[ Cours Été 2016 - Pokéathlète] They see me rollin', they hatin' ~ [Terminé]
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: [ Cours Été 2016 - Pokéathlète] They see me rollin', they hatin' ~ [Terminé]   Lun 22 Aoû - 16:59
Yantreizh. Berceau de la Méga-Évolution, selon certains. La présence de la très célèbre Tour Maîtrise ne faisait, d’ailleurs, que confirmer les rumeurs qui disaient que c’était dans cette ville que la toute première Méga-Évolution avait eu lieu, celle d’un Lucario en Méga-Lucario. Autant dire que Sokka s’était révélé assez pressé de se rendre dans cette ville où, selon lui, il serait vénéré à l’égal d’un dieu. Sinon, pourquoi y aurait-il eu une statue de Méga-Lucario en haut de la Tour Maîtrise, hein ? Aller jusqu’à Yantreizh n’avait pas été bien dur, contrairement à ce qu’elle imaginait. Il lui avait juste suffi de ne pas prendre le funiculaire de Port-Tempères, comme elle le faisait d’ordinaire pour monter jusqu’à Illumis, mais plutôt de prendre la route en sens inverse et de passer par la mer pour atteindre les bords de l’autre ville. Il fallait qu’elle se presse. Après tout, elle était attendue, et pas par n’importe qui. Par Cornélia en personne ! La championne d’arène de la ville, l’héritière des secrets de la Méga-Évolution, une véritable pro des rollers… Cornélia, quoi ! Facile de comprendre que la petite Pyroli en était complètement fan, alors être attendue à Yantreizh par son idole en personne, c’était quelque chose qui arrive trop peu souvent dans une vie. Aussi la préfète en chef pressait-elle le pas depuis qu’elle avait quitté Port-Tempères, pour ne pas trop faire attendre la championne. Ce n’était pas tout les jours qu’elle avait l’opportunité de bosser pour une championne d’arène… Au début, elle ne comptait pas prendre ce cours d’été, avant de le recevoir par texto du Général Jackie. Apparemment, depuis quelques temps, les performances de l’équipe de Cornélia semblaient parfaites… Peut-être un peu trop parfaites. A tel point que la championne a commencé à se poser des questions, et pour s’assurer que les prouesses de son équipe de roller étaient bien dues à leur entraînement acharné, elle avait fini par chercher un espion capable de les infiltrer pour se mêler à eux sans éveiller les soupçons. Aileen avait accepté cette mission d’espionnage, le Général Jackie avait prévenu Cornélia, qui l’attendait maintenant à l’entrée de Yantreizh. Justement, Aileen pouvait la voir maintenant. Ses longs cheveux blonds détachés volaient au vent, et ses yeux d’un bleu perçant fixaient la grotte menant à Relifac-le-Haut. Cependant, elle tourna la tête vers le chemin quand son Lucario posa une patte sur son épaule, et d’un bon pas, elle la rejoignit pour l’accueillir avec le sourire.

« Salut ! Tu es Aileen Sôma, c’est ça ? »
« Oui, c’est ça. Encore merci à vous d’avoir accepté ma présence. »
« A vous ? Pfffrt… Cesse ça, tu veux, j’ai même pas cinq ans de plus que toi ! »

Cornélia sourit, faisant sourire Aileen en retour. Officiellement, la petite espionne était là en double stage. Un stage de mécanique, pour commencer, Cornélia ayant elle-même conçu son arène et les plans de cette dernière. Un stage de Méga-Évolution, ensuite, Aileen ayant accès à cette dernière depuis le passage de son Grade 4. Il n’y aurait bien entendu pas de Méga-Évolution au programme, mais si elle pouvait en profiter pour grappiller quelques informations, elle n’allait pas s’en priver. Aileen avait préféré mettre en avant sa deuxième spé plutôt que sa première spé de couverture pour pouvoir plus facilement intégrer l’arène, où s’entraînait l’équipe de Cornélia. Elle aurait pu se présenter comme étant elle-même une pratiquante du roller, mais elle aurait alors dû faire ses preuves en tant que combattante du type Combat pour se faire sa place dans la team… Or, vu ses capacités limités en combat Pokémon, elle avait largement préféré ruser. Se faire passer pour une apprentie mécanicienne serait parfait. Ca lui permettrait de rester dans l’arène sans combattre pour observer l’équipe, faire ami-ami avec eux, et pouvoir les suivre dans leurs aventures sans toutefois trop s’exposer. Ni se ridiculiser en roller, accessoirement. Elle se débrouillait bien, mais pas de là à rivaliser avec une équipe professionnelle, elle en avait largement conscience.

« Avant d’aller à l’arène, on va quand même passer par ton hôtel pour poser tes affaires, ça te pèsera moins lourd sur le dos. »

D’un mouvement de tête, Cornélia l’entraîna à sa suite jusqu’au petit hôtel de la ville, celui où la Pyroli logerait durant toute la durée de son séjour à Yantreizh. L’hôtel n’était pas bien grand, mais idéalement situé, non loin du centre Pokémon et à distance respectable de l’arène, sans doute pour ne pas être dérangé par le bruit des combats. Les formalités furent vite réglées, et la Pyroli put monter son gros sac de voyage dans sa chambre située au deuxième étage. La pièce était chichement meublée, mais ça lui allait parfaitement. Un lit d’une place et demie collé au mur, avec une table et une lampe de chevet, des placards pour ranger les affaires, et comble de luxe, la salle de bains et les toilettes étaient dans une petite pièce à part. Pièce exigüe, certes, mais elle préférait ça plutôt que de devoir partager les douches et toilettes de l’hôtel. C’était peut-être pour ça que cette chambre était sensiblement plus chère que les autres. Beaucoup moins chère que si elle avait pris la vue « Tour Maîtrise » que tous les touristes demandaient, cependant. Elle avait préféré demander une vue sur l’arène, pour pouvoir l’observer même de nuit. Aileen était contente de sa dépense. C’était beaucoup plus sympa que de dormir au Centre Pokémon comme une clocharde, ce que l’académie semblait lui proposer à la base. Cornélia, qui l’avait rejointe, se posa sur le lit à côté d’elle. Maintenant qu’elles étaient en privé, elles pouvaient parler librement.

« Alors, c’est quoi le problème avec ton équipe ? »
« Je ne sais pas, justement. Nos performances sont trop parfaites. C’est bizarre, de se plaindre d’un truc pareil, non ? Mais on gagne un peu trop pour que ce soit honnête. »
« Et tu penses que ce n’est pas dû à leur seul entraînement ? »
« On a gagné contre Lino. On l’a battu à plate couture. C’est un champion dans plusieurs domaines, pourtant on lui a mis une branlée monumentale. Il a commencé à crier à la triche, les médias se sont déchaînés en disant qu’il était mauvais perdant et qu’il n’avait pas apprécié de terminer tout dernier, mais… Je connais Lino. On l’a déjà battu, il ne s’en était jamais plaint, il nous avait félicités pour nos progrès et nos efforts. Qu’il hurle à la triche n’est pas quelque chose de naturel chez lui. »
« Du coup, tu as commencé à te poser des questions. »
« Non, je m’en posais déjà avant. Je commençais à les trouver bizarres, mais je me disais que c’était le stress des combats et de l’entraînement combinés. Mais là… »
« Bizarres comment ? »
« Fuyants, parfois rêveurs, à fixer le vide quelques secondes avant de se reprendre. Ils sont devenus secrets et mystérieux, à changer de sujet quand je parle de l’entraînement… Sans compter que depuis que Lino gueule à la triche, je les garde à l’œil, et j’ai l’impression qu’ils s’entraînent de moins en moins. »
« Effectivement, c’est suspect, qu’une équipe qui s’entraîne de moins en moins gagne de plus en plus. Tu as quelque chose pour me mettre sur une piste ? »
« Pas du tout. Et comme je suis leur supérieure, je peux difficilement leur poser des questions sans que ça devienne suspect. »
« Alors que moi, en petite stagiaire non combattante, ils ne se méfieront pas de me voir aller et venir. »
« C’est ça. »

Cornélia hocha la tête, et soupira. Ce problème de triche semblait énormément la miner, et Aileen était bien déterminée à l’aider. Elle était fan de cette championne, après tout, alors si elle pouvait démêler ce problème et s’attirer les faveurs de Cornélia, ce ne serait pas plus mal. Les deux filles se levèrent pour quitter l’hôtel et rejoindre l’arène, où les quatre membres de l’équipe de roller de la championne devaient les attendre, ou plutôt, attendre leur patronne qui avait quitté l’arène sans crier gare, puisque la venue d’Aileen n’avait pas été annoncée. Pourquoi faire ? Elle n’était pas une personnalité importante, et le fait de débouler à l’improviste lui permettrait de juger chaque personne en se fondant discrètement dans le paysage. Quand elles entrèrent dans l’arène, le vigile à l’entrée tenta de les arrêter, avant de se pousser en reconnaissant la championne. Cornélia ne fit aucune remarque. Après tout, c’était son devoir d’arrêter les compétiteurs quand elle n’était pas dans l’arène… En la voyant arriver, une fille héla les autres, et bien vite, la petite troupe de Cornélia se rassembla autour d’elles.

« Vous êtes tous là ? Cool, j’aurai pas à me répéter. Aileen, je te présente Eugène, Troy, Elle et Ayumi. Les gars, voici Aileen. »
« Bienvenue Aileen ! Tu vas rejoindre notre équipe ? »
« T’as quoi comme Pokémon Combat ? »
« On se calme, Aileen est pas là pour combattre. C’est une mécano qui vient de Lansat, elle est ici en stage pour comprendre comment fonctionnent les plaques pivotantes de l’arène. J’compte sur vous pour lui faire un bon accueil. »

Les quatre dresseurs hochèrent la tête en souriant, permettant à Aileen de les observer à la dérobée. Aucun d’eux ne semblait avoir le regard fuyant, comme Cornélia le lui avait pourtant dit à l’hôtel. Ils restaient droits et sûrs d’eux. Peut-être parce qu’ils étaient persuadés qu’elle ne leur ferait pas d’ombre ? Si elle était une stagiaire mécano, elle ne ferait que passer sa journée la tête dans les mécanismes de l’arène, les observant combattre durant ses pauses avant de retourner à ses schémas compliqués. Pour le moment, elle était un peu la coqueluche. Nouvelle arrivante, elle suscitait la curiosité, mais dans quelques jours, elle pourrait espionner à sa guise. Mieux valait qu’elle se tienne tranquille. Voyant le vigile lui faire signe, Cornélia s’excusa et le rejoignit, laissant la brune avec le quatuor.

« Alors comme ça, t’es mécano ? »
« En deuxième spécialisation, oui. Ma première, c’est médecin. »
« Médecin mécano ? Pas mal… Tu veux faire quoi en sortant de ton académie avec ça ? »
« Médecin urgentiste. C’est pour ça que j’ai pris mécanique. Pour créer ou perfectionner les machines déjà existantes. »
« Et t’as des Pokémon Combat avec toi ? »

Une des deux filles s’était incrustée dans la conversation, au grand dam du garçon qui lui parlait, sans doute pour tâter le terrain avant de la draguer. S’il voulait la draguer, ça l’arrangeait. En jouant finement, elle pourrait l’utiliser pour infiltrer le groupe et résoudre plus facilement son affaire. C’était manquer de cœur, certes, mais elle n’était pas là pour faire des sentiments, après tout.

« Oui, deux, un Lucario et un Pandespiègle. Mais le premier n’aime pas beaucoup combattre et préfère développer son aura, et le deuxième est un peu trop jeune et immature pour combattre sérieusement. »

La fille esquissa un sourire ravi, contente que la nouvelle venue porte quand même un certain intérêt au type Combat, type favori de l’arène dans laquelle elle était en stage. Alors qu’elle allait lui poser une autre question, Cornélia réapparut, et sa voix claire résonna avec force dans la pièce.

« Allez les gars, fin de la pause ! On a des challengers qui arrivent, alors mettez-vous en place ! »

Avec un gloussement, la fille disparut en tournoyant sur ses rollers, et Aileen se retrouva seule avec le garçon. Ce dernier lui fit un sourire, et elle y répondit par automatisme, ce qui sembla faire effet sur son nouveau camarade.

« Je m’appelle Troïlos, mais tu peux m’appeler Troy, comme tout le monde. N’hésite pas à me dire si tu as besoin de quelque chose, d’accord ? »
« Je n’y manquerai pas… Troy. »

A nouveau, il sourit, avant de partir sur ses rollers après s’être attiré un regard courroucé de Cornélia. La brune se retint d’esquisser un sourire. Grâce à ce Troy, infiltrer le groupe risquait de s’avérer plus facile que prévu…

* * * * *

Levant les yeux de ses schémas, Aileen jeta un rapide regard à Ayumi, qui passait non loin d’elle. Cela faisait quelques jours qu’elle s’était fondue dans leurs quotidiens, et chaque dresseur la considérait comme faisant partie du paysage puisqu’elle ne combattait pas, et que son seul Pokémon visible était un Dedenne facétieux posé sur son épaule. Elle n’avait pas mis beaucoup de temps à différencier chaque personne. Ayumi était une petite brune qui venait d’Irisia, selon ses dires, mais qui était partie à la recherche d’une autre arène où se perfectionner après que Chuck l’ait refusée comme dresseuse à plein temps. Son équipe se composait d’un Médittika et d’un Kungfouine qui travaillaient en harmonie, et elle possédait un caractère pour le moins imprévisible. La deuxième fille, Eleanor, qui préférait être appelée Elle, était originaire de Romant-sous-Bois, qu’elle avait fini par quitter quelques années plus tôt, quand Cornélia avait ouvert son arène. Grande blonde aux yeux bleus, elle restait discrète, quoique chaleureuse, et avait comme équipe un Karaclée et un Hariyama. Venait ensuite Eugène, aux cheveux roux et aux yeux verts, seul originaire de Yantreizh, ce dont il n’était pas peu fier. Premier dresseur recruté par Cornélia, il possédait comme équipe un Pandespiègle, un Judokrak et un Machopeur, et s’il avait tendance à la vantardise, il n’en restait pas moins sympathique une fois remis à sa place. Puis, Troïlos, surnommé Troy. Natif d’Ecorcia, il ne possédait qu’un Pokémon, un Scarhino silencieux et imperturbable qui avait quelque chose de désagréable. Troy se savait doué. Il était passé par plusieurs arènes de type Insecte, à commencer par celle d’Hector, le champion de son village, puis celle d’Artie, à Volucité, où il avait ensuite rejoint l’arène de Violette, à Neuvartault. Mais son Pokémon se montrant plus combatif que prévu, il avait fini par postuler chez Cornélia, où il avait été pris. Troy avait été chanceux dans la vie. La capture de son Scarhino au Parc Naturel se devait à un coup de chance, et le fait qu’il se soit révélé assez combatif et puissant pour passer d’une arène à l’autre avait aussi été un coup de chance. Il avait un physique qui semblait beaucoup plaire aux filles, avec les cheveux sombres d’un brun ténébreux et le regard d’une clarté métallique. Ayumi et Elle l’avaient vite mise en garde sur Troy, qui aimait user de son charme naturel pour obtenir ce qu’il voulait. Aileen ne l’aimait pas beaucoup, cela dit, son attitude nonchalante très étudiée lui faisant penser à un savant mélange entre Yuki Yutaka et Allen Wills, deux Noctali d’une prétention sans bornes, partis depuis longtemps, mais qu’elle ne pouvait toujours pas voir en peinture. Cependant, pour le bien de sa mission, elle passerait outre sa répugnance naturelle, surtout si cela lui permettait d’être plus facilement acceptée au sein du groupe.

Car le groupe semblait plutôt soudé. Levée à quatre heures trente tous les matins, la Pyroli pouvait s’installer face à la fenêtre pour regarder l’arène de Yantreizh sur laquelle donnait sa chambre d’hôtel. La première à arriver était Cornélia, aux alentours de six heures du matin, seule la plupart du temps, parfois avec un vieil homme qui devait être son grand-père, avec qui elle vivait dans la Tour Maîtrise. Les quatre dresseurs arrivaient ensuite ensemble, en groupe, entre sept heures et sept heures et demie, pour pouvoir prendre leurs marques avant l’ouverture de l’arène à huit heures. Ils ne venaient jamais séparément, semblant mettre un point d’honneur à venir en groupe, tous ensemble, toujours. Ils venaient ensemble, mangeaient ensemble aux heures du repas, se rassemblaient pendant les pauses, riaient, se claquaient le dos, montraient une franche camaraderie… Qui excluait de facto quiconque cherchant à s’y intégrer, raison pour laquelle Aileen n’essayait pas. Elle préférait laisser les gens venir vers elle de manière individuelle, car en tant que stagiaire de Cornélia, elle attisait leur curiosité. Après tout, il était rare que Cornélia s’embarrasse d’une stagiaire ! Ayumi était revenue à la charge pour voir ses Pokémon Combat, s’extasiant devant le chromatisme de Lotso.  Eugène lui avait demandé un combat, et avait paru déçu quand elle lui avait répondu qu’elle ne combattait pas. Elle lui avait posé des questions sur son école, s’enthousiasmant sur le parcours Coach. Et Troy, bien entendu, s’était mis en tête de la draguer, et le fait qu’elle ne proteste pas semblait l’encourager dans sa démarche vouée à l’échec. Le fait qu’elle ait laissé comprendre qu’elle se débrouillait bien en rollers poussait encore plus le quatuor à vouloir la connaître. Mis à part les dresseurs de passage, et les touristes qui s’intéressaient à la Tour Maîtrise, il ne se passait rien de bien intéressant à Yantreizh. Sa venue pour le moins inopinée leur permettait donc de connaître un peu le monde, vu qu’elle avait beaucoup voyagé, et surtout son quotidien en école, chacun étant curieux de savoir comment ça se passait.

« Hey Aileen ! On va boire un coup au Café Slalom ce soir en faisant un crochet par le skatepark, tu veux venir avec nous ? »

La brune releva la tête pour croiser le regard pétillant d’Ayumi. Apparemment, l’heure de la tester était venue. A tous les coups, ils s’étaient concertés pour savoir s’ils l’invitaient ou pas, conquis par les bons points qu’elle s’était débrouillée à récolter en leur parlant individuellement. Après l’épreuve individuelle venait l’épreuve du groupe. Était-elle assez cool pour traîner avec eux ? Elle partageait leurs centres d’intérêts, et tenait assez bien tête à Troy, peu habitué à ce que son charme n’opère pas dans la journée.

« Avec plaisir, oui. Comme ça, je pourrai voir ce que c’est, une équipe de pros du roller qui s’entraîne. »

Ayumi lui fit un grand sourire, comme touchée par ce compliment, avant de partir prévenir les autres. Depuis son arrivée, Aileen ne les voyait pas beaucoup s’entraîner. Ils voudraient sans doute lui en mettre plein la vue, maintenant qu’elle avait dit ça, et ça lui permettrait de jauger les lacunes de chacun. Elle ne pensait pas être une professionnelle du roller, mais son entraînement d’espionne lui permettait de noter ce qui lui paraissait important. Et en l’occurrence, ce qui lui paraissait important, c’est que depuis qu’elle était là, elle les voyait combattre, mais pas s’entraîner, alors qu’ils avaient une arène entière pour se perfectionner. De toute manière, Aileen n’était pas pressé. Elle avait tout son stage pour découvrir le pourquoi du comment, et au fil des années, elle avait appris à devenir patiente pour parvenir, lentement mais sûrement, vers le but visé. Et si son stage devait se poursuivre un peu plus sur la durée, Cornélia n’y verrait sans doute aucun inconvénient.

Le soir venu, Aileen avait rejoint le groupe pour se rendre à Illumis avec eux. Le trajet n’avait pas été bien long, et très vite, ils s’étaient retrouvés attablés au Café Slalom, où la brune se rendait souvent quand elle était jeune ou durant ses courts passages à Illumis. Elle avait réussi à se caser entre les deux filles, face à Eugène, pour ne pas devoir supporter Troy et ses attitudes de tombeur. Se retrouver entourée de riders et de motards lui plaisait beaucoup, cela dit, même si elle n’oubliait pas pourquoi elle était là. Le groupe papotait joyeusement, l’incluant dans la conversation, parlant de Pokémon, de combats, quelques ragots sur Cornélia (apparemment, cette dernière raffolait des cornichons et était capable de vider une boîte entière en quelques minutes), et bien entendu, de compétitions de rollers. Il y en aurait une dans quelques semaines, au Stade Pokéathlon, et ils avaient réussi à se qualifier pour y participer. Autant dire qu’ils étaient impatients. Se produire au Pokéathlon, ce n’est pas tous les jours que ça arrive ! Silencieusement, la brune les écoutait discuter, essayant de définir qui avait le plus de chances de lui dire ce qu’elle voulait entendre. Eugène ? Probablement pas. Trop sûr de lui pour ça. Ayumi ? Non plus. Elle ? Trop discrète, donc difficile de lui soutirer quoi que ce soit. Troy ? Son regard améthyste croisa le regard de glace du rider, qui lui envoya un léger sourire auquel elle répondit. Troy serait parfait. Au bout d’une bonne heure de bavardage joyeux, le groupe se leva, ayant pour intention de se rendre au skatepark pour s’entraîner un peu. Aileen, fébrile, les suivit, impatiente de voir ce que leur entraînement donnait. Mais en lieu et guise d’entraînement, elle eut droit à quelques figures d’une simplicité extrême, entre godille, 360 et backflip accessibles à n’importe quels débutants. Même elle était capable de faire ça, et elle se fit violence pour ne pas se lever et partir, agacée par cette perte de temps. Cependant, la nuit tombant, le groupe arrêta bien vite ses pitreries pour retourner à Illumis prendre la première navette pour Yantreizh, et elle se retrouva seule à l’arrière avec Troy, qu’elle n’avait pas réussi à esquiver.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as l’air un peu déçue. »
« Un peu. Vous êtes une équipe de pros, vous avez battus Lino, vous allez au Pokéathlon bientôt, du coup comme on allait ici, je pensais que j’allais vous voir vous entraîner un peu. Finalement, j’ai plutôt eu l’impression que vous passiez le temps, c’est un peu décevant. »
« On n’a juste pas besoin de s’entraîner de manière intensive. »
« Alors que vous passez la journée entière en tant que dresseurs dans l’arène de Cornélia ? Je me doute bien que vous devez être fatigués en fin de journée, mais pour tenir le niveau des pros, vous devez bien vous entraîner un minimum, non ? »

Troy ralentit, et elle l’imita, comprenant qu’il allait essayer de l’impressionner avec son niveau de pro. Ils se laissèrent distancer par le groupe, attendant qu’ils passent les portes d’Illumis, puis Troy se tourna vers elle.

« Tu veux voir un truc cool ? » Elle hocha positivement la tête. « Garde ça pour toi, par contre. Les autres ne doivent pas savoir. Ils se mettent toujours en colère quand je fais ça sans leur demander leur avis. »

A nouveau, Aileen hocha la tête. Il allait se passer quelque chose d’important. Se dirigeant vers le banc, Troy ôta ses chaussures pour enfiler ses rollers, et sortit une petite bouteille de son sac. La brune plissa les yeux, curieuse, se demandant ce que c’était. Il s’enfila rapidement la petite bouteille, qui devait à peine faire vingt-cinq centilitres, et sourit en croisant le regard curieux de la brune. D’un mouvement expert, il jeta la bouteille en plastique dans la poubelle à côté de lui, et entra dans le skatepark pour jouer au frimeur. Curieuse, la brune s’appuya à la rambarde pour le regarder faire. Il y eut un bref éclair rouge, et son Dedenne fila dans son sac pour attraper l’iPok, le sortir discrètement par la fente du sac à bandoulière, et lancer la fonction caméra pour garder une éventuelle preuve. Brave petit. Il faisait bien, cela dit. Car sans crier gare, Troy était parti. Il fila droit sur le half-pipe, grimpant dessus avant de faire un salto dans les airs, retombant souplement au sol avant de tourner en demi-tour sprint pour sauter sur un rail, filer dessus comme un oiseau en plein vol, et bondir en arrivant au bout, en tournant sur-lui-même, tombant au sommet d’un quarter-pipe, le descendre de dos, avant de finir en tournoyant pour s’arrêter devant elle en terminant avec un Cosmoflip réalisé à la perfection. Dire qu’elle était choquée était un moindre mot. Troy était allé vite. Très vite. Peut-être un peu trop vite, d’ailleurs. Était-ce dû à la boisson qu’il avait bu avant de jouer au crâneur doué ?

« Alors ? C’était comment ? »
« C’était… Vraiment très impressionnant, en réalité. Tu es vachement doué. »
« Merci, c’est gentil. Mais pas un mot aux autres, promis ? »
« Pas de soucis, ça restera entre nous. »
« Parfait. Allons les rejoindre avant qu’ils ne viennent nous chercher. »

Aileen hocha la tête, et quand il eut terminé de remettre ses chaussures, ils partirent en courant vers la porte d’Illumis pour rattraper le reste du groupe.
Dans son sac, Joyce ricana en s’appuyant contre la bouteille que sa dresseuse avait subrepticement récupérée dans la poubelle pendant que Troy s’échinait à lui en mettre plein la vue.

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Aileen Sôma
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: [ Cours Été 2016 - Pokéathlète] They see me rollin', they hatin' ~ [Terminé]   Lun 22 Aoû - 17:29
La bouteille ressemblait à une bouteille de boisson isotonique tout ce qu’il y avait de plus banal. En fait, Aileen la reconnaissait, vu qu’elle-même buvait de l’eau isotonique pour pallier au contrecoup de l’entraînement matinal couplé aux cours de sport. Elle avait choisi une autre marque pour ne pas boire quelque chose de trop fort, et s’était tenue à cette marque depuis le début de sa scolarité. Debout depuis quatre heures trente, Aileen observait l’arène depuis sa chambre, attendant de voir Cornélia y entrer pour la rejoindre. Six heures sonna, et fidèle à ce qu’elle avait pu observer jusque là, la championne fit son apparition, ouvrant les portes de l’arène pour y entrer la première. Se saisissant de son sac, Aileen y jeta la bouteille en plastique avant de quitter sa chambre. Le quatuor arriverait d’ici une heure à une heure et demie, ça lui laissait le temps de parler à la championne. Quelques minutes après, elle entrait dans l’arène, et profitait du fait que cette dernière était encore inactive pour aller jusqu’à Cornélia, encore accessible par les rampes partant des côtés. En la voyant s’approcher, la championne attendit qu’elle la rejoigne, surprise de la voir aussi tôt.

« Bonjour, Aileen. Tu es bien lève-tôt, dis-moi, d’ordinaire on ne te voit pas avant huit heures moins le quart. »
« Je me lève à quatre heures trente. Habitude Pyroli. » La championne ouvrit de grands yeux surpris, et Aileen reprit. « Je pense savoir pourquoi ton équipe est très bizarre, ces derniers temps. »
« Je t’écoute. »
« Hier, on est allés à Illumis puis au skatepark. Troy a voulu crâner devant moi, il m’a fait une démonstration de ses talents. Mais juste avant, il a bu ça. »

Elle sortit la bouteille en plastique de son sac et la tendit à la championne. Cette dernière la saisit pour la tourner entre ses doigts, et fit la moue avant de la lui rendre.

« C’est une boisson isotonique. »
« Je sais, mais - »
« Non, je veux dire : c’est la boisson isotonique qu’on prend tous les cinq avant de faire du sport. Elle a mauvais goût, mais elle est très efficace. »
« Toi aussi, tu en prends ? »
« Ouais. En fait, c’est moi qui ai poussé les autres à en prendre aussi, parce que je me trouvais en meilleure forme quand j’en buvais avant le sport et je me disais que ça ne pourrait pas leur faire de mal. »
« Et vous en prenez depuis combien de temps ? »
« Deux ou trois ans, pas plus. »
« Et ils ont commencé à devenir bizarres quand ? »
« Il y a quelques mois. »

Assez déçue, la Pyroli rangea la bouteille dans son sac. Au temps pour sa super piste, alors. Cornélia, cependant, avait ouvert son propre sac posé dans un coin pour en sortir une bouteille pleine, qu’elle lui lança agilement. Aileen la rattrapa d’une main et la compara avec ses souvenirs. L’eau de cette bouteille avait la même couleur que l’eau dans la bouteille de Troy.

« Garde-la, si tu veux, j’en ai plein à la maison de toute manière. Vu que tu es là plus tôt, tu veux que je te montre l’arène ? »
« C’est tentant… Mais non. J’ai un peu de temps avant l’ouverture de l’arène justement, et ça fait un moment que je voulais aller parler à Lino. »
« A Lino ? Pourquoi faire ? »
« D’après ce que tu m’as dit, il est le premier à avoir crié à la triche, et c’est lui qui a commencé à te faire douter. Peut-être qu’il aura des informations supplémentaires ou qu’il pourra me donner des pistes. »
« Pas bête… Tu as besoin d’un Pokémon Vol pour aller à Relifac-le-Haut ? »
« Non, ça devrait aller, j’ai mon Nosferalto. »

Cornélia hocha la tête, et la laissa quitter l’arène. Quand elle pressa la Poké Ball, Seyn sortit, et étendit ses ailes pour la laisser grimper sur son dos, avant de s’envoler dans un battement d’ailes soulevant un peu de terre et de poussière. S’élevant en hauteur, le Nosferalto rallia la grotte miroitante en quelques secondes, et la traversa depuis les airs en prenant son temps, ralliant Cromlac’h en moins de dix minutes. Il descendit vers le sol pour suivre la route, et atteignit Relifac-le-Haut en suivant les indications de sa dresseuse, avant de se poser, laissant Aileen bondir au sol avant de retourner dans sa Poké Ball. Le changement de décor était brutal, mais l’arène était reconnaissable de loin, aussi la brune ne perdit-elle pas de temps et la rejoignit-elle en vitesse, poussant les portes pour y entrer. A l’intérieur, personne. Pas de vigile, pas de dresseurs…

« Hep là ! L’arène n’ouvre qu’à huit heures ! »

… Mais Lino, posé sur son perchoir, qui la rejoignit en sautant d’une plateforme rocheuse à l’autre avant d’atterrir devant elle, prêt à la mettre dehors. Aileen ne lui en laissa pas le temps.

« Je sais, mais je ne suis pas là pour me battre. J’ai juste quelques questions à vous poser, si vous avez quelques minutes à m’accorder. »
« Hmm. Des questions sur quoi, au juste ? »
« Sur la compétition qui a eu lieu entre l’équipe de Cornélia et vous il y a quelques mois. »
« Alors ce sera non. »
« Pourquoi ? »
« Parce qu’à chaque fois que je dis qu’ils ont triché, on me dit que je suis mauvais perdant, et ma réputation a été suffisamment saccagée par la presse, merci bien. »
« Et si je vous dis que c’est Cornélia qui m’envoie ? »

Lino plissa les yeux, méfiant. Cornélia qui lui enverrait quelqu’un ? Cela lui semblait surprenant. Curieux cependant, il laissa la demoiselle continuer ses explications avant de se forger un avis définitif.

« Après la compétition, Cornélia a commencé à se poser des questions parce que vous les aviez accusés de tricherie. Elle m’a dit qu’elle a déjà gagné contre vous, mais que vous étiez toujours beau joueur. Alors elle a commencé à surveiller son équipe et pense qu’ils trament quelque chose de louche pour gagner leurs compétitions. Comme elle peut difficilement mener l’enquête seule, elle a fait appel à mon école, qui m’a envoyée vers elle quelques jours plus tard. »
« Ton école ? Et tu viens de quelle école, au juste ? »
« Je suis une élève espionne de l’académie de l’île Lansat. Comme j’ai été formée par le Général Jackie en personne et que j’ai un grade assez conséquent dans mon école, Cornélia m’a prise au sérieux. Officiellement, je suis en stage de mécanique chez elle. Je m’intéresse au fonctionnement sophistiqué de son arène pour être capable de travailler avec les futurs spé type de mon école quand ils voudront ouvrir leur propre arène. Officieusement, j’essaie de comprendre ce qu’il se passe. »
« L’école de l’île Lansat… Ca me dit quelque chose… »
« Parce que vous avez affronté mon frère l’an dernier. Orren Losvrôk, avec son Carmache fou furieux qui lui a ouvert le bide. »

Le regard du champion s’éclaira d’un coup, en même temps qu’un sourire venait illuminer son visage. Il se rappelait d’Orren. Et comme elle venait de dire qu’elle était sa sœur, et qu’elle avait été appelée par Cornélia pour élucider cette histoire de tricherie, Lino était brusquement bien mieux disposé à répondre à ses questions.

« Oui, c’est ça, Orren ! Il va bien, au fait ? »
« Ca va. Son ventre a cicatrisé, et son Carmache a évolué en Carchacrok beaucoup moins dangereux pour la sécurité des élèves. »
« Je vois, je vois… Ca me rassure. Je craignais qu’il ne se fasse bouffer par son Dragon… Dans tous les sens du terme. » Lino esquissa un sourire avant de redevenir sérieux. « Donc, tu veux me poser des questions sur le groupe de Cornélia ? »
« Ouais, en effet. Comment en êtes-vous venus à penser qu’ils avaient triché ? »
« Ils allaient trop vite. Je sais, c’est bizarre, mais j’ai trouvé qu’ils allaient beaucoup trop vite. Leurs mouvements étaient trop rapides, trop précis, presque flous. Ils ont gravi la grande pente comme si c’était un petit talus de rien du tout et ont bondi par-dessus les obstacles sans marquer la moindre hésitation. C’est humainement impossible, autant de réflexes. Je suis persuadé qu’ils ont triché. »
« Trop rapides, vous dites… »

La brune se fit pensive. Trop rapides. Comme Troy, hier, qui avait voulu l’épater, mais qui allait trop vite pour que ce soit naturel. Maintenant qu’elle y repensait, en rentrant à Yantreizh, il avait eu l’air pensif, perdu dans ses songes, fixant un point invisible sans s’intéresser à elle, ni au reste du groupe qui n’avait pas paru s’en rendre compte. Or, avant de faire mumuse, Troy avait bu une boisson isotonique. Certes, Cornélia lui avait dit en prendre aussi, mais demander son avis à Lino ne coûterait rien. Elle sortit donc la bouteille pleine, que Cornélia lui avait donné, de son sac, pour la tendre au champion.

« Avant la compétition, est-ce qu’ils ont bu ça ? »
« Montre voir ? » Tendant la main, le champion attrapa la bouteille pour la regarder attentivement. « Oui, en effet. C'est une boisson isotonique tout ce qu'il y a de plus banal, cela dit. Pourquoi ? »
« Hier, un garçon du groupe a voulu m'impressionner en me montrant à quel point il était doué. Il a bu de ça devant moi avant de commencer à rider... Et après ça, il est devenu trop rapide à mon goût. Il allait trop vite, ses mouvements étaient comme flous. Après coup, il était un peu bizarre, comme déphasé. Mais Cornélia en boit aussi, et elle ne me semble pas bizarre, donc ça ne peut pas être un truc dans la boisson. »
« Non, mais ça pourrait être quelque chose rajouté après coup. » Devant son air interrogatif, Lino esquissa un sourire avant de poursuivre. « Comme ils boivent la même chose que Cornélia, ils ont peut-être glissé un liquide, une mixture dans leurs bouteilles à eux. Comme ça, Cornélia n'y voit que du feu quand ils s'hydratent avant l'exercice vu qu'ils ont tous la même bouteille. »
« Je n'y avais pas pensé... » Pensive, la brune récupéra la bouteille pleine et la rangea dans son sac. « Merci pour votre temps. Je vais retourner à Yantreizh avant que l'arène n'ouvre, pour qu'ils ne se demandent pas où je suis passée. »

En souriant, Lino la raccompagna jusqu’à la sortie, sans doute heureux que Cornélia ait pris ses accusations au sérieux. En un battement d’ailes, Aileen était de retour à Yantreizh, aux alentours de l’ouverture de l’arène. Cependant, ce qu’avait dit Lino la travaillait. Quelque chose… Dans la bouteille. Comme de la drogue, ou quelque chose comme ça. Elle n’avait même pas réfléchi à cette éventualité. Mais après tout, ça coulait de source. Qui irait vendre des bouteilles pleines d’un liquide permettant de devenir super rapide ? N’importe quelle fédération sportive l’aurait immédiatement interdite, et Troy n’aurait pas fait la bêtise d’en boire devant elle. S’il l’avait bu, c’est qu’il devait forcément penser que ça n’attirerait pas son attention. Après tout, c’était de l’eau isotonique tout ce qu’il y avait de plus normal. Et si même Cornélia en buvait, il n’y avait aucun risque à ce qu’il en fasse de même devant une inconnue, non ? Plutôt que d’entrer dans l’arène, la brune retourna à son hôtel pour grimper jusqu’à sa chambre et s’enfermer dans la salle de bain exigüe. Elle remplit la bouteille vide de Troy avec un fond d’eau, et alla s’asseoir sur son lit. Comprenant ce qu’elle planifiait de faire, Sookie sortit immédiatement, très agitée. Elle ne l’empêcha pas de boire une gorgée de la première bouteille, celle donnée par Cornelia, et ne broncha pas quand elle fit la grimace, rebutée par le goût atroce de l’eau isotonique. Cependant, quand elle porta la deuxième bouteille vers sa bouche, la douce main de sa Kirlia se posa sur son bras.

« Tu es sûre de ce que tu fais, Aileen ? »
« Si je ne le fais pas, qui le fera ? »
« Ce machin ne m’inspire pas grand-chose, Troy avait quand même l’air vachement bizarre quand on est rentrés hier, je n’ai pas envie qu’il t’arrive la même chose. »


Aileen allait répondre, quand une de ses Pokéball s’ouvrit pour laisser sortir son Croâporal, qui se redressa sur ses pattes arrière pour tendre une de ses pattes avant vers Aileen. Comprenant ce qu’il voulait faire, elle lui tendit la bouteille pour qu’il en prenne une gorgée. En tant que Pokémon Eau, Naveen serait le plus à même de dire si ce qu’il y avait dans l’eau était dangereux. Jetant sa tête en arrière, il se gargarisa avec son eau, avant de remettre sa tête droite pour avaler. Au bout de quelques secondes de suspense, il fit non de la tête, rassurant légèrement la Kirlia et la dresseuse, qui récupéra la bouteille pour boire le reste cul sec avant que son Pokémon n’ait le temps de l’en empêcher.

« Aileen ! »
« Naveen a dit qu’il n’y avait rien. »
« Naveen n’a pas la science infuse ! »
« Peut-être pas. Mais c’est un Pokémon Eau qui a dit qu’il n’y avait rien dans l’eau. »
« Tu es… Vraiment… »
« Sook, en buvant ça, Troy a eu l’air bizarre, et apparemment, le groupe entier en boit. Ca n’a peut-être aucun effet sur les Pokémon pour n’en avoir que sur les humains. Et dans ce cas-là, c’est une dilution de dilution, les effets seront minimes, et je sais que je peux compter sur vous pour me rattraper si je chute. »
« Tu aurais pu demander à quelqu’un d’autre ! »
« Et à qui, à Cornélia ? Pour que le groupe la grille immédiatement ? Ils la connaissent, si elle commence à agir bizarrement ils le verront tout de suite. Moi, ils ne me connaissent pas, si je ne suis pas dans mon état normal, ils mettront ça sur le compte de tout ce qu’on a bu hier et du manque de sommeil parce qu’on est rentrés tard. »
« … Je déteste quand tu as raison. »


Avec un sourire, Aileen lança la bouteille en plastique à la poubelle, et posa celle de Cornélia dans le placard pour ne pas venir à l’arène avec, histoire de ne pas éveiller les soupçons du quatuor, qui serait en bon droit de se demander où elle avait récupéré ça. Elle fila rapidement à l’arène, en retard sur son horaire habituel, en avance sur l’horaire d’ouverture, et salua tout le monde d’un grand signe de la main avant de filer vers Cornélia, pour que cette dernière l’envoie dans un coin pour observer les mécanismes de l’arène tournante. Pour le moment, elle se sentait bien. Elle n’avait pas mal au cœur, et ne se sentait pas malade ou bizarre. En fait… Elle se sentait vraiment très bien. Sa vision était étrangement claire. Les mouvements d’Eugène, qui passait non loin sur ses rollers, qui semblaient lents, presque lourds, comme s’il allait au ralenti. Joyce, posé sur son épaule, remuait, agité par l’inquiétude de voir sa dresseuse aussi bizarre. Pourtant, elle se sentait tellement bien ! Il lui fallut un faux mouvement pour comprendre qu’elle n’allait pas si bien que ça. Elle voulut tendre la main pour caresser la tête de son Dedenne, qui s’agitait sur son épaule, histoire de le rassurer un peu, et sursauta en voyant sa main fuser vers elle à une vitesse folle. Joyce bondit au sol pour l’esquiver, tandis qu’elle décalait sa tête pour éviter de se mettre un coup de poing. Hagarde, elle baissa doucement les mains, et s’assit au sol avec précaution, pour réfléchir à ce qu’il venait de se passer. Comment avait-elle pu aller aussi vite ? Comment avait-elle pu esquiver un poing qui venait à une telle vitesse avec autant de précision ? Lino avait raison. Il y avait quelque chose dans l’eau. Quelque chose qu’ils ajoutaient et qu’ils buvaient avant les compétitions pour se booster.

« Sookie ? » La Kirlia apparut devant elle. « Je pense que je vais avoir besoin d’aide. »
« Je peux dire quelque chose, avant ? »
« Je sais ce que tu vas dire. Mais va-y, je l’ai mérité. »
« C’est bien fait pour toi. Je te l’avais dit, pourtant ! »
« C’est bon, tu as fini ? »
« Hmmm. Mouais. »
« Parfait. Maintenant, tu pourrais faire sortir Silica de sa Poké Ball, pour qu’elle me cache dans son illusion ? Comme ça, ils auront l’impression que je travaille, pas que je suis assise au sol en train de planer. D’ailleurs, pourquoi mon esprit est si clair ? »
« Parce que ce machin a l’air d’agir sur le physique, pas sur le psychique ou l’émotionnel. Mentalement, tu vas bien. Physiquement… Tu es beaucoup trop rapide pour que ce soit naturel, et Sokka dit que ton aura est troublée. »
« Trop rapide, hein ? Fais aussi sortir Sokka alors, qu’il essaie d’analyser mon aura avec ses nouveaux pouvoirs de super Lucario. »


Sookie hocha la tête, et la seconde suivante, les deux Pokémon demandés étaient hors de leurs Poké Ball. Silica se redressa, lançant son illusion pour protéger sa dresseuse, et Sookie posa sa patte sur sa tête, fermant les yeux pour analyser son aura. Il y en avait bien besoin, selon elle. Ses mains tremblaient légèrement sans qu’elle ne puisse les arrêter, et se sentir assise, immobile, l’agaçait déjà. Elle ne ressentait pas le besoin urgent de se dépenser, mais les fourmis dans ses muscles lui donnaient envie de se redresser pour s’étirer, plutôt que de rester assise sans rien faire. La seule chose qui l’empêchait de bouger était la patte de Sokka posée sur son front, qui, étrangement, semblait lui prodiguer un sentiment de calme et de bien-être qui ne se refusaient pas. Et dire que ce n’était qu’une dilution de dilution ! La première dilution aurait été tellement plus violente… Et le produit de base, alors ? Il pourrait la tuer sans le moindre problème !

« J’espère que tu ne vas pas faire de crise de manque, Aileen. »
« Je ne pense pas. Grâce à vous, mon esprit reste clair, et même si j’ai l’impression d’avoir un corps léger et surpuissant, je sais que je n’ai pas envie de tomber dans ce cercle vicieux. Puis après tout, je n’en ai pas besoin. Je ne suis pas devenue Grade 4 en utilisant ces merdes, je n’en aurai pas besoin pour le futur. »
« Crâneuse. »
« Je sais. »


Il fallut quelques minutes à Aileen pour que cette sensation de bien-être prodiguée par la gorgée qu’elle avait prise disparaisse tout à fait, la laissant un peu pantelante, assise au sol comme une idiote. Se crispant inutilement, elle attendit quelques secondes une réaction retour, pour voir si elle allait faire une brusque crise de manque ou pas. Mais rien ne venant, elle finit par se relever, s’étirer prudemment, et finalement, poser son regard sur Elle, qui passait en rollers pour affronter un challenger.

Lino avait raison. Le quatuor avait bel et bien triché.
Il lui restait juste à savoir avec quoi.

* * * * *

Les retombées du produit n’avaient pas été trop violentes. Elle s’était sentie vaseuse et lourde pendant quelques heures, lente et gourde comme pas permis, avant que les effets ne se dissipent. Et apparemment, personne n’avait remarqué son drôle d’état, surtout grâce à la présence de sa Zoroark plantée derrière elle qui la gardait englobée dans son illusion, pour que personne ne puisse voir qu’elle n’était pas du tout dans son état normal. Le reste de la journée, elle avait cherché un moyen de découvrir ce que le quatuor utilisait pour leurs compétitions. C’était forcément quelque chose de liquide, qu’ils mettaient dans leurs bouteilles pour effacer toutes traces. Un truc effervescent aurait laissé des traces, de même que les granulés, qui auraient tapissé le fond de la bouteille avec une fine couche superficielle. C’était donc liquide. Ca pouvait être tout et n’importe quoi… Ce ne fut que quelques jours plus tard qu’elle obtint sa réponse, quand, en arrivant plus tôt à l’arène, elle entendit des éclats de voix non loin. Elle reconnaissait les voix d’Ayumi et de Troy, ce qui signifiait que les deux autres devaient être avec eux… D’un geste souple, elle fit sortir Silica, qui tendit ses deux pattes pour la serrer dans ses bras et la faire disparaître, en même temps qu’elles reculaient pour quitter le chemin, histoire de ne pas heurter le quatuor qui sortait enfin de derrière l’arène. Eugène tirait Troy par le bras, ce dernier se débattant à peine, suivant une Ayumi très en colère qui ouvrait la marche, Elle la fermant en regardant derrière elle pour s’assurer que personne ne les suivait.

« Mais c’est bon, on ne va pas en faire tout un foin… »
« La ferme, Troy ! Sérieux, la ferme ! »
« Mais comment vous voulez que - »
« Troy, soit tu la boucles, soit le te frappe jusqu’à ce que tu la fermes ! »

Troy lâcha un grand soupir, se laissant traîner par le groupe. Très intéressée, Aileen les suivit de loin, en sécurité derrière l’illusion de Silica. Par réflexe, elle mit la main sur son iPok, prête à lancer l’application vidéo quand ils passeraient aux choses sérieuses. Au bout de quelques minutes, ils s’étaient éloignés de l’arène pour se perdre dans le début de forêt, et Troy fut violemment plaqué à un arbre. Aileen leva son iPok pour enregistrer en silence, comprenant vite qu’elle pourrait réutiliser ça pour avancer sa théorie de la triche.

« Pourquoi tu as fait ça, Troy ? Pourquoi tu as montré ça à Aileen ? »
« J’ai rien montré à Aileen… »
« Tu te fous de nous, c’est ça ? Et mercredi dernier alors, t’as pas frimé devant elle avec ton niveau de pro ? »
« … C’est elle qui vous l’a dit, c’est ça ? »
« Nan, c’est toi qui vient juste de le faire, espèce d’abruti. »
« Mais à quoi tu pensais ? Et si elle avait compris ? Tu nous as fait courir un risque énorme juste pour frimer devant une gonzesse ! »
« Mais elle a pas compris, elle y connaît rien en rollers ! »
« Mais si elle s’y connaît, pauvre con ! Tu l’as écoutée parler, au bar, ou t’as passé ton temps à la mater ? Elle s’y connaît ! Et toi, tu frimes avec notre produit, quand on s’était promis d’y aller mollo avec depuis que Lino a commencé à gueuler à la triche ! »
« Dis-moi au moins que t’as gardé la bouteille, Troy. Tu l’as gardée, hein ? »
« Bah non, je l’ai jetée à la poubelle ! »
« Putain mais qu’il est con… »
« Tu fais chier, Troy ! Sérieusement mec, la prochaine fois, réfléchis avec ta tête, au lieu de réfléchir avec ta b - »
« Ayumi ! »
« Ah non, Elle, j’ai le droit d’être vulgaire ! Cet abruti a failli nous vendre ! »
« Oui, mais il ne l’a pas fait, alors arrêtez ce cirque ! Il faut qu’on retourne rapidement à l’arène avant que Cornélia ne se pose des questions sur notre absence ! »
« Et pour Troy, alors ? »
« Le frapper et l’engueuler ne servent à rien, donc puisqu’il a fait le con devant Aileen, on va surveiller Aileen pour nous assurer qu’elle n’a pas compris que Troy lui avait agité notre élixir miracle sous le nez. Et puis de toute façon, elle est là en stage, elle repart dans deux jours et on n’entendra plus jamais parler d’elle ! »
« Ouais, pas faux… Mais en attendant, Troy, tu ne t’approches plus d’Aileen ! Si je te vois avec elle, je te jure que je te massacre ! »
« Ouais, ok… Ca va, pas la peine de me regarder comme ça, je l’approcherai plus, promis ! »

Eugène lâcha Troy, qui tomba au sol en grognant, et Aileen coupa l’enregistrement de la vidéo. Instructif. Elle n’était pas la seule à avoir agi. Profitant de la confusion, Sookie avait tendu son esprit pour lire les pensées résiduelles du quatuor. Si la majeure partie desdites pensées étaient inintéressantes, elle avait trouvé une information croustillante. Pour ne pas surprendre sa dresseuse, elle attendit qu’Aileen ait quitté discrètement le groupe et rejoint l’arène pour s’infiltrer tranquillement dans son esprit.

« Elle a proposé au groupe de détruire les preuves pour le cas où tu balancerais ce que tu as vu à Cornélia. »
« Eh bien, quelle paranoïa, d’un coup… Ca va juste être dur de détruire des bouteilles, mis à part en jetant la cargaison entière à la poubelle. »
« La théorie du liquide versé dans la bouteille semble tenir la route. Elle a parlé de flacons à détruire. »
« Un petit tour dans les vestiaires s’impose, alors. »
« Ce serait stupide de garder ça dans les vestiaires, Aileen. Cornélia pourrait tomber dessus à n’importe quel moment. Non, je pense qu’il serait plus intelligent de passer chez eux pour fouiller discrètement. »
« Oui, mais quand ? »
« Maintenant. Envoie un texto à Cornélia, et Silica à l’arène à ta place. Elle te remplacera avec une illusion jusqu’à ce qu’on ait fini de fouiller. »


Elle n’était vraiment pas bête, sa Sookie. S’éloignant du chemin, la brune sortit son iPok pour envoyer un texto à la championne, qui lui avait laissé son numéro, la prévenant qu’elle avait peut-être une piste et que la Aileen qu’elle verrait à l’arène serait Silica, sa Zoroark sous illusion. Il lui faudrait donc empêcher le quatuor de lui parler, surtout que ces derniers voulaient la faire surveiller maintenant. Le texto réponse de Cornélia vint quelques minutes après, sous la forme d’un « Ok » simple et efficace, et Silica quitta sa dresseuse pour aller vers l’arène tandis que la préfète remontait jusqu’à chez Eugène, le seul à vivre à Yantreizh, les trois autres vivant sur Illumis et faisant le trajet matin et soir pour aller travailler, quand ils ne dormaient pas chez lui pour plus de praticité, comme quand ils allaient en ville et qu’ils rentraient tard. Bien obligeante, Sissi traversa le mur, et se promena silencieusement dans la maison, jusqu’à trouver la chambre du dresseur, passant par la fenêtre pour lui indiquer la localisation de cette dernière. Ladite fenêtre fut ouverte par la Momartik, permettant à la brune d’entrer dans la chambre sans se faire voir, refermant la fenêtre pour fouiller en paix. La maison était silencieuse. Les parents d’Eugène devaient sans doute être au travail. Ca lui laissait un peu de temps pour chercher tranquillement. Sans perdre un instant, elle se mit au travail, ouvrant les tiroirs pour fouiller dans les papiers, les objets, même les habits, quelque chose d’inhabituel. Quelques-uns de ses Pokémon sortirent l’aider, et ce fut finalement l’un d’eux qui trouva ce qu’ils cherchaient. Naveen, le Croâporal, attiré par la sensation qu’il y avait quelque chose d’aquatique tout près, s’était glissé sous le lit, avant d’en ressortir pour attraper Sookie par le bras, la tirer légèrement pour lui faire comprendre qu’il avait besoin d’aide, et replonger aussitôt. Ils ressortirent à nouveau quelques minutes plus tard, des flacons les suivant en lévitant.

« Aileen ? Naveen a trouvé. »

La brune se retourna, pour voir son Croâporal fier de sa trouvaille, et sa Kirlia lui tendre psychiquement les flacons qu’elle récupéra, les ouvrant pour les sentir. Ca n’avait aucune odeur, mais ce n’était clairement pas de l’eau. C’était beaucoup trop clair pour être de l’eau.

« C’est quoi ? »
« Je ne sais pas. C’était caché sous une planche de parquet, sous le lit. Il y en a plusieurs comme ça, et des bouteilles d’eau isotonique aussi. »
« Pourquoi Eugène cacherait-il son eau isotonique ? »
« Peut-être parce qu’il y a de ce produit dedans ? »
« Oui, mais Troy, lui, en a bu devant moi, il ne s’en est pas caché. »
« Il lui restait un fond de bouteille. Peut-être qu’il voulait juste s’en débarrasser pour que Cornélia ne tombe pas dessus ? »
« Possible… Par contre, il semblerait qu’il y ait deux flacons différents. »


Sookie hocha la tête. Elle aussi avait remarqué ça. Aileen tenait deux flacons d’une taille identique, mais d’une couleur différente. Un violet, et un bleu. Il n’y avait qu’un seul moyen de savoir ce que ça contenait : demander à quelqu’un qui savait. Et quoi de mieux que d’aller à Illumis pour ça ? Après avoir pris quelques photos, elle quitta la pièce après avoir tout remis en place, et s’envola sur le dos de Seyn pour quitter Yantreizh et aller à Illumis sans perdre un instant. Il ne lui fallut que quinze minutes pour atteindre la ville par la voie des airs, et Seyn la posa devant la tour Prismatique pour lui faire gagner du temps. Elle entra dans le premier Centre Pokémon de la ville pour se diriger vers le coin shopping, et attendit patiemment son tour. Elle aurait pu faire ça à Yantreizh, mais elle avait préféré s’éloigner, pour ne pas être vue par un membre du quatuor de Cornélia alors qu’elle était sensée être à l’arène. Quand vint son tour, elle sortit les deux bouteilles de son sac pour s’approcher d’un des vendeurs.

« Bonjour mademoiselle, je peux vous aider ? »
« Je pense, oui. J’aurai juste une question à vous poser. » Elle déposa les deux flacons sur le comptoir. « Vous pouvez me dire ce que c’est ? »
« Hm, voyons… » Le vendeur se pencha pour regarder les flacons, et se redressa quelques secondes après. « Le flacon bleu contient du Vitesse +, et le flacon violet contient du Précision +. Nous en vendons, si vous le souhaitez, à trois cent cinquante Pokédollars l’unité. »
« Vitesse + et Précision +… C’est un truc pour Pokémon, ça, non ? »
« En effet. Comme leurs noms l’indiquent, le Vitesse + augmente la vitesse, et le Précision + augmente la précision, durant le temps d’un combat Pokémon. L’effet peut varier entre trois à quinze minutes selon la quantité prise par le Pokémon. »
« Et ça a quel effet sur les dresseurs ? »
« Sur les… Grands dieux, vous n’envisagez pas de prendre cela pour vous ? Une dose pure pourrait vous tuer ! »
« Et, disons, un quart de chaque flacon versé dans vingt-cinq centilitres d’eau isotonique, par exemple, ça aurait quel effet ? »
« Ma foi, je pense que cela augmenterait considérablement votre vitesse et votre précision durant plusieurs minutes… Mais c’est un produit pour Pokémon, il aurait un impact sur votre santé, en plus de vous rendre dépendant de la sensation prodiguée… » Le vendeur se tut, brusquement méfiant. « Mais pourquoi ces questions ? Vous n’envisagez pas d’en prendre, n’est-ce pas ? »
« Pas le moins du monde, rassurez-vous. J’enquête sur une histoire de triche dans une équipe sportive, et j’ai trouvé ça dans les affaires d’un des sportifs en question. J’avais juste besoin de savoir ce que c’était. Merci pour votre temps en tout cas. »

Le vendeur hocha la tête, pas vraiment rassuré, et la laissa partir avec ses deux flacons. Aileen avait ce qu’elle voulait. Elle pouvait rentrer à Yantreizh. Et elle pouvait réfléchir à un moyen de les faire accuser, aussi… Il lui fallait des preuves, et ce n’étaient pas une bouteille et deux flacons qui lui suffiraient. N’importe qui pourrait l’accuser d’avoir acheté les flacons, et la bouteille pouvait venir de Cornélia, qui lui en avait donné une, après tout. Les vidéos étaient bien, mais il fallait qu’elle s’arrange pour que Cornélia les saisisse sur le fait, quand ils détruiraient leurs preuves, par exemple. Avec les flacons dans les mains, il leur serait impossible de protester quand la championne les accuserait d’avoir triché et de lui avoir menti. En quinze minutes, elle avait atteint Yantreizh, et rejoignit l’arène en toute discrétion. Sookie, dans sa Ball, contacta télépathiquement Silica pour la prévenir qu’ils étaient là, et la Zoroark engloba immédiatement Aileen dans son illusion pour la rendre invisible, la laissant se rendre aux toilettes sans être vue avant de la rejoindre pour permuter leurs places. Une fois la Zoroark dûment remerciée et rentrée dans sa Poké Ball, Aileen quitta les toilettes pour réintégrer l’arène comme si elle ne l’avait jamais quittée. Il fallait qu’elle parle à Cornélia… Son regard se perdit en direction de la championne, qui tourna la tête à ce moment-là, se sentant observée. Leurs regards se croisèrent, et Cornélia, sentant sans doute qu’elle voulait lui dire quelque chose, la héla depuis son perchoir.

« Aileen ! Viens par là, que je te montre les derniers dispositifs de l’arène ! »

Sautant sur l’occasion, la Pyroli rejoignit la championne dans les hauteurs de l’arène, et cette dernière baissa immédiatement le ton pour qu’elles discutent en privé.

« Alors ? »
« J’ai trouvé deux flacons chez Eugène, un bleu et un violet. J’ai demandé à un vendeur d’Illumis, il m’a dit que c’était du Vitesse + et du Précision +. Je pense qu’ils diluent ça dans l’eau isotonique et qu’ils en boivent avant chaque compétition pour devenir plus rapides, mais également plus précis pour ne pas se faire attraper bêtement. »
« Tu as des preuves ? Je ne pourrai rien faire sans preuves… »
« J’en ai. J’ai une bouteille trafiquée, deux flacons et deux vidéos. Une de Troy qui ride après avoir terminé sa bouteille, une du groupe qui s’engueule à cause de ça. J’ai pris des photos de tout ce que j’ai trouvé chez Eugène, aussi. »
« Ca ne suffira pas… »
« Je sais. Mais je sais aussi que je les inquiète, et ils veulent tout détruire pour le cas où je ne serai pas une simple mécano. Quand j’aurai quitté les lieux, ils pourront reprendre leur petit trafic sans crainte. Le seul créneau qu’on a, c’est d’essayer de les prendre sur le fait quand ils détruiront tout. »
« C’est une excellente idée. A mon avis, ils feront ça ce soir, vu qu'on mange toujours ensemble le midi, ce serait suspect qu'ils disparaissent d'un coup. On se donne rendez-vous ce soir devant l'arène, ça te va ? »
« Ca me va parfaitement. »

Cornélia hocha la tête, et l’envoya plus loin, dans un secteur qu’elle n’avait pas étudié. De là où elle était, elle avait vue sur toute l’arène, et sur les quatre dresseurs qui continuaient à combattre. Sortant son iPok, la Pyroli envoya vidéos et photos à Cornélia, avant de s’installer pour travailler, et pour observer le quatuor. Son Lucario, sorti pour l’occasion, faisait mine de l’aider, même si, en réalité, il s’entraînait à communiquer avec le Dedenne, qui hochait positivement la tête à chaque fois que son camarade parvenait à établir le contact. Au bout de plusieurs heures vint la pause de midi, où ils allèrent tous manger en groupe, avant de reprendre la journée. Ils attendraient certainement le soir, quand Cornélia retournerait chez elle et qu’elle-même rentrerait à son hôtel. Le soir venu, chacun partit de son côté… Mais une fois le quatuor disparu, Aileen retourna vers l’arène, prête à courir à la Tour Maîtrise pour aller chercher Cornélia. Cependant, cette dernière l’attendait, et se dirigea vers elle en la voyant venir.

« Tu les as vus partir ? »
« Non, et toi ? »
« Non, mais on a trois Lucario, retrouver leurs auras ne devrait pas être trop compliqué. »

Aileen hocha la tête aux paroles de la championne, et ils se mirent à la recherche des dresseurs. Ce fut l’un des Lucario de Cornélia qui retrouva leur piste, et après avoir brièvement fermé les yeux pour les retrouver, il se tourna vers la sortie de la ville pour leur indiquer qu’il fallait sortir. Le petit groupe quitta donc la ville pour remonter vers Port-Tempères. Brusquement, Cornélia la saisit par le bras pour la tirer derrière un arbre. Eugène était juste devant eux. Il semblait agité, comme s’il attendait quelque chose. Les autres, sans doute. Qui finirent par apparaître au bout de quelques instants, chacun étant rentré chez soi pour récupérer tout le matériel.

« Enfin ! J’ai cru que vous ne reviendriez jamais ! »
« Le bus pour Illumis était plein, on a dû faire aller-retour à pied… Bon, trouvons un coin tranquille, maintenant. »
« Faut que je vous dise, j’ai un problème… »
« Plus tard, Eugène, d’abord on détruit tout et ensuite on parle. »

Prenant la tête du groupe, Ayumi s’enfonça dans la forêt. Après un bref coup d’œil, Cornélia et Aileen les suivirent de loin, laissant le groupe s’installer pour commencer à détruire leurs flacons. A côté d’elle, Cornélia semblait déçue. Elle avait placé beaucoup d’espoirs en eux, et ils avaient triché, préférant la facilité à l’entraînement. Quand elle tendit la main, la brune comprit ce qu’elle voulait, et elle lui donna les deux flacons qu’elle avait volés, laissant la championne s’éloigner d’elle pour se rapprocher du groupe.

« Je peux parler, maintenant ? »
« Bordel Eugène, ferme-la et détruis tes flacons ! »
« Mais il m’en manque ! On m’en a volé deux ! »
« Mais qui aurait pu te les voler ? Tu ne les as pas utilisés, plutôt ? »
« Non, je suis sûr qu’il m’en manque deux ! »
« Ces deux là, tu veux dire ? »

Cornélia sortit de sa cachette, et jeta les deux flacons aux pieds d’Eugène, qui pâlit, ne sachant plus quoi dire. Comme le reste du groupe, accessoirement. Ses deux Lucario sortirent de l’ombre, se plaçant de part et d’autre de leurs dresseuses. L’un d’eux, discrètement, plaça sa patte dans son dos pour l’agiter doucement. Sokka attrapa alors la main de sa dresseuse pour la tirer en arrière, comprenant l’ordre sous-jacent.

Leur travail était terminé, et cette affaire ne les concernait plus.
C’était à Cornélia de régler le problème, maintenant.

* * * * *

Assise sur son lit, dans sa chambre d’hôtel, Aileen terminait de boucler son sac, s’assurant de n’avoir rien oublié. Son stage mécano était terminé, elle devait maintenant retourner à son école. Ou plutôt, retourner sur l’île Touga où l’école avait envoyé les élèves, mais ceci n’était qu’un détail. Depuis que Cornélia avait attrapé ses quatre dresseurs sur le fait, la brune ne les avait pas revus à l’arène, qui avait été fermée pour « problèmes internes ». Elle avait revu la championne le lendemain, et cette dernière lui avait expliqué qu’après avoir abondamment engueulé ses quatre dresseurs, elle avait saisi les preuves, et qu’avec tout ce qu’elle avait, elle pouvait prévenir la fédération sportive de la triche de son équipe. Ces derniers s’étaient hâtés de dépêcher quelqu’un à Yantreizh pour résoudre ce problème, et avaient passé la journée entière à interroger le quatuor et la championne. Cette dernière avait été mise hors de cause, mais les autres risquaient d’être interdits de compétition, et écoperaient d’une lourde amende. Cornélia avait rendu les trophées gagnés, ne voulant pas garder des souvenirs des victoires déloyales de son équipe. Et avec la fermeture de l’arène, et les soucis juridique de sa cheffe de stage, Aileen avait décidé de plier bagage, après que l’envoyé de la fédération sportive l’ait interrogé par acquis de conscience, même si Cornélia l’avait présentée comme étant une stagiaire venue pour la semaine et non comme un membre régulier de l’équipe.

Se redressant, elle sangla son sac sur le dos, récupérant les clés pour les rendre au standardiste. Elle descendit rapidement les étages, posa la clé sur le comptoir, et après avoir discuté un peu, elle quitta l’hôtel. Le temps était beau et clair. Rentrer à Touga avec un temps pareil serait absolument génial. Alors qu’elle prenait le chemin de la sortie de la ville, un Lucario lui fit signe. Celui de Cornélia ? Curieuse, la Pyroli le suivit, et effectivement, il la mena jusqu’à la championne, qui l’attendait vers la sortie de la ville, appuyée contre un lampadaire. Elle se décolla de ce dernier quand Aileen vint à sa rencontre, et l’accueillit avec un sourire.

« Je ne pouvais pas laisser partir ma stagiaire sans lui dire au revoir. »
« C’est gentil. Tu as été innocentée, finalement ? »
« Ouais. De toute façon, j’avais un avantage, c’est moi qui les ai prévenus pour la triche, alors que j’aurais pu enterrer l’affaire pour qu’ils n’en sachent rien. »
« En effet. Et pour moi ? »
« Ils ne savent pas quel rôle tu as joué dans cette histoire. Pour eux, tu as juste eu la malchance d’être là au mauvais moment. Officiellement, j’ai vu Eugène sortir de chez lui avec un paquet suspect, je l’ai suivi, et c’est comme ça que j’ai croisé le groupe en train de détruire leurs preuves. Par contre, j’ai dû dire la vérité au contrôleur envoyé par la fédération, parce que certains éléments ne collaient pas. »
« Comment tu as eu les deux flacons, par exemple, ou d’où viennent photos et vidéos… »
« Voilà. Dès que je lui ai tout raconté, il a arrêté de me poser des questions insistantes. Apparemment, savoir que j’ai fait appel à une espionne n’a pas eu l’air de le gêner. »

Cornélia esquissa un sourire, que la brune reprit mécaniquement. Que la fédération sportive soit au courant de son parcours ne la dérangeait pas tellement, en réalité, l’important étant que le quatuor, lui, continue de l’ignorer, et de penser que Cornélia les avait attrapés sur un coup de chance. Finalement, la championne reprit la parole.

« Merci pour ton aide, en tout cas. J’ai eu des doutes en voyant une jeunette de quelques années de moins que moi débarquer, mais je dois avouer que vous êtes vraiment bons, dans cette école. Je n’hésiterai pas à vous faire de la pub, à l’avenir. »
« Voilà qui fera plaisir à la directrice, surtout si ça peut lui permettre de trouver plus de donateurs. »
« Tu m’étonnes… » Elle sourit, avant de tendre la main pour serrer la sienne. « Rentre bien, Aileen, et si tu repasses par Yantreizh, n’hésite pas à me passer le bonjour. »
« Je n’y manquerai pas, dans ce cas. »

Après un dernier salut, la brune quitta Yantreizh pour remonter vers Port-Tempères. Cependant, alors qu’elle se dirigeait vers le port, une personne la fit changer de route. Sa mère, fraîchement débarquée, qui lui faisait de grands signes de la main. Aileen sourit. Elle pouvait bien passer quelques jours avec sa mère avant de rejoindre son école, après tout, personne ne l’attendait sur l’île…

[ Cours enfin terminé ! o/ ]

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
[ Cours Été 2016 - Pokéathlète] They see me rollin', they hatin' ~ [Terminé]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :