Partagez | .
[Cours Eté 2016] Les deltaplanes sous-marin
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 828

MessageSujet: [Cours Eté 2016] Les deltaplanes sous-marin   Sam 6 Aoû - 19:55

Le soleil venait tout juste de poindre quand Rodrigue se leva. Encore à moitié endormi, il chercha la fenêtre de son chalet avant de se souvenir qu’il était de retour à Rivamar pour une semaine de vacances chez lui. Son jumeau était parti pour plusieurs jours s’entraîner vers la Route Victoire et ses parents étaient déjà certainement au travail, malgré l’heure matinale. Trainant des pieds en allant ouvrir ses volets, l’adolescent tapota Grindur et Polarhume pour les réveiller. Seuls les plus petits Pokémon étaient autorisés dans la maison, les deux adultes ne voulant pas entendre parler de Gringolem, Shaofouine ou même de Pyronille. Baudrive avait été interdit après s’être enfuit deux fois. Ne restait plus que Vostourno, qui trouvait grâce à leurs yeux quand elle ne tentait pas d’embêter le Chaglam familial. Crabicoque avait été jugé comme « trop bizarre ». Ne restaient plus que l’ourson, qui pouvait passer pour une peluche et la boule de pics, qui avait au moins le mérite d’être immobile. Ce qu’il ne fallait pas faire quand même. Tout en baillant, le blond descendit les escaliers, pantoufles aux pieds et cheveux en pétard. Il était déjà cinq heures trente ? Il allait finir par être en retard ! Avalant son chocolat à vitesse grand V, il enchaîna par une douche rapide, la préparation d’un pique-nique (et du déjeuner que ses parents n’auraient qu’à réchauffer), la nourriture pour son équipe et un habillage rapide. Habillé d’un jean et d’un T-Shirt aux couleurs de son dortoir de la PC, il attrapa sacoche replie de carnets à croquis, son appareil photo et s’en fut, n’oubliant pas de bien fermer la porte.

Que lui valait-il d’être si matinal ? Un grand festival de Rivamar qui avait lieu une fois par an et qu’il ne manquait pour rien au monde ! Et surtout, souriait-il pour lui-même : un événement qui lui permettrait d’avancer ses recherches et de compléter son devoir d’été du même coup ! Un rire nerveux lui échappa : il avait vraiment de la chance que tout se combine si bien ! Le grand festival d’évolution des Babimanta de Rivamar ! C’est-à-dire un moment précis de l’année où des bancs de Remoraid remontaient au plus près de la ville côtière et croisaient la route des troupes de ces Pokémon Eau et Vol qui avaient besoin d’eux pour leur transformation. C’était tout un rituel magnifique qui attirait les foules et à raison : c’était pour le moins magnifique et impressionnant à voir. Et surtout : ça durait tout la journée avec plusieurs vagues. Le sujet d’étude parfait pour son thème de l’évolution de groupe.

Passant sur les routes de panneaux solaires le plus vite possible, le blond arriva jusqu’à son point préféré pour observer le phénomène : un renfoncement dans la falaise, à peine à une centaine de mètres du phare, suffisamment proche de l’eau pour prendre de bons clichés mais assez haut pour pouvoir observer le vol des groupements évolutifs. Il était tôt mais beaucoup de connaisseurs étaient déjà là. Rodrigue dégagea une place autour de lui, posa Polarhume et Crabicoque à côté de lui et libéra Lamantine dans la mer : la pauvre bête n’avait pas trop eu le temps de sortir depuis sa capture et elle devait bien s’embêter. Tant qu’elle ne gênait pas la parade il n’y aurait aucun problème. En parlant de parade, les premiers Demanta commençaient à passer, ses répartissant sur toute la longueur du courant, traînant derrière eux les plus jeunes de leur pré-évolution qui ne participeraient pas. Des Remoraid solitaires éclaireurs pointaient aussi, accrochés pour la plupart à des mantas adultes. Ils vérifiaient tous la puissance des courants afin qu’il n’y ait aucun blessé. La nature était bien faite quand même. Le Pokémon du chercheur se mêla à plusieurs groupes, sautant parfois hors de l’eau, lançant des corolles d’Onde Boréale, qui se reflétaient dans les Anneau Hydro. Pour la discrétion c’était raté, mais le spectacle déclenchait des applaudissements dans le public.

Une petite heure après que Rod se soit installé, une foule compacte d’humains s’était formée et le ciel grouillait de Goélise et autres Pijako locaux. La première vague pointa enfin : un grand groupe de pseudo-losanges avec un smiley sur le dos s'installa juste à côté du courant, attendant quelque chose. Et c'est alors que le silence se fit dans la foule, car c'était l'instant le plus prisé. Lamantine remonta sur la falaise et s'installa à côté de son dresseur en faisant attention de ne pas le mouiller, poussant quelques touristes grognons au passage. Tout d'abord un frémissement à la surface de l'eau se fit sentir, montant en même temps que la clameur dans la foule. Puis l'azur de la mer se fit remplacer de plus en plus vite par une nuée argentée. Le banc géant de Remoraid, qui passait par les côtes seulement deux fois par an ! (La deuxième fois était en hiver, quand l'eau était trop froide pour les Babimanta et pendant la saison des éclosions, on y trouvait donc beaucoup moins d'évolutions) Ce point précis de la course était réputé pour être le plus impressionnant : le couloir marin passait entre les récifs et la falaise, accélérant brusquement et projetant des gerbes d'eau lors des évolutions. Il n'était pas rare d'y voir quelques accidents de parcours, et des médecins bénévoles étaient prêts à prendre en charge les Babimanta et tout nouveaux Demanta blessés.

La première ligne s'élança soudainement dans les flots gris sous les vivats des humains. Ces pionniers étaient les plus vieux, les plus intrépides et le plus souvent les plus casse-cou : le résultat de ce premier passage déterminera si les autres auront le courage de s'élancer ou s’ils attendront que le plus gros du banc soit passé, laissant des Remoraid moins violents. L'évolution symbiotique n'était pas aussi évidente que celle par Pierre : un des poissons qui touchait un des cerfs-volants ne signifiait pas forcément une transformation : il fallait qu'il y ait bonne entente entre les deux. Le plus souvent, le futur voyageur des mers devait prouver qu'il pourrait défendre le cracheur d'eau et sa famille, c'est pourquoi les Remoraid les plus vifs n'acceptaient que les meilleurs Babimanta. Les à-la-traîne se contenteraient des moins vigoureux.

La première lumière commença à percer des flots sous les « oh » et les « ah ». Un magnifique Demanta émergea alors, réalisant une vrille et s’entourant d’une multitude d’arcs-en-ciel reflétés dans l’écume. Rodrigue n’eut que le temps de prendre une photo. Le cerf-volant retomba dans le courant qu’il suivrait jusqu’au point de rencontre avec les membres mentors de son espèce. Le premier évolué devenait bien souvent une sorte de guide pour les autres, aussi aurait-il beaucoup à apprendre. La rigidité post-évolutive était particulièrement dangereuse pour les Pokémon marins : combien de nouveaux Bekipan étaient retrouvés sur les plages, incapables de voler avec leur nouveau bec énorme ? Les Demanta avaient pour eux la possibilité de respirer hors et dans l’eau ce qui leur laissait juste un problème de contrôle juste après s’être transformés. En parlant de ça, un des non-évolué et un tout juste venaient de se faire éjecter de la troupe, et s’étaient abîmés sur les récifs. Les Mustéflott et Tartard des sauveteurs les avaient très vite récupérés avant qu’ils ne se retrouvent entraînés. En tout et pour tout, sur la vingtaine de Babimanta, seulement une dizaine

Et déjà s’élançait le second passage. Cette fois, plus de lumières éclairèrent la mer qui se barda d’une multitude de couleur. La seconde vague était le plus souvent constituée de ceux qui avaient échoué l’année passée, les rejetés étant néanmoins considérés comme des adultes, ils étaient exclus du groupe des plus jeunes et de débrouillaient tout seuls, ce qui faisait qu’ils étaient le groupe le plus cohésif. Comme la plupart du temps, pas un seul ne loupa son évolution cette fois-là et les Demanta firent quelques acrobaties dans une sorte de spectacle aérien pour fêter leur revanche. Cela faisait encore quelques beaux clichés pour illustrer le devoir. Le troisième passage était le dernier pendant lequel le banc de Remoraid était si compact, il était constitué de la plupart des Babimanta courageux mais pas téméraires. Après celui-ci les deux tiers des bébés Pokémon étaient passés.

Le tunnel de Remoraid commençait maintenant à s’étioler, et les derniers participants y allaient l’un après l’autre. Cependant, quelques-uns, trop effrayés ne s’y lançaient pas. Et comme d’habitude, c’est avec de grands coups de Cru-Aile qu’ils furent envoyer par les Demanta surveillants. La plupart se reprenaient et évoluaient, comme quand le cerveau se mettait en pause lors d’un saut à l’élastique. Mais d’autres, complètement paralysés par la peur se faisaient balloter par les quelques poissons restants, puis envoyer sur les rochers. C’était toujours le moment avec le plus d’accidents et les sauveteurs étaient toujours débordés. L’apprenti chercheur vit en marge de la manifestation un Ranger utiliser son Capstick sur un Octillery qui suivait sûrement ses enfants puis utiliser la pieuvre pour ramasser un maximum de malchanceux. La partie évolutive de l’événement était maintenant terminée, et la foule se dirigea tranquillement vers la plage, pour profiter de la suite. Vu que le soleil pointait paresseusement vers son zénith, le blond distribua le pique-nique à tous ses Pokémon en marchant puis ne laisse que Vostourno et Polarhume avec lui.

Comme d’habitude, stands de nourriture à emporter côtoyaient boutiques temporaires de souvenirs. Ceux qui ne voulaient voir que la première partie pouvaient profiter de réductions dans la plupart des lieux à visiter de la ville, quant aux autres… Rodrigue prit ses Pokémon dans ses bras en entendant les premiers cris ? Ça avait commencé plus tôt que l’année dernière dis-donc ! Il laissa l’ourson gambader sur le sable et rejoignit un des rochers d’observation. Ah, il n’en avait pas trop loupé, les mantas ne faisaient qu’arriver. Les plus vieilles gardaient les Babimanta pendant que les fraîchement évolués entamaient une sorte de danse avec les plus anciens. C’était aussi une sorte de rituel, comme celui des Joliflor qu’il avait étudié. D’abord dans l’eau, puis sautant et enfin volant, chaque membre de la farandole changeant de milieu plusieurs fois rapidement, la ronde des Demanta était l’attraction numéro deux de la journée. Après quelques photos et croquis, l’adolescent s’en fut : le spectacle allait durer toute l’après-midi et servait en fait de manière naturelle pour les jeunes évolués de surpasser leurs problèmes post-transformation.

Marchant vers la zone portuaire, il salua quelques marins qu’il connaissait puis s’intégra au groupe des sauveteurs, rangers et soigneurs qui s’occupaient des Babimanta blessés. Il y en avait encore beaucoup cette année… Remontant ses manches, le blond s’attaqua à sa dernière activité prévue : l’aide bénévole aux équipes de secours. Cela faisait plusieurs années qu’il participait à cette face cachée de l’évènement. Quand il était jeune, il apportait seulement le café et les compresses, mais fort de ses observations, il avait appris à bander les nageoires et les appendices caudaux de ces pauvres hères. Et vu ses recherches à la PC, il montra aux responsables qu’il savait maintenant s’occuper des antennes, laissant seulement les plaies les plus profondes aux professionnels. Quand enfin, on lui dit qu’il n’y avait plus grand-chose qu’il pourrait faire, il releva la tête, le corps un peu endolori. Comme d’habitude tout ce beau monde surveillerait le bivouac que les Pokémon installaient au large de Rivamar pour la nuit avant de se séparer en plusieurs clans et de partir dans d’autres Régions. Rodrigue rappela Tropius, Ludicolo et Lamantine qui avaient aidé lors des opérations et rentra chez lui, remportant quelques algues et fruits de mer qu’il ferait pour le dîner. Il ne savait pas trop s’il irait au spectacle aquatique ce soir-là. Tout seul ce n’était pas vraiment la même chose. Boah, il aurait peut-être une chance de croiser et d’admirer Tanguy. Ouais il ferait un saut. Mais d’abord, cuisine et écriture du devoir ! C’était une chouette journée, dommage qu’il n’avait eu personne pour en profiter avec lui… Un bruissement de plumes et un poids se déplaçant de son bassin jusque sur sa tête le fit sourire : c’était la première fois qu’il le voyait avec des Pokémon qui lui appartenaient. L’année prochaine il réserverait une grande place et ils le regarderont tous en même temps. Et pourquoi ne pas inviter quelques élèves de la PC ?

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
[Cours Eté 2016] Les deltaplanes sous-marin
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-