Partagez | .
Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Johto
Âge : 16
Niveau : 14
Jetons : 912
Points d'Expériences : 266

MessageSujet: Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION   Lun 1 Aoû - 22:23







Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION

Andrew Stansfield, Matsuo Kyokai




C'est avec impatience que j'attendais le jour du départ pour notre première mission à Andrew et moi.
Je n'en revenais d'ailleurs toujours pas que nous ayons réussi à nous entendre aussi rapidement vue la façon dont on s'était rencontré. N'importe qui aurait dit que nous n'avions aucune chance de nous entendre, mais nous avions démenti ça. Bon ce n'était pas encore ça, mais il y avait un net progrès.
On était bien loin de notre prise de bec. Depuis notre entraide dans les grottes, un étrange lien nous liait et j'avais du mal à mettre un nom dessus. Nous n'étions pas vraiment amis, mais nous avions du respect pour l'autre. Parfois certaines de ces remarques m'exaspérais – l'inverse était aussi fortement probable – mais nous arrivions à nous entendre sur le principal. Nous n'avions pas grand chose en commun mais je devinai que nous avions le même objectif, monter le plus haut possible. L'accomplissement de missions était un moyen d'arriver à notre objectif, et quand j'en avais entendu parlé, j'avais tout de suite pensé à Andrew. La faire seul n'étant pas aussi attrayant, je n'avais rien à perdre à lui proposer de la faire avec moi, car je l'aurais fait de toute façon. La question ne se posa pas car il accepta, non sans avoir réfléchit bien sur.

Le matin du départ j'étais sur le pied de guerre dès le réveil. Réveil qui avait été des plus matinal puisque le ferry partait au lever du soleil.
J'avais préparé mon sac à dos la veille, et avait empaqueté de quoi survivre pendant ces trois jours. J'enfilai une tenue confortable – Short, tee-shirt et basket – et une fois près j'étais allé déjeuner, faisant attention de ne pas réveiller mes colocataires. J'avais quarante cinq minutes avant de retrouver Andrew sur les quais.
Comme chaque matin, j'avalai une bonne quantité de nourriture et partageai même ma coupe de fruit avec Pix, qui se révéla friand de pastèques.
J'avais encore vingt bonnes minutes avant d'arriver au lieu de rendez-vous, mais je marchai d'un bon pas pour ne pas avoir trop froid. Car comme la plupart des endroits à proximité d'un désert, Touga avait des nuits très fraîches et ma veste en sweat ne réchauffait pas grand chose.
Andrew n'était pas encore là quand j'arrivai, bien que je doutais de l'attendre très longtemps. De ce que je savais de lui, il était du genre à être ponctuel comme une horloge.
Je m'étais accroupi et grattouillai la tête de Goupix tout en pensant à la mission, les yeux dans le vague. On allait avoir la chance de rencontrer un pokemon encore inconnu dans les régions du monde répertorié. Et en plus, on allait devoir le suivre à la trace pour étudier son acclimatation à Lansat pendant trois jours. Franchement, j'avais hâte de commencer et pouvoir en apprendre le plus possible sur ce pokemon.
Un vague regard à ma montre me confirma que j'avais raison quand j’aperçus mon partenaire de mission.

- Salut Andrew, bien dormi ?

J'écoutai sagement sa réponse mais ne pus répondre car un coup de corne de brume se fit entendre pour annoncer le départ proche du ferry. Je fis à sourire à Andrew et lui lançais :

- Alors partenaire, prêt pour trois jours d'observation intensive de pokemon ? Pour ma part, je n'ai qu'une envie, déjà y être. Pouvoir étudier un pokemon de cette façon, c'est juste génial. Je vais pouvoir faire pleins de croquis et compléter ma collection d'un pokemon d'une région encore inconnue.

Je fis signe à Goupix de me suivre et nous montèrent tranquillement sur le ferry, avant de nous trouver un coin tranquille à l'intérieur.
Quand le soleil tapa suffisamment fort, je sortis prendre l'air et allai à l'avant du bateau pour profiter du paysage. J'en profitai pour essayer de voir des pokemons aquatiques, mais je ne vis pas grand chose. Juste le tentacruel d'une des passagères du ferry, et je n'étais pas très fan de ces pokemon, alors je fus un peu déçu. Quand Andrew me rejoint, j'en profitai et commençai les esquisses d'un dessin le représentant avec Iris.

Finalement nous finîmes par arriver au port de Lansat et je pus admirer le panorama de l'île. Toute la ville semblait avoir été créée autour du port et en cercle.
C'était la première fois que j'allais à Lansat, puisque je n'avais pas encore eu l'occasion d'entrer dans la prestigieuse Pokemon Academy. Nous n'aurions sûrement pas l'occasion, voir même l'autorisation, d'y entrer pendant notre rapide escale, mais je n'étais pas pressé. Me concentrer sur l'instant présent était le plus important, j'allais avoir le temps d'explorer l'école à partir de la rentrée.
Le bateau accosta et je suivis Andrew sur les quais. Je m'étirai un peu, pour me décrisper et regardai autour de moi. Il y avait bien plus d'animation qu'à Doublonville et je ne me sentis pas à mon aise. Je me sentais un peu oppressé et je n'aimais pas trop ça.
Nous priment un bus et je fis confiance à Andrew pour choisir le bon, car pour ma part je ne compris rien au plan qu'on avait devant les yeux.
J'observai la ville au travers des vitres et je m'amusai beaucoup. Il y avait tant de gens différents et de magasins en tout genre. J'avais même repéré une boutique qui m'avait semblé très intéressante et j'essayai de retenir l'endroit. Il n'y avait pas beaucoup de chance que je sache y retourner, mais j'avais une bonne mémoire visuelle, et cela me permettrais de resituer plus rapidement lors de mes visites quand je serai à la Pokemon Academy.

Nous arrivâmes enfin devant l'immeuble abritant les locaux de l'entreprise Palladium. C'était tout simplement trop immense pour moi. Même si il y avait des building à Doublonville et qu'on en avait croisé en chemin – j'avais eu le temps de me faire un peu à la ville –, celui là les écrasait tous par sa taille. J'étais un peu mal à l'aise et me sentis tout petit face à cet édifice fait de béton et de métal.
Je constatai que Goupix n'était pas non plus à son aise depuis que l'on était en ville. Nous faisions une beau duo de campagnard, tous les deux. De son côté, Andrew ne semblait pas le moins du monde dérangé par l'ambiance qui régnait en ville. Enfin, il avait grandi dans une ville de ce genre, alors ça ne devait pas le dépayser plus que ça. Il allait falloir que je l'emmène à Greenfield.

Nous entrâmes et nous dirigeâmes tout de suite vers le bureau de l'accueil où était installé une jeune femme, avec une longue chevelure blonde, qui était au téléphone. J'attendis qu'elle raccroche et se tourne vers nous. Elle avait les mains parfaitement manucurées, et il se dégageait d'elle une assurance et une détermination surprenante chez ce genre de jolies filles en général.

- Bonjour, nous sommes étudiants de la Pokemon Academy, nous sommes là pour une mission.

Elle nous fit un sourire et reprit aussitôt son téléphone et nous annonça à un de ses collègues. Après une discussion expédiée, elle nous expliqua :

- Le chef de la section recherche vous attend. Prenez l’ascenseur, et se sera au quatrième étage, deuxième bureau sur votre gauche. Bon courage.

Je la remerciai d'un grand sourire et nous primes la direction de l'ascenseur. Il me fallu promettre à Goupix qu'il ne risquait rien dans la cage d’ascenseur, car ce dernier refusa d'entrer.

- Piiiiiiiix, geignait-il à chaque fois que j'essayai de le faire entrer.

- Désolé Andrew, je ne sais pas ce qu'il lui arrive. Il a peut être des tendances de claustrophobie, maintenant que j'y pense, il n'a jamais voulu rentrer dans sa pokeball jusqu'à présent.

J'étais accroupi à côté du renardeau et lui fit tourner la tête pour qu'il me regarde. Il s’arrêta de geindre et m'observa en silence.

- Écoute Pix, je peux comprendre que tu n'aimes pas les endroits clôt. Mais je t'assure que tu ne risque absolument rien. Fais moi confiance.

Je gardai le contact quelques secondes, le temps de voir enfin le regard de Goupix reprendre son état habituel. Je lui fis un sourire tout en lui ébouriffant la tête.

- C'est ça Pix, tout va bien. Je me tournai vers Andrew et lui fit un sourire. Bon maintenant que cette histoire est réglée, je pense qu'on peut y aller.

La montée de l'ascenseur fut calme et nous arrivâmes rapidement à l'étage quatre. Je sentis Goupix se détendre quand il vit les portes s'ouvrir et je lui glissai un peu moqueur:

- Tu vois, c'était pas si terrible que ça.

Il me répondit avec un jappement de joie qui me fit rire doucement. Il était claustrophobe, mais il se remettait vite.
Avant de frapper à la porte du bureau, je demandai à Andrew :

- Alors toujours d'accord pour faire cette mission avec moi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5223-natsuo-kyokai-debarque-a-l-academie-fini#56478 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5260-matsuo-kyokai-noctalien-cours
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION   Sam 27 Aoû - 18:30


Un visite atypique de Lansat ?
Andrew Stansfield / Matsuo Kyokai

- Je vais y réfléchir...

Ne vous leurrez pas. Quand vous obtenez une telle réponse, vous pouvez être sûr que votre interlocuteur a déjà fait son choix. Ou qu'il essaie de vous faire mariner. N'étant pas vraiment un sadique, du moins, je le crois, il ne s'agissait juste pour moi que de m’atteler aux derniers préparatifs avant de donner le feu vert. Enfin, "derniers préparatifs"... Là ou poster une candidature solide s'avérait être un obstacle de premier ordre pour certains, il ne s'agissait pour moi que d'un détail, car quoi je dise ou quoi que je veuille, je restais néanmoins un Stansfield, et bien que ma nature fût toujours profondément différente de celles de mes parents, voire aux antipodes... L'art de l'administration et des jolis mots était dans mon sang. Petit déjà, j'avais l'habitude de manier la plume que ce soit pour des inscriptions, des recommandations, je les connaissais, ces réflexions bien senties qui vous ouvraient grand les portes des belles écoles comme des entreprises prestigieuses à l'image... de Palladium.

Et pourquoi donc avoir choisi sur un coup de tête de se lancer dans une mission proposée par ladite Palladium Drew ? Ne faut-il pas réfléchir avant d'agir ? Que croyez-vous que j'ai fait ? Il était temps même, de s'extirper de cet état de stagnation dans lequel je m'étais engoncé dès ce début de vacances. Ne rien faire, rester cuire sous un soleil de plomb, assister léthargique au long déroulement des jours ployant sous la monotonie de la désertique Touga : ça allait bien cinq minutes, pas deux mois. Comment pourrais-je en vérité commettre la faute de louper cette occasion en or ? Premièrement, cela me fournirait au moins une maigre idée de ce que serait ma scolarité à l'académie, à défaut d'avoir vécu intellectuellement parlant seulement entouré de professeurs particuliers, deuxièmement Lansat ne serait plus un mythe lointain mais bien quelque chose de concret, de palpable, de tangible ! Je ne peux le cacher, faire cavalier seul était ce que j'avais prévu mais... quelque chose me disait que Matsuo Kyokai était de la même étoffe que moi. Sans amalgames, nous ne venions pas du même monde... Cependant, il y avait ce sentiment subtil que nos caractères étaient faits pour aller de pair. Pour l'instant, nos échanges se bornaient à de simples formules de politesses et parfois à des réflexions un peu plus profondes, mais nous étions encore loins de nous déclarer comme de véritables connaissances. Amis ? N'y songeons même pas. Le jour ou quelqu'un me supportera (et vice-et-versa) le monde nous tombera sur la tête !

Enfin... il faudra bien un jour que je me fasse au travail d'équipe...

Et comme je n'aime pas tourner autour du pot, j'ai bouclé le reste de mes affaires la veille, sans précipitation, toujours judicieusement. Chemises parfaitement repassées, argent en cash coincé dans le porte-cartes à côté des papiers d'identité et de la carte bancaire, le strict minimum quand l'on sait ou l'on va et ce que l'on fera, et... bien sûr la pokéball d'Iris, déjà ravie à l'idée de voir du pays. Un peu trop, d'ailleurs.

- Salut Andrew, bien dormi ?

- Humm... J'ai vu pire...


Je jetais un regard lourd de reproches à ma Kraknoix, qui fit mine de ne pas comprendre. De la veille du départ jusqu'à cette apparition matinale sur les quais, iris avait mis son monde sans dessus dessous, piaillant, brûlant d'impatience, me faisant avaler mon petit-déjeuner comme un forcené, prenant elle même le soin de traîner ma valise en étau dans sa mandibule, avant de me la rendre, comprenant que ce n'était pas une bonne idée. Heureusement, le cuir couleur crème n'avait pas la moindre égratignure... au delà de la valeur pécuniaire (dont je me fichais éperdument), j'affectionnais beaucoup ce bagage sur-mesure fait par les mains expertes des cordonniers de Cerutti, une excellente marque dont la réputation n'est plus à refaire. Je vous vois déjà avec vos remarques charmantes, "monsieur ne va pas chez tout le monde!". Et vous savez quoi : vous avez raison. Ce que je porte aujourd'hui même, vient des meilleurs tailleurs d'Illumis: chemise blanche immaculée accompagnée d'une cravate en soie bleu marine, avec un pantalon de coton de la même couleur, souliers noirs vernis en accord avec la ceinture de cuir, chaque détail de ma tenue est calculé, savamment associé et cela ne me prend que cinq minutes tous les matins, car je l'ai toujours fait, et je le ferais probablement jusqu'à ma mort. Si cela pose un problème à quelqu'un, c'est son problème, pas le mien. (c'était le plaidoyer pour les costumes, car Iris me taraudait à ce propos... toujours curieuse, un peu trop parfois).

La corne de brume retentit, coupant court toute discussion.

Une fois les affaires transportées en soute, je m'échappais de l'air confiné des étages inférieurs pour retrouver un souffle un peu plus pur sur le pont. Le soleil noyait le bateau de ses éclats d'or, parant la mer de teintes fantasmagoriques, conférant aux passagers un semblant de magie. Ils étaient de tous horizons et de toutes les couleurs; belles femmes au regard mélancolique, bande de mômes surexcités traversant l'espace comme un vol de Passerouges, et aussi... mon camarade, qui semblait avoir eu le même besoin que moi. Un sourire en coin, je m'approchais distraitement du bastingage afin de mieux saisir la beauté de la Grande Bleue. Je me réveillais doucement de ma torpeur, et c'est au fil des minutes que je commençais à apprécier les embruns envoûtants, la fraîcheur du zéphyr sur mes joues. Aux anges, ma compagne observait les vagues danser le long du navire, léchant la coque sous l'impulsion d'un Pokémon, seigneur des mers. Avec un peu de concentration, j'arrivais même à distinguer l'ombre d'un jeune Wailmer...

Je pensais qu'un déclic se ferait en la voyant, elle, cette île tant attendue, rocher des nouveaux jours et des espoirs secrets, mais... rien. Je restais de marbre. Au fond le lieu importait peu. Nous étions des acteurs sur le point de jouer la grande pièce de la vie... Quelle importance pour le décor ? Je pouvais reconnaître que c'était un joli petit bout de nature dressé comme un défi au cœur de l'océan, avec ses falaises érodées et ses couleurs encore chatoyantes de vert et d'ocre, et son port qui de son long ceint la côte harmonieusement : Lansat se présentait, d'une beauté discrète et sans apanages pompeux. Nous descendîmes rapidement de la navette Kyokai et moi, prêts mentalement et physiquement à commencer d'emblée notre mission. La traversée de la baie se fit à pas lestes tandis que je me surprenais à retrouver un peu d'Illumis dans l'agitation fiévreuse des quais. Mais ce n'était pas la même fièvre... tandis que ma ville natale semblait mourir chaque jour de sa gangrène, celle-ci était d'avantage bon enfant. Mon collègue de voyage me laissa le soin de nous amener à bon port, visiblement embarrassé du capharnaüm maître des lieux. Amusant... il n'avait peut-être pas l'habitude des grandes villes ?

Fondamentalement, que tu viennes de Kalos ou d'ailleurs, tu t'aperçois vite que tous les réseaux routiers se ressemblent. Il ne fut pas difficile d'attraper au passage un bus couvrant les lignes principales, direction le siège rutilant de Palladium. C'est un peu décontenançant d'emprunter un transport commun dans ces conditions, cela me paraissait même légèrement surréaliste. Je jetais une regard dérobé sur Kyokai qui semblait émerveillé et un peu perdu, analysant comme il pouvait les rues qui défilaient comme de longs serpents de macadam. Je ne tardais pas à l'imiter, jugeant qu'il serait utile de savoir se repérer à travers ce dédale quand le temps de la rentrée serait venu.

Palladium centre, veuillez sortir à droite.


Pour du bâtiment, c'est du bâtiment. Enfin, il va en falloir plus pour m'émouvoir : ces monstruosités sont dans la capitale Kalosienne légions. Quant à Iris, depuis le début du trajet, chaque coin de rue semble être à son regard une aventure fabuleuse... Je lui envierais presque son engouement ! Pour le jeune brun et son Goupix, cela semble être un nouveau monde... Un jour, il faudra que je les emmène à Illumis.

à l'accueil, la secrétaire prend nos noms. Une jolie femme aux cheveux vénitiens, l'air bien sur elle, comme toutes les secrétaires du monde. Je sens en revanche que celle-ci en a plus à revaudre qu'elle ne le laisse croire. Kyokai se charge de l'administratif pour mon plus grand plaisir, car je ne suis pas ce qu'il y a de plus loquace. D'une oreille distraite, j'écoute leur échange, captant les renseignements qui m'intéressent, effaçant les autres sans trop de remords.

- L'ascenseur ?


Je fis le signe à Iris de me suivre, talonnant nos deux compagnons de voyages, un léger sourire sur les lèvres pour les remercier de leur intervention. Il y eut un petit intermède, assez amusant à vrai dire, ou Pix refusa obstinément de rentrer dans la cage de l'appareil. Son dresseur déploya des trésors d'ingéniosité et de tendresse pour enfin réussir à le faire monter, talents que je ne peux que saluer. Je serrais ma starter plus fort dans mes bras. J'avais envie d'être le meilleur dresseur pour elle, et les voir ensemble se faire confiance l'un l'autre m'avait en réalité touché, affermissant d'autant plus ma volonté de m'améliorer. La musique d'ascenseur fut percée par une voix:

- Alors toujours d'accord pour faire cette mission avec moi ?

- Hmm je crois que non, je vais rebrousser chemin... Bien sûr, toujours d'accord, j'ai même plutôt hâte !

Enthousiaste, de bonne humeur... Que m'a-t-on fait ? Cela surprend même la petite Kraknoix. Je ne sais pas trop, je n'en suis pas sûr... mais je crois que je fais confiance à ce Noctali. Je me tourne en face de la porte l'air mutin, jusqu'à son ouverture. Nous sommes aussitôt accueillis (ou assaillis, cela dépend de la vision de la chose) par un duo atypique.

- Emilia Von Kaat, mais appelez moi Emilia tout court héhé, c'est moins long... Ahem... Je suis la doctoresse qui a pris en charge le Pokémon que vous allez étudier au cours de ces trois jours avec nous, et, je vous accompagnerais aussi sur le terrain... et voici Joseph Mapps, notre trappeur attitré... enfin pas trappeur au sens ou il chasse, il connaît juste le coin comme sa poche...

- ça fait plus de trente ans que je traîne ma carcasse dans ces coins, alors pas de soucis. Appelez moi Jo hein, pas de formalités. Et là, sur mon épaule, c'est Magnolia, le plus grand limier de tout Lansat. On va vous emmener au point de rendez-vous en Jeep, une fois les formalités réglées. Miss Emilia sait tout, elle a même préparé une diapo.

- Euh... Oui, oui, suivez moi dans la salle d'à côté, on vous fournira toutes les informations nécessaires à la mission !

Tandis que dans la salle plongée dans le noirs défilait la fameuse diapositive, j'étudiais nos référents sans vraiment comprendre si j'étais complètement déboussolé ou si la situation était tout à fait normale. "Emilia" était une jeune femme aux longs cheveux bruns un peu revêches, avec un joli visage sur lequel des lunettes fines se plaisaient à descendre à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche; elle les replaçait sans arrêt du bout des doigts. Dans son ton, de l'excitation et une certaine anxiété: je brosse bien le tableau de la fille bardée de diplôme pour qui c'est la première mission. Avec ses manières peu professionnelles et son bavardage de perruche, elle était plutôt amusante. Quant à l'homme qui l'accompagnait, il semblait être venu d'un autre monde. Grand, baraqué comme un Mackogneur, son visage très masculin était couvert d'une épaisse barbe sombre d’où pointait quelques cicatrices (restes de combat?), et pourvu de deux yeux sombres cachés sous un chapeau camel qui avait fait son temps. Le genre de type à vous broyer la main rien qu'en la touchant. Comme un faux raccord, une petite Skitty agrippée sur le plat de l'épaule poussait des miaulements à s'en faire pâmer les pokéfans, gratifiant nos compagnons de sourires à faire fondre des glaciers. Mademoiselle Magnolia je présumé ? Kyokai semblait aussi éberlué que moi.

- Donc, comme vous le voyez, nous avons découvert ce Pokémon inédit pour nous, dans l'une des rivières d'Alola. Cet Otaquin, c'est le nom qu'on lui a donné, était grièvement blessé à l'aileron gauche et nous avons dû l'opérer en urgence.

- C'était terrible... Pauvre petite créature... Heureusement les mains de miss Emilia sont magiques...

- Oh... euh, nous l'avons donc amené ici sur Lansat, afin de procéder à des tests de réinsertion, cela pour juger de sa capacité à s'intégrer dans un nouveau biotope dont l'environnement lui est inconnu. Otaquin se nourrit particulièrement de poissons d'eau douce, et vit généralement de façon grégaire.

- Le spécimen en question est un Pokémon très curieux et relativement peu farouche envers les humains, c'est peut-être ce pourquoi sa capture a été aussi facile. En revanche ne vous trompez, pas. Poursuivre un animal est une tâche fastidieuse qui nécessite de la patience et du professionnalisme, ce que nous allons attendre de vous au cours de ces journées.

- Palladium fait entièrement confiances aux jeunes élèves de la Pokémon community, et nous sommes de leurs avis. Mais comme on apprend mieux sur le terrain...

- On file directement à la jeep si vous n'avez pas de questions.

Les bras croisés, Joseph Mapps attendait notre réponse d'un œil scrutateur. Je me levais de la chaise, encore un peu abasourdi par le numéro de notre duo de choc. Reprenant rapidement mes esprits, je déclarais que j'étais pour ma part, prêt.

- Et toi Kyokai ?



Revenir en haut Aller en bas
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Johto
Âge : 16
Niveau : 14
Jetons : 912
Points d'Expériences : 266

MessageSujet: Re: Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION   Ven 9 Sep - 20:49







UNE VISITE ATYPIQUE DE LANSAT ?

ANDREW STANSFIELD | MATSUO KYOKAI




- Hmm je crois que non, je vais rebrousser chemin... Bien sûr, toujours d'accord, j'ai même plutôt hâte !

Sa remarque me fis rire, Andrew n'avait pas souvent fait preuve d'impatience, c'était nouveau pour moi, et je trouvais ça plutôt cool. Plus j'apprenais à le connaître, plus je sentais qu'il me ressemblait, j'ignorai en quoi, mais cette certitude avait pour conséquence que la confiance que je lui portais, était grandie.

Nous toquâmes et fumes accueillis par un drôle de couple.
La première, une jeune femme volubile, se présenta sous le nom d'Emilia Von Kaat, mais insista pour qu'on l'appelle par son prénom. C'était la chercheuse en charge de l'étude du pokemon que nous allions garder pendant trois jours.
Avec ses lunettes, et ses longs cheveux, elle était l'image même de la jeune scientifique, sûrement à peine sortie de l'école.
Puis elle présenta son partenaire, Joseph Mapps, qui était un véritable colosse. Il était tout à fait le genre d'hommes à vous mettre la pression par leur simple présence dans la même pièce.
Emelia nous expliqua qu'il était trappeur et ce dernier nous résuma rapidement la raison de sa présence et nous présenta son pokemon, un Skitty me semblait-il.

Ils nous firent ensuite un rapide topo de la situation. J'avais sorti mon carnet et je notais tous les points qui pouvaient être intéressants :

"Blessé à l'aileron gauche, se nourrissant de poissons d'eau douce, vit de façon grégaire…"

Je bloquais quelques secondes sur le mot. J'avais déjà vu ce mot, mais le sens m'échappait. Dans le doute, je le notais aussi. Notre sujet, était peu farouche et très curieux, cela promettait une bonne expérience.
Ils nous prévirent tout de même. Notre mission ne serait pas de tout repos et ils attendaient de nous que nous soyons professionnels.

- On file directement à la jeep si vous n'avez pas de questions.

Andrew mit quelques secondes à répondre, semblant peser le pour et le contre. Il était plutôt réfléchi, ce qui n'était pas un mauvais point. Il finit par dire que tout était bon pour lui et le regard de Joseph se tourna vers moi. Il ne me lâcha pas du regard, semblant analyser mes réactions.
Il ne me fit pas peur pour autant. J'étais prêt à m'acquitter de ma tâche de mon mieux, Pix aussi, et je ne comptais pas baisser les yeux. Ce fut l'intervention d'Andrew qui me fis arrêter le petit jeu stupide auquel je jouais.

- Et toi Kyokai ? 

- Pas de questions pour moi non plus.

Nous primes donc le chemin du garage, en sous-sol, en passant par l'ascenseur. Je jetai un œil à Pix, et vit qu'il faisait de son mieux pour ne pas tressaillir devant l'épreuve qui s'annonçait pour lui.
Pris de compassion, je fouillais rapidement dans mon sac pour en sortir une douceur pour pokemon, que j'avais pris avant de partir de chez moi. Je n'en avais presque plus, et j'allais pouvoir profiter de ma présence à Lansat pour aller en acheter.
J'en tendis une à mon pokemon, en lui faisant un clin d'œil. Il prit la friandise sans un mot, mais je devinai sa reconnaissance dans ses grands yeux noisettes.
Le trajet dans la boite métallique se fit en silence, bien qu'Emilia tenta une fois ou deux de lancer la conversation, mais j'étais pour ma part plus inquiet pour Pix, Andrew ne semblait pas d'humeur à faire semblant de s'intéresser aux autres, et Joseph nous observait mon camarade et moi, semblant se faire un avis sur notre drôle de duo.
En réfléchissant à la question, je me rendais compte qu'effectivement on devait paraître étranges ensemble. On échangeait peu, et semblait distants l'un envers l'autre. Il ne devait pas être facile de comprendre ce qu'il se passait entre nous. J'avais moi-même du mal à le définir, mais je n'étais pas inquiet. Il y aurait sûrement des imprévus – ça faisait parti du jeu – et nous allions sûrement au devant de quelques difficultés. Pourtant, je savais que nous allions nous en sortir, nous nous complétions bien, notre escapade dans les grottes scintillantes l'avait prouvé. Il n'était à présent plus que question d'améliorations et d'habitude à travailler ensemble.

Pendant le trajet, Goupix se montra meilleur compagnon et accepta même qu'Emélia le prenne pour l'observer de plus près. Par contre il refusa que Joseph l'approche. Mon pokemon semblait moins réfractaire au contact avec les filles, c'était à noter.

- C'est un très beau spécimen de goupix que tu as. Il est en parfaite santé et semble vif. Il est évident qu'il est taillé pour la vitesse, mais il semble un peu juste en défense. Comment compte tu palier à cette faiblesse ?

Elle avait l'œil cette chercheuse pour deviner aussi vite les caractéristiques de Pix.

- Je ne sais pas encore. Je pourrai travailler sa vitesse et ainsi lui augmenter son esquive. Mais il y a aussi l'option de se concentrer sur cette faible défense et le rendre plus résistant. Pour l'instant, je me suis concentré sur notre relation. Nous nous connaissons que depuis un mois, et Goupix est un paradoxe à lui tout seul.

J'avais dis ma dernière phrase avec un sourire et Pix m'avait répondu d'un petit jappement insolent, très fier de lui-même. Ça m'avait fait un peu rire et une fois mon pokemon de retour sur mes genoux, c'était sa journée pot de colle, je repris l'observation du paysage, essayant de m'habituer à la ville.
Nous fîmes halte à la limite de la ville, devant une villa d'une taille raisonnable ressemblant à la plupart des villas alentours. Emelia nous fit entrer et je constatai que l'extérieur était trompeur. Ça ne ressemblait pas à une villa lambda. Après un petit vestibule, on arriva dans la pièce principale où une piscine prenait tout le centre de l'espace.

- Voilà c'est là que vous allez vivre pendant trois jours en compagnie d'Otaquin. Joseph et moi on passera régulièrement pour voir si tout se passe bien. Il y a une pochette avec toutes les informations qui pourraient vous être utile. Il y a aussi nos numéros pros et persos si nécessaire. Mais n'en abusez pas, Joseph n'est pas très patient et a horreur d'être réveillé.

Ça avait été dit sur le ton de la plaisanterie, mais au regard que nous jeta le dit trappeur, cela ressemblait à un avertissement. Par simple esprit de défi, je ne baissais pas les yeux. Il ne croyait quand même pas que j'allais l'appeler à deux heures du matin pour discuter chiffons et paillettes ?

- Je pense qu'il est temps de vous présenter votre petit protégé, finit par dire Emelia après un interminable piaillement, que j'avais rapidement arrêté de suivre.

Elle était gentille, mais elle était vite fatiguante.
Elle parlait beaucoup pour pas grand chose, c'était vite lassant. Elle nous mena dans le jardin arrière, où là aussi, il y avait une piscine d'une taille plus correcte, dans laquelle était en train de batifoler un pokemon qui ressemblait vaguement à un otaria. J'insiste sur le vaguement. Il était tout bleu et avait une boule rouge comme museau.

- Otaquin viens par ici un instant, demanda la scientifique en s'approchant du bord de la piscine.

Le petit pokemon ne se fit pas prier et s'approcha pour saluer la jeune femme avec affection. Joseph se pencha à son tour et eut droit aux mêmes faveurs.
Je ne pus m'empêcher de me dire qu'effectivement, ce pokemon était très sociable.

- Approchez, il ne va pas vous mordre, finit par lancer le trappeur avec un demi sourire.

Je n'appréciais pas trop qu'il me prenne de haut ainsi – oui, je le prenais personnellement – mais je tins ma langue, ne voulant pas attirer Andrew dans des histoires. Je suivis donc mon camarade pour voir cet otaquin de plus près.
Il avait l'air adorable, mais je ne pus pas m'empêcher de le trouver un peu étrange. Il avait l'air d'un clown, et s'était perturbant.
Je me mis au bord de l'eau et tendis la main pour me présenter. Pas farouche pour deux pokedollars, Otaquin vint se frotter dessus avec envie.

- Et bien ya plus à avoir de doute, tu es vraiment affectif. Je suis Kyokai, et lui là, c'est Pix mon partenaire, fis je en désignant Pix qui était près de moi. Et derrière, tu as Andrew ainsi que son imprévisible et bleutée partenaire, Iris. On va passer quelques jours ensemble.

Le pokemon eau me répondit avec un jappement joyeux, heureux de vivre avec d'autres personnes quelque temps. C'est à ce moment là que mon cerveau eut un éclair de génie, oui ça lui arrive parfois mauvaises langues, et je me souvins de ce que signifiait grégaire. Un grand sourire illumina mon visage et profitant que Joseph et Emelia discutaient, je me relevais pour partager discrétement ma bêtise à Andrew :

- Grégaire, comme dans groupe, je suis un peu bête de ne pas avoir saisi tout de suite.

Avant de partir, Emelia nous désigna les chambres. Nous étions veinards, car nous avions chacun notre chambre.
La mienne était à l'étage, la deuxième porte sur la gauche. C'était une pièce assez simple, avec un lit, une armoire et un bureau sur lequel il y avait un ordinateur.
Je posai mes affaires sur le lit et redescendit pour dire au revoir aux deux adultes. J'étais content de me débarrasser de Joseph, il me rendait agressif.

Quand nous fumes enfin seuls, je me tournai vers Andrew. On avait peu parlé jusqu'à présent, et avant toute chose, je voulais appeler ma mère pour lui annoncer que j'étais bien arrivé à Lansat.

-Si ça te va, je fais le repas de ce midi. Je me débrouille pas trop mal, alors ça devrait être correct. Par contre, je dois appeler ma mère avant. Elle insiste pour que je lui donne régulièrement des nouvelles. Ça ne devrais pas me prendre plus d'une demie-heure.

Il ne sembla pas avoir à redire là dessus et je le quittais pour rejoindre le jardin. Je me trouvai un coin au calme, c'est à dire assez loin du bassin où Otaquin jouait.
Ce dernier m'observa tout le temps où je sortis mon ipok et composai le numéro de la maison.
Taro me répondit à la deuxième sonnerie.

- Famille Matsuo j'écoute.

- Salut ptit frère, la forme ?

- Kyonii ! C'est cool que t'appelles aujourd'hui ! J'ai vu un Joliflor ce matin en allant à l'école !

- Sérieux ? T'en as de la chance, je n'en ai jamais vu. Tu l'as dessiné ?

- J'ai essayé, maman dit que ce n'est pas trop mal, mais je suis pas vraiment content du résultat.

-T'en fais pas, ça viendra. Et l'école ?

- Bof, je m'ennuie en cours, mais je me suis fait une amie, c'est cool.

Mon petit frère me raconta brièvement qui était cette gamine, et je fus rassuré. Cette petite Lou semblait avoir une bonne influence sur mon timide petit frère. Elle le bousculait un peu et le forçait à sortir de sa coquille. J'étais rassuré.

- J'ai pas trop de temps cette fois, tu me passes maman ?

- Elle sort de la douche, je te la passe.

Il s'arrêta dix secondes et avec l'émotion perlant dans sa voix, il reprit la devise de notre père pour me dire au revoir :

- Sept fois à terre, huit fois debout.

- Sept fois à terre, huit fois debout Taro, je répond de la même façon.

C'était devenu une sorte de rituel entre nous depuis la mort de papa. Une façon de se dire qu'on ne lâcherait jamais rien, et qu'on pensait à l'autre. Sakutaro avait été profondément touché par mon départ, mais avec notre devise, il me montrait à sa façon, que de son côté il faisait de son mieux.

- Allo, Kyo ça fait plaisir de t'entendre. Comment vas tu mon chaton ?

- Ça va, mais arrête de m'appeler comme ça mam'. J'ai eu quinze ans, tout de même, je gémis en l'entendant encore utiliser ce surnom.

- Je t'appelles comme je veux. Alors raconte moi un peu, tu es arrivé à Lansat ?

Je lui racontais donc mes premières impressions :

- C'est immense, à côté Doublonville paraît minuscule. Heureusement qu'Andrew est avec moi, sinon je ne m'en serais pas sorti seul. Tu aurais vu le plan des lignes de bus, c'est effrayant. Il va falloir que je fasse attention quand j'irai me balader pendant l'année scolaire.

Je lui racontais aussi comment ça se passait avec Pix, et lui promis de l'attendre avec des friandises délicieuses quand je rentrerai.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5223-natsuo-kyokai-debarque-a-l-academie-fini#56478 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5260-matsuo-kyokai-noctalien-cours
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION   

Revenir en haut Aller en bas
Une visite atypique de Lansat ? Suivez le guide ! | RP MISSION
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-