Partagez | .
A un cheveux du massacre.
 Pokéathlète Novice
avatar
Pokéathlète Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 7
Jetons : 1032
Points d'Expériences : 74

MessageSujet: A un cheveux du massacre.   Jeu 4 Aoû - 13:00

A un cheveux du massacre.
Feat. Luna Wainwright

Comme chaque jour, il faisait chaud sur l'île Touga. Mais bien différent du lourd et humide climat estival de sa ville natale, celui que devait subir Cylian durant ces deux mois de vacances le laissait comme amorphe la plupart du temps. Sous la cuisante pression du soleil, le jeune homme qui ne connaissait que l’ombre des immeubles de son quartier se trouvait incapable de faire quoi que ce soit. Alors, pour ne pas se changer en cendre inopinément, il passait son temps sous la douche. Malheureusement, l’eau de celle-ci ne semblait pas être stockée hors d’atteinte du soleil puisqu’elle ne parvenait plus à rafraîchir la peau brûlante du Phyllali. De plus, ses camarades se plaignaient de plus en plus souvent de le voir prostré dans la cabine sans en bouger, les empêchant d’y accéder. Ce petit manège dura bien une semaine avant que, excédé, on ne le mette tout simplement dehors, lui laissant tout juste le temps d’enfiler un t-shirt.

Cet incident fut celui qui mena l’adolescent en ce lieu qu’il hait tant : les lacs jonchant la forêt tropicale. En effet, maintenant incapable de se prélasser sous l’eau tiède et même de se reposer dans sa propre hutte, il n’avait eut d’autre choix que de partir en quête d’un peu de fraîcheur. Les lacs lui avaient alors paru être la meilleure solution, mais aussi la pire. Se faisant cependant une raison, il s’était dirigé vers ceux-ci avec un soupir lasse. Bien que ne s’en préoccupait pas vraiment, il entendait dans son dos les petits pas de Mara, preuve qu’elle le suivait docilement cette fois. Le voyage fut plus long que prévu. Cylian aurait, bien évidemment, pu s'arrêter au premier point d’eau croisé mais c’est ce que faisait la majorité des gens et le blond préférait avoir le moins de spectateurs possible.

Oui, car ce dernier avait un problème de taille. C’est ce même problème qui lui faisait fuir les grandes étendues aqueuses, ne lui laissant que douches et baignoires pour se maintenir un minimum hydraté. Cylian ne savait pas nager. Ayant grandi en ville dans une famille au revenu bien maigre, la piscine était un luxe qu’il ne pouvait s’offrir. Ainsi, il était aujourd’hui incapable de flotter, ne serait-ce qu’un peu, et entretenait une peur viscérale de l’eau. Voilà pourquoi il préférait ne prendre aucun risque lorsqu’il trouverait enfin la force de plonger un petit orteil sous la surface. Finalement, le jeune homme trouva un lieu qui lui convenait. Non loin des autres points d’eau plus fréquentés, il pourrait crier à l’aide si le liquide lui sautait brusquement dessus. Le lac semblait également peu profond et il n’y avait personne aux alentours. Parfait.

Soupirant d’aise, il se laissa tomber sur un gros rocher non loin de la berge. Du haut de son perchoir, il chercha sa compagne pokémon du regard, se souvenant soudain de son existence. Heureusement, celle-ci n’était pas, encore une fois, perdue dans un lieu quelconque. Bien au contraire, elle se tenait, tout heureuse, sur l’herbe de la berge, un ipok entre les dents… Un ipok !? Vivement, Cylian sauta au bas de son promontoire afin de vérifier s’il s’agissait du sien. Ce n’était cependant pas le cas et le garçon s’en trouva soulagé. Puis il comprit que cela était bien pire. Son Grainipiot venait de voler l’appareil de quelqu’un et il ne savait même pas qui. Ou plutôt, il s’en doutait. Mara semblait aux anges et paradait, le fruit de son larcin tout contre elle. Il commençait à la connaître et compris sans mal qu’elle s’était tout simplement vengé de ceux qui les avait mis à la porte, emportant l’un de leurs biens. Glissant de nouveau au sol, Cylian se frotta le front un instant. Tout le souci que lui causait ce pokémon allait finir par le tuer. Mara était, sans aucun doute, pire que tous ces frères et soeurs les plus jeunes réunis. Soupirant, une fois de plus, pour signifier son irritation, le propriétaire de la voleuse se pencha et tendit une main dans sa direction.


“ Mara, donne-moi ça.”

Mais, comme il s’y attendait, la concerné n’en fit absolument rien. Ce fut sans doute l’incident de trop pour les pauvres nerfs du Phyllali. Ce dernier fit un bond en direction de sa vile partenaire, la surprenant si bien qu’elle détalât avec un petit cri. S’en suivit une bien curieuse course poursuite. Mara, plus lente que Cylian, adoptait une technique particulièrement maligne. Elle fuyait tout droit, attendant simplement que son dresseur la rattrape, puis changer brusquement de cap, laissant son poursuivant sur place. Cela dura ainsi une bonne dizaine de minutes avant que, enfin, le pokémon s'essouffle. Le jeune homme, qui avait plus d’une fois glissé et s’était alors retrouvé le menton dans la terre, parvenait maintenant à le suivre et tendait régulièrement ses mains dans sa direction pour le saisir. Comprenant que son heure était venue, Mara usa de son ultime technique vicieuse. Galopant sur la berge, elle sauta tout simplement dans l’eau. Son corps de bois flotta tout naturellement et elle battit des pattes pour se mettre hors de portée de son agresseur. Cela stoppa net Cylian qui la regarda faire une seconde, les yeux brillants d’horreur.

“Sale fourbe !”

Mais bien vite, comprenant qu’il ne ferait pas revenir la demoiselle avec ce genre de mot, il se fit plus calme et entama les négociations. Celles-ci furent plutôt rapides, quelques pokéblocs furent promis, une place dans le lit également et la grande gagnante de cette joute revint lentement vers son propriétaire. Lorsqu’elle fut hors de l’eau et égouttée, ce dernier lui offrit une distraite caresse qu’elle accepta sans rechigner.

“Allez, rend-moi l’ipok maintenant.”

L’ipok… Où était-il ? Plus entre les pattes de Mara, c’était une chose certaine. Sentant la catastrophe arriver, l’adolescent se leva vivement et s’approcha précautionneusement de l’eau. Heureusement, celle-ci était assez claire pour qu’il distingue l’objet de ses désirs couler lentement et se poser délicatement sur les graviers jonchant le fond du lac. Une plainte pathétique s'éleva de ses lèvres tandis qu’il s’asseyait sur la berge, ne quittant pas l’eau des yeux. Il resta ainsi un long moment, comme dans une sorte de transe. Il le sentait, il allait se faire tuer pour ça. Comprenant son erreur, son amie pokémon vint lui tenir compagnie dans son désespoir, se frottant innocemment contre son bras.

@Kirsan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5386-382-assez-reve-je-vais-me-coucher-cylian-a-kerns-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5418-cylian-a-kerns
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Dim 7 Aoû - 16:59

Il fait chaud. Il fait chaud. Il fait trop chaaaaaaaaaaaud... J'avais l'impression de cuir, peut importe où j'allais. Même en me rendant dehors, ou près de l'Oasis, ça changeait absolument rien. Bon sang.... On m'avait poussée à aller sous la douche si jamais trop chaud, mais comment vous voulez que j'y aille à part pour me laver? Les Pokémons insectes s'incrustent, c'est dégoûtant. J'aime pas les Pokémons Insecte ou Poison, ça me répugne... J'en ai pas peur, mais c'est répugnant. Justement, mon amie Willia avait un Pokémon poison en starter. Heureusement que je ne le voyais pas, elle n'aurait sûrement pas apprécié ma réaction. Oooh non. Surtout que Willia est tellement adorable.
         Je disais donc. Il faisait une chaleur épouvantable, j'avais l'impression de mourir tellement il faisait chaud. Il fallait bien que je me rende quelque part, non? Je n'avais pas osé aller me baigner dans l'Oasis, déjà parce qu'il y avait trop de monde et que j'avais peur de faire n'importe quoi à cause de ma vue. Et qui dit faire n'importe quoi dit... Se ridiculiser devant tout le monde. Donc l'Oasis on oublie. J'avais entendu parler qu'on pouvait trouver des lacs au cœur de la forêt tropicale. Génial! Autant s'y rendre... Le seule problème est que je n'avais pas la moindre idée de où c'était. Et ne comptez pas sur ma vue pour m'aider. Oh magnifique, je finirais sûrement par me paumer au cœur de la forêt. A moins que... A moins que ce cher Walker me guide. Non, trop risqué, il me conduirait sûrement n'importe où... Enfin, autant tenter, on ne sait jamais.

    Non mais, non mais non... J'aurais pas dû le laisser en liberté hors de la hutte. Parce que oui, je ne voulais pas que mes camarades en aient assez de lui donc j'avais décidé de le laisser dehors. Bon j'avoue, j'avais de la chance puisque, de ce que m'avaient dis mes camarades la hutte était proche de la forêt. Mais là n'est pas le sujet. J'avais donc laissé mon Pokémon dehors, lorsque des bourdonnements me vinrent. Je sortais, m'aidant des murs, lorsque j'entendis un puissant « SBONG ». Je pus apercevoir la silhouette de mon Gringolem, qui s'était... Cogné contre un arbre. Entouré de ce qui semblait être deux ou trois Apitrinis.
          En grognant, je m'approchais de ce cher Pokémon. Mon dieu, qu'est-ce qu'il m'énerve... Je ne comprenais pas ce Pokémon. C'était un passe-temps pour lui de se cogner partout? Il était aveugle, y'a pas d'autres explications à ça...

-Mais quel boulet! Avais-je grogné alors que je pouvais voir sa silhouette se redresser.

    Il s'était mis à tourner en rond autour de moi, du moins c'est ce que m'avait indiqué mon ouïe. Et ses pas étaient tellement bruyants... Bon sang qu'est-ce qu'il m'énerve. Je sais, je me répète.

-Walker... Fais pas le con pitié, guide moi dans la forêt...

***

    Bon sang. Là, merci Walker. Je sentais un air frai et marin venir caresser mon visage, tandis que mes yeux arrivaient à distinguer les formes de... Rochers. Encore. Mais ce n'était pas Walker, non. Tous les rochers ne sont pas ambulants, à ce que je sache. Lâchant la main de mon Pokémon qui se ramassa au sol dans un sublime « Pom », je lâchais un soupir en m'avançant vers la nuance grise la plus claire que je pouvais voir. M'asseyant contre un épais rocher, je plongeais ma main à coté de moi jusqu'à ce que l'eau vienne l'envelopper. Soupirant, je lâchais un petit soupir de soulagement. Mon autre main vint se glisser dans ma poche, ramassant au passage mon Ipok.
          L'Ipok... Oui, je sais pas m'en servir. En même temps, je vous ferais dire que je vois presque rien... Bon j'arrive à distinguer la forme des lettres sur mon clavier, mais je met environs dix minutes à envoyer un message correct. Bien sûr que je fais des fautes, mais je n'y suis pas vraiment pour quelque chose... Quelqu'un qui voit flou en fera forcément! Je suis pas un génie, hein. Désolée de pas l'être. Laissant tomber mon Ipok à coté de moi, je fermais les yeux. En réalité, qu'ils soient ouverts ou fermés cela ne changeait pas grand chose. J'avais l'impression qu'il faisait nuit en permanence, les yeux ouverts. C'est gênant mais bon, je m'y suis faite. J'écoutai doucement le bruit de l'eau qui s'écoulait dans les lacs, pendant que mon Gringolem continuait de se cogner partout. Mais bientôt, tous ces bruits disparurent totalement, et j'eu l'impression de m'assoupir. Lorsqu'un puissant « BONG » me tira de mon sommeil.

    Sursautant, je tentais de distinguer les formes autour de moi. Mon Gringolem me pointait une direction, je pu le deviner en voyant la posture de sa silhouette. Prudemment, je commençai à avancer, jusqu'à ce que j'entende des paroles non loin de moi. Il y avait quelqu'un? Je soupirai, avant d'apercevoir au loin la forme d'un Pokémon, et la silhouette d'une personne. J'essayais de courir le plus vite possible, faisant attention à ne pas trébucher sur le sol. Heureusement les pas de mon Gringolem me guidaient, je n'avais qu'à les écouter pour arriver à me déplacer.
          J'arrivais non loin du Pokémon et du dress-de la dresseuse, ses cheveux étaient longs... Enfin, c'est ce que je déduisais, de toute manière. J'entendis un petit « sploch », qui me fit m'approcher de l'eau. Je pus distinguer un petit objet coulant sur les graviers. Mon...

-Mon Ipok...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
 Pokéathlète Novice
avatar
Pokéathlète Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 7
Jetons : 1032
Points d'Expériences : 74

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Lun 8 Aoû - 17:57

A un cheveux du massacre.
Feat. Luna Wainwright

Cylian se morfondait, agenouillé dans la terre humide qui formait la berge. Ses bras pendaient mollement devant son buste et ses doigts frôlaient l’eau du lacs sans y plonger. Seuls les petits coups de tête presque réconfortant que lui offrait Mara agitait son corps inerte. Même son regard était à présent vide de toutes émotions. Pour peu, on aurait pu croire le blond mort. Oui, c’était une réaction un peu grosse pour un événement comme celui-ci, mais se retrouver ainsi confronté à l’un des plus grands échecs de sa jeune vie avait un peu bousculé le pauvre garçon. Lui qui était si fier devait se rendre à l’évidence, il n’était même pas capable de récupérer un objet tombé dans deux petits mètres d’eau.

Et la Grainipiot qui se montrait de plus en plus insistante. Sa lourde tête de bois cognait sur son avant-bras et il le sentait doucement rougir. Bientôt, un bleu apparaîtrait. Cette constatation tira subitement le Phyllali de ses pensées moroses. Il baissa un regard sombre sur sa compagne et fit un vif mouvement pour la capturer avant qu’elle ne file de nouveau. Il la soulevait à présent, un large sourire aux lèvres. Il avait une idée et, bon dieu, qu’elle lui semblait douce. La savourant longuement, il porta le pokémon à hauteur de son visage. La pauvre captive battait des pattes dans tous les sens, comprenant qu’il ne se passerait rien de bon pour elle.

“Ma tendre Mara… Je me demande ce que je serais sans toi. Oh, je sais. Un homme heureux !”

Sur ces derniers mots, il prit une courte inspiration et lança Mara au loin, tirant sur les muscles secs de ses bras. Le pokémon, aussi rond qu’un ballon de plage, décrivit une jolie trajectoire en cloche avant de rencontrer la surface du bassin avec un léger “splosh”. Durant tout le vol, Cylian avait écouté avec une certaine satisfaction le cri de surprise de sa victime. A présent qu’elle se trouvait dans l’eau, il applaudissait joyeusement, se tordant de rire. Ses spasmes de joie redoublèrent lorsqu’il vit que Mara ne coulait pas, elle flottait comme n’importe quel morceau de bois, et ce, sans le moindre effort. S’il avait eu des doutes quant à son geste, ceux-ci avaient maintenant disparu. Elle ne risquait en effet pas grand chose, la colère ne tuait pas. Pourtant, lorsque le blond aperçu la rougeur du visage de la noix se débattant pour regagner la terre ferme, il eut quelques doutes.

“Oups… Attends, Mara, je suis désolé…”

Mais la femelle ne semblait même pas l’entendre. Hargneuse comme rarement, elle nageait rapidement dans sa direction, battait de ses pattes avec force. Par instinct de survie, Cylian fit quelques pas en arrière. C’est alors qu’il vit une demoiselle passer non loin de lui, dans le sens contraire. Ses longs cheveux blonds, plus sombres et lumineux que les siens encore, lui rappelèrent vaguement quelque chose. Mais cette impression disparu aussitôt, laissant place à autant d'inquiétude que de curiosité. La demoiselle stoppa ses pas tout près de l’eau et sembla fouiller celle-ci des yeux.

“Mon Ipok…”

Quoi ? Un long frisson dévala le dos du Phyllali qui fixait l'inconnue de ses yeux ronds, oubliant trop vite la furie qui atteignait enfin la berge. Mais alors, l’Ipok volé par Mara… Était celui de cette fille ? Sans vraiment s’en rendre compte, il passa une main lasse au cœur ses longues mèches, les replaçant en arrière. Il allait devoir assurer s’il ne voulait pas subir une quelconque vendetta. Se raclant la gorge pour attirer l’attention de la jeune femme, il lui offrit un sourire aussi doux que calculé.

“Excuse-moi, c’est ton-aah ! PUTAIN MARA !”

Il ne pouvait y échapper. À peine un pied-à-terre, la concernée avait foncé tout droit en direction de son dresseur et s’était jeté sur le premier morceau de viande à porté, le pinçant violemment. Dans un sursaut, la nouvelle victime tomba à genoux, se massant énergiquement le mollet. Mais déjà, tandis qu’il relevait le tissu de son pantalon, il voyait sa peau bleuir. C’était une blague ? Comment un si petit être pouvait lui faire autant de mal… Et lui pourrir la vie à ce point ? Soufflant longuement pour évacuer la douleur, il jeta un regard lourd de promesses sordides à la coupable.

@Kirsan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5386-382-assez-reve-je-vais-me-coucher-cylian-a-kerns-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5418-cylian-a-kerns
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Lun 15 Aoû - 12:31

Attendez, il s'est passé quoi là? Pourquoi est-ce que j'ai vu un truc voler? Pourquoi est-ce qu'il ressemblait au Pokémon qui m'avait piqué mon Ipok? Non, non, non, non. NON. C'était bien un Pokémon qui s'était envolé. Véritablement. Parce que j'avais pu entendre un cri de surprise. Même avant d'avoir remarquer que mon Ipok était tombé j'avais vu ce Pokémon voler, mais ce n'était que maintenant que j'en avais vraiment pris conscience. Alors il y a vraiment des abrutis dans ce monde.... Enfin je le savais déjà, mais... QUI EST ASSEZ ABRUTI POUR BALANCER UN POKEMON DANS L'EAU?! J'étais focalisée sur la petite silhouette ronde qui venait de sortir de l'eau, que je ne faisais même pas attention à ce que m'avait dit la personne en face de moi. Attendez... C'était une fille ou un garçon? Ah bah excusez-moi de ne pas pouvoir voir un visage au point de deviner qu'il est celui d'une fille ou d'un gars! Je me fie aux cheveux, en général. Et parfois j'essaie de voir si il y a des accessoires sur la personnes qui pourraient indiquer ce qu'il est. Notez que j'arrive à parfaitement distinguer les jupes des pantalons et les robes des T-Shirts. En fait, quand c'est tout ce qui touche aux vêtements, je le distingue à la perfection. J'aime l'élégance et la raffinerie, qu'est-ce que vous voulez d'autre?
         Je disais donc. C'était une fille, ou un gars? Il avait commencé à me parler d'une voix plutôt douce, même si je la jugeait plutôt... Séductrice? Elle était masculine, donc c'était forcément un garçon... Mais bon sang il a les cheveux plus longs que moi! Attendez, cette longueur de cheveux, et même cette voix... Ca me dit quelque chose... Mais pas le moment d'y penser. Il s'était mit à hurler de douleur, comme si... On l'avait mordu? Oh... Il tombait à genoux. Amusant. Qu'est-ce qui lui était arrivé, en fait? Je baissait les yeux, et je pus distinguer la silhouette ronde non loin.

    Je fermais les yeux, réprimant un soupir. Tout ce qui me parvenait aux oreilles était le bruit, le doux gargouillis de l'eau, et précédemment le hurlement de douleur du garçon qui s'était littéralement effondré sur le sol. Je commençais à me pincer les lèvres, me retenant d'exploser de rire. C'était son Pokémon qui l'avait mordu, et donc ce même Pokémon qui avait été jeté à l'eau... Bon sang, qu'est-ce que c'était amusant. Ca apprendrait à ce mec à balancer un Pokémon à l'eau. Non mais, juste... ON NE BALANCE PAS UN POKEMON, QUEL QU'IL SOIT, PEUT IMPORTE CE QU'IL VOUS A FAIT. Ce n'est pas ACCEPTABLE. J'étais prête à me moquer de lui, attendant qu'il se relève pour lui donner moi même une correction. Parce que vous croyez quoi, que je vais l'épargner?
         Je sais ce que vous devez penser: Ah, elle passe son temps à gueuler sur son Pokémon et elle défend celui des autres. Non mais, ce n'est pas pareil. Walker se cogne partout, et fait que des conneries. Et puis même, je ne le maltraite pas, bon sang! Pour moi, ça semble impensable de faire du mal à un Pokémon, quel qu'il soit et quel que soit son type. Bon, vous pensez toujours que je me contredis, hein? Bah allez vous faire voir. Cordialement. Je disais donc.... AH MAIS RELEVE TOI BORDEL. Ca sera drôle, quand je lui en aurais mis une une fois qu'il sera relevé. Mais d'abord... Et bien figurez-vous que j'étais au bord du fou rire. J'avais mal aux joues tellement elles étaient gonflées, vous pouvez pas savoir. Par réflexe, j'avais mis mes mains devant ma bouche, mais je sentais que j'allais exploser. De rire, évidemment. Et je suis sûûûûre que le Pokémon n'attendait que ça, que je me moque de son dresseur. Bon, retient toi, Luna, retient toi...

-Ahahahahahahahahaha! Putain mais t'es ridicule toi! Ca fait son dragueur mais c'est même pas capable de se défendre quand son Pokémon le mord! Un petit, en plus. Tu fais tellement pitié, c'est trop drôle à voir!

    ...Trop tard.
         Évidemment, j'exagérais puisque je ne pouvais pas voir. Enfin, si, mais c'était juste très flou. Et noir et blanc, évidemment. Mais c'était quand même marrant. TRES marrant. J'étais toujours autant pliée de rire, oui, je riais tellement fort qu'il devait en avoir mal aux oreilles. C'était ça mon atout quand j'étais chef de gang. Je frappais, puis je me moquais de la personne en face de moi comme si ce n'était même pas moi qui l'avait blessée. Et j'exagérais, toujours, de toute manière. Vous croyez quoi? Bon ici, c'est particulier, on va dire que je pouvais « voir » assez clairement, je distinguais parfaitement les silhouettes et même si ça restait flou, je pouvais à peut près deviner de quoi il s'agissait. Et je ne pensais même plus à mon Ipok tellement je riais! C'était trop amusant.

    Mais... Mais... MAIS IL SE RELEVE QUAND?! Il s'en fout de mes moqueries ou...? Pardonnez moi, j'ai du mal à voir les expressions de visage. Enfin, non, ça je n'ai pas trop de mal quand il fait assez clair. Enfin, je regarde surtout les sourcils et les lèvres, c'est ce que je peux le mieux voir sur un visage. Les yeux, je n'arrive pas à bien les voir. C'est surtout ça qui m'empêche de deviner si la personne en face de moi est un garçon ou une fille. Et quand quelqu'un me laisse le toucher, alors je pose ma main sur son visage et je commence à le détailler du bout des doigts. Mais bon, en général je ne parle pas de mon problème, donc bon...
         J'avais promené mon regard autour de moi. Tout était clair, et les nuances variaient du blanc jusqu'à un gris moyennement foncé. Je pouvais distinguer la forme de quelques pierres et coquillages, parfois même j'avais l'impression de les voir scintiller. J'humai l'air, et je devais avouer que le doux air qui planait sur les lieux était très agréable. L'odeur l'était tout autant. Je n'entendais que le gargouillis de l'eau calme, et également les quelques gloussements que poussait le Pokémon rond non loin de moi. … Ah, enfin, il se relevait! Ma main tremblait atrocement. Mes joues s'empourprèrent soudainement, et je commençais à avancer vers lui... Lorsqu'un bruyant claquement se fit entendre. Ma main était rentré en contact avec sa joue, et il ne l'avait même pas vu venir.

-CA FAIT DU BIEN PUTAIN! Je hurlais. Non mais, s'pèce de petit con, de quel droit tu te permets de balancer un Pokémon à l'eau?! T'es peut-être désolé envers ton Pokémon, mais il n'empêche que tu l'as quand même balancé! Pff, ça me dégoûtes une attitude pareille.

    Je croisais mes bras contre ma poitrine, lançant un air dépité au garçon devant moi. Bon sang, j'avais envie de le provoquer. Mon énervement était remonté, d'un coup. J'en pouvais plus. Calme toi, Luna, respire...

-Oh et puis, tu te prends pour qui à me regarder comme ça? Cette tête de dragueur là, ça te rend ridicule plutôt qu'autre chose!

    Je savais bien que je racontais n'importe quoi, mais bon...

-Ah si seulement ton cher Pokémon pouvait te mordre à nouveau... Tu sais, c'est stupide de se comporter comme une princesse, surtout quand on ressemble déjà à une princesse, PRINCESSE.
 
    ...C'était gratuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
 Pokéathlète Novice
avatar
Pokéathlète Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 7
Jetons : 1032
Points d'Expériences : 74

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Mar 23 Aoû - 16:23

A un cheveux du massacre.
Feat. Luna Wainwright

La suite fut pour le moins… Confuse. Une vive douleur naviguait le long de sa jambe, lui arrachant de légers hoquets qu’il ne pouvait retenir, comme lorsque, enfant, il tentait de ne pas céder aux larmes. Mais cette fois, ce n’était ni la peine, ni la peur qui empoisonnait sa raison mais la rage. Cylian était un garçon sanguin, il se laissant facilement submerger par ce genre d’émotions. Ainsi, bien qu’il soit en majeure partie responsable de tous ces événements, il en voulait à Mara et lui faisait clairement savoir à grands renforts de regards noirs et de grognements. Mais, de sa position, il n'impressionnait pas vraiment la concernée qui se contentait de sautiller sur place, le narguant avec un plaisir évident. Comprenant qu’il ne prendrait pas sa revanche avant quelque temps, le Phyllali poussa un long et profond soupir, comme s’il cherchait à chasser de ses poumons l’agitation qui l’étouffait. Cela sembla plutôt efficace puisque ses traits se détendirent et il cessa de masser compulsivement sa jambe endolorie. Notant ce changement d’attitude et le jugeant peu rassurant, Mara fit précautionneusement un pas en arrière. Ainsi, elle se trouvait maintenant hors de portée de son dresseur actuellement émotionnellement instable.

Si Cylian le remarqua, il ne s’en formula même pas. Un autre problème se posait et semblait bien plus épineux encore. La demoiselle qui avait fait irruption dans la faussement paisible vie du jeune homme un peu plus tôt et le toisait maintenant donnait enfin signe de vie. Curieux qu’elle n’ait rien dit avant cet instant. Mais lorsqu’elle ouvrit la bouche, Cylian fut plus qu’heureux qu’elle ne le fasse que maintenant. Son rire éclata dans l’air lourd. Si, en temps normal, le blond aurait apprécié ce son clair, il lui tira plutôt une nouvelle grimace. Elle se moquait de lui et chaque sursaut de sa voix était comme autant de lames transperçant sa dignité trop sensible. Le nez bas, il serra la mâchoire, encaissant en silence. Il était à la fois irrité et choqué de la brusquerie dont faisait preuve l’adolescente. Ridicule ? Pitié ? Cylian sentit un ronflement inquiétant monter de ses entrailles, comme si une quelconque bête sauvage l’habitait et brûlait de se réveiller. Que faire ? Ce n’était qu’une jeune fille. Oui, mais une jeune fille qui se jouait sans honte de lui. Il ne pouvait laisser passer cela. Au diable les bonnes manières, la galanterie et toutes ces bêtises inventées par quelques personnes trop faibles pour se défendre d’elles-mêmes.

“De quel…”

Sa phrase resta en suspens tandis que sa voix s'évanouissait dans la nature, aussitôt remplacée par un son bien plus sec. Une petite minute, ce dernier résonna entre les arbres et il fallut autant de temps au pauvre garçon pour comprendre ce qui venait de lui arriver. Un coup ? Venait-il vraiment de prendre, encore, un coup ? La chaleur diffuse qui lui parvenait de sa joue en témoignait bel et bien. Okay, calme-toi Cylian, tout va bien se passer… Non, certainement pas ! De nouveau, de violentes paroles emplissaient sa tête, brouillant sa vision de colère. Mais cette fois, il n’y prêta même pas attention. Seul comptait ce qu’il allait faire ensuite, de quelle façon il ferait taire cette gamine impertinente. Une idée lui vint, tentatrice. Il la laissa doucement s’installer, occuper son esprit. Elle était parfaite. Fort de sa résolution, le blond se redressa et plongea son regard dans celui, curieusement familier, de son interlocutrice. Lorsque la dernière insulte l’atteignit, il frissonna. Il ne pouvait pas céder maintenant, peu importe ce que la demoiselle pensait de lui. Oui, ses cheveux étaient longs et entretenus. Oui, il était parfois plutôt féminin. Et oui, il en était fier. Pourtant, la raillerie le fit un instant revenir quelques années plus tôt, lorsqu’il n’avait pas encore le recul nécessaire pour endurer les commentaires de ses camarades de classe. Non, il ne devait pas se perdre dans ce genre de pensée.

Se frappant mentalement le front pour se réveiller, il inspira soigneusement, offrant à ses muscles l’énergie nécessaire à ce qu’il entreprenait. Il lui fallait maintenant être rapide et précis. Heureusement, il était sportif et contrôlait particulièrement son corps et sa force. D’un geste ample mais vif, il ceintura la jeune fille qui se tenait immobile devant lui d’un bras. Aussitôt, sa jambe vint bousculer les siennes et il sentit le poids de sa proie contre lui. Parfait, jusqu’alors elle n’avait eu le temps de réagir. Mais les prochaines secondes ne seraient pas aussi tranquille. Bandant ses muscles discrets, il plaça son bras libre sous les genoux de la blonde et la souleva tel une princesse. De peur qu’elle ne se débatte, il fit cependant pression sur sa silhouette fine, la maintenant contre lui tandis qu’il faisait un pas en avant. Cylian se refusait toute violence envers une personne plus jeune, plus petite ou plus faible que lui. Mais rien ne l'empêchait de bousculer un peu celle-ci. Un sourire venant décorer son visage, il parcourut rapidement les quelques mètres le séparant de la berge. Tout s’était passé trop prestement pour Mara qui ne put que le regarder faire. Une fois arrivé à destination, le Phyllali entra sans hésitation dans l’eau fraîche, trempant son pantalon au passage. Bientôt, le liquide lui parvint jusqu’au milieu des cuisses. Parfait. Sans plus de précautions, il relâcha brusquement son fardeau, certain qu’elle ne se blesserait pas.

“Madame est arrivée à destination !”


@Kirsan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5386-382-assez-reve-je-vais-me-coucher-cylian-a-kerns-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5418-cylian-a-kerns
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Mar 30 Aoû - 18:20

Qu'est-ce que... Qu'est-ce que... C'EST QUOI CE BORDEL. Quelqu'un m'explique pourquoi je me sens soulevée du sol, d'un coup? Pourquoi est-ce que... Putain j'ai l'impression qu'on m'a agrippé la taille. J'ai l'impression qu'on m'a attrapée par les genoux. J'ai l'impression.... QU'ON ME PORTE COMME UNE VULGAIRE PRINCESSE. Je n'eus même pas le temps de me débattre, j'étais trop occupée à me rappeler des pensées floues, noirs et blanches qui traversaient mon esprit. J'avais aperçus la silhouette du garçon s'approcher de moi. C'était lui qui m'avait soulevée? C'était la princesse? Aha. C'est ironique, une princesse qui se retrouve à porter quelqu'un d'autre. Moi, une princesse? Pff, je ne suis pas capricieuse et précieuse comme ces dernières! ET FERMEZ-LA CEUX QUI PENSENT LE CONTRAIRE.
         Quelques minutes plus tard... Me voilà dans... Dans... DANS L'EAU?! FKJQHFbdsfjsbdfkjslbdjkbgvf,bnbnblblblbl..... Bah quoi, c'étaient les sons émis par ma bouche lorsque je me retrouvais à couler sans comprendre pourquoi. J'étais entrain de me débattre dans l'eau, essayant cependant de me calmer pour avoir simplement à nager vers le haut. … Attendez c'est moi où mon corps touche le fond?! Je n'avais pas vraiment coulé, en fait j'étais presque sûre que ce n'était pas profond. Mais qu'est-ce que ça change? Le fait est que, avec ma mauvaise vue, ce n'était réellement pas simple de remonter à la surface. Que je sois dans même pas un mètre d'eau, ou dans trente mètre, cela ne changeais Ab-so-lu-ment RIEN. Enfin, trente mètres... j'exagère un peu. Me voilà donc entrain de me débattre, avec mes bras et mes genoux qui dépassaient sans doutes à la surface de l'eau. Finalement, je les laissais retomber le long de mon corps, pour prendre appui sur le sable, et finalement... Me redresser. Trempée. Heureusement que j'avais fermé les yeux, sinon je vous dis pas leur état... Je les frottais quand même, par prudence. Est-ce que j'avais eu peur? Non. Vous me prenez pour qui, une chochotte?

    Me voilà debout, trempée, cherchant du regard le garçon. Putain, il en voulait une lui. Il voulait encore une gifle? A croire qu'elle était maso, la princesse. Je me frottais les mains pour chasser l'eau qui en dégoulinait encore. De l'eau dégoulinait aussi de mes cheveux. Comme c'était agréable... Je lâchais un grognement sourd, cherchant la silhouette de celui qui avait OSE me jeter dans l'eau. Il allait le regretter, celui-là. Oh, oui, il allait le regretter... De un, je n'aime pas qu'on me touche. De deux, je n'aime pas qu'on me touche, de trois je n'aime pas qu'on me touche, et de quatre... JE N'AIME PAS QU'ON ME TOUCHE. J'espère que c'est clair, au moins.
         Je pivotais sur moi-même. J'avais pieds. Pff. De toute manière, je dois être la seule « demie »-aveugle à ne pas paniquer quand on la coule dans l'eau. J'avançais alors toujours vers la fameuse silhouette qui se tenait debout, non loin de moi. C'était lui, c'était bien lui. Bien que sa silhouette soit floue, je le reconnaissais bien. Cette longue tignasse, et cette posture. Je tremblais. Je me mordais les lèvres. Il fallait que je fasse de GROS efforts pour ne pas que ma main parte exploser sa petite joue fragile de fragile. Je lui servais un sourire mauvais, très mauvais, même si je souriais et que mon visage était crispé. Est-ce qu'il s'attendait au moins à ce que je lui en mette plein la gueule, encore une fois? Je ne pense pas. Je ne pense pas du tout. Je commençais par une petite réplique, pas trop méchante.

-Eh, nan mais, tu te prends pour qui là, à me foutre dans l'eau? Tu t'es pas demandé si j'avais pas des problèmes? Oh, je sais. Échangeons nos yeux. Maintenant, c'est toi qui va devenir aveugle. C'est moi qui vais te porter jusqu'à l'eau et te laisser tomber. Tu sais qu'un aveugle dans l'eau, c'est comme une ENCLUME dans l'eau?Ça-COULE! Parce que ça peut pas nager, parce que CA NE VOIT PAS.

    Bon. Le but c'était qu'il culpabilise d'avoir jeté une aveugle à l'eau. Etant donné que je ne suis que partiellement aveugle, ce serait fun que ça fonctionne. Lâchant un soupir, je tournais légèrement la tête, toujours tremblante à me retenir. Ma main allait foncer droit dans son visage. Je le sentais tellement. Il fallait que je me calme, il fallait...

« CLAC »

    … Trop tard. Encore une fois, ma main était venue frapper directement son visage. Décidément, je n'étais pas prête de m'en lasser, aha. Ah mais celle-là, elle était partie toute seule. Grognant, je repris.

-Déjà mon gars, il faut que tu saches quelque chose. De un, je n'aime pas qu'on me touche. De deux, je n'aime pas qu'on me touche, de trois, je n'aime pas qu'on me touche et pour finir.... JE N'AIME PAS QU'ON ME TOUCHE.

    Je croiiiiiiiiiiiis que c'est clair.

-Ah et, pour finir, si tu m'as prise pour une petite diva précieuse, je suis désolée mais je peeense que le terme te conviens mieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
 Pokéathlète Novice
avatar
Pokéathlète Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 7
Jetons : 1032
Points d'Expériences : 74

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Mar 27 Sep - 16:17

A un cheveux du massacre.
Feat. Luna Wainwright

Cylian frissonnait, immobile. Il fixait la surface troublée de l’eau, distinguant la forme qui s’agitait juste en dessous. Il souriait toujours mais la chaleur avec quitté son expression et il ne faisait que se crisper mécaniquement, perdu dans ses pensées. Le vent s’était levé, le temps se gâtait peu à peu. Au-dessus de sa tête, de sombres nuages s’entassaient, souillant de leur lourde présence le ciel pourtant si bleu quelques minutes plus tôt. Le courant d’air frais qui jouait jusqu’alors dans ses longueurs blondes venait maintenant caresser sa peau, lui tirant un frisson d’inconfort. Il avait froid et cela n’était pas seulement dû à la température légèrement plus basse. Ses vêtements trempés en étaient la cause. Comprenant cela, il baissa un peu plus les yeux, observant ses jambes qui disparaissaient dans l’eau trouble. Un nouveau frisson, bien plus vif et violent que les précédents, le secoua.

C’est cet instant précis que choisit sa victime pour faire surface, l’éclaboussant un peu plus au passage. Sans vraiment réagir, il l’observa se redresser difficilement, le visage rouge et les cheveux plaqués sur les temps. Elle semblait… Hors d’elle. Et pourtant, celui qui allait sans aucun doute passer un mauvais quart d’heure ne fit pas le moindre pas en arrière lorsqu’elle franchit le mètre qui les séparait. Il restait muet et inerte, atone. Il ne semblait pas avoir conscience de la situation.

Plus loin, sur la berge, Mara sautillait, nerveuse. Elle cherchait à attirer son attention, sans succès. Alors, vraisemblablement irritée, elle se jeta à l’eau à son tour et flotta dans sa direction. Dans le même temps, la jeune fille avait ouvert la bouche et se plaignait, criait, racontait sa vie, peu importe. Cylian l’entendait, comprenait ses mots et ceux-ci faisaient naître une pointe d'inquiétude dans son cœur. Hein ? Aveugle ? Mais… Elle venait de le repérer, de se rapprocher de lui, non ? Mais ces réflexions disparaissaient tout aussi vite qu’elle lui venait. Même le nouveau coup qu’il reçut ne lui permit pas de quitter sa curieuse transe. Il faut dire que ce n’était pas le premier qu’il recevait et surement pas le dernier.

Le ton de la blonde montait encore. Elle lui hurlait presque dessus, maintenant, alertant probablement tous les pokémons aux alentours. La petite Grainipiot nageait courageusement dans leur direction également. De plus en plus hargneuse, elle redoublait d’efforts pour atteindre le curieux duo. À quelques mètres d’elle seulement, la plus bruyante des deux terminait sa tirade sur une nouvelle pique. Décidément, elle faisait une légère fixation sur son apparence un brin atypique. Mais cette fois, il n’y avait personne pour le relever. Seul se tenait là Cylian, toujours figé de peur. Car c’est bien ce qui coulait dans ses veines à cet instant ; une terreur incontrôlable et débordante. Vicieuse, elle serait son cœur, bloquant l’air dans ses poumons et le faisant suffoquer. De l’eau. Il était dans l’eau. Qu’est-ce qu’il foutait dans l’eau. BORDEL. Et comme à chaque fois qu’un sentiment un peu trop violent pointait dans son esprit, il craquait.

Fermant finalement les yeux, il se mit à trembler. D’abord discrètement, il fini pas être secoué de véritables spasmes. Avant même qu’il ne puisse la retenir, une unique larme roula misérablement le long de sa joue avant de rejoindre ses milliards de cousines. Trop tard, Mara arrivait trop tard pour le sauver d’une probable humiliation. Lasse, elle se laissa flotter sur la courte distance la séparant encore de son propriétaire avant de l’atteindre. De la surface de l’eau où elle se tenait, elle pouvait atteindre les doigts d’une main pendant là et se mit à les mordiller avec ardeur, cherchant à détourner l’attention du Phyllali. Ce ne fut cependant pas une grande réussite puisque ce dernier ne faisait que se ramasser sur lui-même, courbé en avant et le front presque contre l’épaule de la jeune fille lui faisant face.

Bien, si ce crétin ne réagissait pas, elle trouverait un autre moyen de le faire bouger. Se tournant vers la demoiselle, elle nagea jusqu’à elle… Pour la mordre vivement. Ça lui apprendra à faire pleurer SON souffre-douleur. Car oui, elle la tenait puérilement pour responsable.

@Kirsan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5386-382-assez-reve-je-vais-me-coucher-cylian-a-kerns-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5418-cylian-a-kerns
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260

MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   Mer 26 Oct - 18:54

Qu'est-ce qu'il lui arrivait? J'y étais allée un peu trop fort, je présume. Peut-être que c'est moi qui suit un peut trop susceptible? Possible... Même si tout était flou, je le voyais face à moi, tremblotant... Est-ce... Est-ce une larme que je venais de voir? Je... Je l'ai fais pleurer? Woaw. J'abuse, parfois. Enfin, ce n'était pas comme si cela me dérangeait, mais... Je me sentais étrangement mal. Ce qui n'était jamais arrivé, de toute mon existence. Enfin, je ne m'étais jamais sentie mal pour quelque chose que j'avais fais. De toute ma vie j'ai bien pu effrayer certaines personnes, mais... Je n'ai jamais fais pleurer qui que ce soit! C'est un sentiment étrange, qui vous attrape et vous serre le cœur, et vous donne envie de vous réfugier dans un trou, de vous faire toute petite. Je suppose que ça arrive, de se sentir coupable pour quelque chose que l'on a fait. D'accord, il m'avait exaspérée, mais j'y était peut-être allée trop fort. Je ne m'attendais tellement pas à le mettre dans un état pareil.... Je dois être horriblement susceptible. Et au fond, il n'avait rien fait de bien méchant qui méritait de le gifler deux fois. RAAAAH. Je n'aime pas du tout ce sentiment! J'étais figée, incapable de prononcer le moindre mot. Rien ne voulait sortir d'entre mes lèvres. Il était courbé, face à moi, son front presque contre le mien. Et moi j'étais là, emprise d'une sorte de sentiment tellement étrange... J'avais le cœur serré. Trop serré. Ah non, je ne voulais pas voir quelqu'un pleurer par ma faute! C'est vrai que j'aime bien embêter le monde, mais j'avais cru simplement me défendre en faisant ça! Bon sang, que je suis susceptible...
         Je manquais de pousser un cri quand je sentis quelque chose qui me mordait. Bon sang, qu'est-ce que cette Grainipiot avait des dents aiguisées!

-Raaaaah, saleté! Ca fait mal, bordel!

    Je poussais un soupir. Il était toujours en face de moi, toujours dans le même état. Qu'est-ce que je devais faire? Je ne m'étais jamais retrouvée dans pareille situation. Je ne me sentais pas spécialement bien, et rien ne pourrais détendre l'atmosphère. J'avais fais une connerie, à moi de la réparer. Peut-être que je pouvais simplement le laisser évacuer sa peine, le laisser pleurer si cela lui faisait du bien. Appuyant ma main sur l'arrière de son crâne, je poussais sa tête jusqu'à ce que je sente son front heurter mon épaule. Est-ce qu'à ce moment là je fis un geste rassurant, pour lui indiquer de se calmer?

-Et bien... Je ne m'attendais pas à te mettre dans un tel état... Soupirais-je. Faut croire que je suis susceptible. Tu peux continuer de pleurer, si cela te fait du bien. Tu peux même m'insulter de tous les noms, dire des horreurs sur moi, me frapper, tout ce que tu veux, je ne broncherais pas. Je le mérite, parce que j'ai exagéré alors qu'au final, tu n'avais rien fait de vraiment grave. Tu n'avais rien fait qui mérite deux gifles d'une telle puissance.

    Malgré tout ce que j'avais dis, malgré le fait que cela ne me ressemblait pas, je n'arrivais pas à m'excuser. Peut-être parce que je me sentirais honteuse, après ça. Enfin, je me sentais déjà stupide d'avoir abusé à ce point... Enfin, nous n'allions pas rester dans l'eau. Au final, j'avais fini par décider de le ramener près de la berge. Qu'il le veuille ou non, j'allais le porter jusque là-bas. J'avais de la force, et il n'avait pas l'air d'être très lourd à soulever. Peut-être qu'il se calmerait.
         Une fois la berge atteinte, je décidais de le garder un peut plus longtemps dans mes bras, juste histoire qu'il se calme. Peut-être que le fait d'avoir quitté l'eau l'aiderait à se calmer? Enfin... IL VOULAIT QUE JE CULPABILISE OU QUOI?! Bon sang, mais quand est-ce qu'il allait s'arrêter de pleurer... Je n'aime vraiment pas ça... Je me sens affreusement mal, c'est horrible... Lui relevant le menton, je le fixais droit dans les yeux et passait un doigt sous ses paupières pour essuyer ses larmes. Je posais une main sur sa joue, geste qui se voulait doux et rassurant, avant de soupirer et de tirer une mine boudeuse, pour masquer ma gêne qui tentait tant bien que mal de se manifester.

-Bon, je reconnais avoir été une connasse sur le coup... Mais voilà, bah je voulais pas que tu sois dans cet état là et AAAAAAAAH arrête de pleurer tu vas me faire pleurer aussi!

    En réalité, je disais ça mais je ne faisais même pas attention à son visage. Je ne savais même pas si il pleurait toujours. J'avais détourné le regard, je ne voulais vraiment pas me mettre à rougir de honte parce que ce n'était pas mon genre. Je ne m'étais jamais retrouvée dans une telle situation, mais qu'est-ce que je me sens mal.

-Je...

    Soudain, un blocage. L'excuse ne veut pas sortir.

-Je suis....

    C’était tellement rare, que je m'excuse. Mais là, il le fallait. Prenant une grande inspiration, je soufflais longuement avant de planter mes yeux dans les siens.

-Je suis désolée. Maintenant, si tu veux te venger, fait toi plaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A un cheveux du massacre.   

Revenir en haut Aller en bas
A un cheveux du massacre.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 3 :: Ile Touga :: Village de l'Oasis-