29


Un si doux sentiment
ft Sirius B. Powell
Sirius Alpha Canis Majori Bêta Powell. Sûrement le garçon le plus égocentrique qu'il m'est était donné de connaître. Ce dont je me serais d'ailleurs bien passer. Depuis votre première rencontre il semble qu'il se soit fixé l'objectif de me changer, comme si il était la seule personne qui comprenait ce que je ressens, comme si cet idiot pensait savoir ce que je suis. Mais qu'il ne se méprenne pas, j'ai déjà du mal à me connaître alors ce n'est pas avec ses trois ans de plus et sa naïveté qu'il va pouvoir me changer, si encore il essayait de me comprendre peut-être qu'il pourrait me toucher du bout de ses doigts, peut-être qu'alors je lui confierait ce que je sais de moi, peut-être qu'alors je pourrais ne plus le détester...

[ Moi je l'aime bien Sirius, il a l'air narcissique comme ça mais il essaie vraiment de t'aider au fond... et puis il faut bien avouer qu'être dans cette académie l'a rendu encore plus musclé ♥ ]


Mais mon regard est d'un bleu glacé et aucune émotion ne s'en échappe, car Sirius est un idiot, car Sirius ne comprend pas que tout ce qu'il veut quitter je me suis battu pour l'avoir, car il croit être l'un de ces héros de roman qui se bat contre tous et qui pense avoir le savoir infini. Lors de notre première rencontre pourtant j'avais crut pouvoir devenir ami avec lui, j'avais vu un regard étoilé et un sourire éclatant et je m'étais rapproché me demandant comment tant de passion pouvait habiter quelqu'un... Sirius parlait passionnément de ses chères étoiles et semblait les connaître toutes personnellement, c'était comme si il les voyait en les racontant et qu'il leur parlait, l'admiration m'avait envahit et j'aurais voulut pouvoir moi aussi parler avec tant de passion d'un sujet quelconque.

Et puis la jalousie s'était instillé dans mon cœur et j'avais alors soufflé une remarque piquante sur les étoiles, j'avais attendu une réaction mais il n'avait fait que rester figé quelques secondes si bien que seul moi l'avait vu et s'était vite ressaisit m'adressant l'un de ces sourires faux que j'avais ensuite appris à connaître. Sans intérêt, avec ses yeux vides et son sourire figé Sirius était vraiment sans intérêt, alors j'avais décidé de le faire réagir, quitte à devoir l'énerver pour avoir une réaction de sa part, quitte à devoir faire face à ses yeux me lançant des éclairs. Le genre de regard qu'il me lance en ce moment mais que je vois s'effacer à l'arrivée de la serveuse, et après ça il ose me donner des leçons en pensant qu'il a changé ? Laissez-moi rire.

« C'est donc cette ''grâce'' qui t'a touché ? C'est donc pour ça que tu as laissé tes si précieuses étoiles ? Car soyons réalistes Sirius, sans l'aval de ton géniteur qui, je te le rappelle, contrôle toutes les allées et venues du centre Spatial, tu ne pourras jamais faire que les admirer les pieds cloués au sol. »

Je m'avance moi aussi pour prendre une gorgée et goûte au nectar que je savoure lentement, je prends mon temps pour que sa colère ai bien le temps de monter puis continue de mon ton le plus innocent.

« Allons Sirius, tu ne crois quand même pas que mes parents adoptifs m'auraient forcés à faire quoi que ce soit ? Je suis allé chez les TopDresseurs de mon propre chef et le seul conseil que j'ai eu était de faire quelque chose de parfait. »

[ Comme si ils avaient besoin de dire quoi que ce soit, ils savent bien que tu choisiras tout le temps la meilleure option ! ]

Je recule sur ma chaise peu après lui et croise mes mains devant mon visage pour scruter sa réaction, c'est là que je vois son regard sur ma starter et mon regard se fait plus sombre encore, j'imagine tout ce quoi à quoi il doit penser et l'orage pointe dans mes yeux. Je me redresse et regarde Sirius dans les prêt à assener mon dernier coup, le regard neutre et l'air aussi désintéressé que possible je lance une dernière pique à son encontre.

« Et sinon j'imagine que tu es au courant que ton frère est rentré n'est-ce pas ? »

Le mensonge est une chose mauvaise, il ne faut jamais mentir. J'ai beau me dire ça l'expression de Sirius me le fait tout de suite oublier et Gabriel affiche un sourire amusé tandis que Lily soupire de déception.

[ Peter franchement... tu sais très bien que les relations avec son frère sont compliquées. Dis lui la vérité... ]

Elle peut bien dire je veux encore un peu profiter de ce moment, j'adore le voir essayer de retenir sa fureur. Je caresse distraitement ma Zébibron qui, et je le remarque avec beaucoup de fierté, regarde la starter de Sirius comme si elle était la chose la plus inutile du monde. Je reporte mon regard sur Sirius en attente de sa réponse, alors mon petit Bêta Powelle que vas-tu bien pouvoir répondre à ça ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5307-378-autant-que-savoir-douter-me-plait-peter-wellington-voltali#58040 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5388-peter-wellington-voltali#58044
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 2799
Points d'Expériences : 870

MessageSujet: Re: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   Mer 26 Oct - 1:09




Un si doux sentiment

Avec Peter Wellington


« - Que devient une étoile qui meurt ?
- Un rêve qui vit. »

Peter était comme une guêpe. Il piquait et repartait. Un terrible et insupportable insecte. Mais il n'était que ça. Un insecte. Il restait insignifiant. Les piqûres qu'il laissait s’effaçaient vite. Du moins, c'était le souvenir qu'il avait eut de Peter quelques années auparavant. Mais Peter avait grandit. Ses mots s'étaient durcis. Il avait appris ses points faibles et tapait en plein dedans, laissant désormais des plaies aussi grosses que son ego.

Il faisait mal. Il blessait. Il plantait les couteaux de la honte. Il installait le poison de la colère dans son corps. Sirius détestait, haïssait, ce sentiment de perte. Perte de lui même, perte de contrôle, perte de tout ce dont il était si fier. Voilà que Peter tapait fort. Depuis quand le petit gosse impertinent était devenu ce jeune adolescent aux mots si violents ? Les sourcils de Sirius se froncèrent une demi-seconde. Il prit une gorgée de sa boisson, ne lâchant pas du regard le gamin.

Il devait en rester certain. Peter n'était qu'un gamin. Il ne le maîtrisait pas. Sirius était meilleur, plus grand, plus fort. Il avait plus d'expérience. Il ne jalousait pas du tout la relation encore intacte que partageait Peter avec ses parents. Il ne jalousait pas l'innocence des contacts qu'il avait avec sa starter. Rien de tout ça. Il avait l'expérience de la douleur et de la haine. Il saurait la surmonter. Même si Peter tapait fort. Surtout s'il tapait fort. Il était plus fort. Il vivait depuis une semaine avec Hanae ! Si ça prouvait pas sa force ça …

La façon dont il parlait de ce que Sirius aimait tant. Il avait envie de claquer le point sur la table. De lui jeter les injures les plus odieuses qu'il connaissait. Il tremblait légèrement et n'essayait même plus de cacher sa colère. Petit abruti qui ne sait rien. Et lui grand con qui croit tout savoir et qui n'en sait pas plus que petit abruti. Pourquoi arrivait-il a l'atteindre aussi parfaitement. Just right.

- Parce que tu crois sincèrement qu'aller dans l'espace est la seule façon de toucher les étoiles ? Mon cher Peter, ça prouve bien que tu n'as strictement rien compris au monde qui nous entoure. Il existe un éventail infini de couleurs et de nuances, tout n'est pas tout noir ou tout blanc. Quand une porte se ferme c'est des dizaines d'autres qui s'ouvrent. Tu peux bien en penser ce que tu veux, c'est super triste si tu réalises pas ça.

Redresse toi Sirius. Reprend confiance. Tu es fier de ce que tu es. D'où tu es. D'où tu vas. Tu es fier et c'est pas un sale mioche qui va remettre en cause tout ça. Il peut bien dire ce que tu veux tu sais mieux que lui qui tu es et ce que tu seras. C'est à toi d'en décider Sirius. À toi et à toi seul.

Et tout dérape. C'est le mot de trop ça Peter. C'est le coup de trop. Sirius se releva. De toute sa hauteur, de toute sa colère, de toute sa haine, le regard qu'il pose sur le Voltali est probablement le plus noir qu'il n'a jamais adressé à qui que ce soit. Son regard habituellement brun s'était noircit et il était difficile de différencier la pupille de l'iris. Noire colère, noir regard. Au final, tout est noir ou tout est blanc. Ses belles paroles s'envolèrent dans le vent. Tu es allé trop loin Peter. Beaucoup trop lien. La main de Sirius claqua sur la table et sans un mot, car il savait parfaitement que s'il ouvrait la bouche les mots qui en sortirait serait bien trop violent et il lui restait une once de  bon sens pour savoir que dire des horreurs à Peter ici n'était clairement pas une bonne idée.

Par contre, son contrôle n'est plus assez suffisant pour qu'il ne se retienne de saisir son verre et le renverser sur la tête de ce garçon qui l'embêtait tant. C'était une bien maigre revanche face à la douleur et la colère qui l’envahissait. Sirius n'était pas quelqu'un de violent mais quand on frappait ainsi dans ce point là, il perdait toute réflexion. Il devait partir avant de faire quelque chose de mal. Et c'est ce qu'il fit. Il le planta là. Après l'avoir arrosé. Il partit.

Il ne voulait plus le voir. Il ne voulait plus penser à ses doutes. Il ne voulait plus. Plus. Plus. Plus. Stop.

Game Over Sirius.

You lose.

© BB Dragon



Rp terminé pour Sirius.

_________________

Le meilleur coordinateur ! 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Les pires ennemis avec Hanaë 2016


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 6893
Points d'Expériences : 205

MessageSujet: Re: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   Mar 22 Nov - 17:40


Un si doux sentiment
ft Sirius B. Powell
Mais dans quel monde utopique cet être dépourvu de toute violence a-t-il vécu pendant toutes ces années ? Dans quelle bulle éloignée de la réalité a-t-il pu grandir pour affirmer que lorsque une porte se ferme s'en est d'autres qui s'ouvrent ? Dans mon monde, quand la porte par laquelle je veux entrer se ferme celles qui s'ouvrent ne valent même pas la peine d'être ouvertes, comment Bêta Powell pourrait-il tracer un trait sur son rêve sans rien faire pour le rattraper ? Pourquoi laisse t-il ses parents fermer sa porte ? Il a donc si peu changé ? Et il se redresses comme fière de ce qu'il vient de dire, mais c'est lui qui est triste de ne pas voir les chaînes qui l'emprisonnent.

Mais les mots acides que j'ai lancé le font soudain se relever et je vois soudain un géant au dessus de moi, un géant qui me regarde furieusement et dont la main se rapproche beaucoup trop vite de moi. Et j'ai peur de lui, et j'ai peur de la colère de mon père, et je ferme les yeux tandis que mon corps se rétrécit sur lui-même. Mais le coup ne vint pas, car je ne suis plus le petit garçon pleurnicheur et pathétique que j'étais, car Sirius n'est pas mon père et qu'il serait bien incapable de faire du mal à qui que ce soit -King's Game Joke !-. Et pourtant Sirius est furieux et ça se voit, je n'ai pas le temps d'esquiver le liquide froid qui coule alors le long de mes cheveux pour venir ruisseler sur mon visage et mon dos, tandis que le Noctali passe à côté de moi d'une marche rapide je reste figé les yeux écarquillés.

Ce n'est qu'au bout de quelques minutes et alors que la serveuse vient m’adresser quelques mots que je reprends mes esprits, je renvoie la serveuse d'un geste de la main et lui demande de m'apporter la note ce qu'elle s'empresse de faire apparemment soulagée que je veuille m'en aller, Sparky semble inquiète à mon sujet mais je me contente de faire couler des gouttes de jus jusqu'à son museau pour qu'elle puisse y goûter.

« Tu vois Sparky, en plus d'être dépourvu de manières et d'être partit comme il était arrivé c'est à dire sans un bonjour ni un au revoir, il s'est en plus permit de partir sans payer sa note. Non mais vraiment je me demande ce qu'il va devenir avec ce genre de manières, après ça il s'étonne que ses parents ne veuillent pas le laisser diriger sa vie. »

(Peter est-ce que tu vas arrêter de faire semblant ? C'est pas marrant là >.<)

Je paie la note et m'éloigne autant que je peux avant de soudain m'appuyer sur un mur, un coup d’œil des deux côtés de la rue et je peux enfin me laisser aller, mes épaules sont parcourues de soubresauts tandis que des gloussements commencent à monter dans ma gorge pour finalement laisser sortir un rire cristallin, presque un rire d'enfant. Lily s’assoit à mes côtés et rit elle aussi tandis que Gabriel pousse un soupir excédé mais son demi-sourire ne trompe personne, il n'y a bien que Sparky qui ne comprend rien et qui pense que je suis devenu complètement fou, alors après avoir essuyé une larme de rire et m'être à peu près calmé je me tourne vers ma starter et l'attire vers moi pour la câliner doucement.

« Désolé Sparky si tu n'as pas compris les différentes scènes que tu viens de voir mais tu vois, le garçon à qui nous venons de parler est l'un de mes meilleurs ennemis et j'ai eu peur un instant qu'il ne soit plus lui-même, mais je suis soulagé il a l'air de bien se porter. »

Elle n'a pas l'air de comprendre beaucoup plus mais décide finalement de ne pas chercher à en savoir plus puisque son dresseur semble aller bien et elle donne un coup de langue sur le jus qui coule sur sa joue. Je ris et tente faussement de repousser ma Zébibron qui s'en donne à cœur-joie, une fois qu'elle s'est enfin arrêtée -comprenez : que la séance de torture a enfin cessé- j'ébouriffe sa crinière et me relève, là je vois une goutte coulant sur ma manche et je la bois impulsivement, alors que la seule goutte coule au fond de ma gorge je soupire de dépit. Même si Bêta Powell est un idiot il faut bien l'avouer : il a un bien meilleur goût, son jus est beaucoup plus savoureux que le mien...

« Ça m'énerve... la prochaine fois que je le vois, je m'amuserais à lui passer une commande pour voir sa réaction. J'ai hâte de le revoir ! »

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5307-378-autant-que-savoir-douter-me-plait-peter-wellington-voltali#58040 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5388-peter-wellington-voltali#58044
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un si doux sentiment ★ Peter Wellington   

Revenir en haut Aller en bas
Un si doux sentiment ★ Peter Wellington
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: autres expéditions :: Ile Touga-